LES PORCELAINIERS JUIFS A FONTAINEBLEAU

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES PORCELAINIERS JUIFS A FONTAINEBLEAU"

Transcription

1 LES PORCELAINIERS JUIFS A FONTAINEBLEAU Frédéric VIEY 1

2 Parmi les grands porcelainiers sous le Consulat et le Premier Empire à Paris, comme Nast, Dagoty, Darte frère, Schoelcher, ou Dihl, il y eu trois fabricants de porcelaine juifs dont le plus important et le plus connu fut sans conteste Baruch Weil. Pourtant ce fut Jacob Benjamin, fournisseur aux Armées, qui après avoir vendu sa fabrique à Marc Schoelcher (père de Victor), en ouvrit une à Fontainebleau dans les dépendances de l Hôtel Pompadour. Baruch Weil la racheta et ouvrit à Paris un magasin pour écouler sa production quelques années plus tard ce fut Jacob Mardoché dit Jacob Petit qui reprenait la fabrique bellifontaine et pour l agrandir la translata au Prieuré à Avon. D après le recensement de la population israélite de Paris en 1809 furent répertoriés: un fabricant de Porcelaine et cinq peintres sur porcelaine. Le fabricant de Porcelaine était Baruch Weil et les peintres en Porcelaine: Meyer Menassé, Abraham Lambert, Raphaël Marx et Salomon David. Maintenant, voyons pourquoi se développa à Fontainebleau et à Avon l art du feu autour de la céramique et de la porcelaine: Naissance de la Céramique et de la Porcelaine à Avon et à Fontainebleau ''La couche de sable fournit encore un des éléments dont on compose, dans le pays, le mortier employé dans les constructions, et lorsqu'elle est parfaitement blanche, elle peut servir à la fabrication du verre de première qualité, et de la couverte qui vernit nos faïences communes de France. La pâte de porcelaine tendre, faite anciennement à Sèvres, et qui est appelée aujourd'hui vieux Sèvres, était formée, pour quarante cinq centièmes de sable de Fontainebleau. En mars 1640, Antoine Clerici, séduit par l'abondance et la qualité de cette matière première, obtint du roi des lettres patentes qui l'autorisaient à établir une verrerie au Montceau; cette manufacture créée dès l'année suivante, fonctionna assez longtemps et était renommée par la finesse de son cristal. Au milieu du XIIIème siècle, le sable blanc de la forêt était employé pour la manufacture de Vincennes. Plus récemment les verreries et faïenceries de Paris, Choisy-le-Roi, Montereau, Chantilly, Nevers, Giens, etc... le recherchèrent, et il fut exporté jusqu'en Italie, en Belgique, et en Angleterre. Les frais de fortage étaient en général, très élevées, ils atteignirent jusqu'à 4 francs par mètre cube. Cette exploitation a presque complètement cessé depuis une dizaine d'années; elle s'est transportée aux environs de Nemours. Les principaux lieux d'extraction ont toujours été: La Plaine du Fort des Moulins, La Malmontagne, principalement les Erables et Déluge; toutes les assises sableuses de la forêt ont, d'ailleurs, le degré de pureté nécessaire à cet usage, lorsqu'elles ont été recouvertes et protégées d'une couche suffisamment épaisse pour n'être pas jaunie par des infiltrations ferrugineuses''. (Tiré de ''Histoire de la forêt de Fontainebleau'' de Paul Domet

3 Cette industrie de l art du feu à Fontainebleau disparut pour renaître au lendemain de la Révolution grâce à une fabrique de porcelaine blanche créée en l'an V par Jacob Benjamin et Lalouette. Elle appartenait en 1801 à Baruch Weil qui y travailla avec quarante quatre ouvriers, jusqu'à sa mort en Jacob Petit racheta la fabrique et l installa aux Basses-Loges sur la Commune d'avon en Il imita avec cent cinquante ouvriers la porcelaine de Saxe. Son successeur E. Jacquemin transféra ses fours à la Cave Coinart à Avon. L Almanach historique, topographique et statistique du département de Seineet-Marne de 1881 décrivait très bien l histoire des premiers émailleurs à Avon notamment celle d Antoine Cléricy : Enfin, M. Millet, chef de la fabrication à la Manufacture de Sèvres, a publié en 1776 une esquisse de la vie et des œuvres de cet ouvrier du roi en terre sigillée Antoine eut un fils, prénommé comme lui, né à Fontainebleau en 1633, qui devint peintre en portrait, fut reçu en 1663 à l Académie de Peinture et sculpture.. Les porcelainiers à L Hôtel Pompadour à Fontainebleau. La faïence et la porcelaine avaient disparu pour renaître au lendemain de la Révolution grâce à une fabrique de Porcelaine blanche créée en l an III par Jacob Benjamin et Lalouette dans l Hôtel de Pompadour. L Abeille de Fontainebleau publia, entre le 23 septembre et 21 octobre 1892, des articles sur l Hôtel Pompadour où il fut fait état de la fabrique de Porcelaine:.. A la Révolution, les scellés furent mis sur l hôtel du Gouvernement, puis son possesseur le comte de Montmorin, ancien maire de Fontainebleau, ayant péri dans les massacres de septembre 1792, l hôtel fut saisi comme bien national de première origine et mis en vente au district de Melun.. Le 24 messidor an III (2 juillet 1795), par acte passé devant Me Lisle, notaire à Fontainebleau, Guilleminet revend l hôtel Pompadour à un nommé Benjamin, fabricant de porcelaine, moyennant livres, toujours en assignats. En l an VIII, le 8 vendémiaire (30 septembre 1799), l hôtel est divisé en trois parties dont deux, les parties sur le boulevard, restant de l ancien hôtel du Gouvernement, dont ils formaient les communs, écuries et remises, sont distraites en faveur de Benjamin et de Aaron Schmoll, ce dernier beau-père de Baruch Weil, également fabricant de porcelaine maison Chenvière)... Le 8 décembre 1810, le prince de Wagram achète de Baruch Weil et d Hélène Schoubach, son épouse, la maison distraite de la propriété en l an VIII et la fabrique de porcelaine est transférée rue de Ferrare, dans l ancien hôtel des Ecuries de la Reine mère, appartenant alors au général comte Durosnel. Vendue depuis à Jacob Petit et à Mardoché Petit*, elle fut réinstallée le 7 juin 1851, aux Basses-Loges, dans l ancienne propriété d Etienne Bezout, dont le jardin provenait de la propriété des Carmes. Ils eurent pour successeur le statuaire Jacquemin, précédemment leur employé, qui avait appris le dessin sous la direction du peintre Vinchon (1). 3

4 Après la mort du prince de Wagram, la propriété fut mise en vente en deux lots : 1 l hôtel proprement dit et ses dépendances ; 2 la maison de Baruch Weil, achetée 1,200 francs, mais que le prince avait dû payer 33,000 francs pour la joindre à nouveau à sa propriété. En 1821, le baron d Hannecourt sépara, de nouveau et définitivement, de l hôtel Pompadour les bâtiments vendus une première fois, en 1810, à Benjamin, Schmoll et Baruch Weil (2) * il s agit en fait de Jacob Mardoché dit Jacob Petit 1) Jacquemin nous disait, en 1864, que si les anciens registres de la maison qui avaient disparu pouvaient être retrouvés, on y rencontrerait d intéressants détails sur la manufacture de porcelaine très anciennement établie à Fontainebleau et qui en un temps porta le nom de manufacture royale. (2) Benjamin, Aron Schmoll et Baruch Weil, ont laissé dans la communauté israélite de Paris des souvenirs qui ne sont pas encore, malgré le temps écoulé, complètement effacés. Benjamin, fournisseur des armées républicaines et impériales, était proche parent de la famille Cerfberr. Aaron Schmoll, qui fut jadis dans une situation brillante, a été longtemps à la tête de la Communauté israélite de Paris. Baruch Weil était le père de l huissier Godchaux Weil qui avait pris, en littérature, le pseudonyme de Bon-Lévy et qui est l auteur d un livre d éducation israélite estimé : Les Matinées du Samedi (Archives Israélites, 27 octobre 1892). Nous sommes au regret de ne pouvoir donner plus de renseignements sur les travailleurs de cette manufacture qui fut très prospère et donna de jolies imitations des produits de Saxe. Nous ne terminerons pas cependant sans citer les noms de quelques membres de cette colonie d artistes israélites que nous trouvons sur les registres de l état civil. Le 6 mars 1805, le Polonais Salomon Bir, employé à la manufacture, épousait Hindlé Cahen, de Metz. Ses témoins étaient Lazare Weil, également employé à la manufacture, et Alcan, peintre en miniature. L Hôtel Pompadour fut vendu le 8 décembre 1810, par Baruch Weil et Hélène Schoubach, son épouse, au Prince de Wagram. La fabrique de la Rue de Ferrare appartenait en 1801 à Baruch Weil qui y travaillât avec 44 ouvriers jusqu à sa mort en Le directeur de cette fabrique fut Lazare Weil, son père. Celui-ci se déclara comme tel lors de la fixation de son nom selon le décret du 20 juillet 1808 en Mairie de Fontainebleau. Jacob Petit, Cerf Weil et 4

5 Godechaux Baruch Weil, alias Ben Levi, tentèrent de rester dans Fontainebleau. En 1851, Jacob Petit, étant devenu le seul propriétaire depuis 1834, dût translater sa fabrique aux Basses-Loges. Il y réalisa avec 150 ouvriers de la porcelaine dite de Saxe. L Hôtel Pompadour fut vendu, le 8 décembre 1810, par Baruch Weil et Hélène Schoubach, son épouse, au Prince de Wagram. Cette même propriété fut, après de nombreuses mutations de propriété, achetée par M. Michel Ephrussi, qui ne la garda que quelques années avant le XXème siècle. Les Benjamin, les Aron Schmoll, les Baruch Weil ont été les précurseurs de la petite communauté israélite de Fontainebleau actuelle ; mais il y avait dès la fin du siècle dernier assez d israélite à Fontainebleau pour qu ils y eussent un cimetière depuis longtemps disparu, d ailleurs dans le haut de la Rue de l Arbre Sec. Le cimetière israélite actuel de cette localité est situé en dehors de la ville, bien entendu, mais dans une enclave de la célèbre forêt de l Etat. D après la monographie de l Hôtel de Pompadour, c est bien en date du 24 Messidor an III (12 juillet 1795) que cette propriété fut revendue à Jacob Benjamin. En l an VIII, l Hôtel fut divisé en trois parties, dont deux furent données à Benjamin et Aaron Schmoll. La Calicoterie, les communs de l Hôtel de Pompadour, fut utilisée comme fabrique de porcelaine d Art. Rachetée par Baruch Weil. Cette fabrique fut transférée plus tard rue de Ferrare, dans l ancien Hôtel des Ecuries de la Reine Mère. Jacob Petit qui en fut le nouveau propriétaire à partir de 1834, l établit vers 1851 aux Basses-Loges à Avon. Etat des fabricants de Porcelaine établis à Paris depuis : nom et demeures : en activité : observations : : : Sous le nom de Monsieur : : Houel et Benjamin : le Comte d'artois, Rue : : ont failli : du Fbg St Denis n 144 : : Schoelcher, a cessé : : : Rue Crussol n 8 : Neppel : Potter et Cie, ont cédé aux créanciers : : : et failli : : : Blancheron, a failli : : : Benjamin (Jacob) : : : Constant, fabrique et fait cuire des : : : biscuits : : : Rue de Charonne : Darte frères : Lévy et Cie, Pressinger cédé avec : : : pertes. 5

6 : : Jacob Benjamin Jacob Benjamin était un gros fournisseur de l Armée: aliments, bétail, habillements, cavalerie, harnachement, bois de chauffage, lui seul fut chargé d'approvisionner et d'entretenir l un des plus gros corps de troupe que la France eut sur pied. Demeurant rue du Grenier-St-Lazare, il fut l'un des Juifs les plus influents de la Section de la Réunion. Il s engagea en politique et milita pour l émancipation et la reconnaissance des droits civiques des Juifs de Paris dès Il interpella le Comité de Constitution par la voix du Journal de Paris en écrivant: Les Juifs patentés sont reconnus actifs. C est un premier point. Il est à présumer que bientôt l Assemblée Nationale étendra ce bienfait à une nation entière, qui n a besoin que d un sort plus heureux pour développer plus d énergie et de vertus. En d autres circonstances pour ces expressions philosophiques et son désintéressement, le Comité lui adressa une mention civique et il reçut le baiser fraternel du Président. Pourtant, en 1792, Jacob Benjamin fut accusé de corruption pour avoir obtenu à bon compte une adjudication d approvisionnement pour l Armée à Briançon, il était à cette époque Munitionnaire général de la viande de l Armée des Alpes. La femme de Jacob Benjamin écrivit à la Convention pour faire libérer son mari en ces termes: Plus de deux cents cinquante agents subalternes restent à ses ordres, et il ne peut les surveiller... La Section du Marais s est engagée de la confection de partie des chemises et peut à cet égard rendu à mon mari la justice qu il réclame... L événement fut assez sérieux pour paraître dans La Gazette Nationale ou Le Moniteur Universel des 9, 13, 20 et 29 novembre 1792 dont les quelques extraits suivants: 9 novembre 1792, An 1 er de la République Française; Cambon au nom du Comité des finances accuse de fraude sur un premier marché de 500 chevaux de Hussard, sur un deuxième marché de lard salé, de bœuf salé, moutons sur pied, riz etc... pour l approvisionnement de Briançon, des forts qui en dépendent et s il y a lieu d Embrun et de Mont Dauphin... Le 13, Cambon, Manuel et Tallien le firent mettre en état d accusation provisoire. Le 29 novembre; extrait de l acte d accusation: Une grande partie des fournitures sont de la plus mauvaise qualité: sur 4000 paires de souliers 1900 ont été mises au rebut. Nous avons vu dans un marché passé entre Benjamin et deux citoyens d Avallon, que le Juif Benjamin a acheté le lard salé 62 livres le quintal... Le 15 décembre 1792, les trois prisonniers de l Abbaye de St-Germain savoir; Benjamin Juif, Délayant et Vincent commissaires, furent transférés à Lyon. L affaire fut plaidée devant le tribunal criminel du département de Rhône-et-Loire à Lyon. Le 22 janvier 1793, par arrêt de la Cour, Jacob Benjamin fut, avec ses co-inculpés, acquitté de l accusation portée contre eux par le décret du 7 décembre On peut penser qu une cabale avait été montée contre certains munitionnaires juifs, dont les premiers visés furent Cerfbeer de Mendelsheim, syndic des juifs d Alsace, Théodore son fils, Berr Isaac Berr, etc.., qui connurent la prison parce que soupçonnés de spéculation. Jacob Benjamin, marié sans doute en premières noces avec Betzi, était le gendre de Théodore Cerfberr. 6

7 Jacob Benjamin, propriétaire à Fontainebleau de nombreux biens nationaux notamment l Hôtel Richelieu acheté après l an II, fut également Colonel des gardes nationaux de Dixmont, district de Joigny. Dans l acte de vente d une fabrique de Porcelaine, sise rue du Faubourg St Denis à Paris à Marc Schoelcher en date du 9 floréal an IV, furent apposées les signatures de Jacob Benjamin et Agathe Trénelle, son épouse, Aaron Schmoll et Hendel Benjamin, son épouse ainsi que Michel Benjamin et Blinela Halphen, son épouse. De 1801 à 1804 Jacob Benjamin fut cité dans l Almanach du Commerce avec la mention Fabricant à Fontainebleau et ayant une adresse à Paris au 187 rue Chapon. Les Benjamin s installèrent à Fontainebleau en l an IV. Le 5 juillet 1796 Houêl écrivait au fournisseur Alluaud: Le Cn Benjamin, mon ami, ayant établi une manufacture à Fontainebleau, je l ai engagé à l approvisionnement de matières chez vous. Jacob Benjamin fut identifié dans l Adresse du Comité de Paris en date du 26 août Le Grand Rabbin Maurice Liber le décrivit ainsi: Jacob Benjamin a suivi le mouvement révolutionnaire. En 1790, il écrit dans les Journaux; en 1791, il est colonel des Gardes nationaux de Dimont. En 1793, il abjure la religion de Moïse, Abraham et Jacob Gros fournisseur militaire, il fut dénoncé par Cambon et incarcéré, mais acquitté et mis en liberté. Jacob Benjamin, les Juifs de Paris et la Révolution. A l'occasion du cent cinquantième anniversaire de la Révolution de 1789, "L'Univers Israélite" publia l'adresse déposée à l'assemblée Nationale le 26 août 1789 par les Juifs résidants à Paris: «Les Juifs résidants à Paris, pénétrés d'admiration et de respect à la vue des actes multipliés de justice qui émanent de l'assemblée Nationale, ont osé se flatter que leur sort n'échapperoit point à votre prévoyance; qu'ils finiroient eux mêmes pour resentir les heureux effets de votre sagesse et ils prennent la liberté de venir disposer, dans le sein de votre auguste Assemblée, l'hommage anticipé de leur reconnaissance, et le témoignage solennel de leur patriotique dévouement. Avilis jusqu'à présent dans l'opinion; vexés de toutes parts; poursuivi par notre propre nom, dont on semblait nous faire une injure; séparés enfin de al société et ne participant à aucun de ses avantages, quoique les charges communes nous fusse imposées, telle a été notre destinée dans cet empire; et telle est celle de tous nos frères, dans la plupart des contrées de l'univers sur lesquelles ils sont répandus. Cette persécution terrible, et de tous les moments, à laquelle nous avons été livrés, ne nous a jamais fait oublier que la soumission était le premier de nos devoirs. Nous avons tout souffert sans murmurer; nous avons gémi, sans nous plaindre; le Royaume n'a jamais été troublé par nos réclamations; et cette longue résignation de notre part est, peut être, la preuve la plus authentique, Messeigneurs, que nous somme dignes enfin d'un autre sort. Sans doute, et nous aimons à le penser, votre justice ne demandait point à être sollicitée, ni prévenue par vos vœux. En restituant à l'homme sa dignité première; en 7

8 rétablissant dans la jouissance de ses droits, vous n'avez entendu faire aucune distinction entre un homme et un autre; ce titre nous appartient comme à tous les autres membres de la société; les droits qui en dérivent nous appartiennent donc également. Nous avons une Religion différente de celle qui domine la France. Nous sommes attachés à cette religion. Mais cet attachement même parle en notre faveur. Il nous sert aujourd'hui de caution. Il garantit que nous serons fidèles à notre serment; car l'attachement à un culte, quel qu'il soit, à des effets bien plus salutaires que l'indifférence. Notre religion sera notre guide dans toutes les actions de notre vie; elle sera notre frein au milieu des passions qui pourraient nous égarer; et si elle n'est point entre nos mains un moyen de trouble et de discorde pour la société, il est plus utile pour cette société de nous laisser notre religion que de nous voir indifférents à en pratiquer les cérémonies Or, le passé doit répondre de l'avenir. Nous n'avons jamais troublé, nous ne troublons point la société par l'exercice paisible de notre Religion. Nous serions désormais ce que nous avons été, et ce que nous sommes encore. Un objet unique domine et presse toutes nos âmes; le bien de la Patrie, et le désir de lui consacrer toutes nos forces. A cet égard, nous voulons ne le céder à aucun habitant de la France; nous disputerons de zèle, de courage et de patriotisme avec tous les citoyens... Nous faire monter à la place de citoyens, nous donner un état civil, ce n'est qu'exercer envers nous un acte de justice. Nous aimerons néanmoins à le considérer comme un bienfait. Nous le publierons par tout avec reconnaissance. Nos frères, répandus dans les différentes contrées de l'univers partagent cette reconnaissance avec nous. Bientôt, comme nous, ils seront aussi appelés à un autre sort; car il est donné à votre sagesse, Messeigneurs, d'avoir une influence, non seulement sur cet empire, mais sur toutes les Nations étrangères qui vous contemplent et vous admirent dans ce moment. Quelles bénédictions sont réservées aux hommes justes et humains, qui, dans l'univers entier, auront sauvé les Juifs de la proscription, et les auront fait citoyens. Signé: J. Goldschmidt, Président Abraham Lopes Laguna, Vice-Président, M. Weil, électeur, J (acob). Benjamin, électeurs F. Fernandés, électeurs, Mardoché Lévi, Député Lazard Jacob, Député Trenelle père, Député Mardoché Elie, Député Joseph Pereyra Brandon, Député Delcampo, fils, Député." Dans cette Adresse les Juifs de Paris souhaitaient être traités comme tous les Français: une même police et de mêmes tribunaux. Ils étaient prêts à renoncer à leurs 8

9 privilèges et firent le serment de sacrifier leur vie et leur fortune pour la gloire de la Nation et celle du Roi. Cette Adresse était signée par onze notables: cinq représentants des juifs portugais domiciliés dans la capitale et six représentants des Juifs de l Est de la France. L unanimité des Communautés de Paris s était réalisée pour cette première grande intervention publique. Le Président était un ashkénaze alors que le Vice-Président était un séfarade. Six signataires ajoutèrent à leur nom la qualité de Député et trois ajoutèrent celle d électeur. Ces onze Juifs étaient: J. Goldschmidt, Président; Abraham Lopès Lagouna, Vice-Président; M. Weill; J. Benjamin; J. Fernandés, électeurs; Mardoché Lévi; Lazard Jacob; Trenelle père, Mardoché Elie; Joseph Pereyra Brandon; Delcampo fils. Des Juifs dans la Section de la Réunion A la fin du XVIIIème siècle, les Juifs de Paris étaient répartis en deux grands groupes: l un sur la rive Gauche de la Seine, dont le centre était la rue Saint-Andrédes-Arts; il était formé d à peu près deux cents Sefardim, généralement venant de Bordeaux, de Bayonne ou du Comtat Venaissin. L autre s était installé dans le périmètre de l ancienne Juiverie des Halles, attestée au Moyen-Age, aux abords des rues St-Martin, St-Merry, du Poirier, des Ménétriers, Geoffroy Langevin, Beaubourg, Maubué, rue St-Avoye, du Renard, de Montmorency, etc... La Section révolutionnaire de la Réunion était le cœur du quartier Juif de Paris. Là se trouvaient trois boucheries cachére, quelques œuvres de bienfaisance et plusieurs oratoires : rue Brisemiche ; qui sous la direction de Benjamin Calmer aurait été établie en 1785, rue du Renard-St- Merry, rue de Montmorency ; Carmélite Schuhl; établie dans l ancien couvent des Carmélites, rue des Petits-Champs Saint-Martin ; Hutmacher Schuhl ; Synagogue du Chapelier, rue des Blancs-Manteaux et rue Michel Lepelletier n 256 ; oratoire fondé par Jacob Lévi, Israël Jacob, Salomon Levy et Lazard Kahn dans un appartement. La Hutmacher-Schuhl, rue des Petits-Champs-Saint-Martin pouvait contenir cent soixante dix personnes et eut pour hazan Leman Hirsch Philippe et pour rabbin gratuit Nathan Polack. Le premier rabbin officiel fut Michel Seligman qui arriva à Paris en 1794 où il fut nommé Grand Rabbin de Paris en La Synagogue Rue du Renard-Saint-Merry fut ouverte en Ce périmètre délimita la Section de la Réunion et ce quartier fut principalement peuplé de Juifs Ashkenazim, venant d Alsace, de Lorraine, de Hollande ou d Allemagne. De nombreux Juifs d Ile-de-France, de Bourgogne et de Champagne étaient, à l époque de la Révolution, en contact avec leurs coreligionnaires de la Société révolutionnaire Jacobine nommée: Section Beaubourg ou de la Réunion à Paris. Dans la "Section de la Réunion", des personnalités et des futurs notables juifs y abondèrent. S'y retrouvèrent: Isaac Raphaël, Salomon Jacob, Samson Isaac, Pacra, Jacob Nathan, Joseph Lévy, Bernard Lévy, Lazare Oppenheimer, Joseph Allemand, Abraham Azur, Lazard, Louis Spire, Joseph Weil, etc... De multiples archives, font état de l appartenance de Jacob Benjamin, Aaron Schmoll, Aron Polonais ou Cerf Liesion à 9

10 cette section. Pour leurs différentes actions, les dignitaires de la Section de la Réunion leur délivrèrent des certificats de civisme. Jacob Benjamin et la tolérance religieuse Dans les pages de La Chronique de Paris en date du 14 juin 1791, Jacob Benjamin critiqua ouvertement le clergé catholique pour son intolérance : Je suis Juif en ce temps heureux de tolérance religieuse, on peut avouer hautement qu on chante ou qu on psalmodie en hébreu les hymnes de David. Je comptais aller avec ma famille voire représenter, rue de Richelieu, la belle tragédie de Brutus, dans laquelle on m assure que Talma et Monvel déploient des talents sublimes. Mais point de spectacle. M. le Maire a donné des ordres pour qu on arrachât les affiches, et cela parce qu il est catholique. Mais que penserait-il si moi, chef de la municipalité - je puis l être dans un an - avec la municipalité composée de Juifs en grande partie, nous ordonnions que tous les samedis on fermât les boutiques? Il me semble que notre ordonnance ne serait pas plus ridicule que celle qui prive les Juifs d aller à la Comédie le jour de la Pentecôte. Jacob Benjamin était l ami d Aron Polonais, maître d école. Sous la Terreur, celui-ci conduisit ses élèves, les jours de décadi, au temple de la Raison (Cathédrale Notre-Dame) à Paris. Lors de la dévolution des objets de culte judaïque à l autel de la Nation, Jacob Benjamin mit fin aux diverses discussions en demandant au nom de ses cosectaires à n être regardés comme appartenant à telle ou telle secte, mais comme citoyens français. Quant à lui il renonçait volontiers, au profit de la nation, à tous les objets qui pourraient lui appartenir. Le Conseil général applaudit en arrêtant une mention civique pour lui et Jacob Benjamin reçut du président le baiser fraternel. Le 4 février 1807, les membres de la Commission des neuf et les commissaires impériaux se réunirent chez M. Molé et procédèrent à la vérification des pouvoirs des membres du grand Sanhédrin. Jacob Benjamin fut élu membre laïque du Bas-Rhin, démissionnaire et fut remplacé par Baruch Cerfberr. Jacob Benjamin et la Porcelaine Joseph Léon Jullien, fils de Jacques Jullien ancien directeur de la manufacture de Porcelaine de Mennecy, présenta le 7 vendémiaire an VII (28 septembre 1798) un rapport sur la décadence de la Manufacture de Sèvres. Il donna une liste de manufacturiers en porcelaine par lesquels : Russinger ; rue Fontaine Nationale, Moitte ; à Clignancourt, Benjamin ; rue du Faubourg-St-Denis, Guy ; rue Thiroux, Lemaire et Josse ; rue du Pont aux Choux, Guérhard et Dihl ; rue du Temple, Nast ; rue des Amandiers Popincourt, Toulouze ; rue des Marais, Fauvet ; rue du Faubourg-St-Denis, Pétry ; à Ménilmontant, Blancheron ; rue Crussol, Desprès ; rue de Lancry, Batttazerd (Bieller) ; rue Petite Pologne, Darthe frères ; rue de Charonne, Chevaliers frères ; rue de la Pépinière, Lefebvre ; rue du Faubourg-St-Denis, Maison des arts ; Lortz ; rue Gilles. 10

11 Sur les dix huit manufactures, sept furent fondées sous l Ancien Régime dont celle qui avait la protection du Comte d Artois. Jacob Benjamin n en fut que le propriétaire éphémère puisqu en 1798, il la revendit à Schoelcher, père de Victor, pour la somme de francs. En ce qui concerne la manufacture de la rue du Faubourg- St-Denis, les Archives Nationales conservent encore l acte de vente, daté du 29 thermidor an 4 (16 août 1796) de cette fabrique de porcelaine entre les consorts Saint- Cricq et la famille Benjamin : Jacob Benjamin et Agathe Trénelle, son épouse ; Aaron Schmolle et Hendel Benjamin, son épouse, Michel Benjamin et Blinela Halphen, son épouse. Régine de Plinval de Guillebon a longuement étudié la porcelaine à Paris sous le Consulat et l Empire, elle précisait qu en ce qui concernait la manufacture de la rue du Faubourg-St-Denis :.l immeuble fut acquis le 29 thermidor an 4 (16 août 1796) par la famille Benjamin. A cette date, la manufacture était dirigée par Louis Houël qui, en l an 2, avait signé un bail pour ces locaux. Houël figurait sur le registre d Alluaud du 7 juillet 1793 au 12 prairial an 5 (24 mai 1797), date à laquelle son compte fut terminé. Toutefois, il semble bien que Houël resta à la direction de la manufacture jusqu au moment où les Benjamin la revendirent moins de deux ans plus tard, à Marc Schoelcher. Un état des manufactures indiquait que Houël et Benjamin firent faillite. Simultanément, les Benjamin s établirent à Fontainebleau dès l an 4. Les registres d Alluaud, indiquaient qu ils se fournissaient chez lui à partir du 17 messidor an 4 (5 juillet 1796) date à laquelle Houël écrivit à Alluaud : Le Cn Benjamin, mon ami, ayant établi une manufacture à Fontainebleau, je l ai engagé à l approvisionnement de matières chez vous, et ce fut Houël lui-même qui passa commande pour Benjamin le 2 thermidor an 4 (20 juillet 1796). Une correspondance régulière suivit, par laquelle nous apprenons que Benjamin fut l un des entrepreneurs généraux des chauffages et lumières de la 17 ème région militaire et que son entreprise était domiciliée 187, rue Chapon. C est à cette même adresse que l Almanach du commerce situait de 1801 à 1804 le dépôt de la manufacture de Fontainebleau. Nous avons vu par ailleurs, que les Benjamin cautionnèrent Moyse Mayer, pour la manufacture de la rue Crussol et que des attaches familiales très étroites semblent les avoir liés d une part à Baruch Weil qui reprit la manufacture de Fontainebleau et d autre part, probablement à Jacob Petit qui dirigea également une manufacture dans cette ville.. Jacob Benjamin avait d abord son dépôtvente au 187 rue Chapon et ensuite au 480 de la rue St-Nicaise. Pour la fabrique de la rue Crussol, Moyse Mayer fut bien cautionné par Jacob Benjamin, lui-même couvert par Michel Benjamin et Aaron Schmoll. Ensuite, toujours 11

12 assisté de Jacob Benjamin, Moyse Mayer loua un magasin au 11 de la rue Saint- Nicaise. Le bail de ce magasin fut résilié le 15 ventose an XII (6 mars 1804). Moyse Mayer n avait aucune marque de fabrique malgré une abondante production. Mayer exposa à l exposition de l an IX des produits de l industrie et en l an X il vendit des porcelaines au détaillant Flandrin. Il est fort possible que Moyse Mayer ne vendit ses productions qu à des marchands. A propos des munitionnaires et des fournisseurs de l Armée, Léon Kahn, dans son livre Les Juifs de Paris précisait : Le peuple murmurait, et, tandis qu il souffrait de faim, les fournisseurs commençaient à donner le spectacle des débordements les plus effrénés. On citait entre autres, le juif Mayer qui, disait-on dans un repas donné à dix personnes, députés et ministres, y avait dépensé plus de trois cent mille livres. Moyse Mayer adopta en 1808, selon le décret de Bayonne du 20 juillet de la même année, le patronyme de Moïse Schoubach. Outre la renommée de son gendre Baruch Weil, il laissa son nom dans différentes associations israélites : Hévra Kadisha, Consistoire de Paris,. Vente de biens nationaux à Fontainebleau Actes civils publics du 27 messidor an III au 7 brumaire an IV : n 3 du 28 messidor n 1 Vente par Louis François Guilleminet et Anne Catherine Lecuyer sa femme, acceptée par Jacob Benjamin, par Aron Schmoelle demeurant tous à Fontainebleau, d une maison et dépendance situées Rue de l Egalité dépendant de la cydev. Liste Civile qui avait été adjugé par procès-verbal du district de Melun le 9 Prairial an 3 à la charge par l acquéreur des charges inscrites au procès verbal d adjudication d acquitter par les acquéreurs Cinquante sept mille trente cinq livres deux sols six. Restant pour le prix de l adjudication, et enfin Quarante deux mille quatre cent soixante quatre livres dix sept sols dont quittance passée devant Lisle notaire le 24 messidor reçu L. n 2 du 29 messidor Vente par Louis François Guilleminet et sa femme, à Jacob Benjamin d une maison et dépendances, dépendant de la Liste Civile dite le Gouvernement qui avait été adjugée aux vendeurs par procès-verbal du District de Melun le 9 Prairial an 3 à la charge par lesdits acquéreurs de toutes charges portées au procès-verbal d adjudication en outre Cent quarante neuf mille sept cent livres restantes du prix de l adjudication et enfin moyennant Cinquante mille cinquante livres dont quittance Passé devant Lisle Le 24 messidor reçu L. 12

13 n 86 Déclaration du 8 brumaire n 6 Bail à loyer pour 3, 6 ou 9 ans d une maison sise à Fontainebleau Rue de l Egalité n 30, moyennant 900 livres par an par Adrien Audinet et sa femme, demeurants à Fontainebleau, accepté par Jacob Benjamin, demeurant à Paris. Passé devant Benard J. le 30 vendémiaire reçu..13 L. 10 L'Hôtel de Richelieu. Rue des Bons-Enfants (appartenant au Maréchal de Richelieu), le 15 germinal an II Giot acheta l Hôtel de Richelieu. La maison fut vendue par Giot à Benjamin puis elle fut achetée par Guérin qui la céda au Département pour en faire la sous-préfecture. Jacob Benjamin et Aron Schmoll firent d autres affaires. En effet, Abraham Brisac acheta pour leur compte des terres et la ferme de Xirxange (district de Château Salins) le 13 brumaire de l an X. Aaron Schmoll Doté d une fortune personnelle assez importante Aaron Schmoll, fournisseur de bois, fut l un des premiers israélites français les plus distingués par son talent et ses vertus. L Histoire d Aaron Schmoll débuta en Haute Alsace. Ce fut à travers les pages du dénombrement des Juifs d Alsace effectué en 1784 qu apparut pour la première fois le nom d Aaron Schmoll dans l état du 17 novembre à Seppois-le-Bas: Chef de Famille: Aaron Schmoll femme : Matty Levy fille : Mundel : Zerlen : Rachel gendre : Leib Levy Déclaration selon de décret de Bayonne du 20 juillet 1808 n 1063 Aron Schmoll 58 rue du Sabre de Bois, marchand de bois, né à Heirsing en 1753 habite Paris depuis 28 ans Sarah Schmoll 58 rue du Sabre de Bois, née à Paris en

14 Caroline Schmoll 58 rue du Sabre de Bois, née à Paris en 1795 Rachel Schmoll 58 rue du Sabre de Bois, née à Paris en 1797 Sarah Dreyfus 58 rue du Sabre de Bois, domestique née à Obemheim en Un hommage fut rendu à Aaron Schmoll dans L Israélite Français en 1817/1818: Paris; M. A. Schmoll membre laïque sortant du Consistoire Central des Israélites de France vient d être continué dans les mêmes fonctions par ordonnance de sa majesté en date du 29 novembre de ce mois. Cette réélection est très agréable à nos coreligionnaires qui apprécient depuis longtemps les qualités morales et religieuses de cet estimable israélite. Robert Anschel citait Aaron Schmoll comme fournisseur à l Armée des Alpes. Léon Kahn le citait sous le Premier Empire comme Marchand de bois, rue Ste-Avoye n 58, né à Hassing en 1753 qui joua un rôle assez important lors de l organisation de la communauté. Aaron Schmoll est Président du Consistoire Central en remplacement de Cerfberr. Pourtant Michel Berr laissa un portrait assez déplaisant de ce membre du Consistoire Central: Le misérable libelliste accablait l auteur de la Notice, moi et mon respectable et vertueux père, des injures les plus risibles et les plus dégoûtantes, et cela à cause que l auteur de la Notice n avait pas jugé à propos de comprendre parmi les israélites français les plus distingués par leurs talents et leurs vertus les deux membres laïcs du Consistoire Central actuel, M. Simon Mayer Dalmbert, maintenant fournisseur en Espagne, et M. Aaron Schmoll, l un des administrateur de l ambigu-comique Ce Théâtre était situé entre la Rue de Bondy et le Bd St-Martin.... Un autre genre de fatalité s attacha aux membres laïques du Consistoire, des malheurs trop connus durent engager l estimable Baruch Cerf-Berr à le quitter. On le remplaça par M. Aaron Schmoll, qui était parvenu à se faire nommer le dernier des députés israélites, à l assemblée de 1807, et n avait pris aucune part à ses discussions. Je ne m expliquerai pas sur sa capacité, je laisse juger par ceux qui le connaissent, ni sur ses qualités morales, des considérations diverses ne me laisseraient pas le mérite de l impartialité nécessaire à un jugement C est alors que les deux Grands Rabbins et M. Aaron Schmoll firent nommer à ce Consistoire M. Simon Dalmbert (allié à ce dernier), que dès que les carrières sociales furent ouvertes aux israélites, en France, se montra aussi ardent à les parcourir par les routes de l intrigue et la fortune

15 ... Je suis parvenu un jour à m introduire dans une société de Bienfaisance, genre de fraude, il en faut convenir, tout-à-fait nouveau; sollicité par plusieurs membres de cette association, dont j ai des lettres entre les mains, j y vins et j y fis mon offrande, qui fut acceptée. Il n y a pas eu, je crois, de scrutin en ma présence, et encore moins de discussions; quelques jours après, je reçus une lettre où on m annonçait que mon admission était illégale, et ce fut un nommé Schmoll, frère de celui qui siège au Consistoire Central, qui s est chargé de cette mission....la présentation de candidats au Consistoire Central, par des notables israélites de Nancy, et la recomposition du Consistoire de cette ville. L opinion décidera si j ai perdu de n avoir eu qu un suffrage dans ce collège ou si ce collège a perdu de ne m en avoir donné qu un: ses deux candidats sont M. Worms, banquier et M. H. Schmoll, fournisseur L inventaire du boucher israélite Michel Lévy, de 1818, donnait une courte liste de ses débiteurs. Il s y trouvait quelques personnalités hautes placées telles que Salomon Halphen, Victor Laurent-Meyer, Mayer Dalmbert, Dauguy, Jacob Lazard, Aaron Schmoll, Gustave Halphen, Maas et plusieurs (juifs) Portugais. Le Conseil Général des Hospices de Paris conserve encore dans ses registres un acte relatif à la concession de terrain faite dans le cimetière de l Est (Père-Lachaise) au sieur Aaron Schmoll, membre laïque du Consistoire Central des Israélites, demeurant rue Ste-Avoye en date du 18 novembre Les spectacles de l Ambigu-Comique* et de la Gaieté se donnaient sur le Boulevard du Temple. Le Théâtre de l Ambigu-Comique était situé aux 74 et 76 Boulevard du Temple. Les prix des places en 1816 étaient ; marionnettes. avant-scène 3 f 60 c Première 2 f 40 c Pourtour et Secondes 1 f 80 c Parquet et Amphithéâtre 1 f 20 c Amphithéâtre de seconde 90 c Troisième 60 c Selon Michel Le Moël, en 1812, Aaron Schmoll était toujours propriétaire du 56 et 58 de la Rue Sainte-Avoye. Dans son Essai sur la Régénération physique, morale et politique des Juifs, l Abbé Grégoire tenta de trouver des réponses afin de connaître la possibilité de former les Juifs aux Arts et Métiers ainsi qu à l Agriculture. Il constatait : l autorité publique daignait les instruire et les maintenir dans l exercice de tous les arts mécaniques. La plupart des métiers n exigent que des avances assez modiques pour l apprentissage et l emplette des instruments nécessaires ; l indigence ne serait point un obstacle. Bientôt on verrait des âmes 15

16 ardentes et sensibles, des sociétés philanthropiques ouvrir des souscriptions pour former des ateliers gratuits, et les dons de la fortune couler dans des canaux creusés par la bienfaisance. On pourrait même obliger les Juifs, en certains lieux, à n habiter que les maisons qu ils auraient bâties, à ne porter que les étoffes qu ils auraient manufacturées ; et l on pense bien que, pour n être pas aussi injustes que ridicules, ces règlements exigeraient des modifications voulues par les circonstances du temps et du lieu. Que d ailleurs on accorde une libre circulation à leurs ouvrages, qu on encourage leur industrie, qu en couronne leurs efforts par * fondé en 1769, Bd du Temple par Audinot, l'ambigu Comique était destiné aux marionnettes. 16

17 des distinctions et des récompenses ; la nécessité, cette maîtresse impérieuse, aura bientôt développé les facultés de l Israélite, dont le génie souple se plie à tout : l honneur et l amour du gain lui donneront plus d énergie. Sous le Premier Empire, les notables et responsables communautaires juifs de Paris suivirent les recommandations de l Abbé Grégoire. Après la Réunion de l Assemblée des Notables en 1806 puis la tenue du Grand Sanhédrin en 1807, les Communautés Juives parisiennes se dotèrent d institutions qui permirent aux Juifs de rentrer de plein pied dans l ère industrielle. Dans son livre : Les professions manuelles et institutions de patronage, Léon Kahn rappelait en 1885 l évolution des idées en matière professionnelle : D après le recensement, la population juive s élevait alors à 2908 âmes. A côté de professions aujourd hui disparues, comme celle de destructeurs de rats, ou de dénominations curieuses comme celle de marchands forains, ouvriers en quinquets, employés en hôpitaux, ouvriers en chocolat, modèles de l académie, chanteurs dans Paris, les colporteurs, brocanteurs, marchands d habits, etc., etc., y occupent une place bien grande ; mais la civilisation avait commencé son œuvre et le nombre tendait à devenir rare de ceux qui exerçaient ces basses professions où l état dans lequel on tenait les Juifs les avait obligés de vivre. En revanche, ceux qui se livraient au travail manuel occupent dans ce dénombrement un rang important : on y voit figurer des peintres en décors, des ouvriers à la Monnaie, des artistes en cheveux, émailleurs, boulangers, arquebusiers, vinaigriers, brossiers, peintres sur porcelaine, pelletiers, quincailliers, serruriers, cordonniers, maréchaux-ferrants, graveurs, ciseleurs, fondeurs, tourneurs, des bijoutiers, des joailliers, des orfèvres, etc., etc. Les femmes y occupent une place considérable, et si l on constate, chez elles également, la supériorité du nombre dans les professions de marchandes et de colporteuses, on ne saurait manquer de signaler le compte relativement important de celles qui exerçaient le métier de lingères, brodeuses, couturières, faiseuses de coeffes, passementières, etc., etc. En 1812, le Comité de Bienfaisance dressa une liste d enfants inscrits dans des Centres d apprentissage des arts et métiers. On y voit figurer comme apprentis : des bijoutiers, des orfèvres, des joailliers, des relieurs, des menuisiers, des peintres sur porcelaine, et comme apprenties : des brodeuses, des brossières, des polisseurs, des passementières, des fleuristes. Parmi les enfants en apprentissage, Léon Kahn citait : Nom de famille : adresse : enfants : profession : âge : durée Lion Halphen : fbg du Temple : Halphen Lion : Peintre en Porcelaine : 16 : 2 ans Elie Marix : rue Beaubourg : Raphaël : Peintre en Porcelaine : 16 : 1 an

18 Baruch Weil( ) Le petit Marcel Proust accompagnait son oncle Louis Weil lors de ses visites annuelles au Cimetière du Père Lachaise. Là, l'enfant, stupéfié, déposait de petits cailloux sur la tombe de son arrière-grand-père Baruch Weil. Sur ce caveau familial surmonté d'une pyramide sont inscrits tous les noms des défunts de la famille Weil, le premier était: Baruch Weil. Baruch Weil, membre du Consistoire Israélite de Paris, mourut le 8 avril 1828 et fut le premier enregistré dans le caveau des Weil qui se trouve non loin de celui d'emmanuel Deutz au Cimetière du Père Lachaise. Pourtant, parmi ces illustres noms, il manque celui d'hélène Schoubach, première femme de Baruch Weil. Moïse Mayer adopta en 1808 le nom de Moïse Schoubach,. C était le père d'hélène, il fut enterré non loin du caveau des Weil au Père Lachaise. Moïse Schoubach fut président d'une société philanthropique du ''Dernier Devoir'' (khevra kadisha) et cette société inhumait ses adhérents dans le cimetière juif de Montrouge puis elle enterra ses défunts dès l'ouverture dans le Cimetière du Père Lachaise en Hélène Weil ( /11/1811) fut l'une des premières à être ensevelies dans ce cimetière qui venait de remplacer celui de Montrouge. Baruch Weil fut également pendant de longues années l'un des principaux administrateurs d'une ''Confrairie'' composée de 360 membres, sans doute la ''Société du Cimetière de Montrouge''. Baruch Weil, Porcelainier, Après la fin de la Révolution thermidorienne, Baruch Weil fut désigné comme porcelainier. A partir du Premier Empire, le quartier de la Rue de Bondy fut celui des industries parisiennes et un peu de la banque. Sous la Restauration, Baruch Weil fut breveté par Louis XVIII et compta parmi ses clients: la Dauphine et la Duchesse de Berry. Juste un an avant sa mort, il reçut la Croix de Chevalier de la Légion d Honneur des mains de Charles X lors de l exposition de 1827 où il exposa deux grands vases recouverts d un bleu œil de Sèvres, un déjeuner à fond chamois et d autres pièces. Baruch Weil occupait alors dans sa manufacture 84 ouvriers et ses prix étaient relativement modérés. Après le décès de Baruch Weil en 1828, la succession de celui-ci fut fort difficile car elle contenait un inventaire très important à diviser entre ses nombreux enfants issus de ses deux mariages. Il y avait la manufacture de Fontainebleau, le dépôt de "blanc" de la rue de Bondy et un magasin de porcelaine, passage de l'opéra. Il semble que ce magasin était le principal débouché de la manufacture de Fontainebleau. Merline et Benoît Cohen, son mari, rachètèrent le magasin de la rue de Bondy le 9 janvier 1829 pour la somme de francs. Benoît Cohen s'associa avec son beau-frère, Godchaux et son oncle Cerf Weil, pour exploiter ce magasin. A propos de la Manufacture de Fontainebleau, après de multiples problèmes familiaux, elle ne fut vendue qu'en Le 8 avril de cette même année, les immeubles et la manufacture furent adjugés pour la somme de francs à 18

19 François Lheureux, entrepreneurs de bâtiments à Fontainebleau. Celui-ci revendit la fabrique de Porcelaine à Jacob Petit qui en était locataire de 1834 à Il est troublant de constater que les magasins de Benoît Cohen et de Jacob Petit se trouvaient à dix numéros l'un de l'autre dans la rue de Bondy. Après de nombreux procès Godchaux Baruch Weil et son oncle Cerf créèrent une manufacture parallèle également rue de Bondy. Il ne reste que très peu de porcelaine avec les marques de Baruch Weil. Michel Beer fit une description de Baruch Weil en ces termes:... Quant à Baruch Weil, il a assurément toute la morgue d un parvenu, sans éducation, mais il est entièrement irréprochable comme négociant et comme homme privé, et si sa piété est très peu éclairée, elle est du moins sincère. Le Consistoire départemental de Paris sera renouvelé comme le Consistoire Central mais directement par des notables. Je conseille à ceux de Paris, si, comme cela est probable, un de ses membres actuels est porté au Consistoire Central, et l autre réélu, de le remplacer, car nul doute que MM Halphen et B. Weil, doivent être réélus au Consistoire départemental... Madame Régine de Plinval de Guillebon, dans son livre: "Porcelaine de Paris, " corrigea quelques données biographiques erronées sur Baruch Weil. Elle précisait notamment: "Tout d'abord, s'il ressort de divers actes notariés que Schmolle et Baruch Weil avaient un lien de parenté, on peut affirmé que Baruch Weil n'était pas le gendre d'aaron Schmolle, car les femmes qu'il avait épousé s'appelait l'une Hélène Schoulbach(mariage le 27/10/1800) et l'autre Marguerite Nathan (2/9/1812). La famille Benjamin- dont Jacob Benjamin et son beau-frère Aaron Schmolle - avait acquis, en l'an IV, l'ex-manufacture privilégiée du Faubourg Saint Denis et l'avait en fait, en l'an VI, revendue à Schoelcher. A cette époque la famille Benjamin était domiciliée à Paris. De 1801 à 1804, Benjamin est cité dans l'almanach du Commerce avec la mention fabricant à Fontainebleau et une adresse à Paris. 187 rue Chapon. C'est en 1805 que nous verrons apparaître le nom de Baruch Weil, fabricant de Porcelaine, et 101 rue du Temple, à Paris". En 1817 Baruch Weil et son épouse, Margueritte Nathan, achetèrent la fabrique de la rue des Trois Bornes qui commençait à la rue de la Folie Méricourt et se terminait rue du Chemin de Saint- Denis (actuellement rue St Maur). Ils la revendirent le 4 mars 1822 à Pierre Louis Alexandre Dodé, fabricant de porcelaine, et Louise Désirée de Bully, son épouse. Baruch Weil avait également un dépôt de Porcelaine rue Chapon, dans la Section de la Réunion. En l an X ( 1802), il s installa à l enseigne Au Vase d Or rue du Temple, continuation de la rue Sainte-Avoye, puis au 23 rue Boucherat. Cette enseigne disait : Le Citoyen Baruch Weil vent tout ce qui concerne son art comme services de table, cabarets, vases, grouppes, figures, etc. en blanc, en peinture et en dorure ; reçoit les commandes, faits des envois dans les départements et chez l étranger. Madame De Plinval précisait: "De 1809 à 1815, le dépôt était 23 rue Boucherat, puis à partir de 1816, rue de Bondy, et c'est à cette dernière adresse que Baruch Weil mourut le 8 avril 1828". La rue de Bondy se trouvait dans l ancien 6ème arrondissement. Elle part de la Place de la 19

20 République en passant derrière le Théâtre de la Porte St-Martin pour rejoindre la Porte Saint-Martin, c'est aujourd'hui la rue René Boulanger. Madame de Plinval a fait l état des magasins ou des ateliers de décoration de porcelaine rue par rue, pour celle de la rue du Temple, elle précisait : Baruch Weil occupa une place particulière dans l histoire de la porcelaine de Paris, du fait que, s il avait un magasin de vente à Paris, la fabrication se faisait à Fontainebleau (Seine-et- Marne), et une partie de la décoration était confiée à des décorateurs en chambre, tout au moins dans les premiers temps. De plus, Baruch Weil fut le maillon intermédiaire entre la famille Benjamin qui, après avoir vendu en 1798 une des manufactures du faubourg Saint-Denis à Schoelcher s installa à Fontainebleau, et le fameux porcelainier Jacob Petit qui posséda aussi une manufacture à Fontainebleau. Le premier document concernant Baruch Weil qui figure dans les archives est une facture à en-tête, datée du 27 floréal an 10 (17 mai 1802). Il tenait alors un magasin et un dépôt de porcelaine de la manufacture de Fontainebleau, à l enseigne du Vase d Or, 101, rue du Temple, entre la rue des Gravilliers et la rue Phélipeaux (supprimée par le percement de la rue Réaumur). Or, nous ignorons la date exacte à laquelle Baruch Weil succéda à la famille Benjamin à la tête de la manufacture de Fontainebleau. Le 4 mars 1809, il passait directement commande de terres à Alluaud. A partir de cette même année, et jusqu en 1815, le dépôt parisien fut transféré 23, rue Boucherat au coin de la rue Charlot. Un an plus tard, le 28 décembre 1810, Baruch Weil achetait au Comte Durosnel l écurie de la cidevant Reine à Fontainebleau, pour y transférer la manufacture. En 1821, Ch. Oudiette rappelait la présence de manufactures à Fontainebleau : Deux manufactures, l une de porcelaine et l autre de percales, existaient à Fontainebleau ; celle de porcelaine, connue sous les rapports les plus favorables appartient à M. Baruch Weil, et celle de percales à M. de Surmont, qui possède un bel établissement de filature et de tissage à Melun. Dans l Etat Général des dettes actives et passives des Sieurs Caen Wolf et Lyon Caen, il était fait état de la dette de ces deux créanciers à Alcan Marchand, Peintre en miniature, demeurant à Fontainebleau soit 1095 francs. Alcan Marchand reçut également pouvoir de Lazare Weil pour le représenter devant les tribunaux et d y affirmer sincère la créance de Caen Wolf et Lyon Caen à son égard d un montant de 2634 francs. Mais nous savons aussi que Baruch Weil fut mêlé à de nombreuses opérations financières, devint un homme d affaire important. Outre la porcelaine, il semble que Baruch Weil ait également travaillé dans la lithographie. Le Musée d Art et d Histoire du Judaïsme à Paris conserve encore une "Vue perspective du Temple de la rue de Nazareth en 1822" (d'après une lithographie du temps, par MM. Baruch Weil et Raph. Jeramec). Cette lithographie représente un rabbin en chaire dans l'intérieur du nouveau temple consistorial central et parisien situé entre la rue du Vertbois et la rue Notre-Dame-de-Nazareth. 20

L Hôtel Marron de Meillonnas à Bourg-en-Bresse

L Hôtel Marron de Meillonnas à Bourg-en-Bresse 1 L Hôtel Marron de Meillonnas à Bourg-en-Bresse Façade sur la rue Teynière Façade arrière Son histoire 1769-1774 : construction de l Hôtel particulier de Gaspard-Constant Marron, baron de Meillonnas,

Plus en détail

Mémorandum sur les inhumations juives à l Hôtel-Dieu de Lyon dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle (1746-1792)

Mémorandum sur les inhumations juives à l Hôtel-Dieu de Lyon dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle (1746-1792) Mémorandum sur les inhumations juives à l Hôtel-Dieu de Lyon dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle (1746-1792) établi par Jacques GERSTENKORN Dans les 30 années qui précédèrent la Révolution française,

Plus en détail

Les enceintes de Paris

Les enceintes de Paris Une brève histoire de l aménagement de Paris et sa région Les enceintes de Paris L administration et l expansion de Paris sous l Ancien régime : L administration de Paris Les différentes enceintes Les

Plus en détail

Comment des hommes se sont-ils enrichis dans le commerce triangulaire?

Comment des hommes se sont-ils enrichis dans le commerce triangulaire? Programme de seconde Bac Pro Sujets d étude Une situation au moins Orientations et mots-clés 3- Le premier empire colonial français XVIè- XVIIIè siècles - La compagnie des Indes Orientales - Nantes ou

Plus en détail

ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS.

ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS. ELEMENTS POUR UNE HISTOIRE DES TEXTES CONCERNANT LE PLACEMENT ET L EMBAUCHE DES TRAVAILLEURS. (article L.311-1 à L321-12 et L.330-1 à L.330-9 du Code du travail) (extraits des Cahiers du Chatefp n 2-3,

Plus en détail

Le marquis de Lassay. Page 2. L'Abbé Grégoire. Page 3. La bibliothèque de l'assemblée Nationale. Page 5

Le marquis de Lassay. Page 2. L'Abbé Grégoire. Page 3. La bibliothèque de l'assemblée Nationale. Page 5 SOMMAIRE Le marquis de Lassay. Page 2 Surnommé par La Bruyère «le galant des Tuileries», aide de camp du grand Condé, homme de lettres, le marquis de Lassay fit édifier le bâtiment qui est à présent la

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS SERVICE POPULATION ET CITOYENNETE SECTEUR ETAT CIVIL INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE Annexe du décret n 2002 1556 du 23 décembre 2002 Ce document est destiné

Plus en détail

Acte de décès François Moreau, 19 décembre 1838 à Placé

Acte de décès François Moreau, 19 décembre 1838 à Placé Acte de décès François Moreau, 19 décembre 1838 à Placé L an mil huit cent trente huit, le dix neuf décembre, par devant nous, Jean-Baptiste François Erault, maire officier de l état civil de la commune

Plus en détail

CAHIER DE DOLEANCES ET DE REMONTRANCES DU TIERS ETAT DE LA HAUTE MARCHE

CAHIER DE DOLEANCES ET DE REMONTRANCES DU TIERS ETAT DE LA HAUTE MARCHE CAHIER DE DOLEANCES ET DE REMONTRANCES DU TIERS ETAT DE LA HAUTE MARCHE PREAMBULE Le Tiers Etat de cette province, pénétré d amour et de respect pour le meilleur des Rois, portera au pied du trône la ferme

Plus en détail

Cimetières israélites de Bordeaux

Cimetières israélites de Bordeaux Cimetières israélites de Bordeaux La Ville de Bordeaux possède trois cimetières israélites. Le cimetière du cours de la Marne et celui du cours de l Yser abritent les sépultures des familles appartenant

Plus en détail

La belle histoire de l école St-Louis-de-France. 1901 : La première école dans le village de Charny

La belle histoire de l école St-Louis-de-France. 1901 : La première école dans le village de Charny La belle histoire de l école St-Louis-de-France J ai tenté de retracer pour vous l histoire de l école St-Louis-de-France. Je tiens à remercier M. Alain Boucher de la Commission scolaire des Navigateurs

Plus en détail

JOSEPH ASCOLI 1848-1896. Naturalisation de Joseph et Lucie Ascoli : décret du Président de la République du 16 juillet 1890.

JOSEPH ASCOLI 1848-1896. Naturalisation de Joseph et Lucie Ascoli : décret du Président de la République du 16 juillet 1890. JOSEPH ASCOLI 1848-1896 Naissance de Joseph Ascoli. Epernay, 17 août 1848. Mariage de Joseph Ascoli et Lucie Schück. Paris (9 e arr.), 8 septembre 1875 (à consulter) Naturalisation de Joseph et Lucie Ascoli

Plus en détail

Recherches à Paris Racines, 2010

Recherches à Paris Racines, 2010 Recherches à Paris Recherches à Paris 1. Particularités parisiennes 2. Les Archives de Paris 3. L état civil parisien 4. Autres sources 5. Quelques cas pratiques 6. Bibliographie Particularités parisiennes

Plus en détail

PRESENTATION DE LA FAMILLE PITHOU

PRESENTATION DE LA FAMILLE PITHOU PRESENTATION DE LA FAMILLE PITHOU 1. Généalogie des Pithou 2. Notices biographiques (Dossier réalisé par le service éducatif de la MGT)! 1 1. Généalogie des Pithou Marguerite Bazin = première épouse Pierre

Plus en détail

POINT RELAIS N 1 CACHAN. 1) Questions à choix multiples (5 points pour chaque réponse juste) :

POINT RELAIS N 1 CACHAN. 1) Questions à choix multiples (5 points pour chaque réponse juste) : POINT RELAIS N 1 Christian Oster est né à Paris en 1949. Il a écrit des livres pour la jeunesse, des romans, des polars. 1) Il a eu le prix Médicis pour son roman «Mon grand appartement» en? 1969 1999

Plus en détail

Aux origines : rigueur morale, simplicité, nature. Marius Berliet, l industriel qui aimait la nature, Chapitre 1

Aux origines : rigueur morale, simplicité, nature. Marius Berliet, l industriel qui aimait la nature, Chapitre 1 Aux origines : rigueur morale, Marius Berliet, l industriel qui aimait la nature, Chapitre 1 simplicité, nature. Dessins de Marius Berliet, v.1880 Marius Berliet en 1889 «Famille d origine terrienne :

Plus en détail

Pièces à fournir ou renseignements à donner

Pièces à fournir ou renseignements à donner Aide sociale CIAS Justificatif de ressources Attestation d accueil Autorisation de sortie du territoire Certificat d immatriculation Carte nationale (durée de validité : 10 ans) Carte d électeur Célébration

Plus en détail

Le Livret du Citoyen

Le Livret du Citoyen Le Livret du Citoyen Bienvenue à l âge de la majorité! Vous venez d avoir 18 ans et à l occasion de la remise de votre carte d électeur, l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes

Plus en détail

Ordonnance concernant l inscription des pactes de réserve de propriété

Ordonnance concernant l inscription des pactes de réserve de propriété Ordonnance concernant l inscription des pactes de réserve de propriété 211.413.1 du 19 décembre 1910 (Etat le 24 décembre 2002) Le Tribunal fédéral, Chambre des poursuites et des faillites, vu l art. 715

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

«N d'ordre dans le tableau

«N d'ordre dans le tableau AD78 Q 354 «N d'ordre dans le tableau Date du procès-verbal de vente 23 13 janvier Désignation des biens Un corps de ferme appelé le Château de, composé d'un corps de logis, écurie, vacherie et un jardin

Plus en détail

Livret de compte. Métairie 1785-1806

Livret de compte. Métairie 1785-1806 Livret de compte Métairie 1785-1806 Un carnet, 17, 5 cm x 11, 5 cm, couverture renforcée d'une feuille de parchemin de récupération (traces d'écriture recto/verso) et d'une sous-couche de feuille-carton.

Plus en détail

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays!

Guide. du citoyen. L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Guide du citoyen L état-civil ça nous protège et c est bon pour notre pays! Sommaire p 4 p 5 p 8 p 12 p 16 p 20 p 24 p 28 Préambule Nos noms dans la République Les grands moments de l existence Acte de

Plus en détail

SERIE M EDIFICES COMMUNAUX MONUMENTS ET ETABLISSEMENTS PUBLICS. 1 M 1 Partie de l ancienne maison commune, adjudication an VIII-an IX

SERIE M EDIFICES COMMUNAUX MONUMENTS ET ETABLISSEMENTS PUBLICS. 1 M 1 Partie de l ancienne maison commune, adjudication an VIII-an IX SERIE M EDIFICES COMMUNAUX MONUMENTS ET ETABLISSEMENTS PUBLICS 1 M Edifices publics 1 M 1 Partie de l ancienne maison commune, adjudication an VIII-an IX 1 M 2 Ancien immeuble des Augustins, acquisition

Plus en détail

concernant l exécution de la loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite Le Grand Conseil du canton de Fribourg

concernant l exécution de la loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite Le Grand Conseil du canton de Fribourg 8. Loi du mai 89 concernant l exécution de la loi fédérale sur la poursuite pour dettes et la faillite Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la loi fédérale du avril 889 sur la poursuite pour dettes

Plus en détail

Lavans-Vuillafans. Premier inventaire. Dépôt de 1974

Lavans-Vuillafans. Premier inventaire. Dépôt de 1974 Lavans-Vuillafans Les archives de la commune de Lavans-Vuillafans ont fait l objet de deux inventaires différents correspondant à deux dépôts successifs. Ils sont ici présentés à la suite l un de l autre

Plus en détail

Régimes matrimoniaux. Faut-il faire un contrat de mariage?

Régimes matrimoniaux. Faut-il faire un contrat de mariage? Régimes matrimoniaux Faut-il faire un contrat de mariage? 2 Dès le mariage, les époux sont soumis à un régime matrimonial, c'est-à-dire à un ensemble de règles fixant leurs droits et leurs devoirs. S ils

Plus en détail

Etat Civil. Guide des démarches. Une publication du Government Information Service, Bureau du Premier Ministre

Etat Civil. Guide des démarches. Une publication du Government Information Service, Bureau du Premier Ministre Etat Civil Guide des démarches Une publication du Government Information Service, Bureau du Premier Ministre Naissance Tout enfant né à Maurice doit être déclaré dans les 45 jours suivant la naissance

Plus en détail

De Philippe-Auguste à la loi littorale, 800 ans de domaine public maritime

De Philippe-Auguste à la loi littorale, 800 ans de domaine public maritime environnement direction de l environnement et de l aménagement littoral Michel Houdart De Philippe-Auguste à la loi littorale, 800 ans de domaine public maritime http://www.ifremer.fr/envlit/documentation/documents.htm

Plus en détail

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE 1 ER MAI 1802 (FLOREAL AN X) TITRE I DIVISION DE L'INSTRUCTION Art.1. L'instruction sera donnée : 1 Dans les Écoles primaires établies par les commu nes ; 2 Dans

Plus en détail

Chronique familiale de Pierre LEFEBVRE

Chronique familiale de Pierre LEFEBVRE Chronique rédigée de descendance - 06/01/2015 - Fichier PIM_2015_01_31.heredis - page 1 Chronique familiale de Pierre LEFEBVRE L'histoire de Pierre et de ses descendants a été établie sur 13 générations.

Plus en détail

le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration

le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration HISTORIQUE DU BÂTIMENT Robert II, dit Le Pieux (972-1031), fils et successeur de Hugues Capet, bâtit le premier en

Plus en détail

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce.

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce. Cas pratique sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 17/20 Enoncé du cas pratique : Lors d une passionnante conférence sur L influence de la pensée pré-socratique sur

Plus en détail

INVENTAIRE FONDS SYLVAIN HALFF AP 45

INVENTAIRE FONDS SYLVAIN HALFF AP 45 INVENTAIRE FONDS SYLVAIN HALFF AP 45 Boite A Boite classée par Jeanine Harburger née HALFF lettres personnelles 1914 Août 1914 Novembre 1914 Décembre 1914 Janvier Février Mars 1915 Juillet à Décembre 1915

Plus en détail

Dalles funéraires de Louis François Le Fournier de Wargemont, seigneur de Ribeaucourt, et de son épouse Élisabeth Taboureau d'orval

Dalles funéraires de Louis François Le Fournier de Wargemont, seigneur de Ribeaucourt, et de son épouse Élisabeth Taboureau d'orval Dalles funéraires de Louis François Le Fournier de Wargemont, seigneur de Ribeaucourt, et de son épouse Élisabeth Taboureau d'orval Église paroissiale Saint-Sulpice rue de l' Église Ribeaucourt Dossier

Plus en détail

Protocole et organisation des cérémonies commémoratives

Protocole et organisation des cérémonies commémoratives Protocole et organisation des cérémonies commémoratives Organisation et déroulement actualisé en 2014 Les cérémonies publiques sont organisées sur ordre du gouvernement. Le maire est responsable du déroulement

Plus en détail

DUVAL d Abbeville pour 1663 livres 3 sols 9 deniers, à Marie PREVOST de Dunkerque pour 2000

DUVAL d Abbeville pour 1663 livres 3 sols 9 deniers, à Marie PREVOST de Dunkerque pour 2000 Gros de St Omer Acte d atermoiement du 22 /05/1716 (Relevé le 15/10/208 par Bernard CHOVAUX orthographe modernisé) Par devant les Notaires Royaux d Artois, résidant à Saint Omer, fut présent le Sr Gilbert

Plus en détail

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802)

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) La loi du 11 floréal an X spécifie que l'enseignement comporte trois degrés : primaire, secondaire, spécial et qu'il est dispensé dans quatre catégories d'établissements

Plus en détail

H dépôt 42. Hospice intercommunal de vieillards, puis Maison de retraite intercommunale de Bruyères (1892-2000) Répertoire numérique détaillé

H dépôt 42. Hospice intercommunal de vieillards, puis Maison de retraite intercommunale de Bruyères (1892-2000) Répertoire numérique détaillé ARCHIVES DEPARTEMENTALES DES VOSGES H dépôt 42 Hospice intercommunal de vieillards, puis Maison de retraite intercommunale de Bruyères (1892-2000) Répertoire numérique détaillé établi par Brigitte CHOSSENOT

Plus en détail

Votre union de fait, un choix réfléchi?

Votre union de fait, un choix réfléchi? Votre union de fait, un choix réfléchi? Complément d information de l aide-mémoire Le texte qui suit s adresse à tout couple formé de conjoints de sexe différent ou de même sexe. L utilisation du masculin

Plus en détail

MARIAGE DEVANT LES AUTORITES LOCALES GABONAISES

MARIAGE DEVANT LES AUTORITES LOCALES GABONAISES Consulat Général de France à Libreville MARIAGE DEVANT LES AUTORITES LOCALES AISES 1. Principe Le mariage d un(e) Français(e) avec un(e) étranger(ère) ne peut être célébré que dans une mairie gabonaise.

Plus en détail

(c) copyright - Début de la 2ème partie/6.

(c) copyright - Début de la 2ème partie/6. (c) copyright - Début de la 2ème partie/6. Biarritz - Grande Plage en 1861. Biarritz La Rue Mazagran. 1 Biarritz - à gauche, Bureau des Omnibus et des Chemins de Fer du Midi. Future Place Clemenceau -

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

IMPRIMERIE, LIBRAIRIE, PRESSE

IMPRIMERIE, LIBRAIRIE, PRESSE ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE LA CREUSE 2 T IMPRIMERIE, LIBRAIRIE, PRESSE Répertoire numérique Etabli par Philippe LOY, secrétaire de documentation Et publié sous la direction de Nicolas DOHRMANN, conservateur

Plus en détail

PARIS. Ville Lumière

PARIS. Ville Lumière PARIS Ville Lumière Paris 1. Paris est la capitale de la France et se trouve dans la région appelée Ile-de-France. 2. Paris est traversée par la Seine qui sépare la Rive Droite de la Rive Gauche. 3. Aujourd

Plus en détail

La transmission de l entreprise agricole en droit fiscal wallon

La transmission de l entreprise agricole en droit fiscal wallon La transmission de l entreprise agricole en droit fiscal wallon Régime Conditions d octroi du taux de 0% Conditions spécifiques exigées pour la transmission d un droit réel sur titres et créances Condition

Plus en détail

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait.

Jeudi 8 mai 2014. Il y a 69 ans, l Allemagne hitlérienne capitulait. Jeudi 8 mai 2014 Cérémonie patriotique / Parvis de l Hôtel de Ville Discours de Karl Olive, Maire de Poissy, Conseiller général des Yvelines Monsieur le Ministre, Monsieur le Préfet, Madame la Conseillère

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

EGLISE St SERNIN DE MONS

EGLISE St SERNIN DE MONS EGLISE St SERNIN DE MONS La première église de Mons aurait été construite par les Moran (ou Maurand), seigneurs de Mons, vers le 13ème siècle. Au cours des guerres de religion, elle fut pillée et incendiée

Plus en détail

DE L AMITIE DES GENERAUX AU JUMELAGE DES COMMUNES

DE L AMITIE DES GENERAUX AU JUMELAGE DES COMMUNES DE L AMITIE DES GENERAUX AU JUMELAGE DES COMMUNES L amitié des généraux napoléoniens Contexte : le début du 19 ème siècle est marqué par l accession au pouvoir de Napoléon 1 er, empereur des français de

Plus en détail

Les associés d une société acquièrent la qualité de commerçant :

Les associés d une société acquièrent la qualité de commerçant : Actes de commerce 1. Les associés d une société acquièrent la qualité de commerçant : a. dans toute société à l exception des sociétés civiles b. dans les sociétés en nom collectif c. dans les SA et SARL

Plus en détail

Pièces à fournir pour chacun des époux

Pièces à fournir pour chacun des époux Pièces à fournir pour chacun des époux Une copie intégrale d acte de naissance, Pour les personnes de nationalité française Une copie intégrale d acte de naissance de moins de 3 mois. À demander à la mairie

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Comores. Réglementation des warrants agricoles

Comores. Réglementation des warrants agricoles Réglementation des warrants agricoles Décret du 10 mai 1932 [NB - Décret du 10 mai 1932, réglementant les warrants agricoles Modifié par le décret du 19 mars 1937] Art.1.- Tout agriculteur peut emprunter

Plus en détail

Hôtel et Bibliothèque Thiers. Fondation Dosne-Thiers

Hôtel et Bibliothèque Thiers. Fondation Dosne-Thiers Hôtel et Bibliothèque Thiers Fondation Dosne-Thiers L hôtel Dosne-Thiers et Monsieur Thiers C est dans le quartier de la "Nouvelle Athènes" que l agent de change Alexis Dosne acheta, en 1832, une propriété

Plus en détail

PROJET MODIFICATION STATUTS DE L ACIN

PROJET MODIFICATION STATUTS DE L ACIN PROJET MODIFICATION STATUTS DE L ACIN TITRE PREMIER FORMATION OBJET SIEGE DE L ASSOCIATION ARTICLE 1 : Il est formé dans la commune de Nice entre les Israélites qui ont adhéré ou adhéreront aux présents

Plus en détail

Le Sénat et la Chambre des députés ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit :

Le Sénat et la Chambre des députés ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur suit : Loi du 15 décembre 1922 étendant aux exploitations agricoles la législation sur les accidents du travail 1 (Bulletin de l Inspection du travail et de l hygiène industrielle, 1922) Le Sénat et la Chambre

Plus en détail

L HISTOIRE DU CHATEAU-MUSEE DE NEMOURS DATES ET PERSONNAGES CLEFS

L HISTOIRE DU CHATEAU-MUSEE DE NEMOURS DATES ET PERSONNAGES CLEFS L HISTOIRE DU CHATEAU-MUSEE DE NEMOURS DATES ET PERSONNAGES CLEFS Famille Villebéon Maison de Foix Maison de Navarre Maison de Médicis Maison d Armagnac Maison de Savoie Maison d Orléans Quelques dates

Plus en détail

Pray4belgium histoire spirituelle de Bruxelles (1): la Place Saint-Géry p. 1. La Place Saint-Géry. Les plus anciennes racines de Bruxelles

Pray4belgium histoire spirituelle de Bruxelles (1): la Place Saint-Géry p. 1. La Place Saint-Géry. Les plus anciennes racines de Bruxelles Pray4belgium histoire spirituelle de Bruxelles (1): la Place Saint-Géry p. 1 Bruxelles histoire spirituelle (1) La Place Saint-Géry Les plus anciennes racines de Bruxelles Cet article a pour but de donner

Plus en détail

La Chambre des Notaires de Paris

La Chambre des Notaires de Paris La Chambre des Notaires de Paris Un lieu et une profession au cœur de Paris Les Notaires du Châtelet Origine d une institution En 1270, le roi Louis IX (Saint Louis) choisit parmi les membres de la confrérie

Plus en détail

SUR proposition du Secrétaire Général de la Préfecture des Bouches-du-Rhône

SUR proposition du Secrétaire Général de la Préfecture des Bouches-du-Rhône 35()(&785('(6%28&+(6'85+21( ',5(&7,21'(/ $'0,1,675$7,21*(1(5$/( %85($8'(/$32/,&(*(1(5$/( 6(59,&('(6'(%,76'(%2,66216 Relatif au périmètre de protection autour des débits de boissons Sur Marseille, Aix-en-Provence,

Plus en détail

Ministère de la culture et de la communication

Ministère de la culture et de la communication Ministère de la culture et de la communication Concours externe et interne de technicien(ne) d art Métiers : Végétaux ; Spécialité : Végétaux SESSION 2014 Epreuve pratique d admission L épreuve pratique

Plus en détail

ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE L'AUDE

ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE L'AUDE ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE L'AUDE SOUS-SERIE 4 Q CONSERVATION DES HYPOTHEQUES Répertoire numérique CARCASSONNE INTRODUCTION Les archives hypothécaires offrent aux chercheurs en histoire économique et

Plus en détail

LA ROCHELLE VUE GÉNÉRALE DU PORT ET DE LA RADE PRISE DE LA TOUR SAINT-SAUVEUR PORT D ATTACHE DE L «ARGUS» - AVISO À HÉLICE - D HENRI RIEUNIER

LA ROCHELLE VUE GÉNÉRALE DU PORT ET DE LA RADE PRISE DE LA TOUR SAINT-SAUVEUR PORT D ATTACHE DE L «ARGUS» - AVISO À HÉLICE - D HENRI RIEUNIER LIEUTENANT DE VAISSEAU HENRI RIEUNIER COMMANDANT L ÉCOLE DE PILOTAGE DES LA ROCHELLE VUE GÉNÉRALE DU PORT ET DE LA RADE PRISE DE LA TOUR SAINT-SAUVEUR PORT D ATTACHE DE L «ARGUS» - AVISO À HÉLICE - D HENRI

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

ROZES René, Alexandre

ROZES René, Alexandre ROZES René, Alexandre Etat civil : Né le 23 décembre 1922 à Nuits-Saint-Georges (Côte-d Or). Famille : Fils de Alexandre Joseph Rozes, Commis des Postes (né le 13 mars 1896 à Premeaux, Côted Or) et de

Plus en détail

PALAIS DES DUCS DE LORRAINE 64 Grande Rue Nancy. Publications du musée

PALAIS DES DUCS DE LORRAINE 64 Grande Rue Nancy. Publications du musée PALAIS DES DUCS DE LORRAINE 64 Grande Rue Nancy Publications du musée Tous ces ouvrages sont consultables au service de documentation Les tapisseries de la Condamnation de Banquet, Nancy, Palais ducal,

Plus en détail

Le sacre de Napoléon 1er par Jacques-Louis David. Pourquoi ce tableau est une oeuvre de propagande politique?

Le sacre de Napoléon 1er par Jacques-Louis David. Pourquoi ce tableau est une oeuvre de propagande politique? Le sacre de Napoléon 1er par Jacques-Louis David Pourquoi ce tableau est une oeuvre de propagande politique? A l'aide de ce diaporama, complète la fiche d'histoire des arts. Le travail peut se faire par

Plus en détail

L hôtel du ministre. des Affaires étrangères et européennes

L hôtel du ministre. des Affaires étrangères et européennes L e s j o u r n é e s e u r o p é e n n e s d u pat r i m o i n e L hôtel du ministre des Affaires étrangères et européennes Bienvenue au ministère des Affaires étrangères et européennes. L hôtel du ministre

Plus en détail

La maison de ma grand-mère

La maison de ma grand-mère La maison de ma grand-mère Voici une belle histoire de recherches survenue dernièrement concernant des gens qui ont vécu à Ste-Marie. Cette petite aventure a débuté sur le site Facebook dans le Groupe

Plus en détail

1738 2013 275 e ANNIVERSAIRE DE LA PAROISSE DE LA-VISITATION-DE-LA-SAINTE-VIERGE DE POINTE-DU-LAC

1738 2013 275 e ANNIVERSAIRE DE LA PAROISSE DE LA-VISITATION-DE-LA-SAINTE-VIERGE DE POINTE-DU-LAC 1738 2013 275 e ANNIVERSAIRE DE LA PAROISSE DE LA-VISITATION-DE-LA-SAINTE-VIERGE DE POINTE-DU-LAC HOMMAGE AU COUPLE BOLDUC-ROUETTE Mariette Bolduc Rouette. Mariette est aussi issue d une vieille famille

Plus en détail

Cours de paléographie Archives municipales de Cannes 40 45 50 55 60 65 70 75 p 2 / 4

Cours de paléographie Archives municipales de Cannes 40 45 50 55 60 65 70 75 p 2 / 4 Référence du texte : AC Cannes 3D13 : Maires et adjoints, affaires de cabinet.- "Cent jours", passage de Napoléon Bonaparte à Cannes en 1815 : mémoire du maire de Cannes sur le débarquement de Napoléon

Plus en détail

LE PRESBYTERE DE GUILLONVILLE

LE PRESBYTERE DE GUILLONVILLE HP LE PRESBYTERE DE GUILLONVILLE LE PRESBYTÈRE DE GUILLONVILLE Emplacement de l ancien presbytère et de l école, devant l église de Guillonville Le 20 janvier 1841, Joseph Jacques, demeurant à Gaubert

Plus en détail

44 J École nationale des Arts décoratifs (E.N.A.D.)

44 J École nationale des Arts décoratifs (E.N.A.D.) ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DE LA HAUTE-VIENNE 44 J École nationale des Arts décoratifs (E.N.A.D.) (1880-1974) Répertoire numérique Par M.-C. Desroche Fouquet Révisé le 04.05.2015 Limoges 1998 1 Sommaire

Plus en détail

Liste des conseils municipaux de Coupvray période élective de 1831 à 1912

Liste des conseils municipaux de Coupvray période élective de 1831 à 1912 Elections municipales remarques Liste des conseils municipaux de Coupvray période élective de 1831 à 1912 Version mars 2010 A faire vérifier les nominations de maire avant 1871 (nomination par préfet ou

Plus en détail

CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678. du 20-7-1972, art.

CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678. du 20-7-1972, art. CONTRAT DE MANDAT DE GESTION IMMOBILIERE - :- :- :- :- (Loi 70-09 du 2-1-1970, art. 6 et 7 Décret 72-678 du 20-7-1972, art. 64, 66 et 67) Numéro du registre : Numéro de l immeuble : OBJET du MANDAT : Des

Plus en détail

2- Son parcours religieux Etienne est dit prêtre bachelier en droit canon (de l université de Toulouse) le 22 mars 1768.

2- Son parcours religieux Etienne est dit prêtre bachelier en droit canon (de l université de Toulouse) le 22 mars 1768. 1 Le dernier curé de St Germain-près-Herment Etienne Bergheaud fut le dernier curé de St Germain-près-Herment, petite commune du Puy de Dôme qui perdit, après la Révolution, son statut de paroisse, puisque

Plus en détail

DÉCORATION DE LA LÉGION D HONNEUR - GRADE CHEVALIER

DÉCORATION DE LA LÉGION D HONNEUR - GRADE CHEVALIER DÉCORATIONS FRANÇAISES DE L AMIRAL HENRI RIEUNIER (DÉBUT DE LA 2 ème PARTIE DE LA LISTE DES DÉCORATIONS) DÉCORATION DE LA LÉGION D HONNEUR - GRADE CHEVALIER Napoléon III Brevet de l ordre impérial de la

Plus en détail

Archives départementales de l Isère

Archives départementales de l Isère ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE L'ISERE SOUS-SERIE 4 E (dépôts des communes) 4 E 3 LA FERRIERE-d ALLEVARD Aurélie BOUILLOC, attachée de conservation du patrimoine 1990 SOMMAIRE ARCHIVES ANCIENNES ET REVOLUTIONNAIRES

Plus en détail

LE LOGEMENT EST VENDU : QUE DEVIENT LE BAIL?

LE LOGEMENT EST VENDU : QUE DEVIENT LE BAIL? 0 LE LOGEMENT EST VENDU : QUE DEVIENT LE BAIL? Rien n interdit au propriétaire de mettre en vente le bien loué pendant la durée de la location. En soi, la vente du bien loué ne met pas fin au bail, mais

Plus en détail

Les métiers de la ville 1. Joffrey 5 3 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE, ANNÉE 2009-2010 LES MÉTIERS DE LA VILLE AU MOYEN-ÂGE

Les métiers de la ville 1. Joffrey 5 3 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE, ANNÉE 2009-2010 LES MÉTIERS DE LA VILLE AU MOYEN-ÂGE Les métiers de la ville 1 Joffrey 5 3 HISTOIRE-GÉOGRAPHIE, ANNÉE 2009-2010 LES MÉTIERS DE LA VILLE AU MOYEN-ÂGE Les métiers de la ville 2 SOMMAIRE INTRODUCTION P.3 - PREMIÈRE PARTIE : LES MÉTIERS P.4 DEUXIÈME

Plus en détail

MANIOC. org. Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique

MANIOC. org. Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique MANIOC. org Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique MANIOC. org Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique MАNIOС. org Bibliothèque Schoelcher Conseil général de la Martinique

Plus en détail

Liste des curés de Lièpvre (16 e siècle à nos jours)

Liste des curés de Lièpvre (16 e siècle à nos jours) Liste des curés de Lièpvre (16 e siècle à nos jours) N.B. Les dates citées en parenthèses indiquent la période du ministère exercé à Lièpvre. Jean d AINVEAU Cité en 1509. François GASCARD (? 1575) Décédé

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr

Les modalités de la vente. La société civile immobilière SCI. www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI www.notaires.paris-idf.fr Les modalités de la vente La société civile immobilière SCI Une Société Civile Immobilière (SCI) est une

Plus en détail

1750 : INAUGURATION DU MUSÉE DU LUXEMBOURG, PREMIER MUSÉE OUVERT AU PUBLIC

1750 : INAUGURATION DU MUSÉE DU LUXEMBOURG, PREMIER MUSÉE OUVERT AU PUBLIC 1750 : INAUGURATION DU MUSÉE DU LUXEMBOURG, PREMIER MUSÉE OUVERT AU PUBLIC Dans la galerie Est du Palais du Luxembourg (aujourd hui l Annexe de la Bibliothèque) s ouvre le 14 octobre 1750 le Cabinet du

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL DU 30 JANVIER 2014.

CONSEIL MUNICIPAL DU 30 JANVIER 2014. CONSEIL MUNICIPAL DU 30 JANVIER 2014. L an deux mille quatorze et le trente janvier à vingt heures trente, le Conseil Municipal régulièrement convoqué le 23 janvier 2014, s est réuni au nombre prescrit

Plus en détail

Agnès D ANGIO-BARROS Éric ANCEAU 7 janvier 2014. Les Mardis de l École des chartes

Agnès D ANGIO-BARROS Éric ANCEAU 7 janvier 2014. Les Mardis de l École des chartes Agnès D ANGIO-BARROS Éric ANCEAU 7 janvier 2014 Les Mardis de l École des chartes Plan général I Les grandes dates de la vie de Morny II Les biographies antérieures III L apport des sources accessibles

Plus en détail

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS Cycle et niveau Cycle 3, classe de CM1 Chapitre Le Moyen Age Objectifs Découvrir les conséquences de la rivalité opposant le Roi de France au plus puissant de ces

Plus en détail

Cherbourg-Octeville. Manche. le théâtre à l italienne. basse-normandie

Cherbourg-Octeville. Manche. le théâtre à l italienne. basse-normandie P A R C O U R S D U P A T R I M O I N E Cherbourg-Octeville le théâtre à l italienne Manche basse-normandie Façade du théâtre, dessin aquarellé, non daté, par Gutelle, musée d art Thomas- Henry, Cherbourg-

Plus en détail

I - Effets de la mesure de protection

I - Effets de la mesure de protection NOTICE à L USAGE du CURATEUR d un parent ou d un proche sous Curatelle simple Vous venez d être désigné en qualité de curateur d un parent ou d un proche. La curatelle simple est une mesure destinée à

Plus en détail

SERVICE DE L EXERCICE PROFESSIONNEL

SERVICE DE L EXERCICE PROFESSIONNEL SERVICE DE L EXERCICE PROFESSIONNEL PRESTATION DE SERMENT DÉMARCHES PRÉALABLES Nous vous remercions de bien vouloir prendre rendez-vous auprès du SEP pour déposer le présent dossier accompagné de toutes

Plus en détail

GENEALOGIE, MODE D'EMPLOI

GENEALOGIE, MODE D'EMPLOI GENEALOGIE, MODE D'EMPLOI 1. Introduction 2. La recherche en salle de lecture 3. La recherche sur le site 4. Pièces annexes Jusqu au siècle dernier, la généalogie était l apanage de ceux qui se glorifiaient

Plus en détail

Établir une généalogie immobilière en se rendant aux AD17 à La Rochelle

Établir une généalogie immobilière en se rendant aux AD17 à La Rochelle Établir une généalogie immobilière en se rendant aux AD17 à La Rochelle La généalogie immobilière requiert la consultation de quatre grands types de documents d archives pour la période postérieure à la

Plus en détail

Titre : Cahier de doléances de la communauté de Bargeme Date :mars 1789 Nature : document papier Cote : 1 B 2464

Titre : Cahier de doléances de la communauté de Bargeme Date :mars 1789 Nature : document papier Cote : 1 B 2464 Références des documents Titre : Cahier de doléances de la communauté de Bargeme Date :mars 1789 Nature : document papier Cote : 1 B 2464 Intégration pédagogique Niveau de classe concernée : quatrième,

Plus en détail

Syndicat de copropriétaires

Syndicat de copropriétaires Syndicat de copropriétaires Parcelle 1031 du plan cadastrale de Barjols (en vert) PIÈCES ANNEXES : Consultables et téléchargeables sur le site web dédié à la copropriété http://www.barjols1031.com Soit

Plus en détail

Archives départementales de l Isère

Archives départementales de l Isère ARCHIVES DEPARTEMENTALES DE L'ISERE SOUS-SERIE 4 E (dépôts des communes) 4 E 717 LANS-EN-VERCORS Aurélie BOUILLOC, attachée de conservation du patrimoine Benjamin GENTIL 2014 SOMMAIRE SOURCES COMPLEMENTAIRES

Plus en détail

F/4 MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

F/4 MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR COMPTABILITÉ GÉNÉRALE F/4 MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR COMPTABILITÉ GÉNÉRALE F/4/1* à F/4/3313 Cette sous-série, réservée essentiellement à la comptabilité générale du ministère de l'intérieur, comprend en fait deux parties bien

Plus en détail

BURKINA FASO La patrie ou la mort, nous vaincrons! ----------------- ASSEMBLEE DES DEPUTES DU PEUPLE -----------------

BURKINA FASO La patrie ou la mort, nous vaincrons! ----------------- ASSEMBLEE DES DEPUTES DU PEUPLE ----------------- BURKINA FASO La patrie ou la mort, nous vaincrons! ----------------- ASSEMBLEE DES DEPUTES DU PEUPLE ----------------- LOI N -010/93/ADP PORTANT ORGANISATION JUDICIAIRE AU BURKINA FASO L ASSEMBLEE DES

Plus en détail

Pierre TREMBLAY et Ozanne ACHON

Pierre TREMBLAY et Ozanne ACHON Pierre TREMBLAY et Ozanne ACHON Pierre et Ozanne sont à l origine de tous les Tremblay d Amérique du Nord. Il est percheron, elle est aunisienne : ils sont le symbole de ces deux petites provinces françaises

Plus en détail