Cas clinique. Hôpital Mahosot. Service maladies infectieuses. Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cas clinique. Hôpital Mahosot. Service maladies infectieuses. Dr Vilada, Dr Chen Xi, 2006"

Transcription

1 Cas clinique Hôpital Mahosot Service maladies infectieuses Dr Vilada, Dr Chen Xi,

2 Homme, 47 ans, fonctionnaire, résident à district : Pakgnouam, province Vientiane Motif d hospitalisation : fièvre prolongée > 1 mois, avec douleur thoracique 2

3 Histoire Depuis 2 mois: fièvre modérée + toux sèche, sans autre symptôme paracétamol, amélioration Depuis 2 semaines fièvre très élevée avec frisson 3 fois /j, toux sèche, douleur thoracique gauche. Perte de poids 7 kg en 1 mois, appétit conservé Parcours de soin : 1. hôpital district a suspecté rickettsiose cycline + chloramphénicol x 7 j, sans amélioration 2. Thaïlande, on a suspecté OAP, traitement, sans amélioration. 3. Mahosot 28/08/2006, 3

4 ATCD Marié, 5 enfants, tous sont en bonne santé. A travaillé 10 ans en Thaïlande comme cuisinier. Jamais hospitalisé Pas de de TB, aucun proche connu atteint de TB Mange du poisson cru Tabac 1paq/j, depuis l âge de 17 ans Pas d alcoolisme 4

5 Examen physique T: 39.2 C P: 94f/mn RR: 25f/mn TA: 120/80mmhg Alerte, langue sale, ni rash, ni escarre, ni œdème. Ganglion sous mandibulaire gauche palpable (profond, pas de douleur, pas fixé) Pas de Signe méningé Cœur :Normal Poumon: Normal Abdomen: Normal 5

6 Diagnostic Quelles sont vos hypothèses? 6

7 Hypothèses Fièvre prolongée 2 mois, avec pics, Inexpliquée 1. TB 2. Fièvre typhoïde 3. Mélioïdose 4. Pneumonie 5. Rickettiose 6. Endocardite 7

8 Examens complémentaires minimaux Lesquels demandez-vous? 8

9 Ex. complémentaires 1 28/08/2006 NFS Hct: 38% GB: 14000/mm³ Polyneutro: 75% Eosino: 2% Lymphocyte: 23% Plaquette: 220,000 /mm³ 29/08/2006 NFS GB:20200 /mm³ HGB: 11.8g/dl PLT: 468x10³/ mm³ Lym%: 14.0 Neu: 84.1% Eos: 1.1% 5/09/2006 NFS GB:13800 /mm³ HGB: 10.3g/dl PLT: 707x10³/ mm³ Lym%: 19.2 Neu: 61.4% Eos: 4.7% 29/09 : le patient est mis empiriquement sous amoxicilline 3 g/j 9

10 Ex. complémentaires 2 Urines: Albumine: négatif; sucre: négatif; culot: RAS VS: 110 Foie : SCPT: 56u/l SCOT: 65u/l Bili: T: 0.76/ mm³ créatinine: 112u/l glycémie: 68 KOPA: négatif IDR: négative Ex de crachat: négatif (BK) LCR: normal Rapide test rickettsiose: négatif Hémoculture: négatif (3 x) Coproculture: négatif 10

11 Ex. complémentaires 3 ECG: trouble repolarisation diffuse, HVG Rx- thoracique: normal Écho- abdominale : normale F. O: normal 11

12 Après 7j. d amoxicilline, le malade a toujours de la fièvre quel(s) autre(s) diagnostic(s)? TB extra-pulmonaire? Infection à VIH? Lymphome? Cancer profond? 12

13 Traitement empirique : Amoxi remplacée par Ceftriaxone: 2g IVD (7 jours) 13

14 Évolution: autres diagnostics? 31/08/ /09/2006: diarrhée >3 f/j surtout 01/09/ selles / jour Diarrhée aux antibiotiques? Fièvre typhoïde probable (hémocultures négativées par prise occulte d antibiotiques?) 14

15 Évolution: 02/09/2006: la famille demande un médicament pour soulager une dysurie nouvel interrogatoire du patient : il souffre de dysurie depuis plusieurs années! il n avait rien dit! TR: toucher très douloureux taille de prostate normale; fluctuation net dans le lobe droit ( collection liquidienne) Écho: abcès prostatique confirmé 15

16 Diagnostic final Abcès prostatique (diagnostic après 3 mois de fièvre) ponction de prostate : pus mise en route ofloxacine 400 mg /j x 30 j 16

17 Leçons à tirer 1. Le patient ne dit pas toujours tous ses symptômes (ici dysurie) 2. Ou se plaint de symptômes qui égarent le médecin (ici toux) 3. Diagnostic d infection bactérienne suspecté précocement 4. Mais diagnostic d infection prostatique fait très tard 5. Pourquoi? pour cause de TR non fait : pourquoi non fait? 6. TR / TV est à faire devant toute fièvre inexpliquée Une fièvre avec de grandes oscillations (dite F. en clocher ou F. hectique) doit évoquer : i) infection urinaire ou biliaire («fièvre canalaire»), ii) paludisme, iii) cancer, lymphome 17

18 Rappel : infection de la prostate, prostatite, abcès de la prostate Fréquente, surtout si obstacle sur voies urinaires (adénome prostate) après sondage Provenance des germes : urines (inf. urinaire) (BGN) sang (septicémie) (staphyloc) voies génitales (MST) fréquence des infestions à plusieurs germes C est une infection de parenchyme, comme pyélonéphrite plus grave que cystite Les antibiot. pénètrent mal dans le tissus prostatique La durée d antibiot doit donc être prolongée : 3-6 sem Utiliser certains AB seulement quinolones bactrim aminosides 18

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa

Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale. Malaychanh, Hué, Todisoa Cas clinique Hopital Mahosot Service de pédiatrie générale Malaychanh, Hué, Todisoa 1 Données générales Un garçon, 14 ans, collégien Habitant à Salakham, district Hadsayphong, capitale Vientiane Date entrée:10/

Plus en détail

Cas clinique Hôpital Mahosot

Cas clinique Hôpital Mahosot Cas clinique Hôpital Mahosot Service de pédiatrie Dr Amphone Dr Tung 1 Information générale Enfant de 11 mois, masculin Habite au district, province de Bolikhamsay Motif d entrée: diarrhée et fièvre 2

Plus en détail

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009

INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE. Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INFECTION DU LIQUIDE D ASCITE Hélène REGNAULT DES Mai 2009 INTRODUCTION ILA: complication fréquente et grave dans l évolution de la cirrhose 8 à 30% malades hospitalisés avec ascite Une des principales

Plus en détail

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant

Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Antibiothérapie des Infections urinaires de l enfant Christine Pietrement 28 mai 2009 Particularités des infections urinaires de l enfant Grande fréquence : < 3mois + fièvre : IU 13% filles, IU 19% garçon

Plus en détail

Les Arbres décisionnels

Les Arbres décisionnels Les Arbres décisionnels Les aides à la décision plainte-traitement (ou arbres décisionnels ) sont tirés de travaux effectués dans le cadre de l Organisation Mondiale de la Santé. Ils sont destinés à soutenir

Plus en détail

Prof Yves Humblet 22 mai 2014

Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Prof Yves Humblet 22 mai 2014 Mr DemS, 56 ans, atteint de cancer de prostate Admis aux urgences pour fièvre à 38 3 au J8 post chimiothérapie Pas de comorbidité, bon EG, pas de frisson, toux grasse Pas

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène

30/10/2015. Voie ascendante, rétrograde. Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire. Voie hématogène Infections urinaires communautaires Physio-pathologie Voie ascendante, rétrograde Anomalies anatomiques et/ou dispositif/exploration urinaire Voie hématogène 1 Rappel anatomique Rétrograde Rappel anatomique

Plus en détail

Pneumopathie Aiguë Communautaire

Pneumopathie Aiguë Communautaire Pneumopathie Aiguë Communautaire Table des matières Présentation du cas 3 Le patient 4 Exercice 5 Exercice : Quels sont les éléments en faveur : 6 Exercice 7 Suite du cas 8 Exercice 9 Diagnostic microbiologique

Plus en détail

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie?

Définition. Conduite à tenir devant un syndrome septicémique. Quand évoquer une septicémie? Quand évoquer une septicémie? Conduite à tenir devant un syndrome septicémique Dr Vincent Le Moing Dr Christina Psomas Maladies Infectieuses et Tropicales CHRU de Montpellier Février 2011 Définition = bactériémie = présence de bactéries

Plus en détail

Cas clinique hôpital Mahosot anémie, diarrhée et corticothérapie

Cas clinique hôpital Mahosot anémie, diarrhée et corticothérapie Cas clinique hôpital Mahosot anémie, diarrhée et corticothérapie Service maladies infectieuses IFMT stages Mahosot 2005 1 Histoire de la maladie Homme, 65 ans, agriculteur, vivant dans les environs de

Plus en détail

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS

Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS Item 158 (Item 89) Infections génitales de l homme. Écoulement urétral EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant l orchi-épididymite : A - C est une affection souvent sexuellement transmissible chez

Plus en détail

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE

INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE INFECTION URINAIRE ET GROSSESSE Dr X.LEGROS Maternité CHU Pointe à Pitre Février 2013 INTRODUCTION Fréquence et gravité Options thérapeutiques restreintes du fait tératogénicité de certains antibiotiques

Plus en détail

CAS CLINIQUE Hopital Mahosot. Aphonethip Aina Todisoa

CAS CLINIQUE Hopital Mahosot. Aphonethip Aina Todisoa CAS CLINIQUE Hopital Mahosot Aphonethip Aina Todisoa INFORMATIONS GENERALES Fille 11 ans Collégienne Habitant à Ban Phameuang (District Paksan Prov de Bolikhamxay) Admise le 08 Août 2007 pour fièvre et

Plus en détail

CAS CLINIQUE. hôpital Settathirat Vientiane. Aphonethip Aina

CAS CLINIQUE. hôpital Settathirat Vientiane. Aphonethip Aina CAS CLINIQUE hôpital Settathirat Vientiane Aphonethip Aina PRESENTATION GENERALE Jeune fille 16 ans Lycéenne Célibataire Habitant à Phonesavanh (District de Xaysetha- VTE cap) 2 HISTOIRE DE LA MALADIE

Plus en détail

CAS CLINIQUE. hôpital Mahosot Vientiane. Cas-clinic.Juillet.07.Sisong-Yin 1

CAS CLINIQUE. hôpital Mahosot Vientiane. Cas-clinic.Juillet.07.Sisong-Yin 1 CAS CLINIQUE hôpital Mahosot Vientiane Cas-clinic.Juillet.07.Sisong-Yin 1 CAS CLINIQUE INFORMATION GENERALE: Un garçon, 17 ans, étudiant, village de Chao Anou (préfecture de Vientiane) I. MOTIF D HOSPITALISATION:

Plus en détail

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121

Quiz Génito-urinaire. Réponse page 125. Réponse page 122. Réponse page 124. Réponse page 121 GENITO-URINAIRE_8.09._bis_Mise en page 8/09/ : Page Quiz Génito-urinaire Augmentation progressive du PSA ; TR : induration prostatique latérale gauche. Réponse page Homme, 9 ans VIH ; examen de l urine

Plus en détail

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013

L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 L infection urinaire en bactériologie et l ECBU (Examen Cyto-Bactériologique des Urines) Hélène Guillon-Petitprez 23 Octobre 2013 Epidémiologie Prévalence +++ chez la femme : au début de la vie sexuelle

Plus en détail

Cas clinique Hopital Mahosot. Fabrice Somvay (P8)

Cas clinique Hopital Mahosot. Fabrice Somvay (P8) Cas clinique Hopital Mahosot Fabrice Somvay Données générales Garçon âgé de 4 ans. Pesant 15 Kg Mesurant 1m10. Habitant District: Vang Vieng Village: Huosagao Province: Vientiane 2 HDM Début le 03 /07/07

Plus en détail

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Présentation e-learning Infections urinaires Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Objectifs du module de e-learning Optimiser la prise en charge des infections urinaires

Plus en détail

Dossiers de conférences de consensus

Dossiers de conférences de consensus Dossier N 1 Une jeune femme de 17 ans est amenée aux urgences de votre hôpital par le SAMU pour malaises associés à des vomissements et des douleurs abdominales. La famille de cette patiente vous informe

Plus en détail

Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort)

Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort) Jeudi 12 février 2015 Rodolphe BARTHELET (Interne Urgences Belfort) Motif de consultation Mr F, 38 ans, consulte aux urgences dans la nuit aux environ de 4h pour douleur dentaire avec œdème de la face.

Plus en détail

Adénopathies conduite à tenir. IFMT M. Strobel mai 03 1

Adénopathies conduite à tenir. IFMT M. Strobel mai 03 1 Adénopathies conduite à tenir IFMT M. Strobel mai 03 1 Adénopathie: définition, généralités (angl. lymphadenopathy) Hypertrophie d un ganglion ou d un groupe de ganglion Résultant de processus inflammatoire

Plus en détail

Résultats du 1 er tour Le 29 novembre 2010

Résultats du 1 er tour Le 29 novembre 2010 Résultats du 1 er tour Le 29 novembre 2010 Dr BIRGÉ, Président du GLAM Mlle VORKAUFER, Thésarde 1 Un audit du GLAM Réalisé en partenariat avec le réseau Antibiolor Adressé aux 2300 médecins généralistes

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis

URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis Urgences URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis Dr A. de GOUVELLO MG-Urologie-St Louis Rétention aigue d urines ou R.A.U Hématurie Infections

Plus en détail

Qu est-ce que c est la tuberculose?

Qu est-ce que c est la tuberculose? Qu est-ce que c est la tuberculose? La tuberculose, souvent connu comme TB, est une maladie propagée par le microbe tuberculose. A peu près 8 millions de personnes par an sont infectées par la TB et 2

Plus en détail

Infections Urinaires de l Enfant

Infections Urinaires de l Enfant Elaboration de Bonne Pratique Clinique Infections Urinaires de l Enfant Robert Cohen Coordonateur du Groupe d Expert sur les Infections urinaires de l enfant Particularités des IU de l enfant Fréquence

Plus en détail

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009

Facteurs favorisants. L âge dans les infections urinaires. L infection urinaire: Recommandations 2009 Le bon usage des antibiotiques dans les infections urinaires du sujet âgé Dr F. LECOMTE CHIC QUIMPER L infection urinaire: Recommandations 2009 Classification IU simples ou non compliquées (AP) Cystite

Plus en détail

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE

ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE ANTIBIOTHERAPIE PROBABILISTE Dr N. Bercault 2011 Types d'antibiothérapie Prophylactique Pré-emptive Curative Infection Infection Colonisation + Infection + Facteurs de risque + Ponctuelle Plusieurs J Plusieurs

Plus en détail

Clinique universitaire de médecine nucléaire Carcinome thyroïdien, soins postopératoires

Clinique universitaire de médecine nucléaire Carcinome thyroïdien, soins postopératoires Clinique universitaire de médecine nucléaire Carcinome thyroïdien, soins postopératoires Chère patiente, cher patient, Au nom de la direction de la clinique et de l hôpital, nous vous souhaitons la bienvenue

Plus en détail

Séminaire sur les infections urinaires en médecine générale

Séminaire sur les infections urinaires en médecine générale Séminaire sur les infections urinaires en médecine générale Traitement des infections urinaires des femmes de 18 à 65 ans. Dr Marc Fabre pour FORGENI 28 29 avril 2010 Document sous licence Creative Commons

Plus en détail

Infection urinaire du sujet âgé à BMR. Barbara KULI Laurent BELLEC

Infection urinaire du sujet âgé à BMR. Barbara KULI Laurent BELLEC Infection urinaire du sujet âgé à BMR Barbara KULI Laurent BELLEC À Saint-Gilles les Bains, le 24/11/2012 Mme P. 82 ans ATCD: HTA, DID, arthrose genoux bilatérale, démence évoluée Mode de vie: vit chez

Plus en détail

Module 3.3: Immunopathologie. Néphropathologie. S. Rotman Pathologie

Module 3.3: Immunopathologie. Néphropathologie. S. Rotman Pathologie Module 3.3: Immunopathologie Néphropathologie S. Rotman Pathologie Objectifs Illustrations pratiques des connaissances théoriques en immunopatholgie Pathologie fréquente de la transplantation rénale Maladie

Plus en détail

Module 7 : 086 INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES

Module 7 : 086 INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES Module 7 : 086 INFECTIONS BRONCHO-PULMONAIRES Validé par le Dr Jouneau Clinique - Syndrome infectieux : Fièvre Frissons VS Hyperleucocytose - Signes fonctionnels respiratoires : Douleur thoracique Dyspnée

Plus en détail

Les infections urinaires. Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr

Les infections urinaires. Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr Les infections urinaires Dr. Oana DUMITRESCU MCU-PH Lyon Sud «Charles Mérieux» oana.dumitrescu@chu-lyon.fr Plan du cours Généralités Principales étiologies Notions de sémiologie Diagnostic bactériologique

Plus en détail

ou pas. ( je crois que je suis enceinte fais la prise de sang. )

ou pas. ( je crois que je suis enceinte fais la prise de sang. ) Docteur j ai j de la fièvre! ou pas. ( je crois que je suis enceinte euh j en suis sûre s! J ai J fais la prise de sang. ) Docteur Jean Daniel GENNARO P R I A M Docteur j ai j de la fièvre! ou pas. FIEVRE

Plus en détail

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans

Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Une fièvre richement accompagnée chez une femme de 57 ans Enoncé Une femme de 57 ans se présente aux urgences pour céphalées, fièvre, frissons, toux, diarrhée et douleurs diffuses évoluant depuis 5 jours,

Plus en détail

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique

Méningites. Définition. Clinique. Définition. Clinique. Clinique Méningites Définition Inflammation des méninges, les 3 membranes qui recouvrent le cerveau et la moelle épinière 1- définition 2- démarche diagnostique : PL 3- méningites bactériennes 4- méningites virales

Plus en détail

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein

CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN. Le Cancer du rein CENTRE D UROLOGIE PRADO-LOUVAIN Le Cancer du rein Le cancer du rein représente 3% des cancers de l adulte. Il s agit du troisième cancer urologique après le cancer de prostate et celui de la vessie. L

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques

INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques INFECTIONS URINAIRES - Bonnes pratiques antibiotiques Dr Loïc Epelboin Service Maladies Infectieuses et tropicales GH Pitié-Salpêtrière Journée de formation médicale continue Tiaret, Algérie - 24 mai 2013

Plus en détail

QUIZZ. A vos boîtiers! Dr Anissa BOUAZIZ Infectiologie

QUIZZ. A vos boîtiers! Dr Anissa BOUAZIZ Infectiologie QUIZZ A vos boîtiers! Dr Anissa BOUAZIZ Infectiologie Cas clinique n 1 Vous accueillez ce vendredi une patiente de 79 ans, adressée par le service des urgences pour décompensation cardiaque gauche. ATCD

Plus en détail

LITTÉRATURE. Epidémiologie: Endémique en Asie du sud-est et Nord de l Australie Taux de létalité entre 14% et 68% selon les pays

LITTÉRATURE. Epidémiologie: Endémique en Asie du sud-est et Nord de l Australie Taux de létalité entre 14% et 68% selon les pays MÉLIOÏDOSE CHEZ LE VOYAGEUR: A PROPOS D UN CAS ET REVUE DE LA LITTÉRATURE Mémoire pour la Capacité de Médecine Tropicale, année 2014-2015 présenté par: Dr Souandou Tabibou Dirigé par: M. le Pr Eric Caumes

Plus en détail

Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations

Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations Thierry COMOLET. Direction générale de la santé. Bureau des maladies infectieuses, des risques infectieux émergents et de la politique

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Diarrhée chronique avec malabsorption HOPITAL SETHATHIRATH. Drs Aina, Aponethip

CAS CLINIQUE. Diarrhée chronique avec malabsorption HOPITAL SETHATHIRATH. Drs Aina, Aponethip CAS CLINIQUE HOPITAL SETHATHIRATH Diarrhée chronique avec malabsorption Drs Aina, Aponethip Histoire de la maladie Homme, 23 ans En bonne santé jusqu à sa maladie Cultivateur, habitant la périphérie de

Plus en détail

12/ Infections chez la femme enceinte

12/ Infections chez la femme enceinte SEMESTRE 3 UE 2.5.S3 Processus inflammatoires et infectieux 12/ Infections chez la femme enceinte Mêmes infections que dans population non obstétricale Bactériennes: infections urinaires, syphilis, streptocoque

Plus en détail

Dossier Médical de Base

Dossier Médical de Base Dossier Médical de Base (Tous Ages Tous Niveaux) Joueur : Nom :....Prénom :. Date de naissance : (Jour-Mois-Année). Club :... Poste : Caractéristiques : - Gardien de but - Défenseur - Milieu - Attaquant

Plus en détail

Les exacerbations de BPCO

Les exacerbations de BPCO Les exacerbations de BPCO Université de Batna Dr Djenfi Pr Djebbar 2015 INTRODUCTION Une des principales complications de la BPCO qui survient dans tous stades de gravité. C est une cause majeure de morbi-mortalité

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre

INFECTIONS URINAIRES. Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre INFECTIONS URINAIRES Stanislas Rebaudet CCA SMIT CHU Bicêtre Anatomie des voies urinaires Infections urinaires : épidémiologie Infections très fréquentes 2 e site d infection bactérienne communautaire

Plus en détail

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les La lithiase vésiculaire peut être asymptomatique (ASP, échographie) aucune investigation complémentaire douloureuse (colique hépatique) compliquée (surinfection aiguë ou chronique, migration cholédocienne,

Plus en détail

Traitement anti-infectieux ambulatoire

Traitement anti-infectieux ambulatoire Traitement anti-infectieux ambulatoire Prescription et suivi Dr Cédric Arvieux - CHU de Rennes - Université de Rennes 1 - unité SeRAIC Objectifs Savoir surveiller un traitement antibiotique ambulatoire

Plus en détail

Le cancer colorectal et son dépistage

Le cancer colorectal et son dépistage Qu est-ce-que c est? Le cancer colorectal est une tumeur maligne de la muqueuse du côlon ou du rectum. Le côlon et le rectum constituent la dernière partie du tube digestif. La majorité des cancers colorectaux

Plus en détail

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu

CONDUITE A TENIR DEVANT. «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu CONDUITE A TENIR DEVANT «Une grosse jambe rouge» Dr Stéphanie ANDRE Service des Urgences, Hôpital Cochin-Hôtel Dieu MOTIF DE RECOURS Grosse jambe rouge Fièvre Douleur du membre inférieur Altération de

Plus en détail

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES

INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES INFECTIONS URINAIRES COMMUNAUTAIRES 1 Définitions Infections pouvant atteindre tous les segments de l arbre urinaire Gravité variable: de la simple cystite à l urosepsis. 2 Définitions Forme simple ou

Plus en détail

Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS

Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS Item 157 (Item 93) Infections urinaires de l enfant et de l adulte. Leucocyturie EVALUATIONS 2014 1 QUESTION 1/5 : Concernant les pyélonéphrites aiguës : A - Elles peuvent mettre en jeu le pronostic vital

Plus en détail

Dossier 1. 1) Décrivez les anomalies observées sur la figure a. 2) Quel diagnostic suspectez vous? Sur quels arguments?

Dossier 1. 1) Décrivez les anomalies observées sur la figure a. 2) Quel diagnostic suspectez vous? Sur quels arguments? Dossier 1 Un patient de 32 ans, en état de précarité, est admis pour toux chronique dans un contexte de perte de poids récente. Son principal antécédent connu est une intoxication alcoolique. La radiographie

Plus en détail

Epidémie à Burkholdéria pseudo mallei : Tragédie en 5 actes

Epidémie à Burkholdéria pseudo mallei : Tragédie en 5 actes Epidémie à Burkholdéria pseudo mallei : Tragédie en 5 actes Dr Nathalie LUGAGNE DELPON Chef de Service Gestion du risque infectieux CHR Félix Guyon Journée de gestion des risques cliniques / Octobre 2011

Plus en détail

INFECTIONS GENITALES CHEZ L HOMME

INFECTIONS GENITALES CHEZ L HOMME INFECTIONS GENITALES CHEZ L HOMME P. MASSIP Janvier 2002 1 L ORCHI-EPIDIDYMITE L infection des testicules et/ou de l épididyme se rencontre à l occasion d une maladie sexuellement transmissible ou plus

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DE LA LEGIONELLOSE EN PRATIQUE DE VILLE Dr Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat - Claude Bernard, Paris Mon domaine de compétence habituelle appartient plus à la pratique hospitalière

Plus en détail

Tularémie : diagnostic et traitement. A. Mebazaa Service de Dermatologie Hôpital La Rabta- Tunis- Tunisie

Tularémie : diagnostic et traitement. A. Mebazaa Service de Dermatologie Hôpital La Rabta- Tunis- Tunisie Tularémie : diagnostic et traitement A. Mebazaa Service de Dermatologie Hôpital La Rabta- Tunis- Tunisie CAS CLINIQUE - Homme - 28 ans - ATCD :0 - Métier : Médecin - Séjour de 15 jours en Amérique du sud

Plus en détail

Dr Righini Christian Adrien

Dr Righini Christian Adrien Infections naso-sinusiennes de l adulte et de l enfant CAT devant une obstruction nasale Dr Righini Christian Adrien Clinique ORL Pôle TCCR CHU de Grenoble CRighini@chu-grenoble.fr Question 1 Quel sinus

Plus en détail

Un homme, un pic, 3 possibilités...

Un homme, un pic, 3 possibilités... Un homme, un pic, 3 possibilités... Symposium, 17.10.2015 Dr Bauwens Déborah, Hématologue 1. Définition Plasmocytes malins dans la moelle osseuse (> 10%). Les cellules myélomateuses sécrètent une proteine

Plus en détail

Un chat à vous couper le souffle.

Un chat à vous couper le souffle. Un chat à vous couper le souffle. Quizz en Infectiologie Hentzien M, Robbins A, Bani-Sadr F 1 M.O 66 ans ATCD : Anévrysme Aorte Abdominale, prothèse aorto-bi-iliaque en 2010 Tabagisme AIT en 2009 UGD hémorragique

Plus en détail

DOSSIER UNIQUE D ADMISSION EN UNITE DE SOINS PALLIATIFS

DOSSIER UNIQUE D ADMISSION EN UNITE DE SOINS PALLIATIFS DOSSIER UNIQUE D ADMISSION EN UNITE DE SOINS PALLIATIFS Date de la demande : Date d entrée souhaitée : DEMANDEUR Centre hospitalier : Service :. Médecin demandeur : : Fax : Assistante sociale : : Fax :

Plus en détail

Facteurs favorisant la survenue d une infection urinaire :

Facteurs favorisant la survenue d une infection urinaire : Page 1 de 5 CYSTITE AIGUË SIMPLE 1. DÉFINITIONS Par cystite aiguë simple on entend une infection aiguë de la vessie, non ascendante touchant les femmes adultes immunocompétentes, non enceintes, sans antécédents

Plus en détail

Nutrition - dénutrition du concept à l assiette

Nutrition - dénutrition du concept à l assiette 2 ème Journée Universitaire de Médecine d Auvergne Générale Nutrition - dénutrition du concept à l assiette Dr Gilles Tanguy chargé d enseignement Dénutrition protéino-énergétique de la PA Les concepts

Plus en détail

Pneumocystose (Evaluations)

Pneumocystose (Evaluations) Pneumocystose (Evaluations) Date de création du document 2008-2009 QCM QUESTION 1/4 : Parmi les propositions suivantes concernant la pneumocystose, la ou lesquelles sont vraies? A - La pneumocystose se

Plus en détail

Dr PILMIS Benoit (SAU Cochin) MÉNINGITES BACTÉRIENNES

Dr PILMIS Benoit (SAU Cochin) MÉNINGITES BACTÉRIENNES Dr PILMIS Benoit (SAU Cochin) MÉNINGITES BACTÉRIENNES DOGME Signes infectieux + purpura avec au moins 1 élément nécrotique ou ecchymotique d une taille > 3 mm 1 ère dose d ATB active sur le méningocoque

Plus en détail

IDENTITE Nom... Nom de jeune fille... Prénom... Né(e) le... A... Adresse...T... N SS et adresse du centre. 100% pour quelles pathologies?...

IDENTITE Nom... Nom de jeune fille... Prénom... Né(e) le... A... Adresse...T... N SS et adresse du centre. 100% pour quelles pathologies?... RENSEIIGNEMENTTS MEDIICAUX A REMPLIR PAR LE MEDECIN TRAITANT IDENTITE Nom.... Nom de jeune fille... Prénom... Né(e) le... A... Adresse......T......... N SS et adresse du centre 100% pour quelles pathologies?...

Plus en détail

Ebola dans la pratique. Se préparer en 10 étapes

Ebola dans la pratique. Se préparer en 10 étapes Ebola dans la pratique Se préparer en 10 étapes 1 1. Qu est-ce que la fièvre Ebola? Ebola est un virus filiforme qui se rencontre en Afrique sub-saharienne Hôte naturel = animaux sauvages P. ex. chauves-souris,

Plus en détail

La fybromyalgie. L acupuncture peut vous aider. Qu est-ce?

La fybromyalgie. L acupuncture peut vous aider. Qu est-ce? La fybromyalgie L acupuncture peut vous aider Qu est-ce? La fibromyalgie est une affection commune et chronique, charactérisée par des douleurs musculaires affectant le corps entier, souvent accompagné

Plus en détail

Cas clinique ORL n 2

Cas clinique ORL n 2 Cas clinique ORL n 2 Mme B. âgée de 37 ans consulte pour de violentes douleurs de la région sous orbitaire droite majorées lorsqu elle penche la tête en avant. Ces douleurs durent depuis 12 heures environ

Plus en détail

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans)

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans) La drépanocytose Sikkelcelziekte (Frans) Qu est-ce que la drépanocytose? La drépanocytose est une maladie causée par un changement héréditaire du pigment rouge dans les globules rouges : l hémoglobine.

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

VOLUME 2 Aspects cliniques

VOLUME 2 Aspects cliniques VOLUME 2 Aspects cliniques Chapitre 3 Les maladies infectieuses Les maladies infectieuses 198 Les maladies infectieuses W. Michielsen, R. Peleman Les personnes âgées sont plus susceptibles aux infections

Plus en détail

Antibiothérapie parentérale à domicile. Dr Emmanuel Forestier Service de Maladies infectieuses Centre Hospitalier de Chambéry

Antibiothérapie parentérale à domicile. Dr Emmanuel Forestier Service de Maladies infectieuses Centre Hospitalier de Chambéry Antibiothérapie parentérale à domicile Dr Emmanuel Forestier Service de Maladies infectieuses Centre Hospitalier de Chambéry 1 Une pratique de plus en plus fréquente Intérêt économique Impact de la T2A

Plus en détail

Procé duré sur lé suivi dés contacts d'un patiént attéint d'uné fié vré hé morragiqué viralé

Procé duré sur lé suivi dés contacts d'un patiént attéint d'uné fié vré hé morragiqué viralé Procé duré sur lé suivi dés contacts d'un patiént attéint d'uné fié vré hé morragiqué viralé Validé par le RMG le 18 / 12 / 2014 Table des matières Table des matières...2 Objectif...3 Rédaction d une liste

Plus en détail

L : 76 : : : 13,5 : 88 ; : 22 : 72%, : 22%, : 6%. : : + 40,2 C,

L : 76 : : : 13,5 : 88 ; : 22 : 72%, : 22%, : 6%. : : + 40,2 C, Cas clinique n 1 Une jeune femme de 28 ans, héroïnomane avérée, est hospitalisée pour bilan, en raison d une toux tenace avec expectorations, céphalées rebelles, lésions de la peau, vomissements et diarrhées.

Plus en détail

RÉSULTATS DES INDICATEURS NATIONAUX

RÉSULTATS DES INDICATEURS NATIONAUX Indicateurs de «Lutte contre les infections nosocomiales» 2013 2014 Prévention des infections nosocomiales Indicateur composite des activités de lutte contre les infections nosocomiales (ICALIN.2) Cet

Plus en détail

Antibiotiques dans les diarrhées pédiatriques

Antibiotiques dans les diarrhées pédiatriques Antibiotiques dans les diarrhées pédiatriques Limiter les traitements probabilistes Dominique GENDREL Hôpital Necker-Enfants Malades TRAITEMENT ANTIBIOTIQUE des GASTRO-ENTERITES RECOMMANDATIONS ESPID-ESPGHAN,

Plus en détail

La pseudo polyarthrite rhizomélique

La pseudo polyarthrite rhizomélique La pseudo polyarthrite rhizomélique Journée de formation médicale continue Jeudi 29 janvier 2015 Béatrice Bouvard Conflits d intérêts de l orateur en rapport avec le thème de la conférence AUCUN La PPR

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia PRISE EN CHARGE D UN ICTERE A Brams, Viscéralis, Synergia F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia CAS CLINIQUE Monsieur X, âgé de 69 ans, vous consulte pour un ictère associé à une altération de

Plus en détail

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe?

Dossier. Vous suspectez un accident ischémique cérébral. Dans quel territoire artériel pensez-vous qu il se situe? Dossier 1 Il est 10 h 00 du matin. Une patiente de 42 ans, droitière, vient aux urgences de votre hôpital pour une hémiparésie gauche apparue brutalement. Elle n a pas d antécédent particulier. Depuis

Plus en détail

CAT devant une boiterie de hanche

CAT devant une boiterie de hanche DESC de Chirurgie Pédiatrique Session de mars 2011 - PARIS CAT devant une boiterie de hanche Zaga PEJIN Boiterie Signe clinique Asymétrie du pas Causes plus habituelles : Douleur Raideur articulaire membre

Plus en détail

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin.

Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP. H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Enquête de prévalence 2007 des infections nosocomiales en HAD AP-HP H. Ittah-Desmeulles, B. Migueres, B Silvera, L Denic, M Brodin. Spécificités de L HAD AP HP 820 places, 19 unités de soins, 1 secteur

Plus en détail

1. EXEMPLE DE RESUME : MME DOMINIQUE APPI POUR VOUS MONTRER UN RESUME «IDEAL»

1. EXEMPLE DE RESUME : MME DOMINIQUE APPI POUR VOUS MONTRER UN RESUME «IDEAL» Ces exemples vous montrent différentes façons de résumer une consultation médicale. Les commentaires vous donnent des pistes pour améliorer vos résumés à la prochaine station. Dans la pratique clinique,

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Dr Wissem HACHFI. Sce de Médecine Interne et Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached Sousse

CAS CLINIQUE. Dr Wissem HACHFI. Sce de Médecine Interne et Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached Sousse CAS CLINIQUE Dr Wissem HACHFI Sce de Médecine Interne et Maladies Infectieuses CHU Farhat Hached Sousse Cas clinique - Patient de 70 ans, - Antécédents:. Diabète de type II sous ISL. Prothèse mécanique

Plus en détail

LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT

LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT LA FIEVRE AIGUE DE L ENFANT Introduction (1) Symptôme majeur Angoisse excessive Température = équilibre entre pertes et production de chaleur Fièvre = réponse normale de

Plus en détail

Consommation ATB en 2010

Consommation ATB en 2010 Recommandations de bonnes pratiques en antibiothérapie en EHPAD S. Alfandari CH Tourcoing Mai 2013 Consommation ATB en 2010 Source: ANSM 11/12 Surconsommation des > 65 ans Source: CPAM NPC Des grosses

Plus en détail

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION

AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION AUGMENTATION DE LA VITESSE DE SEDIMENTATION UNE CONDUITE DIAGNOSTIQUE SIMPLE fibrinogène ou CRP protéinogramme 2 causes à retenir syndrome inflammatoire dysglobulinémie monoclonale Conduite à tenir devant

Plus en détail

Dossier 1. N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte. N 331 Coma non traumatique chez l adulte et chez l enfant

Dossier 1. N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte. N 331 Coma non traumatique chez l adulte et chez l enfant Dossier 1 N 245 Diabète sucré de types 1 et 2 de l enfant et de l adulte Complications : Diagnostiquer un diabète chez l enfant et l adulte. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise

Plus en détail

Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015. Dr Pierre Abgueguen Infectiologue

Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015. Dr Pierre Abgueguen Infectiologue Réunion de territoire Omédit Pays de la Loire Observatoire des antibiotiques 24 février 2015 Dr Pierre Abgueguen Infectiologue Cas clinique n 1 Cas clinique 1 Femme de 49 ans, mari vétérinaire ATCD médicaux

Plus en détail

Fiche n 2 UE9 : Manifestations de l interaction homme- agent infectieux. Syndrôme infectieux. B- Physiopathologie

Fiche n 2 UE9 : Manifestations de l interaction homme- agent infectieux. Syndrôme infectieux. B- Physiopathologie Fiche n 2 UE9 : Manifestations de l interaction homme- agent infectieux I- Maladie infectieuse- Définition A- Définitions Maladie : Altération de la santé. Syndrôme infectieux Santé : Etat de bien-être

Plus en détail

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur)

Définitions. Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) La fièvre Définitions Définition approximative de fièvre: déréglage du point d équilibre thermique vers le haut (hypothalamus antérieur) Température rectale> 38 Définitions Fièvre aiguë: Depuis moins de

Plus en détail

Infections du sujet âgé: Particularités sémiologiques. DESC Infectieux 19/04/2016 Dr H. Vallet Service de gériatrie GHPS

Infections du sujet âgé: Particularités sémiologiques. DESC Infectieux 19/04/2016 Dr H. Vallet Service de gériatrie GHPS Infections du sujet âgé: Particularités sémiologiques DESC Infectieux 19/04/2016 Dr H. Vallet Service de gériatrie GHPS Plan 1. Généralités 2. Le patient âgé 3. Séméiologie des principales pathologies

Plus en détail

Règles générales ECOS

Règles générales ECOS Règles générales ECOS À l examen de certification, il y aura 10 stations en tout, dont 2 stations de repos. Pour cette pratique, il y aura un total de 6 stations sans repos. Sur la porte de chaque station,

Plus en détail

Nouvelles recommandations de prophylaxie des endocardites infectieuses

Nouvelles recommandations de prophylaxie des endocardites infectieuses Nouvelles recommandations de prophylaxie des endocardites infectieuses Faut il les suivre à la lettre? Thanh Doco-Lecompte Maladies Infectieuses et tropicales CHU Nancy Evolution des indications d antibioprophylaxie

Plus en détail

Modifications de l écologie microbienne

Modifications de l écologie microbienne Modifications de l écologie microbienne Adaptation de l antibiothérapie et des recommandations vaccinales Dr J. Sarlangue Hôpital des Enfants -Bordeaux la résistance bactérienne aux antibiotiques concerne

Plus en détail

Prise en charge des méningites bactériennes communautaires

Prise en charge des méningites bactériennes communautaires Prise en charge des méningites bactériennes communautaires Table des matières Description du cas clinique Méningite bactérienne 4 Exercice : Quelle est la conduite à tenir? 5 Exercice : Examen biologique

Plus en détail

Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et votre corps la vit plus sereinement.

Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et votre corps la vit plus sereinement. Le troisième mois Voir aussi : La déclaration de grossesse Le choix de la maternité Échographie : Video d un coeur à 14 SA Votre corps Au troisième mois, vous avez pris conscience de votre grossesse et

Plus en détail