Association des Sociétés Françaises d'autoroutes et d ouvrage à péage. Projet Coopers Co-Operative Networks for Intelligent Road Safety

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Association des Sociétés Françaises d'autoroutes et d ouvrage à péage. Projet Coopers Co-Operative Networks for Intelligent Road Safety"

Transcription

1 CD & COMMUNICATION & DÉVELOPPEMENT Département Etudes et Recherches Association des Sociétés Françaises d'autoroutes et d ouvrage à péage Projet Coopers Co-Operative Networks for Intelligent Road Safety Etude qualitative de l'appréciation et de l'acceptation de systèmes coopératifs embarqués Destinataire : ASFA M. Jacques Boussuge Directeur du Département Opérations Dominique Piot le 9 septembre 2010

2 S.A.R.L0. au capital de SIRET Fondée le rue de la Porte Blanche Marnes la Coquette Téléphone Télécopie

3 SOMMAIRE 1. Contexte de la recherche 3 2. Objectifs de l'expérimentation 4 3. Méthodologie adoptée 5 4. Préparation de l'expérimentation 7 5. Tests qualitatifs en région parisienne 5.1 Recrutement des observateurs 5.2 Déroulement des tests 5.3 Relevés des vitesses pratiquées 5.4 Changements de voie 5.5 Comportement des conducteurs Tests qualitatifs sur le réseau ATMB 6.1 Recrutement des observateurs 6.2 Déroulement des tests 6.3 Relevés des vitesses pratiquées 6.4 Changements de voie 6.5 Comportement des conducteurs Eléments de synthèse 32 Communication & Développement tient ici à remercier en particulier Gwenaëlle Toulminet et Ramdane Mahiou pour leur disponibilité sans faille, leur forte implication et leur soutien attentif lors de la préparation et de la réalisation des tests embarqués C & D

4 1- CONTEXTE DE LA RECHERCHE Dans le cadre du projet européen Coopers - Co-Operative Networks for Intelligent Road Safety, l'association des Sociétés Françaises d'autoroutes et d'ouvrages à péage fait procéder à une expérimentation de communication entre l'infrastructure autoroutière et les véhicules dans un double objectif d'amélioration de la sécurité autoroutière et de meilleure gestion du trafic. Cette expérimentation consiste à diffuser des informations recueillies par certaines sociétés françaises d'autoroutes et centralisées par Autoroute Trafic vers un véhicule équipé d'un système d'information embarquée afin de vérifier la faisabilité technique de la communication infrastructure-véhicule et de mesurer le degré de compréhension et d'acceptation des conducteurs amenés à utiliser ce service. Pour ce faire, les informations relatives aux limitations permanentes ou temporaires de vitesse et celles relatives aux évènements d'exploitation (accidents, incidents, travaux, congestions, météorologie ) sont recueillies à partir des données des sociétés concessionnaires, centralisées à Paris (Autoroute Trafic) et diffusées en temps réel vers le véhicule expérimental embarquant un système d'information dit OBU (On Board Unit), dont l'interface avec le conducteur permet l'affichage dans le véhicule, sous forme de textes et de pictogrammes, d' informations jusqu'ici diffusées par panneaux à messages variables sur les réseaux concernés. L'expérimentation a concerné les zones suivantes : - DIRIF VRU d'ile-de-france (A13 Paris Mantes)) - ATMB Cluses Bellegarde (A40) Pour vérifier la faisabilité technique, un véhicule a été équipé par l'inria et l'ecole des Mines, au printemps Les tests techniques ont été réalisés en mai et juin 2010, les tests embarqués en juin et juillet

5 2- OBJECTIFS DE L'EXPERIMENTATION Les objectifs de l'étude sont les suivants : Explorer les attitudes et les attentes des conducteurs relatives à un service coopératif de diffusion d'informations à bord des véhicules. Vérifier, en situation expérimentale, la faisabilité de la diffusion d'informations d'aide à la conduite depuis l'infrastructure vers le véhicule et la fiabilité de la chaîne technique de recueil des informations, de leur diffusion et de leur affichage en temps réel à bord d'un véhicule circulant sur le réseau autoroutier français. Tester en situation réelle de conduite la facilité d'usage ou la charge mentale supplémentaire, la compréhension ou la complexité, l'acceptation ou les réticences induites par l'usage du système d'informations embarquées diffusant des messages de type PMV à bord des véhicules. Observer en situation réelle les comportements induits par l'utilisation de ce système. Recueillir les opinions des conducteurs après utilisation, en comparaison avec les attitudes et attentes explorées avant usage. Evaluer la valorisation économique que les conducteurs prêtent à un système de cette nature. 5

6 3- MÉTHODOLOGIE ADOPTEE La méthodologie de l'expérience repose sur la réalisation d'entretiens qualitatifs embarqués réalisés auprès de conducteurs volontaires usagers réguliers des voies rapides des zones d'expérimentation. 20 observateurs ont été recrutés en région parisienne et à Bonneville (ATMB). Les tests, d'une durée d'environ trois heures, comprenaient la réalisation de trajets AR de l'ordre de 150 à 200 kilomètres permettant de tester dans un ordre aléatoire raisonné 8 à 12 affichages par sujet. Les principaux axes du protocole sont les suivants : o vérification de la capacité des conducteurs interrogatoire sur l'expérience de conduite et test de vue sur la base d'un tableau de Monnoyer et de planches d'ishihara. o Présentation sommaire des principes du dispositif, en salle, et recueil des attitudes et attentes (pré-questionnaire type Coopers user acceptance). o Phase de conduite sans utilisation du système pour permettre la familiarisation du conducteur avec le véhicule d'essai. o Test de 8 à 12 séquences en fonction du site, de la météo, des évènements réels d'exploitation et du trajet. Les évènements ont été préalablement définis en coopération avec l'asfa et la société ATMB. o Observation en temps réel des réactions, commentaires et du comportement induit ou déclaré des sujets-observateurs (enregistrement vidéo des séquences-clés). o Phase de débriefing quantitatif (type Coopers user acceptance "after") et qualitatif sous forme d'entretien semi-directif approfondi. Pendant les tests, hormis le conducteur volontaire, le psychologue chargé de l'enquête était accompagné dans le véhicule par un enquêteur assistant. Par ailleurs, un réalisateur cinéma professionnel a effectué deux jours de prises de vues sur le réseau ATMB afin de préparer un montage vidéo rendant compte de façon cursive mais illustrée de la réalisation des tests. 6

7 Le calendrier de l'expérimentation est le suivant : o Préparation de l'expérience entre les mois de décembre 2009 et mai 2010 (7 réunions Coopers dont 3 à Vienne, 3 à Paris et 1 à Bonneville). o Test statique au cours du congrès Como à Amsterdam les 25 et 26 mars o Réception de l'obu et tests techniques à Paris fin mai et début juin o Tests embarqués sur l'autoroute A13, entre Paris et Mantes entre le 14 et le 19 juin o Tests embarqués sur le réseau ATMB (A40), entre Cluses et Bellegarde entre le 5 et le 10 juillet o Participation à la rédaction du rapport d'étude COOPERS 6700 après les tests en région parisienne (22 juin 2010) puis après les tests sur le réseau ATMB (23 juillet 2010). 7

8 4- PREPARATION DE L'EXPERIMENTATION Les principales étapes de préparation de l'expérimentation COOPERS auxquelles la société Communication et Développement a participé sont les suivantes : o Réunions collégiales COOPERS à Vienne les 17 décembre 2009, 28 janvier et 14 avril o Réunions de préparation à l'asfa (J. Boussuge, G. Toulminet, R. Mathieu) les 9 février, 3 mars et 11 avril o Présentation du protocole des tests français à l'asfa (3 mars 2010). o Participation aux téléconférences COOPERS bimensuelles entre janvier et juin o Traduction et adaptation des questionnaires COOPERS (mai 2010). o Réunion de préparation ATMB à Bonneville le 20 mai o Réunions de préparation et de prise en compte des aspects techniques de l'expérimentation à l'inria fin mai et début juin o Tests routiers expérimentaux en juin et juillet

9 5- TESTS QUALITATIFS EN REGION PARISIENNE 5.1 Recrutement des observateurs Après réalisation des tests techniques de faisabilité des expérimentations (G. Toulminet, R. Mahiou) à l'inria, une répétition générale du parcours de test et la définition des évènements annoncés sur le trajet Paris-Mantes ont permis de finaliser le protocole des tests embarqués. Les conducteurs volontaires ont été recrutés par la direction du terrain de C & D entre le 1er et le 3 juin Les tests embarqués ont été menés du mardi 15 au samedi 19 juin sur l'autoroute A13. Le kilométrage total du test est de 104 kilomètres. 9

10 Dix conducteurs et conductrices ont participé aux tests : 5 hommes et 5 femmes, la moitié d'entre eux âgés de 18 à 35 ans, l'autre moitié des observateurs âgés de plus de 40 ans. La composition de l'échantillon qualitatif est la suivante : Conducteu r n Sexe Age Profession 1 M 44 Vendeur 2 F 56 Comptable 3 M 46 Direct. Cial 4 M 58 Direct. Sté 5 F 23 Sans prof. 6 F 25 Cadre sup. Société de taxis 7 M 23 Boulanger Ancien chauffeur routier 8 M 34 Infirmier 9 F 26 Employé 10 F 56 Dir. Marketing 5.2 Remarques Société de transport Usage fréquent autoroutes Déroulement des tests Conformément à la note méthodologique Coopers (Pr Mc Donald, R. Hall, J. Piao), le test débutait par l'administration du questionnaire relatif au comportement du conducteur (pré-questionnaire), puis par une séquence de conduite d'environ 10 kilomètres sans activation du système. Cette phase de familiarisation avait pour objectif de permettre aux observateurs de s'accoutumer au véhicule d'essai, à transmission automatique, dont la conduite n'était pas familière pour la plupart d'entre eux. 10

11 Après cette phase d'accoutumance, le système Coopers était mis en service. 7 évènements étaient alors successivement annoncés, au long des 90 kilomètres restant de l'itinéraire de test. Le tableau, page suivante, présente l'ordre d'apparition et la localisation de ces évènements. L'heure exacte d'apparition des messages Coopers et la vitesse du véhicule ont été notées par l'assistant d'enquête. 3 évènements, simulés, ont été affichés au cours du trajet aller Paris-Mantes, et les 4 autres lors du trajet retour. A l'issue du test embarqué, le conducteur devait répondre aux questions de la seconde partie du questionnaire Coopers (post-test) et le responsable du test pouvait alors mener un bref entretien qualitatif non directif pour résumer le déroulement du test et recueillir les opinions et attentes des observateurs. 11

12 Test Coopers sur l'autoroute A13 14 au 19 juin 2010 Position Km Vitesse Nb voies Type Echangeur partiel (1/2 H) Bifurcation partielle (G 1/2 B) Aires de service avec passerelle Nom Latitude Longitude [7] - 'Poissy - A14' [] 'Morainvillliers' [8] - 'Les Echangeur complet Mureaux' Echangeur complet [9] - 'Flins' Aires de repos Echangeur complet [10] - 'Epône' [] - '~N13 Pont voies SNCF' [11] - 'Mantes Echangeur complet Est' Tranchée couverte [] - '' [12] - 'Mantes Echangeur complet Sud' Péage + [13] - 'Péage échangeur partiel de Buchelay (1/2 H) Mantes Ouest' [] - 'Orgeval' [] - 'Epône' Evènement sens 1 Evènement sens 2 Travaux Congestion Travaux Incident Météo Accident Congestion 12

13 5.3 Relevés des vitesses pratiquées Le tableau ci-dessous présente les vitesses moyennes pratiquées pendant les tests, et l'écart-type de la distribution des vitesses relevées : Conducteur n Vitesse moyenne Min. Max. σ 1 111, , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,46 Trois conducteurs sur 10 ont, au cours des tests, dépassé la vitesse maximale autorisée sur autoroute (nos 1, 2 et 10) pendant quelques instants. Aucune accélération brutale ou ralentissement soudain n'a été observé. Le trafic lors des tests était plutôt dense, comme il est d'usage en banlieue parisienne, mais sans réels embouteillages, ni évènements inquiétants ou anormaux. 13

14 5.4 Changements de voie Tous les changements de voie et dépassements d'autres véhicules effectués par les observateurs ont été notés pendant les tests. Leur nombre varie dans une assez large proportion, de quelques uns à une forte fréquence, selon le sentiment de confiance et les habitudes de conduite du conducteur, sans que le système Coopers ou les annonces reçues semblent en être la cause. Le relevé exhaustif est le suivant : Conducteur n 1 Changements de voie 27 Droite Gauche 15 Gauche Droite 12 Durée du test 40' Moyenne horaire 40, ' ' 8, ' 24, ' 16, ' 24, ' 20, ' 27, ' 7, ' 17,7 14

15 5.5 Comportement des conducteurs Avant les tests Avant le démarrage du véhicule, les observateurs ont été sommairement formés à la conduite d'un véhicule à transmission automatique, mode peu utilisé par la plupart des conducteurs. 3 personnes sur 10 en avaient l'expérience, et 2 conducteurs y étaient tout à fait familiarisés. 5 autres observateurs s'y sont rapidement habitués, mais deux conducteurs ont eu un peu de mal à s'y accoutumer. Après quelques kilomètres, quoi qu'il en soit, tous les observateurs étaient en mesure de conduire le véhicule avec suffisamment de confiance pour ne pas compromettre leur sécurité ni celle des passagers. A première vue, le système Coopers leur a semblé d'apparence plutôt complexe, en raison des nombreux équipements informatiques ou de localisation satellitaire présents dans le véhicule et des liaison filaires circulant de l'avant à l'arrière de la C3 utilisée pour les tests. Cette première impression, non dénuée d'appréhensions ou de remarques, a très vite disparu une fois le conducteur assis au volant et amené à circuler. L'attention de l'observateur se portait alors sur la conduite et sur le contrôle du seul écran central d'interface Coopers. 15

16 16

17 5 observateurs sur 10 étaient assez anxieux ou intimidés au moment de quitter Paris, tandis que les 5 autres ne semblaient pas manifester d'émotion particulière. Quoi qu'il en soit, après 8 ou 10 kilomètres d'accoutumance, avec le système hors service, l'ensemble des observateurs était en mesure de circuler sans inquiétude et sans difficultés induites par le système d'aide à la navigation. A l'activation du système A la mise en route du système, tous les observateurs sauf un ont reconnu un système de navigation GPS, et la présentation de la carte de leur itinéraire, vue du ciel. Une seule conductrice (56 ans), qui n'avait jamais conduit avec un GPS, s'est focalisée par trop longtemps sur l'écran Coopers en cherchant à suivre la flèche orange indiquant sa position. Les trop fréquentes fixations longues de l'écran, menaçant la sécurité de la conduite, nous ont amené à différer les questions relatives au système Coopers pour lui permettre de gagner de la confiance et de faire l'apprentissage du système de façon progressive. Pour les autres conducteurs, les premières impressions relatives à l'interface graphique ont été assez décevantes, et l'affichage leur a semblé assez primitif en comparaison avec les systèmes GPS qu'ils utilisaient habituellement. La plupart auraient souhaité un affichage en perspective 3 D, conforme à leurs habitudes, plutôt qu'une carte plane, d'aspect assez pauvre. 17

18 A l'arrivée des messages A l'apparition des premiers messages, d'abord une annonce de zone de travaux, puis l'affichage d'un "incident", 8 personnes sur 10 ont instantanément pris conscience des affichages, alors que deux observateurs ont continué leur route sans remarquer les annonces d'évènement. Pour ces 2 personnes, après une demiminute, il nous a été nécessaire d'attirer leur attention sur l'écran Coopers pour qu'ils soient en mesure de nous communiquer leurs impressions. Neuf conducteurs sur dix ont souhaité une amélioration de l'interface sonore, avec des jingles particuliers ou des annonces par voix de synthèse pour pouvoir rapidement prendre conscience des annonces Coopers sans avoir à consulter trop souvent ou trop longtemps l'écran de contrôle. Certains observateurs ont également suggéré que, pendant quelques instants, les nouveaux messages arrivant occupent la totalité de l'écran, ou que les affichages clignotent pour les prévenir. Les pictogrammes utilisés ont été aisément décryptés et reconnus. L'affichage sur fond rouge des évènements majeurs incidents et accidents, a été apprécié car il permet de mieux remarquer leur arrivée et de mettre l'accent sur le caractère dangereux des évènements annoncés. 8 personnes sur 10 n'ont éprouvé aucune difficulté à lire les messages affichés, mais 2 conducteurs ont trouvé la partie littérale trop petite pour être correctement lue. Un conducteur en particulier, qui porte des lunettes pour lire, mais pas pour conduire, était très gêné pour lire les textes les plus petits. Il ne pouvait discerner que le motif principal du message, comme "bouchon" ou "travaux" sans pouvoir lire les compléments de distance à l'évènement ou d'amplitude de ceux-ci. La charge mentale induite par l'activation du système peut être qualifiée de modérée. Les temps de réponse à une question de calcul mental simple ont été multipliés par deux, le système activé. Les utilisateurs réguliers de systèmes GPS sont, au quotidien, dans une situation analogue. 18

19 Compréhension des affichages Le sens général des messages diffusés a été jugé clair par l'ensemble des conducteurs, et les pictogrammes ont été bien compris sans hésitation ni erreurs d'interprétation. Trois messages, cependant, devront être améliorés car quelques conducteurs ne les ont pas parfaitement compris : - La notion "d'incident" semble assez vague et peu explicite. De quelle sorte d'incident s'agit-il? Certains ont évoqué un véhicule arrêté en BAU, un poste RAU hors service, une crevaison Tous s'accordent à considérer que l'annonce d'un "incident" est moins grave que celle d'un "accident" et n'annonce pas un danger sérieux ou immédiat. - L'indication "Voie 1", relative à l'annonce d'accident, n'est pas claire pour tous. La plupart pensent que la "voie 1" est la voie lente, la voie la plus à droite, mais sans certitude. - L'indication "une voie", relative à l'annonce de travaux, en laisse certains perplexes : la plupart pensent que les travaux n'affectent qu'une seule voie de circulation, mais certains pensent qu'il n'y a plus qu'une seule voie pour circuler au droit de l'évènement. Les tableaux suivants rendent compte des principales réactions observées lors de l'annonce des évènements programmés : 19

20 De Paris à Mantes N Message Affichage Compréhension 1 Travaux n 1 2 Incident A améliorer 3 Bouchon Clair Remarques Clair Signification du terme "incident" peu explicite Pictogramme ancien, à remplacer par le bouchon à 2 files 20

21 De Mantes à Paris N 4 Message Accident Affichage Compréhension Clair Remarques "Voie 1" peu clair. Pictogramme à remplacer (EC Program VMS harmonization n 4) 5 Evènement météo Clair "Pluie" jugée inutile par 4/10 Seuls les évènements préoccupants (neige, brouillard) doivent être annoncés 6 Travaux n 2 A préciser 7 Bouchon n 2 Clair "Une voie" à préciser A été affiché en même temps que le message n 6 21

22 Il nous faut également remarquer que l'affichage simultané, peu avant la fin du test, de 2 voire 3 messages différents, pendant quelques secondes, n'a pas provoqué de sentiment de surcharge mentale, les évènements annoncés comme "travaux" et "bouchon" étant logiquement liés. Les observateurs ne sont pas gênés de recevoir plusieurs messages Coopers en même temps. Intérêt porté au système Coopers En réponse à la question relative à l'intérêt présenté par le système, la plupart des conducteurs ont déclaré y porter un réel intérêt, et ont jugé que les annonces qui leur étaient faites avaient une réelle utilité. A l'exception de la conductrice qui n'avait jamais utilisé de GPS, l'ensemble des observateurs pensent que c'est un réel progrès de pouvoir être informés d'évènements fortuits à l'avance, avant d'y être directement confrontés. Parmi les 10 observateurs, 3 usagers étaient ou avaient été des conducteurs professionnels : un chauffeur routier et deux cadres de compagnies de taxis ou de transport de personnes. Un quatrième observateur était un fréquent usager des autoroutes belges et françaises, pour raisons professionnelles. Ces conducteurs en particulier se sont déclarés très intéressés par un système d'aide à la navigation de cette nature, dans la mesure où cela leur permettrait d'améliorer significativement leurs conditions de conduite : ils seraient alors capables d'anticiper, d'éviter les problèmes, de ralentir à l'avance, de changer d'itinéraire ou de prévenir leur employeur ou leurs clients. Le système leur a semblé très utile. 4 autres personnes ont manifesté de l'intérêt, mais à un niveau moins élevé. Ces personnes ne roulent généralement que des trajets quotidiens connus de type domicile-travail. Le système leur semble un peu superflu pour leurs usages, même s'ils le considèrent utile et appréciable. 2 utilisateurs, enfin, sont moins convaincus : une conductrice dispose déjà d'un système Renault Carminat d'aide à la navigation qui lui annonce, fût-ce avec une moindre précision, les travaux et les bouchons ; l'autre personne, qui n'utilise pas de GPS, est plus nettement opposée à ces systèmes dont elle pense qu'elle transforme les conducteurs en esclaves des machines et les prive de leurs capacités à lire une carte ou à faire suffisamment attention à la signalisation existante. 22

23 A l'exception de ce dernier cas, tous les conducteurs, professionnels ou non, ont conscience des avantages qu'un tel système d'aide peut procurer. Seuls les professionnels déclarent vouloir être clients de cet équipement dès sa mise sur le marché, tandis que les autres attendraient probablement le déploiement complet du système et sa généralisation pour l'acquérir. Le prix semble en effet important, et, à la question relative au prix, 9 personnes sur 10 ont choisi le prix psychologique le plus bas proposé par le questionnaire Coopers. Enfin, majoritairement, les observateurs parisiens sont favorables à ce que le système soit commercialisé avec un achat unique et sont donc plutôt réticents à l'idée d'avoir à acquitter un abonnement mensuel. L'ensemble des observateurs s'accordent à considérer qu'un tel système ne pourrait être que complémentaire à l'actuel affichage par PMV et ne saurait, fût-ce à moyen terme, les remplacer. Chacun pense cependant que l'avantage majeur du système Coopers est de pouvoir obtenir des informations en temps réel avec une meilleure précision géographique que ne le permet le réseau actuel de PMV. 23

24 6- TESTS QUALITATIFS SUR LE RESEAU ATMB 6.1 Recrutement des observateurs Après la réalisation des tests en région parisienne, et après qu'aient été apportées des améliorations matérielles et logicielles garantissant une meilleure fiabilité, l'expérience n'ayant pas été exempte d'incidents de fonctionnement en région parisienne, les tests se sont alors poursuivis sur le réseau ATMB, entre Cluses et Bellegarde, sur l'autoroute A40. Les conducteurs volontaires ont été recrutés par l'antenne régionale Lyonnaise de C & D entre le 28 juin et le 2 juillet Les tests embarqués se sont déroulés du 6 au 10 juillet 2010, après un parcours de test effectué avec M. J.N. Guyonnet le 5 juillet. Le kilométrage total parcouru lors du test sur A40 est de 150 kilomètres. 24

25 Comme en région parisienne, 10 conducteurs et conductrices ont participé aux tests. La composition de l'échantillon est la suivante : Conducteur n Sexe Age Profession 1 M 40 Dessinateur indust. 2 M 24 Technicien 3 M 23 Plombier 4 F 44 Direct. de Sté 5 F 43 Artisan 6 M 28 Sans prof. 7 F 44 Serveuse 8 M 40 Serveur 9 F 26 Comptable 10 F 24 Employé 6.2 Remarques Utilisateur fréquent autoroutes Déroulement des tests Le protocole adopté pour les tests ATMB est strictement identique à celui utilisé pour les 10 premiers tests, à la différence majeure que plus de la moitié des évènements annoncés sur l'autoroute A40 correspondait à des évènements réels, observables sur le terrain, ce qui donnait une bien plus grande crédibilité aux annonces du système Coopers. Au cours du parcours de test, 12 évènements ont été annoncés. 7 étaient réels, et concernaient en particulier les vitesses limite autorisées sur A40, les travaux et les annonces de vent violent sur le viaduc de Bellegarde. 5 autres évènements étaient fictifs, mais localisés à des endroits où ils sont ordinairement fréquents ou susceptibles de se produire. Le tableau, page suivante, présente l'ordre d'apparition, la nature et la localisation des évènements annoncés. 25

26 Test Coopers sur l'autoroute A40 5 au 10 juillet 2010 Km Type Nom Echangeur partiel (1/2 B) Aires de service avec passerelle Pont 36 Echangeur complet 43 Bifurcation complète (G) A410 (Annecy - Grenoble) Latitude Evènements dans le sens Longitude Bonneville --> Bellegarde [17] - Bonneville est [] - Bonneville ~ le Borne [16] - 'Bonneville ouest' Péage Nangy Pont Echangeur complet ~ l'arve [14] - Annemasse Départ Evènements dans le sens Bellegarde --> Bonneville Arrivée Accident Chantier sur 3.2 km - neutralisation voie lente Incident Obstacle sur la BAU Pollution entre pk 55 et pk Bifurcation complète (D) A411 (Genève Vallard) 65 POI 66 A401 (Genève Bifurcation complète (D) Lausanne) Echangeur complet Péage Hôtel IBIS archam ps [13] - St-Julien-enGenevois Viry Vitesse limite à 110 km/h entre pk 55 et pk Congestion entre pk 65 et pk Pollution entre pk 80 et pk Aire 83 Entrée tunnel 84 Sortie tunnel Aire de Valleiry Tunnel du Vuache (1390m) Tunnel du Vuache (1390m) 94 95, Vent violent entre pk 94 et pk 96, Vitesse limite à 90 km/h entre pk 95,5 et pk 96, Vitesse limite à 110 km/h entre pk 80 et pk Vitesse limite à 90 km/h entre pk 82 et pk 84 Vitesse limite à 90 km/h entre pk 84 et pk 82 Vitesse limite à 90 km/h entre pk 96,9 et pk 95,5 96,9 Pont ~ le Rhône (viaduc de Bellegarde) Vent violent entre pk 96,9 et pk Echangeur complet [10] - Bellegarde Arrivée Départ 26

27 6.3 Relevé des vitesses pratiquées Sur l'autoroute A40, les vitesses moyennes pratiquées et l'écart-type des distributions sont les suivantes : Conducteur n Vitesse moyenne Min. Max. σ 1 115, , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,08 8 conducteurs sur 10 ont, pour quelques instants, mais assez fréquemment dépassé les vitesses limite autorisées. Aucune accélération soudaine ou décélération brutale n'a été observée, à l'exception du conducteur n 9 qui, maîtrisant mal la boite automatique, a freiné très brutalement en section courante en arrivant à une barrière de péage. Aucune difficulté de circulation n'est intervenue pendant les tests. Le trafic était généralement très peu dense, à la différence de la région parisienne, et les conducteurs ont souvent roulé à plus de 130 km/h. Aucun évènement anormal ou inquiétant n'est survenu pendant les tests. 27

28 6.4 Changements de voie Les observateurs circulant à des vitesses plus élevées, sur de plus longues distances, et sur un trajet souvent interrompu par le passage de barrières de péage en pleine voie, les changements de voie ont été plus fréquents sur l'autoroute A40 que sur l'autoroute A13. Le relevé exhaustif est le suivant : Conducteur Changements n de voie Droite Gauche 43 Gauche Droite 43 Durée du test 76' Moyenne horaire 67, ' 53, ' 50, ' ' 52, ' 30, ' ' 49, ' 39, ' 21,6 Comportement des conducteurs Avant les tests La familiarisation avec un véhicule à transmission automatique a été plus délicate sur A40 qu'en région parisienne : un seul conducteur sur 10 en avait déjà l'expérience, et les appréhensions ont été nombreuses. Une conductrice, confondant le frein et l'embrayage, absent, a même freiné très brutalement sur l'autoroute, immobilisant le véhicule en section courante à l'approche d'une barrière de péage. Le trajet comportait par ailleurs de nombreux arrêts en barrière en pleine voie, rendant la conduite plus hachée, moins assurée et plus délicate. Ce fait a cependant été compensé par une phase d'apprentissage plus longue et par la faiblesse du trafic, qui a permis aux conducteurs d'être peu anxieux sur un trajet familier, et de se comporter généralement de façon assez naturelle. 28

29 A l'activation du système A l'allumage, tous les conducteurs sauf un ont identifié un affichage GPS qui, comme en région parisienne, leur a semblé un peu sommaire. Cependant, à la différence du test effectué sur A13, les premiers affichages se sont produits peu de temps après l'activation du système, et leur contenu a rapidement détourné l'attention des observateurs d'un examen parfois critique de l'interface GPS. La charge mentale constatée est demeurée modérée, avec un doublement des temps de calcul mental simple. A l'arrivée des messages Le premier message reçu, proche de Bonneville, prévenait le conducteur de l'approche d'une zone de travaux réelle, et coïncidait avec les premiers affichages sur le terrain de la zone en travaux. La véracité de l'affichage a donc pu être constatée dès le premier message, ce qui a donné aux observateurs un sentiment très différent de celui constaté sur A13 ou n'avaient été affichés que des évènements simulés. Le système Coopers était visiblement à même de les prévenir à l'avance d'évènements réels et démontrait ainsi dès l'abord son efficacité et son utilité. On regrettera cependant que cet affichage de travaux ait assez souvent été un peu tardif, survenant dans une zone de pré-balisage de travaux que le conducteur pouvait apercevoir sur sa route, ce qui ôtait en partie l'utilité de l'affichage embarqué, redondant avec la signalisation réelle, tout en renforçant cependant sa crédibilité. Pour ce qui est des affichages de vitesse limite autorisée, spécificité des tests sur le réseau ATMB, cette fonction a été très appréciée des utilisateurs sur un parcours où la vitesse autorisée varie souvent. Les conducteurs ont cependant souhaité que cette information, indiquée sur la carte à droite de l'écran, soit également reprise sur la partie gauche, à l'instar des autres affichages Coopers. 29

30 Cet affichage sur la carte seule demeure en effet relativement discret, et certains observateurs ne l'ont remarqué qu'avec retard. Tout à fait crédibles également, et également appréciés, les affichages relatifs au vent violent sur le viaduc de Bellegarde ont été très bien compris, mais la limite de vitesse à 90 annoncée par le système Coopers ne correspondait pas à l'affichage réel sur l'autoroute, où une vitesse de 110 km/h était prescrite. De la même façon, certaines limites de vitesse existant sur le terrain, sur de courtes distances, comme la limite de vitesse à 70 km/h dans les bretelles de l'échangeur A40/A41, n'étaient pas affichées sur l'interface Coopers, qui continuait à prescrire une vitesse limitée à 110. Ces quelques contradictions n'ont toutefois pas affecté la crédibilité des affichages ni diminué l'intérêt porté par les observateurs au système Coopers. Compréhension des affichages Le sens général des messages diffusés a été très bien compris par les observateurs, et les pictogrammes correctement interprétés. Les tableaux qui suivent rendent compte des principales réactions observées : 30

31 De Cluses à Bellegarde N Message Affichage Compréhension Clair et effectif sur la route Remarques 1 Travaux 2 Vitesse limite Clair Affiché seulement sur la carte 3 Bouchon Clair Picto à remplacer par le 2 files 4 Vitesse limite Clair Confirmé sur le terrain en entrant dans le tunnel du Vuache 5 Evènement météo Clair Logiquement attendu sur le viaduc de Bellegarde Vent Vent 6 Vitesse limite en raison du vent Clair, mais incohérent avec la signalisation Affiché parfois tardivement 110 affiché sur la route 31

32 De Bellegarde à Bonneville N Message 1 Evènement météo Affichage Compréhension Clair Remarques Logiquement attendu viaduc Vent Vent 2 Vitesse limite en raison du vent Clair mais incohérent avec la signalisation 110 affiché sur la route 3 Vitesse limite Clair Confirmé sur la route 4 Vitesse limite Clair Affiché seulement sur la carte et interruptions d'affichage 5 Incident A améliorer 6 Accident Clair Contenu peu explicite 32

Identification des besoins : la méthode des Focus Group. Définition et descriptif de la méthode

Identification des besoins : la méthode des Focus Group. Définition et descriptif de la méthode Identification des besoins : la méthode des Focus Group Définition et descriptif de la méthode Identifier les besoins des utilisateurs Le Focus Group Le Focus Group est une activité de groupe ayant pour

Plus en détail

centre de connaissance sécurite routière

centre de connaissance sécurite routière centre de connaissance sécurite routière MESURE D ATTITUDES SECURITE ROUTIERE 2009 RESUME DE PARTIE 3 : NORMES SOCIALES, PERCEPTION DES RISQUES ET NOUVEAUX THÈMES MESURE D ATTITUDES SECURITE ROUTIERE 2009

Plus en détail

Solution Géolocalisation SG5. Apache technologie 2010 Edition janvier 2011

Solution Géolocalisation SG5. Apache technologie 2010 Edition janvier 2011 Solution Géolocalisation SG5 Apache technologie 2010 Edition janvier 2011 Systèmes de localisation et d assistance logistique Apache Technologie. Le monde du transport routier, et particulièrement ses

Plus en détail

LES CYCLISTES À BRUXELLES: QUI SONT-ILS?

LES CYCLISTES À BRUXELLES: QUI SONT-ILS? LES CYCLISTES À BRUXELLES: QUI SONT-ILS? Résultats de l enquête menée en 2013 www.provelo.org Table des matières Introduction...3 Méthodologie...3 Récolte des données... 3 Traitement des données...3 Résultats...4

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES OBSTACLES À L'UTILISATION DU VÉLO EN VILLE

ENQUÊTE SUR LES OBSTACLES À L'UTILISATION DU VÉLO EN VILLE ENQUÊTE SUR LES OBSTACLES À L'UTILISATION DU VÉLO EN VILLE Enquête auprès de personnes non-cyclistes qui ont déjà été tentées par le vélo mais ne l'utilisent pas régulièrement à Bruxelles. www.provelo.org

Plus en détail

Présenté par Constable Perry Madelon Road Safety Unit Traffic Branch

Présenté par Constable Perry Madelon Road Safety Unit Traffic Branch Présenté par Constable Perry Madelon Road Safety Unit Traffic Branch Qu est-ce que la distraction au volant? La distraction au volant s entend de tout ce qui détourne l attention accordée à la conduite.

Plus en détail

Situation de la congestion et de l accidentologie sur la vallée du Rhône et l arc languedocien. Débat Public VRAL Visite presse ASF

Situation de la congestion et de l accidentologie sur la vallée du Rhône et l arc languedocien. Débat Public VRAL Visite presse ASF Situation de la congestion et de l accidentologie sur la vallée du Rhône et l arc languedocien Débat Public VRAL Visite presse ASF Vedène - 17/05/2006 L A7 et l A9 en quelques chiffres Un des axes de liaison

Plus en détail

La perte de vigilance ou l'attention perturbée

La perte de vigilance ou l'attention perturbée ANNEXE F La perte de vigilance ou l'attention perturbée I Perte de vigilance II Attention perturbée ou «distraction» DGO / étude des accidents corporels 2007-2011 1 DGO / étude des accidents corporels

Plus en détail

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Sondage réalisé par pour LEVEE D EMBARGO IMMEDIATE Objectifs et méthodologie Objectifs La Fondation BMW a mandaté l institut d études BVA

Plus en détail

Le téléphone portable au volant. Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR)

Le téléphone portable au volant. Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR) Le téléphone portable au volant Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR) Contexte 2003 : interdiction d'utiliser le téléphone portable tenu en main uniquement au volant en France. Cette décision s'appuyait

Plus en détail

Etude Assureurs Prévention - Les Français au volant

Etude Assureurs Prévention - Les Français au volant Etude Assureurs Prévention - Les Français au volant Juillet 2014 Date : juillet 2014 Etude Assureurs Prévention réalisée par OpinionWay Le contexte et les objectifs de l étude Contexte et objectifs Assureurs

Plus en détail

Les Français au volant

Les Français au volant Les Français au volant Juillet 2012 Date : Juillet 2012 A : Benoît Dutartre - Entre Nous Soit Dit De : Sylvie Lacassagne / Oriane Léti - OpinionWay OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél

Plus en détail

CONDUIRE OU TELEPHONER! IL FAUT CHOISIR. Employeurs et salariés. Quels risques Quelles responsabilités Quelles bonnes pratiques de prévention

CONDUIRE OU TELEPHONER! IL FAUT CHOISIR. Employeurs et salariés. Quels risques Quelles responsabilités Quelles bonnes pratiques de prévention CONDUIRE OU TELEPHONER! IL FAUT CHOISIR Le véhicule n est pas une annexe du bureau!? Quels risques Quelles responsabilités Quelles bonnes pratiques de prévention Quels risques? «Travail et téléphone au

Plus en détail

Solution Géolocalisation. Apache technologie 2014

Solution Géolocalisation. Apache technologie 2014 Solution Géolocalisation Apache technologie 2014 Systèmes de localisation et d assistance logistique Apache Technologie. Le monde du transport routier, et particulièrement ses plateformes de gestion logistique,

Plus en détail

Sécurité routière et Usager

Sécurité routière et Usager Session Sécurité routière et Usager Président : Michel LABROUSSE MEDDE DIT Modérateur : Julien VICK SER Communication entre Infrastructure et véhicule pour l amélioration de la sécurité Intervenants :

Plus en détail

OptiFlo la solution de géo-localisation intégrale... Mieux analyser. OptiFlo. Mieux voir. Mieux décider. OptiFlo: Géolocalisation intégrale

OptiFlo la solution de géo-localisation intégrale... Mieux analyser. OptiFlo. Mieux voir. Mieux décider. OptiFlo: Géolocalisation intégrale OptiFlo la solution de géo-localisation intégrale... Mieux analyser Mieux voir Mieux décider Optimisez votre productivité avec la géolocalisation! Vous voulez faire des économies de carburant

Plus en détail

La distance d arrêt.

La distance d arrêt. La distance d arrêt. Niveau Références B.O. Partie 3 ème C - De la gravitation à l énergie mécanique. C2 - Énergie cinétique et sécurité routière. Sous-partie Pourquoi la vitesse est-elle dangereuse? Pré

Plus en détail

Manuel d utilisation. N Support 0 892 230 803 V 1.0. www.inforad.eu. application iphone d aide à la conduite

Manuel d utilisation. N Support 0 892 230 803 V 1.0. www.inforad.eu. application iphone d aide à la conduite application iphone d aide à la conduite Exclusivement pour iphone 4 et versions supérieures Manuel d utilisation V 1.0 www.inforad.eu N Support 0 892 230 803 0,34 /min sommaire 1 - Descriptif et principales

Plus en détail

HORAIRISTES DE TRAJETS ET PRÉPOSÉS À L'AFFECTATION DES ÉQUIPAGES. Poste : Conditions d accès à la profession : Tâches :

HORAIRISTES DE TRAJETS ET PRÉPOSÉS À L'AFFECTATION DES ÉQUIPAGES. Poste : Conditions d accès à la profession : Tâches : Norme professionnelle (Pour décrire des emplois de la chaîne d'approvisionnement, réaliser des évaluations du rendement, élaborer des plans de carrière, etc.) Poste : Description du poste (selon la définition

Plus en détail

UN OUTIL INNOVANT POUR L'EXPLOITATION ROUTIERE

UN OUTIL INNOVANT POUR L'EXPLOITATION ROUTIERE GEREZ LOCALISEZ SIMPLIFIEZ PRISM UN OUTIL INNOVANT POUR L'EXPLOITATION ROUTIERE PRISM (Patrouillage Routier Informatisé et Suivi de Main courante) est un système d'information routière spécialement développé

Plus en détail

Vente et installation des systèmes de télégestion de flotte de véhicules (TRACKING & GESTION DU CARBURANT)

Vente et installation des systèmes de télégestion de flotte de véhicules (TRACKING & GESTION DU CARBURANT) Vente et installation des systèmes de télégestion de flotte de véhicules (TRACKING & GESTION DU CARBURANT) INTRODUCTION A travers notre solution tracking, nous vous offrons une solution aux problèmes de

Plus en détail

1. Correction de la position actuelle et de la distance

1. Correction de la position actuelle et de la distance 1. Correction de la position actuelle et de la distance Une correction est nécessaire dans les cas suivants : Lorsque vous remplacez une roue : effectuez une correction automatique (correction de la distance)

Plus en détail

La régulation d accès en Ile-de-France

La régulation d accès en Ile-de-France CoTITA - Ouest 13 octobre 2014 La régulation d accès en Ile-de-France E Landureau Département Exploitation et Technologies Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Energie DRIEA IF Direction

Plus en détail

Impact des messages "Pic de pollution" affichés sur PMV

Impact des messages Pic de pollution affichés sur PMV Impact des messages "Pic de pollution" affichés sur PMV Myriam Hugot - IFSTTAR Fabrice Reclus - CETE de Lyon 7 janvier 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement

Plus en détail

Partenariat Météo-France / FNHPA SAISON 2012

Partenariat Météo-France / FNHPA SAISON 2012 Partenariat Météo-France / FNHPA SAISON 2012 Les principes : Partenariat METEO-FRANCE / FNHPA Toujours un «package météo» à 3 niveaux, avec : - un bulletin d affichage destiné à vos clients - un service

Plus en détail

Et si on utilisait le vélo?

Et si on utilisait le vélo? Et si on utilisait le vélo? Marc Eloy Ivan Derré Juillet 2014 Paris peut elle devenir comme Copenhague une capitale symbole du déplacement en vélo? Le développement du Vélib, la mise en place de voies

Plus en détail

PRIME/ESSENTIAL NAVIGATION QUICK START GUIDE

PRIME/ESSENTIAL NAVIGATION QUICK START GUIDE PRIME/ESSENTIAL NAVIGATION QUICK START GUIDE FR Configuration initiale 1. Sélectionnez votre langue préférée, puis touchez pour confirmer la sélection. Vous pourrez la modifier par la suite dans les paramètres

Plus en détail

Les Français et le transport partagé

Les Français et le transport partagé Les Français et le transport partagé Institut CSA pour Uber Novembre 2014 Fiche technique Interrogation Echantillon national représentatif de 1000 personnes âgées de 18 ans et plus Constitution de l échantillon

Plus en détail

Vitesse et distance d arrêt

Vitesse et distance d arrêt Vitesse et distance d arrêt Mathématiques 3e Compétences du Répertoire des connaissances et des comportements des usagers de l espace routier Connaître les risques liés aux conditions météo (freinage,

Plus en détail

La priorité à droite À une intersection, lorsqu'il n'y a pas de panneau ou que l'on trouve le panneau priorité à droite qui s'applique.

La priorité à droite À une intersection, lorsqu'il n'y a pas de panneau ou que l'on trouve le panneau priorité à droite qui s'applique. Comment franchir une intersection avecprioritéàdroite? Une intersection (carrefour) est une zone où se rejoignent, se croisent des usagers venant de directions différentes. Dans quel ordre doivent-ils

Plus en détail

6 TRUCS ET ASTUCES POUR RÉDUIRE LES COÛTS DE VOTRE FLOTTE AUTOMOBILE. Présenté par Transpoco

6 TRUCS ET ASTUCES POUR RÉDUIRE LES COÛTS DE VOTRE FLOTTE AUTOMOBILE. Présenté par Transpoco 6 TRUCS ET ASTUCES POUR RÉDUIRE LES COÛTS DE VOTRE FLOTTE AUTOMOBILE Présenté par Transpoco Une flotte automobile représente un avantage pour les entreprises à la fois en terme de déplacements qui sont

Plus en détail

BOUTONS-POUSSOIRS D'ALARME DANS LES TUNNELS ROUTIERS

BOUTONS-POUSSOIRS D'ALARME DANS LES TUNNELS ROUTIERS 6 NOTE D'INFORMATION DECEMBRE 994 BOUTONS-POUSSOIRS D'ALARME DANS LES TUNNELS ROUTIERS INTRODUCTION Dans les tunnels routiers le bouton-poussoir d alarme ou bouton S.O.S. est mis à la disposition de l

Plus en détail

LE DEVOIR DE SURVEILLANCE

LE DEVOIR DE SURVEILLANCE LE DEVOIR DE SURVEILLANCE Une obligation importante Principe de vigilance La surveillance des élèves doit être effective, vigilante et efficace. Elle doit être constante pendant la totalité du temps scolaire.

Plus en détail

ASSR MATHEMATIQUES 3EME

ASSR MATHEMATIQUES 3EME Réussir l attestation de sécurité routière (ASSR) Les cyclomoteurs Exercices Enchaînement d opérations 1. Bruno consent à acheter un scooter à sa fille Éva, si cela ne lui revient pas à plus de 100 par

Plus en détail

DFD 5.1 EXPLOITER LES DONNEES VEHICULES

DFD 5.1 EXPLOITER LES DONNEES VEHICULES DFD 5.1 EXPLOITER LES DONNEES VEHICULES 5.2.10 Elaborer les conditions de circulation pour le véhicule 5 Données véhicules 5 Périmètre fonctionnel du diagramme : Dialogue véhicule infrastructure. Traitement

Plus en détail

Système de régulation dynamique pour la mise en service du tunnel de Toulon

Système de régulation dynamique pour la mise en service du tunnel de Toulon Journée d'information et d'échanges sur les Systèmes de Transport Intelligents (STI) Système de régulation dynamique pour la mise en service du tunnel de Toulon Nicolas DITCHI Réseau Scientifique et Technique

Plus en détail

Gamme de Logiciels Interactifs Develter

Gamme de Logiciels Interactifs Develter Gamme de Logiciels Interactifs Develter Cours interactifs selon le Concept DEVELTER Cours interactifs de Sensibilisations à la Sécurité Routière Cours interactifs de Sécurité Routière Cours interactifs

Plus en détail

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1-2 - Les principaux enseignements... 4

Sommaire. - 1 - La méthodologie... 1-2 - Les principaux enseignements... 4 FM N 111499 Contact Ifop : Frédéric Micheau Directeur adjoint Département Opinion et Stratégies d'entreprise prenom.nom@ifop.com 35 rue de la gare 75019 Paris Tél : 01 45 84 14 44 Fax : 01 45 85 59 39

Plus en détail

Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé

Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé Baromètre de confiance à l égard des professionnels de santé Sondage Viavoice pour le Groupe Pasteur Mutualité VIAVOICE «Mieux comprendre l opinion pour agir» Études et conseil en opinions 9 rue Huysmans

Plus en détail

LA DISTRACTION AU VOLANT ET SES IMPACTS SUR LA

LA DISTRACTION AU VOLANT ET SES IMPACTS SUR LA ENQUÊTE CONJOINTE DE CAA-QUÉBEC ET DE L ÉQUIPE DE L ÉMISSION JE (TVA) LA DISTRACTION AU VOLANT ET SES IMPACTS SUR LA CONDUITE AUTOMOBILE QUÉBEC, NOVEMBRE 2007 «Jusqu ici, on a une vague idée du danger

Plus en détail

Guide d utilisation SWISS-TRAFFIC 2015

Guide d utilisation SWISS-TRAFFIC 2015 Guide d utilisation SWISS-TRAFFIC 2015 Menu + Notez et partagez l app, découvrir nos autres applications. Itinéraire Voir point 4. Carte infotrafic Voir point 2. News Communications de Swiss-Traffic. Parrainer

Plus en détail

Partage multimodal des VSA d'île-de-france

Partage multimodal des VSA d'île-de-france Partage multimodal des VSA d'île-de-france Ghislain FRAMBOURT Île-de-France Service de modernisation du réseau 16 octobre 2013 www.dir.ile-de-france.developpement-durable.gouv.fr Contexte / finalités La

Plus en détail

LGV POITIERS-LIMOGES OBSERVATIONS APPORTEES PAR RESEAU FERRE DE FRANCE

LGV POITIERS-LIMOGES OBSERVATIONS APPORTEES PAR RESEAU FERRE DE FRANCE LGV POITIERS-LIMOGES OBSERVATIONS APPORTEES PAR RESEAU FERRE DE FRANCE SUITE AU PROCES VERBAL DE SYNTHESE ETABLIE PAR LA COMMISSION D ENQUETE A L ISSUE DE L ENQUETE PUBLIQUE DU PROJET REMIS LE 25 JUILLET

Plus en détail

Ouvrez l œil autour des véhicules lourds

Ouvrez l œil autour des véhicules lourds Ouvrez l œil autour des véhicules lourds Surveillez les angles morts Pour garder la vie Sécurité : un mot prioritaire pour CAA-Québec Les automobilistes d aujourd hui doivent partager la route avec de

Plus en détail

Solution Géolocalisation SG5 option béton. Apache technologie 2011

Solution Géolocalisation SG5 option béton. Apache technologie 2011 Solution Géolocalisation SG5 option béton Apache technologie 2011 Solution «béton» SG5 Apache technologie La livraison de béton prêt à l emploi nécessite certaines précautions, et un savoir faire particulier

Plus en détail

Le Sphinx. Module opérateur. Manuel de référence Version 4

Le Sphinx. Module opérateur. Manuel de référence Version 4 Le Sphinx Module opérateur Manuel de référence Version 4 Copyright Sphinx Développement 1986 2002. Tous droits réservés Module opérateur Imprimé le 18/03/2003 Le Sphinx Développement Parc Altaïs 74650

Plus en détail

Observatoire Orange Terrafemina

Observatoire Orange Terrafemina Observatoire Orange Terrafemina Vague 7 M-Commerce : Quand le mobile réinvente le shopping n 1100905 Juillet 2011 Etude réalisée conformément à la norme internationale ISO 20252 2, rue de Choiseul CS 70215

Plus en détail

Ligne Paris Granville

Ligne Paris Granville Ligne Paris Granville Travaux entre Dreux et Surdon 11/06/2015 Frédéric Davanture Ingénieur Consultant Table des matières 1. Introduction... 3 2. Travaux prévus en Dreux et Surdon... 3 2.1. Description

Plus en détail

CartoCom Localisation de véhicules en temps réel avec l Owasys 22A

CartoCom Localisation de véhicules en temps réel avec l Owasys 22A CartoCom Localisation de véhicules en temps réel avec l Owasys 22A Tél : 03 86 48 01 75 / Fax : 03 86 48 01 78 1. Le suivi de flotte en GPRS...2 1.1 Principe de la localisation en temps réel...2 1.2 Suivi

Plus en détail

LA SIGNALISATION TEMPORAIRE DE CHANTIERS

LA SIGNALISATION TEMPORAIRE DE CHANTIERS Service Hygiène et sécurité VOIRIE Fiche 1 CHANTIERS Janvier 2009 LA SIGNALISATION TEMPORAIRE DE De nombreux travaux ou interventions réalisés au sein de la collectivité (élagage des arbres, réseaux d

Plus en détail

Rapport d'intervention

Rapport d'intervention EN003294 Rapport d'intervention Numéro du rapport d'intervention R985572 Numéro du dossier d'intervention PIMC0010792 Identification du destinataire LES ENTREPRISES JPG BERGERON INC 53, rue Principale

Plus en détail

Référence : code de la route articles R412-36 et R412-42

Référence : code de la route articles R412-36 et R412-42 1/ Lorsque nous marchons le long d une route avec un groupe d enfants, devons-nous le faire à gauche ou à droite de la chaussée? Quelles précautions particulières devons-nous prendre lors des déplacements

Plus en détail

Le transport routier de personnes à la Réunion

Le transport routier de personnes à la Réunion Le transport routier de personnes à la Réunion Sous l effet de la croissance démographique et de l étalement urbain, les déplacements à la Réunion ne cessent de croître au regard des besoins d accès aux

Plus en détail

Réseau des Centres Européens des Consommateurs

Réseau des Centres Européens des Consommateurs Le tourisme en Grèce Réseau des Centres Européens des Consommateurs Cette brochure vous donnera des informations sur la conduite en Grèce. Toutefois, les informations que vous y trouverez ne sont pas exhaustives

Plus en détail

Pour en finir avec les idées fausses sur l acceptabilité

Pour en finir avec les idées fausses sur l acceptabilité Direction territoriale Ouest Pour en finir avec les idées fausses sur l acceptabilité Stéphanie Bordel (Cerema/ DTerOuest) & Alain Somat (Université de Rennes 2/ CRPCC) L évaluation des politiques publiques

Plus en détail

Gestion de projet - les chaînes critiques

Gestion de projet - les chaînes critiques Gestion de projet - les chaînes critiques GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Table

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

SOLUTION DE SUIVI DE FLOTTE PAR GPS Traceur GPS solution GPRS

SOLUTION DE SUIVI DE FLOTTE PAR GPS Traceur GPS solution GPRS SOLUTION DE SUIVI DE FLOTTE PAR GPS Traceur GPS solution GPRS Principe : Nous proposons un système complet et novateur permettant le suivi à distance de déplacements de véhicules, grâce au GPS et à une

Plus en détail

Travailleur isolé. Cependant pour des travaux très dangereux, la notion de travailleur isolé peut s entendre pour des périodes de quelques minutes

Travailleur isolé. Cependant pour des travaux très dangereux, la notion de travailleur isolé peut s entendre pour des périodes de quelques minutes Conseils prévention Santé au travail Travailleur isolé Crée le 20/09/2012 par Frédérique Sierra 1 Définition du travailleur isolé (INRS, ED 985, travail isolé) Une personne devra être considérée comme

Plus en détail

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION Principales constatations de l Enquête 2013 auprès des emprunteurs hypothécaires Lorsqu ils

Plus en détail

Consignes pour le permis de conduire

Consignes pour le permis de conduire www.marius-formation.com Consignes pour le permis de conduire Instructions à titre indicatif fixant les modalités d'évaluation de l'épreuve pratique de l'examen du permis de conduire de la catégorie B

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

MYTHES SUR LA CONSOMMATION DE CARBURANT ET LA CONDUITE

MYTHES SUR LA CONSOMMATION DE CARBURANT ET LA CONDUITE MYTHES SUR LA CONSOMMATION DE CARBURANT ET LA CONDUITE Les Canadiens cherchent à réduire la consommation de carburant de leur véhicule pour protéger l environnement et réaliser des économies. Plusieurs

Plus en détail

PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE

PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE ROUTIERE ACCIDENTOLOGIE Selon les statistiques de la prévention routière, 3645 personnes ont été tuées sur les routes en 2012 contre 3963 en 2011 L année 2012 marque le

Plus en détail

SOLUTION DE SUIVI ET GESTION DE FLOTTE

SOLUTION DE SUIVI ET GESTION DE FLOTTE SOLUTION DE SUIVI ET GESTION DE FLOTTE LA SOLUTION TRAGEO OKTALOGIC conçoit et produit : Un protocole de communication GPRS innovant et breveté, OKTANET, qui par sa souplesse et sa légèreté permet une

Plus en détail

Chapitre 8. Corrigés

Chapitre 8. Corrigés Chapitre 8 Corrigés 1 Question 1. Indicateurs du BSC et stratégie de domination par les coûts Le BSC doit refléter les intentions stratégiques. Par conséquent, si l entreprise choisit de s orienter plutôt

Plus en détail

Correction détaillée ASSR2. Session 2011

Correction détaillée ASSR2. Session 2011 détaillée ASSR2 Epreuve principale Session 2011 Question 1 Piétons Rollers Dépasser un piéton C est bien sur le trottoir que le roller, qui est considéré comme un piéton, doit circuler. Mais, plus rapide

Plus en détail

MARCHE PUBLIC RELATIF POUR LE TRANSPORT PAR AUTOCAR LORS DES SORTIES SCOLAIRES ET CENTRES DE LOISIRS

MARCHE PUBLIC RELATIF POUR LE TRANSPORT PAR AUTOCAR LORS DES SORTIES SCOLAIRES ET CENTRES DE LOISIRS MARCHE PUBLIC RELATIF POUR LE TRANSPORT PAR AUTOCAR LORS DES SORTIES SCOLAIRES ET CENTRES DE LOISIRS CAHIER DES CHARGES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) MAITRE D'OUVRAGE : COMMUNE DE RICHEBOURG 3 Place

Plus en détail

Prise en Main de MS Project

Prise en Main de MS Project Prise en Main de MS Project Télécharger une version de démo valable 60 jours ici: http://www.zdnet.fr/telecharger/windows/fiche/0,39021313,39076442s,00.htm Microsoft Project vous aide à créer des prévisions

Plus en détail

Question C051. Je peux circuler à :

Question C051. Je peux circuler à : CONDUITE new 16/03/09 11:10 Page 51 Question C051 Je peux circuler à : A - 40 km/h B - 50 km/h C - 60 km/h B. Le panneau indique que la vitesse est limitée à 50 km/h. C'est une vitesse maximale, qu'il

Plus en détail

MAÎTRISE DES SAVOIRS DE BASE. Nomenclature desmodules

MAÎTRISE DES SAVOIRS DE BASE. Nomenclature desmodules MAÎTRISE DES SAVOIRS DE BASE Nomenclature desmodules A0 :Identifier lesbesoins en Savoirs de Base et définir le parcours de formation. A1 :Se mettre à niveau à l écrit pour répondre aux exigences professionnelles.

Plus en détail

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante

La qualité de l air liée au dioxyde d azote s améliore sur la plupart des axes routiers mais reste insatisfaisante En résumé Évaluation de l impact sur la qualité de l air des évolutions de circulation mises en oeuvre par la Mairie de Paris entre 2002 et 2007 Ce document présente les résultats de l évolution entre

Plus en détail

Mieux sécuriser les passages à niveau : les mesures concrètes de Frédéric Cuvillier. Dossier de presse 24 septembre 2013

Mieux sécuriser les passages à niveau : les mesures concrètes de Frédéric Cuvillier. Dossier de presse 24 septembre 2013 Mieux sécuriser les passages à niveau : les mesures concrètes de Frédéric Cuvillier Dossier de presse 24 septembre 2013 1 Quelques chiffres - On dénombre 15 000 passages à niveau sur des lignes ouvertes

Plus en détail

Solution Géolocalisation par Satellite

Solution Géolocalisation par Satellite Solution Géolocalisation par Satellite Votre Système de suivi international AVANTAGES LA SOLUTION TELEMATIQUE Positionnement : GPS intégré pour une localisation très précise Couverture mondiale Données

Plus en détail

dossier de presse Dernier-né de l Information Voyageurs : Un outil pour les non-voyants Mardi 19 avril 2011

dossier de presse Dernier-né de l Information Voyageurs : Un outil pour les non-voyants Mardi 19 avril 2011 dossier de presse Dernier-né de l Information Voyageurs : Un outil pour les non-voyants Mardi 19 avril 2011 Contact Presse : Cécile Richel Tél. 04 26 68 57 38 / 06 71 73 57 72 richel@sytral.fr Sommaire

Plus en détail

Abonnement Domicile Presqu'île POUR les résidents: VERS une. complémentarité des modes de déplacements à Lyon".

Abonnement Domicile Presqu'île POUR les résidents: VERS une. complémentarité des modes de déplacements à Lyon. Abonnement Domicile Presqu'île POUR les résidents: VERS une complémentarité des modes de déplacements à Lyon". La question du stationnement des véhicules des habitants en centre ville est une problématique

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

ACSI-BDD Rapport Projet Groupe B2. Sommaire

ACSI-BDD Rapport Projet Groupe B2. Sommaire Sommaire INTRODUCTION...2 1 Présentation du sujet... 3 1.1 Rôle de Com'Et dans la vie étudiante locale...3 1.2 Les services aux étudiants...3 1.3 Les services aux associations...4 1.4 Fonctionnement général...4

Plus en détail

Cette activité propose aux élèves de déterminer la durée et la distance nécessaires à un véhicule de la gendarmerie

Cette activité propose aux élèves de déterminer la durée et la distance nécessaires à un véhicule de la gendarmerie Olivier PILORGET - Académie de Nice - TraAM 2013-2014 " EXCES DE VITESSE " 3 ème - 2 nd Testée avec une classe de 3 ème sur une séances de 55 min Image tirée d'un reportage vidéo de Marc Mehran sur Nice

Plus en détail

CAMPAGNE «TRAJET, SECURISONS-LE!» LES USAGERS VULNERABLES

CAMPAGNE «TRAJET, SECURISONS-LE!» LES USAGERS VULNERABLES CAMPAGNE «TRAJET, SECURISONS-LE!» LES USAGERS VULNERABLES L UEL, en partenariat avec l Association d assurance accident et forte de la participation d acteurs nationaux, a lancé une nouvelle version de

Plus en détail

vocal et négligent les informations routières et celles de l'écran. questionnées. Ils peuvent aller jusqu'à la faute grave de conduite.

vocal et négligent les informations routières et celles de l'écran. questionnées. Ils peuvent aller jusqu'à la faute grave de conduite. - 42% des utilisateurs trouvent l'écran situé trop à droite du poste de conduite. - 75 % des automobilistes font confiance en priorité au guidage - le GPS est l'équipement préféré d'un tiers des personnes

Plus en détail

Notice d'utilisation de GEPI

Notice d'utilisation de GEPI Notice d'utilisation de GEPI 1. Avant -propos : G.E.P.I (Gestion des Eleves Par Internet) est dorénavant la nouvelle interface utilisée au lycée pour saisir, éditer les relevés de notes et les bulletins

Plus en détail

CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES

CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES Compétence du socle : Compétence 4 : La maîtrise des techniques usuelles de l information et de la communication Contribution

Plus en détail

Le stage de récupération de points se déroule sur 2 journées consécutives de 7H30 chacune.

Le stage de récupération de points se déroule sur 2 journées consécutives de 7H30 chacune. Déroulement du stage Durée Le stage de récupération de points se déroule sur 2 journées consécutives de 7H30 chacune. Le respect des horaires est impératif. En cas de non-respect des horaires, le stagiaire

Plus en détail

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions

PLATEFORME HORIZONS EMPLOI. Métiers et professions PLATEFORME HORIZONS EMPLOI Métiers et professions Informaticien/informaticienne d'exploitation (32311 ) Informations sur le groupe de métiers Les métiers du groupe Gestionnaire d'exploitation informatique..................................

Plus en détail

Conduite défensive : le bon comportement. Thème de février 2014

Conduite défensive : le bon comportement. Thème de février 2014 Conduite défensive : le bon comportement Thème de février 2014 Qu est-ce une conduite défensive? Une conduite défensive veut dire que : Vous évitez de faire des fautes L homme fait 2 à 10 fautes Vous essayez

Plus en détail

GESTION INFORMATISEE DE FILES D ATTENTE

GESTION INFORMATISEE DE FILES D ATTENTE GESTION INFORMATISEE DE FILES D ATTENTE Eviter les pièges et les fausses bonnes idées Des bornes d'accueil avec des sélections multiples présentées faussement comme étant des écrans tactiles De nombreuses

Plus en détail

Quelles sont les conditions Générales d Utilisation?

Quelles sont les conditions Générales d Utilisation? Quelles sont les conditions Générales d Utilisation? Nous vous fournissons un service ("le service"), sujet aux conditions suivantes ("conditions"), qui peuvent être mises à jour de temps en temps sans

Plus en détail

Travail sur le fichier. des adhérents de l'abf. Qui êtes-vous? par Delphine ANTOINE

Travail sur le fichier. des adhérents de l'abf. Qui êtes-vous? par Delphine ANTOINE Qui êtes-vous? Chaque année l'a.b.f. enregistre un nombre important de nouvelles adhésions. Mais au lieu d'augmenter les effectifs, ces nouveaux membres ne viennent guère que compléter les vides laissés

Plus en détail

À votre service...? Let s drive business

À votre service...? Let s drive business À votre service...? Analyse du marché : L entreprise satisfaitelle les attentes des consommateurs européens en ce qui concerne la prise de rendez-vous et les délais de livraison? Étude de marché : Prestation

Plus en détail

AU VOLANT DE MA SANTÉ

AU VOLANT DE MA SANTÉ AU VOLANT DE MA SANTÉ AÎNÉS, êtes-vous à risque? La conduite automobile est une activité complexe. En fait, plusieurs exigences sont nécessaires pour l exercer, comme de : > bien connaître les règles

Plus en détail

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011*

INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* INSERTION DES JEUNES DIPLOMES Groupe ESC DIJON BOURGOGNE Enquête 2011* La 19me enquête «Insertion des jeunes Diplômés» de la Conférence des Grandes Écoles s intéresse aux conditions d insertion professionnelle

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRES DES UTILISATEURS DU COVOITURAGE LONGUE DISTANCE

ENQUÊTE AUPRES DES UTILISATEURS DU COVOITURAGE LONGUE DISTANCE ENQUÊTE AUPRES DES UTILISATEURS DU COVOITURAGE LONGUE DISTANCE Septembre 2015 Étude réalisée pour le compte de l ADEME par : 6t-bureau de recherche N de contrat : 1466C0095 Coordination technique : CHASSIGNET

Plus en détail

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME

BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME pour BAROMETRE SUR LE FINANCEMENT ET L ACCES AU CREDIT DES PME - Vague 5 - Contacts : Frédéric Dabi / Flore-Aline Colmet Daâge Avril 2010 Note méthodologique Etude réalisée pour : KPMG et CGPME Echantillon

Plus en détail

guide de rapide démarrage INCLUS! découverte 24h

guide de rapide démarrage INCLUS! découverte 24h guide de démarrage rapide découverte 24h INCLUS! 1 Merci d avoir choisi Coyote à la carte! Coyote à la carte, l avertisseur Coyote sans engagement, est un Assistant d Aide à la Conduite qui vous aide à

Plus en détail

Sondage Planète Verte

Sondage Planète Verte Sondage Planète Verte Utilisation du véhicule électrique Jean Patrick Teyssaire RESUME La mobilité électrique est aujourd'hui reconnue comme une des solutions à la mobilité de demain. Pour autant les utilisateurs

Plus en détail

RENCONTRE SECURITE DES ASSOCIATIONS COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU 10 DECEMBRE 2014 ADEIC AFOC CNAFAL FENVAC FNAUT INDECOSA SOURIRE DES ANGES UNAF

RENCONTRE SECURITE DES ASSOCIATIONS COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU 10 DECEMBRE 2014 ADEIC AFOC CNAFAL FENVAC FNAUT INDECOSA SOURIRE DES ANGES UNAF RENCONTRE SECURITE DES ASSOCIATIONS COMPTE-RENDU DE LA REUNION DU 10 DECEMBRE 2014 Participaient à la réunion : Représentants des Associations : ADEIC AFOC CNAFAL FENVAC FNAUT INDECOSA SOURIRE DES ANGES

Plus en détail

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier Christophe Fournier Clinique de Thuys Aunége - Christophe Fournier 2 Table des matières Information sur l'échantillon 3 Structure de l'échantillon...4 Point méthodologique 6 Point méthodologique...7 Représentativité

Plus en détail