L alphabétisation numérique et les produits bancaires ou l automatisation des clients : quel est l impact pour les agences bancaires?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L alphabétisation numérique et les produits bancaires ou l automatisation des clients : quel est l impact pour les agences bancaires?"

Transcription

1 L alphabétisation numérique et les produits bancaires ou l automatisation des clients : quel est l impact pour les agences bancaires? Introduction : Évolution des nouvelles technologies Les nouvelles technologies ne sont pas récentes. En effet, si on considère l Internet, son utilisation remonte en 1969 quand l US Air Force a demandé à un groupe de chercheurs de mettre en place un réseau de communication militaire afin de lutter contre les communistes et une éventuelle attaque nucléaire. Après une évolution assez progressive, au cours des années nonante, Internet se découvre une vocation plus commerciale et de nombreuses entreprises commencent à l utiliser comme vitrine commerciale. Depuis ces nouvelles technologies ont fait du chemin et ont envahi la vie de chaque personne. «D après la dernière Belgian Internet Mapping de InSites Consulting (publiée en avril 2002), la Belgique compte actuellement internautes réguliers, à savoir des personnes de plus de 15 ans habitant le territoire belge et utilisant au moins une fois par mois l Internet pour surfer (et donc pas uniquement pour le courriel). Ceci revient à une augmentation de pas moins de 16 % par rapport à l automne 2001.» 1 Quelques chiffres : (Enquête réalisée fin 2000) 2-44 % des belges ont la possibilité de surfer soit au domicile ou à l école ou au travail % des belges possèdent un accès à Internet mais ne l utilisent pas personnes disposent d un accès à Internet dont 20 % au domicile, 10 % au travail, 7 % à l université ou à l école. 1 : «La Belgique compte 3,2 millions d internautes réguliers.» 2 «Données factuelles et chiffres-clés » Daniela SILVESTRINI Année académique

2 - 21 % des internautes se connectent tous les jours, 17 % quasiment tous les jours, 21 % souvent, 25 % parfois, 16 % rarement. Les sites les plus visités sont : - les moteurs de recherches 52 % - les sites de discussion en ligne ou chats 28 % - les sites d entreprises 27 % - les sites de magazines 19 % - les sites officiels des gouvernements 18 % - les sites emploi et RH 16 % - les sites des banques 16 % Daniela SILVESTRINI Année académique

3 I) L alphabétisation numérique L alphabétisation : Depuis toujours, l alphabétisation traditionnelle a eu comme mission de conduire l être humain à accroître ses facultés par l acquisition d habiletés à l écoute, d expression orale, de lecture, d écriture et de calculs. Cependant, l alphabétisation traditionnelle telle qu elle a toujours été utilisée au moyen de l écriture et de la lecture doit être de nos jours complétée par l accès à de nouvelles technologies de l information et de la communication principalement par voie informatique. Ce nouveau besoin est dû à plusieurs facteurs : - l activité économique qui tend à délaisser les méthodes traditionnelles au profit du cyberespace. - l informatique accélère les processus de communication et d information et apporte une tendance à la mondialisation. - la médiation technologique est un des facteurs-clé de la compétitivité entre les entreprises. La numérisation : Définition : La numérisation est la rencontre entre de nombreux langages : les langages sonores, visuels, linguistiques et spatiaux qui ont donné naissance à un nouvel univers : l univers multimédia. La numérisation a également permis une rencontre entre différents médias et moyens de transmission émergence des médias hybrides. C est pourquoi, de nos jours, les supports traditionnels perdent de leur importance. Cependant, ce phénomène requiert de nouvelles connaissances et compétences, de nouveaux modes de réflexion et d action et de nouvelles formes de relations au sein de la société. C est donc à ce stade qu intervient l alphabétisation numérique. L alphabétisation numérique est donc un processus qui concerne 4 dimensions : Daniela SILVESTRINI Année académique

4 - Une dimension opérationnelle : l homme doit aujourd hui être capable d utiliser un ordinateur. - Une dimension sémiotique : il doit également être capable d utiliser le langage du nouvel univers multimédia. - Une dimension culturelle : il s agit d un nouvel environnement intellectuel pour la société. - Une dimension civique : il est impératif d avoir un nouveau répertoire de devoirs et de droits relatifs à ce nouveau contexte technologique. Daniela SILVESTRINI Année académique

5 II) Présentation des nouveaux moyens mis à la disposition des clients : Depuis de nombreuses années, les banques avaient déjà instauré divers moyens permettant à leurs clients d acquérir une certaine liberté quant à leurs transactions financières. C est ainsi qu ont également été mis en place d autres systèmes tels que le Selfbanking ou les ATM ou le Phone Banking, que nous allons brièvement définir avant de nous attarder plus longuement sur la banque via Internet : 1) Le Selfbanking: il s agit d un environnement bancaire local propre à chaque agence comprenant un ou plusieurs terminaux bancaires privatifs et éventuellement d autres services tels qu une boîte à correspondance, un coffre de nuit permettant aux sociétés de venir déposer de l argent,... Souvent installés près d une agence du même nom, il s agit en fait de réels guichets électroniques qui permettent aux clients de réaliser un certain nombre d opérations tels que vérifier l état de leurs comptes, exécuter des virements ou des transferts entre comptes, et surtout de prélever de l argent cash sans devoir se rendre à un guichet bancaire et risquer une file d attente. Les montants pouvant être retirés varient d une banque à l autre et sont souvent compris entre 250 et 625 par jour et entre 1250 et 2500 par semaine. Les opérations réalisées via le Self sont en général gratuites. Le client doit cependant payer chaque année un petit montant pour sa carte bancaire. Certains comptes bancaires comprennent parfois le prix de la carte. 2) Les ATM : Un ATM ou Automated Teller Machine est un guichet automatique pouvant être situé en façade des banques mais également dans un sas. Il permet des retraits en monnaies locales mais ses fonctions dépendent des réseaux auxquels cet ATM est raccordé, du pays au sein duquel il se trouve et du type de carte présentée. Au niveau national, on trouve un ensemble d ATM et d infrastructures informatiques et télécommunication, géré par un opérateur agissant au plan national tel la S.A. Banksys. de Daniela SILVESTRINI Année académique

6 Sur le plan international, on compte plus un million d ATM à travers le monde. Des accords bilatéraux sont alors parfois passés entre réseaux des différents pays pour ouvrir mutuellement les ATM aux clients. C est ainsi qu il existe différents réseaux internationaux tels Maestro, Visa/Mastercard, American Express, 3) La banque par téléphone ou le Phonebanking : Les banques mettent aussi à disposition des clients n ayant pas Internet ou en complément de leur banque via Internet un service bancaire via téléphone. Pour utiliser ce service, il suffit de posséder un téléphone à touches et de signer un contrat particulier auprès d une institution bancaire. Le client appelle via un numéro de téléphone donné et tombe sur un récepteur vocal qui lui explique la marche à suivre. Ce service comprend également deux niveaux : - un serveur vocal accessible 24h/24 et 7jours/7 au moyen duquel le client peut consulter ses comptes et effectuer ses transactions bancaires. Les opérations possibles sont à peu près identiques dans toutes les banques : possibilité de consulter les soldes des comptes et les dernières opérations, effectuer des transferts entre ses propres comptes et des virements vers d autres comptes, - Un centrale d appel téléphonique ouverte sur des plages horaires plus larges que celle des agences et permettant d être directement en ligne avec un conseiller de la banque qui peut soit donner un conseil, soit répondre à une question ou exécuter certaines opérations. Au niveau du tarif, le Phonebanking est toujours gratuit. Néanmoins, le client doit payer ses appels téléphoniques. En effet, aucune banque n offre de numéro vert (0800) pour son service Phonebanking. Les appels sont facturés au tarif zonal sauf chez Argenta, la Banque de La Poste et Citibank. Le numéro d appel de ces dernières est relié au préfixe 03 ou 02 et le client paye donc ses communications au tarif inter zonal si il n habite pas Anvers ou Bruxelles. De plus, la durée de la communication pour un client ordinaire peut fortement varier d une banque à l autre pour une même opération. Daniela SILVESTRINI Année académique

7 Mais, l entrée fulgurante d Internet sur le marché n a pas échappé aux banques qui proposent actuellement différents moyens aux clients pour effectuer leurs opérations bancaires via ce nouveau réseau : E-banking : Définition : L E-banking ou encore le (Inter) net Banking, Web Banking ou Online Banking signifie «La banque sur Internet». Tous ces termes désignent l utilisation de l Internet par une institution financière en vue d offrir à ses clients une gamme de services bancaires plus ou moins larges, allant de la simple vitrine commerciale à la gestion à distance de transactions financières. 3 Au départ, les banques ont commencé par offrir simplement sur Internet un site qui servait avant tout de galerie commerciale, les produits et services étant présentés et commentés. Mais la principale faculté d Internet, outre d être un véritable canal d informations, est surtout d être un outil interactif. Ce qui n a pas échappé aux banques. C est alors qu ont vu le jour vers les premiers sites transactionnels avant de connaître un véritable essor dans les années 2000 avec l augmentation progressive des internautes. Les cinq premières banques à avoir proposé aux particuliers la possibilité de faire des transactions via Internet sont : - la banque CERA - la banque ANHYP - la Générale de Banque - la banque IPPA - Le Crédit Professionnel De nos jours, la plupart des banques proposent à leur clientèle un site transactionnel. Exemples : https://www.fortisbanking.be 4, 3 MEUNIER V., «Etude comparative des facteurs influençant l utilisation de L E-banking en Belgique et en Scandinavie», Première partie : L impact de l E-Banking sur la banque et les consommateurs, Chapitre 1 : Définition et bref historique, p. 5 4 Le «s» signifie que le client se trouve sur un site sécurisé. Daniela SILVESTRINI Année académique

8 La banque en ligne : Le PCbanking ou Netbanking : A l aide des ces deux systèmes, le client peut réaliser ses opérations directement de chez lui via son ordinateur. De nos jours, toutes les banques proposent à leurs clients un service bancaire via Internet. L internaute peut via un site sécurisé consulter ses comptes, gérer ses différents comptes, passer des virements nationaux ou internationaux, effectuer des opérations boursières, Il existe deux formules : - le PCbanking : ce système nécessite un programme spécial fourni par la banque qui, une fois installé, s avère en général très simple pour une personne un tant soit peu familiarisée avec l informatique. Les données sont transmises par un modem. - Le Netbanking : Les données sont ici transmises via Internet. Le client doit donc disposer d un ordinateur et d un modem ainsi que d une connexion Internet. Les formules proposées varient d une banque à l autre : certaines mettent à la disposition du client les deux systèmes tandis que certaines autres ne proposent qu un des systèmes. L avantage de ce service par rapport au Phonebanking réside principalement dans le fait que les montants pouvant être transférés sont beaucoup plus élevés : ils peuvent varier d un montant de 2500 à un montant de (voir même à un montant illimité s il s agit de clients d une même banque). Les principaux avantages de ces services sont la disponibilité du service (24h/24 et 7jours/7), un accès au catalogue des produits complet, un gain de temps en évitant les files d attente aux guichets. D une banque à l autre, les moyens visant à sécuriser les informations et opérations peuvent varier : la sécurité du PCbanking et du Netbanking est assurée soit via à un mot (ou deux) de passe confidentiel nécessaire pour accéder aux comptes, soit via le cryptage des données ou grâce à un système de digipass. Le digipass est un petit appareil dont l utilisation est fort simple : le client reçoit avec son digipass un code secret. Au moment d effectuer des opérations, il introduit son code dans le Daniela SILVESTRINI Année académique

9 digipass qui livre alors en réponse un autre code permettant d accéder aux services PCbanking ou Netbanking et Phonebanking. Le digipass donne ainsi un code d accès différent à chaque fois. (Certaines banques demandent même au client de changer le premier code reçu pour un code personnel afin de totalement sécuriser le service). Néanmoins, la banque en ligne a un coût qui peut varier d une banque à l autre pour un service différent. En général, les banques prélèvent un abonnement annuel ou mensuel pour ce service. Cependant, le coût de ce service est parfois inclus dans le prix d un compte à forfait. Le compte alors appelé «package» comprend un certain nombre de services différents. Outre l abonnement, certaines banques font payer le digipass nécessaire. Test-achats a réalisé une enquête auprès de ses abonnés. Il en résulte que seuls les systèmes proposés par Argenta et la BBL ont occasionné plus de commentaires positifs. 5 5 F. DOMONT-NAERT F., VANHEE N., «Gérer ses comptes depuis son PC», Test-Achats, Budget et droits, Juillet/Août 2003, n 163, p. 13 Daniela SILVESTRINI Année académique

10 Connexion Absence de certaines fonctions Convivialité Profonde modification du produit Coût Installation Vérification des opérations Disponibilité du helpdesk Petites adaptations du programme Sécurité Mot de passe Compétence du helpdesk Délais d'exécution Opérations boursières 0 % Possibilité de travailler hors connexion Daniela SILVESTRINI Année académique

11 En résumé, Selbanking ATM Banque en ligne Phonebanking + - gratuité - possibilité de retraits - possibilité de garder une trace des opérations - possibilité d effectuer des retraits dans une autre agence - possibilité de recharge des cartes GSM - montant max transférable élevé - pas besoin de se déplacer - possibilité de garder une trace - pas besoin de matériel spécial - pas besoin de se déplacer - pas d abonnement à payer - possibilité de parler à un opérateur - - nécessité de se déplacer - parfois risque de files - leur nombre parfois trop limité près des centres commerciaux - prix de l abonnement parfois élevé - prix du digipass - pour le Netbanking, risques dus à la circulation des informations sur le Web - on ne «voit» pas ce que l on fait - pas de trace écrite des opérations - coûts des communications Daniela SILVESTRINI Année académique

12 III) Évolution du secteur bancaire et nouvelles technologies Les banques tentent aujourd hui de convertir un maximum de clients à effectuer leurs opérations via les divers canaux proposés. Les cibles auxquelles elles souhaitent s adresser varient fortement et elles utilisent différents moyens de persuasion : des démos, des mailings, des incitants financiers (le fait d exécuter une opération soi-même revient moins cher ou est gratuit). Cependant, les réactions de consommateurs sont souvent très diverses suivant le milieu social, l âge de la personne concernée, les attentes, On voit même apparaître progressivement des banques uniquement virtuelles. L intérêt réside dans le fait que les coûts sont diminués de moitié par rapport à une banque traditionnelle. Cependant, ces nouvelles banques doivent faire face à un problème bien plus difficile à gérer : elles doivent arriver à se faire une place au milieu de grandes banques déjà établies et se créer une image valorisante. La concurrence est donc rude pour elles. Un autre facteur est également la confiance du consommateur dans son banquier. En effet, il n est pas si aisé de confier son argent dans ce type de banque. Force est donc de constater que la banque en ligne ne crée pas encore de nouveaux types de consommateurs mais peut néanmoins rendre bien des services. Elle offre une large palette de possibilité en évitant au consommateur de devoir se déplacer. On a de plus assisté ces dernières années à de grandes modifications dans le paysage bancaire. D importantes institutions se sont vues rachetées ou alors ont fusionné. La banque de proximité a donc laissé sa place à de grosses enseignes mondialement connues. Quelques exemples : - Dexia Banque : Dexia Banque provient de la fusion entre le Crédit communal et le Crédit Local de France et a ensuite absorbé d autres banques telles que Dexia, Bacob, Artesia, Eural, - Fortis Banque : Fortis Banque est née de la fusion entre AMEV/VSB et AG Groupe avant d intégrer la CGER et la Générale de banque. Daniela SILVESTRINI Année académique

13 - ING Belgique : La BBL fait désormais partie du groupe néerlandais ING et a, de ce fait, prit son nom. Dans un tel environnement concurrentiel et incertain, la banque en ligne crée une réelle valeur ajoutée pour la banque qui la propose. Elle confère à cette dernière l image d une banque moderne et accessible et tend à fidéliser la clientèle en diminuant les coûts. Il y a cependant plusieurs risques dans l évolution des nouvelles technologies : - une baisse de la fréquentation des agences. - des conséquences sociales telles que la diminution du nombre des agences. Toutes ses modifications incitent à se poser une question : les guichets des agences sont-ils en voie d extinction et quel sera désormais le rôle du personnel au sein des agences bancaires? 1) L utilité des guichets en agence et le rôle des conseillers La banque : définition : «Une banque est un établissement privé ou public qui facilite les paiements des particuliers ou des entreprises, avance et reçoit des fonds et gère des moyens de paiements.» 6 L agence bancaire est un lieu ouvert au public, contrairement aux sièges des différentes banques, où chaque client peut se rendre afin de réaliser des opérations bancaires. Au sein même de l agence, on distingue plusieurs lieux avec chacun leurs spécificités. - L espace selfbanking, déjà précité précédemment, est l endroit où se trouvent les guichets automatiques propres à chaque banque. Les clients, munis de leur carte, peuvent venir y effectuer les diverses opérations proposées par la machine. 6 Le dictionnaire Larousse, 1999 Daniela SILVESTRINI Année académique

14 - L espace clientèle, situé en face des guichets, permet aux clients souhaitant s adresser à un conseiller de patienter. Cet espace, toujours agrémenté de prospectus et de folders, est aussi parfois muni de tables et de chaises offrant un meilleur confort à la clientèle. - L espace conseil ou les bureaux sont des locaux fermés où les clients sont reçus en privé et dans la discrétion par des conseillers ou chargés de relations dans le but d effectuer des opérations plus complexes. Cependant, l accès aux nouvelles technologies et plus particulièrement à l alphabétisation numérique a contribué à modifier les profils des différents intervenants d une agence. En effet, les guichetiers, autrefois condamnés à devoir réaliser sans cesse les mêmes tâches, se retrouvent aujourd hui confrontés à la nécessité de devenir polyvalent. Désormais, n étant plus cantonnés aux opérations courantes, ils doivent également démarcher les clients et proposer les produits dans une optique commerciale. Au guichet des banques : Le guichet reste encore de nos jours le lieu de contact le plus visible lorsqu un consommateur entre dans l espace clientèle d une banque mais quel est aujourd hui le rôle des guichets? Depuis des années, le nombre de guichets tend à diminuer presque partout à mesure que les distributeurs de billets ou la banque à distance prennent de l'importance. Dans certaines agences modernes, équipées d'appareils automatiques internes et d ATM, le guichet a même parfois complètement disparu. Cependant, le client doit parfois se présenter au guichet d une agence si il souhaite réaliser une opération qui ne peut être effectuée via un canal de banque à distance ou sur un appareil automatique. Le client peut également se rendre à son agence afin de venir retirer certains documents qu un souci de sécurité empêche d envoyer par courrier : cartes bancaires, cartes de crédit, chèques, virements vierges, Daniela SILVESTRINI Année académique

15 Pour certains types de clientèle, la présence d un guichet s avère aussi être un lieu de rencontre où ce dernier peut venir poser les questions qui l interpellent à des personnes compétentes et toujours les mêmes. Compte tenu de sa disposition, le guichet convient bien pour des opérations brèves et simples. Il n'est généralement pas très adapté à une conversation plus longue concernant des affaires personnelles plus complexes : demande de crédit, de prêt, conseils en matière de placement,. Dans ces cas, il convient pour le conseiller au guichet de prendre contact avec un chargé de relation qui pourra recevoir le client dans des conditions plus confortables et principalement plus discrètes. En effet, au sein des agences bancaires, les équipes commerciales sont organisées de manière à tenter d apporter à chaque client un interlocuteur s il en a besoin. Le rôle de cet interlocuteur, dont l'appellation varie d'une banque à l'autre (chargé de clientèle, conseiller de clientèle, chargé de compte, etc.) est de fournir des réponses à des interrogations que peuvent se poser les clients, de guider ces derniers vers les produits et services adéquats et enfin de trouver des solutions en cas de problèmes. Les banques essayent donc par le biais des techniques de selfbanking de réduire le nombre de personnes aux guichets, laissant ainsi la place à plus de dialogue. Leur but est de développer une relation avec la clientèle : dans cette optique, elles encouragent leurs clients à se rendre plus souvent à leur agence afin de venir faire régulièrement le point sur l état de leurs comptes et part la même occasion de leurs proposer quelques produits susceptibles de les intéresser. Les clients sont alors encouragés à aborder avec leurs conseillers des questions touchant à leurs revenus et charges, à leurs patrimoines et dettes, et généralement aussi aux assurances. Le mot d ordre est donc un service bancaire de qualité pour chaque client! Daniela SILVESTRINI Année académique

16 Cependant la réalité peut parfois être bien différente : 2) Test-Achats a donc mené une enquête anonyme auprès de 143 agences des 8 grandes banques belges 7 : Le rôle des enquêteurs a été de se renseigner sur différents services tels que l ouverture d'un compte, le financement d une voiture, l exécution de virements et le placement d une somme d argent ainsi que d examiner certains aspects d'ordre pratique, comme les heures d'ouverture et l'accessibilité des agences aux personnes à mobilité réduite. Les résultats de l enquête sont les suivants : 1) Le premier constat qui s'impose est le manque d accessibilité des banques. Rares (3 sur 143 visitées) sont celles qui ouvrent plusieurs jours par semaine jusque 19 h et le samedi matin, afin de laisser aux travailleurs la possibilité de venir se renseigner pour un prêt, etc. Et moins de la moitié des agences visitées sont totalement accessibles aux personnes en chaise roulante (1 sur 5 totalement inaccessibles ). 2) Les agences ne respectent pas toujours les exigences légales en matière d'affichage des tarifs des produits bancaires de base. Selon la loi, le consommateur doit pouvoir consulter immédiatement le tarif, daté et mis à jour, à un endroit apparent et nettement visible dans la banque. Ce tarif doit en outre être repris sur un prospectus que le consommateur doit pouvoir emporter gratuitement et sans demande préalable. Cependant, seulement 1 agence sur 4 respecte cette exigence légale. Les autres fournissent un tarif ou bien incomplet, ou bien non actualisé, ou encore il ne peut être consulté que sur place. 3) Lors d une demande de renseignement pour un produit aussi simple et fréquent qu un financement auto, seules 13 % des agences visitées ont fourni une information précise et complète permettant de comparer les propositions de différentes institutions. Le manque d information et de conseil est également intervenu lors d autres demandes telles que virement international, compte d épargne,. 4) Lors d une demande d ouverture de comptes, seules 45 % des agences visitées ont donné une information valable et un service correct. D'une part, 16 % des agences ont proposé, parmi 7 F. DOMONT-NAERT F., VANHEE N., «Gérer ses comptes depuis son PC», Test-Achats, Budget et droits, Juillet/Août 2003, n 163, p. 13 Daniela SILVESTRINI Année académique

17 leurs différents comptes à vue, une formule qui n'était pas la plus adaptée au profil du client potentiel : certaines ont proposé par exemple un compte permettant un maximum négatif, alors que l'enquêteur ne souhaitait pas cette possibilité. 12 % des agences ont fourni d'office une assurance décès liée au compte et/ou la fonction Maestro, non sollicitées par l'enquêteur. D'autre part, le client se voit parfois demander la domiciliation de ses revenus ou l ouverture d une épargne automatique ou encore, il se voit parfois opposer un refus pour des raisons qui paraissent très sévères. 5) Une demande d information et de conseil pour un produit plus complexe tel qu un placement donne de moins mauvais résultats, mais 20 % des agences ont malgré tout proposé un produit qui ne correspondait pas aux besoins du client. Effectivement, plus de 40 % des agences n'ont pas questionné le client sur l'horizon de placement souhaité ni le niveau de risque accepté. Manifestement, le choix du produit proposé relève parfois davantage d'une stratégie commerciale que de la recherche du meilleur produit pour le client. Quelle est dans ce cas la plus-value apportée par le conseiller? En résumé : Au total, Test-Achats a pu constater que seules 30 % des agences ont fourni un bon ou un très bon service. Parmi elles, on retrouve des agences de toutes les enseignes, avec une longueur d'avance pour Argenta et ING. Petit bémol pour Dexia. Un quart des agences visitées ont fourni un service acceptable et, dans pas moins de 45 % des agences, les enquêteurs ont été mal ou très mal informés. Bref, il est évident que toutes les banques, sans exception, doivent accomplir un effort très important en vue d améliorer leur accessibilité ainsi que la qualité de l information et du service à la clientèle mais aussi pour respecter certaines exigences légales. Daniela SILVESTRINI Année académique

18 3) Les attentes du client et les réticences rencontrées Malgré l apparition des nouvelles technologies, il est bien évident que le client souhaite maintenir un contact personnel et privilégié avec son banquier. Cela se traduit à travers différents besoins de base : - Il souhaite être vu et reconnu : Le client qui entre dans son agence apprécie un contact visuel avec le conseiller et le fait d être salué et appelé par son nom. - Il souhaite être pris en compte : Il est très important que ce dernier soit convaincu que le guichetier s occupera de lui aussi vite que possible. - Il attend d être orienté par un expert de la finance : Il désire être pris en charge correctement et guidé vers les produits ou solutions qui lui convient au mieux. - Il souhaite être rassuré : Certaines personnes jeunes ou étrangères ont parfois le désir de faire l objet d une attention particulière. - Il aime de pouvoir avoir confiance dans son banquier : Mettre son argent dans les mains d autrui est une décision importante qui nécessite un réel rapport de confiance avec son banquier. Il y a donc une réelle relation qui s instaure entre l agence et les personnes qui la compose et le client. Les clients sont en général particulièrement sensibles aux contacts humains qu offre une visite en agence. Ce phénomène est essentiellement notable chez les personnes d un certain âge. De plus, ces dernières sont souvent réticentes en ce qui concerne l utilisation de technologies nouvelles. La crainte de faire une erreur irrécupérable prend souvent le pas sur le confort que peut leur apporter l utilisation d un système à domicile. Daniela SILVESTRINI Année académique

19 Conclusion Au vu des différentes considérations mentionnées précédemment, nous pouvons maintenant tirer quelques conclusions. La Belgique et le monde financier ont assisté au cours de ces dernières années à de profonds bouleversements. Les fusions des principales grandes banques belges avec des banques étrangères, l évolution des médias et des moyens de communication, la croissance fulgurante des NTIC ont entraîné pour celles-ci une concurrence de plus en plus accrue. Toutes les banques doivent donc désormais rivaliser pour acquérir de nouveaux clients ainsi que pour obtenir la confiance de ces derniers parfois bien déroutés dans cet environnement instable. Internet est alors apparu comme une véritable petite révolution pour le secteur bancaire! Un moyen simple et rapide de communication et un large portail d opportunités s est alors ouvert pour elles : d abord au travers de sites utilisés comme simples galeries et aujourd hui devenus d authentiques sites transactionnels de plus en plus complets. Si on ne peut pas encore prédire quel sera l avenir des banques dans un futur plus ou moins proche, force est déjà de constater que les changements sont très notables au sein des agences et du rôle qu auront à y jouer les conseillers. Reste à savoir si cela sera bénéfique pour les clients Daniela SILVESTRINI Année académique

20 Bibliographie Travaux de fin d études : BASTIN J-M. L utilisation de l E-banking, un plus pour les banques et les consommateurs. Licence en Sciences Commerciales et Financières orientation finance approfondie. Liège : HEC, 2004, 35 p. MEUNIER V. Etude comparative des facteurs influençant l utilisation de l E-banking en Belgique et en Scandinavie. Licence en Sciences Commerciales et Financières orientation finance. Liège : HEC, 2002, 90 p. VANDENDORPE N. Internet, un nouveau moyen de communication pour le secteur bancaire. Licence en Sciences Commerciales et Financières orientation Marketing. Liège : HEC, 1998, 73 p. Périodique : Article dans un volume avec supplément : EVRARD A.L., MASSE J.-L., SZEDLESKI F., et al. Fidèles à leur banquier, les belges Test achats, Mars/Avril 2005, Budget et Droits, n 179, pp Conférence électronique : UCP (Union Chrétienne des Pensionnés). «Aînés et nouvelles technologies». 17 décembre 2004, Namur. Disponible sur : <http://www.awt.be> (consulté le ). Daniela SILVESTRINI Année académique

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011 1 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services Contenu 1.

Plus en détail

KBC-Online for Business

KBC-Online for Business KBC-Online for Business Découvrez KBC-Online for Business. L automatisation ne peut plus être dissociée de la vie quotidienne, ni surtout de la vie économique. KBC prend les devants et met à la disposition

Plus en détail

Frais bancaires Troisième rapport annuel. 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca

Frais bancaires Troisième rapport annuel. 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca Frais bancaires Troisième rapport annuel 20 février 2001 http://carrefourdesconsommateurs.ic.gc.ca Aperçu Cette année, le rapport annuel porte sur : 1. L attitude des Canadiens à l égard des frais bancaires

Plus en détail

Gérer. Simplifiez-vous la vie avec des moyens de paiement adaptés à vos besoins. je connais mon banquier je connais mon banquier

Gérer. Simplifiez-vous la vie avec des moyens de paiement adaptés à vos besoins. je connais mon banquier je connais mon banquier Moyens je connais mon banquier je de connais paiement mon banquier Simplifiez-vous la vie avec des moyens de paiement adaptés à vos besoins Gérer Vous désirez effectuer vos achats sans argent liquide,

Plus en détail

Enquête de satisfaction 2015 réalisée du 8 au 22 avril 2015. À votre écoute pour progresser!

Enquête de satisfaction 2015 réalisée du 8 au 22 avril 2015. À votre écoute pour progresser! Enquête de 2015 réalisée du 8 au 22 avril 2015 PREFECTURE DES DEUX-SEVRES 302 questionnaires collectés / 39 questions Résultats en % des exprimés À votre écoute pour progresser! 1. Le contexte de l étude

Plus en détail

Service de Banque à Distance- Mascareignes Direct. Conditions générales. Banque des Mascareignes

Service de Banque à Distance- Mascareignes Direct. Conditions générales. Banque des Mascareignes Service de Banque à Distance- Mascareignes Direct Conditions générales Banque des Mascareignes 1.1 Objet Les dispositions suivantes ont pour objet de définir les Conditions Générales d accès et d utilisation

Plus en détail

1. Le service, en bref 3. 2. Avantages 3. 3. Contexte 3. 4. Clients actuels et cibles 3. 5. Description du service 4 5.1.

1. Le service, en bref 3. 2. Avantages 3. 3. Contexte 3. 4. Clients actuels et cibles 3. 5. Description du service 4 5.1. SERVICE : E-PAYMENT Code Service : e-payment Groupe de services : Web Solutions Publics cibles : Services publics Version du document : V 3.3 Table des matières 1. Le service, en bref 3 2. Avantages 3

Plus en détail

Votre infrastructure informatique toujours sous contrôle

Votre infrastructure informatique toujours sous contrôle Votre infrastructure informatique toujours sous contrôle Au fidèle tableau noir, de plus en plus d écoles ajoutent aujourd hui les services de l informatique. Place aux TICE, Technologies de l Information

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

En tant que (expert-) comptable

En tant que (expert-) comptable En tant que (expert-) comptable Doc-it-Easy Doc-it-Easy optez pour une collaboration intelligente avec votre client Doc-it-Easy Contenu Introduction Les PME et les entrepreneurs veulent des conseils stratégiques...

Plus en détail

Veille Technologique. Cloud-Computing. Jérémy chevalier

Veille Technologique. Cloud-Computing. Jérémy chevalier E6 Veille Technologique Cloud-Computing Jérémy chevalier Table des matières DESCRIPTION :...2 Introduction :...2 Définition du Cloud :...2 Exemple de serveur proposant la solution de Cloud :...2 Les spécificités

Plus en détail

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne

Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Fiche Compétences en action : une boîte à outils en ligne Centre de formation communautaire de la Mauricie CFCM Depuis sa création en 1988, le Centre de formation communautaire de la Mauricie (CFCM) se

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC)

APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC) APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC) Venant de prendre la Présidence d un important groupe financier français, le nouveau président est alerté par certains

Plus en détail

RIHANE Abdelhamid Maitre de conférences Université de Constantine (ALGERIE) Abde_abd25@yahoo.fr

RIHANE Abdelhamid Maitre de conférences Université de Constantine (ALGERIE) Abde_abd25@yahoo.fr Pour la mise en place d une bibliothèque numérique au sein de la Faculté des Nouvelles Technologies de l Information et de la Communication à l Université de Constantine (Algérie) RIHANE Abdelhamid Maitre

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Formation Atmansoft :

Formation Atmansoft : La particularité de la mise en place d une gestion de trésorerie, c'est-à-dire afin de devancer ses engagements, de connaître ses besoins et de respecter ses lignes d autorisations de découvert est devenu

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement»

Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Participation aux groupements de consommateurs SwissElectricity, ci-après «le groupe» ou «groupement» Résultat : 1. Obtenir les meilleures conditions d approvisionnement possibles, en termes de prix, de

Plus en détail

professionnels PC banking Pro

professionnels PC banking Pro professionnels PC banking Pro Libérez du temps pour vos activités professionnelles Grâce au PC banking Pro de BNP Paribas Fortis, vous pouvez effectuer vos transactions bancaires sans devoir vous déplacer.

Plus en détail

La Belgique se numérise encore en 2010

La Belgique se numérise encore en 2010 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 23 février 2011 La Belgique se numérise encore en 2010 La révolution numérique ne cesse de gagner du terrain en Belgique :

Plus en détail

Un service sans égal, partout dans le monde, 24 h/24

Un service sans égal, partout dans le monde, 24 h/24 Un service sans égal, partout dans le monde, 24 h/24 Bienvenue chez American Express: découvrez vos privilèges. Vous êtes à présent Membre American Express. De ce fait, vous bénéficiez non seulement de

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

Guide de l utilisateur

Guide de l utilisateur Guide de l utilisateur Buy Way est l émetteur de la MasterCard bpost banque. La MasterCard bpost banque est liée à une ouverture de crédit à durée indéterminée, octroyée par Buy Way Personal Finance S.A.

Plus en détail

JInvestors. Groupe. Imagine. Consultation relative à l offre d assurance par internet au Québec. Objet: Madame, A. Commentaires généraux

JInvestors. Groupe. Imagine. Consultation relative à l offre d assurance par internet au Québec. Objet: Madame, A. Commentaires généraux Groupe JInvestors Le 23 mai 2012 Anne-Marie Beaudoin Secrétaire générale Autorité des marchés financiers 800, square Victoria, 22e étage C.P. 246, tour de la Bourse Montréal (Québec) H4Z 1G3 Télécopieur:

Plus en détail

GarantBox : pour aller plus loin

GarantBox : pour aller plus loin 1 Sommaire Sommaire GarantBox : pour aller plus loin Les acteurs en présence et les intérêts qu ils trouvent dans GarantBox Les utilisateurs Les banques partenaires du projet Les commerces partenaires

Plus en détail

Choisir le bon compte-chèques et forfait bancaire

Choisir le bon compte-chèques et forfait bancaire OPÉRATIONS BANCAIRES Choisir le bon compte-chèques et forfait bancaire Pour la plupart des gens, un compte-chèques est un bon moyen de gérer leurs opérations bancaires courantes. Les banques, les coopératives

Plus en détail

COMMENT GERER LES CANDIDATURES AVEC EFFICACITE? Contact : CANDIDATUS 12, Av. des Prés 78180 MONTIGNY-LE-BRETONNEUX

COMMENT GERER LES CANDIDATURES AVEC EFFICACITE? Contact : CANDIDATUS 12, Av. des Prés 78180 MONTIGNY-LE-BRETONNEUX COMMENT GERER LES CANDIDATURES AVEC EFFICACITE? Contact : CANDIDATUS 12, Av. des Prés 78180 MONTIGNY-LE-BRETONNEUX Tél. : +33 1 30 57 31 22 contact@candidatus.com L A G E S T I O N D E C A N D I D A T

Plus en détail

Conférence de Presse Groupama Banque

Conférence de Presse Groupama Banque Conférence de Presse Groupama Banque 22 mai 2014 Intervenants 2 Michel Lungart, Directeur Assurances, Banque et Services de Groupama Bernard Pouy, Directeur général de Groupama Banque Sommaire 3 Introduction

Plus en détail

a b Priorité aux La Business Card Basic UBS simplifie la gestion des frais professionnels des PME

a b Priorité aux La Business Card Basic UBS simplifie la gestion des frais professionnels des PME a b Priorité aux affaires La Business Card Basic UBS simplifie la gestion des frais professionnels des PME Il vous suffit désormais d une seule carte pour multiplier les atouts : gestion simplifiée des

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU SERVICE «RELEVES ET DOCUMENTS EN LIGNE»

CONDITIONS GENERALES DU SERVICE «RELEVES ET DOCUMENTS EN LIGNE» CONDITIONS GENERALES DU SERVICE «RELEVES ET DOCUMENTS EN LIGNE» ARTICLE 1 -OBJET Le CREDIT LYONNAIS, ci-après dénommé LCL met à la disposition de sa clientèle des particuliers et sa clientèle des professionnels,

Plus en détail

Choisir le bon compte d épargne

Choisir le bon compte d épargne OPÉRATIONS BANCAIRES Choisir le bon compte d épargne Un compte d épargne est un bon moyen de mettre de l argent de côté pour atteindre des objectifs à court terme ou constituer un fonds d urgence pour

Plus en détail

Gestion électronique des procurations

Gestion électronique des procurations Gestion électronique des procurations Table des matières Généralités... 2 1. Approuver des procurations... 4 1.1 Section «Procurations à approuver»... 4 1.2 Section «Signaux»... 6 1.3 Messages particuliers...

Plus en détail

Description des services KBC-Touch

Description des services KBC-Touch Description des services KBC-Touch KBC-Touch est divisé en 5 grands domaines : Paiements, Épargne et Placements, Logement, Famille, Mobilité. Vous lirez ci-après une description des services par domaine.

Plus en détail

Sommaire 1 LA MONETIQUE

Sommaire 1 LA MONETIQUE Sommaire AVANT-PROPOS... 4 HISTORIQUE...5 INTRODUCTION... 6 I- DEFINITION...7 1.1 ROLE ET FONCTION...7 1.1.1- ROLE...7 1.1.2- FONCTION...7 II- LES COMPOSANTS DE LA MONETIQUE...7 2.1 LE SUPPORT...7 2.2

Plus en détail

L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS

L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS L ENQUETE DE SATISFACTION 2007 AUPRES DES EMPLOYEURS L ACOSS, caisse nationale des Urssaf, vous a interrogé en 2007 afin d évaluer la qualité de service de la branche du recouvrement. Retour sur l enquête

Plus en détail

Forfait Bienvenue au Canada de RBC. Tout ce dont vous avez besoin pour vous établir rapidement et facilement

Forfait Bienvenue au Canada de RBC. Tout ce dont vous avez besoin pour vous établir rapidement et facilement Forfait Bienvenue au Canada de RBC Tout ce dont vous avez besoin pour vous établir rapidement et facilement Bienvenue au Canada 3 Lorsque vous choisissez RBC Banque Royale, vous obtenez : n n Un accès

Plus en détail

Rest@Dom. Dossier d informations. Service proposé par ALLBYWEB SARL. Commande en ligne pour la restauration à domicile

Rest@Dom. Dossier d informations. Service proposé par ALLBYWEB SARL. Commande en ligne pour la restauration à domicile Commande en ligne pour la restauration à domicile Service proposé par ALLBYWEB SARL Sommaire Rest@Dom... 1... 1 Service proposé par ALLBYWEB SARL... 1 Présentation... 1 Nos atouts... 1 Impulsion sur votre

Plus en détail

We lock your IT business

We lock your IT business Accelerating Your Success We lock your IT business Financement IT pour vous et votre client finance solutions Un travail sur mesure pour chaque projet Dans le climat économique actuel très difficile, il

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS

ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS ATELIER SUR LE COMMERCE DES SERVICES: AUDIT REGLEMENTAIRE SERVICES FINANCIERS Présenté par : YEO SIONLE Date : 4 au 6 novembre 2009 Lieu : CCT/BNETD Département des Etudes Economiques et Financières Plan

Plus en détail

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Maël Resch Attachée de Presse Tél : 01 55 80 58 66 Email : mael.resch@empruntis.com CRÉDIT OU ASSURANCE

Plus en détail

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles 1 2 Pourquoi La Poste a-t-elle écrit ce document? La Poste souhaite répondre aux besoins de chaque

Plus en détail

LES CARTES DE PAIEMENT DANS UN NOUVEL ENVIRONNEMENT MULTICANAL ET CONCURRENTIEL :

LES CARTES DE PAIEMENT DANS UN NOUVEL ENVIRONNEMENT MULTICANAL ET CONCURRENTIEL : LES CARTES DE PAIEMENT DANS UN NOUVEL ENVIRONNEMENT MULTICANAL ET CONCURRENTIEL : Comment adapter les processus de distribution et de services en France? Étude GM Consultants & Associés Document de Présentation

Plus en détail

PC banking. Vos opérations bancaires quand, où et comme vous le souhaitez. FINTRO. PROCHE ET PRO.

PC banking. Vos opérations bancaires quand, où et comme vous le souhaitez. FINTRO. PROCHE ET PRO. PC banking Vos opérations bancaires quand, où et comme vous le souhaitez. FINTRO. PROCHE ET PRO. Fintro, la banque accessible à tout moment Fintro vous propose PC banking, parce que vous devez pouvoir

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Arrêté du 18 décembre 2008 portant homologation de la charte d accessibilité pour renforcer l effectivité

Plus en détail

LE MOBILE BANKING EST-IL

LE MOBILE BANKING EST-IL THE 2ND INTERNATIONAL CONFERENCE ON INSTITUTIONAL AND TECHNOLOGICAL ENVIRONMENT FOR MICROFINANCE LE MOBILE BANKING EST-IL EFFICACE POUR OFFRIR DES SERVICES FINANCIERS AUX NON- BANCARISÉS? Djamchid Assadi

Plus en détail

GESTION BANCAIRE AU QUOTIDIEN. Allons à l essentiel

GESTION BANCAIRE AU QUOTIDIEN. Allons à l essentiel GESTION BANCAIRE AU QUOTIDIEN Allons à l essentiel 2 Votre conseiller avec vous, jour après jour Le Conseil global pour mieux vous accompagner Votre parcours de vie est unique. Tant sur le plan professionnel

Plus en détail

Comptes et conditions. Simplifier l argent au quotidien. www.bcn.ch

Comptes et conditions. Simplifier l argent au quotidien. www.bcn.ch Comptes et conditions Simplifier l argent au quotidien www.bcn.ch inclus dans Les comptes jeunesse 0-25 ans Les comptes de transactions et d épargne Jeunesse offrent des conditions préférentielles pour

Plus en détail

CONTRIBUTIONS EN LIGNE des membres des AA Directives et conseils généraux pour faciliter l utilisation par les membres 7 juin 2010

CONTRIBUTIONS EN LIGNE des membres des AA Directives et conseils généraux pour faciliter l utilisation par les membres 7 juin 2010 Raison d être de ce document Ce document vise à aider les membres qui commencent à utiliser CONTRIBUTIONS EN LIGNE. Il donne un aperçu des éléments les plus importants de CONTRIBUTIONS EN LIGNE ainsi que

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

«La qualité et la fiabilité de la caisse automatique à recyclage. Montepio, Portugal

«La qualité et la fiabilité de la caisse automatique à recyclage. Montepio, Portugal Montepio, Portugal Utiliser la technologie de recyclage des espèces afin d améliorer l authentification et la validation des billets «La qualité et la fiabilité de la caisse automatique à recyclage des

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

COMMUNIQUER PLUS AISÉMENT AVEC L AWEX.

COMMUNIQUER PLUS AISÉMENT AVEC L AWEX. COMMUNIQUER PLUS AISÉMENT AVEC L AWEX. Vade-mecum des moyens de communication électroniques de l AWEX pour les entreprises. W A L L O N I A E X P O R T & I N V E S T M E N T Agence wallonne à l Exportation

Plus en détail

Au Crédit Mutuel, un crédit réfléchi et ça, guide. clarté. crédits. conso

Au Crédit Mutuel, un crédit réfléchi et ça, guide. clarté. crédits. conso Au Crédit Mutuel, JE M engage dans un crédit réfléchi et ça, ça change tout. guide clarté crédits conso guide clarté crédits conso SOMMAIRE Le crédit réfléchi page 4 Financer vos projets page 6 Regrouper

Plus en détail

@utotruck. Gestion des garages

@utotruck. Gestion des garages @utotruck Gestion des garages ENVIRONNEMENT Fonctionne sous «Windows/NT/2000/XP» Base de données «SQL/Server» Outil de développement «MAGIC 8.3» Fonctionne en mono-poste ou multi-postes réseaux Licences

Plus en détail

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013

Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe. Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 Inclusion financière des jeunes dans le Monde Arabe Rabat - Maroc 12-13 Mars 2013 PRÉSENTATION AL BARID BANK Missions et Objectifs Al Barid Bank, filiale bancaire de Barid Al Maghrib (Poste Maroc) a démarré

Plus en détail

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES La réforme européenne sur les prélèvements (Règlement SEPA, pour Single Euro Payments Area) entre en vigueur dans quelques mois (1er août 2014). Ce nouveau système de

Plus en détail

Solutions de paiement dématérialisé pour les marchés émergents

Solutions de paiement dématérialisé pour les marchés émergents Solutions de paiement dématérialisé pour les marchés émergents Accompagnement technologique et décisionnel pour l implémentation de modes de paiement sur Internet et par téléphonie mobile pour accroitre

Plus en détail

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002 Les Distributeurs du Secteur Dentaire [EDITO]. Le marché du matériel dentaire reste un domaine relativement parcellarisé sur le territoire français. Il est couvert par plus de

Plus en détail

Comptes BCV Entreprises : conditions et tarifs

Comptes BCV Entreprises : conditions et tarifs clientèle ENTREPRISES Comptes BCV Entreprises : conditions et tarifs Valables dès le 1 er janvier 2014 Proche de vous Des solutions à vos besoins En tant que partenaire financier de référence des entreprises

Plus en détail

1-9 August 2003, Berlin

1-9 August 2003, Berlin World Library and Information Congress: 69th IFLA General Conference and Council 1-9 August 2003, Berlin Code Number: 014-F Meeting: 91. Education and Training Simultaneous Interpretation: Yes Rapport

Plus en détail

Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015

Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015 Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015 Table des matières 1. Introduction... 2 2. Evolution du prix d'un compte à vue entre 2011 et 2015... 2 2.1. Méthode... 2 2.2. Résultats... 5

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet

Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet 1 Table des matières Contenu 1. Préambule 3 2. Autorisation d accès 3 3. Accès technique à SanitasNet et identification 3 4. Coûts 4 5.

Plus en détail

GESTION BANCAIRE AU QUOTIDIEN. Allons à l essentiel

GESTION BANCAIRE AU QUOTIDIEN. Allons à l essentiel GESTION BANCAIRE AU QUOTIDIEN Allons à l essentiel Votre conseiller avec vous, jour après jour Le Conseil global pour mieux vous conseiller Votre parcours de vie est unique. Tant sur le plan professionnel

Plus en détail

Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria. La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel

Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria. La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel des périphériques et des applications des périphériques et des applications La

Plus en détail

Code de conduite Zoomit

Code de conduite Zoomit Code de conduite Zoomit Dans ce document : 1. Objectif 2. Champ d application 3. Qu est-ce que Zoomit et quelles parties sont concernées? 4. Organisation, contrôle et informations complémentaires 5. Sécurité

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB?

COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? COMMENT CONDUIRE SON PROJET DE SITE WEB? Lorraine Pour être efficace, un site web doit être réfléchi et en adéquation avec la stratégie de l entreprise. Cette notice présente les différentes possibilités

Plus en détail

Comptabilité par internet isobec

Comptabilité par internet isobec Comptabilité par internet isobec Sobec a investi dans la réalisation d un logiciel de saisie et de mise à disposition de données comptables. Grâce aux codes qui vous sont fournis, vous avez accès à votre

Plus en détail

UBS Cash Management pour les entreprises. Connaître et gérer ses liquidités.

UBS Cash Management pour les entreprises. Connaître et gérer ses liquidités. ab UBS Cash Management pour les entreprises. Connaître et gérer ses liquidités. Sommaire Opérations de paiement et gestion des liquidités sur mesure 3 En Suisse et au-delà des frontières 4 Gestion de trésorerie

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

e-benefits : convention d utilisation des services en ligne

e-benefits : convention d utilisation des services en ligne e-benefits : convention d utilisation des services en ligne Version «affilié» - exemplaire destiné à AG Insurance AG Insurance sa Bd. E. Jacqmain 53, B-1000 Bruxelles RPM Bruxelles TVA BE 0404.494.849

Plus en détail

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010

Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME. une valeur ajoutée pour votre PME. Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME 31.03.2010 Entreprendre 2010 Le réviseur d entreprises : une valeur ajoutée pour votre PME Jean NICOLET 31.03.2010 Membre de la Commission

Plus en détail

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage

LE RAPPORT DE STAGE. Le contenu du rapport de stage LE RAPPORT DE STAGE Le rapport de stage a pour objet de présenter des faits et des réflexions sur un stage d apprentissage qui, généralement, s est déroulé dans le cadre d un programme de formation professionnelle.

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

Symposium du STTP sur les services bancaires postaux Ottawa, les 26 et 27 avril 2014

Symposium du STTP sur les services bancaires postaux Ottawa, les 26 et 27 avril 2014 «L offre de marché des Postes Italiennes : principaux produits et résultats économiques» Communication sous la direction de SLP CISL Italie (deuxième partie) Symposium du STTP sur les services bancaires

Plus en détail

votre marché-test idéal Le profil de l acheteur en ligne belge

votre marché-test idéal Le profil de l acheteur en ligne belge votre marché-test idéal Le profil de l acheteur en ligne belge Table des matières La Belgique : le point de départ idéal 3 Marché en croissance 4 Pas de saturation en vue 5 Un paiement à l achat 6 Une

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

Guide pour les investisseurs

Guide pour les investisseurs 19 octobre 2012 Guide pour les investisseurs Qu est-ce que l AEMF? L AEMF est l Autorité européenne des marchés financiers. Il s agit d une autorité de régulation indépendante de l Union européenne dont

Plus en détail

Payement électronique. Sommaire. 1. Les systèmes de paiement électroniques. 1.1 E-banking

Payement électronique. Sommaire. 1. Les systèmes de paiement électroniques. 1.1 E-banking Payement électronique Sommaire 1. Les systèmes de paiement électroniques... 1 1.1 E-banking... 1 1.2 Porte-monnaie électronique et porte-monnaie virtuel... 2 1.2.1 Le porte monnaie électronique (e-cash)...

Plus en détail

Conseils pour prévention de la fraude financière Ce que vous devez savoir

Conseils pour prévention de la fraude financière Ce que vous devez savoir 04 Conseils pour prévention de la fraude financière Ce que vous devez savoir Les banques ont recours à des systèmes de sécurité très perfectionnés et à des équipes de spécialistes des fraudes en vue d

Plus en détail

PC Banking PRO FINTRO. PROCHE ET PRO.

PC Banking PRO FINTRO. PROCHE ET PRO. PC Banking PRO FINTRO. PROCHE ET PRO. Libérez du temps pour vos activités professionnelles Grâce au PC banking Fintro, vous pouvez effectuer vos transactions bancaires sans devoir vous déplacer. Quel que

Plus en détail

Pour avoir un compte bancaire aux USA et Recevoir votre MasterCard prépayée, il vous suffit de cliquer ici

Pour avoir un compte bancaire aux USA et Recevoir votre MasterCard prépayée, il vous suffit de cliquer ici Pour avoir un compte bancaire aux USA et Recevoir votre MasterCard prépayée, il vous suffit de cliquer ici Pour télécharger le Pdf à distribuer Cliquez ici La page Payoneer qui s ouvrira pourrait s afficher

Plus en détail

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés CONTRAT D ADHÉSION CONTRAT ENTRE FAC FOR PRO PARIS ET L ÉTUDIANT Article 1. Dispositions générales Le présent contrat, ci-après dénommé «le contrat» constitue l accord régissant pendant sa durée, les relations

Plus en détail

Réponses aux questions des titulaires sur les Services en ligne et la réception des relevés

Réponses aux questions des titulaires sur les Services en ligne et la réception des relevés Réponses aux questions des titulaires sur les Services en ligne et la réception des relevés Pour en savoir plus à ce sujet, veuillez communiquer avec l administrateur de votre programme ou le Service à

Plus en détail

Contact. entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG)

Contact. entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG) Contact entreprise. Appsfinity Gmbh Neuhofstrasse 3a CH 6340 Baar (ZG) Tel: +41 415 520 504 Email: sales@onlogis.com Visibilité et controle sur vos opérations, n importe où et à tout moment... Onlogis

Plus en détail

Un compte pour tous. Un RIB, une Mastercard et un suivi en temps réel sur mobile et sur Internet

Un compte pour tous. Un RIB, une Mastercard et un suivi en temps réel sur mobile et sur Internet Financière des Paiements Électroniques annonce l ouverture officielle de l offre Compte-Nickel au grand public et dévoile la carte des buralistes agréés. Après six mois de phase de test et l ouverture

Plus en détail

Our success is measured by how well we meet your needs

Our success is measured by how well we meet your needs Grâce à l ensemble HSBC Premier, recevez un soutien personnalisé pour vous aider à gérer votre économie personnelle. Our success is measured by how well we meet your needs 1 Pour être admissible à l ensemble

Plus en détail

Université Montpellier I UFR Administration Économique et Sociale (AES) DU Création et Maintenance de Sites Internet E-CRM

Université Montpellier I UFR Administration Économique et Sociale (AES) DU Création et Maintenance de Sites Internet E-CRM Université Montpellier I UFR Administration Économique et Sociale (AES) DU Création et Maintenance de Sites Internet E-CRM Présentée par Yun LIU 06/2010 Introduction PLAN Présentation de l'e-crm Les principaux

Plus en détail

Privateimmo.com. Nouveau site. Nouvelles offres... Privateimmo.com s étend sur l Hexagone! le dossier de presse

Privateimmo.com. Nouveau site. Nouvelles offres... Privateimmo.com s étend sur l Hexagone! le dossier de presse le dossier de presse 1 er site de vente privée immobilière sur internet Nouveau site Nouvelles offres... s étend sur l Hexagone! Contact presse : Jean-Marc FERNANDEZ Tel : 04 72 40 09 09 E-Mail : jean-marc@privateimmo.com

Plus en détail

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014.

Ses compétences sont décrites à l article 302 de la loi relative aux assurances du 4 avril 2014. L Ombudsman des Assurances intervient si un problème persiste lorsque le demandeur n a pas obtenu de réponse satisfaisante à sa demande de la part de l entreprise d assurances ou de l intermédiaire d assurances.

Plus en détail

Chèque-Formation et Chèque-Formation Langues virtuels : Guide d Utilisation à l usage des PME et des Indépendants

Chèque-Formation et Chèque-Formation Langues virtuels : Guide d Utilisation à l usage des PME et des Indépendants Chèque-Formation et Chèque-Formation Langues virtuels : Guide d Utilisation à l usage des PME et des Indépendants 05/2006 Processus Introduction Chapitre 1 : Inscription annuelle Chapitre 2 : Commande

Plus en détail

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le domaine des services licites de musique en ligne (Texte présentant

Plus en détail

Formation en deux phases. Conseil Suisse de la sécurité routière. Assurance qualité

Formation en deux phases. Conseil Suisse de la sécurité routière. Assurance qualité Projet Assurance qualité Formation en deux phases Conseil Suisse de la sécurité routière Assurance qualité pour les organisateurs de cours de perfectionnement Guide pour le développement d'un système AQ

Plus en détail

Banque de La Poste se modernise pour encore mieux vous servir

Banque de La Poste se modernise pour encore mieux vous servir Les primeurs et les infos de Banque de La Poste n 17 - Août 2012 Banque de La Poste se modernise pour encore mieux vous servir Des prêts à taux intéressants pour rénover votre habitation Comment investir

Plus en détail