Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014"

Transcription

1 Royaume du Maroc Ministère de l Intérieur Direction Générale des Collectivités Locales Direction de la Planification et de l Equipement Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014

2 Etat des lieux Aspect juridique L éclairage public est un service qui ressort des compétences des collectivités locales La loi n 78_00 portant charte communale Le conseil décide de la création et de la gestion des services publics communaux, dont l éclairage public (article39). La commune décide du mode de gestion par voie de régie directe, de régie autonome, de concession ou toutes autres formes de gestion déléguée des services publics conformément à la législation et à la réglementation en vigueur. Loi portant sur la gestion déléguée des services publics locaux

3 Etat des lieux Les modes de gestion actuelle La gestion du service est assurée par plusieurs opérateurs de statuts juridiques différents : Gestion déléguée : l extension du contrat de gestion déléguée relative à la distribution d eau, d électricité et d assainissement au service de l éclairage public Conventions conclues entre les communes et l ONE: L ONE gère actuellement les réseaux d éclairages publics de plusieurs Municipalités. L entrée en vigueur en 2006 de la loi sur la gestion déléguée a bloqué la conclusion directe de conventions

4 Diagnostic de la gestion actuelle Etat des lieux Situation qui entrave le lancement de nouvelles délégations de gestion de ce service public. La consommation de l électricité au niveau de l éclairage public (de plus de 900MDH) constitue une charge relativement importante au budget de fonctionnement des Collectivités Territoriales, soit près de 4% ; Les Collectivités Territoriales ont de plus en plus de difficultés en matière de règlement des arriérés afférents à la consommation de l électricité au niveau de l éclairage public ; Les réseaux sont anciens et présentent beaucoup de faiblesses; absence de plan de maintenance; Le matériel installé est souvent de qualité moyenne à faible. Le choix du matériel est basé sur le critère économique sans tenir compte de la qualité optique et électrique des équipements; Insuffisance d informations sur le réseau d éclairage public (les communes ne connaissent pas leur patrimoine); L inexistence de plan de rationalisation de la consommation d électricité; Insuffisance de couverture des périmètres urbains.

5 Etat des lieux L organisation du service l éclairage public La plupart des communes ne disposent pas de vision globale en matière de planification, de maintenance et de gestion de l éclairage public. Ceci est accentué par la non disponibilité chez la plupart des communes d une structure «service» chargée de l éclairage public. Cette situation se traduit par : Une qualité inférieur du service rendu au citoyen ; L absence d un plan lumière de la ville intégrant les extensions futures selon les plans d aménagement ; L absence d un système de gestion et de maintenance ; L absence de plan de formation du personnel ; L absence d actions de rationalisation de la consommation énergétique ; Défaillance au niveau du contrôle et de suivi de l application des termes des conventions ou contrats de gestion déléguée.

6 AXE D AMÉLIORATIONS POUR UNE MEILLEURE GESTION DU SERVICE I. L organisation du service : Structure dédiée (intégrée dans l organigramme du gestionnaire); Personnel qualifié et suffisant en fonction du nombre des points lumineux à gérer et de périmètre d intervention (organisé en équipes); La mise en place des moyens d interventions (matériels roulants, outillages et équipements de sécurité ); Mettre à la disposition des communes les documents de référence (Normes des équipements et de poses, normes photométriques, de sécurité, de maintenance et d entretien et recueil de recommandations en termes d éclairage public) ; Mettre à leur disposition les plans, les dossiers d études, les tableaux de bords de la gestion, des plans d intervention par équipe,.. ); Mettre en place des indicateurs de performance pour le suivi de la gestion.

7 AXE D AMÉLIORATIONS POUR UNE MEILLEURE GESTION DU SERVICE III.Formation et compétences : Renforcement de capacité des ressources humaines du personnel communal ; Affectation et recrutement des personnes ressources; Sensibilisation des élus et techniciens sur l importance de la professionnalisation de la gestion du service de l éclairage public ; III.Patrimoine, financement et mise à niveau des réseaux : Les communes doivent établir des études diagnostics de leurs réseaux qui doivent aboutir à des plans d actions pluriannuels de modernisation du service ; Les communes doivent prévoir dans leur budget des moyens nécessaires pour la mise en œuvre dudit plan.

8 AXE D AMÉLIORATIONS POUR UNE MEILLEURE GESTION DU SERVICE IV. Normalisation : Les normes définissent les performances auxquelles les produits ou les services doivent répondre; Le choix du matériel et sa pose doit prendre en considération les normes qui sont conçues de plus en plus en fonction des exigences des utilisateurs. Les services de l éclairage public au niveau des communes doivent être dotés des normes relatives à l éclairage public ; Les résultats attendus de l application des normes : Développement des compétences du personnel de la commune exerçant au niveau de l éclairage public ; La commune sera capable de vérifier la conformité des prestations en matière d éclairage public ; Les projets d éclairage public seront conçus et mis en œuvre dans les règles de l art.

9 AXE D AMÉLIORATIONS POUR UNE MEILLEURE GESTION DU SERVICE V. Rationalisation de la consommation : Mise en place d un plan d action de rationalisation de la consommation de l énergie électrique ; Conception des projets d éclairage public et leur mise en œuvre dans les règles de l art; Mise en place d'une maintenance préventive (remplacement des ampoules dès leur fin de vie, etc...); Recours aux nouvelles techniques de rationalisations et de gestion optimale. Les communes seules ne peuvent pas s engager ni techniquement ni financièrement dans les actions de rationalisation et par conséquent un appui technique et financier s avère nécessaire via l externalisation de la gestion. Dans le cadre de l accompagnement des collectivités locales, la DGCL a lancé en 2006 une étude diagnostic au niveau de 10 communes de différentes tailles. L étude a été exécutée en trois phases à savoir : Diagnostic et état des lieux ; Identification des dysfonctionnements et des gisements d économie ; Plan d intervention visant la maîtrise de la consommation de l énergie.

10 AXE D AMÉLIORATIONS POUR UNE MEILLEURE GESTION DU SERVICE Résultats de l étude : 1- Gisements d économie d énergie : Adaptation de la puissance au besoin réel et utilisation de lampes à haute efficacité lumineuse; Réduction de la durée d éclairement par l utilisation de systèmes de commande adaptés; Modulation de la puissance installée par l utilisation des stabilisateurs réducteurs de tension; Amélioration des modes de gestion, notamment la maintenance des équipements d EP et la mise en place d un système de suivi; 1- Plan d action (les données ont été chiffrées): - Opération de changement des lampes : Changement des lampes à mercure par des lampes sodium haute pression et Remplacement des lampes surdimensionnées par des lampes sodium haute pression adaptées. - Maîtrise de la lumière : maîtrise du temps d allumage de l éclairage public par l utilisation de commandes adaptées (horloges astronomiques) et maîtrise de la quantité de lumière par la modulation de puissance à l aide d équipements stabilisateurs et réducteurs de tension. - Maitrise de la gestion et de la maintenance : Les services de l éclairage public doivent disposer d outils leur permettant de suivre les performances énergétiques de leur réseau (système de gestion et de la maintenance du réseau d éclairage public).

11 Vision stratégique de la tutelle des collectivités locales Objectifs : Renforcement de capacité des ressources humaines des collectivités locales en matière de conception, d exploitation et de gestion du service de l éclairage public et ce, par des sessions de formation continue au profit des services techniques communaux en partenariat avec la DFCAT; Sensibilisation des élus et des gestionnaires sur l importance de la professionnalisation de la gestion du service de l éclairage public; Continuer à assister les communes en matière de mise à niveau de leur réseau d éclairage public dans le cadre des programmes de mise à niveau urbaine ; Sensibilisation et encouragement des collectivités locales à l utilisation des nouvelles techniques de rationalisation de la consommation de l énergie électrique et des équipements à haute efficacité énergétique et en matière d éclairage public Accompagner les communes dans la réalisation des études nécessaires (diagnostic, plan lumière, plans d efficacité énergétique ).

12 MERCI POUR VOTRE ATTENTION

L USEDA et le changement climatique

L USEDA et le changement climatique ETREPILLY VAUX ANDIGNY L USEDA et le changement climatique HOLNON CRAONNE 1 Présentation de l USEDA Autorité organisatrice de la distribution d énergie ( AODE) Propriétaire de réseaux de distribution d

Plus en détail

Intervention du SDCEA en Eclairage Public

Intervention du SDCEA en Eclairage Public Intervention du SDCEA en Eclairage Public Introduction... Le Syndicat apporte à ses collectivités adhérentes, une prestation qui couvre toute la compétence relative à l éclairage public: l investissement

Plus en détail

Efficience de l éclairage public Quelles solutions pour les élus locaux Intervenants :

Efficience de l éclairage public Quelles solutions pour les élus locaux Intervenants : Efficience de l éclairage public Quelles solutions pour les élus locaux Intervenants : Christophe FERRAGNE, responsable du service «Electrification Equipements et Communications Electroniques» SOMMAIRE

Plus en détail

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives

LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives LA NORME ISO 50001 Enjeux Facteurs de réussite Perspectives TOURCOING 27 septembre 2013 Marie-Hélène LEFEBVRE Éléments de contexte depuis les 30 dernières années : augmentation de 20% de la consommation

Plus en détail

La gestion durable d'un parc d'éclairage extérieur

La gestion durable d'un parc d'éclairage extérieur Journée Journée technique technique La gestion durable d'un parc d'éclairage extérieur Appui méthodologique AMO Paul VERNY Dter Méditerranée - CEREMA Sébastien ERGAND Dter Normandie-Centre CEREMA 1 Eléments

Plus en détail

Réforme institutionnelle et financement des transports publics au Maroc

Réforme institutionnelle et financement des transports publics au Maroc ROYAUME DU MAROC Réforme institutionnelle et financement des transports publics au Maroc M. Said Ziane, Ministère de l Intérieur Journées Nationales du Transport Urbain Jordanie 26-28 octobre 2015 SOMMAIRE

Plus en détail

Nos solutions pour un éclairage de zone performant

Nos solutions pour un éclairage de zone performant Nos solutions pour un éclairage de zone performant BKW, votre partenaire pour l éclairage de zone BKW bénéficie d une grande expérience dans la planification, la mise en œuvre et la maintenance des installations

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE LA MAINTENANCE BIOMEDICALE ET HOSPITALIERE

PROBLEMATIQUE DE LA MAINTENANCE BIOMEDICALE ET HOSPITALIERE PROBLEMATIQUE DE LA MAINTENANCE BIOMEDICALE ET HOSPITALIERE PLAN INTRODUCTION I- ETAT DES LIEUX II- DIFFICULTES III-PERSPECTIVES ET RECOMMANDATIONS CONCLUSION INTRODUCTION La conception, la réalisation

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE Annecy, le 10 février 2015 DOSSIER DE PRESSE Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE Un budget 2015 de 155 M, dont un programme de travaux de 70 M avec le maintien d un haut niveau d investissements

Plus en détail

La mutualisation des fonctions supports

La mutualisation des fonctions supports La mutualisation des fonctions supports Rappel des objectifs des expérimentations de mutualisation Expérimenter un traitement mutualisé de l assistance technique à la gestion du SNV2, des achats, de la

Plus en détail

MESURE DE LA PERFORMANCE DES EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE

MESURE DE LA PERFORMANCE DES EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L INTERIEUR INSPECTION GENERALE DE L ADMINISTRATION TERRITORIALE MESURE DE LA PERFORMANCE DES POLITIQUES PUBLIQUES AU MAROC: EXPÉRIENCE DE L INSPECTION GÉNÉRALE DE L ADMINISTRATION

Plus en détail

Le diagnostic en éclairage public

Le diagnostic en éclairage public Emission du 11 février 2013 S@ti TV Le diagnostic en éclairage public Intervention de M. Vincent MARCHAUT, formateur et consultant en éclairage public Présentation : Florence BONFILS, Conseiller formation

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU-

PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU- Office National de l Electricité et de l Eau potable -Direction Assainissement et Environnement- PROGRAMME NATIONAL D ASSAINISSEMENT LIQUIDE -EXPÉRIENCE DE L ONEE/BRANCHE EAU- 21 Mai 2013 1 Plan Cadre

Plus en détail

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT POUR UNE ACTION CONCERTEE EN FAVEUR DE L ECOLE LE MINISTERE DE L INTERIEUR

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT POUR UNE ACTION CONCERTEE EN FAVEUR DE L ECOLE LE MINISTERE DE L INTERIEUR ROYAUME DU MAROC CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT POUR UNE ACTION CONCERTEE EN FAVEUR DE L ECOLE ENTRE LE MINISTERE DE L INTERIEUR ET LE MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR,

Plus en détail

gestion déléguée des Ressources Humaines

gestion déléguée des Ressources Humaines Audit de conformité Organisation du service paie Traitement de la Paie Formation gestion déléguée des Ressources Humaines La gestion des ressources humaines est une fonction à la fois stratégique et sensible

Plus en détail

Le Ministre délégué aux Collectivités Territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets

Le Ministre délégué aux Collectivités Territoriales. Mesdames et Messieurs les Préfets Paris, le 03 avril 2007 Le Ministre délégué aux Collectivités Territoriales à Mesdames et Messieurs les Préfets NOR/INT/B/07/00024/C Objet : Pôle d appui au contrôle de légalité de LYON. Extension au 1

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L INTERIEUR DIRECTION GÉNÉRALE DES COLLECTIVITÉS LOCALES

ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L INTERIEUR DIRECTION GÉNÉRALE DES COLLECTIVITÉS LOCALES ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L INTERIEUR DIRECTION GÉNÉRALE DES COLLECTIVITÉS LOCALES TERMES DE REFERENCE Consultation pour l intégration du genre dans les programmes de la Direction Générale des Collectivités

Plus en détail

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont

BBC RT2012 Passive. Tenir compte de matériaux et procédés innovants. Recherche de performance à anticiper en amont BBC RT2012 Passive Tenir compte de matériaux et procédés innovants Recherche de performance à anticiper en amont Obligations de résultats Eviter l apparition de nouveaux désordres Constat : aggravation

Plus en détail

Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels. Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011

Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels. Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011 Management des Ressources Humaines et réformes: les engagements mutuels Présenté par M. Driss KARIM, DAGL 26 mars 2011 1 Sommaire - Management des RH : orientations et principes - Management des RH : réalisations

Plus en détail

DRH: Diagnostic et Stratégie de développement de la GRH Au Ministère de la Santé Au Maroc

DRH: Diagnostic et Stratégie de développement de la GRH Au Ministère de la Santé Au Maroc Royaume du Maroc Ministère de la Santé Direction des Ressources Humaines ا ا وزارة ا اارد ا DRH: Diagnostic et Stratégie de développement de la GRH Au Ministère de la Santé Au Maroc Conférence santé en

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

vous souhaitez identifier les actions à mettre en œuvre pour promouvoir les ÉNERGIES RENOUVELABLES

vous souhaitez identifier les actions à mettre en œuvre pour promouvoir les ÉNERGIES RENOUVELABLES Vous êtes une commune rurale ou semi urbaine vous vous sentez concernée par la protection de l environnement et les économies d énergies vous souhaitez mettre en œuvre des actions pour un développement

Plus en détail

C o m m u n i q u é d e P r e s s e. A D U C T I S

C o m m u n i q u é d e P r e s s e. A D U C T I S A R T O P, j u i n 2 0 1 3 / p. 1. Annonceur : ADUCTIS. Responsable : Jean DEL GOLETO. Adresse : 1 Parc Burospace - 91571 BIEVRES Cedex. Tél. : 01 69 35 30 00. Fax : 01 69 35 30 01. web : www.aductis.com.

Plus en détail

Renouvellement durable de l éclairage public Pose de la 2000 e lanterne. Dossier de presse. le 26 octobre 2010

Renouvellement durable de l éclairage public Pose de la 2000 e lanterne. Dossier de presse. le 26 octobre 2010 Dossier de presse Renouvellement durable de l éclairage public le 26 octobre 2010 Contacts VILLE DE BESANÇON Direction Voirie et Déplacements Christophe VUILLEMIN 03 81 61 52 18 Contact presse Catherine

Plus en détail

1/ Le patrimoine de l Entreprise :

1/ Le patrimoine de l Entreprise : Le directeur du service maintenance assume plusieurs responsabilités à savoir : - Une responsabilité technique du patrimoine qui lui est confié. A ce titre, il a : - Une connaissance approfondie des équipements

Plus en détail

CHARTE relative au service de Conseil en Energie Partagé

CHARTE relative au service de Conseil en Energie Partagé CHARTE relative au service de Conseil en Energie Partagé Préambule : Le service de Conseil en Energie Partagé est un Service d Intérêt Général qui vise à promouvoir et accompagner la réalisation d économies

Plus en détail

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Offre de service : ASSISTANCE ET CONSEIL EN URBANISME REGLEMENTAIRE

PLATEFORME D INGENIERIE TERRITORIALE PHASE EXPERIMENTATION. Offre de service : ASSISTANCE ET CONSEIL EN URBANISME REGLEMENTAIRE Offre de service : ASSISTANCE ET CONSEIL EN URBANISME REGLEMENTAIRE Assistance et conseil technique et administratif aux collectivités en urbanisme réglementaire Toute collectivité maître d ouvrage de

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises

Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises Appel à Manifestation d Intérêt / Programme CoMun pour la contractualisation de Consultants et/ou Bureaux d études dans divers domaines d expertises du développement urbain Août-Septembre 2015 I. Brève

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS B - TECHNICIEN TERRITORIAL BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/LL/FG/DEJ/N 13-25 (1 bis) Equipe RH4 01 43 93 82 93 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

Journée IHF Agen Le mardi 29 septembre 2015. Schneider Electric

Journée IHF Agen Le mardi 29 septembre 2015. Schneider Electric Journée IHF Agen Le mardi 29 septembre 2015 Schneider Electric Les marques historiques de Schneider Electric : Merlin Gerin, Distrelec, Telemecanique, France Transfo Les marques historiques de la branche

Plus en détail

DOCUMENT SYNTHESE PLAN DE DEVELOPPEMENT INSTITUTIONNEL DE LA MAIRIE DE BAGRE

DOCUMENT SYNTHESE PLAN DE DEVELOPPEMENT INSTITUTIONNEL DE LA MAIRIE DE BAGRE MINISTERE DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ET DE LA DECENTRALISATION ---------------- REGION DU CENTRE EST ------------- PROVINCE DU BOULGOU ------------- COMMUNE DE BAGRE BURKINA FASO UNITE PROGRES - JUSTICE

Plus en détail

Rapport annuel d activité 2014 Synthèse

Rapport annuel d activité 2014 Synthèse Rapport annuel d activité 2014 Synthèse Les compétences du SDE35 Compétence électricité Organisation du service public de distribution d électricité Maîtrise d ouvrage des travaux sur les réseaux électriques

Plus en détail

Segment : Tous segments des IAA Module : Poste de travail et gestion de production TERMES DE RÉFÉRENCE

Segment : Tous segments des IAA Module : Poste de travail et gestion de production TERMES DE RÉFÉRENCE Segment : Tous segments des IAA Module : Poste de travail et gestion de production TERMES DE RÉFÉRENCE OBJECTIF... 2 RESULTAT... 2 INDICATEURS D IMPACT... 2 POPULATIONS CONCERNEES... 3 PRE-REQUIS... 3

Plus en détail

Un service indispensable à une politique énergétique maîtrisée

Un service indispensable à une politique énergétique maîtrisée Un service indispensable à une politique énergétique maîtrisée Maîtriser l énergie est un enjeu majeur pour nos territoires. Face à des réglementations encore plus strictes, à une augmentation sans cesse

Plus en détail

La mutation énergétique : un défi à relever...

La mutation énergétique : un défi à relever... DDT 77 Colloque développement durable du 22 novembre 2012 La mutation énergétique : un défi à relever... Les enjeux de la maîtrise de l énergie en éclairage public Eva Besnard Chargée de mission Energie-Climat

Plus en détail

PRE-DIAGNOSTIC ECLAIRAGE PUBLIC SANTANS

PRE-DIAGNOSTIC ECLAIRAGE PUBLIC SANTANS PRE-DIAGNOSTIC ECLAIRAGE PUBLIC SANTANS 39502 Commune de SANTANS - SIDEC du Jura - Année 2011 SOMMAIRE 1. Résumé de l Eclairage Public de la Commune de SANTANS 2. Fiches Caractéristiques des Armoires d

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

Le «quadrilogue», outil de concertation multiacteurs pour une gouvernance durable des services de base

Le «quadrilogue», outil de concertation multiacteurs pour une gouvernance durable des services de base Le «quadrilogue», outil de concertation multiacteurs pour une gouvernance durable des services de base Rencontre entre acteurs financés sur le programme thématique ANE/AL de l'ue: «Décentralisation et

Plus en détail

RECRUTEMENT D UN CHEF DE LA DIVISION DES SERVICES INFORMATIQUES DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA

RECRUTEMENT D UN CHEF DE LA DIVISION DES SERVICES INFORMATIQUES DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA REPUBLIQUE DU CAMEROUN ------------------------- --------------------- Paix Travail - Patrie Secrétariat Général ----------------- AVIS D APPEL A CANDIDATURE RECRUTEMENT D

Plus en détail

Plan National d Action pour des Achats Publics Durables P.N.A.A.P.D.

Plan National d Action pour des Achats Publics Durables P.N.A.A.P.D. Plan National d Action pour des Achats Publics Durables P.N.A.A.P.D. En guise d introduction - Un guide méthodologique plus qu un texte réglementaire - Une référence pour fédérer tous les efforts : ceux

Plus en détail

A PATRIMOINE CULTUREL ET DEVELOPPEMENT LOCAL

A PATRIMOINE CULTUREL ET DEVELOPPEMENT LOCAL Pays : Nom de la personne de contact au sein de la mairie Nom de la Ville Fonction : Superficie de la Téléphone commune : Nb d habitants Email 1. Personnel de votre commune 1.1) Nb de conseillers municipaux?

Plus en détail

RECRUTEMENT D UN TECHNICIEN SUPERIEUR AU SEIN DE LA DIVISION DES SERVICES INFORMATIQUES DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA

RECRUTEMENT D UN TECHNICIEN SUPERIEUR AU SEIN DE LA DIVISION DES SERVICES INFORMATIQUES DE LA COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA COMMUNAUTE URBAINE DE DOUALA REPUBLIQUE DU CAMEROUN ------------------------- --------------------- Paix Travail - Patrie Secrétariat Général ----------------- AVIS D APPEL A CANDIDATURE RECRUTEMENT D

Plus en détail

Politique de maitrise de l énergie

Politique de maitrise de l énergie République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l Energie Politique de maitrise de l énergie Présentée par Mlle A. SAYAD Mai 2015 Introduction Les économies d énergie occupent une place importante

Plus en détail

Les avancées dans le domaine de l éclairage

Les avancées dans le domaine de l éclairage Les avancées dans le domaine de l éclairage Patrick Martineau, ing. 27 e congrès de l AQME 9 mai 2013 CONTENU DE LA PRÉSENTATION Avancées technologiques Survol des technologies Évolution des normes en

Plus en détail

1. Contexte. 2. Objectifs

1. Contexte. 2. Objectifs Royaume du Maroc Ministère de l Education Nationale Secrétariat Général Direction de la Stratégie, des Etudes et de la Planification L''écolle et lles Technollogiies de ll''iinformatiion et de lla Communiicatiion

Plus en détail

Le certificat d économie d énergie

Le certificat d économie d énergie Le certificat d économie d énergie L un des outils proposés par la loi de programme fixant les orientations de la politique énergétique pour arriver à une maîtrise de la demande, est le certificat d économie

Plus en détail

Certificats d Économie d Énergie (CEE)

Certificats d Économie d Énergie (CEE) Certificats d Économie d Énergie (CEE) «Retour sur les opportunités du dispositif pour les collectivités» VILLE DE BESANCON DIRECTION MAÎTRISE DE L ÉNERGIE Laurent LUPINELLI La politique environnementale

Plus en détail

AFFIRMER. votre identité lumière

AFFIRMER. votre identité lumière AFFIRMER votre identité lumière L éclairage public contribue à la qualité du cadre de vie. Il a pour objectifs d améliorer la visibilité, la sécurité des biens et des personnes ainsi que la mise en valeur

Plus en détail

Maintenance Industrielle

Maintenance Industrielle Maintenance Industrielle et Gestion des Risques Industriels Maintenance Industrielle Chapitre 2: Organisation de la fonction maintenance Dr. N.LABJAR Année universitaire 2013-2014 Processus de Production

Plus en détail

Pour une gestion durable de l éclairage public

Pour une gestion durable de l éclairage public Pour une gestion durable de l éclairage public Mardi 6 décembre 2011 Amphi des 13-Vents CETE Méditerranée - Aix-en-Provence Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée www.cete-mediterranee.fr

Plus en détail

Ecublens, pour l avenir de nos enfants

Ecublens, pour l avenir de nos enfants Ecublens, pour l avenir de nos enfants Présentation «Cité de l énergie» Octobre 2015 Table des matières 1. Présentation du label Cité de l énergie 2. Programme de politique énergétique communal 3. Démarche

Plus en détail

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne L intitulé «formation», qui peut être affiché dans un document publicitaire, n est pas suffisant pour garantir son financement

Plus en détail

Ces prestations sont réalisées par des opérateurs conventionnés à cet effet avec le MICNT.

Ces prestations sont réalisées par des opérateurs conventionnés à cet effet avec le MICNT. Cahier des charges relatif à l appel à manifestation d intérêt pour le référencement des opérateurs de modernisation du commerce de proximité dans le cadre du plan RAWAJ I- Contexte : Le commerce de proximité

Plus en détail

Ateliers du Pays Vallée de la Sarthe. CEP & Eclairage Public

Ateliers du Pays Vallée de la Sarthe. CEP & Eclairage Public Ateliers du Pays Vallée de la Sarthe CEP & Eclairage Public Ordre du jour Présentation du Pays Vallée de la Sarthe Territoire Syndicat Mixte Pays Vallée de la Sarthe (SMPVS) Le service de Conseil en Energie

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

RISQUE ELECTRIQUE ET HABILITATION ELECTRIQUE

RISQUE ELECTRIQUE ET HABILITATION ELECTRIQUE RISQUE ELECTRIQUE ET HABILITATION ELECTRIQUE Fabrice NORGEUX, Carsat Centre Ouest 1 1 Le risque électrique : quelques chiffres La réglementation et ses évolutions L'habilitation électrique 2 Le risque

Plus en détail

L IRA de Metz à votre service

L IRA de Metz à votre service L IRA de Metz à votre service Les IRA, outre leur vocation première qui est de recruter et de former des fonctionnaires de catégorie A d administration générale, ont aussi pour mission de développer la

Plus en détail

Domaines clés d expertise

Domaines clés d expertise Domaines clés d expertise Évaluation de l'impact sur l'environnement Évaluation de site Échantillonnage environnemental et travail analytique Durabilité Communications et gestion des liaisons avec des

Plus en détail

EFFICACITE ENERGETIQUE : PILIER DE LA STRATEGIE NATIONALE

EFFICACITE ENERGETIQUE : PILIER DE LA STRATEGIE NATIONALE EFFICACITE ENERGETIQUE : PILIER DE LA STRATEGIE NATIONALE Présenté par M.Mohammed LISSER Direction de l Electricité et des Energies Renouvelables Division des Energies Renouvelables et de la Maitrise de

Plus en détail

> Les engagements. des entreprises

> Les engagements. des entreprises Charte du Syndicat professionnel des entreprises de services d eau et d assainissement pour la gestion du patrimoine Les engagements des entreprises Sommaire 1 Les signataires de la Charte 2 Les enjeux

Plus en détail

Eclairages et écrans d ordinateur Quelle ambiance?

Eclairages et écrans d ordinateur Quelle ambiance? Eclairages et écrans d ordinateur Quelle ambiance? Bernard Duval Délégué général de l AFE Assemblée générale AFE Paris, 22 mars 2012 Eclairages et écrans d ordinateur Quelle ambiance? Enjeux Objectifs

Plus en détail

La révolution de l éclairage : les DEL c est bien mais ce n est pas tout!

La révolution de l éclairage : les DEL c est bien mais ce n est pas tout! La révolution de l éclairage : les DEL c est bien mais ce n est pas tout! Patrick Martineau, ing. Colloque multi énergies de l AGPI 9 et 11 avril 2013 CONTENU DE LA PRÉSENTATION Avancées technologiques

Plus en détail

Présentation du rapport de stage. d Aquitaine Février. Evaluation du Dispositif Aquitaine Nature. à Juillet 2013 GABRIELLE SAVIN COUAILLAC

Présentation du rapport de stage. d Aquitaine Février. Evaluation du Dispositif Aquitaine Nature. à Juillet 2013 GABRIELLE SAVIN COUAILLAC Présentation du rapport de stage effectué au Conseil Régional R d Aquitaine Février à Juillet 2013 Evaluation du Dispositif Aquitaine Nature GABRIELLE SAVIN COUAILLAC Master professionnel: Economie et

Plus en détail

Mise en place d un Système d Informations Géographiques d agglomération

Mise en place d un Système d Informations Géographiques d agglomération Mise en place d un Système d Informations Géographiques d agglomération Rapporteur : M. Jean-Pierre TAILLARD, Vice-Président Commission n 5 séance des 26/05/04, favorable 23/03/05 et 20/05/05 Bureau séance

Plus en détail

La gestion d une flotte : un défi au Quotidien chez Gaz Métro

La gestion d une flotte : un défi au Quotidien chez Gaz Métro La gestion d une flotte : un défi au Quotidien chez Gaz Métro Atelier du Parc fédéral 2007 30 octobre 2007 Roger Constantin Chef de service gestion de la flotte Gaz Métro Plan de la présentation Objectifs

Plus en détail

Répartition des effectifs par domaine d activité. Répartition des effectifs par tranche d âge REPARTITION DES EFFECTIFS PAR TRANCHE D'AGE

Répartition des effectifs par domaine d activité. Répartition des effectifs par tranche d âge REPARTITION DES EFFECTIFS PAR TRANCHE D'AGE Ressources Humaines Professionnalisme et dévouement A fin 2006, le nombre de nos collaborateurs s élevait à 8.873 agents contre 8.926 une année auparavant, soit une baisse de 0,6%. Cet effectif se répartit

Plus en détail

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com

Contact : ch.michelet@partenairesfl.com PARTENAIRES Finances Locales, société totalement indépendante sur le plan financier et commercial, est un cabinet spécialisé dans le conseil aux collectivités locales et aux établissements publics locaux.

Plus en détail

Novembre 2009 1. CONTEXTE LIE A L EXERCICE DU METIER DE REGISSEUR SCENE / PLATEAU

Novembre 2009 1. CONTEXTE LIE A L EXERCICE DU METIER DE REGISSEUR SCENE / PLATEAU R E F E R E N T I E L M E T I E R R E G I S S E U R S C E N E / P L A T E A U Novembre 2009 SOMMAIRE 1. CONTEXTE LIE A L EXERCICE DU METIER DE REGISSEUR SCENE / PLATEAU 2. LES ACTIVITES DU REGISSEUR SCENE

Plus en détail

Powerpoint. d une stratégie patrimoniale. Page de titre. Mise en place. sur les 50 collèges publics de Maine-et-Loire

Powerpoint. d une stratégie patrimoniale. Page de titre. Mise en place. sur les 50 collèges publics de Maine-et-Loire Direction du patrimoine des collèges Direction des systèmes d information Réunion du 9 octobre 2014 - Hopitech Mise en place d une stratégie patrimoniale sur les 50 collèges publics de Maine-et-Loire Powerpoint

Plus en détail

Gestion des déchets ménagers au Maroc PNDM. Ministère de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Département de l Environnement

Gestion des déchets ménagers au Maroc PNDM. Ministère de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Département de l Environnement Ministère de l Intérieur Ministère de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Département de l Environnement Gestion des déchets ménagers au Maroc PNDM Mai 2013 Situation du secteur avant

Plus en détail

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES-

TRAMONTANE est un service de l association CONVERGENCES 34, membre du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- du Groupement d Associations Mutualisées d Economie Sociale à Montpellier GAMMES- Union des Associations du CSP-Espoir Vingt ans d expérience auprès des familles gitanes, du voyage, semi-sédentaires ou

Plus en détail

Programme d économies d eau 2009-2012

Programme d économies d eau 2009-2012 Programme d économies d eau 2009-2012 Ville de Rennes L eau potable sur le bassin rennais Le Syndicat Mixte de Production d eau potable du Bassin Rennais (SMPBR) a les compétences suivantes : Production

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE À LA DOTATION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE RELATIVE À LA DOTATION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE RELATIVE À LA DOTATION DES RESSOURCES HUMAINES 1. ÉNONCÉ DE LA POLITIQUE La présente politique a pour but de définir le cadre général relatif au processus de recrutement et d embauche du personnel

Plus en détail

La citadelle de Sisteron : l émergence d une approche innovante de la mise en lumière. Paul VERNY CEREMA/DTER Med

La citadelle de Sisteron : l émergence d une approche innovante de la mise en lumière. Paul VERNY CEREMA/DTER Med La citadelle de Sisteron : l émergence d une approche innovante de la mise en lumière Paul VERNY CEREMA/DTER Med Le projet de la citadelle de Sisteron Les objectifs du projet - Valorisation nocturne du

Plus en détail

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03

Fiche OX «Réduction des consommations d électricité des parties communes d immeubles collectifs et de bâtiments tertiaires» - 28/04/03 1 «REDUCTION DES CONSOMMATIONS ELECTRIQUES DES PARTIES COMMUNES D IMMEUBLES COLLECTIFS ET DE BATIMENTS TERTIAIRES» Contexte et enjeux Les consommations d électricité des parties communes (éclairage des

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

PREFECTURE DE LA HAUTE-SAVOIE. Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles

PREFECTURE DE LA HAUTE-SAVOIE. Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles PREFECTURE DE LA HAUTE-SAVOIE Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles 1 Le maire face à la crise Sessions d information décentralisées des élus en Haute-Savoie Septembre / Octobre

Plus en détail

Cycle de qualification développement économique et politique de la ville 2013-2014. Se saisir des outils formation

Cycle de qualification développement économique et politique de la ville 2013-2014. Se saisir des outils formation Cycle de qualification développement économique et politique de la ville 2013-2014 Se saisir des outils formation Sylvie Bocquet Chef de service Animation Territoriale» Direction de la Formation Permanente

Plus en détail

Référentiels métiers de l'éclairage

Référentiels métiers de l'éclairage Référentiels métiers de l'éclairage S M A Avec le soutien du Fond Social Européen 1. Définition du métier Technicien du spectacle responsable de la mise en œuvre technique de l éclairage d un spectacle

Plus en détail

APECA Siège social et régions

APECA Siège social et régions Vérification de l Instrument de délégation et de responsabilisation en matière de nomination (IDRN) APECA Siège social et régions Direction de la vérification interne Rapport final Juillet 2007 TABLE DES

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Administrateur (trice) / Gestionnaire de systèmes et réseaux informatiques

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Administrateur (trice) / Gestionnaire de systèmes et réseaux informatiques COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Administrateur (trice) / Gestionnaire de

Plus en détail

Formation sur les instruments budgétaires

Formation sur les instruments budgétaires REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice Ministère des Affaires Economiques et du Développement Centre Mauritanien d Analyse de Politiques CMAP Termes de références Formation sur les

Plus en détail

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés

Plan PME - ENVIRONNEMENT ACCES Rhône-Alpes- CAP ENERGIE. CONSULTATION EXPERTS en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés Consultation de sociétés d Expert en Efficacité énergétique des sites industriels et des procédés, pour la réalisation d interventions auprès des PME/PMI dans le cadre du programme CAP ENERGIE Contexte

Plus en détail

COTITA Centre Est. Eclairage public du réseau r. routier national : Méthode de réalisation r. diagnostic des installations.

COTITA Centre Est. Eclairage public du réseau r. routier national : Méthode de réalisation r. diagnostic des installations. Centre Est Eclairage public du réseau r routier national : Méthode de réalisation r d un d diagnostic des installations VERNY Paul CETE MéditerranM diterranée, 27 janvier 2011 Le contexte national et international

Plus en détail

Royaume du Maroc. Ministère de l Emploi et de la Formation Professionnelle

Royaume du Maroc. Ministère de l Emploi et de la Formation Professionnelle Royaume du Maroc Ministère de l Emploi et de la Formation Professionnelle Système National de Santé et de Sécurité au Travail SOMMAIRE Introduction: Quelques indicateurs chiffrés Structure du Système national

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133

Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 Chapitre 6 Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1. Tendances et perspectives de la formation professionnelle 133 6.1.1. Formation professionnelle dans le cadre des politiques

Plus en détail

Les Services Sage. Besoin d un accompagnement sur mesure et maîtrisé? Faites confiance à notre solution TMA * Tierce Maintenance Applicative

Les Services Sage. Besoin d un accompagnement sur mesure et maîtrisé? Faites confiance à notre solution TMA * Tierce Maintenance Applicative Les Services Sage Consulting Besoin d un accompagnement sur mesure et maîtrisé? Faites confiance à notre solution TMA * Tierce Maintenance Applicative * Pour les Moyennes et Grandes Entreprises La maintenance

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

ETUDES D ASSAINISSEMENT

ETUDES D ASSAINISSEMENT REFFOUH Abdelhafid Chef de division des études Direction de l Eau et de l Assainissement Direction Générale des Collectivités Locales Ministère de l Intérieur 10/12/2009 1 ETUDES D ASSAINISSEMENT Etudes

Plus en détail

ORGANISATION DU SECTEUR DE L EAU AU MAROC

ORGANISATION DU SECTEUR DE L EAU AU MAROC ORGANISATION DU SECTEUR DE L EAU AU MAROC Instance Consultative Conseil Supérieur de l Eau et du Climat Instances de de planification sectorielle M. Agriculture M. Intérieur MEMEE (SEE ABH) ONEP M. Santé

Plus en détail

Agence Nationale pour le Développement des Energies Renouvelables et de l Efficacité Energétique

Agence Nationale pour le Développement des Energies Renouvelables et de l Efficacité Energétique Agence Nationale pour le Développement des Energies Renouvelables et de l Efficacité Energétique LES ENERGIES RENOUVELABLES ET L EFFICACITE ENERGETIQUE AU CŒUR DE LA STRATEGIE ENERGETIQUE NATIONALE Hajjaji

Plus en détail

Certification ISO 9001 v2000 afin :

Certification ISO 9001 v2000 afin : Objectif OBJECTIF d UNE CERTIFICATION ISO 9001 Certification ISO 9001 v2000 afin : de fiabiliser et d orienter l ensemble des processus de l entreprise vers la satisfaction de ses clients De mettre en

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI 68 TECHNICIENS MAINTENANCIERS H/F

OFFRE D EMPLOI 68 TECHNICIENS MAINTENANCIERS H/F Recrutement CENI-TOGO: TECHNICIENS- MAINTENANCIERS H/F, FORMATEURS DE FORMATEURS H/F, POSTE DE FORMATEURS H/F, POSTE D OPERATEURS DE SAISIE H/F, POSTE D ASSISTANTS COMPTABLES ET FINANCIERS H/F, Poste de

Plus en détail

Ingénieurs en Réseaux et Télécom 8 à 10 ans

Ingénieurs en Réseaux et Télécom 8 à 10 ans Participer à l élaboration du schéma directeur des réseaux et télécom et assurer le suivi de sa mise en œuvre ; Définir une politique de maîtrise des risques liées aux systèmes, réseaux et télécoms, ainsi

Plus en détail

RECOMMANDATIONS ET ACCOMPAGNEMENT DU COMITE 21 PENDANT LES DIFFERENTES ETAPES DE L'AGENDA 21

RECOMMANDATIONS ET ACCOMPAGNEMENT DU COMITE 21 PENDANT LES DIFFERENTES ETAPES DE L'AGENDA 21 BOITE A OUTILS POUR L'ELABORATION DE L'AGENDA 21 RECOMMANDATIONS ET ACCOMPAGNEMENT DU COMITE 21 PENDANT LES DIFFERENTES ETAPES DE L'AGENDA 21 Etapes Recommandations du Comité 21 Outils et accompagnement

Plus en détail

Atelier 10 La PDE et la gestion des réseaux

Atelier 10 La PDE et la gestion des réseaux La question technique est fortement présente lorsqu'il s'agit par exemple d'assurer le transport d'une production aléatoire, tout en permettant une garantie d'approvisionnement aux consommateurs. Ainsi

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail