Le journal des entreprises de pratique commerciale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le journal des entreprises de pratique commerciale"

Transcription

1 Le journal des entreprises de pratique commerciale echo Les standards qualité en entreprise de pratique commerciale: un outil imparable pour dynamiser les structures. Grand angle 3 Interview 4-6 Regards croisés 7 Meeting 8 No 19 - Avril 2012

2 E d i t o Open Spaces: peut-on parler d ouverture, vraiment? Annick Weber Richard Responsable presse & communication Helvartis Par définition, un open space est un anglicisme qui désigne un bureau sans cloisons. La belle affaire pour un nombre croissant d entreprises qui parviennent ainsi à réduire drastiquement les charges liées à l occupation de surfaces souvent aussi onéreuses qu elles sont rares! Sous prétexte que leurs employés travaillent de plus en plus en mode projet, de nombreuses firmes privilégient l open space et choisissent d installer leurs collaborateurs dans de grands espaces décloisonnés. Et ils sont à la mode ces bureaux géants et lumineux, mais où l absence de véritables cloisons peut néanmoins être ressentie comme stressante. I m p r e s s u m Editeur : Helvartis CH La Chaux-de-Fonds Tél. +41 (0) Rédactrice en chef : Annick Weber Richard Textes : Leïla Weber, Annick Weber Richard Traduction : Brigitte Piel, Reto Ruetsch Photographie : Helvartis Logistique : Laurence Chételat, Marie-Claire Gigon Mise en page : Imprimerie Rapidoffset Impression : Imprimerie Rapidoffset Photolithographie : Imprimerie Rapidoffset Tirage : exemplaires, en français et en allemand. «ECHO» paraît deux fois par an. Si la méthode prend tout son sens lorsqu il s agit de structurer un espace à des fins de séances ou de conférences, voire de détente, en termes de qualité de vie sur le lieu de travail, en revanche, occuper un poste dans un open space s avère être une véritable source de mal-être pour certaines personnes. Cette forme de promiscuité contraint les gens à se voir et à s entendre toute la journée. Mais la question n est pas de se supporter les uns les autres, elle réside essentiellement dans la capacité de tout un chacun à s accommoder d un environnement qui fait fi de toute intimité, où la moindre irruption de la sphère privée peut être prise en faute, telle une communication personnelle qui surgit de manière intempestive sur votre lieu de travail, durant votre activité professionnelle. Ceci alors qu aujourd hui, nous sommes reliés les uns aux autres en tout temps, par toutes sortes de canaux de communication synchrones et autres messageries instantanées. Et voilà que ces communications personnelles prennent des allures d infiltrations dérangeantes. Du point de vue de l entreprise, on peut le comprendre si l on considère que répondre à un appel sur son téléphone portable implique de donner instantanément toute son attention à un interlocuteur donné et extérieur à l entreprise Mais d un autre côté, si l on se place du point de vue du collaborateur, l on constate forcément qu en même temps que s ouvrent les champs de la communication, les espaces de travail s élargissent, les liens entre les personnes se distendent et se complexifient. Et l on se demande si, sous prétexte d améliorer les flux de communication interne, ces espaces ouverts ne seraient pas finalement des espaces clos, décourageant toute pénétration de la vie personnelle des gens à l intérieur de la sphère professionnelle? Annick Weber Richard Helvartis est une entreprise de la SEC La Chaux-de-Fonds. Neuchâtel.

3 G r a n d a n g l e Espace entreprise genève; un espace pour apprendre à travailler Implanté à Genève depuis fin octobre 2011, Espace Entreprise offre aux étudiants en commerce de la place un environnement où l on découvre non seulement le travail, huit heures par jour, cinq jours par semaine, et le métier d employé de commerce, mais aussi tous les codes qui l accompagnent. Espace Entreprise comprend six entreprises de pratique commerciale (epco) affiliées au réseau Helvartis. Initié en 2008 afin de répondre aux exigences de la nouvelle ordonnance fédérale sur la formation professionnelle, le projet Espace Entreprise a entamé une fringante jeunesse dès octobre de l année dernière. Provisoirement installées au 16 de l Avenue du Bouchet à Genève, les six entreprises de pratique commerciale accueillent en permanence quelque cent cinquante étudiants émanant des écoles de commerce, filières CFC intégré (ancien diplôme) et Maturité professionnelle confondues. La pratique professionnelle intégrée, basée sur le concept d entreprise de pratique commerciale, s effectue durant la 2 e année du cursus de formation, à raison de quatre stages de deux semaines en epco pour les étudiants en CFC intégré et un stage de deux semaines pour les étudiants en filière Maturité professionnelle. Durant les périodes de stages, les jeunes sortent du cadre scolaire pour se transposer dans le monde du travail via l entreprise de pratique commerciale. Dès les premières esquisses du projet, Alexandre Kovacs, directeur d Espace Entreprise ne pouvait concevoir l idée d apporter une véritable expérience professionnelle aux étudiants en les maintenant à l école. Une vision pas facile à faire passer. Qui a nécessité non seulement de soumettre au vote du grand conseil un Projet de Loi cantonale au printemps 2011, mais également de constituer un véritable réseau autour du projet, incluant les autorités, des représentants du corps enseignant, les organisations du monde du travail, les patronats, auxquels se sont joints les représentants de Helvartis. Le projet était ambitieux, et il est évident qu Alexandre Kovacs, pugnace, a su convaincre et gagner la confiance des plus sceptiques. engins assimilés à la notion de mobilité douce: Au service des RH, l on s attelle déjà - toujours avec style - à créer les badges qui seront attribués à chaque collaborateur. Timbreuse oblige! Tandis que le service comptabilité ordonnance les comptes et le passage des écritures, les achats et ventes s organisent. Quelques bureaux plus loin, le département marketing met sur pied une veille de la concurrence et planche sur les aspects de la politique des prix appliquée par l entreprise Mobicool. Au travers de ce flux d activités simplement ordonnées, les jeunes engrangent non seulement des compétences professionnelles et méthodologiques, mais ils appréhendent également le fonctionnement logique et global de l entreprise, percevant les interdépendances qui lient entre eux les départements. Si, comme le confie Alexandre Kovacs, les semaines de quarante heures peuvent se révéler harassantes pour les étudiants, il n en demeure pas moins que les jeunes se sentent à la fois valorisés et motivés par cette expérience de la pratique professionnelle qui donne un sens aux objectifs futurs et laisse entrevoir une entrée réussie sur le marché du travail. Des jeunes qui ont du style Bien loin des cours où l on se vautre en toute nonchalance, les étudiants genevois en epco renvoient une image de sérieux et de détermination. Ils apprennent le travail, quarante heures par semaine. Les acquisitions des savoir-faire ont lieu dans un environnement où l on considère son voisin comme un collègue, et les formateurs, tous au bénéfice d une longue expérience professionnelle dans les métiers du commerce, sont pleinement respectés. Sans chichis, mais sur leur trente et un quand même, les garçons portent la cravate et les jeunes filles présentent une tenue soignée. Bien obligés, car à peine le stage entamé, un est envoyé par le service administratif de chaque epco, enjoignant les étudiants-collaborateurs à adopter une tenue vestimentaire appropriée! Ainsi briefé, l on adapte rapidement son attitude face au travail et, dans la foulée, l on se fond dans la peau d un employé de commerce. Au sein d Espace Entreprise, c est dans cet environnement à l image du monde du travail et au travers de tâches concrètes que l on acquiert les savoir-faire de futurs vrais professionnels. Premier matin de stage chez Mobicool, entreprise de pratique commerciale spécialisée dans la distribution de cycles et autres Apprendre le métier au plus près de la réalité. Un projet qui va plus loin Tendus vers ce qui fera d eux des professionnels compétents, les étudiants-collaborateurs des epco intégrées à Espace Entreprise sont également sensibilisés à la notion d employabilité. Dans cet esprit, l équipe de formation a prévu que leur soit mis à disposition un espace dans lequel les jeunes sont invités à apprendre à se connaître, à gagner en confiance, à savoir se vendre. Mais pas seulement. Dans cet interstice où l on n est plus vraiment au travail et pas non plus à l école, les jeunes sont aiguillés par Erika Wiget et Miguel Fernandez, tous deux issus du monde du théâtre. Au travers d exercices pratiques, les deux formateurs invitent les étudiants à être curieux d eux-mêmes d une part, à être capables de poser des objectifs à court terme, d autre part, et enfin, à devenir des êtres qui savent de quoi le monde est fait. Annick Weber Richard 3

4 I n t e r v i e w Une écriture décomplexée Certains, en particulier les jeunes, notent le français en toute indépendance de l orthographe traditionnelle et adoptent de nouvelles façons d écrire, ceci essentiellement dans les SMS et sur les réseaux sociaux. Pour Marie-José Béguelin, professeur de linguistique française à l Université de Neuchâtel et Directrice de l Institut des Sciences du langage et de la communication, ce constat n a rien d alarmant. Au contraire. Dans son usage populaire, l écriture SMS utilise notamment trois procédés: la phonétisation de chiffres et de lettres, le rébus typographique et l abréviation. Ces procédés sont-ils tous pertinents? Le SMS est un type de texte particulier, soumis à certaines contraintes, notamment à une contrainte de longueur. Cela étant, il est normal que les SMS exploitent les procédés d écriture que vous venez de mentionner, cela n a rien de choquant: pensez aux formules abrégées des télégrammes d autrefois, qui eux aussi devaient coûter le moins cher possible... Cependant, contrairement à ce que l on imagine parfois, le «style SMS» est loin d être généralisé, bien au contraire. Les corpus de SMS dont nous disposons en Suisse nous enseignent ainsi qu une bonne partie des gens écrivent leurs mini-messages plutôt normalement, en orthographe standard: beaucoup d auteurs de SMS utilisent d ailleurs la touche T9 qui donne accès au dictionnaire intégré dans l appareil, garantissant des graphies conformes à la norme. Ce procédé est même généralisé dans les smartphones de génération récente qui, dès que vous rédigez un texte, proposent automatiquement des corrections qu il vous revient de valider ou non. Cela n exclut évidemment pas, au bout du compte, la présence de quelques «fautes d orthographe» dans les messages... Mais il y a aussi des auteurs, notamment chez les jeunes, qui choisissent de se passer du dictionnaire, et qui, grâce à des procédés qui ne sont pas forcément tous de nature abréviative, ré-inventent en quelque sorte la façon d écrire le français... Dans cette frange d utilisateurs, il n y a pas une seule façon d écrire mais au contraire une grande diversité, chacun y allant de sa trouvaille, avec pour effet que certains messages peuvent être difficiles à décoder, par exemple pour les apprenants du français ou tout simplement pour ceux qui n ont pas l habitude de ces nouvelles façons d écrire. Cependant, avec un peu d expérience, on s y accoutume vite et la lecture devient aisée. Avec le rébus et la phonétisation des chiffres, on va par exemple utiliser le chiffre 2 dans sa valeur phonétique approximative pour noter la préposition de. Et l on fait de même avec les lettres. Ainsi les trois lettres NRV, dans leur valeur d épellation, permettent de noter l adjectif énervé. Autre cas souvent cité: l utilisation du chiffre 4, pris dans sa valeur phonétique anglaise, pour écrire la syllabe for... Ce procédé, employé pour écrire plus bref, relève du rébus: il est attesté à date très ancienne déjà, ainsi dans l écriture sumérienne. Cependant l on utilise dans les textos des abréviations nettement plus banales, js pour «jamais» ou ac pour «avec»: on se contente ici d écrire la première et la dernière lettre d un mot. Ce sont là des manières de raccourcir qui apparaissent également dans n importe quel type de prise de note ou de style sténographique. Connus depuis longtemps et en partie conventionnels, ces procédés abréviatifs se retrouvent en grand nombre dans les SMS d aujourd hui. La linguistique est-elle intéressée par l écriture SMS? Certainement, car pour nous il est passionnant d étudier comment les gens s y prennent pour noter le français en toute indépendance de l orthographe traditionnelle... On sait en effet que le français est une langue dont l orthographe est complexe et difficile à apprendre. Jusqu à l adolescence et au-delà, les francophones font beaucoup d erreurs en écrivant, et les tâches de rédaction demeurent souvent un boulet pour eux. Or on voit donc aujourd hui les jeunes s affranchir, d une certaine manière, de cette pesanteur, en adoptant sans Mme Marie-José Béguelin complexes de nouvelles façons d écrire. Souvent d ailleurs, on les voit maîtriser plusieurs registres, c est-à-dire qu ils écrivent en style SMS à leurs copains, mais très normalement lorsqu il s agit d envoyer un message à leurs parents. Selon moi, ce constat peut nous donner une certaine confiance, contrairement à la vision plutôt catastrophiste ou décadentiste de certaines personnes qui voient dans les SMS une véritable menace pour la langue. L écriture sms est donc étudiée dans un contexte scientifique C est le cas en effet. Nous avons participé à la collecte de sms dans le cadre d un projet national intitulé «SMS for Science». Et suite à la campagne que nous avions lancée conjointement avec l Université de Zurich en 2008, nous disposons aujourd hui d un corpus de plus de sms recueillis en Suisse, dans toutes les langues. Il ne s agit donc pas uniquement des langues officielles de la Suisse, mais aussi de celles de la migration. Ce projet, qui bénéficie du soutien du fonds national, est piloté depuis l Université de Zurich où le corpus de sms est stocké sur un serveur. Les chercheurs travaillent aujourd hui sur ces données, et nous collectons une foison d informations extrêmement intéressantes. Que répondez-vous à un jeune qui vous dit qu il ne sait plus écrire? Evidemment que si la personne a l essentiel de sa pratique d écriture sur des réseaux sociaux, où elle ne contrôle pas du tout son orthographe, il peut effectivement surgir certaines difficultés. Toutefois, il faut dire qu actuellement nous avons quand même des outils qui permettent de remédier aux problèmes d orthographe. Prenez par exemple les correcteurs orthographiques que l on trouve sur n importe quel logiciel de traitement de texte, qui non seulement, corrigent, mais indiquent les erreurs. Ce qui, à mon sens, peut permettre de retrouver une graphie normale lorsque, pour certains textes, la personne a absolument besoin d avoir 4

5 une orthographe correcte. Cette même personne peut aussi se faire relire par des gens dont elle sait que l orthographe est bonne et pour conserver une compétence orthographique normative, regarder où se situent ses erreurs. A l école, c est aussi cela que l on apprend aux jeunes, soit d écrire selon la norme du français. Et on ne leur apprend pas, en tout cas pour le moment, à écrire façon «chat» ou forum de discussion. Je pense donc globalement qu aujourd hui l on met moins l accent sur l orthographe qu il y a quelques décennies en arrière, où on attendait d une personne de ans qu elle écrive presque sans faute. On entraînait les règles des participes passés durant des heures et des heures. Aujourd hui, nous savons que ces règles sont impossibles à maîtriser, même par les enseignants. Les jeunes font dès lors peut-être plus d erreurs, mais ils sont moins bloqués par la page blanche. A l Université, les étudiants développent plus le contenu; il est ensuite toujours possible de revenir sur la forme. Il est vrai que certains professeurs se plaignent parfois de la qualité d écriture, mais il est assez connu que de génération en génération, on se plaint. Déjà sur des hiéroglyphes, on a pu lire qu un scribe se plaignait du fait que les jeunes ne sachent plus écrire Ce discours se renouvelle donc et on a tendance à penser que la génération qui vient après fait moins bien, mais on ne voit pas toujours tout ce qu ils savent en plus de ce que nous savions à l époque. Pensez-vous qu un jour l enseignement des graphies abrégées pourrait arriver jusque dans les programmes scolaires? Je ne saurais pas répondre à cette question. Mais je constate par rapport à ma génération qu il existait à mon époque une très forte pression pour l orthographe, avec par exemple cette épreuve terrible qu était la dictée, en particulier pour un certain nombre d élèves qui rencontraient des difficultés. Ces élèves étaient totalement inhibés par l écriture. Or, je constate qu aujourd hui, grâce aux possibilités de communication électronique, les gens sont décomplexés. Ils se lancent, ils écrivent beaucoup et ils ont peut-être jamais autant écrit, alors qu il y a encore trente ans, on pronostiquait la disparition de l écriture, mettant en cause les nouveaux médias, la télévision, etc. De ce point de vue-là, on s est trompé. Les gens écrivent en réalité plus que jamais grâce à Internet et grâce au téléphone portable. Et c est plutôt une bonne chose pour l écrit qui reste vivant. Mais dans l affaire, il est vrai que la norme est égratignée. Pour autant, cette situation ne me catastrophe pas, car les linguistes - qui connaissent aussi l histoire des langues - savent que cette histoire est intimement liée aux évolutions technologiques. Apparemment, on a inventé l écriture il y a 5000 ans, ce n est pas si long si l on considère que l on parle depuis des millions d années! Il y a déjà eu une immense révolution lors de l invention de l imprimerie qui a totalement changé le statut de l écrit par rapport aux temps où l écrit était transmis par des scribes qui devaient recopier. Et Internet, c est une nouvelle révolution du même type qui a des incidences sur le produit. Par exemple, l invention de l imprimerie a eu des effets sur la codification: On a commencé à ponctuer ; les typographes ont commencé à avoir leur mot à dire ; ils ont standardisé les textes qui connaissaient jusque-là énormément de variation au niveau de l orthographe. Aujourd hui, nous sommes à nouveau dans une période où il y a de la variation dans l orthographe. Mais ce n est pas dramatique. Le français a survécu. Tout le Moyen-Age, le français s est développé avec beaucoup de variation dans l orthographe. Et vraiment, on peut vivre avec de la variation dans l orthographe. Ce que l on appelle communément erreurs, nous, linguistes, appelons cela de la variation. C est de pouvoir écrire le mot «jamais», jamais, jms en abrégé, js si l on veut abréger encore plus, ou encore jamai, sans écrire le s qui est une lettre muette. Ce serait aussi de la variation de l écrire jamet, mais effectivement, certaines de ces variations, plus elles s écartent du standard, seront considérées comme des fautes plus ou moins graves. Toutefois, l on constate, notamment sur les forums de discussion, que lorsque l écart avec la norme devient trop important, une autorégulation naturelle de l écriture se met en place. C est-à-dire que les gens protestent au moment où les messages deviennent trop difficiles à décrypter. Je pense aussi que pour l instant il n est absolument pas question que ces nouvelles graphies pénètrent n importe où. Nous conservons par exemple une écriture normative lorsque l on ouvre son journal le matin, ou alors lorsque l on rédige une lettre de candidature. Evidemment que le dossier risque d être écarté si la lettre contient quatre fautes Donc, l écriture normative joue encore un grand rôle dans certains domaines où les personnes sont appelées à savoir rédiger, et je pense que l on a encore besoin de personnes qui connaissent l orthographe, laquelle reste un outil de sélection dans certaines professions, et il est évident que les gens ont quand même intérêt à veiller à leur orthographe. Peut-on imaginer arriver à une internationalisation de l écriture sms? L on constate déjà les bribes d une internationalisation lorsque l on rencontre le chiffre 8 utilisé pour souhaiter une bonne nuit. On écrit nuit n8. Et ceci aussi bien en français qu en allemand ou en anglais ou encore en romanche. J ajouterai que la valeur anglaise pour les chiffres est utilisée moins fréquemment que ce que l on pourrait croire, à l exception du 4 (four, phonétiquement for). Par contre il y a beaucoup de phénomènes d alternance codique dans les sms, à savoir le passage d une langue à une autre, et cela fait aussi partie du style sms. On a une quantité d exemples assez amusants avec des messages qui commencent par Caramba et qui se terminent par I love you avec, entre deux de l allemand et du français ou de l italien. Les gens aujourd hui s amusent avec ce plurilinguisme ambiant. Ce qui va être universel par contre dans le langage sms, ce sont les émoticônes qui indiquent l humeur de celui qui écrit. Ils peuvent bien entendu être utilisés dans toutes les langues, parce que ce sont des idéogrammes. En revanche, nous constatons une tendance inverse à cette internationalisation qui revient à beaucoup utiliser le dialecte et les variantes régionales. Dans le corpus de sms que nous avons recueillis en Suisse, nous constatons en Suisse alémanique que 80% des sms sont écrits en dialecte. Du côté romand, nous observons l équivalent avec les gens qui écrivent phonétiquement certaines variantes de prononciation. Par exemple, pour déjà, on trouvera dja. Ce sont des prononciations familières qui vont être écrites telles qu elles. Ces façons de parler locales sont des signes de proximité. Et il est 5

6 en fait très intéressant de noter cette tension qui existe entre l universel et le très local. Il est vrai que l on vit une période de changements. C est ce que l on appelle la mondialisation, où l on constate à la fois cette sorte de tension entre la globalisation des échanges, la migration de populations et le besoin de nous identifier à ce qui nous est proche. C est à tel point d ailleurs que si je me réfère au corpus de sms dont nous disposons, certains messages sont écrits dans des langues que nos spécialistes ne sont pas encore parvenus à identifier. Il y a des langues, probablement africaines, que nous n avons pas encore identifiées. Ceci indique que beaucoup de langues se côtoient sur notre territoire, et ce phénomène est nouveau par rapport à il y a trente ou quarante ans, où le sommet de l exotisme concernait l immigration italienne Et cette mutation se traduit dans le type textuel qu est le sms. Il y a aussi le fait que les gens voyagent beaucoup aujourd hui ; quelqu un en vacances à l Ile Maurice, vous enverra un message «couleur locale» avec deux ou trois mots de créole. Ces interférences culturelles et linguistiques confèrent ainsi au sms ce style si particulier. Apparemment, certaines franges de la population, aujourd hui, ont besoin de communiquer brièvement et différemment. Selon vous, qu est-ce que cela signifie? Ce sont souvent des collégiens, des jeunes qui cherchent à développer un langage quelque part un peu secret. Le style sms est donc aussi un marqueur d appartenance à un groupe. Au même titre que le verlan ou l argot qui sont des marqueurs d identité sociale. C est donc aussi un facteur de socialisation très intéressant et très positif. On peut également parler d un facteur d intégration, et si l on considère la frange des adolescents de 14 à 18 ans, y voir des aspects utilitaires, notamment dans le travail scolaire. On aurait souvent la tentation de traiter l écriture sms avec dédain, comme un sujet anecdotique, voire superficiel. Or, je pense qu elle permet au contraire de rapprocher les gens. Certains courants de pensée prétendent qu un jour, il ne sera plus nécessaire de savoir écrire. Nous pourrons utiliser des phrases toutes faites, sous forme de choix multiples. Qu en pensez-vous? J ai franchement des doutes, d autant plus que l on s est déjà trompé sur cette question en pensant que l écrit allait disparaître. Aujourd hui, avec tous les nouveaux instruments électroniques qui émergent, au contraire, on écrit de plus en plus. Le sms est même un système d écriture déjà périmé par les nouveaux appareils, style iphone, où l on n est plus limité par le nombre de caractères. On écrit donc plus et je pense que l écrit a encore de belles années devant lui, avec notamment des possibilités de traduction automatique et avec probablement toutes sortes de nouvelles fonctions à venir. Propos recueillis par Annick Weber Richard Variations orthographiques 6

7 R e g a r d s c r o i s é s Burn-out responsabilité individuelle ou collective? A l ère du multimédia, nous assistons à des modifications profondes des exigences liées à notre milieu professionnel. La redéfinition du statut de l employé figure parmi les concepts subissant les modifications constantes d un environnement socio-économique et culturel changeant. La Révolution Industrielle du 19 ème siècle en est sans doute l exemple le plus éloquent: avec l avènement de l industrialisation, le rôle du travailleur au sein de certaines manufactures est progressivement annihilé par l apparition des machines. Ces transformations majeures, portées par l émergence de techniques nouvelles, influencent considérablement les structures sociales inhérentes. Notre société reflète ce processus: les progrès techniques et informatiques, les crises économiques récentes et leurs répercussions, l évolution des dispositifs sociaux sont autant de facteurs qui le caractérisent. Ce climat engendre des pressions difficilement quantifiables auprès des entreprises, qui résistent et font face par la mise en place de structures adaptées. En outre, conséquemment à ces développements et en regard des pressions que peut subir une entreprise, la compétitivité est également un facteur socio-économique non négligeable. Dans de telles conditions, le monde du travail peut parfois basculer vers un univers impitoyable pour les employeurs et pour les employés, et, sous le poids de la pression et des responsabilités, certains craquent. Ce phénomène, observé plus attentivement depuis les années 70-80, est mieux connu sous le nom de burn-out ou «épuisement professionnel», conformément au terme dont le qualifia Herbert Freudenberger, premier psychologue a en diagnostiquer les symptômes. Mais à qui revient la responsabilité en cas de burn-out? De nombreux exemples tendent à démontrer que si un employé cède sous la pression, la faute sera plus facilement imputable à l employeur qu à l employé lui-même. Est-ce réellement le cas...? A dire vrai, il appartient à l individu d appréhender l environnement dans lequel il évolue en restant au plus près de ses aspirations et en accord avec ses besoins. Face aux exigences du monde du travail, nous oublions trop souvent nos ambitions personnelles; or, c est d elles que dépend fondamentalement notre réussite professionnelle. A nos capacités réelles se substitue une image biaisée de la réalité dont le trop haut standing ne correspond pas à ce que l on attend vraiment de nous. Les efforts fournis en vain en découlant poussent l employé à l épuisement, au burnout. Il existe évidemment de réels cas de stress, de mobbing ou de harcèlement dont l employeur est parfaitement responsable et qui rendent néfaste l environnement professionnel; cependant, il appartient là aussi à l individu de ne pas se laisser consumer et de réagir en conséquence. Il arrive que, pour des raisons personnelles telles qu une situation financière précaire, nous acceptions pour un temps une situation de pression; ici encore nous revient la responsabilité d y mettre un terme avant que la maîtrise ne nous échappe. De plus, selon cet exemple, les raisons qui nous amènent à accepter un climat professionnel délétère sont personnelles, ce qui démontre bien que les motivations intrinsèques réelles ne sont pas le fait de l employeur, bien que ce dernier n améliore en l occurrence en rien les circonstances. Pour la psychologue Christina Maslach, également l un des précurseurs de cet objet d étude, il ne fait aucun doute: «quel que soit le diagnostic, il porte toujours sur l individu». Car, bien qu intimement liés aux facteurs environnementaux, le stress et sa gestion restent du domaine de l individu et non du ressort de l entreprise. D autre part, toujours selon Christina Maslach, il y a une forte conjonction dans la notion de responsabilité: si nous nous attribuons les mérites de nos réussites, nous devons également reconnaître nos échecs sans en faire porter la responsabilité à un tiers; «cette philosophie célèbre également le triomphe de l individualité sur tout obstacle susceptible de se mettre en travers du chemin. Les gens doivent faire face aux défis, surmonter les obstacles et non les supprimer. Pour le burn-out cela signifie: apprendre à gérer les causes de stress sur le lieu professionnel et non s en débarrasser pour créer un environnement dépourvu de stress». Palier la pression n est donc pas non plus une solution viable: il vaut mieux apprendre à composer avec elle et être préparé à chaque fois qu elle se présente. Il semblerait donc que blâmer sans relâche les employeurs soit plus souvent une manière qu a l individu de se voiler la face plutôt qu une accusation justifiée, et que la réelle solution au problème du burn-out se trouve dans nos ressources personnelles. Mais c est là toute la complexité du syndrome d épuisement professionnel: dans les cas limites, nos ressources personnelles sont taries. Il existe cependant de nombreuses solutions lorsqu il s agit de se faire aider: les groupes de soutien, les cours de gestion du stress, le développement personnel et les thérapies en sont de parfaits exemples. Et, à l instar des structures sociales qu offre notre société moderne, bon nombre d entreprises s alignent sur la tendance et proposent d elles-mêmes des solutions probantes pour améliorer la qualité du bien-être de l individu sur son lieu de travail. Il s agit dès lors de ne plus se laisser envahir par les pressions extérieures et d apprendre à se recentrer sur soi-même, au plus près de nos vraies aspirations. Les dictats imposés par la société quant à la nécessité d un rendement toujours plus important mènent vers un effritement de l individualité au sein des grandes entreprises, ce qui fragilise l employé; lorsque l intérêt pour les résultats se fait au détriment de l intérêt pour le travail fourni, difficile de trouver sa place. Nous allons donc chercher ailleurs cette reconnaissance qui fait défaut en nous conformant auxdites exigences de la société : les signes extérieurs d accomplissement et de réussite en sont le résultat, mais nous nous sommes perdus en route. Ainsi, paradoxalement, en nous poussant à performer sur la base de telles valeurs, on nous mène inexorablement vers le burnout. C est pourquoi il est essentiel de ne pas s oublier, afin que l impact de notre travail soit favorable à notre accomplissement personnel et non l inverse. Leïla Weber 7

Et si vous faisiez relire et corriger vos textes par un professionnel?

Et si vous faisiez relire et corriger vos textes par un professionnel? Le Robert lance Et si vous faisiez relire et corriger vos textes par un professionnel? dossier de presse - 2014 L avis des Français Étude Ipsos pour Le Robert réalisée sur un échantillon de 1 001 Français

Plus en détail

Ecrire, un défi pour l'école?

Ecrire, un défi pour l'école? Français 2000, n 194-195 - janvier 2005 Ecrire, un défi pour l'école? SOMMAIRE Éditorial (J. Lefèbvre) Dossier : Écrire, un défi pour l école! Introduction : Faut-il apprendre à écrire? (J. Lefèbvre et

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité?

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? 1 L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? Prof. Gérard CLIQUET Président de la CIDEGEF IGR-IAE, Université de Rennes 1, FRANCE L année

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements

Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements Résumé Les défis du mandat d une Équipe itinérante : prévenir les glissements Ce texte fait partie d une banque de 50 récits de pratiques d intervention en itinérance qui ont été réalisés avec quatre Équipes

Plus en détail

Guide à l intention des parents sur. 2014 ConnectSafely.org

Guide à l intention des parents sur. 2014 ConnectSafely.org Guide à l intention des parents sur 2014 ConnectSafely.org Les adolescents canadiens aiment socialiser en ligne et surtout partager des photos. L étude réalisée par MédiaSmarts en 2014, Jeunes Canadiens

Plus en détail

Préparation d une maturité avec mention bilingue français-allemand ou français-anglais

Préparation d une maturité avec mention bilingue français-allemand ou français-anglais Préparation d une maturité avec mention bilingue français-allemand ou français-anglais Dans les écoles de maturité des gymnases du canton de Vaud Edition 2014 Département de la formation, de la jeunesse

Plus en détail

Les élèves sont amenés à se questionner sur l interaction homme/machine à travers l histoire, les apports ainsi que les limites des machines.

Les élèves sont amenés à se questionner sur l interaction homme/machine à travers l histoire, les apports ainsi que les limites des machines. ductionintro Fiche 1 Les élèves sont amenés à se questionner sur l interaction homme/machine à travers l histoire, les apports ainsi que les limites des machines. Suggestions: Comment les technologies

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

TRANSFORMATION DIGITALE NEWSLETTER - MARS 2014

TRANSFORMATION DIGITALE NEWSLETTER - MARS 2014 TRANSFORMATION DIGITALE NEWSLETTER - MARS 2014 LE POINT DE VUE DE KURT SALMON DANS CE NUMÉRO : Claude Bodeau Associé en charge de la practice RH-Management Contact: Email Votre organisation est-elle sociale?

Plus en détail

Chapitre I : Introduction

Chapitre I : Introduction Chapitre I : Introduction 1.1) Problématique A partir des années soixante, l environnement des entreprises a connu une mutation capitale, sans précédant historique dans le climat des affaires. Ces changements

Plus en détail

Les textos Slt koman sa C pa C?

Les textos Slt koman sa C pa C? Les textos Slt koman sa C pa C? Josiane Ulburghs, Humaniora Kindsheid Jesu, KUL, membre FORMACOM 1 Groupe cible : 3 e degré ASO Niveau : Objectifs : avancé Expression orale : Parler de ses modes de communication

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Narration : Christian Reber : Jacques Marchand : Kathleen Gilmour : Nigel Roulet : Jacques Marchand :

Narration : Christian Reber : Jacques Marchand : Kathleen Gilmour : Nigel Roulet : Jacques Marchand : TRANSCRIPTION Conseils sur la présentation d une demande de subvention à la découverte du CRSNG Narration : Pour obtenir des fonds de recherche dans un milieu concurrentiel, vous devez présenter vos idées

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC)

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC) LES JEUNES FACE A L ECRIT UN NOUVEAU DISPOSITIF D EVALUATION MASSIVE DE LEURS PERFORMANCES EN LECTURE Thierry Rocher* * DEPP, thierry.rocher@education.gouv.fr Mots-clés : illettrisme, test automatisé,

Plus en détail

C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES?

C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES? C o n f é r e n c e 7 LA PARTICIPATION, PIEGE OU SIMULATION CREATIVE POUR LES MARQUES? Animateur Isabelle MUSNIK INFLUENCIA Intervenants Maryelle ALLEMAND CARLIN INTERNATIONAL Sauveur FERNANDEZ SAUVEUR

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Société pour la gestion du personnel S E P

Société pour la gestion du personnel S E P Société pour la gestion du personnel S E P Section neuchâteloise Procès-verbal No 287 Présents : 27 Séance 12 septembre 2000, Grand Hôtel Les Endroits, La Chaux-de-Fonds Thème : L ÉVOLUTION DES PRATIQUES

Plus en détail

La gestion électronique de l information et des documents entreprise. Présentation

La gestion électronique de l information et des documents entreprise. Présentation FAVRE Consuting Ingénierie des Systèmes d Information La gestion électronique de l information et des documents entreprise Dossier réalisé en novembre 2014 Version 1 Références GF/100110 V2 FAVRE Consulting

Plus en détail

Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique

Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique Le bureau d idées Des enfants conseillent leurs pairs Petit guide pratique Ce qu il est bon de savoir concernant le bureau d idées 2 Une excellente idée: le bureau d idées 4 Le bureau d idées: des enfants

Plus en détail

ASSURER DES FORMATIONS DE QUALITE: Quelques pistes l expérience d UPLiFT, partenaire d Inter Aide à Manille, Philippines (anciennement appelé NBA)

ASSURER DES FORMATIONS DE QUALITE: Quelques pistes l expérience d UPLiFT, partenaire d Inter Aide à Manille, Philippines (anciennement appelé NBA) ASSURER DES FORMATIONS DE QUALITE: Quelques pistes l expérience d UPLiFT, partenaire d Inter Aide à Manille, Philippines (anciennement appelé NBA) Paul Hibon * Donner aux bénéficiaires envie d acquérir

Plus en détail

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE?

LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? LES RESEAUX SOCIAUX SONT-ILS UNE MODE OU UNE REELLE INVENTION MODERNE? Hugo Broudeur 2010/2011 2ieme année Télécom SudParis SOMMAIRE Introduction... 3 A) Des réseaux sociaux pour tout le monde... 4 1)

Plus en détail

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Colloque International, Liège - 22, 23 et 24 octobre 2014 La professionnalisation

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE OFFICE FEDERAL DES MIGRATIONS (ODM) MESURES D ENCOURAGEMENT DE L INTEGRATION PRISES PAR LA CONFEDERATION : PROGRAMME DES POINTS FORTS 2008-2011 EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT

Plus en détail

Formation Logistique Transport

Formation Logistique Transport CONSEIL ET FORMATION POUR LES ENTREPRISES AGROALIMENTAIRES Formation Logistique Transport Qualité Démarches de progrès Développement des compétences Sécurité des personnes Catalogue de Formations 2015

Plus en détail

Débroussailler les paiements mobiles :

Débroussailler les paiements mobiles : UN LIVRE BLANC DE CHASE PAYMENTECH Débroussailler les paiements mobiles : ce que les commerçants canadiens doivent savoir Utilisation de la technologie mobile pour les paiements Depuis quelques mois, on

Plus en détail

Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure.

Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure. Etude du niveau stress ressenti par les salariés de plusieurs entreprises du tertiaire. Un outil de mesure. Participants : Dr Evelyne Barraud, Martine Chevillard, Marie-José Dureau Mer, Isabelle Gouget,

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18)

Niveau B1. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années folles» (vidéo 01 mn 18) La Fête jusqu où? Niveau B1 Remarque : attention, les supports 1 et 2 ne sont pas dissociables et son à travailler de manière enchaînée. Support 1 : Danses nouvelles et spectacles provocateurs des «années

Plus en détail

Au secours, je croule sous les mails!

Au secours, je croule sous les mails! Magazine "L'Entreprise" 10 septembre 2007 Au secours, je croule sous les mails! La surcharge de mails est un vrai casse tête au travail. Comment survivre sous le flux continu d'informations sans zapper

Plus en détail

SOMMAIRE. Comment lire ce guide?... 5. Chapitre 1 Le monde du travail en Suisse... 17

SOMMAIRE. Comment lire ce guide?... 5. Chapitre 1 Le monde du travail en Suisse... 17 SOMMAIRE Comment lire ce guide?... 5 Chapitre 1 Le monde du travail en Suisse... 17 1. Les principaux indicateurs économiques et la santé de l économie suisse... 17 Une économie saine et solide basée sur

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Les bonnes pratiques du recrutement en ligne

Les bonnes pratiques du recrutement en ligne POUR VOUS ÉCLAIRER DANS LE COMMERCE DE DÉTAIL Les bonnes pratiques du recrutement en ligne Avant-propos Au Québec, le commerce de détail compte près de 24 000 établissements et 300 000 employés. Les jeunes

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français

Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la politique culturelle et du français Regards VII 6. La carte postale Réalisation Thomas Sorin, CAVILAM Rédaction Robert Angéniol, CAVILAM

Plus en détail

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec

Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Journée sans maquillage : une entrevue entre ÉquiLibre et ELLE Québec Cette semaine, Fannie Dagenais, la directrice générale d ÉquiLibre, et Louise Dugas, la rédactrice en chef reportage, culture et style

Plus en détail

Communication interne. 01infomaths.com Prof :Zakaria

Communication interne. 01infomaths.com Prof :Zakaria Communication interne 01infomaths.com Prof :Zakaria PLAN INTRODUCTION HISTORIQUE COMMUNICATION ET INFORMATION COMMUNICATION INTERNE ET COMMUNICATION EXTERNE LES CHEMAINS DE LA COOMUNICATION AU SEIN DES

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Economiste d entreprise BACHELOR OF SCIENCE

Economiste d entreprise BACHELOR OF SCIENCE Economiste d entreprise BACHELOR OF SCIENCE LES HAUTES ÉCOLES SPÉCIALISÉES Les Hautes écoles spécialisées (HES), dénommées aussi University of Applied Sciences, constituent un élément majeur du système

Plus en détail

Ta formation, ton avenir

Ta formation, ton avenir Ta formation, ton avenir Une formation auprès d une banque suisse Etre au cœur de l action p. 4 Des employeurs attractifs et accessibles p. Un accès rapide à d autres formations bancaires p.12 11 www.swissbanking-future.ch

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand

Plan et résumé de l intervention de Jean-Philippe Dunand Faculté de droit Prof. Jean-Philippe Dunand Prof. Pascal Mahon Avenue du 1 er -Mars 26 CH-2000 Neuchâtel Tél. ++41 32 718.12.00 Fax ++41 32 718.12.01 Centre d étude des relations de travail (CERT) Neuchâtel,

Plus en détail

Étude SALVEO Deuxième volet L influence de l entreprise sur la santé mentale

Étude SALVEO Deuxième volet L influence de l entreprise sur la santé mentale Étude SALVEO Deuxième volet L influence de l entreprise sur la santé mentale Améliorer la santé mentale en milieu de travail est un incontournable pour les entreprises d aujourd hui. Selon la Commission

Plus en détail

E-réputation : protection des données en ligne. Ghislain NYAMFIT Consultant en Cybersécurité @nyamfitg

E-réputation : protection des données en ligne. Ghislain NYAMFIT Consultant en Cybersécurité @nyamfitg E-réputation : protection des données en ligne Ghislain NYAMFIT Consultant en Cybersécurité @nyamfitg CONTEXTE La cybersécurité est un facteur de productivité, de compétitivité et donc de croissance pour

Plus en détail

Tous connectés, de 9 à 99 ans. Leçon 7 ... Facebook, le réseau social sur internet. Ces icônes indiquent pour qui est le document

Tous connectés, de 9 à 99 ans. Leçon 7 ... Facebook, le réseau social sur internet. Ces icônes indiquent pour qui est le document Leçon 7... Facebook, le réseau social sur internet Ces icônes indiquent pour qui est le document Professeurs WebExperts Seniors Elèves Informations de base Informations de base pour l enseignant Pourquoi?

Plus en détail

Campagne de communication Jeunes Noyonnais Avril 2013

Campagne de communication Jeunes Noyonnais Avril 2013 DOSSIER DE PRESSE Campagne de communication Jeunes Noyonnais Avril 2013 Contact Presse Myriam Jamali 03 44 93 36 58 myriam.jamali@noyon.fr 2 500, c est, selon l ARCEP, le nombre de textos envoyés par mois

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Programme de formation 2016. «Les plus belles découvertes cesseraient de me plaire si je devais les garder pour moi.» Sénèque

Programme de formation 2016. «Les plus belles découvertes cesseraient de me plaire si je devais les garder pour moi.» Sénèque Programme de formation 2016 «Les plus belles découvertes cesseraient de me plaire si je devais les garder pour moi.» Sénèque Pourquoi choisir les formations proposées par E-Consult? - Parce que les thèmes

Plus en détail

N 334 - SIMON Anne-Catherine

N 334 - SIMON Anne-Catherine N 334 - SIMON Anne-Catherine RÉALISATION D UN CDROM/DVD CONTENANT DES DONNÉES DU LANGAGE ORAL ORGANISÉES EN PARCOURS DIDACTIQUES D INITIATION LINGUISTIQUE A PARTIR DES BASES DE DONNÉES VALIBEL Introduction

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

LE PLAISIR D APPRENDRE POUR APPRENDRE

LE PLAISIR D APPRENDRE POUR APPRENDRE Ville-École-Intégration, n 119, décembre 1999 LE PLAISIR D APPRENDRE POUR APPRENDRE Jean-Pierre ARCHAMBAULT (*) Les TICE favorisent le travail collectif et aident au travail individuel, ont l attrait de

Plus en détail

Convergence Grand public professionnelle

Convergence Grand public professionnelle Note de synthèse Convergence Grand public professionnelle Cette note synthétise les réflexions d une des tables rondes des entretiens Télécom de Mars 2006, organisés par Finaki. A cette table étaient à

Plus en détail

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES

DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES NOUVELLES COMPÉTENCES POUR LE DÉPARTEMENT INFORMATIQUE ORIENTÉ SERVICES Le quotidien du responsable informatique d une entreprise s apparente à un combat de tous les instants. Le département informatique

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Projet éducatif vacances enfants et adolescents

Projet éducatif vacances enfants et adolescents Projet éducatif vacances enfants et adolescents SOMMAIRE 1- Présentation du mouvement 2- Valeurs et finalités 3- Nos objectifs 4- Nos orientations éducatives 5- L équipe d encadrement 6- Les activités

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ----------

Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Remise de l Ordre National du Mérite à M. David LASFARGUE (Résidence de France 7 novembre 2014) ---------- Cher David Lasfargue, Mesdames, Messieurs, C est toujours un honneur et un plaisir pour un Ambassadeur

Plus en détail

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE

PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE PROGRAMME DE LANGUES VIVANTES DE LA VOIE PROFESSIONNELLE Proposition d aide à la mise en œuvre pédagogique Domaine : SE CULTIVER ET SE DIVERTIR Programme National de pilotage Séminaire «Mise en œuvre pédagogique

Plus en détail

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Colloque des affaires réglementaires du Bureau d assurance du

Plus en détail

Pas d installations ou d équipement particuliers.

Pas d installations ou d équipement particuliers. COURS MAM1010 : Niveau : Préalable : Description : Paramètres : MARKÉTING ET GESTION Débutant Aucun L élève acquiert des notions de base en gestion et en markéting et donne des indications sur les meilleures

Plus en détail

Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics

Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics Résultats de l enquête en ligne Réponse des entreprises aux marchés publics Au 1er janvier 2005, les entreprises pourront répondre aux marchés publics sous forme électronique, et les collectivités territoriales

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Cette section vous propose une synthèse des questions les plus susceptibles d être posées en entrevue de sélection. Cette section peut vous aider lors de

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Mon métier, mon parcours

Mon métier, mon parcours Mon métier, mon parcours Anthony, ingénieur d études diplômé d un Master Réseaux, application documentaire, ingénierie et sécurité Les métiers de l Informatique Le domaine Sciences, Technologies, Santé

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate

Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate Check-list pour la bonne formation continue Voies de formation

Plus en détail

Suite aux travaux d une sous-commission de la CER-N, un avant-projet a été élaboré en deux volets :

Suite aux travaux d une sous-commission de la CER-N, un avant-projet a été élaboré en deux volets : Office fédéral de la justice Mme Emanuella Gramegna Bundesrain 20 3003 Berne Lausanne, le 27 septembre 2013 Prise de position concernant la consultation relative à l initiative parlementaire 10.467 Prévention

Plus en détail

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE

LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE LES HABILETÉS DE SAVOIR ÊTRE Clémence Gauvin et Émilienne Laforge, professeures Module travail social Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue 2004-2005, modification mai 2006 Introduction La formation

Plus en détail

La publicité pour votre certification ISO 9001: 2000 ou ISO 14001: 2004

La publicité pour votre certification ISO 9001: 2000 ou ISO 14001: 2004 votre certification ISO 9001: 2000 ou ISO 14001: 2004 ISO L ISO (Organisation internationale de normalisation) est la source des familles ISO 9000 et ISO 14000 de normes de management de la qualité ou

Plus en détail

catégorie - développement rh

catégorie - développement rh Mise en œuvre d un outil de développement des compétences 360 Feedback au sein de l Université du Courrier du Groupe La Poste Marion TREMINTIN Diplômée d un DESS Gestion Stratégique des Ressources Humaines

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

Introduction au Management de Projet Appréhendez le monde du projet : les fondamentaux

Introduction au Management de Projet Appréhendez le monde du projet : les fondamentaux Attestation Introduction au Management de Projet Appréhendez le monde du projet : les fondamentaux www.cefco.ch 2013_V2 : 30.05.2013 SOMMAIRE ATTESTATION INTRODUCTION AU MANAGEMENT DE PROJET Ce cours est

Plus en détail

Compte rendu de la journée d étude sur la diversité culturelle et la médiation interculturelle dans les hôpitaux du 23 mai 2006

Compte rendu de la journée d étude sur la diversité culturelle et la médiation interculturelle dans les hôpitaux du 23 mai 2006 Compte rendu de la journée d étude sur la diversité culturelle et la médiation interculturelle dans les hôpitaux du 23 mai 2006 Organisation : Cellule Médiation interculturelle (DG1, SPF Santé publique),

Plus en détail

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010)

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Les associations, souvent financées par des fonds publics doivent aujourd hui faire face à une diminution

Plus en détail

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux?

Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Une association à un seul membre? Est-on vraiment sérieux? Synthèse L identité d un régime juridique découle des caractéristiques du sujet qu il couvre et non du seul fait que l entité ait la personnalité

Plus en détail

La standardisation dans les actes législatifs de l Union européenne et les bases de terminologie

La standardisation dans les actes législatifs de l Union européenne et les bases de terminologie La standardisation dans les actes législatifs de l Union européenne et les bases de terminologie Pascale Berteloot Les travaux de terminologie ont débuté dans chacune des institutions de l UE de façon

Plus en détail

Crédits de cotisations grâce à la gestion de la santé pour les grandes entreprises et leurs collaborateurs. En route vers un avenir sûr

Crédits de cotisations grâce à la gestion de la santé pour les grandes entreprises et leurs collaborateurs. En route vers un avenir sûr Votre fidélité est récompensée. Crédits de cotisations grâce à la gestion de la santé pour les grandes entreprises et leurs collaborateurs. En route vers un avenir sûr Table des matières Crédits de cotisations

Plus en détail

Concept totale. parfaitement compatibles permettant de jeter un «nouveau regard sur le marketing & les ventes».

Concept totale. parfaitement compatibles permettant de jeter un «nouveau regard sur le marketing & les ventes». Concept totale Le logiciel CRM peut être acheté partout. Tout comme les adresses de vos publipostages. Il existe également de nombreux logiciels pour le marketing par courrier électronique. Mais vous ne

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005

LE COACHING. Texte communiqué par. Norbert CASAS. MONTPELLIER Mars 2005 LE COACHING Texte communiqué par Norbert CASAS MONTPELLIER Mars 2005 Le terme de «coaching» recouvre aujourd hui une réalité disparate car il et utilisé dans de nombreux domaines aussi divers que la gestion

Plus en détail

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux

CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux new 3 12 2014 CONCEPT Notre Temps - Vivre bien, Vivre mieux est la déclinaison suisse du célèbre magazine français lancé en 1968. Alors précurseur sur la cible des 50 ans et plus, il est aujourd hui le

Plus en détail

QUELLES PORTES S OUVRENT À LA FIN DE LA 11 E (12 E )

QUELLES PORTES S OUVRENT À LA FIN DE LA 11 E (12 E ) SI VOUS CHERCHEZ POUR VOTRE FILLE UNE ÉCOLE SECONDAIRE QUI CONTRIBUE À SA RÉUSSITE ET À SON ÉPANOUISSEMENT, QUI LUI DONNE CONFIANCE EN ELLE-MÊME, QUI STIMULE SON ENVIE D APPRENDRE. QUELLES PORTES S OUVRENT

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

Andréas Boes et Thomas Lühr. Travail et temps en Allemagne Un système de mise à l épreuve permanent

Andréas Boes et Thomas Lühr. Travail et temps en Allemagne Un système de mise à l épreuve permanent Andréas Boes et Thomas Lühr Travail et temps en Allemagne Un système de mise à l épreuve permanent Pour les salariés allemands les plus qualifiés, l effacement des limites entre temps professionnel et

Plus en détail

Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS)

Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS) Département fédéral des affaires étrangères DFAE Direction des ressources DR Personnel DFAE Stagiaire Ecole professionnelle supérieure (EPS) L ensemble des données figurant dans ce questionnaire sont soumises

Plus en détail

La littératie numérique est-elle vraiment une littératie? Pour quelle raison se soucie-t-on de la définition de la littératie numérique?

La littératie numérique est-elle vraiment une littératie? Pour quelle raison se soucie-t-on de la définition de la littératie numérique? Tiré de Adult Literacy Education, un article de blogue écrit par David J. Rosen, D.Ed. http://davidjrosen.wordpress.com/2013/01 TEACH Magazine, disponible en version imprimée et numérique, est la plus

Plus en détail

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE 52 INSIDE Un autre regard sur Michel R. WALTHER Directeur général de la Clinique de La Source Directeur général de la Clinique de La Source, Michel R. Walther est né en 1949 au Maroc de parents suisses.

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

9.1- Sur les réseaux sociaux, j ai toujours le choix!

9.1- Sur les réseaux sociaux, j ai toujours le choix! Thème 3 - Participer, protéger, partager : des choix de société? Séquence 9 Nos actions sur les réseaux sociaux 9.1- Sur les réseaux sociaux, j ai toujours le choix! à partir de la 5 e comprendre créer

Plus en détail

Résolution de conflits, coaching et formation

Résolution de conflits, coaching et formation Résolution de conflits, coaching et formation Fabienne Alfandari 16 chemin des Clochettes 1206 Genève fabienne@image-imagination.com www. image-imagination.com tél. 079 540 65 44 Un besoin dans les entreprises

Plus en détail