IARBIC Performance des BI. Gestion. Magdalena Blum Assia Musoko. Food and Agriculture Organization of the United Nations

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "IARBIC Performance des BI. Gestion. Magdalena Blum Assia Musoko. Food and Agriculture Organization of the United Nations"

Transcription

1 Food and Agriculture Organization of the United Nations Subdirección de Investigación y Research Extensión and Extension Unit IARBIC Performance des BI Gestion Magdalena Blum Assia Musoko Niamey, 14 juin

2 Contenu Performance en Gestion de la BI Profil et formation des gérants Outils de gestion Ventes et Fonds de Roulement 2

3 Gestion des BI 3

4 Qui sont les gérants des BI? 4

5 Profil et formation des gestionnaires 68% des gestionnaires sont au moins alphabétisés. Proportions de BI ayant des gestionnaires formés 97 % en gestion comptable 76% à l utilisation des intrants 59% en approvisionnement en intrants 39% à l organisation de la commande groupée 30% de formations en recyclage sur la gestion comptable et l approvisionnement en intrants 5

6 Hommes/Femmes - gérant(e)s de BI 8/10 des gérants et gérants adjoints des BI sont des hommes Seules les BI de Niamey ont une majorité de femmes gérantes (6/10) et gérantes adjointes (7,5/10) Proportions Hommes/Femmes Gérant(e)s de BI (base 785) Proportion Hommes/Femmes Adjoint(e)s Gérant(e)s (base 785 BI) 100% 80% 60% 40% 20% 0% 5% 95% 22% 78% 18% 82% 12% 88% 16% 84% 32% 68% 8% 92% 60% 40% 18% 82% Femmes gérantes Hommes gérants 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 33% 67% 55% 46% 30% 70% 25% 75% 44% 56% 53% 47% 15% 85% 75% 25% 32% 68% Femmes gérantes - adjoints Hommes gérants adjoints 6

7 Quels sont les outils de gestion, leur maîtrise et utilisation? 7

8 Les outils de gestion de la BI 2/3 des BI ont un cahier unique de gestion (CUG) comme outil de comptabilité de la BI. Research and Extension Unit 8

9 Niveau d utilisation du cahier unique de gestion CUG 3/4 des BI dotées d un CUG l utilisent réellement. 3/4 des BI dotées d un CUG était à jour des opérations comptables de la BI. Sauf Diffa(2/3) et Dosso (1/2). 1/3 des BI n ont pas de CUG, mais d autres outils de gestion: cahier de caisse, registre des membres, cahier de stocks, cahier des commandes, cahier de crédit, cahier des ventes. 9

10 Appréciation des outils de gestion par les gestionnaires CUG outil de gestion jugé le plus utile (84%) mais aussi le plus difficile à tenir (64%). Les informations importantes pour les gestionnaires sont: 1. Connaître la situation de la trésorerie (74%); 2. Niveau des stocks d intrants (12%); 3. La marge bénéficiaire, la quantité d intrants vendue et les besoins des clients (moins de 10%). 10

11 Capacité de production des comptes de la BI 60 % des BI font un bilan mensuel de l état comptable et financier de la BI, utilisé pour: informer sur les activités de la BI au niveau interne; mieux gérer et contrôler la BI. 50% des BI ont produit le compte d exploitation de fin de campagne en % l ont utilisé pour faire l auto évaluation avec l Assemblée Générale de l OP. 11

12 Quels sont les résultats des ventes des BI? 12

13 Ventes d engrais des BI en 2012 Quantités moyennes d engrais vendues par BI oscillent entre 3 et 4 tonnes selon les régions tonnes d engrais vendus par les 785 BI, soit 14 kg en moyenne par client, mais forte différence entre les régions. 13

14 Evolution du Fonds de Roulement des BI 5 régions sur 8, les BI ont une évolution positive de leurs fonds de roulement: Dosso (+144%), Tillabéry (+107%) et Diffa (+105%) ont doublé leur fonds de roulement initial. Les BI de Tahoua (- 66%), Zinder (- 42%) et CU de Niamey (- 85%) ont une évolution négative de leur FR et représentent un tiers des BI. 14

15 Capacité de gestion des fonds 8/10 BI utilisent le FR pour le renouvellement des stocks, mais restent 2/10 qui en font un usage inadapté (prêt, détournement). 3/4 BI font une utilisation raisonnée de leur marge bénéficiaire (augmentation FR, épargne pour imprévus ou investissement). 1/3 BI a déjà réalisé des réparations sur fonds propres (crépissage, réparation de fissures par exemple). 15

16 Conclusions Performance en gestion des BI Gestion encore peu confiée à des femmes (20% gérantes et 34% adjointes) alors qu elles représentent 30% des membres OP et près de 40% des clients. La majorité des BI ont une équipe de gestionnaires (gérants et membres du COGES) au moins alphabétisés (2/3) et toutes une équipe formée à la gestion comptable. Les formations en utilisation d intrants (3/4 BI), en approvisionnement (2/3 BI) et en CG (1/3 BI) montrent que ces compétences manquent dans une partie des BI. 16

17 Conclusions Performance en gestion des BI Le Cahier Unique de Gestion (CUG) des BI est encore mal maîtrisé par les gestionnaires car jugé difficile. La faible proportion de BI qui disent produire des bilans et comptes d exploitation pose la question de la capacité des gestionnaires à le faire, mais aussi de l OP à suivre les résultats de la BI. 17

18 Conclusions Performance en gestion des BI La majorité des BI ont une évolution positive de leur fonds de roulement. Toutefois, 1/3 des BI, notamment à Tahoua, Zinder et Niamey, ont une évolution négative de leurs fonds de roulement. Les BI de ces régions ont un problème de gestion réel et un risque de leur viabilité sans une revue de leur système de gestion et de contrôle. 18

19 Conclusions Performance en gestion des BI Les quantités d engrais vendues via les BI restent encore trop faibles (3 tonnes en moyenne par BI) pour couvrir les besoins de leur clientèle. Ces quantités permettent de fertiliser moins d un hectare par client alors que les ménages exploitent en moyenne de 3 à 5 hectares. Elles couvrent donc moins d 1/3 des besoins des clients producteurs et productrices. 19

20 Recommandations Performance en gestion des BI Les femmes productrices devraient être plus impliquées dans la gestion des BI (gérants, adjoints, et membres des Comité de Gestion). Une revue du CUG devrait être opérée avec la participation des OP pour une meilleure adaptation aux capacités des gérant(e)s et aux opérations de contrôle et de supervision. 20

21 Recommandations Performance en gestion des BI Les formations devraient inclure un soutien à la maîtrise des outils de gestion des BI et développer les compétences en gestion des approvisionnements dont la Commande Groupée et ses outils. Les OP des BI ayant un FR négatif devraient renforcer leur système de contrôle et de suivi et trouver des solutions pour éviter l arrêt des activités par manque d intrants. Les quantités d engrais vendues via les BI devraient tripler (de 3 à 9 tonnes par BI) pour assurer une couverture des besoins. 21

22 Merci beaucoup pour votre attention 22

IARBIC Satisfaction de la Clientèle

IARBIC Satisfaction de la Clientèle Food and Agriculture Organization of the United Nations Subdirección de Investigación y Extensión Research and Extension Unit IARBIC Satisfaction de la Clientèle Magdalena Blum Assia MUSOKO Juin 2015 1

Plus en détail

IARBIC Performance des BI. Stocks et approvisionnement. Magdalena Blum Assia Musoko. Food and Agriculture Organization of the United Nations

IARBIC Performance des BI. Stocks et approvisionnement. Magdalena Blum Assia Musoko. Food and Agriculture Organization of the United Nations Food and Agriculture Organization of the United Nations Subdirección de Investigación y Research Extensión and Extension Unit IARBIC Performance des BI Stocks et approvisionnement Magdalena Blum Assia

Plus en détail

RAPPORT DE FORMATION F R

RAPPORT DE FORMATION F R CENTRE DE FORMATION CONTINUE RAPPORT DE FORMATION GESTION DU PORTEFEUILLE DE CRÉDIT Du 26 au 28 mai 2008 RAPPORT DE FORMATION F R O # 2 T3 JUILLET 2008 INTRODUCTION TI L ANIMH a poursuivi les activités

Plus en détail

61% des dépenses énergétique Que représente le charbon dans le budget énergétique des

61% des dépenses énergétique Que représente le charbon dans le budget énergétique des 66femmes et 11gargotes de Mopti Combien d utilisatrices de bois sur 100 femmes? 80 utilisent le bois, Combien d utilisatrices de charbon? 50 utilisent le charbon Que représente le bois dans le budget énergétique

Plus en détail

Mise en place de la Boutique d Intrants agricoles. Livret des apprenants sur la mise en place des Boutiques d Intrants (BI) agricoles.

Mise en place de la Boutique d Intrants agricoles. Livret des apprenants sur la mise en place des Boutiques d Intrants (BI) agricoles. Mise en place de la Boutique d Intrants agricoles 1 Livret des apprenants Ce module a été conçu avec l appui financier de la Commission de l Union Européenne Livret des apprenants sur la mise en place

Plus en détail

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan.

Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse du bilan. CHAPITRE 13 L ANALYSE DU BILAN : STRUCTURE ET EQUILIBRE FINANCIER Après l analyse du compte de résultat à l aide du tableau des soldes intermédiaires de gestion, nous nous intéressons maintenant à l analyse

Plus en détail

En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus

En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus CHAPITRE UN EXEMPLES DE FORMATIONS EN LIGNE En proposant une formation souvent moins onéreuse et plus pratique que les autres méthodes, l apprentissage en ligne est aujourd hui en train de transformer

Plus en détail

EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES. Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR

EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES. Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR EST-CE QUE LA MICROFINANCE REPOND AUX BESOINS DES AGRICULTEURS MALGACHES? Mamy RAJOHANESA PCA de FIFATA MADAGASCAR Madagascar en chiffres 19 millions d habitants 587 000 km2 Un PIB de 250 $ US par habitant

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

Piloter son entreprise : Le suivi de l activité

Piloter son entreprise : Le suivi de l activité 10/505N/05/A. 1. Piloter son entreprise : Le suivi de l activité Comprendre et maîtriser l évolution du BFR 10/505N/05/A. 2. Piloter son entreprise : Le suivi de l activité Le suivi de l activité : constats

Plus en détail

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra

Les outils de planification d achat. Préparé par : Othman karra Les outils de planification d achat Préparé par : Othman karra plan INTRODUCTION I. Rôle des stocks dans la fonction achat 1. définition des stocks 2. avantages et inconvénients des stocks 3. types de

Plus en détail

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO

EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO INADES-Formation Togo B.P. 12 472 Lomé TEL. (228) 225-92-16 FAX : (228) 225-92-17 inadesformation@if-togo.net EXPERIENCE DE WARRANTAGE DU PODV ET DE LA CPC TOGO Présentée par N Key Kwami AMONA Directeur

Plus en détail

Analyse de la structure financière d une entreprise.

Analyse de la structure financière d une entreprise. Analyse de la structure financière d une entreprise. Il n existe pas de structure financière type. Il existe par contre des structures plus ou moins dangereuse pour l autonomie voire la survie d une entreprise.

Plus en détail

FICHES PRATIQUES LA CINQUIEME PARTIE : LE DEMARRAGE ET LE CONTROLE DE L ACTIVITE

FICHES PRATIQUES LA CINQUIEME PARTIE : LE DEMARRAGE ET LE CONTROLE DE L ACTIVITE FICHES PRATIQUES LA CINQUIEME PARTIE : LE DEMARRAGE ET LE CONTROLE DE L ACTIVITE 107 ««LLee ddéémaarrrraaggee eett llee l ddéévveel llooppppeemeenntt ddee ll l eennttrreepprri iissee»» Maintenant que vous

Plus en détail

RAPPORT DE FORMATION I # 1 T3

RAPPORT DE FORMATION I # 1 T3 CENTRE DE FORMATION CONTINUE RAPPORT DE FORMATION GESTION DU PORTEFEUILLE DE CRÉDIT Du 7 au 9 mai 2008 RAPPORT DE FORMATION I # 1 T3 JUILLET 2008 INTRODUCTION TI L ANIMH a organisé du 7 au 9 mai 2008 sa

Plus en détail

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne

République du Niger. Croix-Rouge Nigérienne République du Niger Croix-Rouge Nigérienne Thème présenté: La promotion des cultures maraîchères à travers des petits périmètres irrigués collectifs féminins ou mixtes Yayé Mounkaïla Coordonnateur Sécurité

Plus en détail

Introduction I. Définition II. les ratios de structure 1. la structure de l actif 2. la structure des capitaux propres passifs III.

Introduction I. Définition II. les ratios de structure 1. la structure de l actif 2. la structure des capitaux propres passifs III. Introduction I. Définition II. les ratios de structure 1. la structure de l actif 2. la structure des capitaux propres passifs III. les ratios de liquidité IV. les ratios de gestion ou de rotation 1. ratio

Plus en détail

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir 2 POUR DEMARRER VOTRE ACTIVITE VOUS AVEZ BESOIN DE : D'investissements Moyens de production De stocks de matières et de produits D'une trésorerie de départ

Plus en détail

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte

WP Board 1062/10. 17 juin 2010 Original : anglais. Projet/Fonds commun. Contexte WP Board 1062/10 17 juin 2010 Original : anglais Projet/Fonds commun F Comité exécutif / Conseil international du Café 21 24 septembre 2010 Londres, Angleterre Amélioration de la transformation et de l

Plus en détail

Présentation des termes et ratios financiers utilisés

Présentation des termes et ratios financiers utilisés [ annexe 3 Présentation des termes et ratios financiers utilisés Nous présentons et commentons brièvement, dans cette annexe, les différents termes et ratios financiers utilisés aux chapitres 5, 6 et 7.

Plus en détail

L approvisionnement De la restauration hors domicile Acte 3

L approvisionnement De la restauration hors domicile Acte 3 L approvisionnement De la restauration hors domicile Acte 3 Une 1ère expérimentation locale Dynamique engagée par l antenne de la Chambre d agriculture en Périgord Noir avec la communauté de communes de

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic financier» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Le diagnostic financier» Points clés Etablir un diagnostic financier, c est analyser la situation - passée, présente et future - d une structure d utilité sociale ou

Plus en détail

GESTIONNAIRE DE STOCKS. Organigramme

GESTIONNAIRE DE STOCKS. Organigramme Organigramme Les valeurs qui font notre Entreprise Construire au quotidien une relation de confiance avec notre clientèle et la placer au cœur de nos préoccupations, c est répondre tous ensemble à un objectif

Plus en détail

Le warrantage de l union Toungakai Ni bonga de Saboudey Carré

Le warrantage de l union Toungakai Ni bonga de Saboudey Carré Fiche d expérience Niger Novembre 2012 Le warrantage de l union Toungakai Ni bonga de Saboudey Carré Auteur: Zara M. Inoussa, IARBIC Introduction Cette fiche couvre l expérience de l union Toungakai Ni

Plus en détail

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises

Etude sur les garanties et services : les attentes des salariés et des entreprises Etude sur les garanties et services : les attentes des et des entreprises Résultats du 10 ème Baromètre de la Prévoyance réalisé par le Crédoc pour le CTIP Méthodologie Deux enquêtes téléphoniques auprès

Plus en détail

Analyse factuelle de BVA

Analyse factuelle de BVA Analyse factuelle de BVA I. Evolution des déplacements 48% des habitants ont diminué au moins un type de déplacements Parmi les types de déplacements testés, ce sont les déplacements en ville et en voiture

Plus en détail

LA THEORIE FINANCIERE

LA THEORIE FINANCIERE ANALYSE FINANCIERE DEFINITIONS Ensemble de méthodes et d instruments qui permettent de traiter les informations comptables et de gestion en vue de formuler une appréciation de la situation financière,

Plus en détail

Schroders Global Investment Trends Report

Schroders Global Investment Trends Report Schroders Global Investment Trends Report 2014 Enquête mondiale sur les tendances et les intentions d épargne des investisseurs individuels Paris, le 4 mars 2014 Mars 2014 Introduction Méthodologie» Schroders

Plus en détail

Cadres budgétaires pour les pays en développement riches en ressources naturelles

Cadres budgétaires pour les pays en développement riches en ressources naturelles Cadres budgétaires pour les pays en développement riches en ressources naturelles Sanjeev Gupta Directeur adjoint Département des finances publiques FMI 21 mars 2012 1 Plan de l exposé 1. Cadre budgétaire:

Plus en détail

Politique de placement Fonds HEC Montréal. Entrée en vigueur le 30 novembre 2002

Politique de placement Fonds HEC Montréal. Entrée en vigueur le 30 novembre 2002 Politique de placement Fonds HEC Montréal Entrée en vigueur le 30 novembre 2002 Mise à jour par : le Conseil d administration de HEC Montréal; et le Conseil d administration de la Fondation HEC Montréal

Plus en détail

Analyse approfondie des marchés et de la sécurité alimentaire au Niger

Analyse approfondie des marchés et de la sécurité alimentaire au Niger Albichir Analyse approfondie des marchés et de la sécurité alimentaire au Niger Points saillants pour janvier 2014 No. 51 Janvier 2014 Une animation relativement bonne des marchés née de l affluence des

Plus en détail

Vision et Axes stratégiques de développement du Système Statistique National

Vision et Axes stratégiques de développement du Système Statistique National MINISTERE DU PLAN ET DE LA PROSPECTIVE ------------------- COMITE DE COORDINATION STATISTIQUE ET INFORMATIQUE ------------------- Institut National de la Statistique REPUBLIQUE DU MALI Un Peuple Un But

Plus en détail

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04

Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Norme Comptable Relative aux Stocks NC:04 Objectif 01. Lorsque l activité de l entreprise implique la détention de stocks, ceux-ci constituent généralement une part importante de ses actifs. Il est nécessaire

Plus en détail

BIL Harmony Une approche innovante en gestion discrétionnaire

BIL Harmony Une approche innovante en gestion discrétionnaire _ FR PRIVATE BANKING BIL Harmony Une approche innovante en gestion discrétionnaire Nous avons les mêmes intérêts. Les vôtres. Private Banking BIL Harmony BIL Harmony est destiné aux investisseurs désirant

Plus en détail

FINANCE ISLAMIQUE ET PME : CAS DE LA BIS

FINANCE ISLAMIQUE ET PME : CAS DE LA BIS FINANCE ISLAMIQUE ET PME : CAS DE LA BIS SOMMAIRE DEFINITION DE LA PME PROBLEMATIQUE DU FINANCEMENT DE LA PME SOLUTIONS ET PRODUITS DE LA FINANCE ISLAMIQUE : REPONSE DE LA BIS DEFINITION DE LA PME Selon

Plus en détail

Code NACE : 3312ZB - REPAR. MACHINES AGRICOLES. Exercice du 01/10/2009 au 30/09/2010. Expert Comptable 46 cours Léopold BP 80379 54007 NANCY Cedex

Code NACE : 3312ZB - REPAR. MACHINES AGRICOLES. Exercice du 01/10/2009 au 30/09/2010. Expert Comptable 46 cours Léopold BP 80379 54007 NANCY Cedex M. TEST 11 place SaintMartin BP 80394 57007 METZ CEDEX 01 Dossier de Gestion Exercice du 01/10/2009 au 30/09/2010 Cabinet comptable : Expert Comptable 46 cours Léopold BP 80379 54007 NANCY Cedex Cemogest

Plus en détail

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole

Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Fiches Techniques un outil pour faciliter l évaluation du crédit agricole Michael Marx, Centre d investissement Organisation des Nations Unies pour l Agriculture et l Alimentation Date: 18 mars 2015 AgriFin

Plus en détail

Arrêté N 00630/MP du 21 novembre 1997 portant nomination de directeur du projet Recensement Général de la Population et de l Habitat.

Arrêté N 00630/MP du 21 novembre 1997 portant nomination de directeur du projet Recensement Général de la Population et de l Habitat. Bibliographie Les arrêtés, décisions et décrets Arrêté N 0565/MP/DSCN du 20 octobre 1997 portant création d'un Bureau Central, des Bureaux Départementaux, des Bureaux des Communes urbaines et des Bureaux

Plus en détail

Le rapport des ventes : un outil de gestion essentiel

Le rapport des ventes : un outil de gestion essentiel Le rapport des ventes : un outil de gestion essentiel Combien de cell-packs ai-je vendus au printemps dernier et quel a été mon prix moyen? À qui ai-je vendu des poinsettias roses et combien chacun de

Plus en détail

Compétences essentielles numériques dans les petites entreprises rurales QUESTIONNAIRE DU SONDAGE PRÉ- FORMATION DES EMPLOYEURS

Compétences essentielles numériques dans les petites entreprises rurales QUESTIONNAIRE DU SONDAGE PRÉ- FORMATION DES EMPLOYEURS 1 Nom de l organisation INTRODUCTION Merci de prendre le temps de participer à ce sondage. Les résultats nous fourniront des données essentielles afin de mesurer l efficacité de la formation. Ces données

Plus en détail

2ème Séminaire international SESAME 2

2ème Séminaire international SESAME 2 2 ème Séminaire international SESAME 2 Meknés, Maroc, les 25 et 26 Avril 2014 Contribution du CGER VALLEE «L Agriculture Familiale dans la Vallée du Fleuve Sénégal» Présentation : Monsieur Amadou THIAW,

Plus en détail

L utilité des Banques Céréalières

L utilité des Banques Céréalières L utilité des Banques Céréalières Au Sahel Octobre 2011 2 Les Banques Céréalières Suite à la sécheresse et la grande crise de 1973, les BC se sont développées dans les pays du Sahel. Au Burkina, en 2002

Plus en détail

MICROFINANCE ET ENTREPRENARIAT JEUNES

MICROFINANCE ET ENTREPRENARIAT JEUNES MICROFINANCE ET ENTREPRENARIAT JEUNES Etat des lieux et mesures pour renforcer l'accès durable des jeunes à des services financiers adaptés Proposition d un modèle de financement adapté Absa KANE WANE,

Plus en détail

AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE L EMPLOI CONTRIBUTION DE L ANPE A L ATELIER DE CONSULTATION TRIPARTITE SUR LA MESURE DU TRAVAIL DECENT AU NIGER

AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE L EMPLOI CONTRIBUTION DE L ANPE A L ATELIER DE CONSULTATION TRIPARTITE SUR LA MESURE DU TRAVAIL DECENT AU NIGER AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE L EMPLOI CONTRIBUTION DE L ANPE A L ATELIER DE CONSULTATION TRIPARTITE SUR LA MESURE DU TRAVAIL DECENT AU NIGER 09-11 AOUT 2011 27/10/2011 1 27/10/2011 2 Introduction

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

PORTRAIT D UN FRAUDEUR. «Il avait mon entière confiance je n aurais jamais pensé qu il puisse être un fraudeur!»

PORTRAIT D UN FRAUDEUR. «Il avait mon entière confiance je n aurais jamais pensé qu il puisse être un fraudeur!» COPROPRIÉTÉ Prévenir et détecter la FRAUDE Dans le cadre du Colloque 2010 du RGCQ Par Élise Beauchesne, CA, Adm.A PORTRAIT D UN FRAUDEUR «Il avait mon entière confiance je n aurais jamais pensé qu il puisse

Plus en détail

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement Capitalisation des bonnes pratiques en appui à la production agricole et à la sécurité alimentaire Fiche de bonne pratique Niger Juillet 2012 La commande groupée d intrants agricoles : un mécanisme d approvisionnement

Plus en détail

Cas La Fourmi et la Cigale BTS MUC session 2008 Nouvelle Calédonie Proposition de corrigé : Boullery Jean philippe www.cultureco.

Cas La Fourmi et la Cigale BTS MUC session 2008 Nouvelle Calédonie Proposition de corrigé : Boullery Jean philippe www.cultureco. Cas La Fourmi et la Cigale BTS MUC session 2008 Nouvelle Calédonie Proposition de corrigé : Boullery Jean philippe www.cultureco.com Attention : la proposition de corrigé qui suit ne s appuit pas sur le

Plus en détail

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT

Nom du Document : FAITES LE BILAN A L HEURE DES COMPTES OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON RESULTAT OU COMMENT LIRE SON BILAN ET INTERPRETER SON FICHE CONSEIL Page : 1/9 INTERPRETER SON Vous connaissez chaque année le résultat de votre activité lors de l élaboration de vos comptes annuels. Vous pouvez

Plus en détail

Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014

Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine AOMARI, Chef de Division des Equipements et Services 09 Octobre 2014 Royaume du Maroc Ministère de l Intérieur Direction Générale des Collectivités Locales Direction de la Planification et de l Equipement Le service de l éclairage public *** Présenté par Mr Kheiriddine

Plus en détail

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises

Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Préoccupations, attentes et prévoyance des travailleurs non salariés et des dirigeants de très petites entreprises Institut CSA pour Metlife Novembre 2014 Sommaire Fiche technique 3 Profil de l échantillon

Plus en détail

Coordinateur de Projet H/F - Zinder - NIGER

Coordinateur de Projet H/F - Zinder - NIGER Coordinateur de Projet H/F - Zinder - NIGER L association ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a pour objectif

Plus en détail

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière

COMPTE DE RESULTAT SIG CAF RATIOS SEUIL DE RENTABILITE BILAN COMPTABLE. Bilan Financier RATIOS. Structure financière ORGANISATION DE L ANALYSE FINANCIERE L analyse financière est l'étude de l'activité, de la rentabilité et du Financement de l entreprise : Soit a posteriori (données historiques et présentes) Soit a priori

Plus en détail

Gestion du risque de change dans une caisse de pension: opportunités et risques

Gestion du risque de change dans une caisse de pension: opportunités et risques Gestion du risque de change dans une caisse de pension: opportunités et risques Séance d information de l ASIP Actualité de la prévoyance professionnelle Pascal Frei, CFA, Associé PPCmetrics SA Financial

Plus en détail

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Stratégie de communication CountrySTAT Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Sommaire Stratégie de Communication de CountrySTAT: Analyse de la situation Objectifs Messages Public

Plus en détail

MANUEL D UTILISATION MF-BUSINESS PLAN

MANUEL D UTILISATION MF-BUSINESS PLAN Spada Fabrice Economiste heg Rue Industrielle 42 CH 2740 Moutier Cell. +41 79 294 02 37 MANAGEMENT & FINANCE SERVICES www.mf-services.ch f.spada@mf-services.ch MANUEL D UTILISATION MF-BUSINESS PLAN MF-BUSINESS

Plus en détail

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé

MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ. Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé MICRO FINANCE ET LUTTE CONTRE LA PAUVRETÉ Présenté par Mme VANHOOREBEKE Oumou Sidibé Directrice Générale de NYESIGISO Réseau des Caisses d Épargne et de Crédit du Mali La micro finance dans le cadre de

Plus en détail

TABLEAU DE SUIVI DES COUTS ET DES MARGES

TABLEAU DE SUIVI DES COUTS ET DES MARGES TABLEAU DE SUIVI DES COUTS ET DES MARGES 1 DIADEM Tableau de suivi des coûts et des marges Fiche TABLEAU DE SUIVI DES COUTS ET DES MARGES. Document 35 Type d outil : Outil de contrôle de gestion de l activité

Plus en détail

SOMMAIRE. Brève présentation de l ANACAPH Les caisses populaires et le développement durable ANACAPH et le développement durable des territoires

SOMMAIRE. Brève présentation de l ANACAPH Les caisses populaires et le développement durable ANACAPH et le développement durable des territoires SOMMAIRE Brève présentation de l ANACAPH Les caisses populaires et le développement durable ANACAPH et le développement durable des territoires Brève présentation de l ANACAPH Stratégies d intervention

Plus en détail

Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec

Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec CONDENSÉ DÉCISIONNEL Étude sur les efforts requis pour gérer les offices d habitation de moins de 100 logements Société d habitation du Québec Le 11 avril 2014 d habitation de moins de 100 logements Condensé

Plus en détail

Démarche diagnostic. Visite. Suivi des initiatives de la performance. Diagnostic. Projet(s) Recommandations. Planification et organisation

Démarche diagnostic. Visite. Suivi des initiatives de la performance. Diagnostic. Projet(s) Recommandations. Planification et organisation Démarche diagnostic Planification et organisation Processus de planification et de gestion de la demande Approvisionnement Niveau d inventaire Visite Organisation du travail Analyse de la chaîne de valeur

Plus en détail

PRÉSENTATION ESC CHAMBÉRY - CESNI. Manager son merchandising

PRÉSENTATION ESC CHAMBÉRY - CESNI. Manager son merchandising PRÉSENTATION ESC CHAMBÉRY - CESNI Manager son merchandising Manager son merchandising > Sommaire Rappel des objectifs du merchandising Satisfaire les clients Contribuer à la rentabilité Comment atteindre

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION 2013

CATALOGUE DE FORMATION 2013 GROUP WEST AFRICA MICROFINANCE CONSULTING COMPANY WA MCC CIFOMBE CIFOMCI ARIMANE CATALOGUE DE FORMATION 2013 CENTRES INTERNATIONAUX DE FORMATION EN MICROFINANCE CIFOMBE - BENIN & CIFOMCI - COTE D IVOIRE

Plus en détail

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce

UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce UNIVERSITE DE SFAX Ecole Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Etudes Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DECISIONS FINANCIERES Note de cours N 2

Plus en détail

VOUS SOUHAITEZ maîtriser

VOUS SOUHAITEZ maîtriser Agriculteurs assurance préviris VOUS SOUHAITEZ maîtriser VOS risques de prix, VOTRE BANQUE a la solution pour accéder aux marchés à terme. Préviris Blé, orge, colza ou maïs Dans un contexte d instabilité

Plus en détail

Dossier Presse. La 1 ère plateforme de coaching téléphonique! www.allocoaching.fr. Un bon coach permet d atteindre des objectifs extraordinaires

Dossier Presse. La 1 ère plateforme de coaching téléphonique! www.allocoaching.fr. Un bon coach permet d atteindre des objectifs extraordinaires Dossier Presse La 1 ère plateforme de coaching téléphonique! www.allocoaching.fr Un bon coach permet d atteindre des objectifs extraordinaires Contact presse : Cécile LALIGAN - Tél : +33 (0)6.12.32.64.19

Plus en détail

Se préparer à l examen. La gestion des stocks. Travail 1 Déterminer la vitesse de rotation de chaque famille de produits

Se préparer à l examen. La gestion des stocks. Travail 1 Déterminer la vitesse de rotation de chaque famille de produits Cas n 1 La gestion des stocks Votre situation professionnelle Dans le cadre de votre baccalauréat professionnel commerce, vous faites une période de formation dans le magasin Toutcomptefait de Royan (17).

Plus en détail

FAITIERE DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA. Expérience du Warrantage au RCPB Milan 15 Octobre 2015. «Solidaires pour un mieux-être!

FAITIERE DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA. Expérience du Warrantage au RCPB Milan 15 Octobre 2015. «Solidaires pour un mieux-être! FAITIERE DES CAISSES POPULAIRES DU BURKINA Expérience du Warrantage au RCPB Milan 15 Octobre 2015 Le RCPB en quelques chiffres Réseau à 2 niveaux : Caisses, Faîtière 39 caisses, plus de 186 points de vente

Plus en détail

Crédit-bail d équipement agricole

Crédit-bail d équipement agricole Services financiers à l entreprise Crédit-bail d équipement agricole Un moyen rapide et souple d équiper votre entreprise. Qu est-ce que le crédit-bail? n Le crédit-bail est une solution de financement

Plus en détail

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé

Accompagnement amont court en parallèle de l étude du dossier. Proposer une solution d assurance adaptée aux besoins du chef d entreprise financé Adie et vous. Nos Missions: Des missions qui traduisent les valeurs de l ADIE fondées sur la confiance dans les capacités de chacun et le droit fondamental d entreprendre Financer les créateurs d entreprise

Plus en détail

Comptabilité associative

Comptabilité associative FICHE PRATI QUE Comptabilité associative En l absence de dispositions légales précises, cette fiche pratique a pour objet d apporter des éléments de méthodologie autour de la comptabilité qui peut être

Plus en détail

Gestion de trésorerie

Gestion de trésorerie Collection les mémentos finance dirigée par Jack FORGET Gestion de trésorerie Optimiser la gestion financière de l entreprise à court terme Jack FORGET Éditions d Organisation, 2005 ISBN : 2-7081-3250-4

Plus en détail

LE CALCUL. LA PÉRIODICITÉ : annuelle

LE CALCUL. LA PÉRIODICITÉ : annuelle INDICATEUR 1 PYRAMIDE DES ÂGES Disposer d une photographie de la répartition hommes/femmes par âge à une date donnée. Anticiper les départs Les effectifs sont calculés par tranche de 5 années. L utilisateur

Plus en détail

L accompagnement des enseignants en formation professionnelle. Objectifs. enseignants. ! Présentation de résultats de la rechercheaction

L accompagnement des enseignants en formation professionnelle. Objectifs. enseignants. ! Présentation de résultats de la rechercheaction L accompagnement des enseignants en formation professionnelle 5 e congrès biennal du CQJDC 24 avril 2014 Nancy Gaudreau, Ph. D. Geneviève Carrier, B. Ed. Kathleen C. Durand, B. Erg. Objectifs! Présentation

Plus en détail

ADMINISTRATION/FINANCE

ADMINISTRATION/FINANCE ADMINISTRATION/FINANCE RÉGIME COOPÉRATIF (18), RÉGIME RÉGULIER (5) Personnes rejoignables 69 Hommes Femmes Nombre de répondants 23 33,3 % 16 ( 70 %) 7 ( 30 %) Note : les pourcentages ne sont pas affichés

Plus en détail

CHAPITRE IV : FECONDITE DIFFERENTIELLE

CHAPITRE IV : FECONDITE DIFFERENTIELLE CHAPITRE IV : FECONDITE DIFFERENTIELLE INTRODUCTION Les informations recueillies lors du dénombrement du 3 ème RGPH-2001 permettent d analyser les caractéristiques démographiques, socioéconomiques et culturelles

Plus en détail

Connaître les règles comptables fondamentales Quelles opérations comptabiliser? Quand, pour quel montant et comment les comptabiliser?

Connaître les règles comptables fondamentales Quelles opérations comptabiliser? Quand, pour quel montant et comment les comptabiliser? LES FONDAMENTAUX DE LA COMPTABILITE GENERALE Comprendre et acquérir les bases de la comptabilité DURée : 3j + 1J en option sur logiciel* Toute personne en charge de la gestion en * En option : mise en

Plus en détail

GRILLE DE DÉCISION SUPPORTANT LE CHOIX DE CARACTÉRISER OU NON LES EFFLUENTS D ÉLEVAGE D UNE ENTREPRISE BOVINE

GRILLE DE DÉCISION SUPPORTANT LE CHOIX DE CARACTÉRISER OU NON LES EFFLUENTS D ÉLEVAGE D UNE ENTREPRISE BOVINE Base de connaissances effluents d élevage GRILLE DE DÉCISION SUPPORTANT LE CHOIX DE CARACTÉRISER OU NON LES EFFLUENTS D ÉLEVAGE D UNE ENTREPRISE BOVINE Ce document est issu du projet Caractérisation des

Plus en détail

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire HISTORIQUE Le Centre pour le Développement des Exportations Africaines CEDEXA S.A. CEDEXA

Plus en détail

Mise à jour 2006-2007 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 11

Mise à jour 2006-2007 1 Comptabilité intermédiaire - Analyse théorique et pratique, Recueil de solutions commentées. Chapitre 11 Mise à jour 2006-2007 1 Chapitre 11 RSC/MAJ 2007 MGLBD Page 338 Les principales caractéristiques des travaux mis à jour Question de révision N o 6 Exercices 4. L inventaire au prix de détail et les méthodes

Plus en détail

Comment optimiser son progiciel de gestion?

Comment optimiser son progiciel de gestion? Comment optimiser son progiciel de gestion? «Gérer son informatique, quelles sont les questions que doit se poser chaque entrepreneur?» Centre patronal de Paudex, 27 octobre 2006 Gérard Chessex / NJM NJM

Plus en détail

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires

Titre du Projet. Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires Titre du Projet Nom(s) et Prénom(s) Adresses(s) du Promoteur(s) Nombre du Projet : Université : Date de réalisation : Exemple de Plan d Affaires 2 Concours 2009 2010 des meilleurs plans d affaires Exemple

Plus en détail

Les Instants E-Commerce

Les Instants E-Commerce Les Instants E-Commerce TPE/PME, Commerçants, Artisans ou Auto-Entrepreneurs : VOUS êtes concernés par le E-Commerce! Présentation Le E-Commerce 1 Introduction 2 Le marché Paysage du E-Commerce 3 - Profil

Plus en détail

DU RESULTAT AUX FLUX DE TRESORERIE. de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création.

DU RESULTAT AUX FLUX DE TRESORERIE. de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création. DU RESULTAT AU FLU DE TRESORERIE Cette étude a pour objet : de comprendre comment se forme la trésorerie dans une entreprise industrielle en création. de faire des simulations à partir d un tableur et

Plus en détail

Du 11 au 13 juin 2008

Du 11 au 13 juin 2008 CENTRE DE FORMATION CONTINUE RAPPORT DE FORMATION MESURE ET CONTRÔLE DES IMPAYÉS Du 11 au 13 juin 2008 RAPPORT DE FORMATION I # 3 T3 JUILLET 2008 INTRODUCTION TI Sur demande des membres, l ANIMH a organisé

Plus en détail

Mobiliser les remises de fonds des migrants au service du développement local au Sénégal (Se-039)

Mobiliser les remises de fonds des migrants au service du développement local au Sénégal (Se-039) Mobiliser les remises de fonds des migrants au service du développement local au Sénégal (Se-039) OBJECTIF GENERAL DU PROJET Canaliser les remises de fonds des migrants au service du développement économique

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement

Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement NATIONS UNIES TD Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Distr. LIMITÉE TD/B/COM.2/ISAR/L.4 18 septembre 2001 FRANÇAIS Original: ANGLAIS CONSEIL DU COMMERCE ET DU DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne

Tableau 2. Ratios de la dette à la consommation pour les sujets ayant rapporté au moins une dette. Dette à la consommation moyenne LES JEUNES ADULTES QUÉBÉCOIS ET LE CRÉDIT Résultats préliminaires 1 Présentés en conférence de presse, à Montréal, le 22 novembre 2004 à l occasion du lancement de la campagne «Je suis dans la marge jusqu

Plus en détail

Programme canadien d options pour les familles agricoles (Options) ÉQUIVALENTS. Évaluation de l exploitation agricole

Programme canadien d options pour les familles agricoles (Options) ÉQUIVALENTS. Évaluation de l exploitation agricole Programme canadien d options pour les familles agricoles (Options) ÉQUIVALENTS Évaluation de l exploitation agricole Dernière mise à jour : le 3 novembre, 2006 Le Programme canadien d options pour les

Plus en détail

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire

FUCOPRI. Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010. III. Place du riz dans la sécurité alimentaire FUCOPRI M. Ayouba HASSANE, Directeur Séminaire «Filières Céréalières Ouaga 23 25 novembre 2010 I. Présentation de la FUCOPRI II. Présentation très rapide de la zone de production rizicole III. Place du

Plus en détail

Aperçu de l utilisation de l information environnementale par la Banque africaine de développement

Aperçu de l utilisation de l information environnementale par la Banque africaine de développement Atelier sur les statistiques de l'environnement en appui à la mise en œuvre du Cadre pour le Développement des Statistiques de l'environnement Lomé, 19-23 novembre 2015 Aperçu de l utilisation de l information

Plus en détail

COMPTABILITÉ. dr Katarzyna Szulc. pour Gestion et Technologie Année 2012/2013

COMPTABILITÉ. dr Katarzyna Szulc. pour Gestion et Technologie Année 2012/2013 COMPTABILITÉ dr Katarzyna Szulc pour Gestion et Technologie Année 2012/2013 Cours : 30 heures Travaux dirigés : 30 heures Bibliographie : [1] Comptabilité Générale & Gestion des entreprises - J.-J. Friedrich,

Plus en détail

ETUDE DE CAS EARL DUPRE CORRIGE

ETUDE DE CAS EARL DUPRE CORRIGE ETUDE DE CAS EARL DUPRE CORRIGE Actif Bilan au 30/06/04 Passif Circulant 53,02% 56.41% Immo 46,98% 43.58% Autonomie financière 82,52% 82,45% Capitaux Permanents 98.24% Stocks 38,05% 32.34% VRD 14,97% 24.07%

Plus en détail

Financer ses activités commerciales en Turquie. Julien Richard Directeur Commerce International 13 mars 2014

Financer ses activités commerciales en Turquie. Julien Richard Directeur Commerce International 13 mars 2014 Financer ses activités commerciales en Turquie Julien Richard Directeur Commerce International 13 mars 2014 Une approche globale 1 2 Stratégie et Évaluation 8 recherche d opportunités clients et fournisseurs

Plus en détail

Volume 5 - Numéro 1 - Mai 2010 Nouveau service à valeur ajoutée Place à l Indice de transitionmd Que peut-on faire pour mieux gérer la

Volume 5 - Numéro 1 - Mai 2010 Nouveau service à valeur ajoutée Place à l Indice de transitionmd Que peut-on faire pour mieux gérer la Le savoir laitier Volume 5 - Numéro 1 - Mai 2010 Nouveau service à valeur ajoutée Place à l Indice de transition MD Daniel Lefebvre, Ph.D., agr., directeur général Chez la vache laitière, la période la

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Conférence téléphonique

Conférence téléphonique Conférence téléphonique T2-2015 Énoncés prospectifs et mesure non établie selon les IFRS Mise en garde concernant les déclarations prospectives Cette présentation peut contenir des énoncés prospectifs

Plus en détail

La solution d affacturage sur-mesure. CYCLÉA. www.c-g-a.fr

La solution d affacturage sur-mesure. CYCLÉA. www.c-g-a.fr La solution d affacturage sur-mesure. CYCLÉA www.c-g-a.fr Vous souhaitez développer votre activité ou consolider le positionnement de votre entreprise sur son marché. C est pourquoi vous cherchez des ressources

Plus en détail

Aux fins du présent avis et uniquement afin d alléger le texte, le vocabulaire spécifique aux OPC est également utilisé pour les fonds distincts.

Aux fins du présent avis et uniquement afin d alléger le texte, le vocabulaire spécifique aux OPC est également utilisé pour les fonds distincts. AVIS DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS CONCERNANT LES PRÊTS À EFFET DE LEVIER LORS D ACHAT DE TITRES D ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF ET DE FONDS DISTINCTS Référence : Bulletin de l Autorité : 2009-10-09,

Plus en détail