Les 20 ans du SMS. Communiqué de presse. Paris, le 3 décembre 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les 20 ans du SMS. Communiqué de presse. Paris, le 3 décembre 2012"

Transcription

1 Communiqué de presse Paris, le 3 décembre 2012 Les 20 ans du SMS 3 décembre 1992 : Neil Papworth, employé d une société informatique britannique, envoie le premier Short Message Service (SMS) commercial vers un téléphone mobile sur le réseau GSM. 3 décembre 2012 : des milliards de SMS sont envoyés à travers le monde et les chiffres ne cessent d augmenter mois après mois. Pourtant personne ne présageait une telle explosion des usages, pas même les opérateurs télécoms. La vocation du SMS au moment de son invention était très restreinte : il n était qu un mode de transmission particulièrement économe en bande passante destiné à indiquer aux utilisateurs qu ils avaient reçu un message vocal. Cas exemplaire de l innovation par les usages, le SMS a rapidement été mis au service d échanges interpersonnels pour rencontrer ensuite le succès qu on lui connaît. Cette communication peu prometteuse en 160 caractères devait en effet améliorer considérablement la condition des utilisateurs de téléphones mobiles : en se dotant du SMS, l outil censé permettre une joignabilité maximale devenait celui de la joignabilité non intrusive, qui associait la discrétion à l immédiateté. Une évolution fulgurante du nombre de SMS envoyés en France (Infographies FFTélécoms libres de droits)

2 Ce que les SMS ont changé dans nos vies Contrairement à la parole téléphonique, facilement observable, un SMS se fait en silence et dans une discrétion constitutive : il reste souvent une activité opaque pour les personnes en présence. Que fabrique-t-on au juste en écrivant un SMS? Plusieurs enquêtes ethnographiques autour de cette pratique silencieuse, menées depuis 2005 par Joëlle Menrath (1), seule ou avec Laurence Allard, Anne Jarrigeon, Olivier Aïm, et Hécate Vergopoulos (2) ont permis de formuler les dix clés d interprétations suivantes : 1. Les SMS ont contribué à la généralisation de l écriture au quotidien. 2. Les SMS ont désacralisé le rapport à l écrit, sans pour autant le dénaturer, contrairement à ce qu ont pu prétendre ses contempteurs. 3. Loin de se réduire à leur usage de coordination ou d organisation, les SMS sont un support d expression qui participe chez tous d une forme de stylisation de l existence. 4. Chez les adolescents, le besoin expressif est plus fort que chez leurs aînés : les SMS sont au service d un processus de création de soi par petites touches. 5. Les SMS ont doté le téléphone mobile, censé offrir la possibilité d être joint à toute heure et en tout lieu, d une forme de joignabilité non intrusive. 6. Les SMS permettent d entretenir des liens à peu de frais et d éviter de s engager dans une interaction quand on ne le souhaite pas. 7. En tant que ressource expressive à portée de main, souvent mobilisée sous le coup de l impulsion, les SMS conduisent à partager des pensées, des émotions, des désirs, ou des fantasmes qui auraient pu rester lettre morte. 8. Révélant parfois des pans de vie ou des mouvements intérieurs qui doivent rester secrets, les SMS font couramment l objet d investigations indiscrètes entre proches. 9. Le SMS n a pas seulement transformé les relations à distance : les relations en présence composent désormais naturellement avec un «hors champ», qui peut se manifester à tout moment sous la forme d un SMS s affichant sur l écran de son mobile. 10. En les précédant et en les prolongeant, les SMS élargissent le périmètre des rencontres de face à face, et les dotent d un cadre d expression supplémentaire. (Voir en pages suivantes le détail de ces 10 points) 20 ans de SMS en quelques dates 3 décembre 1992 : «Merry Christmas» est le contenu du 1er SMS envoyé de l ordinateur de Neil Papworth sur le téléphone mobile «Orbitel 901» de Richard Jarvis, un des dirigeants de Vodafone : NOKIA commercialise le premier téléphone mobile à pouvoir envoyer et recevoir des SMS : Le système T9 («Text on 9 keys», littéralement SMS sur 9 touches) permettant la saisie intuitive, dite prédictive, des lettres du clavier, est embarqué dans la plupart des téléphones mobiles commercialisés.

3 1999 : Les SMS deviennent interopérables : ils peuvent désormais être envoyés d un opérateur à un autre. 30 octobre 2005 : A Bülach dans le canton de Zurich, des citoyens ont pour la première fois la possibilité de voter par SMS. Janvier 2008 : Alors que la contrefaçon de médicaments tue chaque année plus de personnes en Afrique, l organisation mpedigree lance au Ghana une solution qui permet aux consommateurs africains de vérifier l authenticité d un médicament via l envoi par SMS du code unique attribué à chaque boîte (Laurence Allard). Février 2008 : Le mot «Texto» perd son statut de marque déposée par SFR pour devenir un nom commun. 19 juin 2009 : Les SMS sont reconnus comme une preuve pour les divorces par la Cour de Cassation Janvier 2010 : L opération «Haïti, 1 SMS = 1 euros» se solde par plus de SMS envoyés pour un total de 40,3 millions d'euros de dons (Source : AFOM) 31 décembre 2011 : Plus d un milliard de SMS de vœux ont été envoyés en France (cf. infographies de la FFTélécoms) Octobre 2012 : En moyenne, 311 SMS par mois envoyés par les détenteurs français d un forfait mobile - contre 17 SMS envoyés par mois en 2003 (cf. infographies de la FFTélécoms) Novembre 2012 : A la suite de Strasbourg et de Saint-Mandé, la ville de Paris annonce une expérimentation de paiement de stationnement par SMS Contact presse FFTélécoms : Dominique Martin / Contact discours & pratiques : Joëlle Menrath

4 Une évolution fulgurante du nombre de SMS envoyés en France Retrouvez les infographies libre de droits (Source FFTélécoms/ARCEP) sur le site de la FFTélécoms en cliquant ici. Ce que les SMS ont changé dans nos vies «Le haïku fait envie : combien de lecteurs occidentaux n ont pas rêvé de se promener dans la vie, un carnet à la main, notant ici et là des impressions, dont la brièveté attesterait la profondeur ( ) Roland Barthes, L Empire des signes, 1980 Le SMS tient ses propriétés de modes de communication traditionnels et innovants portés par la voix et l écrit (la lettre, la carte postale manuscrite ou le haïku, le message vocal sur téléphone mobile, l ) sans se réduire à aucun d eux. En créant les conditions d une communication aussi instantanée que la transmission par , aussi facile de réception et d envoi qu un appel sur téléphone mobile, avec la concision, la créativité, et la discrétion propre au mode écrit, la pratique du SMS s est intégrée dans toutes les situations du quotidien. Contrairement à la parole téléphonique, facilement observable, un SMS se fait en silence et dans une discrétion constitutive : il reste souvent une activité opaque pour les personnes en présence. Que fabrique-t-on au juste en écrivant un SMS? Plusieurs enquêtes ethnographiques autour de cette pratique silencieuse, menées depuis 2005 par Joëlle Menrath (1), seule ou avec Laurence Allard, Anne Jarrigeon, Olivier Aïm, et Hécate Vergopoulos ont permis de formuler les dix clés d interprétations suivantes : 1. Les SMS ont contribué à la généralisation de l écriture au quotidien. «Aucun autre système de communication à cette époque, lettre, fax, téléphone, n avait de limite de longueur. Est-ce qu un service qui limite le message à trois lignes serait utile à quelqu un?», Friedhelm Hildebrand, inventeur du SMS. A l époque de la généralisation du téléphone mobile, la rupture comportementale abondamment commentée était cette nouvelle façon de parler tout haut seul dans la rue. En 2005, encore, un article de Télérama titrait : «Ces fous parlant et leur drôle de machine». Aujourd hui, ce qui frappe l observateur des espaces publics ou privés, c est le nombre de personnes en train d écrire en marchant, en parlant, en traversant la rue ou simplement assis ou debout dans les transports en commun. Rares sont les situations où les SMS ne trouvent pas place, et rares sont les utilisateurs de téléphone mobile qui ne se livrent pas à cette activité d écriture. Nos enquêtes nous ont fait rencontrer de nombreuses personnes que les SMS ont conduit à écrire quotidiennement, alors que selon leurs dires, elles ne le faisaient que très occasionnellement. Cette généralisation mérite d être appréhendée comme un tournant décisif de l histoire de l écriture, au même titre que celle du codex, à la fin du IVème siècle, qui avait rendu des gestes jusque-là impossibles parfaitement communs : écrire en lisant, feuilleter un ouvrage, repérer un passage particulier, comme le note l historien Roger Chartier (Lecteurs et lecture à l âge de la textualité électronique) Avec les machines à écrire portables que sont devenus les mobiles, l activité d écriture s inscrit dans la gestuelle ordinaire : on écrit comme on marche, on parle, on mange,

5 souvent en faisant d autres choses en même temps. La banalisation du geste d écrire conduit à en faire une activité presque transparente pour certains, qui écrivent comme ils respirent, tout en restant une épreuve pour d autres (quand on répond dans l urgence ou qu on envoie un message, alors que les conditions ne s y prêtent pas). La concomitance des gestes d écrire avec d autres activités conduit d ailleurs à de nouveaux défis relationnels : d après la psychologue étatsunienne Shirley Turkle ( Alone Together, 2011), «keep eye contact while texting» («continuer de fixer quelqu un dans les yeux tout en écrivant un SMS») est le challenge que se donnent aujourd hui les jeunes américains. «Les USA ont connu un déploiement très tardif de l usage des SMS. L'une des explications culturelles tient à la place de la voiture dans la vie quotidienne et l'interdiction du «texting» au volant pour son évidente dangerosité. Or, chez les jeunes adultes américains, entre 1978 et 2008, le nombre d'inscription au permis a baissé d'un tiers dans les vingt dernières années. Le mobile sont cités parmi les "causes" de cette désaffection de ce rite de passage qu est l obtention du permis aux USA. Ce constat montre comment d'anciennes technologies de la mobilité comme la voiture sont mises en crise aujourd'hui.» Laurence Allard. 2. La généralisation des SMS a contribué à désacraliser le rapport à l écriture, sans pour autant le dénaturer contrairement à ce qu ont pu prétendre ses contempteurs. «On ne peut penser et écrire qu assis», Gustave Flaubert Ce caractère transversal et conjoint des gestes d écritures mobiles concourt à les distinguer de l écriture au sens noble prise comme une activité autonome et dédiée. Les gestes d écriture du SMS, particulièrement plastiques, et qui s entremêlent avec d autres activités, font d ailleurs l objet d une désignation spécifique : on dit «faire un SMS, se parler par SMS». Pratique souvent peu considérée, l écriture des SMS s inscrit dans un ensemble d écritures mineures du quotidien, qui vont du post-it sur le frigo, à des notes diverses prises sur son smartphone, qui tend à centraliser aujourd hui les petits textes du quotidien. Des «to do lists», aux annotations dans les listes de contacts, en passant par des invocations pour les prières dans la partie bloc-notes, nos investigations dans les téléphones mobiles de nos interviewés ont révélé l existence d une véritable «bureautique mobile» - qui vise à se souvenir d une idée qui «passe par la tête» dans le cadre d un projet en cours, à établir des listes de courses, avoir sous la main une réserve de mails, d images, de notes pour les mobiliser en temps voulu, à actualiser un agenda, un statut. Les grecs anciens avaient un terme commun, celui d hypomnêmata (littéralement «supports de mémoire»), pour désigner des textes de natures aussi différentes que des livres de comptes, des récits de vie, des carnets, des notes consignant des citations, des raisonnements entendus ou venus à l esprit. Ce sont aujourd hui nos téléphones mobiles qui recèlent les traces hétéroclites du travail de l esprit et des affects : souvenirs et projets, idées et sentiments, liste de courses et tâches professionnelles, images, chiffres et mots s inscrivent dans nos vade-mecum technologiques. Au cours de ces 20 années d existence, le SMS a connu nombre de pourfendeurs qui l ont accusé d aggraver la dysorthographie des adolescents. «Langage texto» est souvent synonyme de relâchement ou a minima de libertés prises avec les contraintes de la langue.

6 Mais un examen attentif montre qu un SMS est tout le contraire : un extraordinaire condensateur de significations, résultant d un travail d écriture où chaque signe compte. Loin de désapprendre aux jeunes la correction orthographique et stylistique comme le craignent ses contempteurs, il est un registre d expression supplémentaire, où l on apprend à peser ses mots. Un SMS passé au crible : la fabrique de la décontraction Hello...Bien rentré? C était cool cette rencontre, on se re-voit bientôt? xxx Léa, 18 ans. Dans le SMS de Léa, qui est le premier SMS qu elle adresse à un garçon qu elle a revu par hasard, la décontraction est une pose savamment construite. Les anglicismes propres au discours oral («hello», «c était cool») ainsi que la question rhétorique qui n attend pas de véritable réponse («bien rentré?») fonctionnent comme des signes «phatiques», uniquement destinés à établir, puis à maintenir le contact. Mais cette tonalité décontractée une fois installée, les jeux graphiques du tiret et de la salutation anglo-saxone (xxx) se chargent de tension amoureuse. Fi des rencontres de hasard, et des relations «cool», disent-ils en substance : passons à autre chose, en se re-voyant d une autre façon, qui fasse place au «X», et à tout ce qu il symbolise! En outre, plusieurs études, dont celle, longitudinale, menée en Angleterre pendant dix ans auprès de jeunes utilisateurs par des chercheurs en psychologie de Coventry University, ont établi que la pratique du SMS facilitait l agilité d écriture. Comme l ont montré les chercheurs internationaux du projet SMS4science, jeunes et moins jeunes ont simplement intégré l idée que la communication par SMS pouvait s'affranchir des contraintes orthotypographiques sans que ceci soit considéré comme la preuve d'une incompétence ou d'un manque d'éducation. Mais nos enquêtes nous ont prouvé que tous, jeunes et moins jeunes, adaptaient la forme de leur message à leur destinataire. Dans le cadre du projet «sms4science», différentes équipes de scientifiques ont procédé à la collecte de ces messages dans plusieurs régions du globe, de Montréal à la Belgique en passant par la région Rhône-Alpes. A partir de l'échantillon constitué en France, les chercheurs en sciences du langage ont montré les messages n étaient jamais entièrement rédigés en écriture SMS mais relevaient plutôt d un mélange permanent entre le «parlécrit» et le français plus académique. 3. Loin de se réduire à leur usage de coordination ou d organisation, les SMS sont un support d expression qui participe chez tous d une forme de stylisation de l existence. Rares sont les échanges par SMS qui ont pour unique vocation d organiser le quotidien à deux ou à plusieurs : ce dont se saisissent massivement les utilisateurs, c est la possibilité offerte par cette pratique d écriture silencieuse et rapide de donner un double fond aux situations vécues, ou de devenir l auteur de leur action en l écrivant. Ecrire des SMS s éprouve alors comme une façon de tenir entre ses doigts les fils de sa vie, et de les entremêler pour former l écheveau de notre existence composite. Une agilité physique et mentale est requise par cette pratique qui se vit comme un entrelacement avec d autres activités.

7 Un échange de SMS passé au crible : quand l écriture prend le pas sur l efficacité de l action Deux amis se rendent à un mariage en train ; ils voyagent dans deux wagons séparés. Au moment de descendre à la station «Avignon», l un d eux a un doute et envoie par SMS à son acolyte : «Ce n est pas ici?». Le destinataire, désarçonné par la forme négative de la question, répond un «Oui» ambigu, qui suscite ce 2ème SMS, ludique, qui mime la réponse à choix multiple, et s offre le luxe d un Smiley, alors que le train est sur le point de repartir C est d ailleurs ce qui arrive, sans que l ami qui descend du train une valise dans une main, le téléphone dans l autre, ait la possibilité physique de dissiper le malentendu assez vite : un «du» produit par un dérapage des doigts sur le clavier, suivi d un «si» arrivent trop tard. Ce smiley, qui peut paraître bien superflu dans cette situation d urgence, est le signe qu ii se joue bien d autres choses que l efficacité dans la composition d un SMS : l écriture dans laquelle on s engage se déploie dans sa logique propre, et n épouse pas forcément celle de la situation dans laquelle on se trouve. L écriture d un SMS s inscrit pour nous dans ces façons banales d éprouver son individualité par des gestes : fermer une porte, faire un pas de côté, ouvrir un livre, détourner le regard, prendre son téléphone pour écrire sont des façons de réajuster par des gestes simples sa distance avec son environnement, de jouer des seuils, pour définir, le temps d un instant, un site à soi. Ce moment d individuation est l occasion d expérimenter une manière d être, d adopter et d activer un certain angle de vue sur une situation que l on vit et de modaliser l expérience vécue par le récit, l humour, l ironie, la poésie, qui sont autant de moyens singuliers de donner forme à sa vie. A ce titre, l écriture d un SMS participe d une stylisation de l existence. Un SMS passé au crible : quand on reprend la main sur sa vie avec un SMS «Ok moi je vai faire les course super», Laurence, 52 ans. Ce qu offre ce SMS, ce n est pas le seul récit d une activité à venir, mais la possibilité d une modalisation du réel, par le truchement de l antiphrase («super»), qui permet, par le dire, de se décoller du faire, et de devenir l auteur de son action ce SMS peut être lu comme une façon, à la lettre, de reprendre la main sur sa vie, au moment où on l éprouve comme aliénante. Il permet d exercer ce que le sociologue E. Goffman a thématisé comme une «distance au rôle». 4. Chez les adolescents, qui sont en train de conquérir leur autonomie relationnelle, et dont l identité est en voie de formation, le besoin expressif est plus fort que chez leurs aînés : les SMS sont au service d un processus de création de soi par petites touches.

8 L usage abondant du SMS par les adolescents, inquiète : le portable remplacerait-il les relations de face-à-face? N est-il pas préférable de se parler? Quels sens peuvent bien avoir ces écritures permanentes? Ne désapprennent-ils pas la correction orthographique et grammaticale en prenant de telles libertés avec la langue? Pour répondre à ces questions, il faut garder à l esprit que les adolescents, comme le propose le psychiatre Philippe Gutton sont «des sortes de Pygmalion qui se font euxmêmes». L adolescence est un processus de création de soi, une mue créative au cours de laquelle le rapport aux autres est en permanente transformation. L écriture de SMS, tout en favorisant une prise d autonomie silencieuse par rapport au cercle familial, permet aux adolescents de s engager dans un mode de relation qui tient le corps à distance, et qui se soustrait au regard de l autre, parfois difficile à soutenir. Les échanges de SMS que nous avons pu observer sur les mobiles des adolescents nous restent souvent totalement opaques, révélant des expressions que ne font sens que dans la relation : il s agit moins de converser, que de camper une posture à deux, à même la langue, qui fait l objet de toute une gamme de manipulations créatives. 5. Les SMS ont doté le téléphone mobile, censé offrir la possibilité d être joint à toute heure et en tout lieu, d une forme de joignabilité non intrusive. La vocation du SMS au moment de son invention était de fait très restreinte : il n était qu un mode de transmission particulièrement économe en bande passante destiné à indiquer aux utilisateurs qu ils avaient reçu un message vocal. Cas exemplaire de l innovation par les usages, le SMS a rapidement été mis au service d échanges interpersonnels pour rencontrer ensuite le succès qu on lui connaît. Cette communication peu prometteuse en 160 caractères devait en effet améliorer considérablement la condition des utilisateurs de téléphones mobiles : en se dotant du SMS, l outil censé permettre une joignabilité maximale devenait celui de la joignabilité non intrusive, qui associait la discrétion à l immédiateté. 6. Les SMS permettent d entretenir des liens à peu de frais et d éviter de s engager dans une interaction quand on ne le souhaite pas. Les SMS font partie de ces gestes de communication minimales, comme les like, les poke, les transferts de diaporamas par mail, qui permettent d entretenir le lien, ou parfois seulement de le ratifier, sans s engager plus avant dans une interaction. Le premier bénéfice du SMS, et sans doute la raison majeure de son succès, a été la nouvelle possibilité qu il offrait dans les stratégies relationnelles. Au service d un engagement relationnel moindre et dont on garde la maitrise, le SMS est un mode communication paradoxal qui concilie transmission d un message et évitement. 7. En tant que ressource expressive à portée de main, souvent mobilisée sous le coup de l impulsion, les SMS conduisent à partager des pensées, des émotions, des désirs, ou des fantasmes qui auraient pu rester lettre morte. «J ai un mari et des enfants, je ne veux pas vous revoir, mais je vous laisse une place de choix dans mes rêveries», Catherine, 45 ans.

9 Signe que le téléphone mobile s éprouve aujourd hui comme un prolongement de l intériorité, il a aujourd hui très couramment droit de cité dans les cabinets de consultation d un psychologue ou d un psychanalyste. On apporte à son thérapeute les SMS qu on a écrit ou qu on a reçu, comme on apporte ses rêves, notamment parce qu ils peuvent représentent des façons d acter ce qui aurait pu ou dû rester de l ordre du fantasme, et qui en arrive en réalité à le déborder. Le SMS est une ressource dont on dispose pour faire au lieu de simplement penser, désirer, fantasmer. L acte d écrire devient alors passage à l acte. D où l effet de dés inhibition souvent constaté dans les SMS de nos interviewés : dans cet espace intermédiaire entre le dehors et le dedans, pas tout à fait arraché à l intériorité, il est possible de rêver par écrit. Et s il est un espace de partage, c est aussi un espace dans lequel on peut plus facilement que dans d autres se soustraire à l interaction : ne pas répondre, être elliptique, et ne pas engager sa pleine responsabilité. Les lapsus et les actes manqués y fleurissent : de cette communication où le geste d envoi tient lieu de point final, on ne se sent pas toujours maître. 8. Révélant parfois des pans de vie qui doivent rester secrets, les SMS font couramment l objet d investigations indiscrètes entre proches. «Faire le ménage dans ses SMS» pour devancer ces intrusions est devenue une pratique ordinaire, dont le sens est de cacher que l on cache. Faire le tri dans ses SMS pour effacer tous ceux qui pourraient être mal interprétés, poser son mobile, écran caché, sur la table, pour éviter de livrer aux regards les SMS qui s affichent, paramétrer son smartphone pour que les SMS s affichent sans mention de leur expéditeur : autant de stratégies devenues courantes, et qui montrent que, loin de l exhibition de soi inconsidérée, le cœur de la compétence communicationnelle aujourd hui est de contrôler activement ce que l on souhaite montrer ou ce que l on veut cacher. 9. Le SMS n a pas seulement transformé les relations à distance : les relations en présence composent désormais naturellement avec un hors champ qui peut se manifester à tout moment sous la forme d un SMS s affichant sur l écran de son mobile. En prendre connaissance à la faveur d un léger décentrement de son attention, commenter son contenu voire le faire lire ou répondre à un SMS sont désormais des façons habituelles de vivre des situations à deux ou à plusieurs. A l heure où les mobiles sont partie prenante de notre quotidien, la vie relationnelle procède couramment par effets de cadre : un SMS qui arrive est l occasion d un décadrage temporaire par rapport à la situation d interaction directe. Cette porosité entre deux ordres de communication est aujourd hui devenue acceptable, là où à l époque de sa généralisation, les discours ordinaires faisaient de façon unilatérale du mobile un outil perturbateur des interactions de face-à-face. Dans un moment à deux ou à plusieurs, les mobiles sont régulièrement manipulés pour donner à voir ce qui s y est affiché, sans que cela conduise à interrompre sa phrase, ou ralentir son débit.

10 10. En les précédant et en les prolongeant, les SMS élargissent le périmètre des rencontres de face à face, et les dotent d un autre cadre d expression. Un SMS passé au crible : quand un SMS «augmente» la rencontre. J ai beaucoup aimé ce brunch improvisé. J y pensais, ça te dirait d aller voir une expo avec moi demain? Je t embrasse. Henri, 27 ans. Le message d Henri emprunte la forme du commentaire qu a démocratisé le SMS, avec sa propension à sous-titrer les situations du quotidien. Pour reprendre les analyses de la sociologue japonaise, Mizuko Ito, nous vivons avec le téléphone mobile des formes de «rencontres augmentées», qui commencent avant qu on ne se voit physiquement et se prolongent une fois qu on s est quitté, par des remerciements, des promesses de se revoir, ou des relectures humoristiques du moment vécu en commun. A propos de la Fédération Française des Télécoms : Née à la fin 2007, la Fédération Française des Télécoms réunit les associations et opérateurs de communications électroniques en France. Elle a pour mission de promouvoir une industrie responsable et innovante au regard de la société, de l environnement, des personnes et des entreprises, de défendre les intérêts économiques du secteur et de valoriser l image de ses membres et de la profession au niveau national et international. Elle assure de façon exigeante la représentation du secteur et défend ses intérêts collectifs, dans le respect absolu des règles de concurrence. La Fédération est structurée autour de sept commissions : Consommation, Contenus, Développement Durable, Entreprises & Responsabilité Numérique, Innovation & Normalisation, Sécurité, Fiscalité & Emploi, d un Collège Mobile et d un Groupe de Travail Fibre. Sont membres de la Fédération : AFORS Télécom, Atos Worldline, Bouygues Telecom, BT, COLT France, DartyBox, EI Telecom (NRJ Mobile Crédit Mutuel Mobile CIC Mobile Cofidis Mobile Blancheporte Mobile), Hub Telecom, La Poste Mobile, Legos, M6 Mobile, Naxos, Oméa (Breizh mobile - Casino Mobile - Télé 2 mobile - Virgin Mobile), Orange-France Télécom, Prosodie, SFR,, Verizon Business, Wifirst. (1): A propos de discours & pratiques : Joëlle Menrath, directrice de Discours & Pratiques Discours & Pratiques est une société de Conseil et de Recherche appliquée qui réunit 20 chercheurs universitaires et chercheurs CNRS - sociologues, ethnologues, philosophes, chercheurs en sciences de l information. Discours & Pratiques met les méthodologies et l approfondissement de la recherche au service des acteurs économiques en partant du crédo suivant : les individus ne font pas forcément ce qu ils disent, et ne disent pas exactement ce qu ils font. C est pourquoi Discours & Pratiques fonde toujours ses méthodes d enquête à la fois sur l analyse des discours et l observation des pratiques réelles en observant les situations de la vie quotidienne où se jouent concrètement les usages et les choix de consommation. (2) Laurence Allard, maître de conférences, sociologue de l'innovation, Université Lille/IRCAV-Paris ; Anne Jarrigeon, maître de conférences en sciences de l information et de la communication, Université Paris Est ; Olivier Aïm, maître de conférences en sciences de l information et de la communication à l Université de Paris IV-Celsa ; Hécate Vergopoulos, chercheuse en Sciences de l information et de la communication.

Les élèves sont amenés à se questionner sur l interaction homme/machine à travers l histoire, les apports ainsi que les limites des machines.

Les élèves sont amenés à se questionner sur l interaction homme/machine à travers l histoire, les apports ainsi que les limites des machines. ductionintro Fiche 1 Les élèves sont amenés à se questionner sur l interaction homme/machine à travers l histoire, les apports ainsi que les limites des machines. Suggestions: Comment les technologies

Plus en détail

L alphabétisation après le livre

L alphabétisation après le livre Edito L alphabétisation après le livre Dans le cadre de l étude sur l impact de l alphabétisation que nous avons menée en 2010 1, nous avions par Catherine STERCQ notamment questionné les apprenants sur

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.

La dictée à l adulte. Dessin d une expérimentation. «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant. La dictée à l adulte Dessin d une expérimentation «Après j ai rebouché avec la main et il était tout sec le chiffon. J ai rebouché en appuyant.» La dictée à l adulte Déjà préconisée dans les IO de 1995,

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

La correspondance carte de visite de votre entreprise

La correspondance carte de visite de votre entreprise La correspondance carte de visite de votre entreprise Thèmes du dossier Gestion Personnel Direction Succès & carrière Communication Marketing & Vente Finances IT & Office Avantages immédiats Vous apprenez:

Plus en détail

DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE

DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE DIPLÔME D ÉTUDES EN LANGUE FRANÇAISE Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues 1 ÉPREUVES COLLECTIVES DURÉE NOTE SUR Compréhension de l oral Réponse à des questionnaires de compréhension

Plus en détail

Envoyer un courrier électronique et autres fonctions associées

Envoyer un courrier électronique et autres fonctions associées 19 février 2013 p 1 Envoyer un courrier électronique et autres fonctions associées Ce tutoriel vient compléter celui présenté le 5 février 2013, portant sur les généralités du courrier électronique. Nous

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail

MO-Call pour les Ordinateurs. Guide de l utilisateur

MO-Call pour les Ordinateurs. Guide de l utilisateur MO-Call pour les Ordinateurs Guide de l utilisateur Sommaire MO-CALL POUR ORDINATEURS...1 GUIDE DE L UTILISATEUR...1 SOMMAIRE...2 BIENVENUE CHEZ MO-CALL...4 MISE EN ROUTE...5 CONNEXION...5 APPELS...7 COMPOSITION

Plus en détail

La création artistique : outil de construction et de développement personnel des individus.

La création artistique : outil de construction et de développement personnel des individus. Association Loi 1901 Siret n 399 056 050 00046 APE n 900 1Z 13 rue Etienne Marcel 93500 PANTIN Tél : 01 49 42 10 52 Mail : association.latribu@free.fr Site : www.latribudepantin.com TEAM BUILDING Dynamisation

Plus en détail

Fédération Française des Télécoms

Fédération Française des Télécoms Fédération Française des Télécoms Lutte contre le spam par SMS Programme 33700 Novembre 2009 Le programme 33700 : dates-clés 21 octobre 2008 : conférence de presse commune (Fédération Française des Télécoms

Plus en détail

Transférez votre correspondant à partir de votre GSM

Transférez votre correspondant à partir de votre GSM Call Transfer Service gratuit, activation gratuite Transférez votre correspondant à partir de votre GSM Votre correspondant cherche à joindre d urgence l un de vos collègues? Call Transfer vous permet

Plus en détail

Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues. DELF Prim A2. Livret de l examinateur. Production orale PMA22S008 04/06/13

Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues. DELF Prim A2. Livret de l examinateur. Production orale PMA22S008 04/06/13 Niveau A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues Livret de l examinateur Production orale PMA22S008 04/06/13 Épreuve de production / interaction orale 25 points Cette épreuve est composée

Plus en détail

Lire, écrire, publier à l aide d internet. Récit d expérience d une aventure éditoriale. http://lettres.ac-dijon.fr. http://www.lettrestice.

Lire, écrire, publier à l aide d internet. Récit d expérience d une aventure éditoriale. http://lettres.ac-dijon.fr. http://www.lettrestice. Académie de Dijon LETTRES TICE Lire, écrire, publier à l aide d internet Récit d expérience d une aventure éditoriale http://lettres.ac-dijon.fr http://www.lettrestice.com Lire, écrire, publier à l aide

Plus en détail

Ecrire un récit fantastique avec les TICE

Ecrire un récit fantastique avec les TICE Ecrire un récit fantastique avec les TICE Aymeric Simon, professeur au collège Gérard Philipe, Villeparisis Niveau : 4e Durée : 7-8 heures Objectifs : Etre capable d écrire un récit complet d au moins

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français

Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII 6. La carte postale Réalisation Thomas Sorin, CAVILAM Rédaction Robert Angéniol, CAVILAM

Plus en détail

Compte rendu : Entretiens Utilisateurs

Compte rendu : Entretiens Utilisateurs Compte rendu : Entretiens Utilisateurs Entretien 1 : Yvan Quelle est votre tranche d âge Celle de vos parents et grands-parents Yvan : < 60 ans, Mère : environ 50 ans, Grand-mère : environ 80 ans Combien

Plus en détail

«Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH».

«Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH». Compte Rendu Café RH Dauphine du 7 avril 2014 «Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH». Ce compte rendu vise à faire une synthèse des différents points abordés

Plus en détail

Observatoire du Club Courrier

Observatoire du Club Courrier Observatoire du Club Courrier Etude CSA pour Club Courrier SEPTEMBRE 2013 Une interrogation en miroir des expéditeurs et des destinataires de courrier publicitaire Les Français.destinataires Les professionnels

Plus en détail

Club informatique Mont-Bruno Séances du 18 janvier et du 17 février 2012 Présentateurs : Michel Gagné et Réjean Côté

Club informatique Mont-Bruno Séances du 18 janvier et du 17 février 2012 Présentateurs : Michel Gagné et Réjean Côté Club informatique Mont-Bruno Séances du 18 janvier et du 17 février 2012 Présentateurs : Michel Gagné et Réjean Côté Des notions avancées de courrier électronique pour les utilisateurs de Bell Démarrez

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Mon Mobile et Ma santé octobre 2011 58

Mon Mobile et Ma santé octobre 2011 58 Mon mobile et ma santé Octobre 2011 58 Ministère chargé de la Santé, Ministère chargé de l Écologie, Ministère chargé de l Industrie «Aucune preuve scientifique ne permet de démontrer aujourd hui que l

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS Lancement Selligent pour l Audi A3 Sportback - Une histoire d amour CRM

ÉTUDE DE CAS Lancement Selligent pour l Audi A3 Sportback - Une histoire d amour CRM ÉTUDE DE CAS Lancement Selligent pour l Audi A3 Sportback - Une histoire d amour CRM ENTREPRISE Audi SECTEUR D ACTIVITÉ Automobile Le client Audi AG est un constructeur automobile allemand qui dessine,

Plus en détail

CONSEIL INGENIERIE FORMATION RESSOURCES HUMAINES

CONSEIL INGENIERIE FORMATION RESSOURCES HUMAINES RESSOURCES HUMAINES Optimiser sa communication et ses relations de travail Communiquer face à des situations difficiles Développer et optimiser les capacités de sa mémoire Gérer son temps Gérer et anticiper

Plus en détail

Préparer et faire une présentation

Préparer et faire une présentation Préparer et faire une présentation Hadj Batatia Thierry Millan 1 Questions Qu est ce qu une présentation? Qu est ce qu un support visuel? 2 Questions Qu est ce qui est commun aux activités d un Professeur

Plus en détail

La pratique des décisions dans les affaires

La pratique des décisions dans les affaires Association Française Edwards Deming Une philosophie de l action pour le XXIème siècle Conférence annuelle, Paris, 8 juin 1999 Jean-Marie Gogue, Président de l AFED La pratique des décisions dans les affaires

Plus en détail

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise

Stéphane Beaulieu. L avenir de la formation universitaire en psychologie. Marie Girard-Hurtubise CHRONIQUE ENTREVUE Stéphane Beaulieu L avenir de la formation universitaire en psychologie Marie Girard-Hurtubise À l instar d autres universités québécoises, le département de psychologie de l Université

Plus en détail

Un apprentissage de la Communication NonViolente

Un apprentissage de la Communication NonViolente Un apprentissage de la Communication NonViolente De quoi s agit-il? Un outil soutenant une démarche pédagogique pour : développer un savoir-faire en communication au service d un savoir-être en relation

Plus en détail

Communiquer au moyen d une messagerie électronique.

Communiquer au moyen d une messagerie électronique. 5 Communiquer au moyen d une messagerie électronique. Rappel du texte de référence : Notions techniques liées aux items de ce domaine: Dans le cadre d une correspondance authentique, l élève doit être

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse,

Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015. Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Lancement de la campagne «Familles d Accueil» Conférence de presse du vendredi 27 novembre 2015 Intervention du Ministre de l Aide à la Jeunesse, Rachid MADRANE Mesdames, Messieurs, Chers journalistes,

Plus en détail

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles 1 2 Pourquoi La Poste a-t-elle écrit ce document? La Poste souhaite répondre aux besoins de chaque

Plus en détail

Fou de la pub. Cahier de l élève. ou pub de fou! Situation d apprentissage et d évaluation

Fou de la pub. Cahier de l élève. ou pub de fou! Situation d apprentissage et d évaluation 2 e cycle du secondaire OPTIONS Arts plastiques ou Arts plastiques et multimédia Fou de la pub ou pub de fou! Cahier de l élève Nom : SAÉ rédigée par Lyne Meloche pour le - 1 - Tâche 1 Je prends le temps

Plus en détail

WHAT ABOUT XPERIENCING SCIENCE

WHAT ABOUT XPERIENCING SCIENCE WHAT ABOUT XPERIENCING SCIENCE LES WAPITIS DEVENEZ AMBASSADEURS POUR WAX www.wax-science.fr wapitis@wax-science.org POURQUOI DES WAPITIS? FORMER LA FUTURE GÉNÉRATION COMBATTRE LES STÉRÉOTYPES FAIRE PASSER

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion de la réunion du Pacte de Responsabilité et de Solidarité Lundi 26 mai 2014 Lesparre-Médoc Mesdames et Messieurs les Parlementaires Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Union Régionale des Francas Pays de La Loire

Union Régionale des Francas Pays de La Loire «La famille d aujourd hui n est ni plus ni moins parfaite que celle de jadis: elle est autre, parce que les milieux où elle vit sont plus complexes, voilà tout.» E. Durkheim 1888 Accompagnement à la fonction

Plus en détail

Fiche pratique www.ecardsparis1.fr

Fiche pratique www.ecardsparis1.fr Fiche pratique www.ecardsparis1.fr Pour des raisons de sécurité des informations personnelles pouvant y figurer, nous vous rappelons que pour accéder à l application ecards de Paris 1, vous devez vous

Plus en détail

Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire

Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire «Les ateliers d écriture», Expérimentation d un outil en Education pour la Santé Patrick Berry sociologue chargé de mission IREPS

Plus en détail

L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique

L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique L évolution du métier de communicant public et l impact du numérique Intervenante : Dominique MÉGARD Présidente Cap Com, réseau de la communication publique et territoriale La communication publique, une

Plus en détail

LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011. BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études

LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011. BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011 BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études Méthodologie Recueil Enquête réalisée par l Institut BVA

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations

BTS Comptabilité et Gestion des Organisations BTS Comptabilité et Gestion des Organisations Recueil de témoignages de titulaires d un bac STG ou professionnel de comptabilité 12 rue Dessaignes 41016 BLOIS CEDEX bts-dessaignes.org Téléphone : 02 54

Plus en détail

Qu est-ce que le relevé de compte?

Qu est-ce que le relevé de compte? Qu est-ce que le relevé de compte? Le relevé de compte constitue la trace légale de toutes les opérations effectuées sur un compte bancaire. Ce document permet au titulaire d'un compte de connaître en

Plus en détail

Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès

Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès Une mère, parlant à ses enfants : Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès Vous savez que papa ne se sent pas très bien et qu il a des problèmes depuis un certain temps. Eh bien, le docteur nous a dit

Plus en détail

PRÉSENTATION A MONTRÉAL SUPÈRE CONFÉRENCE 20 FÉVRIER 2014

PRÉSENTATION A MONTRÉAL SUPÈRE CONFÉRENCE 20 FÉVRIER 2014 PRÉSENTATION A MONTRÉAL SUPÈRE CONFÉRENCE 20 FÉVRIER 2014 (Message : MO répond à des besoins concrets que le réseau seul ne peut combler : un toit, un support à la reconstruction MO est une ressource complémentaire

Plus en détail

À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA

À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA Automne 2013 À propos du Programme d évaluation international des compétences des adultes, le PEICA Par Giselle Boisvert, conseillère pédagogique, Commission scolaire de Montréal Les données de la troisième

Plus en détail

http://www.economie.gouv.fr

http://www.economie.gouv.fr PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES http://www.economie.gouv.fr Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances Conférence de presse pour le lancement de la Banque

Plus en détail

PARAMÉTRER SON COMPTE

PARAMÉTRER SON COMPTE PARAMÉTRER SON COMPTE Petit rappel: Facebook, qu est-ce que c est? Un réseau social sur Internet qui permet de communiquer entre «amis». Sur Facebook, on peut : Se créer un réseau d amis Poster (publier)

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

MEDIAPPRO Jeunes et médias numériques en Europe

MEDIAPPRO Jeunes et médias numériques en Europe MEDIAPPRO Jeunes et médias numériques en Europe Poitiers, 17/9/07 CARACTÉRISTIQUES DE LA RECHERCHE Mieux connaître la manière dont les 12-18 s approprient les médias électroniques et identifier les axes

Plus en détail

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013

Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 Programme Hôpital Avenir 1,5 milliard euros Signature avec Mme M Touraine et MM P Moscovici et T Repentin, Ministres Villejuif le 1 er décembre 2013 *** Nous sommes réunis ici à Villejuif, à l hôpital

Plus en détail

Observatoire de l image des banques 2015. 8 Juillet 2015

Observatoire de l image des banques 2015. 8 Juillet 2015 Observatoire de l image des banques 2015 8 Juillet 2015 Méthodologie Mode de recueil Une étude en face à face, réalisée à domicile par système CAPI (Computer Assisted Personal Interview). Cible Un échantillon

Plus en détail

Associations Prévention Routière et Assureurs Prévention

Associations Prévention Routière et Assureurs Prévention Associations Prévention Routière et Assureurs Prévention Evolution des attitudes des conducteurs Etude qualitative et quantitative Extraits de l étude sur l utilisation du téléphone au volant Mai-Juin

Plus en détail

Activité 1 : Ecrire en chiffres en utilisant les mots «cent» «vingt» «quatre» et «mille» - Ré apprentissage

Activité 1 : Ecrire en chiffres en utilisant les mots «cent» «vingt» «quatre» et «mille» - Ré apprentissage Thème : NUMERATION Intentions pédagogiques : ré apprentissage de la numération par des activités ludiques, retour sur des notions connues autrement qu en situation de révision afin de permettre un nouveau

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Avant d entrer dans le vif du sujet, je vous présenterai rapidement la CIJOC, puis je vous donnerai quelques exemples de

Plus en détail

COMMUNICATION ET LA GESTION DE L INFORMATION CE QUE JE DOIS RETENIR

COMMUNICATION ET LA GESTION DE L INFORMATION CE QUE JE DOIS RETENIR 6 - Les en TECHNOLOGIE 6 ème Nom : Prénom : groupe : page 1/5 CONNAISSANCES : Serveurs. Postes de travail. Terminaux mobiles. Périphériques. Logiciels. Acquisition et restitution des données. Stockage

Plus en détail

L avenir du commerce est en ligne

L avenir du commerce est en ligne chapitre 1 L avenir du commerce est en ligne A llons-nous perdre l habitude «d aller» faire nos courses? Succomberons-nous plus facilement à l achat d impulsion au hasard de notre navigation sur le Web

Plus en détail

L interinfluence dans les relations humaines

L interinfluence dans les relations humaines L interinfluence dans les relations humaines Conception et réalisationr : J. François Tremblay, Formateur-consultant et chargé de cours à : UQAM / UQO / UQAR On peut considérer la personne humaine comme

Plus en détail

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi enterprise social software Lecko CAS CLIENT Arnaud 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi! Activité Lecko

Plus en détail

MOBILITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANTÉ MENTALE DES ETRANGERS A DAKAR. Oumar Barry Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - UCAD, SENEGAL

MOBILITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANTÉ MENTALE DES ETRANGERS A DAKAR. Oumar Barry Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - UCAD, SENEGAL MOBILITÉ ET ACCESSIBILITÉ AUX SOINS DE SANTÉ MENTALE DES ETRANGERS A DAKAR Oumar Barry Université Cheikh Anta DIOP de Dakar - UCAD, SENEGAL CONTEXTE La migration est une épreuve qui peut provoquer chez

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

SCIENCES DE GESTION DEVOIR SURVEILLE N 1

SCIENCES DE GESTION DEVOIR SURVEILLE N 1 DATE : Vendredi 4 octobre 2013 1ère STMG 3 NOM : PRENOM :... SCIENCES DE GESTION DEVOIR SURVEILLE N 1 Thème 1 : DE L INDIVIDU A L ACTEUR Q.G 1 : Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Plus en détail

Il existe un chemin plus rapide vers le succès. Un chemin vers plus d abondance. Plus de Solutions. Plus de tout. Maintenant.

Il existe un chemin plus rapide vers le succès. Un chemin vers plus d abondance. Plus de Solutions. Plus de tout. Maintenant. Il existe un chemin plus rapide vers le succès Un chemin vers plus d abondance. Plus de Solutions. Plus de tout. Maintenant. Rejoignez Worldwide Leaders Worldwide Leaders Coaching Candidature Renseignez

Plus en détail

CRÉER UN COURS EN LIGNE

CRÉER UN COURS EN LIGNE Anne DELABY CRÉER UN COURS EN LIGNE Deuxième édition, 2006, 2008 ISBN : 978-2-212-54153-3 2 Que recouvre le concept d interactivité? Dans une perspective de cours en ligne, une activité interactive est

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Cajou. Je joue à chat perché. Age : 8-10 ans Niveau : A1.2-A2

Cajou. Je joue à chat perché. Age : 8-10 ans Niveau : A1.2-A2 Cajou Je joue à chat perché Objectifs : Parler des membres de la famille et nommer des activités. Nommer des jeux. Décrire les règles d un jeu. Age : 8-10 ans Niveau : A1.2-A2 Cajou : Je joue à chat perché.

Plus en détail

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter

Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Nouer des relations saines : Apprendre à écouter Résultats d apprentissage du programme Santé et préparation pour la vie, Alberta Education Les élèves vont : R 7.5 examiner les caractéristiques inhérentes

Plus en détail

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions)

Le ce rcl e de lecture (d après les travaux de Jocelyne GIASSON Les textes littéraires De Boeck éditions) Le ce rcl e de lecture ( ) 1 Le principe : C est un temps d échanges entre des élèves ayant lu le même livre qui se déroule de la manière la plus autonome possible. Afin de rendre ce temps d échanges riche,

Plus en détail

N 1 1 er trimestre 2011

N 1 1 er trimestre 2011 SUPPORT DU DÉBAT L article du débat «En 2013, ton emploi du temps risque de changer!» En 2013, ta semaine d école passera peut-être de quatre jours à quatre jours et demi, et tes vacances d été seront

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012

Rapport d expérience. Julie Hammer Grenoble Ecole de Management. Stage 2012 Stage 2012 Grenoble Ecole de Management Stage 2012 I. Vie pratique Il y a six ans, Rotary International m a donné l opportunité d aller étudier un an à l étranger. Cette expérience a été la plus enrichissante

Plus en détail

entreprendre à la puissance cisco

entreprendre à la puissance cisco entreprendre à la puissance cisco À un moment donné, vous avez vu quelque chose que personne d autre n avait vu. Il s agissait peut-être d une idée ou d une opportunité. Ce «quelque chose» vous a fait

Plus en détail

Elsa Pelestor répond à nos questions

Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor est professeur(e) des écoles à l école Jean Moulin de Cavaillon. Elle est l auteur(e) de l article Premiers pas, premières questions paru dans le n 466

Plus en détail

LES SMS ET LA DERIVE DE LA. par Jean-Marie KELLER

LES SMS ET LA DERIVE DE LA. par Jean-Marie KELLER LES SMS ET LA DERIVE DE LA LANGUE par Jean-Marie KELLER LES SMS ET LA DERIVE DE LA LANGUE par Jean-Marie KELLER ALS et Institut Grand-Ducal (Luxembourg 17 octobre 2004) 29 Les SMS et la dérive de la langue

Plus en détail

La communication, et après?

La communication, et après? 14e congrès RANACLES 24 novembre 2006 La communication, et après? Mythes, fantômes et clichés Christian MARCON Maître de conférences ICOMTEC Institut de la Communication Université de Poitiers 1999 : un

Plus en détail

A N N I V E R S A I R E 6 0 A N S D E N G A G E M E N T S

A N N I V E R S A I R E 6 0 A N S D E N G A G E M E N T S ASAC 60 e A N N I V E R S A I R E 60 ANS D ENGAGEMENTS 6 0 A N S D E N G A G E M E N T S Prendre appui sur le modèle associatif pour proposer, de façon nouvelle, à tous, des contrats de prévoyance et d

Plus en détail

Et pourtant, pourtant quelle puissance vit en moi, quelle puissance tu as pour moi!

Et pourtant, pourtant quelle puissance vit en moi, quelle puissance tu as pour moi! 1 Lecture : Ephésiens 4 : 17-32 N attristez pas le St Esprit. Bonjour Cher Saint Esprit J ai décidé de prendre ma plus belle plume, plus exactement le clavier de mon ordinateur, pour t écrire une lettre,

Plus en détail

SOMMAIRE. HELPCLIC 03/08/2006 http://www.helpclic.net. I La webcam Page 2. II Logiciel et compte

SOMMAIRE. HELPCLIC 03/08/2006 http://www.helpclic.net. I La webcam Page 2. II Logiciel et compte SOMMAIRE I La webcam Page 2 II Logiciel et compte 2-1 : LOGICIEL UTILISE POUR FAIRE DE LA VISIOCONFERENCE Page 2 2-2 : LA CREATION DU COMPTE (PASSEPORT) Page 3 III Le t chat 3-1 : LES SMILEYS Page 12 3-2

Plus en détail

TWITTER IS THE BUZZ BUILDER FRENCH TRANSLATION

TWITTER IS THE BUZZ BUILDER FRENCH TRANSLATION TWITTER IS THE BUZZ BUILDER FRENCH TRANSLATION Annemarie Cross: Et maintenant ce signal très spécial et ce pour 10 épisodes. Une série très spéciale pour vous, coachs et consultants qui nous écoutez durant

Plus en détail

Créer une page Google+ Pro www.croissance- internet.com

Créer une page Google+ Pro www.croissance- internet.com Créer une page Google+ Pro Développer concrètement son activité grâce à Internet Créer une page Google + Pro Créer une page «Google pour les pros» vous permettra de vous rendre immédiatement visible pour

Plus en détail

Réponses au Questionnaire technique/tactique pour les U13

Réponses au Questionnaire technique/tactique pour les U13 Réponses au Questionnaire technique/tactique pour les U13 Avant tout j aimerais remercier tous les enfants qui ont fait l effort d avoir répondu au questionnaire (il y en a eu 16). Et même si ce questionnaire

Plus en détail

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE

103.5 La station Radio E2C AUVERGNE 103.5 La station Radio E2C AUVERGNE Communiqué de presse 15 mai 2012 Radio E2C : 103.5 Une semaine dans la peau des animateurs radio, c est le challenge que vont relever les stagiaires de l E2C Du 21 au

Plus en détail

Jeanne Bordeau. Le dossier et le communiqué de presse. Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54072-7

Jeanne Bordeau. Le dossier et le communiqué de presse. Groupe Eyrolles, 2008 ISBN : 978-2-212-54072-7 Jeanne Bordeau Le dossier et le communiqué de presse, 2008 ISBN : 978-2-212-54072-7 Le dossier de presse : rencontrer enfin l Arlésienne? Une session de formation en relations presse comme il y en a des

Plus en détail

Doisneau à l école. Caroline TELLIER, Collège Léon Blum de Wingles, académie de Lille

Doisneau à l école. Caroline TELLIER, Collège Léon Blum de Wingles, académie de Lille Doisneau à l école Caroline TELLIER, Collège Léon Blum de Wingles, académie de Lille Classe de 6 ème SEQUENCE N 1 Les études à travers les âges : Quelle école pour quels élèves? Niveaux et entrées du programme

Plus en détail

Conseil - Formation Management du changement

Conseil - Formation Management du changement KEY PARTNERS 55 avenue Marceau, 75116 Paris Tel 09 77 19 51 14 / Fax 01 53 01 35 68 email : infos@key-partners.biz www.key-partners.biz Conseil - Formation Management du changement Key Partners est un

Plus en détail

Collège Jean MONNET. 1 rue J. Monnet 62137 COULOGNE Tél. 03 21 97 12 12 - Fax. 03 21 97 24 10 www.jmcoulogne.fr. Le STAGE en 3ème

Collège Jean MONNET. 1 rue J. Monnet 62137 COULOGNE Tél. 03 21 97 12 12 - Fax. 03 21 97 24 10 www.jmcoulogne.fr. Le STAGE en 3ème Collège Jean MONNET 1 rue J. Monnet 62137 COULOGNE Tél. 03 21 97 12 12 - Fax. 03 21 97 24 10 www.jmcoulogne.fr Le STAGE en 3ème Livret à destination des élèves Quel stage puis je faire? J hésite : vente,

Plus en détail

Informations sur l utilisation du webmail du CNRS. Webmail du CNRS. Manuel Utilisateur

Informations sur l utilisation du webmail du CNRS. Webmail du CNRS. Manuel Utilisateur Informations sur l utilisation du webmail du CNRS Webmail du CNRS Manuel Utilisateur V1.0 Octobre 2012 Table des matières Généralités... 2 Navigateurs testés... 2 Internet Explorer... 2 Firefox... 3 Connexion...

Plus en détail

www.cas-marketing.fr Retrouvez des études de cas marketing pratiques! Privatisation du terme «emailing» : Quel coup marketing!

www.cas-marketing.fr Retrouvez des études de cas marketing pratiques! Privatisation du terme «emailing» : Quel coup marketing! Retrouvez des études de cas marketing pratiques! Privatisation du terme «emailing» : Quel coup marketing! Contexte Définition : L emailing est le fait d envoyer un message écrit sous forme électronique

Plus en détail

Qu est-ce que le management de transition?

Qu est-ce que le management de transition? Qu est-ce que le management de transition? Selon : Grégoire Cabri-Wiltzer, Président de NIM Europe Président de la Fédération nationale du management de transition (FNMT) Pour faire simple : une entreprise

Plus en détail

Contact avec les employeurs. Pour vous démarquer auprès des employeurs, faites-vous connaître!

Contact avec les employeurs. Pour vous démarquer auprès des employeurs, faites-vous connaître! Pour vous démarquer auprès des employeurs, faites-vous connaître! Document réalisé par le Carrefour jeunesseemploi Rivière-du-Nord 2011-2012 Contact avec les employeurs Sommaire : Le marché ouvert Le marché

Plus en détail

Programme détaillé BTS INFORMATIQUE DE GESTION DIPLÔME D ETAT. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée de la formation

Programme détaillé BTS INFORMATIQUE DE GESTION DIPLÔME D ETAT. Objectifs de la formation. Les métiers. Durée de la formation Objectifs de la formation Les inscriptions sont réservées aux élèves de niveau BAC ou plus, et sont ouvertes dans la mesure des places disponibles. Le Brevet de Technicien Supérieur d Informatique de Gestion

Plus en détail

Ne pas diffuser Lytt SARL 2014. Bonnes pratiques de visioconsultation en soin psychologique

Ne pas diffuser Lytt SARL 2014. Bonnes pratiques de visioconsultation en soin psychologique Bonnes pratiques de visioconsultation en soin psychologique I. La visioconsultation, en complément de la consultation en face-à-face La visioconférence consiste à mettre en relation visuelle et sonore

Plus en détail

LIVRET DE STAGE. (Séquence d observation en milieu professionnel) Du 18 novembre au 22 novembre 2013 COLLÈGE NICOLAS COPERNIC MONTMAGNY

LIVRET DE STAGE. (Séquence d observation en milieu professionnel) Du 18 novembre au 22 novembre 2013 COLLÈGE NICOLAS COPERNIC MONTMAGNY COLLÈGE NICOLAS COPERNIC Collège Nicolas Copernic 8, ruelle Marianne 95360 Montmagny : 01 39 83 46 17 : 01 39 8424 30 Site : www.clg-copernicmontmagny.ac-versailles.fr/ MONTMAGNY LIVRET DE STAGE Ce livret

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Paris, mars 2013 page 1 ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Analyse de Guillaume Weill, Directeur Général MetrixLab France 5 CLÉS DE SUCCÈS POUR L E-TOURISME EN 2013 Les enseignements présentés dans ce document

Plus en détail

Les actualités au CEPPIC de Rouen

Les actualités au CEPPIC de Rouen Photos et mise en page : Flora DAVOULT Les actualités au CEPPIC de Rouen Mardi 19 mai 2015, le CEPPIC de Rouen a organisé un petit-déjeuner sous la forme d un atelier interactif sur le thème des innovations

Plus en détail

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Janvier - Février 2009 Par Anne-Laure ALLAIN Rita Soussignan est directeur-adjoint du CESAM,

Plus en détail

2ans! Plateforme EUROCODE5. Dossier de presse Janvier 2015

2ans! Plateforme EUROCODE5. Dossier de presse Janvier 2015 ! Dossier de presse Janvier 2015 Plateforme La plateforme eurocode5 a été Lancée, avec Le soutien du codifab, il y a deux ans exactement, Le 16 janvier 2013. une initiative, une dynamique et un réseau

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail