Le paiement en ligne : l'état du droit face à la technique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le paiement en ligne : l'état du droit face à la technique"

Transcription

1 LEXBASE HEBDO n 223 du Mercredi 12 Juillet Edition AFFAIRES [Internet] Evénement Le paiement en ligne : l'état du droit face à la technique N0679ALQ Le 4 juillet dernier, l'association pour le développement de l'informatique juridique (ADIJ) a organisé, en partenariat avec les éditions juridiques Lexbase, une conférence sur le thème du "Paiement en ligne : l'état du droit face à la technique". L'intervention de Cathie-Rosalie Joly, Docteur en droit, avocat, auteur de l'ouvrage Paiement en ligne : aspects juridiques et techniques, paru aux éditions Hermes Sciences Lavoisier, invite à la confiance à l'égard du paiement en ligne. En effet, "dans la vie, rien n'est à craindre, tout est à comprendre" (Marie Curie). Or, dès qu'il s'agit du paiement en ligne, la confiance du payeur tombe, dans la mesure où ce dernier se retrouve dans une situation de contradiction : d'un côté, il reçoit des consignes de vigilance quant au paiement en ligne et, d'un autre côté, il perçoit aussi une incitation au paiement en ligne. Le commerce et le paiement sont, rappelons-le, deux questions intimement liées. Aujourd'hui, l'on parle ainsi de commerce électronique et le paiement en ligne soulève, en premier plan, la question de la sécurité. C'est pourquoi, lors de cette conférence, ont été abordés, tout d'abord, le thème de l'offre technique disponible (I) et, ensuite, la question du droit applicable aux différents acteurs (II). I - L'offre technique disponible S'il on ne connaît, le plus souvent, que la carte bancaire comme moyen de paiement en ligne, il existe pourtant une multitude de procédés de moyens de paiement (A). Dans tous les cas, lorsque l'on effectue un paiement, l'on a besoin de s'assurer de trois choses : la sécurisation de la transmission des données, la sécurisation de la transaction et la conservation de la preuve de la transaction. Divers procédés de sécurisation du paiement sont, à cet égard, envisageables (B). A - Divers procédés de paiement en ligne Les divers procédés de paiement en ligne peuvent être regroupés en trois grandes catégories : les moyens de paiement matériels (1), les moyens de paiement logiciels (2) et le recours à des intermédiaires (3). 1 - Les moyens de paiement matériels Lecteurs de cartes à puce (TPE) Le lecteur de cartes à puce est le moyen de paiement matériel le plus connu et, notamment, le lecteur associé aux ordinateurs. Aujourd'hui, l'on cherche toujours à mettre en oeuvre un boîtier moins onéreux, sur lequel s'affichera un pictogramme à huit chiffres qui changera lors de chaque transaction. Existe également le téléphone portable bi-fente. L'acheteur confirme la commande par sms

2 et le marchand donne à son tour confirmation par sms. L'acheteur insère alors la carte bancaire dans le téléphone et l'ordre de paiement est envoyé à la banque par sms. Parmi les lecteurs de cartes à puce se trouve aussi la télévision à péage. Le décodeur est ici muni d'un lecteur de carte bancaire. Tel est le cas du paiement pour visionner les chaînes cryptées. Enfin, l'on peut souligner la carte à puce associée au Minitel, laquelle présente toutefois peu d'intérêt dans la mesure où l'on dispose déjà du Système Kiosque. Calculatrices générant un numéro à usage unique Il existe actuellement plusieurs offres de calculatrices générant un numéro à usage unique sur le marché. L'on peut citer, tout d'abord, le Sep-Wallet, où le porteur note le code qui apparaît sur l'écran et qui va lui servir de clé unique. Ce système suppose donc le recours à un tiers qui vient sécuriser l'opération. L'on peut, ensuite, citer le Token, où l'utilisateur saisit son numéro de carte bancaire, le numéro de sécurisation et la date d'expiration, sur le site du marchand. Le marchand lui communique alors un code aléatoire. L'utilisateur inscrit ce code sur la calculatrice, laquelle lui renvoie un autre numéro. Le marchand vérifie après la correspondance des deux codes. Ce système, cependant, est surtout utilisé comme instrument de sécurisation de l'ordre de paiement donné par carte bancaire sur internet. Cartes prépayées La carte prépayée à gratter comporte un code à gratter et est utilisée pour le micropaiement. Un nouveau type est apparu : la carte prépayée sur CD-Rom. Avec ce dernier moyen, l'on accède au contenu du ou des site(s) associé(s) à la carte. Ce système sert essentiellement à ceux qui souhaitent au maximum sécuriser les paiements, tels que les sites à caractère pornographique. Carte à puce sonore La carte à puce sonore s'apparente à une carte de visite. Elle émet une séquence sonore que l'on appose sur le téléphone ou le micro. Cette fréquence vocale est à usage unique. L'empreinte sonore est communiquée au moment de sécuriser. Ce système est aujourd'hui proposé par la société franco-américaine Elva. Porte-monnaie électronique matériel L'un des exemples de porte-monnaie électronique matériel est le système Moneo, lancé dès les années Ce système est intéressant en ce qu'il est limité en montant, mais présente l'inconvénient de devoir payer un abonnement à la banque pour bénéficier de ce service. 2 - Les moyens de paiement logiciels Porte-monnaie électronique virtuel Le porte-monnaie électronique virtuel est un logiciel à installer sur l'ordinateur, valable pour un ou plusieurs sites. Ce porte-monnaie est crédité par carte bancaire ou par chèque. Chèque électronique Le chèque électronique n'existe pas en France, la réglementation étant plus stricte, mais est expérimenté aux Etats-Unis. Il a comme intérêt de pouvoir être un alternatif à ceux qui ne possèdent pas de carte bancaire. Il prend la forme d'un carnet de chèques électroniques. Numéro à 16 chiffres de la carte bancaire

3 Il s'agit là, classiquement, de la transmission du numéro apparent de la carte bancaire, des chiffres de sécurisation et de la date d'expiration, informations que le commerçant transmet à sa banque. Ensuite, la banque créditera le commerçant et débitera le client. Existe, aussi, la carte virtuelle dynamique (CVD). Le client souscrit, ici, un système de carte virtuelle dynamique auprès de sa banque. Il s'agit d'un logiciel avec un numéro de carte virtuelle à usage unique. L'inconvénient de ce système se présente donc lorsqu'il est nécessaire de présenter la carte pour retirer la chose commandée. Courriel Le paiement s'effectue ici par ou sms. L'internaute, tout comme le commerçant, doivent chacun être inscrits à ce service. Les deux passeront, lors d'une opération, par l'intermédiaire qui propose ce service. Banque à domicile Il s'agit ici du système de banque en ligne déjà connu, permettant de contrôler les comptes, d'effectuer soi même des virements, etc. Il est parfois utilisé un autre numéro à usage unique fourni par la banque. Le Système Kiosque Le Système Kiosque consiste dans la surfacturation téléphonique. L'on passe par un opérateur traditionnel (France Télécom). Ce système est ce qui a fait le succès du Minitel et de l'audiotel. 3 - Recours à des intermédiaires agrégateurs (w-ha) Le recours à un tiers de confiance peut se faire, soit par un séquestre, soit par un agrégateur. Le recours à un agrégateur est un système qui permet au site marchand de faire payer par le fournisseur d'accès à internet. L'intérêt de ce système est de ne pas être limité aux paliers fixés par France Télécom. B - Divers procédés de sécurisation du paiement La sécurisation du paiement suppose, à la fois, la confidentialité des données transmises (1), leur authentification et leur intégrité (2) ainsi que leur pérennité (3). 1 - Sécurisation de la transmission des données (Confidentialité) La sécurisation de la transmission des données bancaires est assurée, aujourd'hui, par la SSL, qui est un cryptage par clé unique, clé qui permet à la fois de crypter et décrypter. Le protocole SET avait été lancé mais a été abandonné en 2001 ; ce protocole présentait deux clés, dont l'une restait secrète. 2 - Sécurisation de la transaction (Authentification et Intégrité) Il existe, aujourd'hui, une nouvelle offre qui garantit cette authentification et cette intégrité : le système 3D-Secure de Visa, qui permet un Liability Shift, c'est-à-dire la prise en charge par les banques des risques de la transaction. Ce système n'est pas encore disponible en France, mais l'est à l'international. Le client doit avoir souscrit ce système auprès de sa banque. Il en est de même pour le marchand. Le client passe commande sur le site du marchand et transmet son numéro de carte bancaire. Ce numéro est envoyé au Plug-in du commerçant, c'est-à-dire le logiciel remis par la banque au marchand. Ce logiciel renvoie le numéro de carte bancaire à la banque du marchand, qui vérifie dans un annuaire à quelle banque correspond le numéro de carte bancaire. La banque du client est interrogée. Le client sera identifié par système biométrique ou par d'autres systèmes. La banque interroge donc le client pour savoir si c'est bien lui qui a effectué la transaction et s'il donne son accord. S'il est d'accord, il s'identifie auprès de sa banque puis le serveur de contrôle retourne vers le logiciel du marchand pour lui indiquer que l'autorisation est acceptée. Le commerçant renvoie alors l'ordre de paiement à sa banque. L'intérêt est, ici, la garantie des paiements, dans la mesure où les banques sont chargées de vérifier l'authentification du client et que ce dernier a donné son accord. La signature électronique est un autre moyen pour sécuriser la transaction. Elle a été juridiquement reconnue par la loi n du 13 mars 2000 (N Lexbase : L0274AIY).

4 S'agissant de la présomption de fiabilité du procédé de la signature, l'article 2 du décret du 30 mars 2001 (décret n , 30 mars 2001, pris pour l'application de l'article du Code civil et relatif à la signature électronique N Lexbase : L1813ASX) énonce que "la fiabilité d'un procédé de signature électronique est présumée jusqu'à preuve contraire lorsque ce procédé met en oeuvre une signature électronique sécurisée, établie grâce à un dispositif sécurisé de création de signature électronique et que la vérification de cette signature repose sur l'utilisation d'un certificat électronique qualifié". Par ailleurs, le dispositif sécurisé de création de signature doit garantir que la confidentialité des données de création est assurée et qu'elles ne peuvent pas être établies plus d'une fois ni être trouvées par déduction, que le signataire peut les protéger contre toute utilisation par des tiers. Aussi, ce dispositif ne doit-il entraîner aucune altération du contenu de l'acte à signer ni faire obstacle à ce que le signataire en ait une connaissance exacte avant de signer (Lire Pratique de la signature et de l'archivage électronique (PSAE), Lexbase Hebdo n 199 du 26 janvier édition affaires N Lexbase : N3517AKH). La signature doit être couplée d'un certificat électronique, défini par le décret du 30 mars 2001 précité comme "un document sous forme électronique attestant du lien entre les données de vérification de signature électronique et un signataire". Enfin, la sécurisation du paiement peut être assurée par l'identification biométrique. S'agissant du fonctionnement de ce système, il convient tout d'abord de choisir la donnée biométrique (sachant que l'empreinte digitale, l'iris ou la rétine sont les données les plus précises, à la différence du contour du visage ou de la main). La banque va enregistrer cette donnée au préalable, mais ne va utiliser que quelques caractéristiques de cette donnée biométrique et non toute la donnée. Il convient de demander l'autorisation préalable à la CNIL, prévue à l'article de la loi informatique et libertés (loi n 78-17, 6 janvier 1978, relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés, modifiée par la loi du n du 6 août 2004 N Lexbase : L8794AGS). Notons aussi que la CNIL recommande la prudence quant au type de données, au mode de stockage et de sécurisation des gabarits, et aux besoins de sécurité. 3 - Conservation de la preuve de la transaction La conservation des justificatifs de la transaction s'effectue par le recours à l'archivage. Le but est ici de garantir l'identification des parties et l'intégrité de l'autorisation, mais aussi de garantir la lisibilité et l'intelligibilité de l'acte. On applique, pour cela, les exigences de la preuve électronique à l'archivage, en archivant à la fois la signature électronique et le certificat. Pour cela, on met en place un chemin de preuve assurant la traçabilité des différentes interventions. Enfin, notons que l'archivage peut être effectué en interne ou en externe. II - Le droit applicable aux acteurs du paiement en ligne Le droit applicable aux acteurs du paiement en ligne concerne, en premier lieu, la protection du porteur (A), en deuxième lieu, les obligations incombant au cyber-marchand (B) et, enfin, le statut des fournisseurs de moyens de paiement électroniques (C). A - La protection du porteur 1 - La protection du porteur en France Le régime de la protection du porteur en France est fonction du fait qu'il y a, ou non, utilisation physique de la carte, c'est-à-dire qu'il y a, ou non, saisie du code. En cas d'utilisation physique de la carte, les dispositions de l'article L du Code monétaire et financier (N Lexbase : L0912AWP) sont applicables. Le principe est alors que, avant opposition, le plafond accordé est de 150 euros et, après opposition, le porteur est déchargé de toute responsabilité. Toutefois, le client ne doit pas avoir commis de faute lourde ni avoir fait une opposition tardive. Le délai raisonnable ne peut être inférieur à deux jours ; il variera ensuite, pour apprécier la tardiveté, selon la fréquence d'utilisation de la carte par le client. Aussi, rappelons que l'opposition peut être effectuée par téléphone, fax, minitel... En l'absence d'utilisation physique de la carte, les dispositions de l'article L du Code monétaire et financier (N Lexbase : L3484APQ) sont applicables. Il s'agit, ici, d'une carte contrefaite ou de données liées à l'utilisation de la carte bancaire. Dans ce cas, le porteur n'a aucune responsabilité et a droit au remboursement de l'opération et des frais engagés. La contestation de l'opération devra être effectuée par écrit dans un délai de 70 à 120 jours à compter de ladite opération.

5 2 - La protection du porteur d'instruments de paiement électroniques en Europe La protection du porteur d'instruments de paiement électroniques en Europe est régie par la recommandation 97/489. Selon ce régime, le porteur bénéficie, en cas de vol ou de perte de l'instrument de paiement, d'un plafond de 150 euros avant opposition, et d'un complet remboursement après opposition, à moins qu'il ait fait preuve d'une négligence extrêmement frauduleuse. Le régime français connaît, ici, des critiques dans la mesure où, n'appliquant cette protection que pour les cartes de paiement, il réduit le périmètre de protection. B - Obligations incombant au cyber-marchand 1 - Obligations incombant au cyber-marchand du fait du Contrat fournisseur VAD Lors du paiement par carte bancaire, le cyber-marchand est tenu de vérifier les informations fournies par le client et de vérifier la commande auprès du client. Au-delà du seuil fixé dans le contrat, il est également tenu de demander l'autorisation de la banque. Enfin, il doit assurer la confidentialité des données liées au paiement et demander la signature du client au-delà de 800 euros. 2 - Obligations incombant au cyber-marchand après le paiement Le cyber-marchand est tenu de conserver et transmettre à sa banque les justificatifs de l'opération de paiement. Il doit, en outre, demander la présentation de la carte bancaire du client lors de la livraison. Enfin, il doit autoriser expressément la banque à le débiter de toute opération contestée. 3 - Obligations incombant au cyber-marchand du fait de la protection des données personnelles Les obligations incombant au cyber-marchand du fait de la protection des données personnelles sont davantage importantes. Pèse, d'abord, sur le cyber-marchand une obligation de déclaration des opérations portant sur les données de carte bancaire. Aussi, le cyber-marchand doit-il conserver les données de la carte bancaire dans le respect de la finalité qu'est la paiement. La finalité du paiement se distingue du cas où les données sont utilisées comme identifiant commercial, la finalité première étant alors la mise en place d'une relation de fidélisation avec le client. La CNIL a recommandé la conservation des numéros de carte bancaire cryptés, et de prévoir un affichage tronqué pour ceux qui travaillent au service du cyber-marchand. Les manquements à ces obligations sont punis, en application de l'article du Code pénal (N Lexbase : L4484GTA), de cinq ans d'emprisonnement et de euros d'amende. 4 - Obligations de sécurité des données de carte bancaire Parmi les obligations de moyens de sécurité, l'on peut citer l'obligation de crypter les données, d'utiliser des "firewall", d'installer des antivirus, d'utiliser des mots de passe, de contrôler l'accès aux locaux de l'entreprise, de sensibiliser le personnel... Là encore, les manquements à ces obligations sont punis, en application de l'article du Code pénal (N Lexbase : L4479GT3), de cinq ans d'emprisonnement et de euros d'amende. Notons que les risques de mise en cause sont élevés en théorie mais que, faute d'information, il y a peu de poursuites. C - Statut des fournisseurs de moyens de paiement 1 - Emission de moyens de paiement en France On compte, en France, deux établissements émetteurs. L'établissement de crédit est défini par l'article L du Code monétaire et financier (N Lexbase : L9477DYN), aux termes duquel "les établissements de crédit sont des personnes morales qui effectuent à titre de profession habituelle des opérations de banque au sens de l'article L ". L'article L du Code monétaire et financier (N Lexbase : L0377DZY) énonce, quant à lui, que "les opérations de banque comprennent la réception de fonds du public, les opérations de crédit, ainsi que la mise à la disposition de la clientèle ou la gestion de moyens de paiement". Sont considérés comme moyens de paiement tous les instruments qui permettent à toute personne de transférer des fonds, quel que soit le support ou le procédé technique utilisé. L'établissement de monnaie électronique est, lui, défini comme un établissement limitant son activité à l'émission, la mise à disposition du public ou la gestion de monnaie

6 électronique. La monnaie électronique est composée d'unités de valeur, dites unités de monnaie électronique. Chacune constitue un titre de créance incorporé dans un instrument électronique et accepté comme moyen de paiement par des tiers autres que l'émetteur. La monnaie électronique étant émise contre la remise de fonds pour une valeur ne pouvant excéder celle des fonds reçus en contrepartie. Ces établissements bénéficient du passeport européen. 2 - Le passeport européen : l'agrément La deuxième Directive bancaire du 15 décembre 1989 (Directive (CE) 89/646 du Conseil du 15 décembre 1989 visant à la coordination des dispositions législatives, réglementaires et administratives concernant l'accès à l'activité des établissements de crédit et son exercice, et modifiant la Directive 77/780/CEE N Lexbase : L9933AUG) a permis l'ouverture du marché unique des services bancaires par la mise en place d'un agrément unique : le "passeport européen". Cet agrément est délivré par le Comité des établissements de crédit et des entreprises d'investissements (CECEI) aux établissements de crédit et aux établissements de monnaie électronique. Propos recueillis par Florence Labasque SGR - Droit commercial

LE PAIEMENT EN LIGNE :

LE PAIEMENT EN LIGNE : Les Mardis de l ADIJ Maison du barreau le 4 juillet 2006 LE PAIEMENT EN LIGNE : L état du droit face à la technique Cathie-Rosalie JOLY Docteur en droit avocat Directrice du site d information juridique

Plus en détail

PCI DSS Quels enjeux juridiques? 2 juillet 2013 Isabelle Renard Docteur Ingénieur Avocat Associée irenard@racine.eu

PCI DSS Quels enjeux juridiques? 2 juillet 2013 Isabelle Renard Docteur Ingénieur Avocat Associée irenard@racine.eu PCI DSS Quels enjeux juridiques? 2 juillet 2013 Isabelle Renard Docteur Ingénieur Avocat Associée irenard@racine.eu -Sommaire - PCI DSS : quel positionnement vis-à-vis du droit? PCI DSS et protection des

Plus en détail

Payement électronique. Sommaire. 1. Les systèmes de paiement électroniques. 1.1 E-banking

Payement électronique. Sommaire. 1. Les systèmes de paiement électroniques. 1.1 E-banking Payement électronique Sommaire 1. Les systèmes de paiement électroniques... 1 1.1 E-banking... 1 1.2 Porte-monnaie électronique et porte-monnaie virtuel... 2 1.2.1 Le porte monnaie électronique (e-cash)...

Plus en détail

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité.

Antonio DA CUNHA. Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente. CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité. Antonio DA CUNHA Caisse d Épargne Aquitaine Poitou Charente CCI de Bordeaux Echangeur 28 janvier 2010 Vendre en ligne en toute sécurité Bien comprendre Objectifs Le contexte technique d une transaction

Plus en détail

Bien utiliser votre carte

Bien utiliser votre carte LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 16 Bien utiliser votre carte Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette 75440 Paris CEDEX 9 cles@fbf.fr FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE

Plus en détail

Conditions Générales d'utilisation - YOUSIGN SAS - SIGN2 CA

Conditions Générales d'utilisation - YOUSIGN SAS - SIGN2 CA Conditions Générales d'utilisation - YOUSIGN SAS - SIGN2 CA 1- Introduction 1.1 Présentation générale Ce document définit les Conditions Générales d Utilisation (CGU) des certificats délivrés dans le cadre

Plus en détail

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives,

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives, Délibération n 09-12 du 23 novembre 2009 portant proposition d élaboration d une norme permettant la déclaration simplifiée de conformité des traitements automatisés d informations nominatives relatifs

Plus en détail

ANNEXE AU BON DE COMMANDE

ANNEXE AU BON DE COMMANDE ANNEXE AU BON DE COMMANDE N de contrat CB : Vente à distance pour SSL : CAHIER DES CHARGES A RESPECTER POUR L ENCAISSEMENT PAR CARTE BANCAIRE À DISTANCE VIA INTERNET Dans le cadre de l encaissement par

Plus en détail

Les factures dématérialisées

Les factures dématérialisées ANNEXE 8 Les factures dématérialisées Les sources de droit en matière de factures. Deux sources de droit définissent la facture : le Code de commerce et le Code général des impôts. Article 441-3 du Code

Plus en détail

01/10/2002. Principes Le Package WSP Télépaiement vous permet de proposer sur votre site le paiement par carte bancaire avec un maximum de sécurité.

01/10/2002. Principes Le Package WSP Télépaiement vous permet de proposer sur votre site le paiement par carte bancaire avec un maximum de sécurité. Guide d installation Boutique Paybox sur la plate-forme Pro Sites Objectifs Cette note a pour but de décrire aux clients les principales actions à réaliser pour ouvrir une boutique Paybox sur un compte

Plus en détail

Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet

Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet Conditions générales d affaires (CGA) Portail clients SanitasNet 1 Table des matières Contenu 1. Préambule 3 2. Autorisation d accès 3 3. Accès technique à SanitasNet et identification 3 4. Coûts 4 5.

Plus en détail

La carte MasterCard prépayée RIA n'est pas une carte de crédit. Il s'agit d'une valeur

La carte MasterCard prépayée RIA n'est pas une carte de crédit. Il s'agit d'une valeur 1. FAQ - général: 1.1 Qu est-ce que la carte MasterCard prépayée RIA? La carte MasterCard prépayée RIA n'est pas une carte de crédit. Il s'agit d'une valeur déterminée prépayée et rechargeable. Une fois

Plus en détail

PROJET D'ORDONNANCE relatif au droit des usagers de saisir l administration par voie électronique - PRMX1423175R. Projet

PROJET D'ORDONNANCE relatif au droit des usagers de saisir l administration par voie électronique - PRMX1423175R. Projet Ordonnance n 2005-1516 du 8 décembre 2005 relative aux échanges électroniques entre les usagers et les autorités administratives et entre les autorités administratives. Chapitre Ier : Définitions. Projet

Plus en détail

[ Sécurisation des canaux de communication

[ Sécurisation des canaux de communication 2014 ISTA HAY RIAD FORMATRICE BENSAJJAY FATIHA OFPPT [ Sécurisation des canaux de communication Protocole IPsec] Table des matières 1. Utilisation du protocole IPsec... 2 2. Modes IPsec... 3 3. Stratégies

Plus en détail

LES FICHES PRATIQUES DE LRSET

LES FICHES PRATIQUES DE LRSET LES FICHES PRATIQUES DE LRSET Mise à jour le 29 Mars 2013 LES FACTURES 1. factures / mentions obligatoires Tout professionnel est tenu de s assurer qu une facture est émise en double exemplaire, par lui-même,

Plus en détail

LES CONDITIONS GENERALES DE VENTE - DERNIERE MAJ DU 17/03/2011

LES CONDITIONS GENERALES DE VENTE - DERNIERE MAJ DU 17/03/2011 LES CONDITIONS GENERALES DE VENTE - DERNIERE MAJ DU 17/03/2011 Article 1 Le vendeur ATELIER DU CAVIAR 91 rue du Faubourg Saint-Honoré 75008 Paris contact@atelierducaviar.fr 508 580 073 R.C.S CNIL : n 1486517

Plus en détail

DEMATERIALISATION. Signature électronique et sécurité

DEMATERIALISATION. Signature électronique et sécurité DEMATERIALISATION Signature électronique et sécurité Editeur du Progiciel MARCO, le spécialiste de la gestion des achats et marchés publics Parc Euromédecine 95 rue Pierre Flourens 34090 MONTPELLIER Tél

Plus en détail

SECURITE DU COMMERCE SUR INTERNET

SECURITE DU COMMERCE SUR INTERNET SECURITE DU COMMERCE SUR INTERNET Murielle Cahen. «Sécurité du commerce sur internet». In : Avocat on line [En ligne]. http://www.murielle-cahen.com/publications/p_1securite.asp (consulté le 7/10/2013)

Plus en détail

Décision de dispense de déclaration n 3

Décision de dispense de déclaration n 3 Délibération n 2005-003 du 13 janvier 2005 décidant la dispense de déclaration des traitements mis en œuvre par les organismes publics dans le cadre de la dématérialisation des marchés publics Décision

Plus en détail

Le e-commerce en France

Le e-commerce en France Le e-commerce en France 117.500 sites en 2012 Nouvelle hausse Hausse des opérations Nouvelle hausse des opérations en nombre 42,9 en 2011 45 Mds en 2012 (+ 19%) Les cybers acheteurs Les moyens de paiements

Plus en détail

Vu les articles 225-1 à 225-3 ; 226-1 et 226-16 à 226-24 du Code pénal ;

Vu les articles 225-1 à 225-3 ; 226-1 et 226-16 à 226-24 du Code pénal ; DÉLIBÉRATION N 03-034 DU 19 JUIN 2003 PORTANT ADOPTION D'UNE RECOMMANDATION RELATIVE AU STOCKAGE ET À L UTILISATION DU NUMÉRO DE CARTE BANCAIRE DANS LE SECTEUR DE LA VENTE À DISTANCE La Commission nationale

Plus en détail

Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte?

Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte? GÉNÉRALITÉS Quels sont les acteurs d un système de paiement par carte? NOTA : le système ci-dessus est un système dit à «quatre coins», c est-à-dire, qu il s agit d un système où l émetteur et l acquéreur

Plus en détail

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie

Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie Recommandation sur les conventions concernant la distribution des contrats d assurance vie 2014-R-01 du 3 juillet 2014 1. Contexte L analyse des pratiques et des conventions observées sur le marché de

Plus en détail

Les formalités préalables à la création d un traitement de données personnelles. Julien Le Clainche, Allocataire de recherche

Les formalités préalables à la création d un traitement de données personnelles. Julien Le Clainche, Allocataire de recherche Les formalités préalables à la création d un traitement de données. Julien Le Clainche, Allocataire de recherche Introduction Loi 78/17, dite «Informatique & Libertés», et menace de l Etat : des traitements

Plus en détail

Table des matières. Le chèque

Table des matières. Le chèque Le chèque Table des matières L utilisation...2 Le délai de validité...2 Les mentions obligatoires...2 Le montant :...2 La signature :...2 L'opposition...3 Les cas d'opposition :...3 La procédure :...3

Plus en détail

Conditions Générales de Vente du site www.sahamassurance.com

Conditions Générales de Vente du site www.sahamassurance.com Conditions Générales de Vente du site www.sahamassurance.com Informations légales... 2 Généralités... 2 La déclaration du Souscripteur... 2 La procédure de conclusion du Contrat et prix... 2 Paiement...

Plus en détail

Compte-Service Confort

Compte-Service Confort FICHE D INFORMATION Délivrée notamment en application de l article L 341-12 du Code monétaire et financier ou de l article L 121-20-10 du Code de la Consommation Date de mise à jour : 01/06/2007 Compte-Service

Plus en détail

Le paiement sans contact

Le paiement sans contact Le paiement sans contact La carte bancaire est le moyen de paiement le plus utilisé en France. Parmi les cartes en circulation, plus de 31 millions sont aujourd hui sans contact. Le paiement sans contact

Plus en détail

LE RÈGLEMENT DES DÉPENSES PUBLIQUES

LE RÈGLEMENT DES DÉPENSES PUBLIQUES LE RÈGLEMENT DES DÉPENSES PUBLIQUES PAR CARTE BANCAIRE À DISTANCE (par correspondance, téléphone ou Internet) Le paiement par carte bancaire à distance repose sur la communication par le porteur CB (régisseur

Plus en détail

Sécurisation des données

Sécurisation des données Sécurisation des données 1 Sommaire Introduction Les données informatiques et ce qu il faut savoir. Comment faire? Les solutions. Démo Présentation de deux logiciels Conclusion Pour conclure ce qu il faut

Plus en détail

www.cnrs.fr GUIDE CARTE AFFAIRES CNRS 2005 - conception graphique : Atalante-Paris

www.cnrs.fr GUIDE CARTE AFFAIRES CNRS 2005 - conception graphique : Atalante-Paris 2005 www.cnrs.fr GUIDE CARTE AFFAIRES CNRS 2005 - conception graphique : Atalante-Paris VOTRE CARTE AFFAIRES EST STRICTEMENT 2 PROFESSIONNELLE ET PERSONNELLE COMMENT FONCTIONNE VOTRE CARTE 3 SECRÉTARIAT

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE

DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DELIBERATION N 2014-136 DU 17 SEPTEMBRE 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA MODIFICATION DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS

Plus en détail

OPAC 36 - Conditions Générales d Utilisation

OPAC 36 - Conditions Générales d Utilisation OPAC 36 - Conditions Générales d Utilisation L OPAC 36 propose sur son site internet www.opac36.fr un espace locataire avec différents services destinés à simplifier les démarches liées à ses activités

Plus en détail

Chèque-Formation et Chèque-Formation Langues virtuels : Guide d Utilisation à l usage des PME et des Indépendants

Chèque-Formation et Chèque-Formation Langues virtuels : Guide d Utilisation à l usage des PME et des Indépendants Chèque-Formation et Chèque-Formation Langues virtuels : Guide d Utilisation à l usage des PME et des Indépendants 05/2006 Processus Introduction Chapitre 1 : Inscription annuelle Chapitre 2 : Commande

Plus en détail

Conditions générales de vente en ligne

Conditions générales de vente en ligne Conditions générales de vente en ligne SAROFOT Impertinent.ph Les présentes conditions de vente sont conclues d une part par la société SAROFOT Impertinent. au capital de 11433,67 euro dont le siège social

Plus en détail

SOLUTIONS ET MOYENS DE PAIEMENT DU E-COMMERCE : RETOUR D EXPÉRIENCE SUR LES ÉVOLUTIONS DE LA RÉGLEMENTATION EUROPÉENNE ET LES PERSPECTIVES MAROCAINES

SOLUTIONS ET MOYENS DE PAIEMENT DU E-COMMERCE : RETOUR D EXPÉRIENCE SUR LES ÉVOLUTIONS DE LA RÉGLEMENTATION EUROPÉENNE ET LES PERSPECTIVES MAROCAINES SALON E-COMMERCE.MA DU 30 MAI AU 1 ER JUIN 2012 OFFICE DES CHANGES SOLUTIONS ET MOYENS DE PAIEMENT DU E-COMMERCE : RETOUR D EXPÉRIENCE SUR LES ÉVOLUTIONS DE LA RÉGLEMENTATION EUROPÉENNE ET LES PERSPECTIVES

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

L'offre e-banking. Trade Finance CALYON. Gérer vos opérations en ligne sur le PORTAIL OPTIMTRADE. https://www.optimtrade.calyon.

L'offre e-banking. Trade Finance CALYON. Gérer vos opérations en ligne sur le PORTAIL OPTIMTRADE. https://www.optimtrade.calyon. L'offre e-banking en Trade Finance de CALYON Gérer vos opérations en ligne sur le PORTAIL OPTIMTRADE https://www.optimtrade.calyon.com Le portail OptimTrade est un système interactif permettant d'accélérer

Plus en détail

Quelles signatures pour quels effets?

Quelles signatures pour quels effets? Quelles signatures pour quels effets? KEYNECTIS et la signature électronique Signature électronique en Algérie Signature électronique en Europe La Directive Européenne France Signature électronique avec

Plus en détail

Projet de Veille Technologique : la sécurité informatique - Chaînes de Confiance sur Internet -

Projet de Veille Technologique : la sécurité informatique - Chaînes de Confiance sur Internet - Projet de Veille Technologique : la sécurité informatique - Chaînes de Confiance sur Internet - Marc Tremsal Alexandre Languillat Table des matières INTRODUCTION... 3 DEFI-REPONSE... 4 CRYPTOGRAPHIE SYMETRIQUE...

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D OUVERTURE ET D UTILISATION DES LISTES CADEAUX CITY CONCORDE.

CONDITIONS GENERALES D OUVERTURE ET D UTILISATION DES LISTES CADEAUX CITY CONCORDE. CONDITIONS GENERALES D OUVERTURE ET D UTILISATION DES LISTES CADEAUX CITY CONCORDE. ARTICLE 1 : DEFINITIONS Liste Cadeaux : Ensemble d au moins un produit identifié par le Bénéficiaire de liste comme cadeau

Plus en détail

Société d automatisation des transactions interbancaires et de monétique PAIEMENT ELECTRONIQUE DE PROXIMITE

Société d automatisation des transactions interbancaires et de monétique PAIEMENT ELECTRONIQUE DE PROXIMITE PAIEMENT ELECTRONIQUE DE PROXIMITE CONTENU DE LA PRESENTATION Faire connaissance avec la carte CIB Population de la carte CIB Moyens d acceptation de la carte CIB Pourquoi devenir acceptant de la carte

Plus en détail

CABINET SEDDIK LE CREDIT DOCUMENTAIRE SOMMAIRE : Introduction. Définition. Cadre réglementaire. Principe du crédit documentaire

CABINET SEDDIK LE CREDIT DOCUMENTAIRE SOMMAIRE : Introduction. Définition. Cadre réglementaire. Principe du crédit documentaire LE CREDIT DOCUMENTAIRE SOMMAIRE : Introduction Définition Cadre réglementaire Principe du crédit documentaire Crédit documentaire et remise documentaire Les différents types du crédit documentaire Mécanisme

Plus en détail

Le crédit documentaire

Le crédit documentaire Le crédit documentaire Le Crédit Documentaire est l opération par laquelle une banque (banque émettrice) s engage, à la demande et pour le compte de son client importateur (donneur d ordre), à régler à

Plus en détail

GARANTIE DE LA PARTIE UTILISATRICE DES CERTIFICATS SSL TBS INTERNET X509

GARANTIE DE LA PARTIE UTILISATRICE DES CERTIFICATS SSL TBS INTERNET X509 Version 1.2 du 5 février 2007 GARANTIE DE LA PARTIE UTILISATRICE DES CERTIFICATS SSL TBS INTERNET X509 La garantie de la partie utilisatrice mentionnée dansle présent document (la «Garantie de la Partie

Plus en détail

Le crédit documentaire. Mai 2014

Le crédit documentaire. Mai 2014 Le crédit documentaire Mai 2014 Le crédit documentaire 2 S O M M A I R E PAGES Définition 3 Fonctionnement 4 Les différents types de crédit documentaire 6 Les conditions du crédit documentaire 7 Les documents

Plus en détail

Solution de facturation électronique Signée

Solution de facturation électronique Signée Solution de facturation électronique Signée (Article 289V du Code Général des Impôt) Fiche d information Sommaire La facture... 2 En quoi consiste la dématérialisation fiscale de la facture?... 3 Qu est-ce

Plus en détail

Groupe de protection des personnes à l'égard du traitement des données à caractère perpsonnel. Recommandation 1/99

Groupe de protection des personnes à l'égard du traitement des données à caractère perpsonnel. Recommandation 1/99 5093/98/FR/final WP 17 Groupe de protection des personnes à l'égard du traitement des données à caractère perpsonnel Recommandation 1/99 sur le traitement invisible et automatique des données à caractère

Plus en détail

Ces modalités s'appliquent à tout renouvellement automatique (que ce soit pour un même type de CPG ou non).

Ces modalités s'appliquent à tout renouvellement automatique (que ce soit pour un même type de CPG ou non). Autorisation Veuillez examiner la Convention d'achat d'un CPG ci-après ainsi que les modalités de votre CPG. Sélectionnez «J'accepte» au bas de la page pour finaliser votre achat. Veuillez indiquer si

Plus en détail

Partie III INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CREDITS Section 1 - Instruments de paiement

Partie III INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CREDITS Section 1 - Instruments de paiement Partie III INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CREDITS Section 1 - Instruments de paiement Sous section 1 Le chèque bancaire Fonctions Retrait Crédit Preuve Garantie Avantages et inconvénients Bénéficiaire Créancier

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE

COMMERCE ELECTRONIQUE COMMERCE ELECTRONIQUE 17/11/2011 Le commerce électronique est en pleine expansion, il s inscrit maintenant dans un cadre juridique précis. Le Code civil, le Code de la consommation et la loi pour la confiance

Plus en détail

Le crédit documentaire PRESENTEE PAR :

Le crédit documentaire PRESENTEE PAR : Le crédit documentaire PRESENTEE PAR : Introduction 1. Définition: Le crédit documentaire est un arrangement bancaire pour le règlement des transactions commerciales internationales. Plus précisément,

Plus en détail

Les prix ne tiennent pas compte des frais de livraison indiqués avant la validation finale de la commande.

Les prix ne tiennent pas compte des frais de livraison indiqués avant la validation finale de la commande. Conditions Générales de Vente Les présentes Conditions Générales de Vente concernent d'une part la société L' Coiff Bis, ayant son siège social 10 rue de la Mairie 37520 La Riche, immatriculée au RCS sous

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE ESPACE ENTREPRISES

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE ESPACE ENTREPRISES CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SERVICE ESPACE ENTREPRISES ARTICLE 1 : PRESENTATION GENERALE L accès à l Espace Entreprises permet l accès gratuit aux Services tels qu ils sont définis à l article

Plus en détail

Convention de Partenariat Chèques cadeaux «Shop In de l Est Parisien» 2015

Convention de Partenariat Chèques cadeaux «Shop In de l Est Parisien» 2015 Convention de Partenariat Chèques cadeaux «Shop In de l Est Parisien» 2015 Entre d une part : Raison sociale Forme juridique Au capital de Immatriculée au RCS de Sous le numéro Enseigne Activité Nom du

Plus en détail

Déjeuner-conférence Une plateforme de paiement pour quel marché? Aspects juridiques. Cathie-Rosalie JOLY

Déjeuner-conférence Une plateforme de paiement pour quel marché? Aspects juridiques. Cathie-Rosalie JOLY Paris, 7 juin 2011 Cabinet Ulys, 33 rue Galilée 75116 Paris Déjeuner-conférence Une plateforme de paiement pour quel marché? Aspects juridiques Cathie-Rosalie JOLY Avocat au barreau de Paris et Docteur

Plus en détail

Référentiel Général de Sécurité. version 1.0. Annexe A3

Référentiel Général de Sécurité. version 1.0. Annexe A3 Premier ministre Agence nationale de la sécurité des systèmes d information Ministère du budget, des comptes publics et de la réforme de l État Direction générale de la modernisation de l État Référentiel

Plus en détail

CARTE ACHAT. Yolande Sallent

CARTE ACHAT. Yolande Sallent CARTE ACHAT Yolande Sallent 1 2 Les points abordés Qu est ce que la carte d achat? Objectif Pour quels achats? Les plafonds de sécurité Le circuit de l engagement au paiement La sécurité du processus 3

Plus en détail

Pour toute question relative à une annulation ou un échange, vous pouvez contacter notre service client à la librairie au 05 56 04 68 00.

Pour toute question relative à une annulation ou un échange, vous pouvez contacter notre service client à la librairie au 05 56 04 68 00. Conditions générales de vente Art 1 : Champ d application Les présentes conditions générales de vente s appliquent à toutes les commandes reçues par librairiegeorges.com et sont valables au moment où la

Plus en détail

Les " bonnes pratiques" 3D Secure

Les  bonnes pratiques 3D Secure Les " bonnes pratiques" 3D Secure Crédit Agricole S.A, société anonyme au capital de 7 729 097 322. Siège social : 12 place des Etats-Unis 92127 Montrouge Cedex. Immatriculée au registre de Nanterre sous

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

Point n 3 : désigner un point de contact

Point n 3 : désigner un point de contact Vidéoprotection des lieux publics 10 points pour assurer la sécurité collective dans le respect des libertés individuelles Préambule La libre administration des collectivités locales est un principe constitutionnel

Plus en détail

Conditions générales de vente des produits et prestations d'études de meteolien sur www.meteolien.eu

Conditions générales de vente des produits et prestations d'études de meteolien sur www.meteolien.eu Conditions générales de vente des produits et prestations d'études de meteolien sur www.meteolien.eu 1er Octobre 2011 Les présentes conditions générales s'appliquent à la vente ou à la fourniture, par

Plus en détail

GUIDE D'UTILISATION DU PORTAIL IAM

GUIDE D'UTILISATION DU PORTAIL IAM GUIDE D'UTILISATION DU PORTAIL IAM CONNEXION ET UTILISATION IAM Table des matières Généralités... 3 Objectifs du document... 3 Évolutions du portail... 3 Signaler un INCIDENT demander du support Contacter

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente Conditions Générales d'utilisation du module de télépaiement des Procès-verbaux du site www.pvtbc.com. Préambule : Le site www.pvtbc.com a été mis en place et est exploité

Plus en détail

GYMGLISH Offre Grand Public. Conditions générales de prestation de service réservées aux particuliers

GYMGLISH Offre Grand Public. Conditions générales de prestation de service réservées aux particuliers GYMGLISH Offre Grand Public Conditions générales de prestation de service réservées aux particuliers Définition des termes GYMGLISH : désigne la société A9 SARL. V1.1 16 Avril 2007 Site GYMGLISH : désigne

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. OBJET Le présent document, ci-après «Conditions Générales de Vente», s applique à toutes les offres de formations proposées par la société KOOLYA sur son Internet www.koolya.fr

Plus en détail

19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN LE E-COMMERCE

19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN LE E-COMMERCE LE E-COMMERCE LE E-COMMERCE : UN MARCHÉ EN PLEIN DÉVELOPPEMENT Evolution du chiffre d affaires du e-commerce depuis 2010 +65% sur 3 ans Poids du e- commerce dans l ensemble du commerce 5% en 2012 20% attendu

Plus en détail

De plus, aux fins de ces services, les termes définis suivants seront utilisés :

De plus, aux fins de ces services, les termes définis suivants seront utilisés : Liste de sujets Conditions de la convention 1. Définitions et interprétation 2. Conformité 3. Déclarations et garanties 4. Noms figurant sur les ordres d'opération 5. Destinataires 6. Formatage 7. Plafonds

Plus en détail

RÈGLEMENT D UTILISATION DES MOYENS INFORMATIQUES DE L ECOLE DES MINES DE SAINT-ETIENNE

RÈGLEMENT D UTILISATION DES MOYENS INFORMATIQUES DE L ECOLE DES MINES DE SAINT-ETIENNE RÈGLEMENT D UTILISATION DES MOYENS INFORMATIQUES DE L ECOLE DES MINES DE SAINT-ETIENNE 1. Domaines d application Ce règlement a pour fondement la loi du 6 janvier 1978 relative à l informatique, aux fichiers

Plus en détail

Les nouvelles technologies outil d innovation bancaire : aspects juridiques

Les nouvelles technologies outil d innovation bancaire : aspects juridiques Africa Banking Forum : Les nouveaux leviers pour la banque de demain Tunis -2,3 et 4 juin 2011 Les nouvelles technologies outil d innovation bancaire : aspects juridiques ULYS, un Cabinet d avocats moderne

Plus en détail

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Délais de conservation des documents de l association»

DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT. «Délais de conservation des documents de l association» DISPOSITIF LOCAL D ACCOMPAGNEMENT «Délais de conservation des documents de l association» Points clés Les documents, émis ou reçus par une association dans l'exercice de son activité, doivent être conservés

Plus en détail

Comité National SEPA. SEPA est une obligation : comment préparer votre migration? Guide pour réussir vos tests fonctionnels

Comité National SEPA. SEPA est une obligation : comment préparer votre migration? Guide pour réussir vos tests fonctionnels Comité National SEPA SEPA est une obligation : comment préparer votre migration? Guide pour réussir vos tests fonctionnels Fiche n 1 Quels sont les pré-requis à remplir avant de débuter vos tests fonctionnels?

Plus en détail

Cryptographie. Cours 6/8 - Gestion de clés

Cryptographie. Cours 6/8 - Gestion de clés Cryptographie Cours 6/8 - Gestion de clés Plan du cours Importance de la gestion des clés Clés secrètes, clés publiques Certificats Infrastructure à clé publique (Public Key Infrastructure, PKI) Dans le

Plus en détail

Les Français et les moyens de paiement. Mai 2015. Présentation synthétique

Les Français et les moyens de paiement. Mai 2015. Présentation synthétique MINISTERE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS MINISTERE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Les Français et les moyens de paiement Etude de l Institut CSA pour le Ministère des Finances et des

Plus en détail

Une première édition de cette Politique a été diffusée en 2010. La présente version en est une adaptation, revue et corrigée en décembre 2014.

Une première édition de cette Politique a été diffusée en 2010. La présente version en est une adaptation, revue et corrigée en décembre 2014. Politique générique du RUIS de l UdeM Encadrant les activités de télésanté effectuées Par les professionnels de la santé et le personnel de l établissement Une première édition de cette Politique a été

Plus en détail

CONVENTION E-MAIL TIERS DECLARANT

CONVENTION E-MAIL TIERS DECLARANT CONVENTION E-MAIL TIERS DECLARANT CONVENTION POUR L'UTILISATION DU DISPOSITIF DE TRANSMISSION DE LOTS DE DECLARATIONS UNIQUES D'EMBAUCHE DANS LA BOITE AUX LETTRES E-MAIL DU RECOUVREMENT CONVENTION D ADHESION

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe

Particuliers, la Banque de France vous informe Particuliers, la Banque de France vous informe Identifiants bancaires Être vigilant, c est important Être responsable VOTRE CARTE BANCAIRE Votre carte bancaire est strictement personnelle. Vous devez vérifier

Plus en détail

Mentions légales. Livraisons et retours

Mentions légales. Livraisons et retours Mentions légales Occasports est le nom de l auto-entreprise de : M. Marco MAZZINI Demeurant : 8 impasse du 14 juillet - 94800 - Villejuif N SIRET : 522 722 453 00027 Conformément à la loi, le site «www.occasports.fr»

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION au service de paiement sécurisé sur Internet PAYBOX SYSTEM

DOSSIER D INSCRIPTION au service de paiement sécurisé sur Internet PAYBOX SYSTEM DOSSIER D INSCRIPTION au service de paiement sécurisé sur Internet PAYBOX SYSTEM Ce dossier comprend 7 pages : La démarche à suivre (1 page) qui doit être datée, signée et tamponnée. La fiche d'inscription

Plus en détail

LE CHAMP D APPLICATION

LE CHAMP D APPLICATION LES TEXTES Loi n 2001-420 du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques (art. 54 et 55) Décret n 2002-231 du 21 février 2002 modifiant le décret du 7 mars 2001 portant code des marchés

Plus en détail

DES FONDEMENTS AUX APPLICATIONS DE LA MONETIQUE

DES FONDEMENTS AUX APPLICATIONS DE LA MONETIQUE Institut de Recherches Mathématiques Laboratoire Informatique, Signaux et Télécoms DES FONDEMENTS AUX APPLICATIONS DE LA MONETIQUE 3 fevrier 2011, IRMA, Université de Cocody L IRMA EN QUELQUES MOTS Contribuer

Plus en détail

FACTURATION ÉLECTRONIQUE

FACTURATION ÉLECTRONIQUE FACTURATION ÉLECTRONIQUE Consultant et expert judiciaire en informatique Maître de conférences à l U.L.B. (1983-2009) Président du CLUSIB Baron de Vironlaan, 29 Tel +32 2 569.40.87 B-1700 DILBEEK Fax +32

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe

Particuliers, la Banque de France vous informe Particuliers, la Banque de France vous informe Identifiants bancaires : Être vigilant, c est important Être responsable VOTRE CARTE BANCAIRE Votre carte bancaire est strictement personnelle. Vous devez

Plus en détail

CGA EXPRESS. Le financement de vos besoins ponctuels de trésorerie

CGA EXPRESS. Le financement de vos besoins ponctuels de trésorerie ENTREPRISES CYCLE D EXPLOITATION CGA EXPRESS Le financement de vos besoins ponctuels de trésorerie CGA Express > VOTRE BESOIN Vous avez des besoins de trésorerie ponctuels insuffisamment couverts par vos

Plus en détail

I. L EMISSION DU CHEQUE :

I. L EMISSION DU CHEQUE : LE CHEQUE I. L EMISSION DU CHEQUE : En tant qu instrument de paiement, le chèque obéit à des règles précises régissant son émission. Caractéristiques du chèque : C est un instrument de paiement à vue,

Plus en détail

INSTRUCTION. N 05-003-M0 du 24 janvier 2005 NOR : BUD R 05 00003 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique

INSTRUCTION. N 05-003-M0 du 24 janvier 2005 NOR : BUD R 05 00003 J. Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique INSTRUCTION N 05-003-M0 du 24 janvier 2005 NOR : BUD R 05 00003 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique PAIEMENT À LA COMMANDE PAR LES COLLECTIVITÉS LOCALES ET LEURS ÉTABLISSEMENTS

Plus en détail

Les moyens de règlement des dépenses publiques et les moyens d'encaissement des recettes publiques

Les moyens de règlement des dépenses publiques et les moyens d'encaissement des recettes publiques Les moyens de règlement des dépenses publiques et les moyens d'encaissement des recettes publiques L arrêté du 24 décembre 2012, publié au JORF n 0301 du 27 décembre 2012 texte 13, portant application

Plus en détail

Etre actionnaire au nominatif pur

Etre actionnaire au nominatif pur Etre actionnaire au nominatif pur -1- Quels sont les différents modes de détention des titres? Au nominatif pur. Vos titres et votre identité sont nommément inscrits chez la Société Générale ce qui lui

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET FINANCIER

RAPPORT DE LA COMMISSION AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET FINANCIER COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 20.5.2014 COM(2014) 277 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU COMITÉ ÉCONOMIQUE ET FINANCIER en application de l'article 12 du règlement (UE) n 1210/2010 du Parlement européen

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

_ Importantes Mises en Garde des Internautes par VeriMore _

_ Importantes Mises en Garde des Internautes par VeriMore _ _ Importantes Mises en Garde des Internautes par VeriMore _ Appel à votre sens des responsabilités Rappel des Quatre Niveaux de Vérifications Lois Contre l'usurpation et la Falsification d'identité Prévention

Plus en détail

REGLEMENT No 2001-06

REGLEMENT No 2001-06 REGLEMENT No 2001-06 MODIFIANT LE REGLEMENT No 94-05 DE LA COMMISSION DES OPERATIONS DE BOURSE RELATIF AUX SOCIETES CIVILES DE PLACEMENT IMMOBILIER REGIES PAR LA LOI No 70-1300 DU 31 DECEMBRE 1970 MODIFIEE

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

Sophos Mobile Encryption pour Android Aide. Version du produit : 1.0

Sophos Mobile Encryption pour Android Aide. Version du produit : 1.0 Sophos Mobile Encryption pour Android Aide Version du produit : 1.0 Date du document : septembre 2012 Table des matières 1 À propos de Sophos Mobile Encryption...3 2 Affichage de la page d'accueil...4

Plus en détail

CHEQUE CONDITIONS DE VALIDITE QUANT A SA FORME

CHEQUE CONDITIONS DE VALIDITE QUANT A SA FORME CHEQUE CONDITIONS DE VALIDITE QUANT A SA FORME 28/07/2014 Le chèque est l'écrit par lequel le tireur donne au tiré, qui doit nécessairement être une banque ou un établissement assimilé, l'ordre de payer

Plus en détail

A N T A I AGENCE NATIONALE DE TRAITEMENT AUTOMATISE DES INFRACTIONS CONVENTION

A N T A I AGENCE NATIONALE DE TRAITEMENT AUTOMATISE DES INFRACTIONS CONVENTION A N T A I AGENCE NATIONALE DE TRAITEMENT AUTOMATISE DES INFRACTIONS CONVENTION Relative à la mise en œuvre du processus de la verbalisation électronique sur le territoire de la commune de En vertu du décret

Plus en détail

Conditions de vente et d utilisation. Article 1.champs d Application et Modification des Conditions Générales de vente

Conditions de vente et d utilisation. Article 1.champs d Application et Modification des Conditions Générales de vente Conditions de vente et d utilisation Article 1.champs d Application et Modification des Conditions Générales de vente Les présentes conditions générales de vente s appliquent à toutes commandes passées

Plus en détail