La place de l'afrique dans les échanges internationaux d'animaux et de produits d'origine animale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La place de l'afrique dans les échanges internationaux d'animaux et de produits d'origine animale"

Transcription

1 Rev. sci. tech. Off. int. Epiz., 1989, 8 (3), La place de l'afrique dans les échanges internationaux d'animaux et de produits d'origine animale M. MANNATHOKO * et L. BLAJAN ** Résumé : Les auteurs, s'appuyant sur les données statistiques provenant des Annuaires FAO du commerce et des pêches, font apparaître que la balance du commerce extérieur des pays d'afrique est, dans son ensemble, déficitaire pour les animaux, les produits animaux et les produits de la pêche. Ce bilan varie cependant selon les grandes régions d'afrique. Les pays africains exportateurs sont de plus en plus confrontés à la concurrence des autres continents. L'analyse des statistiques et des différentes contraintes du commerce africain des produits animaux conduit les auteurs à formuler un certain nombre de conclusions et de recommandations portant notamment sur l'amélioration du contrôle des maladies animales et des conditions d'hygiène ainsi que sur les réglementations vétérinaires applicables aux échanges internationaux. MOTS-CLÉS : Afrique - Balance commerciale - Echanges internationaux - Ovoproduits - Production animale - Produits carnés - Produits laitiers - Produits d'origine animale à usage industriel - Produits de la pêche - Réglementations sanitaires - Viandes. Avec un taux d'accroissement annuel d'environ 3 7o, l'afrique est, de tous les continents, celui qui connaît la croissance démographique la plus rapide. Le rythme d'augmentation de la production de denrées d'origine animale et de produits de la pêche n'est pas suffisant pour nourrir convenablement une population qui s'accroît de plus de 14 millions de consommateurs chaque année. L'exode rural ne fait qu'aggraver cette situation, un tiers des Africains vivant déjà en ville. Bien que la consommation des produits animaux n'y représente que 6,5 % de l'apport calorique, contre 31,7 % dans les pays industrialisés, l'afrique doit, pour faire face à une demande croissante, importer de plus en plus de denrées d'origine animale. Les données statistiques sur le volume et la valeur du commerce africain des différents animaux et produits présentés ci-après, proviennent pour l'essentiel des Annuaires FAO du Commerce et des Pêches, D'une manière générale, ces chiffres sont fournis par les gouvernements, en réponse aux questionnaires de la FAO. * Ministry of Agriculture, Private Bag 0032, Gaborone, Botswana. ** Directeur Général, Office International des Epizooties, 12, rue de Prony, Paris, France.

2 648 Dans certains cas, les quantités et les valeurs sont établies sur la base de renseignements fournis par les partenaires commerciaux des pays n'ayant pas répondu à temps ; dans d'autres cas, il s'agit d'estimations. LE COMMERCE DES ANIMAUX D'ÉLEVAGE ET DE BOUCHERIE Le commerce africain des bovins, ovins et caprins est important, tandis que celui des porcs est négligeable (Tableau I). La valeur des exportations est nettement inférieure à celle des importations. I Importations et exportations d'animaux (Nombre moyen annuel de têtes et valeur en dollars, ) Importations Exportations Animaux Valeur Animaux Valeur % total Nbre $ % total %o total Nbre $ % total mondial mondial mondial mondial Bovins , , ,8 Ovins/ caprins , , , Porcins , , , ,0014 Les pourcentages du nombre des bovins exportés et de leur valeur en dollars US, par rapport à ceux des bovins importés sont, en effet, respectivement de 92,4 % et 69,9 %. Ces pourcentages sont, pour les ovins/caprins, respectivement de 113,4 % et 98,3 % ; pour les porcs, ils sont de 6,9 % et 13,8 %. Trois groupes de pays se partagent l'essentiel des importations d'animaux. Ce sont : - les pays de l'afrique méditerranéenne, avec 15 % des bovins et 52,9 % des ovins/caprins ; - les pays côtiers de l'afrique occidentale et centrale, avec 50 % des bovins et 35,5 % des ovins/caprins ; - l'afrique du Sud, avec 15,3 % des bovins et 8,8 % des ovins/caprins. En 1986, parmi les pays de l'afrique méditerranéenne, la Libye et l'egypte sont les plus gros importateurs. L'Egypte et l'algérie ont accru leurs importations de façon sensible depuis 1980, tandis que la Libye les réduisait considérablement (Tableau II). Les fournisseurs les plus importants de l'afrique méditerranéenne sont, pour les bovins - destinés surtout à la production laitière -, les pays d'europe et, pour les ovins, ceux d'amérique latine.

3 649 II Importations de bovins, ovins et caprins en Evolution de la valeur des animaux importés, Importations 1986 Valeur des animaux vivants Nbre de têtes importés (1 000 $) Bovins Ovins/caprins Afrique méditerranéenne Algérie Egypte Libye Maroc Tunisie Sous-total Pays sahéliens Niger Sous-total Pays côtiers d'afrique occidentale et centrale Bénin Burkina Faso Cameroun Centrafricaine (Rép.) Congo Côte-d'Ivoire Gabon Ghana Guinée Liberia Nigeria Sénégal Sierra Leone Togo Zaïre Sous-total Afrique australe Afrique du Sud Botswana Lesotho Swaziland Zimbabwe Sous-total Afrique de l'est/océan Indien Maurice Ouganda Réunion Sous-total Total = données non disponibles.

4 650 En Afrique occidentale et centrale, les deux plus gros marchés sont constitués par le Nigeria et la Côte-d'Ivoire qui, comme tous les pays côtiers, importent presque exclusivement des animaux de boucherie. Le volume de ces importations diminue cependant régulièrement depuis quelques années. On observe la même tendance en Afrique du Sud qui importe des animaux d'embouche, ainsi qu'à Maurice et à la Réunion. En ce qui concerne les exportations : - la part des pays du Sahel est de 70 % pour les bovins et de 40 % pour les ovins/caprins ; - celle des pays d'afrique de l'est est de 12,3 % pour les bovins et de 48,7 % pour les ovins/caprins ; - celle de la Namibie de 17 % pour les bovins et de 7,5 % pour les ovins/caprins. Parmi les pays sahéliens, le Mali apparaît comme le premier exportateur en 1986 (Tableau III). Son débouché le plus important est la Côte-d'Ivoire qui achète 85 % des bovins et 90 % des petits ruminants exportés. Le Liberia représente l'essentiel des autres destinations (4). Le Niger vient en deuxième position, suivi par le Tchad. Une étude effectuée récemment évalue à % le pourcentage des exportations non contrôlées provenant de ce dernier pays (1). Les exportations nigériennes sont tournées essentiellement vers le Nigeria, comme celles du Tchad qui approvisionne également le Cameroun et la République centrafricaine, et, dans une mesure indéterminée, le Soudan (1). Au premier rang des pays exportateurs d'afrique de l'est figurent la Somalie et le Soudan, essentiellement exportateurs vers le Proche-Orient. En Afrique australe, la Namibie a pour marché exclusif l'afrique du Sud. Il est difficile d'évaluer les tendances des échanges d'animaux sur pied, du fait du pourcentage souvent important d'exportations non contrôlées. Parmi les gros exportateurs d'animaux sur pied, le Tchad est pratiquement le seul dont le chiffre ait augmenté dépuis Ceci est dû en partie à la quasi disparition, depuis une dizaine d'années, du circuit des viandes séchées et des viandes réfrigérées. En Afrique de l'ouest, la diminution des exportations du Nord vers le Sud peut s'expliquer par la baisse de l'offre à la suite des années de sécheresse, celle de la demande consécutive à la chute du pouvoir d'achat, et aussi la part grandissante des viandes foraines dans les importations des pays côtiers, notamment de la Côte-d'Ivoire. En ce qui concerne la Somalie, cette diminution est due à la fermeture de certains marchés du Proche-Orient pour des motifs sanitaires. Les statistiques de la FAO ne donnent aucune information sur le commerce des chameaux qui est, cependant, non négligeable entre certains pays, notamment du Mali et de la Tunisie vers la Libye, de la Mauritanie vers le Sénégal et le Maroc, du Tchad vers le Nigeria, du Soudan vers l'egypte, de l'ethiopie et de la Somalie vers le Proche- Orient.

5 651 Exportation de bovins, ovins et caprins en Evolution de la valeur des animaux exportés, III Exportations 1986 Valeur des animaux Nbre de têtes exportés (1 000 $) Bovins Ovins/caprins Afrique méditerranéenne Egypte Tunisie Sous-total Pays sahéliens Burkina Faso Mali Mauritanie Niger Tchad Sous-total Afrique de l'est Ethiopie Kenya Somalie Soudan Tanzanie Sous-total Afrique australe Afrique du Sud Burundi Lesotho Namibie Swaziland Zimbabwe _ Sous-total Pays côtiers d'afrique occidentale et centrale Sénégal 10 Cameroun Centrafricaine (Rép.) Guinée Sous-total Total = données non disponibles. LE COMMERCE DES VIANDES La balance du commerce extérieur de F Afrique est, pour les produits carnés, fortement négative (Tableau IV). Le volume et la valeur des importations de ces denrées sont en augmentation constante.

6 652 Importation et exportation de produits carnés (Tonnage moyen annuel et valeur en dollars, ) IV Importations Exportations Quantité Valeur Quantité Valeur T % total -, ftaa. % total T % total. n n n a Vo total Tonnes m o n d i a, $ m o n d i a, Tonnes m o n d i a, $ m o n d a, Viandes et abats de bœuf, mouton, chèvre, porc, cheval, volailles , , , ,6 Viandes séchées, salées ou fumées , , , ,15 Viandes en conserve et préparations de viandes , , , ,08 Les importations annuelles de viande ont été, dans la période , de tonnes en moyenne ; elles représentaient 6 % de la consommation totale. Ces importations se sont élevées à tonnes en moyenne dans la période Les produits carnés sont importés, comme le montre le Tableau V : - pour 55,6 % de leur valeur, par les pays de l'afrique méditerranéenne, qui s'approvisionnent surtout en Europe et en Amérique latine, l'egypte en absorbant à elle seule 46 % ; Importation de produits carnés en Evolution de la valeur des produits carnés importés, Afrique méditerranéenne Algérie Egypte Libye Maroc Tunisie Sous-total V Importations 1986 Valeur des produits (tonnes) carnés (1 000 $) Viandes Viandes Conserves et fraîches, séchées, préparations réfrigérées, salées, fumées de viandes congelées Pays sahéliens Burkina Faso Tchad Niger Sous-total

7 653 V (suite) Importation de produits carnés en Evolution de la valeur des produits carnés importés, Importations 1986 Valeur des produits (tonnes) carnés (1 000 $) Viandes Viandes Conserves et fraîches, séchées, préparations réfrigérées, salées, fumées de viandes congelées Pays côtiers d'afrique occidentale et centrale Bénin Cameroun Cap Vert Centrafr. (Rép.) Congo Côte-d'Ivoire Guinée equatoriale Gabon Gambie Ghana Guinée Guinée Bissau Liberia Nigeria Sâo Tome & Principe Sénégal Sierra Leone Togo Zaïre Sous-total Afrique de l'est/océan Indien Comores Djibouti Ethiopie Maurice Réunion Seychelles Soudan Tanzanie Ouganda Sous-total Afrique australe Angola Botswana Burundi Mozambique Afrique du Sud Sainte-Hélène Swaziland Zimbabwe Sous-total Total = données non disponibles.

8 654 - pour 25,8?o, par les pays côtiers de l'afrique occidentale et centrale, dont 21 % par cinq pays (Zaïre, Gabon, Côte-d'Ivoire, Cameroun, Nigeria). Depuis plusieurs années, la CEE est devenue le principal fournisseur de cette zone ; - pour 11 %, par les pays d'afrique australe, dont 9,4 % par l'angola et l'afrique du Sud ; - pour 7,5 %, par les pays d'afrique de l'est et de l'océan Indien, dont presque 7 % par la Réunion et Maurice ; - pour 0,1 %, par les pays sahéliens. Les viandes fraîches, réfrigérées ou congelées représentent l'essentiel des importations de produits carnés (91,5 % en volume, 86,8 % en valeur), suivies par les conserves et préparations de viandes (7,4 % en volume, 12,1 % en valeur) et les viandes séchées, salées ou fumées (1,1 % en volume). Les principaux pays exportateurs sont ceux d'afrique australe (Botswana, Zimbabwe, Afrique du Sud, Swaziland) qui, en 1986, ont fourni environ 88 % des viandes exportées, ainsi que les pays d'afrique de l'est (Ethiopie, Soudan, Kenya et Madagascar), avec 6 % du tonnage exporté (Tableau VI). C'est la viande bovine qui, traditionnellement, constitue la plus grosse part des échanges africains de produits carnés. Elle représente presque 59 % du volume des viandes importées et 82 % du volume des viandes exportées. La viande de porc ne représente que 1,7 % des importations et 1,6 % des exportations de viandes africaines. La part de la volaille dans les importations est importante avec 25,2 % du total des viandes ; elle est, par contre, modeste dans les exportations, avec 3,4 % du total. L'Egypte importe, à elle seule, plus de 50 % du tonnage de volailles. Pour s'affranchir de ces importations, elle développe sa propre production avicole, comme de nombreux pays d'afrique. Cependant, il en résulte le plus souvent de nouvelles dépendances, les aliments du bétail nécessaires au développement de l'élevage avicole, en particulier le maïs, devant être importés de l'extérieur. Les viandes séchées, salées ou fumées : - sont importées, pour 78 %, par les pays côtiers d'afrique occidentale et centrale, 14,5 % par les pays d'afrique de l'est et de l'océan Indien et 7,5 % par ceux d'afrique australe ; - sont exportées pour 99 % par le Botswana, le Zimbabwe et le Kenya. Les préparations et conserves de viandes sont importées pour 25 % par l'afrique méditerranéenne, l'egypte en important à elle seule 24,4 % ; elles sont importées pour 33 % par les pays d'afrique australe, pour 28 % par les pays côtiers d'afrique occidentale et centrale et pour 11 7o par les pays d'afrique de l'est et de l'océan Indien. Elles sont exportées pour 86 % par le Zimbabwe, l'afrique du Sud et le Botswana, et pour 12 % par le Kenya, l'ethiopie et Madagascar. La progression des importations de produits carnés entre 1980 et 1986 est forte dans les pays d'afrique méditerranéenne : 63 % en valeur, malgré la diminution des importations libyennes. Elle est également importante au Cameroun, au Togo et

9 655 VI Exportation de produits carnés en Evolution de la valeur des produits carnés exportés, Exportations 1986 Valeur (1 000 $) (tonnes) Viandes Viandes Conserves et fraîches, séchées, préparations réfrigérées, salées, de viandes congelées fumées Afrique méditerranéenne Egypte Tunisie Sous-total Pays sahéliens Burkina Faso Sous-total Pays côtiers d'afrique occidentale et centrale Centrafr. (Rép.) Sénégal Sous-total Afrique de l'est/océan Indien Ethiopie 550 Kenya 200 Madagascar Maurice 120 Réunion Sous-total Afrique australe Afrique du Sud Botswana Swaziland Zimbabwe Sous-total Total surtout au Zaïre. Par contre, la tendance inverse est observée dans un certain nombre de pays, notamment au Nigeria. LE COMMERCE DES GRAISSES D'ORIGINE ANIMALE Le Tableau VII montre que l'afrique doit également importer des graisses animales pour satisfaire une demande pourtant faible.

10 656 VII Importations et exportations de graisses animales (Tonnage moyen annuel, ) Importations Exportations Quantité Valeur Quantité Valeur rr % total n n n e, % total % total, n n n * % total Tonnes.., $... Tonnes $.. mondial mondial mondial mondial , , , ,6 Les flux coïncident à peu près avec ceux des viandes. Les pays d'afrique méditerranéenne sont les plus gros importateurs avec 50 %o du total, suivis par ceux d'afrique australe avec 25 %, ceux d'afrique de l'est/océan Indien avec 14 %, et par les pays côtiers d'afrique de l'ouest et du Centre avec 11 %. Le Botswana et l'afrique du Sud couvrent, à eux seuls, presque 99 % du total des exportations. LE COMMERCE DES PRODUITS LAITIERS L'autosuffisance de l'afrique en produits laitiers est encore moins grande que pour les produits carnés. Les importations de produits laitiers atteignent en effet 50 % d'une production totale estimée à environ l'équivalent de 8 millions de tonnes de lait frais. Ces importations ont lieu essentiellement sous forme de lait sec, évaporé ou condensé, comme le montre le Tableau VIII. VIII Importation et exportation de produits laitiers (Tonnage moyen annuel, ) Importations Exportations Quantité Valeur Quantité Valeur np % total, n «7o total T 7o total ^ nftft ^ % total Tonnes, $... Tonnes.., $. mondial mondial mondial mondial Lait et crème frais, évaporés, condensés ou secs Beurre Fromage ,7 12,1 4, ,5 11, ,1 0,1 0, , ,1 0,01

11 657 Les importations de produits laitiers ont progressé de 8 7o par an entre 1961 et 1970 et de 12 % par an entre 1970 et L'Afrique méditerranéenne reçoit, à elle seule, 47 % des importations de lait, 83 % des importations de beurre et 80 % des importations de fromage. Pour ces mêmes produits, la part des pays côtiers d'afrique occidentale et centrale est, respectivement, de 24 %, 7,5 % et 7,4 % ; celle des pays d'afrique de l'est et de l'océan Indien, de 14 7o, 5,6 % et 6,4 % ; celle de l'afrique australe, de 9 %, 1,3 % et 5,8 % environ ; et celle de l'afrique sahélienne, de 6 %, 2,5 % et 0,5 % environ. Le Tableau IX montre la part importante de la consommation couverte par les importations de lait, qui atteint jusqu'à 81,1 % en Afrique occidentale. IX Production, consommation et importation de lait Production Importation Consommation Importations Consommation de lait de lait de lait en % de la urbaine en % de consommation la consommation Taux de croissance annuel kg/per capita totale totale Afrique au nord du Sahara 1,4 8,9 49,0 39,6 58,6 Soudan/Sahel -4,7 13,4 59,8 15,5 23,5 Afrique occidentale 1,7 2,5 10,8 81,1 23,2 Afrique centrale -7,0 2,8 4,5 68,6 34,8 Afrique de l'est -2,2 19,1 32,9 13,2 14,4 Afrique australe -7,1 10,2 19,4 22,3 14,8 Total Afrique -3,0 7,9 28,7 33,1 35,0 Source : FAO. - L'agriculture africaine : les 25 prochaines années. Annexe V, Document ARC/86/3. Le seul pays d'afrique dont le solde à l'exportation des produits laitiers soit positif est l'afrique du Sud. LE COMMERCE DES OVOPRODUITS L'Afrique reste aussi tributaire des importations pour satisfaire la demande d'œufs en coquille et en poudre (Tableau X). Les importations d'oeufs en coquille qui, en 1986, ont diminué environ de moitié par rapport aux années précédentes, sont réalisées pour 88 % par l'afrique méditerranéenne, pour 6 % par l'afrique australe, les 6 % restants se partageant entre les pays côtiers d'afrique occidentale et centrale, ainsi que les pays d'afrique de l'est et de l'océan Indien. Les œufs liquides ou congelés ont été importés pour l'essentiel en 1986 par le Lesotho et exportés par l'afrique du Sud.

12 658 Oeufs en X Importation et exportation d'œufs (Tonnage moyen annuel, ) Importations Exportations Quantité Valeur Quantité Valeur _ % total, 1000 % total _ % total % total Tonnes 000 $ Tonnes $ mondial mondial mondial mondial coquille , , ,2 Ceufs liquides ou en poudre 269 0, , ,1 LE COMMERCE DU MIEL Le commerce mondial du miel a connu une progression importante au cours de la dernière décennie (5). En effet, le total mondial des importations est passé de tonnes (133 millions de dollars US) en 1975 à tonnes (296 millions de dollars US) en Cependant, la place de l'afrique parmi les fournisseurs mondiaux n'a fait que reculer sous l'effet d'une concurrence de plus en plus vive. Le tonnage exporté est tombé de 650 tonnes environ en moyenne pendant la période à 180 pendant la période Le Tableau XI montre la part insignifiante de l'afrique sur le marché mondial de ce produit. XI Importation et exportation de miel (Tonnage moyen annuel, ) Importations Exportations Quantité Valeur Quantité Valeur -, % import _ % import. T % export % export. Tonnes $. Tonnes, $, mondiales mondiales mondiales mondiales 150 0, , , ,1 Les principaux pays importateurs en 1986 sont la Réunion, Maurice et le Maroc. Les principaux exportateurs sont la Tanzanie, l'egypte et l'afrique du Sud (Tableau XII).

13 659 XII Importation et exportation de miel, 1986 Tonnes Importations Valeur (1 000 $) Tonnes Exportations Valeur (1 000 $) Afrique méditerranéenne Egypte Maroc Tunisie 8 30 Sous-total Pays côtiers d'afrique occidentale et centrale Cameroun Cap Vert Congo Côte-d'Ivoire Gabon Sous-total Afrique de l'est/océan Indien Djibouti Kenya Maurice Réunion Tanzanie Sous-total Afrique australe Afrique du Sud Botswana 1 3 Sous-total Total LE COMMERCE DES PRODUITS DE LA PÊCHE La part de la consommation couverte par les importations de produits de la pêche était en 1980 de 39 % en Afrique au sud du Sahara. La production des pêcheries maritimes africaines a baissé au cours de la décennie écoulée, ce qui explique la progression des importations, malgré l'augmentation de production de la pêche continentale qui représentait 44 % des captures totales en La valeur des importations et des exportations de l'ensemble des produits de la pêche (poissons, crustacés et mollusques sous toutes leurs formes, huiles et graisses

14 660 provenant d'animaux aquatiques et farines pour animaux provenant d'animaux aquatiques) était en 1986 respectivement d'environ 660 millions de dollars US et millions de dollars (Tableau XIII). XIII Importation et exportation de produits de la pêche Importations Exportations Valeur % import. Valeur % export. (1 000 $) mondiales (1 000 $) mondiales , ,9 Neuf pays d'afrique figurent parmi les cinquante principaux importateurs de produits de la pêche (Tableau XIV). Leur part du marché mondial est de 2,2 %. XIV Importation de produits de la pêche par les principaux pays importateurs africains en 1986 Pays Valeur en $ Nigeria Egypte Côte-d'Ivoire Afrique du Sud Zaïre Angola Cameroun Algérie Congo Sous-total Total mondial Total des 50 pays Source : Annuaire FAO Statistiques des pêches, Quatre pays d'afrique figurent parmi les cinquante principaux exportateurs (Tableau XV). Leur part du marché mondial est de 3,7 7o. La croissance des importations, au cours de la décennie écoulée, est très différente d'une région à l'autre. Dans les pays de l'afrique méditerranéenne, elles ont plus que doublé ; en Algérie, elles ont été multipliées par huit. En Afrique soudanosahélienne, elles ont presque doublé, tandis qu'elles augmentaient de moitié dans les pays côtiers d'afrique de l'ouest. Dans les autres parties de l'afrique, elles ont stagné ou parfois même baissé.

15 661 XV Exportation de produits de la pêche par les principaux pays exportateurs en Afrique Pays Valeur en $ Maroc Sénégal Mauritanie Afrique du Sud Sous-total Total mondial Total des 50 pays Les exportations ont presque triplé depuis 1976, cette forte croissance étant due surtout à l'afrique de l'ouest, en particulier à sa zone soudano-sahélienne. La Mauritanie a décuplé ses exportations, le Ghana a sextuplé les siennes et réduit ses importations, devenant ainsi exportateur net. LE COMMERCE DES PRODUITS D'ORIGINE ANIMALE À USAGE INDUSTRIEL Alors qu'il est négatif pour l'ensemble des denrées d'origine animale à l'exception des produits de la pêche, le solde à l'exportation des produits animaux à usage industriel est positif. Ceci est surtout vrai pour les matières premières n'ayant subi aucun traitement industriel, comme le montre le Tableau XVI. Cependant, l'afrique du Sud est le pays bénéficiaire presque exclusif des exportations. En 1986, il assure à 89 % l'exportation des laines en suint, les 11 % restants étant exportés par le Lesotho, le Kenya et l'ethiopie. Sa part des exportations de laines dégraissées dépasse 99 %, le Kenya fournit le reste (Tableaux XVII et XVIII). XVI Importation et exportation de la laine (moyenne annuelle, ) Importations Quantité Valeur % import, % import, Tonnes mondiales mondiales Exportations Quantité Valeur % export, % export, Tonnes $ mondiales mondiales Laine en suint Laine dégraissée ,3 4, , ,2 2, ,6 2,5

16 662 XVII Importation et exportation de laine en suint, 1986 Importations Valeur Tonnes (1 000 $) Exportations Valeur Tonnes (1 000 $) Afrique méditerranéenne Algérie Egypte Maroc Tunisie Sous-total Afrique de l'est Ethiopie Kenya Sous-total Afrique australe Lesotho Afrique du Sud Sous-total Total XVIII Importation et exportation de laine dégraissée, 1986 Importations Valeur Tonnes (1 000 $) Exportations Valeur Tonnes (1 000 $) Afrique méditerranéenne Algérie Egypte Maroc Tunisie Sous-total Afrique de l'est/océan Indien Kenya Maurice Sous-total Afrique australe Afrique du Sud Zimbabwe 2 13 Sous-total Total

17 663 Les importations sont réalisées : - pour les laines en suint : par l'algérie, l'egypte, le Maroc, l'afrique du Sud et la Tunisie ; - pour les laines dégraissées : par ces mêmes pays, ainsi que par Maurice et le Zimbabwe. Les cuirs et peaux occupent une place importante dans le commerce international des produits agricoles et constituent une matière première essentielle à l'industrialisation de l'afrique. La valeur, en prix courants, des exportations mondiales de l'ensemble de ce secteur - y compris les cuirs finis et les chaussures en cuir - a plus que décuplé entre et , passant de 1,5 à près de 16 milliards de dollars US. L'Afrique a participé à cette expansion du commerce des cuirs, comme le montre le Tableau XIX ; ses exportations sont passées de 54,4 millions à 177,6 millions de dollars. Mais sa part dans la valeur totale des échanges a diminué, passant de 3 % à 1,6 %. XIX Valeur en millions de dollars US du commerce des cuirs et peaux bruts et des cuirs préparés (Moyennes et ) Cuirs et peaux bruts % total % total Croissance mondial 1985 mondial en % Cuirs grossièrement tannés et cuirs finis de tous types % total % total Croissance mondial 1985 mondial en % Monde , ,8 369, , ,7 Afrique 45,4 6,8 84,2 2,8 85,5 7,1 1,9 57,2 1,6 705,6 Source : FAO. - Groupe intergouvernemental sur la viande : Sous-groupe des cuirs et peaux, première Session. Document CCP : ME/HS 87/2. Le volume du commerce net des cuirs et peaux bruts de l'afrique a également diminué, du fait de la croissance de la demande intérieure d'articles en cuir. La valeur des cuirs et peaux bruts exportés par les pays d'afrique australe et d'afrique de l'est en 1985 atteint presque 90 % de la valeur totale des cuirs exportés par l'afrique (108 millions de dollars US). BILAN DU COMMERCE EXTÉRIEUR DES GRANDES RÉGIONS D'AFRIQUE POUR LES ANIMAUX ET PRODUITS ANIMAUX Le Tableau XX, bien qu'incomplet pour certains produits, permet d'apprécier la situation du commerce extérieur des grandes régions d'afrique en ce qui concerne les produits animaux.

18 664 Total Cuirs et peaux (1985) * o o r~ i/~t * r- * * Produits poissonniers (1985) * ** * * male en Graisses <N i VO r- (N (N XX Com merce africain des animaux et produits d\ (Valeur en $) Animaux Pro- Ovo- Viandes duits pro- Miel laitiers duits Afrique méditerranéenne Imp Exp Pays sahéliens Imp. Exp Afrique occidentale et centrale Imp Exp Afrique de l'est/ océan Indien Imp Exp Afrique australe Imp. Exp Informations disponibles pour seulement : * 2 pays. ** 13 pays. *** 10 pays. **** 4 pays. origine am Laine

19 665 L'Afrique méditerranéenne est fortement déficitaire dans tous les domaines, sauf celui des produits de la pêche. Il en est de même des pays côtiers d'afrique occidentale et centrale dont le solde est également positif pour les cuirs et peaux. La balance du commerce extérieur du groupe Afrique de l'est/océan Indien est presque équilibrée, grâce aux exportations d'animaux, de cuirs et peaux et de produits de la pêche d'afrique de l'est, les pays de l'océan Indien étant, quant à eux, parmi les gros importateurs. Le solde du commerce extérieur est nettement positif pour l'afrique sahélienne, grâce à ses exportations d'animaux et de cuirs et peaux. Il est également positif pour l'afrique australe, du fait notamment de la laine dont l'afrique du Sud est le quatrième exportateur mondial. LES PROBLÈMES DU COMMERCE AFRICAIN DES PRODUITS ANIMAUX 1. Dans la plupart des pays, la contrainte majeure est constituée par l'insuffisance ou le coût des infrastructures de base : - équipement des itinéraires de déplacement des troupeaux ; - stations de quarantaine ; - réseaux routiers ou ferroviaires ; - abattoirs et installations de transformation ; - réfrigération et transport sous régime du froid. En ce qui concerne les abattoirs, le facteur limitant est moins leur capacité que le coût de leur fonctionnement. L'exportation de bétail vivant reste la pratique la plus répandue pour satisfaire la demande des pays importateurs, dans le cadre du commerce interafricain des viandes. Les déplacements se font le plus souvent à pied, en suivant des «routes du bétail» que les Services de l'élevage ont généralement amélioré en créant des points d'eau et d'affourragement ainsi que des postes sanitaires. Une partie du transport se fait également par camion et par train. Malgré les pertes subies du fait des longs parcours à accomplir et les inconvénients pour les agriculteurs des régions traversées, les systèmes de commercialisation traditionnels sont confortés par les expériences tentées pour mettre en place des circuits modernes, qui se sont généralement soldées par des échecs (3). Les produits de la pêche souffrent particulièrement des conditions de transport et de conservation. Faute d'approvisionnement suffisant en glace, le poisson est conservé dans des sacs humides, ou par fumage, séchage au soleil, salaison et fermentation. Ces méthodes de conservation entraînent généralement des pertes importantes, dues en particulier aux insectes (3). La qualité hygiénique du lait en poudre importé souffre souvent des mauvaises conditions de stockage et de transformation (2). En ce qui concerne le traitement des produits animaux à usage industriel, il n'est pas possible dans certains cas, en raison de l'absence d'installations adéquates. Ainsi,

20 666 parmi les pays membres de l'udeac (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Tchad), seul le Cameroun possède une tannerie industrielle à N'Gaoundere (1). Cependant, la capacité de tannage dans les pays disposant d'unités de traitement des cuirs et peaux est souvent sous-utilisée ; c'est le cas notamment du Nigeria et du Soudan (1). 2. Les politiques en matière d'importation et d'exportation ne sont pas toujours clairement définies. Les taxes prélevées sur les produits importés ou exportés apparaissent davantage comme destinées à générer des fonds qu'un moyen au service de ces politiques. Ceci est particulièrement vrai pour les produits laitiers frappés de taxes qui n'ont pas pour effet de protéger la production nationale et sa transformation (2, 6, 7). Les taxes prélevées à l'exportation pour encourager l'abattage ou le traitement des sous-produits sur place, alors que les installations à cet effet n'existent pas, ne sont pas justifiées. La pénalisation qui en résulte pour les exportations entraîne la fraude qui peut atteindre dans certains cas 70 % (1). L'exportation du bétail sur pied donne lieu, dans un pays au moins, à la perception de onze taxes différentes prélevées par six administrations distinctes (1). Le produit des taxes vétérinaires, dont la finalité devrait être le financement des activités de contrôle ou l'amélioration de la qualité des produits taxés, est rarement affecté dans son intégralité à cette destination (1, 2). 3. La concurrence des viandes congelées d'amérique du Sud et surtout de la CEE pèse sur les marchés de certains pays exportateurs, notamment ceux du Sahel, exportateurs traditionnels vers les pays côtiers. 4. La présence de la peste bovine, de la péripneumonie contagieuse bovine ou de la fièvre aphteuse, dans la majorité des pays d'élevage de l'afrique subsaharienne, est un obstacle au développement du commerce international du bétail et des viandes. Rares sont les pays qui, étant indemnes de ces maladies ou les maîtrisant bien, ont accès au marché européen ; c'est le cas du Botswana, de Madagascar, du Swaziland et du Zimbabwe. Depuis quelques années, l'arabie Saoudite, qui était un marché important pour les pays d'afrique de l'est, a interdit les importations de bétail sur pied en provenance de ces pays. Le commerce interafricain lui-même est perturbé pour ces mêmes raisons ; ainsi en est-il des restrictions à l'importation en Algérie de la viande du Mali, ou de celles concernant la viande du Soudan en Egypte. 5. Huit pays seulement ont communiqué à l'oie leur réglementation sanitaire relative au commerce international des animaux et produits animaux. L'Algérie, le Botswana, le Maroc, le Swaziland et la Zambie disposent d'une législation pour le contrôle des importations et des exportations d'animaux et de produits animaux. Les Services vétérinaires y sont responsables de l'application de cette réglementation et, notamment, de la signature des certificats sanitaires à l'exportation. Le Tchad a mis en place une réglementation des importations, et les exportations y sont soumises aux conditions prévues par des accords frontaliers passés avec les pays voisins.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

COUVERTURE ENEAU POTABLE

COUVERTURE ENEAU POTABLE COUVERTURE ENEAU POTABLE En 2002, 83 % de la population mondiale près de 5,2 milliards d individus bénéficiaient d un approvisionnement en eau potable amélioré. Cela comprend l eau courante et le raccordement

Plus en détail

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef.

BAfD. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation. Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef. Gérer les chocs des cours des matières premières à l exportation Kupukile Mlambo Conseiller auprès de l Économiste en chef Groupe de la Banque africaine de développement BAfD Septembre 2011 1 Plan de la

Plus en détail

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

Offre et demande potentielle ECOWAS STDF 13/ OIE/ FAO/ CIRAD

Offre et demande potentielle ECOWAS STDF 13/ OIE/ FAO/ CIRAD Offre et demande potentielle ECOWAS STDF 13/ OIE/ FAO/ CIRAD Plan 1. Offre et demande potentielle dans la zone ECOWAS 2. Offre potentielle au Mali 3. Marché au nord du Mali (Gao Algérie) 4. Estimation

Plus en détail

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE

FAITS SAILLANTS : 1. CONDITIONS CLIMATIQUES ET ENVIRONNEMENTALES EN AFRIQUE African Centre of Meteorological Application for Development Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement N 5, Mai 2015 FAITS SAILLANTS : Les zones favorables à une vigilance

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------

STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------ STATUTS DE L ASSOCIATION DES BANQUES CENTRALES AFRICAINES ------------------------------------ (version amendée à Kampala, en Ouganda, le 19 août 2003) 2 Les signataires des présents Statuts, Reconnaissant

Plus en détail

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile

Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile ANNEXE 1 Pays 1 où il y a un risque de transmission de la fièvre jaune 2 et pays exigeant la vaccination antiamarile Pays Pays où il y a un Pays exigeant Pays exigeant risque de transmission la vaccination

Plus en détail

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES

THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES THESAURUS ENTREPRISES PUBLIQUES I. SECTEURS D ACTIVITES - Aéronautique - Agriculture - Assurances - Banques (épargne, office des chèques postaux) - Bâtiment et génie civil - Communications - Postes - Télécommunications

Plus en détail

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011.

et à Hammamet (en Tunisie) 4, en mars 2013. Ces consultations ont été complétées par une enquête en ligne 5 amorcée en 2011. Document final des consultations régionales sur le programme de développement après-2015 Contexte Partout dans le monde, les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ont généré des actions de

Plus en détail

Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique

Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique Un Aperçu de la Situation de l'assainissement en Afrique Extrait de Un Aperçu de la Situation de l Eau Potable et de l'assainissement en Afrique Une perspective régionale s'appuyant sur des données récentes

Plus en détail

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1.

A. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale. 1. Liste des pays tiers dont les ressortissants doivent être munis d un visa pour traverser la frontière nationale et pays dont les ressortissants en sont exemptés A. Liste des pays tiers dont les ressortissants

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT EMBARGO Le présent document ne doit pas être cité ou résumé par la presse, la radio, la télévision ou des médias électroniques avant le

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN RAPPORT 2013 COMMERCE INTRA-AFRICAIN: LIBÉRER LE DYNAMISME DU SECTEUR PRIVÉ

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN RAPPORT 2013 COMMERCE INTRA-AFRICAIN: LIBÉRER LE DYNAMISME DU SECTEUR PRIVÉ C O N F É R E N C E D E S N AT I O N S U N I E S S U R L E C O M M E R C E E T L E D É V E L O P P E M E N T LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE RAPPORT 2013 COMMERCE INTRA-AFRICAIN: LIBÉRER LE DYNAMISME

Plus en détail

PRESENTATION DES CONCLUSIONS PRELIMINAIRES DE L ANALYSE DES CONTRAINTES A L INVESTISSEMENT PRIVE ET A LA CROISSANCE ECONOMIQUE

PRESENTATION DES CONCLUSIONS PRELIMINAIRES DE L ANALYSE DES CONTRAINTES A L INVESTISSEMENT PRIVE ET A LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1 PRESENTATION DES CONCLUSIONS PRELIMINAIRES DE L ANALYSE DES CONTRAINTES A L INVESTISSEMENT PRIVE ET A LA CROISSANCE ECONOMIQUE 2 L analyse des contraintes à l investissement privé et à la croissance

Plus en détail

Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD

Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD À l approche de l échéance 2015 pour la réalisation des OMD, il est essentiel de faire le point sur les progrès accomplis par l Afrique.

Plus en détail

Lusaka, 7 mai 1982. Note: L'original de l'accord a été établi par le Secrétaire général de l'organisation des Nations Unies le 2 juin 1982.

Lusaka, 7 mai 1982. Note: L'original de l'accord a été établi par le Secrétaire général de l'organisation des Nations Unies le 2 juin 1982. . 2. b) Accord portant création de la Banque africaine de développement en date à Khartoum du 4 août 1963 tel qu'amendé par la résolution 05-79 adopté par le Conseil des gouverneurs le 17 mai 1979 Lusaka,

Plus en détail

RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013

RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013 RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013 [Include National Partner logo] www.afrobarometer.org www.crop-africa.org 1 [Include National Partner logo] Afrobaromètre:

Plus en détail

Travailleurs migrants et transferts de fonds vers l Afrique

Travailleurs migrants et transferts de fonds vers l Afrique Travailleurs migrants et transferts de fonds vers l Afrique Oeuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté 100 Marchés, environnement porteur et perspectives des transferts

Plus en détail

La Finance au Service de l Afrique NOTE DE BRIEFING

La Finance au Service de l Afrique NOTE DE BRIEFING La Finance au Service de l Afrique NOTE DE BRIEFING État DEs lieux de LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE Publié conjointement par : Fondation Munich Re www.munichre-foundation.org Contact : Dirk Reinhard, dreinhard@munichre-foundation.org

Plus en détail

29 juin 2010, Luxembourg. Avec Samba Dia, Directeur Adjoint de l ins tu on de microfinance UM-PAMECAS, Sénégal. XIVème Midi de la microfinance

29 juin 2010, Luxembourg. Avec Samba Dia, Directeur Adjoint de l ins tu on de microfinance UM-PAMECAS, Sénégal. XIVème Midi de la microfinance 29 juin 2010, Luxembourg Avec Samba Dia, Directeur Adjoint de l ins tu on de microfinance UM-PAMECAS, Sénégal XIVème Midi de la microfinance INTRODUCTION La microfi nance au service des migrants...p.5

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE: BILAN, PERSPECTIVES ET CHOIX DES POLITIQUES ÉCONOMIQUES

LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE: BILAN, PERSPECTIVES ET CHOIX DES POLITIQUES ÉCONOMIQUES UNCTAD/GDS/AFRICA/1 TD/B/48/12 CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT LE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE EN AFRIQUE: BILAN, PERSPECTIVES ET CHOIX DES POLITIQUES ÉCONOMIQUES NATIONS UNIES

Plus en détail

2,4 L indice synthétique de fécondité (ISF) dans le monde. L ISF varie de 1,1 enfant par femme en Lettonie et à Taïwan à 7,1 au Niger.

2,4 L indice synthétique de fécondité (ISF) dans le monde. L ISF varie de 1,1 enfant par femme en Lettonie et à Taïwan à 7,1 au Niger. 43 % Pourcentage d enfants de moins de 5 ans souffrant d insuffisance pondérale au Yémen. 87 % Pourcentage de décès aux USA dus à des maladies non transmissibles telles que les maladies cardiovasculaires,

Plus en détail

GUIDE DU CANDIDAT PROGRAMME DE MOBILITE INTRA ACP PROJET PAFROID

GUIDE DU CANDIDAT PROGRAMME DE MOBILITE INTRA ACP PROJET PAFROID GUIDE DU CANDIDAT PROGRAMME DE MOBILITE INTRA ACP PROJET PAFROID 2013-2018 1 TABLE DES MATIERES Le programme INTRA-ACP Le projet PAFROID Partie A -Informations générales sur le projet 1. Les groupes cibles

Plus en détail

la stratégie d Orange pour le Développement

la stratégie d Orange pour le Développement la stratégie d Orange pour le Développement soirée débat : thème : "TIC et RSE, un duo gagnant pour le développement entrepreneurial en Afrique" 17 mars 2015 BRAH ADAMOU Amadou Chef de projet magri AMEA

Plus en détail

LE CANNABIS EN AFRIQUE. Synthèse

LE CANNABIS EN AFRIQUE. Synthèse LE CANNABIS EN AFRIQUE Synthèse Novembre 2007 Cette synthèse sur la situation du cannabis en Afrique a été préparée par Denis Destrebecq dans le cadre du programme des données pour l Afrique, le segment

Plus en détail

STATUTS DE LA BANQUE AFRICAINE D INVESTISSEMENT

STATUTS DE LA BANQUE AFRICAINE D INVESTISSEMENT STATUTS DE LA BANQUE AFRICAINE D INVESTISSEMENT 1 CHAPITRE I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Article 1 Définitions Dans les présents statuts, sauf disposition contraire, on entend par : «Acte», l Acte constitutif

Plus en détail

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Pourquoi faut-il changer la définition des besoins non satisfaits en matière de planification familiale? Le concept de besoins

Plus en détail

DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE

DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE STR DIRECTIVES CONCERNANT LES GROUPES DE COMPÉTITEURS ET LES RAPPORTS DE TENDANCE Directives pour l Amérique du Nord et les Caraïbes Nombre minimum de propriétés Les groupes de compétiteurs doivent inclure

Plus en détail

BRIEFING NOTE 1 ETATS DES LIEUX DE LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE. 1. Dénombrer les bénéficiaires de la micro-assurance sur le continent africain

BRIEFING NOTE 1 ETATS DES LIEUX DE LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE. 1. Dénombrer les bénéficiaires de la micro-assurance sur le continent africain BRIEFING NOTE 1 Microinsurance Innovation Facility ETATS DES LIEUX DE LA MICRO-ASSURANCE EN AFRIQUE 1. Dénombrer les bénéficiaires de la micro-assurance sur le continent africain En Afrique, la micro-assurance

Plus en détail

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Activités de la Banque africaine de développement 2008-2009 Groupe de la Banque Africaine de Développement GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER

BOURSES SCOLAIRES. au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER BOURSES SCOLAIRES au bénéfice des enfants français résidant avec leur famille à l étranger AGENCE POUR L ENSEIGNEMENT FRANÇAIS À L ÉTRANGER ÉTABLISSEMENT PUBLIC NATIONAL À CARACTÈRE ADMINISTRATIF SOUS

Plus en détail

TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION

TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION ATELIER III L'AVENIR DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L'INFORMATION par Vincent Geronimi Séminaire sur la prospective africaine 65 Les enjeux : l Internet comme facilitateur du développement? Accès aux informations

Plus en détail

- Article R.314-3 du CESEDA -Accord franco-algérien du 27 décembre 1968 modifié

- Article R.314-3 du CESEDA -Accord franco-algérien du 27 décembre 1968 modifié F.17 Carte de Résident Renouvellement - Article R.314-3 du CESEDA -Accord franco-algérien du 27 décembre 1968 modifié Démarche La demande doit être déposée au Service Etrangers de la Préfecture situé au

Plus en détail

Tableau récapitulant au 10 octobre 2014 l'état de la Convention et des accords y relatifs

Tableau récapitulant au 10 octobre 2014 l'état de la Convention et des accords y relatifs Information concernant l état de la Convention, de l'accord relatif à l'application de la Partie XI de la Convention et de l Accord aux fins de l'application des dispositions de la Convention relatives

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Passeport en cours de validité avec copie des pages relatives à l'identité, validité et visa d'entrée en France.

Passeport en cours de validité avec copie des pages relatives à l'identité, validité et visa d'entrée en France. F.36 Carte de Séjour Temporaire «Scientifique - Chercheur» ---------- Première demande (Changement de statut) -articles L.313-8 & R.313-11 à R.313-13 du CESEDA -Accord franco-algérien du 27 décembre 1968

Plus en détail

Fonds. Soutien aux Entreprises en Afrique

Fonds. Soutien aux Entreprises en Afrique Fonds d Investissement et de Soutien aux Entreprises en Afrique Paul Kabré S impliquer et investir aux côtés des entreprises africaines PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L EMPLOI EN AFRIQUE FISEA est un fonds

Plus en détail

Extrait d'acte de naissance de moins de trois mois traduit en français. Si marié : carte nationale d'identité ou passeport de votre conjoint.

Extrait d'acte de naissance de moins de trois mois traduit en français. Si marié : carte nationale d'identité ou passeport de votre conjoint. F.23 Carte de Séjour Temporaire «Vie Privée et Familiale» ------- Rente d'accident du travail ou de maladie professionnelle -articles L.313-11 al.9 & R.313-20 du CESEDA -Accord franco-algérien du 27 décembre

Plus en détail

Extrait d'acte de naissance de moins de trois mois traduit en français.

Extrait d'acte de naissance de moins de trois mois traduit en français. F.35 Carte de Séjour Temporaire «Vie Privée et Familiale» «Conjoint de Scientifique» -articles L.121-1, L.121-3 et L.313-8 du CESEDA -Accord franco-algérien du 27 décembre 1968 modifié Démarche La demande

Plus en détail

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre

WP Board No. 934/03. 7 mai 2003 Original : anglais. Comité exécutif 21 23 mai 2003 Londres, Angleterre WP Board No. 934/03 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 7 mai 2003 Original : anglais Comité exécutif

Plus en détail

Peur sur la ville. L hebdo. GRATUIT Ne peut être vendu SÉCURITÉ UNIVERSITÉ LA BOURSE OU LA VIE NORD PARAPHE DE L ACCORD : LES RAISONS DU BLOCAGE

Peur sur la ville. L hebdo. GRATUIT Ne peut être vendu SÉCURITÉ UNIVERSITÉ LA BOURSE OU LA VIE NORD PARAPHE DE L ACCORD : LES RAISONS DU BLOCAGE «Un journal c est la conscience d une nation». Albert Camus Journal www.journaldumali.com du Mali L hebdo N 01 du 16 au 22 avril 2015 NORD PARAPHE DE L ACCORD : LES RAISONS DU BLOCAGE BAD 2015 BIRAMA SIDIBÉ,

Plus en détail

1ère demande. La demande doit être déposée au Service Etrangers de la Préfecture.

1ère demande. La demande doit être déposée au Service Etrangers de la Préfecture. F.13B Carte de Séjour Temporaire «Vie Privée et Familiale» Liens personnels et familiaux 1ère demande Article L.313-14 du CESEDA Admission exceptionnelle au séjour Démarche La demande doit être déposée

Plus en détail

BILAN DES ACTIVITES DE FORMATION MSG ET A DISTANCE A L EAMAC DE 2008 A 2010

BILAN DES ACTIVITES DE FORMATION MSG ET A DISTANCE A L EAMAC DE 2008 A 2010 BILAN DES ACTIVITES DE FORMATION MSG ET A DISTANCE A L EAMAC DE 2008 A 2010 Présentation : Sadamba TCHAGBELE, Directeur EAMAC, Niamey - NIGER Slide 1 Sommaire Introduction ti Bilan de la formation à l

Plus en détail

Mots clés : Réforme monétaire, monnaie africaine, développement économique, Afrique.

Mots clés : Réforme monétaire, monnaie africaine, développement économique, Afrique. SODOKIN, Koffi 1 UNE UNITE DE MONNAIE AFRICAINE DANS LA PERSPECTIVE DE LA CREATION D UNE BANQUE CENTRALE AFRICAINE POUR LE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE EN AFRIQUE: FONDEMENTS ANALYTIQUES ET PROPOSITIONS. Résumé

Plus en détail

Etabli par le secrétariat de la CNUCED. NATIONS UNIES New York et Genève, 2005

Etabli par le secrétariat de la CNUCED. NATIONS UNIES New York et Genève, 2005 3 CONFERENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DEVELOPPEMENT Genève Prof ofil statistique tistique des Pays les Moins Avancés Etabli par le secrétariat de la CNUCED NATIONS UNIES New York et Genève,

Plus en détail

INCITATIONS FISCALES EN AFRIQUE DE L'OUEST

INCITATIONS FISCALES EN AFRIQUE DE L'OUEST 4 INCITATIONS FISCALES EN AFRIQUE DE L'OUEST Cette partie du rapport procède à une brève analyse d'une autre opportunité manquée d'accroître la base fiscale dans l'espace CEDEAO : les avantages fiscaux.

Plus en détail

Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS)

Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS) Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS) Exposé succinct I. Introduction II. Objet de la gestion des données du secteur des transports III. Efforts passés et présents par le SSATP

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

Comparaison des dépenses réelles de consommation des ménages et des niveaux de prix en Afrique

Comparaison des dépenses réelles de consommation des ménages et des niveaux de prix en Afrique Comparaison des dépenses réelles de consommation des ménages et des niveaux de prix en Afrique 2013 Banque africaine de développement Le présent document a été préparé par la Division de renforcement des

Plus en détail

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS

Discours de SEM Idriss Déby ITNO, Président en exercice du CILSS COMITE PERMANENT INTER-ETATS DE LUTTE CONTRE LA SECHERESSE DANS LE SAHEL PERMANENT INTERSTATE COMMITTEE FOR DROUGHT CONTROL IN THE SAHEL Bénin Burkina Faso Cap Vert Côte d Ivoire Gambie Guinée Guinée Bissau

Plus en détail

UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone +2511517700 Fax : +251115517844 Website : www.africa-union.org

UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone +2511517700 Fax : +251115517844 Website : www.africa-union.org AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA Addis Ababa, ETHIOPIA P. O. Box 3243 Telephone +2511517700 Fax : +251115517844 Website : www.africa-union.org CONSEIL EXÉCUTIF Vingtième session ordinaire 23-27

Plus en détail

Perspectives économiques en Afrique 2013

Perspectives économiques en Afrique 2013 ÉDITION DE POCHE Afrique du Sud Algérie Angola Bénin Botswana Burkina Faso Burundi Cameroun Cap-Vert Comores Congo, Rép. Congo, Rép. dém. Côte d Ivoire Djibouti Égypte Erythrée Éthiopie Gabon Gambie Ghana

Plus en détail

Les ressources naturelles du Canada et de l Afrique : principales caractéristiques pour 2013

Les ressources naturelles du Canada et de l Afrique : principales caractéristiques pour 2013 Les ressources naturelles du Canada et de l Afrique : principales caractéristiques pour 2013 par Aniket Bhushan Chercheur principal, Institut Nord-Sud Ce rapport présente un aperçu et une analyse des données

Plus en détail

Europe-Afrique : nouvelles connexions, nouveaux partenariats

Europe-Afrique : nouvelles connexions, nouveaux partenariats SOUS EMBARGO 3/12/2014 Europe-Afrique : nouvelles connexions, nouveaux partenariats Perspective de McKinsey pour Aspen Europe-Afrique 2014 3-4 décembre 2014 CONFIDENTIEL ET PROPRIÉTÉ DE McKINSEY & COMPANY

Plus en détail

Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière

Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière Enquête du FMI sur l accès au marché financier et indice d inclusion financière Département des Statistiques du FMI Les idées exprimées ici sont celles de l auteur et ne doivent en aucun cas être attribuées

Plus en détail

La BAD en bref Mai 2013

La BAD en bref Mai 2013 La BAD en bref Mai 2013 1 Avertissement La Banque africaine de développement ne saurait être tenue pour responsable des erreurs et conséquences pouvant résulter des informations contenues dans cette publication.

Plus en détail

SNTL Groupe, un intégrateur des métiers de la Supply chain au service de la logistique africaine depuis et vers le monde.

SNTL Groupe, un intégrateur des métiers de la Supply chain au service de la logistique africaine depuis et vers le monde. SNTL Groupe, un intégrateur des métiers de la Supply chain au service de la logistique africaine depuis et vers le monde Septembre 2015 SNTL Groupe Positionnement stratégique sur le marché Supply Chain

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

Perspectives économiques en Afrique 2014

Perspectives économiques en Afrique 2014 Édition de Poche Perspectives économiques en Afrique 2014 THÈME SPÉCIAL : Les chaînes de valeur mondiales et l industrialisation de l Afrique Afrique du Sud Algérie Angola Bénin Botswana Burkina Faso Burundi

Plus en détail

IMPACT DE LA CRISE SUR LES ÉCONOMIES AFRICAINES MAINTENIR LA CROISSANCE ET POURSUIVRE LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ

IMPACT DE LA CRISE SUR LES ÉCONOMIES AFRICAINES MAINTENIR LA CROISSANCE ET POURSUIVRE LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ IMPACT DE LA CRISE SUR LES ÉCONOMIES AFRICAINES MAINTENIR LA CROISSANCE ET POURSUIVRE LA RÉDUCTION DE LA PAUVRETÉ Perspectives et recommandations de l Afrique au G20 Un rapport du Comité des Ministres

Plus en détail

ÉQUIPE DE COMMERCE DES BIENS ET DES PRODUITS DE BASE

ÉQUIPE DE COMMERCE DES BIENS ET DES PRODUITS DE BASE Original: anglais PROGRAMME POUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT ÉQUIPE DE COMMERCE DES BIENS ET DES PRODUITS DE BASE QUELQUES CONSIDÉRATIONS RELIÉES À L ADHÉSION À L ACCORD DU SGPC ET À LA PARTICIPATION

Plus en détail

Le point sur l épidémie de sida

Le point sur l épidémie de sida 07 Le point sur l épidémie de sida ONUSIDA/07.27F / JC1322F (version française, décembre 2007) Version originale anglaise, UNAIDS/07.27E / JC1322E, décembre 2007 : AIDS epidemic update: December 2007 Traduction

Plus en détail

Délégation pour les relations avec la société civile et les partenariats

Délégation pour les relations avec la société civile et les partenariats Délégation pour les relations avec la société civile et les partenariats Pôle volontariat 27, rue de la Convention CS 91533 75732 Paris cedex 15 Téléphone : 01 43 17 62 94 Statistiques relatives aux Volontaires

Plus en détail

PROJET DE RAPPORT DES MINISTRES

PROJET DE RAPPORT DES MINISTRES AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA CONFÉRENCE DE L UNION AFRICAINE DES MINISTRES EN CHARGE DE LA COMMUNICATION ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION (CITMC-4) 4 ème SESSION ORDINAIRE KHARTOUM,

Plus en détail

RÔLE DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS

RÔLE DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS RÔLE DES SERVICES VÉTÉRINAIRES DANS LA SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS L'objet de ce texte est de fournir des orientations aux Membres de l'oie sur le rôle et les responsabilités des Services vétérinaires

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

OUVRIR DE NOUVEAUX HORIZONS

OUVRIR DE NOUVEAUX HORIZONS CTA: OUVRIR DE NOUVEAUX HORIZONS 01 CTA : Ouvrir de nouveaux horizons Le CTA a identifié trois domaines clés dans lesquels il croit pouvoir apporter une contribution significative et unique, et pour lesquels

Plus en détail

Les besoins d investissement dans l irrigation en Afrique subsaharienne

Les besoins d investissement dans l irrigation en Afrique subsaharienne RÉSUMÉ DU DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 9 DIAGNOSTICS DES INFRASTRUCTURES NATIONALES EN AFRIQUE Les besoins d investissement dans l irrigation en Afrique subsaharienne Liang Zhi You Juin 28 Ce rapport a été produit

Plus en détail

SAEGIS SUR SERION DES BASES DE DONNÉES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. THOMSON COMPUMARK. Registre international.

SAEGIS SUR SERION DES BASES DE DONNÉES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. THOMSON COMPUMARK. Registre international. DES DIVERSIFIÉES. UNE COUVERTURE MONDIALE. REUTERS/ANDY GAO Registre international Registre international Amérique du Nord Bermudes Canada Mexique États-Unis : Marques fédérales, Marques d État Amérique

Plus en détail

LE COMMERCE ELECTRONIQUE OPPORTUNITES ECONOMIQUES ET SOCIALES

LE COMMERCE ELECTRONIQUE OPPORTUNITES ECONOMIQUES ET SOCIALES LE COMMERCE ELECTRONIQUE OPPORTUNITES ECONOMIQUES ET SOCIALES François Ossama Prix RFI NET AFRIQUE 2006 du Meilleur site Internet Africain Chef de la Cellule Informatique du MINDUH Président du Réseau

Plus en détail

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali

Fiches de synthèse AGRICULTURE. Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali CERCAM Fiches de synthèse AGRICULTURE Cas de : 1. Sénégal 2. Cote d Ivoire 3. Gabon 4. Mali Mars 2014 3- Secteur agricole Présentation générale Le couvert forestier du Gabon couvre 22 millions de ha (FAO

Plus en détail

QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011

QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011 QUATRIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LES PAYS LES MOINS AVANCÉS ISTANBUL, TURQUIE DU 9 AU 13 MAI 2011 Bureau du Haut Représentant pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral

Plus en détail

RENFORCEMENT DE LA SÛRETÉ MARITIME AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE

RENFORCEMENT DE LA SÛRETÉ MARITIME AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE RENFORCEMENT DE LA SÛRETÉ MARITIME AFRIQUE DE L OUEST ET DU CENTRE Renforcement de la sûreté maritime en Afrique de l Ouest et du Centre: Réseau intégré de garde-côtes L OMI a mis au point, avec l aide

Plus en détail

INSTITUT NATIONAL DES TELECOMMUNICATIONS ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION

INSTITUT NATIONAL DES TELECOMMUNICATIONS ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION INSTITUT NATIONAL DES TELECOMMUNICATIONS ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION المعهد الوطني للاتصالات و تكنولوجيات الا علام و الاتصال 1 PRESENTATION DE L INTTIC 1971 : Création de

Plus en détail

S. A. BANQUE DE CREDIT A L EXPORTATION DE TURQUIE

S. A. BANQUE DE CREDIT A L EXPORTATION DE TURQUIE S. A. BANQUE DE CREDIT A L EXPORTATION DE TURQUIE PROGRAMME DU CREDIT AUX ACHETEURS DES PAYS DESTINE AU SECTEUR DE FABRICATION DE MACHINES AVEC LA COOPERATION DE L UNION DES EXPORTATEURS DE MACHINES ET

Plus en détail

Dynamiques de croissance et de population en Afrique sub-saharienne

Dynamiques de croissance et de population en Afrique sub-saharienne N 2014-A-03 - Juillet Panorama du Analyse Dynamiques de croissance et de population en Afrique sub-saharienne Après deux décennies de croissance économique trop faible pour permettre une progression des

Plus en détail

REOUVERTURE D UN AVIS DE VACANCE DE POSTE N AFCHPR/2015/05 CHEF DE DIVISION DES FINANCES ET DE L ADMINISTRATION (P5)

REOUVERTURE D UN AVIS DE VACANCE DE POSTE N AFCHPR/2015/05 CHEF DE DIVISION DES FINANCES ET DE L ADMINISTRATION (P5) AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA AFRICAN COURT ON HUMAN AND PEOPLES RIGHTS COUR AFRICAINE DES DROITS DE L HOMME ET DES PEUPLES P.O Box 6274 Arusha, Tanzania, Tel: +255 732 979506/9; Fax: +255

Plus en détail

LA COUR AFRICAInE DES DROITS DE L HOmmE ET DES peuples

LA COUR AFRICAInE DES DROITS DE L HOmmE ET DES peuples GUIDE pratique LA COUR AFRICAInE DES DROITS DE L HOmmE ET DES peuples vers la Cour africaine de justice et des droits de l Homme Avril 2010 Guide pratique La Cour africaine des droits de L Homme et des

Plus en détail

L'émission d'obligations souveraines internationales : défis et nouvelles perspectives pour l Afrique subsaharienne

L'émission d'obligations souveraines internationales : défis et nouvelles perspectives pour l Afrique subsaharienne L'émission d'obligations souveraines internationales : défis et nouvelles perspectives pour l Afrique subsaharienne Perspectives économiques régionales de l Afrique subsaharienne FMI, Département Afrique

Plus en détail

III. LE RISQUE SANITAIRE

III. LE RISQUE SANITAIRE III. LE RISQUE SANITAIRE Le risque sanitaire renvoie à la question de la prolifération de virus et de maladies au sein de cheptels d animaux. L ESB (Encéphalopatie spongiforme bovine), la fièvre aphteuse,

Plus en détail

L éditorial. Le secrétariat de CGLU Afrique lance ce premier numéro «L Etat des

L éditorial. Le secrétariat de CGLU Afrique lance ce premier numéro «L Etat des L éditorial Jean-Pierre ELONG-MBASSI Le secrétariat de CGLU Afrique lance ce premier numéro «L Etat des Finances Locales en Afrique» afin de comparer, pour la première fois, les principaux chiffres et

Plus en détail

TENDANCES DANS LE COMMERCE DE MARCHANDISES INTERNATIONAL : UN EXAMEN DES PAYS MEMBRES DE L'OCI

TENDANCES DANS LE COMMERCE DE MARCHANDISES INTERNATIONAL : UN EXAMEN DES PAYS MEMBRES DE L'OCI ORGANISATION DE LA CONFÉRENCE ISLAMIQUE CENTRE DE RECHERCHES STATISTIQUES, ÉCONOMIQUES ET SOCIALES ET DE FORMATION POUR LES PAYS ISLAMIQUES PERSPECTIVES DE L'OCI Juin 8 TENDANCES DANS LE COMMERCE DE MARCHANDISES

Plus en détail

Réseau Ouest et Centre Africain des laboratoires vétérinaires de diagnostic pour l'influenza aviaire et les autres maladies transfrontières

Réseau Ouest et Centre Africain des laboratoires vétérinaires de diagnostic pour l'influenza aviaire et les autres maladies transfrontières Réseau Ouest et Centre Africain des laboratoires vétérinaires de diagnostic pour l'influenza aviaire et les autres maladies transfrontières Objectifs du réseau Deuxième plan d'action 2009 Objectif global:

Plus en détail

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA

RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA RAPPORT SUR LES CONDITIONS DE BANQUE DANS L'UEMOA 2008-2010 Siège - Avenue Abdoulaye FADIGA BP : 3108 - DAKAR (Sénégal) Tél. : +221 33 839 05 00 Télécopie : +221 33 823 93 35 Télex : BCEAO 21833 SG / 21815

Plus en détail

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis

L affacturage en Afrique : Opportunités et défis L affacturage en Afrique : Opportunités et défis Par B.O. Oramah Vice président (développement commercial et financement de projet d'entreprise) Banque Africaine d'import-export Présenté au séminaire 2014

Plus en détail

Mortalité par cause spécifique et morbidité

Mortalité par cause spécifique et morbidité par cause spécifique et morbidité Sur 10 décès qui se produisent dans le monde, 6 sont dus à des non, 3 à des pathologies, génésiques ou nutritionnelles et 1 résulte de. De nombreux pays en développement

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un comptable, d un assistant administratif et un chauffeur

Termes de référence pour le recrutement d un comptable, d un assistant administratif et un chauffeur AFRISTAT PROGRAMME DE COMPARAISON INTERNATIONALE-AFRIQUE Termes de référence pour le recrutement d un comptable, d un assistant administratif et un chauffeur Contexte Au cours de l année 2004, AFRISTAT

Plus en détail

«Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire»

«Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire» «Une agriculture durable qui contribue à la vitalité socio économique du territoire» Forum agricole et agroalimentaire, 12 février 2015, Albanel PDAA 2013-2018 - MRC DE MARIA-CHAPDELAINE L ABATTOIR COMME

Plus en détail

Faire une demande de visa

Faire une demande de visa CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPECES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACEES D'EXTINCTION Quatorzième session de la Conférence des Parties La Haye (Pays-Bas), 3 15 juin 2007 Faire une demande

Plus en détail

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO

AVANT-PROPOS. Directeur de la Division de la statistique de la FAO AVANT-PROPOS L Annuaire statistique de la FAO fournit une sélection d indicateurs par pays sur l alimentation et l agriculture. Les données proviennent de FAOSTAT, la base de données statistique de l Organisation

Plus en détail

Décryptage des pouvoirs économiques et politiques du continent africain à travers 5 titres de référence

Décryptage des pouvoirs économiques et politiques du continent africain à travers 5 titres de référence BROCHURE TARIFAIRE 2015 AFRICA Africa Intelligence Décryptage des pouvoirs économiques et politiques du continent africain à travers 5 titres de référence L abonnement à Africa Intelligence comprend l

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Centre de recherches conjoncturelles ETH Zurich LEE G 116 Leonhardstrasse 21 892 Zurich Tél. +41 44 632 8 3 Fax +41 44 632 12 18 www.kof.ethz.ch globalization@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich,

Plus en détail

PAYS LES MOINS AVANCES

PAYS LES MOINS AVANCES PAYS LES MOINS AVANCES CE QU IL FAUT SAVOIR ET CE QU IL FAUT FAIRE Bureau du Haut Représentant pour les pays les moins avancés, les pays en développement sans littoral et les petits États insulaires en

Plus en détail

Document de présentation

Document de présentation Document de présentation Le pont de Kazungula Botswana-Zambie Réunion de l ICA - Financer le transport pour stimuler la croissance en Afrique 3-4 décembre 2007 TABLE DES MATIERES 1. Résumé 2. Le projet

Plus en détail

méthodologiquem Quelques précautions

méthodologiquem Quelques précautions Atelier régional r méthodologiquem «Les prix de parité à l importation du riz et du maïs s en Afrique de l Ouestl» Quelques précautions Calculer des prix de parité en se basant sur les prix et les coûts

Plus en détail

diffusion externe les services d'orange pour l agriculture en Afrique

diffusion externe les services d'orange pour l agriculture en Afrique les services d'orange pour l agriculture en Afrique ce catalogue a pour objectif d éclairer sur les méthodes développées par Orange pour améliorer la productivité dans le monde rural 2 sommaire 1 2 3 l'apport

Plus en détail

DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE RAPPORT SUR LE STATUT DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE Possibilités et Enjeux RAPPORT SUR LE STATUT DES ADOLESCENTS ET DES JEUNES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE Possibilités et Enjeux

Plus en détail

QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC?

QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC? QU'EST-CE QUE LA ZONE FRANC? BURKINA FASO MALI NIGER TCHAD SENEGAL GUINEE-BISSAU RCA COTE-D'IVOIRE TOGO BENIN CAMEROUN GUINEE EQUAT. GABON CONGO Comores Les pays de la Zone Franc UEMOA CEMAC Comores France

Plus en détail