Lancement public du Diagnostic du cadre législatif anti-corruption marocain (M1.2) Mardi, 10 juillet h 00 13h 00 **** ICPC, Rabat

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lancement public du Diagnostic du cadre législatif anti-corruption marocain (M1.2) Mardi, 10 juillet 2013 10h 00 13h 00 **** ICPC, Rabat"

Transcription

1 Lancement public du Diagnostic du cadre législatif anti-corruption marocain (M1.2) Mardi, 10 juillet h 00 13h 00 **** ICPC, Rabat

2 Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional Promotion de la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption et le blanchiment d argent

3 Qu est ce que le Conseil de l Europe? Créé en Etats-Membres Le but premier du Conseil de l Europe est de créer sur tout le continent européen un espace démocratique et juridique commun, en veillant au respect de valeurs fondamentales: les droits de l homme, la démocratie et la prééminence du droit Défendre les droits de l homme, la démocratie pluraliste et la prééminence du droit Favoriser la prise de conscience et la mise en valeur de l identité culturelle de l Europe et de sa diversité Rechercher des solutions communes aux problèmes de nos sociétés Développer la stabilité démocratique en Europe en soutenant les réformes politiques, législatives et constitutionnelles Une approche triangulaire (définition des standards, contrôle des engagements et assistance technique)

4 Qu est ce que l UCCE? L Unité de coopération du Crime économique est en charge de l assistance technique au sein de la DG-I du Conseil de l Europe Une expérience acquise au cours des 15 dernières années Gère et met en œuvre 9 projets, couvrant 16 pays. Le budget opérationnel pour gérer ces projets et programmes s élève à 12 millions d euros Le Programme Sud, composante 2 «SNAC»

5 Qu est ce que le GRECO? GRECO a été fondé en 1999 par 17 Etats-Membres du Conseil de l Europe pour renforcer les capacités à combattre la corruption par le biais d un contrôle par les pairs de la mise en œuvre des engagements 1994 : décision des Ministres européens de la justice de traiter la corruption à l échelle européenne 1996 : Le Programme d Action contre la Corruption est adopté Accord ouvert aux Etats: ils adhèrent : 1) en fonction de leurs priorités politiques, leurs avancées et acceptent de se soumettre au principe de l évaluation mutuelle et de pression par les pairs, sur la base de l égalité; 2) adhésion automatique si ratification de l une des deux conventions de 1999 (convention pénale sur la corruption, convention civile sur la corruption) 49 pays-membres en 2013 Accord ouvert aux pays non-membres sous certaines conditions (être invité par le Comité des Ministres): Belarus et Etats Unis

6 Qu est ce qui est évalué? Il s agit de vérifier la conformité des législations nationales avec les 6 textes de l organisation Couverture similaire à la CNUCC (+large que les textes OCDE, Union Africaine, UE); une seule et même philosophie de ces textes «Résolution (97)24 sur les 20 principes directeurs pour la lutte contre la corruption»

7 Quand se font les évaluations? Système de cycles de 4 à 5 ans 1 er cycle: les institutions préventives et répressives, 2 ème cycle: mesures préventives au niveau de l administration; saisie et confiscation des produits de la corruption; 3 ème cycle: cadre pénal général; financement politique; 4 ème cycle lancé en 2012: prévention de la corruption dans la justice et dans les parlements Dès qu un nouveau pays adhère: il est alors évalué sur tous les thèmes des cycles écoulés avant son adhésion

8 Comment se font les évaluations? Traditionnellement, on distingue 1) «l auto-évaluation» de «l évaluation externe», 2) l évaluation «à distance» et l évaluation «sur place» Tous les mécanismes réputés dans le domaine des questions pénales (GAFI, OCDE, GRECO, MONEYVAL etc.) combinent 1) des informations fournies à l avance sur base d un questionnaire par le pays; 2) une visite sur place, 3) un rapport fait par des personnes tierces au pays; 4) un stade final de discussion des rapports par les pairs («évaluation mutuelle et de pression par les pairs») Place essentielle de la visite sur place (environ une semaine): permet 1) de pallier aux insuffisances dans les informations fournies (technicité, coordination nationale ), 2) d apprécier les dispositifs nationaux en pratique; 3) identifier des questions connexes pertinentes non prévues dans les questionnaires; 4) discuter avec les praticiens, entreprises, ONG, médias etc. la nature des problèmes afin de les comprendre

9 Qui fait les évaluations? Selon l étendue des problématiques abordées: une délégation de 4 à 5 experts nationaux + 1 ou 2 membres du Secrétariat La délégation prépare la visite: examen des réponses, discussion d un programme de visite sur base de directives et conseils généraux, consultation des autres sources d informations (rapports nationaux d entités étatiques, rapports internationaux, presse etc.); le programme prévoit 6 à 8 entretiens par jour, des possibilités d entretiens ad hoc et une réunion finale pour clarification après la visite: 3 semaines pour la contribution des experts, puis 3 semaines pour la consolidation par le Secrétariat, puis 3 semaines pour la soumission de corrections et commentaires par le pays, puis finalisation par les experts/secrétariat avant présentation au GRECO Le GRECO discute, amende puis adopte les projets, et fait siennes les conclusions du rapport: étape essentielle sinon risques de blocages et différences de traitement des pays

10 Profil de l évaluateur Sont nommés par les pays et font partie d un «pool» à partir duquel on compose des équipes Sont choisis en fonction du niveau d expertise, complémentaire avec le reste de l équipe Équilibre géographique et de tradition historico-juridicoinstitutionnelle dans la composition de l équipe L évaluateur idéal (ils sont rares et donc précieux!) a la connaissance d une diversité de pays et des diverses façons de traiter de certaines questions de politiques anti-corruption exercice technique plus proche de l audit et de l inspection que de la diplomatie: courtoisie mais détermination dans le travail les entretiens doivent clarifier ce qui doit l être

11 Les experts en charge du Diagnostic Une équipe intégrée menée par M. Edmond Dunga Une équipe de 6 experts 4 experts internationaux francophones ayant déjà participé à des évaluation dans le cadre du GRECO (Albanie, Belgique, France et Roumanie) 2 experts marocains Le suivi scrupuleux de la méthodologie du GRECO Des profils de haut niveau Ancien membre du Bureau du GRECO Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP), France Procureur, Roumanie Commissaire divisionnaire retraité, Belgique Commissaire divisionnaire, Maroc Haut fonctionnaire du Ministère des finances, Maroc

12 Suites des rapports Les rapports sont traduits dans la langue du pays et mis sur internet lorsque le pays en autorise la publication Délai de mois (en pratique 48 mois environ) pour mettre en œuvre les améliorations préconisées dans les rapports Si la réaction du pays est globalement insatisfaisante, application de mesures spéciales graduelles: faire rapport à intervalles rapprochés, envoi de courriers officiels, envoi d une délégation à haut niveau sur place, déclaration publique.

13 Conclusion: la maturation d un processus Phase 1: crise de légitimité Phase 2: consolidation Phase 3 actuelle: confiance établie

14 SNAC - Promotion of Good Governance and Fight against corruption Merci pour votre attention! Edmund Dunga, administrateur, Conseil de l Europe Guillaume Parent, Coordinateur du Projet SNAC

Priorités 2012-2014 pour le Maroc. de la coopération

Priorités 2012-2014 pour le Maroc. de la coopération Priorités 2012-2014 pour le Maroc dans le cadre de la coopération avec le voisinage Priorités 2012-2014 pour le Maroc dans le cadre de la coopération avec le voisinage Toute demande de reproduction ou

Plus en détail

MANDAT DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE (2012-2020)

MANDAT DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE (2012-2020) MANDAT DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE (2012-2020) 20 avril 2012 Washington, DC MANDAT DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE (2012-2020) I. OBJECTIFS, FONCTIONS ET MISSIONS OBJECTIFS DU GROUPE D ACTION FINANCIÈRE

Plus en détail

Le Comité des Ministres, en vertu des articles 15.a et 16 du Statut du Conseil de l Europe,

Le Comité des Ministres, en vertu des articles 15.a et 16 du Statut du Conseil de l Europe, Résolution CM/Res(2013)13 sur le statut du Comité d'experts sur l'évaluation des mesures de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme (MONEYVAL) (adoptée par le Comité des

Plus en détail

FÉVRIER 2003. Le Centre international pour la réforme du droit criminel et la politique en matière de justice pénale (CIRDC)

FÉVRIER 2003. Le Centre international pour la réforme du droit criminel et la politique en matière de justice pénale (CIRDC) Coopérer aux enquêtes et poursuites impliquant la Cour pénale internationale : Un guide introductif destiné au personnel du système de justice pénale des États FÉVRIER 2003 Le Centre international pour

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne

OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne OFFICE DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne Mécanisme d examen de l application de la Convention des Nations Unies contre la corruption Documents de base NATIONS UNIES Vienne, 2010 Résolutions

Plus en détail

Choisissez la filière de l excellence. Vers les métiers de l expertise comptable du conseil et de l audit

Choisissez la filière de l excellence. Vers les métiers de l expertise comptable du conseil et de l audit Choisissez la filière de l excellence Vers les métiers de l expertise comptable du conseil et de l audit L expertise comptable : un large éventail de possibilités La profession libérale L expertise comptable

Plus en détail

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL

Proposition de DÉCISION DU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 2.3.2015 COM(2015) 84 final 2015/0042 (NLE) Proposition de DÉCISION DU CONSEIL sur la signature, au nom de l Union européenne, de la convention du Conseil de l Europe

Plus en détail

Mécanisme d examen de l application de la Convention des Nations Unies contre la corruption Documents de base

Mécanisme d examen de l application de la Convention des Nations Unies contre la corruption Documents de base Mécanisme d examen de l application de la Convention des Nations Unies contre la corruption Documents de base NATIONS UNIES Office DES NATIONS UNIES CONTRE LA DROGUE ET LE CRIME Vienne Mécanisme d examen

Plus en détail

Je suis honnorée de m' addresser à vous à l'occasion du Onzième Congrès des Nations Unis pour la Prevention du Crime et la Justice Penale.

Je suis honnorée de m' addresser à vous à l'occasion du Onzième Congrès des Nations Unis pour la Prevention du Crime et la Justice Penale. Intervention de la Roumanie à l'occasion de la session «Haut Niveau» de l' Onzieme Congrès des Nations Unis sur la prévention du crime et la justice pénale Madame KIBEDI Katalin Barbara, Sécretaire d'

Plus en détail

UE 4 Comptabilité et audit 2 Identification du candidat (prénom, nom) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10

UE 4 Comptabilité et audit 2 Identification du candidat (prénom, nom) : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion DSCG D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Validation des Acquis de l Expérience VAE R é f é

Plus en détail

LA LUTTE CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME. Par Mohamed Ely Keihell Secrétaire Général de la CANIF. Introduction

LA LUTTE CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME. Par Mohamed Ely Keihell Secrétaire Général de la CANIF. Introduction LA LUTTE CONTRE LE FINANCEMENT DU TERRORISME Par Mohamed Ely Keihell Secrétaire Général de la CANIF Introduction Le monde a été secoué ces dernières années par des attaques terroristes sanglantes et destructrices.

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 4 juillet 2003 MONEYVAL (2003)9 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

COM (2012) 655 final

COM (2012) 655 final COM (2012) 655 final ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIEME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 22 novembre 2012 Enregistré à la Présidence du Sénat

Plus en détail

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique:

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Original : français La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de

Plus en détail

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation Promotion de la bonne gouvernance et lutte contre la corruption Activité T3.3 : (SNAC Tunisie) Apporter des outils et des méthodologies ainsi que consolider les capacités pour soutenir la conception de

Plus en détail

Contrôle parlementaire d Europol. Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery

Contrôle parlementaire d Europol. Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery - 1 - Réunion du mardi 24 mai 2011 Justice et affaires intérieures Contrôle parlementaire d Europol Communication et proposition de résolution de Mme Alima Boumediene-Thiery M. Denis Badré, vice-président

Plus en détail

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction

CTOC/COP/WG.1/2010/2. I. Introduction Distr. générale 29 décembre 2009 Français Original: anglais Réunion intergouvernementale d experts à composition non limitée sur les mécanismes d examen à envisager pour l application de la Convention

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

N 2157 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 9 février 2000. PROJET DE LOI ADOPTÉ AVEC MODIFICATIONS PAR LE SÉNAT

Plus en détail

REPRESENTATION PERMANENTE AUPRES DE LA COMMISSION DE L UNION AFRICAINE ET DE LA COMMISSION ECONOMIQUE DES NATIONS UNIES POUR L AFRIQUE ALLOCUTION INTRODUCTIVE DE S. E. M. L AMBASSADEUR LIBERE BARARUNYERETSE,

Plus en détail

Outils de recouvrement d avoirs au Canada. Guide pratique

Outils de recouvrement d avoirs au Canada. Guide pratique Outils de recouvrement d avoirs au Canada Guide pratique Outils de recouvrement d avoirs au Canada Guide pratique I. INTRODUCTION Tout comme il appuie les instruments juridiques internationaux tels que

Plus en détail

Groupe de rapporteurs sur la coopération juridique (GR-J), réunion du 7 octobre 2014

Groupe de rapporteurs sur la coopération juridique (GR-J), réunion du 7 octobre 2014 M. Jean-Philippe WALTER 1 Président du Comité consultatif de la Convention pour la protection des personnes à l égard du traitement automatisé des données à caractère personnel Conseil de l Europe 67075

Plus en détail

Cadre juridique de la Protection des Données à caractère Personnel

Cadre juridique de la Protection des Données à caractère Personnel Cadre juridique de la Protection des Données à caractère Personnel Souad El Kohen-Sbata Membre de la CNDP de développement -CGEM- Cadre Juridique de la protection des données personnelles au Maroc: Plan

Plus en détail

Présentation générale du Manuel De Procédures de l Agence de Développement Social

Présentation générale du Manuel De Procédures de l Agence de Développement Social Présentation générale du Manuel De Procédures de l Agence de Développement Social 1 Page sur 5 1. PRESENTATION DU MANUEL DE PROCEDURES... 3 2. STRUCTURE DU MANUEL DE PROCEDURES... 3 Fenêtre 1 : Structure

Plus en détail

Strasbourg, le 7 mai 2013 PC-OC (2013)07 [PC-OC/Documents 2013/ projet OJ1F] http://www.coe.int/tcj/

Strasbourg, le 7 mai 2013 PC-OC (2013)07 [PC-OC/Documents 2013/ projet OJ1F] http://www.coe.int/tcj/ Strasbourg, le 7 mai 2013 PC-OC (2013)07 [PC-OC/Documents 2013/ projet OJ1F] http://www.coe.int/tcj/ COMITÉ EUROPÉEN POUR LES PROBLÈMES CRIMINELS (CDPC) COMMITÉ D EXPERTS SUR LE FONCTIONNEMENT DES CONVENTIONS

Plus en détail

L évaluation du climat des affaires au Maroc

L évaluation du climat des affaires au Maroc L évaluation du climat des affaires au Maroc Conférence sur le lancement de la publication de l OCDE Maroc : stratégie de développement du climat des affaires AGENDA Organisée par Le Programme MENA-OCDE

Plus en détail

Troisième Cycle d Evaluation

Troisième Cycle d Evaluation Adoption: 22 mars 2013 Publication: 26 novembre 2013 Public Greco RC-III (2013) 3F Troisième Cycle d Evaluation Deuxième Rapport de Conformité sur la France «Incriminations (STE 173 et 191, PD 2)» * *

Plus en détail

L expérience du Maroc dans le processus d adoption des normes comptables internationales IAS/IFRS

L expérience du Maroc dans le processus d adoption des normes comptables internationales IAS/IFRS ROYAUME DU MAROC Ministère de l Economie et des Finances Direction des Entreprises Publiques et de la Privatisation L expérience du Maroc dans le processus d adoption des normes comptables internationales

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Grille d analyse relative au droit d accès à l information en Tunisie

Grille d analyse relative au droit d accès à l information en Tunisie Grille d analyse relative au droit d accès à l information en Tunisie Abdelkrim Hizaoui Introduction : le cadre politique tunisien La Tunisie est une république à régime politique présidentiel, soutenu

Plus en détail

STATUTS. de l ASSOCIATION ACTUARIELLE EUROPÉENNE

STATUTS. de l ASSOCIATION ACTUARIELLE EUROPÉENNE ACTUARIAL ASSOCIATION OF EUROPE ASSOCIATION ACTUARIELLE EUROPÉENNE 4 PLACE DU SAMEDI B 1000 BRUSSELS, BELGIUM TEL: (+32) 22 17 01 21 FAX: (+32) 27 92 46 48 E MAIL: info@actuary.eu WEB: www.actuary.eu STATUTS

Plus en détail

RESOLUTION. Objet : Adoption des normes universelles visant à lutter contre la corruption au sein des forces/services de police

RESOLUTION. Objet : Adoption des normes universelles visant à lutter contre la corruption au sein des forces/services de police Page 1 RESOLUTION Objet : Adoption des normes universelles visant à lutter contre la corruption au sein des forces/services de police L Assemblée générale de l O.I.P.C.-Interpol, réunie en sa 71 ème session

Plus en détail

Pour un sport sain et propre La Convention contre le dopage

Pour un sport sain et propre La Convention contre le dopage Pour un sport sain et propre La Convention contre le dopage Pourquoi une Convention contre le dopage sous l égide du Conseil de l Europe? Pour le Conseil de l Europe, le sport est une force d intégration

Plus en détail

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Première réunion 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Description: Ce document constitue les termes de référence du réseau régional pour la conformité et lʹapplication

Plus en détail

Encourager les systèmes de pensions complémentaires

Encourager les systèmes de pensions complémentaires Conférence de presse Luxembourg, le 25 septembre 2013 Le secteur financier constitue la pierre angulaire de l économie luxembourgeoise. Il doit cependant faire face à de nombreux défis. Par conséquent,

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)7 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2007-01 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Séance du 6 juillet 2007 Lors de la séance du

Plus en détail

Fiche de jumelage léger

Fiche de jumelage léger Financé par l Union Européenne ROYAUME DU MAROC Programme «REUSSIR LE STATUT AVANCE» Projet n ENPI/2011/022-778 Renforcer la protection des données à caractère personnel au Maroc Fiche de jumelage léger

Plus en détail

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010)

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) 1 ère année UE 1 GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE niveau M : 180 heures 20 ECTS coefficient

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 17 mai 2004 MONEYVAL (2004)5 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

Ordre du jour provisoire annoté et projet d organisation des travaux

Ordre du jour provisoire annoté et projet d organisation des travaux Nations Unies A/AC.260/1 Assemblée générale Distr.: Générale 25 juin 2001 Français Original: Anglais Réunion du Groupe intergouvernemental d experts à composition non limitée chargé d élaborer un projet

Plus en détail

1- Organisation des services de la Comptabilité

1- Organisation des services de la Comptabilité 1 04 Février 2013 2 3 1- Organisation des services de la Comptabilité Les services de la comptabilité comportent : La DGC composée de 05 Directions et d une inspection; L Agence Centrale Comptable du Trésor;

Plus en détail

I. Nom, siège, objet, durée et origine

I. Nom, siège, objet, durée et origine Statuts du CLAE Comité de Liaison des Associations d étrangers approuvés par l Assemblée Générale Extraordinaire du 10 octobre 2005 I. Nom, siège, objet, durée et origine Article 1 er Le Comité de Liaison

Plus en détail

Constitutions d'europe centrale, orientale et balte

Constitutions d'europe centrale, orientale et balte Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1995), «Constitutions d'europe centrale, orientale et balte», Documents SIGMA, No. 2, Éditions OCDE. http://dx.doi.org/10.1787/5kml6gc7k4jj-fr

Plus en détail

Mise à jour : septembre 2011. Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes

Mise à jour : septembre 2011. Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes Mise à jour : septembre 2011 Chapitre 19 L évaluation du Bureau de l audit interne et la reddition de comptes Table des matières 1. L évaluation de la performance... 1 2. Les mécanismes d évaluation...

Plus en détail

SECURITÉ INFORMATIQUE & PROTECTION DES DONNÉES PERSONNELLES

SECURITÉ INFORMATIQUE & PROTECTION DES DONNÉES PERSONNELLES L a s é c u r i t é i n f o r m a t i q u e a u s e r v i c e d e l É c o n o m i e N u m é r i q u e Jeudi 27 Août 2015 Hôtel Carthage Thalasso, Gammarth, Tunis SECURITÉ INFORMATIQUE & PROTECTION DES

Plus en détail

Evaluation Ex-post de Projets La Pratique de la Banque Mondiale

Evaluation Ex-post de Projets La Pratique de la Banque Mondiale Evaluation Ex-post de Projets La Pratique de la Banque Mondiale Michel BELLIER CGEDD 24 juin 2015 http://www.cgedd.developpement-durable.gouv.fr Définitions L évaluation des impacts est la détermination

Plus en détail

Académie de formation pour des jeunes professionnels de la région du Sud de la Méditerranée sur la gouvernance démocratique

Académie de formation pour des jeunes professionnels de la région du Sud de la Méditerranée sur la gouvernance démocratique Académie de formation pour des jeunes professionnels de la région du Sud de la Méditerranée sur la gouvernance démocratique 5 au 13 avril 2014 L Académie de formation est un projet pilote qui s adresse

Plus en détail

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE

DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2. Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE DÉLÉGATION FRANÇAISE À L'ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L OSCE COMPTE RENDU N 2 Mercredi 23 février 2005 (Séance de 11 heures) SOMMAIRE page Audition de M. Yves Doutriaux, Ambassadeur de France auprès de l

Plus en détail

Corruption: définition, causes et conséquences

Corruption: définition, causes et conséquences Formation multidisciplinaire à l attention des avocats et auxiliaires de justice en matière de détection de la corruption et des conflits d intérêt Corruption: définition, causes et conséquences Tunis

Plus en détail

Rapport du Comité d audit

Rapport du Comité d audit Cote du document: EB 2008/94/R.34 Point de l ordre du jour: 16 b) i) Date: 19 août 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport du Comité d audit Conseil d administration Quatre-vingt-quatorzième

Plus en détail

Fédération Internationale des chambres Consulaires & de commerce d'afrique FICHE DE POSTE

Fédération Internationale des chambres Consulaires & de commerce d'afrique FICHE DE POSTE ! Fédération Internationale des chambres Consulaires & de commerce d'afrique FICHE DE POSTE Nom : Virginie TICHA Fonction : Expert en Bonne Gouvernance de projets La bonne gouvernance constitue l un des

Plus en détail

PROJET DE REGLEMENT GRAND-DUCAL. ayant pour objet l'organisation de l'inspection du Travail et des Mines (ITM).

PROJET DE REGLEMENT GRAND-DUCAL. ayant pour objet l'organisation de l'inspection du Travail et des Mines (ITM). PROJET DE REGLEMENT GRAND-DUCAL Deleted: AVANT-P ayant pour objet l'organisation de l'inspection du Travail et des Mines (ITM). Nous HENRI, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau ; Vu l article L. 613-5

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

Le projet de club Business Angels A3 :

Le projet de club Business Angels A3 : Le projet de club Business Angels A3 : Un club d investissement et coaching des start-ups autour de l EPFL a été approuvé lors de l assemblée générale et le Comite de l A3 en Novembre 2008.avec les objectifs

Plus en détail

Les frontières de l UE et ses futurs élargissements

Les frontières de l UE et ses futurs élargissements ANALYSE 2008 Les frontières de l UE et ses futurs élargissements Publié avec le soutien du service de l éducation permanente de la Communauté française Pax Christi Wallonie-Bruxelles Les Frontières de

Plus en détail

EUROMED JUSTICE II. AGENDA 30 juin 2008. 09h30 10h00 Message d'ouverture, Marcus CORNARO, Directeur, EuropeAid Direction A

EUROMED JUSTICE II. AGENDA 30 juin 2008. 09h30 10h00 Message d'ouverture, Marcus CORNARO, Directeur, EuropeAid Direction A Projet financé par l Union européenne EUROMED JUSTICE II CONFÉRENCE D'OUVERTURE Centre Albert Borschette Salle de réunion AB 3B 36, rue Froissart 1049 Bruxelles Le 30 juin 2008, de 09h00 à 17h00 AGENDA

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ D AUDIT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la qualité et l intégrité de l information financière de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Assurer

Plus en détail

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée

Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Nations Unies CTOC/COP/WG.3/2010/1 Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée Distr. générale 1 er avril 2011 Français Original: anglais Rapport

Plus en détail

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Luxembourg REGLEMENT SUR LE CONTROLE CONFRATERNEL

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Luxembourg REGLEMENT SUR LE CONTROLE CONFRATERNEL ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Luxembourg REGLEMENT SUR LE CONTROLE CONFRATERNEL INDEX 1. INTRODUCTION Page 2 1.1 Base légale 1.2. Objectifs 2. CHAMP D APPLICATION Page 3 3. METHODOLOGIE Page 3 3.1 Contrôle

Plus en détail

OPEN-ENDED INTERGOVERNMENTAL WORKING GROP ON THE PREVENTION OF CORRUPTION ARTICLE 7 UNCAC

OPEN-ENDED INTERGOVERNMENTAL WORKING GROP ON THE PREVENTION OF CORRUPTION ARTICLE 7 UNCAC FRANCE (FIFTH SESSION) Organisation des Nations Unies contre la Drogue et le Crime Informations en vue de la quatrième réunion intersessions du Groupe de travail sur la prévention de la corruption (8-10

Plus en détail

Actualisation du mandat du Comité Directeur du patrimoine culturel (CDPAT) Observations du Secrétariat

Actualisation du mandat du Comité Directeur du patrimoine culturel (CDPAT) Observations du Secrétariat Délégués des Ministres / Groupes de rapporteurs GR-C Groupe de rapporteurs sur l'education, la Culture, le Sport, la Jeunesse et l Environnement GR-C(2007) 2007 1 Actualisation du mandat du Comité Directeur

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/2002/1445/Add.1

Conseil de sécurité. Nations Unies S/2002/1445/Add.1 Nations Unies S/2002/1445/Add.1 Conseil de sécurité Distr. générale 6 octobre 2003 Français Original: anglais Lettre datée du 2 octobre 2003, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Président

Plus en détail

I. PRESENTATION DE LA CHAIRE

I. PRESENTATION DE LA CHAIRE PANEL 6 LES CENTRES ET ECOLES DE FORMATION EN ADMINISTRATION ELECTORALE DANS L ESPACE FRANCOPHONE LA CHAIRE UNESCO DES DROITS DE LA PERSONNE ET DE LA DEMOCRATIE UNIVERSITE D ABOMEY-CALAVI (BENIN) PAR NOEL

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention d entraide judiciaire en matière pénale entre le Gouvernement de la République

Plus en détail

Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014

Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Consultation sur le projet de mise à jour des indicateurs PEFA, 7 août 2014 Madame, Monsieur Le Programme «Dépenses publiques et Responsabilité financière» (PEFA), lancé en 2001, a mis en place un cadre

Plus en détail

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational

Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Soutien au Processus de Rabat sur la Migration et le Développement Réunion d experts sur les droits sociaux des migrants et leur portabilité dans un cadre transnational Rabat, (Maroc) 31 mars 1er avril

Plus en détail

DOSSIERS TRANSMIS EN LIEN AVEC LA CORRUPTION

DOSSIERS TRANSMIS EN LIEN AVEC LA CORRUPTION CTIF-CFI DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NLcorruption version3 03/05/2007 DOSSIERS

Plus en détail

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION

INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION INFORMATION SUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION A MADAGASCAR ET SES PROPOSITIONS SUR LES PRATIQUES OPTIMALES POUR LUTTER CONTRE LA CORUPTION (En application du paragraphe 2 sur la Résolution 1/8 relative

Plus en détail

Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007

Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007 Développement de la Carte Bancaire Rôle des Banques Centrales Rencontre Technique - UBM Tunis, 8-9 février 2007 RAZKI MOUNIR Direction des Opérations Monétaires et des Changes Banque Centrale du Maroc

Plus en détail

Evaluation du dispositif LBC/FT Manuel à l intention des pays et des évaluateurs

Evaluation du dispositif LBC/FT Manuel à l intention des pays et des évaluateurs Financial Action Task Force Groupe d action financière GAFI Document de référence Evaluation du dispositif LBC/FT Manuel à l intention des pays et des évaluateurs Février 2009 LE GROUPE D ACTION FINANCIERE

Plus en détail

CONSEIL CONSULTATIF DES PROCUREURS EUROPEENS (CCPE)

CONSEIL CONSULTATIF DES PROCUREURS EUROPEENS (CCPE) Strasbourg, 7 février 2012 CCPE(2011)7 CONSEIL CONSULTATIF DES PROCUREURS EUROPEENS (CCPE) Questionnaire en vue de l élaboration de l Avis n o 7 sur la gestion des moyens des ministères publics 1 SECTION

Plus en détail

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies?

Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Blanchiment d argent : fin de l anonymat des bénéficiaires de sociétés et de fiducies? Chantal CUTAJAR Présidente de l OCTFI Directrice du GRASCO (Université de Strasbourg) La Commission des affaires économiques

Plus en détail

Avis de l AFMPS en fonction des procédures de demande d études cliniques ou les autorisations de mise sur le marché

Avis de l AFMPS en fonction des procédures de demande d études cliniques ou les autorisations de mise sur le marché DG Pre Autorisation Agence fédérale des médicaments et des produits de santé Eurostation II Place Victor Horta 40/40 1060 Bruxelles www.afmps.be Avis de l AFMPS en fonction des procédures de demande d

Plus en détail

CAC/COSP/IRG/2011/CRP.13

CAC/COSP/IRG/2011/CRP.13 24 octobre 2011 Uniquement en français Groupe d examen de l application Poursuite de la reprise de la deuxième session Marrakech (Maroc), 25 octobre 2011 Résumé analytique: Rapport de la France Système

Plus en détail

Votez non à l accord d entraide judiciaire entre la France et le Maroc

Votez non à l accord d entraide judiciaire entre la France et le Maroc Votez non à l accord d entraide judiciaire entre la France et le Maroc Un Protocole entre la France et le Maroc en matière d entraide judiciaire vient d être déposé pour examen à l Assemblée Nationale.

Plus en détail

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Synthèse de quelques éléments d observation Marc Thiébaud Septembre 2002 Remarque préliminaire Cette synthèse

Plus en détail

Compte Rendu Réunion EHP

Compte Rendu Réunion EHP Compte Rendu Réunion EHP 16 juin 2015 Compte Rendu Réunion EHP 1 Points inscrits à l ordre du jour : 1. Approbation de la Note sur Diffa 2. Gestion Inter Agences / organisations de l'information Humanitaire

Plus en détail

Coordination Europe pour la Restauration De la Démocratie au Niger CERDN- Rue Vandermeersch 6, 1030 Bruxelles-Belgique Tél Fax +32 26 14 64 15

Coordination Europe pour la Restauration De la Démocratie au Niger CERDN- Rue Vandermeersch 6, 1030 Bruxelles-Belgique Tél Fax +32 26 14 64 15 Coordination Europe pour la Restauration De la Démocratie au Niger CERDN- Rue Vandermeersch 6, 1030 Bruxelles-Belgique Tél Fax +32 26 14 64 15 STATUTS Septembre 2009 1 PREAMBULE Les adhérents aux présents

Plus en détail

M I N I S T È R E D E L A J U S T I C E

M I N I S T È R E D E L A J U S T I C E R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E M I N I S T È R E D E L A J U S T I C E DIRECTION DES AFFAIRES CRIMINELLES ET DES GRÂCES SOUS DIRECTION DES AFFAIRES ÉCONOMIQUES ET FINANCIÈRES Paris, le 3 juillet

Plus en détail

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris

La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun. Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La fraude fiscale : Une procédure pénale dérogatoire au droit commun Par Roman Pinösch Avocat au barreau de Paris La volonté affichée au printemps 2013 par le Président de la République d intensifier la

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale.

Le terrorisme et les groups de criminalité organisée présentent tous deux des menaces sérieuses pour la sécurité nationale et globale. Strasbourg, 2 mai 2014 CODEXTER (2014) 5 COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE TERRORISME ET LE CRIME ORGANISE

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Création d'un espace de dialogue pour les Organisations de la société civile et les Autorités locales: Le Forum politique pour le développement

Création d'un espace de dialogue pour les Organisations de la société civile et les Autorités locales: Le Forum politique pour le développement DOCUMENT DE TRAVAIL Création d'un espace de dialogue pour les Organisations de la société civile et les Autorités locales: Le Forum politique pour le développement Le présent document propose la mise en

Plus en détail

CHAPITRE 6 PROTECTION STATUTAIRE ET ASSURANCE GROUPE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE

CHAPITRE 6 PROTECTION STATUTAIRE ET ASSURANCE GROUPE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE CHAPITRE 6 PROTECTION STATUTAIRE ET ASSURANCE GROUPE Textes applicables : Article 11 de l ordonnance n 58-1270 du 22 décembre 1958 portant loi organique relative au statut de la magistrature ; Article

Plus en détail

COMITÉ D EXPERTS SUR L ÉVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DES CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME MONEYVAL

COMITÉ D EXPERTS SUR L ÉVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DES CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME MONEYVAL Strasbourg, 17 avril 2015 MONEYVAL(2014)36REV1 COMITÉ D EXPERTS SUR L ÉVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DES CAPITAUX ET LE FINANCEMENT DU TERRORISME MONEYVAL RÈGLES DE PROCÉDURE POUR

Plus en détail

Programme Provisoire

Programme Provisoire DDCP-YD/JP - South (2014) 7(rev) Strasbourg, le 25 novembre2014 La Participation Démocratique des Jeunes - Droits et pratiques - Conférence régionale d évaluation et consolidation du projet de formation

Plus en détail

L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes

L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes Les engagements de la Belgique La loi sur la coopération internationale de 1999 institue l égalité

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Guide des contrôles périodiques

Guide des contrôles périodiques Guide des contrôles périodiques 2 Guide des contrôles périodiques Le Haut Conseil du commissariat aux comptes a adopté le présent guide des contrôles périodiques le 12 juillet 2012 (décision 2012-02).

Plus en détail

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE 3 UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE Proposition de Michele Patterson, Présidente, juin 2008 Introduction

Plus en détail

N 766 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011. Enregistré à la Présidence du Sénat le 13 juillet 2011 PROJET DE LOI PRÉSENTÉ

N 766 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011. Enregistré à la Présidence du Sénat le 13 juillet 2011 PROJET DE LOI PRÉSENTÉ N 766 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 13 juillet 2011 PROJET DE LOI ratifiant l ordonnance n 2011-398 du 14 avril 2011 portant transposition de la directive

Plus en détail

La mobilité. Une évidence. Journée internationale, IFSI Virginie Olivier

La mobilité. Une évidence. Journée internationale, IFSI Virginie Olivier La mobilité Une évidence. 1 Le cursus en soins infirmiers en Belgique Les 2 filières L enseignement supérieur en Belgique Les challenges pour le futur Présentation de la Haute Ecole Namur-Liège-Luxembourg

Plus en détail

Big Data et protection des données personnelles et de la vie privée dans le secteur des assurances au Maroc

Big Data et protection des données personnelles et de la vie privée dans le secteur des assurances au Maroc Big Data et protection des données personnelles et de la vie privée dans le secteur des assurances au Maroc M. Saïd IHRAI, Président de la CNDP FMSAR, Casablanca 15 Avril 2015 SOMMAIRE I. La protection

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2009. Le Comité d experts sur l évaluation des mesures de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme

RAPPORT ANNUEL 2009. Le Comité d experts sur l évaluation des mesures de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme ID 9924 Le Comité d experts sur l évaluation des mesures de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme MONEYVAL RAPPORT ANNUEL 2009 http://www.coe.int/moneyval MONEYVAL (2010)

Plus en détail

Statuts du M.J.S. Saint- Ghislain Adoptés le

Statuts du M.J.S. Saint- Ghislain Adoptés le Statuts du M.J.S. Saint- Ghislain Adoptés le Section locale de Saint-Ghislain faisant partie de la Fédération du M.J.S. Mons-Borinage et sous le patronage du Mouvement des Jeunes Socialistes A.S.B.L. 1

Plus en détail