4. L élasticité et ses applications

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "4. L élasticité et ses applications"

Transcription

1 Le chapitre précédent nous a montré que : Demande = fonction {prix (-), revenus (+/-), prix produits comparables (+/-), goûts (+), anticipations (+/-), nombre de consommateurs (+)}. Offre = fonction {prix (+), prix d inputs (-), technologie (+), anticipations (+/-), nombre de producteurs (+)}. Analyse qualitative de l offre et la demande Concept de l élasticité mesure la sensibilité des acheteurs et des vendeurs à une variation dans les conditions du marché.... permet d analyser l offre et la demande avec une plus grande précision. Analyse quantitative de l offre et la demande 1

2 Définition de l élasticité : «Variation en % d une chose, suite à une variation de 1% d une autre chose». Exemples : De combien de % la demande de pommes augmente lorsque le prix des pommes baisse de 1%? De combien de % l offre de blé baisse lorsque le prix du blé diminue de 1%? 4 types d élasticités : 1. L élasticité-prix de la demande. 2. L élasticité-revenu. 3. L élasticité-prix croisée de la demande. 4. L élasticité-prix de l offre. 2

3 1. Elasticité-prix de la demande Variation en % de la quantité demandée d un bien suite à une variation du prix de marché de ce bien de 1%. P1 A -1% P2 B D Q1 Q2 +? % 3

4 De manière générale : Si quantité varie de manière substantielle à une variation du prix demande élastique. Si quantité peu sensible aux variations de prix demande inélastique ou rigide. Déterminants de l élasticité-prix de la demande? a) Nature du bien Biens essentiels : demande plutôt rigide. Exemple : prix des consultations médicales, nourriture. Articles de luxe : demande élastique. Exemple : prix des bijoux. 4

5 b) Existence de substituts proches Biens pour lesquels il existe des substituts proches : demande élastique. Exemple : beurre et margarine. c) Définition du marché Elasticité de la demande dépend de la taille du marché. Marchés définis de manière précise ont des demandes plus élastiques que ceux définis en termes vagues. Pourquoi? + facile de trouver des substituts proches pour des produits/marchés clairement identifiés. Exemple : nourriture glaces glace vanille. d) Horizon temporel Demande d autant plus élastique que l horizon temporel est éloigné (plus faible à court terme). Exemple : prix de l essence. 5

6 Comment calculer l élasticité-prix de la demande? Elasticité Pr ix de la demande = Variation en % de la Variation en quantité demandée % du prix Ε d = Q Q Ρ Ρ

7 Exemple: Demande de glace Supposons que le prix du cornet passe de 2 à 2,2 et quantité chute de 10 à 8 P 2,2 2 D B A Ε d = ( Q Q ) 2 ( P P ) 2 0,2 = = 0,1 = 2 Q P % 10 % = ( 8 10 ) 10 ( 2,2 2) Q Signification? Variation en % de la quantité demandée est deux fois plus importante que la variation en % du prix. Si prix de 1%, quantité demandée de 2%. Si prix de 1%, quantité demandée de 2%. 7

8 Classes d élasticités a) Parfaitement élastique Ed = b) Elastique Ed < -1 c) Unitaire Ed = -1 d) Inélastique -1 < Ed < 0 e) Parfaitement inélastique Ed = 0 8

9 a) Demande parfaitement élastique P 4 b) Demande élastique P D Q Pour tout prix au-dessus de 4, la quantité demandée est nulle. Pour un prix de 4, les consommateurs achèteront n importe quelle quantité. Pour tout prix au-dessous de 4, la quantité demandée est infinie. 2,5 2 D Une de prix de 25% entraîne une de la quantité demandée de 40% Q 9

10 c) Demande à élasticité unitaire P D Une de prix de 25% entraîne une de la quantité demandée de 25%. 2, Q Remarque : [(2,5 2 ) / 2] * 100 = +25% [(75 100)/100] *100 = -25% d) Demande inélastique P 2,5 2 D Une de prix de 25% entraîne une de la quantité demandée de 10% Q 10

11 e) Demande parfaitement inélastique P 2,5 2 D Une de prix laisse la quantité demandée inchangée 100 Q Impact des variations d offre et de demande sur chiffre d affaire? CA=P*Q 11

12 Exemple: P D 4 Quid du CA quand le prix augmente? P*Q= Q En réalité, tout dépend de l élasticité-prix de la demande!! 12

13 a) Demande est inélastique (-1<Ed<0) 3 B CA=240 1 CA=100 A A Si le prix demande moins que proportionnellement CA. 13

14 b) Demande est élastique (Ed<-1) 4 A 5 B A CA=80 CA= Si le prix demande plus que proportionnellement CA. 14

15 2. Elasticité-prix croisée de la demande Elasticité prix croisée de la Variation en % de la quantité demandée demande = Variation en % du prix d' un autre d' un bien bien Exemple Comment le prix de l essence influence la demande de voiture d occasion? Biens substituables élasticité croisée > 0 (Ex. : glace sorbet). Biens complémentaires élasticité croisée < 0 (Ex. : essence voiture). 15

16 3. Elasticité-revenu de la demande EY = Elasticité revenu de la demande Variation en % de la quantité demandée d' un = Variation en % du revenu d' un individu bien Types d élasticité-revenu : E Y > 0 pour les biens normaux. Biens indispensables (Ex. : nourriture, vêtements, chauffage, services médicaux) E Y faible. Biens de luxe (Ex. : manteaux de fourrure, voitures de sport, bijoux haut de gamme, caviar) E Y élevée. E Y < 0 pour les biens inférieurs (Ex. : transports en commun). 16

17 4. Elasticité-prix de l offre Variation en % de la quantité offerte d un bien suite à une variation du prix de marché de ce bien de 1% P O +1% P2 P1 A B Q1 Q2 Q +?% 17

18 De manière générale : Si quantité offerte évolue fort suite à une variation du prix offre élastique. Si quantité offerte est peu sensible à une variation du prix offre inélastique ou rigide. Déterminants de l élasticité-prix de l offre? a) La flexibilité ou la capacité des vendeurs à changer la quantité produite Exemple : offre de terrains en bord de mer, biens manufacturés. b) L horizon temporel Offre généralement plus élastique à long terme. 18

19 Comment calculer l élasticité-prix de l offre? Elasticité Pr ix de l' offre = Ε O = O P P 3, O P 1 1 A O P 1 1 B Variation en % Variation O de en la quantité % du prix offerte E O = 3, , % = = 0, % = 1,5 Signification? Si prix de 1%, quantité offerte de 1,5%. Si prix de 1%, quantité offerte de 1,5% Q 19

20 Classes d élasticités a) Parfaitement élastique Eo = b) Elastique Eo > 1 c) Unitaire Eo = 1 d) Inélastique Eo < 1 e) Parfaitement inélastique Eo = 0 20

21 a) Offre parfaitement élastique (Eo = ) P 4 O Pour tout prix au-dessus de 4, l offre est infinie. Pour un prix de 4, l offre est indéterminée. Pour tout prix au-dessous de 4, l offre est nulle. Q b) Offre élastique (Eo>1) P 3 2 O Une du prix entraîne une plus que proportionnelle de la quantité offerte. (une augmentation de 50% du prix augmentation des quantités de 250%) Q 21

22 c) Offre à élasticité unitaire (Eo=1) 4 2 P O Une du prix entraîne une proportionnelle de la quantité offerte Q d) Offre inélastique (Eo<1) P O 4 2 Une du prix entraîne une moins que proportionnelle de la quantité offerte Q 22

23 e) Offre parfaitement inélastique (Eo=0) P 4 2 O Une de prix laisse la quantité offerte inchangée 100 Q 23

24 5. Offre, demande et politiques publiques Nous avons vu comment : L offre et la demande déterminent le prix d un bien et les quantités échangées à l équilibre. Divers événements déplacent les courbes d offre et de demande, et donc modifient le prix et la quantité d équilibre. Cet équilibre de marché peut ne pas satisfaire tout le monde : Contrôle des prix. Impôts. 24

25 5. Offre, demande et politiques publiques 1. Contrôle des prix Sur un marché concurrentiel à l abri de toute intervention gouvernementale, le prix s ajuste pour équilibrer l offre et la demande. Au prix d équilibre, la quantité que les acheteurs désirent se procurer est exactement égale à la quantité que les vendeurs souhaitent offrir. Cela ne signifie pas que tout le monde est satisfait. Pressions de la part des organisations de protection des consommateurs pour faire baisser le prix. Pressions de la part du lobby des producteurs pour augmenter le prix. a) Prix plafond : prix maximal auquel un produit peut être vendu d après la loi. b) Prix plancher : prix minimal auquel un produit peut être vendu d après la loi. 25

26 5. Offre, demande et politiques publiques a) Prix plafond Selon qu il soit fixé au-dessus ou au-dessous du prix d équilibre du marché, il sera ou non contraignant. Cas non contraignant P D O Prix plafond = 4 Prix d équilibre < prix plafond Prix plafond non contraignant. Prix plafond sans effet sur l équilibre du marché P* = 3 Q* = 100 Q 26

27 5. Offre, demande et politiques publiques Cas contraignant D O Prix plafond < prix d équilibre Prix plafond est contraignant P* = 3 2 pénurie Prix plafond Jeu de l offre et de la demande pousse le prix jusqu à son niveau d équ. Mais une fois le prix plafond atteint, le prix ne peut plus augmenter q demandée> q offerte pénurie Q*= = Q offerte 125 = Q demandée Pénurie rationnement hors prix se développe. Files d attente + Discrimination pratiquée par les vendeurs. 27

28 5. Offre, demande et politiques publiques Exemple : Choc pétrolier En 1973, suite au premier choc pétrolier, on vit apparaître de longues files d attente dans les stations service. Qui est responsable de l apparition de ces files d attente? Est-ce le gouvernement parce qu il imposait un prix plafond à l essence vendue par les compagnies pétrolières ou, Est-ce l OPEP parce qu elle avait décidé de réduire l offre mondiale de pétrole de façon substantielle? 28

29 5. Offre, demande et politiques publiques Après décision de l OPEP Avant le choc pétrolier d augmenter le prix du baril O2 O1 O1 P2 Prix plafond P* P* D D Q* Qo Q2 Qd Q* Prix plafond > prix d équilibre Prix plafond non contraignant Offre de pétrole : O1 O2. Au niveau du prix plafond : Qd > Qo Pénurie Files d attente. Conclusion: la responsabilité incombe au partiellement au gouvernement 29

30 5. Offre, demande et politiques publiques b) Prix plancher Selon qu il soit fixé au-dessus ou au-dessous du prix d équilibre du marché, il sera ou non contraignant. Cas non contraignant P* = 3 2 Prix plancher Prix d équilibre > prix plancher Prix plancher non contraignant Prix plancher sans effet sur l équilibre du marché. Q* =

31 5. Offre, demande et politiques publiques Cas contraignant Prix d équilibre < prix plancher Prix plancher P* D Surplus O Prix plancher contraignant. Offre et demande poussent le prix vers son niveau d éq., mais il ne peut descendre en dessous du prix plancher. Qd Q* Qo Au prix plancher : Qd. < Qo surplus. Surplus apparition d un mécanisme de rationnement hors prix : acheteurs sélectionnent les vendeurs en fonction de leurs préférences (ex. : familiales, raciales, géographiques,...). 31

32 5. Offre, demande et politiques publiques Exemple : Salaire minimum Salaire minimum = salaire en dessous duquel il est interdit d embaucher. Marché du travail (libre) Prix du travail = salaire D O S* Offre de travail est déterminée par les travailleurs. Demande de travail émane des entreprises. E* Quantité de travail = emploi 32

33 5. Offre, demande et politiques publiques Marché du travail (contraignant) S* Chômage Salaire minimum Il existe plusieurs marchés du travail, pour des qualifications différentes. L impact du salaire minimum sera différent selon la qualification et l expérience des travailleurs. Ed E* Eo Pour les individus très qualifiés avec bcp d expérience : salaire minimum non contraignant. Pour les peu qualifiés : salaire minimum contraignant source potentielle de chômage. 33

34 5. Offre, demande et politiques publiques 2. Impôts L Etat peut également entrainer des modifications des quantités et prix d équilibre du marché en imposant les échanges permet de financer ses dépenses publiques. L Etat a le choix: il peut imposer l acheteur ou le vendeur. Exemple : Imaginons qu un gouvernement décide d imposer une taxe de 0,5 sur les cornets de glace. A l annonce de cette mesure, 2 lobbies glaciers (acheteurs et vendeurs) essayent de se renvoyer cette taxe. 34

35 5. Offre, demande et politiques publiques a) Taxe sur les acheteurs Imaginons que le gouvernement adopte une disposition imposant aux acheteurs de glace d envoyer 0,5 à l Etat pour chaque cornet consommé. Comment cette taxe affecte-t-elle l équilibre du marché? Trois étapes : Mesure touche l offre et/ou la demande? Translation dans quelle direction? Analyse graphique de l impact de ce déplacement sur l équilibre du marché? 35

36 5. Offre, demande et politiques publiques D1 O 1. Taxe = 0,5 prix réellement payé par l acheteur = 3,5. 3,5 Prix acheteurs 3,2 3 Prix vendeurs 2,7 2,5 D2 B C A Comme les acheteurs sont guidés par le prix effectivement payé, en incluant les 0,5 de taxe au prix du marché de 3, les qtés dem. seront équivalentes à celles dans un monde sans taxe dont le prix serait de 3,5 (soit 80) Taxe = 0,5 2. Pour inciter les acheteurs à consommer une qté inchangée (= 100 cornets), après instauration de la taxe (D1 à D2), il faudrait que le prix de marché soit de 2,5. 3. Or, si le prix du marché (hors taxe) était de 2,5, les qtés dem. (100) > qtés off. (80). Il y aurait donc pénurie. Les vendeurs vont donc pouvoir augmenter le prix jusque 2,7. Les vendeurs percevront 2,7 mais le prix réellement payé par les acheteurs sera de 3,2. 4. Perte sèche (ABC) 36

37 5. Offre, demande et politiques publiques Conséquences d une taxe sur les acheteurs: Le prix payé par les acheteurs a augmenté (3,2 contre 3 avant) et le prix perçu par les vendeurs a diminué (2,7 contre 3 avant). La taille du marché a diminué. Les quantités échangées sont passées de 100 à 90. Le CA des vendeurs a par conséquent baissé (243 contre 300 avant). En résumé : Les taxes nuisent à l activité économique car qté d équilibre diminue perte sèche (baisse surplus cons. et prod.) Les acheteurs et vendeurs se partagent le fardeau fiscal car acheteurs payent plus cher et vendeurs reçoivent moins. 37

38 5. Offre, demande et politiques publiques b) Taxe sur les vendeurs Imaginons que le gouvernement adopte une disposition imposant aux vendeurs de glace d envoyer 0,5 à l Etat pour chaque cornet vendu. Comment cette taxe affecte-t-elle l équilibre du marché? Trois étapes Quantité demandée reste inchangée. Offre est translatée vers la gauche car, pour un même prix de marché, la taxe renchérit le coût de la distribution des glaces, ce qui pousse les vendeurs à offrir une quantité inférieure à tous niveaux de prix. 38

39 5. Offre, demande et politiques publiques 3,5 Prix payé acheteurs 3,2 3 B A O2 O1 Taxe = 0,5 1. Taxe = 0,5 prix réellement encaissé par les vendeurs = 2,5. Comme les vendeurs sont guidés par le prix effectivement encaissé, en soustrayant les 0,5 de taxe au prix de marché de 3, les qtés offertes seront équivalentes à celles offertes si le prix de marché (dans un monde sans taxe) était de 2,5 (soit 80). Prix perçu vendeurs 2,7 2, C 100 D 2. Pour inciter les vendeurs à offrir une qté inchangée (= 100 cornets), après instauration de la taxe (O1 à O2), il faudrait que le prix de marché soit de 3,5. 3. Or, si le prix du marché (taxe incluse) était de 3,5, les qtés dem. (80) < qtés off. (100). Il y aurait donc surplus. Les vendeurs devront donc diminuer le prix jusque 3,2 (taxe incluse). Les vendeurs percevront 2,7 mais le prix réellement payé par les acheteurs sera de 3,2. 4. Perte sèche (ABC) 39

40 5. Offre, demande et politiques publiques Conséquences d une taxe sur les vendeurs: Le prix payé par les acheteurs a augmenté (3,2 contre 3 avant) et le prix perçu par les vendeurs a augmenté (3.2 contre 3 avant) mais ils doivent restituer 0,5 à l Etat. La taille du marché a diminué. Les quantités échangées sont passées de 100 à 90. Le CA des vendeurs a par conséquent baissé (243 contre 300 avant). En résumé : Les taxes nuisent à l activité économique car qté d équilibre diminue. Perte sèche due à taxation. Les acheteurs et vendeurs se partagent le fardeau fiscal car acheteurs payent plus cher et vendeurs reçoivent moins. 40

41 5. Offre, demande et politiques publiques c) Conclusion Les taxes sur les acheteurs et les vendeurs sont équivalentes Dans les 2 cas, distorsion entre le prix payé par les acheteurs (PA) et celui encaissé (taxe déduite) par les vendeurs (PV). La distorsion est identique dans les 2 cas : PA = 3,2 et PV = 2,7. Dans les 2 cas, acheteurs et vendeurs supportent le fardeau fiscal. Seule différence = identité des agents qui envoient l argent au gouvernement. Cependant le poids de la charge fiscale dépend de l élasticité-prix de l offre et de la demande. La charge fiscale est supportée par le côté du marché qui présente la plus faible élasticité-prix. 41

42 5. Offre, demande et politiques publiques Elasticité mesure (en quelque sorte) la propension des acheteurs ou des vendeurs à quitter un marché donné lorsque les conditions y deviennent moins favorables. Autrement dit, demande (offre) peu élastique acheteurs (vendeurs) ont peu de solutions alternatives. Quand un produit est taxé, le côté qui a le moins de solutions de rechange est celui qui a le plus de difficultés à quitter le marché. C est donc lui qui va supporter l essentiel du poids fiscal. 42

4. Offre et demande, les forces du marché

4. Offre et demande, les forces du marché 4. Offre et demande, les forces du marché Trois événements : a) Quand une vague de froid s abat sur l Espagne, le prix du jus d orange grimpe dans tous les supermarchés du pays. b) Quand la chaleur estivalle

Plus en détail

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1 L offre et la Chapitre 1 Contenu du chapitre 1. La du marché 2. L offre du marché 3. L équilibre du marché 4. Application: magnétoscope vs lecteur DVD 2 La notion de Demande 1. La du marché Prix C DEMANDE

Plus en détail

Chapitre 6 Les interventions de l État dans les marchés

Chapitre 6 Les interventions de l État dans les marchés Chapitre 6 Les interventions de l État dans les marchés 1. Le marché du logement et le plafonnement des loyers 2. Le marché du travail et le salaire minimum 3. Les taxes 4. Les quotas et les subventions

Plus en détail

L Elasticité Concept et Applications Chapitre 4

L Elasticité Concept et Applications Chapitre 4 L Elasticité Concept et Applications Chapitre 4 L Elasticité...... est une mesure de la réaction des acheteurs et vendeurs aux changements dans les conditions du marché...... nous permet d analyser les

Plus en détail

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX 1. L effet d une variation du revenu. Les lois d Engel a. Conditions du raisonnement : prix et goûts inchangés, variation du revenu (statique comparative) b. Partie

Plus en détail

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault Chapitre 2. L équilibre macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault 1 Introduction 2 3 Réponse donnée par le modèle IS/LM: Cadre considéré comme Keynésien 4 1. Le

Plus en détail

Variations du modèle de base

Variations du modèle de base 1 Variations du modèle de base Dans ce chapitre nous allons utiliser le modèle de base du chapitre précédent pour illustrer certaines questions économiques simples. Ainsi, le modèle précédent nous permettra

Plus en détail

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ CHAPITRE : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ..Introduction.2. Le point de départ de l analyse micro-économique du consommateur.3. La fonction de demande individuelle.4. Effets

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

3.1 L OFFRE ET LA DEMANDE : UN MODÈLE DE MARCHÉ CONCURRENTIEL

3.1 L OFFRE ET LA DEMANDE : UN MODÈLE DE MARCHÉ CONCURRENTIEL L offre et la demande 127 Dans ce chapitre, nous exposerons les éléments du modèle de l offre et de la demande, puis nous les assemblerons avant de montrer comment ce modèle peut être utilisé pour comprendre

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM Aurelia Tison, Anne-Sarah Chiambretto AMU, année 2013 1 La théorie du producteur (séances 1 à 4) La fonction de production : les facteurs

Plus en détail

Les coûts de la production. Microéconomie, chapitre 7

Les coûts de la production. Microéconomie, chapitre 7 Les coûts de la production Microéconomie, chapitre 7 1 Sujets à aborder Quels coûts faut-il considérer? Coûts à court terme Coûts à long terme Courbes de coûts de court et de long terme Rendements d échelle

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

L'ELASTICITE-PRIX I- QUAND LES PRIX VARIENT...

L'ELASTICITE-PRIX I- QUAND LES PRIX VARIENT... L'ELASTICITE-PRIX La consommation dépend, entre autre, du prix des biens et des services que l'on désire acheter. L'objectif de ce TD est de vous montrer les liens existants entre le niveau et l'évolution

Plus en détail

Chapitre 2 La demande du consommateur

Chapitre 2 La demande du consommateur Chapitre 2 La demande du consommateur Plan du cours I. La fonction de demande et l élasticité. II. III. Analyse des demandes et des biens correspondants. Demande de loisir et offre de travail I. La fonction

Plus en détail

THÈME 1. Ménages et consommation

THÈME 1. Ménages et consommation THÈME 1 Ménages et consommation 1 Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION Étape 1 D où provient l argent des ménages? Revenus «primaires» Du travail

Plus en détail

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne Chap 12 : Le prix I. La fixation du prix dans les unités commerciales A. Les étapes 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne En fonction de la cible à atteindre et du positionnement de l enseigne,

Plus en détail

Document de recherche n 1 (GP, EF)

Document de recherche n 1 (GP, EF) Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 1 (GP, EF) Taxation de l épargne monétaire en France : une fiscalité potentiellement confiscatoire Professeur Didier

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 3 La coordination par le marché Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 3.2 : Comment un marché concurrentiel fonctionne-t-il?

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE L idée centrale de Hicks 1 est que l apport théorique essentiel de Keynes réside dans sa théorie de la préférence pour la liquidité donc dans l idée que

Plus en détail

CHAP 1 LE MARCHÉ PEUT-IL COORDONNER TOUTES LES ACTIVITÉS HUMAINES?

CHAP 1 LE MARCHÉ PEUT-IL COORDONNER TOUTES LES ACTIVITÉS HUMAINES? CHAP 1 LE MARCHÉ PEUT-IL COORDONNER TOUTES LES ACTIVITÉS HUMAINES? Introduction: La diversité et l'interdépendance des marchés Depuis la chute du mur de Berlin en 1989, la quasi totalité des économies

Plus en détail

ELASTICITE DE LA DEMANDE Calcul de l'elasticite & Applications Plan du cours I. L'elasticite de la demande & ses determinants II. Calcul de l'elasticite & pente de la courbe de demande III. Applications

Plus en détail

Nicolas Laroche 2009-2010 nicolas.laroche@u_clermont1.fr. Introduction à la Microéconomie

Nicolas Laroche 2009-2010 nicolas.laroche@u_clermont1.fr. Introduction à la Microéconomie Nicolas Laroche 2009-2010 nicolas.laroche@u_clermont1.fr Introduction à la Microéconomie Introduction générale a- Définition de la science économique; Déf1: la science éco est l administration des ressources

Plus en détail

Chapitre 2 : Le revenu national

Chapitre 2 : Le revenu national Chapitre 2 : Le revenu national Principes de la macroéconomie - Pascal Belan L1 DU ECE - Année 2012-2013 Introduction Les déterminants de la production Les facteurs de production La fonction de production

Plus en détail

13. L inflation, ses causes et ses coûts

13. L inflation, ses causes et ses coûts 13. L inflation, ses causes et ses coûts Qu est-ce que l inflation? - L inflation est une augmentation soutenue du niveau «général» des prix. - L inflation concerne une augmentation durable du niveau moyen

Plus en détail

COURS 2 : LA DEMANDE DU CONSOMMATEUR

COURS 2 : LA DEMANDE DU CONSOMMATEUR Université Pierre et Marie Curie Licence Informatique 2014-2015 Cours LI 352 - Industrie Informatique et son Environnement Économique Responsable : Jean-Daniel Kant (Jean-Daniel.Kant@lip6.fr) COURS 2 :

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur Chapitre 9 La théorie du choix du consommateur Le consommateur Comment sont prises les décisions de consommation? La théorie économique propose un modèle Le consommateur a un comportement maximisateur

Plus en détail

Chapitre 2 Introduction aux objectifs des coûts. Pr. Zoubida SAMLAL-Doctorante en Risk Management MBA, CFA

Chapitre 2 Introduction aux objectifs des coûts. Pr. Zoubida SAMLAL-Doctorante en Risk Management MBA, CFA Chapitre 2 Introduction aux objectifs des coûts Pr. Zoubida SAMLAL-Doctorante en Risk Management MBA, CFA Objectif du chapitre Faire la différence entre les coûts et les charges Définir les inducteurs

Plus en détail

FORMULES DE CALCUL. Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA

FORMULES DE CALCUL. Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA FORMULES DE CALCUL Le prix : Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA Ex : PV TTC = 250 x 1,196 = 299. TVA = 250 x 19,6 % = 49. PV HT = 299 = 250.

Plus en détail

B Comment se déterminent la consommation et l épargne?

B Comment se déterminent la consommation et l épargne? B Comment se déterminent la consommation et l épargne? 1 Le partage entre consommation et épargne 1 - L'utilisation du revenu disponible brut (en milliards d'euros et en %) 2003 2005 2007 2009 Revenu disponible

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée Basé sur les notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables) Elle fait

Plus en détail

Coûts de production et de distribution

Coûts de production et de distribution Le prix Coûts de production et de distribution Coûts directs et indirects Clés de répartition Coûts fixes et coûts variables Fixes : indépendants du volume de vente : amortissement des machines, salaires

Plus en détail

Banque nationale suisse

Banque nationale suisse IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle Combinaison des politiques budgétaires et monétaires 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et

Plus en détail

Méthode : On raisonnera tjs graphiquement avec 2 biens.

Méthode : On raisonnera tjs graphiquement avec 2 biens. Chapiittrre 1 : L uttiilliitté ((lles ménages)) Définitions > Utilité : Mesure le plaisir / la satisfaction d un individu compte tenu de ses goûts. (On s intéresse uniquement à un consommateur rationnel

Plus en détail

Université du Québec en Outaouais

Université du Québec en Outaouais Nom : Numéro d étudiant : Université du Québec en Outaouais Prénom ECN1473 : Analyse macroéconomique Examen intra Date : lundi 21 octobre 2002 Durée : 2h30 (9h00 11h30) Professeur : Dimitri Sanga DIRECTIVES

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

CHOIX ET DECISIONS ECONOMIQUES Introduction aux Principes de l Economie par Alain de Crombrugghe

CHOIX ET DECISIONS ECONOMIQUES Introduction aux Principes de l Economie par Alain de Crombrugghe CHOIX ET DECISIONS ECONOMIQUES Introduction aux Principes de l Economie par Alain de Crombrugghe EXERCICES ET CORRIGES Mis à la disposition de tous les lecteurs Par l auteur et l équipe d assistants de

Plus en détail

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET D1 GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET 1- Analyse de la situation. Caroline, 26 ans, a sélectionné un séjour en Espagne d un montant de 420 tout compris, pour ses vacances du 1 er au 15 aout. Elle devra régler

Plus en détail

A l aide du graphique précédent, complétez avec «D2» ou «D3» : la courbe de demande passe de D1 à

A l aide du graphique précédent, complétez avec «D2» ou «D3» : la courbe de demande passe de D1 à Complétez avec «diminution» et «augmentation» Pour un prix donné, les courbes de demande se déplacent A noter qu il faut faire attention au langage utilisé : il convient de distinguer la demande et les

Plus en détail

Vers le 7 ème ciel du Revenue Management

Vers le 7 ème ciel du Revenue Management LETTRE CONVERGENCE Vers le 7 ème ciel du Revenue Management Les stratégies tarifaires dans les services N 25 To get there. Together. A PROPOS DE BEARINGPOINT BearingPoint est un cabinet de conseil indépendant

Plus en détail

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte

L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte Partie 3: L Equilibre Macroéconomique en Economie Ouverte On abandonne l hypothèse d économie fermée Les échanges économiques entre pays: importants, en

Plus en détail

VOTRE BILAN. VOTRE ACTIF Vous Votre conjoint VOTRE PASSIF. Liquidités Comptes-chèques Comptes d'épargne Obligations d'épargne Autres Sous-total:

VOTRE BILAN. VOTRE ACTIF Vous Votre conjoint VOTRE PASSIF. Liquidités Comptes-chèques Comptes d'épargne Obligations d'épargne Autres Sous-total: VOTRE BILAN VOTRE ACTIF Vous Votre conjoint Liquidités Comptes-chèques Comptes d'épargne Obligations d'épargne REÉR et Régimes de retraite Placements garantis Fonds d'investissements Fonds de travailleurs

Plus en détail

Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène

Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène Marchés oligopolistiques avec vente d un bien non homogène Partons de quelques observations : 1. La plupart des industries produisent un grand nombre de produits similaires mais non identiques; 2. Parmi

Plus en détail

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général Paris, le 5 juin 2002 COMPTE RENDU Atelier-débat avec les clients éligibles 15 mai 2002 *** INTRODUCTION par M. Thierry TUOT, Directeur Général Ce deuxième atelier était destiné à permettre aux clients

Plus en détail

COMPRENDRE LA BOURSE

COMPRENDRE LA BOURSE COMPRENDRE LA BOURSE Les positions vendeuses sur les options, ou vente d options Ce document pédagogique n est pas un document de conseils pour investir en bourse. Les informations données dans ce document

Plus en détail

3. Interdépendance et bénéfices de l échange

3. Interdépendance et bénéfices de l échange 3. Interdépendance et bénéfices de l échange L économie étudie la manière dont la société gère ses ressources rares, càd. comment la société produit et distribue des biens et services pour satisfaire les

Plus en détail

Commission parlementaire sur la réduction de l impôt des particuliers. L indexation du régime d imposition et des transferts aux particuliers

Commission parlementaire sur la réduction de l impôt des particuliers. L indexation du régime d imposition et des transferts aux particuliers Commission parlementaire sur la réduction de l impôt des particuliers L indexation du régime d imposition et des transferts aux particuliers Octobre 1999 IMPACT DE LA NON-INDEXATION DU RÉGIME D IMPOSITION

Plus en détail

les derniers salaires qui comptent

les derniers salaires qui comptent 1Ce sont les derniers salaires qui comptent Le montant de l allocation d aide au retour à l emploi est calculé sur la base du «salaire journalier de référence» établi à partir des rémunérations perçues

Plus en détail

TROUSSE DESTINÉE AUX COURTIERS (Québec seulement)

TROUSSE DESTINÉE AUX COURTIERS (Québec seulement) Ce document est offert par la Banque Nationale, ses filiales et les entités de son groupe à titre informatif seulement. TROUSSE DESTINÉE AUX COURTIERS (Québec seulement) MARS 2015 TOUT-EN-UN... 3 REMISE

Plus en détail

Cas 3 : Les décisions des entreprises

Cas 3 : Les décisions des entreprises Cas 3 : Les décisions des entreprises Comprendre les décisions des entreprises: - Choix des techniques et des facteurs de production (comment produire?) - Choix de production (combien produire?) - Choix

Plus en détail

Partie I - Le deuxième pilier

Partie I - Le deuxième pilier Table des matières Préambule 1. Introduction... 3 2. Les quatre piliers de pension... 4 3. Comment déterminer le revenu mensuel nécessaire à la retraite?.... 5 4. Comment déterminer votre capital pension

Plus en détail

Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014

Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014 Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014 Question 1: Maxime, un consommateur rationnel, reçoit 1900 euros en t1 et 1210 euros en t2. Sa fonction d utilité

Plus en détail

TURBOS Votre effet de levier sur mesure

TURBOS Votre effet de levier sur mesure TURBOS Votre effet de levier sur mesure Société Générale attire l attention du public sur le fait que ces produits, de par leur nature optionnelle, sont susceptibles de connaître de fortes fluctuations,

Plus en détail

11. Données Macroéconomiques

11. Données Macroéconomiques 11. Données Macroéconomiques 1. Une entreprise agricole produit du blé et des tomates. Elle vend pour 3 de blé à un moulin qui, par la suite, le revend sous forme de farine pour 6 à un fabricant de tagliatelles.

Plus en détail

Test basé sur les normes Mathématiques du consommateur 12 e année. Cahier de l élève du test écrit

Test basé sur les normes Mathématiques du consommateur 12 e année. Cahier de l élève du test écrit Test basé sur les normes Mathématiques du consommateur 12 e année Cahier de l élève du test écrit Juin 2012 Données de catalogage avant publication Éducation Manitoba Test basé sur les normes, mathématiques

Plus en détail

DAVID SOLOMON, CA, PAIR - SYNDIC DE FAILLITE 514-482-3773

DAVID SOLOMON, CA, PAIR - SYNDIC DE FAILLITE 514-482-3773 DAVID SOLOMON, CA, PAIR - SYNDIC DE FAILLITE 514-482-3773 FORMULAIRE CONFIDENTIEL Veuillez répondre au meilleur de votre connaissance. Pour toute question, appelez-nous. Lorsque vous aurez complété, appelez-nous

Plus en détail

Collecter des informations statistiques

Collecter des informations statistiques Collecter des informations statistiques FICHE MÉTHODE A I Les caractéristiques essentielles d un tableau statistique La statistique a un vocabulaire spécifique. L objet du tableau (la variable) s appelle

Plus en détail

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET D1 GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET 1- Analyse de la situation. Caroline, 26 ans, a sélectionné un séjour en Espagne d un montant de 420 tout compris, pour ses vacances du 1 er au 15 aout. Elle devra régler

Plus en détail

Déclaration des revenus en nature par le biais de l ITIE

Déclaration des revenus en nature par le biais de l ITIE Déclaration des revenus en nature par le biais de l ITIE Document d information destiné au Groupe de travail sur la stratégie de l ITIE Cette note porte sur les revenus pétroliers en nature, mais elle

Plus en détail

Dérivés Financiers Contrats à terme

Dérivés Financiers Contrats à terme Dérivés Financiers Contrats à terme Mécanique des marchés à terme 1) Supposons que vous prenez une position courte sur un contrat à terme, pour vendre de l argent en juillet à 10,20 par once, sur le New

Plus en détail

Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION

Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION A/ Comment les revenus et les prix influencent-ils le choix des consommateurs? Notions à découvrir Revenu disponible Consommation Épargne Pouvoir d'achat Dans cette première

Plus en détail

Pratique des options Grecs et stratégies de trading. F. Wellers

Pratique des options Grecs et stratégies de trading. F. Wellers Pratique des options Grecs et stratégies de trading F. Wellers Plan de la conférence 0 Philosophie et structure du cours 1 Définitions des grecs 2 Propriétés des grecs 3 Qu est ce que la volatilité? 4

Plus en détail

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite)

Chapitre 6. Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique. Objectifs d apprentissage. Objectifs d apprentissage (suite) Chapitre 6 Le calcul du PIB, de l inflation et de la croissance économique 1 Objectifs d apprentissage Faire la distinction entre le stock de capital et de la richesse et le flux de production, de revenu,

Plus en détail

AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES

AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES Emploi et Économie GUIDE D ACCÈS AU PROGRAMME DE CRÉDIT D IMPÔT POUR CAPITAL DE RISQUE DE PETITES ENTREPRISES établi conformément aux articles s. 11.13 à 11.17 de la Loi de l impôt sur le revenu (Manitoba)

Plus en détail

MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE

MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE MÉTHODOLOGIE DE PLANIFICATION FINANCIÈRE Les outils de planification MeDirect proposent des solutions de planification d investissement en ligne qui fournissent des projections de votre patrimoine et des

Plus en détail

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE

GARDE D ENFANTS. Tout savoir sur la PAJE GARDE D ENFANTS Tout savoir sur la PAJE Sommaire Qu est-ce que la PAJE? Page 2 La prime à la naissance ou à l adoption Page 3 L allocation de base Page 4 Le complément de libre choix du mode de garde Page

Plus en détail

Crédit hypothécaire. Vous avez décidé d acheter ou de construire? Beobank vous offre des solutions hypothécaires simples et solides.

Crédit hypothécaire. Vous avez décidé d acheter ou de construire? Beobank vous offre des solutions hypothécaires simples et solides. Crédit hypothécaire Prospectus n 4 d application à partir du 27/02/2015 Vous avez décidé d acheter ou de construire? Beobank vous offre des solutions hypothécaires simples et solides. Votre but Vous avez

Plus en détail

Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur

Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur Sandra Nevoux Sciences Po Jeudi 24 Septembre 2015 1 / 49 L'essentiel à retenir 1 Revenu et consommation 2 3 4 5 2 / 49 Courbe d'expansion d'engel

Plus en détail

Prof. Stéphane Saussier Université Paris 11

Prof. Stéphane Saussier Université Paris 11 Corrigé de Microéconomie Prof. Stéphane Saussier Université Paris 11 DEUG 1ère Année 1. Les préférences et l utilité Exercice 1 a. Ensemble de paniers de biens Dans l énoncé, on sait que A B D D L K J

Plus en détail

FORMULAIRE lll. (Règles 26 à 30) CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COUR SUPÉRIEURE DISTRICT DE Chambre de la famille N o - - Partie: c.

FORMULAIRE lll. (Règles 26 à 30) CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COUR SUPÉRIEURE DISTRICT DE Chambre de la famille N o - - Partie: c. (Règles 26 à 30) FORMULAIRE lll CANADA PROVINCE DE QUÉBEC COUR SUPÉRIEURE DISTRICT DE Chambre de la famille N o - - Partie: c. Partie: ÉTAT DES REVENUS, DÉPENSES ET BILAN Je, soussigné(e), domicilié(e)

Plus en détail

1 Questionnaire à choix multiples

1 Questionnaire à choix multiples EXAMEN FINAL mercredi 19 janvier 2011, Durée h00 Pierre Fleckinger Une attention particulière doit être portée à la rédaction et à l explication des calculs faits. Utiliser un feuillet simple pour le QCM

Plus en détail

A CT, asymétrie des inputs (L : main d œuvre qualifiée et non qualifiée, K : machines et infrastructures) dans la fonction de production.

A CT, asymétrie des inputs (L : main d œuvre qualifiée et non qualifiée, K : machines et infrastructures) dans la fonction de production. 4.1.2. a demande de travail à court terme (CT) a) a demande de travail individuelle A CT, asymétrie des inputs ( : main d œuvre qualifiée et non qualifiée, K : machines et infrastructures) dans la fonction

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

Note commune N 3 / 2014

Note commune N 3 / 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 3 / 2014 Objet : Commentaire des dispositions de l article 77 de la loi n 2013-54

Plus en détail

Le compte d épargne libre d impôt (CELI)

Le compte d épargne libre d impôt (CELI) Le compte d épargne libre d impôt (CELI) Faits saillants du CELI Les intérêts et autres revenus de placement, ainsi que les gains en capital, sont exonérés d impôt. Votre CELI peut accueillir plusieurs

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS INFINIS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emetteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Sciences économiques et sociales - Première ES Science économique 2. La production dans l entreprise Ressources pour le lycée général et technologique Fiche 2.1 : Comment l entreprise produit-elle?

Plus en détail

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8

T.D. 1. Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 Mathématiques Financières Licence 2, 2014 15 - Université Paris 8 C. FISCHLER & S. GOUTTE T.D. 1 Exercice 1. Pour chacune des suites ci-dessous, répondre aux questions suivantes : Est-ce une suite monotone?

Plus en détail

Barèmes des commissions et frais généraux

Barèmes des commissions et frais généraux Barèmes des commissions et frais généraux En vigueur le 1 er décembre 2014 Barème des commissions Transactions effectuées par l entremise de nos systèmes électroniques (site Web et site mobile) Tarification

Plus en détail

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC Le 2 décembre 2014 TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures de relance économique Mesures visant l atteinte et le maintien de l équilibre budgétaire

Plus en détail

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2011 L Incorporation des Courtiers Immobiliers du Québec Avis légal L incorporation des courtiers est un sujet très complexe, lequel ne saurait évidemment être traité en profondeur dans le présent document. Ce fascicule vise à sensibiliser les courtiers quant

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

Economie de l information

Economie de l information 1 Introduction Economie de l information Les méthodes de la microéconomie peuvent être appliquées à tout problème particulier de la vie économique De nombreuses études sont consacrées à des marchés ou

Plus en détail

Document d information n o 4 sur les pensions

Document d information n o 4 sur les pensions Document d information n o 4 sur les pensions Épargnes privées de retraite Partie 4 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition,

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.2 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

Introduction à la Microéconomique Examen final Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignant : E. Darmon

Introduction à la Microéconomique Examen final Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignant : E. Darmon N d anonymat : Introduction à la Microéconomique Examen final Licence 1 Economie-Gestion 2009/2010 Enseignant : E. Darmon Remarques générales : Dans l ensemble, les résultats sont assez décevants compte

Plus en détail

Fiscalité et émission des reçus pour fins d impôt

Fiscalité et émission des reçus pour fins d impôt Fiscalité et émission des reçus pour fins d impôt AFÉSAQ Audioconférence 18 mars 2013 Mélissa Rioux Conseillère principale Service de fiscalité (514) 878-2691 poste 1839 rioux.melissa@rcgt.com Objectifs

Plus en détail

Chapitre 1 : La consommation et l épargne

Chapitre 1 : La consommation et l épargne Chapitre 1 : La consommation et l épargne - 7 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer les différents types de consommation. - Découvrir de quels facteurs dépend la consommation. - Étudier ce qu est

Plus en détail

ECONOMIE POLITIQUE Robert PLASMAN 26 MAI 2014 NOM... PRENOM N MATRICULE...

ECONOMIE POLITIQUE Robert PLASMAN 26 MAI 2014 NOM... PRENOM N MATRICULE... ECONOMIE POLITIQUE Robert PLASMAN 26 MAI 2014 NOM... PRENOM N MATRICULE... POLI2 COMM2 SOCA2 Autre (précisez) L examen est coté sur 48 points : 25 pour les questions 1 à 5, 8 pts pour les questions 6 à

Plus en détail

L achat d une première résidence

L achat d une première résidence L achat d une première résidence Pascal Poirier B.A.A Spécialiste en planification hypothécaire POUR DIFFUSION INTERNE SEULEMENT Ordre du jour Hypothèque, buts Principes de base Mise de fonds et frais

Plus en détail

ING Turbos Infinis. Avantages des Turbos Infinis Potentiel de rendement élevé. Pas d impact de la volatilité. La transparence du prix

ING Turbos Infinis. Avantages des Turbos Infinis Potentiel de rendement élevé. Pas d impact de la volatilité. La transparence du prix ING Turbos Infinis Produit présentant un risque de perte en capital et à effet de levier. Les Turbos sont émis par ING Bank N.V. et sont soumis au risque de défaut de l émetteur. ING Turbos Infinis Les

Plus en détail

RÉSUMÉ DES MESURES FISCALES DU BUDGET DU QUÉBEC DU 26 MARS 2015

RÉSUMÉ DES MESURES FISCALES DU BUDGET DU QUÉBEC DU 26 MARS 2015 LE RÉSEAU DES SERVICES DE COMPTABILITÉ ET DE FISCALITÉ DE L'UPA RÉSUMÉ DES MESURES FISCALES DU BUDGET DU QUÉBEC DU 26 MARS 2015 AVIS Prenez note que les mesures fiscales du budget du Québec ne sont pas

Plus en détail

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages Sommaire Pages.. Qu est-ce que la PAJE 02.. La prime à la naissance ou à l adoption 03.. L allocation de base 04.. Le complément de libre choix du mode de garde Vous en bénéficiez quels que soient vos

Plus en détail

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k]

La valeur présente (ou actuelle) d une annuité, si elle est constante, est donc aussi calculable par cette fonction : VA = A [(1-1/(1+k) T )/k] Evaluation de la rentabilité d un projet d investissement La décision d investir dans un quelconque projet se base principalement sur l évaluation de son intérêt économique et par conséquent, du calcul

Plus en détail