I.1 OBJECTIFS I.2 CHAMP D APPLICATION. Les entreprises. I. La préretraite-licenciement FNE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I.1 OBJECTIFS I.2 CHAMP D APPLICATION. Les entreprises. I. La préretraite-licenciement FNE"

Transcription

1 I.1 OBJECTIFS Les conventions FNE de préretraite-licenciement s adressent à des salariés ayant au moins 57 ans (56 ans dans certains cas), qui sont menacés de licenciement économique et ne peuvent être reclassés par l entreprise. Elles permettent aux salariés y ayant adhéré de bénéficier d une allocation spéciale (ASFNE) jusqu à l âge auquel ils pourront bénéficier d une retraite à taux plein. Par instruction ministérielle du 11 juillet 1997 (AN 1), le ministre du Travail a précisé que : les préretraites ASFNE doivent, lorsqu elles sont utilisées, intervenir en dernier recours après examen de toutes les mesures permettant d éviter des licenciements ou de garantir des reclassements externes ; le nombre des mesures d âge par rapport au sureffectif à traiter doit généralement rester minoritaire et s accompagner d une protection forte des salariés de plus de 50 ans ; les mesures de prévention des licenciements, notamment lorsqu elles s accompagnent d une négociation dans l entreprise (formation, adaptation, aides à la réduction du temps de travail sous toutes ses formes), seront mises en œuvre à condition de ne pas s accompagner de nombreuses cessations anticipées d activité ; la conclusion de conventions du FNE tiendra compte de la taille des entreprises, de leur situation financière et de la nature des licenciements, ces conventions n ayant pas vocation à accompagner des licenciements d anticipation ou destinés à améliorer la compétitivité des entreprises en bonne santé. I.2 CHAMP D APPLICATION Les entreprises Toutes les entreprises comprises dans le champ d application de l article L du code du travail (dir. UNEDIC du 24 avril 1995, AN 2), c est-à-dire celles du secteur privé, peuvent recourir à ces conventions, à savoir : les entreprises industrielles et commerciales ; les entreprises agricoles ; les offices publics et ministériels ; les professions libérales ; les sociétés civiles ; les syndicats professionnels ; les associations (sous réserve de l accord des collectivités qui financent leur budget à titre principal ou de l autorité qui fixe le prix de journée). Les établissements publics à caractère industriel et commercial (EPIC), les sociétés d économie mixte, les entreprises nationales ainsi que les entreprises privées gérant un service public dont les déficits d exploitation sont pris en charge par une collectivité publique doivent obtenir l accord préalable de l autorité de tutelle. Quant aux syndicats de copropriétaires, ils doivent obtenir l accord préalable de l assemblée des copropriétaires. Sont exclus du dispositif l État, les collectivités locales, tous les établissements publics administratifs, ainsi que les particuliers employant du personnel pour des motifs non professionnels.

2 Les entreprises des départements d outre-mer peuvent conclure les mêmes conventions FNE qu en métropole. Les salariés : liste des conditions à respecter La liste des conditions à remplir est définie par un arrêté ministériel (arrêté du 1 er avril 1999, AN 3). Être titulaire d un contrat de travail Seuls les salariés au sens du droit du travail, c est-à-dire titulaires d un contrat de travail, peuvent être bénéficiaires d une convention de préretraite du FNE. Les personnes non titulaires d un contrat de travail mais affiliées de par la loi au régime général de la sécurité sociale (ex. : gérant minoritaire de SARL) ne peuvent donc pas bénéficier d une préretraitelicenciement FNE. Respecter une condition d âge En principe, 57 ans minimum L accès à la préretraite-licenciement FNE est réservé aux salariés ayant atteint l âge de 57 ans à la fin de leur préavis, que celui-ci soit effectué ou non. Dès 56 ans sur dérogation Exceptionnellement, la limite d âge peut être abaissée à 56 ans si l entreprise fait une demande de dérogation en ce sens et qu elle est acceptée. Ni la loi ni les décrets d application ne dressent une liste des cas permettant une telle demande. En 1993, l administration avait donné quelques directives à ses services en précisant qu une demande de préretraite-licenciement dès 56 ans pouvait être envisagée (circ. CDE du 30 décembre 1993, AN 4) : en cas de fermeture d un établissement ; lorsqu une opération de licenciement crée «un problème social et d emploi important, compte tenu de l absence de solutions de reclassement, du fait, notamment, de la situation du bassin d emploi et des caractéristiques des salariés» ; en cas de plan social «exemplaire», privilégiant les mesures de maintien dans l emploi des salariés, afin de réduire au maximum le nombre des licenciements. Cas des salariés âgés de 60 à 65 ans Les salariés dont l âge est compris entre 60 et 65 ans ne doivent pas disposer de la durée d assurance vieillesse permettant d obtenir une pension de vieillesse à taux plein pour pouvoir prétendre à une préretraite-licenciement. En tout état de cause, le versement de l allocation cesse à 65 ans. Les personnes qui, ayant cotisé à plusieurs régimes de base obligatoires, ne peuvent percevoir au taux plein qu une pension de vieillesse calculée sur une durée de cotisation inférieure à la durée maximale permettant d obtenir le taux plein, continuent de percevoir une fraction de l allocation jusqu à la date à laquelle elles peuvent faire liquider au taux plein l ensemble de leurs pensions (décret du 12 novembre 1998, art. 3, al 2, AN 5). Être insusceptible de reclassement Le salarié doit en outre avoir été déclaré non susceptible d un reclassement (c. trav. art. R , AN 6).

3 Justifier d un an d ancienneté dans l entreprise Le salarié doit également justifier, à la date de rupture du contrat de travail, d au moins un an d appartenance continue à l entreprise ayant conclu la convention (arrêté du 1 er avril 1999, art. 2, AN 3). Posséder 10 ans d affiliation à la sécurité sociale en tant que salarié Le salarié doit en outre avoir appartenu pendant au moins dix ans à un ou plusieurs régimes de sécurité sociale au titre d emplois salariés, certaines périodes validées (notamment maladie et chômage) étant prises en compte dans la limite de cinq ans. En outre, sont assimilées, dans la limite de cinq ans, les années de cotisations validées au titre de la majoration de deux ans par enfant accordée aux mères de famille sur leur durée d assurance (c. séc. soc. art. L ) ainsi que certaines validations obligatoires ou volontaires réservées aux personnes relevant respectivement des articles L et L , alinéa 3 du code de la sécurité sociale. Autres conditions Enfin, les salariés intéressés doivent : ne pas être chômeurs saisonniers ; n exercer aucune autre activité professionnelle (les salariés qui exercent deux emplois ne peuvent donc pas adhérer à la convention s ils conservent l un des deux emplois) ; adhérer personnellement à la convention. I.3 MÉCANISME DE CONCLUSION L utilisation des préretraites-licenciement s inscrit dans le cadre d un plan social (entreprises licenciant plus de 10 salariés sur 30 jours) ou d un ensemble de mesures sociales d accompagnement (licenciement de moins de 10 salariés). La préretraite peut également être accordée, sous certaines conditions, en cas de licenciement individuel pour motif économique. Consultation des représentants du personnel L employeur qui envisage de recourir aux préretraites-licenciement FNE doit soumettre le projet de convention pour avis au comité d entreprise ou d établissement, ou à défaut aux délégués du personnel (c. trav. art. R , AN 7). Convention négociée avec la DDTE L entreprise conclut la convention de préretraite-licenciement avec l État. En pratique, il lui appartient de se procurer les formulaires auprès de la DDTE, avec laquelle elle négocie la convention.

4 La demande de convention doit être déposée à la DDTE dont dépend l établissement. Celle-ci procède à des vérifications (caractère économique des licenciements, consultation des représentants du personnel ) avant d accepter ou non de signer la convention. Des dispositions spécifiques sont applicables lorsque plusieurs établissements répartis sur plusieurs départements sont concernés. Rupture du contrat de travail La rupture du contrat de travail intervient dans le cadre de la procédure de licenciement pour motif économique. Adhésion et information du salarié Le salarié doit adhérer individuellement à la convention avant l expiration de son préavis, que celui-ci soit effectué ou non. Le salarié percevra de l ASSEDIC les allocations ASFNE, étant précisé qu elles sont désormais calculées dans la limite de deux plafonds de sécurité sociale (par comparaison, les allocations de chômage sont calculées sur un salaire de référence retenu dans la limite de 4 plafonds). Par ailleurs, l ASSEDIC doit pouvoir informer les salariés des conséquences pécuniaires pour eux d une adhésion ou d un refus d adhésion à la convention de préretraite. Une certaine responsabilité pèse également sur l employeur. Le salarié qui se plaindrait d un choix défavorable guidé par des informations insuffisantes pourrait saisir le conseil de prud hommes (cass. soc. 19 juillet 1995, n 3342 D, J 1). Droit aux heures pour recherche d emploi L adhésion d un salarié à une préretraite-licenciement n interdit pas à son bénéficiaire de rechercher un autre emploi. Il a donc droit aux heures de recherche d emploi (cass. soc. 1 er mars 1995, n 1003 D, J 2). Indemnités de rupture versées au salarié Indemnité de licenciement Le montant de l indemnité à verser effectivement au salarié est modifié par la somme qu il doit affecter au financement de la préretraite-licenciement (pour plus de détails, voir I.4). Les régimes social et fiscal se présentent comme suit. Indemnité versée dans le cadre d un plan social : lorsqu elle est versée dans le cadre d un plan social au sens des articles L et L du code du travail, l indemnité de licenciement est totalement exonérée d impôt et de cotisations de sécurité sociale (il en va de même pour les charges ayant la même assiette : ASSEDIC, ARRCO, AGIRC,...). Elle n est en revanche exonérée de CSG et de CRDS que dans la limite de son montant minimum légal ou conventionnel, le surplus étant soumis à ces deux contributions après abattement d assiette de 5 %. Indemnité versée hors plan social : lorsqu elle est versée en dehors d un plan social au sens des articles L et L du code du travail, l indemnité de licenciement a un régime plus complexe. Elle n est exonérée d impôt, de cotisations de sécurité sociale et des charges ayant la même assiette (ASSEDIC, ARRCO, AGIRC,...) que dans la limite du montant le plus élevé entre soit le minimum légal ou conventionnel de l indemnité, soit 50 % de la somme versée, soit deux fois la rémunération annuelle brute perçue par le salarié sur l année civile précédant la rupture. Le surplus est imposable et soumis à cotisations.

5 S agissant de la CSG et de la CRDS, doit être soumise à CSG et CRDS la fraction supérieure au minimum légal ou conventionnel ou imposable. Enfin, la fraction de l indemnité supérieure à F est toujours imposable et soumise à l ensemble des cotisations ainsi qu à la CSG et à la CRDS. Prise en charge de la contribution du salarié au financement de la convention Bien qu il n y soit pas obligé, l employeur peut décider de prendre en charge la contribution du salarié au financement de la préretraite FNE (voir I.4), notamment dans le but d inciter les salariés à adhérer aux préretraites en leur évitant de perdre une fraction trop importante de leur indemnité de rupture. Une telle prise en charge s analyse comme un complément d indemnité de licenciement (cass. soc. 9 décembre 1993, BC V n 308, J 3). Autres indemnités liées à la rupture du contrat En dehors des règles particulières affectant l indemnité de licenciement, le droit commun doit s appliquer concernant toutes les autres indemnités de rupture et la date de cessation de la relation de travail (préavis, indemnités de congés payés, etc.). En outre, la convention d ASFNE entraîne simplement l interruption du versement des allocations en cas de reprise d une activité professionnelle : elle ne prive pas d effet la clause de non-concurrence inscrite dans le contrat de travail (cass. soc. 16 janvier 1992, n 205 D, J 4). Dès lors, l indemnité compensatrice de la clause de non-concurrence est due dès lors que l employeur ne libère pas son salarié de cette clause puisque l adhésion à une convention de préretraite-licenciement n interdit pas la reprise d une activité professionnelle (cass. soc. 21 mai 1996, n 2240 D, J 5). Dommages et intérêts pour rupture injustifiée Sauf fraude de l employeur ou vice du consentement, l adhésion du salarié à une convention de préretraite-licenciement le prive ensuite du droit de contester la régularité et le bien-fondé de son licenciement (cass. soc. 27 janvier 1994, BC V n 33, J 6 ; 8 janvier 1997, BC V n 7, J 7). Cette impossibilité aboutit à «couvrir» certaines irrégularités qui ne le seraient pas dans le cadre d une procédure normale de licenciement pour motif économique (ex. : absence de la mention de la priorité de réembauchage dans la lettre de licenciement). Contrôle des embauches ultérieures L entreprise qui utilise les conventions de préretraite FNE peut être soumise par la DDTE à un contrôle de ses embauches ultérieures (c. trav. art. L , AN 8). En principe, accord préalable de l administration La convention FNE est subordonnée à l engagement de l entreprise de soumettre à l accord préalable de la DDTE les embauches à réaliser pendant une période débutant à l admission du premier bénéficiaire et s étendant aux 12 mois suivant la notification du dernier licenciement ayant donné lieu à une adhésion à la convention FNE (circ. CDE du 30 décembre 1993, AN 4). La nécessité de l accord préalable concerne toutes les embauches sous CDI ou CDD de plus de trois mois qui interviendraient dans les établissements concernés par la convention FNE. L accord de l administration est réputé acquis en l absence de réponse dans un délai de 7 jours renouvelable une fois, délai décompté à partir de la date de réception de la demande de l entreprise (l accusé de réception faisant foi). En cas d embauche sans demande d accord ou malgré un refus, une contribution supplémentaire doit être versée par l entreprise : elle est égale au montant moyen de la participation financière moyenne définie par la convention, multiplié par le nombre d embauches réalisées sans l accord de la DDTE.

6 Pas de contrôle des conventions FNE de taille modérée L administration a précisé que les conventions conclues pour un nombre de bénéficiaires inférieur à 50 ne sont pas soumises au contrôle des embauches lorsque le nombre de bénéficiaires prévu représente moins de 5 % de l effectif des établissements concernés. Cette exception n est toutefois pas applicable aux entreprises qui font partie d un groupe d importance nationale, lesquelles sont toujours soumises au contrôle de leurs embauches ultérieures, quel que soit le nombre de bénéficiaires fixé à la convention. I.4 FINANCEMENT DE LA CONVENTION Principe de contribution et cas de dispense La préretraite-licenciement est en principe financée par une contribution globale de l entreprise dont une partie est à la charge du salarié. L employeur peut être exonéré de sa contribution lorsque (arrêté du 1 er avril 1999, art. 9, AN 3) : l entreprise fait l objet d une procédure de redressement ou de liquidation judiciaires ; l entreprise est dans l incapacité d assumer cette charge financière (la décision incombe alors au ministre du Budget et au ministre de l Emploi). Contribution globale de l entreprise Elle est fonction d un taux de contribution négocié avec la DDTE et de la durée de prise en charge du salarié par le FNE (arrêté du 1 er avril 1999, art. 9, AN 3). Taux de contribution Taux minimum Le montant du financement dépend d un taux de contribution qui est fixé dans la convention. Ce taux est au minimum de 3 % (arrêté du 1 er avril 1999, art. 9, AN 3). En pratique, modulation du taux à négocier avec l administration Le taux de contribution varie comme suit selon les instructions données par l administration (circ. CDE du 30 décembre 1993, AN 4) : Âge du salarié 57 ans ou plus 56 ans Entreprise de moins de 500 salariés n appartenant 12 % à 15 % 15 % à 18 % pas à un groupe d importance nationale (taux moyen : 13,50 %) (taux moyen : 16,50 %) Entreprise de plus de 500 salariés 15 % à 18 % 18 % à 21 % ou appartenant à un groupe d importance nationale (taux moyen : 16,50 %) (taux moyen : 19,50 %)

7 Les taux sont modulés en fonction de : la qualité du plan social, compte tenu de la taille de l entreprise et de sa capacité administrative, économique et financière à prendre en charge des mesures d accompagnement social (mesures privilégiant les reclassements internes, aménagement et réduction du temps de travail, préretraite progressive, incitation au passage à temps partiel ) ; la taille de l entreprise ; sa situation économique et financière ; le caractère répétitif ou systématique du recours aux préretraites par l entreprise. Si l entreprise a conclu des conventions antérieures, l administration s assure du respect des engagements contractés lors de leur conclusion, notamment des clauses de protection des salariés de plus de 50 ans et du versement des sommes dues. Montant La contribution globale est proportionnelle à la durée de prise en charge de l intéressé par le FNE. Salariés âgés de moins de 60 ans lors de l adhésion à la préretraite Pour un salarié ayant adhéré à la convention de préretraite-licenciement avant 60 ans, la contribution globale est de : taux de contribution salaire journalier de référence (nbre de jours de prise en charge jusqu à 60 ans jours). Salariés âgés de 60 ans et plus lors de l adhésion à la préretraite Pour un salarié adhérant à la convention de préretraite-licenciement à 60 ans ou plus, la contribution globale est de : taux de contribution salaire journalier de référence 455 jours. Salaire journalier de référence Il est déterminé en fonction des rémunérations soumises aux cotisations ASSEDIC, au titre des douze mois civils précédant le dernier jour travaillé et payé à l intéressé, mais retenu dans la limite de deux fois le plafond de la sécurité sociale (c. trav. art. R , I, AN 6). Ce salaire journalier de référence sert également au calcul de l allocation spéciale servie au salarié (voir I.5). Les périodes au cours desquelles le salarié n a pas perçu une rémunération normale (périodes de suspension du contrat de travail ou de chômage partiel notamment) ne sont pas prises en compte. Coût effectivement à charge de l employeur Le montant de la contribution de l entreprise ainsi défini est un montant global dont il faut soustraire, en principe, la contribution du salarié pour connaître le coût effectivement supporté par l employeur. Mais rappelons que c est à l employeur qu incombe la responsabilité du versement de la part du financement incombant au salarié. Exemple Une entreprise de 200 salariés conclut une convention pour le départ en préretraite d un salarié âgé de 58 ans (avec 720 jours de prise en charge par le FNE). Si, en fonction des différents critères, il est fait application d un taux de contribution moyen de 13,5 %, le calcul de la contribution de l entreprise sera, pour un salaire journalier de référence de 600 F, de : 600 F [(720 jours) jours] 13,5 % = F, duquel il faut soustraire l éventuelle participation à la charge du salarié pour connaître le montant effectivement supporté par l employeur.

8 Fraction de contribution à charge du salarié Calcul et versement par l employeur En adhérant à une préretraite-licenciement, le salarié abandonne la différence entre l indemnité conventionnelle de licenciement qui lui est due et une indemnité calculée comme l indemnité versée pour le départ en retraite, étant précisé que le montant de cette dernière ne peut être inférieur à celui de l indemnité légale de licenciement (arrêté du 1 er avril 1999, art. 9, AN 3). La contribution du salarié est versée par l employeur en même temps que celle mise à la charge de ce dernier : elle diminue d autant la part de la contribution globale qui se trouve effectivement à la charge de l employeur. Montant maximum La contribution à charge du salarié ne peut excéder un maximum égal à 40 fois le salaire journalier de référence (45 fois si le salarié part en préretraite à 56 ans). Prise en charge de la contribution salariale par l employeur Voir I.3. Appel de la contribution financière Les modalités de versement applicables sont définies par circulaire (circ. CDGEFP du 28 mai 1997, AN 9 ; circ. CDE du 30 décembre 1993, AN 4). Premier appel de fonds provisionnel 45 % du montant correspondant aux bénéficiaires potentiels Le premier appel de fonds, calculé sur la base du salaire de référence indiqué par l entreprise, doit intervenir dès l admission du premier bénéficiaire : il correspond à 45 % du montant de la contribution globale de l entreprise, estimée sur la base du nombre de bénéficiaires potentiels prévus dans la convention. Ce mode de calcul, fondé sur des moyennes, vise à simplifier l évaluation du montant prévisionnel de la contribution à partir duquel est appelé ce premier versement. Le solde et donc la contribution définitive sont calculés en fonction des données réelles de la convention (salaires journaliers de référence réels, durées réelles de service des allocations de préretraite). Estimation de la contribution due Pour cette estimation, chacune des variables est fixée par établissement. Les données suivantes doivent être utilisées : âge moyen en décimales : 55 ans et 6 mois deviennent 55,5 et 55 ans et 8 mois deviennent 55,66 ; salaire mensuel moyen : sommes soumises à contribution d assurance chômage au titre des 12 mois précédant le licenciement, étant précisé que la fraction des salaires supérieurs à deux plafonds de sécurité sociale n est pas prise en compte ; effectif total de la classe d âge : nombre de bénéficiaires potentiels dans la classe d âge.

9 Estimation pour les bénéficiaires âgés de 56 ans à moins de 57 ans : [(60 âge moyen exprimé en décimales) + 1] 12 mois salaire mensuel moyen effectif total de la classe d âge taux applicable aux bénéficiaires d âge dérogatoire Estimation pour les bénéficiaires âgés de 57 ans à moins de 60 ans : [(60 âge moyen exprimé en décimales) + 1] 12 mois salaire mensuel moyen effectif total de la classe d âge taux applicable aux bénéficiaires de droit commun Estimation pour les bénéficiaires âgés d au moins 60 ans : 15 mois salaire mensuel moyen effectif total de la classe d âge taux applicable aux bénéficiaires de droit commun Estimation de la part salariale : Indemnité conventionnelle de licenciement Indemnité de départ en retraite (ou indemnité légale de licenciement si cette dernière est plus élevée que l indemnité de départ en retraite). Le montant de la part salariale est plafonné à 40 fois le salaire journalier de référence (45 fois si le salarié a 56 ans). Régularisation Le second et dernier versement solde la convention sur la base des adhésions effectives et des salaires de référence communiqués par les ASSEDIC : il intervient deux mois après la date de clôture des adhésions. I.5 ALLOCATIONS DE PRÉRETRAITE Le versement de l allocation de préretraite-licenciement (ASFNE) est effectué par l ASSEDIC du lieu de l établissement. Nous présentons ci-après l essentiel des règles relatives à l indemnisation et aux droits du salarié bénéficiaire de la préretraite, étant rappelé que le salarié a toujours la faculté d interroger l ASSEDIC. Précisons que le salarié qui adhère à la convention de préretraite-licenciement n a pas à s inscrire sur la liste des demandeurs d emploi (dir. UNEDIC du 24 avril 1995, AN 2). Montant brut de l allocation ASFNE Salaire de référence Cas général Le salaire de référence est calculé sur les rémunérations brutes limitées à deux plafonds et ayant donné lieu à cotisations d assurance chômage au cours des douze mois civils précédant le dernier jour travaillé et payé au salarié (c. trav. art. R , AN 6 ; dir. UNEDIC 99-6 du 21 janvier 1999, AN 10).

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal)

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal) Régimes social et fiscal des indemnités de rupture du contrat de travail au 1 er janvier 2012 Indemnité compensatrice de préavis, de congés payés, de RTT non pris ; indemnité de non-concurrence Assujettie

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail

Le Contrat de Sécurisation Professionnelle

Le Contrat de Sécurisation Professionnelle 13/02/2015 Le Contrat de Sécurisation Professionnelle Le contrat de sécurisation professionnelle (CSP) est destiné aux salariés des entreprises de moins de 1 000 salariés visées par une procédure de licenciement

Plus en détail

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE

LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE LE MAINTIEN DES COTISATIONS VIEILLESSES ET RETRAITE COMPLEMENTAIRE SUR UN SALAIRE A TEMPS PLEIN Ludivine LEROUX, juriste au sein des équipes du pôle Veille d ADP, nous propose une lecture synthétique des

Plus en détail

Service juridique CSFV

Service juridique CSFV Service juridique CSFV COMMENT CALCULER LE MONTANT DE L INDEMNITE DE LICENCIEMENT? La loi de modernisation du marché du travail du 25 juin 2008, reprenant les dispositions de l ANI du 11 janvier 2008,

Plus en détail

MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF

MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF MODALITES DE LIQUIDATION DE LA RETRAITE, CUMUL EMPLOI RETRAITE ET INCIDENCE ISF I - RETRAITE ET REPRISE D ACTIVITE La loi subordonne le versement d une pension de retraite par le régime général à la cessation

Plus en détail

>> Indemnité de licenciement des Mensuels

>> Indemnité de licenciement des Mensuels N d info 1454-10 Informations ASJ 04-03 Pôle Relations Sociales et Juridiques Mise à jour juin 2011 >> Indemnité de licenciement des Mensuels L avenant du 21 juin 2010 à l accord national sur la mensualisation

Plus en détail

Régime de garanties collectives obligatoires. Remboursement des frais de santé au personnel salarié.

Régime de garanties collectives obligatoires. Remboursement des frais de santé au personnel salarié. Direction des Ressources Humaines Direction de l'economie RH et des Ressources Destinataires Tous services Contact GASPAR Emilia Tél : Fax : E-mail : Date de validité A partir du 1 er ' janvier 2009 Régime

Plus en détail

Les cotisations volontaires

Les cotisations volontaires Les cotisations volontaires Qui est concerné? Conditions générales de mise en place d un dispositif de cotisations volontaires Taux de cotisations volontaires Certains salariés peuvent être amenés à diminuer

Plus en détail

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET)

ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ACCORD SUR LA CREATION D UN COMPTE EPARGNE TEMPS (CET) ENTRE LES SOUSSIGNES : L'Office International de l'eau, Association loi 1901, dont le siège social est situé 21 rue de Madrid 75008 PARIS, immatriculée

Plus en détail

Actualité du Droit Social

Actualité du Droit Social 1 Actualité du Droit Social janvier 2012 Table des matières 1. Actualité jurisprudentielle... 2 1.1 Obligation de sécurité-résultat de l employeur... 2 1.2 Modification de la durée du travail... 2 1.3

Plus en détail

Objet : Champ d application

Objet : Champ d application Le PARE-anticipé : mise en œuvre et sanctions Objet : Anticiper la mise en œuvre du PARE dès le préavis en cas de licenciement pour motif économique. Permettre au salarié de bénéficier : - d un entretien

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-052

LETTRE CIRCULAIRE N 2007-052 PARIS, le 13/03/2007 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2007-052 OBJET : Loi de financement de la Sécurité sociale pour 2007. Mise à la retraite

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009

Sal a on o d es e s se s r e v r i v ce c s e s à à la a personne Fps/2009 Salon des services à la personne Groupe IRCEM - emplois de la famille - Entreprises privées et associations prestataires : Tout savoir sur vos obligations en matière de protection sociale Salon des services

Plus en détail

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR

INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR INDEMNISATION L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR À L EMPLOI (ARE) POLE-EMPLOI.FR L ALLOCATION D AIDE AU RETOUR A L EMPLOI (ARE) POUR QUI? Pour vous si : Vous avez travaillé au minimum 122 jours (ou 610 heures)

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3034 Convention collective nationale IDCC : 1090. SERVICES DE L AUTOMOBILE (Commerce et réparation de l automobile, du

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

LES INDEMNITES CONVENTIONNELLES DE LICENCIEMENT A PARTIR DU 1 ER MAI 2010

LES INDEMNITES CONVENTIONNELLES DE LICENCIEMENT A PARTIR DU 1 ER MAI 2010 LES INDEMNITES CONVENTIONNELLES DE LICENCIEMENT A PARTIR DU 1 ER MAI 2010 L avenant du 15 septembre 2009, étendu par un arrêté du 16 avril 2010 (JO du 27 avril 2010) modifie les articles 17 et 18 du chapitre

Plus en détail

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES»

COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» COMPLEMENTAIRES SANTE ET DEDUCTIONS SOCIALES ET FISCALES : LES MUTUELLES UMC ET FIDAL VOUS EXPLIQUENT LES CONTRATS «RESPONSABLES» Le système interprofessionnel de Sécurité Sociale est obligatoire : le

Plus en détail

-L employeur et le salarié signent une convention qui fixe, notamment, la date de rupture du contrat.

-L employeur et le salarié signent une convention qui fixe, notamment, la date de rupture du contrat. LA RUPTURE CONVENTIONNELLE 1-LE PRINCIPE La rupture conventionnelle a été instaurée dans le cadre de la loi du 25 juin 2008. Elle constitue un mode de rupture amiable spécifique au contrat de travail à

Plus en détail

Vous êtes retraité au titre d une activité salariée ou assimilée salariée (régime général)

Vous êtes retraité au titre d une activité salariée ou assimilée salariée (régime général) Vous êtes à la retraite et vous souhaitez créer une entreprise, les conséquences sur le versement de votre pension et sur votre protection sociale Si vous créez une entreprise, vous serez affilié et cotiserez

Plus en détail

les derniers salaires qui comptent

les derniers salaires qui comptent 1Ce sont les derniers salaires qui comptent Le montant de l allocation d aide au retour à l emploi est calculé sur la base du «salaire journalier de référence» établi à partir des rémunérations perçues

Plus en détail

LA RUPTURE CONVENTIONNELLE. Analyse détaillée. Direction des Relations Sociales. Décembre 2008

LA RUPTURE CONVENTIONNELLE. Analyse détaillée. Direction des Relations Sociales. Décembre 2008 LA RUPTURE CONVENTIONNELLE Analyse détaillée Direction des Relations Sociales Décembre 2008 LA RUPTURE CONVENTIONNELLE : UNE INNOVATION Ni un licenciement, ni une démission C est un nouveau mode spécifique

Plus en détail

Le compte épargne temps

Le compte épargne temps Le compte épargne temps La loi n 2008 789 du 20 août 2008 portant rénovation de la démocratie sociale et réforme du temps de travail procède à une profonde clarification des modalités de mise en place

Plus en détail

Activité partielle et Formation. Direccte de Franche Comté

Activité partielle et Formation. Direccte de Franche Comté Activité partielle et Formation Une mesure ancienne prévue par les partenaires sociaux dans un accord national interprofessionnel (ANI) du 21 février 1968, réactualisée par deux ANI du 13 Janvier et du

Plus en détail

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE

REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE REGIME SOCIAL DES CONTRIBUTIONS PATRONALES DE PREVOYANCE ET DE RETRAITE SUPPLEMENTAIRE Contexte : Loi FILLON du 23 Août 2003 : - modification des limites d exonération, - fixation de nouvelles caractéristiques

Plus en détail

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Fiche pratique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Boite à outils - Juridique Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations

Plus en détail

Le Bulletin de salaire

Le Bulletin de salaire Le Bulletin de salaire Mentions obligatoires : Le bulletin de salaire doit mentionner les éléments suivants : - Les coordonnés du Syndicat de copropriétaires dont dépend le salarié - Le numéro de SIRET

Plus en détail

NOUVELLES REGLES D INDEMNISATION DU CHOMAGE

NOUVELLES REGLES D INDEMNISATION DU CHOMAGE Circulaire n 2009-06 du 7 juillet 2009 CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE L ALLIER 4, rue Marie Laurencin 03400 YZEURE ***** Téléphone 04-70-48-21-00 Télécopie 04-70-44-85-61 NOUVELLES

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel OFFICES PUBLICS DE L HABITAT ACCORD DU 12 JUILLET 2012 RELATIF À LA

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011

Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011 Avenant n 2 à l Accord Collectif National relatif aux frais de soins de santé du 24 novembre 2005 du 25.10.2011 Chapitre 1 : Champ d application et objet de l accord Le présent accord s applique à l ensemble

Plus en détail

Quelles sont les indemnités auxquelles a droit un salarié licencié?

Quelles sont les indemnités auxquelles a droit un salarié licencié? Important! Certaines indemnités peuvent être augmentées par la convention collective ou le contrat de travail. Quelles sont les indemnités auxquelles a droit un salarié licencié? L indemnité légale de

Plus en détail

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi

La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La nouvelle prime de partage des profits : Mode d emploi La Loi n 2011-894 du 28 juillet 2011 de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2011 institue une prime de partage des profits, ou

Plus en détail

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3247 Convention collective nationale IDCC : 1513. ACTIVITÉS DE PRODUCTION DES

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord collectif

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES. Accord collectif MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS NON CADRES (Picardie et Aisne) (17

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167

LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167 PARIS, le 29/11/2005 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2005-167 OBJET : Loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l'économie.

Plus en détail

ACCORD DE COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD DE COMPTE EPARGNE TEMPS (7BB) ACCORD DE COMPTE EPARGNE TEMPS Entre les parties L UNITE ECONOMIQUE ET SOCIALE UES du GROUPE MALAKOFF représentée par Monsieur Stéphane ROSTAND Directeur des Ressources Humaines Et Les représentants

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040 PARIS, le 15/02/2006 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2006-040 OBJET : Bonus exceptionnel d'un montant maximum de 1.000 euros L'article 17 de la loi

Plus en détail

Nous vous invitons par ailleurs à transmettre, s il y a lieu, ces informations à votre expert comptable ou à votre centre de gestion.

Nous vous invitons par ailleurs à transmettre, s il y a lieu, ces informations à votre expert comptable ou à votre centre de gestion. EN PARTENARIAT AVEC Objet : Lettre avenant - Evolution des dispositions du régime d assurance Complémentaire Santé de vos salariés non cadres. Accord départemental du 3 septembre 2009. Raison sociale 1

Plus en détail

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Indemnités négociées ou facultatives Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Référence Internet Saisissez la Référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES

LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES LES DROITS A PENSION DES ORPHELINS MAJEURS INFIRMES SERVICE DES RETRAITES DE l ETAT - 0810 10 33 35 - www.pensions.bercy.gouv.fr - Edition du 1 er mai 2013 En application de l article L. 40 du code des

Plus en détail

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE)

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) indemnisation L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les 50 ans et plus L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les 50 ans et plus Pour qui? Pour vous si : vous n avez pas atteint

Plus en détail

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE Votre centre de gestion CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE COMMISSION, DE COURTAGE ET DE COMMERCE INTRA-COMMUNAUTAIRE ET D IMPORTATION- EXPORTATION DE FRANCE METROPOLITAINE PERSONNEL CONCERNE

Plus en détail

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire

Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire Le régime social des cotisations patronales de protection sociale complémentaire SOMMAIRE 1 Assujettissement à cotisations sociales... 3 1.1 Cotisations concernées par l exemption d assiette... 3 1.2 Limites

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008

Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Accord N 36 Le Compte Epargne Temps au GIE AtlantiCA En date du 25 septembre 2008 Les organisations syndicales signataires : CFDT, SNECA-CGC, SUD AtlantiCA TABLE DES MATIERES L ACCORD INDEX TABLE DES MATIERES

Plus en détail

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO EPARGNE SALARIALE : FICHE CONSEIL Nom du Document : EPARGNE SALARIALE Page : 1/7 EPARGNE SALARIALE : Le plan d épargne salariale est un système d'épargne collectif ouvrant au personnel de l'entreprise

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3265 Convention collective nationale IDCC : 1672. SOCIÉTÉS D ASSURANCES (6 e édition. Juillet 2003) Brochure

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3246 Convention collective nationale IDCC : 1518. ANIMATION AVENANT N 137 DU 26 SEPTEMBRE 2011 RELATIF AU TEMPS PARTIEL

Plus en détail

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité.

L inscription de M... à l institution de retraite (la nommer) à laquelle adhère l association sera demandée dès le début de son activité. Modèle de contrat de travail à durée indéterminée 2 e modèle normal Entre : l association..... représentée par M. (le président)... d une part, et : M. demeurant.. d autre part, IL A ETE CONVENU CE QUI

Plus en détail

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT

LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Textes applicables : LOI POUR LE POUVOIR D ACHAT Loi n 2008-111 du 8 février 2008 J.O. du 9 février 2008 Circulaire DGT / DSS n 2008-46 du 12 février 2008. Circulaire ACOSS n 2008-039 du 18 mars 2008.

Plus en détail

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Le travail à temps partiel : ce qui change avec la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 1 Obligation de négocier au niveau des branches... 3 2 Durée minimale de travail... 3 2.1 Dérogations...

Plus en détail

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER

AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 CHAPITRE I ER MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE AVENANT N 2 DU 25 OCTOBRE 2011 À L ACCORD DU 24 NOVEMBRE 2005 RELATIF AUX FRAIS DE SOINS DE

Plus en détail

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Article 1 : Il est créé un chapitre 10 dans la convention collective de l animation intitulé compte épargne temps dont les dispositions sont les suivantes : Préambule

Plus en détail

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO FICHE CONSEIL

EPARGNE SALARIALE : PEE PERCO FICHE CONSEIL EPARGNE SALARIALE : FICHE CONSEIL EPARGNE SALARIALE : Le plan d épargne salariale est un système d'épargne collectif ouvrant au personnel de l'entreprise la faculté de participer, avec l'aide de celle-ci,

Plus en détail

RUPTURE CONVENTIONNELLE DU CONTRAT DE TRAVAIL

RUPTURE CONVENTIONNELLE DU CONTRAT DE TRAVAIL RUPTURE CONVENTIONNELLE DU CONTRAT DE TRAVAIL 23/09/2013 La Loi de Modernisation du Marché du Travail, du 25 juin 2008, a créé une nouvelle forme de rupture du contrat de travail : la rupture conventionnelle.

Plus en détail

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif?

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif? QUESTIONS SUR L OBJET DE LA PORTABILITE La mensualisation est-elle exclue du dispositif? L obligation de maintien de salaire à la charge de l employeur n est pas concernée : en effet, il ne s agit pas

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2128.

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 2128. MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3300 Convention collective nationale IDCC : 2128. MUTUALITÉ AVENANT N O 1 DU 28 MARS 2007 RELATIF À

Plus en détail

L ABSENCE D UN SALARIE : Pour maladie ou accident du travail Droits et Obligations

L ABSENCE D UN SALARIE : Pour maladie ou accident du travail Droits et Obligations L ABSENCE D UN SALARIE : Pour maladie ou accident du travail Droits et Obligations FICHE CONSEIL Chemin d accès : METHODES/OUTILS/2.DEVELOPPER/FICHES CONSEIL/SOCIAL RH/DIVERS Page : 1/5 1. L arrêt maladie

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

Statuts des dirigeants mandataires sociaux (décisions des conseils d administration du 18&19 juin et du 24 octobre 2013) Le conseil d administration

Statuts des dirigeants mandataires sociaux (décisions des conseils d administration du 18&19 juin et du 24 octobre 2013) Le conseil d administration Statuts des dirigeants mandataires sociaux (décisions des conseils d administration du 18&19 juin et du 24 octobre 2013) Le conseil d administration sur proposition du comité de rémunérations-ressources

Plus en détail

Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires

Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires Rationnaliser les procédures de contentieux judiciaires 3 Conciliation prud homale Conciliation devant le bureau de conciliation Pour les contestations relatives au licenciement (et non sur la rupture

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3175 Convention collective nationale IDCC : 1909. ORGANISMES DE TOURISME

Plus en détail

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85.

Union Sociale du Bâtiment et des Travaux Publics 49 Boulevard Delfino 06300 NICE www.usbtp.fr Tel : 04.92.00.44.44 Fax : 04.93.26.85. COMPRENDRE VOTRE RETRAITE Trois ans après la dernière réforme, un nouveau texte de loi est prévu concernant le régime des retraites par répartition : maintien de l'âge légal de départ à la retraite à 62

Plus en détail

Généralisation des mutuelles santé

Généralisation des mutuelles santé Date de mise à jour : juin 2013 Généralisation des mutuelles santé La loi instaure une couverture complémentaire santé minimale obligatoire pour tous les salariés du secteur privé d ici au 1 janvier 2016.

Plus en détail

ATTESTATIONS DE SALAIRE

ATTESTATIONS DE SALAIRE AM@llier Votre lettre d information n 15 Février 2013 Caisse primaire d Assurance Maladie de l Allier QUELQUES CONSEILS DE REMPLISSAGE! ATTESTATIONS DE SALAIRE Dossier Pour éviter toute rupture de revenus

Plus en détail

ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS ACCORD RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS Entre la Direction Générale de la société Herakles, représentée par Philippe BOULAN, en sa qualité de Directeur des Ressources Humaines, D une part, Et les organisations

Plus en détail

AVENANTS A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES ET A L ACCORD NATIONAL SUR LA MENSUALISATION (non-cadres) UIMM 26-07

AVENANTS A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES INGENIEURS ET CADRES ET A L ACCORD NATIONAL SUR LA MENSUALISATION (non-cadres) UIMM 26-07 21 septembre 2010 Période d essai, indemnité de licenciement, indemnité départ à la retraite, GPEC, dialogue social, DIF et chômage partiel, harcèlement moral AVENANTS A LA CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3314 Convention collective nationale IDCC : 2412. PRODUCTION DE FILMS D ANIMATION

Plus en détail

Le contrat de travail temporaire

Le contrat de travail temporaire Le contrat de travail temporaire Synthèse La conclusion d un contrat de travail temporaire n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire, dénommée mission, et seulement dans les

Plus en détail

La réforme des pensions expliquée

La réforme des pensions expliquée La réforme des pensions expliquée TABLE DES MATIÈRES 1. LA PENSION ANTICIPÉE... 2 1.1. SITUATION AVANT LA RÉFORME... 2 1.2. SITUATION À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2013... 2 1.3. LES MESURES DE TRANSITION...

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE-TEMPS

LE COMPTE EPARGNE-TEMPS F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LE COMPTE EPARGNE-TEMPS L E S S E N T I E L Cette fiche présente le dispositif du compte épargne-temps (CET) tel qu il a été réformé par le décret n 2010-531 du 20 mai

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-12274 Non publié au bulletin Rejet M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président SCP

Plus en détail

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale

Mesdames et messieurs les directeurs des caisses d'assurance retraite et de la santé au travail et des caisses générales de sécurité sociale Circulaire Objet : dont la date d effet est fixée à compter du 1 er janvier 2015 Référence : 2014-65 Date : 23 décembre 2014 Direction juridique et de la réglementation nationale Département réglementation

Plus en détail

Gérer le temps de travail, les congés et les absences

Gérer le temps de travail, les congés et les absences Gérer le temps de travail, les congés et les absences I. L ORGANISATION DES CONGES Le Code du travail prévoit deux catégories de congés : les congés annuels, dits congés payés, qui représentent 2,5 jours

Plus en détail

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés?

a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? II -Congés payés a) À quels moments un salarié cumule-t-il des congés payés? Tout salarié on droit à des congés payés, dès lors qu il a travaillé, chez le même employeur, pendant un temps équivalent à

Plus en détail

Nous vous invitons par ailleurs à transmettre, s il y a lieu, ces informations à votre expert comptable ou à votre centre de gestion.

Nous vous invitons par ailleurs à transmettre, s il y a lieu, ces informations à votre expert comptable ou à votre centre de gestion. EN PARTENARIAT AVEC Objet : Lettre avenant - Evolution des dispositions du régime d assurance Complémentaire santé de vos salariés non cadres Accord régional du 2 juillet 2009 Raison sociale 1 Raison sociale

Plus en détail

Catégorie de salariés

Catégorie de salariés Catégorie de salariés Contractuellement, les catégories de salariés sont définies par le code CPN (catégorie professionnelle normalisée) et le libellé de la catégorie. Ces valeurs n étant pas connues dans

Plus en détail

[ Exonérations & aides à l emploi ] Zone de revitalisation rurale - ZRR - À JOUR AU

[ Exonérations & aides à l emploi ] Zone de revitalisation rurale - ZRR - À JOUR AU [ Exonérations & aides à l emploi ] Zone de revitalisation rurale - ZRR - À JOUR AU 1 er janvier 2007 Les entreprises ou organismes implantés en zone de revitalisation rurale (ZRR), ainsi que certaines

Plus en détail

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE)

L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) INDEMNISATION L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les moins de 50 ans L allocation d aide au retour à l emploi (ARE) Pour les moins de 50 ans Pour qui? Pour vous si : vous avez travaillé

Plus en détail

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I.

Fiche Produit : Article 83 du C.G.I. LE CONTRAT DE RETRAITE À COTISATIONS DÉFINIES(ART. 83 DU C.G.I) Il s agit d un contrat collectif d assurance retraite par capitalisation à adhésion obligatoire souscrit par l entreprise en faveur de l

Plus en détail

La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés

La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés La portabilité des couvertures prévoyance et santé en faveur des anciens salariés Par l article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008, les partenaires sociaux ont mis en place

Plus en détail

LE COMPTE EPARGNE TEMPS

LE COMPTE EPARGNE TEMPS STATUT LE COMPTE EPARGNE TEMPS Références : Décret 2004-878 du 26 août 2004, modifié par le décret 2010-531 du 20 mai 2010 ; Circulaire ministérielle N10-007135-D du 31 mai 2010 (annexe 1). Les règles

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3090 Convention collective nationale IDCC : 1527. IMMOBILIER (Administrateurs de biens, sociétés immobilières,

Plus en détail

Le contrat de travail à temps partiel

Le contrat de travail à temps partiel Le contrat de travail à temps partiel 1) Travail à temps partiel : de quoi s agit-il? Est considéré comme salarié à temps partiel le salarié dont la durée du travail est inférieure : - à la durée légale

Plus en détail

Comment gérer la transition emploi/retraite

Comment gérer la transition emploi/retraite Philippe CARÉ Cécile POLTÉ Benoît DORIN Nora OUIDIR Comment gérer la transition emploi/retraite, 2010 ISBN : 978-2-212-54749-8 Chapitre 3 L élasticité de la durée d indemnisation jusqu à la retraite à

Plus en détail

COMPTE EPARGNE TEMPS

COMPTE EPARGNE TEMPS CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DE LA VENDEE Maison des Communes 65, Rue Kepler B.P.239 85006 LA ROCHE-SUR-YON - CEDEX - : 02.51.44.50.60 : 02.51.37.00.66 : www.cdg85.fr : maison.des.communes@cdg85.fr

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national COMPTE ÉPARGNE-TEMPS DANS LES EXPLOITATIONS

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-073

LETTRE CIRCULAIRE N 2006-073 PARIS, le 24/05/2006 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2006-073 OBJET : Modifications apportées au régime social des indemnités versées à l'occasion

Plus en détail

Les contrats aidés. Conclusion du contrat Formalités. Les étapes : - Contrat établi par un formulaire CERFA à remplir

Les contrats aidés. Conclusion du contrat Formalités. Les étapes : - Contrat établi par un formulaire CERFA à remplir Définition Champ d application Conclusion du contrat Formalités Durée du contrat et conditions d emploi Rémunération Aides et avantages sociaux particuliers Contrat de professionnalisation Contrat de formation

Plus en détail

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES

MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Accord départemental PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE FRAIS DE SANTÉ DES SALARIÉS NON CADRES DES EXPLOITATIONS AGRICOLES

Plus en détail

Le contrat de travail temporaire. schassigneux@yahoo.fr

Le contrat de travail temporaire. schassigneux@yahoo.fr Le contrat de travail temporaire schassigneux@yahoo.fr 1 Synthèse La conclusion d un contrat de travail temporaire n est possible que pour l exécution d une tâche précise et temporaire, dénommée mission,

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE JUIN 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Congés conventionnels non-pris : la charge de la preuve repose sur le salarié Le salarié doit apporter la preuve qu il n a pu

Plus en détail