L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril % DE HAUSSE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L OBSERVATOIRE. des marchés de l ancien L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ. Lettre de conjoncture - N 48. Avril 2007 +6.5 % DE HAUSSE"

Transcription

1 L OBSERVATOIRE des marchés de l ancien Avril 2007 Lettre de conjoncture - N 48 E N B R E F +6.5 % DE HAUSSE DES PRIX DE L ANCIEN AU 1 ER TRIMESTRE Doucement, le rythme annuel de progression des prix ralentit toujours. L ENVIRONNEMENT DU MARCHÉ L'ÉVOLUTION GÉNÉRALE En ce début d année 2007 et sans surprise, comme en 2005 et 2006 à la même époque, le rythme de progression des prix des logements anciens amorce un nouveau fléchissement. Après 10.4 % La Lettre de Conjoncture de la FNAIM propose, chaque trimestre, d apprécier les grandes tendances des marchés immobiliers privés. Elle s appuie désormais sur un puissant réseau de mobilisation des informations nécessaires à une bonne appréhension de la réalité du secteur : le réseau des Professionnels de la FNAIM, bien sûr, qui a su faire face à l enjeu et permet de compter chaque année sur près de références représentatives de l ensemble du marché ; les ressources de l Observatoire du Financement du Logement (CSA) qui présente une photographie détaillée du marché de l accession à la propriété ; l expertise de MeilleurTaux.com qui apporte des points de repères efficaces sur l environnement du marché des crédits immobiliers aux particuliers ; ainsi que les outils d analyses et de prévisions économiques d Asterès. Pour son édition d avril 2007, elle s est enrichie, en outre, de l analyse des tendances du marché locatif privé. et 7.1 % de hausse en 2005 et 2006, il s est établi à 6.5 % à la fin du 1 er trimestre 2007, confirmant son retour à plus de modération. En outre, au terme de six mois de baisses et de hausses alternées, les prix sont quasiment restés stables au cours du 1 er trimestre 2007 avec +0.5 % d augmentation. Alors, au-delà du caractère préoccupant du niveau des prix pratiqués aujourd hui, près de deux fois supérieur à celui observé en 2000 sur l ensemble du territoire, si le marché ne semble pas amorcer de repli, c est sans aucun doute parce qu il est resté équilibré au regard des fondamentaux qui le soutiennent. Avec une progression des prix s approchant progressivement des 5.0 %, le marché semble, en effet, avoir réagi mécaniquement à l appréciation des taux d intérêt des crédits immobiliers. Seuls, un allongement de la durée des emprunts et une amélioration sensible du revenu des ménages n auraient pas permis de compenser de nouvelles hausses à deux chiffres % DE HAUSSE ANNUELLE MOYENNE DES LOYERS EN Après 4.4% de hausse annuelle moyenne entre 2000 et 2005, la hausse des loyers est désormais moins rapide. DES CONDITIONS DE CRÉDIT TOUJOURS FAVORABLES AUX EMPRUNTEURS. Et qui compensent encore les hausses de prix désormais plus modérées. ACHETER OU LOUER? Les projets d accession des ménages ne sont toujours pas remis en cause. INVESTIR? Où et pour qui le «Borloo Populaire» est-il attractif? Des pistes de réformes pour développer l offre locative à loyers maîtrisés.

2 Sous l action conjuguée : d une reprise attendue de la croissance, après son «trou d air» de fin d année, et de ses bénéfices sur le marché de l emploi et sur les revenus des ménages, d une amélioration du pouvoir d achat stimulé par le contrecoup de la fiscalisation des PEL de plus de 10 ans, le reflux de l inflation et l allègement de la fiscalité prévu dans la Loi de Finances 2007 (nouvelle hausse de la Prime Pour l Emploi, baisse de l Impôt sur le Revenu, bouclier fiscal ), de conditions de crédits toujours favorables, alors que la BCE, après avoir relevé ses taux directeurs de 25 points de base en mars dernier, devrait mettre un terme à leur relèvement et que la concurrence entre les établissements financiers reste vive, de l impact de la revalorisation du barème du PTZ et de l allongement de sa période de différé de remboursement, la solvabilité des ménages pourrait encore s améliorer dans les prochains mois. Après un recul de 10.4 % entre 2002 et 2004, l indicateur synthétique de solvabilité de la demande ne fléchit toujours pas, affichant même une progression de 0.7 % comparable à celles observées à fin 2005 (+1.0 %) et fin 2006 (+0.6 %). INDICES FNAIM DES PRIX DES LOGEMENTS (Graphique 1) Sur le marché locatif privé, le ralentissement de la hausse des prix est également sensible ; les rythmes de progression des loyers y sont en effet moins rapides pour s établir à % en rythme annuel à la fin du 1 er trimestre 2007 (contre % en 2006, % en 2005 et % de hausse annuelle moyenne entre 2000 et 2005). Un résultat qui tient essentiellement à des hausses de loyers moins rapides sur le marché des appartements (+ 3.5 % au 1 er trimestre 2007 contre % et % en 2006 et 2005) que sur celui des maisons où les loyers progressent toujours de l ordre de % depuis 3 ans. Sans aucun doute, les clientèles hésitantes à l aube des échéances électorales, ou celles qui, dans le contexte d une hausse des prix ininterrompue depuis plus de dix ans, ont renoncé à leur projet immobilier, pourraient bien passer à l acte en Au total, avec une rentabilité brute moyenne oscillant entre 4.6 % sur les maisons et 4.9 % sur les appartements au 1 er trimestre 2007 (contre une fourchette comprise entre 6.7 % et 7.3 % en 2001 à la même époque), le marché ne semble pas justifier la remise en cause de leurs projets d accession. D autant que leur opportunité d acheter devrait se renforcer si les prix de l ancien étaient amenés à progresser en 2007 à un rythme comparable à celui des valeurs locatives. 185, , ,0 Vente Location Taux de croissance annuel des prix (Graphique 2a) Taux de croissance annuel des loyers (Graphique 2b) 20% Tendance ,5 % 10% 8% 7,9% Tendance ,2 % 15% 14,3% 15,4% 6% 10% 10,1% 10,4% 7,5% 10,4% 7,1% 4% 2% 2,9% 2,3% 4,6% 3,7% 3,5% 3,6% 2 5% Observatoire FNAIM des Marchés de l Ancien 0%

3 LA BANQUE DE DONNÉES IMMOBILIÈRES DE LA FNAIM La banque de données immobilières de la FNAIM rassemble aujourd hui plus références concernant des ventes réalisées sur le territoire métropolitain depuis 1995 et concernant des mises en location nouvelles non meublées pour lesquelles les professionnels ont été mandatés depuis Elle bénéficie d une alimentation soutenue de l ordre de références «transaction» et références «location» par an. Les informations recueillies sont restituées au sein d un réseau de plus de entreprises réparties dans toute la France, garantissant, de ce fait, une bonne couverture géographique. Avec un tiers des transactions sur logements existants réalisées par des agents immobiliers FNAIM, les références enregistrées apparaissent représentatives de l ensemble des transactions réalisées sur le marché immobilier. L INDICATEUR SYNTHÉTIQUE DE SOLVABILITÉ DE LA DEMANDE (Graphique 3) ,0% +0,6% +0,7% T1-95 T1-96 T1-97 T1-98 T1-99 T1-00 T1-01 T1-02 T1-03 T1-04 T1-05 T1-06 T1-07 La hausse des prix, dont le ralentissement est amorcé depuis plus de deux ans maintenant, ne participe plus autant à la dégradation de la solvabilité des ménages. L indicateur synthétique de solvabilité de la demande tire partie d une configuration des prêts toujours favorable. L'INDICATEUR SYNTHÉTIQUE DE SOLVABILITÉ DE LA DEMANDE DES LOGEMENTS ANCIENS PAR LES MÉNAGES En base 100 en 2000, cet indicateur synthétise les effets de quatre facteurs explicatifs principaux : l évolution du revenu disponible brut des ménages (= revenus d activités + prestations sociales + revenus financiers nets - impôts directs), les conditions de remboursement des prêts du secteur concurrentiel (taux d intérêt et durée), les incitations publiques en faveur de l accession à la propriété dans l ancien, l évolution du prix des logements. Avril Lettre de conjoncture - N 48 3

4 LE MARCHÉ DES CRÉDITS IMMOBILIERS AUX PARTICULIERS Depuis le début de l année 2007, et malgré une hausse de 0,15 point de base environ, les taux d intérêt des prêts immobiliers sont restés attractifs et favorables aux emprunteurs : 3.80 % sur 15 ans (13 % des prêts environ), 3.95 % sur 20 ans (24 % des prêts), 4.05 % sur 25 ans (34 % des prêts). Ils retrouvent ainsi leurs niveaux observés en début d année Dans un marché fortement concurrentiel où les banques tardent à répercuter la hausse des taux des marchés financiers à long terme, les particuliers profitent de conditions de financement sensiblement inférieures à celles de l Etat Français! L écart de 0.35 point observé au 3 avril 2007 entre l emprunt d Etat à 10 ans (4.15 %) et le taux fixe pour un excellent dossier à 15 ans (3.85 %) reste nettement supérieur aux écarts enregistrés en moyenne au cours de l année Pour autant, les hausses successives du taux d intervention de la BCE intervenues entre octobre 2005 et mars 2007 n auront pas été sans conséquences. Plaçant le taux directeur à 3.75 %, elles ont entraîné : une hausse de 1.45 point, très importante et continue, des taux d intérêt à court terme utilisés comme indice pour les prêts à taux révisables : le taux d intérêt à 1 an se situe actuellement à 4.20 % (contre 4.00 % en janvier 2007 et 2.75 % en début d année 2006) ; une hausse plus modeste des taux d intérêt à long terme, le taux d intérêt à 10 ans se situe actuellement à 4.15 % contre 3.95 % en début d année 2007 et 3.28 % en début d année 2006 ( %). La durée des prêts, quant à elle, continue de s allonger durant les trois premiers mois de l année 2007, pour atteindre en moyenne 21,3 ans en 2007, contre 20,5 en La part des prêts à 30 ans est en forte progression : alors qu elle est restée inférieure à 10 % durant l année 2006, elle représente en mars 2007, 12.3 % des prêts. Une augmentation très importante qui s effectue au détriment de la part des prêts à 15 ans (en baisse de 2 %) et de celle des prêts à 20 ans (en baisse de 1 %). Dans un contexte de concurrence commerciale active, la politique de crédit des banques reste très dynamique et aucun durcissement significatif des critères de crédit n est à constater. La très grande majorité des projets trouve en effet une solution de financement, qu il s agisse des dossiers spécifiques ou sans apport. Même si les conditions tarifaires sont devenues plus sélectives, la politique de crédit des banques reste souple : elle s adapte au marché local dans un objectif de conservation de parts de marché ou de conquête plus ou moins agressive. Une volonté manifeste de s adapter à la hausse des prix de l immobilier et de conquérir de nouvelles cibles de clientèle (jeunes à profil évolutif notamment) se concrétise par le développement, dans toutes les régions, de nouvelles solutions de financement à taux fixe sur 30 ans. Rappelons que l allongement de la durée des prêts réduit la marge de garantie des banques en augmentant fortement l encours financier restant dû pendant les premières années du prêt. A titre d exemple, en cas d obligation de revente anticipée, la dette du client est nettement plus élevée pour un prêt à 30 ans que pour un prêt à 20 ans (après 5 ans 92 % contre 82 %, après 10 ans 79 % contre 60 %). LA CHRONIQUE CONJONCTURELLE DU CRÉDIT IMMOBILIER, AVEC NOTRE PARTENAIRE MEILLEURTAUX.COM Meilleurtaux, leader du courtage en crédits immobiliers sur Internet et partenaire de la FNAIM, propose, au travers de l Observatoire FNAIM des marchés de l ancien, d apporter des points de repère efficaces sur l environnement du marché des crédits aux particuliers. Avec 110 banques partenaires, le site meilleurtaux.com et son réseau de 48 agences en France offrent gratuitement aux particuliers la possibilité d obtenir très rapidement des propositions de crédits immobiliers détaillées et personnalisées. 4 Observatoire FNAIM des Marchés de l Ancien

5 L INDICATEUR DES TAUX (Tableau 1) 4 avril ans fixe 15 ans fixe 20 ans fixe 25 ans fixe 30 ans fixe Excellent 3,60% 3,80% 3,85% 3,95% 4,15% Bon 3,75% 3,90% 3,95% 4,10% 4,40% Moyen 3,90% 4,05% 4,10% 4,20% 4,55% Taux hors assurance LA DURÉE MOYENNE DES PRÊTS (Tableau 2) Part (en %) des crédits financés à Période 10 ans 15 ans 20 ans 25 ans 30 ans Durée moyenne ,5% 39,0% 32,5% 2,2% 0,0% 16, ,4% 25,7% 32,6% 11,4% 1,2% 17, ,6% 18,4% 28,4% 23,7% 2,3% 18, ,1% 14,8% 24,9% 31,7% 8,4% 20, ,5% 12,9% 23,9% 33,7% 11,6% 21,3 L ÂGE DES EMPRUNTEURS (Tableau 3) Structure par âge (en %) des emprunteurs Année/Age ans ,1 10,6 41,1 24,0 3,8 2,9 1,3 0, ,2 18,2 33,0 22,6 6,3 3,2 2,2 1, ,5 24,6 27,0 17,5 6,5 3,7 2,2 1, ,1 25,0 23,8 16,8 7,1 4,4 2,4 1,4 LA SENSIBILITÉ DES PRÊTS AUX MOUVEMENTS DE TAUX (Tableau 4) Mensualités (ass. comprise) pour empruntés en Sur 15 ans Sur 20 ans Sur 25 ans Variation Variation Variation en en en en % en en % en en %... aux conditions actuelles majorées de 0,1 point , , ,0... majorées de 0,2 point , , ,0... majorées de 0,3 point , , ,1... majorées de 0,4 point , , ,1... majorées de 0,5 point , , ,2 Avril Lettre de conjoncture - N 48 5

6 LES SPÉCIFICITÉS DES MARCHÉS A L A V E N T E Au terme de mois de baisse et de hausse alternées, les prix des logements sont quasiment restés stables au cours du 1er trimestre 2007 avec % de hausse, plaçant leur rythme de progression annuel à 6.5 % (contre % en 2006 à la même époque). Signe d un net ralentissement, ce dernier s établit à 5.4 % en glissement trimestriel (contre % au 1 er trimestre 2006). Ce constat s observe : tant sur le marché des appartements : +5.2 % en glissement au 1 er trimestre 2007 (contre +7.8 % en 2006 à la même époque), que sur le marché des maisons : +5.7 % en glissement au 1 er trimestre 2007 (contre +9.1 % en 2006 à la même époque). Sur le marché des appartements, le ralentissement touche une nouvelle fois tous les segments de marchés. Les prix y progressent d ailleurs de façon homogène désormais : de l ordre de +7.2 % pour les studios et une pièce (14.1 % du marché), de +6.8 % pour les deux pièces (24.6 % du marché), de +6.0 % pour les trois pièces (28.8 % du marché), et de +6.7 % pour les cinq pièces (11.1 % du marché). C est sur le segment des quatre pièces (21.4 % du marché) que les hausses de prix sont les plus lentes (+5.5 %). LES PRIX À LA TRANSACTION PAR TYPE DE BIENS (Tableau 5) Appartements Maisons Studios & 1 pièce 2 pièces 3 pièces 4 pièces 5 pièces & plus Ensemble 4 pièces 5 pièces 6 pièces & plus Ensemble Part de marché (en %) Surface habitable en m 2 Prix* 2006 ( en / m 2 ) Prix* 2007 ( en / m 2 ) Taux de variation annuel 2006 en % (12 derniers mois / 12 mois précédents) Taux de variation annuel 2007 en % (12 derniers mois / 12 mois précédents) 14,1 24,6 28,8 21,4 11,1 100,0 23,2 30,2 46,6 100,0 27,0 44,3 66,1 83,3 117,3 64,6 95,4 114,6 167,9 135, ,5 8,8 9,7 7,3 5,7 9,5 9,9 10,4 9,7 9,9 7,2 6,8 6,0 5,5 6,7 6,4 5,9 6,4 6,4 6,3 Taux de variation annuel 2006 en glissement trimestriel en % 11,3 7,1 7,2 6,0 9,1 7,8 9,8 10,0 8,1 9,1 (1er trimestre 2006 / 1er trimestre 2005) Taux de variation annuel 2007 en glissement trimestriel en % 8,3 4,9 5,1 4,0 3,1 5,2 4,1 5,1 6,9 5,7 (1er trimestre 2007 / 1er trimestre 2006) * Moyenne annuelle au 1 er trimestre de chaque année considérée LES PRIX SELON LES RÉGIONS (Tableau 6) Appartements Maisons Ensemble au 1 er trimestre de chaque année considérée 12 derniers mois / 12 mois précédents en glissement trimestriel 12 derniers mois / 12 mois précédents en glissement trimestriel 12 derniers mois / 12 mois précédents en glissement trimestriel Ouest 16,5 6,6 14,3 1,4 11,3 5,8 9,7 4,8 13,1 6,1 11,3 3,6 Ile-de-France 4,3 5,9 3,7 4,2 8,6 9,7 11,2 8,4 5,8 7,2 6,2 5,7 Nord et Est 11,0 9,6 9,4 10,6 11,6 8,0 11,0 6,4 11,4 8,5 10,4 7,8 Sud-Ouest 15,0 1,0 9,4 1,4 9,5 1,1 9,1-3,1 11,4 1,1 9,2-1,5 Centre et Alpes 11,2 6,5 9,1 4,3 8,0 7,7 6,1 7,3 9,6 7,1 7,6 5,8 Sud-Est 12,3 7,8 9,9 9,7 11,2 4,3 8,2 7,4 11,8 6,1 9,1 8,6 6 France entière 9,5 6,4 7,8 5,2 9,9 6,3 9,1 5,7 9,7 6,3 8,3 5,4 = variation Observatoire FNAIM des Marchés de l Ancien

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Octobre 2009 L Tableau de bord mensuel Octobre 2009 Avertissement : les indications mensuelles reprises dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitives qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Le bilan de l année 2014 Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel. Janvier 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Janvier 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2015 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

des marchés de l ancien

des marchés de l ancien L OBSERVATOIRE des marchés de l ancien Octobre 2007 Lettre de conjoncture - N 50 UN MARCHÉ EN «QUÊTE» D AJUSTEMENTS LES TENDANCES RÉCENTES Alors qu aucune tension sur les prix n a été observée au cours

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014

L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 L Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Février 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mai 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mai 2015 L Tableau de bord mensuel Mai 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple = M est

Plus en détail

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Juin 2014 L Tableau de bord mensuel Juin 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple = M est

Plus en détail

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes

Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le 3 ème trimestre 2014 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 3 ème trimestre 2014 Les données caractéristiques selon le type de marché Au 3 ème

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 3 ème Trimestre 2014 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel. Septembre 2015

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel. Septembre 2015 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014

L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 L Observatoire Crédit Logement/CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Septembre 2014 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent

Plus en détail

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015

L Observatoire du Financement des Marchés Résidentiels. Tableau de bord mensuel Novembre 2015 L Tableau de bord mensuel Novembre 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs qu avec la publication des résultats trimestriels : exemple =

Plus en détail

et les tendances récentes

et les tendances récentes Le 1 er trimestre 2016 Le 1 trimestre 2016 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble Lensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2015 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES MARCHÉS - Prêts bancaires (taux

Plus en détail

et les tendances récentes

et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 215 Le 4 trimestre 215 et les tendances récentes Le tableau de bord de l Observatoire L ensemble Lensemble des marchés Les taux des crédits immobiliers aux particuliers ENSEMBLE DES

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Mars 2016 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Observatoire du crédit immobilier

Observatoire du crédit immobilier Observatoire du crédit immobilier 12 e édition conférence de presse - 10 novembre 2010 Christian Camus Directeur général de Meilleurtaux.com 12 e Observatoire du crédit immobilier Meilleurtaux Des taux

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

16 ème Observatoire du Crédit Immobilier

16 ème Observatoire du Crédit Immobilier 16 ème Observatoire du Crédit Immobilier LES BANQUES ONT-ELLES ARRÊTÉ DE PRÊTER? «BANQUES CHERCHENT EMPRUNTEURS». C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 5 n o v e m b r e 2 0 1 2 INTRODUCTION : UN MARCHE

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement /CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Avril 2015

Observatoire Crédit Logement /CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Avril 2015 Observatoire Crédit Logement /CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord mensuel Avril 2015 Avertissement : les indicateurs mensuels repris dans le «Tableau de bord» ne deviennent définitifs

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux.

Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Paris, le 29 mai 2008 Recul de 27,9 % des ventes de logements neufs en France. Trois facteurs sont à l origine de cette baisse selon l analyse de Meilleurtaux. Selon les dernières statistiques publiées

Plus en détail

Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes

Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le 2 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 2 ème trimestre 2013 Les données caractéristiques du marché selon le type de marché

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1996 Les taux d intérêt des crédits au logement se sont détendus tout au long de l année 1996, ce mouvement étant particulièrement sensible au premier

Plus en détail

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 Les crédits de ce type mis en force au cours du premier semestre 1998 ont atteint 154,1 milliards de francs (données brutes non corrigées

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes

Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le 4 ème trimestre 2013 et les tendances récentes Le tableau de bord trimestriel Les marchés du neuf et de l ancien au 4 ème trimestre 2013 Les données caractéristiques du marché selon le type de marché

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. POUVOIR D ACHAT IMMOBILIER : Les réalités du marché. Les indicateurs uniques Bipe/Empruntis.com

DOSSIER DE PRESSE. POUVOIR D ACHAT IMMOBILIER : Les réalités du marché. Les indicateurs uniques Bipe/Empruntis.com DOSSIER DE PRESSE POUVOIR D ACHAT IMMOBILIER : Les réalités du marché Les indicateurs uniques Bipe/Empruntis.com Contact presse : mael.resch@empruntis.com 01.55.80.58.66 1 I. Le Marché de l immobilier

Plus en détail

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999

La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 La construction neuve de logements Bilan 1998 et prévisions pour 1999 En 1998, avec un chiffre d affaires proche de 109 milliards de francs, selon les estimations du ministère de l Équipement, des Transports

Plus en détail

L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ EN 2009. Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession?

L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ EN 2009. Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession? L L ACCESSION SOCIALE À LA PROPRIÉTÉ H DANS L HÉRAULT EN 2009 Stabilisation? Effet d aubaine? Ou amorce d une reprise durable du marché de la primo accession? Cette note a pour objectif de faire ressortir

Plus en détail

Après avoir fait baisser les prix de l immobilier,

Après avoir fait baisser les prix de l immobilier, Après avoir fait baisser les prix de l immobilier, ORPI augmente le pouvoir d achat de ses acheteurs pour faciliter leurs projets immobiliers et continuer à fluidifier le marché Alors que nous constatons

Plus en détail

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998

Les crédits au logement consentis aux ménages en 1998 Les crédits au logement consentis aux ménages en Les crédits nouveaux à l habitat mis en force 1 en ont atteint 341,93 milliards de francs en données brutes 2, contre 307,9 milliards en 1997 (+ 11,1 %).

Plus en détail

Une excellente année pour l immobilier et le crédit?

Une excellente année pour l immobilier et le crédit? 2016 Une excellente année pour l immobilier et le crédit? Le marché de l immobilier est reparti! Oui! Le nombre de transactions atteint en 2015 - en hausse de 17% par rapport à 2014 selon les prévisions

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Sylvain Gouteron et Évelyne Fam Direction des Statistiques monétaires et financières Service des Analyses et Statistiques monétaires Du

Plus en détail

2009 : crise ou reprise?

2009 : crise ou reprise? Conférence de presse 2009 : crise ou reprise? Les indicateurs uniques Contact presse: Maël Bernier-Resch: 06.32.86.92.98 / 01.55.80.58.66 mael.bernier-resch@empruntis.com Les prix aujourd hui Les taux

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Mardi 30 juin 2015. Conférence de presse

Mardi 30 juin 2015. Conférence de presse Mardi 30 juin 2015 Conférence de presse STRATÉGIE Les principales orientations Développement - Relation Client - Conformité Résultats distribution des prêts immobiliers 2014 Crédits 31 000 DOSSIERS 5.8

Plus en détail

Les gagnants et les perdants du pouvoir d achat immobilier en France" Conférence de presse Paris, 22 mars 2012!

Les gagnants et les perdants du pouvoir d achat immobilier en France Conférence de presse Paris, 22 mars 2012! Les gagnants et les perdants du pouvoir d achat immobilier en France" Conférence de presse Paris, 22 mars 2012! Deux expertises, deux éclairages" Les taux du crédit immobilier! Les prix de l immobilier!

Plus en détail

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties

3C HAPITRE. 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties IEOM RAPPORT ANNUEL 2008 3C HAPITRE 56 Les actifs financiers des résidents 58 Les passifs financiers des résidents 62 La masse monétaire et ses contreparties 54 3 < L ÉVOLUTION MONÉTAIRE EN 2008 L ÉVOLUTION

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS IMMOBILIERS. - 3 ème édition au 13 février 2007 -

L OBSERVATOIRE DES CREDITS IMMOBILIERS. - 3 ème édition au 13 février 2007 - L OBSERVATOIRE DES CREDITS IMMOBILIERS - 3 ème édition au 13 février 2007 - Meilleurtaux, leader du courtage en crédits immobiliers sur Internet, a lancé le 25 Septembre 2006, la 1 ère édition de son Observatoire

Plus en détail

www.fnaim69.com Conférence de presse de la chambre FNAIM du Rhône 14 Janvier 2016 1

www.fnaim69.com Conférence de presse de la chambre FNAIM du Rhône 14 Janvier 2016 1 1 INTERVENANTS Source : FNAIM (Janvier 2016) Jean CHAVOT, Président de la chambre FNAIM du Rhône Anne DE PLANCHARD, Vice-Présidente déléguée à la Transaction 2 A VOLUME DE VENTES DANS L EXISTANT 3 VOLUME

Plus en détail

PRÊTS IMMOBILIERS. Les solutions. pour votre. projet immobilier. > Prêts à taux fixe ou variable > Prevair > Les prêts Éco PTZ

PRÊTS IMMOBILIERS. Les solutions. pour votre. projet immobilier. > Prêts à taux fixe ou variable > Prevair > Les prêts Éco PTZ PRÊTS IMMOBILIERS Les solutions pour votre projet immobilier > Prêts à taux fixe ou variable > Prevair > Les prêts Éco PTZ ASSURANCE HABITATION : Assur-BP Habitat Pour assurer votre logement en toute sérénité,

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Conférence de presse 16 janvier 2013

Conférence de presse 16 janvier 2013 Conférence de presse 16 janvier 2013 Sommaire 1- Les attentes des Français en matière de logement par rapport à leur commune 2- Immoprêt : bilan 2013 et projets 2014 3- Marché : constats 2013 4 - Perspectives

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT Général au développement durable n 58 Juillet Conjoncture de l immobilier Résultats au premier trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière au premier

Plus en détail

GRAND AVIGNON : chiffres clés / indicateurs.

GRAND AVIGNON : chiffres clés / indicateurs. Regard sur le marché immobilier Les prix immobiliers 2014-juillet 2015 L ACCESSION A LA PROPRIETE Le Plan de Relance La primo-accession PTZ et l accession sociale PAS en 2014 Résultats et évolution Les

Plus en détail

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015

SITUATION FINANCIERE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 DE L ASSURANCE CHOMAGE. Octobre 2015 SITUATION FINANCIERE DE L ASSURANCE CHOMAGE PREVISION POUR LES ANNEES 2015 ET 2016 Octobre 2015 Cette note présente la prévision de la situation financière de l Assurance chômage pour les années 2015 et

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

7. Une reprise des marchés immobiliers qui se fait attendre

7. Une reprise des marchés immobiliers qui se fait attendre 7. Une reprise des marchés immobiliers qui se fait attendre 7.1. Une forte progression des prix de l accession jusqu en 2008 Les prix d achat ont presque doublé dans l individuel comme dans le collectif

Plus en détail

LES PRIX IMMOBILIERS

LES PRIX IMMOBILIERS LES PRIX IMMOBILIERS Bilan de l année 2014 Janvier 2015 Cimm Immobilier - Crédit Foncier - Crédit Logement - Crédit Mutuel - Gécina - SeLoger.com - SNPI - Sogeprom 1 LE NOMBRE DE RÉFÉRENCES TRAITÉES PAR

Plus en détail

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012

Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 2012 Avant et après les chocs pétroliers : l économie française de 1949 à 212 Ronan Mahieu* L économie française s est beaucoup transformée depuis l après-guerre, avec à la fois des évolutions lentes et continues

Plus en détail

Communiqué de presse 24 avril 2014

Communiqué de presse 24 avril 2014 Communiqué de presse 24 avril 2014 Activité au 31 mars 2014 Hausse du taux d occupation moyen du Groupe à 96.9% contre 95.5% fin 2013 Loyers en hausse de +3.5% à périmètre homogène Gecina maintient sa

Plus en détail

Observatoire des Crédits aux Ménages Enquête réalisée en novembre 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Le tableau de bord

Observatoire des Crédits aux Ménages Enquête réalisée en novembre 2014 L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES. Le tableau de bord 27 ème rapport annuel L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES Le tableau de bord présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Jeudi 29 janvier 201-1 Les faits marquants

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARIAT GénéRAl au développement durable n 599 Janvier 5 Conjoncture de l immobilier Résultats au troisième trimestre OBSERVATION ET STATISTIQUES logement - CONSTRuCTION La conjoncture immobilière

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier

L évolution du marché des Fonds à fin Janvier L évolution du marché des Fonds à fin Janvier Le marché des fonds de droit français débute cette nouvelle année sur une formidable progression de +4,6% de son niveau d encours, l équivalent de 35,7 milliards

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016

Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016 Présentation du Prêt à Taux Zéro (PTZ) 2016 Historique Le prêt à taux zéro renforcé, PTZ+, était entré en vigueur le 1 er janvier 2011. Il visait à favoriser l accession à la propriété. Réservé aux primo-accédants,

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1995

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1995 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1995 Les taux d intérêt des crédits au logement se sont légèrement détendus au cours de l année 1995. Dans un contexte de vive concurrence entre établissements

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE UNE BANQUE LE CRÉDIT AGRICOLE TOULOUSE 31

COMMUNIQUÉ DE PRESSE UNE BANQUE LE CRÉDIT AGRICOLE TOULOUSE 31 COMMUNIQUÉ DE PRESSE ACTIVITÉS ET RÉSULTATS 2014 LE CRÉDIT AGRICOLE TOULOUSE 31 UNE BANQUE LEADER SUR SON TERRITOIRE CONQUÉRANTE SUR DE NOUVEAUX MARCHÉS INNOVANTE DANS SES SERVICES ET TOUJOURS PROCHE DE

Plus en détail

2008 : annus horribilis?

2008 : annus horribilis? Conférence de presse 2008 : annus horribilis? Les indicateurs uniques Contact presse: Maël Resch: 06.63.22.24.18 / 01.55.80.58.66 mael.resch@empruntis.com Sommaire Taux : évolution et perspectives Vers

Plus en détail

Coup de frein sur l immobilier?

Coup de frein sur l immobilier? Conférence de presse Coup de frein sur l immobilier? Les indicateurs uniques Contact presse: Maël Resch: 06.32.86.92.98 / 01.55.80.58.66 mael.resch@empruntis.com Sommaire Taux : évolution et perspectives

Plus en détail

Résultats annuels 2010

Résultats annuels 2010 Résultats annuels 2010 Une année charnière marquée par le succès de l offre bancaire * Plus value de dilution et dépréciation de goodwill 2009 / 2010 Croissance du produit net bancaire (PNB) : +2,0 % à

Plus en détail

LA DÉFISCALISATION L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMMOBILIER NEUF CE QU IL FAUT SAVOIR

LA DÉFISCALISATION L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMMOBILIER NEUF CE QU IL FAUT SAVOIR LA DÉFISCALISATION L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMMOBILIER NEUF CE QU IL FAUT SAVOIR CE QU IL FAUT SAVOIR POUR BIEN COMPRENDRE NOTRE ACTIVITE Comment payer moins d impôts? C est la question que se posent

Plus en détail

Investir dans la pierre

Investir dans la pierre GE Money Bank Financements immobiliers Investir dans la pierre GE imagination at work* *GE l imagination en action Investir dans la pierre Vous avez fait le choix d un investissement immobilier locatif,

Plus en détail

Document d information des prêts du Crédit Foncier

Document d information des prêts du Crédit Foncier Document d information des prêts du Crédit Foncier Valable à compter du 20 février 2012 Ce document vous est remis dans le cadre de l acquisition de votre résidence principale. Ce document a pour objectif

Plus en détail

L Observatoire du Financement

L Observatoire du Financement Institut CSA Institut CSA Crédit Logement Crédit Logement JUIN 212-6 ème édition Observatoire Crédit Logement / CSA L Observatoire du Financement Crédit Logement Institut CSA des Marchés Résidentiels Sommaire

Plus en détail

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE

LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE LES DOMAINES DE LA POLITIQUE ECONOMIQUE I. Quelques définitions Politique conjoncturelle : C est l ensemble des décisions prisent à court terme par les pouvoirs publics dans le but de maintenir ou de rétablir

Plus en détail

Sujet. Quelle politique du logement?

Sujet. Quelle politique du logement? Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Gaël Giraud et Pierre-Cyrille Hautcœur Sujet Quelle politique du logement? Dossier documentaire Document 1 : La politique du logement

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

La baisse des taux : un puissant soutien au pouvoir d achat des ménages depuis l élection de François Hollande. 1 9 m a i 2 0 1 5

La baisse des taux : un puissant soutien au pouvoir d achat des ménages depuis l élection de François Hollande. 1 9 m a i 2 0 1 5 La baisse des taux : un puissant soutien au pouvoir d achat des ménages depuis l élection de François Hollande 1 9 m a i 2 0 1 5 Intervenants Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président

Plus en détail

abcdefg Communiqué de presse

abcdefg Communiqué de presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 Fax +41 44 631 39 10 Zurich, le 11 mars 2010 Appréciation de la situation économique et monétaire du 11 mars 2010 La Banque nationale

Plus en détail

Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998

Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998 Enquête sur les taux des crédits au logement Année 1998 La baisse des taux des crédits au logement distribués par les établissements de crédit s est poursuivie tout au long de l année 1998, après le tassement

Plus en détail

La planification financière

La planification financière La planification financière La planification financière est une phase fondamentale dans le processus de gestion de l entreprise qui lui permet de limiter l incertitude et d anticiper l évolution de l environnement.

Plus en détail

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME

LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME LE BILAN REDISTRIBUTIF DU SARKOZYSME Par le Pôle Economie de Terra Nova Le 6 mars 2012 Le quinquennat a opéré des redistributions budgétaires importantes de la puissance publique (Etat et sécurité sociale)

Plus en détail

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Le prêt relais Sur un marché immobilier qui tend à se réguler, faire coïncider la date de vente avec celle de l achat d un bien devient difficile. De nombreux

Plus en détail

Patrimoine Immobilier Finance Retraite

Patrimoine Immobilier Finance Retraite Patrimoine Immobilier Finance Retraite Numéro 47 Février 2013 EDITO Situation du marché immobilier d habitation L heure de vérité Le mois dernier, nous nous interrogions sur les hypothèses de croissance

Plus en détail

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER

IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER JEAN-LUC BUCHALET CHRISTOPHE PRAT IMMOBILIER COMMENT LA BULLE VA SE DÉGONFLER Acheter ou louer? Investir? Les clés pour éviter de se faire piéger, 2014 ISBN : 978-2-212-55888-3 Introduction Ce que disent

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF

L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMPACT DES NOUVELLES MESURES EN FAVEUR DE L INVESTISSEMENT LOCATIF Dès que les mesures destinées à encourager l investissement locatif seront arrêtées, les ADIL devront contribuer à les faire connaître.

Plus en détail

LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013

LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013 29 novembre 2013 SERVICE ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE MARCHÉ DU LOGEMENT 3 ème trimestre 2013 1- Marché des logements neufs : nouvelle baisse des ventes et des mises en vente au 3 ème trimestre 2013 Après

Plus en détail

Jean-Marie EBEL SECTEURS ETUDIES. 2 ème trimestre 2006. Président de l Observatoire Immobilier d Habitat de la Côte d Azur

Jean-Marie EBEL SECTEURS ETUDIES. 2 ème trimestre 2006. Président de l Observatoire Immobilier d Habitat de la Côte d Azur 2 ème trimestre 2006 Jean-Marie EBEL Président de l Observatoire Immobilier d Habitat de la Côte d Azur Depuis 2 ans, nous nous mobilisons avec tous nos partenaires en faveur du logement des actifs et

Plus en détail

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif

www.comptazine.fr DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DCG session 2012 UE6 Finance d entreprise Corrigé indicatif DOSSIER 1 DIAGNOSTIC FINANCIER 1. Compléter le tableau de financement 2011 Affectation du bénéfice 2010 : Bénéfice 2010 359 286 Affectation en

Plus en détail

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait.

Depuis 2005 et l extension à l ancien sans travaux, le prêt à 0% connaît un succès sans précédent, alors que l ancien dispositif s essoufflait. Préambule Évoquée de façon générale dans la note de cadrage initiale (étude n 1 «L Habitat dans l Allier Constats et Enjeux» mars 2007), l accession sociale à la propriété (ou l accession aidée) fait ici

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 9 décembre 2014 LE MARCHÉ IMMOBILIER EN 2014 SYNTHÈSE DES CHIFFRES CLÉS Sources : FNAIM, CGEDD, SOeS, ECLN UN MARCHÉ PEU DYNAMIQUE ÉQUIVALENT À CELUI DE 2013 Quasi-stabilité

Plus en détail

Note expresse - Crédits bancaires

Note expresse - Crédits bancaires 1993-21 : Le financement des entreprises à la Réunion NUMERO 3 OCTOBRE 22 INSTITUT D EMISSION DES DEPARTEMENTS D OUTRE- MER Note expresse - Crédits bancaires Après avoir connu une période de forte croissance

Plus en détail

Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011. 10 novembre 2011

Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011. 10 novembre 2011 Résultats du 3 e trimestre et des 9 premiers mois de 2011 10 novembre 2011 Avertissement Cette présentation peut comporter des informations prospectives du Groupe, fournies au titre de l information sur

Plus en détail

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille.

Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE. L immobilier de commerce français en portefeuille. Gemmeo Commerce SCPI À CAPITAL VARIABLE L immobilier de commerce français en portefeuille. AVERTISSEMENT Facteurs de risques Avant d investir dans une société civile de placement immobilier (ci-après,

Plus en détail

La Banque Postale, une banque «pas comme les autres»

La Banque Postale, une banque «pas comme les autres» La Banque Postale, une banque «pas comme les autres» Direction Marketing crédit 2011 Plan de l intervention Le financement de l accession, perspectives 2012 Présentation de la Banque Postale L offre crédit

Plus en détail

23ème rapport annuel. Tableau de bord

23ème rapport annuel. Tableau de bord L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel Tableau de bord Michel Mouillart Université Paris Ouest 25 Janvier 2011 La photographie des ménages détenant des crédits que propose la 23 ième

Plus en détail