Introduction...11 Organisation de l ouvrage...15 Chapitre I Les services Interactifs...17 Chapitre II La sécurité des banques en ligne...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction...11 Organisation de l ouvrage...15 Chapitre I Les services Interactifs...17 Chapitre II La sécurité des banques en ligne..."

Transcription

1 Sommaire Introduction...11 Introduction sur l Internet...11 Introduction Générale...13 Organisation de l ouvrage...15 Chapitre I Les services Interactifs...17 Section 1 De la création des services interactifs à l Internet L avant Internet Créer un site à moindre coût Réussir sa banque sur Internet...20 Section 2 La grande variété des services proposés Quelques banques en quelques services Les services en détail Les tarifs des services bancaires...24 Résumons...26 Chapitre II La sécurité des banques en ligne...27 Section 1 Le respect des informations personnelles...27 Session 1 : Les explications données concernant l usage des informations...28 Session 2 : Le choix laissé au consommateur de refuser d être sollicité...28 Session 3 : La possibilité de modifier les informations (adaptation à la législation française)...29 Session 4 : Le respect des données (adaptation à la législation française)...29 Session 5 : La sécurité des stockages et transferts...30 Section 2 La sécurité des échanges Les risques Le problème des intrusions L authentification de l émetteur...34 Résumons...35 Chapitre III Quel avenir pour l agence? Quel avenir pour le personnel?...37 Section 1 : l avenir de l agence bancaire Des clients encore très attachés à la relation privilégiée avec leur conseiller Le développement des automates à l intérieur des agences...39 Section 2 : l avenir du personnel Licenciements ou modification des postes? Vers un personnel encore plus professionnel Le coaching dans le monde de la banque...44 Résumons

2 Chapitre IV Les clients des banques en ligne Section 1 Les consultations Internet Internet de plus en plus populaire Ce qui motive les consommateurs Section 2 Les satisfactions et déceptions Une enquête sur les Internautes Une étude : Banque directe et Axa Banque Résumons Chapitre V E-banque et rentabilité bancaire Section 1 Rentabiliser l investissement initial La banque elle-même La distribution multicanal Une bonne offre de produits Section 2 Le suivi de l évolution de la rentabilité Dès le lancement du projet Le suivi après lancement Résumons Chapitre VI Les innovations en terme d accès aux services interactifs des banques.. 65 Section 1 Les différents accès proposés par les banques Listing L exemple en deux banques : la Société Générale et le Crédit Agricole Les accès peu connus ou peu développés Section 2 Trois moyens d accès importants L Internet mobile Les possibilités offertes par le téléphone portable Le minitel n est pas encore mort Section 3 L avenir des canaux à distance Les fréquentations futures L e-banque à venir Résumons Pour conclure Lexique Bibliographie Remerciements

3 Introduction Introduction sur l Internet 1 Les banques évoluent continuellement, on le voit par l augmentation des services qu elles nous proposent. En effet, les banques deviennent des assurances, les assurances devenant elles aussi des banques à leur tour. Bientôt, on ne saura plus quelle était la vocation principale du lieu où sera gardé notre argent, nos titres. Avant, il suffisait de se rendre à son agence pour déposer ou prendre de l argent, pour déposer un chèque, pour faire un virement, ou toute autre opération relative aux mouvements d argent. Dorénavant, on ne peut plus prendre d espèces au guichet sans que des frais ne nous soient prélevés, ou sans que l on nous redirige vers un automate bancaire 2. Afin de désengorger les agences, les banques ont décidé, avec l apparition de nouvelles techniques d information et de communication, de créer des services interactifs permettant d entrer en relation avec les agences. Le premier service fût créé en France par l intermédiaire du minitel ; il permettait de consulter son compte, de faire des virements, mais ceci entraînant des coûts plutôt élevés. Le téléphone a servi et servira encore d intermédiaire avec la banque. Certains de ces services, principalement le minitel, ont été un réel succès. Mais leur coût était trop élevé, aussi bien pour les banques que pour leurs clients, c est pourquoi il fallait trouver un nouveau moyen de communication simple, sûr, et peu cher, aussi bien pour les banques que pour leurs clients. Mais le temps de la communication par le biais du téléphone ou du minitel semble révolu. En effet, l informatique a dors et déjà pris le pas sur ces anciennes nouvelles techniques de communication. Cela semble faire 1 Cf. : Lexique définition Internet. 2 Cf. : Lexique définition automate bancaire. 11

4 une éternité que les Steve 3 ont inventé le PC (Personal Computer), qu ils nommèrent Apple I sous la marque Apple, car depuis les ordinateurs ont été de plus en plus puissants, dotés dorénavant de Dual Core (ou double coeur), de mémoire atteignant les 3 à 4Go (giga octets), de cartes graphiques supérieures à 512Mo (méga octets). Mais l une des plus grandes innovations de la fin du vingtième siècle fut celle de l introduction de l International Network ou Internet dans les ménages. Le terme Internet apparu en 1982, mais ne fut légalement accessible par le grand public qu en Il avait été conçu bien avant, en 1957, sous le nom d Arpanet, et était à l origine un réseau militaire destiné à l armée des Etats-Unis d Amérique, l idée étant de relier les laboratoires de recherche militaires pour échanger des informations plus discrètement en cette période de guerre froide. Les chercheurs avaient donc conçu le réseau Arpanet, capable de se développer de manière très souple, indépendant des ordinateurs utilisés, beaucoup moins vulnérable aux attaques nucléaires qu un système classique centralisé 4. Afin de relier plus aisément des ordinateurs de tailles moins importantes que celles des calculateurs centraux, les chercheurs américains mirent au point en 1974 le protocole TCP/IP (Transport Control Protocol/Internet Protocol), qui s adapte à différents débits et à tous les ordinateurs. C est au début des années 2000 que la guerre à l Internet fut lancée entre les différents opérateurs (Wanadoo, AOL, Free, Liberty Surf ou Alice, ), le but étant d atteindre des débits de transmission plus importants à un prix moindre, avec toutes les options que cela entraîne. En effet, tout ceux qui sont passés à l ADSL (Asymmetrical Digital Subscriber Line), autrement dit le Haut Débit, pouvant en 2005 égaler les 20 Méga bps (Bits par seconde) en réception, ce qui permet de surfer sur le net sans trop de temps de chargement, se souviennent (sans regrets) du désormais dépassé 56K (Kilo bits par seconde), où il fallait parfois attendre plusieurs minutes pour charger une simple page Internet. En parallèle à ces innovations, plusieurs services ont suivi, voyant en cela une opportunité telle qu elle pourrait engendrer d énormes bénéfices 3 Steve Wosniak et Steve Jobs, qui ont créé, selon une pseudo légende, leur premier ordinateur destiné aux ménages dans un garage. L un concevait le programme, l autre se chargeait de la commercialisation. 4 Encyclopédie Hachette Multimédia,

5 l entrée de Google en bourse en 2005 peut témoigner d à quel point l International Network est prometteur, et c est dans les années 1995 qu un service entra dans la course à l Internet : la banque 5. Introduction Générale Par e-banque on entend évidemment parler des banques sur Internet (International Network, réseau informatique mondial créé par l interconnexion de réseaux de télécommunications et d ordinateurs permettant l échange de données informatiques 6 ). Le terme d e-banque serait peut-être du néologisme car la presse ou les auteurs parlent plutôt de Cyberbanque, de e-banking, plus couramment de banque en ligne, voire même d agence du futur, comme l a décrit Laurent Méchain, responsable de marché banque et assurance à Microsoft France, dans un article paru en juillet 2004 au n 660 de Banque magazine. L orientation des banques vers un service de proximité par l intermédiaire du réseau informatique est un phénomène encore récent, abordé plutôt d un point de vue juridique (Les services bancaires et financiers en ligne, Marie-Elisabeth Mathieu, Revue Banque, 2005), et qui nécessite des investissements : recours à la sous-traitance pour la création du site, du matériel permettant d assurer anonymat et sécurité lors des consultations, facilité d accès, promotion du service, La banque en ligne propose plusieurs services comme la possibilité de consulter l état de nos comptes à tout moment de la journée, d effectuer des virements, d imprimer des relevés d identité bancaire (ou R.I.B), d entrer en communication par l intermédiaire de messages avec des conseillers financiers. Mais ce service est bien souvent payant, les prix variant d une banque à l autre du simple au double. Mais de plus en plus de banques proposent ce service gratuitement, à condition d opter pour certains comptes (compte-service du Crédit Agricole). Plusieurs questions viennent alors : Que proposent les banques en ligne? Que deviendront les agences? Comment réagissent les clients? Quelles vont être les répercutions sur la banque elle-même? Quel avenir pour l ebanque? C est ici que cela devient intéressant car on remarque que le 5 Cf. : Lexique définition banque, voir aussi banque à domicile. 6 Cf. : Lexique définition échange de données informatiques. 13

6 modèle assez rigide des structures bancaires est en train de s adapter à la société de proximité, commence à prendre des risques dans un domaine qui n était pas le sien, commence à se diversifier, tout en mesurant les conséquences que cela aura aussi bien sur le personnel actuel et futur que sur des indicateurs importants aux yeux des banques (Produit Net Bancaire 7 principalement). Il serait également intéressant de s interroger sur l impact que cela a sur les clients, sur le fait qu ils peuvent gérer leur compte au jour le jour en prenant des décisions à distance, en ne se rendant aux agences que pour des besoins de renseignements ou pour ouvrir un compte ou même souscrire à une assurance habitation ou automobile. Il sera donc question des enjeux de l e-banque (du point de vue du démarrage, de la création, des possibilités que cela offre aussi bien pour les agences et les employés de la banque que pour les clients) et des conséquences de l e-banque (conséquences sur les agences, le personnel, le Produit Net Bancaire, l avenir de la banque en ligne). Il sera également intéressant de s interroger sur la sécurité qu offre ce service, ce qu il va devenir. Tout ceci s articulera autour de 6 chapitres expliqués ci-après. 7 Cf. : Lexique définition Produit Net Bancaire. 14

7 Organisation de l ouvrage Cet ouvrage sera constitué de six chapitres, associés aux services que l on trouve sur les sites des banques, à la sécurité, à l impact sur l agence, le personnel, les clients et la rentabilité, puis sur l avenir de l e-banque. Le Chapitre 1 portera sur l évolution des services interactifs proposés par les banques. L arrivée des banques en ligne a entraîné une nouvelle compétition, entre les différentes banques elles-mêmes. La façon qu ont ces banques de s affronter est simple, elle consiste en la proposition d un maximum de services aux coûts plus ou moins élevés. Le problème des coûts des services est le problème majeur que rencontrent les banques, car il semble difficile de mesurer l apport exact de l e-banque, étant donné que certaines d entre elles proposent des services gratuits. Un autre problème naît à la suite de cette entrée sur Internet, celui du coût de cette introduction. En effet, il faut concevoir le site Internet de la banque, le rendre accessible, le sécuriser, et cela n est pas chose facile ni gratuite. La question est : faut-il confier la création des sites à un service externe? Les banques ont dû réfléchir afin de trouver la solution la plus rentable. Le Chapitre 2 se consacrera à la sécurité des sites Internet des banques. Cela est effectivement la préoccupation principale des utilisateurs, car il s agit de consultations et d opérations relatives à tout ce qui se rapporte à l argent du client. Il doit pouvoir surfer sur le site sans avoir à s inquiéter des virus et autres menaces. Un listing des menaces ainsi que ce que dit la loi à ce sujet sera développé dans cette partie. Le Chapitre 3 posera la question de l avenir de l agence. La première inquiétude à laquelle nous pouvons être confronté repose sur la pérennité des agences bancaires. Vont-elles disparaître? Certains s en soucient, mais peu songent à leur extinction. En effet, il semblerait plutôt que l ère de l agence soit en plein changement. L agence est encore loin de devenir un simple abris destiné à accueillir tous les automates (distributeurs, automates affectés aux dépôts de chèques, d espèces, de consultations de 15

8 comptes, de virements, ). Ce chapitre portera donc également sur l impact de l e-banque sur le personnel. Beaucoup d employés de la banque, notamment les guichetiers et les anciens, semblent inquiets car ils pensent que l e-banque va leur faire perdre leur place, soit de part leur inutilité illusoire, soit pour être remplacés par des jeunes actifs tout droits sortis des Ecoles de Commerce. D autres, somme toute mieux informés, ne semblent pas s inquiéter quant aux effets de l e-banque sur leur emploi, car ils voient en cela une ouverture à l évolution de leur poste. Mais il peut tout de même y avoir des conséquences néfastes sur les ressources humaines. Le problème ici est donc celui de l information qui vient à manquer, car souvent, pour les employés que j ai rencontrés et qui travaillaient dans des agences, ceux-ci connaissaient parfaitement les services sur Internet mais ne savaient pas exactement les effets que cela aura sur leur poste. Le Chapitre 4 dressera l inventaire des satisfactions/mécontentements des clients usant de l Internet bancaire. Seront exposés les chiffres quant à l évolution de la fréquentation des banques en ligne, les avis des clients portant sur l efficacité de ce service, les attentes, les regrets, les principaux utilisateurs, leur âge moyen, ainsi que leur profession. Le Chapitre 5 sera sur l impact de l e-banque sur la rentabilité de la banque. Ceci portera sur un troisième problème, celui des suites que cela entraîne, par exemple, sur le Produit Net Bancaire, ou PNB. Il est nécessaire de se poser la question du recouvrement du coût de la mise en place de ce service, si ce coût va avoir des conséquences négatives sur la rentabilité de la banque, ou bien s il va permettre de l améliorer davantage. En effet, si les banques engagent de l argent dans une action, c est qu elles comptent bien en tirer tous les profits possibles. Mais comment savoir, ou comment prévoir, si l entrée en ligne va être rentabilisée? Dans le Chapitre 6, nous verrons que nous ne sommes qu à l incipit de l évolution des banques sur Internet, ce pourquoi nous ne pouvons savoir exactement quelles en seront, à long terme, les conséquences. Verrons-nous apparaître de nouvelles formes de ces services qui viendront remplacer ceux existant? En effet, les banques commencent à nous proposer des services sur téléphonie mobile, comme par exemple l avertissement lorsqu un seuil est franchi. Ou bien est-ce que la banque sur Internet va encore évoluer, ce grâce aux nouvelles fonctions des téléphones mobiles ou du WiFi, qui permettent de se connecter n importe où, n importe quand à Internet? De nouvelles technologies arrivent à grands pas, il faudrait donc s y intéresser. 16

9 Chapitre I Les services Interactifs Depuis leur création, les banques ont voulu se diversifier par rapport aux autres, notamment en donnant aux clients un meilleurs accès. C est à la fin du XXe siècle que l on voit émerger de nouveaux modes de communication entre les banques et la clientèle. Mais ces améliorations ne sont pas sans coûts, et leur mise en place nécessite souvent une recherche préalable et une enquête sur les apports que cela va engendrer. Le processus qui a permis l arrivée de la banque sur Internet fut long. Autant les banques sont maintenant nombreuses sur Internet, autant les services qu elles proposent sont variés, et autant les prix peuvent aller du simple au double. Il existe nonobstant ce fait plusieurs services inhérents à la banque en ligne, comme la consultation des comptes et l exécution de virements. Mais beaucoup d autres viennent s y ajouter, c est le cas par exemple de l opposition sur perte ou vol, de l édition de RIB 8, ou de la commande de chéquiers. Cela va être développé au travers de deux sections, une première section sera sur l évolution des services et posera la question de la création des sites Internet liés aux banques, une seconde traitera de la variété des services proposés par les banque via leur site Web et exposera ces services sous la forme d un tableau. Section 1 De la création des services interactifs à l Internet La banque sur Internet n est apparue qu au milieu des années 1990, soit près de 7 ans après l ouverture de l International Network au grand public. Mais il faut savoir qu avant l e-banque, d autres façons existaient pour effectuer des opérations financières. Pour mieux comprendre cela, voyons 8 Cf. : Lexique définition Relevé d Identité Bancaire. 17

10 premièrement les ancêtres de l Internet avant de se pencher sur la façon qu ont les banques de créer leur site, ainsi que sur les recommandations pour bien créer un site L avant Internet Nous pouvons d ores et déjà souhaiter un bon anniversaire au minitel, qui fête aujourd hui ses 20 ans 9. En effet, il y a 20 ans, le gouvernement français, via France Télécoms, seule entreprise publique de télécommunication, a décidé de permettre l échange d informations sous VIDEOTEX 10, et ce par le biais d un petit appareil (à l époque, car il serait encombrant dorénavant) et sa multitude de fils électriques qui y sont attachés. Propulsé à l aide d une publicité monstre, le minitel a vite fait d être présent dans bon nombre de foyers français. Plus de 6.5 millions de terminaux seront recensés 12 ans après sont apparition. Mais il existait, avant le minitel, un autre moyen d entrer en relation avec sa banque autrement que physiquement, procédé nommé Echange télé transmis entre banques et clients (ou ETEBAC 11 ). Ce procédé permettait la communication banque/client par l intermédiaire du réseau classique du téléphone, et ce dès Il existera 5 ETEBAC s échelonnant de 1984 à 1991, cette dernière année marquant les plus grandes innovations en ce domaine via un réseau nommé Transpac, qui donnait une meilleure sécurité. Parmi ces innovations, quatre furent des précurseurs : - l authentification : il garantit l identité des partenaires communiquant (émetteur et récepteur des messages) par des encryptages de codes ou par utilisation de cartes à puce ; - la confidentialité : il effectue un chiffrage des données transmises en fonction des caractéristiques de l émetteur et du destinataire ; - l intégrité : il assure la non modification des données transportées dans le réseau ; - la non répudiation : preuve irréfutable que l échange des données a bien été effectué ans le 03/02/2006, article publié sur pc impact. 10 Voir définition Banque à domicile. 11 Voir définitions ETEBAC 1 à 5. 18

Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire. Septembre 2013

Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire. Septembre 2013 Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire Septembre 2013 1 Note méthodologique Etude réalisée pour : Wincor Nixdorf Echantillon : Echantillon de 1001 personnes, représentatif de la population

Plus en détail

CONFÉRENCE PRISE DE NOTES. UPDATE ASBL Michaël Barchy 19 mars 2014

CONFÉRENCE PRISE DE NOTES. UPDATE ASBL Michaël Barchy 19 mars 2014 CONFÉRENCE PRISE DE NOTES UPDATE ASBL Michaël Barchy 19 mars 2014 POINTS ABORDÉS Introduction Evolution des prises de notes Mobilité Différentes méthodes Prise de note dactylographiée Prise de note manuscrite

Plus en détail

LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011. BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études

LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011. BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011 BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études Méthodologie Recueil Enquête réalisée par l Institut BVA

Plus en détail

Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque

Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque JUIN 2015 N 30 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque Ce mini-guide vous est offert par

Plus en détail

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM LIVRE BLANC L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM Une situation optimale pour la force de vente et pour le marketing LIVRE BLANC OPTIMISATION DU MARKETING 2 A PROPOS Au cours des dernières années,

Plus en détail

DEMAIN, LA BANQUE SANS PAPIERS!

DEMAIN, LA BANQUE SANS PAPIERS! COMMUNIQUÉ DE PRESSE DEMAIN, LA BANQUE SANS PAPIERS! Le Crédit Agricole Toulouse,ère banque de Haute-Garonne à déployer la signature électronique dans toutes ses agences. LA SIGNATURE ÉLECTRONIQUE Le Crédit

Plus en détail

Plus De Cartouches 2013/2014

Plus De Cartouches 2013/2014 Plus De Cartouches 2013/2014 Page 1 SOMMAIRE INTRODUCTION ET PRESENTATION...3 MISSIONS...4 LE CONTEXTE DES MISSIONS...4 LES OBJECTIFS...4 LES CONTRAINTES...5 REALISATIONS...6 CHOIX EFFECTUÉS...6 RÉSULTATS...10

Plus en détail

Carte Activity FAQ (Foire aux Questions)

Carte Activity FAQ (Foire aux Questions) Carte Activity FAQ (Foire aux Questions) FONCTIONNEMENT DE LA CARTE ACTIVITY... 2 1. Qu est ce que la Carte Activity?...2 2. Comment vais-je recevoir ma Carte Activity?...2 3. Comment utiliser ma carte

Plus en détail

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Maël Resch Attachée de Presse Tél : 01 55 80 58 66 Email : mael.resch@empruntis.com CRÉDIT OU ASSURANCE

Plus en détail

Gestion multi-stocks

Gestion multi-stocks Gestion multi-stocks Dans l architecture initiale du logiciel IDH-STOCK, 11 champs obligatoires sont constitués. Ces champs ne peuvent être supprimés. Ils constituent l ossature de base de la base de données

Plus en détail

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM 2 À PROPOS De nos jours, il est essentiel pour les entreprises de définir une stratégie marketing précise et efficace.

Plus en détail

Le concept FAH (ou ASP en anglais)

Le concept FAH (ou ASP en anglais) Le concept FAH (ou ASP en anglais) Présentation FAH signifie Fournisseur d Application Hébergé ASP signifie Application Service Provider L utilisation d un logiciel de gestion classique peut se révéler

Plus en détail

Constat Actuel 1. TELECOLLECTES ET DEMANDES D AUTORISATIONS

Constat Actuel 1. TELECOLLECTES ET DEMANDES D AUTORISATIONS Constat Actuel 1. TELECOLLECTES ET DEMANDES D AUTORISATIONS Les transactions bancaires (demande d autorisation et télécollecte) via Internet (connections IP) transitent grâce à un opérateur monétique,

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

7KqPHVHWVLWXDWLRQV$FKDW9HQWH. )LFKHSpGDJRJLTXH

7KqPHVHWVLWXDWLRQV$FKDW9HQWH. )LFKHSpGDJRJLTXH 5HVVRXUFHVSRXUOHVHQVHLJQDQWVHWOHVIRUPDWHXUVHQIUDQoDLVGHVDIIDLUHV $FWLYLWpSRXUODFODVVH')$ &UpGLW-RHOOH%RQHQIDQW -HDQ/DFURL[ 7KqPHVHWVLWXDWLRQV$FKDW9HQWH )LFKHSpGDJRJLTXH $FWLYLWp /HFRPPHUFHHQOLJQH &RPSUpKHQVLRQpFULWH

Plus en détail

Guide Utilisateur Banque en Ligne Banque de Nouvelle Calédonie

Guide Utilisateur Banque en Ligne Banque de Nouvelle Calédonie Guide Utilisateur Banque en Ligne Banque de Nouvelle Calédonie www.bnc.nc Aide en ligne Pour plus d informations, écrivez à contact@bnc.nc 1 TABLE DES MAT IERES COMMENT ACCEDER A MES COMPTES?... 3 SYNTHESE

Plus en détail

Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel

Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel Document d information Novembre 2009 Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel AIDE A LA MOBILITE Chaque banque propose un service d aide à la mobilité aux clients qui souhaitent les moyens

Plus en détail

BMCE Direct SOLUTION DE BANQUE A DISTANCE

BMCE Direct SOLUTION DE BANQUE A DISTANCE BMCE Direct SOLUTION DE BANQUE A DISTANCE Guide d utilisateur 080 100 8100 www.bmcebank.ma 140 Avenue Hassan II - Casablanca, Maroc Bienvenue dans BMCE Direct, votre service de Banque à Distance de BMCE

Plus en détail

Un seul compte pour votre retraite. M a n u v i e u n

Un seul compte pour votre retraite. M a n u v i e u n Un seul compte pour votre retraite M a n u v i e u n Avant de prendre leur retraite, la plupart des Canadiens prennent les mesures qui s imposent pour se garantir un revenu mensuel stable. Ils peuvent

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. POUR ACCEDER A MES COMPTES...p.2. SYNTHESE DE VOS COMPTES... p.3. CONSOLIDATION...p.4. MESSAGES..p.5. ENCOURS CARTES...p.

TABLE DES MATIERES. POUR ACCEDER A MES COMPTES...p.2. SYNTHESE DE VOS COMPTES... p.3. CONSOLIDATION...p.4. MESSAGES..p.5. ENCOURS CARTES...p. 1 GUIDE UTILISATEUR BANQUE EN LIGNE TABLE DES MATIERES POUR ACCEDER A MES COMPTES.....p.2 SYNTHESE DE VOS COMPTES....... p.3 CONSOLIDATION......p.4 MESSAGES..p.5 ENCOURS CARTES.......p.6 VIREMENTS XPF

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

Historique de la qualité totale

Historique de la qualité totale Avant-propos Cet ouvrage est concentré sur les méthodes pour diminuer la non-qualité interne d une entreprise. Dans de nombreuses entreprises, le personnel ne voit pas l importance de bien faire du premier

Plus en détail

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires

Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Le plan d actions pour passer aux prochains paliers 10 étapes pour développer vos revenus et vos résultats en affaires Si vous souhaitez développer votre audience, votre clientèle et vos revenus, voici

Plus en détail

Fonctionnement de Windows XP Mode avec Windows Virtual PC

Fonctionnement de Windows XP Mode avec Windows Virtual PC Fonctionnement de Windows XP Mode avec Windows Virtual PC Guide pratique pour les petites entreprises Table des matières Section 1 : présentation de Windows XP Mode pour Windows 7 2 Section 2 : démarrage

Plus en détail

Big Data : se préparer au Big Bang

Big Data : se préparer au Big Bang Big Data : se préparer au Big Bang Initialement confinées au cœur des moteurs de recherche et des réseaux sociaux, les technologies du Big Data s'exportent désormais avec succès dans de nombreux secteurs

Plus en détail

Document réalisé avec le soutien de

Document réalisé avec le soutien de Document réalisé avec le soutien de Directeur de la publication : Cédric MAMETZ Responsable de la rédaction : Céline SIMONIN, Chargée de projets Nous Aussi Conception graphique : La Suite + Co et Lauriane

Plus en détail

Créer une page Google+ Pro www.croissance- internet.com

Créer une page Google+ Pro www.croissance- internet.com Créer une page Google+ Pro Développer concrètement son activité grâce à Internet Créer une page Google + Pro Créer une page «Google pour les pros» vous permettra de vous rendre immédiatement visible pour

Plus en détail

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques - Juillet 2010 Méthodologie Méthodologie : Cette étude a été menée dans le cadre de l'omcapi, l'enquête périodique multi-clients de l'ifop, réalisée

Plus en détail

TRANSFOLIO version 2.05. Introduction

TRANSFOLIO version 2.05. Introduction TRANSFOLIO version 2.05 Introduction TABLE DES MATIERES 1 OBJECTIF... 2 2 DEMARRER TRANSFOLIO... 2 3 CREER SON PREMIER PORTEFEUILLE... 3 3.1 ETAPE 1 : DEFINITION DU PORTEFEUILLE... 3 3.2 ETAPE 2 : OUVERTURE

Plus en détail

Au Crédit Mutuel, un crédit réfléchi et ça, guide. clarté. crédits. conso

Au Crédit Mutuel, un crédit réfléchi et ça, guide. clarté. crédits. conso Au Crédit Mutuel, JE M engage dans un crédit réfléchi et ça, ça change tout. guide clarté crédits conso guide clarté crédits conso SOMMAIRE Le crédit réfléchi page 4 Financer vos projets page 6 Regrouper

Plus en détail

ACCEDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE

ACCEDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE Pour garder le contact avec leur entreprise, de plus en plus de collaborateurs ont besoin d accéder à leurs emails lorsqu ils sont en déplacement ou à domicile. Cet accès distant est facilité si la messagerie

Plus en détail

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+ Guide de formation avec exercices pratiques Configuration et dépannage de PC Préparation à la certification A+ Sophie Lange Troisième édition : couvre Windows 2000, Windows XP et Windows Vista Les Guides

Plus en détail

Big data et protection des données personnelles

Big data et protection des données personnelles Big data et protection des données personnelles Séminaire Aristote Ecole Polytechnique 15 octobre 2015 Sophie Nerbonne Directrice de la conformité à la CNIL La CNIL : autorité en charge de la protection

Plus en détail

ACCÉDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE

ACCÉDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE ACCÉDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE Lorraine Pour garder le contact avec leur entreprise, de plus en plus de collaborateurs ont besoin d accéder à leurs emails lorsqu ils sont en déplacement ou à domicile.

Plus en détail

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles 1 2 Pourquoi ce document? La Poste souhaite apporter des solutions aux besoins de chaque client.

Plus en détail

Votre objectif. Notre ambition. Avant-propos. > à noter

Votre objectif. Notre ambition. Avant-propos. > à noter Avant-propos Avant-propos Votre objectif Vous souhaitez réussir un projet d amélioration ou développer une démarche jusqu à l obtention du certificat attestant sa conformité à un référentiel international

Plus en détail

Site Internet. Tapez «www.loisirsactifamille.com» dans la barre d adresse d Internet Explorer

Site Internet. Tapez «www.loisirsactifamille.com» dans la barre d adresse d Internet Explorer Site Internet Tapez «www.loisirsactifamille.com» dans la barre d adresse d Internet Explorer Inscriptions en ligne Vous voici maintenant sur le site d inscriptions. C est ici que vous pouvez voir toutes

Plus en détail

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE

ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE DAMIEN PÉAN ET AMÉLIORER LA SITUATION FINANCIÈRE DE L ENTREPRISE LES GUIDES PRATIQUES GESTION - COMPTABILITÉ - FINANCE Comprendre les comptes annuels et améliorer la situation financière de l entreprise

Plus en détail

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire 1. INTRODUCTION Avant de nous intéresser aux technologies des réseaux actuelles, il est important de retracer en quelques points l évolution de l outil informatique afin de nous permettre d appréhender

Plus en détail

Tous connectés, de 9 à 99 ans. Leçon 2 ... Comment surfer en toute sécurité. Ces icônes démontrent pour qui est le document

Tous connectés, de 9 à 99 ans. Leçon 2 ... Comment surfer en toute sécurité. Ces icônes démontrent pour qui est le document Leçon 2... Comment surfer en toute sécurité. Ces icônes démontrent pour qui est le document Professeurs WebExperts Seniors Elèves Informations de base Informations de base pour l enseignant Pourquoi? Il

Plus en détail

Gestion de vos adhésions en ligne

Gestion de vos adhésions en ligne Au service des associations et des clubs Gestion de vos adhésions en ligne Lancez votre campagne d adhésions et gérez le suivi sereinement Au service des associations et des clubs Le site MyGaloo.fr est

Plus en détail

Sommaire. Histoire d Apple 3-4. L évolution depuis l Ipod (2001)... 5-8. Les nouveautés à venir... 9-13. Conclusion. 14

Sommaire. Histoire d Apple 3-4. L évolution depuis l Ipod (2001)... 5-8. Les nouveautés à venir... 9-13. Conclusion. 14 APPLE 1 Sommaire Histoire d Apple 3-4 L évolution depuis l Ipod (2001)... 5-8 Les nouveautés à venir... 9-13 Conclusion. 14 2 L histoire d Apple Apple fut fondée le 1er Avril 1976, en Californie, par Steve

Plus en détail

Compte-Service Confort

Compte-Service Confort FICHE D INFORMATION Délivrée notamment en application de l article L 341-12 du Code monétaire et financier ou de l article L 121-20-10 du Code de la Consommation Date de mise à jour : 01/06/2007 Compte-Service

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com

PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR. Date. Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcom-conseil.com PLAN D AFFAIRE PROJET AUTEUR Date Modèle de plan d affaire 1 welcome@efcomconseil.com SOMMAIRE SOMMAIRE...2 LE PORTEUR...4 L IDEE DE DEPART...5 L ETUDE DE MARCHE...6 Le marché et son environnement...6

Plus en détail

Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria. La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel

Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria. La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel Présentation de la solution SAP SAP Technology SAP Afaria La mobilité d entreprise comme vecteur d avantage concurrentiel des périphériques et des applications des périphériques et des applications La

Plus en détail

DIGITAL MINDS. Chapitre 11, Mobile Marketing et Responsiv Design. 12 Clés pour Développer votre Business sur le Web. 2014 WSI. All rights reserved.

DIGITAL MINDS. Chapitre 11, Mobile Marketing et Responsiv Design. 12 Clés pour Développer votre Business sur le Web. 2014 WSI. All rights reserved. DIGITAL MINDS 12 Clés pour Développer votre Business sur le Web Chapitre 11, Mobile Marketing WSI We Simplify the Internet Leader mondial en Stratégie Marketing sur Internet Siège social, Toronto, Canada

Plus en détail

Prépaiement électrique Note technique d information No1

Prépaiement électrique Note technique d information No1 25.02.2007 Projet NOUR ZRA 643. BP 5261 Nouakchott. Mauritanie Prépaiement électrique Note technique d information No1 Avant propos Cette note technique est destinée à faciliter le processus d expression

Plus en détail

Bien utiliser le prélèvement

Bien utiliser le prélèvement JANVIER 2013 N 23 PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Bien utiliser le prélèvement Ce mini-guide vous est offert par : SOMMAIRE Pour

Plus en détail

Sodexo Card. Guide pratique pour la Sodexo Card. Mode d emploi et conseils pour une utilisation en toute sécurité

Sodexo Card. Guide pratique pour la Sodexo Card. Mode d emploi et conseils pour une utilisation en toute sécurité Sodexo Card Guide pratique pour la Sodexo Card Mode d emploi et conseils pour une utilisation en toute sécurité Table des matières Bienvenue, La Sodexo Card c est facile, tout simplement 1. La Sodexo Card

Plus en détail

Module EBanking dans WinEUR :

Module EBanking dans WinEUR : Module EBanking dans WinEUR : Le module EBanking de WinEUR permet d avoir un lien direct entre l application et un ou plusieurs comptes bancaires. Le module est composé de trois fonctionnalités : - L envoi

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

Transformation digitale

Transformation digitale La plateforme bancaire internationale. Pour chaque métier. décembre 2015 Transformation digitale Les défis de la distribution bancaire Par Olivier Cruanès, Responsable Marketing SOMMAIRE 1 La révolution

Plus en détail

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1 RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 14 juin 2010 Demandeur : Fédération canadienne de l entreprise indépendante SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS

Plus en détail

Présentation de Kiubi

Présentation de Kiubi Page 1 Présentation de Kiubi Kiubi est une plateforme très complète, puissante et particulièrement adaptée aux besoins des professionnels. Sa maîtrise nécessite donc un minimum d'apprentissage et d expérience

Plus en détail

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT?

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Quels sont vos objectifs de placement? 2 3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Les facteurs à prendre en compte Ils dépendent de votre personnalité, de votre âge, de votre situation de famille et de

Plus en détail

3 / Pour en savoir plus

3 / Pour en savoir plus 3 / Pour en savoir plus / Fiches techniques / Le dégroupage d une ligne téléphonique P. 38 / Les débits P. 39 / Les équipements à domicile P. 40 / Communications électroniques et accès à la télévision

Plus en détail

FRANCOISE Rémi BTS SIO 2012-2013 DECO FER FORGE FERRONNERIE. Lycée de la cci

FRANCOISE Rémi BTS SIO 2012-2013 DECO FER FORGE FERRONNERIE. Lycée de la cci BTS SIO Lycée de la cci FRANCOISE Rémi 2012-2013 DECO FER FORGE FERRONNERIE Nom du tuteur : FRANCOISE Emmanuel Qualité : CEO BTS SIO 2011/2012 Septembre 2012 TABLE DES MATIERES 1. INTRODUCTION ET PRESENTATION...

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Paris, mars 2013 page 1 ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Analyse de Guillaume Weill, Directeur Général MetrixLab France 5 CLÉS DE SUCCÈS POUR L E-TOURISME EN 2013 Les enseignements présentés dans ce document

Plus en détail

Votre aide-mémoire pour RBC Banque en direct

Votre aide-mémoire pour RBC Banque en direct Banque en Direct Votre aide-mémoire pour RBC Banque en direct La commodité et la sécurité pour gérer tous vos besoins bancaires quotidiens Un moyen pratique et sécuritaire de faire ses opérations bancaires

Plus en détail

Le Mini E-book de XForex pour débutants TRADER PRO. Guide de trading de devises

Le Mini E-book de XForex pour débutants TRADER PRO. Guide de trading de devises Le Mini E-book de XForex pour débutants TRADER PRO Guide de trading de devises XForex vous a préparé un condensé du E- book, son manuel électronique sur le trading de devises. Le Mini E-book a été conçu

Plus en détail

DOMOTIQUE et CONFORT. 4Ci1- Comment le contexte historique et géographique influe-t-il sur la conception?

DOMOTIQUE et CONFORT. 4Ci1- Comment le contexte historique et géographique influe-t-il sur la conception? CONNAISSANCES / Historique et géographie des solutions techniques (doc.1/3) 4EVOT-Ci1 / Associer l utilisation d un objet technique à une époque, à une région du globe. Les évolutions des objets techniques

Plus en détail

Bonjour en bienvenue au séminaire en ligne sur l outil Demande de Wagons

Bonjour en bienvenue au séminaire en ligne sur l outil Demande de Wagons Bonjour en bienvenue au séminaire en ligne sur l outil Demande de Wagons 1 Aujourd hui, j aimerais vous donner un aperçu de certains changements intéressants que nous avons décidé d apporter à notre façon

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 21. Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 21. Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 21 Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE janvier 2006 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle des textes de

Plus en détail

3. Guide Technique Type de l «utilisateur»

3. Guide Technique Type de l «utilisateur» 3. Guide Technique Type de l «utilisateur» Sommaire 1. Préambule.......................... page 25 2. Champ d application................... page 25 3. Procédures de sécurité................. page 25 3.1

Plus en détail

Qu est-ce que le crédit?

Qu est-ce que le crédit? Qu est-ce que le crédit? NIVEAU 9 11 Dans cette leçon, les élèves examineront les différents types de cartes de crédit offertes ainsi que les avantages et les inconvénients d acheter à crédit. Cours Initiation

Plus en détail

Manuel d utilisation du Site Internet Professionnel

Manuel d utilisation du Site Internet Professionnel Manuel d utilisation du Site Internet Professionnel www.uni-presse.fr/pro UNI-Presse 112 rue Réaumur, 75080 Paris Cedex 02 France Tél : 01 42 78 37 72 Fax : 01 42 78 06 57 E-mail : servicepro@uni-presse.fr

Plus en détail

«C est une révolution dans la manière de conduire notre. Commonwealth Bank Australia

«C est une révolution dans la manière de conduire notre. Commonwealth Bank Australia Commonwealth Bank Australia La recherche de l excellence dans les services clients au travers d un environnement «open-space» «C est une révolution dans la manière de conduire notre développement : notre

Plus en détail

Guide pratique : Les coûts d emprunt d argent

Guide pratique : Les coûts d emprunt d argent QUESTION Guide pratique : Les coûts d emprunt Commanditaire fondateur ABC Alpha pour la vie Canada Guide pratique Question : Les coûts d emprunt Faire l épicerie coûte de l argent. Les vêtements coûtent

Plus en détail

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité

Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et de la comptabilité distributeur des solutions FICHE TECHNIQUE Module : Gestion des achats Gestion des approvisionnements avec SAP Business One Optimisation des approvisionnements grâce à l intégration de la logistique et

Plus en détail

Axe 1. Adapter et valoriser son offre auprès des clientèles dans une logique de territoire.

Axe 1. Adapter et valoriser son offre auprès des clientèles dans une logique de territoire. CAHIER DES CHARGES - ANNEE 2011 PROGRAMME LOCAL DE FORMATION Territoire concerné : Grand Villeneuvois Fumélois Lémance Axe 1. Adapter et valoriser son offre auprès des clientèles dans une logique de territoire.

Plus en détail

41. INTERNET SUR LIAISON TÉLÉPHONIQUE STANDARD

41. INTERNET SUR LIAISON TÉLÉPHONIQUE STANDARD 5 Réseau et In ternet Si vous avez ouvert un compte auprès d un fournisseur d accès à Internet (FAI), tel qu AOL, Orange, Tiscali, etc., vous êtes en mesure de disposer du réservoir d informations le plus

Plus en détail

BTS BANQUE ÉPREUVE E4 : GESTION DE CLIENTÈLE ET COMMUNICATION PROFESSIONNELLE

BTS BANQUE ÉPREUVE E4 : GESTION DE CLIENTÈLE ET COMMUNICATION PROFESSIONNELLE BTS BANQUE ÉPREUVE E4 : GESTION DE CLIENTÈLE ET COMMUNICATION PROFESSIONNELLE SESSION 2014 Durée : 2 heures Coefficient: 1,5 Matériel autorisé : - Toutes les calculatrices de poche y compris les calculatrices

Plus en détail

Bonjour, Matthieu, pouvez-vous nous expliquer le concept de Nuukik?

Bonjour, Matthieu, pouvez-vous nous expliquer le concept de Nuukik? Bonjour, Matthieu, pouvez-vous nous expliquer le concept de Nuukik? Nuukik est un moteur de recommandation de produit aidant les e-commerçants à dynamiser et personnaliser leur offre commerciale afin de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Arrêté du 18 décembre 2008 portant homologation de la charte d accessibilité pour renforcer l effectivité

Plus en détail

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ. M a n u v i e u n

Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ. M a n u v i e u n Comment utiliser ce que vous POSSÉDEZ pour réduire ce que vous DEVEZ M a n u v i e u n Aperçu du compte Manuvie un La plupart des Canadiens gèrent leurs finances en faisant les deux choses suivantes :

Plus en détail

Comment développer vos missions paie?

Comment développer vos missions paie? Comment développer vos missions paie? La performance des cabinets ne repose pas seulement sur une course à la productivité mais sur une stratégie de croissance fondée sur : Le savoir La qualité du service

Plus en détail

SmartCaisse, depuis 2005. Prise de Commande IPhone, IPad (2, 3 et mini), IPod et tablette Android SmartCaisse

SmartCaisse, depuis 2005. Prise de Commande IPhone, IPad (2, 3 et mini), IPod et tablette Android SmartCaisse SmartCaisse, depuis 2005 Prise de Commande IPhone, IPad (2, 3 et mini), IPod et tablette Android SmartCaisse Présentation : Les logiciels de prise de commande téléchargeables sur Android Market sous le

Plus en détail

Windows XP. Microsoft. Sommaire :

Windows XP. Microsoft. Sommaire : Microsoft Windows XP Sommaire : OUVERTURE DE SESSION...2 LE BUREAU...3 CHANGER D ENVIRRONEMENT...4 NOUVEAU RACCOURCI...7 LE MENU DEMARRER...9 LES PROGRAMMES AU DEMARRAGE...11 LA GESTION DES FICHIERS...12

Plus en détail

E2E WORKSHOP sur la REPONSE A L APPEL D OFFRES PRIVE avec Agathe TURLOTTE, Acheteuse Conseil chez AXA France, le 23 juin 2011.

E2E WORKSHOP sur la REPONSE A L APPEL D OFFRES PRIVE avec Agathe TURLOTTE, Acheteuse Conseil chez AXA France, le 23 juin 2011. E2E WORKSHOP sur la REPONSE A L APPEL D OFFRES PRIVE avec Agathe TURLOTTE, Acheteuse Conseil chez AXA France, le 23 juin 2011. Qu est ce qu un appel d offres pour un acheteur? Il ne faut pas oublier que

Plus en détail

entreprendre à la puissance cisco

entreprendre à la puissance cisco entreprendre à la puissance cisco À un moment donné, vous avez vu quelque chose que personne d autre n avait vu. Il s agissait peut-être d une idée ou d une opportunité. Ce «quelque chose» vous a fait

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

Vivre sans chéquier LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 21

Vivre sans chéquier LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 21 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Site d informations pratiques sur la banque et l argent Repère n 21 Vivre sans chéquier Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440

Plus en détail

Power over Ethernet Plus. James Withey Ingénieur R&D senior chez Nexans

Power over Ethernet Plus. James Withey Ingénieur R&D senior chez Nexans Power over Ethernet Plus James Withey Ingénieur R&D senior chez Nexans Livre blanc Nexans Cabling Solutions Mai 2011 Power over Ethernet Plus La promesse de PoE+ pour la gestion des réseaux d entreprise

Plus en détail

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Juin 2012 D r Graham Dickson Université Royal Roads D r Ronald Lindstrom Université Royal Roads D r Charlyn

Plus en détail

1 Introduction à l infrastructure Active Directory et réseau

1 Introduction à l infrastructure Active Directory et réseau 1 Introduction à l infrastructure Active Directory et réseau Objectifs d examen de ce chapitre Ce premier chapitre, qui donne un aperçu des technologies impliquées par la conception d une infrastructure

Plus en détail

LES DROITS ET DEVOIRS DU JEUNE CONSOMMATEUR

LES DROITS ET DEVOIRS DU JEUNE CONSOMMATEUR LES DROITS ET DEVOIRS DU JEUNE CONSOMMATEUR S'INSTALLER P.3 ACHETER P.6 SE DÉPLACER P.9 GÉRER P.12 COMMUNIQUER P.14 VOYAGER P.16 RÉGLER UN LITIGE P.18 POUR ALLER PLUS LOIN... P.19 Quatre murs, un toit...

Plus en détail

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :...

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :... Sommaire Sommaire... 1 Introduction... 2 Méthodologie...3 L opération de prospection...3 Cible :... 3 Objectifs :... 4 Fichier client :... 5 Information nécessaire pour mieux vendre :...6 Les techniques

Plus en détail

Payement électronique. Sommaire. 1. Les systèmes de paiement électroniques. 1.1 E-banking

Payement électronique. Sommaire. 1. Les systèmes de paiement électroniques. 1.1 E-banking Payement électronique Sommaire 1. Les systèmes de paiement électroniques... 1 1.1 E-banking... 1 1.2 Porte-monnaie électronique et porte-monnaie virtuel... 2 1.2.1 Le porte monnaie électronique (e-cash)...

Plus en détail

KIT INTRANET DSL @home L interface d accès aux ressources de votre entreprise

KIT INTRANET DSL @home L interface d accès aux ressources de votre entreprise Guide utilisateur KIT INTRANET DSL @home L interface d accès aux ressources de votre entreprise 1 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION ET PRE-REQUIS... 3 2. INSTALLATION... 4 3. CONFIGURATION... 5 4. UTILISATION ET

Plus en détail

Travaux pratiques. avec. WordPress. Karine Warbesson

Travaux pratiques. avec. WordPress. Karine Warbesson Travaux pratiques avec WordPress Karine Warbesson Toutes les marques citées dans cet ouvrage sont des marques déposées par leurs propriétaires respectifs. Mise en pages réalisée par ARCLEMAX Illustration

Plus en détail

Housing : le principe

Housing : le principe Housing : le principe Découvrez le principe de fonctionnement d un datacentre Housing Généralités Installation / Mise en place p 02 p 03 Gestion d un datacentre Housing p 04 Octobre 2009 Généralités Qu

Plus en détail

Découvrez notre site internet. www.lgfrance.com. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence

Découvrez notre site internet. www.lgfrance.com. Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Découvrez notre site internet www.lgfrance.com Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Le site www.lgfrance.com vous fait partager à travers différentes rubriques, son offre, ses valeurs,

Plus en détail

Coralie Cuillerier, Zahir Ibelaidene, Steve Latour, Martin Pearson, Ahmadou Sarr, Karine Tremblay

Coralie Cuillerier, Zahir Ibelaidene, Steve Latour, Martin Pearson, Ahmadou Sarr, Karine Tremblay IDENTIFICATION DE L ÉQUIPE PLAN DE POSITIONNEMENT D AFFAIRES Coralie Cuillerier, Zahir Ibelaidene, Steve Latour, Martin Pearson, Ahmadou Sarr, Karine Tremblay DESCRIPTION DU PROJETTECHNOLOGIQUE Création

Plus en détail

En cas de non respect de l une des clauses du cahier des charges, le MAPA serait immédiatement interrompu.

En cas de non respect de l une des clauses du cahier des charges, le MAPA serait immédiatement interrompu. 8) RESILIATION En cas de non respect de l une des clauses du cahier des charges, le MAPA serait immédiatement interrompu. ATTENTION : Les devis et le document de présentation du candidat devront impérativement

Plus en détail

Cours CCNA 1. Exercices

Cours CCNA 1. Exercices Cours CCNA 1 TD1 Exercices Exercice 1 : Décrivez les facteurs internes qui ont un impact sur les communications réseau. Les facteurs internes ayant un impact sur les communications sont liés à la nature

Plus en détail

ACCORD SUR LA DEMARCHE D EVOLUTION DES SITES D ARLES AIX AVIGNON VERS UN SITE COMMUN

ACCORD SUR LA DEMARCHE D EVOLUTION DES SITES D ARLES AIX AVIGNON VERS UN SITE COMMUN ACCORD SIGNE LE 12/09/2005 PAR LES SYNDICATS CFDT, CFTCAM CFTC, SNECA CGC, FNSF CGT, FO. ACCORD SUR LA DEMARCHE D EVOLUTION DES SITES D ARLES AIX AVIGNON VERS UN SITE COMMUN Entre les soussignés : La CAISSE

Plus en détail

Table des matières. AURELIE Gestion Commerciale Mode d emploi simplifié pour caissier(e)

Table des matières. AURELIE Gestion Commerciale Mode d emploi simplifié pour caissier(e) Table des matières 1/ But :... 3 2/ Sélecteur de lancement de logiciels :... 4 2.1/ Généralités :... 4 2.2/ Lancements multiples :... 6 3/ Appel d un article :... 7 3.1/ Fiche d exemple :... 7 3.2/ Codes

Plus en détail