Le mélanome : un cancer de la peau en constante augmentation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le mélanome : un cancer de la peau en constante augmentation"

Transcription

1 Le mélanome : un cancer de la peau en constante augmentation Introduction On diagnostique chaque année en France plus de nouveaux cas de mélanome. Traité à temps, ce cancer de la peau peut généralement être guéri, d où l importance du dépistage. Mais quand il est découvert à un stade avancé de la maladie, comme c est actuellement le cas 1 fois sur 4, l espérance de vie n est en moyenne que de quelques mois. 1 Les principaux facteurs de risque du mélanome sont depuis longtemps clairement identifiés : exposition excessive aux UV, en particulier pour les peaux claires ; présence d un nombre élevé de grains de beauté (nævi) ; antécédents personnels ou familiaux Une surveillance accrue de ces profils permet aux médecins de diagnostiquer à temps une éventuelle lésion cancéreuse. Et ainsi d assurer au patient les meilleures chances de guérison. Mais en ce qui concerne le traitement de la maladie à un stade avancé, les options thérapeutiques étaient jusqu à présent très restreintes. Après plus de cinquante ans sans avancées, de nouvelles stratégies thérapeutiques ont été développées pour la prise en charge des mélanomes métastatiques : l'immunothérapie avec une stimulation du système immunitaire du malade Les thérapies ciblées dirigées sur une anomalie impliquée dans le développement du cancer : ex : la mutation du gène BRAF. Environ la moitié des patients atteints de mélanome présentent cette mutation du gène BRAF et auraient un pronostic plus mauvais que ceux n ayant pas de mutation Chiffres clés Fréquence Avec environ nouveaux cas estimés en France en 2011 dont 25% au stade avancé (III et IV), le mélanome se situe au neuvième rang des cancers, tous sexes confondus. 3 Plus fréquent chez les femmes que les hommes, le mélanome présente la plus forte augmentation d incidence parmi tous les cancers : dans le monde, le nombre de nouveaux cas augmente de 10% depuis 50 ans. En France, le nombre de nouveau cas a plus que triplé entre 1980 et 2005, probablement en raison de l évolution des habitudes d exposition au soleil au cours des quatre dernières décennies. 4 Les tendances récentes suggèrent toutefois que son incidence pourrait avoir atteint un pic. Son taux de mortalité (standardisé monde) était estimé en 2010 à 1,6 pour hommes et 1,0 pour femmes. 5 En France, le nombre de décès est estimé à décès en INCa Mélanomes de la peau. 2 Houben r et al. Constitutive activation of the Ras-Raf signaling pathway in metastatic melanoma is associated with poor prognosis. J Carcinog. 2004;3:6 3 INCA, Fiche repère : état des connaissances en date du 07 novembre La situation du cancer en France en Collection Rapports et synthèses, ouvrage collectif édité par l INCa, octobre GLOBOCAN report 2009 : Cancer Incidence and Mortality Worlwilde in /5

2 Âge moyen du diagnostic Près de 3 cas de mélanome sur 4 sont diagnostiqués au-delà de 49 ans. En 2005, l âge moyen au diagnostic était de 58 ans chez la femme et 60 ans chez l homme. 6 Pronostics La survie relative globale en France s élève à 96% à 1 an et 87% à 5 ans. Mais le taux de survie à 5 ans est variable selon le stade. Quand le mélanome est localisé, il est de 98% au stade I et de 88% au stade II. Aux stades métastatiques, il chute en-dessous des 20%. Le mélanome reste alors associé à une survie médiane très faible : 6,2 mois sous traitement pour les patients au stade IV Développement d un mélanome Il existe deux grandes familles de tumeurs malignes de la peau : les carcinomes et les mélanomes. Si ces derniers représentent une minorité des cancers de la peau (10%), ce sont les plus dangereux. 6 Le mélanome est une maladie des cellules de la peau appelées mélanocytes. Il se développe à partir d'une cellule initialement normale qui se transforme et se multiplie de façon anarchique pour former une tumeur maligne. Lorsque des cellules cancéreuses apparaissent, elles sont d'abord peu nombreuses et limitées à la surface de la peau. Tant que la tumeur se situe au sein de l'épiderme, on parle de mélanome in situ. Si le mélanome est détecté et enlevé à ce stade, il n'y a pas de risque d'évolution métastatique. Mais si aucun traitement n est effectué, dans la majorité des cas la tumeur se développe d abord horizontalement puis progresse en profondeur à travers le derme et l'hypoderme. Des cellules cancéreuses peuvent ensuite s en détacher et emprunter les vaisseaux sanguins ou les vaisseaux lymphatiques pour aller envahir d'autres parties du corps où elles vont former des métastases. 6 Ecancer. La situation du cancer en France. Novembre /5

3 Les mélanocytes étant essentiellement présents dans la peau, les mélanomes sont 9 fois sur 10 cutanés. Mais ils peuvent également se développer au niveau de l œil et dans les muqueuses de la bouche, du nez, des sinus, du rectum ou des organes génitaux. Le phototype est la qualité de la réponse d'une personne à l'action des rayons du soleil. Il existe 6 phototypes : Phototype I : peau laiteuse (rousse), brûle toujours, ne bronze jamais, très nombreuses taches de rousseur. Phototype II : peau claire, brûle toujours, acquiert parfois un léger hâle, nombreuses taches de rousseur. Phototype III : peau claire à mate, brûle parfois, bronze toujours (bronzage moyen), quelques taches de rousseur. Phototype IV : peau mate, ne brûle jamais, bronze toujours (bronzage foncé), pas de taches de rousseur. Phototype V : peau brune, ne brûle jamais, bronze toujours (bronzage très foncé), pas de tache de rousseur. Phototype VI : peau noire, ne brûle jamais, pas de tache de On distingue quatre principaux types de mélanome de la peau : Le mélanome superficiel extensif 7 C est le plus fréquent des mélanomes de la peau (70 à 80%). Il est lié à des coups de soleil importants dans le passé, en particulier au cours de l'enfance et chez les personnes dont la peau est sensible au soleil (phototypes I et II). Il se présente sous la forme d'une tache irrégulière brune ou noire qui change lentement d aspect sur une période de un à cinq ans avant d évoluer rapidement. Le mélanome superficiel extensif apparaît le plus fréquemment sur le cou et la partie supérieure du tronc chez l homme. Chez la femme, on le retrouve surtout sur la partie inférieure des jambes. Le mélanome de Dubreuilh 8 Il représente 5 à 10% des mélanomes de la peau et se manifeste le plus souvent chez les personnes âgées de plus de 50 ans. On parle aussi de mélanome de type lentigo malin ou de mélanome solaire car il est lié à des expositions répétées aux UV. Cela explique qu il apparaisse le plus souvent au niveau du visage mais aussi sur le cou ou les mains, sous la forme d une tache brune plus ou moins foncée. Le mélanome acro-lentigineux 8 Il siège sur la paume des mains (mélanome palmaire), la plante des pieds (mélanome plantaire) ou sous les ongles (mélanome sousunguéal). On l appelle d ailleurs aussi mélanome des extrémités. Il n est pas lié à une surexposition aux UV. Il se manifeste le plus 7 3/5

4 souvent chez les personnes qui ont la peau foncée (phototypes V-VI). Chez les personnes à peau blanche, il ne représente que 5% des mélanomes cutanés. En Afrique et en Asie, où l incidence du mélanome UV-dépendant est faible du fait de la pigmentation de la peau, il représente la grande majorité des mélanomes. Apparaissant habituellement sous la forme d'une lésion foncée plane puis sous forme de nodules, il est parfois de la couleur de la peau et peut être confondu avec un durillon ou une verrue plantaire. Le mélanome nodulaire 8 C est le type de mélanome dont la croissance est la plus rapide. Il représente 4 à 18 % des mélanomes de la peau. Contrairement aux autres types de mélanome qui commencent à s étendre horizontalement, le mélanome nodulaire s étend rapidement en profondeur dans les couches de la peau. Se manifestant habituellement sous la forme d une surélévation de l épiderme de la même couleur que la peau ou plus foncée, le mélanome nodulaire peut atteindre toutes les régions, y compris celles non exposées au soleil. Mais on le retrouve le plus fréquemment sur la tête, le cuir chevelu, le cou et le tronc Reconnaître un mélanome Les signes qui doivent alerter sont : Une modification de forme : les contours s élargissent et/ou deviennent irréguliers ; Un mélanome cutané se manifeste par une petite tache pigmentée ressemblant à un grain de beauté normal et se modifiant rapidement. Le plus souvent (70-80% des cas), cette tâche est apparue récemment. Plus rarement, elle correspond à un nævus existant qui est en train de dégénérer. Une modification de couleur : les taches Attention, il existe également des signes particuliers en sont de couleur brun foncé ou noir et fonction de la localisation de la tumeur. comportent souvent plus de deux teintes ; Ainsi, le principal symptôme d un mélanome se développant sous un ongle est une bande brune ou noire dans le sens de la longueur. Cette bande s élargit lentement et ne disparaît pas comme le ferait un hématome. Une zone très colorée peut également se développer sur la peau près de l ongle. Ces différents signes ne signifient pas obligatoirement qu il s agit d un mélanome. Mais si c est le cas, il est important de le détecter le plus tôt possible. Voilà pourquoi il est recommandé de faire examiner ses grains de beauté une fois par an et de demander un avis médical dès que l on repère une anomalie. 4/5

5 En présence d'une lésion suspecte de la peau, le médecin enlèvera la lésion et l adressera pour examen anatomopathologique. Une fois le diagnostic confirmé, le médecin déterminera son stade (I, II, III ou IV) pour élaborer un plan de traitement Les personnes à risque La présence d un ou plusieurs de ces facteurs de risque nécessite la mise en place d une surveillance régulière afin de repérer au plus tôt les premiers signes de mélanome : - Exposition au soleil et aux UV artificiels, notamment pendant l enfance ; - Peau claire, de phototype I et II ; - Présence d au moins 50 naevi mesurant plus de 2 mm ; - Antécédents personnels ou familiaux de mélanome ; - Prise de traitements immunosuppresseurs ; - Certaines maladies génétiques telles que le xeroderma pigmentosum 5/5

Un été de prévention et de sensibilisation au cancer de la peau

Un été de prévention et de sensibilisation au cancer de la peau Un été de prévention gustaveroussy.fr Suivez-nous sur ET VOUS, COMBIEN DE GRAINS DE BEAUTÉ AVEZ-VOUS DANS LE DOS? QU EST-CE QUE LE MÉLANOME? Le mélanome est une tumeur de la peau de l adulte (rare chez

Plus en détail

bronzer oui... mais se protéger!

bronzer oui... mais se protéger! du grain de beauté au mélanome! Le grain de beauté est une tache pigmentée qui apparaît sur la peau dans l enfance. Il est développé à partir de mélanocytes. Chez l adulte on retrouve environ une vingtaine

Plus en détail

Prévention et détection du MÉLANOME. Réseau mélanome Canada. Soyez vigilants. Soyez bien informés

Prévention et détection du MÉLANOME. Réseau mélanome Canada. Soyez vigilants. Soyez bien informés Prévention et détection du MÉLANOME Réseau mélanome Canada Soyez vigilants. Soyez bien informés Qu est-ce que le mélanome? Le mélanome est un cancer de la peau très grave. Il s agit d un cancer des mélanocytes

Plus en détail

Le cancer de la peau. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Le cancer de la peau. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la peau Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Le cancer de la peau Les cancers de la peau se présentent sous diverses formes.

Plus en détail

Soleil et peau. UV, vieillissement & cancers cutanés. Syndicat National des Dermato-Vénéréologues avec le soutien des Laboratoires La Roche-Posay

Soleil et peau. UV, vieillissement & cancers cutanés. Syndicat National des Dermato-Vénéréologues avec le soutien des Laboratoires La Roche-Posay Soleil et peau UV, vieillissement & cancers cutanés L exposition solaire : définition Toutes les façons de recevoir les rayons du soleil sur sa peau. Pour les patients "s'exposer au soleil" = bronzage

Plus en détail

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers

Mars bleu. Dossier de presse. contre le Cancer colorectal! Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Mars bleu Dossier de presse Ensemble mobilisons nous contre le Cancer colorectal! ADOC 11 Association pour le Dépistage Organisé des Cancers Un dépistage organisé Le principe du dépistage est de détecter

Plus en détail

Initiative pour l'information sur les cancers fémmes

Initiative pour l'information sur les cancers fémmes Initiative pour l'information sur les cancers fémmes Coordonné par l Institut europeén de la santé des femmes www.eurohealth.ie Cancer et Génétique Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOLAIRE ÉVALUEZ VOTRE SENSIBILITÉ ET VOTRE RISQUE AU SOLEIL! INSTITUT FRANÇAIS SOLEIL & SANTÉ. www.ifss.fr

DIAGNOSTIC SOLAIRE ÉVALUEZ VOTRE SENSIBILITÉ ET VOTRE RISQUE AU SOLEIL! INSTITUT FRANÇAIS SOLEIL & SANTÉ. www.ifss.fr DIAGNOSTIC SOLAIRE ÉVALUEZ VOTRE SENSIBILITÉ ET VOTRE RISQUE AU SOLEIL! Association de médecins, de scientifiques et de spécialistes des UV, l Institut Français Soleil & Santé (IFSS) a pour vocation de

Plus en détail

Le cancer colorectal et son dépistage

Le cancer colorectal et son dépistage Qu est-ce-que c est? Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. La majorité des cancers colorectaux

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE

STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE STRATÉGIE DE DIAGNOSTIC PRÉCOCE DU MÉLANOME RECOMMANDATION EN SANTÉ PUBLIQUE Service évaluation médico-économique et santé publique Octobre 2006 SYNTHÈSE ET PERSPECTIVES État de la question Le mélanome

Plus en détail

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires.

Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Le carcinome mammaire chez l'homme est exceptionnel, représentant environ 1 % de l'ensemble des cancers mammaires. Environ 300 hommes par an sont diagnostiqués comme ayant un cancer du sein. L'âge moyen

Plus en détail

Diagnotic différentiel

Diagnotic différentiel CEC Labial Lésion ulcérée plus ou moins infiltrante, saignotante persistante: biopsie+++ 90% de cancers de la lèvre Plus fréquent sur la lèvre inférieure H>F Après 60 ans 2 étiologies Chéliite actinique

Plus en détail

Prévention et diagnostic précoce des cancers de la peau

Prévention et diagnostic précoce des cancers de la peau 1 Prévention et diagnostic précoce des cancers de la peau Ce sont les cancers les plus fréquents, mais aussi les plus guérissables s ils sont détectés et traités assez tôt. Il en existe deux formes principales

Plus en détail

RISQUES SOLAIRES CE QU IL FAUT SAVOIR POUR QUE LE SOLEIL RESTE UN PLAISIR

RISQUES SOLAIRES CE QU IL FAUT SAVOIR POUR QUE LE SOLEIL RESTE UN PLAISIR RISQUES SOLAIRES CE QU IL FAUT SAVOIR POUR QUE LE SOLEIL RESTE UN PLAISIR PROFITEZ DU SOLEIL EN TOUTE SÉCURITÉ Nous profi tons tous du soleil et en connaissons ses bienfaits : il dope le moral et favorise

Plus en détail

Épidémiologie du cancer du sein en Algérie.

Épidémiologie du cancer du sein en Algérie. Épidémiologie du cancer du sein en Algérie. Mahnane A. Hamdi Cherif M. Registre du Cancer de Sétif. Laboratoire Santé Environnement des Hauts Plateaux Sétifiens. INTRODUCTION Le cancer du sein est le cancer

Plus en détail

Facteurs de retard au diagnostic. du mélanome cutané

Facteurs de retard au diagnostic. du mélanome cutané Rapport d orientation sur les facteurs de retard au diagnostic du Mélanome cutané RAPPORT D ORIENTATION Facteurs de retard au diagnostic du mélanome cutané Juillet 2012 SYNTHESE Ce rapport d orientation

Plus en détail

CANCER DE LA PEAU NON MÉLANOME

CANCER DE LA PEAU NON MÉLANOME CANCER DE LA PEAU NON MÉLANOME Carcinome spinocellulaire Carcinome basocellulaire Kératose actinique Cette brochure a été réalisée avec l'aimable contribution des Docteurs Jean-Michel AMICI et Rafat MESSIKH,

Plus en détail

Qu est-ce que le cancer?

Qu est-ce que le cancer? Qu est-ce que le cancer? Pierre-Hugues Fortier Oto-Rhino-Laryngologie Oncologie Cervico-Faciale 3 avril 2012 Le cancer Au Québec 100 nouveaux cas par jour 50 morts par jour A travers le monde 1 nouveau

Plus en détail

Docteur Brigitte Seradour

Docteur Brigitte Seradour Dépistage du cancer du sein Docteur Brigitte Seradour Pourquoi dépister le cancer du sein? (Selon 10 principes OMS) Il s agit d une maladie grave, fréquente, détectable (phase latente) L examen de dépistage

Plus en détail

Les ondes. Chapitre V : Rayonnements électromagnétique

Les ondes. Chapitre V : Rayonnements électromagnétique Les ondes Chapitre V : Rayonnements électromagnétique Objectifs : Indiquer que l énergie associée au photon W = hv augmente avec la fréquence Présenter les sources de lumières naturelles et artificielles,

Plus en détail

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer

Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic de cancer Information importante pour les personnes atteintes d un cancer du poumon non à petites cellules de stade avancé Les renseignements suivants sont destinés uniquement aux personnes qui ont reçu un diagnostic

Plus en détail

Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER

Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Tumeurs cutanées Mélanome Carcinome basocellulaire

Plus en détail

Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome. Un essai contrôlé randomisé en cluster

Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome. Un essai contrôlé randomisé en cluster Impact d une action de prévention ciblée sur les comportements de prévention du mélanome Un essai contrôlé randomisé en cluster Financement : INCa INSERM / IRESP Cédric RAT, G. QUEREUX, C. RIVIERE, S.

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Renseignements pour les patients

Renseignements pour les patients Biopsie du ganglion lymphatique sentinelle Renseignements pour les patients Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur

Plus en détail

Éléments d information à intégrer dans les outils de communication sur le dépistage du cancer du sein. pour les femmes de 40 à 49 ans

Éléments d information à intégrer dans les outils de communication sur le dépistage du cancer du sein. pour les femmes de 40 à 49 ans Éléments d information à intégrer dans les outils de communication sur le dépistage du cancer du sein pour les femmes de 40 à 49 ans Informations générales sur le dépistage du cancer du sein Qu est-ce

Plus en détail

La prévention contre le risque UV

La prévention contre le risque UV Dossier La prévention contre le risque UV «Une nouvelle étape dans la démarche de Prévention Santé et Sécurité d Eurovia» Routes, autoroutes, lignes de train, de tramway ou de métro, plates-formes aéroportuaires

Plus en détail

Bien profiter des rayons du soleil D ES CONSEILS DE PRÉVENTION POUR SE PROTÉGER DU SOLEIL

Bien profiter des rayons du soleil D ES CONSEILS DE PRÉVENTION POUR SE PROTÉGER DU SOLEIL Bien profiter des rayons du soleil D ES CONSEILS DE PRÉVENTION POUR SE PROTÉGER DU SOLEIL Le soleil joue un rôle important dans notre vie et participe à notre bien-être physique et moral Il aide également

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Voici ce qu est le zona

Voici ce qu est le zona Voici ce qu est le zona Le zona est plus courant que vous ne le croyez. Lisez ce qui suit pour savoir si vous présentez un risque de développer le zona. Qu est-ce que le zona? Le zona est une éruption

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE

INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE 5 ÈME CONGRÈS NATIONAL 01 AU 03 OCTOBRE 2015 INTÉRÊT DE LA CYTOPONCTION DANS L EXPLORATION DES NODULES FROIDS DE LA THYROÏDE DR SAADAOUI.E ; DR DJILALI AIAD.k CHU SIDI BELABBES - SERVICE ORL INTRODUCTION

Plus en détail

RISQUES SOLAIRES CE QU IL FAUT SAVOIR POUR QUE LE SOLEIL RESTE UN PLAISIR

RISQUES SOLAIRES CE QU IL FAUT SAVOIR POUR QUE LE SOLEIL RESTE UN PLAISIR RISQUES SOLAIRES CE QU IL FAUT SAVOIR POUR QUE LE SOLEIL RESTE UN PLAISIR PROFITEZ DU SOLEIL EN TOUTE SÉCURITÉ Nous profitons tous du soleil et en connaissons ses bienfaits : il dope le moral et favorise

Plus en détail

Recensement de la population

Recensement de la population Recensement de la population Ménages et familles 1. Définition des concepts Un ménage Un ménage regroupe l ensemble des occupants d une résidence principale, qu ils aient ou non des liens de parenté. Un

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses

Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses Qu est-ce que le VPH? Qu est-ce que le VPH? Quels sont les signes et les symptômes d une infection à VPH? Le VPH cause-t-il

Plus en détail

Majeurs et mineurs mis en cause par les services de Police en 2013

Majeurs et mineurs mis en cause par les services de Police en 2013 La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP Premier ministre Majeurs et mineurs par les services de Police en 2013 Antoine le graët, Chargé d études statistiques à l ONDRP 2 Principaux enseignements

Plus en détail

Ulcère de Buruli : guide de poche à l intention des agents de santé communautaires

Ulcère de Buruli : guide de poche à l intention des agents de santé communautaires Ulcère de Buruli : guide de poche à l intention des agents de santé communautaires 1 L ulcère de Buruli est une maladie causée par un microbe qui affecte la peau mais peut aussi parfois toucher les os.

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont ensuite stabilisés

Plus en détail

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche

Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche Données épidémiologiques sur les cancers du sein et colo-rectaux dans la Manche 17 ème Journée Médicale de l ARKM Cherbourg, le 29 Novembre 2014 L incidence de principaux cancers chez les femmes et chez

Plus en détail

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES?

CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? CANCER DU SEIN QUELLES MODALITÉS DE DÉPISTAGE, POUR QUELLES FEMMES? Chaque année, près de 49 000 cas de cancer du sein sont détectés et 11 900 femmes décèdent des suites de cette maladie. Pourtant, détecté

Plus en détail

Bureau de l enquêteur correctionnel. L isolement préventif et le système correctionnel fédéral. Tendance sur 10 ans

Bureau de l enquêteur correctionnel. L isolement préventif et le système correctionnel fédéral. Tendance sur 10 ans Bureau de l enquêteur correctionnel L isolement préventif et le système correctionnel fédéral Tendance sur 10 ans 28 mai 2015 NO DE CAT: PS104-12/2015F-PDF ISSN: 978-0-660-02227-7 Sa Majesté la Reine du

Plus en détail

thera Des solutions naturelles pour protéger votre peau tout l été N 2 L INFORMATION AU SERVICE DE LA NUTRITION JUIN 2011

thera Des solutions naturelles pour protéger votre peau tout l été N 2 L INFORMATION AU SERVICE DE LA NUTRITION JUIN 2011 JUIN 2011 thera N 2 L INFORMATION AU SERVICE DE LA NUTRITION Des solutions naturelles pour protéger votre peau tout l été thera Edito Chères clientes, chers clients, L été arrive Coups de soleil, vieillissement

Plus en détail

Néoplasie intraépithéliale vulvaire (NIV)

Néoplasie intraépithéliale vulvaire (NIV) Néoplasie intraépithéliale vulvaire (NIV) Avertissement Ces renseignements ont été préparés par L Hôpital d Ottawa et ne visent pas à remplacer les conseils d un fournisseur de soins de santé qualifié.

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001)

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001) Analyse des données de santé mentale -, ESCC cycle 1.1 (2000-) Avant-propos Ce document traite des principaux résultats régionaux de l ESCC 1.1 portant sur la santé mentale. Les indicateurs présentés ici

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés

Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés Recommandations régionales Prise en charge des carcinomes cutanés - décembre 2009 - CARCINOMES BASOCELLULAIRES La chirurgie : traitement de référence et de 1 ère intention Classification clinique et histologique

Plus en détail

1, 2, 3 Soleil... Toutes les règles du jeu pour profiter au mieux du soleil!

1, 2, 3 Soleil... Toutes les règles du jeu pour profiter au mieux du soleil! 1, 2, 3 Soleil... Toutes les règles du jeu pour profiter au mieux du soleil! Tes parents ont-ils les bons réflexes pour se protéger du soleil? Teste-les et calcule leur note! Voici 10 questions à poser

Plus en détail

Item 232 : Dermatoses faciales : Rosacée

Item 232 : Dermatoses faciales : Rosacée Item 232 : Dermatoses faciales : Rosacée Collège National des Enseignants de Dermatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières OBJECTIFS... 3 I Diagnostic... 4 I.1 Diagnostic positif...

Plus en détail

Le stade du cancer dans la mesure du rendement : un premier coup d oeil

Le stade du cancer dans la mesure du rendement : un premier coup d oeil Le stade du cancer dans la mesure du rendement : un premier coup d oeil Rapport cible sur le rendement du syste me Fe vrier 2015 Annexe technique 1 Saisie des donne es sur le stade inte gralite des donne

Plus en détail

Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013

Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013 Objectiver les inégalités sociales et territoriales de santé 13ème colloque national des ORS Bordeaux, 4 avril 2013 Dr Patricia Saraux-Salaün Xavier Samson Mission santé publique, Ville de Nantes Dr Anne

Plus en détail

Comment reconnaître l ulcère de Buruli dans votre communauté

Comment reconnaître l ulcère de Buruli dans votre communauté Comment reconnaître l ulcère de Buruli dans votre communauté 1 L ulcère de Buruli est une maladie causée par un microbe L ulcère de Buruli n est pas dû à la sorcellerie L ulcère de Buruli n est pas une

Plus en détail

Thème 4 : LA PROTECTION SOLAIRE. Votre protection solaire devra impérativement être SELECTIVE, minimisant ainsi tout risque péjoratif.

Thème 4 : LA PROTECTION SOLAIRE. Votre protection solaire devra impérativement être SELECTIVE, minimisant ainsi tout risque péjoratif. Thème 4 : LA PROTECTION SOLAIRE Votre protection solaire devra impérativement être SELECTIVE, minimisant ainsi tout risque péjoratif. LE SOLEIL OUI MAIS! Non,ce n est pas encore une interdiction,mais une

Plus en détail

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique

Communiqué de presse. La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Communiqué de presse Bâle, le 24 janvier 2013 La FDA approuve une nouvelle utilisation d Avastin plus chimiothérapie dans le traitement du cancer colorectal métastatique Roche (SIX: RO, ROG; OTCQX: RHHBY)

Plus en détail

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2

Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 Recommandations de prise en charge mammaire des femmes porteuses d une mutation BRCA1 ou BRCA2 AUTOEXAMEN MAMMAIRE non préconisé si demande de la patiente : se rapprocher du gynécologue pour apprentissage

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA.

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Carole Lardoux 1 Introduction Les données saisies par les agents de téléphonie du 115 de Paris sont extraites chaque

Plus en détail

UNITE ET DIVERSITE DES ËTRES HUMAINS

UNITE ET DIVERSITE DES ËTRES HUMAINS UNITE ET DIVERSITE DES ËTRES HUMAINS Rappels : - organisation du corps humain - La fécondation L HEREDITE ET SON SUPPORT Chaque individu possède des ressemblances et des différences même au sein d une

Plus en détail

Enquête sur l érosion dentaire

Enquête sur l érosion dentaire Octobre 2013 GSK N 111617 Contact : Damien Philippot 01 45 84 14 44 damien.philippot@ifop.com Sommaire 1 - La méthodologie 2 - Les résultats de l étude 3 - Les principaux enseignements Page 2 1 La méthodologie

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

L assurance retraite des agriculteurs

L assurance retraite des agriculteurs L assurance retraite des agriculteurs La pension doit se substituer, proportionnellement à la durée de cotisation, à la perte des revenus due au départ en retraite et doit donc permettre aux retraités

Plus en détail

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile

Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Evolution de la fréquence des sinistres 2004-2013 en assurance RC automobile Contenu 1. Nombre de sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence des sinistres en RC tourisme et affaires... 2 Fréquence

Plus en détail

LE CANCER DU COLON et du RECTUM

LE CANCER DU COLON et du RECTUM LE CANCER DU COLON et du RECTUM Quelle fréquence et gravité en France? Comment le dépister? Comment le prévenir? Qui est à risque? Service de Gastro Entérologie Nutrition Hôpital Rangueil CHU de Toulouse

Plus en détail

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation Résumé Les textes européens pour la PAC reconnaissent désormais clairement le principe de transparence

Plus en détail

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux

Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Limiter les douleurs liées aux soins et aux actes médicaux Est-ce que ça va faire mal? Pour que chaque soin se déroule au mieux Les traitements utiles pour éviter ou diminuer la douleur 72 73 75 De nombreux

Plus en détail

Poser la question : «Que se passe-t-il quand on est au Soleil?».

Poser la question : «Que se passe-t-il quand on est au Soleil?». Demander aux élèves de les décrire et d exprimer leurs propres expériences lorsqu ils ont été au soleil, à la plage ou dans d autres circonstances comme la pratique d activités sportives ou récréatives

Plus en détail

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Direction Statistiques et Publications Sommaire Introduction p. 4 1. Les bénéficiaires de l'assurance-chômage âgés de

Plus en détail

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation

La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation La transparence pour les GAEC : reconnaître l activité des femmes et des hommes derrière chaque exploitation Résumé Les textes européens pour la PAC reconnaissent désormais clairement le principe de transparence

Plus en détail

Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement.

Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement. Chapitre 3. La complexité des relations entre gènes, phénotypes et environnement. Les gènes gouvernent la synthèse des protéines qui participent à la réalisation du phénotype mais d'autres éléments, comme

Plus en détail

Devoir maison n 1 : La relation entre phénotypes et protéines

Devoir maison n 1 : La relation entre phénotypes et protéines Devoir maison n 1 : La relation entre phénotypes et protéines Une maladie génétique : Le Xeroderma pigmentosum A partir des informations tirées des documents 1 à 4, présentez les divers niveaux de phénotypes

Plus en détail

VOTRE MÉDECIN VOUS PROPOSE DES TESTS D ALLERGIE

VOTRE MÉDECIN VOUS PROPOSE DES TESTS D ALLERGIE VOTRE MÉDECIN VOUS PROPOSE DES TESTS D ALLERGIE Information générale Pour vous, pour la vie Qu est-ce qu une allergie? Le mot allergie est utilisé pour décrire une réaction indésirable du corps à une substance

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Observatoire Orange Terrafemina

Observatoire Orange Terrafemina Observatoire Orange Terrafemina Vague 7 M-Commerce : Quand le mobile réinvente le shopping n 1100905 Juillet 2011 Etude réalisée conformément à la norme internationale ISO 20252 2, rue de Choiseul CS 70215

Plus en détail

et le rayonnement UV

et le rayonnement UV page 1/6 Source : Bancs Solaires CSPC (2006) et le rayonnement UV Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - En plus de la lumière naturelle du soleil, les utilisateurs de bancs solaires en quête d un teint

Plus en détail

CANCER ET ASSURANCES

CANCER ET ASSURANCES CANCER ET ASSURANCES Après un cancer, contrairement à ce qui se passe pour d'autres maladies, le " risque aggravé " n'est pas permanent, il n'augmente pas avec le temps et avec l'âge mais il est généralement

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

La Neurofibromatose en 20 questions

La Neurofibromatose en 20 questions CNN la NF en 20 questions Responsable : Pr Jean-Francois Stalder Clinique Dermatologique CHU Nantes Contact : Blandine Legeay Tel :02-40-08-31-23 blandine.legeay@chu-nantes.fr La Neurofibromatose en 20

Plus en détail

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients

Mesurer l incidence de BDC sur ses clients Équipe de la Recherche et de l analyse économique de BDC Juillet 213 DANS CE RAPPORT Le présent rapport est fondé sur une analyse statistique réalisée par Statistique Canada visant à évaluer l incidence

Plus en détail

dies, Besançon les 07 et 08 Mars 2008

dies, Besançon les 07 et 08 Mars 2008 Synthèse du rapport IPSN-INVS INVS Décembre 2000 L accident de Tchernobyl du 26 Avril 1986 a donné lieu à d importants rejets radioactifs dans l atmosphl atmosphère, qui se sont déposd posés s de façon

Plus en détail

1. Les comptes de dépôt et d épargne

1. Les comptes de dépôt et d épargne 1. Les comptes de dépôt et d épargne 1.1 Les comptes de dépôt 1.1.1 Le taux de possession d un compte de dépôt Le premier constat est celui d un accès important aux comptes de dépôt, quelle que soit la

Plus en détail

BILAN A MI-PARCOURS SUR L APPLICATION DE LA CONVENTION AERAS «s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé»

BILAN A MI-PARCOURS SUR L APPLICATION DE LA CONVENTION AERAS «s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé» BILAN A MI-PARCOURS SUR L APPLICATION DE LA CONVENTION AERAS «s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé» Comité consultatif du secteur financier Paris, mardi 18 novembre 2008 Assurance emprunteur

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie

Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie Chapitre III Les anomalies de la régulation de la glycémie -I -Unité et diversité des diabètes Mesures de la glycémie en continu chez un patient diabétique 1 Les critères de diagnostic du diabète 2 3 Conclusion

Plus en détail

Indicateur n 14 : Pension moyenne

Indicateur n 14 : Pension moyenne Programme «Retraites» 47 Indicateur n 14 : Pension moyenne Sous-indicateur n 14-1 : de l ensemble des retraités Les évolutions des pensions moyennes (avantage principal de droit direct) brutes en euros

Plus en détail

ETUDE DES DEMANDEURS DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL EN 2009. Quelles évolutions par rapport à 2000-2008?

ETUDE DES DEMANDEURS DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL EN 2009. Quelles évolutions par rapport à 2000-2008? ETUDE DES DEMANDEURS DE LA CARTE DE JOURNALISTE PROFESSIONNEL EN 2009 Quelles évolutions par rapport à 2000-2008? Observatoire des métiers CCIJP 2 Rappel des populations étudiées - Présentation des principales

Plus en détail

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage

Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Dépistage du cancer du sein en France : identification des femmes à haut risque et modalités de dépistage Séminaire Dépistage organisé des cancers 23 juin 2014 Dr Olivier Scemama Adjoint au chef du service

Plus en détail

Lignes directrices à l intention des propriétaires et opérateurs de salons de bronzage. Nouveau-Brunswick

Lignes directrices à l intention des propriétaires et opérateurs de salons de bronzage. Nouveau-Brunswick Lignes directrices à l intention des propriétaires et opérateurs de salons de bronzage Nouveau-Brunswick Bureau du médecin-hygiéniste en chef novembre 2010 Introduction Le ministère de la Santé du Nouveau-Brunswick

Plus en détail

Éléments d information à intégrer dans les outils de communication sur le dépistage du cancer du sein. pour les femmes de 50 à 59 ans

Éléments d information à intégrer dans les outils de communication sur le dépistage du cancer du sein. pour les femmes de 50 à 59 ans Éléments d information à intégrer dans les outils de communication sur le dépistage du cancer du sein pour les femmes de 50 à 59 ans Informations générales sur le dépistage du cancer du sein Qu est-ce

Plus en détail

CANCER DU FOIE ET TUMEURS

CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS CANCER DU FOIE ET TUMEURS Foie en santé Foie cirrhotique Tumeur Quelle est la cause du cancer du foie? Plusieurs facteurs jouent un rôle dans le développement du cancer. Comme

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

Aspects cliniques du mélanome cutané

Aspects cliniques du mélanome cutané MONOGRAPHIE ATLAS Aspects cliniques du mélanome cutané Marie-Françoise Avril* Les aspects du mélanome cutané sont nombreux et souvent trompeurs. Une exérèse cutanée doit donc être facilement pratiquée

Plus en détail

Quel est votre diagnostic?

Quel est votre diagnostic? Quel est votre diagnostic? as n 1 e jeune homme présente ces papules et ces plaques verruqueuses linéaires sur son corps. Il s agit du syndrome du nævus épidermique. 2. Quelles sont les manifestations

Plus en détail

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels

République Slovaque. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels République Slovaque République slovaque : le système de retraite en 212 Le régime de retraite public lié à la rémunération est analogue à un système à points, avec des prestations qui dépendent du salaire

Plus en détail

ANALYSE DE LA MOBILITE A L ECHELLE REGIONALE

ANALYSE DE LA MOBILITE A L ECHELLE REGIONALE ANALYSE DE LA MOBILITE A L ECHELLE REGIONALE Exploitation régionale des enquêtes ménages déplacements 2007-2009 ETUDE en Cours Présentation des premiers résultats Court Débat ORT 5 mai 2011 Logo région

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS Pages I - L ASSOCIATION ARCADES... 3 II - SA MISSION... 4 a) Au regard de l organisation du dépistage b) Au regard de la

Plus en détail

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008

La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 La fumée de tabac secondaire (FTS) en Mauricie et au Centre-du- Québec, indicateurs du plan commun tirés de l ESCC de 2007-2008 Ce document se veut une analyse succincte des indicateurs se rapportant à

Plus en détail

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne

État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne État de santé des enfants de 3-4 ans en école maternelle dans l Yonne Année scolaire 2009-2010 Service de Protection Maternelle et Infantile Exploitation des données statistiques : Observatoire de la santé

Plus en détail