Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download ""

Transcription

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16

17

18

19

20

21

22

23

24

25

26 CAHIER TECHNIQUE C.T. 01 PRÉPARATION DU SECTEUR D INTERVENTION 1) Arrêter et calfeutrer les systèmes de ventilation et de traitement d air, afin d empêcher que toute poussière ne se propage vers les autres zones du bâtiment durant les travaux. 2) S assurer de délimiter le secteur affecté par les travaux des secteurs qui doivent demeurer en service pour contrôler l émission de la poussière en construisant un système de cloisons étanches à l aide de feuille de polyéthylène, comme suit : a) Construire une ossature appropriée, du plancher au plafond ; b) Couvrir l ossature de feuilles de polyéthylène et sceller les feuilles à l aide de ruban adhésif ; c) Sceller tous les joints les feuilles et les éléments contigus, de manière à réaliser une cloison hermétique ; d) Construire des portes-rideaux aux entrées et aux sorties du secteur de travail, de manière qu il soit toujours fermé par une feuille de polyéthylène lorsqu un travailleur y entre ou en sort. e) Si besoin, rendre l entreplafond hermétique à l aide de feuille de polyéthylène; 3) Obturer les accès et ouvertures : corridors, baies de portes, fenêtres, lanterneaux, conduits d air, grilles et diffuseurs afin d isoler la zone de travail des zones avoisinantes à l aide de feuilles de polyéthylène indéchirables et sceller à l aide du ruban adhésif. 4) Installer une affiche d avertissement à chaque accès au secteur des travaux. 5) S assurer que les sorties d urgence et d incendie doivent être gardées en bon état et libres de toute obstruction. La déviation des sorties d urgence devra être effectuée à la satisfaction du Département des incendies de la ville ou de l arrondissement. Placer les indications pour les routes alternatives et les affiches afférentes. Si la sortie d urgence doit être scellée, le faire de sorte à ne pas empêcher son utilisation en cas d urgence. 6) Procurer des extincteurs d urgence accessibles dans le secteur de travail. Protéger les extincteurs avec du polyéthylène de sorte à ne pas gêner une utilisation d urgence. Les identifier comme tel. 7) Installer et entretenir un éclairage temporaire de façon à assurer un usage sécuritaire et efficace du secteur d intervention. AMEC Environnement et infrastructure 1425 Route Transcanadienne, bur. 400, Dorval, QC H9P 2W9 Tél : (514) Fax (514) Page 1 de 1 -version révisée le 1 mai 2014-

27 CAHIER TECHNIQUE C.T. 02 SYSTÈME DE TRAITEMENT DE L AIR 1) Le système doit être activé avant le début des travaux. Durant les travaux, les équipements doivent fonctionner continuellement, et ce jusqu à la démobilisation complète de l Entrepreneur ; 2) Prévoir des équipements supplémentaires afin de remplacer immédiatement tous les équipements endommagés ou non fonctionnels. 3) Les filtres et les préfiltres doivent être remplacés au besoin afin de garder le débit d air et le différentiel de pression prescrits ; 4) Le système de traitement de l air peut servir soit à créer une dépressurisation de l enceinte de travail, soit une filtration de l air ou les deux à la fois, selon les prescriptions au devis : a) Aux fins de dépressurisation : i) Les équipements doivent fournir une dépressurisation de 1 à 4 Pa par rapport aux secteurs adjacents; ii) Un ou plusieurs appareils de mesure de la différence de pression (manomètre ou autres appareils de mesure de différentiel de pression) entre les aires adjacentes et le secteur des travaux doit être installé afin de pouvoir vérifier si la pression est plus basse dans le secteur des travaux. L entrepreneur doit vérifier régulièrement l état de la pression négative à l aide de l appareil et notifier l heure et la valeur dans un livret conservé près de l appareil; iii) L air expulsée par les équipements doit être évacuée directement à l extérieur du bâtiment à moins que l Entrepreneur ne puisse faire autrement et puisse démontrer l intégrité des filtres HEPA, et ce, par un certificat d essai d efficacité de filtration des équipements (test PAO). b) Aux fins de filtration : i) Les équipements doivent être munis de filtres HEPA; ii) Les équipements doivent procurer au moins 4 changements d air à l heure dans l ensemble du secteur des travaux. AMEC Environnement et infrastructure 1425 Route Transcanadienne, bur. 400, Dorval, QC H9P 2W9 Tél : (514) Fax (514) Page 1 de 1 -version révisée le 1 mai 2014-

28 CAHIER TECHNIQUE C.T. 03 PROTECTION RESPIRATOIRE 1) Les travailleurs doivent porter une protection respiratoire lorsque l environnement de travail est poussiéreux ou que leurs interventions émettent de la poussière ou lorsqu il existe une possibilité de mise en suspension de contaminant dans l air ; 2) Fournir à chaque travailleur un appareil de protection respiratoire muni de filtres contre les particules. S il s agit d appareils respiratoires avec filtres jetables, fournir un nombre suffisant de filtres de rechange pour que chaque travailleur puisse utiliser un filtre neuf chaque fois qu il : a) se débarrassera d un filtre contaminé; b) doit démolir des matériaux contenant de la silice (béton, ciment, plâtre, gypse); c) déranger tout contaminant sous forme de particule ou de fibre. 3) Les équipements respiratoires doivent être choisis, ajustés, utilisés et entretenus conformément à la norme CSA Z , M97. 4) L ajustement des appareils respiratoires des personnes ayant à travailler dans le secteur de travail doit être vérifié par des méthodes qualitative ou quantitative. 5) Les protections respiratoires doivent être conformes aux exigences du Guide des appareils de protection respiratoire utilisés au Québec (2 e édition) publié par l Institut Robert-Sauvé en santé et sécurité du travail (IRSST). 6) Maintenir l équipement respiratoire en état de fonctionnement conforme aux spécifications du manufacturier et en bonne condition. Tout appareil non-conforme doit être sorti du site et identifié comme tel ; 7) Les filtres usagés doivent être vérifiés après chaque quart de travail en conformité avec les spécifications du manufacturier. Les filtres qui ne passent pas le test doivent être immédiatement remplacés ; 8) Éliminer les filtres usagés comme des déchets. Lors de travaux sur des matériaux d amiante, éliminer les filtres usagés comme des déchets d amiante ; 9) Les travailleurs ne peuvent manger, boire, fumer ou mâcher toute substance lorsqu ils portent une protection respiratoire. AMEC Environnement et infrastructure 1425 Route Transcanadienne, bur. 400, Dorval, QC H9P 2W9 Tél : (514) Fax (514) Page 1 de 1 -version révisée le 1 mai 2014-

29 CAHIER TECHNIQUE C.T. 04 MANUTENTION DES DÉCHETS DE DÉCONTAMINATION 1) Les déchets inclus les débris de démolition, les filtres et préfiltres, les résidus de matériaux utilisés, les consommables ainsi que les protections retirées à la fin des travaux. 2) Au cours des travaux, les débris de matériaux doivent être placés dans des contenants étanches et appropriés au type de débris, de façon régulière pendant le quart de travail et à la fin de celui-ci. 3) L enlèvement des débris doit être effectué au fur et à mesure de l avancement des travaux en utilisant un aspirateur HEPA ou en les mouillants avant de les enlever manuellement. 4) Les contenants doivent être placés de façon à ne causer aucun inconvénient sur le chantier. 5) Placer le conteneur à déchets à un endroit pré-approuvé. Garder le conteneur en sécurité lorsqu il est sur le site de façon à empêcher le public d accéder au contenu. La zone de chargement du conteneur doit rester propre. 6) Transporter les déchets selon le type de matériaux vers le conteneur correspondant au type de déchets à gérer selon la gestion et l élimination des déchets de démolition. 7) Nettoyer les chemins empruntés par les travailleurs à chaque fin du quart de travail. 8) En cas de déversement accidentel, ou à la demande du Professionnel en décontamination, utiliser les procédures d enlèvement appropriées au volume et type de débris générés, sans frais supplémentaires. 9) Les conteneurs à déchets doivent envoyés vers les sites de gestion appropriés selon le plan de gestion et l élimination des déchets de démolition. 10) les bons de connaissement doivent être transmis en conformité avec la gestion et l élimination des déchets de démolition. 11) Donner au Professionnel en décontamination une copie des billets de pesée et de connaissement du site d enfouissement pour chaque conteneur des déchets qui ont été éliminés. AMEC Environnement et infrastructure 1425 Route Transcanadienne, bur. 400, Dorval, QC H9P 2W9 Tél : (514) Fax (514) Page 1 de 1 -version révisée le 1 mai 2014-

30 CAHIER TECHNIQUE C.T. 12 ENCEINTES DE DÉCONTAMINATION 1) Construction des enceintes de décontamination : a) Construire une ossature appropriée pour les enceintes ou utiliser les locaux existants lorsque ceux-ci conviennent. Recouvrir l ossature de deux feuilles de polyéthylène scellées à l aide de ruban adhésif. Aux emplacements où il y a du tapis, du bois franc ou autre fini pouvant être endommagé par l eau, utiliser au minimum deux (2) épaisseurs de polyéthylène renforcé. b) Installer les portes rideaux en feuilles de polyéthylène, de manière que lors du passage d un travailleur d une chambre à l autre, l enceinte de décontamination soit toujours fermée par une des portes à rideaux. 2) L enceinte de décontamination des travailleurs doit comprendre deux (2) chambres contigües séparées par des portes à rideaux. L objectif de cette installation est d une part, de permettre aux travailleurs de protéger leurs habits de ville, et d autre part, de permettre aux travailleurs de se décontaminer correctement afin de protéger leur santé lorsqu ils sortent du secteur des travaux. Les chambres de l enceinte sont les suivantes : a) Vestiaire propre: chambre ayant une dimension minimale de 10 m2 (100 pieds carrés) ou de 1 m2 (10 pieds carrés) par travailleur (la plus grand e des surfaces doit être respectée). Elle doit être propre en tout temps, c'est-à-dire qu elle doit être préservée de la contamination. Elle doit contenir un cabinet de toilette comprenant au moins un bassin, de l eau douce, du savon et une serviette dans le vestiaire propre. Elle doit comprendre deux portes à rideaux. L une donne accès à l extérieur, et l autre donne accès au vestiaire contaminé. Afin que les travailleurs et les visiteurs puissent ranger leurs vêtements de ville, il doit y avoir un casier par travailleur ainsi que deux (2) casiers pour les visiteurs. Les casiers doivent avoir une capacité minimale de 0.14 m3 (5 pieds cubes) et ils doivent être facilement accessibles à laissant une distance libre minimale de 60 cm (24 pouces) devant chaque rangée de casier. La chambre doit être éclairée adéquatement et les éléments suivants doivent être installés pour le confort et la sécurité : des crochets pour suspendre les serviettes, un miroir incassable, un manomètre de contrôle de la pression négative, des tablettes pour l entreposage des appareils respiratoires et la recharge des batteries. b) Vestiaire contaminé : chambre ayant une dimension minimale de 10 m2 (100 pieds carrés) ou de 1 m2 (10 pieds carrés) par travailleur (la plus grande des surfaces doit être respectée). Elle doit comprendre deux portes à rideaux. L une donne accès au vestiaire propre et l autre donne accès au chantier. De plus, elle doit comprendre un crochet pour chaque travailleur pour suspendre les équipements de protection contaminée (bottes, casque, gants, etc.) qui seront réutilisés au prochain quart de travail. 3) L enceinte de manutention des débris et des équipements doit comprendre deux (2) chambres contigües séparées par des portes à rideaux. L objectif de cette installation AMEC Environnement et infrastructure 1425 Route Transcanadienne, bur. 400, Dorval, QC H9P 2W9 Tél : (514) Fax (514) Page 1 de 2 -version révisée le 1 mai 2014-

31 CAHIER TECHNIQUE C.T. 12 ENCEINTES DE DÉCONTAMINATION est de permettre d éviter de contaminer les aires adjacentes avec les débris de démolition. Les chambres de l enceinte sont les suivantes : a) Salle de transfert des déchets: chambre ayant une dimension minimale de 10 m2 (100 pieds carrés). Elle doit comprendre deux portes à rideaux. L une donne accès à l extérieur, et l autre donne accès à la salle d ensachage double. b) Salle d ensachage double : chambre ayant une dimension minimale de 10 m2 (100 pieds carrés). Elle doit comprendre deux portes à rideaux. L une donne accès à la salle de transfert des déchets et l autre donne accès au chantier. AMEC Environnement et infrastructure 1425 Route Transcanadienne, bur. 400, Dorval, QC H9P 2W9 Tél : (514) Fax (514) Page 2 de 2 -version révisée le 1 mai 2014-

1.2.1 Enlever et disposer, en tant que déchets de fientes de pigeon, tous les matériaux et les débris des surfaces situées dans la zone des travaux.

1.2.1 Enlever et disposer, en tant que déchets de fientes de pigeon, tous les matériaux et les débris des surfaces situées dans la zone des travaux. TRAVAUX DE NETTOYAGE DES FIENTES DE PIGEON TABLE DES MATIÈRES PAGE TRAVAUX DE NETTOYAGE DES FIENTES DE PIGEON... 1 1 GÉNÉRALITÉS... 1 1.1 CONDITIONS GÉNÉRALES ET TRAVAUX CONNEXES... 1 1.2 DESCRIPTION DES

Plus en détail

Devis d enlèvement d amiante émis pour construction

Devis d enlèvement d amiante émis pour construction Immeuble : Projet 13-104 : Devis d enlèvement d amiante émis pour construction N/Réf. : P-0001955-0-37-260-01-HI-D-0100-01 Immeuble : Devis d enlèvement d amiante Projet 13-104 : Laboratoire de kinésiologie

Plus en détail

DEVIS D ENLÈVEMENT D AMIANTE (DIVISIONS 02) (RAPPORT D ÉCHANTILLONNAGE)

DEVIS D ENLÈVEMENT D AMIANTE (DIVISIONS 02) (RAPPORT D ÉCHANTILLONNAGE) Centre Hospitalier de l'université de Montréal CHUM HÔPITAL NOTRE-DAME Rehaussement des infrastructures - Ventilation pour le bloc opératoire TOME 2 DEVIS D ENLÈVEMENT D AMIANTE (DIVISIONS 02) (RAPPORT

Plus en détail

ENTREPRENEUR GÉNÉRAL ET SPÉCIALISÉ EN DÉCONTAMINATION DE L AMIANTE

ENTREPRENEUR GÉNÉRAL ET SPÉCIALISÉ EN DÉCONTAMINATION DE L AMIANTE ENTREPRENEUR GÉNÉRAL ET SPÉCIALISÉ EN DÉCONTAMINATION DE L AMIANTE TRAVAUX DE DÉCONTAMINATION ET D ENLÈVEMENT DE MATIÈRES DANGEREUSES Amiante, Vermiculite, Pyrite, Moisissures Les travaux de décontamination

Plus en détail

Guide à l intention des sinistrés de la Montérégie

Guide à l intention des sinistrés de la Montérégie Guide à l intention des sinistrés de la Montérégie Juin 2011 Mise en garde 3 1) Évaluation de la situation 3 2) Stratégie de retrait de l eau 4 a) Eau souillée 4 b) Eau contaminée 4 c) Vide sanitaire 4

Plus en détail

Amiante. On se protège! Aide-mémoire sur les dangers d exposition à l amiante et sur les mesures de prévention

Amiante. On se protège! Aide-mémoire sur les dangers d exposition à l amiante et sur les mesures de prévention Amiante On se protège! Aide-mémoire sur les dangers d exposition à l amiante et sur les mesures de prévention Le Québec est un important producteur et exportateur d amiante, un minerai reconnu pour ses

Plus en détail

dans le milieu de travail Un guide de base

dans le milieu de travail Un guide de base dans le milieu de travail Un guide de base Résumé Les moisissures sont une réalité incontournable. Elles se développent presque partout où des gens vivent et travaillent. Les moisissures sont reconnues

Plus en détail

Classification des pièces. Toutes. Supérieur et de confinement. Intermédiaire, supérieur et de confinement.

Classification des pièces. Toutes. Supérieur et de confinement. Intermédiaire, supérieur et de confinement. Commentaires spécifiques à certains points du formulaire de conformité. Dans la deuxième colonne, les classifications marquées en jaune sont celles pour lesquelles des changements ont été recommandés par

Plus en détail

L APSAM APSAM L AMIANTE : dangers et mesures de prévention ATTENTION. L APSAM Spécial amiante

L APSAM APSAM L AMIANTE : dangers et mesures de prévention ATTENTION. L APSAM Spécial amiante Travaux à risque élevé : friables, sauf si un sac à gants est utilisé ou si le volume de débris n excède pas 1 pi pour chaque rénovation mineure nettoyage ou enlèvement d un système de ventilation dans

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE # 31 L ENTRETIEN PRÉVENTIF DES SYSTÈMES DE VENTILATION

FICHE TECHNIQUE # 31 L ENTRETIEN PRÉVENTIF DES SYSTÈMES DE VENTILATION FICHE TECHNIQUE # 31 L ENTRETIEN PRÉVENTIF DES SYSTÈMES DE VENTILATION Les immeubles à bureaux dont les fenêtres ont la propriété de ne pouvoir être ouvertes par les occupants sont qualifiés «d édifices

Plus en détail

PLAN DE TRAVAIL - EXPLICATIF pour le retrait de plaques en amiante-ciment à l air libre au bâtiment non-occupés par du public lors des travaux

PLAN DE TRAVAIL - EXPLICATIF pour le retrait de plaques en amiante-ciment à l air libre au bâtiment non-occupés par du public lors des travaux GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG ITM-SST 1916.1. PLAN DE TRAVAIL - EXPLICATIF pour le retrait de plaques en amiante-ciment à l air libre au bâtiment non-occupés par du public lors des travaux VISA DE L ITM NON-REQUIS

Plus en détail

RÈGLEMENT CO-2011-707 MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LA CONSTRUCTION DE LA VILLE

RÈGLEMENT CO-2011-707 MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LA CONSTRUCTION DE LA VILLE RÈGLEMENT CO-2011-707 MODIFIANT LE RÈGLEMENT SUR LA CONSTRUCTION DE LA VILLE LE CONSEIL DÉCRÈTE CE QUI SUIT : 1. Le règlement sur la construction de la Ville est modifié par la modification du Règlement

Plus en détail

Préambule. Précisions supplémentaires

Préambule. Précisions supplémentaires Préambule Les prescriptions de sécurité préconisées dans ces fiches ne concernent que les risques liés à la présence d amiante non friable. Elles visent uniquement les matériaux non dégradés dans lesquels

Plus en détail

Parties communes et services

Parties communes et services Parties communes et services Ergonomie pratique en 128 points CHECKPOINT 95 Mettre des vestiaires et des sanitaires à la disposition des employés pour garantir un bon niveau d'hygiène et de propreté. POURQUOI

Plus en détail

ISOLATION TOITS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES

ISOLATION TOITS DES. La rénovation domiciliaire éconergétique CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES La rénovation domiciliaire éconergétique ISOLATION DES TOITS CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES AVANT DE COMMENCER Vérifiez l état du recouvrement de la toiture ainsi que de ses composantes structurales. Si ceux-ci

Plus en détail

Les registres coupe-feu

Les registres coupe-feu Les registres coupe-feu Installez avec soin Comment assurer une installation conforme Pour obtenir des exemplaires de cette publication, adressez-vous à la Direction des communications de la Régie du bâtiment

Plus en détail

de restauration ou de réalisation d'ouvrages

de restauration ou de réalisation d'ouvrages Service des infrastructures, du transport et de l environnement Direction de l environnement Division du contrôle des rejets industriels 827, Crémazie Est, Bureau 302 Montréal, QC H2M 2T8 Tél. : 514 280-4330

Plus en détail

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE Tous les jours, des milliers de Néo-Brunswickois travaillent près de produits chimiques dangereux. Même si

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Liste de contrôle d auto-évaluation pour le niveau de confinement 1 pour les phytoravageurs

Liste de contrôle d auto-évaluation pour le niveau de confinement 1 pour les phytoravageurs Bureau du confinement des biorisques et de la sécurité Office of Biohazard, Containment and Safety Direction générale des sciences Science Branch 59, promenade Camelot 59 Camelot Drive Ottawa ON K1A 0Y9

Plus en détail

GUIDE pour l aménagement sanitaire des établissements alimentaires. Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale

GUIDE pour l aménagement sanitaire des établissements alimentaires. Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale GUIDE pour l aménagement sanitaire des établissements alimentaires Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale La «marche en avant» consiste à éviter autant que possible le croisement

Plus en détail

L amiante Désamiantage Gestion des déchets Sécurité/santé

L amiante Désamiantage Gestion des déchets Sécurité/santé CCW_DD02 L amiante Désamiantage Gestion des déchets Sécurité/santé De nombreuses entreprises sont confrontées à des matériaux amiantés lors de rénovations ou de démolition de bâtiments. Ces matériaux,

Plus en détail

INSPECTION D UN BÂTIMENT

INSPECTION D UN BÂTIMENT 1, Chemin Premier, Québec INSPECTION D UN BÂTIMENT NICOLAS DÉRY, TECHNOLOGUE SPÉCIALISTE EN BÂTIMENTS OBJET DE L INSPECTION Cette inspection visuelle en bâtiment a pour but de donner à M. Tremblay et Madame

Plus en détail

5211 Entretien général d immeubles. Fiches descriptives. Reconnaissance des acquis et des compétences FP2009-12

5211 Entretien général d immeubles. Fiches descriptives. Reconnaissance des acquis et des compétences FP2009-12 Formation professionnelle et technique et formation continue Direction de la formation continue et du soutien 5211 Entretien général d immeubles Fiches descriptives Reconnaissance des acquis et des compétences

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

Il peut être nécessaire que le secouriste porte des gants appropriés.

Il peut être nécessaire que le secouriste porte des gants appropriés. Que faire en cas d'intoxication? Communiquer avec le Centre antipoison du Québec : 1 800 463-5060 Il est important d'avoir au préalable consulté l'étiquette du contenant ou la fiche signalétique du produit

Plus en détail

DOCUMENTS D'APPEL D'OFFRES SOUS-SECTION 6.15 ÉCHAFAUDAGES, PLATES-FORMES ET AUTRES INSTALLATIONS TEMPORAIRES

DOCUMENTS D'APPEL D'OFFRES SOUS-SECTION 6.15 ÉCHAFAUDAGES, PLATES-FORMES ET AUTRES INSTALLATIONS TEMPORAIRES DOCUMENTS D'APPEL D'OFFRES ÉCHAFAUDAGES, PLATES-FORMES ET AUTRES SECTION 6 CONDITIONS TECHNIQUES NORMALISÉES TABLE DES MATIÈRES PAGE... 1 6.15.1 GÉNÉRALITÉS... 1 6.15.2 NORMES DE RÉFÉRENCES... 1 6.15.3

Plus en détail

SYSTÈMES DE PLOMBERIE (ÉGOUTS PLUVIAUX ET SANITAIRES) MODULE 6

SYSTÈMES DE PLOMBERIE (ÉGOUTS PLUVIAUX ET SANITAIRES) MODULE 6 SYSTÈMES DE PLOMBERIE (ÉGOUTS PLUVIAUX ET SANITAIRES) MODULE 6 LES PRÉCISIONS A. Diagnostiquer des problèmes simples de fonctionnement : d un système de drainage Reconnaître les composants d un système

Plus en détail

à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de la prévention incendie ; à l inspecteur à la prévention ; au Comité SST.

à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de la prévention incendie ; à l inspecteur à la prévention ; au Comité SST. GRILLE D AUTO-ÉVALUATION EN SANTÉ SÉCURITÉ AU TRAVAIL COMMISSION SCOLAIRE DES PATRIOTES GÉNÉRALE Juin 2002 DOCUMENT À CONSERVER ET À FOURNIR SUR DEMANDE : à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de

Plus en détail

Poseuse de systèmes intérieurs

Poseuse de systèmes intérieurs Poseuse de systèmes intérieurs Le plan de formation des apprentissages (poseuse de systèmes intérieurs) Les tâches du métier de poseuse de systèmes intérieurs Tâche 1 : Tâche 2 : Tâche 3 : Tâche 4 :

Plus en détail

Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014)

Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014) Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014) Section première.- Champ d application et définitions Article 1 er.- Le présent arrêté s applique

Plus en détail

GUIDE D INSTALLATION Série Héritage

GUIDE D INSTALLATION Série Héritage GUIDE D INSTALLATION Série Héritage SYSTÈME DE TOITURE SIÈGE SOCIAL 1418, rue Michael, Ottawa, ON K1B 3R2 LIGNE DIRECTE 1 800-267-0860 TÉLÉPHONE 1 613-746-3206 TÉLÉCOPIEUR 1 613-746-0445 JUIN 2010 BUREAU

Plus en détail

Produits dangereux stockés à l intérieur d un bâtiment

Produits dangereux stockés à l intérieur d un bâtiment Produits dangereux stockés à l intérieur d un bâtiment Respecter les conditions de stockage ok, à faire interdit, à éviter SAUF = exceptions, dérogations informations complémentaires Cliquez sur ces logos

Plus en détail

Centre des congrès du Fairmont Tremblant

Centre des congrès du Fairmont Tremblant Centre des congrès du Fairmont Tremblant Politique relative à l exposition Il est entendu que le Fairmont Tremblant n est pas responsable des pertes ou dommages encourus à l équipement, au matériel exposé

Plus en détail

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45 MYTHIC 10 SC Préparation biocide (TP18) pour lutter contre les fourmis et les punaises des lits Suspension concentrée (SC) contenant : 106 g/l de chlorfenapyr (N CAS : 122453-73-0) MYTHIC 10 SC - (chlorfénapyr

Plus en détail

Membrane élastomère PLASET

Membrane élastomère PLASET Membrane élastomère PLASET P DESCRIPTION La membrane élastomère PLASET est un composé polymérique synthétique en émulsion, constitué de deux fractions. Appliqué sous forme liquide, le produit a été spécifiquement

Plus en détail

Travaux sur canalisations enterrées en amiante-ciment

Travaux sur canalisations enterrées en amiante-ciment 17.qxd 04/01/00 11:55 Page 46 SERVICES R 376 modifiée RECOMMANDATION Travaux sur canalisations enterrées en amiante-ciment Recommandation R 376 modifiée, adoptée au comité technique national du bâtiment

Plus en détail

Guide d installation. Simplement le meilleur du bois

Guide d installation. Simplement le meilleur du bois Guide d installation Simplement le meilleur du bois Notes importantes Il est important de lire, comprendre et respecter la procédure d installation pour valider la garantie du manufacturier. Gardez le

Plus en détail

Monte escalier à siège ou pour chaise roulante. sur plan incliné, suspendu à un monorail fixé au plafond

Monte escalier à siège ou pour chaise roulante. sur plan incliné, suspendu à un monorail fixé au plafond GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Luxembourg, le 10 février 2006 ITM-CL 317.1 Monte escalier à siège ou pour chaise roulante sur plan incliné, suspendu à un monorail fixé au plafond Prescriptions de sécurité types

Plus en détail

OBJET : Recommandations concernant l entreposage et l utilisation des gaz comprimés

OBJET : Recommandations concernant l entreposage et l utilisation des gaz comprimés ADRESSÉ : À tous les utilisateurs. OBJET : Recommandations concernant l entreposage et l utilisation des gaz comprimés Vous trouverez dans cet avis de l information ainsi que des références qui vous permettront

Plus en détail

Protection du personnel

Protection du personnel PROTOCOLE POUR L EVACUATION DES EXCRETAS PAR LES ENTREPRISES DE VIDANGE/NETTOYAGE ET LES ONG s (Version 1.0, 23 décembre 2010) Sommaire I. Objectifs du protocole II. Protection du personnel III. Aspects

Plus en détail

2015 22 23 24 janvier 2015

2015 22 23 24 janvier 2015 1 Obligations des exposants et locataires des stands Les exposants doivent respecter le présent cahier des charges. Il est strictement interdit de fumer à l intérieur du hall 2. Les aménagements doivent

Plus en détail

Qualité des environnements intérieurs. 5. Extraction localisée. 5.1 Extraction localisée de base Condition préalable

Qualité des environnements intérieurs. 5. Extraction localisée. 5.1 Extraction localisée de base Condition préalable Nombre minimal de point requis = 6; 1. Évacuation des gaz de combustion 1.1 Mesures de base pour évacuer les gaz de combustion Condition préalable Il n y a aucun appareil de combustion qui n est pas raccordé;

Plus en détail

Code national de prévention des incendies Canada 2005

Code national de prévention des incendies Canada 2005 Code national de prévention des incendies Canada 2005 Errata Publié par la Commission canadienne des codes du bâtiment et de prévention des incendies Le tableau qui suit décrit les errata qui s appliquent

Plus en détail

Produits phytosanitaires

Produits phytosanitaires Produits phytosanitaires CONCEPTION Extincteur à proximité du local Point d eau à proximité du local Au minimum, pour toutes exploitations Il faut un local, un conteneur, ou une armoire : - réservé au

Plus en détail

Exemples de réclamations Assurance pollution pour entrepreneurs

Exemples de réclamations Assurance pollution pour entrepreneurs Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Exemples de réclamations Assurance pollution pour entrepreneurs

Plus en détail

Liste d inspection des lieux (CFMA)

Liste d inspection des lieux (CFMA) Liste d inspection des lieux (CFMA) Basée sur le Règlement sur la santé et la sécurité du travail (adopté en mai 2010) Atelier ou lieu: Inspecté par : Date de l inspection : Page 1 sur 5 Liste des lieux

Plus en détail

Grattage et évacuation des peintures écaillées contenant du plomb dans les cages d escalier n 4 et 16.

Grattage et évacuation des peintures écaillées contenant du plomb dans les cages d escalier n 4 et 16. Maîtrise d Œuvre : C3C 21 rue Normande 28230 EPERNON Tél : 06.32.89.12.95 Fax : 09.58.83.45.69 E-mail : c3c.capelle@gmail.com Maître d Ouvrage LYCEE LAKANAL 3, avenue du Président Roosevelt 92330 SCEAUX

Plus en détail

LE GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE ;

LE GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE ; Arrêté du Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale déterminant les exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d équipement des logements. LE GOUVERNEMENT DE LA REGION DE BRUXELLES-CAPITALE

Plus en détail

Les immeubles résidentiels et commerciaux disposent

Les immeubles résidentiels et commerciaux disposent LES AMÉNAGEMENTS USUELS DES IMMEUBLES Les immeubles résidentiels et commerciaux disposent normalement d installations et d aménagements relativement similaires qui répondent aux normes applicables et aux

Plus en détail

INSPECTION D UN BÂTIMENT

INSPECTION D UN BÂTIMENT 1, Chemin Premier, Québec INSPECTION D UN BÂTIMENT NICOLAS DÉRY, TECHNOLOGUE SPÉCIALISTE EN BÂTIMENTS OBJET DE L INSPECTION Cette inspection visuelle en bâtiment a pour but de donner à M. Tremblay les

Plus en détail

Liquéfaction par fermentation anaérobie

Liquéfaction par fermentation anaérobie fosse septique ovoïde en polyéthylène Fabrication en polyéthylène haute densité traité anti U.V. Entrée et sortie munies d un joint souple à lèvre Ø 100 mm qui assure l emboîtement et l étanchéité du raccordement

Plus en détail

C R E S C E N D O. 102 rue Amelot 75011 Paris. Aménagement d une crèche de 80 berceaux dans un bâtiment existant 8 rue de Bellevue 75019 Paris

C R E S C E N D O. 102 rue Amelot 75011 Paris. Aménagement d une crèche de 80 berceaux dans un bâtiment existant 8 rue de Bellevue 75019 Paris C R E S C E N D O 102 rue Amelot 75011 Paris Aménagement d une crèche de 80 berceaux dans un bâtiment existant 8 rue de Bellevue 75019 Paris CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) LOT 01

Plus en détail

GUIDE DE PRÉPARATION DE SURFACE

GUIDE DE PRÉPARATION DE SURFACE Aggloméré de bois, panneaux de copeaux agglomérés et panneaux d appui OSB Masonite Plancher de bois dur et parquet-mosaïque Contreplaqué Luan Feuilles de revêtement de sol en vinyle à endos spongieux ou

Plus en détail

LA PRÉVENTION DE LA PROLIFÉRATION DES MOISISSURES DANS LES BÂTIMENTS

LA PRÉVENTION DE LA PROLIFÉRATION DES MOISISSURES DANS LES BÂTIMENTS LA PRÉVENTION DE LA PROLIFÉRATION DES MOISISSURES DANS LES BÂTIMENTS Les moisissures dans les bâtiments Qu est-ce que la moisissure? Les moisissures dans l environnement Champignons microscopiques à croissance

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

Pour un bâtiment non détenu en copropriété et pour la partie privative d un bâtiment détenu en copropriété

Pour un bâtiment non détenu en copropriété et pour la partie privative d un bâtiment détenu en copropriété Inspections régionales Inc. http://www.inspectionsregionales.com/ courriel: info@inspectionsregionales.com Téléphone : 819-893-3460 (Gatineau) Téléphone : 514-312-8240 (Montréal) Télécopieur : 1-855-587-8858

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 18 mars 2009 1 OBJET Prescriptions des principes relatifs à la protection de l environnement et au développement durable. 2 BUT La Société du Centre des congrès de Québec

Plus en détail

Hotte Bio-Vent md avec dégraissoirs modulaires Nettoyage biotechnologique Modèle CA-1-S-M

Hotte Bio-Vent md avec dégraissoirs modulaires Nettoyage biotechnologique Modèle CA-1-S-M 1 Hotte Bio-Vent md Modèle CA-1-S-M La hotte est fabriquée en acier inoxydable 304, d une épaisseur de 1,09 mm (18 MSG) avec un fini n o 4 pour les surfaces apparentes. Chaque section de hotte possède

Plus en détail

De La Terre Au Soleil

De La Terre Au Soleil De La Terre Au Soleil Atelier d Architecture S. Anwoir Architecte Les motivations Respect environnemental et investissement à long terme: Participation au développement durable (protéger notre environnement,

Plus en détail

levenok.com Identification du lot sur le document four ni par le demandeur

levenok.com Identification du lot sur le document four ni par le demandeur levenok.com Architectes D.P.L.G. RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE des matériaux et produits contenant de l'amiante pour l'établissement du constat établi à l'occasion de la vente d'un immeuble bâti REFERENCES

Plus en détail

Comment installer des tuiles de plafond suspendu

Comment installer des tuiles de plafond suspendu Comment installer des tuiles de plafond suspendu Vous pouvez installer les tuiles rigides de Ceilume dans un système de plafond suspendu, autant la collection ultralégère de 0,013 po (0,03 cm) d épaisseur

Plus en détail

FICHE DE SECURITE FUMESAAT 500 SC

FICHE DE SECURITE FUMESAAT 500 SC 1/5 FICHE DE SECURITE FUMESAAT 500 SC Identification de la préparation 1. Identification de la préparation de l entreprise Nom commercial: FUMESAAT 500 SC Identification Produit : éthofumésate 500 SC Substance

Plus en détail

CENTRE SPATIAL JOHN H. CHAPMAN ST-HUBERT

CENTRE SPATIAL JOHN H. CHAPMAN ST-HUBERT Programme d hygiène et salubrité des locaux à usage alimentaire CENTRE PATIAL OHN H. CHAPAN T-HUBERT AVRIL 2012 TABLE DE ATIÈRE PARTIE 1. RAPPEL DE BONNE PRATIQUE DE BAE PARTIE 2. PROFIL DE ALUBRITÉ PAR

Plus en détail

amiante Sur des Retrait, Intervention, Entretien, Maintenance, Matériaux Contenant Amiante protégez vous, n exposez pas les autres

amiante Sur des Retrait, Intervention, Entretien, Maintenance, Matériaux Contenant Amiante protégez vous, n exposez pas les autres . amiante protégez vous, n exposez pas les autres Sur des Retrait, Intervention, Entretien, Maintenance, Matériaux Contenant Amiante Avril 2011 F.Dubernet Page 1 ATTE NTION! Respirer CONTI la poussière

Plus en détail

EN CAS DE DÉFAUT DE CONSTRUCTION, CONTACTER D ABORD LE CONSTRUCTEUR L ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE NE REMPLACE PAS LE SERVICE APRÈS-VENTE DU CONSTRUCTEUR

EN CAS DE DÉFAUT DE CONSTRUCTION, CONTACTER D ABORD LE CONSTRUCTEUR L ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE NE REMPLACE PAS LE SERVICE APRÈS-VENTE DU CONSTRUCTEUR La garanties Dommage-Ouvrage qu est ce que c est? Vous êtes propriétaire d une maison que vous avez fait construire depuis moins de 10 ans. Un désordre lié à la construction apparaît. Vous avez souscrit

Plus en détail

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES

POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES POUR LE MONTAGE ET L'EXPLOITATION DE TENTES ET STRUCTURES PNEUMATIQUES PROVISOIRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont

Plus en détail

Instructions d'installation DA 289-4 fr-ca

Instructions d'installation DA 289-4 fr-ca Instructions d'installation DA 289-4 fr-ca L installation, les réparations et l entretien doivent être effectués par un technicien autorisé de Miele, conformément aux normes de sécurité nationales et locales

Plus en détail

Moyens de prévention. La sécurité des terrains de camping. Fiche pratique. 1. Voiries, conditions de circulation et issues routières

Moyens de prévention. La sécurité des terrains de camping. Fiche pratique. 1. Voiries, conditions de circulation et issues routières Fiche pratique La sécurité des terrains de camping Moyens de prévention 1. Voiries, conditions de circulation et issues routières Raccorder le terrain de camping à une voie publique ; Disposer d un accès

Plus en détail

Travail à chaud Réglementation et permis (version abrégée)

Travail à chaud Réglementation et permis (version abrégée) Travail à chaud Réglementation et permis (version abrégée) par Claude Millette Conseiller en préveniton, ASFETM Le Grand Rendez-vous SST Montréal, 18 octobre 2011 Travail à chaud - 0 Contenu Objectifs

Plus en détail

SECTION 1- Identification de la substance/du mélange et de la société / entreprise

SECTION 1- Identification de la substance/du mélange et de la société / entreprise Famille : AMENDEMENT MINERAL BASIQUE ENGRAIS AVEC ADDITIF AGRONOMIQUE NF U 44-204 Amendement calcaire, dolomie et gypse NFU 44-203 avec préparation microbienne : RHIZOCELL (AMM n 1110014) AGRI-BIOTECH

Plus en détail

Questions réponses Centre Meredith Décembre 2014

Questions réponses Centre Meredith Décembre 2014 Questions réponses Centre Meredith Décembre 2014 (Questions soumises par le comité de loisirs, culture et vie communautaire) Q1.Quelle est la nature des réparations requises à la section de l aréna du

Plus en détail

Bergeron. Thermographie. MG inc. G0N 1X0

Bergeron. Thermographie. MG inc. G0N 1X0 Bâtimentt évalué : 283, route Marie-Victorin, Saint-Nicolas Préparé par : Renaud Bergeron Rapport d'inspection Thermographie Infrarouge Experts Constructions MG inc. M. Mario Groleau, 104, rue de la Rivière,

Plus en détail

RÈGLEMENT 2012-24 VERSION REFONDUE

RÈGLEMENT 2012-24 VERSION REFONDUE PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT D ABITIBI VILLE DE VAL-D'OR RÈGLEMENT 2012-24 VERSION REFONDUE Règlement concernant la salubrité et l entretien des habitations. PRÉAMBULE CONSIDÉRANT QUE la Loi sur l aménagement

Plus en détail

DIVISIONNAL SILICON FACILITY BATIMENT 186

DIVISIONNAL SILICON FACILITY BATIMENT 186 DIVISIONNAL SILICON FACILITY BATIMENT 186 1. Etat actuel de la situation - Cahier des charges et besoins utilisateurs prédéfinis - Parmi les différentes variantes techniques proposées, un concept a été

Plus en détail

L AMIANTE-CIMENT. Guide pratique ATTENTION CONTIENT DE L AMIANTE. Respirer la poussière d amiante est dangereux pour la santé

L AMIANTE-CIMENT. Guide pratique ATTENTION CONTIENT DE L AMIANTE. Respirer la poussière d amiante est dangereux pour la santé L AMIANTE-CIMENT Guide pratique ATTENTION CONTIENT DE L AMIANTE Respirer la poussière d amiante est dangereux pour la santé Suivre les consignes de sécurité Introduction 1. L amiante-ciment 1.1. Amiante-ciment?

Plus en détail

ASFETM Travail sécuritaire en espace clos

ASFETM Travail sécuritaire en espace clos Colloque, CSST Sherbrooke, 22 mai 2013 ASFETM Travail sécuritaire en espace clos par Charbel Mouawad, M.Sc. Hygiéniste industriel/ergonome, ASFETM 1 Objectifs À la fin de la session, les participants seront

Plus en détail

Déchetterie. Ordures ménagères prestataire

Déchetterie. Ordures ménagères prestataire 1 Les déchets Les déchets issus de l activité d électricien peuvent être classés en trois catégories : Les déchets inertes, qui représentent des volumes importants. Ils ne sont pas polluants mais peuvent

Plus en détail

Béryllium G U I D E D E N E T T O Y A G E RG-638 ENTRETIEN M MÉNAGER E ET D DÉCONTAMINATION D DES L LIEUX D DE T TRAVAIL

Béryllium G U I D E D E N E T T O Y A G E RG-638 ENTRETIEN M MÉNAGER E ET D DÉCONTAMINATION D DES L LIEUX D DE T TRAVAIL Béryllium G U I D E D E N E T T O Y A G E RG-638 ENTRETIEN MÉNAGER ET DÉCONTAMINATION DES LIEUX DE TRAVAIL Dépôt légal Bibliothèque et archives nationales 2010 ISBN : 978-2-89631-424-9 (imprimé) ISBN :

Plus en détail

Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet

Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet Ordonnance relative à la prévention des accidents et des maladies professionnelles lors de travaux de peinture par pulvérisation au pistolet 832.314.12 du 5 avril 1966 (Etat le 1 er mai 1966) Le Conseil

Plus en détail

PROGRAMME PREVENTION

PROGRAMME PREVENTION LES MASQUES Les Masques Poussières Norme Minimale FFP2 A utiliser pout tout type de ponçage (Mastic, apprêts ) A usage unique et personnel Les Masques Peinture Norme Minimale A2P2 Type : Adduction d air

Plus en détail

SEMINAIRES IRIS. Dr B. Claessens, SMUR- CHU St Pierre 14 octobre 2003. Amiante. Du grec «amiantos» : imputrescible nom masculin,

SEMINAIRES IRIS. Dr B. Claessens, SMUR- CHU St Pierre 14 octobre 2003. Amiante. Du grec «amiantos» : imputrescible nom masculin, Smur et amiante Dr B. Claessens, SMUR- CHU St Pierre 14 octobre 2003 Amiante Du grec «amiantos» : imputrescible nom masculin, Famille de minéraux très répandue à la surface du globe, Largement utilisée

Plus en détail

L utilisation du chanvre dans l habitat n est pas systématiquement synonyme de béton de chanvre (fiches 1 à 4).

L utilisation du chanvre dans l habitat n est pas systématiquement synonyme de béton de chanvre (fiches 1 à 4). F5 FICHE TECHNIQUE MISE EN ŒUVRE DU CHANVRE EN VRAC PAR VOIE SECHE (sans liant) Groupement des producteurs de chanvre en Luberon L utilisation du chanvre dans l habitat n est pas systématiquement synonyme

Plus en détail

INSTRUCTIONS D INSTALLATION Panneaux réflecteurs de chaleur Novitherm MD

INSTRUCTIONS D INSTALLATION Panneaux réflecteurs de chaleur Novitherm MD INSTRUCTIONS D INSTALLATION Panneaux réflecteurs de chaleur Novitherm MD 1. Introduction L installation des panneaux réflecteurs de chaleur Novitherm MD se fait de façon propre, simple et rapide. Toutefois,

Plus en détail

Cahier des clauses Techniques Particulières. Lot : n 1 DESAMIANTAGE

Cahier des clauses Techniques Particulières. Lot : n 1 DESAMIANTAGE République Française Institut National de la Recherche Agronomique Centre de Recherche de Clermont-Ferrand Theix Lyon MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Cahier des clauses Techniques Particulières Lot : n 1 DESAMIANTAGE

Plus en détail

Pouvoir adjudicateur : CPAS d Evere, square S. Hoedemaecker, 11 à 1140 Evere

Pouvoir adjudicateur : CPAS d Evere, square S. Hoedemaecker, 11 à 1140 Evere Entreprise :. Chantier : Désamiantage du Home Roger Decamps sis rue de Zaventem, 60 à 1140 Evere Tableau d évaluation qualitative des offres en matière de sécurité et santé AVERTISSEMENT AU SOUMISSIONNAIRE

Plus en détail

PRENDRE EN CHARGE DES PROBLÈMES D HUMIDITÉ ET DE MOISISSURE DANS VOTRE DEMEURE

PRENDRE EN CHARGE DES PROBLÈMES D HUMIDITÉ ET DE MOISISSURE DANS VOTRE DEMEURE PRENDRE EN CHARGE DES PROBLÈMES D HUMIDITÉ ET DE MOISISSURE DANS VOTRE DEMEURE Santé Canada considère la croissance de moisissure à l'intérieur comme un risque important pour la santé. Le terme moisissure

Plus en détail

Règlement général d hygiène et de sécurité en vigueur au sein de la Société des Carrières de Hautes Provence.

Règlement général d hygiène et de sécurité en vigueur au sein de la Société des Carrières de Hautes Provence. Règlement général d hygiène et de sécurité en vigueur au sein de la Société des Carrières de Hautes Provence. 1 REGLES GENERALES 1.1 Disposition générale Le personnel est tenu de se conformer strictement

Plus en détail

C.C.T.P. Construction d une crèche associative «Lei minòts» Lot n 4 Cloisons - Plâtrerie - Faux plafonds

C.C.T.P. Construction d une crèche associative «Lei minòts» Lot n 4 Cloisons - Plâtrerie - Faux plafonds Construction d une crèche associative «Lei minòts» M.I.N. d Avignon Maitre d ouvrage : association Les Maisons du Monde C.C.T.P. Lot n 4 Cloisons - Plâtrerie - Faux plafonds Décembre 2010 Lot n 4 Cloisons

Plus en détail

Matinée de la prévention AMIANTE. Intervention sur des matériaux contenant de l amiante : Quelle prévention à mettre en œuvre?

Matinée de la prévention AMIANTE. Intervention sur des matériaux contenant de l amiante : Quelle prévention à mettre en œuvre? Matinée de la prévention AMIANTE Intervention sur des matériaux contenant de l amiante : Quelle prévention à mettre en œuvre? Matinées de la prévention 2015 Programme Les conséquences pour la santé Quelques

Plus en détail

Économie du recyclage et valorisation des matières résiduelles : comment passer du déchet à la ressource? Récupération et recyclage du bois

Économie du recyclage et valorisation des matières résiduelles : comment passer du déchet à la ressource? Récupération et recyclage du bois Économie du recyclage et valorisation des matières résiduelles : comment passer du déchet à la ressource? Récupération et recyclage du bois Sylvain Martel Directeur des approvisionnements en bois Qui sommes

Plus en détail

Amiante dans les bâtiments au Québec Nouvelles exigences règlementaires

Amiante dans les bâtiments au Québec Nouvelles exigences règlementaires Amiante dans les bâtiments au Québec Nouvelles exigences règlementaires Van Hiep Nguyen, ing., M.Sc.A., M.A Vanhiep.nguyen@exp.com Les Services exp. Inc. Ordre de la présentation Historique de l amiante

Plus en détail

EXIGENCES RÉGLEMENTAIRES SÉCURITÉ ET ENVIRONNEMENT

EXIGENCES RÉGLEMENTAIRES SÉCURITÉ ET ENVIRONNEMENT EXIGENCES RÉGLEMENTAIRES SÉCURITÉ ET ENVIRONNEMENT S O M M A I R E 1/ Des produits et concepts visant à réduire p. 4 à 6 l impact environnemental Gammes hygiène, essuyage et nettoyage Concepts Biomatic,

Plus en détail

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs Droits et obligations des travailleurs et des employeurs La Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) vise à assurer des conditions de santé et de sécurité minimales dans les entreprises québécoises.

Plus en détail

RÈGLEMENT 2012-22 PRÉAMBULE

RÈGLEMENT 2012-22 PRÉAMBULE PROVINCE DE QUÉBEC DISTRICT D ABITIBI VILLE DE VAL-D'OR RÈGLEMENT 2012-22 Règlement relatif à la vidange périodique des boues des fosses septiques, des fosses de rétention et des puisards et abrogeant

Plus en détail

Bois d'apparence: S'ouvrir au marché non résidentiel

Bois d'apparence: S'ouvrir au marché non résidentiel Comment s'ouvrir au marché non résidentiel : Spécification d'un devis Bois d'apparence: S'ouvrir au marché non résidentiel 8 septembre 2011 Centre de foire de Québec Jennifer Tardif Architecte Plan de

Plus en détail

PROGRAMMES ÉCRITS ET DOSSIERS (REGISTRES)

PROGRAMMES ÉCRITS ET DOSSIERS (REGISTRES) Annexe I - MODÈLE DE DOCUMENTATION EXIGÉE PAR LE MANUEL D INSPECTION DES ÉTABLISSEMENTS DE PRODUITS DE L ÉRABLE (MIÉPÉ) PROGRAMMES ÉCRITS ET DOSSIERS (REGISTRES) NOM DE L ÉTABLISSEMENT D ÉRABLIÈRE : NUMÉRO

Plus en détail

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30

VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 VEILLE RÉGLEMENTAIRE Sécurité des personnes Fiche VRE.30 Incendie Code du Travail R4216-1 à R4216-7 ; R4216-11 à R4216-34 Code du Travail R4225-8 Code du Travail R4227-34 à R4227-36 Code du Travail R4227-1

Plus en détail

Travail à chaud Réglementation et permis

Travail à chaud Réglementation et permis Travail à chaud Réglementation et permis par Tony Venditti, M. Ing. Chargé de recherche technique ASFETM FORUM SST Québec, 7 mai 2014 Travail à chaud - 0 Contenu Objectifs Définition du travail à chaud

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F)

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) Dès que le poisson entre dans votre usine, vous

Plus en détail