Le paiement en ligne : l'état du droit face à la technique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le paiement en ligne : l'état du droit face à la technique"

Transcription

1 LEXBASE HEBDO n 223 du Mercredi 12 Juillet Edition AFFAIRES [Internet] Evénement Le paiement en ligne : l'état du droit face à la technique N0679ALQ Le 4 juillet dernier, l'association pour le développement de l'informatique juridique (ADIJ) a organisé, en partenariat avec les éditions juridiques Lexbase, une conférence sur le thème du "Paiement en ligne : l'état du droit face à la technique". L'intervention de Cathie-Rosalie Joly, Docteur en droit, avocat, auteur de l'ouvrage Paiement en ligne : aspects juridiques et techniques, paru aux éditions Hermes Sciences Lavoisier, invite à la confiance à l'égard du paiement en ligne. En effet, "dans la vie, rien n'est à craindre, tout est à comprendre" (Marie Curie). Or, dès qu'il s'agit du paiement en ligne, la confiance du payeur tombe, dans la mesure où ce dernier se retrouve dans une situation de contradiction : d'un côté, il reçoit des consignes de vigilance quant au paiement en ligne et, d'un autre côté, il perçoit aussi une incitation au paiement en ligne. Le commerce et le paiement sont, rappelons-le, deux questions intimement liées. Aujourd'hui, l'on parle ainsi de commerce électronique et le paiement en ligne soulève, en premier plan, la question de la sécurité. C'est pourquoi, lors de cette conférence, ont été abordés, tout d'abord, le thème de l'offre technique disponible (I) et, ensuite, la question du droit applicable aux différents acteurs (II). I - L'offre technique disponible S'il on ne connaît, le plus souvent, que la carte bancaire comme moyen de paiement en ligne, il existe pourtant une multitude de procédés de moyens de paiement (A). Dans tous les cas, lorsque l'on effectue un paiement, l'on a besoin de s'assurer de trois choses : la sécurisation de la transmission des données, la sécurisation de la transaction et la conservation de la preuve de la transaction. Divers procédés de sécurisation du paiement sont, à cet égard, envisageables (B). A - Divers procédés de paiement en ligne Les divers procédés de paiement en ligne peuvent être regroupés en trois grandes catégories : les moyens de paiement matériels (1), les moyens de paiement logiciels (2) et le recours à des intermédiaires (3). 1 - Les moyens de paiement matériels Lecteurs de cartes à puce (TPE) Le lecteur de cartes à puce est le moyen de paiement matériel le plus connu et, notamment, le lecteur associé aux ordinateurs. Aujourd'hui, l'on cherche toujours à mettre en oeuvre un boîtier moins onéreux, sur lequel s'affichera un pictogramme à huit chiffres qui changera lors de chaque transaction. Existe également le téléphone portable bi-fente. L'acheteur confirme la commande par sms

2 et le marchand donne à son tour confirmation par sms. L'acheteur insère alors la carte bancaire dans le téléphone et l'ordre de paiement est envoyé à la banque par sms. Parmi les lecteurs de cartes à puce se trouve aussi la télévision à péage. Le décodeur est ici muni d'un lecteur de carte bancaire. Tel est le cas du paiement pour visionner les chaînes cryptées. Enfin, l'on peut souligner la carte à puce associée au Minitel, laquelle présente toutefois peu d'intérêt dans la mesure où l'on dispose déjà du Système Kiosque. Calculatrices générant un numéro à usage unique Il existe actuellement plusieurs offres de calculatrices générant un numéro à usage unique sur le marché. L'on peut citer, tout d'abord, le Sep-Wallet, où le porteur note le code qui apparaît sur l'écran et qui va lui servir de clé unique. Ce système suppose donc le recours à un tiers qui vient sécuriser l'opération. L'on peut, ensuite, citer le Token, où l'utilisateur saisit son numéro de carte bancaire, le numéro de sécurisation et la date d'expiration, sur le site du marchand. Le marchand lui communique alors un code aléatoire. L'utilisateur inscrit ce code sur la calculatrice, laquelle lui renvoie un autre numéro. Le marchand vérifie après la correspondance des deux codes. Ce système, cependant, est surtout utilisé comme instrument de sécurisation de l'ordre de paiement donné par carte bancaire sur internet. Cartes prépayées La carte prépayée à gratter comporte un code à gratter et est utilisée pour le micropaiement. Un nouveau type est apparu : la carte prépayée sur CD-Rom. Avec ce dernier moyen, l'on accède au contenu du ou des site(s) associé(s) à la carte. Ce système sert essentiellement à ceux qui souhaitent au maximum sécuriser les paiements, tels que les sites à caractère pornographique. Carte à puce sonore La carte à puce sonore s'apparente à une carte de visite. Elle émet une séquence sonore que l'on appose sur le téléphone ou le micro. Cette fréquence vocale est à usage unique. L'empreinte sonore est communiquée au moment de sécuriser. Ce système est aujourd'hui proposé par la société franco-américaine Elva. Porte-monnaie électronique matériel L'un des exemples de porte-monnaie électronique matériel est le système Moneo, lancé dès les années Ce système est intéressant en ce qu'il est limité en montant, mais présente l'inconvénient de devoir payer un abonnement à la banque pour bénéficier de ce service. 2 - Les moyens de paiement logiciels Porte-monnaie électronique virtuel Le porte-monnaie électronique virtuel est un logiciel à installer sur l'ordinateur, valable pour un ou plusieurs sites. Ce porte-monnaie est crédité par carte bancaire ou par chèque. Chèque électronique Le chèque électronique n'existe pas en France, la réglementation étant plus stricte, mais est expérimenté aux Etats-Unis. Il a comme intérêt de pouvoir être un alternatif à ceux qui ne possèdent pas de carte bancaire. Il prend la forme d'un carnet de chèques électroniques. Numéro à 16 chiffres de la carte bancaire

3 Il s'agit là, classiquement, de la transmission du numéro apparent de la carte bancaire, des chiffres de sécurisation et de la date d'expiration, informations que le commerçant transmet à sa banque. Ensuite, la banque créditera le commerçant et débitera le client. Existe, aussi, la carte virtuelle dynamique (CVD). Le client souscrit, ici, un système de carte virtuelle dynamique auprès de sa banque. Il s'agit d'un logiciel avec un numéro de carte virtuelle à usage unique. L'inconvénient de ce système se présente donc lorsqu'il est nécessaire de présenter la carte pour retirer la chose commandée. Courriel Le paiement s'effectue ici par ou sms. L'internaute, tout comme le commerçant, doivent chacun être inscrits à ce service. Les deux passeront, lors d'une opération, par l'intermédiaire qui propose ce service. Banque à domicile Il s'agit ici du système de banque en ligne déjà connu, permettant de contrôler les comptes, d'effectuer soi même des virements, etc. Il est parfois utilisé un autre numéro à usage unique fourni par la banque. Le Système Kiosque Le Système Kiosque consiste dans la surfacturation téléphonique. L'on passe par un opérateur traditionnel (France Télécom). Ce système est ce qui a fait le succès du Minitel et de l'audiotel. 3 - Recours à des intermédiaires agrégateurs (w-ha) Le recours à un tiers de confiance peut se faire, soit par un séquestre, soit par un agrégateur. Le recours à un agrégateur est un système qui permet au site marchand de faire payer par le fournisseur d'accès à internet. L'intérêt de ce système est de ne pas être limité aux paliers fixés par France Télécom. B - Divers procédés de sécurisation du paiement La sécurisation du paiement suppose, à la fois, la confidentialité des données transmises (1), leur authentification et leur intégrité (2) ainsi que leur pérennité (3). 1 - Sécurisation de la transmission des données (Confidentialité) La sécurisation de la transmission des données bancaires est assurée, aujourd'hui, par la SSL, qui est un cryptage par clé unique, clé qui permet à la fois de crypter et décrypter. Le protocole SET avait été lancé mais a été abandonné en 2001 ; ce protocole présentait deux clés, dont l'une restait secrète. 2 - Sécurisation de la transaction (Authentification et Intégrité) Il existe, aujourd'hui, une nouvelle offre qui garantit cette authentification et cette intégrité : le système 3D-Secure de Visa, qui permet un Liability Shift, c'est-à-dire la prise en charge par les banques des risques de la transaction. Ce système n'est pas encore disponible en France, mais l'est à l'international. Le client doit avoir souscrit ce système auprès de sa banque. Il en est de même pour le marchand. Le client passe commande sur le site du marchand et transmet son numéro de carte bancaire. Ce numéro est envoyé au Plug-in du commerçant, c'est-à-dire le logiciel remis par la banque au marchand. Ce logiciel renvoie le numéro de carte bancaire à la banque du marchand, qui vérifie dans un annuaire à quelle banque correspond le numéro de carte bancaire. La banque du client est interrogée. Le client sera identifié par système biométrique ou par d'autres systèmes. La banque interroge donc le client pour savoir si c'est bien lui qui a effectué la transaction et s'il donne son accord. S'il est d'accord, il s'identifie auprès de sa banque puis le serveur de contrôle retourne vers le logiciel du marchand pour lui indiquer que l'autorisation est acceptée. Le commerçant renvoie alors l'ordre de paiement à sa banque. L'intérêt est, ici, la garantie des paiements, dans la mesure où les banques sont chargées de vérifier l'authentification du client et que ce dernier a donné son accord. La signature électronique est un autre moyen pour sécuriser la transaction. Elle a été juridiquement reconnue par la loi n du 13 mars 2000 (N Lexbase : L0274AIY).

4 S'agissant de la présomption de fiabilité du procédé de la signature, l'article 2 du décret du 30 mars 2001 (décret n , 30 mars 2001, pris pour l'application de l'article du Code civil et relatif à la signature électronique N Lexbase : L1813ASX) énonce que "la fiabilité d'un procédé de signature électronique est présumée jusqu'à preuve contraire lorsque ce procédé met en oeuvre une signature électronique sécurisée, établie grâce à un dispositif sécurisé de création de signature électronique et que la vérification de cette signature repose sur l'utilisation d'un certificat électronique qualifié". Par ailleurs, le dispositif sécurisé de création de signature doit garantir que la confidentialité des données de création est assurée et qu'elles ne peuvent pas être établies plus d'une fois ni être trouvées par déduction, que le signataire peut les protéger contre toute utilisation par des tiers. Aussi, ce dispositif ne doit-il entraîner aucune altération du contenu de l'acte à signer ni faire obstacle à ce que le signataire en ait une connaissance exacte avant de signer (Lire Pratique de la signature et de l'archivage électronique (PSAE), Lexbase Hebdo n 199 du 26 janvier édition affaires N Lexbase : N3517AKH). La signature doit être couplée d'un certificat électronique, défini par le décret du 30 mars 2001 précité comme "un document sous forme électronique attestant du lien entre les données de vérification de signature électronique et un signataire". Enfin, la sécurisation du paiement peut être assurée par l'identification biométrique. S'agissant du fonctionnement de ce système, il convient tout d'abord de choisir la donnée biométrique (sachant que l'empreinte digitale, l'iris ou la rétine sont les données les plus précises, à la différence du contour du visage ou de la main). La banque va enregistrer cette donnée au préalable, mais ne va utiliser que quelques caractéristiques de cette donnée biométrique et non toute la donnée. Il convient de demander l'autorisation préalable à la CNIL, prévue à l'article de la loi informatique et libertés (loi n 78-17, 6 janvier 1978, relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, modifiée par la loi du n du 6 août 2004 N Lexbase : L8794AGS). Notons aussi que la CNIL recommande la prudence quant au type de données, au mode de stockage et de sécurisation des gabarits, et aux besoins de sécurité. 3 - Conservation de la preuve de la transaction La conservation des justificatifs de la transaction s'effectue par le recours à l'archivage. Le but est ici de garantir l'identification des parties et l'intégrité de l'autorisation, mais aussi de garantir la lisibilité et l'intelligibilité de l'acte. On applique, pour cela, les exigences de la preuve électronique à l'archivage, en archivant à la fois la signature électronique et le certificat. Pour cela, on met en place un chemin de preuve assurant la traçabilité des différentes interventions. Enfin, notons que l'archivage peut être effectué en interne ou en externe. II - Le droit applicable aux acteurs du paiement en ligne Le droit applicable aux acteurs du paiement en ligne concerne, en premier lieu, la protection du porteur (A), en deuxième lieu, les obligations incombant au cyber-marchand (B) et, enfin, le statut des fournisseurs de moyens de paiement électroniques (C). A - La protection du porteur 1 - La protection du porteur en France Le régime de la protection du porteur en France est fonction du fait qu'il y a, ou non, utilisation physique de la carte, c'est-à-dire qu'il y a, ou non, saisie du code. En cas d'utilisation physique de la carte, les dispositions de l'article L du Code monétaire et financier (N Lexbase : L0912AWP) sont applicables. Le principe est alors que, avant opposition, le plafond accordé est de 150 euros et, après opposition, le porteur est déchargé de toute responsabilité. Toutefois, le client ne doit pas avoir commis de faute lourde ni avoir fait une opposition tardive. Le délai raisonnable ne peut être inférieur à deux jours ; il variera ensuite, pour apprécier la tardiveté, selon la fréquence d'utilisation de la carte par le client. Aussi, rappelons que l'opposition peut être effectuée par téléphone, fax, minitel... En l'absence d'utilisation physique de la carte, les dispositions de l'article L du Code monétaire et financier (N Lexbase : L3484APQ) sont applicables. Il s'agit, ici, d'une carte contrefaite ou de données liées à l'utilisation de la carte bancaire. Dans ce cas, le porteur n'a aucune responsabilité et a droit au remboursement de l'opération et des frais engagés. La contestation de l'opération devra être effectuée par écrit dans un délai de 70 à 120 jours à compter de ladite opération.

5 2 - La protection du porteur d'instruments de paiement électroniques en Europe La protection du porteur d'instruments de paiement électroniques en Europe est régie par la recommandation 97/489. Selon ce régime, le porteur bénéficie, en cas de vol ou de perte de l'instrument de paiement, d'un plafond de 150 euros avant opposition, et d'un complet remboursement après opposition, à moins qu'il ait fait preuve d'une négligence extrêmement frauduleuse. Le régime français connaît, ici, des critiques dans la mesure où, n'appliquant cette protection que pour les cartes de paiement, il réduit le périmètre de protection. B - Obligations incombant au cyber-marchand 1 - Obligations incombant au cyber-marchand du fait du Contrat fournisseur VAD Lors du paiement par carte bancaire, le cyber-marchand est tenu de vérifier les informations fournies par le client et de vérifier la commande auprès du client. Au-delà du seuil fixé dans le contrat, il est également tenu de demander l'autorisation de la banque. Enfin, il doit assurer la confidentialité des données liées au paiement et demander la signature du client au-delà de 800 euros. 2 - Obligations incombant au cyber-marchand après le paiement Le cyber-marchand est tenu de conserver et transmettre à sa banque les justificatifs de l'opération de paiement. Il doit, en outre, demander la présentation de la carte bancaire du client lors de la livraison. Enfin, il doit autoriser expressément la banque à le débiter de toute opération contestée. 3 - Obligations incombant au cyber-marchand du fait de la protection des données personnelles Les obligations incombant au cyber-marchand du fait de la protection des données personnelles sont davantage importantes. Pèse, d'abord, sur le cyber-marchand une obligation de déclaration des opérations portant sur les données de carte bancaire. Aussi, le cyber-marchand doit-il conserver les données de la carte bancaire dans le respect de la finalité qu'est la paiement. La finalité du paiement se distingue du cas où les données sont utilisées comme identifiant commercial, la finalité première étant alors la mise en place d'une relation de fidélisation avec le client. La CNIL a recommandé la conservation des numéros de carte bancaire cryptés, et de prévoir un affichage tronqué pour ceux qui travaillent au service du cyber-marchand. Les manquements à ces obligations sont punis, en application de l'article du Code pénal (N Lexbase : L4484GTA), de cinq ans d'emprisonnement et de euros d'amende. 4 - Obligations de sécurité des données de carte bancaire Parmi les obligations de moyens de sécurité, l'on peut citer l'obligation de crypter les données, d'utiliser des "firewall", d'installer des antivirus, d'utiliser des mots de passe, de contrôler l'accès aux locaux de l'entreprise, de sensibiliser le personnel... Là encore, les manquements à ces obligations sont punis, en application de l'article du Code pénal (N Lexbase : L4479GT3), de cinq ans d'emprisonnement et de euros d'amende. Notons que les risques de mise en cause sont élevés en théorie mais que, faute d'information, il y a peu de poursuites. C - Statut des fournisseurs de moyens de paiement 1 - Emission de moyens de paiement en France On compte, en France, deux établissements émetteurs. L'établissement de crédit est défini par l'article L du Code monétaire et financier (N Lexbase : L9477DYN), aux termes duquel "les établissements de crédit sont des personnes morales qui effectuent à titre de profession habituelle des opérations de banque au sens de l'article L ". L'article L du Code monétaire et financier (N Lexbase : L0377DZY) énonce, quant à lui, que "les opérations de banque comprennent la réception de fonds du public, les opérations de crédit, ainsi que la mise à la disposition de la clientèle ou la gestion de moyens de paiement". Sont considérés comme moyens de paiement tous les instruments qui permettent à toute personne de transférer des fonds, quel que soit le support ou le procédé technique utilisé. L'établissement de monnaie électronique est, lui, défini comme un établissement limitant son activité à l'émission, la mise à disposition du public ou la gestion de monnaie

6 électronique. La monnaie électronique est composée d'unités de valeur, dites unités de monnaie électronique. Chacune constitue un titre de créance incorporé dans un instrument électronique et accepté comme moyen de paiement par des tiers autres que l'émetteur. La monnaie électronique étant émise contre la remise de fonds pour une valeur ne pouvant excéder celle des fonds reçus en contrepartie. Ces établissements bénéficient du passeport européen. 2 - Le passeport européen : l'agrément La deuxième Directive bancaire du 15 décembre 1989 (Directive (CE) 89/646 du Conseil du 15 décembre 1989 visant à la coordination des dispositions législatives, réglementaires et administratives concernant l'accès à l'activité des établissements de crédit et son exercice, et modifiant la Directive 77/780/CEE N Lexbase : L9933AUG) a permis l'ouverture du marché unique des services bancaires par la mise en place d'un agrément unique : le "passeport européen". Cet agrément est délivré par le Comité des établissements de crédit et des entreprises d'investissements (CECEI) aux établissements de crédit et aux établissements de monnaie électronique. Propos recueillis par Florence Labasque SGR - Droit commercial

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité.

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité. Antonio DA CUNHA Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité Bien comprendre Objectifs Le contexte technique d une transaction

Plus en détail

Conditions générales.

Conditions générales. Conditions générales. Les services présentés sur le site www.net-style.fr sont fournis par NetStyle, propose à une clientèle de professionnels et de particuliers des services dédiés à la création de sites

Plus en détail

SOS OPPOSITION SUITE A FRAUDE A CARTE BANCAIRE

SOS OPPOSITION SUITE A FRAUDE A CARTE BANCAIRE SOS OPPOSITION SUITE A FRAUDE A CARTE BANCAIRE Article juridique publié le 07/01/2014, vu 1842 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine I- Pourquoi faire opposition? L'ordonnance N 2009-866 du 15 juillet 2009

Plus en détail

Le paiement en ligne

Le paiement en ligne Le paiement en ligne securisation juridique et technique Cathie-Rosalie Joly >cience TABLE DES MATIERES Preface 13 Introduction 15 PREMIERE PARTIE. LES INSTRUMENTS DE PAIEMENT ELECTRONIQUE 21 Chapitre

Plus en détail

SOLUTIONS ET MOYENS DE PAIEMENT DU E-COMMERCE : RETOUR D EXPÉRIENCE SUR LES ÉVOLUTIONS DE LA RÉGLEMENTATION EUROPÉENNE ET LES PERSPECTIVES MAROCAINES

SOLUTIONS ET MOYENS DE PAIEMENT DU E-COMMERCE : RETOUR D EXPÉRIENCE SUR LES ÉVOLUTIONS DE LA RÉGLEMENTATION EUROPÉENNE ET LES PERSPECTIVES MAROCAINES SALON E-COMMERCE.MA DU 30 MAI AU 1 ER JUIN 2012 OFFICE DES CHANGES SOLUTIONS ET MOYENS DE PAIEMENT DU E-COMMERCE : RETOUR D EXPÉRIENCE SUR LES ÉVOLUTIONS DE LA RÉGLEMENTATION EUROPÉENNE ET LES PERSPECTIVES

Plus en détail

Le contexte. 1) Sécurité des paiements et protection du consommateur

Le contexte. 1) Sécurité des paiements et protection du consommateur Le contexte 1) Sécurité des paiements et protection du consommateur La sécurité du système Cartes Bancaires a fait l objet en 2000 et en 2001 d une concertation au sein d un groupe de travail du Conseil

Plus en détail

PCI DSS Quels enjeux juridiques? 2 juillet 2013 Isabelle Renard Docteur Ingénieur Avocat Associée irenard@racine.eu

PCI DSS Quels enjeux juridiques? 2 juillet 2013 Isabelle Renard Docteur Ingénieur Avocat Associée irenard@racine.eu PCI DSS Quels enjeux juridiques? 2 juillet 2013 Isabelle Renard Docteur Ingénieur Avocat Associée irenard@racine.eu -Sommaire - PCI DSS : quel positionnement vis-à-vis du droit? PCI DSS et protection des

Plus en détail

Table des matières. Le chèque

Table des matières. Le chèque Le chèque Table des matières L utilisation...2 Le délai de validité...2 Les mentions obligatoires...2 Le montant :...2 La signature :...2 L'opposition...3 Les cas d'opposition :...3 La procédure :...3

Plus en détail

Conditions générales de vente des produits et prestations d'études de meteolien sur www.meteolien.eu

Conditions générales de vente des produits et prestations d'études de meteolien sur www.meteolien.eu Conditions générales de vente des produits et prestations d'études de meteolien sur www.meteolien.eu 1er Octobre 2011 Les présentes conditions générales s'appliquent à la vente ou à la fourniture, par

Plus en détail

16 Le paiement en ligne

16 Le paiement en ligne INTRODUCTION Selon Marie Curie 1, «dans la vie, rien n est à craindre, tout est à comprendre». Dès lors, pourquoi le fait de payer sur les réseaux inquiète-t-il encore aujourd hui à une époque où les relations

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LA CARTE BANCAIRE

TOUT SAVOIR SUR LA CARTE BANCAIRE TOUT SAVOIR SUR LA CARTE BANCAIRE Carte bancaire : plancher et plafond de paiement Dernière mise à jour le 11 juin 2009 à 09:17 par ericrg Les commerçants sont libres d'accepter ou non les paiements par

Plus en détail

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes

GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes 13 septembre 2005 GLOSSAIRE des opérations bancaires courantes Ce glossaire a été élaboré sous l égide du CCSF. Il est conçu à des fins purement informatives, et destiné à vous aider à comprendre les termes

Plus en détail

Les crédits à la consommation

Les crédits à la consommation Les crédits à la consommation Billet du blog publié le 16/03/2015, vu 244 fois, Auteur : Fabrice R. LUCIANI Code de la consommation (Valable à partir du 18 mars 2016) Avis du 24 juin 2014 relatif à l'application

Plus en détail

LA SIGNATURE ELECTRONIQUE

LA SIGNATURE ELECTRONIQUE LA SIGNATURE ELECTRONIQUE Date de publication : 14/11/2008 Les échanges par voie électronique ne cessent de croître. Or, leur caractère entièrement dématérialisé fait naître de nouveaux enjeux juridiques.

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS)

RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS) RÉSUMÉ DE LA POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS A LA CAISSE RÉGIONALE DE NORMANDIE SEINE (CRNS) 1) PRÉSENTATION La Caisse Régionale de Normandie Seine fournit de nombreux types

Plus en détail

ADHESION AU SYSTEME DE PAIEMENT PAR CARTES BANCAIRES CB CONDITIONS GENERALES D'ADHESION AU SYSTEME DE PAIEMENT A DISTANCE PAR CARTES BANCAIRES CB

ADHESION AU SYSTEME DE PAIEMENT PAR CARTES BANCAIRES CB CONDITIONS GENERALES D'ADHESION AU SYSTEME DE PAIEMENT A DISTANCE PAR CARTES BANCAIRES CB ADHESION AU SYSTEME DE PAIEMENT PAR CARTES BANCAIRES CB CONDITIONS GENERALES D'ADHESION AU SYSTEME DE PAIEMENT A DISTANCE PAR CARTES BANCAIRES CB GENERALITES 1) Par «accepteur» il faut entendre non seulement

Plus en détail

Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte?

Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte? GÉNÉRALITÉS Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte? NOTA : le système ci-dessus est un système dit à «quatre coins», c est-à-dire, qu il s agit d un système où l émetteur et l acquéreur

Plus en détail

Convention Beobank Online et Beobank Mobile

Convention Beobank Online et Beobank Mobile Convention Beobank Online et Beobank Mobile Lisez attentivement cette Convention ("la Convention"). Lisez en tout cas la Section 1 - Conditions générales Beobank Online et Beobank Mobile. Ces conditions

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE FONCTIONNEMENT

CONDITIONS GENERALES DE FONCTIONNEMENT CONDITIONS GENERALES DE FONCTIONNEMENT Article 1 - objet du service Sur abonnement, la Banque de l Habitat du Sénégal (BHS) met à la disposition de son client ci-après individuellement dénommé "l'abonné"

Plus en détail

ADHESION AU SYSTEME DE PAIEMENT PAR CARTES BANCAIRES CB CONDITIONS GENERALES D'ADHESION AU SYSTEME DE PAIEMENT DE PROXIMITE PAR CARTES BANCAIRES CB

ADHESION AU SYSTEME DE PAIEMENT PAR CARTES BANCAIRES CB CONDITIONS GENERALES D'ADHESION AU SYSTEME DE PAIEMENT DE PROXIMITE PAR CARTES BANCAIRES CB ADHESION AU SYSTEME DE PAIEMENT PAR CARTES BANCAIRES CB CONDITIONS GENERALES D'ADHESION AU SYSTEME DE PAIEMENT DE PROXIMITE PAR CARTES BANCAIRES CB GENERALITES 1) Par «accepteur» il faut entendre non seulement

Plus en détail

Conditions Générales

Conditions Générales ADHESION AUX SYSTEMES DE PAIEMENT PAR CARTES BANCAIRES Conditions Générales BANQUE DE SAVOIE SOMMAIRE : ADHESION AU SYSTEME RESEAU CB A AUTOMATE Chapitre A-1 : Condition Générales d adhésion au système

Plus en détail

Une information plus détaillée sur ce document est disponible sur demande écrite.

Une information plus détaillée sur ce document est disponible sur demande écrite. RESUME DE LA POLITIQUE DE PREVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS DU GROUPE CREDIT AGRICOLE APPLIQUEE A LA CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE CHARENTE- PERIGORD 1) PRESENTATION Le Groupe Crédit

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIÈRES HÉBERGEMENT BLUE MIND

CONDITIONS PARTICULIÈRES HÉBERGEMENT BLUE MIND CONDITIONS PARTICULIÈRES HÉBERGEMENT BLUE MIND Version en date du 1/06/2015 ARTICLE 1 : OBJET Les présentes conditions particulières, complétant les conditions générales de service de PHOSPHORE SI, ont

Plus en détail

La Modernisation et la sécurisation des Des Moyens de Paiement. Réunion d information. Epinal, le 14/10/2014

La Modernisation et la sécurisation des Des Moyens de Paiement. Réunion d information. Epinal, le 14/10/2014 La Modernisation et la sécurisation des Des Moyens de Paiement Réunion d information Epinal, le 14/10/2014 Éléments de contexte : le cadre réglementaire r national Le décret d n n 2012-1786 1786 du 7 novembre

Plus en détail

LA REMISE DE JUSTIFICATIFS DE PAIEMENT AU DEBITEUR III-6

LA REMISE DE JUSTIFICATIFS DE PAIEMENT AU DEBITEUR III-6 BASE REGLEMENTAIRE - Articles 25 et 6 du décret n 2012-1246 du 7 novembre 2012 relatif à la gestion budgétaire et comptable publique, relatifs à l'encaisse des comptables publics, des régisseurs et des

Plus en détail

MENTIONS LEGALES CONDITIONS GENERALES. Article 1 Objet du service

MENTIONS LEGALES CONDITIONS GENERALES. Article 1 Objet du service Cette page a pour objectif de présenter aux clients les informations légales définies par la banque. Le texte ci-après est donné uniquement à titre d exemple et ne saurait être repris tel quel. C est à

Plus en détail

FSMA_2012_15-1 du 12/07/2012

FSMA_2012_15-1 du 12/07/2012 FSMA_2012_15-1 du 12/07/2012 Questions à se poser lors de la mise en place de projet de crowdfunding Si vous êtes promoteur d'un projet de crowdfunding, vous devrez veiller à examiner l'applicabilité d'une

Plus en détail

Le paiement sur Internet

Le paiement sur Internet ITCE NFE 102 Année 2013-2014! Le paiement sur Internet F.-Y. Villemin (f-yv@cnam.fr) http://dept25.cnam.fr/itce Types de paiement! Paiement à la livraison! Paiement par virement / facture! Paiement par

Plus en détail

Paiement de factures aux entreprises créancières RBC Guide du client

Paiement de factures aux entreprises créancières RBC Guide du client Paiement de factures aux entreprises créancières RBC Guide du client Dernières mises à jour : aout 2014 Personnel et confidentiel Ce document contient des renseignements confidentiels et exclusifs, ainsi

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel

Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Avril 2012 Lignes directrices relatives à la relation d affaires et au client occasionnel Document de nature explicative (Version actualisée avec mise à jour des dispositions législatives et réglementaires

Plus en détail

FICHE N 10 SÉCURITÉ DES DONNÉES

FICHE N 10 SÉCURITÉ DES DONNÉES L article 34 de la loi «Informatique et Libertés» impose à un responsable de traitement de prendre toutes les précautions utiles pour préserver la sécurité des données dont il est responsable, en fonction

Plus en détail

Marchés publics de fournitures et services EMISSION DE CARTES D ACHATS ET PRESTATIONS ANNEXES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.

Marchés publics de fournitures et services EMISSION DE CARTES D ACHATS ET PRESTATIONS ANNEXES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P. Marchés publics de fournitures et services EMISSION DE CARTES D ACHATS ET PRESTATIONS ANNEXES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) Pouvoir adjudicateur : Ecole supérieure d art des Pyrénées

Plus en détail

ANNEXE AU BON DE COMMANDE

ANNEXE AU BON DE COMMANDE ANNEXE AU BON DE COMMANDE N de contrat CB : Vente à distance pour SSL : CAHIER DES CHARGES A RESPECTER POUR L ENCAISSEMENT PAR CARTE BANCAIRE À DISTANCE VIA INTERNET Dans le cadre de l encaissement par

Plus en détail

PREFECTURE DE LA SARTHE FICHE DE PROCEDURE

PREFECTURE DE LA SARTHE FICHE DE PROCEDURE PREFECTURE DE LA SARTHE FICHE DE PROCEDURE Mai 2013 TEXTES : Loi n 70-9 du 2 janvier 1970 Décret n 72-678 du 20 juillet 1972 Agent immobilier : conditions d'exercice de l'activité L'agent immobilier est

Plus en détail

Objet : délivrance des formules numérotées de reçus et justification de leur utilisation.

Objet : délivrance des formules numérotées de reçus et justification de leur utilisation. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Paris, le 16 février 2015 Service juridique Pôle partis politiques Contact : suivi_recu_don@cnccfp.fr SJ/SPP/MP Objet : délivrance des formules numérotées de reçus et justification

Plus en détail

ANNEXE À LA DELIBERATION N 2013-INSO-008. Règlement intérieur du dispositif départemental Carte jeune. Sommaire

ANNEXE À LA DELIBERATION N 2013-INSO-008. Règlement intérieur du dispositif départemental Carte jeune. Sommaire ANNEXE À LA DELIBERATION N 2013-INSO-008 Règlement intérieur du dispositif départemental Carte jeune Sommaire Préambule... 3 1 Composition de la Carte jeune :... 3 1.1 Un porte-monnaie électronique...

Plus en détail

Bourse de Casablanca. Arrêtés relatifs aux titres de créance n é g o c i a b l e s

Bourse de Casablanca. Arrêtés relatifs aux titres de créance n é g o c i a b l e s Bourse de Casablanca Arrêtés relatifs aux titres de créance n é g o c i a b l e s ARRETES RELATIFS AUX TITRES DE CREANCE NEGOCIABLES ARRETE DU MINISTRE DES FINANCES ET DES INVESTISSEMENTS EXTERIEURS N

Plus en détail

Paiement sécurisé sur Internet Service TPE Virtuel (sécurisé par le protocole SSL)

Paiement sécurisé sur Internet Service TPE Virtuel (sécurisé par le protocole SSL) Paiement sécurisé sur Internet Service TPE Virtuel (sécurisé par le protocole SSL) Présentation Générale Page 1 / 23 SOMMAIRE 1 1.1 Présentation du service de paiement par carte bancaire sur Internet,

Plus en détail

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008)

Commission Nationale de l Informatique et des Libertés Recommandation (97-008) RECOMMANDATION Délibération n 97-008 du 4 février 1997 portant adoption d'une recommandation sur le traitement des données de santé à caractère personnel (Journal officiel du 12 avril 1997) La Commission

Plus en détail

La sécurité informatique d'un centre d imagerie médicale Les conseils de la CNIL. Dr Hervé LECLET. Santopta

La sécurité informatique d'un centre d imagerie médicale Les conseils de la CNIL. Dr Hervé LECLET. Santopta La sécurité informatique d'un centre d imagerie médicale Les conseils de la CNIL Dr Hervé LECLET Tous les centres d'imagerie médicale doivent assurer la sécurité informatique de leur système d'information

Plus en détail

Les acteurs de la carte d'achat

Les acteurs de la carte d'achat CHAPITRE 3 Les acteurs de la carte d'achat Pour mettre en œuvre une exécution des marchés publics par carte d achat, l acheteur et le gestionnaire public vont devoir s adresser à un fournisseur de services

Plus en détail

PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES ET COOKIES

PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES ET COOKIES PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES ET COOKIES Sommaire ARTICLE 1. DONNÉES PERSONNELLES QUE NOUS RECUEILLONS ARTICLE 2. DONNÉES RELATIVES A LA CONSULTATION DU SITE o 2.1. L'intérêt de voir s'afficher des

Plus en détail

Circulaire n 41/G/2007 du 2 août 2007 relative à l 'obligation de vigilance incombant aux établissements de crédit

Circulaire n 41/G/2007 du 2 août 2007 relative à l 'obligation de vigilance incombant aux établissements de crédit Circulaire n 41/G/2007 du 2 août 2007 relative à l 'obligation de vigilance incombant aux établissements de crédit Le Gouverneur de Bank Al-Maghrib ; vu la loi n 34-03 relative aux établissements de c

Plus en détail

Manuel d'utilisation d'apimail V3

Manuel d'utilisation d'apimail V3 Manuel d'utilisation d'apimail V3 I Préambule Page 3 II Présentation Page 4 III Mise en route Configuration Page 5 Messagerie Serveur smtp Serveur pop Compte pop Mot de passe Adresse mail Laisser les messages

Plus en détail

Technologies informatiques appliquées au commerce électronique

Technologies informatiques appliquées au commerce électronique Technologies informatiques appliquées au commerce électronique Travail d études de Simeon Kostov et Dimitre Kostov Licence Informatique 2002-2003 Université de Nice «Internet sera à l économie du 21 ème

Plus en détail

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1).

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1). AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) * * * * * Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret

Plus en détail

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 )

AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS. ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret n 77-608

Plus en détail

Les outils «cloud» dédiés aux juristes d entreprises. Cadre juridique

Les outils «cloud» dédiés aux juristes d entreprises. Cadre juridique Les outils «cloud» dédiés aux juristes d entreprises Cadre juridique Présenté par Béatrice Delmas-Linel et Céline Mutz Cabinet De Gaulle Fleurance & Associés 29 juin 2012 1 Introduction La dématérialisation

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DÉPARTEMENTAL RELATIF À LA PROCÉDURE DE DOMICILIATION DES PERSONNES SANS DOMICILE STABLE

CAHIER DES CHARGES DÉPARTEMENTAL RELATIF À LA PROCÉDURE DE DOMICILIATION DES PERSONNES SANS DOMICILE STABLE Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations Service hébergement, accès au logement, familles vulnérables. PRÉFET DE LA MAYENNE CAHIER DES CHARGES DÉPARTEMENTAL RELATIF

Plus en détail

- le service n'est ouvert qu'à la condition expresse que le déclarant fournisse les documents d'adhésion au télépaiement par compte bancaire ;

- le service n'est ouvert qu'à la condition expresse que le déclarant fournisse les documents d'adhésion au télépaiement par compte bancaire ; Convention (1) TDP Conditions générales d'accès au service de Télédéclaration et de Télépaiement du site Internet de la CNETP Article 1 - Introduction Le présent service est dédié aux opérations de télédéclaration

Plus en détail

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article...

Code de l'éducation. Article L131-1 En savoir plus sur cet article... Page 1 sur 5 Code de l'éducation Version consolidée au 31 mars 2011 Partie législative Première partie : Dispositions générales et communes Livre Ier : Principes généraux de l'éducation Titre III : L'obligation

Plus en détail

Conditions générales. de fonctionnement. de la carte bancaire

Conditions générales. de fonctionnement. de la carte bancaire Conditions générales de fonctionnement de la carte bancaire du porte monnaie électronique monéo sur support carte bancaire valables dès activation de la fonction monéo CONDITIONS GENERALES DE FONCTIONNEMENT

Plus en détail

POINTS D ATTENTION ET PRÉCAUTIONS À PRENDRE LORS DE LA NÉGOCIATION ET DE LA CONCLUSION D UN CONTRAT DE CLOUD COMPUTING

POINTS D ATTENTION ET PRÉCAUTIONS À PRENDRE LORS DE LA NÉGOCIATION ET DE LA CONCLUSION D UN CONTRAT DE CLOUD COMPUTING SALON MED-IT CASABLANCA 13-15.11.2012 POINTS D ATTENTION ET PRÉCAUTIONS À PRENDRE LORS DE LA NÉGOCIATION ET DE LA CONCLUSION D UN CONTRAT DE CLOUD COMPUTING Me Cathie-Rosalie JOLY Avocat Associé Cabinet

Plus en détail

Sophos Mobile Encryption pour Android Aide. Version du produit : 1.0

Sophos Mobile Encryption pour Android Aide. Version du produit : 1.0 Sophos Mobile Encryption pour Android Aide Version du produit : 1.0 Date du document : septembre 2012 Table des matières 1 À propos de Sophos Mobile Encryption...3 2 Affichage de la page d'accueil...4

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION 1) Mentions Légales 1.1 - Le site internet FacileSMS est édité la société FACILE SOLUTION S.A.R.L. dont le siège est situé 68 Avenue de la Liberté, 1930 Luxembourg

Plus en détail

Conformité aux exigences de la réglementation "21 CFR Part 11" de la FDA

Conformité aux exigences de la réglementation 21 CFR Part 11 de la FDA Conformité aux exigences de la réglementation "21 CFR Part 11" de la FDA Définition de la réglementation 21 CFR partie 11 Au cours de la dernière décennie, l'industrie pharmaceutique a très rapidement

Plus en détail

BICIGUINET V5 Particuliers Conditions Générales VERSION 08.2012

BICIGUINET V5 Particuliers Conditions Générales VERSION 08.2012 BICIGUINET V5 Particuliers Conditions Générales VERSION 08.2012 Article 1 : Objet Article 2 : Inscription des comptes Article 3 : Modalités d'accès au service Article 4 : Mandataire Article 5 : Oppositions

Plus en détail

INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT

INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT MISE À JOUR OCTOBRE 2009 Christian Gavalda Jean Stoufflet Agrégé des facultés de droit Professeur émérite de l Université de Clermont-Ferrand I Doyen honoraire de

Plus en détail

SGMAROC-ONLINE Particuliers Conditions générales de fonctionnement

SGMAROC-ONLINE Particuliers Conditions générales de fonctionnement SGMAROC-ONLINE Particuliers Conditions générales de fonctionnement Article 1 Objet du service Sur abonnement, la Société Générale Marocaine de Banques met à la disposition de ses clients Particuliers (ci-après

Plus en détail

1 - Les conditions légales et réglementaires

1 - Les conditions légales et réglementaires LES REMPLACEMENTS 1. Les conditions légales et réglementaires 2. Formalités diverses - obligations 3. Responsabilités du médecin remplacé et du médecin remplaçant 1 1 - Les conditions légales et réglementaires

Plus en détail

Sophos Mobile Encryption pour Android Aide. Version du produit : 1.3

Sophos Mobile Encryption pour Android Aide. Version du produit : 1.3 Sophos Mobile Encryption pour Android Aide Version du produit : 1.3 Date du document : février 2013 Table des matières 1 À propos de Sophos Mobile Encryption...3 2 Affichage de la page d'accueil...5 3

Plus en détail

INSTRUMENTS ET TECHNIQUES DE PAIEMENT DU FRET A L INTERNATIONAL

INSTRUMENTS ET TECHNIQUES DE PAIEMENT DU FRET A L INTERNATIONAL INSTRUMENTS ET TECHNIQUES DE PAIEMENT DU FRET A L INTERNATIONAL Dans les opérations de commerce international, il ne suffit pas de vendre. Encore faut-il être payé. Cette vérité première se doit d'être

Plus en détail

Solution de facturation électronique Signée

Solution de facturation électronique Signée Solution de facturation électronique Signée (Article 289V du Code Général des Impôt) Fiche d information Sommaire La facture... 2 En quoi consiste la dématérialisation fiscale de la facture?... 3 Qu est-ce

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE INTERNET

CONDITIONS GENERALES DE VENTE INTERNET CONDITIONS GENERALES DE VENTE INTERNET Les dispositions qui suivent établissent les conditions générales de vente des produits proposés sur ce site par la société CRYS PARKER CREATIONS représentée par

Plus en détail

Conditions Générales d Utilisation

Conditions Générales d Utilisation Conditions Générales d Utilisation Les présentes Conditions Générales d'utilisation de MaGED (ci-après désignées les "Conditions Générales"), ont pour objet de définir les relations contractuelles entre

Plus en détail

CARTE BANCAIRE RECHARGEABLE

CARTE BANCAIRE RECHARGEABLE Guide pratique CARTE BANCAIRE RECHARGEABLE La Carte Bancaire Rechargeable permet d apprendre à devenir progressivement autonome dans la gestion de l argent en toute sécurité. Dans ce guide, découvrez les

Plus en détail

Les mots et acronymes suivis d un astérisque dans l ensemble des contributions sont définis dans ce glossaire.

Les mots et acronymes suivis d un astérisque dans l ensemble des contributions sont définis dans ce glossaire. Glossaire Les mots et acronymes suivis d un astérisque dans l ensemble des contributions sont définis dans ce glossaire. Agrégat monétaire Un agrégat monétaire est un indicateur statistique qui reflète

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

Directives concernant la conservation des documents comptables

Directives concernant la conservation des documents comptables RÉPUBLIQUE ET CANTON DE NEUCHÂTEL DÉPARTEMENT DES FINANCES ET DES AFFAIRES SOCIALES SERVICE FINANCIER Directives concernant la conservation des documents comptables (du 18 avril 2008) Préambule Les présentes

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE EN LIGNE SUR LE SITE INTERNET www.ctbr67.fr. Applicables au 25 février 2013.

CONDITIONS GENERALES DE VENTE EN LIGNE SUR LE SITE INTERNET www.ctbr67.fr. Applicables au 25 février 2013. CONDITIONS GENERALES DE VENTE EN LIGNE SUR LE SITE INTERNET www.ctbr67.fr Applicables au 25 février 2013. PREAMBULE Le Client s engage à lire attentivement les présentes Conditions Générales de Vente en

Plus en détail

Conditions d utilisation de Sobflous.tn

Conditions d utilisation de Sobflous.tn Conditions d utilisation de Sobflous.tn Généralité La disposition des services tout au long du site sobflous.tn est sujette à votre acceptation de l accord. En remplissant le formulaire d inscription,

Plus en détail

CODE PROFESSIONNEL. déontologie

CODE PROFESSIONNEL. déontologie déontologie Code de déontologie des professionnels du marketing direct vis-à-vis de la protection des données à caractère personnel 1 Code de déontologie des professionnels du marketing direct vis-à-vis

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE Informations Légales Mineurs et capacité juridique L'ordonnance n 59-107 du 7 janvier 1959, la loi n 74-631 du 5 juillet 1974 et l'article L.3342-1 du Code de la santé publique

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU SERVICE BANQUE EN LIGNE ECOBANK

CONDITIONS GENERALES DU SERVICE BANQUE EN LIGNE ECOBANK CONDITIONS GENERALES DU SERVICE BANQUE EN LIGNE ECOBANK 1. OBJET Les présentes conditions générales fixent les modalités d accès et de fonctionnement du service de banque en ligne fourni par ECOBANK (le

Plus en détail

DES RESSOURCES INFORMATIQUES DE L'IFMA

DES RESSOURCES INFORMATIQUES DE L'IFMA CHARTE POUR L'UTILISATION DE L'IFMA DES RESSOURCES INFORMATIQUES La présente charte a pour objet de définir les règles d'utilisation des moyens et systèmes informatiques de l'institut Français de Mécanique

Plus en détail

Paiement sécurisé sur Internet. Documentation Générale

Paiement sécurisé sur Internet. Documentation Générale Paiement sécurisé sur Internet Documentation Générale SOMMAIRE 1 Présentation 3 1.1 Principe 4 1.2 Vendre à l international 5 1.3 Description de la phase paiement 6 1.4 Suivi des paiements par le commerçant

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTES

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTES Page 1 CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTES MY BOUTIQUE 1 - OBJET : Les présentes Conditions Générales de Vente (version au 30 Juillet 2012) visent à définir les modalités et conditions de vente à distance entre

Plus en détail

Présentation du référentiel PCI-DSS

Présentation du référentiel PCI-DSS Présentation du référentiel PCI-DSS Hervé Hosy herve.hosy@oppida.fr 06.03.51.96.66 Page 1 Agenda Référentiel PCI-DSS Contexte Structure du référentiel Lien avec les normes ISO 270xx 2 Contexte Page 3 Contexte

Plus en détail

Commission nationale de l informatique et des libertés

Commission nationale de l informatique et des libertés 1 Commission nationale de l informatique et des libertés Délibération no 2012-209 du 21 juin 2012 portant création d une norme simplifiée concernant les traitements automatisés de données à caractère personnel

Plus en détail

Commission Nationale de l'informatique et des Libertés

Commission Nationale de l'informatique et des Libertés Délibération nº 2015-165 du 4 juin 2015 portant adoption d'une norme simplifiée concernant les traitements automatisés de données à caractère personnel mis en œuvre par les organismes publics ou privés

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION. La SAS Loue ton Sam n est pas un prestataire de services de transport.

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION. La SAS Loue ton Sam n est pas un prestataire de services de transport. CONDITIONS GENERALES D UTILISATION La société Loue ton Sam, SAS au capital de 8.000, immatriculée au RCS de Saint-Etienne sous le numéro 808 169 882 et dont le siège social est situé 26, rue des Violettes

Plus en détail

TITRE 3 LA SAISIE DES BIENS PLACES DANS UN COFFRE-FORT

TITRE 3 LA SAISIE DES BIENS PLACES DANS UN COFFRE-FORT 158 TITRE 3 LA SAISIE DES BIENS PLACES DANS UN COFFRE-FORT 159 LA SAISIE DES BIENS PLACES DANS UN COFFRE-FORT...en bref... Cette procédure permet d'appréhender les biens placés dans un coffre-fort appartenant

Plus en détail

Chapitre IV : La Tenue Des Livres Le journal Le grand Livre

Chapitre IV : La Tenue Des Livres Le journal Le grand Livre Chapitre IV : La Tenue Des Livres Le journal Le grand Livre A - Notion sur la tenue des livres : 1) Notions Générales : La tenue des livres consiste à inscrire sur des registres comptables les différentes

Plus en détail

[ Sécurisation des canaux de communication

[ Sécurisation des canaux de communication 2014 ISTA HAY RIAD FORMATRICE BENSAJJAY FATIHA OFPPT [ Sécurisation des canaux de communication Protocole IPsec] Table des matières 1. Utilisation du protocole IPsec... 2 2. Modes IPsec... 3 3. Stratégies

Plus en détail

Applications mobiles : du développement à la distribution, les droits et obligations du développeur

Applications mobiles : du développement à la distribution, les droits et obligations du développeur Fermer la fenêtre Applications mobiles : du développement à la distribution, les droits et obligations du développeur Le développement et l exploitation d applications mobiles interviennent dans un environnement

Plus en détail

Conditions Générales d'utilisation et de vente du site www.monvisagedelorient.com

Conditions Générales d'utilisation et de vente du site www.monvisagedelorient.com 1 sur 5 Conditions Générales d'utilisation et de vente du site www.monvisagedelorient.com Préambule Le présent document a pour objet de présenter les services proposés par la société PIX IN THE CITY SARL

Plus en détail

Sécurisation des paiements en lignes et méthodes alternatives de paiement

Sécurisation des paiements en lignes et méthodes alternatives de paiement Comment sécuriser vos paiements en ligne? Entre 2010 et 2013, les chiffres démontrent que c est sur internet que la fraude à la carte bancaire a montré sa plus forte progression. Même si le taux de fraude

Plus en détail

Partie III INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CREDITS Section 1 - Instruments de paiement

Partie III INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CREDITS Section 1 - Instruments de paiement Partie III INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CREDITS Section 1 - Instruments de paiement Sous section 1 Le chèque bancaire Fonctions Retrait Crédit Preuve Garantie Avantages et inconvénients Bénéficiaire Créancier

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Comité du commerce des services financiers S/FIN/W/25/Add.1 19 juin 2003 (03-3275) Original: anglais COMMUNICATION DE HONG KONG, CHINE Tendances du marché et questions

Plus en détail

Livret Solidarité du Crédit Municipal de Paris Conditions générales de fonctionnement s appliquant aux Livrets Solidarité

Livret Solidarité du Crédit Municipal de Paris Conditions générales de fonctionnement s appliquant aux Livrets Solidarité Livret Solidarité du Conditions générales de fonctionnement s appliquant aux Livrets Solidarité Article 1 : DEFINITION DU COMPTE SUR LIVRET «LIVRET SOLIDARITE» Le Livret Solidarité du est un compte d'épargne

Plus en détail

Contrat d'hébergement application ERP/CRM - Dolihosting

Contrat d'hébergement application ERP/CRM - Dolihosting Date 30/10/13 Page 1/6 Contrat d'hébergement application ERP/CRM - Dolihosting Le présent contrat est conclu entre vous, personne physique ou morale désignée ci-après le client et ATERNATIK dont le numéro

Plus en détail

CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS

CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS Cour Pénale Internationale International Criminal Court Instruction administrative ICC/AI/2007/004 Date : 19/06/2007 CONTRÔLES D'ACCÈS PHYSIQUE AUTOMATISÉS Le Greffier, aux fins d'établir des groupes d'accès

Plus en détail

ENJEUX JURIDIQUES DEMATERIALISATION DES CONTRATS A LA SOURCE 21 SEPTEMBRE 2012

ENJEUX JURIDIQUES DEMATERIALISATION DES CONTRATS A LA SOURCE 21 SEPTEMBRE 2012 DEMATERIALISATION DES CONTRATS A LA SOURCE 21 SEPTEMBRE 2012 ENJEUX JURIDIQUES Me Cathie-Rosalie Joly Avocat Associé Cabinet Ulys Docteur en droit et Avocat au barreau de Paris Avocat communautaire au

Plus en détail

Bien utiliser la carte bancaire

Bien utiliser la carte bancaire Bien utiliser la carte bancaire Sécurisée et pratique, la carte permet de retirer de l argent et de payer ses achats. C est le moyen de paiement le plus utilisé en France. Voici quelques conseils d utilisation.

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-184

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-184 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-184 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à un refus de vente par correspondance fondé sur l origine Domaine(s) de compétence de l Institution : Lutte

Plus en détail

Textes de référence : articles 314-44, 314-60 et 314-66 IV du règlement général de l AMF

Textes de référence : articles 314-44, 314-60 et 314-66 IV du règlement général de l AMF Position recommandation AMF n 2007-21 Les obligations professionnelles à l égard des clients non professionnels en matière de gestion de portefeuille pour le compte de tiers Textes de référence : articles

Plus en détail

Conditions générales d utilisation des services édités par PARTOUCHE IMAGES

Conditions générales d utilisation des services édités par PARTOUCHE IMAGES Conditions générales d utilisation des services édités par PARTOUCHE IMAGES V2 Le présent règlement est applicable à l ensemble des services édités par PARTOUCHE IMAGES à l exception du service «Espace

Plus en détail

FRAUDE A CARTE BANCAIRE OU QUAND LA CARTE BLEUE VOIT ROUGE...

FRAUDE A CARTE BANCAIRE OU QUAND LA CARTE BLEUE VOIT ROUGE... FRAUDE A CARTE BANCAIRE OU QUAND LA CARTE BLEUE VOIT ROUGE... Article juridique publié le 12/10/2012, vu 1926 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine La fraude à la carte bancaire est un fléau qu'il faut combattre

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE ARTICLE 1 - PRIX ET NOMBRE DE PLACES 1.1 Les prix des billets sont indiqués en euros toutes taxes comprises. Ils incluent les frais de location. Au prix du billet peuvent,

Plus en détail

Sommaire. 1. Préambule

Sommaire. 1. Préambule 2. Annexe juridique Sommaire 1. Préambule.......................... page 11 2. La protection des données nominatives..... page 11 3. La protection des personnes............. page 12 4. La protection des

Plus en détail