Les enjeux sont à la fois de Santé Publique et sanitaires, mais aussi juridiques pour l'employeur et le salarié

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les enjeux sont à la fois de Santé Publique et sanitaires, mais aussi juridiques pour l'employeur et le salarié"

Transcription

1 ASSOCIATION NATIONALE DE MEDECINE DU TRAVAIL ET D ERGONOMIE DU PERSONNEL DES HOPITAUX Président : Dr L. Sctrick C.H. Poissy-St-Germain-en-Laye 10 rue du Champ Gaillard BP POISSY Cedex Tél. : (47) Fax : Secrétaire générale : Dr H. Béringuier Hôpital Saint Jean Roussillon 20, av du Languedoc BP PERPIGNAN Cedex Tél. : Fax : Vice-Présidentes : - Dr J. Juan CHU Caremeau Place du Pr Robert Debré NIMES Cedex 9 Tél. : Dr M.L. Lepori CHU Brabois Rue du Morvan VANDOEUVRE LES NANCY Tél. : Secrétaires générale adjointe : - Dr M.D. Raine AMET 6, avenue Lauzière, ST MAUR Tél. : Trésoriers : - Dr F. Gauthier-David Centre Hospitalier de la Région d'annecy 1, avenue de l'hôpital METZ-TESSY - BP PRINGY Cedex Tél. : Fax : Dr J.L. Marande Groupe Hospitalier Cochin 27, rue du Fg St Jacques PARIS Cedex 14 Tél. : agréée "organisme de Formation Médicale Continue" par le Conseil National de la Formation Médicale Continue, en date du 1 er janvier 2008, sous le numéro Organisme de formation reconnu n en date du 3août 1984 N SIRET Association Loi 1901 Site Internet de l ANMTEPH : Secrétariat : 83, Boulevard PONIATOWSKI PARIS Tél. : Fax : SOMMAIRE du Bulletin d Information de l ANMTEPH FMC n 80 du 15 mars 2010 Bonnes pratiques en Santé au Travail dans les E.S. : la traçabilité des expositions professionnelles Editorial - L. Sctrick... 3 Introduction : la traçabilité des expositions, démarche de prévention des risques professionnels - M.L. Lepori (CHU-Nancy, 54)... 5 Notions de traçabilité collective des expositions professionnelles - D. Tripodi (CHU-Nantes, 44), L. Sctrick (CHI-Poissy, 78)... 8 Dossier médical papier et traçabilité individuelle - J. Juan (CHU-Nîmes, 30), H. Béringuier (CH-Persignan, 66) Dossier médical informatisé et traçabilité individuelle - A.C. Delavelle (CHU-Reims, 51), M. Faure (CH-Meulan, 78) Transmission et communication des dossiers médicaux : procédures et traçabilité - I. Clément (CHU-Besançon, 25), E. Wertenschlag (CH-Colmar, 68) Traçabilité des avis et propositions du médecin du travail - M.D. Raine (AMET, 93), A. Mandil-Moret (CH-Montauban, 82) Traçabilité des expositions professionnelles du personnel médical - J.L. Marande (AP-HP, Cochin) Archivage des dossiers médicaux en santé au travail - J.L. Marande (AP-HP, Cochin), F. Gauthier-David (CH Annecy, 74) Documents annexés Bibliographie Responsable de rédaction : H. Béringuier Comité de Rédaction : I. Clément A.C. Delavelle M. Faure F. Gauthier-David J. Juan M.L. Lepori A. Mandil-Moret J.L. Marande M.D. Raine L. Sctrick D. Tripodi E. Wertenschlag

2

3 EDITORIAL Dans la série des «Bonnes pratiques en santé au travail dans les établissements de santé», l ANMTEPH vous propose, avec ce 80 ème numéro trimestriel de son Bulletin d Information FMC, d aborder un thème d actualité aujourd hui incontournable en santé au travail, à savoir celui de la traçabilité des expositions professionnelles. Mieux connaître les expositions des travailleurs aux risques professionnels en se penchant sur les conditions de traçabilité des expositions aux dangers, les modalités de conservation des informations recueillies, les conditions d accès à ces informations telles étaient les orientations arrêtées lors de la Conférence tripartite sur les conditions de travail du 4 octobre Dans le cadre de la mission confiée aux partenaires sociaux par le ministre du travail, des principes ont été ensuite définis afin de caractériser la problématique de la traçabilité des expositions professionnelles ; une note de synthèse a été approuvée à l unanimité par la Commission des Accidents du Travail et des Maladies Professionnelles (CATMP), le 12 mars Monsieur Daniel Lejeune, inspecteur général des affaires sociales (IGAS), chargé d une mission d appui, a présenté un rapport début octobre 2008, rapport qui a fait l objet d un consensus politique. Le rapport Lejeune préconise de s appuyer sur les dispositions réglementaires et les outils d évaluation des risques déjà existants qu il importe de mieux utiliser ; ainsi il convient de mieux impliquer les services de santé au travail (SST) dans la prévention et la traçabilité des expositions professionnelles en améliorant le dossier médical en santé au travail (DMST), l information des salariés sur leur propre suivi médical et en améliorant les outils informatiques d analyse et de suivi des expositions. Pour une meilleure traçabilité des expositions professionnelles, le SST a un rôle déterminant rappelle Daniel Lejeune, car le DMST est l outil essentiel de cette traçabilité. Reste à déterminer ce qui relèvera du médecin du travail lui-même et ce qui incombera à d autres intervenants du SST. Ainsi la reconstitution d un parcours professionnel peut être assurée par un infirmier de santé au travail lequel transmettra une synthèse au médecin du travail. Dans son rapport, Daniel Lejeune recommandait l adoption d une loi afin d engager une expérimentation ; la loi n du 3 août 2009 de programmation relative à la mise en œuvre du Grenelle de l environnement indique notamment dans son article 39 du chap Ier, TitreIII : la réduction de l'exposition aux substances préoccupantes, notamment en milieu professionnel, nécessite une meilleure information des entreprises et de leurs salariés. Un portail internet de diffusion des données environnementales sera mis en place. Les fiches de données de sécurité seront perfectionnées et le suivi de l'exposition aux substances préoccupantes en milieu professionnel sera renforcé par une concertation entre les partenaires sociaux, avec la contribution des comités d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail, et des médecins du travail. Un dispositif visant à assurer un meilleur suivi des salariés aux expositions professionnelles des substances classées cancérogènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction de catégories 1 et 2 (CMR 1 et CMR 2) sera expérimenté en concertation avec les partenaires sociaux dans des secteurs professionnels ou zones géographiques déterminés. Cette expérimentation, dont le bilan devra être fait avant le 1er janvier 2012, a pour objet de permettre à l'etat et aux partenaires sociaux de définir des modalités de généralisation d'un dispositif confidentiel de traçabilité des expositions professionnelles. Ce dispositif devra être généralisé avant le 1er janvier L ANMTEPH rappelle, dans le présent ouvrage destiné aux médecins du travail, des éléments de bonnes pratiques en matière de traçabilité des expositions professionnelles. Bonne lecture. Dr Lionel SCTRICK Président ANMTEPH 3

4 4

5 CHAPITRE I LA TRACABILITE DES EXPOSITIONS PROFESSIONNELLES : COMMENT EN AMELIORER LE RECUEIL? La Haute Autorité de Santé, le rapport Lejeune, la proposition de carnet de santé du travailleur par le Sénat (Grenelle de l environnement, Sénat du 21 octobre 2008), soulignent l importance et la priorité d inscrire la traçabilité des expositions professionnelles dans une démarche stratégique de prévention des risques conduite par l entreprise avec tous ses acteurs. Cette traçabilité doit être lisible à la fois sur le plan collectif à l aide de différents documents : document unique, fiche d entreprise, rapports des différentes instances etc mais aussi au niveau individuel de manière à garantir un suivi spécifique à chaque salarié tout au long de sa carrière et d en tirer des données épidémiologiques ou constituer des bases de données. Les enjeux sont à la fois de Santé Publique et sanitaires, mais aussi juridiques pour l'employeur et le salarié De nouveaux risques apparaissent en raison des évolutions technologiques, organisationnelles et managériales : intensification des rythmes de travail, turn over rapide,... Il est important que la Médecine du Travail soit intégrée dans les démarches de santé publique et soit inscrite plus nettement dans le dispositif de veille sanitaire. Selon la Haute Autorité de Santé La santé au travail est organisée sur la base de plusieurs grands principes : prévention, indépendance des médecins, pluridisciplinarité. Malgré l ampleur du dispositif existant et des réformes mises en oeuvre, la santé au travail ne remplit pas pleinement ses missions de prévention : le nombre de travailleurs identifiés comme étant exposés à un risque professionnel est en augmentation ; l organisation actuelle de la santé au travail ne lui permet pas de répondre à l évolution du monde du travail ; le nombre de médecins et le temps médical demeurent insuffisants pour assurer l ensemble des missions réglementaires ; les connaissances des dangers potentiels et des risques en milieu de travail sont insuffisantes ; la médecine du travail est mal insérée dans le système de soins et dans le dispositif de veille sanitaire. Le rôle du médecin du travail qui est un médecin spécialisé est d éviter l altération de la santé des travailleurs du fait de leur activité. À cette fin, il exerce une surveillance clinique du personnel en relation avec les postes de travail. Parallèlement, il étudie les actions à mener sur le milieu du travail, propose des actions de prévention des risques professionnels et des actions correctrices (1/3 temps). Il peut également participer à des enquêtes et recherches à caractère épidémiologique qui peuvent contribuer à la veille sanitaire. La HAS a mis en ligne en mars 2009 des recommandations de bonnes pratiques concernant le dossier médical en santé au travail (DMST) sur son site 5

6 Si on observe la multiplicité des supports de dossiers papiers ou informatiques en Santé au Travail, il apparaît rapidement que beaucoup d entre eux sont insuffisamment étoffés pour le recueil des expositions professionnelles (rubrique manquante ou en fin de dossier ou non remplie.). Le contenu du dossier répond à l arrêté du 24 juin 1970 et ne fait que très peu de place aux renseignements des risques professionnels, or l objectif principal des recommandations est d améliorer la qualité des informations permettant d évaluer le lien entre l état de santé du travailleur, les postes et les conditions de travail actuels et antérieurs : l accent est mis sur la traçabilité des expositions professionnelles, des données de santé et des informations, propositions et avis délivrés par le médecin du travail. Le DMST devra intégrer les recommandations préconisées ; aussi notre travail s attachera t-il à proposer un DMST le plus à même à répondre à ces critères qualités. Des critères de qualité ont été ainsi posés par la HAS Le dossier médical en santé au travail Document destiné aux médecins du travail et aux personnels infirmiers collaborateurs du médecin du travail But de la démarche : améliorer la qualité des informations permettant d apprécier le lien entre l état de santé du travailleur et le(s) poste(s) et conditions de travail actuels et antérieurs, notamment améliorer la traçabilité des expositions professionnelles, des données de santé et des informations, propositions et avis délivrés au travailleur par le médecin du travail Objectif 1. Assurer la traçabilité des éléments du DMST Organisation et classement du dossier Inscription dans le DMST de l identité des médecins du travail et des personnels infirmiers du travail collaborateurs du médecin du travail ayant rempli le dossier Objectif 2. Disposer dans le DMST des informations permettant de connaître les risques auxquels le travailleur a été exposé Mention des secteurs d activité antérieurs et/ou des professions antérieures Objectif 3. Disposer dans le DMST des informations permettant de connaître les risques auxquels le travailleur est actuellement exposé Mention de l intitulé du poste Description des activités ou tâches effectuées permettant d identifier les risques Description de la nature des risques identifiés Mention des périodes d exposition aux risques identifiés Mention de l importance de l exposition aux risques identifiés Objectif 4. Disposer dans le DMST des informations permettant de connaître l état de santé du travailleur Réalisation d une synthèse actualisée des antécédents médicaux personnels présentant un intérêt dans le cadre du suivi de la santé du travailleur Renseignement du statut vaccinal, orienté en fonction des expositions professionnelles Mention de la présence ou l absence de symptômes (physiques ou psychiques) ou signes cliniques destinés à évaluer le lien état de santé du travailleur/poste et conditions de travail Mention des résultats des examens paracliniques Mention des résultats des dosages d indicateurs biologiques d exposition 6

7 Objectif 5. Disposer dans le DMST des informations concernant les propositions et avis du médecin du travail Mention de la forme et la date des informations délivrées au travailleur sur les expositions professionnelles et les risques identifiés Présence d une trace restituable de l avis médical (fiche d aptitude ou de suivi médical) Le rapport LEJEUNE, préparé à la demande de Xavier BERTRAND a été remis à la Commission des AT et MP en octobre 2008 et est accessible en ligne à partir du lien ci-après Il met en exergue la notion de traçabilité des expositions professionnelles à organiser de façon collective et/ou individuelle selon des modèles à mettre en œuvre progressivement : par exemple, une démarche de recensement et prévention des CMR avec déclaration obligatoire des procédés de travail dangereux concernant les CMR 1 et 2. Il encourage une meilleure implication des SST en améliorant le DMST, les outils informatiques d analyse et de suivi des expositions professionnelles, en incitant le suivi post exposition. Il conforte l analyse les données annuelles des bilans sociaux et il encourage des démarches expérimentales. Quant au futur carnet de santé du travailleur, il avait été évoqué la possibilité pour le médecin du travail d introduire des données du curriculum laboris dans un «volet professionnel» du DMP (dossier médical personnel) via un support informatique type clé USB mais sans que le médecin du travail ait accès aux données du DMP pour éviter des critères de sélection à l embauche. On observe donc une forte pression à tous niveaux pour améliorer la traçabilité des expositions professionnelles et il nous est apparu primordial de réfléchir comment mettre en place cette traçabilité dans notre pratique quotidienne à partir de toutes les informations déjà à disposition dans nos établissements. Nous essayerons de proposer de nouvelles organisations pour la centralisation des informations liées aux expositions professionnelles et leur traduction dans un DMST actualisé. Après avoir tracé les expositions à risque, les mesures de suivi en découleront et seront à programmer avec information du salarié à l aide de support écrit. L élaboration d un DMST étoffé, rendant compte des expositions précises du salarié, et de son suivi exige différentes séquences que nous aborderons dans les différents chapitres qui vont suivre : la qualité de la trame de notification du dossier papier ou informatisé, les recommandations de rédaction de la fiche d aptitude, les modalités de transmission du DMST lors du changement d entreprise, les modalités d accès du salarié ou ayants droits à son dossier, les conditions réglementaires d archivage. 7

8 CHAPITRE II NOTIONS DE TRACABILITE COLLECTIVE DES EXPOSITIONS PROFESSIONNELLES Définition de la traçabilité des expositions professionnelles C est l identification du risque ou des risques auxquels un groupe de salariés ou un salarié a été exposé, l évaluation du niveau de l exposition et la conservation des données recueillies. Intérêt de la mise en place de la traçabilité collective des expositions professionnelles C est un moyen de suivre l évolution d indicateurs d exposition aux risques professionnels ; c est une méthode qui peut permettre de mieux appréhender «les effets différés» sur la santé d un groupe, notamment en matière de cancers ou troubles de la reproduction. Pour l employeur, l intérêt d assurer la traçabilité des expositions collectives apparaît avant tout comme l optimisation de l analyse a priori des risques professionnels et de l action corrective en référence à la mise en place et au suivi du document unique d évaluation des risques (décret du 5 novembre 2001, circulaire DRT n 6 du 18 avril 2002, circulaire DHOS/P1/CM/Cv du 2 juillet 2002). Si la réalisation, par l employeur, du document unique consiste effectivement à identifier, hiérarchiser, puis consigner pour chaque unité de travail les sources de dangers pour la santé et la sécurité des travailleurs, la traçabilité va elle se différencier de cette démarche d évaluation utilisée pour l élaboration du document unique. Il s agit d une traçabilité a posteriori qui intègre la durée d exposition au risque que ce soit sur le plan collectif ou individuel. L intérêt d une traçabilité, en second lieu, mais non des moindres, c est que l employeur est tenu de conserver des documents de prévention du fait de la réglementation ou parce qu il a tout intérêt à le faire puisque la preuve écrite est requise dans de nombreuses procédures (le droit français étant un droit «écrit»). Il lui faudra souvent pouvoir présenter une traçabilité des évènements, des incidents, des accidents, des expositions, des informations communiquées aux salariés (par exemple, lors d une mise en examen au motif de la faute inexcusable), etc Pour le salarié, la traçabilité des expositions lui permet de devenir un acteur informé de la réalité de ses conditions de travail ; la traçabilité peut également être utile en étayant des liens de causalité dans une démarche de reconnaissance de maladies à caractère professionnel ou encore pour la mise en œuvre de certains suivis post-professionnels. Pour le médecin du travail, la traçabilité des expositions permet d assurer un suivi médical adéquat et sur le plan collectif une action sur les conditions de travail à partir de données pertinentes. Pour les instances de prévention des risques professionnels, la traçabilité des expositions va pouvoir alimenter une base de données fiables, étape nécessaire à une réflexion sur les moyens de prévention à proposer dans chaque situation de travail. Objectifs de la traçabilité collective Il s agit d évaluer le risque encouru par les salariés sur le court, moyen et long terme dans un objectif de prévention primaire. La mise en place d un système de traçabilité uniquement de type individuel, même tout au long de la carrière du salarié, serait insuffisant et ne permettrait pas de lien entre exposition et altération de la santé a posteriori, d où la définition des enjeux de la mise en place d un dispositif de traçabilité collective. 8

9 Enjeux d un dispositif de traçabilité collective - Mieux cerner les populations dans le cadre du suivi professionnel et post-professionnel, mettre en place des actions prioritaires - Disposer de données permettant d évaluer les interactions entre environnement, société, travail et facteurs personnels. - Réaliser des études épidémiologiques de type suivi de cohortes, par exemple (calculs possibles de risques relatifs, odds ratios). - Evaluer la relation dose/effet, la relation durée d exposition/effet, en terme d exposition chimique et notamment aux CMR. La traçabilité des expositions : constat actuel A. Des dispositifs réglementaires de traçabilité collective existent à ce jour dans les Etablissements de Santé en France et nous pouvons les rappeler ci-après. 1/ Le système de traçabilité des expositions aux rayonnements ionisants Créé en 1967, il repose sur une classification du personnel suivant le niveau d exposition (actuellement catégories A et B), le suivi dosimétrique passif et opérationnel individuel, l éventuel suivi dosimétrique d ambiance, la carte individuelle de suivi médical délivrée par le médecin du travail, un système d information permettant la synthèse des expositions par salarié sur une année, mais aussi la synthèse des expositions par unité de travail. 2/ Plus récemment, depuis 2001 (décret du 1er février 2001, dit décret CMR ; décret du 23 décembre 2003 sur la prévention des risques liés aux agents chimiques dangereux) a été introduit dans les entreprises, la traçabilité des expositions aux agents chimiques. - L employeur doit fournir la liste actualisée des travailleurs exposés aux agents chimiques dangereux très toxiques, toxiques, nocifs, corrosifs, irritants, sensibilisants, cancérogènes, mutagènes ou toxiques de catégorie 3 pour la reproduction, ainsi qu aux CMR des catégories 1 et 2 définis à l article R du code du travail, en précisant la nature de l exposition, sa durée, son degré estimé par les contrôles atmosphériques effectués (article R du code du travail). - Dans le cas où des travailleurs sont exposés, ou susceptibles d être exposés, à des agents CMR de catégorie 1 ou 2, l employeur doit tenir à la disposition des travailleurs, des agents de la CRAM, du médecin du travail, du MIRTMO et des membres du CHSCT un dossier, dit dossier CMR comprenant des informations sur : les activités ou procédés mettant en œuvre des agents CMR dans l établissement, les quantités de produits contenant des agents CMR, fabriquées ou utilisées dans l établissement, le nombre de travailleurs exposés, les mesures de prévention prises, le type d équipements de protection à utiliser, la nature, le degré et la durée d exposition, les cas de substitution par un autre produit ou procédé (article R du code du travail). - Une fiche d exposition doit être établie par l employeur, mentionnant la nature du travail effectué, les caractéristiques des produits, les périodes d exposition, les risques chimiques, biologiques et physiques associés, les dates et les contrôles d exposition, l importance des expositions accidentelles. Le médecin du travail en reçoit un exemplaire et le salarié peut consulter cette fiche (article R du code du travail). 9

10 - Une attestation d exposition aux agents chimiques dangereux (ACD) mentionnés à l article R est remise au salarié lorsqu il quitte l établissement, quel qu en soit le motif, cette attestation est co-signée par l employeur et le médecin du travail (article R du code du travail). Un arrêté conjoint des ministres du travail et de l agriculture détermine les conditions de remise de cette attestation en cas d exposition à des CMR (toujours en attente de parution). - L'employeur établit une notice, dénommée notice de poste pour chaque poste de travail ou situation de travail exposant les travailleurs à des agents chimiques dangereux ; cette notice, actualisée en tant que de besoin, est destinée à informer les travailleurs des risques auxquels leur travail peut les exposer et des dispositions prises pour les éviter. Elle rappelle les règles d'hygiène applicables ainsi que, le cas échéant, les consignes relatives à l'emploi des équipements de protection collective ou individuelle (article R du code du travail). - Si un travailleur est atteint d une maladie professionnelle, d une maladie ou d une anomalie susceptible de résulter d une exposition à des ACD, le médecin du travail détermine la pertinence (donc l intérêt) et la nature des examens éventuellement nécessaires pour les autres personnels exposés. - La traçabilité exhaustive des agents chimiques présents dans l établissement doit être réalisée avec la FDS, fiche de donnée de sécurité, de chaque produit chimique faisant état de sa composition exacte. Le fournisseur d'une substance ou préparation dangereuse fournit au destinataire de cette substance ou préparation une fiche de données de sécurité conforme aux exigences prévues au titre IV et à l'annexe II du règlement (CE) n 1907/2006 du Parlement et du Conseil du 18 décembre 2006 concernant l'enregistrement, l'évaluation et l'autorisation des substances chimiques, ainsi que les restrictions applicables à ces substances (REACH), instituant une agence européenne des produits chimiques, modifiant la directive 1999/45/CE et abrogeant le règlement (CEE) n 793/93 du Conseil et le règlement (CE) n 1488/94 de la Commission ainsi que la directive 76/769/CEE du Conseil et les directives 91/155/CEE, 93/67/CEE, 93/105/CE et 2000/21/CE de la Commission (article R du code du travail). - La fiche toxicologique de l INRS peut être consultée ; ces fiches constituent une synthèse de l'information disponible concernant une substance ou un groupe de substances. - Doivent également être tracés les rapports d organismes, tels les services de prévention de la CRAM, sur les données biométrologiques d ambiance comparées aux seuils réglementaires (valeurs limites d exposition professionnelle, VLEP ; indicateurs biologiques d exposition, IBE) : pour la surveillance de l exposition collective des personnels des plateaux techniques des services de biologie, d anatomocytopathologie, des blocs opératoires et les services logistiques (peintres, plombiers, menuisiers ). L employeur doit tenir à disposition des agents de contrôle de la CRAM et du MIRTMO les résultats du contrôle des VLEP aux postes de travail exposant les salariés aux CMR ; ces résultats doivent être communiqués au CHSCT ainsi qu au médecin du travail (article R du code du travail). 10

11 3/ La fiche d entreprise (ou d établissement) La fiche d'entreprise est un document élaboré et mis à jour par le médecin du travail (article D du code du travail). Elle est obligatoire depuis l arrêté du 31 mai 1989 et le décret du 28 juillet 2004 la rend obligatoire pour toutes les entreprises, depuis le 1 er Janvier Elle doit renseigner, de façon actualisée, les risques professionnels auxquels sont exposés les salariés. Transmise à l'employeur, elle lui est d une aide importante, notamment pour la réalisation du document unique (ainsi qu au médecin du travail en cas d intervention d entreprises extérieures dans les établissements de soins). Elle est présentée au CHSCT, peut être consultée par l'inspecteur du Travail, les agents de prévention de la CRAM, le médecin inspecteur régional du Travail. La fiche d entreprise pourrait être exigée par l inspecteur du travail en cas d intervention d entreprises extérieures. 4/ Le document unique Le document unique, à la charge de l employeur, «trace» le risque professionnel pour une unité de travail à un moment donné ; il ne détaille pas réellement les différentes étapes de l analyse du risque mais se doit de proposer des actions correctrices. Le document doit consigner l identification des dangers et l évaluation du risque. Dans l absolu, celles-ci devraient être réévaluées annuellement (décret du 5 novembre 2001). Comme la fiche d entreprise, le document unique a ses limites en terme de traçabilité mais il peut servir de base à la mise en place d un dispositif de traçabilité collective. 5/ Autres documents réglementaires - Etudes de poste de travail. - Plan de prévention des entreprises extérieures. - Enquêtes du CHSCT. - Rapport annuel d activité du Médecin du Travail. - Notes d observations, lettres de mise en demeure de l Inspection du Travail. - Attestations, consignes, résultats et rapports relatifs aux vérifications des équipements de travail et des EPI ou registres regroupant ces documents. - Registre de vérifications des installations électriques (APAVE, etc ) et autres vérifications réglementaires. - Evaluation des niveaux de bruit : les résultats de l évaluation des niveaux de bruit et du mesurage sont conservés sous une forme susceptible d en permettre la consultation pendant une durée de dix ans (article R du code du travail). - Evaluation des niveaux de vibrations mécaniques : les résultats de l'évaluation des niveaux de vibrations mécaniques ou du mesurage sont conservés sous une forme susceptible d'en permettre la consultation pendant une durée de dix ans (article R du code du travail). 11

12 B. Autres éléments pouvant servir à la traçabilité des expositions professionnelles spécifiques aux établissements de santé - Dans le cadre du risque professionnel biologique (contages tuberculeux, coquelucheux, rougeoleux, méningococciques, etc.) : documents conformes aux procédures ou rapports validés par le CLIN (instance de consultation et de suivi chargée de la lutte contre les infections nosocomiales) et l Equipe Opérationnelle d Hygiène. Les différents rapports des contages biologiques au sein d un service, leur signalement aux instances (DDASS, INVS ) et leur suivi peut faire office de traçabilité du risque biologique. - Mais la traçabilité doit concerner également bien d autres risques professionnels tels les TMS, les risques psycho-sociaux, etc. et de nombreux documents peuvent apporter une contribution à cet effet : fiches de signalement et suivi des évènements indésirables et des AT, contrôles réglementaires et métrologiques (eau, air, aliments, surfaces), contrôles internes à l établissement réalisés par le CLIN (eau, surfaces), fiches de poste, bilan des différentes commissions ou rapports : CLIN, bilan social, CLACT(contrat local d amélioration des conditions de travail), ARACT (Agence Régionale d Amélioration des Conditions de Travail), CRAM, etc C. Etudes, enquêtes, projets en matière de traçabilité des expositions Selon les catégories de risques professionnels des méthodes d approche collective ou d évaluation de l état de santé de corps de métiers spécifiques ont été réalisées au cours des dernières années par les médecins du travail, les instituts de recherche nationaux tel l INRS, INVS ou le ministère de l emploi. - Ainsi, en France, les enquêtes SUMER (1994, 2003 puis 2009) ont permis de recueillir auprès d un échantillon important de salariés des informations sur les expositions à diverses nuisances. Des matrices emplois-expositions pour les agents chimiques (SUMEX) avaient été réalisées à partir des données de l enquête SUMER 1994 qui permettaient d obtenir des groupes homogènes d emplois pour une exposition donnée. Les préventeurs et médecins du travail peuvent bénéficier de cet outil de repérage des expositions attachées à une profession ou à un secteur d activité. - Citons également les différentes études épidémiologiques sur les risques professionnels menées par l INVS, l enquête européenne PRESST-NEXT (Dr. Estryn-Behar, ) portant sur la satisfaction des soignants, l enquête ORSOSA relative aux risques psychosociaux dans les établissements de soins (Pr. A. Sobaszeck, Lille, 2008), l enquête sur les risques perçus en milieu de soins (D Tripodi, Nantes, 2006), etc. - Enfin des expérimentations sont en cours d évaluation dans le cadre d études épidémiologiques en matière de traçabilité des expositions professionnelles collectives : la modélisation empirique de l exposition professionnelle aux agents chimiques à partir de la base de données COLCHIC réalisée par l INRS (étude en cours depuis 2008), le carnet individuel de suivi des entreprises extérieures par la pétrochimie, la convention «cancers professionnels 93», les fiches-guides du CHU de Reims, le réseau national de vigilance des pathologies professionnelles (RNVPP, depuis 2001), etc. 12

13 Conclusion La réalisation d un suivi de ces indicateurs par service, pôle, établissement devrait aboutir à la mise en place d un dispositif de suivi collectif des populations à risque. La traçabilité «collective» se doit d être une synthèse qui reflète la traçabilité individuelle. En l absence de référentiels communs pour la collecte et la saisie des données, l agrégation des informations individuelles s avère difficilement exploitable à des fins collectives. La mise en place de systèmes d enregistrement et de bases de données permettant le traitement de ces informations par service, pôle ou établissement reste un défi pour les années à venir. Le rapport Lejeune, remis en octobre 2008 à la Commission des Accidents du Travail et des Maladies professionnelles à la demande de Monsieur Xavier Bertrand, ministre du travail, traite de l optimisation de la traçabilité des expositions professionnelles dans les entreprises. Parmi les propositions émises soulignons la limitation de la «déclaration obligatoire des procédés de travail dangereux» en la centrant exclusivement sur les CMR 1 et 2, afin de prioriser les champs de prévention primaire, mais en l adressant annuellement à la CRAM au lieu de la CPAM actuellement. Il insiste notamment sur la nécessité d une traçabilité prospective, exhaustive, mutualisée et exploitable : la mise en place d un DataMart «collectif» correspondant aux données du dossier CMR (R du Code du Travail) destiné à développer la prévention primaire et au criblage des actions de prévention au sein de l entreprise. Les données seraient accessibles aux CRAM, DRTE, et Médecins du Travail. Un tel système d information existe en Italie depuis 1996 et permet aux entreprises d échanger les données concernant les mesurages des CMR à l ISPESL (Institut Supérieur du Travail et de la Sécurité). Le DataMart «collectif» serait lui aussi alimenté d un DataMart «Nominatif» reposant sur le suivi des expositions professionneiles et le suivi post-professionnel. Il préconise aussi d assurer une meilleure traçabilité des conseils édictés par le médecin du travail en direction des employeurs, des salariés et des représentants du personnel. Daniel Lejeune conseille enfin d améliorer l approche pluridisciplinaire par projet au sein des services de santé au travail : mieux impliquer les SST dans la prévention et la traçabilité des expositions professionnelles, notamment aux risques CMR. 13

14 CHAPITRE III TRAÇABILITE DES EXPOSITIONS PROFESSIONNELLES INDIVIDUELLES ET DOSSIER MEDICAL EN SANTE AU TRAVAIL : A PROPOS DU DMST PAPIER Le dossier médical en santé au travail : une obligation réglementaire Le médecin du travail des établissements de santé doit constituer un dossier médical en santé au travail (DMST) lors de la visite d embauche, dossier qui est complété lors de chaque examen médical ultérieur comme le précise l article D du code du travail (article D pour les autres champs d application). Le modèle a été fixé par l arrêté du 24 juin 1970 (annexes), non abrogé à la date d aujourd hui, paru au Journal Officiel du 12 septembre 1970, prévu par le décret n du 13 juin 1969 relatif à l organisation des services médicaux du travail. Le dossier médical en santé au travail : une évolution nécessaire L ANMTEPH avait déjà, il y a 20 ans, élaboré et conçu un dossier médical papier qu elle recommandait à ses adhérents, dossier «papier» commercialisé par les Editions Levrault ; depuis 2007 une nouvelle version de ce modèle de dossier «papier», actualisée au regard de l évolution de la législation du travail en matière de risques professionnels et de leur prévention, est disponible (modèle déposé avec copyright, référence , éditions Berger Levrault). Sur ce modèle, le médecin du travail est ainsi plus systématiquement enclin à renseigner des rubriques précises afin de tracer les expositions professionnelles successives de l agent (son curriculum laboris) et les accidents, les maladies professionnelles ou les maladies contractées en service, déclarées ou non. Néanmoins, la réglementation existante ne permettant pas de répondre de façon précise à la question du contenu du dossier et notamment en matière de risque professionnel, rien n oblige encore aujourd hui les médecins du travail à utiliser un modèle de DMST dit «papier» identique d un service de santé au travail à un autre ; il en est d ailleurs de même avec les progiciels spécifiques au dossier médical dans les différents services de santé au travail ; en conséquence, les supports utilisés (papier ou informatique) et les outils (logiciels et thésaurus) sont des plus variés. De plus, il est un fait que le DMST est renseigné de façon «hétérogène» d un médecin du travail à un autre ; ce constat est souvent fait par les médecins du travail eux-mêmes lors de la transmission de dossiers dans le cas de mutation d un agent dans un autre établissement. Le DMST ne doit pas rester qu un dossier médical, à savoir un dossier renfermant uniquement des renseignements cliniques, de vaccinations ou de résultats d examens complémentaires ; la traçabilité des expositions professionnelles, des recommandations et actions de prévention doit nécessairement être développée et rigoureusement transcrite. 14

15 C est ainsi, en toute logique, que la Société Française de Médecine du Travail (SFMT, fédération de sociétés de médecine et santé au travail créée en 1987) a demandé à la Haute Autorité de Santé (HAS) d élaborer des recommandations sur le DMST. Ces recommandations ont été mises en ligne sur le website de la HAS (www.has-sante.fr) en mars A partir de ces recommandations peuvent être déclinés des critères de qualité en vue de l évaluation et de l amélioration des pratiques professionnelles. 1/ Pourquoi une traçabilité des expositions professionnelles? 1.1. Intérêt individuel : - Repérer les expositions professionnelles tout au long d une carrière professionnelle - Afin d identifier les risques professionnels dans le but d alerter sur leurs impacts sur la santé. - Sensibiliser à l utilisation des moyens de prévention. - Eventuellement aider à la réparation d une maladie d origine professionnelle Intérêt collectif : Participer à l évaluation des risques professionnels de l établissement dans le but d améliorer la prévention collective Remarques : Au-delà de l intérêt certain de cette traçabilité, il faudra être attentif à ce qu elle ne soit pas utilisée à l encontre de l intérêt de l agent en empêchant de reconnaître une maladie d origine professionnelle sous prétexte que l exposition au risque n aurait pas été identifiée ou que le risque pour la santé n aurait pas été envisagé. Il est souhaitable que soit précisé : «la reconnaissance d une maladie d origine professionnelle ne peut être exclusivement conditionnée au repérage de l exposition au risque dans le DMST». 2/ Comment effectuer le recueil des données dans le DMST? Le DMST doit contenir des informations sur l emploi et les activités professionnelles actuelles et antérieures du salarié afin d identifier les risques d expositions professionnelles Collecte de données individuelles : A. Informations socio-administratives (données de la DRH) : Grade (ex : ASH) Métier ou fonction (ex : ASH entretien ménager, ASH équipe hôtelière) Affectation (ex : unité d entretien d hygiène, pôle mère-enfant) 15

16 Quotité de travail (100 %, 75 %) Organisation du travail (2X8, 3X8, Nuits, Journée) Durée quotidienne de travail (7H, 7H30, 8H, 10H, 12H, gardes de 24H) Date d arrivée sur le poste, date de départ Accidents de travail, maladies professionnelles, maladies contractées en service B. Alimentation du DMST par des données obtenues par le SST : Expositions antérieures à l embauche : obtenues par l'interrogatoire du salarié ou mieux par la consultation de son dossier médical précédent ; il est souhaitable que la demande de transfert du DMST soit faite systématiquement sous réserve de l accord du salarié. Résultats d'indicateurs individuels d exposition : exemples des résultats de la dosimétrie passive chez des manipulateurs en radiologie ou autres agents soumis aux rayonnements ionisants, des résultats de l enregistrement par badges individuels de l exposition aux gaz anesthésiques, etc Inclusion des données collectives : A partir du document unique d évaluation des risques professionnels : liste des dangers identifiés par service et par métier avec mention du niveau d exposition. Exemple pour un service de chirurgie orthopédique = aide-soignant d hospitalisation de jour : risques infectieux moyen (transmission contact, air, gouttelettes, sang), risques en rapport avec l activité physique fort (manutentions de malades, déplacements à pied importants), risques psychosociaux forts (contact maladies graves, modifications de planning fréquentes, peu de temps collectif de partage d expériences), risque chimique moyen (manipulation de désinfectants), risque d exposition aux R.I. faible (retour de malades après exploration par des radio-isotopes). A partir de la fiche d'entreprise ( si elle a été établie). A partir des fiches de données de sécurité (FDS) des produits chimiques utilisés dans l établissement qui permettent de classer les agents à risque chimique (SMR) et d'élaborer la fiche d'exposition aux CMR ; elles permettent aussi d'identifier un risque particulier, par exemple une exposition à un produit irritant pour les voies respiratoires chez un agent asthmatique. A partir de rapports ou résultats de mesures ayant trait à un poste de travail déterminé : on peut citer en exemple le contrôle atmosphérique des vapeurs de formol dans un service d'anatomo-cytopathologie ou le contrôle annuel réglementaire par un organisme agréé d'un service d'imagerie médicale ou de médecine nucléaire. 16

17 D'autres résultats de mesure permettant d'affirmer ou d'infirmer un risque potentiel doit être noté dans le dossier, notamment le contrôle d'ambiance sonore, lumineuse, thermique, de sécurité incendie,... A partir des études de poste élaborées par d'autres acteurs ; c'est le cas des fiches d exposition des travailleurs soumis aux rayonnements ionisants rédigées par la personne compétente en radioprotection. A partir de la littérature : liste des risques possibles pour la santé en fonction des risques professionnels recensés : pathologies infectieuses (hépatite C, tuberculose, gale ), pathologies ostéo-articulaires (tendinites MS, hernies discales cervicales ou lombaires, etc ), pathologies mentales (troubles psycho-pathologiques, stress, épuisement professionnel), allergies (cutanées, respiratoires, ORL, ), etc. Il parait fondamental que ces données collectives puissent alimenter le DMST à partir d un thésaurus commun national de façon à limiter à un ajustement local le travail du SST au niveau de chaque établissement (notamment en fonction de la charge de travail et des moyens de protection disponibles dans l établissement), sans toutefois négliger cette dernière étape, les risques n étant pas transposables à l identique d un établissement à l autre. Il est certain que cette fonctionnalité sera beaucoup plus aisée à utiliser lorsque le DMST sera informatisé de façon appropriée 2.3. Corréler les données individuelles aux données collectives : A minima : ajustement du risque pour la santé par rapport à la durée de l exposition (durée annuelle du travail en jours X quotité de travail X nombre d années travaillées sur le poste) Au mieux : entretiens réguliers entre le salarié et le médecin du travail ou l infirmier du SST (affinement des expositions). 3. Quand effectuer le recueil des données? 3.1. A minima : à chaque changement d affectation et à chaque modification importante constatée dans le document unique Au mieux : une fois par an, à l occasion d une visite de SMR, ou tous les 2 ans à l occasion d une visite périodique en santé au travail. 17

18 4. Sous quelle forme effectuer ce recueil? Un «carnet d exposition aux risques professionnels» inclus dans le DMST (rubriques spécifiques) sous réserve que ce dossier «suive» systématiquement le salarié lors des mutations ou changement d établissement ou encore de SST (ce qui n est pas le cas actuellement) et que le médecin du travail puisse accéder facilement aux informations nécessaires. Ce carnet doit être simple, synthétique, lisible rapidement, compréhensible quel que soit le lecteur : Expositions habituelles : Type de Durée Risque risque de pour l expo- santé sition Ex : Physique la Ex : hernie discale cervicale, hernie discale lombaire MP. 98 Exposition Présence ou absence d EPC et/ou d EPI Manutentions de malades EPC : oui mais insuffisants (lits à hauteur variable, lèvemalades peu faciles d accès) EPI : non Niveau risque la santé fort de pour Métier, affectation Aide-soignant d hospitalisation, orthopédie AT Date de l AT Lésions Date de Guérison ou de consolidation Taux d IPP éventuel MP et MCS Date début de la MP N MP et Lésions Durée d exposition Date de guérison ou de consolidation Taux d IPP éventuel Dans le tableau des expositions habituelles, la rubrique sur l'existence des moyens de protection permet d apprécier le risque résiduel. Exemple : en cas de risque d'aes, la présence ou l'absence d'instruments sécurisés modifiera le niveau d'exposition. De même, la vaccination est un atténuateur de risque infectieux et donc participe à la diminution du niveau d'exposition. Le niveau d'exposition et de risque est toujours corrélé aux EPC et aux EPI. La présence ou l'absence de protections collectives et/ou individuelles est précisée chaque fois qu'un risque professionnel est identifié afin de déterminer la réalité de l'exposition. De plus, il apparaît indispensable de tracer dans le DMST la nécessité ou non d un suivi post-professionnel. 5. Conditions de faisabilité 5.1. Connaître les changements d affectation Connaître les changements intervenus dans les risques professionnels (intérêt du document unique et de son actualisation) ; intérêt de l actualisation de l étude de poste de travail. 18

19 5.3. Assurer obligatoirement le suivi de ces informations en cas de changement d établissement. 6. Remarques Dans le contexte actuel de gestion des personnels dans les établissements de santé, à savoir la polyvalence, les «turn-over», les recrutements de personnels vacataires et le travail hebdomadaire parfois concentré sur deux ou trois journées (cas du travail type «garde de 24H» ou du «travail en 12H»), un agent peut être amené à travailler de façon concomitante dans plusieurs établissements sans le mentionner à ses différents employeurs et ainsi être exposé à des risques professionnels non révélés (par non possibilité de transmission ou refus d accord de transfert du DMST). Il paraît ainsi justifié de prévoir une réglementation afin d éviter de tels biais. Conclusion : La mise en place de la traçabilité des expositions professionnelles permet de répondre aux critères de qualité du dossier médical en santé au travail énoncés par la HAS, à savoir : - Objectif 2 : disposer dans le DMST des informations permettant de connaître les risques auxquels le travailleur a été exposé. - Objectif 3 : disposer dans le DMST des informations permettant de connaître les risques auxquels le travailleur est actuellement exposé. Au total, le DMST devrait ainsi tracer : - les informations socio-administratives ; - les informations concernant l emploi et les activités professionnelles actuelles et antérieures ; - les informations concernant la santé du travailleur ; - les propositions et avis du médecin du travail tels les informations délivrées sur les expositions professionnelles, les risques identifiés, les moyens de protection, etc. Si l intérêt de la traçabilité des expositions professionnelles est évident, sa mise en pratique reste actuellement difficile. L utilisation de l historique des expositions ne peut être utile, pertinente et exploitable que si une mise à jour est régulièrement effectuée à l occasion des changements de poste ou de service. Elle nécessite un investissement du médecin du travail donc une disponibilité qui n est pas toujours systématiquement possible dans le contexte démographique professionnel actuel ; elle nécessite également une implication de la direction de l établissement dans la transmission de données indispensables. 19

20 CHAPITRE IV TRAÇABILITE INDIVIDUELLE DES EXPOSITIONS DANS LE DOSSIER INFORMATISE L utilisation du dossier médical informatisé est soumise à l accord de la CNIL (Commission Nationale de l Informatique et des Libertés) et à l information collective et individuelle du salarié présentant notamment les droits d accès et de rectifications. La traçabilité individuelle des expositions dans un dossier informatique ne peut être exploitée qu après un paramétrage préalable à l utilisation du logiciel de médecine du travail. Certains établissements de santé, bien qu utilisant un dossier informatisé, n ont parfois pas encore effectué cette étape importante et incontournable pour un suivi médico-professionnel efficient du salarié. La page d accueil d un dossier informatisé de médecine du travail n introduit pas systématiquement en premier lieu la notion d expositions professionnelles, rubrique représentant pourtant le thème principal de préoccupation du médecin du travail. On trouve souvent un dossier médical classique comprenant les antécédents médicaux et chirurgicaux, actualisés au fil des visites, la biométrie, le mode de vie ou habitus, les prescriptions, etc. Les items correspondant aux expositions professionnelles avec dates, niveaux d exposition et éventuel suivi post professionnel interviennent à un stade ultérieur et variable selon les logiciels utilisés. La dernière partie concerne les données d aptitude, aptitude spéciale/habilitation et l orientation du salarié. LES ETAPES DU PARAMETRAGE Les nuisances auxquelles peut être exposé un salarié sont initialement listées dans un catalogue (listing) proposé par le logiciel ou au cas par cas dans un catalogue préalablement créé par établissement (avec codage spécifique dans ce cas) selon les désirs d utilisation. On distingue ainsi quatre grandes catégories de nuisances : - conditions de travail - risques physiques - risques chimiques - risques biologiques Ces nuisances vont alors venir documenter chaque fiche de poste type qui va être construite afin de pouvoir tracer les expositions professionnelles se rattachant au poste, nuisance «évaluée» par niveau d exposition estimé (une date d évaluation y est adjointe). Quatre niveaux d exposition sont proposés par le logiciel : 1 = potentiel 2 = faible 3 = moyen 4 = fort 20

Calendrier des formations 2015

Calendrier des formations 2015 Association Nationale de Médecine du Travail et d Ergonomie du Personnel des Hôpitaux Secrétariat : ANMTEPH - 83, Bd Poniatowski - 75012 Paris Tél. : 01 43 41 08 63 - Fax : 01 43 41 04 59 secretariat@anmtph.fr

Plus en détail

La traçabilité des expositions professionnelles I- Résumé et rapport

La traçabilité des expositions professionnelles I- Résumé et rapport Inspection générale des affaires sociales RM2008-108P La traçabilité des expositions professionnelles I- Résumé et rapport GUIDE D UTILISATION RAPPORT REMIS A MONSIEUR FRANCK GAMBELLI, PRESIDENT DE LA

Plus en détail

La traçabilité des expositions professionnelles I- Résumé et rapport

La traçabilité des expositions professionnelles I- Résumé et rapport Inspection générale des affaires sociales RM2008-108P La traçabilité des expositions professionnelles I- Résumé et rapport GUIDE D UTILISATION RAPPORT REMIS A MONSIEUR FRANCK GAMBELLI, PRESIDENT DE LA

Plus en détail

Evaluation des risques professionnels dans les établissements de santé (dr.l.sctrick)

Evaluation des risques professionnels dans les établissements de santé (dr.l.sctrick) Evaluation des risques professionnels dans les établissements de santé (dr.l.sctrick) Le danger : propriété ou capacité intrinsèque d un équipement, d une substance, d une méthode de travail, de causer

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

Préambule. Obligations des employeurs. La Fiche d Entreprise (revisitée) Missions des SSTi*

Préambule. Obligations des employeurs. La Fiche d Entreprise (revisitée) Missions des SSTi* Dr CROUZET 12/10/2012 SMTMP / RESACT Préambule Le chainon manquant Missions des SSTi* La Fiche d Entreprise (revisitée) Obligations des employeurs? Page 6 de la circulaire du Document Unique, du 18 avril

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Le dossier médical en santé au travail

Le dossier médical en santé au travail RECOMMANDATIONS DE BONNE PRATIQUE Le dossier médical en santé au travail Consensus formalisé ARGUMENTAIRE Janvier 2009 1 Les recommandations et la synthèse des recommandations sont téléchargeables sur

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011

DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011 CODEP-DOA-2011-071487 SS/NL Centre Hospitalier de Roubaix 35, rue de Barbieux BP 359 59056 ROUBAIX CEDEX Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

La matrice emploi- exposition spéci2ique du milieu de soin : application au risque chimique

La matrice emploi- exposition spéci2ique du milieu de soin : application au risque chimique La matrice emploi- exposition spéci2ique du milieu de soin : application au risque chimique C. Verdun- Esquer Service Médecine du Travail et Pathologie Professionnelle - CHU de Bordeaux SFMT 23/01/2015

Plus en détail

ARCHIVAGE DES DOSSIERS MEDICAUX ET DES DOSSIERS ENTREPRISES DU MEDECIN DU TRAVAIL

ARCHIVAGE DES DOSSIERS MEDICAUX ET DES DOSSIERS ENTREPRISES DU MEDECIN DU TRAVAIL ARCHIVAGE DES DOSSIERS MEDICAUX ET DES DOSSIERS ENTREPRISES DU MEDECIN DU TRAVAIL CENTRE INTER REGIONAL D ARCHIVES MEDICALES DU NORD PAS-DE-CALAIS REALISE PAR LE GISSET 31 ème Journées Nationales de Santé

Plus en détail

Pénibilité au travail

Pénibilité au travail PENIBILITE ACTE II Pénibilité : quelques chiffres (Enquête DARES, suite à l étude SUMER 2010) 40 % des salariés exposés à au moins un facteur de pénibilité 10 % exposés à 3 facteurs au moins 70 % des ouvriers

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

Infor HCM Anael Risques Professionnels. Infor HCM. Infor HCM Anael Risques Professionnels

Infor HCM Anael Risques Professionnels. Infor HCM. Infor HCM Anael Risques Professionnels Infor HCM Infor HCM Anael Risques Professionnels Contexte La législation concernant la prévention des risques professionnels s est largement développée ces dernières années. Les règles générales édictées

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE

EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE EVALUATION DU RISQUE CHIMIQUE Cette évaluation doit être systématique, quelle que soit l activité de l entreprise, même s il n y a pas d exposition a priori du fait des activités de travail. L'objectif

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles CHAPITRE 7 Les accidents et les maladies professionnelles 7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles 7.2.1 Méthodologie Définitions L accident

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-018933 Hôpital Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 10 rue du Général Leclerc BP 104 93370 MONTFERMEIL

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-018933 Hôpital Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 10 rue du Général Leclerc BP 104 93370 MONTFERMEIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 10 juin 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-018933 Hôpital Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 10 rue du Général Leclerc BP 104 93370 MONTFERMEIL Objet : Inspection

Plus en détail

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com

Fonctionnalités HSE PILOT. Groupe QFI www.hse-pilot.com Fonctionnalités HSE PILOT Groupe QFI www.hse-pilot.com Module produit chimique RECENSEMENT DES PRODUITS Les produits chimiques sont omniprésents dans les entreprises. La gestion qui leur est associée peut

Plus en détail

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail"

Surveillance de la santé. Brochure d information dans la cadre du bien-être au travail Surveillance de la santé Brochure d information dans la cadre du "bien-être au travail" Sommaire Sommaire 1 1. Introduction 2 2. Analyse des risques 3 2.1. Etablissement de la liste des risques 3 2.2.

Plus en détail

LOMBALGIES CHRONIQUES & MALADIES PROFESSIONNELLES

LOMBALGIES CHRONIQUES & MALADIES PROFESSIONNELLES LOMBALGIES CHRONIQUES & MALADIES PROFESSIONNELLES CODE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE : «Toute personne salariée ou travaillant à quelque titre ou en quelque lieu que ce soit, pour un ou plusieurs employeurs ou

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC. 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE CHIRURGICALE DE BORDEAUX-MÉRIGNAC 9, rue Jean-Moulin 33700 MERIGNAC Août 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise)

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise) (fiche d entreprise) Tampon Médical Tampon de la collectivité Signature Signature Art. 14-1 du Décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié Dans chaque service d une collectivité territoriale et dans chaque

Plus en détail

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés. Introduction Les symptômes du stress (troubles du sommeil, de l appétit, agressivité, épuisement, troubles de la concentration ), touchent un nombre croissant de salariés en France : un salarié sur 6 déclare

Plus en détail

INSTRUCTION GENERALE. relative à l Hygiène, à la Sécurité et à l Environnement. Version initiale-1 1/14

INSTRUCTION GENERALE. relative à l Hygiène, à la Sécurité et à l Environnement. Version initiale-1 1/14 INSTRUCTION GENERALE relative à l Hygiène, à la Sécurité et à l Environnement. Version initiale-1 1/14 SOMMAIRE 1 - La réglementation 3 2 - Principes généraux 2.1 Principes fondamentaux en matière d hygiène

Plus en détail

Circulaire DGT/n 13 du 9 novembre 2012

Circulaire DGT/n 13 du 9 novembre 2012 Circulaire DGT/n 13 du 9 novembre 2012 Relative à la mise en œuvre de la réforme de la médecine du travail et des services de santé au travail Médecins inspecteurs du travail Île de France Textes de référence

Plus en détail

Référentiel Compétences de base en prévention

Référentiel Compétences de base en prévention Référentiel Compétences de base en prévention Participants : Mme Brunet Marie Thérèse, Cram Normandie Mme Niveau Jacqueline, Cram Bourgogne Franche Comté M. Demarcq Bernard, Cram Nord Picardie M. Bozier

Plus en détail

NOR : RDFF1503959C. La ministre de la décentralisation et de la fonction publique

NOR : RDFF1503959C. La ministre de la décentralisation et de la fonction publique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Circulaire du 28 juillet 2015 relative aux dispositions applicables en matière de prévention du risque d exposition à l

Plus en détail

SANTE AU TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

SANTE AU TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 1 SANTE AU TRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Dr Sylvain PEREAUX 1. L APTITUDE MÉDICALE DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Le but de l aptitude médicale à un poste de travail est de vérifier

Plus en détail

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 7 février 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-004998 Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES

SPECIFICATION E DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 92038 PARIS LA DEFENSE CEDEX Page 1 / 11 SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 29/11/00 13 Indice

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

CHSCT. des points de repères pour y voir plus clair

CHSCT. des points de repères pour y voir plus clair Direction régionale du travail, de l emploi et de la formation professionnelle du Centre Novembre 2008 CHSCT des points de repères pour y voir plus clair DIRECTION RÉGIONALE DU TRAVAIL, DE L'EMPLOI ET

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 septembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-035472 Hôpital Robert Debré 48 boulevard Sérurier 75019 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise)

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise) (fiche d entreprise) Tampon Médical Tampon de la collectivité Signature Signature Art. 14-1 du Décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié Dans chaque service d une collectivité territoriale et dans chaque

Plus en détail

Archiver dans une entreprise privée commerciale Fiche 4 : au moins 5 ans

Archiver dans une entreprise privée commerciale Fiche 4 : au moins 5 ans Sécurité Livre de paie (applicable jusqu au 31/07/1998) art. L. 143-5). Déclarations préalables à l embauche L. 320). Relevé mensuel des contrats de travail art. R. 320-1-1). Tous documents, en général,

Plus en détail

Démarche de prévention de la pénibilité : Aide à la mise en œuvre

Démarche de prévention de la pénibilité : Aide à la mise en œuvre Démarche de prévention de la pénibilité : Aide à la mise en œuvre dans les TPE-PME T e m p é r a t u r e Produits chimiques Horaires décalés Manutention de la pénibilité dans les TPE-PME 1 Préambule Suite

Plus en détail

Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté 9, rue des Serruriers 21800 CHEVIGNY SAINT SAUVEUR

Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté 9, rue des Serruriers 21800 CHEVIGNY SAINT SAUVEUR DIRECTION RÉGIONALE DE L INDUSTRIE, DE LA RECHERCHE ET DE L ENVIRONNEMENT DE BOURGOGNE www.bourgogne.drire.gouv.fr Division de Dijon Monsieur RIBETTE Christophe SCREG Est Agence Bourgogne Franche Comté

Plus en détail

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE»

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» COMMUNICATION RELATIVE AU CADRE REGLEMENTAIRE CONCERNANT LA PREVENTION

Plus en détail

Le plan national d actions coordonnées

Le plan national d actions coordonnées Le plan national d actions coordonnées 2009 2012 de la branche accidents du travail et maladies professionnelles Trouble musculo-squelettiques (TMS) 1ère cause de maladies professionnelles indemnisées

Plus en détail

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE DIRECTION DE L ADMINISTRATION DE LA POLICE NATIONALE NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004 Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des

Plus en détail

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Les facteurs de pénibilité applicables au 1 er janvier 2015 T R A V A I L D E N U I T T R A V A I L E N É Q U I P E S S U C C E S S I V

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 5 juillet 2013 CODEP-LIL-2013-037759 AD/EL Monsieur le Dr W SCM des Docteurs V W X Y 23, Boulevard Victor Hugo 62100 CALAIS Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014

Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 Contribution de la commission imagerie à la future loi de santé 2014 A l initiative des professionnels de terrain, la FHF a constitué en janvier 2014 une commission imagerie. Composée de médecins et de

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

EDITO. Pourquoi choisir STL pour les formations?

EDITO. Pourquoi choisir STL pour les formations? FORMATION SST MAC - ID MAC SST Formateur SST CONDUITE ADDICTIVE MAC Formateur SST FORMATIONS Personne compétente Santé sécurité RISQUE ROUTIER / VUL 2015 RPS PREMIERS SECOURS PRAP IBC MAC IBC DAE PRAP

Plus en détail

Références : Les articles R.231-54 à R. 231-54-17 du code du travail relatifs aux règles générales de prévention du risque chimique.

Références : Les articles R.231-54 à R. 231-54-17 du code du travail relatifs aux règles générales de prévention du risque chimique. Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Direction des relations du travail Sous-direction des conditions de travail et de la protection contre les risques du travail Bureau de la protection

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

Solutions pédagogiques interactives Santé, Sécurité & Qualité de Vie au Travail CATALOGUE DVD & USB 2015

Solutions pédagogiques interactives Santé, Sécurité & Qualité de Vie au Travail CATALOGUE DVD & USB 2015 Solutions pédagogiques interactives Santé, Sécurité & Qualité de Vie au Travail CATALOGUE DVD & USB 2015 www. CATALOGUE DVD & USB Solutions pédagogiques interactives Santé, Sécurité & Qualité de Vie au

Plus en détail

Nos solutions formation BTP à destination des services de santé au travail

Nos solutions formation BTP à destination des services de santé au travail Crédits photos OPPBTP / X. Pierre - Fotolia - Getty Nos solutions formation BTP à destination des services de santé au travail Avec le soutien des Organisme professionnel de prévention du bâtiment et des

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 6 mars 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS Objet : Réf : Inspection

Plus en détail

PRESENTATION STRATEGIQUE

PRESENTATION STRATEGIQUE Programme «Accidents du travail Maladies professionnelles» 7 PRESENTATION STRATEGIQUE DU PROGRAMME DE QUALITE ET D EFFICIENCE «ACCIDENTS DU TRAVAIL MALADIES PROFESSIONNELLES» La branche «accidents du travail

Plus en détail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail 1 La responsabilité du médecin du travail Les conséquences juridiques d un statut particulier 2 Intervenante Jocelyne CAYRON Docteur en Droit Maitre de Conférence en Droit Privé Responsable de Master Professionnel

Plus en détail

Compte Qualité. Maquette V1 commentée

Compte Qualité. Maquette V1 commentée Compte Qualité Maquette V1 commentée Élaborée suite à l expérimentation conduite par la Haute Autorité de santé au second semestre 2013 auprès de 60 établissements testeurs. Direction de l Amélioration

Plus en détail

L INFIRMIERE de SANTE au TRAVAIL

L INFIRMIERE de SANTE au TRAVAIL MISSION PRINCIPALE Assister le Médecin du Travail ail dans l ensemble de ses activités Collaboration totale avec le Médecin du Travail Confiance mutuelle des deux parties Spécificité Infirmière complémentaire

Plus en détail

AUDIT SUR L UTILISATION ET L IMPACT DU DOCUMENT UNIQUE DANS L ENTREPRISE

AUDIT SUR L UTILISATION ET L IMPACT DU DOCUMENT UNIQUE DANS L ENTREPRISE AUDIT SUR L UTILISATION ET L IMPACT DU DOCUMENT UNIQUE DANS L ENTREPRISE EN45b/a39 Version 0 le 03/09/12 Date de l audit : / / Nom : N adhérent : Adresse : ENTREPRISE AUDITEE : Nature de l activité : Nombre

Plus en détail

Risques liés à l'activité physique au travail. Mireille Loizeau

Risques liés à l'activité physique au travail. Mireille Loizeau Risques liés à l'activité physique au travail Mireille Loizeau Cours DIUST Paris Descartes-20 janvier 2015 1 Activité physique 2 Définition Quotidien Travail Loisirs Sports... Définition Organisation Mondiale

Plus en détail

Extraits du Code du Travail

Extraits du Code du Travail Extraits du Code du Travail Bruit au travail - Santé auditive QUATRIÈME PARTIE : SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LIVRE IV : PRÉVENTION DE CERTAINS RISQUES D EXPOSITION TITRE III : PRÉVENTION DES RISQUES D

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF Paris, le 06 juillet 2010 Objet : Inspection

Plus en détail

TITRE III PRÉVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT. CHAPITRE Ier Dispositions générales

TITRE III PRÉVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT. CHAPITRE Ier Dispositions générales Code du travail nouveau : TITRE III - PREVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT TITRE III PRÉVENTION DES RISQUES D'EXPOSITION AU BRUIT CHAPITRE Ier Dispositions générales SECTION 1 Définitions Art.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Mars 2009

DOSSIER DE PRESSE Mars 2009 DOSSIER DE PRESSE Mars 2009 LE PLAN NATIONAL D ACTIONS COORDONNEES DE PREVENTION de la branche Risques professionnels de l Assurance Maladie 2009 -> 2012 Fiche 1 : Une politique de prévention renforcée

Plus en détail

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation

Programme des épreuves des concours externes de recrutement des personnels techniques et administratifs de recherche et de formation G1 Recrutements des assistants de recherche et de formation...2 G1.1 Assistant gestion de données patrimoniales...2 G1.2 Assistant technique en génie climatique...2 G1.3 Assistant technique en électricité...2

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 26 octobre 2005 relatif aux modalités de formation de la personne compétente en radioprotection

Plus en détail

Dossier n 14 La connaissance au service de l action. Bulletin mars 2014

Dossier n 14 La connaissance au service de l action. Bulletin mars 2014 Dossier n 14 La connaissance au service de l action Bulletin mars 2014 Sommaire Préambule I Mieux connaître, une aide à la décision II Promouvoir la santé au travail III De la connaissance à l action

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

L humain au cœur de l entreprise. De l identification à la gestion des Risques Professionnels

L humain au cœur de l entreprise. De l identification à la gestion des Risques Professionnels L humain au cœur de l entreprise De l identification à la gestion des Risques Professionnels Petit déjeuner Conférence du 17 Mars 2009 Sommaire 1. IDER : Identification des Dangers et Évaluation des Risques

Plus en détail

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique OUTILS DE LA GRH

Plus en détail

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat

Aide au recrutement, à l accueil et à l intégration des nouveaux entrants Professionnalisation et fidélisation d un salarié Tutorat Objectifs : Être au plus près des entreprises et de leurs salariés en proposant des services et outils adaptés à leurs besoins. 12 fiches «service» synthétiques, répertoriées en 5 grands thèmes : PROFESSIONNALISATION

Plus en détail

COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÉCURITÉ DES CONDITIONS DE TRAVAIL RÉUNION TRIMESTRIELLE DU 16 MARS 2015 DE L ÉTABLISSEMENT LYONNAIS

COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÉCURITÉ DES CONDITIONS DE TRAVAIL RÉUNION TRIMESTRIELLE DU 16 MARS 2015 DE L ÉTABLISSEMENT LYONNAIS COMITÉ D HYGIÈNE, DE SÉCURITÉ DES CONDITIONS DE TRAVAIL RÉUNION TRIMESTRIELLE DU 16 MARS 2015 DE L ÉTABLISSEMENT LYONNAIS Membres du CHSCT présents : Monsieur CHAPON Président du CHSCT Lyonnais Madame

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives?

Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives? 1 sur 5 29/09/2014 09:21 Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives? Fiche rédigée par l équipe éditoriale de WebLex En collaboration avec Cécile Gilbert, Avocat au Barreau de l'eure,

Plus en détail

Démographie des personnels infirmiers en santé au travail

Démographie des personnels infirmiers en santé au travail Direction régionale du travail, de l emploi et de la formation professionnelle du Centre Démographie des personnels infirmiers en santé au travail Résultats nationaux juin 2008 DIRECTION RÉGIONALE DU TRAVAIL,

Plus en détail

BEP métiers des services administratifs BREVET D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES MÉTIERS DES SERVICES ADMINISTRATIFS

BEP métiers des services administratifs BREVET D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES MÉTIERS DES SERVICES ADMINISTRATIFS BREVET D'ÉTUDES PROFESSIONNELLES MÉTIERS DES SERVICES ADMINISTRATIFS ANNEXE I a RÉFÉRENTIEL DES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES I. APPELLATION DU DIPLÔME BEP métiers des services administratifs RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

Obligation de fournir au CHSCT les informations qui lui sont nécessaires pour l'exercice de ses missions ( C. trav., art. L. 4614-9).

Obligation de fournir au CHSCT les informations qui lui sont nécessaires pour l'exercice de ses missions ( C. trav., art. L. 4614-9). Tableau des principaux cas d'information/consultation d'un CHSCT Le tableau ci-dessous recense les principaux cas légaux d'information/consultation d'un CHSCT. Il fait également apparaître les documents

Plus en détail

Construire le document unique. d évaluation. des risques professionnels

Construire le document unique. d évaluation. des risques professionnels Construire le document unique d évaluation des risques professionnels Ce guide a pour objet de résumer les obligations réglementaires, et de proposer une organisation pour faciliter la réalisation et l

Plus en détail

SURVEILLANCE MEDICALE RENFORCEE ET CMR

SURVEILLANCE MEDICALE RENFORCEE ET CMR SURVEILLANCE MEDICALE RENFORCEE ET CMR Docteur M.D. RAINE, Médecin du Travail, SIEST AMET, Rosny-sous-Bois 93 1- La Surveillance Médicale Renforcée (SMR), bébé de la «réforme» de 2004, instaurée par le

Plus en détail

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé

aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Champ référentiel 1.2 Chapitre 1, domaine 2 : Juridique Le dossier Médical Personnel ou DMP aroline MASCRET Mission Juridique Pôle «Actes et Produits de Santé» Haute Autorité de Santé Chronologie du DMP

Plus en détail

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France

F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Logiciel d aide à l évaluation du risque chimique F. BONTHOUX, R. VINCENT Institut National de Recherche et de Sécurité, Centre de Lorraine, Avenue de Bourgogne, 54501 Vandoeuvre Cedex, France Introduction

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

Qualité Sécurité Environnement

Qualité Sécurité Environnement Qualité Sécurité Environnement FORMATION AUDIT CONSEIL EXPERTISE >> Catalogue 2014 Nos innovations: e-learning, évaluation des compétences personnalisation Formation Hygiène Alimentaire ISO 9001 : 2008...

Plus en détail

Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie)

Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie) Travail réalisé à la Résidence St Jean à Laventie (Temps de vie) Cette évaluation s est réalisée sur le mois d aout 2013. Un groupe de travail a été formé avec le médecin coordonateur, l infirmière coordinatrice,

Plus en détail

les CABINETS COMPTABLES 25 octobre 2012

les CABINETS COMPTABLES 25 octobre 2012 PAUSE-CAFE les CABINETS COMPTABLES 25 octobre 2012 Plan de la réunion Missions de votre service de santé au travail L élaboration du Document Unique Les risques du métier de comptable Conclusion et échanges

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

8 règles d or pour mettre en place le CHSCT et optimiser son fonctionnement

8 règles d or pour mettre en place le CHSCT et optimiser son fonctionnement 8 règles d or pour mettre en place le CHSCT et optimiser son fonctionnement Livre blanc Octobre 2009 www.editions-tissot.fr - 1 - Définition du CHSCT Le CHSCT (Comité d hygiène, de sécurité et des conditions

Plus en détail

Ergonomie et Prévention des risques professionnels

Ergonomie et Prévention des risques professionnels Ergonomie et Prévention des risques professionnels Catalogue des formations AVISErgonomique Laurent AVISSE Laurent AVISSE Ergonome Consultant 29, Rue de Montbazon 37 300 JOUE-LES-TOURS Tél : 06 09 44 30

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ Décret n o 2008-1325 du 15 décembre 2008 relatif à la sécurité des ascenseurs,

Plus en détail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail

L obligation de négocier sur la pénibilité dans les entreprises. Premiers éléments de bilan. Direction générale du travail CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 21 novembre 2012 à 14 h 30 «Pénibilité. Transition emploi-retraite. Elaboration de cas-types pour les projections.» Document N 6 Document de travail,

Plus en détail

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital

Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé. Accord Cadre. Relatif à. L exercice médical à l hôpital Ministère du Travail, de l Emploi et de la Santé Accord Cadre Du Relatif à L exercice médical à l hôpital Au cœur du système de santé, l hôpital en assure la continuité et la permanence. Avec son fonctionnement

Plus en détail

L HABILITATION EN ÉLECTRICITÉ Démarche en vue de l habilitation du personnel

L HABILITATION EN ÉLECTRICITÉ Démarche en vue de l habilitation du personnel Prévention et Gestion des Risques Professionnels Sécurité Sociale Caisse régionale d assurance maladie Alsace-Moselle L HABILITATION EN ÉLECTRICITÉ Démarche en vue de l habilitation du personnel Note Technique

Plus en détail

CIRCULAIRE N 6 DRT du 18 avril 2002

CIRCULAIRE N 6 DRT du 18 avril 2002 Ministère de l emploi et de la solidarité Direction des relations du travail Sous-direction des conditions de travail et de la prévention des risques du travail Bureau de l'amélioration des conditions

Plus en détail

EVS ORMATIONS EVS. Proposées par le Greta Est-Bretagne GEB (35)

EVS ORMATIONS EVS. Proposées par le Greta Est-Bretagne GEB (35) FORMATION ORMATIONS EVS EVS Proposées par le Greta Est-Bretagne GEB Des modules de deux jours pour valoriser des compétences et acquérir des connaissances complémentaires Compétences et métiers de l aide

Plus en détail