N Juin. Base de données CHELEM commerce international du CEPII. Alix de SAINT VAULRY

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "N 2008 09 Juin. Base de données CHELEM commerce international du CEPII. Alix de SAINT VAULRY"

Transcription

1 N Juin Base de données CHELEM commerce inernaional du CEPII Alix de SAINT VAULRY

2 Base de données CHELEM commerce inernaional du CEPII Alix de SAINT VAULRY N Juin

3 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII TABLE DES MATIÈRES Résumé non echnique...5 Résumé...6 Summary...7 Absrac...8 Inroducion Conenu de la base CHELEM - commerce inernaional Sources saisiques Couverure géographique Couverure secorielle Archiecure de la nomenclaure CHELEM Nomenclaures sources Nomenclaure CHELEM e ses agrégas Nomenclaure GTAP e ses agrégas Nomenclaure CITI e ses agrégas Méhode de consrucion Premiers ess, agrégaions e ess de cohérence Agrégaions Tess de cohérence Traiemen des réexporaions e des réimporaions Définiions - Cas général Réexporaions de Hong Kong Réexporaions de Singapour Esimaion des pays manquans «Décafage» des imporaions Comparaison des «flux miroirs» Correcions Remplacemen par les données du (des) parenaire(s) Venilaion secorielle parielle avec les données du parenaire Venilaion géographique parielle avec les données des parenaires

4 CEPII, Documen de ravail Harmonisaion Schéma général Échanges enre alpha 1 (quadran Q11) Échanges enre alpha 2 (quadran Q14) Échanges enre mauvais déclarans (quadran Q4) Indicaeurs Raios, aux de croissance, imporaions e exporaions par habian Solde commercial e aux de couverure Posiion sur le marché Avanages comparaifs révélés (version 1) Avanages comparaifs révélés (version 2) Variaion de par à l exporaion, effes de srucure e de performance...46 Conclusion...49 Annexe 1 : nomenclaures...50 Annexe 2 : les réexporaions de Singapour...69 Annexe 3 : les échanges enre bons déclarans...72 Bibliographie...78 Liens inerne...80 Lise des sigles...81 Lise des documens de ravail du CEPII

5 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII BASE DE DONNÉES CHELEM - COMMERCE INTERNATIONAL DU CEPII RÉSUMÉ NON TECHNIQUE La base de données CHELEM - commerce inernaional conien des saisiques de commerce inernaional couvran la oalié des flux d échanges depuis 1967, déaillés par pays/zone exporaeur, pays/zone imporaeur e caégorie de produis, e des indicaeurs qui y son associés. Elle es consruie e réacualisée par le CEPII depuis la fin des années soixane-dix, en majeure parie à parir de la base de données COMTRADE des Naions Unies. Le principal aou de CHELEM es l exhausivié : les marices de commerce son complèes, croisan des pays (ou zones) exporaeurs qui formen une pariion du monde, les mêmes pays (ou zones) imporaeurs e des caégories de produis refléan ous les échanges exérieurs mondiaux. Les pays ne déclaren pas ous leur commerce, e cerains le fon avec reard. Les nomenclaures évoluen dans le emps e ous les pays n adopen pas les nouvelles nomenclaures en même emps, e il y a des rupures de séries. CHELEM corrige, harmonise les nomenclaures pays e produis, complèe les flux manquans par esimaion, harmonise les déclaraions des exporaeurs e des imporaeurs pour ne reenir qu une valeur par flux. CHELEM donne ainsi une vision complèe du commerce mondial e des séries cohérenes dans le emps e dans l espace (pays e produis). Le présen documen, valable à parir du grand élargissemen des nomenclaures de la version 8.1 de juille 2006, décri le conenu de la base, la méhode de consrucion e les indicaeurs associés. Il fai suie aux documens précédens sur l ensemble de la base CHELEM (incluan aussi les paries Balance des Paiemens e PIB - populaion - aux de change non présenées ici) e sur la méhode de consrucion de CHELEM - commerce inernaional 1. 1 CEPII, CHELEM, Compes harmonisés sur les échanges e l économie mondiale, la base de données du CEPII sur CD-ROM, juin 2002, miméo de Sain Vaulry A., CHELEM Commerce Inernaional : noe méhodologique, mars 2002, miméo Boumellassa H. e D. Ünal-Kesenci, Base de données CHELEM-BAL du CEPII, documen de ravail N , mars

6 CEPII, Documen de ravail RÉSUMÉ Ce exe es un documen echnique desiné aux uilisaeurs de la base de données CHELEM - commerce inernaional. Cee base conien les saisiques de commerce inernaional déaillées à la fois par pays/zone exporaeur, pays/zone imporaeur e caégorie de produis échangés sur une quaranaine d années. Le exe décri les principaux rais de la base, les sources, les nomenclaures e les méhodes uilisées ainsi que les indicaeurs associés. Tou en décrivan la richesse de la base, le documen monre par ailleurs les problèmes saisiques inhérens à ce ype d enregisremen des échanges inernaionaux. Classemen JEL : C82 Mos Clés : Base de données, Commerce inernaional, Saisiques inernaionales 6

7 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII CEPII S CHELEM-TRADE DATABASE SUMMARY The CEPII s CHELEM-TRADE daabase conains inernaional rade saisics for exporing and imporing counries by produc and allows several indicaors o be calculaed. This daabase has been buil by he CEPII since he las sevenies, mosly drawn on Unied Naions COMTRADE daa. The major asse of CHELEM is is compleeness: o provide a coheren view of inernaional rade boh in ime and space (counries and producs), he rade marices are fully compleed wih he crossings beween exporers, imporers and producs covering he whole world and he oal of raded producs, sreching bac o CHELEM harmonizes daa provided in differen classificaions, complees he missing daa, reconciliaes exporers and imporers reporings which show up discrepancies and minimizes he breas in he series. The following paper describes he daabase conens, he classificaions and mehods of consrucion as well as he associae indicaors, available since he big enlargemen of classificaions of he 8.1 release of July I updaes he former documens describing he whole CHELEM daabase (including he Balance of Paymens and GDP - populaion - exchange raes pars) and he CHELEM-TRADE building mehod 2. 2 CEPII, CHELEM, Harmonized Daa for Inernaional Trade and he World Economy, CEPII s Inernaional Daabase On CD-ROM, June 2002, mimeo de Sain Vaulry A., CHELEM Commerce Inernaional : noe méhodologique, mars 2002, miméo Boumellassa H. e D. Ünal-Kesenci, Base de données CHELEM-BAL du CEPII, documen de ravail du CEPII N , mars

8 CEPII, Documen de ravail ABSTRACT This ex is a echnical paper for he CHELEM-TRADE users. The daabase conains inernaional rade saisics by exporing and imporing counries/zones and by producs over some fory years. The following paper describes he daabase, he sources, classificaions and mehods as well as he associaed indicaors. I also discusses he main inconsisencies and saisical issues. JEL Classificaion: C82 Key words: Daabase, Inernaional Trade, Inernaional Saisics 8

9 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII BASE DE DONNÉES CHELEM - COMMERCE INTERNATIONAL DU CEPII Alix de SAINT VAULRY 3 INTRODUCTION La base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII es la parie la plus ancienne (e celle qui compe le plus grand nombre de séries) de la base CHELEM (Compes Harmonisés sur les Echanges e L Economie Mondiale) 4. Elle es reliée par une nomenclaure géographique commune aux bases CHELEM - balance des paiemens e CHELEM - PIB (populaion, PIB en valeur, volume e volume PPA, aux de change). Des indicaeurs relien les rois bases. Pour un même flux d échanges, les déclaraions des pays exporaeurs diffèren de celles des imporaeurs. Les imporaions comprennen le coû du ranspor e de l assurance, les pays ne déclaren pas forcémen de la même façon le commerce des zones franches, cerains produis son inclus ou exclus, le sysème de commerce peu différer, les réexporaions e réimporaions son incluses ou non selon les cas. Ceci s ajoue à d aures causes classiques d écars enre les déclaraions des exporaeurs e celles des imporaeurs : décalages emporels, différences d affecaion secorielle ou géographique CHELEM harmonise donc ces différenes déclaraions suivan des principes éablis e noammen une hiérarchisaion des pays suivan leur qualié de déclaraions, après avoir vérifié la cohérence des données e compléé les données manquanes. Les données uilisées, dans la nomenclaure dans laquelle le pays l a déclarée cee année-là, son agrégées dans différenes nomenclaures, consanes dans le emps pour garder la cohérence emporelle. Elles permeen des rapprochemens avec d aures saisiques (emploi, producion, ableaux d enrée-sorie ) e différens ypes d éudes (par niveau echnologique, par sade de producion ). Les données son accessibles sur CD-ROM e en ligne, à l aide d un logiciel convivial mis au poin par le CEPII e le Bureau van Dij 5. Le présen documen, valable à parir du grand élargissemen des nomenclaures de la version 8.1 de juille 2006, décri le conenu de la base, la méhode de consrucion e les 3 CEPII, 9 rue Georges Piard, Paris. L aueur remercie chaleureusemen Mahieu Croze, Agnès Bénassy-Quéré e Michel Fouquin pour leurs remarques consrucives, Sophie de Salée pour ses conseils avisés e Joëlle Gélard pour sa paricipaion à la mise en forme de ce documen. 4 Une lise des sigles uilisés peu êre consulée à la fin de ce documen. 5 Pour oues informaions, envoyer un mail à ou regarder le sie 9

10 CEPII, Documen de ravail indicaeurs associés. Il fai suie aux documens précédens sur l ensemble de la base CHELEM (incluan aussi les paries Balance des Paiemens e PIB - populaion - aux de change non présenées ici) e sur la méhode de consrucion de CHELEM - commerce inernaional CONTENU DE LA BASE CHELEM - COMMERCE INTERNATIONAL La base de données CHELEM - commerce inernaional conien des saisiques de commerce inernaional couvran la oalié des flux d échanges de marchandises depuis 1967, déaillés par pays/zone exporaeur, pays/zone imporaeur e caégorie de produis, e des indicaeurs qui y son associés. Elle es consruie e réacualisée par le CEPII depuis la fin des années soixane-dix. Le principal aou de CHELEM es l exhausivié : les marices de commerce son complèes, croisan des pays (ou zones) exporaeurs qui formen une pariion du monde, les mêmes pays (ou zones) imporaeurs e des caégories de produis refléan ous les échanges exérieurs mondiaux. Les saisiques disponibles sur le commerce inernaional présenen généralemen des séries disparaes, incomplèes (ous les pays ne déclaren pas e cerains déclaren avec reard), avec des nomenclaures différenes e des rupures de séries. CHELEM corrige, harmonise les nomenclaures pays e produis, complèe les flux manquans par esimaion, harmonise les déclaraions des exporaeurs e des imporaeurs pour ne reenir qu une valeur par flux. Ceraines données seron moins fiables que d aures, mais CHELEM donne une vision complèe du commerce mondial e des séries cohérenes dans le emps e dans l espace (pays e produis). En 2006, la base a connu une refone radicale avec : - une réacualisaion complèe des saisiques sur la période ; - un plus grand nombre de pays individualisés : acuellemen 82, qui, avec 12 zones regroupan les aures pays e une zone d ajusemen «divers», composen une pariion du monde enier ; des agrégas précalculés son égalemen disponibles ; - deux nouvelles nomenclaures secorielles : oure la radiionnelle nomenclaure CHELEM en 71 caégories (qui avec la caégorie «non venilés» es une pariion de ous les biens échangés), la nouvelle base propose au choix les 43 poses de la nomenclaure GTAP échangés e les 147 poses CITI révisée 3 à 4 posiions échangés, ainsi que des agrégaions en 11 filières, 10 secions, 6 sades e 4 seceurs, e nouvellemen 4 niveaux echnologiques regroupan 20 agrégas. 6 CEPII, CHELEM, Compes harmonisés sur les échanges e l économie mondiale, la base de données du CEPII sur CD-ROM, juin 2002, miméo de Sain Vaulry A., CHELEM Commerce Inernaional : noe méhodologique, mars 2002, miméo 10

11 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII La nouvelle base CHELEM - commerce inernaional propose ainsi une meilleure qualié de données, un accès plus adapé à différenes analyses à ravers des nomenclaures srucurées e la possibilié d approfondir l analyse économique sur les échanges de marchandises SOURCES STATISTIQUES À l insar des aures bases de données du CEPII, CHELEM - commerce inernaional uilise des saisiques issues le plus souven des organismes inernaionaux e occasionnellemen des insius naionaux. En l occurrence, la majeure parie des données de la base provien de la base de données COMTRADE des Naions Unies, ou des offices saisiques ou des Douanes de cerains pays, comme Taïwan ou Hong Kong, ou encore d aures organismes inernaionaux, comme la Direcion of Trade Saisics (DOTS) du Fonds Monéaire Inernaional (FMI). La valeur ajouée du CEPII, par rappor aux données d origine, es de proposer une couverure géographique mondiale, d assurer une cohérence dans les nomenclaures géographiques e secorielles ainsi que dans les séries emporelles e d harmoniser les déclaraions des exporaeurs e des imporaeurs. Les données son en millions de dollars courans. Une conversion es faie si nécessaire, pour des données provenan d aures sources que COMTRADE qui ne seraien pas en dollars des Éas-Unis, par exemple pour Taïwan e pour les réexporaions de Hong Kong COUVERTURE GÉOGRAPHIQUE La base CHELEM - commerce inernaional recouvre au niveau le plus déaillé 82 pays (idenifiés par leur code ISO) e 13 zones (don la zone «divers» pour les flux sans affecaion géographique connue), ce qui fai 96 zones avec le monde. Des présenaions agrégées des pays son égalemen disponibles en 82 e 34 zones selon une classificaion commune aux rois bases de CHELEM. Les agrégas par zone incluen le commerce inrazone. Les «34 zones» (en fai 32 zones, la zone «divers» e la zone «Monde») son hisoriques, daen de la naissance de CHELEM à quelques modificaions près e permeen d acualiser des éudes anciennes dans un forma lisible. Les «82 zones» (en fai 80 zones, la zone «divers» e la zone «Monde»), valables sur oue la période depuis 1967, permeen des éudes sur séries longues. Les «96 zones» (en fai 94 zones, la zone «divers» e la zone «Monde»), qui comprennen les pays issus de l ex-yougoslavie, de l ex-urss e de l ex-tchécoslovaquie, son complèes à parir de 1993 e permeen d analyser le monde d après la chue du mur de Berlin. 11

12 CEPII, Documen de ravail En Annexe 1, le Tableau A.1 décri une présenaion dépliée de la nomenclaure géographique commune aux 3 bases CHELEM. Oure ces 3 pariions du monde, 27 agrégas son précalculés (Tableau A.2). En effe, rès vie le CEPII a créé des agrégas géographiques supplémenaires, puremen géographiques (Amérique laine, Asie du Sud- Es ), plus «poliiques» (Europe de l Es), ou pour inégrer des regroupemens exisans (OCDE, ALENA, Union Européenne, G7 ) ou des niveaux de développemen (PMA ). Ces agrégas son suscepibles d évoluer en foncion des changemens géopoliiques (Union Européenne, G7 qui deviendra G8 ). Cerains agrégas obéissen à une logique de pariion du monde en 3 (Amérique, Eurafrique, Asie Océanie) ou en 6 (en isolan les Éas- Unis, l Union Européenne e le Japon) COUVERTURE SECTORIELLE CHELEM - commerce inernaional ayan pour bu l analyse du commerce inernaional, le CEPII a mis au poin sa propre nomenclaure en 71 caégories, nombre permean des éudes assez complèes ou en resan lisibles, avec une agrégaion possible par filière. Pour avoir des séries longues, des ables de correspondance avec les différenes révisions de la CTCI (Classificaion Type pour le Commerce Inernaional) puis du Sysème Harmonisé (nomenclaures de commerce inernaional de l ONU) son chaque fois élaborées Archiecure de la nomenclaure CHELEM La nécessié de connexion avec d aures bases de données sur la producion, les ableaux d enrées-sories, l emploi, les invesissemens on condui à créer une nomenclaure plus fine compaible avec la CITI révisée 3 e la nomenclaure GTAP. C es ainsi qu une nomenclaure inerne en 323 caégories a vu le jour. Elle n a d aure jusificaion que de permere l agrégaion dans les 3 nomenclaures CHELEM, GTAP e CITI e n es donc pas publique. Des ables de passage des différenes révisions de la CTCI e du SH (Sysème Harmonisé) aux 323 caégories CHELEM on éé faies. Puis les 3 nomenclaures disponibles (CHELEM, GTAP e CITI) avec leurs agrégas on éé obenues par agrégaion de ces 323 caégories en 71 caégories CHELEM finales, 43 biens GTAP échangés ou 147 poses CITI à 4 posiions. Ces nomenclaures permeen différens ypes d éudes. Le Graphique 1 présene le passage des nomenclaures sources à la nomenclaure inermédiaire CHELEM en 323 caégories, puis aux 3 nomenclaures CHELEM, GTAP e CITI e enfin aux agrégas qui en découlen. 12

13 CTCI rév. 1 : 1961 (1377) CTCI rév. 2 : 1976 (1837) CTCI rév. 3 : 1988 (3124) CTCI rév. 4 : 2007 (2970) Nomenclaure inermédiaire (323) Graphique 1 Archiecure de la nomenclaure secorielle CHELEM Les nomenclaures La nomenclaure Les 3 nomenclaures Les nomenclaures sources inermédiaire disponibles agrégées CHELEM (71) GTAP (43) 11 filières 10 secions 6 sades 4 seceurs 4 branches agrégées SH 1988 (5019) SH 1992 (5020) SH 1996 (5113) SH 2002 (5224) SH 2007 (5052) CITI rév. 3 à 4 posiions (147) CITI CITI à 3 posiions à 2 posiions (79) (35) 20 branches 4 branches echnologiques echnologiques manufacurières agrégées + NM (non-manuf.) + NM (non-manuf.)

14 CEPII, Documen de ravail Nomenclaures sources Dans la principale source de saisiques de commerce inernaional, la base COMTRADE de l ONU, les données son disponibles en deux nomenclaures, la CTCI puis le SH, plus déaillé. Ces nomenclaures subissen régulièremen des révisions pour enir compe des nouveaux produis e echnologies. Pour garder la cohérence emporelle des séries sur quarane ans e plus, des ables de correspondance avec chaque révision de la CTCI e du SH son élaborées avec la nomenclaure CHELEM, qui rese valable sur oue la période. À chaque révision, les pays son censés déclarer dès la première année leurs imporaions e leurs exporaions à l ONU dans la nouvelle nomenclaure, mais en réalié de nombreux pays, quelquefois même de l OCDE, ne s adapen qu après une ou plusieurs années de reard. Ainsi pour la même année rois révisions de la CTCI cohabien parfois. a) Classificaion Type pour le Commerce Inernaional (CTCI) 7 des Naions Unies : Dans COMTRADE cohabien plusieurs versions de la CTCI : - CTCI révisée 1 (données à parir de 1961) : 1377 rubriques - CTCI révisée 2 (données à parir de 1976) : 1837 rubriques - CTCI révisée 3 (données à parir de 1988) : 3124 rubriques - CTCI révisée 4 (données à parir de 2007) : 2970 rubriques Les rubriques on 5 chiffres maximum. b) Sysème Harmonisé (SH) 8 Le déail de la CTCI ne suffisan pas pour cerains uilisaeurs de saisiques, un sysème harmonisé de désignaion e de codificaion des marchandises (SH) a éé élaboré, en 5000 rubriques à 6 chiffres environ. - SH de 1988 : 5019 rubriques - SH de 1992 : 5020 rubriques (rès proche du SH de 1988) - SH de 1996 : 5113 rubriques - SH de 2002 : 5224 rubriques - SH de 2007 : 5052 rubriques 7 En anglais Sandard Inernaional Trade Classificaion (SITC). 8 Sysème Harmonisé de désignaion e de codificaion des marchandises de l OMC, en anglais Harmonized Sysem (Harmonized Commodiy Descripion and Coding Sysem of he WTO): HS. 14

15 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII Nomenclaure CHELEM e ses agrégas Depuis sa créaion, CHELEM commerce inernaional a sa propre nomenclaure en 71 caégories de produis décris en Annexe 1 dans le Tableau A.3. Si l on ajoue la caégorie NV («non venilés») on arrive au oal du commerce. Ces caégories peuven êre regroupées suivan plusieurs logiques, en 11 filières de producion (Tableau A.4), 10 secions (Tableau A.5), 6 sades d élaboraion des produis (Tableau A.6) ou 4 seceurs (Tableau A.7) Les 11 filières de producion Une filière de producion es un ensemble qui va des maières premières jusqu aux produis finis en passan par les produis inermédiaires, suie à différens raiemens successifs, par exemple la filière chimique va des minerais non méalliques jusqu aux produis chimiques élaborés comme les produis pharmaceuiques en passan par la chimie de base. On peu comparer les différenes filières pour disinguer les poins fors e les poins faibles des pays par filière e leur évoluion. On peu aussi regarder ce qui se passe à l inérieur d une filière. Du fai de leurs doaions en ressources énergéiques, minières ou aures, les pays peuven invesir oue une filière, des maières premières jusqu aux produis finis. À l inérieur d une filière donnée, il peu y avoir appui sur des ressources locales pour produire des biens en aval (par exemple raffiner du pérole abondan dans le sol). À l inverse, en paran par exemple d aciviés d assemblage en profian d une main-d œuvre abondane e bon marché, on peu «remoner» la filière e inégrer vericalemen des producions plus en amon. Le Tableau 1 donne l exemple de la Chine dans la filière exile. La monée fulgurane de la Chine, passée de 0,5 % des exporaions mondiales en 1970 à 9 % en 2006, es pariculièremen visible dans la filière exile, surou sur l aval de la filière. Tableau 1 : Par de la Chine dans les exporaions mondiales de la filière exile (en %) Filière exile 1,4 2,9 7,8 17,9 29,2 Fils e issus 1,7 2,9 5,0 8,2 17,5 Vêemens de confecion 1,3 3,4 10,2 19,7 32,0 Vêemens de bonneerie 0,6 2,2 8,4 17,8 29,2 Tapis 2,1 5,0 8,5 15,5 29,6 Cuirs 0,8 2,0 8,6 30,0 38,4 Toues filières 0,5 0,7 1,7 4,7 8,7 Source : CEPII, CHELEM commerce inernaional (version de mars 2008) 15

16 CEPII, Documen de ravail Les 10 secions Les secions corresponden aux premières leres des codes CHELEM. Le découpage es plus verical que dans les filières : on disingue les produis en amon (maières premières) des produis en aval, qui son moins déaillés que dans les filières. Ainsi on disingue les produis agricoles des produis alimenaires, les produis chimiques des minerais correspondans e des maériaux de consrucion, mais on regroupe ferreux e non-ferreux, e l énorme secion mécanique-élecrique comprend la mécanique, les véhicules, l élecrique e l élecronique. Le Graphique 2 monre l évoluion des 10 secions dans le commerce mondial. En quarane ans, les secions mécanique-élecrique, chimie e énergie on pris beaucoup d ampleur, au dérimen de la sidérurgie-méallurgie, de l agriculure e des produis alimenaires. Graphique 2 Le commerce mondial en 10 secions (en % du commerce mondial) 100% 80% 60% 40% 20% K Produis alimenaires J Agriculure I Energie H Minerais G Chimie F Mécanique élecrique E Bois papiers D Texiles cuirs C Sidérurgie méallurgie B Maériaux de consrucion 0% Source : CEPII, CHELEM commerce inernaional (version de mars 2008) 16

17 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII Les 6 sades d élaboraion des produis Les sades d élaboraion déaillen différenes éapes de fabricaion, de l amon (produis primaires) à l aval (biens de consommaion), en passan par les produis manufacurés de base, les biens inermédiaires, les biens d équipemen e les produis mixes. Cerains pays son spécialisés dans les produis primaires, du fai de ressources primaires abondanes ou de développemen indusriel insuffisan. D aures profieron d un imporan réservoir de main-d œuvre ou d un for marché inerne pour se spécialiser en biens de consommaion, d aures encore choisiron les biens d équipemen grâce à une main-d œuvre qualifiée Le Graphique 3 illusre l évoluion de l amon vers l aval des exporaions des igres asiaiques (Malaisie, Philippines, Thaïlande). Aurefois spécialisés dans l exporaion de produis primaires, les igres asiaiques son mainenan posiionnés sur les biens inermédiaires e les biens d équipemen, e dans une moindre mesure sur les biens de consommaion. Graphique 3 Exporaions des rois «igres» asiaiques en 1967 e en 2006 (srucure en % de leurs exporaions oales) Biens de consommaion (ST6) Produis mixes (ST5) Biens d'équipemen (ST4) Biens inermédiaires (ST3) Manufacurier base (ST2) Produis primaires (ST1) Source : CEPII, CHELEM - commerce inernaional (version de mars 2008) 17

18 CEPII, Documen de ravail Les 4 seceurs Les seceurs son des domaines économiques. Il ne s agi pas ici des 3 seceurs classiques : primaire (agriculure), secondaire (indusrie) e eriaire (services), mais d un découpage en quare grands seceurs de marchandises facilemen repérables (manufacurier, énergéique, minerais e agroalimenaire) décrivan rès simplemen une économie. Il perme de voir les grandes évoluions (par exemple les chocs péroliers, comme l illusre le Graphique 4). 70% Graphique 4 Les quare seceurs dans les imporaions japonaises (en % du oal) 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% Minerais Energie Agroalimenaire Manufacurier minimum Source : CEPII, CHELEM - commerce inernaional (version de mars 2008) En quare décennies le poids des minerais e de l agroalimenaire a éé divisé par 4 dans les imporaions japonaises, andis que celui du manufacurier doublai. L évoluion du seceur énergéique s explique par les prix relaifs e l offre de pérole bru Nomenclaure GTAP e ses agrégas CHELEM commerce inernaional es aussi accessible en nomenclaure GTAP (Global Trade Analysis Projec : : 43 branches de produis échangés (Tableau A.8), regroupées par le CEPII en 4 branches agrégées (Tableau A.9). 18

19 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII Le proje GTAP, souenu par un consorium éponyme don le CEPII es membre, propose une marice de compabilié sociale mondiale, adapée aux modèles d équilibre général calculable muli-pays muli-seceurs, pour une année de référence (2001 dans la version 6, 2004 dans la version 7). De plus, les pays son liés via le commerce e des variables supplémenaires son égalemen disponibles (arifs douaniers, données environnemenales ). Comme le monre le Graphique 5, les produis agricoles e alimenaires son beaucoup plus déaillés (21 branches) que dans les aures nomenclaures. Graphique 5 Exporaions e imporaions agro-alimenaires des Eas-Unis en 2006 (en milliards de dollars) Produis alimenaires nda Exporaions 10 Céréales nda Graines oléagineuses Légumes, fruis e noix 5 Viandes nda Blé Boissons e abacs Culures nda Imporaions Source : CEPII, CHELEM - commerce inernaional (version de mars 2008) 19

20 CEPII, Documen de ravail Malgré une proecion arifaire renconrée de plus de 20 % (source : MAcMap-HS6v2) 9, les Éas-Unis exporen beaucoup d oléagineux, de blé e aures céréales. Les légumes, fruis e noix son beaucoup moins proégés. À la différence des quare seceurs de la nomenclaure CHELEM, les quare branches agrégées GTAP disinguen les produis agricoles brus des produis des indusries alimenaires, e les minerais son regroupés avec l énergie. Les pays on des srucures d exporaion rès conrasées (Graphique 6), même si on observe une convergence générale vers les produis manufacurés, impressionnane au Brésil e en Chine. La découvere du pérole en mer du Nord a changé la physionomie des exporaions norvégiennes. 100% Graphique 6 Exporaions des quare branches agrégées GTAP 80% 60% 40% Pr.agr. brus (RAW) Energie (MIN) Manuf (MAN) Ind. agro-alim. (FOD) 20% 0% Norvège 1967 Norvège 2006 Brésil 1967 Brésil 2006 Chine 1967 Chine 2006 UE UE Source : CEPII, CHELEM - commerce inernaional (version de mars 2008) 9 L aueur remercie chaleureusemen Houssein Boumellassa e Chrisophe Gouel pour les données de proecion e les conseils de rédacion correspondans. 20

21 Base de données CHELEM - commerce inernaional du CEPII Nomenclaure CITI e ses agrégas Pour facilier le rapprochemen avec les données de producion e d emploi e pour conduire des éudes par niveau echnologique, CHELEM - commerce inernaional es disponible en CITI 10 révisée 3. Oure la déclinaison en poses CITI à 4 posiions (les 147 poses du Tableau A.10 en Annexe 1), 3 posiions (les 79 poses du Tableau A.11) ou 2 posiions (les 35 poses du Tableau A.12), on peu disinguer le manufacurier du non manufacurier, e repérer les 20 branches manufacurières regroupées en 4 niveaux echnologiques (Tableau A.13). La spécialisaion des pays suivan le niveau echnologique n es pas neure. Une bonne exploiaion des aous d un pays en recherche e développemen perme d acquérir e de consolider des posiions avanageuses sur les marchés. Un posiionnemen sur le bas de gamme peu aussi êre une bonne sraégie pour les pays à main-d œuvre abondane e bon marché. Pour aribuer à chaque produi un niveau echnologique, cerains, noammen Eurosa, uilisen une sélecion de produis de haue echnologie au niveau le plus déaillé. Cee soluion n éai pas applicable à CHELEM qui conien des séries longues (aucune lise n aurai éé pérenne) e garde un cerain niveau d agrégaion secorielle. Le choix s es donc poré sur la nomenclaure par niveau echnologique élaborée par l OCDE, qui repère les seceurs echnologiques sur la base de méhodes inpu-oupu idenifian le conenu effecif en R&D 11. Les produis manufacurés (MA) son décomposés en 4 niveaux echnologiques : produis de haue echnologie HI, à echnologie moyennemen élevée IH, moyennemen faible IL e faible LO), eux-mêmes consiués de branches echnologiques. Les produis non manufacurés (NM) représenen un agréga à par enière. La somme des deux (MA + NM) correspond au oal des produis. Comme le monre le Tableau 2, les produis à faible niveau echnologique son de moins en moins échangés. Les produis de haue echnologie on un poids croissan jusqu en 2000, mais le maériel de communicaion e l aéronauique baissen dans la première parie des années L auomobile dope les échanges de produis à echnologie moyennemen élevée dans la seconde moiié des années Les dérivés du pérole e la méallurgie de base expliquen le pic en 1974 des produis à echnologie moyennemen faible. Le choc pérolier es encore plus ne sur les produis non manufacurés. 10 La CITI (Classificaion Inernaionale Type par Indusrie) es une nomenclaure de producion, à ne pas confondre avec la CTCI (Classificaion Type pour le Commerce Inernaional), nomenclaure de commerce. 11 OECD STI Scoreboard 2001 «Towards a nowledge-based economy», Annex I, hp://www1.oecd.org/dac/iccd/docs/oherdocs/oheroecd_sti_scoreboard.pdf 21

CHELEM Commerce International

CHELEM Commerce International CHELEM Commerce Inernaional Méhodes de consrucion de la base de données du CEPII Alix de SAINT VAULRY Novembre 2013 1 Conenu de la base de données Flux croisés de commerce inernaional (exporaeur, imporaeur,

Plus en détail

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Prénom e nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Exercice n 1 Un ouvrier dispose de plaques de méal de 110 cm de longueur e de 88 cm de largeur. Il a reçu la consigne suivane : «Découpe dans

Plus en détail

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0

F 2 = - T p K 0. ... F T = - T p K 0 - K 0 Correcion de l exercice 2 de l assisana pré-quiz final du cours Gesion financière : «chéancier e aux de renabilié inerne d empruns à long erme» Quesion : rappeler la formule donnan les flux à chaque échéance

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES 15e Colloque de l Associaion de Compabilié Naionale Novembre 2014 Pierre-Alain Pionnier OCDE Indicaeurs phares de l OCDE pour une croissance

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8

Académie de Poitiers TPE 2011-2012 3/8 1 ère composane : émarche personnelle e invesissemen du candida au cours de l élaboraion du TPE (noe enière sur 8 poins) Iems officiels ompéences officielles Niveau d exigence 1. Recherche documenaire

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

Méthode d'analyse économique et financière ***

Méthode d'analyse économique et financière *** Méhode d'analyse économique e financière *** Noion d acualisaion e indicaeurs économiques uilisables pour l analyse de projes. Dr. François PINTA CIRAD-Forê UR Bois - Kourou CHRONOLOGIE D INTERVENTION

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Les circuits électriques en régime transitoire

Les circuits électriques en régime transitoire Les circuis élecriques en régime ransioire 1 Inroducion 1.1 Définiions 1.1.1 égime saionnaire Un régime saionnaire es caracérisé par des grandeurs indépendanes du emps. Un circui en couran coninu es donc

Plus en détail

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également.

6. Étude de courbes paramétrées (C) : Ces équations sont appelées équations paramétriques de (C). { x = x t. On note parfois également. ÉTUDE DE COURBES PARAMÉTRÉES 39 6. Éude de courbes paramérées 6.. Définiions Remarques La courbe (C) n es pas nécessairemen le graphe d une foncion ; c es pourquoi on parle de courbe paramérée e non pas

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

2.1 Envoi d'un message

2.1 Envoi d'un message MESSAGES Oulook 2013 2.1 Envoi d'un message La messagerie es desinée à l'envoi e à la récepion du courrier élecronique. Six dossiers peuven conenir les messages : les dossiers Boîe de récepion, Brouillons,

Plus en détail

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t

Annuités. I Définition : II Capitalisation : ( Valeur acquise par une suite d annuités constantes ) V n = a t Annuiés I Définiion : On appelle annuiés des sommes payables à inervalles de emps déerminés e fixes. Les annuiés peuven servir à : - consiuer un capial ( annuiés de placemen ) - rembourser une dee ( annuiés

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

Recueil d'exercices de logique séquentielle

Recueil d'exercices de logique séquentielle Recueil d'exercices de logique séquenielle Les bascules: / : Bascule JK Bascule D. Expliquez commen on peu modifier une bascule JK pour obenir une bascule D. 2/ Eude d un circui D Q Q Sorie A l aide d

Plus en détail

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités Universié d'angers : LSEN relaions foncionnelles p. Parie A : Proporionnalié RELATIONS FONCTIONNELLES I Généraliés / Définiion : Soien deux suies de nombres réels : (x ;x ;x ;x 4 ) e (y ;y ;y ;y 4 ). Ces

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

RENAshare Service de partage sécurisé de fichiers volumineux. Guide Utilisateur. GIP RENATER Services Applicatifs aux Utilisateurs.

RENAshare Service de partage sécurisé de fichiers volumineux. Guide Utilisateur. GIP RENATER Services Applicatifs aux Utilisateurs. ENAshare Service de parage sécurisé de fichiers volumineux Guide Uilisaeur GIP ENATE Services Applicaifs aux Uilisaeurs. Mai 0 Sommaire - Prenaion - Prenaion... - Connexion... - L'écran d'accueil... 4

Plus en détail

Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704)

Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704) Aide pour le devoir maison n 1 de Terminale STG GSI (704) Mahémaiques Nombre d'exercices : 4 exercices Noe : L'exercice 4 es une pure copie d'un exercice d'un devoir surveillé de l'an dernier. Cela ne

Plus en détail

Les Notes de l Institut d émission

Les Notes de l Institut d émission Les Noes de l Insiu d émission Aoû 2012 Déerminans des échanges de biens e compéiivié dans une économie monoexporarice : 164 rue de Rivoli 75001 Paris 01 53 44 41 41 - élécopie 01 44 87 99 62 Sommaire

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton)

TD/TP : Taux d un emprunt (méthode de Newton) TD/TP : Taux d un emprun (méhode de Newon) 1 On s inéresse à des calculs relaifs à des remboursemens d empruns 1. On noera C 0 la somme emprunée, M la somme remboursée chaque mois (mensualié), le aux mensuel

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

II. Commerce des marchandise

II. Commerce des marchandise II. Commerce des marchandise En, le commerce des marchandises a augmenté de 14 pour cent en volume. Parmi les grands groupes recensés, ce sont les produits manufacturés qui affichent la croissance la plus

Plus en détail

Conjoncture française

Conjoncture française Conjoncure française La fore hausse des imporaions manufacurières depuis 2014 reflèe la composiion de la demande, sauf dans les maériels de ranspor Depuis 2014, les imporaions françaises son dynamiques,

Plus en détail

Surveillance et maintenance Prévisionnelle

Surveillance et maintenance Prévisionnelle Page Surveillance e mainenance Prévisionnelle Sommaire Page 2 La Prévisionnelle o Terminologie e Normes o Elémens de conexe ( enjeux, mise en œuvre.) Exemples d applicaions réalisées par le Ceim o L approche

Plus en détail

Exemples de résolutions d équations différentielles

Exemples de résolutions d équations différentielles Exemples de résoluions d équaions différenielles Table des maières 1 Définiions 1 Sans second membre 1.1 Exemple.................................................. 1 3 Avec second membre 3.1 Exemple..................................................

Plus en détail

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007

Comparaison des composantes de la croissance de la productivité : Belgique, Allemagne, France et Pays-Bas 1996-2007 Bureau fédéral du Plan Avenue des Ars 47-49, 1000 Bruxelles hp://www.plan.be WORKING PAPER 18-10 Comparaison des composanes de la croissance de la producivié : Belgique, Allemagne, France e Pays-Bas 1996-2007

Plus en détail

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2

Indice relatif à l'économie et à la société numériques 1-2015 2 Indice relaif à l'économ e à la sociéé numériques 1-2015 2 Fiche pays La obn une globale 3 de 0,48 e se e à la 14 e place sur les 28 Éas membres de l'. Concernan l année écoulée, la améliore sa générale

Plus en détail

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information

Serrure ERM Etude de la fonction capter une information S si Noms : Prénoms : Classe : Dae : Serrure ERM Eude de la foncion caper une informaion TP 2 heures Noe : /20 Problémaique Dans la serrure ERM, lorsque le code es valide, des capeurs son uilisés afin

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

Le projet SIMSTAT discussion. Charlotte EMLINGER 21 mai 2014

Le projet SIMSTAT discussion. Charlotte EMLINGER 21 mai 2014 Le projet SIMSTAT discussion Charlotte EMLINGER 21 mai 2014 Le projet SIMSTAT Objectifs : Améliorer la cohérence des statistiques de commerce intra-européen Réduire les charges administratives pour les

Plus en détail

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012 Théorème de Cauchy-Lipschiz e applicaions Lefeuvre homas & Ginguené franck 30 mars 01 1 Table des maières 1 Théorème du poin fixe 3 1.1 Énoncé.......................................... 3 1. Démonsraion.....................................

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

Les déclencheurs électroniques STRE23SE se montent indifféremment sur les compacts NS 400 et NS 630 de type N, H ou L.

Les déclencheurs électroniques STRE23SE se montent indifféremment sur les compacts NS 400 et NS 630 de type N, H ou L. 14/1/6 Quesion : Commen régler correcemen le déclencheur élecronique STRE23SE? Réponse : Les déclencheurs élecroniques STRE23SE se monen indifféremmen sur les compacs NS 4 e NS 63 de ype N, H ou L. Le

Plus en détail

4. Principe de la modélisation des séries temporelles

4. Principe de la modélisation des séries temporelles 4. Principe de la modélisaion des séries emporelles Nous raierons ici, à ire d exemple, la modélisaion des liens enre la polluion amosphérique e les indicaeurs de sané. Mais les méhodes indiquées, comme

Plus en détail

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse

Des données de la recherche et développement aux agrégats de la comptabilité nationale suisse Déparemen fédéral de l'inérieur DFI Office fédéral de la saisique OFS Rappor de méodes 4 Economie naionale Neucâel, Juin 203 Des données de la recerce e développemen aux agrégas de la compabilié naionale

Plus en détail

~ = Les redresseurs se divisent en deux grands groupes : On classe les divers redresseurs en trois catégories : Les redresseurs semicommandés

~ = Les redresseurs se divisent en deux grands groupes : On classe les divers redresseurs en trois catégories : Les redresseurs semicommandés Le redressemen c'es la ransformaion de l'énergie élecrique alernaive du réseau en énergie coninue. Symbole : ~ = Les redresseurs se divisen en deux grands groupes : les redresseurs demi onde, à une alernance

Plus en détail

Les nouveautés de Word 2013

Les nouveautés de Word 2013 WORD 2013 Office 2013 - Word, Excel, PowerPoin e Oulook Les nouveaués de Word 2013 Aciver/désaciver les repères d'alignemen Les repères d'alignemen permeen, lors du déplacemen ou du redimensionnemen d'un

Plus en détail

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures

EXAMEN FINAL Économie Monétaire Internationale 27 janvier heures niversié de Paris X Nanerre École Docorale MP DA conomie Inernaionale, Modélisaion e Analyse des Poliiques Économiques Année 2004-2005 XAMN FINAL Économie Monéaire Inernaionale 27 janvier 2005 2 heures

Plus en détail

Retour aux bases de la photographie Partie 1 L' EXPOSITION

Retour aux bases de la photographie Partie 1 L' EXPOSITION Parie 1 - Secion 1.5 Reour aux bases de la phoographie Parie 1 L' EXPOSITIO Secion 1.5 Synhèse Exposiion Indices de Luminaion IL (EV) 1 Synhèse des valeurs Rappel des échelles normalisées des différens

Plus en détail

III. Commerce des services commerciaux

III. Commerce des services commerciaux III. Commerce des services commerciaux Les exportations de services commerciaux ont augmenté de 11 pour cent. Faits saillants de l évolution en 211: vue d ensemble Données commerciales Liste des tableaux

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale

4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale La radioacivié évenuellemen émise dans les consrucions es due, principalemen, à la présence de Radium (Ra 226) e/ou Thorium (Th 232) dans le sous-sol e dans les maériaux uilisés. Parmi ceux-ci, le béon

Plus en détail

budgétaire et extérieure

budgétaire et extérieure Insiu pour le Développemen des Capaciés / AFRITAC de l Oues / COFEB Cours régional sur la Gesion macroéconomique e les quesions de dee Dakar, Sénégal du 4 au 5 novembre 203 Séance S-4 : Souenabilié budgéaire

Plus en détail

Canada-Belgique. Alexandre Gauthier Raphaël Guévin-Nicoloff. Publication n o 2011-123-F Le 25 novembre 2011

Canada-Belgique. Alexandre Gauthier Raphaël Guévin-Nicoloff. Publication n o 2011-123-F Le 25 novembre 2011 Canada-Belgique Publication n o 211-123-F Le 25 novembre 211 Alexandre Gauthier Raphaël Guévin-Nicoloff Division des affaires internationales, du commerce et des finances Service d information et de recherche

Plus en détail

Figure 1 : page d accueil pour le professeur

Figure 1 : page d accueil pour le professeur Démonstration de Maple T.A., un environnement pour les examens et devoirs en ligne avec correction Automatique Benoit Vidalie, Maplesoft (bvidalie@maplesoft.com) Résumé : Le logiciel de calcul mathématique

Plus en détail

Panorama des méthodes de coûtenance

Panorama des méthodes de coûtenance Recherche en Managemen de Proje Panorama des méhodes de coûenance Pour réduire les coûs de vos projes e augmener vos marges, quelle méhode choisir? François GAGNÉ, FGF Consulan Les Renconres 2005 du Managemen

Plus en détail

Les Comptes Nationaux Trimestriels

Les Comptes Nationaux Trimestriels REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Parie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Faherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

ACTUALITÉ Maroc Telecom

ACTUALITÉ Maroc Telecom ACTIONNAIRES & INVESTISSEURS JUIN 2015 Raba, Le 1 er juille 2015 ACTUALITÉ Maroc Telecom Mobile Pospayé Enrichissemen des Forfais Mobiles Pariculiers e Maîrisés à parir du 1 er juin 2015 Maroc Telecom

Plus en détail

PROFIL DE LA PROVINCE

PROFIL DE LA PROVINCE PROFIL DE LA PROVINCE Économie de l Ontario en 2013 Produit intérieur brut (PIB) : 695,7 milliards de dollars PIB par habitant : 51 300 $ Population : 13,6 millions d habitants Exportations et importations

Plus en détail

QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE

QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE POUR LE CALCUL DES EFFECTIFS ET CELUI DE LA MASSE SALARIALE(*)? (*) Le calcul de la masse salariale indique à l enreprise l assiee de sa paricipaion, c es-à-dire la somme

Plus en détail

Les retombées économiques de l Accord. Bureau de l économiste en chef Affaires étrangères et Commerce international Canada

Les retombées économiques de l Accord. Bureau de l économiste en chef Affaires étrangères et Commerce international Canada Les reombées économiques de l Accord de libre-échange canada-chili Bureau de l économise en chef Affaires érangères e Commerce inernaional Canada Le 30 mai 2013 Table des maières Sommaire... 1 1. Inroducion...

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE

MEDEF Actu-Eco. Semaine du 10 au 14 mars 2014 n 153 SOMMAIRE MEDEF Actu-Eco Semaine du 1 au 14 mars 214 n 153 SOMMAIRE FRANCE 1. Production industrielle en janvier 214 : +,7% sur un mois, +,4% en moyenne mobile sur trois mois 2. Balance commerciale en janvier 214

Plus en détail

52, 102, 202. Électrovanne, Plastique

52, 102, 202. Électrovanne, Plastique Élecrovanne, Plasique Concepion Les élecrovannes 2/2 voies à commande direce disposen d'un élecroaiman enièremen moulé dans une pièce plasique qui agi sur la ige induie. Cee ige es reliée au clape par

Plus en détail

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement

Chapitre 2 L investissement. . Les principales caractéristiques de l investissement Chapire 2 L invesissemen. Les principales caracérisiques de l invesissemen.. Définiion de l invesissemen Définiion générale : ensemble des B&S acheés par les agens économiques au cours d une période donnée

Plus en détail

AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL

AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL AMBASSADE DE FRANCE EN ALLEMAGNE SERVICE ÉCONOMIQUE RÉGIONAL La Ministre Conseillère pour les Affaires Economiques Berlin, le 31 octobre 2014 Dossier suivi par Lucie Petit Relu par Nicolas Studer NOTE

Plus en détail

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique 1 INSUMENAION ELEIQUE OSILLOSOPE NUMEIQUE GENEAEU BASSE FEQUENE UILISE EN SINUSOIDAL Eude héorique 1 Noions élémenaires 1.1 Masse e erre : Lorsqu on mesure une ension, on mesure en fai une différence de

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés

Rentabilité et profitabilité du capital : le cas de six pays industrialisés COMPARAISONS INTERNATIONALES Renabilié e profiabilié du capial : le cas de six pays indusrialisés Arnaud Sylvain* On compare sur la période 1965-1999 les rendemens brus du capial aux Éas-Unis, au Japon

Plus en détail

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 21-3 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 21-214 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce documen a éé mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Naionale des Sujes d Examens de l enseignemen professionnel. Base Naionale des Sujes d'examens de l'enseignemen professionnel

Plus en détail

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1

VA(1+r) = C 1. VA = C 1 v 1 Universié Libre de Bruxelles Solvay Business School La valeur acuelle André Farber Novembre 2005. Inroducion Supposons d abord que le emps soi limié à une période e que les cash flows fuurs (les flux monéaires)

Plus en détail

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr

Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr Les opérateurs du commerce extérieur Année 2008 Résultats provisoires http://lekiosque.finances.gouv.fr En 2008, la baisse du nombre d exportateurs engagée depuis 2003 s accentue (-3,1 %), quelle que soit

Plus en détail

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009

L évaluation immobilière. Michel Baroni 27/11/2009 L évaluaion immobilière Michel Baroni 27/11/2009 Méhodes exisanes Méhodes des comparables Dépend de la base de données; méhode hédonique évenuellemen possible Méhodes de capialisaion Dépend de la base

Plus en détail

EVALUATION : LA GÉNÉRATION ÉLECTRIQUE EN AÉRONAUTIQUE

EVALUATION : LA GÉNÉRATION ÉLECTRIQUE EN AÉRONAUTIQUE EVALUATION : LA GÉNÉRATION ÉLECTRIQUE EN AÉRONAUTIQUE Temps impari = 1 heure ; Tous documens auorisés excepé la copie du voisin(e) Lire ou l énoncé avan de commencer. Le besoin en énergie élecrique à bord

Plus en détail

Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement

Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement Plus de la moitié des exportations de marchandises des économies en développement sont destinées à d autres économies en développement Exportations des pays en développement, 2013 Pays de destination Vers

Plus en détail

Les nouveautés d Excel 2016

Les nouveautés d Excel 2016 EXCEL 2016 Office 2016 - Excel, Word, PowerPoin e Oul ook Les nouveaués d Excel 2016 Uiliser la sélecion muliple dans les filres à segmen Les segmens, uilisés dans des ableaux de données ou des ableaux

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale

3. Avantage comparatif des exportations de crevettes d élevage: une évaluation globale 5 3. Avanage comparaif des exporaions de crevees d élevage: une évaluaion globale Dans la présene secion nous appliquons le cadre d évaluaion exposé ci-dessus pour évaluer l avanage comparaif des principaux

Plus en détail

Canada-Afrique du Sud

Canada-Afrique du Sud Canada-Afrique du Sud Publication n o 2014-43-F Le 12 juin 2014 Michaël Lambert-Racine Division de l économie, des ressources et des affaires internationales Service d information et de recherche parlementaires

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire

Réponse indicielle et impulsionnelle d un système linéaire PSI Brizeux Ch. E2: Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire 18 CHAPITRE E2 Réponse indicielle e impulsionnelle d un sysème linéaire Nous connaissons ou l inérê de l éude de la réponse

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

5.1 La conception d'animation

5.1 La conception d'animation ANIMATIONS Flash CS6 5.1 La concepion d'animaion A- Le concep d'animaion dans Flash Flash perme de créer des animaions. Lorsque vous animez un obje, vous gérez deux espaces : l'espaceemps dans le panneau

Plus en détail

PRESENTATION MOBILE GLOBE. Jusqu à 80% d économies sur vos factures En toute liberté

PRESENTATION MOBILE GLOBE. Jusqu à 80% d économies sur vos factures En toute liberté PRESENTATION MOBILE GLOBE Jusqu à 80% d économies sur vos factures En toute liberté Sommaire Présentation 2 La Solution BlackBerry. 6 Aspects Techniques..9 Fonctionnement 12 Economie. 16 Questions/ Réponses.

Plus en détail

5.1) Déterminer la longueur du préfixe, les adresses réseau et broadcast pour les 7 réseaux. 5.3) Donner les 2 routes statiques.

5.1) Déterminer la longueur du préfixe, les adresses réseau et broadcast pour les 7 réseaux. 5.3) Donner les 2 routes statiques. STS SN IR 1 Sysèmes Informaisés Evaluaion 4 Durée: 1h5 11/2/215 1/4 1) Requêes SQL( 3 ps) 1.1) Afficher le ire e le nom de l'édieur des livres de l'aueur "WERBER". 1.2) Déerminer le prix du livre le moins

Plus en détail

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis

Répercussions du travail autonome sur la croissance de la productivité du travail : Comparaison Canada-États-Unis N o 11F0027MIF au caalogue N o 016 ISSN: 1703-0412 ISBN: 0-662-89622-X Documen de recherche Série de documens de recherche sur l'analyse économique (AE) Répercussions du ravail auonome sur la croissance

Plus en détail

CONDITONNEMENT DU SIGNAL

CONDITONNEMENT DU SIGNAL I) Présenaion "La diode" CONITONNMNT U IGNAL La diode es un composan élecronique semi conduceur qui se compore comme un inerrupeur fermé quand elle es polarisée en direc e comme un inerrupeur ouver polarisée

Plus en détail

Indicateurs du milieu éducatif

Indicateurs du milieu éducatif Indicaeurs du milieu éducaif 1. Inroducion : n marge de la conférence T éducaion our ous (FA) de Jomien (1990), un groue consulaif a mis en lace des direcives echniques afin de recueillir, analyser les

Plus en détail

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS هيي ة التوظيف الجماعي للقيم المنقولة الشركة العامة بطاقة بيانية SICAV SG VALEURS OPCVM DE LA SOCIÉTÉ GÉNÉRALE OPCVM conforme aux normes GIPS (Global Invesmens Sandards) Fiche Signaléique SG VALEURS Averissemen

Plus en détail

Relais de mesure et de contrôle industriels Zelio Control 3

Relais de mesure et de contrôle industriels Zelio Control 3 Présenaion elais de mesure e de conrôle indusriels Zelio Conrol elais de conrôle de réseaux riphasés M T 0 M T Foncionnaliés Ces appareils son desinés à la surveillance des réseaux riphasés e à la proecion

Plus en détail

1 Le hacheur série. 30 mars 2005

1 Le hacheur série. 30 mars 2005 e hacheur série A. Campo 30 mars 2005 1 e hacheur série 1.1 Généraliés e hacheur es un disposiif permean d obenir une ension coninue de valeur moyenne réglable à parir d

Plus en détail

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ Un modèle inégré de la demande oale d énergie Applicaion à la province de Québec par JeanThomas Bernard Tiulaire de la Chaire en économique de l'énergie élecrique Déparemen d'économique Universié Laval

Plus en détail

AURELIE Gestion Commerciale Mode d emploi pour achats

AURELIE Gestion Commerciale Mode d emploi pour achats 1/ But :... 3 2/ Procédure d achat :... 3 3/ Pré-requis :... 3 4/ Génération des prévisionnels de commandes fournisseurs :... 3 4.1/ Comment y aller?... 3 4.2/ Les filtres :... 3 4.3/ Calculs et conditions

Plus en détail

Prise de commande portable Guide utilisateurs. Version 2009

Prise de commande portable Guide utilisateurs. Version 2009 ORLIWEB Prise de commande portable Guide utilisateurs Version 2009 Siège social : 52, quai Paul Sédallian 69279 LYON Cedex 09 / RCS B327 888 111 Tél. 04.26.29.50.00 Service d'assistance Téléphonique 0826

Plus en détail

Compétitivité des entreprises françaises

Compétitivité des entreprises françaises Compétitivité des entreprises françaises La compétitivité dépend en premier lieu de l évolution des coûts unitaires de production et des prix relatifs des biens exposés à la concurrence internationale.

Plus en détail

Mémoire soutenu pour l Institut des Actuaires le 15 décembre David Sudries Introduction

Mémoire soutenu pour l Institut des Actuaires le 15 décembre David Sudries Introduction Modélisaion e exrapolaion de l évoluion de la moralié française à parir de modèles sochasiques Analyse des qualiés prédicives de ces modèles Applicaions praiques Mémoire souenu pour l Insiu des Acuaires

Plus en détail