Bulletin de la Commission historique du département du Nord. Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Bulletin de la Commission historique du département du Nord. Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France"

Transcription

1 Bulletin de la Commission historique du département du Nord Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

2 Commission historique du Nord. Bulletin de la Commission historique du département du Nord / Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n du 17 juillet 1978 : *La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service. Cliquer ici pour accéder aux tarifs et à la licence 2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L du code général de la propriété des personnes publiques. 3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit : *des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits. *des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque municipale de... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation. 4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle. 5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays. 6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet / Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter

3 BULLETIN DE LA COMMISSION HISTORIQUE DU DEPARTEMENT DU NORD Tome quinzième Comprenant la table des matières des quinze premiers volumes de la collection LILLE IMPRIMERIE L. DANEL, RUE NATIONALE 1899

4

5 BULLETIN DE LA COMMISSION HISTORIQUE DU DÉPARTEMENT DU NORD.

6

7 BULLETIN DE LA COMMISSIONHISTORIQUE DU DÉPARTEMENT DU NORD. Tome quinzième Comprenant la table des matières des quinze premiers volumes de la collection LILLE IMPRIMERIE L. DANEL, RUE NATIONALE 1899

8

9 NOTICE SUR GUILLAUME LE BLANC Sr DE HOUCHIN, MAITRE DE LA CHAMBREDES COMPTESDE LILLE ET SUR UN JETON FRAPPÉ A SES ARMES, Par M. ED. VAN HENDE, Membre titulaire résidant. C'est à l'amitié d'un ancien condisciple de collége, mon confrère en numismatique, que je suis redevable d'avoir entrepris cette notice. M. Vallois-Defrennes m'a invité à décrire un jeton qui donne ouverture à une nouvelle série lilloise et dont un numismate distingué, M. Preux, lui a signalé l'intérêt dans une lettre écrite en Ce jeton provient de Guillaume le Blanc (1), maître de la Chambre des comptes de Lille (1520 à 1550). jeton. (1) M. Alexandre Piat, de Roubaix, possède un autre exemplaire du même

10 6 Nos archives départementales, communales et hospitalières, où mes recherches ont été facilitées par leurs bienveillants conservateurs, renferment de curieux renseignements sur la famille de ce maître de la Chambre des comptes dont notre cité a vu, au seizième siècle, trois générations jouir de l'estime publique. L'honorabilité de leurs services, leur goût pour les arts et un noble emploi de leurs richesses, doivent les préserver de l'indifférence et de l'oubli, et la publication du document métallique resté inédit jusqu'à ce jour, offre une occasion naturelle de leur rendre justice. Le nom de la famille le Blanc se trouve écrit de différentes manières, sur les registres et les titres qui la concernent : le Blans (1349) ; li Blancs et le Blanc (1374), le Blancq (1417) et le Blanc on Blanc (1512 et 1524)- A partir de cette époque, on trouve indifféremment le Blanc et le Blancq. D'après les registres aux bourgeois de la ville de Lille, Jehan le Blans, fils de Jehan de Radinghem, village du quartier de Weppes, se fit recevoir bourgeois en Ses quatre descendants directs, tous nommés Jean, comme lui, relevèrent leur bourgeoisie en 1374,1417, 1451 et Le troisième, seigneur de Houchin et receveur de l'abbaye du Mont-St-Éloi, avait épousé Anne-Marguerite Caulier dite de Bailleul. Lorsque le dernier racheta sa bourgeoisie, le 24 novembre 1488, conformément aux règles établies par le livre Roisin, c'est-à-dire dans l'année de son mariage avec Mathurine de Los, fille d'un bourgeois de Lille, il était huissier de la Chambre des comptes. Son but, en acceptant ce modeste emploi, était sans doute de se ménager une entrée dans les bureaux : il fut nommé premier greffier en 1503, devint auditeur en et par l'honorabilité de ses services dans la plus haute administration financière du pays, il fil sortir sa famille du commun de la bourgeoisie. Dès sa nomination à l'office d'auditeur, le Blanc fut chargé par Philippe-le-Beau, avec Jean Ruffaut et Charles de Boulogne, maîtres de la Chambre, de dresser «une inventaire des lettres,

11 » tiltres, Chartres et enseignemens estans et reposans en la tréso-» rerie des Chartres ou (au) chastel de Lille.» Cet inventaire, conservé aux archives départementales, forme un magnifique volume in-folio de 258 feuillets en parchemin, et renferme un relevé méthodique de toutes les pièces isolées du trésor des chartes. En tête de chacune des différentes parties de l'inventaire, sont reproduits les divers dessins qui se trouvaient sur les layettes. Il résulte de l'intitulé que ce beau travail exécuté par intervalle de temps, quand les commis en avaient opportunité, et qui demanda six années, ne fut achevé qu'en Jean le Blanc s'adjoignit vers cette époque son fils Guillaume, âgé de vingt ans, pour la transcription des titres et documents : lé cinquième registre aux mémoires de la Chambre, rapporte que Guillaume le Blanc fréquentait et écrivait (sic) depuis quelque-temps sous son père, quand il fut appelé en octobre 1512, à remplir les fonctions de clerc extraordinaire ou second greffier de ladite Chambre. Il remplaça Hues du Bosquiel promu à l'état de premier greffier (1). Le quatrième registre aux mémoires de la Chambre fait aussi connaître, au sujet de cette nomination, que, le 30 octobre, Guillemin le Blanc dénommé ou Blanc prêta serment à deux conditions ; il prit l'engagement de ne faire ni de ne signer aucune expédition, sans en avoir reçu l'ordre de messieurs de la Chambre, et de ne toucher aucun salaire ou droit revenant au greffier, avant d'être pourvu lui-même du titre de clerc ordinaire. Une raison porte à croire que Guillaume le Blanc avait collaboré à la transcription de l'inventaire relaté plus haut : il fut chargé d'un travail analogue immédiatement après sa prestation de serment. Les officiers de la Chambre lui firent copier les lettres et les titres reposant dans la tour des archives, dont ils voulaient conserver un exemplaire dans le coffre des finances. Comme rémunération (1) De Saur. La Flandre illustrée par l'institution de la Chambre, etc., f 81.

12 8 de ce service exceptionnel, il reçut, l'année suivante, une gratification de douze livres (1). Guillaume s'acquittait donc de son office à la satisfaction de ses chefs; il ne tarda pas à contracter alliance dans une famille assortie à la sienne. Jean Ruffaut, nommé récemment trésorier général des domaines et finances, à Bruxelles (2), tout en conservant le titre de maître de la Chambre des comptes, lui donna en mariage sa fille aînée, Philippe (3), et le 27 mai 1515, c'est-à-dire dans l'année de cette union, Guillaume se fit inscrire comme bourgeois de Lille, par relief, en payant la somme ordinaire de soixante sols. Diverses notes recueillies çà et là par notre cher Président, M. le chanoine Dehaisnes, dans les innombrables documents dont il opère le classement aux archives départementales, nous ont mis sur la voie de précieux documents. Ainsi des lettres-patentes de Monseigneur le prince des Espagnes, font connaître que le lendemain de son admission au titre de bourgeois, Guillaume le Blanc fut appelé à l'office de receveur et commis à la recette des deniers appliqués à l'épargne des pays sortissant de la Chambre des comptes (4). Il joignait à cet office celui de receveur et commis à l'aumône de Flandre, qu'il exerça en remplacement de Jean Ruffaut son beau-père (5). Le jeune fonctionnaire prêta serment le 2 avril, et (1) Archives départementales. Compte du receveur-général des domaines et finances. Année (2) Les Ruffaut, reçus à bourgeoisie au XIVe siècle, descendaient vraisemblablement de Jean Ruffaut, premier clerc de la ville, dont il est question dans Roisin, au chapitre des droits et charges des clercs. Quant au trésorier de Charles V, chevalier, sieur de Mouvaux, Neuville, Lambersart, etc., il avait eu neuf enfants de son mariage avec Marie Carlin, veuve du sieur de Ligny. L'un de ses fils, nommé Jérôme, fut abbé de Saint-Vaast d'arras. (3) Philippe, familièrement Philippote Ruffaut, devint dame des Grimarets, des Watrelins et Ribaut-Escueil. (4) Archives départementales. 4e registre aux mémoires, f 173, v. (5) 5e compte de Jean Ruffaut, receveur de l'aumône de Flandre, année échue à la renenghe M. le chanoine Dehaisnes : État général des registres de la Chambre des comptes relatifs à la Flandre, Annales du comité flamand, t. XI.

13 9 son père se constitua caution jusqu'à la somme de cinq cents écus de 48 gros, pour le premier office et de deux cents livres de 40 gros, pour le second. Les recettes de Guillaume le Blanc se divisaient en plusieurs catégories et l'inventaire des sceaux de Flandre, récemment publié par M. G. Demay (1), signale de lui une quittance à titre de commissaire sur le fait des nouveaux acquêts dans le souverain Bailliage (2). Pour l'amortissement de biens acquis depuis quarante ans, l'hôpital Comtesse avait été taxé à la somme de mille livres parisis qui fut versée, entre les mains de Guillaume le Blanc, le 18 janvier 1515 (v. s.). Les lettres-patentes qui avaient fixé le montant du droit à payer indiquent la nature des biens amortis (3); elles sont en parchemin et revêtues d'un sceau, ainsi que le reçu de Guillaume le Blanc (4) dont le sceau et la signature sont trop remarquables pour passer inaperçus. En effet, l'exemplaire du sceau, bien que légèrement ébréché, témoigne des goûts artistiques du nouveau receveur. Il offre un beau spécimen de l'ornementation caractéristique du XVIe siècle. Sur une banderole élégamment déployée, on lit : GVILLAMM LE BLAN La dernière lettre C a sans doute disparu avec le bout de la banderole. L'écu échancré, au chevron, accompagné de trois étoiles, au lambel?,.. (s) est supporté par un lion au casque empanaché (voir PI. n 2). (1) 1 vol. in-4. Imprimerie nationale (2) G. Demay. Inventaire. N (3) Les biens acquis pur l'hospice consistaient en trois maisons situées à Lille, deux moulins à eau situés à Wazemmes et deux moulins à vent, hors de la porte des Malades Inventaire de l'hôpital Comtesse, N s 881 et 883, sous presse. (4) Archives des hospices. Fonds de l'hôpital Comtesse. Pièce cotée N 883. Le N 884 est un reçu de soixante-trois livres du prix de 40 gros, délivré par Jacques Parent, huissier de la Chambre, tant pour le droit que pour l'entérinement des lettres d'amortissement.» (5) M. de la Phalecqne voit, dans ce dessin, une saillie du bord de l'écu.

14 10 Il n'est pas possible de blasonner les pendants du lambel ajouté sans doute, par Guillaume, aux armes de son père. Comme tous les bourgeois de Lille, depuis le XIIIe siècle, les le Blanc avaient des armoiries sans faire partie de la noblesse, et le lambel est ici l'imitation d'un usage autorisé par les règles du blason. Nous le verrons disparaître quand la faveur de Charles-Quint aura légitimé, par des lettres d'anoblissement, les aspirations d'une famille jouissant de l'estime et de la considération publiques. Avec le sceau appendu à l'acte, nous reproduisons la signature qui est également dans le goût de l'époque. Lès caractères en sont tracés d'une main ferme et le paraphe est agrémenté de traits suffisamment compliqués pour embarrasser les faussaires (1). Mais faut-il chercher dans des signes indéchiffrables les deux lettres qui semblent manquer avant le mot BLANC, ou se reporter à la désignation de deux procès-verbaux de serments prêtés, l'un en 1512, à titre de clerc extraordinaire : Guillemin le Blanc dénommé ou Blanc, et le 7 mai 1524, comme maître ordinaire de la Chambre : Guillemin le Blanc dénommé ou Blanc? Le lecteur en jugera (voir PI. n 3). Guillaume exerçait simultanément ses deux emplois, dans les bureaux de la Chambre, et les conserva pendant toute sa carrière administrative (2). II y joignit même, le 27 octobre, une nouvelle (1) Le burin élégant et correct de M. Deligny, graveur-lithographe chez M. Danel, a rendu avec bonheur le caractère particulier à chacun de nos dessins. (2) Dans l'état général des registres de la Chambre des comptes, M. le chanoine Dehaisnes signale, N 3248, le 8 compte de Guillaume le Blanc, receveur des aumônes de Flandre, année échue à la renenghe 1522 (Annales du comité flamand, t. XII, p. 155). En 1530, il donnait quittance de huit cents livres, aux quatre hauts-justiciers de la châtellenie et à l'échevinage de Lille, pour le rachat de l'impôt des Espinchaulx Madame (Archives municipales, carton 944); en 1544, il avançait au chambellan de l'empereur, la somme de mille livrés, versée en déduction de sa Recette des parties extraordinaires appliquées à l'épargne. Archives départementales et finances). : Compte du receveur général des domaines

15 11 subdivision domaines aliénés. de recettes : celle des Dossiers affectés au rachat des Son avancement n'en fut pas moins rapide, grâce à ses aptitudes autant qu'à l'affection de ses parents. Au mois d'avril 1517, il passa de l'office de second greffier à celui d'auditeur ordinaire, en remplacement de l'auteur de ses jours, pourvu de l'état de maître ordinaire, après avoir cumulé les fonctions d'auditeur et de maître extraordinaire. En octobre 1520, Guillaume devint maître extraordinaire de la Chambre, en attendant une vacance ; puis le 20 avril 1524, son père ayant résigné en sa faveur entre les mains de la gouvernante des Pays-Bas (1), il reçut sa commission de maître ordinaire, en vertu de laquelle il exerça les fonctions de trésorier et garde des Chartes. Par d'autres lettres patentes de la même date (2), l'empereur considérant les services rendus, depuis trente-six ans, par maître Jean le Blanc, l'autorisait à résigner son office en faveur de Guillaume dont l'aptitude était éprouvée et reconnue, et, en souvenir et rémunération de ses services, lui accordait, sa vie durant, à titre de maître extraordinaire, les gages, robe, jetons, profits et autres émoluments et droits de maître ordinaire dont jouissait encore messire Jean Ruffaut, seigneur de Neufville et de Lambersart, depuis sa nomination de trésorier général des finances à Bruxelles. Mais Jean le Blanc touchait au terme de son existence : il mourut le 15 septembre de la même année (3), et fut enterré à Saint- Étienne, auprès de sa femme, dans la chapelle de Sainte-Barbe. Un magnifique manuscrit, remontant au milieu du XVIe siècle, reproduit la description de leur pierre tumulaire. C'est l'épita- (1) Archives départementales. 21e registre des chartes. (2) Archives départementales. 20e registre des chartes, f 153. (3) Jean Ruffaut rentra alors en jouissance des émoluments de son ancienne charge de maître, jusqu'en 1532 époque où il résigna de nouveau en faveur de son second gendre, Jean de Beauffremez.

16 12 phier de Rebeque dont notre collègue, M. de la Phalecque, m'a obligeamment donné communication. On y lit : «En la dicte chapelle (Ste-Barbe)ung marbre où est taillée à demy boche «ung home avecq sa femme. Chy gist Jehan le Blancq, conseiller de l'empe- «reur, nre sire et maistre de ses comptes à Lille qui trespassa le XVejour» de septembre l'an mil V XXlllI et dale Maturinne de Loz sa femme, «laquelle fina sesjours le XXIIIIe d'aoust mil VcXXII. Puis sont représentés leurs écus. Celui de leblanc porte : «D'azur au chevron d'or accompagnéde trois molettes d'éperon à cinq rais;» heaumé; au cimier : tête et cou de licorne entre un vol d'argent, bourrelet» et hachement d'azur et d'or,» Guillaume parvenu à l'emploi le plus élevé auquel il dût aspirer, voulut imiter certains personnages qui trouvaient à la fois le moyen de se distinguer entre tous, de favoriser les artistes et de laisser à leurs descendants, comme à l'histoire, un souvenir du rang honorable qu'ils avaient tenu. La beauté du sceau qu'il avait fait graver, dut lui inspirer la pensée de se procurer un jeton sur lequel il se fit honneur de réunir les armoiries plus ou moins officielles des trois branches de sa famille. La grande variété des jetons de la Chambre des comptes de Lille, prouve que lorsqu'elle en manquait pour en fournir des bourses à tous les membres, elle faisait généralement graver sur les nouveaux une allusion aux événements historiques du moment. Elle s'adressait à la Monnaie de Bruges pour les faire frapper, ainsi que l'indique la fleur de lis qui précède ordinairement la légende, comme sur celui dont voici la description : T GECTOIRS S POVR * GVILLAVME * LE * BLANC J Écu écartelé de le Blanc et de Los, c'est-à-dire des armes du père et de la mère de Guillaume. Aux 1er et 4e quartiers : d'azur au chevron d'or accompagné de trois étoiles du même : aux 2e et 3e quartiers, de gueules à trois étrilles d'argent, 2 et 1, au croissant du même en abîme.

17 13 R -- SANS + + MAL + * PENSER * Écu en losange, le Blanc-de Los mi-parti de Ruffaut, c'est-à-dire des armes de sa femme : d'or à trois coqs basilics (1) de sable membres et armés de gueules. La devise sans mal penser peut se prendre dans diverses acceptions : raisonner, croire, examiner, juger, apprécier, et, par allusion à l'emploi du fonctionnaire : peser, compenser, compter. (Voir Pl N 1). Ce jeton, fait par les soins de Guillaume pour son usage, porte une date qui fait défaut sur ceux de la Chambre. Il serait intéressant de s'assurer si, avant ou après cette époque, d'autres fonctionnaires attachés à la même Chambre ne se sont pas également servis de jetons personnels. La liste des maîtres de la Chambre pendant la période des jetons lillois, ajoutée à cette notice, mettra peutêtre les amateurs sur la voie de nouvelles découvertes. A cette époque, Guillaume habitait, sur le Grand-Marché, une maison qu'il avait achetée récemment à Guilbert de Bais. Le 13 juillet 1528, il obtint de l'echevinage l'autorisation de faire un mur derrière sa maison, dans la rivière descendant de Rihour, moyennant une redevance annuelle de deux gros (2). Les comptes de la ville apprennent qu'il en possédait une autre, dans la rue des Tanneurs. L'Echevinage lui accorda par grâce, en 1530, d'asseoir les édifices d'une nouvelle maison qu'il faisait ériger derrière la sienne de la rue des Tanneurs, abordant à la rivièrette (3). Il fut autorisé à établir sa construction au-dessus de la rivièrette, à front de la rue des Tanneurs, aussi à condition de payer à la ville deux gros de rente annuelle (4). (1) Le Blond dit : coqs encollés de têtes de chèvre. (2) Archives municipales. Compte de 1527 à 1528, rentes héritables, f 14, v. Mémoire sur les rivières et canaux de la ville de Lille, par M Ch. Paeile, bibliothécaire-archiviste, 1868, fj 141. (3) La riviérette est un canal qui part du Pont-Bruyant, sous la rue du Molinel ; pour unir le canal des Hibernois au Becquerel. Elle coupe les deux côtés de l'angle formé par la rue de l'a, B C, et passe sous la rue des Tanneurs. (4) Archives municipales. Compte de 1530 à 1531, rentes héritables, fo 15. Mémoire sur les rivières, etc. M. Ch. Paeile, f 121.

18 - 14- La faveur du souverain ne devait pas tarder à reconnaître et sanctionner, dans la personne de Guillaume, le mérite de ses parents et le sien. Au mois de juin 1529, l'empereur lui donna des lettres d'anoblissement. Les considérants font connaître que sonféal conseiller et maître des comptes s'est mis à son service dès l'âge de vingt ans, qu'il descend de bonne et honnête famille, que, depuis plus de cent ans, ses ancêtres n'ont vécu mécaniquement, mais de leurs biens et revenus, et se sont alliés à des filles nobles et de bonnes maisons; puis elles rendent hommage à l'honorabilité et au dévouement de son père Jean. Guillaume est en conséquence autorisé à prendre état et dignité de chevalerie ou autres, à faire acquisition de fiefs ou revenus mouvant de l'empereur ou de ses vassaux, comme à porter les armes de feu son père : «le champ «d'azur à trois quintes et un chevron d'or», sans être tenu à payer finance. Les lettres patentes entérinées le 21 juin 1529, avaient été enregistrées à la Chambre des comptes. Mais, à la Révolution, pour assurer à jamais l'abolition de la noblesse, les trois commissaires Top, Bécu et Ropra, nommés par le directoire administratif du département, en vertu des lois du 24 juin et du 15 août 1792, avec ordre de rejeter du dépôt et de brûler les litres généalogiques, arrachèrent des registres aux chartes tous les feuillets relatifs aux anoblissements. Grâce à la précaution qu'avait eue le gouvernement de Louis XIV d'en faire prendre copie dès le retour de la Flandre française à la couronne, l'oeuvre de destruction n'a pas porté ses fruits. Les archives départementales se sont procuré une contre-copie de chacune des lettres patentes d'anoblissement. Le titre relatif à Guillaume le Blanc est reproduit d'après un certifié conforme émané d'un fonctionnaire qui fait autorité : Denys Godefroy (1). Les détails reproduits par cet acte authentique, (1) Collationné sur le registre original en parchemin estant en la tour des " chartes de la Chambre des comptes de Lille en Flandres, par moy sous signé,

19 15 établissent une certaine conformité entre les armoiries reproduites sur le jeton et le sceau, et celles qui furent transmises à Guillaume le Blanc par son père et reconnues par l'empereur. Mais après son anoblissement, le nouveau chevalier y ajouta, par concession, un chef d'or à l'aigle issante de sable, sans doute par allusion à l'éclat et à l'élévation récente de sa maison. La date du jeton explique pourquoi on n'y retrouve point ce chef qui est signalé dans un recueil généalogique de la bibliothèque des manuscrits de la ville de Lille (1). Sous l'écu armorié des le Blanc, le texte porte : «d'azur au chevron d'or accosté de trois quintefeuilles de même " et au chef d'or.» C'est dans un autre ouvrage intitulé Généalogies manuscrites, 1ervol., provenant de la riche bibliothèque léguée à sa ville natale par le digne descendant des archivistes de la Chambre, le marquis de Godefroy Ménilglaise, volume dont l'origine doit appartenir à notre localité, que figure le blason complet : «Le Blanc, d'azur au «chevron d'or accosté de trois quintefeuilles de même et au chef «d'or à une aigle issante de sable.» Nous avons vu que les lettres d'anoblissement autorisaient le nouveau chevalier à porter les armes de son père, c'est-à dire, un chevron accompagné de trois quintes. Ce n'étaient ni les molettes de l'épitaphe placée à Saint-Étienne, ni les étoiles gravées sur le sceau et le jeton. Ces différences proviennent de ce que la famille avait pu modifier à son gré des marques distinctives qui, ne constituant pas un véritable blason, n'étaient pas des marques de dignité. Une fois investi d'un titre de noblesse, Guillaume le Blanc reprit les quintefeuilles indiquées dans les lettres-patentes. Quant à l'aigle du chef, nous la verrons modifiée sur des dessins» conseiller et historiographe ordinaire du Roy, commis par sa majesté à la garde «et recherche des titres et registres d'icelle chambre. Le 18e jour de septembre» 1669». Signé : DENYS GODEFROY. L'intitulé de la copie porte que cet acte est extrait du registre coté 21 de la collection des registres des chartes, f 134. Ce folio manque : il a été arraché. (1) Mss N 295. T. 11.

20 16 de vitraux et d'épitaphe dont l'authenticité n'est guère contestable. Aussi jaloux de l'illustration de sa ville natale que digne de l'honneur rendu à son mérite, Guillaume le Blanc se joignit à l'abbé de Loos, au doyen de chrétienté et au bailli de Lille, pour reconstituer une institution qui avait jeté un vif éclat au XIVe et au XVe siècle et qui lui survécut. C'était la principauté du Puy. Sous la direction des personnages les plus marquants de la ville, elle distribuait annuellement des prix aux auteurs de meilleures productions poétiques. Les échevins, conseil et huit-hommes, considérant que cette fête était belle et honorable et de anchienneté, accordèrent en 1531, de la remettre sups et tenir, pourvu que, dans les refrains des ballades qui se feront, l'on se conduise en toute honnesteté, sans toucher l'honneur des commères ou soeurs et autres personnes particulières (1). Cette notice devrait s'arrêter là, si elle était destinée à unerevue de numismatique ; mais le bulletin de la Commission historique n'est pas exclusif, et notre cher Président a bien voulu m'en offrir l'hospitalité.. Les pages suivantes mettront en lumière le rang tenu au XVIe siècle dans notre ville, par la famille le Blanc. Comme plusieurs autres du même temps, elle avait laissé, de sa munificence et de ses goûts éclairés, des marques dont l'injustice des hommes et les ravages du temps n'ont laissé subsister que des vestiges épars. S'il est désirable d'atténuer les conséquences de destructions fâcheuses, il n'est pas moins intéressant, à un autre point de vue, de rappeler, par un exemple, comment nos ancêtres ont pris part au mouvement intellectuel de leur époque. La période que nous venons de parcourir de la carrière de Guillaume le Blanc, s'est écoulée sous le gouvernement de Marguerite d'autriche, dont les hautes qualités administratives avaient assuré le fonctionnement régulier de toutes les administrations. On peut reporter sur cette princesse l'honneur de la plupart des ordon- (1) Archives historiques du Nord de la France, par Arthur Dinaux. 3e série, t. IV, p. 366.

21 17 nances qui font, dans les Pays-Bas, la gloire du règne de Charles- Quint. Sa nièce, Marie, marcha sur ses traces et, comme elle, suppléa dignement l'empereur pendant ses diverses absences des pays de par-deçà. Comme l'administration des finances exerce une action décisive sur tous les rouages du gouvernement, et que la guerre absorbait alors les revenus de l'état, il fallut recourir à tous les moyens d'en multiplier les ressources. Dans la conduite de provinces jalouses de leurs droits et de leurs priviléges, on prit prétexte de leur en confirmer la jouissance, pour établir une fiscalité qui compliqua naturellementles services de trésorerie. Aussi pour récompenser les gens de compte les plus zélés, on leur donnait des gratifications, et Guillaume le Blanc reçut, à plusieurs reprises, des preuves personnelles de satisfaction émanées du pouvoir souverain, comme il fut appelé à participer à celles qui s'étendaient à tous les membres de la Chambre des comptes. Les registres aux comptes du Receveur général des domaines et finances des pays de par-deçà, en signalent quelques-unes. Ainsi le compte de Jean Micaut, du 1er janvier 1529 à 1530 (1), porte que, sur l'avis de Madame la gouvernante, l'empereur accorde à Guillaume le Blancq " la somme de quatre cents livres, monnaie de» Flandre, de quarante gros la livre, en considération des bons et» agréables services qu'il avait faits à ladite dame et ne cessait de» faire chaque jour en plusieurs et diverses manières, en outre d'un» service qu'il avait rendu à sa majesté, auquel l'empereur avait» eu plus grand profit que lesdites quatre cents livres et ce, outre» et pardessus ses gages et autres dons et bienfaits qu'il avait eus» dudit seigneur-empereur.» Il fallait réellement déployer de l'activité au service de la Chambre : l'année suivante, au moment où Charles-Quint vint résider dans les Pays-Bas, après la mort de la gouvernante, Guillaume fut encore chargé d'un travail supplémentaire et important. Le compte de Jean Micaut, pour l'année 1531 (2), constate le ver- (1) Archives départementales, compte de Jean Micaut, f 299, v. (2) Archives départementales, compte de Jean Micaut, f 255.

22 18 sement, entre les mains de Guillaume le Blancq, «de la somme de» six vingt-neuf livres, six sols, trois deniers pour avoir aidé,» vaqué et été occupé de dresser le grand état fait à l'empereur» de la conduite de toutes ses demaines, aydes, finances et despens a par lui soutenues en ces pays dembas en dix ans demy qu il a» esté absent de ses dits pays, et à ces fins fait plusieurs états et» reçus, où il y a eu de grosses écritures et labeurs.» Un autre travail supplémentaire fut assigné le 24 février 1532, par la régente Marie, à maîtres Guillaume de Landas et Guillaume le Blanc, conseillers et maîtres de la Chambre, et à Jean Barrat, auditeur : ce fut d'ouïr, «hors le temps et heures de la Chambre,» les comptes des receveurs et autres officiers de M. le comte de Gavres, seigneur defiennes et Sottenghien, d'auxi et d'armentières, gouverneur et capitaine général de Flandres, de Lille, Douai et Orchies (1). La rémunération de ce service dut être prélevée sur les deniers qu'il s'agissait de contrôler : nous n'en avons pas trouvé la mention. En 1535, notre maître de la Chambre reçut encore une mission de confiance. Par suite de la mort de Dievich de Hetvelde, garde des joyaux, tapisseries et biens meubles de la couronne dans les pays de par deçà, Guillaume le Blanc fut chargé de recevoir ces objets précieux, des héritiers de Dievich. d'en dresser un inventaire avec les srs de Sempy, Molembais et Francqueville, et de les remettre entre les mains de Pierre Damant, le nouveau titulaire (2). Il fut accordé, de ce chef, une gratification de 181 livres 12 s., répartie de la manière suivante: à MreGuillaume le Blanc, pour 41 jours de vacation à 32 s par jour 65 liv. 12e. à MreGuillaume le Blanc, pour la minute dud. inventaire et 3 grosses 30 liv. 12$. et aux autres, le reste, soit 85 liv. 8$.(8) (1) Archives départementales, 58 registre aux mémoires, f 1, v (2) Pierre Damant, conseiller de l'empereur, garde des joyaux, etc., était également contrôleur de la dépense ordinaire de l'hôtel de la reine régente Marie. (8) Archives départementales, 1er compte de Henri Sterke.

CENTRE VIRTUEL DE LA CONNAISSANCE SUR L'EUROPE

CENTRE VIRTUEL DE LA CONNAISSANCE SUR L'EUROPE CENTRE VIRTUEL DE LA CONNAISSANCE SUR L'EUROPE 1 CENTRE VIRTUEL DE LA CONNAISSANCE SUR L'EUROPE Sommaire Loi du 7 août 2002 portant création du Centre Virtuel de la Connaissance sur l'europe.....................

Plus en détail

L'an deux mil quatorze Et le vingt un octobre

L'an deux mil quatorze Et le vingt un octobre KF/TOE REPUBLIQUE DE CÔTE D'IVOIRE COUR D'APPEL D'ABIDJAN TRIBUNAL DE COMMERCE D'ABIDJAN ORDONNANCE DE REFERE Du 21/10/2014 RG N 2848/14 Affaire : LE CREDIT IMMOBILIER DE FRANCE RHONE ALPES AUVERGNE, (C.LF.R.Â.Â.)

Plus en détail

Statuts de la Société géologique de France

Statuts de la Société géologique de France Statuts de la Société géologique de France Article I - Dénomination - Objet - Durée I- BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION L association dite Société géologique de France (SGF), (ci-après dénommée «la

Plus en détail

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802)

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) La loi du 11 floréal an X spécifie que l'enseignement comporte trois degrés : primaire, secondaire, spécial et qu'il est dispensé dans quatre catégories d'établissements

Plus en détail

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE 1 ER MAI 1802 (FLOREAL AN X) TITRE I DIVISION DE L'INSTRUCTION Art.1. L'instruction sera donnée : 1 Dans les Écoles primaires établies par les commu nes ; 2 Dans

Plus en détail

I CONSTITUTION - OBJET - SIEGE SOCIAL - DUREE

I CONSTITUTION - OBJET - SIEGE SOCIAL - DUREE Titre I CONSTITUTION - OBJET - SIEGE SOCIAL - DUREE Article 1 - Constitution et Dénomination. Entre les soussignés, membres fondateurs et les personnes qui adhèrent aux présents statuts, une Association

Plus en détail

Pierre TREMBLAY et Ozanne ACHON

Pierre TREMBLAY et Ozanne ACHON Pierre TREMBLAY et Ozanne ACHON Pierre et Ozanne sont à l origine de tous les Tremblay d Amérique du Nord. Il est percheron, elle est aunisienne : ils sont le symbole de ces deux petites provinces françaises

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS SERVICE POPULATION ET CITOYENNETE SECTEUR ETAT CIVIL INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE Annexe du décret n 2002 1556 du 23 décembre 2002 Ce document est destiné

Plus en détail

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit.

PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT. relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle des établissements de crédit. PROJET DE LOI adopté le 2 juillet 1993 N 113 SENAT DEUXIÈME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 1992-1993 PROJET DE LOI MODIFIÉ PAR LE SÉNAT relatif au statut de la Banque de France et à l'activité et au contrôle

Plus en détail

CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960)

CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960) CODE CIVIL FRANÇAIS (ANTERIEUR A 1960) ARTICLES 1874 À 1914 DU PRÊT Téléchargé sur Le premier portail consacré au droit des affaires à Madagascar TITRE DIXIEME Du prêt Art. 1874 - Il y a deux sortes de

Plus en détail

CREDIT LYONNAIS STATUTS. 29 avril 2015

CREDIT LYONNAIS STATUTS. 29 avril 2015 CREDIT LYONNAIS STATUTS 29 avril 2015 I. FORME - SIEGE - OBJET Article 1 er Le CREDIT LYONNAIS, fondé en 1863 sous la forme de société à responsabilité limitée, a été constitué sous la forme de société

Plus en détail

CONVENTION ENTRE ACTIONNAIRES

CONVENTION ENTRE ACTIONNAIRES CONVENTION ENTRE ACTIONNAIRES La convention entre actionnaires est un contrat écrit, conclu entre tous les actionnaires d une entreprise incorporée et régissant les droits, pouvoirs et obligations de ceux-ci

Plus en détail

Recherches à Paris Racines, 2010

Recherches à Paris Racines, 2010 Recherches à Paris Recherches à Paris 1. Particularités parisiennes 2. Les Archives de Paris 3. L état civil parisien 4. Autres sources 5. Quelques cas pratiques 6. Bibliographie Particularités parisiennes

Plus en détail

Etablir la dévolution successorale

Etablir la dévolution successorale Le recours à un notaire n est pas obligatoire mais il est souvent recommandé. Le recours devient obligatoire dans le cas d une donation, du partage d'une succession dont dépendent des immeubles, de l existence

Plus en détail

LAGARDERE ACTIVE BROADCAST. Société Anonyme Monégasque au capital de 24 740 565 euros. Siège social : «Roc Fleuri» 1 rue du Ténao 98000 MONACO

LAGARDERE ACTIVE BROADCAST. Société Anonyme Monégasque au capital de 24 740 565 euros. Siège social : «Roc Fleuri» 1 rue du Ténao 98000 MONACO LAGARDERE ACTIVE BROADCAST Société Anonyme Monégasque au capital de 24 740 565 euros Siège social : «Roc Fleuri» 1 rue du Ténao 98000 MONACO R.C.I. : 56 S 448 MONACO STATUTS Mis à jour suite aux délibérations

Plus en détail

Directives relatives à la tenue des comptes de tutelle et curatelle

Directives relatives à la tenue des comptes de tutelle et curatelle Directives relatives à la tenue des comptes de tutelle et curatelle A. Entrée en fonctions d'un tuteur ou curateur de gestion et information générale à ce dernier 1. La première tâche de la personne en

Plus en détail

LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR

LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR DROIT INTERNATIONAL PRIVÉ 65/2012 LA DISPARITION PROGRAMMÉE DE LA CONVENTION FRANCO-SUISSE DU 31 DÉCEMBRE 1953 EN MATIÈRE D IMPÔTS SUR LES SUCCESSIONS ET SON REMPLACEMENT PAR Dès 2011, la France avait

Plus en détail

Garanties diverses fournies par le crédit- preneur

Garanties diverses fournies par le crédit- preneur Garanties diverses fournies par le crédit- preneur 1.- Cautionnement solidaire par la société Est à l'instant intervenu aux présentes :, agissant ici au nom et en sa qualité de président de la société

Plus en détail

I - BUT ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION

I - BUT ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION I - BUT ET COMPOSITION DE L'ASSOCIATION Article 1 : Objectifs L'association dite "Comité français pour l'environnement et le développement durable" avec le sous titre de "Comité 21" a pour but de promouvoir

Plus en détail

STATUTS. Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique. I. Nom, but, siège et durée de l'association.

STATUTS. Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique. I. Nom, but, siège et durée de l'association. STATUTS du 25 juin 2003 Fondée le 9 juillet 1869 Siège social: Wallisellen Statuts de l'asit Association suisse d'inspection technique I. Nom, but, siège et durée de l'association Art. 1 Siège social,

Plus en détail

Loi organique relative à la Haute Cour

Loi organique relative à la Haute Cour Loi organique relative à la Haute Cour Dahir portant loi organique n 1-77-278 du 24 chaoual 1397 (8 octobre 1977) relative à la Haute Cour (1) Louange à Dieu Seul! (Grand Sceau de Sa Majesté Hassan II)

Plus en détail

DECRET N 91-199 portant organisation et fonctionnement du Bureau Togolais du Droit d Auteur (BUTODRA) LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE,

DECRET N 91-199 portant organisation et fonctionnement du Bureau Togolais du Droit d Auteur (BUTODRA) LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE MINISTERE DE LA JEUNESSE DES SPORTS ET DE LA CULTURE REPUBLIQUE TOGOLAISE Union Paix Solidarité DECRET N 91-199 portant organisation et fonctionnement du Bureau Togolais du

Plus en détail

HAGUE CONFERENCE ON PRIVATE INTERNATIONAL LAW CONFÉRENCE DE LA HAYE DE DROIT INTERNATIONAL PRIV

HAGUE CONFERENCE ON PRIVATE INTERNATIONAL LAW CONFÉRENCE DE LA HAYE DE DROIT INTERNATIONAL PRIV HAGUE CONFERENCE ON PRIVATE INTERNATIONAL LAW CONFÉRENCE DE LA HAYE DE DROIT INTERNATIONAL PRIV CONVENTION RELATIVE A LA PROCÉDURE CIVILE (Conclue le premier mars 1954) Les Etats signataires de la présente

Plus en détail

Instructions sur la manière de remplir la déclaration pour les associations et fondations 2011

Instructions sur la manière de remplir la déclaration pour les associations et fondations 2011 Instructions sur la manière de remplir la déclaration pour les associations et fondations 2011 Mesdames, Messieurs, Nous vous remettons, en annexe, la déclaration d impôt pour la période fiscale 2011.

Plus en détail

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Association SYNADEC Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, le décret du 16

Plus en détail

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE. Nom de la Société AU CAPITAL DE 10 000 DINARS

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE. Nom de la Société AU CAPITAL DE 10 000 DINARS STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE Nom de la Société AU CAPITAL DE 10 000 DINARS Entre les soussignés 1) Monsieur xxxxxxxxxx, marié demeurant au xxxxxx de nationalité TUNISIENNE CIN n xxxxxx

Plus en détail

Art. I. Les articles 275 à 294 du code civil sont abrogés et remplacés par les dispositions suivantes: -

Art. I. Les articles 275 à 294 du code civil sont abrogés et remplacés par les dispositions suivantes: - Loi du 6 février 1975 relative au divorce par consentement mutuel et aux seconds mariages et portant modification de certaines dispositions en matière de divorce pour cause déterminée et de séparation

Plus en détail

Demande de pension À LA SUITE DU DÉCÈS D'UN FONCTIONNAIRE DE L'ÉTAT, D'UN MAGISTRAT OU D'UN MILITAIRE EN ACTIVITÉ

Demande de pension À LA SUITE DU DÉCÈS D'UN FONCTIONNAIRE DE L'ÉTAT, D'UN MAGISTRAT OU D'UN MILITAIRE EN ACTIVITÉ cerfa N 12231*03 À LA SUITE DU DÉCÈS D'UN FONCTIONNAIRE DE L'ÉTAT, D'UN MAGISTRAT OU D'UN MILITAIRE EN ACTIVITÉ Pour remplir ce formulaire, consultez la notice jointe Envoyez ce formulaire et les documents

Plus en détail

Schéma de la procédure de poursuite

Schéma de la procédure de poursuite Schéma de la procédure de poursuite Acteur responsable pour l'étape Créancier Débiteur Office compétent Juge S A I S I E P O U R S U I T E Paiement Avis de saisie Exécution de la saisie Réquisition de

Plus en détail

AUDIT ET ANALYSE 23 Rue Delpont 31700 BLAGNAC PARFUMS DU SUD 115 rue Pasteur 31000 TOULOUSE

AUDIT ET ANALYSE 23 Rue Delpont 31700 BLAGNAC PARFUMS DU SUD 115 rue Pasteur 31000 TOULOUSE Blagnac le 5 juin 2014 AUDIT ET ANALYSE 23 Rue Delpont 31700 BLAGNAC PARFUMS DU SUD 115 rue Pasteur 31000 TOULOUSE Madame, Monsieur, Afin de préparer votre assemblée générale ordinaire prévue le 27 juin

Plus en détail

LOI N PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION DE COMMISSAIRE-PRISEUR AU TOGO - DISPOSITIONS GENERALES

LOI N PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION DE COMMISSAIRE-PRISEUR AU TOGO - DISPOSITIONS GENERALES LOI N PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION DE COMMISSAIRE-PRISEUR AU TOGO TITRE I er - DISPOSITIONS GENERALES Article premier : La présente loi est applicable aux commissaires-priseurs, aux clercs de

Plus en détail

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE)

STATUTS D'UNE SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE UNIPERSONNELLE (SARL UNIPERSONNELLE) Ce document est un simple modèle Des commentaires sont apportés sur certains points (entre parenthèse ou en pied de page). Ils n ont bien sûr pas à figurer sur le texte définitif. En outre, dans certains

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

STATUTS TITRE I OBJET DÉNOMINATION SIÈGE DURÉE ARTICLE 1

STATUTS TITRE I OBJET DÉNOMINATION SIÈGE DURÉE ARTICLE 1 STATUTS Edition 03 du 13 décembre 2009 _ Assemblée générale extraordinaire du 16 janvier 2010 ayant pour objet le changement des statuts et règlement intérieur. Titre de l Association : TENNIS CLUB DU

Plus en détail

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires Règlement grand-ducal du 13 juin 1975 prescrivant les mesures d'exécution de la loi du 16 mai 1975 portant statut de la copropriété des immeubles. - base juridique: L du 16 mai 1975 (Mém. A - 28 du 23

Plus en détail

S T A T U T S. de la. Fondation pour le Maintien du Patrimoine Aéronautique

S T A T U T S. de la. Fondation pour le Maintien du Patrimoine Aéronautique S T A T U T S de la Fondation pour le Maintien du Patrimoine Aéronautique Article 1 Sous la dénomination "Fondation pour le Maintien du Patrimoine Aéronautique", il est créé une fondation régie par les

Plus en détail

Statuts de SNL Paris

Statuts de SNL Paris Statuts de SNL Paris ( dernière mise à jour consécutivement à l Assemblée Générale du 12 juin 2005 ) Préambule En 1988, des personnes décident d agir ensemble afin «d ouvrir l accès au logement à des personnes

Plus en détail

Ordonnance concernant les procédures d'encaissement et de recouvrement du 28 juin 2006

Ordonnance concernant les procédures d'encaissement et de recouvrement du 28 juin 2006 - 1-611.104 Ordonnance concernant les procédures d'encaissement et de recouvrement du 28 juin 2006 Le Conseil d'etat du Canton du Valais vu l'article 57 de la Constitution cantonale; vu les articles 34bis

Plus en détail

I ) ENTRE : appelant aux termes d'un exploit de l'huissier de justice Georges NICKTS de Luxembourg en date du 30 octobre 2000,

I ) ENTRE : appelant aux termes d'un exploit de l'huissier de justice Georges NICKTS de Luxembourg en date du 30 octobre 2000, Exempt - appel en matière de travail Audience publique du jeudi seize mai deux mille deux. Numéros 25136 + 25142 du rôle. Composition: Marie-Jeanne HAVE, président de chambre ; Romain LUDOVICY, premier

Plus en détail

STATUTS JUDO CLUB BALLENS REVISION 2006

STATUTS JUDO CLUB BALLENS REVISION 2006 STATUTS DU JUDO CLUB BALLENS REVISION 2006 - 1 - STATUTS DU JUDO CLUB BALLENS DÉNOMINATION Article 1 1.1 Nom: le Judo Club Ballens (ci-après le JCB) est régi par les présents statuts et les articles 60

Plus en détail

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES C.E.P.R.E.M.A.P. Décembre 2004 CENTRE POUR LA RECHERCHE ECONOMIQUE ET SES APPLICATIONS C.E.P.R.E.M.A.P. Association déclarée régie par la Loi de 1901 Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S

Plus en détail

Chapitre 1 er : Introduction. Fonds de protection des dépôts et des instruments financiers

Chapitre 1 er : Introduction. Fonds de protection des dépôts et des instruments financiers Fonds de protection des dépôts et des instruments financiers Modalités d'application de la protection des dépôts et des instruments financiers auprès d'établissements de crédit et d'entreprises d'investissement

Plus en détail

Guide explicatif à l'intention des assurés désireux d'obtenir un versement anticipé

Guide explicatif à l'intention des assurés désireux d'obtenir un versement anticipé Guide explicatif à l'intention des assurés désireux d'obtenir un versement anticipé complétant la formule "Demande de versement anticipé" dans le cadre de la loi sur l'encouragement à la propriété du logement.

Plus en détail

COMPOSITION DU BUREAU

COMPOSITION DU BUREAU LA SOCIÉTÉ AMICALE LA SOCIÉTÉ AMICALE DES INGÉNIEURS DES PONTS ET CHAUSSÉES (SAIPC) a pour objet essentiel la mise en pratique de la solidarité des membres de l UnIPEF (association du corps des ingénieurs

Plus en détail

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES adopté à Madrid le 27 juin 1989, modifié le 3 octobre 2006 et le 12 novembre 2007 Liste des articles du

Plus en détail

Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières.

Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières. Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières. TITRE PREMIER Renforcement de la sincérité des comptes des sociétés Chapitre premier Renforcement de

Plus en détail

ASSOCIATION HISTORIQUE DU TEMPLE DE PARIS. www.templedeparis.fr

ASSOCIATION HISTORIQUE DU TEMPLE DE PARIS. www.templedeparis.fr ASSOCIATION HISTORIQUE DU TEMPLE DE PARIS 40 rue des Blancs Manteaux - 75004 Paris www.templedeparis.fr STATUTS DE L ASSOCIATION Article 1 Titre Il est constitué entre les adhérents aux présents statuts

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. transmettre. la donation. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles transmettre www.notaires.paris-idf.fr Transmettre «Donner c est donner». La donation est un acte important car le donateur transmet immédiatement et définitivement la propriété des

Plus en détail

Convention sur la réduction des cas d apatridie

Convention sur la réduction des cas d apatridie Convention sur la réduction des cas d apatridie 1961 Faite à New York le 30 août 1961. Entrée en vigueur le 13 décembre 1975. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 989, p. 175. Copyright Nations Unies

Plus en détail

CONTRAT DE RECHERCHE CTI. entre. Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) CH 1015 Lausanne, Suisse. représentée par le Prof

CONTRAT DE RECHERCHE CTI. entre. Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL) CH 1015 Lausanne, Suisse. représentée par le Prof Contrat de Recherche CTI entre l'epfl et un partenaire industriel Avis importants a. Ce document est le modèle de Contrat de Recherche CTI. Il est entendu que seul un accord dûment signé aura force obligatoire.

Plus en détail

Quels sont les délais consentis au contribuable pour régler ses dettes fiscales? personnes?

Quels sont les délais consentis au contribuable pour régler ses dettes fiscales? personnes? 1 Qu est ce que le code de recouvrement? 2 Comment est-on informé de l existence de dettes fiscales à payer? p. 1 1 Qu est ce que le code de recouvrement? 3 Quels sont les délais consentis au contribuable

Plus en détail

TITRE 3 LA SAISIE DES BIENS PLACES DANS UN COFFRE-FORT

TITRE 3 LA SAISIE DES BIENS PLACES DANS UN COFFRE-FORT 158 TITRE 3 LA SAISIE DES BIENS PLACES DANS UN COFFRE-FORT 159 LA SAISIE DES BIENS PLACES DANS UN COFFRE-FORT...en bref... Cette procédure permet d'appréhender les biens placés dans un coffre-fort appartenant

Plus en détail

et rangés en deux classes ne pourront être érigés, transformés, déplacés ni exploités qu'en vertu d'un permis dit d'exploitation.

et rangés en deux classes ne pourront être érigés, transformés, déplacés ni exploités qu'en vertu d'un permis dit d'exploitation. ORDONNANCE 41-48 DU 12 FEVRIER 1953 SUR LES ETABLISSEMENTS DANGEREUX, INSALUBRES OU INCOMMODES. Article 1 er Les établissements repris dans la liste annexée à la présente ordonnance et rangés en deux classes

Plus en détail

Le régime des monuments historiques

Le régime des monuments historiques Cabinet Fiscal Urios André, docteur en droit, Conseil fiscal et patrimonial, conseil en investissement et transactions immobilières Le régime des monuments historiques Le régime des monuments historiques

Plus en détail

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets

15. Protection de la propriété intellectuelle au Canada. Brevets Protection de la propriété intellectuelle au Canada En cette période où la recherche scientifique, le domaine technique et les activités commerciales évoluent rapidement, il devient de plus en plus important

Plus en détail

DROIT DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES

DROIT DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES BULLETIN DROIT DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES LE PATRIMOINE FAMILIAL À l occasion du lancement imminent de la première loi annotée sur le patrimoine familial au Québec, réalisée par les avocates du groupe

Plus en détail

Théâtre de l'escalier des Doms en Avignon Adresse du siège social : rue de Flandre, 46 à 1000 Bruxelles N d'entreprise : 477049364.

Théâtre de l'escalier des Doms en Avignon Adresse du siège social : rue de Flandre, 46 à 1000 Bruxelles N d'entreprise : 477049364. Théâtre de l'escalier des Doms en Avignon Adresse du siège social : rue de Flandre, 46 à 1000 Bruxelles N d'entreprise : 477049364 Statuts modifiés TITRE Ier. Dénomination, siège, objet et durée Article

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE. Juillet 2012 www.oc.gov.ma

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE. Juillet 2012 www.oc.gov.ma ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES GUIDE DES MAROCAINS RESIDANT A L'ETRANGER EN MATIERE DE CHANGE Juillet 2012 www.oc.gov.ma S O M M A I R E INTRODUCTION ---------------------------------------------------------------3

Plus en détail

CODE DU PATRIMOINE (Partie Législative) LIVRE II ARCHIVES

CODE DU PATRIMOINE (Partie Législative) LIVRE II ARCHIVES CODE DU PATRIMOINE (Partie Législative) LIVRE II ARCHIVES TITRE Ier RÉGIME GÉNÉRAL DES ARCHIVES Chapitre 1er : Dispositions générales Article L211-1 Les archives sont l'ensemble des documents, quels que

Plus en détail

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 Table des matières 1 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 A- La Loi sur la faillite et l insolvabilité... 10 B- La Loi sur les arrangements avec les créanciers...

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION LOI 1901 1 «INDYMEDIA PARIS IDF»

STATUTS DE L ASSOCIATION LOI 1901 1 «INDYMEDIA PARIS IDF» STATUTS DE L ASSOCIATION LOI 1901 1 «INDYMEDIA PARIS IDF» Article 1 CONSTITUTION ET DENOMINATION 2 Il est fondé, entre les adhérents au présents statuts, une association régie conformément aux dispositions

Plus en détail

STATUTS VERSION 2014. Elle est constituée en date du 29 septembre 2009. La liste des membres fondateurs est annexée aux présents statuts.

STATUTS VERSION 2014. Elle est constituée en date du 29 septembre 2009. La liste des membres fondateurs est annexée aux présents statuts. STATUTS VERSION 2014 I. DISPOSITIONS GENERALES Article 1 L Association des Commerçants de Collonge-Bellerive et Vésenaz (ci-après l'association) est une association de droit suisse au sens des articles

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

28 MAI 1956 - O.R.U. nº 41/78. Etablissements dangereux, insalubres ou incommodes. (B.O.R.U., 1956, p. 442).

28 MAI 1956 - O.R.U. nº 41/78. Etablissements dangereux, insalubres ou incommodes. (B.O.R.U., 1956, p. 442). 28 MAI 1956 - O.R.U. nº 41/78. Etablissements dangereux, insalubres ou incommodes. (B.O.R.U., 1956, p. 442). Article: 1 Les établissements repris dans la liste annexée à la présente ordonnance et rangés

Plus en détail

G uide M éthodologique

G uide M éthodologique MESURES DE PROTECTION DES MINEURS Suivez le guide!!! AVRIL 2015 G uide M éthodologique Document actualisé le 07 avril 2015 par Le Service en charge des Mesures de Protection des Mineurs de l UDAF de la

Plus en détail

Statuts : Etoile Saint Amandoise.

Statuts : Etoile Saint Amandoise. Statuts : Etoile Saint Amandoise. Sommaire : Présentation But et composition Affiliation Ressources Administration et fonctionnement o Comité de direction o Le bureau o Assemblée générale Ordinaire o Assemblée

Plus en détail

Le maintien du niveau de vie après le divorce : la prestation compensatoire. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le maintien du niveau de vie après le divorce : la prestation compensatoire. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 27 juin 2007 à 9 h 30 «Niveau de vie, veuvage et divorce» Document N 02 Document de travail, n engage pas le Conseil Le maintien du niveau de vie

Plus en détail

ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES

ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES du 14 avril 1891, révisé à Bruxelles le 14 décembre 1900, à Washington le 2 juin 1911, à La Haye le 6 novembre 1925, à Londres

Plus en détail

MANUEL DE PROCEDURES (EXTRAIT)

MANUEL DE PROCEDURES (EXTRAIT) OUTIL PRATIQUE/ FI3.O2 210 MANUEL DE PROCEDURES (EXTRAIT) de contrôle interne Les procédures de contrôle ont pour rôle d'indiquer la démarche à suivre et les programmes d'opérations à respecter. C'est

Plus en détail

Conditions générales de vente

Conditions générales de vente Conditions générales de vente Droits SIRC accorde à l'abonné et les utilisateurs autorisés à l'abonné de l'institution d'un droit d'accès à la version électronique de ces revues pour les volumes qui maintient

Plus en détail

CONTRAT DE LOCATION MEUBLÉ

CONTRAT DE LOCATION MEUBLÉ CONTRAT DE LOCATION MEUBLÉ Rappel des dispositions légales : loi nº 2005-32 du 18 janvier 2005 art. 115 Journal Officiel du 19 janvier 2005, art. L. 632-1 du Code de le construction et de l'habitation

Plus en détail

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation 1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012 I - But de la fondation Article 1 er L établissement dit fondé en a pour but de..

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : MM les Directeurs 06/03/81 des Caisses Primaires d'assurance Maladie Origine : DGR Réf. : DGR

Plus en détail

Vu la Constitution, notamment son article 26,

Vu la Constitution, notamment son article 26, Loi n 6-79 organisant les rapports contractuels entre les bailleurs et les locataires des locaux d'habitation ou à usage professionnel promulguée par le Dahir n 1-80-315 (17 safar 1401) (B.O. 21 janvier

Plus en détail

UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DU COMMISSARIAT DE L'ARMEE DE TERRE

UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DU COMMISSARIAT DE L'ARMEE DE TERRE UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DU COMMISSARIAT DE L'ARMEE DE TERRE TITRE I : GENERALITES...2 Article 2 : BUT...2 Article 3 : SIEGE...2 Article 4 : COMPOSITION...2 Article 5 : RESSOURCES...3 Article 6.

Plus en détail

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 )

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret n 77-608

Plus en détail

BIENS SANS MAITRE. Qu'est ce qu'un bien sans maître?

BIENS SANS MAITRE. Qu'est ce qu'un bien sans maître? BIENS SANS MAITRE Qu'est ce qu'un bien sans maître? Il ne peut s'agir que de biens immobiliers. Ces immeubles par leur nature sont susceptibles de propriété privée mais ils ne font l'objet d'aucune appropriation

Plus en détail

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES

LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER. Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. TABLE DES MATIERES LE CREDIT-BAIL MOBILIER & IMMOBILIER Objectif(s) : o Pré-requis : o Modalités : o o o Traitements comptables des opérations dans le cadre du crédit-bail mobilier et immobilier. Connaissances juridiques.

Plus en détail

Comores. Décret sur les dessins et modèles. Titre 1 - Formalités du dépôt

Comores. Décret sur les dessins et modèles. Titre 1 - Formalités du dépôt Comores Décret sur les dessins et modèles Décret du 26 juin 1911 [NB - Décret du 26 juin 1911 portant règlement d administration publique pour l exécution de la loi du 14 juillet 1909 sur les dessins et

Plus en détail

ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. )

ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. ) ASSOCIATION LOI DU 1er JUILLET 1901 COMITE DE COOPERATION AVEC LE LAOS ( C.C.L. ) ARTICLE 1 : FORMATION Il est créé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er Juillet

Plus en détail

STATUTS DE l ASSOCIATION SPORTIVE ANTONY VOLLEY

STATUTS DE l ASSOCIATION SPORTIVE ANTONY VOLLEY STATUTS DE l ASSOCIATION SPORTIVE ANTONY VOLLEY Article 1 : Constitution et siège social Il est fondé, le 12 mai 1998, entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE

ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS. Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE ASCOMADE Association des Collectivités pour la Maîtrise des Déchets et de l Environnement LES STATUTS Les soussignés Article 1 - CONSTITUTION ET TITRE Membres ayant adhéré aux présents statuts de l association

Plus en détail

L'INDUSTRIELLE-ALLIANCE, COMPAGNIE D'ASSURANCE SUR LA VIE

L'INDUSTRIELLE-ALLIANCE, COMPAGNIE D'ASSURANCE SUR LA VIE UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL ASSURANCEVIE, POLICE NO 2364-G L'INDUSTRIELLE-ALLIANCE, COMPAGNIE D'ASSURANCE SUR LA VIE Renseignements généraux 1. Définitions 2. Commencement de l'assurance 3. Montant de l'assurance

Plus en détail

Chapitre 2 : Objets mobiliers. Section 1 : Classement des objets mobiliers

Chapitre 2 : Objets mobiliers. Section 1 : Classement des objets mobiliers 61 Chapitre 2 : Objets mobiliers Section 1 : Classement des objets mobiliers Art. L. 622-1 - Les objets mobiliers, soit meubles proprement dits, soit immeubles par destination, dont la conservation présente,

Plus en détail

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Loi du 25 avril 2007 Moniteur Belge 8 mai 2007 Note destinée à nos collaboratrices et collaborateurs Jean-Claude Brulé 23 mai 2007 1 On entend

Plus en détail

ASSURANCE CONTRE LA PERTE DE REVENUS Arrêté du Gouvernement Wallon du 21 janvier 1999.

ASSURANCE CONTRE LA PERTE DE REVENUS Arrêté du Gouvernement Wallon du 21 janvier 1999. DATE D'ENVOI DU DOCUMENT AU DEMANDEUR :... MINISTERE DE LA REGION WALLONNE DIVISION DU LOGEMENT SERVICE «A.P.R.» Rue des Brigades d Irlande 1 5100 JAMBES (081) 33.22.38 (081) 33.22.40 FORMULAIRE A Réservé

Plus en détail

CAISSE DE PREVOYANCE MUTUELLE DA LA CONFEDERATION LUXEMBOURGEOISE DES SYNDICATS CHRETIENS - STATUTS -

CAISSE DE PREVOYANCE MUTUELLE DA LA CONFEDERATION LUXEMBOURGEOISE DES SYNDICATS CHRETIENS - STATUTS - CAISSE DE PREVOYANCE MUTUELLE DA LA CONFEDERATION LUXEMBOURGEOISE DES SYNDICATS CHRETIENS - STATUTS - CHAPITRE I - Désignation, siège et but Art. 1. Sous la raison sociale de «VITA», Caisse de Prévoyance

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION

GUIDE PRATIQUE SUCCESSION GUIDE PRATIQUE SUCCESSION Vous venez d'hériter. Il s'agit d'une situation difficile et douloureuse pour laquelle diverses démarches doivent être faites. Les questions que vous vous posez sont nombreuses

Plus en détail

LE MINISTERE DU COMMERCE DANS LES DERNIERES ANNEES DU XIX ème SIECLE (extraits des cahiers du Chatefp n 1, octobre 1998)

LE MINISTERE DU COMMERCE DANS LES DERNIERES ANNEES DU XIX ème SIECLE (extraits des cahiers du Chatefp n 1, octobre 1998) LE MINISTERE DU COMMERCE DANS LES DERNIERES ANNEES DU XIX ème SIECLE (extraits des cahiers du Chatefp n 1, octobre 1998) Comme indiqué plus haut, l'ordonnance de 1828 avait organisé l'administration centrale

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER REMARQUES PRELIMINAIRES Les ménages n ont pas d obligation de tenir une comptabilité. En revanche, d une part, certaines situations liées à un état de dépendance

Plus en détail

BANQUE NATIONALE DE PARIS

BANQUE NATIONALE DE PARIS BANQUE NATIONALE DE PARIS Société anonyme au capital de F 1.632.580.000 Siège social : 16, boulevard des Italiens, 75009 PARIS R.C.S. PARIS B 662 042 449 fiche d'information ÉMISSION DE F 2.000.000.000

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal fédéral 281.41 concernant la saisie et la réalisation de parts de communautés

Ordonnance du Tribunal fédéral 281.41 concernant la saisie et la réalisation de parts de communautés Ordonnance du Tribunal fédéral 281.41 concernant la saisie et la réalisation de parts de communautés (OPC 1) ) du 17 janvier 1923 (Etat le 1 er janvier 1997) Le Tribunal fédéral suisse, en application

Plus en détail

tableau : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine

tableau : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine tableau : Louis Auguste de Bourbon, duc du Maine rue du Palais Trévoux Dossier IM01000652 réalisé en 1991 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel Jourdan

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif ex

Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif ex Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif ex Cent vinet-sixième session 126 EX/33 PARIS, le ler avril 1987 Original anglais/français Point 8.2 de l'ordre

Plus en détail

ASSOCIATION DE SOUTIEN DES INITIATIVES LOCALES AFRICAINES

ASSOCIATION DE SOUTIEN DES INITIATIVES LOCALES AFRICAINES STATUTS DE L ASSOCIATION EBENE Titre I Formation et but de l association Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi

Plus en détail

ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX. ARTICLE 1 er DEFINITION

ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX. ARTICLE 1 er DEFINITION ANNEXE AU REGLEMENT INTERIEUR DE LA FFGOLF STATUTS ET REGLEMENT INTERIEUR DES COMITES DEPARTEMENTAUX ARTICLE 1 er DEFINITION L'association dite Comité Départemental de Golf de est une association Loi 1901

Plus en détail