1.1 GERER LES RELATIONS AVEC LES HIERARCHIQUES DES SERVICES (NEGOCIER LES RESSOURCES)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1.1 GERER LES RELATIONS AVEC LES HIERARCHIQUES DES SERVICES (NEGOCIER LES RESSOURCES)"

Transcription

1 SEQUENCE 2 : METTRE LE PROJET A EXECUTION (PHASE DEMARRAGE) 1. SAVOIR GERER LA DIMENSION HUMAINE 2. EXAMINER ET EVALUER LE RÔLE ET LES QUALITES DU CHEF DE PROJET 3. CONSTITUER UNE ÉQUIPE PROJET ET FAVORISER LE TRAVAIL D'ÉQUIPE 4. PRENDRE DES DÉCISIONS EN COMMUN ET GERER L INFORMATION 5. LANCER LE PROJET 6. ATOUTS ET DIFFICULTES DU FONCTIONNEMENT PAR PROJET Quels que soient les moyens que vous mettrez en œuvre, la réussite d'un plan de projet dépendra des personnes qui l'exécutent. Chaque entreprise a ses traditions, chaque métier possède sa culture, chaque projet est différent de l'autre; c'est pourquoi, au début de tout nouveau projet, l'organisme chargé de l'étudier ou de le réaliser constitue une équipe de projet, avec des attributions de fonctions variées, qui dépendront des compétences propres aux personnes disponibles. 1. SAVOIR GERER LA DIMENSION HUMAINE Le projet étant défini et préparé, le responsable de projet va pouvoir constituer son équipe, conformément à ses besoins. Il va ainsi s'adjoindre les compétences les plus adaptées pour mener à bien la réalisation du projet, obtenir l'engagement des parties prenantes sur l'effectif des ressources, la durée de disponibilité et les délais de réalisation et vérifier que chacun des contributeurs ou intervenants présente des caractéristiques personnelles compatibles avec le travail en équipe. Le projet a un début et une fin et l'équipe projet est constituée pour une durée limitée, avec des contributeurs qui sont souvent à temps partiel sur le projet. Sauf dans certaines structures où l'équipe projet n'a pas d'existence «physique» et les intervenants sont dispersés géographiquement dans leurs services d'origine. C'est pourquoi les intervenants sur le projet vont faire partie d'au moins deux équipes : leur équipe d'origine (leur service) et l'équipe projet. Cela peut provoquer un certain nombre d'interférences qu'il va falloir gérer. 1.1 GERER LES RELATIONS AVEC LES HIERARCHIQUES DES SERVICES (NEGOCIER LES RESSOURCES) Tout d'abord, une question cruciale se pose en tant que responsable d'un projet; Allez vous avoir un contact informel avec les contributeurs potentiels pour recueillir leur accord de principe avant de voir leur supérieur hiérarchique ou solliciter d'abord l'accord de ce dernier? C'est une question que seule la connaissance du contexte de l'entreprise permet de trancher. De toute façon, ne disposant pas d'une autorité formelle sur

2 la hiérarchie des services concernés, le responsable du projet va devoir négocier les ressources nécessaires sur la durée du projet. La négociation est importante car la hiérarchie est un facteur clés pour la réussite des projets. En effet, elle dispose des compétences et des informations dont le responsable du projet a besoin pour réussir son projet et certes, son implication influence celle des contributeurs d une facon considérable. Par ailleurs, si la hiérarchie est peu impliquée voire réticente, ses collaborateurs risquent de l'être aussi, car si l'équipe projet ne dure qu'un temps déterminé, le service d'origine, lui, perdure. Et au quotidien la hiérarchie du contributeur va aussi lui donner des directives durant la durée du projet. Etant donné que l'attitude de la hiérarchie des contributeurs n'est pas neutre par rapport au projet, et que la négociation est capitale, afin de faire percevoir aux hiérarchies les enjeux du projet pour l'entreprise et de marquer l'importance de leur contribution, un projet est souvent vécu comme quelque chose qui «pénalise» l'activité courante opérationnelle. En effet, la participation d'un ou plusieurs membres du service sur le projet peut être vécue comme une contrainte par la hiérarchie puisque le fonctionnement de l'unité va être modifié par le projet. En conséquence, une perception négative des enjeux du projet peut alors amener les responsables de service à développer des comportements négatifs, et en cas de surcharge d'activités ou de conflits de priorités, il y a des risques que la priorité soit donnée à l'activité courante au détriment du projet. Tout cela explique pourquoi il est essentiel que la négociation permette de trouver un accord entre les impératifs du projet et les impératifs du service. Cela permettra également de réduire les éventuels conflits de priorité, et surtout d'éviter les réticences à l'égard du projet, vécu comme une ingérence dans le service. 1.2 FONCTIONNER PAR PROJET Le management par projet génère du flou et de l'ambiguïté dans l'organisation. Le projet transgresse les frontières et les habitudes de l'entreprise et il réinterroge les schémas de responsabilité et d'autorité classiques. Pour minimiser les risques de conflits, pour donner de la cohérence et pour assurer la convergence de logiques différentes, il est nécessaire de se doter de «règles du jeu» dès le départ en vue de clarifier au moins quatre aspects clés avec la hiérarchie à savoir : 1) Les modalités d'affectation des ressources aux projets. 2) Le partage du pouvoir de décision entre responsable projet et métiers. 3) Les modalités d'arbitrage entre projets et métiers.

3 4) Le positionnement des contributeurs (rôles, responsabilités, pouvoir de décision, autonomie, mode d'évaluation...). Définir les règles du jeu, c'est donner des repères et préciser les critères de la réussite individuelle et collective. Ainsi chacun sait à quoi s'en tenir sur les comportements indispensables pour la réussite et l'efficacité du projet dans l'entreprise. En effet, il ne sert à rien de mettre en place des projets transversaux si, en permanence, les acteurs qui y sont impliqués doivent référer à leur hiérarchie pour savoir quels comportements ils peuvent ou doivent adopter sur le projet. Toutefois, l'autonomie relative des contributeurs doit permettre à la délégation d'aller de pair avec la compétence recherchée sur le projet. Mais la régulation hiérarchique demeure souvent dominante dans les mentalités. Mieux encore, le projet a non seulement besoin d'une autonomie chez le contributeur qui, à la base, est dédié au projet, mais aussi d'une capacité d'engagement collectif de son service «métier» derrière lui. Or, on constate souvent que les intervenants dédiés au projet n'ont pas de prise sur la logique de leur métier d'origine : ils participent à l'équipe projet, s'y impliquent à titre personnel, mais sont impuissants à mobiliser derrière eux leurs chefs et leurs collègues. Pour dépasser ce problème, il est essentiel de négocier une règle du jeu claire avec la hiérarchie des contributeurs. Cette règle du jeu va aider dans l'entreprise à faire évoluer le rôle des chefs de services afin : 1) Qu'ils prennent en compte les nouveaux impératifs des projets. 2) Qu'ils entendent l'importance de l'engagement collectif du métier derrière ses représentants dans le projet. 3) Qu'ils réévaluent le mode de division du travail et des compétences afin de s'ajuster aux évolutions sous-tendues par l'apparition du management de projet. 4) Qu'ils développent l'autonomie des contributeurs. 5) Qu'ils repensent le mode d'évaluation des performances afin de minimiser le décalage entre la manière de mesurer l'efficacité, du point de vue des métiers et du point de vue des projets. 6) Qu'ils se sentent responsabilisés sur les résultats. Citons quelques comportements à adopter pour développer des relations constructives avec la hiérarchie des contributeurs notamment : 1) Informer la hiérarchie sur le projet, ces enjeux, ces intérêts : a) Montrer que l'on comprend les priorités de son service et ses objectifs. b) Chercher à négocier des compromis satisfaisants pour les deux parties. 2) Être clair et précis sur le rôle du contributeur issu de son service : a) Clarifier la charge de travail prévue. b) Préciser la période planifiée.

4 3) Présenter la demande de ressources autour d'une fiche de tâche. 4) Montrer la pertinence des résultats à atteindre par rapport aux ressources demandées (en termes de moyens et de durée). 5) Annoncer de quelle façon l'information sera remontée en ce qui concerne l'utilisation des ressources attribuées et les résultats obtenus. 6) Proposer de renseigner sur l'avancement du projet, et de fournir des informations qui soient utiles pour la hiérarchie et son équipe. 7) Penser à demander des compétences, et non pas des personnes nominativement : a) Cela permet de mieux cibler la demande et lorsqu'il s'agit de ressources rares. b) Cela permet de mieux comprendre pourquoi tel contributeur, qui risque de manquer à son équipe d'origine, doit être dédié au projet. 8) Formuler les demandes de façon à mettre le supérieur hiérarchique en position de vous rendre service et non d'être à votre service : a) Solliciter son point de vue, ses idées, son expertise, ses réactions. b) Valoriser sa contribution à la réussite du projet. 1.3 FORMER L'EQUIPE-PROJET Après avoir négocié les ressources avec les hiérarchies des contributeurs, le responsable du projet va pouvoir créer son équipe autour du projet qui va être d'un aspect particulier composée d'individus ayant des métiers différents et ignorant, parfois, toutes les caractéristiques et les contraintes des autres métiers présents. Une équipe constituée pour une durée limitée, qui n'a pas d'existence «physique» puisque les intervenants sont généralement dispersés géographiquement dans leurs services d'origine et que ses membres sont souvent à «temps partiel» sur le projet, et qui ne se connaissent pas forcément. A cet effet, les intervenants dans le projet vont faire partie d'au moins deux équipes en parallèle; leur service d'origine et l'équipe projet. S'ils ne connaissent rien du projet, ils ont, en revanche, des contacts réguliers et probablement un engagement important dans leurs équipes d'origine. Dans ce contexte, il est clair qu'au départ chaque intervenant a le sentiment d'appartenir avant tout à son équipe d'origine, c'est-à-dire son service. Cela peut d'ailleurs provoquer des conflits lors du lancement du projet si son rôle de contributeur dans le projet est contradictoire avec les intérêts et les enjeux du groupe qu'il représente. Lors de la formation de l'équipe projet chaque contributeur apporte sa logique, son expertise, sa façon de voir, pour construire quelque chose de nouveau sur la base de toutes ces différences. C'est pourquoi il est important, lors du lancement du projet, de créer un sentiment d'appartenance suffisant pour une bonne collaboration entre les membres de l'équipe projet. Pour le chef de projet, développer un esprit d'équipe dans le groupe qu'il constitue est essentiel pour influencer la performance des individus sur

5 toute la durée du projet. Pour développer ce sentiment d'appartenance, il est utile également de réunir trois facteurs et de les faire connaître à chaque contributeur : 1) Un projet commun à mener. 2) Des règles communes. 3) Des fonctions et des rôles clairement distribués et reconnus au sein de l'équipe. 1.4 APPREHENDER LE PROJET COMMUN A MENER Il faut un problème, une finalité, des objectifs communs dont la réalisation permette aux différents contributeurs un minimum d'enjeux personnels. Les objectifs du projet doivent être porteurs d'une base de motivation personnelle pour chacun. Et c'est au responsable de projet, en accord avec la hiérarchie des services, de faire valoir ces enjeux personnels auprès de chaque contributeur. Nous avons vu précédemment qu'il était utile, pour une meilleure cohésion, de définir des règles du jeu avec les hiérarchies des contributeurs. Au même titre, il est indispensable d'établir une règle de bon fonctionnement au sein de l'équipe projet, et que chacun sache à quoi s'en tenir dans l'équipe sur les priorités, les valeurs décisives et les comportements indispensables pour la réussite du projet. Des valeurs et des règles clairement définies, compatibles avec la situation et compatibles entre elles, augmentent l'implication des contributeurs tout en leur précisant le cadre de leur intervention. Par ailleurs, ces règles serviront de référence en cas de désaccord ou de conflit ultérieur. A cet effet, on ne doit pas oublier que : 1) Toute règle qui apparaît difficilement applicable, se traduit chez l'individu par de la passivité, de l'agressivité, du mensonge ou de la manipulation ; c'est-à-dire une fausse adhésion ou un rejet du projet. 2) Toute règle, trop difficile à appliquer, crée des habitudes de «contourner la loi» et incite à tricher. 3) Toute règle, trop facilement applicable, donne les mêmes symptômes qu'une règle trop difficile. 4) Toute règle, en revanche, qui apparaît applicable avec un effort correspondant à ses possibilités, suscite de la motivation et favorise l'intégration au groupe et l'adhésion aux objectifs communs. Définir des fonctions et des rôles clairement distribués et reconnus au sein de l'équipe, doit permettre de faire face au problème posé, quel qu'il soit, d'où la nécessité de définir des fonctions et des rôles, Il est important de noter qu'une fonction n'appartient pas à un individu en particulier ; elle appartient à plusieurs individus qui ont à collaborer pour l'assumer. Un rôle peut se définir comme l'ensemble des fonctions détenues par un contributeur ; c'est le comportement que l'on attend de lui à un moment donné compte tenu de ses fonctions, précisément. En effet, pour garantir une efficacité optimale et permettre à chaque contributeur de s'engager en connaissance de cause, le responsable

6 du projet a intérêt à situer et clarifier la contribution de chacun en définissant les rôles respectifs, lors des entretiens individuels qu'il ne manquera pas d'avoir avec chacun des futurs contributeurs. 1.5 COMMENT FAVORISER L'IMPLICATION? 1) Prendre contact : a) Faire connaissance avec le contributeur (si nécessaire). b) Indiquer les raisons du choix de sa personne (si nécessaire). 2) Situer les rôles dans une perspective d'ensemble : a) Présenter le projet : ses objectifs, ses enjeux, son découpage. b) Rappeler quels sont les «clients» du projet. c) Indiquer quels sont les principaux participants au projet. d) Préciser à quel titre il est associé à ce projet : 3) Expliciter la contribution attendue : a) Préciser la tâche confiée à l intervenant (caractéristiques, implication de la tâche sur les tâches en aval, importance). b) Préciser les conditions d intervention : Quelle estimation de sa charge? Quels sont les délais de réalisation prévus? Quelles contraintes doit-il respecter? Quel est son niveau d'autonomie? c) Quelles «règles du jeu» à prendre en compte? d) Préciser son rôle attendu hors responsabilité de tâche (participation aux tâches «amont», association des intervenants «avals», réunion, rédaction de comptes rendus). e) Identifier ces attentes, ses préoccupations. f) Négocier (objectifs, moyens, autonomie, modalités de contrôle). g) Comment évaluer sa contribution? Un bon fonctionnement de l'organisation transversale passe par l'acceptation, par les uns et les autres, des fonctions et rôles de chacun. Une équipe projet efficace n'est pas forcément l'addition des meilleurs dans leurs spécialités. Encore faut-il que les caractéristiques personnelles des intervenants permettent de constituer une équipe cohérente, motivée et soudée. Mieux vaut un intervenant un peu moins compétent mais très motivé plutôt que quelqu'un de très compétent mais peu intéressé par le projet ou désireux de se mettre en avant de manière exclusive. Une fois l'équipe constituée sur le papier, le responsable du projet va se poser les quelques questions suivantes pour faire le point, avant de lancer la première réunion projet notamment : 1) La composition de l'équipe réunit-elle les compétences nécessaires à la conduite du projet? 2) Les membres de l'équipe qui interviennent sur des tâches critiques vous apparaissentils particulièrement fiables?

7 3) Les caractéristiques personnelles de chacun des intervenants permettent-elles d'envisager la constitution d'une équipe cohérente et efficace? 4) Des solutions de rechange ont-elles été envisagées au cas où les intervenants clés sur le projet viendraient à faire défaut? 5) A-t-on vérifié l'implication des contributeurs et de leur hiérarchie requises pour mener à bien le projet? 6) A-t-on confiance dans chacun des membres de l'équipe? Sinon, ne convient-il pas d'en trouver un autre? Pour analyser les forces et faiblesses de l'équipe constituée, il est utile de se souvenir que la similitude est généralement source de conflits, blocages et coalitions dans un projet. Les synergies se construisent davantage sur les différences, créatrices de complémentarités. En fait, par expérience, on observe que plus les gens sont semblables dans une équipe projet, moins ça fonctionne. 2. EXAMINER ET EVALUER LE RÔLE ET LES QUALITES DU CHEF DE PROJET Pour mettre en œuvre avec succès un projet, il est important de bien comprendre ce qu'il implique pour vous dès le départ. Vous devez acquérir les compétences de management nécessaire pour constituer une équipe solide et motivée, et la guider vers le succès. Un bon chef de projet est à la fois un gestionnaire et un chef d'équipe. Les managers inspirent l'autorité et le respect, savent traduire les plans en actions, et sont capables d'enthousiasmer et de motiver leurs collaborateurs. Nous verrons effectivement dans cette séquence comment nous auto-évaluer, et comment développer nos qualités de leader pour diriger l'équipe avec succès. 3. CONSTITUER UNE ÉQUIPE PROJET ET FAVORISER LE TRAVAIL D'ÉQUIPE 3.1 CONSTITUER UNE ÉQUIPE PROJET Une fois le projet planifié et les principaux membres de l'équipe réunis, vous devez vous assurer que vous disposez des collaborateurs nécessaires, avec le bon dosage de compétences et de personnalités. Nous verrons ici comment sélectionner les bons candidats, étudier leurs rôles et vérifier leur disponibilité. En effet, Le succès d'un projet dépend en grande partie de la qualité du travail d'une équipe. Aussi est-il important d'encourager la recherche de consensus, plutôt que d opter pour une approche autoritaire. Nous étudierons ci-après les différents types de management, de quelle manière diriger et à quel moment l'employer, et comment adapter son mode de management en fonction des membres de l'équipe. 3.2 FAVORISER LE TRAVAIL D'ÉQUIPE Pour qu'une équipe réussisse, vos collaborateurs doivent apprendre à travailler ensemble. Vous devez donc instaurer une atmosphère positive qui favorise la compétition des idées

8 plutôt que celle des ego. Nous verrons ici comment encourager le travail d'équipe, comment comprendre l'évolution d'une équipe, et comment préserver la motivation de vos collaborateurs. 4. PRENDRE DES DÉCISIONS EN COMMUN ET GÉRER L'INFORMATION 4.1 PRENDRE DES DÉCISIONS EN COMMUN Lorsque vous prévoyez le déroulement à venir du projet, une prise de décision de qualité est indispensable. Il conviendra d'établir une méthode logique de prise de décision, que vous suivrez à chaque fois. Nous verrons également comment utiliser la remontée d'information pour vérifier la qualité de ces décisions et comment évaluer les options retenues. 4.2 GÉRER L'INFORMATION Pour le bon déroulement du projet il est indispensable que tout le monde puisse avoir facilement et à tout moment accès aux informations clés. Nous verrons comment traiter l'information, comment la classer afin de la rendre la plus accessible, et comment nous assurer qu'elle est régulièrement actualisée. Nous verrons également que plus la communication n'est pas bonne, plus le projet ne se déroulera pas de manière fluide. 5. LANCER LE PROJET Une fois que vous avez constitué votre équipe, il est important de réussir le lancement de votre projet. Conviez tous vos collaborateurs à une réunion de lancement informelle et faites un point sur le projet pour clarifier sa finalité. Au moment du lancement, réunissez l'équipe pour une cession d'information exhaustive quant aux tenants et aux aboutissants du projet. Expliquez ses objectifs et ses contraintes, faites savoir quels sont ses bénéfices, et établissez des règles de base concernant le partage de l'information et la prise de décision. Il est important que cette réunion soit interactive afin que vos collaborateurs puissent poser des questions. À la fin de la réunion, tout le monde doit avoir compris ce qui doit être fait, et se sentir motivé pour le faire. Cette réunion doit s'arroser par La rédaction d'un rapport de lancement permettra à chacun de prendre conscience de la vision qui a inspiré le projet et de l'objectif à atteindre. Vous pouvez joindre à ce document un état des ressources disponibles, et donner des indications quant aux risques encourus. En outre, il est souhaitable de citer tous les partenaires, afin que chacun puisse les identifier. Enfin, vous devez demander aux personnes clés, parmi lesquelles vous-même, en tant que chef de projet, et à l'initiateur, de marquer leurs engagements en imposant leurs signatures au bas du document.

9 Comment structurer un rapport de lancement? Nous allons examiner à présent les cinq parties d'un rapport de lancement et leur objectif. Vision : Explication de la finalité du projet. Objectifs : 1) Expliquer clairement pourquoi le projet est né et ce qu'il vise à atteindre. 2) Énumérer les bénéfices du projet pour toute l'équipe et pour l'entreprise dans son ensemble. Buts : Synthèse des indicateurs, des performances actuelles et des objectifs à atteindre. Objectifs : 1) Fournir des informations claires sur la manière dont on pourra mesurer le succès du projet. 2) Expliquer les résultats escomptés à la fin du projet. Grandes étapes : Evénements ou réalisations qui marqueront les progrès accomplis. Objectifs : 1) Résumé des grandes étapes de mise en œuvre pour rappeler à tous ceux qu'on attend deux. 2) Établir les échéances de façon qu'elles divisent le projet en segment logique et mesurable. Risques et opportunités : Liste des risques potentiels et des occasions supplémentaires. Objectifs : 1) Expliquer ce qui doit être évité lorsque les membres de l'équipe se seront mis à travailler. 2) Mettre en lumière tous les domaines où des améliorations qui pourraient être apportées afin de tirer le bénéfice maximal du projet. Liste des partenaires : Répertoire de tous les partenaires impliqués dans le projet. Objectifs : 1) Nommer toutes les parties intéressées au projet et faire une liste de leurs pouvoirs pour ajouter à la crédibilité du projet. 2) Faire la liste de tous les partenaires extérieurs, et établir ce que chacun attend du projet. 6. ATOUTS ET DIFFICULTES DU FONCTIONNEMENT PAR PROJET 6.1 LES CARACTERISTIQUES ET ENJEUX DU MANAGEMENT PAR PROJET Manager un projet, c'est mobiliser sur un même objectif et pour une durée déterminée des hommes et des ressources consacrés habituellement à d'autres activités. L'efficacité du «management par projet» suppose la mise en place d'une organisation spécifique, au niveau de l'entreprise, pour favoriser la réalisation des projets tout en assurant la pérennité de l'entreprise. Le «management par projet» définit donc les modalités de cohabitation, d'association entre une organisation verticale par services

10 et une organisation. Un projet peut se définir donc comme étant un ensemble d'actions mises en œuvre pour atteindre un but précis, afin de répondre à un besoin spécifique. 1) Un objectif précis, quantifié ou spécifié sous forme de caractéristiques formalisant le besoin d'un «client» identifié, dans le cadre d'une mission clairement définie. 2) Une limite dans le temps : il a un début et une fin, marquée par l'atteinte de l'objectif. 3) Une singularité : le projet n'est jamais la reproduction à l'identique de ce qui existe déjà. 4) Une micro organisation ad hoc non permanente : ensemble de personnes rassemblées temporairement pour réaliser l'ensemble des actions nécessaires à l'atteinte des objectifs. 6.2 UN MANAGEMENT HORS HIERARCHIE Manager par projet, c'est manager les hommes qui interviennent pour apporter leur compétence dans les projets. Puisqu'il s'agit aujourd'hui de développer des projets plus vite et mieux, la capacité à coordonner et à faire collaborer des spécialistes de métiers différents devient une clé du succès. Mais manager une équipe projet est délicat. En effet, le responsable du projet n'est pas le hiérarchique des intervenants sur le projet qui restent rattachés à leur service d'origine. Il peut même avoir à manager des intervenants qui ont un statut «supérieur» au sien dans l'organigramme de l'entreprise. De plus, le projet a un début et une fin : Au terme du projet, le chef de projet passe le relais. Ce n'est donc qu'un management à durée déterminée. D'autant plus, les spécialistes, les intervenants qui vont travailler avec lui sont de métiers différents avec chacun son langage, ses enjeux, sa façon de voir le projet. Il est considéré aussi un management «transversal multiservices». 6.3 FAIRE COEXISTER DEUX LOGIQUES DIFFERENTES DANS L'ENTREPRISE L'organisation par projet amène à faire coexister deux logiques différentes dans l'entreprise ; La logique du métier, qui conduit à devoir être rentable et à produire dans la durée et La logique du projet qui conduit à assurer la réalisation effective du projet en optimisant les trois paramètres interdépendants : délais, coûts et qualité. Le fonctionnement par projet nécessite la mise en place d'une organisation spécifique non permanente qui va se superposer à la structure de l'entreprise. Et Pendant ce temps, les deux structures vont devoir cohabiter. Souvent, le projet perturbe le fonctionnement de l'organisation permanente, les structures projet entrant en contradiction avec les formes traditionnelles de l'organisation. Le management de projet crée ainsi une double contrainte, source de conflits entre l'entreprise «verticale», et celle «transversale». La façon dont est abordée cette contradiction induit quatre (04) modèles types

11 d'organisation. Ces différents modèles ne sont pas gratuits et pèsent lourdement sur le management des projets. Chacun des types de structures est plus ou moins adapté aux caractéristiques du projet et à l'entreprise dans laquelle il va se développer. Et dans la réalité, on rencontre bien entendu des aménagements de ces modèles. Les principaux types de structures de base pour manager les projets sont : 1) La structure avec facilitation. 2) La structure avec coordination. 3) La structure matricielle. Avant de se prononcer en faveur de telle ou telle structure, n'oublions pas qu'implanter le management par projet c'est faire le choix d'une structure qui offre le compromis optimal entre la réussite du projet, et le maintien de l'activité métier de l'entreprise. En effet, Articuler logique projet et logique métier constitue un changement profond pour une entreprise qui a généralement été bâtie sur un modèle pyramidal hiérarchisé, ne fonctionnant que sur un axe vertical. De plus, le management par projet redéfinit les compétences, les méthodes de travail et les rôles de chacun. Ces changements, bousculant les individus dans leurs rôles et leurs valeurs, vont produire des incompréhensions, des inquiétudes et des résistances de la part des acteurs (groupes, services, ou personnes). 6.4 FACILITER L ORGANISATION PAR PROJET Au fait, mettre en place une organisation par projet c'est : 1) Rompre en partie avec le fonctionnement pyramidal et passer de la verticalité à la transversalité. 2) C'est décloisonner les métiers. 3) C'est fonctionner avec une dose de flou et d'ambiguïté. 4) C'est penser le management autrement pour trouver de nouveaux repères. Si vous devez mettre en place une organisation par projet, vous pouvez faciliter ce changement en exploitant quelques-unes des idées suivantes : 1) Il n'existe pas de modèle idéal. S'organiser par projet amène à construire son propre modèle de management par projet et à définir la structure la plus adaptée à ses projets, à ses enjeux et à sa culture d'entreprise. 2) La réussite du management par projet dépend largement de la volonté affichée par la direction. Â chaque phase du projet, celle-ci doit être le «moteur» de la mise en œuvre. 3) L'encadrement est remis en cause dans ses repères et pourtant rien ne peut se faire sans lui ou contre lui. Le responsable de projet l'impliquera donc le plus tôt possible dans la réflexion. 4) Pour que «l'organisation sur le papier» se traduise dans les actes quotidiens, il faut faire évoluer les hommes, leurs compétences et leurs façons de penser. Ainsi, ils peuvent s'approprier le management projet et apprendre ensemble les nouvelles façons de travailler.

12 5) La mise en place du management par projet est déjà un projet en soi. Il est donc souhaitable d'utiliser les méthodologies de management de projet, avec la mise en place d'une structure de pilotage. 6) Enfin, le fonctionnement par projet «redistribue les cartes» au sein de l'entreprise. Dans tous les cas, la difficulté du passage d'une structure fonctionnelle classique à une structure par projet réside pour l'essentiel dans ce qui est ressenti par les responsables techniques ou fonctionnels comme une perte de pouvoir, de statut et d'autorité. 6.5 MINIMISER LES RESISTANCES AU CHANGEMENT Puisqu'il y a bouleversement dans les rôles et les façons de faire, toute mise en place de structure projet provoque l'apparition, à un niveau ou à un autre, de réactions négatives. Nous pouvons citer pêle-mêle comme sources de ces résistances, sans que cette liste soit exhaustive : 1) L habitude, la peur de l'inconnu. 2) La préférence pour la stabilité et la sécurité. 3) La méfiance justifiée des contraintes nouvelles. 4) La peur de perdre son identité ou son pouvoir. 5) La perte des points de repères spatiaux (marquage du territoire) et temporels (changement des rythmes professionnels). Pourtant, il est tout à fait possible de limiter la portée de ces résistances naturelles, même s'il ne semble pas possible de les éviter. Mais encore faut-il le faire assez tôt lors de la mise en place d'une structure projet. Quatre (04) règles de base peuvent aider à la mise en place d'une organisation par projet : 1) Le zéro mépris : Si le projet est décidé sans consultation ou information préalable et sans reconnaître aux acteurs potentiels la moindre possibilité d'expression, alors ce mode d'action sera perçu comme une dévalorisation de leurs compétences. Donc n'hésitez pas à faire s'exprimer les résistances et les craintes, en les reconnaissant comme légitimes afin de pourrez mettre à plat les préjugés. 2) La crédibilité du responsable du projet : Un manque de crédibilité du responsable du projet va amplifier l'insécurité dans une phase où les demandes de réassurance sont importantes. On trouvera là une nouvelle source de résistance. 3) Le temps et les moyens proposés sont crédibles : Si le temps ou les moyens apparaissent insuffisants pour «apprivoiser» le changement d'organisation, alors personne n'adhérera. En revanche, faites impliquer le management supérieur pour expliquer les enjeux, préciser les «règles du jeu» et définir les moyens. 4) Le manque d'information au début et au cours du processus : L'absence de visibilité tue : à quoi bon faire des efforts si l'on n'en perçoit pas concrètement les effets? L'information nécessaire porte à la fois sur le pourquoi, le quoi faire, le comment faire, les comportements et les résultats attendus. Dans tous les cas, un enjeu majeur se présente : passer de l'organisation projet «bien sur le papier» à l'organisation projet «réussie sur le terrain».

13 6.6 IDENTIFIER ET ASSOCIER LES ACTEURS DU PROJET Comprendre un projet, c'est appréhender des relations entre des personnes. L'élément clé de cette analyse et de repérer les divers acteurs du projet, c'est-à-dire littéralement les personnes qui vont y jouer un rôle et donc influencer à la fois son déroulement et son résultat. L'analyse de l'insertion de l'équipe projet dans sa structure d'accueil est importante pour appréhender le type d'enjeux auxquels l'équipe va être confrontée. Associer les acteurs, tous ceux qui seront concernés par les applications du projet, le plus en amont possible, favorise la réussite de la mise en œuvre de l'organisation projet. C'est une nécessité car la qualité d'un projet passe d'abord par la prise en compte des attentes et des besoins du client et des futurs utilisateurs, mais aussi par la prise en compte des moyens disponibles auprès des hiérarchies concernées. C'est également une réponse réaliste, car l'expertise nécessaire à la maîtrise d'un projet est devenue trop complexe pour être le fait d'un «homme orchestre» seul. Donc, lors de la mise en place d'une organisation projet, il est souhaitable de commencer par identifier les différents acteurs qui vont être concernés. Il est possible évidemment de les représenter au travers de trois groupes qui s'imbriquent dans l'organisation du projet : 1) Le groupe destinataires. 2) Le groupe hiérarchie. 3) Le groupe «équipe projet». Le terme destinataires et volontairement large et englobe aussi bien les clients, commanditaires, maître d'ouvrages, que les utilisateurs intermédiaires, finaux, directs ou indirects. On peut parler de «client», dans une organisation projet, dans la mesure où les destinataires vont, soit, «acheter» le projet parce qu'ils vont y trouver un avantage à court ou moyen terme, soit, au contraire, le «refuser» en s'y opposant parce que le projet sera perçu comme négatif pour eux. Deux types d'interlocuteurs apparaissent ici pour le responsable de projet : le maître d'ouvrage, bien sûr, qui est l'interlocuteur privilégié du chef de projet, c'est celui qui, en quelque sorte, «passe commande». La hiérarchie du responsable de projet et des contributeurs a un rôle actif dans le projet puisque c'est elle qui va négocier les moyens disponibles tout au long de la durée du projet, qui décident du lancement, de la poursuite ou de l'arrêt du projet, ainsi que des ressources qui doivent y être consacrées. Ces acteurs sont rarement engagés dans la mise en œuvre : ils sont cependant régulièrement informés pour prendre les décisions qui s'imposent concernant le projet, tout au long de son déroulement.

14 Le comité de pilotage, lorsqu'il existe, assure la maîtrise d'ouvrage du projet par délégation de la direction. Il est alors composé de représentants des services concernés par le projet et de membres de la direction. Son rôle est alors d'évaluer l'avancement du projet, de prendre des décisions clés sur proposition du responsable de projet et de valider le projet à la fin de chaque phase. Le groupe le plus évident est l'équipe projet, c'est-à-dire les personnes qui consacrent tout ou partie de leur temps pour réaliser, conduire et piloter la maîtrise d œuvre du projet. Elle peut à l'extrême se réduire à un individu unique (l'équipe de projet se résume alors au chef de projet) ou, à l'inverse, s'apparenter à une structure organisationnelle complète et complexe, mais toujours temporaire (comme par exemple, le comité d'organisation des jeux olympiques ou de la coupe du monde de football). Afin d'éviter bien des déconvenues sur la réalisation du projet, il convient de s'entourer de compétences extérieures, contributeurs, experts et fournisseurs de ressources externes : 1) Les «contributeurs» membres de l'équipe projet, qui apportent leur expertise technique sur le fond du projet et ont une délégation de temps pour participer à sa mise en œuvre. Les membres font partie du contexte dans lequel s'insère le projet, mais ne sont pas en position de décideurs officiels. Ils sont affectés sur le projet, soit par ce qu'ils lui fournissent des ressources (techniques, humaines, etc.) soit parce qu'ils en subissent directement ou non les conséquences (services recherche et développement, production, gestion finance, ressources humaines dans le cas d'une entreprise industrielle, ou, par exemple fédération nationale, comité olympique national, ministère de la jeunesse et des sports dans le cas de la préparation des jeux olympiques). 2) Les «experts» ponctuels, internes ou externes, auxquels on fait appel au coup par coup, car ils représentent une ressource rare nécessaire à un moment précis du projet. 3) Les fournisseurs de ressources externes à l'organisation interviennent tout au long du développement du projet : ils peuvent être fournisseurs, sous-traitants, partenaires, ou consultants externes. 6.7 BIEN EVALUER L ACTEUR PROJET D'autres typologies d'acteurs peuvent être imaginées, l'une, par exemple, propose une classification des acteurs selon leur localisation : 1) Dedans : chef de projet, membres de l'équipe. 2) Dehors : sous-traitants, fournisseurs, partenaires. 3) Au-dessus : c.-à-d. dans la ligne hiérarchique : direction, sponsors, comités de projet. 4) Au-dessous : acteurs concernés mais non directement affectés au projet. D'après, cette classification on peut tirer une définition de «l'acteur» du projet : «Est acteur un individu qui, dans une organisation donnée, a une position à défendre, un rôle à jouer, et mobilise une énergie pour le faire. Un acteur peut être individuel ou collectif et sa pertinence ne dépend pas forcément du statut ou du rôle formel qu'il occupe au sein de l'organisation».

15 Ce questionnement sur les acteurs incite à nous poser une question fondamentale : qui est le client du projet? À partir d'un exemple nous allons voir que la réponse est rarement unique : Dans le cas d'un week-end de fin d'année une grande école d'ingénieurs, un groupe de huit étudiants s'est spontanément porté volontaire pour concevoir et réaliser une manifestation de grande ampleur, réunissant tous les élèves de la promotion, les enseignants, le personnel administratif, ainsi que les partenaires extérieurs. Plusieurs questions qui peuvent se poser notamment : 1) L'ensemble de la promotion? 2) L'institution (représentée par la direction)? 3) Les partenaires extérieurs? Répondre à cette dernière question est essentiel : en effet, si le projet est avant tout conçu pour l'ensemble des étudiants, on peut s'attendre à un week-end festif débridé! Au contraire, si ce sont les dirigeants de l'école qui sont considérés comme les clients, on pourrait imaginer des activités permettant de promouvoir l'image de dynamisme de l'école et de faire de ce week-end une grande opération de notoriété. Si les partenaires extérieurs sont la cible première, il faudra concevoir un événement où ceux-ci soient associés (conférence de chefs d'entreprise, présentation de travaux d'étudiants, cérémonie de remise de diplômes parrainée par les sponsors, etc.). Des décisions importantes peuvent varier en fonction de la réponse choisie. Par exemple, le choix du lieu du dîner de gala peut être radicalement différent selon les cas : simple salle des fêtes pour les étudiants, lieu prestigieux si on invite des partenaires extérieurs. Ces questions méritent qu'on s'y attarde et on voit qu'en fonction des réponses nécessairement contingentes, les dispositifs de fonctionnement, le contenu du projet et le résultat obtenu peuvent être sensiblement différents. Il n'y a pas de projet sans client (même dans le cas d'un projet personnel, où l'on est son propre client) et l'on a toujours intérêt à faire émerger un client principal parmi la liste des candidats possibles. Il serait plus juste de parler de «système clients» pour évoquer le fait que la notion de client représente de plus en plus un ensemble complexe d'acteurs inter-reliés : 1) Décideur final (celui qui achète le projet). 2) Utilisateur (celui à qui est destiné le projet).

16 3) Porte-parole (celui qui représente le décideur ou utilisateur), etc. Ce réflexe de questionnement du contexte client est également précieux pour garder une attitude critique par rapport aux appels d'offres, censés décrire de façon précise et exhaustive une demande indiscutable est indiscutée. Cependant, ce schéma pourtant sécurisant issu du modèle de stricte séparation des rôles entre un maître d'ouvrage supposé savoir exactement ce qu'il veut, et un maître d œuvre chargée de s'en tenir à la stricte réalisation de la solution souhaitée, ne s'avère que rarement correspondre à la réalité. Dans votre cas particulier, les clients utilisateurs ont souvent du mal à formaliser de façon rigoureuse leurs besoins. Tous ceux qui ont un jour fait construire une maison savent bien qu il y a toujours des différences entre un idéal de départ (la maison de ses rêves) et la réalisation finale, issue de la confrontation du rêve initial avec les contraintes financières ou techniques. C'est donc bien souvent une approche de type «évolutive» qui s'avère pertinente, où les besoins du commanditaire se précisent au fur et à mesure des interactions avec le prestataire. C'est en aidant le maître d'ouvrage à exprimer ses besoins réels, à affiner ses objectifs, en le questionnant et en le faisant régulièrement réagir sur des propositions que le maître d œuvre va mieux calibrer le projet. Une fois les acteurs concernés identifiés, et quel que soit le mode d'organisation retenu, le responsable du projet va devoir assurer la mise en œuvre effective du projet en optimisant les trois paramètres interdépendants que sont les délais, les coûts et la technique. Cela, bien sûr, tout en organisant et contrôlant un processus adapté de réalisation compatible avec les structures métier de l'entreprise.

Quel management dans un collectif de travail en télétravail?

Quel management dans un collectif de travail en télétravail? Quel management dans un collectif de travail en télétravail? Le passage au télétravail s accompagne de transformations importantes en termes d organisation et de pratiques. Comment faire évoluer le management

Plus en détail

La démarche qualité dans sa dimension humaine

La démarche qualité dans sa dimension humaine La démarche qualité dans sa dimension humaine Fédérer, responsabiliser votre personnel autour d un projet commun. Un outil intelligent de management. Séminaire démarche qualité en hôtellerie, 23/01/07

Plus en détail

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur.

Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Structure défendue par H. Fayol, qui met en avant l'unité de commandement : chaque individu n'a qu'un seul supérieur. Découpage des activités (et donc des responsabilités) par fonctions, par unités de

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Iut de Tours Département Information-Communication Option Gestion de l Information et du Document dans les Organisations Page 1 sur

Plus en détail

La démarche qualité dans sa dimension humaine

La démarche qualité dans sa dimension humaine La démarche qualité dans sa dimension humaine Agadir-Maroc 15 décembre 2007 Thierry LONGEAU www.alcantis.fr Thierry LONGEAU Dirigeant du cabinet Alcantis Experts en systèmes d informations et de gestion

Plus en détail

Management - Ressources humaines Exemples de formations

Management - Ressources humaines Exemples de formations Management - Ressources humaines Exemples de formations Management - Ressources humaines - Animation d'équipes - Les entretiens professionnels d'évaluation - L'intégration de nouveaux salariés - Anticiper

Plus en détail

Gérer les rapports de pouvoir

Gérer les rapports de pouvoir Gérer les rapports de pouvoir Marc Thiébaud Novembre 1995 L'analyse des relations de pouvoir est importante à deux titres au moins: a) Pour développer la coopération que peuvent avoir les autres entre

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Développer, Optimiser, Maintenir la Performance de lhomme et de lentreprise PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Le «Risque Social» doit être pris en charge comme nimporte quel autre type

Plus en détail

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET

Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Nom-Projet MODELE PLAN DE MANAGEMENT DE PROJET Glossaire La terminologie propre au projet, ainsi que les abréviations et sigles utilisés sont définis dans le Glossaire. Approbation Décision formelle, donnée

Plus en détail

M2S. Formation Gestion de projet. formation

M2S. Formation Gestion de projet. formation Formation Gestion de projet M2S formation Conduire et gérer un projet Construire et rédiger un chahier des charges de projet Conduite de projet informatiques Découpage et planification de projet Les méthodes

Plus en détail

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines

Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Zoom sur le contexte des ressources humaines Définir le contexte stratégique des Ressources Humaines Au travers de leur management stratégique, les entreprises voient les ressources humaines comme le moyen

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Intitulé de la formation

Intitulé de la formation Intitulé de la formation La fonction managériale dans les structures du spectacle vivant : parcours de formation comprenant 4 modules. Module 1 Construire et porter une vision de structure : y faire adhérer

Plus en détail

Les démarches qualités

Les démarches qualités Les démarches qualités Sommaire : Introduction... 2 Un levier d'innovation organisationnelle et sociale... 3 Les enjeux... 5 1.1 Le marché... 5 1.2 L innovation incrémentale (amélioration continue) ou

Plus en détail

1. 2. 12. L'ANALYSE DES PARTIES PRENANTES

1. 2. 12. L'ANALYSE DES PARTIES PRENANTES 1. 2. 12. L'ANALYSE DES PARTIES PRENANTES DESCRIPTION L analyse des parties prenantes est une approche structurée permettant de comprendre un système en précisant l intérêt, les besoins et les préoccupations

Plus en détail

360 feedback «Benchmarks»

360 feedback «Benchmarks» 360 feedback «Benchmarks» La garantie d un coaching ciblé Pour préparer votre encadrement aux nouveaux rôles attendus des managers, Safran & Co vous propose un processus modulable, adapté aux réalités

Plus en détail

Développement personnel

Développement personnel Développement personnel 50 REPÉRAGE DES TALENTS : COMPÉTENCES ET PERFORMANCE DE L'ENTREPRISE Repérer dans l'organisation les "talents" nécessaires à l'atteinte des objectifs de l'entreprise Construire

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

"DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES"

DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES "DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES" ENQUÊTE RÉALISÉE PAR HOMMES & PERFORMANCE ET EMLYON BUSINESS SCHOOL EN PARTENARIAT AVEC L'APEC Juin 2011 OBJECTIFS DE L ÉTUDE

Plus en détail

FONCTIONNEMENT DE GROUPE ET D'EQUIPE AU TRAVAIL

FONCTIONNEMENT DE GROUPE ET D'EQUIPE AU TRAVAIL FONCTIONNEMENT DE GROUPE ET D'EQUIPE AU TRAVAIL Intro... 1 I. Caractéristiques des différents types de groupe... 1 A. Définitions... 1 B. Définition selon Anzieu et Martin... 2 C. Définition de Fisher...

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

Exemple 360. Questionnaire Leadership Thomas. Personnel & Confidentiel

Exemple 360. Questionnaire Leadership Thomas. Personnel & Confidentiel Feed-back 360 Exemple 360 Questionnaire Leadership Thomas Personnel & Confidentiel Introduction Comment lire votre rapport Feed-back 360? Moyenne par compétence Représentation graphique des 5 meilleures

Plus en détail

Les moteurs de progrès

Les moteurs de progrès MANAGEMENT PILOTAGE Les moteurs de progrès Si le management par les processus connaît une certaine réussite, le pilotage et les processus qui lui sont liés restent précaires. Pourtant là aussi, appliquer

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION Société des Coaches Gestaltistes Coordinateur projet: Marius Moutet INTRODUCTION Un coaching d individus ou d équipe inspiré de la posture humaniste

Plus en détail

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité INFORMATIONS MEDIATION La médiation fait partie du dispositif de protection de la personnalité des membres du personnel de l'etat de Genève et des institutions

Plus en détail

Tableau parcours. Année scolaire Diplôme(s) préparé(s) Engagements associatifs Expériences professionnelles Formations complémentaires

Tableau parcours. Année scolaire Diplôme(s) préparé(s) Engagements associatifs Expériences professionnelles Formations complémentaires Tableau parcours Année scolaire Diplôme(s) préparé(s) Engagements associatifs Expériences professionnelles Formations complémentaires 20.. / 20.. Légende : Diplôme(s) préparé(s) : marquer ici le(s) diplôme(s)

Plus en détail

CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur?

CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur? V3 4 juin 2015 CONSEIL : et si nous passions du prix à la valeur? Préambule : une première version de cet article a servi pour amorcer la réflexion collective engagée le 22 mai dernier. Cette troisième

Plus en détail

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION

MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION Fiche de lecture : MANAGEMENT SITUATIONNEL VERS L AUTONOMIE ET LA RESPONSABILISATION I. PRESENTATION GENERALE «Management situationnel Vers l autonomie et la responsabilisation» (nouvelle édition enrichie),

Plus en détail

Bâtir et améliorer son système d appréciation

Bâtir et améliorer son système d appréciation Bâtir et améliorer son système d appréciation Bâtir et faire évoluer son système d'appréciation, Se doter de critères pertinents pour son entreprise, Se positionner en tant que conseil dans l'entretien

Plus en détail

Compte-rendu des ateliers

Compte-rendu des ateliers FORUM DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL LOCAL 2010 2 E rencontre citoyenneté Compte-rendu des ateliers La 2e rencontre du Forum a abordé le thème de la citoyenneté. Cette rencontre s'est déroulé en suivant en partie

Plus en détail

Annexe sur la maîtrise de la qualité

Annexe sur la maîtrise de la qualité Version du 09/07/08 Annexe sur la maîtrise de la qualité La présente annexe précise les modalités d'application, en matière de maîtrise de la qualité, de la circulaire du 7 janvier 2008 fixant les modalités

Plus en détail

Le CONTRAT TRIANGULAIRE en coaching Le contrat tripartite Fanita English, et la Négociation des Contrats Prescrits'

Le CONTRAT TRIANGULAIRE en coaching Le contrat tripartite Fanita English, et la Négociation des Contrats Prescrits' Le CONTRAT TRIANGULAIRE en coaching Le contrat tripartite Fanita English, et la Négociation des Contrats Prescrits' Le Contrat Triangulaire ou tripartite est inventé par Fanita English. Il illustre la

Plus en détail

«Identifier et définir le besoin en recrutement»

«Identifier et définir le besoin en recrutement» «Identifier et définir le besoin en recrutement» LES ETAPES DU RECRUTEMENT Le recrutement est une démarche structurée qui comporte plusieurs étapes aux quelles il faut attacher de l importance. La majorité

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

Les mises à disposition de personnels ou de matériels

Les mises à disposition de personnels ou de matériels Les mises à disposition de personnels ou de matériels Les associations sont souvent confrontées à des besoins précis et ponctuels en matériel ou en personnel. Or, l'achat, la location ou l'embauche s'avèrent

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

Conduite et Gestion de Projet - Cahier des charges

Conduite et Gestion de Projet - Cahier des charges Conduite et Gestion de Projet - Cahier des charges 1 Introduction Sophie Toulouse LIPN - Université Paris 13 +33.1.49.40.40.73 99 av. Jean-Baptiste Clément toulouse@lipn.univ-paris13.fr 93430 Villetaneuse

Plus en détail

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation

SEP 2B juin 20. Guide méthodologique de calcul du coût d une prestation SEP 2B juin 20 12 Guide méthodologique de calcul du coût d une Sommaire Préambule 3 Objectif et démarche 3 1 Les objectifs de la connaissance des coûts 4 2 Définir et identifier une 5 Calculer le coût

Plus en détail

A-t-on le temps de faire les choses?

A-t-on le temps de faire les choses? A-t-on le temps de faire les choses? A-t-on le temps de faire les choses? Un parcours de 25 ans dans le domaine des Systèmes d'information de 6 grandes entreprises Consultante depuis 19 ans Mission / contrats

Plus en détail

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING

LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING LE PLAN D'AMÉLIORATION DE LA FONCTION MARKETING Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F. Adm.A., CMC Conseiller en gestion Publié par la Direction des communications

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise

Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Source : "Comptable 2000 : Les textes de base du droit comptable", Les Éditions Raouf Yaïch. Contrôle interne et organisation comptable de l'entreprise Le nouveau système comptable consacre d'importants

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

WHY CONSULTING. Performance Commerciale en B2B

WHY CONSULTING. Performance Commerciale en B2B É t u d e WHY CONSULTING Performance Commerciale en B2B La performance commerciale d une entreprise est un sujet complexe qui emprunte des chemins différents selon les organisations et les marchés, car

Plus en détail

Quelques clés pour réussir une stratégie de la communication interne.

Quelques clés pour réussir une stratégie de la communication interne. www.sophte.com INGENIERIE DU MANAGEMENT - COMMUNICATION - MULTIMEDIA Quelques clés pour réussir une stratégie de la communication interne. 1 Situation actuelle De plus en plus, l'entreprise doit gérer

Plus en détail

Enquête LE TELETRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

Enquête LE TELETRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE C/G 15/02/2011 Enquête LE TELETRAVAIL DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE A la demande du gouvernement, Pierre MOREL A L'HUISSIER, Député de LOZERE, rendait en novembre 2006 un rapport sur "Du Télétravail

Plus en détail

CHAPITRE 2 Définir le périmètre d'application

CHAPITRE 2 Définir le périmètre d'application CHAPITRE 2 Définir le périmètre d'application Pour que le projet de carte d'achat puisse être mis en œuvre de manière efficace, il importe de déterminer précisément le périmètre d'application. En effet,

Plus en détail

Canevas d aide au montage et cahier des charges de votre action de formation

Canevas d aide au montage et cahier des charges de votre action de formation Canevas d aide au montage et cahier des charges de votre action de formation FINALITÉS DE L ACTION (à établir avec le commanditaire) Quels sont les objectifs finals du commanditaire (ses finalités : économiques,

Plus en détail

Dès qu'une action atteint un certain degré de complexité ou qu'il s'agit d'actions collectives il est nécessaire d'organiser, c'est-à-dire de diviser et coordonner. L'organisation suppose donc division

Plus en détail

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm Notez que vous trouverez les fiches citées à chaque étape sur le site (Normalement, les liens ont été conservés et fonctionnent) Reste

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT

CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT CONFÉRENCE EUROPÉENNE DES MINISTRES DES TRANSPORTS EUROPEAN CONFERENCE OF MINISTERS OF TRANSPORT DÉCLARATION DE PRINCIPES CONCERNANT L'ERGONOMIE ET LA SÉCURITÉ DES SYSTÈMES D'INFORMATION EMBARQUÉS Introduction

Plus en détail

Entretien Individuel d'evaluation

Entretien Individuel d'evaluation Entretien Individuel d'evaluation 1. Définition de l'entretien individuel d'évaluation Les appellations sont nombreuses : «entretien d'évaluation», «entretien d'appréciation», «entretien d'activité et

Plus en détail

Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais :

Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais : Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais : 1-800-230-6349 Télécopieur : (819) 953-6088 (Pour les malentendants

Plus en détail

Guide manager pour l entretien professionnel

Guide manager pour l entretien professionnel - 1/14 - Guide manager pour l entretien professionnel Le présent guide a pour objet de faciliter la mise en œuvre de l entretien professionnel et, pour cela, de rappeler pour chacune des étapes les activités

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

M2S. Formation Développement personnel. formation. La confiance en soi Gestion du stress

M2S. Formation Développement personnel. formation. La confiance en soi Gestion du stress Formation Développement personnel M2S formation La confiance en soi Gestion du stress Gestion du temps et gestion du stress Gestion des tensions et des conflits Gestion des conflits et de l agressivité

Plus en détail

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique Page 1/ 17 Page 2/ 17 6RPPDLUH,1752'8&7,21 A QUI S ADRESSE CE MANUEL?... 6 QUEL EST L OBJECTIF DE CE MANUEL?... 6 /(6)$&7(856'(5(866,7(3285/

Plus en détail

Prestations d audit et de conseil 2015

Prestations d audit et de conseil 2015 M. Denis VIROLE Directeur des Services +33 (0) 6 11 37 47 56 denis.virole@ageris-group.com Mme Sandrine BEURTHE Responsable Administrative +33 (0) 3 87 62 06 00 sandrine.beurthe@ageris-group.com Prestations

Plus en détail

Le Web, les réseaux sociaux et votre entreprise. Applaudissons les Visionnaires 2009 de Québec. La génération C et le marché du travail

Le Web, les réseaux sociaux et votre entreprise. Applaudissons les Visionnaires 2009 de Québec. La génération C et le marché du travail VOLUME 12 NO 3 FÉVRIER/MARS 2010 LE MAGAZINE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE DE QUÉBEC Le Web, les réseaux sociaux et votre entreprise 13 chemin du Pied-de Roi, Lac-Beauport (Québec) G3B 1N6 ENVOI DE PUBLICATION

Plus en détail

DES OUTILS POUR DIAGNOSTIQUER LES COMPÉTENCES DE SES COLLABORATEURS

DES OUTILS POUR DIAGNOSTIQUER LES COMPÉTENCES DE SES COLLABORATEURS Les fiches EnLignes fiche 36-1 Avril 2007 DES OUTILS POUR DIAGNOSTIQUER LES COMPÉTENCES DE SES COLLABORATEURS En bref... Élément important de tout acte de management, le diagnostic des compétences individuelles

Plus en détail

FORMATIONS. THL Business Consulting. Formations dirigeants Développement personnel et leadership Ressources humaines. www.thl-business-consulting.

FORMATIONS. THL Business Consulting. Formations dirigeants Développement personnel et leadership Ressources humaines. www.thl-business-consulting. THL Business Consulting Cabinet de Conseil en Management et Stratégie des Organisations CATALOGUE 2015-2016 FORMATIONS Formations dirigeants Développement personnel et leadership Ressources humaines www.thl-business-consulting.com

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

Un besoin en personnel?

Un besoin en personnel? Un besoin en personnel? des entreprises recherchent des collaborateurs pour une intégration durable, des acteurs internes et externes à l entreprise se mobilisent ensemble, autour de potentiels inexploités,

Plus en détail

FONDAMENTAUX DU CAMPUS CONDORCET

FONDAMENTAUX DU CAMPUS CONDORCET FONDAMENTAUX DU CAMPUS CONDORCET Conclusions du séminaire des 2 et 3 septembre 2010 Ce séminaire a porté principalement, mais non exclusivement, sur les questions ayant trait aux espaces de recherche et

Plus en détail

DEVENEZ UN LEADER EFFICACE

DEVENEZ UN LEADER EFFICACE DEVENEZ UN LEADER EFFICACE Bonjour! Bienvenue à l atelier : «Devenez un leader efficace» Cet atelier a pour but de vous familiariser avec divers éléments de base liés au développement du leadership. Cet

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières

Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières Recommandation AMF n 2006-15 Expertise indépendante dans le cadre d opérations financières Texte de référence : article 262-1 du règlement général de l AMF Le titre VI du livre II du règlement général

Plus en détail

Le télétravail n'est pas un droit, ni une obligation mais une possibilité offerte par l'organisme

Le télétravail n'est pas un droit, ni une obligation mais une possibilité offerte par l'organisme 1. Qu'est ce que le télétravail? Conformément aux dispositions de l article L1222-9 du code du travail, le télétravail désigne toute forme d'organisation du travail dans laquelle un travail qui aurait

Plus en détail

La carte d'achat dans les organisations françaises

La carte d'achat dans les organisations françaises CHAPITRE 2 La carte d'achat dans les organisations françaises Pour bien appréhender l'usage efficace de la carte d'achat, il est important de toujours la considérer comme un moyen d'exécution de la commande.

Plus en détail

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION

MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION MODULE V: POLITIQUE DE REMUNÉRATION INTRODUCTION Plusieurs entreprises tentent de compenser les coupures au niveau de la rémunération par l'introduction d'avantages moins coûteux, comme une plus grande

Plus en détail

Comment réussir la mise en place d un ERP?

Comment réussir la mise en place d un ERP? 46 Jean-François Lange par Denis Molho consultant, DME Spécial Financium La mise en place d un ERP est souvent motivée par un constat d insuffisance dans la gestion des flux de l entreprise. Mais, si on

Plus en détail

REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE

REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE FICHE MEDIAS N 1 REDIGER UN COMPTE RENDU DE TYPE JOURNALISTIQUE A l'attention des enseignants des cycles II et III Initiative de sensibilisation au handicap mental l'écolensemble Objectifs pédagogiques

Plus en détail

Construire un tableau de bord par Marc Maisonneuve

Construire un tableau de bord par Marc Maisonneuve Construire un tableau de bord par Marc Maisonneuve Le tableau de bord On peut le définir comme la présentation synoptique d indicateurs relatifs au suivi d une bibliothèque, d un projet, d un service.

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE

LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE LIGNE DIRECTRICE N 6 LIGNE DIRECTRICE RELATIVE AUX PRATIQUES PRUDENTES DE PLACEMENT DES REGIMES DE RETRAITE Le 15 novembre 2011 TABLE DES MATIÈRES CONTEXTE DE LA LIGNE DIRECTRICE... 3 Pratiques prudentes

Plus en détail

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches?

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches? Introduction UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES Comment les thèmes ont-ils été choisis? Sur base du diagnostic qualité des 5 CEFA du Hainaut Occidental, des marges de progrès

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

professionnelle des jeunes adultes. Analyser les stratégies d'acteurs La méthode Mactor

professionnelle des jeunes adultes. Analyser les stratégies d'acteurs La méthode Mactor Dominique Espanol 110, rue de Charenton / 75012 Paris 0144755129 j 9. n auditeur: 1154526 L'insertion professionnelle des jeunes adultes. Analyser les stratégies d'acteurs La méthode Mactor Cours de prospective

Plus en détail

CENTRE NATIONAL DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE ASSISTANTE DE DIRECTION

CENTRE NATIONAL DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE ASSISTANTE DE DIRECTION CENTRE NATIONAL DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE ASSISTANTE DE DIRECTION ITINÉRAIRES ASSISTANTE DE DIRECTION CODE ITINÉRAIRE 12A01 CONSEILLER FORMATION : DANIÈLE BUR MATHIEU - - DANIELE.BURMATHIEU@CNFPT.FR

Plus en détail

Le module Supply Chain pour un fonctionnement en réseau

Le module Supply Chain pour un fonctionnement en réseau Prélude 7 ERP Le module Supply Chain pour un fonctionnement en réseau Gérard Baglin Septembre 2008 Sommaire Chapitre 1 Le mode de fonctionnement en réseau de Prélude 7... 1 Le principe des jeux en temps

Plus en détail

Description normative des procédures de contrôle interne de la comptabilité financière

Description normative des procédures de contrôle interne de la comptabilité financière Description normative des procédures de contrôle interne de la comptabilité financière Les objectifs du contrôle interne. Les objectifs du contrôle interne consistent à : Assurer en permanence une bonne

Plus en détail

Charte pour une utilisation démocratique de la vidéosurveillance

Charte pour une utilisation démocratique de la vidéosurveillance Charte pour une utilisation démocratique de la vidéosurveillance >>> Les systèmes de vidéosurveillance connaissent selon les villes européennes des évolutions d ampleur et de nature différentes tenant

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 260 COMMUNICATION DES QUESTIONS SOULEVÉES À L OCCASION DE L AUDIT AUX PERSONNES CONSTITUANT LE GOUVERNEMENT D'ENTREPRISE SOMMAIRE Paragraphes Introduction... 1-4 Personnes

Plus en détail

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges

Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Fiche méthodologique Rédiger un cahier des charges Plan de la fiche : 1 : Présentation de la fiche 2 : Introduction : les grands principes 3 : Contenu, 1 : positionnement et objectifs du projet 4 : Contenu,

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC INTRODUCTION La mise en œuvre d un projet de rénovation urbaine suppose un pilotage opérationnel fort, s appuyant

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE. Année universitaire 2010-2011. MASTER PROFESSIONNEL "TOURISME" (2 e année)

UNIVERSITE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE. Année universitaire 2010-2011. MASTER PROFESSIONNEL TOURISME (2 e année) UNIVERSITE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE Année universitaire 2010-2011 INSTITUT DE RECHERCHE ET D'ETUDES SUPERIEURES DU TOURISME MASTER PROFESSIONNEL "TOURISME" (2 e année) Spécialité Développement et Aménagement

Plus en détail

Processus Gestion de Projet

Processus Gestion de Projet Processus Gestion de Projet 1 / 11 Contenu 1 Introduction... 3 2 Le cycle de vie du projet... 4 2.1 Présentation... 4 2.2 Cycle de vie d un projet... 5 2.3 Les livrables... 5 3 Les étapes du management

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité?

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? Atelier A7 Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? 1 Intervenants Jean-Pierre Hottin Associé, PWC jean-pierre.hottin@fr.pwc.com Annie Bressac Directeur de l audit et du contrôle

Plus en détail

E-mail : contact@omc.be

E-mail : contact@omc.be ENSEMBLE VERS LE SOMMET Organisation & Management Consulting SPRL Rue Monrose 5 1030 Bruxelles http://www.omc.be Tel & Fax : + 32 2 242 19 68 E-mail : contact@omc.be TVA : BE.864.436.383 RPM Bruxelles

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

LES TABLEAUX DE BORD DE COORDINATION

LES TABLEAUX DE BORD DE COORDINATION LES TABLEAUX DE BORD DE COORDINATION Trois constats généraux sont encore prépondérants dans bon nombre d organisations actuelles : Un fonctionnement avec une planification a priori et des constats a posteriori.

Plus en détail

Les commissions antistress sont-elles légales?

Les commissions antistress sont-elles légales? Les commissions antistress sont-elles légales? Face aux risques psychosociaux, le Ministère du travail préconise une démarche concertée pour concevoir un plan de prévention adapté mais surtout accepté.

Plus en détail