Alcool et troubles cognitifs

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Alcool et troubles cognitifs"

Transcription

1 Alcool et troubles cognitifs O. Martinaud,, S. Bioux,, E. Bliaux,, D. Pouliquen Service de Neurologie CMRR Mars 2009 CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1

2 Dépendance à l alcool selon le DSM-IV Présence de trois (ou plus) des manifestations suivantes, à un moment quelconque d une période continue douze mois : 1. tolérance (quantité ou effet). 2. sevrage (syndrome) 3. alcool souvent pris en quantité plus importante ou prolongée. 4. désir persistant. 5. beaucoup de temps passé à des activités nécessaires pour obtenir l alcool. 6. activités sociales, professionnelles ou de loisirs importantes abandonnées. 7. utilisation d alcool poursuivie bien que la personne sache avoir un problème psychologique ou physique persistant ou récurrent. CHU_Hôpitaux de Rouen - page 2

3 Épidémiologie en France 5 millions de consommateurs excessifs (2 à 3 alcoolo-dépendants) en 2003 Pic de consommation entre 45 et 75 ans Sex ratio H/F 3/ morts attribuables/an (Institut de veille sanitaire, 12/09/2006) CHU_Hôpitaux de Rouen - page 3

4 Histoire alcoolique Evaluation de la durée et de l importance de l intoxication alcoolique Premier contact avec l alcool Début de la dépendance Durée de la dépendance Consommation habituelle Nombre de sevrage Durée abstinence CHU_Hôpitaux de Rouen - page 4

5 Conséquences Alcoolisme Chronique Atrophie cérébelleuse Marchiafava-Bignami Déficit cognitif pouvant aller jusqu à la démence Encéphalopathie de Wernicke Syndrome de Korsakoff CHU_Hôpitaux de Rouen - page 5

6 Marchiafava-Bignami Ettore Marchiafava CHU_Hôpitaux de Rouen - page 6

7 Marchiafava-Bignami Affection très rare Principalement chez éthyliques chroniques Sexe masculin, entre 50 et 70 ans Lésion anatomique caractéristique : démyélinisation avec ou sans nécrose du corps calleux Manifestations : Démence progressive rapide Epilepsie, astasie-abasie, dysarthrie Dysconnexion calleuse ( apraxie de la main gauche, anomie de la main gauche, agraphie main gauche, apraxie constructive main droite, apraxie diagonistique ) CHU_Hôpitaux de Rouen - page 7

8 Imagerie et Marchiafava Anomalies diffuses de la substance blanche, démyélinisation avec nécrose du corps calleux; mieux visibles en IRM CHU_Hôpitaux de Rouen - page 8 Uchino et al., Eur Radiol 2006

9 Troubles cognitifs et alcool CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 9

10 Troubles cognitifs et alcool Atteintes : Mémoire / FE / visuo-spatial Pas de répercussions sur l autonomie Pas de troubles du langage de type aphasique Si sevrage récupération possible Si rechute accentuation troubles! Pitel et al., 2006 CHU_Hôpitaux de Rouen - page 10

11 Démence alcoolique Alcohol-Related Dementia (ARD) CHU_Hôpitaux de Rouen - page 11

12 Critères diagnostics démence alcoolique Syndrome démentiel - > 60 jours de l arrêt de l intoxication Consommation - Fixe, hebdomadaire, 5 ans - Persistante 3 ans avant début des troubles Eléments supplémentaires - Signes cliniques ou paracliniques d alcoolisation, ataxie, polyneuropathie - Atrophie cérébelleuse (vermienne+) à l imagerie CHU_Hôpitaux de Rouen - page 12 Oslin et al., Int J Geriatr Psychiatr 1998

13 Imagerie démence alcoolique (ARD) Atrophie cérébelleuse (vermis+) corticale diffuse (non spécifique) CHU_Hôpitaux de Rouen - page 13 Seitz et al., Alcohol Clin Exp Res 1999

14 Démence alcoolique Atteintes : Mémoire / FE / visuo-spatial Répercussions sur l autonomie Pas de troubles du langage de type aphasique Si sevrage stabilisation voire récupération Pierruchi-Lagha et al., 2003 CHU_Hôpitaux de Rouen - page 14

15 Encéphalopathie de Wernicke CHU_Hôpitaux de Rouen - page 15

16 Encéphalopathie de Wernicke 29% nystagmus, paralysie VI, regard conjugué 23% ataxie, troubles de l équilibre 19% aucun des 3 signes (début) Causes (déficit en vitamine B1) alcool; malnutrition; chirurgie gastrique; diarrhées chroniques, vomissements itératifs; cancers et chimiothérapies; SIDA CHU_Hôpitaux de Rouen - page 16 Sechi et Serra, Lancet Neurol 2007

17 Imagerie et Wernicke IRM T2 Hypersignaux symétriques des deux thalami médians et de la substance grise périaqueducale du mésencéphale Se 53%; Sp 93% CHU_Hôpitaux de Rouen - page 17 Sechi et Serra, Lancet Neurol 2007

18 Syndrome de Korsakoff CHU_Hôpitaux de Rouen - page 18

19 Syndrome de Korsakoff Installation brutale (Suite GW) Trouble M. Épisodique ++++ Oubli à mesure Désorientation spatio-temporelle Relative préservation des capacités intellectuelles Confabulations et fausses reconnaissances Changement comportemental Anosognosie CHU_Hôpitaux de Rouen - page 19

20 Syndrome de Korsakoff et Mémoire Mémoire de travail : Normale (Baddeley & Warrington, 1970) Boucle phonologique, calepin visuo-spatial et buffer épisodique (Pitel et al, 2008) Administrateur central Empans de chiffres Empans multimodaux Empans visuo-spatiaux Boucle phonologique Buffer épisodique Calepin visuo-spatial Verbale Mémoire à long terme Visuelle CHU_Hôpitaux de Rouen - page 20

21 Syndrome de Korsakoff et Mémoire Mémoire épisodique : Antérograde : Problème d encodage des faits et du contexte spatiotemporel (Pitel et al, 2008) Problème de consolidation (Meudell et al., 1979; Moscovitch, 1982) Problème de récupération (Warrington and Weiskrantz, 1970) Rétrograde : +/- étendu, suit un gradient temporel CHU_Hôpitaux de Rouen - page 21

22 Syndrome de Korsakoff et Mémoire Mémoire sémantique : Préservation des connaissances antérieurement acquises Acquisition de nouvelles connaissances? (Pitel et al., 2009) Mémoire procédurale : Préservation des connaissances antérieurement acquises Acquisition de nouvelles connaissances possible mais + lente CHU_Hôpitaux de Rouen - page 22

23 Syndrome de Korsakoff et F.E. Atteinte hétérogène selon les épreuves Syndrome dysexécutif : Korsakoff alcoolique non korsakoff (Pitel et al, 2008) Changement comportemental : Apathie, manque d initiative Emoussement affectif Désinhibition Impulsivité, irritabilité CHU_Hôpitaux de Rouen - page 23

24 Syndrome de Korsakoff et Confabulations «falsification de la mémoire qui intervient sans troubles de la conscience et en association avec une amnésie d origine organique» Berlyne, 1972 Différentes interprétations mais pas de consensus : Réponse pour combler une mémoire défaillante Résultat : amnésie + syndrome dysexécutif Confusion dans l ordre temporel des informations Schnider, 2000 CHU_Hôpitaux de Rouen - page 24

25 Syndrome de Korsakoff et Confabulations Korsakoff : Confabulations cohérentes et plausibles Symptôme non obligatoire Confabulations provoquées : Fréquentes ++ Confabulations spontanées : Disparition après phase de confusion Gayet-Wernicke Persistance en lien avec dysfonctionnement frontal (Gilboa et al., 2006) CHU_Hôpitaux de Rouen - page 25

26 Syndrome de Korsakoff et Confabulations Batterie de confabulation (Dalla Barba, 1993 ; Dalla Barba et al, 1997) Questions de sémantique autobiographique Questions de mémoire épisodique Questions de sémantique non-autobiographique Questions projets personnels Questions d orientation Distracteurs épisodiques Distracteurs sémantiques CHU_Hôpitaux de Rouen - page 26

27 Causes du syndrome de Korsakoff Atteinte des corps mamillaires : suit souvent une encéphalopathie de Wernicke tumeurs de la base TC AVC séquelles de neurochirurgie. CHU_Hôpitaux de Rouen - page 27

28 Imagerie du syndrome de Korsakoff IRM Atrophie des corps mamillaires CHU_Hôpitaux de Rouen - page 28 Charness, Alcohol Clin Exp Res 1993

29 Évolution Korsakoff Evolution classique : 25% pas de récupération, 25% récupération légère, 25% significative, 25% complète (McIntosh et Chick, JNNP 2004) Mais données discordantes : suivi de 20 patients Korsakoff sur 2 ans sans évolution (Fujiwara et al., 2008) CHU_Hôpitaux de Rouen - page 29

30 Prise en charge Traitement URGENT par thiamine (vitb1) : - 500mg par voie parentérale (sur 30mns) 3x/j pendant au moins 2-3j - puis 250mg/j pendant 3-5j (ou tant qu il existe une amélioration); voie orale encore très discutée; ± vitpp justifié devant toute encéphalopathie de nature indéterminée Risque de réaction anaphylactique (mais seulement 4/millions d IV ou 1/5millions d IM) Sevrage en alcool ± rééducation CHU_Hôpitaux de Rouen - page 30

Les troubles cognitifs alcoolo-induits

Les troubles cognitifs alcoolo-induits Les troubles cognitifs alcoolo-induits Diagnostics, étiologies, évolutions GRAA - LILLE 19 septembre 2013 Philippe TISON Docteur en Psychologie Psychologue clinicien, Neuropsychologue contact : philippe.tison@ch-carvin.fr

Plus en détail

L aphasie progressive primaire. Évaluation neuropsychologique

L aphasie progressive primaire. Évaluation neuropsychologique L aphasie progressive primaire Évaluation neuropsychologique S. Bioux, E. Bliaux, D. Pouliquen Service de neurologie CMRR / CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 DEFINITION «détérioration isolée et progressive

Plus en détail

Neuropsychologie du syndrome de Korsakoff

Neuropsychologie du syndrome de Korsakoff Neuropsychologie du syndrome de Korsakoff David Lefebvre, psychologue au centre hospitalier du pays d Avesnes Formation encéphalopathie alcoolique, le 17/10/2013 Définition Il est décrit pour la première

Plus en détail

Armelle Wastiaux Symposium octobre 2008

Armelle Wastiaux Symposium octobre 2008 Armelle Wastiaux Symposium octobre 2008 Cas clinique : Mr R. 52 ans ATCD : éthylisme chronique. Apparition aiguë de confusion, troubles de la mémoire m moire et de l él équilibre, diplopie. Anorexie Examen

Plus en détail

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5

PLAN A. INTRODUCTION... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 C. EVOLUTION DES DEMENCES... 5 D. CONCLUSION... 5 1 DEMENCES DES PERSONNES AGEES PLAN A. INTRODUCTION... 2 I. Historique... 2 II. Les démences :... 2 a) Définition... 2 b) Epidémiologie... 2 B. CLASSEMENT DES DEMENCES... 2 I. Les démences dégénératives...

Plus en détail

MALADIE ALCOOLIQUE ET

MALADIE ALCOOLIQUE ET FORMATION APPROFONDIE EN GÉRIATRIE. 28 NOVEMBRE 2012 MALADIE ALCOOLIQUE ET TROUBLES COGNITIFS Mohamed Marwène GRIRA Introduction La maladie alcoolique: «Maladie primaire et chronique dont le développement

Plus en détail

PROBLÈMES NEURO-COGNITIFS ASSOCIÉS À L ALCOOL PIERRE LAUZON MD MÉDECINE DES TOXICOMANIES CHUM FÉVRIER 2014

PROBLÈMES NEURO-COGNITIFS ASSOCIÉS À L ALCOOL PIERRE LAUZON MD MÉDECINE DES TOXICOMANIES CHUM FÉVRIER 2014 PROBLÈMES NEURO-COGNITIFS ASSOCIÉS À L ALCOOL PIERRE LAUZON MD MÉDECINE DES TOXICOMANIES CHUM FÉVRIER 2014 Aquarium. CRDM. «Cerveau fragilisé»: la somme d événements adverses en plus de l exposition à

Plus en détail

Monsieur TC. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Réunion du 19/11/2010. Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen

Monsieur TC. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Réunion du 19/11/2010. Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen Monsieur TC Réunion du 19/11/2010 Olivier Martinaud Dorothée Pouliquen Service de neurologie, CMRR Rouen CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Consultation M0 Homme 71 ans, niveau D Retraité depuis 16 ans Venu

Plus en détail

43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte

43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte 43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte Diagnostiquer les troubles du sommeil du nourrisson, de l enfant et de l adulte Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient RÉPONSES

Plus en détail

Introduction Différentes approches conceptuelles des aphasies et des troubles du langage

Introduction Différentes approches conceptuelles des aphasies et des troubles du langage Introduction Différentes approches conceptuelles des aphasies et des troubles du langage Pascale Pradat-Diehl Service MPR de la Salpêtrière pascale.pradat@psl.aphp.fr PLAN Langage, aphasies et aphasiques

Plus en détail

Introduction de la demi-journée

Introduction de la demi-journée Synthèse Demi-journée du Jeudi 23 Septembre 2010 Organisée par le Dr Claire DUROT CH Le Cateau-Cambrésis Introduction de la demi-journée Mme BRULE - Directrice des soins du Centre Hospitalier Le Cateau

Plus en détail

O. Martinaud Rouen, le 26/06/2009

O. Martinaud Rouen, le 26/06/2009 Aphasies progressives primaires (APP) O. Martinaud Rouen, le 26/06/2009 Epidémiologie Début entre 60 et 75 ans (Mesulam, 1982); en moyenne 63 ans (Johnson et al., Arch Neurol 2005) Diagnostic à 68.3 ±

Plus en détail

Alcool et troubles cognitifs. L'évolution des concepts

Alcool et troubles cognitifs. L'évolution des concepts Alcool et troubles cognitifs. L'évolution des concepts S. Dally Hôpital F. Widal. Paris. De multiples produits sont capables d'altérer les fonctions cognitives Pour le médecin interniste : deux nouveautés

Plus en détail

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie

Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie Les accidents vasculaires cérébraux (AVC) et la sclérose en plaques (SEP) : deux affections pourvoyeuses de handicap en Neurologie M. Benabdeljlil, S. Aïdi, M. El Alaoui Faris Service de Neurologie A et

Plus en détail

Sevrage du patient alcoolodépendant

Sevrage du patient alcoolodépendant Sevrage du patient alcoolodépendant 1/17 Motivation Le 1 er temps de la prise en charge = temps de renforcement de la motivation. Objectif : proposer au patient un sevrage s il est prêt, sinon l aider

Plus en détail

Aphasies progressives primaires.

Aphasies progressives primaires. Aphasies progressives primaires OMoreaud@chu-grenoble.fr 2000 2006 Critères de Mesulam des Aphasies Primaires Progressives (2001) Début insidieux et aggravation progressive D un manque du mot

Plus en détail

La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014

La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014 La consommation d alcool : de la tentation à l addiction au dépens de. Dr Sana ABOUZAHIR Médecin généraliste 13 Novembre 2014 Plan Généralités Effets de l alcool sur la santé Autres effets Rôle du médecin

Plus en détail

Révision: examen 1. (chap. 1-7)

Révision: examen 1. (chap. 1-7) Révision: examen 1 (chap. 1-7) Organisation du système nerveux (chap.1) Divisions du SNC Moelle: réflexes Cerveau postérieur: parties de comportements Mésencéphale: comportements automatiques Diencéphale:

Plus en détail

Les atrophies focales Soins spécifiques en hôpital de jour. Journées APHJPA Lyon 26 et 27 mai 2011

Les atrophies focales Soins spécifiques en hôpital de jour. Journées APHJPA Lyon 26 et 27 mai 2011 Les atrophies focales Soins spécifiques en hôpital de jour Jean-Marc MICHEL Ariane DELEMASURE Journées APHJPA Lyon 26 et 27 mai 2011 Syndromes corticaux focalisés progressifs Altération progressive sélective

Plus en détail

Hélène Beaunieux, Anne-Lise Pitel & Francis Eustache

Hélène Beaunieux, Anne-Lise Pitel & Francis Eustache Hélène Beaunieux, Anne-Lise Pitel & Francis Eustache Enseignant en psychiatrie et responsable des soins à la clinique psychiatrique Morova Co-fondateur du premier laboratoire de psychologie expérimentale

Plus en détail

APPROCHES DES SYNDROMES DEMENTIELS Docteur DA SILVA Sofia Gériatrie CHAMPMAILLOT CHU DIJON Introduction Epidémiologie Problème majeur de santé publique Une des pathologies les plus fréquentes en gériatrie

Plus en détail

Plan. Manifestations neuro-psychiques et Comorbidités psychiatriques des addictions. Manif neuro psychiques. Comorbidités psychiatriques 02/04/2014

Plan. Manifestations neuro-psychiques et Comorbidités psychiatriques des addictions. Manif neuro psychiques. Comorbidités psychiatriques 02/04/2014 Manifestations neuro-psychiques et Comorbidités psychiatriques des addictions C Augustin-Normand PH ELSA Hôpital de la Croix rousse Lyon DIU Clermont-Ferrand 12 février 2014 Manif neuro psychiques Tabac

Plus en détail

«Les troubles visuels d origine centrale chez l enfant et l adulte : sémiologie, dépistage et prise en charge»

«Les troubles visuels d origine centrale chez l enfant et l adulte : sémiologie, dépistage et prise en charge» PROGRAMME DE LA FORMATION : «Les troubles visuels d origine centrale chez l enfant et l adulte : sémiologie, dépistage et prise en charge» Vendredi matin : Rappels : sémiologie a)amputations du champ visuel

Plus en détail

Les traitements médicamenteux du syndrome de sevrage

Les traitements médicamenteux du syndrome de sevrage du syndrome de sevrage Molécules disponibles - Méprobamate (Equanil ) - Action non démontrée dans des études contrôlées. - Pas d activité anti-comitiale propre. - Risque létal en cas d intoxication volontaire

Plus en détail

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL

LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL LES MODES DE CONSOMMATION D ALCOOL DE L USAGE A LA DEPENDANCE Dr Pierre Lahmek, CCAA CHI Le Raincy-Montfermeil CARENCE DANS LES REPRESENTATIONS DES MODES DE CONSOMMATION La dualité des représentations

Plus en détail

Aphasies Physiopathologie de l aphasie AVC et démences. Journées de Gérontologie 10 juin 2016

Aphasies Physiopathologie de l aphasie AVC et démences. Journées de Gérontologie 10 juin 2016 Aphasies Physiopathologie de l aphasie AVC et démences Journées de Gérontologie 10 juin 2016 Les aphasies : une classification évolutive L étude des cas d aphasie en rapport avec des accidents vasculaires

Plus en détail

1. Qu est-ce que l UEROS?

1. Qu est-ce que l UEROS? Réorientation socioprofessionnelle après lésions cérébrales : Rôle du neuropsychologue en. 5, rue du Docteur Charcot 59000 Lille neuropsy@ueros.fr Laurence Danjou, neuropsychologue 1. Qu est-ce que l?

Plus en détail

Quel(s) diagnostic(s)? Quels examens? Quelle prise en charge?

Quel(s) diagnostic(s)? Quels examens? Quelle prise en charge? Cas clinique Patiente de 70 ans Pas d'antécédent Après un cours de danse : troubles du comportement, désorientation temporo-spatiale, questions répétées à son mari Examen clinique : amnésie antérograde,

Plus en détail

Académie d ostéopathie de Montréal Cours de Sémiologie Mireille Aylwin

Académie d ostéopathie de Montréal Cours de Sémiologie Mireille Aylwin Académie d ostéopathie de Montréal Cours de Sémiologie Mireille Aylwin 1 Quelques fonctions cérébrales Lobe frontal Contrôle/inhibition des comportements sociaux Éveil et motivation Cortex moteur primaire

Plus en détail

Alcoolo-dépendance et syndrome de Korsakoff: un continuum?

Alcoolo-dépendance et syndrome de Korsakoff: un continuum? Alcoolo-dépendance et syndrome de Korsakoff: un continuum? AL Pitel, H Beaunieux, AP Le Berre, L Ritz, S Segobin, C Boudehent, C Lannuzel, F Vabret, F Eustache pitel@cyceron.fr Le syndrome de Korsakoff

Plus en détail

UNAFTC. Union Nationale des Associations de Familles de Traumatisés Crâniens. Association Loi 1901 reconnue d intérêt général

UNAFTC. Union Nationale des Associations de Familles de Traumatisés Crâniens. Association Loi 1901 reconnue d intérêt général UNAFTC Union Nationale des Associations de Familles de Traumatisés Crâniens Association Loi 1901 reconnue d intérêt général 32 rue de la Colonie 75013 Paris Tél. : 01 53 80 66 03 secretariat@traumacranien.org

Plus en détail

Syndrome de l enfant secoué: séquelles. Brigitte Chabrol, Emilie Caietta Service de Neurologie Pédiatrique, Hôpital d enfants, CHU Timone, Marseille

Syndrome de l enfant secoué: séquelles. Brigitte Chabrol, Emilie Caietta Service de Neurologie Pédiatrique, Hôpital d enfants, CHU Timone, Marseille Syndrome de l enfant secoué: séquelles Brigitte Chabrol, Emilie Caietta Service de Neurologie Pédiatrique, Hôpital d enfants, CHU Timone, Marseille Physiopathologie Traumatisme crânien TC chez l adulte

Plus en détail

De la clinique à la neuropsychologie et la neuroanatomie de l alcoolol H. Beaunieux

De la clinique à la neuropsychologie et la neuroanatomie de l alcoolol H. Beaunieux De la clinique à la neuropsychologie et la neuroanatomie de l alcoolol alcoolo-dépendance H. Beaunieux L alcoolodépendance ATROPHIE GRISE p

Plus en détail

Mild Cognitive Impairment (MCI) ou Déficit Cognitif Léger

Mild Cognitive Impairment (MCI) ou Déficit Cognitif Léger Mild Cognitive Impairment (MCI) ou Déficit Cognitif Léger Réunion du 19/11/2010 Équipe de Neuropsychologie Service de Neurologie CHU Rouen CHU_ Hôpitaux de Rouen - page 1 Historique du MCI 1837 : Pritchard

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

LA DEMENCE ALCOOLIQUE

LA DEMENCE ALCOOLIQUE LA DEMENCE ALCOOLIQUE CLINIQUE 1 ère description par Cutting 1978. La démence alcoolique est alors décrite comme étant une détérioration intellectuelle globale, sans particularité nette, qui se développe

Plus en détail

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007

Les mécanismes de la récupération neurologique. PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Les mécanismes de la récupération neurologique PPradat-Diehl DU de Rehabilitation neuropsychologique 2007 Introduction Plasticité cérébrale / Récupération après lésion cérébrale Récupération spontanée

Plus en détail

SYNDROME DE KORSAKOFF

SYNDROME DE KORSAKOFF SYNDROME DE KORSAKOFF Carol AUBIER-GIRARD REMERCIEMENTS A Helene BEAUNIEUX Anne Lise PITEL Francis Eustache Et toute l équipe de l unité de recherche U923 de Caen ETUDE DE CAS MR D Homme de 58 ans droitier

Plus en détail

SYNDROMES DEMENTIELS : IMPLICATIONS POUR LA PRATIQUE VÉRONIQUE CRESSOT PÔLE DE GÉRONTOLOGIE CLINIQUE CHU DE BORDEAUX

SYNDROMES DEMENTIELS : IMPLICATIONS POUR LA PRATIQUE VÉRONIQUE CRESSOT PÔLE DE GÉRONTOLOGIE CLINIQUE CHU DE BORDEAUX SYNDROMES DEMENTIELS : IMPLICATIONS POUR LA PRATIQUE VÉRONIQUE CRESSOT PÔLE DE GÉRONTOLOGIE CLINIQUE CHU DE BORDEAUX 1 LES DEMENCES : GÉNERALITÉS Démences vieillissement normal Vieillissement normal :

Plus en détail

Patient 2. D. Pouliquen, Psychologue L. Guyant-Maréchal, Neurologue CMRR, CHU de Rouen.

Patient 2. D. Pouliquen, Psychologue L. Guyant-Maréchal, Neurologue CMRR, CHU de Rouen. Patient 2 D. Pouliquen, Psychologue L. Guyant-Maréchal, Neurologue CMRR, CHU de Rouen http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Réunion CMRR du 15/11/2012 Présentation du cas 45 ans, niveau D Hospitalisation

Plus en détail

Commotions Cérébrales dans les sports de combat de contact

Commotions Cérébrales dans les sports de combat de contact Commotions Cérébrales dans les sports de combat de contact Elaboration de mesures de prévention André Monroche Médecin coordonnateur CSF2C - CFAMSC monroche@sport-medical.org 300 000 commotions par an

Plus en détail

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral

Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique Beauséjour, Michel Pépin, Isabelle Gélinas, et Michelle McKerral Le traumatisme cranio-cérébral léger chez les personnes âgées : impact sur les processus mnésiques et exécutifs - Mise en relation avec les habitudes de vie Sophie Blanchet, Frédéric Bolduc, Véronique

Plus en détail

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances

Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Aspect clinique de la dépendance : exemple de l alcool, des drogues et des pharmacodépendances Mickaël NAASSILA UPJ V, directeur du GRAP, INSERM SOMMAIRE I. PRISE AIGUË ET CONSOMMATION CHRONIQUE II. LES

Plus en détail

Journée e suisse de solidarité

Journée e suisse de solidarité Aînés s et problèmes d alcoold Journée e suisse de solidarité 17 novembre 2005 Dr Richard BEAUVERD HUG Policliniques de gériatrieg Département de Médecine M Communautaire Epidémiologie Dans le futur, avec

Plus en détail

LE CENTRE PSYCHIATRIQUE SAINT-MARTIN. 483 patients et 493 collaborateurs

LE CENTRE PSYCHIATRIQUE SAINT-MARTIN. 483 patients et 493 collaborateurs LE CENTRE PSYCHIATRIQUE SAINT-MARTIN 483 patients et 493 collaborateurs REVIVO B Service de diagnostic, évaluation, revalidation et stabilisation des troubles neurocognitifs et comportementaux liés à une

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

TROUBLES DU LANGAGE ET DE LA COMMUNICATION DES TRAUMATISES CRÂNIENS

TROUBLES DU LANGAGE ET DE LA COMMUNICATION DES TRAUMATISES CRÂNIENS TROUBLES DU LANGAGE ET DE LA COMMUNICATION DES TRAUMATISES CRÂNIENS Voix, parole: effecteurs de l expression orale Langage: Fonction cognitive et symbolique Communication: comportement Phase précoce, éveil

Plus en détail

Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans

Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans Enoncé Suspicion de maladie d Alzheimer chez une femme de 75 ans Vous recevez en consultation Mme D., âgée de 75 ans, accompagnée de son fils. Celui-ci vous explique qu il craint que sa mère n ait la maladie

Plus en détail

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...

Introduction... 9. N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause... Sommaire Introduction... 9 N 86. Trouble aigu de la parole. Dysphonie... 11 Caractériser le trouble du langage...12 Déterminer la cause...14 N 89. Déficit neurologique récent (voir item 335)... 15 Caractériser

Plus en détail

Les syndromes démentiels chez le sujet âgé. Dr Ch. Arbus CHU Purpan

Les syndromes démentiels chez le sujet âgé. Dr Ch. Arbus CHU Purpan Les syndromes démentiels chez le sujet âgé Dr Ch. Arbus CHU Purpan Modifications neuro-psychologiques liées au vieillissement (1)! Modifications macroscopiques " Atrophie corticale! Modifications histologiques

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES

PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PRISE EN CHARGE INITIALE DES CEPHALEES AU SERVICE DES URGENCES SITE D ETAMPES PR-ULI-URG-PEC-N 108 Version n 1 Crée le 01-02-2011 DIFFUSION : Urgences site d Etampes OBJET ET DEFINITIONS Organiser et protocoliser

Plus en détail

Les démences fronto-temporales (DFT) Critères diagnostiques cliniques

Les démences fronto-temporales (DFT) Critères diagnostiques cliniques Les démences fronto-temporales (DFT) Critères diagnostiques cliniques Conférence de consensus de 1998 (Neary et al., Frontotemporal lobar degeneration: A consensus on clinical diagnostic criteria, Neurology

Plus en détail

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY

Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY Peut-on reconnaître une tumeur de bas-grade en imagerie conventionnelle? S. Foscolo, L. Taillandier, E. Schmitt, A.S. Rivierre, S. Bracard, CHU NANCY A quoi sert l imagerie conventionnelle dans le diagnostic

Plus en détail

Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide

Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide Les pertes de mémoire chez les patients âgés déments: caractéristiques et propositions d aide Professeur Eric Salmon Centre de la Mémoire (www.cmchuliege.be) Service de Neurologie CHU de Liège Démence:

Plus en détail

La migraine. Dr A. Bahmani Service de neurologie CHU Oran

La migraine. Dr A. Bahmani Service de neurologie CHU Oran La migraine Dr A. Bahmani Service de neurologie CHU Oran plan Introduction Epidémiologie Physiopathologie Clinique Migraine sans aura (MSA) Migraine avec aura (MA) Autres types de migraine Complications

Plus en détail

Table des matières. Connaissances. I. Orientation diagnostique devant

Table des matières. Connaissances. I. Orientation diagnostique devant Avant-propos à la troisième édition................................................ Avant-propos à la deuxième édition................................................ Les auteurs...................................................................

Plus en détail

Troubles cognitifs consécutifs à un arrêt cardiaque extra-hospitalier

Troubles cognitifs consécutifs à un arrêt cardiaque extra-hospitalier Troubles cognitifs consécutifs à un arrêt cardiaque extra-hospitalier Évaluation dans un service de MPR à orientation neurologique Christine PICQ Pascale BRUGUIERE, Elsa CARON, Anne PESKINE, Pascale PRADAT-DIEHL

Plus en détail

Démence alcoolique à propos de cas cliniques

Démence alcoolique à propos de cas cliniques Démence alcoolique à propos de cas cliniques Journée Alois Ph. Nubukpo Limoges le 31/05/2011 Introduction L alcoolisme est La plus fréquente des addictions du sujet âgé (Griner-Abraham et Bodenez, 2007)

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

LE MALADE DÉPENDANT Addictions : alcoolisme, toxicomanie, troubles du comportement alimentaire

LE MALADE DÉPENDANT Addictions : alcoolisme, toxicomanie, troubles du comportement alimentaire LE MALADE DÉPENDANT Addictions : alcoolisme, toxicomanie, troubles du comportement alimentaire Pr Jean Louis Senon, Dr Nemat Jaafari Dr Christelle Paillard, Dr Mélanie Voyer Faculté de Médecine Addictions

Plus en détail

Les démences. Critères neurologiques, neuropsychologiques

Les démences. Critères neurologiques, neuropsychologiques Les démences La maladie d Alzheimer Définition i i / classification i Prévalence Critères neurologiques, neuropsychologiques Démence définition DSM IV Affaiblissement intellectuel progressif et irréversible

Plus en détail

Comment explorer la mémoire en pratique clinique?

Comment explorer la mémoire en pratique clinique? Comment explorer la mémoire en pratique clinique? Stéphane Epelbaum Centre des Maladies Cognitives et Comportementales Institut de la mémoire et de la maladie d Alzheimer UPMC / CRICM Inserm UMR S 975

Plus en détail

Maladies Neuro dégénératives : de la sémiologie aux hypothèses diagnostiques. Dr RIVIERE Ch., Hôpital de Fourvière. FMC, Mai 2013.

Maladies Neuro dégénératives : de la sémiologie aux hypothèses diagnostiques. Dr RIVIERE Ch., Hôpital de Fourvière. FMC, Mai 2013. Maladies Neuro dégénératives : de la sémiologie aux hypothèses diagnostiques. Dr RIVIERE Ch., Hôpital de Fourvière. FMC, Mai 2013. Introduction : Quels repères anatomopathologiques en 2013? Les fondamentaux

Plus en détail

U N A F T C. Synthèse de la définition du handicap cognitif 1

U N A F T C. Synthèse de la définition du handicap cognitif 1 32 rue de la Colonie 75013 PARIS Tél : 01 53 80 66 03 Fax : 0153 80 66 04 Email : secretariat@traumacranien.org site internet : www.traumacranien.org U N A F T C U n i on N ationale d es A s s ociations

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES ANNEXE IX

OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES ANNEXE IX OBJECTIFS SPÉCIFIQUES DE LA SCLÉROSE EN PLAQUES ANNEXE IX ANNEXE 9 Objectifs spécifiques du stage en Clinique spécialisée : Sclérose en plaques Programme de neurologie Université de Montréal Au terme de

Plus en détail

Troubles du comportement alimentaire

Troubles du comportement alimentaire Troubles du comportement alimentaire DEFINITION Le DSM-IV est le Diagnostic and Statistical Manual, un outil de classification des troubles mentaux, créé par l'association américaine de psychiatrie. Ce

Plus en détail

LES DEMENCES NON ALZHEIMER

LES DEMENCES NON ALZHEIMER LES DEMENCES NON ALZHEIMER Maladie des corps de Lewy diffus Dégénérescences fronto-temporales Démences vasculaires O SAINT JEAN MA Huntington PSP Démences corticales Démences sous-corticales MdPI? DCL

Plus en détail

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 Le Patient Trisomique Vieillissant Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 L amélioration des connaissances médicales et des techniques chirurgicales

Plus en détail

SANTE PUBLIQUE Alcoolisme

SANTE PUBLIQUE Alcoolisme SANTE PUBLIQUE Alcoolisme Cours du 5 décembre 2005 Marine Giard Plan L image de la consommation Epidémiologie Consommation d alcool Conséquences socio-économiques Définition Classifications typologiques

Plus en détail

Epilepsie. Catherine Lamy Service de neurologie Hôpital Sainte-Anne, Paris

Epilepsie. Catherine Lamy Service de neurologie Hôpital Sainte-Anne, Paris Epilepsie Catherine Lamy Service de neurologie Hôpital Sainte-Anne, Paris DU prise en charge des situations d urgence médico-chirurgicales Paris, novembre 2013 Les crises: un symptôme L épilepsie: une

Plus en détail

Enfance en difficulté : Glossaire

Enfance en difficulté : Glossaire Enfance en difficulté : Glossaire Objectifs Vous fournir les définitions des termes relatifs à l enfance en difficulté qui sont utilisés dans le système de l Éducation en Ontario. Anomalie Une anomalie

Plus en détail

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans)

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Recommandations pour la pratique clinique Septembre 2004 (ANAES) CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Définition

Plus en détail

ANESTHESIE DU PATIENT ALCOOLIQUE. Dr Céline TRIBOULET-BEAU SAR III, Hôpital Saint André CHU Bordeaux DES Anesthésie-Réanimation, 04\10\06

ANESTHESIE DU PATIENT ALCOOLIQUE. Dr Céline TRIBOULET-BEAU SAR III, Hôpital Saint André CHU Bordeaux DES Anesthésie-Réanimation, 04\10\06 ANESTHESIE DU PATIENT ALCOOLIQUE Dr Céline TRIBOULET-BEAU SAR III, Hôpital Saint André CHU Bordeaux DES Anesthésie-Réanimation, 04\10\06 Anesthésie et alcoolisme INTRODUCTION RETENTISSEMENT PHYSIOLOGIQUE

Plus en détail

Vivre avec le syndrome de Korsakoff

Vivre avec le syndrome de Korsakoff Vivre avec le syndrome de Korsakoff Informations à l usage du patient et de son entourage Mai 2006 Editeurs Responsables : Francis PITZ et Benoît LECOMTE Rue saint-hubert, 84 5100 Dave 1 Ce fascicule a

Plus en détail

Ictus amnésique: l IRM au bon moment!

Ictus amnésique: l IRM au bon moment! Ictus amnésique: l IRM au bon moment! M. Lahutte-Auboin, E. Pons, B. Ba, L. Valbousquet, A. Frison-Roche, P. Calcina. Service de Radiologie H.I.A. du Val-de-Grâce PARIS INTRODUCTION Patient âgé de 57 ans

Plus en détail

Migraine de l enfant

Migraine de l enfant Migraine de l enfant Aura migraineuse chez l enfant et l adolescent Prévalence Prévalence de la migraine accrue avec l adolescence avec 3 femmes/1 homme La migraine: des chiffres de prévalence bien établis

Plus en détail

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA

Annexe II. Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA Annexe II Conclusions scientifiques et motifs de la suspension des autorisations de mise sur le marché, présentés par l EMA 5 Conclusions scientifiques Résumé général de l évaluation scientifique des médicaments

Plus en détail

Troubles Cognitifs et Démences : Dépistage et Evaluation

Troubles Cognitifs et Démences : Dépistage et Evaluation Séminaire de Capacité de GériatrieG Troubles Cognitifs et Démences : Dépistage et Evaluation Claire LEISSING-DESPREZ Psychologue-Neuropsychologue Centre Hospitalier Émile Roux Assistance Publique Hôpitaux

Plus en détail

Dr Bernard Croisile Service de Neuropsychologie CMRR de Lyon

Dr Bernard Croisile Service de Neuropsychologie CMRR de Lyon Troubles psychiatriques et pathologies neurodégénératives. Comment porter le diagnostic neuropsychologique d une pathologie neurodégénérative en cas de troubles psychiatriques? Dr Bernard Croisile Service

Plus en détail

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus

Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus Les effets de l alcool sur l embryon et le fœtus I/ L alcool, ennemi du fœtus p2 II/ Les dommages causés par l alcool sur l embryon et le fœtus III/ L atteinte du système nerveux IV/ Les structures cérébrales

Plus en détail

EVALUATION NEUROPSYCHOLOGIQUE ILLUSTRE PAR 4 CAS CLINIQUES CHEZ L ENFANT OU L ADOLESCENT

EVALUATION NEUROPSYCHOLOGIQUE ILLUSTRE PAR 4 CAS CLINIQUES CHEZ L ENFANT OU L ADOLESCENT Sommaire INTRODUCTION 1. Objectifs cliniques de l évaluation neuropsychologique 2. Anamnèse et démarche hypothéticodéductive 3. Utilisation d un test cognitif : aspects psychométriques 4. Choix des tests

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

SENSIBILISATION ALCOOL

SENSIBILISATION ALCOOL SENSIBILISATION ALCOOL PLACE DE L ALCOOL DANS L HISTOIRE DANS LA RELIGION DANS LA GASTRONOMIE DANS LA CULTURE DANS L ECONOMIE LA CONSOMMATION D ALCOOL DES FRANCAIS 14 % des Français sont des consommateurs

Plus en détail

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E

Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Complications neuro-vasculaires et AVC du Diabétique D R G I L J M H I A L A V E R A N, M A R S E I L L E Généralités 20% de diabétiques parmi les AVC x 2 à lui seul le risque d AVC Encore plus chez les

Plus en détail

Ministère de l enseignement supérieur, ***** Université de Sfax ***** Faculté de Médecine de Sfax. Mastère Professionnel en Médecine EPILEPTOLOGIE

Ministère de l enseignement supérieur, ***** Université de Sfax ***** Faculté de Médecine de Sfax. Mastère Professionnel en Médecine EPILEPTOLOGIE Ministère de l enseignement supérieur, ***** Université de Sfax ***** Faculté de Médecine de Sfax Mastère Professionnel en Médecine EPILEPTOLOGIE Objectifs, organisation et programmes *********************

Plus en détail

Olivier d Arripe neuropsychologue

Olivier d Arripe neuropsychologue Les séquelles cognitives consécutives aux atteintes cérébrales chez les patients alcoolo dépendants Qu est qu une fonction cognitive? Quel vécu au quotidien? Olivier d Arripe neuropsychologue Différents

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques

Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques Myélites au cours de vascularites: aspects neuroradiologiques Zaghouani.H, Braham.R Service d imagerie médicale CHU Fattouma Bourguiba Monastir-Tunisie Pr. Hulusi Behçet en 1937 INTRODUCTION *La myélite

Plus en détail

Annexe 12. Recommandations pour le codage des séjours MCO des accidents vasculaires cérébraux (Groupe codage du COTRIM Ile de France, juin 2006)

Annexe 12. Recommandations pour le codage des séjours MCO des accidents vasculaires cérébraux (Groupe codage du COTRIM Ile de France, juin 2006) Annexe 12 Recommandations pour le codage des séjours MCO des accidents vasculaires cérébraux (Groupe codage du COTRIM Ile de France, juin 2006) A91 Recommandations pour le codage des séjours MCO des accidents

Plus en détail

SYNDROME DE SEVRAGE ALCOOLIQUE. Diane PAUL IMG 2eme Semestre 18/06/15

SYNDROME DE SEVRAGE ALCOOLIQUE. Diane PAUL IMG 2eme Semestre 18/06/15 SYNDROME DE SEVRAGE ALCOOLIQUE Diane PAUL IMG 2eme Semestre 18/06/15 CAS CLINIQUE Patient de 37 ans amené par les pompiers pour syndrome confusionnel aigu avec hallucinations associés à une crise convulsive

Plus en détail

Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie?

Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie? Accident Ischémique Transitoire (AIT): Quoi de neuf en imagerie? C Rodriguez-Régent¹, C Oppenheim¹, M Tisserand¹, D Calvet², AD Devauchelle¹, X Leclerc³, E Touzé², JP Pruvo³, JF Méder¹. ¹ Service de neuroradiologie,

Plus en détail

Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre

Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre Conduite à tenir devant des Troubles de l équilibre Pr. Kissani, Dr. Lohab Faculté de médecine,université Cadi Ayyad; Marrakech. Vous donner le vertige 1 Définition Le vertige est une sensation de déplacement

Plus en détail

Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie

Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie Risque de récidive et prévention - Prise en charge de l épilepsie Pr Mathieu ZUBER Service de Neurologie et NeuroVasculaire Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph Université Paris Descartes Plan Risque

Plus en détail

Les malades jeunes. Marion Paulin

Les malades jeunes. Marion Paulin Les malades jeunes Marion Paulin Définitions Internationale : malades jeunes = moins de 65 ans En France = moins de 60 ans (barrière d âge pour les services et prestations) Prévalence de la maladie d Alzheimer

Plus en détail

Hébergement des personnes atteintes de maladie Alzheimer (ou apparentée) de moins de 60 ans

Hébergement des personnes atteintes de maladie Alzheimer (ou apparentée) de moins de 60 ans Formation Participative Hébergement des personnes atteintes de maladie Alzheimer (ou apparentée) de moins de 60 ans Florence Pasquier, Florence Lebert Hébergement des malades jeunes Mesure 18 confiée au

Plus en détail

Dossier médico-social en ligne

Dossier médico-social en ligne Réseau d Aide au diagnostic, à la Prise en charge des Détériorations cognitives et de Maladies neurologiques chroniques en Franche-Comté et au niveau National Dossier médico-social en ligne Une équité

Plus en détail

Risque de récidive et prévention Prise en charge de l épilepsie

Risque de récidive et prévention Prise en charge de l épilepsie Risque de récidive et prévention Prise en charge de l épilepsie Pr Mathieu ZUBER Service de Neurologie et NeuroVasculaire Groupe Hospitalier Paris Saint-Joseph Université Paris Descartes Plan Risque de

Plus en détail