Le modèle CRM pour la documentation muséographique :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le modèle CRM pour la documentation muséographique :"

Transcription

1 Le modèle CRM pour la documentation muséographique : s attacher au sens pour n être pas piégé par la forme Journée d étude organisée par l ADBS : «La modélisation : pourquoi l intégrer dans les systèmes d information documentaire?», Paris-La Défense, 20 mai 2003 Patrick Le Bœuf, Bibliothèque nationale de France, membre du groupe ISO/TC46/SC4/WG9 et du CRM Special Interest Group (CRM-SIG) Le CRM : qui est-il? d où vient-il? où va-t-il? Qui est-il? Le CRM (Conceptual Reference Model) est un modèle qui vise à expliciter sans ambiguïté le sens des informations relatives à un «objet de musée» dans l acception la plus large du terme (œuvre d art, vestige archéologique tel qu un clou ou un four à pain, corps momifié, fleur séchée ou animal empaillé, mais aussi quelque chose qu il est matériellement impossible de conserver à l intérieur d un musée mais qu une institution du patrimoine culturel peut gérer, comme un monument ou un site tel qu une grotte préhistorique), et ce quelle que soit la structure des données qui véhiculent ces informations. Le CRM peut en outre se définir comme : un modèle orienté objet, un modèle sémantique, une ontologie de domaine. Un modèle orienté objet : Cette première caractérisation ne fait référence qu au formalisme du modèle. Le formalisme orienté objet a été préféré au formalisme entité-relation parce que, entre autres raisons : il permet de donner une vue d ensemble sans s encombrer de détails superflus, par le biais du mécanisme des «héritages» (c est-à-dire : puisque tout ce qui peut être dit du cas général peut aussi être dit du cas particulier, il peut suffire, dans un contexte pédagogique, de ne parler que du cas général) ; il est plus aisément gérable et extensible que le formalisme entité-relation ; il ne préjuge d aucun mode d implémentation concrète : il est tout à fait possible de construire une base de données relationnelle à partir d un modèle orienté objet. Patrick Le Bœuf, BnF Le modèle CRM 1/11

2 Un modèle sémantique : Cette deuxième caractérisation insiste sur le fait que le CRM s attache à faire émerger la signification réelle de tout ce qui est considéré comme «implicite» et «évident» dans une structuration d informations. Si un individu A ne prend pas la peine d expliciter le sens d une information parce que cela lui semble évident (par exemple : «date = 1830», en tenant pour acquis qu il s agit de la date à laquelle un tableau a été peint), il risque d arriver que cette «évidence» ne saute pas aux yeux d un individu B, qui va interpréter cette même information de façon erronée (par exemple : «ce tableau représente un événement qui s est produit en 1830»). En forçant un peu le trait jusqu à la caricature, on pourrait dire que le but primordial du CRM est d enfoncer les portes ouvertes Une ontologie de domaine : Le terme d ontologie a été emprunté par les informaticiens à la philosophie, où il s agit de déterminer quels sont les éléments qui sont réputés «être» et quelles relations ils entretiennent entre eux (c est exactement ce à quoi correspond l expression «entité relation»). Le CRM est une ontologie en ce sens qu il vise à définir formellement et à expliciter un ensemble de concepts sous-jacents, non nécessairement exprimés. La mention «de domaine» indique une restriction, une limitation à cette entreprise ontologique : il s agit en fait tout simplement d un effort visant à définir, non pas tout ce qui existe au monde (tâche virtuellement impossible et infinie), mais «seulement» tout ce qui présente un caractère de pertinence par rapport à la documentation muséographique. D où vient-il? Le CRM a été élaboré par le Documentation Standards Working Group du CIDOC (Comité international pour la documentation), lequel est lui-même une émanation du Conseil international des Musées (ICOM). Il succède en fait à un modèle de données de type entité relation qui, au fil du temps, était devenu ingérable : la dernière version de ce modèle comportait quelque 430 entités et ses concepteurs eux-mêmes finissaient par ne plus s y retrouver! Ce modèle reposait en outre sur un présupposé, courant dans les années 80 mais qui commençait à être battu en brèche au milieu des années 90, à savoir que, pour pouvoir échanger de l information, il fallait absolument que tout le monde fasse exactement la même chose de la même façon, selon les mêmes schémas de données. L idée commençait à se faire jour que des systèmes de médiation pourraient être en mesure de gérer des données provenant de sources hétérogènes ; partant, l objectif n était plus de concevoir un modèle de données unique et énorme, destiné à répondre a priori à tous les types de besoins et à tous les cas de figure, mais de concevoir un modèle de concepts pouvant servir de point de référence (d où le nom même du CRM, Conceptual Reference Model). Patrick Le Bœuf, BnF Le modèle CRM 2/11

3 Ce nouveau modèle ne partait pas de zéro mais s appuyait sur un ensemble d éléments d information prédéfinis dans un document normatif, les International Guidelines for Museum Object Information : the CIDOC Information Categories, publiés en Cet ensemble comporte 74 éléments informatifs, répartis en 22 grands groupes tels que «Acquisition», «Localisation», «Marques et inscriptions», «Matériau et technique», «Sujet représenté», etc. Le travail d élaboration du CRM a commencé en Une première version en a été rendue publique en On en est aujourd hui à la version 3.4, dont il existe une traduction en français 1. Un groupe de travail spécifique, organisé par le CIDOC mais ouvert également aux personnes extérieures au CIDOC, s est mis en place pour gérer les mises à jour du modèle : le CRM Special Interest Group (CRM-SIG). Depuis 2002, les grandes lignes du modèle sont réputées définitivement stabilisées, et il ne s agit plus désormais que d assurer des modifications de détail, notamment en ce qui concerne les définitions et les exemples. Où va-t-il? Le CRM a été soumis à l ISO en 2000 pour devenir une norme internationale. Les procédures de l ISO sont toujours longues et compliquées : deux votes ont déjà eu lieu en 2000 et 2002, un troisième vote aura lieu dans le courant de l année Un groupe s est mis en place au sein de l ISO pour travailler à ce projet de norme : le groupe ISO TC46/SC4/WG9. Le CRM est donc à l étude parallèlement auprès du CRM-SIG du CIDOC et auprès du groupe TC46/SC4/WG9 de l ISO. Cette situation qui pourrait paraître potentiellement conflictuelle ne l est en fait pas du tout car tous les membres du groupe ISO sont de facto également membres du CRM-SIG. Aux yeux de l ISO, le CRM est actuellement connu comme projet de norme CD Le fait que le CRM devienne une norme ISO ne signifie nullement qu il deviendra «obligatoire». Cette validation contribuera simplement à asseoir la position du CRM, à lui donner une plus grande «légitimité» et à le rendre disponible bien au delà du seul cercle de la documentation muséographique. Le CRM : à quoi ressemble-t-il? Au cœur même du CRM, on trouve la notion d événement, de phénomène temporel. En effet, si intuitivement on pourrait penser que ce qui est primordial c est la description d un objet matériel tel qu il se présente aujourd hui, il ne faut pas oublier qu il s agit avant tout de resituer cet objet dans un contexte historique. Ce qui importe, c est à la fois l environnement de cet objet au cours du temps (au moment de sa création, et lors de chacune de ses éventuelles modifications) et l énoncé de tout ce qui a pu lui arriver. Du reste, dans la problématique d un échange de données, ce n est pas tant la description d un objet a priori réputé unique et conservé à un seul 1 Patrick Le Bœuf, BnF Le modèle CRM 3/11

4 endroit qui importe 2, mais la description de ce contexte historique, des éléments qui peuvent être communs avec d autres objets, ce qui à la fois rend cet objet «moins unique» et lui donne un sens culturel même dans le domaine des sciences naturelles, où ce que l objet documente est l histoire de la discipline elle-même et de la construction d une vision du monde qui nous entoure. Une grenouille dans un muséum n est pas simplement une grenouille : une grenouille dans un muséum est un témoignage de la construction du concept de grenouille. Nous nous intéressons donc avant tout à l historique de tout ce qui est arrivé aux objets que nous décrivons, c est pourquoi le cœur même du modèle est constitué des Entités Temporelles, qui expriment soit le fait qu un objet est «dans tel état» (classe État de Conservation), soit le fait qu il «s est produit quelque chose» (un Événement, une Activité, un Déplacement, une Production, un Début d Existence ou une Fin d Existence, etc.) ; à partir de cette notion centrale, nous nous posons un certain nombre de questions fondamentales : Quand est-ce arrivé? nous répondons à cette question au moyen de la classe Tranche Chronologique ; Où est-ce arrivé? cette question implique l existence de la classe Lieu (la notion de lieu étant comprise comme pouvant se définir par rapport à une constellation déterminée de matière, indépendamment de l emplacement de cette constellation : comme un poinçon sur une bague, qui reste toujours au même endroit par rapport à la bague, alors que la bague elle-même se déplace à travers le monde au gré des déplacements de la personne qui la porte) ; Qui a fait ça? question qui met en jeu la notion d Agent (laquelle implique une notion d intentionnalité : un singe n est pas considéré comme une instance d Agent, même s il détruit un tableau) ; À quoi est-ce arrivé? (donc, quel est l objet décrit?), question qui débouche à la fois sur la notion de contenant et sur celle de contenu immatériel, donc sur les notions de Quelque Chose de Matériel (qui peut être naturel ou avoir été fabriqué de main d homme) et d Objet Conceptuel (qui nécessairement ne peut qu avoir été «fabriqué», c est-à-dire être un produit de l activité humaine) ; À ce stade, on éprouve le besoin de classifier toutes ces informations : l activité de classification met en jeu la notion de Type (les types peuvent s appliquer absolument à tout élément du système) Enfin, pour pouvoir parler aisément de toutes ces choses, il faut bien évidemment leur donner un nom, ce qui met en jeu la notion d Appellation. Le fait de placer systématiquement une Entité Temporelle (c est-à-dire, en fait, le plus souvent, un Événement) au milieu d une nébuleuse constituée d un objet matériel ou conceptuel, d un agent, d un lieu et d une tranche chronologique peut sembler très contraignant. En fait, le modèle CRM prévoit dans beaucoup de cas (mais pas tous) la possibilité de «court-circuiter» cet événement en reliant directement un objet au résultat de l événement contourné. Ainsi, par exemple, l événement constituant à mesurer un objet met en relation cet objet, l agent qui mesure l objet, l endroit où a lieu cette activité, et la tranche chronologique au cours de laquelle elle a lieu ; il y a des cas très spécifiques où l on peut effectivement avoir 2 En cela, la notion d échange de données recouvre quelque chose de sensiblement différent dans les bibliothèques et dans les musées. Patrick Le Bœuf, BnF Le modèle CRM 4/11

5 besoin de tous ces éléments d information et les avoir consignés dans une base de données, mais le plus souvent on a simplement besoin (ou on ne dispose que) du résultat de cette activité, à savoir : l indication des dimensions de l objet. Le modèle CRM prévoit donc à la fois un «chemin complet» de l objet vers l événement de mesurage et de l événement de mesurage vers les dimensions de l objet, et un «raccourci» qui dit simplement que l objet a telles dimensions. La notion d événement est en outre précieuse en ce qu elle permet de consigner avec précision des informations éventuellement contradictoires : par exemple, deux critiques d art peuvent avoir attribué la même œuvre à deux artistes différents ; il importe alors d indiquer qui a attribué cette œuvre à qui, et dans quelles circonstances. Si le modèle CRM a essentiellement été conçu pour rendre compte de la sémantique des informations muséographiques, il peut relativement aisément servir également à expliciter la sémantique des informations bibliographiques contenues dans une notice en format MARC. Tout au plus faudrait-il peut-être simplement prévoir quelques extensions au modèle, entreprise facilitée par le choix du formalisme orienté objet. Voici par exemple une notice en format UNIMARC (ou plutôt un extrait de notice, car j en omets volontairement un certain nombre de zones) : $a $b br. $d 99 F $a fre $c eng $a Jérôme Bosch $b [Texte imprimé] $f Walter S. Gibson $g trad. de l anglais par Sophie Léchauguette $a [Londres] $a [Paris] $c Thames & Hudson $d $a 177 p. $c ill. en noir et coul., couv. ill. en coul. $d 21 cm Bibliogr. p Index $t Hieronymus Bosch $a Bosch $b Jérôme $f 1450? $a Gibson $b Walter S $a Léchauguette $b Sophie $ $a Hiëronimus Van Aeken La signification précise de ces mystérieux assemblages de chiffres, et de lettres combinées avec le signe «dollar», n est guère compréhensible que des catalogueurs eux-mêmes (et du système sur lequel ils travaillent). N importe quel catalogueur habitué à travailler avec le format UNIMARC peut «traduire» le code «210 $d 1995» comme signifiant : «date d édition = 1995». Mais ce signifié peut lui-même être ambigu pour quelqu un qui n est pas habitué à manipuler de l information bibliographique ou pour une machine à laquelle on n a pas préalablement «expliqué» ce que c est qu une date d édition. Le modèle CRM va donc expliciter tout le cheminement suivant évident aux yeux des documentalistes et bibliothécaires, mais pas forcément pour tout humain ni pour toute machine : «Jérôme_Bosch_par_W._S._Gibson_traduit_par_S._Léchauguette_et_édité_par_T hames_&_hudson_isbn_ » est un Objet Informatif de Type publication ; Patrick Le Bœuf, BnF Le modèle CRM 5/11

6 Cet Objet Informatif a été créé par un Événement de Création, de Type édition commerciale ; Cet Événement de Création a forcément eu une certaine durée, une Tranche Chronologique ; Cette Tranche Chronologique est identifiée par une Appellation de Temps, et cette Appellation de Temps est même en l occurrence, plus spécifiquement, une Date ; Cette Date, de Type «telle que transcrite de la publication elle-même» 3, est : Tout ce cheminement peut certes paraître bien laborieux, voire inutile ; mais il ne faut pas oublier qu une machine, c est très bête, et que plus on lui «explique» les choses, mieux cela vaut. En réalité, tout ce cheminement est implicitement contenu dans la simple expression : «date d édition = 1995», et dans l encodage de cette expression en : «210 $d 1995». L avantage, c est que si la même expression est encodée différemment (dans un autre format MARC, par exemple, ou dans un format qui n a rien à voir avec MARC), la machine pourra interpréter cet autre encodage comme ayant la même signification. Ainsi, comme l annonçait le sous-titre de la présente intervention, on s attache à une identité de sens sans se laisser piéger par des différences de forme. L extrait de notice bibliographique en format UNIMARC donné ci-dessus peut se «traduire» ainsi dans le modèle CRM : <Entité_CRM> Objet informatif <dans_la_classe> Objet Informatif </dans_la_classe> <a_pour_type> Publication, monographie <dans_la_classe> Type d Objet Informatif </dans_la_classe> </a_pour_type> <est_identifié_par> <a_pour_type> ISBN <dans_la_classe> Type d Appellation d Objet Conceptuel </dans_la_classe> </a_pour_type> </est_identifié_par> <a_pour_note> br. <a_pour_type> Type de reliure <dans_la_classe> Type de Chaîne de Caractères <fait_partie_de> ISBD(M) <dans_la_classe> Document de référence </dans_la_classe> </fait_partie_de> </dans_la_classe> <a_pour_type> </a_pour_note> <a_pour_note> ill. en noir et en coul., couv. ill. en coul. <a_pour_type> Mention d illustration <dans_la_classe> Type de Chaîne de Caractères <fait_partie_de> ISBD(M) <dans_la_classe> Document de référence </dans_la_classe> </fait_partie_de> </dans_la_classe> <a_pour_type> </a_pour_note> <a_pour_note> Bibliogr. p Index <a_pour_type> Zone des notes <dans_la_classe> Type de Chaîne de Caractères <fait_partie_de> ISBD(M) <dans_la_classe> Document de référence </dans_la_classe> </fait_partie_de> </dans_la_classe> </a_pour_type> </a_pour_note> <a_pour_dimension> Prix <dans_la_classe> Type de Dimension </dans_la_classe> <a_pour_valeur> 99 </a_pour_valeur> <a_pour_unité> F </a_pour_unité> </a_pour_dimension> <a_pour_dimension> Importance matérielle <dans_la_classe> Type de Dimension </dans_la_classe> <a_pour_valeur> 177 </a_pour_valeur> <a_pour_unité> p. </a_pour_unité> </a_pour_dimension> <a_pour_dimension> Format <dans_la_classe> Type de Dimension </dans_la_classe> <a_pour_valeur> 21 </a_pour_valeur> <a_pour_unité> cm </a_pour_unité> </a_pour_dimension> <a_pour_titre> Jérôme Bosch <a_pour_type> Titre propre <dans_la_classe> Type de Titre <fait_partie_de> ISBD(M) <dans_la_classe> Document de référence </dans_la_classe> </fait_partie_de> </dans_la_classe> </a_pour_type> <a_pour_type> 3 En toute rigueur, le véritable Primitif Temporel correspondant à la date d édition est codé ailleurs en format UNIMARC, en zone 100 (zone omise dans l exemple ci-dessus) ; si on voulait être parfaitement précis, l encodage «210 $d 1995» se traduirait dans le modèle CRM par une instance de la classe Inscription, de Type date d édition. Mais dans le cadre du présent exposé, ce degré de rigueur et d exactitude n est pas nécessaire : il suffit ici de comprendre les grands principes du modèle et les mécanismes d interprétation sémantique des données structurées. Patrick Le Bœuf, BnF Le modèle CRM 6/11

7 Titre significatif <dans_la_classe> Type de titre </dans_la_classe> </a_pour_type> </a_pour_titre> <a_pour_titre> Walter S. Gibson <a_pour_type> Première mention de responsabilité <dans_la_classe> Type de Titre <fait_partie_de> ISBD(M) <dans_la_classe> Document de référence </dans_la_classe> </fait_partie_de> </dans_la_classe> </a_pour_type> </a_pour_titre> <a_pour_titre> trad. de l anglais par Sophie Léchauguette <a_pour_type> Mention de responsabilité suivante <dans_la_classe> Type de Titre <fait_partie_de> ISBD(M) <dans_la_classe> Document de référence </dans_la_classe> </fait_partie_de> </dans_la_classe> </a_pour_type> </a_pour_titre> <présente_des_caractéristiques_de> Texte <dans_la_classe> Objet Linguistique </dans_la_classe> <type_de_similitude> imprimé </type_de_similitude> <a_pour_titre> Jérôme Bosch <a_pour_type> Titre traduit </a_pour_type> </a_pour_titre> <a_pour_langue> fre </a_pour_langue> <a_été_créé_par> Événement de Création de l œuvre textuelle «Jérôme Bosch» <réalisé_par> Personne <est_identifié_par> Gibson, Walter S. <dans_la_classe> Appellation d Agent </dans_la_classe> <dans_le_rôle_de> auteur principal du texte </dans_le_rôle_de> </est_identifié_par> </réalisé_par> <réalisé_par> Personne <est_identifié_par> Léchauguette, Sophie <dans_la_classe> Appellation d Agent </dans_la_classe> <dans_le_rôle_de> traducteur </dans_le_rôle_de> </est_identifié_par> </réalisé_par> </a_été_créé_par> <est_traduction_de> Texte original <dans_la_classe> Objet Linguistique </dans_la_classe> <a_pour_titre> Hieronymus Bosch <a_pour_type> Titre original </a_pour_type> <a_pour_type> Titre significatif </a_pour_type> <a_pour_langue> eng </a_pour_langue> </est_traduction_de> </présente_des_caractéristiques_de> <a_été_créé_par> Événement de création de la publication «Jérôme Bosch» <a_pour_type> Édition commerciale </a_pour_type> <réalisé_par> Agent <est_identifié_par> Thames & Hudson <dans_la_classe> Appellation d Agent </dans_la_classe> <dans_le_rôle_de> Éditeur commercial </dans_le_rôle_de> </est_identifié_par> </réalisé_par> <a_eu_lieu_dans> Lieu <est_identifié_par> [Londres] <dans_la_classe> Toponyme </dans_la_classe> </est_identifié_par> </a_eu_lieu_dans> <a_eu_lieu_dans> Lieu <est_identifié_par> [Paris] <dans_la_classe> Toponyme </dans_la_classe> </est_identifié_par> </a_eu_lieu_dans> <a_pour_tranche_chronologique> Date d édition <est_identifiée_par> 1995 <dans_la_classe> Date </dans_la_classe> </est_identifiée_par> </a_pour_tranche_chronologique> </a_été_créé_par> <est_au_sujet_de> Personne <est_identifiée_par> Bosch, Jérôme (1450?-1516) <dans_la_classe> Appellation d Agent </dans_la_classe> <a_pour_autre_forme> Hiëronimus Van Aeken </a_pour_autre_forme> </est_identifiée_par> </est_au_sujet_de> </Entité_CRM> Comme on le voit, le fait d expliciter la valeur sémantique implicitement contenue dans chacun des éléments de données d une simple notice bibliographique (et encore, celle-ci était incomplète) gonfle démesurément le volume de cette notice. Mais que l on se rassure : en aucun cas il n est question de créer directement ces données dans le formalisme du CRM ; il s agit d établir une fois pour toutes un mapping entre un format donné et le CRM, pour qu ensuite toutes les informations créées dans ce format puissent être interprétées par une machine en référence aux relations sémantiques définies par le CRM. Un des intérêts de l entreprise, c est de faire tomber les barrières entre les différents réservoirs de données, et notamment, comme dans l exemple ci-dessus, entre un catalogue de bibliothèque se conformant aux ISBD et structuré en format MARC, et un inventaire de musée se conformant aux Patrick Le Bœuf, BnF Le modèle CRM 7/11

8 CIDOC Information Categories et structuré selon un format local C est à bon droit qu on a pu traiter le CRM de «ciment sémantique» 4 Le CRM : à quoi sert-il, à quoi peut-il servir? Outil de dialogue entre réservoirs de données hétérogènes Comme l exemple ci-dessus visait à l illustrer, le modèle CRM peut être utilisé dans le cadre de l élaboration d outils de recherche intégrés et de systèmes de médiation. Lorsque, pour des raisons techniques, institutionnelles ou économiques, il n est pas possible ou pas souhaitable d intégrer matériellement des données dans un seul système, les systèmes de médiation permettent de fédérer plusieurs ressources d informations tout en respectant la structure propre à chacune d elles. Le but est de permettre à un utilisateur de lancer la même recherche sur toutes en même temps, par le biais d une seule interface-utilisateur. L une des conditions préalables à la conception d un tel système de médiation est d avoir procédé au mapping de chacune des ressources d informations concernées vers le modèle de référence commun, en l occurrence le CRM. C est cette finalité qui a guidé tout le travail d élaboration du CRM : permettre de combiner des données provenant de sources hétérogènes sans perte de sens et en préservant le degré de finesse respectif de chacune de ces sources. C est le type d utilisation prévu dans le cadre du projet HEDD (Historic Environment Data Directory) de la commission The English Heritage 5. Cette commission regroupe entre autres 22 musées, 3 bibliothèques, plusieurs dépôts d archives ; chacun de ces établissements dispose de sa propre base de données, et ces données ne sont évidemment pas structurées de la même manière partout. Grâce au projet HEDD, le personnel de The English Heritage dispose d un répertoire de toutes ces bases de données, avec une indication précise de la manière dont l information y est structurée ; cet outil leur permet d identifier les possibilités d amélioration de l accès à ces différents réservoirs de données, ainsi que les priorités à définir dans les projets de numérisation et de diffusion. Certains de ces réservoirs ont été sélectionnés pour être rendus disponibles au public via un portail unique, (Historic Environment Information Resources NETwork). C est également le type d utilisation que le RLG (Research Libraries Group) souhaite en faire pour sa base de données RLG Cultural Materials (http://culturalmaterials.rlg.org ; nécessite un mot de passe), réunion virtuelle des bases de données de chacune des institutions membres du Groupe, la cohérence de l ensemble devant être assurée par le «ciment sémantique» du CRM. 4 En fait, l expression fréquemment employée en anglais au sujet du CRM est : «Semantic glue», la «colle sémantique» ; je trouve que «ciment sémantique», outre le jeu de consonances qu offre cette expression, passe mieux en français. 5 Dont le véritable nom est : Historic Buildings and Monuments Commission. Patrick Le Bœuf, BnF Le modèle CRM 8/11

9 Outil de dialogue entre spécialistes d horizons différents Mais ce n est pas la seule utilisation potentielle du modèle CRM. Le CRM peut aussi, tout simplement, aider des humains à se comprendre entre eux. Le CRM est un document de référence qui peut contribuer à instaurer une «base conceptuelle commune» entre différents domaines. Dans l élaboration de projets techniques touchant au patrimoine culturel, il est indispensable d établir une communication claire et sans ambiguïté entre les experts du domaine (historiens, archéologues, biologistes ) et les informaticiens. Il faut que les techniciens comprennent toutes les subtilités de l information relative au patrimoine culturel, mais parallèlement il faut que les experts du domaine soient à même d exposer leurs besoins d une manière accessible à des spécialistes de la technologie de l information, et d évaluer les solutions que ces derniers leur proposent. Par l analyse riche et approfondie que le CRM donne de l information sur le patrimoine culturel, il peut faciliter le dialogue entre experts et techniciens. Les documentalistes peuvent y trouver une représentation formalisée de concepts qui leur sont familiers, tandis que les informaticiens peuvent y voir les grandes lignes, à un niveau très général, d un projet de système d information. Outil d aide à la conception de systèmes et extensibilité du modèle Bien que le but premier du CRM ne soit certainement pas de fournir un format de données, cette utilisation ne saurait être exclue a priori. Il faut toutefois souligner qu il n est pas nécessaire d implémenter la totalité du modèle en l état. Certains de ses aspects peuvent s avérer superflus dans le cadre d un projet donné, ou au contraire insuffisants dans le cadre d un autre projet. Dans le premier cas, il suffit tout simplement de ne pas en tenir compte. Dans le second cas, le formalisme orienté objet permet de concevoir des extensions au modèle, notamment par le biais de la création de sous-classes, mais aussi par la connexion du modèle avec d autres ontologies. Le CRM a notamment été utilisé par la Galerie nationale de Finlande lorsque celle-ci a voulu changer de base de données : il a servi de point de référence dans la conception de la nouvelle base, et la structure de données de l ancienne base a été «mappée» vers les sections pertinentes du CRM. Les règles de catalogage des documents vont en outre être révisées pour prendre en compte le CRM afin d assurer une meilleure cohérence interne de ces règles. Quant à l extension du modèle par connexion avec une autre ontologie, c est ce qui a été entrepris par une chercheuse de l Université du Queensland en Australie, Jane Hunter. Partant de la constatation qu il existait une ontologie pour les objets matériels conservés dans les musées, le CRM, et une ontologie pour la description du contenu de ressources multimédia, MPEG-7, mais pas d ontologie pour les ressources multimédia propres aux musées, elle a réuni les deux en prenant le CRM pour base de départ et en l étendant au moyen d entités empruntées à MPEG-7. Pour ce faire, elle a simplement défini une nouvelle sous-classe de la classe Objet Informatif, appelée Contenu Multimédia, dont plusieurs classes issues de MPEG-7 sont à leur tour des Patrick Le Bœuf, BnF Le modèle CRM 9/11

10 sous-classes. Elle a également rattaché certaines classes de MPEG-7 aux classes Élément Visuel et Objet Linguistique du CRM, en tant que sous-classes. Il est évident que le travail de Jane Hunter peut également servir aux bibliothèques, voire aux archives, pour l interprétation sémantique des données relatives aux documents audiovisuels. Outil de comparaison, d échange et de stockage de données Le CRM peut en outre servir de référence technique : pour comparer entre eux et évaluer des systèmes d information et des schémas de données. Ce type de comparaison, que l on en soit à un stade de projet ou déjà d implémentation, permet de mettre en lumière d éventuelles divergences, dont un examen approfondi pourra déterminer si elles sont justifiées ou non. pour assurer dans de bonnes conditions le transfert de données entre systèmes incompatibles. Le CRM peut fournir l infrastructure sémantique d un format de données commun que pourront partager différents systèmes, afin que les données puissent être transférées de l un vers l autre. pour partager des données entre des systèmes différents. Il est plus facile d utiliser un seul format de référence auquel on va comparer chacun des schémas de données, que de concevoir des protocoles et des mappings entre tous les systèmes deux par deux. pour assurer l archivage à long terme d informations relatives au patrimoine culturel, grâce à des formats de données indépendants de tout système, conçus à partir d un modèle sémantique commun tel que le CRM. Outil d intégration au Web sémantique Enfin, et ce n est certainement pas là le moindre de ses emplois potentiels, le CRM, en tant qu ontologie, est très probablement appelé à jouer à terme un rôle majeur dans tous les secteurs du Web sémantique concernés par l information sur le patrimoine culturel. Mais c est là encore une autre problématique, qui sera abordée cet après-midi au cours d un autre présentation. Reconnaissance de dette et orientation bibliographique : Cette présentation, surtout dans sa troisième partie, doit énormément à : Crofts, Nicholas ; Doerr, Martin ; & Gill, Tony. The CIDOC Conceptual Reference Model : a standard for communicating cultural contents. Dans : Cultivate Interactive[en ligne]. Issue 9. February Disponible sur World Wide Web : <http://www.cultivate-int.org/issue9/chios/>. Ont en outre abondamment été consultés, utilisés, cités, voire pillés : Sur les utilisations potentielles du CRM en général : Patrick Le Bœuf, BnF Le modèle CRM 10/11

11 Doerr, Martin ; & Crofts, Nicholas. Electronic Esperanto : the role of the oo CIDOC Reference Model. Dans : Proceedings of the ICHIM 99, Washington DC, September 22-26, Également disponible en ligne : <http://cidoc.ics.forth.gr/docs/doerr_crofts_ ichim99_new.doc>. Doerr, Martin. The CIDOC CRM, a standard for the integration of cultural information [en ligne]. Rethymnon (Crète) : ICS-FORTH, Disponible sur World Wide Web : <http://cidoc.ics.forth.gr/docs/crm_for_caa_crete-new.ppt>. Sur le formalisme de la «conversion» de données vers le CRM : Doerr, Martin ; & Karvasonas, Iraklis. Converting object documentation into a CRMcompatible XML form using Data Junction 7.5 (DOC to XML conversion) [en ligne]. Rethymnon (Crète) : ICS-FORTH, May Disponible sur Internet : <http://cidoc.ics.forth.gr/docs/data_index_mapping.doc>. Sur le projet HEDD : Stiff, Matthew. Semantic glue, not sticky tape : the CRM and the National Heritage in England. Dans : Sharing the knowledge : international symposium, Washington DC, March 26-27, Abstract disponible en ligne : <http://cidoc.ics.forth.gr/symposiun_ abstracts/list_of_abstracts.htm#stiff>. Sur RLG Cultural Materials : Gill, Tony. Touring the RLG information landscape : the CIDOC Conceptual Reference Model. Dans : RLG Focus [en ligne]. Issue 45, August Disponible sur World Wide Web : <http://www.rlg.org/r-focus/i45tour.html>. Gill, Tony. Using the CIDOC CRM : RLG s Cultural Materials Initiative [en ligne]. [2000]. Disponible sur World Wide Web : <http://www.chin.gc.ca/resources/ Cidoc/English/Presentations/tgill.ppt>. Gill, Tony. When the rubber hits the road : using the CIDOC CRM in the real world. Dans : Sharing the knowledge : international symposium, Washington DC, March 26-27, Disponible sur Internet : <http://cidoc.ics.forth.gr/docs/symposium_ presentations/gill_2003-when-rubber_hits_road.ppt>. Sur l utilisation du CRM à la Galerie nationale de Finlande : Inkari, Juha ; & Oy, Aimari. The Finnish National Gallery database implementation [en ligne]. [S. d.] Disponible sur Internet : <http://cidoc.ics.forth.gr/docs/fng_crm_ 5thMeeting.ppt>. Sur la connexion CRM-MPEG7 : Hunter, Jane. Combining the CIDOC CRM and MPEG-7 to describe multimedia in museums [en ligne]. [2002?] Disponible sur World Wide Web : <http://www.metadata.net/harmony/mw2002_paper.pdf>. Signalons enfin qu il existe un site Web entièrement et exclusivement consacré au CRM : <http://cidoc.ics.forth.gr>. Patrick Le Bœuf, BnF Le modèle CRM 11/11

LE CATALOGAGE Description des documents : formats et normes

LE CATALOGAGE Description des documents : formats et normes LE CATALOGAGE Description des documents : formats et normes Nathalie Piérache Novembre 2008 1 Le catalogage Plan du cours Le catalogage des documents imprimés Les objectifs du catalogage Qu est ce qu un

Plus en détail

UNIMARC dans le contexte normatif international

UNIMARC dans le contexte normatif international 3e journée e d'étude du Comité français ais UNIMARC enssib,, 1 er avril 2010 UNIMARC dans le contexte normatif international modèles, principes internationaux de catalogage, RDA, etc. Françoise Leresche

Plus en détail

Définition du Modèle Conceptuel de Référence du CIDOC (CRM)

Définition du Modèle Conceptuel de Référence du CIDOC (CRM) Définition du Modèle Conceptuel de Référence du CIDOC (CRM) Groupe de Normalisation documentaire ICOM/CIDOC Rédacteurs : Nick Crofts, Ifigenia Dionissiadou, Martin Doerr, Matthew Stiff Septembre 1999 Copyright

Plus en détail

Traitement des données

Traitement des données Formation «Le protocole OAI-PMH» Formation pour les Pôles associés de la Bibliothèque nationale de France BnF, 21 juin 2013 Traitement des données Processus de conversion Qualité des métadonnées Françoise

Plus en détail

Les travaux internationaux et leurs conséquences sur les règles françaises

Les travaux internationaux et leurs conséquences sur les règles françaises Françoise Leresche, Bibliothèque nationale de France, Agence bibliographique nationale L évolution des catalogues Les travaux internationaux et leurs conséquences sur les règles françaises Plan La modélisation

Plus en détail

Documents musicaux à la Médiathèque de l Ircam Michel Fingerhut Directeur de la Médiathèque de l Ircam

Documents musicaux à la Médiathèque de l Ircam Michel Fingerhut Directeur de la Médiathèque de l Ircam Michel Fingerhut Directeur de la Médiathèque de l Ircam La numérisation de documents principalement sonores a débuté à l Ircam en interne et sur ressources propres lors de l établissement de sa Médiathèque

Plus en détail

Adapter les catalogues à l environnement numérique

Adapter les catalogues à l environnement numérique Rencontres nationales des bibliothécaires musicaux 2009 Adapter les catalogues à l environnement numérique Françoise Leresche Bibliothèque nationale de France Département de l information l bibliographique

Plus en détail

Une organisation internationale au cœur des enjeux de contenus et d accès à l information scientifique: L IFLA

Une organisation internationale au cœur des enjeux de contenus et d accès à l information scientifique: L IFLA Une organisation internationale au cœur des enjeux de contenus et d accès à l information scientifique: L IFLA P.Sanz, FREDOC, Bordeaux, 12 octobre 2011 L IFLA, un forum professionnel de premier plan Cadre

Plus en détail

4. RDA : Resource Description and Access

4. RDA : Resource Description and Access 4. RDA : Resource Description and Access Un code de catalogage conçu pour répondre aux défis du Web Sensibilisation à l évolution des catalogues Programme Transition bibliographique Groupe Formation Mise

Plus en détail

CITER LES DOCUMENTS CITER LES DOCUMENTS 1

CITER LES DOCUMENTS CITER LES DOCUMENTS 1 CITER LES DOCUMENTS CITER LES DOCUMENTS 1 INTRODUCTION 1 1. ORGANISER SA DOCUMENTATION PERSONNELLE 1 2. LES REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 2 PRESENTATION D UNE BIBLIOGRAPHIE 2 2.1. REGLES GENERALES DE REDACTION

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Données documentaires Généralités : structure des données documentaires dans BCDI et règles de saisie à adopter

Données documentaires Généralités : structure des données documentaires dans BCDI et règles de saisie à adopter Données documentaires Généralités : structure des données documentaires dans BCDI et règles de saisie à adopter 1. Les données documentaires dans BCDI Edité et diffusé par le CRDP de Poitou-Charentes depuis

Plus en détail

SCI6052 Information documentaire numérique. Cours 13 Introduction au modèle relationnel Méthodologies de mise sur pied de solutions documentaires

SCI6052 Information documentaire numérique. Cours 13 Introduction au modèle relationnel Méthodologies de mise sur pied de solutions documentaires École de bibliothéconomie et des sciences de l information SCI6052 Information documentaire numérique Cours 13 Introduction au modèle relationnel Méthodologies de mise sur pied de solutions documentaires

Plus en détail

Atelier "INVENTAIRES" - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE

Atelier INVENTAIRES - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE Euromed Heritage IV Un programme financé par l Union Européenne EUROMED HERITAGE Cadre institutionnel et légal Atelier "INVENTAIRES" - PARIS 10-12 décembre 2008 DOCUMENT DE REFERENCE Coordination : Frank

Plus en détail

Programmation scientifique du parcours de visite

Programmation scientifique du parcours de visite Programmation scientifique du parcours de visite Chaine opératoire La programmation des collections consiste à préciser et hiérarchiser le traitement à appliquer aux collections, en distinguant programmation

Plus en détail

Présentation générale du projet data.bnf.fr

Présentation générale du projet data.bnf.fr Présentation générale du projet data.bnf.fr La Bibliothèque nationale a mis en œuvre un nouveau projet, qui a pour but de rendre ses données plus utiles sur le web. Ceci nécessite de transformer données

Plus en détail

Le marché de rétroconversion. Formation aux pôles associés Bibliothèque nationale de France 30 juin 1 er juillet 2014

Le marché de rétroconversion. Formation aux pôles associés Bibliothèque nationale de France 30 juin 1 er juillet 2014 Le marché de rétroconversion Formation aux pôles associés Bibliothèque nationale de France 30 juin 1 er juillet 2014 Les étapes 2 Phase préparatoire : état des lieux, analyse => note de projet Budget :

Plus en détail

Mettre en place une démarche de gestion des connaissances en entreprise

Mettre en place une démarche de gestion des connaissances en entreprise Mettre en place une démarche de gestion des connaissances en entreprise Sommaire Introduction... 1 1. La gestion des connaissances dans l entreprise... 1 2. La démarche... 2 2.1. Capitalisation des connaissances...

Plus en détail

Présentation du Modèle de Référence pour les Bibliothèques FRBR

Présentation du Modèle de Référence pour les Bibliothèques FRBR Submitted on: 03.08.2015 Présentation du Modèle de Référence pour les Bibliothèques FRBR French translation of the original paper: Introducing the FRBR Library Reference Model. Traduit par : Mélanie Roche,

Plus en détail

Chapitre 8. Corrigés

Chapitre 8. Corrigés Chapitre 8 Corrigés 1 Question 1. Indicateurs du BSC et stratégie de domination par les coûts Le BSC doit refléter les intentions stratégiques. Par conséquent, si l entreprise choisit de s orienter plutôt

Plus en détail

WORLD LIBRARY AND INFORMATION CONGRESS: 75TH IFLA GENERAL CONFERENCE AND COUNCIL 23-27 August 2009, Milan, Italy

WORLD LIBRARY AND INFORMATION CONGRESS: 75TH IFLA GENERAL CONFERENCE AND COUNCIL 23-27 August 2009, Milan, Italy Date submitted: 08/07/2009 UNIMARC, et le web sémantique Gordon Dunsire Directeur adjoint, Centre de recherche sur les bibliothèques numériques de l Université de Strathclyde, Glasgow, Écosse [Traduit

Plus en détail

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET

COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET COMMENT DÉFINIR L ORIENTÉ OBJET De manière superficielle, le terme «orienté objet», signifie que l on organise le logiciel comme une collection d objets dissociés comprenant à la fois une structure de

Plus en détail

Université de Lausanne

Université de Lausanne Université de Lausanne Records management et archivage électronique : cadre normatif Page 2 Ce qui se conçoit bien s énonce clairement Nicolas Boileau Page 3 Table des matières Qu est- ce que le «records

Plus en détail

Forum sur les au Canada. Bibliothèque et Archives Canada, Ottawa. 19 et 20 septembre 2003. Rapport du forum

Forum sur les <métadonnées> au Canada. Bibliothèque et Archives Canada, Ottawa. 19 et 20 septembre 2003. Rapport du forum Direction des bibliothèques Service de catalogage Forum sur les au Canada Bibliothèque et Archives Canada, Ottawa 19 et 20 septembre 2003 Rapport du forum Présenté à : Jean-Pierre Côté, Directeur

Plus en détail

Les formats MARC. Françoise Leresche Bibliothèque nationale de France, Agence bibliographique nationale, Bureau de normalisation documentaire

Les formats MARC. Françoise Leresche Bibliothèque nationale de France, Agence bibliographique nationale, Bureau de normalisation documentaire Les formats MARC Françoise Leresche Bibliothèque nationale de France, Agence bibliographique nationale, Bureau de normalisation documentaire Réseau National des Bibliothèques de Mathématiques École thématique

Plus en détail

Nouvelles technologies et médiation culturelle

Nouvelles technologies et médiation culturelle Nouvelles technologies et médiation culturelle Stratégies, processus, méthodes et outils Web au service de la valorisation des collections et de la médiation culturelle. SITEM 2013 Intervenants Anne Sophie

Plus en détail

Créer et partager des fichiers

Créer et partager des fichiers Créer et partager des fichiers Le rôle Services de fichiers... 246 Les autorisations de fichiers NTFS... 255 Recherche de comptes d utilisateurs et d ordinateurs dans Active Directory... 262 Délégation

Plus en détail

> livre blanc. Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger?

> livre blanc. Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger? > livre blanc Mettez-vous vos données et celles de vos clients en danger? QU EST-CE QUE CELA SIGNIFIE? VOTRE ENTREPRISE N EST PAS TROP GRANDE NI TROP PETITE POUR ÊTRE PIRATÉE Revenons dix ans en arrière,

Plus en détail

L évolution du catalogage :

L évolution du catalogage : Réseau Documentation Archives des ministères sociaux Journée d étude 2 et 3 février 2012 Le document dans l environnement numérique Ruptures et continuités L évolution du catalogage : modèle FRBR (Functional

Plus en détail

enregistrement indexation catalogage intercalation équipement

enregistrement indexation catalogage intercalation équipement Avant l arrivée de l informatique dans les bibliothèques, au début des années 1980, le travail était fait entièrement à la main. Il demandait aux bibliothécaires beaucoup de patience et de précision, et

Plus en détail

Gestion de contenu et gestion documentaire, quelles relations?

Gestion de contenu et gestion documentaire, quelles relations? Gestion de contenu et gestion documentaire, quelles relations? Dominique Cotte Journée des professionnels de l IST Nancy 21 Juin 2005 Quelle attitude vis-à-vis des nouveaux concepts? Avalanche de concepts

Plus en détail

La gestion globale des contenus d entreprise

La gestion globale des contenus d entreprise Gonzague Chastenet de Géry La gestion globale des contenus d entreprise Le projet ECM, une nouvelle approche de la gestion de l information é d i t i o n s Les Editions de l ADBS publient des ouvrages

Plus en détail

Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005

Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005 MDA : Un Tutoriel Introduction pratique au Développement orienté Modèle Pierre Parrend, Mars 2005 1 Sommaire Table des matières 1 Sommaire 1 2 Introduction 2 2.1 A qui s adresse ce tutoriel......................

Plus en détail

se documenter à la bibliothèque

se documenter à la bibliothèque se documenter à la bibliothèque SOMMAIRE 1. Vous avez des références de documents, comment les trouver?... 4 1. Trouver les documents... 4 Catalogue de la bibliothèque... 4 Ressources en ligne... 8 2.

Plus en détail

Bastia Lucciana / 9 12 octobre 2008 Samedi 11 Octobre 2008

Bastia Lucciana / 9 12 octobre 2008 Samedi 11 Octobre 2008 La conservation, la restauration et l étude du patrimoine en milieu isolé sous les aspects opérationnels dans le cadre d un projet de réalisation (constructions, rénovations, aménagements, équipements

Plus en détail

C1 S informer. C1.1 Rechercher, Exploiter des documents

C1 S informer. C1.1 Rechercher, Exploiter des documents C1 S informer C1.1 Rechercher, Exploiter des documents Une commande Un besoin exprimé Expliciter le besoin*. Le service rendu, les utilisateurs, les conditions d'utilisation sont listés. Les performances

Plus en détail

La Création d une bibliothèque virtuelle en yiddish

La Création d une bibliothèque virtuelle en yiddish La Création d une bibliothèque virtuelle en yiddish Natalia Krynicka Pourquoi est-ce si important de créer une bibliothèque virtuelle en yiddish d une envergure mondiale? Prenons un chercheur italien qui

Plus en détail

Manuel UNİMARC : format bibliographique. Principes

Manuel UNİMARC : format bibliographique. Principes Manuel UNİMARC : format bibliographique Traduction de la 3 e édition anglaise Principes Annick Bernard Conservateur général honoraire des bibliothèques 1 UNİversal MARC 1964 : naissance du format MARC,

Plus en détail

Guide du RDAQ. Comment saisir des descriptions de fonds et collections dans le Réseau de diffusion des archives du Québec (RDAQ)

Guide du RDAQ. Comment saisir des descriptions de fonds et collections dans le Réseau de diffusion des archives du Québec (RDAQ) Guide du RDAQ Comment saisir des descriptions de fonds et collections dans le Réseau de diffusion des archives du Québec (RDAQ) Table des matières Qu est-ce que le Réseau de diffusion des archives du Québec?

Plus en détail

Les données primaires Les données traitées

Les données primaires Les données traitées 1 Madame, Messieurs, Au cours de mon DEA portant sur la refonte de bdb, base de données Beuvray, je me suis aperçue qu une réflexion plus générale serait à menée sur le traitement de l information archéologique.

Plus en détail

Le module «Archives Management System» (AMS) dans Virtua

Le module «Archives Management System» (AMS) dans Virtua BIBLIOTHÈQUE CANTONALE ET UNIVERSITAIRE FRIBOURG KANTONS- UND UNIVERSITÄTSBIBLIOTHEK FREIBURG Le module «Archives Management System» (AMS) dans Virtua 14 avril 2011 Nicole Zay, bibliothécaire responsable

Plus en détail

Nos formations sont conçues pour vous permettre de gagner en autonomie sur ces thématiques au coeur de votre quotidien :

Nos formations sont conçues pour vous permettre de gagner en autonomie sur ces thématiques au coeur de votre quotidien : Nouvelles technologies, nouvelles pratiques, nouvelles normes dans un environnement de plus en plus complexe, se former pour maîtriser les concepts clés de l archivage physique, numérique et de la dématérialisation

Plus en détail

Les principaux domaines de l informatique

Les principaux domaines de l informatique Les principaux domaines de l informatique... abordés dans le cadre de ce cours: La Programmation Les Systèmes d Exploitation Les Systèmes d Information La Conception d Interfaces Le Calcul Scientifique

Plus en détail

Cyclops : Une interface de modélisation adaptable aux communautés de pratique

Cyclops : Une interface de modélisation adaptable aux communautés de pratique Démonstration Cyclops : Une interface de modélisation adaptable aux communautés de pratique Erik Gebers 1, Bruno Bachimont 1, Nicolas Esposito 1 et Johann Holland 1 1 Laboratoire Heudiasyc, Université

Plus en détail

Questions/Réponses Rapport de fin de formation

Questions/Réponses Rapport de fin de formation Université Cadi Ayyad Questions/Réponses Rapport de fin de formation Said MACHWATE Abderrahim BRAKEZ CERN-UNESCO Open Access School 1. Avez-vous besoin d'un nouveau système? OUI: notre Université ne dispose

Plus en détail

852 Localisation et cote

852 Localisation et cote 852 Localisation et cote Définition Cette zone sert à identifier l établissement qui détient la ressource ou la rend disponible. Cette zone peut également contenir des informations détaillées sur la manière

Plus en détail

2015 2016 Cours de catalogage : module 2

2015 2016 Cours de catalogage : module 2 Médiiadiix IInsttiittutt ffrançaiis COURS DE CATALOGAGE Modulle n 2 L introduction du cours de catalogage et le premier module peuvent sembler à certains d entre vous assez rébarbatifs peut-être même particulièrement

Plus en détail

Une grandeur électrique : la tension

Une grandeur électrique : la tension Chapitre 7 Une grandeur électrique : la tension Programme officiel Connaissances La tension électrique aux bornes d un dipôle se mesure avec un voltmètre branché en dérivation à ses bornes. Unité de tension

Plus en détail

Qu est-ce qu un catalogue?

Qu est-ce qu un catalogue? Qu est-ce qu un catalogue? Nathalie Piérache Novembre 2008 1 Qu est-ce qu un catalogue? Plan du cours Les catalogues Définition Bref historique des catalogues de bibliothèque Le rôle du catalogue Le catalogue

Plus en détail

Evolution des catalogues et des métiers: comment se préparer aux changements? Quelques échos de la BnF. CRFCB Université de Toulouse 29 mars 2013

Evolution des catalogues et des métiers: comment se préparer aux changements? Quelques échos de la BnF. CRFCB Université de Toulouse 29 mars 2013 CRFCB Université de Toulouse 29 mars 2013 Evolution des catalogues et des métiers: comment se préparer aux changements? Quelques échos de la BnF Gildas ILLIEN Bibliothèque nationale de France Directeur

Plus en détail

12.2.5. La Banque de données santé publique (BDSP)

12.2.5. La Banque de données santé publique (BDSP) 12. Approfondir ses connaissances autour d un sujet droit ou qu un accord avec l éditeur autorise les gestionnaires de la base à pointer vers le document original. Les bases de données bibliographiques

Plus en détail

Recommandations pour le catalogage des livres dans PMB

Recommandations pour le catalogage des livres dans PMB Recommandations pour le catalogage des livres dans PMB Fiche technique pmb 4.0.3 Objectifs : 1. saisir des notices de livres [documents (monographies) + textes imprimés] en ne remplissant que les champs

Plus en détail

Conception et Développement Orientés Objets Cours 1 : Introduction. 2 Les paradigmes de programmation. 3 Les concepts de la programmation objet

Conception et Développement Orientés Objets Cours 1 : Introduction. 2 Les paradigmes de programmation. 3 Les concepts de la programmation objet CNAM UV 19357 Année 2003-2004 David Delahaye David.Delahaye@cnam.fr Conception et Développement Orientés Objets Cours 1 : Introduction 1 Présentation de la valeur Ce cours s adresse à toute personne ayant

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

La gestion des ressources en ligne dans le logiciel BCDI : principes

La gestion des ressources en ligne dans le logiciel BCDI : principes La gestion des ressources en ligne dans le logiciel BCDI : principes 1 Généralités sur le catalogage des ressources en ligne... 1 2 Le catalogage des ressources en lignes dans BCDI... 1 2.1- Avant la version

Plus en détail

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie Partie I : Séries statistiques descriptives univariées (SSDU) A Introduction Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie et tous sont organisés selon le même

Plus en détail

Technologies et Knowledge Management. Knowledge Management. Panorama des technologies. Gilles Balmisse. Journée EGIDE - 4 mars 2003 1

Technologies et Knowledge Management. Knowledge Management. Panorama des technologies. Gilles Balmisse. Journée EGIDE - 4 mars 2003 1 Journée EGIDE - 4 mars 2003 1 Knowledge Management Panorama des technologies Journée EGIDE - 4 mars 2003 2 AU SOMMAIRE Introduction PARTIE 1 Panorama des technologies PARTIE 2 Portail de KM Conclusion

Plus en détail

Généralités sur les bases de données

Généralités sur les bases de données Généralités sur les bases de données Qu est-ce donc qu une base de données? Que peut-on attendre d un système de gestion de bases de données? Que peut-on faire avec une base de données? 1 Des données?

Plus en détail

Règles d affaires. éponse informatique inc. www.reponse.ca. Critères de qualité de toutes spécifications

Règles d affaires. éponse informatique inc. www.reponse.ca. Critères de qualité de toutes spécifications Règles d affaires éponse informatique inc. 1 Critères de qualité de toutes spécifications IEEE830-1998 Recommended Practice for Software Requirements Specifications Une spécification doit être: Correcte,

Plus en détail

Introduction au WEB Sémantique Cours 2 : Ontologies

Introduction au WEB Sémantique Cours 2 : Ontologies Cours 2 : Ontologies ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univmed.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/index.html Plan du cours 1 Introduction 2 3 4 5 Bibliographie I Supports de

Plus en détail

RESPONSABLE DE LA DOCUMENTATION DU CONSEIL GENERAL

RESPONSABLE DE LA DOCUMENTATION DU CONSEIL GENERAL Direction des Ressources humaines RESPONSABLE DOCUMENTALISTE J RESPONSABLE DE LA DOCUMENTATION DU CONSEIL GENERAL POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Service : Documentation Poste de rattachement

Plus en détail

Licences. étendues un instrument au service de l économie créative en

Licences. étendues un instrument au service de l économie créative en Licences collectives étendues un instrument au service de l économie créative en Europe 1 Questions/Réponses sur le fonctionnement des LCE Qu est-ce que la gestion collective des droits? Que signifie l

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

LA BIBLIOTHÈQUE VIRTUELLE DE LA SHQ : contraintes, défis, occasions

LA BIBLIOTHÈQUE VIRTUELLE DE LA SHQ : contraintes, défis, occasions LA BIBLIOTHÈQUE VIRTUELLE DE LA SHQ : contraintes, défis, occasions PLAN DE LA PRÉSENTATION Congrès des milieux documentaires 25 novembre 2013 1. Introduction 2. Le SDIH de la Société d habitation du Québec

Plus en détail

LEXIQUE DES TERMES DOCUMENTAIRES LES PLUS COURANTS

LEXIQUE DES TERMES DOCUMENTAIRES LES PLUS COURANTS LEXIQUE DES TERMES DOCUMENTAIRES LES PLUS COURANTS Annuaire Ouvrage publié en principe chaque année ou selon une périodicité proche de l'année, qui donne une liste de noms de personnes ou d'organismes

Plus en détail

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation.

Si nous nous contentions d un champ de vision de 40, il faudrait quatre ou cinq perspectives pour représenter un espace d habitation. Avant-propos La vue en perspective correspond bien à une perception humaine de l espace. La représentation d une perspective à l aide de la géométrie traduit, elle, avec précision les phénomènes optiques

Plus en détail

Conception des bases de données : Modèle Entité-Association

Conception des bases de données : Modèle Entité-Association Conception des bases de données : Modèle Entité-Association La modélisation d un problème, c est-à-dire le passage du monde réel à sa représentation informatique, se définit en plusieurs étapes pour parvenir

Plus en détail

La normalisation dans le domaine de l information et de la documentation. Gaëlle Béquet, présidente ISO/TC 46 Pierre Fuzeau, président AFNOR/CN 46

La normalisation dans le domaine de l information et de la documentation. Gaëlle Béquet, présidente ISO/TC 46 Pierre Fuzeau, président AFNOR/CN 46 La normalisation dans le domaine de l information et de la documentation Gaëlle Béquet, présidente ISO/TC 46 Pierre Fuzeau, président AFNOR/CN 46 Information et documentation : Comité technique ISO/TC

Plus en détail

Un voyage virtuel dans le temps

Un voyage virtuel dans le temps 1970 1975 1980 1985 1990 1995 2000 2005 Un voyage virtuel dans le temps Guide destiné au corps enseignant du secondaire I en vue de l utilisation pédagogique des chroniques suisses de www.ideesuisse.ch

Plus en détail

Introduction aux concepts d ez Publish

Introduction aux concepts d ez Publish Introduction aux concepts d ez Publish Tutoriel rédigé par Bergfrid Skaara. Traduit de l Anglais par Benjamin Lemoine Mercredi 30 Janvier 2008 Sommaire Concepts d ez Publish... 3 Système de Gestion de

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Raisonner le Web Sémantique avec des graphes : Application à un cas industriel

Raisonner le Web Sémantique avec des graphes : Application à un cas industriel Raisonner le Web Sémantique avec des graphes : Application à un cas industriel Olivier Carloni LIRMM, Université de Montpellier II, 161, rue Ada, F-34392 Montpellier cedex - France carloni@lirmm.fr Mondeca,

Plus en détail

Aide à la consultation de l archive numérique des Papiers de travail de Michel Foucault. 22 juillet 2015

Aide à la consultation de l archive numérique des Papiers de travail de Michel Foucault. 22 juillet 2015 Aide à la consultation de l archive numérique des Papiers de travail de Michel Foucault 22 juillet 2015 1 1 Caractéristiques de l instrument de recherche 1.1 Structure de l archive numérique L archive

Plus en détail

Introduction au WEB Sémantique Cours 1 : Qu est ce que le WEB sémantique?

Introduction au WEB Sémantique Cours 1 : Qu est ce que le WEB sémantique? Cours 1 : Qu est ce que le WEB sémantique? ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univmed.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/index.html Plan du cours Introduction 1 Introduction

Plus en détail

GROUPE DE TRAVAIL SUR LA BIBLIOGRAPHIE

GROUPE DE TRAVAIL SUR LA BIBLIOGRAPHIE GROUPE DE TRAVAIL SUR LA BIBLIOGRAPHIE DANS LES SERVICES DE L'INVENTAIRE GÉNÉRAL sous la direction d'albert Poirot - Compte-rendu (Rapport annuel 1998) La méthodologie adoptée a fait l économie d une analyse

Plus en détail

mylibrary Cliquer sur un chapitre du sommaire vous permet d y accéder directement.

mylibrary Cliquer sur un chapitre du sommaire vous permet d y accéder directement. mylibrary S o m m a i r e p a g e 1. Connexion 2 2. Accès à la médiathèque 2 3. Saisie de nouvelles données 2 3.1. Détail du livre 3 3.2. Exemplaires 6 3.3. Liens 6 4. Demande d emprunt effectuée par l

Plus en détail

Gé nié Logiciél Livré Blanc

Gé nié Logiciél Livré Blanc Gé nié Logiciél Livré Blanc Version 0.2 26 Octobre 2011 Xavier Blanc Xavier.Blanc@labri.fr Partie I : Les Bases Sans donner des définitions trop rigoureuses, il faut bien commencer ce livre par énoncer

Plus en détail

Les schémas de concepts et le Web sémantique : la norme sur les thésaurus ISO 25964 et le Web sémantique

Les schémas de concepts et le Web sémantique : la norme sur les thésaurus ISO 25964 et le Web sémantique Les schémas de concepts et le Web sémantique : la norme sur les thésaurus ISO 25964 et le Web sémantique Hélène Rabault - chef de projet chez Lexis-Nexis helene.rabault@lexisnexis.fr Hélène Zysman consultante

Plus en détail

Orientations pour la gestion documentaire des courriels au gouvernement du Québec

Orientations pour la gestion documentaire des courriels au gouvernement du Québec Orientations pour la gestion documentaire des courriels au gouvernement du Québec Janvier 2009 Dépôt légal Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2010 ISBN : 978-2-550-59635-6 Table des matières

Plus en détail

Les étapes et les outils de développement des programmes

Les étapes et les outils de développement des programmes Les étapes et les outils de développement des programmes L élaboration d un programme est un travail qui se fait en plusieurs étapes nécessitant divers outils que ce chapitre tente de décrire succinctement.

Plus en détail

LA BASE DE DONNÉES PATRIMOINE IMMOBILIER, MOBILIER ET

LA BASE DE DONNÉES PATRIMOINE IMMOBILIER, MOBILIER ET LA BASE DE DONNÉES PATRIMOINE IMMOBILIER, MOBILIER ET IMMATÉRIEL DU QUÉBEC ET LE RÉPERTOIRE DU PATRIMOINE CULTUREL DU QUÉBEC. ÉTAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES POUR L INVENTAIRE DU PATRIMOINE IMMATÉRIEL.

Plus en détail

Maîtriser la connaissance et la gestion des produits et le traitement des factures

Maîtriser la connaissance et la gestion des produits et le traitement des factures DocuWare au service des achats Solution Info Maîtriser la connaissance et la gestion des produits et le traitement des factures DocuWare classe les factures, la documentation technique sur les produits

Plus en détail

SECTION 5 BANQUE DE PROJETS

SECTION 5 BANQUE DE PROJETS SECTION 5 BANQUE DE PROJETS INF 4018 BANQUE DE PROJETS - 1 - Banque de projets PROJET 2.1 : APPLICATION LOGICIELLE... 3 PROJET 2.2 : SITE WEB SÉMANTIQUE AVEC XML... 5 PROJET 2.3 : E-LEARNING ET FORMATION

Plus en détail

GUIDE DU LECTEUR CENTRE DES ARCHIVES DIPLOMATIQUES LA COURNEUVE

GUIDE DU LECTEUR CENTRE DES ARCHIVES DIPLOMATIQUES LA COURNEUVE GUIDE DU LECTEUR CENTRE DES ARCHIVES DIPLOMATIQUES LA COURNEUVE Ministère des Affaires étrangères et du développement international PRESENTATION DU CENTRE Le centre des Archives diplomatiques de La Courneuve

Plus en détail

PaPyRuS. Le nouveau reporting bancaire électronique

PaPyRuS. Le nouveau reporting bancaire électronique PaPyRuS Banque Le nouveau reporting bancaire électronique Avec le service «PaPyRuS», Dexia Banque vous propose désormais une alternative électronique vous permettant de remplacer avantageusement le reporting

Plus en détail

LA SÉMANTIQUE DE SCÈNES 3D

LA SÉMANTIQUE DE SCÈNES 3D LA SÉMANTIQUE DE SCÈNES 3D Une approche sémantique pour l adaptation et la réutilisation de scènes 3D par Ioan Marius Bilasco Laboratoire d Informatique fondamentale de Lille Bâtiment M3 Cité scientifique

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Une proposition d extension de GML pour un modèle générique d intégration de données spatio-temporelles hétérogènes

Une proposition d extension de GML pour un modèle générique d intégration de données spatio-temporelles hétérogènes 303 Schedae, 2007 Prépublication n 46 Fascicule n 2 Une proposition d extension de GML pour un modèle générique d intégration de données spatio-temporelles hétérogènes Samya Sagar, Mohamed Ben Ahmed Laboratoire

Plus en détail

La recherche documentaire et la recherche d informations professionnelles. BU Sciences BIU Montpellier PPE 2012

La recherche documentaire et la recherche d informations professionnelles. BU Sciences BIU Montpellier PPE 2012 La recherche documentaire et la recherche d informations professionnelles 1 Introduction : la pratique étudiante Où commencez vous habituellement votre recherche d information? 84% des étudiants de 1er

Plus en détail

Principe et règles d audit

Principe et règles d audit CHAPITRE 2 Principe et règles d audit 2.1. Principe d audit Le principe et les règles d audit suivent logiquement l exposé précédent. D abord, comme dans toute branche de l activité d une entreprise, l

Plus en détail

1 Introduction à l infrastructure Active Directory et réseau

1 Introduction à l infrastructure Active Directory et réseau 1 Introduction à l infrastructure Active Directory et réseau Objectifs d examen de ce chapitre Ce premier chapitre, qui donne un aperçu des technologies impliquées par la conception d une infrastructure

Plus en détail

ADMINISTRATION DU PORTAIL AFI OPAC 2.0 V3 AFI OPAC 2.0

ADMINISTRATION DU PORTAIL AFI OPAC 2.0 V3 AFI OPAC 2.0 ADMINISTRATION DU PORTAIL AFI OPAC 2.0 V3 AFI OPAC 2.0 V3 Sommaire Sommaire... 2 Note :... 2 Quelques Notions... 3 Profil :... 3 Pages :... 5 Créer du contenu... 6 Identification de l administrateur :...

Plus en détail

EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION

EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION EUROPEAN TRADE UNION COMMITTEE FOR EDUCATION COMITE SYNDICAL EUROPEEN DE L EDUCATION Document énonçant la position du CSEE sur la proposition de recommandation du Parlement européen et du Conseil établissant

Plus en détail

Code déontologique à l attention des professionnels de l information - Projet

Code déontologique à l attention des professionnels de l information - Projet VVBAD Beroepscode voor informatieprofessionnals - Ontwerp http://www.vvbad.be/views/beroepscode proposition de traduction - K. Bergé - 07.06.2010 -----------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Création de notices d'autorité Version : 03-12-2014

Création de notices d'autorité Version : 03-12-2014 Table des matières 1. A quoi sert une notice d autorité?...1 2. Quelles notices d autorité peut-on cataloguer?...2 3. Comment créer une notice d autorité ex-nihilo?...3 3.1. Création manuelle (commande

Plus en détail

Infrastructure / réseau / sécurité /support utilisateur

Infrastructure / réseau / sécurité /support utilisateur Présentation du PSIR Pôle regroupant normalement 7 personnes (5 personnes actuellement) Les quatre axes de spécialisation du service sont: Pôle infrastructure et réseau ; Banques de données et données

Plus en détail

1. Qu est-ce qu un modèle conceptuel? Pourquoi en faire un? 1/11

1. Qu est-ce qu un modèle conceptuel? Pourquoi en faire un? 1/11 1/11 «Qui se pavane et s agite son heure sur scène et qu ensuite on n entend plus» : les éléments à prendre en compte dans un futur modèle conceptuel du spectacle vivant et de l information relative à

Plus en détail

Table des Matières. Table des Figures 7. Introduction Générale 9. Chapitre 1 - Langages de description d architectures matérielles hybrides 23

Table des Matières. Table des Figures 7. Introduction Générale 9. Chapitre 1 - Langages de description d architectures matérielles hybrides 23 Table des Figures 7 Introduction Générale 9 1. Outils et plate-formes de construction d application 9 2. Intégration de paradigmes de conception dans le cycle de vie 10 2.1. Equilibrage de charge et équilibrage

Plus en détail