La désinstitutionalisation et les services de proximité coûts et résultats: Rapport d étude européenne Volume 1: Note de synthèse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La désinstitutionalisation et les services de proximité coûts et résultats: Rapport d étude européenne Volume 1: Note de synthèse"

Transcription

1 La désinstitutionalisation et les services de proximité coûts et résultats: Rapport d étude européenne Volume 1: Note de synthèse Jim Mansell, Martin Knapp, Julie Beadle-Brown et Jeni Beecham

2 Remerciements Les auteurs souhaiteraient remercier pour leur participation au présent rapport : PSICOST, Espagne: Prof L Salvador-Carulla, Rafael Martinez-Leal, M Poole, J A Salinas et A Romero Université de Siegen, Allemagne: Dr J Schädler, Dr A Rohrman et A Frindt Charles University, Prague Prof J Siska, B Vann, J Vránová Université de Leuven, Belgique: Prof C van Audenhove, M Demaerschalk, A Declercq Université du Kent, UK: R Hayward, A Kozma London School of Economics, UK: D McDaid, J-L Fernandez, T Matosevic, A Lewis, A Mehta, F Moscone, R Romeo, F Amaddeo, G Fattore, A Franci, G de Girolamo, C Gori, T Kallert, H Kunze, P Morosini, M Percudani, R Tarricone, G Tibaldi, R Touchet, B Trukeschitz, H Ward, I Zechmeister Association européenne des prestataires de services pour les personnes handicapées, Bruxelles: L Zelderloo, H de Keyser Inclusion Europe, Bruxelles: I Körner, G Freyhoff Santé Mentale Europe, Bruxelles: J Henderson Autisme Europe, Bruxelles: D Vivanti Forum européen des personnes handicapées, Bruxelles: C Besozzi Open Society Institute Mental Health Initiative, Budapest: C Parker Une partie des frais d impression du présent rapport a été couverte par le Tizard Centre et le Zentrum für Planung und Evaluation Sozialer Dienst. ISBN Référence bibliographique Le présent rapport doit être cité comme Mansell J, Knapp M, Beadle-Brown J and Beecham J (2007) Deinstitutionalisation and community living outcomes and costs: report of a European Study. Volume 1: Executive Summary. Canterbury: Tizard Centre, University of Kent. Responsabilité Les points de vue exprimés dans le présent rapport sont ceux des auteurs et ne réflètent pas nécessairement ceux de la Commission européenne. Coût Le coût de ce projet s élève à Traduit par Isabelle Fraipont de la version orginale en anglais.

3 Table des matières 1. INTRODUCTION METHODE CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS...4 EXAMEN DES SOURCES D INFORMATION EXISTANTES...4 Recommandations Arrêter un ensemble de données harmonisées à l échelon européen Publier des statistiques mettant en évidence les progrès engrangés dans chaque pays...5 LE PROCESSUS DE TRANSITION DANS TROIS PAYS...5 RENTABILITE DES SERVICES DE PROXIMITE PAR RAPPORT AUX MODELES DE PRISE EN CHARGE INSTITUTIONNELLE ET EVOLUTION AU FIL DU TEMPS...6 Aspects structurels...6 Politiques et plans...7 Coûts, besoins et résultats...7 Les contraintes liées à l offre...10 Développement économique local...10 Coût d opportunité du capital...10 Flux financiers...11 Multiplicité des sources de financement...11 Dynamiques de changement...12 RECOMMANDATIONS...12 Renforcer la perception des nouvelles perspectives au sein du tissu social Adopter des politiques en faveur de l insertion Mettre en place un soutien juridique propice à l insertion Faire entendre le point de vue des personnes handicapées, des familles et de leurs représentants dans la sphère politique Exiger des organes professionnels une adéquation entre leurs politiques et le soutien à l insertion Susciter l engouement des médias et leur soutien par rapport à l insertion Tirer les enseignements des bonnes pratiques en vigueur dans d autres pays...14 Confirmer l insatisfaction du grand public quant à l organisation actuelle de la prise en charge institutionnelle Ouvrir les institutions à un contrôle indépendant Etablir un corps d inspecteurs afin de protéger et de promouvoir les droits des individus Privilégier les comparaisons de la qualité de vie...15 Démontrer concrètement comment il est possible d améliorer les choses Créer des services innovants Inclure chacun dès le départ...15 Diminuer la résistance au changement par une gestion des mesures incitatives destinées aux différents acteurs du processus Susciter de nouvelles possibilités de financement Eliminer les obstacles à la mise en place de services de proximité Subordonner le financement des nouveaux services à la qualité (i) -

4 1. Introduction Le présent projet avait pour objet de rassembler les informations disponibles sur le nombre de personnes handicapées placées en institution dans les 28 pays de l UE et d identifier les stratégies les plus concluantes pour remplacer les institutions par des services de proximité tout en accordant une attention particulière aux difficultés économiques engendrées par cette transition. Il s agit de la plus vaste étude du genre jamais entreprise. De plus en plus, l objectif de services à l attention des personnes handicapées n est plus assimilé à la mise à disposition d un bâtiment ou d un programme particulier, mais à la fourniture d un ensemble de moyens et d accompagnements à la carte susceptibles d être combinés, voire ajustés comme il sied afin de permettre aux personnes handicapées de mener leur vie comme elles le souhaitent tout en bénéficiant du soutien et de la protection dont elles ont besoin. Cette approche présente plusieurs spécificités : - Des bâtiments et un accompagnement distincts L organisation de l aide et de l accompagnement des personnes handicapées n est pas dictée par le type de bâtiment dans lequel elles vivent, mais plutôt par leurs besoins individuels, leur souhait de vie, le lieu et les modalités de leur choix. Une aide optimale peut, par exemple, être prodiguée dans le cadre d un logement ordinaire inséré au cœur du tissu social. - Avoir les mêmes choix que tout un chacun Au lieu, par exemple, de décréter que toutes les personnes handicapées doivent vivre dans des logements supervisés, la politique s articule autour du fait que les personnes handicapées jouissent du même éventail de possibilités que n importe qui d autre quant à leur lieu de vie et au soutien jugé nécessaire indépendamment des choix posés. - Choix et contrôle de la part des personnes handicapées et de leurs représentants L aide repose sur le principe selon lequel les personnes handicapées doivent exercer le plus grand contrôle possible sur les types de services dont elles bénéficient, sur la manière dont ils sont organisés et fournis afin d être en parfaite adéquation avec les aspirations et les préférences de la personne concernée. Cela implique d accompagner la prise de décision de la personne handicapée afin d atteindre le meilleur équilibre possible entre ses désirs et les responsabilités de la société quant à sa prise en charge. Cette démarche est parfois dénommée logement supervisé ou vie indépendante. Ces services aident les personnes à vivre comme des citoyens à part entière plutôt que d attendre qu elles se coulent dans des modèles ou des structures normalisées. Aider les personnes handicapées à vivre dans le tissu social comme citoyens à part entière relève des droits de l homme. La ségrégation des personnes handicapées dans des institutions constitue en soi une violation des droits de l homme. Des recherches ont d ailleurs démontré que la prise en charge institutionnelle était - 1 -

5 d une médiocrité inacceptable en terme de qualité et constituait une infraction grave aux normes internationalement reconnues en matière de droits humains. Les éléments d information issus des recherches et des études menées sur d autres solutions à la prise en charge institutionnelle étayent également l option du passage aux services de proximité. Chaque fois que les institutions ont été remplacées par des services de proximité, les résultats se sont généralement révélés favorables. L expérience démontre cependant que le passage aux services de proximité ne garantit pas de meilleurs résultats car il est effectivement possible de transposer, voire de reproduire dans les nouveaux services des pratiques propres à la prise en charge institutionnelle. La mise en place de services de proximité adéquats constitue une condition nécessaire, mais insuffisante pour de meilleurs résultats. L objectif global de ce projet visait à produire des preuves scientifiques afin d étayer, voire de favoriser, l élaboration de politiques sur la réaffectation des moyens financiers en vue de mieux rencontrer les besoins des personnes handicapées lors du passage des grandes institutions résidentielles à des services de proximité et à la vie indépendante. Les objectifs de ce projet consistaient à : 1. Récolter, analyser et interpréter les statistiques disponibles ainsi que les autres données quantitatives sur le nombre de personnes handicapées placées dans de grandes institutions dans les 28 pays européens. 2. Analyser les dispositions économiques, financières et organisationnelles nécessaires à une transition optimale des grandes institutions vers un système fondé sur les services de proximité et la vie indépendante en prenant trois pays comme études de cas (l Angleterre, l Allemagne et l Italie) afin d illustrer les problèmes en présence. 3. Décrire les problèmes identifiés, présenter les résultats du projet, la validité des données disponibles dans chaque pays et formuler des recommandations pour une transition à la fois efficace et économique des institutions vers les services de proximité

6 2. Méthode Aux fins de la présente étude, la Commission européenne a défini une institution résidentielle, à savoir tout établissement accueillant plus de 30 personnes, dont au moins 80% de personnes handicapées mentales ou physiques. Les personnes interrogées ont été invitées à fournir des informations sur tous les établissements résidentiels de prise en charge au service des personnes handicapées dans chaque pays afin d examiner l équilibre en vigueur entre la prise en charge en institution et les services de proximité. L étude comportait plusieurs éléments : Les sources de données européennes et internationales existantes ont été passées au crible afin d identifier les informations intéressantes pour l étude. Il s agit notamment de rapports officiels, de rapports émanant d organisations non gouvernementales et d études ponctuelles. Les sources de données nationales existantes ont été identifées et compilées à partir de diverses publications, puis étoffées par des contacts téléphoniques et électroniques ainsi que par des visites. Les définitions, le caractère exhaustif ainsi que la qualité des données ont été vérifiés. Les données ont été analysées et rédigées en vue de leur présentation. Le déroulement et les modalités d élaboration des services ont été décrits pour chacun des trois pays sélectionés comme études de cas (l Angleterre, l Allemagne et l Italie). Dans le cadre de ce tour d horizon, les différents acteurs (gouvernements aux niveaux national, régional et local), le rôle des personnes handicapées, de leurs familles et représentants ainsi que le rôle du personnel et de leurs organisations ont fait l objet d une attention toute particulière. Les informations sur les implications économiques d un basculement des institutions vers les services de proximité ont été récoltées à partir des recherches disponibles en Angleterre, en Allemagne et en Italie. On a tout particulièrement veillé à mettre en parallèle des éléments comparables en tenant compte du degré de handicap des résidents, de la palette et du niveau de qualité des services proposés ainsi que l équilibre entre les coûts assumés par des agences publiques et ceux couverts par d autres intervenants, en l occurrence les familles des personnes handicapées. Les éléments disponibles ont été étudiés afin de comprendre l importance des coûts afférents à la transition (ex. doubles frais de fonctionnement). Les différentes stratégies mises en place dans chacun des trois pays choisis comme études de cas afin de gérer les coûts et les problèmes économiques au sens large découlant de la transition des institutions vers les services de proximité ont été passés au peigne fin. Le rapport intermédiaire, le rapport final ainsi que la note de synthèse ont été rédigés par l Université du Kent et la London School of Economics. L interprétation des résultats et leurs implications ont été confortées grâce au recours à un groupe de référence utilisé comme caisse de résonance ainsi que par l examen du rapport avec les partenaires du projet et la Commission européenne

7 3. Conclusions et recommandations Le rapport principal de la présente étude figure dans le Volume 2 et les rapports détaillés sur chaque pays sont présentés dans le Volume 3. Le présent chapitre du rapport résume les conclusions de l étude et débute par les conclusions ainsi que les recommandations tirées de l examen des informations existantes. Il s attachera ensuite à présenter les conclusions inspirées par l analyse des modalités, des coûts et des résultats de la mise en place de services de proximité efficaces en vue de remplacer les institutions. Il formulera finalement quelques recommandations sur les modalités à suivre par les gouvernements pour faire progresser ce programme de changement. Examen des sources d information existantes L article 31 de la Convention de l ONU relative aux droits des personnes handicapées engage les Etats parties à recueillir des données qui leur permettent de formuler et d appliquer les politiques visant à donner effet à la présente Convention. Les informations recueillies sont désagrégées comme il convient et sont utilisées pour lever les obstacles que rencontrent les personnes handicapées dans l exercice de leurs droits. Les Etats parties ont la responsabilité de diffuser ces statistiques et de veiller à ce qu elles soient accessibles aux personnes handicapées et autres personnes. Il est clair que les pays participants à cette étude ont encore un long chemin à parcourir afin de satisfaire cette exigence. A l heure actuelle, il n y a pas d informations détaillées disponibles sur les différents types de services résidentiels fournis, ni sur les groupes de clients concernés. Il n y a pas davantage de clarté sur la définition des types ou des caractéristiques des services prestés ou des bénéficiaires. Lorsque de telles informations existent, elles ne sont pas toujours compilées au niveau national. Les données proposées dans le présent document constituent un point de départ (par rapport à ce qui est actuellement disponible et par rapport à une estimation du nombre de personnes handicapées placées en institution résidentielle) dont les efforts déployés à l avenir s inspireront afin de permettre aux pays de remplir leurs obligations. Recommandations 1. Arrêter un ensemble de données harmonisées à l échelon européen 1.1 La Commission européenne devrait favoriser la collaboration entre les Etats membres et Eurostat en vue d arrêter un ensemble de données minimum pour les services résidentiels (définis au sens large) destinés aux personnes handicapées. 1.2 Cet ensemble de données doit comprendre des informations qui permettront de passer en revue les progrès engrangés par les Etats membres quant à la fermeture des institutions, à l augmentation des services de vie indépendante et de proximité. 1.3 Cet ensemble de données doit être exploitable tant pour les pays qui disposent encore, dans une large mesure, de services prestés en institution où la distinction entre prise en charge institutionnelle et prise en charge à - 4 -

8 domicile est parfaitement claire, que pour les pays qui ont déjà atteint un stade avancé dans le remplacement des institutions par des services de proximité et de vie indépendante. Il s agirait vraisemblablement de disposer d informations sur le nombre de places dans ces services (par exemple, quelle capacité d accueil offrent les établissement résidentiels pour plus de 30 personnes et dont au moins 80% sont des personnes handicapées mentales ou physiques) ainsi que d informations sur les personnes (ex. combien de personnes vivent dans une maison ou un appartement en location, avec quel niveau d accompagnement professionnel par semaine?). 1.4 Cet ensemble de données doit contenir des informations en suffisance sur les personnes bénéficiaires (sexe, appartenance ethnique, handicap principal) afin de permettre aux Etats de veiller à ce que chacun bénéficie de la transition des institutions vers de meilleures solutions en matière de services de proximité. 2. Publier des statistiques mettant en évidence les progrès engrangés dans chaque pays 2.1 La Commission européenne devrait œuvrer aux côtés d Eurostat à la publication de statistiques mettant en évidence les progrès engrangés dans chaque pays lors du passage des institutions à de meilleures solutions en terme de service de proximité. Ces statistiques devraient être disponibles sur le Web et mises gracieusement à disposition des personnes handicapées, du grand public, des organisations de personnes handicapées, des ONG et des organisations gouvernementales afin qu elles puissent les exploiter lorsqu elles émettront des commentaires ou apporteront leur aide à l élaboration de meilleurs services. 2.2 La publication des statistiques devrait s accompagner d une évaluation par Eurostat de leur degré de précision et de leur exhaustivité pour chaque pays. 2.3 La Commission devrait œuvrer avec les Etats membres à l identification d une source unique d information nationale dans chaque pays, être habilitée à fournir l information requise pour l ensemble de données minimum et devrait favoriser la publication des informations disponibles pour chaque pays sur support papier ainsi que via le Web. Le processus de transition dans trois pays La caractéristique sans doute la plus frappante de la mise en place de services dans les trois pays étudiés en profondeur concerne l importance de la coordination entre les différentes agences impliquées dans le processus de transition. Le nombre d agences concernées, leur répartition géographique et la participation des différents niveaux de gouvernement sont autant d éléments qui justifient le caractère impératif d une bonne coordination. Il n est tout simplement pas envisageable de laisser l institution ou les autorités locales concernées se charger du démantèlement des institutions qui desservent des personnes issues de plusieurs municipalités différentes. Les gouvernements régionaux et nationaux ont un rôle fondamental à jouer dans la concrétisation du processus, que ce soit par le biais des mesures adoptées afin - 5 -

9 d ébaucher le contexte politique et juridique ou par les modalités mises en œuvre pour établir et gérer l ensemble des mesures d incitation. Attribuer un nouveau rôle aux acteurs du processus constitue également un volet essentiel de la phase de transition. Les prestataires de services traditionnels (les organisations et les personnes qui travaillent pour eux) doivent se voir confier de nouveaux rôles, que ce soit pour offrir des services de proximité modernes ou pour quitter le secteur de la prise en charge. De nouveaux acteurs (les organisations d usagers et leurs familles, les organisations non gouvernementales désireuses de se lancer dans l offre de nouveaux modèles de services, les autorités qui jusque là n ont joué aucun rôle dans l accompagnement des personnes handicapées) doivent également participer. La différence de cadence entre l Allemagne d une part, l Angleterre et l Italie d autre part semble avoir été influencée par la profonde insatisfaction des responsables politiques à l égard des institutions. Tant en Italie qu en Angleterre, la perspective de nouvelles solutions et les révélations sur les piètres conditions dans les institutions ont indéniablement influencé le processus de transition. Finalement, l exemple de l Angleterre et de l Allemagne démontre à quel point il est important de faire participer les personnes handicapées à l élaboration des services, d écouter et de répondre à leurs points de vue ainsi qu à leurs souhaits. La réforme axée sur les services et menée dans ces pays allait de pair avec une modification profonde de la conception des structures de services en vigueur afin de les humaniser (remplacement, par exemple, des institutions par des logements supervisés). Les personnes handicapées, lorsqu il leur en fut donné l occasion, ont identifié et concrétisé un objectif nettement plus ambitieux de vie indépendante ou de logement supervisé, organisé sous forme de services gérés par la personne handicapée ellemême à l aide de budgets personnels. Les agences de prestation de services en tant que telles sont susceptibles d être entravées par leurs anciens ou leurs actuels mode de pensée et de travail. Les nouveaux modèles de services exigent un partenariat entre les personnes handicapées (et ceux qui les aident et les représentent) et les agences chargées de la planification et de la fourniture des services. Rentabilité des services de proximité par rapport aux modèles de prise en charge institutionnelle et évolution au fil du temps Aspects structurels Quatre points fondamentaux doivent être pris en compte au moment de planifier et de procéder au basculement des modèles de prise en charge institutionnelle vers les services de proximité : Un large part de l aide prodiguée aux personnes handicapées émane de la famille, des amis et des voisins, mais l intervention, les responsabilités et le charge des familles et autres aidants bénévoles ne sont généralement pas reconnus ni soutenus. Si aucune prise en charge par la famille n est possible, il conviendra alors d embaucher du personnel rémunéré avec à la clé des coûts variables plus conséquents pour le système de prise en charge. Des contraintes ont été clairement identifiées quant à la disponibilité des aidants familiaux (cf. cidessous)

10 Les besoins des personnes handicapées sont souvent tributaires de plus d un service ou d un système de prise en charge. Dès lors plusieurs agences ou secteurs peuvent intervenir dans les services de proximité, notamment la santé, l aide sociale, le logement, l éducation, l emploi, les transports, les loisirs, la justice pénale et la sécurité sociale. Il existe plusieurs modalités de récolte des fonds afin de financer ces services, notamment les taxes, l assurance sociale (liée à l emploi), l assurance volontaire (à la discrétion de l individu ou de la famille) et les dépenses engagées par les usagers de services et leurs familles. La plupart des pays proposent une combinaison de ces dispositions ce qui est susceptible de déboucher sur des difficultés en raison des mesures d incitation et de dissuasion qu elles peuvent engendrer. Le contexte pour le moins complexe suscité par un accroissement des systèmes de prise en charge (multiplicité des services, des agences, des sources de financement et des voies à suivre) signifie généralement qu il n y a pas de levier financier à actionner afin de susciter un changement radical dans la fourniture de services. Politiques et plans La fermeture pure et simple des institutions serait plus facile si on se préoccupait peu ou prou de l incidence sur les résidents. Le défi consiste à mettre en place de bons services de proximité et, comme constaté lors de la transition en Angleterre, en Allemagne et en Italie, cela implique une bonne dose de coordination et de planification. Idéalement, le passage des institutions aux services de proximité s inscrira dans un programme national. A tout le moins, des accords locaux entre tous les secteurs de prestataires de services potentiels doivent voir le jour. Ce plan devrait non seulement préciser la fermeture d une institution ainsi qu une date butoir, mais devrait également englober une vision détaillée du futur système de prise en charge. Les consultations doivent être les plus larges possibles et les usagers ainsi que les familles devraient y participer tout au long du processus. Le projet local doit reposer sur un corpus de connaissances pertinent et sur des données solides. Les responsables politiques devraient non seulement comprendre quelles configurations de prise en charge et quelles interventions thérapeutiques sont performantes ainsi que leurs coûts (et leur imputation budgétaire), mais savoir également lesquelles sont efficaces par rapport au coût. Mener à bien une bonne analyse de rentabilité ou toute autre évaluation économique (en vue d éclairer la politique nationale ou les projet locaux) peut s avérer onéreux et prendre un temps considérable. Il est vrai que de nombreux éléments peuvent être glanés dans les analyses précédemment effectuées pour autant qu ils soient correctement interprétés dans le contexte du système local. Il est important de comprendre pour qui, un service ou une intervention en particulier est susceptible de se révéler performant(e) en terme de rentabilité. Par exemple, l efficacité coût/bénéfice se confine-t-elle aux services de santé, mais au prix de coûts plus élevés pour une autre agence. Dans ce cas de figure, on pourrait entraver l amélioration du système dans son ensemble. Coûts, besoins et résultats Les liens (complexes) entre les coûts, les besoins et les résultats sont la pierre angulaire de l ensemble des données disponibles sur lesquelles édifier de solides - 7 -

11 arguments économiques pour opérer le passage des institutions aux services de proximité. Dans un système de prise en charge performant, le coût de l aide à prodiguer aux personnes gravement handicapées est généralement élevé quel que soit le lieu où ces personnes résident. Les responsables politiques ne doivent pas s attendre à une diminution de ces coûts dans les infrastructures de proximité, même si les services institutionnels qu elles sont censées remplacer semblent être peu onéreux. Les services institutionnels bon marché fournissent dans une majorité de cas une prise en charge de piètre qualité. Aucun élément n atteste que les modèles de prise en charge par des services de proximité soient foncièrement plus onéreux que les institutions dans la mesure où la comparaison s établit sur base de besoins et d une qualité de prise en charge comparables des résidents. Les services de proximité de vie indépendante et de logement supervisé, pour autant qu ils soient adéquatement mis en place et gérés, devraient fournir de meilleurs résultats que les institutions. Les coûts des services de proximité varient considérablement (interventions de nombreux services et secteurs politiques) pour répondre aux multiples besoins de chaque personne handicapée. Les familles peuvent aussi assumer cette responsabilité au prix fort. Il est dès lors impératif de veiller à ce que tous les acteurs locaux aient connaissance, et de préférence donnent leur aval à cette politique ou ce plan. Des frais sont engagés afin de fournir des services en réponse à des besoins et d obtenir des résultats. Il est dès lors dénué de sens de comparer les coûts de deux systèmes de services sans se pencher sur les besoins des individus et les résultats obtenus. Les besoins, les préférences des individus ainsi que la conjoncture varient de sorte que leurs exigences en terme de services fluctueront également. En conséquence, il est peu probable que les coûts soient identiques au sein d un groupe de personnes. Cette constatation induit deux conséquences cruciales. Premièrement, d un point de vue méthodologique, comparer les coûts de deux infrastructures ou de deux mécanismes de services devrait se faire avec la plus grande circonspection sauf si les personnes accompagnées par ces deux infrastructures présentent les mêmes similitudes quant aux aspects concernés (qui engendrent une hausse des coûts) ou si des ajustements statistiques sont opérés afin d atteindre l équivalence. Ne pas agir de la sorte risque d entraîner une sousdotation pour le moins dangereuse de l offre de services. Les besoins des individus évoluent au fil du temps, en particulier dans les premiers mois qui suivent le départ de l institution au profit de services de proximité. Les systèmes de services doivent être en mesure de répondre avec souplesse à ces besoins en mutation. Dans cet esprit, une autre exigence a trait au fait que les systèmes de prise en charge doivent être en mesure de réagir aux préférences qui évoluent étant donné que les personnes ayant longtemps séjourné dans une institution auront peu d expérience, au moment de leur départ, de la manière de forger leurs préférences quant à leur quotidien au sein du tissu social. Deuxième conséquence de cette évolution intrinsèque, la possibilité de services destinés à un but précis en fonction des besoins afin d affiner la capacité du système de prise en charge à améliorer le bien-être des personnes handicapées à partir de ressources préalablement définies. Habituellement, il est judicieux d envisager un éventail de dimensions en terme de résultat : ne pas se focaliser exclusivement sur les symptômes (pour les personnes - 8 -

12 ayant des besoins en matière de santé mentale) ou l autonomie personnelle (pour les personnes handicapées mentales) par exemple, mais déterminer si un changement du système de prise en charge améliore la capacité de la personne à fonctionner (par exemple retravailler ou tisser un réseau social) et sa qualité de vie au sens large. En règle générale, une augmentation des dépenses dans l accompagnement des personnes handicapées engendre de meilleurs résultats, mais la relation n est pas simple et les responsables politiques peuvent éprouver le besoin de réfléchir soigneusement (conjointement avec les personnes handicapées) aux résultats auxquels ils souhaitent accorder la priorité dans le cadre du système de prise en charge. De nouvelles dispositions en matière de prise en charge (notamment les services de proximité) pourraient se révéler plus onéreuses que le système qu elles remplacent (notamment le placement de longue durée en milieu hospitalier), mais se révèleraient néanmoins plus rentables car elles se traduiraient par de meilleurs résultats pour les usagers de ces services, voire également pour leurs familles. Une telle amélioration des résultats est jugée suffisamment appréciable que pour justifier une augmentation des dépenses. Pour les responsables politiques qui envisagent d opérer une transition vers les services de proximité, certaines conséquences fondamentales sont résumées dans le Tableau 1. Si la prise en charge institutionnelle actuellement en vigueur est relativement peu onéreuse, les responsables politiques peuvent s attendre à ce que le transfert des résidents légèrement handicapés vers des services de proximité performants se fasse au même coût ou à un coût moindre pour une qualité identique, voire supérieure. Un grand nombre de personnes handicapées placées dans des institutions moins onéreuses coûteront davantage en terme de services de proximité bien conçus, mais avec une qualité accrue, de sorte que la rentabilité pour la collectivité restera identique, voire enregistrera une amélioration. Les décideurs ne devraient dès lors pas partir de l hypothèse qu ils peuvent maintenir à la baisse les coûts institutionnels. Tableau 1 Incidence sur les coûts et sur la qualité du transfert vers des services de proximité performants Après le passage aux services de proximité Coûts Qualité Coût/efficacité Institution moins onéreuse Personne légèrement Identiques ou Identique ou Identique handicapée Personne gravement handicapée Institution plus onéreuse Personne légèrement handicapée Personne gravement handicapée moindres supérieure supérieure Plus élevés Supérieure Identique ou supérieure Moindres Identique ou supérieure Identiques ou Supérieure moindres Supérieure Supérieure ou - 9 -

13 Dans les institutions plus onéreuses, les décideurs peuvent s attendre à ce que le transfert des résidents légèrement handicapés vers des services de proximité se fasse à un coût moindre pour un niveau de qualité identique, voire accru. La rentabilité pour la communauté sera en conséquence plus importante. Un grand nombre de résidents handicapés placés dans des institutions onéreuses représenteront un coût identique en terme de services de proximité, mais la qualité ainsi que la rentabilité pour la collectivité s amélioreront. Les contraintes liées à l offre La prise en charge de la personne handicapée par la famille pourrait ne pas être envisageable. Cette situation peut être imputable à une perte de contact durant la période de placement en institution ou au fardeau trop considérable que représente une prise en charge informelle et bénévole par la famille. Les aidants familiaux privés de tout soutien peuvent être confrontés à des conséquences préjudiciables, notamment une interruption de carrière et une perte de revenus, des frais, des problèmes de santé et du stress. Une aide peut être dispensée aux familles de diverses manières, notamment une aide financière directe ou indirecte, des politiques d emploi plus adaptées, des programmes pédagogiques, un accompagnement psychologique et des services de répit. Ces mécanismes peuvent contribuer à réduire le fardeau de l aidant et augmenteraient la probabilité d aide aux personnes handicapées par leurs familles si tel est leur souhait. Un obstacle récurrent à la mise en place de services de proximité concerne la pénurie de personnel adéquatement formé. Le transfert du personnel des institutions vers les services de proximité est une possibilité, mais tous ne souhaiteront pas franchir le pas et ces personnes pourraient de toute manière ne pas convenir. Une rémunération salariale accrue afin d attirer un personnel plus qualifié dans les services de proximité est une manière de s attaquer à la pénurie, mais cette option gonfle de toute évidence le coût global. Le recrutement et la formation du personnel détaché vers les services de proximité doivent avoir lieu avant que les personnes handicapées ne quittent les institutions. L organisation des futures ressources humaines devrait de toute évidence se tailler la part du lion dans toute politique nationale ou au plan local. Développement économique local La fermeture d une grande institution pourrait avoir une incidence considérable sur les pratiques locales en matière d emploi pour autant que cette dernière soit le seul ou le principal pourvoyeur d emplois. Construire des unités de vie pour personnes handicapées au sein de ces mêmes communautés afin de proposer un emploi de substitution pourrait ne pas se révéler judicieux. Les résidents de l institution peuvent provenir d autres régions du pays et pourraient émettre le souhait de retourner dans leur communauté locale. Une réflexion sur le développement économique local devra en conséquence être menée à bien. Coût d opportunité du capital Un grand nombre des institutions actuelles offrent peu de possibilités en terme de rénovation car les bâtiments sont anciens, voire en mauvais état et les terrains sur lesquels elles se situent ne sont pas très recherchés en matière de réhabilitation

14 La fermeture d une institution pourrait dès lors ne pas générer énormément de fonds supplémentaires à investir dans des services de proximité. Même lorsqu un bâtiment ou un site jouit d une haute valeur économique en terme de réhabilitation, les gains de la vente ne seront pas réalisés tant que l institution ne sera pas complètement fermée. En conséquence, des fonds de démarrage s avèreront nécessaires (en l occurrence des fonds débloqués suffisamment tôt afin de mettre en route les nouvelles infrastructures de proximité). Des doubles frais de fonctionnement seront également nécessaires afin d alimenter en parallèle et pendant plusieurs années les anciens comme les nouveaux services jusqu à la fermeture définitive des institutions. Flux financiers Les préoccupations relatives à des pertes de budgets/ressources au sein du système de santé ou ailleurs suite à la fermeture d une institution peuvent être abordées grâce à une affectation précise des fonds à titre partiel ou temporaire. Ainsi, par exemple, le budget actuellement alloué à un hôpital psychiatrique pourrait être réservé à la mise en place de services de proximité pour les personnes ayant des besoins en matière de santé mentale. Une affectation spécifique de ce type peut être une garantie et une source de stabilité et contribuer à donner un coup de fouet à une nouvelle initiative de prise en charge. Les budgets centralisés peuvent être un outil pour la mise en œuvre de politiques ou de priorités nationales, mais les budgets décentralisés font en sorte que les besoins et les préférences locales orientent les services locaux. D autre part, cette approche pourrait faciliter un remaniement des équilibres, à savoir s écarter des services axés sur l institutionnel au profit des services de proximité. Un financement étroitement lié à des individus plutôt qu à des institutions permettrait d éliminer un des obstacles au rééquilibrage de la prise en charge au détriment des services prestés en institutions. Le système de fourniture (à savoir les modalités d achat des services) aura une incidence importante sur le bon fonctionnement de la prise en charge, notamment son équilibre. Les responsables doivent choisir avec minutie leur système d achat de manière à créer les mesures incitatives propices à une amélioration. Les remaniements budgétaires d une année sur l autre devraient être évités eu égard à leur caractère perturbateur. D autre part, il pourrait être nécessaire de s écarter d une approche graduelle, progressive à l égard du changement afin de contester le statu quo. Multiplicité des sources de financement Etant donné que de nombreuses personnes handicapées éprouvent des besoins multiples, elles peuvent solliciter ou exiger une palette de services (proposés, le cas échéant, par plusieurs services sur des budgets différents). Cette multiplicité doit être reconnue. Les interactions (réelles ou éventuelles) entre les services et les agences pourraient constituer un obstacle de taille à une prise en charge efficace et rentable. Une planification et une mise en service conjointes figurent parmi les démarches envisageables pour tenter de réunir deux ou plusieurs agences dotées de moyens budgétaires et améliorer par ce biais la coordination des services et son impact

15 Transférer certains pouvoirs et certaines responsabilités aux gestionnaires de cas/de soins, voire même aux usagers via l organisation de services gérés par leurs soins, pourrait également contribuer à surmonter ces difficultés. Dynamiques de changement Les dynamiques de changement sont complexes et peuvent envoyer des signaux trompeurs à propos des coûts variables et des résultats. Les responsables politiques doivent veiller à envisager les choses sur le long terme. Recommandations Les présentes conclusions impliquent que les gouvernements régionaux comme nationaux jouent un rôle central en terme de discernement et d encadrement et travaillent en collaboration avec les représentants des usagers et leurs familles. Elles suggèrent la mise en place de perspectives générales sur le long terme qui envisagent l ensemble des coûts et les avantages du processus de transition. Elles soulignent l importance de faire preuve de créativité pour élaborer des solutions aux nombreux problèmes de mise en œuvre susceptibles de se présenter et pour tirer les leçons du processus alors que s accumulent l expérience et le savoir sur la manière de fournir des services de proximité performants. Elles confirment également que selon les preuves disponibles, une fois que la comparaison s établit sur base de besoins et d une prise en charge comparables, rien ne permet d attester que les services de proximité seront foncièrement plus onéreux que les institutions. Comment les gouvernements peuvent-ils faire progresser ce programme? Le changement requiert que les gouvernements et d autres acteurs : 1. renforcent la perception des nouvelles perspectives au sein du tissu social ; 2. confirment l insatisfaction du grand public quant aux dispositions actuelles ; 3. démontrent concrètement comment on peut améliorer les choses ; 4. diminuent la résistance au changement par la gestion des mesures d incitation destinées aux différents intervenants du processus. Cette liste n est pas dressée par ordre d importance ; une attention particulière doit être accordée à chacun de ces domaines au fil du processus. Les démarches initiées par les gouvernements, l équilibre adéquat entre les nombreuses actions diffèreront d un pays à l autre en fonction des circonstances. Ces quatre points devront néanmoins être abordés tout au long de la période de transition. Même si d autres acteurs jouent un rôle important (par exemple les organisations d usagers et leurs familles), la responsabilité de la planification, de la coordination et de la gestion du processus reste aux mains des gouvernements. Les recommandations énoncées dans les intitulés repris ci-dessous découlent non seulement des éléments de preuve présentés dans ce rapport, mais aussi de l abondante littérature sur la modernisation des services pour les personnes handicapées et de l expérience des auteurs en tant qu acteurs de terrain

16 Renforcer la perception des nouvelles perspectives au sein du tissu social 3. Adopter des politiques en faveur de l insertion 3.1 Se fixer comme objectif que toutes les personnes handicapées soient intégrées dans la société et que l aide dispensée repose sur le respect individuel, le choix et le contrôle de son mode de vie, la participation absolue à la société et l accompagnement en vue de maximiser son indépendance. 3.2 S engager à stopper la construction de nouvelles institutions ou de nouveaux bâtiments dans les institutions existantes et à injecter la majorité des fonds disponibles dans la création de services de proximité. 3.3 Préciser le calendrier global ainsi que le schéma suivi pour le passage des institutions aux services de proximité. 4. Mettre en place un soutien juridique propice à l insertion 4.1 Adopter une législation qui favorise la vie indépendante et l insertion sociale. 4.2 Ratifier la Convention de l ONU sur les droits des personnes handicapées. 4.3 Interdire toute discrimination à l encontre des personnes handicapées dans les services et infrastructures. 4.4 Interdire le recours à des deniers publics pour construire de telles institutions. 4.5 Veiller à ce que les agences gouvernementales chargés de desservir la population d une région donnée aient pour responsabilité de servir également les personnes handicapées. 5. Faire entendre le point de vue des personnes handicapées, des familles et de leurs représentants dans la sphère politique 5.1 Aider les groupes qui prennent le parti de l insertion et du remplacement des institutions par des services de proximité. 5.2 Désigner auprès des instances officielles des personnes handicapées, des membres de la famille et des représentants ayant personnellement pris le parti de l insertion. 5.3 Dispenser une formation aux personnes handicapées et à leurs familles sur le fonctionnement de l élaboration des politiques et sur les modalités à suivre pour l influencer. 5.4 Exiger des responsables politiques et des fonctionnaires du secteur qu ils rencontrent ponctuellement les personnes handicapées, les membres des familles et les représentants qui se sont positionnés en faveur de l insertion et déterminer les modalités à suivre pour qu elles se fassent entendre en politique. 6. Exiger des organes professionnels une adéquation entre leurs politiques et le soutien à l insertion 6.1 Exiger des instances qui représentent, forment ou agréent les professionnels du secteur du handicap qu elles s engagent à favoriser l insertion des personnes handicapées dans le cadre de l exercice de leur profession. Cette mesure devrait s appliquer au personnel spécialisé en contact avec les personnes handicapées ainsi qu aux autres professions susceptibles de leur

17 proposer un service dans le cadre de leur fonction (ex. les agents de police, les infirmières des centres hospitaliers). 6.2 Veiller à ce que l organisation de la formation (qu il s agisse de formation continue ou initiale) et de l agrément fasse intervenir les personnes handicapées et repose sur le principe de l insertion. 7. Susciter l engouement des médias et leur soutien par rapport à l insertion 7.1 Favoriser la politique de remplacement des institutions par des services de proximité grâce à des informations officielles et des programmes d éducation du public. 7.2 Aider les personnes qui fournissent des services d excellente qualité au sein du tissu social ainsi que les usagers à faire connaître leurs activités. 8. Tirer les enseignements des bonnes pratiques en vigueur dans d autres pays 8.1 Encourager les visites des personnes handicapées, des familles, des représentants, des prestataires de services et des décideurs afin de tirer les enseignements des bonnes pratiques en vigueur dans les services de proximité d autres pays ainsi que des visites réciproques de ces pays en lieu et place des échanges entre prestataires du secteur de la prise en charge institutionnelle. 8.2 Favoriser la participation à des réseaux internationaux (notamment la Coalition européenne pour la vie dans le tissu social) susceptible de contribuer à un échange de bonnes pratiques. 8.3 Exiger que les formations dispensées au personnel en contact avec des personnes handicapées tiennent compte de l examen des bonnes pratiques répertoriées dans les services de proximité d autres pays. Confirmer l insatisfaction du grand public quant à l organisation actuelle de la prise en charge institutionnelle 9. Ouvrir les institutions à un contrôle indépendant 9.1 Exiger des institutions qu elles permettent aux membres d instances publiques, non gouvernementales et aux médias de procéder à des visites, de rencontrer les résidents, les familles, les représentants et le personnel qui le souhaitent. 9.2 Encourager les institutions à favoriser leur remplacement par des services de proximité. 10. Etablir un corps d inspecteurs afin de protéger et de promouvoir les droits des individus 10.1 Etablir des corps d inspecteurs (composés de personnes handicapées et d autres acteurs devenus experts de par leur expérience ) en vue de visiter les services, rencontrer les résidents, les familles, les représentants ainsi que le personnel et contrôler leurs conditions et qualité de vie Publier les résultats des visites d inspection Mettre en œuvre les conclusions de ces visites d inspection lorsque des individus doivent bénéficier d une protection ou d une réparation

18 11. Privilégier les comparaisons de la qualité de vie 11.1 Encourager la description des conditions et qualité de vie des résidents grâce à des comparaisons avec (i) des membres non handicapés de la population, (ii) des personnes présentant un niveau de handicap similaire bénéficiant de services de proximité (ailleurs dans le même pays ou dans d autres pays) en lieu et place des comparaisons établies par le passé avec des institutions identiques ou avec des institutions implantées dans un autre pays. Démontrer concrètement comment il est possible d améliorer les choses 12. Créer des services innovants 12.1 Financer la mise en place de logements supervisés et de vie indépendante dans le tissu social ; utiliser des logements ordinaires et fournir le type d accompagnement professionnel dont chaque individu a besoin Veiller à ce que les projets pilotes témoignent des bonnes pratiques tant dans leurs modalités de mise en place que dans leur mode de fonctionnement Veiller à ce que les projets pilotes favorisent le retour à domicile des personnes handicapées placées en institution et bénéficient aux autochtones repris sur des listes d attente afin que les membres des communautés où ces services sont mis en place soient davantage susceptibles de se montrer solidaires et coopératifs Veiller à ce que les projets pilotes offrent des possibilités en terme d accueil et d activité (éducation, emploi ou autre activité de jour) afin d accroître les probabilités de succès Appuyer de nouveaux types de formation et de qualifications professionnelles afin de garantir une dotation en personnel suffisante pour un accompagnement idoine tout au long de la mise en place des nouveaux services Contrôler la qualité et les coûts des nouveaux services 13. Inclure chacun dès le départ 13.1 Veiller à ce que les programmes fassent intervenir les personnes gravement handicapées ou en situation de grande dépendance en amont du processus de mise en place afin de satisfaire leurs besoins dès le départ. Diminuer la résistance au changement par une gestion des mesures incitatives destinées aux différents acteurs du processus 14. Susciter de nouvelles possibilités de financement 14.1 Mettre sur pied des mécanismes en faveur des budgets personnels de sorte que les personnes puissent être aidées à planifier leur nouvelle vie d une manière personnalisée Donner la possibilité aux nouvelles organisations de s impliquer dans la fourniture des services de proximité en dehors du cadre actuel de prise en charge institutionnelle afin d être les précurseurs des nouveaux modèles d accompagnement requis Mettre en place des incitants financiers afin que les gouvernements locaux participent à l insertion des personnes handicapées dans leur propre communauté

19 15. Eliminer les obstacles à la mise en place de services de proximité 15.1 Créer les conditions pour externaliser de nouveaux services locaux et innovants de sorte que les règles en vigueur conçues pour les systèmes de prise en charge institutionnelle soient levées ou modifiées afin de permettre la mise en place de services de proximité Passer en revue les règles applicables aux autres services concernés, notamment l aménagement, le logement, l emploi, la santé et la sécurité, afin de veiller à ce que les personnes handicapées insérées dans le tissu social puissent jouir de l égalité d accès Œuvrer avec la Commission européenne à ce que les règles européennes sur l emploi, la santé, la sécurité et les autres domaines de compétence de l UE appuient plus qu elles n entravent la mise en place de services de proximité. 16. Subordonner le financement des nouveaux services à la qualité 16.1 Veiller à ce que les nouveaux services soient uniquement financés s ils sont de bonne qualité, contrôler la qualité (considérer le vécu des personnes handicapées aidées par ces services comme le principal critère de qualité) et cesser le financement si les services ne garantissent pas des normes acceptables Résister à la tentation de recréer ou de construire de nouvelles institutions au titre de mesure de circonstance temporaire Les instances internationales comme la Banque mondiale et la Commission européenne ne devraient pas permettre que leurs fonds servent à recréer ou à construire de nouvelles institutions

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 LES INSTRUMENTS FINANCIERS DE LA POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 La Commission européenne a adopté des propositions législatives concernant la politique de cohésion 2014-2020

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Politique adoptée par la Résolution CA-2013-2014-7 du conseil d administration du Conservatoire à sa 26 e séance ordinaire tenue

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé

Les défis du développement du gouvernement électronique. Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé Les défis du développement du gouvernement électronique Par Edwin Lau Résumé par Gérard Mongbé La révolution numérique a engendré une pression sur les gouvernements qui doivent améliorer leurs prestations

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement F CDIP/4/8/REV/TOR ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 OCTOBRE 2010 Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement établi par

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE

MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES MISE EN DIFFUSION GENERALE MANUEL DE MISE EN OEUVRE DES DISPOSITIONS CONCERNANT L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS A DES FINS FISCALES Approuvé par le Comité des Affaires Fiscales de l OCDE le 23 janvier 2006 MISE EN DIFFUSION GENERALE

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION Le cadre de reconnaissance et de financement des entreprises d insertion comporte deux volets le premier volet comprend les éléments

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

L entretien professionnel annuel (EPA)

L entretien professionnel annuel (EPA) INSTRUCTION n 2012-43 du 21 février 2012 L entretien professionnel annuel (EPA) Emetteurs : DGA RH Direction gestion des carrières et politique de rémunération Correspondants : Marie BALLAND Isabel IBANEZ

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/65/63/Add.1. La délocalisation au sein des organismes des Nations Unies. Note du Secrétaire général

Assemblée générale. Nations Unies A/65/63/Add.1. La délocalisation au sein des organismes des Nations Unies. Note du Secrétaire général Nations Unies A/65/63/Add.1 Assemblée générale Distr. générale 30 juillet 2010 Français Original : anglais Soixante-cinquième session Points 130 et 137 de l ordre du jour provisoire* Examen de l efficacité

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

DÉCISION A2. du 12 juin 2009

DÉCISION A2. du 12 juin 2009 COMMISSION ADMINISTRATIVE POUR LA COORDINATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ SOCIALE DÉCISION A2 du 12 juin 2009 concernant l interprétation de l article 12 du règlement (CE) n o 883/2004, relatif à la législation

Plus en détail

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS

PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS PLAN D ACTION RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS becret OGER INTERNATIONAL [Sélectionnez la date] Service Ressources Humaines OGER INTERNATIONAL Avril 2012 PREAMBULE Constatant que le taux d emploi des 55-64

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF)

FINANCE CRITÈRES D ÉVALUATION (Les critères d évaluation doivent être pris en compte de pair avec le Cadre de surveillance du BSIF) RÔLE DE LA FONCTION Finance est une fonction autonome qui rend compte avec exactitude et en temps utile du rendement des unités opérationnelles (y compris les secteurs d activité) de l institution financière

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003)

INTRODUCTION. Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) INTRODUCTION Cadre d évaluation de la qualité des données (CEQD) (juillet 2003) Le cadre d évaluation des données (CEQD) propose une structure qui permet d évaluer la qualité des données en comparant les

Plus en détail

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2

CHECK-LIST. du label Valais excellence PHASE 2 CHECK-LIST du label Valais excellence PHASE 2 La check-list Valais excellence a pour objectif de compléter les exigences ISO 9001 et ISO 14001 par celles 1) de la création de richesse en Valais 2) correspondantes

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011

DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 DÉCLARATION DE PRINCIPES SUR LE SYSTÈME ONTARIEN DE TRANSFERT DES CRÉDITS 2011 VISION De nos jours, l éducation postsecondaire offre plus de choix et de possibilités qu auparavant. En outre, les besoins

Plus en détail

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS Ce document présente la procédure d évaluation des services centraux de l UNIL

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Aide-mémoire 19. Réseaux d entreprises formatrices

Aide-mémoire 19. Réseaux d entreprises formatrices Aide-mémoire 19 Réseaux d entreprises formatrices Qu est-ce qu un réseau d entreprises formatrices? Un réseau d entreprise formatrices est un groupement d entreprises qui, seules, ne pourraient pas assurer

Plus en détail

Par: Yves Dubeau, ing. Consultant et Vice-président du CRAIM Le 23 novembre 2010

Par: Yves Dubeau, ing. Consultant et Vice-président du CRAIM Le 23 novembre 2010 Bilan de l'étude du CRAIM sur les meilleures pratiques observées pour la concertation locale en gestion des risques industriels majeurs - L'expérience des CMMI. Par: Yves Dubeau, ing. Consultant et Vice-président

Plus en détail

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales

Global Network. La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales Employee Benefits Global Network La meilleure approche en matière de protection sociale pour les multinationales À l heure actuelle, les multinationales doivent relever des défis notables en matière de

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT»

THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES DANS LES PLANS NATIONAUX ET RÉGIONAUX DE DÉVELOPPEMENT» ATELIER UNION AFRICAINE / COMMUNAUTÉS ECONOMIQUE RÉGIONALES SUR LE COMMERCE DES SERVICES EN COLLABORATION AVEC JEICP ET LA BAD 29-30 MARS 2012, LUSAKA (ZAMBIE) THÈME: «INTÉGRATION DU COMMERCE DES SERVICES

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

GUIDE PÉDAGOGIQUE L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES

GUIDE PÉDAGOGIQUE L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES L ÉLABORATION DU PROJET DE FORMATION EN ALTERNANCE TRAVAIL-ÉTUDES 10 Le projet de formation en alternance travail-études constitue l outil qui concrétise le partenariat éducatif entre l établissement scolaire

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation

Recommandations. Thèses relatives à l accréditation Recommandations Thèses relatives à l accréditation Berne, le 17 décembre 2003 Seite 2 Recommandations aux hautes écoles spécialisées suisse 1. Accréditation et processus de Bologne Dans la Déclaration

Plus en détail

Assemblées des États membres de l OMPI

Assemblées des États membres de l OMPI F A/55/INF/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 4 AOÛT 2015 Assemblées des États membres de l OMPI Cinquante-cinquième série de réunions Genève, 5 14 octobre 2015 STRATÉGIE DE GESTION DES CONNAISSANCES DE L ORGANISATION

Plus en détail

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657

Conseil. en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire. www.adessa-software.com. tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 Conseil en Organisation et Gestion de Bloc Opératoire tel : +32 (0)10 841 921 fax : +32 (0)10 227 657 www.adessa-software.com Avant-Propos De part sa nature complexe et évolutive, le bloc opératoire est

Plus en détail

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL

CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL C-WP/Simulation 5/12/14 CONSEIL SIMULATION SPÉCIALE DU CONSEIL DÉFIS RELATIFS AUX PRÉVISIONS DE PÉNURIE DE PERSONNEL AÉRONAUTIQUE QUALIFIÉ

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction

Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Rapport de surveillance des politiques de Limites des pouvoirs de la direction Période de référence : Septembre à décembre 2014 Période de référence précédente : 30 septembre 2014 Nom de l auteur : K.

Plus en détail

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS)

Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Guide pour la préparation d une feuille de route pour élaborer la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS) Février 2005 1 I. INTRODUCTION La réalisation d une SNDS en général et d

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

Action de soutien à la mobilité

Action de soutien à la mobilité UNION EUROPÉENNE Fonds social européen Investit pour votre avenir PROGRAMME DEPARTEMENTAL D INSERTION 2012-2016 APPEL A PROJETS 2015 Action de soutien à la mobilité Date de lancement de l appel à projets

Plus en détail

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le :

POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Le conseil d administration Le : Destinataires : POLITIQUE DE GOUVERNANCE N o : Administrateurs, directeurs, gestionnaires, médecins, employés, bénévoles, stagiaires et fournisseurs Élaborée par : Le conseil d administration Le : Adoptée

Plus en détail

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF

LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF LE CPAS ET L ÉTAT SOCIAL ACTIF Journée de formation FEBISP juin 2001 Intervention de Monsieur Michel COLSON Président de la Section CPAS de l Association de la Ville et des Communes de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU RAPPORT AU COMITÉ D ÉVALUATION, DE MESURE DU RENDEMENT ET D EXAMEN EN DU 30 SEPTEMBRE 2013 D'APPROBATION : 22/02/2011 Il est recommandé que, en collaboration

Plus en détail

Politiques des équipements et des infrastructures

Politiques des équipements et des infrastructures POLITIQUE DES ÉQUIPEMENTS ET DES INFRASTRUCTURES Le conseil municipal, le conseil d agglomération, les conseils d arrondissement et le comité exécutif de Montréal, à titre d administrateurs de fonds publics

Plus en détail

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles

Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Cadre de référence pour soutenir la gestion et la revue diligente des projets en ressources informationnelles Document d orientation aux organismes publics Annexe A Rôles et responsabilités détaillés des

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Adoptée le 1 er juin 1999

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Adoptée le 1 er juin 1999 DOCUMENT OFFICIEL POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Adoptée le 1 er juin 1999 Service des ressources humaines www.csp.qc.ca TABLE DES MATIÈRES 1.0 LES OBJECTIFS... 3 2.0 LE CADRE JURIDIQUE ET

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE)

Conseil d administration Genève, mars 2006 MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION. Initiative focale sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.295/MNE/2/1 295 e session Conseil d administration Genève, mars 2006 Sous-commission sur les entreprises multinationales MNE POUR DISCUSSION ET ORIENTATION DEUXIÈME QUESTION

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information

1. La base de données économiques et sociales : un nouveau support d information LOI DE SECURISATION DE L'EMPLOI AVRIL 2014 LA CONSULTATION DU COMITE D ENTREPRISE SUR LES ORIENTATIONS STRATEGIQUES ET LA BASE DE DONNEES ECONOMIQUES ET SOCIALES (BDES) Loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations»

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» Avant projet de Plan d action EY 2012 Introduction La CES, ses deux organisations européennes

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail