Association des Sociétés Françaises d'autoroutes et d ouvrage à péage. Projet Coopers Co-Operative Networks for Intelligent Road Safety

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Association des Sociétés Françaises d'autoroutes et d ouvrage à péage. Projet Coopers Co-Operative Networks for Intelligent Road Safety"

Transcription

1 CD & COMMUNICATION & DÉVELOPPEMENT Département Etudes et Recherches Association des Sociétés Françaises d'autoroutes et d ouvrage à péage Projet Coopers Co-Operative Networks for Intelligent Road Safety Etude qualitative de l'appréciation et de l'acceptation de systèmes coopératifs embarqués Destinataire : ASFA M. Jacques Boussuge Directeur du Département Opérations Dominique Piot le 9 septembre 2010

2 S.A.R.L0. au capital de SIRET Fondée le rue de la Porte Blanche Marnes la Coquette Téléphone Télécopie

3 SOMMAIRE 1. Contexte de la recherche 3 2. Objectifs de l'expérimentation 4 3. Méthodologie adoptée 5 4. Préparation de l'expérimentation 7 5. Tests qualitatifs en région parisienne 5.1 Recrutement des observateurs 5.2 Déroulement des tests 5.3 Relevés des vitesses pratiquées 5.4 Changements de voie 5.5 Comportement des conducteurs Tests qualitatifs sur le réseau ATMB 6.1 Recrutement des observateurs 6.2 Déroulement des tests 6.3 Relevés des vitesses pratiquées 6.4 Changements de voie 6.5 Comportement des conducteurs Eléments de synthèse 32 Communication & Développement tient ici à remercier en particulier Gwenaëlle Toulminet et Ramdane Mahiou pour leur disponibilité sans faille, leur forte implication et leur soutien attentif lors de la préparation et de la réalisation des tests embarqués C & D

4 1- CONTEXTE DE LA RECHERCHE Dans le cadre du projet européen Coopers - Co-Operative Networks for Intelligent Road Safety, l'association des Sociétés Françaises d'autoroutes et d'ouvrages à péage fait procéder à une expérimentation de communication entre l'infrastructure autoroutière et les véhicules dans un double objectif d'amélioration de la sécurité autoroutière et de meilleure gestion du trafic. Cette expérimentation consiste à diffuser des informations recueillies par certaines sociétés françaises d'autoroutes et centralisées par Autoroute Trafic vers un véhicule équipé d'un système d'information embarquée afin de vérifier la faisabilité technique de la communication infrastructure-véhicule et de mesurer le degré de compréhension et d'acceptation des conducteurs amenés à utiliser ce service. Pour ce faire, les informations relatives aux limitations permanentes ou temporaires de vitesse et celles relatives aux évènements d'exploitation (accidents, incidents, travaux, congestions, météorologie ) sont recueillies à partir des données des sociétés concessionnaires, centralisées à Paris (Autoroute Trafic) et diffusées en temps réel vers le véhicule expérimental embarquant un système d'information dit OBU (On Board Unit), dont l'interface avec le conducteur permet l'affichage dans le véhicule, sous forme de textes et de pictogrammes, d' informations jusqu'ici diffusées par panneaux à messages variables sur les réseaux concernés. L'expérimentation a concerné les zones suivantes : - DIRIF VRU d'ile-de-france (A13 Paris Mantes)) - ATMB Cluses Bellegarde (A40) Pour vérifier la faisabilité technique, un véhicule a été équipé par l'inria et l'ecole des Mines, au printemps Les tests techniques ont été réalisés en mai et juin 2010, les tests embarqués en juin et juillet

5 2- OBJECTIFS DE L'EXPERIMENTATION Les objectifs de l'étude sont les suivants : Explorer les attitudes et les attentes des conducteurs relatives à un service coopératif de diffusion d'informations à bord des véhicules. Vérifier, en situation expérimentale, la faisabilité de la diffusion d'informations d'aide à la conduite depuis l'infrastructure vers le véhicule et la fiabilité de la chaîne technique de recueil des informations, de leur diffusion et de leur affichage en temps réel à bord d'un véhicule circulant sur le réseau autoroutier français. Tester en situation réelle de conduite la facilité d'usage ou la charge mentale supplémentaire, la compréhension ou la complexité, l'acceptation ou les réticences induites par l'usage du système d'informations embarquées diffusant des messages de type PMV à bord des véhicules. Observer en situation réelle les comportements induits par l'utilisation de ce système. Recueillir les opinions des conducteurs après utilisation, en comparaison avec les attitudes et attentes explorées avant usage. Evaluer la valorisation économique que les conducteurs prêtent à un système de cette nature. 5

6 3- MÉTHODOLOGIE ADOPTEE La méthodologie de l'expérience repose sur la réalisation d'entretiens qualitatifs embarqués réalisés auprès de conducteurs volontaires usagers réguliers des voies rapides des zones d'expérimentation. 20 observateurs ont été recrutés en région parisienne et à Bonneville (ATMB). Les tests, d'une durée d'environ trois heures, comprenaient la réalisation de trajets AR de l'ordre de 150 à 200 kilomètres permettant de tester dans un ordre aléatoire raisonné 8 à 12 affichages par sujet. Les principaux axes du protocole sont les suivants : o vérification de la capacité des conducteurs interrogatoire sur l'expérience de conduite et test de vue sur la base d'un tableau de Monnoyer et de planches d'ishihara. o Présentation sommaire des principes du dispositif, en salle, et recueil des attitudes et attentes (pré-questionnaire type Coopers user acceptance). o Phase de conduite sans utilisation du système pour permettre la familiarisation du conducteur avec le véhicule d'essai. o Test de 8 à 12 séquences en fonction du site, de la météo, des évènements réels d'exploitation et du trajet. Les évènements ont été préalablement définis en coopération avec l'asfa et la société ATMB. o Observation en temps réel des réactions, commentaires et du comportement induit ou déclaré des sujets-observateurs (enregistrement vidéo des séquences-clés). o Phase de débriefing quantitatif (type Coopers user acceptance "after") et qualitatif sous forme d'entretien semi-directif approfondi. Pendant les tests, hormis le conducteur volontaire, le psychologue chargé de l'enquête était accompagné dans le véhicule par un enquêteur assistant. Par ailleurs, un réalisateur cinéma professionnel a effectué deux jours de prises de vues sur le réseau ATMB afin de préparer un montage vidéo rendant compte de façon cursive mais illustrée de la réalisation des tests. 6

7 Le calendrier de l'expérimentation est le suivant : o Préparation de l'expérience entre les mois de décembre 2009 et mai 2010 (7 réunions Coopers dont 3 à Vienne, 3 à Paris et 1 à Bonneville). o Test statique au cours du congrès Como à Amsterdam les 25 et 26 mars o Réception de l'obu et tests techniques à Paris fin mai et début juin o Tests embarqués sur l'autoroute A13, entre Paris et Mantes entre le 14 et le 19 juin o Tests embarqués sur le réseau ATMB (A40), entre Cluses et Bellegarde entre le 5 et le 10 juillet o Participation à la rédaction du rapport d'étude COOPERS 6700 après les tests en région parisienne (22 juin 2010) puis après les tests sur le réseau ATMB (23 juillet 2010). 7

8 4- PREPARATION DE L'EXPERIMENTATION Les principales étapes de préparation de l'expérimentation COOPERS auxquelles la société Communication et Développement a participé sont les suivantes : o Réunions collégiales COOPERS à Vienne les 17 décembre 2009, 28 janvier et 14 avril o Réunions de préparation à l'asfa (J. Boussuge, G. Toulminet, R. Mathieu) les 9 février, 3 mars et 11 avril o Présentation du protocole des tests français à l'asfa (3 mars 2010). o Participation aux téléconférences COOPERS bimensuelles entre janvier et juin o Traduction et adaptation des questionnaires COOPERS (mai 2010). o Réunion de préparation ATMB à Bonneville le 20 mai o Réunions de préparation et de prise en compte des aspects techniques de l'expérimentation à l'inria fin mai et début juin o Tests routiers expérimentaux en juin et juillet

9 5- TESTS QUALITATIFS EN REGION PARISIENNE 5.1 Recrutement des observateurs Après réalisation des tests techniques de faisabilité des expérimentations (G. Toulminet, R. Mahiou) à l'inria, une répétition générale du parcours de test et la définition des évènements annoncés sur le trajet Paris-Mantes ont permis de finaliser le protocole des tests embarqués. Les conducteurs volontaires ont été recrutés par la direction du terrain de C & D entre le 1er et le 3 juin Les tests embarqués ont été menés du mardi 15 au samedi 19 juin sur l'autoroute A13. Le kilométrage total du test est de 104 kilomètres. 9

10 Dix conducteurs et conductrices ont participé aux tests : 5 hommes et 5 femmes, la moitié d'entre eux âgés de 18 à 35 ans, l'autre moitié des observateurs âgés de plus de 40 ans. La composition de l'échantillon qualitatif est la suivante : Conducteu r n Sexe Age Profession 1 M 44 Vendeur 2 F 56 Comptable 3 M 46 Direct. Cial 4 M 58 Direct. Sté 5 F 23 Sans prof. 6 F 25 Cadre sup. Société de taxis 7 M 23 Boulanger Ancien chauffeur routier 8 M 34 Infirmier 9 F 26 Employé 10 F 56 Dir. Marketing 5.2 Remarques Société de transport Usage fréquent autoroutes Déroulement des tests Conformément à la note méthodologique Coopers (Pr Mc Donald, R. Hall, J. Piao), le test débutait par l'administration du questionnaire relatif au comportement du conducteur (pré-questionnaire), puis par une séquence de conduite d'environ 10 kilomètres sans activation du système. Cette phase de familiarisation avait pour objectif de permettre aux observateurs de s'accoutumer au véhicule d'essai, à transmission automatique, dont la conduite n'était pas familière pour la plupart d'entre eux. 10

11 Après cette phase d'accoutumance, le système Coopers était mis en service. 7 évènements étaient alors successivement annoncés, au long des 90 kilomètres restant de l'itinéraire de test. Le tableau, page suivante, présente l'ordre d'apparition et la localisation de ces évènements. L'heure exacte d'apparition des messages Coopers et la vitesse du véhicule ont été notées par l'assistant d'enquête. 3 évènements, simulés, ont été affichés au cours du trajet aller Paris-Mantes, et les 4 autres lors du trajet retour. A l'issue du test embarqué, le conducteur devait répondre aux questions de la seconde partie du questionnaire Coopers (post-test) et le responsable du test pouvait alors mener un bref entretien qualitatif non directif pour résumer le déroulement du test et recueillir les opinions et attentes des observateurs. 11

12 Test Coopers sur l'autoroute A13 14 au 19 juin 2010 Position Km Vitesse Nb voies Type Echangeur partiel (1/2 H) Bifurcation partielle (G 1/2 B) Aires de service avec passerelle Nom Latitude Longitude [7] - 'Poissy - A14' [] 'Morainvillliers' [8] - 'Les Echangeur complet Mureaux' Echangeur complet [9] - 'Flins' Aires de repos Echangeur complet [10] - 'Epône' [] - '~N13 Pont voies SNCF' [11] - 'Mantes Echangeur complet Est' Tranchée couverte [] - '' [12] - 'Mantes Echangeur complet Sud' Péage + [13] - 'Péage échangeur partiel de Buchelay (1/2 H) Mantes Ouest' [] - 'Orgeval' [] - 'Epône' Evènement sens 1 Evènement sens 2 Travaux Congestion Travaux Incident Météo Accident Congestion 12

13 5.3 Relevés des vitesses pratiquées Le tableau ci-dessous présente les vitesses moyennes pratiquées pendant les tests, et l'écart-type de la distribution des vitesses relevées : Conducteur n Vitesse moyenne Min. Max. σ 1 111, , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,46 Trois conducteurs sur 10 ont, au cours des tests, dépassé la vitesse maximale autorisée sur autoroute (nos 1, 2 et 10) pendant quelques instants. Aucune accélération brutale ou ralentissement soudain n'a été observé. Le trafic lors des tests était plutôt dense, comme il est d'usage en banlieue parisienne, mais sans réels embouteillages, ni évènements inquiétants ou anormaux. 13

14 5.4 Changements de voie Tous les changements de voie et dépassements d'autres véhicules effectués par les observateurs ont été notés pendant les tests. Leur nombre varie dans une assez large proportion, de quelques uns à une forte fréquence, selon le sentiment de confiance et les habitudes de conduite du conducteur, sans que le système Coopers ou les annonces reçues semblent en être la cause. Le relevé exhaustif est le suivant : Conducteur n 1 Changements de voie 27 Droite Gauche 15 Gauche Droite 12 Durée du test 40' Moyenne horaire 40, ' ' 8, ' 24, ' 16, ' 24, ' 20, ' 27, ' 7, ' 17,7 14

15 5.5 Comportement des conducteurs Avant les tests Avant le démarrage du véhicule, les observateurs ont été sommairement formés à la conduite d'un véhicule à transmission automatique, mode peu utilisé par la plupart des conducteurs. 3 personnes sur 10 en avaient l'expérience, et 2 conducteurs y étaient tout à fait familiarisés. 5 autres observateurs s'y sont rapidement habitués, mais deux conducteurs ont eu un peu de mal à s'y accoutumer. Après quelques kilomètres, quoi qu'il en soit, tous les observateurs étaient en mesure de conduire le véhicule avec suffisamment de confiance pour ne pas compromettre leur sécurité ni celle des passagers. A première vue, le système Coopers leur a semblé d'apparence plutôt complexe, en raison des nombreux équipements informatiques ou de localisation satellitaire présents dans le véhicule et des liaison filaires circulant de l'avant à l'arrière de la C3 utilisée pour les tests. Cette première impression, non dénuée d'appréhensions ou de remarques, a très vite disparu une fois le conducteur assis au volant et amené à circuler. L'attention de l'observateur se portait alors sur la conduite et sur le contrôle du seul écran central d'interface Coopers. 15

16 16

17 5 observateurs sur 10 étaient assez anxieux ou intimidés au moment de quitter Paris, tandis que les 5 autres ne semblaient pas manifester d'émotion particulière. Quoi qu'il en soit, après 8 ou 10 kilomètres d'accoutumance, avec le système hors service, l'ensemble des observateurs était en mesure de circuler sans inquiétude et sans difficultés induites par le système d'aide à la navigation. A l'activation du système A la mise en route du système, tous les observateurs sauf un ont reconnu un système de navigation GPS, et la présentation de la carte de leur itinéraire, vue du ciel. Une seule conductrice (56 ans), qui n'avait jamais conduit avec un GPS, s'est focalisée par trop longtemps sur l'écran Coopers en cherchant à suivre la flèche orange indiquant sa position. Les trop fréquentes fixations longues de l'écran, menaçant la sécurité de la conduite, nous ont amené à différer les questions relatives au système Coopers pour lui permettre de gagner de la confiance et de faire l'apprentissage du système de façon progressive. Pour les autres conducteurs, les premières impressions relatives à l'interface graphique ont été assez décevantes, et l'affichage leur a semblé assez primitif en comparaison avec les systèmes GPS qu'ils utilisaient habituellement. La plupart auraient souhaité un affichage en perspective 3 D, conforme à leurs habitudes, plutôt qu'une carte plane, d'aspect assez pauvre. 17

18 A l'arrivée des messages A l'apparition des premiers messages, d'abord une annonce de zone de travaux, puis l'affichage d'un "incident", 8 personnes sur 10 ont instantanément pris conscience des affichages, alors que deux observateurs ont continué leur route sans remarquer les annonces d'évènement. Pour ces 2 personnes, après une demiminute, il nous a été nécessaire d'attirer leur attention sur l'écran Coopers pour qu'ils soient en mesure de nous communiquer leurs impressions. Neuf conducteurs sur dix ont souhaité une amélioration de l'interface sonore, avec des jingles particuliers ou des annonces par voix de synthèse pour pouvoir rapidement prendre conscience des annonces Coopers sans avoir à consulter trop souvent ou trop longtemps l'écran de contrôle. Certains observateurs ont également suggéré que, pendant quelques instants, les nouveaux messages arrivant occupent la totalité de l'écran, ou que les affichages clignotent pour les prévenir. Les pictogrammes utilisés ont été aisément décryptés et reconnus. L'affichage sur fond rouge des évènements majeurs incidents et accidents, a été apprécié car il permet de mieux remarquer leur arrivée et de mettre l'accent sur le caractère dangereux des évènements annoncés. 8 personnes sur 10 n'ont éprouvé aucune difficulté à lire les messages affichés, mais 2 conducteurs ont trouvé la partie littérale trop petite pour être correctement lue. Un conducteur en particulier, qui porte des lunettes pour lire, mais pas pour conduire, était très gêné pour lire les textes les plus petits. Il ne pouvait discerner que le motif principal du message, comme "bouchon" ou "travaux" sans pouvoir lire les compléments de distance à l'évènement ou d'amplitude de ceux-ci. La charge mentale induite par l'activation du système peut être qualifiée de modérée. Les temps de réponse à une question de calcul mental simple ont été multipliés par deux, le système activé. Les utilisateurs réguliers de systèmes GPS sont, au quotidien, dans une situation analogue. 18

19 Compréhension des affichages Le sens général des messages diffusés a été jugé clair par l'ensemble des conducteurs, et les pictogrammes ont été bien compris sans hésitation ni erreurs d'interprétation. Trois messages, cependant, devront être améliorés car quelques conducteurs ne les ont pas parfaitement compris : - La notion "d'incident" semble assez vague et peu explicite. De quelle sorte d'incident s'agit-il? Certains ont évoqué un véhicule arrêté en BAU, un poste RAU hors service, une crevaison Tous s'accordent à considérer que l'annonce d'un "incident" est moins grave que celle d'un "accident" et n'annonce pas un danger sérieux ou immédiat. - L'indication "Voie 1", relative à l'annonce d'accident, n'est pas claire pour tous. La plupart pensent que la "voie 1" est la voie lente, la voie la plus à droite, mais sans certitude. - L'indication "une voie", relative à l'annonce de travaux, en laisse certains perplexes : la plupart pensent que les travaux n'affectent qu'une seule voie de circulation, mais certains pensent qu'il n'y a plus qu'une seule voie pour circuler au droit de l'évènement. Les tableaux suivants rendent compte des principales réactions observées lors de l'annonce des évènements programmés : 19

20 De Paris à Mantes N Message Affichage Compréhension 1 Travaux n 1 2 Incident A améliorer 3 Bouchon Clair Remarques Clair Signification du terme "incident" peu explicite Pictogramme ancien, à remplacer par le bouchon à 2 files 20

21 De Mantes à Paris N 4 Message Accident Affichage Compréhension Clair Remarques "Voie 1" peu clair. Pictogramme à remplacer (EC Program VMS harmonization n 4) 5 Evènement météo Clair "Pluie" jugée inutile par 4/10 Seuls les évènements préoccupants (neige, brouillard) doivent être annoncés 6 Travaux n 2 A préciser 7 Bouchon n 2 Clair "Une voie" à préciser A été affiché en même temps que le message n 6 21

22 Il nous faut également remarquer que l'affichage simultané, peu avant la fin du test, de 2 voire 3 messages différents, pendant quelques secondes, n'a pas provoqué de sentiment de surcharge mentale, les évènements annoncés comme "travaux" et "bouchon" étant logiquement liés. Les observateurs ne sont pas gênés de recevoir plusieurs messages Coopers en même temps. Intérêt porté au système Coopers En réponse à la question relative à l'intérêt présenté par le système, la plupart des conducteurs ont déclaré y porter un réel intérêt, et ont jugé que les annonces qui leur étaient faites avaient une réelle utilité. A l'exception de la conductrice qui n'avait jamais utilisé de GPS, l'ensemble des observateurs pensent que c'est un réel progrès de pouvoir être informés d'évènements fortuits à l'avance, avant d'y être directement confrontés. Parmi les 10 observateurs, 3 usagers étaient ou avaient été des conducteurs professionnels : un chauffeur routier et deux cadres de compagnies de taxis ou de transport de personnes. Un quatrième observateur était un fréquent usager des autoroutes belges et françaises, pour raisons professionnelles. Ces conducteurs en particulier se sont déclarés très intéressés par un système d'aide à la navigation de cette nature, dans la mesure où cela leur permettrait d'améliorer significativement leurs conditions de conduite : ils seraient alors capables d'anticiper, d'éviter les problèmes, de ralentir à l'avance, de changer d'itinéraire ou de prévenir leur employeur ou leurs clients. Le système leur a semblé très utile. 4 autres personnes ont manifesté de l'intérêt, mais à un niveau moins élevé. Ces personnes ne roulent généralement que des trajets quotidiens connus de type domicile-travail. Le système leur semble un peu superflu pour leurs usages, même s'ils le considèrent utile et appréciable. 2 utilisateurs, enfin, sont moins convaincus : une conductrice dispose déjà d'un système Renault Carminat d'aide à la navigation qui lui annonce, fût-ce avec une moindre précision, les travaux et les bouchons ; l'autre personne, qui n'utilise pas de GPS, est plus nettement opposée à ces systèmes dont elle pense qu'elle transforme les conducteurs en esclaves des machines et les prive de leurs capacités à lire une carte ou à faire suffisamment attention à la signalisation existante. 22

23 A l'exception de ce dernier cas, tous les conducteurs, professionnels ou non, ont conscience des avantages qu'un tel système d'aide peut procurer. Seuls les professionnels déclarent vouloir être clients de cet équipement dès sa mise sur le marché, tandis que les autres attendraient probablement le déploiement complet du système et sa généralisation pour l'acquérir. Le prix semble en effet important, et, à la question relative au prix, 9 personnes sur 10 ont choisi le prix psychologique le plus bas proposé par le questionnaire Coopers. Enfin, majoritairement, les observateurs parisiens sont favorables à ce que le système soit commercialisé avec un achat unique et sont donc plutôt réticents à l'idée d'avoir à acquitter un abonnement mensuel. L'ensemble des observateurs s'accordent à considérer qu'un tel système ne pourrait être que complémentaire à l'actuel affichage par PMV et ne saurait, fût-ce à moyen terme, les remplacer. Chacun pense cependant que l'avantage majeur du système Coopers est de pouvoir obtenir des informations en temps réel avec une meilleure précision géographique que ne le permet le réseau actuel de PMV. 23

24 6- TESTS QUALITATIFS SUR LE RESEAU ATMB 6.1 Recrutement des observateurs Après la réalisation des tests en région parisienne, et après qu'aient été apportées des améliorations matérielles et logicielles garantissant une meilleure fiabilité, l'expérience n'ayant pas été exempte d'incidents de fonctionnement en région parisienne, les tests se sont alors poursuivis sur le réseau ATMB, entre Cluses et Bellegarde, sur l'autoroute A40. Les conducteurs volontaires ont été recrutés par l'antenne régionale Lyonnaise de C & D entre le 28 juin et le 2 juillet Les tests embarqués se sont déroulés du 6 au 10 juillet 2010, après un parcours de test effectué avec M. J.N. Guyonnet le 5 juillet. Le kilométrage total parcouru lors du test sur A40 est de 150 kilomètres. 24

25 Comme en région parisienne, 10 conducteurs et conductrices ont participé aux tests. La composition de l'échantillon est la suivante : Conducteur n Sexe Age Profession 1 M 40 Dessinateur indust. 2 M 24 Technicien 3 M 23 Plombier 4 F 44 Direct. de Sté 5 F 43 Artisan 6 M 28 Sans prof. 7 F 44 Serveuse 8 M 40 Serveur 9 F 26 Comptable 10 F 24 Employé 6.2 Remarques Utilisateur fréquent autoroutes Déroulement des tests Le protocole adopté pour les tests ATMB est strictement identique à celui utilisé pour les 10 premiers tests, à la différence majeure que plus de la moitié des évènements annoncés sur l'autoroute A40 correspondait à des évènements réels, observables sur le terrain, ce qui donnait une bien plus grande crédibilité aux annonces du système Coopers. Au cours du parcours de test, 12 évènements ont été annoncés. 7 étaient réels, et concernaient en particulier les vitesses limite autorisées sur A40, les travaux et les annonces de vent violent sur le viaduc de Bellegarde. 5 autres évènements étaient fictifs, mais localisés à des endroits où ils sont ordinairement fréquents ou susceptibles de se produire. Le tableau, page suivante, présente l'ordre d'apparition, la nature et la localisation des évènements annoncés. 25

26 Test Coopers sur l'autoroute A40 5 au 10 juillet 2010 Km Type Nom Echangeur partiel (1/2 B) Aires de service avec passerelle Pont 36 Echangeur complet 43 Bifurcation complète (G) A410 (Annecy - Grenoble) Latitude Evènements dans le sens Longitude Bonneville --> Bellegarde [17] - Bonneville est [] - Bonneville ~ le Borne [16] - 'Bonneville ouest' Péage Nangy Pont Echangeur complet ~ l'arve [14] - Annemasse Départ Evènements dans le sens Bellegarde --> Bonneville Arrivée Accident Chantier sur 3.2 km - neutralisation voie lente Incident Obstacle sur la BAU Pollution entre pk 55 et pk Bifurcation complète (D) A411 (Genève Vallard) 65 POI 66 A401 (Genève Bifurcation complète (D) Lausanne) Echangeur complet Péage Hôtel IBIS archam ps [13] - St-Julien-enGenevois Viry Vitesse limite à 110 km/h entre pk 55 et pk Congestion entre pk 65 et pk Pollution entre pk 80 et pk Aire 83 Entrée tunnel 84 Sortie tunnel Aire de Valleiry Tunnel du Vuache (1390m) Tunnel du Vuache (1390m) 94 95, Vent violent entre pk 94 et pk 96, Vitesse limite à 90 km/h entre pk 95,5 et pk 96, Vitesse limite à 110 km/h entre pk 80 et pk Vitesse limite à 90 km/h entre pk 82 et pk 84 Vitesse limite à 90 km/h entre pk 84 et pk 82 Vitesse limite à 90 km/h entre pk 96,9 et pk 95,5 96,9 Pont ~ le Rhône (viaduc de Bellegarde) Vent violent entre pk 96,9 et pk Echangeur complet [10] - Bellegarde Arrivée Départ 26

27 6.3 Relevé des vitesses pratiquées Sur l'autoroute A40, les vitesses moyennes pratiquées et l'écart-type des distributions sont les suivantes : Conducteur n Vitesse moyenne Min. Max. σ 1 115, , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,08 8 conducteurs sur 10 ont, pour quelques instants, mais assez fréquemment dépassé les vitesses limite autorisées. Aucune accélération soudaine ou décélération brutale n'a été observée, à l'exception du conducteur n 9 qui, maîtrisant mal la boite automatique, a freiné très brutalement en section courante en arrivant à une barrière de péage. Aucune difficulté de circulation n'est intervenue pendant les tests. Le trafic était généralement très peu dense, à la différence de la région parisienne, et les conducteurs ont souvent roulé à plus de 130 km/h. Aucun évènement anormal ou inquiétant n'est survenu pendant les tests. 27

28 6.4 Changements de voie Les observateurs circulant à des vitesses plus élevées, sur de plus longues distances, et sur un trajet souvent interrompu par le passage de barrières de péage en pleine voie, les changements de voie ont été plus fréquents sur l'autoroute A40 que sur l'autoroute A13. Le relevé exhaustif est le suivant : Conducteur Changements n de voie Droite Gauche 43 Gauche Droite 43 Durée du test 76' Moyenne horaire 67, ' 53, ' 50, ' ' 52, ' 30, ' ' 49, ' 39, ' 21,6 Comportement des conducteurs Avant les tests La familiarisation avec un véhicule à transmission automatique a été plus délicate sur A40 qu'en région parisienne : un seul conducteur sur 10 en avait déjà l'expérience, et les appréhensions ont été nombreuses. Une conductrice, confondant le frein et l'embrayage, absent, a même freiné très brutalement sur l'autoroute, immobilisant le véhicule en section courante à l'approche d'une barrière de péage. Le trajet comportait par ailleurs de nombreux arrêts en barrière en pleine voie, rendant la conduite plus hachée, moins assurée et plus délicate. Ce fait a cependant été compensé par une phase d'apprentissage plus longue et par la faiblesse du trafic, qui a permis aux conducteurs d'être peu anxieux sur un trajet familier, et de se comporter généralement de façon assez naturelle. 28

29 A l'activation du système A l'allumage, tous les conducteurs sauf un ont identifié un affichage GPS qui, comme en région parisienne, leur a semblé un peu sommaire. Cependant, à la différence du test effectué sur A13, les premiers affichages se sont produits peu de temps après l'activation du système, et leur contenu a rapidement détourné l'attention des observateurs d'un examen parfois critique de l'interface GPS. La charge mentale constatée est demeurée modérée, avec un doublement des temps de calcul mental simple. A l'arrivée des messages Le premier message reçu, proche de Bonneville, prévenait le conducteur de l'approche d'une zone de travaux réelle, et coïncidait avec les premiers affichages sur le terrain de la zone en travaux. La véracité de l'affichage a donc pu être constatée dès le premier message, ce qui a donné aux observateurs un sentiment très différent de celui constaté sur A13 ou n'avaient été affichés que des évènements simulés. Le système Coopers était visiblement à même de les prévenir à l'avance d'évènements réels et démontrait ainsi dès l'abord son efficacité et son utilité. On regrettera cependant que cet affichage de travaux ait assez souvent été un peu tardif, survenant dans une zone de pré-balisage de travaux que le conducteur pouvait apercevoir sur sa route, ce qui ôtait en partie l'utilité de l'affichage embarqué, redondant avec la signalisation réelle, tout en renforçant cependant sa crédibilité. Pour ce qui est des affichages de vitesse limite autorisée, spécificité des tests sur le réseau ATMB, cette fonction a été très appréciée des utilisateurs sur un parcours où la vitesse autorisée varie souvent. Les conducteurs ont cependant souhaité que cette information, indiquée sur la carte à droite de l'écran, soit également reprise sur la partie gauche, à l'instar des autres affichages Coopers. 29

30 Cet affichage sur la carte seule demeure en effet relativement discret, et certains observateurs ne l'ont remarqué qu'avec retard. Tout à fait crédibles également, et également appréciés, les affichages relatifs au vent violent sur le viaduc de Bellegarde ont été très bien compris, mais la limite de vitesse à 90 annoncée par le système Coopers ne correspondait pas à l'affichage réel sur l'autoroute, où une vitesse de 110 km/h était prescrite. De la même façon, certaines limites de vitesse existant sur le terrain, sur de courtes distances, comme la limite de vitesse à 70 km/h dans les bretelles de l'échangeur A40/A41, n'étaient pas affichées sur l'interface Coopers, qui continuait à prescrire une vitesse limitée à 110. Ces quelques contradictions n'ont toutefois pas affecté la crédibilité des affichages ni diminué l'intérêt porté par les observateurs au système Coopers. Compréhension des affichages Le sens général des messages diffusés a été très bien compris par les observateurs, et les pictogrammes correctement interprétés. Les tableaux qui suivent rendent compte des principales réactions observées : 30

31 De Cluses à Bellegarde N Message Affichage Compréhension Clair et effectif sur la route Remarques 1 Travaux 2 Vitesse limite Clair Affiché seulement sur la carte 3 Bouchon Clair Picto à remplacer par le 2 files 4 Vitesse limite Clair Confirmé sur le terrain en entrant dans le tunnel du Vuache 5 Evènement météo Clair Logiquement attendu sur le viaduc de Bellegarde Vent Vent 6 Vitesse limite en raison du vent Clair, mais incohérent avec la signalisation Affiché parfois tardivement 110 affiché sur la route 31

32 De Bellegarde à Bonneville N Message 1 Evènement météo Affichage Compréhension Clair Remarques Logiquement attendu viaduc Vent Vent 2 Vitesse limite en raison du vent Clair mais incohérent avec la signalisation 110 affiché sur la route 3 Vitesse limite Clair Confirmé sur la route 4 Vitesse limite Clair Affiché seulement sur la carte et interruptions d'affichage 5 Incident A améliorer 6 Accident Clair Contenu peu explicite 32

1. Correction de la position actuelle et de la distance

1. Correction de la position actuelle et de la distance 1. Correction de la position actuelle et de la distance Une correction est nécessaire dans les cas suivants : Lorsque vous remplacez une roue : effectuez une correction automatique (correction de la distance)

Plus en détail

Manuel d utilisation. N Support 0 892 230 803 V 1.0. www.inforad.eu. application iphone d aide à la conduite

Manuel d utilisation. N Support 0 892 230 803 V 1.0. www.inforad.eu. application iphone d aide à la conduite application iphone d aide à la conduite Exclusivement pour iphone 4 et versions supérieures Manuel d utilisation V 1.0 www.inforad.eu N Support 0 892 230 803 0,34 /min sommaire 1 - Descriptif et principales

Plus en détail

Identification des besoins : la méthode des Focus Group. Définition et descriptif de la méthode

Identification des besoins : la méthode des Focus Group. Définition et descriptif de la méthode Identification des besoins : la méthode des Focus Group Définition et descriptif de la méthode Identifier les besoins des utilisateurs Le Focus Group Le Focus Group est une activité de groupe ayant pour

Plus en détail

La perte de vigilance ou l'attention perturbée

La perte de vigilance ou l'attention perturbée ANNEXE F La perte de vigilance ou l'attention perturbée I Perte de vigilance II Attention perturbée ou «distraction» DGO / étude des accidents corporels 2007-2011 1 DGO / étude des accidents corporels

Plus en détail

Situation de la congestion et de l accidentologie sur la vallée du Rhône et l arc languedocien. Débat Public VRAL Visite presse ASF

Situation de la congestion et de l accidentologie sur la vallée du Rhône et l arc languedocien. Débat Public VRAL Visite presse ASF Situation de la congestion et de l accidentologie sur la vallée du Rhône et l arc languedocien Débat Public VRAL Visite presse ASF Vedène - 17/05/2006 L A7 et l A9 en quelques chiffres Un des axes de liaison

Plus en détail

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT DÉCLARATION DE PRINCIPES CONCERNANT L'ERGONOMIE ET LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D'INFORMATION EMBARQUÉS Introduction

Plus en détail

La régulation d accès en Ile-de-France

La régulation d accès en Ile-de-France CoTITA - Ouest 13 octobre 2014 La régulation d accès en Ile-de-France E Landureau Département Exploitation et Technologies Ministère de l'écologie, du Développement durable et de l Energie DRIEA IF Direction

Plus en détail

La nouvelle génération des systèmes de sécurité chez MAN

La nouvelle génération des systèmes de sécurité chez MAN La nouvelle génération des systèmes de sécurité chez MAN Nouvel assistant de freinage d'urgence EBA doté de la fonction Sensorfusion avec radar et caméra Signal de freinage d'urgence ESS Assistant de maintien

Plus en détail

LES PISTES MANAGEMENT DES DEPLACEMENTS. Quelques pistes pour vous aider à rédiger votre plan d'action. Eviter ou limiter les déplacements

LES PISTES MANAGEMENT DES DEPLACEMENTS. Quelques pistes pour vous aider à rédiger votre plan d'action. Eviter ou limiter les déplacements LES PISTES MANAGEMENT DES DEPLACEMENTS Eviter ou limiter les déplacements - La première mesure consiste à s'interroger sur les besoins de se déplacer. En réduisant les déplacements routiers, on réduit

Plus en détail

Solution Géolocalisation SG5. Apache technologie 2010 Edition janvier 2011

Solution Géolocalisation SG5. Apache technologie 2010 Edition janvier 2011 Solution Géolocalisation SG5 Apache technologie 2010 Edition janvier 2011 Systèmes de localisation et d assistance logistique Apache Technologie. Le monde du transport routier, et particulièrement ses

Plus en détail

DFD 5.1 EXPLOITER LES DONNEES VEHICULES

DFD 5.1 EXPLOITER LES DONNEES VEHICULES DFD 5.1 EXPLOITER LES DONNEES VEHICULES 5.2.10 Elaborer les conditions de circulation pour le véhicule 5 Données véhicules 5 Périmètre fonctionnel du diagramme : Dialogue véhicule infrastructure. Traitement

Plus en détail

Système de régulation dynamique pour la mise en service du tunnel de Toulon

Système de régulation dynamique pour la mise en service du tunnel de Toulon Journée d'information et d'échanges sur les Systèmes de Transport Intelligents (STI) Système de régulation dynamique pour la mise en service du tunnel de Toulon Nicolas DITCHI Réseau Scientifique et Technique

Plus en détail

L expertise développée par Market-IP et ses solutions télématiques vous permettront d atteindre

L expertise développée par Market-IP et ses solutions télématiques vous permettront d atteindre FOURNISSEUR DE SERVICE D OPTIMISATION GÉOGRAPHIQUE, Market-IP développe des services de cartographie, de planning, de géolocalisation et d analyse du comportement de conduite permettant une gestion optimale

Plus en détail

LA DISTRACTION AU VOLANT ET SES IMPACTS SUR LA

LA DISTRACTION AU VOLANT ET SES IMPACTS SUR LA ENQUÊTE CONJOINTE DE CAA-QUÉBEC ET DE L ÉQUIPE DE L ÉMISSION JE (TVA) LA DISTRACTION AU VOLANT ET SES IMPACTS SUR LA CONDUITE AUTOMOBILE QUÉBEC, NOVEMBRE 2007 «Jusqu ici, on a une vague idée du danger

Plus en détail

NOTE D INFORMATION ETUDES DE SÉCURITÉ EN INTERSECTION AVEC LE LOGICIEL SECAR

NOTE D INFORMATION ETUDES DE SÉCURITÉ EN INTERSECTION AVEC LE LOGICIEL SECAR NOTE D INFORMATION Circulation Sécurité Equipement Exploitation Auteur : SETRA - CSTR 113 ETUDES DE SÉCURITÉ EN INTERSECTION AVEC LE LOGICIEL SECAR Editeur : Mars 1998 Le logiciel SECAR est un système

Plus en détail

NORMALISATION DES MESSAGES SUR PANNEAUX À MESSAGES VARIABLES (PMV) Simon Trépanier, ing. Ministère des Transports du Québec

NORMALISATION DES MESSAGES SUR PANNEAUX À MESSAGES VARIABLES (PMV) Simon Trépanier, ing. Ministère des Transports du Québec NORMALISATION DES MESSAGES SUR PANNEAUX À MESSAGES VARIABLES (PMV) Simon Trépanier, ing. Ministère des Transports du Québec simon.trepanier@mtq.gouv.qc.ca Exposé préparé pour la séance sur les Innovations

Plus en détail

1. INFORMATIQUE DANS LES DISCIPLINES, INFORMATIQUE DISCIPLINE

1. INFORMATIQUE DANS LES DISCIPLINES, INFORMATIQUE DISCIPLINE 29 UN PLAN DE FORMATION À L'INFORMATIQUE DE TOUS LES ÉLÈVES, DE L'ÉCOLE PRIMAIRE AU LYCÉE Note n 8 du groupe technique disciplinaire informatique - décembre 1991 - (principaux extraits) 1. INFORMATIQUE

Plus en détail

Les seniors et la route

Les seniors et la route Les seniors et la route La mobilité est le gage de la qualité de vie et de la préservation du lien social. Il est capital de s interroger sur ses capacités, de prévenir les difficultés et de savoir remettre

Plus en détail

Dossier de presse. Création de l observatoire sanef 1 ère étude scientifique des comportements au volant sur autoroute JUILLET 2012

Dossier de presse. Création de l observatoire sanef 1 ère étude scientifique des comportements au volant sur autoroute JUILLET 2012 Dossier de presse SOMMAIRE Présentation...3 Une étude scientifique pour dresser un état des lieux des comportements sur autoroute...4 L occupation des voies : des résultats venant confirmer l importance

Plus en détail

Impact des messages "Pic de pollution" affichés sur PMV

Impact des messages Pic de pollution affichés sur PMV Impact des messages "Pic de pollution" affichés sur PMV Myriam Hugot - IFSTTAR Fabrice Reclus - CETE de Lyon 7 janvier 2011 Crédit photo : Arnaud Bouissou/MEDDTL Ministère de l'écologie, du Développement

Plus en détail

2004 2014 : un risque a chassé l autre

2004 2014 : un risque a chassé l autre 2004 2014 : un risque a chassé l autre En 10 ans, le profil des conducteurs français a évolué, leur rapport à la conduite aussi. Pour autant le poids des bons et mauvais conducteurs est resté stable, de

Plus en détail

LES CYCLISTES À BRUXELLES: QUI SONT-ILS?

LES CYCLISTES À BRUXELLES: QUI SONT-ILS? LES CYCLISTES À BRUXELLES: QUI SONT-ILS? Résultats de l enquête menée en 2013 www.provelo.org Table des matières Introduction...3 Méthodologie...3 Récolte des données... 3 Traitement des données...3 Résultats...4

Plus en détail

Vers un CHNS périurbain

Vers un CHNS périurbain Vers un CHNS périurbain Le Réseau Express Routier Le Conseil général de l Isère, organisateur du réseau Transisère 585 lignes d autocar, dont 5 lignes express, 70 lignes départementales et 9 lignes périurbaines

Plus en détail

Sécurité routière et Usager

Sécurité routière et Usager Session Sécurité routière et Usager Président : Michel LABROUSSE MEDDE DIT Modérateur : Julien VICK SER Communication entre Infrastructure et véhicule pour l amélioration de la sécurité Intervenants :

Plus en détail

Présenté par Constable Perry Madelon Road Safety Unit Traffic Branch

Présenté par Constable Perry Madelon Road Safety Unit Traffic Branch Présenté par Constable Perry Madelon Road Safety Unit Traffic Branch Qu est-ce que la distraction au volant? La distraction au volant s entend de tout ce qui détourne l attention accordée à la conduite.

Plus en détail

Traffic. Table des matières

Traffic. Table des matières Traffic Table des matières 1. Introduction 2. Avertissements 3. Prise en main 4. Mise à jour des informations routières 5. Avant de partir 5.1. Utilisation de la carte 5.2. Affichage des informations routières

Plus en détail

La société d autoroute sanef est responsable de la gestion et de la maintenance du réseau autoroutier du Nord de la France

La société d autoroute sanef est responsable de la gestion et de la maintenance du réseau autoroutier du Nord de la France GROUPE SANEF GESTION TECHNIQUE DU RESEAU AUTOROUTIER EN TEMPS REEL Phœnix Contact permet au groupe sanef une meilleure gestion technique de son réseau autoroutier et plus de réactivité dans le traitement

Plus en détail

Enquête annuelle de satisfaction

Enquête annuelle de satisfaction Pôle Pilotage de la Performance Enquête annuelle de satisfaction Réalisée dans le cadre du Label Marianne novembre 2013 1/13 Sommaire Présentation... p.1 Modalités p.2 Résultats Profil de l'usager......

Plus en détail

Rapport d'intervention

Rapport d'intervention EN003294 Rapport d'intervention Numéro du rapport d'intervention R985572 Numéro du dossier d'intervention PIMC0010792 Identification du destinataire LES ENTREPRISES JPG BERGERON INC 53, rue Principale

Plus en détail

SYSTÈMES EFFICACES D'INFORMATION ET DE

SYSTÈMES EFFICACES D'INFORMATION ET DE COMMISSION EUROPÉENNE Recommandation de la Commission des Communautés européennes aux États membres et au secteur industriel sur les SYSTÈMES EFFICACES D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION EMBARQUES DANS

Plus en détail

INTRODUCTION. Introduction

INTRODUCTION. Introduction Introduction s 1 INTRODUCTION Avant la réalisation de la liaison autoroutière E40-E25, l'automobiliste ou le camionneur en provenance du sud (l'ardenne, Lyon ou Genova) était obligé de quitter l'autoroute

Plus en détail

SIMULATION EN BIOLOGIE

SIMULATION EN BIOLOGIE 119 R. LESTOURNELLE Les logiciels éducatifs de sciences naturelles sont peu nombreux et certains répondent mal aux objectifs assignés à notre enseignement. C'est pourquoi depuis des années, je me suis

Plus en détail

Aganticovoiture.org. Charte d'utilisation

Aganticovoiture.org. Charte d'utilisation Aganticovoiture.org Vous êtes sur un site associatif à but non lucratif. C'est un espace de convivialité et de citoyenneté active. Charte d'utilisation En vous inscrivant sur le site Aganticovoiture.org,

Plus en détail

Solution Géolocalisation. Apache technologie 2014

Solution Géolocalisation. Apache technologie 2014 Solution Géolocalisation Apache technologie 2014 Systèmes de localisation et d assistance logistique Apache Technologie. Le monde du transport routier, et particulièrement ses plateformes de gestion logistique,

Plus en détail

Vente et installation des systèmes de télégestion de flotte de véhicules (TRACKING & GESTION DU CARBURANT)

Vente et installation des systèmes de télégestion de flotte de véhicules (TRACKING & GESTION DU CARBURANT) Vente et installation des systèmes de télégestion de flotte de véhicules (TRACKING & GESTION DU CARBURANT) INTRODUCTION A travers notre solution tracking, nous vous offrons une solution aux problèmes de

Plus en détail

Panorama des recueils existants

Panorama des recueils existants Panorama des recueils existants Journée technique Du 22 mai 2012 «Connaissance de la mobilité et des déplacements» Christophe HUREZ CETE de Lyon chargé d'études connaissances et analyse de la mobilité

Plus en détail

OptiFlo la solution de géo-localisation intégrale... Mieux analyser. OptiFlo. Mieux voir. Mieux décider. OptiFlo: Géolocalisation intégrale

OptiFlo la solution de géo-localisation intégrale... Mieux analyser. OptiFlo. Mieux voir. Mieux décider. OptiFlo: Géolocalisation intégrale OptiFlo la solution de géo-localisation intégrale... Mieux analyser Mieux voir Mieux décider Optimisez votre productivité avec la géolocalisation! Vous voulez faire des économies de carburant

Plus en détail

P@ss-ITS Serveur d Information Voyageurs

P@ss-ITS Serveur d Information Voyageurs P@ss-ITS Serveur d Information Voyageurs Démonstrateur à Orléans par Pierre Lereboullet, Logma Annette Valentin, Université de Compiègne Pierre Moïse, Transdev Octobre2006 1 Plan de la présentation 1.

Plus en détail

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015

Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Utilité des stages de perfectionnement à la conduite Juin 2015 Sondage réalisé par pour LEVEE D EMBARGO IMMEDIATE Objectifs et méthodologie Objectifs La Fondation BMW a mandaté l institut d études BVA

Plus en détail

Guide Utilisateur Trafic Routier & Radar Temps Réel

Guide Utilisateur Trafic Routier & Radar Temps Réel Guide Utilisateur Trafic Routier & Radar Temps Réel VERSION 1.0.48A Trafic & Radars Temps Réel RTT_Guide_20100807_Ed07 Date 28/09/2010 Page 1/37 Nom Date Visa Rédigé par Loïc Monthorin 07/08/2010 Validé

Plus en détail

Les permissions de voirie directes. Avis concernant la signalisation directionnelle des pistes cyclables.

Les permissions de voirie directes. Avis concernant la signalisation directionnelle des pistes cyclables. 117 XI. Signalisation des pistes cyclables. Avis concernant la signalisation directionnelle des pistes cyclables. cce/cs/avis/96/027/(cf/cir/csr/avis/96/27) AVIS concernant la signalisation directionnelle

Plus en détail

GUIDE UTILISATEUR V4.80

GUIDE UTILISATEUR V4.80 V4.80 Table des matières 1 INTRODUCTION... 3 2 DESCRIPTION DES INTERFACES... 4 2.1 PAGE PRINCIPALE...4 2.1.1 DESCRIPTION... 4 2.1.2 S IGNAL GPS... 5 2.1.3 N OMBRE D EKLAIREURS... 6 2.1.4 L ISTE DES EKLAIREURS

Plus en détail

Abords d école : limitation à 30km/h à certaines heures seulement?

Abords d école : limitation à 30km/h à certaines heures seulement? 1 Concerne : Abords d école limitation 30Km/h Gilet rétro réfléchissant Camions Nouvelles cartes de stationnement - Motards Abords d école : limitation à 30km/h à certaines heures seulement? Arrêté Royal

Plus en détail

Qui sont les usagers des transports en France?

Qui sont les usagers des transports en France? 1 Qui sont les usagers des transports en France? PANEL - Les usagers des transports en France - - novembre 2015 - LE PANEL Résultats d une enquête sur les aspirations et les pratiques de mobilité des Français

Plus en détail

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières pour le département de entre L'État, représenté par M.., Préfet d., et La Direction

Plus en détail

Sur la gestion de la crise en temps réel : Résumé des interventions lors de la table ronde :

Sur la gestion de la crise en temps réel : Résumé des interventions lors de la table ronde : Journée COTITA gestion des crises routières 28 mai 2009 page 1/5 Résumé des interventions lors de la table ronde : Sur la gestion de la crise en temps réel : Question posée au CRICR RA/A : «Face à certains

Plus en détail

UN OUTIL INNOVANT POUR L'EXPLOITATION ROUTIERE

UN OUTIL INNOVANT POUR L'EXPLOITATION ROUTIERE GEREZ LOCALISEZ SIMPLIFIEZ PRISM UN OUTIL INNOVANT POUR L'EXPLOITATION ROUTIERE PRISM (Patrouillage Routier Informatisé et Suivi de Main courante) est un système d'information routière spécialement développé

Plus en détail

Parés. pour l hiver. ATMB à vos côtés pour circuler en toute sécurité. Anticiper votre voyage. Bien équiper votre véhicule. Adapter votre conduite

Parés. pour l hiver. ATMB à vos côtés pour circuler en toute sécurité. Anticiper votre voyage. Bien équiper votre véhicule. Adapter votre conduite Parés pour l hiver Anticiper votre voyage Bien équiper votre véhicule Adapter votre conduite ATMB à vos côtés pour circuler en toute sécurité Parés pour l hiver «De novembre à avril, nos équipes sont sur

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION SFR NAVIGATION BY MAPPY (APPLICATION JAVA)

MANUEL D UTILISATION SFR NAVIGATION BY MAPPY (APPLICATION JAVA) (APPLICATION JAVA) SFR Navigation by Mappy - La navigation pour tous Bienvenue sur SFR Navigation by Mappy. Ce document est la description détaillée du logiciel édité par Mappy SA dans le cadre du service

Plus en détail

Le téléphone portable au volant. Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR)

Le téléphone portable au volant. Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR) Le téléphone portable au volant Jean Chapelon et Pierre Sibi (ONISR) Contexte 2003 : interdiction d'utiliser le téléphone portable tenu en main uniquement au volant en France. Cette décision s'appuyait

Plus en détail

WORKsmart -Eco. Protégez l'environnement et vos profits. Let s drive business. www.tomtom.com/business

WORKsmart -Eco. Protégez l'environnement et vos profits. Let s drive business. www.tomtom.com/business WORKsmart -Eco Protégez l'environnement et vos profits www.tomtom.com/business Let s drive business Sommaire 2 Votre activité est-elle écologique? 3 Optimisez l'utilisation de vos véhicules pour réduire

Plus en détail

SECURITE - Quelques règles - Ce document est vivant, chacun peut proposer des améliorations en accord avec le Road Marshal. Doc001-3A Page 1/16

SECURITE - Quelques règles - Ce document est vivant, chacun peut proposer des améliorations en accord avec le Road Marshal. Doc001-3A Page 1/16 SECURITE - Quelques règles - Ce document est vivant, chacun peut proposer des améliorations en accord avec le Road Marshal. Doc001-3A Page 1/16 La rubrique des Safety Officers Les signes à connaître Le

Plus en détail

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS Bureau de l efficacité et de l innovation énergétiques PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS RÉSULTATS SOMMAIRES 1 Ministère des Ressources naturelles et de la Faune Secteur

Plus en détail

Solution Géolocalisation SG5 option béton. Apache technologie 2011

Solution Géolocalisation SG5 option béton. Apache technologie 2011 Solution Géolocalisation SG5 option béton Apache technologie 2011 Solution «béton» SG5 Apache technologie La livraison de béton prêt à l emploi nécessite certaines précautions, et un savoir faire particulier

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data!

Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data! Anticiper pour avoir une innovation d'avance : le leitmotiv de Pierre Jouniaux, entrepreneur du big data! Pierre Jouniaux http://www.safety line.fr CV : Pierre Jouniaux, ingénieur aéronautique, pilote

Plus en détail

Note d information sur :

Note d information sur : Note d information sur : CG Réf. : 5.5 Service Prévention Date : 1/10/2011 05 63 60 16 64 Réf : Hygiène et sécurité/risques prevention@cdg81.fr Professionnels Les principes régissant la signalisation routière

Plus en détail

Regles générales. Les articles du code du travail indiqués dans le document sont ceux du nouveau code du travail.

Regles générales. Les articles du code du travail indiqués dans le document sont ceux du nouveau code du travail. Les Congés payés : Regles générales Les articles du code du travail indiqués dans le document sont ceux du nouveau code du travail. Période d'acquisition des congés Les congés payés se calculent à partir

Plus en détail

Rapidolect Les Productions de la Columelle (1998-2006) Page 1

Rapidolect Les Productions de la Columelle (1998-2006) Page 1 Page 1 Page 2 Logiciel Rapidolect RATIONNEL DU JEU Un bon lecteur possède dans sa tête des images précises des mots écrits qu'il connaît. Lorsqu'il parcourt un texte, ses yeux se déplacent par saccades

Plus en détail

Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier

Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier Santé, Sécurité, Environnement Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier Formation initiale AP Formation ACMO 2010 Le risque routier : un risque professionnel majeur Les accidents de la

Plus en détail

CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES

CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES CONSTRUCTION DES COMPETENCES DU SOCLE COMMUN CONTRIBUTION DES SCIENCES PHYSIQUES Compétence du socle : Compétence 4 : La maîtrise des techniques usuelles de l information et de la communication Contribution

Plus en détail

Risques de la conduite et comportement:

Risques de la conduite et comportement: Risques de la conduite et comportement: La nuit : Conduire la nuit est plus dangereux que la conduite en journée. Malgré le trafic moins dense il y a autant d accidents mortels que la journée Les risques

Plus en détail

guide de rapide démarrage INCLUS! découverte 24h

guide de rapide démarrage INCLUS! découverte 24h guide de démarrage rapide découverte 24h INCLUS! 1 Merci d avoir choisi Coyote à la carte! Coyote à la carte, l avertisseur Coyote sans engagement, est un Assistant d Aide à la Conduite qui vous aide à

Plus en détail

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale

Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Lignes directrices pour l'élaboration d'une Proposition de projet initiale Instructions aux Candidats Les présentes Lignes directrices sont fournies à titre indicatif pour l'élaboration et la soumission

Plus en détail

et la Région Réunion, représentée par son Président, dénommée dans le présent document «le concessionnaire», d'autre part,

et la Région Réunion, représentée par son Président, dénommée dans le présent document «le concessionnaire», d'autre part, CONVENTION DE LA CONCESSION D'UTILISATION DU DOMAINE PUBLIC MARITIME EN DEHORS DES PORTS POUR LA REALISATION DES TRAVAUX DES VIADUCS DE LA NOUVELLE ROUTE DU LITTORAL Entre l État, représenté par le Préfet

Plus en détail

LA SECURITE ROUTIERE LIVRE BLANC PRESENTE AU PREMIER MINISTRE. Pierre GIRAUDET, 1988 ETAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE JANVIER 2002

LA SECURITE ROUTIERE LIVRE BLANC PRESENTE AU PREMIER MINISTRE. Pierre GIRAUDET, 1988 ETAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE JANVIER 2002 08/07/02 LA SECURITE ROUTIERE LIVRE BLANC PRESENTE AU PREMIER MINISTRE Pierre GIRAUDET, 1988 ETAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE JANVIER 2002 MESURES ET ORIENTATIONS PROPOSEES PAR LE LIVRE BLANC SUITES

Plus en détail

Dossier de presse. Régénération de la chaussée de l A35 entre l échangeur de la Croix de la Hardt et l échangeur de Rixheim

Dossier de presse. Régénération de la chaussée de l A35 entre l échangeur de la Croix de la Hardt et l échangeur de Rixheim Dossier de presse Régénération de la chaussée de l A35 entre l échangeur de la Croix de la Hardt et l échangeur de Rixheim S O M M A I R E Communiqué «Les travaux sur l A35 entre l échangeur de la Croix

Plus en détail

BALI pour une meilleure connaissance

BALI pour une meilleure connaissance BALI pour une meilleure connaissance des limitations de vitesse Loïc Blaive SETRA Dominique Guichon LROP SIG 2008 Versailles Plan de la présentation Contexte national et européen du projet BALI Les orientations

Plus en détail

Le danger et l'infraction de se rabattre trop vite sur autoroute après un dépassement

Le danger et l'infraction de se rabattre trop vite sur autoroute après un dépassement Le danger et l'infraction de se rabattre trop vite sur autoroute après un dépassement Le syndrome de la file de gauche L'article R.414-10 du code dont la première version a été écrite il y a plus de 60

Plus en détail

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel 2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel Bernard ESPINASSE Professeur à l'université d'aix-marseille Plan Les Activités du GL Analyse des besoins Spécification globale Conceptions architecturale

Plus en détail

Bureau Enquêtes-Accidents

Bureau Enquêtes-Accidents Bureau Enquêtes-Accidents RAPPORT relatif à l'incident grave survenu le 6 avril 1999 au Havre (76) à l'avion Cessna T500 immatriculé F-GJDG exploité par Air Normandie F-DG990406 AVERTISSEMENT Ce rapport

Plus en détail

La politique de sécurité des infrastructures routières

La politique de sécurité des infrastructures routières La politique de sécurité des infrastructures routières La politique de sécurité des infrastructures routières Rendre l'infrastructure routière plus sûre, c'est améliorer ses caractéristiques techniques,

Plus en détail

ViaMichelin. Lancement du nouveau DOSSIER DE PRESSE 15 OCTOBRE 2015. ViaMichelin, acteur européen // Au cœur de la mobilité

ViaMichelin. Lancement du nouveau DOSSIER DE PRESSE 15 OCTOBRE 2015. ViaMichelin, acteur européen // Au cœur de la mobilité DOSSIER DE PRESSE Lancement du nouveau ViaMichelin 15 OCTOBRE 2015 ViaMichelin, acteur européen // Au cœur de la mobilité Service de Presse du Groupe MICHELIN julia.andre@fr.michelin.com - 01 45 66 22

Plus en détail

v3 2010 Sygic, a.s. All rights reserverd. Manuel utilisateur

v3 2010 Sygic, a.s. All rights reserverd. Manuel utilisateur v3 2010 Sygic, a.s. All rights reserverd. Manuel utilisateur I. Pour commencer... 1 Ecran de navigation... 1 Entrer une adresse... 1 Navigation pas à pas... 5 Acquisition de la position GPS... 6 II. Navigation

Plus en détail

PERSPECTIVES DE L UTILISATION DES TIC POUR L AMÉLIORATION DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE AU BÉNIN.

PERSPECTIVES DE L UTILISATION DES TIC POUR L AMÉLIORATION DE LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE AU BÉNIN. MINISTERE DE LA COMMUNICATION ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION @@@@@@@@ DIRECTION GENERALE DES COMMUNICATIONS ELECTRONIQUES ET DE LA POSTE PERSPECTIVES DE L UTILISATION DES TIC

Plus en détail

Chacun est conscient qu il sera souvent nécessaire de mobiliser les notions abordées en première et, parfois, de les reprendre.

Chacun est conscient qu il sera souvent nécessaire de mobiliser les notions abordées en première et, parfois, de les reprendre. UE Atelier B Deux groupes de stagiaires ont suivi les exposés sur les séquences pédagogiques. Les échanges ont principalement porté sur les apports notionnels (quelles notions aborder), le bornage (jusqu

Plus en détail

TARIFICATION ROUTIÈRE Internaliser les coûts externes

TARIFICATION ROUTIÈRE Internaliser les coûts externes 1 Contexte 1.1 Evolution du trafic en Suisse et répercussions La demande de transport ne cesse d augmenter en Suisse depuis de nombreuses années. On le remarque à l augmentation du volume du trafic, tant

Plus en détail

1/6. Septembre 2007. Préambule

1/6. Septembre 2007. Préambule Contribution de l'association des Utilisateurs de Free (AdUF) à l'appel à commentaire sur la consultation publique sur les enjeux liés aux nouvelles fréquences pour les réseaux d'accès aux services de

Plus en détail

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT

RAPPORT D'ENQUÊTE D'ACCIDENT EN0003387 RAPPORT RAPPORT D'ACCIDENT DIRECTION RÉGIONALE MAURICIE-CENTRE-DU-QUÉBEC ACCIDENT MORTEL SURVENU À UN POMPIER LE 28 FÉVRIER 2003 À VICTORIAVILLE Ville de Victoriaville, 28 février 2003 Page 1

Plus en détail

Situation, trafic et emploi

Situation, trafic et emploi Situation, trafic et emploi Situation Situé sur la commune de Mérignac, à l'ouest de l'agglomération bordelaise, l'aéroport est distant de 17 km du centre ville. Source : site internet Bordeaux.aeroport.fr

Plus en détail

Collège Charles RIVIERE, OLIVET (45) Monsieur CHARPENTIER (EPS) Frédéric LAIZÉ (Mathématiques)

Collège Charles RIVIERE, OLIVET (45) Monsieur CHARPENTIER (EPS) Frédéric LAIZÉ (Mathématiques) Collège Charles RIVIERE, OLIVET (45) Monsieur CHARPENTIER (EPS) Frédéric LAIZÉ (Mathématiques) TITRE: De la proportionnalité aux statistiques, pour une efficacité individuelle et collective. I Caractéristiques

Plus en détail

Vitesse et distance d arrêt

Vitesse et distance d arrêt Vitesse et distance d arrêt Mathématiques 3e Compétences du Répertoire des connaissances et des comportements des usagers de l espace routier Connaître les risques liés aux conditions météo (freinage,

Plus en détail

Les Français et les enjeux de la mobilité durable. Août 2008

Les Français et les enjeux de la mobilité durable. Août 2008 En partenariat avec le Ministère de l Ecologie, de l Energie, du Développement durable et de l Aménagement du territoire Les Français et les enjeux de la mobilité durable Août 2008 Méthodologie page 2

Plus en détail

6 TRUCS ET ASTUCES POUR RÉDUIRE LES COÛTS DE VOTRE FLOTTE AUTOMOBILE. Présenté par Transpoco

6 TRUCS ET ASTUCES POUR RÉDUIRE LES COÛTS DE VOTRE FLOTTE AUTOMOBILE. Présenté par Transpoco 6 TRUCS ET ASTUCES POUR RÉDUIRE LES COÛTS DE VOTRE FLOTTE AUTOMOBILE Présenté par Transpoco Une flotte automobile représente un avantage pour les entreprises à la fois en terme de déplacements qui sont

Plus en détail

AUTOPARTAGE ET CHANGE- MENT DE COMPORTEMENT DE MOBILITÉ : RETOUR D'EXPÉRIENCE DES ABONNÉS LILLOIS

AUTOPARTAGE ET CHANGE- MENT DE COMPORTEMENT DE MOBILITÉ : RETOUR D'EXPÉRIENCE DES ABONNÉS LILLOIS RETOUR D EXPÉRIENCE Christophe CASTANO 1, Françoise de la CHARLERIE 2 AUTOPARTAGE ET CHANGE- MENT DE COMPORTEMENT DE MOBILITÉ : RETOUR D'EXPÉRIENCE DES ABONNÉS LILLOIS 1 Chargé d'études à l'appa Comité

Plus en détail

Les Aires de covoiturage sur échangeurs autoroutiers et Les Parcs-relais dans le département du Var

Les Aires de covoiturage sur échangeurs autoroutiers et Les Parcs-relais dans le département du Var Les Aires de covoiturage sur échangeurs autoroutiers et Les Parcs-relais dans le département du Var Le contexte : Accroissement du covoiturage observé aux échangeurs autoroutiers, avec du stationnement

Plus en détail

Test électoral 2014 de la RTBF

Test électoral 2014 de la RTBF ÉLECTIONS 2014 Test électoral 2014 de la RTBF L AVIS DES PRINCIPAUX PARTIS FRANCOPHONES EN MATIÈRE DE MOBILITÉ NIVEAU FÉDÉRAL Les voitures de société doivent être taxées plus fortement Il s agit avant

Plus en détail

Navigation terrestre. Table des matières

Navigation terrestre. Table des matières Navigation terrestre Navigation terrestre Table des matières Notes préparatoires à l attention de(s) (l ) instructeur(s)...1 Notes de la session.5 Activité d apprentissage : Coordonnées kilométriques (à

Plus en détail

vocal et négligent les informations routières et celles de l'écran. questionnées. Ils peuvent aller jusqu'à la faute grave de conduite.

vocal et négligent les informations routières et celles de l'écran. questionnées. Ils peuvent aller jusqu'à la faute grave de conduite. - 42% des utilisateurs trouvent l'écran situé trop à droite du poste de conduite. - 75 % des automobilistes font confiance en priorité au guidage - le GPS est l'équipement préféré d'un tiers des personnes

Plus en détail

Comment s harmoniser à l architecture canadienne?

Comment s harmoniser à l architecture canadienne? L'implantation du centre de gestion de la mobilité urbaine (CGMU) de Montréal dans le cadre de l'architecture canadienne 2010 Comment s harmoniser à l architecture canadienne? Hugues Bessette, ing Chef

Plus en détail

Accidents de la circulation

Accidents de la circulation Produit Statistique Accidents de la circulation Informations générales SPF Economie, PME, Classes moyennes et Energie Depuis le 1er juillet 1926, la Direction générale Statistique et Information économique

Plus en détail

Le Sphinx. Module opérateur. Manuel de référence Version 4

Le Sphinx. Module opérateur. Manuel de référence Version 4 Le Sphinx Module opérateur Manuel de référence Version 4 Copyright Sphinx Développement 1986 2002. Tous droits réservés Module opérateur Imprimé le 18/03/2003 Le Sphinx Développement Parc Altaïs 74650

Plus en détail

Nouveaux systèmes d information au service des usagers

Nouveaux systèmes d information au service des usagers Nouveaux systèmes d information au service des usagers Ergonomie des systèmes d information dans le transport routier Annie Pauzié INRETS/LESCOT pauzie@inrets.fr fr 2003, CNAM Les systèmes, les fonctions

Plus en détail

Question C051. Je peux circuler à :

Question C051. Je peux circuler à : CONDUITE new 16/03/09 11:10 Page 51 Question C051 Je peux circuler à : A - 40 km/h B - 50 km/h C - 60 km/h B. Le panneau indique que la vitesse est limitée à 50 km/h. C'est une vitesse maximale, qu'il

Plus en détail

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires

Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Collaboration : Sachez distinguer, parmi votre personnel, les enthousiastes des réfractaires Les leçons de ce document La a attiré l'attention d'entreprises à la recherche de compétitivité dans un contexte

Plus en détail

Mémento Prévention routière

Mémento Prévention routière EOGN Mémento Prévention routière École des officiers Gendarmerie Nationale L'organisation d'un événement festif par une association n'est pas sans conséquence. Cette dernière possède une part de responsabilité,

Plus en détail

Optimiser la mobilité durable en ville

Optimiser la mobilité durable en ville Optimiser la mobilité durable en ville inventer la mobilité durable de demain ITS La technologie au service de la mobilité urbaine Les Intelligent Transport Systems correspondent à l utilisation des Technologies

Plus en détail

100 questions sur le livre de code

100 questions sur le livre de code 100 questions sur le livre de code 1)quel poids maximum de matériel peut transporter un véhicule conduisible avec un permis B(3,5 tonnes) 2)citer 3 catégories de conducteurs soumis à une visite médicale

Plus en détail

Voyager en voiture : louer un véhicule

Voyager en voiture : louer un véhicule Les fiches pratiques de la concurrence et de la consommation Voyager en voiture : louer un véhicule Avant la location Comparer les offres des loueurs (en agence ou sur sites Internet) : s informer sur

Plus en détail