Caroline AUDOUIN Delphine BERNARD Année Item 94. Maladies éruptives de l'enfant

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Caroline AUDOUIN Delphine BERNARD Année 2004-2005 Item 94. Maladies éruptives de l'enfant"

Transcription

1 Caroline AUDOUIN NANTES Delphine BERNARD Année Item 94 Maladies éruptives de l'enfant 1

2 Sommaire : Note : Le purpura n'est pas traité dans cet item, mais il faut toujours garder à l'esprit que tout purpura fébrile est une infection à méningocoque jusqu'à preuve du contraire et représente un danger de mort, nécessitant un traitement en urgence. I Rougeole II Rubéole III Herpès IV Varicelle V Scarlatine VI Maladie de Kawasaki VII Mégalérythème épidermique VIII Exanthème subit IX Mononucléose infectieuse Annexes 1 Tableau récapitulatif 2 Photographies 2

3 I Rougeole 1 ère cause de mortalité infantile en Afrique Etiologie : Paramyxovirus (virus à ARN) Diagnostic clinique : - contage : 10-15j avant l'éruption - invasion : hyperthermie à C catarrhe oculo-nasal pré-éruptif toux sèche signe de Köplick : petits points blancs entourés d'un halo inflammatoire en regard des premières molaires supérieures (photo 1) - éruption cutanée : exanthème maculo-papuleux disparaissant à la vitropression, avec des intervalles de peau saine (photo 2). Débute derrière les oreilles, puis descendante en une seule poussée. Examens complémentaires : inutiles sauf dans les formes compliquées : On peut retrouver une neutropénie, une plasmocytose. La sérologie prélevée immédiatement puis à J10 montre une séroconversion. Complications : - Surinfection de l'arbre respiratoire : otite, laryngite, surinfection bronchique et/ou pulmonaire - Neurologiques : Précoce : encéphalite aiguë post-infectieuse, qui entraîne des troubles de conscience, des déficits neurologiques et des convulsions. On retrouve alors une méningite lymphocytaire, et des ondes delta diffuses à l'eeg. 30% de séquelles, 30% de mortalité Tardive : pan encéphalite sclérosante subaiguë, plusieurs années après l'infection qui entraîne des troubles du comportement, un retard scolaire, des myoclonies, une hypertonie. On retrouve alors des anticorps anti-rougeole dans le LCR et l'eeg montre des bouffées périodiques bilatérales synchrones. Séquelles et mortalité très élevées. - Purpura thrombopénique - Rougeole maligne, exceptionnelle en France, mais fatale avec des formes multiviscérales - Kératite Traitement : - Symptomatique : repos, antipyrétiques Antibiotiques si surinfection Prévention : - Vaccination non obligatoire par vaccin vivant atténué à partir de 1 an avec rappel avant 2 ans. ( contre-indiqué en cas de grossesse ou d'immunodépression) - Eviction scolaire 10j après le début de la fièvre. L'isolement n'est plus utile si le diagnostic est fait à la période éruptive car le patient n'est plus contagieux. - Prophylaxie secondaire : 0.3ml/kg d'immunoglobulines polyclonales dans les 3 jours suivant le contage, à partir de 5 mois. 3

4 II Rubéole Etiologie : togavirus (virus à ARN) Diagnostic clinique : - Asymptomatique dans 1 cas sur 2 - Phase d'invasion discrète : fièvre modérée < 38.5 C arthromyalgies adénopathies occipitales - Exanthème maculeux inconstant, frustre, pâle et fugace (dure 2 à 3 jours) (photo 3). Il débute au visage puis s'étend en moins de 24h au tronc et aux membres supérieurs. Il disparaît à la vitropression. Forme congénitale : Une transmission materno-foetale peut entraîner une embryo-foetopathie, surtout dans les 4 premiers mois de grossesse. A la naissance, l'enfant présente la triade de Gregg : cataracte, surdité, canal artériel perméable, associée à un retard mental. Examens complémentaires : aucun sauf en cas de grossesse pour confirmer le diagnostic. La sérologie prélevée immédiatement puis à J10 montre une séroconversion. On peut retrouver une leucocytose ou une leucopénie et un syndrome mononucléosique. Complications : - Tératogénicité (cf. ci-dessus) - Polyarthrite à J2 disparaissant sans séquelle en jours - Purpura thrombopénique post-éruptif : rare (1/3000) Il apparaît 10 à 15 jours après la fin de l'éruption et régresse en 2 à 4 semaines sous corticoïdes. - Méningo-encéphalite : rare (1/500 à 1/25000) Elle apparaît 2 à 4 jours après la fin de l'éruption et entraîne convulsions, troubles de conscience, ataxie et mouvements anormaux. 30% de mortalité, pas de séquelle si guérison Traitement : - Symptomatique Prévention : - Vaccin vivant atténué à partir de 1 an avec rappel avant 2 ans, non obligatoire - Prévention chez la femme enceinte séronégative : éviction des milieux exposés (santé, enseignement) si contage : 2 sérologies à 15 jours d'intervalle + injection de gammaglobulines spécifiques si infection certaine dans les 3 premiers mois de grossesse interruption de grossesse III Herpès Etiologie : virus à ADN de 2 types Herpes simplex virus 1 et 2 (HSV1 et HSV2) Diagnostic clinique : - HSV1 : gingivo-stomatite aiguë (photo 4) avec ulcérations des muqueuses jugales, gingivales, palatines et amygdaliennes pouvant déborder sur les lèvres et le menton (photo 5), associée à une dysphagie, une douleur pharyngée, une fièvre élevée et des adénopathies sous-angulo-maxillaires. 4

5 - HSV2 : peut entraîner un herpès néonatal par contact direct pendant l'accouchement ou par contamination post-natale. Cela donne un tableau de sepsis néonatal grave avec éruption vésiculeuse et nécrotique diffuse et une atteinte multiviscérale. Examens complémentaires : inutiles en cas de gingivo-stomatite Si suspicion d'herpès néonatal, on fait une PCR : rapide, bonne valeur prédictive positive Complications : - Infection cutanée grave sur une dermatite atopique - Kératite herpétique - Encéphalite herpétique : encéphalite aiguë nécrosante temporale d'évolution gravissime (80% mortalité, séquelles très graves chez les survivants) Traitement : - Symptomatique en cas de gingivo-stomatite : antalgiques de pallier II, réhydratation, bains de bouche avec eau bicarbonatée, aliments froids semiliquides - Aciclovir dans les forme sévères et par voie IV si suspicion d'encéphalite (15mg/kg/8h pendant 21 jours) - Prévention de l'herpès néonatal : Aciclovir per os chez la mère si primo-infection génitale symptomatique en cours de grossesse Césarienne indiquée si primo-infection ou récurrence symptomatique Aciclovir parentéral pour le nouveau-né dans les situations les plus à risque. - Aucun vaccin n'est disponible. IV Varicelle Etiologie : virus varicelle-zona à ADN La contagiosité débute par les gouttelettes de salive quelques jours avant le début de la maladie et se poursuit par les éléments cutanés jusqu'à 5 jours après le début de l'éruption Diagnostic clinique : - Incubation 14 jours - Invasion : fébricule à 38 C, parfois érythème scarlatiniforme fugace - Phase d'état : macules rosées, puis papules prurigineuses, puis vésicules en gouttes de rosée entourées d'un fin liseré érythémateux. Le liquide se trouble, puis la vésicule se déprime (photo 6), laisse place à une croûtelle brunâtre au 4 e jour qui tombe au 10 e jour sans laisser de cicatrice. L'éruption évolue en 4 à 5 phases successives espacées d'une dizaine d'heures, et on retrouve des éléments d'âges différents (photo 7). L'éruption est diffuse sur tout le corps, y compris le cuir chevelu et les muqueuses. S'y associent une fièvre à 38 C et une micro-polyadénopathie surtout cervicale. - Guérison spontanée en jours. Forme néonatale : si la mère débute la varicelle 5 jours avant l'accouchement. Mortalité : 30% Forme congénitale : exceptionnelle, si la mère a la varicelle avant la 20 e semaine d'aménorrhée. Elle entraîne des lésions cutanées cicatricielles, des anomalies oculaires et une atteinte du système nerveux central. 5

6 Diagnostic différentiel : - variole (éradiquée) - zona généralisé chez un immunodéprimé - prurigo, mais se différencie par la dureté de ses papules, la topographie respectant la face et le cuir chevelu, et par le même âge de ses éléments. Examens complémentaires : le diagnostic est clinique PCR dans les formes graves (encéphalites, myélites) Complications : - Chez la femme enceinte : pneumopathie varicelleuse - Chez l'immunodéprimé : lésions cutanées hémorragiques, localisation pulmonaire, encéphalite, hépatite - Surinfections cutanées à Staphylocoque ou à Streptocoque, favorisées par le prurit, voire cellulite qui peut entraîner des nécroses cutanées graves - Neurologiques : Ataxie cérébelleuse qui guérit spontanément en 15 jours Atteinte du VIII : risque de surdité Plus rarement : encéphalite, polyradiculonévrite, myélite, méningite - Purpura thrombopénique aigu, d'évolution bénigne Traitement : - Symptomatique : l'aspirine est contre-indiquée, on utilise plutôt du paracétamol. Les talcs anti-prurigineux sont également contre-indiqués. On préconise des ongles coupés courts et des douches quotidiennes à l'eau tiède avec un savon antiseptique. - Antibiotique si surinfection cutanée - Traitement antiviral chez l'immunodéprimé : Aciclovir intra-veineux Prévention : - Eviction scolaire jusqu'à disparition des croûtes - Immunoglobulines polyvalentes si contage d'un immuno-déprimé avec un enfant varicelleux - Vaccin vivant atténué chez l'enfant atteint d'hémopathie ou de tumeur solide V Scarlatine Etiologie : Streptocoque hémolytique du groupe A avec toxine érythrogène Clinique : - Début brutal : fièvre à C, douleurs pharyngées, céphalées, adénopathies cervicales, tachycardie, nausées, vomissements. - Apparition d'une angine, d'un exanthème et d'une glossite exfoliatrice: angine érythémateuse ou érythémato-pultacée exanthème scarlatiniforme diffus, prédominant aux plis de flexion et respectant les paumes, les plantes de pied et la région péribuccale. Micropapules donnant une sensation de peau en papier de verre. Desquamation à J7 (photo 8) énanthème : langue saburrale (photo 9) qui desquame de la périphérie vers le centre (V lingual) pour devenir uniformément rouge à J5 avec les papilles hypertrophiques (langue framboisée). La langue redevient normale à J15. 6

7 Examens complémentaires : Le diagnostic est clinique. On peut retrouver une polynucléose neutrophile et isoler le streptocoque A dans un prélèvement de gorge. On peut utiliser le Test de Diagnostic Rapide. Complications post-streptococciques : glomérulonéphrite, rhumatisme articulaire aigu... Traitement : antibiothérapie par péni V orale à UI/kg/j pendant 10jours ou par érythromycine si allergie à la pénicilline : mg/kg/j VI Maladie de Kawasaki Etiologie : vascularite d'origine indéterminée, touchant surtout le nourrisson et les enfants de moins de 5 ans Clinique : Nécessité de fièvre > 38,5 C sur plus de 5 jours, et de 4 de ces 5 critères : - Hyperhémie conjonctivale (photo 10) - Enanthème pharyngé + langue framboisée et chéilite (photo 11) - Exanthème morbilliforme puis scarlatiniforme qui siège particulièrement au niveau périnéal (photo 12) - ADP> 1,5cm en cervical entraînant parfois un torticolis - Erythème palmo-plantaire + œdème induré avec desquamation à J7 (photo 13) Chez les nourrissons, le diagnostic est plus subtil et parfois moins de critères sont présents. Formes atypiques : troubles cardio-vasculaires (tachycardie, péricardite), digestifs (diarrhée, pancréatite, ictère), méningite lymphocytaire, arthralgie, myosite, uréthrite, iridocyclite, leucocyturie. Diagnostic différentiel : Scarlatine, syndrome de choc toxique staphylococcique, effets iatrogènes du Tégrétol Paraclinique : - syndrome inflammatoire important : CRP et PCT augmentées - anémie, HPPN, thrombocytose à J10 - protéinurie, leucocyturie++ - écho-cœur : rechercher une dilatation coronaire ou un anévrisme coronaire dès suspicion clinique de Kawasaki puis pendant 6 mois - écho abdo : recherche un hydrocholécyste Complications : - anévrisme coronaire ( 7 à 40% des cas ) => IDM!!! - atteinte myocardite et/ou péricardique( décès possible par myocardite ou embolie cérébrale ) Traitement : - hospitalisation + écho-coeur à J10 - Ig IV : 2g/kg sur une seule journée - Aspirine 80mg/kg/j puis dose anticoagulante si atteinte coronaire - En cas d atteinte coronaire initiale: héparine 7

8 VII Mégalérythème épidémique Etiologie : infection épidémique à Parvovirus B19 chez enfant de 5 à10 ans (ou chez l adulte) Clinique : - Eruption morbilliforme du visage=>aspect souffleté avec pâleur autour de la bouche (pâleur circum orale) (photo 14) - Débute au tronc et s'étend aux membres, avec un aspect en guirlande (dépigmentation des plaques par le centre) (photo 15) - L'érythème fluctue et récidive lors d'exposition au soleil ou à la chaleur, pendant plusieurs mois - Absence de fièvre, pas d AEG Complications : crise érythroblastopénique, avec risque d'aplasie chez les personnes ayant une anémie hémolytique constitutionnelle, et risque d'hémolyse fœtale si femme enceinte Paralinique : sérologie Ig M à parvo B19 Traitement : aucun traitement étiologique, n est plus contagieux lors de l éruption Traitement symptomatique (ex:paracétamol, bonne hydratation) VIII Exanthème subit Etiologie : infection à HHV6 chez enfant de 6 mois à 2 ans Clinique : fièvre à C pendant 3-4 j puis diminution brutale avec éruption maculo-papuleuse fugace sur le tronc ( et les membres ) Complications : Convulsions fébriles!!!! Leucopénie Bombement de la fontanelle Traitement : symptomatique => convulsions!!! IX Mononucléose infectieuse Etiologie : infection à EBV chez l enfant et l'ado Clinique : éruption spontanée rare - éruption morbilliforme sur paumes et plantes après prise d ampicilline plus rarement après prise d autres antibiotiques - contexte d AEG+++, fièvre, angine à fausses membranes, ADP cervicales, splénomégalie, oedème palpébral Paraclinique : - syndrome mononucléosique ( lymphocytose parfois très élevée avec hyper basophilie ) - augmentation des transaminases - diagnostic confirmé par MNI test, IgM anti-vca et absence d anti-ebna Traitement : symptomatique 8

9 Agent infectieux Lésions élémentaires Topographie Rougeole Rubéole Exanthème subit Varicelle Mégalérythème Scarlatine Kawasaki Mononucléose Infectieuse Paramyxovirus Togavirus HHV 6 VZV Parvovirus B19 Streptocoque A Inconnu EBV Maculopapules, confluentes en placards Visage, derrière oreilles puis tronc et membres Enanthème Köplick : tâches blanches sur la face interne des joues Signes associés Toux +/- convulsion Complications Pneumonie, atteinte neuro, kératite Biologie Leucopénie + lymphocytose, puis lymphopénie, IgM Vaccin Vaccin vivant Morbilliforme, rose pâle, parfois absente Visage+ cervical puis tronc, racine des membres, fesses Macules et pétéchies peu fréquentes Adénopathies cervicales, arthralgies, lymphocytose, plasmocytose Encéphalite, arthrite, tératogénicité Leucocytose ou leucopénie, plasmocytose, IgM Maculopapules rose pâle nuque>tronc >racine des membres Visage épargné Macule puis papule puis vésicule Stade d'évolution divers Face>cou Extension centrifuge descendante Rash maculopapuleux en guirlande, face souffletée Visage puis membres Absent Parfois ulcérations Macules, rare piqueté purpurique Rhinite, adénopathies cervicales Leucopénie, convulsions Sd poststreptococcique Leuconeutropénie Fièvre, malaise; prurit Surinfection cutanée, hépatite, encéphalite, tératogène IgM Prurit, arthralgies Erythroblastopénie, hypoplasie médullaire, tératogène Eosinophilie modérée, IgM Macules sans intervalle de peau saine Desquamation Tronc puis membres Plis de flexion++ Glossite langue framboisée Fièvre, desquamation des extrémités Hyperleuco, Streptotest + Vaccin vivant Inexistant Vaccin vivant atténué atténué atténué Traitement Symptomatique Symptomatique Péni V orale : UI/kg/j pendant 10 jours Morbilliforme puis scarlatiniforme Desquamation Tronc et membres Chéilite et glossite Adénopathies, fièvre, conjonctivite Anévrysme coronarien Hyperleuco, CRP, thrombocytose Inexistant Néant Néant Néant Ig IV 1g/kg/j pdt 2j Aspirine 80mg/kg/j Persantine si atteinte coronaire Morbilliforme sous ampicilline Palmo-plantaire Fièvre, AEG, angine, adénopaties cervicales, splénomégalie MNI test, IgM anti-vca, sd mono-nucléosique 9

10 Photographies Photo 1 : Rougeole : signe de Koplick Photo 2 : Rougeole : exanthème maculo-papuleux 10

11 Photo 3 : Rubéole : exanthème maculeux pâle et fugace 11

12 Photo 4 : Herpès : gingivo-stomatite aiguë Photo 5 : Herpès 12

13 Photo 6 : varicelle : vésicules ombiliquées Photo 7 : Varicelle : lésions d'âge différents 13

14 Photo 8 : Scarlatine : desquamation à J7 Photo 9 : Scarlatine : langue saburrale 14

15 Photo 10 : Kawasaki : hyperhémie conjonctivale Photo 11 : Kawasaki : langue framboisée et chéilite 15

16 Photo 12 : Kawasaki : exanthème périnéal Photo 13 : Kawasaki : Desquamation à J7 16

17 Photo 14 : Mégalérythème épidémique : éruption morbilliforme du visage avec pâleur péribuccale Photo 15: Mégalérythème épidémique : aspect en guirlande 17

Module 7 - Edition 2006 - Item 94 page 1 Copyright CMIT ITEM N 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT LES OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2006 - Item 94 page 1 Copyright CMIT ITEM N 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT LES OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2006 - Item 94 page 1 ITEM N 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT LES OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer et distinguer une rougeole, une rubéole, un herpès, un mégalérythème épidémique,

Plus en détail

Ces éruptions de l enfant que l on rencontre aussi chez l adulte

Ces éruptions de l enfant que l on rencontre aussi chez l adulte 12 èmes Rendez-Vous de l Urgence Jeudi 26 novembre 2009 Ces éruptions de l enfant que l on rencontre aussi chez l adulte ou La guerre des boutons Dr Laurent CROCE Praticien Contractuel Urgences Médicales

Plus en détail

VARICELLE ET ZONA DE L ADULTE ETIOLOGIES DES EXANTHEMES FEBRILES

VARICELLE ET ZONA DE L ADULTE ETIOLOGIES DES EXANTHEMES FEBRILES VARICELLE ET ZONA DE L ADULTE ETIOLOGIES DES EXANTHEMES FEBRILES 22 Février 2006 - IFSI Croix Rouge Française Dr Sarah KHATIBI SMIT- PURPAN - CHU TOULOUSE Varicelle Epidémiologie Due à un herpes virus

Plus en détail

Dermatoses fébriles courantes bénignes

Dermatoses fébriles courantes bénignes Dermatoses fébriles courantes bénignes Dr L. HANDIRI GENCEL Praticien attaché Service de dermatologie pédiatrique du Pr TAIEB Hôpital des enfants Bordeaux Dermatoses fébriles courantes bénignes Exanthèmes

Plus en détail

généralités Infections à Herpès virus généralités généralités généralités Virus:

généralités Infections à Herpès virus généralités généralités généralités Virus: généralités Infections à Herpès virus Virus: S. Nguyen 03/2005 multiplication intracellulaire taille: nanomètre pls composants: -acide nucléique (ADN, ARN) -capside -enveloppe ou non généralités herpès

Plus en détail

Item 94 : Maladies éruptives de l'enfant

Item 94 : Maladies éruptives de l'enfant Item 94 : Maladies éruptives de l'enfant Collège National des Enseignants de Dermatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières OBJECTIFS... 3 I Aspects cliniques... 3 I.1 Rougeole,

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 77 page 1 Copyright CMIT ITEM N 77 : ANGINES ET RHINOPHARYNGITES DE L ENFANT ET DE L ADULTE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2008 - Item 77 page 1 Copyright CMIT ITEM N 77 : ANGINES ET RHINOPHARYNGITES DE L ENFANT ET DE L ADULTE OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2008 - Item 77 page 1 ITEM N 77 : ANGINES ET RHINOPHARYNGITES DE L ENFANT ET DE L ADULTE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une angine et une rhinopharyngite II. Argumenter l attitude

Plus en détail

ITEM 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT. CLINIQUE

ITEM 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT. CLINIQUE ITEM 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT. CLINIQUE Terrain Anamnèse Examen dermato Signes de gravité Signes associés - Enfant d âge scolaire - ATCD de maladie éruptive Vaccination à jour Carnet de santé

Plus en détail

FIEVRES ERUPTIVES CHEZ L ENFANT

FIEVRES ERUPTIVES CHEZ L ENFANT FIEVRES ERUPTIVES CHEZ L ENFANT La journée d'automne de la médecine générale Rabat, le 02 décembre 2012 Dr Dalal MANSOUR INTRODUCTION OBJECTIFS SEMIOLOGIE PRINCIPALES MALADIES ERUPTIVES DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL

Plus en détail

Orientations diagnostiques devant : Exanthème, érythrodermie

Orientations diagnostiques devant : Exanthème, érythrodermie Examen National Classant Orientations diagnostiques devant : Exanthème, érythrodermie Exanthème F. CAMBAZARD (St Etienne), Y. DE PROST (Paris, Necker), G. LORETTE (Tours), C. BEYLOT (Bordeaux) Objectifs

Plus en détail

Item 314 Exanthème CEDEF 1,2 III. ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT. Objectif pédagogique. Diagnostic positif

Item 314 Exanthème CEDEF 1,2 III. ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT. Objectif pédagogique. Diagnostic positif Annales de dermatologie et de vénéréologie (2008) 135S, F208 F213 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com III. ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT Item 314 Exanthème CEDEF 1,2 Objectif pédagogique Devant

Plus en détail

Maladies de l enfant.

Maladies de l enfant. Maladies de l enfant. I. Rougeole : Virus Incubation : 8 à 12 jours Entre 2 et 10 ans, bébé rarement touché, non vacciné Prodromes : catarrhe occulo-naso-pharyngée (hypersécrétion des muqueuses telles

Plus en détail

Item 314 Exanthème CEDEF 1,2 III. ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT. Objectif pédagogique. Diagnostic positif. Disponible en ligne sur

Item 314 Exanthème CEDEF 1,2 III. ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT. Objectif pédagogique. Diagnostic positif. Disponible en ligne sur Annales de dermatologie et de vénéréologie (2012) 139, A213 A218 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com III. ORIENTATION DIAGNOSTIQUE DEVANT Item 314 Exanthème CEDEF 1,2 Disponible sur Internet

Plus en détail

Item 314 : Exanthème

Item 314 : Exanthème Item 314 : Exanthème Collège National des Enseignants de Dermatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières OBJECTIFS... 3 I Diagnostic positif... 3 II Diagnostic différentiel... 4

Plus en détail

Item 94 : Maladies éruptives de l'enfant.

Item 94 : Maladies éruptives de l'enfant. Item 94 : Maladies éruptives de l'enfant. Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 Pour mieux comprendre... 1 2 Diagnostiquer et distinguer une maladie éruptive de l'enfant... 2 ENC

Plus en détail

Les maladies éruptives sont fréquentes chez l enfant, et le

Les maladies éruptives sont fréquentes chez l enfant, et le I - 7 Q94 MALADIES ÉRUPTIVES DE L ENFANT RR Dr Amandine Blasquez, Dr Christine Léauté-Labrèze Unité de dermatologie pédiatrique Centre de référence des maladies rares de la peau hôpital Pellegrin-Enfants,

Plus en détail

Item 152: candida, dermatophytes

Item 152: candida, dermatophytes Item 87 Item 152: candida, dermatophytes Facteur favorisant (DB, macération, obésité, défaut d hygiène) à rechercher et à traiter Candida: pathogène peau; saprophyte muqueuse Enduit blanchâtre, détachable,

Plus en détail

Les maladies éruptives de l enfant (94) J.M. Garnier Février 2006

Les maladies éruptives de l enfant (94) J.M. Garnier Février 2006 Les maladies éruptives de l enfant (94) J.M. Garnier Février 2006 Références : Pilly E. Maladies Infectieuses.2000, 17 ème édition. Gaudelus J. Eruptions fébriles. In «Pathologie infectieuse de l enfant».

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 84 page 1 Copyright CMIT ITEM N 84 : INFECTIONS A HERPES VIRUS DE L ENFANT ET DE L ADULTE IMMUNOCOMPETENTS

Module 7 - Edition 2008 - Item 84 page 1 Copyright CMIT ITEM N 84 : INFECTIONS A HERPES VIRUS DE L ENFANT ET DE L ADULTE IMMUNOCOMPETENTS Module 7 - Edition 2008 - Item 84 page 1 ITEM N 84 : INFECTIONS A HERPES VIRUS DE L ENFANT ET DE L ADULTE IMMUNOCOMPETENTS OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer et traiter une poussée d herpès cutané et

Plus en détail

Maladies éruptives de l enfant

Maladies éruptives de l enfant Examen National Classant Module transdisciplinaire 7 : Santé, environnement, maladies transmissibles Maladies éruptives de l enfant NOUVEAU C. BODEMER (Necker-Enfants Malades, Paris), B. CRICKX (Bichat,

Plus en détail

DERMATO-PEDIATRIE PARTIE 2 JEUDI 21 JANVIER 2015 BOULOGNE-SUR-MER

DERMATO-PEDIATRIE PARTIE 2 JEUDI 21 JANVIER 2015 BOULOGNE-SUR-MER DERMATO-PEDIATRIE PARTIE 2 JEUDI 21 JANVIER 2015 BOULOGNE-SUR-MER Dermatite atopique Gale Teigne Pediculose Molluscum contagiosum CAS CLINIQUE PRISE EN CHARGE Diagnostic retenu : ECZEMA HERPETICUM Début

Plus en détail

Varicelle. Cause : Épidémiologie :

Varicelle. Cause : Épidémiologie : Varicelle La varicelle classique sous sa forme de maladie infantile éruptive fréquente, en milieu tempéré, touche plus tardivement l'adulte en milieu tropical où elle est tout aussi caractérisée par sa

Plus en détail

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES

HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES HERPÈS INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition L herpès est une infection systémique qui se manifeste surtout par des lésions muco-cutanées causées par le virus herpès simplex des types 1 et 2. Ne sera abordé

Plus en détail

Virus de la grippe. Introduction. Le virus. Introduction. Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) responsable

Virus de la grippe. Introduction. Le virus. Introduction. Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) responsable Virus de la grippe Introduction Virus très contagieux +++: contamination inter-humaine (gouttelettes) 1- introduction 2- le virus 3- clinique 4- complications 5- traitement S. Nguyen 03/2005 responsable

Plus en détail

FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision. Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil

FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision. Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil FIEVRE CHEZ L ENFANT Du symptôme a la décision Dr FERNANE.A Hôpital André Grégoire Montreuil Définition : Fièvre =Température rectale > 38 c (déréglage du point d équilibre thermique au niveau Hypothalamus)

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant de la fièvre, vomissements ou diarrhée)

Plus en détail

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE

RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE RUBIVIRUS virus de la RUBEOLE... 1 1 GENERALITES... 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE... 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE... 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE...

Plus en détail

Item 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT POINTS IMPORTANTS

Item 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT POINTS IMPORTANTS Item 94 : MALADIES ERUPTIVES DE L ENFANT Objectifs pédagogiques : - Diagnostiquer et distinguer une rougeole, une rubéole, un mégalérythème épidémique, un exanthème subit, une mononucléose infectieuse,

Plus en détail

Orientations diagnostiques devant un érythème (314) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005)

Orientations diagnostiques devant un érythème (314) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005) Orientations diagnostiques devant un érythème (314) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005) Pré-Requis : Lésions élémentaires en dermatologie. Résumé : L'érythème est une rougeur

Plus en détail

La varicelle et le zona sont dus au même virus. La varicelle est le plus souvent bénigne et touche les enfants. Le zona peut se compliquer de

La varicelle et le zona sont dus au même virus. La varicelle est le plus souvent bénigne et touche les enfants. Le zona peut se compliquer de La varicelle et le zona sont dus au même virus. La varicelle est le plus souvent bénigne et touche les enfants. Le zona peut se compliquer de douleurs rebelles et sa fréquence augmente avec l âge après

Plus en détail

HERPES : GROSSESSE ET NOUVEAU-NE

HERPES : GROSSESSE ET NOUVEAU-NE Page 1 sur 7 Mots-clés : Herpès ; nouveau-né ; grossesse Nom Fonction Date Signature Rédaction E BOEZ PH CH Roubaix Avril 08 Validation GEN NPDC PENDANT LA GROSSESSE A) DIAGNOSTIC Le diagnostic repose

Plus en détail

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE

GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE GUIDE DES CONDUITES A TENIR LORS D UNE AFFECTION AIGUE CHEZ L ENFANT ACCUEILLI EN COLLECTIVITE Le Puy-en-Velay, le 22 Septembre 2006 Il faut rappeler que pour toute personne malade (par exemple présentant

Plus en détail

Conférence FLASH DERMATO

Conférence FLASH DERMATO Conférence FLASH DERMATO Item 109: Acné Séborrhée + kératinisation infundibulaire + propionibacterium acnes => inflammation chronique follicule pilosébacée Diagnostic clinique: Séborrhée Lésions rétentionnelles:

Plus en détail

Infections virales materno-foetales. Infections congénitales

Infections virales materno-foetales. Infections congénitales Infections virales materno-foetales Infections congénitales Le virus de la rubéole Famille : Togaviridae Genre : Rubivirus Espèce : Rubella virus Génome ARNsb(+) Capside icosaédrique 60-70 nm Virus enveloppé

Plus en détail

Éruptions fébriles de l enfant (dans un contexte d urgence)

Éruptions fébriles de l enfant (dans un contexte d urgence) 25-140-E-20 Éruptions fébriles de l enfant (dans un contexte d urgence) G. Picherot, S. Barbarot, A. Mouzard Il est fréquent dans un contexte d urgence d être confronté au diagnostic d une éruption fébrile

Plus en détail

MALADIES ÉRUPTIVES DE L'ENFANT

MALADIES ÉRUPTIVES DE L'ENFANT MALADIES ÉRUPTIVES DE L'ENFANT Jean-Bernard Girodias pédiatre 1. Cinquième maladie 2. Maladie de Gianotti-Crosti 3. Maladie de Kawasaki 4. Maladie "mains-pieds-bouche" 5. Purpura méningococcémique 6. Roséole

Plus en détail

Exanthèmes fébriles de l enfant Item 160. A. Raffestin

Exanthèmes fébriles de l enfant Item 160. A. Raffestin Exanthèmes fébriles de l enfant Item 160 A. Raffestin MODE ERUPTIF Lésion élémentaire, avec ou sans intervalle de peau saine (morbilliforme ou scarlatiniforme) Paumes et plantes Fébrile ou non Prurigineux

Plus en détail

PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE

PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE MALADIES INFECTIEUSES PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE PHARYNGO-AMYGDALITE VIRALE INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition La pharyngo-amygdalite virale consiste en une angine (mal de gorge) causée par différents virus

Plus en détail

ANALYSE SEMIOLOGIQUE (1)

ANALYSE SEMIOLOGIQUE (1) Fièvres éruptives Éruption fébrile ANALYSE SEMIOLOGIQUE (1) éléments éruptifs association topographie caractère prurigineux ou non caractères évolutifs Éruption fébrile ANALYSE SEMIOLOGIQUE (2) Contexte

Plus en détail

C@mpus National de pédiatrie et chirurgie pédiatrique Auteur : Pr. A. Bourrillon (Hôpital Robert DEBRE Paris) MAJ : 03/01/2006

C@mpus National de pédiatrie et chirurgie pédiatrique Auteur : Pr. A. Bourrillon (Hôpital Robert DEBRE Paris) MAJ : 03/01/2006 Objectifs : Infections à herpès virus de l enfant immunocompétent [et de l adulte : partie non traitée] Item 84 Objectifs pédagogiques nationaux de l ECN : - Diagnostiquer et traiter une poussée d herpès

Plus en détail

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis ! " #$%&

Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis !  #$%& Ministère de l Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de la Technologie Université Virtuelle de Tunis! " #$%& "' Ce produit pédagogique numérisé est la propriété exclusive de l'uvt. Il

Plus en détail

Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie

Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie Obésité Cushing et corticothérapie Sd néphrotique Anasarque Grossesse préeclampsie Réaction allergique systémique Iatrogénie Motif non rare de consultation. Urgence diagnostique et thérapeutique. Pronostic

Plus en détail

Item 84 : Infections à herpès virus de l'enfant et de l'adulte immunocompétents

Item 84 : Infections à herpès virus de l'enfant et de l'adulte immunocompétents Item 84 : Infections à herpès virus de l'enfant et de l'adulte immunocompétents Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Diagnostiquer et traiter une poussée d'herpès

Plus en détail

DERMATOQUIZZ JUMGA 2010. Dr Anne-Sophie Marchesseau-Merlin

DERMATOQUIZZ JUMGA 2010. Dr Anne-Sophie Marchesseau-Merlin DERMATOQUIZZ JUMGA 2010 Dr Anne-Sophie Marchesseau-Merlin Cas 1 A-Syndrome de Gianotti- Crosti B-Psoriasis C-Purpura rhumatoide Cas 1 A-Syndrome de Gianotti- Crosti B-Psoriasis C-Purpura rhumatoide Acrodermatite

Plus en détail

MALADIES ÉRUPTIVES, PURPURAS ET DERMITES DE L'ENFANT

MALADIES ÉRUPTIVES, PURPURAS ET DERMITES DE L'ENFANT MALADIES ÉRUPTIVES, PURPURAS ET DERMITES DE L'ENFANT Jean-Bernard Girodias pédiatre Jean-Bernard Girodias / CHU Sainte-Justine, Montréal / 2010 1 CINQUIÈME MALADIE (érythème infectieux) DERMITE À RHUS

Plus en détail

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur)

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) La fièvre Définitions Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) Température rectale> 38 Définitions Fièvre aiguë: Depuis moins de

Plus en détail

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV)

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) 1 1 GENERALITES 2 1.1 AGENT PATHOGENE, RESERVOIR, SOURCE 2 1.2 EPIDEMIOLOGIE GENERALE 2 1.3 VIABILITE, RESISTANCE PHYSICO-CHIMIQUE

Plus en détail

Vacciner ou ne pas vacciner contre la varicelle? Isabelle LOECKX Janvier 2006

Vacciner ou ne pas vacciner contre la varicelle? Isabelle LOECKX Janvier 2006 Vacciner ou ne pas vacciner contre la varicelle? Isabelle LOECKX Janvier 2006 La varicelle: généralités Virus Herpes simplex (ou varicellae). Maladie infantile très contagieuse, souvent considérée comme

Plus en détail

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV)

VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) VIRUS de la VARICELLE et du ZONA (VZV) Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé par des

Plus en détail

Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller?

Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller? Eruptions de l enfant l sous traitement(s): qu en penser, jusqu où aller? Dominique Hamel Groupe hospitalier Necker Enfants-Malades dominique.hamel-teillac@nck.aphp.fr Urticaire? Rash maculopapuleux ou

Plus en détail

Item 94-Maladies éruptives de l enfant

Item 94-Maladies éruptives de l enfant Annales de dermatologie et de vénéréologie (2008) 135S, F54 F58 Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com I. MODULES TRANSDISCIPLINAIRES Module 7 : Santé et environnement, maladies transmissibles Item

Plus en détail

Stage de médecine générale DCEM3 21 Septembre 2010 YOGESPARAN Kirushaanthy

Stage de médecine générale DCEM3 21 Septembre 2010 YOGESPARAN Kirushaanthy Stage de médecine générale DCEM3 21 Septembre 2010 YOGESPARAN Kirushaanthy Cas clinique 1 Ce nourrisson de 6 mois présente depuis l'âge de 2 mois ces lésions très prurigineuses des convexités faciales,

Plus en détail

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT

LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT LES ÉPIDÉMIES NE CONCERNENT PAS SEULEMENT LES PATIENTS Monica Attinger Unité HPCI VD SSSH -16 mars 2013 /CHUV Rappel Infection : envahissement de l organisme par des germes capables de provoquer une maladie

Plus en détail

Varicelle et grossesse

Varicelle et grossesse CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Varicelle et grossesse Atelier Siemens, Mai 2013 L. Grangeot-Keros, Centre National des Infections rubéoleuses materno-fœtales Hôpital Paul Brousse, Villejuif

Plus en détail

Streptococcies. Pr. M. Messast

Streptococcies. Pr. M. Messast Streptococcies Pr. M. Messast Introduction Infections fréquentes et polymorphes Deux groupes de maladies Infectieuses Post-streptococciques Streptococcus : polysaccharides C 18 sérogroupes groupables :

Plus en détail

LES VIROSES GRAVES. JP STAHL Infectiologie CHU de Grenoble

LES VIROSES GRAVES. JP STAHL Infectiologie CHU de Grenoble LES VIROSES GRAVES JP STAHL Infectiologie CHU de Grenoble Une histoire clinique Jeune homme de 16 ans Angine érythémateuse, survenue brutale Adénopathies cervicales et sousmentonnières, non douloureuses,

Plus en détail

Fièvre aigue. Définitions. Prise de la température. Définition fièvre aigue

Fièvre aigue. Définitions. Prise de la température. Définition fièvre aigue Fièvre aigue Sémiologie DCEM1 Fièvre aiguë et éruptions fébriles chez l'enfant aux urgences Pr Albert FAYE Service de Pédiatrie Générale Hôpital Robert Debré Définition Conduite de l interrogatoire des

Plus en détail

Infections virales de la peau

Infections virales de la peau Infections virales de la peau Infections virales de la peau Herpesvirus: HSV1 (et 2) Virus de la varicelle et du zona: VZV Rougeole Rubéole ErythrovirusB19 (Parvovirus B19) Papillomavirus Poxvirus: virus

Plus en détail

La varicelle à l hôpital, c est si grave? Forum HPCI du 08.03.2011. Isabelle Federli, Inf. HPCI, CHUV

La varicelle à l hôpital, c est si grave? Forum HPCI du 08.03.2011. Isabelle Federli, Inf. HPCI, CHUV La varicelle à l hôpital, c est si grave? Forum HPCI du 08.03.2011 Isabelle Federli, Inf. HPCI, CHUV Varicelle Infantile Commune Très contagieuse La plupart du temps bénigne 2 Pathogène Varicellazostervirus

Plus en détail

MALADIES INFANTILES. Dr Claudia HOSPICE Septembre 2013

MALADIES INFANTILES. Dr Claudia HOSPICE Septembre 2013 MALADIES INFANTILES Dr Claudia HOSPICE Septembre 2013 Les maladies éruptives La coqueluche Le syndrome de Kawasaki LES MALADIES ERUPTIVES Rougeole Rubéole Mégalérythème épidémique Exanthème subit Mononucléose

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

LES MALADIES DU NOUVEAU NE

LES MALADIES DU NOUVEAU NE PEDIATRIE LES MALADIES DU NOUVEAU NE I - DERMATOLOGIE A - L'ERYTHEME TOXIQUE 1 ère semaine de vie. Touche 1/3 des nourrissons. Érythème généralisé. Donne des papules blanches disséminées sur tout le corps.

Plus en détail

1 - MALADIES INFECTIEUSES TRANSMISSIBLES

1 - MALADIES INFECTIEUSES TRANSMISSIBLES PROCÉDURE RELATIVE AUX MALADIES INFECTIEUSES TRANSMISSIBLES ET AUX MALADIES À DÉCLARATION OBLIGATOIRE Références - Arrêté du 3 mai 989 Durées et conditions d'éviction, mesures de prophylaxie à prendre

Plus en détail

MINI MODULE D'AUTO-ENSEIGNEMENT DE PEDIATRIE 4 ème ANNEE DE MEDECINE FIEVRES ERUPTIVES

MINI MODULE D'AUTO-ENSEIGNEMENT DE PEDIATRIE 4 ème ANNEE DE MEDECINE FIEVRES ERUPTIVES FACULTE DE MEDECINE ET DE PHARMACIE DE RABAT Professeur Laïla EL HARIM - ROUDIES DEPARTEMENT DE PEDIATRIE SERVICE DE PEDIATRIE I MINI MODULE D'AUTO-ENSEIGNEMENT DE PEDIATRIE 4 ème ANNEE DE MEDECINE FIEVRES

Plus en détail

Un homme de 26 ans se présente aux urgences pour une éruption fébrile

Un homme de 26 ans se présente aux urgences pour une éruption fébrile Une fièvre, un exanthème et des taches blanches orales Fever, exanthema and oral white spots N. Kluger (Department of Dermatology, Venereology and Allergology, Institute of Clinical Medicine, University

Plus en détail

Les manifestations la grippe

Les manifestations la grippe Les manifestations la grippe Les manifestations de la grippe sont assez caractéristiques: Un début souvent brutal Le début de la grippe est le plus souvent brutal, apparaissent ainsi: Courbatures, Douleurs

Plus en détail

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006

Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives. Paris, 13 décembre 2006 Borréliose de Lyme : démarches diagnostiques, thérapeutiques et préventives Paris, 13 décembre 2006 Quatre questions Question 1 - Sur quels éléments cliniques et épidémiologiques faut-il évoquer le diagnostic

Plus en détail

Infections à herpes virus de l adulte immunocompétent (84) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003

Infections à herpes virus de l adulte immunocompétent (84) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Infections à herpes virus de l adulte immunocompétent (84) Association des Professeurs de Pathologie Infectieuse et Tropicale Juin 2003 Cours

Plus en détail

FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS

FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS FACULTE DE MEDECINE DE TUNIS Session de Juillet 2013 DCEM1 MODULE : MICROBIOLOGIE-PARASITOLOGIE-PHARMACOLOGIE-PATHOLOGIE INFECTIEUSE PATHOLOGIE INFECTIEUSE CLINIQUE QCM : Une ou plusieurs propositions

Plus en détail

La pseudo polyarthrite rhizomélique

La pseudo polyarthrite rhizomélique La pseudo polyarthrite rhizomélique Journée de formation médicale continue Jeudi 29 janvier 2015 Béatrice Bouvard Conflits d intérêts de l orateur en rapport avec le thème de la conférence AUCUN La PPR

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 Copyright CMIT ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX

Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 Copyright CMIT ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX Module 7 - Edition 2008 - Item 82 page 1 ITEM N 82 : GRIPPE OBJECTIFS TERMINAUX I. Diagnostiquer une grippe II. Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient INTRODUCTION - Maladie

Plus en détail

Diagnostic virologique des infections de la peau

Diagnostic virologique des infections de la peau Le Collège des Maladies infectieuses Microbiologie & Parasitologie Mycologie 16 février 2012 Diagnostic virologique des infections de la peau Dr Naila Hannachi Ben Sayah Laboratoire de Microbiologie CHU

Plus en détail

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique Méningites Définition Inflammation des méninges, les 3 membranes qui recouvrent le cerveau et la moelle épinière 1- définition 2- démarche diagnostique : PL 3- méningites bactériennes 4- méningites virales

Plus en détail

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable.

Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) est stable. SAISON 2011/2012 Quels virus en 2011/2012 Ce sont les mêmes : Virus A (H1N1) Virus A (H3N2) Virus B Virus A (H1N1) est stable. Les 3 types de virus de la grippe Virus grippal Type A Type B Type C Espèces

Plus en détail

Quel est votre diagnostic?

Quel est votre diagnostic? Quel est votre diagnostic? Simon Nigen, MD, FRP, Université de Montréal as n 1 e patient se plaint d un prurit occasionnel empiré lorsqu il se gratte. e patient souffre de dermographisme. ette condition

Plus en détail

Sommaire. MALADIES INFECTIEUSES éruptives et non éruptives. Quelques définitions. Bulle : vésicule de grande taille, phlyctène

Sommaire. MALADIES INFECTIEUSES éruptives et non éruptives. Quelques définitions. Bulle : vésicule de grande taille, phlyctène Sommaire I. Principales lésions rencontrées MALADIES INFECTIEUSES éruptives et non éruptives II. Quelques définitions et mesures de santé publique III. Caractéristiques des principales maladies éruptives

Plus en détail

Item 314 : Exanthème - Erythrodermie

Item 314 : Exanthème - Erythrodermie Item 314 : Exanthème - Erythrodermie Date de création du document 2008-2009 Table des matières 1 CAT devant un éxanthème fébrile...1 ENC : OBJECTIFS Devant un exanthème ou une érythrodermie, argumenter

Plus en détail

Quelques définitions. Mesures de santé publique. MALADIES INFECTIEUSES éruptives et non éruptives. Etapes d une maladie infectieuse

Quelques définitions. Mesures de santé publique. MALADIES INFECTIEUSES éruptives et non éruptives. Etapes d une maladie infectieuse MALADIES INFECTIEUSES éruptives et non éruptives I. Principales lésions rencontrées II. Quelques définitions et mesures de santé publique PRINCIPALES LESIONS Macule : tache rouge +/- grosse, plane,avec

Plus en détail

Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 Copyright CMIT ITEM N 20 : PREVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION)

Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 Copyright CMIT ITEM N 20 : PREVENTION DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION) Module 7 - Edition 2008 - Item 20 page 1 ITEM N 20 : DES RISQUES FŒTAUX : INFECTION, (MEDICAMENTS, TOXIQUES, IRRADIATION) OBJECTIFS TERMINAUX I. Expliquer les éléments de prévention vis-à-vis des infections

Plus en détail

Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble

Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Orientation diagnostique devant une ulcération ou érosion des muqueuses orales et génitales (343) Professeur Jean-Claude BEANI Avril 2004 (Mise à jour juin 2005) Pré-Requis : Lésions élémentaires en dermatologie

Plus en détail

Pseudopolyarthrite rhizomélique

Pseudopolyarthrite rhizomélique Pseudopolyarthrite rhizomélique C est l histoire D une vieille dame de 76 ans, sans problème particulier, jusqu au jour où. CLINIQUE -Elle se plaint de douleurs des épaules et des hanches avec des épisodes

Plus en détail

Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort)

Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort) Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort) Motif de consultation Mr F, 38 ans, consulte aux urgences dans la nuit aux environ de 4h pour douleur dentaire avec œdème de la face.

Plus en détail

40 cas cliniques dermato : maladies de peau courantes

40 cas cliniques dermato : maladies de peau courantes Évaluez vous 40 cas cliniques dermato : maladies de peau courantes IFMT IFMT-MS-2006-dermatologie 1 1 Impetigo (pyoderma) Enfant Localisation IFMT-MS-2006-dermatologie 2 2 eczema atopique Enfant Localisation

Plus en détail

Encéphalites: attitude pratique. Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France

Encéphalites: attitude pratique. Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France Encéphalites: attitude pratique Pr Brigitte CHABROL Service de Neurologie Pédiatrique CHU Timone, Marseille, France Encéphalites Problème fréquent 10-13 /100 000 enfants /an HSV: 1/ 250 à 500.000 enfants/

Plus en détail

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS

Coqueluche. Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Coqueluche Journée des correspondants para médicaux 11 avril 2013 Dr Corinne DENIS Définition et mode de transmission La coqueluche est une infection bactérienne peu ou pas fébrile de l'arbre respiratoire

Plus en détail

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE

COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE XVII ème Congrès national de la SFHH Nantes 1 er juin 2006 COQUELUCHE CHEZ UN SOIGNANT DE LA MATERNITE : GESTION DE LA CRISE F. Bureau-Chalot 1, F. Fidel 1, A. Henry 1, L. Brasme 1, C. Quéreux 2, P. Morville

Plus en détail

Ordonnance sur les déclarations de médecin et de laboratoire

Ordonnance sur les déclarations de médecin et de laboratoire Ordonnance sur les déclarations de médecin et de laboratoire Modification du 15 décembre 2003 Le Département fédéral de l intérieur arrête: I L ordonnance du 13 janvier 1999 sur les déclarations de médecin

Plus en détail

Syndrome de Stevens-Johnson. Pr A Galetto

Syndrome de Stevens-Johnson. Pr A Galetto Syndrome de Stevens-Johnson Pr A Galetto 1 CAS Une garçon de 7 ans a de la fièvre et des douleurs en avalant depuis 5 jours. Il y a deux jours, une éruption a débuté sur son thorax avec des macules qui

Plus en détail

INTRODUCTION I. FIÈVRE. I.1 La fièvre chez l enfant. I.2 Fièvres aiguës chez l enfant

INTRODUCTION I. FIÈVRE. I.1 La fièvre chez l enfant. I.2 Fièvres aiguës chez l enfant INTRODUCTION Ce cours a pour but de vous donner les bases de diagnostic et de prise en charge des maladies infectieuses pédiatriques les plus importantes. Au terme de vos 6 années de médecine, il sera

Plus en détail

HERPES SIMPLEX VIRUS (HSV)

HERPES SIMPLEX VIRUS (HSV) Page 1/11 HERPES SIMPLEX VIRUS (HSV) SOMMAIRE Ce document concerne l'évaluation des risques biologique en milieu de soins. Il est complémentaire du guide EFICATT de l'inrs et a été élaboré puis validé

Plus en détail

Infections à Virus Herpès (herpès, varicelle, zona) Dr Patrick Miailhes

Infections à Virus Herpès (herpès, varicelle, zona) Dr Patrick Miailhes Infections à Virus Herpès (herpès, varicelle, zona) Dr Patrick Miailhes Service de Maladies Infectieuses et tropicales, Hôpital de la Croix-Rousse, Lyon Généralités Caractères res communs à tous les virus

Plus en détail

Infections à herpès virus de l enfant et de l adulte immunocompétent

Infections à herpès virus de l enfant et de l adulte immunocompétent Examen National Classant Module transdisciplinaire 7 : Santé, environnement, maladies transmissibles Infections à herpès virus de l enfant et de l adulte immunocompétent Varicelle et zona C. BEYLOT (Bordeaux),

Plus en détail

Le dépistage des risques en cours de la grossesse

Le dépistage des risques en cours de la grossesse Le dépistage des risques en cours de la grossesse DR : BOUCHOUCHA-H Le plan du cours Introduction Les risques à dépistés et les moyens de dépistage L échographie : Conclusion -iso-immunisation : GR-RH

Plus en détail

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause... Sommaire Introduction... 9 N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...14 N 89. Déficit neurologique récent (voir item 335)... 15 Caractériser

Plus en détail

Infections à Herpesviridae

Infections à Herpesviridae Les herpès virus comprennent le groupe HSV (HSV-1, HSV-2), le virus de la varicelle et du zona (VZV), le virus de la mononucléose infectieuse (EBV), le cytomégalovirus (CMV), l HHV-6, l HHV-7 et l HHV-8.

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection?

Quelles sont les maladies contre lesquelles mon enfant devrait recevoir une protection? Qu est-ce que l immunisation? L immunisation est un processus qui permet au corps de lutter contre les maladies causées par certains virus et bactéries. L un des moyens d être immunisé est de recevoir

Plus en détail

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE

TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME DESC REANIMATION MEDICALE TOXIC SHOCK SYNDROME Généralités Syndrome du à une sécrétion d exotoxine Staphylocoques, Streptocoque groupe A Manifestations cliniques non liées au lieu

Plus en détail