Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires"

Transcription

1 Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Jade GHOSN Laboratoire de Virologie CHU Necker-Enfants Malades EA MRT 3620 Paris 5

2 Réservoirs anatomiques du VIH: le compartiment génital masculin Spermatozoïdes Cellules germinales immatures Cellules épithéliales Lymphocytes T CD4 Macrophages

3

4 Patients et Méthodes (2) Recrutement : Accord CCPPRB Cochin 20 patients inclus (Décembre 2001 à Mai 2002) un échantillon couplé de sang et de sperme Méthodes : Liquide séminal Sperme Cellules rondes particules virales libres ARN-VIH Plasma sanguin PBMC virus archivés ADN-VIH Sang Séquençage des gènes TI et Protéase: analyse et comparaison des profils de résistance pour les 4 formes virales Comparaison phylogénétique des séquences du gène pol Clonage des différentes populations virales

5 Résultats: Résistance du VIH et Compartiments RT Identification CV M41 D67 T69 K70 Q151 V179 Y181 M184 G190 T215 K219 log JAC. VN 09 Plasma 5,05 N D R F Q PBMC 3,8 N D R F Q Liquide Séminal 3,78 N D R S Q Cellules Rondes <1 L N D R T C V A F Q PROTEASE Identification Charge Virale L10 K20 M36 M46 I54 L63 I84 L90 GUE. VN 11 Plasma 4,48 log P PBMC 6 log Liquide Séminal 2,56 log L/I M/I I/V P I/V L/M Cellules Rondes 2,08 log M

6 Clones patient A: VN 09 Clones patient C: VN 14 Clones patient D: VN A PBMC 1 56 A PBMC 8 A PBMC directe A PBMC 7 76 A PS 9 53 A PS directe 58 A PS 1 A LS 3 A PS 7 A PS 6 A LS 6 A PBMC 10 A Cel R directe A LS directe A LS 10 A PS A PS 3 A PS C PBMC D PBMC 10 D Cel R 5 C Cel R directe D PBMC 8 C Cel R D PBMC 4 C Cel R 12 D PBMC 1 C Cel R 6 C Cel R D PBMC 6 D Cel R 3 D PBMC dir 92 C PBMC 3 C PBMC D PBMC 2 D PBMC 9 C PBMC 7 D Cel R dir 93 D PS 9 C PBMC directe D PS 2 76 C PBMC 8 C PBMC 1 C LS 2 D PS 5 D PBMC 5 D Cel R 7 67 D LS 5 C PS 7 D LS 7 C PS 10 C PS directe C PS 5 C LS 5 D PS 10 D LS 8 D PS 8 D PBMC 3 D LS C PS 1 D LS 1 C LS 6 C LS 1 C LS 3 D LS 2 D LS 6 D Cel R 4 D PS dir 0.01 C LS D LS dir C LS directe D PS 6 PS: plasma sanguin. PBMC: cellules mononucléées du sang périphérique. LS: liquide séminal. Cel R: cellules rondes du sperme. Les séquences directes sont soulignées.

7 Conclusions Fréquence élevée (70%) de souches VIH-1 résistantes aux antirétroviraux dans le compartiment génital masculin chez des patients en échec de traitement. Pour 30% des sujets, les profils de résistance aux antirétroviraux étaient différents entre les deux compartiments, avec notamment la présence de virus archivés différents dans les cellules rondes du sperme. Mise en évidence d une compartimentalisation de la résistance du VIH-1 aux antirétroviraux entre le sang périphérique et le sperme

8 Solubilité (cœfficient de partition) Liaison protéique Constante de dissociation (pka) Penetration à travers la membrane Fraction Libre Taille gradient de diffusion Acides faibles deviennent ionisés ph Bases faibles deviennent ionisées ph A C T I F Piégeage ds compartiment alcalin Piégeage ds compartiment acide Prostate ph 6.6 sperme ARV 1 ARV 1 ARV 2 ARV 3 Plasma sanguin Prostate ph 6.6 Journal of Sexually Transmitted Infections Taylor, Journal 2001; of 77:4-11 Sexually Transmitted Infections 2001; 77:4-11

9

10 Diffusion de TDF, T20, EFV et IP dans le sperme T20 TDF EFV LPV Plasma Sperme < <10 < IDV APV SQV Plasma Sperme Ghosn J, et al. AIDS 2004; 18:

11 Transmissibilité des virus résistants dans le sperme? Infrequent transmission of HIV-1 drug-resistant variants. (Yerly et al. Antivir Ther 2004). Diminished representation of HIV-1 variants containing select drug resistance-conferring mutations in primary HIV-1 infection. (Turner et al. JAIDS 2004).

12 Transmission sexuelle de variants VIH-1 résistants aux ARV Plusieurs cas rapportés Persistence and fitness of multidrug resistant human immunodeficiency virus type 1 acquired in primary infection (Brenner B et al. J. Virol. 2002) Persistence of transmitted drug-resistant virus among subjects with primary HIV infection deferring antiretroviral therapy (Little, Los Cabos, Juin 2003, Mexico). Persistence in HIV-1 protease of resistance mutations in absence of drug selective pressure three years after sexual transmission of a multiclass drug resistant variant (Ravaux I. IAS 2003, Paris) Persistence of multidrug-resistant HIV-1 without antiretroviral treatment 2 years after sexual transmission (Delaugerre C, Antiviral Therapy 2004)

13 En France: données de la cohorte ANRS PRIMO et ANRS AC11 % / / / / Résistance à au moins 1 antirétroviral R à 2-3 classes Fréquence de la résistance aux antirétroviraux en France chez les patients lors de la primo-infection entre 1996 et : INTI: 6%; INNTI: 6%; IP: 3.4% Chaix, Sitges 2006

14

15 Persistance des mutations de résistance chez un patient non traité Patient Time Sample VL (log) RT Protéase 9401/10 D0 Plasma L, 103N, 118I, 210W, 215Y 63P, 90M PBMC L, 103N, 118I, 210W, 215Y 63P, 90M M6 Plasma L, 103N, 118I, 210W, 215Y 63P, 90M PBMC ND 41L, 103N, 118I, 210W, 215Y 63P, 90M M12 Plasma L, 103N, 118I, 210W, 215YC 63P, 90M PBMC L, 103N, 118I, 210W, 215YC 63P, 90M M24 Plasma L, 103N, 118I, 210W, 215C 63P, 90M PBMC L, 103N, 118I, 210W, 215C 63P, 90M Ghosn, AIDS 2006

16 Clones du gène de la protease ADN-VIH PBMC à J0 100 B.FR.83.HX 100 6P24 6P19 6P22 6P11 6P1 6P8 6P10 6 bulk DNA D0 6P3 6P23 6P12 6P16 6P5 5 bulk DNA D P16 5P19 5P22 5P24 5P17 5P3 5P7 5P23 5P26 5P25 5P21 5P P27 Ghosn, AIDS 2006

17 Clones du gène de la protease ADN-VIH PBMC à J0 100 B.FR.83.HX 100 6P24 (10I, 20T, 84V) 6P19 (10I, 20T, 84V) 6P22 (10I, 20T, 84V) 6P11 (10I, 20T, 84V) 6P1 (10I, 20T, 84V) 6P8 (10I, 20T, 84V) 6P10 (10I, 20T, 84V) 6 bulk DNA D0 (10I, 20T, 84V) 6P3 (10I, 20T, 84V) 6P23 (10I, 20T, 84V) 6P12 (10I, 20T, 84V) 6P16 (10I, 20T, 84V) 6P5 (10I, 20T, 84V) 5 bulk DNA D0 (10F, 36I, 46I, 82A) 100 5P16 (10F, 36I, 46I, 82A) 5P19 (10F, 36I, 46I, 82A) 5P22 (10F, 36I, 46I, 82A) 5P24 (10F, 36I, 46I,82A) 5P17 (10F, 36I, 46I, 82A) 5P3 (10F, 36I, 46I, 82A) 5P7 (10F, 36I, 46I, 82A) 5P23 (10F, 36I, 46I, 82A) 5P26 (10F, 36I, 46I, 82A) 5P25 (10F, 36I, 46I, 82A) 5P21 (10F, 36I, 46I, 82A) 5P18 (10F, 36I, 46I, 82A) P27 (10F, 36I, 46I, 82A) Ghosn, AIDS 2006

18 Evolution des mutations de résistance chez un patient sous HAART Patient Treatment Time Sample VL (log) RT Protéase ZDV+3TC+EFV D0 Plasma N, 69N, 184V, 215F, 219E 10I, 20T, 84V PBMC N, 69N, 184V, 215F, 219E 10I, 20T, 84V ZDV+3TC+EFV M6 Plasma N, 69N, 70R, 101KE, 184V 10I, 20T, 84V 190S, 215FL, 219E PBMC ND ND ND ZDV+3TC+EFV M12 Plasma N, 69N, 70R, 101E, 184V 10I, 20T, 84V 190S, 215FL, 219E PBMC 2.81 NA 10I, 20T, 84V Interruption M18 Interruption M24 Plasma N, 69N, 101E, 190S 10I, 20T, 84V 215FC, 219E PBMC N, 69N, 70R, 101R, 103E, 10I, 20T, 84V 108I, 184I/V, 190S, 215L,219E ABC+TDF+KLT M30 ABC+TDF+KLT M36 Plasma <1.70 NA NA PBMC 2.55 NA 10I, 20T, 84V

19 Conclusions Les variants VIH résistants acquis au moment de la PI envahissent le réservoir cellulaire à un temps très précoce. Ils restent détectables dans le plasma et sont archivés dans les PBMC. Chez ces patients, un TARV empirique débuté au moment de la PI peut s avérer sous-optimal, favorisant l accumulation de nouvelles mutations de résistance, et compromettant les options thérapeutiques déjà limitées.

20 Proposition d un modèle d acquisition en primo-infection de VIH-1 résistant

21 PI VIH sauvage Echec sous TARV Arrêt TARV

22 PI VIH résistant aux ARV Pas de traitement

23 PI VIH résistant aux ARV TARV efficace Echec sous TARV

24 Impact de nos résultats sur la prise en charge des patients infectés par le VIH-1 En primo-infection: Choix de la combinaison ARV Adaptation rapide du TARV selon le résultat du test génotypique de résistance Chez les patients naïfs de TARV: Test génotypique de résistance avant l initiation du TARV

25 Perspectives Impact des nouvelles stratégies de monothérapie d IP sur la population virale dans le sperme: Induction-maintenance avec ATV/r (Swindells, ACTG 5201, JAMA 2006) Sous-étude sperme pour 8/33 patients CV LS < 150 cp/ml à S24 chez 8/8 patients Induction-maintenance avec ATV/r (Vernazza, AIDS 2007) Sous-étude sperme pour 15/30 patients CV LS élevée chez 2/15 patients Sous-étude dans le cadre de l essai MONARK

26 Ghosn, Journal of Antimicrobial Chemotherapy 2008

27 Conclusion: perspective à long terme CD4+ /μl Début TARV HIV-RNA / ml 200 / μl 50 / ml 1 an. 5 ans. 10 ans 15 ans >>

28 Christine Rouzioux Marie-Laure Chaix Equipe Viro Necker Christine Katlama URC GHPS Jean-François Delfraissy Merci Tous les patients

DYNAMIQUE DE LA QUASIESPECE DE VARIANTS ADN VIH-1 RESISTANTS CHEZ DES PATIENTS SOUS TRAITEMENT EFFICACE ETUDE EN SEQUENCAGE A HAUT DEBIT

DYNAMIQUE DE LA QUASIESPECE DE VARIANTS ADN VIH-1 RESISTANTS CHEZ DES PATIENTS SOUS TRAITEMENT EFFICACE ETUDE EN SEQUENCAGE A HAUT DEBIT Séminaires Jeudi 24 septembre 2015 DYNAMIQUE DE LA QUASIESPECE DE VARIANTS ADN VIH-1 RESISTANTS CHEZ DES PATIENTS SOUS TRAITEMENT EFFICACE ETUDE EN SEQUENCAGE A HAUT DEBIT Dr Pierre Gantner EA 7327: Infec-on

Plus en détail

VIH: Réservoirs et Compartiments

VIH: Réservoirs et Compartiments VIH: Réservoirs et Compartiments Jade GHOSN EA 3620 Paris Descartes Laboratoire de Virologie CHU Necker Paris UF Thérapeutique en Immuno-Infectiologie CHU Hôtel Dieu Paris Virémie plasmatique reservoir

Plus en détail

GESTION VIROLOGIQUE DE L ECHEC. Dr Catherine TAMALET Fédération de Microbiologie Hospitalière Hôpital de la Timone URMITE CNRS-IRD UMR 6236 Marseille

GESTION VIROLOGIQUE DE L ECHEC. Dr Catherine TAMALET Fédération de Microbiologie Hospitalière Hôpital de la Timone URMITE CNRS-IRD UMR 6236 Marseille GESTION VIROLOGIQUE DE L ECHEC Dr Catherine TAMALET Fédération de Microbiologie Hospitalière Hôpital de la Timone URMITE CNRS-IRD UMR 6236 Marseille Echec : Définitions Recommandations Françaises(1 ) Non

Plus en détail

Génotypage de résistance du VIH Marie-Laure CHAIX Laboratoire de Virologie, CHU Saint Louis, Université Paris Diderot, INSERM U941, CNR VIH, Paris

Génotypage de résistance du VIH Marie-Laure CHAIX Laboratoire de Virologie, CHU Saint Louis, Université Paris Diderot, INSERM U941, CNR VIH, Paris Génotypage de résistance du VIH Marie-Laure CHAIX Laboratoire de Virologie, CHU Saint Louis, Université Paris Diderot, INSERM U941, CNR VIH, Paris Lahcen WAKRIM Laboratoire de Virologie, Institut Pasteur

Plus en détail

Les stratégies de traitement VIH: nouvel algorithme des IP

Les stratégies de traitement VIH: nouvel algorithme des IP Les stratégies de traitement VIH: nouvel algorithme des IP Dr Laurence Bocket Service de virologie CHRU de Lille XIème journée régionale de Pathologie Infectieuse - 27 Septembre 2005 - Lille Résistance

Plus en détail

Le risque vu par le virologue. Dr Anne-Geneviève Marcelin CHU Pitié-Salpêtrière UPMC Inserm UMR_S 1136

Le risque vu par le virologue. Dr Anne-Geneviève Marcelin CHU Pitié-Salpêtrière UPMC Inserm UMR_S 1136 Le risque vu par le virologue Dr Anne-Geneviève Marcelin CHU Pitié-Salpêtrière UPMC Inserm UMR_S 1136 Transmission sexuelle La transmission sexuelle est le premier mode de contamination par le VIH dans

Plus en détail

Intérêt de la détection des variants résistants minoritaires. Stéphanie Raymond INSERM UMR1043 Et Laboratoire de Virologie CHU de Toulouse

Intérêt de la détection des variants résistants minoritaires. Stéphanie Raymond INSERM UMR1043 Et Laboratoire de Virologie CHU de Toulouse Intérêt de la détection des variants résistants minoritaires Stéphanie Raymond INSERM UMR1043 Et Laboratoire de Virologie CHU de Toulouse Conflits d intérêt Honoraires de conférencier : ViiV Participation

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille XVIIe Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Dr Pantxika BELLECAVE MFP- UMR 5234 Laboratoire de virologie du Pr. Fleury

Dr Pantxika BELLECAVE MFP- UMR 5234 Laboratoire de virologie du Pr. Fleury Dr Pantxika BELLECAVE MFP- UMR 5234 Laboratoire de virologie du Pr. Fleury 1 er cas SIDA MONO BI HAART (TRITHERAPIE) 1981 1987 1991 1992 1991 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005

Plus en détail

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries Moving Forward in the Diagnosis of Infectious Diseases in Resource Limited Countries: A Focus on HIV 3rd Forum Les Pensières, Veyrier-du-Lac, France, September 16-17, 2010 Early diagnosis of failure to

Plus en détail

Optimisation des traitements antirétroviraux : de la chimie à l alchimie. Méthodes : les outils biologiques et l évaluation.

Optimisation des traitements antirétroviraux : de la chimie à l alchimie. Méthodes : les outils biologiques et l évaluation. Optimisation des traitements antirétroviraux : de la chimie à l alchimie Méthodes : les outils biologiques et l évaluation Dr JC TARDY, LYON LES OUTILS du VIROLOGUE CHARGE VIRALE SEQUENCAGE INITIATION

Plus en détail

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Projet ANRS-12186 Évaluation de l échec virologique et résistance aux ARV chez des patients VIH positifs pris en charge dans les programmes

Plus en détail

RAPPORT 2013 SOUS LA DIRECTION DU Pr PHILIPPE MORLAT ET SOUS L EGIDE DU CNS ET DE L ANRS

RAPPORT 2013 SOUS LA DIRECTION DU Pr PHILIPPE MORLAT ET SOUS L EGIDE DU CNS ET DE L ANRS FR/HIV/0101/13 - Octobre 2013 - ViiV Healthcare SAS. Document réservé à l'usage exclusif de la visite médicale de ViiV Healthcare. Ne peut être ni copié, ni imprimé, ni cédé PRISE EN CHARGE MÉDICALE DES

Plus en détail

Quelle utilisation de la charge virale en absence de tests de résistance. Serge Paul Eholié

Quelle utilisation de la charge virale en absence de tests de résistance. Serge Paul Eholié Quelle utilisation de la charge virale en absence de tests de résistance Serge Paul Eholié Critères OMS pour le diagnostic de l échec 2002 2006 2010 Clinical * Immunological * Clinical * Immunological

Plus en détail

Virologie en Pédiatrie

Virologie en Pédiatrie Virologie en Pédiatrie Pr Coumba Touré Kane ANRS-SENEGAL Introduc3on 3,4 millions d enfants en 2010 (OMS 2011) 90% de ces enfants en Afrique sub- saharienne 260 000 enfants infectés en 2012 Baisse de 52

Plus en détail

Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique

Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique Clotilde Allavena NANTES Symposium JANSSEN JNI 2011, Toulouse Jusqu en 1996, la montée en puissance Bithérapie 2 NUCs Trithérapie 2 NUCs

Plus en détail

Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition. Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009

Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition. Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009 Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009 «Nouvelles recommandations» Sources : DGS : CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLE

Plus en détail

EVAluation du RISque résiduel de Transmission du VIH chez des HSH traités ayant une charge virale plasmatique indétectable Jade GHOSN

EVAluation du RISque résiduel de Transmission du VIH chez des HSH traités ayant une charge virale plasmatique indétectable Jade GHOSN EVAluation du RISque résiduel de Transmission du VIH chez des HSH traités ayant une charge virale plasmatique indétectable Jade GHOSN UF de Thérapeutique en Immuno- Infectiologie CHU Hôtel-Dieu EA 3620,

Plus en détail

Données actuelles sur la Transmission du VIH

Données actuelles sur la Transmission du VIH Marseille 28 mai 2009 Données actuelles sur la Transmission du VIH Pr Christine ROUZIOUX, Virologie - CHU Necker EA 3620 Université Paris Descartes A l'occasion du 1er décembre 2007, le professeur Bernard

Plus en détail

Procréation médicalement assistée pour des patients séropositifs: le point de vue du biologiste. Françoise Urner

Procréation médicalement assistée pour des patients séropositifs: le point de vue du biologiste. Françoise Urner Procréation médicalement assistée pour des patients séropositifs: le point de vue du biologiste Françoise Urner Vers chez les Blancs, 16.06.2011 Techniques de procréation assistée dans un contexte viral

Plus en détail

Prévention de la transmission mère-enfant du VIH

Prévention de la transmission mère-enfant du VIH Prévention de la transmission mère-enfant du VIH Rapport Morlat2013 REUNION COREVIH - Vendredi 17 Janvier 2014 Docteur Yasmine DEBAB Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Rouen 1 I. Désir

Plus en détail

Le programme OPP-ERA (Open Polyvalent Platforms-Era) UNITAID. Pr Christine ROUZIOUX CHU Necker, Université Paris Descartes

Le programme OPP-ERA (Open Polyvalent Platforms-Era) UNITAID. Pr Christine ROUZIOUX CHU Necker, Université Paris Descartes Le programme OPP-ERA (Open Polyvalent Platforms-Era) UNITAID Pr Christine ROUZIOUX CHU Necker, Université Paris Descartes Programme en réponse à l appel d offres UNITAID: Diagnostic TB, Paludisme et VIH

Plus en détail

Détection des variants minoritaires résistants aux ARV Signification clinique?

Détection des variants minoritaires résistants aux ARV Signification clinique? Détection des variants minoritaires résistants aux ARV Signification clinique? Dr Bernard Masquelier Journée AC11 ANRS, 2008 Introduction: problème posé /méthodes de détection (1) Sous-populations minoritaires:

Plus en détail

Exemple des essais ANRS 127-2IP et ANRS 139-TRIO : différents marqueurs pour différentes stratégies thérapeutiques

Exemple des essais ANRS 127-2IP et ANRS 139-TRIO : différents marqueurs pour différentes stratégies thérapeutiques Exemple des essais ANRS 127-2IP et ANRS 139-TRIO : différents marqueurs pour différentes stratégies thérapeutiques Dr Charlotte CHARPENTIER Laboratoire de Virologie CHU Bichat-Claude Bernard Université

Plus en détail

INFECTION VIH ET ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION (AMP) EN 2013

INFECTION VIH ET ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION (AMP) EN 2013 INFECTION VIH ET ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION (AMP) EN 2013 XXIIIème Congrès de la Société Tunisienne de Pathologie Infectieuse Tunis, 19 avril 2013 HISTORIQUE Fin années 80 1 ères demandes de

Plus en détail

Jade GHOSN. Université Paris Descartes EA 3620 Laboratoire de Virologie CHU Necker - Paris

Jade GHOSN. Université Paris Descartes EA 3620 Laboratoire de Virologie CHU Necker - Paris Etude de phase II, multicentrique, en ouvert, non randomisée, d évaluation des propriétés pharmacocinétiques du raltegravir administré au 3 ème trimestre de la grossesse chez des femmes infectées par le

Plus en détail

RÉPLICATION VIRALE À BAS BRUIT: QUELLES. Spot-Info 04/12/15 CONSÉQUENCES?

RÉPLICATION VIRALE À BAS BRUIT: QUELLES. Spot-Info 04/12/15 CONSÉQUENCES? RÉPLICATION VIRALE À BAS BRUIT: QUELLES Spot-Info 04/12/15 CONSÉQUENCES? QUELQUE DÉFINITION Seuil de détectabilité: selon technique Seuil d échec: selon recommandations entre 50 copies (EU) et 1000 copies

Plus en détail

DBS (Dried Blood Spot) dans le suivi virologique des patients VIH+ sous traitement antirétroviral

DBS (Dried Blood Spot) dans le suivi virologique des patients VIH+ sous traitement antirétroviral DBS (Dried Blood Spot) dans le suivi virologique des patients VIH+ sous traitement antirétroviral ANRS 12 235 Abou Abdallah Malick DIOUARA UCAD(ED-SEV) Sénégal & UM1 (CSB2) Montpellier - France Contact:

Plus en détail

Transmission du VIH de la mère à l enfant (TME) Dr. Marialuisa PARTISANI 8 septembre 2009

Transmission du VIH de la mère à l enfant (TME) Dr. Marialuisa PARTISANI 8 septembre 2009 Transmission du VIH de la mère à l enfant (TME) Dr. Marialuisa PARTISANI 8 septembre 2009 TME Identifiée dès les années 80 Taux de TME du VIH-1 variable selon les zones géographiques Afrique: 30 % (50%)

Plus en détail

INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD

INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD 5 e réunion viro-clinique inter-corevih «VIH, cultures et thérapeutiques» Marie Leoz, 23 mars 2013 PRÉLÈVEMENT SUR BUVARD : C EST QUOI? POURQUOI? Mode alternatif de

Plus en détail

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE Introduction: Le SIDA, ou syndrome immunodéficience acquise, est une maladie due à un virus, le virus de l'immunodéficience humaine ou VIH (HIV: Human Immunodeficiency

Plus en détail

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques Virus: Diversité génétique et variation antigénique Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques M. Segondy Virus: Diversité génétique Virus: Génome + Capside ± Enveloppe 1 Virus: Diversité génétique

Plus en détail

Le risque vu par l épidémiologiste

Le risque vu par l épidémiologiste Le risque vu par l épidémiologiste Virginie Supervie UMR S 1136, Inserm, UPMC, Paris Quelques mesures de risque Taux d incidence Risque de transmission du VIH par acte sexuel Risque cumulé de la transmission

Plus en détail

EVOLUTION DES RECOMMANDATIONS AUTOUR DE LA GROSSESSE Jennifer Rohan / Cédric Arvieux Rennes

EVOLUTION DES RECOMMANDATIONS AUTOUR DE LA GROSSESSE Jennifer Rohan / Cédric Arvieux Rennes EVOLUTION DES RECOMMANDATIONS AUTOUR DE LA GROSSESSE 1997 2013 Jennifer Rohan / Cédric Arvieux Rennes La préhistoire Essai ACTG 076/ANRS 024 (Avril 1991) Monothérapie AZT, randomisé, en insu, PCB AZT ou

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

ANRS THILAO (THird Line Antiretroviral Optimization)

ANRS THILAO (THird Line Antiretroviral Optimization) ANRS 12269-THILAO (THird Line Antiretroviral Optimization) Renforcement de l observance et traitement à base de darunavir et raltegravir chez des adultes infectés par le VIH-1 en échec virologique de deuxième

Plus en détail

Les charges virales basses: constat et gestion

Les charges virales basses: constat et gestion Les charges virales basses: constat et gestion Symposium inter-régional viro-clinique Hardelot 25-26 Mai 2011 Laurence Bocket --- Laboratoire de Virologie --- CHRU Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

DÉTECTION DU GÉNOME DU VIH

DÉTECTION DU GÉNOME DU VIH DÉTECTION DU GÉNOME DU VIH AU SEIN DES FRACTIONS DU SPERME Classement NABM : 16-02 - code : non codé JUILLET 2006 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis

Plus en détail

l infection par le VIH Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Paris JNI Juin 2009

l infection par le VIH Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Paris JNI Juin 2009 Tests Interferon ( IGRA) dans l infection par le VIH Peut on les utiliser? Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Paris JNI Juin 2009 Population générale TB maladie 1/3 population mondiale infectée par BK Répartition

Plus en détail

ANRS. ANRS DYNAMO Diversité moléculaire des souches VIH-1 du groupe O et prise en charge thérapeutique au Cameroun

ANRS. ANRS DYNAMO Diversité moléculaire des souches VIH-1 du groupe O et prise en charge thérapeutique au Cameroun 12168- DYNAMO Diversité moléculaire des souches VIH-1 du groupe O et prise en charge thérapeutique au Cameroun Contexte I P O N M Les VIH (Virus de l Immunodéficience Humaine) Virus d origine simienne

Plus en détail

Seuils d'indétectabilité chez les patients traités par ARV le point du vue du clinicien

Seuils d'indétectabilité chez les patients traités par ARV le point du vue du clinicien 14 15 octobre 2010 Seuils d'indétectabilité chez les patients traités par ARV le point du vue du clinicien Bruno Hoen 1 Plan de la discussion Quelle(s) définition(s)? Quelle réalité épidémiologique? Quelle

Plus en détail

La prise en charge précoce de 15 ans de recherches sur la l adulte infecté par le VIH : co-infection VIH / VHB, VHC

La prise en charge précoce de 15 ans de recherches sur la l adulte infecté par le VIH : co-infection VIH / VHB, VHC Ministère de l Enseignement Supérieur Et de la Recherche Scientifique La prise en charge précoce de 15 ans de recherches sur la l adulte infecté par le VIH : co-infection VIH / VHB, VHC de «Cotrimo-CI

Plus en détail

Primo Infection par le VIH

Primo Infection par le VIH Réunion COREVIH 27 septembre 2010 Christine ROUZIOUX EA 3620 Université Paris Descartes CHU Necker Primo Infection par le VIH Surlabase des recommandations du groupe d experts 2010. Sous la direction du

Plus en détail

Le VIH dans le compartiment génital masculin

Le VIH dans le compartiment génital masculin Le VIH dans le compartiment génital masculin Jade GHOSN Université Paris Descartes EA 7327 Laboratoire de Virologie CHU Necker - Paris UF Thérapeutique en Immuno-Infectiologie CHU Hôtel Dieu Paris Charge

Plus en détail

Primo-infection par le VIH

Primo-infection par le VIH Primo-infection par le VIH Recommandations du groupe d experts Rapport 2010 sous la direction du Pr. Patrick Yeni Cécile GOUJARD, CHU Bicêtre Épidémiologie des infections récentes en France Estimation

Plus en détail

Exposition sexuelle avec risque viral: définition

Exposition sexuelle avec risque viral: définition AEV SEXUEL Exposition sexuelle avec risque viral: définition Tout contact d une muqueuse avec un liquide biologique susceptible de contenir des virus est une situation d exposition potentielle à ces virus,

Plus en détail

Faut-il utiliser les stratégies d induction maintenance dans le VIH? (fin 2011) Dr. Laurent HOCQUELOUX

Faut-il utiliser les stratégies d induction maintenance dans le VIH? (fin 2011) Dr. Laurent HOCQUELOUX Faut-il utiliser les stratégies d induction maintenance dans le VIH? (fin 2011) Dr. Laurent HOCQUELOUX XVIIIe JRPI Lille 4 oct 2011 INDUCTION Plus de molécules Plus de puissance Plus d effets secondaires

Plus en détail

Pourquoi traiter tôt, toujours plus tôt? Quels bénéfices virologiques et immunologiques?

Pourquoi traiter tôt, toujours plus tôt? Quels bénéfices virologiques et immunologiques? Pourquoi traiter tôt, toujours plus tôt? Quels bénéfices virologiques et immunologiques? Dr Véronique Avettand-Fenoel Université Paris Descartes EA7327 Hôpital Necker - Enfants Malades Primo-infection

Plus en détail

Cancer et VIH. Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6

Cancer et VIH. Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 Cancer et VIH Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 JNI Lyon - Juin 2009 Cancer et VIH : des interfaces physiopathogéniques communes Deficit

Plus en détail

Implications thérapeutiques des virus non B. J. Leporrier, Service de Maladies Infectieuses & Tropicales CHU de Rouen

Implications thérapeutiques des virus non B. J. Leporrier, Service de Maladies Infectieuses & Tropicales CHU de Rouen Implications thérapeutiques des virus non B J. Leporrier, Service de Maladies Infectieuses & Tropicales CHU de Rouen jeremie.leporrier@chu-rouen.fr Plan Problématique La diversité génétique influence-t-elle

Plus en détail

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne Tours juin 2012 Un problème? VIH-VHB Piroth L et al, J Hepatol,

Plus en détail

ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION A RISQUE VIRAL

ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION A RISQUE VIRAL ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION A RISQUE VIRAL Etats des lieux en Aquitaine Dr S. Frantz-Blancpain- Pr C. Hocké- Dr L. Gomes Centre d AMP clinique CHU Bordeaux Séminaire de formation CNGOF 24 mai

Plus en détail

Traitement antirétroviral des infections chroniques par le VIH chez l adulte. Recommandations 2010

Traitement antirétroviral des infections chroniques par le VIH chez l adulte. Recommandations 2010 Traitement antirétroviral des infections chroniques par le VIH chez l adulte Recommandations 2010 Pourquoi de nouvelles recommandations? Etudes de cohorte (When to Start Consortium, NA Accord, HIV Causal

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs. Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse

Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs. Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse Guérir l infection VIH 1996-1997: l espoir initial Guérir l

Plus en détail

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C E. Estrabaud 1, I. Bièche 2, M. Lapalus 1, S. de Muynck 1, M.

Plus en détail

Diagnostic Virologique du VIH

Diagnostic Virologique du VIH Diagnostic Virologique du VIH Pr S. Fafi-Kremer Institut de Virologie, CHU de Strasbourg Séminaire de Formation Jeudi 14 Novembre 2013 1 Objectifs Comprendre la cinétique des marqueurs de l infection par

Plus en détail

Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne

Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne Eric Ouattara, MD, PhD ISPED, Inserm U1219 VIH en Afrique subsaharienne Recherche clinique sur le VIH Partie 2 : Modélisation

Plus en détail

AVIS D INSCRIPTION PRIORITAIRE

AVIS D INSCRIPTION PRIORITAIRE 2 avril 2008 AVIS D INSCRIPTION PRIORITAIRE Table des matières ISENTRESS MC (Merck), raltégravir... Ajout aux listes de médicaments Médicament d exception Les Capsules CdM sont accessibles sur le site

Plus en détail

VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010. S. Alain

VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010. S. Alain VERS UN VACCIN CONTRE LE CYTOMÉGALOVIRUS LE POINT EN 2010 S. Alain Le Cytomégalovirus (CMV) Famille des Herpesviridae Persiste sous forme latente après la primoinfection Spécificité d hôte étroite : HCMV

Plus en détail

Cinétique des marqueurs viraux VIH

Cinétique des marqueurs viraux VIH Vous êtes amenés à voir en consultation un patient de 36 ans pour la découverte d une séropositivité pour le VIH1 dépistée à l occasion d un dossier pour prêt bancaire. 1. Décrivez brièvement l histoire

Plus en détail

VIH et Procréation. C Jacomet 2011

VIH et Procréation. C Jacomet 2011 VIH et Procréation C Jacomet 2011 Options pour les couples avec infection VIH ayant un désir d enfant Quelles options? Procréation médicalement assistée Procréation naturelle Adoption Risques à considérer

Plus en détail

ECOVIR. Bruxelles, 21 avril 2016

ECOVIR. Bruxelles, 21 avril 2016 ECOVIR Etude ouverte, non comparative, évaluant le maintien de la suppression virologique après allégement du traitement antirétroviral chez des patients recevant une combinaison incluant au moins 4 molécules.

Plus en détail

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels liens entre puissance et rapidité d action? Est-ce un avantage d obtenir une décroissance virale rapide? Dans

Plus en détail

Risque de transmission du VIH sous traitement antirétroviral

Risque de transmission du VIH sous traitement antirétroviral Risque de transmission du VIH sous traitement antirétroviral V Supervie 1, JP Viard 2, D Costagliola 1, R Breban 3 1 UMR S 1136, Inserm, UPMC, Paris 2 Hôpital Hôtel-Dieu, Paris 3 Institut Pasteur, Paris

Plus en détail

Journées Nationales d Infectiologie. en 2007 pour un. 15 Juin 2007

Journées Nationales d Infectiologie. en 2007 pour un. 15 Juin 2007 Journées Nationales d Infectiologie Quelles exigences en 2007 pour un nouvel Inhibiteur de Protéase? 15 Juin 2007 Journées Nationales d Infectiologie Quelles exigences en 2007 pour un nouvel inhibiteur

Plus en détail

Désir d enfant. Avoir un enfant en 2012 en étant séropositif(ve)

Désir d enfant. Avoir un enfant en 2012 en étant séropositif(ve) Désir d enfant Avoir un enfant en 2012 en étant séropositif(ve) Dr Cédric Arvieux - COREVIH Bretagne CHU de Rennes Merci au Pr. Laurent Mandelbrodt et aux autres contributeurs dont j ai pu utiliser certains

Plus en détail

Dépistage et Prévention

Dépistage et Prévention Dépistage et Prévention Jade GHOSN Université Paris Descartes EA 7327 Faculté de Médecine Site Necker UF de Thérapeutique en Immuno-Infectiologie CHU Hôtel Dieu Paris Treatment as Prevention TasP Données

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Stéatose hépatique chez les patients coinfectés par VIH/VHC et traités par antirétroviraux

Stéatose hépatique chez les patients coinfectés par VIH/VHC et traités par antirétroviraux Stéatose hépatique chez les patients coinfectés par VIH/VHC et traités par antirétroviraux Valérie MARTINEZ TA Ti Dieu N, MOKHTARI Z, GUIGUET M, VALANTIN MA, CHARLOTTE F, BENHAMOU Y, CAUMES E, BRICAIRE

Plus en détail

Dépistage du VIH chez la femme enceinte. Diagnostic d infection de l enfant né de mère VIH+

Dépistage du VIH chez la femme enceinte. Diagnostic d infection de l enfant né de mère VIH+ Dépistage du VIH chez la femme enceinte Diagnostic d infection de l enfant né de mère VIH+ CNR Infections Rubéoleuses Materno-fœtales Christelle VAULOUP-FELLOUS Faculté de Médecine Paris Sud Service de

Plus en détail

Perspectives en sciences sociales et santé publique. Bernard Taverne (CRCF/IRD)

Perspectives en sciences sociales et santé publique. Bernard Taverne (CRCF/IRD) Perspectives en sciences sociales et santé publique Bernard Taverne (CRCF/IRD) Journée scientifique ANRS, Dakar 25 juin 2010 Le devenir des patients au delà d un processus de recherche clinique, Organisation

Plus en détail

Fondamentaux de la barrière génétique : du «in vitro» à la clinique

Fondamentaux de la barrière génétique : du «in vitro» à la clinique Faculté de Médecine Université Paris 7 Denis Diderot Service de Microbiologie CHU Saint Louis, Paris Fondamentaux de la barrière génétique : du «in vitro» à la clinique Dr Constance Delaugerre J Toulouse

Plus en détail

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques

IMMUNOLOGIE. La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T. Informations scientifiques IMMUNOLOGIE La spécificité des immunoglobulines et des récepteurs T Informations scientifiques L infection par le VIH entraîne des réactions immunitaires de l organisme qui se traduisent par la production

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Pr Vincent CALVEZ CHU Pitié-Salpêtrière INSERM U 943 ANRS AC11 Resistance

Pr Vincent CALVEZ CHU Pitié-Salpêtrière INSERM U 943 ANRS AC11 Resistance Réplication résiduelle Pr Vincent CALVEZ CHU Pitié-Salpêtrière INSERM U 943 ANRS AC11 Resistance ART bloque la réplication virale avec persistance de ADN viral intégré Taille du réservoir est établie avant

Plus en détail

Chapitre 8. Procréation

Chapitre 8. Procréation Rapport Yeni 2010 Chapitre 8. Procréation Coordination : Laurent Mandelbrot Groupe de travail : F Bavoux, A Berrebi, S Blanche, L Bujan, S Epelboin, A Faye, V Garrait, V Jeantils, M Leruez-Ville, AG Marcellin,

Plus en détail

9 Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux

9 Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux 9 Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux La résistance aux antirétroviraux est liée à la sélection de quasi-espèces virales comportant des mutations dans les gènes de la transcriptase inverse, de la protéase,

Plus en détail

Les essais cliniques sur le VIH et/ou la tuberculose

Les essais cliniques sur le VIH et/ou la tuberculose Les essais cliniques sur le VIH et/ou la tuberculose Raoul Moh, MD, PhD Essais ANRS 12290-Statis, ANRS 12300-Reflate, ANRS 12269-Thilao, ANRS 12294-FIT2 Abidjan, le 18 janvier 2017 Thématique «Tuberculose

Plus en détail

Génotypage et profil de résistance aux IP des virus de l hépatite C par séquençage dans la région NS3 à partir d une seule RT-PCR

Génotypage et profil de résistance aux IP des virus de l hépatite C par séquençage dans la région NS3 à partir d une seule RT-PCR Génotypage et profil de résistance aux IP des virus de l hépatite C par séquençage dans la région NS3 à partir d une seule RT-PCR B Besse 1, M Coste-Burel 1, S Vallet 3, C Feray 2, E André-Garnier 1 Laboratoire

Plus en détail

En direct de la CROI. COREVIH IDF centre

En direct de la CROI. COREVIH IDF centre En direct de la CROI Atlanta t 2013 Pr Christine hi i Katlama COREVIH IDF centre Replication virale HIV reservoir = Infection VIH résiduelle Qu est ce que le réservoir? C est l ensemble des cellules qui

Plus en détail

Les interruptions thérapeutiques dans le traitement de l infection par le VIH

Les interruptions thérapeutiques dans le traitement de l infection par le VIH Les interruptions thérapeutiques dans le traitement de l infection par le VIH! R. Tubiana* RÉSUMÉ. L absence de perspective d une éradication virale et les contraintes des multithérapies antirétrovirales

Plus en détail

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT»

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Pr Elisabeth BOUVET Groupe «Prévention sexuelle» COREVIH Île-de-France

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

10 Primo-infection par le VIH

10 Primo-infection par le VIH 10 Primo-infection par le VIH Le nombre de nouvelles infections est estimé en France à environ 5 000 en 2007. L analyse des notifications obligatoires en France montre que la proportion de diagnostics

Plus en détail

Suivi de la grossesse d une femme infectée par le VIH et modalités d accouchement. Dr Nicolas Sananès

Suivi de la grossesse d une femme infectée par le VIH et modalités d accouchement. Dr Nicolas Sananès Suivi de la grossesse d une femme infectée par le VIH et modalités d accouchement Dr Nicolas Sananès 27 novembre 2012 Plan Problématique Dépistage pendant la grossesse Suivi de la grossesse Modalités d

Plus en détail

Découverte d un nouveau VIH-1

Découverte d un nouveau VIH-1 Pôle de Biologie Laboratoire de Virologie Hôpital C. Nicolle CHU Rouen Groupe de Recherche Antimicrobiens et Microorganismes (GRAM) / EA2656 Faculté de Médecine-Pharmacie Université de Rouen Découverte

Plus en détail

Etude au sein des COREVIH Nord-Est sur l'évolution de la prévalence et de l'incidence de l'infection à VIH dans le contexte du TasP et TandT

Etude au sein des COREVIH Nord-Est sur l'évolution de la prévalence et de l'incidence de l'infection à VIH dans le contexte du TasP et TandT Etude au sein des COREVIH Nord-Est sur l'évolution de la prévalence et de l'incidence de l'infection à VIH dans le contexte du TasP et TandT E Jeanmaire, H Jeulin, T May, E Schvoerer Et les membres du

Plus en détail

LE MEILLEUR DE LA CROI 2013 - VIROLOGIE. Marie Leoz 12 avril 2013

LE MEILLEUR DE LA CROI 2013 - VIROLOGIE. Marie Leoz 12 avril 2013 LE MEILLEUR DE LA CROI 2013 - VIROLOGIE Marie Leoz 12 avril 2013 Réservoirs, Persistance et Eradication Qu est-ce que le réservoir? Caractérisation des cellules réservoirs Stratégies de traitement précoce

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 FUZEON 90 mg/ml, poudre et solvant pour solution injectable Boîte contenant 60 flacons de poudre + 60 flacons de solvant + 60 seringues de 3 ml + 60

Plus en détail

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives?

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives? Lettre à l éditeur Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles perspectives? HIV Antiretroviral Drug Resistance: What s new in Mali? What is the future? Maiga AI 1,2, Sangare

Plus en détail

CAS CLINIQUE. Dr Wissem HACHFI. Service de Médecine Interne et Maladies Infectieuses.

CAS CLINIQUE. Dr Wissem HACHFI. Service de Médecine Interne et Maladies Infectieuses. CAS CLINIQUE Dr Wissem HACHFI Service de Médecine Interne et Maladies Infectieuses Leila née le 17.11.96, infectée par le VIH suite à une transmission materno-foetale ATCDS Fx: - Père était infecté par

Plus en détail

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE

TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE TP DIAGNOSTIC VIROLOGIQUE 1 - DIAGNOSTIC DIRECT : le virus ou un de ses constituants Virus: Microscopie électronique Antigène viral : - immunofluorescence - immunochromatographie - ELISa en plaque ADN

Plus en détail

Le VIH en 2011 Pourquoi faut-il se dépister?

Le VIH en 2011 Pourquoi faut-il se dépister? Le VIH en 2011 Pourquoi faut-il se dépister? Luc PARIS Consultation des maladies infectieuses, parasitaires et tropicales Groupe Hospitalier Pitié-Salpêtrière, Paris, France Epidémiologie du VIH Sang Toxicomanie

Plus en détail

Infections VIH : Outils Virologiques

Infections VIH : Outils Virologiques Infections VIH : Outils Virologiques Diagnostic de l infection Quantification virale Résistance Pr Diane Descamps GH Bichat-Claude Bernard INSERM UMR 1137 Université Paris-Diderot Sorbonne Paris cité DESC

Plus en détail

Etude APROVIR: Résumé du protocole

Etude APROVIR: Résumé du protocole AntiPROtéases COhorte Résumé Objectif principal Etudier l'évolution clinique et biologique des patients infectés par le VIH débutant un traitement avec antiprotéase dans le contexte de la pratique actuelle

Plus en détail

Le retour aux mono et bithérapies : apprentis sorciers ou démarche rationnelle? Pr François RAFFI Maladies Infectieuses Nantes France

Le retour aux mono et bithérapies : apprentis sorciers ou démarche rationnelle? Pr François RAFFI Maladies Infectieuses Nantes France Le retour aux mono et bithérapies : apprentis sorciers ou démarche rationnelle? Pr François RAFFI Maladies Infectieuses Nantes France Complications des traitements antirétroviraux Syndrome lipodystrophique

Plus en détail

57 ème Répi. Les résistances virales aux traitements anti-vih

57 ème Répi. Les résistances virales aux traitements anti-vih 57 ème Répi Les résistances virales aux traitements anti-vih Le virus du sida est considéré comme le plus variable des agents viraux, à l origine d une maladie humaine ; cela est dû à son haut niveau de

Plus en détail