Division Évaluation, Prospective et Logistique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Division Évaluation, Prospective et Logistique"

Transcription

1 RECTORAT 20, boulevard d Alsace-Lorraine Amiens cedex 9 Division Évaluation, Prospective et Logistique NOTE D INFORMATION N 04/06 Mai 2004 CLASSIFICATION DES LYCEES PUBLICS D ENSEIGNEMENT GENERAL ET TECHNOLOGIQUE DE L ACADEMIE D AMIENS SELON LEURS PERFORMANCES EN 2003 ET LEUR EVOLUTION DE 1997 A 2003 La Direction de l Evaluation et de la Prospective du Ministère de l Education Nationale réalise tous les ans une classification des lycées publics d enseignement général et technologique en 4 classes, élaborées à partir de 2 indicateurs complémentaires parmi les 3 présentés chaque année : il s agit du taux de réussite au baccalauréat et du taux d accès de la seconde au baccalauréat. Le taux de réussite au baccalauréat mesure la réussite «instantanée» au baccalauréat des élèves de terminale. Le taux d accès de la seconde au baccalauréat s intéresse à toute la scolarité dans le lycée et valorise de la même façon, le baccalauréat réussi «du premier coup» et celui obtenu après un ou plusieurs redoublements. C est en fait, la probabilité qu un élève entrant en seconde dans un lycée obtienne le baccalauréat à l issue d une scolarité entièrement effectuée dans ce même lycée et ceci au prix d un, voire de plusieurs redoublements. Par ailleurs, le raisonnement a été construit en termes de «valeur ajoutée» en s intéressant non pas à la valeur brute de ces indicateurs mais au rapport de celle-ci à un taux attendu qui simule, pour chaque lycée, ce qu auraient été la réussite ou l accès au baccalauréat de ses élèves s ils y avaient réussi ou accédé, en moyenne, comme les élèves de mêmes âge et catégorie sociale de l ensemble des lycées de France. Considérer ces rapports permet une appréciation relative de la performance de chaque lycée, en éliminant les deux facteurs de réussite externes au lycée que sont les caractéristiques sociales et surtout scolaires (l âge rendant compte du retard des élèves qui ont redoublé) des élèves qu il accueille.

2 A partir de ces indicateurs, on obtient une appréciation relative de la performance de chaque lycée en le situant dans l une des 4 classes suivantes : - la classe «A», dite des lycées les plus performants, regroupe les établissements dont les performances relatives sont les meilleures en termes d accès et de réussite au baccalauréat ; - la classe «B», dite des lycées les moins performants, comprend à l opposé ceux dont les performances relatives sont les moins bonnes pour les 2 indicateurs ; - la classe «C», dite des lycées sélectifs qui présentent une valeur ajoutée relativement élevée en matière de taux de réussite et, à l opposé, une valeur ajoutée en matière de taux d accès de la seconde au baccalauréat relativement faible ; - la classe «D», dite des lycées accompagnateurs, est dans la situation inverse : les établissements y présentent un taux d accès en valeur ajoutée relativement élevé et un taux relativement faible toujours en valeur ajoutée pour la réussite au baccalauréat. Illustration de l appréciation relative des performances des 4 classes des LEGT publics Nom de la Classe Numéro de la Niveau relatif de Niveau relatif de classe l indice de réussite l indice d accès Les plus performants A + + Les moins performants B - - Les sélectifs C + - Les accompagnateurs D - + Sur les 42 lycées publics de l Académie d Amiens pris en compte dans la classification (2 lycées de l Aisne Jean Bouin à St Quentin et Hôtelier à Soissons sont exclus car n ayant pas assez d effectifs), 6 soit 14,3 %, ont les performances relatives les meilleures en termes de réussite et d accès au baccalauréat (classe A). La classe B regroupe 13 lycées, soit 30,9 %, dont les performances relatives sont les moins bonnes pour les 2 indicateurs. Les autres lycées, qui représentent plus de la moitié des établissements, présentent des performances composites en terme de réussite et d accès. La classe C, composée de 6 lycées, soit 14,3 %, présente un rapport de valeur ajoutée relativement élevé pour le taux de réussite et au contraire, un rapport relativement faible pour le taux d accès de la seconde au baccalauréat. La classe D, la plus «fournie» avec 17 lycées (40,5 %) est dans la situation inverse. Cette répartition varie sensiblement d un département à l autre : - dans l Aisne, les classes B et D sont les plus représentées avec 30,8 % chacune. Puis viennent les classes C (23 %) et A (15,4 %) ; - dans l Oise, comme pour l Académie, c est la classe D qui rassemble le plus des lycées (43,7 %). En revanche, c est la classe A qui arrive en 2 ème position (25 %). Les classes B et C suivent avec respectivement 18,8 % et 12,5 % ; - dans la Somme, les lycées se divisent en 2 classes : la B et la D avec 46,15 % chacune. Seul un lycée est en classe C, la classe A n étant pas représentée. (voir carte)

3 Répartition par classe des lycées de l académie Aisne Oise Somme Académie Classe A Classe B Classe C Classe D TOTAL Les deux premières classes sont simples à caractériser puisque la classe A regroupe les lycées les plus performants et la classe B, ceux qui le sont le moins. Pour les deux autres classes, plusieurs explications peuvent être avancées. Les lycées de la classe C sont qualifiés de «sélectifs» dans la mesure où leur efficacité relativement faible à conduire au baccalauréat tous les élèves qu ils reçoivent en seconde incite à penser qu ils répugnent à accepter le redoublement et/ou que de nombreux élèves les quittent, notamment à l issue de la classe de seconde. Quant aux lycées de la classe D, ils sont dits «accompagnateurs» dans la mesure où ils gardent les élèves accueillis en seconde plus que ne le font, en moyenne, les lycées offrant les mêmes séries du baccalauréat et pratiquent certainement une politique efficace de redoublement. Leur indice de réussite «instantanée» au baccalauréat apparaît moins satisfaisant, mais ils permettent à relativement plus d élèves de devenir bacheliers en les accompagnant parfois longtemps de la seconde à l examen. Cette classification a été réalisée pour chacune des années de 1997 à Parmi les 42 lycées présents au cours de toute la période, 7,2 % (soit 3 établissements) n ont pas changé de groupe et 47,6 % (soit 20 établissements) se sont positionnés sur 2 classes ; 35,7 % (soit 15 établissements) se sont situés sur 3 classes différentes et 9,5 % (soit 4 établissements) sur 4 classes. Les changements de classes des lycées entre 1997 et 2003 Nombre de classes occupées Nombre de lycées % Une seule classe 3 7,2 Deux classes 20 47,6 Trois classes 15 35,7 Quatre classes 4 9,5 TOTAL Les 3 lycées n ayant pas changé de classe appartiennent au groupe des lycées performants (pour un établissement) et au groupe des lycées accompagnateurs (pour des deux autres établissements). Parmi les 20 lycées s étant situés dans 2 classes sur la période , 13 (soit 65 %) l ont été dans les classes B (lycées les moins performants) et D (lycées accompagnateurs). Il faut noter, qu aucun établissement n est passé des lycées les plus performants (classe A) aux moins performants (classe B), ou vice versa, durant les 7 dernières années.

4 Les lycées se situant dans 2 classes entre 1997 et 2003 Classes occupées Nombre de lycées % Classes C A 3 15 Classes A D 1 5 Classes D B Classes C B 2 10 Classes C D 1 5 Classes A B 0 0 TOTAL Sur les 15 lycées ayant été classés dans 3 groupes différents, entre 1997 et 2003, 6 sur 10 (soit 9 établissements) sont passés, au moins une fois, par les classes B, C et D et n ont donc jamais été situés parmi les lycées les plus performants, et 2 sur 10 (soit 3 lycées) par les classes A, C et D. Les lycées se situant dans 3 classes entre 1997 et 2003 Classes occupées Nombre de lycées % Classes A B C 1 6,7 Classes A B D 2 13,3 Classes A C D 3 20 Classes B C D 9 60 TOTAL

5

Lettre Infos SPÉCIAL CLASSEMENT DES LYCÉES 2013

Lettre Infos SPÉCIAL CLASSEMENT DES LYCÉES 2013 Lettre Infos SPÉCIAL CLASSEMENT DES LYCÉES 2013 COMME CHAQUE ANNÉE, LE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE VIENT DE PUBLIER LE RÉSULTAT DES INDICATEURS DES LYCÉES 2013. À partir de trois indicateurs, l

Plus en détail

NOTE D INFORMATION N 13/07 de juin 2013

NOTE D INFORMATION N 13/07 de juin 2013 NI 13/07 poursuites 2012 Rectorat, DEPP, juin 2013 NOTE D INFORMATION N 13/07 de juin 2013 Rectorat Division Evaluation Prospective et Pilotage Les poursuites d études dans le supérieur des bacheliers

Plus en détail

De la première à la deuxième année. 2001-2002 à 2002-2003. Bernard CONVERT CNRS (IFRESI-CLERSE)

De la première à la deuxième année. 2001-2002 à 2002-2003. Bernard CONVERT CNRS (IFRESI-CLERSE) POPULATION ORES Suivi de cohorte Bacheliers 2001 Décembre 2006 De la première à la deuxième année 2001-2002 à 2002-2003 Bernard CONVERT CNRS (IFRESI-CLERSE) Pôle Universitaire Lille Nord-Pas de Calais

Plus en détail

NOTE D INFORMATION N 14/04 Avril 2014

NOTE D INFORMATION N 14/04 Avril 2014 ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- NOTE D INFORMATION

Plus en détail

Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante

Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante Direction du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle de article déjà publié d la série ins e e part naires Communication écrite : un adulte sur cinq en situation préoccupante compte environ

Plus en détail

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks

Leçon 12. Le tableau de bord de la gestion des stocks CANEGE Leçon 12 Le tableau de bord de la gestion des stocks Objectif : A l'issue de la leçon l'étudiant doit être capable de : s initier au suivi et au contrôle de la réalisation des objectifs fixés au

Plus en détail

Le ministère de l Éducation nationale

Le ministère de l Éducation nationale ISSN 1286-9392 MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE00.25 AOÛT Les taux d obtention d un DEUG, d un DUT ou d un BTS, deux ans après le baccalauréat, varient de 64 % pour le DUT à 57 % pour le BTS et 37 %

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

Faut-il développer la scolarisation à deux ans?

Faut-il développer la scolarisation à deux ans? Faut-il développer la scolarisation à deux ans? 01 L école maternelle française est fréquemment citée comme l un des points forts de notre système éducatif et la pression de certaines familles est aujourd'hui

Plus en détail

Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N. Éléments Total Part du groupe 60 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440

Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N. Éléments Total Part du groupe 60 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440 Partage des capitaux propres de F1 à la consolidation de N Éléments Total Part du groupe 60 % Capital 500 Réserves 600 Intérêts minoritaires 40 % Capitaux propres de F1 hors résultat N 1100 660 440 Élimination

Plus en détail

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Olivier Lefebvre* Sur 100 jeunes entrés en 6 e en 1995, 44 sont désormais titulaires d un diplôme de l enseignement supérieur.

Plus en détail

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur RÉSUMÉ DE RECHERCHE Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur Fondé sur un rapport de recherche réalisé

Plus en détail

Le bac mis en examen. Une enquête Ipsos / CGI pour La MAIF, Le Monde et RTL

Le bac mis en examen. Une enquête Ipsos / CGI pour La MAIF, Le Monde et RTL Le bac mis en examen Une enquête Ipsos / CGI pour La MAIF, Le Monde et RTL Fiche technique Sondage Ipsos / CGI pour : La MAIF, Le Monde et RTL. Échantillons : 610 élèves de Première ou de Terminale, constituant

Plus en détail

SECTION ESPAGNOLE DE SAINT GERMAIN-EN-LAYE

SECTION ESPAGNOLE DE SAINT GERMAIN-EN-LAYE SECTION ESPAGNOLE DE SAINT GERMAIN-EN-LAYE Le Lycée International de Saint-Germain-en-Laye est un établissement du Ministère de l Education Nationale. Il intègre treize sections internationales. Contrairement

Plus en détail

Prévisions 2013 à 2015 des effectifs d élèves des 1 er et 2 nd degrés

Prévisions 2013 à 2015 des effectifs d élèves des 1 er et 2 nd degrés Note d information n 10 - juin 2013 Prévisions 2013 à 2015 des effectifs d élèves des 1 er et 2 nd degrés En bref En Champagne-Ardenne, le nombre d élèves scolarisés dans les écoles du 1 er degré public

Plus en détail

Guide de lecture des fiches de synthèse «LYCEES» pour le suivi des contrats d objectifs 2013-2014

Guide de lecture des fiches de synthèse «LYCEES» pour le suivi des contrats d objectifs 2013-2014 Guide de lecture des fiches de synthèse «LYCEES» pour le suivi des contrats d objectifs 2013-2014 Cette fiche de synthèse fournit un ensemble d indicateurs de contexte et de performance historisés et regroupés

Plus en détail

Éducation, scolarité. Jean-Bernard Champion, Chargé d études statisticien, Observatoire national des ZUS, Délégation Interministérielle à la ville

Éducation, scolarité. Jean-Bernard Champion, Chargé d études statisticien, Observatoire national des ZUS, Délégation Interministérielle à la ville , scolarité éducation constituant un facteur majeur d intégration et de lutte contre L l exclusion, la réussite éducative a été retenue comme l un des cinq champs prioritaires de l action de l État dans

Plus en détail

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE 2012 LES QUATRE ETAPES La procédure complémentaire a pour but de mettre en relation les établissements qui ont encore des places vacantes et les candidats n ayant pas

Plus en détail

Liaison collège Anatole France-lycée Cuvier

Liaison collège Anatole France-lycée Cuvier Collège Anatole France - Bethoncourt Liaison collège Anatole France-lycée Cuvier - Rapport d étape - Résumé du projet : Afin de favoriser le lien entre les apprentissages du collège et du lycée en utilisant

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS PROJETS PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS 2 Exemple simplifié tiré d un cas concret : le remplacement de la cuisine centrale de l hôpital X Si les données de

Plus en détail

VRAI-FAUX LA VÉRITÉ SUR LA TAXE D APPRENTISSAGE CCI LOT-ET-GARONNE

VRAI-FAUX LA VÉRITÉ SUR LA TAXE D APPRENTISSAGE CCI LOT-ET-GARONNE VRAI-FAUX LA VÉRITÉ SUR LA TAXE D APPRENTISSAGE CCI LOT-ET-GARONNE "LA TAXE D APPRENTISSAGE NE SERT PAS LE FINANCEMENT DE L APPRENTISSAGE" FAUX La vocation initiale de la taxe d apprentissage est de financer

Plus en détail

ASSISES DE L EDUCATION PRIORITAIRE

ASSISES DE L EDUCATION PRIORITAIRE ACADÉMIE DE LYON ASSISES DE L EDUCATION PRIORITAIRE RECUEIL DES COMMENTAIRES ET COMPLÉMENTS DES ÉQUIPES DES RÉSEAUX Première partie Réactions au diagnostic WWW.AC-LYON.FR Quels sont les éléments du diagnostic

Plus en détail

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain ORLY CHAMPIGNY-SUR-MARNE NOGENT-SUR-MARNE VILLECRESNES VILLEJUIF Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain Synthèse des résultats du questionnaire BONNEUIL-SUR-MARNE SUCY-EN-BRIE

Plus en détail

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014

FORMABREF. L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 FORMABREF PRATIQUES DE FORMATION JUIN 2014 L accès à la formation des salariés du secteur privé en 2012 La collection FORMABREF «Pratiques de formation» porte sur l effort de formation des entreprises

Plus en détail

Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT

Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT Pierre GUILLEMARD, coordinateur des enquêtes "anciens diplômés" Conseil d Institut du jeudi 28 juin 2012 1 Plan de la présentation

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Droit de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations et

Plus en détail

38 39 L état de l Enseignement supérieur et de la Recherche n 4 [édition 2010]

38 39 L état de l Enseignement supérieur et de la Recherche n 4 [édition 2010] 14 La réussite des étudiants inscrits dans une filière professionnelle courte est importante. Les lauréats d un BTS et surtout d un DUT poursuivent de plus en plus leurs études au moins jusqu au niveau

Plus en détail

DISPOSITIF «ASCENSEUR POUR LA REUSSITE» DOSSIER DE PRESSE. Lundi 6 juin 2011

DISPOSITIF «ASCENSEUR POUR LA REUSSITE» DOSSIER DE PRESSE. Lundi 6 juin 2011 DISPOSITIF «ASCENSEUR POUR LA REUSSITE» DOSSIER DE PRESSE Lundi 6 juin 2011 SOMMAIRE Communiqué de presse Le dispositif «Ascenseur pour la réussite» en détails Contexte : les grandes écoles et l ouverture

Plus en détail

information Le nombre d inscrits en PCEM1 a plus que doublé en huit ans

information Le nombre d inscrits en PCEM1 a plus que doublé en huit ans note d information Enseignement supérieur & Recherche 11.09 MAI En janvier 2010, 49 050 étudiants sont inscrits en première année de médecine (PCEM1), dont 29 240 bacheliers de la session 2009. La quasi-totalité

Plus en détail

Etudes et Statistiques

Etudes et Statistiques Etudes et Statistiques Picardie N 7 JUIN 2007 Enquête EHPA 2003 concernant les établissements d hébergement pour personnes âgées ( maisons de retraite, foyers, établissements de soins longue durée) Le

Plus en détail

Le lycée polyvalent TOUCHARD / WASHINGTON propose aux bacheliers une CLASSE PRAPARATOIRE CPGE TSI

Le lycée polyvalent TOUCHARD / WASHINGTON propose aux bacheliers une CLASSE PRAPARATOIRE CPGE TSI Le lycée polyvalent TOUCHARD / WASHINGTON propose aux bacheliers une CLASSE PRAPARATOIRE CPGE TSI 1 CLASSE PREPARATOIRE SCIENTIFIQUE AUX GRANDES ECOLES D INGENIEUR FILIERE T.S.I. (technologie et sciences

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Entreprises et cabinets d affaires : assistance juridique de l Université d'artois Vague E 2015-2019 Campagne d

Plus en détail

L insertion dans la vie active des lycéens de Guyane

L insertion dans la vie active des lycéens de Guyane L insertion dans la vie active des lycéens de Guyane Enquêtes IVA 2012 et 2013 2 L insertion dans la vie active des lycéens de Guyane Enquêtes IVA 2012 et 2013 Sept mois après la fin d une formation professionnelle

Plus en détail

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le patrimoine des ménages retraités : résultats actualisés. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 2 bis Document de travail, n engage pas le Conseil Le patrimoine

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Les diplômes. Session 2012

Les diplômes. Session 2012 note d information 13.05 AVRIL À la session 2012, 557 600 diplômes de l enseignement des niveaux IV et V ont été délivrés en France, dont 90 % par le ministère de l éducation nationale. 40 % de ces diplômes

Plus en détail

Evolution scolaire des enfants qui ont fréquenté les classes vertes ou d accueil de la ville de Lausanne (années 2000 à 2003)

Evolution scolaire des enfants qui ont fréquenté les classes vertes ou d accueil de la ville de Lausanne (années 2000 à 2003) Evolution scolaire des enfants qui ont fréquenté les classes vertes ou d accueil de la ville de Lausanne (années 2000 à 2003) Dr Virgile Woringer chef du service de santé des écoles avril 2006 1 Collectif

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires

Synthèse. Dynamique de l emploi. L0Z-Secrétaires L0Z-Secrétaires Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 484 000 personnes exercent le métier de secrétaire, assurant des fonctions de support, de coordination, de gestion et de communication. Les

Plus en détail

information Un effectif global stable mais des évolutions détaillées contrastées

information Un effectif global stable mais des évolutions détaillées contrastées note d information 04.16 JUIN www.education.gouv.fr/stateval Trait d union entre l enseignement secondaire et les grandes écoles, les classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) accueillent, en 2003-2004,

Plus en détail

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE!

ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! ÉQUILIBRE HOMMES / FEMMES : LES ENTREPRISES PLUS ATTENDUES EN FRANCE QU EN SUÈDE! Le 5 mars 2014 A quelques jours de la Journée Internationale de la Femme, l Observatoire International de l Equilibre Hommes

Plus en détail

RENTREE 2011. Inscriptions. Dès maintenant sur rendez-vous. Contactez-nous. Lycée de l Abbaye 2 rue de l Abbaye 45190 BEAUGENCY

RENTREE 2011. Inscriptions. Dès maintenant sur rendez-vous. Contactez-nous. Lycée de l Abbaye 2 rue de l Abbaye 45190 BEAUGENCY Inscriptions Dès maintenant sur rendez-vous Contactez-nous Mme CHAREYRON - Chef d établissement Lycée de l Abbaye 2 rue de l Abbaye 45190 BEAUGENCY 02 38 44 51 25 02 38 44 14 62 RENTREE 2011 Ouverture

Plus en détail

information Les étudiants Forte croissance des effectifs en filière littéraire, stagnation en filière scientifique

information Les étudiants Forte croissance des effectifs en filière littéraire, stagnation en filière scientifique note d information Enseignement supérieur & Recherche 12.02 AVRIL À la rentrée 2011, 79 800 étudiants sont inscrits en classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE), effectif en hausse de 0,7 % par rapport

Plus en détail

I / LISTES D APTITUDE ET TABLEAUX D AVANCEMENT :

I / LISTES D APTITUDE ET TABLEAUX D AVANCEMENT : Amiens, le 16 janvier 2013 LE RECTEUR DE L ACADÉMIE D AMIENS Chancelier des Universités à Madame et messieurs les Directeurs académiques des services départementaux de l'éducation nationale de l OISE,

Plus en détail

Les aides aux devoirs en dehors de la classe

Les aides aux devoirs en dehors de la classe note d informationfévrier 6.4 www.education.gouv.fr/stateval Les élèves peuvent bénéficier d s aux devoirs scolaires de la part de leurs parents, de frères et sœurs, d amis, de proches ou bien suivre des

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues étrangères appliquées de l Université de Cergy-Pontoise Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

la vérité sur La taxe d apprentissage

la vérité sur La taxe d apprentissage VRAI-FAUX la vérité sur La taxe d apprentissage "La taxe d apprentissage ne sert pas le financement de l apprentissage" La vocation initiale de la taxe d apprentissage est de financer l ensemble des formations

Plus en détail

SESP Infos rapides IPEA - ENSEMBLE DES TRAVAUX D'ENTRETIEN-AMELIORATION DE LOGEMENTS. 1er trim.05. glissementbt50 glissementipea IPEA BT50

SESP Infos rapides IPEA - ENSEMBLE DES TRAVAUX D'ENTRETIEN-AMELIORATION DE LOGEMENTS. 1er trim.05. glissementbt50 glissementipea IPEA BT50 CONSTRUCTION N 441 - Juin 2008 Légère accélération de l indice des prix des travaux d entretien-amélioration de logements au 1 er trimestre 2008 Au premier trimestre 2008, l indice des prix des travaux

Plus en détail

REUSSITE DES BACHELIERS STG EN IUT ADEQUAT POUR LA REMEDIATION? - Pourquoi s intéresser, spécifiquement, à la réussite des bacheliers STG?

REUSSITE DES BACHELIERS STG EN IUT ADEQUAT POUR LA REMEDIATION? - Pourquoi s intéresser, spécifiquement, à la réussite des bacheliers STG? REUSSITE DES BACHELIERS STG EN IUT Département EXISTE-IL UN TC FORMAT ADEQUAT POUR LA REMEDIATION? - Pourquoi s intéresser, spécifiquement, à la réussite des bacheliers STG? Leur fort taux d échec Présenté

Plus en détail

Le tableau de bord gouvernemental des audits de modernisation

Le tableau de bord gouvernemental des audits de modernisation LE SUIVI DE LA MISE EN ŒUVRE DES AUDITS Les audits de modernisation, désormais installés dans les pratiques quotidiennes de l administration, permettent de systématiser la recherche du meilleur service

Plus en détail

Formations initiale et continue

Formations initiale et continue Formations initiale et continue La réussite des femmes dans la formation initiale E n Bretagne comme ailleurs, avec moins de redoublements, des taux de réussite aux examens supérieurs, les filles réussissent

Plus en détail

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE 2013 LES QUATRE ETAPES La procédure complémentaire a pour but de mettre en relation les établissements qui ont encore des places vacantes et les candidats n ayant pas

Plus en détail

Les 4ème et 5ème années d inscription dans l enseignement supérieur du Nord - Pas de Calais. Bernard CONVERT CNRS (IFRESI-CLERSE)

Les 4ème et 5ème années d inscription dans l enseignement supérieur du Nord - Pas de Calais. Bernard CONVERT CNRS (IFRESI-CLERSE) POPULATION ORES Suivi de cohorte Bacheliers 2001 Février 2008 Les 4ème et 5ème années d inscription dans l enseignement supérieur du Nord - Pas de Calais Bernard CONVERT CNRS (IFRESI-CLERSE) Pôle Universitaire

Plus en détail

BILAN DU FORUM DES METIERS 2011

BILAN DU FORUM DES METIERS 2011 BILAN DU FORUM DES METIERS 2011 1 BILAN DE LA FREQUENTATION DES ELEVES Près de 850 élèves ont rencontré 105 intervenants (14 absents) Grâce au décompte aux portails, nous savons que par niveau sont venus

Plus en détail

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001

N 5 Février 2008. La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 N 5 Février 2008 La profession d infirmiers à la Réunion Enquête sur le parcours d une cohorte d infirmiers diplômés en 1999, 2000, 2001 Le nombre d infirmiers exerçant à la Réunion ne cesse d augmenter,

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Administration publique de l Université Montpellier 1 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2009 à 9 h 30 «Préparation du rapport de janvier 2010 : Simulations de régimes en points et en comptes notionnels» Document N 1 Document

Plus en détail

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003

Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 Caractérisation du travail saisonnier lié à la fréquentation touristique en Provence-Alpes-Côte d Azur en 2003 PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR RAPPORT D'ÉTUDE Septembre 2006 N 8 Cette étude a été réalisée dans

Plus en détail

Le système français des classes préparatoires aux grandes

Le système français des classes préparatoires aux grandes U N S Y S T È M E U N I Q U E Le système français des classes préparatoires aux grandes écoles (dites CPGE) est unique au monde. Comme leur nom l indique, ces classes sont destinées à préparer les élèves

Plus en détail

Les étudiants en classes préparatoires aux grandes écoles

Les étudiants en classes préparatoires aux grandes écoles note d information 06.23 AOÛT www.education.gouv.fr/stateval Nouveau record pour les classes préparatoires aux grans écoles (CPGE) qui, après cinq années consécutives hausse, atteignent 74 790 étudiants.

Plus en détail

Synthèse des conseils de classes de Terminale 3ème trimestre 2012-2013

Synthèse des conseils de classes de Terminale 3ème trimestre 2012-2013 LYCEE MAURICE RAVEL Synthèse des conseils de classes de Terminale 3ème trimestre 1-13 Présentation : Le lycée Maurice Ravel compte 1 classes de Terminale Petit rappel sur la répartition des élèves par

Plus en détail

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions.

Glossaire GRH. Il vise à proposer un langage commun, et permet d éviter d éventuels risques de malentendus ou de confusions. Ce glossaire a été élaboré dans un souci de clarification des notions et concepts clés communément utilisés en Gestion des Ressources Humaines, et notamment dans le champ de la gestion prévisionnelle des

Plus en détail

Panorama du marché hôtelier parisien

Panorama du marché hôtelier parisien OFFICE DU TOURISME ET DES CONGRÈS DE PARIS, AOUT 215 1 Sommaire Introduction..... 3 1. Evolution du nombre d hôtels à Paris par catégorie depuis 199.. 4 Un besoin de chambres supplémentaires en 22...5

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Mathématiques - Economie de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations

Plus en détail

GUIDE DE LA PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE

GUIDE DE LA PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE GUIDE DE LA PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE Guide PC 2014 Version du 26/06/2014 QUI EST CONCERNE PAR LA PROCEDURE COMPLEMENTAIRE Qui peut participer à la procédure complémentaire et pour quel type

Plus en détail

La réingénierie de la formation en kinésithérapie suite à l arbitrage interministériel du 9 décembre 2014. Foire aux questions

La réingénierie de la formation en kinésithérapie suite à l arbitrage interministériel du 9 décembre 2014. Foire aux questions La réingénierie de la formation en kinésithérapie suite à l arbitrage interministériel du 9 décembre 2014 Foire aux questions Réalisée le 1 er mars 2015 Les études de kinésithérapie sont actuellement en

Plus en détail

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS

PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS Bureau de l efficacité et de l innovation énergétiques PROJET PILOTE DE FORMATION À L ÉCOCONDUITE POUR VÉHICULES LÉGERS RÉSULTATS SOMMAIRES 1 Ministère des Ressources naturelles et de la Faune Secteur

Plus en détail

Enquête de satisfaction. Consulat Général de France à Londres Octobre 2015

Enquête de satisfaction. Consulat Général de France à Londres Octobre 2015 Enquête de satisfaction Consulat Général de France à Londres Octobre 2015 Tendances générales Dans une perspective de mesure de la qualité du service et d amélioration des prestations offertes aux usagers,

Plus en détail

Synthèse de l étude prospective. Regard des visiteurs étrangers sur l hôtellerie, la restauration et le tourisme en France L OBSERVATOIRE

Synthèse de l étude prospective. Regard des visiteurs étrangers sur l hôtellerie, la restauration et le tourisme en France L OBSERVATOIRE L OBSERVATOIRE TOURISME, HÔTELLERIE, RESTAURATION ET ACTIVITÉS DE LOISIRS Synthèse de l étude prospective Regard des visiteurs étrangers sur l hôtellerie, la restauration et le tourisme en France Tourisme

Plus en détail

Utilisation du site de test par les élèves de Terminale pour se

Utilisation du site de test par les élèves de Terminale pour se 1 Utilisation du site de test par les élèves de Terminale pour se familiariser aux fonctionnalités d APB dapb Création dossier APB Formulation des vœux Suivez ma flèche! 1 Consulter le guide du candidat.

Plus en détail

Bilan d Admission Post-Bac

Bilan d Admission Post-Bac Bilan d Admission Post-Bac 2014 Orientation et affectation Document élaboré par le Service Académique d Information, d Insertion et d Orientation du Clermont-Ferrand Table des matières Avant-propos...

Plus en détail

Top 10 des marques dans toute la Suisse 6.6% 6.2% 5.9% 5.9% 5.7% 5.6% 4.5% 4.0% 4.0% TOYOTA MERCEDES PEUGEOT 11.0% 10% 8% 6% 4% VOLVO FORD 14% 12.

Top 10 des marques dans toute la Suisse 6.6% 6.2% 5.9% 5.9% 5.7% 5.6% 4.5% 4.0% 4.0% TOYOTA MERCEDES PEUGEOT 11.0% 10% 8% 6% 4% VOLVO FORD 14% 12. Auto - bien assuré au meilleur prix! Quelles sont les marques et les modèles de voiture les plus populaires en Suisse? Au volant, le comportement des hommes diffère-t-il de celui des femmes? Suisses romands

Plus en détail

ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS Quelles sont vos pratiques en 2013?

ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS Quelles sont vos pratiques en 2013? ENQUETE RESPONSABLES FORMATIONS ENQUETES Quelles RESPONSABLES sont vos pratiques FORMATIONS en 2013? Quelles sont vos pratiques en 2013? Enquête réalisée entre juin et septembre 2013 sur un échantillon

Plus en détail

note d information Une large majorité de bacheliers S

note d information Une large majorité de bacheliers S note d information 07.12 AVRIL www.education.gouv.fr La population des nouveaux bacheliers inscrits en première année de médecine est constituée presque exclusivement de bacheliers scientifiques (95 %).

Plus en détail

à Parcours des bacheliers

à Parcours des bacheliers #26 #21 observatoire régional Synthèse régionale septembre février 2012 à Parcours des bacheliers Néo-bacheliers aquitains 2006 entrés dans l enseignement supérieur en 2006-2007 : quel parcours 5 ans après?

Plus en détail

PREPARATION AU CONCOURS D ENTREE EN IFAS

PREPARATION AU CONCOURS D ENTREE EN IFAS PREPARATION AU CONCOURS D ENTREE EN IFAS CONCOURS AS : INFORMATIONS LEGALES Arrêté du 22 octobre 2005 relatif à la formation conduisant au diplôme d'etat d'aide-soignant. L épreuve écrite d admission pour

Plus en détail

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Maël Resch Attachée de Presse Tél : 01 55 80 58 66 Email : mael.resch@empruntis.com CRÉDIT OU ASSURANCE

Plus en détail

La rémunération des dirigeants

La rémunération des dirigeants La rémunération des dirigeants Enjeux La fixation de la rémunération des dirigeants est plus que jamais un sujet majeur pour le conseil, en raison de son fort impact sur l action des dirigeants mais aussi

Plus en détail

Les règles de base de fonctionnement d un marché

Les règles de base de fonctionnement d un marché C HAPITRE 1 Les règles de base de fonctionnement d un marché Qu est-ce qu un marché? Un marché est un endroit matérialisé ou non où peuvent se rencontrer des agents économiques qui ont des besoins complémentaires,

Plus en détail

Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française

Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Politique relative à l emploi et à la qualité de la langue française Direction des études Août 2009 Préambule Fondé en 1917, le Collège Bart est un établissement d enseignement collégial privé autorisé

Plus en détail

L indice des prix des travaux d entretienamélioration. de logements à la fin du deuxième trimestre 2009

L indice des prix des travaux d entretienamélioration. de logements à la fin du deuxième trimestre 2009 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 68 Septembre 2009 Indices des prix des travaux d entretien-amélioration de logements à la fin du deuxième trimestre 2009 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT

Plus en détail

DOCUMENT CONFIDENTIEL AUCUNE DIFFUSION AUTORISÉE A L'EXCEPTION DES CORRECTEURS

DOCUMENT CONFIDENTIEL AUCUNE DIFFUSION AUTORISÉE A L'EXCEPTION DES CORRECTEURS 620.109 bis DECF SESSION 2006 CONTROLE DE GESTION Éléments indicatifs de corrigé DOCUMENT CONFIDENTIEL AUCUNE DIFFUSION AUTORISÉE A L'EXCEPTION DES CORRECTEURS DECF 2006 Contrôle de gestion CORRIGÉ 1/6

Plus en détail

Ville de Rennes. Quartier «Gare» n 8

Ville de Rennes. Quartier «Gare» n 8 Ville de Rennes Quartier «Gare» n 8 Le quartier 8 : Gare est composé de 2 secteurs : le secteur Albert de Mun - Coutenceau Gaétan Hervé Jean Baptiste Barré Haut Quineleu et le secteur Margueritte Villeneuve

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues du monde et formation appliquée en didactique du français langue étrangère de l Institut National des Langues et Civilisations

Plus en détail

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS 14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS La mise en place de la prestation d accueil du jeune enfant (PAJE) en 2004, et plus particulièrement la création du

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

La baisse des sorties sans qualification

La baisse des sorties sans qualification note d information 1.12 AOÛT Les sorties sans qualification n ont cessé de baisser au cours des trente dernières années. En 1975, un quart des élèves d une même génération interrompait ses études au collège

Plus en détail

Réussite et échec en premier cycle

Réussite et échec en premier cycle note d i n f o r m a t i o n Enseignement supérieur & Recherche 13.10 NOVEMBRE Le parcours des étudiants en premier cycle est ponctué de réorientations et de redoublements. Ainsi, seul un étudiant sur

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Entrainement sportif de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Gestion de l Université Paris Dauphine Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Collecter de nouveaux Leads avec Twitter

Collecter de nouveaux Leads avec Twitter Collecter de nouveaux Leads avec Twitter 05/05/2015 Comment générer de l intérêt pour votre marque sur Twitter? Comme tout autre réseau social, Twitter représente une bonne opportunité pour faire connaître

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général

Simulation de modifications. du mode de calcul du salaire annuel moyen au régime général CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 septembre 2012 à 14 h 30 «I - Avis technique sur la durée d assurance de la génération 1956 II - Réflexions sur les règles d acquisition des droits

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Langues du monde et formation appliquée en relations internationales de l Institut National des Langues et Civilisations Orientales

Plus en détail

N'oubliez pas de consulter le site Internet pour connaître votre horaire : www.v-bex.com

N'oubliez pas de consulter le site Internet pour connaître votre horaire : www.v-bex.com RÈGLEMENTS N'oubliez pas de consulter le site Internet pour connaître votre horaire : www.v-bex.com En cas de pluie : Une décision sera rendue à 17h15 et sera publiée sur la page Facebook du Club V-Bex.

Plus en détail

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant 38 Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant Sous-indicateur n 9-1 : nombre de consultations de médecins par habitant (omnipraticiens et spécialistes, y compris consultations

Plus en détail