N Juin. Base de données CHELEM commerce international du CEPII. Alix de SAINT VAULRY

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N 2008 09 Juin. Base de données CHELEM commerce international du CEPII. Alix de SAINT VAULRY"

Transcription

1 N Juin Base de données CHELEM commerce inernaional du CEPII Alix de SAINT VAULRY

2 Base de données CHELEM commerce inernaional du CEPII Alix de SAINT VAULRY N Juin

3 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII TABLE DES MATIÈRES Résumé non echnique...5 Résumé...6 Summary...7 Absrac...8 Inroducion Conenu de la base CHELEM - commerce inernaional Sources saisiques Couverure géographique Couverure secorielle Archiecure de la nomenclaure CHELEM Nomenclaures sources Nomenclaure CHELEM e ses agrégas Nomenclaure GTAP e ses agrégas Nomenclaure CITI e ses agrégas Méhode de consrucion Premiers ess, agrégaions e ess de cohérence Agrégaions Tess de cohérence Traiemen des réexporaions e des réimporaions Définiions - Cas général Réexporaions de Hong Kong Réexporaions de Singapour Esimaion des pays manquans «Décafage» des imporaions Comparaison des «flux miroirs» Correcions Remplacemen par les données du (des) parenaire(s) Venilaion secorielle parielle avec les données du parenaire Venilaion géographique parielle avec les données des parenaires

4 CEPII, Documen de ravail Harmonisaion Schéma général Échanges enre alpha 1 (quadran Q11) Échanges enre alpha 2 (quadran Q14) Échanges enre mauvais déclarans (quadran Q4) Indicaeurs Raios, aux de croissance, imporaions e exporaions par habian Solde commercial e aux de couverure Posiion sur le marché Avanages comparaifs révélés (version 1) Avanages comparaifs révélés (version 2) Variaion de par à l exporaion, effes de srucure e de performance...46 Conclusion...49 Annexe 1 : nomenclaures...50 Annexe 2 : les réexporaions de Singapour...69 Annexe 3 : les échanges enre bons déclarans...72 Bibliographie...78 Liens inerne...80 Lise des sigles...81 Lise des documens de ravail du CEPII

5 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII BASE DE DONNÉES CHELEM - COMMERCE INTERNATIONAL DU CEPII RÉSUMÉ NON TECHNIQUE La base de données CHELEM - commerce inernaional conien des saisiques de commerce inernaional couvran la oalié des flux d échanges depuis 1967, déaillés par pays/zone exporaeur, pays/zone imporaeur e caégorie de produis, e des indicaeurs qui y son associés. Elle es consruie e réacualisée par le CEPII depuis la fin des années soixane-dix, en majeure parie à parir de la base de données COMTRADE des Naions Unies. Le principal aou de CHELEM es l exhausivié : les marices de commerce son complèes, croisan des pays (ou zones) exporaeurs qui formen une pariion du monde, les mêmes pays (ou zones) imporaeurs e des caégories de produis refléan ous les échanges exérieurs mondiaux. Les pays ne déclaren pas ous leur commerce, e cerains le fon avec reard. Les nomenclaures évoluen dans le emps e ous les pays n adopen pas les nouvelles nomenclaures en même emps, e il y a des rupures de séries. CHELEM corrige, harmonise les nomenclaures pays e produis, complèe les flux manquans par esimaion, harmonise les déclaraions des exporaeurs e des imporaeurs pour ne reenir qu une valeur par flux. CHELEM donne ainsi une vision complèe du commerce mondial e des séries cohérenes dans le emps e dans l espace (pays e produis). Le présen documen, valable à parir du grand élargissemen des nomenclaures de la version 8.1 de juille 2006, décri le conenu de la base, la méhode de consrucion e les indicaeurs associés. Il fai suie aux documens précédens sur l ensemble de la base CHELEM (incluan aussi les paries Balance des Paiemens e PIB - populaion - aux de change non présenées ici) e sur la méhode de consrucion de CHELEM - commerce inernaional 1. 1 CEPII, CHELEM, Compes harmonisés sur les échanges e l économie mondiale, la base de données du CEPII sur CD-ROM, juin 2002, miméo de Sain Vaulry A., CHELEM Commerce Inernaional : noe méhodologique, mars 2002, miméo Boumellassa H. e D. Ünal-Kesenci, Base de données CHELEM-BAL du CEPII, documen de ravail N , mars

6 CEPII, Documen de ravail RÉSUMÉ Ce exe es un documen echnique desiné aux uilisaeurs de la base de données CHELEM - commerce inernaional. Cee base conien les saisiques de commerce inernaional déaillées à la fois par pays/zone exporaeur, pays/zone imporaeur e caégorie de produis échangés sur une quaranaine d années. Le exe décri les principaux rais de la base, les sources, les nomenclaures e les méhodes uilisées ainsi que les indicaeurs associés. Tou en décrivan la richesse de la base, le documen monre par ailleurs les problèmes saisiques inhérens à ce ype d enregisremen des échanges inernaionaux. Classemen JEL : C82 Mos Clés : Base de données, Commerce inernaional, Saisiques inernaionales 6

7 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII CEPII S CHELEM-TRADE DATABASE SUMMARY The CEPII s CHELEM-TRADE daabase conains inernaional rade saisics for exporing and imporing counries by produc and allows several indicaors o be calculaed. This daabase has been buil by he CEPII since he las sevenies, mosly drawn on Unied Naions COMTRADE daa. The major asse of CHELEM is is compleeness: o provide a coheren view of inernaional rade boh in ime and space (counries and producs), he rade marices are fully compleed wih he crossings beween exporers, imporers and producs covering he whole world and he oal of raded producs, sreching bac o CHELEM harmonizes daa provided in differen classificaions, complees he missing daa, reconciliaes exporers and imporers reporings which show up discrepancies and minimizes he breas in he series. The following paper describes he daabase conens, he classificaions and mehods of consrucion as well as he associae indicaors, available since he big enlargemen of classificaions of he 8.1 release of July I updaes he former documens describing he whole CHELEM daabase (including he Balance of Paymens and GDP - populaion - exchange raes pars) and he CHELEM-TRADE building mehod 2. 2 CEPII, CHELEM, Harmonized Daa for Inernaional Trade and he World Economy, CEPII s Inernaional Daabase On CD-ROM, June 2002, mimeo de Sain Vaulry A., CHELEM Commerce Inernaional : noe méhodologique, mars 2002, miméo Boumellassa H. e D. Ünal-Kesenci, Base de données CHELEM-BAL du CEPII, documen de ravail du CEPII N , mars

8 CEPII, Documen de ravail ABSTRACT This ex is a echnical paper for he CHELEM-TRADE users. The daabase conains inernaional rade saisics by exporing and imporing counries/zones and by producs over some fory years. The following paper describes he daabase, he sources, classificaions and mehods as well as he associaed indicaors. I also discusses he main inconsisencies and saisical issues. JEL Classificaion: C82 Key words: Daabase, Inernaional Trade, Inernaional Saisics 8

9 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII BASE DE DONNÉES CHELEM - COMMERCE INTERNATIONAL DU CEPII Alix de SAINT VAULRY 3 INTRODUCTION La base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII es la parie la plus ancienne (e celle qui compe le plus grand nombre de séries) de la base CHELEM (Compes Harmonisés sur les Echanges e L Economie Mondiale) 4. Elle es reliée par une nomenclaure géographique commune aux bases CHELEM - balance des paiemens e CHELEM - PIB (populaion, PIB en valeur, volume e volume PPA, aux de change). Des indicaeurs relien les rois bases. Pour un même flux d échanges, les déclaraions des pays exporaeurs diffèren de celles des imporaeurs. Les imporaions comprennen le coû du ranspor e de l assurance, les pays ne déclaren pas forcémen de la même façon le commerce des zones franches, cerains produis son inclus ou exclus, le sysème de commerce peu différer, les réexporaions e réimporaions son incluses ou non selon les cas. Ceci s ajoue à d aures causes classiques d écars enre les déclaraions des exporaeurs e celles des imporaeurs : décalages emporels, différences d affecaion secorielle ou géographique CHELEM harmonise donc ces différenes déclaraions suivan des principes éablis e noammen une hiérarchisaion des pays suivan leur qualié de déclaraions, après avoir vérifié la cohérence des données e compléé les données manquanes. Les données uilisées, dans la nomenclaure dans laquelle le pays l a déclarée cee année-là, son agrégées dans différenes nomenclaures, consanes dans le emps pour garder la cohérence emporelle. Elles permeen des rapprochemens avec d aures saisiques (emploi, producion, ableaux d enrée-sorie ) e différens ypes d éudes (par niveau echnologique, par sade de producion ). Les données son accessibles sur CD-ROM e en ligne, à l aide d un logiciel convivial mis au poin par le CEPII e le Bureau van Dij 5. Le présen documen, valable à parir du grand élargissemen des nomenclaures de la version 8.1 de juille 2006, décri le conenu de la base, la méhode de consrucion e les 3 CEPII, 9 rue Georges Piard, Paris. L aueur remercie chaleureusemen Mahieu Croze, Agnès Bénassy-Quéré e Michel Fouquin pour leurs remarques consrucives, Sophie de Salée pour ses conseils avisés e Joëlle Gélard pour sa paricipaion à la mise en forme de ce documen. 4 Une lise des sigles uilisés peu êre consulée à la fin de ce documen. 5 Pour oues informaions, envoyer un mail à ou regarder le sie 9

10 CEPII, Documen de ravail indicaeurs associés. Il fai suie aux documens précédens sur l ensemble de la base CHELEM (incluan aussi les paries Balance des Paiemens e PIB - populaion - aux de change non présenées ici) e sur la méhode de consrucion de CHELEM - commerce inernaional CONTENU DE LA BASE CHELEM - COMMERCE INTERNATIONAL La base de données CHELEM - commerce inernaional conien des saisiques de commerce inernaional couvran la oalié des flux d échanges de marchandises depuis 1967, déaillés par pays/zone exporaeur, pays/zone imporaeur e caégorie de produis, e des indicaeurs qui y son associés. Elle es consruie e réacualisée par le CEPII depuis la fin des années soixane-dix. Le principal aou de CHELEM es l exhausivié : les marices de commerce son complèes, croisan des pays (ou zones) exporaeurs qui formen une pariion du monde, les mêmes pays (ou zones) imporaeurs e des caégories de produis refléan ous les échanges exérieurs mondiaux. Les saisiques disponibles sur le commerce inernaional présenen généralemen des séries disparaes, incomplèes (ous les pays ne déclaren pas e cerains déclaren avec reard), avec des nomenclaures différenes e des rupures de séries. CHELEM corrige, harmonise les nomenclaures pays e produis, complèe les flux manquans par esimaion, harmonise les déclaraions des exporaeurs e des imporaeurs pour ne reenir qu une valeur par flux. Ceraines données seron moins fiables que d aures, mais CHELEM donne une vision complèe du commerce mondial e des séries cohérenes dans le emps e dans l espace (pays e produis). En 2006, la base a connu une refone radicale avec : - une réacualisaion complèe des saisiques sur la période ; - un plus grand nombre de pays individualisés : acuellemen 82, qui, avec 12 zones regroupan les aures pays e une zone d ajusemen «divers», composen une pariion du monde enier ; des agrégas précalculés son égalemen disponibles ; - deux nouvelles nomenclaures secorielles : oure la radiionnelle nomenclaure CHELEM en 71 caégories (qui avec la caégorie «non venilés» es une pariion de ous les biens échangés), la nouvelle base propose au choix les 43 poses de la nomenclaure GTAP échangés e les 147 poses CITI révisée 3 à 4 posiions échangés, ainsi que des agrégaions en 11 filières, 10 secions, 6 sades e 4 seceurs, e nouvellemen 4 niveaux echnologiques regroupan 20 agrégas. 6 CEPII, CHELEM, Compes harmonisés sur les échanges e l économie mondiale, la base de données du CEPII sur CD-ROM, juin 2002, miméo de Sain Vaulry A., CHELEM Commerce Inernaional : noe méhodologique, mars 2002, miméo 10

11 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII La nouvelle base CHELEM - commerce inernaional propose ainsi une meilleure qualié de données, un accès plus adapé à différenes analyses à ravers des nomenclaures srucurées e la possibilié d approfondir l analyse économique sur les échanges de marchandises SOURCES STATISTIQUES À l insar des aures bases de données du CEPII, CHELEM - commerce inernaional uilise des saisiques issues le plus souven des organismes inernaionaux e occasionnellemen des insius naionaux. En l occurrence, la majeure parie des données de la base provien de la base de données COMTRADE des Naions Unies, ou des offices saisiques ou des Douanes de cerains pays, comme Taïwan ou Hong Kong, ou encore d aures organismes inernaionaux, comme la Direcion of Trade Saisics (DOTS) du Fonds Monéaire Inernaional (FMI). La valeur ajouée du CEPII, par rappor aux données d origine, es de proposer une couverure géographique mondiale, d assurer une cohérence dans les nomenclaures géographiques e secorielles ainsi que dans les séries emporelles e d harmoniser les déclaraions des exporaeurs e des imporaeurs. Les données son en millions de dollars courans. Une conversion es faie si nécessaire, pour des données provenan d aures sources que COMTRADE qui ne seraien pas en dollars des Éas-Unis, par exemple pour Taïwan e pour les réexporaions de Hong Kong COUVERTURE GÉOGRAPHIQUE La base CHELEM - commerce inernaional recouvre au niveau le plus déaillé 82 pays (idenifiés par leur code ISO) e 13 zones (don la zone «divers» pour les flux sans affecaion géographique connue), ce qui fai 96 zones avec le monde. Des présenaions agrégées des pays son égalemen disponibles en 82 e 34 zones selon une classificaion commune aux rois bases de CHELEM. Les agrégas par zone incluen le commerce inrazone. Les «34 zones» (en fai 32 zones, la zone «divers» e la zone «Monde») son hisoriques, daen de la naissance de CHELEM à quelques modificaions près e permeen d acualiser des éudes anciennes dans un forma lisible. Les «82 zones» (en fai 80 zones, la zone «divers» e la zone «Monde»), valables sur oue la période depuis 1967, permeen des éudes sur séries longues. Les «96 zones» (en fai 94 zones, la zone «divers» e la zone «Monde»), qui comprennen les pays issus de l ex-yougoslavie, de l ex-urss e de l ex-tchécoslovaquie, son complèes à parir de 1993 e permeen d analyser le monde d après la chue du mur de Berlin. 11

12 CEPII, Documen de ravail En Annexe 1, le Tableau A.1 décri une présenaion dépliée de la nomenclaure géographique commune aux 3 bases CHELEM. Oure ces 3 pariions du monde, 27 agrégas son précalculés (Tableau A.2). En effe, rès vie le CEPII a créé des agrégas géographiques supplémenaires, puremen géographiques (Amérique laine, Asie du Sud- Es ), plus «poliiques» (Europe de l Es), ou pour inégrer des regroupemens exisans (OCDE, ALENA, Union Européenne, G7 ) ou des niveaux de développemen (PMA ). Ces agrégas son suscepibles d évoluer en foncion des changemens géopoliiques (Union Européenne, G7 qui deviendra G8 ). Cerains agrégas obéissen à une logique de pariion du monde en 3 (Amérique, Eurafrique, Asie Océanie) ou en 6 (en isolan les Éas- Unis, l Union Européenne e le Japon) COUVERTURE SECTORIELLE CHELEM - commerce inernaional ayan pour bu l analyse du commerce inernaional, le CEPII a mis au poin sa propre nomenclaure en 71 caégories, nombre permean des éudes assez complèes ou en resan lisibles, avec une agrégaion possible par filière. Pour avoir des séries longues, des ables de correspondance avec les différenes révisions de la CTCI (Classificaion Type pour le Commerce Inernaional) puis du Sysème Harmonisé (nomenclaures de commerce inernaional de l ONU) son chaque fois élaborées Archiecure de la nomenclaure CHELEM La nécessié de connexion avec d aures bases de données sur la producion, les ableaux d enrées-sories, l emploi, les invesissemens on condui à créer une nomenclaure plus fine compaible avec la CITI révisée 3 e la nomenclaure GTAP. C es ainsi qu une nomenclaure inerne en 323 caégories a vu le jour. Elle n a d aure jusificaion que de permere l agrégaion dans les 3 nomenclaures CHELEM, GTAP e CITI e n es donc pas publique. Des ables de passage des différenes révisions de la CTCI e du SH (Sysème Harmonisé) aux 323 caégories CHELEM on éé faies. Puis les 3 nomenclaures disponibles (CHELEM, GTAP e CITI) avec leurs agrégas on éé obenues par agrégaion de ces 323 caégories en 71 caégories CHELEM finales, 43 biens GTAP échangés ou 147 poses CITI à 4 posiions. Ces nomenclaures permeen différens ypes d éudes. Le Graphique 1 présene le passage des nomenclaures sources à la nomenclaure inermédiaire CHELEM en 323 caégories, puis aux 3 nomenclaures CHELEM, GTAP e CITI e enfin aux agrégas qui en découlen. 12

13 CTCI rév. 1 : 1961 (1377) CTCI rév. 2 : 1976 (1837) CTCI rév. 3 : 1988 (3124) CTCI rév. 4 : 2007 (2970) Nomenclaure inermédiaire (323) Graphique 1 Archiecure de la nomenclaure secorielle CHELEM Les nomenclaures La nomenclaure Les 3 nomenclaures Les nomenclaures sources inermédiaire disponibles agrégées CHELEM (71) GTAP (43) 11 filières 10 secions 6 sades 4 seceurs 4 branches agrégées SH 1988 (5019) SH 1992 (5020) SH 1996 (5113) SH 2002 (5224) SH 2007 (5052) CITI rév. 3 à 4 posiions (147) CITI CITI à 3 posiions à 2 posiions (79) (35) 20 branches 4 branches echnologiques echnologiques manufacurières agrégées + NM (non-manuf.) + NM (non-manuf.)

14 CEPII, Documen de ravail Nomenclaures sources Dans la principale source de saisiques de commerce inernaional, la base COMTRADE de l ONU, les données son disponibles en deux nomenclaures, la CTCI puis le SH, plus déaillé. Ces nomenclaures subissen régulièremen des révisions pour enir compe des nouveaux produis e echnologies. Pour garder la cohérence emporelle des séries sur quarane ans e plus, des ables de correspondance avec chaque révision de la CTCI e du SH son élaborées avec la nomenclaure CHELEM, qui rese valable sur oue la période. À chaque révision, les pays son censés déclarer dès la première année leurs imporaions e leurs exporaions à l ONU dans la nouvelle nomenclaure, mais en réalié de nombreux pays, quelquefois même de l OCDE, ne s adapen qu après une ou plusieurs années de reard. Ainsi pour la même année rois révisions de la CTCI cohabien parfois. a) Classificaion Type pour le Commerce Inernaional (CTCI) 7 des Naions Unies : Dans COMTRADE cohabien plusieurs versions de la CTCI : - CTCI révisée 1 (données à parir de 1961) : 1377 rubriques - CTCI révisée 2 (données à parir de 1976) : 1837 rubriques - CTCI révisée 3 (données à parir de 1988) : 3124 rubriques - CTCI révisée 4 (données à parir de 2007) : 2970 rubriques Les rubriques on 5 chiffres maximum. b) Sysème Harmonisé (SH) 8 Le déail de la CTCI ne suffisan pas pour cerains uilisaeurs de saisiques, un sysème harmonisé de désignaion e de codificaion des marchandises (SH) a éé élaboré, en 5000 rubriques à 6 chiffres environ. - SH de 1988 : 5019 rubriques - SH de 1992 : 5020 rubriques (rès proche du SH de 1988) - SH de 1996 : 5113 rubriques - SH de 2002 : 5224 rubriques - SH de 2007 : 5052 rubriques 7 En anglais Sandard Inernaional Trade Classificaion (SITC). 8 Sysème Harmonisé de désignaion e de codificaion des marchandises de l OMC, en anglais Harmonized Sysem (Harmonized Commodiy Descripion and Coding Sysem of he WTO): HS. 14

15 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII Nomenclaure CHELEM e ses agrégas Depuis sa créaion, CHELEM commerce inernaional a sa propre nomenclaure en 71 caégories de produis décris en Annexe 1 dans le Tableau A.3. Si l on ajoue la caégorie NV («non venilés») on arrive au oal du commerce. Ces caégories peuven êre regroupées suivan plusieurs logiques, en 11 filières de producion (Tableau A.4), 10 secions (Tableau A.5), 6 sades d élaboraion des produis (Tableau A.6) ou 4 seceurs (Tableau A.7) Les 11 filières de producion Une filière de producion es un ensemble qui va des maières premières jusqu aux produis finis en passan par les produis inermédiaires, suie à différens raiemens successifs, par exemple la filière chimique va des minerais non méalliques jusqu aux produis chimiques élaborés comme les produis pharmaceuiques en passan par la chimie de base. On peu comparer les différenes filières pour disinguer les poins fors e les poins faibles des pays par filière e leur évoluion. On peu aussi regarder ce qui se passe à l inérieur d une filière. Du fai de leurs doaions en ressources énergéiques, minières ou aures, les pays peuven invesir oue une filière, des maières premières jusqu aux produis finis. À l inérieur d une filière donnée, il peu y avoir appui sur des ressources locales pour produire des biens en aval (par exemple raffiner du pérole abondan dans le sol). À l inverse, en paran par exemple d aciviés d assemblage en profian d une main-d œuvre abondane e bon marché, on peu «remoner» la filière e inégrer vericalemen des producions plus en amon. Le Tableau 1 donne l exemple de la Chine dans la filière exile. La monée fulgurane de la Chine, passée de 0,5 % des exporaions mondiales en 1970 à 9 % en 2006, es pariculièremen visible dans la filière exile, surou sur l aval de la filière. Tableau 1 : Par de la Chine dans les exporaions mondiales de la filière exile (en %) Filière exile 1,4 2,9 7,8 17,9 29,2 Fils e issus 1,7 2,9 5,0 8,2 17,5 Vêemens de confecion 1,3 3,4 10,2 19,7 32,0 Vêemens de bonneerie 0,6 2,2 8,4 17,8 29,2 Tapis 2,1 5,0 8,5 15,5 29,6 Cuirs 0,8 2,0 8,6 30,0 38,4 Toues filières 0,5 0,7 1,7 4,7 8,7 Source : CEPII, CHELEM commerce inernaional (version de mars 2008) 15

16 CEPII, Documen de ravail Les 10 secions Les secions corresponden aux premières leres des codes CHELEM. Le découpage es plus verical que dans les filières : on disingue les produis en amon (maières premières) des produis en aval, qui son moins déaillés que dans les filières. Ainsi on disingue les produis agricoles des produis alimenaires, les produis chimiques des minerais correspondans e des maériaux de consrucion, mais on regroupe ferreux e non-ferreux, e l énorme secion mécanique-élecrique comprend la mécanique, les véhicules, l élecrique e l élecronique. Le Graphique 2 monre l évoluion des 10 secions dans le commerce mondial. En quarane ans, les secions mécanique-élecrique, chimie e énergie on pris beaucoup d ampleur, au dérimen de la sidérurgie-méallurgie, de l agriculure e des produis alimenaires. Graphique 2 Le commerce mondial en 10 secions (en % du commerce mondial) 100% 80% 60% 40% 20% K Produis alimenaires J Agriculure I Energie H Minerais G Chimie F Mécanique élecrique E Bois papiers D Texiles cuirs C Sidérurgie méallurgie B Maériaux de consrucion 0% Source : CEPII, CHELEM commerce inernaional (version de mars 2008) 16

17 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII Les 6 sades d élaboraion des produis Les sades d élaboraion déaillen différenes éapes de fabricaion, de l amon (produis primaires) à l aval (biens de consommaion), en passan par les produis manufacurés de base, les biens inermédiaires, les biens d équipemen e les produis mixes. Cerains pays son spécialisés dans les produis primaires, du fai de ressources primaires abondanes ou de développemen indusriel insuffisan. D aures profieron d un imporan réservoir de main-d œuvre ou d un for marché inerne pour se spécialiser en biens de consommaion, d aures encore choisiron les biens d équipemen grâce à une main-d œuvre qualifiée Le Graphique 3 illusre l évoluion de l amon vers l aval des exporaions des igres asiaiques (Malaisie, Philippines, Thaïlande). Aurefois spécialisés dans l exporaion de produis primaires, les igres asiaiques son mainenan posiionnés sur les biens inermédiaires e les biens d équipemen, e dans une moindre mesure sur les biens de consommaion. Graphique 3 Exporaions des rois «igres» asiaiques en 1967 e en 2006 (srucure en % de leurs exporaions oales) Biens de consommaion (ST6) Produis mixes (ST5) Biens d'équipemen (ST4) Biens inermédiaires (ST3) Manufacurier base (ST2) Produis primaires (ST1) Source : CEPII, CHELEM - commerce inernaional (version de mars 2008) 17

18 CEPII, Documen de ravail Les 4 seceurs Les seceurs son des domaines économiques. Il ne s agi pas ici des 3 seceurs classiques : primaire (agriculure), secondaire (indusrie) e eriaire (services), mais d un découpage en quare grands seceurs de marchandises facilemen repérables (manufacurier, énergéique, minerais e agroalimenaire) décrivan rès simplemen une économie. Il perme de voir les grandes évoluions (par exemple les chocs péroliers, comme l illusre le Graphique 4). 70% Graphique 4 Les quare seceurs dans les imporaions japonaises (en % du oal) 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Minerais Energie Agroalimenaire Manufacurier minimum Source : CEPII, CHELEM - commerce inernaional (version de mars 2008) En quare décennies le poids des minerais e de l agroalimenaire a éé divisé par 4 dans les imporaions japonaises, andis que celui du manufacurier doublai. L évoluion du seceur énergéique s explique par les prix relaifs e l offre de pérole bru Nomenclaure GTAP e ses agrégas CHELEM commerce inernaional es aussi accessible en nomenclaure GTAP (Global Trade Analysis Projec : : 43 branches de produis échangés (Tableau A.8), regroupées par le CEPII en 4 branches agrégées (Tableau A.9). 18

19 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII Le proje GTAP, souenu par un consorium éponyme don le CEPII es membre, propose une marice de compabilié sociale mondiale, adapée aux modèles d équilibre général calculable muli-pays muli-seceurs, pour une année de référence (2001 dans la version 6, 2004 dans la version 7). De plus, les pays son liés via le commerce e des variables supplémenaires son égalemen disponibles (arifs douaniers, données environnemenales ). Comme le monre le Graphique 5, les produis agricoles e alimenaires son beaucoup plus déaillés (21 branches) que dans les aures nomenclaures. Graphique 5 Exporaions e imporaions agro-alimenaires des Eas-Unis en 2006 (en milliards de dollars) Produis alimenaires nda Exporaions 10 Céréales nda Graines oléagineuses Légumes, fruis e noix 5 Viandes nda Blé Boissons e abacs Culures nda Imporaions Source : CEPII, CHELEM - commerce inernaional (version de mars 2008) 19

20 CEPII, Documen de ravail Malgré une proecion arifaire renconrée de plus de 20 % (source : MAcMap-HS6v2) 9, les Éas-Unis exporen beaucoup d oléagineux, de blé e aures céréales. Les légumes, fruis e noix son beaucoup moins proégés. À la différence des quare seceurs de la nomenclaure CHELEM, les quare branches agrégées GTAP disinguen les produis agricoles brus des produis des indusries alimenaires, e les minerais son regroupés avec l énergie. Les pays on des srucures d exporaion rès conrasées (Graphique 6), même si on observe une convergence générale vers les produis manufacurés, impressionnane au Brésil e en Chine. La découvere du pérole en mer du Nord a changé la physionomie des exporaions norvégiennes. 100% Graphique 6 Exporaions des quare branches agrégées GTAP 80% 60% 40% Pr.agr. brus (RAW) Energie (MIN) Manuf (MAN) Ind. agro-alim. (FOD) 20% 0% Norvège 1967 Norvège 2006 Brésil 1967 Brésil 2006 Chine 1967 Chine 2006 UE UE Source : CEPII, CHELEM - commerce inernaional (version de mars 2008) 9 L aueur remercie chaleureusemen Houssein Boumellassa e Chrisophe Gouel pour les données de proecion e les conseils de rédacion correspondans. 20

21 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII Nomenclaure CITI e ses agrégas Pour facilier le rapprochemen avec les données de producion e d emploi e pour conduire des éudes par niveau echnologique, CHELEM - commerce inernaional es disponible en CITI 10 révisée 3. Oure la déclinaison en poses CITI à 4 posiions (les 147 poses du Tableau A.10 en Annexe 1), 3 posiions (les 79 poses du Tableau A.11) ou 2 posiions (les 35 poses du Tableau A.12), on peu disinguer le manufacurier du non manufacurier, e repérer les 20 branches manufacurières regroupées en 4 niveaux echnologiques (Tableau A.13). La spécialisaion des pays suivan le niveau echnologique n es pas neure. Une bonne exploiaion des aous d un pays en recherche e développemen perme d acquérir e de consolider des posiions avanageuses sur les marchés. Un posiionnemen sur le bas de gamme peu aussi êre une bonne sraégie pour les pays à main-d œuvre abondane e bon marché. Pour aribuer à chaque produi un niveau echnologique, cerains, noammen Eurosa, uilisen une sélecion de produis de haue echnologie au niveau le plus déaillé. Cee soluion n éai pas applicable à CHELEM qui conien des séries longues (aucune lise n aurai éé pérenne) e garde un cerain niveau d agrégaion secorielle. Le choix s es donc poré sur la nomenclaure par niveau echnologique élaborée par l OCDE, qui repère les seceurs echnologiques sur la base de méhodes inpu-oupu idenifian le conenu effecif en R&D 11. Les produis manufacurés (MA) son décomposés en 4 niveaux echnologiques : produis de haue echnologie HI, à echnologie moyennemen élevée IH, moyennemen faible IL e faible LO), eux-mêmes consiués de branches echnologiques. Les produis non manufacurés (NM) représenen un agréga à par enière. La somme des deux (MA + NM) correspond au oal des produis. Comme le monre le Tableau 2, les produis à faible niveau echnologique son de moins en moins échangés. Les produis de haue echnologie on un poids croissan jusqu en 2000, mais le maériel de communicaion e l aéronauique baissen dans la première parie des années L auomobile dope les échanges de produis à echnologie moyennemen élevée dans la seconde moiié des années Les dérivés du pérole e la méallurgie de base expliquen le pic en 1974 des produis à echnologie moyennemen faible. Le choc pérolier es encore plus ne sur les produis non manufacurés. 10 La CITI (Classificaion Inernaionale Type par Indusrie) es une nomenclaure de producion, à ne pas confondre avec la CTCI (Classificaion Type pour le Commerce Inernaional), nomenclaure de commerce. 11 OECD STI Scoreboard 2001 «Towards a nowledge-based economy», Annex I, hp://www1.oecd.org/dac/iccd/docs/oherdocs/oheroecd_sti_scoreboard.pdf 21

CHELEM Commerce International

CHELEM Commerce International CHELEM Commerce Inernaional Méhodes de consrucion de la base de données du CEPII Alix de SAINT VAULRY Novembre 2013 1 Conenu de la base de données Flux croisés de commerce inernaional (exporaeur, imporaeur,

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Les Comptes Nationaux Trimestriels

Les Comptes Nationaux Trimestriels REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Parie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Faherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

MATHEMATIQUES FINANCIERES

MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES LES ANNUITES INTRODUCTION : Exemple 1 : Une personne veu acquérir une maison pour 60000000 DH, pour cela, elle place annuellemen au CIH une de 5000000 DH. Bu : Consiuer un capial

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme

Programmation, organisation et optimisation de son processus Achat (Ref : M64) Découvrez le programme Programmaion, organisaion e opimisaion de son processus Acha (Ref : M64) OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Appréhender la foncion achas e son environnemen Opimiser son processus achas Développer un acha

Plus en détail

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS

EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS EVALUATION DE LA FPL PAR LES APPRENANTS: CAS DU MASTER IDS CEDRIC TAPSOBA Diplômé IDS Inern/ CARE Regional Program Coordinaor and Gender Specialiy Service from USAID zzz WA-WASH Program Tel: 70 77 73 03/

Plus en détail

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France

Ned s Expat L assurance des Néerlandais en France [ LA MOBILITÉ ] PARTICULIERS Ned s Expa L assurance des Néerlandais en France 2015 Découvrez en vidéo pourquoi les expariés en France choisissen APRIL Inernaional pour leur assurance sané : Suivez-nous

Plus en détail

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM

Document de travail FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN. Mathilde Le Moigne OFCE et ENS ULM Documen de ravail 2015 17 FRANCE ET ALLEMAGNE : UNE HISTOIRE DU DÉSAJUSTEMENT EUROPEEN Mahilde Le Moigne OFCE e ENS ULM Xavier Rago Présiden OFCE e chercheur CNRS Juin 2015 France e Allemagne : Une hisoire

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

Froid industriel : production et application (Ref : 3494) Procédés thermodynamiques, systèmes et applications OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Froid industriel : production et application (Ref : 3494) Procédés thermodynamiques, systèmes et applications OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Froid indusriel : producion e applicaion (Ref : 3494) Procédés hermodynamiques, sysèmes e applicaions SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Appréhender les différens procédés hermodynamiques de producion

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES?

CHAPITRE 4 RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? CHAPITRE RÉPONSES AUX CHOCS D INFLATION : LES PAYS DU G7 DIFFÈRENT-ILS LES UNS DES AUTRES? Les réponses de la poliique monéaire aux chocs d inflaion mondiaux on varié d un pays à l aure Le degré d exposiion

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite

Impact du vieillissement démographique sur l impôt prélevé sur les retraits des régimes privés de retraite DOCUMENT DE TRAVAIL 2003-12 Impac du vieillissemen démographique sur l impô prélevé sur les rerais des régimes privés de reraie Séphane Girard Direcion de l analyse e du suivi des finances publiques Ce

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE LA GAMME D INDICES.2 LA GESTION DES INDICES : LE COMITE DES INDICES BOURSIERS.4 METHODOLOGIE ET CALCUL DE L INDICE TUNINDEX ET DES INDICES SECTORIELS..5 I. COMPOSITION

Plus en détail

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD

Université Technique de Sofia, Filière Francophone d Informatique Notes de cours de Réseaux Informatiques, G. Naydenov Maitre de conférence, PhD LA COUCHE PHYSIQUE 1 FONCTIONS GENERALES Cee couche es chargée de la conversion enre bis informaiques e signaux physiques Foncions principales de la couche physique : définiion des caracérisiques de la

Plus en détail

Sommaire de la séquence 12

Sommaire de la séquence 12 Sommaire de la séquence 12 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon dépar.......................................................................................

Plus en détail

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS

Coaching - accompagnement personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agents et les cadres dans le développement de leur potentiel OBJECTIFS Coaching - accompagnemen personnalisé (Ref : MEF29) Accompagner les agens e les cadres dans le développemen de leur poeniel OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Le coaching es une démarche s'inscrivan dans

Plus en détail

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement

Les deux déficits, budgétaire et du compte courant, sont-ils jumeaux? Une étude empirique dans le cas d une petite économie en développement Les deux déficis, budgéaire e du compe couran, sonils jumeaux? Une éude empirique dans le cas d une peie économie en développemen (Version préliminaire) Aueur: Wissem AJILI Docorane CREFED Universié Paris

Plus en détail

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1

Documentation Technique de Référence Chapitre 8 Trames types Article 8.14-1 Documenaion Technique de Référence Chapire 8 Trames ypes Aricle 8.14-1 Trame de Rappor de conrôle de conformié des performances d une insallaion de producion Documen valide pour la période du 18 novembre

Plus en détail

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE

SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE SYSTÈME HYBRIDE SOLAIRE THERMODYNAMIQUE POUR L EAU CHAUDE SANITAIRE Le seul ballon hybride solaire-hermodynamique cerifié NF Elecricié Performance Ballon hermodynamique 223 lires inox 316L Plaque évaporarice

Plus en détail

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET

Finance 1 Université d Evry Val d Essonne. Séance 2. Philippe PRIAULET Finance 1 Universié d Evry Val d Essonne éance 2 Philippe PRIAULET Plan du cours Les opions Définiion e Caracérisiques Terminologie, convenion e coaion Les différens payoffs Le levier implicie Exemple

Plus en détail

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Formaion assurance-vie e récupéraion: Quand e Commen récupérer? (Ref : 3087) La maîrise de la récupéraion des conras d'assurances-vie requalifiés en donaion OBJECTIFS Appréhender la naure d un conra d

Plus en détail

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin

Pouvoir de marché et transmission asymétrique des prix sur les marchés de produits vivriers au Bénin C N R S U N I V E R S I T E D A U V E R G N E F A C U L T E D E S S C I E N C E S E C O N O M I Q U E S E T D E G E S T I O N CENTRE D ETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTER NATIONAL Pouvoir

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A

TRAVAUX PRATIQUES N 5 INSTALLATION ELECTRIQUE DE LA CAGE D'ESCALIER DU BATIMENT A UIMBERTEAU UIMBERTEAU TRAVAUX PRATIQUES 5 ISTALLATIO ELECTRIQUE DE LA CAE D'ESCALIER DU BATIMET A ELECTROTECHIQUE Seconde B.E.P. méiers de l'elecroechnique ELECTROTECHIQUE HABITAT Ver.. UIMBERTEAU TRAVAUX

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr

COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE. François LONGIN www.longin.fr COURS GESTION FINANCIERE A COURT TERME SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE SEANCE 3 PLANS DE TRESORERIE Obje de la séance 3 : dans la séance 2, nous avons monré commen le besoin de financemen éai couver par des

Plus en détail

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel

CHAPITRE I : Cinématique du point matériel I. 1 CHAPITRE I : Cinémaique du poin maériel I.1 : Inroducion La plupar des objes éudiés par les physiciens son en mouvemen : depuis les paricules élémenaires elles que les élecrons, les proons e les neurons

Plus en détail

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques

THÈSE. Pour l obtention du grade de Docteur de l Université de Paris I Panthéon-Sorbonne Discipline : Sciences Économiques Universié de Paris I Panhéon Sorbonne U.F.R. de Sciences Économiques Année 2011 Numéro aribué par la bibliohèque 2 0 1 1 P A 0 1 0 0 5 7 THÈSE Pour l obenion du grade de Doceur de l Universié de Paris

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Le mécanisme du multiplicateur (dit "multiplicateur keynésien") revisité

Le mécanisme du multiplicateur (dit multiplicateur keynésien) revisité Le mécanisme du muliplicaeur (di "muliplicaeur kenésien") revisié Gabriel Galand (Ocobre 202) Résumé Le muliplicaeur kenésien remone à Kenes lui-même mais il es encore uilisé de nos jours, au moins par

Plus en détail

Estimation des matrices de trafics

Estimation des matrices de trafics Cédric Foruny 1/5 Esimaion des marices de rafics Cedric FORTUNY Direceur(s) de hèse : Jean Marie GARCIA e Olivier BRUN Laboraoire d accueil : LAAS & QoSDesign 7, av du Colonel Roche 31077 TOULOUSE Cedex

Plus en détail

Oscillations forcées en régime sinusoïdal.

Oscillations forcées en régime sinusoïdal. Conrôle des prérequis : Oscillaions forcées en régime sinusoïdal. - a- Rappeler l expression de la période en foncion de la pulsaion b- Donner l expression de la période propre d un circui RLC série -

Plus en détail

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION

Rappels théoriques. -TP- Modulations digitales ASK - FSK. Première partie 1 INTRODUCTION 2 IUT Blois Déparemen GTR J.M. Giraul, O. Bou Maar, D. Ceron M. Richard, P. Sevesre e M. Leberre. -TP- Modulaions digiales ASK - FSK IUT Blois Déparemen du Génie des Télécommunicaions e des Réseaux. Le

Plus en détail

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3

CHAPITRE 13. EXERCICES 13.2 1.a) 20,32 ± 0,055 b) 97,75 ± 0,4535 c) 1953,125 ± 23,4375. 2.±0,36π cm 3 Chapire Eercices de snhèse 6 CHAPITRE EXERCICES..a), ±,55 b) 97,75 ±,455 c) 95,5 ±,475.±,6π cm.a) 44,, erreur absolue de,5 e erreur relaive de, % b) 5,56, erreur absolue de,5 e erreur relaive de,9 % 4.a)

Plus en détail

MIDI F-35. Canal MIDI 1 Mélodie Canal MIDI 2 Basse Canal MIDI 10 Batterie MIDI IN. Réception du canal MIDI = 1 Reproduit la mélodie.

MIDI F-35. Canal MIDI 1 Mélodie Canal MIDI 2 Basse Canal MIDI 10 Batterie MIDI IN. Réception du canal MIDI = 1 Reproduit la mélodie. / VARIATION/ ACCOMP PLAY/PAUSE REW TUNE/MIDI 3- LESSON 1 2 3 MIDI Qu es-ce que MIDI? MIDI es l acronyme de Musical Insrumen Digial Inerface, une norme inernaionale pour l échange de données musicales enre

Plus en détail

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion

Intégration de Net2 avec un système d alarme intrusion Ne2 AN35-F Inégraion de Ne2 avec un sysème d alarme inrusion Vue d'ensemble En uilisan l'inégraion d'alarme Ne2, Ne2 surveillera si l'alarme inrusion es armée ou désarmée. Si l'alarme es armée, Ne2 permera

Plus en détail

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire

Séquence 2. Pourcentages. Sommaire Séquence 2 Pourcenages Sommaire Pré-requis Évoluions e pourcenages Évoluions successives, évoluion réciproque Complémen sur calcularices e ableur Synhèse du cours Exercices d approfondissemen 1 1 Pré-requis

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Un Peuple - Un Bu Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Documen d Eude N 08 ENJEUX ECONOMIQUES ET COMMERCIAUX DE L ACCORD DE PARTENARIAT ECONOMIQUE

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Texte Ruine d une compagnie d assurance

Texte Ruine d une compagnie d assurance Page n 1. Texe Ruine d une compagnie d assurance Une nouvelle compagnie d assurance veu enrer sur le marché. Elle souhaie évaluer sa probabilié de faillie en foncion du capial iniial invesi. On suppose

Plus en détail

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003

GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, août 2003 GESTION DU RÉSULTAT : MESURE ET DÉMESURE 1 2 ème version révisée, aoû 2003 Thomas JEANJEAN 2 Cahier de recherche du CEREG n 2003-13 Résumé : Depuis une vingaine d années, la noion d accruals discréionnaires

Plus en détail

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer,

Pour 2014, le rythme de la reprise économique qui semble s annoncer, En France, l invesissemen des enreprises reparira--il en 2014? Jean-François Eudeline Yaëlle Gorin Gabriel Sklénard Adrien Zakharchouk Déparemen de la conjoncure Pour 2014, le ryhme de la reprise économique

Plus en détail

NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION

NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION , Chapire rminale S NUMERISATION ET TRANSMISSION DE L INFORMATION I TRANSMISSION DE L'INFORMATION ) Signal e informaion ) Chaîne de ransmission de l informaion La chaîne de ransmission d informaions es

Plus en détail

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes

Groupe International Fiduciaire. pour l Expertise comptable et le Commissariat aux comptes Groupe Inernaional Fiduciaire pour l Experise compable e le Commissaria aux compes L imporan es de ne jamais arrêer de se poser des quesions Alber EINSTEIN QUI SOMMES-NOUS? DES HOMMES > Une ÉQUIPE solidaire

Plus en détail

Une union pour les employeurs de l' conomie sociale. - grande Conférence sociale - les positionnements et propositions de l usgeres

Une union pour les employeurs de l' conomie sociale. - grande Conférence sociale - les positionnements et propositions de l usgeres Une union pour les employeurs de l' conomie sociale - grande Conférence sociale - les posiionnemens e proposiions de l usgeres Juille 212 1 «développer l emploi e en priorié l emploi des jeunes» le posiionnemen

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1

Sélection de portefeuilles et prédictibilité des rendements via la durée de l avantage concurrentiel 1 ASAC 008 Halifax, Nouvelle-Écosse Jacques Sain-Pierre (Professeur Tiulaire) Chawki Mouelhi (Éudian au Ph.D.) Faculé des sciences de l adminisraion Universié Laval Sélecion de porefeuilles e prédicibilié

Plus en détail

Séminaire d Économie Publique

Séminaire d Économie Publique Séminaire d Économie Publique Les niveaux de dépenses d'infrasrucure son-ils opimaux dans les pays en développemen? Sonia Bassi, LAEP Discuan : Evans Salies, MATISSE & ADIS, U. Paris 11 Mardi 8 février

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE

Risque associé au contrat d assurance-vie pour la compagnie d assurance. par Christophe BERTHELOT, Mireille BOSSY et Nathalie PISTRE Ce aricle es disponible en ligne à l adresse : hp://www.cairn.info/aricle.php?id_revue=ecop&id_numpublie=ecop_149&id_article=ecop_149_0073 Risque associé au conra d assurance-vie pour la compagnie d assurance

Plus en détail

Formation Administrateur Server 2008 (Ref : IN4) Tout ce qu'il faut savoir sur Server 2008 OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Formation Administrateur Server 2008 (Ref : IN4) Tout ce qu'il faut savoir sur Server 2008 OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION COMUNDICOMPETENCES-TECHNIQUESDEL INGÉNIEUR Formaion Adminisraeur Server 2008 (Ref : IN4) SUPPORT PÉDAGOGIQUE INCLUS. OBJECTIFS Gérer des ressources e des compes avec Acive Direcory e Windows Server 2008

Plus en détail

SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES

SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES Ankara Üniversiesi SBF Dergisi, Cil 66, No. 4, 2011, s. 125-152 SURVOL DE LA LITTÉRATURE SUR LES MODÈLES DE TAUX DE CHANGE D ÉQUILIBRE: ASPECTS THÉORIQUES ET DISCUSSIONS COMPARATIVES Dr. Akın Usupbeyli

Plus en détail

Sciences Industrielles pour l Ingénieur

Sciences Industrielles pour l Ingénieur Sciences Indusrielles pour l Ingénieur Cenre d Inérê 6 : CONVERTIR l'énergie Compéences : MODELISER, RESOUDRE CONVERSION ELECTROMECANIQUE - Machine à couran coninu en régime dynamique Procédés de piloage

Plus en détail

Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie

Copules et dépendances : application pratique à la détermination du besoin en fonds propres d un assureur non vie Copules e dépendances : applicaion praique à la déerminaion du besoin en fonds propres d un assureur non vie David Cadoux Insiu des Acuaires (IA) GE Insurance Soluions 07 rue Sain-Lazare, 75009 Paris FRANCE

Plus en détail

Mémoire présenté et soutenu en vue de l obtention

Mémoire présenté et soutenu en vue de l obtention République du Cameroun Paix - Travail - Parie Universié de Yaoundé I Faculé des sciences Déparemen de Mahémaiques Maser de saisique Appliquée Republic of Cameroon Peace Wor Faherland The Universiy of Yaoundé

Plus en détail

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL

TRANSMISSION DE LA POLITIQUE MONETAIRE AU SECTEUR REEL AU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

Vous vous installez en france? Société Générale vous accompagne (1)

Vous vous installez en france? Société Générale vous accompagne (1) Parenaria Sociéé Générale Execuive relocaions Vous vous insallez en france? Sociéé Générale vous accompagne (1) offre valable jusqu au 29/02/2012 offre valable jusqu au 29/02/2012 offre valable jusqu au

Plus en détail

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE

2009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES 1948-2008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, DE LA FORME FAIBLE 009-01 EFFICIENCE INFORMATIONNELLE DES MARCHES DE L OR A PARIS ET A LONDRES, 1948-008 UNE VERIFICATION ECONOMETRIQUE DE LA FORME FAIBLE Thi Hong Van HOANG Efficience informaionnelle des marchés de l or

Plus en détail

DOCUMENT TECHNIQUE N O 2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION

DOCUMENT TECHNIQUE N O 2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION DOCUMENT TECHNIQUE N O 2 GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION (TIC) EN ÉDUCATION GUIDE DE MESURE POUR L INTÉGRATION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION

Plus en détail

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers

Chapitre 9. Contrôle des risques immobiliers et marchés financiers Capire 9 Conrôle des risques immobiliers e marcés financiers Les indices de prix immobiliers ne son pas uniquemen des indicaeurs consruis dans un bu descripif, mais peuven servir de référence pour le conrôle

Plus en détail

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée.

Relation entre la Volatilité Implicite et la Volatilité Réalisée. Relaion enre la Volailié Implicie e la Volailié Réalisée. Le cas des séries avec la coinégraion fracionnaire. Rappor de Recherche Présené par : Mario Vázquez Velasco Direceur de Recherche : Benoî Perron

Plus en détail

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa

No 1996 13 Décembre. La coordination interne et externe des politiques économiques : une analyse dynamique. Fabrice Capoën Pierre Villa No 996 3 Décembre La coordinaion inerne e exerne des poliiques économiques : une analyse dynamique Fabrice Capoën Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 96-3 SOMMAIRE Résumé...5 Summary...7. La problémaique...9

Plus en détail

Le passage des retraites de la répartition à la capitalisation obligatoire : des simulations à l'aide d'une maquette

Le passage des retraites de la répartition à la capitalisation obligatoire : des simulations à l'aide d'une maquette No 2000 02 Janvier Le passage des reraies de la répariion à la capialisaion obligaoire : des simulaions à l'aide d'une maquee Pierre Villa CEPII, documen de ravail n 2000-02 TABLE DES MATIÈRES Résumé...

Plus en détail

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry *

Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * Base de données sur l'économie mondiale Alix de Saint Vaulry * 1) Base de données 2) Sources et définitions * Alix de Saint Vaulry est économiste au CEPII, responsable de la production de la base de données

Plus en détail

Cours d électrocinétique :

Cours d électrocinétique : Universié de Franche-Comé UFR des Sciences e Techniques STARTER 005-006 Cours d élecrocinéique : Régimes coninu e ransioire Elecrocinéique en régimes coninu e ransioire 1. INTRODUCTION 5 1.1. DÉFINITIONS

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE ET REDISTRIBUTION *

EPARGNE RETRAITE ET REDISTRIBUTION * EPARGNE RETRAITE ET REDISTRIBUTION * Alexis Direr (1) Version février 2008 Docweb no 0804 Alexis Direr (1) : Universié de Grenoble e LEA (INRA, PSE). Adresse : LEA, 48 bd Jourdan 75014 Paris. Téléphone

Plus en détail

DE L'ÉVALUATION DU RISQUE DE CRÉDIT

DE L'ÉVALUATION DU RISQUE DE CRÉDIT DE L'ÉALUAION DU RISQUE DE CRÉDI François-Éric Racico * Déparemen des sciences adminisraives Universié du Québec, Ouaouais Raymond héore Déparemen Sraégie des Affaires Universié du Québec, Monréal RePAd

Plus en détail

Une assurance chômage pour la zone euro

Une assurance chômage pour la zone euro n 132 Juin 2014 Une assurance chômage pour la zone euro La muualisaion au niveau de la zone euro d'une composane de l'assurance chômage permerai de doer la zone euro d'un insrumen de solidarié nouveau,

Plus en détail

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau

Ecole des HEC Université de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE. Eric Jondeau Ecole des HEC Universié de Lausanne FINANCE EMPIRIQUE Eric Jondeau FINANCE EMPIRIQUE La prévisibilié des rendemens Eric Jondeau L hypohèse d efficience des marchés Moivaion L idée de base de l hypohèse

Plus en détail

Mathématiques financières. Peter Tankov

Mathématiques financières. Peter Tankov Mahémaiques financières Peer ankov Maser ISIFAR Ediion 13-14 Preface Objecifs du cours L obje de ce cours es la modélisaion financière en emps coninu. L objecif es d un coé de comprendre les bases de

Plus en détail

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle

Article. «Les effets à long terme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel et Bertrand Wigniolle Aricle «Les effes à long erme des fonds de pension» Pascal Belan, Philippe Michel e Berrand Wigniolle L'Acualié économique, vol 79, n 4, 003, p 457-480 Pour cier ce aricle, uiliser l'informaion suivane

Plus en détail

CAHIER 13-2000 ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS LA ZONE CFA : UNE MÉTHODE STRUCTURELLE D'AUTORÉGRESSION VECTORIELLE

CAHIER 13-2000 ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS LA ZONE CFA : UNE MÉTHODE STRUCTURELLE D'AUTORÉGRESSION VECTORIELLE CAHIER 13- ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS LA ZONE CFA : UNE MÉTHODE STRUCTURELLE D'AUTORÉGRESSION VECTORIELLE Jean-Michel BOSCO N'GOMA CAHIER 13- ANALYSE DES CHOCS D'OFFRE ET DE DEMANDE DANS

Plus en détail

Cahier technique n 141

Cahier technique n 141 Collecion Technique... Cahier echnique n 141 Les perurbaions élecriques en BT R. Calvas Les Cahiers Techniques consiuen une collecion d une cenaine de ires édiés à l inenion des ingénieurs e echniciens

Plus en détail

UNIVERSITÉ D ORLÉANS. THÈSE présentée par :

UNIVERSITÉ D ORLÉANS. THÈSE présentée par : UNIVERSITÉ D ORLÉANS ÉCOLE DOCTORALE SCIENCES DE L HOMME ET DE LA SOCIETÉ LABORATOIRE D ECONOMIE D ORLEANS THÈSE présenée par : Issiaka SOMBIÉ souenue le : 5 décembre 2013 à 14h00 pour obenir le grade

Plus en détail

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006)

N d ordre Année 2008 THESE. présentée. devant l UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1. pour l obtention. du DIPLOME DE DOCTORAT. (arrêté du 7 août 2006) N d ordre Année 28 HESE présenée devan l UNIVERSIE CLAUDE BERNARD - LYON pour l obenion du DILOME DE DOCORA (arrêé du 7 aoû 26) présenée e souenue publiquemen le par M. Mohamed HOUKARI IRE : Mesure du

Plus en détail

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA

Un modèle de projection pour des contrats de retraite dans le cadre de l ORSA Un modèle de proecion pour des conras de reraie dans le cadre de l ORSA - François Bonnin (Hiram Finance) - Floren Combes (MNRA) - Frédéric lanche (Universié Lyon 1, Laboraoire SAF) - Monassar Tammar (rim

Plus en détail

Le développement de l assurance des catastrophes naturelles: facteur de développement économique

Le développement de l assurance des catastrophes naturelles: facteur de développement économique ARTICLES ARTICLES PROFESSIONNELS ACADÉMIQUES PROFESSIONAL ACADEMIC ARTICLES ARTICLES Assurances e gesion des risques, vol. 79(1-2), avril-juille 2011, 1-30 Insurance and Risk Managemen, vol. 79(1-2), April-July

Plus en détail

Cahier technique n 114

Cahier technique n 114 Collecion Technique... Cahier echnique n 114 Les proecions différenielles en basse ension J. Schonek Building a ew Elecric World * Les Cahiers Techniques consiuen une collecion d une cenaine de ires édiés

Plus en détail

Essai surlefficience informationnelle du march boursier marocain

Essai surlefficience informationnelle du march boursier marocain Global Journal of Managemen and Business Research : c Finance Volume 14 Issue 1 Version 1.0 Year 2014 Type: Double Blind Peer Reviewed Inernaional Research Journal Publisher: Global Journals Inc. (USA)

Plus en détail

Investment Flows and Capital Stocks

Investment Flows and Capital Stocks Saisics Canada Invesmen and Capial Sock Division Naional Wealh and Capial Sock Secion Invesmen Flows and Capial Socks Saisique Canada Division de l invesissemen e du sock de capial Secion de la richesse

Plus en détail

MODÈLE BAYÉSIEN DE TARIFICATION DE L ASSURANCE DES FLOTTES DE VÉHICULES

MODÈLE BAYÉSIEN DE TARIFICATION DE L ASSURANCE DES FLOTTES DE VÉHICULES Cahier de recherche 03-06 Sepembre 003 MODÈLE BAYÉSEN DE TARFCATON DE L ASSURANCE DES FLOTTES DE VÉHCULES Jean-François Angers, Universié de Monréal Denise Desardins, Universié de Monréal Georges Dionne,

Plus en détail

Institut Supérieur de Gestion

Institut Supérieur de Gestion UNIVERSITE DE TUNIS Insiu Supérieur de Gesion 4 EME ANNEE SCIENCES COMPTABLES COURS MARCHES FINANCIER ET EVALUATION DES ACTIFS NOTES DE COURS : MOUNIR BEN SASSI YOUSSEF ZEKRI CHAPITRE 1 : LE MARCHE FINANCIER

Plus en détail

Thème : Essai de Modélisation du comportement du taux de change du dinar algérien 1999-2007 par la méthode ARFIMA

Thème : Essai de Modélisation du comportement du taux de change du dinar algérien 1999-2007 par la méthode ARFIMA République Algérienne Démocraique e Populaire Minisère de l enseignemen Supérieur e de la Recherche Scienifique Universié Abou-Bakr BELKAID Tlemcen- Faculé des Sciences Economique, de Gesion e des Sciences

Plus en détail

CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES

CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES Thomas Jeanjean To cie his version: Thomas Jeanjean. CONTRIBUTION A L ANALYSE DE LA GESTION DU RESULTAT DES SOCIETES COTEES. 22ÈME

Plus en détail

Impact des futures normes IFRS sur la tarification et le provisionnement des contrats d assurance vie : mise en oeuvre de méthodes par simulation

Impact des futures normes IFRS sur la tarification et le provisionnement des contrats d assurance vie : mise en oeuvre de méthodes par simulation Impac des fuures normes IFRS sur la arificaion e le provisionnemen des conras d assurance vie : mise en oeuvre de méhodes par simulaion Pierre-Emmanuel Thérond To cie his version: Pierre-Emmanuel Thérond.

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

L impact de l activisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Investisseurs Institutionnels.

L impact de l activisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Investisseurs Institutionnels. L impac de l acivisme des fonds de pension américains : l exemple du Conseil des Invesisseurs Insiuionnels. Fabrice HERVE * Docoran * Je iens à remercier ou pariculièremen Anne Lavigne e Consanin Mellios

Plus en détail

travailler à Paris travailler à Paris

travailler à Paris travailler à Paris ravailler à Paris Trouver un emploi, en changer, se former, ravailler, demander un coup de pouce, faire valoir ses drois, créer son acivié Parce que la capiale es dynamique e créarice d emplois, mais aussi

Plus en détail

S euls les flux de fonds (dépenses et recettes) définis s ent l investissement.

S euls les flux de fonds (dépenses et recettes) définis s ent l investissement. Choix d ives i s s eme e cer iude 1 Chapire 1 Choix d ivesissemes e ceriude. Défiiio L es décisios d ivesissemes fo parie des décisios sraégiques de l erepris e. Le choix ere différes projes d ivesisseme

Plus en détail

Fonction dont la variable est borne d intégration

Fonction dont la variable est borne d intégration [hp://mp.cpgedpydelome.fr] édié le 1 jille 14 Enoncés 1 Foncion don la variable es borne d inégraion Eercice 1 [ 1987 ] [correcion] Soi f : R R ne foncion conine. Jsifier qe les foncions g : R R sivanes

Plus en détail

TorIe altéraûon de là santê Eonstâtéè compétente.

TorIe altéraûon de là santê Eonstâtéè compétente. CAHIER DES CHARGES OBJET: Le présen cahier des charges défini les condiions dans lesquelles s'exerce la couverure < Presaions Médicales > du personnel de la MUTUELLE DES AGENTS DE LA DIRECTION CÉruÉnnlE

Plus en détail

Estimation d une fonction de demande de monnaie pour la zone euro : une synthèse des résultats

Estimation d une fonction de demande de monnaie pour la zone euro : une synthèse des résultats Esimaion d une foncion de demande de monnaie pour la zone euro : une synhèse des résulas Ce aricle propose une synhèse des résulas des esimaions d une foncion de demande de monnaie de la zone euro dans

Plus en détail