D un tsunami à l autre. Etat des lieux de la générosité des français. «Défricher les nouveaux champs de la générosité» 3 décembre 2009

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "D un tsunami à l autre. Etat des lieux de la générosité des français. «Défricher les nouveaux champs de la générosité» 3 décembre 2009"

Transcription

1 D un tsunami à l autre. Etat des lieux de la générosité des français Antoine Vaccaro Chris Olivier

2 Les sources L étude annuelle du CerPhi réalisée à partir des données de la Direction Générale des Finances Publiques sur les dons déclarés par les foyers français à l administration fiscale. Le panel des CER de France générosités = relevé annuel des CER de 42 associations depuis 2002 Le Baromètre de France générosités = relevé mensuel des dons collectés par 23 associations membres, depuis janvier 2006.

3 Trois sources comparables : des données constatées (et non sur des données recueillies à partir d enquête dans la population) concernant uniquement les dons financiers réalisés par les particuliers au profit d organismes. Trois sources complémentaires car reposant sur des méthodes de recueil différentes et portant sur des aspects de la collecte et sur des périodes également différents.

4 Première partie Etude CerPhi : les dons déclarés par les foyers français à l administration fiscale

5 Évolution annuelle du montant des dons En millions d'euros ,7% Evolution : Montant des Dons Déclarés "Effet Tsunami" ,3% +3% +22% % Collecte exceptionnelle en 2004 et Quasi stagnation en 2006 : lissage Reprise de la progression à partir de 2007 Tsunami + loi fiscale de 2003

6 En milliers de foyers Évolution annuelle du nombre de foyers donateurs Evolution : Nombre de Foyers Fiscaux déclarant au moins un Don +2,7% "Effet Tsunami" % -5% ,6% +2,6% L augmentation du nombre de foyers fiscaux donateurs en 2004 ne s est pas maintenue : la chute des deux années suivantes annule le gain du tsunami Depuis 2002 on enregistre en moyenne moins de 2% par an de nouveaux foyers déclarant un don

7 En euros Évolution annuelle du don moyen par foyer donateur = Evolution : Don Moyen par Foyer Fiscal Donateur +6% % % % 320 Une progression régulière et continue du don moyen annuel par foyer : + 27,5 % depuis 2003 (dans le même temps : - 8 à 9% de pouvoir d achat selon INSEE) Le montant moyen de 320 en 2007 se ventile de 151 à 2900 selon la tranche de revenus.

8 Deuxième partie Le panel des CER (42 associations)

9 Action Contre la Faim Oxfam France Aide et Action Amnesty International Armée du Salut Ass.des Paralysés de France Fondation Raoul Follereau ARC ARSEP BICE CARE France/SERA CFPE Cimade CCFD CNMR Croix Rouge française Delta 7 Fondation Abbé Pierre Fondation de l Avenir Fondation Mouvement pour les Villages d enfants Fondation d Auteuil Fondation de France Fondation Recherche Médicale Habitat et Humanisme Handicap international Institut Pasteur Les petits frères des Pauvres Ligue Nationale contre le Cancer Maisons d accueil l Ilot Médecins du Monde MSF Nos petits frères et sœurs Ordre de Malte France Partage Scouts de France Secours catholique Secours Populaire Sidaction SOS Villages d enfants Un enfant par la main Unicef France Vaincre la Mucoviscidose

10 Evolution du montant collectés par ce panel En millions d'euros Evolution annuelle du montant des dons pour 42 associations de référence Panel FG 42A +7% % % % % -21% +3,6% ,4% 673 Année - Une courbe accidentée qui traduit la forte présence dans ce panel des «grandes marques» ayant beaucoup collecté sur le tsunami. - Une confirmation de la reprise régulière depuis 2006, qui se poursuit en 2008

11 Base Évolution annuelle du montant des dons Comparaison dons déclarés/ panel des CER en base 100 Evolution annuelle du montant des dons (base 100) 159 CER Bercy % +22% % +3% % +1,3% Panel FG 42A 107 Bercy Année La comparaison de l évolution des montants collectés selon les deux sources confirme la surreprésentation des grandes marques dans le panel

12 Le montant des legs et donations En millions d'euros Panel FG 42A donations 271-9% 247 Evolution annuelle du montant des donations et legs pour les 42 associations de référence +49% ,1% % % % 385 Année Une courbe significative de l évolution spécifique des legs : 2007 : une avancée dans l administration des legs : la loi permet le déblocage du legs en 6 mois. Une quantité très importante de legs est enregistrée : sous l effet de la crise, une baisse de la valeur des biens mobiliers et immobiliers

13 Répartition des ressources publiques et privées 100% 0% Répartition annuelle du type de ressources 60% < 60% 60% 55% 54% 61% 59% 56% 59% 40% 45% 46% 39% 41% 44% 41% Ressources Publiques Ressources Privées Année Pas de baisse significative de la part représentée par les fonds publics. Mais l amorce d une tendance à surveiller : depuis 3 ans, ils représentent une part inférieure à celle d avant les deux années atypiques de 2004 et 2005

14 Troisième partie Le baromètre de France générosités (23 associations)

15 Action Contre la Faim Amnesty International Ass.des Paralysés de France Fondation Raoul Follereau ARC ARSEP CARE France/SERA CFPE CCFD Croix Rouge française Fondation Mouvement pour les Villages d Enfants Fondation de l Avenir Fondation d Auteuil Fondation de France Fondation Notre dame Fondation pour la Recherche Médicale Handicap international Institut Curie Institut Pasteur Ordre de Malte France Secours catholique SOS Villages d enfants Unicef France

16 1. Analyse de l évolution annuelle de 2006 à Analyse trimestrielle de 2006 à juillet 2009

17 Evolution annuelle du montant des dons En millions d'euros Evolution annuelle du montant des dons ,5% +7% % Année Le montant des dons augmente d une année à l autre, d une façon irrégulière. Malgré l annonce de la crise financière au dernier trimestre 2008, la collecte de l année fait un bon de 7%.

18 Evolution annuelle du nombre de dons + 21% Le nombre de dons augmente régulièrement d une année à l autre (+ 9%, + 11%), en proportion plus forte que le montant des dons

19 Evolution annuelle du don moyen (1) En euros 40! 35! 30! 25! 20! 39! Evolution annuelle du don moyen -7% 37! -3,9% 35! -9% Par conséquent le don moyen tend à baisser (- 9% en 3 ans) 15! 10! 5! 0! Année

20 PA vs chèques et autres moyens Répartition annuelle du nombre de dons Répartition annuelle du montant des dons 100% 100% 60% 58% 50% Chèques et autres PA 83% 81% 78% Chèques et autres PA 40% 42% 50% 17% 19% 22% 0% Année 0% Année Les prélèvements automatiques représentent en 2008, 50% des dons, en nombre En revanche ils ne représentent que 22% du montant de la collecte C est un des facteurs de la baisse du don moyen

21 Répartition nouveaux vs anciens donateurs Répartition annuelle du nombre de dons Répartition annuelle du montant des dons 100% 100% 90% 91% 91% Fidélisation + réactivation Premier don 89% 91% 90% Fidélisation + réactivation Premier don 0% 10% 9% 9% Année 0% 11% 9% 10% Année Les primo-donateurs réalisent 9 à 10% des dons, et contribuent pour 9 à 11% à la collecte globale de ce panier d'associations Un vrai problème : il faut 20% de nouveaux donateurs par an pour qu un fichier se renouvelle.

22 Les dons en ligne (1) Une croissance spectaculaire : le nombre de dons en ligne a plus que doublé en deux ans, et le montant collecté augmente de 98% dans le même temps.

23 Les dons en ligne (2) Le moyen montant des dons en ligne est très supérieur à celui des autres dons : 100 Vs 35 en 2008 pour l ensemble des dons. Il tend à baisser mais dans des proportions très inférieures (-7,4% en deux ans).

24 1. Analyse de l évolution annuelle de 2006 à Analyse trimestrielle de 2006 à juillet 2009

25 Evolution du nombre de dons (1) Nb de dons Analyse trimestrielle : Nombre de dons - Baromètre (23 associations) % % % +13% +1,8% ,6% -2,4% % % % Trimestre 1 Trimestre 2 Trimestre 3 Trimestre 4 C est toujours lors du 4eme trimestre que tout se joue

26 Evolution du nombre de dons (2) Nb de dons Analyse trimestrielle : Nombre de dons - Baromètre (23 associations) Le Focus nombre T1 vs T2 de dons (2) % +13% +1,8% : le 2eme trimestre compense la faiblesse du 1er % Trimestre 1 Trimestre 2 Chaque année, pour chaque trimestre le nombre de dons est > à celui de n-1. La tendance se poursuit en 2009

27 Evolution du montant des dons (1) En millions d'euros Analyse trimestrielle : Montant des dons - Baromètre (23 associations) % +30% % 68 +3,6% 66-16% 62 +4,8% % Trimestre 1 Trimestre 2 Trimestre 3 Trimestre 4 Pas de signe d un recul en 2009 : la collecte de chacun des deux premiers trimestre est supérieure à celle de n -1 ; elle évolue très favorablement entre le 1er et le 2ème trimestre (+24%)

28 Le montant des dons (2) En millions d'euros Analyse trimestrielle : Montant des dons - Baromètre (23 associations) Focus T1 vs T % ,6% +30% +4,8% Trimestre 1 Trimestre La chute spectaculaire du montant des dons au premier trimestre 2008 est compensée par la suite, malgré l aggravation de la crise. Le phénomène ne se reproduit pas en 2009

29 Le don moyen Don moyen 45! 40! 35! 30! 25! ! 34! 31! 29! - 9 Analyse trimestrielle : Dons moyens - Baromètre (23 associations) 44! 43! 40! +31% -3,4% 36! +44% 36! 35! -7% 34! +1,8% +40% -20% 34! +15% -14% +17% 30! 29! Trimestre 1 Trimestre 2 Trimestre 3 Trimestre 4 La baisse du don moyen : une tendance forte, très marquée au premier trimestre, qui se confirme d une année sur l autre, et se maintient début 2009 : Multiplication des causes Baisse du pouvoir Augmentation des PA

30 Points clé

31 1. Le montant des dons collectés continue de croître en temps de crise Les trois sources convergent sur ce constat : 2004 et 2005 : collecte exceptionnelle 2006 : retour à la normale quasi stagnation des dons déclarés à Bercy ( +1,5% ) recul pour les associations qui ont beaucoup reçu en 2004 (- 21% pour le panel des CER de France générosités) : reprise de la croissance de la collecte Confirmation en 2008 et maintient au cours des 2 premiers trimestres de 2009 (baromètre de France générosités). On ne dispose aujourd hui, et jusqu en juillet 2009, d aucun indice d une défaillance de la générosité des Français par la crise financière et économique.

32 2. Facteurs de croissance et risques La reprise de la croissance de la collecte depuis 2006 provient de l augmentation conjointe du nombre de foyers déclarant un don (+ 5% par an depuis 2006) et de celle du don annuel déclaré par foyer (+2,6%). Toutefois : Le montant de chacun des dons baisse de façon régulière (- 9% sur la même période). Les nouveaux donateurs ne représentent que 10% du nombre de dons effectués et 10% des montants collectés par ces organisations En résumé : plus de donateurs, donnent plus, plus souvent ou à davantage d associations, mais ils donnent moins à chaque fois et les fichiers se renouvellent peu.

33 3. Les dons sur Internet : une confirmation du potentiel Ils participent à l évolution positive de la collecte Leur nombre a plus que doublé de 2006 à 2009 et le volume collecté a augmenté de 98% : bien qu ils ne représentent encore qu un volume de dons limité, ils confirment leur potentiel Le don moyen est presque trois fois plus élevé que le don moyen par cheque et il baisse moins que celui-ci

34 4. Les legs et donations L évolution des montants collectés annuellement présente plusieurs particularités : Une courbe plus accidentée : les legs sont peu nombreux et leur montant très variable Une avancée dans l administration des legs en 2007 (le déblocage du legs en 6 mois) a permis d enregistrer une très importante de legs Un effet sensible de la crise en 2008 (baisse de la valeur des biens mobiliers et immobiliers )

35 5. La part respective des ressources publiques et privées des associations Observée sur le panel des 42 associations dont France générosités suit les CER, son évolution est faible. Toutefois il faut noter que : En 2002 et 2003, les financements publics ont représenté 60% à 61% des ressources des associations A partir de 2006, ils ont représentés une part systématiquement un peu inférieure (de 56 à 59%). Compte tenu de l inquiétude manifestée en 2009 par de nombreuses associations, il s agit d une tendance à suivre de près.

36 Conclusion On vérifie que la générosité des Français ne faiblit pas mais qu elle se répartit en davantage de dons plus faibles, avec un risque d émiettement pouvant représenter une difficulté pour les associations dans un contexte d augmentation des besoins et de risque d une baisse des fonds publics

État des lieux de la collecte 2006-2010. Chris Olivier CerPhi

État des lieux de la collecte 2006-2010. Chris Olivier CerPhi État des lieux de la collecte 2006-2010 Chris Olivier CerPhi Un panorama basé sur 3 sources d information 2006-2008 Source DGFIP Données de la Direction Générale des Finances Publiques : évolution annuelle

Plus en détail

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011

Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre France générosités- CerPhi Evolution des dons des particuliers et du profil des donateurs - 2010 & 2011 Baromètre établi à partir des sources suivantes: 2010 - Données transmises par la Direction

Plus en détail

LES e-donateurs en france

LES e-donateurs en france LES e-donateurs en france Baromètre 2014 4 e édition Étude réalisée par et 1. BENCHMARK Présence digitale de 103 associations françaises membres de France Générosités. SOMMAIRE 2. QUESTIONNAIRE AUX associations

Plus en détail

Baromètre e-donateurs LIMITE IFOP 4 ème édition. Le secteur caritatif français prend du retard sur les nouvelles pratiques de don

Baromètre e-donateurs LIMITE IFOP 4 ème édition. Le secteur caritatif français prend du retard sur les nouvelles pratiques de don Communiqué de presse Paris, le 24 avril 2014 Sous embargo jusqu au 25 avril 2014 Baromètre e-donateurs LIMITE IFOP 4 ème édition Une étude réalisée depuis 2010 par l'agence LIMITE et l IFOP, composée d'une

Plus en détail

Payez moins d impôts en étant généreux

Payez moins d impôts en étant généreux Payez moins d impôts en étant généreux Plus de 5 millions de foyers en France déclarent chaque année au moins un don à une œuvre ou à un organisme d intérêt général. ( Unicef) Par Gérard Blandin Publié

Plus en détail

Faites le choix de la solidarité! Avec Le livret d Épargne pour les Autres et les Cartes pour les Autres. 224_227 carte lea 02.indd 1 9/10/08 9:34:00

Faites le choix de la solidarité! Avec Le livret d Épargne pour les Autres et les Cartes pour les Autres. 224_227 carte lea 02.indd 1 9/10/08 9:34:00 Faites le choix de la solidarité! Avec Le livret d Épargne pour les Autres et les Cartes pour les Autres 5132 EXPIRE FIN 224_227 carte lea 02.indd 1 9/10/08 9:34:00 vec le Livret d Épargne pour les Autres

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Synthèse. du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique

COUR DES COMPTES. Synthèse. du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique COUR DES COMPTES Synthèse du rapport sur les organismes faisant appel à la générosité publique Janvier 2011 L emploi des fonds collectés par les associations en faveur des victimes du Tsunami du 26 décembre

Plus en détail

1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING

1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING 1 ER BAROMÈTRE DES PRIX DE L IMMOBILIER DE PARKING Inédit en France, MonsieurParking.com, société spécialisée dans l achat, la vente et la location de places de parking, crée le 1 er baromètre de l immobilier

Plus en détail

Les études qualitatives dans le secteur associatif. Chris Olivier 18 décembre

Les études qualitatives dans le secteur associatif. Chris Olivier 18 décembre Les études qualitatives dans le secteur associatif Chris Olivier 18 décembre Le secteur associatif, la philanthropie, le don Le fundraising Les études auprès de donateurs Motivations et freins des grands

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

Campagne DENIER 2015. Campagne Denier 2015 Diocèse de Fréjus-Toulon Page 1

Campagne DENIER 2015. Campagne Denier 2015 Diocèse de Fréjus-Toulon Page 1 Campagne DENIER 2015 Campagne Denier 2015 Diocèse de Fréjus-Toulon Page 1 Edition janvier 2015 Sommaire Page 3 - Denier de l Eglise Bilan 2014/Campagne 2015 Page 4 - Evolutions de la collecte du Denier

Plus en détail

La crise n'a pas entamé la générosité des belges

La crise n'a pas entamé la générosité des belges INSTITUT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE Institut pour un Développement Durable Chaussée de Chastre, 113 B-5140 Sombreffe Tél : 0484.109.764 E-mail : idd@iddweb.be La crise n'a pas entamé la générosité des

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES ORGANISMES COMMUNAUTAIRES

LE FINANCEMENT DES ORGANISMES COMMUNAUTAIRES LE FINANCEMENT DES ORGANISMES COMMUNAUTAIRES Par Denys Légaré, directeur général Daniel Asselin, président Grand forum de la préven0on du suicide 14 octobre 2014 Plan de la présentation Les tendances en

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

4 CHIFFRES À RETENIR

4 CHIFFRES À RETENIR Une baisse continue mais atténuée 4 CHIFFRES À RETENIR Recettes publicitaires totales (médias historiques + Internet + mobile + courrier publicitaire et ISA) 1 ER SEMESTRE 2014-2,6% S1 2014 vs S1 2013

Plus en détail

EPARGNER SOLIDAIRE AVEC LA NEF ET LE CRÉDIT COOPÉRATIF. Par Guylaine Duclos Jean-Pierre Théret CEAN. De l Association

EPARGNER SOLIDAIRE AVEC LA NEF ET LE CRÉDIT COOPÉRATIF. Par Guylaine Duclos Jean-Pierre Théret CEAN. De l Association Par Guylaine Duclos Jean-Pierre Théret De l Association CEAN EPARGNER SOLIDAIRE AVEC LA NEF ET LE CRÉDIT COOPÉRATIF 1) QU EST-CE L ÉPARGNE ET LA FINANCE SOLIDAIRES 2) LA SOCIÉTÉ FINANCIÈRE LA NEF 3) LA

Plus en détail

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013

Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 Baromètre PME Wallonie Bruxelles : Quatrième trimestre 2013 L UCM a créé un indicateur de conjoncture pour les PME wallonnes et bruxelloises. Ce "baromètre" est réalisé chaque trimestre, sur base des réponses

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Pourquoi donne t-on? Quelques apports de l économie comportementale

Pourquoi donne t-on? Quelques apports de l économie comportementale Pourquoi donne t-on? Quelques apports de l économie comportementale Marie Claire Villeval Directrice de recherche CNRS, GATE et CORTEX Les dons : un phénomène économique important Etats-Unis : 260 milliards

Plus en détail

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC

TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC TRANSFERT DU DOMICILE FISCAL DE FRANCE AU MAROC I DETERMINATION DE LA RESIDENCE Au plan fiscal, les conséquences résultant pour un résident et ressortissant français de son installation au Maroc dépendent

Plus en détail

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE

LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE TABLEAU DE BORD LE TABLEAU DE BORD DE SUIVI DE L ACTIVITE DEFINITION Le tableau de bord est un support (papier ou informatique) qui sert à collecter de manière régulière des informations permettant de

Plus en détail

Et si l impôt était le meilleur ami du fundraiser?

Et si l impôt était le meilleur ami du fundraiser? Et si l impôt était le meilleur ami du fundraiser? Daniel Bruneau, directeur de la recherche de fonds et la communication, petits frères des Pauvres Frédéric Théret, directeur du développement, Fondation

Plus en détail

Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite

Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RADICAL ET CITOYEN PROJET DE LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2011 6 JUIN 2011 Fiche n 1 : Réforme de lʼisf Réponses aux mensonges de la droite Du bouclier fiscal

Plus en détail

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T4 2014

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T4 2014 1 Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France 4 ème trimestre 2014 2 Synthèse des données d activité Les éléments suivants ont été constitués sur la base des données transmises par les

Plus en détail

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008?

Lundi 8 octobre 2007. Nancy. Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Lundi 8 octobre 2007 Nancy Comment optimiser l organisation de votre patrimoine grâce à la loi TEPA et au projet de Loi de Finances 2008? Frédéric Gros Directeur Nancy Élise Moras Ingénieur patrimonial

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015

Point d actualité. Conseil Economique, Social & Environnemental Régional. Séance plénière 2 février 2015 Conseil Economique, Social & Environnemental Régional Point d actualité Séance plénière 2 février 2015 Rapporteur général : Jean-Jacques FRANCOIS, au nom du Comité de Conjoncture CONTEXTE GÉNÉRAL A la

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Réunion préparatoire à l Assemblée générale de la CARMF. 16 septembre 2010

Réunion préparatoire à l Assemblée générale de la CARMF. 16 septembre 2010 Collège des retraités Réunion préparatoire à l Assemblée générale de la CARMF 16 septembre 2010 C Poulain 08 2010 1 Allocations 2010 Allocations 2010 tous régimes confondus : C Poulain 08 2010 2 Allocations

Plus en détail

LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010

LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010 LES PRINCIPAUX CHIFFRES USUELS EN MATIERE DE PATRIMOINE ANNEE 2010 DROITS D ENREGISTREMENT (donation, succession et ISF) 1. PRINCIPAUX ABATTEMENTS 2. TARIFS SUCCESSIONS ET DONATIONS EVALUATION DES BIENS

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Note de méthode

L Observatoire Crédit Logement / CSA Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Note de méthode L Observatoire Crédit Logement / CSA Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Note de méthode La place qu occupe Crédit Logement dans le marché des crédits immobiliers (hors les rachats de

Plus en détail

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs?

Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? Qu est-ce que la croissance économique? Quels sont ses moteurs? En ces temps de crise économique et de crise des dettes souveraines (ou publiques), tous les hommes politiques de gauche comme de droite

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation

Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation Propositions de réforme du MR en matière de droits de succession et donation 1 Les s des droits de succession sont de la compétence

Plus en détail

Les rachats de contrats d assurance-vie après 60 ans en 2012 FFSA

Les rachats de contrats d assurance-vie après 60 ans en 2012 FFSA CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Les

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

Tarifs et Conditions extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013

Tarifs et Conditions extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013 Tarifs et Conditions extrait des prix et services (ttc) au 01/01/2013 Sommaire Extrait standard des tarifs...3 Ouverture, fonctionnement et suivi de votre compte...4 Relevés de votre compte...4 Services

Plus en détail

A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises françaises sont au plus haut depuis dix ans.

A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises françaises sont au plus haut depuis dix ans. 1/6 COMMUNIQUE DE PRESSE ALTARES PRESENTE SON ETUDE SUR LES COMPORTEMENTS DE PAIEMENT DES ENTREPRISES EN FRANCE ET EN EUROPE AU 1 ER TRIMESTRE 2015. A 13,3 jours, les retards de paiement des entreprises

Plus en détail

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET

DES PAROLES ET DES ACTES : LES 4 MENSONGES DE MONSIEUR LENGLET Cette fiche élaborée par la commission économie du Parti de Gauche révèle les 4 "erreurs" fondamentales issues de l'argumentaire que Monsieur Lenglet a opposé à Jean-Luc Mélenchon lors de l'émission des

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 2 e ÉDITION

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 2 e ÉDITION L OBSERVATOIRE PUBLIÉ PAR LE PROFIL DES PERSONNES A LA RECHERCHE DES D UNE E-ASSURÉS 2 e ÉDITION SEPTEMBRE NOVEMBRE ASSURANCE SANTÉ SUR INTERNET QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est un e-courtier,

Plus en détail

LEGS DONATIONS ASSURANCES-VIE. Transmettez-lui ce que vous avez de plus cher : la liberté

LEGS DONATIONS ASSURANCES-VIE. Transmettez-lui ce que vous avez de plus cher : la liberté LEGS DONATIONS ASSURANCES-VIE Transmettez-lui ce que vous avez de plus cher : la liberté transmettez leur la liberté! Si, comme nous, vous pensez que la plus belle des valeurs est la liberté, vous pouvez,

Plus en détail

Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs

Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs C O L L E C T I O N F O C U S Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs C O L L E C T I O N F O C U S Les services à la personne : nouveaux marchés pour de nouveaux entrepreneurs

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

La gestion d une association témoigne de son

La gestion d une association témoigne de son La gestion d une association témoigne de son activité, de ses choix stratégiques. Le bilan, le compte de résultat et le compte d emploi annuel des ressources en sont le reflet. Depuis plusieurs années,

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

Comment accompagner vos clients dans un projet philanthropique?

Comment accompagner vos clients dans un projet philanthropique? Conseillers en gestion de patrimoine Comment accompagner vos clients dans un projet philanthropique? sommaire Pourquoi recommander la Fondation de France à vos clients? Pour son expertise Pour son offre

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement

Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement Agence d urbanisme de la région nantaise AURAN - 88.07 n Le nombre de seniors dans l Agglomération nantaise progresse et plus particulièrement

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Paris 7 Denis Diderot Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des

Plus en détail

Les Français et l assurance Prévoyance

Les Français et l assurance Prévoyance Les Français et l assurance Prévoyance Protection financière de leurs proches en cas de coup dur : les Français sont préoccupés mais ne passent pas à l acte Méthodologie Échantillon 959 individus âgés

Plus en détail

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF

Le Comité Consultatif du Secteur Financier. L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Le Comité Consultatif du Secteur Financier L accès aux services bancaires et au crédit: les outils du CCSF Lucien Bernadine Secrétariat général du Comité consultatif du secteur financier Vendredi 21 mars

Plus en détail

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T2 2013

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T2 2013 1 Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France 2 ème trimestre 2013 2 Synthèse des données d activité Les éléments suivants ont été constitués sur la base des données transmises par les

Plus en détail

Participez à la fondation de L rche à Strasbourg

Participez à la fondation de L rche à Strasbourg Participez à la fondation de L rche à Strasbourg Pour réinventer la vie ensemble Vivre ensemble, Avec et sans handicap mental... Le projet de L rche à Strasbourg Au plus près de la vie ordinaire Dans le

Plus en détail

Votre livret fiscalité et générosité 2015

Votre livret fiscalité et générosité 2015 FDF-Prosp ISF2015-livret fiscalite125x197_11_fdf 19/03/15 17:26 Page1 SPÉCIAL ISF ET IMPÔT SUR LE REVENU Votre livret fiscalité et générosité 2015 Informations sur les réductions fiscales à l intérieur

Plus en détail

CNFR MOUVEMENT RURAL ASSUR OPTIONS. des garanties complémentaires

CNFR MOUVEMENT RURAL ASSUR OPTIONS. des garanties complémentaires CNFR MOUVEMENT RURAL ASSUR OPTIONS des garanties complémentaires Ça, c est du neuf! Biens Immobiliers Biens mobiliers Véhicules & bateaux Chapiteaux Tous risque Annulation de séjour Protection juridique

Plus en détail

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance

CONJONCT URE. +1 point. Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance CONJONCT URE estre NOTE DE conjoncture TRIMESTRIELLE de L APEC N Intentions de recrutements de cadres : entre prudence et reprise de confiance Les recruteurs font toujours preuve de prudence dans leurs

Plus en détail

2ème Comptabilité Exercice récapitulatif Mars 2009

2ème Comptabilité Exercice récapitulatif Mars 2009 2ème Comptabilité Exercice récapitulatif Mars 2009 FISCALITE DES ENTREPRISES - UF 661 - IMPOT DES SOCIETES 1. Il s agit d une SPRL comptant deux associés gérants dont l un n est pas rémunéré. 2. La société

Plus en détail

Vivre sans chéquier. Nouvelle édition Septembre 2011. Le site d informations pratiques sur la banque et l argent

Vivre sans chéquier. Nouvelle édition Septembre 2011. Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules

Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules Tactical Currency Allocation Revisited: Four Simple Currency Trading Rules Travail de gestion des investissements internationaux Présenté Kodjovi Assoé Par Patrick Drouot Etienne Desmarais Jean-François

Plus en détail

Le fonds de dotation, quelle utilité pour les associations et fondations faisant appel à la générosité du public? Paris, le 28 avril 2009

Le fonds de dotation, quelle utilité pour les associations et fondations faisant appel à la générosité du public? Paris, le 28 avril 2009 Le fonds de dotation, quelle utilité pour les associations et fondations faisant appel à la générosité du public? Paris, le 28 avril 2009 Introduction André HOCHBERG, Président de France générosités Restitution

Plus en détail

Depuis plusieurs années, les associations sont invitées à diversifier

Depuis plusieurs années, les associations sont invitées à diversifier «Charities» et associations : une étude comparative France Royaume-Uni du comportement des donateurs et des stratégies de collecte par Fanny Gérome* * Chargée de mission au Cnar Financement (www.solfia.org).

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

La mesure de performance dans les Associations

La mesure de performance dans les Associations 1 La mesure de performance dans les Associations 2 Participants Jean-Pierre VERCAMER Associé Deloitte Jean-Pierre FERNANDEZ Représentant du CSOEC Djamel ZAHRI Directeur Deloitte Samuel BLAISE Fondateur

Plus en détail

Les jeudis du patrimoine

Les jeudis du patrimoine Les jeudis du patrimoine Quelles solutions pouvez-vous envisager pour réduire votre impôt sur le revenu? Le 29 novembre 2012 19h30 07/12/2012 1 Présentation des héros du jour Couple : Sophie et Marc, 2

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Rapport annuel du Comité de la Charte 2010

Rapport annuel du Comité de la Charte 2010 Rapport annuel du Comité de la Charte 2010 Ce rapport concerne la période janvier 2010 décembre 2010 Rapport annuel du Comité de la Charte du Don en Confiance 2010 1 Rapport annuel du Comité de la Charte

Plus en détail

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success.

Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 2014. Accelerating success. Le marché immobilier de bureaux en Ile-de-France 4 ème trimestre 214 Accelerating success. PERSPECTIVES Une année 215 dans la continuité > Après le creux de 213, l activité sur le marché des bureaux francilien

Plus en détail

L endettement privé des ménages début 2010

L endettement privé des ménages début 2010 Dossier L endettement privé des ménages début 2010 Pierre Lamarche, Laurianne Salembier* Début 2010, 46 % des ménages sont endettés pour un motif privé, c est-à-dire sans lien avec l activité professionnelle,

Plus en détail

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015).

Séance du 29 janvier 2015 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 01/2015). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

Estimation de votre impôt sur les revenus 2007

Estimation de votre impôt sur les revenus 2007 Estimation de votre impôt sur les revenus 27 21/12/27 Synthèse des données et résultats Données de votre simulation Nombre de parts 1 Revenus net catégoriels Traitements et salaires, pensions et rentes

Plus en détail

DES INTERVENANTS NOMBREUX ET DE QUALITE

DES INTERVENANTS NOMBREUX ET DE QUALITE DES INTERVENANTS NOMBREUX ET DE QUALITE Au 8 avril 2014 Pour animer les sessions du 13 ème séminaire francophone de collecte de fonds, l AFF, toujours soucieuse d être au plus proche de vos préoccupations,

Plus en détail

Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2

Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2 Baromètre: les Français et la confiance numérique Vague 2 Juin 2014 Contact - BVA Opinion Erwan LESTROHAN, directeur d études erwan.lestrohan@bva.fr - 01 71 16 90 9 Victor CHAPUIS, chargé d études Victor.chapuis@bva.fr

Plus en détail

Une famille, deux pensions

Une famille, deux pensions famille, deux pensions Susan Poulin Au cours du dernier quart de siècle, la proportion de familles composées de deux conjoints mariés ayant tous deux un emploi a augmenté de façon phénoménale. En 1994,

Plus en détail

LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues

LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues Juillet 2013 SOMMAIRE I. L utilité du crédit à la consommation Quel est le rôle du crédit dans l économie? Le marché du crédit à la consommation. A

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE INVESTISSEMENT IMMOBILIER LOGEMENTS / COMMERCES / BUREAUX

ETUDE COMPARATIVE INVESTISSEMENT IMMOBILIER LOGEMENTS / COMMERCES / BUREAUX Page 1 ETUDE COMPARATIVE INVESTISSEMENT IMMOBILIER LOGEMENTS / COMMERCES / BUREAUX 1 Introduction La présente étude a pour objet de mettre en concurrence lʼinvestissement dans un ou plusieurs appartements,

Plus en détail

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T1 2014

Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France. Autorité de régulation des jeux en ligne Données T1 2014 1 Analyse trimestrielle du marché des jeux en ligne en France 1 er trimestre 2014 2 Synthèse des données d activité Les éléments suivants ont été constitués sur la base des données transmises par les opérateurs

Plus en détail

Préservons aujourd hui l avenir

Préservons aujourd hui l avenir Préservons aujourd hui l avenir GUY SALLAVUARD Directeur des relations institutionnelles FONDATION DU PATRIMOINE I- Présentation générale de la Fondation du Patrimoine Histoire La traduction d un constat

Plus en détail

13.1. L encours de crédit à la consommation en Europe à fin 2007 137,5 103,4 97,9

13.1. L encours de crédit à la consommation en Europe à fin 2007 137,5 103,4 97,9 Pour un développement responsable du crédit en France 3. FICHE PAYS 3.. L encours de crédit en Europe à fin 007 en Europe à fin 007 (en milliards d euros) Roy aume-uni Allemagne France Espagne Italie Grèce

Plus en détail

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL

SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL SECTEUR SANITAIRE ET SOCIAL Etat du tissu associatif et bilan de l emploi du secteur non lucratif en 2013 En bref Le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médico-social et santé poursuit son

Plus en détail

SOMMAIRE. Introduction : le contexte. Le système de retraite. Les produits financiers. La gestion du patrimoine. SAS, SCI les nouveautés fiscales

SOMMAIRE. Introduction : le contexte. Le système de retraite. Les produits financiers. La gestion du patrimoine. SAS, SCI les nouveautés fiscales Mot d accueil SOMMAIRE Introduction : le contexte Le système de retraite Les produits financiers La gestion du patrimoine SAS, SCI les nouveautés fiscales Questions Réponses LA RETRAITE EN 2011 : QUELQUES

Plus en détail

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE

RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 25 février 2014 RESULTATS ET ACTIVITE 2013 DE LA BANQUE POSTALE Portée par ses activités de crédits, La Banque Postale poursuit son développement et enregistre des résultats

Plus en détail

Tendances sur le plan de l'épargne et du prêt net dans les comptes nationaux

Tendances sur le plan de l'épargne et du prêt net dans les comptes nationaux N o 13-604-MIF au catalogue N o 049 ISSN: 1707-1844 ISBN: 0-662-70787-7 Document de recherche Comptes des revenus et dépenses série technique Tendances sur le plan de l'épargne et du prêt net dans les

Plus en détail

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété

POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété POINT PATRIMONIAL : La transmission par la donation dans le cadre d un démembrement de propriété Tout actif peut faire l objet d une donation. L intérêt d associer le mécanisme de la donation et celui

Plus en détail

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires

La fiscalité en France. Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires La fiscalité en France Pour mieux comprendre les enjeux budgétaires Les types d impôts On distingue deux types d impôts. Les impôts progressifs : leur taux s'élève avec la base d'imposition (le revenu

Plus en détail

Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée. Mardi 26 février 2013. Fondation Ecole Centrale de Paris

Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée. Mardi 26 février 2013. Fondation Ecole Centrale de Paris Donation temporaire d usufruit, une nouvelle manière de donner adaptée au contexte fiscal actuel Mardi 26 février 2013 Fondation Ecole Centrale de Paris Banque Transatlantique SOMMAIRE Nouveau contexte

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 2014 Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : les tendances à mi 214 Gwenaëlle FEGAR Direction des Statistiques monétaires et financières Service d Analyse des financements nationaux Après une forte progression

Plus en détail

Concours Bachelor Bac + 3 Métiers de la Communication et des Médias. Samedi 28 mai 2011 ESSAI DE REFLEXION. Coef. 5

Concours Bachelor Bac + 3 Métiers de la Communication et des Médias. Samedi 28 mai 2011 ESSAI DE REFLEXION. Coef. 5 Concours Bachelor Bac + 3 Métiers de la Communication et des Médias Samedi 28 mai 2011 ESSAI DE REFLEXION Coef. 5 3 heures Le candidat est invité à mettre en relation les sources fournies dans le dossier

Plus en détail

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques :

LES BANQUES. I. Les différents services proposés par les banques : LES BANQUES I. Les différents services proposés par les banques : Les services bancaires représentent l ensemble des produits proposés par une banque. Les services bancaires les plus connus sont : Epargne

Plus en détail

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale

Le baromètre. Dauphine-Crédit Foncier. de l immobilier résidentiel. Tendance globale Le baromètre Dauphine-Crédit Foncier de l immobilier résidentiel Tendance globale N. 3 Juin 2011 Kevin Beaubrun-Diant, co-responsable de la chaire «Ville et Immobilier», Université Paris-Dauphine. Cette

Plus en détail

DEMANDE D'INTERVENTION SOCIALE

DEMANDE D'INTERVENTION SOCIALE 1/6 ACTION SOCIALE 5 rue JeanMarie Chavant 69369 LYON CEDEX 07 Tél. 04.78.61.57.84 Fax 04.78.61.72.28 DEMANDE D'INTERVENTION SOCIALE Quel est l'objet de votre demande? (à détailler en page5)...... Etesvous

Plus en détail

Multisupport 3 Aréas. Dynamisez votre épargne et donnez vie à vos projets

Multisupport 3 Aréas. Dynamisez votre épargne et donnez vie à vos projets Multisupport 3 Aréas Dynamisez votre épargne et donnez vie à vos projets Multisupport 3, un placement souple et performant, quelles que soient vos attentes Le contrat d assurance vie Multisupport 3 doit

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Pour plus de simplicité : Nous vous rappelons que vous pouvez saisir vos opérations en ligne en vous connectant sur www.altaprofits.com.

Pour plus de simplicité : Nous vous rappelons que vous pouvez saisir vos opérations en ligne en vous connectant sur www.altaprofits.com. SA d assurances sur la vie Au capital de 270 120 720 Entreprise régie par le Code des assurances 9 boulevard Gouvion-Saint-Cyr 75017 PARIS Siren 412 257 420 RCS Paris Pour plus de simplicité : Nous vous

Plus en détail