OBJECTIFS. N 4, Avril 2015 MANIPULATION DES PRODUITS HALIEUTIQUE. Coopération Congo - Japon. Dans ce numéro :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OBJECTIFS. N 4, Avril 2015 MANIPULATION DES PRODUITS HALIEUTIQUE. Coopération Congo - Japon. Dans ce numéro :"

Transcription

1 Coopération Congo - Japon PECHVAL = Projet d Etude pour l amélioration de la Chaîne de Valeurs des produits halieutiques à Pointe-Noire N 4, Avril 2015 AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE ET DE MANIPULATION DES PRODUITS HALIEUTIQUE MPA : Ministère de la Pêche et de l Aquaculture JICA : Agence Japonaise de Coopération Internationale FEC (consultant Japonais) : Fisheries Engineering, Co., Ltd. Vendeur du marché central formé à la formation d hygiène vente des poissons sur la table en carreaux L a pêche artisanale fournit l essentiel des protéines animales, consommées, notamment, dans les zones riveraines des eaux intérieures et de la côte atlantique. La consommation moyenne est de 25,5 kg par habitant et par an contre 17,5 kg au niveau mondial. Le Congo est ainsi, l un des pays au monde qui consomment beaucoup de protéines de poissons. Cependant, les techniques relatives au traitement, à la transformation et à la commercialisation des produits halieutiques restent faibles. L insalubrité à tous les niveaux de la chaine contribue à la détérioration de la qualité de ces produits et entrave non seulement le rehaussement de revenus et l amélioration des conditions de vie des personnes concernées par ces activités, mais aussi la mise à disposition des produits de bonne qualité aux consommateurs. L enjeu fondamental pour le secteur est de le moderniser, de le professionnaliser en vue de contribuer à la sécurité et à la souveraineté alimentaire. OBJECTIFS Dans ce numéro : Projet pilote "Amélioration des pratiques d hygiène et de manipulation des produits halieutiques" Objectif du projet pilote Amélioration de la méthode de vente au marché public Amélioration de la méthode de transformation Clin d œil sur les autres projets Il s avère donc indispensable de dégager des objectifs, visant d une part, à augmenter durablement l offre halieutique, à améliorer les conditions de travail et le niveau de vie des acteurs de la pêche, et d autre part à mettre sur le marché les produits de pêche de bonne qualité. L e développement de la pêche est handicapé entre autres par le manque d utilisation adéquate des techniques existantes de traitement, de transformation, de conservation et de commercialisation des produits halieutiques. Le projet PECHVAL procède à l amélioration continue de l hygiène et de la qualité par l éducation et la formationconseil afin de faire acquérir une nouvelle culture. Les objectifs visés sont les suivants : - améliorer les conditions de travail et le mode de vie des transformateurs et des vendeurs ; - accroître les capacités d analyses sensorielles, pour assurer la qualité des produits halieutiques aux consommateurs ; - renforcer les capacités humaines et techniques des transformateurs et des vendeurs, ainsi que les infrastructures de traitement, de transformation et de commercialisation des produits halieutiques; - valoriser les produits halieutiques en vue de les rendre plus compétitifs sur le marché ; -développer la notion d «Amélioration» par la qualité des produits chez les transformateurs et les vendeurs de produits halieutiques afin de contribuer à la sécurité et à la souveraineté alimentaire, à travers l amélioration des méthodes de transformation et de la méthode de vente au marché public

2 AMELIORATION DE LA METHODE DE VENTE AU MARCHE PUBLIC Tables améliorées au marché Tchimbamba Après une étude menée sur les marchés publics de la ville de Pointe-Noire, le marché Tchimbamba a été retenu comme marché pilote pour expérimenter la vente de poissons dans des conditions améliorées. A cet effet, les actions suivantes ont été réalisées au dit marché : - les tables de vente de poisson frais, précédemment conçues en béton ont été habillées en carreaux avec un siphon au milieu, permettant de recueillir l eau de fouissement et une protection en plexiglas; - les glacières ont été fournies aux vendeuses de poisson frais pour leur permettre de garder le poisson avant la mise sur l étal ; - une citerne d eau d une capacité de 1000L a été placée afin de permettre à tous les usagers de ce marché de disposer de l eau en permanence et faciliter le nettoyage des aliments, des tables de vente et du matériel utilisé ; - des poubelles avec couvercle de 95L ont été placées aux coins du marché pour permettre aux vendeurs et autres usagers d y mettre les ordures avant leur mise dans le bac à ordures de la mairie ; - des balances, gants et des kits de nettoyage tels que savon liquide, détergent, éponge et autres, ont été également fournis afin de permettre aux bénéficiaires des tables améliorées d assurer leur propreté ; - la glace écaillée était fournie tous les matins aux vendeuses de poissons frais pour leur permettre de conserver la fraicheur de poisson jusqu à la fin de la journée et mettre à la disposition des consommateurs les produits de bonne qualité. Malheureusement, les efforts consentis par PECHVAL n ont pas rencontré l adhésion des vendeuses de poisson au marché Tchimbamba, le matériel et équipements fournis ont été utilisés à de fins autres que celles pour lesquelles ils ont été destinés. En dépit du manque de coopération des certains vendeurs des produits halieutiques, la vulgarisation des règles d hygiène se poursuivent, chaque mois nous organisons un atelier sur les bonnes pratiques d hygiène et de manipulation des produits halieutiques, avec la participation des vendeurs des produits halieutiques des différents marchés publics. Contrairement à l expérience du marché Tchimbamba, au marché central les vendeurs de poissons ont accueilli les tables améliorées avec satisfaction. Malgré l état des tables existantes, conçues en bois, quatre tables ont été habillées en carreaux à l instar du marché Tchimbamba et une table en aluminium. Cela suscite même la convoitise des autres vendeurs. D autres équipements ont été distribués à ces vendeurs, à savoir : des glacières, des planches à couper, sceaux et cuvettes en plastique, des kits de nettoyage, des tabliers. Monsieur Antoine MISSAMOU, Directeur de la Pêche et de l Aquaculture de Pointe-Noire a remis à ces vendeurs des blouses blanches servant de tenue de vente de poisson. Des prélèvements sont effectués sur les produits vendus sur les tables améliorées au marché central du matin jusqu à la fin de la vente afin d analyser la qualité de ces produits et évaluer l efficacité de ces tables. Tables en aluminium au marché central de Pointe-Noire Le 27 février 2015, Monsieur Antoine MISSAMOU, Directeur départemental de la pêche et de l aquaculture de Pointe-Noire et Monsieur Kuniaki TAKAHASHI, Chef de la mission japonaise ont procédé à la remise des certificats aux participants à l atelier de formation sur "les bonnes pratiques d hygiène et de manipulation des produits halieutiques". Remise des certificats aux participants à la formation sur l hygiène

3 AMELIORATION DE LA METHODE DE TRANSFORMATION Fumoir traditionnel Les types de transformation des produits halieutiques pratiqués au Congo sont : le fumage, la salaison et le séchage. Tenant compte de la cherté du poisson salé, le poisson fumé est le type de poisson transformé le plus consommé en raison de son coût qui est à la porté de toutes les bourses. Le fumage se fait à base du bois de chauffe, sur des fumoirs fabriqués avec des tonneaux. Cette activité est exercée en majorité par des femmes (Congolaises, Béninoises, Togolaises et Ghanéennes). Malheureusement, les acteurs de cette activité sont confrontés à plusieurs difficultés liées aux mauvaises conditions de travail. Soumises à des longues heures de travail en position debout ou courbée et dans la fumée, ces personnes souvent victimes des douleurs lombaires et oculaires, des maladies pulmonaires etc. Pour palier à ces problèmes, les transformateurs sont parfois obligés de faire recours aux personnels d aide, vulgairement appelés "poseurs". Ce qui entraine des charges supplémentaires à leur activité. Les conditions inadéquates dans lesquelles se fait le fumage de poisson nécessitent plus de main d œuvre et entraînent l instabilité de la qualité des produits transformés. Le non respect des règles d hygiène contribue également à la détérioration de la qualité des produits. C est ainsi que dans le cadre du PECHVAL, des fumoirs améliorés ont été introduits afin d apporter une amélioration au processus de fumage. Le fumoir traditionnel amélioré dit Chorchor est un fumoir qui a été créé au Japon depuis plus de 300 ans et diffusé au monde entier par la FAO. A l origine ce fumoir est conçu en terre battue ou des briques en argile, mais par manque de l argile à Pointe-Noire nous l avons adapté avec des tonneaux. Il est conçu des claies dans lesquelles on pose le poisson. Ce fumoir est très pratique, rapide, économique, moins de main d œuvre, pas des déchets et son poisson parait très esthétique (bonne coloration, bonne saveur, bon arome..). Il a été expérimenté au paravent dans l enceinte de l IRD (ex ORSTOM) où nous avons conçu plusieurs fumoirs pour des ateliers pratiques. Actuellement, nous avons sélectionné deux ateliers des transformatrices (Congolaises et Béninoises) et nous avons placé quelques fumoirs où toutes pourront utiliser. Fumoir traditionnel amélioré (Chorchor ) Nous organisons chaque mois, une séance de fumage, y compris la formation sur l hygiène avec ces transformatrices dans l un des ces ateliers. Ce fumoir est apprécié par les transformatrices qui l utilisent fréquemment même sans l assistance du PECHVAL et en demande plus. Nous analysons ensemble avec les transformatrices, le comportement de ces produits sur le marché (l appréciation des clients, prix, rythme d écoulement etc.). Formation pratique sur les bonnes pratiques d hygiène et de manipulation des produits halieutiques Outre le fumoir chorchor, nous avons expérimenté également le fumoir à gaz. Ce fumoir est une innovation de la JICA, introduit pour la première fois en Mauritanie. Il est conçu pareillement avec le fumoir chorchor mais ses claies sont placées dans le fumoir, il n a pas de foyer, le poisson est cuit avec le gaz butane. Après diverses expériences, ce fumoir n a pas été apprécié par les acteurs du fumage à cause de la non appréciation de son produit sur le marché, le poisson cuit est tout blanc et n attire pas les clients, malgré sa saveur bien appréciée. Ce fumoir a été exposé à la quinzaine commerciale d août 2014, organisée par la Chambre de Commerce. Son produit était très bien apprécié par les visiteurs qui ne manquaient pas d acheter. Mr. le Préfet Honoré PAKA a visité le stand où on a exposé le poisson à gaz. Exposition du fumoir à gaz à la quinzaine commerciale de la chambre de commerce, visite du Préfet de Pointe-Noire

4 ANALYSE DE L EAU ET DES PRODUITS HALIEUTIQUES Nous prélevons des échantillons de l eau utilisée pour le lavage du poisson dans les marchés publics et chez les transformateurs. Les analyses sont Analyse de l eau effectuées au laboratoire de la pêche, dans l enceinte de l ex ORSTOM. La plupart des transformatrices utilisent l eau de puits pour le nettoyage de poissons et des équipements de travail. Mais les analyses ont révélées que la qualité de cette eau n est pas du tout appréciable, d où la nécessité de traitement de ces puits. CLIN D ŒIL SUR LES AUTRES PROJETS Nous prélevons également des échantillons de poissons vendus sur des tables améliorées au marché central afin d analyser la qualité de poisson et obtenir les résultats Analyse sensorielle des produits halieutiques de l amélioration. Nous faisons des interviews auprès des vendeurs et des consommateurs afin de recueillir leurs avis sur l amélioration apportée. Les résultats de ces études seront portés dans le plan directeur qui sera soumis au gouvernement congolais à la fin du projet. GESTION DU CENTRE DE PECHE GESTION DE LA PLAGE DE DECHARGEMENT Mr le Maire de l arrondissement n 5 Mongo-Mpoukou a organisé le 08 avril 2015 une réunion avec tous les organes concernés par la question de l assainissement de la plage. Au cours de cette rencontre, un plan d assainissement a été proposé. AMELIORATION DE LA QUALITE DE POISSON Assemblée élective de l AICP de 27 février 2015 Réunie en assemblée élective, l AICP a mis en place des ses dirigeants ce 27 février 2015, dans la salle des mariages de l arrondissement n 5 Mongo-Mpoukou. Félicitation des élus de l AICP par TAKAHASHI-San Monsieur Kuniaki TAKAHASHI, chef de la mission Japonaise du PECHVAL n a pas manqué d adresser ses félicitations aux heureux élus. Avec les poissons invendus ou les déchets de poisson (frais ou fumé), nous avons expérimenté la fabrication des aliments de bétail avec du Son fin imbibé de soupe de poisson bouilli. Nous allons alimenter des cochonnets avec cet aliment et nous allons suivre leur croissance. Nous recherchons également des informations sur la commercialisation et la distribution de ce produit. Le prochain N de cette édition apparaîtra au mois de juin Secrétariat du PECHVAL : Adresse : Direction Départementale de la Pêche et de l Aquaculture, Pointe-Noire 129, Avenue Moe Vangoula, Centre Ville, Pointe-Noire Par Julia Sylvie PEMBE MOUNTSOUEKE, Secrétaire du projet

5

CONTRAT DE LOCATION DE LA SALLE «Madame Hégot»

CONTRAT DE LOCATION DE LA SALLE «Madame Hégot» Arrondissement de Melun Canton de Brie-Comte-Robert Tél. : 01.64.05.90.03 Fax. : 01.64.05.91.11 E-mail : accueil@grisy-suisnes.fr CONTRAT DE LOCATION DE LA SALLE «Madame Hégot» ENTRE la, représentée par

Plus en détail

évaluation des risques professionnels

évaluation des risques professionnels évaluation des professionnels Inventaire des Etablissement : Faculté de Médecine Unité de travail : Laboratoire de Biochimie Médicale Année : 2013 Locaux Bureaux Salle de Microscopie Culture cellulaire

Plus en détail

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES Service de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires SAAV Amt für Lebensmittelsicherheit und Veterinärwesen LSVW Chemin du Musée 15, 1700 Fribourg T +41 26 305 80 10, F +41 26 305 80 19 www.fr.ch/lsvw

Plus en détail

RESERVATION DE LA SALLE

RESERVATION DE LA SALLE COMMUNE DE FROBERVILLE SALLE POLYVALENTE «LEONARD DE VINCI» CONTRAT ET REGLEMENT DE MISE A DISPOSITION POUR LES DIFFERENTS UTILISATEURS RESERVATION DE LA SALLE Toute demande de réservation sera adressée

Plus en détail

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES

VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES VII RÉUNION DES MINISTRES DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM DÉCLARATIONS FINALES 1. L agriculture et la pêche sont des secteurs essentiels pour le développement social et économique

Plus en détail

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles

L environnement dans les formations et les activités professionnelles automobiles H. Bonnes pratiques environnementales 1. Déchets La gestion des déchets est régie par : des grands principes définissant, par exemple, les responsabilités du producteur ou détenteur de déchets ou la prise

Plus en détail

Nous avons aussi tenté la fabrication de tubes et autres objets.

Nous avons aussi tenté la fabrication de tubes et autres objets. Il faut avant tout faire une introduction, un historique et préciser que nous parlons du Niger. Cette technique est probablement applicable dans d autres pays mais pour chaque zone il faudra analyser le

Plus en détail

Recyclage et valorisation énergétique. Le centre multifilières à Ivry-Paris XIII

Recyclage et valorisation énergétique. Le centre multifilières à Ivry-Paris XIII Recyclage et valorisation énergétique Le centre multifilières à Ivry-Paris XIII Plus de 500 kg de déchets ménagers : c est ce que produit chaque année un habitant de la région parisienne! Entre 1993 et

Plus en détail

La restauration commerciale représente en Aquitaine, en termes d emplois, environ

La restauration commerciale représente en Aquitaine, en termes d emplois, environ Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi DIRECCTE Aquitaine PRÉFET DE LA RÉGION AQUITAINE Direction régionale de l alimentation, de l agriculture

Plus en détail

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU

CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU CONVENTION DE MISE A DISPOSITION SALLES COMMUNALES EMILE ROUSSEAU ENTRE : Monsieur le Maire, agissant es-qualité en vertu des délibérations du 25 septembre 2014 et du 24 octobre 2013, Désigné ci-après

Plus en détail

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER

ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER ELIMINATION DES DECHETS ET ENTRETIEN MENAGER L hygiène et la propreté générale d un établissement sont essentielles pour la santé et la sécurité du personnel, des clients, des visiteurs et de la communauté

Plus en détail

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Programme Lait canadien de qualité des Producteurs laitiers du Canada Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Utiliser avec le Registre et le Calendrier de DGI pour des dossiers

Plus en détail

1. Objet du marché. 2. Durée du marché

1. Objet du marché. 2. Durée du marché CAHIER DES CHARGES NETTOYAGE DES LOCAUX DE LA MAISON DE SANTE PLURIDISCIPLINAIRE DU VAL DE LIGNE MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE article 28 du code des marchés publics 1. Objet du marché Le présent cahier des

Plus en détail

La prime protéique. Production de protéines alimentaires fonctionnelles à partir de sous-produits du poisson, de la viande et de la volaille

La prime protéique. Production de protéines alimentaires fonctionnelles à partir de sous-produits du poisson, de la viande et de la volaille La prime protéique Production de protéines alimentaires fonctionnelles à partir de sous-produits du poisson, de la viande et de la volaille Les produits à base de protéines alimentaires possèdent une valeur

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR RELATIF A L UTILISATION DE L ESPACE VENTADOUR - VILLE D EGLETONS TITRE I - DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR RELATIF A L UTILISATION DE L ESPACE VENTADOUR - VILLE D EGLETONS TITRE I - DISPOSITIONS GENERALES REGLEMENT INTERIEUR RELATIF A L UTILISATION DE L ESPACE VENTADOUR - VILLE D EGLETONS Article 1 Objet TITRE I - DISPOSITIONS GENERALES Les dispositions du présent règlement sont prises en application des

Plus en détail

Établissements de transformation des viandes sans abattoir

Établissements de transformation des viandes sans abattoir Nom de l établissement (et n o, le cas échéant) Adresse de l établissement Municipalité Comté Avez-vous un n o d ident. des installations? Non Oui Si oui, inscrire le n o Téléphone Télécopieur Bureau de

Plus en détail

SALUBRITÉ DANS LES STANDS OU LES KIOSQUES ALIMENTAIRES TEMPORAIRES

SALUBRITÉ DANS LES STANDS OU LES KIOSQUES ALIMENTAIRES TEMPORAIRES Service des Infrastructure, transport et environnement Direction de l environnement Inspection des aliments 827, boul. Crémazie Est, bureau 301 Montréal (Québec) H2M 2T8 Téléphone : (514) 280-4300 Télécopieur

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Sommaire Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Préparation et distribution des repas 1. Objectifs La distribution des repas peut présenter des pratiques diverses et nécessite de présenter de manière synthétique

Plus en détail

HYGIÈNE DES PERSONNES ET DES MÉTHODES ET PRATIQUES DANS LE SECTEUR DE L ALIMENTATION DE RUE

HYGIÈNE DES PERSONNES ET DES MÉTHODES ET PRATIQUES DANS LE SECTEUR DE L ALIMENTATION DE RUE MODULE 4 HYGIÈNE DES PERSONNES ET DES MÉTHODES ET PRATIQUES DANS LE SECTEUR DE L ALIMENTATION DE RUE PLAN OBJECTIF PÉDAGOGIQUE 55 MOTS-CLEFS 55 4.1. HYGIÈNE DES PERSONNES A. Hygiène corporelle B. Hygiène

Plus en détail

ETUDE BANQUE MONDIALE Bétail et gestion des déchets de bétail des abattoirs

ETUDE BANQUE MONDIALE Bétail et gestion des déchets de bétail des abattoirs ETUDE BANQUE MONDIALE Bétail et gestion des déchets de bétail des abattoirs Atelier à la Banque Mondiale Washington, D.C. 27 février 2008 Présentation 3 Disposition finale des déchets des marchés et des

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Réglementation Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Sommaire Avant de s installer, les démarches à suivre p.3/4 Concevoir la cuisine p.5 Hygiène - Les bonnes pratiques

Plus en détail

APPENDICE A. DESCRIPTION DU PROJET D Elevage de lapins de l Adjido Bénin

APPENDICE A. DESCRIPTION DU PROJET D Elevage de lapins de l Adjido Bénin APPENDICE A DESCRIPTION DU PROJET D Elevage de lapins de l Adjido Bénin I. Introduction Le présent Appendice décrit les activités qui doivent être réalisées, ainsi que les résultats qui doivent être obtenus,

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

Manifestations propres en Ville de Fribourg

Manifestations propres en Ville de Fribourg Manifestations propres en Ville de Fribourg Guide pour les organisateurs Direction de l Edilité/Secteur de la Voirie/déc. 2012 Fribourg - Ville culturelle et sportive Nouvelle directive à partir du 1 er

Plus en détail

Modifiée par : La commission permanente de l assemblée territoriale de la Polynésie française,

Modifiée par : La commission permanente de l assemblée territoriale de la Polynésie française, 1 DELIBERATION n 77-116 du 14 octobre 1977 portant réglementation de l inspection des denrées alimentaires d origine animale (rendue exécutoire par arrêté n 5533 AA du 21 novembre 1977) (JOPF du 15 décembre

Plus en détail

Séance publique du 12 juillet 2004. Délibération n 2004-1998

Séance publique du 12 juillet 2004. Délibération n 2004-1998 Séance publique du 12 juillet 2004 Délibération n 2004-1998 commission principale : déplacements et urbanisme commune (s) : Lyon 6 objet : Extension du palais des congrès à la Cité Internationale - Validation

Plus en détail

COMPTE RENDU Visite de terrain Quartier Bas Frayol

COMPTE RENDU Visite de terrain Quartier Bas Frayol 3, Rue Henri Dunant BP 14 07400 LE TEIL 04.75.52.25.98 04.75.49.09.04 email rhone.helvie@free.fr COMPTE RENDU Visite de terrain Quartier Bas Frayol Date de la sortie : Lundi 11 Mars 2013 de 10h00 à 12h00

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Restaurants et commerces alimentaires. Réglementation

Hygiène alimentaire. Restaurants et commerces alimentaires. Réglementation Double Mixte - Illustration : M.-M. Bougard - Direction de la communication Ville de Nantes (2008) Hygiène alimentaire Mairie de Nantes Service Hygiène, Manifestations et Sécurité civile Secteur hygiène

Plus en détail

POURQUOI DES TOILETTES SECHES EN ACCUEIL PAYSAN?

POURQUOI DES TOILETTES SECHES EN ACCUEIL PAYSAN? Guide des bonnes pratiques «toilettes sèches» POURQUOI DES TOILETTES SECHES EN ACCUEIL PAYSAN? D un point de vue écologique, les toilettes sèches sont une alternative intéressante aux systèmes d assainissement

Plus en détail

L HYGIENE A L ECOLE : PRATIQUES ESSENTIELLES A PROMOUVOIR

L HYGIENE A L ECOLE : PRATIQUES ESSENTIELLES A PROMOUVOIR L HYGIENE A L ECOLE : PRATIQUES ESSENTIELLES A PROMOUVOIR Mali Septembre 2013 Promouvoir l hygiène à l école Pourquoi? 1. Pour apprendre aux élèves comment éviter les maladies les plus courantes : Les

Plus en détail

LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION

LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION La méthode HACCP olet 2 : Guide de mise en œuvre Constitution et réunion de l équipe HACCP 1- Définition de la méthode Année n+1 Participation active des agents 2-1.Évaluation

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LOCATION DE SALLES COMMUNALES. Commune de Montfleur

REGLEMENT INTERIEUR DE LOCATION DE SALLES COMMUNALES. Commune de Montfleur REGLEMENT INTERIEUR DE LOCATION DE SALLES COMMUNALES Commune de Montfleur Préambule : Les dispositions du présent règlement sont prises en application des articles L2212-2 et suivants du code Général des

Plus en détail

Cuisiner pour plusieurs personnes

Cuisiner pour plusieurs personnes EOHU BSEO Cuisiner pour plusieurs personnes Guide du consommateur pour la salubrité des aliments These guidelines apply to religious organizations, service clubs and fraternal organizations where the religious

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F)

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) Dès que le poisson entre dans votre usine, vous

Plus en détail

FloorXcenter. Machine d entretien. Contenu:

FloorXcenter. Machine d entretien. Contenu: FloorXcenter Machine d entretien Contenu: 1. Consignes de sécurité 2. Composition de l appareil 3. Accessoires 4. Nettoyage 5. Rafraîchissement de surfaces huilées 6. Maintenance et re-huilage 7. Coloration

Plus en détail

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE,

LA COMMISSION PERMANENTE DE L ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE, ASSEMBLEE TERRITORIALE DE LA POLYNESIE FRANCAISE --------- DELIBERATION N 77-116 AT DU 14 OCTOBRE 1977 ------------------------------------------------------ portant réglementation de l inspection des

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS PREFET DES PYRENEES-ATLANTIQUES Direction Départementale de la Protection des Populations des Pyrénées-Altantiques SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS Quelques règles à respecter, secteur de la remise directe

Plus en détail

TA LA CUISSON SOUS-VIDE

TA LA CUISSON SOUS-VIDE TA LA CUISSON SOUS-VIDE Définition Technique consistant à placer un aliment ayant subi ou non un traitement thermique préalable (raidissement, marquage, rissolage ) dans un sachet plastique étanche et

Plus en détail

REGLEMENT D UTILISATION DE LA SALLE SOCIO-CULTURELLE SALLE 70 M² - ENTREE NORD

REGLEMENT D UTILISATION DE LA SALLE SOCIO-CULTURELLE SALLE 70 M² - ENTREE NORD REGLEMENT D UTILISATION DE LA SALLE SOCIO-CULTURELLE SALLE 70 M² - ENTREE NORD Article 1 : DISPOSITIONS GENERALES Le présent règlement a pour objet de déterminer les conditions dans lesquelles doit être

Plus en détail

GUIDE pour l aménagement sanitaire des établissements alimentaires. Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale

GUIDE pour l aménagement sanitaire des établissements alimentaires. Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale GUIDE pour l aménagement sanitaire des établissements alimentaires Centre québécois d inspection des aliments et de santé animale La «marche en avant» consiste à éviter autant que possible le croisement

Plus en détail

CONTEXTE 1. RESULTATS

CONTEXTE 1. RESULTATS FEUILLE DE ROUTE POUR LA MISE EN ŒUVRE DES ACTIONS DE PERENNISATION DES ACQUIS DU PROJET DE PREVENTION DE LA CONTAMINATION DU COTON EN AFRIQUE DE L OUEST 1 Les idées et opinions présentées dans ce rapport

Plus en détail

3.3.5 Réception des marchandises et stockage

3.3.5 Réception des marchandises et stockage .. Réception des marchandises et stockage Danger s à observer Mesures correctives et autres mesures.. Livraison de marchandises de mauvaise qualité ou en quantités incorrectes Interruption de la chaîne

Plus en détail

SUPERVISION EN HYGIÈNE, SALUBRITÉ, SANTÉ ET SÉCURITÉ EN TRANSFORMATION ALIMENTAIRE

SUPERVISION EN HYGIÈNE, SALUBRITÉ, SANTÉ ET SÉCURITÉ EN TRANSFORMATION ALIMENTAIRE FORMATION MULTIMÉDIA SUPERVISION EN HYGIÈNE, SALUBRITÉ, SANTÉ ET SÉCURITÉ EN TRANSFORMATION ALIMENTAIRE LE GUIDE du FORMATEUR Les simulations du processus d intervention des leçons 2 à 5 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

les 5 indispensables pour l entretien écologique de la maison

les 5 indispensables pour l entretien écologique de la maison les 5 indispensables pour l entretien écologique de la maison 5 produits multi-usages, naturels et économiques, bref indispensables! 1 Vinaigre d alcool blanc non-parfumé 1 2 3 4 5 Vinaigre blanc Bicarbonate

Plus en détail

Vous venez de retirer un dossier de demande d'ouverture d'un débit de boissons temporaire pour la prochaine Feria de Nîmes.

Vous venez de retirer un dossier de demande d'ouverture d'un débit de boissons temporaire pour la prochaine Feria de Nîmes. Vous venez de retirer un dossier de demande d'ouverture d'un débit de boissons temporaire pour la prochaine Feria de Nîmes. Vous trouverez dans ce dossier : Les CONSIGNES PREALABLES A LA CONSTITUTION DU

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LOCATION DE SALLES COMMUNALES Commune de Métabief

REGLEMENT INTERIEUR DE LOCATION DE SALLES COMMUNALES Commune de Métabief REGLEMENT INTERIEUR DE LOCATION DE SALLES COMMUNALES Commune de Métabief Préambule : Les dispositions du présent règlement sont prises en application des articles L2212-2 et suivants du code Général des

Plus en détail

Proposition de Règlement intérieur Présentation lors de la réunion de travail du 6 mai 2015 au CROS. Maison Régionale des Sports d Aquitaine

Proposition de Règlement intérieur Présentation lors de la réunion de travail du 6 mai 2015 au CROS. Maison Régionale des Sports d Aquitaine Proposition de Règlement intérieur Présentation lors de la réunion de travail du 6 mai 2015 au CROS Maison Régionale des Sports d Aquitaine Article 1 La Maison Régionale des Sports (MRS) est un équipement

Plus en détail

LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique?

LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique? LES PLASTIQUES EN DEBAT 3 ODP3 LUTTER contre le réchauffement climatique : Pourquoi pas le plastique? 1 Les premières matières plastiques ont fait leur apparition autour de 1860. A l époque les premières

Plus en détail

MISSION DE L OAV AU SENEGAL (07 au 15 septembre 2004) ----------

MISSION DE L OAV AU SENEGAL (07 au 15 septembre 2004) ---------- Ministère de l Economie Maritime ------------- Direction des Industries de Transformation de la Pêche MISSION DE L OAV AU SENEGAL (07 au 15 septembre 2004) ---------- ACTIONS ENTREPRISES OU A ENTREPRENDRE

Plus en détail

TITRE DU PROJET : DOTATION DE POUBELLES AUX FAMILLES DU QUARTIER D AGBALEPEDOGAN

TITRE DU PROJET : DOTATION DE POUBELLES AUX FAMILLES DU QUARTIER D AGBALEPEDOGAN TITRE DU PROJET : DOTATION DE POUBELLES AUX FAMILLES DU QUARTIER D AGBALEPEDOGAN Contexte et justification Agbalépédogan est un quartier de Lomé situé dans le 5 e arrondissement avec une population de

Plus en détail

Atelier régional pour l Afrique de l Ouest sur l intégration de la nutrition dans le PDDAA

Atelier régional pour l Afrique de l Ouest sur l intégration de la nutrition dans le PDDAA Atelier régional pour l Afrique de l Ouest sur l intégration de la nutrition dans le PDDAA Discours d ouverture de Monsieur Khadim GUEYE, Ministre de l Agriculture du Sénégal Dakar, le 09 Novembre 2011

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DE JUMIÈGES

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DE JUMIÈGES RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DE JUMIÈGES I - RÈGLES GÉNÉRALES Article 1 - Le restaurant scolaire n a pas un caractère obligatoire, il a pour objet d assurer, dans les meilleures conditions

Plus en détail

LE MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE MESSIEURS LES DELEGUES DE LA SANTE PUBLIQUE DANS LES WILAYAS, PREFECURES ET PROVINCES DU ROYAUME

LE MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE MESSIEURS LES DELEGUES DE LA SANTE PUBLIQUE DANS LES WILAYAS, PREFECURES ET PROVINCES DU ROYAUME MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE N 40 236 DE/10 2 NOVEMBRE 1994 LE MINISTRE DE LA SANTE PUBLIQUE MESSIEURS LES DELEGUES DE LA SANTE PUBLIQUE DANS LES WILAYAS, PREFECURES ET PROVINCES DU ROYAUME A J ai l

Plus en détail

Document d accompagnement thématique

Document d accompagnement thématique Document d accompagnement thématique Inspection de l'enseignement Agricole Diplôme: Seconde et baccalauréat professionnel SAPAT Thème : La prévention des risques professionnels dans les ateliers pédagogiques

Plus en détail

Sékou Oumar TRAORE Directeur CNESOLER

Sékou Oumar TRAORE Directeur CNESOLER ATELIER DE DEFINITION DU PROGRAMME DE LA CEDEAO SUR LE RENFORCEMENT DES CAPACITES DANS LE DOMAINE DE L ENERGIE SOLAIRE THERMIQUE PRAIA (CAP-VERT) Du 12 au 14 juin 2014 Sékou Oumar TRAORE Directeur CNESOLER

Plus en détail

Ces trente dernières années, on a dilapidé 30% des ressources naturelles du globe.

Ces trente dernières années, on a dilapidé 30% des ressources naturelles du globe. Pourquoi trier? Le geste de tri permet de réaliser un coup double : réaliser des économies d énergie considérables et par la même occasion, préserver des ressources naturelles précieuses. Effet de serre,

Plus en détail

Livret e t d Accuei e l i

Livret e t d Accuei e l i Livret d Accueil Les Bonnes Pratiques d Hygiène Livret de présentation (Version 2012) Avoir une tenue adéquate Toute tenue personnelle doit être rangée au vestiaire Au travail = Tenue SPECIFIQUE et PROPRE!

Plus en détail

PROGRAMMES ÉCRITS ET DOSSIERS (REGISTRES)

PROGRAMMES ÉCRITS ET DOSSIERS (REGISTRES) Annexe I - MODÈLE DE DOCUMENTATION EXIGÉE PAR LE MANUEL D INSPECTION DES ÉTABLISSEMENTS DE PRODUITS DE L ÉRABLE (MIÉPÉ) PROGRAMMES ÉCRITS ET DOSSIERS (REGISTRES) NOM DE L ÉTABLISSEMENT D ÉRABLIÈRE : NUMÉRO

Plus en détail

Élaboration et mise en œuvre de normes de décontamination pour le complexe de grillage à la mine Giant, Yellowknife, T.N.-O.

Élaboration et mise en œuvre de normes de décontamination pour le complexe de grillage à la mine Giant, Yellowknife, T.N.-O. Élaboration et mise en œuvre de normes de décontamination pour le complexe de grillage à la mine Giant, Yellowknife, T.N.-O. Cathy Corrigan AECOM Richard Mathieson Golder Associates Ltée. Gordon Woollett

Plus en détail

LIVRET DES LATRINES ET PRATIQUE D ASSAINISSEMENT

LIVRET DES LATRINES ET PRATIQUE D ASSAINISSEMENT REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana LIVRET DES LATRINES ET PRATIQUE D ASSAINISSEMENT VICE PRIMATURE CHARGEE DE LA SANTE PUBLIQUE 1 Introduction L accès à l eau potable et à l

Plus en détail

T H I E S SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Thiès

T H I E S SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Thiès T H I REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

INVENTAIRES NATIONAUX SERVICES DANS LE SECTEUR DE LA PÊCHE PAYS-BAS

INVENTAIRES NATIONAUX SERVICES DANS LE SECTEUR DE LA PÊCHE PAYS-BAS INVENTAIRES NATIONAUX SERVICES DANS LE SECTEUR DE LA PÊCHE PAYS-BAS Services fournis à tous les maillons de la chaîne de valeur X Reconversion (professionnelle) Promotion des exportations Installations

Plus en détail

La charte des comportements Hygiène- Qualité - Sécurité de nos produits 1

La charte des comportements Hygiène- Qualité - Sécurité de nos produits 1 La charte des comportements Hygiène- Qualité - Sécurité de nos produits 1 Nous n existons que grâce à la fidélité et la satisfaction des nos clients (et des consommateurs). Or, vous qui êtes autant producteurs

Plus en détail

EVALUATION DE L INFRASTRUCTURE QUALITE AU CONGO

EVALUATION DE L INFRASTRUCTURE QUALITE AU CONGO EVALUATION DE L INFRASTRUCTURE QUALITE AU CONGO CONTEXTE Le programme d appui au commerce et à l intégration économique (PACIE), est un programme de la sous région Afrique Centrale, financé par l Union

Plus en détail

FÉDÉRATION FRANÇAISE DE LA MONTAGNE ET DE L ESCALADE

FÉDÉRATION FRANÇAISE DE LA MONTAGNE ET DE L ESCALADE FÉDÉRATION FRANÇAISE DE LA MONTAGNE ET DE L ESCALADE 8-10 quai de la marne 75019 PARIS Téléphone : 01 40 18 75 50 Fax : 01 40 18 75 59 web : www.ffme.fr - e-mail : info@ffme.fr CONVENTION AUTORISATION

Plus en détail

Sommaire. Clinique de Chirurgie Esthétique. Présentation de la Clinique... p.2. L équipe médicale... p.3. L hospitalisation... p.3. Le séjour... p.

Sommaire. Clinique de Chirurgie Esthétique. Présentation de la Clinique... p.2. L équipe médicale... p.3. L hospitalisation... p.3. Le séjour... p. Sommaire Présentation de la Clinique... p.2 L équipe médicale... p.3 L hospitalisation... p.3 Le séjour... p.4 La sortie... p.5 La Démarche Qualité... p.6 La Charte de la personne hospitalisée... p.7/8

Plus en détail

HYGIENE DE LA RESTAURATION

HYGIENE DE LA RESTAURATION La direction départementale de la protection des populations du Var vous informe HYGIENE DE LA RESTAURATION Ce document d information n est qu une présentation des principales recommandations relatives

Plus en détail

Fiche technique relative à l entretien manuel de la vaisselle

Fiche technique relative à l entretien manuel de la vaisselle Fiche technique relative à l entretien manuel de la OBJECTIF : Mettre en œuvre une technique de lavage de la en respectant le mode opératoire. N OPERATIONS MATERIELS ET PRODUITS 1 ORGANISATION lavette

Plus en détail

Trier ses déchets organiques. Guide pratique pour le tri des déchets de cuisine et de jardin

Trier ses déchets organiques. Guide pratique pour le tri des déchets de cuisine et de jardin Trier ses déchets organiques Guide pratique pour le tri des déchets de cuisine et de jardin Pourquoi trier les déchets? Chaque Genevois produit plus de 450 kg de déchets ménagers par an. Aujourd hui, plus

Plus en détail

SOCIETE SAMSIC ECO CONCEPTION D UN SERVICE DE NETTOYAGE INDUSTRIEL BILAN APPEL A PROJET RECHERCHE EN ECO CONCEPTION 2008.

SOCIETE SAMSIC ECO CONCEPTION D UN SERVICE DE NETTOYAGE INDUSTRIEL BILAN APPEL A PROJET RECHERCHE EN ECO CONCEPTION 2008. BILAN APPEL A PROJET RECHERCHE EN ECO CONCEPTION 2008 SOCIETE SAMSIC ECO CONCEPTION D UN SERVICE DE NETTOYAGE INDUSTRIEL Pourquoi agir Pour les acheteurs publics et privés, les attentes en matière d hygiène

Plus en détail

QUESTIONNAIRE BONNES PRATIQUES D HYGIENE. Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation des équipements

QUESTIONNAIRE BONNES PRATIQUES D HYGIENE. Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation des équipements Page : 1/5 Nom du client : Adresse du client : Nom du rédacteur : Numéro téléphone : Adresse courriel : Date d envoi : Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

ArtFiMed est un projet coordonné par CopeMed II sous la responsabilité du département des pêches et d aquaculture de la FAO. Ce document ainsi que

ArtFiMed est un projet coordonné par CopeMed II sous la responsabilité du département des pêches et d aquaculture de la FAO. Ce document ainsi que ArtFiMed est un projet coordonné par CopeMed II sous la responsabilité du département des pêches et d aquaculture de la FAO. Ce document ainsi que les autres publications de la série du Projet de Développement

Plus en détail

Précautions «Standard»

Précautions «Standard» Précautions «Standard» Relais Régional d Hygiène Hospitalière du Centre RHC Précautions «Standard» Définition : Précautions «Standard» : 7 recommandations générales d hygiène à appliquer pour tout patient

Plus en détail

Comptoir de Recherches. Aquacoles et Mytilicoles. Du Sénégal. Gohier Guy

Comptoir de Recherches. Aquacoles et Mytilicoles. Du Sénégal. Gohier Guy Comptoir de Recherches Aquacoles et Mytilicoles Du Sénégal. Gohier Guy Tél 00 221 33 957 88 21 Tél.00 221 77 367 10 81 Skype gohier.guy Email :cramssenegal@gmail.com De l écloserie à l élevage en mer jusque

Plus en détail

Asbl Maison des Sports gestionnaire du HALL DES SPORTS DE LA CET Avenue de Gaulle 2 à 7500 TOURNAI, Tél. 069/89 06 60 - Fax 069/89 06 61

Asbl Maison des Sports gestionnaire du HALL DES SPORTS DE LA CET Avenue de Gaulle 2 à 7500 TOURNAI, Tél. 069/89 06 60 - Fax 069/89 06 61 Asbl Maison des Sports gestionnaire du HALL DES SPORTS DE LA CET Avenue de Gaulle 2 à 7500 TOURNAI, Tél. 069/89 06 60 - Fax 069/89 06 61 Règlement d'ordre Intérieur Article 1 Le présent règlement d Ordre

Plus en détail

L HYGIENE ALIMENTAIRE Sur Les FOIRES ET MARCHES DE PLEIN AIR

L HYGIENE ALIMENTAIRE Sur Les FOIRES ET MARCHES DE PLEIN AIR L HYGIENE ALIMENTAIRE Sur Les FOIRES ET MARCHES DE PLEIN AIR Afin de pouvoir garantir, lors des manifestations traditionnelles, culturelles ou festives, le niveau de sécurité alimentaire qu est en droit

Plus en détail

Maintenance. Maintenance

Maintenance. Maintenance Maintenance Cette section aborde notamment les aspects suivants : «Ajout d encre», page 7-32 «Vidage du bac à déchets», page 7-36 «Remplacement du kit de maintenance», page 7-39 «Nettoyage de la bande

Plus en détail

Restauration d entreprise

Restauration d entreprise A s s o c i a t i o n d e s R e s p o n s a b l e s d e S e r v i c e s G é n é r a u x F a c i l i t i e s M a n a g e r s A s s o c i a t i o n Restauration d entreprise L article R. 4228-19 du Code

Plus en détail

REGLEMENT DU FOUR-GRENIER

REGLEMENT DU FOUR-GRENIER REGLEMENT DU FOUR-GRENIER L ensemble du Four-Grenier sis à la Rte de Romont 1 est la propriété de la Commune de NEYRUZ FR. L Autorité communale en assume la gestion et réglemente son utilisation. A) Ce

Plus en détail

Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque

Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque Prendre soin des personnes atteintes du VIH et du sida sans risque Ce qu il faut savoir sur le VIH et le sida Soigner prudemment les personnes atteintes du VIH ou du sida dans la communauté est surtout

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

implifiezletri vous Ville de Bondy GUIDE DU TRI Quelle poubelle choisir? Bouteilles et flacons en plastique Boîtes métalliques, briques, cartons

implifiezletri vous Ville de Bondy GUIDE DU TRI Quelle poubelle choisir? Bouteilles et flacons en plastique Boîtes métalliques, briques, cartons S ( implifiezletri vous GUIDE DU TRI Ville de Bondy Quelle poubelle choisir? Les autres déchets Vos équipements Bouteilles et flacons en plastique Boîtes métalliques, briques, cartons Journaux, magazines

Plus en détail

Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme

Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme République Démocratique du Congo Ministère de la Santé Programme National de Lutte Contre le Paludisme Planches pour le Diagnostic microscopique du paludisme Ces planches visent à améliorer le diagnostic

Plus en détail

Salon PRODEXPO SOMMAIRE 1-Communiqué de presse

Salon PRODEXPO SOMMAIRE 1-Communiqué de presse Dossier de presse Salon PRODEXPO SOMMAIRE 1- Communiqué de presse 2- Maroc-Fédération de Russie : Focus économique 3- Les atouts du Maroc agroalimentaire pour se positionner dans le marché russe. 4- Perspectives

Plus en détail

responsabilité élargie des producteurs pour les emballages ménagers Votre responsabilité, votre obligation légale, notre accompagnement

responsabilité élargie des producteurs pour les emballages ménagers Votre responsabilité, votre obligation légale, notre accompagnement responsabilité élargie des producteurs pour les emballages ménagers Votre responsabilité, votre obligation légale, notre accompagnement Vos emballages impliquent votre Responsabilité et engendrent des

Plus en détail

Prévention LE STOCKAGE DE CARBURANT. Infos SOMMAIRE : LE STOCKAGE DE CARBURANT

Prévention LE STOCKAGE DE CARBURANT. Infos SOMMAIRE : LE STOCKAGE DE CARBURANT Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Dordogne - Infos Prévention n 16 Janvier 2011 Infos Prévention LE STOCKAGE DE CARBURANT SOMMAIRE : LE STOCKAGE DE CARBURANT 1- Les lieux de

Plus en détail

N 417. Votre Revue de Presse Du 16/ 06 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015

N 417. Votre Revue de Presse Du 16/ 06 /2015. press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 N 417 By Votre Revue de Presse Du 16/ 06 /2015 press@conect.org.tn tel : +216 31 330 330 Fax: +216 71 231 059 CONECT 2015 Mardi 16 Juin 2015 1 Site tunisien de l investissement Des handicaps qui persistent

Plus en détail

Elaborée spécifiquement pour vous par des chimistes dans nos laboratoires, la gamme Truck Cleaning vous garantit des produits de qualité et un

Elaborée spécifiquement pour vous par des chimistes dans nos laboratoires, la gamme Truck Cleaning vous garantit des produits de qualité et un Elaborée spécifiquement pour vous par des chimistes dans nos laboratoires, la gamme Truck Cleaning vous garantit des produits de qualité et un service personnalisé impeccable à des prix exceptionnels.

Plus en détail

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL HYGIENE ET ENVIRONNEMENT

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL HYGIENE ET ENVIRONNEMENT BACCALAUREAT PROFESSIONNEL HYGIENE ET ENVIRONNEMENT SESSION 2010 CORRIGE EPREUVE E1 A1 Epreuve scientifique et technique Etude technique de chantiers Durée : 3 heures Coefficient : 2 Repère de l épreuve

Plus en détail

Dossier Technique. «Monster bin» Ecole Supérieure du Bois

Dossier Technique. «Monster bin» Ecole Supérieure du Bois Ecole Supérieure du Bois Dossier Technique «Monster bin» GROUPE 8 : BARTH Julien;CHAMOND Ronan;DE LAMOTTE Louis;GODARD Mathilde;LEHAULT Camille;REMY Vincent 2015 Sommaire I. Fonctions du produit... 3 II.

Plus en détail

MINISTERE DES POSTES, DES TELECOMMUNICATIONS ET DES NOUVELLES TECHNOLOGIES ET DE LA COMMUNICATION

MINISTERE DES POSTES, DES TELECOMMUNICATIONS ET DES NOUVELLES TECHNOLOGIES ET DE LA COMMUNICATION MINISTERE DES POSTES, DES TELECOMMUNICATIONS ET DES NOUVELLES TECHNOLOGIES ET DE LA COMMUNICATION Central African Backbone Communication Infrastructure and Technology CAB CIT Congo Projet N IDA 49740 CG

Plus en détail

Conférence régionale pour l Afrique de la FAO

Conférence régionale pour l Afrique de la FAO Mars 2014 Food and Agriculture Organization of the United Nations Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture Продовольственная и cельскохозяйственная организация Объединенных Наций

Plus en détail

Loi n 94-027. portant Code d Hygiène, de Sécurité et de l Environnement du Travail

Loi n 94-027. portant Code d Hygiène, de Sécurité et de l Environnement du Travail REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana Loi n 94-027 portant Code d Hygiène, de Sécurité et de l Environnement du Travail EXPOSE DES MOTIFS Conformément aux dispositions de l article

Plus en détail

Guide. des bonnes pratiques d hygiène pour les fabrications de produits laitiers et fromages fermiers. Le nettoyage

Guide. des bonnes pratiques d hygiène pour les fabrications de produits laitiers et fromages fermiers. Le nettoyage Guide des bonnes pratiques d hygiène pour les fabrications de produits laitiers et fromages fermiers Le nettoyage 41 Le nettoyage Le nettoyage consiste à éliminer toute souillure visible. Attention Ne

Plus en détail

JMA Algérie 2013 Lauréats de la médaille de la FAO

JMA Algérie 2013 Lauréats de la médaille de la FAO JMA Algérie 2013 Lauréats de la médaille de la FAO M. MOUSSOUS RABAH Sur proposition du Ministère de l Agriculture et du Développement Rural Ex Directeur du Centre de Formation et Vulgarisation Agricole

Plus en détail

Restauration. Objectifs

Restauration. Objectifs Restauration Objectifs Le commis/collaborateur cuisine réalise les préparations chaudes, froides, les desserts suivant les instructions du cuisinier. Il prépare, dispose et garnit els mets. Il exerce donc

Plus en détail

INDUSTRIES TECHNIQUES

INDUSTRIES TECHNIQUES Version 2 «Chimiste» Le métier s entend exercé par des femmes et des hommes. L emploi du pronom personnel «il» est donc générique et concerne autant les femmes que les hommes. APPELLATION(S) DU METIER

Plus en détail