N Juin. Base de données CHELEM commerce international du CEPII. Alix de SAINT VAULRY

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N 2008 09 Juin. Base de données CHELEM commerce international du CEPII. Alix de SAINT VAULRY"

Transcription

1 N Juin Base de données CHELEM commerce inernaional du CEPII Alix de SAINT VAULRY

2 Base de données CHELEM commerce inernaional du CEPII Alix de SAINT VAULRY N Juin

3 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII TABLE DES MATIÈRES Résumé non echnique...5 Résumé...6 Summary...7 Absrac...8 Inroducion Conenu de la base CHELEM - commerce inernaional Sources saisiques Couverure géographique Couverure secorielle Archiecure de la nomenclaure CHELEM Nomenclaures sources Nomenclaure CHELEM e ses agrégas Nomenclaure GTAP e ses agrégas Nomenclaure CITI e ses agrégas Méhode de consrucion Premiers ess, agrégaions e ess de cohérence Agrégaions Tess de cohérence Traiemen des réexporaions e des réimporaions Définiions - Cas général Réexporaions de Hong Kong Réexporaions de Singapour Esimaion des pays manquans «Décafage» des imporaions Comparaison des «flux miroirs» Correcions Remplacemen par les données du (des) parenaire(s) Venilaion secorielle parielle avec les données du parenaire Venilaion géographique parielle avec les données des parenaires

4 CEPII, Documen de ravail Harmonisaion Schéma général Échanges enre alpha 1 (quadran Q11) Échanges enre alpha 2 (quadran Q14) Échanges enre mauvais déclarans (quadran Q4) Indicaeurs Raios, aux de croissance, imporaions e exporaions par habian Solde commercial e aux de couverure Posiion sur le marché Avanages comparaifs révélés (version 1) Avanages comparaifs révélés (version 2) Variaion de par à l exporaion, effes de srucure e de performance...46 Conclusion...49 Annexe 1 : nomenclaures...50 Annexe 2 : les réexporaions de Singapour...69 Annexe 3 : les échanges enre bons déclarans...72 Bibliographie...78 Liens inerne...80 Lise des sigles...81 Lise des documens de ravail du CEPII

5 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII BASE DE DONNÉES CHELEM - COMMERCE INTERNATIONAL DU CEPII RÉSUMÉ NON TECHNIQUE La base de données CHELEM - commerce inernaional conien des saisiques de commerce inernaional couvran la oalié des flux d échanges depuis 1967, déaillés par pays/zone exporaeur, pays/zone imporaeur e caégorie de produis, e des indicaeurs qui y son associés. Elle es consruie e réacualisée par le CEPII depuis la fin des années soixane-dix, en majeure parie à parir de la base de données COMTRADE des Naions Unies. Le principal aou de CHELEM es l exhausivié : les marices de commerce son complèes, croisan des pays (ou zones) exporaeurs qui formen une pariion du monde, les mêmes pays (ou zones) imporaeurs e des caégories de produis refléan ous les échanges exérieurs mondiaux. Les pays ne déclaren pas ous leur commerce, e cerains le fon avec reard. Les nomenclaures évoluen dans le emps e ous les pays n adopen pas les nouvelles nomenclaures en même emps, e il y a des rupures de séries. CHELEM corrige, harmonise les nomenclaures pays e produis, complèe les flux manquans par esimaion, harmonise les déclaraions des exporaeurs e des imporaeurs pour ne reenir qu une valeur par flux. CHELEM donne ainsi une vision complèe du commerce mondial e des séries cohérenes dans le emps e dans l espace (pays e produis). Le présen documen, valable à parir du grand élargissemen des nomenclaures de la version 8.1 de juille 2006, décri le conenu de la base, la méhode de consrucion e les indicaeurs associés. Il fai suie aux documens précédens sur l ensemble de la base CHELEM (incluan aussi les paries Balance des Paiemens e PIB - populaion - aux de change non présenées ici) e sur la méhode de consrucion de CHELEM - commerce inernaional 1. 1 CEPII, CHELEM, Compes harmonisés sur les échanges e l économie mondiale, la base de données du CEPII sur CD-ROM, juin 2002, miméo de Sain Vaulry A., CHELEM Commerce Inernaional : noe méhodologique, mars 2002, miméo Boumellassa H. e D. Ünal-Kesenci, Base de données CHELEM-BAL du CEPII, documen de ravail N , mars

6 CEPII, Documen de ravail RÉSUMÉ Ce exe es un documen echnique desiné aux uilisaeurs de la base de données CHELEM - commerce inernaional. Cee base conien les saisiques de commerce inernaional déaillées à la fois par pays/zone exporaeur, pays/zone imporaeur e caégorie de produis échangés sur une quaranaine d années. Le exe décri les principaux rais de la base, les sources, les nomenclaures e les méhodes uilisées ainsi que les indicaeurs associés. Tou en décrivan la richesse de la base, le documen monre par ailleurs les problèmes saisiques inhérens à ce ype d enregisremen des échanges inernaionaux. Classemen JEL : C82 Mos Clés : Base de données, Commerce inernaional, Saisiques inernaionales 6

7 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII CEPII S CHELEM-TRADE DATABASE SUMMARY The CEPII s CHELEM-TRADE daabase conains inernaional rade saisics for exporing and imporing counries by produc and allows several indicaors o be calculaed. This daabase has been buil by he CEPII since he las sevenies, mosly drawn on Unied Naions COMTRADE daa. The major asse of CHELEM is is compleeness: o provide a coheren view of inernaional rade boh in ime and space (counries and producs), he rade marices are fully compleed wih he crossings beween exporers, imporers and producs covering he whole world and he oal of raded producs, sreching bac o CHELEM harmonizes daa provided in differen classificaions, complees he missing daa, reconciliaes exporers and imporers reporings which show up discrepancies and minimizes he breas in he series. The following paper describes he daabase conens, he classificaions and mehods of consrucion as well as he associae indicaors, available since he big enlargemen of classificaions of he 8.1 release of July I updaes he former documens describing he whole CHELEM daabase (including he Balance of Paymens and GDP - populaion - exchange raes pars) and he CHELEM-TRADE building mehod 2. 2 CEPII, CHELEM, Harmonized Daa for Inernaional Trade and he World Economy, CEPII s Inernaional Daabase On CD-ROM, June 2002, mimeo de Sain Vaulry A., CHELEM Commerce Inernaional : noe méhodologique, mars 2002, miméo Boumellassa H. e D. Ünal-Kesenci, Base de données CHELEM-BAL du CEPII, documen de ravail du CEPII N , mars

8 CEPII, Documen de ravail ABSTRACT This ex is a echnical paper for he CHELEM-TRADE users. The daabase conains inernaional rade saisics by exporing and imporing counries/zones and by producs over some fory years. The following paper describes he daabase, he sources, classificaions and mehods as well as he associaed indicaors. I also discusses he main inconsisencies and saisical issues. JEL Classificaion: C82 Key words: Daabase, Inernaional Trade, Inernaional Saisics 8

9 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII BASE DE DONNÉES CHELEM - COMMERCE INTERNATIONAL DU CEPII Alix de SAINT VAULRY 3 INTRODUCTION La base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII es la parie la plus ancienne (e celle qui compe le plus grand nombre de séries) de la base CHELEM (Compes Harmonisés sur les Echanges e L Economie Mondiale) 4. Elle es reliée par une nomenclaure géographique commune aux bases CHELEM - balance des paiemens e CHELEM - PIB (populaion, PIB en valeur, volume e volume PPA, aux de change). Des indicaeurs relien les rois bases. Pour un même flux d échanges, les déclaraions des pays exporaeurs diffèren de celles des imporaeurs. Les imporaions comprennen le coû du ranspor e de l assurance, les pays ne déclaren pas forcémen de la même façon le commerce des zones franches, cerains produis son inclus ou exclus, le sysème de commerce peu différer, les réexporaions e réimporaions son incluses ou non selon les cas. Ceci s ajoue à d aures causes classiques d écars enre les déclaraions des exporaeurs e celles des imporaeurs : décalages emporels, différences d affecaion secorielle ou géographique CHELEM harmonise donc ces différenes déclaraions suivan des principes éablis e noammen une hiérarchisaion des pays suivan leur qualié de déclaraions, après avoir vérifié la cohérence des données e compléé les données manquanes. Les données uilisées, dans la nomenclaure dans laquelle le pays l a déclarée cee année-là, son agrégées dans différenes nomenclaures, consanes dans le emps pour garder la cohérence emporelle. Elles permeen des rapprochemens avec d aures saisiques (emploi, producion, ableaux d enrée-sorie ) e différens ypes d éudes (par niveau echnologique, par sade de producion ). Les données son accessibles sur CD-ROM e en ligne, à l aide d un logiciel convivial mis au poin par le CEPII e le Bureau van Dij 5. Le présen documen, valable à parir du grand élargissemen des nomenclaures de la version 8.1 de juille 2006, décri le conenu de la base, la méhode de consrucion e les 3 CEPII, 9 rue Georges Piard, Paris. L aueur remercie chaleureusemen Mahieu Croze, Agnès Bénassy-Quéré e Michel Fouquin pour leurs remarques consrucives, Sophie de Salée pour ses conseils avisés e Joëlle Gélard pour sa paricipaion à la mise en forme de ce documen. 4 Une lise des sigles uilisés peu êre consulée à la fin de ce documen. 5 Pour oues informaions, envoyer un mail à ou regarder le sie 9

10 CEPII, Documen de ravail indicaeurs associés. Il fai suie aux documens précédens sur l ensemble de la base CHELEM (incluan aussi les paries Balance des Paiemens e PIB - populaion - aux de change non présenées ici) e sur la méhode de consrucion de CHELEM - commerce inernaional CONTENU DE LA BASE CHELEM - COMMERCE INTERNATIONAL La base de données CHELEM - commerce inernaional conien des saisiques de commerce inernaional couvran la oalié des flux d échanges de marchandises depuis 1967, déaillés par pays/zone exporaeur, pays/zone imporaeur e caégorie de produis, e des indicaeurs qui y son associés. Elle es consruie e réacualisée par le CEPII depuis la fin des années soixane-dix. Le principal aou de CHELEM es l exhausivié : les marices de commerce son complèes, croisan des pays (ou zones) exporaeurs qui formen une pariion du monde, les mêmes pays (ou zones) imporaeurs e des caégories de produis refléan ous les échanges exérieurs mondiaux. Les saisiques disponibles sur le commerce inernaional présenen généralemen des séries disparaes, incomplèes (ous les pays ne déclaren pas e cerains déclaren avec reard), avec des nomenclaures différenes e des rupures de séries. CHELEM corrige, harmonise les nomenclaures pays e produis, complèe les flux manquans par esimaion, harmonise les déclaraions des exporaeurs e des imporaeurs pour ne reenir qu une valeur par flux. Ceraines données seron moins fiables que d aures, mais CHELEM donne une vision complèe du commerce mondial e des séries cohérenes dans le emps e dans l espace (pays e produis). En 2006, la base a connu une refone radicale avec : - une réacualisaion complèe des saisiques sur la période ; - un plus grand nombre de pays individualisés : acuellemen 82, qui, avec 12 zones regroupan les aures pays e une zone d ajusemen «divers», composen une pariion du monde enier ; des agrégas précalculés son égalemen disponibles ; - deux nouvelles nomenclaures secorielles : oure la radiionnelle nomenclaure CHELEM en 71 caégories (qui avec la caégorie «non venilés» es une pariion de ous les biens échangés), la nouvelle base propose au choix les 43 poses de la nomenclaure GTAP échangés e les 147 poses CITI révisée 3 à 4 posiions échangés, ainsi que des agrégaions en 11 filières, 10 secions, 6 sades e 4 seceurs, e nouvellemen 4 niveaux echnologiques regroupan 20 agrégas. 6 CEPII, CHELEM, Compes harmonisés sur les échanges e l économie mondiale, la base de données du CEPII sur CD-ROM, juin 2002, miméo de Sain Vaulry A., CHELEM Commerce Inernaional : noe méhodologique, mars 2002, miméo 10

11 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII La nouvelle base CHELEM - commerce inernaional propose ainsi une meilleure qualié de données, un accès plus adapé à différenes analyses à ravers des nomenclaures srucurées e la possibilié d approfondir l analyse économique sur les échanges de marchandises SOURCES STATISTIQUES À l insar des aures bases de données du CEPII, CHELEM - commerce inernaional uilise des saisiques issues le plus souven des organismes inernaionaux e occasionnellemen des insius naionaux. En l occurrence, la majeure parie des données de la base provien de la base de données COMTRADE des Naions Unies, ou des offices saisiques ou des Douanes de cerains pays, comme Taïwan ou Hong Kong, ou encore d aures organismes inernaionaux, comme la Direcion of Trade Saisics (DOTS) du Fonds Monéaire Inernaional (FMI). La valeur ajouée du CEPII, par rappor aux données d origine, es de proposer une couverure géographique mondiale, d assurer une cohérence dans les nomenclaures géographiques e secorielles ainsi que dans les séries emporelles e d harmoniser les déclaraions des exporaeurs e des imporaeurs. Les données son en millions de dollars courans. Une conversion es faie si nécessaire, pour des données provenan d aures sources que COMTRADE qui ne seraien pas en dollars des Éas-Unis, par exemple pour Taïwan e pour les réexporaions de Hong Kong COUVERTURE GÉOGRAPHIQUE La base CHELEM - commerce inernaional recouvre au niveau le plus déaillé 82 pays (idenifiés par leur code ISO) e 13 zones (don la zone «divers» pour les flux sans affecaion géographique connue), ce qui fai 96 zones avec le monde. Des présenaions agrégées des pays son égalemen disponibles en 82 e 34 zones selon une classificaion commune aux rois bases de CHELEM. Les agrégas par zone incluen le commerce inrazone. Les «34 zones» (en fai 32 zones, la zone «divers» e la zone «Monde») son hisoriques, daen de la naissance de CHELEM à quelques modificaions près e permeen d acualiser des éudes anciennes dans un forma lisible. Les «82 zones» (en fai 80 zones, la zone «divers» e la zone «Monde»), valables sur oue la période depuis 1967, permeen des éudes sur séries longues. Les «96 zones» (en fai 94 zones, la zone «divers» e la zone «Monde»), qui comprennen les pays issus de l ex-yougoslavie, de l ex-urss e de l ex-tchécoslovaquie, son complèes à parir de 1993 e permeen d analyser le monde d après la chue du mur de Berlin. 11

12 CEPII, Documen de ravail En Annexe 1, le Tableau A.1 décri une présenaion dépliée de la nomenclaure géographique commune aux 3 bases CHELEM. Oure ces 3 pariions du monde, 27 agrégas son précalculés (Tableau A.2). En effe, rès vie le CEPII a créé des agrégas géographiques supplémenaires, puremen géographiques (Amérique laine, Asie du Sud- Es ), plus «poliiques» (Europe de l Es), ou pour inégrer des regroupemens exisans (OCDE, ALENA, Union Européenne, G7 ) ou des niveaux de développemen (PMA ). Ces agrégas son suscepibles d évoluer en foncion des changemens géopoliiques (Union Européenne, G7 qui deviendra G8 ). Cerains agrégas obéissen à une logique de pariion du monde en 3 (Amérique, Eurafrique, Asie Océanie) ou en 6 (en isolan les Éas- Unis, l Union Européenne e le Japon) COUVERTURE SECTORIELLE CHELEM - commerce inernaional ayan pour bu l analyse du commerce inernaional, le CEPII a mis au poin sa propre nomenclaure en 71 caégories, nombre permean des éudes assez complèes ou en resan lisibles, avec une agrégaion possible par filière. Pour avoir des séries longues, des ables de correspondance avec les différenes révisions de la CTCI (Classificaion Type pour le Commerce Inernaional) puis du Sysème Harmonisé (nomenclaures de commerce inernaional de l ONU) son chaque fois élaborées Archiecure de la nomenclaure CHELEM La nécessié de connexion avec d aures bases de données sur la producion, les ableaux d enrées-sories, l emploi, les invesissemens on condui à créer une nomenclaure plus fine compaible avec la CITI révisée 3 e la nomenclaure GTAP. C es ainsi qu une nomenclaure inerne en 323 caégories a vu le jour. Elle n a d aure jusificaion que de permere l agrégaion dans les 3 nomenclaures CHELEM, GTAP e CITI e n es donc pas publique. Des ables de passage des différenes révisions de la CTCI e du SH (Sysème Harmonisé) aux 323 caégories CHELEM on éé faies. Puis les 3 nomenclaures disponibles (CHELEM, GTAP e CITI) avec leurs agrégas on éé obenues par agrégaion de ces 323 caégories en 71 caégories CHELEM finales, 43 biens GTAP échangés ou 147 poses CITI à 4 posiions. Ces nomenclaures permeen différens ypes d éudes. Le Graphique 1 présene le passage des nomenclaures sources à la nomenclaure inermédiaire CHELEM en 323 caégories, puis aux 3 nomenclaures CHELEM, GTAP e CITI e enfin aux agrégas qui en découlen. 12

13 CTCI rév. 1 : 1961 (1377) CTCI rév. 2 : 1976 (1837) CTCI rév. 3 : 1988 (3124) CTCI rév. 4 : 2007 (2970) Nomenclaure inermédiaire (323) Graphique 1 Archiecure de la nomenclaure secorielle CHELEM Les nomenclaures La nomenclaure Les 3 nomenclaures Les nomenclaures sources inermédiaire disponibles agrégées CHELEM (71) GTAP (43) 11 filières 10 secions 6 sades 4 seceurs 4 branches agrégées SH 1988 (5019) SH 1992 (5020) SH 1996 (5113) SH 2002 (5224) SH 2007 (5052) CITI rév. 3 à 4 posiions (147) CITI CITI à 3 posiions à 2 posiions (79) (35) 20 branches 4 branches echnologiques echnologiques manufacurières agrégées + NM (non-manuf.) + NM (non-manuf.)

14 CEPII, Documen de ravail Nomenclaures sources Dans la principale source de saisiques de commerce inernaional, la base COMTRADE de l ONU, les données son disponibles en deux nomenclaures, la CTCI puis le SH, plus déaillé. Ces nomenclaures subissen régulièremen des révisions pour enir compe des nouveaux produis e echnologies. Pour garder la cohérence emporelle des séries sur quarane ans e plus, des ables de correspondance avec chaque révision de la CTCI e du SH son élaborées avec la nomenclaure CHELEM, qui rese valable sur oue la période. À chaque révision, les pays son censés déclarer dès la première année leurs imporaions e leurs exporaions à l ONU dans la nouvelle nomenclaure, mais en réalié de nombreux pays, quelquefois même de l OCDE, ne s adapen qu après une ou plusieurs années de reard. Ainsi pour la même année rois révisions de la CTCI cohabien parfois. a) Classificaion Type pour le Commerce Inernaional (CTCI) 7 des Naions Unies : Dans COMTRADE cohabien plusieurs versions de la CTCI : - CTCI révisée 1 (données à parir de 1961) : 1377 rubriques - CTCI révisée 2 (données à parir de 1976) : 1837 rubriques - CTCI révisée 3 (données à parir de 1988) : 3124 rubriques - CTCI révisée 4 (données à parir de 2007) : 2970 rubriques Les rubriques on 5 chiffres maximum. b) Sysème Harmonisé (SH) 8 Le déail de la CTCI ne suffisan pas pour cerains uilisaeurs de saisiques, un sysème harmonisé de désignaion e de codificaion des marchandises (SH) a éé élaboré, en 5000 rubriques à 6 chiffres environ. - SH de 1988 : 5019 rubriques - SH de 1992 : 5020 rubriques (rès proche du SH de 1988) - SH de 1996 : 5113 rubriques - SH de 2002 : 5224 rubriques - SH de 2007 : 5052 rubriques 7 En anglais Sandard Inernaional Trade Classificaion (SITC). 8 Sysème Harmonisé de désignaion e de codificaion des marchandises de l OMC, en anglais Harmonized Sysem (Harmonized Commodiy Descripion and Coding Sysem of he WTO): HS. 14

15 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII Nomenclaure CHELEM e ses agrégas Depuis sa créaion, CHELEM commerce inernaional a sa propre nomenclaure en 71 caégories de produis décris en Annexe 1 dans le Tableau A.3. Si l on ajoue la caégorie NV («non venilés») on arrive au oal du commerce. Ces caégories peuven êre regroupées suivan plusieurs logiques, en 11 filières de producion (Tableau A.4), 10 secions (Tableau A.5), 6 sades d élaboraion des produis (Tableau A.6) ou 4 seceurs (Tableau A.7) Les 11 filières de producion Une filière de producion es un ensemble qui va des maières premières jusqu aux produis finis en passan par les produis inermédiaires, suie à différens raiemens successifs, par exemple la filière chimique va des minerais non méalliques jusqu aux produis chimiques élaborés comme les produis pharmaceuiques en passan par la chimie de base. On peu comparer les différenes filières pour disinguer les poins fors e les poins faibles des pays par filière e leur évoluion. On peu aussi regarder ce qui se passe à l inérieur d une filière. Du fai de leurs doaions en ressources énergéiques, minières ou aures, les pays peuven invesir oue une filière, des maières premières jusqu aux produis finis. À l inérieur d une filière donnée, il peu y avoir appui sur des ressources locales pour produire des biens en aval (par exemple raffiner du pérole abondan dans le sol). À l inverse, en paran par exemple d aciviés d assemblage en profian d une main-d œuvre abondane e bon marché, on peu «remoner» la filière e inégrer vericalemen des producions plus en amon. Le Tableau 1 donne l exemple de la Chine dans la filière exile. La monée fulgurane de la Chine, passée de 0,5 % des exporaions mondiales en 1970 à 9 % en 2006, es pariculièremen visible dans la filière exile, surou sur l aval de la filière. Tableau 1 : Par de la Chine dans les exporaions mondiales de la filière exile (en %) Filière exile 1,4 2,9 7,8 17,9 29,2 Fils e issus 1,7 2,9 5,0 8,2 17,5 Vêemens de confecion 1,3 3,4 10,2 19,7 32,0 Vêemens de bonneerie 0,6 2,2 8,4 17,8 29,2 Tapis 2,1 5,0 8,5 15,5 29,6 Cuirs 0,8 2,0 8,6 30,0 38,4 Toues filières 0,5 0,7 1,7 4,7 8,7 Source : CEPII, CHELEM commerce inernaional (version de mars 2008) 15

16 CEPII, Documen de ravail Les 10 secions Les secions corresponden aux premières leres des codes CHELEM. Le découpage es plus verical que dans les filières : on disingue les produis en amon (maières premières) des produis en aval, qui son moins déaillés que dans les filières. Ainsi on disingue les produis agricoles des produis alimenaires, les produis chimiques des minerais correspondans e des maériaux de consrucion, mais on regroupe ferreux e non-ferreux, e l énorme secion mécanique-élecrique comprend la mécanique, les véhicules, l élecrique e l élecronique. Le Graphique 2 monre l évoluion des 10 secions dans le commerce mondial. En quarane ans, les secions mécanique-élecrique, chimie e énergie on pris beaucoup d ampleur, au dérimen de la sidérurgie-méallurgie, de l agriculure e des produis alimenaires. Graphique 2 Le commerce mondial en 10 secions (en % du commerce mondial) 100% 80% 60% 40% 20% K Produis alimenaires J Agriculure I Energie H Minerais G Chimie F Mécanique élecrique E Bois papiers D Texiles cuirs C Sidérurgie méallurgie B Maériaux de consrucion 0% Source : CEPII, CHELEM commerce inernaional (version de mars 2008) 16

17 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII Les 6 sades d élaboraion des produis Les sades d élaboraion déaillen différenes éapes de fabricaion, de l amon (produis primaires) à l aval (biens de consommaion), en passan par les produis manufacurés de base, les biens inermédiaires, les biens d équipemen e les produis mixes. Cerains pays son spécialisés dans les produis primaires, du fai de ressources primaires abondanes ou de développemen indusriel insuffisan. D aures profieron d un imporan réservoir de main-d œuvre ou d un for marché inerne pour se spécialiser en biens de consommaion, d aures encore choisiron les biens d équipemen grâce à une main-d œuvre qualifiée Le Graphique 3 illusre l évoluion de l amon vers l aval des exporaions des igres asiaiques (Malaisie, Philippines, Thaïlande). Aurefois spécialisés dans l exporaion de produis primaires, les igres asiaiques son mainenan posiionnés sur les biens inermédiaires e les biens d équipemen, e dans une moindre mesure sur les biens de consommaion. Graphique 3 Exporaions des rois «igres» asiaiques en 1967 e en 2006 (srucure en % de leurs exporaions oales) Biens de consommaion (ST6) Produis mixes (ST5) Biens d'équipemen (ST4) Biens inermédiaires (ST3) Manufacurier base (ST2) Produis primaires (ST1) Source : CEPII, CHELEM - commerce inernaional (version de mars 2008) 17

18 CEPII, Documen de ravail Les 4 seceurs Les seceurs son des domaines économiques. Il ne s agi pas ici des 3 seceurs classiques : primaire (agriculure), secondaire (indusrie) e eriaire (services), mais d un découpage en quare grands seceurs de marchandises facilemen repérables (manufacurier, énergéique, minerais e agroalimenaire) décrivan rès simplemen une économie. Il perme de voir les grandes évoluions (par exemple les chocs péroliers, comme l illusre le Graphique 4). 70% Graphique 4 Les quare seceurs dans les imporaions japonaises (en % du oal) 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Minerais Energie Agroalimenaire Manufacurier minimum Source : CEPII, CHELEM - commerce inernaional (version de mars 2008) En quare décennies le poids des minerais e de l agroalimenaire a éé divisé par 4 dans les imporaions japonaises, andis que celui du manufacurier doublai. L évoluion du seceur énergéique s explique par les prix relaifs e l offre de pérole bru Nomenclaure GTAP e ses agrégas CHELEM commerce inernaional es aussi accessible en nomenclaure GTAP (Global Trade Analysis Projec : : 43 branches de produis échangés (Tableau A.8), regroupées par le CEPII en 4 branches agrégées (Tableau A.9). 18

19 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII Le proje GTAP, souenu par un consorium éponyme don le CEPII es membre, propose une marice de compabilié sociale mondiale, adapée aux modèles d équilibre général calculable muli-pays muli-seceurs, pour une année de référence (2001 dans la version 6, 2004 dans la version 7). De plus, les pays son liés via le commerce e des variables supplémenaires son égalemen disponibles (arifs douaniers, données environnemenales ). Comme le monre le Graphique 5, les produis agricoles e alimenaires son beaucoup plus déaillés (21 branches) que dans les aures nomenclaures. Graphique 5 Exporaions e imporaions agro-alimenaires des Eas-Unis en 2006 (en milliards de dollars) Produis alimenaires nda Exporaions 10 Céréales nda Graines oléagineuses Légumes, fruis e noix 5 Viandes nda Blé Boissons e abacs Culures nda Imporaions Source : CEPII, CHELEM - commerce inernaional (version de mars 2008) 19

20 CEPII, Documen de ravail Malgré une proecion arifaire renconrée de plus de 20 % (source : MAcMap-HS6v2) 9, les Éas-Unis exporen beaucoup d oléagineux, de blé e aures céréales. Les légumes, fruis e noix son beaucoup moins proégés. À la différence des quare seceurs de la nomenclaure CHELEM, les quare branches agrégées GTAP disinguen les produis agricoles brus des produis des indusries alimenaires, e les minerais son regroupés avec l énergie. Les pays on des srucures d exporaion rès conrasées (Graphique 6), même si on observe une convergence générale vers les produis manufacurés, impressionnane au Brésil e en Chine. La découvere du pérole en mer du Nord a changé la physionomie des exporaions norvégiennes. 100% Graphique 6 Exporaions des quare branches agrégées GTAP 80% 60% 40% Pr.agr. brus (RAW) Energie (MIN) Manuf (MAN) Ind. agro-alim. (FOD) 20% 0% Norvège 1967 Norvège 2006 Brésil 1967 Brésil 2006 Chine 1967 Chine 2006 UE UE Source : CEPII, CHELEM - commerce inernaional (version de mars 2008) 9 L aueur remercie chaleureusemen Houssein Boumellassa e Chrisophe Gouel pour les données de proecion e les conseils de rédacion correspondans. 20

21 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII Nomenclaure CITI e ses agrégas Pour facilier le rapprochemen avec les données de producion e d emploi e pour conduire des éudes par niveau echnologique, CHELEM - commerce inernaional es disponible en CITI 10 révisée 3. Oure la déclinaison en poses CITI à 4 posiions (les 147 poses du Tableau A.10 en Annexe 1), 3 posiions (les 79 poses du Tableau A.11) ou 2 posiions (les 35 poses du Tableau A.12), on peu disinguer le manufacurier du non manufacurier, e repérer les 20 branches manufacurières regroupées en 4 niveaux echnologiques (Tableau A.13). La spécialisaion des pays suivan le niveau echnologique n es pas neure. Une bonne exploiaion des aous d un pays en recherche e développemen perme d acquérir e de consolider des posiions avanageuses sur les marchés. Un posiionnemen sur le bas de gamme peu aussi êre une bonne sraégie pour les pays à main-d œuvre abondane e bon marché. Pour aribuer à chaque produi un niveau echnologique, cerains, noammen Eurosa, uilisen une sélecion de produis de haue echnologie au niveau le plus déaillé. Cee soluion n éai pas applicable à CHELEM qui conien des séries longues (aucune lise n aurai éé pérenne) e garde un cerain niveau d agrégaion secorielle. Le choix s es donc poré sur la nomenclaure par niveau echnologique élaborée par l OCDE, qui repère les seceurs echnologiques sur la base de méhodes inpu-oupu idenifian le conenu effecif en R&D 11. Les produis manufacurés (MA) son décomposés en 4 niveaux echnologiques : produis de haue echnologie HI, à echnologie moyennemen élevée IH, moyennemen faible IL e faible LO), eux-mêmes consiués de branches echnologiques. Les produis non manufacurés (NM) représenen un agréga à par enière. La somme des deux (MA + NM) correspond au oal des produis. Comme le monre le Tableau 2, les produis à faible niveau echnologique son de moins en moins échangés. Les produis de haue echnologie on un poids croissan jusqu en 2000, mais le maériel de communicaion e l aéronauique baissen dans la première parie des années L auomobile dope les échanges de produis à echnologie moyennemen élevée dans la seconde moiié des années Les dérivés du pérole e la méallurgie de base expliquen le pic en 1974 des produis à echnologie moyennemen faible. Le choc pérolier es encore plus ne sur les produis non manufacurés. 10 La CITI (Classificaion Inernaionale Type par Indusrie) es une nomenclaure de producion, à ne pas confondre avec la CTCI (Classificaion Type pour le Commerce Inernaional), nomenclaure de commerce. 11 OECD STI Scoreboard 2001 «Towards a nowledge-based economy», Annex I, hp://www1.oecd.org/dac/iccd/docs/oherdocs/oheroecd_sti_scoreboard.pdf 21

CHELEM Commerce International

CHELEM Commerce International CHELEM Commerce Inernaional Méhodes de consrucion de la base de données du CEPII Alix de SAINT VAULRY Novembre 2013 1 Conenu de la base de données Flux croisés de commerce inernaional (exporaeur, imporaeur,

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

2.1 Envoi d'un message

2.1 Envoi d'un message MESSAGES Oulook 2013 2.1 Envoi d'un message La messagerie es desinée à l'envoi e à la récepion du courrier élecronique. Six dossiers peuven conenir les messages : les dossiers Boîe de récepion, Brouillons,

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

Les nouveautés de Word 2013

Les nouveautés de Word 2013 WORD 2013 Office 2013 - Word, Excel, PowerPoin e Oulook Les nouveaués de Word 2013 Aciver/désaciver les repères d'alignemen Les repères d'alignemen permeen, lors du déplacemen ou du redimensionnemen d'un

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse Déparemen fédéral de l'inérieur DFI Office fédéral de la saisique OFS Rappor de méodes 4 Economie naionale Neucâel, Juin 203 Des données de la recerce e développemen aux agrégas de la compabilié naionale

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Les Comptes Nationaux Trimestriels

Les Comptes Nationaux Trimestriels REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Parie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Faherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis N o 11F0027MIF au caalogue N o 016 ISSN: 1703-0412 ISBN: 0-662-89622-X Documen de recherche Série de documens de recherche sur l'analyse économique (AE) Répercussions du ravail auonome sur la croissance

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Segmentation d images couleur par fusion de régions.

Segmentation d images couleur par fusion de régions. SETIT 2005 3 rd Inernaional Conference: Sciences of Elecronic, Technologies of Informaion and Telecommunicaions March 27-31, 2005 TUNISIA Segmenaion d images couleur par fusion de régions. Mme AMEUR Zohra,

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES

IRM fonctionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES IRM foncionnelle : QUELQUES IDEES SUR LE TRAITEMENT STATISTIQUE DES DONNEES Le principe général d'une éude IRMf consise à analyser le signal BOLD (Blood Oxygen Level Dependen) qui radui l'augmenaion d'afflux

Plus en détail

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences

S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mathématiques Financières Emprunts indivis. Université de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences S5 Info-MIAGE 2012-2013 Mahémaiques Financières Empruns indivis Universié de Picardie Jules Verne Année 2012-2013 UFR des Sciences Licence menion Informaique parcours MIAGE - Semesre 5 Mahémaiques Financières

Plus en détail

5.1 La conception d'animation

5.1 La conception d'animation ANIMATIONS Flash CS6 5.1 La concepion d'animaion A- Le concep d'animaion dans Flash Flash perme de créer des animaions. Lorsque vous animez un obje, vous gérez deux espaces : l'espaceemps dans le panneau

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire

Impact de l appréciation de l euro sur le Sénégal et la Côte d Ivoire Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude Impac de l appréciaion de l euro sur le Sénégal e la Côe d Ivoire DPEE

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Concours de conseiller principal d'éducaion - Ecri (Ref : 2323) Duran 4 jours, les candidas au concours de conseiller principal d'éducaion en voie exerne pourron maîriser la méhodologie des épreuves écries

Plus en détail

Introduction aux produits dérivés

Introduction aux produits dérivés Chapire 1 Inroducion aux produis dérivés de crédi Le risque de crédi signifie les risques financiers liés aux incapaciés d un agen (un pariculier, une enreprise ou un éa souverain) de payer un engagemen

Plus en détail

Les retombées économiques de l Accord. Bureau de l économiste en chef Affaires étrangères et Commerce international Canada

Les retombées économiques de l Accord. Bureau de l économiste en chef Affaires étrangères et Commerce international Canada Les reombées économiques de l Accord de libre-échange canada-chili Bureau de l économise en chef Affaires érangères e Commerce inernaional Canada Le 30 mai 2013 Table des maières Sommaire... 1 1. Inroducion...

Plus en détail

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale 5 3. Avanage comparaif des exporaions de crevees d élevage: une évaluaion globale Dans la présene secion nous appliquons le cadre d évaluaion exposé ci-dessus pour évaluer l avanage comparaif des principaux

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

CHAPITRE III LA PREVISION

CHAPITRE III LA PREVISION CHAPITRE III LA PREVISION Prévoir ce qui va se passer dans le fuur es d'une imporance capiale pour la plupar des enreprises. En effe, la producion es selon le ype d'acivié un processus plus ou moins long,

Plus en détail

Par. Jean-Thomas Bernard jtber@ecn.ulaval.ca. Bruno Côté bruno.cote@finances.gouv.qc.ca

Par. Jean-Thomas Bernard jtber@ecn.ulaval.ca. Bruno Côté bruno.cote@finances.gouv.qc.ca L'inensié énergéique du seceur manufacurier de 1976 à 1996 Québec, Onario, Albera e Colombie-Briannique Par Jean-Thomas Bernard jber@ecn.ulaval.ca e Bruno Côé bruno.coe@finances.gouv.qc.ca Chaire en économique

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Formation : Les achats publics durables (Ref : 3292) Appliquez la protection de l'environnement et le bien-être social dans l'achat public

Formation : Les achats publics durables (Ref : 3292) Appliquez la protection de l'environnement et le bien-être social dans l'achat public Formaion : Les achas publics durables (Ref : 3292) Appliquez la proecion de l'environnemen e le bien-êre social dans l'acha public COMUNDICOMPETENCES-WEKA/MBFORMATION OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail

Évaluer la productivité globale des facteurs : l apport d une mesure de la qualité du capital et du travail Dossier Évaluer la producivié globale des faceurs : l appor d une mesure de la qualié du capial e du ravail Pierre-Yves Cabannes, Alexis Monau, Pierre-Alain Pionnier* L esimaion e la prévision de la croissance

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX SEANCE 9 LE RISQUE DE TAUX GESTION DU RISQUE DE TAUX Obje de la séance 9: défini le risque de aux e présener

Plus en détail

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques

Centre d Analyse Théorique et de Traitement des données économiques Cenre d Analyse Théorique e de Traiemen des données économiques CATT WP No. 9. January 2011 L IMPACT DU TAUX DE CHANGE SUR LES EXPORTATIONS DE L ALLEMAGNE ET DE LA FRANCE HORS ZONE EURO Serge REY CATT-UPPA

Plus en détail

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015

AFRICAMPUS 2015 Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 27 février 2015 zzz UNE APPROCHE CONCEPTUELLE DE L APPROPRIATION DES SYSTEMES D INFORMATION MOBILES (SIM) PAR LES UTILISATEURS OUEST AFRICAINS AU TRAVERS D UNE METHODE DELPHI Marc BIDAN & Béchir ABBA GONI Thème n 5 PLAN

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Partie 1. L'utilisation des statistiques économiques

Partie 1. L'utilisation des statistiques économiques Parie. L'uilisaion des saisiques économiques Enseignan A. Direr Licence 2, er semesre 2008-9 Universié Pierre Mendès France Cours de macroéconomie suie Nous avons vu dans l'inroducion que l'uilisaion des

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8 1 ère composane : émarche personnelle e invesissemen du candida au cours de l élaboraion du TPE (noe enière sur 8 poins) Iems officiels ompéences officielles Niveau d exigence 1. Recherche documenaire

Plus en détail

Froid industriel : production et application (Ref : 3494) Procédés thermodynamiques, systèmes et applications OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Froid industriel : production et application (Ref : 3494) Procédés thermodynamiques, systèmes et applications OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Froid indusriel : producion e applicaion (Ref : 3494) Procédés hermodynamiques, sysèmes e applicaions SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Appréhender les différens procédés hermodynamiques de producion

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

MESURE DE VISCOSITÉ. v(z) V = 0. Figure 1.

MESURE DE VISCOSITÉ. v(z) V = 0. Figure 1. MESURE DE VISCOSITÉ I - QUELQUES ÉLÉMENTS DE RHÉOLOGIE La mesure de la viscosié d'un fluide fai parie de la rhéologie, qui es la science des écoulemens de la maière. Dans la suie, on noera : -la viscosié

Plus en détail

Production d un son par les instruments de musique

Production d un son par les instruments de musique Producion d un son par les insrumens de musique ACTIVITÉ 1 : Recherche documenaire : Les foncions d un insrumen de musique Objecif : découvrir commen les insrumens de musique acousique peuven remplir leurs

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

11 ème réunion du Comité des Zones Humides Méditerranéennes 5 juillet 2012, Bucarest, Roumanie

11 ème réunion du Comité des Zones Humides Méditerranéennes 5 juillet 2012, Bucarest, Roumanie 11 ème réunion du Comié des Zones Humides Médierranéennes 5 juille 2012, Bucares, Roumanie Doc MWC11.04 Plan de Travail Sraégique MedWe 2012-2015 L'Info MWC11.02 a analysé le niveau de réalisaion du plan

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES

INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES INDICATEURS DE L ÉDUCATION DIRECTIVES TECHNIQUES NOVEMBRE 2009 1 SOMMAIRE Taux d alphabéisme des adules ou Taux d analphabéisme.... 3 Nombre d adules analphabèes... 5 Taux bru d accès (TBA) en première

Plus en détail

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants?

De l inscription à la publication des résultats en ligne à l Université de Lomé : quels impacts sur l adoption des TIC chez les étudiants? Ouagadougou, Burkina Faso, du 26 au 28 février 2015 De l inscripion à la publicaion des résulas en ligne à l Universié de Lomé : quels impacs sur l adopion des TIC chez les éudians? Halourou MAMAN, Universié

Plus en détail

Certificat par Techniques de l'ingénieur:

Certificat par Techniques de l'ingénieur: CYCLE Managemen de proje echnique (Ref : 3453) Acquérir les echniques de piloage e la dimension managériale pour réussir ses projes SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Organiser e piloer ses projes par

Plus en détail

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES?

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? CHAPITRE RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? Les réponses de la poliique monéaire aux chocs d inflaion mondiaux on varié d un pays à l aure Le degré d exposiion

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

PIB réel, RIB réel et gains commerciaux : Canada, 1981-2005

PIB réel, RIB réel et gains commerciaux : Canada, 1981-2005 IB réel, RIB réel e gains commerciaux : Canada, 1981-005 Ulrich Kohli 1 Banque naionale suisse RÉSUMÉ Le produi inérieur bru réel (IB) ne rend pas compe des peres e des gains commerciaux qui découlen de

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus

Solvency II, IFRS : l impact des modèles d actifs retenus Les normes IFRS en assurance Solvency II, IFRS : l impac des modèles d acifs reenus 31 e journée de séminaires acuariels ISA-HEC Lausanne e ISFA Lyon Pierre THÉROND pherond@winer-associes.fr 18 novembre

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion : Les marchés publics d'assurances (Ref : 3397) Maîrisez le cadre légal spécifique e les ouils permean une meilleure gesion des marchés publics d'assurances OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Plus en détail

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD LA COUCHE PHYSIQUE 1 FONCTIONS GENERALES Cee couche es chargée de la conversion enre bis informaiques e signaux physiques Foncions principales de la couche physique : définiion des caracérisiques de la

Plus en détail

E9904 Optimisation d un sondage à probabilité proportionnelle à la taille. Le cas des CA3. Christian HESSE, Benoît MERLAT

E9904 Optimisation d un sondage à probabilité proportionnelle à la taille. Le cas des CA3. Christian HESSE, Benoît MERLAT E9904 Opimisaion d un sondage à probabilié proporionnelle à la aille Le cas des CA3 Crisian HESSE, Benoî MERLAT 3 Opimisaion d un sondage à probabilié proporionnelle à la aille Le cas des CA3 Crisian

Plus en détail

Contribution Delalande et transitions sur le marché du travail

Contribution Delalande et transitions sur le marché du travail Conribuion Delalande e ransions sur le marché du ravail Luc Behaghel, Bruno Crépon, Béarice Sédillo. Résumé On évalue l impac de la «conribuion Delalande», axe sur le licenciemen des ravailleurs âgés en

Plus en détail

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation?

La monnaie est-elle un bon indicateur de la production et de l inflation? La monnaie es-elle un bon indicaeur de la producion e de l inflaion? Marin Charron* Ocobre 2002 Documen de ravail du Minisère des Finances 2002-04 Minisère des Finances Direcion des poliiques économique

Plus en détail

LES CAPTEURS. Energie. Acquérir et coder une information. Capteur

LES CAPTEURS. Energie. Acquérir et coder une information. Capteur CPG / ciences Indusrielles pour l Ingénieur C83 Les capeurs L CAPTUR Le domaine indusriel a besoin de conrôler de rès nombreux paramères physiques (longueur, force, poids, pression, déplacemen, posiion,

Plus en détail

LES CAPTEURS. Perturbations. Acquérir et coder une information. Capteur

LES CAPTEURS. Perturbations. Acquérir et coder une information. Capteur CPGE / Sciences Indusrielles pour l Ingénieur CI9 Capeurs LES CAPTEURS Le domaine indusriel a besoin de conrôler de rès nombreux paramères physiques (longueur, force, poids, pression, déplacemen, posiion,

Plus en détail

Module Complémentaire. Systèmes multitâches, systèmes temps réel MC II2

Module Complémentaire. Systèmes multitâches, systèmes temps réel MC II2 Insiu Universiaire de Technologie de Nanes - Déparemen G.E.I.I. Module Complémenaire Sysèmes muliâches, sysèmes emps réel MC II2 Yvon TRINQUET Y. Trinque Module Complémenaire «Inroducion aux Sysèmes Temps

Plus en détail

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination

Formation Manager ses équipes : Comprendre et exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) Communication, objectifs, compétences managériales, coordination Formaion Manager ses équipes : Comprendre e exercer son rôle de cadre (Ref : 3442) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Idenifier ses compéences managériales de cadre de la foncion publique Déerminer les

Plus en détail

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement Les deux déficis, budgéaire e du compe couran, sonils jumeaux? Une éude empirique dans le cas d une peie économie en développemen (Version préliminaire) Aueur: Wissem AJILI Docorane CREFED Universié Paris

Plus en détail

DOCUMENTS DE TRAVAIL. La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses. Nathalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon

DOCUMENTS DE TRAVAIL. La mobilité résidentielle depuis la fin des Trente Glorieuses. Nathalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon 59 2009 DOCUMENTS DE TRAVAIL La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau Jean-Louis Pan Ké Shon 2 La mobilié résidenielle depuis la fin des Trene Glorieuses Nahalie Donzeau

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS Coaching - accompagnemen personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agens e les cadres dans le développemen de leur poeniel OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Le coaching es une démarche s'inscrivan dans

Plus en détail

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France

L ajustement microéconomique des prix des carburants en France L ajusemen microéconomique des prix des carburans en France Erwan GAUTIER (LEMNA-TEPP, Universié de Nanes e Banque de France. Email : erwan.gauier@univ-nanes.fr) Ronan LE SAOUT (CREST e Ecole Polyechnique)

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION. Auto-formation à distance, tutorée par téléphone :

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION. Auto-formation à distance, tutorée par téléphone : Anglais : 20 heures d auo-formaion à disance (Ref : MG37) Tuora par éléphone Anglais pour projes scienifiques e echniques, spécifique à vore seceur d acivié SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Ere à

Plus en détail

ETUDE DU COMPORTEMENT AU FEU DE PAROIS ET PLANCHERS CONSTITUES DE STRUCTURES BOIS

ETUDE DU COMPORTEMENT AU FEU DE PAROIS ET PLANCHERS CONSTITUES DE STRUCTURES BOIS ETUDE DU COMPORTEMENT AU FEU DE PAROIS ET PLANCHERS CONSTITUES DE STRUCTURES BOIS CONVENTION Y09-12 ACTION 33 sous acion 1 Levée des freins réglemenaires e normaifs à l'usage du bois dans la consrucion

Plus en détail

UN PREMIER PAS VERS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

UN PREMIER PAS VERS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE BILAN ÉLECTRIQUE de la région paca UN PREMIER PAS VERS LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE 28 MARS 2013 CONTACTS PRESSE Solange AUDIBERT 04 91 30 98 64 06 98 60 27 46 solange.audiber@re-france.com POUR EN SAVOIR

Plus en détail

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement

La situation financière des sociétés non financières en France 1995-2006 Baisse du taux d épargne et recours accru à l endettement La siuaion financière des sociéés non financières en France 199- Baisse du aux d épargne e recours accru à l endeemen Jean-Luc CAYSSIALS Direcion des Enreprises Observaoire des Enreprises Olivier VIGNA

Plus en détail

EADI Association Européenne d Instituts de Développement

EADI Association Européenne d Instituts de Développement EADI Associaion Européenne d Insius de Développemen 11eme Conférence Générale Bonn, 21-24 sepembre 2005 GEMDEV Séances parallèles V Souenabilié de la dee exérieure e insabilié : le cas des pays à faible

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

( ) et est alors représenté par le graphe ci-

( ) et est alors représenté par le graphe ci- LE SIGNAL SINUSOIDAL : PRODUCTION ET OBSERVATION Le bu de ce premier TP es d une par la prise en main du maériel nécessaire pour l observaion des ondes lors de la prochaine séance (uilisaion de l oscilloscope),

Plus en détail

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1

Fonds spéculatifs : évolution de l exposition au risque et de l effet de levier 1 Parick McGuire +41 61 28 8921 parick.mcguire@bis.org Eli Remolona +852 2878 715 eli.remolona@bis.org Kosas Tsasaronis +41 61 28 882 ksasaronis@bis.org Fonds spéculaifs : évoluion de l exposiion au risque

Plus en détail

Claudio Araujo, CERDI 1

Claudio Araujo, CERDI 1 0/09/03 Macroéconomérie I. Naissance de la modélisaion macroéconomérique : Cowles Commission and London chool Economics Claudio Arauo CERDI, Universié d Auvergne Clermon-Ferrand, France www.cerdi.org hp://www.cerdi.org/claudio-arauo/perso/

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail

DEVOIR DE SYNTHESE N 1 SECTION TECHNIQUE

DEVOIR DE SYNTHESE N 1 SECTION TECHNIQUE LYCEE KHAZNADAR DEVOIR DE SYNTHESE N 1 Proposé par : MLAOUHI S & ABAAB T Disciplines echniques SECTION TECHNIQUE Consiuion du suje : un dossier echnique : pages 1/4 2/4 3/4 e 4/4 Des feuilles réponses

Plus en détail