4. L élasticité et ses applications

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "4. L élasticité et ses applications"

Transcription

1 Le chapitre précédent nous a montré que : Demande = fonction {prix (-), revenus (+/-), prix produits comparables (+/-), goûts (+), anticipations (+/-), nombre de consommateurs (+)}. Offre = fonction {prix (+), prix d inputs (-), technologie (+), anticipations (+/-), nombre de producteurs (+)}. Analyse qualitative de l offre et la demande Concept de l élasticité mesure la sensibilité des acheteurs et des vendeurs à une variation dans les conditions du marché.... permet d analyser l offre et la demande avec une plus grande précision. Analyse quantitative de l offre et la demande 1

2 Définition de l élasticité : «Variation en % d une chose, suite à une variation de 1% d une autre chose». Exemples : De combien de % la demande de pommes augmente lorsque le prix des pommes baisse de 1%? De combien de % l offre de blé baisse lorsque le prix du blé diminue de 1%? 4 types d élasticités : 1. L élasticité-prix de la demande. 2. L élasticité-revenu. 3. L élasticité-prix croisée de la demande. 4. L élasticité-prix de l offre. 2

3 1. Elasticité-prix de la demande Variation en % de la quantité demandée d un bien suite à une variation du prix de marché de ce bien de 1%. P1 A -1% P2 B D Q1 Q2 +? % 3

4 De manière générale : Si quantité varie de manière substantielle à une variation du prix demande élastique. Si quantité peu sensible aux variations de prix demande inélastique ou rigide. Déterminants de l élasticité-prix de la demande? a) Nature du bien Biens essentiels : demande plutôt rigide. Exemple : prix des consultations médicales, nourriture. Articles de luxe : demande élastique. Exemple : prix des bijoux. 4

5 b) Existence de substituts proches Biens pour lesquels il existe des substituts proches : demande élastique. Exemple : beurre et margarine. c) Définition du marché Elasticité de la demande dépend de la taille du marché. Marchés définis de manière précise ont des demandes plus élastiques que ceux définis en termes vagues. Pourquoi? + facile de trouver des substituts proches pour des produits/marchés clairement identifiés. Exemple : nourriture glaces glace vanille. d) Horizon temporel Demande d autant plus élastique que l horizon temporel est éloigné (plus faible à court terme). Exemple : prix de l essence. 5

6 Comment calculer l élasticité-prix de la demande? Elasticité Pr ix de la demande = Variation en % de la Variation en quantité demandée % du prix Ε d = Q Q Ρ Ρ

7 Exemple: Demande de glace Supposons que le prix du cornet passe de 2 à 2,2 et quantité chute de 10 à 8 P 2,2 2 D B A Ε d = ( Q Q ) 2 ( P P ) 2 0,2 = = 0,1 = 2 Q P % 10 % = ( 8 10 ) 10 ( 2,2 2) Q Signification? Variation en % de la quantité demandée est deux fois plus importante que la variation en % du prix. Si prix de 1%, quantité demandée de 2%. Si prix de 1%, quantité demandée de 2%. 7

8 Classes d élasticités a) Parfaitement élastique Ed = b) Elastique Ed < -1 c) Unitaire Ed = -1 d) Inélastique -1 < Ed < 0 e) Parfaitement inélastique Ed = 0 8

9 a) Demande parfaitement élastique P 4 b) Demande élastique P D Q Pour tout prix au-dessus de 4, la quantité demandée est nulle. Pour un prix de 4, les consommateurs achèteront n importe quelle quantité. Pour tout prix au-dessous de 4, la quantité demandée est infinie. 2,5 2 D Une de prix de 25% entraîne une de la quantité demandée de 40% Q 9

10 c) Demande à élasticité unitaire P D Une de prix de 25% entraîne une de la quantité demandée de 25%. 2, Q Remarque : [(2,5 2 ) / 2] * 100 = +25% [(75 100)/100] *100 = -25% d) Demande inélastique P 2,5 2 D Une de prix de 25% entraîne une de la quantité demandée de 10% Q 10

11 e) Demande parfaitement inélastique P 2,5 2 D Une de prix laisse la quantité demandée inchangée 100 Q Impact des variations d offre et de demande sur chiffre d affaire? CA=P*Q 11

12 Exemple: P D 4 Quid du CA quand le prix augmente? P*Q= Q En réalité, tout dépend de l élasticité-prix de la demande!! 12

13 a) Demande est inélastique (-1<Ed<0) 3 B CA=240 1 CA=100 A A Si le prix demande moins que proportionnellement CA. 13

14 b) Demande est élastique (Ed<-1) 4 A 5 B A CA=80 CA= Si le prix demande plus que proportionnellement CA. 14

15 2. Elasticité-prix croisée de la demande Elasticité prix croisée de la Variation en % de la quantité demandée demande = Variation en % du prix d' un autre d' un bien bien Exemple Comment le prix de l essence influence la demande de voiture d occasion? Biens substituables élasticité croisée > 0 (Ex. : glace sorbet). Biens complémentaires élasticité croisée < 0 (Ex. : essence voiture). 15

16 3. Elasticité-revenu de la demande EY = Elasticité revenu de la demande Variation en % de la quantité demandée d' un = Variation en % du revenu d' un individu bien Types d élasticité-revenu : E Y > 0 pour les biens normaux. Biens indispensables (Ex. : nourriture, vêtements, chauffage, services médicaux) E Y faible. Biens de luxe (Ex. : manteaux de fourrure, voitures de sport, bijoux haut de gamme, caviar) E Y élevée. E Y < 0 pour les biens inférieurs (Ex. : transports en commun). 16

17 4. Elasticité-prix de l offre Variation en % de la quantité offerte d un bien suite à une variation du prix de marché de ce bien de 1% P O +1% P2 P1 A B Q1 Q2 Q +?% 17

18 De manière générale : Si quantité offerte évolue fort suite à une variation du prix offre élastique. Si quantité offerte est peu sensible à une variation du prix offre inélastique ou rigide. Déterminants de l élasticité-prix de l offre? a) La flexibilité ou la capacité des vendeurs à changer la quantité produite Exemple : offre de terrains en bord de mer, biens manufacturés. b) L horizon temporel Offre généralement plus élastique à long terme. 18

19 Comment calculer l élasticité-prix de l offre? Elasticité Pr ix de l' offre = Ε O = O P P 3, O P 1 1 A O P 1 1 B Variation en % Variation O de en la quantité % du prix offerte E O = 3, , % = = 0, % = 1,5 Signification? Si prix de 1%, quantité offerte de 1,5%. Si prix de 1%, quantité offerte de 1,5% Q 19

20 Classes d élasticités a) Parfaitement élastique Eo = b) Elastique Eo > 1 c) Unitaire Eo = 1 d) Inélastique Eo < 1 e) Parfaitement inélastique Eo = 0 20

21 a) Offre parfaitement élastique (Eo = ) P 4 O Pour tout prix au-dessus de 4, l offre est infinie. Pour un prix de 4, l offre est indéterminée. Pour tout prix au-dessous de 4, l offre est nulle. Q b) Offre élastique (Eo>1) P 3 2 O Une du prix entraîne une plus que proportionnelle de la quantité offerte. (une augmentation de 50% du prix augmentation des quantités de 250%) Q 21

22 c) Offre à élasticité unitaire (Eo=1) 4 2 P O Une du prix entraîne une proportionnelle de la quantité offerte Q d) Offre inélastique (Eo<1) P O 4 2 Une du prix entraîne une moins que proportionnelle de la quantité offerte Q 22

23 e) Offre parfaitement inélastique (Eo=0) P 4 2 O Une de prix laisse la quantité offerte inchangée 100 Q 23

24 5. Offre, demande et politiques publiques Nous avons vu comment : L offre et la demande déterminent le prix d un bien et les quantités échangées à l équilibre. Divers événements déplacent les courbes d offre et de demande, et donc modifient le prix et la quantité d équilibre. Cet équilibre de marché peut ne pas satisfaire tout le monde : Contrôle des prix. Impôts. 24

25 5. Offre, demande et politiques publiques 1. Contrôle des prix Sur un marché concurrentiel à l abri de toute intervention gouvernementale, le prix s ajuste pour équilibrer l offre et la demande. Au prix d équilibre, la quantité que les acheteurs désirent se procurer est exactement égale à la quantité que les vendeurs souhaitent offrir. Cela ne signifie pas que tout le monde est satisfait. Pressions de la part des organisations de protection des consommateurs pour faire baisser le prix. Pressions de la part du lobby des producteurs pour augmenter le prix. a) Prix plafond : prix maximal auquel un produit peut être vendu d après la loi. b) Prix plancher : prix minimal auquel un produit peut être vendu d après la loi. 25

26 5. Offre, demande et politiques publiques a) Prix plafond Selon qu il soit fixé au-dessus ou au-dessous du prix d équilibre du marché, il sera ou non contraignant. Cas non contraignant P D O Prix plafond = 4 Prix d équilibre < prix plafond Prix plafond non contraignant. Prix plafond sans effet sur l équilibre du marché P* = 3 Q* = 100 Q 26

27 5. Offre, demande et politiques publiques Cas contraignant D O Prix plafond < prix d équilibre Prix plafond est contraignant P* = 3 2 pénurie Prix plafond Jeu de l offre et de la demande pousse le prix jusqu à son niveau d équ. Mais une fois le prix plafond atteint, le prix ne peut plus augmenter q demandée> q offerte pénurie Q*= = Q offerte 125 = Q demandée Pénurie rationnement hors prix se développe. Files d attente + Discrimination pratiquée par les vendeurs. 27

28 5. Offre, demande et politiques publiques Exemple : Choc pétrolier En 1973, suite au premier choc pétrolier, on vit apparaître de longues files d attente dans les stations service. Qui est responsable de l apparition de ces files d attente? Est-ce le gouvernement parce qu il imposait un prix plafond à l essence vendue par les compagnies pétrolières ou, Est-ce l OPEP parce qu elle avait décidé de réduire l offre mondiale de pétrole de façon substantielle? 28

29 5. Offre, demande et politiques publiques Après décision de l OPEP Avant le choc pétrolier d augmenter le prix du baril O2 O1 O1 P2 Prix plafond P* P* D D Q* Qo Q2 Qd Q* Prix plafond > prix d équilibre Prix plafond non contraignant Offre de pétrole : O1 O2. Au niveau du prix plafond : Qd > Qo Pénurie Files d attente. Conclusion: la responsabilité incombe au partiellement au gouvernement 29

30 5. Offre, demande et politiques publiques b) Prix plancher Selon qu il soit fixé au-dessus ou au-dessous du prix d équilibre du marché, il sera ou non contraignant. Cas non contraignant P* = 3 2 Prix plancher Prix d équilibre > prix plancher Prix plancher non contraignant Prix plancher sans effet sur l équilibre du marché. Q* =

31 5. Offre, demande et politiques publiques Cas contraignant Prix d équilibre < prix plancher Prix plancher P* D Surplus O Prix plancher contraignant. Offre et demande poussent le prix vers son niveau d éq., mais il ne peut descendre en dessous du prix plancher. Qd Q* Qo Au prix plancher : Qd. < Qo surplus. Surplus apparition d un mécanisme de rationnement hors prix : acheteurs sélectionnent les vendeurs en fonction de leurs préférences (ex. : familiales, raciales, géographiques,...). 31

32 5. Offre, demande et politiques publiques Exemple : Salaire minimum Salaire minimum = salaire en dessous duquel il est interdit d embaucher. Marché du travail (libre) Prix du travail = salaire D O S* Offre de travail est déterminée par les travailleurs. Demande de travail émane des entreprises. E* Quantité de travail = emploi 32

33 5. Offre, demande et politiques publiques Marché du travail (contraignant) S* Chômage Salaire minimum Il existe plusieurs marchés du travail, pour des qualifications différentes. L impact du salaire minimum sera différent selon la qualification et l expérience des travailleurs. Ed E* Eo Pour les individus très qualifiés avec bcp d expérience : salaire minimum non contraignant. Pour les peu qualifiés : salaire minimum contraignant source potentielle de chômage. 33

34 5. Offre, demande et politiques publiques 2. Impôts L Etat peut également entrainer des modifications des quantités et prix d équilibre du marché en imposant les échanges permet de financer ses dépenses publiques. L Etat a le choix: il peut imposer l acheteur ou le vendeur. Exemple : Imaginons qu un gouvernement décide d imposer une taxe de 0,5 sur les cornets de glace. A l annonce de cette mesure, 2 lobbies glaciers (acheteurs et vendeurs) essayent de se renvoyer cette taxe. 34

35 5. Offre, demande et politiques publiques a) Taxe sur les acheteurs Imaginons que le gouvernement adopte une disposition imposant aux acheteurs de glace d envoyer 0,5 à l Etat pour chaque cornet consommé. Comment cette taxe affecte-t-elle l équilibre du marché? Trois étapes : Mesure touche l offre et/ou la demande? Translation dans quelle direction? Analyse graphique de l impact de ce déplacement sur l équilibre du marché? 35

36 5. Offre, demande et politiques publiques D1 O 1. Taxe = 0,5 prix réellement payé par l acheteur = 3,5. 3,5 Prix acheteurs 3,2 3 Prix vendeurs 2,7 2,5 D2 B C A Comme les acheteurs sont guidés par le prix effectivement payé, en incluant les 0,5 de taxe au prix du marché de 3, les qtés dem. seront équivalentes à celles dans un monde sans taxe dont le prix serait de 3,5 (soit 80) Taxe = 0,5 2. Pour inciter les acheteurs à consommer une qté inchangée (= 100 cornets), après instauration de la taxe (D1 à D2), il faudrait que le prix de marché soit de 2,5. 3. Or, si le prix du marché (hors taxe) était de 2,5, les qtés dem. (100) > qtés off. (80). Il y aurait donc pénurie. Les vendeurs vont donc pouvoir augmenter le prix jusque 2,7. Les vendeurs percevront 2,7 mais le prix réellement payé par les acheteurs sera de 3,2. 4. Perte sèche (ABC) 36

37 5. Offre, demande et politiques publiques Conséquences d une taxe sur les acheteurs: Le prix payé par les acheteurs a augmenté (3,2 contre 3 avant) et le prix perçu par les vendeurs a diminué (2,7 contre 3 avant). La taille du marché a diminué. Les quantités échangées sont passées de 100 à 90. Le CA des vendeurs a par conséquent baissé (243 contre 300 avant). En résumé : Les taxes nuisent à l activité économique car qté d équilibre diminue perte sèche (baisse surplus cons. et prod.) Les acheteurs et vendeurs se partagent le fardeau fiscal car acheteurs payent plus cher et vendeurs reçoivent moins. 37

38 5. Offre, demande et politiques publiques b) Taxe sur les vendeurs Imaginons que le gouvernement adopte une disposition imposant aux vendeurs de glace d envoyer 0,5 à l Etat pour chaque cornet vendu. Comment cette taxe affecte-t-elle l équilibre du marché? Trois étapes Quantité demandée reste inchangée. Offre est translatée vers la gauche car, pour un même prix de marché, la taxe renchérit le coût de la distribution des glaces, ce qui pousse les vendeurs à offrir une quantité inférieure à tous niveaux de prix. 38

39 5. Offre, demande et politiques publiques 3,5 Prix payé acheteurs 3,2 3 B A O2 O1 Taxe = 0,5 1. Taxe = 0,5 prix réellement encaissé par les vendeurs = 2,5. Comme les vendeurs sont guidés par le prix effectivement encaissé, en soustrayant les 0,5 de taxe au prix de marché de 3, les qtés offertes seront équivalentes à celles offertes si le prix de marché (dans un monde sans taxe) était de 2,5 (soit 80). Prix perçu vendeurs 2,7 2, C 100 D 2. Pour inciter les vendeurs à offrir une qté inchangée (= 100 cornets), après instauration de la taxe (O1 à O2), il faudrait que le prix de marché soit de 3,5. 3. Or, si le prix du marché (taxe incluse) était de 3,5, les qtés dem. (80) < qtés off. (100). Il y aurait donc surplus. Les vendeurs devront donc diminuer le prix jusque 3,2 (taxe incluse). Les vendeurs percevront 2,7 mais le prix réellement payé par les acheteurs sera de 3,2. 4. Perte sèche (ABC) 39

40 5. Offre, demande et politiques publiques Conséquences d une taxe sur les vendeurs: Le prix payé par les acheteurs a augmenté (3,2 contre 3 avant) et le prix perçu par les vendeurs a augmenté (3.2 contre 3 avant) mais ils doivent restituer 0,5 à l Etat. La taille du marché a diminué. Les quantités échangées sont passées de 100 à 90. Le CA des vendeurs a par conséquent baissé (243 contre 300 avant). En résumé : Les taxes nuisent à l activité économique car qté d équilibre diminue. Perte sèche due à taxation. Les acheteurs et vendeurs se partagent le fardeau fiscal car acheteurs payent plus cher et vendeurs reçoivent moins. 40

41 5. Offre, demande et politiques publiques c) Conclusion Les taxes sur les acheteurs et les vendeurs sont équivalentes Dans les 2 cas, distorsion entre le prix payé par les acheteurs (PA) et celui encaissé (taxe déduite) par les vendeurs (PV). La distorsion est identique dans les 2 cas : PA = 3,2 et PV = 2,7. Dans les 2 cas, acheteurs et vendeurs supportent le fardeau fiscal. Seule différence = identité des agents qui envoient l argent au gouvernement. Cependant le poids de la charge fiscale dépend de l élasticité-prix de l offre et de la demande. La charge fiscale est supportée par le côté du marché qui présente la plus faible élasticité-prix. 41

42 5. Offre, demande et politiques publiques Elasticité mesure (en quelque sorte) la propension des acheteurs ou des vendeurs à quitter un marché donné lorsque les conditions y deviennent moins favorables. Autrement dit, demande (offre) peu élastique acheteurs (vendeurs) ont peu de solutions alternatives. Quand un produit est taxé, le côté qui a le moins de solutions de rechange est celui qui a le plus de difficultés à quitter le marché. C est donc lui qui va supporter l essentiel du poids fiscal. 42

6. Offre, demande et politiques publiques

6. Offre, demande et politiques publiques 6. ffre, demande et politiques publiques Nous avons vu comment : L offre et la demande déterminent le prix d un bien et les quantités échangées à l équilibre. Divers événements déplacent les courbes d

Plus en détail

5. L élasticité et ses applications

5. L élasticité et ses applications 5. L élasticité et ses applications Nous savons que : Demande = fonction {prix (-), revenus (+/-), prix produits comparables (+/-), goûts (+), anticipations (+/-), nombre de consommateurs (+)}. Offre =

Plus en détail

ECONOMIE : Marchés et comportements. Marges & Elasticités

ECONOMIE : Marchés et comportements. Marges & Elasticités ECONOMIE : Marchés et comportements DES COMPORTEMENTS Marges & Elasticités Séance 10 08.04.2013 Des questions sur les séances précédentes? Questions «Marges» That are the questions Raisonnement à la marge

Plus en détail

4. Offre et demande, les forces du marché

4. Offre et demande, les forces du marché 4. Offre et demande, les forces du marché Trois événements : a) Quand une vague de froid s abat sur l Espagne, le prix du jus d orange grimpe dans tous les supermarchés du pays. b) Quand la chaleur estivalle

Plus en détail

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1

Contenu du chapitre. 1. La demande du marché. L offre et la demande. La notion de Demande. Chapitre 1 D 1 L offre et la Chapitre 1 Contenu du chapitre 1. La du marché 2. L offre du marché 3. L équilibre du marché 4. Application: magnétoscope vs lecteur DVD 2 La notion de Demande 1. La du marché Prix C DEMANDE

Plus en détail

d Économie Politique: Séance 3

d Économie Politique: Séance 3 TP d Économie Politique: Séance 3 April 22, 2002 1 Interdépendance et Bénéfices de l échange 1.1 Rappels Contenu: Observer le bénéfice de l échange, apprendre la différence entre avantage absolu et avantage

Plus en détail

Chapitre 6 Les interventions de l État dans les marchés

Chapitre 6 Les interventions de l État dans les marchés Chapitre 6 Les interventions de l État dans les marchés 1. Le marché du logement et le plafonnement des loyers 2. Le marché du travail et le salaire minimum 3. Les taxes 4. Les quotas et les subventions

Plus en détail

Introduction aux Principes d Economie

Introduction aux Principes d Economie Université de Rennes 1 Année 2000-2001 Examen AES 1 ère année Introduction aux Principes d Economie Session de septembre Thierry PENARD (Durée : 2 heures) Correction Exercice 1 : Le marché des téléphones

Plus en détail

L Elasticité Concept et Applications Chapitre 4

L Elasticité Concept et Applications Chapitre 4 L Elasticité Concept et Applications Chapitre 4 L Elasticité...... est une mesure de la réaction des acheteurs et vendeurs aux changements dans les conditions du marché...... nous permet d analyser les

Plus en détail

Examen d Introduction à la Microéconomie Giovanni Ferro-Luzzi et Federica Sbergami, 2014-2015 13 janvier 2015

Examen d Introduction à la Microéconomie Giovanni Ferro-Luzzi et Federica Sbergami, 2014-2015 13 janvier 2015 Nom: Prénom: N étudiant : Examen d Introduction à la Microéconomie Giovanni Ferro-Luzzi et Federica Sbergami, 2014-2015 13 janvier 2015 Nombre de pages au total: 10 pages + 1 grille réponse Durée de l

Plus en détail

L équilibre Macro-Economique

L équilibre Macro-Economique L équilibre Macro-Economique Jean-Pierre Damon, octobre 1985. La position de départ des théoriciens est la situation d équilibre qui permet à la totalité de la production d être soit consommée, soit utilisée

Plus en détail

3.1 L OFFRE ET LA DEMANDE : UN MODÈLE DE MARCHÉ CONCURRENTIEL

3.1 L OFFRE ET LA DEMANDE : UN MODÈLE DE MARCHÉ CONCURRENTIEL L offre et la demande 127 Dans ce chapitre, nous exposerons les éléments du modèle de l offre et de la demande, puis nous les assemblerons avant de montrer comment ce modèle peut être utilisé pour comprendre

Plus en détail

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX 1. L effet d une variation du revenu. Les lois d Engel a. Conditions du raisonnement : prix et goûts inchangés, variation du revenu (statique comparative) b. Partie

Plus en détail

10. L épargne, l investissement et le système financier

10. L épargne, l investissement et le système financier 10. L épargne, l investissement et le système financier 1. Le système financier Un système financier = ensemble des institutions financières qui ont pour objet de mettre en relation les besoins de financement

Plus en détail

Initiation à la Microéconomie Licence 1, Semestre 1 TD 2 Correction des questions

Initiation à la Microéconomie Licence 1, Semestre 1 TD 2 Correction des questions Initiation à la Microéconomie Licence 1, Semestre 1 TD 2 Correction des questions 1. Utilisez les courbes d offre et de demande pour illustrer comment chacun des évènements suivants devrait affecter le

Plus en détail

Les coûts de la production. Microéconomie, chapitre 7

Les coûts de la production. Microéconomie, chapitre 7 Les coûts de la production Microéconomie, chapitre 7 1 Sujets à aborder Quels coûts faut-il considérer? Coûts à court terme Coûts à long terme Courbes de coûts de court et de long terme Rendements d échelle

Plus en détail

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault

macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault Chapitre 2. L équilibre macroéconomique de court terme: le modèle IS/LM Professeur: Jean-Olivier Hairault 1 Introduction 2 3 Réponse donnée par le modèle IS/LM: Cadre considéré comme Keynésien 4 1. Le

Plus en détail

Variations du modèle de base

Variations du modèle de base 1 Variations du modèle de base Dans ce chapitre nous allons utiliser le modèle de base du chapitre précédent pour illustrer certaines questions économiques simples. Ainsi, le modèle précédent nous permettra

Plus en détail

Chapitre 13 Le monopole

Chapitre 13 Le monopole Chapitre 13 Le monopole 1. Qu est-ce que le monopole? 2. La production et le prix du monopoleur non discriminant 3. La concurrence parfaite et le monopole non discriminant : une comparaison 4. Le monopole

Plus en détail

Chapitre 3 L offre et la demande

Chapitre 3 L offre et la demande Chapitre 3 L offre et la demande 1. Les marchés et les prix 2. La demande 3. L offre 4. L équilibre du marché 5. La prédiction des variations de prix et de quantité 1 Objectifs du chapitre Décrire un marché

Plus en détail

STRATEGIES MARKETING. Licence 3 2010-2011. S7 : politique de prix

STRATEGIES MARKETING. Licence 3 2010-2011. S7 : politique de prix STRATEGIES MARKETING Licence 3 2010-2011 S7 : politique de prix Professeur : Alain Debenedetti Alain.debenedetti@univ-mlv.fr Qu est-ce qu un prix? Introduction somme d argent coûts non monétaires Introduction

Plus en détail

THEME 3 : MARCHES ET PRIX CHAPITRE : LA DETERMINATION DU PRIX D EQUILIBRE SUR UN MARCHE ET LES VARIATIONS DE PRIX. Prérequis : Couts de production

THEME 3 : MARCHES ET PRIX CHAPITRE : LA DETERMINATION DU PRIX D EQUILIBRE SUR UN MARCHE ET LES VARIATIONS DE PRIX. Prérequis : Couts de production THEME 3 : MARCHES ET PRIX CHAPITRE : LA DETERMINATION DU PRIX D EQUILIBRE SUR UN MARCHE ET LES VARIATIONS DE PRIX Prérequis : Couts de production I. LA DETERMINATION DU PRIX D EQUILIBRE SUR UN MARCHE.

Plus en détail

I. La fixation des prix :

I. La fixation des prix : THEME 8. LA POLITIQUE DU PRIX Le prix est élément important d action sur le marché, il doit être en cohérence avec les autres variables marketing. Il a une incidence forte pour l entreprise : il procure

Plus en détail

Asymétries d information

Asymétries d information cours Asymétries d information Département Économie HEC Automne 2015 cours Asymétrie d information Il est des contextes où des agents économiques en position de contracter ne disposent pas de la même information

Plus en détail

Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS

Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS Chapitre II LES MONOPOLES NATURELS 1) Rappels sur le monopole i) Hypothèses et notations Définition : Une entreprise est en position de monopole si elle est seule à fournir le marché d un bien pour lequel

Plus en détail

3. Aperçu théorique du marché du travail

3. Aperçu théorique du marché du travail 3. Aperçu théorique du marché du travail Hypothèses de la concurrence parfaite : Le travail est un bien homogène. Atomicité de la demande et de l offre de travail. Information parfaite. Mobilité parfaite

Plus en détail

Chapitre 5. Le monopole

Chapitre 5. Le monopole Chapitre 5. Le monopole 5.1. Présentation. Une entreprise est dite en situation de monopole lorsqu elle est l unique offreur sur le marché d un bien, si le nombre de demandeurs sur le marché est grand

Plus en détail

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé

Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Economie Politique Générale Interrogation récapitulative du mardi 12 mai 2014 Corrigé Question 1 : Soit une économie ouverte avec Etat. La propension marginale à épargner est égale à 1/3, le taux de taxation

Plus en détail

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs?

Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? SENSIBILISATION 1 Étape 1 contrôles corrigés 1. 2. Comment les revenus et les prix influencent-ils les choix des consommateurs? D où vient l argent que vos parents dépensent chaque mois? Vos parents dépensent-ils

Plus en détail

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites

Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Chapitre 3 : La théorie classique des marchés, et ses limites Introduction Comment expliquer l ensemble des échanges observés dans un cadre théorique cohérent? Pourquoi chercher un cadre théorique englobant?

Plus en détail

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ

CHAPITRE 1 : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ CHAPITRE : DE LA FONCTION DE DEMANDE DU CONSOMMATEUR À LA DEMANDE DE MARCHÉ..Introduction.2. Le point de départ de l analyse micro-économique du consommateur.3. La fonction de demande individuelle.4. Effets

Plus en détail

2/ LA DEMANDE. R1/p1 R2/p1 R3/P1 x1

2/ LA DEMANDE. R1/p1 R2/p1 R3/P1 x1 2/ LA DEMANDE Nous venons de voir dans le capitre précédent du cours, que le coix optimal du consommateur dépend de son revenu et du prix des biens. Nous allons maintenant nous intéresser aux fonctions

Plus en détail

Objectifs et plan de la présentation

Objectifs et plan de la présentation Pour une politique plus écologique: taxer l essence, mais quel impact? Prof. Andrea Baranzini Haute École de Gestion de Genève Directeur DAS Management durable: http://sustainablemanagement.ch E-mail:

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

LES STRATÉGIES DE PRIX

LES STRATÉGIES DE PRIX LES STRATÉGIES DE PRIX LES CONTRAINTES DE LA FIXATION DU PRIX Réactions psychologiques du consommateur Prix de la concurrence Impératifs de la rentabilité FONDEMENTS ET OBJECTIFS Les stratégies de prix

Plus en détail

Analyse microéconomique

Analyse microéconomique Analyse microéconomique Manuels Perloff J., Microeconomics, 4th Edition Varian H., Introduction à la microéconomie Pindyck R. & Rubinfeld D., Microeconomics Mattei A., Manuel de microéconomie (bureau

Plus en détail

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM

TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM TRAVAUX DIRIGÉS DE MICROÉCONOMIE Licence 1 Semestre 2 - Parcours EM Aurelia Tison, Anne-Sarah Chiambretto AMU, année 2013 1 La théorie du producteur (séances 1 à 4) La fonction de production : les facteurs

Plus en détail

Economie publique Licence 2, semestre 2 Année 2010-2011. TD 4 : Asymétries d information

Economie publique Licence 2, semestre 2 Année 2010-2011. TD 4 : Asymétries d information Université de Cergy-Pontoise Licence d économie et de Gestion Parcours : Economie et finance, Economie et mathématiques. Economie publique Licence 2, semestre 2 Année 2010-2011 TD 4 : Asymétries d information

Plus en détail

PREMIERE ES L'INCIDENCE FISCALE. Le contexte de la séquence.

PREMIERE ES L'INCIDENCE FISCALE. Le contexte de la séquence. PREMIERE ES L'INCIDENCE FISCALE Le contexte de la séquence. Cette séquence se situe après le point 5.1 qui a permis de cerner les justifications des interventions de l'etat ainsi que les moyens utilisés

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

L'ELASTICITE-PRIX I- QUAND LES PRIX VARIENT...

L'ELASTICITE-PRIX I- QUAND LES PRIX VARIENT... L'ELASTICITE-PRIX La consommation dépend, entre autre, du prix des biens et des services que l'on désire acheter. L'objectif de ce TD est de vous montrer les liens existants entre le niveau et l'évolution

Plus en détail

Thème 3 : Marchés et prix

Thème 3 : Marchés et prix Thème 3 : Marchés et prix Séquence : Marché et prix Question 1 : Comment se forment les prix sur un marché? Détermination du contexte : Effectifs : 35 élèves Salles : grande salle dans laquelle les élèves

Plus en détail

Document de recherche n 1 (GP, EF)

Document de recherche n 1 (GP, EF) Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de BANQUE Document de recherche n 1 (GP, EF) Taxation de l épargne monétaire en France : une fiscalité potentiellement confiscatoire Professeur Didier

Plus en détail

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne

Chap 12 : Le prix. I. La fixation du prix dans les unités commerciales. A. Les étapes. 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne Chap 12 : Le prix I. La fixation du prix dans les unités commerciales A. Les étapes 1. La prise en compte de l objectif de l enseigne En fonction de la cible à atteindre et du positionnement de l enseigne,

Plus en détail

Plusieurs exercices de la douzième séance de TD

Plusieurs exercices de la douzième séance de TD Plusieurs exercices de la douzième séance de TD Décembre 2006 1 Offre du travail 1.1 énoncé On considère un ménage dont les préférences portent sur la consommation et le temps consacré aux activités non

Plus en détail

Épargne, investissement et système financier

Épargne, investissement et système financier Thème 3 Épargne, investissement et système financier Questions Vrai ou Faux 1. Dans une économie fermée, l épargne est ce qui subsiste une fois déduites (des revenus) les dépenses de consommation et les

Plus en détail

Chapitre 2 La demande du consommateur

Chapitre 2 La demande du consommateur Chapitre 2 La demande du consommateur Plan du cours I. La fonction de demande et l élasticité. II. III. Analyse des demandes et des biens correspondants. Demande de loisir et offre de travail I. La fonction

Plus en détail

Macroéconomie. L équilibre macroéconomique

Macroéconomie. L équilibre macroéconomique Macroéconomie équilibre macroéconomique équilibre macroéconomique équilibre macroéconomique représente l équilibre sur le marché des biens le marché des capitaux demande agrégée le marché monétaire le

Plus en détail

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale

17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale 17. Conséquences des politiques monétaire et budgétaire sur la demande globale Beaucoup de facteurs influencent la demande globale. Par exemple, quand les agents économiques changent leurs projets de dépenses,

Plus en détail

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée.

Chapitre 7. L Offre agrégée et la demande agrégée. Objectifs. Objectif: Expliquer les déterminants de l offre agrégée. Chapitre 7 L Offre et la demande Objectifs Expliquer les déterminants de l offre Expliquer les déterminants de la demande Expliquer l équilibre macroéconomique 1 2 Objectifs (suite) Expliquer les effets

Plus en détail

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur Chapitre 9 La théorie du choix du consommateur Le consommateur Comment sont prises les décisions de consommation? La théorie économique propose un modèle Le consommateur a un comportement maximisateur

Plus en détail

Banque nationale suisse

Banque nationale suisse IFFP Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle Combinaison des politiques budgétaires et monétaires 22.01.2010, Lausanne 8h45 12h 12h45 16h David Maradan, chargé de cours UNIGE et

Plus en détail

Cours de Marketing Approfondi

Cours de Marketing Approfondi Cours de Marketing Approfondi Présenté par: Le marché industriel Caractéristiques du marché industriel: - Le marché industriel est composé des entreprises et organisations publiques qui achètent les biens

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

Chapitre 1: Introduction à la science économique. Objectif: Définir l économique

Chapitre 1: Introduction à la science économique. Objectif: Définir l économique Chapitre 1: Introduction à la science économique 1 Objectif: Définir l économique Tous les problèmes économiques proviennent du fait qu il y a rareté : nos besoins excèdent les ressources dont nous disposons

Plus en détail

Offre de capital. Complétez avec : r (taux d intérêt), C t, C t+1

Offre de capital. Complétez avec : r (taux d intérêt), C t, C t+1 Séance 4 : Offre de travail et de capital Je Révise Offre de travail Le travailleur partage sa journée de 24 heures entre le travail et le loisir de façon à maximiser son utilité. Le travail lui rapporte

Plus en détail

Microéconomie B Interrogation du 13 Janvier 2010

Microéconomie B Interrogation du 13 Janvier 2010 Université Paris Ouest Nanterre La Défense Année universitaire 009-0 UFR SEGMI L Economie-Gestion Microéconomie B Interrogation du 3 Janvier 0 Aucun document n est autorisé et les calculatrices sont interdites.

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

Examen IES (sujet A, 2 colonnes, bleu) Thème de l irrationalité en économie

Examen IES (sujet A, 2 colonnes, bleu) Thème de l irrationalité en économie Examen IES (sujet A, 2 colonnes, bleu) Thème de l irrationalité en économie Enseignant : Rémy Oddou code examen:. UPC-S2-A-2013-14 QCM : 1 seule bonne réponse parmi les 4 proposées. 1 point par bonne réponse,

Plus en détail

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM

L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM L équilibre macroéconomique keynésien : le modèle IS/LM Lionel Artige Introduction à la Macroéconomie HEC Université de Liège Modèle IS/LM Le modèle IS/LM, conçu par John Hicks en 1937, est généralement

Plus en détail

15. Une théorie macroéconomique de l économie

15. Une théorie macroéconomique de l économie 15. Une théorie macroéconomique de l économie S = I + INE Epargne nationale, investissement et investissement net à l étranger en % du PIB aux Etats-Unis Année S I INE 1960 19,4 18,7 0,7 1970 18,4 18,1

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Avec Gaël Callonnec (Ademe)

Avec Gaël Callonnec (Ademe) Séminaire Développement durable et économie de l'environnement Les conséquences des politiques énergétiques sur l activité et l emploi Avec Gaël Callonnec (Ademe) Mardi 24 janvier 2012 Présentation du

Plus en détail

Offre, demande et interventions publiques

Offre, demande et interventions publiques Offre, demande et interventions publiques Chapitre 3 Offre, demande et interventions publiques 2 1 Contenu 1. plafond et prix plancher 2. Applications: contrôle des loyers, prix du pétrole, salaire minimum

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014

Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014 Introduction à la Microéconomie Corrigé de l interrogation récapitulative du 17 décembre 2014 Question 1: Maxime, un consommateur rationnel, reçoit 1900 euros en t1 et 1210 euros en t2. Sa fonction d utilité

Plus en détail

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande

Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande Chapitre 1. Le marché, lieu de rencontre entre l offre et la demande La notion de marché, dans les économies industrialisées contemporaines, est devenue pour une large majorité d économistes la référence

Plus en détail

Techniques des prévisions de ventes

Techniques des prévisions de ventes Techniques des prévisions de ventes Introduction Les techniques des prévisions de ventes servent à : Anticiper, à éviter les risques et à maitriser au mieux l avenir dans un contexte concurrentiel. PLAN

Plus en détail

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce

Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Le modèle standard des échanges: termes de l échange, croissance et commerce Modèles ricardien et HOS ont des points communs mais sont assez spécifiques: avantages comparatifs fondés sur: - différences

Plus en détail

Résumé. Version du 25.7.2007 heg,fm,mzi

Résumé. Version du 25.7.2007 heg,fm,mzi Etude comparative des prix des médicaments entre la Suisse, l Allemagne, les Pays-Bas, le Danemark, la Grande-Bretagne, la France, l Italie et l Autriche Version du 25.7.2007 heg,fm,mzi Résumé Les coûts

Plus en détail

FORMULES DE CALCUL. Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA

FORMULES DE CALCUL. Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA FORMULES DE CALCUL Le prix : Prix = PV TTC = PV HT x (1 + taux de TVA) TVA = PV HT x taux de TVA PV HT = PV TTC 1 + taux de TVA Ex : PV TTC = 250 x 1,196 = 299. TVA = 250 x 19,6 % = 49. PV HT = 299 = 250.

Plus en détail

THEME 5 : GESTION DE LA TRESORERIE ET RISQUES DE TAUX DE CHANGE

THEME 5 : GESTION DE LA TRESORERIE ET RISQUES DE TAUX DE CHANGE THEME 5 : GESTION DE LA TRESORERIE ET RISQUES DE TAUX DE CHANGE Les entreprises internationalisées comme les multinationales industrielles et commerciales se trouvent exposées au risque de fluctuations

Plus en détail

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés

Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés IV.B.2.c. Sensibilité du rendement actuariel au nombre de trimestres rachetés L étude de sensibilité est réalisée pour les profils cadre et non-cadre n entrainant pas de réversion et n ayant élevé aucun

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET D1 GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET 1- Analyse de la situation. Caroline, 26 ans, a sélectionné un séjour en Espagne d un montant de 420 tout compris, pour ses vacances du 1 er au 15 aout. Elle devra régler

Plus en détail

Année universitaire : 2011 2012. Module : Economie Publique (M2) Mastère Recherche : Economie Quantitative de l Industrie et des Réseaux

Année universitaire : 2011 2012. Module : Economie Publique (M2) Mastère Recherche : Economie Quantitative de l Industrie et des Réseaux Année universitaire : 2011 2012 Module : Economie Publique (M2) Mastère Recherche : Economie Quantitative de l Industrie et des Réseaux Chargé de cours : Mme Zouhour KARRAY Volume horaire : 21 heures Résumé

Plus en détail

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement

Emploi, dépenses de santé, et modes de financement 1 Dix ans après ou presque. La proposition de réforme qui suit a été faite initialement dans L erreur européenne (Grasset 1998, ch.4), puis reprise dans divers articles, sans aucun succès auprès des décideurs

Plus en détail

Choisir une politique de prix

Choisir une politique de prix Questions abordées Chapter 6 Choisir une politique de prix Comment les consommateurs analysent-ils et évaluent-ils les prix? Comment fixer un prix de vente pour un nouveau produit? Quand prendre l initiative

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail

TABLE DES MATIERES PREFACE

TABLE DES MATIERES PREFACE TABLE DES MATIERES PREFACE, par Françoise Thys-Clément... 7 PREMIERE PARTIE : L impôt et la politique fiscale : approche empirique et théorique... 13 CHAPITRE 1 : L impôt en Belgique... 15 1.1 Les principes

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET

GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET D1 GERER SON BUDGET 1- LE BUDGET 1- Analyse de la situation. Caroline, 26 ans, a sélectionné un séjour en Espagne d un montant de 420 tout compris, pour ses vacances du 1 er au 15 aout. Elle devra régler

Plus en détail

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire?

1) Dans un système par répartition, qui finance les retraites, et par quel intermédiaire? DOCUMENT 1 : Le système de français : Le système de par répartition Ce système de est fondé sur l existence d une solidarité intergénérationnelle. A chaque période, les pensions de reçues par les retraités

Plus en détail

Argumentaire sur la «TVA sociale»

Argumentaire sur la «TVA sociale» 1 Argumentaire sur la «TVA sociale» La proposition de transférer une partie des cotisations sociales sur des impositions est à nouveau au cœur du débat public. Une augmentation de la TVA, souvent dénommée

Plus en détail

INTRODUCTION À LA MICROÉCONOMIE INTERROGATION RÉCAPITULATIVE DU 16 DÉCEMBRE 2015 CORRIGÉ

INTRODUCTION À LA MICROÉCONOMIE INTERROGATION RÉCAPITULATIVE DU 16 DÉCEMBRE 2015 CORRIGÉ INTRODUCTION À LA MICROÉCONOMIE INTERROGATION RÉCAPITULATIVE DU 16 DÉCEMBRE 2015 CORRIGÉ Question 1 : Soit la firme A dont vous possédez des actions. Sachant que l élasticité de la demande pour le produit

Plus en détail

POLITIQUE CLIMATIQUE?

POLITIQUE CLIMATIQUE? INDICATIONS COMPLÉMENTAIRES: L exemple de la politique climatique permettra d analyser les instruments dont disposent les pouvoirs publics pour mener des politiques environnementales. En lien avec le programme

Plus en détail

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles

1. Une petite économie ouverte dans un monde de capitaux parfaitement mobiles Le modèle Mundell-Flemming avec parfaite mobilité des capitaux Le modèle Mundell-Flemming (Robert Mundell, Marcus Flemming, début années 1960) est l extension du modèle IS-LM en économie ouverte. Il partage

Plus en détail

Thème 11 : production et coûts

Thème 11 : production et coûts Thème 11 : production et coûts A) Vrai ou faux 1) Le profit économique est généralement plus élevé que le profit comptable. ) Les coûts économiques correspondent à la somme des coûts comptables et des

Plus en détail

Dépenses fiscales et politique fiscale

Dépenses fiscales et politique fiscale Dépenses fiscales et politique fiscale Christian VALENDUC Service d études SPF Finances, Belgique UCLouvain et Université de Namur Dépenses fiscales et politique fiscale De quoi parle t on? Dépenses fiscales

Plus en détail

Introduction à la Macroéconomie

Introduction à la Macroéconomie Introduction à la Macroéconomie Cours donné par Federica Sbergami 2011-2012 Travail Pratique No 4 Correction: Vendredi 26 avril 2013 12h15-14h A. Inflation Exercice 1 En se basant sur l hypothèse des prix

Plus en détail

Université d Ottawa ECO1504 C Intra no. 1 (14 octobre 2015)

Université d Ottawa ECO1504 C Intra no. 1 (14 octobre 2015) Nom : Numéro d étudiant : Instructions : N oubliez pas d écrire votre nom et votre numéro d étudiant sur la première page et sur votre feuille Scantron. Utilisez la feuille Scantron pour répondre aux questions

Plus en détail

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite

Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite CONSEIL D'ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière «Age et travail» - 11 juin 2002 Fiche n 6 Droit du travail et choix du moment du départ à la retraite Cette note présente les conditions actuelles du

Plus en détail

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE

CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE CHAPITRE 1 HICKS ET LA NAISSANCE DE LA SYNTHÈSE L idée centrale de Hicks 1 est que l apport théorique essentiel de Keynes réside dans sa théorie de la préférence pour la liquidité donc dans l idée que

Plus en détail

L offre de travail à CT

L offre de travail à CT L offre de travail à CT I. Le choix travail/loisir : 1. Le cadre général : 2. La statique comparative du modèle : a) L influence d une hausse du revenu non-gagné : b) Effet d une modification du taux de

Plus en détail

Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur

Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur Séance 4: Consommation, utilité, cardinalité et bonheur Sandra Nevoux Sciences Po Jeudi 24 Septembre 2015 1 / 49 L'essentiel à retenir 1 Revenu et consommation 2 3 4 5 2 / 49 Courbe d'expansion d'engel

Plus en détail

Budget Québec 2015-2016. Mesures concernant les particuliers. Mesures concernant les entreprises

Budget Québec 2015-2016. Mesures concernant les particuliers. Mesures concernant les entreprises Faits saillants Budget Québec Mesures concernant les particuliers Élimination graduelle de la contribution santé à compter du 1er janvier 2017 Mise en place en place d un bouclier fiscal Croissance de

Plus en détail

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales

Gillig Philippe Faculté des Sciences sociales SO00DM24 Approches socio-économiques de la croissance TD 7 : Décrypter les liens entre productivité et rentabilité (d après J-P Piriou, Nouveau manuel de SES, éd. La découverte) Objectifs du TD : 1) analyser

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION

Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION Thème 1: MÉNAGES ET CONSOMMATION A/ Comment les revenus et les prix influencent-ils le choix des consommateurs? Notions à découvrir Revenu disponible Consommation Épargne Pouvoir d'achat Dans cette première

Plus en détail

Examen IES (sujet A, 4 colonnes) Thème de l irrationalité en économie

Examen IES (sujet A, 4 colonnes) Thème de l irrationalité en économie Examen IES (sujet A, 4 colonnes) Thème de l irrationalité en économie Enseignant : Rémy Oddou code examen: ELEIE111-I.E.S. UPC-S1-A-2013-14 QCM : 1 seule bonne réponse parmi les 4 proposées. 1 point par

Plus en détail