- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen"

Transcription

1 Le commerce nternatonale en stuaton de concurrence mparfate: ros problèmes essentels des modèles théorques Rcardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence - pas d économes d échelle donc la talle des marchés est sans mportance - prédsent surtout que le commerce se fera entre pays très dfférents, sur des bens très dfférents - donc n explque pas très ben le commerce entre pays ndustralsés en partculer le commerce ntraeuropéen La France et l Allemagne sont les 1ers partenares commercaux l un de l autre alors que très smlares: - en technologe - en dotatons relatves de facteur de producton (K/L) - en revenu de même entre UE et EU N explque pas non plus pourquo une part crossante du commerce est un commerce de bens smlares: - commerce ntra-branche ou ntra- ndustrel échange à double sens au sen du même secteur ndustrel - exemple: la France exporte et mporte des votures en Allemagne - dmnuton du commerce nter-branche ou nterndustrel 1

2 Commerce ntra-européen 2000 Part du commerce Part du commerce ntra-ndustrel nter-ndustrel France 68,1 31,9 Allemagne 65,6 34,4 GB 63,9 36,3 Espagne 54,1 45,9 Itale 52,0 48,0 Grèce 13,3 86,6 UE-15 59,1 40,9 Source: Eurostat-CEPII. Sur le plan théorque: - «nouvelles» théores du commerce nternatonal fn des années 1970 (Krugman, Helpman) Applcaton à l économe nternatonale des modèles de concurrence mparfate ssus de l économe ndustrelle - Concurrence mparfate corollare logque de l exstence d économes d échelle Nouveaux types de gans de l échange: - effet pro-compéttf; effet d échelle; effet de ratonalsaton (fuson-acquston); effet de varété Économes d échelle et structure de marché L exstence d un coût fxe (R&D, formaton, publcté, marketng.) peut être la source d économes d échelle: C = F + c Q C: coût total F: coût fxe c: coût margnal (salare par exemple) Q: producton 2

3 S lbre entrée dans le long terme des entreprses (élément de concurrence) - les frmes entrent sur le marché s profts > 0 - les frmes sortent du marché s profts < 0 équlbre de long terme tel que p = CM détermne le nombre de frmes sur le marché et leur talle modèle de concurrence monopolstque Concurrence monopolstque et commerce nternatonal - deux pays strctement dentques (France, Allemagne): dans un modèle «classque» aucun commerce - élastcté prx n est pas nfne (pas de concurrence pure et parfate) car chaque entreprse peut dfférencer sa varété de celles de ses concurrents (goût pour la varété des consommateurs, publcté) - pas de comportement stratégque des frmes (les prx des concurrents sont prs comme donnés) - lbre entrée des entreprses : profts nuls (ou profts opératonnels = F) Les varétés sont dfférencées chaque entreprse a le monopole de sa varété - Ford, Peugeot, VW - Gap, H&M, Benetton Demande pour chaque varété : ( p ) 1 Q = S b p n où Q : producton de frme (varété) S talle du marché total (donnée), n nombre de frmes p prx de la varété, pprx moyen sur le marché 3

4 outes les entreprses sont symétrques, même coûts, même demande, même objectf (max. les profts): donc auront la même stratége à l équlbre: Q et = Q = S / n p = p donc coût moyen: CM = F/Q + c = (F n) / S + c Courbe CC: 1ère relaton d équlbre entre CM et n Relaton postve entre le nombre d entreprses sur le marché et le coût moyen de chaque : effet des économes d échelle Seconde relaton d équlbre: entre p et n Comment sont détermnés les prx? Maxmsaton des profts de la frme : Π Q p = p + Q Q c = 0 et p donné par la foncton de demande nverse: p Q = 1 p p bn bs + est consdéré fxe outes les frmes ont cette même stratége, chosssent le même prx et la même producton: Q = S/n p S bsn c = 0 ou 1 p = c + bn courbe PP: relaton négatve entre n et p Effet de concurrence: s n grand la frme perd plus quand elle augmente ses prx chacune chosra un prx plus fable s n est élevé 4

5 s AC < p: profts postfs n augmente s AC > p: profts négatfs n dmnue P, AC PP CC p=ac n n Que se passe-t-l s deux pays dentques (France et Allemagne) forment une zone commercalement ntégrée (UE: le Grand Marché de 1992) La talle du marché double: S= S = 2 S Le nombre d entreprses double: n= 2 n Donc deux effets sur le graphe: CC est déplacée à drote le nombre d entreprses sur le (grand) marché passe (temporarement) à 2n Les effets de l ntégraton des deux marchés à long terme P, AC PP CC CC p=ac 1 p =AC c 4 n n 2n n 5

6 - les prx bassent car le coût moyen de producton a bassé et le nombre d entreprses sur chaque marché a augmenté: effet d économes d échelle (la talle du marché augmente), la talle de chaque entreprse augmente (ratonalsaton de la producton): Q = S/n passe à Q = 2 S / n > S / n effet de concurrence; plus d entreprses sur le marché (mas mons dans chaque pays): n= n > n - effet de varété : le nombre de varétés a augmenté Entre temps que s est l passé? guerre des prx et fusons-acqustons, le cas de l UE - le cas des compagnes aérennes en Europe: au début de la lbéralsaton: - très forte augmentaton de la concurrence (2) - guerre des prx (3) - presson pour fusonner (vague de mergers and aqustons) - remontée des prx (mas pas jusqu au nveau avant lbéralsaton) et augmentaton du nombre de compagnes aérennes desservant chaque pays (4) Que se passe-t-l entre temps? P, AC PP CC CC p=ac n n 2n n 6

7 - qu exporte quo dans le marché ntégré? - les deux pays se spécalsent dans des varétés dfférentes du même ben: commerce ntra-ndustrel - mas ren ne nous dt où les entreprses seront localsées - deux voes possbles: - réntrodure des avantages comparatfs - ntrodure des coûts de transport entre les pays qu rendent la queston de la localsaton des actvtés pertnente Les nstruments de la poltque commercale - tarfs: source de revenu et protecton des ndustres natonales -Spécfques : montant fxe par unté de ben mporté (exemple: 100 par voture) -Ad-valorem: fracton de la valeur du ben (10% du prx d une voture) - barrères non tarfares: -Quotas d mportatons, d exportatons, accords volontares d exportaton, barrères réglementares, admnstratves P D S Pett pays P P W a b c d S 1 S 2 D 2 D 1 Q 7

8 Pett pays (pas d effet du tarf sur P W ) -Perte surplus consommateurs: - (a + b + c + d) - Gan surplus producteurs: + a -Gan revenu gouvernement: x Import = (P - P W ) x (D 2 - S 2 ) = + c S valeur margnale d un gan ou d une perte d un groupe sont égales Perte nette pour la socété: - b d P D S grand pays P P W P a b c d e S 1 S 2 D 2 D 1 Q grand pays (prx mondal dmnue à P ) Effet net = e b - d c + e : revenu du tarf e : gan lé à l améloraton des termes de l échange b et d : pertes d effcence b : pertes de dstorson de producton (trop grande quantté produte, mauvase allocaton des ressources, coût margnal trop élevé) d: pertes de dstorson de consommaton (trop fable consommaton) 8

9 Calcul du tarf optmal: pays mportateur explote son pouvor de monoposone tel que coût margnal de la dernère unté mportée = bénéfce margnal de cette dernère unté mportée (p ) Coût total et coût margnal: C = P IM = P ( D2 S2) C P IM P = P + IM = P 1+ = P IM IM P IM P IM eim = > 0 élastcté prx de l offre étrangère IM P de ben mporté ( 1+ 1/ eim ) Bénéfce margnal = coût margnal P donc = P (1 + t) = P t = 1/ e IM ( 1+ 1/ eim ) tarf optmal tend vers zéro quand pays devent pett c est-à-dre que prx étranger ne change pas avec changement d mportaton du pays valable que en l absence de représalles de l autre pays Évaluaton emprque du coût: cas pett pays (prx mondal nchangé), tarf ad-valorem t Effet net = b - d b = 1/2 (P - P W ). (S 2 -S 1 ) = 1/2 t P W (S 2 -S 1 ) d = 1/2 (P - P W ). (D 1 -D 2 ) = 1/2 t P W (D 1 -D 2 ) Perte nette = PN = -b - d = 1/2 t P W IM PN/PIB = 1/2 t P W IM/Y IM PW élastcté prx demande d mportaton = =ηim IM tp donc: PN/PIB = W 1 t 2 2 η IM PW IM Y 9

10 Protecton d autant plus coûteuse que: - t drot de douane élevé - mportatons (sans drot de douane) représentent une part mportante du PIB : PWIM Y - élastcté prx des mportatons est élevée exemple: η IM = 1 PW IM = 0,25 t =0, 33 coût: 1,36% du PIB Y - + effet du «rent seekng»: le tarf crée une rente pour les producteurs, ls sont prêts à dépenser jusqu au montant a pour garder le tarf (lobbystes, corrupton etc ) Études emprques sur le coût des mesures protectonnstes dans les pays ndustralsés 1. Hufbauer et Ellot (1994): États-Uns coût de la protecton (21 secteurs étudés) pour le consommateur: 70 Mds $ ou 1,3% du PIB; Coût par emplo sauvé = $ 2. Messerln (2001): UE coût de la protecton (22 secteurs étudés) pour le consommateur européen = 90 Mds ou 6% du PIB UE (PIB espagnol) 10

4.2.1. Le fondement analytique : le tarif douanier

4.2.1. Le fondement analytique : le tarif douanier 4.2.1. Le fondement analytque : le tarf douaner Le lbre-échange procure des bénéfces à tous les pays. Pourtant, durant des décennes, la plupart des natons ont cherché à contrôler leurs échanges en nstaurant

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce internationale en situation de concurrence imparfaite: Trois problèmes essentiels des modèles théoriques Ricardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence

Plus en détail

Chapitre 6. Economie ouverte :

Chapitre 6. Economie ouverte : 06/2/202 Chaptre 6. Econome ouverte : le modèle Mundell Flemng Elsabeth Cudevlle Le développement des échanges nternatonaux (bens et servces et flux fnancers) a rendu fortement nterdépendantes les conjonctures

Plus en détail

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles

La fourniture de biens et facteurs publics en présence de ménages et d entreprises mobiles La fournture de bens et facteurs publcs en présence de ménages et d entreprses mobles Pascale Duran-Vgneron évrer 007 Le modèle On suppose un pays drgé par un gouvernement central ayant compétence sur

Plus en détail

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM.

- Equilibre simultané IS/LM : Pour déterminer le couple d équilibre général, il convient de résoudre l équation IS = LM. Exercce n 1 Cet exercce propose de détermner l équlbre IS/LM sur la base d une économe dépourvue de présence étatque. Pour ce fare l convent, dans un premer temps de détermner la relaton (IS) marquant

Plus en détail

P A P 1 D 1 -S 1 S 1 D 1

P A P 1 D 1 -S 1 S 1 D 1 Les instruments de la politique commerciale - tarifs: source de revenu et protection des industries nationales -pécifiques : montant fixe par unité de bien importé (exemple: 100 par voiture) -Ad-valorem:

Plus en détail

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change

Economie Ouverte. Economie ouverte. Taux de change et balance courante. Le modèle Mundell-Fleming. Définition du taux de change Econome Ouverte Econome ouverte Taux de change et balance courante Taux de change et balance courante Modèle Mundell-Flemng Campus Moyen Orent Médterranée Défnton du taux de change Le taux de change est

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010

TABLE DES MATIERES. Cours d économie général 2009-2010 TABLE DES MATIERES Durée...2 Objectf spécfque...2 Résumé...2 I. Equlbre en économe fermée...2 I.1 L équlbre sur le marché des produts : la courbe IS...2 I.2 L équlbre sur le marché de la monnae : la courbe

Plus en détail

LICENCE 1 MACROECONOMIE. DUREE : 2h

LICENCE 1 MACROECONOMIE. DUREE : 2h Unversté de Caen Année unverstare 2004/2005 Faculté de Scences Economques Sesson de septembre 2005 et de Geston LICENCE 1 MACROECONOMIE DUREE : 2h Exercce 1 : Crcut économque (8 ponts) On consdère une

Plus en détail

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen

- donc n explique pas très bien le commerce entre pays industrialisés en particulier le commerce intraeuropéen Le commerce internationale en situation de concurrence imparfaite: Trois problèmes essentiels des modèles théoriques Ricardo, HOS, Standard: - fondés sur la CPP: le commerce n augmente pas la concurrence

Plus en détail

publicitaires Section 4. Oligopole et stratégie publicitaire 1) Dépenses publicitaires et stratégie concurrentielle 3) Oligopole et dépenses d

publicitaires Section 4. Oligopole et stratégie publicitaire 1) Dépenses publicitaires et stratégie concurrentielle 3) Oligopole et dépenses d Secton 4. Olgopole et stratége publctare 1) Dépenses publctares et stratége concurrentelle 2) Monopole et dépenses d publctares 3) Olgopole et dépenses d publctares 1) Dépenses publctares et stratége concurrentelle

Plus en détail

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix?

Note méthodologique. Traitements hebdomadaires Quiestlemoinscher.com. Quelle méthode de collecte de prix? Qui a collecté les prix? Note méthodologque Tratements hebdomadares Questlemonscher.com Quelle méthode de collecte de prx? Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaE onsel, socété d études et d analyses statstques

Plus en détail

Corrélation et régression linéaire

Corrélation et régression linéaire Corrélaton et régresson lnéare 1. Concept de corrélaton. Analyse de régresson lnéare 3. Dfférences entre valeurs prédtes et observées d une varable 1. Concept de corrélaton L objectf est d analyser un

Plus en détail

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins

Méthodologie quiestlemoinscher de comparaison de prix entre magasins Méthodologe questlemonscher de comparason de prx entre magasns Les éléments méthodologques ont été défns par le cabnet FaCE Consel, socété d études et d analyses statstques ndépendante. Le cabnet FaCE

Plus en détail

PROGRES TECHNIQUE, COMMERCE INTERNATIONAL ET TRAVAIL PEU QUALIFIE

PROGRES TECHNIQUE, COMMERCE INTERNATIONAL ET TRAVAIL PEU QUALIFIE DIRECTION DE LA PRÉVISION PROGRES TECHNIQUE, COMMERCE INTERNATIONAL ET TRAVAIL PEU QUALIFIE Jean-Phlppe COTIS, Jean-Marc GERMAIN, Alan QUINET Document de traval N 96-2 PROGRES TECHNIQUE, COMMERCE INTERNATIONAL

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

Royaume du Maroc المملكة المغربية. Ministère du Commerce Extérieur وزارة التجارة الخارجية. Direction des Etudes

Royaume du Maroc المملكة المغربية. Ministère du Commerce Extérieur وزارة التجارة الخارجية. Direction des Etudes Royaume du aroc nstère du Commerce xtéreur المملكة المغربية وزارة التجارة الخارجية IPACT DS ACCORDS D LIBR- CHANG (ODL CALCULABL D QUILIBR GNRAL : IPAL) Drecton des tudes Févrer 2009 SOAIR INTRODUCTION...

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE L analyse fondamentale Ce document pédagogque n est pas un document de consels pour nvestr en bourse. Les nformatons données dans ce document sont à ttre nformatf. Vous êtes seul responsable

Plus en détail

Arbitrage inflation chômage et organisation monétaire optimale : une illustration en économie ouverte

Arbitrage inflation chômage et organisation monétaire optimale : une illustration en économie ouverte rbtrage nflaton chômage et organsaton monétare optmale : une llustraton en économe ouverte Célne RRE RESUME : Dans le contexte d un modèle à deux pays symétrques, nous cherchons à reler la queston de la

Plus en détail

CHAPITRE 7. CALCUL DES INDICATEURS DU SOUTIEN AUX CONSOMMATEURS

CHAPITRE 7. CALCUL DES INDICATEURS DU SOUTIEN AUX CONSOMMATEURS Chaptre 7 : Calcul des ndcateurs du souten aux consommateurs CHAITRE 7. CALCUL DES INDICATEURS DU SOUTIEN AUX CONSOMMATEURS 313. À l nstar du chaptre 6, le présent chaptre décrt en détal la méthode à applquer

Plus en détail

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES

THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE D ALGER FACULTE DES SCIENCES ECONOMIQUES ET DES SCIENCES DE GESTION THESE DE DOCTORAT D ETAT EN SCIENCES ECONOMIQUES VALEUR

Plus en détail

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture

La mobilité résidentielle depuis 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture La moblté résdentelle depus 20 ans : des facteurs structurels aux effets de la conjoncture T. Debrand C. Taffn Verson Prélmnare - Ne pas cter 10 mars 2004 Résumé : Les analyses économques sur la moblté

Plus en détail

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3

UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV. Année universitaire 2006-2007. Semestre 2. Prévisions Financières. Travaux Dirigés - Séances n 3 UNIVERSITE MONTESQUIEU BORDEAUX IV Lcence 3 ère année Econome - Geston Année unverstare 2006-2007 Semestre 2 Prévsons Fnancères Travaux Drgés - Séances n 3 «Les Crtères Fondamentaux des Chox d Investssement»

Plus en détail

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours

Valeur absolue et fonction valeur absolue Cours Valeur absolue foncton valeur absolue Cours CHAPITRE 1 : Dstance entre deu réels 1) Eemples prélmnares 2) Défnton 3) Proprétés CHAPITRE 2 : Valeur absolue d un réel 1) Défnton 2) Proprétés CHAPITRE 3 :

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

* Notre savoir au service de votre réussite

* Notre savoir au service de votre réussite * Notre savor au servce de votre réusste * Vsualser les ndcateurs clés de performance de votre portefeulle clents sur un tableau de bord Analyser le taux d acceptaton de vos demandes d agréments par notaton

Plus en détail

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes

Sociétés d investissement immobilier cotées (SIIC), valeur et prix : deux notes Socétés d nvestssement mmobler cotées (SIIC), valeur et prx : deux notes I. Dette et créaton de valeur dans les socétés foncères II. La cesson à une SIIC : un cas de dstorson fscale Laurent BATSCH CEREG-DRM,

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

L'impact des infrastructures publiques sur la compétitivité et la croissance

L'impact des infrastructures publiques sur la compétitivité et la croissance DIAL - Développement et nserton nternatonale DOCUMENT DE TRAVAIL DT/2000/08 L'mpact des nfrastructures publques sur la compéttvté et la crossance Une analyse en EGC applquée au Sénégal Jean-Chrstophe DUMONT

Plus en détail

Les nombres premiers ( Spécialité Maths) Terminale S

Les nombres premiers ( Spécialité Maths) Terminale S Les nombres premers ( Spécalté Maths) Termnale S Dernère mse à jour : Mercred 23 Avrl 2008 Vncent OBATON, Ensegnant au lycée Stendhal de Grenoble (Année 2007-2008) Lycée Stendhal, Grenoble ( Document de

Plus en détail

ANNEXE : Rappels sur les notions de dérivée et différentielle

ANNEXE : Rappels sur les notions de dérivée et différentielle NNEXE : Rappels sur les notons de dérvée et dfférentelle Pente d une drote Eamnons géométrquement les drotes dans le plan cartésen La prncpale caractérstque qu dstngue une drote d une autre est son nclnason,

Plus en détail

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre

Hansard OnLine. Guide relatif au Unit Fund Centre Hansard OnLne Gude relatf au Unt Fund Centre Table des matères Page Présentaton du Unt Fund Centre (UFC) 3 Utlsaton de crtères de recherche parm les fonds 4-5 Explotaton des résultats des recherches par

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Méthodologie Version 3, septembre 2007

Méthodologie Version 3, septembre 2007 Méthodologe Verson 3, septembre 2007 Le bulletn Tendances Carbone présente chaque mos sx groupes d ndcateurs : - Synthèse du mos 2 Météo 3 - Actvté économque Energe 5 - Envronnement nsttutonnel 6 - Tableau

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction -

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSION 1 - Correction - EXAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 AES - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Consdérons une entreprse E comportant deux établssements : E1 et E2 qu emploent chacun 200 salarés. Au sen de l'établssement

Plus en détail

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS

TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS TRANSFERT DE CARGAISON CALCULS ET ARRONDIS SOMMAIRE 1. Méthode de détermnaton de l énerge transférée lors du transfert d une cargason de. Calcul de l énerge transférée.1 Calcul de l énerge brute transférée.1.1

Plus en détail

CHAPITRE 3 DISTANCE ET VITESSE POUR LES SÉJOURS TOURISTIQUES

CHAPITRE 3 DISTANCE ET VITESSE POUR LES SÉJOURS TOURISTIQUES CHAPITRE 3 DISTANCE ET VITESSE POUR LES SÉJOURS TOURISTIQUES 87 Quels sont les facteurs qu nfluencent la combnason et qu nctent le tourste à modfer pett à pett, le mx de dstance et de temps dans la combnason?

Plus en détail

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER

DIRIGER ADMINISTRER DÉVELOPPER 24 Adjont de drecton F/H Votre formaton BTS Hôtellere-restauraton BTS Management des untés commercales BTS Assstant de geston PME-PMI Lcence Management d untés de restauraton Vos mssons Vous anmez, formez

Plus en détail

La mesure des avantages comparatifs révélés

La mesure des avantages comparatifs révélés La mesure des avantages comparatfs révélés Introducton L'observaton drecte des avantages comparatfs est mpossble, pusque ceux-c sont ms en évdence dans une stuaton purement théorque (absence d'échange

Plus en détail

Équilibre partiel et optimalité en situation de concurrence

Équilibre partiel et optimalité en situation de concurrence Chaptre 1 Éulbre partel et optmalté en stuaton de concurrence Au terme de ce chaptre, vous saurez : calculer les prx et les uanttés d éulbre ; caractérser les dfférents surplus ; défnr la noton de perte

Plus en détail

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude.

Christine Steinbach. Décembre 2005. Christine Steinbach est animatrice communautaire aux Equipes Populaires, en charge des missions d'étude. Queston de Queston de Décembre 2005 Chrstne Stenbach Quelques lgnes d'ntro La lbéralsaton des secteurs du gaz et de l'électrcté se profle à l'horzon 2007 en Régon wallonne. La mse en concurrence de la

Plus en détail

LOCALISATION DES FIRMES ET DÉVELOPPEMENT LOCAL

LOCALISATION DES FIRMES ET DÉVELOPPEMENT LOCAL Centre de Recherche pour l Etude et l Observaton des Condtons de Ve LOCALISATION DES FIRMES ET DÉVELOPPEMENT LOCAL LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION? Phlppe MOATI Anne

Plus en détail

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel

L intermédiation financière en microfinance : un examen à partir des modèles de prêt de groupe et de prêt individuel MESQUIT Dorothée Dorothee.mesquta@etu.unv-rouen.fr Drecteur M. MYOUKOU Unversté de Rouen Laboratore CRE L ntermédaton fnancère en mcrofnance : un examen à partr des modèles de prêt de groupe et de prêt

Plus en détail

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux

Prêts bilatéraux et réseaux sociaux Prêts blatéraux et réseaux socaux Quand la sous-optmalté condut au ben-être collectf Phlppe Callou, Frederc Dubut et Mchele Sebag LRI, Unverste Pars Sud F-91405 Orsay France {callou;dubut;sebag}@lr.fr

Plus en détail

Chapitre 1: Les choix du consommateur Chapitre 4 du livre de Perloff

Chapitre 1: Les choix du consommateur Chapitre 4 du livre de Perloff Chaptre : Les chox du consommateur Chaptre 4 du lvre de Perloff. La contrante budgétare (CB. Introducton. L ensemble budgétare.3 Le taux margnal de transformaton (TMT du consommateur.4 Effets de changements

Plus en détail

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE N attrbué par la bblothèque THÈSE Pour obtenr le grade de DOCTEUR DE L I.N.P.G. Spécalté : Géne Industrel Préparée au Laboratore d Automatque de Grenoble Dans

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

Principes de choix d une méthode économique d allocation

Principes de choix d une méthode économique d allocation 07RP-07 Prncpes de chox d une méthode économque d allocaton Partage des coûts et tarfcaton à Gaz de France Marcel Boyer, Ncolas Marchett Rapport de projet Project report Montréal Ma 07 07 Marcel Boyer,

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population.

Études & documents ÉCONOMIE ET ÉVALUATION. Consommation de carburant : effets des prix à court et à long termes par type de population. COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 40 Avrl 20 TRANSPORT Études & documents Consommaton de carburant : effets des prx à court et à long termes par type de populaton ÉCONOMIE ET ÉVALUATION Servce

Plus en détail

Banque d exercices pour le cours de "mise à niveau" de statistique de M1 AgroParisTech

Banque d exercices pour le cours de mise à niveau de statistique de M1 AgroParisTech Banque d exercces pour le cours de "mse à nveau" de statstque de M1 AgroParsTech Instructons pour les exercces 1. Lorsque ren n est précsé, on suppose que la dstrbuton étudée est gaussenne. Pour les exercces

Plus en détail

ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR

ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL ANALYSE DE LA DEMANDE D ÉLECTRICITÉ DU SECTEUR RÉSIDENTIEL DU QUEBEC MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR FRÉDÉRIK AUCOIN FÉVRIER 2007

Plus en détail

Exercices de révision pour examen #1

Exercices de révision pour examen #1 Exercces de révson pour examen #1 Queston 1. Questons théorques. a) Nommez les courants qu exstent quand une dode est en équlbre. Courants de dffuson et de drft. b) Dessnez la structure physque réelle

Plus en détail

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes :

LES POMPES. Devant la grande diversité de situations possibles, on trouve un grand nombre de machines que l on peut classer en deux grands groupes : Ste: http://gene.ndustrel.aa.free.fr LES POMPES Les pompes sont des apparels permettant un transfert d énerge entre le flude et un dspostf mécanque convenable. Suvant les condtons d utlsaton, ces machnes

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Cours Corporate finance

Cours Corporate finance Cours Corporate fnance Eléments de théore du portefeulle Le edaf Franços Longn www.longn.fr lan Notons de rentablté Défnton odélsaton Eléments de théore du portefeulle ortefeulle Dversfcaton Le edaf Le

Plus en détail

Grandeurs de réaction et de formation

Grandeurs de réaction et de formation PSI Brzeux Ch. hermochme 1 : grandeurs de réacton et de formaton 1 C H A P I R E 1 r a p p e l s e t c o m p l é m e n t s ) Grandeurs de réacton et de formaton 1. RAPPELS 1.1. Phases et consttuants Donnons

Plus en détail

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type

EXAMEN FINAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSION 1 - Correction - Minimum Moyenne Ecart-type EAME FIAL DE STATISTIQUES DESCRIPTIVES L1 ECO - SESSIO 1 - Correcton - Exercce 1 : 1) Questons à Chox Multples (QCM). Cochez la bonne réponse Classer ces statstques selon leur nature (ndcateur de poston

Plus en détail

LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE A TERME. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier

LES DETERMINANTS DU TAUX DE CHANGE A TERME. Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier LE DETERMINANT DU TAUX DE CHANGE A TERME 1 UD/EUR Comptant UD 1 = EUR 1,1300 Terme 3 mos UD 1 = EUR 1,1351 UD/CHF Comptant UD 1 = CHF 1,4167 Terme 3 mos UD 1 = CHF 1,4039 2 ecton 1. La théore de la parté

Plus en détail

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN

V FORMATION DES IMAGES DANS L EXEMPLE DU MIROIR PLAN Chaptre V page V-1 V FORMTION DES IMGES DNS L EXEMPLE DU MIROIR PLN Le but de ce chaptre est d ntrodure la noton d mage { travers l exemple du mror plan. Vous vous êtes sûrement déjà regardé(e) dans un

Plus en détail

Introduction à la théorie des jeux (non-coopératifs)

Introduction à la théorie des jeux (non-coopératifs) III. THEORIE DE L OLIGOPOLE (1 ère parte) III.1 Introducton à la théore des jeux (non-coopératfs) La théore des jeux tent une place de plus en plus mportante dans l analyse des stratéges d entreprses ;

Plus en détail

CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES ET TERRITOIRES APPROCHE ECONOMETRIQUE

CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES ET TERRITOIRES APPROCHE ECONOMETRIQUE Centre de Recherche pour l Etude et l Observaton des Condtons de Ve CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES ET TERRITOIRES APPROCHE ECONOMETRIQUE Marjore MAZARS Phlppe MOATI Laurent POUQUET CAHIER DE RECHERCHE

Plus en détail

Chapitre 5.1 Les photons et l effet photoélectrique

Chapitre 5.1 Les photons et l effet photoélectrique Chaptre 5. Les s et l eet photoélectrque L ntensté d une onde électromagnétque n 884, le physcen brtannque John Henry Poyntng a démontré à partr des équatons de Maxwell que l ntensté d un champ électromagnétque

Plus en détail

CFE-AEE. Problématiques soulevées par la question de l'allocation des émissions du raffinage pétrolier

CFE-AEE. Problématiques soulevées par la question de l'allocation des émissions du raffinage pétrolier CFE-AEE 11 ème sémnare d'économe de l'énerge Problématques soulevées par la queston de l'allocaton des émssons du raffnage pétroler Axel Perru IFP Le raffnage pétroler: une ndustre à produts lés Une raffnere

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

EVALUATION DE L IMPACT D UN ACCORD DE PARTENARIAT ECONOMIQUE (APE) SUR LA CROISSANCE ECONOMIQUE ET LA REDUCTION DE LA PAUVRETE EN COTE D IVOIRE :

EVALUATION DE L IMPACT D UN ACCORD DE PARTENARIAT ECONOMIQUE (APE) SUR LA CROISSANCE ECONOMIQUE ET LA REDUCTION DE LA PAUVRETE EN COTE D IVOIRE : Réseau de Recherche sur les Poltques Economques et la Pauvreté (PEP) Modélsaton et analyse d mpacts des poltques (MPIA) ******************** PROPOSITION DE RECHERCHE EVALUATION DE L IMPACT D UN ACCORD

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives

UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année universitaire 2015 2016. Statistiques Descriptives UNIVERSITÉ PARIS OUEST NANTERRE LA DÉFENSE U.F.R. SEGMI Année unverstare 215 216 L1 Économe Cours de B. Desgraupes Statstques Descrptves Séance 7: Indces synthétques Table des matères 1 Introducton 1 1.1

Plus en détail

Plan du cours. Bases microéconomiques de la stratégie. 1. Introduction. Buts du cours. Nicole A. Mathys

Plan du cours. Bases microéconomiques de la stratégie. 1. Introduction. Buts du cours. Nicole A. Mathys Bases mcroéconomues de la stratége Ncole A. Mathys Ste du cours: www.hec.unl.ch/docs/nmathys/cours/80 SHS 2ème année, EPFL Plan du cours. Introducton 2. L entreprse en concurrence parfate 3. Monopole 4.

Plus en détail

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview

SmartView d EH. Vue d ensemble des risques et des occasions. Surveillance de l assurance-crédit. www.eulerhermes.ca/fr/smartview SmartVew d EH Servces en lgne Euler Hermes Vue d ensemble des rsques et des occasons Survellance de l assurance-crédt www.eulerhermes.ca/fr/smartvew Les avantages du SmartVew d EH Prenez plus de décsons

Plus en détail

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation

Indicateurs de compétitivité- prix et de performances à l exportation Décembre 2009 Indcateurs de compéttvté- prx et de performances à Méthodologe Les ndcateurs présentés dans ce document vsent à mesurer en temps réel l évoluton des parts de marché des prncpaux exportateurs

Plus en détail

Désajustements de Change Internationaux et Intra-européens

Désajustements de Change Internationaux et Intra-européens Désaustements de Change Internatonaux et Intra-européens Une estmaton par la méthode du FEER (verson prélmnare) Jamel Saadaou 1 Unversté Pars XIII Résumé Dans un contexte d'unon monétare et de déséqulbres

Plus en détail

TP 6: Circuit RC, charge et décharge d'un condensateur - Correction

TP 6: Circuit RC, charge et décharge d'un condensateur - Correction TP 6: Crcut C, charge et décharge d'un condensateur - Correcton Objectfs: Savor utlser un multmètre. Savor réalser un crcut électrque à partr d'un schéma. Connaître l'nfluence d'un condensateur dans un

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

L'INDUCTION ON5WF (MNS)

L'INDUCTION ON5WF (MNS) 'IDUCTIO ème parte / O5WF (MS) Dans la ère parte de cet artcle, nous avons vu qu'un courant électrque donnat leu à un champ magnétque (expérence d'oersted). ous avons ensute vu comment Faraday, après avor

Plus en détail

Intégration latérale dans le secteur de l'énergie

Intégration latérale dans le secteur de l'énergie Claude Crampes *, mars 2007 Intégraton latérale dans le secteur de l'énerge Résumé: En réacton aux pressons dvergentes des autortés européennes et des gouvernements natonaux, les entreprses du secteur

Plus en détail

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution.

Exercice 1. Enoncé 1. Nombre de jours d absences. Nombre d étudiants. 1 ) Représenter graphiquement cette distribution. Républque Tunsenne Présdence du Gouvernement Ecole Natonale d Admnstraton 4, Avenue du Dr Calmette Mutuelle-vlle 08 Tuns Tél. (+6) 848 00 Fa (+6) 794 88 www.ena.nat.tn STATISTIQUE ET CALCUL DE PROBABILITE

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire

Les risques des pesticides mieux les connaître pour les réduire Les rsques des pestcdes meux les connaître pour les rédure Des outls à votre portée pour rédure les rsques des pestcdes Vous avez mantenant accès à des outls d ade pour meux connaître les rsques des pestcdes

Plus en détail

Résumé : I- Introduction :

Résumé : I- Introduction : Applcaton de l analyse de frontère stochastque à l estmaton de l effcence technque des entreprses algérennes: effet de la forme de proprété Résumé : Nabl, Al BELOUARD Doctorant à l École Natonale Supéreure

Plus en détail

Université d El Oued Cours Circuits Electriques 3 LMD-EM

Université d El Oued Cours Circuits Electriques 3 LMD-EM ère parte : Electrocnétque Chaptre ntroducton L Electrocnétque est la parte de l Electrcté qu étude les courants électrques. - Courant électrque -- Défntons Défnton : un courant électrque est un mouvement

Plus en détail

Les stages en entreprise sont une pratique historique des établissements

Les stages en entreprise sont une pratique historique des établissements L INTÉRÊT D UN STAGE EN ENTREPRISE À L ÉTRANGER Les stages en entreprse sont une pratque hstorque des établssements de formaton des Chambres de Commerce et d Industre. Généralement ntégrés dans les cursus

Plus en détail

Représentation de l'information

Représentation de l'information 1. L nformaton 1-1 Dualté état et temps Représentaton de l'nformaton La noton d'nformaton correspond à la connassance d'un état donné parm pluseurs possbles à un nstant donné. La Fgure 1 llustre cette

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informatons de l'unté d'ensegnement Implantaton Cursus de Inttulé ECAM Insttut Supéreur Industrel Bacheler en Scences ndustrelles fnalté électromécanque Concepton et producton M3050 Cycle 1 Bloc 3 Quadrmestre

Plus en détail

Le débat autour de la convergence. Chapitre 4

Le débat autour de la convergence. Chapitre 4 Le débat autour de la convergence Chaptre 4 1 Baumol AER (1986) «Productvt Growth, Convergence and Welfare: what the Long-Run Data Show» Porte le nom de convergence absolue 2 Intuton Les pas plus élognés

Plus en détail

LES LEÇONS DU MARIAGE ENTRE LES MODÈLES D'ÉQUILIBRE GÉNÉRAL CALCULABLE ET LA NOUVELLE THÉORIE DU COMMERCE INTERNATIONAL: APPLICATION À LA TUNISIE 1

LES LEÇONS DU MARIAGE ENTRE LES MODÈLES D'ÉQUILIBRE GÉNÉRAL CALCULABLE ET LA NOUVELLE THÉORIE DU COMMERCE INTERNATIONAL: APPLICATION À LA TUNISIE 1 LE LEÇON DU MARIAGE ENTRE LE MODÈLE D'ÉQUILIBRE GÉNÉRAL CALCULABLE ET LA NOUVELLE THÉORIE DU COMMERCE INTERNATIONAL: APPLICATION À LA TUNIIE 1 par John COCKBURN 2 Bernard DECALUWE 2 et Benoît DOTIE 2 1

Plus en détail

est minimale pour 1 a = et b = 0.

est minimale pour 1 a = et b = 0. EXERCICE. On consdère la sére chronologque suvante : x 3 4 5 0 5 33 4 5 0 Pour chacune des deux affrmatons suvantes, dre s elle est vrae ou s elle est fausse en justfant la réponse fourne. a. Le pont moen

Plus en détail

Stratégie concurrentielle dans es industries de commodités

Stratégie concurrentielle dans es industries de commodités MANAGEMENT Page 1/5 PAR HERVE TANGUY [79] u Z (Y. o drecteur géneral delegue et fondateur d YKems es rsques fnancers pourraent ben être à la hauteur des espérances de rente future Stratége concurrentelle

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

Bouclier fiscal : intérêt et limites (EF - GP) Professeur Didier MAILLARD Juin 2007 Mis à jour Décembre 2007 1

Bouclier fiscal : intérêt et limites (EF - GP) Professeur Didier MAILLARD Juin 2007 Mis à jour Décembre 2007 1 Conservatore Natonal des Arts et Méters Chare de BANQUE Document de recherche n 18 Boucler fscal : ntérêt et lmtes (EF - GP) Professeur Dder MALLAD Jun 2007 Ms à jour Décembre 2007 1 Avertssement La chare

Plus en détail

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus.

Université Pierre & Marie Curie (Paris 6) Licence de Mathématiques L3 UE LM364 Intégration 1 Année 2011 12. TD4. Tribus. Unversté Perre & Mare Cure (Pars 6) Lcence de Mathématques L3 UE LM364 Intégraton 1 Année 2011 12 TD4. Trbus. Échauffements Exercce 1. Sot X un ensemble. Donner des condtons sur X pour que les classes

Plus en détail

Des salaires médians de 46 500 à 92 100 euros

Des salaires médians de 46 500 à 92 100 euros Page 1/9 14/02/13 19:47 LES SALARES DU WEBMARKET EN 2012 Des salares médans de 46 500 à 92 100 euros En 2012, les salares dans le dgtal ont grmpé de 5,5%. Selon une enquête réalsée par le réseau d'agences

Plus en détail

POLITIQUE ECONOMIQUE LOCALE ET INFLATION EN CHINE

POLITIQUE ECONOMIQUE LOCALE ET INFLATION EN CHINE POLITIQUE ECONOMIQUE LOCALE ET INFLATION EN CHINE Genevève Boyreau-Debray * Depus 1978, les provnces chnoses connassent des dfférences d nflaton mportantes. Cet artcle rele cette observaton à la lttérature

Plus en détail

Mobilité à Téhéran. Sous trois angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentissage Comme une opportunité commerciale

Mobilité à Téhéran. Sous trois angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentissage Comme une opportunité commerciale Moblté à Téhéran Sous tros angles : Comme un objet de recherche Comme un support d apprentssage Comme une opportunté commercale INRETS/GRETIA MDP 1 GRETIA (Géne des Réseaux de Transport et Informatque

Plus en détail

Université Paris1- Panthéon Sorbonne : Commerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 CORRIGE

Université Paris1- Panthéon Sorbonne : Commerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 CORRIGE Université Paris1- Panthéon Sorbonne : ommerce International Professeur Philippe Martin Partiel Septembre 2004 ORRIGE Partie 1: Questions à choix multiple (8 points : 1 point chacune) Reporter sur votre

Plus en détail

Chapitre 0 Bagage minimum : notions utiles de chimie

Chapitre 0 Bagage minimum : notions utiles de chimie Chaptre 0 Bagage mnmum : notons utles de chme Objectfs : Redéfnr quelques notons basques mas utles en chme. Savor sous quelle forme se trouve une espèce en soluton. Comprendre la noton de solvataton. Comprendre

Plus en détail

La Contribution du Capital Public à la Productivité des Facteurs Privés : une Estimation sur Panel Sectoriel pour Dix Pays de l OCDE.

La Contribution du Capital Public à la Productivité des Facteurs Privés : une Estimation sur Panel Sectoriel pour Dix Pays de l OCDE. La Contrbuton du Captal Publc à la Productvté des Facteurs Prvés : une Estmaton sur Panel Sectorel pour Dx Pays de l OCDE. Chrstophe Hurln * Ma 1999 Introducton Les économstes ont proposé dverses explcatons

Plus en détail

européenne 2. Théorie des unions douanières en concurrence parfaite (suite)

européenne 2. Théorie des unions douanières en concurrence parfaite (suite) 2. Théorie des unions douanières en concurrence parfaite (suite) 4Conclusion des modèles de Smith, Ricardo et HOS : échange international et spécialisation des économies nationales sont générateurs de

Plus en détail

Algorithme approché d optimisation d un modèle de Processus Décisionnel de Markov sur Graphe

Algorithme approché d optimisation d un modèle de Processus Décisionnel de Markov sur Graphe Algorthme approché d optmsaton d un modèle de Processus Décsonnel de Markov sur Graphe Nathale Peyrard Régs Sabbadn INRA-MIA Avgnon et Toulouse E-Mal: {peyrard,sabbadn}@toulouse.nra.fr Réseau MSTGA, Avgnon,

Plus en détail