OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION. (Note présenté par l Espagne)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION. (Note présenté par l Espagne)"

Transcription

1 Février 2003 Anglis et frnçis seulement OUVERTURE DU MARCHÉ DOMESTIQUE ESPAGNOL DANS LE CADRE DE LA LIBÉRALISATION (Note présenté pr l Espgne) 1. INTRODUCTION 1.1 Les principles crctéristiques géogrphiques du mrché domestique espgnol sont les suivntes : l implnttion de ses 40 millions d hbitnts et l topogrphie irrégulière de son territoire ; Mdrid et s région (5,4 millions d hbitnts) u centre géogrphique de l péninsule Ibérique ; deux groupes d îles hutement touristiques, à svoir les îles Cnries et les Bléres (2,8 millions d hbitnts et 11 éroports) ; et une popultion étlée à l périphérie de l Espgne continentle (26 millions d hbitnts et 26 éroports). De telles crctéristiques font du trnsport érien un mode de trnsport d une importnce strtégique. 1.2 En 1993, le mrché espgnol été totlement libérlisé. Auprvnt, les services ériens réguliers étient réservés ux compgnies du Groupe public Iberi, sous concession de l Ett. Les services non-réguliers étient libérlisés en prtique, mis réservés ux compgnies ntionles. Le tbleu ci-dessous illustre l sitution en 1992 et Tbleu 1. Compgnies exploitntes Services réguliers Services non-réguliers Services réguliers Services nonréguliers Groupe public IBERIA Iberi L.A.E. Avico Binter Cnris Binter Mediterráneo Viv Air (chrter) Avico (prtiellement) Viv Air Air Europ Spnir Futur LTE Osis Centenil Iberi L.A.E. Spnir Air Europ Aebl Air Europ Express Air Nostrum Binter Cnris Binter Mediterráneo Air Europ Futur LTE Iberworld Islndflug 1.3 En 1992, le Groupe public Iberi étit constitué de cinq compgnies ériennes. Le trfic non-régulier représentit 15 du trfic domestique globl et étit servi pr huit compgnies. 1.4 En 2002, Iberi L.A.E demeure l unique opérteur du groupe privtisé près le rcht de deux compgnies (Avico et Viv Air) et l vente des deux utres (Binter Cnris et (6 Pges)

2 2 Binter Mediterráneo). Sept utres compgnies privées offrent des services ériens réguliers. Le trfic non-régulier représente à peine 2 du trfic totl et est servi pr cinq compgnies. 1.5 Sur certines routes, d utres compgnies ériennes communutires ont spordiquement offert des services, en prticulier des services de cbotge consécutif. De toute fçon, leur présence été mrginle du fit de leurs périodes d exploittion et de leur prt de mrché sur le mrché globl. 2. ROUTES SUR LESQUELLES LA CONCURRENCE EST AUJOURD HUI BIEN RÉELLE PAR RAPPORT À L ÉPOQUE ANTÉRIEURE À L impct de l libérlistion peut être évlué d près le nombre de routes sur lesquelles l concurrence est mnifeste et d près le volume de trfic sur ces routes (voir Tbleu 2). Deux ou trois compgnies exploitent 40 de ces routes, ce qui représente 82 du trfic. Le plus hut degré de concurrence se situe sur l route Mdrid-Brcelone et sur les routes relint l Espgne continentle ux rchipels des Cnries (trois opérteurs exploitent 81 des routes) et des Bléres (trois opérteurs exploitent 94 des routes), sur lesquelles rivlisent trois principux opérteurs (Iberi L.A.E, Spnir et Air Europ). Tbleu 2. Concurrence pr route en Nb d opérteurs trois deux un Routes Trfic Il convient de souligner que le trfic inter-îles de l rchipel des Cnries (16 routes), vec 2,2 millions de en 2001, est exploité prtiquement en exclusivité pr l compgnie régionle Binter Cnris (dotée de onze éronefs à turbopropulseurs de 72 sièges), en vertu des obligtions de service public imposées pr le Règlement CEE 2408/ 92, qui mintient le principe d ccès libre u mrché. 3. INFORMATIONS TARIFAIRES SUR UN ÉCHANTILLON DE ROUTES AVEC CORRÉLATION ENTRE CONCURRENCE ACCRUE ET BAISSE DES PRIX 3.1 En 2001, sur l pluprt des routes de forte densité (82 du volume de trfic), bien que les trifs de bse ient enregistré une husse générle (voir Tbleu 3), l concurrence permis à une grnde mjorité d usgers du trnsport érien de voyger à des prix réellement ttrctifs, notmment en rison de l multipliction des offres promotionnelles émises pr l ensemble des compgnies ériennes. En 1992, les trifs devient être pprouvés pr le gouvernement et leurs prix étient étroitement fonction des coûts d exploittion et des distnces des routes exploitées. Les offres promotionnelles étient peu fréquentes. A l heure ctuelle, les trifs sont fixés librement selon des critères du mrché, y compris sur les routes où l concurrence est fible.

3 3 Tbleu 3. Évolution des trifs Sous-mrché Trfic 2001 () Husse des trifs de bse Mdrid-Péninsule 27, Husse des recettes unitires Péninsule-îles Bléres 18, Péninsule-îles Cnries 15, Mdrid-Brcelone 14, Brcelone-Péninsule 12, Inter-péninsulire Au cours de l période , l indice des prix à l consommtion progressé de 24 en Espgne. 3.3 Pour le groupe de routes à crctère hutement touristique ou concurrentiel et relint l Espgne continentle ux rchipels des Bléres et des Cnries, ou prtnt de Mdrid et Brcelone, les trifs moyens (recettes unitires) en 2001 sont restés à des niveux similires à ceux enregistrés en 1994, et ce mlgré l forte ugmenttion des trifs de bse. 3.4 S gissnt des routes crctérisées pr un fort trfic d ffires (Mdrid- Brcelone) et des routes desservies pr une ou deux compgnies ériennes, c est-à-dire les mrchés non touristiques, où l densité des routes est fible et où les compgnies régionles opèrent à des coûts unitires élevés, l impct sur les prix été moins mrqué. 4. INDICATION DES ROUTES QUI NE SONT PLUS DESSERVIES DEPUIS L INTRODUCTION DE LA LIBÉRALISATION 4.1 L ensemble du réseu de routes domestiques connu une certine restructurtion entre l sison estivle 1992 et l sison estivle Au cours de cette période, 19 routes ont cessé d être exploitées, mis 42 nouvelles routes ont été ouvertes, ce qui équivut à l crétion nette de 23 nouveux services. 4.2 Les chngements les plus significtifs ont découlé d une concentrtion du trfic pr les trois principles compgnies ériennes bsées sur les éroports de Mdrid et Brcelone, de l pprition de nouveux opérteurs régionux dotés d une flotte moyen-courrier sur des routes à fible trfic, insi que de l ouverture de nouvelles routes sur le mrché touristique des Bléres et le mrché inter-îles des Cnries. 5. DÉTAILS DE L ENTRÉE SUR LE MARCHÉ /LA DISPARITION DE COMPAGNIES AÉRIENNES 5.1 L entrée de nouvelles compgnies ériennes sur le mrché régulier débuté u cours de l période 93/94, vec le début d exploittion des compgnies Air Europ et Spnir sur les routes où le trfic est le plus dense (nvette Mdrid-Brcelone, Mdrid-îles Cnries, et

4 4 Mdrid-îles Bléres). Ces deux compgnies, qui opérient uprvnt sur le mrché chrter intr-européen, ont ffecté une prt importnte de leur flotte moyen-courrier u mrché régulier. A prtir de 1995, trois nouveux opérteurs régionux : Air Nostrum (1995) (opérnt depuis 1998 sous frnchise d Iberi), Air Europe Express ( filile d Air Europe) et Aebl ( filile de Spnir) ont fit leur entrée sur le mrché pour former un groupe de huit compgnies durnt l sison estivle 2001 et se prtger le trfic, comme l indique le Tbleu 4. Tbleu 4. Réprtition du trfic régulier en Compgnie Iberi/Air Nostrum AirEurop/Air Europ Express Spnir/Aebl Trfic Binter Cnris 5.2 Seules deux compgnies, Pn Air et Air Europ Express, ont délissé en 2002 le mrché régulier u terme d une courte période d exploittion. 6. FRÉQUENCE/CAPACITÉ SUR UN ÉCHANTILLON DE ROUTES 6.1 Un utre effet positif de l libérlistion, qui s est crctérisé pr une forte husse des fréquences hebdomdires des services réguliers (voir Tbleu 5), découlé du développement simultné des éroports de Mdrid et Brcelone en éroports-pivots, de l rrivée d opérteurs régionux sur le mrché inter-péninsulire, insi que du phénomène de «régulristion» de l mjorité du trfic non-régulier destiné ux mrchés touristiques des îles Cnries et Bléres. 6.2 L croissnce de l route Mdrid-Brcelone (294 ), qui vu psser ses fréquences hebdomdires de 112 en 1994 à 441 en 2001, est éloquente si on l compre à celle des utres routes. Les trois principles compgnies ériennes desservnt cette route sont en concurrence serrée et opèrent un service de nvette vec un prc érien moyen similire d une sison sur l utre. L croissnce est plus fible sur les mrchés où les opértions s effectuent depuis 1994 vec des éronefs de petits segments (50/70 sièges) et des fréquences élevées (îles Cnries). 7. CONSÉQUENCES POUR LES PASSAGERS DES DISPARITIONS DE COMPAGNIES 7.1 L effet cusé pr l disprition des compgnies ériennes, en rison des chngements de progrmmtion de routes ou simplement d une cesstion d ctivité, est qusiment nul. Toutes les compgnies ynt pu ccéder u mrché (hormis certins petits opérteurs dotés d un fible nombre d éronefs) étient encore en exploittion en 2001.

5 5 8. GLOBALEMENT LE MARCHÉ A-T-IL AUGMENTÉ OU DIMINUÉ APRÈS LA LIBÉRALISATION Sous-mrché Tbleu 5. Évolution du mrché (en millions de ) et du nombre de fréquences hebdomdires Nb de 1992 Réprtition Nb de 2001 Réprtition Husse du nb de Husse des fréquences Mdrid-Péninsule 4,65 27,9 7,74 27, Péninsule-Bléres 2,57 15,4 5,18 18,3 101,7 122 Péninsule-Cnries 2,17 13,1 4,28 15,2 97,0 60 Mdrid-Brcelone 2,18 13,1 4,16 14,7 90,8 294 Brcelone-Péninsule 1,86 11,2 3,43 12,1 84,4 125 Inter-îles Cnries 1,94 11,7 2,2 8, Autres sous-mrchés 1,26 7,6 1,15 4, Totl régulier 16, , ,7 Totl non-régulier 2,98 0,74-74,8 Totl Domestique 19,61 29,00 47,8 8.1 Le mrché domestique globl régulier et non-régulier (voir Tbleu 5) connu une croissnce notble de 47,8 entre 1992 et 2001, ce qui dépsse lrgement l husse de 30 du PIB à prix constnts. Il convient de souligner l forte chute du trfic non-régulier, qui est simplement devenu «régulrisé» et qui explique l forte ugmenttion du trfic régulier exploité vers les pôles touristiques des îles Cnries et Bléres. Le trfic en provennce de Mdrid et Brcelone enregistré une croissnce constnte en conséquence du développement de ces pltesformes en éroports-pivots et des trois principles compgnies qui l exploitent. Si l croissnce du trfic globl s est élevée de 47,8, celle du trfic domestique des éroports de Mdrid et Brcelone progressé de 74 et 64 respectivement.

6 6 A t l n t i c O c e n PORTUGAL Cntbrin Se MADRI FRANCE BARCELONA M e d i t e r r n e n S E Bleres Cnris Atlntic Ocen SYMBOLS: F R A N C I A Mdrid - Brcelon Mdrid - Penínsul Brcelon - Penínsul Interpeninsulr Penínsul - Bleres Penínsul - Cnris Penínsul - Melill Interinsulr MARCHE DOMESTIQUE ESPAGNOL - Fin

7 8 FRÉQUENCE/CAPACITÉ SUR UN ÉCHANTILLON DE ROUTES Un utre effet positif de l libérlistion, qui s est crctérisé pr une forte husse des fréquences hebdomdires des services réguliers (voir Tbleu 5), découlé du développement simultné des éroports de Mdrid et Brcelone en éroports-pivots, de l rrivée d opérteurs régionux sur le mrché inter-péninsulire, insi que du phénomène de «régulristion» de l mjorité du trfic non-régulier destiné ux mrchés touristiques des îles Cnries et Bléres. L croissnce de l route Mdrid-Brcelone (294 ), qui vu psser ses fréquences hebdomdires de 112 en 1994 à 441 en 2001, est éloquente si on l compre à celle des utres routes. Les trois principles compgnies ériennes desservnt cette route sont en concurrence serrée et opèrent un service de nvette vec un prc érien moyen similire d une sison sur l utre. L croissnce est plus fible sur les mrchés où les opértions s effectuent depuis 1994 vec des éronefs de petits segments (50/70 sièges) et des fréquences élevées (îles Cnries). CONSÉQUENCES POUR LES PASSAGERS DES DISPARITIONS DE COMPAGNIES L effet cusé pr l disprition des compgnies ériennes, en rison des chngements de progrmmtion de routes ou simplement d une cesstion d ctivité, est qusiment nul. Toutes les compgnies ynt pu ccéder u mrché (hormis certins petits opérteurs dotés d un fible nombre d éronefs) étient encore en exploittion en GLOBALEMENT LE MARCHÉ A-T-IL AUGMENTÉ OU DIMINUÉ APRÈS LA LIBÉRALISATION Tbleu 5. Évolution du mrché (en millions de ) et du nombre de fréquences hebdomdires Sous-mrché Nb de 1992 Réprtition Nb de 2001 Réprtition Husse du nb de Mdrid-Péninsule 4,65 27,9 7,74 27, Péninsule-Bléres 2,57 15,4 5,18 18,3 101,7 122 Péninsule-Cnries 2,17 13,1 4,28 15,2 97,0 60 Husse des fréquences

8 9 Mdrid-Brcelone 2,18 13,1 4,16 14,7 90,8 294 Brcelone-Péninsule 1,86 11,2 3,43 12,1 84,4 125 Inter-îles Cnries 1,94 11,7 2,2 8, Autres sous-mrchés 1,26 7,6 1,15 4, Totl régulier 16, , ,7 Totl non-régulier 2,98 0,74-74,8 Totl Domestique 19,61 29,00 47,8 Le mrché domestique globl régulier et non-régulier (voir Tbleu 5) connu une croissnce notble de 47,8 entre 1992 et 2001, ce qui dépsse lrgement l husse de 30 du PIB à prix constnts. Il convient de souligner l forte chute du trfic non-régulier, qui est simplement devenu «régulrisé» et qui explique l forte ugmenttion du trfic régulier exploité vers les pôles touristiques des îles Cnries et Bléres. Le trfic en provennce de Mdrid et Brcelone enregistré une croissnce constnte en conséquence du développement de ces pltes-formes en éroports-pivots et des trois principles compgnies qui l exploitent. Si l croissnce du trfic globl s est élevée de 47,8, celle du trfic domestique des éroports de Mdrid et Brcelone progressé de 74 et 64 respectivement.

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013

uanacia pour le trimestre terminé le 31 décembre 2013 * I1 # Office ntionl Ntionl Energy Bord Rpport finncier trimestriel Compte rendu soulignnt les résultts, les risques et les chngements importnts qunt u fonctionnement, u personnel et ux progrmmes Introduction

Plus en détail

LE MARCHÉ DE LA RÉASSURANCE EN 2013

LE MARCHÉ DE LA RÉASSURANCE EN 2013 CONFÉRENCE DE PRESSE LE MRCHÉ DE L RÉSSURNCE EN 013 FRNCE - INTERNTIONL PREF François Vilnet Président FFS Bernard Spitz Président Jeudi 10 juillet 014 Paris CONFÉRENCE DE PRESSE 1 LE MRCHÉ FRNÇIS DE L

Plus en détail

1. Contribution au raccordement

1. Contribution au raccordement TARIFS 215 CHAUFFAGE A DISTANCE CONTRIBUTIONS AU RACCORDEMENT 1. Contribution u rccordement 1.1 L contribution u rccordement est clculée en fonction des kw th souscrits dns le cdre des puissnces normlisées.

Plus en détail

Les troubles d apprentissage

Les troubles d apprentissage Histoire de Lynn Lynn est une enfnt de 10 ns qui ime fire du sport et psser du temps vec ses mies. C est une élève moyenne, qui obtient des B dns toutes les mtières, à prt les mthémtiques Les mthémtiques

Plus en détail

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant.

S il ne peut être déterminé en raison d'excavations et de remblais antérieurs, la référence est le terrain naturel environnant. Annexe A MESSAGE TYPE 8. COMMENTAIRES DES DEFINITIONS DE L ANNEXE NOTIONS ET METHODES DE MESURE 1. TERRAIN DE RÉFÉRENCE 1.1 Terrin de référence Le terrin de référence équivut u terrin nturel. S il ne peut

Plus en détail

METHADOSE MC Dépendance aux opiacés

METHADOSE MC Dépendance aux opiacés METHADOSE MC Dépendnce ux opicés OCTOBRE 2013 Mrque de commerce : Methdose Dénomintion commune : Méthdone (chlorhydrte de) Fbricnt : Mllinckro Forme : Solution Orle Teneur : Ajout ux listes de médicments

Plus en détail

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel

IFT 615 : Devoir 4 Travail individuel IFT 615 : Devoir 4 Trvil individuel Remise : 1 vril 01, 16h0 (u plus trd) 1. [ points] Dns le cours, nous vons vu différents types de problèmes d intelligence rtificielle insi que plusieurs solutions possibles

Plus en détail

Acceptation (d une libéralité)

Acceptation (d une libéralité) A Accepttion (d une libérlité) L ccepttion d une libérlité est un cte très importnt, sns lequel, il n y ps libérlité, que l on soit en présence d un trnsfert entre vifs ou à cuse de mort. I. L rt. 932

Plus en détail

Avec la loi relative à la politique de santé publique d août 2004, la problématique de la santé au travail a été inscrite dans le

Avec la loi relative à la politique de santé publique d août 2004, la problématique de la santé au travail a été inscrite dans le Snté & trvil en GROUPEMENT REGIONAL DE SANTE PUBLIQUE DE PICARDIE Le constt -3 à trvers l enquête décennle snté Avec l loi reltive à l politique de snté publique d oût 4, l problémtique de l snté u trvil

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL 2007 valant Rapport financier annuel valant Document de référence

RAPPORT ANNUEL 2007 valant Rapport financier annuel valant Document de référence RAPPORT ANNUEL 2007 vlnt Rpport finncier nnuel vlnt Document de référence Le présent document de référence été déposé uprès de l AMF le 31 mrs 2008, conformément à l rticle 212-13 du Réglement Générl de

Plus en détail

Données mondiales sur la cécité

Données mondiales sur la cécité Données mondiles sur l cécité B. Thylefors, Docteur en médecine # A.-D. Négrel, R. Prrjsegrm, K.Y. Ddzie, # Chrgé de progrmme. (Merci d dresser toute demnde de duplict u Coordonnteur) * Ophtlmologistes

Plus en détail

Article. «Certaines caractéristiques du logement au Canada» Denis Germain. L'Actualité économique, vol. 36, n 3, 1960, p. 467-486.

Article. «Certaines caractéristiques du logement au Canada» Denis Germain. L'Actualité économique, vol. 36, n 3, 1960, p. 467-486. Article «Certines crctéristiques du logement u Cnd» Denis Germin L'Actulité économique, vol. 36, n 3, 1960, p. 467-46. Pour citer cet rticle, utiliser l'informtion suivnte : URI: http://id.erudit.org/iderudit/1001551r

Plus en détail

Lancement d u site Internet

Lancement d u site Internet Lncement d u site Internet d u S M E T O M - G E E O D E www.smetom-geeode.fr Votre contct presse Erwn GUILLERON, chrgé de communiction SMETOM-GEEODE - 14 rue l Mirie - 77160 Poigny Tél : 01.64.00.26.45

Plus en détail

L insécurité alimentaire dans les ménages québécois : mise à jour et évolution de 2005 à 2012

L insécurité alimentaire dans les ménages québécois : mise à jour et évolution de 2005 à 2012 institut ntional de snté publique du québec SURVEILLANCE DES hbitudes de vie Numéro 4 L insécurité limentire dns les ménges québécois : mise à jour et évolution de 2005 à 2012 Fits sillnts Au Québec, en

Plus en détail

REGLEMENT DU CLASSEMENT NATIONAL

REGLEMENT DU CLASSEMENT NATIONAL REGLEMET DU CLASSEMET ATIOAL / Les règles indiquées ici sont celles utilisées pour clculer les ttributions de points de l sison -. I. PRICIPES DE BASE Le clssement ntionl de l F.F.B. est le seul uquel

Plus en détail

Inégalités socio-économiques et mortalité de l enfant : comparaison dans neuf pays en développement Adam Wagstaff 1

Inégalités socio-économiques et mortalité de l enfant : comparaison dans neuf pays en développement Adam Wagstaff 1 Thème spécil Inéglités de snté Dossiers thémtiques Inéglités socio-économiques et mortlité de l enfnt : comprison dns neuf pys en développement Adm Wgstff 1 Cet rticle est le résultt d une enquête et de

Plus en détail

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel

Cours de Mathématique - Statistique Calcul Matriciel L - Mth Stt Cours de Mthémtique - Sttistique Clcul Mtriciel F. SEYTE : Mître de conférences HDR en sciences économiques Université de Montpellier I M. TERRZ : Professeur de sciences économiques Université

Plus en détail

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg

Prospection électrique. Guy Marquis, EOST Strasbourg Prospection électrique Guy Mrquis, EOST Strsbourg Le 9 Avril 005 Chpitre Bses physiques L prospection électrique est l une des plus nciennes méthodes de prospection géophysique. S mise en oeuvre est reltivement

Plus en détail

Comparaison de trois types de ventilation lors d un transport de 10 heures Ambiance et bien-être des porcs

Comparaison de trois types de ventilation lors d un transport de 10 heures Ambiance et bien-être des porcs Comprison de trois types de ventiltion lors d un trnsport de 10 heures mince et ien-être des porcs étge 3 étge 2 étge 1 Le règlement 411/98 CE, complémentire de l Directive 91/628 CE pour le trnsport de

Plus en détail

Impact Recherche. St-Jean / St-Hyacinthe. Outremont / Roberval Lac-St. - Bagot 17 septembre élections partielles Rapport Final

Impact Recherche. St-Jean / St-Hyacinthe. Outremont / Roberval Lac-St. - Bagot 17 septembre élections partielles Rapport Final Impct Recherche Outremont / Roervl Lc-St St-Jen / St-Hycinthe - Bgot 17 septemre élections prtielles Rpport Finl Tle des mtières SOMMAIRE EXÉCUTIF 3 CONTEXTE, OBJECTIFS, ET MÉTHODOLOGIE 6 PROFIL 12 NOTORIÉTÉ

Plus en détail

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Gestion Commercile Gérez le cycle complet des chts (demnde de prix, fcture fournisseur), des stocks (entrée, sortie mouvement, suivi) et des ventes (devis, fcture, règlement,

Plus en détail

Revenus des travailleurs agricoles, notamment dans les pays en voie de développement

Revenus des travailleurs agricoles, notamment dans les pays en voie de développement Orgnistion interntionle du Trvil ACRD VIII/1974/III (ntérieurement PAC) Commission consulttive du développement rurl uitième session, Genève, 30 septembre 11 octobre 1974 Troisième question à l'ordre du

Plus en détail

Convention européenne sur la responsabilité civile en cas de dommages causés par des véhicules automoteurs

Convention européenne sur la responsabilité civile en cas de dommages causés par des véhicules automoteurs Série des trités européens - n 79 Convention européenne sur l responsilité civile en cs de dommges cusés pr des véhicules utomoteurs Strsourg, 14.V.1973 Prémule Les Etts memres du Conseil de l'europe,

Plus en détail

A Identification de l acheteur

A Identification de l acheteur MISE A JOUR OCTOBRE 2008 MARCHéS PUBLICS/ACCORDS-CADRES D é c l r t i o n d u c n d i d T En cs de cndidtures groupées, remplir une déclrtion de cndidture pr membre du groupement. Tous les documents constitunt

Plus en détail

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS

STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS CHAPITRE 1 STRUCTURE CRISTALLINE THEORIE DES RESEAUX DE BRAVAIS Objectifs Comme les liquides et les gz, les solides jouent un rôle très importnt en chimie. Or l pluprt des solides sont des solides cristllins.

Plus en détail

POURCENTAGE PROPORTION ÉVOLUTION

POURCENTAGE PROPORTION ÉVOLUTION POURCENTAGE PROPORTION ÉVOLUTION I. PROPORTION Dns une clsse de 35 élèves il y 14 filles. L proportion de filles dns cette clsse est de Dns cette clsse il y de filles. Prmi ces filles il y 42 % de demi-pensionnires,

Plus en détail

Mettre en œuvre l Espace Aérien Commun Euro-Méditerranéen

Mettre en œuvre l Espace Aérien Commun Euro-Méditerranéen ACEM Mettre en œuvre l Espce Aérien Commun Euro-Méditerrnéen Mrseille Beyrouth Frncfort Csblnc Copenhgue Nicosie Amsterdm Istnbul Vienne Mrrkech Brcelone Alexndrie Gênes This project is funded by the Europen

Plus en détail

Plans d aménagement particulier «quartiers existants» - PAP QE

Plans d aménagement particulier «quartiers existants» - PAP QE Commune de Nommern Bourghof, Cruchten, Eichelbour, Kleinbourghof, Niederglbch, Nommern, Oberglbch, Schlederhff, Schrondweiler, Seylerhof et Zhneschhff Plns d méngement prticulier «qurtiers existnts» -

Plus en détail

PLAN LOCAL DE DÉPLACEMENTS PLAN MARCHE. L essentiel sur le. et le. de Plaine Commune AVEC PLAINE COMMUNE, LES DÉPLACEMENTS DE DEMAIN SONT EN MARCHE

PLAN LOCAL DE DÉPLACEMENTS PLAN MARCHE. L essentiel sur le. et le. de Plaine Commune AVEC PLAINE COMMUNE, LES DÉPLACEMENTS DE DEMAIN SONT EN MARCHE L essentiel sur le PLAN LOCAL DE DÉPLACEENTS et le PLAN ARCHE de Pline Commune AVEC PLAINE COUNE, LES DÉPLACEENTS DE DEAIN SONT EN ARCHE Se déplcer ujourd hui et demin sur le territoire de Pline Commune

Plus en détail

Le transport en commun comme solution à la relance économique et à la crise environnementale au Québec

Le transport en commun comme solution à la relance économique et à la crise environnementale au Québec JANVIER 2016 Note socioéconomique Le trnsport en commun comme solution à l relnce économique et à l crise environnementle u Québec BERTRAND SCHEPPER chercheur à l IRIS Entre 2014 et 2024, le gouvernement

Plus en détail

LES COOPÉRATIVES ET L EMPLOI:

LES COOPÉRATIVES ET L EMPLOI: LES COOPÉRATIVES ET L EMPLOI: un rpport mondil Bruno Roelnts, Eum Hyungsik et Elis Terrsi, CICOPA LES COOPÉRATIVES ET L EMPLOI: UN RAPPORT MONDIAL Concernnt les uteurs Bruno Roelnts est Secrétire Générl

Plus en détail

Dossier de demande de subvention

Dossier de demande de subvention Assocition Demnde de subvention n 12156*01 Loi du 1 er juillet 1901 reltive u contrt d ssocition Dossier de demnde de subvention Vous trouverez dns ce dossier tout ce dont vous vez besoin pour étblir votre

Plus en détail

Le pétrole de l île d Anticosti : une bonne affaire pour les Québécois es?

Le pétrole de l île d Anticosti : une bonne affaire pour les Québécois es? AOÛT 2015 Note socio-économique Le pétrole de l île d Anticosti : une bonne ffire pour les Québécois es? BERTRAND SCHEPPER chercheur à l IRIS vec l collbortion de Renud Gignc, chercheur-ssocié à l IRIS

Plus en détail

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés

AMETRA TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION. Santé au travail. Guide destiné aux personnels exposés AMETRA Snté u trvil TRAVAIL SUR ECRAN DE VISUALISATION Guide destiné ux personnels exposés IMPLANTATION GÉNÉRALE Norme NF X 35-109 Les limites cceptbles du port mnuel de chrges pr une personne : Le slrié,

Plus en détail

Document de référence 2006

Document de référence 2006 Document de référence 2006 Le présent document de référence été déposé uprès de l Autorité des Mrchés Finnciers le 7 juin 2007, conformément à l rticle 212-13 du règlement générl de l Autorité des Mrchés

Plus en détail

Site web de réservations de voyages mettant en relation des clients voyageurs, des prestataires de services leur gestionnaire de

Site web de réservations de voyages mettant en relation des clients voyageurs, des prestataires de services leur gestionnaire de Usger Gérer session utilisteur Client Système comptble Client fidélisé Gérer Suivi Rés Administrteur site de réservtion Gestionnire fidélité Gérer Fidélité Gestionnire Hotels Gérer Hotels Site web de réservtions

Plus en détail

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution Toyot Assurnces Toujours l meilleure solution De quelle ssurnce vez-vous besoin? Vous roulez déjà en Toyot ou vous ttendez s livrison. Votre voiture est neuve ou d occsion. Vous vlez les kilomètres ou

Plus en détail

Numara Asset Management Platform

Numara Asset Management Platform Numr Asset Mngement Pltform L Puissnce Tout-en-un L plteforme de gestion de prc informtique Numr Asset Mngement Pltform (NAMP) permet ux services informtiques d ccroître les niveux de service, d méliorer

Plus en détail

Opinions des médecins du travail sur la prévention des cancers professionnels

Opinions des médecins du travail sur la prévention des cancers professionnels C A N C E R L lettre de vloristion de l ORS PACA - SE4S (UMR 912 Inserm-IRD- Université Aix-Mrseille) N 2 3 2 0 1 0 R e g r d S n t é e s t l l e t t r e d e v l o r i s t i o n d e s t r v u x d e r e

Plus en détail

Mesure de résistances

Mesure de résistances GEL 1002 Trvux prtiques Lortoire 2 1 Trvux prtiques Lortoire 2 (1 sénce) Mesure de résistnces Ojectifs Les ojectifs de cette phse des trvux prtiques sont : ) d utiliser déqutement l plquette de montge

Plus en détail

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY)

Strasbourg, 12 novembre 2013 (projet) T-CY (2013) 26. Comité de la Convention Cybercriminalité (T-CY) www.coe.int/tcy Strsourg, 12 novemre 2013 (projet) T-CY (2013) 26 Comité de l Convention Cyercriminlité (T-CY) Note d orienttion n 8 du T-CY Otention, dns le cdre d une enquête pénle, de données reltives

Plus en détail

Ater Lucis. La lumière maîtrisée

Ater Lucis. La lumière maîtrisée Ater Lucis L lumière mîtrisée 09/2009 Contenu A propos de Bonhomme Bâtiments Industriels Ater Lucis Démrche Qulités Focus pr modèle Circeo Xelios Arboris A propos de Bonhomme Bâtiments Industriels Bonhomme

Plus en détail

Ludovic LOPES. Lycée Léonard de Vinci - 62228 Calais Cedex

Ludovic LOPES. Lycée Léonard de Vinci - 62228 Calais Cedex U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E 1 Méthode de l réction prépondérnte : proposition d une pproche quntittive systémtisée pr Lycée Léonrd de Vinci - 62228 Clis

Plus en détail

Industrie, Agriculture, Habitat, Tertiaire

Industrie, Agriculture, Habitat, Tertiaire Méthodologie pour les projets réduisnt l consommtion de combustibles fossiles dns une instlltion préexistnte de production d énergie thermique pour chuffge, pr optimistion de l gestion de l production.

Plus en détail

Allez où bon vous semble, nous garantissons votre sécurité.

Allez où bon vous semble, nous garantissons votre sécurité. L check-list on-rod et off-rod: ussi importnte qu un bon pneu! Avez-vous monté les pneus on-rod / off-rod de Continentl? Vérifié le niveu d huile? Contrôlé l pression des pneus? Vérifié l étt de l roue

Plus en détail

gfaubert septembre 2010 1

gfaubert septembre 2010 1 Notes de cours Pour l e secondire Compiltion et/ou crétion Guyline Fuert Septemre 00 gfuert septemre 00 Géométrie------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Equations d'état, travail et chaleur

Equations d'état, travail et chaleur Equtions d'étt, trvil et chleur Exercice On donne R 8, SI. ) Quelle est l'éqution d'étt de n moles d'un gz prfit dns l'étt,,? En déduire l'unité de R. ) Clculer numériquement l vleur du volume molire d'un

Plus en détail

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation Influence du milieu d étude sur l ctivité (suite) Inhibition et ctivtion Influence de l tempérture Influence du ph 1 Influence de l tempérture Si on chuffe une préprtion enzymtique, l ctivité ugmente jusqu

Plus en détail

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013

Les Dossiers Du Mois. 006 Janvier 2013 Les Dossiers Du Mois No. 006 Jnvier 2013 DÉVELOPPEMENT DE LA POLICE NATIONALE D'HAÏTI: cp sur 2016 Le Gouvernement hïtien doté s police ntionle d'un pln quinquennl de développement pour l période 2012-2016.

Plus en détail

Logiciel Anti-Spyware Enterprise Module

Logiciel Anti-Spyware Enterprise Module Logiciel Anti-Spywre Enterprise Module version 8.0 Guide Qu est-ce qu Anti-Spywre Enterprise Module? McAfee Anti-Spywre Enterprise Module est un module d extension qui permet d étendre les cpcités de détection

Plus en détail

Pour le SNU, cet accord acte des points importants car il maintient : LA SOLIDARITE ENTRE LES REVENUS

Pour le SNU, cet accord acte des points importants car il maintient : LA SOLIDARITE ENTRE LES REVENUS Mutuelle : Le SNU signtire de l ccord Le SNU vient de décider de signer le nouvel ccord sur l mutuelle d étblissement de Pôle emploi. Cet ccord qui concerne tous les personnels de Pole Emploi révise l

Plus en détail

Alliance Fran~aise de Geneve et

Alliance Fran~aise de Geneve et if :~,," " " ".,...' Allince Frn~ise de Geneve et et Ie Forum economique rhodnien pour L' Allince frn

Plus en détail

Offre Spéciale Fonds en uro

Offre Spéciale Fonds en uro Offre Spécile Fonds en uro, 37% net minimum grnti* en 2012 et 2013 Pour tout versement comprennt u minimum 25% d unités de compte Dte limite de souscription/versement : 31/10/2012 * Conditions de l'offre

Plus en détail

Outils de calcul pour la 3 ème

Outils de calcul pour la 3 ème Chpitre I Outils de clcul pour l Ce que nous connissons déjà :! Opértions sur les décimux, les reltifs et les quotients. Puissnces de dix. Nottions scientifiques. Clcul littérl simple. Objectifs de ce

Plus en détail

12Planet ConferenceServer

12Planet ConferenceServer Présenttion solution 12Plnet ConferenceServer Orgniser des conférences, débts ou interviews en temps réel sur le Web ou sur votre Intrnet ConferenceServer principles fonctionnlités Fonction de modértion

Plus en détail

6.1 STRUCTURES PLANES FORMEES DE POUTRES RELATIONS ENTRE CHARGES ET ELEMENTS DE REDUCTION

6.1 STRUCTURES PLANES FORMEES DE POUTRES RELATIONS ENTRE CHARGES ET ELEMENTS DE REDUCTION 6.1 STRUTURES PLES FOREES DE POUTRES RELTIOS ETRE HRGES ET ELEETS DE REDUTIO Les vritions des éléments de réduction,,, lorsqu'on psse d'une section à l'utre, sont liées pr des reltions fondmentles que

Plus en détail

Comité Technique EPARGNE SALARIALE Dossier de presse - oct. 2014. Réformer. l épargne salariale

Comité Technique EPARGNE SALARIALE Dossier de presse - oct. 2014. Réformer. l épargne salariale Comité Technique EPARGNE SALARIALE Dossier de presse - oct. 2014 Réformer l éprgne slrile Sommire x Introduction... 4 x Les contributeurs... 6 x Détil des 4 xes «phres»... 8 u v w x Démocrtiser l éprgne

Plus en détail

Cegid Group. Évaluation indépendante de la valeur des BAAR dans le cadre du projet de modification des caractéristiques des BAAR existants

Cegid Group. Évaluation indépendante de la valeur des BAAR dans le cadre du projet de modification des caractéristiques des BAAR existants y Accurcy Figures for decision Cegid Group Évlution indépendnte de l vleur des BAAR dns le cdre du projet de modifiction des crctéristiques des BAAR existnts Ce rpport d expertise ne constitue ps une «Attesttion

Plus en détail

NUMÉRO DU PROJET : 1518. Réalisé par : Hervé Van Der Heyden, B.Sc Luc Brodeur, agr. Compagnie de recherche Phytodata inc.

NUMÉRO DU PROJET : 1518. Réalisé par : Hervé Van Der Heyden, B.Sc Luc Brodeur, agr. Compagnie de recherche Phytodata inc. Rpport finl rélisé dns le cdre du progrmme Prime-Vert, sousvolet 11.1 Appui à l Strtégie phytosnitire québécoise en griculture TITRE : IMPLANTATION D UN RÉSEAU LOCAL DE DÉTECTION HÂTIVE DE PHYTOPHTHORA

Plus en détail

COMPARAISON DE DEUX MÉTHODES DE CUBAGE

COMPARAISON DE DEUX MÉTHODES DE CUBAGE COMPARAISON DE DEUX MÉTHODES DE CUBAGE J. BOUCHON - J.M. DELORD - P. ROUSSEAU L recherche forestière frnçise cube les rbres de plcettes expérimentles vec une grnde minutie. L'Inventire forestier ntionl

Plus en détail

SyGEMe: Système de gestion municipale intégrée du cycle de l eau ESRI France, Paris, 2 octobre 2008 k

SyGEMe: Système de gestion municipale intégrée du cycle de l eau ESRI France, Paris, 2 octobre 2008 k SyGEMe: Système de gestion municiple intégrée du cycle de l eu Géomonitoring, structurtion de l informtion, gestion de l connissnce et rchitecture système 1. Introduction 2. Géomonitoring et structurtion

Plus en détail

P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales»

P hotographies aériennes. Photographies aériennes actuelles. La BD ORTHO de l IGN. Les photographies «satellitales» P hotogrphies ériennes Pr rpport ux crtes, les photogrphies ériennes pportent deux vntges mjeurs : leur mise à jour est eucoup plus fréquente ; leur possiilité d nlyse est ien supérieure : on distingue

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 / associations Loi du 1 er juillet 1901, relative au contrat d association

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 / associations Loi du 1 er juillet 1901, relative au contrat d association DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION 2016 / ssocitions Loi du 1 er juillet 1901, reltive u contrt d ssocition Nom de l ssocition : Dte limite de retour des dossiers / 31 jnvier 2016 Pr courrier : Mirie de

Plus en détail

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet.

edatenq est une application qui permet aux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclarations statistiques par internet. Sttistique mensuelle tourisme et hôtellerie Introduction edatenq est une ppliction qui permet ux entreprises de compléter et d'envoyer leurs déclrtions sttistiques pr internet. Il s'git d'une ppliction

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

BILAN DE LA CONCERTATION PUBLIQUE

BILAN DE LA CONCERTATION PUBLIQUE AMÉNAGEMENT DE LA PORTE DE GESVRES AUTOROUTE A11 PÉRIPHÉRIQUE NANTAIS CONCERTATION PUBLIQUE VOTRE AVIS COMPTE! BILAN DE LA CONCERTATION PUBLIQUE SOMMAIRE 1 L objet de l concerttion publique 2 L nnonce

Plus en détail

Chapitre 3 Dérivées et Primitives

Chapitre 3 Dérivées et Primitives Cours de Mthémtiques Clsse de Terminle STI - Chpitre : Dérivées et Primitives Chpitre Dérivées et Primitives A) Rppels de première et compléments ) Dérivées usuelles Fonction définie sur Fonction f() =

Plus en détail

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2 Sommire 1. A propos de Sophos... 3 2. Comprtif des solutions Sophos NAC... 4 3. Sophos NAC pour Endpoint Security nd Control 8.0... 4 3.1. Administrtion et déploiement... 4 3.2. Gestion des politiques

Plus en détail

Manuel d instructions du KIT de mise à niveau I

Manuel d instructions du KIT de mise à niveau I Mnuel d instructions du KIT de mise à niveu I TABLE DES MATIÈRES AVANT DE COMMENCER... 2 NOUVELLES FONCTIONNALITÉS... 2 UTILISATION DE LA TABLETTE À STYLET... 3 À propos de l tblette à stylet... 3 Utilistion

Plus en détail

Module 2 Équilibres en solutions (acidobasiques et solubilité) Tro (Chapitres 3-4-5)

Module 2 Équilibres en solutions (acidobasiques et solubilité) Tro (Chapitres 3-4-5) Module 2 Équilibres en solutions (cidobsiques et solubilité) Tro (Chpitres 3-4-5) FASCICUE #5 Chpitre 5 : Équilibre ionique dns les solutions queuses 5.1 Dnger de l ntigel 5.2 Tmpons : solutions qui résistent

Plus en détail

NOUVEAU GÎTE DU LAC TAUREAU

NOUVEAU GÎTE DU LAC TAUREAU Emplois disponibles en Hute-Mtwinie Voir ussi le détil des emplois disponibles en Hute-Mtwinie sur www.hute-mtwinie.com et sur plcement.emploiquebec.net (sélectionner St-Jende-Mth) NOUVEAU GÎTE DU LAC

Plus en détail

Explications relatives à l inventaire de points ISOS

Explications relatives à l inventaire de points ISOS Déprtement fédérl de l'intérieur DFI Office fédérl de l culture OFC Explictions reltives à l inventire de points ISOS L Inventire fédérl des sites construits d importnce ntionle à protéger en Suisse ISOS

Plus en détail

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement.

Réalisation de sites Internet PME & Grandes entreprises Offre Premium. Etude du projet. Webdesign. Intégration HTML. Développement. Rélistion de sites Internet PME & Grndes entreprises Offre Premium Etude du projet Réunions de trvil et étude personnlisée de votre projet Définition d une strtégie de pré-référencement Webdesign Définition

Plus en détail

Partie 4 : La monnaie et l'inflation

Partie 4 : La monnaie et l'inflation Prtie 4 : L monnie et l'infltion Enseignnt A. Direr Licence 2, 1er semestre 2008-9 Université Pierre Mendès Frnce Cours de mcroéconomie suite 4.1 Introduction Nous vons vu dns l prtie introductive que

Plus en détail

Théorie des Langages Épisode 2 Automates finis

Théorie des Langages Épisode 2 Automates finis AFD AFN Opértions Lemme de pompge 1/ 36 Théorie des Lngges Épisode 2 Automtes finis Thoms Pietrzk Université Pul Verline Metz AFD AFN Opértions Lemme de pompge Reconnisseur Définition Configurtion Accepttion

Plus en détail

Lasers multicolores pour le diagnostic cellulaire

Lasers multicolores pour le diagnostic cellulaire Lsers multicolores pour le dignostic cellulire Nelly RONGEAT et Philippe NERIN Hori Medicl Vincent COUDERC et Philippe LEPROUX XLIM Guillume HUSS Leukos nelly.ronget@hori.com Le dignostic cellulire est

Plus en détail

UISSANT VECTEUR DE L ÉCONOMIE ÉTROPOLITAINE

UISSANT VECTEUR DE L ÉCONOMIE ÉTROPOLITAINE Promotion Novembre 2014 CE CAHIER EST UNE INITIATIVE DE LA CHAMBRE DE COMMERCE DU MONTRÉAL MÉTROPOLITAIN ET DE CARGOM. INDUSTRIE DU TRANSPORT ET DE LA LOGISTIQUE : UISSANT VECTEUR DE L ÉCONOMIE ÉTROPOLITAINE

Plus en détail

PROCEDURE DE SOUSCRIPTION SPIRICA ALPHA SOLIS. Pour souscrire un contrat d assurance vie SPIRICA Alpha Solis, suivez le mode d'emploi ci dessous :

PROCEDURE DE SOUSCRIPTION SPIRICA ALPHA SOLIS. Pour souscrire un contrat d assurance vie SPIRICA Alpha Solis, suivez le mode d'emploi ci dessous : PROCEDURE DE SOUSCRIPTION SPIRICA ALPHA SOLIS Pour souscrire un contrt d ssurnce vie SPIRICA Alph Solis, suivez le mode d'emploi ci dessous : Le dossier de souscription Complétez et signez le bulletin

Plus en détail

Elaboration et construction du nouveau nuancier de couleur de la viande de veau

Elaboration et construction du nouveau nuancier de couleur de la viande de veau 2010 Compte-rendu finl n 00 10 32 009 Déprtement Techniques d élevge et Qulité Service Qulité des Vindes Croline EVRAT GEORGE Dnièle RIBAUD collection résultts Elortion et construction du nouveu nuncier

Plus en détail

UNIR Informations. Le résumé de l actualité syndicale des retraités. Union Nationale Interprofessionnelle des Retraités. Sommaire

UNIR Informations. Le résumé de l actualité syndicale des retraités. Union Nationale Interprofessionnelle des Retraités. Sommaire UNIR Informtions U N I R N 41 - Juin / Juillet 2012 Sommire Europe... 3 Mldie et soins... 5 et 6 Réforme du système de snté espgnol. Derniers chiffres sur l espérnce de vie en Europe Soins dentires Misons

Plus en détail

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels

Direction des Études et Synthèses Économiques Département des Comptes Nationaux Division des Comptes Trimestriels Etb=MK2, Timbre=G430, TimbreDnsAdresse=Vri, Version=W2000/Chrte7, VersionTrvil=W2000/Chrte7 Direction des Études et Synthèses Économiques Déprtement des Comptes Ntionux Division des Comptes Trimestriels

Plus en détail

CYCLE DIPLOMANT DE COMPTABILITÉ BANCAIRE a

CYCLE DIPLOMANT DE COMPTABILITÉ BANCAIRE a CYCLE DIPLOMANT DE COMPTABILITÉ BANCAIRE Diplôme de comptbilité bncire CNAM-INTEC, ADICECEI, AFGES Le métier de comptble de bnque présente des spécificités mises en exergue pr des formtions et des ouvrges

Plus en détail

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV /HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV I. Définition On ppelle système combintoire tout système numérique dont les sorties sont exclusivement définies à prtir des vribles d entrée (Figure ). = f(x, x 2,,, x n ) x x

Plus en détail

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2016

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2016 Enseignement supérieur PRÉPAS / BTS 2016 L Enseignement Supérieur de Stnisls une double mission : ider nos étudints à réussir leurs Exmens et leurs Concours d dmission en Grnde École et contribuer, grâce

Plus en détail

Notion de qualité de l énergie

Notion de qualité de l énergie BULLEIN DE L UNION DES PHYSICIENS 509 Notion de qulité de l énergie pr Pul ROUX et JenRobert SEIGNE Lycée Clude Furiel 42022 SintÉtienne Cedex RÉSUMÉ L conservtion de l énergie est insuffisnte pour ustifier

Plus en détail

I. Que sont les partitions?

I. Que sont les partitions? Cours de mthémtiques frfelues LES FRACTIONS CASSÉES Prémule Voici un cours de mthémtiques qui n ur jmis s plce dns une slle de clsse un utre jour que le er vril. Son sujet : les frctions cssées, ou prtitions,

Plus en détail

CAISSE ENREGISTREUSE ELECTRONIQUE TK-T200 MERCI VOTRE REÇU REVENEZ! EPICERIE CREMERIE PRODUITS CONGELES EPICERIE FINE MODE D EMPLOI. Eu Di U.K.

CAISSE ENREGISTREUSE ELECTRONIQUE TK-T200 MERCI VOTRE REÇU REVENEZ! EPICERIE CREMERIE PRODUITS CONGELES EPICERIE FINE MODE D EMPLOI. Eu Di U.K. CAISSE ENREGISTREUSE ELECTRONIQUE TK-T200 MERCI VOTRE REÇU REVENEZ! EPICERIE CREMERIE PRODUITS CONGELES EPICERIE INE Eu Di U.K. MODE D EMPLOI Précutions de sécurité Veuillez lire ce mnuel ttentivement

Plus en détail

D O S S I E R L IMPACT MÉTÉOROLOGIQUE DE L ÉCLIPSE DU 11 AOÛT 1999 QUELQUES EXEMPLES D OBSERVATIONS DANS LA BANDE DE TOTALITÉ RÉSUMÉ ABSTRACT

D O S S I E R L IMPACT MÉTÉOROLOGIQUE DE L ÉCLIPSE DU 11 AOÛT 1999 QUELQUES EXEMPLES D OBSERVATIONS DANS LA BANDE DE TOTALITÉ RÉSUMÉ ABSTRACT L Météorologie 8 e série - n 28 - décemre 1999 57 D O S S I E R L IMPACT MÉTÉOROLOGIQUE DE L ÉCLIPSE DU 11 AOÛT 1999 QUELQUES EXEMPLES D OBSERVATIONS DANS LA BANDE DE TOTALITÉ Guy Crochrd et Didier Renut

Plus en détail

MC352dn/MC362dn/MC562dn

MC352dn/MC362dn/MC562dn MC352dn/MC362dn/MC562dn Des multifonctions A4 couleur polyvlents qui optimisent l efficcité et les performnces Impression COPIE NUMÉRISATION FAX1 RÉSEAU A4 Couleur/ monochrome Impression A6 à 1 320mm,

Plus en détail

Modification simultanée de plusieurs caractéristiques d un bien hédonique : une nouvelle méthode de calcul de la variation de bien-être des ménages

Modification simultanée de plusieurs caractéristiques d un bien hédonique : une nouvelle méthode de calcul de la variation de bien-être des ménages Modifiction simultnée de plusieurs crctéristiques d un bien hédonique : une nouvelle méthode de clcul de l vrition de bien-être des ménges Trvers Muriel * Version provisoire Résumé : De nombreuses situtions

Plus en détail

Les consultations et visites des médecins généralistes

Les consultations et visites des médecins généralistes L enquête de l Drees rélisée en 2002 uprès des médecins générlistes libérux porte sur le contenu et l issue de leurs consulttions et visites, u regrd de leurs crctéristiques et de celles de leurs ptients.

Plus en détail

Votre rapport décrypté. Comptage des fibres d amiante dans un prélèvement d air DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CHARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE

Votre rapport décrypté. Comptage des fibres d amiante dans un prélèvement d air DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CHARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE n 2 - octobre 2013 Comptge des fibres d minte dns un prélèvement d ir DÉCRETS ET ARRÊTÉS, UNE RENTRÉE 2013 CARGÉE SUR LE FRONT DE L AMIANTE Votre rpport décrypté ÉDITO Vous ccompgner Comment respecter une

Plus en détail

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques Le cnl étroit du crédit : une nlyse critique des fondements théoriques Rfl Kierzenkowski 1 CREFED Université Pris Duphine Alloctire de Recherche Avril 2001 version provisoire Résumé A l suite des trvux

Plus en détail

Chapitre 2 Les automates finis

Chapitre 2 Les automates finis Chpitre 2 Les utomtes finis 28 2.1 Introduction Automtes finis : première modélistion de l notion de procédure effective.(ont ussi d utres pplictions). Dérivtion de l notion d utomte fini de celle de progrmme

Plus en détail

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I )

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I ) ENQUETE PRELIMINAIRE ANALYSE ET REFEREWCES : Phénoméne érosptil non identifié ( 0VNI ) B8E 25400 DEF/GEND/OE/DOlRENS du 28/9/1992 Nous soussigné : M D L chef J S, OPJ djoint u commndnt de l brigde en résidence

Plus en détail

Ce rêve est devenu réalité!

Ce rêve est devenu réalité! Vous venez trouver une règle mise en ligne pr un collectionneur, puis 998, prtge s collection jeux société et s pssion sur Internet. Imginez puissiez ccér, jour et nuit, à cette collection, puissiez ouvrir

Plus en détail

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances Turbine hydrulique Girrd simplifiée pour fibles et très fibles puissnces Prof. Ing. Zoltàn Hosszuréty, DrSc. Professeur à l'université technique de Kosice Les sites hydruliques disposnt de fibles débits

Plus en détail

la filière d'élevage de la coquille Saint-Jacques éléments de réflexion pour l'évaluation économique

la filière d'élevage de la coquille Saint-Jacques éléments de réflexion pour l'évaluation économique eche l filière d'élevge de l coquille Sint-Jcques éléments de réflexion pour l'évlution économique Jen-Clude DAO / Ifremer-Brest Pierre-Gilds FLEURY / Ifremer-Brest Philippe PAQUOTTE / Ifremer-Pris Etl

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir en math

Tout ce qu il faut savoir en math Tout ce qu il fut svoir en mth 1 Pourcentge Prendre un pourcentge t % d un quntité : t Clculer le pourcentge d une quntité pr rpport à une quntité b : Le coefficient multiplicteur CM pour une ugmenttion

Plus en détail