Introduction...11 Organisation de l ouvrage...15 Chapitre I Les services Interactifs...17 Chapitre II La sécurité des banques en ligne...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction...11 Organisation de l ouvrage...15 Chapitre I Les services Interactifs...17 Chapitre II La sécurité des banques en ligne..."

Transcription

1 Sommaire Introduction...11 Introduction sur l Internet...11 Introduction Générale...13 Organisation de l ouvrage...15 Chapitre I Les services Interactifs...17 Section 1 De la création des services interactifs à l Internet L avant Internet Créer un site à moindre coût Réussir sa banque sur Internet...20 Section 2 La grande variété des services proposés Quelques banques en quelques services Les services en détail Les tarifs des services bancaires...24 Résumons...26 Chapitre II La sécurité des banques en ligne...27 Section 1 Le respect des informations personnelles...27 Session 1 : Les explications données concernant l usage des informations...28 Session 2 : Le choix laissé au consommateur de refuser d être sollicité...28 Session 3 : La possibilité de modifier les informations (adaptation à la législation française)...29 Session 4 : Le respect des données (adaptation à la législation française)...29 Session 5 : La sécurité des stockages et transferts...30 Section 2 La sécurité des échanges Les risques Le problème des intrusions L authentification de l émetteur...34 Résumons...35 Chapitre III Quel avenir pour l agence? Quel avenir pour le personnel?...37 Section 1 : l avenir de l agence bancaire Des clients encore très attachés à la relation privilégiée avec leur conseiller Le développement des automates à l intérieur des agences...39 Section 2 : l avenir du personnel Licenciements ou modification des postes? Vers un personnel encore plus professionnel Le coaching dans le monde de la banque...44 Résumons

2 Chapitre IV Les clients des banques en ligne Section 1 Les consultations Internet Internet de plus en plus populaire Ce qui motive les consommateurs Section 2 Les satisfactions et déceptions Une enquête sur les Internautes Une étude : Banque directe et Axa Banque Résumons Chapitre V E-banque et rentabilité bancaire Section 1 Rentabiliser l investissement initial La banque elle-même La distribution multicanal Une bonne offre de produits Section 2 Le suivi de l évolution de la rentabilité Dès le lancement du projet Le suivi après lancement Résumons Chapitre VI Les innovations en terme d accès aux services interactifs des banques.. 65 Section 1 Les différents accès proposés par les banques Listing L exemple en deux banques : la Société Générale et le Crédit Agricole Les accès peu connus ou peu développés Section 2 Trois moyens d accès importants L Internet mobile Les possibilités offertes par le téléphone portable Le minitel n est pas encore mort Section 3 L avenir des canaux à distance Les fréquentations futures L e-banque à venir Résumons Pour conclure Lexique Bibliographie Remerciements

3 Introduction Introduction sur l Internet 1 Les banques évoluent continuellement, on le voit par l augmentation des services qu elles nous proposent. En effet, les banques deviennent des assurances, les assurances devenant elles aussi des banques à leur tour. Bientôt, on ne saura plus quelle était la vocation principale du lieu où sera gardé notre argent, nos titres. Avant, il suffisait de se rendre à son agence pour déposer ou prendre de l argent, pour déposer un chèque, pour faire un virement, ou toute autre opération relative aux mouvements d argent. Dorénavant, on ne peut plus prendre d espèces au guichet sans que des frais ne nous soient prélevés, ou sans que l on nous redirige vers un automate bancaire 2. Afin de désengorger les agences, les banques ont décidé, avec l apparition de nouvelles techniques d information et de communication, de créer des services interactifs permettant d entrer en relation avec les agences. Le premier service fût créé en France par l intermédiaire du minitel ; il permettait de consulter son compte, de faire des virements, mais ceci entraînant des coûts plutôt élevés. Le téléphone a servi et servira encore d intermédiaire avec la banque. Certains de ces services, principalement le minitel, ont été un réel succès. Mais leur coût était trop élevé, aussi bien pour les banques que pour leurs clients, c est pourquoi il fallait trouver un nouveau moyen de communication simple, sûr, et peu cher, aussi bien pour les banques que pour leurs clients. Mais le temps de la communication par le biais du téléphone ou du minitel semble révolu. En effet, l informatique a dors et déjà pris le pas sur ces anciennes nouvelles techniques de communication. Cela semble faire 1 Cf. : Lexique définition Internet. 2 Cf. : Lexique définition automate bancaire. 11

4 une éternité que les Steve 3 ont inventé le PC (Personal Computer), qu ils nommèrent Apple I sous la marque Apple, car depuis les ordinateurs ont été de plus en plus puissants, dotés dorénavant de Dual Core (ou double coeur), de mémoire atteignant les 3 à 4Go (giga octets), de cartes graphiques supérieures à 512Mo (méga octets). Mais l une des plus grandes innovations de la fin du vingtième siècle fut celle de l introduction de l International Network ou Internet dans les ménages. Le terme Internet apparu en 1982, mais ne fut légalement accessible par le grand public qu en Il avait été conçu bien avant, en 1957, sous le nom d Arpanet, et était à l origine un réseau militaire destiné à l armée des Etats-Unis d Amérique, l idée étant de relier les laboratoires de recherche militaires pour échanger des informations plus discrètement en cette période de guerre froide. Les chercheurs avaient donc conçu le réseau Arpanet, capable de se développer de manière très souple, indépendant des ordinateurs utilisés, beaucoup moins vulnérable aux attaques nucléaires qu un système classique centralisé 4. Afin de relier plus aisément des ordinateurs de tailles moins importantes que celles des calculateurs centraux, les chercheurs américains mirent au point en 1974 le protocole TCP/IP (Transport Control Protocol/Internet Protocol), qui s adapte à différents débits et à tous les ordinateurs. C est au début des années 2000 que la guerre à l Internet fut lancée entre les différents opérateurs (Wanadoo, AOL, Free, Liberty Surf ou Alice, ), le but étant d atteindre des débits de transmission plus importants à un prix moindre, avec toutes les options que cela entraîne. En effet, tout ceux qui sont passés à l ADSL (Asymmetrical Digital Subscriber Line), autrement dit le Haut Débit, pouvant en 2005 égaler les 20 Méga bps (Bits par seconde) en réception, ce qui permet de surfer sur le net sans trop de temps de chargement, se souviennent (sans regrets) du désormais dépassé 56K (Kilo bits par seconde), où il fallait parfois attendre plusieurs minutes pour charger une simple page Internet. En parallèle à ces innovations, plusieurs services ont suivi, voyant en cela une opportunité telle qu elle pourrait engendrer d énormes bénéfices 3 Steve Wosniak et Steve Jobs, qui ont créé, selon une pseudo légende, leur premier ordinateur destiné aux ménages dans un garage. L un concevait le programme, l autre se chargeait de la commercialisation. 4 Encyclopédie Hachette Multimédia,

5 l entrée de Google en bourse en 2005 peut témoigner d à quel point l International Network est prometteur, et c est dans les années 1995 qu un service entra dans la course à l Internet : la banque 5. Introduction Générale Par e-banque on entend évidemment parler des banques sur Internet (International Network, réseau informatique mondial créé par l interconnexion de réseaux de télécommunications et d ordinateurs permettant l échange de données informatiques 6 ). Le terme d e-banque serait peut-être du néologisme car la presse ou les auteurs parlent plutôt de Cyberbanque, de e-banking, plus couramment de banque en ligne, voire même d agence du futur, comme l a décrit Laurent Méchain, responsable de marché banque et assurance à Microsoft France, dans un article paru en juillet 2004 au n 660 de Banque magazine. L orientation des banques vers un service de proximité par l intermédiaire du réseau informatique est un phénomène encore récent, abordé plutôt d un point de vue juridique (Les services bancaires et financiers en ligne, Marie-Elisabeth Mathieu, Revue Banque, 2005), et qui nécessite des investissements : recours à la sous-traitance pour la création du site, du matériel permettant d assurer anonymat et sécurité lors des consultations, facilité d accès, promotion du service, La banque en ligne propose plusieurs services comme la possibilité de consulter l état de nos comptes à tout moment de la journée, d effectuer des virements, d imprimer des relevés d identité bancaire (ou R.I.B), d entrer en communication par l intermédiaire de messages avec des conseillers financiers. Mais ce service est bien souvent payant, les prix variant d une banque à l autre du simple au double. Mais de plus en plus de banques proposent ce service gratuitement, à condition d opter pour certains comptes (compte-service du Crédit Agricole). Plusieurs questions viennent alors : Que proposent les banques en ligne? Que deviendront les agences? Comment réagissent les clients? Quelles vont être les répercutions sur la banque elle-même? Quel avenir pour l ebanque? C est ici que cela devient intéressant car on remarque que le 5 Cf. : Lexique définition banque, voir aussi banque à domicile. 6 Cf. : Lexique définition échange de données informatiques. 13

6 modèle assez rigide des structures bancaires est en train de s adapter à la société de proximité, commence à prendre des risques dans un domaine qui n était pas le sien, commence à se diversifier, tout en mesurant les conséquences que cela aura aussi bien sur le personnel actuel et futur que sur des indicateurs importants aux yeux des banques (Produit Net Bancaire 7 principalement). Il serait également intéressant de s interroger sur l impact que cela a sur les clients, sur le fait qu ils peuvent gérer leur compte au jour le jour en prenant des décisions à distance, en ne se rendant aux agences que pour des besoins de renseignements ou pour ouvrir un compte ou même souscrire à une assurance habitation ou automobile. Il sera donc question des enjeux de l e-banque (du point de vue du démarrage, de la création, des possibilités que cela offre aussi bien pour les agences et les employés de la banque que pour les clients) et des conséquences de l e-banque (conséquences sur les agences, le personnel, le Produit Net Bancaire, l avenir de la banque en ligne). Il sera également intéressant de s interroger sur la sécurité qu offre ce service, ce qu il va devenir. Tout ceci s articulera autour de 6 chapitres expliqués ci-après. 7 Cf. : Lexique définition Produit Net Bancaire. 14

7 Organisation de l ouvrage Cet ouvrage sera constitué de six chapitres, associés aux services que l on trouve sur les sites des banques, à la sécurité, à l impact sur l agence, le personnel, les clients et la rentabilité, puis sur l avenir de l e-banque. Le Chapitre 1 portera sur l évolution des services interactifs proposés par les banques. L arrivée des banques en ligne a entraîné une nouvelle compétition, entre les différentes banques elles-mêmes. La façon qu ont ces banques de s affronter est simple, elle consiste en la proposition d un maximum de services aux coûts plus ou moins élevés. Le problème des coûts des services est le problème majeur que rencontrent les banques, car il semble difficile de mesurer l apport exact de l e-banque, étant donné que certaines d entre elles proposent des services gratuits. Un autre problème naît à la suite de cette entrée sur Internet, celui du coût de cette introduction. En effet, il faut concevoir le site Internet de la banque, le rendre accessible, le sécuriser, et cela n est pas chose facile ni gratuite. La question est : faut-il confier la création des sites à un service externe? Les banques ont dû réfléchir afin de trouver la solution la plus rentable. Le Chapitre 2 se consacrera à la sécurité des sites Internet des banques. Cela est effectivement la préoccupation principale des utilisateurs, car il s agit de consultations et d opérations relatives à tout ce qui se rapporte à l argent du client. Il doit pouvoir surfer sur le site sans avoir à s inquiéter des virus et autres menaces. Un listing des menaces ainsi que ce que dit la loi à ce sujet sera développé dans cette partie. Le Chapitre 3 posera la question de l avenir de l agence. La première inquiétude à laquelle nous pouvons être confronté repose sur la pérennité des agences bancaires. Vont-elles disparaître? Certains s en soucient, mais peu songent à leur extinction. En effet, il semblerait plutôt que l ère de l agence soit en plein changement. L agence est encore loin de devenir un simple abris destiné à accueillir tous les automates (distributeurs, automates affectés aux dépôts de chèques, d espèces, de consultations de 15

8 comptes, de virements, ). Ce chapitre portera donc également sur l impact de l e-banque sur le personnel. Beaucoup d employés de la banque, notamment les guichetiers et les anciens, semblent inquiets car ils pensent que l e-banque va leur faire perdre leur place, soit de part leur inutilité illusoire, soit pour être remplacés par des jeunes actifs tout droits sortis des Ecoles de Commerce. D autres, somme toute mieux informés, ne semblent pas s inquiéter quant aux effets de l e-banque sur leur emploi, car ils voient en cela une ouverture à l évolution de leur poste. Mais il peut tout de même y avoir des conséquences néfastes sur les ressources humaines. Le problème ici est donc celui de l information qui vient à manquer, car souvent, pour les employés que j ai rencontrés et qui travaillaient dans des agences, ceux-ci connaissaient parfaitement les services sur Internet mais ne savaient pas exactement les effets que cela aura sur leur poste. Le Chapitre 4 dressera l inventaire des satisfactions/mécontentements des clients usant de l Internet bancaire. Seront exposés les chiffres quant à l évolution de la fréquentation des banques en ligne, les avis des clients portant sur l efficacité de ce service, les attentes, les regrets, les principaux utilisateurs, leur âge moyen, ainsi que leur profession. Le Chapitre 5 sera sur l impact de l e-banque sur la rentabilité de la banque. Ceci portera sur un troisième problème, celui des suites que cela entraîne, par exemple, sur le Produit Net Bancaire, ou PNB. Il est nécessaire de se poser la question du recouvrement du coût de la mise en place de ce service, si ce coût va avoir des conséquences négatives sur la rentabilité de la banque, ou bien s il va permettre de l améliorer davantage. En effet, si les banques engagent de l argent dans une action, c est qu elles comptent bien en tirer tous les profits possibles. Mais comment savoir, ou comment prévoir, si l entrée en ligne va être rentabilisée? Dans le Chapitre 6, nous verrons que nous ne sommes qu à l incipit de l évolution des banques sur Internet, ce pourquoi nous ne pouvons savoir exactement quelles en seront, à long terme, les conséquences. Verrons-nous apparaître de nouvelles formes de ces services qui viendront remplacer ceux existant? En effet, les banques commencent à nous proposer des services sur téléphonie mobile, comme par exemple l avertissement lorsqu un seuil est franchi. Ou bien est-ce que la banque sur Internet va encore évoluer, ce grâce aux nouvelles fonctions des téléphones mobiles ou du WiFi, qui permettent de se connecter n importe où, n importe quand à Internet? De nouvelles technologies arrivent à grands pas, il faudrait donc s y intéresser. 16

9 Chapitre I Les services Interactifs Depuis leur création, les banques ont voulu se diversifier par rapport aux autres, notamment en donnant aux clients un meilleurs accès. C est à la fin du XXe siècle que l on voit émerger de nouveaux modes de communication entre les banques et la clientèle. Mais ces améliorations ne sont pas sans coûts, et leur mise en place nécessite souvent une recherche préalable et une enquête sur les apports que cela va engendrer. Le processus qui a permis l arrivée de la banque sur Internet fut long. Autant les banques sont maintenant nombreuses sur Internet, autant les services qu elles proposent sont variés, et autant les prix peuvent aller du simple au double. Il existe nonobstant ce fait plusieurs services inhérents à la banque en ligne, comme la consultation des comptes et l exécution de virements. Mais beaucoup d autres viennent s y ajouter, c est le cas par exemple de l opposition sur perte ou vol, de l édition de RIB 8, ou de la commande de chéquiers. Cela va être développé au travers de deux sections, une première section sera sur l évolution des services et posera la question de la création des sites Internet liés aux banques, une seconde traitera de la variété des services proposés par les banque via leur site Web et exposera ces services sous la forme d un tableau. Section 1 De la création des services interactifs à l Internet La banque sur Internet n est apparue qu au milieu des années 1990, soit près de 7 ans après l ouverture de l International Network au grand public. Mais il faut savoir qu avant l e-banque, d autres façons existaient pour effectuer des opérations financières. Pour mieux comprendre cela, voyons 8 Cf. : Lexique définition Relevé d Identité Bancaire. 17

10 premièrement les ancêtres de l Internet avant de se pencher sur la façon qu ont les banques de créer leur site, ainsi que sur les recommandations pour bien créer un site L avant Internet Nous pouvons d ores et déjà souhaiter un bon anniversaire au minitel, qui fête aujourd hui ses 20 ans 9. En effet, il y a 20 ans, le gouvernement français, via France Télécoms, seule entreprise publique de télécommunication, a décidé de permettre l échange d informations sous VIDEOTEX 10, et ce par le biais d un petit appareil (à l époque, car il serait encombrant dorénavant) et sa multitude de fils électriques qui y sont attachés. Propulsé à l aide d une publicité monstre, le minitel a vite fait d être présent dans bon nombre de foyers français. Plus de 6.5 millions de terminaux seront recensés 12 ans après sont apparition. Mais il existait, avant le minitel, un autre moyen d entrer en relation avec sa banque autrement que physiquement, procédé nommé Echange télé transmis entre banques et clients (ou ETEBAC 11 ). Ce procédé permettait la communication banque/client par l intermédiaire du réseau classique du téléphone, et ce dès Il existera 5 ETEBAC s échelonnant de 1984 à 1991, cette dernière année marquant les plus grandes innovations en ce domaine via un réseau nommé Transpac, qui donnait une meilleure sécurité. Parmi ces innovations, quatre furent des précurseurs : - l authentification : il garantit l identité des partenaires communiquant (émetteur et récepteur des messages) par des encryptages de codes ou par utilisation de cartes à puce ; - la confidentialité : il effectue un chiffrage des données transmises en fonction des caractéristiques de l émetteur et du destinataire ; - l intégrité : il assure la non modification des données transportées dans le réseau ; - la non répudiation : preuve irréfutable que l échange des données a bien été effectué ans le 03/02/2006, article publié sur pc impact. 10 Voir définition Banque à domicile. 11 Voir définitions ETEBAC 1 à 5. 18

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire 1. INTRODUCTION Avant de nous intéresser aux technologies des réseaux actuelles, il est important de retracer en quelques points l évolution de l outil informatique afin de nous permettre d appréhender

Plus en détail

Une tablette, oui mais laquelle? avec. Les prix bas, la confiance en plus

Une tablette, oui mais laquelle? avec. Les prix bas, la confiance en plus Une tablette, mais laquelle? avec Les prix bas, la confiance en plus Six raisons pour choisir une tablette plutôt qu un PC ou un smartphone! INDEX LA TABLETTE : UNE HISTOIRE DE LA MOBILITÉ. ----- LA TABLETTE

Plus en détail

Sommaire. Histoire d Apple 3-4. L évolution depuis l Ipod (2001)... 5-8. Les nouveautés à venir... 9-13. Conclusion. 14

Sommaire. Histoire d Apple 3-4. L évolution depuis l Ipod (2001)... 5-8. Les nouveautés à venir... 9-13. Conclusion. 14 APPLE 1 Sommaire Histoire d Apple 3-4 L évolution depuis l Ipod (2001)... 5-8 Les nouveautés à venir... 9-13 Conclusion. 14 2 L histoire d Apple Apple fut fondée le 1er Avril 1976, en Californie, par Steve

Plus en détail

Les interrogations liées à la migration

Les interrogations liées à la migration Les interrogations liées à la migration Sommaire : 1. Qu est-ce que Transpac?... 2 2. Qu est ce qu un protocole?... 2 3. Pourquoi Transpac va-t-il disparaître?... 2 4. Quel est l intérêt de cette migration

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

Généralités sur le courrier électronique

Généralités sur le courrier électronique 5 février 2013 p 1 Généralités sur le courrier électronique 1. Qu est-ce que le courrier électronique? Voici la définition que donne, l encyclopédie libre lisible sur internet : «Le courrier électronique,

Plus en détail

L utilisation d un réseau de neurones pour optimiser la gestion d un firewall

L utilisation d un réseau de neurones pour optimiser la gestion d un firewall L utilisation d un réseau de neurones pour optimiser la gestion d un firewall Réza Assadi et Karim Khattar École Polytechnique de Montréal Le 1 mai 2002 Résumé Les réseaux de neurones sont utilisés dans

Plus en détail

Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire. Septembre 2013

Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire. Septembre 2013 Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire Septembre 2013 1 Note méthodologique Etude réalisée pour : Wincor Nixdorf Echantillon : Echantillon de 1001 personnes, représentatif de la population

Plus en détail

41. INTERNET SUR LIAISON TÉLÉPHONIQUE STANDARD

41. INTERNET SUR LIAISON TÉLÉPHONIQUE STANDARD 5 Réseau et In ternet Si vous avez ouvert un compte auprès d un fournisseur d accès à Internet (FAI), tel qu AOL, Orange, Tiscali, etc., vous êtes en mesure de disposer du réservoir d informations le plus

Plus en détail

PETIT MEMENTO D INTERNET

PETIT MEMENTO D INTERNET PETIT MEMENTO D INTERNET 2 SOMMAIRE 1 PRÉSENTATION D INTERNET...3 1.1 AUX ORIGINES DU RÉSEAU MONDIAL... 3 1.2 COMMENT ÇA MARCHE?... 4 1.3 COMMENT ÊTRE RELIÉ À INTERNET?... 4 1.3.1 Les "gratuit-gratuits"...erreur!

Plus en détail

Management de la sécurité des technologies de l information

Management de la sécurité des technologies de l information Question 1 : Identifiez les causes d expansion de la cybercriminalité Internet est un facteur de performance pour le monde criminel. Par sa nature même et ses caractéristiques, le monde virtuel procure

Plus en détail

Menaces informatiques et Pratiques de sécurité en France Édition 2014. Paris, 25 juin 2014

Menaces informatiques et Pratiques de sécurité en France Édition 2014. Paris, 25 juin 2014 Menaces informatiques et Pratiques de sécurité en France Édition 2014 Paris, Enquête 2014 Les Internautes M. Serge PRISO Manager Sécurité 2 Les Internautes présentation de l échantillon 1 009 internautes

Plus en détail

Enquête Unisys Security Insights : 2015 Point de vue des consommateurs français

Enquête Unisys Security Insights : 2015 Point de vue des consommateurs français L opinion des consommateurs français sur : Le niveau de sécurité des données personnelles pour chaque industrie Les organisations collectant des données personnelles via les appareils connectés Les recherches

Plus en détail

et si nous parlions croissance...

et si nous parlions croissance... A6 Media Présentation d un partenariat réussi et si nous parlions croissance... www.a6media.fr Le 25 juillet 2008 naissance d A6 média, structure spécialisée dans le partenariat avec Orange Business Services

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2015 ISBN : 978-2-212-56114-2

Groupe Eyrolles, 2015 ISBN : 978-2-212-56114-2 , 2015 ISBN : 978-2-212-56114-2 Chapitre 1 Que vient faire Apple dans le paiement? Apple s est spectaculairement redressé avec le retour de son fondateur Steve Jobs en 1997. Les ipod, iphone et autres

Plus en détail

BMCE Direct SOLUTION DE BANQUE A DISTANCE

BMCE Direct SOLUTION DE BANQUE A DISTANCE BMCE Direct SOLUTION DE BANQUE A DISTANCE Guide d utilisateur 080 100 8100 www.bmcebank.ma 140 Avenue Hassan II - Casablanca, Maroc Bienvenue dans BMCE Direct, votre service de Banque à Distance de BMCE

Plus en détail

Présentation des réseaux

Présentation des réseaux Deux familles : réseaux d opérateurs et réseaux d entreprise Présentation des réseaux Hub réseau d'opérateur Hub Dominique PRESENT Dépt S.R.C. - I.U.T. de Marne la Vallée Réseau d entreprise : interconnecte

Plus en détail

Envoyer / Recevoir des mails

Envoyer / Recevoir des mails Explications Mails Page 1 / 7 Envoyer / Recevoir des mails Un brève histoire de l e-mail La légende dorée de l e-mail débute à l automne 1971 avec un ingénieur informatique dénommé Ray Tomlinson employé

Plus en détail

ACCÉDER. aux services. Brochure d information sur les services, les offres du Groupe La Poste et leurs accès aux gens du voyage

ACCÉDER. aux services. Brochure d information sur les services, les offres du Groupe La Poste et leurs accès aux gens du voyage ACCÉDER aux services Brochure d information sur les services, les offres du Groupe La Poste et leurs accès aux gens du voyage 1 Souhaitant faciliter la relation avec tous ses clients, le Groupe La Poste

Plus en détail

Présentation Internet

Présentation Internet Présentation Internet 09/01/2003 1 Sommaire sières 1. Qu est-ce que l Internet?... 3 2. Accéder à l Internet... 3 2.1. La station... 3 2.2. La connection... 3 2.3. Identification de la station sur Internet...

Plus en détail

LES OUTILS DE LA MOBILITE

LES OUTILS DE LA MOBILITE L évolution du marché des assistants personnels, ainsi que la baisse des prix, permettent désormais à un plus grand nombre d entreprises de s équiper avec des outils technologiques performants. Avec l

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

Émission en janvier La bataille des OS

Émission en janvier La bataille des OS Émission en janvier La bataille des OS Introduction : Bonjour, vous êtes sur BAC FM 106.1 dans l émission La matinale geek animée par la classe de BTS SIO2 avec aujourd hui Cédric et Bastien. Nous allons

Plus en détail

Convergence Grand public professionnelle

Convergence Grand public professionnelle Note de synthèse Convergence Grand public professionnelle Cette note synthétise les réflexions d une des tables rondes des entretiens Télécom de Mars 2006, organisés par Finaki. A cette table étaient à

Plus en détail

BMCE Direct. Guide d utilisateur Entreprise SOLUTION DE BANQUE A DISTANCE. www.bmcebank.ma. 140 Avenue Hassan II - Casablanca, Maroc

BMCE Direct. Guide d utilisateur Entreprise SOLUTION DE BANQUE A DISTANCE. www.bmcebank.ma. 140 Avenue Hassan II - Casablanca, Maroc BMCE Direct SOLUTION DE BANQUE A DISTANCE Guide d utilisateur Entreprise 080 100 8100 www.bmcebank.ma 140 Avenue Hassan II - Casablanca, Maroc Bienvenue dans BMCE Direct, L e nouveau service Banque à distance

Plus en détail

MODE OPERATOIRE DE LA SAISIE DE PRELEVEMENTS

MODE OPERATOIRE DE LA SAISIE DE PRELEVEMENTS MODE OPERATOIRE DE LA SAISIE DE PRELEVEMENTS VIA CMNE DIRECT PRO / ASSO Crédit Mutuel Nord Europe - Assistance Réseau Monétique et Services Distants Savez-vous qu il existe un moyen simple de vous faire

Plus en détail

SOMMAIRE SOLUTIONS DE TELEPHONIE MOBILE SOLUTIONS DE TELEPHONIE FIXE. SOLUTIONS INTERNET - ADSL PRO - Hébergement de site web - Internet 3G +

SOMMAIRE SOLUTIONS DE TELEPHONIE MOBILE SOLUTIONS DE TELEPHONIE FIXE. SOLUTIONS INTERNET - ADSL PRO - Hébergement de site web - Internet 3G + SOMMAIRE SOLUTIONS DE TELEPHONIE MOBILE SOLUTIONS DE TELEPHONIE FIXE SOLUTIONS INTERNET - ADSL PRO - Hébergement de site web - Internet 3G + LES OFFRES TOUT-EN-UN - MT BOX Pro : la Triple Play pour les

Plus en détail

CCI DE SAÔNE-ET-LOIRE - ATELIER ENP 21 MARS 2012. Comment bien choisir son équipement informatique?

CCI DE SAÔNE-ET-LOIRE - ATELIER ENP 21 MARS 2012. Comment bien choisir son équipement informatique? CCI DE SAÔNE-ET-LOIRE - ATELIER ENP 21 MARS 2012 Comment bien choisir son équipement informatique? Vous êtes plutôt PC... ou plutôt Mac? o Depuis plus de 20 ans, le couple PC/Windows représente le poste

Plus en détail

Baromètre de l innovation

Baromètre de l innovation Baromètre de l innovation Un baromètre BVA Syntec numérique Ce sondage est réalisé par pour le Publié dans le 9 avril, dans le 11 avril et diffusé sur LEVEE D EMBARGO LE 9 AVRIL 8H Rappel méthodologique

Plus en détail

On distingue deux catégories de réseaux : le réseau «poste à poste» et le réseau disposant d un «serveur dédié».

On distingue deux catégories de réseaux : le réseau «poste à poste» et le réseau disposant d un «serveur dédié». Un réseau est un ensemble de connexions entre plusieurs ordinateurs. Il va permettre : - la communication entre utilisateurs à travers les machines - la partage de ressources matérielles - le partage de

Plus en détail

Découverte de l internet

Découverte de l internet Découverte de l internet Internet, pour quoi faire? Internet est un réseau mondial permettant de connecter les ordinateurs entre eux, un peu comme le réseau téléphonique qui relie les téléphones. D'ailleurs

Plus en détail

Tout savoir sur... Progécarte. Pour encaisser vos ventes plus simplement et proposer à vos clients de vous régler par carte bancaire

Tout savoir sur... Progécarte. Pour encaisser vos ventes plus simplement et proposer à vos clients de vous régler par carte bancaire Tout savoir sur... Progécarte Qu est-ce que Progécarte Sans Contact? Progécarte Sans Contact est une solution monétique réservée aux professionnels. Il s agit d un contrat de location de Terminaux de Paiement

Plus en détail

Janvier 2012. La notion de blanchiment

Janvier 2012. La notion de blanchiment Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NL1156d La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

Le Web et Internet. A. Historique : B. Définitions : reliés entre eux via un système d interconnexion.

Le Web et Internet. A. Historique : B. Définitions : reliés entre eux via un système d interconnexion. Le Web et Internet Le terme Network désigne un réseau informatique composé d ordinateurs qui sont reliés entre eux via un système d interconnexion. Internet fait référence à l international. C est un entrelacement

Plus en détail

Groupe 7. Membres : BADOLO Edadjain Placide, NAKOLENDOUSSE Sylvain, SAWADOGO Brice PLAN

Groupe 7. Membres : BADOLO Edadjain Placide, NAKOLENDOUSSE Sylvain, SAWADOGO Brice PLAN Groupe 7 Thème : Systèmes d exploitation, choix et enjeux stratégiques Membres : BADOLO Edadjain Placide, NAKOLENDOUSSE Sylvain, SAWADOGO Brice Introduction PLAN I. Généralités sur les systèmes d exploitation

Plus en détail

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE

Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE Les Histoires de demain par TNP REVUE DE PRESSE 4 novembre 2015 Les Echos Business - 04/11/2015 http://business.lesechos.fr/directions-numeriques/digital/transformation-digitale/021450570757-s-adapter-ou-se-transformer-les-hesitations-des-entreprises-pre-numeriques-204380.php

Plus en détail

Les performances des banques en ligne chinoises en 2010 par Arthur Hamon - Asia Pacific Area Manager & Alain Petit - Responsable Benchmarks & Etudes

Les performances des banques en ligne chinoises en 2010 par Arthur Hamon - Asia Pacific Area Manager & Alain Petit - Responsable Benchmarks & Etudes Les performances des banques en ligne chinoises en 2010 par Arthur Hamon - Asia Pacific Area Manager & Alain Petit - Responsable Benchmarks & Etudes L empire du milieu est le pays qui compte le plus grand

Plus en détail

Sécurisation des paiements en lignes et méthodes alternatives de paiement

Sécurisation des paiements en lignes et méthodes alternatives de paiement Comment sécuriser vos paiements en ligne? Entre 2010 et 2013, les chiffres démontrent que c est sur internet que la fraude à la carte bancaire a montré sa plus forte progression. Même si le taux de fraude

Plus en détail

1 er OCTOBRE 2015 Hôtel des Arts & Métiers 9 Bis Avenue d Iéna 75016 Paris

1 er OCTOBRE 2015 Hôtel des Arts & Métiers 9 Bis Avenue d Iéna 75016 Paris SALON PROFESSIONNEL DES INNOVATIONS BANCAIRES www.banqueetinnovation.com 1 er OCTOBRE 2015 Hôtel des Arts & Métiers 9 Bis Avenue d Iéna 75016 Paris DOSSIER EXPOSANT www.banqueetinnovation.com NEWSCO EVENTS

Plus en détail

Introduction. Fonctionnement d Internet... 14 L indispensable pour surfer sur le Net... 15 Mettre en place une connexion Internet...

Introduction. Fonctionnement d Internet... 14 L indispensable pour surfer sur le Net... 15 Mettre en place une connexion Internet... Introduction Fonctionnement d Internet... 14 L indispensable pour surfer sur le Net... 15 Mettre en place une connexion Internet... 21 Chapitre 1 Introduction Cet ouvrage vous aidera à exploiter les nombreuses

Plus en détail

Partie 5 : réseaux de grandes distances. Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.esil.perso.univmed.

Partie 5 : réseaux de grandes distances. Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.esil.perso.univmed. 1 Réseaux I Partie 5 : réseaux de grandes distances Nicolas Baudru mél : nicolas.baudru@esil.univmed.fr page web : nicolas.baudru.esil.perso.univmed.fr 2 Plan 1 Généralités sur les WAN 2 WANs d accès 3

Plus en détail

Mode d emploi. via CMNE Direct pro / ASSO. Crédit Mutuel Nord Europe - Assistance Réseau Monétique et Services Distants

Mode d emploi. via CMNE Direct pro / ASSO. Crédit Mutuel Nord Europe - Assistance Réseau Monétique et Services Distants Mode d emploi de la saisie des EFFETS via CMNE Direct pro / ASSO Crédit Mutuel Nord Europe - Assistance Réseau Monétique et Services Distants Savez-vous qu il existe un moyen simple de vous faire gagner

Plus en détail

Compte-Service Confort

Compte-Service Confort FICHE D INFORMATION Délivrée notamment en application de l article L 341-12 du Code monétaire et financier ou de l article L 121-20-10 du Code de la Consommation Date de mise à jour : 01/06/2007 Compte-Service

Plus en détail

Internet modifie la relation des Français. ais à leurs banques. Présentation du 12 janvier 2010

Internet modifie la relation des Français. ais à leurs banques. Présentation du 12 janvier 2010 Internet modifie la relation des Français ais à leurs banques Présentation du 12 janvier 2010 1 Objectif et méthodologie Objectif Mesurer le type de services bancaires possédé par les Français Analyser

Plus en détail

SOMMAIRE SOLUTIONS DE TELEPHONIE MOBILE SOLUTIONS DE TELEPHONIE FIXE. SOLUTIONS INTERNET - ADSL PRO - Hébergement de site web - Internet Mobile

SOMMAIRE SOLUTIONS DE TELEPHONIE MOBILE SOLUTIONS DE TELEPHONIE FIXE. SOLUTIONS INTERNET - ADSL PRO - Hébergement de site web - Internet Mobile SOMMAIRE SOLUTIONS DE TELEPHONIE MOBILE SOLUTIONS DE TELEPHONIE FIXE SOLUTIONS INTERNET - ADSL PRO - Hébergement de site web - Internet Mobile LES OFFRES TOUT-EN-UN - MT BOX Pro : la Triple Play pour les

Plus en détail

22 SEPTEMBRE 2015 Espace Etoile Saint-Honoré 21/25 rue Balzac 75008 Paris

22 SEPTEMBRE 2015 Espace Etoile Saint-Honoré 21/25 rue Balzac 75008 Paris SALON PROFESSIONNEL DES INNOVATIONS BANCAIRES www.banqueetinnovation.com 22 SEPTEMBRE 2015 Espace Etoile Saint-Honoré 21/25 rue Balzac 75008 Paris DOSSIER EXPOSANT www.banqueetinnovation.com NEWSCO EVENTS

Plus en détail

Conditions générales d utilisation du service Wifi au sein du réseau des médiathèques

Conditions générales d utilisation du service Wifi au sein du réseau des médiathèques Conditions générales d utilisation du service Wifi au sein du réseau des médiathèques WIFI Le wifi est une technologie de réseau informatique sans fil mise en place pour fonctionner en réseau interne Utilisateur

Plus en détail

Guide d utilisation du service e-banking

Guide d utilisation du service e-banking Guide d utilisation du service e-banking p. 1 Chers utilisateurs, Ce guide d utilisation du service e-banking vous présente les différents écrans que vous aurez à découvrir en souscrivant au service e-banking

Plus en détail

Conseils de sécurité lors de l utilisation d Internet, des cartes bancaires et de l e-banking.

Conseils de sécurité lors de l utilisation d Internet, des cartes bancaires et de l e-banking. Conseils de sécurité lors de l utilisation d Internet, des cartes bancaires et de l e-banking. Face à la recrudescence des actes de malveillance et des opérations frauduleuses liés à l utilisation d Internet,

Plus en détail

Pré-requis techniques

Pré-requis techniques Sommaire 1. PRÉAMBULE... 3 2. PRÉ-REQUIS TÉLÉCOM... 4 Généralités... 4 Accès Télécom supporté... 4 Accès Internet... 5 Accès VPN... 5 Dimensionnement de vos accès... 6 3. PRÉ-REQUIS POUR LES POSTES DE

Plus en détail

Immobilier confidentiel www.iconfidentiel.org

Immobilier confidentiel www.iconfidentiel.org Pour ceux qui cherchent Notre Moteur Spécifique : recherche pour vous vous mets en relation confidentielle avec des Propriétaires et des Professionnels, sans vous dévoiler. Sommaire Vous ne faites pas

Plus en détail

Mieux comprendre les certificats SSL THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE

Mieux comprendre les certificats SSL THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE Mieux comprendre les certificats SSL THAWTE EST L UN DES PRINCIPAUX FOURNISSEURS DE CERTIFICATS SSL DANS LE MONDE sommaire MIEUX COMPRENDRE LES CERTIFICATS SSL...1 SSL et certificats SSL : définition...1

Plus en détail

PAPYRUS 20 octobre 2004

PAPYRUS 20 octobre 2004 20 octobre 2004 OU COMMENT ÉCRIRE LA NOUVELLE HISTOIRE DES CHANTIERS En dématérialisant les relations de travail sur les chantiers Eurovia Eurovia réalise chaque année en France plus de 30 000 chantiers

Plus en détail

Notes de présentation. ebay

Notes de présentation. ebay ebay Historique ebay est une entreprise américaine, connue par son site web de ventes aux enchères dont le siège social est situé à San José, Californie (Silicon Valley). Cette société emploie 13 000 personnes

Plus en détail

LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011. BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études

LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011. BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011 BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études Méthodologie Recueil Enquête réalisée par l Institut BVA

Plus en détail

les prévisions securité 2015

les prévisions securité 2015 les prévisions securité 2015 Panda Security Les prévisions sécurité 2015 du PandaLabs Selon les estimations du Pandalabs, les chiffres concernant la création de malware vont encore une fois battre des

Plus en détail

Objectif. 1 La durée de la période transitoire sera confirmée ultérieurement.

Objectif. 1 La durée de la période transitoire sera confirmée ultérieurement. Objectif Ce document a pour but de vous présenter les impacts du SEPA sur vos activités et de décrire une démarche afin de vous guider dans la mise en œuvre de ces nouveaux instruments de paiement SEPA

Plus en détail

LE PAIEMENT EN LIGNE :

LE PAIEMENT EN LIGNE : Les Mardis de l ADIJ Maison du barreau le 4 juillet 2006 LE PAIEMENT EN LIGNE : L état du droit face à la technique Cathie-Rosalie JOLY Docteur en droit avocat Directrice du site d information juridique

Plus en détail

Dossier de presse Contact presse Aude Ballade 05 49 37 87 80 aude.ballade@banques-en-ligne.fr D ossier de Presse Banques-en-ligne.fr - Février 2010 1

Dossier de presse Contact presse Aude Ballade 05 49 37 87 80 aude.ballade@banques-en-ligne.fr D ossier de Presse Banques-en-ligne.fr - Février 2010 1 Dossier de presse Contact presse Aude Ballade 05 49 37 87 80 aude.ballade@banques-en-ligne.fr Dossier de Presse Banques-en-ligne.fr - Février 2010 1 SOMMAIRE Qu est-ce qu une banque en ligne? 3 Les avantages

Plus en détail

Petites entreprises, votre compte au quotidien

Petites entreprises, votre compte au quotidien Petites entreprises, votre compte au quotidien Créée en 1957 par les Caisses d Epargne, Finances & Pédagogie est une association qui réalise des actions de sensibilisation et de formation, sur le thème

Plus en détail

Introduction à l Informatique licence 1 ère année Notes de Cours

Introduction à l Informatique licence 1 ère année Notes de Cours Introduction à l Informatique licence 1 ère année Notes de Cours Philippe Le Parc Mail : leparc@univ-brest.fr Bureau : LC101 Tel : (029801) 6960 Fiche UE (part.1) 2 Plan et planning Début des cours magistraux

Plus en détail

ALLIER WIRELESS : Un nouvel Allier sans fil

ALLIER WIRELESS : Un nouvel Allier sans fil ALLIER WIRELESS : Un nouvel Allier sans fil RESEAU COMMUNAUTAIRE SANS-FIL DES PROFESSIONNELS DU TOURISME Les technologies numériques ne cessent d influencer le développement du secteur du tourisme, qu

Plus en détail

IAB France Études fil rouge Vague 2 Internet et la téléphonie mobile

IAB France Études fil rouge Vague 2 Internet et la téléphonie mobile IAB France Études fil rouge Vague 2 Internet et la téléphonie mobile Rapport d étude quantitative De : Nicolas SAINTAGNE / Azyadée BAKA A : IAB FRANCE Contexte & Objectifs Contexte & Objectifs Fort d une

Plus en détail

Payer sans chéquier : c est possible!

Payer sans chéquier : c est possible! Payer sans chéquier : c est possible! C NUM é. 5.03. p e e a e e, a Wa e au Payer sans chéquier : c est possible! Suite à un rejet de chèque sans provision ou parce que votre compte bancaire est à découvert,

Plus en détail

Vademecum. Solutions numériques

Vademecum. Solutions numériques Vademecum 1 Solutions numériques «La visioconférence est l ensemble des techniques et outils qui permettent et facilitent la communication à distance»* 2 1) Visioconférence, Webconférence : des solutions

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Arrêté du 18 décembre 2008 portant homologation de la charte d accessibilité pour renforcer l effectivité

Plus en détail

Les réseaux locaux. Il comporte à la fois des aspects physiques (matériels) et logiques (logiciels). Satellite

Les réseaux locaux. Il comporte à la fois des aspects physiques (matériels) et logiques (logiciels). Satellite 1/11 Les réseaux locaux Un réseau est constitué par des matériels émetteurs et récepteurs d'informations communicants entre eux par des lignes de communication à distance. Il comporte à la fois des aspects

Plus en détail

Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques

Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques Shanghai Paris Toronto Buenos Aires Observatoire 2008 sur l image et la pratique des Français envers les banques - Auprès d un échantillon national représentatif de 950 individus âgés de 15 ans et plus

Plus en détail

Des informations sur l installation de la fibre optique dans nos pavillons

Des informations sur l installation de la fibre optique dans nos pavillons Achères, le 01/12/2015 Des informations sur l installation de la fibre optique dans nos pavillons L installation de la fibre dure environ une demi-journée (1h30 si vous préparez le terrain avec un tire

Plus en détail

MON MOBILE : DEMAIN MON TERMINAL DE PAIEMENT. Auteur : Didier GEIBEN (ENST Paris 1977)

MON MOBILE : DEMAIN MON TERMINAL DE PAIEMENT. Auteur : Didier GEIBEN (ENST Paris 1977) MON MOBILE : DEMAIN MON TERMINAL DE PAIEMENT Auteur : Didier GEIBEN (ENST Paris 1977) Des évolutions en rupture sont en train d apparaître dans l industrie des moyens de paiement. Traditionnellement la

Plus en détail

DOSSIER SPÉCIAL Accès réseau : Offrez rapidité et sécurité à vos visiteurs

DOSSIER SPÉCIAL Accès réseau : Offrez rapidité et sécurité à vos visiteurs Accès réseau : Offrez rapidité et sécurité à vos LE CLIENT REÇU en rendez-vous, le prestataire venu effectuer un travail, ou le partenaire en visite d affaires ont-ils accès au réseau lorsqu ils se présentent

Plus en détail

CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11

CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1156c La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE DE BANQUE EN LIGNE

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE DE BANQUE EN LIGNE CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE DE BANQUE EN LIGNE https://banque.edmond-de-rothschild.fr 1. OBJET Edmond de Rothschild (France), société anonyme au capital de 83.075.820 euros, dont le siège

Plus en détail

Tél. : (241) 74 32 46 / 79 63 88 Fax : (241)74 44 56 E-mail : eqc@bgfi.com. www.bgfi.com

Tél. : (241) 74 32 46 / 79 63 88 Fax : (241)74 44 56 E-mail : eqc@bgfi.com. www.bgfi.com Tél. : (241) 74 32 46 / 79 63 88 Fax : (241)74 44 56 E-mail : eqc@bgfi.com www.bgfi.com 1 Cher client, chère cliente, Bienvenue sur www.bgfionline.com! Pour que vous puissiez accéder à vos comptes à toute

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Technologie ADSL Internet «Haut Débit» SESSION D INFORMATIONS

Technologie ADSL Internet «Haut Débit» SESSION D INFORMATIONS Technologie ADSL Internet «Haut Débit» SESSION D INFORMATIONS 1. Présentation générale de l ADSL / Avantages 2. Les actions de la Communauté de Communes 3. La position de France Télécom 4. Comment avancer?

Plus en détail

Séance 2 : La gestion du budget, l épargne et les modes de paiement.

Séance 2 : La gestion du budget, l épargne et les modes de paiement. Séance 2 : La gestion du budget, l épargne et les modes de paiement. bjectif général de la séance :..... I. La gestion mensuelle du budget : Activité 1 : bjectif : être capable d adapter son budget à une

Plus en détail

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet

Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Charte pour l usage de ressources informatiques et de services Internet Ce texte, associé au règlement intérieur de l Observatoire de Paris (désigné dans la suite comme l Établissement) et ceux de ses

Plus en détail

et de la communication

et de la communication CHAPITRE 17.1 Les technologies de l information et de la communication Objectif : être capable de rechercher, sélectionner et exploiter les informations nécessaires au contact ; déterminer le mode de transmission

Plus en détail

Baromètre Internet+ 18 février 2010. Baromètre Internet+ (18 février 2010) 1

Baromètre Internet+ 18 février 2010. Baromètre Internet+ (18 février 2010) 1 Baromètre Internet+ 18 février 2010 1 Sommaire Accueil Hélène Viot-Poirier, Présidente de l association Internet+ Baromètre Internet+ 2009 Remi Provendier, DG Innovation Marketing, SFR Bilan & perspectives

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION OMPI SCIT/WG/1/6 ORIGINAL : anglais DATE : 1 er octobre 1998 F ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ PERMANENT DES TECHNIQUES DE L INFORMATION GROUPES DE TRAVAIL Première session

Plus en détail

carte Platine CIBC MasterCard MD

carte Platine CIBC MasterCard MD VOTRE TROUSSE DE BIENVENUE Voici votre carte Platine CIBC MasterCard MD LE GUIDE DE VOS AVANTAGES Aperçu des avantages Voici votre carte Platine CIBC MasterCard 1 Carte de crédit CIBC à puce 1 Fonctionnalité

Plus en détail

Il suffit de quelques clics pour réaliser votre paiement en ligne. Votre paiement est sécurisé à chaque étape.

Il suffit de quelques clics pour réaliser votre paiement en ligne. Votre paiement est sécurisé à chaque étape. V.me by Visa Vous effectuez des achats en ligne depuis votre ordinateur, votre tablette ou votre mobile? Passez à la vitesse supérieure pour vos paiements en ligne avec V.me by* Visa. EN BREF V.me by*

Plus en détail

Du benchmarking logistique au choix d une nouvelle stratégie d organisation

Du benchmarking logistique au choix d une nouvelle stratégie d organisation Du benchmarking logistique au choix d une nouvelle stratégie d organisation Thomas H. Abbot Vice President Operations Planning, LUCENT TECHNOLOGIES, États-Unis. Lucent Technologies, un des leaders des

Plus en détail

Lettre d information du 24 août 2009 N LI/ DG/ 2/ 2009

Lettre d information du 24 août 2009 N LI/ DG/ 2/ 2009 Lettre d information du 24 août 2009 N LI/ DG/ 2/ 2009 Date 24 août 2009 Objet Moyens et modalités de premier équipement des conseils régionaux de l Ordre national des infirmiers Destinataires Mesdames

Plus en détail

Logica. La sécurité, un enjeu stratégique. Date : 14 août 2000 Auteur : Jérôme Capirossi, consultant sécurité, Logica

Logica. La sécurité, un enjeu stratégique. Date : 14 août 2000 Auteur : Jérôme Capirossi, consultant sécurité, Logica La sécurité, un enjeu stratégique. Date : 14 août 2000 Auteur : Jérôme Capirossi, consultant sécurité, Logica Internet a été conçu par les scientifiques, ce qui rend difficile son adaptation récente au

Plus en détail

LA TRADUCTION AUTOMATIQUE

LA TRADUCTION AUTOMATIQUE 165 La "Traduction Automatique" s'inscrit dans un ensemble de recherches menées depuis le début des années 1950 - recherches que l'on a coutume de regrouper sous l'appellation de "traitement automatique

Plus en détail

COMMUNICATION ET LA GESTION DE L INFORMATION CE QUE JE DOIS RETENIR

COMMUNICATION ET LA GESTION DE L INFORMATION CE QUE JE DOIS RETENIR 6 - Les en TECHNOLOGIE 6 ème Nom : Prénom : groupe : page 1/5 CONNAISSANCES : Serveurs. Postes de travail. Terminaux mobiles. Périphériques. Logiciels. Acquisition et restitution des données. Stockage

Plus en détail

WIFI sécurisé en entreprise (sur un Active Directory 2008)

WIFI sécurisé en entreprise (sur un Active Directory 2008) Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation Commerciale 3.0 non transposé. Le document est librement diffusable dans le contexte de

Plus en détail

TASK Santé : Le protocole Pésit /TCP-IP

TASK Santé : Le protocole Pésit /TCP-IP TASK Santé : Le protocole Pésit /TCP-IP Une offre de 4@xes Groupe I.T.A. C.B.V Ingénierie 2 Rue E. & A. Peugeot 92563 RUEIL MALMAISON Ingénierie 1 Préambule Au cours de ces dernières années, l avancée

Plus en détail

Jedeclare.com fournisseur de gains de productivité

Jedeclare.com fournisseur de gains de productivité Jedeclare.com fournisseur de gains de productivité Christine CLIPET responsable marketing de jedeclare.com Bonjour Christine CLIPET, pouvez-vous présenter rapidement JeDeclare.com ainsi que votre fonction?

Plus en détail

Prérequis techniques. Yourcegid FISCALITE On Demand. Prérequis techniques Yourcegid Fiscalité On Demand Page 1 / 9

Prérequis techniques. Yourcegid FISCALITE On Demand. Prérequis techniques Yourcegid Fiscalité On Demand Page 1 / 9 Yourcegid FISCALITE On Demand Prérequis techniques Yourcegid Fiscalité On Demand Page 1 / 9 PR-YC Fiscalité - OD-03/2014 Prérequis Sommaire 1. PREAMBULE... 3 2. PREREQUIS RESEAU... 4 Généralités... 4 Accès

Plus en détail

Foire aux questions Protocoles

Foire aux questions Protocoles Foire aux questions Protocoles Généralités Qu est ce qu un protocole? Pour les professionnels de la trésorerie, s assurer que leur connexion bancaire permet l échange d informations avec ses banques, au

Plus en détail

CONFÉRENCE PRISE DE NOTES. UPDATE ASBL Michaël Barchy 19 mars 2014

CONFÉRENCE PRISE DE NOTES. UPDATE ASBL Michaël Barchy 19 mars 2014 CONFÉRENCE PRISE DE NOTES UPDATE ASBL Michaël Barchy 19 mars 2014 POINTS ABORDÉS Introduction Evolution des prises de notes Mobilité Différentes méthodes Prise de note dactylographiée Prise de note manuscrite

Plus en détail

Séquence «Qu est-ce qu Internet?» - Séance 1

Séquence «Qu est-ce qu Internet?» - Séance 1 Page1 Séquence «Qu est-ce qu Internet?» - Séance 1 Auteur du scénario Guillaume Guimiot Établissement Collège E. Belgrand Ervy-le-Châtel (10) Date du scénario 01/2011 Sommaire Page 1 : Description de la

Plus en détail

Guide de la migration EBICS

Guide de la migration EBICS Guide de la migration EBICS Objet de ce document ETEBAC, le protocole de communication que vous utilisez actuellement pour l échange de fichiers avec vos banques, va définitivement disparaitre fin septembre

Plus en détail

Compréhension des besoins et des exigences des entreprises quant au déploiement des infrastructures très haut débit en région Pays de la Loire

Compréhension des besoins et des exigences des entreprises quant au déploiement des infrastructures très haut débit en région Pays de la Loire Compréhension des besoins et des exigences des entreprises quant au déploiement des infrastructures très haut débit en région Pays de la Loire 1 SOMMAIRE La démarche mise en œuvre Notre analyse Identification

Plus en détail

Baromètre Gemalto - TNS Sofres. Les Français et les Américains exigent une amélioration de la sécurité et de la flexibilité du monde numérique

Baromètre Gemalto - TNS Sofres. Les Français et les Américains exigent une amélioration de la sécurité et de la flexibilité du monde numérique Baromètre Gemalto - TNS Sofres Les Français et les Américains exigent une amélioration de la sécurité et de la flexibilité du monde numérique Amsterdam, 12 mars 2008 Gemalto (Euronext NL0000400653 GTO),

Plus en détail