LA COMPTÉE J.P. CHASSAVAGNE. N Editeur : 6116 B ISBN :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA COMPTÉE J.P. CHASSAVAGNE. N Editeur : 6116 B ISBN : 2-916006-11-7"

Transcription

1 J.P. CHASSAVAGNE Auteur: C est une découverte, un premier roman, mais si puissamment construit, monument barbare aux aigus de cathédrale. La surprise providentielle alors que nous réfléchissions aux principes d action de cette collection et aux priorités éditoriales des premières livraisons avec G. Le Bras, nous avons reçu par l entremise de notre consœur Astrid van Coeulen, un étrange paquet mal ficelé qui une fois ouvert s est révélé être un manuscrit aux frappes disparates. Il fallait le lire, plus de 500 pages quand même, j ai pris la fin, Gérard le début, nous nous sommes rencontrés au petit matin en nous écriant: «ça y est nous l avons!». L orthographe était certes brinquebalante et les rappels à la ligne mal-venus mais nous ne faisons pas de l édition avec des principes de maître d école, nous avions seulement le sentiment de posséder un livre nourri de sang et d orgueil: une œuvre. Une lecture rendue accessible par la force d un style qui respire le bonheur d écrire et de dire et malgré cette facilité d aller, la surprise vers la fin, les dernières pas en se retournant et de contempler l immensité du pays parcouru, de découvrir l altitude où nous sommes arrivés. LA COMPTÉE Livre: 1902, la prison de Riom, Fontenailles- Bruissant, poète anarchiste, activiste symboliste termine sa longue peine, dans la nuit ses compagnons de cellule l ont lavé à l eau froide. Au matin il sort, l hiver est à la porte, il a vieilli lui aussi, les saisons ne ressemblent même plus à son souvenir. Il n a qu une ambition se rincer au rhum, il marche, fait «le grand tour des quartiers» et par hasard se retrouve devant le portail de la prison des femmes au moment où «Elle» en sort à son tour. «Elle» c est l impériale Déa, ancienne courtisane de haut-vol, Déa qui a tué, Déa vieillie de 15 ans, rendue seule et maigre. Il ne la connaît pas, elle est attendue, pourtant c est vers lui qu elle va, lui qui lui ressemble tellement à cet instant, coupable comme elle, puni autant? Ils repartiront ensemble vers leurs passés respectifs, rejoindront d anciens cantonnements désertés, des foyers éteints ou attiédis, se retrouveront inaugureront de nouveaux sentiments, un drôle de conjungo malhonnête et naïf, pour terminer enfin, coupable l un de l autre. Un roman athlétique! Comment oublier Fontenailles- Bruissant le poête symboliste et anarchiste et l impériale Déa? Leurs amours étonnants? Car ce qui fait la grande force de ce livre, c est sans doute «la gestion» des sentiments, elle fait d un romanesque habile et inventif, presque feuilletonesque tant il est peuplé de vie (comment oublier Madame Néron, Maître Palsimous, Tante Quine et tant d autres!) un corps sans graisse, habité, étonnamment puissant. N Editeur : 6116 B ISBN : L Urbaine des Arts Librairie Editoriale, prés Paris, Seine & France.

2 La comptée 1. Les quartiers. Le bleu vainqueur. C était la nuit sur la prison de R une lune qui ne faisait pas de quartier, montrait comme au jour les cours fermées, les promenades barreaudées et cette pierre que l on amassait ici, que l on aurait montée ailleurs en caveau de famille, si sombre et dure qui faisait de villas de plaisance de tristes monuments et donnait à une prison de souspréfecture des allures de bout d empire planté au devant des barbares. - tiens ça me rappelle quand j ai comparu la première fois Dacheux racontait sa première fois tout en versant de l eau sur la tête baissée, rase et frissonante, une tête de condamné mais non celle-là rigolait. - y me fallait voir je m étais fait beau, j avais 12 ans ça y a rien fait mais j étais heureux quand même on se sent mieux, je portais beau même à l époque j étais comme tu me vois maintenant au vrai moi je suis bati pour 2

3 -Pour quoi? Demanda Enjolras déjà siffleur depuis la fenêtre. -Ben pour l uniforme. L élégance ça me va bien -Mais ma pauvre gosse les gens élégants n ont pas d épaules, c est bien connu ça, et ça leur servirait à quoi tu peux me le dire? Qu est-ce que ça pése la soie! Pas vrai Fontenailles? Fontenailles ne répondait pas. Il entrait dans la cellule un peu de fumée grise échappée d une fabrique insomniaque. Enjolras qui fumait son tabac au vent derrière les barreaux gueula qu on lui gâchait le plaisir. - dorment jamais ces civils-là! Il se croyait militaire ou quelque chose comme ça, utile à la société, embrigadé, requis et presque méritant, il ne voyait pas qu elle lui avait fait un bien mauvais compte, la société. Au début Fontenailles avait essayé de lui expliquer et puis il y avait renoncé, plus l envie, le goût de rien, la lassitude des fins de peine que l on menace de remettre au monde. C était un bâgne de province, une fin de partie, il n y avait plus de chat, les gardiens vous vendaient le tabac sans vous servir le règlement à chaque fois pour faire monter les prix. Il en demeurait bien quelques uns dans le lot d assez salopards, des natures car pour le reste ici on était en famille entre courée et courante, soupe aux choux et mauvaise pécole. Rien que du méritant. -Quand même ce que ça peut cailler! Fontenailles se releva, Dacheux lâcha les instruments, posa dans un coin de la taule, la bassine et le broc, passa à son client une de ses couvertures. 3

4 -Tenez vous allez prendre froid! -Merci Dacheux. Il y avait trois qu ils vivaient ensemble, dans ce conccubinage pénal et il ne réussissait toujours pas à tutoyer Fontenailles, ça n était simplement jamais venu. Fontenailles c était celui qui grelottait pendant que le gros le paraît, lui faisait la raie au milieu, il s en occupait comme d un petit frère une veille de bal, il l aimait bien, c était définitif chez lui les sentîments bien, ça venait tout de suite ou n arrivait jamais, au début de leur rencontre il avait bien essayé de l enculer un peu, rien que de normal mais l autre lui avait sorti un bout de lit patiemment aiguisé en lâme et une méchanceté de faux-maigre, ils avaient signé l armistice et puis Enjolras, l homme d esprit avec ses plaisanteries de pommadin désespéré n était pas si regardant lui sur le sujet des moeurs et il lui fallait bien régler de temps en temps au gros Dacheux, à l ignoble boeuf ses mots d esprit restés impunis. En quelque manière Fontenailles était protégé par la favorite de l éminence de la division. De toutes les façons Dacheux n était pas un converti trop pratiquant, il y venait par hygiéne, vidait le trop plein comme on va au bobinard quand on fait son temps, il n y mettait pas plus de passion, ni d aveu même s il gueulait dans ces moments-là en exalté, en insoumis ou seulement en artisan consciencieux : -Dacheux la bite au fond! C était sa devise, elle était digne de l antique et de Caius Pompéius, mais elle aurait aussi bien fait souffrir Enjolras. -Là je crois que ça va! 4

5 C était la Pompadour, «la Maîtresse du bœuf», Enjolras qui avait prêté le bout de miroir avec quoi le gros Dacheux faisait admirer son travail à Fontenailles qui ne parvenait pas à s arrêter de trembler comme un enfant sorti du bain, il murmura entre les dents : -C est bien c est vraiment bien. Il le pensait, après dix années de prison, on prend des goûts de pauvre, on fait dans le «sans-façon», le «toutcompris», on prend le plat du jour en tout et même dans les sentîments. Il s était assis sur son lit, il grelottait, ressemblant maintenant à un suicidé repêché séchant au coin du poste. Et puis il s y remit à cette longue patience qu il jouait depuis dix ans sur sa peau, il se baissa, regarda de bien prés sa jambe droite et le cautère qui y était posé. C était tout un travail d artisan que de l entretenir, d en changer les méches, de faire venir le pus, les humeurs sans trop tirer sur les sangs, puis de ralentir la contagion et de retrouver l amble de son existence. Les deux autres le regardaient faire avec de l admiration, sans rien dire, ni même oser respirer. Et quand enfin Fontenailles-Bruissant posa sur la plaie suintante, les deux pois qui la refermeraient provisoirement, de ces pois qu Enjolras lui rapportait de la cantîne, chacun fut soulagé. C était une habitude, une superstition autant, une manière aussi de relancer, se piquer les chairs et sonder le vif, il aurait pu aussi bien se branler à blanc, ou se manger les doigts comme écolier fautif en crainte de la composition, mais non Fontenailles-Bruissant lui jamais n avait peur, cela lui était passé sans que le courage d ailleurs lui soit venu, on avait débranché la peur. 5

6 -Et ça sert à quoi au juste? Demanda Enjolras l esprit fort, toute cette coutûme intîme, ce rîte unique, cérémonial obtus le déconcertait. Dacheux qui par tradition scolastique n était pas partisan de la critique rationaliste s emporta : -Eh ça sert ça sert à ce que Fous-z-y bien la paix! -A être sûr d être encore vivant! Concéda Fontenailles- Bruissant qui détestait les explications et n était pas assuré de la validité du constat. Il avait apprivoisé la maladie, il se l était attaché comme il l aurait fait d un rat de cellule. L un de ces chieurs que l on ne pouvait voir ressurgir aux mêmes heures sans soulagement, sans lui voter un geste amical. Il était plus de trois heures du matin mais personne de la cellule ne dormirait cette nuit. Tous veillaient la dernière nuit ici de Fontenailles-Bruissant et sa liberté qui viendrait au matin. Sûr qu il ferait alors plus chaud pour tout le monde! On aurait cru trois gamins embarqués dans une nuit blanche, trois amis qui voulaient voir le matin debout, la nuit ramener les couleurs, le beau temps du bleu proclamé, oui le bleu, leur bleu enfin vainqueur. - et surtout t oublieras pas d aller chez ma vieille hein? Il s inquiétait Enjolras mais Fontenailles le rassura en sortant le papier où étaient consignés toutes les adresses de sa tournée aux familles. 6

7 2.La sortie. -Alors Fontenailles tu te décides à nous la signer ta levée d écrou! -Voilà chef s agit pas de signer n importe quoi à n importe qui pas vrai? préférable de se renseigner avant -Pour ce que ça raconte d intéressant si tu sais pas écrire, tu mets une croix et c est Le chef Vergelot se souvint soudain à qui il avait à faire, un fils de famille, éduqué et tout, même si «même si à le voir comme il est là on devinerait pas!» -Enfin ça vient! Fontenailles traça une belle signature en anglaises au bord de l évanouissement. -L.Fontenailles-Bruissant. Le chef Vergelot n aimait pas les papiers, il préférait se promener dans les quartiers en pantoufles, pour pas faire de bruit et parce qu il était comme chez lui dans cette taule immonde et mal-commode. 7

8 Il aimait ça d emmerder le pauvre monde alors le temps qu il passait ici prés de Fontenailles c était autant qu il ne consacrait pas «aux collégues» -Bon ça va aller tiens j ai oublié rajoutes la date tant que tu y es Fontenailles -La dâte? -Ah ouais eh ben on est le Novembre Ah ça va de celle-là je m en souviendrai voilà Fontenailles lui repassa le papelard aux armes de la république. -C est bon allez ça va comme ça allez tire-toi Fontenailles et reste sage au moins jusqu à la Noël. On aurait dit qu il vous faisait une fleur, qu il prenait les consommations pour lui, alors qu il était au complet un beau salopard, le père Vergelot avec sa gueule de bon bougre, moustache millémétrée, front en sueur d ouvrier consciencieux, ici personne n exigeait de zéle, il en faisait pourtant. Et puis il ne les aimait pas les fils de bourgeois, ils n avaient rien à faire chez lui, c était son opinion, son avis placardé de taulier. -Salut! Ils se mirent à trois sous ses ordres pour ouvrir la grande porte tôlée. Le moment était émouvant, et puis non ce fut l espéce de chatière qui fit mouvement, le petit portillon découpé dans la tôle, il n avait droit qu à la porte de service. Quand même une bonne poussée d air l empêcha presque d avancer, il ne se souvenait plus qu il faisait aussi froid dehors. Le petit matin, l hiver et par ici il durait longtemps, il restait bien quelques émanations de la nuit, pour dire vrai 8

9 la liberté ne paraissait pas si tentante, c était un petit crépuscule terreux, une aube fumigéne qui attendait sous les lampadaires pas encore éteints. Fontenailles avait juste eu le temps de passer le seuil, un type en noir luisant avait traversé la rue et s était mis devant lui, il portait un cronstadt d employé aux écritures et sous le bras le «maroquin» en peau de porc qui allait avec. -Vous êtes monsieur Fontenailles? -Qu est-ce tu lui veux à Monsieur Fontenailles? L autre sortit une feuille de papier de sa serviette et il commença à réciter son compliment de distribution des prix: -Par autorité de justice et sur plainte de Maître Octave Palsimous, avocat à la cour, nous maître Lebrécourt, huissier de justice à Clermont-Ferrand, avons en ce jour le 17 Novembre 1902 fait notification à Fontenailles Lucien, François, Marie-Auguste dit Fontenailles-Bruissant, né à Charmeray, Seine et Oise le 21 Décembre 1869 qu il restait débiteur envers notre client sus-nommé de la somme de 1875 francs pour le principal en frais et honoraires de sa défense devant les assises de la Seine les -Ecoutez Il aurait du frapper ce trognon, mais voilà en prison Fontenailles n avait pas réussi à prendre les mauvaises habitudes d autrui, des Dacheux et autres Enjolras, il ne savait quoi dire le débiteur, il était surpris, en régle générale lorsque l on sort de prison c est pour avoir payé ses dettes. Mais l autre continuait au train : -Reconnaissez-vous la validité de cette créance? 9

10 -Si cette ordure de Palsimous -Mesurez vos paroles je vous prie. Maître Palsimous siége à la chambre. -C est pas ce qui le rendra plus fréquentable alors maintenant il m envoie un huissier juste devant la taule, c est tout lui ça, il a du penser que la farce valait le coup! Il avait raison, il suffisait de voir comme les gardiens se moquaient de lui. Il regarda vers les hallebardiers hilares, le chef Vergelot qui en rajoutait encore avec sa hârgne de concierge : - et Fontenailles on ferme pas les portes hein tu prolonges? malgré qu on soye complet on va essayer de te trouver une chambre! -Tenez prenez ce papier. C est une sommation sous huit jours, je vous salue bien. L huissier de justice avait déjà traversé la rue, il était rodé à l esquive l homme de loi et escarpe de nature. Fontenailles regarda une dernière fois la prison érigée en ombre sâle et puis plus bas dans un sourire qui fit taire jusqu au chef Vergelot et l attroupement de joyeux drilles. Il leur montra le poing, les autres hésitèrent, on se quitta fâché et c était encore une fois la faute à Palsimous. * Il marchait dans la rue pentue, pavée de noir, unique spectateur de ce promenoir verglacé, il se mit au pas de chasseur pour savoir de quoi il était encore capable, se ressentir de ses dix ans, non pour fuir, il n avait pas tellement envie de quitter ces vues, il s y était fait, c était maintenant un peu son pays. 10

11 L huissier qui redescendait vers le milieu de la ville était encore à portée de pied au cul, il croyait que l autre lui trottait au train, accéléra le mouvement en rapport avec les intentions qu il lui prêtait, mais non Fontenailles s en foutait bien, et puis il se fatiguait, oui, tout de suite, très vite, lui qui avait été un authentique sportsman se découvrait incapable de la moindre ruade d enfant, il resta seul, balançant son petit ballot d effets qui sentait la chaussette moisie et la paille fumée, relit le papier de justice, les dernières nouvelles de Palsimous, sans doute avait-il plus l air d un ouvrier fichu à la porte de son atelier que d un bourgeois de passage, il en était fier de sa pauvreté, il l avait mérité lui au moins. Il ne savait plus trop marcher seul et droit, changeait de trottoir sans nécessité pour laisser toute la place à trois vieilles resserrées dans des épaisseurs de drap noir, trois qui avaient froid et allaient quand même, se parlant sans se regarder, en suivant la pente dans le mauvais sens, celui de la fatigue, elles montaient à la prison prendre leurs places, c était jour de parloir, Fontenailles, lui, réfléchissait à son avenir: «Je vais m acheter une valise!» Voilà tout ce qu il voulait, il lui restait encore de l ambition, c était encore le meilleur moyen de s éviter l avenir, oui une valise, pour faire meilleur figure malgré tout quand il rentrerait à la maison. Pourtant personne n était venu, c était si loin. Cela ne faisait rien, la rue descendait en pente vers ses souvenirs. -Ho-la-ho-devant! 11

12 Fontenailles se retourna, une voiture fermée lui arrivait dessus, un vieux machin noir-fourgon, grosse berline de voyage, il ne l avait pas même entendue, le cocher allait trop vite avec la pente d où il venait, il prenait tous les risques. -Va donc éh Collignon! Fontenailles lui laissa le passage, leva la tête, il n eut que le temps de voir un blason mal repeint de couleurs naïves sur la portière noire lui filer devant les yeux. Au bout de la rue il y avait deux gardes devant une porte monumentale. C était l entrée de la Prison des femmes. Il était obligé de passer devant pour rejoindre la ville. Là-bas ça commençait à se presser comme pour une exécution, mais ç aurait été étonnant, on en donnait peu dans le coin, pas le public sans doute, c était un divertissement trop parisien. Le quartier des femmes, dans le temps était un couvent, après on l avait sanglé d un mur d enceinte, un corset noir-fumée de dix mètres au moins, avec quoi elle impressionnait plus encore que le quartier des hommes. Il avançait dans la rue, il y avait moins de monde que prévu, la calèche qui avait manqué de l écraser était arrêtée prés de la porte, un char à bancs qui faisait le service de la gare attendait en face de l entrée, il n était garni que de deux civils urbains, un petit vieux à barbiche qui plaisantait avec le conducteur et un jeune dressé, guetteur, derrière un trépied érigé. Enfin là-bas en bout de rue, devant les petites boutiques noiraudes qui filaient vers les foules du milieu de la ville, une automobile patientait. Le moteur tournait, elle était pleine de messieurs en chapeaux melons, drôle de tableau que cette théorie de 12

13 célibataires nippée de noir comme une section de croquemorts partant en pique-nique à la campagne. Ceux-là il n était pas besoin d être trop parisien pour deviner que c était des flics, ils respiraient la chaussette, le tueur de devoir, le soldat de régîme, les aigles de la Sûreté Nationale. Ce qu ils attendaient tous comme en embuscade? C était un drôle de moment où il arrivait, même les chevaux étaient impatients de la suite. Fontenailles continua de marcher à son pas buté, il était le seul en mouvement, il eut bien un peu de réticence en voyant les deux gardes de l entrée bien calés dans leur pélerine de cuirassier, quand même il repartit, à son pas, le seul qui tenait le pavé. Et alors la porte s ouvrit, cette fois la grande toute entière, vibrante, retentissante comme un coup au but sur une tôle de dreadnought, ça grinçait, ça secouait l air, c était impressionnant, au milieu de quoi et comme annoncée, quittant la cour et les bruits d harnachement des coulisses, une femme avançait, une veuve, elle était toute en noir, un satin qui lui allait bien au teint, enfin de son visage on ne voyait rien que la peau blanche ombrée d un voilette. C était élégant, la blancheur et le noir las, Dacheux en aurait convenu le premier, même si d un élégance un peu démodée. Elle allait, elle s y prenait si bien qu à un moment les deux gardes furent sur le point de lui rendre les honneurs, ils se retinrent, et elle passa devant, s arrêta sur le trottoir, regarda autour. Il n y avait pas de doute, c était elle que l on attendait. Elle en sourit, malgré la résille chacun vit ce sourire qu elle leur laissait en pourboire. 13

14 Elle avait une sacoche de cuir à la main, l un de ces bagages à cadre et soufflets pour cambrioleur ou médecin de campagne, bien sûr elle n était pas faite pour porter les valises, pas plus pour sortir de prison d ailleurs, peut être pour y entrer. Là-bas la portière de la berline s ouvrit, une fille qui ressemblait à une bonne en descendit, elle semblait intimidée elle aussi, elle tira sur son manteau qui couvrait mal ses dentelles de chambrière et elle avança vers eux, je dis «eux», parce que «la veuve» dans ce qui semblait une défense, s était rapprochée de Fontenailles et là elle avait mis sac à terre : -Pardonnez-moi monsieur, nous ne nous connaissons pas et ma démarche pourra vous paraître déplacée, mais je suis un peu perdue ici et je vous serais très obligée si vous acceptiez de m accompagner pendant quelques centaines de mètres, le temps de quitter cet endroit et me montrer le chemin. Elle lui avait parlé de derrière sa voilette, elle avait une voix douce et cette peau si blanche de brune parisienne, ce regard bleu qui recouvrait le grand jour. Pourquoi lui? Pourquoi lui demander ça à lui, encore si elle avait dit: -Voulez-vous gagner dix francs mon ami Alors là il aurait compris, et aurait sûrement pris la pièce, pour voir mais s adresser comme à quelqu un à lui qui ressemblait à un pauvre bougre en route pour la foire. Tout le monde, toute cette population matinale et dangereuse, les regardait, les gardiens, les types dans les voitures, et même la petite bonne envoyée par ses maîtres et qui s était arrêtée à mi-course, hésitante, ne sachant que 14

15 faire, serrant dans la main sa commission, se mordant les lévres. -Je je crois qu on vous attend, madame Mais la veuve ne s occupait pas de la chambrière, elle ne s intéressait qu à Fontenailles : -Vous vous ne voulez pas m aider? Elle avait relevé sa voilette, pas beaucoup, juste pour lui, le matin consentit à un effort, et le soleil de frayer le paveton mal ressuyé puis d éclairer tout à fait le regard bleu. -Mais si bien sûr. Elle voulut reprendre sa sacoche, alors il se dépêcha de l empoigner, passant la main dans ses cheveux gras pour dissiper un peu de son élégance de valet de ferme, la raie au milieu et la nuque rasée, tous les bons soins de Enjolras. -Laissez madame. Il avait dans ces moments, prés des femmes, une voix qui n avait rien perdu mais bien au contraire tout gagné de l ombre et de la souffrance, un ton qu elle attendait. Ils s étaient remis en marche, lui mieux chargé, elle libre, haute et mince. Elle avait quarante ans au moins, une taille peu épaissie alors qu elle naviguait sans corset, le plus troublant c était son parfum celui du savon noir. Pour le reste il ressemblait assez bien à un couple forain, le valet d écurie en dimanche et la veuve propriétaire. Ils passèrent au large de la bonne qui n osa rien, sinon qu elle se mit à pleurer enfin et à deux ensemble sur la même ligne ils commencèrent une étrange revue d effectifs. Les personnalités des deux rives restaient immobiles, les melons noirs ne tressaillaient, rien ne bougeait sinon les 15

16 rideaux de suédine de la grosse berline, et là soudain une explosion et des bouffées fumigénes s exhalèrent du char à bancs. -Qu est-ce que c est? Murmura la veuve à Fontenailles si proche presque confident, tandis que les sifflets à roulettes affluaient vers le départ du désordre. -On dirait que c est le photographe qui était posté sur la charrette, il s est pas bien débrouillé avec sa rampe de foudre et il a mis le feu à la bâche dans quoi il s était entortillé pour prendre sa photographie. -Il prenait des photographies de quoi? -Mais de vous Madame. -De moi, alors c est aussi bien, ça lui apprendra. Comment t appelles-tu? -Fontenailles-Bruissant. Il gesticulait le jeune homme inflammable pour essayer d éteindre le début d incendie qui l étreignait, le petit vieux à barbiche, son collégue s activait au péril de ses poils, il n y avait que les flics pour faire des sommations entre les flammes : -Je vous orrrdonne descendez de là tout de suite! arrrrêtez de fairrrre l imbécile sans quoi ça va chauffer! Cela chauffait déjà. La veuve, elle s était arrêtée et elle riait, tant qu après deux minutes elle cria : -J ai soif j ai tellement soif Bruissant! -Si vous voulez il y a un bistrôt là-bas après le coin je crois. 16

17 C était un bruit qui courait les coursives de la maison centrale, il y avait un bistrôt après le coin, une manière de loge où se préparer. -Oui, allons-y. Sa voix était aussi bleue et métallique que ses yeux. * Le bistrôt était comme toutes les boutiques à quai qui lui faisaient suite, rampant, taillé dans la roche et l'ombre, défendue de tout et d'abord de la clientèle par un trottoir très haut, il fallait descendre deux marches pour mettre pied à bord. La devanture annonçait des prix honnêtes et dans la raison sociale il était question d'amitié. Ils entrèrent et il faisait chaud, le calorifére marchait à bonne allure ce qui n'était pas souvent dans ce pays où l'on était économe et pas frileux. Des amis il n'y en avait pas au comptoir, seulement un gardien, un corsico l'une des rosses de tout à l'heure, il buvait le coup en compagnie du patron, un gros moustachu qui lisait, quand il n'avait pas de politesse à rendre, un journal démesuré mais toujours moins grands que ses deux bras étendus. -Messieurs-dames bonjour! Allons là-bas voulez-vous? Fontenailles avait parlé fort en regardant bien droit le corsico qui ne répondit rien même pas un sourire, trop épaté de le voir déjà en pareille compagnie. La veuve le suivit jusqu'à une banquette qui faisait face à la vitrine, à la rue et que l homme au torchon rallia aussitôt. -Qu'est-ce que ça sera pour ces messieurs-dames? -Vous avez du champagne? Demanda la veuve. -Oui. 17

18 -Alors gardez-le et servez-nous du vin rouge! Rectifia Fontenailles. -Un pichet? -Il est bon? -Il vient de chez ma soeur. -Alors un pichet. Il regagna son comptoir, sa baie zinguée. -J'aurais peut-être préféré du champagne. Elle avait relevé tout à fait sa résille, elle était belle comme attendue et à son âge la beauté laisse des marques, se montre plus ouvragée, détaillée, elle ressemblait assez à l une de ces anglaises qui s'acclimatent à tout en perdant seulement un peu d'eau. -Non ce qu'il vous faut c'est du rouge, le champagne, le matin c'est mauvais et cela ne méne à rien. -Eh ben Fontenailles mon salaud on se refuse rien! Le Chef Vergelot de retour des gogues s'était arrêté devant leur table, il se boutonnait gourmand en souriant, sûr de son autorité devant la chiourme. -Dites donc Vergelot vous ne voyez pas qu'il y a une dame. Vous vous croyez encore chez vous, nous ne sômmes pas dans la maison d en face ici mais dans un établissement de qualité, alors soit vous servez en salle et dans ce cas vous pouvez vous agiter un peu mieux parce que nous attendons toujours nos consommations ; soit vous rejoignez la clientéle au comptoir, mais de toutes les façons vous nous fîchez bien la paix, rompez allez zou! Fontenailles n avait pas même bougé la tête pour lui parler en face, il n en revenait pas le Chef Vergelot de se faire congédier comme un domestique par un type qu il avait connu la veille encore taulard. Il y eut un silence au cours duquel il se rendit compte que Fontenailles était plus haut 18

19 que lui, qu'il avait bien envie de lui faire mal, que sans doute l'affronter avec seulement le Corsico pour tenir les flancs c était un peu court, il remballa et tout en essayant d'être menaçant battit en retraite. -Comme tu voudras mon gars... comme tu voudras... Il retourna au comptoir, y engueula le Corse pendant que son adversaire se rasseyait prés de la Veuve, elle lui avait caressé la main pour le calmer, c'était juste un joli geste de femme, il prit la main et la serra, elle ne protesta pas, au vrai ils commençaient à se comprendre. Ils restèrent ainsi, côté à côte, déjà liés, mômes et punis, à regarder la rue qui n'en finissait pas, le matin qui remettait quelques ouvriers sur le trottoir, des ménagères en cheveux malgré le froid, le bruit des rideaux de fer que l'on relevait, celui des carrioles, tout de la vie qui revenait comme au signal. Vergelot buvait en parlant du Maroc et du Kaïser, il racontait comment il le corrigerait s'il lui venait un jour le courage de se rendre à convocation et de passer cette porte, Vergelot disait des imbécilités intéressant la paix dans le monde, se saôulait, lui aussi commençait à aller son train. Et puis il entra quelqu'un dans le bistrot. Une fille, plutôt une jeune fille, quelqu'un de bien quoi, qui n'avait trop rien à faire dans tout ce quotidien des premières heures, ces habitudes de travailleur. Elle devait avoir vingt-cinq ans et n'était pas belle, pas même jolie, seulement voilà elle avait de l'allure, une éducation qui lui serrait les reins, et des manières aiguisées, un sourire surtout avec quoi elle repoussa loin Vergelot que le vin rendait obscène. -...,vous prie 'd'petite dame... prend' place... plaisir pour moi... 19

20 Elle ne l'écoutait pas, fixait le bout de la salle et ce drôle de couple qu'elle semblait désapprouver. La Veuve, avait repris sa main, elle aussi était troublée, c'était le regard de la fille, sa présence même qui lui faisait cet effet. Elles se connaissaient, ça allait de soi. La fille était maintenant devant eux, elle dit avec trop peu de voix, une large émotion: -Bonjour maman, comment allez-vous? * Fontenailles s'était calé sur le seuil du café, s'exposant au soleil poitrinaire, bénin. Tous comptes faits il n'était pas partisan des retrouvailles à tout prix, quand c'est quitte, c'est quitte basta. Il se cherchait des principes même s'il savait qu'il y viendrait lui aussi : aux sentîments, à la tendresse imprescriptible. Alors il détaillait la rue et la matinée qui s'y jouait. Il y avait un charbonnier en bout de rue là-bas, il était en train de dégueuler à coups d'épaules des sacs de boulets dans une cave d'immeuble. Quelques mômes en blouse grise d'écolier remontaient les trottoirs avec des précautions et des pensées d'explorateur. Maintenant enrôlé dans l'ordinaire l'un des flics de la sûreté de tout à l heure commençait sa faction dans la boutique d'en face. «Bah après tout, tout ça me regarde pas!» Fontenailles s'était retourné, "elle" causait toujours avec sa fille, des fois elle lui prenait même le visage dans ses mains comme pour ne rien rater de leur ressemblance qui n'était pas visible à l'oeil nu. 20

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

CENDRILLON. Charles PERRAULT

CENDRILLON. Charles PERRAULT CENDRILLON Charles PERRAULT Un gentilhomme avait une fille qui était très douce et très jolie. Ayant perdu sa femme, il épousa une veuve très orgueilleuse qui avait deux grandes filles encore plus orgueilleuses

Plus en détail

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez.

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez. TEXTE 1 Jules et Julie étaient voisins. Chaque matin, ils traversaient la forêt pour aller à l école. ça rassurait leurs parents de les savoir ensemble. Mais jamais Julie n adressait la parole à Jules

Plus en détail

Lève-toi et marche...

Lève-toi et marche... Lève-toi et marche... Salut! Te voilà EN ROUTE AVEC Avec qui? Avec l Esprit Saint, car tu l as reçu pour apprendre à devenir davantage l ami e de Jésus. Plus tu accueilles l Esprit Saint, plus il t aide

Plus en détail

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm

Le Petit Chaperon rouge Conte de Grimm Lecture suivie n 6 - Période 3 : Janvier - Février page n : rouge Conte de Grimm Il était une fois une charmante petite fille que tout le monde aimait au premier regard. Sa grand-mère qui l adorait plus

Plus en détail

4 page 941 / 1ère partie, PARIS Il n' avait pas voulu partir sans lui dire adieu.

4 page 941 / 1ère partie, PARIS Il n' avait pas voulu partir sans lui dire adieu. Partir : Recherche «lemmatisée». Le logiciel ne permttant pas de séparer le verbe «part», de «à part»... ou «le parti» de «parti» on a procédé manuellement au choix. 2 page 937 / 1ère partie, PARIS Je

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Cauchemar. Première vision

Cauchemar. Première vision Première vision Cauchemar Je prenais mon déjeuner lorsque j entendis ma mère s exclamer : «Dépêche-toi, on va être en retard, chéri! -J arrive, je finis de préparer la valise! cria mon père.» Moi, je me

Plus en détail

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour,

Le loup et les sept chevreaux. Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, Le loup et les sept chevreaux Il était une fois une chèvre qui avait sept chevreaux, qu'elle aimait très fort. Un jour, comme elle voulait aller chercher de quoi manger dans la forêt, elle les appela tous

Plus en détail

Les trois petits cochons

Les trois petits cochons Les trois petits cochons Les trois petits cochons Une histoire illustrée par Leonard Leslie Brooke Deux illustrations sont d Arthur Rackam Adaptation réalisée par Marie-Laure Besson pour Le Cartable Fantastique

Plus en détail

Petit Hector et la triche

Petit Hector et la triche Petit Hector et la triche En plus de la vie avec ses parents, Petit Hector en avait au moins trois autres : deux vies à l école, avec les maîtres et avec les copains, et puis la vie des vacances, où il

Plus en détail

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui

Les chaises. - Les enfants, elle nous a dit, dans la nuit, une canalisation d'eau a gele et a creve, ce qui Les chaises.' Ca a ete terrible, a l'ecole, aujourd'hui! Nous sommes arrives ce matin, comme d'habitude, et quand Ie Bouillon (c'est notre surveillant) a sonne la cloche, nous sommes alles nous mettre

Plus en détail

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD

Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD Kolos et les quatre voleurs de Jean Pierre MOURLEVAT, illustrations Isabelle CHATELLARD TEXTE 1 1. La maison du géant Il était une fois au fond de la forêt un géant qui s appelait Kolos. Tout le monde

Plus en détail

On est arrivées l après-midi. J ai tout de suite compris qu on s était trompées d hôtel. Mais ma tante a fait semblant de rien. L hôtel le plus beau,

On est arrivées l après-midi. J ai tout de suite compris qu on s était trompées d hôtel. Mais ma tante a fait semblant de rien. L hôtel le plus beau, 1 On est arrivées l après-midi. J ai tout de suite compris qu on s était trompées d hôtel. Mais ma tante a fait semblant de rien. L hôtel le plus beau, c est celui d à côté. Ancien, d une belle couleur

Plus en détail

Lili et le nouveau cirque

Lili et le nouveau cirque PROGRAMNR 51458/ra5 Lili et le nouveau cirque Programlängd : 14 30 Producent : Anna Trenning-Himmelsbach Sändningsdatum : 2006-02-14 - T'as déjà été au cirque? - Oui - Et c'était quoi le cirque? - Ben

Plus en détail

Trois cheveux pour épouser Philomène

Trois cheveux pour épouser Philomène Trois cheveux pour épouser Philomène Autrefois, il y avait un homme qui était Chef. Etant Chef, il avait mis au monde une fille. Cette fille était vraiment très belle. La fille avait grandi et on l avait

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

BOULEVERSANT DE PURETÉ NAÏVE

BOULEVERSANT DE PURETÉ NAÏVE Pascal Nowacki BOULEVERSANT DE PURETÉ NAÏVE Mon Petit Éditeur Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé

Plus en détail

! Paroles et musique : Annette Campagne

! Paroles et musique : Annette Campagne Pour ce que ça vaut Pour ce que ça vaut Y a encore des jours où je m enflamme Où je suis à la merci de tous mes états d âme C est difficile de lâcher prise Quand mes vagues se heurtent sur tes rochers

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur.

Hansel et Gretel. Le plus loin qu ils courraient, le plus loin qu'ils étaient de leur maison. Bientôt, Gretel avait peur. Hansel et Gretel Première scène Il était une fois, dans un petit village, un bûcheron et ses deux enfants, Hansel et Gretel. Un jour, il n'y avait plus de manger dans la maison alors le bûcheron demandait

Plus en détail

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976)

La véritable histoire de la Belle au bois dormant. (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La véritable histoire de la Belle au bois dormant (D après la version des Frères Grimm traduite par Marthe Robert édition Gallimard, 1976) La classe de 6 ème 1 du collège Paul Froment vous présente : La

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

Episode 1 : Lecture découverte. Episode 1 : Lecture

Episode 1 : Lecture découverte. Episode 1 : Lecture Episode : Lecture découverte Episode : Lecture Il était une fois trois ours qui vivaient dans une petite maison au milieu de la forêt. Il y avait Tout Petit Ours, Ours Moyen et Très Grand Ours. Chaque

Plus en détail

LEARNING BY EAR EPISODE

LEARNING BY EAR EPISODE LEARNING BY EAR Filles 10ème épisode Beauté Texte : Zainab Aziz Rédaction : Andrea Schmidt/Christine Harjes/Guy Degen Adaptation : Aude Gensbittel Personnages : Présentateur pour Intro/Outro Bibiy : personnage

Plus en détail

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère

Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère La Couleur du lait Nell Leyshon La Couleur du lait Traduit de l anglais (Royaume-Uni) par Karine Lalechère A vue d œil Titre original : The Color of Milk Nell Leyshon, 2012. Première publication en Grande-Bretagne

Plus en détail

Les membres de ma famille croient que je leur ai

Les membres de ma famille croient que je leur ai Introduction Les membres de ma famille croient que je leur ai fait honte et les ai déshonorés à bien des égards depuis que je suis passée du statut de petite fille à celui de femme, mais ils ne connaissent

Plus en détail

Pascal Garnier. L Année sabbatique. Nouvelles. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e

Pascal Garnier. L Année sabbatique. Nouvelles. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Pascal Garnier L Année sabbatique Nouvelles P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e L ANNÉE SABBATIQUE Ils n avaient nulle part où aller, alors, ils y allèrent. Ils partirent le 28 février vers 9

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel

Le don de l inconnu. Par Chantal Pinel Le don de l inconnu Par Chantal Pinel Chapitre 1 La décision Ça fait quelque temps que je pense à être agent pour le gouvernement, mais j hésite, je réfléchis depuis six mois. J ai 21ans et il faut que

Plus en détail

ISBN 979-10-91524-03-2

ISBN 979-10-91524-03-2 ISBN 979-10-91524-03-2 Quelques mots de l'auteur Gourmand le petit ours est une petite pièce de théâtre pour enfants. *** Gourmand le petit ours ne veut pas aller à l'école. Mais lorsque Poilmou veut le

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

LA BARBE BLEUE. Charles PERRAULT

LA BARBE BLEUE. Charles PERRAULT LA BARBE BLEUE Charles PERRAULT Il y avait autrefois un homme qui était très riche. Il avait des maisons magnifiquement meublées à la ville et à la campagne, sa table était toujours couverte de vaisselle

Plus en détail

Une enquête de l inspecteur Copeland

Une enquête de l inspecteur Copeland Une enquête de l inspecteur Copeland De Mélissa, Nigel et Kenza (5 ème 7) L enquêteur Patrick Copeland, policier à Alès, était tranquillement assis dans son fauteuil en train de regarder «Enquêtes Criminelles»

Plus en détail

Évangiles (N bleus pages 35 à 42)

Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles (N bleus pages 35 à 42) Évangiles pages 1/5 N 12 Matthieu 28, 18-20 Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu Au temps de Pâques, Jésus ressuscité adressa ces paroles aux Apôtres : «Tout

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

Aguri et le vieil homme qui faisait fleurir les cerisiers de Grégoire Vallancien

Aguri et le vieil homme qui faisait fleurir les cerisiers de Grégoire Vallancien 1 Au Japon, dans un petit village, vivait un vieil homme. Il habitait une minka une petite maison de bambou et cultivait le riz avec sa femme. Un jour, dans la forêt, le vieil homme vit son chien gratter

Plus en détail

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL

EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL EVALUATION DE NIVEAU LYON BLEU INTERNATIONAL Voici les conditions idéales pour faire le test : 50 minutes maximum choisir une réponse seulement si vous êtes sûrs. Ne devinez pas par de dictionnaire, ni

Plus en détail

Zéralda aimait beaucoup faire la cuisine. A l âge de six ans, elle savait déjà faire friture et rôti, bouilli et farce, ragoût et grillade.

Zéralda aimait beaucoup faire la cuisine. A l âge de six ans, elle savait déjà faire friture et rôti, bouilli et farce, ragoût et grillade. Il était une fois un ogre, un vrai géant, qui vivait tout seul. Comme la plupart des ogres, il avait des dents pointues, une barbe piquante, un nez énorme et un grand couteau. Il était toujours de mauvaise

Plus en détail

Laurence Beynié. 7 kg d amour pour ton anorexie

Laurence Beynié. 7 kg d amour pour ton anorexie Laurence Beynié 7 kg d amour pour ton anorexie 2 2 Samedi 26 mai 2012 : Tout a commencé ce samedi 26 mai. Jamais je n oublierai ce jour-là, où j ai dû, une fois de plus, t amener à l hôpital pour un contrôle

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

Texte 1. Texte 2. Texte 3. J ai rejoint ceux que j aimais et j attends ceux que j aime. Texte 4

Texte 1. Texte 2. Texte 3. J ai rejoint ceux que j aimais et j attends ceux que j aime. Texte 4 Texte 1 Quand tu regarderas les étoiles la nuit, puisque j habiterai dans l une d elles, puisque je rirai dans l une d elles, alors ce sera pour toi, comme si riaient toutes les étoiles A. de Saint Exupéry

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

L'AMANT de Harold PINTER (montage de scènes)

L'AMANT de Harold PINTER (montage de scènes) L'AMANT de Harold PINTER (montage de scènes) 1 Bonjour, Max. (Richard entre. Il porte une veste en daim sur une chemise ouverte. Il entre dans le séjour et attend. Sarah referme la porte d'entrée et passe

Plus en détail

Une histoire de Letizia Lambert

Une histoire de Letizia Lambert Une histoire de Letizia Lambert Voix off : Aujourd hui c est dimanche. Bonne nouvelle, c est le jour du cinéma. Voix off : Gabriel aime ce moment car... Voix off :...c est très ennuyeux l hôpital. Voix

Plus en détail

Episode 9 Longueur 7 17

Episode 9 Longueur 7 17 Episode 9 Longueur 7 17 Allo, oui? Infirmière : Je suis bien chez mademoiselle Chloé Argens? Oui, c est moi. Infirmière : Ici l hôpital Saint-Louis. Je vous passe monsieur Antoine Vincent. C est lui, monsieur

Plus en détail

Le Portable. Xavier Boissaye

Le Portable. Xavier Boissaye Le Portable Xavier Boissaye L acteur entre en scène s appuyant sur une béquille, la jambe plâtrée. «Quand je pense qu il y en a.» (bruit de portable) L acteur prend son appareil dans sa poche et se tourne

Plus en détail

(Manel, 1ère STMG) (Maria, 1ère STMG) (Aïssa, 1ère STI) (Miguel, TL)

(Manel, 1ère STMG) (Maria, 1ère STMG) (Aïssa, 1ère STI) (Miguel, TL) il avait la solitude au cœur. il découvrait qu il a raté plein de bonheur. qu il avait perdu la lune en comptant les étoiles. Il avait écrit des livres. il découvrait ses petits. que la raison d écrire

Plus en détail

Pourquoi le Chien. chasse le Chat

Pourquoi le Chien. chasse le Chat Pourquoi le Chien chasse le Chat 1 Pourquoi le Chien chasse le Chat Par Liz Hutchison À Madame Yannick Post, mon premier professeur de français. Ce livre est un don à l organisme non gouvernemental Seeds

Plus en détail

Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent.

Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent. Un garçon raconte les viols ordinaires qu il a commis. Pour qu ils cessent d être ordinaires. Pour qu ils cessent. «Je ne veux plus être un violeur» Mise en garde Trigger warning Contient plusieurs récits

Plus en détail

Carte orange 3V uitwerkingen spreekoefeningen unités 1-3

Carte orange 3V uitwerkingen spreekoefeningen unités 1-3 Carte orange 3V uitwerkingen spreekoefeningen unités 1-3 Unité 1 exercice 19 Comment tu t'appelles? Je m appelle Tu as quel âge? J'ai eu ans le mois dernier. Quelle est ton adresse? J habite Tu es dans

Plus en détail

Le grand concours. Ecole élémentaire mixte 2 Grand-Camp CE 2 B Mme Ayrault

Le grand concours. Ecole élémentaire mixte 2 Grand-Camp CE 2 B Mme Ayrault Le grand concours Ecole élémentaire mixte 2 Grand-Camp CE 2 B Mme Ayrault 1 Kim, une jolie fille aux longs cheveux roux et aux yeux clairs, et Melinda, une petite brune aux cheveux courts, se sont rencontrées

Plus en détail

Cela lui donna des envies de meurtre. «Ploucomobile!» pensa-t-il. Il sourit en se disant qu il pourrait déposer une marque avec çà.

Cela lui donna des envies de meurtre. «Ploucomobile!» pensa-t-il. Il sourit en se disant qu il pourrait déposer une marque avec çà. I C était son habitude de compter trop large ses trajets. Il finissait toujours par être en avance à ses rendez-vous. Telle était la marque d Henri Trappénil. Celui-ci n avait pas failli à la coutume.

Plus en détail

Les langues d oiseaux moulus

Les langues d oiseaux moulus Les langues d oiseaux moulus «Le dire, c est déjà l infirmer» était la phrase préférée de l homme qui me servait de père. Elle résonnait en moi comme une sentence. Il me la répétait à chaque fois que je

Plus en détail

BÂTIMENT 3 Mon Petit Éditeur

BÂTIMENT 3 Mon Petit Éditeur Sarahta K. BÂTIMENT 3 Mon Petit Éditeur Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités

Plus en détail

L histoire du petit indien

L histoire du petit indien Compréhension de lecture Andrée Otte L histoire du petit indien CH.Zolotow, Le petit indien, Ed. des deux coqs d or Voici l histoire de toute une famille d Indiens : le père, la mère, le grand frère, la

Plus en détail

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre

LA ONZIÈME CAPITALE ALEXANDRA WOOD. Traduit de l anglais par Sarah Vermande. ouvrage publié avec le concours du centre national du livre ALEXANDRA WOOD LA ONZIÈME CAPITALE Traduit de l anglais par Sarah Vermande ouvrage publié avec le concours du centre national du livre maison antoine vitez répertoire contemporain La collection Répertoire

Plus en détail

Moko, enfant du monde

Moko, enfant du monde Moko en Afrique, les monts de la Terre ronde Objectifs : Les animaux. Les parties du corps d un animal. Les chiffres jusqu à 4. Age : 4-6 ans Niveau : Débutants, A1 Moko en Afrique : Les monts de la Terre

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

Fiches de travail à photocopier

Fiches de travail à photocopier Education International Internationale de l Education Internacional de la Educación Internationale de l Education - Education Development Center - Organisation mondiale de la Santé Apprendre pour la vie:

Plus en détail

UNE LUNE ENTRE DEUX MAISONS LA COULEUR CHANTE UN PAYS LES PETITS POUVOIRS LA MARELLE COMMENT VIVRE AVEC LES HOMMES QUAND ON EST UN GÉANT

UNE LUNE ENTRE DEUX MAISONS LA COULEUR CHANTE UN PAYS LES PETITS POUVOIRS LA MARELLE COMMENT VIVRE AVEC LES HOMMES QUAND ON EST UN GÉANT salvador DU MÊME AUTEUR UNE LUNE ENTRE DEUX MAISONS QUÉBEC/AMÉRIQUE, MONTRÉAL, 1980 LA COULEUR CHANTE UN PAYS QUÉBEC/AMÉRIQUE, MONTRÉAL, 1981 LES PETITS POUVOIRS LEMÉAC, MONTRÉAL, 1983 LA MARELLE LEMÉAC,

Plus en détail

Et pourtant, pourtant quelle puissance vit en moi, quelle puissance tu as pour moi!

Et pourtant, pourtant quelle puissance vit en moi, quelle puissance tu as pour moi! 1 Lecture : Ephésiens 4 : 17-32 N attristez pas le St Esprit. Bonjour Cher Saint Esprit J ai décidé de prendre ma plus belle plume, plus exactement le clavier de mon ordinateur, pour t écrire une lettre,

Plus en détail

Liturgie pour enfants

Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Liturgie pour enfants Semaine québécoise des familles du 11 au 18 mai 2014 Nous vous proposons deux liturgies de la Parole selon les textes des Évangiles du dimanche choisi. On évoquera

Plus en détail

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V

Educational Multimedia Task Force MM 1045, REPRESENTATION Modèlisation conceptuelle initiale July 1999 INRP ANNEX V ANNEX V 233 Interviews in Victor Hugo school, June 29, 1999 Premier Groupe S : qu est ce que que vous pouvez me dire quand vous utilisez le enfin l email, le courrier électronique? 1 : euh 2 : c est le

Plus en détail

LA MACHINE A TRICOTER (2)

LA MACHINE A TRICOTER (2) LA MACHINE A TRICOTER (2) TEXTE DEPOSE A LA SACD Son utilisation est soumise à l autorisation de l auteur via la SACD Pour plus de précisions et pour obtenir la suite de cet extrait: christian.moriat@orange.fr

Plus en détail

Olaf était face à l océan.

Olaf était face à l océan. Olaf était face à l océan. Rêvasser, c était tellement plus amusant qu apprendre à déchiffrer les runes. Cette écriture bizarre ne lui servirait pas à grand-chose quand il prendrait la mer. Trouver son

Plus en détail

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part...

Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... Christina 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque part... - Collection Littérature humoristique - Retrouvez cette oeuvre et beaucoup d'autres sur http://www.atramenta.net 1994 - Quelqu'un m'attendait quelque

Plus en détail

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur.

AVERTISSEMENT. Ce texte a été téléchargé depuis le site. http://www.leproscenium.com. Ce texte est protégé par les droits d auteur. AVERTISSEMENT Ce texte a été téléchargé depuis le site http://www.leproscenium.com Ce texte est protégé par les droits d auteur. En conséquence avant son exploitation vous devez obtenir l autorisation

Plus en détail

S ouvrir aux différences ou s y enfarger

S ouvrir aux différences ou s y enfarger Audet, G. (2006). Voir http://www.recitdepratique.fse.ulaval.ca/ S ouvrir aux différences ou s y enfarger Je suis enseignante à la maternelle depuis trente ans, dont treize ans vécus en milieu défavorisé.

Plus en détail

Vers toi Tim Project 2007

Vers toi Tim Project 2007 Vers toi Tu me sondes et me connaît, Tu sais tout de moi, non rien ne t est caché Chaque jour tu éclaires ma vie Tu gardes mes pas, tu me conduis Je veux te louer C est vers toi que je me tourne, Tu m

Plus en détail

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz

DOCTEUR SÉMOI. de Patrick Mermaz 1 Ce texte est offert gracieusement à la lecture. Avant toute exploitation publique, professionnelle ou amateur, vous devez obtenir l'autorisation de la SACD : www.sacd.fr de Patrick Mermaz Présentation

Plus en détail

4 minutes chrono (pour faire sa déclaration d amour)

4 minutes chrono (pour faire sa déclaration d amour) 4 minutes chrono (pour faire sa déclaration d amour) Un scénario de Lucas Fillon, 23 ans, Epinay-sur-Seine-France Note : Ce court-métrage est divisé en quatre parties, chacune d une durée d une minute.

Plus en détail

Comme il faisait froid! la neige tombait et la nuit

Comme il faisait froid! la neige tombait et la nuit [Choisir la date] LA PETITE FILLE ET LES ALLUMETTES HANS CHRISTIAN ANDERSEN CONTES D ANDERSEN, 1876, P.157-161 TEXTE INTEGRAL Comme il faisait froid! la neige tombait et la nuit n était pas loin ; c était

Plus en détail

Le premier hiver de Max

Le premier hiver de Max Une histoire sur la prématurité Le premier hiver de Max Sylvie Louis Illustrations de Romi Caron Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada Louis, Sylvie Le premier hiver de Max

Plus en détail

Johnny le crocodile Qui n'aimait pas se brosser les dents

Johnny le crocodile Qui n'aimait pas se brosser les dents Johnny le crocodile Qui n'aimait pas se brosser les dents L.LHOIR 10/10/2010 Alors voila; aujourd hui je vais vous raconter l histoire de Johnny le crocodile. Johnny était un petit crocodile qui venait

Plus en détail

LE CHAT BOTTÉ. Charles PERRAULT

LE CHAT BOTTÉ. Charles PERRAULT LE CHAT BOTTÉ Charles PERRAULT Un meunier avait trois fils. Il leur laissa son moulin, son âne, et son chat. Le fils aîné eut le moulin. Le second fils eut l'âne. Le plus jeune n'eut que le chat. Le pauvre

Plus en détail

Concours de plantes. (Ils sortent) Amélia : Bonjour! Laura : Bonjour. C est joli, ici!

Concours de plantes. (Ils sortent) Amélia : Bonjour! Laura : Bonjour. C est joli, ici! Clément : Bonjour Kitti : Bonjour, vous venez pour le concours? Clément : Oui, commençons tout de suite Kitti : D accord. (Ils plantent puis ils arrosent.) Clément : Attendons maintenant que ça pousse.

Plus en détail

Alors, quand il est rentré, il a fallu tout lui expliquer. Et comme c est un tonton littéraire, il lui a raconté ce conte imaginaire:

Alors, quand il est rentré, il a fallu tout lui expliquer. Et comme c est un tonton littéraire, il lui a raconté ce conte imaginaire: C est l histoire d une petite fille, Noéline, et de son tonton qui vivait en Chine. Il n était pas là quand elle est née, car il escaladait une montagne sacrée. Alors, quand il est rentré, il a fallu tout

Plus en détail

L'oeuf d'âne. pour ne pas se tromper. Un marchand qui le connaît s'approche : - Que regardes-tu Jacot?

L'oeuf d'âne. pour ne pas se tromper. Un marchand qui le connaît s'approche : - Que regardes-tu Jacot? 1. Il y a fort longtemps, vivait dans la campagne vaudoise, un vieux couple de paysans. Lui était connu au village pour être un peu sot. 2. Un jour, la paysanne dit à son mari : - Jacot, je me fais vieille.

Plus en détail

Un songe de William Miller

Un songe de William Miller Un songe de William Miller J ai rêvé que Dieu, par une main invisible, m avait envoyé un bel écrin ciselé, d ébène et de perles curieusement incrustées, d environ vingtcinq centimètres sur quinze. Une

Plus en détail

«Amis pour la vie» Une comédie de la vie.

«Amis pour la vie» Une comédie de la vie. 1 «Amis pour la vie» Une comédie de la vie. Célia Sam Alexia Amandine Élisa Simon Maureen Distribution modulable Scène I Deux enfants chargés de grands sacs à dos traversent la salle en chantant. Célia,

Plus en détail

La Bible pour enfants. présente. Jacob le trompeur

La Bible pour enfants. présente. Jacob le trompeur La Bible pour enfants présente Jacob le trompeur Ecrit par : Edward Hughes Illustré par : M. Maillot et Lazarus Adapté par : M. Kerr et Sarah S. Traduit par : Emmanuelle Gilger-Bedos Produit par : Bible

Plus en détail

Le loup qui voyageait dans le temps

Le loup qui voyageait dans le temps Ce jour-là, Loup farfouillait dans son grenier. Il y trouvait toujours des choses extraordinaires. Comme ce vieux livre avec sa couverture dorée. Loup s empara du livre et lut le résumé : «Cher lecteur,

Plus en détail

Le Maître Chat de Benjamin LACOMBE, d après un conte de Charles Perrault. Le Maître Chat de Benjamin LACOMBE, d après un conte de Charles Perrault

Le Maître Chat de Benjamin LACOMBE, d après un conte de Charles Perrault. Le Maître Chat de Benjamin LACOMBE, d après un conte de Charles Perrault TEXTE 1 Le Maître Chat de Benjamin LACOMBE, d après un conte de Charles Perrault À l heure de sa mort, un meunier ne laissa à ses trois enfants que son moulin, son âne et son chat. Le partage fut bientôt

Plus en détail

Les aventures du Petit Prudent

Les aventures du Petit Prudent Les aventures du Petit Prudent Action Sécurité Routière le cadeau d'anniversaire Demain, c'est un grand jour. C'est l'anniversaire de la maman de Petit Prudent. Suivons-le dans ses aventures à vélo et

Plus en détail

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l

Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l Je venais de raccrocher par deux fois mon téléphone et je me tenais au milieu du couloir, face à la porte de la salle de bains, ma pensée errant à l opposé vers celle, coulissante, de la penderie, dans

Plus en détail

LE CHAT BOTTÉ. Charles PERRAULT

LE CHAT BOTTÉ. Charles PERRAULT LE CHAT BOTTÉ Charles PERRAULT Un meunier ne laissa pour tous biens à trois enfants qu'il avait, que son moulin, son âne et son chat. Les partages furent bientôt faits, ni le notaire, ni le procureur n'y

Plus en détail

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ?

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? Ce n est pas juste un petit bébé qui a été perdu. C est une vie au complet qui ne sera pas vécue. Contrairement aux idées véhiculées dans la société, le

Plus en détail

oria vidéo Lorin Petitpierre JOIE Synopsis

oria vidéo Lorin Petitpierre JOIE Synopsis JOIE Synopsis Antoine et Marianne Le Cloître, est un couple de personnes âgées d environ soixante ans. Un matin, ils reçoivent un coup de téléphone. Marianne répond et s agite en apprenant que l interlocuteur

Plus en détail

Le père de Stephen Bon!Nous allons ouvrir les cadeaux! François Et les packs de bières

Le père de Stephen Bon!Nous allons ouvrir les cadeaux! François Et les packs de bières S1 Voix OFF Moi, c'est *, née le 26 décembre 1972, à Saint-Caly- En-Saonois**, dans une famille composé d'astro physiciens, professeur de mathématiques, de physique chimie et même des boulanger ***(je

Plus en détail

1ère séance : Jésus m'invite! - samedi 22 septembre 2012

1ère séance : Jésus m'invite! - samedi 22 septembre 2012 1ère séance : Jésus m'invite! - samedi 22 septembre 2012 Samedi 22 septembre 2012 10h15 à 12h00 Rencontre d'éveil à la foi pour l'enfant avec un de ses parents. Avant la séance : préparer la salle : 1

Plus en détail

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas?

Première scène. SERGE (en baillant) Ca ne veut rien dire, «ça va». Il fait beau ou pas? Première scène Il est assis sur le bord du lit. En boxer-short et en tee-shirt. Il fait visiblement de grands efforts pour se réveiller. Elle est dans la cuisine. On ne la voit pas encore. Quel temps fait-il?

Plus en détail

Naissance des fantômes

Naissance des fantômes Marie Darrieussecq Naissance des fantômes Roman P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6 e Elle était en train de promener autour d elle son regard à la recherche de quelque moyen de s enfuir, et elle

Plus en détail

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit.

John : Ce qui compte, c est que tu existes toujours pour moi et que j existe toujours pour toi. Tu sais? Aujourd hui j ai pris mon diplôme de droit. Correspondance jusqu à la mort MARIA PHILIPPOU ========================= Mary : Mon cher John. J espère que tu vas bien. Je n ai pas reçu eu de tes nouvelles depuis un mois. Je m inquiète. Est-ce que tu

Plus en détail

DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR

DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR Activité 1. Complète les phrases avec le bon verbe au présent. DEVOIR / POUVOIR / VOULOIR 1. Elle absolument terminer son boulot avant de partir. 2. Elle sait bien qu elle rentrer à dix heures! 3. Il acheter

Plus en détail

comédie pour tout public, huit minutes environ Personnages : Sonia Sybille Quentin Serge Maryse

comédie pour tout public, huit minutes environ Personnages : Sonia Sybille Quentin Serge Maryse 1 de Genre : Personnages : Costumes : Décors : Synopsis : comédie pour tout public, huit minutes environ contemporains salle de réunion, tables et chaises Une maison de retraite va s ouvrir et une consultante

Plus en détail

Le journal de Miette Chapitre 1

Le journal de Miette Chapitre 1 Le journal de Miette Chapitre 1 Voilà, au départ ma vie était vraiment simple : je dormais sur les coussins du canapé, dans le panier de la salle de bain ou sur le lit de Louise. Ensuite je vais jusqu

Plus en détail