Recommandationsde bonnes pratiquesprofessionnelles. Ouverturedel établissement à et sur son environnement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Recommandationsde bonnes pratiquesprofessionnelles. Ouverturedel établissement à et sur son environnement"

Transcription

1 Recommandationsde bonnes pratiquesprofessionnelles Ouverturedel établissement à et sur son environnement

2 Ce documentareçul avisfavorable ducomité d orientation stratégique etduconseil scientifiquedel Anesm. Décembre2008

3 Ouverturedel établissement à et sur son environnement L ouverture des établissements sur leur environnement est devenue indispensable pour permettre aux personnes accueillies de maintenir ou de restaurer leurs liens familiaux etsociaux,et d exercerleur citoyenneté. Pratiquer l ouverture, c est aussi contribuer au décloisonnement du secteur social et médico-social, questionner l organisation interne, faciliter l accès des personnes aux ressourcesduterritoire. Etoffrirune transparencequiparticipedelaprévention desrisquesde maltraitance. Pratiquer l ouverture, c est encore permettre aux équipes d enrichir leurs analyses et de renouveler leurs modalités d intervention au contact de méthodes et de pratiquesdifférentes. Si l intérêtd une démarche globale d ouverture desétablissements n est pascontesté, il s agitdanscedocumentde fixerdesrepèresauxquelsilspuissentseréférerdans lapratiquepour quecelle-cisoiteffective. Construiteavecdesprofessionnelspour lesprofessionnels,cetterecommandation est illustrée pardesexemplesconcrets quitémoignentde larichessedesinitiatives de terrain et constituent autant de pistes àexplorer. Elle devrait permettre aux équipes de partager des expériences réussies. Et les inciter àdévelopper des stratégiesquis avèrentincontournablessil on tientcomptedelarecompositiondu paysage de l actionsociale etmédico-sociale dans unproche avenir. DidierCharlanne Directeur Ouverture del établissement à et sur son environnement I 1

4 Équipeprojetde l Anesm Mireille BERBESSON, chef de projet Servane MARTIN, chef de projetjunior PatriciaMARIE, documentaliste Sous laresponsabilitédeclaudine PARAYRE, responsable duservice«pratiques Professionnelles» Groupe de travail Anne-Marie de BELLEVILLE, chargée de mission,agencerégionale de l hospitalisation (ARH),Aquitaine Alain DARBAS, directeur,association de lieux de vie (Alve),LeChêne àquatreoreilles, Essonne MyriamDEMOLDER, directricerégionale,association des paralysésde France(APF), Bretagne LaurentDESMARESCAUX, directeur,chrs «Cité Refuge-Espoir»,Armée du salut,paris MustaphaDJELLOULI, éducateur spécialisé/psychologue clinicien,centred hébergement d urgencegeorge Sand,Paris Jean-LouisGILLES, administrateur national,union nationale pour lesamisetfamilles de malades psychiques (Unafam) délégué régional,unafam,champagne-ardenne, membre ducomitéd orientation stratégique(cos)del Anesm Catherine HASCOET,chef du pôle de l action éducative,bureaudesméthodes etde l action éducative,direction de laprotection judiciairedelajeunesse(dpjj),paris, membre ducosde l Anesm Sylvie LE FEVRE, chargée d études,direction despersonnesâgéesetadulteshandicapés, conseil général deseine-et-marne Claude LE PRESLE, coordinateur dudépartementpersonnesâgées,réseau de santé Paris Nord responsable ducentred étudesgérontologiquesville-hôpital,hôpital Bretonneau,Paris YvesMASSON, directeur,maison d enfants àcaractère social(mecs)«clairlogis»,paris Gérard MICHELITZ, représentantle Groupe nationaldesétablissements etservices publicssociaux,paris(gepso) directeur,établissementpublicmédico-social départemental(epmsd),coutras,gironde,membre ducosde l Anesm NellyMILLAN, membre représentantlafédération hospitalière defrance(fhf),paris directrice,hôpital local Loire etsillon,savenay,loire-atlantique Alain REBOH, directeur,association illkirchoise desparents etamisdespersonnes handicapées mentales (AIPAHM),IllkirchGraffenstaden,Bas-Rhin PierreTUAUDEN, président,association des directeursd établissements sanitaires etsociaux,sociaux et médico-sociaux (D3S),Paris directeur,centrematernel «Nationale»,Paris,membre ducosde l Anesm Thierry VERGNAUD,conseiller technique,union régionale interfédérale desorganismes privéssanitairesetsociaux (Uriopss)Rhône,représentantl Union nationale interfédérale desœuvresetorganismesprivéssanitairesetsociaux (Uniopss) Groupe de lecture Didier BACHELEY,directeur,centred accueil LeHaut de Versac,Jura Laurent BARBE, consultant,centrederechercheset d études en sciences sociales (Cress), Grenoble 2 I Ouverture del établissement à et sur son environnement

5 Isabelle BARGES, directricequalitédevie,fédération nationale aveniretqualitédevie despersonnesâgées(fnaqpa),rhône,membre dubureauducosde l Anesm Martine BARRÈS, conseillertechnique sur les questions relativesaux personnes handicapées,direction générale de l action sociale (DGAS) SD 3,Paris Christine BERTHELOT, chef de service,service deformation professionnelle adaptée, Association familiale de l Isère pour enfants etadulteshandicapés(afipaeim),isère Olivier CHABOT, conseiller technique, Centrerégionalpour l enfanceetl adolescence inadaptées(creai) Midi-Pyrénées Marine DARNAULT, directricedusecteur socialetmédico-social,fédération des établissements hospitaliers etd aide àlapersonne non lucratifs(fehap),paris, membre ducosde l Anesm GrégoireDUPONT,directeur,Association angevine de parents d adultesinadaptés(aapai) Saint-Barthélemy-d Anjou Annie FOURNIER, représentantedesusagers,pyrénées-orientales responsable de lacommission nationale desparents,association des paralysésde France(APF),Paris Jean-Marie GOURVIL, directeur desformations,institut régionaldutravail social (IRTS) de Basse-Normandie Catherine HUBLIN, directriceadjointe,esatle Colombier,Montmagny/Villiers le Bel, Vald Oise Jean-Claude LEFEVRE, vice-président,collectif interassociatif sur lasanté(ciss) Champagne-Ardenne Jean-PierreMONIER, Comitédépartementaldesretraitésetpersonnesâgées(Coderpa) du Doubs Alain PEYRONNET,directeur,Association OlgaSpitzer,Paris Yann ROLLIER, secrétaire général,association nationale des centresrégionaux pour l enfance etl adolescence inadaptée (Ancreai),Rennes,membre ducosde l Anesm David SÉGUÉLA, animateur,établissementd hébergement pour personnesâgées etdépendantes(ehpad) de Feytiat,Haute-Vienne Evelyne SYLVAIN, directrice,direction desétablissements etservicesmédico-sociaux, Caissenationale de solidaritépour l autonomie (CNSA),Paris,membre ducosde l Anesm Ouverture del établissement à et sur son environnement I 3

6 Sommaire Présentationgénérale 1. La méthode de productiondelarecommandation Délimitationduchamp de larecommandation L ouverture L environnement Lesobjectifsde larecommandation Lesprincipesde l ouverture Plandudocument I.La stratégie d ouverture 1. Positionnerl établissementdansle territoire Procéderàune analyseduterritoire Repérerlesressources de l établissement Construire une stratégie d ouverture Pour une création,choisirunterritoire d implantationporteur Dégagerlesprincipaux axesde l ouverture Construirel ancrageterritorialdel établissement Étudierl opportunitéd une ouverturesur d autrespublics Interrogerlesprestationsetlesactivités Interrogerl organisationinterne desgroupesde vie Êtreattentif aux acteursduterritoire Anticiperl évolutiondesfonctionsprofessionnelles Questionnerlatensionentreautonomie etprotection II.Lesleviers de l ouverture 1. Développerleslienssociaux etde citoyennetédespersonnesaccueillies Faciliter lesliens despersonnesavecleursproches Ouvrirl établissementàl entourage despersonnesaccueillies Développerlesliens de citoyenneté Interagiravecle territoire Participeraux actionsinitiéesparl environnement quiconcourentau«vivreensemble» Êtreunlieu-ressource pour l environnement I Ouverture del établissement à et sur son environnement

7 2.3 Rapprocher dusecteur socialetmédico-sociallemonde de l entreprise etde laformation Rapprocher le monde de laculturedusecteur socialetmédico-social Faciliter l accèsaux nouvellestechnologiesde l information etde lacommunication(ntic) Encouragerl interventiondesbénévoles Développerle caractèreaccueillantde l établissement Meneruneréflexionapprofondiesur lafonctiond accueil Questionnerlapertinencedel architecture Améliorerlacommunication Sommaire 4. Soutenirlesprofessionnelsdanslamiseenplacedel ouverture Diversifierlescompétences Renforcerlescompétences Annexes Annexe1-Éléments pour l appropriationdelarecommandation Annexe2-Listedessiglesetacronymes Annexe3-Listedesétablissements,organismesetpersonnesqualifiées, sollicitéspour l analyse qualitative Annexe4-Bibliographie Ouverture del établissement à et sur son environnement I 5

8 6 I Ouverture del établissement à et sur son environnement

9 Présentation générale Ouverture del établissement à et sur son environnement I 7

10 Depuis le début des années 2000, plusieurs textes juridiques ont posé etréaffirmé le principe d un établissement ouvert sur son environnement, garantissant aux usagers une participation àla vie sociale et un accès aux services présents dans la cité. Ce droit d être des habitants et des citoyens «comme les autres»se traduit autant par une plus grande ouverture des établissements spécialisés eux-mêmes que par des initiatives de lacité pour se rendre plus accueillantevis-à-visdes personnes fragilisées par lavieillesse,une situation de handicap,unaccidentde lavie (1) Cette recommandation s attache àconcrétiser le principe d ouverture etàpréciser les conditions de son effectivité. Elle ne se situe pas dans le cadre d une réflexion sur de nouveaux dispositifs,mais cherche àpromouvoirles bonnespratiquesdansles établissements, en suscitantréflexion etdébats entreacteurs. Le contenu du cahier des charges de l évaluation externe des établissements sociaux et médico-sociaux réaffirme l importance de cette thématique de l ouverture en lapositionnant en tantqu objectif directde l évaluation (2). Cette recommandation concerne l ensemble des établissements sociaux et médico-sociaux. Elle est centrée sur les établissements et non les services, car pour ces derniers, la thématiquedel ouverturenécessiteune déclinaison spécifiqueàproposdesinterventions àdomicile. L utilisation de cette recommandation doit être adaptée àchaque établissement et ces propositions ne sauraient être figées dans une liste exhaustive d items àmettre enœuvre. Ilest de laresponsabilitédechaque équipe de choisir et de s appropriercespropositions. Cette recommandation s adresse en premier lieu aux responsableset aux professionnels des établissements,carlaproblématiquedel ouverturesesitueàundouble niveau,stratégique et technique. Pour cette raison,elle concerne aussi les organismes gestionnaires. L ouverture constitue une orientation majeure àintégrerauprojetd établissement,etimpactefortement les pratiques.les prestations s en trouvent modifiées et les accompagnements personnalisés enrichis. La recommandation concerne également les personnes accueillies et leurs représentants légaux, et peut constituer une base dedébats et de propositions, par exemple pour les membres desconseilsde lavie sociale. Enfin,elle intéresse les évaluateurs,qui trouveront là des éléments pour l évaluation,ainsi qu aux autoritésde tarification etde contrôle,etaux financeursen général,quipourronty trouver une base dedialogue aveclesstructures. (1) Cf. :la loi n du 2janvier2002 rénovant l action sociale et médico-sociale, et sestextes d application, la loi n du11 février2005pour l égalitédesdroits etdeschances,laparticipation etlacitoyennetédespersonnes handicapées. (2) Extrait du décret n du15 mai 2007 «Section 3»Examiner certaines thématiques et des registres spécifiques «3.1. -Les objectifs propres àl évaluation des établissements et services sociaux et médico-sociaux sont de deux ordres: «1 Porter une appréciation sur les activitéset laqualité des prestationsau regard des droits des usagers,et les conditions de réalisationduprojet personnalisé. «2 Donner des éléments d appréciation sur les activités et la qualité des prestations au regard de l ouverturede l établissement ou du service sur son environnement,et des interactions. 8 I Ouverture del établissement à et sur son environnement

11 1. La méthode de production de larecommandation La méthode retenue a été celle du «consensus simple». La première phase a consisté en une recherche bibliographique etdocumentaire qui apermis d affiner le champ de la recommandation et de repérer des établissements ayant développé des pratiques d ouverture. Ce travail préparatoire aété soumis àun groupe de travail composé de professionnels du secteur social etmédico-social etde représentants d usagers. Le groupe de travail aluimême enrichi tant laproblématique quelalistedessitesàétudier. Une première version de larecommandation aalors été établie àpartir d une synthèse des entretiens et visites sur sites,qui aété améliorée par le groupe de travail puis soumise àun groupe de lecteurs,dontlesremarquesontété prisesen comptedanslaversion finale. La conformité juridique dece document aété validée par M e Olivier Poinsot, agissant au nom de lascp Grandjean. Noteaux lecteurs Pour répondreàlavariétédescontextes,laforme de cetterecommandation s appuie largementsur desillustrationsconcrètescouvrantl ensemble dusecteur etpermettant de faire partager quelques-unes des expériences existantes. Ces exemples sont uniquement là pour éclairer le propos ;ils n ont pas de caractère exhaustif,et ne constituent pas des recommandations.s ils ne sont pas transférables en l état, ils peuventinspirerdesinitiativesdanslesétablissements de même type,etsouventdansles autres Délimitation du champ de larecommandation L ouverture L ouverture est entenduecomme undouble mouvement, à et sur l environnement,c està-dire avecl idée : de faciliter la venue àl intérieur de l établissement:des familles, des bénévoles, des partenaires, des visiteurs L établissement est alors une ressource pour l environnement; d aller vers l extérieur de l établissement afin d intégrer les personnes accueillies dans la ville oule village,sensibilisercetenvironnementsocialàl accueil despersonnesetcréer les conditions d un enrichissement mutuel. L établissement s appuie sur les ressourcesde l environnement. Silathématiquedel ouvertureévoquelesréseaux etle partenariat,il convientde préciser que: toute pratique d ouverture nedébouche pas automatiquement sur laformalisation d un partenariat; tout partenariat n est pas automatiquement relié àune pratique d ouverture (cf. les phénomènes de «filière»danslesquelscertainspublicssontenfermés). Dans cette recommandation, le partenariat est évoqué au regard delathématique de l ouverture,sachant que laquestion des«réseaux et partenariats»feral objet d une autre recommandation de l Anesm. Ouverture del établissement à et sur son environnement I 9

12 2.2 L environnement L environnementrecouvredeux niveaux danslarecommandation : le territoire dans lequel s inscrivent l établissement et les professionnels, avec ses caractéristiquesgéographiques,historiques,économiques,sociales,culturelles.ceterritoire est une terred hommesetde femmes,d acteursmultiples; l environnement familial etsocial des personnes accueillies, que cet entourage se situe sur le territoire géographiquedel établissement ou pas. Cet environnement (territorial, familial, social) n est pas statique, mais en évolution, nécessitant une adaptation continue desactions d ouverture. L ouverture sur l environnement est comprise comme une dynamique impliquant les professionnels de l établissement,les personnes accueillies,leurs proches et les acteurs du territoire Les actions d ouverture ont en retour des effets sur toutes les personnes concernées, pouvant alors susciter de nouvelles formes d ouverture dans les projets des personnes, les actions mises en place, les accueils et les accompagnements proposés. L arrivée d unétablissementoul ouverturedespratiquesd unétablissementexistantpeut se révéler unfacteur dynamisantpour unterritoire. Dans cette recommandation,le terme de territoire serautilisé pour parler de l environnement de l établissement, et celui d entourage pour évoquer l environnement des personnes accueillies(lesfamilles,lesprochesen général,lesrelationsamicalesetsociales ). Le terme d environnement est conservépour son caractère général qui permet d aborder des domaines différents de ceux couvertsparles notions de territoire oud entourage. 3. Lesobjectifs de larecommandation Cette recommandation consiste àidentifier et mettre envaleur les bonnes pratiques d ouverturedes établissements à et sur leur environnement.ils agit également d identifier lesconditionsde réussite,lesbénéficesetleslimitesde cespratiques. En effet, l établissement offre aussi aux personnes accueillies un cadre sécurisant, indispensable dansune mission d accueil de personnesfragilisées.l ouverture de lastructure doit s élaborer en respectant cette mission de protection des personnes, et ce besoin de repèresstructurants présentchezungrand nombredepersonnesaccueillies. La stratégie d ouverture apour objectif de développer ou de maintenir le lien social despersonnestout en leur assurantuncadredevie rassurantetstructurant. Lespratiques d ouverturesedéclinentde façon trèsdifférenteenfonction : de latypologiedessituations; des compétences et capacités des personnes, de leurs difficultés et de l implication de leur entourage ; desmissionsde l établissement; descaractéristiquesduterritoire. 10 I Ouverture del établissement à et sur son environnement

13 4. Lesprincipesde l ouverture Troisprincipesfondent l esprit de cetterecommandation : Les interactions entrel établissement et ses environnements s effectuent danslesdeux sens : toute action atendance àproduire une réciprocité;cette réciprocité doitêtre entretenue et recherchée pour établir des interactions équilibrées danslesquelles chacun trouve son compte; l environnement est aussi susceptible de pouvoir être plus ouvert et plus accueillant aux publics des établissements ;les actions de sensibilisation et de communication, mais aussiles modalités d intervention des professionnels peuvent avoir des effets bénéfiquessur laqualité du«vivreensemble»danslacité. La stratégie d ouvertureest un compromis entre: les ressourcesdu territoire:c est notamment pour cette raison que les illustrations utiliséesdanslarecommandation ne peuventêtre transféréesautomatiquementd un établissementàunautre; lescaractéristiquesdessituationsdespublicsaccueillis(besoinsetattentes,capacités sociales, vulnérabilités, décisions judiciaires ) qui fixent uncadre etnécessitent des précautionsdanslamiseenœuvredesdécisionsd ouverture; les missions de l établissement qui fournissent le fil conducteur des questions d ouverture. La construction de ce compromis nécessite une approche pragmatique de la question de l ouverture. La mise enœuvre del ouverture au niveau des projets personnalisés (3) respectera la volonté despersonnes, se fera dansleur intérêt et dansune vigilance àleursdifficultés spécifiques qui se traduira par unaccompagnement adapté. Elle s effectuera dans les limites instaurées pard éventuellesdécisionsjudiciaires. La thématique del ouverture est àla fois un moyen d améliorer la qualité des prestationsfourniesetun principe de structuration despratiquesprofessionnelles.elle contribue aveclamiseenplacedes projets personnalisés àconstruireles nouveaux rapportsentrepersonnesaccueillies,établissements etéquipesprofessionnelles. 5. Plandudocument La recommandation seprésenteendeux grandesparties: lapremière traite delaconstruction d une stratégie d ouverture,etaborde successivement la phase d analyse, les principaux axes de la stratégie et l articulation avec le projet d établissement; laseconde aborde lesprincipaux leviers pour mettreenœuvre lastratégie d ouverture. Ces leviers,directementreliés aux axes stratégiques,concernent successivement les liens sociaux etde citoyenneté despersonnesaccueillies,lesinteractionsde l établissement avec le territoire etle développement du caractère accueillant de l établissement. Le (3) L adjectif «personnalisé»indique que chaque personne accueillie aun projetlié àsesattentesetsesbesoinsspécifiques. Le terme «individuel»est réservé aux prestations délivrées. Celles-ci peuvent être individuelles et/ou collectives. Un projet personnalisé concerne une personne et peut prévoir des prestations individuelles et/ou collectives. Cf. la recommandation de l Anesmsur «Lesattentesde lapersonne etle projetpersonnalisé». Ouverture del établissement à et sur son environnement I 11

14 quatrième et dernier chapitre de cette partie traite du soutien aux professionnels dans lamiseenplace del ouverture. En annexe,figurent successivement des éléments pour l appropriation de larecommandation, la liste des sigles utilisés, puis celle des établissements, organismes et personnes qualifiées, sollicités pour l analyse qualitative. Le document se clôt sur une bibliographie. Une autre bibliographie,plus détaillée,est disponible sur le site de l Anesm(www.anesm.sante.gouv.fr). 12 I Ouverture del établissement à et sur son environnement

15 I. La stratégie d ouverture Ouverture del établissement à et sur son environnement I 13

16 La stratégie d ouvertureest différenteselon quel établissement: est en cours de création. L ouverture peut alors être une dimension transversale à l ensemble desquestionsliéesàlacréation d unétablissement exnihilo ; aune histoire. La détermination de la stratégie sera fonction d une analyse tant du territoirequedel établissement,auregarddelaproblématiquedel ouverture. Maisquel quesoitle momentde son histoire,l établissementauraintérêtà: fonder sastratégie sur une analysepréalable (chapitre1) définirlesprincipaux axesde l ouverture(chapitre2); intégrercettestratégie dansle projetd établissement(conclusion de lapartie I). Danscette optique,il est recommandé de : 1. Positionnerl établissementdansle territoire Il s agit d analyser les interactions possibles de l établissement et du territoire, puis de construire une stratégie fondée sur cette analyse. 1.1 Procéderàune analyseduterritoire Cetteanalyse,effectuée auregarddesmissionsde l établissement,permettrade repérer: la«zone d influence» de l établissement sur le territoire. En fonction de ses missions et de sesactivités,il s agitde délimiterle territoire aveclequel l établissementinteragitou pourrait interagir:la ville, la communauté decommunes, le département, le bassin de vie les besoins des personnes résidant sur le territoire, au regard des missions de l établissement; les points forts/faibles du territoire sur les plans économique,social,de lavie quotidienne, dudynamisme local (notamment associatif); les ressources partenariales indispensableset les autres ressources du territoiresur lequel est implanté ouseraitimplanté l établissement; le positionnementde l établissement en tant qu acteur local:rôle économique, social, institutionnel ettechnique; lapertinence delalocalisation pour le publiccible (proximité delarésidence initiale des personnesaccueillies,transportsaccessibles ). 1.2 Repérerlesressourcesde l établissement L établissement possède des ressources internes qui peuvent être utiles aux autres acteurs du territoire etqu il convient de repérer.il peut s agir de ressources humaines,matérielles, d équipements àpartager 1.3 Construireune stratégie d ouverture L analyse du territoire fait souvent apparaître des points d appui possibles dans l environnement et/ou des points faibles. Ces derniers peuvent devenir des atouts si les 14 I Ouverture del établissement à et sur son environnement

17 missions de l établissement sont élargies, ou bien leur faiblesse peut être atténuée, par exemple,pardes rapprochements envisagés avecd autresstructures. Ce«complexe d établissements»qui accueille des personnes handicapées,àl origine totalement autarcique, aattiré chez lui une activité artisanale, touristique et commerçante. Le développement de cette activité économique apermis de donner une nouvelle impulsion au travail des personnes handicapées en établissements et services d aide par le travail (Esat),qui vendent maintenant leur production agricole. Petit àpetit s installe un esprit de village, où secôtoient personnes handicapées et valides. Cette maison d enfants àcaractèresocial,située dans un châteauàlacampagne,s est transformée en centre éducatif et lycée agricole préparant àdeux certificats d aptitude professionnelle (CAP). Le nouveau projet prévoit d accueillir aussi des élèves en difficultés scolaires hors du dispositif protection de l enfance etd exploiterle château àdesfinsde tourisme culturel,tandisqu un nouveaucap«tourisme»seraitproposé aux jeunes. Un positionnement pragmatique sera recherché, par définition variable selon les territoires. Parfois, certaines implantations d établissements rendent difficiles, voire impossibles, certaines missionsde l établissement.des maisons d enfants àcaractère socialimplantées dans des endroits sansréelles ressources sociales,des foyers d hébergement pour personnes handicapées loin de toute vie sociale, sont conduits à reconsidérer leur projet d établissement. 1.4 Pour une création,choisirunterritoired implantation porteur Quand une création d établissement est décidée (4),il s agit de localiser une implantation sur unterritoire: «vivant»,oùil existe une dynamique locale (que ce lieusoiturbain ourural),latente ou manifeste; proche du lieu de vie naturel des personnesaccueillies,pour éviter les ruptures inutiles (sauf situation particulière nécessitant unéloignement), accessible en transports en commun afin que les personnes accueillies puissent sedéplacer ou recevoir leurs proches; où les partenaires indispensables àla vie du public accueilli soient accessibles. Par exemple,une école,uncentredeformation,uncabinetde soins oùlesressourcessontsuffisantespour permettreàl établissementd évoluer. L actualisation du projet d établissement et l évaluation des prestations et actions de l établissement seront des occasions pour les responsables et les équipes d analyser les évolutions territorialesetd opérerlesajustements nécessaires. (4) Par définition, le principe de la création d un établissement est décidé en fonction d une analyse des besoins. L implantation précise du nouvel établissement est fonction de plusieurs critères,dont seuls ceux liés àlathématique de l ouverturefigurentici. Ouverture del établissement à et sur son environnement I 15

18 Dégagerles principaux axesde l ouverture Construirel ancrage territorialdel établissement Êtreattentif aux divers projets sur le territoire L établissement étudiera les propositions des mairies et autres acteurs du territoire qui peuvent être àl origine d initiativesfavorisantl ouverture de lastructure. Il peut exister par exemple un projet de développement social ouéconomique, qui pourra valablement s articuler avec le projet de l établissement,et aboutir àla création de nouvelles activités. Un tel projet peut émaner du service social d une mairie, d une association désireuse de diversifiersesmissions Parexemple,ce centre communal d action sociale (CCAS)acréé un atelierinformatique dans une résidence depersonnes âgées, ouvert àl ensemble des habitants du quartier L établissement peut également répondre àdes demandes des autorités locales qui lui permettentde proposerdes prestationssupplémentairesaux personnes accueillies,ou plus largement àd autrespublics. C est ainsi que cet établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) aréponduàune demande duconseil général de s impliquerdanslagestion de l accueil familial ets est groupé avec d autres établissements publics pour créer un servicedegérancedetutelles.cesinitiativesontpermisaudirecteur de proposerune plus grande palette deprestations aux familles et des opportunités de mobilité à certainsprofessionnels. Sensibiliserl environnementauprojetde l établissement Avant toute implantation d établissement,surtout si celui-ci accueille des situations pour lesquellesdes problèmes de voisinage sont susceptibles d émerger,il est nécessairedemener un travail d explication et de dialogue formel et informel avecles habitants comme avec lesélus locaux. Plus le public accueilli pose des problèmes «sensibles»de cohabitation,plus le travail de sensibilisation doit être adapté et répondre aux attentes et préoccupations des habitants etacteursde proximité. Ce dialogue sera ensuite poursuivi,pour entretenir àla fois des relations de bon voisinage etsusciterdesactionspartenariales. Étudierl intérêtd opérerdesrapprochements entreétablissements Dans le cas d établissements présents sur un même territoire,des rapprochements pourront être opérés,permettant de mutualiser des ressources et de partager des activités.ce type de rapprochement peut offrir aux établissements des opportunités en termes de formation, échanges de savoir-faire, partage de systèmes d information, représentation au sein des réseaux et instances territoriales Cette possibilité constitue un atout très important, notamment quand l établissement souhaitediversifiersesprestationsetrencontredesdifficultés de recrutement. 16 I Ouverture del établissement à et sur son environnement

19 Le rapprochement de cet Ehpad avec cinq autres établissements accueillant des personnes âgées sur le territoire lui a permis de bénéficier des services d un ergothérapeute,d un pédicure,d un préparateur physique Le travail fourni par l équipe apermisde réduire le niveaude dépendance moyenne,permettantainsiàdespersonnes de retrouveroude maintenirune partie de leurscapacités. 2.2 Étudierl opportunitéd une ouverturesur d autrespublics L ouverturesur l environnement passepar l analysedes besoins du territoire,et notamment des besoins sociaux et médico-sociaux.ces besoins peuvent se traduire par une demande institutionnelle d accueillir des publics différents, qui peut être une opportunité pour l établissement de s ouvrir sur d autres publics et de repenser ses prestations au regard de cesnouveaux publics. L ouverturesur despublicsdifférents peut s effectueràplusieursniveaux,duplus modeste auplus ambitieux : l ouverture de certaines prestations ou actions à des personnes extérieures à l établissement; l extension de la prise encharge àd autres publics ressortissant du même secteur :par exemple,un centre d accueil d urgence qui accueille plutôtdeshommesisolésétend son accueil aux femmesetfamilles,une autre structure élargitseslimitesd âge,le niveaude dépendancedespublics... l extension de la prise encharge àdes publics ressortissant de secteurs différents,cette extension nécessitant la plupart du temps la création de nouvelles structures et des demandesd autorisation (5). Cet Ehpad ouvre certaines de ses prestations aux personnes âgées vivant àdomicile sur son territoire:restaurant,activitésphysiquesetanimation culturelle... Pour éviter l installation d une simple cohabitation entre ces publics et faire vivre lamixité, il convientde : Créerdesespacesde rencontreetréunirdesconditionsfacilitatrices L architecture peut aider àfaciliter les rencontres,avec des points de passage obligés.des activités communes peuvent êtreorganisées,desespacesde convivialité prévus. Le bar(sans alcool)/restaurant de cette structure accueille aussi bien des vacanciers en hôtellerie, quelesrésidentsd unchrs, lesrésidentsd unehpad, ceux d une résidenceservices,et bien sûr les visiteurs et familles.l accueil se situe dansun grand hall qui est aussi un salon pour les personnes âgées, qui participent ainsi àl animation de cet accueil trèsouvert sur l extérieur. Veilleraurespectetàlavalorisation desrôlessociaux La mixité s effectue dans l intérêt de l ensemble des publics, en veillant à ce que chacun puisse en tirer bénéfice. Il est important de maintenir une certaine forme de vigilance pour que cette mixité ne se réalise pasaudétrimentd une certaine catégorie de public,notamment au regard de son rôle social. Par exemple, l accueil intergénérationnel doit permettre que les enfants,leurs parents et les personnes âgées trouvent un bénéfice éducatif,sur le plan du lien social etrelationnel,voireunsoutien parental (5) Cesextensionsde priseencharge nécessitenttoujoursune réflexion dansle cadreduprojetd établissementet,selon les cas,une procédurederévision de l autorisation administrative,voiredenouvellesautorisations. Ouverture del établissement à et sur son environnement I 17

20 Cette rencontre despublicsn impliquepasune proximité permanente. Il arrive que certaines activités fonctionnent mieux avec des publics relativement proches, aux compétences et centresd intérêtcomparables. Là encore, il est pertinent de faire preuve depragmatisme et d effectuer des essais, des expériencesquel on évalue etpérennisesileseffets sontbénéfiques. 2.3 Interrogerlesprestationsetlesactivités Analyseretdifférencierlesservicesrendus L établissement aun «cœur de métier», une raison d être:c est ce qu il apporte de spécifiqueaupublicaccueilli. Illuiarriveaussiderendredesservicesimportants aupublic, maissecondairesauregarddesmissionsprincipales,etparfoismêmesmalidentifiésparles professionnelseux-mêmes. Différencier les services rendus (prestations et activités) c est-à-dire les décrire précisément permet de mieux repérer ce qui peut être laissé àl initiative des personnes accueillies ou de leurs proches,ou faire l objet d un partenariat,ou encore ce qui doit être réalisédirectementparlesprofessionnelsde l établissement. Cet Ehpad confie son programme d animation àun prestataire externe,en raison des avantages suivants : desliensfacilitésaveclesservicesprésents danslacité; une mixitédespublicsplus aisée àorganiserdanslesactivités; une réactivitéplus grande. Les prestations et activités ainsi différenciées permettront de se poser la question de l opportunitédeleur ouverture,en termes: de respect et/ou développement du lien socialdes personnes accueillies:par exemple, comment permettre aux personnes accueillies en Ehpaddecontinuer às appuyer sur le médecin traitant,lescommerçants de proximité? d appuisur lesressourceslocales,notamment pour les services complémentaires. Enfin,danscertainscas,cetteanalysepourraêtrecomplétée parune réflexion sur le cadre administratif des missions de l établissement:qu impose lecadre institué par l autorité administrative etl habilitation,par la définition de la mission d intérêt général etd utilité sociale?quelles margesde manœuvre autorise-t-il? L expérience montre que souventleséquipesontune lecture maximalistedeceslimites,et qu elles disposent en fait souvent de marges d adaptation plus nombreuses qu elles ne le croient. Mettreenœuvrelesprestationsetactivitésauregarddel ouverture L enjeuconsisteàdévelopperdesmodalitésquirespectentleslienssociaux despersonnes accueillies, valorisent leurs rôles sociaux, les aidant àmaintenir ou construire leur place auprèsde leursprocheset danslasociété. Respecter les liens et rôles sociaux existants L entrée en établissementne devraitpasêtresynonyme de rupturedesliensstructurantla vie affective etquotidienne despersonnesaccueillies.lesmissionsde l établissementseront 18 I Ouverture del établissement à et sur son environnement

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS. Juin 2015

CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS. Juin 2015 CATALOGUE DES OUTILS ET PUBLICATIONS Juin 2015 SOMMAIRE Catalogue des outils et publications de l Anesm LES RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES PROFESSIONNELLES (RBPP) 3 Les recommandations tous secteurs

Plus en détail

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES

TABLE RONDE AUEG du 6 FEVRIER 2014 - Vieillissement et Habitat - Comprendre, décider, changer INTERVENTION CARSAT RHONE-ALPES Sous-Direction de l Action Sociale Le 30 janvier 2014 Département PREVENTION, PREPARATION A LA RETRAITE, ETUDES ET PROSPECTIVE MPP/NC G:\DAR\SDAS_DBVRP\3_Etudes_Prospectives\Etudes\Charge_Etude\TABLE RONDE

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat de Technicien de l Intervention Sociale et Familiale 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

Filière éducation et insertion

Filière éducation et insertion . Filière éducation et insertion La filière «Éducation et Insertion» rassemble les équipes de professionnels chargés de conduire les projets personnalisés dans leur triple dimension : éducative, thérapeutique

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

2016 formation. qualifiante

2016 formation. qualifiante 2016 formation qualifiante Surveillant(e)s de nuit qualifié(e)s Maître(sse)s de maison CREAI ChAmpAgnE-ARdEnnE : Cité Administrative Tirlet - Bât. 3-51036 ChAlons en ChAmpAgne Cedex tél. : 03 26 68 35

Plus en détail

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse

PLAN AUTISME 2013-2017. Synthèse PLAN AUTISME 2013-2017 Synthèse Plan d actions régional Océan Indien En adoptant le 3ème Plan Autisme en mai 2013, la ministre des affaires sociales et de la santé répondait à une attente forte des personnes

Plus en détail

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4

Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire de santé n 4 Code direction : DSQP Pôle émetteur : Appui à la Performance et Gestion du Risque Note d information aux participants du séminaire territorial «Améliorer le parcours des personnes âgées» sur le territoire

Plus en détail

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère

1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère Sommaire 1ere partie : Présentation de la démarche PPE sur le département du Finistère 1. Contexte et enjeux du PPE 1.1 Une loi et des orientations départementales 1.2 Les enjeux du PPE 2. La démarche

Plus en détail

3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social

3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social 3IE - TALIS Métiers du Sanitaire & du Médico - Social Évaluation Externe / Évaluation Interne / Aide Médico - Psychologique / Assistant de soins en gérontologie / Préparation au concours DEAMP / Accompagnement

Plus en détail

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés

Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés Dispositif d activités physiques et sportives en direction des âgés RAPPORT du GROUPE DE TRAVAIL INTERMINISTÉRIEL DÉCEMBRE 2013 1 Introduction I -Le contexte II -Le Groupe de travail III -Compte rendu

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep

Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Cnajep Loi d orientation sur les activités physiques et sportives Contribution du Le 24 février 2014 Le 5 juillet 2013, Valérie FOURNEYRON, Ministre chargée des Sports, de la Jeunesse, de l Education Populaire

Plus en détail

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE

PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE PROJET EDUCATIF LOCAL LYON : VILLE EDUCATRICE L EDUCATION - ENJEU ET LEVIER FONDAMENTAL DANS LA CITE - DROIT POUR TOUS LES ENFANTS un engagement à contribuer au - DEVELOPPEMENT DES POTENTIALITES DE L ENFANT

Plus en détail

La Région, c est votre espace!

La Région, c est votre espace! La Région, c est votre espace! Jacques Auxiette inaugure l Espace Régional du Mans Jeudi 25 janvier 2007 Communiqué de presse L Espace Régional du Mans en bref Plaquette «La Région c est votre Espace!»

Plus en détail

Référence n 1. Critère d évaluation n 1.25. Indicateur(s) Cotation. Elément(s) de preuve et analyse. Proposition(s) d amélioration (le cas échéant)

Référence n 1. Critère d évaluation n 1.25. Indicateur(s) Cotation. Elément(s) de preuve et analyse. Proposition(s) d amélioration (le cas échéant) Chapitre I - Le projet d établissement ou de service Partie 1 - Élaboration, diffusion et réactualisation du projet d établissement ou de service Référence n 1 En application de la loi 2002-2, l établissement

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Alain Villez Conseiller technique Uniopss

Alain Villez Conseiller technique Uniopss Alain Villez Conseiller technique Uniopss La loi du 30 juin 1975 : une loi qui traitait peu des droits et du statut des usagers Un des motifs principaux de la réforme de cette loi Jusqu en 1997, la loi

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

L association de gestion de l Institut Michel FANDRE gère 3 Etablissements :

L association de gestion de l Institut Michel FANDRE gère 3 Etablissements : I - Contexte. Ce présent appel d offres est fixé en référence aux Textes règlementaires ci-après : La Loi 2002-2 du 2 Janvier 2002 rénovant l action sociale et médico-sociale. Le Décret n 20106975 du 15

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008

PROJET ASSOCIATIF. Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 PROJET ASSOCIATIF Approuvé par l Assemblée Générale du 28 octobre 2008 NOTRE HISTOIRE L ENTRAIDE DES BOUCHES DU RHONE association régie par la loi du 1 er juillet 1901 est fondée en 1949, dans la perspective

Plus en détail

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé

CIRCULAIRE N DHOS/E1/2006/550 du 28 décembre 2006 relative à la mise en place de maisons des usagers au sein des établissements de santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Sous-direction de la qualité et du fonctionnement des établissements de santé - Bureau E1 Dossier suivi par : Annick Van Herzèle Téléphone

Plus en détail

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire

Le projet associatif. Quelques éléments d histoire Le projet associatif Quelques éléments d histoire «UNE ASSOCIATION NATIONALE NEE DE LA COOPERATION DE DEUX RESEAUX» Créée le 1 er janvier 2011, la Fédération Addiction est née de la volonté conjointe de

Plus en détail

«Du plaisir de pratiquer au savoir partager : aider les enfants à se reconstruire par le sport».

«Du plaisir de pratiquer au savoir partager : aider les enfants à se reconstruire par le sport». «Du plaisir de pratiquer au savoir partager : aider les enfants à se reconstruire par le sport». Ce titre témoigne de l ambition associative de faire du sport un levier éducatif pour la reconstruction

Plus en détail

Synthèse. Les attentes de la personne et le projet personnalisé. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles

Synthèse. Les attentes de la personne et le projet personnalisé. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles Recommandations de bonnes pratiques professionnelles Les attentes de la personne et le projet personnalisé OBJET Cette recommandation, dans le droit fil des principes de la loi n 2002-2 du 2 janvier 2002

Plus en détail

Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte. Réseau Bas-Normand / REQUA

Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte. Réseau Bas-Normand / REQUA Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte Réseau Bas-Normand / REQUA Octobre 2012 Haute Autorité de Santé 2012 Place de la charte dans le déploiement de la bientraitance La charte de bientraitance

Plus en détail

PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL

PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL PREAMBULE AU CONTRAT DE SOUTIEN ET D AIDE PAR LE TRAVAIL Les établissements de soutien et d aide par le travail sont des établissements et services médico-sociaux (article L312-1 du Code de l action sociale

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution

ACCOMPAGNEMENT ET SOINS DES ENFANTS ET DES ADOLESCENTS EN INSTITUTION. Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Accompagnement et soins des enfants et des adolescents en institution Les souffrances des adolescents sont réelles et conséquentes, dans une période du développement de la personne, empreinte de bouleversements.

Plus en détail

La formation des demandeurs d emploi en Limousin

La formation des demandeurs d emploi en Limousin La formation des demandeurs d emploi en Limousin EXPERIENCE La Région Limousin avait depuis 2005 engagé un partenariat avec les ASSEDIC pour coordonner l offre de formation aux demandeurs d emploi et leur

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic d une association les grandes étapes»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Le diagnostic d une association les grandes étapes» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Le diagnostic d une association les grandes étapes» Points clés Le diagnostic, un outil incontournable! C est en prenant en compte ces éléments que l association peut

Plus en détail

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011

CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 17 novembre 2011 CHARTE ASSOCIATIVE DES MAISONS DE QUARTIER DE REIMS Validée par Assemblée Générale Extraordinaire du jeudi 7 novembre 20 «L Association des Maisons de quartier de Reims a pour objet le développement, le

Plus en détail

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016

Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service Aide à la Gestion du Budget Familial (AGBF) 2013-2016 Projet de service AGBF 1 Préambule L élaboration du présent projet de service est le fruit d un travail collaboratif et de concertation

Plus en détail

Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon

Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon Projet Alimentation Quartier Amiraux-Simplon Genèse du projet Les diagnostics Le premier groupe de travail s est réuni à la suite de la restitution d un diagnostic social réalisé sur le quartier Amiraux

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Contribution de la CNAPE aux travaux européens relatifs à la désinstitutionnalisation de la protection de l enfance

Contribution de la CNAPE aux travaux européens relatifs à la désinstitutionnalisation de la protection de l enfance Contribution de la CNAPE aux travaux européens relatifs à la désinstitutionnalisation de la protection de l enfance Octobre 2012 Les premiers travaux européens relatifs à la désinstitutionnalisation de

Plus en détail

SOMMAIRE. Projet Éducatif Local 2010-2014 5 Ville de Bourg-en-Bresse

SOMMAIRE. Projet Éducatif Local 2010-2014 5 Ville de Bourg-en-Bresse SOMMAIRE Préambule...2 Principes...6 Finalités et valeurs éducatives...7 Axes de développement...10 Synthèse du diagnostic PEL mené en 2009...10 4 axes de développement pour 2010-2014...11 Instances de

Plus en détail

Regards croisés sur la Bientraitance. Charte Bientraitance. Outil d aide à la décision - formation

Regards croisés sur la Bientraitance. Charte Bientraitance. Outil d aide à la décision - formation Promotion de la bientraitance «Remobiliser les équipes» Regards croisés sur la Bientraitance Charte Bientraitance Outil d aide à la décision - formation Marie José D Alché-Gautier Réseau Bas Normand Santé

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Synthèse. Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles

Synthèse. Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service. Recommandations. de bonnes pratiques professionnelles Synthèse Recommandations de bonnes pratiques professionnelles Élaboration, rédaction et animation du projet d établissement ou de service OBJET Les propositions de cette recommandation visent à : définir

Plus en détail

LES DÉMARCHES DE COOPÉRATION DANS LES SECTEURS SANITAIRE, MÉDICO-SOCIAL ET SOCIAL

LES DÉMARCHES DE COOPÉRATION DANS LES SECTEURS SANITAIRE, MÉDICO-SOCIAL ET SOCIAL LES DÉMARCHES DE COOPÉRATION DANS LES SECTEURS SANITAIRE, MÉDICO-SOCIAL ET SOCIAL POSITIONNEMENT DE L URIOPSS BRETAGNE Juin 2013 LES POSITIONNEMENTS DE L URIOPSS BRETAGNE Le Projet Régional de Santé de

Plus en détail

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures.

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures. Cahier des charges de l appel à projet lancé par le Conseil général pour la création de 0 places de PEAD (placement éducatif à domicile) dans le département du Finistère I - identification des besoins

Plus en détail

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire»

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Certificat National de Compétence Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Cette formation complémentaire est visée par la loi n 2007-308 du 5 mars

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

Action SociAle orientations 2015 / 2017

Action SociAle orientations 2015 / 2017 Action Sociale Orientations 2015 / 2017 Action sociale personnes agées Les orientations de la Carsat Centre 2015 / 2017 L action sociale de la Carsat est développée au profit des retraités du régime général

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Bientraitance et respect de l autonomie tout au long de la prise en charge

Bientraitance et respect de l autonomie tout au long de la prise en charge Bientraitance et respect de l autonomie tout au long de la prise en charge Patrick BESSON, Cadre supérieur de santé & Référent Ethique Rencontre régionale des professionnels AMP-AP-AS - 6 juin 2013 à Blois

Plus en détail

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement

16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement 16 Journée Mondiale de la Maladie d Alzheimer : la Ville de Marseille confirme son engagement Rencontre sur le thème «Une Solidarité Collective au service des Malades et des Aidants» Lundi 21 Septembre

Plus en détail

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE

L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Guide pratique MDPH Partie 1 Fiche n IV-2 CNSA - DGEFP Version 1 sept/2008 L ORIENTATION PROFESSIONNELLE Plan : 1. Les principes de l orientation professionnelle... 1 2. Vers quels lieux peut se faire

Plus en détail

Plan de transfert de connaissance sur l intervention de proximite en CSSS

Plan de transfert de connaissance sur l intervention de proximite en CSSS Plan de transfert de connaissance sur l intervention de proximite en CSSS Communauté de pratique sur l intervention de quartier du CSSS-IUGS et les interventions de proximité en CSSS Auteurs : Jean-François

Plus en détail

LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG

LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG LES DISPOSITIFS D ACCOMPAGNEMENT MIS EN ŒUVRE PAR LE CNG Le CNG contribue au développement professionnel des praticiens hospitaliers et des directeurs de la Fonction Publique Hospitalière dans un objectif

Plus en détail

TITRE DE LA FONCTION. L Infirmier(e) en Chef peut confier à un infirmier une ou plusieurs tâches ou missions qui lui sont assignées.

TITRE DE LA FONCTION. L Infirmier(e) en Chef peut confier à un infirmier une ou plusieurs tâches ou missions qui lui sont assignées. DESCRIPTION DE FONCTION CHPLT Sect. Contr. : SOI Année : 2010 N Fonction : 018 Version : 1 TITRE DE LA FONCTION INFIRMIER EN CHEF (H/F) 1. La fonction de l infirmier en Chef L Infirmier en Chef est responsable

Plus en détail

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE

Les orientations stratégiques en matière de prévention des risques professionnels 2012-2013 s inscrivent dans le cadre : PREAMBULE Les présentes orientations stratégiques ministérielles ont reçu l avis favorable du CHSCT ministériel de l éducation nationale, en sa séance du 10 octobre 2012 Direction générale des ressources humaines

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

Cycle de qualification développement économique et politique de la ville 2013-2014. Se saisir des outils formation

Cycle de qualification développement économique et politique de la ville 2013-2014. Se saisir des outils formation Cycle de qualification développement économique et politique de la ville 2013-2014 Se saisir des outils formation Sylvie Bocquet Chef de service Animation Territoriale» Direction de la Formation Permanente

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française

Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires. Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Les services de soins et d accompagnement de la Mutualité Française Prévenir - Soigner - Accompagner Votre partenaire pour construire une offre de santé adaptée aux territoires Qui est la Mutualité Française?

Plus en détail

Livret de formation. Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Ministère chargé des affaires sociales. Etablissement de formation.

Livret de formation. Diplôme d Etat d éducateur spécialisé. Ministère chargé des affaires sociales. Etablissement de formation. Ministère chargé des affaires sociales Etablissement de formation Nom du candidat Prénoms du candidat Livret de formation Diplôme d Etat d éducateur spécialisé LE PRESENT LIVRET COMPREND 1 Présentation

Plus en détail

LE SERVICE PUBLIC DE L ORIENTATION POUR TOUS - SPO-

LE SERVICE PUBLIC DE L ORIENTATION POUR TOUS - SPO- LE SERVICE PUBLIC DE L ORIENTATION POUR TOUS - SPO- La loi n 2009-1437 du 24 novembre 2009 relative à l orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie a créé en son article 4 le droit

Plus en détail

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES

LIGUE de L ENSEIGNEMENT CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES LIGUE de L ENSEIGNEMENT PROJET EDUCATIF CLASSES DE DECOUVERTE VOYAGES SCOLAIRES PARTIE I : ELEMENTS DU PROJET EDUCATIF GENERAL DE LA LIGUE DE L ENSEIGNEMENT 1/ Synthèse historique de la Ligue de l Enseignement

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES

Coordination générale des soins. Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Coordination générale des soins Description de la Fonction de Cadre Supérieur de Santé au CHU de LIMOGES Janvier 2010 PLAN 1. MISSIONS GENERALES 2. ACTIVITES 2.1 Politique générale du pôle 2.2 Coordination

Plus en détail

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL

L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL L ENTRETIEN 4PROFESSIONNEL Décembre 2008 Sommaire 4 4 5 1. Qu est ce que l entretien professionnel? 1.1 L entretien professionnel : un dispositif conventionnel 1.2 Un outil au service de l évolution professionnelle

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

Vers la mise en place de la primo-prescription de Méthadone en ville

Vers la mise en place de la primo-prescription de Méthadone en ville Vers la mise en place de la primo-prescription de Méthadone en ville Constats, problématiques et préconisations Depuis l autorisation des traitements de substitution aux opiacés (TSO) la question centrale

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE 93 93 PERMETTRE LE RENFORCEMENT DE LA DÉMOCRATIE LOCALE

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011

Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 Bilan du groupe de travail «Gestion de l espace» sur la période 2009-2011 2 ème partie : le fonctionnement du groupe L objectif de ce cadre est de faciliter le travail de bilan des groupes de travail.

Plus en détail

L Académie des Dalons

L Académie des Dalons L L est un projet expérimental d insertion sociale et professionnelle dans un dispositif global de soutien de jeunes en difficulté. Il s adresse aux volontaires âgés de 18 à 25 ans qui, sans formation

Plus en détail

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable

Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Fiche emploi-cible GPEC Accompagnateur de démarches de développement durable Le tableau ci-après décline : - dans la colonne «Tronc commun», le profil de base, à travers la finalité du poste, les missions,

Plus en détail

APPEL à CANDIDATURE. POUR LA GESTION ET LA MISE EN ŒUVRE DU «STAGE COLLECTIF OBLIGATOIRE de 21 heures»

APPEL à CANDIDATURE. POUR LA GESTION ET LA MISE EN ŒUVRE DU «STAGE COLLECTIF OBLIGATOIRE de 21 heures» Direction Départementale des Territoires de l'aisne En application du décret du relatif à la mise en œuvre du plan de professionnalisation personnalisé prévus par les articles R 3434 et R 3435 du code

Plus en détail

1/9. E.H.P.A.D. Château La Valliere http://www.abras-strategie.com/

1/9. E.H.P.A.D. Château La Valliere http://www.abras-strategie.com/ Abrégé du rapport Evaluation des activités et de la qualité des prestations EHPAD Louise de la Vallière 7 rue de la Citadelle 37330 Château la Vallière 1/9 SOMMAIRE Abrégé du Rapport d évaluation... 3

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées

Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées Comité ou groupe de réflexion éthique pour la gestion des risques de maltraitance dans les établissements et services pour personnes âgées Définition de la maltraitance En 1987, le Conseil de l Europe

Plus en détail

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1

Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008. Synthèse de l atelier 1 Séminaires interrégionaux des CDIAE automne 2008 Synthèse de l atelier 1 Comment, dans le cadre du CDIAE, mobiliser les acteurs du territoire pour réaliser un diagnostic, définir les orientations et élaborer

Plus en détail

INTRODUCTION programme régional d accès à la prévention et aux soins publics démunis ou en situation de vulnérabilité sociale

INTRODUCTION programme régional d accès à la prévention et aux soins publics démunis ou en situation de vulnérabilité sociale SYNTHÈSE 2/12 INTRODUCTION Le programme régional d accès à la prévention et aux soins (PRAPS) est un programme destiné à tous les professionnels concernés par l accès à la prévention et aux soins ainsi

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS D ASTREE

COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS D ASTREE COMMUNAUTE DE COMMUNES DU PAYS D ASTREE Evaluation du Projet Educatif Local et Diagnostic Petite Enfance * * * * * MISSION D ETUDE ET DE CONSEIL * * * * * ORIENTATIONS POUR UN SCHEMA PLURIANNUEL DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

Programme de Réussite Éducative SOMMAIRE :

Programme de Réussite Éducative SOMMAIRE : Le 31 janvier 2006 Programme de Réussite Éducative SOMMAIRE : 1 - Les étapes de la construction du programme à Aubervilliers. 2 - Les orientations générales du dispositif de Réussite Éducative. 3 - Les

Plus en détail

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire

Recommandations organisationnelles. Outils et guides. Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Ensemble pour le développement de la chirurgie ambulatoire Recommandations organisationnelles Outils et guides Guide de gestion de projet chirurgie ambulatoire Mai 2013 Le document source est téléchargeable

Plus en détail

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT

Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Document de référence des activités et compétences des membres du CHSCT Au niveau national comme au niveau régional, les partenaires sociaux ont la capacité de fixer les orientations qui seront mises en

Plus en détail

Dép. 35 «LE SESAME» PRESENTATION DE L ACTION

Dép. 35 «LE SESAME» PRESENTATION DE L ACTION Dép. 35 «LE SESAME» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Sésame, «Service Educatif de Suivis Alternatifs à la Maison de l Enfance», est un dispositif adossé à la Maison

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

ANALYSE DE PRATIQUES La posture d'accompagnateur DLA

ANALYSE DE PRATIQUES La posture d'accompagnateur DLA ANALYSE DE PRATIQUES La posture d'accompagnateur DLA I. CONTEXTE Dans le cadre de l exercice de son cœur de métier, le-a chargé-e de mission DLA fait face à des situations locales souvent complexes du

Plus en détail

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui

Avec la Mutualité Française, la santé avance. Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui Avec la Mutualité Française, la santé avance Mutualité Française et petite enfance Accompagner les familles d aujourd hui ACCOMPAGNER LES FAMILLES D AUJOURD HUI L engagement de la Mutualité en matière

Plus en détail

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement

La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX. DE QUARTIER Charte de fonctionnement La Tour LES CONSEILS ET BUREAUX DE QUARTIER Charte de fonctionnement 03 Sommaire PRÉAMBULE... 05 TITRE I - Les acteurs des instances participatives... 05 ARTICLE 1 // L élu référent de quartier... 05 ARTICLE

Plus en détail

Qualité et sécurité en santé Sécurisation de la prise en charge des résidents.

Qualité et sécurité en santé Sécurisation de la prise en charge des résidents. Qualité et sécurité en santé Sécurisation de la prise en charge des résidents. Journée de Prévention du risque infectieux en Rhône-Alpes en FAM MAS et IME LYON 17/10/2013 Plan de la présentation Présentation

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Syndicat National des Médecins de Protection Maternelle et Infantile (S.N.M.P.M.I.) Ouvrir de nouveaux horizons pour la PMI

Syndicat National des Médecins de Protection Maternelle et Infantile (S.N.M.P.M.I.) Ouvrir de nouveaux horizons pour la PMI Union Confédérale des Médecins Salariés de France Siège social, secrétariat : 65-67 rue d Amsterdam 75008 Paris Tél : 01.40.23.04.10 Fax : 01.40.23.03.12 Mél : contact@snmpmi.org Site internet : www.snmpmi.org

Plus en détail

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE

ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Projet de note méthodologique ANRU Janvier 2008 ORGANISATION DES POINTS D ETAPE Note méthodologique 1. PRESENTATION GENERALE 1. Enjeux et objectifs des points d étape Les points d étape, réalisés deux

Plus en détail

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie

Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen Basse Normandie Schéma directeur du Système d information et du numérique de l Université de Caen BasseNormandie Dans son projet de développement stratégique 20122016 adopté par le Conseil d Administration du 4 novembre

Plus en détail