NORME CAMEROUNAISE NC 235 :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NORME CAMEROUNAISE NC 235 : 2005 06"

Transcription

1 NC 235 : REPUBLIQUE DU CAMEROUN REPUBLIC OF CAMEROON Paix Travail Patrie Peace Work Fatherland ========= ========= MINISTERE DE L INDUSTRIE, DES MINES ET DU MINISTRY OF INDUSTRY, MINES AND DEVELOPPEMENT TECHNOLOGIQUE DEVELOPMENT OF TECHNOLOGY ========= ========= DIVISION DE LA NORMALISATION ET DE LA QUALITE DIVISION OF STANDARDIZATION AND QUALITY ========= ========= NORME CAMEROUNAISE NC 235 : LIANTS HYDRAULIQUES CIMENT : Evaluation des critères de conformité DIVISION DE LA NORMALISATION ET DE LA QUALITE DIVISION OF STANDARDIZATION AND QUALITY REPRODUCTION INTERDITE

2 SOMMAIRE 2 1. Champ d application 3 2. Définition Inspection Contrôle statistique de la qualité Auto-contrôle Lot Livraison Individu Prélèvement élémentaire Echantillon Echantillon ponctuel Echantillon moyen Déviation Défaut Défectueux (individu défectueux) Risque du consommateur Probabilité d acceptation Probabilité de rejet Critères de conformité Un critère de conformité Application des procédures de conformité Procédure générale Procédure et critère de conformité pour la résistance Procédure et critère de conformité pour les propriétés physiques et chimiques Valeurs limites garanties. 8 Annexe A (normative) plans d échantillonnage. 10 AO Introduction. 10 A1 Contrôle par mesures. 10 A2 Contrôle par attributs. 11 Annexe B références normatives.. 12 Page 2

3 1. CHAMP D APPLICATION L objectif de la présente norme est de déterminer les critères de conformité des types de ciments ciaprès : 1. Ciment Portland CEM I 2. Ciment Portland composé CEM II et CPJ Ciment de haut fourneau CEM III 4. Ciment pouzzolanique CEM IV 5. Ciment au laitier et aux cendres CEM V. 2. DEFINITIONS Pour les besoins de la présente norme, les définitions suivantes s appliquent : 2.1 Inspection Procédure d essai d échantillons dans le but de le comparer aux prescriptions. NOTE : Dans le contexte de la présente norme, ce terme est utilisé dans un sens plus restrictif que dans le langage familier. Le terme est équivalent au terme «contrôle» utilisé dans la plupart des langues européennes. 2.2 Contrôle statistique de la qualité Contrôle de la qualité utilisant les méthodes statistiques (telles que les cartes de contrôle et les plans d échantillonnage). 2.3 Autocontrôle Contrôle statistique continue de la qualité du ciment, effectué par le producteur. 2.4 Lot Quantité définie de ciment produit dans des conditions présumées uniformes. NOTE : la quantité peut être limitée, eu égard à la longueur de la période de production. 2.5 Livraison Quantité de ciment livrée à un moment donné. Elle peut consister en un ou plusieurs lots. 2.6 Individu a) Quantité définie de ciment, sur laquelle un ensemble d observations peut être fait : b) Valeur d essai. 3

4 2.7 Prélèvement élémentaire (unité d échantillonnage) Volume de ciment prélevée en une seule fois dans une quantité de ciment plus importante. 2.8 Echantillon Un ou plusieurs prélèvements élémentaires effectués dans une quantité de ciment soumise à inspection. 2.9 Echantillon ponctuel Echantillon composé d un prélèvement élémentaire d un lot ou d une ligne de fabrication Echantillon moyen Echantillon composé de plusieurs prélèvements élémentaires extraits d un même lot, mélangé intimement et si nécessaire réduit à une dimension appropriée. NOTE : Ce type d échantillon ne doit pas être utilisé pur les besoins de la présente norme Déviation Dépassement d une des spécifications physiques, mécaniques ou chimiques ne réduisant pas la possibilité d utilisation du ciment pour le but qui lui est assigné Défaut Dépassement d une valeur limite garantie définie au tableau Défectueux (individu défectueux) Individu présentant un ou plusieurs défauts Risque du consommateur Risque pour le consommateur pour qu une livraison soit déclarée conforme à la norme et soit donc acceptée bien que le pourcentage de déviation (P) de celle-ci soit, en réalité, supérieur à Po. Il est caractérisé comme le point de la courbe d efficacité correspondant à une faible probabilité d acceptation fixée à l avance (5% dans la présente norme) Probabilité d acceptation Probabilité qu un lot contenant un pourcentage donné de défauts soit accepté par application d un plan d échantillonnage donné. 4

5 2.16 Probabilité de rejet Probabilité qu un lot contenant un pourcentage donné de défauts soit rejeté par application d un plan d échantillonnage donné. 3. CRITERE DE CONFORMITE 3.1 Un critère de conformité formulé statistiquement comporte trois éléments a) Une définition de la spécification en terme de valeur caractéristique, b) Le pourcentage acceptable Po de «déviation» ou en d autres mots, le fractile de la distribution normale (gaussienne) auquel la valeur caractéristique correspond dans la présente norme, c est le fractile 10% ou, pour les limites inférieures de la résistance, le fractile 5%. c) La probabilité d acceptation d un lot de ciment qui n est pas conforme aux spécifications. Une procédure de contrôle par échantillonnage ne peut donner qu une valeur approximative pour le pourcentage de déviations d un lot. Plus l échantillon est important, meilleure est l approximation. La probabilité d acceptation, aussi appelée risque du consommateur, règle le degré d approximation par le plan d échantillonnage et sera, dans ce cas, de 5 % pour un contrôle continu qui est la base de l évaluation de conformité. La présente norme contient, toutefois, un critère de conformité additionnel d un type différent. Afin de disposer de moyens de rejet d un ciment dont la convenance pour l application projetée serait sensiblement réduite, la norme spécifie (voir 3.6) qu une quantité de ciment contenant un ou plusieurs défauts n est pas conforme aux spécifications. 3.2 Application des procédures de conformité La conformité des ciments de la présente norme doit être évaluée de façon continue. En conséquence, la conformité de ces ciments doit être vérifiée suivant un schéma de contrôle de qualité statistique fondé sur un contrôle continu du ciment fabriqué. Ce contrôle est effectué par le producteur du ciment (autocontrôle). 5

6 3.3 Procédure générale pour la vérification de la conformité aux valeurs caractéristiques La vérification doit être fondée sur un contrôle par échantillonnage continu utilisant des échantillons ponctuels de ciment Le contrôle continu doit avoir lieu à l usine de production et doit être effectué par le producteur (autocontrôle). Les séries d échantillons utilisées pour vérifier la conformité doivent être prélevées au cours d une période d au moins 6 mois et d au plus 12 mois. Les fréquences minimales d essais sont spécifiées au tableau 4. Tableau 4 : Fréquences minimales d essais Propriété Résistance Teneur en sulfates Temps de début de prise Stabilité (expansion) Teneur en chlorures Teneur en oxyde de magnésium Perte au feu Résidu insoluble Teneur en constituants Nombre d échantillons 2 par semaine 1 par mois Une valeur d essai obtenue qui ne répond pas aux valeurs appropriées des tableaux 2 et 3 de la norme NC 234 : est appelée déviation. Des limites distinctes sont spécifiées pour les défauts (voir ). 3.4 Procédure et critères de conformité pour la résistance Les prescriptions de résistance Résistance à 28 jours : Limite inférieure (Li) et limite supérieure (Ls) ; Résistance à 2 jours : limite inférieure (Li). 6

7 3.4.2 Dans le cas des spécifications de résistance, la procédure de conformité doit être fondée sur le contrôle par échantillonnage par mesures. En principe, le pourcentage global de déviations du lot dont les échantillons sont prélevés, est estimé par les résultats des essais. La conformité exige que l estimation n excède pas le pourcentage de déviations acceptable Le plan d échantillonnage (y compris le nombre d échantillons ponctuels à prélever) est établi au moyen de deux paramètres qui sont donnés au tableau 5 : Pourcentage global acceptable de déviation Risque du consommateur acceptable. Les deux paramètres sont utilisés ensemble pour le choix des plans d échantillonnage pour un contrôle continu. Le plan d échantillonnage à utiliser pour un contrôle par mesure est donné dans l annexe A de la présente norme. Tableau 5 : Paramètres déterminant la procédure de conformité Résistance à 2 jours et 28 jours Limite inférieure Li Résistance à 28 jours Limite supérieure Ls Propriétés physiques et chimiques 1) Toutes limites Procédure de contrôle continue Par mesures Par mesures Par attributs (par mesures est autorisé) Pourcentage de déviation Po 5% 10% 10% Risque du consommateur 5% 5% 5% 1) Dans la présente norme, parmi les propriétés physiques et chimiques, seule la teneur en sulfates est prise en compte dans le contrôle statistique de conformité. Pour les autres propriétés, la conformité est établie par rapport aux valeurs limites garanties (voir tableau 6). 3.5 Procédure et critère de conformité pour les propriétés physiques et chimiques Temps de début de prise, Stabilité, Propriétés physiques : 7

8 3.5.2 Propriétés chimiques : Perte au feu, Résidu insoluble, Teneur en sulfates, Teneur en chlorures, Teneur en magnésie. La conformité doit être établie pour une seule propriété à la fois Dans le cas des spécifications physiques et chimiques, la procédure de conformité est fondée sur une contrôle par échantillonnage par attributs. Le nombre d individus présentant une déviation est compté et comparé à un estimé de déviation, calculé d après le nombre d essais et le pourcentage global acceptable spécifié de déviations. De façon à augmenter l efficacité du contrôle, le producteur de ciment est autorisé à un contrôle par mesures Le plan d échantillonnage (y compris le nombre d échantillons ponctuels à prélever) est établi sur la même base que dans le paragraphe 3.4.3). Le plan d échantillonnage convenable pour le contrôle par attributs est donné dans l annexe A de la présente norme. 3.6 Valeurs limites garanties Une quantité de ciment comportant un ou plusieurs échantillons présentant un défaut n est pas conforme aux spécifications de la présente norme. 8

9 Un défaut est un déplacement d une des valeurs limites garanties, données au tableau 6. Tableau 6 : Valeurs limites garanties Propriétés Produit Valeurs limites garanties Classes de résistance CPJ 35 32,5 N 32,5 R 42,5 N 42,5 R 52,5 N 52,5 R Valeur minimale (MPa) 2 jours - - 8,0 8,0 18,0 18,0 28,0 Valeur minimale (MPa) 28 jours 22,5 30,0 30,0 40,0 40,0 50,0 50,0 Temps de début de prise (minutes) Tous types de ciment à 20 C Stabilité (mm) Tous types de ciment Teneur en sulfates (%) CEM I CEM II CEM IV CEM V CPJ 35 4,0 4,0 4,5 CEM III A 4,5 CEM III B 4,5 CEM III C 5,0 CEM I Teneur en chlorures (%) CEM II CEM IV CEM V CPJ 35 0,10 CEM III B CEM III C 0,10 Peuvent contenir plus de 0,10% de chlorures ; la teneur réelle en chlorure doit être déclarée par le fabricant Teneur en constituants Les valeurs garanties sont identiques aux limites du tableau 1 et aux prescriptions du tableau 3. Pour les ciments CEM II ne contenant que des schistes calcinés (T) comme constituant principal autre que le Clinker (autres classes), la valeur limite garantie est 5,0% de SO 3 pour toutes les classes de résistance. 9

10 Annexe A (normative) Plans d échantillonnage A.0 Introduction La présente annexe décrit un certain nombre de plans d échantillonnage pour l alternative qui satisfait aux conditions du tableau 5. Cette alternative est : Contrôle continu par mesures ; Contrôle continu par attributs. Le nombre d échantillons et la fréquence des essais sont spécifiés en A.1 Contrôle par mesures Dans ce cas, la valeur X et l écart type s des séries complètes de résultats d essais (un résultat par échantillon) sont calculés. Les critères de conformité sont : et X - k A s L i X + k A s L s Où : k A est la constante d acceptabilité ; L i est la limite inférieure spécifiée au tableau 2 ; L s est la limite supérieure spécifiée au tableau 2. La constante d acceptabilité k A dépend des paramètres donnés au tableau 5 et du nombre de résultats d essai (n). Des valeurs k A sont renseignées au tableau A.1. Tableau A.1 : Constante d acceptabilité n P a = 5 % P a = 10 % 20 à à à à à à à à à à à à à à à à à à 299 > 400 2,40 2,35 2,31 2,27 2,24 2,22 2,17 2,13 2,09 2,07 2,02 1,99 1,97 1,94 1,93 1,87 1,84 1,80 1,78 1,93 1,89 1,85 1,82 1,80 1,78 1,73 1,70 1,76 1,65 1,61 1,58 1,56 1,54 1,53 1,48 1,45 1,42 1,40 10

11 A.2 Contrôle par attributs Dans ce cas, le nombre C D de résultats d essai présentant une déviation (un résultat par échantillon) dans les séries complètes d échantillons est compté. La conformité est contrôlée par l équation : C D C A Où le nombre acceptable de déviations C A dépend des paramètres spécifiés au tableau 5 et du nombre n de résultats d essai. Des valeurs C A sont données au tableau A.2. Tableau A.2 : Nombre acceptable de déviations pour un risque client de 5 % Pourcentage acceptable de déviations : 10 % Nombre de résultats d essai n 1) 20 à à à à à à à à 136 C A ) Si le nombre de résultats d essai est n < 20 (pour un pourcentage acceptable de déviation = 10 %), il n est pas possible d utiliser un critère de conformité statistique. Dans ce cas, C A sera toujours égal à 0. 11

12 Annexe B références normatives Ce document comporte par référence datée ou non datée des dispositions d autres publications. Ces références normatives sont citées aux endroits appropriés dans le texte et les publications sont énumérées ci-après. Pour les références datées, les amendements ou révisions ultérieurs de l une quelconque de ces publications ne s appliquent à ce document que s ils y ont été incorporés par amendement ou révision. Pour les références non datées, la dernière édition de la publication à laquelle il est fait référence s applique. NC 234 : : Ciment : spécifications. EN Méthodes d essais des ciments Partie 1 : Détermination des résistances. EN Méthodes d essais des ciments Partie 2 : Analyse chimique des ciments. EN stabilité. Méthodes d essais des ciments Partie 3 : Détermination du temps de prise et de la EN Méthodes d essais des ciments Partie 6 : Détermination de la finesse. EN Méthodes d essais des ciments Partie 7 : Méthode de prélèvement et de préparation des échantillons. EN Méthodes d essais des ciments Partie 21 : Détermination du chlore de l oxyde de carbone et des alcalis. EN Méthodes d essais des cendres volantes Partie 1 : Détermination de la chaux libre. EN Adsorption au bleu de méthylène. ISO 9277 Détermination de la surface spécifique par la méthode BET. 12

LA NORMALISATION FRANÇAISE DES CIMENTS CIM CENTRE D INFORMATION SUR LE CIMENT ET SES APPLICATIONS

LA NORMALISATION FRANÇAISE DES CIMENTS CIM CENTRE D INFORMATION SUR LE CIMENT ET SES APPLICATIONS 2001 LA NORMALISATION FRANÇAISE DES CIMENTS CIM CENTRE D INFORMATION SUR LE CIMENT ET SES APPLICATIONS Une norme européenne des ciments, un double marquage pour la qualité. Avant-propos En 1994, la France

Plus en détail

Chapitre II ; Le ciment Portland 2011

Chapitre II ; Le ciment Portland 2011 CHPITRE II LE CIMENT 2.1 Définitions a. Liant hydraulique : des poudres finement brayées qui avec le contact d eau font prise et durcissent sous des processus physico-chimiques complexes. b. Ciment : Le

Plus en détail

LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL)

LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL) 1GM Sciences et Techniques Industrielles Page 1 sur 5 Productique - Cours Génie Mécanique Première LA MÉTHODE S.P.C. (STATISTICAL PROCESS CONTROL) Née aux USA, la méthode S. P. C. est traduite le plus

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L - 72 FOURNITURE DE SEMELLES ELASTIQUES POUR LA FIXATION DE VOIE "TYPE BOTZELAER" EDITION: 04/2001 Index 1. INTRODUCTION... 3 1.1. DOMAINE

Plus en détail

1.3 Caractéristiques et emplois des ciments

1.3 Caractéristiques et emplois des ciments 1.3 Caractéristiques et emplois des ciments L industrie cimentière met aujourd hui à la disposition de l utilisateur un grand nombre de ciments qui présentent des caractéristiques bien définies et adaptées

Plus en détail

EXIGENCES ASSURANCE QUALITÉ SOUS-TRAITANT & FOURNISSEUR SOMMAIRE :

EXIGENCES ASSURANCE QUALITÉ SOUS-TRAITANT & FOURNISSEUR SOMMAIRE : Page 1/7 Indice Date Objet Rédigé par Visa Vérifié par Visa Approuvé par Visa B 19/01/2006 Changement de logo S. LE NAGUARD J. ROBERT Ph. EVENAT C 27/10/2006 Distinction fournisseur / sous-traitant. A.

Plus en détail

Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction

Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction Présenté par : Catherine Lavoie ing. M.Sc. Agente technique Comment spécifier le béton prêt à l emploi dans les devis de construction

Plus en détail

CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES

CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES Version Cahier des prescriptions techniques pour Tubes PVC assainissement Janvier 21 CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES TUBES EN POLYCHORURE DE VINYLE [PVC] Pour l assainissement gravitaire 1 Version

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES RÉALISANT LA CERTIFICATION DE SYSTÈMES DE QUALITÉ POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE

LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES RÉALISANT LA CERTIFICATION DE SYSTÈMES DE QUALITÉ POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE PROGRAMME MONDIAL ANTIDOPAGE LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISATIONS ANTIDOPAGE DÉVELOPPANT DES BONNES PRATIQUES POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES

Plus en détail

SPECIFICATION TECHNIQUE

SPECIFICATION TECHNIQUE INFRABEL S.A. SPECIFICATION TECHNIQUE A - 52 QP EXIGENCES REQUISES POUR L ÉTABLISSEMENT D UN PLAN DE CONTRÔLE ET DE QUALITÉ À INFRABEL EDITION : 10/2006 Table des matières. Table des matières...2 1. Objet...3

Plus en détail

Bouteilles récipients-mesures

Bouteilles récipients-mesures RECOMMANDATION OIML R 96 INTERNATIONALE Edition 1990 (F) Bouteilles récipients-mesures Measuring container bottles OIML R 96 Edition 1990 (F) ORGANISATION INTERNATIONALE DE MÉTROLOGIE LÉGALE INTERNATIONAL

Plus en détail

CCTP TÉLÉCHARGÉ Dallage béton avec isolant JACKODUR

CCTP TÉLÉCHARGÉ Dallage béton avec isolant JACKODUR CCTP TÉLÉCHARGÉ Ici vous pouvez inscrire le Produit que vous avez sélectionné Produit choisit (*) : Epaisseur : (*) : voir les propriétés dans le corps du texte. Fabricant : Produit : JACKON Insulation

Plus en détail

Ref : ASTRIUM.F.0061 Issue : 1 Rev. : 0 Date : 19/01/2011 Page : 1 / 9

Ref : ASTRIUM.F.0061 Issue : 1 Rev. : 0 Date : 19/01/2011 Page : 1 / 9 Page : 1 / 9 Exigences applicables aux Fournisseurs d Astrium résultant des Législations relatives à la Protection de l Environnement et à la Santé des Travailleurs La version actuelle applicable de ce

Plus en détail

Norme NF EN 206-1 et DTU 21

Norme NF EN 206-1 et DTU 21 Norme NF EN 206-1 et DTU 21 La norme NF EN 206-1, avec son annexe nationale, devient la base normative pour tous les bétons de structure. Introduction La norme européenne NF EN 206-1 remplace la norme

Plus en détail

I. Définitions et exigences

I. Définitions et exigences I. Définitions et exigences Classes d indicateurs chimiques [1] Stérilisation : synthèse des normes ayant trait Exigences générales : Chaque indicateur doit porter un marquage clair mentionnant le type

Plus en détail

Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire. Politique de Contrôle Direction Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux

Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire. Politique de Contrôle Direction Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Politique de Contrôle Direction Santé des Animaux et Sécurité des Produits Animaux WTC III Boulevard Simon Bolivar, 30 B-1000 Bruxelles Tél. 02

Plus en détail

Rapport d évaluation CCMC 13302-R

Rapport d évaluation CCMC 13302-R Rapport d évaluation CCMC 13302-R RÉPERTOIRE NORMATIF 07 44 50 Publié 2008-03-12 Révisé 2008-04-25 Réévaluation 2011-03-12 6XUH7RXFK 1. Opinion Le Centre canadien de matériaux de construction (CCMC) est

Plus en détail

BétonlabPro 3 Leçon N 7 Demandes en (super)plastifiant et en eau des additions minérales

BétonlabPro 3 Leçon N 7 Demandes en (super)plastifiant et en eau des additions minérales BétonlabPro 3 Leçon N 7 Demandes en (super)plastifiant et en eau des additions minérales Thierry Sedran Laboratoire Central des Ponts et Chaussées Centre de Nantes Plan de la leçon Pour quelles additions

Plus en détail

DIRECTIVES GENERALES SUR L ECHANTILLONNAGE CAC/GL 50-2004 PREAMBULE... 3

DIRECTIVES GENERALES SUR L ECHANTILLONNAGE CAC/GL 50-2004 PREAMBULE... 3 CAC/GL 5-24 Page 1 de 77 DIRECTIVES GENERALES SUR L ECHANTILLONNAGE CAC/GL 5-24 PREAMBULE... 3 SECTION 1. OBJET DES DIRECTIVES DU CODEX SUR L ECHANTILLONNAGE... 6 1.1 OBJET... 6 1.2 DESTINATAIRES DES DIRECTIVES...

Plus en détail

4. CONTROLE STATISTIQUE

4. CONTROLE STATISTIQUE 4. CONTROLE STATISTIQUE 4.1. PLAN DʼECHANTILLONNAGE Le plan dʼéchantillonnage utilisé pour le contrôle en acceptation devra représenter le lot. Lʼéchantillonnage sera donc prélevé au hasard dans différents

Plus en détail

Principe des tests statistiques

Principe des tests statistiques Principe des tests statistiques Jean Vaillant Un test de signification est une procédure permettant de choisir parmi deux hypothèses celles la plus probable au vu des observations effectuées à partir d

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.9/004/63 0 juillet 004 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Forum mondial

Plus en détail

Drains et matériaux de drainage

Drains et matériaux de drainage CHAPITRE 11 Drains et matériaux de drainage 11.1 INTRODUCTION Les drains agricoles peuvent être fabriqués avec différent matériaux tels que la terre cuite, le ciment et plus récemment en matières thermoplastiques

Plus en détail

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz

Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz Ordonnance du DFJP sur les instruments de mesure de quantités de gaz 941.241 du 19 mars 2006 (Etat le 1 er janvier 2013) Le Département fédéral de justice et police (DFJP), vu les art. 5, al. 2, 8, al.

Plus en détail

Sécurité des machines Machines à laser. Partie 3:

Sécurité des machines Machines à laser. Partie 3: NORME INTERNATIONALE ISO 11553-3 Première édition 2013-03-15 Sécurité des machines Machines à laser Partie 3: Méthodes de mesure et de réduction du bruit des machines à laser, des dispositifs de traitement

Plus en détail

ISO/CEI 17065 NORME INTERNATIONALE. Évaluation de la conformité Exigences pour les organismes certifiant les produits, les procédés et les services

ISO/CEI 17065 NORME INTERNATIONALE. Évaluation de la conformité Exigences pour les organismes certifiant les produits, les procédés et les services NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 17065 Première édition 2012-09-15 Évaluation de la conformité Exigences pour les organismes certifiant les produits, les procédés et les services Conformity assessment Requirements

Plus en détail

11. Tests d hypothèses (partie 1/2)

11. Tests d hypothèses (partie 1/2) 11. Tests d hypothèses (partie 1/2) MTH2302D S. Le Digabel, École Polytechnique de Montréal H2015 (v1) MTH2302D: tests d hypothèses 1/30 Plan 1. Introduction 2. Hypothèses et erreurs 3. Tests d hypothèses

Plus en détail

Recueil de Positions techniques Qualimat Transport Avril 2014 SOMMAIRE

Recueil de Positions techniques Qualimat Transport Avril 2014 SOMMAIRE Recueil de Positions techniques Qualimat Transport Avril 2014 SOMMAIRE 1. OBJET ET MODALITES D APPLICATION p. 2 2. POSITIONS TECHNIQUES THEME 1 : Portée et limite du référencement Qualimat Transport -

Plus en détail

NOTE D APPLICATION REUTILISATION DES COMPOSANTS D'ASSURANCE ALC. Paris, 05 mai 2015 N 1817/ANSSI/SDE/PSS/CCN Référence : ANSSI-CC-NOTE-17/1.

NOTE D APPLICATION REUTILISATION DES COMPOSANTS D'ASSURANCE ALC. Paris, 05 mai 2015 N 1817/ANSSI/SDE/PSS/CCN Référence : ANSSI-CC-NOTE-17/1. P R E M I E R M I N I S T R E Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale Agence nationale de la sécurité des systèmes d information Paris, 05 mai 2015 N 1817/ANSSI/SDE/PSS/CCN Référence

Plus en détail

SPECIFICATION TECHNIQUE

SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE S - 10 PANNEAUX POUR LIGNES CONVENTIONNELLES EDITION : 2003 Index 1. INTRODUCTION...3 1.1. OBJET...3 1.2. DOMAINE D APPLICATION...3 1.3.

Plus en détail

CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES

CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES CAHIER DES PRESCRIPTIONS TECHNIQUES FOURNITURE DE TUBES EN POLYETHYLENE HAUTE DENSITÉ PEHD Pour le transport et la distribution de l eau 1 TABLE DES MATIERES 1. INTRODUCTION _ DOMAINE D EPMLOI 2. CONFORMITE

Plus en détail

N orme Marocaine. Liants hydrauliques NM Correspondance. Modifications

N orme Marocaine. Liants hydrauliques NM Correspondance. Modifications Norme Marocaine NM 10.1.157 2007 Liants hydrauliques Ciments pour travaux à la mer N orme Marocaine homologuée Par arrêté conjoint du Ministre de l'industrie, du Commerce et de la Mise à Niveau de l'economie

Plus en détail

ANALYSE de CAPACITÉ : processus fabrication

ANALYSE de CAPACITÉ : processus fabrication ANALYSE de CAPACITÉ : processus fabrication aptitude d'un processus à satisfaire des exigences / spécifications Définition Limites "naturelles" de variabilité Distinction entre 3 sortes de limites Étapes

Plus en détail

Halfen GmbH & Co. KG Liebigstrasse 14 40764 Langenfeld. HALFEN Stud Connector HSC

Halfen GmbH & Co. KG Liebigstrasse 14 40764 Langenfeld. HALFEN Stud Connector HSC !!" #$!!" %& ' (")"*+*",+ Numéro d agrément : Z-15.6-204 Demandeur : Objet de l agrément : Halfen GmbH & Co. KG Liebigstrasse 14 40764 Langenfeld HALFEN Stud Connector HSC Durée de validité : 31 décembre

Plus en détail

Essais inter-laboratoires. Informations techniques

Essais inter-laboratoires. Informations techniques Essais inter-laboratoires Analyses de riz Informations techniques - Nombre d'essais sur une période de 1 an : 3 échantillons expédiés par courrier, respectivement aux mois de juin, octobre et février.

Plus en détail

Addendum au référentiel de certification de la marque Dalles de voirie & Toiture en béton

Addendum au référentiel de certification de la marque Dalles de voirie & Toiture en béton Organisme certificateur mandaté par AFNOR Certification N d identification : NF 187 N de révision : 1 +A2 Date de mise en application de la révision : Mars 2006 Date de mise en application de l addendum

Plus en détail

Modero 3A. Ciment de haut-fourneau CEM III/A 32,5 N Fiche d information de Holcim (Suisse) SA

Modero 3A. Ciment de haut-fourneau CEM III/A 32,5 N Fiche d information de Holcim (Suisse) SA Ciment de haut-fourneau CEM III/A 32,5 N Fiche d information de Holcim (Suisse) SA Le Modero 3A est un ciment de haut-fourneau qui contient environ 50% de laitier choisi de haute qualité. Il satisfait

Plus en détail

NORME CODEX POUR LES CONCENTRÉS DE TOMATE TRAITÉS (CODEX STAN 57-1981)

NORME CODEX POUR LES CONCENTRÉS DE TOMATE TRAITÉS (CODEX STAN 57-1981) CODEX STAN 57 Page 1 de 1 NORME CODEX POUR LES CONCENTRÉS DE TOMATE TRAITÉS 1 CHAMP D APPLICATION (CODEX STAN 57-1981) La présente norme s applique au produit tel qu il est défini à la section 2 ci-dessous,

Plus en détail

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais

Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Programme d Assurance Qualité (PAQ) pour les bétons des ouvrages d art Canton du Valais Guide d utilisation Version abrégée Table des matières 1 OBJECTIFS... 2 2 VERSION... 2 3 SPÉCIFICATION DU BÉTON À

Plus en détail

INTRODUCTION. Digital Advertising Alliance des États Unis.

INTRODUCTION. Digital Advertising Alliance des États Unis. INTRODUCTION Les présents principes canadiens d autoréglementation de la publicité comportementale en ligne (ci-après les «principes») ont été élaborés par l Alliance de la publicité numérique du Canada

Plus en détail

Le suivi de la qualité. Méthode MSP : généralités

Le suivi de la qualité. Méthode MSP : généralités Le suivi de la qualité La politique qualité d une entreprise impose que celle maîtrise sa fabrication. Pour cela, elle doit être capable d évaluer la «qualité» de son processus de production et ceci parfois

Plus en détail

ISO/IEC TR 90006. Première édition 2013-11-01. Numéro de référence ISO/IEC TR 90006:2013(F) ISO/IEC 2013

ISO/IEC TR 90006. Première édition 2013-11-01. Numéro de référence ISO/IEC TR 90006:2013(F) ISO/IEC 2013 RAPPORT TECHNIQUE ISO/IEC TR 90006 Première édition 2013-11-01 Technologies de l information Lignes directrices pour l application de l ISO 9001:2008 pour la gestion des services IT et son intégration

Plus en détail

Traitement des sols fins compactés : contribution à la reconnaissance des conditions défavorables

Traitement des sols fins compactés : contribution à la reconnaissance des conditions défavorables Traitement des sols fins compactés : contribution à la reconnaissance des conditions défavorables d à la prise Thèse Tangi Le Borgne Directeur de thèse : F. Masrouri (LAEGO) Conseillers d étude : O. Cuisinier

Plus en détail

Réunion des comités roulements et GPS

Réunion des comités roulements et GPS 24 Réunion des comités roulements et GPS Dès publication de la nouvelle version de la norme ISO 492, les tolérances dimensionnelles des roulements et les systèmes ISO de limites et d ajustements pourront

Plus en détail

Fiche_PBUD 2016 SRH PBUD 2016 - SRH. Le SRH dans la préparation budgétaire 2016 PBUD 2016 V 18.0 30/09/2015

Fiche_PBUD 2016 SRH PBUD 2016 - SRH. Le SRH dans la préparation budgétaire 2016 PBUD 2016 V 18.0 30/09/2015 PBUD 2016 - SRH Le SRH dans la préparation budgétaire 2016 VERSION DATE PBUD 2016 V 18.0 30/09/2015 1 DASI Montpellier Octobre 2015 SOMMAIRE 1 PARAMETRAGE 3 1.1. RECUPERATION DU SRH 3 1.2. GESTION EN TANT

Plus en détail

L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers

L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers L importance de l eau dans la durabilité des bétons et mortiers N.Tenoutasse Les liants hydrauliques se transforment en hydrates dans les bétons et mortiers, ces hydrates sont responsables des performances

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/TRANS/WP.29/1101 Distr. générale 10 janvier 2013 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité des transports intérieurs Forum mondial

Plus en détail

Procédure M ICROBIOLOGIE - ESTIMATION DE L INCERTITUDE DE MESURE. Mise en application 15/12/2008

Procédure M ICROBIOLOGIE - ESTIMATION DE L INCERTITUDE DE MESURE. Mise en application 15/12/2008 Agence fédérale pour la Sécurité de la Chaîne alimentaire Procédure M ICROBIOLOGIE - ESTIMATION DE L INCERTITUDE DE MESURE Mise en application 15/12/2008 Administration compétente Service responsable Destinataires

Plus en détail

Les dossiers techniques du CRTA. Comment réaliser une carte de contrôle?

Les dossiers techniques du CRTA. Comment réaliser une carte de contrôle? Les dossiers techniques du CRTA Comment réaliser une carte de contrôle? Comment réaliser une carte de contrôle Les enjeux du contrôle Au-delà du prix de vente, la satisfaction du client passe de manière

Plus en détail

CONVENTION ASSURANCE QUALITÉ (QAA) FONCTION NÉGOCIANT

CONVENTION ASSURANCE QUALITÉ (QAA) FONCTION NÉGOCIANT 1. Préambule 1.1 Généralités La présente convention d assurance qualité (QAA) définit les exigences posées aux fournisseurs REHAU en matière d assurance qualité. La QAA REHAU constitue des règles destinées

Plus en détail

La norme béton NF EN 206-1

La norme béton NF EN 206-1 Chapitre2 La norme béton NF EN 206-1 2.1 - Contexte de la norme NF EN 206-1 2.2 - Domaines d application 2.3 - Évolutions de la norme 9 Chapitre 2 La norme béton NF EN 206-1 2.1 - Contexte de la norme

Plus en détail

PARTIE 2 EXIGENCES QUALITE A RESPECTER PAR LE FABRICANT

PARTIE 2 EXIGENCES QUALITE A RESPECTER PAR LE FABRICANT REGLES DE CERTIFICATION MARQUE NF DENTAIRE PARTIE 2 EXIGENCES QUALITE A RESPECTER PAR LE FABRICANT SOMMAIRE 2.1. Exigences concernant les produits 2.2. Exigences concernant le système de management de

Plus en détail

Résistance au feu: comportement des

Résistance au feu: comportement des 88 S. Hameury 1 Résistance au feu: comportement des Feu 88 Dr. Stéphane HAMEURY Chef de projet «Bois & Construction Durable» Chef de Division Adjoint Valorisation des Technologies Innovantes Département

Plus en détail

Fidélité des méthodes analytiques (Résolution oeno 5/99)

Fidélité des méthodes analytiques (Résolution oeno 5/99) (Résolution oeno 5/99) Les données concernant la fidélité des méthodes analytiques déterminées par des études collaboratives sont applicables dans les cas suivants : ) Vérification de l'acceptabilité des

Plus en détail

Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires. Les ciments, liants hydrauliques

Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires. Les ciments, liants hydrauliques Électif 10 Mise en forme industrielle des sols et matériaux granulaires Les ciments, liants hydrauliques Définition Norme NF P 15-301 de 1994 : «Le ciment est un liant hydraulique, c est-à-dire une matière

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE B - 4 PIECES EN FONTE MALLEABLE ET EN FONTE A GRAPHITE SPHEROIDAL EDITION: 02/2000 Index A) Normes d'application...3 B) Classes de produit...3

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE H3 CORRECTION D ERREUR DE PAIEMENT DE FACTURE ÉLECTRONIQUE

ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE H3 CORRECTION D ERREUR DE PAIEMENT DE FACTURE ÉLECTRONIQUE ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION RÈGLE H3 CORRECTION D ERREUR DE PAIEMENT DE FACTURE ÉLECTRONIQUE 2013 CANADIAN PAYMENTS ASSOCIATION 2013 ASSOCIATION CANADIENNE DES PAIEMENTS

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

ISO/CEI 27001. Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Exigences

ISO/CEI 27001. Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Exigences NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 27001 Deuxième édition 2013-10-01 Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Exigences Information technology

Plus en détail

D022751/01 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT.

D022751/01 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT. D022751/01 ASSEMBLÉE NATIONALE QUATORZIÈME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2012-2013 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 3 octobre 2012 Enregistré à la Présidence du Sénat le 3 octobre

Plus en détail

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract

CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC. M. Poehler. Abstract CONSULTANT EXTÉRIEUR POUR LES ÉTUDES DE GÉNIE CIVIL HORS LHC M. Poehler Abstract Un des mandats de la division ST est la réalisation de travaux de génie civil pour la construction, la rénovation et l adaptation

Plus en détail

Contributions de la statistique à la maîtrise de la qualité dans l industrie de la défense: de la conformité aux gains d avantages concurrentiels

Contributions de la statistique à la maîtrise de la qualité dans l industrie de la défense: de la conformité aux gains d avantages concurrentiels Photo : Sgt Norm McLean, Combat Camera - DND ref.: IS2013-0004-6464 Contributions de la statistique à la maîtrise de la qualité dans l industrie de la défense: de la conformité aux gains d avantages concurrentiels

Plus en détail

12.15. Cahier technique. theme 12 Contrôles Officiels. Planification de l échantillonnage

12.15. Cahier technique. theme 12 Contrôles Officiels. Planification de l échantillonnage Cahier technique theme 12 Contrôles Officiels 15 Planification de l échantillonnage 12.15 Les cahiers techniques sont des outils destinés aux agents des services publics responsables de la restructuration

Plus en détail

Travaux Dirigés de Probabilités - Statistiques, TD 4. Lois limites ; estimation.

Travaux Dirigés de Probabilités - Statistiques, TD 4. Lois limites ; estimation. Travaux Dirigés de Probabilités - Statistiques, TD 4 Lois limites ; estimation. Exercice 1. Trois machines, A, B, C fournissent respectivement 50%, 30%, 20% de la production d une usine. Les pourcentages

Plus en détail

ISO/CEI 27005 NORME INTERNATIONALE. Technologies de l'information Techniques de sécurité Gestion des risques liés à la sécurité de l'information

ISO/CEI 27005 NORME INTERNATIONALE. Technologies de l'information Techniques de sécurité Gestion des risques liés à la sécurité de l'information NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 27005 Deuxième édition 2011-06-01 Technologies de l'information Techniques de sécurité Gestion des risques liés à la sécurité de l'information Information technology Security

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB adoptés par le Comité d experts de l Union de l IPC à sa quarante-deuxième session et

Plus en détail

NORME POUR LA CASÉINE ALIMENTAIRE ET PRODUITS DÉRIVÉS CODEX STAN 290-1995. Précédemment CODEX STAN A-18-1995. Adoptée en 1995. Révision 2001.

NORME POUR LA CASÉINE ALIMENTAIRE ET PRODUITS DÉRIVÉS CODEX STAN 290-1995. Précédemment CODEX STAN A-18-1995. Adoptée en 1995. Révision 2001. NORME POUR LA CASÉINE ALIMENTAIRE ET PRODUITS DÉRIVÉS CODEX STAN 290-1995 Précédemment CODEX STAN A-18-1995. Adoptée en 1995. Révision 2001. Amendée en 2010, 2013, 2014 CODEX STAN 290-1995 2 1. CHAMP D

Plus en détail

Extrait : DTU 26-1 Travaux d enduits de mortiers Avril 2008

Extrait : DTU 26-1 Travaux d enduits de mortiers Avril 2008 3 Liants 3.1 Ciments Les ciments Portland (CEM I) et ciments Portland composés (CEM II) doivent être conformes à la norme NF EN 197-1. NOTE 1 La marque NF-Liants hydrauliques, ou son équivalent dans les

Plus en détail

Appel d offre N 03/2015 Pour la fourniture de matériels de laboratoire Lot N 9

Appel d offre N 03/2015 Pour la fourniture de matériels de laboratoire Lot N 9 Appel d offre N 03/2015 Pour la fourniture de matériels de laboratoire Lot N 9 Cahier des prescriptions spéciales 1 SOMMAIRE Article I. Objet de l appel d offre Article II. Engagements du fournisseur Article

Plus en détail

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles

Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Annexe commune aux séries ES, L et S : boîtes et quantiles Quantiles En statistique, pour toute série numérique de données à valeurs dans un intervalle I, on définit la fonction quantile Q, de [,1] dans

Plus en détail

ANALYSE de CAPACITÉ d'un PROCESSUS

ANALYSE de CAPACITÉ d'un PROCESSUS ANALYSE de CAPACITÉ d'un PROCESSUS ( aptitude d'un processus à satisfaire des exigences / spécifications) Définition Limites "naturelles" de variabilité Distinction entre 3 sortes de limites Étapes pour

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR COMPTABILITÉ ET GESTION DES ORGANISATIONS Session 2013 ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES. Durée : 2 heures Coefficient : 2

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR COMPTABILITÉ ET GESTION DES ORGANISATIONS Session 2013 ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES. Durée : 2 heures Coefficient : 2 BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR COMPTABILITÉ ET GESTION DES ORGANISATIONS Session 2013 ÉPREUVE DE MATHÉMATIQUES Durée : 2 heures Coefficient : 2 SUJET Dès que le sujet vous est remis, assurez-vous qu il

Plus en détail

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3

REF01 Référentiel de labellisation des laboratoires de recherche_v3 Introduction Le présent référentiel de labellisation est destiné aux laboratoires qui souhaitent mettre en place un dispositif de maîtrise de la qualité des mesures. La norme ISO 9001 contient essentiellement

Plus en détail

Note de mise en œuvre

Note de mise en œuvre Note de mise en œuvre Objet : appliquant l approche standard ou une AMA Catégorie : Fonds propres N o : A & A-1 Date : Mai 2006 I. Introduction L objectif de cette note de mise en œuvre est de présenter

Plus en détail

natureplus e.v. Directive d attribution 0100 ISOLANTS À PARTIR DE MATIÈRES PREMIÈRES RENOUVELABLES Édition : juillet 2009

natureplus e.v. Directive d attribution 0100 ISOLANTS À PARTIR DE MATIÈRES PREMIÈRES RENOUVELABLES Édition : juillet 2009 natureplus e.v. Directive d attribution 0100 DE MATIÈRES PREMIÈRES Édition : juillet 2009 pour l attribution du label de qualité Édition : juillet 2009 Page 2 de 5 1 Préambule Les critères d attribution

Plus en détail

Réglementation. Import/Export CHAPITRE 6

Réglementation. Import/Export CHAPITRE 6 CHAPITRE 6 Réglementation Import/Export Dans ce chapitre: Rubriques / pages Prescriptions du Traité/ 187 Mesures Législatives et Administratives / 191 Conformité / 194 Diffusion / 196 Programme d Assistance

Plus en détail

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Réseau SCEREN. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la. Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce document a été numérisé par le CRDP de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Campagne 2013 Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté

Plus en détail

Note de service À : De :

Note de service À : De : Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires et autres parties intéressées Jim Christie, président Conseil des normes actuarielles

Plus en détail

CONTRÔLES INTERNES ET EXTERNES

CONTRÔLES INTERNES ET EXTERNES PROJECTION DU BETON CONTRÔLES INTERNES ET EXTERNES Colloque ASQUAPRO de 2011 exposé de Claude Resse PARTICULARITES DUES A LA MISE EN ŒUVRE PAR PROJECTION POUR LES CONTRÔLES SUR SITE ET EN LABORATOIRE préambule

Plus en détail

Vu la loi n 94/01 du 20 janvier 1994 portant régime des forêts, de la faune et de la Pêche ;

Vu la loi n 94/01 du 20 janvier 1994 portant régime des forêts, de la faune et de la Pêche ; MODELE DE CONVENTION DEFINITIVE DE GESTION D UNE FORET COMMUNAUTAIRE (Extrait du manuel des procédures d attribution et de gestion des forêts communautaires 2009) REPUBLIQUE DU CAMEROUN PAIX - TRAVAIL

Plus en détail

Système ISO de tolérances Ajustements

Système ISO de tolérances Ajustements Principe de l interchangeabilité: Système ISO de tolérances Ajustements Lorsqu il faut fabriquer une série de pièces identiques, il est impossible d obtenir, d une pièce à l autre, exactement les mêmes

Plus en détail

ISO/IEC 25051. Deuxième édition 2014-02-15. Numéro de référence ISO/IEC 25051:2014(F) ISO/IEC 2014

ISO/IEC 25051. Deuxième édition 2014-02-15. Numéro de référence ISO/IEC 25051:2014(F) ISO/IEC 2014 NORME INTERNATIONALE ISO/IEC 25051 Deuxième édition 2014-02-15 Ingénierie du logiciel Exigences de qualité pour le logiciel et son évaluation (SQuaRE) Exigences de qualité pour les progiciels et instructions

Plus en détail

LES DÉTERMINANTS DE MATRICES

LES DÉTERMINANTS DE MATRICES LES DÉTERMINANTS DE MATRICES Sommaire Utilité... 1 1 Rappel Définition et composantes d'une matrice... 1 2 Le déterminant d'une matrice... 2 3 Calcul du déterminant pour une matrice... 2 4 Exercice...

Plus en détail

Partie I Contexte de la veille réglementaire HSE

Partie I Contexte de la veille réglementaire HSE Partie I Contexte de la veille réglementaire HSE 1 Définitions 1.1 Veille réglementaire La veille réglementaire, qui constitue l étape préalable, est à distinguer de l évaluation de conformité, étape

Plus en détail

LA NORME ISO 9001:2008

LA NORME ISO 9001:2008 LA NORME ISO 9001:2008 Culture d entreprise (261) 32 11 225 25 culturedentreprise@univers.mg www.univers.mg www.univers.mg LA NORME ISO 9001:2008 Page 1 sur 11 Comprendre la norme ISO 9001 ne peut se faire

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

C.1. COMMUNIQUER-S INFORMER. Conditions de réalisation

C.1. COMMUNIQUER-S INFORMER. Conditions de réalisation C.1. COMMUNIQUER- INFORMER avoir faire C.1.1. : Communiquer avec le client Écouter le client Questionner le client sur le dysfonctionnement constaté et les conditions d utilisation du véhicule, du sous-ensemble

Plus en détail

4. Indices de précipitations

4. Indices de précipitations 4. Indices de précipitations Cette partie présente les évolutions prévues de cinq indices de précipitations. Il s agit de moyennes annuelles (voir annexes 1 à 4 pour les valeurs saisonnières). Il est à

Plus en détail

Fortico 5R. Ciment Portland à la fumée de silice CEM II/A-D 52,5 R Fiche d information de Holcim (Suisse) SA

Fortico 5R. Ciment Portland à la fumée de silice CEM II/A-D 52,5 R Fiche d information de Holcim (Suisse) SA Ciment Portland à la fumée de silice CEM II/A-D 52,5 R Fiche d information de Holcim (Suisse) SA Le Fortico 5R est un ciment Portland à la fumée de silice, qui contient environ 8% de fumée de silice de

Plus en détail

Fiche1_PBUD 2015 SRH.doc PBUD 2015 -SRH. Le SRH dans la préparation budgétaire 2015 PBUD 2015 V 17.0 18/09/2014

Fiche1_PBUD 2015 SRH.doc PBUD 2015 -SRH. Le SRH dans la préparation budgétaire 2015 PBUD 2015 V 17.0 18/09/2014 PBUD 2015 -SRH Le SRH dans la préparation budgétaire 2015 VERSION DATE PBUD 2015 V 17.0 18/09/2014 1 DASI Montpellier Octobre 2014 SOMMAIRE 1 PARAMETRAGE 3 1.1. RECUPERATION DU SRH 3 1.2. GESTION EN TANT

Plus en détail

QUALITE DES MEDICAMENTS GENERIQUES

QUALITE DES MEDICAMENTS GENERIQUES QUALITE DES MEDICAMENTS GENERIQUES Aspects réglementaires et pharmaceutiques DEMEB DQPh Unité génériques Anne DUNAND MEDEC 11 mars 2009 QUALITE - définition GARANTIR QUALITE EFFICACITE SECURITE 2 MISSIONS

Plus en détail

Session 7 : Activités d assurance qualité. L Organisation Mondiale de la Santé ou l Acheteur?

Session 7 : Activités d assurance qualité. L Organisation Mondiale de la Santé ou l Acheteur? Session 7 : Activités d assurance qualité L Organisation Mondiale de la Santé ou l Acheteur? L Organisation Mondiale de la Santé Le Programme de Préqualification créé par l OMS prend en charge l évaluation

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé :

Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : Les zones à environnement contrôlé : conception, mise en place et maintien de zones à environnement contrôlé : partie II : Les exigences du contrôle de qualité Prof. P.ODOU Institut de Pharmacie du CHRU

Plus en détail

PRINCIPES RÉGISSANT L'APPLICATION DES PROCÉDURES D'ÉCHANTILLONNAGE ET D'ESSAI DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL DES DENRÉES ALIMENTAIRES CAC/GL 83-2013

PRINCIPES RÉGISSANT L'APPLICATION DES PROCÉDURES D'ÉCHANTILLONNAGE ET D'ESSAI DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL DES DENRÉES ALIMENTAIRES CAC/GL 83-2013 PRINCIPES RÉGISSANT L'APPLICATION DES PROCÉDURES D'ÉCHANTILLONNAGE ET D'ESSAI DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL DES DENRÉES ALIMENTAIRES CAC/GL 83-2013 Adoptés en 2013. Révision: 2015. CAC/GL 83-2013 2 1.

Plus en détail

Normo 5R. Ciment Portland CEM I 52,5 R Fiche d information de Holcim (Suisse) SA

Normo 5R. Ciment Portland CEM I 52,5 R Fiche d information de Holcim (Suisse) SA Ciment Portland CEM I 52,5 R Fiche d information de Holcim (Suisse) SA Le Normo 5R est un ciment de haute qualité qui développe une montée en résistance rapide et atteint une résistance finale élevée.

Plus en détail

ISO/CEI 9072-3 NORME INTERNATIONALE

ISO/CEI 9072-3 NORME INTERNATIONALE NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 0-3 Première édition 1-0-I Technologies de l information - Interconnexion de systèmes ouverts (OSI) - Opérations distantes: Formulaire de déclaration de conformité d instance

Plus en détail

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS

FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS Annexe I017 - Page 1 de 5 FINANCEMENT DES ACTIVITÉS LIÉES AUX IMMOBILISATIONS 1 Les déboursés relatifs aux allocations accordées du fonds des immobilisations sont financés à long terme par des émissions

Plus en détail

Chaux pour le traitement des sols

Chaux pour le traitement des sols Chaux pour le traitement des sols 1. Qu entend-on par traitement des sols à la chaux? Le traitement à la chaux des sols trop humides et/ou trop plastiques,tels les sols argileux ou limoneux, est une solution

Plus en détail

Gestion des doubles numéros de lot dans CHIMIO

Gestion des doubles numéros de lot dans CHIMIO Gestion des doubles numéros de lot dans Page 1 sur 14 REFERENCE Créée le : Par Visa TCG089 06/12/2011 TTTH VERSION Revue le Par Visa 1.0 VALIDATION Le Par Visa Suivi des modifications Version Date Par

Plus en détail