Les chiffres de l égalité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les chiffres de l égalité"

Transcription

1 Quelques statistiques sur l égalité entre la femme et l homme d le canton de Berne Berne, 10 novembre 2014 Les chiffres de l égalité Bureau cantonal de l égalité entre la femme et l homme Postgasse Berne 8

2 Table des matières 1 Indicateurs de l égalité entre les femmes et les hommes Formation Niveau de formation de la population Ecole obligatoire Apprentissages les plus prisés Hautes écoles: répartition des sexes Travail rémunéré Taux d activité Taux d occupation Statut professionnel Salaires Ecart salarial Famille Modèles d activité des familles Travail domestique et familial Sécurité sociale Taux d aide sociale Taux d assistance Santé Etat de santé Politique Grand Conseil Liste des abréviations Impressum Dok.-Nr / Version 1 / GSP-Nr / page 2 / 20

3 1 Indicateurs de l égalité entre les femmes et les hommes Indicateur Formation supérieure 1, canton de Berne, 2012 S diplôme post-obligatoire Personnes titulaires d une formation de niveau tertiaire 15 pour cent de la population féminine 28 pour cent de la population féminine 9 pour cent de la population masculine 43 pour cent de la population masculine Enseignants et enseignantes, canton de Berne, année scolaire 2012/2013 Ecole primaire 81 pour cent 19 pour cent Hautes écoles niveau tertiaire 2 34 pour cent 66 pour cent Activité professionnelle Personnes employées à plein temps (canton de Berne, 2008) Personnes employées à temps partiel (canton de Berne, 2008) Personnes salariées membres de la direction (Espace Mittelland, 2012) 28 pour cent 72 pour cent 73 pour cent 27 pour cent 4 pour cent des salariées 7 pour cent des salariés Salaires secteur privé, canton de Berne, 2010 Salaire médian brut CHF par mois CHF par mois Représentation en politique Grand Conseil du canton de Berne (2014) Conseil-exécutif du canton de Berne (2 femmes, 5 hommes, 2014) Proportion de femmes et hommes d les conseils communaux (2013) 32 pour cent 68 pour cent 29 pour cent 71 pour cent 27 pour cent 73 pour cent 1 Niveau de formation achevée le plus élevé de la population résidante permanente entre 25 et S la haute école pédagogique HEP-BEJUNE. Dok.-Nr / Version 1 / GSP-Nr / page 3 / 20

4 2 Formation 2.1 Niveau de formation de la population 15 BERNOISES SUR 100 SANS FORMATION POST-OBLIGATOIRE, QUARANTE BERNOIS SUR CENT DIPLÔMÉS DU DEGRÉ TERTIAIRE En 2012, la proportion de femmes âgées de 25 à 64 qui avaient limité leur formation à l école obligatoire était nettement supérieure à celle des hommes d la même classe d âge. La grande majorité de la population résidante bernoise, hommes et femmes, a suivi une formation professionnelle complète ou une formation générale supérieure. La différence entre les femmes et les hommes est la plus nette au niveau tertiaire. En 2012, 42 pour cent des Bernois et 28 pour cent seulement des Bernoises étaient titulaires d un diplôme du degré tertiaire. Par rapport à la situation de 2002, la tendance est à un niveau de formation supérieur, pour les femmes et pour les hommes. S agissant des femmes titulaires d une formation tertiaire achevée d une université ou d une haute école spécialisée, la progression est particulièrement marquée. Leur proportion est passée en dix de 5,9 pour cent en 2002 à 17,5 pour cent en Graphique 2-1: Niveau de formation (niveau de formation achevée la plus élevée) de la population résidante entre 25 et 64, canton de Berne, 2002 et % 59.8% 9.2% 8.1% 5.9% % 50.9% 5.7% 24.7% 10.5% 15.1% 47.9% 8.8% 10.7% 17.5% % 42.9% 5.8% 19.7% 22.8% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Ecole obligatoire Degré secondaire II (formation professionnelle) (1) Degré secondaire II (Formation générale) Degré tertiaire (formation professionnelle supérieure) (2) Degré tertiaire (hautes écoles) (1): à l'inclusion des préapprentissages. (2): à l'inclusion des hautes écoles professionnelles HWV, HFG, HFS, Ecole d'ingénieurs HTL Source: OFS, ESPA Dok.-Nr / Version 1 / GSP-Nr / page 4 / 20

5 2.2 Ecole obligatoire TOUJOURS PLUS DE JEUNES À L ÉCOLE SECONDAIRE, PLUS DE FILLES QUE DE GARÇONS En 2011/2012, la majorité des filles et des garçons étaient admis à l école secondaire. La proportion d élèves en classe générale a encore diminué ces dernières années. Les différences entre les filles et les garçons se révèlent au passage du degré primaire au degré secondaire. En 2011/2012, près de deux tiers des filles avaient passé à l école secondaire alors que pour les garçons, la proportion était de 58 pour cent. La même année scolaire, en moyenne suisse, 72 pour cent de filles et 67 pour cent de garçons avaient réussi le passage au degré secondaire. Graphique 2-2: Degré secondaire I, années à '000 Nombre de personnes 8'000 6'000 4'000 2'000 0 Année Exigences élémentaires Exigences étendues Exigences élémentaires Exigences étendues Exigences élémentaires: correspond à l'école générale.. Exigences étendues: correspond au degré secondaire I. Source: OFS, Statistique suisse des élèves et des étudiants. Dok.-Nr / Version 1 / GSP-Nr / page 5 / 20

6 2.3 Apprentissages les plus prisés LES JEUNES FEMMES CHOISISSENT ASSISTANTE EN SOINS ET SANTÉ COMMUNAU- TAIRE OU EMPLOYÉE DE COMMERCE. LES JEUNES HOMMES PRÉFÈRENT LA POLYMÉ- CANIQUE ET L INFORMATIQUE Les jeunes femmes et les jeunes hommes montrent des préférences différentes au moment de choisir leur profession. En 2012/13 d le canton de Berne, les femmes sont les plus nombreuses à avoir choisi une formation d assistante en soins et santé communautaire. L apprentissage d employé de commerce reste un autre favori. Ce sont de loin les deux professions le plus souvent choisies. Parmi les jeunes hommes, l apprentissage de polymécanicien est le favori, suivi de près de l apprentissage d informaticien. Graphique 2-3: Apprentissages les plus prisés, par sexe, canton de Berne, année Assistante en soins et santé communautaire 1'736 Polymécanicien CFC 947 Employée de commerce E 1'200 Informaticien CFC 930 Employée de commerce CFC E 1'185 Installateur-élactricien CFC 787 Gerstionnaire de commerce de détail CFC 927 Employé de commerce E 730 Assistante socio-éducative CFC 735 Menuisier 683 Diplômee Ecole supérieure de commerce 695 Employé de commerce CFC E 628 CFC de gestion en hôtellerie 622 Charpentier 599 Assistante dentaire CFC 460 Agriculteur 520 Coiffeuse CFC 430 Diplômé Ecole sup. de commerce 511 Cuisinière CFC 382 Cuisinier CFC '000 1'500 2'000 Nombre de personnes '000 1'500 2'000 Nombre de personnes CFC: Certificat fédéral de capacité. E: formation élargie (profil E). Formation professionnelle initiale, à l'inclusion du préapprentissage, des attestations, des écoles supérieures de commerce. S les écoles de culture générale. Source: INS, BiEv Dok.-Nr / Version 1 / GSP-Nr / page 6 / 20

7 2.4 Hautes écoles: répartition des sexes UNIVERSITÉ ET HAUTE ÉCOLE PÉDAGOGIQUE: PLUS D ÉTUDIANTES; HAUTE ÉCOLE SPÉCIALISÉE: PLUS D ETUDIANTS Au semestre d automne 2012, personnes étaient immatriculées à l Université de Berne, dont 54,5 pour cent de femmes. A la PHBern, on comptait étudiants et étudiantes, dont 71,7 pour cent de femmes. A la Haute école spécialisée bernoise (HES), la proportion d hommes était de 55,4 pour cent sur des effectifs de étudiants et étudiantes au total. D ces trois hautes écoles, on observe les préférences des femmes et des hommes d le choix d une filière. A l Université de Berne, la proportion de femmes en sciences économiques était de 38 pour cent au semestre d automne 2012, en sciences humaines et sociales, elle était de 66 pour cent. A la PHBern, la proportion de femmes à l Institut Vorschulstufe und Primarstufe était de 88 pour cent, à l Institut Sekundarstufe II, de 51 pour cent. Au Département de Technique et informatique de la HES, les étudiants y sont pour 92 pour cent, au Département Economie, santé, travail social, les étudiantes sont majoritaires (65 pour cent). Graphique 2-4: Répartition des sexes parmi les étudiants, canton de Berne, 2012 HES 44.6% 55.4% PHBern 71.7% 28.3% Université de Berne 54.5% 45.5% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Source: Université de Berne, Statistique 2012 des étudiants; PHBern, PHBern in Zahlen 2012; HES, Rapport d activité Dok.-Nr / Version 1 / GSP-Nr / page 7 / 20

8 3 Travail rémunéré 3.1 Taux d activité LE TAUX D ACTIVITÉ DES HOMMES EST PLUS ÉLEVÉ QUE CELUI DES FEMMES Le taux d activité des hommes est nettement plus élevé que celui des femmes. D la population résidante du canton de Berne entre 15 et 64, 74 pour cent des femmes et 86 pour cent des hommes exerçaient en 2011 une activité rémunérée ou étaient à la recherche d un emploi Le taux d activité du secteur administratif du canton de Berne est disponible pour l année Les différences régionales y sont marquées. Le taux d activité net des femmes était le plus élevé d l arrondissement administratif du Haut-Simmental-Gessenay, 83 pour cent. C est d l arrondissement de Biel/Bienne qu il est le plus bas. 69 pour cent de la population féminine y exercent une activité rémunérée ou recherchent un emploi. Le taux d occupation des hommes se situe à 94 pour cent d l arrondissement administratif de Thoune, ce qui en fait le plus élevé, et c est d l arrondissement du Haut-Simmental-Gessenay qu il est le plus bas, quelque 86 pour cent. Graphique 3-1: Taux d activité net, par sexe, canton de Berne, % 86.1% Total 79.8% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Taux d'activité net Taux d activité net: proportion de personnes actives d la population résidante de 15 à 64. Source: OFS, RS, STATPOP. Dok.-Nr / Version 1 / GSP-Nr / page 8 / 20

9 3.2 Taux d occupation LES HOMMES TRAVAILLENT À PLEIN TEMPS, LES FEMMES À TEMPS PARTIEL Des personnes actives que comptait le canton de Berne en 2008, travaillaient à temps partiel, ce qui correspond à une proportion de 36 pour cent environ. Entre les femmes et les hommes, les différences sont cependant marquées. 60 pour cent des femmes actives travaillent à temps partiel, alors que chez les hommes, cette proportion est de 17 pour cent. Sur les femmes engagées à temps partiel, 56 pour cent étaient engagées à un taux situé entre cinquante et 89 pour cent (temps partiel I). 44 pour cent étaient engagées à un taux d occupation inférieur à cinquante pour cent (temps partiel II). Des hommes engagés à temps partiel, la situation est similaire: 55 pour cent de temps partiel I et 45 pour cent de temps partiel II. En 2008, la proportion de temps partiels, hommes ou femmes, était supérieure d le canton de Berne à la moyenne suisse: 33 pour cent des femmes actives (Suisse: 31 pour cent) et quelque 10 pour cent des hommes actifs (Suisse: environ 8 pour cent) travaillaient à un taux d occupation situé entre 50 et 89 pour cent. 26 pour cent des femmes (Suisse: 23 pour cent) et environ 8 pour cent des hommes (Suisse: 7 pour cent) étaient engagés à un taux d occupation inférieur à 50 pour cent. Graphique 3-2: Taux d occupation par sexe, canton de Berne, '000 23'440 Nombre de personnes occupées 250' ' ' '000 62'699 78'857 29' '064 Temps partiel II Temps partiel I Plein temps 50'000 97'037 0 Plein temps: taux d occupation de 90 pour cent au moins. Temps partiel I: Taux d occupation de 50% à 89%. Temps partiel II: Taux d occupation inférieur à 50%. Source: OFS, RE Dok.-Nr / Version 1 / GSP-Nr / page 9 / 20

10 3.3 Statut professionnel LES HOMMES SONT PLUS NOMBREUX QUE LES FEMMES DANS LES POSITIONS DIRI- GEANTES Les données concernant le statut professionnel sont réunies d le cadre de l Enquête suisse sur la population active ESPA. Or, cette enquête ne permet de tirer aucune conclusion concernant spécifiquement le canton de Berne, l unité spatiale la plus petite au sujet de laquelle des données fiables sont disponibles étant la région de l Espace-Mittelland. De manière générale, le statut professionnel des femmes est inférieur à celui des hommes. Elles sont souvent employées, s fonction dirigeante. Les hommes, eux, sont nettement plus souvent indépendants, ils ont plus souvent une fonction de cadre ou siègent d la direction de l entreprise. Les raisons en sont d une part la flexibilité restreinte des femmes qui résulte de leur responsabilité pour les travaux domestiques. 3 D autre part, les femmes ont souvent moins d expérience que les hommes. Graphique 3-3: Statut professionnel* des personnes actives, par sexe, Espace Mittelland, moyenne annuelle % 10.2% 3.6% 2.8% 6.5% 15.0% 1.8% 15.9% 45.1% 7.3% 62.7% 24.3% Indépendant-e-s Collaborateurs familiaux ou collaboratrices familiales Salarié-e-s membres de la direction Salarié-e-s exerçant une fonction dirigeante Salarié-e-s s fonction dirigeante Apprenti-e-s * Définition sociologique: les personnes actives travaillant d leur propre entreprise comptent comme indépendantes. Source: OFS, ESPA. 3 Selon l OFS, trois femmes sur quatre ayant des enfants de moins de 15 portent en Suisse la responsabilité principale des travaux du ménage. Dok.-Nr / Version 1 / GSP-Nr / page 10 / 20

11 3.4 Salaires LES HOMMES GAGNENT PLUS DE 1000 FRANCS DE PLUS PAR MOIS QUE LES FEMMES D le secteur privé du canton de Berne, le salaire médian brut des femmes était de francs en 2010, celui des hommes de francs. L écart est de 17.9 pour cent. La différence entre le salaire des femmes et celui des hommes varie différemment selon le niveau de qualifications requises. Alors que la différence est de 25 pour cent au niveau de qualification 1, elle est de 14 pour cent au niveau 3 et de 12 pour cent aux niveaux 2 et 4. Graphique 3-4: Salaire mensuel brut (médian) par niveau d exigences et par sexe, secteur privé, canton de Berne, '000 10'500 9'000 7'500 CHF 6'000 4'500 3'000 1'500 5'107 6'215 7'673 10'255 6'076 6'885 5'029 5'850 4'314 4'921 0 Tous Niveau d'exigences Salaire brut standardisé: équivalent plein temps basé sur 4 1/3 semaines à 40 heures de travail, y compris 1/12 du 13 e mois et 1/12 de paiements spéciaux annuels Niveau de qualifications requises 1: travaux les plus exigeants et tâches les plus difficiles. Niveau de qualifications requises 2 : travail indépendant et très qualifié. Niveau de qualifications requises 3: connaissances professionnelles spécialisées. Niveau de qualifications requises 4: activités simples et répétitives. Source: OFS, ESS 2010 / Analyse: LUSTAT, Discrimination salariale d le canton de Berne. Dok.-Nr / Version 1 / GSP-Nr / page 11 / 20

12 3.5 Ecart salarial DANS LE CANTON DE BERNE, LES FEMMES GAGNENT 545 FRANCS DE MOINS PAR MOIS PARCE QU ELLES SONT FEMMES Les différences entre les salaires se répartissent en deux catégories. Soit elles s expliquent objectivement: les qualités et qualifications personnelles (âge, ancienneté et formation), liées au poste (statut professionnel, niveau de qualification requis, domaine d activité) et spécifiques à l entreprise (taille de l entreprise, branche, région) se répercutent sur le salaire. En moyenne, les femmes ont une moins bonne formation, elles ont moins d expérience professionnelle et occupent moins souvent une position de cadre, qui est mieux payée, ce qui explique une partie des différences salariales. Soit ces différences ne s expliquent par aucun facteur objectif, ce qui est l indication d une discrimination salariale liée au sexe. D le canton de Berne, d le secteur privé, l écart entre le salaire médian brut des hommes et celui des femmes était en 2010 de francs. 51 pour cent de cette somme, soit 563 francs, pouvaient s expliquer par des facteurs objectifs comme ceux mentionnés ci-dessus. 49 pour cent de l écart salarial ne s expliquent pas par le modèle statistique utilisé et signalent une discrimination. Trposé à la différence entre les salaires médi bruts, une femme gagne en moyenne 545 francs de moins qu un homme d le canton de Berne, même si les conditions et les qualifications sont les mêmes. Graphique 3-5: Discrimination salariale, secteur privé, canton de Berne, % 90% 80% CHF 545 (8.8%) CHF 563 (9.1%) 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% CHF 5'107 (82.2%) Différence inexplicable Différence explicable Salaire mensuel brut femmes 0% Base (100%): salaire médian brut des hommes (CHF 6'215) Salaire brut standardisé: équivalent plein temps basé sur 4 1/3 semaines à 40 heures de travail, y compris 1/12 du 13e salaire et 1/12 de paiements spéciaux annuels Source: OFS, ESS 2010 / Analyse: LUSTAT, Discrimination salariale d le canton de Berne. Dok.-Nr / Version 1 / GSP-Nr / page 12 / 20

13 4 Famille 4.1 Modèles d activité des familles PRÉDOMINANCE DU MODÈLE BOURGEOIS MODERNISÉ Le modèle bourgeois traditionnel, donc l homme travaille à plein temps, la femme n exerce pas d activité professionnelle, a perdu du terrain depuis les années D après le recensement de la population suisse, ce modèle était celui de plus de 60 pour cent des ménages avec un enfant de moins de sept en 1990 et de 36 pour cent seulement en Jusqu en 2011, cette valeur est descendue à 26 pour cent. D le canton de Berne comme d le reste de la Suisse, le modèle bourgeois dit modernisé prédomine: d près de la moitié des ménages bernois avec un enfant de moins de sept, l homme travaille à plein temps et la femme, à temps partiel. D 8 pour cent des couples, les deux travaillent à plein temps, et à temps partiel d 9 pour cent des couples. Graphique 4-1: Répartition de l activité rémunérée d les couples avec un enfant de moins de 7, canton de Berne, % 7.9% 8.9% 25.7% Homme plein temps, femme s activité professionnelle Homme plein temps, femme temps partiel Homme et femme plein temps Homme et femme temps partiel 49.5% Autres Autres: femme et homme s activité professionnelle (0.7%), autre combinaison (5%), répartition inconnue (2,2%). Source: OFS, RS. Dok.-Nr / Version 1 / GSP-Nr / page 13 / 20

14 4.2 Travail domestique et familial LES FEMMES FONT PLUS DE TRAVAIL DOMESTIQUE, LES HOMMES, PLUS DE TRAVAIL RÉMUNÉRÉ Les données concernant la répartition du temps entre travail rémunéré et travaux ménagers ne sont disponibles que pour la Suisse. Il n y a pas de différences marquées entre l Espace Mittelland et la Suisse. En 2010, les femmes et les hommes consacraient en moyenne 50 heures au travail domestique et ménager et au travail rémunéré. D la plupart des cas, les femmes et les hommes accomplissent le même nombre total d heures de travail. Mais d la répartition, les différences sont marquées. Les femmes consacrent plus d heures au travail domestique et familial, alors que les hommes consacrent plus d heures au travail rémunéré. En moyenne, les femmes ont consacré 29 heures au travail domestique et familial, alors que la moyenne des hommes est de 16 heures. Les femmes consacrent en moyenne 21 heures, les hommes 34 heures au travail rémunéré. C est quand le couple a des enfants âgés de moins de six que le pensum est le plus chargé. Aussi bien les couples que les personnes élevant seules leurs enfants travaillent alors près de 70 heures par semaine. Graphique 4-2: Travail domestique et familial, modèle de travail des couples, par sexe, Suisse, 2010 Total Personnes élevant seules leurs enfants (le plus jeune 7 à 14 ) Personnes élevant seules leurs enfants (le plus jeune 0 à 6 ) Partenaires (enfant le plus jeune 7 à 14 ) Partenaires (enfant le plus jeune 0 à 6 ) Partenaires d'un couple Total Personnes élevant seules leurs enfants (le plus jeune 7 à 14 ) Personnes élevant seules leurs enfants (le plus jeune 0 à 6 ) Partenaires (enfant le plus jeune 7 à 14 ) Partenaires (enfant le plus jeune 0 à 6 ) Partenaires d'un couple (33.5) (28.1) (36.8) (35.8) Travail rémunéré Travail domestique et familial Travail rémunéré Travail domestique et familial Uniquement les personnes en âge de travailler (femmes entre 15 et 63, hommes entre 15 et 64 ). ( ): Extrapolation basée sur 49 observations ou moins. Les résultats doivent être considérés avec circonspection. Source: OFS, ESPA Dok.-Nr / Version 1 / GSP-Nr / page 14 / 20

15 5 Sécurité sociale 5.1 Taux d aide sociale LES FEMMES ENTRE 16 ET 45 ANS ET LES HOMMES À PARTIR DE 46 ANS SONT PLUS FORTEMENT TRIBUTAIRES DE L AIDE SOCIALE Le taux d aide sociale est un indicateur du risque d une personne de devenir tributaire de l aide sociale. En 2011, le taux d aide sociale était de 4,2 pour cent d le canton de Berne. Quelque hommes et femmes en étaient bénéficiaires. Selon la phase de leur vie, les femmes et les hommes encourent de manière très différente le risque de devoir recourir à l aide sociale. Entre 16 et 45, les femmes sont nettement plus exposées que les hommes. La raison en est notamment la forte proportion d ce groupe d âge de femmes élevant seules leurs enfants. A partir de la classe d âge de 46 à 50, ce sont les hommes qui encourent le plus le risque de devenir tributaire de l aide sociale. De manière générale, le risque diminue avec l âge. Graphique 5-1: Taux d aide sociale, par âge et par sexe, canton de Berne, % 8.0% 7.0% 6.0% 5.0% 4.0% 3.0% 2.0% 1.0% 0.0% 7.8% 7.9% 8.2% 8.5% % 7.6% 6.1% 5.5% 5.8% 4.6% 5.6% 4.6% 5.5% 4.3% 5.7% 4.4% 5.0% 4.6% 3.9% 4.1% 3.4% 4.1% 2.8% 3.8% 1.2% 2.1% 0.2% 0.2% Classes d'âge Remarque: uniquement les cas ayant bénéficié d une prestation pendant la période de relevé, s doubles comptages. Pour les autres membres de l unité d assistance, seuls les cas réguliers sont pris en compte. Source: OFS, Statistique de l aide sociale 2011, STATPOP / Analyse: SAP SG/GRULA. Dok.-Nr / Version 1 / GSP-Nr / page 15 / 20

16 5.2 Taux d assistance LIEN ENTRE LES CONDITIONS DE VIE ET LA PAUVRETÉ: LES MÉNAGES MONOPAREN- TAUX SONT PARTICULIÈREMENT CONCERNÉS Le taux d assistance est un indicateur du risque pour un ménage de devenir tributaire de l aide sociale. Les ménages monoparentaux sont les plus nombreux, 25 pour cent, à encourir ce risque, suivis des ménages des personnes vivant seules. En comparaison, le risque est nettement moins marqué pour les couples avec enfants (2 pour cent) et les couples s enfants (1 pour cent). Graphique 5-2: Taux d assistance par type de ménage*, canton de Berne, 2011 Personnes vivant seules 6.7% Personnes élevant seules leurs enfants 25.3% Couples avec enfants 2.4% Couples s enfants 1.0% 0.0% 5.0% 10.0% 15.0% 20.0% 25.0% 30.0% Uniquement ménages privés Remarque: uniquement les cas ayant bénéficié d une prestation pendant la période de relevé, s doubles comptages; le taux d assistance se base sur les données du recensement de la population Source: OFS, Statistique de l aide sociale 2011, STATPOP Analyse: SAP SG/GRULA. Dok.-Nr / Version 1 / GSP-Nr / page 16 / 20

17 6 Santé 6.1 Etat de santé LA PLUPART DES FEMMES ET DES HOMMES SE SENTENT EN BONNE SANTÉ, LES FEMMES UN PEU MOINS La manière dont les individus perçoivent leur propre santé est un indicateur important pour l appréciation générale de la santé. La perception individuelle a une valeur pronostique élevée. Les données les plus récentes pour le canton de Berne datent de Les femmes se sentent en moyenne un peu moins bien que les hommes, mais d l ensemble, la plupart des personnes interrogées estiment que leur santé est bonne ou très bonne. L appréciation est moins positive quand le niveau de formation, le revenu et le statut professionnel de la personne interrogée sont inférieurs. Les douleurs chroniques compromettent le bienêtre. Selon le quatrième rapport sur la santé d le canton de Berne, qui date de 2010, les femmes souffrent plus souvent que les hommes du dos, des mains et des articulations. Elles se plaignent également plus fréquemment de problèmes psychiques, elles souffrent plus souvent de dépression et se plaignent plus souvent de troubles du sommeil. Graphique 6-1: Perception de la santé, canton de Berne, % 70.5% 10.1% 2.8% 23.6% 66.8% 6.8% 2.9% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% Très bonne Bonne Médiocre Mauvaise, très mauvaise Source: SAP, Quatrième rapport sur la santé d le canton de Berne. Dok.-Nr / Version 1 / GSP-Nr / page 17 / 20

18 7 Politique 7.1 Grand Conseil LES FEMMES ONT PROGRESSE JUSQUE DANS LES ANNES 1990, L ÉVOLUTION RALEN- TIT DEPUIS En 1974, les femmes ont pour la première fois pu se présenter à l élection du Grand Conseil. Cette année-là, les électeurs et électrices bernois ont élu 10 femmes sur les 200 membres que comptait alors le Grand Conseil. Cela correspond à 5 pour cent. La proportion de femmes la plus élevée jusqu à présent, 31 pour cent, a été atteinte en 2006, année où 50 femmes ont pu conquérir un siège malgré la réduction du Grand Conseil à 160 membres. Lors des élections de 2010, la proportion de femmes est retombée à 26,3 pour cent et en 2014, elle est passée au même niveau qu en Graphique 7-1: Grand Conseil du canton de Berne, répartition des sièges, 1974 à % 90% 80% 70% Pourcentage 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% % 0.0% 3.4% 10.3% 17.2% 24.1% 18.5% 25.9% 30.8% 30.8% 42.3% 31.9% 100.0% 100.0% 96.6% 89.7% 82.8% 75.9% 81.5% 74.1% 69.2% 69.2% 57.7% 68.1% Source: OFS, Statistique des élections cantonales; ZDA. Dok.-Nr / Version 1 / GSP-Nr / page 18 / 20

19 8 Liste des abréviations beco BEFH ESPA ESS HEP-BEJUNE HESB INS LUSTAT OFS PHBern RE RF RS SAP SECO STATPOP ZDA Économie bernoise Bureau cantonal de l égalité entre la femme et l homme Enquête suisse sur la population active Enquête sur la structure des salaires Haute école pédagogique des cantons de Berne, du Jura et de Neuchâtel Haute école spécialisée bernoise Direction de l instruction publique du canton de Berne Statistik Luzern Office fédéral de la statistique Haute école pédagogique germanophone Recensement des entreprises Recensement fédéral Relevé structurel Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale du canton de Berne Secrétariat d Etat à l économie Statistique de la population et des ménages Zentrum für Demokratie Aarau Dok.-Nr / Version 1 / GSP-Nr / page 19 / 20

20 9 Impressum Edition Bureau cantonal de l égalité entre la femme et l homme Postgasse Berne 8 Téléphone: Recherches et rédaction Barbara Ruf, Manuel Hubacher Dok.-Nr / Version 1 / GSP-Nr / page 20 / 20

Ordonnance du SEFRI sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance du SEFRI sur la formation professionnelle initiale Ordonnance du SEFRI sur la formation professionnelle initiale 1 avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 6 décembre 2006 95004 Agente/Agent d exploitation CFC Fachfrau/Fachmann Betriebsunterhalt EFZ

Plus en détail

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISAGE CFC DE GESTIONNAIRE EN INTENDANCE L APPRENTISAGE AFP D EMPLOYÉ-E EN INTENDANCE

FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L APPRENTISAGE CFC DE GESTIONNAIRE EN INTENDANCE L APPRENTISAGE AFP D EMPLOYÉ-E EN INTENDANCE Département de l'éducation de la culture et du sport Service de la formation professionnelle Departement für Erziehung, Kultur und Sport Dienststelle für Berufsbildung FORMATION SELON LE SYSTEME DUAL L

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

Ecole de commerce EC. La voie scolaire vers une formation commerciale. Direction de l instruction publique du canton de Berne

Ecole de commerce EC. La voie scolaire vers une formation commerciale. Direction de l instruction publique du canton de Berne Ecole de commerce EC La voie scolaire vers une formation commerciale Direction de l instruction publique du canton de Berne Office de l enseignement secondaire du 2 e degré et de la formation professionnelle

Plus en détail

Information et communication

Information et communication Information et communication Pour les nouveaux diplômés HES en information documentaire, en communication ainsi qu en traduction, l insertion professionnelle s avère difficile. Près de la moitié d entre

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale Ordonnance sur la formation professionnelle initiale 1 avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 14 décembre 2006 70610 Assistante en pharmacie CFC/Assistant en pharmacie CFC Pharma-Assistentin EFZ/Pharma-Assistent

Plus en détail

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 7 mars 2008 Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées

Plus en détail

Profil B ou profil E? Aide à la décision

Profil B ou profil E? Aide à la décision Employée/Employé de commerce CFC Profil B ou profil E? Aide à la décision Introduction Le présent document sert d aide pour les acteurs qui participent au choix de la voie de formation la plus appropriée

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de spécialiste en restauration

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de spécialiste en restauration 78704 Spécialiste en restauration Restaurationsfachfrau / Restaurationsfachmann Impiegata di ristorazione / Impiegato di ristorazione Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de spécialiste

Plus en détail

Bas salaires et working poor en Suisse

Bas salaires et working poor en Suisse Bas salaires et working poor en Suisse Ampleur des phénomènes et groupes à risque d après l Enquête sur la structure des salaires 2006 et l Enquête suisse sur la population active 2006 Neuchâtel, 2008

Plus en détail

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de

Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de Ordonnance sur la formation professionnelle initiale de 1 avec certificat fédéral de capacité (CFC) du 11 septembre 2007 80606 Nettoyeuse de textiles CFC/Nettoyeur de textiles CFC Textilpflegerin EFZ/Textilpfleger

Plus en détail

MATURITÉ PROFESSIONNELLE

MATURITÉ PROFESSIONNELLE MATURITÉ PROFESSIONNELLE commerciale (MPC) La maturité professionnelle complète une formation par apprentissage, afin de permettre l accès aux niveaux supérieurs de formation. Il existe différentes orientations

Plus en détail

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration»

Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Employée/Employé de commerce CFC «Services et administration» Le champ d activité des employés 1 de commerce de la branche «Services et administration» va du contact avec la clientèle au back office. La

Plus en détail

Prestations de soins et d assistance dispensées par les proches : temps investi et évaluation monétaire

Prestations de soins et d assistance dispensées par les proches : temps investi et évaluation monétaire BUREAU D ETUDES DE POLITIQUE DU TRAVAIL ET DE POLITIQUE SOCIALE BASS SA KONSUMSTRASSE 20. CH-3007 BERNE. TEL +41 (0)31 380 60 80. FAX +41 (0)31 398 33 63 INFO@BUEROBASS.CH. WWW.BUEROBASS.CH Prestations

Plus en détail

Analyse de la réinsertion des personnes arrivées en fin de droit de l assurance chômage

Analyse de la réinsertion des personnes arrivées en fin de droit de l assurance chômage Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Actualités OFS 3 Vie active et rémunération du travail Neuchâtel, octobre 2009 Arriver en fin de droit, et après? Analyse de

Plus en détail

Formulaire de candidature Bachelor Soins Infirmiers Sion

Formulaire de candidature Bachelor Soins Infirmiers Sion Formulaire de candidature Bachelor Soins Infirmiers Sion Inscription pour la rentrée de septembre 20.. Photo Je m inscris pour la formation ordinaire, à plein temps, en 3 ans Je suis intéressé-e par une

Plus en détail

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE

REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE REPONSE SUISSE AU QUESTIONNAIRE RELATIF A LA PROTECTION SOCIALE DES PERSONNES AGEES ADRESSE AUX GOUVERNEMENTS PAR L'EXPERTE INDEPENDANTE SUR LA QUESTION DES DROITS DE L'HOMME ET L'EXTREME PAUVRETE (i)

Plus en détail

Accueil familial de jour

Accueil familial de jour Département de la formation, de la jeunesse et de la culture Service de protection de la jeunesse Directives pour l accueil de jour des enfants Accueil familial de jour Cadre de référence et référentiels

Plus en détail

CCNT Hôtellerie & Restauration

CCNT Hôtellerie & Restauration CCNT Hôtellerie & Restauration Expertise succincte concernant l application de la CCNT Hôtellerie & Restauration dans les institutions membres d INSOS Suisse Cette expertise a été réalisée et mise à disposition

Plus en détail

Règlement intercantonal des compléments de formation requis en vue de l'admission dans les filières des domaines de la santé et du social HES-SO

Règlement intercantonal des compléments de formation requis en vue de l'admission dans les filières des domaines de la santé et du social HES-SO 15 mars 2007 Règlement intercantonal des compléments de formation requis en vue de l'admission dans les filières des domaines de la santé et du social HES-SO vu la loi fédérale sur les hautes écoles spécialisées

Plus en détail

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines

NTRODUCTION. Guide de gestion des ressources humaines NTRODUCTION La rémunération est une activité ayant un impact important sur la performance de l entreprise. Une gestion efficace de la rémunération permet de contrôler les coûts liés à la main-d œuvre,

Plus en détail

Etude salariale. Pour le domaine des ressources humaines 2013/2014 www.careerplus.ch

Etude salariale. Pour le domaine des ressources humaines 2013/2014 www.careerplus.ch Pour le domaine des ressources humaines 2013/2014 B Sommaire 1. Editorial... 2 2. «La motivation passe par l égalité salariale»... 3 3. Résumé... 4 4. Faits et chiffres sur le marché suisse... 5/6 5. Méthode...

Plus en détail

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique

L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique L écart salarial entre les femmes et les hommes en Belgique Rapport 2014 Table des matières Le rapport 2014... 5 1. Différences salariales générales... 6 1.1 L écart salarial en salaires horaires et annuels...

Plus en détail

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011

à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 observatoire régional #41 Synthèse régionale août 2014 à Master professionnel Enquête sur le devenir au 1 er décembre 2013 des diplômés de Master professionnel promotion 2011 2 899 diplômés de M2 professionnel

Plus en détail

Argumentaires Pour 13.058. Dokumentation Documentation Documentazione

Argumentaires Pour 13.058. Dokumentation Documentation Documentazione Parlamentsdienste Services du Parlement Servizi 13.058 del Parlamento Servetschs dal parlament Argumentaires Pour Initiative populaire sur les bourses d'études et révision totale de la loi sur les contributions

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

L activité professionnelle des personnes de 50 ans et plus

L activité professionnelle des personnes de 50 ans et plus Département fédéral de l intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Actualités OFS 3 Vie active et rémunération du travail Neuchâtel, février 2008 L activité professionnelle des personnes de 50

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES

LES SALAIRES DANS LES FONCTIONS CADRES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2015-68 septembre 2015 Les composantes de la rémunération des cadres Les salaires des cadres en poste Les salaires proposés dans les offres d emploi Les fiches salaires par

Plus en détail

Spécialiste en finance et comptabilité Brevet fédéral. Cours organisés par le CPLN-EPC formations supérieures. page 1

Spécialiste en finance et comptabilité Brevet fédéral. Cours organisés par le CPLN-EPC formations supérieures. page 1 Spécialiste en finance et comptabilité Brevet fédéral Cours organisés par le CPLN-EPC formations supérieures page 1 1. Introduction A qui est destinée cette formation? Proposée en emploi, la formation

Plus en détail

Diplômes professionnels pour adultes

Diplômes professionnels pour adultes Diplômes professionnels pour adultes Quatre manières d obtenir le certificat fédéral de capacité ou l attestation fédérale de formation professionnelle Direction de l instruction publique du canton de

Plus en détail

Accord intercantonal sur l harmonisation des régimes de bourses d études

Accord intercantonal sur l harmonisation des régimes de bourses d études Version de consultation du 25 octobre 2007 Accord intercantonal sur l harmonisation des régimes de bourses d études du I. Dispositions générales A. Objectifs et principes Art. 1 But de l accord Le présent

Plus en détail

Dispositions pour les apprentis

Dispositions pour les apprentis Édition 2011 Dispositions pour les apprentis Apprentis qui suivent les cours professionnels intercantonaux dans les Hôtels-écoles d hotelleriesuisse (HE) Spécialiste en hôtellerie CFC Employé-e en hôtellerie

Plus en détail

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif Commentaires explicatifs concernant les documents de base Examen professionnel d Assistant/e spécialisé/e en soins de longue durée et accompagnement (Projet du 27.9.2012) 1 Objectif des commentaires explicatifs

Plus en détail

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010 Composante du produit no 89-503-X au catalogue de Statistique Canada Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe Article Bien-être économique par Cara Williams Décembre 2010 Comment obtenir

Plus en détail

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006 La rémunération des concepteurs en théâtre au Québec de 2004 à 2006 Conseil québécois du théâtre - novembre 2007 Dans le cadre des travaux préparatoires des SECONDS ÉTATS GÉNÉRAUX DU THÉÂTRE PROFESSIONNEL

Plus en détail

Formulaire d inscription

Formulaire d inscription Modules complémentaires en vue d une admission dans une filière d une Haute Ecole Spécialisée dans le domaine Santé. Formulaire d inscription Je m inscris aux modules complémentaires en vue d une formation

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE GENÈVE. Aides financières aux étudiant-es. Bureau universitaire d information sociale (BUIS)

UNIVERSITÉ DE GENÈVE. Aides financières aux étudiant-es. Bureau universitaire d information sociale (BUIS) UNIVERSITÉ DE GENÈVE Aides financières aux étudiant-es Bureau universitaire d information sociale (BUIS) 2005 2006 Les prestations sociales de la Division administrative et sociale des étudiants sont regroupées

Plus en détail

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1

Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE. Projet de loi n 1 Le Parlement jeunesse du Québec PARLEMENT JEUNESSE DU QUÉBEC 64 E LÉGISLATURE Projet de loi n 1 Loi sur la représentativité des sexes sur le marché du travail Présenté par Mme Jade Boivin Ministre du Travail

Plus en détail

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage

éclairages QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? Près de 3 demandeurs d emploi sur 5 sont couverts par l Assurance chômage éclairages ÉTUDES ET ANALYSES N 5 AVRIL 213 QUI SONT LES ALLOCATAIRES INDEMNISÉS PAR L ASSURANCE CHÔMAGE? L Unédic a réalisé une étude pour approfondir la compréhension de la population des allocataires

Plus en détail

BUREAUX D ARCHITECTES

BUREAUX D ARCHITECTES REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de la solidarité et de l'emploi Office cantonal de l'inspection et des relations du travail Document REFLÉTANT LES CONDITIONS DE TRAVAIL ET PRESTATIONS SOCIALES

Plus en détail

Sans formation à l aide sociale que faire?

Sans formation à l aide sociale que faire? Sans formation à l aide sociale que faire? CSIAS, mai 2010 Françoise Jaques cheffe du Service de prévoyance et d aide sociales du canton de Vaud Constats 2009 canton de Vaud 33 000 personnes ont recouru

Plus en détail

Ordonnance sur l aide sociale (OASoc) (Modification)

Ordonnance sur l aide sociale (OASoc) (Modification) 1 860.111 octobre 01 Ordonnance sur l aide sociale (OASoc) (Modification) Le Conseil-exécutif du canton de Berne, sur proposition de la Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale, arrête:

Plus en détail

Objet et champ d application

Objet et champ d application Ordonnance du DEFR concernant les conditions minimales de reconnaissance des filières de formation et des études postdiplômes des écoles supérieures (OCM ES 1 ) du 11 mars 2005 (Etat le 1 er janvier 2015)

Plus en détail

Page 1 Domaine commercial filière informatique de gestion 2 sur 16

Page 1 Domaine commercial filière informatique de gestion 2 sur 16 Page 1 Domaine commercial filière informatique de gestion 2 sur 16 Introduction SOMMAIRE Introduction 4 Les objectifs de votre formation 6 Vos perspectives professionnelles 7 Notre offre de formation 8

Plus en détail

FAITS ET DONNÉES CHIFFRÉES LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN SUISSE

FAITS ET DONNÉES CHIFFRÉES LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN SUISSE FAITS ET DONNÉES CHIFFRÉES LA FORMATION PROFESSIONNELLE EN SUISSE 2013 Une initiative conjointe de la Confédération, des cantons et des organisations du monde du travail TABLE DES MATIÈRES Survol de la

Plus en détail

Spécialiste en assurance avec brevet fédéral

Spécialiste en assurance avec brevet fédéral Spécialiste en assurance avec brevet fédéral 2 Après l analyse de la formation initiale et continue de l assurance privée, étude réalisée sur mandat de l Association Suisse d Assurances ASA, la politique

Plus en détail

DEDUCTION FRAIS REELS/FRAIS FORFAITAIRES TABLEAU COMPARATIF IMPOT A LA SOURCE/DECLARATION

DEDUCTION FRAIS REELS/FRAIS FORFAITAIRES TABLEAU COMPARATIF IMPOT A LA SOURCE/DECLARATION DEDUCTION FRAIS REELS/FRAIS FORFAITAIRES TABLEAU COMPARATIF IMPOT A LA SOURCE/DECLARATION 2012 Données indicatives. Se reporter au guide de l administration fiscale pour toutes précisions Catégorie de

Plus en détail

Présentation de l association Les ados Suisses romands et les petits jobs. Sondage Ados Job

Présentation de l association Les ados Suisses romands et les petits jobs. Sondage Ados Job Dossier Version de presse 1.0 Sondage Ados Job L enquête Quelles sont les habitudes des jeunes Suisses en matière de petits jobs. Sondage en ligne sur le site www.adosjob.ch Du 1 er au 30 septembre 2012

Plus en détail

Recommandations salariales

Recommandations salariales Recommandations salariales Votre salaire est-il correct? 2014 à savoir Recommandations salariales 2014 Votre salaire est-il correct? Impressum Editeur: SEC Suisse Hans-Huber-Strasse 4 Case postale 1853

Plus en détail

Vers l égalité? La situation des femmes et des hommes en Suisse

Vers l égalité? La situation des femmes et des hommes en Suisse Statistique de la Suisse Données sociales Suisse Vers l égalité? La situation des femmes et des hommes en Suisse Troisième rapport statistique Rédaction Editeur Katja Branger, OFS Pascale Gazareth, OFS

Plus en détail

Section des bourses. Sommaire. Informations générales à propos des aides à la formation. Etat au 27 mai 2015. Seules les bases légales font foi

Section des bourses. Sommaire. Informations générales à propos des aides à la formation. Etat au 27 mai 2015. Seules les bases légales font foi Section des bourses Sommaire Informations générales à propos des aides à la formation Etat au 27 mai 2015 BOURSE, PRÊT D'ÉTUDES ET CONTRIBUTION CANTONALE AUX FRAIS DE FORMATION...3 CONDITIONS REQUISES

Plus en détail

VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE

VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE + LE SYSTÈME DE SÉCURITÉ SOCIALE EN SUISSE + LE SYSTÈME SOCIAL Le système suisse de sécurité sociale est relativement complexe: chaque branche a ses particularités. Cela tient

Plus en détail

Rapport. Analyse scientifique du basic-check

Rapport. Analyse scientifique du basic-check Rapport Analyse scientifique du basic-check Suisse romande Mars 2009 Donneur d ordre Urs Martini, CEO basic-check sa Tellistrasse 58 5004 Aarau info@basic-check.ch www.basic-check.ch Auteur Dr. Daniel

Plus en détail

Formation continue de secrétaire médicale H+ pour employées de commerce

Formation continue de secrétaire médicale H+ pour employées de commerce Formation continue de secrétaire médicale H+ pour employées de commerce Formation continue de secrétaire médicale H+ *Cette formation continue s adresse également aux candidats masculins. Groupe cible

Plus en détail

MATURITÉ PROFESSIONNELLE

MATURITÉ PROFESSIONNELLE MATURITÉ PROFESSIONNELLE à orientation Technique, architecture et sciences de la vie (MP TASV) La maturité professionnelle est une formation approfondie en culture générale qui complète une formation professionnelle

Plus en détail

R E G L E M E N T G E N E R I Q U E DES F O R M A T I O N S E P D E S S P E C I A L I S E E S E N S O I N S

R E G L E M E N T G E N E R I Q U E DES F O R M A T I O N S E P D E S S P E C I A L I S E E S E N S O I N S Direction des ressources humaines Centre de formation Formations spécialisées en soins R E G L E M E N T G E N E R I Q U E DES F O R M A T I O N S E P D E S S P E C I A L I S E E S E N S O I N S P O U

Plus en détail

Conséquences de la 4 e révision de l assurance-chômage pour l aide sociale

Conséquences de la 4 e révision de l assurance-chômage pour l aide sociale Conséquences de la 4 e révision de l assurance-chômage pour l aide sociale Chaque année, treize villes suisses membres de l association «Initiative des villes pour la politique sociale» comparent leurs

Plus en détail

Etude salariale. Dans le domaine de la vente 2013/2014 www.careerplus.ch

Etude salariale. Dans le domaine de la vente 2013/2014 www.careerplus.ch Dans le domaine de la vente 2013/2014 Sommaire 1. Editorial... 2 2. «Importance et utilité d une étude de salaire dans le domaine de la vente» l avis de l expert... 3 3. Résumé... 4 4. Faits et chiffres

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

www Sécurité sociale en Suisse: www.ofsp.admin.ch > Thèmes > Aperçu > Données de base

www Sécurité sociale en Suisse: www.ofsp.admin.ch > Thèmes > Aperçu > Données de base Vivre et travailler en Suisse + Le système de sécurité sociale en Suisse + Le système social* Le système suisse de sécurité sociale est relativement complexe: chaque branche a ses particularités. Cela

Plus en détail

Dispositions pour les apprentis Indications pour remplir le contrat d apprentissage et renseignements généraux

Dispositions pour les apprentis Indications pour remplir le contrat d apprentissage et renseignements généraux Édition 2015 Dispositions pour les apprentis Indications pour remplir le contrat d apprentissage et renseignements généraux Apprentis qui suivent les cours professionnels intercantonaux dans les hôtels-écoles

Plus en détail

la désignation du titre de «technicien diplômé ES»

la désignation du titre de «technicien diplômé ES» Etat des lieux de la désignation du titre de «technicien diplômé ES» Résumé (Management Summary) Avril 2006 Impressum Herausgeber: Bundesamt für Berufsbildung und Technologie BBT Sprachen: Deutsch, Management

Plus en détail

Rapport sur les droits à l égalité des. Autochtones

Rapport sur les droits à l égalité des. Autochtones Rapport sur les droits à l égalité des Autochtones Les symboles suivants sont utilisés dans le présent document : Symbole E F ** Définition Donnée à utiliser avec prudence; coefficient de variation entre

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

Enquête sur. rémunération

Enquête sur. rémunération Enquête sur les juristes d entreprise et leur rémunération Cette note de synthèse est le résultat d une enquête sur le métier de Juriste d entreprise, menée conjointement par l AFJE, Association Française

Plus en détail

Disparités entre les cantons dans tous les domaines examinés

Disparités entre les cantons dans tous les domaines examinés Office fédéral de la statistique Bundesamt für Statistik Ufficio federale di statistica Uffizi federal da statistica Swiss Federal Statistical Office EMBARGO: 02.05.2005, 11:00 COMMUNIQUÉ DE PRESSE MEDIENMITTEILUNG

Plus en détail

Ordonnance sur la Haute école spécialisée bernoise (OHESB) (Modification)

Ordonnance sur la Haute école spécialisée bernoise (OHESB) (Modification) 1 436.811 8 juin 006 Ordonnance sur la Haute école spécialisée bernoise (OHESB) (Modification) Le Conseil-exécutif du canton de Berne, sur proposition de la Direction de l instruction publique, arrête:

Plus en détail

ATTESTATION DE RÉSIDENCE FISCALE FRANÇAISE DES TRAVAILLEURS FRONTALIERS FRANCO-SUISSES

ATTESTATION DE RÉSIDENCE FISCALE FRANÇAISE DES TRAVAILLEURS FRONTALIERS FRANCO-SUISSES N 2041-AS N 13396 * 01 Destiné à l administration française ATTESTATION DE RÉSIDENCE FISCALE FRANÇAISE DES TRAVAILLEURS FRONTALIERS FRANCO-SUISSES La présente attestation est destinée à permettre l application

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Les travailleurs frontaliers franc-comtois dans l Arc jurassien suisse

Les travailleurs frontaliers franc-comtois dans l Arc jurassien suisse Les travailleurs frontaliers franc-comtois dans l Arc jurassien suisse A nalysé à travers les chiffres du recensement de la population de 2007, le travailleur frontalier comtois réside principalement dans

Plus en détail

_Factsheet Almanach social 2014. Habitat

_Factsheet Almanach social 2014. Habitat Habitat L Almanach social, qu est-ce que c est? La première partie de l Almanach est consacrée aux développements sociopolitiques qui ont eu lieu l an passé. Le développement économique est évalué dans

Plus en détail

ETUDE DES DEMANDEURS DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL EN 2009. Quelles évolutions par rapport à 2000-2008?

ETUDE DES DEMANDEURS DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL EN 2009. Quelles évolutions par rapport à 2000-2008? ETUDE DES DEMANDEURS DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL EN 2009 Quelles évolutions par rapport à 2000-2008? Observatoire des métiers CCIJP 2 Rappel des populations étudiées - Présentation des principales

Plus en détail

ESSEC MS ASSURANCE - FINANCE. Etude sur la «Trajectoire» des diplômés des MASTÈRES SPÉCIALISÉS. Monographie. Mars 2006

ESSEC MS ASSURANCE - FINANCE. Etude sur la «Trajectoire» des diplômés des MASTÈRES SPÉCIALISÉS. Monographie. Mars 2006 ESSEC Etude sur la «Trajectoire» des diplômés des MASTÈRES SPÉCIALISÉS Monographie MS ASSURANCE - FINANCE Mars 2006 Sommaire I. Objectifs de l étude II. Résultats Détaillés 1) Motivations à faire le MS

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

Initiative sur les bourses d études : le mauvais chemin vers l égalité des chances dossierpolitique

Initiative sur les bourses d études : le mauvais chemin vers l égalité des chances dossierpolitique Initiative sur les bourses d études : le mauvais chemin vers l égalité des chances dossierpolitique 30 mars 2015 Numéro 3 Initiative sur les bourses d études L «Initiative sur les bourses d études», déposée

Plus en détail

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil

études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil études Le travailleur à temps partiel volontaire au chômage: un profil Sommaire Introduction... 3 1. Evolution du nombre de travailleurs à temps partiel volontaire au chômage selon le sexe... 5. Evolution

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

Directive 05_04 Prise en compte des études déjà effectuées

Directive 05_04 Prise en compte des études déjà effectuées Haute école pédagogique Comité de Direction Avenue de Cour CH 04 Lausanne www.hepl.ch Directives du Comité de direction Chapitre 05 : Filières de formation Directive 05_04 Prise en compte des études déjà

Plus en détail

École de culture générale et École de commerce

École de culture générale et École de commerce Direction de l instruction publique de la culture et du sport Service de l enseignement secondaire du deuxième degré Département de la formation, de la jeunesse et de la culture Direction de l enseignement

Plus en détail

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO)

Enquête sur le financement des PME en Suisse. réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Enquête sur le financement des PME en Suisse réalisée pour le Secrétariat d Etat à l économie (SECO) Mai 200 Table des matières 2 Page 1. Descriptif de la recherche 3 2. Profil et mode de financement des

Plus en détail

IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE

IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE Zurich, le 8 janvier 2014 Dr. Regina Schwegler, Andrea Schultheiss IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE Sur mandat

Plus en détail

Le test d aptitude neutre au niveau des professions

Le test d aptitude neutre au niveau des professions basic-check Le test d aptitude neutre au niveau des professions Grâce à ce test - partir du bon pied dans la vie professionnelle - trouver l apprenti qui convient Entretiens d embauche basic-check Candidature

Plus en détail

Analyse de benchmarking pour le canton de Zurich et ses districts

Analyse de benchmarking pour le canton de Zurich et ses districts Analyse de benchmarking pour le canton de Zurich et ses districts Table des matières Caractéristiques 3 Performance économique 4 Performance résidentielle 12 Attractivité 19 Sources 32 Annexe : Glossaire

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Avant-propos. Chère lectrice, cher lecteur,

Avant-propos. Chère lectrice, cher lecteur, Avant-propos Chère lectrice, cher lecteur, En ces temps économiquement difficiles, il est important de savoir ce que je peux exiger comme salaire en tant qu entraîneur ou entraîneuse. En particulier, en

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 23 MARS 2012 4 L-2-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 23 MARS 2012 4 L-2-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 23 MARS 2012 4 L-2-12 FISCALITE DIRECTE DES ENTREPRISES. TAXES DIVERSES DUES PAR LES ENTREPRISES. CONTRIBUTION SUPPLEMENTAIRE A L APPRENTISSAGE

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

Qui sont les enseignants?

Qui sont les enseignants? Extrait de : Regards sur l'éducation 2008 : Panorama Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264040649-fr Qui sont les enseignants? Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE (2009),

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées. Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS

UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées. Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS UFR Etudes Interculturelles de Langues Appliquées Enquête sur le marché de la traduction Evolution professionnelle des anciens du DESS/Master 2 ILTS Méthodologie Les données de ce document sont issues

Plus en détail

Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate

Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate Reconnaître les besoins d apprentissage Check-list pour établir l état des lieux Planifier une formation Trouver l offre de formation adéquate Check-list pour la bonne formation continue Voies de formation

Plus en détail

PAL PROGRAMME D ASSISTANTS DE LANGUE SUISSE LAP LANGUAGE ASSISTANT PROGRAMME SWITZERLAND SAP SPRACHASSISTENZ-PROGRAMM SCHWEIZ

PAL PROGRAMME D ASSISTANTS DE LANGUE SUISSE LAP LANGUAGE ASSISTANT PROGRAMME SWITZERLAND SAP SPRACHASSISTENZ-PROGRAMM SCHWEIZ PAL PROGRAMME D ASSISTANTS DE LANGUE SUISSE LAP LANGUAGE ASSISTANT PROGRAMME SWITZERLAND SAP SPRACHASSISTENZ-PROGRAMM SCHWEIZ Assistantes et assistants de langue en Suisse Définition et objectifs Dans

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

Unité de formation professionnelle du Ceras

Unité de formation professionnelle du Ceras Unité de formation professionnelle du Ceras 15 novembre 2013 : Journée romande de la commission latine d intégration professionnelle (CLIP) Cette présentation, susceptible d être d distribuée e aux personnes

Plus en détail

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers

Synthèse Contrat. d Objectifs. Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées. Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Synthèse Contrat d Objectifs Diagnostic Les services de l automobile En Midi-Pyrénées Réalisation Observatoire régional emploi, formation, métiers Rédaction Christiane LAGRIFFOUL () Nadine COUZY (DR ANFA

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

Les vacances sont un thème

Les vacances sont un thème Que font les jeunes pendant les vacances d été? Fabienne Rosenwald Sous-direction des études statistiques Magda Tomasini Bureau des études statistiques sur l enseignement supérieur Direction de l évaluation

Plus en détail