PÂR. Raphaël DRAI. Prolesseur à l'uniuersité d'aniens. aux humain

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PÂR. Raphaël DRAI. Prolesseur à l'uniuersité d'aniens. aux humain"

Transcription

1 L'EMBRYON, PERSONNE POTENTIELLE? Implications jurid,iques de quelques énoncés théologiques PÂR Raphaël DRAI Prolesseur à l'uniuersité d'aniens L'efficacité d'une protection juridique est riée à la poursuite d'un double objectif :.protég-er la persoine un danger réà1, même si ce danger.n'9s_t pas immédiat "ùtr" ; adapter la protection à soi objet en se formant de ce-lui-ci la représentation la fr,rr pto^"h" possible de la iéalité. Clarifions ces deux préliminaireso de méihodà et de fond, avant de développer le questionnement inscrit dans I'intitulé de eette contribution. I. _ EMBRYOGENESET SOCIOGENESE _ Quels sont les dangers auxquels loe'nblyeo est actuellement exposé? Loévolution des technigues de irocréation âssistée pose, entre autr^es, le problème des e'nhrysnj qualifiés de surnuméraires ll de ceux qui demeurent une fois réussie I'implantation artificielle de I'un d'entre'eux. euel sort réserver aux e-hryons restants? s'en débarrassera-t-on comme de choses devenues sans uiilité? A moins que leur valeur résiduelle ne les fasse servir à des manipllations, à des échangeso à des transferts et à des transactions dont les biologistes et des médeciis constitueraient les réseaux - l. comité consu,ltatif National d_'!thique. Avis relatif embrvons aux humain recherches invitro sur les et a!éur uiitisâtë" â'â"s- rin:ji'ieaiâài'eîliiiiitill-à"âs-. Decembre Cf. ésalemenf Iè-M;ilt;:-18'àËcËmuià rssil

2 LE STATUT JURIDIQUE DE L'EMBRYON 93 et désigneraient les bénéficiaires 2? Quelles seraient les conséquences de telles pratiques sur la conception d'ensem-ble de la personne considé:ée ab initio? Dans ces conditions, ne sommes-nous pas incités à mofifier les cadres habituels où se forme I'attitude juridique? Car I'e"'hryon peut-il être réduit à une simple matière biologique? Sa nature le porte à se développer, à devenir autre qlue ce qu'il paraît au premier regard, surtout lorsque son évolution est littéralement figée par le procédé de la congélation. Il ne devrait pas en résulter un figement de la réflexion juridique 3. Au contraire, la dynamique biologique en appelle à la dynamique juridigueo à la nécessité pour le droit de ne pas récuser les évolutions de la médecine et de la biologie, sans pour autant se subordonner aux seuls énoncés que ces deux disciplines, érigées en sur-savoir, voudraient bien lui poser. N'est.ce pas pour_éviter de soenfermer dans une pareille impasse que le Comité National d'ethique a cru devoir qualifiei I'e"'hryon de personne potentielle a? Toutefois, cette qualification ne projetie sur notre recherche qu'une semi-clarté. D'un point de vue juridique, la notj.on de personne potentielle ne semble pas, pour I'instant, trouver sa place entre le droit des personnes et le droit des biens s et I'on ne p"rrt gualifier I'embryon de guasi personne comme l'on parle de quasi contrats.-doit-on dénier toute portée à la formule du Comité? Le juriste ne saurait se confine* dans une position purement technicienne. L'idée de personne potentielle exprime une préoccupation qu'il lui appartient d'analyser en tous ses prolongements dès lors gue le droit s'envisage comme système ouvert de règles interlocutoires, en interaction avec d'autres champs pratiques et normatifs : la médecine et la biologie, mais aussi, les droits religieux des différentes communautés vivant en France et gui se voient confrontées à de difficiles conjlits de normes. Nous so_uhaitons participer à cette interaction en esguissant à ce propos une approche comparatiste concernant le statut de loembryon dans le dioit canonique, la chariâ musulmane et la halakha juive. Les juristes, en général, en tireront les indications, sinon les enseignements quoils jugeront pertinents pour notre débat. Cependant, avant de pénéirer dans ces aires-là, il est indispensable de procéder doabord à une jonction épisté. 2, Cf. Time. 4 January 1988, Curse heauen for Little girls. Dans cet article, Susan Tifft décrit certaines pratlques.aotuelles èn Inde où. le diagnostic prénarai est utilisé pour déceler si I'enfant à naître st un sarcon ou- une fille afin d.'éiiminer le risque de naissanoe d'enfant du sexe féminin iiarrs urte cul.ture et uu système économique otr il représente ule charge et une disqualification. Autant que le _principe d'une telll élimination, l'échelle de celle-ci êst devenue inquiétant, étant fa.vorisée pa.r la réduction du coût économique de l'acte médical-qui ra permet sur te plan tecnnlque. 3. Cf. notre étude. Le biologique face au juridique. Infor-mations Sociales, 1986, n'7. 4. Cf. note I et Ie rapport génér,al du C.N.C.E., déoembre ^^^ 5_.-_B_el9 Thel^U-, 14 condition juridique 4e.I'gmbtyon et du fætus, Dalloz, Chr., f982, XXXV, p' 231 ; P; Atia,s, La_situation juridique de I'enfani con{u, in Biblogié morale et droit, Tequi 1986, et F. Ter-é, L'enfait de l'esclàve, FlaûÉarion, l9î7.

3 94 BroÉrureuE ET DRorr mologique, puis à une clarification terminorogique qui ne se veut pas strictement linguistique mais voudrait avoir, Ën' outr'e, res effets d'une anamnese.,.ïort,rgi cette j-onction épistémologique? parce que Ies différents qu,", l'on vien-t d'évoquer :i^",tjt_i:ïgt:u* ne s'abordent -pas utilement de plarn-prect. Les médecins ct res biorogistes, tout commj les juristes, res politologues ou les psychorogues,ont iormjs d";r;;l;rli"tij", qui les mettent au contact de savoirs déterminés mais qui res écartent -po.t""t en même temps d'autres champs de connaissance 6. ces'e"""i, r" p", a lorsquoilj.se réduisent :."::és""""":" par la pratique du fia'logue scienti_ tltlî:-#.* ils sonr sou"eôs I1"foi:. ae âenegations, non iépo,r..,r,r". à Ia science ï î^g:1]tj:,.la.prétention se transf6rme alors en pràpension a Ia monopolisation du sens de I'objet prétendûment étudié. Le'croisement rle monologue_s aussi péremptoires q^ue dérisoir", op""iii"-"t-irr""it I" ghtop de rech-erche, àu ris{ue de rà rendr" i-p"#."ui;. -grt È;"" logiste re bio- matérialiste militant, re discours théorogique or, io,r, o",u $é-gs]"l"it pas-de ta voronté de conrrôre, à; e;:i"';;.""r"""irr habite le cle'calrsme obscurantiste et immobiliste z. pour l'éthicien', -bioiogë" surtout lorsguoil est affilié à une religion institutionnarisée, l" -"oi xyla-teur- et le médecin expérimentateur iestent a", upp""otïs sorciers, qui ri'aper.çoivent *:t"^:1":^1éït-ll** que certe parrie du réet que Ieur montrent cles instruments dont ils restent serfs, sians parler de -mobiles dont le désintéressement rlî,:i*"tuuels ne s""uit pas re trait médiatique oomtnant. Faisant office de joncteur entre des attitudes virtuelement séparées entre elles ou- parallèles' il paraît opportun de produire ieffio.hu,ri vante de Ia réatité de I'embiyon pu",-puul v;*+ à;;;;;-#;;, datanr de 1916 donc bien antérieurés aerui actuel permettent une ",i f"" sorte de distance arbitrale et une incitatiàn ""ppo"t supplélmentaire "oq,r"r "11", à ne -pas se conrenrer de schémas figés, valery ;;;ï;t"j"ol'o^o, premier-mouvement, ces signes de vie, ce commencement dans le ventre "u maternel' L'inconnu à toui et de rui-même pourtant se démène. une volonté préexiste' Quelgu'un sera. ce p.rii -ooo"ment est plus terribre qu une ûompette de jugement. Il divise I'Un. Il fait sentir ïne volonté peut êtie ;it:#ti""":, le,. Et Vatéry ajoute, " n".g"".jà" feotatriqtru. A elles seules, ces -quelques notations appelleraient un vaste commen_ taire' on se limitera à -"tt"" en évidenci trois des caractéristiques I'eyùryon de qu'elles soulignento urnuo"u "" toute "eàr"ii!.-", représentation réductrice. f,'smhryon est cornrnencernentg. Il annonce un développement exige gui que I'on reste en atrenre de ses manifes;;ii;;"s;iîâ'iiî*o"" i^:iiiï;';r'3il"i^liij{îi É:'s,EditionLaPréiade,tomeIIr. Ë:bi!Éi,ii,'iii?li,W,l2!L#"r,lfl;ZlZ,*",,,,Àubier.re6r.

4 LE STATUT JURIDIQUE DE L'EMBRYON 95 n'aurait_ guère plus de potentiel qu'un grain de sable. Le déueloppetnent de loembryon n'obéit pas à une cinétique indistincte. Divisant -IlUn, il s'avère générateur non pas de clivage mais de détotalisation, d'ouverture. créé, il devient récursivement créateur de la dualité. Enfin, ce mouvement dualisant ne glisse pas_ sur la ligne de plus grande pente d'une durée sans mémoire. Non seulement I'embryon prolonge une mémoire commencée avant lui - commencement du commenceàent - mais il structure une telle histoire en durée identitaire, en généalogie? en rapport de sens entre une postérité et une antériorité. II. _ THEOLOGIES ANTI.REDUCTRICBS - Procédons à présent_à I'opération de clarification étymologique annoncée. D'origine grecque, le mot embryon est formé sur lâ raciie bruo dont la signification originelle renvoie à I'idée de déborder, foisonrer, se go:rflerr- ce qui marque notamment I'efflorescence en botanigue : < un olivier foisonnant de fleurs blanches >. L'usage métaphorique du vocable n'a pas tardé à étendre le domaine de ces significations initiales. Ainsi la racinc bruo souligne la dynamique de la vie. Forgé sur cette même racine, le terme embryon a désigné dans la langue grécgue I'agneau qui vient de naître, le stade animal et non pluj végétal - de rj créatiôn. ce stade animal n'est pas régressif puisqu'il récapilule les significations premières de bruo, significations que le piéfixe ena stabilise. S'agissant de I'embryologie hlm6i11e, loon doit relever des modifications irnportantes, en elles-mêmes et pouï leur insertion dans les corpus juridilues religieux que nous allons examiner. C'est dans son Histoire iles ànimaixlt qrroaristote présente de raçon méthodique les phénomènes de la conceptiono de la gestation et de la naissance. L'on observe alors qu'à p"opor d" de Ia naissance humaine il n'emploie pas le vocable bruo'maii "uhti d" æ.rylyot qui signifie aussi engendrer mais selon une lrgnée parentale. Différenciation qui soaffine encore par le choix de deux Érmes distincts pour désigner I'embryon màle arrenos et l'embryon femelle teleos. Différenciatiou terminologique gui correspond sur ce plan à une représentation çsmflexe de la_vie, complexité dont notre vocabulaire."-i.lu ne plus rendre comp_te. La_ vocation historiale de I'embryon transparaît nettement dans le vocable teleos qai souligne la prise de conscienc i a minima d'an telos individuel, sinon d'une commune histoire humaine. En c-e point, _ Aristote ne_ saurait être suspecté de dérive métaphysigue. La représentation physico-chimique de la v-ie ne lui était pas io"orr.o". Par exempleo lorsqu'aristote évôque I'embryon sous loangll shictement biologique c'est le o.ot ltuema gu'il emploie. Par ailleursi res manipulauo."i9' tu"t chantraine, Dictîonnaire étymologique d.e la langue gracque, Klinck- 11. Edition Les Belles Lettres, 1964.

5 96 BIOÉTHIQUE ET DROIT tions éventuelles de l'emlryon sont préfigurées par les indications sui- vaptes_:- y quand lo".r"bryon expulsé à ao iouts eit de sexe masculin et qu'on I'abandonne dans un- milieu quelconque il se dissout et disparaît. Mais si on le met dans I'eau froide il co-nstitue comme une masse )). Préfiguration de la congélation. Tgl ne.devrait, pas être le- sens spécifique du devenir ds I'smhryon!um_.ain- qui- évoluera., se transformera-de ce premier stade jusgu'au stâde de loanimation: ( C'est_ainsi encoïe q.r" par quoi ',oi., Jo*-", bonne santé_signifie soit-la. santé d'une partie "Ë du coris soit même du corps "o tout entier. L'âme (pryg_hé) est au sens primordial quoi nous vivons, percevons et pensons. Il en résulteru qï'"ile r""u ""^pu" ooiioo-"t forme et non pa9 matière et substrat > 12. Et Arisiote précise afin d'éviter tant le réductionisme physiologique que l'évasion spirituariste : << c'est à bon droit que des pens_eurs.ont esiimé que l'âme^ ne peut être ni un corps ni sans corps car elle n'est pas un côrps mais qneiqu" chose du corps )). Pour Aristote, l'âme n'est ni substantièle ni iniubstantielle. Elle suscite ra m,eta-morphose du corps, lie I'antérieur et I'ultérieur, I'actuel et le virtuel. Correspondant aux modalités actuelles de la perception humaine et à ses limites, le virtuel se voit défini après ce gue la perception_actuelle n'a pu enregistrer sur le moment. "oopl "od-e Cgr éclairages, préliminairei nous permettent de pénétrer à présent dans les di{férents droits religieux préoôcupés par le sùtut de I'e-^hryon. Pour bien. comprendre, p""hi"r lieu, Ies dispositions et les références du droit canonique, il "n ejt indispensable de râppeler I'attitude du monde romain où le christianisme aliait se dévelop'per et avec lequel il allait entrer en débat 13. Dans le monde romain l'-eàbryon n'avait'pas $"-""1."y: juridigue déterminante. Aucune démarcation o"tt",r" sépaiait le fæticide de l'infanticide. un enfant à naître n'était pas considéré comme un être h'-ain véritable, la spes anirnanti n'étani pas assimilable à l'infans. r-- a -théologie chrétienne et le droit qu'elle iniorme iront dans un sens différent. Tertullien assimilera le fætiôide à une forme de meur- Peu imp-orte- 1t:.: _u gue I'on détruise une vie qui se forme ou u'e vie déjà formée. celuilà es_t aussi un homme qui est'sur le point d'en être un. Tout fruit existe déjà dans sa graine >. palr où I'on la prégnance de la.racine grecque bruo et la contradiction qui "oo'rtut" marque uri;o*d'h,ri la recherche d'un statut juridique de lembryon-dàos uo é'tat de"droit qui autorise lointerruption volontaire de grossesse 14. De sailt Augustin à saint Thomas-d'Aquin, la question de I'animation se précise davantage. Lors de la vie intra i:térine, saint.augustin distinguera loembryo-n f onnatus l'inf -de ormanus. seul avortement îe I'e-h1ysn f ormatus serait punissable comme un meurtre. ces deux phases - de 12. De l'-âme, 'traduction J. Tricot, Vrin, 19g2. p. g7. -^^^13' E. v.estermarck,l'origine et'ie Jiivèiàip'ement des idées morales, payot, 1928, tome I, p ' cett contracriotion.4s"r4t se résoudre par la référence à la notion de ÊÉ'iiff"R:Hl,i'"",iàiâiHi'!itf"'Ë?îiÂ'.3IIT;ï,*"ÉB,âlt'rii

6 LE STATUT JURIDIQUE DE L'EMBRYON 97 loem-bryogenèse se retrouveront dans les corpus juridiques de Gratien et de Justinien lequel fixera au 40'jour après la conception I'anirration ProPfement dite. Pour Thomas d'aquin, I'embryogenèse passe par trois phases différentes : l'âme végétative, l'âme sensitive et l'âme intellectuelle. Préfigurant la Aufhebung hégélienne, Thomas d'aguin déclare: < la forme nouvelle possède tout ce que contenait la précédente et quelque chose de plus > ls. Cette précision tend à écarter toute vision réductrice de I'em-bryon. Insufflée dans le corps qui la révèle et qu'elle conduit à son accomplissement, l'âme est d'origine divine. Ce qui entraîne qu'elle demeure extérieure à loemprise de I'homme. Formulation rconduite par les commentaires de la pensée thomiste, comme le note un très récent glossateur : < Ce que nous savons aujourd'hui de la semence ou plutôt de I'ceuf initial, commencement du nouvel être autonome et diltinct, nous permet d'affirmer que tout être humain y est contenu virtuellement. Pourquoi sa forme ne serait pas dès le principe l'âme spirituelle créée par Dieu, incapable certes de jouer d'autre rôle que d'âme végétative puis sensitive mais surtout et, dès le premier instant, de principe interne de l'évolution de la matière vers l'état de support et d'instrumeni de la vie spirituelle > 16. D'Aristote à Saint Thomas et à Valéry, un schéma commun de la vie ne tente-t-il pas de se préciser en se retrouvant dans des contextes intellectuels a priori très différents? La notion de personne potentielle ne semble pas en tous cas incompati.ble avec la théologie musul'nane ni avec les dispositions de Ia chiriô {u! pou_rraient-_l'expliciter. L'analyse de I'Epître d'ibn Tuffayl, Hay bin yakzantl (le Vivant fils du Vigilant) appelle de ce point.le vue un commentaire à la fois théologique et juridique plus large que la simple mention qui en est faite ici dans les limites d'une esguisse comparatisle. Dans la Iigne d'aristote, Ibn Tuffayl n'ignore pas la réalité physiclogique e_t grganique de la vie telle qu'elle se révèle notamment par la pratique de la dissection. Le développement de l'organisme procède du fceius dônt les naturalistes décrivent la formation dans la matrice sans en rien omettre jusqu'au complet développement de I'organisme et de ses parties. et jusgu'au moment où le fcetus avec les enveloppes qui I'entourent est prêt à sortir du sein maternel. Mais le fcetus ne se réduit pas à une simple matière biologigue, sans antériorité et sans avenir. S'il est conçu dans et par la matrice, il provient d'une sorte de matériau créationnel (jawz) 18 dont -l'une des particularités est de comporter une dualité virtuelle gui s'extériorisera au cours de I'embryogenèse et après la naissance. Cette évolution conduira loêtre humain animé aux plus hauts degrés de la connaissauce et jusqu'à I'intuition du divin. La vocation- de 15. Sumtne Theologica, o.76. a.3 et o ^16. Thomas d'aquin, Somme Théologique, tome 1, Editions du Cerf, 1984, p Traduction de Léon Gauthier, Papynrs, 1983, p Ibn Khaldoun, Discours sur i'hiitoire-univ-eiselle, Sindbad, 1928, tome IL

7 98 BroÉrureuE ET Dnorr I'embryon humain le distingue complètement du fcetus animal et devrait entraîner, en ce -qui le concerne, une reconnaissance non éguivoque de sujet humain, m,ême si les éléments de droit positif corresponàent à ceûe reconnaissance dépendent de la technigue juridique pratique. III. _ LA VIE ETHIQUE INTRA.UTERINE Sans méconnaître les différences, voire les divergences entre la pensée aristotélicienne, le droit canoniquen la chariô musul-ane et la hâialtha itiog,_ on doit également relever leurs convergences. Les énoncés de la halakha que nous allons maintenant examinerloavèrent particulièrement significatifs par leur contenu plopre mais encore parôe que ssllsins de ces énoncés peuvent toujours s'entendre comme lel termis doun véritable_ dé,bat contemporain d'aristote. Comme nous I'avons fait pour la genlé9- de ce dernier, commençons par une clarification terminologique. En hébreu I'embryon est nommé ôubarl9, vocable formé sur la raciie âbr qui désigne le mouvement intentionnel, un trajet rrettant en æuvre un yloi"!. On remarquera en outre gue ôubar ést une forme complexe. L'embryon.n'est pa-s uniquement objèt passil de transformation. Il apparaît coûrme actif trans-formateut. _ L'etttbryon naît d'une opération antérieuren la conception (harah), résultat de la rencontre des deux semenceso mâle et femelle, biologiquement complémentaireso c'est-à-dire non redondantes ni antagoiisies. La rencontre biologiqrre (zeriâ) résulte d'une rencontre préalable aïfective, intersubjective, de I'homme et de la femme formant ànsettrhle lohr'-ain (haailam). Toute filiation monoparentale serait donc considérée, de ce point de vue, comme tératologique. Mais une éventuelle stérilité ne serait pas examinée sous le seul aspect biologique. La stérilité manifeste la non existence réelle du couple même s'il elt juridiquement conforme aux règles du droit conjugal. La stérilité révèle-,rn relur inconscient de (se) donner, en réaction contre un sentiment de ne pas être aimé(e), c'est-à.dire choisi(e), au sens de l'élection existentielle 20. N8anmoins ce tvpe de stérilité peut être surmonté par le rétablissement de I'amouro pro""sju-s dans lequel Dieu intervient sous la modalité d'une laguèle a po_ur effet- rlirect d'ouvrir, ou de rouvrir, la matrice (rehém). Le vocabulaire de I'embryogenèse s'organise alors de la façon suiuante2 : amour (ahaaa), conciption (hirah), création-ensemencement (brta-zeriâ), formation (yetsira), engendrement (ted,a). t'synhryogenèse se différenciera en trois périodes de trois mois chacune pour lésq:uelles la 19. Talmud de Babylone, Niddah.34a. 20. Cf. les commentaires t-raditicinnels concernant les stérilités reslrectives de Sarah. de Rachel ou de Hannah. 21. Genèse, I1,7.?2.C1. le commentaire du Maharal de prague, H,idoushei Aggadort, sur Niddah, 34a.

8 LE STATUT JURIDIQUE DE L'EMBNYON 99 halakha utilise une terminologie spécifique. Au cours de chacune d'elles, l'être intra-utérin se trouvera successivement dans le rayon (mailor) tnférieur où se constitue la substance de l'être (haaaya), puis dans le rayon médian (emtsa) où. la forme distinctive de l'être s'affiuera, enfin dans le rayon supérieur (êlion) où l'être accède, il faut maintenant le souligner, à In conscience éthique. Selon la halakha, la vie morale, qui ne se réduit pas à la sensibilité neurologiqueo apparaît d.ès la uie intra-utérine. C'est pourquoi s'agissant des énoncés de la halakha qui concernent I'embryon, il convient d'éviter le contre-sens qui fait s'amalgamer deux plans de I'analy_se _lesquels doivent rester distincts : le plan éthique et- le plan physiologigulr avec 1".11s i-flications juridiques respectives. _ Sur le p-lan physiologiqrl, l'em-bryon, jusqu'à sà naissance, n'a pas de personn:lité distincte de la mère à laquelle il est physiologiquemènt raccordé. Tel est le sens de la formule, à interprétei dans ses- li-rnites propres, < l'embryon suit la rnère >>. Jusqu'au 40" jour la su-bstance de I'embryon est assimilée à de l'eau. Autrement dito selon la symbolique bibligue, à ce qui n'est pas encore individualisé. Il s'ensuit que si au cours de Ia grossesse-, ou _ pendant I'accouchement, I'embryon met en danger la vie de la mère, dans cette situation limite et sous réserve d'employer toutes les ressources médicales disponibles pour éviter d'avoir à trùcler négativement_un_tel dilemmeo la vie de la mère passe en priorité23. Mais sur le plan éthigue, I'embryogenèse doit être considérée comme gt_ p-"og"ssys historique, ou si I'on préfère historial 24. Coest ce qui se déduit de deux autres énoncés parti_culiers de la haltkha. D'une pario lors de la- conception, Dieu est présent 25. Dieuo non pas en tant que personne physique ou fantasme du tiers mais en tant qu'il manifeste I'aitériorité du ptojet vital- et les perspe.ctives de son développement. D'autre part, I'ceuf est appelé au << monde qui vient > (ôlam- Izobo) bien avan-t le 40" jour, d.ès qu'a eu lieu.ia nid,ification. Ainsi I'on cst couduit à envisager non pas seulement une vie mais une véritable histoire intra-utérineo in-tra et inter-générationnelle (toldot) gui ne réduit pas I'e-hryogenèse humaine à un simple secteur de l'ettrhryogenèse ani-ale. Au cours de la première période de trois mois, l'êfrc intra-utériln est nourri par-le lneilleur de la nourriture maternelle. La mère le porte dans ses entrailles Qneâ) et le ressent dans sa matrice (reh'em) constituant I'intério_rité de -l'espace individuel et, déjà, social. Sur quoi se fonde I'aptitude à I'identification compatissanteo elle aussi formâtrice du lien social dans ses composantes affectives. Au cours de la seconde période, la forme- de l'être_intr_a-utérin se singularise par le développeme-nt d'un cerveau à parties do 'J-rles et à circonvolutions infinies (pinkas mecupal), D-uran_t cette phase, la position de I'enfant à naître sé précise : mains plaquées contïe les tempeso la tête entre les genoux? bouche fermée et _ 23. David M. F'eldman,Marital relations, birth control and abortion in Jewish Zaw, Shocken, 1974, p Si I'on définit l'historial comme histoire se faisant. 25. Nah'manide (XIIIe siècle), traduction aux Editions Verdier, 1986.

9 100 BroÉrnreuE ET Dnorr orifice omhilical ouveït tandis qu'une rumière, eile aussi singulière, brile au'dessus.de lui pa_r raquele sâ perceptioo,'ét"rra ;a\r;;?;;émité du monde à I'autre >. cette phar" r"àbr" Ëorrespondre à une véritabre expansion de la sensorialité neurorogiqug. 4l ôours de ra troisième phase, I'information neurologique. deviénî.jurid._ique et éthique. L'insight de ra Loi est acqu_is d.ès cené pértod" er faii de ia'p;r"h";ië;"u-,riïl"irruo." conditionnelle, non seul".menr sur le plan it yriologiq;;;;;, le plan de l'éthique sociale par re rejet du,rà""irrir-" i'"log"g;* à o" pu, commettre de malfaisan"e errv""s aurrui26. "t ces derniers énoncés surtout suscitent re commentaireo serait-il cursif. Leur traductibilité biologique ne devrait pas être p;;;;;ce si on tient compte des infotmations po"" le àoins étonnante's "é."ré; fournies par ra et.la psychologie T""I.?Îgig aciuelles de la vie inrra-utérine. cette tracluctr.brlrté exige -cependuot. qy" I'on rappelle avec Leibniz < que l,on ne peut p_as lire dans l'âme àlivre ouvert^ëomme I'Edit du prêteur se rit sur son album, sans peine et sans recherche >. Les eooo"e. rt"iànr.iq"", devraient alors être càmpris dans re sens d'une doubre éthique et juridique, de!a vie intra-utérine puisque res auteurs ";t""ri"", de ters énoncés font commencer dès ce stade re débai so"'iur suos re différer uî *o-"o, de Ia naissance ou des riturgies d'intégration sociare p"opr"-eot dite (1" -8" jouro I'Alliance de ri circoncis%no ra brith,àfui; i rb ans intégral de Ia I:11"iæ*":t Loio la bar mitsoa). Cu ael"i, remarquons-ie?.est orienté par_ Ie souci immédiat d'un dépassement du narcis. srme' qui centre la subjectivité sur ele-mêmeo et^ par re rejet de Ia malfaisance qui fait de r'éxistence d'autrui un regrettalle obstacïe ou une parote. La référence :_::::" -1u:ïî,1" à ta pirot" t""""" l.i sa plus grande amplitude scientifique car c'est elle qui caracrérise la phasë de I'animation. L'être humain est un at"" urri-i,; "i ;;î ii"i", a,,ro" R"tol"..o9T-. pas. auto-centrée mais interlocutoire rr.-ô"';; il"" *e*" I'on p.as,n'habiliterait ces énoncés à soinsérer immédiatement dans notrc Ju'drcrre rormelle, ils restent largement_ parlants au pran psychanalytique comme transfert sur l'enfant à iaître dës investissements^ ou d"s projets parentaux' eux'mêmes en circuit avec une normativrté sociare pirrr"o, moins,explicité,e pa1 le sys-rème juridique. p""j"o;;r;t".rjlo-.iie. a, r" tôt en foncrion de I'acceprarion d'autruio liijflrril.?rus er non pas Iv. - LA PERSONNE JURIDIQUE INTEGRALE cetje conception de la vie intra-utérine commande la définition du statut juridigue de loem-bryon même si les points d'upp"i-"rio"iriu "u*" 26. Talmud, op. cit. du Targoum, paraph::ase C.rr3l.Co**entâire araméenne.du texte biblique sur

10 LE STATUT JURIDIQUE DE L,EMBRYON t0r définition peuvent paraître fragiles, aléatoires ou fragmentés en différents-secteurs du système juridigue. Dès lors qu'elle n'apparaît pas comme exercice rle spéculation juridique gratuite ôu scolastiqu" -àir gu'elle participe doune entreprise de défense de la personne, la guestion concer. nant I'embryon comme_persopne potentielle-devrait appeier une réponse non équivoque qui soétayerait sur les trois considéiâtions conchisives suivantes : D'une part, le droit civil français récent entérine une vision extensive,des droits de la personne et donc nécessairement des limites physigues de la personn-e- sujet de tels droits 28. L'on évoquera simplàmenf h p_rotection de I'image de la p-ersonne qui étend la-pro jectioi juridiçre du schéma corporel de celle.ci2g D'autre part, I'incapacité de I'embryon à défendre ses droits éventuels ne saur_ait le priver du caractère de sujet de droit. En droit français f'lnglpable n_oest pas un non-sujet de droii mais un suiet de droit assisté, bénéficiant de protections mises par des tiers. Toutefois, ces considérations ne prenn"ni tout leur sens que rapportées à une vision- plus aliomalique de I'embryon comme personne potôntielle et sujet de 4roit radical. Du fait gue la personne biologiquement aboutie prgcidg de I'embryon, la conception juridigue de la perjonne et des droirs qui -lui sont attribués ne- devrait pas rester instanta-néiste, ponctuelle et, si I'on peï^t dire, post-factive, mais devenir intégrale et si nécessaire rétroactive s. L'embryon n'est pas à l'homme ce que la chrysalide est à I'insecte. Le caractère juridique de la personne abùtie ne devrait-il pas rétroagir en effet sur son point doémergence quand bien même celui-ci ne se tro-uverait pas encore compris dans I'aire juridique actuellement déterminée par _nos règles de droit? une représântation globale de la personne sujet de droit ne devrait-elle pas se développer nôn seulemont dans. I'espace mais -aussi dans la temioraliré jurideïe? A cet égard, I'emlt1ysn ne devrait.il pas être considéré caùse dc la personne juridigue abo 'Îie D_e "o-*" -? telles ouveïtures méthodologiques, qui vùdraient tenir eompte du bouleversement actuel de la notiôn de nàrure sans en prendre prétexte pour de hasardeux happenings dans le domaine de la normativité, s'inscrivent dans une vision préventive de I'Etat de droit en empêchant que I'embryon_ne soit réduit-à une simple chose biologiqueo manipulable corn-me si elle était dépourvue de mémoire et de f,roiet, gu'il soit exposé dans_un champ médiéd où des pratieiens parfois déculturés seraient tentés d'instituei leur savoir nécàssairemeni lacunaire en culture improvisée et en législation privée, décidant unilatéralement du commencement de loêtre, âe son inierruption et de son terme. rl- reste_rait - à préciser, pour éviter tout i< ethicisme )), que l'éthique et le droit doivent rester ouverts et se constituer sur le mode interlocutoire R...sayatier, tres métamo.rphoses économiques et sociales ilu ilroit privé d'auiourd'hui. 3" série. Dalloz Cassar. 1'. Ch. civile, 3: D s'aeissant des cadres ép.isiérnblogioues de cette conceptualisation V. Jankelettch, cf. Philosophie première, pljf-, erààrrgr.

11 102 BroÉrHreuE Er DRorr avec la médecine, Ia biologie ou d'autres savoirs et techniques. si lindiviscientifique. app-elte la $::t1.ry régulation, comme fappëff" f;ùdividualrsme economique ou juridique, cette réguration ne devraitielle pas s,exercer en.ronctron.dune.épistémorogie qui se voudrait non pas totaiisante mais rntegrate? c'est-à-dire qui,ne projette pas sur le chaâp exploré par une discipline les -objectifs àu les préol.op"iioo, d'une autre^3l?'rappelant ici I'interaction de cetre science-de l'éth'ique, ;;;i"t celes gfi ""u.ojiqrrj;-p"; 1e la considèrent_pas comme un-sous-produit'd.e Ë,"i;;;u ou une simn.le vnanifestation dà l'opinion individuelle (irréductibt" alo,rt" o-pinion de même nature) -et de cette éthigue dr r" "rrt"" doot il y a près de vingt ans déjàle besoin de sa fôrmation s'étair "ooojrrurr.u fait ressentir, on rappellera Ies modalitéi du programu,e _épistémologiqou il y a une- vingtaine doannées aussi -pai Boris Rybak, u Z'"it p"i'.lre*""t "rqoirré r" projet de l'éthique sue d'extraire toujours ptus a'uum"i"'d;,; gangue naturelle ou artilicieile de sorte qu'il "faut autant organiser les faits dans Ies théories pgo-" go. Ia science'se constitue: gr'à un niveau supérieur organiser-les théories et les réarités pour qr" i" ïonscience s'étabrisse > tl jamais 32. trouve,,^!h.un tempf comme celui que ooo, lirnoo, où l ouverture maxrmale du champ de ltêtre vers I'origint et vers le terrre 33 incite le droit à ouvrir-son p"oi"u champ de fagon"ausri!t"iï"", en obrigeant le regard épistém.olo,gigire à s'éràrgir encore, et à se dédoubrer, I'attention portée au droit di ia naissao.""d.rr"o"ot tg"li""t iàttention portée à Ia naissance du droito tandis que I'idée de fi"rrooo" potentielle forcerait les schémas et les théories juriâique;;;'i*jril-j"îrtî" stmlojiqug que-le.marbr., 13tièiî ior', tàr faire dé"o";;;;;o "rt"u vrrr, r-enjeu du droit écrit et du droit parléo du droit interrocutoire ""dé.oo-? crise des sciences européenne et la phénoménotogie trans- ""ri);fri"!ë:i,î*â"?. 32. P, Monod, Le hasard et Ia nécessîté, 3-1. Seuil, lsychç, Soma, Germerz, Gartimâili. rs. Le is?"s:-, sutctde et ta.ioi, Le Monde, dépassé : _12 décembre matade ou cadavré, Cf. égal*nent, Lé uiàaà,'z^âui!"r.ioo. Coma

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

Colloque GPA 24 Novembre 2007, Paris

Colloque GPA 24 Novembre 2007, Paris Colloque GPA 24 Novembre 2007, Paris I - Bilan de la GPA dans le monde II - La situation actuelle en France III - Les possibilités d évolution dans la perspective de la révision des lois de bioéthique

Plus en détail

Applications linéaires

Applications linéaires Applications linéaires I) Applications linéaires - Généralités 1.1) Introduction L'idée d'application linéaire est intimement liée à celle d'espace vectoriel. Elle traduit la stabilité par combinaison

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

POLITIQUE : ÉDUCATION SEXUELLE CODE : PS-1

POLITIQUE : ÉDUCATION SEXUELLE CODE : PS-1 POLITIQUE : ÉDUCATION SEXUELLE CODE : PS-1 Origine : Services pédagogiques Autorité : Résolution 82-06-22-11.2 Référence(s) : ÉNONCÉ DE POLITIQUE La Commission endosse le module d éducation sexuelle figurant

Plus en détail

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE

TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE TABLEAU DE BORD : SYSTEME D INFORMATION ET OUTIL DE PILOTAGE DE LA PERFOMANCE INTRODUCTION GENERALE La situation concurrentielle des dernières années a confronté les entreprises à des problèmes économiques.

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN

CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN CARACTERISTIQUES DE LA CARRIERE DES FONCTIONNAIRES AU CAMEROUN La notion de poste de travail préserve les éléments essentiel de la Fonction Publique de carrière L existence d un statut ( 1) et l aménagement

Plus en détail

LES DÉTERMINANTS DE MATRICES

LES DÉTERMINANTS DE MATRICES LES DÉTERMINANTS DE MATRICES Sommaire Utilité... 1 1 Rappel Définition et composantes d'une matrice... 1 2 Le déterminant d'une matrice... 2 3 Calcul du déterminant pour une matrice... 2 4 Exercice...

Plus en détail

SÉMINAIRE «DE HUMANI CORPORIS FABRICA»

SÉMINAIRE «DE HUMANI CORPORIS FABRICA» «DE HUMANI CORPORIS FABRICA» Conférences philosophiques mensuelles sur les relations entre l Être Humain et son corps ECOLE DE MASSORELAXATION TEL : 05.61.32.77.42-06.63.06.38.90 93 RUE SAINT- ROCH, 31400

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision

Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision Conclusion générale Nous concluons au travers de quatre axes principaux qui ont guidé la rédaction de cette thèse. 1) La théorie du regret de Loomes et Sugden comme théorie de la décision rationnelle compatible

Plus en détail

COMMENTAIRES DU CdCF CONCERNANT LA PROPOSITION DU GROUPEMENT DES CARTES BANCAIRES «CB» RELATIVE AU TBTB

COMMENTAIRES DU CdCF CONCERNANT LA PROPOSITION DU GROUPEMENT DES CARTES BANCAIRES «CB» RELATIVE AU TBTB E 22 Juin 2012 COMMENTAIRES DU CdCF CONCERNANT LA PROPOSITION DU GROUPEMENT DES CARTES BANCAIRES «CB» RELATIVE AU TBTB L Autorité de la concurrence dans le cadre de la procédure 09/0017F-10/0008F concernant

Plus en détail

Ministère de la Justice Secrétariat Général Service des affaires Européennes et Internationales Bureau du droit comparé Paris le 6 janvier 2010

Ministère de la Justice Secrétariat Général Service des affaires Européennes et Internationales Bureau du droit comparé Paris le 6 janvier 2010 Ministère de la Justice Secrétariat Général Service des affaires Européennes et Internationales Bureau du droit comparé Paris le 6 janvier 2010 Le transfert d'embryons post mortem en droit comparé Allemagne,

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger

Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger Principes pour le contrôle des établissements des banques à l étranger (Mai 1983) I. Introduction Ce rapport 1 expose certains principes qui, de l avis du Comité, devraient régir le contrôle, par les autorités

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

Assistance médicale à la procréation (AMP)

Assistance médicale à la procréation (AMP) Assistance médicale à la procréation Grossesses multiples Assistance médicale à la procréation (AMP) > Davantage de naissances issues de l AMP en Ile-de-France qu en France. > Des tentatives qui concernent

Plus en détail

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1

Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Thème 1 Handicap en général - Fiche 1 Enfants de 9 à 12 ans Elèves de l enseignement secondaire inférieur 1 - Aborder le thème de la différence - Quelle place a la personne handicapée dans la société -

Plus en détail

Équations et inéquations du 1 er degré

Équations et inéquations du 1 er degré Équations et inéquations du 1 er degré I. Équation 1/ Vocabulaire (rappels) Un équation se présente sous la forme d'une égalité constituée de nombres, de lettres et de symboles mathématiques. Par exemple

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

L allocation du prix d acquisition et la rationalisation du goodwill

L allocation du prix d acquisition et la rationalisation du goodwill Juin 2015 Offre de services H3P L allocation du prix et la rationalisation du goodwill Purchase Price Allocation / PPA H3P Audit & Conseil - 30 rue des mathurins 75008 Paris - contact@h3p.com - www.h3p.com

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

Le rapport au prochain dans le judaïsme : approche biblique, talmudique et philosophique

Le rapport au prochain dans le judaïsme : approche biblique, talmudique et philosophique Collège des Bernardins, Séminaire sur l Altérité Département Judaïsme et Christianisme Séance du 13 janvier 2011 Intervenant et compte rendu : Sophie NORDMANN Sujet de la séance Le rapport au prochain

Plus en détail

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE

LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE LE PROBLÈME DE RECHERCHE ET LA PROBLÉMATIQUE Un problème de recherche est l écart qui existe entre ce que nous savons et ce que nous voudrions savoir à propos d un phénomène donné. Tout problème de recherche

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible

Du concept de métier lourd à celui de métier pénible Le 6 février 2007. Du concept de métier lourd à celui de métier pénible - Réflexion sur l évolution - Sandra Invernizzi Métier lourd et métier pénible La notion de métier lourd reconnaît qu un métier comporte

Plus en détail

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE

PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE PROBLEMATIQUE DE L ASSURANCE Août 2003 80, rue Paradis 13006 Marseille 04 91 33 39 86 : 04 91 54 15 09 v.c.m@wanadoo.fr CONTEXTE DU DEBAT En premier lieu, il faut procéder à un certain nombres de rappels

Plus en détail

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007)

Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson. P. Bordieu (2007) Le Modèle Conceptuel de Virginia Henderson P. Bordieu (2007) Postulats qui l étayent (= fondements) Valeurs qui le justifient Éléments qui le composent: - But poursuivi - Cible - Rôle de l infirmière -

Plus en détail

Article 29 Groupe de protection des données

Article 29 Groupe de protection des données Article 29 Groupe de protection des données 10972/03/FR final WP 76 Avis 2/2003 concernant l'application des principes de protection des données aux annuaires «Whois» Adopté le 13 juin 2003 Le groupe de

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Flore Berlingen Sciences Po, Conférence d Histoire Si son domaine de prédilection est l adolescence, ce n est

Plus en détail

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion

Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion. Année Universitaire: 2011-2012. L3 Economie et gestion Cours Magistral de Comptabilité de gestion ( Analytique) L3 Economie Gestion Année Universitaire: 2011-2012 L3 Economie et gestion 1 SEANCE 1 Introduction : Comptabilité de gestion : historique, définitions

Plus en détail

pour mission d'aider des adultes défavorisés vivant avec des problèmes de peau.

pour mission d'aider des adultes défavorisés vivant avec des problèmes de peau. Offrir la réalité d'un rêve inespéré... Venir en aide à des adultes défavorisés vivant avec un problème de peau. La Fondation Nelly De Vuyst (organisme à but non lucratif), a pour mission d'aider des adultes

Plus en détail

"#$!%&!'(')$$*&!+%)!,#!-.(&,/*.0#!#-!,#!01-(0*.'2*,#3! $45*00#!,41$67#!#-!'.#&8!,*&!#&7*$9! :%-'$(;#0#&-!

#$!%&!'(')$$*&!+%)!,#!-.(&,/*.0#!#-!,#!01-(0*.'2*,#3! $45*00#!,41$67#!#-!'.#&8!,*&!#&7*$9! :%-'$(;#0#&-! "#$%&'(')$$*&+%),#-.(&,/*.0##-,#01-(0*.'2*,#3 $45*00#,41$67##-'.#&8,*&#&7*$9 :%-'$(;#0#&- La continuité d une carrière enrichie par le changement Expert depuis plus de 25 ans en outplacement et conseil

Plus en détail

Comment évaluer la satisfaction des usagers?

Comment évaluer la satisfaction des usagers? Journée thématique FNARS Comment évaluer la satisfaction des usagers? 1 L évaluation de la satisfaction des usagers Une question éthique et une étape d évolution dans le secteur social et médico-social

Plus en détail

1. Objet et champ d application de l avis

1. Objet et champ d application de l avis Avis n 2012 04 du 3 juillet 2012 sur la comptabilisation des dettes financières et des instruments dérivés des entités à comptabilité publique relevant du code général des collectivités territoriales,

Plus en détail

Extraits de la présentation `de Dan Hanganu, architecte à Rimouski, le 17 mai 2006

Extraits de la présentation `de Dan Hanganu, architecte à Rimouski, le 17 mai 2006 Extraits de la présentation `de Dan Hanganu, architecte à Rimouski, le 17 mai 2006 Adolf Portmann biologiste suisse, montre bien qu il y a dans la vie plus qu un simple désir de survie. Il y a quelque

Plus en détail

Le Droit des Affaires. L environnement juridique des affaires

Le Droit des Affaires. L environnement juridique des affaires Le Droit des Affaires L environnement juridique des affaires LES NOTIONS FONDAMENTALES DU DROIT DES AFFAIRES Définition du droit des affaires Intérêt du droit des affaires Sources du droit des affaires

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION

LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION LE PROJET INSTITUTIONNEL : DES VALEURS A L ORGANISATION Marcel JAEGER - Directeur Général, IRTS Montrouge / Neuilly sur Marne Je ne vais traiter que du projet d établissement ou de service, et non pas

Plus en détail

NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006

NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006 NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006 Une enquête réalisée sur la nutrition en médecine générale * pour l montre que la nutrition est un sujet

Plus en détail

SÉMINAIRE «DE HUMANI CORPORIS FABRICA»

SÉMINAIRE «DE HUMANI CORPORIS FABRICA» SÉMINAIRE «DE HUMANI CORPORIS FABRICA» Conférences philosophiques mensuelles sur les relations entre l Être Humain et son corps ECOLE DE MASSORELAXATION TEL : 05.61.32.77.42-06.63.06.38.90 93 RUE SAINT-

Plus en détail

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde

L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde L échange argumentatif par réseau intranet en classe de Seconde Extrait du Mémoire professionnel de Karine BODIN, professeur stagiaire en Lettres, IUFM de Poitou-Charentes, année 2003/2004, sous la direction

Plus en détail

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR CONDITIONS DE REUSSITE, DISPENSES, REPORTS ET CREDITS DANS L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Position de la Fédération des Étudiant(e)s Francophones (F.E.F.) discutée puis adoptée lors des Conseils du 25 septembre

Plus en détail

Les Français et le développement durable

Les Français et le développement durable Les Français et le développement durable Baromètre Louis-Harris Club RmD2 CLUB R m D 2 Luc BALLEROY DGA 01 55 33 20 54 luc.balleroy@lharris.fr NOTE TECHNIQUE Étude réalisée par l Institut Louis-Harris

Plus en détail

L analyse de l adoption plénière doit précéder celle de l adoption simple, le maintien de l une comme de l autre étant acquis.

L analyse de l adoption plénière doit précéder celle de l adoption simple, le maintien de l une comme de l autre étant acquis. VII. L ADOPTION 1. ANALYSE L'institution de l'adoption doit être résolument replacée dans la perspective de l'intérêt de l'enfant. Il ne s'agit pas de permettre à des adultes d'assouvir un désir d'enfant,

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook Gilles Huguet Réunion de familles Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et

Plus en détail

Choix et consentement éclairé : réflexions éthiques dans le domaine de la maternité, de la conception à l accouchement

Choix et consentement éclairé : réflexions éthiques dans le domaine de la maternité, de la conception à l accouchement Choix et consentement éclairé : réflexions éthiques dans le domaine de la maternité, de la conception à l accouchement Alberto Bondolfi Université de Lausanne Théologien et éthicien Comité national d éthique

Plus en détail

Congé maternité. Date de création du document : 25/07/2011

Congé maternité. Date de création du document : 25/07/2011 Congé maternité Date de création du document : 25/07/2011 Direction du Travail et de l Emploi de Nouvelle-Calédonie Immeuble Gallieni - 12 Rue de Verdun BP - 141-9 45 Nouméa CEDEX Tél. Nouméa : 27.55.72

Plus en détail

PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE

PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE PERSONNES AGEES ET ACCIDENTOLOGIE ROUTIERE ACCIDENTOLOGIE Selon les statistiques de la prévention routière, 3645 personnes ont été tuées sur les routes en 2012 contre 3963 en 2011 L année 2012 marque le

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

Sommaire. Le dispositif... 2. Les manches... 2. Le groupe de préparation... 2. Contact... 2. Les objectifs généraux du Rallye Lecture Problème...

Sommaire. Le dispositif... 2. Les manches... 2. Le groupe de préparation... 2. Contact... 2. Les objectifs généraux du Rallye Lecture Problème... Sommaire Le dispositif... 2 Les manches... 2 Le groupe de préparation... 2 Contact... 2 Les objectifs généraux du Rallye Lecture Problème... 3 Adhésion des élèves au projet... 5 Dévolution des épreuves

Plus en détail

Garde des enfants et droit de visite

Garde des enfants et droit de visite Garde des enfants et droit de visite Lorsque vous ne vivez plus ensemble en famille Conna tre vos droits et vos responsabilités concernant votre enfant Begin a better ending Commencer une meilleure fin

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

Le rapport à l'apprentissage en formation continue. Résultats d'une étude de cas d'une formation de formateurs de l'université de Genève

Le rapport à l'apprentissage en formation continue. Résultats d'une étude de cas d'une formation de formateurs de l'université de Genève Book Chapter Le rapport à l'apprentissage en formation continue. Résultats d'une étude de cas d'une formation de formateurs de l'université de Genève BOSSET, Isabelle Anne Reference BOSSET, Isabelle Anne.

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Alfred Darmanin, S.J. (MAL) Ancien président de la Conférence des Provinciaux d Europe Dirige des programmes de formation pour managers et leaders

Alfred Darmanin, S.J. (MAL) Ancien président de la Conférence des Provinciaux d Europe Dirige des programmes de formation pour managers et leaders LA FORMATION PERMANENTE DES JÉSUITES Alfred Darmanin, S.J. (MAL) Ancien président de la Conférence des Provinciaux d Europe Dirige des programmes de formation pour managers et leaders N ous encourageons

Plus en détail

Prévention de la radicalisation Ce qu il faut retenir

Prévention de la radicalisation Ce qu il faut retenir 2015 Prévention de la radicalisation Ce qu il faut retenir Définition de la radicalisation : «Par radicalisation, on désigne le processus par lequel un individu ou un groupe adopte une forme violente d

Plus en détail

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE DAA 04 octobre 2009 QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE 1 Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et si oui, à quelles

Plus en détail

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL

DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL DE LA CLINIQUE INFIRMIÈRE A LA CONSULTATION INFIRMIÈRE EN SANTE AU TRAVAIL 1 1. Le raisonnement clinique Définition Face à une demande de soin, le professionnel infirmier axe son raisonnement clinique

Plus en détail

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 18 octobre

Plus en détail

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP)

COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) COMITE DIRECTEUR DE LA CULTURE, DU PATRIMOINE ET DU PAYSAGE (CDCPP) CDCPP (2012) 9 le 20 mars 2012 lère Session Plénière Strasbourg, 14-16 mai 2012 CONVENTION EUROPEENNE DU PAYSAGE 10e Réunion du Conseil

Plus en détail

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation

PENSER LA MONDIALISATION. Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation 1 PENSER LA MONDIALISATION Par Zaki LAÏDI (CERI-Sciences Po Paris) I Problématique Ce cours est destiné à comprendre et interpréter les conséquences que la mondialisation exerce sur le sens et l action

Plus en détail

CONGÉS MATERNITÉ, PATERNITÉ ET PARENTAL

CONGÉS MATERNITÉ, PATERNITÉ ET PARENTAL CONGÉS MATERNITÉ, PATERNITÉ ET PARENTAL Les droits des fonctionnaires sont différents de ceux des salariés du monde du privé. Nous vous proposons une éclaircie sur les droits des fonctionnaires concernant

Plus en détail

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels

Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Le Canada face au projet de Protocole facultatif au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels Tous les droits de l'homme sont universels, indissociables, interdépendants

Plus en détail

Définition générale. Matrice AFOM. Les outils de pilotage du CDIAE

Définition générale. Matrice AFOM. Les outils de pilotage du CDIAE Exemple de grille de diagnostic du contexte socioéconomique du territoire et de l offre départementale de l IAE Analyse AFOM - Atouts - Faiblesses - Opportunités Menaces Définition générale L'analyse AFOM

Plus en détail

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail

Se préparer à devenir un Parent entraîneur

Se préparer à devenir un Parent entraîneur Se préparer à devenir un Parent entraîneur Le désir de mettre au monde des enfants est présent chez la majorité des adultes. C est un accomplissement personnel et social majeur qui apporte généralement

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique AUNEGE Campus Numérique en Economie Gestion Licence 2 Comptabilité analytique Leçon 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 RÔLES DE LA COMPTABILITÉ DE GESTION INFORMER

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

Fiche n 7. Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations

Fiche n 7. Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations Fiche n 7 Les comptes 102 et 13 et l imputation comptable des financements et dotations Direction générale de l offre de soins Direction générale des fi nances publiques Les comptes 102 et 13 et l imputation

Plus en détail

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR LES CONFLITS D INTÉRÊTS DANS LA RECHERCHE

POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR LES CONFLITS D INTÉRÊTS DANS LA RECHERCHE Direction générale POLITIQUE N O 14 POLITIQUE INSTITUTIONNELLE SUR LES CONFLITS D INTÉRÊTS DANS LA RECHERCHE Adoptée le 9 juin 2015 cegepdrummond.ca Adoptée au conseil d administration : 9 juin 2015 (CA-2015-06-09-11)

Plus en détail

La question sociale et le genre dans l Approche de la Santé Humaine

La question sociale et le genre dans l Approche de la Santé Humaine La question sociale et le genre dans l Approche Écosystémique de la Santé Humaine Bamako, Juin 2006 CRDI Jean-Michel LABATUT Facteurs qui influencent la santé Contacts populations humaines - vecteurs Biologiques

Plus en détail

Formation des étudiants à la maîtrise de l information. L expérience de l Université des Sciences Sociales de Toulouse 1

Formation des étudiants à la maîtrise de l information. L expérience de l Université des Sciences Sociales de Toulouse 1 Formation des étudiants à la maîtrise de l information L expérience de l Université des Sciences Sociales de Toulouse 1 Christel Candalot dit Casaurang Université Toulouse 1 À l'université de Toulouse

Plus en détail

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique

Notions générales INTRODUCTION. 1 Sources du droit des assurances Historique Notions générales INTRODUCTION L assurance fait partie de notre quotidien. Technique de protection contre les aléas de la vie (incendie, vol, dégât des eaux...) elle répond à un besoin viscéral de sécurité.

Plus en détail

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB

PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB PRINCIPES DIRECTEURS PERMETTANT DE DÉTERMINER L ENDROIT OÙ DOIVENT ÊTRE CLASSÉS LES DOCUMENTS DE BREVET DANS LA CIB adoptés par le Comité d experts de l Union de l IPC à sa quarante-deuxième session et

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque Geneviève ve Paicheler Centre National de la Recherche Scientifique Que sait-on sur la sexualité des jeunes? Les données des enquêtes Accompagner

Plus en détail

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent Tout avocat peut être confronté, dans le cadre de son exercice professionnel, à la question du blanchiment

Plus en détail

Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé

Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé rue de Kerichen - BP 62506-29225 Brest Cedex 02 - Tél 02 98 80 88 00 - Fax 02 98 80 88 07 www.lycee-vauban-brest.ac-rennes.fr Rentrée 2014 : L évaluation par compétences en accompagnement personnalisé

Plus en détail

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Partenaires pour la santé, partenaires pour la vie! «Il faut accompagner ta femme à l hôpital! Si tu le fais, c est bien pour la santé de vos enfants,

Plus en détail

La communication. Conférence de Bénédicte Lucereau sur la communication homme-femme

La communication. Conférence de Bénédicte Lucereau sur la communication homme-femme La communication Conférence de Bénédicte Lucereau sur la communication homme-femme Bénédicte Lucereau est conseillère conjugale, elle-même mariée depuis 33 ans avec sept enfants et sept petits-enfants.

Plus en détail

L Approche programme

L Approche programme L Approche programme Margot Phaneuf, inf., Ph.D. mai 2003 Révision oct. 2012 Qu'est-ce que c'est? Le programme en soins infirmiers repose fondamentalement sur une organisation par programme. C est une

Plus en détail

Le délai de reprise de longue durée en matière de droits d enregistrement et d ISF passe de 10 à 6 ans

Le délai de reprise de longue durée en matière de droits d enregistrement et d ISF passe de 10 à 6 ans Le délai de reprise de longue durée en matière de droits d enregistrement et d ISF passe de 10 à 6 ans Qu est le délai de reprise de longue durée? Que dit la nouvelle loi? Que modifiet-elle? Quelles sont

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Projet PHARES. Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet

Projet PHARES. Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet Projet PHARES Note de cadrage sur la production de livrables en phase finale du projet L.Brami, S.Damart, M. Detchessahar, M. Devigne, J. Habib, F. Kletz, C. Krohmer. Document joint à l avenant au contrat

Plus en détail

M2 MPRO - INITREC : INITiation à la RECherche

M2 MPRO - INITREC : INITiation à la RECherche M2 MPRO - INITREC : INITiation à la RECherche Année 2014-2015 Responsables : Cédric Bentz (CNAM) Claudia D'Ambrosio (Ecole Polytechnique) Objectifs de l'ue Apprendre à lire et à comprendre un article de

Plus en détail

DÉCISION Nº177 du 15 décembre 1998. relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 213 alinéa 2 du Code Pénal

DÉCISION Nº177 du 15 décembre 1998. relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 213 alinéa 2 du Code Pénal DÉCISION Nº177 du 15 décembre 1998 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 213 alinéa 2 du Code Pénal Publiée au Moniteur Officiel de la Roumanie, Partie I ère, nº77

Plus en détail

EXPOSE : La Communication Interpersonnelle

EXPOSE : La Communication Interpersonnelle EXPOSE : La Communication Interpersonnelle Introduction : Tout activité humaine est communication, elle est partout, elle est inévitable. Elle a lieu avec des individus, des groupes, des objets ; à l occasion

Plus en détail

SUPERVISION COLLECTIVE

SUPERVISION COLLECTIVE SUPERVISION COLLECTIVE POURQUOI UN LIEU DE SUPERVISION? Les mutations que vivent les organisations nous obligent à clarifier notre façon d'accompagner les changements. La complexité des situations nécessite

Plus en détail

DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX

DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX DOCUMENTS DE FORMATION CODEX FAO/OMS SECTION QUATRE LES BASES SCIENTIFIQUES DES TRAVAUX DU CODEX L'analyse des risques dans le cadre du Codex Qu'est-ce que l'analyse des risques? Un processus comportant

Plus en détail