"»«UST miiiitiiiimuiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiifiiiiiiiiiitiiim" name="description"> "»«UST miiiitiiiimuiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiifiiiiiiiiiitiiim">

UST LE CENTENAIRE DU GUIDE ALPIN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "UST LE CENTENAIRE DU GUIDE ALPIN"

Transcription

1 »» CINQUIM ANNÉ : N 204 MIHIIHMII mnmiiiiiiii i iiiiiiiiiiiii 50 CCntimCS ' ' " iiiiiiii iiiiiimiiiiiiiiiiiiiîfiiitii 23 JANVIR 927 > "»«UST miiiitiiiimuiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiimiiiiiiiiiiiiiiiiiiiifiiiiiiiiiitiiim CNTNAIR DU GUID APIN UN ÉTRANG CRIUR MUNICIPA Ce vieillard, dont la tête énergique évoque quelque rude figure de moine, est M.. Jean Bedeau, un guide alpin connu, aujourd'hui centenaire. t c'est en accompagnant des touristes à la Dent du Midi qu'il a célébré ses cent ans. C'est celui de la ville de San-Antonio, dans le Texas. Il est chargé de communiquer à la population les ordonnances municipales. t le voilà, le porte-voix à la main, parcourant les rues, tandis que son cheval est caparaçonné d'affiches. A FÊT D SAINT ANTOIN, N SPAGN UN POISSON MONSTR PÊCH A A IGN Cet énorme poisson, qui pèse près de 200 kilos, a été pris à la ligne au lancer, sur la côte californienne. On l'appelle ' schoolmamm " et on le voit attaché au garde-boue de l'automobile de l'heureux pêcheur qui vient de le capturer. Chaque année, le 7 janvier, le clergé espagnol bénit les hommes, les animaux et même les véhicules! Voici (A) les cochers se rendant au reposoir, à cheval ; (B) bénédiction d'une automobile ; (C) d'un chien qui fait comiquement le beau ; et, enfin,(d) d'un petit âne. DS RÉCHAUDS POUR S ORANGRS a température de Californie s'était récemment abaissée de telle façon qu'on a craint le froid pour les oranges. t l'on a placé, dans les plantations, ces braseros au bois ou au charbon pour préserver les fruits et les arbres du gel. VIIS COUTUMS HIVRNAS : A CONSTRUCTION D'UN CHATAU D GAC, AU CANADA, POUR S FÊTS DU NOUV AN elle

2 DIMANCH-IUSTR [îiiiini VNT AU IIIIIIIMNIIII; j t ïiiiiiiiiiiiiiimiiiiiiiiiiiiimiiiiiiiiiii 2 iiniiniiiiihiiiiiïiiiiimiiiiiui i un iiiiiiiiiiiiimiiiiiiiiiiiiimii I MANCH - I USTR NUMÉRO France, Colonies, Régions occupées et Belgique Étranger iiiiiiiiiiiiiiiii Tél. : Provence 5-22,23 ou h". ST N - Administration, abonnements : 20, rue d'nghien, Paris(Xe) - VNT 23 JANVIR 927 iiiimiir TARIF DS ABONNMNTS C' chèque poît, n 5970 PARTOUT DÈS i SAMDI a publicité est reçue, boulevard des Italiens (entrée principale). Téléphone : Richelieu et " mois 6 mois Un an France, Colonies. 6 fr. 2 fr. 24 fr. Belgique fr. 30 fr. tranger fr. 28 fr. 55 fr. PROBM DS MOTS CROISS, muêtre. mmm un juge ; 49, du verbe aaaaaasaa siciens ambulants en Italie ; 9, ), habu Vf y pic des Pyrénées ; 2, prière ; 3, mmm m mmm tant d'une province d'allemagne; HORIZONTAMNT. VRTICAMNT. f raconte ; 5, parole mémorable ; 2, qui raillent à froid ; 3, imporuh3d S,, 6, une des îles Ioniennes; 8, tuné ; 4, interjection ; 5, prén ; S incompréhensible ; 2, peintre position ; 6, route stratégique I S J BQ français du XVIIe siècle ; 22, transparallèle au front ; 7, canton u I pirent ; 23, ancienne grande d'ure-et-oir ; 8, d'une injus' * ville de l'adriatique ; 26, marécriante ; 9, habitante d'une B; U BOB tice chal de Francè (XIXe siècle) ; 28, vaste contrée boréale ; 0, ter>\ r» amas de vapeur condensée ; 29, minaison d'infinitif ;, projet.' «_ c note de musique; 3, soutenu impossible à réaliser ; 4, habi ; par des branches fichées en '. tuer au danger ; 7, amusements terre ; 32, terminaison de parfolâtres ; 9, enjoué ; 20, grandes - BU H ticipe ; 33, qui habitent au quantités ; 23, volume ; 25, s : bord d'un cours d'eau (fém.) ; poésie ; 27, affluent de la Ga. HBBBB 35, étoffe de laine ; 37, rendu ronne ; 30, archipel océanien ; insensible par le froid ; 38, 33, se dit d'une langue dérivée roi légendaire d'albe, oncle de Romulus et Rémus ; j du latin ; 34, vent ; 36, brigand étouffé dans sa caverne 40, surface ; 42, presqu'île de l'arpérique du Nord ; par Hercule ; 39, meubles ; 4, monnaie étrangère ; 42, 43, enveloppe de toile ; 45, qui a les cheveux noirs partie du poitrail du cheval ; 44, préfixe ; 45, deux lettres (diminutif) ; 46, sauveur du monde ; 48, adjoint à de brigand ; 46, lettre grecque ; 47, conjonction. F. THRMOGÈN :- i mmmmm mm mmm m mmm m* mm nnaasa mmm s mmm Bannis mu sa Nous publierons la solution de ce problème dans le prochain numéro. Voir en page 5 la solution des mots croisés parus dans le dernier numéro. combat merveilleusement iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiimiiiiiiiiiiiiiriiiiiiiiiihiiiiii IIIIIIHIIIIIIIIIIIIHIHIIIIIIIIIIIIIIIMIIIIIIIIIIIIII iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii TOUX, RHUMATISMS, GRIPPS, POINTS D COTÉ, UMBAGOS, etc. DISTRACTIONS FMININS a boîte (impôt de 0 fr. 50 compris) 3 fr. 75, dans toutes les pharmacies 'image du «PIRROT CRACHANT FU» doit 8e trouver au dos de chaque boite. D sivement réservées à ses lectrices et abonnées. Mais celles-ci pourront néanmoins, si elles le désirent, prendre part également aux DISTRACTIONS DU DIMANCH habituelles, dont la publication se poursuivra simultanément avec les DISTRACTIONS FÉMININS. Ces DISTRACTIONS FÉMININS, qui comportent une série de problèmes sur lesquels devra s'exercer la sagacité ou le goût de nos lectrices, commencent dans le présent numéro, par la publication du problème n. lles se poursuivront dans les numéros des 30 janvier, 6, 3, 20 et 27 février. es solutions de tous les problèmes de cette série devront être mises à la poste N BOC, T SOUS A MÊM NVOPP, PORTANT A MNTION " DISTRACTIONS FÉMININS ", seulement à partir du dimanche 27 février et jusqu'au samedi 5 mars au plus tard pour Paris et les départements ; jusqu'au samedi 2 mars pour les pays plus éloignés et la Corse, l'algérie, la Tunisie et le Maroc. es réponses déposées à la main dans nos bureaux seront annulées. Nous donnerons, dans le prochain numéro, la liste'complète des récompenses qui seront attribuées aux lectrices venant en~tête du classement et comprenant des robes de grands couturiers, des chapeaux, des tissus brodés, des bas de. soie, des parfums, des appareils photographiques, etc. Pour chaque problème, il sera attribué un nombre de points déterminés. a totalisation de ces points donnera automatiquement.le classement général, la lauréate ayant totalise le plus grand nombre de points venant en tête de liste et ainsi de suite. Rappelons que, comme pour les DISTRACTIONS DU DIMANCH, nous acceptons l'envoi de solutions calquées ou recopiées ceci pour celles de nos lectrices qui ne voudraient pas découper leur journal. e seul fait de prendre part à ces DISTRACTIONS FÉMININS implique l'acceptation des conditions plus haut énoncées et du classement établi par le jury désigné par DIMANCHIUSTRÉ. Ce classement sera publié dans le numéro du 3 avril. CCI INTRSS tous les Jeunes Gens et Jeunes Filles, tous les Pères et Mères de Famille' 'ÉCO UNIVRS, la plus importante du monde, vous adressera gratuitement, par retour du courrier, celles de ses brochures qui se rapportent aux étude? qui voussntéressent. 'enseignement par correspondance de l'co UNIVRS permet de faire, à peu de frais, toutes, les études chez soi, sans dérangement, et avec le maximum de chances de succès. Pour être renseigné, découpez le bulletin ci-dessous, marquez d'une croix chacune des brochures qui vous intéressent, écrivez au bas votre nom et votre adresse et expédiez-le, sous pli fermé, à rëco UNIVRS, 59, Bd xelmans, PARIS (6e). Broch : Classes primaires complètes : Certificat d'études, Brevets, C.A.P., Professorats; Broch. 805 : Classes secondaires complètes : Baccalauréats, icences (ettres, Sciences, Droit). Broch. 807 : Grandes coles spéciales (Agriculture, Industrie, Travaux publies, Mines, Commerce, Armée et Marine, nseignement, Beaux-Arts, Colonies). Broch : Toutes les carrières administratives. Broch : Carrières d'ingénieur, Sous-Ingénieur, Conducteur, Dessinateur, Contremaître dans les diverses spécialités : Électricité, Radiotélégraphie, Mécanique, Automobile, Aviation, Métallurgie, Mines, Travaux publics, Béton armé, Chauffage central, Architecture, Topographie, Froid, Chimie, Agriculture, Agriculture coloniale. Broch : Carrières du Commerce (Administrateur, Secrétaire, Correspondancier, Sténos-Dactylo, Contentieux, Représentant, Publicité, Ingénieur commercial, xpert-comptable, Teneur de livre). Carrières de la Banque, de la Bourse, des Assurances et de l'industrie hôtelière. Broèh : angues étrangères (Anglais,spagnol, Italien, Allemand, spéranto). Broch. 806 : Orthographe, Rédaction, Rédaction de ettres, Calcul, Dessin, criture, Calligraphie. Broch : Carrières de la Marine marchande. Broch : tudes musicales (Solfège, Transposition, Harmonie, Contrepoint, Fugue, Composition, Orchestration). Broch : Piano, Violon. Broch : Arts du Dessin (Dessin d'illustration, Composition décorative, Dessin de figurines de mode, Anatomie artistique, Histoire de l'art, Préparations aux métiers et aux Professorats de dessin). (A expédier gratuitement à M. Rue.. N". par... Dépar\ -) <»> Écrivez aujourd'hui même à l'éco UNIVRS, si vous souhaitez des 'conseils spéciaux à votre cas, ils vous seront fournis très complets à titre gracieux et sans engagement de votre part. MPHYSM ASTHM OPPRSSIONS Soulagement intmed.at.giirrison par le-; GOBU S RBAUD Résultats merveilleux, surprenants même T""Ph'". en. 3 f. 80 imp. comi>. Demtnd. /Vof/cs * Ma D AUCHOUX, Ph à Bois-Colombes (Seine). TIMBRS-POST AUTHNTIQUS DS MISSIONS ÉTRANGÈRS j garantis non triés, vendus au kilo m Demanda notice explicative au Directeur de l'office des Timbres des Missions 4, rue des Redoutes, TOUOUS (France) CATAOGU IUSTRÉ NVOYÉ FRANCO SUR DMAND Wm l>ui.bmschi;r KtteBgs* IMANCH-IUSTRÉ présente, aujourd'hui, une nouvelle série de DISTRACTIONS, exclu- ÉST-C UN HOMM? ST-C UN FMM? - PROBÈM M nnn coiffure féminine moderne, qui se rap proche tellement, chez certaines femmes, A. S CAFS GIBRT SONT S MIURS DANS TOUT A FRANC en BTïs et PT.S de 25 et 250 gr. DUX USNS= PARIS, l36,ruechampionnet - POITIRS (Vienne) pourcentre.oaest et Midi st-ce un homme? st-ce une femme? Çest là la réponse qu'elles devront nous de la coiffure masculine, a causé déjà d'amu- donner, en mentionnant simplement en regard sants quiproquos. Voici, ci-dessus, douze de chaque numéro, la désignation " homme " silhouettes en ombres chinoises, qui sont ou femme ". l'exacte reproduction de photographies d'homa solution exacte de ce problème comptera mes et de femmes. Nous demandons à nos pour 2 points dans le classement général, chaque lectrices d'examiner chacune de ces têtes. profil attribué justement comptant pour un point. iiiifiiiiiiimiiiiiuimimii "'""""''""'"'' ""'i'i"i«ii"iiiii"iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii,,ii,llii,ii,vll,iiiiiii lill,jllll VOIR, N PAG 5, S HABITUS DISTRACTIONS'DU DIMANCH

3 itmilllti 23 JANVIR 927 ' îiiiiiiiriiiiiiiiiiiiiitimiiiiiiiiiiitniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiikiimhiiiitiiiih mwiiiti 3 minii iihkiimiiiiiiiilillliiiiiïiiimiiiiiiiiiiiii«iilm«mii CINQUIÈM ANNÉ : N 204 Min DIMANCH-IUSTRÉ NTR NOUS M FORNT SCHMITT vient de faire exécuter, non seulement par un orchestre, mais aussi par le public, une symphonie " moderne " intitulée tout simplement : Fonctionnaire M. C. M. X. II. Voici le thème littéraire de ce nouveau chef-d'œuvre : ' e fonctionnaire, qualifié de parasite, s étire longuement, après le départ de contribuables, lui laissant, en présents, un chemin de fer de chocolat, un bateau en sucre, un César en jujube, toutes sortes de mets exquis. Il s'assied à son bureau, il éclate de rire. Brusquement, il saute en bas de la table, et, paisible, commence son travail. Il voit son encrier, boit un peu d'encre, ajoute une pincée de sandaraque et boit cela avec délectation. Puis il prend les ciseaux, grattoirs, se déchausse, se polit les ongles des pieds, les contemple, les admire, attendri, avec comme une envie de reculer de quelques pas pour juger l'effet. Il sautille, boit son pot de colle, etc., etc. Voilà sur quoi M. Sch mitt a brodé ses arpèges. videmment, le temps n'est plus où Musset pouvait dire de la musique : ONSIUR Harmonie, harmonie, argue que pour l'amour inventa le génie, Qui nous vient d'italie et qui lui vint des cieux! pas musique, d'autant M Aïsplusnequediscutons cela ne sert absolument à rien. SOYONS AU COURANT... RÉFXIONS DU DIMANCH A quoi bon Vouloir dorer la pilule? e travail est une chose désagréable, et l'idée des joies du labeur a été trouvée par ces optimistes qui aiment à s'autosuggestionner pour augmenter leur courage. Pour ma part, je déteste le travail, je l'ai toujours détesté. Quand j'étais un petit garçon, j'avais en horreur de monter le charbon ou de sarcler la planche de fraisiers. Ce qui me plaisait, c était de jouer à la balle ou d'aller me baigner dans la rivière. f ai continué à détester le travail sous toutes ses formes. Mais j'ai trouvé le moyen d'en faire un jeu, et j'aime ce jeu. Mon travail m'amuse plus que toutes les sortes de distractions que je puis trouver durant mes heures de loisir. Je me plais mieux à faire ma lâche quotidienne qu'à jouer au golf, ou à voir un match de tennis, ou bien à aller au théâtre. Je suis de cent pour cent plus heureux pendant l'accomplissement de mon labeur que lorsque je l'ai terminé. t il me semble que voilà la solution du problème du travail. C'est de montrer comment le travail peut être transformé en jeu. Quand nous mettons de l'intérêt et de la fierté dans ce que nous faisons, ce n'est plus du travail. a ménagère, qui trouve son délice à voir ses chambres dans une propreté et un ordre parfaits, l'employé qui se plaît à ses livres bien tenus, le médecin enthousiaste de sa profession, le charpentier, le plombier, le peintre ou le charretier qui mettent toute leur âme à ce qu'ils font, tous ces gens-là ne lambinent pas ou ne s'énervent pas. Ils ont résolu le problème du travail. entement, l'invention des machines diminue, pour l'homme, l'antique malédiction du travail. Une immense partie du labeur ingrat et sale, jadis accompli par l'homme, est maintenant faite par la vapeur. es énormes dragues que l'on '. mit en œuvre à Panama remplirent le rôle de centaines de terrassiers armés de pioches et de seaux. Chaque enfant devrait faire l'apprentissage d'une activité utile quelconque, mais qui lui plaise. e temps n'est plus où l'on avait besoin d'hommes prêts à faire n'importe quoi '. Ce qu'on cherche maintenant, c'est celui qui sait faire quelque chose " et qui sait le faire bien. De plus en plus, notre terre devient dure et froide pour les gens qui ne désirent une situation que pour en toucher les appointements. Ceux qui aiment leur travail au point d'y voir un jeu, qui sont malheureux quand ils ne peuvent s y livrer et qui, par conséquent, y 'sont devenus d'une grande habileté, ceux-là écartent les amateurs du seul salaire. Toutes les usines du pays, tous les ateliers, les bureaux, les fermes, les magasins 'et les chemins de fer demandent à grands cris des travailleurs habiles et enthousiastes, qui attaqueront l'ouvrage dans l'esprit du jeu. C'est ainsi seulement qu'on fait de bonne besogne. Un auteur fort sage dit, dans un livre qu'il a écrit sur les artisans : " e jeu peut être la meilleure sorte de travail la différence entre le jeu et le travail est une différence dans l'apprentissage et dans l'attitude mentale. Si vous enseignez à un enfant à jouer tristement, et si vous faites de son jeu une tâche, il deviendra un ouvrier qui peine, même lorsqu'il joue. " a laideur et les corvées n'ont pas été instituées par Dieu. Si l'homme persiste à les inventer, qu'il s'en arrange. Dieu, au contraire, voudrait nous voir tels que des enfants jouant dans une verte et joyeuse cité. " On ne rencontre partout que des faces moroses! Des hommes et des femmes qui ne savent penser, qu'à gagner leur pain. Dans le murmure des villes, on n'entend que la crainte de la vie et la terreur de la mort. t pourtant, parmi les pierres de nos villes, elle se trouve, la Verte et joyeuse cité, où le travail est un jeu, où tout se fait en chantant l " t le jour vient où ceux qui sont sages glisseront doucement de la sombre cité des corvées, pour pénétrer dans la ville du rire, que seuls peuvent créer notre esprit et notre bonne Volonté, où tout se fera facilement, où nul ne se sentira plus vieux, où nous serons tous heureux en travaillant, comme des enfants qui jouent. n revanche, le sujet de cette symphonie bureaucratique peut soulever quelques objections. 'auteur du texte adopté par M. Florent Schmitt, croit-il donc que les fonctionnaires d'aujourd'hui sont encore les funambulesques ronds-de-cuir caricaturés par Courteline? Nos fonctionnaires ne sont plus les personnages pittoresques qui ont inspiré et inspirent encore ; tant de chansonniers, de revuistes et de vaudevillistes... Sans doute, ils subissent encore le joug FRANK KRAN. d'une routine, qu'ils haïssent et combattent autant que nous, mais ils n'élèvent plus des escargots dans les cartons verts et ils ont perdu l'habitude de n'aller au bureau que le dernier jour du mois, pour toucher leurs appointements. Ils travaillent, croyezmoi, et bien plus que pas mal de leurs admivndrdi 28 JANVIR nistrés. Après tout, ce n'est pas leur faute si UNDI 24 JANVIR leur effort n'est pas toujours efficace, si les ever du soleil : 7 h coucher : 6 h. 32. ever du soleil : 7 h coucher : 6 h. 39. dossiers s'attardent en route, si les décisions ever de la lune : 23 h coucher : 0 h. 37. ever de la lune : 2 h coucher : 2 h. 7. n'interviennent pas rapidement. es lois et e jour croît t / m. matin ; / m. soir. e jour croît : I m. matin ; 2 m. soir. les règlements ne sont pas faits par eux et Saint TIMOTHÉ : 24 jour Saint CHARMAGN : 28 jour ils peuvent dire, en toute sincérité : es bâtons dans les roues du char de MARDI 25 JANVIR SAMDI 29 JANVIR l'tat, ce n'est pas nous qui les mettons! ever.du soleil : 7 h coucher : 6 h. 34. ever de la lune : - coucher : 0 h. 55. ever du soleil : 7 h coucher : 6 h. 4. ever de la lune : 3 h coucher : 2 h. 4. e jour croît : / m. matin-; 2 m. soir. e jour croît : m. matin ; 2 m. soir. CONVRSION D SAINT PAU : 25 jour AIS allez donc empêcher les humoristes Saint FRANÇOIS D SAS : 29 jour d'exploiter des thèmes à plaisanteries MRCRDI 26 JANVIR & traditionnelles, lesquels deviennent parfois Courses hippiques à Vincennes. des thèmes musicaux d'un modernisme aigu ever du soleil : 7 h. 3 - coucher : 6 h. 35. une : (D. Q.,'2 h. 5) 0 h couch. : h. 5. et même strident! DIMANCH 30 JANVIR e jour croît : 2 m. matin ; I m. soir. Il est convenu, décidé une fois pour Saint POYCARP : 26 jour ever du soleil : 7 h coucher ; 6 h. 42, toutes, que les fonctionnaires sont des paraever de la lune : 5 h. 3 - coucher : 3 h. 27, sites inutiles ; JUDI 27 JANVIR e jour croît ; 2 m. matin ; m. soir. es propriétaires, des émules de M. Vauever du soleil : 7 h coucher : 6 h. 37. tour ; Sainte BATHID : 30 jour es parlementaires, des incapables et des ever de la lune : h coucher : h. 39. e jour croît : m. matin ; 2 m. soir. Courses hippiques à Vincennes, Cannes fumistes ; es Français, des gens qui ignorent la Saint JAN CHRYSOSTOM : 27 jour^ et Pau. géographie ; es femmes, des êtres frivoles ; es gendarmes et les gardiens de la paix, AUJOURD'HUI DIMANCH 23 JANVIR des types cocasses qui commencent toutes leurs phrases par " nonobstant " et " subsécyclisme : Vel' d'hiv', Grand Prix du Conseil Municipal de vitesse. Crossquemment ; country : Au Polygone de Vincennes, le cross de l'auto ; à yon, Challenge es sous-préfets, des fantaisistes qui vont Aycaguer. Cross cyclo- pédestre : A ivry-gargan. Hockey : Chamaux champs pour rimer des vers ; pionnat de Paris. Football : Buffalo, France B contre Sélection étrangère; es spectateurs payants, des imbéciles ; FranceC contre Afrique du Nord ; evallois, F.. C. evallois contre Stade es " jeunes auteurs ", des rivaux de Français. Rugby : Paris, Red Star Olympique contre R. C. Narbonne ; Shakespeare et de Musset ; Colombes, R. C. F. contre. 0. U ; Cognac, S. S. Primevères contre U. S. es journalistes, des menteurs... Cognac ; Biarritz, Biarritz Olympique contre Aviron Bayonnais ; Béziers, A. S. égendes, tout cela. Mais les légendes, Bézîers contre F. G Grenoble ; Toulouse, Stade Toulousain contre Stadoceste c'est construit en ciment armé. Tarbais. Courses hippiques à Vincennes (Prix d'amérique), Nice, Pau. A SMAIN PROCHAIN * * * M JAN STYO. J... des modifications apportées aux transports en commun par la nouvelle percée du boulevard Haussmann des premières conséquences de cette U percée est que le boulevard devient à sens N unique du carrefour Drouot dans la direction et jusqu'à la rue du Havre. t il en découle que l'itinéraire de certains autobus et tramways s'en trouve modifié. Ainsi ceux des lignes AK (gare de yon-gare Saint-azare), AT (place Voltaire-Saint-Augustin-Neuilly), BA (Vincennes-Opéra), empruntent à présent le nouveau boulevard dans la direction de l'toile et prennent pour le retour, en direction de la République, les grands boulevards. a ligne d'autobus AC (gare du Nord-Champ-de-Mars) emprunte à l'aller la rue e-peletier au lieu de la rue Drouot. nfin, une nouvelle ligne, BI (boulevard Haussmann-place Victor-Hugo) a été créée tandis que le tramway n 5 dessert le boulevard Haussmann et s'arrête à la Madeleine. Quant au métro, qui doit aller de la Chaussée-d'Antin à la République, il ne pourra guère être terminé avant un an.... et de la suppression du sens unique dans Paris, entre une heure et six heures du matin de police, vient M de supprimer dans, préfet Paris la règle du sens ONSIUR MORAIN unique entre heure et 6 heures du matin. Ces nouvelles dispositions sont entrées en vigueur e 8 janvier.,.. de la balance de nos importations et exportations en 926 importations se sont élevées, en à N milliards fr., en augmentation sur de milliards fr. OS 926, Nos exportations se sont élevées, en 926, à 59 milliards francs, en augmentation sur 925 de 3 milliards fr. Pour le seul mois de décembre 926, les importations s'élèvent à 5 milliards 23 millions et les exportations à 5 milliards 395 millions. Pour ce seul mois, la balance du commerce extérieur accuse donc un excédent de 272 millions pour les exportations. Il ressort de ces chiffres que nos exportations pour 926 s'élèvent à près de 60 milliards et dépassent nos importations, ce qui peut être considéré comme un redressement sérieux si l'on s'en réfère aux chiffres de la balance commerciale des années immédiates de l'après-guerre. n 920, par exemple, le total de nos importations s'élevait à 32 miliards 500 millions en chiffres ronds, tandis que celui de nos exportations n'atteignait environ que 20 milliards 800 millions. D'où un excédent, en faveur des importations, de près de 2 milliards....de la création d'une Semaine coloniale française comité national de la Semaine coloniale U vient de se constituer sur l'initiative et au N siège de l'institut colonial français, sous le haut patronage du président de la République, du président du Conseil et des membres du gouvernement. Ce comité s'est donné pour tâche d'organiser à une date déterminée, dans le pays tout entier, une série de manifestations tendant à déterminer un état d'esprit propice à l'essor de notre œuvre coloniale. Cette initiative répond aux vœux de tous les esprits avertis des résultats qu'elle peut atteindre.... de l'instruction officielle des téléphonistes desservant les postes privés premier cours gratuit de téléphone à l'usage des employés qui desservent les installations des abonnés, récemment institué par Je ministre des P. T. T., vient de se terminer. Dès maintenant, les inscriptions pour les cours prochains sont reçues à la direction des services téléphoniques, 24, rue Bertrand, Paris (7). es cours seront ouverts au personnel des deux sexes, préposé au téléphone chez les abonnés.. Ils sont également ouverts aux jeunes gens et jeunes filbs qui désireraient acquérir le certificat d'aptitude au téléphone. a date d'ouverture sera «\térieurernent notifiée aux intéressés.

4 *»mn DIMANCH-IUSTRÉ Miiiinrimiiiiiiiiiliiiiiiikuuiiïiiuiiii iiliilimi iiiiiniiiiiiiinimimiii 4 tiiiiirthiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiuiii'iii'»'"''»' '»' 23 JANVIR 927 ««mi A SMAIN QUI VINT D S'ÉCOUR 3e Semaine de l'année Reste à courir 49 semaines DÉCARATIONS D M. BRIAND SUR A POITIQU XTÉRIUR D A FRANC Après avoir affirmé son complet accord avec les membres du conseil des ministres, il précise qu'aucun engagement n'a été pris au sujet de l'évacuation de la Rhénanie. A commission des Affaires étrangères de la Chambre s'est réunie sous la présidence de M. Franklin-Bouillon, pour entendre M. Briand. 'exposé du ministre, qui a tenu avant à démentir les bruits qui ont couru sur un désaccord avec ses collègues du cabinet au sujet de la politique suivie par lui depuis les accords de ocarno, a été presque entièrement consacré aux relations franco-allemandes. n ce qui concerne la Rhénanie et la possibilité d'une évacuation anticipée, M. Briand s'est montré catégorique et a déclaré qu'aucun engagement n'avait été pris par lui, pas plus à Genève qu'à ocarno ou à Thoiry. Si l'allemagne voulait un jour se prévaloir du droit que lui donne le traité de Versailles de réclamer cette évacuation en compensation de certaines conditions à remplir par elle, le Parlement français serait saisi de sa demande par le gouvernement et ce serait à lui de donner en toute liberté une réponse. Plusieurs députés ayant insisté sur lagarantie essentielle que constitue pour nous occupation de la rive gauche du Rhin, garantie qui ne pouvait avoir de compensations équivalentes, même dans les accords les plus satisfaisants, M. Briand objecta que c'était là un jugement qui vaudrait aussi bien dans cinquante ans que maintenant, que le traité de Versailles ne prévoyait une. telle occupation que durant quinze années, d'où la nécessité d'essayer, dès à présent, d'obtenir pour l'avenir d'autres garanties. Après avoir parlé du désarmement allemand et fait ressortir les avantages de la politique suivie ces derniers mois, M. Briand à terminé son exposé en déclarant qu'un rapprochement franco-allemand était la base même de toute politique européenne. DSARMMNT D 'AMAGN e comité militaire interallié juge inacceptables les propositions allemandes, et y exige de sérieux amendements. R sous la présidence du général Baratier, sous-chef d'état-major du maréchal Foch, pour se prononcer sur les propositions présentées par le général allemand von Pawels, au sujet des fortifications voisines de la frontière polonaise, le comité militaire interallié a estimé que les suggestions à lui faites ne pouvaient donner satisfaction sous ur forme actuelle et a décidé d'y exiger des modifications essentielles. Une infraction grave a été commise par le Reich contre la lettre et l'esprit du traité de Versailles. Quatre-vingt-huit abris bétonnés ont été construits de 922 à 926 en avant des forteresses de Kœnigsberg, œtzen, Kustrin et Glogau, alors que l'article 80 n'autorisait les Allemands à conserver ces forteresses que dans leur état existant. Au surplus ces ouvrages, par leur dispositif, paraissent bien constituer des bases de départ pour une offensive éventuelle contre la Pologne, ce qui aggrave encore l'entorse juridique faite au traité. e général Pawels et le conseiller Forster ont demandé à Berlin de nouvelles directives. COMT MANZONI, AMBASSADUR D'ITAI A PARIS Un important mouvement diplomatique a été décidé par M. Mussolini. t le gouvernement italien a demandé au Quai d'orsay son agrément à la nomination du comte Manzoni, actuellement ambassadeur à Moscou, comme représentant de l'italie à Paris, en remplacement du baron Romano- Avezzapa. DPUIS J fa fr. 396 avec,2 MOIS de CRÉDIT J <-cu ou au comptant 0% Demandez GRATIS notre Catalogue r.'u contenant te plus grano cnoii. *^Te 46, Ratt de l'échiquier U réunion spéciale du cabinet britannique, qui s'est prolongée pendant deux heures, s'est tenue à Downing Street pour l'examen du dernier rapport expédié d'hankéou par le chargé d'affaires britannique, M. O'Malley, et de Pékin par le ministre britannique, M. Miles ampson. Ces rapports, surtout ceux du premier, sont dépourvus d'optimisme quant à la tournure prochaine des événements en Chine. Dans l'ensemble, la situation est relativement calme pour l'heure, mais la possibilité d une attaque concertée des Cantonais et des nordistes contre les étrangers demeure ; aussi le gouvernement britannique s'est-il décidé à tout faire pour protéger la vie et les biens de ses nationaux en xtrême-orient. Avec les autres puissances, et seul, s'il est nécessaire, il défendra donc la concession de Shanghaï, qu'il a résolu de ne pas évacuer. De nouvelles unités navales ont reçu l'ordre de se tenir prêtes à partir au premier signal pour les eaux chinoises. a huitième flottille de destroyers de l'atlantique, dix-huit destroyers, cinq croiseurs, deux canonnières et un posemines sont en route ou prêts à partir. es forces britanniques croisant dans le voisinage du Yang-Tsé comprennent huit croiseurs, onze destroyers, quinze canonnières, quatre sloops, un drageur de mines, un navire porteavions, deux avisos, treize sous-marins. N Une défaite des Cantonais UN PACT D'AIANC FRANCO-ROUMAIN RNDMNT DS IMPOTS If; Telle est la décision qu'a prise le conseil des ministres présidé par M. Baldwin. D'importantes forces navales sont parties ou se trouvent prêtes à faire route pour l'xtrême-orient. ÉUNI es accords signés à Paris le 0 juin dernier par M. Aristide Briand, au nom du gouvernement français, et M. Diamandy, ministre de Roumanie à Paris, au nom du gouvernement balkanique, sont rendus publics. Ces documents sont au nombre de trois : un traité d'alliance défensive, une convention d'arbiun DISCOURS D M. MAURIC SARRAUT trage et un protocole additionnel. Basés sur le pacte de la Société des Nations et sur le PRÉSIDNT DU PARTI RADICA maintien du statu quo territorial des deux pays e comité exécutif du parti radical a tenu contractants, ils sont établis pour une durée de une réunion, à laquelle les élections sénatoriales dix ans. et la rentrée des Chambres conféraient un gros intérêt. M.- Maurice Sarraut, président, a prononcé' A QUSTION DS DTTS D GURR un discours dans lequel il a constaté que le Au cours d'une réunion de la commission corps électoral sénatorial a répondu par un des finances, M. Malvy, président, répondant verdict de clarté à la question qui lui a été à une question de M. Renaudel, a donné posée par le renouvellement triennal du Sénat. connaissance de la correspondance échangée Parlant des problèmes de politique exté- entre lui et M. Poincaré sur la question des rieure, l'orateur considère que " la tâche com- dettes interalliées, correspondance d'où il mencée à Genève, poursuivie à ocarno et à résulte qu'il n'apparaissait pas au gouvernement à Thoiry, doit s'acheminer, par les voies pru- que ce problème présentât un caractère d'urdentes qui conviennent, vers les rapproche- gence spéciale, le gouvernement des tatsments qui s'imposent si l'on veut préserver Unis n insistant pas pour la ratification immél'urope d'un nouveau cataclysme ". diate des accords de Washington. Au point de vue intérieur, trois réformes s'imposent : la réforme électorale, par le scrutin d'arrondissement; la réduction du service M. BUYSN RÉÉU SÉNATUR militaire à un an ; la réalisation des assurances sociales. 'élection sénatoriale de l'inde française, a question monétaire ayant ensuite été qui fait partie du tiers sénatorial renouvelé posée devant l'assemblée, M. Caillaux a dé- huit jours plus tôt, a eu lieu dimanche dernier. claré que les espérances de revalorisation qu'on M. Paul Bluysen, sénateur sortant, radical faisait briller aux yeux du public étaient folles socialiste, a été élu par 50 voix contre 49 au et qu'il se déclarait partisan d'une stabilisation docteur e Moignic, ancien chef de cabinet du aussi prompte que possible. ministre de la Marine, républicain socialiste. CARIONS CABINT BRITANNIQU DÉFNDRA SA CONCSSION D SHANGHAI es recouvrements opérés pendant le mois de décembre dernier, au titre du budget général, se sont élevés à la somme globale de 3 milliards francs. Si on retire de ce nombre francs de recettes exceptionnelles, les recettes normales et permanentes se montent donc à francs, somme qui présente, par rapport aux recouvrements du mois de décembre,25, une augmentation d francs. e total des ressources budgétaires s'est élevé, peur l'année 926, à la somme de francs, en augmentation de francs sur l'année 925 et en plus-value de francs sur les prévisions. es troupes du général Sun Chuan Fang, gouverneur de Shanghaï, ont repris Ming-Pq, le seul point important que les forces cantonaises occupaient encore dans la province de Tché-Kiang. es forces cantonaises vaincues ont battu en retraite vers la province dé FouKien. 'attitude du Japon A l'occasion de la réouverture de la Diète japonaise, le baron Shidehara, ministre des Affaires étrangères, a prononcé un important discours sur les affaires de Chine. Il a déclaré que jusqu'ici le Japon ne voyait aucune raison de considérer que la Chine empiète sur les intérêts japonais. n conséquence, le gouvernement de Tokio ne pourrait participer à aucune action contre les Chinois. " Au contraire, a-t-il ajouté, le Japon prêtera son appui à la Chine aussi longtemps que cette dernière observera les lois reconnues par le monde civilisé. 'X-IMPÉRATRIC CHAROTT MURT AU CHATAU D BOUCHOUT a princesse Charlotte de Belgique s'est éteinte, à l'âge de quatre-vingt-six ans, au château de Bouchout, près de Malines. Née le 7 juin 840, au château de aeken, elle était fille du premier roi des Belges, éopold Ier, et de la princesse ouise d'orléans, fille du roi ouis-philippe. Depuis la mort tragique de son mari, l'exempereur du Mexique, fusillé à Queretaro par ses sujets révoltés, elle avait perdu la raison. S FAGANTS D BOMBON CONDAMNÉS PAR DÉFAUT e tribunal de Melun a jugé les agresseurs de l'abbé de Noyers, curé de Bombon. es inculpés ne s'étant pas présentés, il a condamné les deux hommes inculpés : Albert Froger et Maurice ourdin, chacun à huit mois de prison sans sursis et 00 francs d'amende. es huit femmes poursuivies : MmCB Mélina Charles, Marie Culpin, Marie Brettes, Jeanne agardère, Aline Cénon, Berthon, Caroline Burres et la veuve Vignon, ont été condamnées chacune à six mois de prison sans sursis et également à 00 francs d amende. es inculpés devront, d'autre part, payer solidairement à l'abbé de Noyers 5\000 francs de dommages-intérêts, et aux deux servantes, Jeanne Hellou et M""5 e Balch,.000 francs de dommages-intérêts. MMNTO CRMONIS 5 janvier. M. Gaston Doumergue préside à l'inauguration du boulevard Haussmann, dont le dernier tronçon, qui rejoint les grands boulevards, à la hauteur de la rue Drouot, est livré à la circulation. 7 janvier. A l'occasion du cent cinquantième anniversaire de la venue de Benjamin Franklin en France, un banquet, organisé par la Chambre de commerce américaine, a lieu à Paris. M. Myron T. Herrick, ambassadeur des tats-unis, et M. Painlevé, ministre de la Guerre, y prennent la parole. ÉTRANGR 6 janvier. e savant géographe yougoslave Yovari Tsviyitch meurt à osnitsa, en Serbie occidentale, à l'âge de soixante et un ans. Trois Italiens avaient résolu d'effectuer en barque et à la rame la traversée de Tripoli à Rome. Après avoir atteint Bizerte, ils repartirent par une mer encore mauvaise. 'embarcation chavira. Deux des passagers réussirent à atteindre la côte à la nage. Mais leur camarade, M. Ricci, disparut sous les flots. 7 janvier. Une bombe éclate à New-York dans l'immeuble du consulat d'italie. es auteur? de l'attentat, deux peintres en bâtiment, arrêtés, disent avoir agi pour protester contre l'attitude de M. Mussolini envers la classe ouvrière. NÉCROOGI 6 janvier. Mme Gaillard, la doyenne des femmes de France, meurt à l'âge de cent huit ans, à empdes, petite ville située sur les confins de la Haute-oire et du Puy-de-Dôme. Petite, a Fayette l'avait tenue dans ses bras au cours d'une tournée politique que le grand soldat avait faite en Auvergne. 8 janvier. Pierre-Marie e Corre, retraité de la marine, meurt à Rosporden, à l'âge de soixante-quinze ans. Il avait été le compagnon de Pierre oti et c'est lui que le grand écrivain avait peint dans Mon frère Yves. FAITS DIVRS PARIS 6 janvier. Deux garnements : tienne emaître, seize ans, et ucien Pront, dix-sept ans, sont arrêtés 22, rue de Clisson, tandis qu'ils cambriolaient un appartement. Depuis deux mois, ils avaient réussi quinze cambriolages. 8 janvier. Onze Polonais sont arrêtés à Paris pour unë série de vols. Constitués en bande organisée, ils tenaient leurs assises dans un garni de l'impasse Guépine. A la station du Nord-Sud Vaugirard, vers minuit, deux individus pénètrent, revolver au poing, dans la cabine de distribution des billets, et volent 850 francs. BANIU 9 janvier. A Drancy, au cours d'une scène de jalousie, Jules Martinez tue de trois coups de revolver Raymond Bernet, dont il courtisait la femme. DÉPARTMNTS 6 janvier. A yon, au cours d'une fête donnée dans un patronage, cours des Chartreux, un plancher s'effondre. Vingt-trois enfants et un professeur sont blessés. 7 janvier. Marie-Jeanne Porcher refusant de épouser, douard Renault, ouvrier agricole à Cesson, près de Rennes, tire sur elle trois coups de revolver et se suicide. TRIBUNAUX 5 janvier.^ Poursuivi parce qu'au cours d'une tempête le toit d'une tribune du parc de yon s'était affaissé et avait tué deux jeunes gens et blessé douze personnes, M. oze, président du Sport Athlétique Bordelais, est condamné à 200 francs d'amende avec sursis. 8 janvier. Marcel Simonis, dix-sept ans, qui, à trois mois d'intervalle, accomplit deux crimes à Aulnoyê, est condamné à mort. 9 janvier. 'spagnol eneros, meurtrier de sa fiancée qu'il tua dans un taxi, est condamné à sept ans de travaux forcés. SPORTS 6 janvier. n football, le Red Star et le Club oç»'sétant battus Par 'e S. 0. st et l'u. S. Suisse, le C. A. P., vainqueur des Sports Généraux, prend nettement la tête du championnat de Paris. Au Vel'd'Hiv', l'équipe etourneur-royer gagne la course de deux heures à l'américaine, en parcourant 88 km. 05 (record). n baskett-ball, Paris bat le Nord par 34 à 2. e Grand Prix de la vaille de Nice est gagné par Petit Frère, à M. Jules Fribourg. 8 janvier. orenz-tonani gagnent les Six Jourt de Berlin. CHAUSSURS FAYA R D ACTUMNT SODS ANNUS OCCASIONS XCPTIONNS

5 MiMini 23 JANVIR 927 iiiliiptiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiliiiiiiiliiliiiniiljiui S ><<< IIIIHHIIIWHIHUIHHI 5 ROMANS iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiimiiii D A DIMAHCH-IUSTRÊ»«" «VI PHIIPP B, FAUX MONNAYUR par FU3MCK = NTÂM cours, soit par décision royale. e roi pouvait, se fait, généralement, du petitpar exemple, ordonner que le gros tournois fils de saint ouis, une idée e vrai visage de Philippe le Bel, l'historien Funck-Brentano serait à l'avenir reçu pour deux sous au lieu inexacte par suite de la lutte où d un. C'était en altérer la valeur de compte. e nous le montre dans cette page. A la lire, on comprendra quelle les circonstances l'entraînèrent roi pouvait aussi, sans modifier la valeur de contre la papauté. rnest Renan, grande figure de notre histoire fut Philippe le Bel et combien compte des gros tournois, en réduire le poids et déjà, en ses études sur le XIV siècle, faisait.e titre de façon que, en réalité, ils ne valussent il fut méconnu et calomnié. remarquer que l'âpre et dur monarque avait plus que les trois quarts ou les deux tiers de ce J beaucoup plus de ressemblance avec son qu'ils valaient précédemment, tout en les maingrand-père qu'on ne serait tenté de le croire. tenant à la même valeur de compte et d'échange. t, tout d'abord, son extérieur et ses allures que saint ouis était svelte et grêle, la vigueur grelottant dans la neige, à Canossa. Philippe C'est en cela que consista le faux monnayage dignes et graves. Il monta sur le trône à dixde son petit-fils répondait à sa haute taille. le Bel résista à son pouvoir avec les moyens de Philippe le Bel. n des besoins urgents, sept ans. Un Italien parle de sa " jeunesse n appuyant ses poings carrés sur les épaules dont il disposait. Il fut un grand réformateur, au cours de ses guerres contre les Flamands et vénérable ". a pureté de ses mœurs était de deux hommes d'armes, il les faisait ployer en quoi il souleva les protestations des vieux es Anglais, il déclarait que l'argent sortant des parfaite, trop farouche peut-être. Son premier jusqu'à terre. Un templier, venu d'asie feudatairès comme le sire de Joinville, qui ne coffres du Trésor aurait une valeur supérieure acte, quand il eut succédé à son père, PhiMineure en France et qui vit chevaucher le roi, comprenaient pas qu'on portât atteinte aux à celle qu'il avait en réalité ; ou bien il refondait lippe III, qui, lui-même, était une manière dit que ses jambes étaient si longues que ses institutions de saint ouis ; mais les généra- es monnaies en leur donnant un poids et un titre de saint, fut d'expulser toutes les femmes qui pieds, n'étaient distants du sol que de la largeur tions suivantes rendront justice à l'activité inférieurs. Il n'altérait pas les pièces de manière vivaient à la cour. du jeune monarque. d'une main quand il était à cheval. à tromper le monde, comme on le croit généil était d'une piété austère. Il ne manquait Partout le roi payait de sa personne, sur les ralement, car il ne manquait pas de prévenir le Il frappait tout le monde par la majesté de jamais d'assister le matin à la messe. Deux son attitude et son regard hautain. a majesté champs de bataille où.il montra une bravoure public de la diminution de poids ou de titre jours par semaine, il observait un jeûne rigoude ce regard intimidait ceux qui se présentaient sans égale. a victoire de Mons-en-Pévele qu il faisait subir aux gros tournois, aux sous reux. Sur son corps, il portait un cilice. Il parisis ou aux florins d'or, mais en leur impoparlait posément, modestement. Un chacun, sant un cours forcé. Tel exactement notre dans son palais ou dans la rue, pouvait papier monnaie., l'aborder comme un simple particulier. e Quand Philippe le Bel altérait ses monnaies, Florentin, Francesco da Barberino, en est tout il procédait à une opération identique à celle surpris. Il voit Philippe le Bel arrêté, les pieds que fait le gouvernement de nos jours quand il dans la boue, au coin d'un carrefour par deux fait de l'inflation, et les conséquences en étaient ribauds-soldats de condition vulgaire qui aussi exactement les mêmes. Ah! s'il avait ne payaient pas de mine. e roi, coiffé d une possédé' une presse à tirer des billets ; s'il toque blanche, écoutait patiemment les doavait eu, comme de nos jours, la facilité léances des compagnons, et Barbermo ne d'émettre des emprunts, le roi se serait bien manque pas de noter le contraste de ces façons gardé de recourir aux moyens beaucoup plus royales avec la morgue des seigneurs flodifficultueux et moins lucratifs qui constirentins. tuaient son unique ressource ; mais ce n'est Il aimait prendre contact avec le peuple, pas à nous aujourd'hui à lui en faire grief, car s'adresser directement à lui, le haranguer, en il était impossible à cette époque, dans lés son jardin, le jardin du roi, aussi appelé conditions où l'on se trouvait, d'agir autrement. Jardin de Paris, à la pointe de l'île de la Cité, Nous nous sommes étendu sur cette partie de où se trouve aujourd'hui la place Dauphine. e la vie du roi"faux monnayeur", parce que notre public y était, en tout temps, librement admis. situation financière met la question d'actualité. Comme son aïeul Philippe-Auguste, ihfut e 4 novembre 34, chassant dans les bois un grand bâtisseur. On lui doit le Palais de de Pont-Sainte-Maxence, Philippe le Bel resjustice, dont les tours aiguës se reflètent sentit les premières atteintes du mal qui devait aujourd'hui dans la Seine, donnant à Paris l'emporter. Il était à cheval et fut pris d'un sa physionomie si caractérisée. Quand il évanouissement. On le transporta par eau s'agissait de faire honneur à la Maison de jusqu'à Poissy où il resta dix jours. Il fut porté France, de faire valoir la gloire de son pays en litière jusqu'à Fontainebleau. Nous avons face aux puissances étrangères, il déployait un récit détaillé de sa mort par le moine Yve, une pompe et un luxe éclatants ; mais, dans de l'abbaye de Saint-Denis, qui y assista. sa vie quotidienne, il était d'une extrême sime 26 novembre au matin, le roi comprit que plicité. A sa table, on ne servait que trois plats. sa fin était proche. Il se confessa, communia, es jours maigres, quatre plats étaient autoaprès quoi il se mit dans son lit. Il régla les risés. Philippe le Bel n'admettait en ses celliers détails de son testament. De temps à autre, que les vins de ses vignobles et ceux-ci n étaient il s'interrompait pour dire : situés ni en Champagne, ni en Bourgogne, ni Beau Sire Dieu, je commande mon esprit dans le Bordelais. ncore à la table du roi entre tes mains. ne buvait-on que de l'eau rougie. Pour dessert, Puis il reçut les derniers sacrements. ui qui les fruits récoltés dans les vergers royaux ; en quittait la vie si jeune à quarante-quatre ans carême, des noix, des figues et des raisins secs. consolait ceux qui l'entouraient. Il disait Puisqu'il est question de menus, peut-être à son fils aîné : sera-t-on curieux de connaître la composition ouis, je vous parle devant des hommes d'un repas offert par un roi de France en une qui vous aiment et sont tenus de vous aimer ; circonstance importante, au XIII siècle. n moi, je vous aime par-dessus tous autres { 248, à Sens, saint ouisreçoit à table le carmais que votre vie soit telle que vous soyez dinal, légat du pape, et ses trois frères : le PHIIPP B, par Raffet (Conservé à la Bibliothèque de l'arsenal). digne d'être aimé. comte d'artois, le comte de Poitiers et le Il lui dit qu'il devait régner par lui-même en comte d'anjou, ainsi que l'archevêque de devant lui. 'évêque de Pamiers, qui le détes- (304), oui effaça le désastre de Courtrai (302), s'entourant des conseils des hommes sages t Rouen et quelques prélats de la suite du légat lui est due personnellement. tait, dira de lui : Faites tant que chacun s'aperçoive que pontifical. Un moine italien, Fra Salimbene, Assailli de toutes parts, îl lui fallait des res- vous êtes fils de roi, bien plus, roi de France. " Notre roi ressemble au duc, le plus beau assista au dîner. Nous lui en devons la des des oiseaux, et qui ne vaut rien. C'est le plus sources financières que l'époque ne pouvait t A répéta plusieurs fois : cription. bel homme du monde ; mais il ne sait que lui fournir. C'est ainsi qu'il fut amené à ses ouis, pesez ces paroles : " Qu'est-ce fameuses altérations monétaires. regarder les gens fixement, sans parler. " que d'être roi de France l " C'est par là surtout qu'il est connu, bien Ces yeux, au regard dur, étaient bleus, repas s'ouvrit par un grand plat de cepuis le roi demanda que chacun se retirât. rises servies avec du pain blanc. Après les bleu d'acier. D'abondantes boucles blondes mal connu dans l'histoire. Citons textuellement les paroles du chronipour comprendre en quoi consistait le queur qui assista à la scène r cerises, vinrent des fèves nouvelles cuites au encadraient son visage dont la blancheur " faux monnayage " de Philippe le Bel et des lait, puis des poissons et des écrevisses. Après était d'une pureté virginale. " Devant le confesseur, seul, le roi enseigna Son règne a été un des plus agités de notre rois, ses successeurs, durant la guerre de à son fils aîné comment il devait faire pour quoi parurent sur la table des pâtés d'anguilles, du riz au lait d'amande saupoudré de cannelle, histoire, non du fait du roi, mais la France Cent ans, il faut noter que le moyen âge avait toucher les malades et les paroles saintes lui des anguilles rôties accompagnées d'une sauce était arrivée à une époque de crise où des insti- une double monnaie : une monnaie réelle et une enseigna qu'il avait coutume de prononcer que Salimbene déclare succulente, des tourtes tutions séculaires, et qui avaient atteint leur monnaie de compte. On comptait par livres, sous quand il les touchait. Semblablement, il lui et de la caillebotte (lait caillé), enfin des fruits maturité sous saint ouis, étaient sur le point et deniers, manière de compter qui passa en dit que c'était à grande révérence, sainteté et pour dessert. es vins, au jugement de l'ita- de se désorganiser. C'est la lutte contre le roi Angleterre, où les initiales de trois mots fran- pureté qu'il devait toucher les infirmes, netlien, étaient excellents, servis en grande abon- d'angleterre qui, maître de l'aquitaine, veut çais, livre, sou, denier, sont en usage aujour- toyé de conscience et de mains. " dance, " comme il convient à la dignité royale ", y consolider sa domination dans ses rêves sur d'hui encore pour désigner les pounds (livres), Cette relation de la mort de Philippe le Bel et les Français, " à leur coutume ", ne cessaient la couronne de France ; c'est le comte de shillings et pence anglais (pound : ; shil- est, en sa simplicité, d'une grande beauté et Flandre, qui voudrait rompre ses liens de ling : s ; penny : d). de pousser leurs convives à boire. précieuse quand on pense à l'époque où la scène, e florin d'or valait, au milieu du XIII siècle, se passe. Philippe le Bel a été une des grandes Mais revenons à Philippe le Bel. Sacré roi de vassalité et s'allier avec les Anglais ; c'est France à dix-sept ans, c'était un grand jeune l'ordre des Templiers, dont la puissance mili- 2 sous 6 deniers (le sou était une monnaie figures de notre histoire, méconnu, insulté, homme aux fortes épaules et aux membres taire et financière menace l'indépendance de d'argent) ; et le gros tournois valait un sou..-«lomnié comme beaucoup de grands hommes robustes. Quand la cour était réunie, il dépas- la couronne ; c'est la papauté, enfin, qui vou- Or, ces rapports entre la valeur de compte et la */.*ïqucls l'histoire finit par rendre justice. sait l'assemblée de toute la tête, par quoi il drait faire revivre les rêves d'un Grégoire VII valeur réelle n'étaient pas fixes. Us pouvaient FUNCK-BRNTANO. ressemblait à sort grand-père ; mais, tandis amenant un empereur d'allemagne, pieds nus, varier, soit par la fluctuation naturelle des N

6 *»""" DIMANCH-IUSTRÉ minium iniimiiiiiiii iihhiiiliiiiiiiiiiiiiiniimili S iiiiiiiiniiiiiii l 6 I,l,,, lllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllllh^ln"n""" " CONTS,, " """" """""""""" ^ ^ JANVIR 927 D'ACTION. iiiiiii lni A TROUVAI D ORD GARDNHOP par COTT DUXIÈM YVR PARTI concierge de l'usine Cordohan dînait aux côtés de sa femme quand le coup de sonnette de l'anglais, tiré à la _ poterne de la grille, vint le déranger. ' S\ \\ est à remarquer combien les personnes préposées au service des portes semblent avoir à charge la fonction qui leur incombe et qui, facile d'apparence, requiert d'elles^ un effort auquel ne paraît pas astreint le ministre se rendant au conseil de cabinet ou le savant à son laboratoire, à ce point qu'il est plus souhaitable d'avoir à dérangèr un ministre que Bon portier. C'est à quoi songeait lord Gardenhope en entendant maugréer l'homme qui, sous un projecteur électrique, lui venait ouvrir à pas comptés. M. ouis? demanda-t-il. xpliquez-vous. Quel M. ouis? Il y a le père ouis qui est gardien de nuit. Il y a aussi ouis, mon garçon, qui travaille aux écritures. Il y a le chef des ateliers d'emballage qui s'appelle également de ce nom. Mais le directeur! Ah! M. ouis Découlonge! Il fallait donc le dire. Sir George Bertie n'en avait pas besoin de plus pour le confirmer dans sa présomption qu'il se trouvait, effectivement, dans la maison à laquelle appartenait le mari de l'infortunée Fanny. Mais, lorsqu'il s'enquit dé ce patron rigoureux dont il était question dans la lettre de Max, il s'entendit répondre insolemment que ce M. ouis-là résidait à Bourg-la-Reine dans son château. t son fondé de pouvoir? e concierge indiqua une petite maison de briques roses sur le toit rouge de laquelle un grand poteau de lumière électrique, dressé dans la cour des ateliers, versait une clarté violette. Annoncez-moi, ordonna le gentilhomme, puis ensuite gardez-moi ce taxi qui n'a pas de chauffeur. A sept heures cinquante-neuf minutes, l'anglais était reçu, dans une modeste salle à manger de bois peint, par un vieillard étonné qui le fit asseoir avec une grande politesse. Monsieur, dit lord Gardenhope coupant court, vous avez bien un représentant du nom de Max, qui voyage présentement en Catalogne? RÉSUMÉ D A PRMIÈR PARTI Un richissime Anglais, très parisianisé, lord Gardenhope, en promenade dans notre capitale, ramasse sur la banquette d'un taxi un portefeuille féminin. n cherchant dans les poches intérieures pour y découvrir une indication sur l'adresse de sa propriétaire, il tombe sur des lettres à moitié calcinées, échangées entre un certain Max et sa femme, Fanny. Nul doute. Cette Fanny est bien la propriétaire du portefeuille. Mais où habite-t-elle? Mystère. Seulement, quel n'est pas l'effroi du lord en lisant un billet où Fanny, après s'être rendue coupable envers son mari, Max, du détournement d'une sommé confiée à sa garde, déclare son intention de mourir! Après de fiévreuses investigations, l'anglais en arrive à déterminer que ce Max, dont la femme Veut se suicider, Voyage à l'étranger pour le compte de l'usine Cordolian. Il file en taxi jusqu'à cette usine où on pourra sûrement le renseigner. Mais arrivera-t-il à temps pour sauver la désespérée? C'est ce qu'il souhaite avec une ardeur qui s'augmente de sa philanthropie et de sa bonté naturelles. t, sur une affirmative qui le comblait d'aise : Ce jeune homme, qui habite rue de Richelieu... xactement, monsieur, au Possède chez lui, au nom de la maison Cordolian, un dépôt de fonds s'élevant à... Quarante-huit mille sept cents francs, monsieur. J'en ai, dans cette chemise, le compte que le caissier n'a pu lever le premier du mois, comme c'était convenu, la jeune dame Baline ayant brouillé la serrure du coffre-fort. ord Gardenhope, entr'ouvrant sa jaquette, y prenait avec un grand sang-froid son carnet de chèques et commençait d'écrire la date du jour, pendant que l'aimable vieillard poursuivait : M. Max Baline est un employé modèle, et je m'empresse de dire que ce contre-temps n'a nullement ému la maison Cordolian, qui a placé la plus profonde confiance en sa délicatesse... " Veuillez, écrivait lord Gardenhope, payer à l'ordre de la maison Cordolian... Mais, pensant à tout, il s'interrompit, là. Je crois, dit-il, que nous avons à défal- quer le fixe mensuel de M. Max Baline, qui s'élève à...? : Douze cents francs, monsieur. t l'anglais écrivit sur le chèque : quarantesept mille cinq cents. Puis le tendant au bon vieillard : Voici, monsieur. Maintenant, ayez la bonté de m'en dresser un reçu au nom de Mme Fanny Baline. xcusez-moi, monsieur, dit le fondé de pouvoir qu'envahissait des pieds à la tête un léger tremblement nerveux, j'ai le plus grand respect pour votre personnalité ; néanmoins, nous n'avons pas l'habitude, en France, des procédés insolites... Je comprends, monsieur, dit l'anglais ; vous craignez que ce chèque ne soit un faux, et que je ne sois pas lord Gardenhope, et qu'il y ait là quelque machination d'escroqueriewell, monsieur. n Angleteri, nous avons plus de confiance, parce que nous avons moins d'escrocs. Mais si votre étonnement est légitime, il n'en gaspille pas moins des instants d'un prix inestimable et desquels dépend la vie dune malheureuse créature, dont je ne suis pas assuré qu'elle vive encore dans la seconde où je vous parle. Veuillez donc, monsieur, prendre connaissance des pièces d'identité que voici... Monsieur, interrompit l'aimable vieillard en souriant, l'avantage des Français, qui fournissent beaucoup d'escrocs, sur les Anglais, qui n'en produisent que peu, c'est de mieux savoir discerner un honnête homme et un gentleman comme vous dites. Vous venez de me donner des marques irrécusables que vous en êtes un de vraie souche anglaise. e risque de se tromper ne vaut pas, pour un Français, celui d'offenser un gentilhomme. Voici votre reçu, monsieur. Quel que soit ce mystère dont s enveloppe votre démarche, croyez que personne ici n'essaiera d'en démêler la secrète raison. Monsieur, dit en remerciant lord Gardenhope, je vois qu'il y a des cas où les Français savent être aussi gentlemen que nous. Puis, sur le compliment dont lui seul mesurait la portée, il serra la main de l'industriel et prit congé. Alors, de nouveau, on put voir, suivant à une allure folle, le long des boulevards, son trajet rectiligne, l'auto à la caisse rouge cahotée et comme déhanchée par ses organes revêches, et que menait à ce train désordonné un étrange chauffeur, droit et figé sur son siège, le profil aigu, le faux col dépassant la fourrure du pardessus et posant sur le volant, sans paraître y toucher, deux gants gris-perle. * * * A Arrivés sur le palier tragique, les agents, investis de l'autorité inhérente à leur fonction, sonnèrent avec une vigueur qui n'était pas exempte de suffisance U coin de la rue de Richelieu, l'auto stoppa. Quelle hésitation saisissait donc lord Gardenhope? Il sauta de son siège, vint droit à l'agent du carrefour et mit la main à l'épaule de ce mélancolique et solitaire gardien des nuits parisiennes, comme s'il pratiquait, à son tour, une arrestation. Sergent de ville, ordonna la voix cassante de l'anglais, une femme se suicide dans une des maisons que voici ; tout me fait croire qu'elle s'est enfermée ; accompagnez-moi pour forcer la porte. 'agent répondit : Je suis pour la circulation. Adressezvous au commissariat. ord Gardenhope sentit ses épaules se sou. lever d'elles-mêmes. Mais il dédaigna d'en dire plus long et rejoignit sa voiture dont, une fois de plus, il enjamba le siège, pour la remettre en marchi et l'amener devant le numéro 208 de la rue d( Richelieu. ord Gardenhope leva les yeux jusqu'au sixième étage de ce sombre immeuble, percé de fenêtres fermées qui laissaient voir la lueur des lampes derrière la rayure des volets clos. Une porte cochère flanquée de deux ruisseaux graisseux ouvrait ses deux vantaux délabrés sur le porche où le gentilhomme s'aventura, cherchant la concierge. Mme Max Baline? s'il vous plaît. Une voix répondit : Au fond de la cour, escalier B, cinquième à gauche. ord Gardenhope prit une seconde pour se sourire à soi-même. Sa lèvre mince et rasée glissa sur sa forte denture. ncore que la médiocrité de cette noire maison convînt mal à l'idéale image que l'aristocrate s'était faite de Fanny, il n en touchait pas moins au succès prodigieux de ses recherches. Allait-il arriver à temps! Voilà ce qui restait incertain. Cette idée lui redonna une vigueur extraordinaire pour l'ascension des escaliers. A proprement parler, lord Gardenhope volait d'étage en étage. Ils étaient soigneusement cirés et sentaient leur petite bourgeoisie modeste. Sur le palier du cinquième, lord Gardenhope déchiffra la carte de visite du représentant de commerce. Il sonna. e bruit de grelot de la sonnerie grésilla dans le silence et, malgré l'attente angoissée du gentilhomme, ne déclencha aucun autre bruit dans l'appartement. C'était le vide affreux, le néant. Il se donna les délais raisonnables avant de poser une seconde fois l'index sur le bouton électrique, puis il le fit d'une façon si prolongée qu'il paraissait soulager sa nervosité intérieure par cette vibration stridente. t, de nouveau, il prêta l'oreille. Il pensa au train d'spagne qui, gagnant kilomètre après kilomètre, traversait maintenant à toute vapeur, sur des viaducs légers et transparents, sous des tunnels enfumés, les paysages pyrénéens. Vertigineusement, il approchait, et le commis-voyageur amoureux s'assoupissait par à-coups, rêvant du fond de son compartiment à sa chère petite chose. ord Gardenhope l'imaginait comme une ancienne connaissance, avec sa tête ronde, ses yeux rieurs, sa joyeuse bouche française aux lèvres pleines. Pour la troisième fois, sa main se crispa sur la sonnette. Impassible en apparence, il contempla de nouveau le portefeuille aux moires d'acajou. Ces deux lettres d'or si fines, si délicatement entrelacées, cet F et ce B qui lui représentaient, comme un nom, comme un portrait, la faiblesse et le charme de Fanny, lui firent éprouver avec plus de force l'horreur de la savoir mourante derrière cet ais de bois. I am nervous, constata-t-il froidement. t son poing fermé appliqua trois ou quatre coups vigoureux sur la porte. lle était de chêne épais et s'ébranlait à peine. ft A * I regretta d'avoir perdu peut-être à cette tentative personnelle les moments ultimes, quand l'heure était sonnée de faire intervenir la police. t de la même allure qu'il était, monté, il redescendit. Un agent consulté l'envoya au commissariat de la rue Vivienne. On l'y vit entrer en coup de vent, les basques de son large pardessus balayant le chambranle crasseux de la porte. Il en sortit près d'une demi-heure plus tard, sans donner d'autres signes d'impatience que de serrer contre ses flancs les pans de son manteau. Deux agents le suivaient, difficilement convaincus par l'exa* men du portefeuille, qu'ils allaient à un drame! Montez, messieurs, dit-il élégamment en montrant le taxi. t, devant l'étonnement des gardiens de la paix : J'ai dû, expliqua-t-il, prendre la place t djun chauffeur... récalcitrant. Désormais, je n'aurai plus besoin de ce véhicule. Vous en aurez soin, je vous prie. t, sans attendre, il démarra. Arrivés sur le palier tragique, ceux-ci, investis de l'autorité inhérente à leur fonction, sonnèrent avec une vigueur qui n'était pas exempt*

7 Illllllllll J 23 JANVIR 927 'Jllllltliii IJI IIIIMIIII iir MMII IMIIIIIIIIIIIIIIMIH i n ni M i M l< i m m i M l m i i mi i n i u i de suffisance. Une minute plus tard, ils y mettaient encore plus d'énergie : après quoi, d'un crochet, ils firent sauter la serrure. ord Gardenhope n'avait pas changé de visage ; à peine ses minces lèvres s'étaient-elles refermées en dedans, pour disparaître en une ligne. Au moment où le premier agent, tournant le commutateur, fit la lumière, l'ensemble d'un petit logis aussi charmant qu'exigu s'offrit aux yeux : une antichambre dont la tapisserie simulait une perse bleu clair ornée d'une portière assortie, qui s'ouvrait sur une jolie chambre au lit soigneusement enveloppé d'une tendre étoffe à ramages et aufond de laquelle s'apercevait, dans la pénombre, un cabinet de toilette aux flacons étincelants. Une cuisine proprette s illuminait de la lueur de l'antichambre. nfin l'un des agents ouvrant la troisième porte fit apparaître la salle à manger engageante : table et chaises de sapin encaustiqué, où des pots de cuivre portaient les fleurs de la saison. Tout était en place, mais nul être vivant ne respirait dans ces pièces. Un lourd silence y pesait. ord Gardenhope dit aux agents en leur désignant un placard : Il doit y avoir là une penderie : ouvrez et voyez si cette dame ne serait pas allée y mourir. C'était, en effet, une cachette assez profonde où les deux hommes tenaient debout parmi les formes molles et mousseuses de robes qui dessinaient, dans le vague, des épaules rondes, des bras flexibles. Personne! dirent-ils. 'Anglais reprit sa respiration et visita le cabinet de toilette. Un léger désordre régnait parmi les onguents et les opiats. e pot de crème ivoire était demeuré ouvert. e couvercle du rouge avait roulé à terre, des poudres, de toutes les nuances d une roseraie, semaient en nuage le linoléum. ord Gardenhope se rappela la phrase déchirante : Je mettrai du fard pour te plaire encore. e second agent dit d'une voix de baryton : Cela ressemblerait assez à une mystification. Cependant, lord Gardenhope, invinciblement attiré par la chambre de Fanny, y revenait toujours, et il dirigeait plus ou moins les recherches des policiers, leur ordonnant de chercher sous le lit, dans un coffre ancien qui meublait la pièce, derrière une tenture ; lui se réservait de n'effleurer que d'une main respectueuse l'armoire et le fameux secrétaire où devait se trouver, dans le tiroir de gauche, le compte de SérominofT. Ce mémoire surgit bientôt à son regard. Doit madame Baline à monsieur Sérominoff, six paires,de bas de soie, occasion exceptionnelle à quarante-neuf francs. Une parure linon. Une parure nansouk. Trois paires de gants brodés; un flacon d argent musqué. Poudre, Poudre..., et encore des bas de soie, et des lingeries, et des parfums... 'Anglais mit sous les yeux des agents ce mémoire formidable et la lettre de Fanny. Ils parurent frappés d'une si flagrante confirmation. m il!liiliiiiiiiiliiiiiiiillliiiiiilliilllllllll!lllllllilllllllllllllllllllll<illllllllll llillllll) DIMANCH-IUSTRÉ lllllllll a main qui tenait cette lettre retomba, découragée. Alors,c'était fini,fanny se dérobait pour toujours : elle aurait disparu dans l'inconnu de la Mort avant que l'on ait percé le mystère de sa fuite. Où trouver cette mère anonyme près de laquelle la désespérée, prise, sans doute, de l'angoisse des suicidés, voulait aller consommer le drame? ord Gardenhope tira sa montre. lle marquait neuf heures dix. Avant que le second sergent de ville, qui déchiffra la fine écriture de Fanny, eût eu le temps de condenser en une phrase devant son camarade la réflexion qui lui suggérait sa lecture, l'anglais entreprenait à travers les spirales de l'escalier une descente en vrille qui le mena vertigineusement chez la concierge. Quand il sortit de la loge en boutonnant son pardessus, on entendit quatre gros souliers marteler lourdement les degrés des étages, dans une descente pesante. Un peu de hâte, messieurs! jeta-tpil à ses gardiens de la paix ; il faut que nous soyons avant dix minutes au domicile maternel de Mme Baline, 5, avenue de Vincennes, Si vous nous en aviez laissé le temps, dirent les braves gens, nous aurions nousmêmes interrogé la concierge. es policemen anglais... commença lord Gardenhope. Mais il jugea inutile l'expression de sa pensée, et préféra enfermer ses agents dans la caisse rouge du taxi dont il actionna le moteur pour s'élancer sur la chaussée libérée du boulevard nocturne. * * * F en allant mourir là-bas, avait-elle obéi à une faiblesse de la dernière heure, au besoin soudain de faire bercer par des bras aimants sa douloureuse agonie?.a petite phrase ajoutée dans la seconde lettre paraissait bien, en effet, dictée par une idée fulgurante, puisqu'elle ne figurait pas dans le premier texte. Cependant, le chauffeur déclarait avoir e carmin de sa bouche grassement dessiné illuminait les joues poudrées et jusqu'aux yeux pris sa cliente à la barrière du trône, c'estdilatés par la peur. Ses membres tremblaient dans la jlottante mousseline argentée de sa robe. à-dire à quelques pas de cette maison où elle avait décidé de réaliser son suicide ; de plus elle avait, lors de cette course, pris la précaution échanger avec madame. Ayez l'obligeance de devant sa bouteille de poison, son angoisse d'emporter dans le fameux portefeuille son m'attendre dans nôtre taxi, qu'il n'est d'ail- s'accordait délai sur délai. adieu à Max. Tout concourait, à prouver que, leurs pas prudent d'abandonner trop long Mais qui êtes-vous enfin! s'écria-'t-elle dès l'après-midi, elle se préparait à s'empoi- temps dans ce quartier. alors en tendant vers lord Gardenhope ses sonner au domicile de sa mère et que^ sur le Mais il avait compté sans l'instinct verbali- mains aux ongles roses. refus de lui délivrer^ la drogue fatale, dpposé sateur de ses deux acolytes qui, le calepin à la Madame, dit, avec le sourire un peu par les pharmaciens inconnus, elle s'était dé- main, répliquèrent : triste de la maturité, le fin gentilhomme au cidée à entreprendre dans Paris une série de Pardon, nous devons faire les consta- menton sec, au profil aigu, je suis votre Destin. tentatives, de boutique en boutique, jusqu'à tations d'usage. Ainsi, méditait à haute voix Fanny qui celle de son fournisseur attitré. reprenait ses esprits, vous trouvez ce porte3s 3s SS Cet enchevêtrement de suppositions n'emfeuille et, avec le peu d'indices qu'il contenait, pêchait nullement l'anglais de mettre sa mavous vous étés mis à ma recherche, vous avez chine à la quatrième vitesse chaque fois qu'il T déjà, farouches et impérieux, ils cirdéchiffré tout mon malheur, vous m'avez convenaient la tremblante Fanny, lui sauvée, et la maison Cordolian ne se doute de le pouvait. * Il n'en fallut pas moins dix-sept minutes à arrachant l'aveu de ses vingt-quatre ans, rien? cette machine fatiguée pour atteindre l'avenue du lieu de sa naissance, du nom de ses parents... Ne se doute de rien, madame. de Vincennes. Parvenu au terme de ses re- et de la daté dè son mariage ; et ils ne la laisa petite chose eut un grand élan de graticherches, une nouvelle surprise attendait le sèrent point que, l'appelant " leur petite dame " tude et, tendant son frêle visage aux lèvres gentilhomme. Sur sa question adressée à la ils ne lui eussent enjoint, pour des raisons qui peintes : concierge, il lui fut répondu que la mère ne tenàiertt en rien au hantisme, de ne point Monsieur, je n'ai pas de mots pour vous de Mme Baline, personne respectable dont le attenter à ses jours. ORD Gardenhope fouilla ensuite la chedire mon émotion, laissez-moi vous embrasser e premier mouvement de la jeune déses- comme mon père. minée que remplissaient encore les restes nom n'est pas rapporté ici pour la raison que/ légers et noircis des lettres brûlées où il dans l'espèce, il n'importe pas au lecteur, se pérée une fois libre fut d'examiner furtivement Non, madame, dit lord Gardenhope, ce le contenu de son portefeuille, dont elle avait serait beaucoup trop ; donnez-moi seulement ne devait rien apprendre. Soudain sa vue fut trouvait présentement en voyage. - t il n'y a personne dans l'appartement? oublié la composition : c'était là le désir bien votre main. frappée par une irrégularité dans la draperie, légitime de savoir dans quels secrets cet Anglais t,quand il eut baisé ses doigts inondés des qui paraissait d'abord rigoureusement épouser demanda le premier agent. Si fait, monsieur, la fille de madame y est inconnu avait plongé. lle dit ensuite : pâtes et parfums de Sérominoff, " lord Garle dessin de la couche antique pour retomber Comment m'avez-vous retrouvée? denhope, après un dernier regard attendri sur en plis mous sur la descente de lit. Une bosse arrivée depuis environ une heure. Madame, voici exactement trois heures cet échantillon exquis de Parisienne, magniil était neuf heures quarante à la montre gonflait à un endroit la forme du matelas. e gentilhomme arracha l'étoffe. Une botte de de lord Gardenhope. es trois personnages, quarante-cinq que je vous cherche. C'est peu fique partage du fortuné représentant des tulipes hardies comme des flammes et de la silencieux, gravirent deux étages et le premier pour vous avoir enfin rencontrée, mais ne m'en maroquineries Cordolian, il lui enjoignit de couleur même du feu était blottie au creux du agent sonna. e second agent prétendit qu'il demandez pas davantage. Trois choses exi- mettre son chapeau et son manteau. Comme matelas ; et, dans les fleurs, un billet était entendait un frôlement derrière la porte, mais geaient ma présence ici. Rien de. plus : la pre- elle le suivait, sur le seuil de la porte, il recaché. ord Gardenhope en prit connaissance. lord Gardenhope sourit et déclara que les mière, c'était la remise de votre portefeuille. marqua : Vous oubliez d'éteindre la lumière. Il ne lut qu'une seconde édition de la lettre : Français se montraient toujours ainsi, sujets Cela est fait. Deux devoirs me restent encore, Dans le taxi, elle s'installa entre les deux Pardonne-moi, Max, la douleur que je vais te aux illusions de leur imagination. Après trois celui d'exiger de vous que vous viviez désorcauser. Même la signature était identique : véhémentes sommations de la sonnette, pour mais pour le bonheur du mari qui vous aime... sergents de ville qui écartaient leurs pieds pour Fanny, comme c'était inévitable, répandit ne pas effleurer son petit soulier à boucle de Ta pauvre petite chose, Fanny, à ceci près que la seconde fois, on crocheta la porte. es trois la main avait tremblé davantage. Celle du hommes entrèrent. Au fond du couloir, blanche à ces mots un torrent de pleurs, et elle balbu- strass. lle ne disait rien, se laissant emporter gentilhomme n'était, à vrai dire, guère plus et terrorisée, une éclatante apparition surgit tiait encore dans ses larmes le fatal : " C'est dans ce songe, lequel s'acheva devant le 208 impossible, monsieur ", que lord Gardenhope de la rue de Richelieu. à, lord Gardenhope assurée, le temps que ses yeux parcouraient qui les cloua au sol. Fanny était une brune adorable chez qui un continuait : descendit de son siège pour lui ouvrir la porrapidement ces lignes fatales. Ainsi, depuis la nfin, je dois au surplus déposer entre vos tière. Il entendit la petite voix lui dire : perte du portefeuille, c'est-à-dire depuis six fard, tout fraîchement posé, avivait la lumière Merci, mon Destin! heures du soir, cette créature de raffinements et de la jeunesse. e carmin de sa bouche grasse- mains cette quittance de la maison Cordolian. Fanny, se tamponnant éperdument les de grâce avait eu la force morale de revenir ici, ment dessiné illuminait les joues poudrées t Fanny disparut pour toujours sous le ' porche noir. d'écrire pour la deuxième fois l'adieu à celui et jusqu'aux yeux dilatés par la peur. Ses yeux, lut la sensationnelle formule : Reçu de Madame Baline la somme de quarantequ'elle aimait, d'entourer d'une sorte d'affé- membres tremblaient dans la flottante mousseorsque, flanqué de ses deux agents qui sept mille cinq cents franes.paris, le 7février l'avaient suivi pour surveiller le taxi sans terie caressante l'annonce de son trépas, que le line argentée de sa robe. Monsieur, dit-elle, je ne comprends pas. maître, il s'arrêta devant son hôtel de l'avenue malheureux Max ne devait ainsi subir qu'enveord Gardenhope s'inclina et dit : Madame, dit lord Gardenhope, il est du Bois de Boulogne, l'homme au ciré et à la loppée de réminiscences d'am«ur, puis de Ne craignez rien, madame ; je suis venu s'évader encore, afin de respecter jusqu au bout simplement vous restituer ceci que vous avez inutile que vous compreniez. casquette attendait devant la porte en com Monsieur, je n'ose comprendre... ce sanctuaire de félicité qu'avait été leur petit perdu. pagnie d'un autre gardien de la paix. Celui-ci Dans ce cas, madame, laissez ce souci. mit la main à l'épaule de l'anglais. t il lui présenta le portefeuille. logis. Ainsi, dit tout haut l'anglais, le suicide Oh mon Dieu! s'écria faiblement la Ma mission est terminée ; je me retire. Néan Vous êtes bien monsieur Gardenhope? moins, il est en cet instant neuf heures cin Oui? Je vous arrête pour vol d'un taximètre. voix encore enfantine de Fanny. ne s'est pas accompli dans ces lieux. quante-huit minutes. a nuit s'avance. M. Max Parbleu, non, s'écria le premier agent qui, ord Gardenhope se dégagea d'une secousse, e gentilhomme poursuivit : venu à son tour, avait lu la lettre de Fanny, Nous vous présentons, madame, nos Baline, dans son train, s'approche à toute mit un billet de cent francs dans la main du c'est bien expliqué là-dedans. plus humbles excuses pour la manière un peu vapeur. Il importe qu'il vous trouve demain chauffeur et, laissant les trois sergents de ville ord Gardenhope lui arracha le papier. vive avec laquelle nous nous sommes permis matin à votre domicile. Puis-je me permettre, s'expliquer ensemble, pénétra dans son hall Par un phénomène assez fréquent chez d'entrer ici. a pressante inquiétude où nous madame, de vous offrir le modeste taxi qui en tirant sa montre. lle marquait dix heures quelqu'un de troublé qui lit deux textes assez nous trouvions à votre sujet ne nous permettait nous attend dans la rue, et de vous reconduire quarante-huit. Avant d'aller se coucher, il semblables, il avait laissé échapper dans la pas d'attendre que vous vouliez bien nous, rue de Richelieu? choisit un cigare et, s'allongeant sur un fauteuil Fanny, la pauvre petite chose si seule et si profond, le fuma très lentement. seconde lettre le détail qui la différenciait de la introduire vous-même. Je suis fâché d'avoir fragile, regardait avec un respect mêlé de première, à savoir cette phrase : C'est chez été incorrect. COTT YYR, maman que tu iras me chercher, qui venait après Puis se tournant vers les gardiens de la paix : bonheur ce personnage tout-puissant, sorti du FIN les mots : Pauvre Max l quel coup à ton retour l Messieurs, j'ai encore quelques mots à mystère pour la sauver dans l'heure même où. '* * * ANNY,

8 DIMANCH-IUSTRÉ muni liiiiiiiiiiiiiiiiiimiiiiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiijiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiii r\t&icot, VcuO ri AVtZ CC?MnAND Db UNiFORnï» oc.e>abe-e»au, I PAUCRAIT ne S PAVÉ-R» VOUS ne DVZ 60 Ff?ANCS» DITS DONC, MOOb K:: léi&ii^ah U<>î NOOS f **&W8M<$ M'AVONS N'AVONS QU \0 t FRANCS N CAISS" :<* POUVOHV PAS PAYR NOS UHtPOR.MS.T NOUS AVONS UN hatch AVC S PiDbN»CKÇ^ CT N g HniiiiuiMiinHimMiMMiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiiniMMiiMiiMMiiiMiiMiMmiiiiMMiiii et-ufticot'. fi'à-tu PAS C FRIR ot M"' &uz*y, CTT JOU DAMÉ ÔONOC QU- J vc?t«s TOUJOURS PAR ICI ^ I T'A DONNÉ s 50 FRANCS'. CHOUTT J VAIS Ê PRtSÊ-NTR CHZ POUR VCMA'. TA *>oeur ne PAiT l-t JÊ V«?UORA\S UÊPOUSW. U S AGIT QU TU rvfmds A PÉNÉTRR CHT PcPUR FAIR MA DMAND N N ARIAN con&tén C^RA^ ÔH». RUN >. M<" DOUAffD! HAt S!. HuKÎ.-.. I Nous hanqoe SUMNT- -Hun'. SC FRANCS POUR. PA^R NOS Umfr0f?nf " SUZ.^ V J T PRÉSNT MON AHi.ncDOUARD. DONNZ-nOI C que voos AVZ DÉ niv-ur'j " VA»S f Aiff S SAUT A A S DS SÉS > ^.nacour N.OUS" CCURS ACHTÊR S flancé'. UNIFORMS*. f AH». C'ST COMM C it\ QU VOUS nous AVONS NOS UNIFORMS I T NOUS SOMMti VAINQUURS ^^P'^S-NICKS M.A.S.. J nt DMAND S» CSTftiN PRUDNT D RNTRR A A na\ >ONi». "6. RCVT.,.-.,v. ;. J'Ai DONN I 50FRANCS A VOTR VAURIN DeF*?*J?»J VOUS N 'MPORTRZ PAS N PAR APIS, NI UI NON PUS!" ai 0 «i Copyright par Dimanche-Illustré, Chicago Tribune. UN SRI D '{ DISTRACTIONS " XCUSIVMNT! T DOTÉS D RÉCOMPNSS D VAUR, COMMNC

9 NFANTS r niiiiiiiiihiihiihiiiinmhiimm iiiiiiitiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiimiiiiiiiiiiniiiiiii g iiiiiniiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiniimiiiiimiiiiiiiiiiiiiuihiiiiiii RÉSRVÉS A NOS CTRICS T A NOS ABONNÉS, AUJOURD'HUI DANS DIMANCH-IUSTRÉ (Voir page 2.J m DIMANCH-IUSTRÉ """"«Copyright par Dimanche-Illustré, Chicago Tribune.

10 nniiih DIMANCH-IUSTRÉ I"IIII""IIIIIII.IIIIIIIIIIIIIIIIINIIIIIII.IIII"II.IIIMI.I miiii""" iiiiiiiiii 0 M""" iitniiiiiliiinurtiiiiiliihiiiiii iiiiiiiiiiiiimimimiiiiiiiiiiiiiiiiii 23 JANVIR 927 """"" J VOUDRAIS BIN SAVOIR... Quelle était, au regard de celle d'attjouri'hui, la population des grandes villes de "rance il v a un siècle? POPUATION ACTU Paris Marseille yon Bordeaux ille Nantes Toulouse Nancy.. '. RCNSMNT n ce qui concerne Paris, il y a lieu d observer qu'il a doublé son territoire et presque sa population en 859, par suite de l'exécution du plan d'annexion de la banlieue présenté par Haussmann à Napoléon III. yon, qui était la seconde ville de France à cette époque, est passée au troisième rang, bien que sa population ait considérablement augmenté : habitants en 827, en 908, en 92, actuellement Marseille a vu, dans ce même temps, sa population passer de habitants à et à 'augmentation, en un siècle, a été : pour Paris de habitants, pour Marseille de et pour yon de Paris a beaucoup plus que triplé, yon est plus près d'avoir quadruplé que triplé, Marseille a plus que quintuplé. 4p jjo Si le lait de chèvre est meilleur que le lait de vacke et combien la chèvre peut en donner par jour? lait de chèvre a le mérite de n'être poin* suspect, de pouvoir être consommé cru' c'est-a-dire avec toutes ses qualités naturelles, sans les modifications qui résultent de l'ébullition, et sa composition permet de le donner aux enfants sans coupage et sans sucre. Bien soignées, les chèvres, même dans les villes, fournissent une moyenne de deux litres de lait par icur. * *" * Combien il existe de diamants extraits dans le monde? chiffre que nous allons donner va certai nement étonner beaucoup de monde Disons tout de suite qu'il correspond au poids total des diamants extraits, y compris les éclats et les petites roses qui proviennent de la taille du brillant lui-même. a Société royale belge de Géographie a calculé la production de tous les gisements diamantifères du globe, depuis le début de leur exploitation. Ainsi, l'inde en aurait fourni kilogrammes et, en Afrique australe, le pays le plus riche en diamants, on aurait extrait kilogrammes de diamant depuis quarante ans. e total serait donc de kilogrammes. Ce chiffre correspondrait, d'après le prix de vente moyen suivi depuis trente ans, à 38 milliards de francs. jfe jfe A D'où vient l'expression: "sur l'air des lampions "? 7 novembre 827 eurent lieegen France, des élections générales. e parti libéral obtint une immense majorité, et, le 8, les habitants des quartiers Saint-Martin et Saint-Denis s'empressèrent, pour célébrer cette victoire, d'illuminer leurs fenêtres au moyen de lampions et de lanternes. n'y a pas de belle fête sans lendemain : aussi, le 9 au soir, les illuminations recommencèrent. es habitants des mêmes quartiers et ceux voisins des Halles allumèrent maints lampions. Pourtant certaines fenêtres restèrent dans l'obscurité. Une troupe d'hommes en guenilles, commandés par un individu armé d'un bâton et que l'on sut, plus tard, être un agent provo SCRTAIR Situation procurée à la personne qui sait sur place on par correspondance le cours spécial des ÉCOS PIGIR, 53, Rue de Rivoli, PARIS. 4 fols plus d'emplois offerts que d'élèves a placer. NVOI GRATUIT DU PROGRAMM CK0C0AT-MNIR 'aliment le plus nutritif et le meilleur marché de bateaux automobiles de plaisance, répartis ainsi qu'il suit : Var, 202 ; Alpes-Mari96; Gironde, 82; oire-inférieure, Cette rubrique est ouverte à tous nos lecteurs. lle leur times, 22, etc. a Seine en avait 88, et la Seine-et permettra de se tenir en contact constant avec leur journal, qui Oise, 74; la Seine-et-Marne, 65. De 924 à 925, la circulation s'est accrue de f les renseignera volontiers sur tous les faits d'un intérêt général véhicules (taxis,.832; camions et et d'ordre documentaire ou pratique; mais un délai assez camionnettes, ; voitures 'de tourisme, ; autobus, 87). long peut s'écouler entre les demandes et les réponses. Quant à l'impôt perçu au profit du Trésor, il avait été, en 899, de francs; en UflMIIIIIIIIIIIIIIIMIIIIIllIlllIlllllMllllllllllllllllllllII"!"!!""!!*"!!'!!!!"!!!!*""'!!"! " """"""""" " "" " ^ 99, de francs; en 920, de cateur à la solde du ministère de M. de Villèle la plus petite charge d'électricité négative francs ; et, en 924, de 206 milbattu aux élections parcourut les quartiers possible. Comme l'atome est neutre au point lions francs. Saint-Martin et Saint-Denis, en réclamant de vue électrique, on voit que le noyau doit * A & devant les fenêtres non illuminées : " Des lam- comprendre autant de charges positives élépions! Des lampions!" Il y eut quelques vitres mentaires qu'il y a d'électrons négatifs. Ces Si la morsure de la tarentule est vraicassées aux immeubles sans illuminations. U électrons ne sont pas collés au noyau. Ils dément dangereuse? y eut quelques bagarres, mais non point crivent autour de lui, à des vitesses prodigieuses que l'on connaît, des orbites qui font que l'émeute que les provocateurs espéraient. A tarentule, genre d'arachnides de la Depuis, quand on réclame dans la rue, au l'atome complet forme comme un système famille des Phrynidae, est célèbre par la théâtre ou dans une réunion, c'est sur ' air solaire. es distances respectives des électrons malignité qu'une opinion populaire attrides lampions" que l'on crie : Démission! ; ou et leurs masses sont d'ailleurs analogues, bue à sa morsure. Plusieurs auteurs se sont toutes proportions gardées, à celles qui existent fait l'écho de cette croyance. Selon les uns, bien : e rideau I ; ou encore : A la porte! dans le système solaire. Ainsi, l'atome d'hydro- les hommes mordus de la tarentule éprouvent ^ ^ gène n'a qu'un noyau et un électron. Si le des accidents comparables à ceux de la fièvre noyau était représenté par une tête d'épingle, maligne ; selon les autres, ce ne seraient que Pourquoi la chair du gibier est si diffé- l'électron aurait le volume d'un tonneau et des fourmillements, des crampes légères, rente de celle des animaux domestiques décrirait autour de.lui une circonférence de quelques taches rouges à la peau. Ce sont là plus de 00 kilomètres. et ne se consomme pas fraîche? autant de fables. a tarentule tue de sa morsure venimeuse les insectes dont elle se nourrit ; S conditions d'existence et d'alimentation mais elle est inoffensive pour l'homme et ne créent les qualités de la chair et expliquent les différences si caractéristiques et si sen- A combien s'élève la dette publique de peut produire chez lui que rarement une petite inflammation locale. sibles au goût. es animaux domestiques sont la France? soumis à une vie calme, à un régime régulier ; ONSIUR PAMAD a donné, dans son on- les soigne, on les protège, on les élève, on rapport sur le budget du ministère des Ce que sont les engelures et comment les engraisse, en bêtes destinées, dès leur naisfinances, une analyse détaillée des di- les combattre? sance, à " faire de la viande " et à être vendues vers éléments de là dette publique de la France. au poids. ANDIS que les crevasses, ou gerçures, ont 'ensemble, en capital, de la dette publique es animaux vivant en l'état de liberté natuune origine externe, et qu'il est facile de relle, exposés à toutes les vicissitudes atmo- est de 506 milliards 234 millions francs, les éviter en s'essuyant bien les mains et sphériques, doivent lutter pour leur existence font 286 milliards 546 millions francs et la côtiservation instinctive de leur espèce, pour la dette intérieure et 29 milliards 777 mil- en usant de glycérine, les engelures ont une rechercher leur nourriture, fuir les dangers, et lions francs pour la dette extérieure, origine interne. es petits vaisseaux des parties du corps les plus éloignées du cœur (pieds, ces conditions, souvent rigoureuses, impliquent évaluée sur la base de la livre à 50 francs. es intérêts découlant de cette charge mains, oreilles) se laissent engourdir par le l'agitation, l'inquiétude,l'irrégularité, l'exercice forcé, toutes choses qui ont une influence sur atteignent, en y ajoutant les arrérages de la froid, se distendent et s'engorgent, car le sang dette viagère, le total de 2 milliards 535 mil- n'y circule plus. C'est le premier stade de enla vie organique, sur la chair. gelure. On sait qu'un réchauffement brusque a chair du gibier a un fumet que n a pas lions francs. produit alors une sensation de cuisson ét de décelle des animaux domestiques; elle est aussi mangeaison très désagréable. Au deuxième plus ferme, plus dure, moins persillée de graisse stade, l'engelure se présente sous la forme de et moins facile à digérer. C'est sa fermeté qui Ce qu'est le halo en photographie? petites vésicules remplies de sérosité, qui ne nécessite le temps d'attente déterminant le ramollissement, le faisandage, qui accentue N sait que si l'on prend une vue avec le tardent pas à s'ulcérer. orsque l'engelure encore la différence de saveur entre chairs si soleil dans l'objectif ou simplement si Commence, il faut éviter un réchauffement souvent voisines, quant à la souche, l'origine. l'on photographie un point lumineux, brusque, et opérer des massages, avec de la C'est donc le genre de vie qui sépare si nette- on constate, au développement, que le point pommade camphrée, pour faire circuler le ment, par exemple,.porc et sanglier, lapin et lumineux est entouré d'une auréole blanchâtre, sang. Des lotions astringentes (alun, décoction lapin de garenne, canard et canard sauvage, qui constitue le halo. Ce halo tient à deux causes de feuilles de noyer, infusion de feuilles d'euet le mode de préparation qui souligne et met distinctes. orsque les rayons frappent la calyptus, ou simplement vin chaud) sont à en valeur les qualités de chaque viande. plaque, ils traversent d'abord la couche sen- recommander. Si l'engelure est ulcérée, il faut sible, puis viennent frapper la deuxième face prendre les précautions d'asepsie ordinaire, de la plaque. Au passage à travers les grains de l'entourer de gaze aseptique, la désinfecter avec de l'eau oxygénée étendue d'eau. Des applicaquelle était la vitesse de transmission la. couche sensible, ils subissent des réflexions tions astringentes et légèrement irritantes sur les cristaux qui la constituent et, par consédu télégraphe Chappe? quent, impressionnent les régions voisines de (alcoolat glycériné, par exemple) peuvent faciliter la cicatrisation. télégraphe à signaux aériens de Chappe, l'image. D'autre part, en rencontrant la deuxième face de la plaque, ils se réfléchissent inauguré officiellement en 794, compre' nait, en 844, 534 stations constituant encore et viennent impressionner, par en plusieurs lignes, dont la longueur totale était dessous, la couche sensible, agrandissant encore Quels ordres existaient, en France, avant de kilomètres et qui desservaient 29 image en formant des cercles concentriques. celui de la égion d'honneur? Il est évident que l'on ne peut pas grand grandes villes françaises. a vitesse de transmission (celle-ci, on le sait, s'effectuait de chose sur la première cause du halo qui est, OICI les dates des créations des divers proche en proche, de stations eiv stations) d ailleurs, la moins importante. Pour diminuer ordres qui ont été successivement établis était la suivante : un signal lancé de Paris la deuxième, on recouvre le dos de la plaque par les souverains français^ avarit celui arrivait à ille (6 stations) en deux minutes; d'un enduit opaque qui absorbe totalement les de la égion d'honneur, créé en 802 : un signal lancé de Paris arrivait à Toulon rayons qui viennent la frapper ; ou bien on a Ceinture militaire, en 24 ; l'ordre de en vingt minutes (6 stations). On le voit, interpose une couche spéciale entre l'émulsion l'toile, en 345 ; l'ordre du Saint-sprit, en la transmission était très rapide : de ordre sensible et la plaque. 359; l'ordre de Saint-Michel, en 469; de 00 kilomètres à la minute dans la premier Anneau d'or, en 534; Réorganisation de cas (6.000 km. à l'heure), et de l'ordre de 50 kil'ordre du Saint-sprit, en 579 ; l'ordre des lomètres à la minute dans le second cas Quelle est, d'après les dernières sta- Chevaliers de la Maison royale, en 603; (3.000 km. à l'heure), en raison du plus grand tistiques, la circulation automobile en l'ordre de Notre-Dame du Mont-Carmel, en nombre des stations. 608 ; l'ordre de Saint-ouis, en 693 ; l'ordre France? du Mérite militaire, en 759. S dernières statistiques, sans doute encore en cours d'accroissement au cours de COMM U N I Q UÊS Comment est constituée ta matière? l'année passée, font ressortir, pour la N corps est composé de particules extrê- France, une circulation de : autobus, J SAURAI MAINTNANT... mement petites, que ton a appelées automobiles assujetties à un tarif de molécules, et qui constituent la partie la transports (taxis ou voitures de louage), Quel est le catalogue le plus complet plus petite du corps que l'on puisse imaginer, camions ou camionnettes, voitures de T. S. F. conservant néanmoins toutes les propriétés de touristes, cyclecars, sidecars. 'ST celui édité, pour 927, par les Établisce corps. Par exemple, un centimètre cube Cette circulation réprésente un total de sements G. M. P., 35, rue de Rome, à d'eau est formé d'une quantité de molécules C.V., qui ont fourni, à l'impôt Paris (franco : fr. 75). Volume des ayant chacune toutes les propriétés de l'eau. indirect, le respectable total de fr. Mais on va plus loin. On a reconnu que chaque e département de la Seine vient naturelle- Schémas modernes (franco : 8 fr. 25). molécule d eau est formée de deux parties ment en tête, avec taxis,.30 autobus, d'hydrogène et d'une partie d oxygène. Ces camions ou camionnettes, voiparticules, les plus petites des corps simples, tures de tourisme, cyclecars et sideoù trouver de jolis "papiers peints". sont appelées atomes. Allant encore plus loin cars. Qu on ne s étonne plus, dans ces condidans la recherche de la constitution de la tions, des difficultés de la circulation dans Paris. a Décoration Moderne ", 90, rue matière, on admet actuellement qu'un atome es départements qui ont le moins de véhiamarck, Paris, qui possède une incomd'un corps se compose lui-même de particules cules automobiles sont : la ozère (5 camions parable collection très artistique. nvoi de deux sortes. 'atome est constitué d'un et camionnettes, 363 autos), l'ariège (52 ca- franco de l'album d'échantillons D en communoyau central entouré de particules appelées mions, 779 autos), les Hautes et Basses-Alpes, nication! Travaux de peinture. Pose de papiers électrons. e noyau central est chargé d'élec- les Hautes-Pyrénées et les Pyrénées-Orientales. peints. (Téléphone : Marcadet Nordtricité positive. Chaque électron constitue es mêmes statistiques accusent l'existence Sud : amarck.) ïiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimtfimniiii iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiu * * * M T O * * * V * * * *** U C * ** A

11 23 JANVIR 927 IIIIIIIIIlItlUIIIIIIIIHII IIIIIIUIIIIIIII III IIIII Illllll Illllllll \\ llllllllllllll Illllllllllll IIMIIIIIIIIIIIIIIIIMIIIIIIIIIIHIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII DIMANCH-IlSTRÉ m»»» PROFITONS D NOS OISIRS DU DIMANCH POUR NOUS INSTRUIR UN PU RYR RNST RY, qui transforma son nom en Reyer, vit le jour, en 823, à Marseille. Il _ suivit les cours de l'cole de musique de sa ville natale, fut envoyé, pour y occuper un oste administratif, en Algérie, revint en rance au moment de la révolution de 848 et ne termina qu'alors son éducation musicale à Paris. Sa première composition fut exécutée à la salle Ventadour, en 850 : elle a nom le Sélam. Il fit ses débuts à la scène quatre ans plus tard, en faisant représenter Maître Wolfram, au Théâtre yrique. Puis il donna à l'opéra un ballet en deux RYR actes, Sacountala, et revint au Théâtre yrique où la Statue, opéra de demi-caractère en trois actes, obtint le succès le plus vif. Il fit représenter ensuite rostrata, en 862, au théâtre international de Bade. ntre temps, Reyer s'adonnait à la critique musicale. Il collabora successivement à la Revue Française, au Courrier de Paris, à la Presse, au Moniteur Universel, enfin au Journal des Débats, qui publia de lui des feuilletons réguliers à dater de 866. Il produisit peu dans les années qui suivirent. Il eut le tort de laisser représenter, en 87, son rostrate à l'opéra, auquel son genre ne convenait pas. Il faut citer de lui, en 874, une scène dramatique, la Madeleine au Désert, qui fut exécutée aux Concerts Populaires avec succès. n 875, Reyer fut élu à l'académie des Beaux-Arts. Mais, malgré cette consécration de son talent, malgré ses premiers succès, il ne put forcer, au cours des années qui suivirent, les portes des théâtres parisiens où il s'était imposé précédemment. Il dut se résigner à faire représenter à la Monnaie de Bruxelles ses deux œuvres maîtresses : Sigurd (884) et Salammbô (890), qui affirmèrent sa renommée et qui sont aujourd'hui à l'opéra. videmment influencé par Wagner et par Berlioz, Reyer ne fut pas moins, à la fin du siècle dernier, l'un des compositeurs français les plus marquants. Sa musique est très soignée, d'une orchestration savante, parfois puissante, souvent pleine de charme. P A jft A DGAR QUINT des exilés du Deux-Décembre, et non des moins remarquables parmi les hommes politiques que le coup d'tat de Napoléon III amena à quitter leur pays. dgar Quinet naquit à Bourg, en 803. Il fut élevé par une mère d'esprit très libéral. Il prépara l'cole polytechnique, y fut admissible, mai6, se refusant à servir la monarchie, se tourna vers l'étude du droit. C'est alors qu'il lut et traduisit en français le livre du célèbre historien philosophe allemand, Herder : Idées sur la philosophie de l'histoire de l'humanité, où la théorie du progrès est exposée dans toute son ampleur. Ce travail le conduisit à Fétude de la philosophie des religions et de l'histoire selon la méthode allemande. Sa première œuvre personnelle fut écrite après l'expédition scientifique de Morée, à laquelle il avait participé. De la Grèce moderne et de ses rapports avec l'antiquité eut un succès marqué. Suivirent, h peu de temps de là, deux livres -sur l'allemagne, dont l'un sur le système politique de ce pays. Quinet, prophétique, y prévoit ' hégémonie pro chaîne de la Prusse. Il publia ensuite Ahasvérus, poème mystique, après un voyage en Italie,.fréquenta le salon DGAR QUINT de Mme Récamier et se maria, en 834, avec une Allemande, Mme Mina Moié. Nommé professeur de littérature étrangère à yon, Quinet fut appelé par Villemain à professer au Collège de France, en Dans son cours sur les littératures de la France, il heurta violemment le clergé. Ses leçons sur les Jésuites et sur l'ultramontanisme furent ' ^ point jugées subversives que son cours fut 'UN interdit par Guizot. orsque éclata la révolution de 48, Quinet fut nommé député à la Constituante par les électeurs de l'ain. Il siéga à gauche. Au Deux-Décembre, il fut exilé. Alors commença une période nouvelle de sa vie. Il s'installa à Bruxelles, s'y maria en secondes noces avec la fille de Georges Asaky, le patriote roumain, et produisit l'essentiel de son œuvre. es Révolutions d'italie, Marnix de 85, l'xpédition du Mexique, le Panthéon, ettres politiques, enfin la Création, vaste synthèse, qui parut en 870, peu de temps avant son retour en France. Car, au 4 septembre, Quinet revint à Paris où il fut élu député à l'assemblée nationale. a fin de sa vie était proche. Après avoir fait éditer l'sprit Nouveau, qui est un résumé de ses doctrines, il mourut en 875. Politique passionnément épris de liberté, de Sainte Aldegonde, Philosophie de l'histoire historien éminent, philosophe hardi, Quinet de France parurent successivement. est à placer parmi les plus grands auteurs qui Il s'installa en Suisse, l'an 858, et continua aient jeté un regard d'ensemble sur les desd écrire. II publia : l'histoire de la campagne tinées du genre humain. 'ASPCT D'UN XPOITATION D PAMIRS TUNISINS A TUNISI T SS des Français en Tunisie eut pour premier effet l'accroissement de la superficie des terres labourables. Celles-ci sont d'environ 3 millions d'hectares (sur 3,5 de superficie totale). es céréales les plus cultivées sont le blé (principalement dans le bassin de la Medjerdah, la région de Tunis et du cap Bon, la région pluvieuse en général, et un peu dans la région des oasis). es blés durs sont cultivés dans la proportion de 90%. e rendement en blé de la Tunisie atteint, en moyenne, hectolitres. Après le blé, l'orge est la céréale qui occupe les surfaces les plus étendues ( hectares) ; sa culture est très avantageuse sur les Hauts Plateaux et dans le Sahel, dont les sables et les tufs calcaires constituent ses terrains de prédilection. Dans le Sahel, la récolte commence dès le mois d'avril ; elle est, en moyenne, de 3,2 qx à l'hectare (contre 2,9 qx pour le blé) ; la moyenne des exportations en est de quintaux ; a culture de l'avoine était inconnue avant l'occupation française. es indigènes préféraient l'orge, aliment commun de l'espèce humaine et des animaux domestiques. 'avoine (surtout l'avoine d'algérie) ayant donné des rendements encourageants dans la région montagneuse et le bassin de la Medjerdah, a conquis droit de cité. (Moyenne annuelle : quintaux, dont pour l'exportation). Vient ensuite la viticulture, très ancienne. n 88, les indigènes possédaient déjà.700 hectares de vignes, pour la plupart dans les environs de Tunis, du cap Bon et de Bizerte, mais on ne faisait que peu de vin avec la vendange de ces vignes, dont la plus grande partie était vendue à l'état de raisin frais. n 92, le vignoble tunisien couvrait hectares, dont seulement étaient propriété indigène,* le reste avait été mis en culture par les colons européens. Vins de coupage sur les côtes, vins de plaine ordinaires et vins sucrés. a production moyenne annuelle du vin atteint environ hectolitres. Après les céréales, l'olivier constitue la principale richesse de la Tunisie. Au moment de l'occupation, l'olivette tunisienne, en considérable régression depuis la période romaine, ne comptait plus que arbres. lle s'est accrue exclusivement dans le Sahel et notamment autour de Sousse et de Sf ax (2 millions d'arbres actuellement), et donne, en moyenne annuelle, quintaux d'huile d'olives réputée et quintaux d'huile de grignons. A ces cultures maîtresses, il faut ajouter celles des légumineuses, pour la graine et pour le fourrage (fève, féverolle, fénugrec, vesce, trèfle d'alexandrie, sulla, lupin, pois, lentille, haricot, dolique, luzerne) ; des agrumes (orangers, mandariniers, citronniers, cédratiers, pamplemousses, bergamotiers) qui prospèrent 'ARRIVÉ RSSOURCS près de la côte dans la banlieue des villes (Tunis, Zaghouan, Porto-Farina) et dans les oasis ; des plantes industrielles (garance, indigo, tabac des mogods, des nefzas, du cap Bon et de l'oasis de Gabès, cotonnier des rives du lac de Bizerte, et surtout lin, qui croît à l'état spontané dans le nord de la Tunisie) ; des liantes à parfum, qui transforment, lors de eur maturité, le pays en un odorant jardin. 'alfa, dont la feuille est surtout, en Angleterre, employée pour la fabrication des cordes, tissus végétaux et ouvrages en spartène, couvre million et demi d'hectares. a forêt couvre hectares. a région forestière du littoral est caractérisée par le chêne-liège, qui donne annuellement 45 à quintaux de liège de reproduction, du liège mâle et des écorces à tan, le chênezéen, qui est exploité pour la fabrication des traverses de chemin de fer et des bois de sciage de toute catégorie. Au centre, ce sont le pin d Alep et le chêne vert qui dominent ; au sud, les genévriers de Phénicie et les oliviers sauvages, sans parler des palmiers, dattiers des oasis ; le Djêrid est réputé fournir les dattes les plus savoureuses de tout le Moghreb. a Tunisie possède tous les animaux domestiques de l'urope et, en plus, le chameau : bovins dits de Guelma, petits et vigoureux ; chevaux de race barbe et dérivés arabes-barbes, trapus et rapides ; ânes très répandus, principalement dans le Kef ; moutons (l million environ) bien acclimatés sur les steppes des Hauts Plateaux, appartenant à la variété barbarine à grosse queue. Après le mouton, dans l'ordre numérique, vient la chèvre ( environ). es forêts de la Kroumirie et des Mogods nourrissent porcs de race ibérique, de rendement faible en viande ; quant aux chameaux des steppes et de l'oasis, ils sont : animaux de bât ou djemel, dromadaires de selles ou méharis. 'apiculture et l'aviculture sont Surtout aux mains des indigènes, qui sont principaux consommateurs du miel produit. es pêcheries sont très importantes : elles sont exploitées surtout par des Italiens et des indigènes. Indépendamment des poissons d'eau douce dans les lacs à pêche amodiée, on se livre en mer à la pêche des poissons migrateurs : anchois, sardines, thons, poulpes. a pêche des éponges constitue la principale richesse de la région sud. es richesses minérales de la Tunisie sont considérables. Ce sont d'abord les énormes gisements de phosphates de chaux de Gafsa, Metlaoui, Aïn-Moularès et des plateaux ; les mines de fer de Kroumirie, des Nefgas et du Kef ; les mines de plomb et de zinc de la zone triasique (Dorsale tunisienne). nfin, il convient de ne pas oublier des salines et des sources minérales_ (Hammam-if, HammamZeriba) et des carrières de marbre jaune, rouge vert, qui servent pour l'édification des somptueux palais. GRIBAUVA U belle et longue carrière militaire. Gribeauval, qui naquit à Amiens en 75, entra comme volontaire dans l'artillerie royale, où il fut nommé officier en 735. Il passa, par la suite, dans le corps des mineurs et fut chargé par le comte d'argenson, ministre de la Guerre, d'une mission délicate en Prusse, mission dont il s'acquitta dans la perfection. n 757, l'impératrice Marie-Thérèse ayant exprimé le désir d'avoir des officiers français dans son armée, Gribeauval s engagea au service del'autriche.grâce au comte de BroCRI BA UVA glie, ambassadeur à Vienne, il fut nommé général de bataille et commanda le génie, l'artillerie et les mineurs pendant la guerre de Sept ans. n cette qualité, on l'envoya faire le siège de Glatz, qui était considéré comme la clef de la Silésie. Il se rendit maître de la ville. Assiégé par la suite dans la forteresse de Schweidnitz par les troupes allemandes, il y tint dix semaines devant des forces très supérieures en nombre. Fait prisonnier, le roi de Prusse, émerveillé par sa belle résistance, l'admit à sa table. Rappelé en France par le duc de Choiseul, Gribeauval fut nommé maréchal de camp en 762, inspecteur d'artillerie en 764, premier inspecteur et grand-croix de l'ordre de Saintouis en 776. Il mourut en 789, deux mois avant la prise de la Bastille. On doit à Gribeauval des réformes importantes dans l'organisation de l'artillerie légère, qui rendit de si grands services pendant les uerres de la Révolution. Pour atteindre à _ uniformité de calibres qu'il jugeait désirable, il dut remanier complètement la fabrication et l'administration des ateliers d'tat. II renouvela, en un mot, de fond en comble tout le service de l'artillerie. N F * * * THUCYDID fondateur de l'histoire vraie, scientifique, puisée aux sources, nourrie de toutes les informations, de tous les renseignements que l'écrivain bien outillé peut examiner et contrôler : tel fut Thucydide. Il naquit dans le dème attique d'halimonte, vers l'an 460 avant Jésus-Christ. Il appartenait à une riche famille d'athènes et était apparenté à Miltiade et Cimon. De son père, il hérita de grands domaines et de mines d'or en Thrace. On assure que, tout jeune, il pleura d'admiration.en entendant Hérodote lire, à Athènes, certain fragment de ses Histoires. Il fut, croiton, disciple d'antiphon et fut influencé par les Sophistes. lu stratège en 424 et chargé du commandement d'une escadre qui devait surveiller la côte thrace, il ne put sauver Amphipolis, tomba au pouvoir de Brasidas, fut accusé de trahison, condamné, et dut s'exiler. Ses loisirs, il les employa à rassembler les matériaux de son Histoire, et à visiter les pays où s étaient déroulés les principaux événements de l'époque.'an404, il rentra à Athènes, après que ysandre eut pris la ville. Il mourut vers 395, de mort violente, assassiné par des brigands, croit-on, au cours d'un voyage à SkaptéHylé. Thucydide s'était proposé de raconter toute la guerre du. Péloponèse, de 43 àf 404. Son récit s'arrête en 4. Mais_ son œuvre, quoique incomplète, n'en reste pas moins fort belle. sprit positif, passionné d'exactithucydid tude, il y recherche les causes des événements, les lois qui les dominent ; il interroge, contrôle, confronte ce qui lui est rapporté.sa composition est très serrée : un récit rapide et plein, des narrations d'une grande précision, de parfaits tableaux d'ensemble. Il atteint parfois à l'éloquence et à l'émotion dramatique la plus intense. Son style est net, dépouillé, limpide et d'une sobre élégance.

12 «'»»' DIMANCH-IUSTRÉ iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiii A UN iiiiiiiiiiiiiiiikiiiminii 2 luiiiiiiihiih SMAIN ATHÈT COMPT... OU A iniiiiiiiiiim iiiiiiiiriiiiiiiiiiiihiiiimiiimiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiii DÉMONSTRATION TANGIB (escrime). (Dessin inédit d'àrsfcn BRIVOT.) J vingt-deux ans, j'étais étudiant. 'époque des vacances venues, il me sembla nécessaire de visiter l'angleterre, et je résolus de m'embarquer à Calais. Mais, voyageur méthodique, je décidai de passer une soirée dans cette ville, classée comme pittoresque par tous les bons auteurs. J admirai donc, avec conscience, le monument sculpté, par Rodin, qui représente les Bourgeois de Calais groupés en chemise de bronze, l'hôtel de ville en briques, avec son campanile, le phare, le casino et le jardin public. Après avoir dîné, je fis une promenade, a nuit était belle, mais sans lune. On m avait souvent parlé des établissements et des bouges que recèlent en leurs vieux quartiers les cités maritimes. C'étaient les lieux élus des rixes, des vols, des meurtres. Mais la curiosité me poussant, je pénétrai dans un café au vitrage crûment éclairé, d'où s'échappaient, avec des éclats de voix, les sons d'un piano discors. Audessus de la porte du café brillait une enseigne pompeuse : " Mignon-Théâtre ". Je vis entrer des jeunes gens à casquette, portant fleur à l'oreille et cigarette aux lèvres, des femmes, des marins de toutes nationalités, et j entrai moimême. Je pris place à une table autour de laquelle "se trouvaient déjà deux matelots anglais.,. ",... Au piano était assise une dame maigre, vêtue de blanc, à figure blafarde, à cheveux rouges et portant lorgnon. Tandis que, sur la scène, une chanteuse en costume de fillette débitait des couplets légers, je remarquai qu'un groupe blême de jeunes gens me regardait avec insistance. A une table voisine de }a mienne se trouvait un monsieur qui me parut être le seul consommateur convenable. Il avait une tête ronde et poupine de bourgeois, et jetait autour de lui des regards un peu craintifs, comme au regret de s'être égaré dans ce mauvais lieu. ui aussi était examiné et comme déshabillé du regard par les personnages équivoques qui nous entouraient. Il me contempla, je le contemplai, et, instinctivement, nous nous rapprochâmes l'un de l'autre, car nous étions assis sur la 'AVAIS TRAIN D PAISIR Vous prenez aussi ce train de plaisir?... Mais oui, je pars chez un oncle à héritage qui est du plus bas!... IUSIONS B'OPTIQU même banquette. Ce fut lui qui me parla à mivoix : - Je ne sais pas, monsieur, dit-il, si vous éprouvez la même impression que moi, mais j'ai l'idée qu'ici l'on nous surveille, et je crois bien, d'après ce que j'ai cru surprendre d'une conversation tenue à l'instant par certains individus, que quelques-uns de leurs compagnons nous attendent derrière la porte, dans la rue noire.je me mis à sourire d'un air faussement assuré. n tout cas, poursuivit mon interlo- U N cuteur, si vous le voulez, nous sortirons ensemble. A deux, on se serre les coudes... Oh! pardon! A\ venait de renverser sur la table et sur la banquette le contenu du bock qui se trouvait devant lui. Je crus mon pantalon taché et baissai la tête. ui s'empressa immédiatement et, tirant son mouchoir, se mit à essuyer l'étoffe de mon costume qui, heureusement, n'avait reçu aucune atteinte. Mais tandis qu'il faisait ce mouvement, les individus qui nous observaient sautèrent brusquement sur nous. e petit monsieur se débattit comme un enragé, C O O R I S T ' J Oui, mon cher, on en verra de toutes les couleurs... C'est une époque où si l'on n'attrape pas la jaunisse... numm COMIQU (savate). (lutte). 23 JANVIR Pour un rien, on devient cramoisi de colère... écarlate d'exaspération... n voilà un qui, je crois, ne dira plus quejenesuis pas sportif I mais fut mis rapidement hors d'état de se défendre. Quant à moi, je distribuai fous les coups de poing que je pus. Voyant le passage libre entre deux tables, je m'enfuyais, lorsque, sur le pas de la porte, le patron m'arrêta : Où allez-vous? me demanda-t-il. st-ce que ça vous regarde? répondis-je. Jè suis ici dans un coupe-gorge. t je tentai de me dégager. Mais lui : : Vous ne comprenez donc pas? Voyez donc si vous avez encore votre montre et sa chaîne! Je portai fiévreusement la main à mon gilet. Non! m'écriai-je, tout pâlissant. Volées! On me les a volées! Parbleu! s'écria le patron. Nous l'avons bien vu! Fouillez donc le petit monsieur avec qui vous avez lié connaissance... Ainsi fis-je, tandis que les personnages qui m'avaient paru si suspects le maintenaient. Dans la poche de son pantalon, je retrouvai ma montre et ma chaîne. Cet honnête bourgeois, d'apparence, n'était qu'un voleur repéré >ar les personnages qui m'avaient paru si ouches ; quand il s'était approché de moi, ils avaient guetté son manège ; et, quand il m'avait volé, ils s'étaient précipités sur lui pour le prendre en flagrant délit. C'est ainsi que les idées préconçues qu'on se forme influent sur l'esprit, bien souvent au point de travestir complètement le réel. Il n'y avait, dans ce bon petit beuglant de province, qu'un seul individu taré : c'était précisément celui qui m'avait inspiré conjîance ; et tous ces gens à mine effrayante n'étaient que de bravés ouvriers venant passer gaiement leur soirée dans un établissement quasi familial. Je partis le lendemain pour l'angleterre, en me disant qu'il était bon de voyager pour voir l'aspect réel, des choses. Désormais, je me sentais en confiance avec toute l'humanité, sauf avec les personnes d'apparence respectable. C'est pourquoi, sur le bateau même, je liai connaissance, avec un monsieur de teint très brun et ' de très mauvaise mine, dont chacun s'éloignait avec appréhension. Nous bûmes, au bar, de compagnie, jusqu'à Douvres. t je m'aperçus, immédiatement après l'avoir quitté, qu'il. m'avait volé mon portefeuille! Ï HNRI FAK. POUR UN MORCAU D PAIN... On reste violacé devant le prix du vin rouge t le prix des bas de soie de ma femme l J'en suis bleu... (Dessin inédit de DoY.) Cher monsieur, je vous laisse mes œuvres pour un morceau de pain... C est encore bien cher... Songez au prix où est le pain l (Dessin inédit de F. A NOÉ.) Un peu de fantaisie, il y a leçon de géographie. e petit Daniel se rend en classe avec plaisir, car " la jographie", c'est son plus fort Voilà, justement, comme la leçon va commencer, M. l'inspecteur primaire qui entre! C'est en sa présence que les élèves vont répondre aux questions de leur maître.. Après que l'interrogatoire de quelques cancres n'eut donné aucun résultat satisfaisant, l'examinateur pense au petit Daniel, qui se lève de son banc comme si un ressort l'eût poussé par le fond de sa culotte... Comment s'appellent les habitants de la aponie? demande l'instituteur. Des apons, m'sieu, répond sans hésiter le petit Daniel. t les habitants du Cap? demande M. l'inspecteur. t Daniel de répondre sans hésiter davantage ; Des Capons, m'sieu I A Quelques bons mots UJOURD'HUI son fils, qui n'a pu obtenir le moindre prix, un père demande : Mon fils, quand on n'a pas un seul prix, sais-tu ce que cela prouve? Cela prouve qu'on est vertueux, car la vertu n'a pas de prix! A J vous n'êtes pas allée au théâtre î -, ~ Madame, on voulait me mettre dans une baignoire, devant tout le monde ; j'ai pas osé. USTIN, cause devant le docteur Y... de spiritisme. Croyez-vous aux revenants, docteur? -Oh! mon ami, comment pouvez-vous me demander cela? Si je croyais aux revenants, je n'exercerait plus ma profession. QN...Quantaux impôts; en les totalisant, l'on passe au pkls beau Vert... (Dessin in. de SAUVAIS.)... t puis, tenez, j'en ai assez. ffaçons tous ces soucis avec un bon verre de blanc l.

13 iiimiiiui 23 JANVIR 927 ><>>i>>>>>iiii>>iiiiiiitiii<i>iiiiiriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiriiiiiiiiiiii 3 iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiriiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimiiiniiiiiiiiiiiii DIMANCH-IUSTRÉ CHANGMNT A mili VUS C est l'aveugle du cintième. lle vient d's'établir voyante (Dessin médit de DHARM.) NDROIT I Y A CAPORA T CAPORA Voyons, vous, le soldat de première classe R.upoil, vous passez sur n pont avec Votre escouade, votre caporal tombe dans l'eau... Qu'est-ce que vous faites? J'achète un autre paquet au prochain S. -O tabac! (Dessin inédit d 'AMN UNT T NVRS DU CINMA Peuple, voici de l or, gave-toi et fais ripaille. (Dessin inédit de STRAN.) J 'ART m Qu'est-ce que tu chercha? Tout à l'heure, en distribuant l or à la w/e populace... j'ai balancé les douze ronds de mon métro! TOURNR A SOI PROFIT A PUBICITÉ B'AUTRUI G.IN.) (HISTOIR SANS PAROS N PUSIURS PANCARTS...) f I ( VRDUR Oui, mon ami, mon perroquet va avoir tent cinquante ans le mois prochain. h I mais, il est encore très vert pour SOn âge /... (Dessin inédit de MlQUK.) NUANC ncore vous?... Je Vous.ai dit de vous en aller!... Oui l... mais... vous ne m avez pas dit... de ne pas revenir I... (Dessin inédit de GASTON MAS.) sut*. RTÎÇ N0/A sa» POUR RCONNAISSANC Durand, Voyons! Je suis Durand... j'ai même eu le plaisir de vous prêter une petite somme... Ma foi, je ne vous remets pas! Pas plus que la petite somme! NO/ ARTlCi: (Dessin inédit de DoY.) mm ICI* 0 UN MOT t tu prétends qu'il s'en est fallu d'un mot pour que tu l'épouses? lle a répondu : " Non " quand je l'ai demandée en mariage. (Dessin inédit de. BIXOT.) -^.ott/s.oux' UJessin médit ae A. Ot KOÛX.J UN BONN MARQU PRINCIPS Viens prendre un café avec moi. Jamais de café les jours de bareau. Ça m'empêche de dormir l ro.«m médit de iis.) INCOMPATIBIIT Puisque je vous assure que c'est un placement de père de famille... Justement, je SUiS célibataire I (Dessin inédit de TRÉVÀC^ COUP D ACTUAIT Vous pourriez lui couper à la garçonne? (Dessin inédit d< M.-W. JuiHÊS.) Pardon, monsieur, cette place était la mienne I... lle n'était pas marquée.,,* Si I J'avais mis un gâteau à la crème... CWn inédit <te Y. HÊNlfU

14 "" DIMANCH-IUSTRÉ MlIIIIIIIIIIIIIlllllllfllllItlIIIIIIIIIIIïft «V^IIillHlllIliimilIlllllllllMlllillUmilIl. J4 BRIC - A T 23 JANVIR 927 "ÎIIIIIIIIIHIIMIIIMIIIIIIIIIIIIIIIIIIIH IIIIIIIIIII f J f f II IIII tl II I Il > MIIIIIII A C O U V AVANTAGS POUR COMMRÇANT développé que chez nous et ils possèdent de remarquables sujets. Rien qu'en Allemagne, Facilités d'emmagasinage, d'emballages et T signale une fois de plus, écrit M. Ëmile on a vendu l'année dernière plus de d'expéditions ; diminution des stocks et des J Vuillermoz, l'intérêt que pourraient avoir serins. invendus ; simplification des écritures ; approles desservants de nos petites églises de village Ève. visionnement' et vente aisés. à se procurer des disques comme celui qui contient, par exemple, le Sanctus de la Messe AVANTAGS POUR CONSOMMATUR AU PAYS DS GORIS en si mineur de Bach, chanté par des chœurs Prix plus bas, meilleure qualité, livraisons admirables et accompagné par l'orgue et par ANS la tournée qu'elle a récemment effec- rapides, pièces de rechange toujours prêtes, un grand orchestre symphonique. Il y a là tout tuée de Dar-es-Salam jusque dans l'an- interchangeabilité des pièces. un répertoire d'une puissance et d'une noblesse gola, et dont l'un des voyageurs, M. Alexandre a standardisation, que les Américains aprares qui produirait sur la foule des fidèles une Barns, vient de faire le récit, l'expédition pellent aussi la pratique simplifiée, représente profonde impression. Mais, patience, glise anglaise Collins-Barns, eut à traverser une une grande économie, une augmentation consiqui se modernise si méthodiquement, qui a région bien curieuse, la vallée dite des gorilles, dérable de la richesse. installé des haut-parleurs à Notre-Dame et près de la côte ouest du lac Kivu. QUQUS XMPS ; qui transmet les sermons de carême par T. S. F. Comme résultat de ses recherches, cette et par théâtrophone, ne tardera pas à entrer expédition, dont faisait partie M. dmund es types de briques à empierrer les routes dans cette voie nouvelle. Haller, naturaliste réputé, a pu établir d une ont été réduits de 66 à 5. es 78 types de lits, sommiers et matelas, 'Impartial Français. façon certaine le fait que le gorille de l'afrique centrale ne saurait plus désormais être consi- ont été réduits à 4. es lattis métalliques, de 25 types à 24. déré comme un animal rare. es gorilles sont DIAMANT BU a vaisselle de porcelaine pour hôtels, de extrêmement nombreux sur une vaste étendue 'AN passé, à Boston, le capitaine John de territoire, qui comprend non seulement les 700 types à 60. Smuls a été blessé dangereusement dans forêts situées au nord-ouest du Tanganyika et es limes et râpes, de.35 à 496. des circonstances mystérieuses, et, à ce propos, à l'ouest de la vallée de Rusisi, mais aussi la es briques à bâtir, de 39 à. on a reparlé du fameux Diamant Bleu. Cette plus grande partie du district de owa, à es chaudières pour chauffage central, de pierre rare fut volée, il y a deux siècles, àune l'ouest de Kivu, et qui s'étend probablement 30 à 3. idole hindoue, laquelle depuis poursuit de sa directement jusqu'à la rive est du Haut-Congo es treillages pour clôtures, de 552 à 69. haine les sacrilèges qui la portent. es bouteilles à lait, de 49 à 9. où, dès 887, un gorille fut tué. On rencontre Que faut-il croire de cette légende?... Voici encore ces animaux sur les hautes montagnes es couvertures de lit, de 78 à 2. des faits. Au lecteur de conclure. es briques creuses, de 36 à 9. qui s'élèvent près du bord occidental du lac e Diamant Bleu, transporté en urope, Kivu, en outre de ceux que l'on trouve sur les es ardoises à couvrir, de 7 dimensions à appartint, tout d'abord, à Marie-Antoinette.On volcans de Virunag, au nord-est du lac. 8, de 2 épaisseurs à 0. connaît son sort tragique... es tableaux noirs, de 4 types à 4. M. Barns se déclare d'accord avec le gouvera partir de'ce moment, et pendant un siècle nement belge pour faire de cette dernière zone es ardoises d'écolier, de 20 à 8. environ, la pierre fatale ne fait pas parler d'elle. un sanctuaire pour les gorilles, mais il estime es outils forgés, de 665 à 35. lle est enfermée dans le coffre-fort d'un lord qu'empêcher totalement" de tuer ces animaux es barils métalliques, de 67 à 24. anglais, le duc de Newcastle, et personne ne la dans tout le Congo oriental est une restriction es bondes et siphons de lavabos, de.4 porte, n'ose la porter... sans aucune nécessité : et même, à son avis, à 72. Mais voici une femme moins superstitieuse, on engagerait bien des voyageurs à visiter le es boulons et écrous pour machines agrimary C..., qui a cette audace et aussitôt ses pays, si on les autorisait à tuer un ou deux coles, de.500 à 840. malheurs commencent. es lits d'hôpital, de 33 à. gorilles sur le permis de 2.ÎJ00 francs déjà en Jusque là, Mary C... avait eu tous les vigueur. es réservoirs à eau chaude, de 20 à 4. bonheurs. A dix-sept ans, elle était petite main es douilles de lampes, de 79 à 6.' African World. dans un atelier de modes, elle rencontre un N oublions pas que nous avons, en France, impre ario qui la lance ; à vingt-deux ans, c'est aussi un office de standardisation au minisune étoile de concert, une star qui gagne des PHÉNOMÈNS D T. S. F. tère du Commerce, et qu'il ne dépend que de millions et voit des hommes à ses pieds. RTAINS amateurs de T. S. F., quoique chacune de nos industries d'intensifier son, lle épouse Francisque Hop, héritier prépeu nombreux, savent qu'il existe des action en collaborant avec lui. t pensons somptif du duc de Newcastle, qui lui offre le personnes ayant le pouvoir de prévoir fameux diamant, et c'est la série noire qui com- des orages ; ces personnes ressentent une sorte aussi que nous pouvons simplifier dans notre propre maison, en réduisant le nombre des mence pour Mary C... de fluide indéfinissable dû on ne saurait à quoi, Son mari l'abandonne, elle divorce, se de même que les oiseaux, longtemps avant les marchandises et des modèles, et en bornant remarie, redîvorce. Ainsi quatre fois de suite manifestations d'un orage, semblent chercher notre activité aux articles de vente courante et profitable. et ces mariages successifs ne l'enrichissent un abri sûr. Réussir. pas. On a constaté dernièrement que ce fluide Pendant la guerre, Mary, qui n'était plus devait être dû à des phénomènes électromajeune, avait épousé son filleul, le capitaine gnétiques. n effet, les personnes qui en sont S PURITAINS DU DÉSRT Smuts. Il est probable qu'elle ne possédait plus douées, lorsqu'elles approchent d'un poste S Wahabites sont les adeptes d'une secte le fatal diamant, mais la guigne continuait pour récepteur de T. S. F., provoquent des bruits musulmane fondée " au siècle dernier, elle, une guigne noire. dans le casque, semblables à ceux dus aux dans l'arabie centrale, par Mahomed-Abd-eln ces dernières années, celle qui avait connu parasites. Wahali. Abd-el-Wahali tentait de ramener les tous les bonheurs, tous les triomphes, Mary musulmans à la stricte observance de la loi du e Radiogramme. la star, qui avait failli être pairesse d'angleprophète. Il était le puritain par excellence. terre, faisait des ménages. Sa doctrine se résume de la façon suivante : A STANDARDISATION e Pêle-Mîle. a transcendance et l'omnipotence d'allah TANDARDISR une marchandise, c'est établir doivent être des dogmes inattaquables. a vie POUR S SRINS un certain nombre de modèles ou d'étalons dans l'au-delà est plus importante que la vie en vue de leur adoption par tous les fabricants terrestre. Il est interdit de fumer du tabac, de y a eu une exposition canine, une exposiboire du vin, de chanter, etc. es vêtements tion de chats, pourquoi n'y aurait-il pas une de ce produit. doivent être de la plus grande simplicité ni exposition de canaris? AVANTAGS POUR FABRICANT tissus de soie ou d'or ; le port des moustaches t l'on annonce qu'un grand concours interest interdit ; celui de la barbe obligatoire. Diminution du capital immobilisé. national de serins se tiendra à Paris. es usuriers sont mis à mort. Fabrication en série avec toutes ses consédéjà, paraît-il, à Cherbourg et au Havre, es inventions modernes sont condamnées. le commerce des serins est particulièrement quences. " Partout où les machines entrent, a dit le prosatisfaction des ouvriers, à cause du meildéveloppé. es Américains achètent ces oileur salaire, de la production continue qui phète, en parlant des charrues, la honte entre seaux pour les charmer pendant la traversée. avec elles. " raréfie le chômage. On se prépare aux tats-unis à participer PHONOGRAPH A 'ÉGIS D PARTOUT e contact avec les infidèles, les impurs (Kafirs) oblige à une purification de trois jours, pendant lesquels les " Akhwan " frères refusent le Salaam, à ceux qui ont fumé ou qui ont rencontré des incroyants. Dans les territoires wahabites, il est défendu de retirer quiconque tombe dans un puits, parce que c'est par la volonté de Dieu que l'accident est arrivé. Au combat, les adeptes du wahabisme sont d'une intrépidité fanatique et d'une férocité sans exemple. On raconte qu'il y a quelques années, lorsqu'ils voulurent surprendre Djahirch, à quelque distance de Koweït, sur le golfe Persique, ceux qui n'avaient ni sabres ni fusils s'approchaient des murs en ouvrant les bras et criaient'aux défenseurs : " Me voilà! Je suis un des Frères! Qui me tuera? nvoyezmoi au Ciel! Tuez-moi! " Mourants, ils se prosternaient dans l'attitude de la prière, pendant que les survivants leur disaient : " Rappelle-moi à toi, Seigneur! " The Mear arl Review. CIir/7 VATÇ occupez lucrativ. vos XfUb luuj HQT.Q DIAMÂ IOIMIO fiabi\ï.vreux!ttiffii ACH HT xpertise gratuite, paie de suite plus cher de tout Pari» 3, R.XTJB xvxb*sr i «Bx::xe 3, (P*«Ort^o Mamans!.7* ~] Pour la Santé \ de Vos Fillettes /... surveillez leur croissance, évitez la scoliose! Toutes déviations, mauvaises attitudes, faiblesse de la colonne vertébrale, sont immédiatement et radicalement combattues par les Corsets Réformateurs et Dissimulants de A. CAVRI. Renseignements tous les jours de 0 li. à 7 h., par Daines spécialistes, tablissements A. CAVRI, "234, faubourg SaintMartin (angle de la rue afayette, Métro: ouisblanc). ire la notice n-5 envoyée franco. C S I au concours. e jeune Martin Schallenberger, le fils d'un des aides de camp du général Per- shing, possède deux superbes canaris, qui sont tellement merveilleux et qui chantent si bien que leur succès au concours est presque assuré. es Hollandais, les Allemands seront aussi de redoutables concurrents. Dans ces pays, le commerce des serins est, en effet, beaucoup plus CONTR A GRIPP Pendant la grippe ou simplement pour s'en préserver il est recommandé à tous de se fortifier pour aider l'organisme à se défendre contre les microbes. Un remède simple et peu coûteux consiste à acheter un flacon de Quintonine et à le verser dans un Titre de vin de table. e vin fortifiant ainsi obtenu instantanément est un reconstituant parfait et un stomachique de tout premier ordre. Il stimule l'organisme, l'aide à réagir contre la maladie et rend l'appétit. a Quintonine se vend au prix réduit de 4 fr. 50. Comme il existe "des contrefaçons, exigez la véritable marque Quintonine. Toutes pharmacies. Apprenez sur place ou parcorresp. la* COMPTABIITÉ JÂWIT-BUFFRAU ÉtaM* 96, Ru» de Riroli. PARIS Programme Gratuit R. C Saine N» I M S MIURS PRIX l S PUS GRANDS MCIUTS SINGR 27f\v'àe l'opéra-paris et ses 350 Succursales î2 POUR BIN DIGÉRR prenez après charrue repas une demi-cuillerée a café ou un cachet demagnésiebismiiiée dans un peu d'eau chaude. a Magnésie Bismuréc assure la parfaite assimilation des aliments en empêchant l'inloxicalion de l'estomac. a plupart des troubles stomacaux comme la dyspepsie, l'indigestion, les brûlures, les aigreurs, etc., sont dus ou accompagnés d'un excès d'acidité. a Mag-nésie Kisimirée neutralise immédiatement *et excès et adoucit la paroi de l'estomac ce assure une digestion sain«et normale. a Magnésie Bismurée (marque déposée) se trouve dans toutes les nhartitacies. uni Un ivre écrit dans le Grand Nord à des milliers de milles des pays civilisés. S NFANTS D A NIG SUPPORTS CHAUSSTTS Par Georges MARSH Traduction de ouis PO.STIF Comme Jack ondon et Curwood, l'auteur décrit ce qu'il a vu. Ancien trappeur, il a, ainsi que ses héros, parcouru toute la contrée de l'alaska et du Klondike. Son livre, traduit pour la première fois en français, paraît depuis le 20 janvier dans le IVR DU JUDI et 'Ouvrage sera passionnera également parents et enfants. complet en 8 livraisons de O fr. 50 chacune^ On peut avoir ainsi UN ROMAN NTIR POUR 4 fr. AU IU D 2 fr. HACHTT m th YHT WCTOUT J

15 ««""" 23 JANVIR 927 CUTIVONS NOTR MÉMOIR Concours ouvert aux homme» et aux ftmmet. Commissaire Contrôleur des Sociétés d'assurances Dans cette rubrique, Dimanche-Illustré offre à ses lecteurs, en une série de leçons agréables, le moyen : " De développer, dans des proportions considérables et automatiquement, la mémoire de ceux qui en ont ; 2 De la rendre à ceux qui l'ont perdue ; 3" D'en donner à ceux qui en manquent. 'auteur ne demande qu'une chose à ses élèves bénévoles : l'obéissance passive, et, sous cette réserve, il garantit formellement le succès. TROISIÈM Can tére d'inspection, agréable Indépendante, ac'lve, bien rémunérée (début ; us de fr.) Aucun diplôme exigé. Age pour conc. : 25 ans à 35 ans ou plus (ssrv. militaire) Renseignements gratiills par rcols Spéciale d'administration, 4, rue Pérou. Paris (6*X 'IODHYRIN du DT DSCHAMP OUS les lecteurs de Dimanche-Illustré savent maintenant traduire une formule en nombre. M. Charles Richard, l'auteur de Comment je sais mes dates, a mnémonisé de la sorte tous les événements de l'histoire de France. C est un travail de bénédictin et, aussi bien, il est mort à la tâche. Il a mis l'histoire de France et les grands hommes en vers, en " vers amis de la mémoire ", comme disait Sainte-Beuve. On avait, avant lui, proposé des formules plus ou moins cocasses ; c'est lui qui, en recourant à la mesure du vers, qui est toujours propice au souvenir, et en mettant dans chaque vers le maximum de renseignements sur le fait historique lui-même, est arrivé à la perfection du genre, d'un genre imparfait en lui-même cependant» comme. j'aurai à l'expliquer un autre jour. Jusqu'à la Révolution, le vers donne simplement l'année du fait historique : A Tolbiac, vers la foi Clovis vainqueur pencha Pépin bat les ombards et se couvre de gloire 75 4 Roland, à Roncevaux, souffle en sa conque en vain «7 7 8 Il est convenu que, des cinq dernières articulations du vers, les deux premières donneront le quantième, la troisième le mois et les deux dernières l'année, l'indication du siècle étant sous-entendue. Quand le quantième est d un seul chiffre, on doit le-faire précéder d'une articulation, ayant pour valeur soit un zéro, soit un chiffre supérieur à 3. Voici des exemples : O Terreur! dans ton sang, France, nage abîmée. (0)2 juin 9 3 Au panier sanglant, reine, est ton cou coupé net. 7 cet. 93 Danton et ses amis défient leur bourreau. (8) 5 avril0-4 Voici maintenant les vingt premiers vers de la chronologie de Richard annoncée dans la deuxième leçon. es trois premières articulations de chaque vers donnent la date de l'avènement et les trois dernières celle de la fin du règne-; on remarquera que chaque terminaison de vers évoque le commencement du suivant, ce qui est extrêmement propice à la mémoire : Rien ne sais concernant Pharamond. rien ne vois. Rien ne vois sur Clodion ; fut-il le roi rêvé? Roi rêvé Mérooée a les Francs relevés. A partir de l'an 000, le premier des quatre Relevez Childéric : qu'il rentre en roi fêté. chiffres, de la date est sous-entendu : Roi fêté, fier Clovis, sous l'eau courbe la tête. a tête, Chiliebert à ses neveux l'enlève. A la trêve de Dieu tout combat s arrêtait Il enlève Clotaire, à ses enfants le gîte. ()0 4 I e gîte luxueux de Caribert il choque. e capétien Henri du Portugal s'empare II choque, Cbilpiric, par ses crimes, le Franc. ()0 9 4 e Franc Clotaire Deux s'étend jusqu'à Genève. ustache, à Calais, dut abdiquer toute morgue Genevois, chantez-vous, Dagobert chant mauvais? ' ; _ ; () Champs mauvais^t/otis Deux, ceux où sont tes gens lâches. Régente Anne Beaujeu fut une fière femme ()4 8 3 Gens lâches, sous ton nom, Clotaire Trois, j'accuse. Cinq-Mars, de Thou sont morts dans là même journée J'accuse ton humeur, Childéric Deux chagrin. () 6 42 Chagrin broïn dit : " h bien! pour Thierry j'opte." Soubise de Rosbach revient mélancolique " J'opte pour Héristal, dit Clovis Trois, je plie. " ()757 " Je plie et Childeberl Deux suivra ma conduite. " A partir de la Révolution, M..Richard donne, Conduite semblable eut Dagobert Deux : qu'est-il? Qu'est-il Chilpéric Deux? Un pauvre roi caduc. en sus dé la date, le quantième du mois : Caduc Clotaire Quatre, avec Martel qui n'ose! e barème est le suivant : Janvier Février Mars ve fe se Mai Juin Juillet ( mè je, ge, che le ou lie Septembre Octobre Novembre pe, bè que, ke, gùe ne, gne Avril re Août te Décembre de FAIT MAIGRIR Sans nuire à la Santé ÇON A CHRONOOGI D 'HISTOIR D FRANC T DIMANCH-IUSTRÉ iiiuiiiiiimiiigiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiuiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiii Ces vers s apprennent avec une facilité surprenante. Il n est pas un seul de nos lecteurs qui ne puisse apprendre soixante-seize vers, surtout au moyen d un pareil enchaînement, avec la plus grande aisance. BOIT D 60 CACHTS-PIUAIKS : 9 fr. 40 AUF, 49, Avenue de a Motte-Picquet, Paris PSORIASIS r CZMASet DÉMANGAISONS RBS, UCÈRS VARIQUUX, Trait' radical et nouveau. CINIQU S.-Paul, 6, f. Auguste-Bartholdl, Paris (5). 5 année. (D'CUY). Consullations3à 7, dira., jeudi exceptés. AD Pellicules Calvitie Cheveux gras _ Méth. Cp" f" Broch. renseig'graluiis Prof. O. DONNT, Hyi". 28, Bd Sébutonol Puis CRta= ruphunopffb& APPARI ACOUSTIQU CTRIOUf PUISSANT - SIMP PU VISIB TtsJ. DSMARTZ n achetant directement vos 7* Rue du Temple PARIS { Ill'Ari : ^^^mamm^mmmêêêëêê^mmmm Notice franco GRAND VNT RÉCAM AVC PRIMS DRAPS TOI COTON SUPRIUR. Dim. 60 X 250, avec surjet. e drap S7.» Dim. 200 X 300, avec surjet. e drap 45» 2: -~ ÉJK TOI DS VOSGS, SANS COUTUR, AVC OURT A JOURS FANTAISI. Dim. 60 X 250, pour petit lit. e drap o Dim. 200 X 300, pour grand lit. e drap 57» Dim. 220 X 325, pour lit de milieu. e drap.. 65 a S» DRAPS D MAITR, VÉRITAB TOI D CHOT N BAU MÉTIS, SANS COUTUR, OURT A JOURS FANTAISI. Dim. 200 X 300, pour grand lit. e drap 70» Dim. 240 X 35, pour lit de milieu. e drap..82 S NVOI FRANCO CONTR RHBOt P ur tout achat dequatredraps,nous doni m tw nous une serviette de toilette, 3 jolis mouchoirs vignette, ourlet jours et un superbe dessus de lit pour grand lit. crire: MANUFACTUR DRAPS de IT, 26a, rue afayette, MARSI DD M ds BRONCHITS FRANCS de primes en FIATURS DA RDOUT $ Service IO, ROUBAIX (Nord) (**««**«**** V V PARFUM FÉTICH. ' GOUTTS IVONINNS B M s TROUTT.PRR.T mariage H TPIVR B - PARIS.! r e le N?2fr.-Spécîmen^ratuit:M îî BÉRIOT.24,r.Mr]lon(PAHIS nvo/ sous Pi/ FRMÉ : franc. ^iiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiihiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiimiiiiiiiiiiiib^ RIUR MOBI S C'est une erreur chez les grands de croire qu'ils peuvent 3 sans conséquence leurs paroles et leurs 3. es hommes souffrent avec peine qu'on (Pour la solution, écrire simplement à la leur ôte ce qu'ils se sont en quelque sorte 3 par suite et dans l'ordre les mots qui doivent l'espérance: Qn ne les 3 pas longtemps sur leurs remplacer les tirets.) Il IIIIIIIIItlIIlMIIIIIIIIII I DIMANCH-IUSTRÉ RÉTRIBU S PHOTOGRAPHIS QUI UI SONT NVOYÉS PAR SS CTURS DS QU'S ONT ÉTÉ PUBIÉS Détacher ce coupon et le présenter an contrôle *. BIT A PRIX RÉDUIT permettant aux lecteurs de Dimanche-Illustré d'assister, en bénéficiant d'un tarif spécial, aux représentations de Couverture élégante et solide, dos souple, coins peau, titre et filet or sur le plat, pouvant contenir une année au moins. Sans collage, perforation ni mécanisme; pose et retrait de chaque fascicule sans déranger les fascicule* voiîins. PRIX DS Dans nos bureaux RIURS «PAR COIS POSTA : SOUTION DU PROBÈM DS MOTS CROISÉS PARU DANS DRNIR NUMÉRO HORIZONTAMNT. I, Palestre ; 8, lam ;, VRTICAMNT., Pendaison ; 2, Avaricieuse ; vaser ; 2, Tet ; 4, Me ; 5, Nattier ; 6. Corée; 8, 3, atude; 4, st; 5, Sein; 6, Tréport ; 7, t; Dru ; 9, NP ; 20, Abner ; 2, Aide ; 23, Oeland ; 26, 8, tonnantes ; 9, Amer ; 0, Mee ; 3, cbatane ; Iceberg ; 28, Taire ; 30, Si ; 3, Rutilantes ; 33, Oeta ; 7, redites ; 20, Al ; 22, brasa ; 24, gidius ; 25/ 35, Dentelé ; 36, Nuis ; 37, Vitesses ; 38, Spa ; 39, ut ; Pesés ; 27, u ; 29, Reléguer ; 32, ettons ; 34, 40, Peu ; 4,-Assommeur ; 46, uit ; 48, Nuitée ; 49, Tipule ; 37, Veste ; 40, Pic ; 4, Ait ; 42. Mu ; 43. Chesters ; 50, Sara. Mfs;44,ta;45,Rea. DIMANCH-IUSTR fabriqué spécialement pour conserver intérêts et ils ne haïssent rien tant que d'être 3. C'est par cette raison qu'il esi si l que la l réussisse ; il faut de la sincérité et de la 3 même pour séduire. Ceux qui ont l les peuples sur quelque l général étaient fidèles aux particuliers. eur 3 consistait à 3 les esprits par des avantages réels. Quand on l bien les hommes et qu'on Veut les faire servir à ses 3, on ne compte point sur un appât aussi 3 que celui des discours et des l. llllllltillllllliiiimiii[iiiilllllmlllltllliliimiilllllllllllili;illllmiiiiill.llllllllillllllltlllli:rtlliiiiii]iiiilll>( f«v ta m H 'i CHRONIQUS espèces Rena ei ffnem enta et è chant il lonm» franco sur demande adressée aux : 9f B J e nombre de mots exacts servira à classer les lecteurs qui se trouveront être ex-œquo pour l'ensemble des autres questions. à un concours doté de PsYCHO. Voici une nouvelle série de Distractions du Dimanche pour lesquelles nous offrons à ceux de nos lecteurs qui les auront toutes résolues, des cadeaux de Valeur. Cette série a paru ou paraît dans les numéros des 2, 9, 6 et 23 janvier. Si toutes les solutions n'étaient fias données, nous enverrions des cadeaux à ceux de nos lecteurs dont le nombre de réponses exactes se rapprocherait le plus du maximum. es solutions de tous les problèmes du mois devront être mises à la posté N BOC, T sous À MÊM NVOPP, seulement à partir du dimanche 30 janvier et jusqu'au samedi 5 février, au plus tard, pour Paris et les départements ; jusqu'au samedi 2 février pour les pays plus éloignés et la Corse, l'algérie, la Tunisie et le Maroc. es réponses qui seront déposées à la main dans nos bureaux, seront annulées. Nous publierons, le 27 février, les noms des-bénéficiaires. ANS vous bénéficierez d'un choix considérable à des prix de fabrique et vous participerez _ TOUX CATARRHS "DISTRACTIONS OU'DIMANCH le texte que nous donnons ici et qui est D tiré d'un auteur français, remplacer chaque tiret par un mot, de façon à compléter le sens. AINS A TRICOTR FIATURS'! RDOUT DRAPS D IT pour 75 jours seulement. iiiiiiiiiuiiiiiiii^uiiiiiiiii'iiiiiiiiiiiniiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiitiiiiiiiiiiiiiiiii tiiiiiiiiiiiiniini TXT A COMPÉTR Bâton de rouge Plutôt que' de vous appliquer ehaque jour et même plusieurs fois par jour à vous donner uni apparence de bonne mine qui ne trompe personne, acquérez donc la belle et saine réalité.de la fraicheu; naturelle qui fera- l'admiration de tout le monde. Ce n'est donc pas du rouge sur les joues qu'il faut vous mettre, mais bien -du rouge dans les joues. t ce sont les Pilules Pinli qui vous le donneront, ce rouge de bon aloi, ce rouge de "bonne santé v lles vous le donneront en apportant à votre organisme un sang plus vif, plus riche, plus généreux qui vous fera plus alerte, plus vivante, plus jolie. es Pilules Pink donnent de la vitalité aux organismes affaiblis. lles apaisent et fortifient le système nerveux et stimulent vigoureusement toutes les fonctions vitales-. es Pilules Pink sont le remède par excellence contre l'anémie, la neurasthénie, TafTaiblissement général, les troubles de la croissance et du retour d'âge, les maux d'estomac, maux de tète, irrégularités \ des époques. n vente dans toutes les pharmacies. D*pôt : PheIe P. Barret, 23, rue Ballu, Paris. 5 fr. 25 la boite, 29 fr. les 6 boîtes, plus 0 fr. 75 de timbre-taxe par boîte. Départements.. Corse, Algérie, Tunisie gare., Maroc ou Belgique gare u.. M m z -j; «7 fr. Z Z = Z = Uea. ^iiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiaiihiikiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiua^ e Gérant : Paris. HÉMRY, H. PAG. imprimeur, V8, rue d'nghien. S Z BICOTetSUZY J Ccmédie inédite en 4 actes de» >s; a 23 fr. «25 fr... * * 2» fr. Plus frai* àe remboursement, s il y Z Z THÉRÈS NOTR et PIRR HUMB d'après les aventures de Bicot, publiées par Dimanche-Illustré et qui auront lieu au : * THÉÂTR de la MADIN, 9, me de Surène. ' les 27 JANVIR et 3 FÉVRIR, à 5 heures. ï;i Contre présentation de ce bon au contrôle,du théâtre, il séra perçu (dans lu.limits. des places disponibles) : oges» -.. <> : 5 fr. par place. Orchestre et Corbeille : IO fr.» Balcon : 8 et S_fr.»... ocation au Théâtre de la Madeleine, de H à 9 heures. s > S» ««««l*»*mt*^

16 DIMANCH-IUSTRÉ NOUS voi A A rooou,xi* (r...nous A' ONS AR AU SYN. OÏCAT O'/'lViT/'AT/i/; OU 'ON DOIT NOOS ]ATT NDR ( PUISQU C'ST ècdir iiiiiitiuimiiiiiiiiiiiiiiiiiimniui i mm POUR S NFANTS C'ST ÇA M PAÎT ASSZ. D'ÊTR IC<.$ANS COMPTR. QUÊ NOUS! TROUVRONS.PUT ÊTR A NOUS MBARQUR. SUR UNI A T AU QUI" l'ra N MÉR.ÏQU& SYNDICAT 0' i»it/*tiv«ht te '»in»«i«i"i"iiiiiiimiiiiiiiiihiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii 23 JANVIR 927 i""iim» SOÎR «... TôUT DMÊM,S ONT PU TOUPT/CAje ÊNF» N, Si NûUî N'cTiONS PAS ARRIVAS A TJIMPS < S CBSABf O086 -TROTTCflî DeCMMSNT NOUS M POUVONS p^s NOUS M0NTR6 R. ÔAN S CS VIUX CûSTU M S RNOUS POURRIONS 0 OU a oes JAIQUJTTS iiiii.ilîiiïi?i)iii!i NûUS AVION RUDMNT 8SOÎ N D'A R CH et C C0(FFUff M4/NT WANT QU NOUS SOMMS CONVNABS NOUS POUVONS NOUSI prêse/vrer Au SY(V«TiA» V". VOIA PROPR p AFRD,TU VOIS * C Çui A RRÎ Y QUAND ÛN MIT OS 6ÈTÏ SÔ... QU'AVAIS-TU BSOIN P COURIR ÂPRS C^Tre- MOUCH ARRTZ VOS OVATIONS, MSAMlS, VOUS AVZ AFFAIR A PS IMPo%\ TURS QoiVoUS VP.O i TNT,^' Sn NOUS QUI SOMMS "ZÎfrCTPUC» e T M \ A H (..TRÈS DRÔ.. VOUS DÎTS QU VOUS 5 Z» Cr T PUC DûMMAO QUV&VS N UR RSSMBÎ PAS OU TOUT UX...M N POUR UN P(N G-ouitf, f TÊUR$,..Y'A] VOYZ, vous isr 6ÎN Pvou&efj PAS SON!.. C POC FRÎ-I TNZ., S VOICI... Z-l'o-, PUC îs.ao MIIU AFRD! Copyright Dimaiche-Illustri. Texte et dessin d'auun SAINT-OGAN.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

PRÉPARATION AU TEST! CULTURE INTERNATIONAL CLUB

PRÉPARATION AU TEST! CULTURE INTERNATIONAL CLUB Niveau 2 - Mots treize quatorze quinze seize dix-sept dix-huit dix-neuf vingt vingt-et-un vingt-deux vingt-trois vingt-quatre vingt-cinq vingt-six vingt-sept vingt-huit vingt-neuf trente quarante cinquante

Plus en détail

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce?

1. La famille d accueil de Nadja est composée de combien de personnes? 2. Un membre de la famille de Mme Millet n est pas Français. Qui est-ce? 1 LA FAMILLE 1.1 Lecture premier texte Nadja va passer quatre mois de la prochaine année scolaire en France. Aujourd hui, elle a reçu cette lettre de sa famille d accueil. Chère Nadja, Je m appelle Martine

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

French 2 Quiz lecons 17, 18, 19 Mme. Perrichon

French 2 Quiz lecons 17, 18, 19 Mme. Perrichon French 2 Quiz lecons 17, 18, 19 Mme. Perrichon 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12. Est-ce que tu beaucoup? A. court B. cours C. courez -Est-ce qu'il aime courir? -Oui, il fait du tous les jours. A.

Plus en détail

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate

NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE. idees-cate NOTRE PERE JESUS ME PARLE DE SON PERE idees-cate 16 1 L'EVANGILE DE SAINT LUC: LE FILS PRODIGUE. Luc 15,11-24 TU AS TERMINE LE LIVRET. PEUX-TU DIRE MAINTENANT, QUI EST LE PERE POUR TOI? Un Père partage

Plus en détail

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL

LANGUAGE STUDIES INTERNATIONAL Répondez aux questions suivantes : 1. Où habitez-vous? 2. Quand êtes-vous arrivé à Paris? 3. Quelle est votre profession? Complétez les phrases : 1. Je ne (être) pas français. 2. Je (parler) un peu le

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Souvenir de la nuit du 4 1

Souvenir de la nuit du 4 1 SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : SOUVENIR DE LA NUIT DU 4 1 / 5 Souvenir de la nuit du 4 1 Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges [...] Est-ce que ce n est pas

Plus en détail

Tu rencontres Julie. Tu découvres des sons inconnus. Tu comprends des petits dialogues sur cassette. Tu identifies et tu décris

Tu rencontres Julie. Tu découvres des sons inconnus. Tu comprends des petits dialogues sur cassette. Tu identifies et tu décris Tu rencontres Julie. Tu découvres des sons inconnus. Tu comprends des petits dialogues sur cassette. Tu identifies et tu décris Tu parles de toi, de tes goûts. Tu lis BD. Tu fabriques un poster pour te

Plus en détail

Le conditionnel présent

Le conditionnel présent Le conditionnel présent EMPLOIS On emploie généralement le conditionnel présent pour exprimer: une supposition, une hypothèse, une possibilité, une probabilité ( certitude); Ça m'étonnerait! J'ai entendu

Plus en détail

Rappels. Prenons par exemple cet extrait : Récit / roman

Rappels. Prenons par exemple cet extrait : Récit / roman Les genres littéraires d un texte (1) Rappels Les genres littéraires sont une classifi cation qui permet de distinguer les textes en fonction de certaines caractéristiques d écriture. Voici les principaux

Plus en détail

programme connect Mars 2015 ICF-Léman

programme connect Mars 2015 ICF-Léman programme connect Mars 2015 ICF-Léman Déroulement des soirées 19:00-19:30 Accueil 19:30-20:00 Repas 20:00-20:05 Fin de repas / nettoyages 20:05-20:15 Annonces / infos 20:15-20:45 Programme vidéo ou étude

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

RENCONTRES EFFRAYANTES

RENCONTRES EFFRAYANTES RENCONTRES EFFRAYANTES Vampire ou loup-garou? Un frisson me saisit soudain, non pas un frisson de froid, mais un étrange frisson d angoisse. Je hâtai le pas, inquiet d être seul dans ce bois, apeuré sans

Plus en détail

Les jours de la semaine

Les jours de la semaine Les jours de la semaine Les jours de la semaine S enfilent un à un Comme les billes d un grand collier Dans un ordre, ils se suivent Chaque jour se ressemble Chaque jour est différent Mais on ne peut les

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

Zoé Rémi Alexej Thomas Maïa a un cousin en Italie. est d'origine lyonnaise. est d'origine marocaine. vient de Lituanie. a une grand-mère suédoise.

Zoé Rémi Alexej Thomas Maïa a un cousin en Italie. est d'origine lyonnaise. est d'origine marocaine. vient de Lituanie. a une grand-mère suédoise. NOM : PRÉNOM : UNITÉ 0 ET 1 DATE : CLASSE : GROUPE : C. Santa Victoria M.M. Escolapias 2º ESO REFUERZO DE FRANCÉS DE 1ª EVALUACIÓN 1 Lis le dialogue de l unité 0, page 6 et dis si c est Vrai ou faux. Corrige

Plus en détail

Il n'y a rien de plus beau qu'une clef

Il n'y a rien de plus beau qu'une clef Il n'y a rien de plus beau qu'une clef (tant qu'on ne sait pas ce qu'elle ouvre) Spectacle de contes, à partir de 12 ans. Durée 1h Synopsis Deux conteuses Une panne de voiture Un petit village vendéen

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

Une nuit magique dans l hiver

Une nuit magique dans l hiver Patrick ALLEN Une nuit magique dans l hiver A magic night in Winter Conte pour le temps de Noël 2009 ne nuit magiqu dans l hive 1 Il était une fois, dans une lointaine province située au nord d un immense

Plus en détail

En voiture (*) de Sylvain BRISON

En voiture (*) de Sylvain BRISON En voiture (*) de Sylvain BRISON Pour demander l'autorisation à l'auteur : sylvain@kava.fr Durée approximative : 8 minutes Personnages - A, homme ou femme - B, homme ou femme Synopsis Un voyage pour Issoudun

Plus en détail

LE CHEMIN DE CROIX DE NOTRE DAME DE ROCHEFORT

LE CHEMIN DE CROIX DE NOTRE DAME DE ROCHEFORT LE CHEMIN DE CROIX DE NOTRE DAME DE ROCHEFORT Le 7 mars 1867, un acte d acquisition est passé par les pères Mariste avec la commune de Rochefort par devant M. Dutour, notaire à Rochefort, portant sur un

Plus en détail

Le passé composé. J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00.

Le passé composé. J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00. Le passé composé J ai trouvé 100 F dans la rue. Il est parti à 5 h 00. Le passé composé présente des actions passées, ponctuelles, et d une durée délimitée dans le passé. Formation : avoir ou être (au

Plus en détail

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz 1 Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l'autorisation de la SACD : www.sacd.fr de Patrick Mermaz Présentation

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

Nom : Prénom : Date :

Nom : Prénom : Date : J observe le livre dans son ensemble, je le feuillette et je réponds aux 1) Je complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Collection Genre 2) Qui

Plus en détail

1 planche Cour du Roi, pour poser les cartes Audience. 5 pions Château, pour indiquer votre emplacement autour de la Cour

1 planche Cour du Roi, pour poser les cartes Audience. 5 pions Château, pour indiquer votre emplacement autour de la Cour Honneurs de la Cour Un jeu créé par Damien NICOLAS De 2 à 5 joueurs - A partir de 10 ans 10min/joueurs But du jeu Vous incarnez une des plus prestigieuses familles de la Cour du Roi de France et rêvez

Plus en détail

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE

Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE Examen de français Université de Technologie chimique et de Métallurgie TEST DE GRAMMAIRE ET DE LEXIQUE PARTIE 1 Complétez les pointillés par une des réponses ci-dessus de manière que les phrases obtenues

Plus en détail

Épreuve de Compréhension orale

Épreuve de Compréhension orale 60 questions (4 sections) 40 minutes L épreuve de compréhension orale rassemble 4 sections comprenant 60 questions (questions 51 à 110). SECTION A SECTION B 8 questions Associer des illustrations à des

Plus en détail

Unité 4 : En forme? Comment est ton visage?

Unité 4 : En forme? Comment est ton visage? Unité 4 : En forme? Leçon 1 Comment est ton visage? 53 Écoute, relie et colorie. 1. un œil vert 2. un nez rouge 3. des cheveux noirs 4. des yeux bleus 5. des oreilles roses 6. une bouche violette Lis et

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

Quelle journée! Pêle-mêle. Qu est-ce que c est? DOSSIER 3. 65. Écoutez les phrases. Écrivez les mots de la page Pêle-mêle que vous entendez.

Quelle journée! Pêle-mêle. Qu est-ce que c est? DOSSIER 3. 65. Écoutez les phrases. Écrivez les mots de la page Pêle-mêle que vous entendez. DOSSIER 3 Quelle journée! Pêle-mêle 19 65. Écoutez les phrases. Écrivez les mots de la page Pêle-mêle que vous entendez. 1.... 2.... 3.... 4.... 5.... 6.... 66. Reconstituez les mots de la page Pêle-mêle.

Plus en détail

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE

B Projet d écriture FLA 10-2. Bande dessinée : La BD, c est pour moi! Cahier de l élève. Nom : PROJETS EN SÉRIE B Projet d écriture Bande dessinée : La BD, c est pour moi! FLA 10-2 Cahier de l élève PROJETS EN SÉRIE Il faut réaliser ces projets dans l ordre suivant : A Bain de bulles Lecture B La BD, c est pour

Plus en détail

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 4 ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : le retour à la monarchie ; les Trois Glorieuses Thématique : Arts, Etats et pouvoir (œuvre engagée) Sujet : Comment un

Plus en détail

Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but

Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but DE MATÉRIEL CONSÉQUENCE POUR ET DE BUTALLOPHONES 1 Notion de phrase Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but 1 LA SUBORDONNÉE CIRCONSTANCIELLE DE CAUSE La subordonnée circonstancielle

Plus en détail

Ling Tsui dans son bureau de Paris avec le ministre Sun Jiadong

Ling Tsui dans son bureau de Paris avec le ministre Sun Jiadong 1 of 6 Vers la célébrité CHAPITRE 12: Demain est un mystère Un jour de 1991 où je me trouvais en réunion dans mon bureau de Paris avec le professeur Sun Jiadong, ministre chinois de l'industrie aérospatiale,

Plus en détail

Tu as envie de bronzer? Tu as envie de marcher? Tu n as pas peur du noir? Tu as envie de faire du ski? Tu as envie de pêcher?

Tu as envie de bronzer? Tu as envie de marcher? Tu n as pas peur du noir? Tu as envie de faire du ski? Tu as envie de pêcher? Unité 3 LEÇON 1 A Répète puis écoute et montre la bonne image! 21-22 10 Envie de bronzer? Nous avons des plages! Envie d explorer? Nous avons des grottes! Envie de pêcher? Nous avons des rivières! Envie

Plus en détail

SOMMAIRE. PS 1 : Nos activités en petite section 1... 3. PS 2 : La classe de petite section 2 à la ferme... 5. MS 1 : L odorat en M.S. 1...

SOMMAIRE. PS 1 : Nos activités en petite section 1... 3. PS 2 : La classe de petite section 2 à la ferme... 5. MS 1 : L odorat en M.S. 1... SOMMAIRE PS 1 : Nos activités en petite section 1... 3 PS 2 : La classe de petite section 2 à la ferme... 5 MS 1 : L odorat en M.S. 1... 7 MS 2 : La semaine des 5 sens en Moyenne Section... 8 MS 3 : La

Plus en détail

Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie

Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie 1 Les Allemands sont entrés en Moravie. Ils y sont arrivés à cheval, à moto, en voiture, en camion mais aussi en calèche, suivis d unités d infanterie et de colonnes de ravitaillement, puis de quelques

Plus en détail

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación)

JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) JOURNAL D UN TEMOIN DEPUIS LA BELGIQUE (Roberto J. PAYRO, pour La Nación) Bruxelles, lundi 3 août (1914) Bruxelles vient de s éveiller avec une effroyable impression. On n a appris qu aujourd hui, ce matin,

Plus en détail

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE

LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE LOI GENERALE SUR L'INSTRUCTION PUBLIQUE 1 ER MAI 1802 (FLOREAL AN X) TITRE I DIVISION DE L'INSTRUCTION Art.1. L'instruction sera donnée : 1 Dans les Écoles primaires établies par les commu nes ; 2 Dans

Plus en détail

HiDA Fiche 1. Je crois que ça va pas être possible ZEBDA. Leçon EC1 - Les valeurs, principes et symboles de la république

HiDA Fiche 1. Je crois que ça va pas être possible ZEBDA. Leçon EC1 - Les valeurs, principes et symboles de la république HiDA Fiche 1 Education Civique Partie 1 La République et la citoyenneté Leçon EC1 - Les valeurs, principes et symboles de la république Je crois que ça va pas être possible ZEBDA Je crois que ça va pas

Plus en détail

Le prince Olivier ne veut pas se laver

Le prince Olivier ne veut pas se laver Le prince Olivier ne veut pas se laver Il était une fois un roi, une reine et leurs deux enfants. Les habitants du pays étaient très fiers du roi Hubert, de la reine Isabelle et de la princesse Marinette,

Plus en détail

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux!

C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! Christian Husson: Salut Matthieu. Matthieu Tenenbaum: Comment vas-tu? C. H.: : Installe-toi. A cette époque de l'année, on se souhaite les vœux! M. T.: Mes meilleurs vœux! C. H.: Alors, moi, je vais te

Plus en détail

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur La Master Class de Grégoire Solotareff, auteur-illustrateur et responsable de la collection Salon du livre - mars 2015 De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur Mon expérience d

Plus en détail

Vive le jour de Pâques

Vive le jour de Pâques Voici le joyeux temps du Carême, 40 jours où les chrétiens élargissent leurs cœurs, se tournent vers leurs frères et sont invités à vivre à la manière de Jésus-Christ. Chaque semaine ce livret t aidera

Plus en détail

Date: 15 th Feb to 19 th Feb 2015

Date: 15 th Feb to 19 th Feb 2015 Date: 15 th Feb to 19 th Feb 2015 Class: IV Subject: French IN SCHOOL TEACHING SUNDAY TO THURSDAY Décrivez votre montre: 1-Ma montre est belle= my watch is beautiful. 2-Elle est noire = It is black. 3-Il

Plus en détail

Paye Bah. Ibrahim Touré

Paye Bah. Ibrahim Touré Mon pays est immense comme un continent A cause de la guerre, les gens sont mécontents. La guerre a tout détruit au nord Personne n ose sortir dehors Même les ampoules la nuit ne s allument plus Le jour

Plus en détail

CE1 et CE2. Le journal des. Une nouvelle maîtresse. Actualité. Loisirs. Culture

CE1 et CE2. Le journal des. Une nouvelle maîtresse. Actualité. Loisirs. Culture Le journal des CE1 et CE2 Vendredi 13 mars 2003 Une nouvelle maîtresse Après les vacances de février (c est à dire depuis le lundi 24 février 2003), nous avons eu une nouvelle maîtresse qui s appelle Aurélie.

Plus en détail

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique

1 ère partie - Avant la libération, le contexte historique A l'est - En janvier 1944, débute l'offensive soviétique qui entraîne la retraite de la Wehrmarcht de ses alliés. En juillet 1944, l'armée rouge, désormais supérieure en effectifs et en armements, pénètre

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

scaricato da www.risorsedidattiche.net

scaricato da www.risorsedidattiche.net Le Français en ligne Verbes je-tu-il/elle-ils-elles Ecrivez les verbes au présent du. Je ne crois pas qu'il... possible de tout faire en même temps. (être) Je doute que tu... la capacité de comprendre

Plus en détail

une autruche la banquise un pompier une vague un poisson la fumée un savon une voiture un tiroir la gare un car un anorak une mandoline

une autruche la banquise un pompier une vague un poisson la fumée un savon une voiture un tiroir la gare un car un anorak une mandoline Fiche 1 Lecture orale 1 Je lis les lettres. c d q t g k s f v z b u è é e h c n k l m u b v S Z Q V T N C D O L P R 2 Je lis des mots outils. dessus dessous devant derrière qui que nous vous mon son pourquoi

Plus en détail

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I.

CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA. Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. 16 novembre 1962 CONCILIATION EXPORTATIONS DE POMMES DE TERRE A DESTINATION DU CANADA Rapport adopté le 16 novembre 1962 (L/1927-11S/90) I. Introduction 1. Le groupe spécial a examiné, conformément aux

Plus en détail

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika

UN AN EN PROVENCE. ČECHOVÁ Veronika UN AN EN PROVENCE ČECHOVÁ Veronika Depuis mon enfance, j ai eu un grand rêve. De partir en France et d apprendre la plus belle langue du monde. Grâce à ma professeur de français, Mme Drážďanská, qui m

Plus en détail

BANQUE NATIONALE DE SERBIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE MISSION DE M. BOSCHMANS

BANQUE NATIONALE DE SERBIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE MISSION DE M. BOSCHMANS BANQUE NATIONALE DE SERBIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE MISSION DE M. BOSCHMANS 1884/85 Commencement des opérations de la BNS La Banque nationale de Serbie exprime ses remerciements au Département de la

Plus en détail

LE PROCÈS DE MACHIAVEL

LE PROCÈS DE MACHIAVEL LE PROCÈS DE MACHIAVEL II. L INTENTION POLITIQUE DE BOCCALINI Boccalini était-il antimonarchiste et républicain ou n était-il qu un observateur résigné, sarcastique, sceptique? Deux raisons principales

Plus en détail

COLLEGE 10 CLASSE DE 3ème B TITRE DE LA NOUVELLE : «Un stylo, une vie»

COLLEGE 10 CLASSE DE 3ème B TITRE DE LA NOUVELLE : «Un stylo, une vie» COLLEGE 10 CLASSE DE 3ème B TITRE DE LA NOUVELLE : «Un stylo, une vie» J'ai cinquante-quatre ans, je me prénomme Will et je suis un passionné d'écriture. Je suis un écrivain. Aujourd'hui, si j'essayais

Plus en détail

Au pays du non voyant

Au pays du non voyant Olivier Guiryanan Au pays du non voyant Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les

Plus en détail

Si c était une machine, ce serait un ordinateur génial pour voyager dans le temps et vers les autres continents.

Si c était une machine, ce serait un ordinateur génial pour voyager dans le temps et vers les autres continents. En classe, nous avons imaginé à quoi ressemblerait l école qui nous apprendrait à grandir heureux. Nous avons joué à «si c était» et improvisé, par ce jeu oral, autour du thème de l école de nos rêves

Plus en détail

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. La cathédrale de Magdebourg possède un S. Maurice noir

LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique. La cathédrale de Magdebourg possède un S. Maurice noir LES ECHOS DE SAINT-MAURICE Edition numérique Georges BORGEAUD La cathédrale de Magdebourg possède un S. Maurice noir Dans Echos de Saint-Maurice, 1966, tome 64, p. 18-22 Abbaye de Saint-Maurice 2013 Souvenir

Plus en détail

L Intégrale de l Humour ***

L Intégrale de l Humour *** Un enfant va dans une épicerie pour acheter des bonbons. Comme l épicier n en vend généralement pas beaucoup, il les range tout en haut d une étagère très haute. Le garçon demande : 1 euro de bonbons s

Plus en détail

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript

HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION. French Continuers. (Section I Listening and Responding) Transcript 2014 HIGHER SCHOOL CERTIFICATE EXAMINATION French Continuers (Section I Listening and Responding) Transcript Familiarisation Text M: Bonjour Yasmine. Ça va? F: Ah bonjour! Oui, ça va bien. Écoute, ce weekend

Plus en détail

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1 NOUVEAU TEST DE PLACEMENT Compréhension écrite et structure de la langue Pour chaque question, choisissez la bonne réponse parmi les lettres A, B, C et D. Ne répondez pas au hasard ; passez à la question

Plus en détail

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire,

Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Remise du prix La Tribune du Stratège de l'année 2003 à René Carron Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire, Paris, le Grand Véfour, mardi 3 février 2004 Messieurs

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 2 SEPTEMBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

AMortagne-sur-Sèvre, c'est l'ensemble

AMortagne-sur-Sèvre, c'est l'ensemble A MORTAGNE-SUR-SÈVRE (85 - VENDÉE) AUTOUR DE TROIS PEINTRES CONTEMPORAINS AMortagne-sur-Sèvre, c'est l'ensemble des classes des écoles maternelle et primaire qui est concerné par la création artistique.

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Cette histoire raconte la conquête de l Angleterre par les Normands de Guillaume.

Cette histoire raconte la conquête de l Angleterre par les Normands de Guillaume. Après le repas, nous sommes allés visiter le musée de Bayeux. Quand nous sommes rentrés, les personnes du musée nous ont donné des audio guides. Pour pouvoir profiter de l histoire sans être entassés devant

Plus en détail

LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE

LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE LA BALADE DE LA PETITE BALLE JAUNE C est l histoire d une balle jaune en mousse. Coralie Guye et Hubert Chèvre. Avec la participation des élèves. Octobre 2011 Un beau matin d automne......notre classe

Plus en détail

Utilisez les mots-ressources pour identifier les parties de la tête selon les numéros.

Utilisez les mots-ressources pour identifier les parties de la tête selon les numéros. Ex e r c i c e n o 1 C e s t t o u t u n v i s a g e! Utilisez les mots-ressources pour identifier les parties de la tête selon les numéros. Mots-ressources les cheveux les cils les dents la fossette le

Plus en détail

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802)

Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) Loi du 11 floréal an X (1 e mai 1802) La loi du 11 floréal an X spécifie que l'enseignement comporte trois degrés : primaire, secondaire, spécial et qu'il est dispensé dans quatre catégories d'établissements

Plus en détail

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe

Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe Mademoiselle J affabule et les chasseurs de rêves Ou l aventure intergalactique d un train de banlieue à l heure de pointe de Luc Tartar * extraits * Les sardines (on n est pas des bêtes) - Qu est-ce qu

Plus en détail

ACTIVITÉ 1 : LES ADJECTIFS POSSESSIFS

ACTIVITÉ 1 : LES ADJECTIFS POSSESSIFS ACTIVITÉ 1 : LES ADJECTIFS POSSESSIFS 1. Choisis et entoure l adjectif possessif qui convient. a Je ne trouve pas mon / ma / mes lunettes. b Tu veux venir à son / sa / ses fête d anniversaire? c Nous n

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

Parcours de visite PARTONS EN VOYAGE... (enfants de 6 à 12 ans) Parcours : intérieur du château Durée : 1h environ

Parcours de visite PARTONS EN VOYAGE... (enfants de 6 à 12 ans) Parcours : intérieur du château Durée : 1h environ Parcours de visite PARTONS EN VOYAGE... (enfants de 6 à 12 ans) Parcours : intérieur du château Durée : 1h environ BIENVENUE Voici le guide qui t accompagnera pendant la visite. C est un habitué, il connaît

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

Les dernières lettres de Marie Jelen

Les dernières lettres de Marie Jelen Les dernières lettres de Jelen Histoire de Jelen Jelen a dix ans lorsqu elle est arrêtée avec sa mère, le 16 juillet 1942, lors de la rafle du Vel d Hiv. Sa famille était juive, d origine polonaise. Elle

Plus en détail

Distinction entre le pronom leur et le déterminant leur

Distinction entre le pronom leur et le déterminant leur ET ACCORDS LE DÉTERMINANT LEUR 1 Pronom Distinction entre le pronom leur et le déterminant leur En cliquant sur le bouton «Rubrique grammaticale» dans notre site, vous pourrez, au besoin, consulter les

Plus en détail

Chante le matin. Chansonnier p. 33

Chante le matin. Chansonnier p. 33 de Yves Duteil Chante le matin Chante le matin qui vient te réveiller, Chante le soleil qui vient te réchauffer, Chante le ruisseau dans le creux du rocher, Le cri de l oiseau dans le ciel l été. La, la,

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA PROPRETÉ?

QU EST-CE QUE LA PROPRETÉ? N QU EST-CE QUE LA PROPRETÉ? :: Découpe les mots en bas de la feuille. :: Choisis mots pour dire ce que tu penses de chaque illustration et colle-les dessus. TACHÉ NETTOYÉ BRILLANT PROPRE SALE GRAS BOUEUX

Plus en détail

Liens entre la peinture et la poésie

Liens entre la peinture et la poésie Liens entre la peinture et la poésie Ophélie dans Hamlet Ophélie est un personnage fictif de la tragédie d Hamlet, une célèbre pièce de William Shakespeare. Elle partage une idylle romantique avec Hamlet

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL

OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL OLIVER L ENFANT QUI ENTENDAIT MAL «Oliver l enfant qui entendait mal» est dédié à mon frère, Patrick, qui est malentendant, à la famille, aux amis, et aux professionnels, qui s impliquèrent pour l aider.

Plus en détail

Attaques graves sur les détenus

Attaques graves sur les détenus La violence et le suicide dans les établissements canadiens : statistiques récentes Au regard de la violence et du suicide dans les établissements fédéraux du Canada, les nouvelles sont tantôt bonnes,

Plus en détail

Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc)

Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc) Pâques 5 (B) : 6 mai 2012 Cinquième Dimanche de Pâques : 6 mai 2012 Titre : «Ce n est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne des vieilles pommes» (Félix Leclerc) Référence Biblique : 1 ère

Plus en détail

La liberté guidant le peuple sur les barricades

La liberté guidant le peuple sur les barricades La liberté guidant le peuple sur les barricades Eugène DELACROIX 1830 Une étrange lumière Le soleil brille à travers la fumée de la poudre. Les écrits nous disent que nous sommes en début de matinée et

Plus en détail

Le Baptême de notre enfant

Le Baptême de notre enfant Le Baptême de notre enfant Baptême de notre enfant : Le à l église de Ce même jour, ils ont également reçu le baptême 1 Chers parents, Déroulement de la célébration (p 3-8) 1. Accueil et entrée dans l

Plus en détail

PRÉSCOLAIRE. ANDRÉE POULIN (devant la classe) : Je me présente, mais je pense que vous connaissez déjà mon nom, hein? Je m'appelle Andrée.

PRÉSCOLAIRE. ANDRÉE POULIN (devant la classe) : Je me présente, mais je pense que vous connaissez déjà mon nom, hein? Je m'appelle Andrée. PRÉSCOLAIRE Enfants qui chantent Une tête remplie d idées Qui me permet de rêver Qui me permet d inventer Imagine. ANDRÉE POULIN (devant la classe) : Je me présente, mais je pense que vous connaissez déjà

Plus en détail

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art Méthodologie du dossier Epreuve d histoire de l art Fiche d identité de l oeuvre Nature de l oeuvre : Huile sur toile Auteur Eugène Delacroix (1798-1863) Titre : La liberté guidant le peuple : le 28 juillet

Plus en détail

UNITÉ 5. Écris les noms des parties du corps indiquées dans les dessins. Bon Courage! Vol. 2

UNITÉ 5. Écris les noms des parties du corps indiquées dans les dessins. Bon Courage! Vol. 2 Écris les noms des parties du corps indiquées dans les dessins. Dans le bureau du docteur Lanquette Secrétaire: Secrétaire: Je voudrais un rendez-vous pour voir le docteur, s il vous plait. Vous avez une

Plus en détail

Données générales à propos de l Estonie

Données générales à propos de l Estonie Données générales à propos de l Estonie Nom complet: République d Estonie Surface: 45,227 km² Capitale: Tallinn Autres grandes villes: Tartu, Narva et Pärnu Division régionale: il y a 15 comtés, 33 villes

Plus en détail

Quelques exemples de croyants célibataires

Quelques exemples de croyants célibataires Périodique de matière biblique pour les jeunes - Août 2013 - Numéro 16 Quelques exemples de croyants célibataires La situation du chrétien En 1 Corinthiens 7, Paul aborde le sujet du chrétien célibataire.

Plus en détail