D un tsunami à l autre. Etat des lieux de la générosité des français. «Défricher les nouveaux champs de la générosité» 3 décembre 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "D un tsunami à l autre. Etat des lieux de la générosité des français. «Défricher les nouveaux champs de la générosité» 3 décembre 2009"

Transcription

1 D un tsunami à l autre. Etat des lieux de la générosité des français Antoine Vaccaro Chris Olivier

2 Les sources L étude annuelle du CerPhi réalisée à partir des données de la Direction Générale des Finances Publiques sur les dons déclarés par les foyers français à l administration fiscale. Le panel des CER de France générosités = relevé annuel des CER de 42 associations depuis 2002 Le Baromètre de France générosités = relevé mensuel des dons collectés par 23 associations membres, depuis janvier 2006.

3 Trois sources comparables : des données constatées (et non sur des données recueillies à partir d enquête dans la population) concernant uniquement les dons financiers réalisés par les particuliers au profit d organismes. Trois sources complémentaires car reposant sur des méthodes de recueil différentes et portant sur des aspects de la collecte et sur des périodes également différents.

4 Première partie Etude CerPhi : les dons déclarés par les foyers français à l administration fiscale

5 Évolution annuelle du montant des dons En millions d'euros ,7% Evolution : Montant des Dons Déclarés "Effet Tsunami" ,3% +3% +22% % Collecte exceptionnelle en 2004 et Quasi stagnation en 2006 : lissage Reprise de la progression à partir de 2007 Tsunami + loi fiscale de 2003

6 En milliers de foyers Évolution annuelle du nombre de foyers donateurs Evolution : Nombre de Foyers Fiscaux déclarant au moins un Don +2,7% "Effet Tsunami" % -5% ,6% +2,6% L augmentation du nombre de foyers fiscaux donateurs en 2004 ne s est pas maintenue : la chute des deux années suivantes annule le gain du tsunami Depuis 2002 on enregistre en moyenne moins de 2% par an de nouveaux foyers déclarant un don

7 En euros Évolution annuelle du don moyen par foyer donateur = Evolution : Don Moyen par Foyer Fiscal Donateur +6% % % % 320 Une progression régulière et continue du don moyen annuel par foyer : + 27,5 % depuis 2003 (dans le même temps : - 8 à 9% de pouvoir d achat selon INSEE) Le montant moyen de 320 en 2007 se ventile de 151 à 2900 selon la tranche de revenus.

8 Deuxième partie Le panel des CER (42 associations)

9 Action Contre la Faim Oxfam France Aide et Action Amnesty International Armée du Salut Ass.des Paralysés de France Fondation Raoul Follereau ARC ARSEP BICE CARE France/SERA CFPE Cimade CCFD CNMR Croix Rouge française Delta 7 Fondation Abbé Pierre Fondation de l Avenir Fondation Mouvement pour les Villages d enfants Fondation d Auteuil Fondation de France Fondation Recherche Médicale Habitat et Humanisme Handicap international Institut Pasteur Les petits frères des Pauvres Ligue Nationale contre le Cancer Maisons d accueil l Ilot Médecins du Monde MSF Nos petits frères et sœurs Ordre de Malte France Partage Scouts de France Secours catholique Secours Populaire Sidaction SOS Villages d enfants Un enfant par la main Unicef France Vaincre la Mucoviscidose

10 Evolution du montant collectés par ce panel En millions d'euros Evolution annuelle du montant des dons pour 42 associations de référence Panel FG 42A +7% % % % % -21% +3,6% ,4% 673 Année - Une courbe accidentée qui traduit la forte présence dans ce panel des «grandes marques» ayant beaucoup collecté sur le tsunami. - Une confirmation de la reprise régulière depuis 2006, qui se poursuit en 2008

11 Base Évolution annuelle du montant des dons Comparaison dons déclarés/ panel des CER en base 100 Evolution annuelle du montant des dons (base 100) 159 CER Bercy % +22% % +3% % +1,3% Panel FG 42A 107 Bercy Année La comparaison de l évolution des montants collectés selon les deux sources confirme la surreprésentation des grandes marques dans le panel

12 Le montant des legs et donations En millions d'euros Panel FG 42A donations 271-9% 247 Evolution annuelle du montant des donations et legs pour les 42 associations de référence +49% ,1% % % % 385 Année Une courbe significative de l évolution spécifique des legs : 2007 : une avancée dans l administration des legs : la loi permet le déblocage du legs en 6 mois. Une quantité très importante de legs est enregistrée : sous l effet de la crise, une baisse de la valeur des biens mobiliers et immobiliers

13 Répartition des ressources publiques et privées 100% 0% Répartition annuelle du type de ressources 60% < 60% 60% 55% 54% 61% 59% 56% 59% 40% 45% 46% 39% 41% 44% 41% Ressources Publiques Ressources Privées Année Pas de baisse significative de la part représentée par les fonds publics. Mais l amorce d une tendance à surveiller : depuis 3 ans, ils représentent une part inférieure à celle d avant les deux années atypiques de 2004 et 2005

14 Troisième partie Le baromètre de France générosités (23 associations)

15 Action Contre la Faim Amnesty International Ass.des Paralysés de France Fondation Raoul Follereau ARC ARSEP CARE France/SERA CFPE CCFD Croix Rouge française Fondation Mouvement pour les Villages d Enfants Fondation de l Avenir Fondation d Auteuil Fondation de France Fondation Notre dame Fondation pour la Recherche Médicale Handicap international Institut Curie Institut Pasteur Ordre de Malte France Secours catholique SOS Villages d enfants Unicef France

16 1. Analyse de l évolution annuelle de 2006 à Analyse trimestrielle de 2006 à juillet 2009

17 Evolution annuelle du montant des dons En millions d'euros Evolution annuelle du montant des dons ,5% +7% % Année Le montant des dons augmente d une année à l autre, d une façon irrégulière. Malgré l annonce de la crise financière au dernier trimestre 2008, la collecte de l année fait un bon de 7%.

18 Evolution annuelle du nombre de dons + 21% Le nombre de dons augmente régulièrement d une année à l autre (+ 9%, + 11%), en proportion plus forte que le montant des dons

19 Evolution annuelle du don moyen (1) En euros 40! 35! 30! 25! 20! 39! Evolution annuelle du don moyen -7% 37! -3,9% 35! -9% Par conséquent le don moyen tend à baisser (- 9% en 3 ans) 15! 10! 5! 0! Année

20 PA vs chèques et autres moyens Répartition annuelle du nombre de dons Répartition annuelle du montant des dons 100% 100% 60% 58% 50% Chèques et autres PA 83% 81% 78% Chèques et autres PA 40% 42% 50% 17% 19% 22% 0% Année 0% Année Les prélèvements automatiques représentent en 2008, 50% des dons, en nombre En revanche ils ne représentent que 22% du montant de la collecte C est un des facteurs de la baisse du don moyen

21 Répartition nouveaux vs anciens donateurs Répartition annuelle du nombre de dons Répartition annuelle du montant des dons 100% 100% 90% 91% 91% Fidélisation + réactivation Premier don 89% 91% 90% Fidélisation + réactivation Premier don 0% 10% 9% 9% Année 0% 11% 9% 10% Année Les primo-donateurs réalisent 9 à 10% des dons, et contribuent pour 9 à 11% à la collecte globale de ce panier d'associations Un vrai problème : il faut 20% de nouveaux donateurs par an pour qu un fichier se renouvelle.

22 Les dons en ligne (1) Une croissance spectaculaire : le nombre de dons en ligne a plus que doublé en deux ans, et le montant collecté augmente de 98% dans le même temps.

23 Les dons en ligne (2) Le moyen montant des dons en ligne est très supérieur à celui des autres dons : 100 Vs 35 en 2008 pour l ensemble des dons. Il tend à baisser mais dans des proportions très inférieures (-7,4% en deux ans).

24 1. Analyse de l évolution annuelle de 2006 à Analyse trimestrielle de 2006 à juillet 2009

25 Evolution du nombre de dons (1) Nb de dons Analyse trimestrielle : Nombre de dons - Baromètre (23 associations) % % % +13% +1,8% ,6% -2,4% % % % Trimestre 1 Trimestre 2 Trimestre 3 Trimestre 4 C est toujours lors du 4eme trimestre que tout se joue

26 Evolution du nombre de dons (2) Nb de dons Analyse trimestrielle : Nombre de dons - Baromètre (23 associations) Le Focus nombre T1 vs T2 de dons (2) % +13% +1,8% : le 2eme trimestre compense la faiblesse du 1er % Trimestre 1 Trimestre 2 Chaque année, pour chaque trimestre le nombre de dons est > à celui de n-1. La tendance se poursuit en 2009

27 Evolution du montant des dons (1) En millions d'euros Analyse trimestrielle : Montant des dons - Baromètre (23 associations) % +30% % 68 +3,6% 66-16% 62 +4,8% % Trimestre 1 Trimestre 2 Trimestre 3 Trimestre 4 Pas de signe d un recul en 2009 : la collecte de chacun des deux premiers trimestre est supérieure à celle de n -1 ; elle évolue très favorablement entre le 1er et le 2ème trimestre (+24%)

28 Le montant des dons (2) En millions d'euros Analyse trimestrielle : Montant des dons - Baromètre (23 associations) Focus T1 vs T % ,6% +30% +4,8% Trimestre 1 Trimestre La chute spectaculaire du montant des dons au premier trimestre 2008 est compensée par la suite, malgré l aggravation de la crise. Le phénomène ne se reproduit pas en 2009

29 Le don moyen Don moyen 45! 40! 35! 30! 25! ! 34! 31! 29! - 9 Analyse trimestrielle : Dons moyens - Baromètre (23 associations) 44! 43! 40! +31% -3,4% 36! +44% 36! 35! -7% 34! +1,8% +40% -20% 34! +15% -14% +17% 30! 29! Trimestre 1 Trimestre 2 Trimestre 3 Trimestre 4 La baisse du don moyen : une tendance forte, très marquée au premier trimestre, qui se confirme d une année sur l autre, et se maintient début 2009 : Multiplication des causes Baisse du pouvoir Augmentation des PA

30 Points clé

31 1. Le montant des dons collectés continue de croître en temps de crise Les trois sources convergent sur ce constat : 2004 et 2005 : collecte exceptionnelle 2006 : retour à la normale quasi stagnation des dons déclarés à Bercy ( +1,5% ) recul pour les associations qui ont beaucoup reçu en 2004 (- 21% pour le panel des CER de France générosités) : reprise de la croissance de la collecte Confirmation en 2008 et maintient au cours des 2 premiers trimestres de 2009 (baromètre de France générosités). On ne dispose aujourd hui, et jusqu en juillet 2009, d aucun indice d une défaillance de la générosité des Français par la crise financière et économique.

32 2. Facteurs de croissance et risques La reprise de la croissance de la collecte depuis 2006 provient de l augmentation conjointe du nombre de foyers déclarant un don (+ 5% par an depuis 2006) et de celle du don annuel déclaré par foyer (+2,6%). Toutefois : Le montant de chacun des dons baisse de façon régulière (- 9% sur la même période). Les nouveaux donateurs ne représentent que 10% du nombre de dons effectués et 10% des montants collectés par ces organisations En résumé : plus de donateurs, donnent plus, plus souvent ou à davantage d associations, mais ils donnent moins à chaque fois et les fichiers se renouvellent peu.

33 3. Les dons sur Internet : une confirmation du potentiel Ils participent à l évolution positive de la collecte Leur nombre a plus que doublé de 2006 à 2009 et le volume collecté a augmenté de 98% : bien qu ils ne représentent encore qu un volume de dons limité, ils confirment leur potentiel Le don moyen est presque trois fois plus élevé que le don moyen par cheque et il baisse moins que celui-ci

34 4. Les legs et donations L évolution des montants collectés annuellement présente plusieurs particularités : Une courbe plus accidentée : les legs sont peu nombreux et leur montant très variable Une avancée dans l administration des legs en 2007 (le déblocage du legs en 6 mois) a permis d enregistrer une très importante de legs Un effet sensible de la crise en 2008 (baisse de la valeur des biens mobiliers et immobiliers )

35 5. La part respective des ressources publiques et privées des associations Observée sur le panel des 42 associations dont France générosités suit les CER, son évolution est faible. Toutefois il faut noter que : En 2002 et 2003, les financements publics ont représenté 60% à 61% des ressources des associations A partir de 2006, ils ont représentés une part systématiquement un peu inférieure (de 56 à 59%). Compte tenu de l inquiétude manifestée en 2009 par de nombreuses associations, il s agit d une tendance à suivre de près.

36 Conclusion On vérifie que la générosité des Français ne faiblit pas mais qu elle se répartit en davantage de dons plus faibles, avec un risque d émiettement pouvant représenter une difficulté pour les associations dans un contexte d augmentation des besoins et de risque d une baisse des fonds publics

État des lieux de la collecte 2006-2010. Chris Olivier CerPhi

État des lieux de la collecte 2006-2010. Chris Olivier CerPhi État des lieux de la collecte 2006-2010 Chris Olivier CerPhi Un panorama basé sur 3 sources d information 2006-2008 Source DGFIP Données de la Direction Générale des Finances Publiques : évolution annuelle

Plus en détail

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre établi à partir des sources suivantes: 2010 - Données transmises par la Direction

Plus en détail

Le don d argent des ménages aux associations et aux fondations

Le don d argent des ménages aux associations et aux fondations Le don d argent des ménages aux associations et aux fondations Étude des dons réalisés par les Français en 2008, enregistrés dans les déclarations de revenus 2009 Préface de Philippe Dumas Co-auteur du

Plus en détail

LES e-donateurs en france

LES e-donateurs en france LES e-donateurs en france Baromètre 2014 4 e édition Étude réalisée par et 1. BENCHMARK Présence digitale de 103 associations françaises membres de France Générosités. SOMMAIRE 2. QUESTIONNAIRE AUX associations

Plus en détail

Liste des Journées Nationales d Appel à la Générosité Publique pour l année 2013. Le Préfet des Landes,

Liste des Journées Nationales d Appel à la Générosité Publique pour l année 2013. Le Préfet des Landes, DIRECTION de la REGLEMENTATION et des LIBERTES PUBLIQUES 1 er Bureau PR/DRLP/2013/ n 16 Liste des Journées Nationales d Appel à la Générosité Publique pour l année 2013 Le Préfet des Landes, Chevalier

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

Communication et collecte, comment ça marche? Hélène Bongrain juin 2009

Communication et collecte, comment ça marche? Hélène Bongrain juin 2009 Hélène Bongrain juin 2009 Plan de la présentation Comm et collecte, état des lieux Faire fructifier sa collecte grâce à la comm Quelques petits conseils La collecte 1 er vecteur de comm d une association

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014 TABLEAU DE BORD ASF L activité des établissements spécialisés en 2014 Février 2015 Le financement des investissements des entreprises et des professionnels Le financement des investissements d équipement

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015 L Tableau de bord mensuel Novembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple =

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Point presse conjoncture Jeudi 6 février 2014

DOSSIER DE PRESSE Point presse conjoncture Jeudi 6 février 2014 DOSSIER DE PRESSE Point presse conjoncture Jeudi 6 février 2014 Contact presse Isabelle Muller 06 73 79 49 34 1 Sommaire Bilan 2013 : un marché en forte dépression Perspectives 2014 : malgré des blocages

Plus en détail

Population. 1. Une faible croissance démographique. Un poids démographique important au Nord-Est parisien

Population. 1. Une faible croissance démographique. Un poids démographique important au Nord-Est parisien #1 2 1 Globalement, la ville connaît une relative stagnation de sa population, qui s explique en grande partie par un solde migratoire négatif. Toutefois, les moyennes statistiques démographiques n'ont

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

LA DEPENSE LOGEMENT ET SA SOLVABILISATION. Impact sur le budget des ménages

LA DEPENSE LOGEMENT ET SA SOLVABILISATION. Impact sur le budget des ménages LA DEPENSE LOGEMENT ET SA SOLVABILISATION Impact sur le budget des ménages 1 I - LA SOLVABILISATION DES MENAGES PAR DES PRESTATIONS LEGALES A - LES AIDES AU LOGEMENT 1. Un grand nombre de bénéficiaires

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

L année a incontestablement été marquée par l impact de

L année a incontestablement été marquée par l impact de Une année marquée par l'impact de Lille 2004 L année a incontestablement été marquée par l impact de «Lille 2004 - Capitale européenne de la culture». Cet évènement a eu des répercussions très importantes

Plus en détail

IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE. Guide des dispositions fiscales 2016

IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE. Guide des dispositions fiscales 2016 IMPÔT DE SOLIDARITÉ SUR LA FORTUNE Guide des dispositions fiscales 2016 La Fondation ARC en chiffres : Chaque année : Plus de 25 millions alloués à la recherche Près de 100 % des ressources issues de la

Plus en détail

Les tendances récentes de l accession à la propriété des jeunes en France d après l Observatoire du Financement du Logement. Jeudi 10 Novembre 2011

Les tendances récentes de l accession à la propriété des jeunes en France d après l Observatoire du Financement du Logement. Jeudi 10 Novembre 2011 Les tendances récentes de l accession à la propriété des jeunes en France d après l Observatoire du Financement du Logement Jeudi 10 Novembre 2011 L Observatoire du Financement du Logement de CSA en quelques

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. La production des établissements de crédit spécialisés en 2011

TABLEAU DE BORD ASF. La production des établissements de crédit spécialisés en 2011 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2011 Mars 2012 - 2-1. Le financement des entreprises Le financement des investissements d équipement : le rebond de l activité

Plus en détail

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012 Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 212 Ronan Mahieu* L économie française s est beaucoup transformée depuis l après-guerre, avec à la fois des évolutions lentes et continues

Plus en détail

INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS

INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS INDICE DES PRIX DES ACTIFS IMMOBILIERS N 20 TENDANCE GLOBALE DU MARCHÉ IMMOBILIER AU 3 ème TRIMESTRE 2014 1. Tendance globale du marché immobilier au cours du 3 ème trimestre 2014 En glissement trimestriel,

Plus en détail

Dette et portrait financier

Dette et portrait financier L ENDETTEMENT L administration municipale a principalement recours à l emprunt à long terme pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est grandement influencé par

Plus en détail

Le marché publicitaire baisse au 1 er semestre 2013 mais

Le marché publicitaire baisse au 1 er semestre 2013 mais Merci de mentionner «Source IREP FRANCE PUB 2013» Pour toute reproduction de ces résultats. Le marché publicitaire baisse au 1 er semestre 2013 mais Au 1 er semestre 2013, les recettes publicitaires nettes

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi.

>> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. 2 ème trimestre 20 Juillet 20 - N 21 >> La bonne tenue du commerce auto se confirme, les difficultés de l après vente aussi. Alors que 20 s annonçait comme l année de la reprise, l évolution de l activité

Plus en détail

1- LES PRINCIPAUX LIVRETS BANCAIRES 2- L ASSURANCE VIE / LE PLACEMENT PATRIMONIAL ROI

1- LES PRINCIPAUX LIVRETS BANCAIRES 2- L ASSURANCE VIE / LE PLACEMENT PATRIMONIAL ROI «TAUX-INDICES-CHIFFRESCHIFFRES» 1- LES PRINCIPAUX LIVRETS BANCAIRES Les livrets sans impôts TAUX Livret A, Livret Bleu 2,25 % Livret de développement durable 2,25 % Livret Jeunes (pour les 12 à 25 ans)

Plus en détail

Les tendances récentes de l accession à la propriété en France d après l Observatoire du Financement du Logement

Les tendances récentes de l accession à la propriété en France d après l Observatoire du Financement du Logement Les tendances récentes de l accession à la propriété en France d après l Observatoire du Financement du Logement Mercredi 2 juillet 211 L Observatoire du Financement du Logement Une étude de référence

Plus en détail

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T3 2013

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T3 2013 1 Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France 3 ème trimestre 2013 2 Synthèse des données d activité Les éléments suivants ont été constitués sur la base des données transmises par les

Plus en détail

Assemblée générale de l Association des boursiers communaux vaudois

Assemblée générale de l Association des boursiers communaux vaudois Assemblée générale de l Association des boursiers communaux vaudois Présentation de Pascal Broulis, chef du Département des finances et des relations extérieures, Eclépens, le 15 avril 2016 2005-2015 :

Plus en détail

Enquête auprès des donateurs en ligne

Enquête auprès des donateurs en ligne pour Enquête auprès des donateurs en ligne Décembre 2010 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : Agence Limite Echantillon : Echantillon de 472 e-donateurs, personnes ayant déjà

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 5 au 9 novembre 2012 SOMMAIRE FRANCE ZONE EURO 1. Crédits nouveaux au secteur privé en septembre 2012 : tassement pour les entreprises, contraction pour les ménages 2. Déficit

Plus en détail

Auto entrepreneurs : qui sont ils?

Auto entrepreneurs : qui sont ils? Décryptage Par André Letowski Auto entrepreneurs : qui sont ils? La création d entreprises en France se maintient à des niveaux toujours élevés. Selon les derniers chiffres publiés par l INSEE, le nombre

Plus en détail

Le dossier. Les salaires en France

Le dossier. Les salaires en France Le dossier Les salaires en France Sommaire : I- Salaires un regard sur 2009 II- Les salaires du secteur privé et semi-public III- Les salaires des agents de l Etat en 2009 IV- Salaires dans l économie

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

L évolution des flux de placements financiers des ménages français et son incidence sur les groupes de bancassurance

L évolution des flux de placements financiers des ménages français et son incidence sur les groupes de bancassurance L évolution des flux de placements financiers des ménages français et son incidence sur les groupes de bancassurance n 1 décembre 212 1 SYNTHESE À la fin de l année 211, le Secrétariat général de l Autorité

Plus en détail

BAROMÈTRE SEMESTRIEL APEC / ANDRH

BAROMÈTRE SEMESTRIEL APEC / ANDRH BAROMÈTRE SEMESTRIEL APEC / ANDRH LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N -59 MAI Les intentions de recrutements de cadres dans la fonction RH pour le. L évolution des offres dans la fonction RH diffusées sur apec.fr.

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 1

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 1 LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 1 En collaboration avec le laboratoire ERUDITE de l Université Paris-Est Marne-la-vallée, sous la direction scientifique de Marc Ferracci et avec la

Plus en détail

Réunion préparatoire à l Assemblée générale de la CARMF. 16 septembre 2010

Réunion préparatoire à l Assemblée générale de la CARMF. 16 septembre 2010 Collège des retraités Réunion préparatoire à l Assemblée générale de la CARMF 16 septembre 2010 C Poulain 08 2010 1 Allocations 2010 Allocations 2010 tous régimes confondus : C Poulain 08 2010 2 Allocations

Plus en détail

Le financement du logement social :

Le financement du logement social : le financement du logement social : generalites Problématique générale L emprunt constitue le mode de financement principal des investissements locatifs sociaux ; la charge financière doit être couverte,

Plus en détail

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 Conseil Municipal du 26 février 2015 Table des matières Préambule I - Analyses et perspectives économiques 2015 a) Contexte international et national b) L impact

Plus en détail

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux L'analyse des Besoins Sociaux (ABS) sur le territoire de la commune de la Bordeaux est une procédure annuelle qui doit permettre une appréhension globale des

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Avril 2012 ACTIVITE DANS L INDUSTRIE En mars, le climat des affaires s accroît légèrement après sept mois consécutifs de baisse : l indicateur correspondant augmente de 3 points mais

Plus en détail

Le bilan économique 2013 en Midi-Pyrénées

Le bilan économique 2013 en Midi-Pyrénées Le bilan économique 2013 en Midi- Construction La construction de logements ne redémarre pas Sokorn Marigot (Dreal) Résumé En 2013, le nombre de logements autorisés à la construction en Midi- progresse

Plus en détail

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE

LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE LE RÔLE RESPECTIF DES TAUX À COURT TERME ET DES TAUX À LONG TERME DANS LE FINANCEMENT DE L ÉCONOMIE Le rôle respectif des taux à court terme et des taux à long terme dans le financement de l économie française

Plus en détail

LA MEDICALE VIE-PREVOYANCE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 50-56 rue de la Procession - 75015 PARIS

LA MEDICALE VIE-PREVOYANCE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 50-56 rue de la Procession - 75015 PARIS LA MEDICALE VIE-PREVOYANCE Association régie par la loi du 1 er juillet 1901 Siège social : 50-56 rue de la Procession - 75015 PARIS RAPPORT D ACTIVITE EXERCICE 2012 Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale

Bilan descriptif relatif aux mesures de décote, surcote. et de cumul emploi retraite au régime général. Direction de la Sécurité sociale CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 26 janvier 2011-9 h 30 «Prolongation d'activité, liberté de choix et neutralité actuarielle : décote, surcote et cumul emploi retraite» Document N

Plus en détail

BAROMÈTRE PRISM EMPLOI BILAN ANNUEL 2014

BAROMÈTRE PRISM EMPLOI BILAN ANNUEL 2014 BAROMÈTRE PRISM EMPLOI BILAN ANNUEL 2014 Paris, le 3 février 2015 COMMENTAIRE GÉNÉRAL POUR L ANNÉE 2014 En 2014, la France enregistre une baisse de l emploi intérimaire pour la troisième année consécutive

Plus en détail

Baromètre Internet+ 18 février 2010. Baromètre Internet+ (18 février 2010) 1

Baromètre Internet+ 18 février 2010. Baromètre Internet+ (18 février 2010) 1 Baromètre Internet+ 18 février 2010 1 Sommaire Accueil Hélène Viot-Poirier, Présidente de l association Internet+ Baromètre Internet+ 2009 Remi Provendier, DG Innovation Marketing, SFR Bilan & perspectives

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

Les bénéficiaires de la Retraite Complémentaire Obligatoire (RCO) sont au nombre de 508 672 à fin juin 2012. Leur nombre diminue de 1 % sur un an.

Les bénéficiaires de la Retraite Complémentaire Obligatoire (RCO) sont au nombre de 508 672 à fin juin 2012. Leur nombre diminue de 1 % sur un an. Octobre L'Observatoire Economique et Social Note de conjoncture n 23 Volet 3 : Famille et retraite Le nombre de familles bénéficiaires d au moins une prestation familiale au régime agricole recule au premier

Plus en détail

Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes

Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 2 ème trimestre 2013 Les données caractéristiques du marché selon le type de marché

Plus en détail

Faites le choix de la solidarité! Avec Le livret d Épargne pour les Autres et les Cartes pour les Autres. 224_227 carte lea 02.indd 1 9/10/08 9:34:00

Faites le choix de la solidarité! Avec Le livret d Épargne pour les Autres et les Cartes pour les Autres. 224_227 carte lea 02.indd 1 9/10/08 9:34:00 Faites le choix de la solidarité! Avec Le livret d Épargne pour les Autres et les Cartes pour les Autres 5132 EXPIRE FIN 224_227 carte lea 02.indd 1 9/10/08 9:34:00 vec le Livret d Épargne pour les Autres

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Sylvain Gouteron et Évelyne Fam Direction des Statistiques monétaires et financières Service des Analyses et Statistiques monétaires Du

Plus en détail

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013

ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 ENQUETE CONJONCTURE 1 ER SEMESTRE 2013 Enquête réalisée par mail sur la période du 6 au 13 juin 2013 Préambule : Depuis fin 2011, la Chambre de métiers et de l artisanat réalise une enquête de conjoncture

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES

BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES 1 er et 2 ème trimestres 2012 Note semestrielle N 5 BAROMETRE DE CONJONCTURE DE L HEBERGEMENT D ENTREPRISES Une activité dynamique qui pourrait s essouffler L activité d hébergement d entreprises au premier

Plus en détail

Les organismes faisant appel à la générosité publique

Les organismes faisant appel à la générosité publique Les organismes faisant appel à la générosité publique La loi du 7 août 1991 impose aux organismes qui font appel à la générosité publique d'en faire la déclaration préalable auprès de la préfecture du

Plus en détail

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH)

Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation de compensation du handicap (PCH) Programme «Invalidité et dispositifs gérés par la CNSA» - Partie II «Objectifs / résultats» Objectif n 2 : répondre au besoin d autonomie des personnes handicapées Indicateur n 2-3 : Suivi de la prestation

Plus en détail

Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite

Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RADICAL ET CITOYEN PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2011 6 JUIN 2011 Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite Du bouclier fiscal

Plus en détail

Situation économique des entreprises du commerce de détail au 2 ème trimestre 2015 JUILLET 2015

Situation économique des entreprises du commerce de détail au 2 ème trimestre 2015 JUILLET 2015 Situation économique des entreprises du commerce de détail au 2 ème trimestre 2015 JUILLET 2015 RÉSUMÉ DES RÉSULTATS C O M M E A N T I C I P É E PA R L E S C O M M E R Ç A N T S, L A C T I V I T É D E

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014

CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE NULLE ET INFLATION FAIBLE EN FRANCE SEPTEMBRE 2014 CROISSANCE PIB Consommation des ménages 102 début 2008 = 100 104 101 102 100 100 99 99 08 09 10 11 12 13 14 98 105 Investissements des entreprises

Plus en détail

Avec 464 000 entreprises et un chiffre

Avec 464 000 entreprises et un chiffre 8.1 Chiffres clés de la construction Avec 464 entreprises et un chiffre d affaires de 272 milliards d euros en 211, la construction représente 16 % des entreprises et 7 % du chiffre d affaires de l ensemble

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

IPEA News. Indicateur de Conjoncture Note Septembre 2014. Evolution du marché septembre 2014/septembre 2013-2,8 %

IPEA News. Indicateur de Conjoncture Note Septembre 2014. Evolution du marché septembre 2014/septembre 2013-2,8 % Le mois de septembre en bref Evolution du marché septembre 2014/septembre 2013-2,8 % Evolution du cumul à fin septembre 2014/2013-1,2 % Incidence du résultat de septembre sur le cumul -0,3 pt Rentrée morose

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN SEPTEMBRE 1998

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN SEPTEMBRE 1998 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN SEPTEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la, l encours des capitaux placés en plans d

Plus en détail

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010

Gestion. des cabinets d'expertise comptable. Octobre 2010 Gestion des cabinets d'expertise comptable Octobre 2010 Sommaire Avant-propos... 2 Synthèse en quelques chiffres... 2 Les cabinets sans salariés... 2 Les cabinets de 1 à 49 salariés... 2 Le chiffre d affaires

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 7 au 11 janvier 2013 n 102 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en novembre 2012 : +0,2% sur un mois, -2,2% en moyenne mobile sur trois mois 2. Marché du logement en novembre

Plus en détail

Tableau de bord de l Epargne en Europe

Tableau de bord de l Epargne en Europe STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Avril 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Synthèse. du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique

COUR DES COMPTES. Synthèse. du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique COUR DES COMPTES Synthèse du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique Janvier 2011 L emploi des fonds collectés par les associations en faveur des victimes du Tsunami du 26 décembre

Plus en détail

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011

LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 LETTRE D INFORMATION DE L OBSERVATOIRE ECONOMIQUE N 2 - Avril 2011 En collaboration avec le laboratoire ERUDITE de l Université Paris-Est Marne-la-vallée, sous la direction scientifique de Marc Ferracci

Plus en détail

Encadré 3. Graphique A Nombre de demandeurs d emploi de catégorie A et nombre de chômeurs au sens du BIT

Encadré 3. Graphique A Nombre de demandeurs d emploi de catégorie A et nombre de chômeurs au sens du BIT Encadré 3 Chômeurs au sens du BIT et demandeurs d emploi inscrits sur les listes de Pôle emploi Les différences conceptuelles entre chômage au sens du BIT et inscription à Pôle emploi Le chômage au sens

Plus en détail

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015 1 Introduction 1. Généralités Le particulier est confronté à titre principal à trois impositions : - l imposition de sa consommation (TVA, taxes sur les carburants, tabacs, alcools,...) : c est l imposition

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Communiqué de presse 24 avril 2014

Communiqué de presse 24 avril 2014 Communiqué de presse 24 avril 2014 Activité au 31 mars 2014 Hausse du taux d occupation moyen du Groupe à 96.9% contre 95.5% fin 2013 Loyers en hausse de +3.5% à périmètre homogène Gecina maintient sa

Plus en détail

La qualité des données sur les revenus : enquête versus fichier administratif L exemple de l enquête SRCV 2005. Laurence DAUPHIN INSEE 25 mars 2009

La qualité des données sur les revenus : enquête versus fichier administratif L exemple de l enquête SRCV 2005. Laurence DAUPHIN INSEE 25 mars 2009 La qualité des données sur les revenus : enquête versus fichier administratif L exemple de l enquête SRCV 2005 Laurence DAUPHIN INSEE PLAN Le dispositif SRCV Pourquoi une «refonte»? L appariement Sources

Plus en détail

Les comptes de l exercice 2013-14, se terminant au 31 mars 2014, ont été approuvés par le Consistoire de juin 2014.

Les comptes de l exercice 2013-14, se terminant au 31 mars 2014, ont été approuvés par le Consistoire de juin 2014. Comptes 2013-2014 Les comptes de l exercice 2013-14, se terminant au 31 mars 2014, ont été approuvés par le Consistoire de juin 2014. Consultez un résumé des pertes et profits, ainsi que du bilan. Pour

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 3 ème trimestre 2014 Les données caractéristiques selon le type de marché Au 3 ème

Plus en détail

Le Préfet de l Allier. Messieurs les Sous-Préfets des Arrondissements de Montluçon et Vichy ( en communication ) Appels à la générosité publique.

Le Préfet de l Allier. Messieurs les Sous-Préfets des Arrondissements de Montluçon et Vichy ( en communication ) Appels à la générosité publique. PREFECTURE DE L ALLIER Direction de la Réglementation Moulins, le 19 janvier 2010 des Libertés Publiques et des Etrangers Bureau des élections et de la réglementation générale Affaire suivie par M. PERRIN

Plus en détail

6. Les retraites. Enseignants titulaires du second degré public 9 800 départs à la retraite en 2013. 61,7 ans et 61,5 ans

6. Les retraites. Enseignants titulaires du second degré public 9 800 départs à la retraite en 2013. 61,7 ans et 61,5 ans 6. Les retraites A. Les départs à la retraite des personnels du secteur public en 213 111 B. Un nombre de départs à la retraite tendanciellement en diminution depuis 23 112 C. Le nombre de retraités de

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation

Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation 1 Les s des droits de succession sont de la compétence

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Conférence de presse annuelle Jeudi 16 juin Dons des particuliers de 2008 à 2010

Conférence de presse annuelle Jeudi 16 juin Dons des particuliers de 2008 à 2010 Conférence de presse annuelle Jeudi 16 juin 2011 Dons des particuliers de 2008 à 2010 2 sources d information complémentaires 2008-2009 Données de la DGFiP, traitées par le CerPhi : Montant global des

Plus en détail

Comment se déplace-t-on aujourd hui dans l Agglomération Nantaise et son bassin de vie? tendances 2008

Comment se déplace-t-on aujourd hui dans l Agglomération Nantaise et son bassin de vie? tendances 2008 Comment se déplace-t-on aujourd hui dans l Agglomération Nantaise et son bassin de vie? tendances 2008 novembre 2009 Objectif : connaître les déplacements en 2008 Les objectifs du Plan de Déplacements

Plus en détail

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998 Les crédits au logement consentis aux ménages en Les crédits nouveaux à l habitat mis en force 1 en ont atteint 341,93 milliards de francs en données brutes 2, contre 307,9 milliards en 1997 (+ 11,1 %).

Plus en détail

Partie A : revenu disponible des ménages. construction d une courbe de Lorenz

Partie A : revenu disponible des ménages. construction d une courbe de Lorenz Correction TD n 4 Math-SES Courbe de Lorenz Objectif du TD : réinvestissement des connaissances de statistiques, étude des inégalités de répartition des revenus disponibles et comparaison avec la répartition

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014 L Tableau de bord mensuel Juin 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple = M est

Plus en détail

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales

Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Contribution au Conseil d analyse économique sur le basculement des cotisations patronales Michel Didier et Michel Martinez 1. Les dépenses de Sécurité sociale à caractère universel (maladie, famille)

Plus en détail

«L année 2013 a été marquée par le lancement du FALCON 5X, qui enrichit la gamme FALCON, et par la consolidation du socle France du RAFALE.

«L année 2013 a été marquée par le lancement du FALCON 5X, qui enrichit la gamme FALCON, et par la consolidation du socle France du RAFALE. Prises de commandes 64 FALCON contre 58 en 2012 Livraisons 77 FALCON et 11 RAFALE contre 66 FALCON et 11 RAFALE en 2012 Chiffre d'affaires 4 593 millions d'euros, en hausse de 17% Résultat Net ajusté(*)

Plus en détail