Introduction...11 Organisation de l ouvrage...15 Chapitre I Les services Interactifs...17 Chapitre II La sécurité des banques en ligne...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction...11 Organisation de l ouvrage...15 Chapitre I Les services Interactifs...17 Chapitre II La sécurité des banques en ligne..."

Transcription

1 Sommaire Introduction...11 Introduction sur l Internet...11 Introduction Générale...13 Organisation de l ouvrage...15 Chapitre I Les services Interactifs...17 Section 1 De la création des services interactifs à l Internet L avant Internet Créer un site à moindre coût Réussir sa banque sur Internet...20 Section 2 La grande variété des services proposés Quelques banques en quelques services Les services en détail Les tarifs des services bancaires...24 Résumons...26 Chapitre II La sécurité des banques en ligne...27 Section 1 Le respect des informations personnelles...27 Session 1 : Les explications données concernant l usage des informations...28 Session 2 : Le choix laissé au consommateur de refuser d être sollicité...28 Session 3 : La possibilité de modifier les informations (adaptation à la législation française)...29 Session 4 : Le respect des données (adaptation à la législation française)...29 Session 5 : La sécurité des stockages et transferts...30 Section 2 La sécurité des échanges Les risques Le problème des intrusions L authentification de l émetteur...34 Résumons...35 Chapitre III Quel avenir pour l agence? Quel avenir pour le personnel?...37 Section 1 : l avenir de l agence bancaire Des clients encore très attachés à la relation privilégiée avec leur conseiller Le développement des automates à l intérieur des agences...39 Section 2 : l avenir du personnel Licenciements ou modification des postes? Vers un personnel encore plus professionnel Le coaching dans le monde de la banque...44 Résumons

2 Chapitre IV Les clients des banques en ligne Section 1 Les consultations Internet Internet de plus en plus populaire Ce qui motive les consommateurs Section 2 Les satisfactions et déceptions Une enquête sur les Internautes Une étude : Banque directe et Axa Banque Résumons Chapitre V E-banque et rentabilité bancaire Section 1 Rentabiliser l investissement initial La banque elle-même La distribution multicanal Une bonne offre de produits Section 2 Le suivi de l évolution de la rentabilité Dès le lancement du projet Le suivi après lancement Résumons Chapitre VI Les innovations en terme d accès aux services interactifs des banques.. 65 Section 1 Les différents accès proposés par les banques Listing L exemple en deux banques : la Société Générale et le Crédit Agricole Les accès peu connus ou peu développés Section 2 Trois moyens d accès importants L Internet mobile Les possibilités offertes par le téléphone portable Le minitel n est pas encore mort Section 3 L avenir des canaux à distance Les fréquentations futures L e-banque à venir Résumons Pour conclure Lexique Bibliographie Remerciements

3 Introduction Introduction sur l Internet 1 Les banques évoluent continuellement, on le voit par l augmentation des services qu elles nous proposent. En effet, les banques deviennent des assurances, les assurances devenant elles aussi des banques à leur tour. Bientôt, on ne saura plus quelle était la vocation principale du lieu où sera gardé notre argent, nos titres. Avant, il suffisait de se rendre à son agence pour déposer ou prendre de l argent, pour déposer un chèque, pour faire un virement, ou toute autre opération relative aux mouvements d argent. Dorénavant, on ne peut plus prendre d espèces au guichet sans que des frais ne nous soient prélevés, ou sans que l on nous redirige vers un automate bancaire 2. Afin de désengorger les agences, les banques ont décidé, avec l apparition de nouvelles techniques d information et de communication, de créer des services interactifs permettant d entrer en relation avec les agences. Le premier service fût créé en France par l intermédiaire du minitel ; il permettait de consulter son compte, de faire des virements, mais ceci entraînant des coûts plutôt élevés. Le téléphone a servi et servira encore d intermédiaire avec la banque. Certains de ces services, principalement le minitel, ont été un réel succès. Mais leur coût était trop élevé, aussi bien pour les banques que pour leurs clients, c est pourquoi il fallait trouver un nouveau moyen de communication simple, sûr, et peu cher, aussi bien pour les banques que pour leurs clients. Mais le temps de la communication par le biais du téléphone ou du minitel semble révolu. En effet, l informatique a dors et déjà pris le pas sur ces anciennes nouvelles techniques de communication. Cela semble faire 1 Cf. : Lexique définition Internet. 2 Cf. : Lexique définition automate bancaire. 11

4 une éternité que les Steve 3 ont inventé le PC (Personal Computer), qu ils nommèrent Apple I sous la marque Apple, car depuis les ordinateurs ont été de plus en plus puissants, dotés dorénavant de Dual Core (ou double coeur), de mémoire atteignant les 3 à 4Go (giga octets), de cartes graphiques supérieures à 512Mo (méga octets). Mais l une des plus grandes innovations de la fin du vingtième siècle fut celle de l introduction de l International Network ou Internet dans les ménages. Le terme Internet apparu en 1982, mais ne fut légalement accessible par le grand public qu en Il avait été conçu bien avant, en 1957, sous le nom d Arpanet, et était à l origine un réseau militaire destiné à l armée des Etats-Unis d Amérique, l idée étant de relier les laboratoires de recherche militaires pour échanger des informations plus discrètement en cette période de guerre froide. Les chercheurs avaient donc conçu le réseau Arpanet, capable de se développer de manière très souple, indépendant des ordinateurs utilisés, beaucoup moins vulnérable aux attaques nucléaires qu un système classique centralisé 4. Afin de relier plus aisément des ordinateurs de tailles moins importantes que celles des calculateurs centraux, les chercheurs américains mirent au point en 1974 le protocole TCP/IP (Transport Control Protocol/Internet Protocol), qui s adapte à différents débits et à tous les ordinateurs. C est au début des années 2000 que la guerre à l Internet fut lancée entre les différents opérateurs (Wanadoo, AOL, Free, Liberty Surf ou Alice, ), le but étant d atteindre des débits de transmission plus importants à un prix moindre, avec toutes les options que cela entraîne. En effet, tout ceux qui sont passés à l ADSL (Asymmetrical Digital Subscriber Line), autrement dit le Haut Débit, pouvant en 2005 égaler les 20 Méga bps (Bits par seconde) en réception, ce qui permet de surfer sur le net sans trop de temps de chargement, se souviennent (sans regrets) du désormais dépassé 56K (Kilo bits par seconde), où il fallait parfois attendre plusieurs minutes pour charger une simple page Internet. En parallèle à ces innovations, plusieurs services ont suivi, voyant en cela une opportunité telle qu elle pourrait engendrer d énormes bénéfices 3 Steve Wosniak et Steve Jobs, qui ont créé, selon une pseudo légende, leur premier ordinateur destiné aux ménages dans un garage. L un concevait le programme, l autre se chargeait de la commercialisation. 4 Encyclopédie Hachette Multimédia,

5 l entrée de Google en bourse en 2005 peut témoigner d à quel point l International Network est prometteur, et c est dans les années 1995 qu un service entra dans la course à l Internet : la banque 5. Introduction Générale Par e-banque on entend évidemment parler des banques sur Internet (International Network, réseau informatique mondial créé par l interconnexion de réseaux de télécommunications et d ordinateurs permettant l échange de données informatiques 6 ). Le terme d e-banque serait peut-être du néologisme car la presse ou les auteurs parlent plutôt de Cyberbanque, de e-banking, plus couramment de banque en ligne, voire même d agence du futur, comme l a décrit Laurent Méchain, responsable de marché banque et assurance à Microsoft France, dans un article paru en juillet 2004 au n 660 de Banque magazine. L orientation des banques vers un service de proximité par l intermédiaire du réseau informatique est un phénomène encore récent, abordé plutôt d un point de vue juridique (Les services bancaires et financiers en ligne, Marie-Elisabeth Mathieu, Revue Banque, 2005), et qui nécessite des investissements : recours à la sous-traitance pour la création du site, du matériel permettant d assurer anonymat et sécurité lors des consultations, facilité d accès, promotion du service, La banque en ligne propose plusieurs services comme la possibilité de consulter l état de nos comptes à tout moment de la journée, d effectuer des virements, d imprimer des relevés d identité bancaire (ou R.I.B), d entrer en communication par l intermédiaire de messages avec des conseillers financiers. Mais ce service est bien souvent payant, les prix variant d une banque à l autre du simple au double. Mais de plus en plus de banques proposent ce service gratuitement, à condition d opter pour certains comptes (compte-service du Crédit Agricole). Plusieurs questions viennent alors : Que proposent les banques en ligne? Que deviendront les agences? Comment réagissent les clients? Quelles vont être les répercutions sur la banque elle-même? Quel avenir pour l ebanque? C est ici que cela devient intéressant car on remarque que le 5 Cf. : Lexique définition banque, voir aussi banque à domicile. 6 Cf. : Lexique définition échange de données informatiques. 13

6 modèle assez rigide des structures bancaires est en train de s adapter à la société de proximité, commence à prendre des risques dans un domaine qui n était pas le sien, commence à se diversifier, tout en mesurant les conséquences que cela aura aussi bien sur le personnel actuel et futur que sur des indicateurs importants aux yeux des banques (Produit Net Bancaire 7 principalement). Il serait également intéressant de s interroger sur l impact que cela a sur les clients, sur le fait qu ils peuvent gérer leur compte au jour le jour en prenant des décisions à distance, en ne se rendant aux agences que pour des besoins de renseignements ou pour ouvrir un compte ou même souscrire à une assurance habitation ou automobile. Il sera donc question des enjeux de l e-banque (du point de vue du démarrage, de la création, des possibilités que cela offre aussi bien pour les agences et les employés de la banque que pour les clients) et des conséquences de l e-banque (conséquences sur les agences, le personnel, le Produit Net Bancaire, l avenir de la banque en ligne). Il sera également intéressant de s interroger sur la sécurité qu offre ce service, ce qu il va devenir. Tout ceci s articulera autour de 6 chapitres expliqués ci-après. 7 Cf. : Lexique définition Produit Net Bancaire. 14

7 Organisation de l ouvrage Cet ouvrage sera constitué de six chapitres, associés aux services que l on trouve sur les sites des banques, à la sécurité, à l impact sur l agence, le personnel, les clients et la rentabilité, puis sur l avenir de l e-banque. Le Chapitre 1 portera sur l évolution des services interactifs proposés par les banques. L arrivée des banques en ligne a entraîné une nouvelle compétition, entre les différentes banques elles-mêmes. La façon qu ont ces banques de s affronter est simple, elle consiste en la proposition d un maximum de services aux coûts plus ou moins élevés. Le problème des coûts des services est le problème majeur que rencontrent les banques, car il semble difficile de mesurer l apport exact de l e-banque, étant donné que certaines d entre elles proposent des services gratuits. Un autre problème naît à la suite de cette entrée sur Internet, celui du coût de cette introduction. En effet, il faut concevoir le site Internet de la banque, le rendre accessible, le sécuriser, et cela n est pas chose facile ni gratuite. La question est : faut-il confier la création des sites à un service externe? Les banques ont dû réfléchir afin de trouver la solution la plus rentable. Le Chapitre 2 se consacrera à la sécurité des sites Internet des banques. Cela est effectivement la préoccupation principale des utilisateurs, car il s agit de consultations et d opérations relatives à tout ce qui se rapporte à l argent du client. Il doit pouvoir surfer sur le site sans avoir à s inquiéter des virus et autres menaces. Un listing des menaces ainsi que ce que dit la loi à ce sujet sera développé dans cette partie. Le Chapitre 3 posera la question de l avenir de l agence. La première inquiétude à laquelle nous pouvons être confronté repose sur la pérennité des agences bancaires. Vont-elles disparaître? Certains s en soucient, mais peu songent à leur extinction. En effet, il semblerait plutôt que l ère de l agence soit en plein changement. L agence est encore loin de devenir un simple abris destiné à accueillir tous les automates (distributeurs, automates affectés aux dépôts de chèques, d espèces, de consultations de 15

8 comptes, de virements, ). Ce chapitre portera donc également sur l impact de l e-banque sur le personnel. Beaucoup d employés de la banque, notamment les guichetiers et les anciens, semblent inquiets car ils pensent que l e-banque va leur faire perdre leur place, soit de part leur inutilité illusoire, soit pour être remplacés par des jeunes actifs tout droits sortis des Ecoles de Commerce. D autres, somme toute mieux informés, ne semblent pas s inquiéter quant aux effets de l e-banque sur leur emploi, car ils voient en cela une ouverture à l évolution de leur poste. Mais il peut tout de même y avoir des conséquences néfastes sur les ressources humaines. Le problème ici est donc celui de l information qui vient à manquer, car souvent, pour les employés que j ai rencontrés et qui travaillaient dans des agences, ceux-ci connaissaient parfaitement les services sur Internet mais ne savaient pas exactement les effets que cela aura sur leur poste. Le Chapitre 4 dressera l inventaire des satisfactions/mécontentements des clients usant de l Internet bancaire. Seront exposés les chiffres quant à l évolution de la fréquentation des banques en ligne, les avis des clients portant sur l efficacité de ce service, les attentes, les regrets, les principaux utilisateurs, leur âge moyen, ainsi que leur profession. Le Chapitre 5 sera sur l impact de l e-banque sur la rentabilité de la banque. Ceci portera sur un troisième problème, celui des suites que cela entraîne, par exemple, sur le Produit Net Bancaire, ou PNB. Il est nécessaire de se poser la question du recouvrement du coût de la mise en place de ce service, si ce coût va avoir des conséquences négatives sur la rentabilité de la banque, ou bien s il va permettre de l améliorer davantage. En effet, si les banques engagent de l argent dans une action, c est qu elles comptent bien en tirer tous les profits possibles. Mais comment savoir, ou comment prévoir, si l entrée en ligne va être rentabilisée? Dans le Chapitre 6, nous verrons que nous ne sommes qu à l incipit de l évolution des banques sur Internet, ce pourquoi nous ne pouvons savoir exactement quelles en seront, à long terme, les conséquences. Verrons-nous apparaître de nouvelles formes de ces services qui viendront remplacer ceux existant? En effet, les banques commencent à nous proposer des services sur téléphonie mobile, comme par exemple l avertissement lorsqu un seuil est franchi. Ou bien est-ce que la banque sur Internet va encore évoluer, ce grâce aux nouvelles fonctions des téléphones mobiles ou du WiFi, qui permettent de se connecter n importe où, n importe quand à Internet? De nouvelles technologies arrivent à grands pas, il faudrait donc s y intéresser. 16

9 Chapitre I Les services Interactifs Depuis leur création, les banques ont voulu se diversifier par rapport aux autres, notamment en donnant aux clients un meilleurs accès. C est à la fin du XXe siècle que l on voit émerger de nouveaux modes de communication entre les banques et la clientèle. Mais ces améliorations ne sont pas sans coûts, et leur mise en place nécessite souvent une recherche préalable et une enquête sur les apports que cela va engendrer. Le processus qui a permis l arrivée de la banque sur Internet fut long. Autant les banques sont maintenant nombreuses sur Internet, autant les services qu elles proposent sont variés, et autant les prix peuvent aller du simple au double. Il existe nonobstant ce fait plusieurs services inhérents à la banque en ligne, comme la consultation des comptes et l exécution de virements. Mais beaucoup d autres viennent s y ajouter, c est le cas par exemple de l opposition sur perte ou vol, de l édition de RIB 8, ou de la commande de chéquiers. Cela va être développé au travers de deux sections, une première section sera sur l évolution des services et posera la question de la création des sites Internet liés aux banques, une seconde traitera de la variété des services proposés par les banque via leur site Web et exposera ces services sous la forme d un tableau. Section 1 De la création des services interactifs à l Internet La banque sur Internet n est apparue qu au milieu des années 1990, soit près de 7 ans après l ouverture de l International Network au grand public. Mais il faut savoir qu avant l e-banque, d autres façons existaient pour effectuer des opérations financières. Pour mieux comprendre cela, voyons 8 Cf. : Lexique définition Relevé d Identité Bancaire. 17

10 premièrement les ancêtres de l Internet avant de se pencher sur la façon qu ont les banques de créer leur site, ainsi que sur les recommandations pour bien créer un site L avant Internet Nous pouvons d ores et déjà souhaiter un bon anniversaire au minitel, qui fête aujourd hui ses 20 ans 9. En effet, il y a 20 ans, le gouvernement français, via France Télécoms, seule entreprise publique de télécommunication, a décidé de permettre l échange d informations sous VIDEOTEX 10, et ce par le biais d un petit appareil (à l époque, car il serait encombrant dorénavant) et sa multitude de fils électriques qui y sont attachés. Propulsé à l aide d une publicité monstre, le minitel a vite fait d être présent dans bon nombre de foyers français. Plus de 6.5 millions de terminaux seront recensés 12 ans après sont apparition. Mais il existait, avant le minitel, un autre moyen d entrer en relation avec sa banque autrement que physiquement, procédé nommé Echange télé transmis entre banques et clients (ou ETEBAC 11 ). Ce procédé permettait la communication banque/client par l intermédiaire du réseau classique du téléphone, et ce dès Il existera 5 ETEBAC s échelonnant de 1984 à 1991, cette dernière année marquant les plus grandes innovations en ce domaine via un réseau nommé Transpac, qui donnait une meilleure sécurité. Parmi ces innovations, quatre furent des précurseurs : - l authentification : il garantit l identité des partenaires communiquant (émetteur et récepteur des messages) par des encryptages de codes ou par utilisation de cartes à puce ; - la confidentialité : il effectue un chiffrage des données transmises en fonction des caractéristiques de l émetteur et du destinataire ; - l intégrité : il assure la non modification des données transportées dans le réseau ; - la non répudiation : preuve irréfutable que l échange des données a bien été effectué ans le 03/02/2006, article publié sur pc impact. 10 Voir définition Banque à domicile. 11 Voir définitions ETEBAC 1 à 5. 18

Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire. Septembre 2013

Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire. Septembre 2013 Les attentes des Français pour l avenir du secteur bancaire Septembre 2013 1 Note méthodologique Etude réalisée pour : Wincor Nixdorf Echantillon : Echantillon de 1001 personnes, représentatif de la population

Plus en détail

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire

1. INTRODUCTION. Un peu d histoire 1. INTRODUCTION Avant de nous intéresser aux technologies des réseaux actuelles, il est important de retracer en quelques points l évolution de l outil informatique afin de nous permettre d appréhender

Plus en détail

Sommaire. Histoire d Apple 3-4. L évolution depuis l Ipod (2001)... 5-8. Les nouveautés à venir... 9-13. Conclusion. 14

Sommaire. Histoire d Apple 3-4. L évolution depuis l Ipod (2001)... 5-8. Les nouveautés à venir... 9-13. Conclusion. 14 APPLE 1 Sommaire Histoire d Apple 3-4 L évolution depuis l Ipod (2001)... 5-8 Les nouveautés à venir... 9-13 Conclusion. 14 2 L histoire d Apple Apple fut fondée le 1er Avril 1976, en Californie, par Steve

Plus en détail

Le Portefeuille d Etudes Yphise

Le Portefeuille d Etudes Yphise à l attention des décideurs, managers et cadres pour réfléchir, agir et se former Manager - Investir - Aligner - Produire Recherche indépendante en informatique d entreprise MOe et MOa depuis 1985 LE PORTEFEUILLE

Plus en détail

les prévisions securité 2015

les prévisions securité 2015 les prévisions securité 2015 Panda Security Les prévisions sécurité 2015 du PandaLabs Selon les estimations du Pandalabs, les chiffres concernant la création de malware vont encore une fois battre des

Plus en détail

Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque

Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque JUIN 2015 N 30 COMPTE LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Les 10 clés pour bien gérer mon compte en banque Ce mini-guide vous est offert par

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013

ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Paris, mars 2013 page 1 ENSEIGNEMENT DES TRAVEL D OR 2013 Analyse de Guillaume Weill, Directeur Général MetrixLab France 5 CLÉS DE SUCCÈS POUR L E-TOURISME EN 2013 Les enseignements présentés dans ce document

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

Les interrogations liées à la migration

Les interrogations liées à la migration Les interrogations liées à la migration Sommaire : 1. Qu est-ce que Transpac?... 2 2. Qu est ce qu un protocole?... 2 3. Pourquoi Transpac va-t-il disparaître?... 2 4. Quel est l intérêt de cette migration

Plus en détail

LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011. BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études

LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011. BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études LES FRANÇAIS, LEUR BANQUE ET LEUR MOBILE Novembre 2011 BVA Opinion 01 71 16 88 34 Céline BRACQ Directrice adjointe Pierre ALBERT Chargé d études Méthodologie Recueil Enquête réalisée par l Institut BVA

Plus en détail

Dossier de presse L'archivage électronique

Dossier de presse L'archivage électronique Dossier de presse L'archivage électronique Préambule Le développement massif des nouvelles technologies de l information et de la communication (TIC) a introduit une dimension nouvelle dans la gestion

Plus en détail

CONFÉRENCE PRISE DE NOTES. UPDATE ASBL Michaël Barchy 19 mars 2014

CONFÉRENCE PRISE DE NOTES. UPDATE ASBL Michaël Barchy 19 mars 2014 CONFÉRENCE PRISE DE NOTES UPDATE ASBL Michaël Barchy 19 mars 2014 POINTS ABORDÉS Introduction Evolution des prises de notes Mobilité Différentes méthodes Prise de note dactylographiée Prise de note manuscrite

Plus en détail

Tél. : (241) 74 32 46 / 79 63 88 Fax : (241)74 44 56 E-mail : eqc@bgfi.com. www.bgfi.com

Tél. : (241) 74 32 46 / 79 63 88 Fax : (241)74 44 56 E-mail : eqc@bgfi.com. www.bgfi.com Tél. : (241) 74 32 46 / 79 63 88 Fax : (241)74 44 56 E-mail : eqc@bgfi.com www.bgfi.com 1 Cher client, chère cliente, Bienvenue sur www.bgfionline.com! Pour que vous puissiez accéder à vos comptes à toute

Plus en détail

guide de création pour ebooks et projets de livres avec mybod

guide de création pour ebooks et projets de livres avec mybod guide de création pour ebooks et projets de livres avec mybod Bienvenue sur mybod! En vous enregistrant, vous venez d ouvrir toutes les portes de l auto-édition moderne pour vos ebooks et livres imprimés.

Plus en détail

Conférence 9 Vendre partout, tout le temps

Conférence 9 Vendre partout, tout le temps Conférence 9 Vendre partout, tout le temps MODÉRATEUR Clotilde BRIARD - Journaliste LES ECHOS INTERVENANTS Michaël AZOULAY Fondateur- Directeur Général AMERICAN VINTAGE Grégoire BRESSOLLES - Responsable

Plus en détail

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles 1 2 Pourquoi La Poste a-t-elle écrit ce document? La Poste souhaite répondre aux besoins de chaque

Plus en détail

Vivre sans chéquier LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 21

Vivre sans chéquier LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Site d informations pratiques sur la banque et l argent. Repère n 21 LES MINI-GUIDES BANCAIRES Site d informations pratiques sur la banque et l argent Repère n 21 Vivre sans chéquier Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE

CONFÉRENCE DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE Marie-Claire Capobianco, Membre du Comité Exécutif de BNP Paribas et Directeur des Réseaux France Bernard Roy, Directeur de la Stratégie de La Banque Postale Laurent Goutard, Directeur

Plus en détail

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe

Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe Dossier de presse Communiqué de presse ALTER PERFORMANCE, un modèle de start up qui a le vent en poupe ALTER PERFORMANCE est une nouvelle société de conseil qui a fait le choix d'accompagner les TPE-PME

Plus en détail

Management de la sécurité des technologies de l information

Management de la sécurité des technologies de l information Question 1 : Identifiez les causes d expansion de la cybercriminalité Internet est un facteur de performance pour le monde criminel. Par sa nature même et ses caractéristiques, le monde virtuel procure

Plus en détail

7KqPHVHWVLWXDWLRQV$FKDW9HQWH. )LFKHSpGDJRJLTXH

7KqPHVHWVLWXDWLRQV$FKDW9HQWH. )LFKHSpGDJRJLTXH 5HVVRXUFHVSRXUOHVHQVHLJQDQWVHWOHVIRUPDWHXUVHQIUDQoDLVGHVDIIDLUHV $FWLYLWpSRXUODFODVVH')$ &UpGLW-RHOOH%RQHQIDQW -HDQ/DFURL[ 7KqPHVHWVLWXDWLRQV$FKDW9HQWH )LFKHSpGDJRJLTXH $FWLYLWp /HFRPPHUFHHQOLJQH &RPSUpKHQVLRQpFULWH

Plus en détail

BMCE Direct. Guide d utilisateur Entreprise SOLUTION DE BANQUE A DISTANCE. www.bmcebank.ma. 140 Avenue Hassan II - Casablanca, Maroc

BMCE Direct. Guide d utilisateur Entreprise SOLUTION DE BANQUE A DISTANCE. www.bmcebank.ma. 140 Avenue Hassan II - Casablanca, Maroc BMCE Direct SOLUTION DE BANQUE A DISTANCE Guide d utilisateur Entreprise 080 100 8100 www.bmcebank.ma 140 Avenue Hassan II - Casablanca, Maroc Bienvenue dans BMCE Direct, L e nouveau service Banque à distance

Plus en détail

BMCE Direct SOLUTION DE BANQUE A DISTANCE

BMCE Direct SOLUTION DE BANQUE A DISTANCE BMCE Direct SOLUTION DE BANQUE A DISTANCE Guide d utilisateur 080 100 8100 www.bmcebank.ma 140 Avenue Hassan II - Casablanca, Maroc Bienvenue dans BMCE Direct, votre service de Banque à Distance de BMCE

Plus en détail

Avis présenté à la. Commission scolaire de Montréal

Avis présenté à la. Commission scolaire de Montréal AVIS SUR LA PROPOSITION DE RÉPARTITION 2014-2015 DE LA MESURE MINISTÉRIELLE 50730 SUR LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DES COMMUNICATIONS (NTIC) Avis présenté à la Commission scolaire de

Plus en détail

Payer sans chéquier : c est possible!

Payer sans chéquier : c est possible! Payer sans chéquier : c est possible! C NUM é. 5.03. p e e a e e, a Wa e au Payer sans chéquier : c est possible! Suite à un rejet de chèque sans provision ou parce que votre compte bancaire est à découvert,

Plus en détail

Dossier de presse Contact presse Aude Ballade 05 49 37 87 80 aude.ballade@banques-en-ligne.fr D ossier de Presse Banques-en-ligne.fr - Février 2010 1

Dossier de presse Contact presse Aude Ballade 05 49 37 87 80 aude.ballade@banques-en-ligne.fr D ossier de Presse Banques-en-ligne.fr - Février 2010 1 Dossier de presse Contact presse Aude Ballade 05 49 37 87 80 aude.ballade@banques-en-ligne.fr Dossier de Presse Banques-en-ligne.fr - Février 2010 1 SOMMAIRE Qu est-ce qu une banque en ligne? 3 Les avantages

Plus en détail

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Maël Resch Attachée de Presse Tél : 01 55 80 58 66 Email : mael.resch@empruntis.com CRÉDIT OU ASSURANCE

Plus en détail

ACCEDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE

ACCEDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE Pour garder le contact avec leur entreprise, de plus en plus de collaborateurs ont besoin d accéder à leurs emails lorsqu ils sont en déplacement ou à domicile. Cet accès distant est facilité si la messagerie

Plus en détail

Big Data : se préparer au Big Bang

Big Data : se préparer au Big Bang Big Data : se préparer au Big Bang Initialement confinées au cœur des moteurs de recherche et des réseaux sociaux, les technologies du Big Data s'exportent désormais avec succès dans de nombreux secteurs

Plus en détail

DEMAIN, LA BANQUE SANS PAPIERS!

DEMAIN, LA BANQUE SANS PAPIERS! COMMUNIQUÉ DE PRESSE DEMAIN, LA BANQUE SANS PAPIERS! Le Crédit Agricole Toulouse,ère banque de Haute-Garonne à déployer la signature électronique dans toutes ses agences. LA SIGNATURE ÉLECTRONIQUE Le Crédit

Plus en détail

ACCÉDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE

ACCÉDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE ACCÉDER A SA MESSAGERIE A DISTANCE Lorraine Pour garder le contact avec leur entreprise, de plus en plus de collaborateurs ont besoin d accéder à leurs emails lorsqu ils sont en déplacement ou à domicile.

Plus en détail

Payement électronique. Sommaire. 1. Les systèmes de paiement électroniques. 1.1 E-banking

Payement électronique. Sommaire. 1. Les systèmes de paiement électroniques. 1.1 E-banking Payement électronique Sommaire 1. Les systèmes de paiement électroniques... 1 1.1 E-banking... 1 1.2 Porte-monnaie électronique et porte-monnaie virtuel... 2 1.2.1 Le porte monnaie électronique (e-cash)...

Plus en détail

Document réalisé avec le soutien de

Document réalisé avec le soutien de Document réalisé avec le soutien de Directeur de la publication : Cédric MAMETZ Responsable de la rédaction : Céline SIMONIN, Chargée de projets Nous Aussi Conception graphique : La Suite + Co et Lauriane

Plus en détail

LA FACTURATION FONDÉE SUR LA CAPACITÉ ET CE QU'ELLE SIGNIFIE POUR LE CONSOMMATEUR CANADIEN

LA FACTURATION FONDÉE SUR LA CAPACITÉ ET CE QU'ELLE SIGNIFIE POUR LE CONSOMMATEUR CANADIEN LA FACTURATION FONDÉE SUR LA CAPACITÉ ET CE QU'ELLE SIGNIFIE POUR LE CONSOMMATEUR CANADIEN TABLE DES MATIÈRES Introduction La facturation fondée sur la capacité arrive au Canada Pourquoi les gens utilisent-ils

Plus en détail

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web

Nicolas Malo Jacques Warren. Préface de Marc Lolivier. Web Analytics. Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web Nicolas Malo Jacques Warren Préface de Marc Lolivier Web Analytics Mesurer le succès et maximiser les profits de votre site Web www.webanalyticsprofits.com Deuxième édition revue et augmentée, 2009, 2012

Plus en détail

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles

Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles Document d information sur les offres de La Poste et leurs accès aux personnes handicapées intellectuelles 1 2 Pourquoi ce document? La Poste souhaite apporter des solutions aux besoins de chaque client.

Plus en détail

Server. Mac OS X. l Admin. Cahiers. Jacques Foucry. Collection dirigée par Nat Makarévitch. Avec la contribution de Martine Chalmond

Server. Mac OS X. l Admin. Cahiers. Jacques Foucry. Collection dirigée par Nat Makarévitch. Avec la contribution de Martine Chalmond Jacques Foucry Cahiers de l Admin Mac OS X Server Collection dirigée par Nat Makarévitch Avec la contribution de Martine Chalmond, ISBN : 2-212-11282-3 Étude de cas 1 Mac OS X Licences Intégration Facilité

Plus en détail

Guide d utilisation des fichiers bonus accompagnant le guide «L Argent est une science exacte»

Guide d utilisation des fichiers bonus accompagnant le guide «L Argent est une science exacte» Guide d utilisation des fichiers bonus accompagnant le guide «L Argent est une science exacte» - Fichier «Gestion main de fer» Cet outil, à utiliser chaque semaine, permet de réaliser une synthèse de l

Plus en détail

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 21. Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

LES MINI-GUIDES BANCAIRES. Repère n 21. Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 21 Vivre sans chéquier FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE janvier 2006 Ce mini-guide vous est offert Tous droits réservés. La reproduction totale ou partielle des textes de

Plus en détail

Formation Bureautique SRAL 2013-14. Choisir son micro ordinateur. Jean Pierre Dromain

Formation Bureautique SRAL 2013-14. Choisir son micro ordinateur. Jean Pierre Dromain Formation Bureautique SRAL 2013-14 Choisir son micro ordinateur Jean Pierre Dromain Avant Propos L informatique est une science ni unique ni stable Il faut vraiment faire attention pour savoir de quoi

Plus en détail

Le concept FAH (ou ASP en anglais)

Le concept FAH (ou ASP en anglais) Le concept FAH (ou ASP en anglais) Présentation FAH signifie Fournisseur d Application Hébergé ASP signifie Application Service Provider L utilisation d un logiciel de gestion classique peut se révéler

Plus en détail

RAPRE : U 51 Réalisation d une activité professionnelle en relation avec une entreprise

RAPRE : U 51 Réalisation d une activité professionnelle en relation avec une entreprise SIVAKUMAR Sajeen Etudiant en Brevet de Technicien Supérieur Assistance Technique d Ingénieur RAPRE : U 51 Réalisation d une activité professionnelle en relation avec une entreprise 1 SOMMAIRE Remerciement

Plus en détail

Compte-Service Confort

Compte-Service Confort FICHE D INFORMATION Délivrée notamment en application de l article L 341-12 du Code monétaire et financier ou de l article L 121-20-10 du Code de la Consommation Date de mise à jour : 01/06/2007 Compte-Service

Plus en détail

Coralie Cuillerier, Zahir Ibelaidene, Steve Latour, Martin Pearson, Ahmadou Sarr, Karine Tremblay

Coralie Cuillerier, Zahir Ibelaidene, Steve Latour, Martin Pearson, Ahmadou Sarr, Karine Tremblay IDENTIFICATION DE L ÉQUIPE PLAN DE POSITIONNEMENT D AFFAIRES Coralie Cuillerier, Zahir Ibelaidene, Steve Latour, Martin Pearson, Ahmadou Sarr, Karine Tremblay DESCRIPTION DU PROJETTECHNOLOGIQUE Création

Plus en détail

Big data et protection des données personnelles

Big data et protection des données personnelles Big data et protection des données personnelles Séminaire Aristote Ecole Polytechnique 15 octobre 2015 Sophie Nerbonne Directrice de la conformité à la CNIL La CNIL : autorité en charge de la protection

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Des performances bi-coeur puissantes pour les entreprises d aujourd hui et de demain

Des performances bi-coeur puissantes pour les entreprises d aujourd hui et de demain Performances double coeur Puissantes Des performances bi-coeur puissantes pour les entreprises d aujourd hui et de demain Avec sa dernière gamme d ordinateurs portables professionnels équipés du processeur

Plus en détail

Votre objectif. Notre ambition. Avant-propos. > à noter

Votre objectif. Notre ambition. Avant-propos. > à noter Avant-propos Avant-propos Votre objectif Vous souhaitez réussir un projet d amélioration ou développer une démarche jusqu à l obtention du certificat attestant sa conformité à un référentiel international

Plus en détail

Newsletter Septembre 2015

Newsletter Septembre 2015 Newsletter Septembre 2015 Objets Connectés La monétique, secteur en devenir de cette révolution? 2015 sera incontestablement «l année 1» des objets connectés. Depuis quelques mois, il ne se passe pas une

Plus en détail

é p a r g n e r é t h i q u e

é p a r g n e r é t h i q u e Introduction «Ne choisissez pas les placements éthiques pour l éthique. Il faut en attendre des performances similaires aux placements classiques, auxquelles nous ajoutons gratuitement un supplément éthique.»

Plus en détail

1 Introduction à l infrastructure Active Directory et réseau

1 Introduction à l infrastructure Active Directory et réseau 1 Introduction à l infrastructure Active Directory et réseau Objectifs d examen de ce chapitre Ce premier chapitre, qui donne un aperçu des technologies impliquées par la conception d une infrastructure

Plus en détail

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions

Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Communiqué de presse Paris, le 5 septembre 2012 Naissance de NUMERGY, producteur d énergie numérique au service des entreprises et des institutions Numergy, une nouvelle société dirigée par Philippe Tavernier

Plus en détail

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM

L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM LIVRE BLANC L OPTIMISATION DU MARKETING GRÂCE À PIVOTAL CRM Une situation optimale pour la force de vente et pour le marketing LIVRE BLANC OPTIMISATION DU MARKETING 2 A PROPOS Au cours des dernières années,

Plus en détail

Constat Actuel 1. TELECOLLECTES ET DEMANDES D AUTORISATIONS

Constat Actuel 1. TELECOLLECTES ET DEMANDES D AUTORISATIONS Constat Actuel 1. TELECOLLECTES ET DEMANDES D AUTORISATIONS Les transactions bancaires (demande d autorisation et télécollecte) via Internet (connections IP) transitent grâce à un opérateur monétique,

Plus en détail

Prépaiement électrique Note technique d information No1

Prépaiement électrique Note technique d information No1 25.02.2007 Projet NOUR ZRA 643. BP 5261 Nouakchott. Mauritanie Prépaiement électrique Note technique d information No1 Avant propos Cette note technique est destinée à faciliter le processus d expression

Plus en détail

E-commerce : réduire l écart entre recherche et achat

E-commerce : réduire l écart entre recherche et achat 2014 Edition Spéciale 3 Intelligence Applied 1 Le e-commerce a dominé la croissance des entreprises ces dernières années. Mais les marques et les distributeurs devraient lui en demander plus. Voici pourquoi...

Plus en détail

Baromètre de l innovation

Baromètre de l innovation Baromètre de l innovation Un baromètre BVA Syntec numérique Ce sondage est réalisé par pour le Publié dans le 9 avril, dans le 11 avril et diffusé sur LEVEE D EMBARGO LE 9 AVRIL 8H Rappel méthodologique

Plus en détail

PETIT MEMENTO D INTERNET

PETIT MEMENTO D INTERNET PETIT MEMENTO D INTERNET 2 SOMMAIRE 1 PRÉSENTATION D INTERNET...3 1.1 AUX ORIGINES DU RÉSEAU MONDIAL... 3 1.2 COMMENT ÇA MARCHE?... 4 1.3 COMMENT ÊTRE RELIÉ À INTERNET?... 4 1.3.1 Les "gratuit-gratuits"...erreur!

Plus en détail

et si nous parlions croissance...

et si nous parlions croissance... A6 Media Présentation d un partenariat réussi et si nous parlions croissance... www.a6media.fr Le 25 juillet 2008 naissance d A6 média, structure spécialisée dans le partenariat avec Orange Business Services

Plus en détail

La vente au détail d automobiles dans la «nouvelle normalité»

La vente au détail d automobiles dans la «nouvelle normalité» Reynolds et Reynolds La vente au détail d automobiles dans la «nouvelle normalité» Ron Lamb Président, Reynolds et Reynolds La vente au détail d automobiles dans la «nouvelle normalité» Lorsque le calme

Plus en détail

Acheter sur Internet

Acheter sur Internet Acheter sur Internet Jadis, la vente par correspondance ou VPC ; aujourd'hui le e-commerce! Jadis, quelques entreprises spécialisées dans ce type de commerce (VPC) ; aujourd'hui, des milliers pour le e_commerce!

Plus en détail

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+ Guide de formation avec exercices pratiques Configuration et dépannage de PC Préparation à la certification A+ Sophie Lange Troisième édition : couvre Windows 2000, Windows XP et Windows Vista Les Guides

Plus en détail

Communiqué de Presse. Boulogne-Billancourt, Septembre 2003

Communiqué de Presse. Boulogne-Billancourt, Septembre 2003 Communiqué de Presse AudioSmartCard annonce son nouveau serveur d authentification Secured Sound Pro Server compatible LDAP et Radius et la disponibilité de son Software Developement Kit SDK Boulogne-Billancourt,

Plus en détail

ACCÉDER. aux services. Brochure d information sur les services, les offres du Groupe La Poste et leurs accès aux gens du voyage

ACCÉDER. aux services. Brochure d information sur les services, les offres du Groupe La Poste et leurs accès aux gens du voyage ACCÉDER aux services Brochure d information sur les services, les offres du Groupe La Poste et leurs accès aux gens du voyage 1 Souhaitant faciliter la relation avec tous ses clients, le Groupe La Poste

Plus en détail

Votre aide-mémoire pour RBC Banque en direct

Votre aide-mémoire pour RBC Banque en direct Banque en Direct Votre aide-mémoire pour RBC Banque en direct La commodité et la sécurité pour gérer tous vos besoins bancaires quotidiens Un moyen pratique et sécuritaire de faire ses opérations bancaires

Plus en détail

Qu est-ce que la formation économique en entreprise?

Qu est-ce que la formation économique en entreprise? Volume 1, numéro 2 Qu est-ce que la formation économique en entreprise? Jean Sylvestre Directeur général, Fondation de la formation économique Fonds de solidarité FTQ Avec la collaboration de Michel Blondin

Plus en détail

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIE MOBILE. UPDATE ASBL Michaël Barchy 21 mai 2014

CONFÉRENCE TÉLÉPHONIE MOBILE. UPDATE ASBL Michaël Barchy 21 mai 2014 CONFÉRENCE TÉLÉPHONIE MOBILE UPDATE ASBL Michaël Barchy 21 mai 2014 POINTS ABORDÉS Introduction Evolution de la téléphonie mobile Mobilité Appareils Technologies Smartphones et «feature» phones Connexions

Plus en détail

Guide de l utilisateur

Guide de l utilisateur Guide de l utilisateur BGFIONLINE Votre Banque en ligne Page 1 sur 17 Chère cliente, cher client, Bienvenue sur www.bgfionline.com! Pour que vous puissiez accéder à vos comptes à toute heure, en vacances,

Plus en détail

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques

Services Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques Observatoire 2010 de l opinion sur l image des banques - Juillet 2010 Méthodologie Méthodologie : Cette étude a été menée dans le cadre de l'omcapi, l'enquête périodique multi-clients de l'ifop, réalisée

Plus en détail

Le Cisco Smart Business Communications System

Le Cisco Smart Business Communications System Le Cisco Smart Business Communications System Smart Business Brochure Le Cisco Smart Business Communications System Aujourd hui, les petites entreprises sont confrontées à une concurrence accrue. Une

Plus en détail

WIFI sécurisé en entreprise (sur un Active Directory 2008)

WIFI sécurisé en entreprise (sur un Active Directory 2008) Cette œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation Commerciale 3.0 non transposé. Le document est librement diffusable dans le contexte de

Plus en détail

Transformation digitale

Transformation digitale La plateforme bancaire internationale. Pour chaque métier. décembre 2015 Transformation digitale Les défis de la distribution bancaire Par Olivier Cruanès, Responsable Marketing SOMMAIRE 1 La révolution

Plus en détail

KIT INTRANET DSL @home L interface d accès aux ressources de votre entreprise

KIT INTRANET DSL @home L interface d accès aux ressources de votre entreprise Guide utilisateur KIT INTRANET DSL @home L interface d accès aux ressources de votre entreprise 1 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION ET PRE-REQUIS... 3 2. INSTALLATION... 4 3. CONFIGURATION... 5 4. UTILISATION ET

Plus en détail

Plus De Cartouches 2013/2014

Plus De Cartouches 2013/2014 Plus De Cartouches 2013/2014 Page 1 SOMMAIRE INTRODUCTION ET PRESENTATION...3 MISSIONS...4 LE CONTEXTE DES MISSIONS...4 LES OBJECTIFS...4 LES CONTRAINTES...5 REALISATIONS...6 CHOIX EFFECTUÉS...6 RÉSULTATS...10

Plus en détail

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise?

Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Stratégie Tier 2 : Quels avantages pour votre entreprise? Les décideurs ont beaucoup à gagner de l intégration des données de gestion externes et internes, afin d assurer la disponibilité des informations

Plus en détail

1 er guide PDF. Comment démarrer?

1 er guide PDF. Comment démarrer? 1 er guide PDF Comment démarrer? Bonjour, vous avez décidé de faire carrière dans les Relations Humaines. Et vous avez choisi Kapler Magazine. Bravo, c est le meilleur choix. Voyons maintenant comment

Plus en détail

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE

Préambule CHARTE DEONTOLOGIQUE Préambule Le secteur des Technologies de l Information et de la Communication (T.I.C.) est souvent mal connu par les entreprises et les organisations susceptibles de les utiliser. Cette méconnaissance

Plus en détail

APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC)

APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC) APPLICATION N 7 LE CAS FINANCE SA (Adapté d un sujet d expertise comptable de l INTEC) Venant de prendre la Présidence d un important groupe financier français, le nouveau président est alerté par certains

Plus en détail

Argent : ce qu il faut faire

Argent : ce qu il faut faire GÉRARD HUGUENIN Argent : ce qu il faut faire Et que vous ne savez pas Éditions Eyrolles, 2005 ISBN : 2-7081-3082-X 2 Économiser L essentiel 1. Constituer son épargne progressivement et sans efforts. 2.

Plus en détail

Ozélya Retail One Ozélya Ozélya Retail One

Ozélya Retail One Ozélya Ozélya Retail One Ozélya Retail One Pour vous aider à faire face à un monde devenu complexe, individuel, incertain, et interdépendant, Ozélya capitalise depuis plus de 20 ans sur les meilleures pratiques rencontrées dans

Plus en détail

PROFITEZ-EN POUR DIGITALISER VOS PARCOURS DE PAIEMENT

PROFITEZ-EN POUR DIGITALISER VOS PARCOURS DE PAIEMENT PROFITEZ-EN POUR DIGITALISER VOS PARCOURS DE PAIEMENT DOCAPOST - SAS au capital de 69 705 520 euros 493 376 008 RCS Créteil - Siège social : 10-12 Avenue Charles de Gaulle - 94220 ChARENTON-LE-PONT - ref

Plus en détail

«C est une révolution dans la manière de conduire notre. Commonwealth Bank Australia

«C est une révolution dans la manière de conduire notre. Commonwealth Bank Australia Commonwealth Bank Australia La recherche de l excellence dans les services clients au travers d un environnement «open-space» «C est une révolution dans la manière de conduire notre développement : notre

Plus en détail

Assises Professionnelles du Livre : A l heure du numérique. La commercialisation du livre dans l univers numérique

Assises Professionnelles du Livre : A l heure du numérique. La commercialisation du livre dans l univers numérique Assises Professionnelles du Livre : A l heure du numérique 21 octobre 2010 - Institut océanographique de Paris La commercialisation du livre dans l univers numérique IV. Webmarketing et outils sociaux

Plus en détail

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE

LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE LES MUSEES & LES APPLICATIONS CULTURELLES SUR SMARTPHONES ETUDE DE MARCHE SOMMAIRE 1) L étude en quelques mots....p 3 Qui? Quoi? Quand? Comment? Pourquoi? 2) Quid des applications mobiles & des musées..p

Plus en détail

Ouvrez-vous à de nouveaux horizons

Ouvrez-vous à de nouveaux horizons Ouvrez-vous à de nouveaux horizons Avec le crowdlending, financez vos projets d avenir www.pretgo.fr Le crowdlending, le nouvel eldorado de l économie réelle Réelle alternative au financement bancaire

Plus en détail

Gérer. Simplifiez-vous la vie avec des moyens de paiement adaptés à vos besoins. je connais mon banquier je connais mon banquier

Gérer. Simplifiez-vous la vie avec des moyens de paiement adaptés à vos besoins. je connais mon banquier je connais mon banquier Moyens je connais mon banquier je de connais paiement mon banquier Simplifiez-vous la vie avec des moyens de paiement adaptés à vos besoins Gérer Vous désirez effectuer vos achats sans argent liquide,

Plus en détail

51 Idées pour créer son entreprise

51 Idées pour créer son entreprise Écrit et réalisé par William Le Rolland 51 Idées pour créer son entreprise Première impression : janvier 2011 Dernière édition le : 7 mars 2013 Ce même livre a été créé pour le format ebook et livre papier

Plus en détail

Généralités sur le courrier électronique

Généralités sur le courrier électronique 5 février 2013 p 1 Généralités sur le courrier électronique 1. Qu est-ce que le courrier électronique? Voici la définition que donne, l encyclopédie libre lisible sur internet : «Le courrier électronique,

Plus en détail

elle devrait bientôt débarquer en Belgique.

elle devrait bientôt débarquer en Belgique. Vendue à bas prix, dès la fin de ce mois, la Way-C est la première tablette conçue sur le continent noir. Selon son concepteur congolais (Brazzaville), elle devrait bientôt débarquer en Belgique. C est

Plus en détail

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1 RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 14 juin 2010 Demandeur : Fédération canadienne de l entreprise indépendante SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS

Plus en détail

Avec ideo, Bouygues Telecom invente les Tout-en-un le meilleur du mobile et de la box réunis

Avec ideo, Bouygues Telecom invente les Tout-en-un le meilleur du mobile et de la box réunis Boulogne, le 14 mai 2009 Communiqué de presse Avec ideo, Bouygues Telecom invente les Tout-en-un le meilleur du mobile et de la box réunis Le 25 mai, Bouygues Telecom lancera ideo, les Tout-en-un qui proposent

Plus en détail

Cours 1 : Introduction à la Sécurité des Systèmes d Information

Cours 1 : Introduction à la Sécurité des Systèmes d Information Cours 1 : Introduction à la Sécurité des Systèmes d Information ESIL Université de la méditerranée Odile.Papini@esil.univ-mrs.fr http://odile.papini.perso.esil.univmed.fr/sources/ssi.html Plan du cours

Plus en détail

Chapitre 3 : Les technologies de la communication. I- Les TIC de la PME

Chapitre 3 : Les technologies de la communication. I- Les TIC de la PME Chapitre 3 : Les technologies de la communication I- Les TIC de la PME La PME est soumise a deux grandes évolutions du domaine des TIC. D une part la nomadisation des outils et d autres part le développement

Plus en détail

Services de banque en ligne de la BADR BADRnet/ GUIDE UTILISATEURS

Services de banque en ligne de la BADR BADRnet/ GUIDE UTILISATEURS Services de banque en ligne de la BADR BADRnet/ GUIDE UTILISATEURS Sommaire 1. Présentation du document... 3 2. Présentation de la plateforme BADRnet... 3 3. Accès au service BADRnet... 3 4. Connexion

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. POUR ACCEDER A MES COMPTES...p.2. SYNTHESE DE VOS COMPTES... p.3. CONSOLIDATION...p.4. MESSAGES..p.5. ENCOURS CARTES...p.

TABLE DES MATIERES. POUR ACCEDER A MES COMPTES...p.2. SYNTHESE DE VOS COMPTES... p.3. CONSOLIDATION...p.4. MESSAGES..p.5. ENCOURS CARTES...p. 1 GUIDE UTILISATEUR BANQUE EN LIGNE TABLE DES MATIERES POUR ACCEDER A MES COMPTES.....p.2 SYNTHESE DE VOS COMPTES....... p.3 CONSOLIDATION......p.4 MESSAGES..p.5 ENCOURS CARTES.......p.6 VIREMENTS XPF

Plus en détail

GUIDE DE GESTION BANCAIRE

GUIDE DE GESTION BANCAIRE GUIDE DE GESTION BANCAIRE À DESTINATION DES JEUNES PRIS EN CHARGE PAR LES SERVICES DE L AIDE SOCIALE À L ENFANCE ET AUX FAMILLES Pour vos premiers pas dans la gestion de vos biens R1400020-2 4 novembre

Plus en détail

10 Savoir investir en Bourse avec Internet

10 Savoir investir en Bourse avec Internet INTRODUCTION Avec près de 7 millions de Français actionnaires en 2007, l investissement boursier est devenu depuis quelques années un important moteur de l épargne nationale. Dans un pays relativement

Plus en détail

Enquête auprès de 4 générations de primo-accédants ayant souscrit un prêt au Crédit Foncier de France

Enquête auprès de 4 générations de primo-accédants ayant souscrit un prêt au Crédit Foncier de France Enquête auprès de 4 générations de primo-accédants ayant souscrit un prêt au Crédit Foncier de France Rapport rédigé par : Jean-Daniel Lévy, Directeur du Département Opinion & Corporate Marion Desreumaux,

Plus en détail

Le choix stratégique des canaux de communication

Le choix stratégique des canaux de communication Le choix stratégique des canaux de communication Une analyse des attitudes des entreprises du domaine Business to Business (B2B) face à différentes combinaisons de médias Introduction La fragmentation

Plus en détail

Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel

Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel Document d information Novembre 2009 Guide de la mobilité bancaire Document non contractuel AIDE A LA MOBILITE Chaque banque propose un service d aide à la mobilité aux clients qui souhaitent les moyens

Plus en détail