Éoliennes du Crêt Monniot : les dessous de la polémique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Éoliennes du Crêt Monniot : les dessous de la polémique"

Transcription

1 N 95 Septembre ,90 Le premier mercredi du mois Mensuel d information des cantons de Montbenoît, Mouthe, Levier, Pontarlier, Vercel et du Jura voisin Le dossier Éoliennes du Crêt Monniot : les dessous de la polémique Industrie p. 7 Les yaourts Pagnier repris par un Pontissalien La ferme et la laiterie de La Planée viennent d être rachetées par un sociétaire du Chalet, la coopérative de Pontarlier, qui assure la vente et la distribution. Économie p. 24 Le surendettement touche les frontaliers Le nombre de dossiers de surendettement, pourtant en baisse dans le Doubs, touche en proportion de plus en plus de travailleurs frontaliers qui vivent au-dessus de leurs moyens. Lire en p. 13 à 18 L événement p. 4 à 6 Saint-Point-Lac : un vendeur de chalets devant la justice Un jugement a été rendu à l encontre de la société Demeures et villas du Canada dont le siège est à Saint-Point-Lac. Son gérant empochait les sommes mais ne livrait pas la marchandise. Une enquête judiciaire a été ouverte. Les victimes témoignent. Rédaction et publicité : Les Éditions de la Presse Pontissalienne - B.P bis, Grande rue MORTEAU CEDEX - Tél Fax :

2 2 Éditorial Rentrée Les parasols - pas les parapluies - sont définitivement rangés au garage, le soleil n est plus qu un vague souvenir pour ceux qui l ont trouvé cet été, une espérance définitivement enterrée pour ceux qui l attendaient en Franche-Comté. L été 2007 a replié ses bagages sans que personne n ait eu la sensation qui les aient défaits durant ces deux mois de grisaille. Naturellement, les professionnels du tourisme dans leur grande majorité ne peuvent qu afficher le visage des mauvais étés. Ceux qui s en tirent se comptent sur les doigts d une main. Quand va-t-on définitivement renoncer à vendre en Franche-Comté le soleil l été et la neige l hiver? Ces deux paramètres de plus en plus aléatoires devraient être totalement bannis des politiques régionales en matière de promotion touristique. À l image de l Irlande, la Franche-Comté est un havre de nature préservée, vendons-la comme telle! Brutalement, les sujets vaguement mis sous l étouffoir durant deux mois resurgissent : septembre sera le mois des vifs débats sur la T.V.A. sociale, sans doute des premières revendications syndicales de telle ou telle catégorie sociale, de la fiscalité locale dont chacun percevra l effet direct en ouvrant sa boîte-à-lettres. Dès cet automne, le gouvernement prendra sans doute de plein fouet la mauvaise humeur d un pays largement privé de soleil cet été. Le moral semble-t-il est déjà en berne. La France aborde la mauvaise saison. Sur le plan local, d élections il s agira à nouveau. Dès le 1 er septembre, collectivités et administrations entrent déjà dans la traditionnelle période de réserve pré-électorale. Cette année, deux élections en cachaient en fait une troisième. Les municipales de mars 2008 se profilent déjà. Et ce n est sans doute pas dans les grandes villes de la région que les enjeux semblent les plus forts. À Besançon par exemple, une droite déchirée entre dans la bataille. Cause quasi perdue. Mais c est sans doute dans les petites communes, pourtant sans grand enjeu, que les débats s annoncent les plus vifs. Observons bien les attitudes de certains élus locaux ou prétendants au titre. Ils battent déjà campagne, discrètement, mais assurément. Il n y a pas de doute : les batailles du printemps prochain sont déjà sur orbite. La rentrée n épargne personne. Jean-François Hauser est éditée par Les Éditions de la Presse Pontissalienne, S.A.R.L. de presse Directeur de la publication : Thomas COMTE Directeur de la rédaction : Jean-François HAUSER Directeur commercial : Éric TOURNOUX Directeur artistique : Olivier CHEVALIER Rédaction : Frédéric Cartaud, Thomas Comte, Eric Cuenot, Jean-François Hauser, Loren Marguet. Imprimé à I.P.S. - ISSN : Dépôt légal : Septembre 2007 Commission paritaire n 0202 I Crédits photos : La Presse Pontissalienne, Éole-Res, Morel S.A.R.L., M.P.T. des Longs-Traits. La Presse Pontissalienne 5 bis, Grande rue - B.P MORTEAU CEDEX Tél. : Fax : L actualité bouge, les dossiers évoluent. La Presse Pontissalienne revient sur les sujets abordés dans ses précédents numéros, ceux qui ont fait la une de l actualité pontissalienne. Tous les mois, retrouvez la rubrique Retour sur info. Le ciel s éclaircit pour les organisateurs de ce festival progrmmé jusqu ici à Chaffois. Au lendemain de l annonce de l annulation de l édition 2007, la commune de Métabief nous a contactés en nous proposant un site et une date, explique Florian Giovanelli, le président de l association organisatrice qui ne Retour sur info Houtaud : nouveaux soupçons d arnaque aux meubles Fin août, le magasin était encore vide mais l enseigne est déjà posée. On y lit Cheap Center (de l anglais cheap = bon marché). Le magasin spécialisé dans la vente de meubles a investi les locaux anciennement occupés par l enseigne Aqua Dream qui a fermé ses portes. Les responsables de Cheap Center ont déjà commencé leur démarchage téléphonique auprès des clients potentiels du Haut-Doubs. La méthode est toujours la même : ces magasins ne font pas de publicité, ils n opèrent que par téléphone, invitant les personnes démarchées à venir retirer un petit cadeau en fin de semaine. La technique de vente est construite pour attirer le badaud, le cadeau promis au téléphone est souvent un jeu de couteaux de cuisine pour madame ou une trousse à outils pour monsieur. Règle d or : il est impératif de venir en couple. Une fois le couple sur place, il est pris en charge par un premier vendeur puis Métabief accueillera le festival de la Paille cache pas son soulagement. Échaudés par la manière dont ils s étaient vus refuser la mise à disposition d un terrain à Chaffois, les responsables ne tenaient plus à vivre la même expérience qui s était conclue par l annulation du festival. Plus question d entendre parler de Chaffois ni de dépendre du bon vouloir d un privé, en l occurrence un exploitant agricole mettant à disposition des terrains agricoles appartenant à la commune. On a reçu de multiples messages de soutien. Plusieurs portes se sont ouvertes. On a choisi Métabief car c était la proposition la plus aboutie. La spontanéité avec laquelle ils nous ont sollicités nous un deuxième. Au terme d une technique de vente très bien rôdée, le bon de commande est sur la table, n attendant plus que la signature du client. Le problème, c est que les prix affichés - quand ils le sont - ont de quoi effrayer : plus de euros pour ce salon canapé 2 et 3 places en cuir, près de euros pour cet autre ensemble. C est là qu interviennent dans la discussion d autres arguments imparables : d après votre numéro de cadeau, vous avez encore droit à une réduction de X centaines d euros, ou encore on vous reprend votre ancien salon pour X euros. Au final, le client a l impression d avoir bénéficié d une réduction vertigineuse. Il paiera son salon aux environs de euros. Certes deux fois moins cher que le prix affiché mais au moins deux fois plus que sa vraie valeur marchande. L arrivée récente de cette enseigne à Houtaud a déjà attiré les doutes de quelques personnes contactées. Cette a fortement encouragés dans ce sens. Ils nous ont même prêté un local. On a déjà commencé à déménager du matériel pendant le week-end prévu initialement pour l événement. L action évite de trop ruminer les déceptions. Le festival quitte la plaine de l Arlier pour s installer au pied des pistes de la station. S il perd un peu de sa vocation champêtre, il y gagne en facilité d accès et peut s appuyer sur la notoriété de Métabief. Les dates restent identiques, sur deux jours le premier week-end d août. Le projet Ginko est caduc. Haros, la société de promotion immobilière pontissalienne, ne construira pas son bâtiment à l architecture innovante, qu elle avait baptisé du nom du plus vieil arbre du monde. Il était prévu que la structure de m 2 implantée zone des Grands Planchants sur un terrain de m 2, situé entre L Space 900 (ex-sbarro) et la concession Peugeot, abrite une activité commerciale tournée essentiellement vers l équipement de la maison. Le calendrier prévoyait que les travaux débutent en avril pour se terminer à la fin de l année Finalement, Haros a mis son projet en sommeil après avoir eu des contacts avec Laurent Pourchet, responsable de l entreprise A.J. Développement aujourd hui propriétaire des anciens bâtiments Sbarro. L entrepreneur était en quête de foncier pour étendre ce qui s appelle désormais L Space 900. Dans le cadre de la réflexion, le pratique qu on pourrait assimiler à de la vente forcée est dangereuse car elle se situe aux limites de la légalité. Alors un mot d ordre : vigilance. On conserve la même configuration avec deux scènes. Le grand changement concerne une programmation beaucoup plus ambitieuse avec l intention d attirer des grosses têtes d affiche. On augmente le budget programmation de 50 à 60 %. Le festival monte d un cran. À nous maintenant de trouver les sources de financement. Car si on a choisi de grossir, on tient toujours à proposer un festival abordable au niveau prix. Rendez-vous l an prochain, les 1 er et 2 août Ginko meurt, L Space 900 s étend zone des Grands Planchants terrain où devait s implanter Ginko serait dédié à une activité commerciale. Pour l instant, nous sommes en phase d étude et de réflexion indique Laurent Pourchet. Les contours du futur projet devraient être affinés début Dans ce dossier, la société Haros qui a désormais cédé le foncier, pourrait se voir confier la maîtrise d ouvrage d une construction à venir dans le cadre d un partenariat.

3

4 4 L ÉVÉNEMENT UN VENDEUR DE CHALETS DE SAINT-POINT-LAC DEVANT LA JUSTICE ARNAQUE Un vendeur de Saint-Point-Lac Il empoche les euros et disparaît dans la nature Plusieurs victimes de la société Demeures et villas du Canada se sont déjà fait connaître. Ayant eu affaire à cette entreprise dont le siège est à Saint-Point-Lac, ces particuliers ont payé leur maison mais n ont jamais été livrés. Un jugement rendu par le tribunal de grande instance a condamné le gérant, Hervé Dagna, à rembourser les sommes perçues. La plupart du temps, il s agit de montant dépassant les euros. La société Demeures et villas du Canada est spécialisée dans l importation de chalets en kit. Son gérant est pour l instant injoignable. Poursuivi par ses créanciers, il se fait de plus en plus discret. La Presse Pontissalienne révèle les dessous de ce qui pourrait être une vaste arnaque à l immobilier. Un négociant en chalets canadiens installé à Saint-Point-Lac a été condamné suite à une escroquerie. Après avoir encaissé l argent, il n a jamais livré la marchandise à ses clients. Voilà à quoi devait ressembler le chalet du couple Palomba. Thierry et Karine Palomba rêvent d une maison à ossature bois. Sur leur terrain, une construction de ce type serait du plus bel effet. Ils parcourent les salons de l habitat et du bois et tombent, dans les allées du salon d Angers, sur la société Demeures et villas du Canada, basée à Saint-Point-Lac. Séduits par ce concept basé sur l autoconstruction, ils décident de se lancer dans le projet. Le 16 février 2005, ils passent commande auprès de la société du Haut-Doubs d une maison en bois à livrer en kit. Le matériel est facturé euros. Ce système de construction est fabriqué par un fournisseur canadien, la société Panexpert, basée au Québec, dont l entreprise de Saint-Point-Lac Les juges du tribunal ont prononcé la résiliation du contrat. est un des distributeurs. D après les indications du bon de commande, les acquéreurs s engageaient à payer en trois fois : 10 % à la commande, 20 % à la validation des murs et le reste au départ de la marchandise du Canada. L idée du couple Palomba était d installer cette maison sur un terrain dont ils sont propriétaires. La maçonnerie était déjà prête, le gérant de la société Demeures et villas du Canada s était déplacé à deux reprises sur ce terrain, il ne manquait plus que les pièces de bois. Le hic, c est que le matériel n a jamais été livré. Les infortunés clients, qui avaient vendu leur précédent logement en attendant de s installer dans leur nouveau lieu de vie, se sont donc retrouvés avec un terrain nu, attendant désespérément l arrivée de la marchandise du Canada. C est un négociant en bois, pas un constructeur. Nous avons juste acheté le matériel. C est comme quand vous achetez un frigo, le paiement doit se faire avant la livraison explique Karine Palomba. Pendant plus d un an, le couple et ses trois enfants ont été obligés de loger dans des gîtes, avant de se résoudre à acquérir une caravane dans laquelle ils ont vécu à cinq pendant plusieurs mois. Deux ans et demi après avoir passé commande, ils attendent toujours le matériau! Depuis, le gérant de la société Demeures et villas du Canada, Hervé Dagna, répond aux abonnés absents. Au bout de quelques mois, le couple se résout à appeler directement le fournisseur canadien. Mais ils obtiennent comme seule réponse que la société en question n a jamais reçu de commande à leur nom. En clair, Hervé Dagna a empoché les euros et s est volatilisé dans la nature. Désespéré, le couple se résigne à engager une procédure judiciaire contre Hervé Dagna. Le tribunal de grande instance de Melun, dont dépend le domicile actuel des époux Palomba, a rendu son verdict le 17 avril dernier. Les juges ont prononcé la résiliation du contrat de livraison de matériaux de construction et condamné Hervé Dagna à restituer la somme de euros, plus euros de dommages et intérêts. Mais à ce jour, quatre mois après le jugement, les époux Palomba n ont pas récupéré un centime sur les euros. Personne n a encore réussi à coincer le vendeur malhonnête. Une enquête judiciaire a été ouverte. Quant à Hervé Dagna, tant sur son portable que sur sa ligne fixe à Saint-Point- Lac, il est aux abonnés absents. J.-F.H.

5 L ÉVÉNEMENT 5 RÉACTION Pas les seules victimes On veut éviter qu il fasse d autres victimes Depuis plus de deux ans, Karine Palomba et sa famille vivent un véritable cauchemar. Aujourd hui, ils attendent de pouvoir récupérer leur argent. À cinq dans une caravane. Malgré le sourire de façade, la situation devenait invivable. La Presse Pontissalienne : Pourquoi avoir attendu autant de temps avant de saisir la justice? Karine Palomba : Au début, naturellement, nous pensions que M. Dagna était de bonne foi. Une fois il nous disait qu il y avait un petit souci au niveau de la dimension des fenêtres, une autre fois il nous faisait croire que la maçonnerie n avait pas été bien faite et qu il ne pouvait pas livrer le bois. Jusqu au jour où nous avons commencé à la harceler au téléphone. C est à partir de ce moment-là qu il n a plus donné aucune nouvelle. Au bout de quelques mois, nous avons fait la démarche de contacter le fournisseur canadien. Nous avons alors appris, stupéfaits, qu il n y avait jamais eu de commande pour nous. L.P.P. : Vous vous êtes donc retrouvés à la rue? K.P. : En vue d aménager le chalet, j avais vendu mon appartement. Au début, nous avons donc été en caravane sur notre terrain. Mais une maison d 1,48 m de large avec trois enfants, inutile de préciser que ça devient vite invivable, on devenait dingues. Puis nous avons choisi d aller dans un gîte. Nous avions loué pour une première période au bout de laquelle il a fallu partir. Nous avons dû en relouer un autre à chaque fois que le délai de livraison était repoussé. En un an, nous avons déménagé 21 fois. Avant de demander à la famille de nous héberger. L.P.P. : Vous ne semblez pas être les seules victimes de cet escroc! K.P. : Non, et c est cela qui nous rassure un peu. D autres victimes qui habitaient à 700 km du Haut-Doubs sont venus le voir exprès à Saint-Point-Lac. Ils l ont rencontré et apparemment, il a réussi à les retourner en leur promettant qu ils seront livrés en octobre. Ils sont repartis confiants. Nous, bien sûr, nous n y croyons plus. Nous avons sûrement été trop laxistes en attendant trop longtemps avant d agir. Aujourd hui, nous témoignons pour éviter qu il fasse d autres victimes. Propos recueillis par J.-F.H. TÉMOIGNAGE D autres victimes On ira jusqu au bout D autres clients d Hervé Dagna veulent encore croire en leur projet. Franck et Sonia Mortier font partie de ses acheteurs, ils se sont rendus à Saint-Point-Lac pour en avoir le cœur net. Franck et Sonia Mortier habitent le Maine-et-Loire. Eux aussi rêvent de leur chalet en bois. C est au salon Maison Bois d Angers que le couple fait la connaissance d Hervé Dagna l an dernier. Séduit par le concept proposé par l importateur de Saint-Point-Lac, ils signent un contrat avec lui. Le montant de la transaction dépasse là aussi les euros que le couple réglera également en trois fois. Un premier acompte de euros, suivis de deux versements, le dernier correspondant à 60 % du total. Début septembre, les Mortier attendent la livraison. Il y a quatre mois de retard précise M me Mortier. Bien décidés à en savoir plus sur le suivi de Ils suivent l affaire quotidiennement. leur livraison, ils tentent, en vain, de joindre par téléphone M. Dagna. Le 21 août dernier, ils décident de faire les 700 km qui séparent leur domicile angevin de Saint-Point-Lac pour rencontrer le gérant. Ils réussissent à le cueillir à son retour de vacances. En juin, il nous a dit que la maison était partie du Canada alors qu elle n avait même pas été commandée. Là, nous lui avons clairement dit qu il avait tout intérêt à faire accélérer les choses. Il nous a un peu rassurés, nous sommes repartis de Saint-Point-Lac plus confiants. M. et M me Mortier basent aussi leur confiance sur les contacts pris avec un distributeur du Calvados qui travaille régulièrement avec M. Dagna. Ce dernier n aurait pas rencontré de problèmes particuliers avec M. Dagna, à une exception près. Tiraillés entre l angoisse de s être fait rouler et l espoir de voir leur maison livrée bientôt, ils suivent l affaire quotidiennement. Nous ne lâcherons pas. Il nous a menti une fois en disant que le matériel partait du Canada alors que ce n était pas vrai. Là, nous irons jusqu au bout assure Sonia Mortier. D autres victimes ou supposées telles commencent à se faire connaître. En Haute-Saône, un autre couple à qui M. Dagna a livré le matériel a rencontré d énormes problèmes liés à la qualité du bois en provenance du Canada. J.-F.H.

6 6 L ÉVÉNEMENT TECHNIQUE U ne maison à euros, l offre est alléchante. Surtout à une époque où les coûts de la construction s envolent. Le prix des chalets proposés pas la société Demeures et villas du Canada ne dépassent guère cette somme. Mais le véritable prix à payer pour avoir sa maison est tout autre, notamment sur le plan de l investissement personnel. Ces maisons sont basées sur le principe de l auto-construction. Un peu comme un meuble Ikéa, l idée est d assembler soi-même sa bâtisse, ou avec l aide d un ou de plusieurs monteurs. Si l idée est séduisante, sa mise en œuvre est une autre histoire. Dans notre région, plusieurs constructeurs basent leurs prestations sur ce principe : ils importent les madriers et la maison se monte ensuite comme un Lego, par empilement et emboîtage. Les sociétés Finnest (Doubs) Comme un Lego géant Auto-construction : attention, danger La prestation proposée par la société de Saint-Point-Lac fait appel au principe de l auto-construction. Mais monter une maison n est pas comme assembler un meuble en kit. La profession du bois met en garde. Ils ne font pas les choses dans les règles de l art. Contrairement à des constructions traditionnelles, comme sur cette photo, les chalets importés s apparentent à un Lego géant. et Tonnaire (Jura) par exemple proposent cette prestation, avec du bois en provenance des pays scandinaves. En ce qui concerne la société Demeures et villas du Canada, elle utilise les mêmes méthodes, mais n est pas référencée en tant que constructeur. L A.D.I.B. Franche-Comté (association pour le développement des industries du bois) met en garde contre cette société. Les pratiques de cette société vont complètement à l encontre de l image que l on veut véhiculer de la construction bois. Ils ne font pas les choses dans les règles de l art commente un des responsables de l A.D.I.B. On n est pas spécialement contre l importation mais ce que propose la société en question n est pas du tout conforme, en matière d isolation par exemple. De manière générale, l A.D.I.B. avoue ne pas conseiller ce principe de l auto-construction. C est un savoir-faire qui ne s improvise pas. Tout le monde n est pas compétent en la matière poursuit l association qui tiendra un stand au prochain salon de l habitat à Besançon sur lequel il présentera toutes les techniques utilisées en construction bois. Pourtant, Hervé Dagna continue de parcourir les salons professionnels : Maison Bois à Angers, Résidence Bois à Lyon Il poursuit ses prospections, à la recherche de nouveaux clients. Sans aucun scrupule. J.-F.H. PROTECTION Loi de 1990 Aucune garantie du constructeur La société Demeures et villas du Canada n est qu un importateur. Les clients ne sont donc pas protégés par les lois concernant la construction. Ils ne peuvent demander que la résolution du contrat de vente. E n matière de construction immobilière, la loi prévoit depuis plus de 15 ans, une protection du consommateur. La loi du 19 décembre 1990 instaure en effet le contrat de construction de maison individuelle (C.C.M.I.) qui présente tous les avantages de sécurité technique et financière pour le client mais aussi pour tous les intervenants. En signant un C.C.M.I., le client n a qu un seul interlocuteur : le constructeur. Dans le contrat, le prix de la construction est clairement défini, tous les travaux indispensables doivent être chiffrés. Le délai de construction est fixé et tout retard dû au constructeur fait l objet de pénalités en faveur du client. De plus, toutes sommes versées par le client avant l ouverture du chantier font l objet d une garantie de remboursement au cas où le contrat ne prendrait pas effet. Par ailleurs, le client bénéficie directement de l assurance dommage-ouvrage et indirectement de l ensemble des garanties techniques et assurances qui entourent la construction (assurance décennale et biennale, garantie de parfait achèvement). Enfin, la garantie sans doute la plus importante : le client est assuré de voir sa maison achevée dans les délais et prix convenus grâce à la garantie de livraison. Les clients de la société Demeures et villas du Canada ne peuvent en aucun cas bénéficier de ces garanties puisque la société de M. Dagna n est pas considérée comme un constructeur. M. Dagna ne fait que commercialiser en France des maisons en bois livrées en pièces détachées. Le contrat que les clients ont signé avec le vendeur de Saint-Point-Lac s intitule seulement bon de commande de matériaux. Le tribunal de Melun qui a jugé l affaire des époux Palomba n a pu que constater l absence de professionnalisme du vendeur et sa lourde défaillance dans l exécution de ses obligations. Selon l article du code civil, M. Dagna a donc été condamné à restituer le prix et de payer les dommages et intérêts résultant des préjudices issus du défaut de délivrance. Le problème est aujourd hui de saisir les comptes de M. Dagna qui court toujours.

7 Pontarlier 7 LA PLANÉE Agriculteurs à La Planée, Robert et Frédéric Pagnier se sont diversifiés depuis une bonne trentaine d années dans Changement de marque Les Yaourts Pagnier repris par un agriculteur pontissalien La ferme et la laiterie des frères Pagnier viennent d être reprises par un sociétaire de la coopérative pontissalienne, laquelle assure la vente et la distribution. Sandra Louvrier assure la fabrication des yaourts commercialisés ensuite par le chalet de Pontarlier que préside Philippe Jeanningros. la fabrication de produits laitiers et notamment des yaourts. Trouver un repreneur pour l exploitation proprement dite ne posait guère de difficultés. Y associer la laiterie devenait plus problématique car cette activité impose de lourdes contraintes horaires entre la fabrication et les livraisons. À défaut de candidat, se profilait le risque de voir disparaître une production fermière qui dispose encore d une belle marge de progression. Assez paradoxalement, c est dans l urbanisation galopante du Haut-Doubs et plus particulièrement de Pontarlier, indirectement synonyme d une augmentation de consommateurs, que va se dénouer la situation. Exploitant agricole à la ferme de l Étang située à la sortie de Pontarlier du côté des Granges-Narboz, Stéphane Louvrier vivait dans l inquiétude de se voir priver d une partie de ses terres convoitées par la C.C.L. dans le cadre de l aménagement de la future zone d activité des Gravilliers. Des soucis abrégés en cherchant à s installer ailleurs, et pourquoi pas à La Planée. C est donc lui qui a repris la ferme des frères Pagnier. Ça lui apporte une certaine bouffée d oxygène visà-vis de la ferme de l Étang. Il a conservé l atelier de transformation des produits laitiers. Son épouse Sandra qui travaillait déjà dans l alimentaire s occupe de la fabrication, explique Philippe SPORT Distribués sous la marque Le Chalet. C.A.P. Foot Si l équipe 1 de Marseille a le niveau de division honneur comme l a laissé entendre son président Pape Diouf à l issue du match perdu contre Nice, alors que dire de la Réserve première de l O.M. qui affrontera le 8 septembre à Pontarlier le C.A.P. Foot? Malgré les déboires des joueurs de la cité phocéenne, Pierre Arbelet le président du mais sans complexe pour autant. Ce groupe qui a club pontissalien ne veut en manqué d être aucun cas sous-estimer cet adversaire. Quand il s agit relégué en D.H. au terme de la saison d une réserve, on ne sait jamais sur quel genre d équipe on va tomber dit-il. Par contre, ce qui est sûr, c est que l affiche du match est exceptionnelle. La notoriété de Marseille a une résonance suffisante pour garan- dernière s est tir l ambiance dans un stade à l ambiance surchauffée (sa capacité est de 2000 personnes). Cela fait déjà un mois que les gens nous appellent ajoute Pierre Arbelet. Les Pontissaliens devraient aborder la rencontre avec un peu de pression Jeanningros, le président de la coopérative de Pontarlier. Stéphane Louvrier a tenu à rester fidèle à cette fruitière où il continue d ailleurs à assurer la fonction de trésorier. Le couple a conclu un partenariat avec le chalet et plus précisément avec l E.U.R.L. gérant le magasin de vente directe. On se charge de la vente et de la distribution des yaourts, de la crème-dessert et de la crème produits à La Planée. Un commercial-livreur a été recruté à cet effet. Tous les comtés vendus au magasin sont affinés par nos soins. Certains clients passent des commandes qu on doit leur apporter sur place. Jusqu à présent, on effectuait ce service en jonglant avec les disponibilités des sociétaires et des vendeuses. Ces livraisons sont maintenant assurées par le nouveau salarié, indique Vincent Droz-Bartholet, le sociétaire responsable du magasin. Dans cette opération, le Chalet étoffe ainsi sa gamme de produits. Ça nous ouvre des portes vers de nouveaux créneaux de vente. Cette perspective nécessitera d augmenter la production de la laiterie et d étendre les points de vente. C est justement le rôle du livreur-commercial qui se déplace maintenant jusqu à Maîche et Besançon, poursuit Philippe Jeanningros. Les produits sortis de la laiterie portent encore la désignation Pagnier. Ils seront distribués sous la marque Le Chalet dès l épuisement du stock d emballage de l ancien fabricant. F.C. L équipe première est affûtée pour affronter la saison Après avoir failli descendre en division honneur l année dernière, le groupe de Jean-Luc Courtet s est renforcé physiquement et techniquement pour relever le défi de la C.F.A. 2. L équipe 1 qui affrontera Marseille le 8 septembre espère terminer en milieu de tableau. Cela fait déjà un mois que les gens nous appellent. consolidé. L équipe est renforcée de trois nouvelles recrues dont Cyril Letellier, 29 ans, le Monsieur plus. Ce garçon est un fin technicien qui avec ses équipiers pourrait semer la zizanie dans les rangs adverses. Marseille fait partie des rendez-vous importants que ne devront pas manquer les Pontissaliens qui évoluent dans le groupe C de C.F.A. 2. Un groupe du sud, qui va conduire les hommes de Jean-Luc Courtet, l entraîneur, jusqu à Corte en Corse le 1 er décembre. Le budget déplacement des seniors A s est donc alourdi pour le club du Haut- Doubs. Mais la présidence n est pas inquiète. Elle assure pouvoir faire face, grâce à l appui des supporters lors des matches à domicile, et de Foot Promotion. Cette entité annexe au club, créée en 2003 par Pierre Arbelet, réunit actuellement 88 entreprises qui apportent leur soutien au C.A.P. Foot. Nous espérons atteindre le nombre de 100 partenaires d ici à l assemblée générale programmée fin octobre souhaite le président. Des sociétés qui d une année sur l autre renouvellent leur confiance au club, y compris dans les moments difficiles. Le 8 septembre au terme du match qui débutera à 18 heures, même s il y a défaite, le C.A.P. Foot et ses partenaires feront la fête. T.C.

8 8 NAISSANCES En bref La Rivière-Drugeon Le C.P.I.E. du Haut-Doubs a déménagé. Depuis cet été, le centre d initiation à l environnement a quitté Frasne pour s installer à La Rivière-Drugeon où le centre occupe désormais une partie de la nouvelle Maison de l Environnement de la Vallée du Drugeon, située dans l ancien presbytère du village, réhabilité. Dimanche 9 septembre, le C.P.I.E. organise ses premières Portes Ouvertes de 10 heures à 18 heures. Renseignements au ou sur Tourbe Le Pôle relais tourbières, géré par la Fédération des conservatoires d espaces naturels, organise du 8 au 11 octobre prochains à Lamoura (Jura) un colloque international intitulé : La tourbe en horticulture et la réhabilitation des tourbières après exploitation : quels enjeux pour demain?. Avec les meilleurs spécialistes européens et canadiens. Renseignements au /07/07 Alexandre de Bertrand DORNIER, agriculteur et de Christelle FERREUX, agricultrice. 14/07/07 Chloé de Jérôme MARGUET, mécanicien et de Valérie PERRIN, employée administratif. 14/07/07 Thomas de Fabien CANNELLE, horloger et de Sandra INVERNIZZI, assistante maternelle. 15/07/07 Rayan de Cyril BOURGEOIS, informaticien et de Sonia BONNET, aide médico psychologique. 12/07/07 Joshua de Stéphane BELKA, intermittent du spectacle et de Céline GERGAUD, sans profession. 16/07/07 Tom de Florent POURNY, ingénieur méthode et de Nadia HENNEQUIN, employée en horlogerie. 16/07/07 Sarah de Alexandre CHAINHO, électromécanicien et de Caroline BUCHIN, aide soignante. 16/07/07 Juline de Michael PAUL-JACQUES, menuisier charpentier et de Sandrine CORNALI, aide soignante. 17/07/07 Rémi de Vincent DOUAREC, bijoutier et de Elodie BOYN, agent de propreté. 17/07/07 Cloé de David HERBAUT, boucher et de Emilie SILVENTE, sans profession. 17/07/07 Maxence de Benoît BARRET-ERRARD, policier et de Emilie LORRAIN, sans profession. 18/07/07 Maxence et Dorian de Olivier FOREAU, ouvrier et de Nathalie MONDET, commerciale. 17/07/07 Clara de Jonathan FERRAROLI, bûcheron et de Aurore GIRARDOT, sans profession. 18/07/07 Eugène de Eric DEBARD, aide médico psychologique et de Claire RIVET, directrice du développement local. 18/07/07 Juliette de Laurent BRUDENNE, artisan électricien et de Sylvie DABÈRE, commerçante. 18/07/07 Lena de Jérôme VUITTENEZ, cariste et de Emilie DESFEMMES, agent administratif. 18/07/07 Andy de Didier TELO, sans profession et de Lydie LEHMANN, sans profession. 19/07/07 Colombe de Christophe PATOZ, artisan et de Karine GUINCHARD, monitrice éducatrice. 20/07/07 Emma de Jean-François DI PASQUALE, artisan et de Véronique COMPAGNON, aide infirmière. 20/07/07 Tiphaine de David-Alexandre BELPOIX, routier et de Aurélie CUINET, vendeuse. 20/07/07 Antoine de Xavier LANQUETIN, éducateur et de Fabienne MIDY, chef de projet. 20/07/07 Jéhane de Patrick MESNIER, électricien et de Carole BESAND, vendeuse. 20/07/07 Eyup de Ahmet ÇAKIR, décolleteur et de Kamile OGUZ, sans profession. 20/07/07 Manon de Mickaël BRENANS, exploitant agricole et de Céline GRAPPE, sans profession. 21/07/07 Mélyna de Arnaud BARBET, menuisier et de Vanessa HECHT, commercial. 21/07/07 Alexy de Nicolas DEFRASNE, agriculteur et de Mathilde BAVEREL, fromagère. 21/07/07 Mathis de Julien VIEILLE, mécanicien et de Ludivine BOUVERET, infirmière. PONTARLIER État-civil de juillet-août 21/07/07 Dimitri de Ludovic CHAHEN, étudiant et de Elodie PETER, coiffeuse. 22/07/07 Samuel de Dominique MAINET, agriculteur et de Florence PERSONENI, agricultrice. 23/07/07 Lili de Thomas BILLOD, employé travaux publics et de Amandine ROSSIER, horlogère. 23/07/07 Hermione de Charles FRISETTI, programmeur et de Laetitia LEGRAND, sans profession. 23/07/07 Chloé de Olivier VEGRAN, conducteur d'ilots et de Coralie GROSPELIER, dessinatrice industrielle. 23/07/07 Valentin de Olivier CUBY, agriculteur et de Aurélie MONNIER, employée de commerce. 23/07/07 Antonin de Michaël JULERY, moniteur d'atelier et de Sandra VERGUET, infirmière. 24/07/07 Annaëlle de Emmanuel GROSJEAN, ingénieur et de Soisic LECROC, médecin. 24/07/07 Ethan de Laurent DE GIORGI, chef d'entreprise et de Patricia RAHMANI, assistante d'export. 24/07/07 Inès de Cédric ROYER, employé à la Poste et de Caroline GOELLER, vendeuse. 24/07/07 Anthony de Cyrille CHALUMEAU, commercial et de Séverine LABARRE, vendeuse. 24/07/07 Lorène de Jean-Luc BERTHET-TISSOT, électricien et de Stéphanie CHANUDET, aide à domicile. 24/07/07 Inès de Karim AMZAÏTI, employé commercial et de Coralie PAGUET, employée commerciale. 25/07/07 Evan de Stéphane GROS, chauffeur routier et de Cécile PLESSIS, assistante d'éducation. 26/07/07 Lya de Norbert MICHAUD, horloger et de Maude LADDE, employée de commerce. 26/07/07 Camille de Philippe GUICHARD, ouvrier et de Judicaëlle ROZAT, vendeuse. 26/07/07 Justin de Pascal BELOT, agriculteur et de Murielle FAIVRE-PIERRET, employée de banque. 25/07/07 Estève de Stève PETIT, angleur et de Rebecca BOURGEOIS, caissière. 26/07/07 Maël de Olivier CATTET, maçon et de Marlène GREMAUD, chargée de clientèle. 26/07/07 Sloan de Xavier PICCOLO, menuisier et de Karine BRIDE, coiffeuse. 27/07/07 Maël de Samuel GUY, artisan et de Véronique D'HOUTAUD, agent de service. 27/07/07 Alban de Sébastien COMTE, menuisier charpentier et de Aurélie MARGUIER, préparatrice en pharmacie. 27/07/07 Marie-Kim de Thierry BONDIVENA, commercial et de Karine FUMEY, conseillère financière. 27/07/07 Nolwenn de Romaric MICHEL, agriculteur et de Carine DROMARD, auxiliaire familiale. 27/07/07 Arthur de Sylvain BLONDEAU-COULET, boucher charcutier et de Alexandra PERRET, sans profession. 27/07/07 Natéo de Christophe PELLERIER, régleur sur commandes numériques et de Céline POIRET, secrétaire comptable. 29/07/07 Dany de Fabien MERCIER, serrurier et de Bénédicte POBELLE, conductrice de microbus., Polyvalence U n emplacement excentré rue des Lavaux, des locaux exigus À première vue, on ne donnerait pas cher de l avenir de cette boutique. Ici, on se situe plutôt aux antipodes des critères d implantation commerciaux prônant du parking et des surfaces importantes. En 30 ans, les deux couples qui se sont succédé à la tête de RTS Linuésa auraient certainement pu investir dans une extension sur une zone, a priori plus attractive. Le choix ne manque pas sur le secteur. Encore faut-il le vouloir. On n a jamais eu envie de se déplacer. On tient plus à rester un commerce à taille humaine, confirment Pascal et Corinne Linuésa. Un technicien salarié, Jérôme, complète un trio plus souvent débordé de travail que l inverse. Si RTS Linuésa célèbre effectivement son trentième anniversaire, l origine de l activité remonte en fait en André Arnoux, le grand-père maternel de Pascal, ouvre rue de Besançon Le Palais de la Radio. Il fabrique, répare et vend des postes radio de sa propre marque, Auditor. Dans les années cinquante, il forme un jeune apprenti, Pierre Linuésa, qui épouse sa fille 29/07/07 Louis de Stève VOYNNET, agent technique et de Delphine MARANDIN, biscuitière. 29/07/07 Manon de Yann LUCAS, ingénieur informatique et de Sandra SOUNIER, chef de projet. 29/07/07 Joaline de Frédéric VIENNET, magasinier et de Frédérique POIX, aide-soignante. 30/07/07 Melvyn de André BOLE, cariste et de Linda RASPAOLO, sans profession. 31/07/07 Hugo de Guillaume TIMMERMAN, sans profession et de Julia DANGLOT, pharmacienne. 31/07/07 Ethan de Mourad GABTENI, régleur et de Aurélie PERRET-GENTIL, responsable d'achats. 01/08/07 Louka de Sylvain JOUAN, menuisier et de Ludivine HUMBERT-BARLOG, aide-soignante. 01/08/07 Léa et Anaïs de Jérémie VEZZONI, gendarme et de Nathalie FLAMBEAU, employée de bureau. 02/08/07 Yanis de Frédéric HILSELBERGER, fromager et de Aurore VUILLET, vendeuse. 02/08/07 Romain de Damien MERCET, installateur sanitaire et de Hélène GABRY, sans profession. 02/08/07 Lucie de Joël HENRIET, électromécanicien et de Anne-Cécile CROFF, esthéticienne. 03/08/07 Antonin de Cédric GARNIER, employé de scierie et de Delphine PREVALET, professeur. 02/08/07 Charley de Michaël TOURNIER, commerçant et de Laetitia LEMAITRE, restauratrice. 03/08/07 Océane de Pascal JEANNIN, agriculteur et de Laurence PAGNIER, aide à domicile. 05/08/07 Erine de Claude BENOIT-GONIN, responsable industriel et de Stéphanie COMTE, comptable. 04/08/07 Maxime de Maurice PAQUETTE, chauffeur et de Estelle BOUËRY, serveuse. 04/08/07 Lucka de Franck MOUGET, chauffeur routier et de Nadège VILLET, hôte de caisse. 06/08/07 Émeline de Loïc BOLLE-REDDAT, parqueteur et de Magalie FRANCHINI, employée de commerce. 06/08/07 Lou-Anne de Matthieu BRISELANCE, mécanicien-outilleur et de Isabelle PERRIN, infirmière. 06/08/07 Mélodie de Olivier BOLLE-REDDAT, agriculteur et de Evelyne JACQUET, employée commerciale. 06/08/07 Élia de Julien ANDRÉ, mécanicien automobile et de Laurène BERNARDET, carrossier-peintre. 06/08/07 Marc de Cédric LAGUERRE, militaire et de Danièle JEAMBRUN, sans profession. 07/08/07 Dilara de Ozgür YILMAZ, plaquiste peintre et de Mürivet OZDAMAR, coiffeuse. 07/08/07 Victoria de Nicolas ARDIET, opérateur des activités physiques et sportives et de Anne FÈVE, infirmière. 07/08/07 Louis de Michaël GAUDET, agriculteur et de Pauline MONNIER-BENOIT, préparatrice en pharmacie. 07/08/07 Juliette de Maxime CUINET, ouvrier spécialisé et de Marion TERRIER, assistante dentaire. 08/08/07 Baptiste de David MARGUET, comptable et de Sophie CHOULET, employée de banque. Pontarlier RTS Linuésa : 30 ans sur la même longueur d onde Une gamme complète de services associée à une vraie passion du métier, voilà comment ce commerce de télés, hi-fi et antennes poursuit son bonhomme de chemin en toute sérénité. Tout commence après guerre, quand André Arnoux, le grand-père de Pascal, ouvre le Palais de la Radio. 08/08/07 Anaëlle de Vanessa DICHAMP, sans profession. 09/08/07 Armance de Jean-Pierre DEVILLERS, technicien de maintenance et de Myriam SAUGE, sans profession. 10/08/07 Clara de Grégory PRAULT, mécanorégleur et de Séverine MATHY, commerçante. 10/08/07 Enzo de Pascal VOYNNET, scieur et de Sabrina GUILLAUME, employée en micro-mécanique. 10/08/07 Clémence de Jean-Luc CUINET, agent de maîtrise et de Patricia CHAUVIN, ouvrière. 11/08/07 Maelle de Gérald SALVI, responsable d achats et de Jessica SANCHEZ, assistante d éducation. 12/08/07 Esther de Christophe RIGOULET, gérant travaux publics et de Véronique MASSARD, comptable. 11/08/07 Sidonie de Wilfried BAUDUIN, technicien et de Isabelle BRUCHON, professeur de physique. 12/08/07 Alexia de Christophe INVERNICI, bûcheron et de Sylvie DESCOURVIERES, employée. 10/08/07 Anastasia de Pascal DUMONT, représentant et de Emmanuelle CALAME, informaticienne. 12/08/07 Noa de Pascal ZUCCONI, agent EDF et de Maggaly MANCHE, étudiante. 13/08/07 Muhammed de Memis OZEN, maçon et de Kader ARI, sans profession. 13/08/07 Arthur de Damien GAUDINOT, médecin et de Odile HENON, professeur des écoles. 14/08/07 Tom de Cyril TIROLLE, directeur d entreprise et de Séverine BULLIARD, employée logistique. 14/08/07 Eliot de Samuel LANDRY, informatrice et de Stéphanie PETIT-MAIRE, agent administratif. 11/08/07 Lorenzo de Florian MUSY, chef d équipe et de Jessica MOLLIER, sans profession. 13/08/07 Léana de Anthony LASCOUX, formateur et de Hristina DJOURKOVA, esthéticienne. 15/08/07 Stecy de Cyril PIRON, sommelier et de Maggy BAUDIN, agent administratif. 16/08/07 Théa de Anthony BESSON, menuisier et de Line GRAPPE, infographiste. 16/08/07 Lorenzo de Guy MONNOT, peintre en bâtiment et de Emilie DUPARCQ, sans profession. 17/08/07 Isis de Frédéric WIDMER, employé de scierie et de Linda SIMON-CHOPARD, vendeuse. 17/08/07 Noa de Yannick CLERGEOT, horloger et de Céline VIEILLE, fonctionnaire de police. 17/08/07 Quentin de Eric FOURNIER, agent Electricité de France, et de Emmanuelle BOUVET, laborantine. 18/08/07 Arthur de Patrick CHAUVIN, commercial et de Sophie LALLEMAND, infirmière. 17/08/07 Laura de Julien LACROIX, électromécanicien et de Elsa GERMAIN, aide soignante. 18/08/07 Ninon de François CHABOD, horloger et de Céline LABONDE, horlogère. 18/08/07 Mathias de Arnaud COULOT, régleur en horlogerie et de Sabine BUFFARD, juriste. 18/08/07 Tiphaine de Denis CHABOD, opérateur et de Estelle PAGNIER, secrétaire comptable. 19/08/07 Téa de Guillaume MOREL, audioprothésiste et de Murielle BLARDONE, secrétaire. 20/08/07 Baptiste de François BERTIN, enseignant et de Fabienne TOURNIER, agent de service. Pascal et Corinne entretiennent le flambeau d une tradition familiale attachée aux valeurs du commerce de proximité à dimension humaine. 20/08/07 Marylou de Jean-Yves GRILLON, ingénieur développement et de Stéphanie JEANNIN- GROS, secrétaire. 20/08/07 Sila de Taner AVDATEK, peintre en bâtiment et de Selda AVDATEK, sans profession. 210/08/07 Mélinda de Cédric CHEVAL, technicien de maintenance et de Claire RAGOT, coiffeuse. 21/08/07 Matt de Vincent BLONDEAU, opticien et de Virginie RIVIERE, directeur général adjoint. 21/08/07 Louis de Olivier ANDREANI, employé de banque et de Géraldine COMTE, infirmière. 21/08/07 Timéo de Thomas VILLET, fromager et de Vanessa BERTRAND, horlogère. 21/08/07 Eve de Benoit FERREIRA, tehnico-commercial et de Laetitia PIRANY, employée horlogère. 22/08/07 Florentin de François CHARRIER, ingénieur et de Sylvaine MARGUET, responsable logistique. 23/08/07 Ombeline de Laurent HUNOT, chauffagiste et de Elodie ECOIFFIER, sans profession. 23/08/07 Léo de Nicolas FAIVRE-RAMPANT, barman et de Mélanie POMBO, sans profession. 23/08/07 Lina de Sylvain DESCOURVIERES, responsable de production et de Myriam HENRIET, commerciale. 24/08/07 Simon de Samuel LAITHIER, technicien de maintenance et de Nadège CORDIER, laborantine. 24/08/07 Leylian de Laurent DUPREY, décolleteur et de Jennifer WURTZ, hôtesse de caisse. MARIAGES 21/07/07 Mickaël RIZZA, maçon coffreur et Pauline MOREAU, bijoutière. 21/07/07 Mabrouk ABAÏDI, commerçant et Rachida DERBAL, ouvrière. 21/07/07 Lionel CHARTIER, maître d'hôtel et Laura PERRIN, réceptionniste. 04/08/07 Sébastien GASPARI, ingénieur et Catherine THIEBERT, ingénieur. 04/08/07 René MARGUERITE, agent commercial et Nathalie VUILLE, éducateur sportif. 11/08/07 Yohann GILLES, étudiant en école d'ingénieur et Priscilla DELPHIN, dessinateur-projeteur. 11/08/07 Christophe ROYER, chef maçon et Laetitia LABOUREY, sans profession. 18/08/07 Vincent SKRZYPCZAK, chef de secteur et Stéphanie FERREUX, infirmière. 25/08/07 Eric CUNCHON, responsable de magasin et Danielle PEDRAZA, auxiliaire de vie sociale. Danièle quelques années plus tard. Puis, c est l arrivée des premiers postes de télévision noir et blanc. Comme il n y a qu un émetteur installé au sommet de la Dôle, les Pontissaliens captent seulement les programmes suisses. Les temps ont bien changé. Le couple s installe à son compte en 1977 au 7, rue des Lavaux sous l enseigne Radio Télévision Service Linuésa. Avec de tels antécédents familiaux, Pascal attrape vite le virus du son et de l image. Une passion qui l incite à travailler dans l affaire familiale qu il reprendra finalement en Avec Corinne son épouse, ils persévèrent dans la polyvalence du métier assurant un service complet, de la vente du matériel télé, hi-fi à la pose d antennes et autres paraboles, sans oublier la réparation. Aujourd hui, l activité se répartit de façon sensiblement égale entre les antennes, le dépannage et la vente, indique Corinne. Soucieux de couvrir tous les segments de clientèle comme on dit, ils distribuent par exemple plusieurs gammes d écrans plats. On privilégie la fiabilité avec des marques comme Sony, Philips et en montant en gamme, Loewe. Histoire de rester compétitifs au niveau prix, l enseigne adhère au groupement d achat Pro & Cie. Tous ces éléments mis bout à bout finissent forcément par fidéliser une clientèle, rassurée à l idée de pourvoir compter sur des interlocuteurs en qui ils ont toute confiance. On a beau vivre à l heure du virtuel, la proximité, pour peu qu elle soit assortie d un service de qualité, reste encore une valeur sûre dans le commerce local. La preuve. F.C. DÉCÈS 15/07/07 Simone VAUCHERET, 86 ans, retraitée, domiciliée à Pontarlier (Doubs) veuve de Félicien BOURDENET. 17/07/07 Brigitte MAIRE, 50 ans, cadre de santé, domiciliée à Pontarlier (Doubs) épouse de Jean CHA- VANNE. 21/07/07 Denis CARREZ, 73 ans, retraité, domicilié à Maisons-du-Bois-Lièvremont (Doubs) célibataire. 22/07/07 Marguerite CUENOT, 96 ans, retraitée, domiciliée à Bannans (Doubs) veuve de Jean CLAUDET. 23/07/07 Cécile PONSOT, 88 ans, retraitée, domiciliée à Sombacour (Doubs) épouse de Marcel BOI- TEUX. 24/07/07 Vincente GIDDEY, 88 ans, retraitée, domiciliée à Pontarlier (Doubs) veuve de René COTE- DERNIER. 25/07/07 Alexandre PATTON, 69 ans, retraité, domicilié à Houtaud (Doubs) époux de Jacqueline VUEZ. 27/07/07 Josiane VAJENTE, 67 ans, retraitée, domiciliée à Doubs (Doubs) veuve de André TOURNOUX. 29/07/07 Renée ROMANZINI, 80 ans, retraitée, domiciliée à Pontarlier (Doubs), célibataire. 29/07/07 Henri VACELET, 66 ans, retraité agent de service hospitalier, domicilié à Pontarlier (Doubs), époux de Monique BALAGUER. 31/07/07 Raymond GUICHARD, 72 ans, retraité COFRECO, domicilié à Pontarlier (Doubs), époux de Suzanne MAIRE. 05/08/07 Emilienne MADLIGER, 93 ans, retraitée, domiciliée à Pontarlier (Doubs), veuve de Louis BER- THOD. 05/08/07 Elisabeth DODANE, 85 ans, sans profession, domiciliée à Labergement-Sainte-Marie (Doubs), veuve de Michel ROBBE. 07/08/07 Paulette BOURDIN, 87 ans, retraitée, domiciliée à Pontarlier (Doubs), veuve de Jean BAILLY. 08/08/07 Yves TRÉAND, 57 ans, ouvrier, domicilié à Rochejean (Doubs), époux de Marie-Louise BARTHELET. 10/08/07 Georgette MANGIN, 84 ans, retraitée, domiciliée à Labergement-Sainte-Marie (Doubs), veuve de Lucien ETALON. 12/08/07 Antoine BOURDENET, 81 ans, retraité, domicilié à Pontarlier (Doubs), époux de Raymonde POBELLE. 12/08/07 Charles BENGLER, 76 ans, retraité, domicilié à Morteau (Doubs). 14/08/07 Jeanne LONGCHAMPT, 88 ans, retraitée, domiciliée à Doubs (Doubs), veuve de Raymond ROUSSET. 14/08/07 Florentine GIROD-ROUX, 95 ans, retraitée, domiciliée à Pontarlier (Doubs), veuve de Marie DIMIER-VALLET. 12/08/07 Julien BOLARD, 34 ans, sans profession, domicilié à Pontarlier (Doubs). 15/08/07 José DE ALMEIDA FERREIRA, 48 ans, sans profession, domicilié à Pontarlier (Doubs), célibataire. 17/08/07 Alain GUEDON, 61 ans, sans profession, domicilié à Pontarlier (Doubs). 18/08/07 Charles SORNAY, 80 ans, retraité, domicilié à Pontarlier (Doubs), époux de Liliane MOU- RAUX.

9 Pontarlier 9 PONTARLIER Pascal Studer est un des trois nouveaux principaux de collège nommés, à la rentrée, à la tête des établissements du bassin pontissalien. À 45 ans, il hérite du collège Grenier. Il compte 460 élèves et fonctionne avec 67 collaborateurs (personnel enseignant et non enseignant). Les Enseignement Un nouveau principal au collège Grenier Après avoir passé 20 ans à sillonner le Haut-Doubs en passant d un établissement à l autre, Pascal Studer s installe à Pontarlier, à la direction du collège Grenier. conditions d encadrement sont bonnes estime le responsable qui est installé dans le Haut-Doubs depuis Avant d arriver à Pontarlier, cet ancien instituteur est passé par les collèges de Morteau, de Maîche et du Russey. Il restera au minimum trois ans à Grenier durant lesquels il veut promouvoir le travail d équipe et donner à ce collège une valeur humaniste. L objectif est que les élèves trouvent à la fois dans cet établissement une fenêtre ouverte sur le monde et de bonnes conditions pour étudier. Des horaires aménagés sont proposés aux collégiens de 6 ème pour qu ils puissent pratiquer par exemple leur sport favori comme le basket ou le handball. Les classes de 5 ème et 4 ème ont quant à elles un projet affecté qui va les conduire vers des horizons très différents comme un voyage en Pologne, un travail en partenariat avec le musée de Pontarlier ou encore un travail sur le goût. Les voyages linguistiques en Angleterre et en Allemagne figurent également au programme. Ajoutons qu un éclairage particulier sera donné aux élèves sur le monde de l entreprise. Au quotidien cette fois-ci, nous allons généraliser le soutien scolaire à toutes les classes, et tenter de mettre en place pour les élèves volontaires un temps d étude de 17 heures à 18 heures explique Pascal Studer. Les outils sont multiples pour donner à l enseignement une assise suffisante pour que tous les élèves de collège y trouvent leur compte. Grenier fait encore partie de ces établissements où l équipe d encadrement passe plus de temps à faire la police qu à transmettre son savoir. Ici La chance de travailler avec des élèves courtois. nous avons encore la chance de travailler avec des élèves courtois. Cela autorise un principal comme Pascal Studer à avoir des ambitions pour ces collégiens auxquels il concocte un programme dans lequel ils devraient trouver une source d épanouissement. SOLIDARITÉ Ouverture en 2008 Nomination Bernard Lambert, capitaine des pompiers L e groupement basé à Pontarlier gère la technique, la logistique et les infrastructures de tous les centres de secours situés entre Chapelle-des-Bois et Le Russey. Le groupement Sud couvre tout l arrondissement de Pontarlier plus les secteurs du Russey et d Orchamps-Vennes précise l intéressé qui est arrivé le 1er août dans la capitale du Haut-Doubs. Au centre de secours de Morteau, le capitaine Lambert a été remplacé par le major Kauffmann. L épicerie sociale est sur les rails u cours du premier semestre 2008 espère Nathalie Bertin, l adjoin- pontissalienne aux affaires sociales. L ouverture d une épicerie Ate sociale sur Pontarlier n est plus qu une question de mois. L idée est d offrir aux personnes démunies de tout le Haut-Doubs, un lieu où elles puissent s approvisionner en produits alimentaires, moyennant un prix symbolique d environ 10 % de la valeur du produit. Cette La grande collecte annuelle en novembre. initiative est portée par plusieurs associations locales, dont Emmaüs et le comité local de la Banque Alimentaire en tête. D autres, comme le Secours Catholique par exemple, s impliqueront également dans ce dispositif dont la mise en place est coordonnée par le C.C.A.S. de Pontarlier. Ce mois-ci, les partenaires du projet doivent visiter l épicerie sociale de Baume-les-Dames, récemment ouverte. Il reste encore à trouver des locaux pour ce futur lieu qui, selon la volonté de Nathalie Bertin, ne doit pas être trop éloigné du centre-ville. En attendant, la Banque Alimentaire commence déjà à sensibiliser les bonnes volontés et les donateurs pour sa grande collecte annuelle qui aura lieu en novembre. Et dont les résultats donneront une base solide pour constituer le premier stock de cette future épicerie sociale.

10

11

12 12 En bref Cinéma À voir en septembre au cinéclub Jacques Becker à Pontarlier : mardi 11 septembre, Volver de Pedro Almodovar, mardi 18 septembre, la raison du plus faible de Lucas Belvaux, vendredi 21 septembre, Vie sauvage dans les roseaux de François Royet (en sa présence), mardi 25 septembre, Les raisins de la colère de John Ford et mardi 2 octobre, Le vent se lève de Ken Loach. Renseignements au Valdahon Jeudi 20 septembre prochain, à 20 h 30, à Valdahon (espace Ménétrier), conférencedébat sur le thème : Si le cochon nous était franchement-comté par André Pochon. Avec le scalpel d un observateur attentif et d un praticien actif, il analyse les dérives de productivisme agricole et ses dramatiques conséquences sur l environnement et la qualité des produits. C.C.A.S. À l occasion des fêtes de fin d année, le C.C.A.S. de Pontarlier offrira une boîte de chocolats aux personnes retraitées de plus de 60 ans et aux personnes handicapées domiciliées à Pontarlier et dont les revenus mensuels ne dépassent pas 782 euros pour une personne seule et euros pour un couple. Si vous remplissez ces conditions, inscriptions avant le 14 septembre au C.C.A.S., 6 rue des Capucins à Pontarlier. Rens. au DOUBS 589 élèves Pontarlier et environs Le collège Lucie Aubrac en ordre de marche L ouverture de ce nouvel établissement constitue l événement majeur de la rentrée 2007 sur le Haut-Doubs. Le fonctionnement de cet outil éducatif flambant neuf, doté des équipements les plus modernes, sera assuré par une équipe de 70 personnes. Toutes les conditions sont réunies pour faciliter l intégration scolaire. Lundi 28 août, Claude Jeannerot, le président du Conseil général accompagné des chefs de service concernés est venu vérifier de visu l état d achèvement des travaux. À l exception de quelques cartons en attente d être déballés, tout est en ordre à l intérieur comme à l extérieur. Le défi de livrer cet équipement le jour de la rentrée tel que l évoque le président de l assemblée départementale semble en passe d être accompli. Le programme Doubs 2010, collège 2010 suit les objectifs fixés, à savoir réhabiliter 40 des 47 collèges existants et investir dans la création de deux nouveaux établissements à Doubs et Bethoncourt. Pour mener à bien ce plan de rénovation, le Département dispose d un budget global de 428 millions d euros. Six collèges en ont déjà bénéficié. 13 chantiers sont en cours dont 7 seront opérationnels à la rentrée. On s est engagé à renouveler la totalité des mobiliers dans les 40 établissements, poursuit Claude Jeannerot. La vitalité démographique sur le bassin de vie pontissalien justifiait largement la construction d un troisième collège. Avec 824 élèves scolarisés à la rentrée 2006 à Malraux et 735 à Grenier, la situation devenait complexe à gérer. Le collège Lucie Aubrac dispose d une capacité d accueil de 600 élèves. On en accueillera 589 dès la première année de mise en service, confie Michel Cleyet-Merle, le principal qui exerçait depuis 5 ans la fonction de proviseur adjoint au lycée Xavier Marmier. D un montant de 18 millions d euros, le chantier de Doubs a démarré le 12 septembre 2005 sur les plans de l architecte Adelfo Scaranello. La C.C.L. a également apporté sa contribution en mettant le terrain à disposition. D une surface utile de m 2, la structure intègre ce qui se fait de mieux en termes de locaux, d équipements, de sécurité et d accessibilité. Faute d avoir pu régler avec les services du Rectorat un problème portant sur les dépenses pédagogiques, le Conseil général a pris à sa charge les équipements informatiques, soit une dépense de euros en comptant le matériel du C.D.I. On s est substitué à l État dans cette responsabilité. Ce conflit était basé sur une différence d appréciation, indique en passant Claude Jeannerot. Conçu dans un souci d intégration paysagère et scolaire, le collège Lucie Aubrac joue également la carte de l ouverture à destination de la population locale. Les installations sportives cofinancées par le Conseil général et la C.C.L. seront par exemple accessibles en dehors des heures d ouverture par voie D un montant de 18 millions d euros. de convention. La piste cyclable depuis le centre de Doubs sera terminée dans les délais. De quoi rassurer les parents d élèves demandeurs de liaisons sécurisées. Plus anecdotique mais tout aussi symbolique d un projet opérationnel le jour J, l œuvre d art relevant du 1 % culturel figurera en bonne position sur un socle visible notamment depuis la rocade. D un montant de euros, elle représentera un ensemble d arbres stylisés aux couleurs automnales, réalisés par l artiste Didier Marcel. L inauguration officielle du collège Lucie Aubrac est fixée au 4 octobre prochain. F.C. Ici accompagné de Henri-Michel Bouton, le chef du service des collèges au Conseil général, Claude Jeannerot a effectué une rapide visite du collège le 27 août dernier. ZOOM Quel projet d établissement Michel Cleyet-Merle : Priorité à l intégration Michel Cleyet-Merle, un principal heureux dans ses nouvelles attributions et confiant dans la mission qui lui est confiée. Le principal du nouveau collège, en poste depuis mai, ne cache pas sa volonté de motiver ses troupes autour d une vraie politique d intégration et de réussite. L a Presse Pontissalienne : Dans quel état d esprit vous sentez-vous en cette rentrée scolaire dans cet établissement flambant neuf? Michel Cleyet-Merle : Je suis assez optimiste sur la configuration des lieux. Ce collège me semble tout à fait fonctionnel. d enseignants qui les L.P.P. : Combien de personnes travailleront encadrent feront ici? M.C.-M. : Cela représente une désormais partie prenante du collège. équipe de 70 personnes dont une cinquantaine d enseignants et une dizaine d agents. C est qu ils primordial puissent L.P.P. : Et combien d élèves seront scolarisés? M.C.-M. : Aujourd hui, l effectif est de 589 dont 64 rattachés à la S.E.G.P.A. et 8 à l I.U.P. L.P.P. : La configuration des lieux semble privilégier l intégration plutôt que la sectorisation entre ces trois entités? M.C.-M. :Oui et je m en réjouis. Jusqu à présent, la S.E.G.P.A. dépendait du collège Malraux et était installée dans des locaux excentrés au lycée Xavier Marmier. Ces élèves et la dizaine côtoyer des enfants du même âge. Le propos vaut également pour ceux qui seront intégrés dans l Unité Pédagogique d Intégration. L.P.P. : Les collégiens de Doubs auront-ils droit aux mêmes options qu à Grenier ou Malraux? M.C.-M. : Oui, on tient à offrir un choix identique dans les trois établissements. On aura ainsi en 6 ème et 5 ème une classe A.P.P.N. orientée vers les activités pédagogiques de pleine nature. On a mis en place une option Découverte professionnelle en classe de En phase de rodage pendant un ou deux mois. 3 ème. J espère bien à plus ou moins long terme ouvrir des sections européennes pour les 4 èmes et 3 èmes. Pour l instant, c est un vœu pieux qui suppose l appui des enseignants. L.P.P. : Le collège bénéficie de superbes équipements sportifs, de quoi susciter des vocations? M.C.-M. : On mettra tout en œuvre pour favoriser l adhésion aux associations sportives. Mais ça se fera de façon coordonnée avec les autres activités. L.P.P. : Tout est donc prêt? M.C.-M. : On sera en phase de rodage pendant un ou deux mois. J ai la chance de diriger un collège tout neuf et de disposer d une équipe expérimentée. C est une belle remise question pour chacun de nous. J espère qu on fera aussi bien qu au lycée Xavier Marmier qui affichait 97 % de réussite au bac, ce qu on ne dit pas assez suffisamment à mon goût. Le collège n est pas un lycée. Cette ambition de réussite, c est un défi qui me semble envisageable. Propos recueillis par F.C.

13 LE DOSSIER ÉOLIENNES : la vérité sur le potentiel franc-comtois Le non de Jacques Barthélémy, préfet de Région, au projet d implantation d un parc éolien au sommet du Crêt Monniot, a fait des remous tant dans la classe politique locale que chez les défenseurs de l environnement. Les pour et les contre sont montés au créneau pour faire part de leur amertume ou de leur satisfaction. Mais à une période où le Grenelle de l environnement s invite dans l actualité, la Franche-Comté a l impression de ne pas apporter à son niveau sa pierre à l édifice dans un dispositif qui vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre. C est un pas en arrière pour certains. Pour d autres, tout n est perdu. Le non au Crêt Monniot ne veut pas dire que l éolien n a pas d avenir dans la région. Au contraire, d autres projets émergent. 13 BILAN La Région Franche-Comté à la peine Vers l émergence de nouveaux projets Plusieurs villages du Doubs en particulier ont déposé des demandes auprès des services de l État pour accueillir des éoliennes sur le territoire. Le projet du Crêt Monniot était un des plus prometteurs pour la Franche-Comté. Il devait compléter le parc éolien du Lomont, situé au Nord du département, pour lequel un permis de construire a été accordé pour 15 machines. Les travaux démarrent en septembre pour un investissement de 45 millions d euros. Raymond Forni, le président du Conseil régional, n a pas apprécié la position du préfet, Jacques Barthélémy, qui a dit non au projet du Haut-Doubs piloté par la société Éole-Res. Par courrier, l élu a fait savoir qu il espère que cette décision sera discutée devant les juridictions compétentes. Raymond Forni est amer d autant que la collectivité a investi euros dans la réalisation du schéma éolien et euros dans la campagne de mesure de vent réalisée sur le massif. Au préjudice financier s ajoute le temps perdu dans un dossier qui a fini par capoter. Car avec ce refus, la Franche- Comté confirme son retard en matière de développement éolien contrairement à d autres régions qui avancent (mais qui sont plus ventées aussi) comme la Bretagne, le Centre, ou le Languedoc-Roussillon. Plus largement, c est l image du territoire comtois qui prend du plomb dans l aile. Il faudra attendre longtemps avant que de nouvelles initiatives pointent le bout de leur nez en Franche- Comté. Elles sont rares, mais elles existent quand même. La direction départementale de l équipement a enregistré plusieurs demandes d élus locaux prêts à accueillir des éoliennes sur leur territoire. Les projets se concentrent surtout sur le Haut-Doubs. Ils viennent de petites communes qui voient tout l intérêt économique de promouvoir les éoliennes, des machines qui ne cessent d évoluer techniquement pour s adapter maintenant à des niveaux de vent plus faible, ce qui ouvre les perspectives. Les initiateurs sont, sur le canton d Amancey, les villages de Reugney et de Bolandoz. Les communes de Chantrans, Plaimbois- Vennes, Laviron, Villers-Chief, Longemaison et Ouvans, ont également déposé une candidature pour être classé en Z.D.E. (zone de développement éolien). C est la loi depuis le 15 juillet C est le préfet qui définit ces périmètres spécifiques sur demande d une collectivité précisent les services de l État qui vérifient que les installations sont économiquement et énergétiquement viables et qu elles peuvent être raccordées au réseau, dans l instruction du dossier. À ce jour, la direction régionale de l industrie de la recherche et de l environnement (D.R.I.R.E.) n a encore enregistré aucune demande. Mais ça ne saurait tarder. Les municipalités qui décident en ce Des initiatives de petites communes. moment de se jeter dans l aventure éolienne ne manquent pas d optimisme. Il leur faudra de la pugnacité pour espérer voir un jour ces grandes hélices tourner au-dessus de leurs têtes. Elles croiseront sur leur chemin de farouches opposants à ces équipements, comme les élus du Saugeais en ont affronté dans le dossier du Crêt Monniot. On connaît la suite. La partie n est jamais gagnée. Alors même que les travaux doivent démarrer sur le Lomont, le Mouvement Franche-Comté et l association Alerte Lomont en danger demandent un référendum concernant l implantation de ce parc éolien sur ce massif. Raymond Forni espère que l affaire du Crêt Monniot ne s arrête pas là.

14 14 LE DOSSIER POLÉMIQUE Le préfet Jacques Barthélémy a tenu compte du rapport défavorable de la D.I.R.E.N. pour justifier le refus d implantation du parc éolien du Crêt Monniot. Il n a fait qu officialiser une décision qui avait été arrêtée implicitement par son prédécesseur, Jean-Marc Rebière, avant son départ pour l Alsace. Ce non fait des vagues dans le Haut- Doubs où les élus et les défenseurs de l éolien ont du mal à se satisfaire de l explication selon laquelle les éoliennes auraient nui au paysage, pour digérer ce refus. Ils ont du mal à admettre sans sourciller que cela suffise à faire capoter ce dossier engagé depuis 7 ans et qui était en bonne voie d aboutir. Comment ne pas évoquer en Pour et contre Éoliennes : un dossier sous influences? Les promoteurs du parc éolien du Crêt Monniot ne peuvent s empêcher de penser que le non du préfet est le résultat d un lobbying soutenu mené par des personnalités locales d influences. effet le rôle des opposants dans l épilogue de cette affaire, qui ont pesé de tout leur poids pour que le projet échoue? L association de protection des sommets du Haut-Doubs, qui réunit de farouches opposants aux éoliennes, est parvenue à rallier à sa cause Ami de longue date de Jean-Marc Rebière. des personnalités locales comme l industriel François Guillin à Ornans, ancien maire de Mouthier-Hautepierre. Interrogé sur ce point, son président Jacques Bobillier se refuse à tous commentaires, si ce n est celui de faire-part de sa satisfaction suite à la décision de l État qui a respecté les lois de l environnement. Pourtant, l association de défense des sommets du Haut-Doubs a également sensibilisé l Institut Courbet présidé par Marcel Pochard, Conseiller d État, citoyen sauget (il y possède une résidence) et ami de longue date de Jean-Marc Rebière. Il a joué pour beaucoup dans ce dossier. Ça s est réglé très rapidement note un proche de l Institut Courbet. Les deux hommes sont passés par l E.N.A., promotion Robespière pour Marcel Pochard en 1970 et Guernica en 1976 pour Jean-Marc Rebière. Y a-t-il eu des influences pour faire basculer la décision du préfet en plus des indications défavorables de la D.I.R.E.N.? La question est ouverte, et la réponse ne va pas au-delà de la simple hypothèse. En tout cas, avec amertume, les promoteurs du parc éolien ne peuvent s empêcher de penser que ce non est le résultat d un lobbying mené par des personnalités influentes. T.C. POLÉMIQUE Les élus Verts du Conseil régional ont vivement réagi à la décision du préfet Jacques Barthélémy qui a dit non au projet de parc éolien au Crêt Monniot. C est un revers pour les représentants du parti écologiste qui souhaitent rencontrer maintenant les autorités compétentes pour tenter de les convaincre de l intérêt environnemental important que représente l aboutissement de ce projet du Crêt Monniot annonce Antoinette Gillet, viceprésidente à l Énergie au Conseil régional. Avec ce refus, la Franche-Comté conforte en effet son retard dans le dossier éolien. Mais du côté des défenseurs de l environnement, la position des Verts ne fait pas l unanimité. Depuis le départ, par exemple, la commission de protection des eaux (C.P.E.) s est Pour et contre L abandon du projet sème la zizanie chez les écolos! La décision du préfet d abandonner le projet de parc éolien au Crêt Monniot ne fait pas l unanimité chez les défenseurs de l environnement. L éolienne peut représenter un danger pour la chauve-souris notamment. opposée à ce projet. Nous ne sommes pas opposés aux éoliennes. C est une énergie qui mérite d être développée, mais pas à n importe quel prix et pas n importe où estime Cédric Guillaume, représentant de l association. Pour cette organisation, il faut un minimum d étude d impact environnemental, et en particulier sur les oiseaux, avant de donner le feu vert à un projet éolien. Or dans le cas Crêt Monniot, la C.P.E. a émis un avis défavorable car justement l étude sur le suivi de la faune et en particulier de la chauve-souris faisait défaut. Il y a des risques de collision avec les éoliennes. Des oiseaux se déplacent, d autres viennent chasser à proximité des machines et peuvent être heurtés par une pale. Le Crêt Monniot fait partie des sites connus où il y a des oiseaux. D autres pays en Europe comme l Allemagne sont attentifs à cette question et réalisent des études. Pour la commission de protection des eaux, il n y a pas de raison qu en France les porteurs de projet en soient dispensés. Cette association pose aussi la question de rentabilité du parc éolien dans une région où le vent est insuffisant. Alors avant de songer à installer ce genre de machine, peut-être faudraitil commencer par réduire notre consommation d énergie? Une question qui a sa place dans le débat. Nouveau record d'affluence au Golf Tour Century 21 Disputé ce dimanche 2 septembre au Golf des Etraches, la nouvelle édition du Golf Tour Century 21 a une nouvelle fois battu tous les records de participation. Entre les pratiquants confirmés et les néophytes, plusieurs centaines d'invités se sont retrouvés pour cette magnifique journée. Avec 125 compétiteurs et plus de 600 personnes non golfeur, jamais une étape du Century 21 Golf Tour n'avait rassemblé autant de compétiteurs. "Nous avons eu la chance de bénéficier d'un superbe dimanche ensoleillé ce qui a permis à tous nos invités de profiter au mieux des nombreuses animations. Monsieur Alain Gass, professionnel de golf reconnu a fait découvrir ce sport à plusieurs centaines de personnes dans les meilleures conditions." Plutôt qu'une classique remise des prix, Century 21 a eu la bonne idée de prolonger les festivités autour d'une soirée dansante avec buffet et orchestre de jazz. Pierre Gelin et l'ensemble de son équipe de Century 21 étaient très heureux de réunir leurs clients, amis et partenaires à cette journée qui est à l'image de dynamisme de Century 21. En effet, dans le cadre de son développement, Century 21 comptera 2 nouvelles agences supplémentaires avec l'ouverture de Ornans et Lons-le-Saunier. Century 21 démontrera une nouvelle fois son savoir-faire en matière d'organisation en proposant un souperdansant le samedi 17 octobre 2007 où 550 convives sont attendus. L'intégralité des bénéfices sera reversés à l'association LE LISERON qui lutte activement contre le cancer. Pour tous renseignements ou réservations contactez nous au Nous restons à votre disposition pour l'achat, LA VENTE, LA GESTION, LA LOCATION et L'EVALUATION de VOS BIENS IMMOBILIERS "Vous aurez toujours une bonne raison de nous préférer" AGENCE MÉTABIEF Jougne VUE IMPRENABLE POUR CETTE JOLIE MAISON INDI- VIDUELLE, séjour-salon donnant sur terrasse couverte, cuisine aménagée, 4 chambres, sous-sol avec garage 2 voitures, cave, buanderie, chauff. gaz, belles prestations, le tout sur un terrain de 601 m 2. AGENCE VALDAHON AGENCE VALDAHON PONTARLIER ,00 Appt T5 avec 3 ch,cuisine ouverte sur séjour, cheminée, cave,garage,grenier,terrasse privative dans petite copro prox centre ville,secteur calme Référence 2407 Référence 4786 MOUTHE La nature et toutes les commodités à proximité de ce superbe chalet en rondin de 1998, sur sous sol complet comprenant belle pièce à vivre donnant sur terrasse, cuisine aménagée, 4 chambres, mezzanine, sur un terrain de 656 m 2 tres belle vue dégagée imprenable. PONTARLIER ,00 Référence 2849 Quartier résidentiel,maison de type f6 composée de 4 CH,grande pièce à vivre,chauffage gaz, garage,cave,cellier. Référence , Place Xavier Authier MÉTABIEF Tél Fax : , rue du vieux Château PONTARLIER Tél Fax : Retrouvez toutes nos offres sur : century21france.fr

15 LE DOSSIER 15 ÉTAT DES LIEUX Peu de vent Le vent est trop faible en Franche-Comté L Atlas Éolien de la Région met en évidence que même les sites où ces machines pourraient être installées auraient des difficultés à atteindre le seuil de rentabilité. Le vent est trop faible. en 2000 que le Conseil régional a réalisé une étude dont le but était de C est mettre en évidence le potentiel du territoire franc-comtois pour accueillir des éoliennes. Pour établir leur diagnostic, les experts se sont appuyés sur les relevés de Météo France. Sur la base de ces éléments, à partir d un logiciel de modélisation, on a reconstitué une carte des vents de Franche-Comté rappellent les services du Conseil régional. L objectif était d identifier les sites susceptibles de recevoir plusieurs éoliennes de forte puissance. À ce moment-là, les conditions de rachat de l électricité par E.D.F. étaient telles que l on considérait qu il fallait une vitesse moyenne du vent supérieure à 6 m/seconde pour rentabiliser une éolienne. Les secteurs où l on trouve de telles conditions sont rares en Franche- Comté. Finalement, cette étude a mis en évidence le faible potentiel de la région pour accueillir ces grands mats surmontés de pales. Des sites ont d abord été retenus, dont La rentabilité du site est faible. cinq dans le Doubs, un dans le Jura, deux en Haute-Saône et deux dans le Territoire-de-Belfort. Pour établir l Atlas Éolien, le cabinet d étude a procédé à une deuxième sélection au terme de laquelle cinq secteurs géographiques ont été identifiés comme présentant le potentiel le plus prometteur. Il s agissait notamment du Mont Devoir, un des plus intéressants dans le Haut-Doubs, situé entre Noël- Cerneux et Grand-Combe-des-Bois où 18 éoliennes auraient pu être implantées. On retrouvait ensuite le Crêt Monniot apte pour recevoir un parc de 13 machines, le Lomont dont le potentiel était de 9 éoliennes, ou encore, à Septmoncel dont le potentiel était de quatre éoliennes. Le Mont d Or qui figurait sur la liste originale comme étant un des secteurs les plus ventés a été mis de côté car à l époque le développement d un parc éolien était incompatible avec le projet d aménagement touristique. Il avait été décidé que le projet serait réétudié une fois que les installations touristiques seraient posées commentent les services du Conseil régional. La conclusion fut commune à tous les périmètres géographiques répertoriés dans l Atlas Éolien : La rentabilité du site est faible. Le projet devra bénéficier d aides afin d assurer la viabilité économique de celui-ci. Le diagnostic n était pas de nature à encourager les investisseurs positionnés sur ce marché spécifique à venir en Franche-Comté. Nous avons vu beaucoup de porteurs de projet, mais ils se sont vite rendus compte des limites de rentabilité. En Franche- Comté, nous sommes en limite de rentabilité et donc le moindre surcoût est un problème. Selon la Région, à ce moment-là, les collectivités n étaient pas disposées à subventionner les porteurs de projet pour accompagner leur investissement. La volonté était plutôt de revaloriser le rachat de l électricité produite par les éoliennes. La rentabilité du projet est une question d équilibre entre la puissance du vent, le montant de l investissement et le prix de vente de l électricité. À moins de 6 m/seconde, il était nécessaire de revoir les tarifs de commercialisation de l énergie issue des éoliennes pour atteindre le seuil de rentabilité. Le potentiel éolien se situe surtout dans le Haut-Doubs. un spécialiste à votre service DEPUIS 10 ANS 4 bis rue J. Mernoz - PONTARLIER Tél./Fax :

16 16 LE DOSSIER RÉACTIONS Le pedigree des opposants Éoliennes : un refus difficile à digérer par les élus locaux D abord surpris d apprendre la décision du préfet par voie de presse dans le mensuel La Presse Pontissalienne, puis tout autant étonnés par le motif invoqué, les élus de la communauté de communes du canton de Montbenoît dénoncent ouvertement la singularité du fonctionnement institutionnel dans ce dossier entaché de nombreuses incohérences. Q uelques semaines après avoir été informé de l existence d un refus implicite passé sous silence depuis le 10 janvier 2007, Christian Coutal, le président de la communauté de communes de Montbenoît estime qu il s agit là d une véritable mise en cause de la crédibilité gouvernementale. Quel décalage entre le discours en vigueur autour des énergies renouvelables et la nature du motif invoqué qui s appuie uniquement sur cette question de co-visibilité du parc éolien et de la vallée de la Loue depuis les belvédères de Hautepierre-le-Châtelet, du Moine et de Renédale! Dubitatif sur cette notion de préservation paysagère élargie à une ligne de crêtes qui n interfère guère dans les perspectives de la vallée proprement dite, l élu sauget s interroge franchement sur les conditions qui ont présidé à cette décision. La chronologie des événements et les renseignements obtenus par les élus auprès de l ancien préfet Jean-Marc Rebière sont pour le moins discordants. Le dépôt définitif du permis par la société Éole-Res remonte au 10 août Cinq mois plus tard, faute d une réponse du préfet, le projet est considéré comme refusé. C est la notion de refus implicite, une spécificité propre aux parcs éoliens. Or, le 21 février 2007, Christian Coutal et l ensemble des élus concernés rencontrent Jean-Marc Rebière pour faire le point sur le dossier. Le préfet leur explique que l affaire suit son cours sans problème majeur à l exception de deux réticences concernant la D.I.R.E.N. et le pedigree des opposants. À aucun moment il n a évoqué ce refus implicite. Il nous annonce même en faisant référence au problème soulevé par la D.I.R.E.N. qu il va solliciter l avis de la commission des sites qui se réunissait le 11 avril On n accepte pas d être traité de cette manière Pour nous, cela signifiait clairement que la procédure n était pas terminée. Quant à la question du pedigree des opposants, on souhaiterait savoir aujourd hui de qui il s agit? Et surtout en quoi ce pedigree est-il un facteur pertinent de décision? poursuit M. Coutal. Nouvel épisode allant toujours dans C est la perspective des éoliennes depuis certains points de vue de la vallée de la Loue qui aurait fait basculer le dossier. Étonnant. le sens d une validation du permis de construire, le 3 juillet 2007, la D.R.I.R.E. délivre le certificat de rachat de courant par E.D.F., lequel document est signé par le préfet lui-même. Aucune raison de s inquiéter donc. Les élus étaient toujours au courant de rien alors qu à cette date les opposants avaient déjà été informés par le préfet du retoquage du projet. Le 7 juillet, le nouveau préfet Jacques Barthélémy prend ses fonctions. Le 27 juillet, en visite à Pontarlier, ce dernier annonce que le projet est sous le coup d un refus implicite depuis le 10 janvier. Il argumente ce refus en se basant sur les conclusions de la D.I.R.E.N. alors que tous les autres étaient favorables, y compris celui du commissaire enquêteur. Le compte rendu de la commission des sites a été sollicité le 13 juillet et réalisé le 30 juillet. Si l on suit bien, il a fini par demander a posteriori les raisons de son refus pense Christian Coutal. De ce fait, le refus devient explicite et offre ainsi la possibilité à Éole-Res de procéder à un recours administratif. Les communes ont-elles la possibilité de faire de même? Ce n est pas sûr car on n engage aucun fond. On a d abord besoin de s entourer de compétences juridiques pour connaître nos moyens d actions. Restera ensuite à déterminer si l on veut ou pas poursuivre dans ce sens. Pour l instant, une chose est sûre, on n accepte pas d être traité de cette manière termine l élu. F.C.

17 LE DOSSIER 17 RÉACTION Le porteur du projet Jean-Pierre Laurent : C est tout simplement surréaliste Du côté de l entreprise Éole-Res, personne ne s attendait à ce refus. À l incompréhension s ajoute également la suspicion de pressions extérieures mais déterminantes. Réactions du responsable d Éole-Res Besançon. a Presse Pontissalienne : Éole-Res va donc Lutiliser son droit de recours? Jean-Pierre Laurent : Oui, c est certain. On n a pas encore statué sur les modalités, ni sur une possible alliance avec les communes. En tout cas, on déposera ce recours en temps voulu. L.P.P. : Que vous inspire cette décision? J.-P.L. : C est tout simplement surréaliste. Il a suffi d un seul avis négatif pour tout faire basculer. Les élus, la Région, le Département, la communauté de communes, tout le monde était favorable. Pour nous, il s agit d un grave dysfonctionnement démocratique. L.P.P. : Les raisons évoquées vous semblent pertinentes? J.-P.L. : Quand on considère que le parc éolien va porter une grave atteinte à la qualité paysagère de la vallée de la Loue alors qu à peine 0,01 % de la surface de ce territoire est concernée, il y a de quoi se poser des questions. Il serait intéressant de savoir sur quoi BOLANDOZ Le site d implantation de ce parc éolien s étend sur les communes de Bolandoz et Reugney. Une réunion d information publique s est tenue en mai dernier en présence des représentants de la société E.D.F.-E.N., des élus et des habitants intéressés par le sujet. Ce projet a reçu un avis très favorable. Il comprend une dizaine d éoliennes installées sur la ligne de crêtes dominant les deux villages. Comme il s agissait d une réunion publique, quelques opposants assez virulents sont venus contester l intérêt de ce type d aménagement. Les conseils municipaux de Bolandoz et Reugney ont déjà voté favorablement. Je ne pense pas que la population ait à subir des nuisances sonores, les éoliennes étant situées au moins à 2 km des habitations les plus proches, explique Jean-Pierre s appuie la D.I.R.E.N. pour motiver son refus. L argumentaire ne tient pas la route. On sait très bien que les perspectives de la vallée sont tournées vers la Loue et non pas vers le Mont Pelé ou le Crêt Monniot. Qu ils nous trouvent également un tableau de Courbet nous montrant cette ligne de crêtes? L.P.P. : Et les conclusions de la commission des sites, qu en pensez-vous? J.-P.L. : C est juste un avis consultatif. Cette commission n a théoriquement aucun poids. On a eu 30 minutes pour exposer l intérêt du projet, ses tenants et aboutissants alors que cette même commission a été entendue durant près d 1 h 30. Résultat de cette situation assez ubuesque, on va s asseoir sur un projet qui pouvait alimenter en énergie l équivalent de personnes. L.P.P. : Et l argument du droit de rachat du courant par E.D.F. qui n aurait plus cours après 2013 avec la libéralisation du marché de l énergie? Une dizaine d éoliennes Des éoliennes sur la côte de Bolandoz E.D.F. Énergies Nouvelles va prochainement déposer une demande de permis de construire pour installer un dispositif servant à l étude des vents. Un projet accueilli avec la bénédiction des élus du secteur d Amancey. Les conseils municipaux ont déjà voté favorablement. Débois, le maire de Bolandoz. Le site est également placé à l écart des couloirs aériens utilisés par l armée de l air. Il n abrite aucune grotte à chauve-souris. Le projet est encore en gestation. Une demande de permis de construire sera prochainement déposée par E.D.F.-E.N. Elle concerne l installation un mât d une hauteur de 60 m à proximité de la croix des Prédites. Il sera amarré au sol par des câbles fixés sur des socles en ciment. Ce dispositif servira à étudier le potentiel éolien du site, poursuit l élu en ajoutant, on est plutôt une commune forestière qui ne dispose pas de gros revenus professionnels car le développement économique relève de la communauté de communes. On est donc à la recherche de nouvelles ressources. On est prêt à se mobiliser dans ce sens quand l opportunité se présente. J.-P.L. : E.D.F. n a rien à voir dans cette disposition. Il s agit d un décret d État avec la D.R.I.R.E. qui émet une obligation d achat au distributeur, qu il soit public ou privé. Les premiers tarifs ont été définis en 2001 puis réévalués en juillet S ils devaient être révisés, ça ne pourrait se faire qu à la hausse. Cet argument me fait sourire. C est du populisme. L.P.P. : Le blocage de la situation estil irréversible? J.-P.L. : Non, je suis persuadé qu il y aura un jour des éoliennes au Crêt Monniot. Aujourd hui, on est en présence d opposants rétrogrades et conservateurs. C est la première fois en 25 ans que je me retrouve dans un cas aussi ridicule. On peut se demander à quoi ça sert d avoir des élus. Quand on songe que le nouveau préfet n a même pas fait l effort d aller se rendre compte sur place de ces aspects paysagers. L ancien préfet n a pas fait mieux en laissant aller le projet. L.P.P. : Vous suspectez des pressions? J.-P.L. : Il y a de quoi se poser de réelles questions. Je suis sûr qu une ou plusieurs personnes très influentes sont intervenues en sous-main. Dans cette affaire, on a le sentiment d être pris pour des imbéciles. L.P.P. : Quel est le montant du préjudice financier pour Éole-Res? J.-P.L. : Le développement nous a déjà coûté euros. C est de l argent perdu. À L ÉTUDE L.P.P. : L Atlas Régional Éolien indique que même sur les sites susceptibles d accueillir des éoliennes, la ressource de vent est insuffisante pour rentabiliser le projet. Qu est-ce qui vous motive à vouloir investir ici? J.-P.L. : Cet atlas a été rédigé en La technologie a beaucoup évolué depuis. À l époque, nous étions sur des machines de 1,3 MW pour 60 m Ouvans, Laviron, Landresse Pour nous, il y a un manque à gagner. Dans les communes d Ouvans, Landresse et Laviron, les élus veulent y croire. Ils ont engagé les démarches auprès des services compétents de l État pour demander le classement d un territoire commun à ces trois villages en zone de développement éolien (Z.D.E.). Le dossier est en instruction. Tant qu il n a pas reçu un avis favorable de la D.R.I.R.E. (direction régionale de l industrie de la recherche et de l environnement), les campagnes de mesure de vent ne peuvent pas débuter. Là encore, les collectivités locales ont bon espoir. Elles collaborent sur ce dossier avec la société lyonnaise Gamesa Énergie France spécialisée dans le développement de parc éolien. La déclaration de travaux est déposée à la direction départementale de l équipement. Si tout va bien, la campagne de mesure de vent devrait débuter en novembre indique la municipalité d Ouvans. Gamesa Énergie France a prévu d'installer deux mats de 80 m de hauteur sur les communes de Laviron et de Landresse afin de mesurer sur une période de plusieurs mois la force du vent à cet endroit. L étude doit durer tout l hiver. S il s avère qu il y a assez d air, alors cette société poursuivra les investigations. Dans le cas contraire, elle abandonnera. de diamètre. Les éoliennes de la nouvelle génération font 2 MW et 90 m de diamètre. Elles sont beaucoup plus adaptées. L évolution est considérable dans ce domaine, ce qui signifie que l on peut même envisager des éoliennes sur des sites encore moins ventés que le Crêt Monniot. Propos recueillis par F.C. De l éolien pour remplacer le bois Depuis la tempête de 1999, le budget de ces communes qui vivaient de la vente de bois a pris du plomb dans l aile. Aujourd hui, avec l éolien, ces villages voient l occasion de renforcer leurs finances. Le responsable de la société Éole-Res n avale pas les arguments avancés par les anti-éoliennes. Le scénario le plus optimiste permet de supposer que le projet entrera dans sa phase opérationnelle au mieux dans cinq ans. Nous n en sommes donc qu aux balbutiements. Mais pour ces communes rurales, l éolien représente une carte économique intéressante à jouer. Depuis la tempête de 1999, le budget de ces mairies dont la principale ressource financière provenait de la vente de bois a été sérieusement amputé. Pour nous, il y a un manque à gagner indique Marie- Jeanne Dromard, maire d Ouvans. Les éoliennes apporteraient de la taxe professionnelle qui serait la bienvenue ajoute Joseph Jacquet, maire de Laviron. Et puis, ce serait l occasion pour ces élus d emboîter le pas des énergies renouvelables. L idée commence à faire son chemin dans les villages. Pour l instant dans la commune, toutes les personnes sont favorables estime Joseph Jacquet qui espère comme ses homologues que l administration ne s opposera pas. Là, c est une autre paire de manches.

18 18 LE DOSSIER DÉVELOPPEMENT Le Languedoc- Roussillon toujours à la pointe de l éolien Avec 26 parcs en exploitation pour une puissance de 256 MW, cette région se situe au second rang national derrière le Centre. Elle poursuit sa dynamique avec plus d une cinquantaine de projets en réserve. Les premiers parcs éoliens en Languedoc-Roussillon et notamment dans le département de l Aude ont été mis en service à partir du milieu des années quatre-vingt-dix. C est probablement la région qui a le plus d antériorité dans ce domaine. Cette précocité s explique d abord par des conditions naturelles très favorables avec la présence de vents très réguliers. Au 26 août 2007, on dénombrait 26 parcs en exploitation. Ils totalisent une puissance de 256 MW, soit approximativement 1/3 de la puissance d un réacteur nucléaire. Cela commence à être assez significatif, indique Philippe Fricout, responsable énergie à la D.R.I.R.E. Languedoc-Roussillon. Le département de l Aude abrite à lui seul 14 parcs pour une puissance de 135 MW. Trois parcs (74 MW) sont actuellement en chantier dont deux dans l Aude et un dans l Hérault. Rien ne semble infléchir la dynamique éolienne régionale puisque 17 permis de construire (167 MW) ont été délivrés. 37 autres (432 MW) sont également en cours d instruction. En additionnant le tout, la région dispose ainsi d une réserve de production 2,5 fois supérieure à sa puissance actuelle. SITUATION NATIONALE Le grand boom de l éolien français En 2006, la production d électricité éolienne a progressé de 123 %, soit GWh contre 964 GWh en Une augmentation marquée par un doublement des capacités. Et ça continue. La parution du premier arrêté tarifaire en juin 2001 a été l élément déclencheur à l origine d un flux de projets croissants d année en année. Entre février 2004 et février 2005, les préfets ont accordé 325 permis de construire pour une puissance de MW. Dans le même temps, ils refusaient 120 autres projets (656 MW). De février 2005 à février 2006, 220 permis validés pour une puissance de MW, le nombre de refus s élevant quant à lui à 58 (346 MW). Le ratio permis accordés/permis refusés reste sensiblement le même autour de 30 %. Le nombre de demandes de permis de construire évolue également à la hausse passant de 566 (3198 MW) à 661 (4651 MW) entre les deux périodes de référence. Centré initialement sur les régions les plus ventées, l éolien poursuit désormais son extension sur l ensemble du territoire français, notamment au Centre et à l Est. Le parc éolien français a plus que doublé l an dernier. Réglementation Passage obligé en Z.D.E. Depuis 2007, tout projet de parc éolien implique pour les communes ou communautés de communes concernées de procéder à la création d une Zone de Développement Éolien. Cette procédure pilotée par la D.R.I.R.E. s apprécie sur trois critères. L existence d un potentiel éolien en quantité suffisante, la possibilité de se raccorder au réseau électrique et l intégration paysagère. Ce dernier volet étant géré par la D.R.I.R.E. Après autorisation de la Z.D.E. accordée par le préfet, la société porteuse du projet peut alors effectuer sa demande de permis de construire, laquelle sera assortie d une étude d impact.

19

20 20 En bref Musique L association Bien vivre à Montperreux organise samedi 8 septembre, à partir de 20 h 30, au Belvédère de Montperreux, un bal folk animé par la troupe Balhiverne. C est au son des guitares, flûte, accordéon et bodhan que vous pourrez danser sur des airs bretons et irlandais. Buffet campagnard toute la soirée. Entrée 7 euros (gratuit - de 16 ans). Rens Meunerie Dans le précédent numéro de La Presse Pontissalienne, l article faisant référence au Musée de la meunerie à Métabief annonçait une ouverture du site au mois d août. La commission de sécurité n est pas encore passée et comme il reste encore des améliorations à faire, on espère pouvoir ouvrir le site au public pour les vacances de la Toussaint, tient à préciser Alain Arrigoni, le président de l association du Moulin des Chats gris. Commerce Elle n y croyait plus Frédérique Boillod. Et elle l a eu, ce pas-deporte si bien situé 13 place Saint- Pierre qu elle convoitait depuis plusieurs années. De quoi redonner un nouvel élan à sa boutique Fantasia. Plus d espace, sensiblement la même offre qu auparavant mais une mise en place, une déco et une vitrine et qui font tilt. AGRICULTURE Depuis plusieurs années, la production laitière mondiale diminue. Des pays traditionnellement exportateurs comme l Australie ou la Nouvelle-Zélande ont considérablement réduit leur cheptel laitier. Au niveau européen, on observe une orientation marquée vers les céréales, indique Bernard Marmier, le président de la Fédération Départementale des Coopératives Laitières. Alors que la production s infléchit, la demande en poudre de lait continue à progresser notamment dans les pays émergents comme la Chine ou l Inde qui ont des besoins croissants en produits laitiers. Conséquence, les cours s envolent. Ils atteignent 300 à 400 euros les litres. En France, beaucoup de gros transformateurs cherchent du lait sur le marché intérieur pour satisfaire leurs engagements vis-à-vis des distributeurs. La filière comté ne suit pas tout à fait la même logique. La production ayant évolué plus vite que la consommation, Pontarlier et environs La différence devient minime La filière comté face à l embellie des cours du lait standard La demande en lait standard n a jamais été aussi forte qu aujourd hui. L écart de prix avec le lait à comté se réduit. Comment profiter d une aubaine sans mettre à mal une dynamique de filière? l interprofession a adopté une politique de modération. Pour maintenir les prix, elle a limité le nombre de plaques vertes correspondant aux volumes à réaliser d une campagne sur l autre. Si l on produit plus que la référence plaques vertes, on est obligé de faire du lait de dégagement qu on appelle également du lait spot. Comme on ne peut pas remettre ce lait sur des filières A.O.C., ces volumes supplémentaires servent à faire de la poudre de lait, explique le président d une coopérative fromagère du Doubs. Le taux de lait spot varie d une coop à l autre en fonction de sa référence plaques vertes. On parle beaucoup de lait spot. Mais finalement ce n est pas grand-chose car en Franche- Comté cela représente environ 3,5 % du volume global, relativise un transformateur. Toujours est-il que ce lait spot a atteint cet été son plus haut niveau et peut donc constituer une source de revenu non négligeable. Je pense qu il faut profiter de cette aubaine pour l investir dans le fonctionnement des coops mais pas de là à fourvoyer nos filières A.O.C. au simple titre d une valorisation, précise Martial Marguet, viceprésident de la Fédération Nationale des Produits Laitiers. Une position partagée par Bernard Marmier. Une modification profonde de la stratégie laitière franc-comtoise se profile. La priorité c est d abord de stabiliser les A.O.C. Il faut ensuite s organiser de façon collective en créant par exemple un G.I.E. Il servira à commercialiser du lait spot vers des marchés rémunérateurs. Cela signifie d avoir un outil capable d envoyer des citernes de litres de lait refroidi à 4 C. C est aussi une façon de se positionner sur l aprèsquotas. En agissant de la sorte, on s engage vers un besoin de contractualisation entre les producteurs et les transformateurs. On va passer d une stratégie plutôt défensive vers quelque chose de plus offensif. Se pose également la question d associer la Savoie dans ce dispositif, ça permettrait de mutualiser les moyens et d assurer une certaine régularité sachant qu on a des pics de La différence entre le prix du lait à comté et le lait standard se réduit. dégagements différents suivant les produits. Le grand chantier de l automne pour la F.D.C.L. sera de trouver des solutions pour ces laits spot en respectant l esprit collectif des filières A.O.C. T.C. LANCEMENT DE LA DERNIÈRE TRANCHE Bureau de vente ouvert sur rendez-vous au

ils et elles sont fiers de construire

ils et elles sont fiers de construire L A F O R M A T I O N A U X M É T I E R S D U B Â T I M E N T ils et elles sont fiers de construire Les jeunes qui choisissent le bâtiment ont de bonnes raisons de le faire Dans le bâtiment, on se sent

Plus en détail

Les Foires de. Bien se renseigner pour réussir sa foire. Montargis. Contacts

Les Foires de. Bien se renseigner pour réussir sa foire. Montargis. Contacts 2015 Les Foires de Montargis Bien se renseigner pour réussir sa foire Contacts Foire Gastronomique de Printemps La foire gastronomique est LE rendez-vous du printemps depuis bientôt une cinquantaine d

Plus en détail

Comte-Gaz Quentin 13 février au 6 mars 2006 3 ème 1. Rapport de stage. 442, Avenue de Vénaria Place du marché 38220 Vizille 38220 Vizille.

Comte-Gaz Quentin 13 février au 6 mars 2006 3 ème 1. Rapport de stage. 442, Avenue de Vénaria Place du marché 38220 Vizille 38220 Vizille. Comte-Gaz Quentin 13 février au 6 mars 2006 3 ème 1 Rapport de stage Mme Bouverot M. Colin Collège Les Mattons Cap Informatique SARL 442, Avenue de Vénaria Place du marché 38220 Vizille 38220 Vizille Page

Plus en détail

Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr

Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr OPERATION «POMPIERS JUNIORS» DOSSIER DE PRESSE Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr Service Départemental d Incendie et de Secours

Plus en détail

Concrétiser votre projet...

Concrétiser votre projet... CONSTRUIRE AU CONGO (De PONTON à BRAZZA) Concrétiser votre projet... IL arrive dans l existence des événements tellement forts qu ils déterminent à eux seuls l avenir, la réussite, l épanouissement de

Plus en détail

PARTENARIAT AVEC L OFFICE DE TOURISME DE PONTARLIER

PARTENARIAT AVEC L OFFICE DE TOURISME DE PONTARLIER 14 bis, rue de la Gare 25300 Pontarlier Tél. 03 81 46 48 33 Fax. 03 81 46 83 32 info@pontarlier.org www.pontarlier.org PARTENARIAT AVEC L OFFICE DE TOURISME DE PONTARLIER DEVENEZ UN ACTEUR PRIVILÉGIÉ POUR

Plus en détail

Mardi 29.01-08:17 Besançon : Les alcooliques anonymes de Franche Comté organisent leur 25è convention régionale

Mardi 29.01-08:17 Besançon : Les alcooliques anonymes de Franche Comté organisent leur 25è convention régionale Mardi 29.01-08:17 Besançon : Les alcooliques anonymes de Franche Comté organisent leur 25è convention régionale Doubs - Besançon Les alcooliques anonymes de Franche Comté organisent ce weekend leur 25è

Plus en détail

Résidence Clairefontaine

Résidence Clairefontaine Résidence Clairefontaine Bienvenue Madame, Monsieur, Vous venez de retirer un dossier de demande de pré-admission pour intégrer la Résidence Clairefontaine. Le Conseil d administration, la direction, tout

Plus en détail

ANGERS LOIRE TOURISME Service Presse Olivier Bouchereau 02 41 23 50 25 olivier.bouchereau@angersloiretourisme.com

ANGERS LOIRE TOURISME Service Presse Olivier Bouchereau 02 41 23 50 25 olivier.bouchereau@angersloiretourisme.com DOSSIER DE PRESSE La Ville d ANGERS, Angers Loire Métropole, Angers Loire Tourisme, Angers Expo Congrès et la Chambre de Commerce et d Industrie de Maine et Loire ont décidé de créer à ANGERS un BUREAU

Plus en détail

Devenir agent général d assurance. Collaborateurs. Relation onseiller. Entrepreneur. Assurance. Écoute. Proximité

Devenir agent général d assurance. Collaborateurs. Relation onseiller. Entrepreneur. Assurance. Écoute. Proximité Devenir agent général d assurance Entrepreneur Indépendant Relation onseiller Écoute Clients Libre Proximité Collaborateurs Assurance Quelques chiffres... 13 000 Les agents généraux d assurance sont au

Plus en détail

1958 2008 50 ans déjà

1958 2008 50 ans déjà 1958 2008 50 ans déjà 1 Jusqu en 1942 le personnel des services municipaux de la ville de Rouen ne bénéficiait d aucun régime d assurances sociales. Ce n est que le 1 er mars 1942 que fut créé un régime

Plus en détail

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME

transmission oseo.fr Pour financer et accompagner les PME transmission oseo.fr OSEO Document non contractuel Réf. : 6521-02 Janvier 2007 Pour financer et accompagner les PME transmission oser pour gagner! Vous voulez reprendre une entreprise? Les opportunités

Plus en détail

Mutualia devient un Groupe

Mutualia devient un Groupe Mutualia devient un Groupe Dossier de presse 2013 Contact Presse Maider GAICOTCHEA Tél. 01 41 63 77 82 gaicotchea.maider@mutualia.fr Dossier de presse Naissance Dossier de du presse Groupe sponsoring Mutualia

Plus en détail

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE

ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE ETUDE «BOUTIQUE MÉTIERS D ART» PROPOSITIONS DE CAHIER DES CHARGES DE LA CHARTE Charte du réseau «boutique métiers d art» PREAMBULE La FNAA, soutenue par des institutionnels publics, a lancé un réseau de

Plus en détail

La solidarité en action

La solidarité en action nos adresses Depuis 1942 nous sommes à votre service. Rendez-vous dans l un de nos Pôles Santé Agence de Berck sur Mer 15, rue de l Impératrice 62600 Berck sur Mer Tél. : 03 21 84 12 74 Ouvert du mardi

Plus en détail

L ÉVALUATION IMMOBILIÈRE

L ÉVALUATION IMMOBILIÈRE L ÉVALUATION IMMOBILIÈRE www.gsi-immobilier.com L ÉVALUATION IMMOBILIÈRE Sommaire Méthode d évaluation Page 3 L influence de l environnement Page 4 Certains défauts coûtent chers Page 5 Des acheteurs bien

Plus en détail

nouvelle Taxe de séjour

nouvelle Taxe de séjour La Norma hiver 2015-2016 nouvelle Taxe de séjour guide pratique et fiche déclarative Un outil pour le développement touristque Au service de votre station pourquoi une taxe de séjour? La taxe de séjour

Plus en détail

Construire sa maison bois en toute sécurité

Construire sa maison bois en toute sécurité Construire sa maison bois en toute sécurité Faire le choix d une maison bois, c est opter pour une maison performante, confortable et pérenne. C est également faire un geste pour l environnement, en utilisant

Plus en détail

Enquête sur le devenir des diplômés 2007 de Licence Professionnelle au 1 er décembre 2009

Enquête sur le devenir des diplômés 2007 de Licence Professionnelle au 1 er décembre 2009 Enquête sur le devenir des diplômés 2007 de Licence Professionnelle au 1 er décembre 2009 L enquête a été réalisée entre décembre 2009 et mars 2010. Elle concerne les diplômés de 2007 de 12 licences professionnelles

Plus en détail

Institut Automobile du Mans

Institut Automobile du Mans Dossier de presse Institut Automobile du Mans Le 24 février 2005 Sommaire : P2. Communiqué de synthèse P3. L institut IAM un projet pour développer les formations et l innovation de la filière automobile

Plus en détail

Entreprendre ici est une chance

Entreprendre ici est une chance Entreprendre ici est une chance Je me sens bien dans cette ambiance cosmopolite Environnement exceptionnel Pierre est chargé de clientèle pour l Europe «Anglais, allemand, italien, chinois, russe Quand

Plus en détail

Exemple d une réalisation en division parcellaire

Exemple d une réalisation en division parcellaire Le contrat gagnant COVALEM s adresse aux particuliers qui souhaitent bénéficier de tous les avantages d une offre unique qui permet de produire les plus belles opportunités immobilières du marché. Exemple

Plus en détail

Association Carima - Bulletin n 3 Octobre 2006.

Association Carima - Bulletin n 3 Octobre 2006. Association Carima - Bulletin n 3 Octobre 2006. 15 Route de France tél. 06 13 29 85 47 Association Loi 1901 - Création Sous-préfecture de Grasse n 0061022234 Adresse e-mail : nicole.rocco@wanadoo.fr ****************************************************************************************************************************************

Plus en détail

«Mutuelle des Mornantais»

«Mutuelle des Mornantais» Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment solidaire - Extraits de la Vie à Mornant - - décembre 2014 - Dossier «Mutuelle des Mornantais» La première mutuelle communale vraiment

Plus en détail

www.biop.ccip.fr Les métiers porteurs Perspectives 2016

www.biop.ccip.fr Les métiers porteurs Perspectives 2016 Les métiers porteurs Perspectives 2016 2 Rappel Titre Les métiers porteurs Cette présentation est basée sur les résultats d études publiées par la DARES et le Ministère du Travail en 2011 complétée par

Plus en détail

L entrée sur le marché du travail. Les emplois occupés actuellement. Les employeurs. Moyens d accès au 1er emploi

L entrée sur le marché du travail. Les emplois occupés actuellement. Les employeurs. Moyens d accès au 1er emploi 008/009 IUP Management et gestion des entreprises Licence Management des organisations PME-PMI Lieu de formation : Clermont-Ferrand Les objectifs de cette licence sont de former des étudiants capables

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

LivretForumAmbitions.indd 2 16/12/2011 14:36:07

LivretForumAmbitions.indd 2 16/12/2011 14:36:07 LivretForumAmbitions.indd 1 16/12/2011 14:36:07 LivretForumAmbitions.indd 2 16/12/2011 14:36:07 Présentation Les Lycées partenaires, le Bureau Information Jeunesse et le Centre d Information et d Orientation

Plus en détail

MERCREDI 16 NOVEMBRE 2011 à 19H

MERCREDI 16 NOVEMBRE 2011 à 19H 1 MERCREDI 16 NOVEMBRE 2011 à 19H Palais Royal Place de L Amirande - AVIGNON LES CONTACTS PRESSE Contacts Presse Banque Populaire Provençale et Corse : - Frédéric DELATTRE - Tel : 04 91 17 66 36 frederic.delattre@bppc.fr

Plus en détail

Prix «STARS et METIERS 2010» la Banque Populaire de l Ouest prime deux entreprises artisanales du département

Prix «STARS et METIERS 2010» la Banque Populaire de l Ouest prime deux entreprises artisanales du département DOSSIER DE PRESSE Chateaugiron, le 18 mars 2010 Prix «STARS et METIERS 2010» la Banque Populaire de l Ouest prime deux entreprises artisanales du département Pour la 31 ème édition du prix STARS et MÉTIERS,

Plus en détail

Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre

Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre Service départemental du Morbihan Cité administrative - 13 avenue Saint-Symphorien - 56020 VANNES CEDEX Tél. 02.97.47.88.88 Fax 02.97.47.84.02

Plus en détail

DIRECTION DE LA GESTION PATRIMONIALE Vos interlocuteurs

DIRECTION DE LA GESTION PATRIMONIALE Vos interlocuteurs DIRECTION DE LA GESTION PATRIMONIALE Vos interlocuteurs www.franche-comte.fr DIRECTION DE LA GESTION PATRIMONIALE RÉGION FRANCHE-COMTÉ 1 LA DIRECTION DE LA GESTION PATRIMONIALE La Direction de la Gestion

Plus en détail

REFONTE DU SITE INTERNET

REFONTE DU SITE INTERNET Commune de Lannilis REFONTE DU SITE INTERNET CAHIER DES CHARGES Maitrise d ouvrage : Commune de LANNILIS - Mairie 19 rue de la Mairie 29870 Lannilis Tél. 02 98 04 00 11 - Email : mairie.lannilis.m@wanadoo.fr

Plus en détail

QUELQUES IMPRESSIONS A CHAUD DE LA PART DES ETUDIANTS DE AGTL1

QUELQUES IMPRESSIONS A CHAUD DE LA PART DES ETUDIANTS DE AGTL1 QUELQUES IMPRESSIONS A CHAUD DE LA PART DES ETUDIANTS DE AGTL1 J ai fait mon stage dans une résidence de tourisme à la Rosière, en tant que réceptionniste. Mon rôle était d accueillir les clients et de

Plus en détail

010 : UNE EXCEPTIONNELLE NELLE ANNEE DE CREATION ET D IN

010 : UNE EXCEPTIONNELLE NELLE ANNEE DE CREATION ET D IN 200 009-201 010 : UNE ANNEE DE CREATION ET D IN INNOVATION EXCEPTIONNELLE NELLE Une stratégie efficace et une situation financière particulièrement saine, ont donné au groupe Bénéteau les moyens d accélérer

Plus en détail

Hélène Moeneclaey à Lompret, une vraie assurance pour un premier mandat

Hélène Moeneclaey à Lompret, une vraie assurance pour un premier mandat Hélène Moeneclaey à Lompret, une vraie assurance pour un premier mandat Publié le 08/11/2014 PAR JEAN-CHARLES GATINEAU PHOTOS PIB Elle fait partie des rares nouveaux maires du secteur. Alors, forcément,

Plus en détail

Les métiers porteurs d emploi

Les métiers porteurs d emploi Les métiers porteurs d emploi Enquête Ipsos / Association Jeunesse et Entreprises Octobre 2008 Fiche technique ENQUETE EFFECTUEE POUR : ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES DATES DE LA CONSULTATION : De

Plus en détail

MISES EN OEUVRE ET BAREME. Question no 1.1 c3 Dégager des points forts et des points faibles pour la localisation d un point de vente

MISES EN OEUVRE ET BAREME. Question no 1.1 c3 Dégager des points forts et des points faibles pour la localisation d un point de vente CAPACITES MISES EN OEUVRE ET BAREME PREMIERE PARTIE Question no 1.1 c3 Dégager des points forts et des points faibles pour la localisation d un point de vente 22 points 6 points Question no 1.2.1 Question

Plus en détail

Sommaire. La franchise Tchip en pratique p 20 Devenir franchisé Tchip, la simplicité à l état pur Être franchisé Tchip, c est assurer votre réussite

Sommaire. La franchise Tchip en pratique p 20 Devenir franchisé Tchip, la simplicité à l état pur Être franchisé Tchip, c est assurer votre réussite Sommaire Tchip, un concept unique p 04 4 forfaits, un succès! Gaieté et visibilité Ambiance actuelle Des produits professionnels n 1 Une communication nationale et locale pour une identité forte Le Groupe

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE 2015

DOSSIER DE PRESSE 2015 DOSSIER DE PRESSE 2015 Résidence Le Lavoir Lormont (33) Un acteur majeur du logement social pour le Sud-Ouest SOMMAIRE Mésolia, entreprise sociale pour l habitat...2 Un acteur majeur du logement social...2

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Formation, objectifs et acteurs du droit de la construction

Formation, objectifs et acteurs du droit de la construction Formation, objectifs et acteurs du droit de la construction INTRODUCTION Le droit de la construction est la branche du droit privé régissant les opérations de construction d ouvrages immobiliers : contrats

Plus en détail

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 «seul le prononcé fait foi» Mesdames et Messieurs les présidents, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Maison Régionale des Sports Réunion avec les ligues et comités sportifs

Maison Régionale des Sports Réunion avec les ligues et comités sportifs Maison Régionale des Sports Réunion avec les ligues et comités sportifs Date : 09-03- 2015 Lieu : Maison des Sports d Aquitaine Ouverture Jean- Claude Labadie, Marc Le Mercier Jean- Claude Labadie tient

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté

Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées à la pauvreté DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUÉ DE PRESSE 7 mars 2008 Les femmes restent plus souvent au foyer, travaillent davantage à temps partiel, gagnent moins et sont plus exposées

Plus en détail

Les échos de la Prépa

Les échos de la Prépa Juin 2008 Les échos de la Prépa Quelques temps forts : La fin de l année est proche Mais nos étudiants travaillent toujours avec autant de sérieux. En classe préparatoire, les cours se terminent fin juin

Plus en détail

Observatoire des SARL à libre capital à Paris

Observatoire des SARL à libre capital à Paris Observatoire des SARL à libre capital à Paris Bilan de juin 2005 Depuis août 2003, le greffe suit et analyse mensuellement l évolution des SARL à libre capital. Cet Observatoire, créé au lendemain de la

Plus en détail

Mains libres. Débriefing du vide-grenier (13/10/07)

Mains libres. Débriefing du vide-grenier (13/10/07) 1 Mains libres Débriefing du vide-grenier (13/10/07) Assistaient à la réunion : Khoa, Laurent, Raymond, Gary, Richard, Jacques, Philippe, Bernard D, Elisabeth. Cette réunion a eu lieu à la bagagerie, juste

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

De Particulier à Particulier

De Particulier à Particulier De Particulier à Particulier Mon Aide Immobilière en quelques mots Société de CONSEIL et de COMMUNICATION IMMOBILIERE née en 2013 à Bordeaux. Positionnée sur un marché jusque là inexploité en France, Mon

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM IN ACTION auprès des équipes de Maitrise d Œuvre Cette consultation a pour objectif d

Plus en détail

LE MARCHÉ FRANÇAIS DU MEUBLE DE SALLE DE BAINS 2013-2020 BON DE COMMANDE

LE MARCHÉ FRANÇAIS DU MEUBLE DE SALLE DE BAINS 2013-2020 BON DE COMMANDE LE MARCHÉ FRANÇAIS DU MEUBLE DE SALLE DE BAINS 2013-2020 Une grande étude IPEA Vous voulez cerner le marché du meuble de salle de bains et explorer les pistes prospectives à l horizon 2020? A partir de

Plus en détail

Dossier de Presse La Nuit de l'orientation 2015

Dossier de Presse La Nuit de l'orientation 2015 Dossier de Presse La Nuit de l'orientation 2015 Contact Presse : Dolores TOUZIN Tél. : 03 86 60 61 04 / 03 86 60 55 56 d.touzin@nievre.cci.fr Chambre de Commerce et d Industrie de la Nièvre Place Carnot

Plus en détail

Après le bac, trouver sa voie

Après le bac, trouver sa voie novembre 2014 Après le bac, trouver sa voie Vous êtes au lycée et l on vous demande de faire des choix. Choix de bac, choix de filière Pas de panique. Avec un peu de méthode, on y arrive! S orienter c

Plus en détail

Sommaire. La Hongrie, contexte général... 19. Remerciements...5 Information pratique...7 Synthèse...9

Sommaire. La Hongrie, contexte général... 19. Remerciements...5 Information pratique...7 Synthèse...9 Sommaire Remerciements............................................................................................5 Information pratique...................................................................................7

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

Et l électricité vient à vous

Et l électricité vient à vous Conception : Crédits photos : Fotolia, Médiathèque ERDF, Médiathèque EDF avril 2010 ERDF - Électricité Réseau Distribution France Tour Winterthur 92085 Paris La Défense cedex www.erdfdistribution.fr ERDF

Plus en détail

CONSULAT GÉNÉRAL DE FRANCE A MONTREAL. Service des bourses scolaires Montréal, le 18 novembre

CONSULAT GÉNÉRAL DE FRANCE A MONTREAL. Service des bourses scolaires Montréal, le 18 novembre CONSULAT GÉNÉRAL DE FRANCE A MONTREAL Service des bourses scolaires Montréal, le 18 novembre PROCÈS VERBAL DU SECOND CONSEIL CONSULAIRE DES BOURSES SCOLAIRES 2014/2015 La séance plénière du conseil consulaire

Plus en détail

DOSSIER à l attention des candidats à la reprise du commerce multiservices

DOSSIER à l attention des candidats à la reprise du commerce multiservices COMMUNE DE MARCELLUS (Lot-et-Garonne) DOSSIER à l attention des candidats à la reprise du commerce multiservices Ce dossier se décompose en 2 parties : Partie 1 : présentation de la commune et du multiservices

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Rapport de fin de séjour Université Pierre Mendès France - Università degli studi Bicocca Vie pratique Logement Type de logement Pour ce séjour j ai fait le choix de trouver un appartement en collocation

Plus en détail

CRT Picardie. Enquête auprès des acteurs du tourisme

CRT Picardie. Enquête auprès des acteurs du tourisme CRT Picardie Enquête auprès des acteurs du tourisme 1 Votre entreprise ou structure / organisme institutionnel Votre nom : Votre titre : Votre e-mail : (pour pourvoir vous envoyer le résultat de l enquête)

Plus en détail

Le Statut Auto-Entrepreneur

Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur Le Statut Auto-Entrepreneur en 10 points http://www.declaration-auto-entrepreneur.com L auto-entrepreneur est caractérisé par différents points clés. Lorsque l ont décide de

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 25 septembre 2015 à 18 h 00 --------------------------------- AUJOURD HUI vingt cinq septembre deux mille quinze LE CONSEIL MUNICIPAL

Plus en détail

La Banque de Savoie, une année florissante

La Banque de Savoie, une année florissante Communiqué de presse le 15 mai 2014, à Chambéry, La Banque de Savoie, une année florissante A l occasion de son Assemblée Générale qui s est tenue au Siège Social, le 22 avril 2014, la Banque de Savoie

Plus en détail

AGENCEUR D INTÉRIEUR. Une équipe aux. multiples savoir-faire. un métier valorisant! www.deviensagenceur.fr

AGENCEUR D INTÉRIEUR. Une équipe aux. multiples savoir-faire. un métier valorisant! www.deviensagenceur.fr AGENCEUR D INTÉRIEUR un métier valorisant! Une équipe aux multiples savoir-faire www.deviensagenceur.fr L architecte, l architecte d intérieur, le décorateur, le designer et l agenceur d intérieur contribuent

Plus en détail

RAPPORT A LA COMMISSION PERMANENTE. Séance du vendredi 1 juillet 2011

RAPPORT A LA COMMISSION PERMANENTE. Séance du vendredi 1 juillet 2011 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DÉPARTEMENT DES YVELINES Direction Générale des Services du Département Direction du Développement Coopération internationale 2011-CP-3757 Affaire suivie par : Cédric LE BRIS Poste:

Plus en détail

RESERVATION DE LOGEMENT A LA LOCATION

RESERVATION DE LOGEMENT A LA LOCATION Cadre réservé à l agence : Conseiller :. Date de visite.. Date de réservation. A B C Complet accepté info loc rdv bail refusé RESERVATION DE LOGEMENT A LA LOCATION Candidats à la location MR ou MME ou

Plus en détail

Séance du lundi 16 juin 2008. DELEGATION DE M. Jean Charles BRON

Séance du lundi 16 juin 2008. DELEGATION DE M. Jean Charles BRON DELEGATION DE M. Jean Charles BRON 338 D -20080325 Soutien au développement du commerce, de l artisanat et des services de la Ville de Bordeaux. Action de promotion et de prospection d enseignes présentée

Plus en détail

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie.

1 Présentation du Pôle Fibres-Energivie. Appel d offres pour l accompagnement du Pôle Fibres-Energivie dans la mise en œuvre du service d accompagnement BIM DATA auprès des collectivités et des bailleurs sociaux Cette consultation a pour objectif

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

2013 DVD 240 Prolongation du dispositif de subvention pour l'achat de cyclomoteurs électriques et de vélos à assistance électrique.

2013 DVD 240 Prolongation du dispositif de subvention pour l'achat de cyclomoteurs électriques et de vélos à assistance électrique. Direction de la Voirie et des Déplacements 2013 DVD 240 Prolongation du dispositif de subvention pour l'achat de cyclomoteurs électriques et de vélos à assistance électrique. PROJET au 16 / 07 / 08 Version

Plus en détail

OFFRES D EMPLOI PROPOSEES

OFFRES D EMPLOI PROPOSEES OFFRES D EMPLOI PROPOSEES Rencontres & Recrutements 15 octobre 2015 Accompagnateur / Accompagnatrice de séjours adaptés handicapés Adjoint / Adjointe de magasin Agent / Agente d'entretien de nettoyage

Plus en détail

ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique. Michel Boudol Responsable Atelier DEEE

ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique. Michel Boudol Responsable Atelier DEEE ASSOCIATION et Chantiers d Insertion par l Activité Economique Michel Boudol Responsable Atelier DEEE 1 Créée en 1985 Implantée dans une ZUS de l agglomération Grenobloise Action Sociale, Environnementale

Plus en détail

De Particulier à Particulier

De Particulier à Particulier De Particulier à Particulier Mon Aide Immobilière en quelques mots Nous sommes une société de CONSEIL et de COMMUNICATION IMMOBILIERE née en 2013 à Bordeaux. Positionnée sur un marché jusque là inexploité

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR SIVURS

REGLEMENT INTERIEUR SIVURS REGLEMENT INTERIEUR SIVURS ARTICLE 1 : BENEFICIAIRES 1 - Les repas fabriqués par les Cuisines Centrales du syndicat sont en priorité réservés à la restauration scolaire ; mais peuvent bénéficier aux centres

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CAP APPRENTISSAGE BTP-RUGBY UNE NOUVELLE FORMATION : CAP APPRENTISSAGE BTP RUGBY

DOSSIER DE PRESSE CAP APPRENTISSAGE BTP-RUGBY UNE NOUVELLE FORMATION : CAP APPRENTISSAGE BTP RUGBY DOSSIER DE PRESSE CAP APPRENTISSAGE BTP-RUGBY UNE NOUVELLE FORMATION : CAP APPRENTISSAGE BTP RUGBY UNE FORMATION PAR ALTERNANCE QUI MELE L APPRENTISSAGE D UN METIER DU BTP ET LA PRATIQUE DU RUGBY 1 Tout

Plus en détail

Le Guide de l Investissement en Résidence Services Seniors OVELIA

Le Guide de l Investissement en Résidence Services Seniors OVELIA Le Guide de l Investissement en Résidence Services Seniors OVELIA SOMMAIRE 1. Définition d une résidence services seniors OVELIA 2. Les atouts de cet investissement A / Un marché porteur B / Un investissement

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

FORMATIONS 1 er SEMESTRE 2015

FORMATIONS 1 er SEMESTRE 2015 FORMATIONS 1 er SEMESTRE 2015 VALORISEZ ET DEVELOPPEZ VOS COMPETENCES POUR DEVELOPPER VOTRE ENTREPRISE FORMATIONS SUR LA JOURNEE de 9 h à 12 h et de 13 h 30 à 17 h INFORMATIQUE Documents simples et Tableaux

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DES SERVICES PERISCOLAIRES

REGLEMENT INTERIEUR DES SERVICES PERISCOLAIRES REGLEMENT INTERIEUR DES SERVICES PERISCOLAIRES RESTAURANTS SCOLAIRES, GARDERIES ET TEMPS D ACTIVITES PERISCOLAIRES Introduction La commune de Bassens organise les services périscolaires : restaurants,

Plus en détail

Livret d accueil. Service Appartements «Les Nouveaux Cèdres»

Livret d accueil. Service Appartements «Les Nouveaux Cèdres» Plan d accès RER B station du vert galant Autoroute A1 et A3 sortie Tremblay en France, Villepinte Livret d accueil Service Appartements «Les Nouveaux Cèdres» 12 avenue Pasteur 93290 Tremblay en France

Plus en détail

Devenir Agent Général Allianz

Devenir Agent Général Allianz Devenir Agent Général Allianz Un métier d entrepreneur à découvrir. Avec vous de A à Z Si vous êtes motivé(e) pour vendre, entreprendre, organiser, animer, Allianz a besoin de votre compétence pour partager

Plus en détail

L AVENIR S E D É C I D E A U J O U R D H U I

L AVENIR S E D É C I D E A U J O U R D H U I L AVENIR S E D É C I D E A U J O U R D H U I CHIFFRES CLÉS GROUPE EXPERTISE OFFRE sommaire s o m m a i r e préambule l avenirsedécideaujourd hui Depuis toujours l immobilier d investissement fait partie

Plus en détail

Compte rendu d entretien Abidjan Côte d Ivoire. Mme COULIBALY Date de l entretien : 28/01/2009

Compte rendu d entretien Abidjan Côte d Ivoire. Mme COULIBALY Date de l entretien : 28/01/2009 Compte rendu d entretien Abidjan Côte d Ivoire Mme COULIBALY Date de l entretien : 28/01/2009 Age 33 Ans Niveau d Etude Brevet de Technicien Supérieur (BTS) Statut marital Mariée, un enfant (4ans et demi)

Plus en détail

DOMITYS exporte son modèle et renforce sa présence en France

DOMITYS exporte son modèle et renforce sa présence en France Résidences Services Seniors DOMITYS exporte son modèle et renforce sa présence en France Paris, le 11 avril 2014 Le groupe DOMITYS, leader des Résidences Services Seniors Nouvelle Génération, est le premier

Plus en détail

Bernard LAPORTE Secrétaire d Etat chargé des Sports

Bernard LAPORTE Secrétaire d Etat chargé des Sports Conférence de presse du jeudi 5 mars 2009 Fédération Française de Football Bernard LAPORTE Secrétaire d Etat chargé des Sports Monsieur le président, mesdames et messieurs, L Euro de football est le troisième

Plus en détail

Agence pour la création d entreprises

Agence pour la création d entreprises Ce document permet de décrire votre modèle économique en toute simplicité. La méthode présentée est celle développée dans l ouvrage : «Business Model Nouvelle Génération» d Alexander Osterwalder et Yves

Plus en détail

TÂCHE 1 - INTERACTION FICHE Nº 1

TÂCHE 1 - INTERACTION FICHE Nº 1 TÂCHE 1 - INTERACTION FICHE Nº 1 Temps de préparation : 1 minute Intervention par couple : 4-5 minutes CANDIDAT A CADEAU D ANNIVERSAIRE Votre collègue et vous allez acheter un CADEAU D ANNIVERSAIRE pour

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF A L UTILISATION DES SALLES DES FÊTES ET POLYVALENTE

RÈGLEMENT RELATIF A L UTILISATION DES SALLES DES FÊTES ET POLYVALENTE Conseil municipal du 30 juin 2010 RÈGLEMENT RELATIF A L UTILISATION DES SALLES DES FÊTES ET POLYVALENTE Délibération Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, Considérant qu il y a lieu de mettre

Plus en détail

VILLE DU CASTELLET PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU JEUDI 26 FEVRIER 2015

VILLE DU CASTELLET PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU JEUDI 26 FEVRIER 2015 VILLE DU CASTELLET PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU CONSEIL MUNICIPAL DU JEUDI 26 FEVRIER 2015 L an deux mille quinze et le vingt six février à dix neuf heures, le conseil municipal du CASTELLET, dûment convoqué,

Plus en détail

Le portage salarial caractéristiques et avantages

Le portage salarial caractéristiques et avantages LE PORTAGE SALARIAL Le portage salarial caractéristiques et avantages Le portage salarial consiste à transformer des honoraires en salaires. Il permet: De bénéficier d un statut de salarié : continuité

Plus en détail

Le Conseil général élabore un agenda 21

Le Conseil général élabore un agenda 21 J e u d i 1 7 n o v e m b r e 2 0 1 1 dossier de presse Le Conseil général élabore un agenda 21 pour le département de la Loire Par Bernard BONNE, Président du Conseil général et Jean GILBERT, Conseiller

Plus en détail

L avenir du commerce est en ligne

L avenir du commerce est en ligne chapitre 1 L avenir du commerce est en ligne A llons-nous perdre l habitude «d aller» faire nos courses? Succomberons-nous plus facilement à l achat d impulsion au hasard de notre navigation sur le Web

Plus en détail

Unité de valeur 5 Synthèse - Diagnostic et conseil patrimonial global

Unité de valeur 5 Synthèse - Diagnostic et conseil patrimonial global Association Française des Conseils en Gestion de Patrimoine Certifiés CGPC* *Association déclarée loi du 1 er juillet 1901 (et textes subséquents) Membre du Financial Planning Standards Board (FPSB) EXAMEN

Plus en détail

Mes grands-parents à La Havane en 1957

Mes grands-parents à La Havane en 1957 11 juin 2015 Mes grands-parents à La Havane en 1957 Mon histoire à Cuba commence avant ma naissance. Mon grand-père d origine québécoise et ingénieur à l époque pour la Ville de Montréal, a fait un séjour

Plus en détail

2 ème COLLOQUE DE LA CARROSSERIE EN AQUITAINE

2 ème COLLOQUE DE LA CARROSSERIE EN AQUITAINE DOSSIER DE PRESSE 2 ème COLLOQUE DE LA LIBRE CHOIX DE SON REPARATEUR, REGROUPEMENT DES COMPAGNIES D ASSURANCES, REGLEMENT DIRECT DES REPARATIONS AUX CARROSSIERS CONSOMMATEURS, CARROSSIERS : LA LIBERTE

Plus en détail

Dossier de Presse Inauguration Crématorium de Besançon

Dossier de Presse Inauguration Crématorium de Besançon Dossier de Presse Inauguration Crématorium de Besançon 17 octobre 17h30 Rillieux- la-pape, le 29 septembre 2014 Atrium Mairie de Besançon 355 rue des Mercières 69140 Rillieux-la-Pape 2 Rue Mégevand - 25000

Plus en détail

L Essentiel de l année 2012-2013

L Essentiel de l année 2012-2013 L Essentiel de l année 2012-2013 Le mot de la Présidente Chers Membres de «Toutes à l école», chères Administratrices, chers Amis, Je tiens à vous remercier pour votre présence à notre Assemblée Générale

Plus en détail