Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) Dégrèvement pour réduction d activité. Taxes annexes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) Dégrèvement pour réduction d activité. Taxes annexes"

Transcription

1 Quand ils ne disposent d aucun local ou terrain : les redevables domiciliés en application d un contrat de domiciliation commerciale ou de tout contrat équivalent sont redevables de la cotisation minimum au lieu de leur domiciliation [LF 2011, art. 108-I P ; CGI art D-II-1 modifié] ; les redevables non sédentaires sont redevables de la cotisation minimum au lieu de la commune de rattachement mentionnée sur le récépissé de consignation prévu à l article 302 octies du CGI. Dégrèvement pour réduction d activité 6675 Les redevables dont les bases d imposition à la CFE diminuent bénéficient, sur leur demande, d un dégrèvement pour réduction d activité (DRA) correspondant à la différence entre les bases de l avant-dernière année et celles de la dernière année précédant l année d imposition [CGI art bis ; RF 1011, 1880 à 1888]. Le dégrèvement pour la CFE établie au titre d une année N doit être déterminé en appliquant aux éléments de la période de référence, N 2 et N 1, la législation en vigueur au 1 er janvier de l année N, date du fait générateur de la CFE. La demande de dégrèvement pour une année N doit être déposée avant le 31 décembre de l année N + 1. La diminution des bases résultant d une modification des règles d assiette décidée par le législateur est sans incidence sur le montant du dégrèvement. Pour le calcul du dégrèvement de CFE due au titre de 2011, il convient de comparer la base d imposition de taxe professionnelle de 2009, diminuée de la valeur locative des équipements et biens mobiliers et de la fraction imposable des recettes, et la base d'imposition à la CFE 2010 [LF 2010 art ]. Taxes annexes 6680 Taxe pour frais de CCI. La CFE est majorée de la taxe pour frais de chambres de commerce et d industrie (CCI) [4 e LFR 2010, art. 41 ; CGI art modifié ; RF 1011, 1891 à 1896]. La taxe est due par les redevables de la CFE proportionnellement à leur base d imposition. Cette base est réduite de moitié pour les artisans régulièrement inscrits au répertoire des métiers et qui restent portés sur la liste électorale de la CCI territoriale de leur circonscription. Pour chaque établissement, le taux d imposition à la taxe additionnelle est égal : en 2011, à la somme de 2/3 du taux local de la CCI territoriale dans le ressort de laquelle il se trouve et de 1/3 du taux régional de la CCI de région dans le ressort de laquelle il se trouve ; en 2012, à la somme de 1/3 tiers du taux local et de 2/3 du taux régional. Pour les impositions établies à compter de 2013, le taux applicable à chaque établissement est le taux régional voté par les CCI de région Taxe pour frais de chambres de métiers. La CFE est majorée de la taxe pour frais de chambres de métiers [CGI art. 1601, 1601 A et 1601 B]. La taxe est due par les chefs d entreprises individuelles et les sociétés tenus de s inscrire au répertoire des métiers, ainsi que par ceux qui demeurent volontairement inscrits à ce répertoire. La taxe est composée : d un droit fixe égal à la somme des droits fixes arrêtés par l assemblée permanente des chambres de métiers et de l artisanat, les chambres régionales de métiers et de l artisanat ou les chambres de métiers et de l artisanat de région, dans la limite d un maximum fixé respectivement à 15 et 110 pour 2011 ; d un droit additionnel réclamé aux seuls artisans redevables de la CFE ; de la contribution au fonds d assurance formation, égale à 0,17 % du montant annuel du plafond de la sécurité sociale en vigueur au 1 er janvier de l année d imposition, soit 60 pour 2011 [CGI art B ; RF 1011, 1911] ; d un droit additionnel affecté au financement de la formation à la gestion, égal à 0,12 % du montant annuel du plafond de la sécurité sociale en vigueur au 1 er janvier de l année d imposition, soit 42 pour 2011 [CGI art c)]. La taxe fait l objet d une réglementation particulière dans les départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle [RF 1011, 1913]. Cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) IDL 6775 La cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) est, avec la cotisation fon- FISCALITÉ DE L'ENTREPRISE 223

2 cière des entreprises (CFE [voir 6525]), l une des composantes de la contribution économique territoriale (CET [voir 5980]) qui a remplacé la taxe professionnelle depuis les impositions de La CVAE est due par les entreprises dont le chiffre d affaires de l exercice de référence est supérieur à [voir 6795 à 6810], mais n est effectivement payée que par celles dont le chiffre d affaires est supérieur à [voir 6820]. Elle est égale à une fraction de la valeur ajoutée produite par l entreprise. La CVAE est destinée à assurer le financement des communes et de leurs EPCI, des départements et des régions. La CVAE payée par l entreprise est prise en compte pour le calcul du dégrèvement transitoire de CET [voir 53960] et du plafonnement de CET à 3 % de la valeur ajoutée produite [voir 53970]. La CVAE est majorée de la taxe pour frais de chambre de commerce et d industrie [voir 6845]. Sur les déclarations à souscrire et les modalités de paiement de la CVAE, [voir et s.]. Personnes et activités imposables 6780 Sont redevables de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) les personnes physiques et les sociétés ou organismes, dotés ou non de la personnalité morale [voir 6530], qui réunissent les conditions suivantes [CGI art ter] : leur chiffre d affaires [voir 6805 et 6810] de l exercice de référence [voir 6795] est supérieur à ; ils exercent, le 1 er janvier de l année d imposition, une activité passible de la CFE [voir 6535 et 6540]. Toutefois, en cas de cession d activité, d apport, de scission d entreprise ou de transmission universelle du patrimoine (TUP) au cours de l année d imposition, la CVAE est due également par le redevable auquel l activité est transmise [LF 2011, art. 108-II E 1 ; CGI art octies-i-2 nouveau]. Les fiduciaires sont redevables de la CVAE pour leur activité exercée en vertu d un contrat de fiducie [LF 2011, art. 108-II A-1 ; CGI art ter-i modifié]. Exonérations sur délibérations 6785 Exonération de CFE étendue à la CVAE. Les entreprises peuvent bénéficier d exonérations ou d abattements de CFE facultatifs accordés sur décision ou en l absence de délibération contraire des collectivités territoriales ou des EPCI à fiscalité propre [voir 6575 et 6580]. Ces allégements s étendent à la CVAE. En effet, la valeur ajoutée produite par les établissements exonérés (ou bénéficiant d un abattement facultatif) de CFE à titre permanent ou temporaire n est pas prise en compte pour le calcul de la CVAE [CGI art ter-ii-1]. La valeur ajoutée des établissements bénéficiant d une exonération ou d un abattement de la base nette d imposition à la CFE fait l objet d une exonération ou d un abattement de même taux pour le calcul de la CVAE [CGI art nonies-v]. Lorsqu une entreprise dispose de plusieurs établissements dans une même commune, sa valeur ajoutée est répartie entre ces établissements selon les modalités exposés au paragraphe 6850 [CGI art nonies-vii]. L exonération, ou l abattement, de CVAE ne peut s appliquer que si l entreprise éligible en fait la demande au plus tard à la date limite prévue en matière de CFE pour l accomplissement de ses obligations déclaratives [RF 1011, 2054]. Le bénéfice de l exonération de cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises est, le cas échéant, subordonné au respect du même règlement communautaire que celui appliqué pour l exonération de cotisation foncière des entreprises dont l établissement bénéficie [CGI art nonies-vi]. Pour les impositions établies à compter de 2011, la valeur ajoutée exonérée ajoutée est plafonnée par établissement à dans les zones urbaines sensibles et à dans les zones franches urbaines [LF 2011, art. 108-II F ; CGI art nonies-v]. L application de l exonération facultative est opérée par une diminution du montant des acomptes et du solde de la CVAE (projet d instruction CVAE, n 119 ; RF 1011, 2056). ATTENTION Pour déterminer si une entreprise est dans le champ d application de la CVAE, le chiffre d affaires réalisé par les établissements exonérés doit être pris en compte. La valeur ajoutée afférente à une activité bénéficiant d une exonération ou d un abattement facultatif doit être mentionnée sur la déclaration 1330-CVAE Régime des délibérations. L exonération de CVAE est accordée sur délibération, ou sauf 224 FISCALITÉ DE L'ENTREPRISE

3 Exonérations accordées sur délibération Exonérations accordées sauf délibération contraire Abattement ZFA outre-mer applicable, sauf délibération contraire Exonérations de CVAE sur délibération [ 6790] Part revenant à la commune ou à l ECPI Exonération de CFE automatiquement applicable à la part de CVAE revenant à la commune ou l ECPI (1) [RF 1011, 2061] Les communes et les EPCI qui ne se sont pas opposés à l exonération de CFE peuvent s opposer à l exonération de CVAE pour la part leur revenant [RF 1011, 2063] (1) Sous réserve, bien entendu, que l entreprise demande le bénéfice de l exonération. Part revenant au département ou à la région La part de CVAE revenant au département ou à la région est exonérée sur délibération expresse, indépendante de celle prise par la commune ou l EPCI [RF 1011, 2062] (1) Si une commune ou un EPCI a pris une délibération contraire, l exonération s applique pour les parts revenant du département et à la région, sous réserve que ces derniers n aient pas pris de délibération contraire [RF 1011, 2063] Si la commune et l EPCI ont pris une délibération contraire, l exonération de CVAE (pour les parts revenant à l ensemble des collectivités territoriales) n est pas applicable Si la commune ou l EPCI n a pas pris une délibération contraire, l exonération de CVAE s applique automatiquement (1) pour les parts revenant à l ensemble des collectivités [RF 1011, 2064] délibération contraire, des collectivités concernées, suivant les modalités mentionnées dans le tableau ci-après. Délibérations prises avant Les délibérations prises par les conseils municipaux, les organes délibérants des EPCI à fiscalité propre, les conseils généraux et les conseils régionaux, applicables pour les impositions à la taxe professionnelle établies au titre de l année 2009, s appliquent à compter de l année 2010 aux impositions de CFE et de CVAE dans les conditions prévues dans le tableau suivant. Calcul de la valeur ajoutée 6795 Exercice de référence. En principe [voir 6795, tableau], la CVAE est déterminée en fonction du chiffre d affaires réalisé et de la valeur ajoutée produite au cours [CGI art quinquies-i ; RF 1011, 2100 à 2106] : de l année civile au titre de laquelle l imposition est établie, ou du dernier exercice de 12 mois clos au cours de l année lorsque cet exercice ne coïncide pas avec l année civile. EXEMPLE Pour une entreprise dont l exercice coïncide avec l année civile, la CVAE due au titre de 2011 est calculée à partir du chiffre d affaires réalisé et de la valeur ajoutée produite en Périmètre d appréciation du chiffre d affaires et de la valeur ajoutée. Seul le chiffre d affaires afférent aux activités de l entreprise situées dans le champ d application de la CVAE est pris en compte, que ces activités soient imposables ou exonérées. Par ailleurs, la valeur ajoutée imposable s entend uniquement de celle qui se rapporte à l activité imposable à la CVAE. Ainsi ne sont pris en compte, dans le calcul de la valeur ajoutée, que les seuls charges et produits afférents à des activités imposables, c est-à-dire qui sont, d une part, dans le champ de la CFE et donc de la CVAE et, d autre part, qui ne bénéficient pas d une exonération. En conséquence : le chiffre d affaires afférent aux activités hors du champ d application de la CVAE n est pas pris en compte (activités non lucratives, activités de location de logements nus ou activités de location ou de sous-location nue d immeubles professionnels procurant moins de de recettes, par exemple). En revanche, le chiffre d affaires des activités dans le champ d application de la CVAE, mais exonérées de plein droit ou sur délibération d une collectivité, doit être inclus dans le chiffre d affaires ; lorsque l entreprise dispose d un ou de plusieurs établissements bénéficiant d une exonération de plein droit ou d une exonération ou d un abattement FISCALITÉ DE L'ENTREPRISE 225

4 Période de référence de la CVAE [ 6795] Durée de l exercice Chiffre d affaires et valeur ajoutée à retenir (1) Exercice de 12 mois coïncidant avec l année civile Exercice de 12 mois ne coïncidant pas avec l année civile Exercice de plus ou moins de 12 mois clos au cours de l année d imposition Aucune clôture d exercice au cours de l année au titre de laquelle l imposition est établie Plusieurs clôtures au cours d une même année Chiffre d affaires et valeur ajoutée produite au cours de l année civile Chiffre d affaires et valeur ajoutée produite au cours du dernier exercice de 12 mois clos au cours de l année d imposition Chiffre d affaires réalisé (2) et valeur ajoutée produite au cours de cet exercice Chiffre d affaires réalisé (2) et valeur ajoutée produite à compter du 1 er jour suivant la fin de la période retenue pour le calcul de la CVAE de l année précédente jusqu au 31 décembre de l année d imposition (3) Chiffre d affaires réalisé (2) et valeur ajoutée produite au cours des exercices clos, quelle que soit leur durée respective (1) Ne jamais tenir compte de la fraction d exercice clos qui se rapporte à une période retenue pour l établissement de la CVAE due au titre d une ou de plusieurs années précédant celle de l imposition [LF 2011, art. 108-II C ; CGI art quinquies-5 nouveau]. (2) Le chiffre d affaires est corrigé pour correspondre à une année pleine. Aucun ajustement ne doit être appliqué pour le calcul de la valeur ajoutée. (3) En cas de création d entreprise au cours de l année d imposition, retenir la période comprise entre la date de création et le 31 décembre de l année d imposition. facultatif [voir 6785], la valeur ajoutée produite par les établissements exonérés (ou bénéficiant d un abattement) n est pas prise en compte pour le calcul de la CVAE. Pour les entreprises de navigation maritime ou aérienne exerçant des activités à la fois en France et à l étranger, il n est pas tenu compte de la valeur ajoutée provenant des opérations directement liées à l exploitation de navires ou d aéronefs ne correspondant pas à l activité exercée en France [CGI art ter-ii, 3 e et 4 e al. ; ann. II, art. 317 septies E] Valeur ajoutée des entreprises tenant une comptabilité commerciale. Pour la plupart des entreprises appliquant les règles de la comptabilité commerciale, la valeur ajoutée est égale à la différence entre [CGI art sexies ; BO 6 E-1-10 ; RF 1011, 2120 à 2155] : d une part, le chiffre d affaires de référence (voir tableau ), majoré des éléments figurant dans le tableau ; et, d autre part, la somme des charges et autres éléments figurant dans le tableau. Les règles de la comptabilité commerciale concernent les BIC, l IS, les titulaires de BNC tenant leur comptabilité selon les règles de la comptabilité commerciale et les sociétés soumises à l IS qui exercent une activité de location ou de sous-location d immeubles nus soumise à la CFE, donc à la CVAE [voir 6540]. Les sociétés immobilières non soumises à l IS doivent calculer leur valeur ajoutée selon les règles [BO 6 E-1-10] : des revenus fonciers lorsque tous leurs associés sont soumis à l impôt sur le revenu (IR) ; de la comptabilité commerciale lorsque leurs associés sont soumis à l IR et à l IS ou sont tous soumis à l IS. Le chiffre d affaires, apprécié au niveau de l entreprise, permet de déterminer également si l entreprise est dans le champ de la CVAE [voir 6780] et le taux effectif de CVAE [voir 7050]. Lorsqu une entreprise exerce des activités de nature différente (BIC et BNC, par exemple), le chiffre d affaires à retenir pour le calcul de la CVAE s entend d un chiffre d affaires cumulé Valeur ajoutée des autres entreprises. Pour les titulaires de BNC tenant une comptabilité de caisse [CGI art sexies-i-2 et 5 ; BO 6 E-1-10 ; RF 1011, 2156 à 2160] : le chiffre d affaires s entend du montant hors taxes des honoraires ou recettes encaissés, diminué des rétrocessions, ainsi que des gains divers (opérations commerciales accessoires, aides et subventions perçues, par exemple) ; 226 FISCALITÉ DE L'ENTREPRISE

5 Chiffre d affaires de référence [ 6805] Éléments composant le CA Comptes PCG et tableau 2059-E Ventes de produits fabriqués, prestations de services et marchandises diminuées des rabais, remises et ristournes Redevances pour concessions, brevets, licences, marques, procédés, logiciels, droits et valeurs similaires Plus-values de cession d immobilisations corporelles et incorporelles, lorsqu elles se rapportent à une activité normale et courante (1) Refacturations de frais inscrits au compte de transfert de charges. Comptes 701 à 709 (2059-E, lignes OA, OB, OC) Compte 751 (2059-E, ligne OK) Parmi les plus et moins-values comptabilisées dans les comptes 675 et 775 (2059-E, ligne OL) Seules les plus-values sont retenues, sans compensation avec les moins-values (les moins-values sont déductibles de la valeur ajoutée) Ensemble des produits enregistrés aux comptes 791 à 797 correspondant à des refacturations de frais préalablement engagés par l entreprise (2059-E, ligne OI) (1) Les plus-values réalisées l année de la création de l entreprise sont retenues au titre de l année suivante [BO 6 E-1-10, n 101 ; RF 1011, 2133]. Chiffre d affaires de référence Variation des stocks Produits à retenir [ 6805] Nature Comptes PCG et tableau 2059-E Production immobilisée (à hauteur des charges qui, ayant servi à déterminer son montant, peuvent être déduites de la valeur ajoutée) Subventions d exploitation et abandons de créances à caractère financier (pour la partie déductible des résultats de l entreprise qui les consent) Autres produits de gestion courante (1), à l exception des quotes-parts de résultat sur opérations faites en commun Transferts de charges refacturées (1) et transferts de charges déductibles de la valeur ajoutée (2059-E, ligne OI) Rentrées sur créances amorties lorsqu elles se rapportent au résultat d exploitation (2) Voir tableau Production stockée - Solde du compte 713 (2059-E, ligne OD) Comptes 721 et 722 du PCG (2059-E, ligne OE) Subventions comptabilisées aux comptes 74 et au compte 7715 pour celles qui permettent à l entreprise de compenser l insuffisance de certains produits d exploitation ou de faire face à certaines charges d exploitation (subventions d équilibre) (2059-E, ligne OF) Comptes 753 à 758, sauf compte 755 (quote-part de résultat sur opérations faites en commun) (2059-E, ligne OH) Produits inscrits aux comptes 791 à 797, à l exception de ceux qui se rapportent à : - des refacturations de frais (déjà compris dans le CA) ; - des transferts de charges non déductibles de la valeur ajoutée (transferts de charges financières figurant au compte 796, par exemple) ; - des indemnités d assurance pour sinistres couvrant une immobilisation partiellement détruite, un stock ou un risque Produit exceptionnel inscrit au compte 7714 (2059-E, ligne HA) (1) Sauf si ces produits sont déjà compris dans le chiffre d affaires. (2) À compter de la CVAE 2011 pour les redevables de la CVAE selon les règles de droit commun [LF 2011, art. 108-II D-1 ; CGI art sexies-4 modifié]. FISCALITÉ DE L'ENTREPRISE 227

6 Charges [ 6805] Nature Comptes PCG et tableau 2059-E Achats de marchandises, de matières premières et autres approvisionnements (1) Variation des stocks Services extérieurs, à l exception de certains loyers (1) Loyers et redevances, hors ceux afférents à des immobilisations corporelles mises à disposition dans le cadre d une convention de location-gérance ou de crédit-bail ou d une convention de location de plus de 6 mois (3) Charges déductibles de la valeur ajoutée afférente à la production immobilisée déclarée Autres charges de gestion courante Abandons de créances à caractère financier à hauteur du montant déductible du résultat Moins-values de cession d immobilisations corporelles et incorporelles qui se rapportent à une activité normale et courante Impôts et taxes (autres que l impôt sur les bénéfices et les impôts assimilés) Fraction des dotations aux amortissements pour dépréciation afférents à des immobilisations corporelles mises à disposition dans le cadre d une convention de location-gérance ou de crédit-bail, ou encore d une convention de location de plus de 6 mois (3) (4) Comptes 601 à 609, à l exception du compte 603 (2059-E, lignes ON et OP) Solde du compte 603 (2059-E, lignes OO et OQ) Comptes 611, 613 à 619 et 621 à 629 (2059-E, ligne OR) (2059-E, ligne OS) (2059-E, ligne OU) (1) Comptes 651 à 658, sauf compte 655 (quote-part de résultat sur opérations faites en commun) (2059-E, ligne OW) (2059-E, ligne OX) Parmi les plus et moins-values comptabilisées dans les comptes 675 et 775 (2) (2059-E, ligne OY) (2059-E, ligne OZ) Compte 681 (2059-E, ligne O9) (1) Selon la notice de la déclaration 1330-CVAE, la ligne OU ne doit pas être utilisée pour calculer la valeur ajoutée. Ces charges sont en effet déjà prises en compte, notamment sur les lignes ON, OP, OR et OS. Si l entreprise reporte sur la ligne OU les charges déductibles afférentes à la production immobilisée déclarée sur la ligne OE, afin de ne pas les déduire 2 fois, elle doit les soustraire des charges correspondantes mentionnées sur les autres lignes de la déclaration. (2) En comptabilité, les plus et moins-values de cession relatives aux opérations normales et courantes sont, en principe, enregistrées aux comptes 758 et 658 et non aux comptes 775 et 675. (3) Appliquer un prorata de déduction lorsque la période de location ne couvre pas l intégralité de la période de référence. (4) Pour les impositions de CVAE due à compter de 2011, l amortissement des biens donnés en sous-location est déductible, même si le dernier sous-locataire n est pas assujetti à la CFE [LF 2011, art. 108-II D-1 c ; CGI art sexies-1-4 b, 9 e al. modifié]. la valeur ajoutée est égale à la différence entre le chiffre d affaires et les dépenses de même nature que les charges déductibles de la valeur ajoutée de droit commun (voir tableau ), à l exception de la TVA déductible et de celle décaissée. Pour les redevables de la CVAE dont les revenus relèvent des revenus fonciers [CGI art sexies-i-3 et 6 ; BO 6 E-1-10 ; RF 1011, 2161 à 2163] : le chiffre d affaires comprend les recettes brutes, au sens des revenus fonciers (loyers encaissés, dépenses mises par convention à la charge du locataire, subventions et indemnités destinées à couvrir des charges déductibles des revenus fonciers) ; la valeur ajoutée est égale à la différence entre le chiffre d affaires et les charges déductibles des revenus fonciers, à l exception des intérêts d emprunt et des impositions, autres que celles incombant normalement à l occupant. En outre, pour le calcul de la valeur ajoutée, les produits et les charges se rapportant à une activité de location ou de sous-location d immeubles nus sont pris en compte pour une fraction de leur montant égale à 10 % en 2010, 20 % en 2011, 30 % en 2012 et en augmentant de 10 % chaque année jusqu en 2018 (100 % à compter de 2019). 228 FISCALITÉ DE L'ENTREPRISE

7 La valeur ajoutée fait l objet de dispositions particulières pour [voir aussi 6815] : les établissements de crédit et certaines entreprises d investissement [CGI art sexies-iii] ; les entreprises, autres que les établissements de crédit ou les compagnies d assurance, qui ont pour activité principale la gestion d instruments financiers [CGI art sexies-iv] ; les sociétés et groupements créés pour financer une opération unique d acquisition d immobilisations corporelles [CGI art sexies-v ; LF 2011, art. 108-II D] ; les compagnies d assurance, les mutuelles et leurs unions [CGI art sexies-vi] Plafonnement de la valeur ajoutée. La valeur ajoutée à retenir ne peut jamais excéder [CGI art sexies-i-7 ; LF 2011, art. 108-II D-1 d] : 80 % du chiffre d affaires pour les contribuables dont le chiffre d affaires de l exercice de référence [voir 6795] est inférieur ou égal à 7,6 M ; 85 % du chiffre d affaires pour les contribuables dont le chiffre d affaires de l exercice de référence [voir 6795] est supérieur à 7,6 M. Calcul de la CVAE 6820 Taux de CVAE. La CVAE est égale à une fraction de la valeur ajoutée produite par l entreprise [CGI art ter-ii-1 ; RF 1011, 2120], déterminée selon les modalités indiquées ci-avant [voir 6805 à 6815]. En principe, la CVAE est égale à 1,5 % de la valeur ajoutée [CGI art ter-ii-2]. Mais les entreprises dont le chiffre d affaires n excède pas 50 M bénéficient d un dégrèvement égal à la différence entre le montant la CVAE calculée au taux de 1,5 % et l application, à la valeur ajoutée imposable, d un taux compris entre 0 % et 1,5 % en fonction du chiffre d affaires [CGI art quater-i]. En pratique, l administration retient un taux effectif d imposition tenant compte de ce dégrèvement [RF 1011, 2200 à 2210]. Le pourcentage de la valeur ajoutée effectivement imposé varie selon le montant du chiffre d affaires, conformément au barème suivant. Le chiffre d affaires à retenir pour l application du taux est déterminé selon les modalités indiquées ciavant [voir 6805 à 6815]. Toutefois, dans certains cas, le chiffre d affaires à retenir est un chiffre d affaires consolidé [voir 6825 et 6830]. En outre, lorsque l entreprise réalise plusieurs activités dont certaines sont exonérées de plein droit ou sur délibération [voir 6785] : le chiffre d affaires correspondant aux activités exonérées doit être retenu pour déterminer le taux effectif de CVAE ; la valeur ajoutée afférente aux activités exonérées ne doit pas être prise en compte. EXEMPLES DE TAUX EFFECTIF 1) Pour un CA de : [0,5 ( )] / = 0,44 %. 2) Pour un CA de : [[0,9 ( )] / ] 0,5 = 0,9114 % arr. à 0,91 %. 3) Pour un CA de : [[0,1 ( )] / ] 1,4 = 1,4752 % arr. à 1,48 % Chiffre d affaires de groupe. À partir des impositions de CVAE établies au titre de 2011, lorsqu une société est membre d un groupe qui opte pour le régime d intégration fiscale [CGI art. 223 A ; voir 14460], le chiffre d affaires à retenir pour l application du barème de calcul de la CVAE [voir 6820] s entend de la somme des chiffres d affaires de chacune des sociétés membres du groupe [LF 2011, art. 108-II B-2 ; 4 e LFR 2010, art. 50-IV ; CGI art quater-i bis nouveau]. Cette mesure ne s applique pas lorsque la somme des chiffres d affaires de chacune des sociétés membres du groupe n excède pas 7,630 M. Taux effectif de CVAE tenant compte du dégrèvement [ 6820] Chiffre d affaires (CA) (1) < % Taux effectif CA 3 M [0, 5 % (CA )] / (2) CA 10 M [[0,9 % (CA )] / ] 0,5 % (2) CA 50 M [[0, 1 % (CA )] / ] 1,4 % (2) > 50 M 1,5 % (1) Dans certains cas, le chiffre d affaires à retenir pour l application du taux est un chiffre d affaires consolidé [voir 6825 et 6830]. (2) Taux sont exprimés en pourcentage et arrondis au centième le plus proche. FISCALITÉ DE L'ENTREPRISE 229

8 Chaque entreprise du groupe reste redevable de la CVAE sur sa propre valeur ajoutée. Sont également appréciés, séparément, au niveau de chacune des entreprises du groupe : le seuil de [voir 6780] ; la valeur ajoutée produite sur laquelle s applique le taux effectif [voir 6805 à 6815] ; le chiffre d affaires de référence à retenir pour déterminer le pourcentage maximal de valeur ajoutée taxable (85 % ou 80 % [voir 6815]) ; le dégrèvement de pour les entreprises dont le chiffre d affaires est inférieur à 2 M [voir 6835] Chiffre d affaires des entreprises liées. À titre temporaire, et si les 4 conditions indiquées ci-après sont réunies, dans le cadre de certaines opérations réalisées à compter du (apports, cessions d activité, scission d entreprise) ou de transmission universelle du patrimoine (TUP) réalisée à compter de 2010 [LF 2011, art. 108-II B-2 a], le taux effectif d imposition de chacune des entreprises ayant participé à l opération est calculé à partir de la somme des chiffres d affaires de ces entreprises [CGI art quater-iii ; RF 1011, 2204 à 2210]. Première condition : détention du capital. Le dispositif de consolidation temporaire s applique lorsque l entité à laquelle l activité est transmise est détenue, directement ou indirectement, à plus de 50 % [LF 2011, art. 108-II B-3 ; CGI art quater-iii modifié] : soit par l entreprise cédante ou apporteuse ou les associés de l entreprise scindée réunis ; soit par une entreprise qui détient, directement ou indirectement, plus de 50 % de l entreprise cédante ou apporteuse ou les entreprises issues de la scission réunies ; soit par une entreprise détenue, directement ou indirectement, à plus de 50 % par l entreprise cédante ou apporteuse ou par les associés de l entreprise scindée réunis. Les 3 autres conditions sont les suivantes : la somme des cotisations dues, minorées des dégrèvements, d une part, par l entreprise cédante, apporteuse ou scindée et, d autre part, par le nouvel exploitant est inférieure, sans totaliser leurs chiffres d affaires, d au moins 10 % aux impositions, minorées des dégrèvements, qui auraient été dues par ces mêmes redevables au titre de la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises en l absence de réalisation de l opération ; l activité continue d être exercée par ces derniers ou par une ou plusieurs de leurs filiales ; les entreprises en cause ont des activités similaires ou complémentaires. CVAE à payer 6835 Dégrèvement de CVAE. Pour les entreprises dont le chiffre d affaires est inférieur à 2 M, la CVAE à payer est minorée de [CGI art quater-ii ; RF 1011, 2215] Imposition minimale de 250. Toutes les entreprises redevables de la CVAE et dont le chiffre d affaires de la période de référence [voir 6795] est supérieur à doivent acquitter au moins 250 de CVAE après application du dégrèvement [CGI art septies ; RF 1011, 2216] Taxe additionnelle à la CVAE. Pour les impositions établies à compter de 2011, la taxe pour frais de chambre de commerce et d industrie (CCI) comporte un volet de taxe additionnelle à la CVAE dont le produit est affecté aux CCI de région [CGI art III ; RF 1011, 2218 à 2220]. Cette taxe additionnelle est due par les entreprises redevables de la CVAE, après dégrèvement de [voir 6835]. Les personnes exonérées de taxe additionnelle à la CFE en sont exonérées. La taxe additionnelle est égale au produit de la base d imposition de la CVAE par un taux national [4 e LFR 2010, art. 41-I-2 ; CGI art A-III, 3 e al. modifié]. Ce taux est égal au quotient, exprimé en pourcentage : d une fraction égale à 60 % de la somme des produits de la taxe additionnelle à la taxe professionnelle perçus en 2009 par les CCI rattachées à la CCI de région, retenus pour 95 % à 98 % de leur montant selon la part que représentait la taxe additionnelle à la taxe professionnelle dans les produits du budget prévisionnel de la CCI pour 2009 ; par le produit de la CVAE perçu, après application du dégrèvement, au titre de Ce taux est réduit de 4 % pour les impositions établies au titre de 2011 (de 8 % pour les celles établies au titre de 2012 et de 15 % pour celles établies à compter de 2013). Lieu d imposition 6850 La valeur ajoutée est imposée dans la commune (ou dans chaque commune) où le contribuable dispose de locaux ou emploie des salariés exerçant leur activité plus de 3 mois [CGI art octies-iii ; LF 2011, art. 108-II]. En cas d imposition dans plusieurs communes, la valeur ajoutée est répartie entre elles au prorata, pour 2/3, de l effectif qui y est employé et, pour 1/3, de la valeur locative des biens imposables à la CFE dont dispose le redevable dans chacune d elles. 230 FISCALITÉ DE L'ENTREPRISE

9 Crédit-bail immobilier Pour le calcul de cette répartition, l effectif de certains établissements industriels et la valeur locative des immobilisations industrielles font l objet d un coefficient de pondération de 2 [CGI art octies- III, 2 e al.]. Des dispositions particulières, définies par décret [CGI, ann. III, art. 328 G sexies à G nonies], s appliquent, lorsqu un contribuable dispose, dans plus de 10 communes, d établissements comprenant des installations de production d électricité [LF 2011, art. 108-II E-4 c ; CGI art D, 1519 E et 1519 F]. Recouvrement, contrôle et contentieux 6855 La CVAE est recouvrée et contrôlée selon les mêmes procédures et sous les mêmes sanctions, garanties, sûretés et privilèges que la TVA. Les réclamations relatives à l assiette et au paiement de la CVAE sont présentées, instruites et jugées selon les règles applicables à la CFE [LF 2011, art. 108-II A-2 ; CGI art ter-ii-3 modifié]. La procédure de rectification contradictoire s applique à la CVAE [CGI, LPF, art. L ]. Crédit-bail immobilier BIC-IS-BNC-DE 6950 Le crédit-bail immobilier réalisé dans les conditions prévues par l article 1-2 de la loi du consiste dans la location d immeubles à usage professionnel à un locataire qui en deviendra propriétaire, s il le souhaite, au plus tard à l expiration du bail, en vertu d une promesse unilatérale de vente faite par le bailleur. Il convient de distinguer les opérations de crédit-bail immobilier des contrats de location simple, des contrats assortis d un engagement synallagmatique de vente contraignant les locataires à acquérir les biens concernés et des ventes à tempérament. Fiscalement, le régime des immeubles pris en crédit-bail obéit à des règles spécifiques tant en ce qui concerne les modalités d imposition ou de déduction des loyers que de la détermination des plus ou moins-values professionnelles lors de la cession du contrat ou des biens ainsi acquis. En cas de levée d option d achat, l entreprise doit également effectuer des retraitements de nature différente selon que le contrat a été conclu avant ou à compter de Il existe également des particularités en matière de droits d enregistrement pour les transactions portant sur des immeubles pris en crédit-bail. BIC IS Dispositions applicables au bailleur 6955 Imposition des loyers par le bailleur. Sous réserve du cas particulier des SICOMI, les loyers perçus par le bailleur constituent un produit d exploitation qui est retenu pour la détermination du résultat imposable [doc. adm. 4 A 212 n 21] Amortissement. L amortissement des biens donnés en location dans le cadre d un contrat de crédit-bail immobilier est pratiqué dans les conditions de droit commun. Cet amortissement est réparti sur la durée normale d utilisation du bien, quelle que soit la durée du contrat. Les entreprises peuvent, sur option, pratiquer un amortissement financier en répartissant l amortissement des biens affectés à des opérations de crédit-bail sur la durée des contrats de crédit-bail correspondant [CGI art. 39 C ; voir 1135] Provision. Les entreprises qui donnent en location un bien immobilier dans le cadre d un contrat de crédit-bail peuvent constituer en franchise d impôt une provision pour prendre en compte la différence entre d une part la valeur du terrain et la valeur résiduelle des constructions et d autre part, le prix convenu pour la cession éventuelle de l immeuble à l issue du contrat de créditbail [CGI art. 39 quinquies I ; voir 1155]. Déduction des loyers par le preneur 6970 Préloyers de financement. Ces préloyers versés par le preneur d un contrat de créditbail immobilier pendant la phase de construction de l immeuble avant son entrée dans les lieux ont pour contrepartie le service de financement des constructions rendu par la société de crédit-bail et peu- FISCALITÉ DE L'ENTREPRISE 231

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 59 DU 3 JUIN 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 6 E-1-10 INSTRUCTION DU 25 MAI 2010 COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTEE DES ENTREPRISES. CALCUL DU CHIFFRE D AFFAIRES

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORIALE 2012

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORIALE 2012 N 14108*03 N 1327-CET-SD (10-12) @internet-dgfip TIMBRE A DATE DU SERVICE DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES CONTRIBUTION ÉCONOMIQUE TERRITORIALE 12 DEMANDE DE PLAFONNEMENT EN FONCTION DE LA VALEUR

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12 COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTEE DES ENTREPRISES. CONDITIONS GENERALES D APPLICATION. (C.G.I., art. 1586 ter à 1586 nonies)

Plus en détail

CVAE : définition de la valeur ajoutée

CVAE : définition de la valeur ajoutée CVAE : définition de la valeur ajoutée Etude Fiscale www.oec-paris.fr 2010, 2ème trimestre (Source : Infodoc-experts) SOMMAIRE Article de présentation générale Le plus de l expert Annexe : Références législatives

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

Régime fiscal de la marque

Régime fiscal de la marque 29 avril 2008 Régime fiscal de la marque Par Véronique STÉRIN Chargée d études et de recherche Institut de recherche en propriété intellectuelle-irpi et Valérie STÉPHAN Responsable du département fiscal-dgaepi

Plus en détail

GENERALITES PERIODE ET CHIFFRE D'AFFAIRES DE REFERENCE

GENERALITES PERIODE ET CHIFFRE D'AFFAIRES DE REFERENCE DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES 1330-CVAE-NOT-SD COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTEE DES ENTREPRISES Formulaire obligatoire n 51409#05 Articles 1586 ter à 1586 nonies du CGI Notice de la Déclaration

Plus en détail

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET)

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) (Articles 2, 47, 77, 78 et 99 de la loi de finance pour 2010) Actuellement, la taxe professionnelle (TP)

Plus en détail

fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université

fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université fiscalité du patrimoine 2015/16 Gilles Meyer Professeur agrégé de l université Dans la même collection Droit du web 2.0 Droit des assurances Droit des sociétés Droit du travail Droit de l immobilier La

Plus en détail

Autres impôts, taxes et versements assimilés

Autres impôts, taxes et versements assimilés Comptes 635/637 Autres impôts, taxes et versements assimilés 635 Autres impôts, taxes et versements assimilés (administrations des impôts). 6351 Impôts directs (sauf impôts sur les bénéfices). 63511 Contribution

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

11 Détermination de votre résultat fiscal 2012

11 Détermination de votre résultat fiscal 2012 11 Détermination de votre résultat fiscal 2012 Six nouveaux retraitements extra-comptables MC 816, 817, 939-1, 1880, 1918-4, 2153-1, 2220-2, 2857 PAR LES AUTEURS DU MEMENTO ANNE-LYSE BLANDIN, Associée,

Plus en détail

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire

Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Aide mémoire : régimes d exonération d impôt sur le revenu des plus-values (dernière mise à jour 31 juillet 2013) La Revue Fiduciaire Dispositifs d exonération Plus-values professionnelles (BIC-BNC) Abattement

Plus en détail

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE

Fiche conseil. Nom du Document : LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE LES REGLES APPLICABLES A LA LOCATION EN MEUBLE Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion Réf.

Plus en détail

La réforme de la taxe professionnelle

La réforme de la taxe professionnelle DEPARTEMENT FINANCES La réforme de la taxe professionnelle volet 3 : la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) juin 2012 La réforme de la taxe professionnelle et ses conséquences sur la

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG DROIT FISCAL session 2013 CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur Dossier 1 : IMPOSITION DES BÉNÉFICES 7,5 points 1) Calculer pour l exercice 2012 le résultat

Plus en détail

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015

LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 LE CREDIT BAIL IMMOBILIER Février 2015 CREDIT BAIL IMMOBILIER - Sommaire 2 DEFINITION 3 Crédit-bail 3 Différents types de crédits-bails 3 ASPECTS COMPTABLES ET FISCAUX 4 Pendant la période couverte par

Plus en détail

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES

LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES LA FISCALITÉ DES LOCATIONS EN MEUBLES Article juridique publié le 21/03/2013, vu 10039 fois, Auteur : ASCENCIO Jacques LE REGIME FISCAL DES LOCATIONS MEUBLEES I - L IMPOT SUR LE REVENU A la différence

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 30 MARS 2012 6 C-6-12 PLAFONNEMENT DE LA COTISATION DE TAXE FONCIERE SUR LES PROPRIETES BATIES AFFERENTE A L HABITATION PRINCIPALE EN FONCTION DES

Plus en détail

Les plus values à la cessation d activité

Les plus values à la cessation d activité Les plus values à la cessation d activité Les quatre régimes d exonération des plus values Plus-values professionnelles - cas général Depuis le 1er janvier 2006, le bénéfice de l exonération est réservé

Plus en détail

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif

DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DCG session 2009 UE4 Droit Fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 - TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE Première partie : TVA déductible au titre de septembre 2008 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois

Plus en détail

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78)

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) 1 ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) Le Président du gouvernement de la Polynésie française, Sur le rapport

Plus en détail

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC)

DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) DCG session 2013 UE4 Droit fiscal Corrigé indicatif DOSSIER 1 IMPOSITION DES BÉNÉFICES (IS/BIC) 1) Calculer le résultat fiscal de l exercice 2012 pour la société GODARD Résultat fiscal (IS) Opérations

Plus en détail

Plan comptable des associations et fondations

Plan comptable des associations et fondations Plan comptable des associations et fondations Classe 1 - Comptes de capitaux Classe 2 Comptes d immobilisations Classe 3 Comptes de stocks Classe 4 Comptes de tiers Classe 5 Comptes financiers Classe 6

Plus en détail

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP)

L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) L IMPÔT SUR LE REVENU DES PERSONNES PHYSIQUES (IRPP) Qu est ce que l IRPP? L impôt sur le revenu des personnes physiques en abrégé (IRPP) est : un impôt direct qui frappe le revenu net global des personnes

Plus en détail

Loi de Finances et actualité fiscale

Loi de Finances et actualité fiscale Plus-values Transmission Mécénat Lutte contre la fraude fiscale et les paradis fiscaux Contribution économique territoriale Intégration fiscale Actualité de la TVA Loi de Finances et actualité fiscale

Plus en détail

Présentation de la loi de finances 2013

Présentation de la loi de finances 2013 Expertise Comptable Audit Social Juridique Notre vocation est de mesurer la valeur Notre ambition, vous aider à la créer Conseils Présentation de la loi de finances 2013 Actualités sociales et fiscales

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

La réforme de la taxe professionnelle

La réforme de la taxe professionnelle La réforme de la taxe professionnelle volet 1 : La contribution économique territoriale volet 2 : La cotisation foncière des entreprises volet 3 : La cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises mars

Plus en détail

14. Impôt sur les sociétés et amortissements

14. Impôt sur les sociétés et amortissements 14. Impôt sur les sociétés et amortissements L impôt sur les sociétés est perçu sur la totalité des recettes provenant des opérations effectuées dans le monde entier par les résidents fiscaux de République

Plus en détail

Livret fiscal du créateur d entreprise. Sociétés civiles immobilières de gestion

Livret fiscal du créateur d entreprise. Sociétés civiles immobilières de gestion Livret fiscal du créateur d entreprise Sociétés civiles immobilières de gestion Régime d imposition Les sociétés civiles immobilières (SCI) ont pour objet la gestion d'un patrimoine immobilier. Leur activité

Plus en détail

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014)

Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières à l I.R. (loi de finance pour 2014) Réforme des plus-values de cession de valeurs mobilières 2 SOMMAIRE PAGES INTRODUCTION 3 I) Schéma illustratif

Plus en détail

IMPOTS DIRECTS AU SENEGAL

IMPOTS DIRECTS AU SENEGAL IMPOTS DIRECTS AU SENEGAL 1. La Contribution Globale Unique (CGU) Régime de fiscalité global représentant les impôts suivants : impôt sur le revenu assis sur les bénéfices industriels et commerciaux, impôt

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

N 5 JANVIER 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) La LF prévoit :

N 5 JANVIER 2013 LOI DE FINANCES POUR 2013 PRINCIPALES REFORMES IMPOT SUR LES SOCIETES (IS) La LF prévoit : La loi de finances pour 2013 (LF) a été publiée au Journal Officiel du 30 décembre 2012 après avoir été examinée par le Conseil Constitutionnel. Ce dernier a partiellement censuré la LF telle qu elle avait

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 2 MARS 2012 5 B-10-12 IMPOT SUR LE REVENU. REGLES PARTICULIERES APPLICABLES AUX PERSONNES NON DOMICILIEES EN FRANCE. RETENUE A LA SOURCE SUR LES

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé Loi1901.com présente : Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes

Plus en détail

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option

Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction : la cession du bail et la levée d option Le PASS-FONCIER sous forme de bail à construction repose sur la dissociation de l acquisition du foncier de celle

Plus en détail

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent.

Actualité fiscale. Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. LAZARD FRÈRES GESTION SAS 25, rue de Courcelles 75008 Paris Stéphane JACQUIN Karine LECOCQ Ce document, support d une présentation orale, est indissociable des commentaires qui l accompagnent. Octobre

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 8 JUILLET 2011 6 E-7-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 8 JUILLET 2011 6 E-7-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 8 JUILLET 2011 6 E-7-11 CONTRIBUTION ECONOMIQUE TERRITORIALE. COTISATION FONCIERE DES ENTREPRISES. CHAMP D APPLICATION. BASE D IMPOSITION. (C.G.I.,

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION

SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION SECTION 6 : OPERATIONS DE CREDIT-BAIL ET DE LOCATION 1 - DEFINITIONS 2 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS DONNEES EN CREDIT-BAIL 3 - RESTRUCTURATION DES LOYERS IMPAYES 4 - COMPTABILISATION DES IMMOBILISATIONS

Plus en détail

REGIME FISCAL DES GROUPES DE SOCIETES

REGIME FISCAL DES GROUPES DE SOCIETES REGIME FISCAL DES GROUPES DE SOCIETES 02/08/2012 Le droit fiscal réserve aux sociétés réunies au sein d un même groupe un régime optionnel et particulier d imposition. Ce régime permet à une société, la

Plus en détail

revenus locatifs perçus au titre de conventions d occupation précaire (2).

revenus locatifs perçus au titre de conventions d occupation précaire (2). Secrétariat Général Direction des finances NOT99R315DFI Note à l'attention de Mesdames et Messieurs les Chefs des services financiers sous couvert de Mesdames et Messieurs les Délégués régionaux et Directeurs

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

N adhérent. Nom. N tél. em@il. Date de naissance

N adhérent. Nom. N tél. em@il. Date de naissance Association Française pour les Professions Libérales 34, rue de Laborde 75008 PARIS 01.53.42.62.10 01.55.30.07.87 info@afpl.fr Identification Fiscale 2 07 756 SIRET 331 089 748 00031 DOSSIER INDIVIDUEL

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE

TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE Crédit Photo : FANCY/Jupiterimages Septembre 2007 TOUT SAVOIR SUR LE CADRE FISCAL ET SOCIAL DE L ÉPARGNE SALARIALE 1. En un coup d œil... À l entrée, sur les versements de l entreprise À LA CHARGE DU BÉNÉFICIAIRE

Plus en détail

#94 NEWS FISCALITÉ LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2014. La LFR 2014 a procédé à certains ajustements techniques :

#94 NEWS FISCALITÉ LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2014. La LFR 2014 a procédé à certains ajustements techniques : NEWS #94 FISCALITÉ JANVIER 2015 Les deuxième loi de Finances rectificative (LFR) pour 2014 et loi de Finances (LF) pour 2015 ont été publiées au Journal officiel du 30 décembre 2014. Nous présentons, dans

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 Les principales dispositions de la loi de finances pour 2013 du 20 décembre 2012 PLAFONNEMENT GLOBAL (CGI. art. 2000 A) Montant du plafonnement global des niches fiscales CGI. art. 2000 A Le montant du

Plus en détail

14 Détermination de votre résultat fiscal 2013

14 Détermination de votre résultat fiscal 2013 S 14 Détermination de votre résultat fiscal 2013 Quatre nouveaux retraitements extra-comptables MC 862-3 (A CREER), 886-6, 2203, 2220-2 PAR LES AUTEURS DU MEMENTO ANNE-LYSE BLANDIN,Expert-comptable et

Plus en détail

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants.

L épreuve se compose de quatre exercices indépendants. COMPTABILITÉ ET ANALYSE FINANCIÈRE Épreuve à option Rédacteur 2009 Concours externe et interne Document et matériel autorisés : Liste intégrale des comptes comportant la mention «document autorisé aux

Plus en détail

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée Un nouveau statut juridique et fiscal A jour au 12 mai 2010 Sommaire de l intervention > Présentation de l EIRL > Pourquoi? > Pour qui? > Comment? > Quand?

Plus en détail

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques

Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Les nouvelles modalités d imposition des dividendes perçus par des personnes physiques Depuis le 1er janvier 2005, de nouvelles modalités de taxation s appliquent aux dividendes distribués par les sociétés

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE

LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE 1 LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE CLASSE 1 : COMPTES DE CAPITAUX 10. Capitaux propres 106. Réserves 107. Capital 108. Compte de l'exploitant

Plus en détail

L EIRL. Un nouveau statut juridique et fiscal pour l entrepreneur. Avril 2012

L EIRL. Un nouveau statut juridique et fiscal pour l entrepreneur. Avril 2012 L EIRL Un nouveau statut juridique et fiscal pour l entrepreneur Avril 2012 1 Un nouveau statut : l EIRL Présentation de l EIRL Pourquoi? Pour qui? Comment? Quand? Le contexte d adoption Les caractéristiques

Plus en détail

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 Editorial Les dernières données statistiques sur le marché locatif révèlent finalement que les loyers ont globalement augmenté

Plus en détail

- Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer

- Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer - Dispositifs de défiscalisation des investissements outre-mer L article 21 de la loi de finances pour 2014 réforme le régime de défiscalisation des investissements outre-mer des entreprises. Les conditions

Plus en détail

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013

Les principales dispositions de la loi de finances pour 2014 publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 Les principales dispositions de la loi de finances pour publiée au Journal officiel le 30 décembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème non revalorisé en 2012 et 2013

Plus en détail

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013

Les principales dispositions du projet de loi de finances pour 2014 adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 Les principales dispositions du projet de loi de finances pour adopté en première lecture à l Assemblée nationale du 19 novembre 2013 IMPÔT SUR LE REVENU Barème CGI. art.197 Décote CGI. art. 197 Barème

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

FLASH SPECIAL. Décembre 2012

FLASH SPECIAL. Décembre 2012 FLASH SPECIAL Décembre 2012 LOIS DE FINANCES DE FIN D ANNEE 2012 La fin d année 2012 aura été riche en actualité fiscale: Une loi de finances pour 2013 dont les vifs débats avaient commencé dès l été 2012

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurance et/ou de réassurance NC31 Objectif de la norme 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

-12 Résultat net de l'exercice (excédent ou déficit Poste Résultat des l'exercice (excédent) 12000 Poste Résultat de l'exercice (déficit) 12900

-12 Résultat net de l'exercice (excédent ou déficit Poste Résultat des l'exercice (excédent) 12000 Poste Résultat de l'exercice (déficit) 12900 -10 Fonds associatifs et réserves Poste Fonds associatifs sans droit de reprise 102000 Poste Valeur du patrimoine intégré 102100 Poste Fonds statutaires (à déclarer en fonction des statuts) 102200 Poste

Plus en détail

La Fiscalité de l Épargne Salariale

La Fiscalité de l Épargne Salariale FISCALITÉ La Fiscalité de l Épargne Salariale Le cadre fiscal et social pour l entreprise A - Les versements dans les dispositifs Pour l entreprise Nature du versement Charges sociales et taxes patronales

Plus en détail

Titre 2 : Imposition des résultats de l entreprise

Titre 2 : Imposition des résultats de l entreprise Titre 2 : Imposition des résultats de l entreprise L entreprise est un rassemblement de moyens financiers matériels et humains en vue de créer des biens et des services qui seront vendus. A/ Distinction

Plus en détail

10 questions/10 réponses

10 questions/10 réponses Le crédit-bail immobilier 10 questions/10 réponses Sommaire Une solution pour financer votre immobilier à usage professionnel 1. Pourquoi recourir au crédit-bail immobilier? 2. Comment intervient le crédit-bailleur?

Plus en détail

Norme comptable internationale 17 Contrats de location

Norme comptable internationale 17 Contrats de location Norme comptable internationale 17 Contrats de location Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir, pour le preneur et le bailleur, les principes comptables appropriés et les informations

Plus en détail

Simulateur EIRL Notice et exemple commenté

Simulateur EIRL Notice et exemple commenté Simulateur EIRL Notice et exemple commenté 1 er janvier 2011 1 Sommaire 1. Données relatives à l entreprise... 4 2. Renseignements relatifs au foyer fiscal... 5 3. Le comparatif... 6 4. Détails du calcul...

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris

LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT. Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Jeudi 13 mars 2008 Chambre Régionale des Huissiers de Justice de Paris LA COMPTABILITÉ D ENGAGEMENT Intervenants Janin AUDAS, vice-président de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR

SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR SAVOIR TIRER PARTI DES OPPORTUNITES FISCALES DE LA SOCIETE CIVILE A L'IR Outil d'optimisation fiscale très performant par rapport à la détention directe d'un patrimoine, la société civile permet de choisir

Plus en détail

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES

COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES COTISATION FONCIÈRE DES ENTREPRISES COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTÉE DES ENTREPRISES SUPPRESSION DE L EXONÉRATION EN FAVEUR DES CRÉATIONS OU EXTENSIONS D ÉTABLISSEMENTS SITUÉS DANS LES QUARTIERS PRIORITAIRES

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités

L EIRL Principes fonctionnement et opportunités L EIRL Principes fonctionnement et opportunités EXPERTISE COMPTABLE COMMISSARIAT AUX COMPTES 11, rue de Mogador F-75009 PARIS Téléphone +33 (0)1 42 601 606 Fax +33 (0)1 42 613 792 EXPERTISE COMPTABLE 16,

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Histoire, définition et rôle de la comptabilité... 17 I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 A. Les origines antiques de la comptabilité...

Plus en détail

> Abréviations utilisées

> Abréviations utilisées Aide-mémoire fiscalité des particuliers 2015 > Abréviations utilisées BNC : bénéfices non commerciaux IR : impôt sur le revenu NP : nue-propriété PFL : prélèvement forfaitaire libératoire PVI : plus-value

Plus en détail

N 20 14 / 001 14/02/2014

N 20 14 / 001 14/02/2014 N 20 14 / 001 14/02/2014 Origine : Direction de la Règlementation et des Affaires Juridiques Contact : Département de la Règlementation du Recouvrement Draj.reglementationrecouvrement@rsi.fr Annexes :

Plus en détail

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale

Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale Janvier 2013 Tout savoir sur le cadre fiscal et social de l épargne salariale France métropolitaine et D.O.M. (hors Mayotte) BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS 1. En

Plus en détail

C V 1 Extrait du Plan Comptable Général

C V 1 Extrait du Plan Comptable Général C.V Extrait du Plan Comptable Général C V 1 Extrait du Plan Comptable Général Sont reproduits les seuls comptes détaillés dans ce cours ou ceux qui nous semblent compréhensibles. Les comptes spécifiques

Plus en détail

Professionnalisation / vidéoconférence sur l EIRL Réponses aux questions n ayant pu être traitées en direct

Professionnalisation / vidéoconférence sur l EIRL Réponses aux questions n ayant pu être traitées en direct Professionnalisation vidéoconférence sur l EIRL Réponses aux questions n ayant pu être traitées en direct Vous trouverez ci-dessous, regroupées par thématiques, les réponses à une trentaine de questions

Plus en détail

Exonération des plus-values. professionnelles

Exonération des plus-values. professionnelles n 176 - juillet/août 2009 Associations Régionales Agréées de l union des Professions Libérales, à l initiative de l UNAPL Fiscal Exonération des plus-values professionnelles des petites entreprises Caractéristiques

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL. Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1

SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL. Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1 SESSION 2013 UE 4 DROIT FISCAL Durée de l épreuve : 3 heures coefficient : 1 Document autorisé Néant Matériel autorisé Aucun matériel n est autorisé. En conséquence, tout usage d une calculatrice est interdit

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail