1 objectif : AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ DE VIE. Année Universitaire prise en charge au long cours. mai 2007 P. PERNEY

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1 objectif : AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ DE VIE. Année Universitaire 2006-2007. prise en charge au long cours. mai 2007 P. PERNEY"

Transcription

1 Sevrage, syndrome de sevrage prise en charge au longs cours USAGE AVEC DÉPENDANCE SEVRAGE ABSTINENCE MI B / Addictologie (MT3/1) Item 45 USAGE À RISQUE USAGE NOCIF Pr PERNEY USAGE 1 objectif : AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ DE VIE Sevrage ambulatoire Avantages Poursuite de l activité professionnelle Poursuites des relations familiales Participation active du malade Moins cher Avantages du sevrage institutionnel Permet une surveillance continue Bilan biologique et psychologique plus aisé Soustrait le malade de son environnement

2 Contre-indications du sevrage ambulatoire 1. Contre-indications alcoologiques Dépendance physique sévère ATCD de delirium tremens ATCD de crise convulsive Échec d un sevrage ambulatoire bien mené Facteurs d entraînement importants 2. Contre-indications somatiques Mauvais état général Traitement en cours d une affection organique Contre-indications du sevrage ambulatoire 3. Contre-indications psychiatriques Syndrome dépressif sévère associé Affection psychiatrique connue évolutive Anomalies du comportement alimentaire 4. Contre-indications socio-familiales Demande pressante (famille, employeur) Processus de désocialisation Syndrome de sevrage (1) Syndrome de sevrage (2) Association variable de plusieurs types de manifestations Troubles subjectifs : anxiété, agitation, irritabilité, insomnie, cauchemars Troubles neurovégétatifs : sueurs, tremblements, tachycardie, hypertension artérielle En l absence d OH ou de traitement, aggravation signes confusionnels : troubles concentration, mémoire, jugement hyperthermie hallucinations delirium tremens convulsions Troubles digestifs : anorexie, nausées, vomissements

3 Le sevrage (1) Le sevrage (2) Objectifs du sevrage Entrer dans un processus d abstention d alcool Réaliser les conditions de confort et de sécurité optimales; prévenir ou traiter le syndrome de sevrage Premier pas vers un suivi thérapeutique prolongé Faire du sevrage une expérience positive et valorisante Classe thérapeutique de référence* Benzodiazépines Diminution de l incidence et de la sévérité Du syndrome de sevrage Des crises comitiales Du delirium tremens Demi vie longue / diazépam 10 mg x 4/j pd 3 j Puis diminution avec arrêt à 7j *Conférence de consensus, Paris 1999 Le sevrage (3) Maintenir l abstinence Autres médicaments* Méprobamate : pas d efficacité démontrée Barbituriques (/tiapride): si sevrage mal toléré Béta-bloquants Thiamine Hydratation Premier objectif chez le malade alcoolodépendant Suivi au long cours Post cures Traitements médicamenteux

4 Acamprosate (1) Acamprosate (2) Structure chimique apparentée / neurotransmetteurs Taurine, GABA (inhib) Glutamate, aspartate (excit) Mécanismes GABA (stimulation =diminution de prise OH) Récepteur NMDA Système de récompense Rigidité membranaire Études animales Dim conso OH chez les rats alcoolo-préférents Dim conso chez rats alcoolo-dépendants Dim de réalcoolisation de rats alcoolodépendants après sevrage Acamprosate (3) Arguments cliniques Plusieurs études publiées 80 à 560 malades Traitement pendant 3 mois à 1 an Objectifs : Abstinence à la fin du suivi Nbr de jours sans alcool Diminution de l appétence Amélioration des tests biologiques (ggt) Acamprosate (4) Comparaison parfois difficile Pourcentage de perdus de vue important Posologies variables Objectifs différents Résultats superposables Amélioration significative dans la plupart des études En terme D abstinence De diminution d appétence D amélioration de marqueurs biologiques

5 Acamprosate (5) Acamprosate (6) Lhuintre et al. Lancet sujets suivis 3 mois (contre placebo) Rechute = 43 vs 68 % (p<0,02) Diminution du VGM et γgt 538 malades suivis 1 an 117 placebo 153 acamprosate 2 g/j 135 acamprosate 1,3 g/j Lhuintre et al. Alcohol Alcohol malades suivis trois mois Résultats significatifs sur tests bio (30 % perdus de vue) Nbr de jours sans OH 100 Amélioration biologique 50 Perdus de vue 14 % Sortis d essai : 44 % 0 témoins AO 1,3 AO 2 Acamprosate (7) Acamprosate (8) En pratique 272 malades (134) Traités pendant 1 an + suivis 1 an Posologie adaptée au poids % d abstinents * 1 an 2 ans * placebo acamp Efficace en tant que traitement à long terme de la dépendance alcoolique À prescrire dans le post sevrage immédiat, voire dès les premiers jours de sevrage Délai d action «Neuro-protection» Durée du traitement : au moins 6 mois-1 an Posologie 4 à 6 cps/j (poids) Peu d effets secondaires

6 Naltrexone (1) Naltrexone (2) Bases physiopathologiques Consommation d OH initiée et maintenue par systèmes de récompense cérébrale Voies dopaminergiques Voie opiacées Consommation d OH stimulerait la production d opioïdes endogènes Malades d alcool auraient un déficit trop d opiacés endogènes Hypothèse des opioïdes endogènes Études animales Taux élevés de b-endorphine dans hypophyse Blocage des récepteurs opiacés => dim consommation OH Singes Rats ayant une préférence OH Chez l homme à risque, OH augmente plus les taux plasmatiques de b-endorphine Naltrexone (3) Naltrexone (4) Deux études publiées en 1992 Donc, OH stimulerait la production d opioïdes endogènes Antagonistes des récepteurs opioïdes diminueraient l envie d OH Ces observations ont justifié des essais cliniques chez l homme d un antagoniste pur 1 ) Volpicelli et al. Arch Gen Psychiatry 1992;49: H; (43 ans); demandeurs Sevrage, puis «réhabilitation» ambulatoire 1/ j pendant 1 mois 1/ s pendant 2 mois Diminution du score «d envie de boire» Placebo ou naltrexone : rechute = 54% et 23 % (S) Naltrexone diminue le nombre d intoxications massives

7 Naltrexone (5) Naltrexone (6) 2 ) O Malley et al. Arch Gen Psychiatry 1992;49:881-7 Pourcentage de sujets n ayant pas rechuté 97 patients (H, F); recrutés par téléphone Abstinents depuis 7-30 j Suivi de 3 mois Naltrexone vs placebo Résultats compliqués, globalement Naltrexone diminue le taux de rechute, la gravité des rechute Augmente le nombre de jours sans OH Naltrexone placebo semaines O Malley et al. Arch Gen Psychiatry 1992;49:881-7 Naltrexone (7) Disulfiram (1) O Malley et al. Arch Gen Psychiatry 1996;53:30-8 Malades précédents Suivi 6 mois après arrêt du traitement Groupe naltrexone : Moins de retour à une consommation symptomatique Agent réduisant l euphorie et la désinhibition induite par ingestion d alcool 1 cp/j, pendant 3 mois Métabolisme intra hépatique de l alcool Alcool ADH Acétaldéhyde ALDH Acétate

8 Disulfiram (2) Disulfiram (3) Médicament dissuasif, effet antabuse Bloque ALDH ==> accumulation d acétaldéhyde Céphalées, syndrome vasomoteur précoce avec flush cou visage Vasodilatation cutanée avec augmentation de la chaleur cutanée Sensation de battements vasculaires vx cou et crâne Tachycardie, hypotension artérielle, palpitations Malaises, pâleur, lipothymie, malaise, nausées, vomissement, malaise Effet atteint en 3-40 mn Persiste 30 mn à quelques heures CI Grossesse, psychose Polynévrite, insuffisance hépatique Affections cardio-vasculaires sévères Prise volontaire le matin 1cp (1/2 vie ~ 12 h) Efficacité pendant 1 à 3 jours Disulfiram (4) Efficacité > placebo à 6 mois, pas à 12 mois Observance médiocre estimée à 50 % ==> prescription assistée implants sous cutanés, formes sous cutanées Méta analyse étudiant les implants (5 études) : pas d efficacité du disulfiram / placebo peut être un effet implant Disulfiram (5) Indications favorables* Homme>40 ans, avec prises compulsives Stabilité familiale et sociale Pas de dépression ou de psychose Bonne motivation Transfert positif à l égard du thérapeute Demande pressante du conjoint Abstinence récente mais crise existentielle

9 Problèmes méthodologiques Objectifs de ces traitements? En résumé Diminution du «craving» Quantité d alcool ingéré Nombre de jour d abstinence Diminution de l envie = amélioration du pronostic? Facteurs confondant des études (NSE, stabilité sociale*) Imputabilité d un neurotransmetteur dans un «trouble du comportement» Sevrage = benzodiazépines Acamprosate Naltrexone Disulfiram Prise en charge d un mésusage TOUJOURS RENTABLE USAGE AVEC DÉPENDANCE SEVRAGE ABSTINENCE Dépend du stade du mésusage Dépendance avérée : sevrage / abstinence Usage à risque ou nocif : Diminution de la consommation Politique de diminution des dommages Dépend du stade de motivation du malade USAGE À RISQUE USAGE USAGE NOCIF

10 Facteurs de risque d évolution vers la dépendance ATCD familiaux d alcoolodépendance Début précoce de la consommation Poly-consommation Recherche répétée d ivresse Pathologie psychiatrique associée ATCD de TS Instabilité, rupture scolaire Détresse sociale Désocialisation, délinquance associée Prise en charge : principes S adapter à la motivation du malade Je consomme de l alcool, mais je ne veux pas arrêter J ai l intention de modifier bientôt ma consommation Je veux diminuer dans 1 mois Je suis en train de modifier ma consommation Je veux être abstinent Prise en charge usage à risque / nocif Un modèle : entretien motivationnel Abstinence n est plus l objectif Objectif : usage «normal» Définition de la norme < 3 verres chez l homme < 2 verres chez la femme Empathie Contradictions (côtés positifs et négatifs de la consommation) Éviter la confrontation Diminuer les résistances Valoriser l efficacité du malade

11 Un cadre : interventions brèves Suivi au long cours 1 séance 5 10 minutes Entretien peu structuré Peu de théorie 5 séances 20 à 30 minutes Entretien très structuré Base théorique solide Spécialiste en alcoologie Le plus important Équipes multidisciplinaires Rechutes fréquentes Changement souvent radical Habitudes de vie (temps de loisirs) Social Professionnel Post cures

Sevrage du patient alcoolodépendant

Sevrage du patient alcoolodépendant Sevrage du patient alcoolodépendant 1/17 Motivation Le 1 er temps de la prise en charge = temps de renforcement de la motivation. Objectif : proposer au patient un sevrage s il est prêt, sinon l aider

Plus en détail

SYNDROME DE SEVRAGE ALCOOLIQUE. Diane PAUL IMG 2eme Semestre 18/06/15

SYNDROME DE SEVRAGE ALCOOLIQUE. Diane PAUL IMG 2eme Semestre 18/06/15 SYNDROME DE SEVRAGE ALCOOLIQUE Diane PAUL IMG 2eme Semestre 18/06/15 CAS CLINIQUE Patient de 37 ans amené par les pompiers pour syndrome confusionnel aigu avec hallucinations associés à une crise convulsive

Plus en détail

Le point sur les traitements de l alcoolisme

Le point sur les traitements de l alcoolisme Le point sur les traitements de l alcoolisme 1/ Quelques définitions : L alcoolisation est le fait de boire une boisson alcoolisée. Celle-ci peut être importante ou modérée. L alcoolodépendance est à distinguer

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique à l alcool Dans ce cas, il ne s agit pas d un sevrage simple ambulatoire. Ce protocole tient compte de la sécurité du patient

Plus en détail

Points sur les nouveaux médicaments de l addiction à l alcool

Points sur les nouveaux médicaments de l addiction à l alcool Points sur les nouveaux médicaments de l addiction à l alcool 20 eme Journée d Hépatologie et de Transplantation Lyon 9 juin 2015 Claude Augustin-Normand PH/ ELSA Sce Pr Zoulim D où venons nous? Drogues

Plus en détail

Le sevrage. Micheline Claudon / Alain Eddi

Le sevrage. Micheline Claudon / Alain Eddi Le sevrage Micheline Claudon / Alain Eddi Le sevrage : principes L alcoolodépendance est caractérisée par la perte de la maîtrise de la consommation d alcool. Lorsqu un sevrage est nécessaire il faut en

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE LA DÉPENDANCE ALCOOLIQUE

MÉDICAMENTS DE LA DÉPENDANCE ALCOOLIQUE Maryse Lapeyre-Mestre Margaux Lafaurie Service de Pharmacologie Médicale et Clinique Centre d évaluation et d information sur la pharmacodépendance ceip.addictovigilance@chu-toulouse.fr MÉDICAMENTS DE

Plus en détail

Les traitements médicamenteux du syndrome de sevrage

Les traitements médicamenteux du syndrome de sevrage du syndrome de sevrage Molécules disponibles - Méprobamate (Equanil ) - Action non démontrée dans des études contrôlées. - Pas d activité anti-comitiale propre. - Risque létal en cas d intoxication volontaire

Plus en détail

DOCTEUR CAROLE VUONG

DOCTEUR CAROLE VUONG S0MMAIRE Normes OMS Définitions des conduites d alcoolisation Comment reconnaître une personne qui a un problème d alcool? Que faire? DOCTEUR CAROLE VUONG COMMENT AIDER LE SALARIE ALCOOLO-DEPENDANT? 4

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

Les verres standards

Les verres standards ALCOOL Alcool et mortalité 40 000 décès par an liés directement ou indirectement à l alcool = 7% des décès 3e cause de mortalité en France Dans le champ des addictions: 2eme cause de mortalité après le

Plus en détail

Outil d aide à la réalisation d un sevrage alcoolique ambulatoire

Outil d aide à la réalisation d un sevrage alcoolique ambulatoire Outil d aide à la réalisation d un sevrage alcoolique ambulatoire Réalisé pour les professionnels de santé, il vise à vous aider dans la prescription et le suivi des sevrages alcooliques en ambulatoire.

Plus en détail

À L USAGE DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES

À L USAGE DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES À L USAGE DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES Agir de façon efficace, continue et coordonnée En France on estime à 2 millions le nombre de patients alcoolo-dépendants. Une étude réalisée par l O.R.S. de Champagne-Ardenne

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 2 février 2005

AVIS DE LA COMMISSION. 2 février 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 2 février 2005 TRANXENE 20 mg, gélule Boîte de 28 TRANXENE 20 mg, gélule Boîte de 50 SANOFI SYNTHELABO FRANCE Clorazépate dipotassique

Plus en détail

SANTE PUBLIQUE Alcoolisme

SANTE PUBLIQUE Alcoolisme SANTE PUBLIQUE Alcoolisme Cours du 5 décembre 2005 Marine Giard Plan L image de la consommation Epidémiologie Consommation d alcool Conséquences socio-économiques Définition Classifications typologiques

Plus en détail

La consommation de substances psycho-actives (d alcool en particulier) peut être décrite selon plusieurs modalités.

La consommation de substances psycho-actives (d alcool en particulier) peut être décrite selon plusieurs modalités. Addiction à l alcool I. Définitions II. Etiologie III. Epidémiologie IV. Dépistage, repérage V. Examens biologiques VI. Signes cliniques VII. Complications somatiques VIII. Prise en charge OBJECTIFS PEDAGOGIQUES

Plus en détail

Traitement de l alcoolodépendance en 2012 : Quelle place pour le baclofène? Philippe Michaud, médecin addictologue, Centre Victor-Segalen, Clichy

Traitement de l alcoolodépendance en 2012 : Quelle place pour le baclofène? Philippe Michaud, médecin addictologue, Centre Victor-Segalen, Clichy Traitement de l alcoolodépendance en 2012 : Quelle place pour le baclofène? Philippe Michaud, médecin addictologue, Centre Victor-Segalen, Clichy Pourquoi des médicaments m dans l alcoolodl alcoolodépendance?

Plus en détail

Place du Baclofène dans la prise en charge de la dépendance alcoolique. Dr Louis TANDONNET Service d addictologie CHU de Nantes

Place du Baclofène dans la prise en charge de la dépendance alcoolique. Dr Louis TANDONNET Service d addictologie CHU de Nantes Place du Baclofène dans la prise en charge de la dépendance alcoolique Dr Louis TANDONNET Service d addictologie CHU de Nantes PLAN 1. Introduction: définitions de la dépendance à l alcool 2. Parcours

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique à l alcool Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en milieu hospitalier.

Plus en détail

Protocole de Sevrage d une dépendance à la nicotine

Protocole de Sevrage d une dépendance à la nicotine Protocole de Sevrage d une dépendance à la nicotine Avant le sevrage : Evaluation de la de la dépendance comportementale, psychologique ou physique, Autoobservation, test de Fagerstrom (Fagerstrom en annexe)

Plus en détail

Cas clinique 1. Prévention des pathologies liées à l alcool

Cas clinique 1. Prévention des pathologies liées à l alcool Cas clinique Prévention des pathologies liées à l alcool Mr E., qui est un patient âgé de 70 ans, consulte à votre cabinet pour dysfonction érectile. L'interrogatoire vous apprend qu'il ne présente pas

Plus en détail

ALCOOLISME ET DEPENDANCE. Journée AFISTEB Novembre 2007 Docteur Luc BUELENS

ALCOOLISME ET DEPENDANCE. Journée AFISTEB Novembre 2007 Docteur Luc BUELENS ALCOOLISME ET DEPENDANCE Journée AFISTEB Novembre 2007 Docteur Luc BUELENS I. INTRODUCTION Consommateurs de boissons alcoolisées: +/- 60 à 70% de la population Suède: consommation le WE ++ : accidents,

Plus en détail

BACLOFÈNE ET ALCOOLO-DÉPENDANCE

BACLOFÈNE ET ALCOOLO-DÉPENDANCE BACLOFÈNE ET ALCOOLO-DÉPENDANCE Dr Camille BARRAULT Equipe de Liaison et de Soins en Addictologie Service d Hépato-gastroentérologie Conflits d intérêt L auteur n a aucun conflit d intérêt en relation

Plus en détail

Mésusage de l alcool. Nouveaux concepts Nouveaux traitements

Mésusage de l alcool. Nouveaux concepts Nouveaux traitements Mésusage de l alcool Nouveaux concepts Nouveaux traitements L observation (1) Homme 58 ans, adressé en 05/14 pour bilan et prise en charge d une cirrhose hépatique BH perturbé: GGT 14 N, ASAT 2,5N - ALAT

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

Patient alcoolo-dépendant : conduite à tenir

Patient alcoolo-dépendant : conduite à tenir Patient alcoolo-dépendant : conduite à tenir Merck Serono est une division de Merck n Sommaire Notions sur la maladie alcoolique Prise de conscience du patient Buveur excessif ou alcoolodépendant? Diagnostic

Plus en détail

Objectifs pédagogiques

Objectifs pédagogiques CDU_Chap01.fm Page 1 Jeudi, 30. avril 2009 3:54 15 A I Item 45 Addiction et conduites dopantes : épidémiologie, prévention, dépistage. Morbidité, comorbidité et complications. Prise en charge, traitement

Plus en détail

LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE

LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE Dr Muriel LANG / Février 2006 LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE I) Définitions : La maladie alcoolique correspond à une dépendance pathologique à l alcool liant le malade à l alcool. On notera deux types de catégories

Plus en détail

Typologie des conduites addictives Principes de traitement

Typologie des conduites addictives Principes de traitement Typologie des conduites addictives Principes de traitement Jean-Dominique Favre Hôpital d instruction des armées Percy, Clamart 13 es Journées des Gens de mer, Paris, 14 mars 2008 Les éléments communs

Plus en détail

GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE

GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE DÉSIR DES FUMEURS ET Les faits : SEVRAGE 20 à 30 % veulent continuer à fumer 70 à 80 % veulent changer : 56 % réduire leur consommation 28 % arrêter 14 % changer de cigarettes

Plus en détail

20% consommateurs excessifs. 25 cl de cidre «sec» à 5

20% consommateurs excessifs. 25 cl de cidre «sec» à 5 Primary Primary 2003;3:270 275 Formation continue Problèmes d alcool P. Gache, E. Sekera, H. Stalder Introduction 85% de la population suisse consomme de l alcool, la majorité sans dommages pour sa santé.

Plus en détail

Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés. Définitions. Recherche de l héroïne (biologie)

Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés. Définitions. Recherche de l héroïne (biologie) Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés Définitions Quelques définitions Substituer, pourquoi? Médicaments utilisables La méthadone La buprénorphine (Subutex) Opiacés : alcaloïdes de

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Baclophène: les indications. en septembre 2014. Dr Alexandre BAGUET Service d Addictolog ie CSAPA polyvalent CHU de Rouen

Baclophène: les indications. en septembre 2014. Dr Alexandre BAGUET Service d Addictolog ie CSAPA polyvalent CHU de Rouen Baclophène: les indications 1 en septembre 2014 Dr Alexandre BAGUET Service d Addictolog ie CSAPA polyvalent CHU de Rouen alexandre. baguet@chu-rouen.fr Liens d intérêt 2 Astra-Zeneca Bouchara Recordati

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

TRAITEMENTS PHARMACOLOGIQUES DES ADDICTIONS : SUBSTITUTION, AIDE

TRAITEMENTS PHARMACOLOGIQUES DES ADDICTIONS : SUBSTITUTION, AIDE TRAITEMENTS PHARMACOLOGIQUES DES ADDICTIONS : SUBSTITUTION, AIDE AU SEVRAGE L addiction est une dépendance physique et/ou psychique à une substance ou à un comportement. Réussite au sevrage avec une aide

Plus en détail

LE MALADE DÉPENDANT Addictions : alcoolisme, toxicomanie, troubles du comportement alimentaire

LE MALADE DÉPENDANT Addictions : alcoolisme, toxicomanie, troubles du comportement alimentaire LE MALADE DÉPENDANT Addictions : alcoolisme, toxicomanie, troubles du comportement alimentaire Pr Jean Louis Senon, Dr Nemat Jaafari Dr Christelle Paillard, Dr Mélanie Voyer Faculté de Médecine Addictions

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

FORMATION INITIALE NOTIONS D ALCOOLOGIE

FORMATION INITIALE NOTIONS D ALCOOLOGIE POINTS ABORDÉS : L ALCOOLÉMIE LES EFFETS DE L ALCOOL LA DÉPENDANCE PSYCHOLOGIQUE LA DÉPENDANCE PHYSIQUE LES IDÉES REÇUES 1 L ALCOOLÉMIE : LES ÉQUIVALENCES 2 L ALCOOLÉMIE : NOMBRE DE VERRES (ÉQUIVALENTS)

Plus en détail

DÉCISION MÉDICALE ET PRISE EN CHARGE

DÉCISION MÉDICALE ET PRISE EN CHARGE DÉCISION MÉDICALE ET PRISE EN CHARGE Ce chapitre est centré sur les problèmes de santé posés par l usage chronique de l alcool, habituellement régulier, chez les hommes de 25 à 65 ans. D autres situations

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL DE L USAGE A LA DEPENDANCE Dr Pierre Lahmek, CCAA CHI Le Raincy-Montfermeil CARENCE DANS LES REPRESENTATIONS DES MODES DE CONSOMMATION La dualité des représentations

Plus en détail

9/ Les addictions. I. Généralités sur les addictions

9/ Les addictions. I. Généralités sur les addictions SEMESTRE 5 UE 2.6.S5 Processus psychopathologiques 9/ Les addictions I. Généralités sur les addictions Définitions Addictions = Processus dans lequel est réalisé un comportement qui peut avoir pour fonction

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

Baclofène: RTU dans le sevrage alcoolique VIGIMED 23/06/2014

Baclofène: RTU dans le sevrage alcoolique VIGIMED 23/06/2014 Baclofène: RTU dans le sevrage alcoolique 1 Recommandation Temporaire d Utilisation (RTU) Baclofène Analogue structural de l acide gamma-aminobutyrique (GABA) Contrôle des pulsions, indifférence aux signaux

Plus en détail

Le traitement médicamenteux de la dépendance alcoolique (en dehors de la période aiguë)

Le traitement médicamenteux de la dépendance alcoolique (en dehors de la période aiguë) Post U (2013) 155-164 Le traitement médicamenteux de la dépendance alcoolique (en dehors de la période aiguë) Objectifs pédagogiques Comment identifier les dépendances alcooliques (physique et psychologique)

Plus en détail

Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT. Hôpital Cochin

Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT. Hôpital Cochin L hépatite alcoolique aiguë Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT Unités d Hépatologie et d Addictologie i Hôpital Cochin Histoire naturelle Maladie symptomatique Foie normal Maladie alcoolique du

Plus en détail

Item 45 : Addiction et conduites dopantes : épidémiologie, prévention, dépistage.

Item 45 : Addiction et conduites dopantes : épidémiologie, prévention, dépistage. Item 45 : Addiction et conduites dopantes : épidémiologie, prévention, dépistage. Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Définitions... 1 2 Etiologie...2 3 Epidémiologie...

Plus en détail

Mise au point sur le sevrage alcoolique. DELBARRE Nicolas LAZARO Marine MORET Laurent

Mise au point sur le sevrage alcoolique. DELBARRE Nicolas LAZARO Marine MORET Laurent Mise au point sur le sevrage alcoolique DELBARRE Nicolas LAZARO Marine MORET Laurent PLAN Introduction Alcoolo-dépendance: Sevrage Maintien de l abstinence Introduction Epidémiologie Vrai problème de santé

Plus en détail

CONSULTATION «Les Modes d Usage»

CONSULTATION «Les Modes d Usage» ADDICTOLOGIE CONSULTATION «Les Modes d Usage» CENTRE DE SOINS D ACCOMPAGNEMENT ET DE PREVENTION EN ADDICTOLOGIE «C.S.A.P.A. La Caravelle» BILAN CONSULTATION ADDICTOLOGIE Le repérage et les modes d usage

Plus en détail

ALCOOL. DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014. Micheline CLAUDON Alain EDDI

ALCOOL. DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014. Micheline CLAUDON Alain EDDI ALCOOL DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014 Micheline CLAUDON Alain EDDI 2 Pourquoi consomme-t-on des drogues? Pour se sentir bien Pour se sentir mieux Pour faire mieux Pour faire comme les

Plus en détail

Fréquentes Bénignes dans 90% des cas Orientation diagnostique et thérapeutique sur les délais d apparition des symptômes Distinguer : Syndromes à

Fréquentes Bénignes dans 90% des cas Orientation diagnostique et thérapeutique sur les délais d apparition des symptômes Distinguer : Syndromes à INTOXICATION AIGUE AUX CHAMPIGNONS Mars 2012 1 Points Essentiels Fréquentes Bénignes dans 90% des cas Orientation diagnostique et thérapeutique sur les délais d apparition des symptômes Distinguer : Syndromes

Plus en détail

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013

Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Manon Méndez CENEA centre neuchâtelois d alcoologie 23 mai 2013 Objectifs de la présentation Offres de la FNA-CENEA Politique fédérale Les différents types de consommateurs Processus d addiction et de

Plus en détail

La migraine : une maladie qui se traite

La migraine : une maladie qui se traite La migraine : une maladie qui se traite L évolution natuelle de la migraine Maladie fluctuante+++ Modification des symptômes avec l âge ++ : Moins de crises sévères Caractère pulsatile moins fréquent Plus

Plus en détail

Patient alcoolodépendant : sevrage et accompagnement post sevrage. Patient alcoolodépendant : sevrage et accompagnement post sevrage.

Patient alcoolodépendant : sevrage et accompagnement post sevrage. Patient alcoolodépendant : sevrage et accompagnement post sevrage. Patient alcoolodépendant : sevrage et accompagnement post sevrage Patient alcoolodépendant : sevrage et accompagnement post sevrage Dr Benoît FLEURY Service d Hépatogastroentérologie et d Alcoologie Hôpital

Plus en détail

LES S S U S BS B T S I T T I U T TS T S NICOTINIQUES

LES S S U S BS B T S I T T I U T TS T S NICOTINIQUES LES SUBSTITUTS NICOTINIQUES Les substituts nicotiniques : principe Apporter l équivalent de nicotine contenue dans les cigarettes (un peu -) Pour supprimer, atténuer le manque Durée du traitement : variable,

Plus en détail

Alcoologie : Quelques définitions.

Alcoologie : Quelques définitions. Alcoologie : Quelques définitions. 1. TRANSFERRINE DEFICIENTE EN COCARBOXYLASE Jusqu à présent, le taux des GAMMA GT et le VGM (voir ces termes), volume globulaire moyen des globules rouges, permettaient

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

L ivresse éthylique aigüe dans les services d accueil des urgences

L ivresse éthylique aigüe dans les services d accueil des urgences N de version: 01 Date d'application : Février 2011 Réf.: CMUB-035 Pagination : 1 de 15 COLLEGE DE MEDECINE D URGENCE DE BOURGOGNE Procédure N 035 Rédacteurs Dr Valérie Hamelin - SAU Clinique Chenôve Date

Plus en détail

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU

le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Repérage et interv le mésusage de l' et l'usage du taba Docteur TRUFFY 16 Décembre 2009 Faulquemont AMMPPU Je déclare n avoir aucun lien direct ou indirect avec des entreprises ou établissements produisant

Plus en détail

Réseau d Alcoologie et de Recherche sur les Conduites addictives en Isère Dr J.Bourgade

Réseau d Alcoologie et de Recherche sur les Conduites addictives en Isère Dr J.Bourgade Alcoologie Réseau d Alcoologie et de Recherche sur les Conduites addictives en Isère Dr J.Bourgade ALCOOL Al KHÔL : mot d origine arabe traduisant l anti-moine servant de fard à paupière pour se maquiller.

Plus en détail

I. Troubles de l anxiété

I. Troubles de l anxiété I. Troubles de l anxiété Définition : - Réponse normale à une menace ou un changement inattendu dans l environnement (situations normales, maladie psychiatrique). - Un patient atteint d un trouble de l

Plus en détail

Les Grands Principes du Sevrage Tabagique

Les Grands Principes du Sevrage Tabagique Unité de Coordination de Tabacologie CHU de Nancy DALAT Novembre 2011 Les Grands Principes du Sevrage Tabagique Dr Nathalie WIRTH - Pr Yves MARTINET Introduction Tabagisme = Maladie Chronique The WHO s

Plus en détail

Carnet de suivi et d accompagnement

Carnet de suivi et d accompagnement Carnet de suivi et d accompagnement Gardons le cap! Si aujourd hui, vous êtes en possession de ce carnet, tout d abord félicitations car la première étape que vous venez de franchir est essentielle pour

Plus en détail

Toxicomanie et dépendances

Toxicomanie et dépendances Pharmacologie du système nerveux Annexe Chapitre 1 Toxicomanie et dépendances dépendances 1 LA TOXICOMANIE Organisation Mondiale de la Santé : «Un syndrome pour lequel la consommation d un produit devient

Plus en détail

COMMENT ABORDER LE SEVRAGE ALCOOL

COMMENT ABORDER LE SEVRAGE ALCOOL COMMENT ABORDER LE SEVRAGE ALCOOL Document intervention du Prof. Daeppen Etats Généraux Alcool - 11.11.2010 Document téléchargé sur www.beju-addiction.ch COMMENT ABORDER LE SEVRAGE D ALCOOL? ASPECTS PRATIQUES

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 3 avril 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 3 avril 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE République française AVIS DE LA COMMISSION 3 avril 2002 ANDROGEL 25mg, gel ANDROGEL 50mg, gel Boîte de 30 sachets Boîte de 100 sachets Laboratoires BESINS- International testostérone

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte

43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte 43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte Diagnostiquer les troubles du sommeil du nourrisson, de l enfant et de l adulte Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient RÉPONSES

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS TYPES D USAGE

LES DIFFÉRENTS TYPES D USAGE L objectif de ce document est d être un outil concret, à la disposition des infirmiers(ères) pour les aider dans leur pratique quotidienne, en ce qui concerne les pratiques de consommation d alcool, de

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

Dr C Roché Desbordes C.H. Dax CSAPA «la Source Landes addictions»

Dr C Roché Desbordes C.H. Dax CSAPA «la Source Landes addictions» Sortir des opiacés par l alcool, auto-substitution au devenir péjoratif En quoi ces patients diffèrent-ils des autres dépendants de l alcool, sans usage antérieur de «drogue»? Dr C Roché Desbordes C.H.

Plus en détail

Prévenir... l alcoolisme

Prévenir... l alcoolisme Prévenir... l alcoolisme 8 Avec l alcool, faites-vous bon ménage ou mauvais usage? Vous faites bon ménage, si vous usez sans abuser (1) Consommateur ponctuel, vous ne buvez pas plus de 4 verres par occasion.

Plus en détail

BROMAZEPAM UPC 6 mg CP quadriséc

BROMAZEPAM UPC 6 mg CP quadriséc BROMAZEPAM UPC 6 mg CP quadriséc FORME comprimé quadrisécable COMPOSITION par 1 comprimé bromazépam 6 mg Excipients : lactose monohydrate, cellulose microcristalline, talc, magnésium stéarate. INDICATIONS

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

Tabac et Anxiété. Mélina FATSEAS Université Bordeaux CNRS, USR 3413 Pôle Addictologie CH Charles Perrens

Tabac et Anxiété. Mélina FATSEAS Université Bordeaux CNRS, USR 3413 Pôle Addictologie CH Charles Perrens Tabac et Anxiété Mélina FATSEAS Université Bordeaux CNRS, USR 3413 Pôle Addictologie CH Charles Perrens Comorbidité des troubles psychiatriques NCS-R (1994) Prévalence vie entière % Trouble psychiatrique

Plus en détail

EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME

EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME EVALUATION DES METHODES D AIDE A L ARRET DU TABAGISME Docteur Jean PERRIOT Dispensaire Emile Roux Clermont-Ferrand jean.perriot@cg63.fr DIU Tabacologie Clermont-Ferrand - 2015 NOTIONS GENERALES INTRODUCTION.

Plus en détail

ASSUETUDES ET TROUBLES PSYCHIATRIQUES

ASSUETUDES ET TROUBLES PSYCHIATRIQUES ASSUETUDES ET TROUBLES PSYCHIATRIQUES La consommation de produits psychotropes (à savoir toute substance, licite ou illicite, récréative ou médicamenteuse, qui agit sur le cerveau et en modifie le fonctionnement)

Plus en détail

DOSSIER ADMINISTRATIF

DOSSIER ADMINISTRATIF DOSSIER ADMINISTRATIF (à faire remplir par le patient et à retourner accompagné des renseignements médicaux au Centre d Addictologie d Arzeliers Route d Arzeliers 05300 LARAGNE ) Nom : Prénom : Nom de

Plus en détail

Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP)

Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP) Extrait du bulletin communal de juin 2010 Alcool, ce qu il faut savoir Guide réalisé par le Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP) Rue des Carmes, 26 6900 Marche-en-Famenne pssp@marche.be

Plus en détail

LES MEDICAMENTS D AIDE à L ARRET du TABAC

LES MEDICAMENTS D AIDE à L ARRET du TABAC LES MEDICAMENTS D AIDE à L ARRET du TABAC Docteur Corinne VANNIMENUS Hôpital CALMETTE CHRU -LILLE Nicojeunes : base de données sur le tabac pour les formateurs Dépendance 1 1 BDN2003-16DEP-001 Nicotine

Plus en détail

Mise en place et suivi d un traitement par SELINCRO. Guide à l usage des médecins

Mise en place et suivi d un traitement par SELINCRO. Guide à l usage des médecins Mise en place et suivi d un traitement par SELINCRO Guide à l usage des médecins Introduction Selincro est indiqué pour réduire la consommation d alcool chez les patients adultes ayant une dépendance à

Plus en détail

Vous faites une demande d admission à la clinique des épinettes pour: Hospitalisation complète de 5 semaines Hôpital de jour

Vous faites une demande d admission à la clinique des épinettes pour: Hospitalisation complète de 5 semaines Hôpital de jour 51 bis rue des épinettes, 75017 Paris Tél : 01.84.82.42.42 Fax : 01.84.82.42.43 contact@cliniquedesepinettes.com www.cliniquedesepinettes.com Dossier d admission Madame, Monsieur Vous faites une demande

Plus en détail

TRAITEMENTS DU SEVRAGE TABAGIQUE

TRAITEMENTS DU SEVRAGE TABAGIQUE TRAITEMENTS DU SEVRAGE TABAGIQUE Docteur Annick LANTEAUME-VAILLANT Addictologue et Tabacologue Praticien hospitalier attaché Assistance publique des Hôpitaux de Marseille Mars 2009 QuickTimeª et un džcompresseur

Plus en détail

Bases neurobiologiques de la récompense

Bases neurobiologiques de la récompense Bases neurobiologiques de la récompense Le système de récompense est la base neurobiologique de l'apprentissage. Il est indispensable à la survie, car il fournit la motivation nécessaire à la réalisation

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

DOSSIER MEDICAL (à faire remplir obligatoirement par le Médecin et à retourner accompagné du Dossier administratif au Centre Addictologie d Arzeliers)

DOSSIER MEDICAL (à faire remplir obligatoirement par le Médecin et à retourner accompagné du Dossier administratif au Centre Addictologie d Arzeliers) DOSSIER MEDICAL (à faire remplir obligatoirement par le Médecin et à retourner accompagné du Dossier administratif au Centre Addictologie d Arzeliers) Chère Consœur, Cher Confrère, Ces renseignements médicaux

Plus en détail

Les Addictions : Concept, Facteurs de risque, Vulnérabilité et Neurobiologie. Pr#M.#Dema*eis#(MD,#PhD) ##

Les Addictions : Concept, Facteurs de risque, Vulnérabilité et Neurobiologie. Pr#M.#Dema*eis#(MD,#PhD) ## Les Addictions : Concept, Facteurs de risque, Vulnérabilité et Neurobiologie Pr#M.#Dema*eis#(MD,#PhD) ## Unité#Fonc8onnelle#d'Addictologie,# INSERM#U1042,#UJF#EA3745,#CHU#de#Grenoble# TIS$%$Grenoble$%$2012%2013$

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

13 Consommation. d alcool COPYRIGHT. 1. Introduction Pathogenèse 1, 2. Introduction. Pathogenèse

13 Consommation. d alcool COPYRIGHT. 1. Introduction Pathogenèse 1, 2. Introduction. Pathogenèse COPYRIGHT 13 Consommation d alcool 1. Introduction Pathogenèse 1, 2 Introduction Environ 20 % de la population occidentale répond à la définition d une consommation d alcool à risque pour la santé, et

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

Interventions sur le risque foeto-alcoolique : conditions d efficacité

Interventions sur le risque foeto-alcoolique : conditions d efficacité Interventions sur le risque foeto-alcoolique : conditions d efficacité Philippe Michaud Dorothée Lécallier, Fatima Hadj-Slimane Institut de promotion de la prévention secondaire en addictologie Journées

Plus en détail

Importance du repérage et de la prise en charge

Importance du repérage et de la prise en charge Poly addiction et poly consommation dans le sevrage tabagique Importance du repérage et de la prise en charge Christiane VALLES Infirmière tabacologue, addictologue Centre Hospitalier de Cahors. Introduction

Plus en détail

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie

TROUBLES ANXIEUX. Filipe Galvão interne DES psychiatrie TROUBLES ANXIEUX Filipe Galvão interne DES psychiatrie PLAN Historique du concept de trouble anxieux Attaque de panique - Trouble panique Trouble anxieux généralisé Les troubles phobiques : Agoraphobie

Plus en détail

Placebo Effet Placebo. Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes

Placebo Effet Placebo. Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes Placebo Effet Placebo Pr Claire Le Jeunne Hôtel Dieu- Médecine Interne et Thérapeutique Faculté de Médecine Paris Descartes Plan Définitions Placebo dans les essais thérapeutiques Effet placebo Médicaments

Plus en détail

La clinique de lʼalcoologie Intégrer les descriptions classiques à la nosographie moderne à partir de cas concrets

La clinique de lʼalcoologie Intégrer les descriptions classiques à la nosographie moderne à partir de cas concrets La clinique de lʼalcoologie Intégrer les descriptions classiques à la nosographie moderne à partir de cas concrets Caroline Le Lan - dépendance Mésusage - nocif - à risque Usage (socialement réglé) (sans

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Desloratadine Actavis 5 mg comprimés pelliculés 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque comprimé contient 5 mg

Plus en détail