Au sommaire. E supplément au dernier numéro du CFDT Métaux Paris

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Au sommaire. E supplément au dernier numéro du CFDT Métaux Paris"

Transcription

1 1 E Au sommaire Préface d'annie Kuhnmunch, responsable des archives confédérales... Page Le mot de Marie-Hélène Tiné, secrétaire générale de l'upsm... Page Éditorial... Page Les auteurs... Page Le groupe de travail... Page Index alphabétique, noms des militants et entreprises... Page Métallurgistes de la région parisienne dont les éléments biographiques sont réalisés... Page Regards croisés en trois annexes présentation... Page Annexe 1 : Synthèse de type sociologique à partir des notices des 13 militants UPSM publiées au tome 8 du Maitron... Page 180 Michel Carvou Annexe 2 : Analyse des conflits dans la métallurgie de la région parisienne au travers des dossiers CNAS... Page 187 Christian Cottet Annexe 3 : Quelques réflexions autour de l'articulation entre histoire de l'upsm et les notices biographiques... Page 193 Daniel Richter E supplément au dernier numéro du CFDT Métaux Paris Directrice de publication : Marie-Hélène Tiné 7/9 rue Euryale Dehaynin ISSN N CPPAP Téléphone : Imprimé E au siège - Édition : 7-9 rue de Euryale l'upsm Dehaynin aux responsables Paris de Syndicats Télécopie : XX xxxxxxxxxxxxxxx 20XX Réalisation : Jocelyne Huthwohl Courriel :

2 Préface Ecrire une biographie pour le Dictionnaire biographique Mouvement Ouvrier Mouvement Social dit Le Maitron exige à la fois rigueur matérielle dans le respect des normes éditoriales mais aussi rigueur intellectuelle pour le contenu. Pour y satisfaire, le recueil de renseignements auprès de l intéressé que l on veut biographié ou auprès de ses proches, s il est décédé, oblige à être critique et à confronter aux archives cette mémoire parfois déformée. En effet, il faut admettre les limites des témoignages oraux : limites de la mémoire humaine, tendance très naturelle qu éprouve tout témoin à enjoliver voire travestir son propre passé, risque d accorder la priorité au fait individuel par rapport à l événement collectif. A cela s ajoute que le contenu peut dépendre de la relation subjective nouée entre le témoin et l enquêteur, du choix des questions et de la façon dont elles sont posées. A contrario, les archives taisent des faits que seule la mémoire conserve. C est à cette complémentarité entre témoignages oraux et archives qu un groupe d anciens de l UPSM s est attelé en constituant d abord des listes de métallurgistes de la région parisienne puis en rassemblant des éléments biographiques sur chacun d eux, sortant ainsi de l ombre de nombreux militants. Puisse le document qui suit, donner des idées à d autres militants ou groupes dans les régions ou les fédérations, pour enrichir le Maitron de nouvelles notices biographiques. Annie Kuhnmunch ; Secrétaire confédérale ; Responsable des Archives confédérales. LE NOUVEAU MAITRON TOME 9 (Mem-Pen) Date de parution : 08/11/2013 ISBN : Auteur : Sous la direction de Claude Pennetier et Paul Boulland Nombre de pages : 464 Prix : 65 Le nouveau tome du Dictionnaire biographique, mouvement ouvrier, mouvement social, cinquantetroisième de la série française du Maitron, est disponible. Il offre dans le volume papier des biographies entièrement nouvelles. Comme pour le volume précédent, les souscripteurs et acheteurs du dictionnaire pourront accéder à un ensemble de plus de notices du Maitron, grâce au site maitron-en-ligne. Ce dernier reprend l intégralité des biographies du dictionnaire depuis ses origines, régulièrement mises à jour et complétées par des notices inédites. Vous pourrez également retrouver en ligne plus de 2500 notices complémentaires correspondant au tome 9. 2

3 Le mot de la secrétaire générale de l UPSM Après la première brochure éditée à l occasion de l assemblée générale de l UPSM du 20 octobre 2011, voici une mise à jour du formidable travail du groupe «Mémoire et Histoire» de l UPSM. C est une compilation et une organisation d archives de l Union. C est aussi un regroupement de notices biographiques de métallurgistes de notre région, intégrées au fameux dictionnaire encyclopédique du mouvement ouvrier, mouvement social, le MAITRON (du nom de l historien inventeur de l encyclopédie de ce domaine méconnu, voire méprisé par l académisme historique). Près de 110 militants, métallos de la région parisienne, ont maintenant leur place, reconnue, publiée, comme acteurs de l histoire sociale du pays, à disposition des historiens, scientifiques, chargés de recherches. Le travail gigantesque de notre groupe se poursuit inlassablement. Les anciens continuent leur action au sein de l Union. C est un apport essentiel pour une réflexion entre passé et présent, histoire et mémoire, vécus individuels, influences de réseaux militants, ferments des grandes tendances de la réalité sociale et politique que nous vivons aujourd hui. Loin d être une œuvre nostalgique, il s agit ici, au travers de la découverte de trajectoires militantes, de permettre aux plus jeunes de puiser dans une source dynamique pour leur action, aujourd hui. La connaissance du passé facilite en effet la mesure exacte du présent. Méconnaitre son passé, c est perdre une dimension de sa liberté. Toi, syndicaliste, militant CFDT connais-tu les anciens qui ont marqué la vie sociale et humaine de ton entreprise? Puise dans ce document! Ton CE a-t-il commandé la collection Maitron pour la bibliothèque? La section syndicale possède-t-elle des archives (tracts, publications ), le groupe «Mémoire et Histoire» est intéressé. Marie-Hélène Tiné 3

4 EDITORIAL Ce document rassemble les notices biographiques de militants de l UPSM-CFTC puis UPSM- CFDT qui, dans les entreprises et les organes syndicaux, ont contribué au développement de l action syndicale dans la métallurgie de la région parisienne pendant la période qui va de 1945 à Le groupe de travail qui a réalisé ce travail s est constitué suite au double objectif de la fédération des mines et de la métallurgie : rendre hommage à ses militants pour le 90 ième anniversaire de sa création. occuper dans le Maitron, le dictionnaire biographique du mouvement ouvrier mouvement social, une place qui soit à la mesure de l action des métallos de l UPSM. Le démarrage du travail a été laborieux ; d abord pour des raisons de principes, les militants CFDT, fussent- ils retraités, sont réticents à tout ce qui ressemble à une célébration d anciens combattants ; pour des raisons matérielles ensuite, la tenue des archives des activités syndicales n est pas le point fort de nos organisations. La tâche à laquelle s est attaqué le groupe est vite apparue colossale : un premier recensement effectué par dépouillement des archives disponibles -rapport de congrès, comte-rendus de réunions diverses, fichiers du personnel, dossier de la caisse de grève, presse syndicale- évaluait à près de 1200 le nombre de militants qui avaient commencé leur activité de 1945 à Pour ceux qui étaient encore en vie cela signifiait des rencontres, des efforts de convictions pour amener les militants concernés à se faire violence pour raconter ce qu ils avaient réellement fait. Pour ceux qui étaient décédés, il fallait faire des recherches, interroger des familles, rappeler des souvenirs douloureux. Pourtant, peu à peu, le fruit de ce travail a suscité l intérêt. En effet ce ne sont pas des souvenirs d anciens combattants que nous découvrons à chaque notice, à chaque rencontre ; ce sont les témoignages vivants d un combat qui est toujours le nôtre aujourd hui ; ce sont aussi les rappels de pages d histoire qui ont marqué les 60 dernières années : la résistance, la libération, la reconstruction du pays, la guerre d Algérie, la création la vie et la mort de partis politiques, les combats d idées, les luttes sociales, les mutations industrielles. Chaque notice biographique nous révèle un homme et ou une femme, que nous pensions connaitre, or souvent nous ne connaissions que le travailleur, que le militant ; nous ignorions des pans entiers de sa personnalité, son parcours de jeunesse, ses engagements associatifs, religieux ou municipaux, et tout ce qu il est devenu après la vie de travail. Les personnalités sont diverses. Il y a les anonymes qui unissant quotidiennement leurs efforts ont donné les coups de boutoirs qui ont souvent fait trembler les puissants, et les plus remarquables qui ont laissé leur empreinte durable sur la société. Il révèle aussi l immense travail de formation qu a effectué le syndicalisme en faisant de jeunes travailleurs majoritairement entrés dans la vie active avec un simple CEP, un CAP, des figures exemplaires du mouvement social. L effet de masse est aussi révélateur ; similitudes et différences des parcours sont d une incroyable richesse et invitent à l analyse sociologique Tous ces parcours de vie dessinent aussi une organisation : l UPSM, membre de la CFTC puis de la CFDT, porteuse d un projet. Née avant la création des départements de la couronne de l Ile de France, alors que la métallurgie était une industrie florissante au cœur même de Paris et de la petite couronne, elle a survécu aux mutations industrielles, économiques, sociologiques et administratives de la région. Pendant plus de 60 ans l UPSM a pesé sur l évolution de la branche professionnelle de la métallurgie et sur les débats syndicaux de toute la région. Présente dans la négociation de la convention collective régionale, dans les luttes des OS, des immigrés, dans l émergence de «la nouvelle classe ouvrière» (*) des techniciens et des cadres, elle a souvent joué un rôle précurseur dans les combats. Par la mise en commun des moyens des syndicats elle a concrètement 4

5 assuré la solidarité entre les petites et les grandes entreprises, entre les catégories professionnelles de l ouvrier spécialisé à l ingénieur, entre les industries en crises et celles des nouvelles technologies, entre les français et les immigrés. Les références aux noms des personnes croisées au cours d une vie, montrent le foisonnement des relations et l existence de ce qu on appelle aujourd hui un réseau social qui, à la différence de ceux de l internet, est incarné par les militants. Il s enrichit par l élaboration collective d une politique et se concrétise par l action. Derrière les hasards des rencontres et des expériences qui ont conduit à l engagement on mesure pleinement l existence d un projet, d une inspiration venu des mouvements d origine catholique, notamment le scoutisme, la JEC, la JAC, et surtout la JOC et l ACO. Un slogan tel que : «Un jeune travailleur vaut mieux que l or du monde» et une pédagogie «voir, juger, agir» ont durablement façonné la pensée de nombre de militants de cette génération. Un tel document a ses limites, qui tiennent à son objectif même d honorer l ensemble des militants célèbres ou anonymes qui ont écrit l histoire sociale du pays et à trouver sa place en rééquilibrant la grande histoire qui privilégie les grands hommes, les institutions et les grands évènements. Arrivés au milieu du gué, nous nous interrogeons souvent pour savoir ce qu il faudrait écrire pour mieux rendre compte du collectif, des organisations. C est un autre projet à mener à bien. A ce stade du travail, pour le dictionnaire biographique «le Maitron», nous avons élaboré les notices biographiques des militants dont les noms vont de A à Pen. Il nous reste à faire celles des militants dont les noms vont de Pin à Z, et à le compléter par d autres notices issues de nouvelles explorations d archives. Le présent ouvrage intègre également des parcours de militants plus jeunes, qui alimentent maintenant les archives de l UPSM. Sans compter ceux que nous avons oubliés Nous comptons sur vous pour nous les signaler et nous aider à documenter ce que fut leur parcours. (*) «la nouvelle classe ouvrière» : selon la terminologie employée dans les ouvrages de Serge Mallet et Pierre Belleville. Les auteurs du groupe «Mémoire et Histoire» de l UPSM Alanche Pierre ; Carvou Michel ; Cottet Christian ; Debesse Jacques ; Gelly Alain ; Leblanc Monique ; Limonet Jean ; Loret Gilbert ; Massera Bernard ; Richter Daniel Les auteurs extérieurs au groupe «Mémoire et Histoire» de l UPSM Belouet Eric ; Bouju Marie-Cécile ; Caudron André ; Davranche Guillaume ; Delemotte Yvonne ; Faist Roger ; Georgy Frank ; Kosmann Robert ; Lagandré François ; Launey Michel ; Morin Gilles ; Simony Nadia ; Thareaut Louis 5

6 LE GROUPE DE TRAVAIL Groupe central - Pierre Alanche Ancien permanent de l'upsm Secrétaire du SMYS Originaire d'alcatel - Michel Carvou Ancien secrétaire général de l'upsm (permanent) Responsable du 92 Centre Originaire de Peugeot - Christian Cottet Ancien permanent UPSM-AIJT Secrétaire général de l'urp Origine juriste - Jacques Debesse Ancien permanent de l'upsm Responsable du 92 Centre et du 94 Originaire de Nord-Aviation devenu EADS - Alain Gelly Ancien permanent de l'upsm Responsable du 91 Secrétaire général de l UD Originaire d'ibm - Monique Leblanc Ancien membre du Conseil Fédéral de la FGMM Membre de la commission exécutive du SGTM91 Originaire de la CGA (filiale CGE puis Alcatel) - Jean Limonet Ancien secrétaire national de la FGMM Responsable du projet FGMM et collaborateur au Maitron Participe régulièrement aux travaux du groupe - Bernard Massera Ancien responsable du SMNS Originaire de Chausson - Daniel Richter Premier secrétaire général du SMVSO Ancien responsable du 78 Nord Originaire de Renault - Marie-Hélène Tiné, secrétaire générale de l'upsm Groupe Renault - Bertrand Bertin Ingénierie Direction du Véhicule Industriel- Villiers St Frédéric (78) Délégué central adjoint - Jean-Paul Colliot Retraité Techno-centre Guyancourt - Suzanne Leborgne Retraitée Billancourt - Gilbert Loret Retraité Billancourt

7 Nom prénom Entreprise ACEITUNO Juan Snecma ACQUIER André * Thomson ALANCHE Pierre Alcatel ALLANOS Rémy * Alcatel ALLEZY Maurice * Alcatel AMIAUX Bernard * Thomson AUGER Jean * BAUDRON Raymond Chausson BECU Gérard * Snecma BOUCHE André CSF-Alcatel CADEL Pierre * Renault CAILLERE Claude * Thomson CALCAT Roland * Krieg et Zivy CARVOU Michel Peugeot CHARBONNIER Michel Bull CHEMIN Michel Renault CHILIN René Snecma COLLIOT André Renault COLMONT Henri * COTTET Christian DA ROIT Fausto * Thomson DAUJAT Michel Thomson DEBESSE Jacques Aerospatiale DEFOURNE Wilfrid Snecma DEPUILLE Claude Bull DEUDON Janine * CGCT DEVILLARD Gilbert * Renault DHAOUADI Mustapha Renault DUCHEMIN André Chausson DUCOS Yvan * Renault DUMAS Roger Snecma DUMONET Marguerite * CGCT DUPONT Serge * Thomson DUPUY Emmanuelle * Renault ESPERET Gérard * FAUCHES Monique * UPSM -TRT FROMAGET René * GEAY Francette * Snecma GEFFROY Aline Alcatel GELLY Alain IBM -Snecma GILLOT Roger * Thomson GLANDUS Michel * Renault GLÂTRE Serge * Chausson GONZALEZ MARCOS Alberto (Manolo) * GOURVIL Tristan * Nord-Aviation GOUYET Guy * Bull GUILLOUX Michel * CEM GUINGANT Guy * Citroën HADJ-AMAR Pierre * Thomson HANS Lucien * Renault HUMEAU Maurice * Renault JACQUIN François * Renault JANNIC Michel Wabco JARROUSSE Brigitte * Radiotechnique Notices biographiques à fin 2013 Nom prénom Entreprise JAUBERT Michel Thomson JEANNEY Jacques * Nord-Aviation JOANICOT Pierre * Alcatel JOUET Camille * Aluvac JULIEN Marcel * Citroën JULLIEN Jean-Claude * CGE LACARRA Jean Boucheron LAGACHE Michel * Renault LAMBOURG Michel * Alcatel LAPARRA Marie-Annick Saviem LARMAT Jean-Pierre Honeywell Bull LAURENT François Peugeot LE BOHEC Joseph * Nord-Aviation LE FUR Bernard * Richier LE PENNEC Claude * Nord-Aviation LEBLANC Monique * CGA LEBORGNE Suzanne * Renault LEBRETON Jean Renault LECHANTRE Gérard * Renault LECUYER Michel * Snecma LEMAITRE Paul * Renault LEONARD Jean * LEPELTIER Roger * Snecma LEVARD Georges * LHOPITAL Jean * Dassault LORET Gilbert * Renault LUCENTE Robert * Renault MAILLARD Maurice * Nord-Aviation MAISTRE (de) Geneviève * Citroën MARC Claude * Lory MARCON Michel * Snecma MARIN Georges * Aerospatiale MATHIEU Jean * Nord-Aviation MATIS Pierre * Thomson MERY Gérard * Renault MICHELOT Claude * Thomson MIGNOT Pierre Bull MINELLO Robert Peugeot MOTHE Daniel * Renault MOULINET Louis * Thomson NOLAND Lydie * Radiotechnique OLLIVIER Jean * IBM PALACIO Paul Renault PARICHON Denis * SGF PENIN Fernand SEV-Marchal PIERREMONT (de) Michel Renault PINCE Jacques Snecma POSTIC Jean * Thomson POSTIC Luc * Zodiac RICHTER Daniel Renault ROUSSELIN Paul Renault SERUS Daniel Citroën SITT Monique Télémécanique VARTAN Claude Dassault * Notices publiées dans le MAITRON Certains militants ont été salariés de plusieurs entreprises. Nous avons retenu celle où il a fait l essentiel de son parcours syndical. 7

8 METALLURGISTES DE LA REGION PARISIENNE dont les éléments biographiques sont réalisés Au titre du Maitron (encyclopédie du mouvement social, mouvement ouvrier), et/ou des archives UPSM décembre 2013 ACEITUNO Juan Né le 10 juin 1935 à Tolède (Espagne) ; modeleur, puis contrôleur technicien qualité ; syndiqué à la CGT en 1956, puis à la CFDT depuis 1968 ; délégué du personnel, membre du Comité d Etablissement, délégué syndical à la SNECMA Corbeil, de 1975 à 1992 ; militant de l Union Locale de Corbeil de 1980 à 1985 ; conseiller prud hommes à Corbeil puis Evry de 1984 à ACQUIER André, Gabriel, Baptiste Né le 6 janvier 1926 à Rodez (Aveyron) ; menuisier, fraiseur ; militant jociste du Tarn, permanent de la JOC ( ), syndicaliste CFTC puis CFDT, militant PS, directeur du Centre de culture ouvrière ( ), secrétaire de la fédération CFDT de la métallurgie ( ), délégué national du Parti socialiste à l industrie ( ). En 1927, André Acquier, qui allait devenir l aîné de trois enfants, quitta Rodez avec ses parents pour Lagrave (Tarn) où ils devinrent viticulteurs. Après la mort de son père en 1932, sa mère travailla comme femme de ménage à Albi et plaça ses fils à l orphelinat Saint-Jean de cette ville. Ancien de l école publique de Lagrave, André poursuivit ses études à l école de l orphelinat. Le certificat d études primaires obtenu en 1939, il intégra le centre d apprentissage de l orphelinat pour suivre une formation de menuisier. Muni du CAP en 1943, il travailla à l atelier professionnel de l orphelinat. Retenu par une «commission de peignage» pour travailler en Allemagne, il partit se cacher à Lagrave. À son retour en 1944 et jusqu en 1949, il reprit son travail interrompu par le service militaire au 18e régiment de transmissions en Allemagne ( ). Étant apprenti, il avait découvert la JOC et adhéré à la section Sainte-Cécile d Albi (1943). Il intégra l équipe de la fédération du Tarn en 1947 et devint permanent en 1949 au sein de la province jociste de Toulouse. Il était chargé de plusieurs départements (Tarn, Aveyron, Hautes-Pyrénées) et des «Apprentis de France». En 1951, il fut nommé responsable national des «Apprentis de France» au secrétariat général de la JOC à Paris en remplacement de Fredo Krumnow*. Il conserva cette responsabilité jusqu à son départ de la JOC en Il devint alors directeur du Centre de culture ouvrière (CCO), lancé par la JOC en 1951 pour remplacer l Institut de culture ouvrière (ICO) qu elle gérait avec la CFTC et le MPF. Pendant quatre ans, il s efforça de développer le CCO. De novembre 1957 à mai 1958, il suivit une formation de fraiseur au centre de FPA de mécanique à Issy-les- Moulineaux. Il travailla aux établissements Livet, à Paris XXe arr., puis à la Compagnie parisienne de machines-outils, dans le XIXe arr. Toujours en 1958, il fut embauché à la Thomson-Houston et affecté à l usine de Bagneux spécialisée dans la fabrication de radars. Il adhéra immédiatement à la CFTC et fut élu délégué du personnel en Il fit partie de l équipe des responsables CFTC qui menèrent, avec la CGT, à la Thomson, la grève de l automne 1959 pour l augmentation des salaires et la mensualisation des ouvriers professionnels. Il s agissait de la troisième grève intersyndicale victorieuse dans cette entreprise depuis Une autre grève, en 1961, se heurta à l intransigeance de la direction. Cinq responsables syndicaux furent mis à pied pendant soixante jours : deux de la CFTC, Raffin* et Acquier, et trois de la CGT. Tous furent réintégrés mais Raffin fut muté au dépôt du Kremlin-Bicêtre (Seine, Val-de-Marne). Acquier, resté à Bagneux, lui succéda comme secrétaire de la section CFTC puis CFDT, secrétaire de l intersyndicale et membre du comité central d entreprise. Il conserva ces responsabilités jusqu à son départ de la Thomson en janvier Le mois suivant, André Acquier devint secrétaire national permanent de la fédération CFDT de la métallurgie avec la responsabilité de la branche «construction électrique et électronique» ainsi que des conventions collectives. Il remplaça rapidement Pierre Jeanne comme responsable de l action revendicative et conserva ces diverses fonctions jusqu à son départ de la fédération en Au cours de cette période, il s occupa aussi de la syndicalisation des femmes et participa aux négociations chez Lip en Il siégea au conseil confédéral de 1967 à André Acquier travailla à Villages vacances familles (VVF) à partir de Chargé de mission pour la recherche du financement des nouvelles réalisations, il prit ensuite la direction nationale «Technique et développement». Il partit en pré-retraite en 1983 puis en retraite définitive en

9 André Acquier prit une part active à l organisation des Assises du socialisme en 1974, comme chef de file de la «troisième composante», la composante syndicale, avec Jacques Chérèque. Il adhéra dès lors au Parti socialiste. Membre du comité directeur et du bureau exécutif du PS en février 1975, réélu en juin 1977, il en fut le délégué national à l Industrie ( ). Il passait pour être «l œil de la CFDT» au Parti, mais il n exerça plus de responsabilités nationales par la suite et il le quitta en Administrateur de l Association pour la rééducation professionnelle et sociale (ARPS) de 1991 à 1998 et de l Association logements de jeunes travailleurs (ALJT) de 1991 à 1997, il continua de militer à la CFDT, sans responsabilités, dans la section des retraités du XVe arrondissement. André Acquier avait épousé en 1954 Sylviane Deyris, ancienne militante fédérale de la JOCF en Charente, employée administrative à l Université de la Sorbonne, déléguée départementale à l éducation nationale (DDEN), qui milita à la FEN et à la Fédération des conseils de parents d élèves (FCPE) dont elle fut secrétaire départementale pour Paris. Le couple eut trois enfants et fit partie de l ACO. ŒUVRE : Participation à l ouvrage collectif Lip 73, Seuil, coll. «Combats», SOURCES : Arch. JOC (SG), fichier des anciens permanents. H. Hamon, P. Rotman, La deuxième gauche : histoire intellectuelle et politique de la CFDT, Ramsay, F. Georgi, Soufflons nous-mêmes notre forge, Éd. de l Atelier, P.-M. Dioudonnat et S. Bragadir, Dictionnaire des dirigeants politiques français, Sedopols, J.-F. Bizot, Plongée libre dans les courants d un grand parti, Grasset, H. Coston, Dictionnaire de la politique française, t. III, La Librairie française, Entretien avec l intéressé, Paris, 12 mars Éric Belouet, André Caudron ALANCHE Pierre, Jean-Baptiste Né le 19 avril 1942, à Huparlac, Aveyron, ingénieur AM, INPG, ingénieur automaticien (ALCATEL, STERIA, RENAULT, EUROSOFT ROBOTIQUE), militant de l UNEF-UGE, militant CFDT, permanent de l UPSM- CFDT, administrateur de Renault, administrateur des Editions de l Atelier. Pierre, est l aîné d une fratrie de trois garçons, André né en 1946 et Louis en Son père, Firmin était artisan forgeron. Il adhéra à l'union de Défense des Commerçants et Artisans de Robert Poujade en 1955, sans conviction et sans suite. Sa mère, Eugénie Cassagnes, était quincaillière. Ils habitèrent à Huparlac, canton de Saint Amans des Côts à 65 km de Rodez (Aveyron). Sa mère était catholique pratiquante régulière, son père occasionnellement. Pierre alla à l école primaire de Huparlac de 1948 à 1955, année où il réussit le concours d'entrée en 4 ième au collège technique Monteil de Rodez avec le projet d acquérir une compétence en mécanique pour adapter l activité de la forge paternelle à la mécanisation de l agriculture. Il fut pensionnaire de 1955 à En 1960 il fut reçu au bac (série technique mathématique) et au concours d'entrée à l Ecole nationale supérieure des Arts et Métiers d Aix en Provence. En 1964, ayant obtenu son diplôme d ingénieur Arts et Métiers, il poursuivit à l Institut National Polytechnique de Grenoble de 1964 à 1965 une spécialisation en automatismes et obtint son diplôme INPG. Pendant ses études supérieures, Pierre adhéra, en 1961, à l UNEF-UGE, (Union Nationale des Etudiants de France - Union des Grandes Ecoles). Sa prise de conscience syndicale date de cette période où s affrontaient, au sein même de l école, partisans et adversaires de l indépendance algérienne, partisans et adversaires de la société des anciens, qui au nom du respect des traditions, tentait d imposer une vision conservatrice du rôle de l ingénieur, y compris avec l aide d une police secrète interne, «la bande noire», dont elle cooptait les membres, de façon occulte, parmi les élèves. Pierre devint membre du bureau de l association des élèves, dont l animateur était Raymond Abella*, qui fut membre du bureau national de l UGE en L association, membre de l UGE, militait pour l ouverture de l école sur le monde extérieur et pour l autonomie par rapport à la société des anciens élèves. Pierre poursuivit son engagement jusqu en Pendant son mandat il organisa un procès contre la direction de l Ecole, auprès du tribunal administratif de Marseille, pour contester le mode de calcul de la moyenne générale qui avait provoqué le redoublement de plusieurs élèves. Ce procès fut gagné, et une indemnisation d un an de salaire fut versée aux victimes par l administration de l éducation nationale. Lors de sa dernière année d étude aux Arts et Métiers, qui se déroulait à Paris, il participa à l organisation de week-end d échanges entre militants étudiants et syndicalistes cadres d entreprises, comme Pierre Tarrière* et Claude Damiens* de la section CFDT de la Régie Nationale des Usines Renault, pour préparer l entrée dans le monde industriel. Parallèlement, Pierre fut membre du «groupe catho» qui était membre de l ACGE, (Action Catholique des grandes Ecoles) et fut sensibilisé aux questions sociales, et au dialogue avec les communistes. C est grâce à cette équipe qu il rencontrera pour la première fois des militants syndicalistes ouvriers ou cadres. Il poursuivit son engagement à Grenoble où il rencontra Aline Geffroy* et Georges Oujaoudi*. Dans la continuité, pendant ses premières années d activité professionnelles, il fut membre d une équipe inter entreprises de la région parisienne du MCC (Mouvement des cadres chrétiens) où il retrouva Aline Geffroy. 9

10 Il fut réformé suite à un accident de football dans un tournois des Arts et Métiers qui entraîna une néphrectomie, il fut embauché en octobre 1965 au département mécanique des laboratoires d Alcatel à Montrouge (Hauts de Seine), comme ingénieur d études ; Il participa au développement de la première génération française de commandes numériques de machines outils, équipements alors très coûteux. Destinés initialement à l industrie de l armement et de la construction aéronautique ils furent par la suite adoptés dans les différentes entreprises de la métallurgie et les PME de mécanique générale. Grâce aux contacts noués précédemment, dès le premier mois de travail, il entra en contact avec Pierre Joanicot*, militant cadre CFDT et adhéra à la section de l établissement d Arcueil-Montrouge en novembre Il participa immédiatement à l activité syndicale animée par Rémy Allanos* et Maurice Allezy*. Muté dans l établissement de Bruyères le Châtel en 1966, il fut élu délégué du personnel dans le collège cadres et techniciens en Il fut un des animateurs d une équipe syndicale qui intégrait pleinement les cadres, en liaison avec les politiques revendicatives générales de la CFDT. Ainsi une enquête salaire permanente était l occasion de contacts réguliers avec les ingénieurs et techniciens dès leur embauche et donnait lieu à une publication annuelle très attendue, débouchant fréquemment sur des mouvements revendicatifs généraux ou spécifiques. Lors de la décentralisation des Laboratoires de la couronne parisienne vers Bruyères le Châtel (Essonne), la négociation des conditions de transfert donna lieu à des mouvements inter-catégoriels très suivis. Le taux de syndicalisation des techniciens et cadres devint important proche de 50% dans son service et de 20% dans l établissement. Le mouvement de 1968 déboucha sur une grève avec occupation des locaux, dans les laboratoires de la région parisienne et dans l usine d Arcueil, majoritairement suivie, et qui fut une des plus longues de la métallurgie parisienne. Il fit partie de l équipe de négociation, conduite par Rémy Allanos. Un accord de fin de grève permit l obtention d augmentations de salaires de 11% à 14%, favorisant la revalorisation des bas salaires, un calendrier de réduction du temps de travail, la mensualisation des ouvriers et un engagement sur le développement de la formation professionnelle. Il institua également un droit d information du personnel après chaque réunion du Comité Central d Entreprise (deux fois par an), sous forme d assemblée générale du personnel d une durée de trois heures, prises sur le temps de travail. Pendant plusieurs mois la section syndicale de Bruyères le Châtel, avec l appui d une large partie du personnel organisa les formations de culture générale et scientifiques (langues étrangères, mathématiques, etc. ) qu elle n avait pu obtenir par la négociation, avec l idée de mettre en pratique, à petite échelle, les principes d autogestion débattus tout au long de la grève. Pierre Alanche, à gauche au cours d une assemblée d information après CE en 1971 Après l'entrée en vigueur des nouvelles lois sociales de décembre 1968 reconnaissant la section syndicale d entreprise, Pierre fut désigné Délégué Syndical CFDT et représentant syndical au Comité d Entreprise. Durant la période de 1969 à février 1976, il développa de très nombreuses actions syndicales dans l entreprise. Après la fusion avec CIT, il participa à l'inter CGE animée par Monique Leblanc* et contribua à la création de l'inter CIT-Alcatel et au développement syndical dans les établissements d'origine CIT où la CFDT n'était pas présente. Cette action déboucha sur le passage à la CFDT de militants CGT de l établissement de la rue Keller Paris 15 ième, animés par Renaud de Montaignac*, et de celui de Vélizy (Yvelines) animés par Catherine Léger* et Jean Claude Patrac*. Il participa également aux travaux de l'inter CGE et à la popularisation des grèves dures du Joint Français à Saint-Brieuc (13 mars- 8 mai 1972) et de Câbles de Lyon à Clichy. De retour à Montrouge suite à une nouvelle mutation géographique de son activité il fut membre, de 1972 à 1976, de l équipe d animation qui prépara la mise en place des syndicats métaux départementaux au sein de l UPSM (Union Parisienne des Syndicats de la Métallurgie, CFDT). Les responsables successifs furent Rémy Allanos*, Jacques Debesse* et Alain Trentarossi*. Il participa aux activités cadres de la CFDT, intervenant au congrès UCC de Lyon en 1972 pour présenter une analyse de l évolution de la population cadre au sein de CIT-Alcatel, qui fut reprise dans la version commentée de la convention collective des ingénieurs et cadres de la métallurgie et en 1975 il présenta le résultat de l enquête sur les salaires des ingénieurs et cadres de la FGM-CFDT pilotée par Jean Marc Leduc*. Il fit partie de l équipe de négociation de la FGM lors des négociations annuelles des salaires cadres avec l UIMM. En 1976 alors que la direction lui proposait de prendre des responsabilités dans l entreprise, le laissant libre, disait-elle, de mettre en œuvre l autogestion dans son secteur, il choisit de répondre favorablement à une sollicitation de Rémy Allanos* qui lui proposait de rejoindre l équipe de l UPSM comme permanent syndical. Après un long débat, avec les équipes syndicales des sections, sur le niveau de salaire à appliquer, il fut élu par le conseil de l UPSM (Union 10

11 Parisienne des Syndicats de la Métallurgie) et devint le premier permanent d origine cadre. Il dut démissionner d Alcatel, n ayant pas obtenu un détachement pour activités syndicales. Il eut comme responsabilités la mise en place des syndicats départementaux des Yvelines sud et nord. En juin 1977 il organisa l assemblée générale des sections du sud du département qui élit la commission exécutive du SMYS (Syndicat de la Métallurgie des Yvelines Sud). Le 19 septembre Pierre Alanche fut élu secrétaire général, avec Jean Louis Piette*, responsable du recrutement, Jean Pierre Larmat* responsable de la diffusion de la presse ; Bernard Bellet* responsable de l action revendicative et Jean Claude Patrac* responsable de la formation, tous formant l exécutif du syndicat. Il fut également membre bureau de l UNICIM (Union Nationale des Ingénieurs et Cadres des Industries de la Métallurgie). En décembre 1977, il fut mandaté par son syndicat pour participer au congrès national de la fédération de la métallurgie (FGM) à Strasbourg, ainsi qu au congrès confédéral de Brest en Pierre Alanche fut membre du bureau de l union départementale interprofessionnelle des Yvelines de 1976 à 1980 dont le secrétaire général était Henri Aguado* et auquel participaient, Françoise Couteaux* du SGEN, Robert Rulot* d EDF, Albert Hudes* des Finances et Dufour des PTT. Cette période fut marquée par la grève de 1978 à Renault Flins, par la campagne pour l implantation CFDT chez Talbot à Poissy en avril-mai Dans une période et un secteur où les militants d extrême gauche étaient actifs et critiques vis-à-vis des structures, Pierre, ouvert au débat d idées, ne fit jamais de procès a priori de l appareil syndical, il sollicita les responsables pour appuyer les actions locales obtenant ainsi l intervention d Hubert Lesire Ogrel* aux procès des licenciés de Flins à la suite du conflit de 1978, le 17 janvier 1979 devant le TGI de Versailles, et la participation d Edmond Maire* à la distribution de tract électoraux à l usine Talbot de Poissy le 29 avril A la fin de son mandat, en 1980, Pierre, malgré une intense prospection, ne retrouva pas d emploi dans la métallurgie. En janvier 1981, grâce à un ami du Lycée Monteil, Marcel Gayraud, il fut embauché comme ingénieur informaticien à STERIA, une société de service. Il occupera le poste jusqu à avril 1982, faisant des missions de prestation chez Matra et CIMSA. En mai 1982, Pierre Alanche rejoignit Renault, à la direction de la recherche située à Rueil-Malmaison (Hauts de Seine). Dans cette période de l après 1981 où des initiatives nombreuses étaient prises pour réactiver les politique que industrielle et de recherche au niveau français et européen, (programmes Esprit, Brite, Euréka), il établit des relations durables avec ses collègues automaticiens de PSA et de Michelin pour développer des actions de recherches coopératives avec les centres de recherches et l université. Candidat aux élections du CE de Renault siège, en 1983, il ne fut pas élu. Il quitta Renault en 1986 suite à des remises en causes des orientations des activités de recherches et rentra à Eurosoft Robotique, où il exerça la fonction de directeur de l ingénierie jusqu'en Il resta adhérent de la CFDT en participant aux travaux de l ARETE de 1980 à 1989, organisme mis en place avec le soutien de la confédération, ayant pour objectifs l équipement informatique des CE et syndicats et le développement d une expertise sur les nouvelles technologies. Cet organisme fut constitué et dirigé par Philippe Pottier* puis Serge Gauthronet*. Philippe Lemoine*, Jean Louis Missica*, Dominique Wolton* y participaient. Il revint chez Renault en février 1990, à la demande d un des ses collègues de promotion des Arts et Métiers, Manuel Roldan, Directeur des technologies de production, et se consacra dans un premier temps à sa carrière professionnelle comme chef du service informatisation et automatisation des systèmes de production, reprenant alors les échanges avec ses collègues automaticiens de PSA. L ouverture du capital de Renault et le développement de l'actionnariat salarié aboutirent à la création d'un poste d'administrateur représentant les salariés actionnaires. En 1997, l'union syndicale Renault CFDT sollicita Pierre Alanche pour qu'il la représente à cette élection. Malgré la candidature de représentants des associations des actionnaires salariés qui s opposaient aux organisations syndicales et la présence d un candidat de la CFE-CGC qui bénéficiait d une très forte audience chez les cadres, il fut élu avec 32% des voix, un score bien supérieur au poids de la seule CFDT. Il bénéficia, partiellement, des voix de la CGT, et de sa notoriété professionnelle : les équipes d automatismes et d informatiques industrielles, connues dans toutes les usines jouissaient d une excellente réputation qui joua favorablement sur le résultat de l élection. Son premier conseil d administration fut consacré à l examen du rapport de Madame Keisergruber sur la fermeture du site de Vilvoorde qui lui avait été demandé suite à la nomination de Lionel Jospin comme premier ministre. Ce fût l occasion, pour Pierre Alanche de toucher du doigt les ambiguïtés de la fonction d administrateur et de rechercher l équilibre entre le respect des électeurs et les contraintes de la gouvernance d une grande entreprise. La veille de ce premier conseil il se rendit à Vilvoorde pour rencontrer les représentants de la FGTB et de la CSC et prit position en Conseil, contre la fermeture. Après 1997 et son entrée au conseil d administration, il consacra un mi-temps à son activité professionnelle. Abandonnant sa fonction de chef de service, il fut rattaché à l équipe projet sur l usine du futur, puis en 2000, puis créa l équipe de maîtrise d ouvrage des systèmes d information de fabrication donc il fut le responsable jusqu au départ à la retraite en

12 Pendant tout son mandat d administrateur il participa aux activités de l Union Syndicale Renault dont le délégué central était Emmanuel Couvreur et l adjoint Daniel Richter. Il apporta son soutien critique à la courte majorité qui se prononça en faveur de la signature de l accord sur les 35 heures. Puis ensuite il suscita la création du groupe ABCD (Alanche, Boutrou, Chabrier, Dijoux) qui chercha à sortir de la crise née des contestations de cette décision par un changement de génération des responsables. Il fut réélu en 2003 sur une liste inter syndicale internationale (France, Espagne, Belge), le corps électoral étant étendu, pour la première fois, aux actionnaires salariés des filiales étrangères. Face au candidat de l association de salariés actionnaires, désormais unique, et qui bénéficiait de l appui de certains cadres supérieurs de Renault, l unité syndicale était la condition de la victoire. La campagne bénéficia d un soutien réel des syndicats belges, qui avaient eu un contact régulier avec lui depuis le début du plan social et des syndicats espagnols, UGT et CCOO (les commissions ouvrières) qui organisèrent à Valladolid et à Palencia, des rencontres dans les bureaux et les ateliers, une conférence de presse, et une campagne d affichage qui eurent un impact déterminant et durable, démontrant la capacité syndicale d agir sur le périmètre international de l entreprise. Décembre 2002 Siège de l UGT à Valladolid Conférence de presse avec les représentants UGT et CCOO de FASA Renault En 2004, partant en retraite, il démissionna de son mandat d administrateur. Son suppléant, Gorges Stcherbatcheff*, lui succéda comme cela avait été annoncé, en toute transparence, pendant la campagne électorale. Il continua à participer aux réflexions syndicales sur la gouvernance au sein de la FGMM et de l inter Renault. Il rendit compte régulièrement de son mandat dans les groupes de travail de l Union Confédérale des Cadres et de la FGMM CFDT. Il alimenta la réflexion de la CFDT sur le sujet. L UCC-CFDT publia en 2007 un guide de l administrateur salarié. La FGMM publia également un document sur la gouvernance en 2009 A l extérieur de la CFDT il rechercha la confrontation avec les différents acteurs engagés dans une réflexion sur la gouvernance, son objectif étant de faire reconnaitre la légitimité d une présence des salariés au CA en tant que représentants de la force de travail. Au sein de l institut français des administrateurs (IFA) il participa au groupe de travail qui aboutit au document : «Les administrateurs salariés, un atout pour la gouvernance». Paru en 2006, ce document établissait que la présence au CA des salariés était justifiée par la nécessité de la représentation du capital humain. Il publia le récit de son expérience d administrateur dans «Renault côté cour» en 2007 et participa à l ouvrage collectif de la CFDT Renault : «Renault en danger» en 2012 ainsi que quelques articles dans Cades CFDT, Alternatives Economiques, Revue Française de gouvernance d entreprise, Revue Française de Gestion, Economie et Humanisme, Cahiers de l Atelier. Pierre Alanche représenta la CFDT au conseil d administration de la caisse de retraite CGR-CR (groupe Humanis) de 2004 à Il est membre du CA des Editions de l Atelier depuis Pierre Alanche se maria avec Paulette Rispal en 1966 à Huparlac (Aveyron). Le couple habita Paris jusqu en 1974 et Ville d Avray (Hauts de Seine) depuis Publications : «Les automatismes et leur CAO» Editions Hermès Paris 1988 «Rubrique : La CAO des automatismes dans l encyclopédie Les Techniques de l Ingénieur-1990» «Renault côté cour- Un salarié au Conseil d Administration». Editions de l Atelier Contribution à «Renault Danger» Editions l'harmathan Notices biographiques pour le Maitron de militants Alcatel, Renault. Sources : Interviews de Pierre Alanche Le 28 sept 2010.Jean Limonet, archives interfédérales CFDT, Archives UPSM- CFDT.5 ième fascicule notices biographiques Renault Société d histoire du groupe Renault. Cadres dans la métallurgie, supplément au bulletin du militant N 363 de la FGM de novembre Jean Limonet 12

13 ALLANOS Rémy Né le 25 avril 1937 au Saint (Morbihan) ; technicien électronicien ; secrétaire du syndicat CFDT de la construction électrique et électronique (SCEE) de 1970 à 1975, secrétaire général de l UPSM-CFDT ( ), membre de la commission exécutive de la FGM-CFDT ( ) et du conseil confédéral de la CFDT ( ). Rémy Allanos était fils unique de Mathurin Allanos et Marie-Françoise Beurnez, agriculteurs bretons qui, pour subvenir aux besoins de la famille, devaient laisser leur ferme deux fois par an pour s embaucher comme travailleurs saisonniers en Beauce ou en région parisienne. La famille quitta la Bretagne en 1941 pour s installer à Marseille (Bouches-du- Rhône) où le père devint marin pompier. Après la séparation de ses parents en 1946, Rémy Allanos habita à L Haÿ-les- Roses (Seine, Val-de-Marne) avec sa mère qui trouva une place dans une teinturerie puis devint employée de lingerie à l hôpital de la cité universitaire à Paris (XIIIe arr.) où, en 1972, elle fut élue déléguée du personnel CFDT. Au gré des changements de résidence, Rémy Allanos fréquenta l école maternelle à Marseille, l écoles primaires à Marseille et brièvement au Saint (Morbihan) quand Marseille fut bombardée et à L Haÿ-les-Roses. Il poursuivit ses études au cours complémentaire de Sceaux (Seine, Hauts-de-Seine) de 1948 à 1952, puis à l École française de radio-électricité, au 10 rue Amyot à Paris (Ve arr.). Il y obtint en 1955 le diplôme de technicien en électronique. Sa mère, catholique pratiquante, l avait inscrit en 1947 au mouvement des Scouts de France. Il fut louveteau, scout puis routier. Ce fut la branche Route qui le sensibilisa aux enjeux du conflit algérien et l incita à rester en contact avec le scoutisme en milieu populaire jusqu en 1969, en qualité de «cadre vert». Il fut embauché en octobre 1955 au laboratoire d acoustique sous-marine de la Société alsacienne de construction mécanique, d énergie nucléaire, de télécommunication et d électronique (SACM) au 51 de la rue de l Amiral-Mouchez à Paris (XIIIe arr.), avant d effectuer son service militaire à Annecy (Haute-Savoie) de juillet 1957 à novembre 1958, puis en Kabylie (Algérie) jusqu en novembre De retour à la SACM, il retrouva son emploi au laboratoire d acoustique sous-marine, transféré entre-temps au sein de l usine, au 1er de l avenue Aristide-Briand à Arcueil (Seine, Val-de-Marne). Avec l aide capitale de Jean Auger*, permanent à l Union parisienne des syndicats de la métallurgie (UPSM-CFTC), qui le soutint efficacement face à Pierre Herreng, directeur des laboratoires de la SACM, obligé de négocier avec un syndicat de salariés, Rémy Allanos fut élu délégué du personnel sans étiquette, se syndiqua puis, avec Maurice Allézy, créa aux laboratoires, en 1960, une section syndicale CFTC dont il devint le secrétaire. Fervent partisan de la déconfessionnalisation de la CFTC, Rémy Allanos et sa jeune équipe entreprirent une consultation de l ensemble des personnels de l usine d Arcueil et des laboratoires de la région parisienne. À une large majorité, elle donna raison à l évolution de la CFTC qui allait devenir CFDT lors de son congrès confédéral de Avec l équipe militante, il publia de 1965 à 1968 L Irréductible, un mensuel destiné aux adhérents de la CFDT, traitant des problèmes de l entreprise et de l actualité sociale. Sous son impulsion, la CFDT se développa dans cette entreprise à forte proportion de techniciens et de cadres, devenue en avril 1964 Alcatel (société alsacienne de construction atomique, de télécommunication et d électronique). Rémy Allanos contribua à y faire reconnaître le fait syndical que le PDG de l époque, Robert Julia, considérait comme un crime de lèse majesté. L évolution sociologique de la classe ouvrière dans les années 1955 à 1965 était marquée, surtout en région parisienne, par une progression importante du nombre de techniciens, dessinateurs et ingénieurs et l émergence des métiers de l électronique. De nombreux mouvements de grève et des manifestations avaient permis la négociation en 1959 d avenants à la convention collective de la métallurgie de la région parisienne, traitant des qualifications pour ces nouveaux métiers avec une grille de classification spécifique pour les agents techniques. Encore fallait-il mettre en œuvre concrètement ces dispositions dans les entreprises. Rémy Allanos anima plusieurs conflits de techniciens et dessinateurs portant sur les salaires et la reconnaissance de leurs compétences. Lorsque le syndicat de la construction électrique et électronique (SCEE-CFTC) se créa en 1962, il fut désigné par sa section syndicale, pour la représenter au conseil syndical. Cette composante de l Union parisienne des syndicats de la métallurgie (UPSM-CFTC) était au cœur de l action pour la reconnaissance de ces nouveaux métiers. En mai et juin 1968, Rémy Allanos anima la grève avec occupation des locaux qui toucha pendant plus d un mois tous les établissements d Alcatel. Il conduisit l équipe CFDT de négociation. L accord permit une augmentation substantielle des salaires et l institution d un droit d information du personnel après chacune des deux réunions annuelles du comité central d entreprise, sous forme d assemblée générale du personnel, d une durée de trois heures, prises sur le temps de travail et payées comme telles. Il devint membre du conseil fédéral de la Fédération générale de la métallurgie lors de son congrès de Rouen (Seine-Maritime) en avril 1968, par désignation de l UPSM pour la représenter, puis fut reconduit dans son mandat au congrès de Dijon (Côte-d Or) en mai Sollicité par Claude Michelot*, secrétaire général de l UPSM, Rémy Allanos quitta Alcatel en mai 1970 pour être embauché comme permanent de l UPSM et lui succéder en qualité de secrétaire général du SCEE. Il fut confronté aux restructurations industrielles, notamment le plan calcul CII-Bull, la fusion entre Alcatel et CIT, aux délocalisations des établissements de Paris vers les nouvelles zones industrielles de la grande couronne parisienne. Il devint secrétaire général de l UPSM en 1974 à la suite de Roger Dumas*. Il prolongea son mandat de conseiller fédéral de la FGM par son élection au titre de son syndicat, le SCEE, lors du congrès fédéral de Grenoble en novembre 1974, et fut élu à la 13

14 commission exécutive fédérale au congrès de Strasbourg en novembre Parallèlement à son activité fédérale, il entra au bureau de l Union régionale parisienne (URP-CFDT) en 1974 et, à ce titre, siégea au conseil national confédéral CFDT ( ). Le développement de la CFDT dans la dynamique de Mai 1968 et le dégraissage industriel de Paris vers les départements de l Ile-de-France qui accueillaient les établissements des grands groupes en zones industrielles, conduisit l UPSM à la mise en place, à partir de 1975, de syndicats des métaux départementaux pour se substituer aux syndicats régionaux d industrie (mécanique, électrique-électronique, automobile et aéronautique). Rémy Allanos forma des équipes locales, représentatives d intérêts très diversifiés, qui allaient des ouvriers spécialisés de l automobile, français et immigrés, aux ingénieurs de l informatique. Il contribua à la mise en place de permanents immigrés, notamment Alberto Gonzáles Marcos* en 1971, ou de permanents ingénieurs et cadres, tel Pierre Alanche* en 1978, qui, tout en s intégrant au travail syndical collectif, étaient porteurs de sensibilités spécifiques. La structuration des syndicats et sections syndicales, l information et les campagnes de syndicalisation étaient cruciales. Les tracts de l UPSM, distribués dans les entreprises de la métallurgie du périmètre régional, étaient souvent distribués à plus de exemplaires. Dans toutes les instances auxquelles il participa, Rémy Allanos fut le représentant rigoureux de cette UPSM à la sociologie complexe, parcourue par toutes les influences des partis et groupuscules de l après Mai Les analyses et les propositions qu elle en tirait n étaient pas toujours partagées par les instances régionales, fédérales ou confédérales, mais c est toujours dans un esprit loyal et constructif que Rémy Allanos les exprimait et elles servaient souvent de référence dans les débats. En fin de mandat, il quitta l UPSM en août Sollicité par Edmond Maire*, il devint rédacteur à Syndicalisme hebdo, le journal confédéral, chargé de couvrir le secteur économique, les fédérations de la métallurgie, de la santé et des finances, ainsi que les régions Bretagne, Alsace et Midi-Pyrénées. Il réalisa dans ce cadre de nombreux reportages dans les entreprises de la sidérurgie, de la construction navale, de l automobile, de la construction électrique et de la téléphonie, touchées par des restructurations et des fermetures. En 1981, il effectua un reportage sur le Japon au cours d une mission confédérale, invitée par le Sohyo, une des confédérations syndicales japonaises, marquée à gauche. Dans une série d articles, il contribua à faire découvrir aux militants l envers de ce que l on appelait alors «le miracle économique japonais». Il fut à l origine du contact entre Edmond Maire*, secrétaire général de la CFDT, Roger Briesch*, responsable du secteur international confédéral, et Claude Sardais*, son successeur au secrétariat général de l UPSM, qui avait décidé de se rendre en Pologne. La décision fut prise de missionner Claude Sardais qui, le 26 août 1980, devant les 360 membres du comité de grève des chantiers navals de Gdansk, au nom de toute la CFDT, apporta un soutien financier. Ce fut la première intervention publique d un syndicaliste d Europe occidentale en faveur de Solidarnosc. Rémy Allanos rendit compte dans les colonnes de Syndicalisme hebdo de la visite de Lech Walesa, le 15 octobre 1981, à l usine Snecma à Corbeil- Essonnes (Essonne), où il était invité par la section syndicale CFDT. Rémy Allanos quitta l Ile-de-France en 1984 pour la région Rhône-Alpes. Il intégra les groupes de Lyon (Rhône) et de Grenoble (Isère) du cabinet Syndex, au sein duquel il devint intervenant confirmé. Il entra également au Cefore (association régionale de comités d entreprises qui développait une activité de conseil, de formation et d études pour les élus des comités d entreprise). Pour se préparer à cette nouvelle activité, il suivit des cours à l Institut de l administration des entreprises (IAE) de l université de Lyon III, pendant une année, en auditeur libre. Il devint directeur du Cefore ( ) où il assura la formation économique et de droit social, ainsi que la publication d un bulletin bimestriel, Initiative sociale, destiné aux militants syndicaux et aux élus des comités d entreprise. À la demande de l Union départementale CFDT de Savoie, il réalisa une étude en 1985 avec Dominique Gaudron : Impact économique prévisible des jeux olympiques d hiver de 1992 en Savoie, puis une autre en 1989 : Diversification des activités de l ONERA sur le site de Modane (Savoie) dans le domaine de la métrologie. Il prit sa retraite en 1997 et continua à militer à l Union des retraités CFDT de Savoie. Il adhéra au Parti socialiste ( ), devint militant d Amnesty international en 1995 et de Greenpeace en Marié à Annette Peruzzo le 1er octobre 1960 à L Haÿ-les-Roses, Rémy Allanos eut quatre enfants : Christine (1961), Étienne (1964), Véronique (1965) et François (1969). À Morsang-sur-Orge (Essonne), son épouse fut membre de la Confédération syndicale du cadre de vie (CSCV) de 1966 à 1979 et de la Fédération des conseils de parents d élèves (FCPE) de 1972 à ŒUVRE : Collaboration à la rédaction de l ouvrage collectif de l Union départementale CFDT de Savoie : Éléments d histoire de la CFDT en Savoie, de 1930 à 1980, imprimerie Lienhart, Aubenas, SOURCES : Archives UPSM, FGMM et confédérales CFDT. Vidéo du CARDE, Michel Marcon, 29 juillet Entretien avec Pierre Alanche, octobre Document écrit de Rémy Allanos, septembre Pierre Alanche, Jacques Debesse 14

15 ALLÉZY Maurice, Charles, Paul Né le 10 mars 1923 à Orléans (Loiret) ; technicien en électronique ; requis du STO, responsable du secteur Est de l Action catholique berlinoise ( ), déporté à Oranienburg, fédéral JOC du secteur Paris Nord-Est ( ) ; militant CFTC puis CFDT, secrétaire du CCE d Alcatel ( ). Fils de Raymond Allézy, serrurier, et d Henriette Gesvres, sans profession, Maurice Allézy eut une sœur aînée. Son père, blessé lors de la Première Guerre mondiale, bénéficia d un emploi réservé, lui permettant, avec son épouse, d assurer le gardiennage de la manufacture des tabacs de Pantin (Seine, Seine-Saint-Denis), où il devint le représentant CGT des gardiens et concierges auprès de la direction. Ses parents, catholiques, pratiquants occasionnels, veillèrent à lui assurer une éducation religieuse et l inscrivirent au patronage du mouvement de Saint Benoît-Joseph Labre. Après l école primaire et le certificat d études obtenu en 1934 à l école de la Chambre de commerce de Paris, il entra en 1935 à l internat du collège de Château-Thierry (Aisne) puis, de 1936 à 1937, fréquenta le cours supérieur à Pantin. L organisation des Gueules cassées, au sein de laquelle sa sœur avait été embauchée, se préoccupait du parcours scolaire et professionnel des enfants des blessées de la Grande Guerre. Elle orienta Maurice Allézy en 1938 vers des études de radio-électricité à l école professionnelle de la Chambre de commerce de Paris. En raison de l entrée en guerre de la France en 1939, entraînant la fermeture de la manufacture des tabacs, il dut quitter cette école pour accompagner sa famille transférée à Angers (Maine-et-Loire). Il revint à Paris en 1940 et fut admis à l École centrale de TSF au 12 rue de la Lune à Paris (IIe arr.), avec le projet de devenir radio naviguant sur bateau. Cependant, en février 1941, une ordonnance des autorités allemandes occupantes obligea l école à supprimer les cours d opérateur, ce qui conduisit Maurice Allézy à s orienter vers des études de radio basse fréquence. Il obtint un diplôme de technicien dans cette spécialité et fut embauché fin 1941 chez Emud-radio, une petite entreprise de la rue de Trévise à Paris (IXe arr.), où la fabrication et la réparation de postes de radios servant aux écoutes clandestines de Radio Londres furent détectées et interdites par les Allemands. La licence de fabrication fut retirée à l entreprise, et Maurice Allézy fut requis et envoyé en Allemagne le 18 janvier 1943, affecté comme manœuvre dans une usine de Berlin-Lichtenberg. Parmi les requis français, beaucoup de jeunes de la JOC et Scouts de France étaient actifs dans l organisation du mouvement d Action catholique destiné aux prisonniers de guerre, déportés et requis du STO. C est ainsi que, contacté dès son arrivée à Berlin, notamment par Alexis Chêne et Jean Cutté, responsable de la JOC à Berlin, Maurice Allézy devint responsable du secteur Est de l Action catholique berlinoise. Arrêté le 23 août 1944 sur son lieu de travail sous prétexte d appartenance à un mouvement clandestin nuisible au peuple allemand, et après un mois d incarcération à la prison de la Grosshamburgerstrasse, il fut transféré au camp de concentration d Oranienburg, au village de Sachenhausen et affecté au kommando extérieur de Rathenow sous le matricule pour travailler à l usine Arado à la construction de la voilure du premier avion à réaction, le A234. Il fut libéré le 25 avril 1945 par les soldats soviétiques. Rapatrié en France début juin 1945, Maurice Allézy trouva un emploi de réparateur radio chez un commerçant d Épernay (Marne). Il y resta quelques mois, puis revint à Paris en acceptant la responsabilité de fédéral JOC de la branche aîné du secteur Paris Nord-Est, avec un travail retrouvé chez son ancien employeur Emud-radio. En mai 1946, il fut embauché chez Électral-acoustique à Paris, où sa spécialisation de radio acoustique lui faisait sonoriser la Sorbonne pour des conférences. En 1950, il entra chez Alvar, entreprise d électronique médicale de Montreuil-sous- Bois (Seine, Seine-Saint-Denis) qui lui permit d effectuer de nombreux déplacements en Europe. Il dut la quitter en 1952, discrédité du fait de sa participation, comme rare technicien de l établissement, à une grève avec occupation des locaux. Avec l appui d un professeur, ancien déporté en Allemagne, il entra en 1953 chez Physiocontrol à Montrouge (Seine, Hauts-de-Seine), avant d être embauché en 1954 aux laboratoires de la Société Alsacienne de construction mécanique (SACM), 51 rue de l Amiral-Mouchez à Paris (XIIIe arr.). En lien constant avec André Téqui*, responsable de la CFTC à la SNECMA, qu il connaissait par l Action catholique à Berlin, il se syndiqua à la CFTC dès son entrée à la SACM. Avec Rémy Allanos, il créa en 1960 une section syndicale CFTC au sein des laboratoires de la rue de l Amiral-Mouchez et de l usine SACM d Arcueil (Seine, Val-de-Marne). Élu délégué du personnel, Maurice Allézy fut également élu sur liste CFTC pour créer un Comité d établissement commun aux laboratoires de Paris et à l usine d Arcueil. Il en devint le secrétaire, négocia avec le directeur, Richard Baumgartner, le transfert des œuvres sociales, jusque-là gérées par l entreprise, au CE nouvellement fondé et fut désigné au Comité central de l entreprise dont le siège se situait à Mulhouse. Lorsque les laboratoires du XIIIe arrondissement de Paris furent transférés à Bruyères-le-Châtel (Seine-et-Oise, Essonne) au début des années 1960, il 15

16 obtint sa mutation au centre d Arcueil. Après la création d un comité inter-entreprises entre la SACM et Alcatel pour gérer des œuvres sociales communes, il devint secrétaire du Comité central de l entreprise en 1968 qui, au fil des transformations juridiques et des raisons sociales, était devenue Alcatel. Grâce à une bourse obtenue par la CFDT, il put accéder à une formation d analyse de gestion par objectifs en cours du soir et en week-ends à l Institut de contrôle de gestion prévisionnelle de Paris, promotion Montesquieu ( ). Elle lui donna les outils nécessaires au développement de l action économique du CE et du CCE. Il eut la lourde responsabilité de la logistique de l occupation de l usine d Arcueil durant les grèves de mai et juin 1968, notamment l organisation de la restauration et la gestion des carburants pour les personnels du restaurant et les grévistes occupant les lieux. La grève chez Alcatel, qui fut l une des plus longues de France, se traduisit, notamment, par l obtention d un droit d information des salariés par assemblée générale de trois heures sur le temps de travail à l issue de chaque CCE. Parallèlement à son activité au sein de l entreprise, Maurice Allézy fut désigné en 1970 par la CFDT pour la représenter au conseil d administration des ASSEDIC du Val-de-Marne dont il devint président ( ). Il présida ensuite le groupement des ASSEDIC de la Région parisienne, chargé de la mise en œuvre de son informatisation ( ). Durant cette période, il représenta également la CFDT à la commission de la promotion sociale et de l emploi ainsi qu à celle de l apprentissage du département du Val-de-Marne. Maurice Allézy quitta Alcatel en 1978, en préretraite, par licenciement économique. Il devint administrateur délégué, employé bénévolement à temps plein au Centre de formation à l artisanat d art et à la communication (CREAR), créé par Dominique Alunni, au château de Montvillargenne à Gouvieux-Chantilly (Oise) de 1978 à Il n eut de cesse de s exprimer sur la déportation et la vie concentrationnaire en Allemagne durant la dernière guerre, lors de manifestations commémoratives, d expositions, de tables rondes, qui donnèrent souvent lieu à des enregistrements audio et vidéo. Devenu membre du jury du concours national annuel de la Résistance et de la déportation de l académie de Créteil (Val-de-Marne), il témoigna à de nombreuses reprises devant des élèves, notamment le 22 février 2008 au lycée Louis de Broglie à Marly-le-Roi (Yvelines) et le 14 décembre 2010 au collège Richelieu de La Roche-sur-Yon (Vendée). Il fut invité aux Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) de Cologne (Allemagne) en 2005 pour contribuer à faire découvrir aux jeunes la vie des 51 martyrs français morts au nom de leur foi en camp de concentration nazi. Sa présence aux JMJ de Pontmain (Mayenne) en juillet 2008 suscita le projet d une pièce de théâtre, Vous leur direz, écrite par l abbé Louis Guéry (1947). Elle retraçait l action de son ami René Giraudet, prêtre vendéen, parti comme travailleur volontaire pour accompagner les jeunes requis envoyés en Allemagne dans le cadre du STO et mort des suites de son internement. Membre du conseil d administration de l amicale des anciens d Oranienburg, dont il devint vice-président en 2010, il participa aux mises à jour et à l édition du Livre mémorial des déportés de France, arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution, , éditions Tirésias, Maurice Allézy s était marié à Sergy (Aisne) le 11 mai 1946 avec Odile Laperche, secrétaire bibliothécaire au mouvement Cœurs vaillants et Ames vaillantes, puis vendeuse, décédée en Il eut cinq enfants, Luc (1948), Chantal (1949), Françoise (1950), Dominique (1952) et Pascal (1958), et dix petits-enfants. Il fut membre de l Action catholique ouvrière (ACO) de 1948 à Face à la crise du logement qui sévissait après guerre, avec deux autres familles dont les époux Téqui*, il acheta en 1952 un terrain à Villiers-sur-Marne (Seine-et-Oise, Val-de-Marne). Organisés en équipe Castor, ils bâtirent collectivement un ensemble de trois pavillons qui devint leur lieu de résidence. SOURCES : Arch. UPSM-CFDT. Arch. dép. Val-de-Marne. Reimund Haas et Elisabeth Tillmann, Verfolgt und ermordet als junge Christen : 51 französische Märtyrer im Nazi-Reich, Dortmund Michel Fiévet, Un monde solidaire et sans frontière, itinéraire militant, André Téqui, La Toison d or, Beaune Wolfgang Knauft, Face à la Gestapo travailleurs chrétiens et prêtres du STO Berlin , Le Cherche Midi, Entretiens avec Maurice Allézy, 26 décembre 2010 et 4 février Pierre Alanche, Jacques Debesse AMIAUX Bernard Né le 15 septembre 1941 à Colombes (Seine, Hauts-de-Seine), mort le 20 novembre 1998 à Suresnes (Hauts-de- Seine) ; ouvrier tôlier-soudeur, cadre administratif ; jociste ( ) ; militant CFTC puis CFDT, délégué du personnel et au Comité d établissement de Thomson à Sartrouville (Seine-et-Oise, Yvelines) en 1963, secrétaire du CE de Thomson Sartrouville ( ), permanent à l UPSM-CFDT ( ) ; secrétaire général du Comité inter-entreprises Thomson ( ) ; responsable de l ingénierie sociale à DPS ( ). Fils d Henri Amiaux et de Jeanne, Geneviève, Séraphine Travers, épiciers à Colombes, catholiques pratiquants, connus pour leur générosité envers les plus démunis, Bernard Amiaux était l aîné d un frère et de deux sœurs. Il fréquenta l école publique Lazare-Carnot à Colombes et obtint le certificat d études primaires en juin Sa mère étant alors décédée, il dut abandonner ses études, (il était en classe de seconde), pour contribuer, à partir de juillet 1958, comme coursier-livreur au commerce familial. En contact avec le père François Avril, aumônier des jeunes du Grand- Colombes, il s engagea à la JOC. 16

17 Il entra à la Thomson, à Sartrouville, le 1 er septembre 1959, comme apprenti tôlier-soudeur, et se syndiqua aussitôt à la CFTC. Appelé sous les drapeaux le 1 er juillet 1961, il fut affecté à Montluçon (Allier), puis à Lunéville (Meurthe-et- Moselle) et enfin à Saint-Germain-en-Laye (Seine-et-Oise, Yvelines), avant de partir en juin 1962 à Philippeville (Algérie). Il fut libéré le 23 janvier De retour à la Thomson, il fut élu délégué du personnel et au Comité d établissement et participa activement au mouvement national de solidarité envers les mineurs en grève en mars et avril Avec Michel Bourset* et Jean- Pierre Taulet*, il organisa l accueil d enfants de mineurs grévistes durant les vacances d été. Il allait devenir secrétaire du comité d établissement en 1969, responsabilité qu il assumera jusqu en Artisan, au sein du groupe Thomson, de l orientation vers la déconfessionnalisation de la CFTC, Bernard Amiaux fut désigné par sa section pour la représenter au conseil du syndicat de la construction électrique et électronique (SCEE- CFTC), créé en 1962 et qui était l une des composantes de l Union parisienne des syndicats de la métallurgie (UPSM- CFTC). Sollicité par Rémy Allanos pour devenir secrétaire permanent de l UPSM, il accepta la proposition et, grâce aux accords de droit syndical de l entreprise, put être détaché en congés sans soldes à la CFDT à partir du 18 octobre L UPSM, menant alors la restructuration de la CFDT métallurgie en région parisienne, faisait évoluer ses syndicats régionaux d industrie (électrique-électronique, mécanique, automobile et aéronautique) vers des syndicats de la métallurgie inter branches au sein de quinze secteurs géographiques délimités selon les implantations industrielles. Bernard Amiaux anima à titre transitoire le «secteur métaux nord» qui devint le syndicat de la métallurgie des Nords de Seine (SMNS-CFDT) lors de son congrès constitutif, tenu le 22 juin 1978 à Argenteuil. Il y fut élu secrétaire général ( ). Installé à la Bourse du travail de Colombes, il animait également l Union locale CFDT de cette ville. Désigné par l UPSM, en janvier 1977, pour représenter l union au conseil de la Fédération de la métallurgie (FGM- CFDT), en remplacement de Fernand Penin*, puis candidat de son syndicat, soutenu par l ensemble des syndicats de l UPSM, il fut porté au Conseil fédéral lors du congrès de la FGM, en novembre 1977, à Strasbourg (Bas-Rhin). Il fut réélu au congrès de février 1981 à La Rochelle (Charente-Maritime). En cette période de reflux important du nombre d adhérents, les difficultés de l UPSM ouvrirent, au sein de l union, une crise qui aboutit à la suppression de postes de permanents dont celui de Bernard Amiaux. Il quitta ses fonctions de permanent le 30 septembre 1981 ainsi que ses responsabilités de conseiller fédéral, et son syndicat se retira de la politique de mise en commun des moyens financiers des syndicats de l UPSM. Bernard Amiaux accepta la responsabilité que lui proposait la CFDT, majoritaire dans le groupe Thomson, de gérer et d animer le Comité inter entreprise (CIE), destiné au développement des activités socio-culturelles et de loisirs mises en commun par les comités d entreprise du groupe, notamment les dizaines de colonies de vacances (octobre 1981-octobre 1987). Soucieux des questions d emploi et de réinsertion professionnelle, à la demande de Paul Calandra, directeur des ressources humaines du groupe Thomson, il intégra en janvier 1989 une cellule baptisée Mission pour l emploi (MIPE), dont le rôle consistait à gérer les conséquences des plans sociaux. La MIPE, comprenant des représentants du personnel détachés, explorait aussi les possibilités de reclassement dans les bassins d emploi accueillant les sites du groupe. En 1993, il fut chargé de la mise en œuvre du dispositif PAQUE (Préparation active à la qualification et à l emploi) programme conjoncturel financé par le gouvernement, pour aider le public en difficulté d insertion au sein du CIEFOP (Centre inter-entreprises d études, de formation et de perfectionnement), filiale du groupe Thomson. Il fut mis par Thomson, en 1994, à la disposition de l entreprise DPS (dialogue-partenaires-services), au titre de conseiller social, chargé de l ingénierie d insertion. DPS, se positionnant sur le marché du nettoyage industriel, embauchait des personnes en situation d exclusion, chômeurs de longue durée et en fin de droits de ressources. En partenariat avec l IUT d Orsay (Essonne) et des entreprises opératrices en techniques informatiques (IBM, Alcatel, Banque de France, EDF, L Oréal, Thomson), Bernard Amiaux, au sein de DPS, construisit à partir de 1996 un programme ambitieux de formation en alternance, baptisé FIDJI (Formation et insertion des jeunes par l informatique). Il permettait à des dizaines de jeunes, en échec scolaire, d acquérir un métier. Alors qu il recherchait de nouveaux partenariats avec des entreprises de la technopole de Sophia Antipolis (Alpes-Maritimes), mais atteint d un cancer contre lequel il luttait depuis plusieurs années, il mourut à cinquante-sept ans à l hôpital de Suresnes et fut inhumé à Colombes. Militant convaincu de l insertion par l économique, Bernard Amiaux, toujours disponible, intervenait à l Inter-Thomson CFDT (structure regroupant l ensemble des sections syndicales du groupe) lors des débats sur l exclusion. Il s était marié en 1963 à Colombes avec Jacqueline Cabiran, militante CFDT dans la fonction publique. Après des études d assistante sociale, celle-ci avait créé en 1960, avec sa commune, le service d action sociale des HLM de Colombes, qu elle anima jusqu en Le couple qui adopta quatre enfants, nés en 1959, 1960 et 1968, fit partie d une équipe locale d ACO (Action catholique ouvrière) de 1963 à

18 SOURCES : Archives SMNS, UPSM-CFDT, FGMM-CFDT. Archives de Jacqueline Amiaux. Notes de Paul Calendra, Jacques Debesse. Fidji objectif emploi, READ-ME, le magazine des collaborateurs IBM, 11, juin-juillet DPS bilan social récapitulatif au 30/11/1997, p. 4. Entretiens avec Jean-Paul Sbeghen, 27 septembre 2012, et Jacqueline Amiaux, 10 juin 2010, 4 novembre 2011, 29 mars 2012 et 7 septembre Bernard Massera AUGER Jean, Justin, Clément Né le 31 juillet 1921 aux Ponts-de-Cé (Maine-et-Loire), mort le 3 avril 2001 à Saint-Barthélémy d Anjou ; employé ; secrétaire général de l UD-CFTC du Maine-et-Loire ( ) puis permanent de la CFDT et de la FGTB (Fédération générale des travailleurs belges). Jean Auger était le fils d un employé puis représentant aux Établissements Godineau, droguerie à Angers, et d une domestique puis ouvrière à domicile, tous les deux originaires des Pont-de-Cé où la famille habita jusqu en Ils s installèrent alors à Angers avec leurs trois enfants. Jean Auger fit toute sa scolarité dans l enseignement catholique, jusqu à seize ans. En février 1938, il travailla comme aide comptable. Fin décembre 1942, il fut réquisitionné par l organisation Todt et fut affecté au terrassement dans les environs de La Rochelle. Il y rencontra des jocistes mais son engagement ne commença qu après guerre. Muté à la Tranche-sur-Mer, il s enfuit le 8 juin et gagna Angers où il assista à la Libération. Après son service militaire, comptable dans un garage, il organisa une section CFTC. Marié en janvier 1947, père de deux filles, il se consacra au syndicalisme chrétien. Au congrès du 22 mai 1949, il devint secrétaire général de l Union départementale, puis anima des grèves et fut licencié en 1950 des Pépinières Lepage. Responsable départemental de l ACO, permanent CFTC, animateur du groupe Reconstruction, il organisa autour de lui une équipe qui compta dans le syndicalisme régional : Maurice Pasquier, métallurgiste ; Henri Pellier, Jean et François Ilias, mineurs ardoisiers ; Roland Leclerc (EDF) ; Jean Batard ; Raoul Gauvrit, cheminot ; Jean Monnier... En octobre 1958, il devint troisième permanent de l Union parisienne des syndicats de la métallurgie, particulièrement chargé de la construction électrique et de l électronique. Le 15 juillet 1965, il fut embauché à la FGTB à Liège où il fut chargé de la Fondation André Renard. Il avait été un militant actif de l UGS. SOURCES : Notes de Louis Thareaut. Arch. UD-CFDT de Maine-et-Loire. Arch. Dép. Maine-et-Loire, 152 J. Louis Thareaut BAUDRON Raymond Raymond Baudron est né le à Paris dans une famille de 5 enfants. Sensibilisé à la vie militante dans le cadre des patronages, Raymond entre à l école d apprentissage de la société Chausson où il va travailler pendant 40 ans. Militant CFTC puis CFDT, il anime la section syndicale CFDT dans l établissement de Meudon qu il représente dans diverse instances. Raymond Baudron est né le 19 décembre 1937 à Paris dans le 11 éme. Il est le second d une fratrie de 5 enfants dont l ainé est décédé à huit mois. Sa mère était secrétaire dans une société immobilière. Son père, peintre en bâtiment, titulaire de la croix de guerre avec citation à l ordre de l armée, avait été gazé. Socialiste convaincu, il se référait à Jaurès. Il était responsable d une mutuelle d anciens combattants et, à ce titre, avait été décoré de la croix du mérite social. Raymond, comme un de ses frères, contractèrent très jeunes la typhoïde ce qui leurs valu un séjour de huit mois à Handaye. En 1947, il entre au patronage paroissial où sa mère rend de petits services ne pouvant payer la participation demandée. Dans le même temps il s ouvre à la vie militante en s engageant aux «Cœurs Vaillants» et dans une Association, «La Cordée», qui met en liens des jeunes de la classe ouvrière. Après une scolarité en pointillé du fait de la maladie et de la période, Raymond passe son certificat d étude en En septembre de la même année, il entre à l école d apprentissage de la rue Saint Martin qui forme des outilleurs. Son père décède en La société Chausson qui recrutait des jeunes de l école St Martin, propose en 1953, de prendre Raymond dans son école de Gennevilliers, à mi-tarif. Durant l été 1954, le centre d apprentissage de Chausson est détruit par un incendie. Raymond va suivre sa deuxième année de formation à «Chausson Asnières», rue de la Comète. En juin 1955, il passe aisément son CAP d outilleur à Diderot. Parallèlement à sa formation, Raymond, devient moniteur de colonies de vacances et encadre celles qu organise la paroisse Sant Ambroise de Paris jusqu en 1969 tout en étant membre de son équipe de basket. 18

19 Avec trois jeunes, anciens de l école Saint Martin, Raymond est embauché, en septembre 1955, comme ajusteur à l atelier d outillage de l usine Chausson de Meudon, aux petites presses, avec promesse de passer «outilleur». Il faudra qu il fasse intervenir un délégué CGT, Tessonnière, en avril 1956 pour obtenir cette qualification après passage d un essai. La CGT le fait alors entrer à la commission Sports et Loisirs du «comité inter entreprise de la région parisienne» qui se réunit à Gennevilliers. En novembre 1957, Raymond est appelé sous les drapeaux. Il rejoint l armée de l air à Compiègne pendant 2 mois, puis il se retrouve à Rethel et termine à la base de Cambrai. Il sera libéré en février En mars 1960, il retourne à l usine Chausson de Meudon comme outilleur aux grosses presses. Au bout de quelques mois il retrouve son poste aux petites presses. C est alors qu il prend contact avec Plassiard, délégué CFTC qui le fait adhérer en fin En 1964, Plassiard quitte l entreprise. Raymond lui succède et étant élu délégué du personnel cette même année. Il intègre ainsi l équipe des responsables CFTC où il rencontre, entre autres, Jean Rigaud et Roger Catel. Quelques mois plus tard toutes les équipes CFTC de Chausson qui militaient depuis longtemps pour la déconfessionnalisation, deviennent CFDT. Au titre de la CFDT Meudon, Raymond, avec deux camarades de la CGT, participe aux réunions des usines Chausson de la Région parisienne présidées avec Pierre Chantereau chef du personnel de la société Chausson. Certaines réunions se font à Meudon, mais les plus importantes se tiennent à Asnières où Raymond rencontre d autres délégués CFDT : André Duchemin, Maurice Salot, Michel Young, Serge Glâtre, Désiré Nogresse, André Bréant En 1965, Raymond est élu au CHS ainsi qu au Comité Inter Entreprise (CIE) qui regroupe les établissements de la région parisienne. Il y retrouve des élus CFDT comme Pierre Hélie et J. Decourtis. Il participe également, au niveau de l entreprise, à diverses commissions dont la COVERPRO (Commission des Vêtements de Protection). En début mai 1968, l usine de Meudon connaît quelques débrayages spécialement après les brutalités policières des 6 et 7 mai et surtout celles de la nuit du mai contre les étudiants. Le 13 mai, c est la riposte unitaire et Chausson Meudon participe à la grande manifestation. Le 14, l équipe du matin décide d occuper l usine. Le lien se fait avec l équipe du soir. Raymond prend une part très active dans l organisation de la grève et dans les prises de parole quotidiennes. Au lendemain de cette période de luttes, la CFDT progresse de plus de 5 points et passe la barre des 30%. Raymond est désigné Délégué Syndical. Une équipe solide se constitue et la CFDT gagne un siège au Comité d établissement. En 1968, au congrès de la FGM/CFDT, Raymond intervient pour faire reconnaître la demi-heure de casse croute des travailleurs postés comme temps de travail effectif. Outre l action dans l établissement et l entreprise, Raymond représente la CFDT Chausson au sein du SGTA/CFDT puis du «Syndicat de la Métallurgie CFDT du 92 sud» qui se réunit à la Bourse du travail de Boulogne. Il assiste et représente de nombreux travailleurs devant les conseils de Prud hommes en tant que «défenseur syndical». Pendant 16 ans, jusqu en 1990, Raymond fut, pour le personnel de l usine de Meudon, le correspondant de la Mutuelle Familiale et pendant quelques trente ans, jusqu en 2000, délégué à l IREPS. En 1988, Meudon entre en grève pendant 5 semaines aux côtés des travailleurs de Gennevilliers pour les salaires et les classifications. Raymond et toute l équipe CFDT sont aux avant-postes de la lutte. A l issue du conflit, la CFDT devient majoritaire. Malheureusement, la restructuration imposée par les actionnaires Renault et Peugeot est engagée au niveau de l entreprise. Après un premier plan concernant l usine de Creil (60) en 1988, la fermeture de l usine de Chausson Meudon est engagée en La plupart des travailleurs sont mutés à Gennevilliers. C est ainsi qu après avoir veillé au reclassement de tout le personnel de Meudon, Raymond arrive à son tour, en 1990, à l atelier d outillage des presses de «l usine G» de Gennevilliers. Avec 40 ans d ancienneté et de travail posté chez Chausson, Raymond accepte sa mise en pré retraite, en 1993, dans le cadre d une convention du fond national de l emploi (FNE). Les conditions de travail pénibles et le travail posté usent les organismes. Raymond ne fait pas exception. Sa santé se dégrade sensiblement et le limite très sérieusement. Il prend toutefois en charge sa mère jusqu à son décès en Se déplaçant difficilement, il demeure néanmoins fidèle aux rencontres des anciens CFDT de Chausson. Il décède le 11 février SOURCES : Entretiens avec Raymond Baudron (janvier-mars et avril 2012). Archives personnelles Bernard Massera 19

20 BÉCU Gérard. Né le 6 juillet 1933 à Malakoff (Seine, aujourd'hui Hauts-de-Seine) ; employé ; militant socialiste et syndicaliste de la Seine puis de l Essonne, secrétaire politique des Jeunesses socialistes SFIO de la Seine en , secrétaire national des Jeunesses socialistes autonomes, membre de la commission exécutive puis du bureau de la fédération PSU de la Seine ; maire adjoint (PS) de Brétigny ( ), puis d Igny ( ) ; président de la commission économique du comité d entreprise de la SNECMA (CFDT). Fils de Rovet Bécu ( ), agent de maîtrise à la société anonyme des télécommunications qui y fonda en 1947 un syndicat Force ouvrière et de Lucienne Marchand, sans profession, Gérard Bécu est petit-fils de Louis Marchand ( ), militant SFIO et Coopérateur, 1er Conseiller municipal Socialiste de Colombes, comptable, auteur de chansons engagées, gérant de la Librairie du «Populaire de Paris». Il suivit des études secondaires au lycée Michelet à Vanves. Professionnellement, il fut successivement rédacteur, secrétaire d édition dans une filiale du groupe «Opéra Mundi», puis statisticien à la SNECMA (Société Nationale d Études et de Construction Aéronautique) de 1963 à En 1948, G. Bécu adhéra aux Jeunesses Socialistes et deux ans plus tard, il fut désigné secrétaire adjoint de la Fédération de la Seine (chargé de la propagande). Il était par ailleurs secrétaire-administratif de la section SFIO de Malakoff à partir de Après son service militaire qu'il fit au titre du contingent appelé en AFN en il accéda au secrétariat fédéral des JS de la Seine et entra au bureau national de ce mouvement. Dans le même temps, il appartenait à la commission exécutive de la fédération socialiste de la Seine. Dès 1956, le secrétaire des JS de la Seine, proche alors de Marceau Pivert*, appartint au courant minoritaire hostile à la guerre d Algérie. Après le détournement de l'avion du FLN, il fut l'un des quatorze signataires de la lettre ouverte adressée en novembre 1956 à Pierre COMMIN exigeant la tenue d'un congrès national extraordinaire. Secrétaire politique du bureau fédéral des JS de la Seine en , il rompit avec la SFIO en septembre 1958 au congrès d Issy-les-Moulineaux, et fut l'un des fondateurs du Parti socialiste SFIO autonome (PSA). Il fut candidat pour ce parti aux cantonales de mars 1959 (canton Châtillon-sous-Bagneux et Malakoff). Il obtint 548 suffrages (3,6 %) et se retira, le communiste Léon Salagnac étant élu. Avec Jean-jacques Marie* et Jacques Pomonti*, il construisit les Jeunesses Socialistes Autonomes, dont il devient le Secrétaire National provisoire. À Berlin-Ouest, il plaida avec succès, en compagnie de Jean-Jacques Marie et Jacques Pomonti, l adhésion des JSA à l Union Internationale des Jeunesses Socialistes. Candidat à la Commission administrative permanente du PSA au congrès de Montrouge en mai 1959, il ne fut élu qu'à la délégation du congrès. Sa première épouse, Blanche Bécu, secrétaire de profession, travaillait au bureau national du PSA. Le PSA ayant fusionné avec l'ugs et le groupe Tribune du communisme, G. Bécu, co-secrétaire National des jeunes du PSU, fut membre de la commission exécutive de l Union départementale de la Seine en 1960, puis du bureau de la fédération du PSU de Paris en janvier Membre tour. suppléant du CPN (Comité Politique National) du parti, il remplaça Jean Rous* quand celui-ci rejoignit Léopold Sedar Senghor, Président du Sénégal. Secrétaire de la section d Antony, alors que le parti se déchirait en de multiples tendances, il appartint à la commission de neuf membres chargée de veiller à la régularité des débats, désigné par le conseil national du 23 juin En 1964, il figurait sur la liste de regroupement de la Gauche, pour les élections municipales d Antony contre Georges Suant*, maire sortant, ancien PSU passé à la majorité gouvernementale. Ayant rejoint la section de Brétigny-sur-Orge (Essonne), G. Bécu fut candidat PSU sur le canton de Mennecy en Mais il fut exclu du PSU par la commission fédérale des conflits le 16 mars 1971, avec 4 autres militants, à la suite d un désaccord sur les municipales. La fédération considérait que l accord unitaire passé avec le PC et le PS dès le premier tour était trop éloigné des thèses du parti. G. Bécu fit appel et la section PSU d Hispano-Suiza de Bois-Colombes se solidarisa avec lui, rappelant son rôle d animateur depuis mai La liste de la gauche unie l ayant emporté, il fut adjoint au maire de Brétigny-sur-Orge, chargé de l Urbanisme de 1971 à En mars 1976, il avait été candidat du Parti socialiste au conseil général sur le canton de Brétigny : exprimés 9817 ; Bécu (PS) 2719 (27,69 %) ; Blin (PC) 3325 (34 %) ; Blin élu au 2 e tour). En 1997, aux élections législatives dans la 6Ayant déménagé à Igny (Essonne), il fut ensuite élu dans la municipalité d Union de la Gauche de et exerça les fonctions de premier adjoint, chargé du Cadre de vie et de l Urbanisme. En 1995, il conduisit avec l ancien Maire PC une liste d Union de la Gauche et de Défenseurs de l environnement aux élections municipales d Igny. De nouveau élu conseiller municipal de la ville administrée par une municipalité de Droite, il fut conseiller d opposition en , puis, la Gauche plurielle l ayant emporté, il fut réélu conseiller municipal délégué à la Vie de quartier, à l Économie Solidaire et aux Lieux de mémoire en Il a été par ailleurs vice-président du Syndicat Intercommunal d Études et d Aménagement et de Protection de la Vallée de la Bièvre (SIEAPVB), membre du bureau du Syndicat Intercommunal des Ordures Ménagères de la Vallée de Chevreuse (SIOM). Mais il n appartenait plus au Parti socialiste. Pour des raisons politiques locales et nationales, son opposition au tournant de la rigueur, en 1983, il quitta le PS et rejoignit à partir de 1992, les mouvements écologistes. En mars 1994, il a été candidat d Union écologiste (Génération écologie-les Verts) du canton de Palaiseau (exprimés ; Bécu (GE/Verts) 1500 [11 %] ; Allain (RPR) 3660 [27 %] ; Vizet (PC) 3003 [22 %] ; Allain élu au 2 e e circonscription de l Essonne, il fut suppléant de Guy Bonneau, candidat «des Verts». Gérard Bécu fut par ailleurs un actif militant syndicaliste de la CFDT. Durant huit années de suite, de 1981 à 1988, il présida la Commission Centrale Économique du Comité central d entreprise (CCE) du groupe SNECMA. La réorientation de la politique industrielle du groupe SNECMA vers la motorisation de l aviation civile doit beaucoup aux 20

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

Pour mémoire, la dernière tentative de négociations remonte à 2005.

Pour mémoire, la dernière tentative de négociations remonte à 2005. LA NAVETTE Décembre 2010 ACCORD PRÉVOYANCE COMPLÉMENTAIRE SUR LE CHAMP DE LA CONVENTION COLLECTIVE DE LA RÉGION PARISIENNE L UPSM-CFDT SIGNE UN AVENANT SUR LA PRÉVOYANCE COMPLÉMENTAIRE LE 30 NOVEMBRE 2010

Plus en détail

Militants Droits Devant!

Militants Droits Devant! DOSSIER DE PRESSE Militants Droits Devant! Du 18 janvier au 19 janvier 2014 Au lycée La Joliverie à Saint Sébastien/Loire SOMMAIRE «DroitS Devant!» avec la JOC... p 3 Une nouvelle campagne d année... p

Plus en détail

Association des retraités et futurs retraités de l Imprimerie nationale

Association des retraités et futurs retraités de l Imprimerie nationale Direction des services d archives Association des retraités et futurs retraités de l Imprimerie nationale 1933-2013 Sous-série 463 J Archives départementales de la Seine-Saint-Denis 18, avenue Salvador

Plus en détail

PROJET D ACTIVITÉ 2015

PROJET D ACTIVITÉ 2015 PROJET D ACTIVITÉ 2015 LA DÉFENSE DES INTÉRÊTS DU SECTEUR LES ENJEUX INSTITUTIONNELS 1. Les partenaires engagés 2. Les partenaires à consolider et développer 3. Les élections départementales et régionales

Plus en détail

Jean-Claude HOSTENS, salarié, délégué syndical et représentant du personnel de l entreprise Tissavel, (Neuville-en-Ferrain, Nord)

Jean-Claude HOSTENS, salarié, délégué syndical et représentant du personnel de l entreprise Tissavel, (Neuville-en-Ferrain, Nord) ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL Jean-Claude HOSTENS, salarié, délégué syndical et représentant du personnel de l entreprise Tissavel, (Neuville-en-Ferrain, Nord) 2009 038 INTRODUCTION Activités

Plus en détail

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE

SATISFACTION INTERROGATION ENQUÊTE SUJET CROISée DéVELOPPEMENT employeurs SENIOR / salariés VIE D ENTREPRISE SALAIRe SERVICE OBSERVATOIRE ENQUÊTE ANALYSE ENTREPRISE CADRE EMPLOYéS PME ACTIVITé FORMATION EMPLOI CHEF D ENTREPRISE QUESTION SATISFACTION INTERROGATION SUJET DéVELOPPEMENT SENIOR VIE D ENTREPRISE évolution ACTIon FEMMES

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Paris, le 3 février 2006 Communiqué de presse «Coopératives et mutuelles : un gouvernement d entreprise original» Les 30 recommandations du rapport sur le gouvernement d entreprise des coopératives et

Plus en détail

1958 2008 50 ans déjà

1958 2008 50 ans déjà 1958 2008 50 ans déjà 1 Jusqu en 1942 le personnel des services municipaux de la ville de Rouen ne bénéficiait d aucun régime d assurances sociales. Ce n est que le 1 er mars 1942 que fut créé un régime

Plus en détail

Aide pour les formations

Aide pour les formations Aide pour les formations 1 Janvier 2008 Qu elles viennent des bases nouvelles ou des représentants syndicaux nouveaux, la Fédération souhaite répondre efficacement aux multiples demandes de formations

Plus en détail

LA NAVETTE. Table des matières. 20 octobre 2011. Assemblée Générale de l'upsm 20 octobre 2011

LA NAVETTE. Table des matières. 20 octobre 2011. Assemblée Générale de l'upsm 20 octobre 2011 LA NAVETTE 20 octobre 2011 CONSERVER LA MÉMOIRE SYNDICALE MIILITANTE RECENSEMENT DES MÉTALLURGISTES CFDT EN RÉGION PARISIIENNE Table des matières Introduction... Page 2 Le mot de la Secrétaire générale

Plus en détail

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes

II. L accord d entreprise sur l égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Mai 2007 Fiche entreprise Société Générale Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Présentation de l entreprise - Secteur d activité : Banque-Finance - Statut : Société Anonyme - Effectif

Plus en détail

La France, l Europe, la Vie

La France, l Europe, la Vie Dossier de presse Elections Européennes 2014 La France, l Europe, la Vie Conférence de presse le 11/08/2013 Au café «le Carré Parisien» 2 Sommaire Invitation presse 3 Biographies 4 Annexe 7 Invitation

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT

CONVENTION DE PARTENARIAT Convention de partenariat entre l académie d Aix-Marseille et ICIMODE Prides de la filière textile habillement CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés l Etat représenté par Jean-Paul de Gaudemar,

Plus en détail

VAL D OISE. Val d Oise VAL D OISE. Val d Oise VAL D OISE. Val d Oise. Yvelines VAL D OISE YVELINES. Hauts de Seine. Yvelines HAUTS.

VAL D OISE. Val d Oise VAL D OISE. Val d Oise VAL D OISE. Val d Oise. Yvelines VAL D OISE YVELINES. Hauts de Seine. Yvelines HAUTS. Seine saint Denis Seine saint Denis BIeNVENUE VAL D OISE Val d Oise Val d Oise Val d Oise VAL D OISE VAL D OISE Val d Oise Val d Oise HAUTS DE SEINE Hauts de Seine ESSONNE ESSONNE ESSONNE Val d Oise VAL

Plus en détail

Crédit Agricole Franche-Comté Chiffres clés de la politique sociale

Crédit Agricole Franche-Comté Chiffres clés de la politique sociale Crédit Agricole Franche-Comté Chiffres clés de la politique sociale 2011 Le Crédit Agricole Franche-Comté, acteur majeur de l emploi local Présente sur l ensemble du territoire franc-comtois avec près

Plus en détail

PERSONNEL DE DIRECTION STAGIAIRE

PERSONNEL DE DIRECTION STAGIAIRE PERSONNEL DE DIRECTION STAGIAIRE Votre première affectation Votre position de stagiaire n est reconnue qu à compter de la nomination en délégation sur un emploi et ce pour deux ans à partir du 1 er septembre

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

LES DELEGUES SYNDICAUX

LES DELEGUES SYNDICAUX LES DELEGUES SYNDICAUX Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement de 50 salariés ou plus peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué

Plus en détail

Réforme de la Catégorie B Rédacteurs Territoriaux

Réforme de la Catégorie B Rédacteurs Territoriaux SNUCLIAS FSU 173 rue de Charenton 75012 Paris 01 3 7 53 95 01 9 88 06 17 snuclias-fsu@orange.fr www.snuclias-fsu.fr Réforme de la Catégorie B s Territoriaux Le 21 février 2008, organisations syndicales,

Plus en détail

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa.

efficace utile libre autonome1 solidaire Pour agir utile, et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! www.unsa. réformiste efficace www.unsa.org libre Pour agir utile, utile et construire ensemble! Je crée une liste UNSA CE/DP dans mon entreprise! solidaire autonome1 Depuis 1993, l UNSA a connu un fort développement

Plus en détail

Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental

Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental Comités locaux École-Entreprise (CLÉE) Cahier des charges départemental 1. Qu est-ce qu un CLÉE? Un CLÉE est un lieu d échanges et de ressources entre les entreprises et les établissements scolaires sur

Plus en détail

FICHE PRATIQUE LE DÉLÉGUÉ DU PERSONNEL

FICHE PRATIQUE LE DÉLÉGUÉ DU PERSONNEL FICHE PRATIQUE LE DÉLÉGUÉ DU PERSONNEL Consternant mais réel constat dans le secteur associatif : la représentation du personnel dans nos structures reste anecdotique, en dépit des obligations légales

Plus en détail

JEUNESSE OUVRIÈRE CHRÉTIENNE (JOC) ET JEUNESSE OUVRIÈRE CHRÉTIENNE FÉMININE (JOCF)

JEUNESSE OUVRIÈRE CHRÉTIENNE (JOC) ET JEUNESSE OUVRIÈRE CHRÉTIENNE FÉMININE (JOCF) ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL JEUNESSE OUVRIÈRE CHRÉTIENNE (JOC) ET JEUNESSE OUVRIÈRE CHRÉTIENNE FÉMININE (JOCF) ROUBAIX -TOURCOING 2000 019 INTRODUCTION Activités Association Mouvement catholique

Plus en détail

Lignes directrices Conseil national des secteurs du SCFP

Lignes directrices Conseil national des secteurs du SCFP Lignes directrices Conseil national des secteurs du SCFP 1. But Le travail par secteur s effectue de nombreuses façons au SCFP, mais les structures des secteurs ne profitent pas d un forum national qui

Plus en détail

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est

entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est Convention de Partenariat entre l Académie d Aix-Marseille et RTE Sud-Est CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés : L Etat, représenté par le Recteur de l'académie d'aix-marseille, Jean-Paul DE

Plus en détail

Validation des Acquis de l Expérience «Ingénieur diplômé de l Ecole des Métiers de l Environnement»

Validation des Acquis de l Expérience «Ingénieur diplômé de l Ecole des Métiers de l Environnement» Validation des Acquis de l Expérience «Ingénieur diplômé de l Ecole des Métiers de l Environnement» Génie Industriel de l Environnement LIVRET 2 Constitution et présentation du dossier VAE devant le jury

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Institut Automobile du Mans

Institut Automobile du Mans Dossier de presse Institut Automobile du Mans Le 24 février 2005 Sommaire : P2. Communiqué de synthèse P3. L institut IAM un projet pour développer les formations et l innovation de la filière automobile

Plus en détail

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier

2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier 2) Présidence et administration du comité : chef d entreprise, bureau, secrétaire et trésorier Selon la loi, le comité d entreprise est présidé de droit par le chef d entreprise ou son représentant. Lors

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

Dans le cadre de l'opération «100 femmes 100 métiers - Ingénieure demain!»

Dans le cadre de l'opération «100 femmes 100 métiers - Ingénieure demain!» Communiqué de presse Dans le cadre de l'opération «100 femmes 100 métiers - Ingénieure demain!» 4 écoles d'ingénieurs brestoises ouvrent leurs portes aux lycéennes de 1ères S Brest, le 19 mars 2015. Près

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130

Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 POUR LE MAINTIEN DU CONSEIL DES AÎNÉS Présenté devant la Commission des finances publiques du Québec Dans le cadre des consultations sur le Projet de loi 130 1 er février 2011 Réseau FADOQ Responsables

Plus en détail

ÉLECTIONS TPE 2012 MILITANTS, VOUS ÊTES LA CLÉ DE NOTRE POLITIQUE DE PROXIMITÉ!

ÉLECTIONS TPE 2012 MILITANTS, VOUS ÊTES LA CLÉ DE NOTRE POLITIQUE DE PROXIMITÉ! ÉLECTIONS TPE 2012 MILITANTS, VOUS ÊTES LA CLÉ DE NOTRE POLITIQUE DE PROXIMITÉ! 2 ÉLECTIONS TPE 2012 : un scrutin sur sigle aux enjeux forts Contexte et enjeux Les élections TPE sont la 3 ème étape de

Plus en détail

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1

Le délégué syndical. Document SPIF-CFTC (extrait de travail.gouv.fr) fiche n 1 Page 1 Le délégué syndical Chaque syndicat représentatif dans une entreprise ou un établissement d au moins 50 salariés peut désigner un délégué syndical (DS). Nommé pour une durée indéterminée, le délégué syndical

Plus en détail

Nos outils jeunesse de sensibilisation et d éducation à la démocratie

Nos outils jeunesse de sensibilisation et d éducation à la démocratie Nos outils jeunesse de sensibilisation et d éducation à la démocratie Directeur général des élections du Québec, 2009 Dépot légal - Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2009 Bibliothèque nationale

Plus en détail

Très fraternellement Corinne DESSIGNY Responsable Formation 06.81.19.90.93 corinnedessigny0009@orange.fr formation@cgtoise.com

Très fraternellement Corinne DESSIGNY Responsable Formation 06.81.19.90.93 corinnedessigny0009@orange.fr formation@cgtoise.com L essentiel Sommaire : Bulletin d information de l Union Départementale de la CGT Oise n 67 du0 décembre 0 Page : Edito Page et : Plan de Formation UD et UL Page à 7 : Descriptifs des Formations Page 8:

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

La Commission des titres d ingénieur a adopté le présent avis :

La Commission des titres d ingénieur a adopté le présent avis : Avis n 2015/07-04 relatif à l accréditation de Télécom ParisTech de l Institut Mines Télécom à délivrer un titre d ingénieur diplômé Objet Dossier B : renouvellement, à compter du 1er septembre 2015, de

Plus en détail

Charte académique. éducation entreprise. Découverte professionnelle pour les élèves des collèges de l académie de Toulouse

Charte académique. éducation entreprise. Découverte professionnelle pour les élèves des collèges de l académie de Toulouse Charte académique éducation entreprise Découverte professionnelle pour les élèves des collèges de l académie de Toulouse mai 2008 1 Préambule L académie de Toulouse, les fédérations de parents d élèves,

Plus en détail

ce que l UNSA a obtenu

ce que l UNSA a obtenu Agents contractuels de la Fonction publique : ce que l UNSA a obtenu UNSA Fonction publique 21 rue Jules Ferry 93177 BAGNOLET cedex Tél. 01 48 18 88 29 - Fax. 01 48 18 88 95 uff@unsa.org - www.unsa-fp.org

Plus en détail

Référentiel de conservation Syndicats

Référentiel de conservation Syndicats Intitulé : Référentiel de conservation - Syndicats Date : mai 2014 Version : 1 Rédacteur : EM Nombre de pages : 7 Référentiel de conservation Syndicats Rédigé par le service des Archives de la CFDT Version

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015 Projet de loi Modernisation du dialogue social Suivi du projet par l UNSA 25 mai 2015 La commission des affaires sociales de l Assemblée nationale a adopté le projet de loi relatif au dialogue social et

Plus en détail

Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage

Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage Master spécialité «Communication et ressources humaines» : formation par la voie de l apprentissage [document mis à jour le 3.05.13] Ce document présente la formation en apprentissage. Il est à lire avant

Plus en détail

Les ressources humaines

Les ressources humaines L assurance emploie environ 205 000 personnes en France. Fort recruteur depuis des années, elle offre des perspectives de mobilité et de carrière intéressantes, favorisées par la formation initiale et

Plus en détail

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés.

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés. R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés. QUI EST OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de Branche 2006-2010 relatif à l Obligation

Plus en détail

CfAde l Assurance. www.ifpass.fr. www.formations-assurance.fr www.emploi-assurance.com

CfAde l Assurance. www.ifpass.fr. www.formations-assurance.fr www.emploi-assurance.com CfAde l Assurance www.ifpass.fr www.formations-assurance.fr www.emploi-assurance.com Edito Dominique CAUVIN, Directrice du CFA de l Assurance L assurance, un secteur qui recrute La garantie de la réussite

Plus en détail

Catalogue formation 2014

Catalogue formation 2014 Décembre 2013 Catalogue formation 2014 www.fnem-fo.org La formation syndicale doit s inscrire, se développer au sein de nos structures et à chaque niveau s imposer comme une priorité essentielle au service

Plus en détail

L article 1 de l accord collectif national du 5 mai 1999 est rédigé comme suit :

L article 1 de l accord collectif national du 5 mai 1999 est rédigé comme suit : AVENANT N 1 DU 25 SEPTEMBRE 2003 A L ACCORD COLLECTIF NATIONAL DU 05 MAI 1999 ACTUALISANT L ACCORD DU 12 JANVIER 1982 CONSTITUTIF DE LA COMMISSION NATIONALE PARITAIRE DE L EMPLOI DE L INDUSTRIE HOTELIERE

Plus en détail

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne

Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Jacqueline HOCQUET, Coordination Internationale des Jeunesse Ouvrière Chrétienne Avant d entrer dans le vif du sujet, je vous présenterai rapidement la CIJOC, puis je vous donnerai quelques exemples de

Plus en détail

CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME

CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME SYNDICAT LA CGT DU PERSONNEL DÉPARTEMENTAL Clermont-Ferrand, le 16 décembre 2010 CAHIER REVENDICATIF DES PERSONNELS DU CONSEIL GENERAL DU PUY DE DÔME Validé par la Commission Exécutive du 7 décembre 2010

Plus en détail

Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical?

Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical? Sommaire Synthèse Fiche détaillée Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical? Quels sont les documents dont le délégué syndical est destinataire? Peut-il

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Décret n o 2011-2008 du 28 décembre 2011 modifiant le décret n o 2006-1388 du 16 novembre 2006 portant création

Plus en détail

CENTRE DES ARCHIVES DU MONDE DU TRAVAIL. FONDS ROBERT SERRURIER, Militant du Mouvement de libération ouvrière, puis Culture et Liberté

CENTRE DES ARCHIVES DU MONDE DU TRAVAIL. FONDS ROBERT SERRURIER, Militant du Mouvement de libération ouvrière, puis Culture et Liberté CENTRE DES ARCHIVES DU MONDE DU TRAVAIL FONDS ROBERT SERRURIER, Militant du Mouvement de libération ouvrière, puis Culture et Liberté 2000 054 Introduction Activités militant, éducation populaire, politique,

Plus en détail

L ambition des Jeunes Européens - France est de devenir la référence des associations de jeunesse sur les questions européennes.

L ambition des Jeunes Européens - France est de devenir la référence des associations de jeunesse sur les questions européennes. PROJET DE CHARTE NATIONALE ENTRE LE MOUVEMENT EUROPEEN FRANCE ET LES JEUNES EUROPEENS FRANCE Préambule L association de type Loi 1901 «Les Jeunes Européens France» (JE-F) a été créée en 1992 à l initiative

Plus en détail

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat

Stratégie Régionale. envers les Jeunes. l Artisanat Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes La Stratégie Régionale de l Artisanat envers les Jeunes (S.R.A.J.) constitue une offre globale

Plus en détail

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN

CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN CHARTE DE L EXPERT DU COMITE FRANÇAIS DE L UICN (approuvée par le 8 ème congrès français de la nature 26 mai 2008) L Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN) est le plus important

Plus en détail

Archives du SNES (numérisées à l'irhses ) (256 boîtes) 3e livraison de l'irhses le 5/06/2012 aux ANMT de Roubaix

Archives du SNES (numérisées à l'irhses ) (256 boîtes) 3e livraison de l'irhses le 5/06/2012 aux ANMT de Roubaix Archives du (numérisées à l'irhses ) (256 boîtes) 3e livraison de l'irhses le 5/06/2012 aux ANMT de Roubaix classique et moderne, divers SNET, divers, participation aux instances paritaires (Conseil supérieur,

Plus en détail

LIONEL LECHEVALIER. Lionel Lechevalier, militant politique en Val-de-Marne. 1980-2001 177J 1-6. http://archives.cg94.fr/

LIONEL LECHEVALIER. Lionel Lechevalier, militant politique en Val-de-Marne. 1980-2001 177J 1-6. http://archives.cg94.fr/ Lionel Lechevalier, militant politique en Val-de-Marne. 1980-2001 Communicabilité : libre communication, reproduction soumise à l autorisation de la direction des Archives Répertoire numérique établi par

Plus en détail

Agences passées en mode LSB au 31/12/2007, siège et centre d affaires : versement sur la paie de mars 2008.

Agences passées en mode LSB au 31/12/2007, siège et centre d affaires : versement sur la paie de mars 2008. ACCORD SALARIAL 2008 NAO 2007 Entre La Banque Populaire Loire et Lyonnais, dont le siège social est situé à Lyon 3 ème, 141 rue Garibaldi, représentée par Monsieur OLIVIER DE MARIGNAN, Directeur Général

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ELECTIONS T.P.E. PRESENTE PAR PHILIPPE LEPRAT LORS DE LA CE DE L UD DU 12 JUIN 2012

RAPPORT SUR LES ELECTIONS T.P.E. PRESENTE PAR PHILIPPE LEPRAT LORS DE LA CE DE L UD DU 12 JUIN 2012 RAPPORT SUR LES ELECTIONS T.P.E. PRESENTE PAR PHILIPPE LEPRAT LORS DE LA CE DE L UD DU 12 JUIN 2012 Les élections de représentativité pour les salariés des petites entreprises de moins de 11 salariés auront

Plus en détail

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise

Patrice Laroche. Les relations sociales en entreprise Patrice Laroche Les relations sociales en entreprise Dunod, Paris, 2009 ISBN 978-2-10-054248-2 Sommaire Introduction 1 Chapitre 1 Le contexte et les principaux acteurs des relations sociales en France

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES Messier-Bugatti ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES la CFDT, représentée par Monsieur Alain GUILLAUME, Délégué Syndical Central la CFE-CGC, représentée par Monsieur

Plus en détail

ACCORD NATIONAL DU 29 JANVIER 2000 PORTANT REVISION PROVISOIRE DES CLASSIFICATIONS DANS LA METALLURGIE

ACCORD NATIONAL DU 29 JANVIER 2000 PORTANT REVISION PROVISOIRE DES CLASSIFICATIONS DANS LA METALLURGIE ACCORD NATIONAL DU 29 JANVIER 2000 PORTANT REVISION PROVISOIRE DES CLASSIFICATIONS DANS LA METALLURGIE Entre : L Union des Industries Métallurgiques et Minières, d une part, Les organisations syndicales

Plus en détail

DEVENEZ Inspecteur du travail Soyez un acteur essentiel au service du monde du travail

DEVENEZ Inspecteur du travail Soyez un acteur essentiel au service du monde du travail DEVENEZ Inspecteur du travail Valérie Couteron Soyez un acteur essentiel au service du monde du travail Inspecteur du travail Un métier au service du monde du travail Les inspecteurs du travail sont des

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional OCTOBRE 2010 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france ADHESION DE LA REGION ILE-DE-FRANCE A L ASSOCIATION

Plus en détail

DE LA CARTOGRAPHIE DES METIERS DE L EDITION DU LIVRE. Octobre 2015

DE LA CARTOGRAPHIE DES METIERS DE L EDITION DU LIVRE. Octobre 2015 CPNE EDITION DU LIVRE CAHIER DES CHARGES POUR LA MISE A JOUR DE LA CARTOGRAPHIE DES METIERS DE L EDITION DU LIVRE Octobre 2015 OBJET DE L APPEL D OFFRE Le présent appel d offre est lancé par l Afdas pour

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Maîtrise des risques industriels et environnementaux de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports

PROJET PROGRESS FRANCE Ministère des droits des femmes, de la ville, de la jeunesse et des sports Renforcer la formation des professionnels de santé à la prévention des violences au sein du couple et l'information du grand public sur les violences au sein du couple et les mutilations sexuelles féminines

Plus en détail

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés

R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés R ôle des représentants du personnel dans l emploi des travailleurs handicapés QUI EST OETH? L association OETH a pour objectif la mise en œuvre de l Accord de branche relatif à l Obligation d Emploi des

Plus en détail

Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4

Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4 Intitulé recruteur : Université Paris Sorbonne Paris 4 Organisme de rattachement : Ministère de l'éducation nationale/ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche Date de disponibilité Catégorie

Plus en détail

Présentation. Sommaire du dossier. Parcours de l exposition 3. Intérêt pédagogique 4. Actions pédagogiques 5. Informations pratiques 6

Présentation. Sommaire du dossier. Parcours de l exposition 3. Intérêt pédagogique 4. Actions pédagogiques 5. Informations pratiques 6 1 Présentation Quelques mois après la libération de la France, Pierre Betz, directeur de la revue Le Point, demande à Robert Doisneau de réaliser un reportage photographique dans le but d illustrer son

Plus en détail

STATUTS FÉDÉRAUX FÉDÉRATION DE

STATUTS FÉDÉRAUX FÉDÉRATION DE STATUTS FÉDÉRAUX FÉDÉRATION DE Rattachée à l Association nationale "SECOURS POPULAIRE FRANÇAIS" dont le siège est à Paris 3ème au 9 11 rue Froissart, qui est agréée d éducation populaire par arrêté du

Plus en détail

ACCORD REGIONAL DE PARTENARIAT POUR L ACCES A L ALTERNANCE ET POUR L EMPLOI DES JEUNES

ACCORD REGIONAL DE PARTENARIAT POUR L ACCES A L ALTERNANCE ET POUR L EMPLOI DES JEUNES 1 ACCORD REGIONAL DE PARTENARIAT POUR L ACCES A L ALTERNANCE ET POUR L EMPLOI DES JEUNES Vus La Loi n 2009-1437 du 24 novembre 2009 La Loi n 2010-1657 du 29 décembre 2010 Le Décret n 2010-1780 du 31 décembre

Plus en détail

ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL NOËLLE GÉRÔME ETHNOLOGUE

ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL NOËLLE GÉRÔME ETHNOLOGUE ARCHIVES NATIONALES DU MONDE DU TRAVAIL NOËLLE GÉRÔME ETHNOLOGUE 2001 031 INTRODUCTION Activités Recherche, ethnologie. Comité d entreprise, syndicalisme. Présentation de l entrée L entrée 2001 031 est

Plus en détail

Licence Informatique décisionnelle et statistique (IDS)

Licence Informatique décisionnelle et statistique (IDS) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Informatique décisionnelle et statistique (IDS) Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le

Plus en détail

I. Le Forum mondial de l eau

I. Le Forum mondial de l eau Evénements soutenus par le 6 ème Forum Mondial de l Eau I. Le Forum mondial de l eau Historique Co-organisé tous les trois ans par le Conseil Mondial de l Eau d une part, un pays et une ville hôte d autre

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N O

Plus en détail

Le décret du 9 mai 2012 ou la grande réforme des catégories de moyens humains accordées aux organisations syndicales représentatives.

Le décret du 9 mai 2012 ou la grande réforme des catégories de moyens humains accordées aux organisations syndicales représentatives. ARTICLE Santé RH, juillet-août 2012 Jean-Yves COPIN Consultant Centre de droit JuriSanté, CNEH Le décret du 9 mai 2012 ou la grande réforme des catégories de moyens humains accordées aux organisations

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE

DOSSIER DE CANDIDATURE NOM DU LYCEE :.. COMMUNE DU LYCEE :. Photo : NOM de L ELEVE CANDIDAT(E) :.. PRENOM :.. Boursier(e) : oui non DOSSIER DE CANDIDATURE PROGRAMME PEI PREMIERE 2015-2016 Décision finale : Admis(e) Refusé(e)

Plus en détail

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification

Technicien conseil. motivation. formation. Devenez. Technicien conseil. en prestations familiales. La Caf de Paris. qualification formation qualification motivation emploi Devenez Technicien conseil en prestations familiales La Caisse d'allocations familiales de Paris vous propose une formation une qualification un emploi La Caf

Plus en détail

Les métiers évoluent, la formation s adapte. Témoignages de Centrale Marseille. Franck JOURNEAU

Les métiers évoluent, la formation s adapte. Témoignages de Centrale Marseille. Franck JOURNEAU Les métiers évoluent, la formation s adapte. Témoignages de Centrale Marseille. Franck JOURNEAU Les Métiers évoluent, la formation s adapte - Présentation rapide de l Ecole Centrale Marseille et de quelques

Plus en détail

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales.

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. REGLEMENT INTERIEUR SUD CHIMIE Règlement INTERIEUR Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. Il a été adopté par le 5ème congrès

Plus en détail

ELECTIONS PROFESSIONNELLES

ELECTIONS PROFESSIONNELLES ELECTIONS PROFESSIONNELLES 1. Mise en œuvre des élections a. Date et affichage des élections professionnelles b. Négociation du protocole d accord préélectoral c. Les collèges électoraux 2. Electorat a.

Plus en détail

a) d assurer le meilleur fonctionnement possible de l organisation ;

a) d assurer le meilleur fonctionnement possible de l organisation ; DES MEMBRES DU CONSEIL EXÉCUTIF DU SECS Adopté au Conseil d administration 13 avril 4 1.0 Principes directeurs Ce protocole s inspire de la volonté du SECS-CSQ : a) d assurer le meilleur fonctionnement

Plus en détail

Archives du Parti communiste français

Archives du Parti communiste français Direction des services d archives Archives du Parti communiste français Fonds Émile Peuvrier 1945-1948 Sous-série 382 J Archives départementales de la Seine-Saint-Denis 18, avenue Salvador Allende, 93000

Plus en détail

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015

de presse PLANÈTE COURTIER, Syndicat Français du Courtage d Assurance Juin 2015 Dossier de presse PLANÈTE COURTIER, Juin 2015 Contact presse Agence C3M - Tél. : 01 47 34 01 15 Michelle AMIARD - 06 60 97 24 00 - michelle@agence-c3m.com Laurence DELVAL - laurence@agence-c3m.com Sommaire

Plus en détail

Référence : Date : -------------

Référence : Date : ------------- Titre : SALARIES ETAM : - PROCEDURE DE RECLASSEMENT - GRILLE DE CLASSIFICATION - SALAIRES MINIMA ETAM Référence : Date : IP-Bât 08 001 01.2008 Le 26 septembre 2007, les partenaires sociaux du Bâtiment

Plus en détail

LE DROIT DU TRAVAIL EN PRATIQUE

LE DROIT DU TRAVAIL EN PRATIQUE Daniel MARCHAND Professeur titulaire de la Chaire de Droit Social du Conservatoire National des Arts et Métiers Ouvrage initié par Yves DELAMOTTE Professeur Honoraire au Conservatoire National des Arts

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3265 Convention collective nationale IDCC : 1672. SOCIÉTÉS D ASSURANCES (6 e édition. Juillet 2003) Brochure

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Observatoire des entreprises. Regards croisés de dirigeants et de salariés Sur le thème : le pacte social de l entreprise à l épreuve de la crise

Observatoire des entreprises. Regards croisés de dirigeants et de salariés Sur le thème : le pacte social de l entreprise à l épreuve de la crise Observatoire des entreprises Regards croisés de dirigeants et de salariés Sur le thème : le pacte social de l entreprise à l épreuve de la crise 2009 1 i Observatoire des entreprises Santé de l entreprise

Plus en détail

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR LIVRET D ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR Nom de l étudiant(e) : Structure d accueil : Nom du tuteur : STAGE BTS AM Lycée Marie Curie 70 avenue de Paris 78000 VERSAILLES 01 39 24 69 24 www.lyc-curie-versailles.ac-versailles.fr

Plus en détail

Statuts de l École Centrale Marseille

Statuts de l École Centrale Marseille Groupe des Écoles Centrales Statuts de l École Centrale Marseille INGÉNIEUR CENTRALIEN Forte culture scientifique et technique, entrepreneur, expert, dirigeant d'entreprise, occupant toutes les fonctions

Plus en détail

Accord salarial 2008

Accord salarial 2008 Accord salarial 2008 PRÉAMBULE En application de l article L. 2241-1 du Code du travail et de l article 42 de la convention collective de la Banque, les partenaires sociaux se sont rencontrés à trois reprises,

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale BÂTIMENT IDCC : 2609.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale BÂTIMENT IDCC : 2609. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3002 IDCC : 2609. ETAM Brochure n 3005-II IDCC : 1702. TRAVAUX PUBLICS (Tome II : Ouvriers) Brochure n 3005-III

Plus en détail

PLATEFORME REVENDICATIVE SUD PERSONNELS DE L ORIENTATION

PLATEFORME REVENDICATIVE SUD PERSONNELS DE L ORIENTATION PLATEFORME REVENDICATIVE SUD PERSONNELS DE L ORIENTATION A partir des productions collectives des personnels du CROP Midi-Pyrénées SUD fait le constat qu il n'a malheureusement pas été instauré de rapport

Plus en détail