RESUME DE L ETUDE RELATIVE A LA PROMOTION DE LA GARANTIE HYPOTHECAIRE DANS LES PAYS DE L UEMOA Desjardins Développement International, Décembre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RESUME DE L ETUDE RELATIVE A LA PROMOTION DE LA GARANTIE HYPOTHECAIRE DANS LES PAYS DE L UEMOA Desjardins Développement International, Décembre 2012 1"

Transcription

1 RESUME DE L ETUDE RELATIVE A LA PROMOTION DE LA GARANTIE HYPOTHECAIRE DANS LES PAYS DE L UEMOA Desjardins Développement International, Décembre Le présent résumé, tout en donnant un très bon aperçu d ensemble de la recherche effectuée par DID ne peut dispenser d une lecture complète du rapport car il ne peut ici être fait état de maintes nuances importantes pour saisir la portée et les exigences des recomandations, surtout au niveau juridique.

2 PROBLÉMATIQUE L accès au crédit en général et au crédit hypothécaire en particulier est difficile dans les pays de l UEMOA, tant en raison des difficultés de mobilisation de ressources longues des institutions bancaires que d un certain nombre d obstacles non financiers notamment: Rareté et difficultés d obtention des pleins titres de propriété ; Réticences des emprunteurs à payer des frais de notaire, frais de publication et autres taxes pour constituer une hypothèque sur ces titres administratifs ; Absence d harmonisation des systèmes et codes fonciers dans chaque pays de L UEMOA. L étude réalisée par la BCEAO ( ) va dans le même sens et montre que le crédit à l habitat ne représente que 1,5 à 2% du produit intérieur brut pour l espace UEMOA, elle indique également que la valeur des crédits bancaires spécifiquement consacrés à l habitation (probablement des crédits adossés à des hypothèques sis sur plein droit de propriété) est fort limitée et que le nombre de logements financés de cette manière même en faisant l hypothèse très conservatrice d un crédit moyen de 10 M FCFA par logement est infime par rapport à la taille de la population de la région. Ce manque d attractivité des Institutions bancaires pour les crédits immobiliers résulte encore du fait que la marge bancaire est considérée comme insuffisante par la plupart des banques, qui ont tendance à faire le parallèle avec les marges qu elles dégagent sur des opérations de court terme avec des taux de sortie plus intéressants et un coût de ressources plus faible. En bref, il s avère beaucoup plus lucratif et moins risqué pour les banques de faire des prêts pour voiture, consommation, cartes de crédit et autres ce qui est traduit dans le tableau ci-dessous indiqué Coût des capitaux empruntés 2.4% 2.6% 2.5% 2.9% Marge globale 7.5% 8.0% 7.6% 8.0% Marge-crédits habitation 7.0% 5.7% 6.7% 6.2% Marge-crédits aux particuliers 8.9% 8.7% 8.8% 8.0% 2

3 Marge-crédits > 5 ans <= 10ans 6.8% 6.5% 6.6% 6.0% Marge-crédits de durée > à 10ans 3.3% 3.2% 5.0% 3.6% Source : BCEAO, Rapport conditions de banque et rapport de la commission bancaire de l UEMOA Selon Bertrand Renaud «les villes sont bâties comme elles sont financées», l accès facile aux crédits à l habitat est le soubassement de développement des grandes villes et son refus ralentit les activités économiques. Il s avère donc nécessaire pour l espace UEMOA de mettre en place aussi bien dans le domaine financier que dans les domaines fiscal et foncier, de nouveaux instruments pour promouvoir le crédit hypothécaire, tout en garantissant son remboursement. C est dans ce cadre que le Consultant DID qui a porté l étude financée par la BOAD, le CREPMF et la BCEAO sur la promotion de la Garantie Hypothécaire dans les pays de l UEMOA a proposé 5 différentes options pour y arriver. L option 1 propose une caution adossée à une hypothèque judiciaire non constituée. L option 2 propose une caution adossée à une hypothèque conventionnelle non inscrite. L option 3 propose un rehaussement de la couverture proposée par l option 1 par une garantie financière de remboursement partiel de la perte finale en cas d insuffisance du produit de la réalisation de l hypothèque judicaire. L option 4 propose un rehaussement de la couverture proposée par l option 2 par une garantie financière de remboursement partiel de la perte finale en cas d insuffisance du produit de la réalisation de l hypothèque conventionnelle. L option 5 propose une gestion des créances à l amiable (cette option s ajoutant à l une ou l autre des 4 précédentes). 3

4 CONSIDERATIONS REGLEMENTAIRES DE LA MISE EN OEUVRE DES CAUTIONS, FONDS DE GARANTIE ET ASSURANCE DANS LES PAYS DE L UEMOA SOCIETES D ASSURANCE IARD ETABLISSEMENT FINANCIER/BANQUE Références Juridiques - Code CIMA 2 - Art.328 de la branche IARD, activité 15 - Loi bancaire uniforme - Instruction n /2010/RB relative au classement, aux opérations et à la forme juridique des établissements financiers a caractère bancaire Caution - Cautions directes (Activité 15a) - Cautions indirectes (Activité 15b) - Art.3, catégorie 4 : établissement financier de cautionnement et art.7 - Art. 6, al. 2: établissement de crédit ou établissement financier à caractère bancaire; Assurance - Assurance crédit hypothécaire (Activité 14d) Garantie - Art.3, catégorie 4 : établissement financier de cautionnement et art.7; 2 - Conférence interafricaine des Marchés d Assurances 4

5 - Art. 6, al. 2: établissement de crédit ou établissement financier à caractère bancaire; Fome Juridique - Société anonyme d assurance et de capitalisation ; - Société d assurance mutuelle. Capital social - Société anonyme: 1 Milliard et chaque actionnaire doit verser les ¾ de sa participation au capital avant la constitution definitive (art ); - Société d assurance mutuelle (objet non commercial): fonds d établissement au moins égal à 800 Millions FCFA, constitué par un minimum de 500 adhérents dont les cotisations doivent être versées préalablement à la declaration devant notaire de l acte primitive décrivant la société mutuelle pour acceptation par assemblée constitutive (art et ). Réserve légale - Sociétés anonymes à capital fixe - Sociétés coopératives ou mutualiste à capital - Capital social de 3 Milliards FCFA (établissement financier) - Capital social de 10 Milliards FCFA (établissement de credit) Constitution d une réserve égale à 15% du résultat net d exercice pour renforcer les fonds propres Impact de la garantie sur la règlementation des banques clients de l organisme de Objectif général: Conformément aux Accords de Bâle, la BCEAO intègrerait les garanties régies par la CIMA dans ses calculs de capital règlementaire. Objectif général: Convaincre la BCEAO que la Caution a une force égale ou équivalente à l hypothèque. 5

6 garantie Objectif spécifique: Obtenir une pondération de: - 50% des crédits où l organisme garantit la livraison d une hypothèque (option 1 ou option 2); - 20% des crédits où l organisme garantit un rehaussement de crédit en plus de la livraison d une hypothèque, (option 3 et option 4); Objectif spécifique: - Obtenir une pondération de 50% des crédits hypothécaires; - Obtenir une pondération de 20% des risques avec un rehaussement de valeur importante, comme égale à celle d un surdimentionnement de 20%; - Différer le provisionnement pour deux ans quand la créance est en défaut; - Inclure 35% des crédits hypothécaires dans les actifs mobilisables, donc liquides, aux fins du calcul du ratio de liquidité (nécéssité de l accord formel de la BCEAO). 6

7 CONSIDERATIONS JURIDIQUES DE LA MISE EN OEUVRE DES CAUTIONS, FONDS DE GARANTIE ET ASSURANCE DANS LES PAYS DE L UEMOA Formalisation du Crédit Vs Gestion des Risques Les sûretés négatives Recours du Créancier et/ou de la caution Principes: - Les établissements financiers font du crédit de manière prudent et à un prix qui permet de gérer les risques sans toutefois pratiquer les règles de l art en matière de sûreté; - Le créancier gère le risque de perdre ses droits sur la propriété dans l éventualité d un sinistre; - Approche éloignée des règles de l art des méthodes bancaires modernes les plus usuelles même en présence des sûretés négatives (on rappelera toutefois que plus de la moitié des crédits immobiliers en France sont attribués sur la base d une caution et non d une hypothèque). Principes: - Elles ne sont juridiquement pas des sûretés et ne sont qu un moyen de protéger l assiette du droit de gage général que constitue les biens du débiteur pour ses créanciers ou des moyens d en surveiller l évolution ; - Le créancier accepte de prêter et de ne prendre aucune garantie ou encore de diminuer les garanties en contre partie d engagements du débiteur; Par exemple, le débiteur accepte de ne pas disposer de certains biens, de ne pas contracter d autres dettes, de ne pas changer la destination des biens, de ne pas louer l immeuble sans l autorisation du créancier et de respecter tout engagement restreignant sa liberté d action, etc;. - Limites: - Tout créancier ou même le débiteur peut poser - Possibilité qu un ménage ne puisse rembourser sa créance et qu une relation problématique s installe entre le créacier et le débiteur; - Le créancier devra pouvoir accéder à la propriété pour laquelle le crédit a été accordé, lui permettant de le vendre et de récupérer son capital en tout ou partie; - L organisme de garantie (caution). devra rentabiliser ses operations de garantie en ayant accès au produit de 7

8 Objectif: - Renforcer les sûretés négatives ; - Faciliter au niveau des établissements financiers, un processus de recherche où il serait possible de vérifier que l octroi d un nouveau crédit ne serait pas en conflit avec une créance antérieure qui n a pas encore été totalement remboursée; - Un bon montage de gestion des risques pourrait remplacer les méthodes sûres mais trop coûteuses, du moins en attendant la mise en oeuvre de réformes en profondeur, en vue d élargir l accès au crédit à l habitat pour le plus grand nombre de ménages. des actes ayant l effet de rendre inefficaces les obligations contactées; - La banque ne peut légalement empêcher le débiteur de vendre son immeuble ou de l hypothéquer; - Aucune possibilité d annuler la vente de l immeuble ou l hypothèque consentie sur l immeuble en contravention de l engagement; - Règlementation des conditions de prêt. la vente de la propriété pour laquelle une garantie a été accordée sur le crédit 8

9 ASPECTS JURIDIQUES ET REGLEMENTAIRES DES OPTIONS ENVISAGEES ASPECTS JURIDIQUES ASPECTS REGLEMENTAIRES OPTION 1 Garantie financière, suivie d une hypothèque judiciaire - Le crédit doit reposer sur un droit réel immobilier présent ou futur ; - Pas d hypothèque conventionnelle pour garantir les crédits à l habitat; - Mise en place d une garantie externe (Caution directe ou indirect, Assurance Crédit Hypothécaire qui garantit le dit crédit ; - En cas de survenance d un défaut, solicitation d une hypothèque judiciaire provisoire ou son maintien au final ou d une hypothèque judiciaire finale. Conclusion du consultant: Selon les avis obtenus et malgré l information incomplète et souvent contradictoire, l option est accessible à priori pour la quasi totalité des pays, sous reserve des spécificités nationales (les infos sur Guinée Bissau et le Togo ne sont pas disponibles). Nécessité de déterminer la solution la plus adéquate pour chaque pays en fonction de la prime à payer et des risques à assumer. - La BCEAO et la Commission Bancaire de l UMOA devront confirmer que le montage proposé peut-être assimilé à une situation où l hypothèque est disponible dès l octroi du crédit; - Conséquence d une telle confirmation, les banques pourront: pondérer à 50% des crédits concernés, différer le provisionnement pour deux (02) ans; Inclure 35% des crédits hypothécaires parmi les actifs mobilisables donc liquides. 9

10 OPTION 2 Acte hypothécaire conventionnel signé, mais non inscrit au domaine - Mise en place d une hypothèque conventionnelle pour garantir les crédits à l habitat; - Non inscription de l hypothèque conventionnelle ; - Mise en place d une caution externe qui garantit ledit crédit ; - En cas de survenance d un défaut du créancier, inscription de l hypothèque conventionnelle et mise en jeu si nécessaire. Conclusion du consultant: Selon les avis obtenus et malgré l information incomplète et souvent contradictoire, l option est accessible à priori pour la quasi totalité des pays, sous réserve des spécificités nationales (les infos sur Guinée Bissau et le Togo ne sont pas disponibles). Nécessité de déterminer la solution la plus adéquate pour chaque pays en fonction de la prime à payer et des risques à assumer. Idem avec l option 1 OPTION 3 Garantie financière rehaussée à 120% du crédit, suivie d une hypothèque judiciaire en - Pas d hypothèque conventionnelle pour garantir les crédits à l habitat; - Mise en place d une garantie externe (Caution directe ou indirect, Assurance Crédit Hypothécaire qui garantit le dit crédit ; - Présence d une garantie financière rehaussée à 120% ; - Mise en place d une caution externe qui garantit ledit crédit ; - En cas de survenance d un défaut, solicitation d une - La BCEAO et la Commission Bancaire de l UMOA devront confirmer que le montage proposé peut-être assimilé à une situation où l hypothèque est disponible dès l octroi du crédit; - Conséquence d une telle confirmation, les banques pourront bénéficier d un calcul du capital règlementaire qui leur serait favorable et mettrait en place une pondération réduite des credits à hypothécaires : pondérer à 50% des crédits concernés ; différer le provisionnement pour deux (02) ans; 10

11 cas de sinistre hypothèque judiciaire provisoire ou finale. inclure 35% des crédits hypothécaires parmi les actifs mobilisables donc liquides. OPTION 4 En presence d une hypothèque conventionnelle non inscrite, la garantie financière rehaussée à 120% du crédit - IDEM À L OPTION 2 - Mise en place d une hypothèque conventionnelle non inscrite pour garantir les crédits à l habitat; - Non inscription de l hypothèque conventionnelle ; - Présence d une garantie financière rehausée à 120% ; - Mise en place d une caution externe qui garantit ledit crédit - En cas de survenance d un défaut du créancier, inscription de l hypothèque conventionnelle et mise en jeu si nécessaire. - La BCEAO et la Commission Bancaire de l UEMOA devront confirmer que le montage proposé peut-être assimilé à une situation où l hypothèque est disponible dès l octroi du crédit; - Conséquence d une telle confirmation, les banques pourront bénéficier d un calcul du capital règlementaire qui leur serait favorable et mettrait en place une pondération réduite des crédits à hypothécaires : pondérer à 20% des crédits concernés, différer le provisionnement pour deux (02) ans; inclure 35% des crédits hypothécaires parmi les actifs mobilisables donc liquides. OPTION 5 Bonnes Pratiques Dans le cadre de la mise en œuvre des différentes options, il est possible d y associer des mesures de bonnes pratiques. Ainsi, en cas de sinistre, peut être mise en place une gestion amiable voire amicale des difficultés dans laquelle les deux parties (banque et emprunteur) s entendent pour une vente aux meilleures conditions possibles permettant à chaque partie de tirer le meilleur prix de la vente ou de limiter le mieux possible la perte. Le client coopère avec la banque pour la vente aux meilleures conditions et la banque lui offre des incitatifs financiers sous la forme de restitution d une partie des primes payées par lui pour le bénéfice de la caution. 11

12 ASPECTS FINANCIERS ET OPERATIONNELS DES DES OPTIONS ENVISAGEES NOTES CONCLUSION OPTION 1 Garantie financière, suivie d une hypothèque judiciaire en cas de sinsitre du débiteur Dans l Option 1, la mise en place du prêt est faite avec une caution sur la base d un droit immobilier réel présent ou futur mais sans hypothèque. C est seulement en cas de difficultés qu une hypothèque judiciaire est constituée pour la réalisation de l immeuble en vue d un remboursement partiel ou total du crédit. Les frais (financiers, judiciaires et autres charges) de constitution et d obtention de cette hypothèque sont remboursés à la banque par la caution. Sur la base d hypothèses (qui pourront être ajustées en fonction des spécificités des coûs ou charges de chaque pays et plus tard sur la base des premières expériences du projet de démonstration), le Consultant a estimé le coût de la caution à 3.5% du montant du crédit alors que le coût de constitution d une hypothèque conventionnelle et sa publication est estimé à 10% du montant du crédit. Ainsi l option 1 permettrait à l emprunteur de réaliser une économie de 6.5% du montant du crédit (soit 10% - 3.5%). OPTION 2 Acte hypothécaire conventionnel signé, mais non inscrit au domaine Pour l option 2, la propriété objet du crédit fait l objet d une hypothèque conventionnelle par acte notarié enregistré mais non inscrit. L emprunteur paie lors de la mise en place du crédit, des frais et prime de mise en place d une caution en substitution de l inscription hypothécaire qui n est pas faite. Cette caution reste en place jusqu au remboursement complet du crédit s il n y a pas de difficultés. C est seulement en cas de difficultés que la banque procède à l inscription hypothécaire pour passer à la Ici également et sur la base de ses hypothèses (qui pourront être ajustées en fonction des spécificités des coûts ou charges de chaque pays et plus tard sur la base des premières expériences du projet de démonstration), le Consultant estime la prime à payer pour bénéficier de la caution à 2% du montant du crédit. Ainsi, en faisant payer une prime de 2% du montant du crédit plus les frais de préparation de l acte hypothécaire, la banque pourra, sans procéder à l inscription de l hypothèque conventionnelle (dont le coût est estimé à 10% du crédit), bénéficier des avantages équivalents. 12

13 OPTION 3 Garantie financière rehaussée à 120% du crédit, suivie d une hypothèque judiciaire en cas de sinistre en cas du débiteur réalisation de la garantie. Et dans ce cas, l organisme de caution rembourse à la banque les frais d inscription de l hypothèque conventionnelle. L option 3 est une variante de l option 1 qui garantit en plus du remboursement par la caution à la banque des frais de constitution et d obtention de l hypothèque judiciaire, le remboursement d une fraction de la perte finale si à la vente de l immeuble, il s avérait que le prix obtenu était inférieur au capital restant dû du crédit augmenté des frais juridiques et connexes liés à cette vente. Pour le client l économie de l option 2 ressort à 8% du montant du crédit (soit 10%-2%). Ainsi, si le produit de la vente de l immeuble est inférieur à 70% du CRD du prêt (donc une perte potentielle de 30% du CRD), l organisme de caution versera à la Banque 75% de cette perte soit environ 22.5% du Capital Restant Dû (CRD) ou encore (75%*(30%CRD)). La perte maximale potentielle est de 7.5% du CRD pour le prêteur sur la première tranche de 30% du crédit. OPTION 4 En presence d une hypothèque conventionnelle non inscrite, la garantie financière rehaussée à 120% du crédit C est une variante de l option 2 qui garantit en plus du remboursement par la caution à la banque des frais d inscription et de publication de l hypothèque conventionnelle, le remboursement d une fraction de la perte finale si, à la vente de l immeuble, il s avérait que le prix obtenu était inférieur au capital restant dû du crédit augmenté des frais juridiques et connexes liés à cette vente. Ainsi, si le produit de la vente de l immeuble est inférieur à 70% du CRD du prêt (donc une perte potentielle de 30% du Capital Restant Dû (CRD), l organisme de caution versera à la Banque 75% de cette perte soit environ 22.5% du CRD ou encore (75%*(30%CRD)). La perte maximale potentielle est de 7.5% du CRD pour le prêteur sur la première tranche de 30% du crédit. 13

14 LE TABLEAU EN ANNEXE DONNE UNE VUE SYNOPTIQUE DES MODALITES, COUTS, AVANTAGE ET CONDITIONS DE MISE EN ŒUVRE DES DIFFERENTES OPTIONS PREVUES Option 1 Option 2 Option 3 Option 4 Situations de mise en place des options Existence de droits réels immobiliers présents ou futurs mais pas d hypothèque Existence de droits réels immobiliers présent ou futurs et hypothèque conventionnelle non inscrite Existence de droits réels immobiliers présents ou futurs mais pas d hypothèque Existence de droits réels immobiliers présents ou futurs et hypothèque conventionnelle non inscrite Coût de la prime à payer à la caution 3.5% du prêt 2% du prêt (3.5% + p 1 ) x montant du prêt: P 1 est le coût du rehaussement qui ser déterminé en fonction de 2% + p 2 ) x montant du prêt P 2 est le coût du rehaussement qui pourra être déterminé en fonction de travaux actuariels futurs non 14

15 travaux actuariels futurs non inclus dans le mandat confié au consultant. inclus dans le mandat confié au consultant. Pas d incident, crédit se remboursant normalement Pas besoin de constituer une hypothèque judiciaire. La caution ou l assurance reste en place jusqu au remboursement intégral du crédit. Pas besoin de publier une hypothèque conventionnelle. La caution ou l assurance idem reste en place jusqu au remboursement intégral du crédit. Pas besoin de constituer une hypothèque judiciaire. La caution ou l assurance reste en place jusqu au remboursement intégral du crédit. Pas besoin de publier une hypothèque conventionnelle. La caution ou l assurance reste en place jusqu au remboursement intégral du crédit. La banque essaye tous moyens de régularisation envisageables (rappel, relance, sommation etc.) La banque essaye tous moyens de régularisation envisageables (rappel, relance, sommation etc.) La banque essaye tous moyens de régularisation envisageables (rappel, relance, sommation etc.) La banque essaye tous moyens de régularisation envisageables (rappel, relance, sommation etc.) Crédit en difficultés (succession des évènements) Constitution et inscription d une hypothèque judiciaire Inscription publication l hypothèque conventionnelle ou de Constitution d une hypothèque judiciaire Inscription et publication de l hypothèque conventionnelle Gestion à l amiable du conflit et à défaut réalisation de la garantie (vente de la propriété par Gestion à l amiable du conflit et à défaut réalisation de la garantie (vente de la propriété par la Gestion à l amiable du conflit et à défaut réalisation de la garantie (vente de la propriété par Gestion à l amiable du conflit et à défaut réalisation de la garantie (vente de la propriété par la 15

16 la banque) banque) la banque) banque) Remboursement par l organisme de Caution des frais de Constitution et d inscription de l hypothèque judiciaire et autres frais juridiques et autres liés à la vente de l immeuble. Remboursement par l organisme de Caution des frais d inscription ou de publication de l hypothèque conventionnelle et autres frais juridiques et autres liés à la vente de l immeuble. Remboursement par l organisme de Caution des frais de Constitution de l hypothèque judiciaire et autres frais juridiques et autres liés à la vente de l immeuble Remboursement par l organisme de Caution des frais d inscription et publication de l hypothèque conventionnelle et autres frais juridiques de la vente de l immeuble Remboursement partiel de la perte finale si le produit de la vente < 70% du Capital Restant Dû (CRD) du prêt. Montant remboursé : environ 22.5% du CRD Remboursement partiel de la perte finale si le produit de la vente < 70% du Capital Restant Dû (CRD du prêt. Montant remboursé : environ 22.5% du CRD Principaux avantages pour la banque bénéficiaire de la Caution ou de l Assurance (Sous réserve que la - Sur le plan financier : Remboursement des frais de constitution et d inscription de l hypothèque judiciaire ou d inscription d hypothèque conventionnelle. - Sur le plan opérationnel : Avantages dus : fait de ne pas avoir à subir Mêmes avantages que pour les options 1 & 2 Avec en plus sur le plan financier la garantie de récupérer une partie (environ 22.5% du CRD) de la perte finale que la banque aurait subie si elle ne bénéficiait pas de ce rehaussement de crédit 16

17 BCEAO accepte que la caution est assimilable et aussi valable que l hypothèque) systématiquement les lenteurs et lourdeurs administratives observées pour procédure de prise d hypothèque pour tous les crédits hypothécaires, la procédure n étant poursuivie que pour les seuls prêts en difficulté. En éliminant ces démarches administratives auxquelles l emprunteur type est très réfractaire (coûts élevés, délais fastidieux), il est prévu une hausse significative de la demande de crédit bancaire pour acquisition ou achèvement de maison. - Sur le plan réglementaire : 1- pondération des crédits concernés à 50% ; 2- possibilité de différer le provisionnement en cas de difficultés pour 2 ans ; 3- prise en compte à hauteur de 35% des crédits cautionnés pour le calcul du ratio de liquidité ; 4- octroyer un volume plus important de crédits hypothécaires avec avantage sur le PNB et autres possibilité de crédits associés. Principaux avantages pour le client emprunteur Le client bénéficie d un crédit hypothécaire sans avoir à payer les frais et subir les tracasseries de constitution et d inscription d une hypothèque. L économie financière est de 6.5% à 8% du montant du crédit respectivement pour option 1 & 2 Économie financière moindre due à la prime de rehaussement du crédit, mais possibilité d avoir un volume de crédit plus important en raison justement de ce rehaussement du crédit 17

18 1- mise en place d un cadre d analyse rigoureux des titres administratifs conférant un droit réel de propriété et susceptibles d hypothèque pour éviter tous blocages si la constitution d hypothèque s avérait nécessaire dans la vie du crédit. Implication des notaires, de l administration foncière, des banques etc pour bien définir ce cadre et bien l expliquer; Aspects Opérationnels de l octroi des garanties 2- bonne coordination entre les banques offrant des crédits à l habitat et les organismes d Assurance/Caution impliquant une bonne compréhension des critères d éligibilité au bénéfice et au maintien de la caution; 3- mise en place d un mécanisme de suivi rigoureux des banques bénéficiaires des cautions ou assurances ; 4- etc. 18

19 TABLEAU COMPARATIF DU PROCESSUS HYPOTHECAIRE DANS LES PAYS DE L UEMOA 3 Titres administratifs d occupation pouvant conduire au titre foncier Droits reels immobiliers suseptibles d hypothèques Hypotheque Notarié/Sous seing privé Durée de l inscription Exigence d inscription dans un délai donné BENIN - Permis d occuper - Permis d habiter - Droit de propriété (art du 14 août 1965 portant régime de la propriété foncière); Acte authentique ou sous seing privé (sous signature privé) avec modèle agréé par la conservation foncière (art.40 de la loi du 14 août 1965 portant régime de la propriété foncière) - 30 ans maxi (Acte uniforme) - Prescription d un délai pour effectuer l inscription de l hypothèque: non. - Prescription d un délai pour enregistrer l acte hypothécaire : oui dans le mois suivant la passation de l acte. - Défaut d enregistrement de l acte: pénalité de 20% du montant dû pour l enregistrement de l acte, pour chaque année de retard. - Arrêté d affectation - Droit de propriété; - Acte authentique - 10 ans - 2 mois à compter de sa 3 On notera qu il s agit ici d un résumé qui en ce sens, ne peut représenter toutes les particularités ni les nuances propres à chaque pays. Il ne résume que les seuls éléments identifiés en rubrique laissant les autres points à une lecture complète des annexes pour chaque pays présentées dans le rapport complet produit pa r DID. 19

20 BURKINA FASO - Arrêté de mise à disposition; - Permis d occuper; - Permis Urbain d Habiter (PUH) (droit de superficie que l on peut hypothéquer); - Attestation d Attribution; - Permis d Exploiter; - Bail. (art.51 de la RAF) - Droit de superficie comprenant le PUH; - Usufruit d un immeuble; - Bail emphythéotique pendant le délai de sa validité. (art. 159 de la Loi 014/96/ADP portant reorganisation agraire et foncière modifiée par la loi n /an du 06 mai 2008) (art. 148 de la Loi 014/96/ADP portant reorganisation agraire et foncière modifiée par la loi n /an du 06 mai 2008 et Art. 462 du decret de la RAF - Inscription à renouveller avant le terme; (art du Code civil burkinabè); constitution - Défaut: pénalité égale au montant des droits et taxes foncières dus (art. 162 RAF et 463 décret RAF) CÔTE D IVOIRE - Lettre d attribution (2 ans pour passer à l ACP; - Arrêté de concession Provisoire (ACP) (Selon le juriste consulté, ce serait un droit de superficie) - Droit de propriété - Droit de superficie - Usufruit d un immeuble; - Emphythéose. - Acte authentique (décret n du 16 avril 1964 portant interdiction des actes sous seing privé en matière immobilière) - 30 ans maxi; (art du C. civ) - La recherche ne permet pas de répondre à la question ni de préciser s il y a des pénalités à ne pas publier dans des délais requis, le cas échéant. GUINEE - Concession d occupation - Titre de propriété; - Concession d occupation ( à - Acte authentique - 30 ans maxi; (Acte uniforme) - La pratique en place fait fait état d une possibilité de 20

21 BISSAU ( Pour ce pays, l information est nettement incomplète ou contradictoire et l étude est à parfaire revalider promesses d affectation hypothécaire pour octroyer les crédits et en attendant que les titres de propriété soient delivrés; - Pas de délai pour inscrire ou enregistrer l hypothèque mais perception d une taxe appelée IGV sur les intérêts à payer ou payés, collectée à la banque même par le fiscal. MALI - Permis d occuper (PO); - Concession urbaine d habiter (CUH); - Concession rurale d habiter (CRH); - Lettre d attribution (LA); - Note: le CUH ou CRH constitue un droit de superficie considéré comme un bien meuble de - Droit de propriété - Droit de superficie - Droit d usage; - Droit d habitation - Emphythéose. - Acte authentique - 30 ans maxi; (Acte uniforme) - Prescription d un délai pour effectuer l inscription: non ; 21

22 par la loi et donc non hypothécable. NIGER - Acte de cession immobilière (ACI) - Permis urbain d habiter (PUH); - Arrêté de concession provisoire (ACP); - Attestation d enregistrement au dossier rural. - Droit de propriété; - Droit de superficie - Usufruit d un immeuble; - Emphythéose - Acte authentique - 30 ans maxi; (art. 196 de l Acte uniforme portant organisation des sûretés) - Prescription d un délai pour effectuer l inscription: non. - Délai pour enregistrer l acte d hypothèque au service des impôts : 5000 F CFA dans le mois suivant la conclusion de l acte - Pénalité si défaut d enregistrement : 10,000 F CFA SENEGAL - Permis d habiter - Autorisations d occupation - Autorisations d occuper (Résumé sous le covable de permis d habiter (PH) - Droit de propriété; - Droit d usage et d habitation; - Droit de superficie - Usufruit d un immeuble; - Emphythéose. (art. 19 de la loi n du 30 mars portant régime de la propriété foncière) - Acte authentique - 30 ans maxi; (art. 196 de l Acte uniforme portant organisation des sûretés) - Prescription d un délai pour effectuer l inscription: les juristes consultés n ont pas fait allusion à un délai maximum pendant lequel le notaire doit obligatoirement publier ou enregistrer son hypothèque 22

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES

2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES 2006-04 LA REFORME DU REGIME DES SÛRETES La loi du 26 juillet 2005 pour la confiance et la modernisation de l économie a habilité le gouvernement à réformer le régime des sûretés et les procédures d exécution

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD - Guide pratique GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

DEFIS ET OPPORTUNITES DU SECTEUR FINANCIER DANS LA PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE AU SENEGAL

DEFIS ET OPPORTUNITES DU SECTEUR FINANCIER DANS LA PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE AU SENEGAL Dialogue sur le développement du secteur financier au Sénégal 16 avril 2013, BCEAO-Siège DEFIS ET OPPORTUNITES DU SECTEUR FINANCIER DANS LA PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE AU SENEGAL Présentation :

Plus en détail

Octobre 2011. Directives concernant l examen, l évaluation et le traitement des crédits garantis par gage immobilier

Octobre 2011. Directives concernant l examen, l évaluation et le traitement des crédits garantis par gage immobilier Octobre 2011 Directives concernant l examen, l évaluation et le traitement des crédits garantis par gage immobilier Sommaire Préambule... 2 1. Principes régissant l élaboration de règlements internes par

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. des opérateurs privés. Edition 2015. Guide pratique - BOAD 1 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE. des opérateurs privés. Edition 2015. Guide pratique - BOAD 1 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2015 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT Guide pratique - BOAD 1 GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

SYNTHESE EMPRUNT OBLIGATAIRE CRRH-UEMOA 6% 2013-2023

SYNTHESE EMPRUNT OBLIGATAIRE CRRH-UEMOA 6% 2013-2023 SYNTHESE EMPRUNT OBLIGATAIRE CRRH-UEMOA 6% 2013-2023 2013 I- Historique La CRRH-UEMOA est l un des fruits de la coopération engagée en 2005 par la Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest (BCEAO),

Plus en détail

Institutions de dépôts - Recueil d instructions Relevé des prêts (nouveaux et existants) (A4)

Institutions de dépôts - Recueil d instructions Relevé des prêts (nouveaux et existants) (A4) RELEVÉ DES PRÊTS (NOUVEAUX ET EXISTANTS) OBJET Le présent relevé a pour objet de fournir de l information sur les taux d intérêt imputés et les fonds avancés à l égard des nouveaux prêts comptabilisés

Plus en détail

Financement du projet : Les garanties sur les opérations de crédit

Financement du projet : Les garanties sur les opérations de crédit Financement du projet : Les garanties sur les opérations de crédit Pour être assurés du remboursement des crédits accordés, les prêteurs prennent des garanties, encore appelées «suretés». Les suretés sont

Plus en détail

CONDITIONS SPÉCIALES

CONDITIONS SPÉCIALES ASSURANCE-CRÉDIT POLICE INDIVIDUELLE D ASSURANCE-CRÉDIT CONDITIONS SPÉCIALES ETABLISSEMENTS DE CREDIT Garantie d un crédit acheteur - DGP 507 A - SOMMAIRE Article 1 Prise d effet de la garantie 5 Article

Plus en détail

Dispositions du bail foncier type proposé par le réseau national américain des Community Land Trusts

Dispositions du bail foncier type proposé par le réseau national américain des Community Land Trusts Dispositions du bail foncier type proposé par le réseau national américain des Community Land Trusts Sources : Bail foncier type proposé par le réseau national des CLT : http://cltnetwork.org/wp-content/uploads/2014/01/model-lease-01-2011.pdf

Plus en détail

Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés

Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés Loi fédérale encourageant le logement à loyer ou à prix modérés (Loi sur le logement, LOG) 842 du 21 mars 2003 (Etat le 13 juin 2006) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 108 de la

Plus en détail

Les sûretés. Table des matières

Les sûretés. Table des matières Table des matières Les sûretés Chapitre 1. Législation...................................... 18 Section 1. Les notifications fiscales et sociales..................... 18 Section 2. L insaisissabilité de

Plus en détail

GUIDE D ÉLABORATION D UNE POLITIQUE POUR LES PRÊTS COMMERCIAUX Critères fondamentaux

GUIDE D ÉLABORATION D UNE POLITIQUE POUR LES PRÊTS COMMERCIAUX Critères fondamentaux DOCUMENT DE CONSULTATION Instruments additionnels: GUIDE D ÉLABORATION D UNE POLITIQUE POUR LES PRÊTS COMMERCIAUX Critères fondamentaux Avril 2013 Ce document est également disponible en anglais. GUIDE

Plus en détail

Délibération n 2008-35 Conseil d administration de la CGLLS 33 ème séance du 17 décembre 2008

Délibération n 2008-35 Conseil d administration de la CGLLS 33 ème séance du 17 décembre 2008 Délibération n 2008-35 Conseil d administration de la CGLLS 33 ème séance du 17 décembre 2008 relative aux modalités d octroi des garanties accordées par la CGLLS Le conseil d'administration, Vu les articles

Plus en détail

Marché Financier Régional de l UEMOA: Bilan et Perspectives

Marché Financier Régional de l UEMOA: Bilan et Perspectives Marché Financier Régional de l UEMOA: Bilan et Perspectives Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) de l Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA) Douala, le 29 octobre 2009

Plus en détail

LA CRRH-UEMOA AU 30 AOUT 2013. Lomé le 07 septembre 2013 1

LA CRRH-UEMOA AU 30 AOUT 2013. Lomé le 07 septembre 2013 1 LA CRRH-UEMOA AU 30 AOUT 2013 Lomé le 07 septembre 2013 1 Plan I. La CRRH-UEMOA : activités opérationnelles II. Cadre institutionnel et organisation III. Règles d intervention : Critères d éligibilité

Plus en détail

Accès au crédit et foncier

Accès au crédit et foncier Réseau National des Chambres d'agriculture du Niger Note d information Accès au crédit et foncier RECA Réseau National des Chambres N d Agriculture du Niger iger 22 mai 2015 / Rédaction : Florence Bron-Saïdatou

Plus en détail

Juillet 2014 Directives concernant l examen, l évaluation et le traitement des crédits garantis par gage immobilier

Juillet 2014 Directives concernant l examen, l évaluation et le traitement des crédits garantis par gage immobilier Juillet 2014 Directives concernant l examen, l évaluation et le traitement des crédits garantis par gage immobilier Sommaire Préambule... 2 1. Principes régissant l élaboration de règlements internes par

Plus en détail

Délibération n o 2008-24 du 22 octobre 2008 relative aux modalités d octroi des garanties accordées par la CGLLS NOR : MLVU0826705X

Délibération n o 2008-24 du 22 octobre 2008 relative aux modalités d octroi des garanties accordées par la CGLLS NOR : MLVU0826705X Logement-ville ET DE LA VILLE Caisse de garantie du logement locatif social Délibération n o 2008-24 du 22 octobre 2008 relative aux modalités d octroi des garanties accordées par la CGLLS NOR : MLVU0826705X

Plus en détail

Le nouvel environnement juridique du financement immobilier. Sarah Lugan, MRICS et Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats

Le nouvel environnement juridique du financement immobilier. Sarah Lugan, MRICS et Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats Le nouvel environnement juridique du financement immobilier Sarah Lugan, MRICS et Jean-Christophe Bouchard, MRICS NMW avocats Introduction Le marché immobilier fait face à deux contraintes majeures: Besoin

Plus en détail

Le TEG dans tous ses états

Le TEG dans tous ses états Le TEG dans tous ses états L un des ingrédients essentiels pour choisir son prêt immobilier est son taux. Mais si le taux d intérêt mis en avant par le prêteur est important, le Taux Effectif Global (ou

Plus en détail

Droit du crédit. Vu le décret n 94-121/PRES du 20 mars 1994, portant nomination du Premier Ministre ;

Droit du crédit. Vu le décret n 94-121/PRES du 20 mars 1994, portant nomination du Premier Ministre ; Droit du crédit DECRET N 94-270/MEFP DU 8 JUILLET 1994 PORTANT MODALITES DE CALCUL DU TAUX EFFECTIF GLOBAL LE PRESIDENT DU FASO, PRESIDENT DU CONSEIL DES MINISTRES Vu la Constitution ; Vu le décret n 94-121/PRES

Plus en détail

SESSION DU CIFAF 2013

SESSION DU CIFAF 2013 SESSION DU CIFAF 2013 Présenté Par Maître Maximin CAKPO-ASSOGBA Avocat à la Cour Mardi 03 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Les sûretés sont des techniques juridiques destinées à assurer le règlement des créances

Plus en détail

PROSPECTUS CREDITS HYPOTHECAIRES A USAGE PRIVE CREAFIN N.V. DUWIJCKSTRAAT 17-2500 LIER REGISTRE DES PERSONNES MORALES MALINES 455.731.

PROSPECTUS CREDITS HYPOTHECAIRES A USAGE PRIVE CREAFIN N.V. DUWIJCKSTRAAT 17-2500 LIER REGISTRE DES PERSONNES MORALES MALINES 455.731. PROSPECTUS CREDITS HYPOTHECAIRES A USAGE PRIVE CREAFIN N.V. DUWIJCKSTRAAT 17-2500 LIER REGISTRE DES PERSONNES MORALES MALINES 455.731.338 2 SOMMAIRE 1. Qu est-ce qu un crédit hypothécaire? 2. Qui peut

Plus en détail

Le conseil en financement

Le conseil en financement ACTUALITE JUIN 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT LE PROJET IMMOBILIER ET SON FINANCEMENT L opération immobilière est un projet important de la vie : Comment acheter, ou faire construire?

Plus en détail

ANIL HABITAT ACTUALITE

ANIL HABITAT ACTUALITE Juin 2009 ANIL HABITAT ACTUALITE Faciliter le transfert de prêts pour favoriser la mobilité résidentielle Les propriétaires occupants sont relativement peu mobiles. Toutefois, au cours de la période 2002-2006,

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES

TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES Réforme globale du Code Général des Impôts Fiche technique thématique Mesures Modalités pratiques Objectif poursuivi 1 Crédit d impôt pour investissement (Impôt

Plus en détail

XV EMES ASSISES DE LA FIDEF - 24 & 25 NOVEMBRE 2014 HOTEL LAMENTIN BEACH - SALY - SÉNÉGAL

XV EMES ASSISES DE LA FIDEF - 24 & 25 NOVEMBRE 2014 HOTEL LAMENTIN BEACH - SALY - SÉNÉGAL XV EMES ASSISES DE LA FIDEF - 24 & 25 NOVEMBRE 2014 HOTEL LAMENTIN BEACH - SALY - SÉNÉGAL RAPPORT ATELIER 3 : «INFORMATIONS FINANCIERES ET COMPTABLES, ACCOMPAGNEMENT ET SERVICES AUX TPE PAR LES PROFESSIONNELS»

Plus en détail

Charte des utilisateurs des services offerts par le Groupe Ecetia

Charte des utilisateurs des services offerts par le Groupe Ecetia Charte des utilisateurs des services offerts par le Groupe Ecetia Sommaire Introduction Les engagements du «Groupe Ecetia» envers les utilisateurs de ses services Les procédures de contestation ou de réclamation

Plus en détail

Capitalisation restreinte et retenue d impôt visant le prêt commercial

Capitalisation restreinte et retenue d impôt visant le prêt commercial Le 3 mars 2014 Les contribuables canadiens, y compris les multinationales établies au Canada, qui participent à des mécanismes de prêt sans lien de dépendance pourraient, contre toute attente, être touchés

Plus en détail

Conseil supérieur du logement

Conseil supérieur du logement Conseil supérieur du logement Avis n 010 du 16 janvier 2008 du Conseil supérieur du logement sur le concept du crédit logement inversé. Préambule Le crédit logement inversé («reverse mortgage») est une

Plus en détail

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE

SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE SOLUTIONS POUR ENTREPRISE EN DIFFICULTE 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés pour régler ses dettes et ainsi respecter ponctuellement ses échéances, elle peut tenter de rechercher avec

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Chroniques notariales vol. 56. Table des matières

Chroniques notariales vol. 56. Table des matières Chroniques notariales vol. 56 Table des matières Chapitre I. Généralités..................................... 222 Section 1. Formalité de l enregistrement........................ 222 1. Obligation d enregistrement

Plus en détail

Comores. Entreprises de crédit différé

Comores. Entreprises de crédit différé Entreprises de crédit différé Loi n 52-332 du 24 mars 1952 [NB - Loi n 52-332 du 24 mars 1952 relative aux entreprises de crédit différé] Art.1.- Sont considérées comme entreprises de crédit différé, toutes

Plus en détail

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr

le PARCOURS de vente www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER le PARCOURS de vente L acte de vente www.notaires.paris-idf.fr Le parcours de vente LʼACTE DE VENTE Toute vente immobilière doit être constatée par acte notarié. Après la signature de l avant-contrat

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Synthèse des conclusions et recommandations Bamako les 14-15 et 16 février 2005 Page 1 sur 5 Les 14, 15 et 16 février 2005, a eu lieu à Bamako

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

LEXIQUE MICROFINANCE

LEXIQUE MICROFINANCE Microfinance et Développement Mali - CIDR LEXIQUE MICROFINANCE Actif (membre) Dans une CVECA, un membre actif est un membre ayant effectué au moins une opération de dépôt ou de crédit pendant une période

Plus en détail

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

ACHETER SON BIEN IMMOBILIER

ACHETER SON BIEN IMMOBILIER Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN avec la collaboration de Valérie SAMSEL ACHETER SON BIEN IMMOBILIER Groupe Eyrolles, 1998, 2000, 2002, 2005, 2007, 2011 De Particulier à Particulier, 1998, 2000, 2002,

Plus en détail

INDICATEUR (vs. Afrique) Création d'entreprise 11 jours (27,3j) 169 159-10. Transfert de Propriété 29 jours (57,2j) 133 127-6

INDICATEUR (vs. Afrique) Création d'entreprise 11 jours (27,3j) 169 159-10. Transfert de Propriété 29 jours (57,2j) 133 127-6 Disclaimer : Cette fiche pays ne constitue qu un outil de base destiné à présenter aux lecteurs une synthèse globale des régimes juridiques et fiscaux des entreprises d investissement à capital fixe. Elle

Plus en détail

L achat d une première résidence

L achat d une première résidence L achat d une première résidence Pascal Poirier B.A.A Spécialiste en planification hypothécaire POUR DIFFUSION INTERNE SEULEMENT Ordre du jour Hypothèque, buts Principes de base Mise de fonds et frais

Plus en détail

CLIMAT DE L INVESTISSEMENT DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA : ETAT DES LIEUX

CLIMAT DE L INVESTISSEMENT DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA : ETAT DES LIEUX UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------ La Commission CLIMAT DE L INVESTISSEMENT DANS LES ETATS MEMBRES DE L UEMOA : ETAT DES LIEUX INTERVENTION DE M. SOUMAÏLA CISSE PRESIDENT DE LA

Plus en détail

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Fiducie du Chantier de l économie sociale. Ce document

Plus en détail

COMPTE RENDU SEMINAIRE INTERNATIONAL OUAGADOUGOU DU 18 AU 22 MARS 2013

COMPTE RENDU SEMINAIRE INTERNATIONAL OUAGADOUGOU DU 18 AU 22 MARS 2013 COMPTE RENDU SEMINAIRE INTERNATIONAL OUAGADOUGOU DU 18 AU 22 MARS 2013 THEME : «COMPRENDRE ET S APPROPRIER LE NOUVEL ACTE UNIFORME SUR LES SURETES. QUELS ENJEUX POUR L ACTIVITE BANCAIRE?» Le législateur

Plus en détail

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT

FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT Textes FICHE N 41 LE SURENDETTEMENT - Code de la consommation. Partie législative : livre III, titre III Traitement des situations de surendettement : articles L330-1 à L333-8. Partie règlementaire : livre

Plus en détail

ATELIER REGIONAL SUR LES MARCHES OBLIGATAIRES ET LES TITRES PUBLICS

ATELIER REGIONAL SUR LES MARCHES OBLIGATAIRES ET LES TITRES PUBLICS ATELIER REGIONAL SUR LES MARCHES OBLIGATAIRES ET LES TITRES PUBLICS Le Marché Obligataire de l UEMOA : évolution et perspectives Edoh Kossi AMENOUNVE, Ph.D. Secrétaire Général Conseil Régional de l Epargne

Plus en détail

OU L ASSURANCE DE LA RUINE DU CHEF D ENTREPRISE EMPRUNTEUSE ET DE SES HERITIERS

OU L ASSURANCE DE LA RUINE DU CHEF D ENTREPRISE EMPRUNTEUSE ET DE SES HERITIERS PATRIMOINE L ASSURANCE DECES EN GARANTIE D EMPRUNTS PROFESSIONNELS OU L ASSURANCE DE LA RUINE DU CHEF D ENTREPRISE EMPRUNTEUSE ET DE SES HERITIERS Il faut constater aujourd hui, qu il est pratiquement

Plus en détail

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la

Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Les informations sur les taux et conditions de financement décrites dans ce document ne viennent pas remplacer la politique d investissement de la Fiducie du Chantier de l économie sociale. Ce document

Plus en détail

Société Tunisienne de Garantie, TUNISIA. Faciliter le financement des PME en partageant avec les établissements financiers les risques pris

Société Tunisienne de Garantie, TUNISIA. Faciliter le financement des PME en partageant avec les établissements financiers les risques pris Société Tunisienne de Garantie, TUNISIA Faciliter le financement des PME en partageant avec les établissements financiers les risques pris 1 Introduction 2 Risque et financement 3 Efficacité des sûretés

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

CABINET D AVOCATS EL- HAKIM

CABINET D AVOCATS EL- HAKIM CABINET D AVOCATS EL- HAKIM Jacques el- Hakim Professeur Agrégé à la faculté de droit B. P. 5788 Avocat Damas - Syrie Pont Victoria, Imm. Mardam Youssef el-hakim Tel. ++963 11 22.23.577 DEA LL.M (London)

Plus en détail

Comores. Réglementation des warrants agricoles

Comores. Réglementation des warrants agricoles Réglementation des warrants agricoles Décret du 10 mai 1932 [NB - Décret du 10 mai 1932, réglementant les warrants agricoles Modifié par le décret du 19 mars 1937] Art.1.- Tout agriculteur peut emprunter

Plus en détail

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Note d information Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Face à l augmentation des difficultés que rencontraient les emprunteurs dans le remboursement de leurs

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

Personnes et familles. Vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr

Personnes et familles. Vie à deux. www.notaires.paris-idf.fr Personnes et familles LE DIVORCE Vie à deux LA PRESTATION COMPENSATOIRE www.notaires.paris-idf.fr Vie à deux LE DIVORCE - LA PRESTATION COMPENSATOIRE Au fil du temps, le divorce a été simplifié et pacifié.

Plus en détail

La soutenabilité de la dette publique/enjeux du financement des États par le marché financier

La soutenabilité de la dette publique/enjeux du financement des États par le marché financier COMMISSION DE SURVEILLACE DU MARCHE FINANCIER DE L AFRIQUE CENTRALE Atelier régional sur «les marchés obligataires et les émissions de titres publics» Libreville, Gabon : les 18 et 19 février 2008 La soutenabilité

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux

les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux Personnes et familles Vie familiale / vie à deux les Contrats de mariage, les régimes matrimoniaux www.notaires.paris-idf.fr Vie familiale, vie à deux LES CONTRATS DE MARIAGE ET LES RÉGIMES MATRIMONIAUX

Plus en détail

L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée EIRL Article L526-1 à L526-21 du code de commerce)

L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée EIRL Article L526-1 à L526-21 du code de commerce) L Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée EIRL Article L526-1 à L526-21 du code de commerce) La loi n 2010-658 du 15 juin 2010 relative à l entrepreneur individuel à responsabilité limitée (EIRL)

Plus en détail

Contrats à long terme

Contrats à long terme CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ AVIS N 99-10 Contrats à long terme 1. Définition et champ d'application des contrats à long terme 2. Constatation des produits et des charges. 3. Inventaire des produits

Plus en détail

Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement

Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement Ottawa, le 21 juin 2012 2012-070 Le gouvernement Harper prend des mesures additionnelles pour renforcer le marché canadien du logement Dans le cadre des efforts soutenus du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR

ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR BANQUE CENTRALE DES ETATS DE L AFRIQUE DE L OUEST (BCEAO) Avenue Abdoulaye FADIGA BP 3108 Dakar - Sénégal ETUDE SUR LA FISCALITÉ SUPPORTÉE PAR LES SYSTÈMES FINANCIERS DÉCENTRALISÉS DE L UEMOA RAPPORT DE

Plus en détail

L INFORMATION DU CREANCIER MUNI DE SURETE... 2

L INFORMATION DU CREANCIER MUNI DE SURETE... 2 Fiche à jour au 20 mars 2009 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE diplôme : Master 1 Matière : Droit des sûretés Web-tuteur : Catherine Bernardin-Rabsztyn SEANCE N 2 - ASSURANCE DE CHOSE ET CREANCIIER MUNII

Plus en détail

GUIDE DE L OPERATEUR PRIVE POUR LE FINANCEMENT DIRECT

GUIDE DE L OPERATEUR PRIVE POUR LE FINANCEMENT DIRECT GUIDE DE L OPERATEUR PRIVE POUR LE FINANCEMENT DIRECT Le présent guide a pour vocation, de fournir aux entreprises, aux PME/PMI, aux Etats, aux collectivités locales et aux entreprises publiques (dans

Plus en détail

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques 1 PRÉSENTATION DE LA CRH La CRH est un établissement

Plus en détail

Loi fédérale sur l Assurance suisse contre les risques à l exportation

Loi fédérale sur l Assurance suisse contre les risques à l exportation Loi fédérale sur l Assurance suisse contre les risques à l exportation (Loi sur l assurance contre les risques à l exportation, LARE) Projet du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art.

Plus en détail

Conditions des Prêts : «Complémentaires au logement»

Conditions des Prêts : «Complémentaires au logement» Conditions des Prêts : «Complémentaires au logement» (Prêts à tempéraments - n agrément SPF Economie, P.M.E., Classes Moyennes & Energie Régulation et Organisation du Marché, Crédit et Endettement : 130941)

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Allocution d ouverture du Secrétaire Général du Conseil Régional de l Epargne Publique et des Marchés Financiers (CREPMF) Monsieur Edoh Kossi

Plus en détail

CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA CESSION DE CRÉANCES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL

CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA CESSION DE CRÉANCES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL CONVENTION DES NATIONS UNIES SUR LA CESSION DE CRÉANCES DANS LE COMMERCE INTERNATIONAL Les États contractants, PRÉAMBULE Réaffirmant leur conviction que le commerce international sur la base de l égalité

Plus en détail

DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÈCAIRES

DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÈCAIRES DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÈCAIRES à durée déterminée et taux d intérêt fixe Edition 2014 Pensionskasse Alcan Schweiz TABLE DES MATIERES Art. 1 Art. 2 Art. 3 Art. 4 Art. 5 Art. 6 Art. 7 Art. 8 Art.

Plus en détail

Loi n 24-01 relatives aux opérations de pension.

Loi n 24-01 relatives aux opérations de pension. Loi n 24-01 relatives aux opérations de pension. Bourse de Casablanca Sommaire CHAPITRE PREMIER- DISPOSITIONS GENERALES...3 CHAPITRE II - DES MODALITES DE CONCLUSION DES OPERATIONS DE PENSION...3 CHAPITRE

Plus en détail

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés».

Dette L ENDETTEMENT. fonctionnement affecté, réserves financières et fonds réservés». Dette Dette L ENDETTEMENT L administration municipale a recours à l emprunt à long terme principalement pour financer ses immobilisations. Pour l essentiel, le profil de l endettement est influencé par

Plus en détail

Prospectus Crédits hypothécaires

Prospectus Crédits hypothécaires Prospectus Crédits hypothécaires Valable à partir du : 17/06/2015 N : DW 15076/F Argenta Banque d Épargne SA Belgiëlei 49-53, 2018 Anvers FSMA 27316A IBAN BE 40 9793 5489 0063 BIC ARSPBE22 Uw appeltje

Plus en détail

Caisse de pension et propriété du logement/

Caisse de pension et propriété du logement/ Encouragement à la propriété du logement (EPL) Caisse de pension et propriété du logement/ Versement anticipé et mise en gage des avoirs issus du 2 e pilier Table des matières Mobilisation des capitaux

Plus en détail

Informations financières sur le fonds de stabilisation

Informations financières sur le fonds de stabilisation Informations financières sur le fonds de stabilisation SNB StabFund Société en commandite de placements collectifs (fonds de stabilisation) constitue, avec ses filiales, un placement collectif fermé au

Plus en détail

Les sûretés. Table des matières

Les sûretés. Table des matières Table des matières Titre 1. Les sûretés réelles..................................... 229 Chapitre 1. Législation...................................... 229 Section 1. La vente d immeuble dans le contexte

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 20.10.2015 COM(2015) 509 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL présenté en vertu de l article 503 du règlement (UE) nº 575/2013 Exigences

Plus en détail

Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011

Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011 Boîte à Thème : «E.I.R.L» E. TREVIS 03/02/2011 INTRODUCTION En 2009, 74 % des créateurs d entreprises ont choisi d exercer leur activité dans le cadre d une entreprise individuelle, soit une hausse de

Plus en détail

GUIDE D ÉLABORATION D UNE POLITIQUE POUR LES PRÊTS COMMERCIAUX Critères fondamentaux

GUIDE D ÉLABORATION D UNE POLITIQUE POUR LES PRÊTS COMMERCIAUX Critères fondamentaux Instruments additionnels: GUIDE D ÉLABORATION D UNE POLITIQUE POUR LES PRÊTS COMMERCIAUX Critères fondamentaux Février 2014 This document is also available in English. GUIDE D ÉLABORATION D UNE POLITIQUE

Plus en détail

Garanties bancaires Assurances de prêts Montant de l emprunt Taux d endettement

Garanties bancaires Assurances de prêts Montant de l emprunt Taux d endettement A l'attention de Septembre 2008 Garanties bancaires Assurances de prêts Montant de l emprunt Taux d endettement Au sujet de la garantie prise par la banque : Voici les caractéristiques et le coût des différents

Plus en détail

RÈGLEMENT PORTANT SUR LA GESTION FINANCIÈRE

RÈGLEMENT PORTANT SUR LA GESTION FINANCIÈRE RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES RÈGLEMENT PORTANT SUR LA GESTION FINANCIÈRE PRÉAMBULE Le présent règlement précise les règles de gestion budgétaire et financière du Collège ainsi que les pouvoirs et les

Plus en détail

PLACEMENTS EN PRÊTS HYPOTHÉCAIRES INDIVIDUELS ET EN BLOCS DE CRÉANCES HYPOTHÉCAIRES

PLACEMENTS EN PRÊTS HYPOTHÉCAIRES INDIVIDUELS ET EN BLOCS DE CRÉANCES HYPOTHÉCAIRES AVIS N O 2 RELATIF AU RISQUE DE MARCHÉ Août 2014 PLACEMENTS EN PRÊTS HYPOTHÉCAIRES INDIVIDUELS ET EN BLOCS DE CRÉANCES HYPOTHÉCAIRES Contraintes réglementaires en vertu de la Loi sur les caisses populaires

Plus en détail

L huissier de justice

L huissier de justice L huissier de justice Introduction Si vous devez faire appel à un huissier de justice ou si vous êtes confronté à son intervention, vous vous posez peut-être quelques questions sur ce qui vous attend.

Plus en détail

Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit

Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit Les modifications suivantes sont apportées au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements

Plus en détail

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne

I.Conventions soumises à la loi Breyne Le champ d application de la loi se définit à partir de trois critères: chapitre8 La loi Breyne chapitre8 La loi Breyne La loi Breyne est une législation particulière, réglementant les conventions de transfert de propriété d une habitation à construire ou en voie de construction, ou encore d une

Plus en détail

ASOCIACIÓN INTERNACIONAL DE ENTIDADES DE CRÉDITO PRENDARIO Y SOCIAL TEL: 00 34 954 50 82 14 - PIGNUS.SECRETARIAT@PIGNUS.ORG

ASOCIACIÓN INTERNACIONAL DE ENTIDADES DE CRÉDITO PRENDARIO Y SOCIAL TEL: 00 34 954 50 82 14 - PIGNUS.SECRETARIAT@PIGNUS.ORG STATUTS DE L ASSOCIATION INTERNATIONALE DES INSTITUTIONS DE CREDIT SUR GAGES ET SOCIALES TITRE I NATURE, ORIGINE, OBJETS ET SIÉGE Article 1.- L Association Internationale des Institutions de Crédit sur

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Règlement pour l octroi de prêts complémentaires sous seing privé en vue de l achat ou la construction d habitations

Règlement pour l octroi de prêts complémentaires sous seing privé en vue de l achat ou la construction d habitations p1 Règlement pour l octroi de prêts complémentaires sous seing privé en vue de l achat ou la construction d habitations Article 1 1. Dans les limites des crédits budgétaires dûment approuvés, un prêt sous

Plus en détail

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire

la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire la solution AAFEX aux problèmes de financement des entreprises exportatrices du secteur agricole et agroalimentaire HISTORIQUE Le Centre pour le Développement des Exportations Africaines CEDEXA S.A. CEDEXA

Plus en détail

La vente d immeuble en l état futur d achèvement

La vente d immeuble en l état futur d achèvement La vente d immeuble en l état futur d achèvement La Vente en l état futur d achèvement (VEFA), communément appelée «achat sur plan», ce qui résume son objet, est le contrat par lequel une personne, l acquéreur,

Plus en détail

Crédit et risque. Profil de risque de l entreprise. 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? 2. Comment un crédit est-il conclu?

Crédit et risque. Profil de risque de l entreprise. 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? 2. Comment un crédit est-il conclu? Crédit et risque Profil de risque de l entreprise 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? Petit Robert : confiance qu inspire quelqu un ou quelque chose, opération par laquelle une personne met

Plus en détail