LUMIERE. Ensemble, valorisons la Lumière Naturelle

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LUMIERE. Ensemble, valorisons la Lumière Naturelle"

Transcription

1 LUMIERE Ensemble, valorisons la Lumière Naturelle Etude d impact de l installation de lanterneaux sur les consommations et le confort d été d un bâtiment industriel.

2 Sommaire Page 4 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Page 7 Page 8 Page 9 Page 10 Page 11 Page 13 Page 14 Page 15 Objectif de l étude Les acteurs Les données Incidence du % de lumière sur le Bbio total Incidence du % de lumière sur le Cep total Incidence du % de lumière sur le Cep éclairage Incidence du % de lumière sur le Cep chauffage Etude suivant la Simulation Thermique Dynamique Bilan énergétique suivant étude STD Comparaison entre les calculs STD et RT2012 Température d été Influence de la perméabilité à l air sur les besoins de chaufage Conclusions 2

3 Afin de répondre aux objectifs fixés par le Grenelle de l Environnement 2012, à savoir diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre d ici 2050, la RT 2012 a vu le jour, succédant à la RT Son principe : miser sur une meilleure conception du bâti pour réduire de moitié la consommation globale d énergie et les besoins en chauffage. Le but est d atteindre pour 2020 une autosuffisance énergétique des bâtiments, voire une production d énergie supérieure à la consommation (énergie positive). Cette nouvelle réglementation thermique est applicable dans tous les bâtiments dont le permis de construire ou demande de déclaration préalable est déposé à compter du 1 er janvier 2013 (Décret et arrêté du 28 décembre 2012). Contrairement à la RT 2005, elle n impose plus de règles techniques particulières mais repose sur des exigences de résultats, accordant ainsi aux maîtres d œuvre une plus grande liberté dans la conception énergétique du bâtiment. Ces exigences de résultats sont de 3 types : L indice «Bbio» permet de caractériser l impact de la conception bioclimatique sur la performance énergétique du bâti. Le «Bbio» du bâtiment considéré doit être inférieur à une valeur maximale «Bbio max». L indice «Tic» propre au bâtiment, caractérise sa température intérieure conventionnelle. L exigence relative au confort d été est maintenue : le «Tic» du bâtiment considéré doit être inférieur à une valeur de référence «Tic ref» L indice «Cep», propre au bâtiment, caractérise sa consommation d énergie primaire. La RT 2012 pose une exigence de consommation conventionnelle maximale d énergie primaire du bâti : l indice «Cep» du bâtiment considéré doit être inférieur à une valeur maximale «Cepmax». Bbio Bbio max Tic Tic ref Cep Cep max à retenir Le Bbio est une innovation majeure de la RT2012 par rapport à la RT2005. Il valorise la qualité intrinsèque de la conception du bâti. La démarche bioclimatique optimise l orientation, les apports solaires, l éclairage naturel, le niveau d isolation, etc. 3

4 Objectif de l étude : Généralement connus pour leur fonction de désenfumage, les lanterneaux apportent de la lumière naturelle. L objectif de cette étude est d étudier l impact de la variation du nombre de lanterneaux d éclairement zénithal sur un bâtiment industriel soumis à la RT2012. La démarche est basée sur la méthode de calcul réglementaire RT2012 avec le moteur (1) Th-BCE du CSTB. Afin de compléter cette analyse, il apparait nécessaire de calculer les consommations de chauffage et d éclairage et d évaluer le confort d été par une étude (2) de Simulation Thermique Dynamique (STD). Les acteurs : démarches environnementales globales dans une perspective d innovation technologique constante. Ses missions vont des calculs énergétiques à la définition de stratégies énergétiques complexes pour des industriels et des collectivités. L entreprise se positionne comme un acteur majeur dans le domaine de la réhabilitation énergétique, de par sa maîtrise des risques et pathologies. Consultant auprès des pouvoirs publics pour la mise en place des différents dispositifs réglementaires liés à l énergétique dans les bâtiments (RT2012, RT2005, DPE, labels, réglementations dans les bâtiments existants, éco-prêt), Tribu Energie a participé au développement d outils et de méthodes de calcul qui font aujourd hui référence. Elle a pour objet le développement des connaissances en matière de lumière naturelle et la promotion de l éclairage naturel auprès des acteurs de la construction et de la rénovation des bâtiments (architectes, bureaux d étude, CHSCT ). Bureau d études «Energie et Développement durable» crée en 2002, Tribu Energie synthétise à travers ses ingénieurs plus de trente années d expérience en énergétique du bâtiment. Pionner dans le domaine de l énergie positive, Tribu Energie conçoit des bâtiments et des zones urbaines plus économes en énergie et respectueux de Ensemble, valorisons la lumière naturelle Membre de l Association française de l éclairage (AFE), le GIF-Lumière est une association professionnelle regroupant les acteurs de l éclairage naturel zénithal. 4

5 Les données : Le bâtiment étudié a une surface utile de 5000m² (50mx100m), avec une toiture plate étanchée. Il n a aucune menuiserie vitrée en façade verticale et comporte deux portes industrielles pleines de 4x4,4m. La ventilation dans ce bâtiment est considérée comme naturelle, permise par l ouverture des portes et des lanterneaux (en occupation du bâtiment). Le chauffage se fait par radiant gaz, et le bâtiment n est pas climatisé mais isolé de 160 mm en toiture et 110 mm en bardage. L éclairage du bâtiment a été défini par une étude sur logiciel Dialux en considérant 90% de la surface comme étant dédiée à la production et 10% de la surface comme étant dédiée à la circulation du personnel. Les études ont été réalisées suivant une variation de la hauteur sous-plafond du bâtiment (4m-6m-8m-12m). Le scénario proposé en occupation du personnel pour toutes les études est celui d une occupation en journée de 8h à 18h et en semaine, du Lundi au Vendredi. La perméabilité à l air sur ce bâtiment prise par défaut est de 3 m 3 /h.m² sous une pression différentielle de 4Pa. Caractéristiques du lanterneau : Coefficient de déperdition thermique : Urc= 2.0 W/m²K Dimensions : 2.00 m x2.00 Remplissage : PCA 16 mm (polycarbonate alvéolaire) Transmission Lumineuse : TL = 0.52 Facteur Solaire calculé : S w = 0.38 % de lanterneaux en toiture 2% 8% 10% 12% Nombre de lanterneaux *dont 13 lanterneaux en 25* aération naturelle 100* 125* 150* 5

6 Incidence du % de lumière sur le Bbio total: Bbio total Bbio max Hauteur 12 m Hauteur 8 m Hauteur 6 m Hauteur 4 m Le nombre de lanterneaux d éclairement zénithal influe directement sur le Bbio total du bâtiment de référence*. Le Bbio total de chaque bâtiment diminue avec le pourcentage croissant de lumière et ce quelle que soit la hauteur du bâtiment. % de surface d éclairage zénithal Bâtiment 5000m² 0% 2% 4% 6% 8% 10% 12% Remarque: Sans l apport de lumière dans le bâtiment type ayant une hauteur de 12m, le Bbio max ne peut être respecté. * Bâtiment de 5000 m² en zone H1a. Même conséquence sur la zone H3. Le seuil minimum, souvent cité dans ces études, de 300 lux avec 50 % du temps en autonomie de lumière naturelle permet d atteindre un niveau suffisant de confort et une économie réelle sur les besoins. Cet objectif correspond pour la zone H1a à 11% de lumière zénithale et 7% pour la zone H3. Valeur du Bbio pour 300 lux avec 50% du temps en autonomie de lumière naturelle x (B_éclairage) 2x (B_chauffage + B_refroidissement) Bbio max Bbio total Marge de sécurité 30% Bbio max Bbio total 5x (B_éclairage) Marge de sécurité 30% + = 8 2x (B_chauffage + B_refroidissement) + = Bâtiment industriel 5000m² Ht Paris 11% de lumière Bâtiment industriel 5000m² Ht 8.00 Zone H3 - Marseille 7% de lumière à retenir L apport de lumière naturelle confirmé par des études européennes est essentiel pour la santé et le confort des usagers. Le seuil minimum de 300 lux avec 50% du temps en autonomie de lumière naturelle garantit une marge de sécurité du respect du Bbio max de l ordre de 30%. 6

7 Incidence du % de lumière sur le Cep total: Valeur du Cep total pour 300 lux avec 50% d autonomie de lumière naturelle Cep max 112 Cep total Cep max Quelles que soient les zones concernées la somme de la consommation en éclairage et de chauffage ne dépasse pas le Cep max. Cep chauffage Cep total 16 Cep éclairage Cep éclairage Cep chauffage + = + = en Kwhep/an.m² en Kwhep/an.m² Bâtiment industriel 5000m² Ht Paris 11% de lumière Bâtiment industriel 5000m² Ht 8.00 Zone H3 - Marseille 7% de lumière Incidence du % de lumière sur le Cep éclairage: Logiquement l augmentation du pourcentage de lanterneaux sur la couverture du bâtiment impacte à la baisse la consommation en éclairage. Ce phénomène se vérifie également sur la zone H3. Gain de 45% en Kwhep/an.m² Ht:12m Ht:8m Ht:6m Ht:4m Consommation Cep éclairage Gain du Cep éclairage de 45% 15 % de surface d éclairage zénithal Bâtiment 5000m² Hauteur 8 m 0% 2% 4% 6% 8% 10% 12% 300 lux avec 50 % d autonomie de lumière naturelle 7

8 Incidence du % de lumière sur le Cep chauffage: en Kwhep/an.m² Ht:12m Ht:8m Consommation Cep chauffage Ecart Cep chauffage de 15% La conception des lanterneaux améliorés thermiquement permet de limiter une augmentation du Cep chauffage y compris pour des pourcentages élévés de lumière naturelle. 30 Ht:6m Ht:4m % de surface d éclairage zénithal Bâtiment 5000m² 0% 2% 4% 6% 8% 10% 12% 300 lux avec 50 % d autonomie de lumière naturelle à retenir Les gains de Cep de 10% à 20 %, selon les types de locaux et de région climatique, sont permis par le respect des 300 lux 50% du temps 8

9 étude suivant la Simulation Thermique Dynamique: Les calculs énergétiques suivant la Simulation Thermique Dynamique (STD) permettent de réaliser des bilans énergétiques selon une méthode scientifique proche de la réalité. L étude STD confirme la tendance d amélioration de performances énergétiques avec l augmentation de l éclairage naturel et montre que la méthode de calcul RT 2012 sous-estime les gains énergétiques réalisables. Les besoins de chauffage et leurs évolutions, calculés par les logiciels RT et STD pour les 2 zones climatiques, sont récapitulés ci-après. La comparaison des besoins (et non des consommations) permet de s affranchir des variations dues aux systèmes utilisés. On ne mesure donc que les impacts liés au bâti, ce qui est l objet de cette étude. La comparaison en valeur absolue s avère délicate car la prise en compte des débits d air est extrêmement différente entre la méthode RT2012 et la méthode utilisée par la simulation dynamique. En effet : Pour la RT2012 : les débits sont forfaitaires et correspondent pour le calcul des besoins RT2012 aux débits hygiéniques réglementaires (soit m 3 /h dans notre cas). De plus, le calcul des besoins de chauffage se fait en considérant une récupération de chaleur (à hauteur de 50%) sur les débits extraits, quand bien même le bâtiment ne serait pas muni de récupération de chaleur. A ces débits conventionnels viennent s ajouter les débits dus à la perméabilité à l air de l enveloppe, qui sont eux calculés au pas de temps horaire en fonction des conditions climatiques extérieures, et sur lesquels aucune récupération de chaleur n est possible. En calcul STD : les débits dus à l ouverture des lanterneaux et à la perméabilité à l air de l enveloppe sont tous calculés au pas de temps horaire, en fonction notamment de l ouverture des ouvrants et des conditions climatiques extérieures. Aucune récupération de chaleur n est réalisée. Les débits calculés en STD sont systématiquement inférieurs aux débits forfaitaires du calcul RT2012, puisqu ils se situent dans une plage allant de 50% à 90% des débits forfaitaires de la RT2012. De plus, les besoins en RT2012 sont calculés pour assurer 15 C dans tout l espace, alors qu en STD la consigne de 15 C ne concerne que l espace en bas des volumes, et la stratification de l air est prise en compte. 9

10 Bilans énergétiques suivant étude STD: en Kwhep/an.m² 40 STD Total 35 STD Eclairage Bilan énergétique suivant étude STD Gain de 30% La mise en place d éclairage naturel permettant d assurer une autonomie de 50% du temps à 300 lux permet un gain énergétique de 30% par rapport à une situation sans éclairage naturel STD Chauffage 5 % de surface d éclairage zénithal Bâtiment 5000m² Hauteur 8 m 0% 2% 4% 6% 8% 10% 12% 300 lux avec 50 % d autonomie de lumière naturelle Pour la zone H3, l autonomie de 50% d éclairage naturel à 300 lux permet de baisser le bilan énergétique de 50% par rapport à une situation sans éclairage naturel. en Kwhep/an.m² STD Total STD Eclairage 20 Bilan énergétique suivant étude STD Zone H3 Gain de 50% STD Chauffage % de surface d éclairage zénithal Bâtiment 5000m² Hauteur 8 m Zone H3 0% 2% 4% 6% 8% 10% 12% 300 lux avec 50 % d autonomie de lumière naturelle à retenir L augmentation de pourcentage d éclairage naturel améliore le bilan énergétique du local. En fonction de la zone climatique et la hauteur du bâtiment, la plage du gain énergétique est comprise entre 20% et 60%. La baisse des besoins énergétiques d éclairage artificiel est significative et plus importante que dans le calcul réglementaire. 10

11 Comparaison entre les calculs STD et RT 2012: Une nette tendance se dégage de ces calculs alors que les consommations RT2012 et STD sans accès à l éclairage artificiel sont proches, une décorrélation importante s effectue au fur et à mesure que la surface lumière augmente. En effet, le gain en consommation d éclairage lors du passage de 0% à 2% de surface lumière n est que de 7% en moyenne en RT2012, alors qu il est de l ordre de 30% en STD en moyenne. Pour des surfaces lumières de 8 à 12%, le calcul RT donne un gain sur l éclairage indépendant de la en Kwhep/an.m² % de surface d éclairage zénithal Bâtiment 5000m² Hauteur 8 m Suivant les calculs STD Comparatif consommation éclairage STD / RT2012 Suivant les calcul RT2012 Zone H3 Zone H3 0% 2% 4% 6% 8% 10% 12% hauteur du bâtiment, qui varie entre 37 et 55% selon les surfaces lumière et zones climatiques ; ce même gain est de l ordre de 80 à 90% pour le calcul STD. en Kwhep/m².an % de surface d éclairage zénithal Bâtiment 5000m² Hauteur 8 m Suivant les calculs STD Comparatif besoin en chauffage STD / RT2012 Suivant les calcul RT2012 Zone H3 Zone H3 0% 2% 4% 6% 8% 10% 12% A défaut de comparer les valeurs absolues, le suivi de l évolution relative des besoins de chauffage est possible. Ainsi, au fur et à mesure que la surface lumière augmente, les besoins de chauffage augmentent plus vite avec le calcul STD qu avec le calcul RT2012. Cela correspond au fait qu en STD, les débits d air (et donc les déperditions associées) sont calculées par le logiciel, et augmentent avec la surface lumière installée. Au contraire, le calcul RT2012 s effectue à débit constant : l impact des débits dus aux ouvrants n est donc pas pris en compte. Les hausses du besoin de chauffage ne sont 11

12 donc dues aux facteurs de perte des lanterneaux et aux différences de facteurs solaires. Sans surprise, les besoins de chauffage calculés avec la RT2012 sont très dépendants de la hauteur du bâtiment, car l ensemble du volume est considéré comme chauffé. Cette tendance est beaucoup moins marquée pour le calcul STD, car l espace chauffé reste celui utilisé pour le travail, au niveau du sol. La corrélation entre les besoins de chauffage et la hauteur du bâtiment est donc moindre en STD. Le calcul STD valorise de façon beaucoup plus importante l accès à la lumière naturelle que ne le fait le calcul RT2012. Cela provient sans doute du fait que l accès à l éclairage naturel est une donnée d entrée du calcul RT2012, égale à 1 (=100%) dès lors qu il y a accès à l éclairage zénithal, et donc quel que soit le pourcentage de surface lumière. à retenir L étude STD montre que les calculs RT 2012 sur-estiment les consommations énergétiques et sous-estiment les gains réalisables par l apport d éclairage naturel en toiture. 12

13 Températures d été : L indicateur de confort d été suivant la RT 2012 est en cours de reformulation, il devrait être remplacé par un indicateur plus global suivant un nombre d heures d insatisfaction durant la période d été. Les références des normes de confort sont : NF-EN Critères_ ambiances_intérieures NF-EN-ISO 7730 Ergonomie_ ambiances_thermiques Nous nous sommes appuyés sur les résultats du calcul STD La valeur des apports internes, correspondant à l occupation humaine, considérée est de 2W/m² identique en STD et en RT2012. Les études STD et CFD montrent que les températures d été maxi sont admissibles avec des % élevés d éclairage naturel ; La température de 26 C n est jamais dépassée ce qui correspond à un niveau Très Performant selon le référentiel HQE Le calcul STD montre une augmentation du nombre d heures de dépassements au dessus de 21 C (en H1a) et au-dessus de 23 C (en H3) avec la surface lumière. Ces résultats montrent que le surplus de ventilation introduit par les lanterneaux ne permet pas de compenser intégralement la hausse des apports solaires due à ces mêmes lanterneaux. Toutefois, les valeurs de température atteintes sont relativement basses, comme indiqué ci-après et ne permettent pas de parler d inconfort d été. T C maxi 18 C 20 C 22 C 24 C 26 C Nombre d heure 24 C en fonction du % de lumière 25h 11h 7h A titre d exemple, la température de 26 C n est jamais dépassée, ni en zone H1a, ni en zone H3, ce qui correspond à un niveau Très Performant d après le référentiel HQE «bâtiments tertiaires septembre 2011». 0 0 % de lumière sur le bâtiment Ht 8 m Zone H3 Marseille 0% 2% 8% 10% 12% à retenir Dans cette étude la température de 26 C n est jamais dépassée ce qui correspond à un niveau Très Performant selon référentiel HQE. Toutefois selon l activité dans le bâtiment, il existe des solutions type protection solaire, store, remplissage spécifique qui permettent de limiter davantage l apport calorifique solaire. 13

14 Influence de la perméabilité à l air sur les besoins de chauffage : Besoin en chauffage suivant calcul STD en KWh/m².an 16 Incidence de la perméabilité à l air des lanterneaux Bâtiment 5000m² Ht8 m Paris avec 10 % de lanterneaux 15 Perte 17% Gain 8% 14 Gain 4% Valeur donnée par les calculs de la RT m³/h.m² Classe AP 0 0 m³/h.m Classe AP m³/h.m Classe AP m³/h.m Classe AP m³/h.m Classe AP m³/h.m² Classe AP suivant norme CE EN 1873 et EN Perméabilité à 4 Pa La perméabilité à l air de 3 m 3 /h.m² est une valeur conventionnelle prise par la RT 2012 pour les locaux industriels. Des calculs suivant la méthode STD ont été réalisés pour évaluer l influence de la variation de perméabilité à l air de lanterneaux sur les besoins de chauffage sur un bâtiment de 5 000m² de hauteur 8 m avec 10% de lanterneaux en zone H1. Dans ce cas les lanterneaux améliorés avec des perméabilités à l air suivant marquage CE AP1.2 et AP6.3 permettent des améliorations de 5% et 4% des besoins de chauffage. Par contre des lanterneaux de perméabilité AP84 demandent 17 % de besoins supplémentaires de chauffage. 14

15 Conclusions Un apport significatif de lumière naturelle zénithale permet de répondre entièrement aux éxigences de la RT 2012, tout en améliorant le bien être et la santé des occupants. Les lanterneaux installés en toiture sur un local industriel permettent d améliorer les coefficients BBio et Cep. En absence d éclairage naturel, et selon les cas, le BBiomax n est pas respecté. Le confort d été reste tout à fait raisonnable, tout en veillant à bien prendre en compte l activité du bâtiment, pouvant induire l utilisation de solutions avec protection solaire, store ou autre technique. Pour palier aussi à cette problématique, il faut prévoir plus d appareils permettant une ventilation naturelle (nocturne par exemple). L étude STD menée en parallèle montre que la RT 2012 sous-estime les gains énergétiques réalisables avec l installation significative de lanterneaux. à retenir Le respect de la recommandation du GIF LUMIERE d assurer une autonomie d éclairage naturel pendant 50% du temps avec un niveau de 300 lux, à l intérieur du local permet de se placer dans une zone optimale pour les consommations énergétiques. 15

16 Retrouvez toutes les informations sur la lumière naturelle sur le site et pour toute demande Les acteurs du GIF-Lumière Groupement des fabricants et fabricants-installateurs de matériels coupe-feu et dévacuation des fumées Immeuble Maison de la mécanique 39, rue Louis Blanc Courbevoie Paris La Défense Cedex Tél Fax Mail : -

PRÉSENTATION DE LA RT 2012

PRÉSENTATION DE LA RT 2012 PRÉSENTATION DE LA RT 2012 La nouvelle réglementation thermique 2012 (dite «RT 2012») pose des objectifs ambitieux en matière d efficacité énergétique avec un maximum d énergie consommée fixé à 50 kwhep/(m².an)

Plus en détail

Les clés pour comprendre

Les clés pour comprendre Les clés pour comprendre La Réglementation Thermique 2012 (RT2012) a pour objectif, tout comme les précédentes réglementations thermiques de limiter les consommations énergétiques des bâtiments neufs qu

Plus en détail

Un Objectif du Grenelle Environnement

Un Objectif du Grenelle Environnement Un saut énergétique Avec la RT2012, le Grenelle Environnement prévoit de diviser par 3 la consommation énergétique des bâtiments neufs d habitation et d usage tertiaire, soit : une consommation d énergie

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87

La Réglementation Thermique 2012. Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 La Réglementation Thermique 2012 Espace INFO ÉNERGIE nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr 03 83 37 25 87 1 Introduction Depuis le 1 er janvier 2013, une nouvelle réglementation thermique s applique à

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les équipements solaires thermiques pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier

Plus en détail

Un atout pour la RT 2012!

Un atout pour la RT 2012! LE COFFRE DE VOLET-ROULANT, Un atout pour la RT 2012! LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES LES CARACTÉRISTIQUES THERMIQUES DES COFFRES POURQUOI UN COFFRE EST INDISPENSABLE EN BBC? LES DIFFÉRENTS TYPES DE COFFRES

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les pompes à chaleur pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex

Plus en détail

La Réglementation Thermique 2012

La Réglementation Thermique 2012 La Réglementation Thermique 2012 La réglementation thermique 2012 ou RT 2012 est le fruit d une réflexion de deux ans des acteurs des différents secteurs du bâtiment, faisant suite au dernier Grenelle

Plus en détail

ATTESTATION DE LA PRISE EN COMPTE DE LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE À L ACHEVEMENT DES TRAVAUX

ATTESTATION DE LA PRISE EN COMPTE DE LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE À L ACHEVEMENT DES TRAVAUX ATTESTATION DE LA PRISE EN COMPTE DE LA RÉGLEMENTATION THERMIQUE À L ACHEVEMENT DES TRAVAUX Je soussigné(e) : Représentant(e) de la société Située à : Numéro Voie Lieu-dit Localité Code postal : ---- BP

Plus en détail

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012...

Sommaire. Qu est-ce que la RT 2012... 3. Consommation énergétique... 4. Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8. Les avantages de la RT 2012... Sommaire Qu est-ce que la RT 2012... 3 Consommation énergétique... 4 Les grands principes de la RT 2012... 5 à 8 Les avantages de la RT 2012... 9 En résumé... 10 En Résumé Qu est-ce que la RT 2012? Cette

Plus en détail

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE :

DOSSIER THÉMATIQUE TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : DOSSIER THÉMATIQUE Mars 2015 TEMPÉRATURE DE CONSIGNE SUPÉRIEURE À LA TEMPÉRATURE CONVENTIONNELLE : Quelles conséquences sur les consommations énergétiques et les caractéristiques bioclimatiques? Le renforcement

Plus en détail

Skydôme et la Rt2012

Skydôme et la Rt2012 Skydôme et la RT2012 sommaire 1. Le contexte : skydôme et la rt 2012 2. La conductance thermique Urc des lanterneaux 3. Apport de lumière 4. apport solaire gratuit 5. bilan énergétique du lanterneau 6.

Plus en détail

Construire un logement en respectant la RT2012

Construire un logement en respectant la RT2012 Construire un logement en respectant la RT2012 Mise à jour décembre 2012 Introduction La règlementation Thermique 2012 est entrée en vigueur en octobre 2011 pour les logements situés en zone ANRU. Elle

Plus en détail

Règlementation Thermique des Bâtiments Existants

Règlementation Thermique des Bâtiments Existants Fiche d application RT ex : Précisions sur l application des deux volets de la réglementation thermique des bâtiments existants Date Modification Version 08 avril 2011 Première version de la fiche 1 6

Plus en détail

Construire un logement en respectant la RT2012

Construire un logement en respectant la RT2012 Construire un logement en respectant la RT2012 Mise à jour août 2013 Fiche réalisée par l ALE de l agglomération lyonnaise - TD Introduction La règlementation Thermique 2012 s applique à tous les logements

Plus en détail

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation»

«Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Mercredi de l info du 22 février 2012 Conseil et Réseaux Bureau d études Bâtiment et Process «Les exigences techniques et réglementaires d un bâtiment basse consommation» Vincent DUBAR Chef de projets

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les modules solaires photovoltaïques pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier

Plus en détail

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012

RÉGLEMENTATION. 5. thermique. historique des réglementations... p..340. la rt 2012 338 memento 2013 RÉGLEMENTATION 5. thermique historique des réglementations... p..340 la rt 2012 Les nouveautés... p..341 Les indicateurs et exigences... p..341 Les dispositifs de contrôle... p..343 La

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Besançon JNL 2012 1 er et 2 octobre 2012

AVERTISSEMENT. Besançon JNL 2012 1 er et 2 octobre 2012 AVERTISSEMENT Ces diapositives constituent le support d une conférence Ils ne peuvent être dissociés du discours des conférenciers des JNL de Besançon (2012) Besançon JNL 2012 1 er et 2 octobre 2012 1

Plus en détail

Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX. Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive

Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX. Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive Gestion Technique du Bâtiment & Protocole KNX Vs Performance Energétique et Bâtiments Passifs et à Energie Positive Bureau d études créé en 2011 et axé sur l intégration du Développement Durable et de

Plus en détail

Une nouvelle étude démontre que le remplacement de fenêtres est au cœur de la rénovation énergétique

Une nouvelle étude démontre que le remplacement de fenêtres est au cœur de la rénovation énergétique Communiqué de presse octobre 2012 Une nouvelle étude démontre que le remplacement de fenêtres est au cœur de la rénovation énergétique Le cabinet conseil TBC Générateur d Innovations vient d achever l

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 22 octobre 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 9 sur 170 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Extension nouvelle d un bâtiment existant. (extension)

Extension nouvelle d un bâtiment existant. (extension) Fiche d application : Extension nouvelle d un bâtiment existant (extension) Date Modification 8 juillet 2013 1 08 janvier 2015 Mise à jour suite à la parution des arrêtés du 11 décembre 2014 et du 19 décembre

Plus en détail

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur

Réponse Siniat : Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? A B C D E F G. Pour réduire les déperditions de chaleur Pourquoi optimiser l étanchéité à l air d un bâtiment? Pour réduire les déperditions de chaleur Améliorer l efficacité énergétique Faire des économies d énergie Réduire les flux d air non maîtrisés Améliorer

Plus en détail

Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments

Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments Modalités de l éco-conditionnalité des aides régionales aux bâtiments Ce dispositif s applique aux dossiers de demande d aide déposés auprès des services du Conseil régional. Les critères d éco-conditionnalité

Plus en détail

La pierre massive : nouvelles exigences, nouveaux outils - 27 juin 2013. concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants.

La pierre massive : nouvelles exigences, nouveaux outils - 27 juin 2013. concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants. RT2012 concevoir autrement! Nantes/ Paris 01 42 59 53 64 www.pouget-consultants.fr Sommaire RT2012, informations essentielles «On vient d où?» Visualisation bilan énergétique, rappels RT RT 2012 «C est

Plus en détail

Réglementation thermique : de la RT 2005 à la RT 2012 : anticiper pour gagner de nouveaux marchés!

Réglementation thermique : de la RT 2005 à la RT 2012 : anticiper pour gagner de nouveaux marchés! Réglementation thermique : de la RT 2005 à la RT 2012 : anticiper pour gagner de nouveaux marchés! Damien MONOT Conseiller technique Contexte 1. Contexte mondial - Le réchauffement de la planète - dérèglement

Plus en détail

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France

RT 2012 OBJECTIF : Evolution règlementaire pour le bâtiment : L impact du bâtiment en France RT 2012 OBJECTIF : La règlementation thermique RT 2012 a pour objectif de protéger l environnement en favorisant les économies d énergie. Inspirée du concept des bâtiments basse consommation (BBC), elle

Plus en détail

Réglementation Thermique 2012

Réglementation Thermique 2012 TECHNIQUE CONSTRUCTION PARIS ILE-DE-FRANCE 15 novembre 2010 Réglementation Thermique 2012 Ce qu il faut retenir La nouvelle réglementation thermique RT 2012 s appliquera à partir de la fin de l année 2011.

Plus en détail

Isolation et confort thermique

Isolation et confort thermique Réglementation / Isolation et confort thermique Isolation et confort thermique Réglementation Soigner l isolation thermique et hygrothermique d un bâtiment a un double effet : assurer un confort d utilisation

Plus en détail

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46

Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments. Introduction CAHORS. 21 janvier 2010 DDT 46 CAHORS 21 janvier 2010 DDT 46 Dispositifs financiers et fiscaux d'incitation à l'amélioration de la performance thermique des bâtiments Introduction Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement

Plus en détail

Réglementation thermique 2012. 23/03/2011 Session de sensibilisation à la maîtrise de l'énergie - ADM 54 / LQE 1

Réglementation thermique 2012. 23/03/2011 Session de sensibilisation à la maîtrise de l'énergie - ADM 54 / LQE 1 Réglementation thermique 2012 23/03/2011 Session de sensibilisation à la maîtrise de l'énergie - ADM 54 / LQE 1 La règlementation thermique 2012 (RT2012) - Plan 1 RT2012 : Généralisation des principes

Plus en détail

L essentiel de La Rt 2012

L essentiel de La Rt 2012 L essentiel de la RT 2012 Philippe Leblond L essentiel de la RT 2012 Obligations et mise en œuvre de la réglementation thermique 2 e édition À tous ceux qui m ont soutenu, sans les citer pour n oublier

Plus en détail

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3

TP N 14 : RÉDUCTION DE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE D UN BÂTIMENT ETT 1.2.3 Centres d'intérêt abordés Niveau d analyse Objectifs pédagogiques Connaissances Activités (3 H) Ressources matérielles Énergie Comportemental 1.2.3 Utilisation raisonnée des ressources Efficacité Réduction

Plus en détail

Exigences. Conséquences sur les solutions. Roland FAUCONNIER Direction des Affaires Techniques de la FFB

Exigences. Conséquences sur les solutions. Roland FAUCONNIER Direction des Affaires Techniques de la FFB Exigences Nouveautés par rapport à la RT2005 Conséquences sur les solutions Roland FAUCONNIER Direction des Affaires Techniques de la FFB Contexte réglementaire actuel articulation des réglementations

Plus en détail

RT 2012 L essentiel des solutions Delta Dore

RT 2012 L essentiel des solutions Delta Dore L essentiel des solutions Delta Dore Affichage des s Gestion du chauffage Ce qu il faut retenir un nouveau challenge pour toute la filière du bâtiment La RT (réglementation thermique) 2012 vise à limiter

Plus en détail

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020

Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 M. Delorme 1 Construction bois : la réponse adéquate pour la RT2012/RT2020 Marc Delorme Inter Forêt-Bois 42 FR-Saint Etienne 2 3 ème Forum

Plus en détail

Sommaire. Présentation RT 2012 - CAUE Bastia - FFB

Sommaire. Présentation RT 2012 - CAUE Bastia - FFB Sommaire 1. Objectifs, méthode d élaboration 2. Exigences et évolutions / RT2005 3. Bbio, Cep, Tic 4. Exigences minimales 5. Synthèse d étude standardisée 6. Calendrier 7. Coût : maison individuelle 8.

Plus en détail

L éclairage face à la RT 2012

L éclairage face à la RT 2012 L éclairage face à la RT 2012 Les enjeux de la réglementation thermique dans le bâtiment Bernard Duval Délégué général de l AFE Colloque REGENT Reims 23 février 2012 L éclairage face à la RT 2012 q Enjeux

Plus en détail

LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE LE BESOIN BIOCLIMATIQUE

LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE LE BESOIN BIOCLIMATIQUE LA CONSOMMATION MAXIMALE D ENERGIE PRIMAIRE Des équipements performants pour une consommation d énergie réduite Ventilation performante (naturelle, naturelle assistée, simple flux, double flux...) Energies

Plus en détail

14/02/14 1. Forum du bâ*ment durable 2014 / Santé et climat : bien vivre le bâ*ment

14/02/14 1. Forum du bâ*ment durable 2014 / Santé et climat : bien vivre le bâ*ment 1 Atelier: Conception d un bâtiment adapté à son climat Le confort d été dans la RT 2012 Dominique CACCAVELLI CSTB 2 RT 2012 : les trois exigences de performance globale Exigence d efficacité énergétique

Plus en détail

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires

& la rt 2012. la réponse aux exigences réglementaires les fenêtres aluminium MILLET & la rt 0 la réponse aux exigences réglementaires La Réglementation Thermique 0 s applique d ores et déjà pour les bâtiments neufs du secteur tertiaire, public et les bâtiments

Plus en détail

RAPPORT. Formulaire d attestation de la prise en compte de la réglementation thermique à l achèvement des travaux.

RAPPORT. Formulaire d attestation de la prise en compte de la réglementation thermique à l achèvement des travaux. RAPPORT Formulaire d attestation de la prise en compte de la réglementation thermique à l achèvement des travaux. Je soussigné : FRELON représentant de la société AQUIDIAG situé à : Numéro 20 Voie RUE

Plus en détail

Formation. Logements BBC à ossature métallique

Formation. Logements BBC à ossature métallique Formation Logements BBC à ossature métallique Module 1 La RT2012 Comprendre les enjeux de la nouvelle réglementation thermique, identifier les principales exigences et acquérir des notions de thermique

Plus en détail

Mise en œuvre pour Maison à ossature bois

Mise en œuvre pour Maison à ossature bois chapitre 1 - normes techniques Trois grandes nouveautés entrent dans cette réglementation thermique : Les exigences de performance globale sont exprimées en valeur absolue de consommation (kwh/m 2 /an)

Plus en détail

RT 2012 : quelles perspectives pour le chauffage à granulés de bois

RT 2012 : quelles perspectives pour le chauffage à granulés de bois : quelles perspectives pour le chauffage à granulés de bois Christophe Lavergne, magazine l installateur Daniel Goupil, ECS ingénierie Thomas Perrissin, ÖkoFEN Production/consommation de granulés en France

Plus en détail

L enjeu de la ventilation

L enjeu de la ventilation L enjeu de la ventilation Laurent Cabau France Air L enjeu de la ventilation Sous deux aspects: Réglementaire et Sanitaire Besoins, débits Techniquement et réglementaire Simple flux autoréglable Simple

Plus en détail

NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE

NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE NOTRE SAVOIR-FAIRE EN INGÉNIERIE SE3B EXERCE POUR TOUTE MAÎTRISE D OUVRAGE DES MISSIONS D INGÉNIERIE DANS LES DOMAINES DU BTP, DE LA CONSTRUCTION ET DES ÉNERGIES CES MISSIONS VONT DE L ESQUISSE À L EXPLOITATION

Plus en détail

Rapport de vérification

Rapport de vérification Phase conception Provisoire phase chantier Définitif phase chantier Certification NF HQE TM Bâtiments Tertiaires Label HPE Construction neuve Rénovation OPERATION Opération Bâtiment RESTRUCTURATION D'UN

Plus en détail

L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts?

L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts? L IMMOBILIER DURABLE en tertiaire neuf et dans l existant Quelles solutions? Quels coûts? Colloque Sorbonne Immo-RICS 23 juin 2010 23/06/2010 1 SOMMAIRE 1. 1. L Immobilier Durable Quelles définitions?

Plus en détail

Diagnostic de Performance Énergétique sans mention

Diagnostic de Performance Énergétique sans mention Diagnostic de Performance Énergétique sans mention Formation Permettre l'accès à la certification et/ou la recertification du DPE sans mention pour réaliser des : DPE d'habitations individuelles et de

Plus en détail

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique

Laboratoire national de métrologie et d essais. Guide technique Laboratoire national de métrologie et d essais Guide technique Comment choisir les isolants pour atteindre les objectifs de la Réglementation Thermique 2012 1 rue Gaston Boissier 75724 Paris Cedex 15 Tél.

Plus en détail

T. BONNARDOT 17/12/2010

T. BONNARDOT 17/12/2010 CYTHELIA Conseil & Expertise La Maison ZEN 350, route de la traverse 73 000 MONTAGNOLE Tel +33 (0) 4 79 25 31 75 www.cythelia.fr SARL au capital de 140 000 - RCS Chambéry B 393 290 937 - APE 7219 Z RT

Plus en détail

L essentiel de la RT 2012

L essentiel de la RT 2012 La newsletter des Experts Tertiaire Somfy N 5 I AVRIL 2012 édition spéciale L essentiel de la RT 2012 POLE SOLERE, Cité de l Environnement (69) Bâtiment BEPOS. Gestion des Brises Soleil Orientables et

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES

DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES DOCUMENT D INFORMATION UF PVC COMPOSITES GUIDE POUR LA PRESCRIPTION DES ENTRÉES D AIR SUR MENUISERIES PVC DANS L HABITAT SYNDICAT NATIONAL DE LA MENUISERIE PVC COMPOSITES 7-9, rue la Pérouse - 75784 PARIS

Plus en détail

RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012

RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012 RT 2012 et Construction à Ossature Bois GIPEBLOR Nancy 19 novembre 2012 Institut technologique FCBA : Forêt, Cellulose, Bois - construction, Ameublement Cadre réglementaire Rappel : délai d application

Plus en détail

Maison Passive. Maison BBC RT 2005 RT 2012

Maison Passive. Maison BBC RT 2005 RT 2012 RT 2005 Maison BBC RT 2012 Maison Passive Avec le guide pratique de la RT2012, appréhendez la nouvelle règlementation thermique en vigueur pour les maisons individuelles depuis le 1er janvier 2013. Principes

Plus en détail

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages

Concilier confort acoustique et santé des occupants. Choix des vitrages Concilier confort acoustique et santé des occupants Choix des vitrages 2010 1 Le verre : ses spécificités Le verre : permet la vision vers l extérieur laisse pénétrer, dans les bâtiments, la lumière naturelle.

Plus en détail

Attestation de la prise en compte de la réglementation thermique à l'achèvement des travaux. atteste que

Attestation de la prise en compte de la réglementation thermique à l'achèvement des travaux. atteste que Attestation de la prise en compte de la réglementation thermique à l'achèvement des travaux Je soussigné(e) :... représentant(e) de la société..., située à :... Numéro :... Voie:... Lieu-dit :... Localité

Plus en détail

La Simulation Thermique Dynamique

La Simulation Thermique Dynamique Techniques & Logiciels La Simulation Thermique Dynamique Présentation de l étude Version 0 Création du document Date 26/02/14 Rédigé par Marion DUPRE et Thomas DELMAS Vérifié par Laurent PAYET Principe

Plus en détail

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building

FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building FRANCE : Towards Nearly Zero Energy Building Bruxelles - 13 avril 2011 David JUIN Chef de projet réglementation thermique Ministère de l écologie, du développement durable, des transports et du logement

Plus en détail

GUEGUEN - PERENNOU SYNTHESE RT2012

GUEGUEN - PERENNOU SYNTHESE RT2012 SYNTHESE RT2012 ConformÄment Å l'article 4 de la loi Grenelle 1, la RT 2012 a pour objectif de limiter la consommation d'änergie primaire des bçtiments neufs Å un maximum de 50 kwhep/(mé.an) en moyenne.

Plus en détail

l offre économie d énergie France Air

l offre économie d énergie France Air l offre économie d énergie France Air les solutions à énergie renouvelable Le secteur du bâtiment est le premier consommateur d énergie en France. Il représente 43 % de l énergie consommée, et 25 % des

Plus en détail

RT2012. La Réglementation Thermique 2012 L essentiel au quotidien CREATE AND PROTECT

RT2012. La Réglementation Thermique 2012 L essentiel au quotidien CREATE AND PROTECT RT2012 La Réglementation Thermique 2012 L essentiel au quotidien CREATE AND PROTECT RT2012 1974 : premier choc pétrolier. La France prend conscience de la nécessité d économiser ses ressources énergétiques.

Plus en détail

Réglementation thermique 2012 :

Réglementation thermique 2012 : Réglementation thermique 2012 : un saut énergétique pour les bâtiments neufs Bernard Suard-MEDDTL Avril 2011 Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement Ministère de

Plus en détail

Top départ pour la RT 2012!

Top départ pour la RT 2012! Top départ pour la RT 2012! La poursuite du Grenelle de L'Environnement dans sa volonté de pérenniser la dynamique impulsée par les "bâtiments basse consommation" : De tous les secteurs économiques, celui

Plus en détail

RT 2012 et RT existant

RT 2012 et RT existant RT 2012 et RT existant RéglemenTaTion TheRmique et efficacité énergétique Dimitri molle et Pierre-manuel Patry ÊG roupeêe yrolles,ê2 011,ÊI SBNÊ:Ê9 78-2-212-12979-3 Sommaire Avant-propos... 1 Partie 1

Plus en détail

LA MAISON DE DEMAIN... C'EST POSSIBLE AUJOURD'HUI. Et pour moins de 1050 LE m2...

LA MAISON DE DEMAIN... C'EST POSSIBLE AUJOURD'HUI. Et pour moins de 1050 LE m2... LA MAISON DE DEMAIN... C'EST POSSIBLE AUJOURD'HUI. Et pour moins de 1050 LE m2... Fervent défenseur de l accession à la propriété depuis plus de 25 ans, avec à son actif plus de 20 000 maisons réalisées

Plus en détail

RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire?

RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire? Réunion technique CAP INNOVATION RT 2012 : Quels impacts des nouvelles exigences dans l acte de construire? Olivier Servant Directeur des marchés Saint Gobain Habitat Le contexte énergétique et environnemental

Plus en détail

L amélioration de l efficacité énergétique des constructions du secteur hospitalier

L amélioration de l efficacité énergétique des constructions du secteur hospitalier L amélioration de l efficacité énergétique des constructions du secteur hospitalier 1. «Facteur 4» et transition énergétique 2. Consommations d énergies du secteur de la santé 3. Des pistes pour agir Consommation

Plus en détail

Évolution vers la RT 2012. Christian CARDONNEL CARDONNEL Ingénierie

Évolution vers la RT 2012. Christian CARDONNEL CARDONNEL Ingénierie Évolution vers la RT 2012 Christian CARDONNEL CARDONNEL Ingénierie La feuille de route de la réglementation énergétique Programme résidentiel en zone climatique H2b Consommations : Chauffage Eau Chaude

Plus en détail

Conférence de présentation RT 2012

Conférence de présentation RT 2012 Conférence de présentation RT 2012 Les exigences prévues : La concrétisation du Grenelle Marie-Christine ROGER Chef du bureau de la qualité et de la réglementation technique de la construction MEEDDM DGALN

Plus en détail

Cette maison avait pour but d être la moins énergivore possible et aller au-delà en devenant une maison à énergie positive.

Cette maison avait pour but d être la moins énergivore possible et aller au-delà en devenant une maison à énergie positive. Mardi 20 Novembre 2012 Démarche du projet Cette maison est un projet personnel, pour accueillir 4 personnes. Le choix du lieu d implantation a été important par rapport au lieu de travail afin de diminuer

Plus en détail

INDICATIONS DE CORRECTION

INDICATIONS DE CORRECTION SUJET NATIONAL POUR L ENSEMBLE DES CENTRES DE GESTION ORGANISATEURS Technicien principal territorial de 2 ème classe Examen professionnel de promotion interne Examen professionnel d avancement de grade

Plus en détail

TELECHARGEMENT. Comprendre la Réglementation Thermique 2005

TELECHARGEMENT. Comprendre la Réglementation Thermique 2005 TELECHARGEMENT Comprendre la Réglementation Thermique 2005 SOMMAIRE DE LA RT 2000 A LA RT 2005...3 LES VALEURS DE REFERENCE ET GARDE-FOUS...3 VALIDATIOND UN PROJET...4 LEXIQUE...5 TEXTES DE REFERENCE...6

Plus en détail

Le Label. Les perspectives

Le Label. Les perspectives Le Label Les perspectives Un bilan sur le BBC-Effinergie En France 30/09/2012-92 550 logements certifiés 460 00 logements en demandes - 97 opérations tertiaires certifiées- 792 soit 5.6 M m² Shon en demandes

Plus en détail

Réglementation thermique de l'existant

Réglementation thermique de l'existant Réglementation thermique de l'existant Atiane energy Villa Kappas - 2, avenue de Carras - 06200 Nice Tel. 06 62 78 39 38 - contact@atiane-energy.com www.atiane-energy.com SARL au capital de 9 000 Euros

Plus en détail

Extrait de la réglementation thermique RT2012

Extrait de la réglementation thermique RT2012 Extrait de la réglementation thermique RT2012 LES EXIGENCES Pour répondre à la RT 2012 il conviendra de respecter 3 exigences : - Bbio > Bbio max - Cep > Cep max - Tic > Tic de référence LE COEFFICIENT

Plus en détail

Maisons Individuelles THPE et BBC. Les solutions avec les produits manufacturés en béton.

Maisons Individuelles THPE et BBC. Les solutions avec les produits manufacturés en béton. Maisons Individuelles THPE et BBC Les solutions avec les produits manufacturés en béton. Principes des solutions étudiées dans le cadre de la Réglementation Thermique concernant les prestations courantes

Plus en détail

RT 2012 RT 2012. Réglementation thermique. structure en acier. Réglementation thermique. et bâtiments à

RT 2012 RT 2012. Réglementation thermique. structure en acier. Réglementation thermique. et bâtiments à Réglementation thermique RT 0 et bâtiments à structure en acier Réglementation thermique Textes, dates de mise en application et attestations Textes de référence : Décret n 00-69 du 6 octobre 00 relatif

Plus en détail

Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz

Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz VILLE DE METZ JUIN 2011 Synthèse du programme Rénovation énergétique de 8 gymnases à Metz Notice réalisée par le groupement S2E UBIQUE dans le cadre de sa mission d assistance à maîtrise d ouvrage. SOMMAIRE

Plus en détail

Le BBC et son Label ZAC du Centre Ville Ilot Stalingrad Résidence Mosaïque Samedi 22 juin 2013 Le Label BBC - effinergie Pour les constructions neuves : c est concevoir et réaliser des bâtiments dont la

Plus en détail

Formulaire d attestation de la prise en compte de la réglementation thermique à l achèvement des travaux.

Formulaire d attestation de la prise en compte de la réglementation thermique à l achèvement des travaux. RAPPORT 20 janv. 2011 Formulaire d attestation de la prise en compte de la réglementation thermique à l achèvement des travaux. Ministère de l'ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement

Plus en détail

Soirée des conseillers syndicaux. 15 Mai 2014

Soirée des conseillers syndicaux. 15 Mai 2014 Soirée des conseillers syndicaux 15 Mai 2014 Présentation Société ACCEO Un bureau d études spécialisé dans 3 domaines à forte technicité Ascenseur et Transport Vertical Efficacité Energétique Accessibilité

Plus en détail

Économies d'énergie Comment agir

Économies d'énergie Comment agir Économies d'énergie Comment agir Impact des nouvelles règlementations thermiques sur les Établissements de Santé 31 mai 2012 Commissariat Général au Développement durable 1 Sommaire Contexte et enjeux

Plus en détail

RT 2012 et responsabilités

RT 2012 et responsabilités RT 2012 et responsabilités UDAF Valence 24/05/2012 Source :Christian Blachot Architecte Nicolas Estrangin (ADIL Information Energie) 1.MODALITÉS TECHNIQUES 24/05/2012 RT2012 et responsabilités 2 Objectifs

Plus en détail

Conférence consultative RT 2102. 20 Octobre 2010. Méthode et impact sur la conception. J.R. Millet CSTB PAGE 1

Conférence consultative RT 2102. 20 Octobre 2010. Méthode et impact sur la conception. J.R. Millet CSTB PAGE 1 Conférence consultative RT 2102 20 Octobre 2010 Méthode et impact sur la conception J.R. Millet CSTB PAGE 1 Exigences et méthode Exigences sur le bâti (Bbio), les consommations (Cep) le confort thermique

Plus en détail

Version 1 / Septembre 2012 BEOPAN ET LA RT 2012

Version 1 / Septembre 2012 BEOPAN ET LA RT 2012 Version 1 / Septembre 2012 BEOPAN ET LA RT 2012 LE PLUS IMPORTANT: RESPECT DE LA RT 2012. Pour les permis déposés à partir du 01/01/2013 1 / Lors du dépôt de permis de construire il faudra fournir une

Plus en détail

MAISON INDIVIDUELLE. Portez un nouveau regard sur l Énergie Bois

MAISON INDIVIDUELLE. Portez un nouveau regard sur l Énergie Bois MAISON INDIVIDUELLE Portez un nouveau regard sur l Énergie Bois ÉVOLUTION Une énergie résolument moderne Authentique et d avenir Le bois se présente en France et en Europe comme la première source d énergie

Plus en détail

LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel»

LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012. «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel» ASSOCIATION PROFESSIONNELLE DE L ENERGIE SOLAIRE LA PLACE DU SOLAIRE DANS LA REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 «Le solaire thermique : le champion de la RT 2012 dans le résidentiel individuel» Contexte : La

Plus en détail

FENETRES A TRIPLE VITRAGE EFFICACITE ENERGETIQUE REELLE EN FRANCE?

FENETRES A TRIPLE VITRAGE EFFICACITE ENERGETIQUE REELLE EN FRANCE? FENETRES A TRIPLE VITRAGE EFFICACITE ENERGETIQUE REELLE EN FRANCE? Le fait d intégrer un triple vitrage dans une fenêtre est de plus en plus souvent présenté comme la seule amélioration possible de sa

Plus en détail

Les énergies renouvelables dans la Réglementation thermique

Les énergies renouvelables dans la Réglementation thermique Les énergies renouvelables dans la Réglementation thermique 10 avril 2013 ROGER Marie-Christine Chef du bureau de la qualité technique et de la réglementation de la construction DGALN/DHUP/QC Le contexte

Plus en détail

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E

J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E J O U R N E E S G EOT H E R M I E EN R E G I O N C E N T R E De l estimation des besoins / critères et exemple Février 2012 Présentation : Jérôme DIOT Directeur Technique EGIS Centre Ouest 1 Sommaire Conception

Plus en détail

Le triple vitrage. Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris. Bruno Carrel

Le triple vitrage. Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris. Bruno Carrel Le triple vitrage Le salon du bâtiment passif 9 & 10 décembre, Paris Bruno Carrel 1. Rappels 2. Parois vitrées et parois opaques 3. Vitrer plus large 4. SGG PLANITHERM LUX 5. Conclusion Le rayonnement

Plus en détail

Comprendre pour mieux choisir.

Comprendre pour mieux choisir. Comprendre pour mieux choisir. Qu est-ce qu une réglementation thermique? Quels sont les avantages de faire construire un appartement RT2012? Qu est-ce que la réglementation thermique française? De tous

Plus en détail

Les indices d une révolution

Les indices d une révolution RT 2012 Les indices d une révolution ÉRIC FeLICE [1] La RT 2012, en rendant obligatoire la conception bioclimatique des bâtiments, bouleverse les règles de construction. Le recours aux énergies renouvelables

Plus en détail

La RT2012 Présenté par Y.FAGON Constructions durables à la DDTM du Finistère

La RT2012 Présenté par Y.FAGON Constructions durables à la DDTM du Finistère La RT2012 Présenté par Y.FAGON Constructions durables à la DDTM du Finistère Conférence sur le thème 27de septembre 2010 l'étanchéité à l'air des bâtiments Ministère de l'écologie, du Développement Durable,

Plus en détail

Réglementation Thermique 2012. Réunion Publique du 3 juillet 2013

Réglementation Thermique 2012. Réunion Publique du 3 juillet 2013 Réglementation Thermique 2012 Réunion Publique du 3 juillet 2013 Déroulement de la présentation Présentation de l Espace Info Energie La RT 2012 : les enjeux nationaux Conciliation enjeux énergétiques

Plus en détail

THERMIQUE RÉGLEMENTATION RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE LA RT 2005

THERMIQUE RÉGLEMENTATION RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE LA RT 2005 THERMIQUE RÉDUIRE LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE Construire une maison bien isolée et faiblement consommatrice d énergie est devenu une priorité. Les systèmes constructifs en béton sont d ores et déjà prêts

Plus en détail