DÉVELOPPEMENT DES OPTIONS DE GESTION Aire Marine Protégée envisagée de Barra Fan et du mont sous-marin de la Terrasse des Hébrides

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DÉVELOPPEMENT DES OPTIONS DE GESTION Aire Marine Protégée envisagée de Barra Fan et du mont sous-marin de la Terrasse des Hébrides"

Transcription

1 DÉVELOPPEMENT DES OPTIONS DE GESTION Aire Marine Protégée envisagée de Barra Fan et du mont sous-marin de la Terrasse des Hébrides Un réseau d'aires Marines Protégées (AMP) est actuellement mis en place dans les eaux écossaises afin de contribuer à la conservation d'un important éventail d'habitats, de faune et de formations géologiques et topographiques. Son objectif est de complémenter les aires protégées existantes, des AMP pour la conservation de la nature, qui ont été identifiées dans le but de protéger une variété d'éléments de biodiversité et de géodiversité. Une consultation officielle concernant le réseau des AMP pour la conservation de la nature aura lieu de juillet à novembre 2013 celle-ci sera conduite par Marine Scotland. Afin de soutenir cette consultation, Scottish Natural Heritage (SNH, le Patrimoine Naturel Écossais) et le Joint Nature Conservation Committee (JNCC, le Comité Conjoint pour la Conservation de la Nature) ont édité un ensemble de documents pour chaque AMP envisagée. Le document sur les options de gestion fait partie de cet ensemble, il a pour but de fournir un résumé des différentes options de gestion pour les AMP envisagées ainsi que des informations de base sur le développement de ces options. Les documents sur les options de gestion se veulent un soutien aux discussions initiales avec les acteurs au sujet des activités de gestion des AMP envisagées, ils permettront également de fournir à ceux ayant un intérêt pour ces zones l'opportunité de s'impliquer dans les premiers stades de discussion des mesures de gestion appropriées. Le développement de mesures de gestion pour un site est un processus continu qui se poursuivra après la clôture de la consultation officielle. Il est possible que nous effectuions des modifications afin de refléter toute information pertinente rendue disponible par ex. via des discussions avec les acteurs. L'analyse des acteurs a identifié un certain nombre de pays autres que le Royaume-Uni et qui sont susceptibles d'avoir un intérêt dans les AMP envisagées qui se situent au large de l'écosse. Pour soutenir l'engagement avec ces acteurs, le JNCC a produit, pour certaines des AMP envisagées, des copies des tableaux de résumé des options de gestion en français, espagnol, norvégien et danois. Les informations suivantes ont été extraites des documents sur les options de gestion afin d'offrir une vue d'ensemble du processus de développement de ces options. Les versions complètes des documents sur les options de gestion pour chacune des AMP envisagées en haute mer sont disponibles en anglais à Des informations supplémentaires sur la consultation officielle de Marine Scotland et sur comment y répondre sont disponibles à Développement des options de gestion Les options de gestion sont développées pour chaque AMP envisagée et pour laquelle il est considéré qu'une forme de gestion pourrait être nécessaire à atteindre les objectifs de conservation des éléments à conserver au sein de cette AMP envisagée. Les objectifs de conservation définissent la qualité souhaitée pour les éléments à conserver au sein de chaque AMP envisagée. Ils feront partie du décret de désignation pour les AMP de conservation de la nature et seront donc mis en place à la date où un site sera formellement désigné. Il a été recommandé que les objectifs de conservation pour les éléments au sein des AMP envisagées soient conserver pour tous les éléments. L'état initial des éléments des AMP envisagées en haute mer n'a pas été vérifié, aussi les objectifs de conservation sont incertains, ce qui permet de reconnaître l'incertitude au sujet de l'état de ces éléments. La méthode d'identification des options de gestion pour chaque activité sera fondée sur une analyse de risque, c'est à dire que les recommandations seront concentrées sur les endroits où il est envisagé que les objectifs de conservation des éléments à conserver risquent de ne pas être atteints. Pour ceci, nous utilisons des données et des informations existantes au 1

2 sujet des éléments à protéger proposés et des activités pertinentes ainsi que notre connaissance des relations entre les éléments à protéger proposés et les activités. Une analyse a été effectuée pour toute les AMP envisagées où cela était possible afin d'identifier les activités ayant lieu au sein ou près des limites des AMP envisagées. Cette analyse initiale ne prend pas en compte les activités de vaisseaux de moins de 15 m car celles-ci ne sont sont pas notées systématiquement. Des consultations supplémentaires avec ceux qui utilisent la zone sont nécessaires afin d'améliorer notre compréhension de la totalité des activités qui ont lieu dans la région de l'amp envisagée. Les options de gestion sont concentrées sur les activités qui engendrent une pression à laquelle un élément à protéger est sensible. Les pressions peuvent être physiques (par ex. l'abrasion du fond marin), chimiques ou biologiques. Les activités qui ne sont pas considérées comme susceptibles d'affecter les éléments à protéger proposés n'ont pas été considérées lors du développement d'options de gestion. Les risques de ne pas atteindre les objectifs de conservation ont été identifiés là où il y a un recoupement entre les éléments à conserver proposés et les activités associées à des pressions auxquelles les éléments sont sensibles. Nous avons recommandé des options de gestion afin de gérer ce risque. Des détails spécifiques sur les recommandations en matière d'options de gestion de chaque activité sont fournis dans le document complet sur les options de gestion, dont le Tableau 1 ci-dessous fournit un résumé. Le texte se concentre sur les interactions en termes de recoupement spatial mais les analyses de risque futures devraient prendre en compte l'intensité et la fréquence de ces activités au sein des AMP envisagées. Un éventail d'options de gestion a été identifié pour chaque activité et élément, celui-ci inclus : - aucune gestion supplémentaire nécessaire - gestion pour réduire/limiter les pressions - gestion pour éliminer/éviter les pressions Toutes ces options de gestion sont basées sur la connaissances des activités qui sont actuellement en cours au sein de l'amp envisagée. Ces options ne s'opposent pas à l'introduction future de nouvelles activités ou de mesures de gestion si l'intensité des actions dépasse son niveau actuel. Nous reconnaissons que les acteurs peuvent fournir des informations quant à la connaissance de l'environnement local et des données plus précises quant aux activités, en particulier en relation avec leur intensité, fréquence et méthodes. Avant d'établir des recommandations fermes, des discussions auront lieu avec les acteurs afin d'assurer qu'ils y a une bonne compréhension des éléments et des interactions éventuelles avec les activités. Marine Scotland conduira les discussions de gestion avec les acteurs. Ces discussions commenceront lors de la consultation officielle et pourront continuer après sa clôture si nécessaire. Les options de gestion présentées ici seront alors examinées par le JNNC et la meilleure solution pourra être recommandée. Ceci constituera la base des recommandations du JNNC à Marine Scotland en matière de gestion de chacune des AMP envisagées qui pourraient être désignées comme des AMP de conservation de la nature.. Marine Scotland aura pour responsabilité d'effectuer des recommandations aux ministres écossais quant aux mesures de gestion qui pourraient être requises. Pour les AMP de haute mer, le processus de la politique commune de pêche qui est déjà en place pour répondre aux attentes en matière gestion des pêches dans les zones spéciales de conservation devrait être suivi. 2

3 Aire Marine Protégée envisagée de Barra Fan et du mont sous-marin de la Terrasse des Hébrides Superficie de l'amp envisagée : km 2 Caractéristiques des éléments à protéger qui sont proposés : vase fine à forte activité de fouissage, vase profonde de haute mer, sables et graviers infralittoraux de haute mer, hoplostète orange, communautés de monts sous-marins, talus continental, ainsi que des éléments de géodiversité qui incluent biseau d'aggradation, canyons continentaux à turbidites, dépôts d'effondrement dans des fossés d'érosion, talus continental, mont sousmarin de la Terrasse des Hébrides, sillons de quilles d'icebergs. Objectifs de conservation pour les éléments à protéger : les objectifs de conservation pour tous les éléments inclus dans l'amp envisagée sont de conserver, mais il y a des facteurs d'incertitude. Les facteurs d'incertitudes sont liés l'insuffisance d'informations qui permettraient l'évaluation précise de l'état des éléments à protéger. Carte montrant l'emplacement de l'amp envisagée de Barra Fan et des monts sous marins de la Terrasse des Hébrides Tableau 1 - Résumé des options de gestion Le tableau suivant résume les options de gestion pour l'amp envisagée de Barra Fan et de la Terrasse des Hébrides. Les options de gestions sont prises en compte afin d'éliminer ou minimiser le risque de ne pas atteindre l'objectif de conservation des éléments à protéger par l'amp envisagée. Activité Activité de pêche : Engins mobiles de fond (par ex. chalut de fond) Options de gestion Pas de gestion supplémentaire : il y a un risque de ne pas atteindre les objectifs de conservation pour les vases fines à forte activité de fouissage, les vases profondes de haute mer et les sables et graviers infralittoraux de 3

4 haute mer. L'objectif de conservation ne serait pas atteint pour les communautés des monts sous-marins et il est recommandé de ne pas avoir recours à cette option dans les zones où se trouve cet élément. Réduire/limiter les pressions : cette option réduirait sans pour autant éliminer entièrement, le risque de ne pas atteindre les objectifs de conservation pour les vases fines à forte activité de fouissage, les vases profondes de haute mer et les sables et graviers infralittoraux de haute mer. Des mesures de gestion appropriées pourraient inclure des restrictions sur la pêche employant du matériel destructeur sur une proportion de la surface de ces éléments, et il pourrait y avoir des attentes plus importantes concernant le matériel qui pénètre les sédiments en profondeur. L'emplacement des zones sujettes à des restrictions de gestion se ferait suite à concertation avec les pêcheurs. Selon les cas, les restrictions pourraient être permanentes ou temporaires/adaptatives. L'objectif de conservation ne serait pas atteint pour les communautés des monts sous-marins et il est recommandé de ne pas avoir recours à cette option dans les zones où se trouve cet élément. Réduire/limiter les pressions : cette option réduirait au niveau le plus bas possible le risque de ne pas atteindre les objectifs de conservation pour les vases fines à forte activité de fouissage, les vases profondes de haute mer, et les sables et graviers infralittoraux de haute mer. Il s'agit de la seule option qui permettrait d'atteindre l'objectif de conservation pour les communautés des monts sousmarins et il est recommandé de mettre en œuvre cette option dans les zones où cet élément est présent. Engins dormants de fond (par ex. filets fixes et pêche à la ligne) Aucune gestion supplémentaire: cette option est considérée comme suffisante pour que les engins de fond dormants atteignent les objectifs de conservation pour les vases fines à forte activité de fouissage, les vases profondes de hautes mer, et les sables et graviers infralittoraux de haute mer. Cet objectif de conservation ne serait cependant pas atteint pour les communautés des monts sous-marins. Réduire/limiter les pressions : l'objectif de conservation ne serait pas atteint pour les communautés des monts sous-marins. Éliminer/éviter les pressions : c'est la seule option qui permettrait d'atteindre l'objectif de conservation pour les communautés des monts sous-marins et il est recommandé de mettre en œuvre cette option dans les zones où cet élément est présent. Activités autorisées (par ex. exploitation du pétrole ou du gaz) Aucune gestion supplémentaire ou de réduction/limitation des pressions: ces deux options auront probablement des effets similaires puisque avant 4

5 l'octroi de toute autorisation, l'autorité compétente devrait être assurée (par le demandeur) de l'absence de risque que représente l'activité envers,les vases fines à forte activité de fouissage, les vases profondes de haute mer, les sables et graviers infralittoraux de haute mer, et les communautés des monts sous-marins et leur capacité à atteindre les objectifs de conservation. Des discussions en amont avec Marine Scotland et l'organisme compétent en matière de conservation permettront d'identifier et de résoudre toute difficulté à un stade précoce. De futurs développements qui toucheraient les communautés des monts sous-marins auraient probablement un impact sur la capacité de cet élément à atteindre son objectif de conservation et une micro-implantation pourrait être recommandée. Réduire/limiter les pressions :cette option réduirait au niveau le plus bas possible le risque de ne pas atteindre les objectifs de conservation pour les vases fines à forte activité de fouissage, les vases profondes de haute mer, les sables et graviers infralittoraux de haute mer et les communautés des monts sous-marins. Pour plus d'informations Les informations sur la consultation officielle du public, à l'inclusion de détails sur comment y répondre, sont disponibles sur le site web de Marine Scotland : Des informations complémentaires sur les AMP envisagées de haute mer ainsi que les documents complets sur les options de gestions sont disponibles en anglais sur le site web de JNCC (Joint Nature Conservation Commitee, le Comité Conjoint pour la Conservation de la Nature) : Des informations sur les AMP envisagées des eaux territoriales sont disponibles sur le site du SNH (Scottish Natural Heritage, le Patrimoine Naturel Écossais) : 5

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE)

Note d orientation : Gestion des risques d'entreprise (GRE) 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 www.pr4gm4.com Gestion des risques Présentation Mars 2010 Copyright 2010 - PR4GM4 Actualité du 27 janvier 2010 2 Actualité du 11 février 2010 3 Domaine

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION POLITIQUE 309 Page 1 de 7

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION POLITIQUE 309 Page 1 de 7 POLITIQUE 309 Page 1 de 7 Objet : Programmes de français langue seconde En vigueur : Le 21 avril 1994 Révisions : Le 25 octobre 2001; juillet 2009 1.0 OBJET La présente politique établit les normes relatives

Plus en détail

TERMES DE RÉFÉRENCE APPEL D OFFRES

TERMES DE RÉFÉRENCE APPEL D OFFRES TERMES DE RÉFÉRENCE APPEL D OFFRES CONTRAT DE COURTE DURÉE POUR UNE APPROCHE DE MODÉLISATION AUX FINS DE L'ÉLABORATION DE LA PRISE PAR TAILLE DES TROIS ESPÈCES PRINCIPALES DE THONIDÉS TROPICAUX (ALBACORE,

Plus en détail

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) *

Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Conf. 12.8 (Rev. CoP13) * Etude du commerce important de spécimens d'espèces inscrites à l'annexe II RAPPELANT que l'article IV, paragraphe 2 a), de la Convention, stipule comme condition pour la délivrance

Plus en détail

LA GESTION INTÉGRÉE DES BASSINS VERSANTS. par. Jean Burton Ph.D. Centre Saint-Laurent Environnement Canada. Décembre 1992

LA GESTION INTÉGRÉE DES BASSINS VERSANTS. par. Jean Burton Ph.D. Centre Saint-Laurent Environnement Canada. Décembre 1992 LA GESTION INTÉGRÉE DES BASSINS VERSANTS CADRE DE RÉFÉRENCE par Jean Burton Ph.D. - Centre Saint-Laurent Environnement Canada Décembre 992 f i.0 INTRODUCTION Le contexte Plusieurs conférences internationales

Plus en détail

Bureau de révision de la Nouvelle-Écosse pour l'accès à l'information et la protection de la vie privée Plan de services en français 2013-2014

Bureau de révision de la Nouvelle-Écosse pour l'accès à l'information et la protection de la vie privée Plan de services en français 2013-2014 Bureau de révision de la Nouvelle-Écosse pour l'accès à l'information et la protection de la vie privée Plan de 2013-2014 Le 27 mars 2013 Message de l'agente de révision pour l'accès à l'information et

Plus en détail

INSTITUT INTERNATIONAL DE GESTION DU CYANURE

INSTITUT INTERNATIONAL DE GESTION DU CYANURE INSTITUT INTERNATIONAL DE GESTION DU CYANURE Rapport sommaire de l audit pour les sociétés de transport de cyanure Pour le Code international de gestion du cyanure www.cyanidecode.org Juin 2012 Le Code

Plus en détail

Note-réponse. Points de vue et avis. Note conceptuelle sur la portée et le niveau de détail du plan MER relatif au gaz de schiste

Note-réponse. Points de vue et avis. Note conceptuelle sur la portée et le niveau de détail du plan MER relatif au gaz de schiste Note-réponse Points de vue et avis Note conceptuelle sur la portée et le niveau de détail du plan MER relatif au gaz de schiste Projet de vision structurelle sur le gaz de schiste Le 18 septembre 2013,

Plus en détail

COMITE CENTRAL HYGIENE SECURITE Compte rendu CFDT de la séance du 31 août 2010

COMITE CENTRAL HYGIENE SECURITE Compte rendu CFDT de la séance du 31 août 2010 COMITE CENTRAL HYGIENE SECURITE Compte rendu CFDT de la séance du 31 août 2010 Conduite avec ou sans opérateur en Viabilité Hivernale? Pour la CFDT : - Gwénaëlle L HUILIERE (DIR EST), - Patrick GROSROYAT

Plus en détail

PRATIQUES EFFICACES pour la GESTION de l IMPACT des ACTIVITES HUMAINES sur le MILIEU MARIN.

PRATIQUES EFFICACES pour la GESTION de l IMPACT des ACTIVITES HUMAINES sur le MILIEU MARIN. PRATIQUES EFFICACES pour la GESTION de l IMPACT des ACTIVITES HUMAINES sur le MILIEU MARIN. GESTION DES TECHNOLOGIES EMERGENTES Recommandations issues des projets sur les énergies marines renouvelables

Plus en détail

Appel à Manifestation d'intérêt

Appel à Manifestation d'intérêt AfricaInteract : Renforcement des liens entre la recherche et les décideurs politiques pour l'adaptation au changement climatique en Afrique Appel à Manifestation d'intérêt Recrutement d'un expert pour

Plus en détail

Guide technique sur les déchets et les substances récupérées

Guide technique sur les déchets et les substances récupérées Réf.: ECHA-2010-GF-01-FR Date: 09/06/2010 Langue: français Guide technique sur les déchets et les substances récupérées L Agence européenne des produits chimiques (ECHA) publie une série de fiches d informations

Plus en détail

ARCHIVÉ - Vérification des transactions réalisées par carte d achat en 2008-2009

ARCHIVÉ - Vérification des transactions réalisées par carte d achat en 2008-2009 C O N S E I L N A T I O N A L D E R E C H E R C H E S C A N A D A ARCHIVÉ - Vérification des transactions réalisées par carte d achat en 2008-2009 Ce fichier PDF a été archivé dans le Web. Contenu archivé

Plus en détail

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés

Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits combinés EA-7/05 Guide EA pour l application de la norme ISO/CEI 17021:2006 pour les audits combinés Référence de la publication Guide EA pour l Application de la norme ISO/CEI 17021:2006 concernant les audits

Plus en détail

Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988)

Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988) 1 sur 5 03/12/2014 18:22 Information System on International Labour Standards Recherche Guide de l'utilisateur Convention concernant les services de sante au travail (Entrée en vigueur: 17 févr. 1988)

Plus en détail

Ce document décrit le Service d'optimisation de la gestion des changements pour solution de collaboration.

Ce document décrit le Service d'optimisation de la gestion des changements pour solution de collaboration. Page 1 sur 5 Description de service : Service d'optimisation de la gestion des changements pour solution de collaboration Ce document décrit le

Plus en détail

7-9 EXAMEN DU PROCESSUS DE DÉLIVRANCE DE PERMIS EN RAPPORT AVEC LA GESTION DES DÉCHETS DE COMBUSTIBLE IRRADIÉ

7-9 EXAMEN DU PROCESSUS DE DÉLIVRANCE DE PERMIS EN RAPPORT AVEC LA GESTION DES DÉCHETS DE COMBUSTIBLE IRRADIÉ Février 2004 DOCUMENTATION POUR LA SGDN 7. INSTITUTIONS ET RÉGLEMENTATION 7-9 EXAMEN DU PROCESSUS DE DÉLIVRANCE DE PERMIS EN RAPPORT AVEC LA GESTION DES DÉCHETS DE COMBUSTIBLE IRRADIÉ RÉSUMÉ J. F. Lafortune

Plus en détail

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF)

ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) ANNEXE 4 RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF SUR LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L'ADMINISTRATION ET LES FINANCES (SCAF) RAPPORT DU SECRETAIRE EXECUTIF DE LA REUNION DU COMITE PERMANENT SUR L ADMINISTRATION

Plus en détail

ISO/DIS 9001:2014 Analyse du projet de norme international

ISO/DIS 9001:2014 Analyse du projet de norme international ISO/DIS 9001:2014 Analyse du projet de norme international Une perspective LRQA Mai 2014 Introduction La publication du Projet de Norme Internationale (DIS) de la norme (ISO/DIS 9001:2014) dessystème de

Plus en détail

Projet Hardrock. Commentaires et réponses des Portes ouvertes septembre 2014. comment il le sera plus tard. Environnemental

Projet Hardrock. Commentaires et réponses des Portes ouvertes septembre 2014. comment il le sera plus tard. Environnemental Environnemental Effets sur le parc provincial MacLeod Le parc provincial MacLeod est situé à environ 2 km à l est de la région de l étude le long de la route 11. Le parc est à l intérieur de la région

Plus en détail

Sigmah : des ONG humanitaires coopérent pour répondre à un besoin du secteur

Sigmah : des ONG humanitaires coopérent pour répondre à un besoin du secteur Sigmah : des ONG humanitaires coopérent pour répondre à un besoin du secteur Plaisians, le 21/07/14 Table des matières Le projet Sigmah Le logiciel Sigmah La phase 2 : vers une «adoption étendue» Membres

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation

Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Fiche Contenu 9-1 : Vue d ensemble sur l évaluation Rôle dans le système de gestion de la qualité Qu est ce que l évaluation? Pourquoi réaliser une L évaluation est un élément important des 12 points essentiels.

Plus en détail

Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM

Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM Revue à mi-parcours Programme Indicatif de Coopération entre Luxembourg et VIET NAM Rapport national Rapport final 26 Mars 2010 Copyright 2010 PricewaterhouseCoopers S.à r.l. "PricewaterhouseCoopers" réfère

Plus en détail

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie

Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie PROGRAMME «BIODIVERSITÉ, GAZ, PÉTROLE» Avec le soutien de : Termes de références Elaboration de normes environnementales pour les activités de l industrie pétrolière et gazière en Mauritanie 1 Préambule

Plus en détail

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE ISO 9001:2000 PARTIE 2-3 CHAPITRE par CHAPITRE 9001:2000, domaine Satisfaction du client par la prévention des N.C. (ISO 9001:1994) Appliquer efficacement le système pour répondre aux besoins du client

Plus en détail

DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX

DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX L'analyse des risques dans le cadre du Codex Qu'est-ce que l'analyse des risques? Un processus comportant

Plus en détail

Gestion des services IT Foundation Bridge basée sur la norme ISO/CIE 20000

Gestion des services IT Foundation Bridge basée sur la norme ISO/CIE 20000 Exemple d examen Gestion des services IT Foundation Bridge basée sur la norme ISO/CIE 20000 Édition Novembre 2013 Copyright 2013 EXIN All rights reserved. No part of this publication may be published,

Plus en détail

Note technique d'orientation 8 : Suivi exercé par le Groupe multipartite sur le cycle de

Note technique d'orientation 8 : Suivi exercé par le Groupe multipartite sur le cycle de Cette note a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE pour apporter des conseils aux pays mettant en œuvre l ITIE sur la manière de satisfaire aux Exigences de la Norme ITIE. Les lecteurs

Plus en détail

Rapport sur l'état d'avancement de la feuille de route "Qualité" Le Président de l'office européen des brevets

Rapport sur l'état d'avancement de la feuille de route Qualité Le Président de l'office européen des brevets CA/T 18/14 Orig. : en Munich, le 24.10.2014 OBJET : SOUMIS PAR : DESTINATAIRES : Rapport sur l'état d'avancement de la feuille de route "Qualité" Le Président de l'office européen des brevets Le Comité

Plus en détail

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET.

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET. Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE Article premier OBJET La présente annexe a pour objet de donner des lignes directrices et d'indiquer les

Plus en détail

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015

ISO 14001: 2015. Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 ISO 14001: 2015 Livre blanc des révisions à la norme ISO sur les systèmes de gestion environnementale JUILLET 2015 4115, Rue Sherbrooke Est, Suite 310, Westmount QC H3Z 1K9 T 514.481.3401 / F 514.481.4679

Plus en détail

9.1 LES CALCULS DE PERFORMANCE

9.1 LES CALCULS DE PERFORMANCE 9. SYSTÈME DE SUIVI ET DE SURVEILLANCE Il est primordial de mettre en place les outils nécessaires pour assurer un suivi rigoureux du Plan conjoint de gestion des matières résiduelles des MRC d'acton et

Plus en détail

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401)

Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) Norme d'audit suisse: Audit réalisé dans l environnement de la technologie de l information et de la communication (NAS 401) "Préface explicative" Chiffre Cette NAS donne des instructions sur un audit

Plus en détail

Budgétisation et gestion financière

Budgétisation et gestion financière Budgétisation et gestion financière PRATIQUE RECOMMANDÉE DE LA GFOA Planification financière à long terme (2009) (BUDGET) Contexte. La planification financière à long terme combine les prévisions financières

Plus en détail

COMPARAISON DES DEUX NORMES ISO 9001 (version 2008-version 2015).

COMPARAISON DES DEUX NORMES ISO 9001 (version 2008-version 2015). COMPARAISON DES DEUX NORMES ISO 9001 (version 2008-version 2015). PRINCIPAUX POINTS D EVOLUTION DE LA NORME ISO9001-version 2015 LE TUTOUR Mathieu LAVRAT Elodie VANLERBERGHE Cléa CASTAGNERA Adrian MASTER

Plus en détail

Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance. Audit des systèmes d information. Partie 5: Audit d une application informatique

Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance. Audit des systèmes d information. Partie 5: Audit d une application informatique Maîtrise Universitaire en Comptabilité, Contrôle et Finance Audit des systèmes d information Partie 5: Audit d une application informatique Emanuel Campos - version 2015 Les présentations personnelles

Plus en détail

SECRÉTARIAT À L ACCÈS AUX SERVICES EN LANGUE ANGLAISE

SECRÉTARIAT À L ACCÈS AUX SERVICES EN LANGUE ANGLAISE POUR ÉLABORER DES PROJETS CLIINIIQUES EN TENANT COMPTE DES BESOIINS ET DES PARTIICULARIITÉS DES PERSONNES D EXPRESSIION ANGLAIISE ET DU CADRE LÉGIISLATIIF EN PLACE L AIDE-MÉMOIRE SECRÉTARIAT À L ACCÈS

Plus en détail

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014

Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Centre de cas 7 99 2011 001 Guide de production des notes pédagogiques mai 2011, septembre 2014 Document produit par la professeure Anne MESNY, marginalement révisé par la professeure Alix MANDRON 1 En

Plus en détail

Point 11 de l ordre du jour : Table ronde sur le financement de projets/activités prioritaires du PAS BIO

Point 11 de l ordre du jour : Table ronde sur le financement de projets/activités prioritaires du PAS BIO NATIONS UNIES UNEP(DEPI)/MED WG.408/7 PROGRAMME DES NATIONS UNIES POUR L ENVIRONNEMENT PLAN D ACTION POUR LA MÉDITERRANÉE 11 Mai 2015 Français Original: Anglais Douzième Réunion des Points Focaux pour

Plus en détail

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION CoP15 Doc. 30.1 CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION Quinzième session de la Conférence des Parties Doha (Qatar), 13 25 mars 2010 Interprétation

Plus en détail

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation.

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Vous devez revoir votre rapport sur votre régime de capitalisation au moins une fois par année afin de vous assurer que celui-ci reflète

Plus en détail

Troisième appel à projets de recherche. Appel à manifestation d intérêt. pour les. Gestionnaires de parcs immobiliers

Troisième appel à projets de recherche. Appel à manifestation d intérêt. pour les. Gestionnaires de parcs immobiliers Troisième appel à projets de recherche Appel à manifestation d intérêt pour les Gestionnaires de parcs immobiliers Entretien et rénovation en continu de patrimoines immobiliers dans l optique du facteur

Plus en détail

Sigmah : des ONG humanitaires coopérent pour répondre à un besoin du secteur

Sigmah : des ONG humanitaires coopérent pour répondre à un besoin du secteur Sigmah : des ONG humanitaires coopérent pour répondre à un besoin du secteur Plaisians, le 21/09/15 Table des matières Le projet Sigmah Le logiciel Sigmah La phase 2 : vers une «adoption étendue» Membres

Plus en détail

Befimmo SA Règlement de l'audit interne

Befimmo SA Règlement de l'audit interne Befimmo SA Règlement de l'audit interne Table des matières Article 1 - Nature... 1 Article 2 - Mission, objectifs et activités... 2 Article 3 - Programme annuel... 3 Article 4 - Reporting... 3 Article

Plus en détail

VOLET II GUIDE D ÉTUDE DES CANDIDATS SANTÉ DENTAIRE PUBLIQUE

VOLET II GUIDE D ÉTUDE DES CANDIDATS SANTÉ DENTAIRE PUBLIQUE VOLET II GUIDE D ÉTUDE DES CANDIDATS SANTÉ DENTAIRE PUBLIQUE Introduction L objectif de ce guide est de fournir au candidat une compréhension du format utilisé pour le volet II de l Examen National des

Plus en détail

SOINS DE SANTE: QUALITE DES SERVICES ET

SOINS DE SANTE: QUALITE DES SERVICES ET SOINS DE SANTE: QUALITE DES SERVICES ET EGALITE D ACCES RAPPORT DE SYNTHESE Commission européenne Direction générale de l emploi, des affaires sociales et de l'égalité des chances Manuscrit terminé en

Plus en détail

Manuel sur l'etablissement de Systèmes de Gestion Durables des Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre

Manuel sur l'etablissement de Systèmes de Gestion Durables des Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre GROUPE CONSULTATIF D'EXPERTS SUR LES COMMUNICATIONS NATIONALES EMANANT DES PARTIES NON VISEES A L'ANNEXE I DE LA CONVENTION (GCE) Manuel sur l'etablissement de Systèmes de Gestion Durables des Inventaires

Plus en détail

Certification Santé Sécurité Environnement pour les fournisseurs. Obligations en termes de santé et sécurité

Certification Santé Sécurité Environnement pour les fournisseurs. Obligations en termes de santé et sécurité Certification Santé Sécurité Environnement pour les fournisseurs Cisco Systems, Inc. (Cisco) a l'intention de prendre des mesures raisonnables et praticables pour assurer la sécurité sur le lieu de travail

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

APPEL DE CANDIDATURES

APPEL DE CANDIDATURES APPEL DE CANDIDATURES Représentant(e) d une organisation autochtone pour le Groupe consultatif des intervenants du Système de gestion de la qualité de l air Contexte Comité de gestion de l air Conseil

Plus en détail

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique.

Indicateur stratégique : c est celui qui permet de suivre les objectifs définis au niveau stratégique liés à une orientation politique. DETERMINER LES INDICATEURS Une fois les objectifs clairement définis, il est nécessaire d y associer des indicateurs pour le suivi régulier des actions mises en œuvre en vue d atteindre la référence souhaitée.

Plus en détail

PROPOSITIONS SUR LES ASPECTS TECHNIQUES DES ARMES A SOUS-MUNITIONS

PROPOSITIONS SUR LES ASPECTS TECHNIQUES DES ARMES A SOUS-MUNITIONS GROUPE D EXPERTS GOUVERNEMENTAUX DES HAUTES PARTIES CONTRACTANTES À LA CONVENTION SUR L INTERDICTION OU LA LIMITATION DE L EMPLOI DE CERTAINES ARMES CLASSIQUES QUI PEUVENT ÊTRE CONSIDÉRÉES COMME PRODUISANT

Plus en détail

NCOSBL EN UN COUP D OEIL Présentation des états financiers1

NCOSBL EN UN COUP D OEIL Présentation des états financiers1 NCOSBL EN UN COUP D OEIL Présentation des états financiers1 Décembre 2014 Présentation des états financiers 1 ORGANISME SANS BUT LUCRATIF Entrée en vigueur: exercices ouverts à compter du 1 er janvier

Plus en détail

Fiche de l'awt Travailler avec un consultant dans le secteur TIC

Fiche de l'awt Travailler avec un consultant dans le secteur TIC Fiche de l'awt Travailler avec un consultant dans le secteur TIC Comment travailler avec des consultants dans le domaine des technologies de l'information et de la communication (contrat, suivi, check-list,

Plus en détail

Politique linguistique

Politique linguistique Politique linguistique Informations sur le soutien apporté par le Baccalauréat International en matière de langues, cours de langue et langues d enseignement Mise à jour en octobre 2014 Cette politique

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

RÉPONSES D'HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N O 1 DE LA RÉGIE

RÉPONSES D'HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N O 1 DE LA RÉGIE RÉPONSES D'HYDRO-QUÉBEC DISTRIBUTION À LA DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS N O 1 DE LA RÉGIE Original : 2010-10-08 HQD-13, Document 1 Page 1 de 228 précision l'état du site et évaluer l'envergure des interventions

Plus en détail

1. A partir de quand les certifications peuvent-elles être effectuées selon les nouvelles normes?

1. A partir de quand les certifications peuvent-elles être effectuées selon les nouvelles normes? TÜV NORD CERT Foire Aux Questions Révision de l'iso 9001: 2015 et ISO 14001: 2015 TÜV NORD France S.A.S 26, avenue des Fleurs F-59110 LA MADELEINE Tél. : +33 3 20 76 62 75 Fax: +33 3 20 76 62 75 france@tuv-nord.com

Plus en détail

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré

Demande de propositions (DP) 13-1415. Services de recrutement d un ou d une cadre de direction. La Société du Paysage de Grand- Pré La Société du Paysage de Grand- Pré Demande de propositions (DP) 13-1415 Services de recrutement d un ou d une cadre de direction Page 1 de 8 Page 2 de 8 Demande de propositions pour des services de recrutement

Plus en détail

Ordre du jour provisoire annoté de la sixième session. Qui s ouvrira au Palais des Nations, à Genève, le mardi 28 avril 2015 à 10 heures 1

Ordre du jour provisoire annoté de la sixième session. Qui s ouvrira au Palais des Nations, à Genève, le mardi 28 avril 2015 à 10 heures 1 Nations Unies Conseil économique et social ECE/ENERGY/GE.3/2015/1 Distr. générale 3 février 2015 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

III Réunion - Comité Ministériel de Politiques. du Projet PNUE / UE. du Corridor Biologique dans la Caraïbe

III Réunion - Comité Ministériel de Politiques. du Projet PNUE / UE. du Corridor Biologique dans la Caraïbe III Réunion - Comité Ministériel de Politiques du Projet PNUE / UE du Corridor Biologique dans la Caraïbe 18-19 septembre 2012, Port-au-Prince, Haïti Ordre du Jour Annoté Préliminaire c/ José Mesón esq.

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG

LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG LIGNES DIRECTRICES POUR LA NOTIFICATION DES EIG 1. Introduction Le règlement (CE) n 1223/2009 relatif aux produits cosmétiques («règlement Cosmétiques») 1 a jeté les fondements d une gestion uniforme des

Plus en détail

RAPPORTS NATIONAUX EN LIGNE, HARMONISATION DE L INFORMATION ET GESTION DES CONNAISSANCES POUR LES ACCORDS MULTILATÉRAUX SUR L ENVIRONNEMENT (MEA)

RAPPORTS NATIONAUX EN LIGNE, HARMONISATION DE L INFORMATION ET GESTION DES CONNAISSANCES POUR LES ACCORDS MULTILATÉRAUX SUR L ENVIRONNEMENT (MEA) DIXIEME SESSION DE LA CONFERENCE DES PARTIES Bergen, 20-25 novembre 2011 Point 17 de l ordre du jour CONVENTION SUR LES ESPECES MIGRATRICES CMS Distribution: Générale PNUE/CMS/Conf.10.10 29 août 2011 Français

Plus en détail

Fiche Juridique CRÉATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ASSOCIATION LOI DU 1ER JUILLET 1901!

Fiche Juridique CRÉATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ASSOCIATION LOI DU 1ER JUILLET 1901! Fiche Juridique CRÉATION ET FONCTIONNEMENT D'UNE ASSOCIATION LOI DU 1ER JUILLET 1901 Cette fiche à vocation pédagogique a été conçue pour vous initier au droit des associations, tout en vous présentant

Plus en détail

Directives canadiennes en matière d activité physique. Messages clés. Questions et réponses. MESSAGES CLÉS - Q et R

Directives canadiennes en matière d activité physique. Messages clés. Questions et réponses. MESSAGES CLÉS - Q et R Messages clés Les nouvelles directives sont fondées sur des données probantes. Elles sont basées sur des revues systématiques des meilleures données probantes disponibles, des revues qui utilisent des

Plus en détail

La SOAD déterminera qu une caisse populaire a commis une faute grave de non-conformité au présent Règlement administratif si celle-ci :

La SOAD déterminera qu une caisse populaire a commis une faute grave de non-conformité au présent Règlement administratif si celle-ci : SOCIÉTÉ ONTARIENNE D ASSURANCE-DÉPÔTS RÈGLEMENT N o 5 NORMES DE SAINES PRATIQUES COMMERCIALES ET FINANCIÈRES Règlement administratif pris en vertu de l alinéa 264(1)g) de la Loi de 1994 sur les caisses

Plus en détail

Différences entre DQA et RDQA

Différences entre DQA et RDQA OUTIL De l ASSURANCE DE LA QUALITE DES DONNEES DE ROUTINE (RDQA) Fiche documentaire- novembre 1, 2007 1 HISTORIQUE Les programmes nationaux et les donateurs travaillent ensemble vers la réalisation de

Plus en détail

Prise en Main de MS Project

Prise en Main de MS Project Prise en Main de MS Project Télécharger une version de démo valable 60 jours ici: http://www.zdnet.fr/telecharger/windows/fiche/0,39021313,39076442s,00.htm Microsoft Project vous aide à créer des prévisions

Plus en détail

Fiche d'information n 4 : Candidature du projet : soumission d une candidature en deux temps au programme 2 Mers

Fiche d'information n 4 : Candidature du projet : soumission d une candidature en deux temps au programme 2 Mers Manuel du Programme Fiche d'information n 4 : Candidature du projet : soumission d une candidature en deux temps au programme 2 Mers Ce document a été approuvé par le Groupe de Préparation du Programme

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

Orientations relatives aux limites des contrats

Orientations relatives aux limites des contrats EIOPA-BoS-14/165 FR Orientations relatives aux limites des contrats EIOPA Westhafen Tower, Westhafenplatz 1-60327 Frankfurt Germany - Tel. + 49 69-951119-20; Fax. + 49 69-951119-19; email: info@eiopa.europa.eu

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

INTERNE ET EXTERNE Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer

INTERNE ET EXTERNE Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer Juillet 2014 Sommaire 1 2 3 4 5 Présentation du financement de contrepartie et de la volonté de payer Critères d admissibilité

Plus en détail

MARCHE À SUIVRE POUR DEMANDER L ÉVALUATION DES TITRES DE COMPÉTENCES EN TRAVAIL SOCIAL OBTENUS À L ÉTRANGER

MARCHE À SUIVRE POUR DEMANDER L ÉVALUATION DES TITRES DE COMPÉTENCES EN TRAVAIL SOCIAL OBTENUS À L ÉTRANGER MARCHE À SUIVRE POUR DEMANDER L ÉVALUATION DES TITRES DE COMPÉTENCES EN TRAVAIL SOCIAL OBTENUS À L ÉTRANGER Veuillez prendre note: L'évaluation de l'acts est acceptée dans toutes les provinces et les territoires

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE

FORMATION PROFESSIONNELLE FORMATION PROFESSIONNELLE Politique de suivi et d'évaluation des apprentissages École des métiers de : Version du 24 mai 2011 Réseau des établissements scolaires de la formation professionnelle 1 TABLE

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D'UN EXPERT SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-5 Détermination de la nécessité de recourir à un expert... 6-7 Compétence et objectivité de l'expert...

Plus en détail

POLITIQUES GÉNÉRALES PROGRAMME DE HAUTE PERFORMANCE

POLITIQUES GÉNÉRALES PROGRAMME DE HAUTE PERFORMANCE POLITIQUES GÉNÉRALES PROGRAMME DE HAUTE PERFORMANCE Ratifié le 30 janvier 2008 En date du 8 avril 2009 Mandat et motifs 1. Le Programme de haute performance est un programme autorisé par le conseil d administration

Plus en détail

D'ÉLIMINATION DES DOCUMENTS DES COMMUNES

D'ÉLIMINATION DES DOCUMENTS DES COMMUNES PROCÉDURE D'ÉLIMINATION DES DOCUMENTS DES COMMUNES Certains documents peuvent être éliminés en bloc, sans avoir besoin d'un tri préalable. Cependant, une procédure doit être respectée en matière d'élimination

Plus en détail

RECUEIL DES NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 15 - EVENEMENTS POSTERIEURS A LA CLOTURE COLLEGE

RECUEIL DES NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 15 - EVENEMENTS POSTERIEURS A LA CLOTURE COLLEGE COLLEGE Réunion du vendredi 25 octobre 2013 RECUEIL DES NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 15 - EVENEMENTS POSTERIEURS A LA CLOTURE NORME N 15 EVENEMENTS POSTERIEURS A LA CLOTURE

Plus en détail

FONDS DE COMMERCE DES FEMMES DE LA CEDEAO

FONDS DE COMMERCE DES FEMMES DE LA CEDEAO NOTE CONCEPTUELLE FONDS DE COMMERCE DES FEMMES DE LA CEDEAO 1 INTRODUCTION Le Centre pour les Energies Renouvelables et l'efficacité Energétique de la CEDEAO (CEREEC) a lancé en 2013 un programme phare

Plus en détail

Rapport de suivi relatif à l examen des services d analyse du Laboratoire de recherches sur les grains (LRG) 2006-2007

Rapport de suivi relatif à l examen des services d analyse du Laboratoire de recherches sur les grains (LRG) 2006-2007 Rapport de suivi relatif à l examen des services d analyse du Laboratoire de recherches sur les grains (LRG) 2006-2007 Commission canadienne des grains Service de la vérification et de l évaluation Rapport

Plus en détail

Loi sur le Recueil des lois et des règlements du Québec

Loi sur le Recueil des lois et des règlements du Québec Éditeur officiel du Québec Ce document a valeur officielle. Dernière version disponible À jour au 1er janvier 2010 L.R.Q., chapitre R-2.2.0.0.2 Loi sur le Recueil des lois et des règlements du Québec SECTION

Plus en détail

Qu est-ce qu un document?

Qu est-ce qu un document? OBJET La présente ligne directrice vise à aider les conseils scolaires à déterminer les renseignements qu ils doivent conserver conformément à leur programme de gestion de l information et de la vie privée

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

THEME N 2 : ETAT D'AVANCEMENT DU PROJET

THEME N 2 : ETAT D'AVANCEMENT DU PROJET Séances de sensibilisation et d'information des principaux acteurs impliqués dans le projet de promotion des Bureaux d'information sur le Crédit dans l'umoa THEME N 2 : ETAT D'AVANCEMENT DU PROJET SOMMAIRE

Plus en détail

Thème I Qu est-ce que le droit?

Thème I Qu est-ce que le droit? Objectifs du chapitre : - Identifier les sources de droit - Comprendre la hiérarchie des sources de droit Découverte 1 : les sources communautaires du droit Les femmes paieront bientôt leur assurance auto

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

Termes de références de l Appel d Offre National PAQ-CG N 01/2011

Termes de références de l Appel d Offre National PAQ-CG N 01/2011 MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Programme d'appui à la Qualité - Capacité de Gestion (PAQ-CG) Intitulé du Projet: '' Programme d'harmonisation de l'administration,

Plus en détail

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015 Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille Introduction Autism Speaks Canada est fière de verser une aide financière aux fournisseurs de services de différentes régions

Plus en détail

DOSSIER PEDAGOGIQUE TECHNIQUES DE GESTION DE L INFORMATION - NIVEAU 1

DOSSIER PEDAGOGIQUE TECHNIQUES DE GESTION DE L INFORMATION - NIVEAU 1 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENTET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION TECHNIQUES

Plus en détail

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel.

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. INTRODUCTION QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. Ce certificat est destiné à toutes les écoles d enseignement

Plus en détail

PREMIÈRE LANGUE ÉTRANGÈRE AU NIVEAU PRIMAIRE : LANGUE NATIONALE OU ANGLAIS?

PREMIÈRE LANGUE ÉTRANGÈRE AU NIVEAU PRIMAIRE : LANGUE NATIONALE OU ANGLAIS? THÈME : ENSEIGNEMENT DES LANGUES ÉTRANGÈRES PREMIÈRE LANGUE ÉTRANGÈRE AU NIVEAU PRIMAIRE : LANGUE NATIONALE OU ANGLAIS? La Suisse ne connaît pas de réglementation uniforme en matière d enseignement des

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA PROCÉDURE DE TRAITEMENT DES PLAINTES

POLITIQUE RELATIVE À LA PROCÉDURE DE TRAITEMENT DES PLAINTES 1. Traitement des plaintes Efficacité, efficience et responsabilité Cette politique met en place la procédure s appliquant à la Compagnie d assurances FCT Ltée., à la First American Title Insurance Company,

Plus en détail

Attributions en l'absence de comité d'entreprise

Attributions en l'absence de comité d'entreprise Attributions en l'absence de comité d'entreprise D'une manière générale, il est prévu que, en l'absence de comité d'entreprise, les délégués du personnel peuvent communiquer à leur employeur toutes les

Plus en détail