GESTION DU RISQUE INFECTIEUX D ORIGINE ALIMENTAIRE DANS LES UNITES DE SOINS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GESTION DU RISQUE INFECTIEUX D ORIGINE ALIMENTAIRE DANS LES UNITES DE SOINS"

Transcription

1 GESTION DU RISQUE INFECTIEUX D ORIGINE ALIMENTAIRE DANS LES UNITES DE SOINS C. DECADE -Dr L. MARTY -D. DEMONTROND Dr C.MANUEL - Dr R.CABRIT - Dr G.MANN Centre Médical de Forcilles FEROLLES-ATTILLY XVI ème congrès national de la SFHH REIMS - 2 et 3 juin 2005

2 CENTRE MEDICAL DE FORCILLES Hôpital Privé PSPH lits 2/3 SSR 1/3 CS SFHH REIMS 2/3 juin

3 Le risque infectieux d origine alimentaire TIAC Toxi Infection Alimentaire Collective Données chiffrées Au niveau national Définition d une TIAC : au moins 2 cas groupés, d une symptomatologie similaire, dont on peut rapporter la cause à une même origine alimentaire SFHH REIMS 2/3 juin

4 Les différents micro-organismes responsables d infections d origine alimentaire en France infections d origine alimentaire par an (dont 230 à 650 décès par an) infections parasitaires infections bactériennes infections virales Biblio : Morbidité et mortalité dues aux maladies infectieuses d origine alimentaire en France. Institut de Veille Sanitaire. Mars SFHH REIMS 2/3 juin

5 Les facteurs de risque d infection alimentaire Quantité de Germes ingérés Virulence du germe Capacité, nature de l infection RISQUE INFECTIEUX d origine alimentaire àl hôpital Fragilité des Patients/consommateurs facteurs de risques grossesse, immuno dépression, anti H 2, nouveaux traitements Contamination des Produits en UPC Amplification et/ou Contamination en unités de soins SFHH REIMS 2/3 juin

6 Le signalement obligatoire des infections alimentaires d origine nosocomiale à la DDASS et au CCLIN Paris-Nord Depuis 1 er août 2001 (3 ans), ont été déclarées par l ensemble des hôpitaux français : 9 Listérioses nosocomiales 13 Epidémies de toxi-infection-alimentaire-collective nosocomiales (TIAC) Biblio : CCLIN (Centres de coordination des CLIN). Mars SFHH REIMS 2/3 juin

7 La fréquence des TIAC à l hôpital (2) Les établissements de santé sont placés loin derrière la restauration familiale, commerciale et scolaire Lieux de survenue BEH n 50/2002 Les toxi-infections alimentaires collectives en France en 2001 SFHH REIMS 2/3 juin

8 La fréquence des TIAC à l hôpital (1) Un Paradoxe! Dans les Hôpitaux la fréquence des TIAC et le taux de morbidité sont très inférieurs aux données extra hospitalières nationales bien que les patients soient fragilisés SFHH REIMS 2/3 juin

9 Problématique Les chiffres sont-ils la démonstration de l efficacité des mesures mises en place au sein des établissements de santé l H A C C P ( Hazard Analysis Critical Point) SFHH REIMS 2/3 juin

10 La fonction restauration (1) H A C C P Elle exige une réponse globale et pluridisciplinaire L alimentation, un soin à part entière! SFHH REIMS 2/3 juin

11 La fonction restauration (2) Professionnels de restauration & professionnels de soins, pour l amélioration continue de la prestation alimentation-nutrition CNLAN Création du comité national de liaison en alimentation et en nutrition Arrêté du 29 mars 2002 CTINILS Création du comité technique national de lutte contre les infections nosocomiales et les infections liées aux soins Arrêté du 3 août 1992 CLAN : Comité de liaison en alimentation et en nutrition Circulaire DHOS/E1n du 29 mars2002 CLIN : Comité de lutte contre les infections nosocomiales Décret n du 6 décembre 1999 SFHH REIMS 2/3 juin

12 La fonction restauration et l accréditation (3) GFL 3 Gestion des fonctions logistiques. La fonction restauration respecte les règles d hygiène, l équilibre nutritionnel, et recherche la satisfaction des consommateurs SPI 10 Surveillance prévention et contrôle du risque infectieux Des procédures concernant la manipulation, le stockage, la préparation et la distribution des aliments sont mises en œuvre. SFHH REIMS 2/3 juin

13 La réglementation (1) La restauration hospitalière est soumise à la réglementation de la restauration collective L Arrêté du 29/9/1997 détermine précisément les responsabilités de l établissement et impose L HACCP : démarche d analyse des risques et de maîtrise des points critiques obligation de résultats mais liberté de choix sur les moyens SFHH REIMS 2/3 juin

14 Identifier et analyser les risques HACCP Les principes de la maîtrise du risque Définir et mettre en œuvre des procédures Mettre en place un système de surveillance Formaliser un plan d auto contrôles La méthode HACCP détermine le nombre et la fréquence des auto contrôles Périodiquement et à chaque modification d une opération : analyser les risques et les points critiques Mettre en œuvre les actions correctives Assurer la traçabilité par les enregistrements SFHH REIMS 2/3 juin

15 La réglementation (2) La marche en avant dans les unités de soins, soumise également à l arrêté de 1997, doit s associer aux contraintes de la maîtrise du risque infectieux lié aux soins et aux situations particulières : Isolements Alimentation protégée SFHH REIMS 2/3 juin

16 Les risques identifiés en unités de soins & les mesures existantes Les principaux DANGERS identifiés par site et par étape En Unités de soins : Amplification & multiplication des micro-organismes et/ou contamination microbienne à partir de l environnement ou des personnels du service Lors de Transport, remise en température, distribution,débarrassage/vaisselle SFHH REIMS 2/3 juin

17 Les locaux : L office alimentaire tisanerie office hôtelier - office alimentaire «bébé» (1) Différentes appellations de l office relais Attention! ce n est pas une salle de réunion ou de détente SFHH REIMS 2/3 juin

18 Les locaux : L office alimentaire tisanerie office hôtelier - office alimentaire «bébé» (2) Situé en bout de la chaîne alimentaire Soumis à la législation en vigueur Doit permettre le respect de la marche en avant Adapter l équipement à la liaison froide ou chaude Bacs de lavage vaisselle différents du point de lavage des mains SFHH REIMS 2/3 juin

19 Les locaux : L office alimentaire tisanerie office hôtelier - office alimentaire «bébé» (3) Pas de préparation & cuisson des aliments Conditionnement des plateaux repas (éventuel) Stockage provisoire (produits finis, matériel) Remise en température, réchauffement des plateaux différés Lavage désinfection de la vaisselle Procédures formalisées SFHH REIMS 2/3 juin

20 L organisation du travail (1) Respect du Couple Temps/Température Liaison froide 10 c Délai : 2 heures réglementaires Liaison chaude 63 c à cœur Remontée en T en moins d 1 heure SFHH REIMS 2/3 juin

21 L organisation du travail (2) Plateau repas laissé à disposition du patient environ 45 mn Aucune préparation à l avance issue de la cuisine centrale ne peut être recyclée Aucun composant du plateau (même non entamé) ne sera conservé ou réchauffé seuls les produits UHT sont autorisés Attention aux DLC (dates limites de consommation) SFHH REIMS 2/3 juin

22 L organisation du travail (3) Le retour des chariots vers l unité centrale Nettoyage de la vaisselle (assiettes, couvercles, plateaux) en machine dans le local plonge PHOTO Nettoyage et désinfection systématique des chariots repas dans un local spécifique Le retour des couverts, bols vers l office alimentaire SFHH REIMS 2/3 juin

23 Le bionettoyage (1) Dans la chambre Nettoyage de la table repas avec un détergent Désinfectant spray : À chaque repas Entretien de la table de nuit réfrigérée : ÀForcilles: Contrôle quotidien Nettoyage et contrôles bactériologiques hebdomadaires SFHH REIMS 2/3 juin

24 Le bionettoyage (2) Dans L office alimentaire Le nettoyage et la désinfection de: la vaisselle du réfrigérateur des surfaces des matériels: four micro-ondes, cafetière est respecté et tracé ATTENTION! Utiliser des produits agréés secteur alimentaire SFHH REIMS 2/3 juin

25 La surveillance La surveillance est faite à toutes les étapes jusqu à l assiette du patient Les contrôles des températures des aliments et des réfrigérateurs Les contrôles bactériologiques alimentaires La conservation des plats témoins Des prélèvements environnementaux ciblés sont les gages de la sécurité alimentaire SFHH REIMS 2/3 juin

26 L hygiène du personnel Hygiène corporelle des mains sans bijoux comportementale A Forcilles : savon antiseptique, SHA (agrément alimentaire) Tenue vestimentaire adaptée au service SFHH REIMS 2/3 juin

27 L eau de boisson (1) Les eaux destinées à l alimentation répondent aux normes de la qualité en vigueur (Code de la Santé Publique, Décret n du 20/12/2001) Eau du réseau ou autorisation d utilisation de l eau d une autre origine L eau du réseau Contrôles de potabilité (+Pseudomonas aeruginosa) 4fois par an (fréquence non réglementaire, recommandations Ministère2005) A Forcilles : recherche des germes de l environnement hospitalier dans chaque tisanerie 1 fois par an! Ne jamais utiliser l eau chaude sanitaire pour la fabrication alimentaire SFHH REIMS 2/3 juin

28 L eau de boisson (2) L eau embouteillée Vérifier la propreté et l intégrité des bouteilles Veiller à la fréquence de remplacement des eaux conditionnées L eau gélifiée L eau des fontaines réfrigérées Procédure d entretien (dégivrage hebdomadaire) Contrôles bactériologiques 1 fois par an Si distribution d eau en carafes lavage en machine recommandé SFHH REIMS 2/3 juin

29 Cas particuliers : les isolements (1) Le service des repas Circuit adapté Commencer le service par les patients en isolement protecteur Terminer par les patients en isolement septique Vaisselle U.U ou traitement en machine ou par chloration Mesures définies par le CLIN SFHH REIMS 2/3 juin

30 Cas particuliers : l alimentation protégée (2) L alimentation des patients immuno déprimés sévères Elle est prescrite selon Le degré d immuno dépression des patients Modérée et/ou de courte durée Alimentation contrôlée prescrite - Patients en neutropénie - Patients à risque listériose Profonde et de longue durée Alimentation stérile SFHH REIMS 2/3 juin

31 Cas particuliers : l alimentation protégée (3) L alimentation des patients immuno déprimés sévères La mise en œuvre Produits chauds distribués sans délai Plateau protégé (chariot fermé, cloche, champ) jusqu à l arrivée dans la chambre Produits stériles ouverts au dernier moment après décontamination de l enveloppe extérieure Transfert du produit dans l assiette en condition d environnement protégé Vaisselle UU stérile ou traitée au lave vaisselle (rinçage90 ) SFHH REIMS 2/3 juin

32 Cas particuliers : l alimentation protégée (4) Le lait maternel Lait maternel et cadre réglementaire Circulaire DGS/5P2 n du 16/12/1997 relative au don de lait personnalisé d une mère à son enfant hospitalisé et rappel des dispositions en vigueur en matière d allaitement maternel. Mesures selon le délai entre prélèvement ( 12h ou 12 h) et don Conditions d Hygiène : lors du recueil et du transport Respect de la chaîne du froid (réfrigérateur ou congélateur) Traçabilité Si 12h : contrôles bactériologiques et/ou pasteurisation SFHH REIMS 2/3 juin

33 Cas particuliers : l alimentation protégée (5) Le lait maternel Hygiène des mains avant la tétée Mamelon propre et sec Si utilisation de tire lait : prendre un biberon stérile, une téterelle stérile ou à usage unique Collection du Dr Dufour musée de Fécamp 2005 SFHH REIMS 2/3 juin

34 Cas particuliers : l alimentation protégée (6) Les biberons Biberon & risque infectieux,une préoccupation majeure dès le XIXème siècle Du funeste biberon àlong tuyau Au biberon usage Unique stérile dit nourrette (collection du Dr Dufour musée de Fécamp) SFHH REIMS 2/3 juin

35 Cas particuliers : l alimentation protégée (7) Les biberons Des procédures concernant la préparation des biberons sont écrites et validées (SPI 10b) Les bonnes pratiques pour la préparation, la manipulation et la conservation des biberons et seringues pour alimentation continue de lait sont définies selon l HACCP Le personnel de la biberonnerie centrale est différent des services de soins Le personnel de l office alimentaire «bébé» doit respecter les principes de la marche en avant et les règles d hygiène (corporelle, mains, comportement) SFHH REIMS 2/3 juin

36 Cas particuliers : l alimentation protégée (8) Les biberons Dans l office alimentaire bébé Remise en T du biberon en chauffe biberon à sec immédiatement avant la consommation (proscrire le micro-ondes) Durée du stockage des biberons au réfrigérateur ( à4 ) est de 24 heures maximum respect de la chaîne du froid. Réfrigérateur spécifique vérifié, nettoyé et désinfecté une fois par semaine, température contrôlée (relevé) Tout biberon non terminé dans l heure est jeté En cas de nutrition à débit constant ne pas conserver le biberon ou la seringue plus de 4 heures. SFHH REIMS 2/3 juin

37 Cas particuliers : l alimentation protégée (9) La nutrition entérale Technique d administration directe des nutriments dans l estomac ou l intestin grêle par l intermédiaire d une sonde nasogastrique, d une gastrostomie (par voie chirurgicale, endoscopique percutanée ou par guidage fluoroscopique) ou d une jéjunostomie (par voie chirurgicale). Des procédures concernant la nutrition entérale et les préparations diététiques sont écrites et validées (SPI 10b) SFHH REIMS 2/3 juin

38 Cas particuliers : l alimentation protégée (10) La nutrition entérale Risques infectieux en nutrition entérale Contamination bactérienne des solutions nutritives : rare pour les préparations industrielles Complications digestives : Diarrhées Complications broncho-pulmonaires : Broncho-pneumopathie d inhalation Surinfections broncho-pulmonaires chroniques à Gram négatif Infections cutanées au pourtour de la sonde SFHH REIMS 2/3 juin

39 Cas particuliers : l alimentation protégée (11) La nutrition entérale Contamination bactérienne des solutions nutritives Les études : Sécurité bactérienne en nutrition entérale d une solution nutritive stérile prête à l emploi et conditionnée en flacon d un litre. Gérard Mann, Dominique Demontrond. Nutr.Clin.Métabol. 1992; 6 : (Centre Médical de Forcilles) Démontre qu un système de nutrition entérale prêt à l emploi utilisant un mélange stérile conditionné en flacon de 1 litre permet de faire de la nutrition entérale continue ou discontinue sans utiliser d appareil de réfrigération. SFHH REIMS 2/3 juin

40 Cas particuliers : l alimentation protégée (12) La nutrition entérale Contamination bactérienne des solutions nutritives Les études : Evaluation du risque de contamination bactériologique d une solution de nutrition entérale au cours d une administration discontinue. Loïc Simon, Nadine Gaconnet, Franck Arnaud Battandier, Philippe Hartemann. Nutr. Clin. Métabol. 2001; 15 : (CHU de Nancy) Précise que la contamination rétrograde des solutés de nutrition entérale contenus dans les tubulures est fréquente et que l utilisation d un système clos (tubulure stérile, poche stérile) permet une nutrition entérale discontinue sans risque important de contamination bactériologique. SFHH REIMS 2/3 juin

41 Cas particuliers : l alimentation protégée (13) La nutrition entérale L incidence de la contamination de la nutrition entérale est directement liée aux manipulations La prévention Lors du branchement et débranchement : - Hygiène des mains (lavage simple ou friction SHA) - Changement défini des tubulures - Respect des débits : Utilisation d une pompe régulatrice de débit préférentiellement à la simple gravité - Décontamination de l embout de sonde - Rinçage de la sonde - Position semi-assise du patient - Education du patient et de son entourage Si patient intubé ou trachéotomisé : vérification régulière de la pression du ballonnet endotrachéal. SFHH REIMS 2/3 juin

42 Les apports extérieurs (1) Les pratiques sont différentes selon les établissements Interdiction de tout produit!! Liste positive définie avec le CLIN Apports possibles visés par le service et traçés dans le dossier patient mais nécessitent un consensus entre les professionnels, une information aux patients, accompagnants, visiteurs. SFHH REIMS 2/3 juin

43 Les apports extérieurs (2) Le livret d accueil informe les visiteurs des règles d apport extérieur et du risque encouru pour le patient SFHH REIMS 2/3 juin

44 L atelier thérapeutique L activité n entre pas dans le champ d application de l arrêté de 97 Seuls les participants consomment les repas Risque de TIAC : - origine et manipulation de produits, - consommation en différé, - attribution de tâches à des personnes dont il faut prendre en compte les capacités mentales et physiques Les établissements préfèrent souvent que les produits élaborés ne soient pas consommés! SFHH REIMS 2/3 juin

45 L évaluation (1) L évaluation de la prestation alimentaire se fait par : Les établissements de santé Les services officiels : AFSSA, DDSV, DDASS, CCLIN, HAS (ANAES) Les usagers : patients/consommateurs SFHH REIMS 2/3 juin

46 L évaluation : par les établissements (2) - Les auto contrôles - Les enregistrements constants - Les audits - La vigilance permanente des professionnels de restauration et de soins - Le CLIN - Le CLAN Bilan 2004 Nombre de prélèvements alimentaires (hors mixés) 95 8% Conformes Non-conformes Taux (%) de conformité en tisanerie Avril n= Temps de chauffe (C = 45 à 55 mn) n=24 Température plat chaud ( 63 C) n=24 83 Température plat froid ( 10 C) CMDF 148 contrôles alimentaires (42) en tisanerie SFHH REIMS 2/3 466 juin contrôles 2005 de surface (16) 46 92% 4 Flore mésophile > /gramme 3 Escherichia coli > 10/ gramme 2 Coliformes

47 L évaluation : par les services officiels (3) AFSSA, DDSV, DDASS, CCLIN Ils surveillent, enquêtent, assistent également les établissements dans cette recherche d amélioration continue de la sécurité alimentaire. SFHH REIMS 2/3 juin

48 L évaluation : par les services officiels (4) Visite d accréditation des établissements de santé par la Haute Autorité de Santé (HAS ): Evaluation de la fonction restauration et de la sécurité alimentaire par les professionnels et les experts visiteurs. SFHH REIMS 2/3 juin

49 L évaluation : par les services officiels (5) Bilan 2003 du collège de l accréditation (V1) 480 établissements visités en 2003 GFL 3 on compte : 95 recommandations 19 réserves SPI 10 on compte : 67 recommandations 23 réserves Il n existe pas de réserve majeure pour GFL 3 et SPI 10 Certaines concernent le circuit alimentaire jusque dans les unités de soins, la gestion des biberons Mais sont citées des actions exemplaires dans le cadre de l HACCP, une grande implication des professionnels, la prise en compte des besoins de la population hospitalisée SFHH REIMS 2/3 juin

50 L évaluation : par les patients/consommateurs (6) L analyse des questionnaires de sortie des patients est un outil essentiel d évaluation de la prestation alimentaire % à Forcilles Qualité gustative Présentation Plateaux Choix des Aliments Température La sécurité alimentaire est compatible avec Satisfait la qualité gustative & la satisfaction du patient Moyennement Pas satisfait Sans avis SFHH REIMS 2/3 juin

51 Conclusion La prestation repas un soin à part entière dans la prise en charge globale du patient Le respect des recommandations des bonnes pratiques d hygiène jusque dans les unités de soins permet une maîtrise du risque infectieux alimentaire. SFHH REIMS 2/3 juin

52 REMERCIEMENTS SFHH REIMS 2/3 juin

Objectif. Techniques et méthodes

Objectif. Techniques et méthodes FFi icchhee Prraat tiqquuee Recommandations d''hygiène pour la préparation et la conservation des biberons (lait maternel et préparation lactée) Objectif L allaitement maternel constitue la référence pour

Plus en détail

RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS RAPPORT DE L AFSSA

RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS RAPPORT DE L AFSSA RECOMMANDATIONS D HYGIENE POUR LA PREPARATION ET LA CONSERVATION DES BIBERONS RAPPORT DE L AFSSA Dominique Turck Clinique de Pédiatrie Hôpital Jeanne de Flandre et Faculté de Médecine, Lille CONTEXTE DE

Plus en détail

ENTRETIEN ET PREPARATION DES BIBERONS EN SERVICE DE PEDIATRIE

ENTRETIEN ET PREPARATION DES BIBERONS EN SERVICE DE PEDIATRIE ENTRETIEN ET PREPARATION DES BIBERONS EN SERVICE DE PEDIATRIE 5.04 Objectif Donner aux enfants une alimentation de qualité c est-à-dire un contenu de qualité bactériologique satisfaisante dans un contenant

Plus en détail

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE

Démarche. La crèche. Risques infectieux liés au biberon. Risques infectieux liés au biberon BIBERONS EN CRECHE DE VILLE BIBERONS EN CRECHE DE VILLE ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE DE VILLE ET EN ETABLISSEMENT DE SANTE Janine BENDAYAN - Epidémiologie et hygiène hospitalière, Hôpital PURPAN - CHU Toulouse - septembre

Plus en détail

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson

6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) Cuisson 6 Traitement des produits (cuisson, tranchage, assemblage ) 35 Cuisson 36 Fabrication culinaires maîtrisées Manger varié J aime J aime pas 37 Le respect des recettes : fiches techniques 38 Tests de dégustations

Plus en détail

L hygiène alimentaire en EPHAD

L hygiène alimentaire en EPHAD L hygiène alimentaire en EPHAD Isabelle Parmentier 24 mai 2012 L hygiène alimentaire en EPHAD Isabelle Parmentier 24 mai 2012 Introduction (1/2) Le repas est un moment «fort»de la journée des personnes

Plus en détail

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE

AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE AMELIORATION DES PRATIQUES D HYGIENE EN CUISINE SATELLITE Risque infectieux et psychiatrie - Jeudi 15 novembre 2012 - Rennes. Christelle MORINIERE IDE hygiéniste CH saint Jean de Dieu-Dinan-St Brieuc Pôle

Plus en détail

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle

formations professionnelles fin 2014 / début 2015 hygiène alimentaire en restauration collective audit, conseil et formation professionnelle audit, conseil et formation professionnelle Stage 1 Bonnes pratiques d hygiène en restauration collective 19 et 26 novembre Stage 2 Règles d hygiène lors du service 3 décembre Stage 3 Le nettoyage et la

Plus en détail

Préparation et conservation des biberons dans les établissements de santé: Recommandations d hygiène. Dr Khammassi Ichrak Hôpital de Bizerte

Préparation et conservation des biberons dans les établissements de santé: Recommandations d hygiène. Dr Khammassi Ichrak Hôpital de Bizerte Préparation et conservation des biberons dans les établissements de santé: Recommandations d hygiène Dr Khammassi Ichrak Hôpital de Bizerte Plan INTRODUCTION BIBERONNERIE organisation architecturale Entretien

Plus en détail

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD

Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Sommaire Maîtrise du risque infectieux en EHPAD Préparation et distribution des repas 1. Objectifs La distribution des repas peut présenter des pratiques diverses et nécessite de présenter de manière synthétique

Plus en détail

Allaitement maternel en structure d'accueil. Allaitement maternel et mode d accueil

Allaitement maternel en structure d'accueil. Allaitement maternel et mode d accueil Réf. : Date : 03/07/2012 Allaitement maternel en structure d'accueil Pôle : Pilotage et coordination Thème : Alimentation Allaitement maternel et mode d accueil L allaitement maternel en crèche ou chez

Plus en détail

L alimentation. du patient. paration et de service? Emilie GARDES - Xavier VERDEIL - Nicole MARTY CHU de Toulouse

L alimentation. du patient. paration et de service? Emilie GARDES - Xavier VERDEIL - Nicole MARTY CHU de Toulouse L alimentation du patient greffé de moelle osseuse Quelle nourriture? Quel contenant? Quel environnement de préparation paration et de service? Emilie GARDES - Xavier VERDEIL - Nicole MARTY CHU de Toulouse

Plus en détail

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016

FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL. I F A S Promotion 2015/2016 FONCTIONNEMENT ET HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL I F A S Promotion 2015/2016 Définition de la fonction restauration d'un établissement de santé Nutritionnel (en liaison avec les

Plus en détail

Recommandations pour la poursuite de l allaitement maternel de l enfant confié

Recommandations pour la poursuite de l allaitement maternel de l enfant confié Recommandations pour la poursuite de l allaitement maternel de l enfant confié Accueillir un enfant allaité, c est possible possible, pendant le temps de l accueil, par l intermédiaire des biberons Ce

Plus en détail

HYGIENE DANS LES OFFICES ALIMENTAIRES : les pratiques de terrain

HYGIENE DANS LES OFFICES ALIMENTAIRES : les pratiques de terrain HYGIENE DANS LES OFFICES ALIMENTAIRES : les pratiques de terrain 10èmes Journées de l A.H.P. A.Vandeputte C. Pourrier RECEPTION DES CHARIOTS Contrôle des températures : Entre la remise en température et

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL Références réglementaires : Règlement N 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire

Plus en détail

Camp accueillant des mineurs

Camp accueillant des mineurs FORMATION HYGIENE 2007 Camp accueillant des mineurs 1 Les référentiels Arrêté interministériel du 29 septembre 1997 fixant les conditions d'hygiène applicables dans les établissement de restauration collective

Plus en détail

ALIMENTATION DE L IMMUNODEPRIME. I Rappel des risques liés à l alimentation de l immunodéprimé

ALIMENTATION DE L IMMUNODEPRIME. I Rappel des risques liés à l alimentation de l immunodéprimé Alimentation ALIMENTATION DE L IMMUNODEPRIME GARDES E, Toulouse Octobre 2009 Objectifs Fournir aux malades immunodeprimés une alimentation aussi dépourvue que possible de germes, de façon à ce qu'elle

Plus en détail

ATELIERS THERAPEUTIQUES ET SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNAUTE D ETABLISSEMENTS RISLE ET PLATEAUX

ATELIERS THERAPEUTIQUES ET SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNAUTE D ETABLISSEMENTS RISLE ET PLATEAUX ATELIERS THERAPEUTIQUES ET SECURITE ALIMENTAIRE COMMUNAUTE D ETABLISSEMENTS RISLE ET PLATEAUX La Communauté d établissements Hôpital local Le Neubourg EHPAD: Harcourt Brionne Pont-Authou Syndicat Inter-Hospitalier

Plus en détail

Qualité de l alimentationl Alimentation de qualité Perspectives pour les établissements de santé

Qualité de l alimentationl Alimentation de qualité Perspectives pour les établissements de santé Qualité de l alimentationl Alimentation de qualité Perspectives pour les établissements de santé Congrès s SFHH Reims 2 et 3 juin 2005 Didier GIRARD, Ingénieur en restauration - 02 43 43 25 99 dgirard@ch-lemans.fr

Plus en détail

L hygiène au travers des besoins fondamentaux des patients

L hygiène au travers des besoins fondamentaux des patients L hygiène au travers des besoins fondamentaux des patients Martine Blassiau Resclin-Champagne-Ardenne resclin@chu-reims.fr Les ateliers du Resclin 2008/2009 Gestion du risque infectieux associé aux soins

Plus en détail

Les usages de l eau. Les modes de contamination. Les risques infectieux. Les eaux destinée à la consommation humaine. Critères de qualité des eaux

Les usages de l eau. Les modes de contamination. Les risques infectieux. Les eaux destinée à la consommation humaine. Critères de qualité des eaux Etablissements de santé : recommandations actuelles sur la qualité de l eau Docteur Fabien SQUINAZI Laboratoire d hygiène de la ville de Paris Les usages de l eau alimentation : boisson, préparation des

Plus en détail

EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS

EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS EVALUATION DE LA RESTAURATION DANS LES ESMS Service Santé Environnement Alain BETHEMBOS ingénieur d études Patrick MAGNEZ technicien sanitaire 1 PLAN DE MAITRISE SANITAIRE Le PMS (Plan de Maîtrise Sanitaire)

Plus en détail

Recommandations d hygiène pour la préparation et la conservation des biberons Questions/réponses

Recommandations d hygiène pour la préparation et la conservation des biberons Questions/réponses juillet 2006 Recommandations d hygiène pour la préparation et la conservation des biberons Questions/réponses Cas 1 Au domicile Thème 1 : Préparation du biberon L eau du robinet peut-elle être utilisée

Plus en détail

Prélèvements microbiologiques des endoscopes

Prélèvements microbiologiques des endoscopes Prélèvements microbiologiques des endoscopes 1 Pourquoi? Endoscopes = dispositifs complexes Plusieurs dizaines de pièces assemblées Matériaux divers Canaux >1 m / diamètre ~ 1 mm Reliés par des jonctions

Plus en détail

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble

1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD. Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble 1 ère JOURNEE GRENOBLOISE DES EHPAD LE RISQUE NOSOCOMIAL EN EHPAD Dr CHARDON-TOURNE Gériatrie Chissé C.H.U. de Grenoble INFECTION NOSOCOMIALE : DEFINITION Consécutive à des soins Le plus souvent à l hôpital

Plus en détail

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111

Hygiène Stérilisation. Centre de Formation des Professions de Santé Programme 2013 111 Hygiène Stérilisation 2013 111 Formation des correspondants en hygiène hospitalière CCLIN Sud-Ouest (formation réservée aux correspondants hygiène de Midi-Pyrénées) Répondre aux exigences de la circulaire

Plus en détail

Maitrise des dangers en restauration collective

Maitrise des dangers en restauration collective PREFECTURE DE LA LOIRE ATLANTIQUE Maitrise des dangers en restauration collective DDPP44 26 NOVEMBRE 2013 --- La DDSV n'existe plus! RGPP: Directions Départementales Interministérielles Depuis le 1er janvier

Plus en détail

Formation. Hygiène et HACCP en restauration

Formation. Hygiène et HACCP en restauration Pascal Lenoble Formation et conseil Page 1 sur 6 34, rue nationale - 37 150 Civray de Touraine 02 47 30 24 92-06 40 39 61 22 pascal@pascal-lenoble.fr Formation Hygiène et HACCP en restauration Définition

Plus en détail

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE P r é v e n t i o n d u r i s q u e i n f e c t i e u x e n E HPAD V. MOULIN Praticien Hygiéniste D.SEVALI Biohygiéniste 03/04/2014 L'ENTRETIEN DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012

CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Hôpitaux Universitaires La Pitié-Salpêtrière-Charles Foix CIRCUIT DU LINGE IFSI 2012 Christine KHAVAS, IDE Hygiéniste EOHH Charles FOIX - IFSI Les Règles R professionnelle des infirmier(e)s e)s L article

Plus en détail

1 C.CLIN Sud-Est mai 2003

1 C.CLIN Sud-Est mai 2003 1 C.CLIN Sud-Est mai 2003 Conduite à tenir en cas de suspicion de toxi-infection alimentaire collective (TIAC) en établissement de santé - Arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d hygiène applicables

Plus en détail

AVIS CONCERNANT L ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE «DE VILLE»

AVIS CONCERNANT L ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE «DE VILLE» SOCIETE FRANCAISE D HYGIENE HOSPITALIERE - 1 - AVIS CONCERNANT L ENTRETIEN DES BIBERONS ET TETINES EN CRECHE «DE VILLE» MEMBRES DU GROUPE DE TRAVAIL J. Bendayan, cadre de santé hygiéniste, responsable

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS IMMUNODEPRIMES

PRISE EN CHARGE DES PATIENTS IMMUNODEPRIMES PRISE EN CHARGE DES PATIENTS IMMUNODEPRIMES 15.05 Objectifs - Eviter que les malades immunodéprimés, chez qui le risque infectieux est élevé, acquièrent des infections hospitalières dont les portes d entrée

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS EN RESTAURATION RAPIDE

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS EN RESTAURATION RAPIDE SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS EN RESTAURATION RAPIDE DDPP85 La Roche sur Yon 1 La DDPP de la Vendée Direction Départementale de la Protection des Populations Regroupe les anciens services vétérinaires

Plus en détail

Qualité. Sécurité Alimentaire

Qualité. Sécurité Alimentaire Le service Qualité Présentation du Service Démarche Qualité Qualité Réalisation des dossiers d agrément sanitaire pour les cuisines centrales >60 affermés API Réalisation des dossiers d accréditation en

Plus en détail

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX

RAPPORT AUDIT HYGIENE AVXX-0XX-XXX Date: SITE: Heure: par: MENTION GLOBAL DE L'AUDIT: NOMBRE D'ECARTS CONSTATES: ECARTS CONSTATES: 1. RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION / DÉFINITION & CONTRÔLE DES RÈGLES D HYGIÈNE 1.1 Déclaration de l'établissement

Plus en détail

Mise en place du modèle de distribution des repas:

Mise en place du modèle de distribution des repas: Mise en place du modèle de distribution des repas: INFLUENCE DU CHOIX ENTRE LAVERIE CENTRALISEE OU EN OFFICE DE SOINS Christian MARIN CHRU LILLE Un constat : Des modèles multiples de production et d allotissement

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION ANNEE 2013/2014

CATALOGUE DE FORMATION ANNEE 2013/2014 Eaux, Environnement, Hygiène Alimentaire, Recherche & Développement Agréé par le Ministère de la Santé Membre des réseaux d intercomparaisons AGLAE et RAEMA CATALOGUE DE FORMATION ANNEE 2013/2014 Microbiologie

Plus en détail

104 résidents Population accueillie :

104 résidents Population accueillie : UNE GESTION DIFFICILE. MAIS RICHE Eddy CHENAF Directeur Dr Francine BEAUFILS Médecin coordonnateur 104 résidents Population accueillie : personnes âgées : moyenne d âge 82 ans, Trouble des fonctions supérieures

Plus en détail

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE

GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Groupe GUIDE D HYGIENE ET DE SECURITE ALIMENTAIRE Rédaction Approbation Mise en application : Validation Guide d hygiène et de sécurité alimentaire CAFETERIAS / Création en septembre 2004 / Version A /

Plus en détail

Réglementation et recommandations applicables POINT SUR LES ENDOSCOPES. 2 types de traitement. Niveau de désinfection. Manuel

Réglementation et recommandations applicables POINT SUR LES ENDOSCOPES. 2 types de traitement. Niveau de désinfection. Manuel POINT SUR LES ENDOSCOPES Réglementation et recommandations applicables Service d Expertises en Hygiène Hospitalière - 1 Service d Expertises en Hygiène Hospitalière - 2 Niveau de désinfection 2 types de

Plus en détail

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014

SOINS RESPIRATOIRES. Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 SOINS RESPIRATOIRES Annie BRENET Isabelle PONCET JUIN 2014 I / L oxygénothérapie II / L aérosolthérapie III / L aspiration IV / Les soins de trachéotomie Mars 2012 2 I L oxygénothérapie Définition: L oxygénothérapie

Plus en détail

Bonnes Pratiques de nutrition entérale GASTROSTOMIE JEJUNOSTOMIE

Bonnes Pratiques de nutrition entérale GASTROSTOMIE JEJUNOSTOMIE Bonnes Pratiques de nutrition entérale GASTROSTOMIE JEJUNOSTOMIE EUROPHARMAT 2008 Atelier / 14,15 et 16 octobre 2008 1 Dispositifs de GASTROSTOMIE & JEJUNOSTOMIE SONDE de GPE SONDE de gastrostomie Bouton

Plus en détail

Protocole des repas et goûters

Protocole des repas et goûters MICRO-CRECHE «Les Loupiots» Place des Boutiques - La Joue du Loup - 05250 LE DEVOLUY Tél : 04 92 58 95 10 Le 07 novembre 2009 Protocole des repas et goûters Le présent protocole a pour but de participer

Plus en détail

QUESTIONNAIRE BONNES PRATIQUES D HYGIENE. Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation des équipements

QUESTIONNAIRE BONNES PRATIQUES D HYGIENE. Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation des équipements Page : 1/5 Nom du client : Adresse du client : Nom du rédacteur : Numéro téléphone : Adresse courriel : Date d envoi : Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation

Plus en détail

Marque déposée de GV RESTAURATION SERVICES SA

Marque déposée de GV RESTAURATION SERVICES SA Marque déposée de GV RESTAURATION SERVICES SA N FR05/00392 SAS au capital de 53.357,16 Siège Social : 34, Rue de Paris 60330 LE PLESSIS BELLEVILLE - Téléphone : 03.44.58.14.21. - Fax : 03.44.58.20.98.

Plus en détail

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques

Chapitre VI : Gestion des risques épidémiques Chapitre VI : Fiche n VI.1 : Gale Fiche n VI.2 : Tubeculose pulmonaire (accessible dans la prochaine version) Fiche n VI.3 : Gastro-entérite Fiche n VI.4 : Infection respiratoire aigüe basse Sommaire Sommaire

Plus en détail

Objet : Assurer une bonne hygiène et une bonne conservation des aliments et des médicaments nécessitant une conservation au réfrigérateur.

Objet : Assurer une bonne hygiène et une bonne conservation des aliments et des médicaments nécessitant une conservation au réfrigérateur. Référence : PT/HYG/007-A Page :Page 1 sur 7 Objet : Assurer une bonne hygiène et une bonne conservation des aliments et des médicaments nécessitant une conservation au réfrigérateur. Résumé des modifications

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE

PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PRISE EN CHARGE D'UN PATIENT ATTEINT OU SUSPECT DE CLOSTRIDIUM DIFFICILE PG SPI SUR 014 v1 2011 1/5 OBJET Conduite à tenir dans le cadre de l'arrivée d'un patient atteint ou suspect de portage de Clostridium

Plus en détail

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste

LE CIRCUIT DU LINGE. Introduction. Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste LE CIRCUIT DU LINGE Armelle CHATELAIN Cadre hygiéniste Introduction Le linge est au plus près du malade, à son contact direct. C est un élément de confort indispensable. Les articles textiles doivent répondre

Plus en détail

Hygiène en structure d accueil de la petite enfance

Hygiène en structure d accueil de la petite enfance Hygiène en structure d accueil de la petite enfance Qu est ce que l hygiène? L'hygiène est un ensemble de mesures destinées à prévenir les infections. Elle se base essentiellement sur trois actions : le

Plus en détail

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires

Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Hygiène des Denrées et des Préparations Culinaires Objectifs : Citer les traitements thermiques et de conservation, leurs caractéristiques et leurs effets sur la flore microbienne Justifier les modes de

Plus en détail

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous.

Décrire l'ensemble des mesures de maîtrise et des mesures de surveillance dans des procédures ou modes opératoires portés à la connaissance de tous. DEMARCHE HACCP EN CUISINE CENTRALE Alimentation GROSJEAN L, Vénissieux Juin 2010 Objectif La démarche HACCP (de l'américain Hazard Analysis Critical Control Point) est une méthode préventive visant à maîtriser

Plus en détail

Préparation de poudre pour nourrissons dans les établissements de soins

Préparation de poudre pour nourrissons dans les établissements de soins Préparation de poudre pour nourrissons dans les établissements de soins Cette brochure contient des informations visant à vous aider à réaliser des préparations à partir des préparations en poudre pour

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective Catalogue de formations 2012 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or 1 2 3 4 5 6 7 8 Sommaire Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

HACCP : Hazard Analysis Critical Control Point. Analyse des Points critiques pour leur maîtrise

HACCP : Hazard Analysis Critical Control Point. Analyse des Points critiques pour leur maîtrise HACCP : Hazard Analysis Critical Control Point Analyse des Points critiques pour leur maîtrise SOMMAIRE : I. HACCP II. Origine exacte des plats préparés et livrés en liaison froide III. Présentation de

Plus en détail

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT

Les mesures de prévention du risque infectieux. Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau. Philippe BERTHELOT Mesures de prévention du risque infectieux lié à l eau Philippe BERTHELOT Unité d Hygiène inter-hospitalière Service des Maladies Infectieuses et laboratoire de microbiologie, CHU de Saint-Etienne Professeur

Plus en détail

OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE

OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE OPTIMISATION DE LA PRISE EN CHARGE ALIMENTAIRE A L HOPITAL : DU CAHIER DES CHARGES A L ASSIETTE Didier LAFAGE : Directeur du Pôle Equipements, Hôtellerie, Logistique CHU TOULOUSE 1 Optimisation de la prise

Plus en détail

,!$!!!!,!!,%,& '!7,!$,!$! 8 $!!,#!$#!!,!!,! #!+!!7&1!7!!9:#!!! -;!!!!#!,!!!& 64445<*!))&!"#$ %!,!&'),! 63 =% >?63 =, @!.!7!+, >&!

,!$!!!!,!!,%,& '!7,!$,!$! 8 $!!,#!$#!!,!!,! #!+!!7&1!7!!9:#!!! -;!!!!#!,!!!& 64445<*!))&!#$ %!,!&'),! 63 =% >?63 =, @!.!7!+, >&! A Achat : Affermage : " #$$%# #'( Allotissement : " ) *) # '+, $-. #/01#2,$,,%, Anadémie : 3 +$$ $.)*) 4561 Analyses microbiologiques : '7,$,$ 8 $,# $#,, #+717 9:# -; #, 64445

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES 1, rue du Docteur-Martinais 37600 LOCHES SEPTEMBRE 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité

Annexes jointes Annexe 1 : Fiches d entretien par zone Annexe 2 : Fiche de traçabilité Référence : PT/HYG/003-C Page :Page 1 sur 15 Objet : - Permettre de dispenser des soins de qualité dans un environnement maîtrisé (garantie de propreté visuelle et bactériologique). - Eviter la propagation

Plus en détail

ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION

ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION ANNEXE I À L AVENANT N 21 SUR LES CLASSIFICATIONS : PLAN DE FORMATION Modifiée par l avenant n 47 du 9 novembre 2011 L accès au niveau III* est lié à une exigence de qualification. * Niveau tenant compte

Plus en détail

"Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur

Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire? Pasteur "Au lieu de s ingénier à tuer les microbes dans les plaies, ne serait-il pas plus raisonnable de ne pas en introduire"? Pasteur 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9. 10. Historique Cadre législatif Petits rappels

Plus en détail

BONNES PRATIQUES D HYGIENE (BPH) :

BONNES PRATIQUES D HYGIENE (BPH) : BONNES PRATIQUES D HYGIENE (BPH) : PLAN DE MAÎTRISE DES TEMPERATURES A TOUTES LES ETAPES DU MACROPROCESSUS : Programme Pré-Requis Opérationnel (PRPo) et/ou des étapes cruciales à maîtriser (CCP). Maîtrise

Plus en détail

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE

LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES ET LEUR PREVENTION PAR L HYGIENE HOSPITALIERE DCEM 1 Professeur Michel Drancourt Michel.drancourt@univmed.fr Années 2012-2013 http://www.mediterranee-infection.com/ DEFINITION

Plus en détail

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE

Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Formations 2014 HYGIENE HOSPITALIERE Nous contacter : Tél. : 09 69 32 22 72 - Fax : 08 20 56 90 05 - E-mail : formation@alpagroupe.fr Contexte : Afin de prévenir le risque infectieux et maîtriser l hygiène

Plus en détail

PISCINE DE REEDUCATION ET HYGIENE CENTRE HOSPITALIER CENTRE BRETAGNE (Centre de Rééducation de Plémet) PLAN Généralités L eau circuit traitement maintenance contrôles Le baigneur Les locaux architecture

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE

HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE HYGIENE EN RESTAURATION COLLECTIVE Dr Erick KEROURIO DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA PROTECTION DES POPULATIONS DE L ESSONNE Le cadre réglementaire LA RESTAURATION COLLECTIVE Notion de «clientèle» captive

Plus en détail

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES

SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES SURVEILLANCE DES SALARIES MANIPULANT DES DENREES ALIMENTAIRES Dr Virginie NAEL Service de Santé au travail du personnel hospitalier CHU Nantes 44èmes journées FMC ANMTEPH / SOHF - Lausanne - Septembre

Plus en détail

Cuisiner en accueil de mineurs La sécurité sanitaire des aliments

Cuisiner en accueil de mineurs La sécurité sanitaire des aliments Cuisiner en accueil de mineurs La sécurité sanitaire des aliments La Direction Départementale des Services Vétérinaires : DDSV Ministère de l Agriculture et de la Pêche Direction Générale de l Alimentation

Plus en détail

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut

Il est bien établi que le réseau d eau hospitalier peut Les micro-organismes de l eau impliqués dans les infections nosocomiales Depuis 2001 chez Pall, en charge de l information scientifique et réglementaire dans les domaines d applications couverts par la

Plus en détail

Hygiène alimentaire en restauration collective

Hygiène alimentaire en restauration collective 1 2 3 4 5 6 7 Catalogue 2011 Audit, conseil et formation Hygiène alimentaire en restauration collective Laboratoire Départemental de la Côte-d'Or Sommaire 1 2 3 4 5 6 7 Sensibilisation à l hygiène alimentaire

Plus en détail

Alimentation. Linge. Déchets

Alimentation. Linge. Déchets Alimentation Linge Déchets X I V / L E S C I R C U I T S 121 # L ALIMENTATION La restauration hospitalière doit répondre non seulement aux besoins caloriques des patients mais elle participe aussi au bien

Plus en détail

BMR et personnel soignant

BMR et personnel soignant BMR et personnel soignant Dr. ML. LEPORI Service de Santé au Travail CHU BRABOIS NANCY Rappels On appelle infection nosocomiale ou infection hospitalière toute maladie contractée à l hôpital due à des

Plus en détail

LES INCONTOURNABLES DE L HYGIENE ALIMENTAIRE EN RESTAURANT SATELLITE

LES INCONTOURNABLES DE L HYGIENE ALIMENTAIRE EN RESTAURANT SATELLITE LES INCONTOURNABLES DE L HYGIENE ALIMENTAIRE EN RESTAURANT SATELLITE Direction Départementale de la Protection des Populations De Seine-Saint-Denis (DDPP 93) - Immeuble l Européen - 5 et 7 promenade Jean

Plus en détail

Guide pour piloter la formalisation de son Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS)

Guide pour piloter la formalisation de son Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) Guide pour piloter la formalisation de son Plan de Maîtrise Sanitaire (PMS) Pascal PEYRONNET : ingénieur en restauration CHU Limoges formateur pour le réseau LINUT RAPPEL DE LA REGLEMENTATION Réglement

Plus en détail

Repas occasionnels LA SECURITE ALIMENTAIRE

Repas occasionnels LA SECURITE ALIMENTAIRE Repas occasionnels LA SECURITE ALIMENTAIRE Jean-Claude Jouguet Février 2013 Technicien Supérieur en Chef des Services Vétérinaires L élaboration et le service de préparations culinaires par des particuliers

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives

Résumé des modifications intervenues : simplification et clarification des actions descriptives Référence : PT/RES/004-B Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques durant la période de stockage en réserve sèche. Mots clés : Denrées alimentaires / HACCP / Restauration / Stockage

Plus en détail

LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION

LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION La méthode HACCP olet 2 : Guide de mise en œuvre Constitution et réunion de l équipe HACCP 1- Définition de la méthode Année n+1 Participation active des agents 2-1.Évaluation

Plus en détail

Recommandations pour une bonne hygiène alimentaire en séjour de vacances.

Recommandations pour une bonne hygiène alimentaire en séjour de vacances. Recommandations pour une bonne hygiène alimentaire en séjour de vacances. Depuis le 1er janvier 2006, les règlements 178/2002 et 852/2004 du Parlement Européen fixent les obligations réglementaires applicables

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS. 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL D ENFANTS 60 rue Bertin BP 840 97400 SAINT DENIS DE LA RÉUNION Octobre 2005 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

HACCP. HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M.

HACCP. HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M. HACCP HACCP : Hasard Analysis Critical Control Point Méthode d analyse des risques et maîtrise des points critiques (art. 5 de l A.M. du 29/09/97) Une méthode qui a pour but : - d identifier les dangers,

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION. Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire. Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national

CATALOGUE DE FORMATION. Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire. Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national Qualité Hygiène et Sécurité Alimentaire 2015 Au service des professionnels des métiers de bouche sur tout le territoire national CATALOGUE DE FORMATION Enregistré sous le numéro 53350863735 auprès du Préfet

Plus en détail

Hygiène et sécurité des aliments Evaluations des risques professionnels

Hygiène et sécurité des aliments Evaluations des risques professionnels Hygiène et sécurité des aliments Evaluations des risques professionnels Présentation Stéphane GRAFFIN formation, diagnostic et conseil interviens depuis 2014 sur l ensemble du territoire national auprès

Plus en détail

Laboratoire Départemental d Analyses Premier semestre 2015 I T. mon Département, Ain

Laboratoire Départemental d Analyses Premier semestre 2015 I T. mon Département, Ain Laboratoire Départemental d Analyses Premier semestre 2015 O N I T A R RESTAU E V I T C COLLE FORMATIONS Ain mon Département, Introduction La réglementation européenne impose à tout personnel travaillant

Plus en détail

STOCKAGE EN FROID POSITIF OU EN FROID NEGATIF

STOCKAGE EN FROID POSITIF OU EN FROID NEGATIF Référence : PT/RES/018-A Page :Page 1 sur 5 Objet : Maîtriser les dangers microbiologiques durant la période de stockage des denrées alimentaires sous régime de froid. Mots clés : Chambre froide négative

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Introduction

Hygiène alimentaire. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Hygiène alimentaire Introduction Le temps de travail ne permet pas souvent aux salariés de déjeuner chez eux

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Réglementation Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Sommaire Avant de s installer, les démarches à suivre p.3/4 Concevoir la cuisine p.5 Hygiène - Les bonnes pratiques

Plus en détail

FORMATION INTER ENTREPRISES CATALOGUE ANNEE 2010

FORMATION INTER ENTREPRISES CATALOGUE ANNEE 2010 FORMATION INTER ENTREPRISES CATALOGUE ANNEE 2010 L'hygiène et la sécurité alimentaire LA METHODE H.A.C.C.P LES CUISINES SATELLITES L'ENTRETIEN ET LE NETTOYAGE DU MATERIEL ET DES LOCAUX LA RESTAURATION

Plus en détail

Centre Hospitalier de Dinant

Centre Hospitalier de Dinant Centre Hospitalier de Dinant Quelques conseils pour vous aider à alimenter votre enfant au biberon. mars 2007 Lorsque pour une raison ou une autre, vous ne pouvez ou ne désirez pas allaiter votre bébé,

Plus en détail

COMMENT METTRE EN PLACE LE DARI EN EHPAD? DARI: Document d Analyse des Risques Infectieux

COMMENT METTRE EN PLACE LE DARI EN EHPAD? DARI: Document d Analyse des Risques Infectieux COMMENT METTRE EN PLACE LE DARI EN EHPAD? DARI: Document d Analyse des Risques Infectieux PLAN I/ GENERALITES II/ COMMENT FAIRE UN DARI EN THEORIE? (Contexte, outils à disposition) III/ EXEMPLE D ORGANISATION:

Plus en détail

L hygiène en restauration

L hygiène en restauration L hygiène en restauration Remise directe au consommateur Avertissement : les fiches présentées dans cette rubrique ont valeur de première information synthétique et ne tiennent pas compte des spécificités

Plus en détail

Documents du PMS. spécimen. Fiches des Bonnes Pratiques d Hygiène B.P.H. Appelées également prérequis. chalphil-docs de travail

Documents du PMS. spécimen. Fiches des Bonnes Pratiques d Hygiène B.P.H. Appelées également prérequis. chalphil-docs de travail 11 Documents du PMS Fiches des Bonnes Pratiques d Hygiène B.P.H Appelées également prérequis Tenue réglementaire exigée On n'entre pas sans sa tenue Toute personne travaillant dans une zone de manutention

Plus en détail

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA)

PREVENTION ET CONDUITE A TENIR EN CAS DE GASTRO-ENTERITE AIGUES (GEA) 1. OBJECTIFS Prévenir la transmission croisée des micro-organismes responsables des GEA par la mise en œuvre de mesures appropriées pour tous les professionnels de l EHPAD. Prévenir le risque épidémique

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Restaurants et commerces alimentaires. Réglementation

Hygiène alimentaire. Restaurants et commerces alimentaires. Réglementation Double Mixte - Illustration : M.-M. Bougard - Direction de la communication Ville de Nantes (2008) Hygiène alimentaire Mairie de Nantes Service Hygiène, Manifestations et Sécurité civile Secteur hygiène

Plus en détail

FORMATION REFERENTS HYGIENE 14 HEURES (Décret 2011-731 du 24/06/2011 et Arrêté du 5/10/2011)

FORMATION REFERENTS HYGIENE 14 HEURES (Décret 2011-731 du 24/06/2011 et Arrêté du 5/10/2011) FORMATION REFERENTS HYGIENE 14 HEURES (Décret 2011-731 du 24/06/2011 et Arrêté du 5/10/2011) Interlocuteur Eurofins Biosciences : Lionel GROSJEAN Eurofins Biosciences Responsable Formation Conseil RHD

Plus en détail

FORMATION - AUDIT - CONSEIL

FORMATION - AUDIT - CONSEIL FORMATION - AUDIT - CONSEIL Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration Maîtriser le danger allergène : une obligation réglementaire L analyse microbiologique d une

Plus en détail

RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE

RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE Service Conseil et Formation RESTAURATEURS-HÔTELLERIE-LOISIRS ACTIONS COLLECTIVES INOVALYS PARTENAIRE DU FAFIH VOUS PROPOSE SON CALENDRIER DE FORMATIONS EN HYGIÈNE ALIMENTAIRE SOMMAIRE CALENDRIER 3 FORMATION

Plus en détail