Réductionnisme : orages, ouragans et smog : Parties 1 et 2

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Réductionnisme : orages, ouragans et smog : Parties 1 et 2"

Transcription

1 Réductionnisme : orages, ouragans et smog : Parties 1 et 2 Nous avons dit au début du cours que la science cherche à découvrir les «règles du jeu» du monde matériel. Pour y arriver, les scientifiques supposent de façon presque universelle qu on peut comprendre un système par l étude de ses parties. Le projet du génome humain, «terminé» en 2003, est un exemple de cette attitude. L idée qui sous-tend ce projet est qu on peut réduire l être humain à ses gènes. La complexité de l être humain n est donc pas fondamentale; elle n est que le résultat de l expression d un nombre considérable de gènes (entre et ). Ce sont les gènes qui sont fondamentaux; si on réussit à identifier l ensemble des gènes de l espèce homo sapiens (le génome humain) et à comprendre comment ils fonctionnent, alors on saura tout sur le cancer, sur l alcoolisme, sur les criminels, sur le système immunitaire, etc. «s il fallait nommer l hypothèse la plus puissante de toutes, celle qui nous guide perpétuellement dans notre tentative pour comprendre la vie, nous dirions que tous les objets sont formés d atomes, et que tout ce que les objets vivants peuvent faire peut être compris à partir des mouvements d agitation et de vibration des atomes.» Richard Feynman, Prix Nobel de physique 1965

2 Le réductionnisme a eu beaucoup de succès. Il permet notamment une grande économie dans l étude du monde naturel parce que les mêmes règles servent à décrire des phénomènes en apparence très différents. Ainsi, en réduisant la circulation de l air à l étude d un vaste ensemble de parcelles d air, en réduisant la circulation océanique à l étude d un vaste ensemble de parcelles d eau, etc., l explication de tous ces phénomènes complexes tiendra dans les quelques règles qui gouvernent le mouvement des parcelles d un fluide. Le principe d Archimède est une de ces règles.

3 En pratique, le réductionnisme conduit à considérer la vie humaine comme vide de sens puisqu on doit tenter de la réduire à des réactions chimiques entre des molécules. On doit de même tenter de réduire l existence de cet ensemble complexe de réactions chimiques à l accumulation aléatoire, sur une très longue période, de petits changements dans des molécules très simples et à la sélection des réactions les mieux adaptées. Tout cela ayant lieu dans un vaste univers qu on doit tenter de réduire à un terrain de jeu pour des forces physiques qui obéissent à des règles impersonnelles. Steven Weinberg, Prix Nobel de physique 1979

4 Beaucoup de scientifiques (Jacques Monod, Richard Dawkins, Steven Weinberg, etc.) croient que cet ambitieux programme va se réaliser. Il est très important de dire que leurs souhaits devancent largement ce qu on sait actuellement de toutes ces choses. D autres scientifiques croient plutôt que le réductionnisme a son utilité, mais que celle-ci est limitée. P.W. Anderson, un physicien qui étudie les matériaux, pense que des propriétés totalement neuves et inattendues émergent quand on combine ensemble un grand nombre de pièces simples. Il a intitulé un article célèbre «Plus est différent». On peut aussi adopter le point de vue que découvrir les règles du jeu ne nous dit rien sur le sens de ces règles. Au biochimiste Jacques Monod, qui expliquait comment nos gènes déterminent tout ce que nous sommes, mère Teresa a simplement répondu «Je crois en l amour et en la compassion». Philip Anderson, Prix Nobel de physique 1977 Jacques Monod, Prix Nobel de physiologie et médecine 1965

5

6 Réductionnisme : orages, ouragans et smog 1. Quelques idées de base Si vous imaginez l atmosphère comme un tout complexe, vous pourrez difficilement comprendre les mouvements de l air qui donnent naissance à certains risques naturels, comme les orages, les ouragans et le smog. Si les échanges entre les différentes parties de l atmosphère se font assez lentement, on peut diviser en imagination l atmosphère en parcelles. Voyons comment ces parcelles se comportent. Pression et température d une parcelle 1. Le premier facteur qui détermine l état d une parcelle d air c est la pression. Imaginons un très haut tube ouvert au sommet et divisons l air en tranches horizontales contenant la même quantité d air (1 kg d air, par exemple). La pression sur une parcelle est alors le poids de toutes les parcelles qui sont au-dessus d elle et qui l écrasent. La pression est maximale au sol et diminue avec l altitude. Pourquoi a-t-on dessiné la parcelle A moins haute que la parcelle B? B une parcelle A Chaque parcelle d air se comporte comme un ressort qui se comprime quand on l écrase. Comme la parcelle A supporte un plus grand poids que la parcelle B, elle doit s écraser plus pour supporter cette pression. [La rigidité du «ressort» est telle que si la parcelle B est située à 85 m au-dessus de la parcelle A, son volume est plus grand de 1 %.]

7 2. Chaque parcelle possède aussi une température. La façon dont cette température varie avec l altitude dépend des gains et des pertes de chaleur. Prenons l exemple d une semaine d été avec un ciel dégagé et de l air sec. La troposphère (les premiers 9 à 18 km d air) est alors essentiellement transparente aux rayons du Soleil et au rayonnement émis par le sol. C est le sol, qui se réchauffe le jour et se refroidit la nuit, qui contrôle alors la température de la troposphère depuis le bas. La température varie alors durant une journée comme le montre la figure. O -1 C/100 m température t température t le sol est de plus en plus froid le sol est de plus en plus chaud Expliquez en vos propres mots pourquoi pendant la nuit la tendance observée en fin de journée (de plus en plus froid en montant) s inverse (de plus en plus chaud en montant). Pendant la nuit le sol ne reçoit plus de chaleur du Soleil et il se refroidit par rayonnement (en émettant du rayonnement infrarouge notamment). L air en contact avec le sol se refroidit donc aussi. Avant que ce refroidissement atteigne l air situé plus en altitude, réchauffé par le sol pendant le jour précédent, on a donc une situation où la température augmente avec l altitude.

8 Masse volumique d une parcelle et principe d Archimède 3. Une parcelle possède finalement une certaine masse volumique. Celle-ci dépend de la pression exercée sur la parcelle et de sa température. Une parcelle chaude supporte mieux la pression qu une parcelle froide, elle occupe donc un plus grand volume et sa masse volumique est plus petite. Montrez avec le principe d Archimède qu une parcelle aura tendance à monter si elle est plus chaude que ses voisines immédiates soumises à la même pression qu elle. même pression sur les 2 parcelles froide chaude À pression égale, de deux parcelles, c est la plus chaude qui a la plus petite masse volumique. D après le principe d Archimède, la parcelle plus chaude aura tendance à s élever dans l air de plus grande masse volumique qui l entoure.

9 4. Supposons que la parcelle d air de la question 3 monte assez rapidement pour ne pas avoir le temps de s adapter à la température des parcelles qu elle rencontre. Parce que la parcelle est soumise à une pression décroissante, elle prend de plus en plus de volume. Mais prendre du volume refroidit toujours un gaz. Pour de l air sec, le refroidissement est de 1 O C par 100 m. D après Archimède, la parcelle pourra continuer à monter seulement si, malgré ce refroidissement, elle reste plus chaude que les couches d air qu elle traverse. Montrez que dans les conditions qui règnent au lever du jour dans l exemple de la question 2, la parcelle ne pourra pas continuer à monter. Au lever du jour, la température augmente avec l altitude. La parcelle qui monte, elle, se refroidit avec l altitude. Même si, au départ, elle est plus chaude que l air qui l entoure, elle aura à une certaine hauteur la même température que l air ambiant. La parcelle se stabilisera à cette hauteur parce qu elle tend à retomber quand elle la dépasse (elle est alors plus froide que l air ambiant et elle a une plus grande masse volumique).

10 5. Parce que les parcelles ne réussissent pas à se déplacer verticalement, l atmosphère au lever du jour est dite stable. Dans l exemple de la question 2, la situation est bien différente en après-midi parce que la température près du sol décroît alors de plus que 1 O C par 100 m. Montrez que l atmosphère est alors instable, c est-à-dire qu une parcelle d air sec que quelque chose force à monter un peu va continuer à le faire par ses propres moyens. Prenez l exemple suivant : l air au sol est à 25 O, mais la parcelle qui se trouve juste au-dessus d un grand stationnement est à 28 O C ; la température de l air à 500 m est de 15 O C. Montrez que la parcelle au-dessus du stationnement pourra monter jusqu à 500 m. O 15 C, 500 m O 25 C C O La parcelle pourra monter à 500 m si sa température reste supérieure à 15 O C. Comme elle se refroidit de 1 degré par 100 m, sa température sera de (28-5 x 1) O C = 23 O C à 500 m. Il n y a donc pas de problème.

11 En après-midi, l air est donc très agité et la troposphère subit un important brassage qui tend à créer, si on lui en laisse la chance, une diminution de température avec l altitude de 1 O C par 100 m. Dans ce cas, l air est dit neutre parce qu une parcelle soulevée tend simplement à rester à sa nouvelle hauteur. L air atteint cet état en soirée, quand le chauffage par le Soleil diminue et que se fait la transition entre l instabilité de l après-midi et la stabilité de la nuit. O -1 C/100 m température t température t le sol est de plus en plus froid le sol est de plus en plus chaud

12 2. Le pouvoir de l eau Un orage c est essentiellement une grande quantité d air, au départ chaud et humide, qui monte rapidement à une dizaine de kilomètres de hauteur. Le refroidissement qui accompagne cette montée permet à la vapeur d eau de former des cristaux de glace. Quand le courant d air ascendant ne peut plus supporter le poids de cristaux de plus en plus gros, ceux-ci tombent en entraînant avec eux un peu de l air froid présent à ces hauteurs. Nous allons examiner ce qui fait fonctionner ces courants.

13 Orage de chaleur 1. Il existe différentes façons d amorcer le courant ascendant. Par une belle journée ensoleillée, la surface du sol n absorbe pas également les rayons du Soleil. Il se forme donc constamment, au contact du sol, des parcelles d air un peu plus chaud que la moyenne. Parce que leur masse volumique est plus faible, ces parcelles commencent à monter. Leur ascension ne peut cependant se poursuivre que si l atmosphère est instable, c est-à-dire si sa température diminue assez rapidement. Rappelez pourquoi cela est nécessaire. Parce que la parcelle d air plus chaud va se dilater et refroidir en s élevant. Comme elle doit demeurer plus chaude que l air ambiant pour continuer sa montée, la température de l atmosphère doit diminuer plus vite que le taux de refroidissement.

14 2. La condition d instabilité de l air est adoucie par une propriété importante de l eau. Vous avez déjà remarqué que l évaporation de l eau sur votre peau la refroidit. En contrepartie, la vapeur qui condense sur un miroir de salle de bain le réchauffe. Quand une parcelle d air humide prend de la hauteur et se dilate, elle finit par devenir assez froide pour que sa vapeur d eau commence à condenser et forme un nuage. À partir de ce moment, la chaleur libérée par la condensation ralentit le refroidissement de la parcelle. Montrez que cela lui permet de continuer à monter dans des conditions où de l air sec ne pourrait pas le faire. Supposez que l air sec se refroidit de 10 O C par km, que l air humide qui condense se refroidit de 6 O C par km et que la température de l atmosphère diminue de 8 O C par km. Comme nous venons de le dire à la question 1, l atmosphère doit se refroidir plus vite que la parcelle qui monte. Si l atmosphère perd 8 C par km, de l air sec, qui en perd 10, deviendra inévitablement plus froid que l air ambiant. Mais de l air humide qui condense n en perd que 6 et il restera toujours plus chaud que l air ambiant et continuera à monter.

15 3. Le courant ascendant, si vous examinez la photographie à la page précédente, semble se buter à une frontière infranchissable. Cette frontière est due à un changement dans la façon dont la température varie avec la hauteur. La première couche de l atmosphère, la troposphère, est chauffée par le bas par le sol qui absorbe le rayonnement solaire. La couche suivante, la stratosphère, est chauffée par le haut par la couche d ozone qui absorbe la partie ultraviolette du rayonnement solaire. Cela donne, en moyenne, la variation de température montrée sur la figure. Pourquoi une parcelle chaude qui monte ne peut-elle pas franchir la frontière entre la troposphère et la stratosphère? stratosphère troposphère frontière température t Comme la température de la stratosphère ne diminue pas avec la hauteur, c est une couche stable (question 5 précédente) que la parcelle qui monte ne peut franchir. En effet, cette parcelle se refroidit en montant et elle deviendra inévitablement plus froide que l air ambiant, ce qui la fera retomber.

16 Le courant descendant obéit à la logique inverse du courant ascendant : c est un air plus froid que l air ambiant qui tombe; il se réchauffe en se contractant, mais il demeure toujours plus froid que l air ambiant; il est aidé en cela par l évaporation de l eau qu il contient qui le refroidit. m/tornadoes/1997/1997.ht ml Tornade Courant descendant refroidi par évaporation Courants dans une cellule orageuse réelle ayant créé une tornade.

17 L énergie d un ouragan 4. Bien que les courants d air d un ouragan et d un orage soient différents, les deux phénomènes sont intimement liés et ont le même type de «moteur» à air chaud et humide. Les ouragans ont besoin d une quantité si énorme d air chaud et humide qu ils ne se forment qu au-dessus des mers chaudes (plus de 26 C sur au moins 50 m de profondeur; évaporation quotidienne d une dizaine de cm d eau sur un rayon de quelques centaines de km). Le «moteur» fonctionne ainsi : l air en contact avec la mer se réchauffe et se charge de vapeur d eau ; cet air chaud et humide monte dans l atmosphère en autant qu il reste toujours plus chaud que l air ambiant (atmosphère instable); quand le courant ascendant est assez froid, la vapeur d eau condense, forme des nuages et libère de la chaleur qui favorise encore plus la montée du courant. Montrez que la source ultime de l énergie d un ouragan est le Soleil. Un moteur à air chaud et humide a besoin de chaleur et d humidité. C est le Soleil qui chauffe l eau de la mer, qui chauffe à son tour l air de surface. C est la même chaleur solaire qui évapore l eau de mer et qui charge l air de vapeur d eau.

18 5. Quand un ouragan touche terre ou qu il se déplace vers des régions plus froides de la mer, il perd rapidement de sa vigueur. Pourquoi? Parce qu il est privé de la source d énergie que nous venons de décrire, l eau de mer chaude qui s évapore.

19 6. L oeil (plus ou moins bien développé) d un ouragan est une zone sans nuages, sans pluie et aux vents faibles. Pourquoi l existence de l oeil doit-elle porter les habitants d une région touchée par un ouragan à se méfier quand, après les vents furieux et la pluie abondante, tout se calme? Le calme peut signifier que l ouragan est passé, mais il peut aussi résulter du fait qu on se trouve dans l oeil de la tempête. Dans ce cas, le retour des vents violents et du déluge de pluie ne saurait tarder. Le vent est maximal dans le mur de l oeil.

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air.

L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air. L «AIR HUMIDE» Requiert la lecture préalable des fiches : L'atmosphère : pression, température, structure verticale, composition de l'air Les nuages I L air humide et la notion de pression partielle de

Plus en détail

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude

La stratification de l eau dans un ballon d eau chaude Principe La stratification de l eau dans un ballon d eau La densité de l eau varie avec sa température. De manière simplifiée, plus l eau est froide, plus elle est dense. «Un litre d eau froide, c est

Plus en détail

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date :

TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR. Séance : Le diagramme de l air humide - Définitions Date : TECHNIQUE DU FROID ET DU CONDITIONNEMENT DE L AIR Tâche T4.2 : Mise en service des installations Compétence C2.2 : Analyser, vérifier une faisabilité Thème : S4 : Approche scientifique et technique des

Plus en détail

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd)

Notion de physique de l'atmosphère. + Complément. Fiche détaillée Niveau. (A partir de la 2nd) Notion de physique de l'atmosphère + Complément Fiche détaillée Niveau (A partir de la 2nd) I. Bilan radiatif de la Terre et effet de serre Le Soleil et la Terre rayonnent dans des gammes de longueur d

Plus en détail

Notes du Monastère. Comment faire l ascension? Que verrait-il lors de l ascension? Que ressentirait-il? Comment en revenir?

Notes du Monastère. Comment faire l ascension? Que verrait-il lors de l ascension? Que ressentirait-il? Comment en revenir? Nom : gr : Notes du Monastère L image du bas illustre très bien ce que cherchait à découvrir Frère Bennig. À cette époque, on voyait le ciel comme une voûte sur laquelle le soleil, les étoiles et les planètes

Plus en détail

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état

PLAN 1ère partie. Chapitre 3 Les forces de liaisons Structure de l eau. Propriétés particulières. 1ère Partie : chapitre2 :Changement d'état PLAN 1ère partie Chapitre 2 Changements d état 1 Généralités 1.1 Notion de phase 1.2 Passages d un état à l autre 1.3 Equilibre entre les phases 1.4 Chaleur latente de changement d état 2 Fusion-solidification

Plus en détail

Tours solaires : une alternative énergétique

Tours solaires : une alternative énergétique Tours solaires : une alternative énergétique Ah que c est beau ces oiseaux qui volent sans un battement d aile, spiralant avec grâce dans l azur, imités par les planeurs et autres objets ailés sans moteur.

Plus en détail

Définitions de la pression 1. Variations spatio-temporelles de la pression 2. Les causes des variations de la pression 3. Conclusion 4.

Définitions de la pression 1. Variations spatio-temporelles de la pression 2. Les causes des variations de la pression 3. Conclusion 4. Définitions de la pression 1 Variations spatio-temporelles de la pression 2 Les causes des variations de la pression 3 Conclusion 4 Exercices 5 Défini&on de la pression Rappel sur le poids et la masse

Plus en détail

Thermodynamique de l atmosphère

Thermodynamique de l atmosphère Thermodynamique de l atmosphère 1 Introduction Notion de parcelle d air L atmosphère est composée d un ensemble de molécules. Pour la description de la plupart des phénomènes étudiés, le suivi des comportements

Plus en détail

LA POMPE A CHALEUR (ER 10)

LA POMPE A CHALEUR (ER 10) LA POMPE A CHALEUR (ER 10) Réchauffer l intérieur d une pièce en captant la chaleur naturelle de l extérieur. 1 INTRODUCTION Depuis quelques années dans notre pays, la pompe à chaleur bénéficie d un regain

Plus en détail

JE CHOISIS. Radiateurs électriques

JE CHOISIS. Radiateurs électriques JE CHOISIS Radiateurs électriques JE CHOISIS Un radiateur électrique En matière de radiateurs électriques, trois technologies différentes s offrent à vous : l inertie, le panneau rayonnant et le convecteur.

Plus en détail

Initiative pour l'information sur les cancers fémmes

Initiative pour l'information sur les cancers fémmes Initiative pour l'information sur les cancers fémmes Coordonné par l Institut europeén de la santé des femmes www.eurohealth.ie Cancer et Génétique Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez

Plus en détail

Contrôler le facteur «humidité» dans la miellerie.

Contrôler le facteur «humidité» dans la miellerie. Contrôler le facteur «humidité» dans la miellerie. Philippe COUGNET Guide nature et apiculteur Dossier Miel Nous savons tous que le taux dʼhumidité du miel doit être inférieur à 18 %. Or, bien souvent,

Plus en détail

Eau chaude - électricité

Eau chaude - électricité Eau chaude - électricité Depuis 75 ans, «Bulex» est la marque belge par excellence en chauffage, production d eau chaude et ventilation. Au fil de toutes ces années, nous avons acquis un savoirfaire considérable.

Plus en détail

Préparation au Niveau 4. Cours 3 L équilibre du plongeur. Page 1 sur 8

Préparation au Niveau 4. Cours 3 L équilibre du plongeur. Page 1 sur 8 Cours 3 L équilibre du plongeur. Page 1 sur 8 Plan du cours. 1. Les termes savants utilisés! 1.1 La Force. 1.2 La Température. 1.3 La Pression. 1.4 Le Volume. 2. Variations de volumes et de pression. 2.1

Plus en détail

METEOROLOGIE CAEA 1990

METEOROLOGIE CAEA 1990 METEOROLOGIE CAEA 1990 1) Les météorologistes mesurent et prévoient le vent en attitude à des niveaux exprimés en pressions atmosphériques. Entre le niveau de la mer et 6000 m d'altitude, quels sont les

Plus en détail

Chapitre 2 - Les conditions de la vie : une particularité de la Terre?

Chapitre 2 - Les conditions de la vie : une particularité de la Terre? Chapitre 2 - Les conditions de la vie : une particularité de la Terre? I- Les objets du système solaire Activité : Les objets du système solaire (Livre p12-13-14-15) Observations de photos et participation

Plus en détail

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE

BILANS THERMIQUES 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE 2. ENERGIE INTERNE 1. DU MICROSCOPIQUE AU MACROSCOPIQUE BILANS THERMIQUES La description de la matière peut être faite au niveau microscopique ou au niveau macroscopique: L approche microscopique décrit le comportement individuel

Plus en détail

Chapitre 1 L EAU DANS NOTRE ENVIRONNEMENT

Chapitre 1 L EAU DANS NOTRE ENVIRONNEMENT Chapitre 1 L EAU DANS NOTRE ENVIRONNEMENT Document condensation / liquéfaction précipitation solidification évaporation fusion ruissellement infiltration 1. Place les mots suivants sur la figure ci-contre

Plus en détail

A1-1 L eau dans tous ces états Extraire des infos d un texte. I. Omniprésence de l eau sur la Terre

A1-1 L eau dans tous ces états Extraire des infos d un texte. I. Omniprésence de l eau sur la Terre A1-1 L eau dans tous ces états Extraire des infos d un texte Eau constituants nécessaire à la vie Pourquoi l eau est-elle si importante? Comment l eau est répartie sur la Terre? Sous quelle forme existe

Plus en détail

Les stalactites de glace fondent sous la chaleur du soleil. Pourquoi la glace fond-elle? Une canette ci!eau a été oubliée au congélateur. Pourquoi le métal s est-il déchiré? Par les froids matins d'automne,

Plus en détail

N : Date : 20 juin 2013 EXAMEN DE PHYSIQUE (SECOND SEMESTRE)

N : Date : 20 juin 2013 EXAMEN DE PHYSIQUE (SECOND SEMESTRE) N : Date : 20 juin 2013 Nom : CORRECTION Classe :2L. EXAMEN DE PHYSIQUE (SECOND SEMESTRE) NOTE : /40 S. I. Définis les termes suivants : série A I. molécule : la plus petite partie d un corps qui en possède

Plus en détail

Le changement climatique

Le changement climatique 1 Fiche enseignant Type de fiche Le changement climatique Aida HARKA, Albanie Ilia ILIEV, Bulgarie 1. Présentation Thème Effet de serre Activités langagières Réception écrite Réception orale Production

Plus en détail

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure?

Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Chapitre 1 : Qu est ce que l air qui nous entoure? Plan : 1. Qu est ce que l atmosphère terrestre? 2. De quoi est constitué l air qui nous entoure? 3. Qu est ce que le dioxygène? a. Le dioxygène dans la

Plus en détail

La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer?

La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer? La fonte des glaces fait-elle monter le niveau de la mer? L effet de la fonte des glaces sur la variation du niveau de la mer est parfois source d erreur et de confusion. Certains prétendent qu elle est

Plus en détail

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF GUIDE TECHNIQUE CONSOMMATEURS MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF Document préparé par le Service technique et inspection de chantiers de l Association provinciale

Plus en détail

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UN THERMOMETRE

PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT D UN THERMOMETRE ECHANGES THERMIQUES 1. GENERALITES : 1.1. Notion de température : Cette notion est liée à la sensation de chaud et de froid (sensation subjective). Par contre elle est directement liée à l état thermique

Plus en détail

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE

T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE T5 CHAPITRE 11 GEOTHERMIE ET PROPRIETES THERMIQUES DE LA TERRE Source du Par (82 c) : la source la plus chaude d Europe continentale Premier plan : corps cellulaire d un neurone. 1,5 semaine Cours Approche

Plus en détail

C3. Produire de l électricité

C3. Produire de l électricité C3. Produire de l électricité a. Electricité : définition et génération i. Définition La matière est constituée d. Au centre de l atome, se trouve un noyau constitué de charges positives (.) et neutres

Plus en détail

Thermographie aérienne. 19 sept. 2013

Thermographie aérienne. 19 sept. 2013 Thermographie aérienne SAINT ORENS DE GAMEVILLE 19 sept. 2013 Les enjeux De tous les secteurs économiques, celui du bâtiment est le plus gros consommateur d énergie en France (42,5% de l énergie finale

Plus en détail

SchoolCO2web. En classe : comment travailler avec des mesures de CO2 atmosphérique. 1. Introduction. 2. Les cycles de CO2 simplifiés

SchoolCO2web. En classe : comment travailler avec des mesures de CO2 atmosphérique. 1. Introduction. 2. Les cycles de CO2 simplifiés En classe : comment travailler avec des mesures de CO2 atmosphérique 1. Introduction SchoolCO2web est un projet qui vise à permettre aux élèves de mieux appréhender le cycle du carbone et les fluctuations

Plus en détail

Bepac eau chaude sanitaire à capteur sol. Bepac. Ecs 300LT CAPTEUR SoL

Bepac eau chaude sanitaire à capteur sol. Bepac. Ecs 300LT CAPTEUR SoL Ecs 300LT CAPTEUR SoL 1 Pose du Capteur Manuel d installation et utilisation Le capteur se pose à 80 cm de profondeur, il doit être installé dans le sol et sera recouvert de terre.(tolérance du terrassement

Plus en détail

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne.

Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre. I. Gradient et flux géothermique : conséquences d une dissipation d énergie interne. Géologie- L5 : Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Introduction : L existence d un flux de chaleur d origine interne fait l objet de nombreuses manifestations en surface (sources d eaux chaudes,

Plus en détail

Description du système. Pompe 1 : Pompe de régulation du retour sur le poêle.

Description du système. Pompe 1 : Pompe de régulation du retour sur le poêle. Description du système Pompe 1 : Pompe de régulation du retour sur le poêle. La vitesse de la pompe varie de façon à ce que la température de l eau qui reparte vers le poêle soit toujours de 60 C. Le débit

Plus en détail

MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques

MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques MSR 4-840 Sécheurs frigorifiques Solide, simple, intelligent. Fiabilité accrue de l air comprimé. facilité D ENTRETIEN facilité D ENTRETIEN Les atouts de notre gamme Installation simple - Conception peu

Plus en détail

L effet de serre atmosphérique : plus subtil qu on ne le croit!

L effet de serre atmosphérique : plus subtil qu on ne le croit! - 1 - L effet de serre atmosphérique : plus subtil qu on ne le croit! Jean-Louis Dufresne, LMD-IPSL, CNRS-Université Paris 6 Jacques Treiner, Paris 6 Par souci de simplicité, l effet de serre atmosphérique

Plus en détail

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016

L isolation thermique du bâtiment. Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Mai 2016 L isolation thermique du bâtiment Ce guide est une introduction à l isolation thermique du bâtiment. Il permet de saisir les principales notions techniques entourant

Plus en détail

Thermique des bâtiments Généralités

Thermique des bâtiments Généralités Thermique des bâtiments Généralités Si initialement, l étude du bilan thermique des bâtiments est effectuée afin d économiser les combustibles de chauffage (fuel, gaz, charbon ou électricité), elle est

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

Site de Stéphane Larroque Réussir ses paysages

Site de Stéphane Larroque Réussir ses paysages Site de Stéphane Larroque Réussir ses paysages La photo de paysage est sans doute avec la photo de famille, la photo la plus pratiquée. En effet, en vacances ou en balade, dès que l on rencontre un beau

Plus en détail

1) Explications (Expert) :

1) Explications (Expert) : 1) Explications (Expert) : Mesures expérimentales : Dans nos conditions d expérience, nous avons obtenu les résultats suivants : Les dimensions des récipients sont : 1) bocal vide : épaisseur de verre

Plus en détail

L isolation éco-biologique

L isolation éco-biologique L isolation éco-biologique thermique Les animaux à sang froid s adaptent à la température du milieu ; les mammifères, eux, ont besoin de maintenir une température interne constante. Pour introduire une

Plus en détail

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES?

LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? LES FAILLES ET LES SEISMES : CAUSES OU SONSEQUENCES? Classe : 4 ème durée : 50 minutes la situation-problème Tu viens de découvrir les manifestations et les conséquences d un séisme, mais tu ne sais pas

Plus en détail

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE

L énergie solaire DOSSIER RESSOURCE DOSSIER RESSOURCE SOMMAIRE 1. Pourquoi les énergies renouvelables?... 3 2. L'énergie solaire... 4 3. Principe de fonctionnement du panneau solaire... 5 4. Pourquoi orienter les panneaux solaires?... 6-2

Plus en détail

LE RAYONNEMENT SOLAIRE ET LES PLANÈTES

LE RAYONNEMENT SOLAIRE ET LES PLANÈTES THÈME : Planète Terre et son environnement Niveau : seconde LE RAYONNEMENT SOLAIRE ET LES PLANÈTES EXTRAIT DU BO: La Terre est une planète du système solaire L'énergie solaire reçue par les planètes varie

Plus en détail

L ' E N E R G I E T H E R M I Q U E

L ' E N E R G I E T H E R M I Q U E L ' E N E R G I E T H E R M I Q U E Introduction : utilisation de l énergie thermique dans l hôtellerie et la restauration : Appareils producteurs de chaleur : Grill, Fours, Brûleurs, Radiateur, Chauffe-eau

Plus en détail

Qu est-ce que l atmosphère?

Qu est-ce que l atmosphère? 1. QUE SAIS-TU? 4 5 6 7 8 9 10 L air, l atmosphère, la pollution Qu est-ce que l atmosphère? Un verre vide ne contient rien. VRAI FAUX L atmosphère est composée de plusieurs gaz. VRAI FAUX L atmosphère

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail

INBTP_TECHNOBAT LECON_013 TECHNOBAT LECON_013

INBTP_TECHNOBAT LECON_013 TECHNOBAT LECON_013 INBTP_TECHNOBAT LECON_013 INBTP_TECHNOBAT LECON_013 www.inbtpmanlio.altervista.org ? inbtpmanlio@gmail.com PROGRAMME LECONS LECON_001 (T) Présentation Notions de technobat LECON_002 (T) Exigences et contraintes

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives

L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives Vivre sainement avec un hygromètre pour air ambiant. L hygromètre pour air ambiant indique de façon très compréhensible les valeurs optimales relatives au climat et ce en fonction de la saison et de la

Plus en détail

Les pompes à chaleur. ++ Pompes géothermiques, des ressources sous nos pieds. Capter les calories

Les pompes à chaleur. ++ Pompes géothermiques, des ressources sous nos pieds. Capter les calories Les pompes à chaleur ++ Pompes géothermiques, des ressources sous nos pieds Elles valorisent les calories du sol ou de l eau des. nappes par le biais de réseaux de capteurs, de sondes ou de forages d eau.

Plus en détail

1- Ce que pensent beaucoup d adultes

1- Ce que pensent beaucoup d adultes LE MOUVEMENT APPARENT DU SOLEIL SOUS NOS LATITUDES ET SES CONSEQUENCES 1- Ce que pensent beaucoup d adultes Avec un tel modèle on ne peut avoir la durée du jour deux fois plus longue le 21 juin que le

Plus en détail

Ascension de l Aconcagua, 6962m Le toit des Amériques

Ascension de l Aconcagua, 6962m Le toit des Amériques Ascension de l Aconcagua, 6962m Le toit des Amériques Expédition en haute montagne, Argentine Date de départ : 4 février 2012 Présentation Vivez l expérience unique de contempler un horizon grandiose à

Plus en détail

Notice de dimensionnement

Notice de dimensionnement 2013 Notice de dimensionnement DDG Kolonel Begaultlaan 43/2 3012 LEUVEN Belgique www.ddg.be info@ddg.be T : 00 32 16 22 24 94 Comment dimensionner un poêle-chaudière DDG? Le dimensionnement d un poêle

Plus en détail

Hygrométrie. Frédéric Élie, septembre 2000, août 2008

Hygrométrie. Frédéric Élie, septembre 2000, août 2008 ACCUEIL Hygrométrie Frédéric Élie, septembre 2000, août 2008 La reproduction des articles, images ou graphiques de ce site, pour usage collectif, y compris dans le cadre des études scolaires et supérieures,

Plus en détail

Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme

Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme T3 : Enjeux planétaires contemporains U1 : Géothermie et propriétés thermique de la Terre Ch5 : L énergie interne de la Terre et son exploitation par l Homme I. La géothermie Les hommes recherchent des

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

Science et technologie : Le truc de Newton

Science et technologie : Le truc de Newton Science et technologie : Le truc de Newton Une caractéristique fondamentale de la science c est le lien étroit qui l unit à la technologie. La science cherche les règles du monde matériel et la technologie

Plus en détail

O contient deux atomes d hydrogène et un seul atome d oxygène. Pourquoi?

O contient deux atomes d hydrogène et un seul atome d oxygène. Pourquoi? 1. La molécule d eau L eau est composée d oxygène et d hydrogène. Elle possède des propriétés extraordinaires qui ont permis en particulier le développement de la vie sur la Terre : c est par exemple l

Plus en détail

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g.

Trépier avec règle, ressort à boudin, chronomètre, 5 masses de 50 g. PHYSQ 130: Hooke 1 LOI DE HOOKE: CAS DU RESSORT 1 Introduction La loi de Hooke est fondamentale dans l étude du mouvement oscillatoire. Elle est utilisée, entre autres, dans les théories décrivant les

Plus en détail

Tout (ou presque) ce que vous avez toujours voulu savoir sur les règles d affichage du RT3 sans jamais oser le demander. 2007 Janfi67@planete-citroen

Tout (ou presque) ce que vous avez toujours voulu savoir sur les règles d affichage du RT3 sans jamais oser le demander. 2007 Janfi67@planete-citroen Tout (ou presque) ce que vous avez toujours voulu savoir sur les règles d affichage du RT3 sans jamais oser le demander 2007 Janfi67@planete-citroen Comme il est difficile de comprendre comment se comporte

Plus en détail

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA

CHANGER DE CLIMAT! Les climats sur Terre avec NOVA CHANGER DE CLIMAT! Climat tropical, climat tempéré, réchauffement climatique, facteurs de climat Peut-être as-tu déjà entendu toutes ces expressions. Mais sais-tu ce qu elles signifient vraiment? Nova,

Plus en détail

FORCE ET ÉNERGIE FORMATION GÉNÉRALE. Version bêta PHY-5043. DEVOIR 1 Chapitres 1 et 2. Nom de l élève : Résultat : Devoir #1 PHY-5043

FORCE ET ÉNERGIE FORMATION GÉNÉRALE. Version bêta PHY-5043. DEVOIR 1 Chapitres 1 et 2. Nom de l élève : Résultat : Devoir #1 PHY-5043 FORCE ET ÉNERGIE FORMATION GÉNÉRALE Version bêta PHY-5043 DEVOIR 1 Chapitres 1 et 2 Nom de l élève : Résultat : Yves Robitaille Commission Scolaire de Sorel-Tracy septembre 2006 Devoir #1 PHY-5043 page

Plus en détail

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES

AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE TABLE DES MATIERES Collège Voltaire, 2014-2015 AIDE-MÉMOIRE LA THERMOCHIMIE http://dcpe.net/poii/sites/default/files/cours%20et%20ex/cours-ch2-thermo.pdf TABLE DES MATIERES 3.A. Introduction...2 3.B. Chaleur...3 3.C. Variation

Plus en détail

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR

Partie II TEMPERATURES DANS LE REACTEUR Spé y 2001-2002 Devoir n 2 THERMODYNAMIQUE Ce problème étudie quelques aspects des phénomènes intervenants dans une centrale nucléaire de type Réacteur à Eau Pressurisée (ou PWR en anglais) qui est le

Plus en détail

Systèmes de récupération de chaleur des eaux de drainage

Systèmes de récupération de chaleur des eaux de drainage Systèmes de récupération de chaleur des eaux de drainage Les objectifs d'apprentissage: Cet exposé vous informera au sujet des systèmes de récupération de chaleur des eaux de drainage (SRCED) et: Comment

Plus en détail

CONSTRUIS TA PROPRE STATION AVEC METEOZ

CONSTRUIS TA PROPRE STATION AVEC METEOZ CONSTRUIS TA PROPRE STATION AVEC METEOZ Aujourd hui, c est décidé : tu deviens apprenti météorologue grâce à Meteoz! Il fait beau : c est l occasion idéale pour construire ta propre station météo et faire

Plus en détail

6 Les forces mettent les objets en mouvement.

6 Les forces mettent les objets en mouvement. 6 Les forces mettent les objets en mouvement. Tu dois devenir capable de : Savoir expliquer la proportion directe entre la force et l accélération à l aide d un exemple ; expliquer la proportion inverse

Plus en détail

La g éothermie. démystifiée. master.ca/geo. Chauffez et climatisez votre maison grâce à l énergie renouvelable de votre terrain.

La g éothermie. démystifiée. master.ca/geo. Chauffez et climatisez votre maison grâce à l énergie renouvelable de votre terrain. La g éothermie démystifiée Chauffez et climatisez votre maison grâce à l énergie renouvelable de votre terrain. La géothermie est une solution ingénieuse et efficace en vue de la réduction du réchauffement

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

TP Thermique des locaux

TP Thermique des locaux TP Thermique des locaux Choix de solutions Mise en situation Ce TP abordera deux points particuliers de dimensionnement : tout d'abord, nous allons voir comment choisir un système de ventilation adapté,

Plus en détail

Mots-clés : poudre de lait ; activité de l eau ; concentré ; tour de séchage MSD ; humidité absolue ; humidité relative ; capacité d évaporation.

Mots-clés : poudre de lait ; activité de l eau ; concentré ; tour de séchage MSD ; humidité absolue ; humidité relative ; capacité d évaporation. Par Franck NEYERS, enseignant technologie laitière et fromagère, ENILIA-ENSMIC de Surgères Bilan hydrique sur une tour de séchage Mots-clés : poudre de lait ; activité de l eau ; concentré ; tour de séchage

Plus en détail

La joie des planètes

La joie des planètes La joie des planètes Par Pepita Sanchis La joie des planètes est une des dignités que nous a légué la tradition. Ibn Ezra ou Ali Ibn Ragel, par exemple, la citent souvent. Nous savons que le Soleil a sa

Plus en détail

Où le Soleil se couche-t-il?

Où le Soleil se couche-t-il? ACTIVITÉ DE CLASSE Où le Soleil se couche-t-il? Informations générales Niveau scolaire : Deuxième et troisième cycles du primaire, Secondaire Nombre d élèves par groupe : Activité individuelle Quand :

Plus en détail

Un peu de mécanique. Chaos iii. La pomme et la lune http://www.chaos-math.org

Un peu de mécanique. Chaos iii. La pomme et la lune http://www.chaos-math.org Un peu de mécanique Chaos iii. La pomme et la lune http://www.chaos-math.org Chaos est un film mathématique constitué de neuf chapitres de treize minutes chacun. Il s agit d un film tout public autour

Plus en détail

Le climat. Fonctionnement de la machine climatique. Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan

Le climat. Fonctionnement de la machine climatique. Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan Le climat Fonctionnement de la machine climatique Le forcage du soleil La réponse de l'atmosphère et de l'océan L'évolution du climat L'effet anthropique sur l'évolution du climat L'évolution du climat

Plus en détail

La thermothérapie Cours n o 336

La thermothérapie Cours n o 336 La thermothérapie Cours n o 336 Dans le cours précédent, nous avons notamment parlé d hydrothérapie chaude. Il s agit en fait d une forme de thermothérapie. Celle-ci n est rien d autre que le recours à

Plus en détail

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES

REFERENCE MODULE REFERENCE DOCUMENT DATE DE CREATION. PHY-FLU1 Livret physique des fluides 1 20/07/01 PHYSIQUE DES FLUIDES PHYSIQUE DES FLUIDES 1 1. MASSE-UNITES DE FORCE Masse (m).la masse d un corps caractérise la quantité de matière de ce corps en Kilogrammes ( Kg - unité S.I) Le Poids (p) d un corps peut s exprimer par

Plus en détail

(Lorsque L homme explique Le ciel et La terre) sur la Lune, il n y a pas de poids. ils ne sont pas soumis à l attraction gravitationnelle de la Terre

(Lorsque L homme explique Le ciel et La terre) sur la Lune, il n y a pas de poids. ils ne sont pas soumis à l attraction gravitationnelle de la Terre Un. 7 Gravitation universelle - eercices (Lorsque L homme eplique Le ciel et La terre) Savoir son cours QCM : Le poids d un homme sur la lune n est pas le même que sur la Terre car sur la Lune, il n y

Plus en détail

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012 Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Je voudrais tout d abord

Plus en détail

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève

La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève La géothermie, une source d énergie parmi d autres Corrigé de la fiche élève Ressources à disposition : http://www.explorateurs energie.com/explo_ens/anim.php# http://www.edf.com/html/ecole_energie/ L

Plus en détail

Comparaison des différents systèmes de production d'eau chaude

Comparaison des différents systèmes de production d'eau chaude Choisir un système de production d'eau chaude Comparaison des différents systèmes de production d'eau chaude - 1. Le chauffe eau instantané - 2. Le boiler électrique - 3. Le boiler combiné avec une chaudière

Plus en détail

GPS GARMIN ALTIMÈTRE ET BAROMÈTRE

GPS GARMIN ALTIMÈTRE ET BAROMÈTRE CDRP 64 Patrice BELLANGER Version du 02/04/2016 GPS GARMIN ALTIMÈTRE ET BAROMÈTRE L ALTIMÈTRE DU GPS Les GPS Garmin Etrex Vista HCX, Etrex 30 et 30x intègrent deux outils de mesure de l altitude. L ÉLÉVATION

Plus en détail

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière

Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière II.1. La dilatation thermique Chapitre II : Propriétés thermiques de la matière Lorsqu on chauffe une substance, on provoque l augmentation de l énergie cinétique des atomes et des molécules, ce qui accroît

Plus en détail

LES PHASES DE LA LUNE

LES PHASES DE LA LUNE LES PHASES DE LA LUNE Il est d abord nécessaire de tirer des conclusions claires de l OBSERVATION d un cycle de Lune : Nous sommes habitués à voir la Lune changer d aspect de jour en jour, voici ce que

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

Le rôle d un thermomètre est d assurer la liaison entre la grandeur thermométrique et la matière dont on veut repérer la température.

Le rôle d un thermomètre est d assurer la liaison entre la grandeur thermométrique et la matière dont on veut repérer la température. COURS DE THERMODYNAMIQUE de Mme F. Lemmini, Professeur STU-SVI CHAPITRE I : TEMPERATURE ET CHALEUR I.1 Température I.1.1 Notion de température La température est liée à la sensation physiologique du chaud

Plus en détail

Télescope réflecteur. Manuel d utilisation. Conserver ces informations pour vous y référer ultérieurement.

Télescope réflecteur. Manuel d utilisation. Conserver ces informations pour vous y référer ultérieurement. Télescope réflecteur Manuel d utilisation Conserver ces informations pour vous y référer ultérieurement. Contenu: A. Viseur 5 x 24 mm B. Plateau d accessoires C. Lentille de Barlow 3X D. Lentille de redressement

Plus en détail

UNE SYNCHRO DES CARBUS POUR MOINS DE 4!

UNE SYNCHRO DES CARBUS POUR MOINS DE 4! UNE SYNCHRO DES CARBUS POUR MOINS DE 4! Préambule : Pour synchroniser des carburateurs, il ne s agit pas de mesurer une valeur de dépression (on ne fait pas de la météo), mais la différence de dépression

Plus en détail

Valise environnement UW600 avec ph mètre

Valise environnement UW600 avec ph mètre Valise environnement UW600 avec ph mètre Ce kit peu coûteux de mesure de l environnement facilite l analyse rapide de l eau sur place. L ensemble des tests que contient cette valise sont caractérisés par

Plus en détail

Forces et mouvement. Suite: la dynamique

Forces et mouvement. Suite: la dynamique Les forces Forces et mouvement Tout ce qui se passe dans l Univers est provoqué par des forces. Une force est une poussée ou une traction qui provoque le déplacement ou la rotation des objets. Il faut

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

Expérience 1 : Compression d une canette

Expérience 1 : Compression d une canette Expériences visant à montrer les effets de la pression : Expérience 1 : Compression d une canette Objectifs de l expérience: - Présenter le phénomène des pressions. - Ses implications. Matériel Requis

Plus en détail

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN La diversité du monde et l émergence de la complexité Jean-Philippe UZAN Nous observons un univers structuré à toutes les échelles. Pourquoi les lois fondamentales de la nature permettent-elles l émergence

Plus en détail

UNE CHALEUR RAYONNANTE COMME CELLE DU SOLEIL

UNE CHALEUR RAYONNANTE COMME CELLE DU SOLEIL UNE CHALEUR RAYONNANTE COMME CELLE DU SOLEIL Panneau climatisant WEM pour construction récente Habitation individuelle près de Coblence, Allemagne Tuyau préformé WEM pour rénovation Musée Paulinzella,

Plus en détail

LE SOLEIL. Source d énergie gratuite, pour tout le monde

LE SOLEIL. Source d énergie gratuite, pour tout le monde LE SOLEIL Source d énergie gratuite, pour tout le monde Petite histoire. - Le soleil est, depuis des millions d années, la source d énergie la plus importante sur terre. Les rayons solaires qui parviennent

Plus en détail

Problèmes de condensation et d humidité des produits de fenêtrage

Problèmes de condensation et d humidité des produits de fenêtrage Problèmes de condensation et d humidité des produits de fenêtrage Qu est-ce que la condensation? Techniques de prévention Résistance à la condensation Ombrage Rideaux et stores Bouches de chaleur et appareils

Plus en détail

Leçon N 1 : Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. transfert de l énergie.

Leçon N 1 : Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. transfert de l énergie. Leçon N 1 : Température et chaleur Capacités Connaissances Expériences Relever des températures. Connaître l'existence des échelles de Etalonnage d'un thermomètre. Vérifier expérimentalement que lors d

Plus en détail

La cuisine moléculinaire

La cuisine moléculinaire La cuisine moléculinaire Projet scientifique Ecole Georges Dagneaux, CM2 Élèves de l IMED, intégrés dans la classe de CM2 Avec la participation de Jean Matricon Atelier amidon La farine est un mélange

Plus en détail