Résistance aux antituberculeux chez les cas de tuberculose pulmonaire nouveaux ou traités antérieurement au Burkina Faso

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résistance aux antituberculeux chez les cas de tuberculose pulmonaire nouveaux ou traités antérieurement au Burkina Faso"

Transcription

1 INT J TUBERC LUNG DIS 14(11): The Union Résistance aux antituberculeux chez les cas de tuberculose pulmonaire nouveaux ou traités antérieurement au Burkina Faso L. Sangaré,* S. Diandé, G. Badoum, B. Dingtoumda, A. S. Traoré * Service de Bactériologie-Virologie, Centre Hospitalière Universitaire (CHU) Yalgado Ouédraogo, Ouagadougou, Unité de Formation et de Recherches (UFR) Sciences de la Santé, Université de Ouagadougou, Ouagadougou, Centre National de Lutte Antituberculeuse, Ouagadougou, UFR-Sciences de la Vie et de la Terre, Université de Ouagadougou, Ouagadougou, Service de Pneumologie-Phtisiologie, CHU Yalgado Ouédraogo, Ouagadougou, Burkina Faso RÉSUMÉ CADRE : Centre National de Lutte Antituberculeuse de Ouagadougou, Burkina Faso. OBJECTIFS : Evaluer la résistance des mycobactéries du complexe Mycobacterium tuberculosis aux antituberculeux chez les cas de tuberculose (TB) pulmonaire nouveaux ou antérieurement traités. MÉTHODE : Les 416 souches de M. tuberculosis isolées chez des patients (323 nouveaux et 93 antérieurement traités) à microscopies positives sous DOTS ont été soumises au test de sensibilité aux antituberculeux selon la méthode des proportions. La sérologie VIH a été réalisée chez 249 nouveaux cas et 67 cas antérieurement traités consentants. RÉSULTATS : Chez les nouveaux cas, 12,4% des souches testées étaient résistantes, 3,4% multirésistantes (TB-MDR). Les taux de résistance aux antituberculeux testés étaient très élevés chez les cas antérieurement traités : isoniazide (66,7%), rifampicine (51,6%), streptomycine (44,1%) et éthambutol (50,5%), ainsi que le taux de TB-MDR (50,5%). La sérologie VIH était positive chez 28,7% des 316 patients consentants. Il n existait pas de lien statistiquement significatif entre le statut VIH et la multirésistance aux médicaments chez les nouveaux cas (P = 0,95) et les cas antérieurement traités (P = 0,5). CONCLUSION : Le taux de la résistance aux médicaments est élevé au Burkina Faso. Le dépistage précoce des malades contagieux et leur traitement jusqu à terme sont indispensables. MOTS-CLÉS : Mycobacterium tuberculosis ; résistance ; antituberculeux ; Burkina Faso L ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ (OMS) estime à 2 milliards d êtres humains infectés par Mycobacterium tuberculosis ; chaque année, 7 à 9 millions d entre eux font une tuberculose (TB) maladie tandis que 3 millions en meurent. 1 Le virus de l immunodéficience humaine (VIH) et la propagation des cas de TB à bacilles résistants aux médicaments en sont les principales causes. 1 La résistance chez les nouveaux cas résulte de la transmission directe de mycobactéries déjà résistantes aux antituberculeux : son taux augmente habituellement lorsque celui des résistances chez les cas antérieurement traités est déjà important et que les conditions de dissémination sont favorables. La surveillance des résistances par utilisation des tests de sensibilité aux médicaments antituberculeux (TSM) peut guider les décideurs à définir des protocoles standardisés de chimiothérapie, ou permettre d apprécier la qualité de la pratique de celle-ci sur le terrain. 2 La mesure du niveau et des tendances des résistances permet en effet de prendre des mesures correctives au niveau organisationnel ou de modifier les régimes de traitement. En Afrique, les TSM ne sont pas courants. Néanmoins, quelques études ont été menées dans certains pays. 2 5 Dans le cas spécifique du Burkina Faso, l équipe de Ben Amor et coll. a estimé le taux de TB résistante aux médicaments à 2,0% (extrêmes 0,4 à 11,0) dans les nouveaux cas, à partir des données de De nos jours, des échecs thérapeutiques cliniques sont en nombre croissant, suggérant l existence des souches multirésistantes (MDR, définie comme une résistance à au moins l isoniazide [INH] et la rifampicine [RMP]) qui mériterait d être confirmée. Cette étude avait pour but d évaluer la résistance du complexe M. tuberculosis aux antituberculeux chez des cas de tuberculose pulmonaire nouveaux ou traités antérieurement. PATIENTS ET MÉTHODES Cadre d étude Entre avril 2005 et septembre 2006, 550 tuberculeux pulmonaires à microscopie positive (TPM+) ont été soumis au questionnaire. Cet effectif a été déterminé à Auteur pour correspondance : Lassana Sangaré, Service de Bactériologie-Virologie, CHU Yalgado Ouédraogo, 03 BP 7022 Ouagadougou 03, Burkina Faso. Tél : (+226) /57. Fax : (+226) [Traduction de l article : «Anti-tuberculosis drug resistance in new and previously treated pulmonary tuberculosis cases in Burkina Faso» Int J Tuberc Lung Dis 2010; 14(11): ]

2 2 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease l aide du logiciel Epi Info 6 (Centers for Disease Control and Prevention, Atlanta, GA, États-Unis) comme suit : chez les nouveaux cas, il était prévu 418 TPM+. Les estimations ont été faites à partir du nombre de nouveaux cas de 2003 (1544 malades TPM+ dans tout le Burkina Faso) : la prévalence globale attendue de résistance a été estimée à 10%, la précision fixée à 4%, l effet de grappe à 2, le risque α = 5% et des pertes à 10%. Pour les cas antérieurement traités, nous avons utilisé l échantillonnage à 100% et avions projeté atteindre un effectif de 120 patients. L effectif de l échantillon total des deux types de patients (cas nouveaux et traités antérieurement) était donc de 538 ; nous l avons arrondi à 550 TPM+. Sur 550 TPM+ nouveaux ou traités antérieurement, 416 (75,6%) ont été éligibles et ont été inclus consécutivement dans deux centres spécifiques de référence de lutte antituberculeuse (Centre National de Lutte Antituberculeuse [CNLAT] de Ouagadougou et Centre Régional de Lutte Antituberculeuse [CRLAT] de Bobo-Dioulasso) et dans deux autres centres non spécifiques (Centre Hospitalier Régional de Dori et le Centre Médical avec Antenne chirurgicale de Gorom- Gorom). Les milieux de culture et le TSM ont été préparés au Laboratoire de mycobactéries du Centre Muraz de Bobo-Dioulasso et au Laboratoire de référence régionale de Cotonou. Considérations éthiques Le consentement éclairé de chaque patient a été obtenu et ses données démographiques et l histoire de sa maladie recueillies à l aide d un questionnaire structuré. Leur anonymat a été respecté. L étude a été effectuée avec l approbation du Comité de révision du CHU Yalgado Ouedraogo et du Comité National d Éthique en santé. Critères d inclusion Les malades inclus étaient des cas de TB pulmonaire consentants, nouveaux ou déjà traités, avec au moins une microscopie de crachat positive, ayant été confirmés tuberculeux par la culture et dont le profil du TSM pour le complexe M. tuberculosis a été établi. Les patients non consentants, ceux dont l histoire du traitement antituberculeux n a pas permis de les classer en «jamais traités» ou «déjà traités», ceux infectés par les mycobactéries non tuberculeuses (MNT) ainsi que les patients bacillaires au profil bactériologique inconnu n ont pas été inclus dans l étude. Culture et tests de sensibilité aux médicaments Un échantillon d expectoration à microscopie positive de chaque patient a été décontaminé avec du NaOH 4%, 7 et le culot de centrifugation ensemencé sur milieu de Löwenstein-Jensen (LJ), sur LJ additionné de pyruvate et LJ contenant de l hydrazide thiophène-2-carboxylique (TCH) 5 mg/l. Les isolats de mycobactéries ont été identifiés par la coloration des bacilles acido-alcoolo-résistants (BAAR), le délai de croissance des colonies, la résistance au TCH et les tests biochimiques habituels (niacine, nitrate réductase, activité de la catalase à 22 C et 70 C). 8 Des TSM contre l INH 2 mg/l ; la RMP 40 mg/l ; streptomycine (SM) 4 mg/l et l éthambutol (EMB) 2 mg/l ont été effectués selon la méthode des proportions. 9 Une souche est déclarée résistante à un médicament si sa croissance en milieu contenant cet antituberculeux était 1% par rapport au témoin. Le contrôle de qualité externe des examens bactériologiques a été effectué au Centre de référence des mycobactéries de Borstel, Borstel, Allemagne. Définitions des types de résistance La résistance dans les nouveaux cas a été définie par la présence de souches résistantes du complexe M. tuberculosis chez les malades de TB n ayant jamais été traités par les médicaments antituberculeux ou qui l ont été pendant moins d un mois. La résistance dans les cas traités antérieurement a été déterminée chez les cas d échecs, chroniques, de rechutes et de reprises de traitement antituberculeux. Sérologie VIH Après l obtention d un consentement éclairé des patients, la sérologie VIH a été réalisée selon les recommandations de l ONUSIDA/OMS. 10 Analyses statistiques Les données ont été analysées sur SPSS version 15.0 (Statistical Package for the Social Sciences, Chicago, IL, États-Unis). Le test de χ 2 a été utilisé pour évaluer les liens statistiques entre le VIH et la multirésistance. Le seuil de signification était P < 0,05. RÉSULTATS Caractéristiques des patients Au total, 550 malades interviewés ont fourni chacun trois expectorations pour la microscopie. Les cultures ont été positives pour 467 (84,9%), négatives pour 25 (4,5%), contaminées pour 36 (6,5%) et les milieux ont été abîmés pour les 22 (4%) autres. Parmi les 467 cultures positives, l étude bactériologique a montré 416 (89,1%) souches du complexe M. tuberculosis, 28 (6%) MNT, dont neuf souches identifiées au «National Reference Center for Mycobacteria» de Borstel comme suit : M. avium (n = 5), M. intracellulare (n = 2), M. intracellulare sérotype (n = 1) et M. lentiflavum (n = 1) ; 23 (4,9%) mycobactéries n ont pas été classifiées dans un groupe mycobactérien. Au regard de la méthodologie, 416 (75,6%) des 550 malades interviewés ont été inclus pour les TSM. L âge moyen était de 37,1 ± 12,7 ans (extrêmes 11 76) et 300 (72,1%) étaient âgés entre 11 et 44 ans ; 283 (68%) étaient de sexe masculin, 323 étaient nouveaux cas et 93 des cas traités antérieurement, dont

3 Résistance aux antituberculeux au Burkina Faso 3 Tableau 1 Résistance aux médicaments antituberculeux dans les cas nouveaux ou traités antérieurement Cas traités Nouveaux antérieurement cas Total Médicaments Echec Retour* Rechute Total testé 323 (100) (100) Sensibilité à tous médicaments 283 (87,6) (33,3) N importe quelle résistance 40 (12,4) H 28 (8,7) (66,7) R 12 (3,7) (51,6) E 12 (3,7) (50,5) S 20 (6,2) (44,1) Monorésistance H 12 (3,7) (3,2) R E 1 (0,3) S 10 (3,1) (1,1) Total 23 (7,1) (4,3) Résistance à H+R (TB-MDR) HR 3 (0,9) (8,6) HRE 1 (0,3) (5,4) HRS (1,1) HRES 7 (2,2) (35,5) Total 11 (3,4) (50,5) Autres résistances HE 3 (0,9) (5,4) HS 2 (0,6) (3,2) HES (3,2) RE RS 1 (0,3) RES ES Total 6 (1,8) (11,8) Résistance à 1 médicament 23 (7,1) (4,3) 2 médicaments 9 (2,8) (17,2) 3 médicaments 1 (0,3) (9,7) 4 médicaments 7 (2,2) (35,5) * Retour au traitement après abandon. H = isoniazide ; R = rifampicine ; E = éthambutol ; S = streptomycine ; TB-MDR = tuberculose multirésistante. 22 (23,7%) rechutes, 11 (11,8%) retours au traitement après abandon et 60 (64,5%) échecs (Tableau 1). Ces cas d échecs incluaient 34 chroniques, 26 échecs au 5ème et 7/8ème mois. Résistance chez les nouveaux cas Le profil phénotypique de résistance des 323 souches du complexe M. tuberculosis chez les nouveaux cas est présenté au Tableau 1 : 14 (12,4%) souches étaient résistantes à n importe quel médicament et 11 (3,4%) étaient MDR. Des monorésistances ont été observées pour l INH (3,7%), la SM (3,1%) et l EMB (0,3%) ; aucune souche n était résistante à la RMP seule. Résistance chez les cas traités antérieurement Les types de résistance sont présentés au Tableau 1 : les taux de résistance globale et de MDR sont respectivement de 66,7% à 50,5%. Le Tableau 2 montre que les cas chroniques étaient plus résistants à la RMP et à la SM que les échecs aux 5ème et 7/8ème mois (P = 0,031 et P = 0,042, respectivement), et également plus résistants à un médicament que les cas de rechutes et d abandons de traitement (P = 0,0001). Par ailleurs, le sexe n était statistiquement significativement associé ni à la MDR (P = 0,75) ni à la résistance à tout médicament (P = 0,96). De même, ni la résistance globale (P = 0,41), ni la MDR (P = 0,39) n étaient liées à l âge. Résistance et infection par le VIH Parmi les 316 malades TB ayant accepté la sérologie VIH (249 nouveaux et 67 traités antérieurement), 91 (28,7%) étaient VIH-positifs. Parmi les nouveaux cas, 78 (31,3%) étaient VIH-positifs, au sein desquels le taux de MDR était de 1,3% versus 1,2% chez les VIH-négatifs (P = 0,95). Dix (13%) VIH-positifs et 17 (10%) VIH-négatifs étaient résistants à tout médicament (P = 0,52). Treize (19,4%) des 67 patients antérieurement traités étaient VIH-positifs. Parmi eux, quatre (30,8%) étaient MDR versus 22 (40,7%) des VIH-négatifs (P = 0,50). DISCUSSION Les centres de diagnostic ayant participé à l étude détectent plus des deux tiers des malades par an au niveau national. Ils ont été ciblés suivant un choix raisonné. La même procédure a été utilisée au Bénin. 11 Tableau 2 Comparaison des cas traités antérieurement selon la résistance de M. tuberculosis aux médicaments Anciens cas H R E S HRES Mois 5* 20 (33,3) 13 (28,3) 14 (31,1) 10 (25,0) 6 (18,8) Mois 7/8* 4 (6,7) 4 (8,7) 4 (8,9) 2 (5,0) 2 (6,3) Chronique 32 (50,0) 30 (60,9) 26 (57,8) 24 (60,0) 23 (71,9) Rechute 4 (6,7) 1 (2,2) 1 (1,2) 2 (5,0) 1 (3,1) Reprise de traitement 2 (3,3) (5,0) 0 Total * Echec du traitement : malade dont les frottis redeviennent ou sont encore positifs au 5ème mois de traitement, ou au-delà. Patient en échec après deux cures de chimiothérapie antituberculeuse. Malade traité antérieurement, déclaré guéri ou ayant terminé son traitement et qui présente à nouveau une tuberculose pulmonaire à frottis positif. Malade qui avait été traité pendant au moins 1 mois, qui avait interrompu son traitement pendant plus de 2 mois consécutifs et qui présentait des frottis positifs lorsqu il avait été reçu. H = isoniazide ; R = rifampicine ; E = éthambutol ; S = streptomycine.

4 4 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease L effectif de l échantillon dont la détermination a été basée sur celui de la population tuberculeuse nationale à microscopie positive de 2003 (n = 1544) était représentatif. Il était composé majoritairement d adultes jeunes à prédominance masculine (68%), dont la proportion était supérieure à celle de tous les cas masculins nationaux avec des frottis positifs en 2007 (66,4% ; n = 2614). 12 En matière d épidémiologie de la TB, la prédominance masculine a été rapportée par d autres travaux ; elle pourrait résulter de différences d exposition entre les hommes et les femmes dans leur rôle sociétal, c est-à-dire de différences en rapport avec leurs activités ; 13 les hommes occupent différents secteurs d activité, ce qui facilite la transmission du bacille tuberculeux. 14 Dans les cas jamais traités, 12,4% des isolats étaient résistants à tout médicament et 3,4% étaient MDR. Lorsque les recommandations de l OMS sont bien appliquées dans les «nouveaux cas», le taux de résistance à au moins un médicament antituberculeux est inférieur à 10% et celui de la MDR à moins de 3%. 15 Contrairement à nos résultats, un taux de MDR de 2,1% a été rapporté par l OMS. 16 Des taux de MDR supérieurs à 3,4% ont été rapportés au Ghana (3,6%) 5 et au Rwanda (7%). 17 Des taux plus faibles ont été aussi observés en l Algérie (2,7%) 2 et Egypte (2,2%). 18 Des taux de résistance globale plus élevés ou plus faibles 17 que 12,4% ont été obtenus dans d autres pays africains (Tableau 3). 11,17 N importe quelle résistance a été plus fréquente pour l INH (8,5%) et la SM (6,1%) : ceci peut être expliqué par la forte utilisation de ces médicaments dans le passé, surtout la SM, qui a été utilisée pour traiter d autres maladies infectieuses. Il est également probable que ces taux élevés de résistance à ces deux antituberculeux soient la conséquence de la forte résistance à ces médicaments dans les anciens cas dans le pays, le taux de résistance dans les nouveaux cas étant le reflet de l importance de l infection par les souches résistantes parmi les cas déjà traités. 15 Les résistances à l EMB et la RMP n ont été observées que chez 3,5% des souches pour chacun des médicaments. Le taux de la monorésistance à l INH (3,2%) était inférieur à ceux observés au Ghana (4,2%) 5 et en Côte d Ivoire (7,2%). 18 Pour la SM (3,1%), des taux plus et moins élevés ont été rapportés d autres pays africains (Tableau 3) Les résultats obtenus au Burkina Faso montrent que la résistance à l EMB (0,3%) est faible relativement à ceux obtenus au Rwanda (1%). 17 Aucune souche n était résistante à la RMP seule. Les patients avec antécédents de traitement antituberculeux étaient sous DOTS. Ceux qui étaient devenus chroniques (échec après deux cures de chimiothérapie) étaient pris en charge au CNLAT de Ouagadougou ou au CRLAT de Bobo-Dioulasso, les deux centres de référence au Burkina Faso. La prédominance des cas chroniques peut expliquer le taux élevé des résistances observées (Tableau 1) : la MDR a été Tableau 3 Comparaison des taux de résistance aux médicaments antituberculeux de la présente étude avec les résultats d études africaines Polyrésistance %* Réference Toute résistance, % Monorésistance, % TB-MDR % H R E S Total H R E S Résistance % Sensibilité % Total testé n Pays Année Nouveaux cas Notre étude ,6 12,4 8,7 3,7 3,7 6,2 7,1 3,7 0 0,3 3,1 3,4 1,9 Côte d Ivoire ,3 23,8 12,2 3,1 6,9 10,1 16,6 7,2 0 4,1 5,3 2,5 4,7 18 Ethiopie ,1 26,9 7,7 2,7 2,4 23,3 20, ,1 17,4 1,6 4,7 18 Madagascar ,7 6,3 4,6 0,5 0,5 3,2 5,5 3, ,5 0,5 0,6 18 Sénégal ,5 10,5 4,2 2,1 3,4 7,6 7,6 1,3 0 1,3 5,1 2,1 0,8 18 Tanzanie ,8 6,2 4,3 1,1 0,8 3,3 4,1 2, ,9 1,1 1,1 18 Rwanda ,3 13,7 3,5 0, ,3 7 3,1 18 Bénin ,6 2,9 0,1 20,1 32,4 3,7 0,8 0 14,8 4 4,1 16 Cas antérieurement traités Notre étude ,6 66,7 66,7 51,6 50,5 44,1 4,3 3, ,1 50,5 11,8 Côte d Ivoire Bénin ,9 18,1 7,1 34,5 30,5 9,3 2,2 0,4 18,6 11,1 12,4 16 Ethiopie ,3 48, ,5 14,5 38,2 27,6 5,3 1,3 0 21,1 11,8 6,2 18 Rwanda ,2 39,8 11,2 0 8,1 0 3,1 25,5 3,1 12 Botswana ,4 22,6 14,2 12,3 8,5 16 6, ,9 4,5 10,4 5,7 18 Madagascar ,2 11,8 9,8 5,9 0 3,9 3,9 3, ,9 3,9 18 Sénégal ,8 16,7 16,7 28,6 9,5 2, ,1 16,7 4,8 18 Tanzanie ,7 16,3 16,3 0 4,1 4,1 10,2 10, ,1 18 * Toute résistance sauf à H et R. H = isoniazide ; R = rifampicine ; E = ethambutol ; S = streptomycine ; TB-MDR = tuberculose multi-résistante.

5 Résistance aux antituberculeux au Burkina Faso 5 plus fréquente parmi eux que dans les échecs au 5ème ou au 7ème mois et les rechutes (Tableau 2). Le taux de 13% rapporté par l OMS est inférieur à celui obtenu dans cette étude ; il peut provenir de pratique de routine et non d une étude. 16 Pour comparaison, des taux de résistance globale et de MDR plus faibles ont été rapportés de certains pays africains (Tableau 3) : 18 39,2% au Rwanda 17 et 54,2% au Bénin 11 pour la résistance globale et respectivement 25,5% et 11,1% pour la MDR dans ces mêmes pays. 15,18 Des valeurs plus élevées ont été rapportées d Egypte (68,2%) 2 et de la Côte d Ivoire 17 (79%). L INH et la RMP ayant été utilisés en phase intensive et au retraitement des malades du Burkina Faso, les monorésistances à ces deux molécules pourraient être à l origine d une résistance additionnelle. Certains auteurs font ce constat et relèvent qu un tel schéma thérapeutique équivaut à une monothérapie chez un patient TB-MDR en retraitement. 17 Bien que le taux de la co-infection TB-VIH soit élevé parmi nos malades, la TB-MDR n était pas corrélée par l infection à VIH : ceci corrobore les résultats d autres études africaines. 11,14,19 La réponse au traitement antituberculeux est habituellement similaire chez les patients avec et sans VIH : la guérison des cas contagieux est toujours possible, excepté que les patients VIH-positifs présentent un risque plus élevé de souffrir de la toxicité des médicaments et d en mourir pendant le traitement Ceci est bien illustré par l étude réalisée au Kwazulu Natal en Afrique du Sud. 20,22 La logistique et les conditions climatiques ont été des limites dans cette étude ; elles ont contribué à ce que les patients ne soient pas enrôlés dans d autres centres du pays. Ces centres ont rarement des malades en échec de traitement, mais lorsqu ils en ont ils les référent à l un des deux centres de référence. L insuffisance évoquée a été compensée par l effectif représentatif de l échantillon de l étude. CONCLUSION Les taux de 12,4% de résistance globale et 3,4% de MDR chez les nouveaux cas de M. tuberculosis versus 66,7% et 50,5% chez les cas traités antérieurement constituent pour le Programme National Tuberculose des motifs sérieux de dépistage précoce et de traitement jusqu à la guérison des cas contagieux, ainsi que de poursuite d une surveillance continue et réactive dans le temps. Les cultures et les TSM pour les malades en échec thérapeutique, de même que la notification des cas aux systèmes de surveillance dès la mise en évidence de la MDR, sont désormais indispensables pour aider à identifier les phénomènes émergents et d optimiser la prise en charge des patients. L utilisation des tests moléculaires rapides pour détecter des gènes de mutation dans les expectorations des malades positives pour les BAAR au 3ème ou 5ème mois de traitement est à recommander. La fréquente association TB-VIH suggère que la lutte contre la TB soit élargie aux activités de collaboration TB-VIH recommandées par l OMS. Ceci permet d améliorer la coordination entre les programmes de lutte anti-vih et anti-tb, notamment pour endiguer les TB pharmacorésistantes. 23 Remerciements Les auteurs remercient «Sécuriser Le Futur/Secure The Future» de la Fondation Bristol-Myers-Squibb (BMS) pour le financement du projet ; le personnel du laboratoire de mycobactérie de Centre National de Lutte Antituberculeuse (CNLAT) de Ouagadougou, du Centre Muraz de Bobo-Dioulasso pour leur contribution ; et le laboratoire des mycobactéries de Borstel en Allemagne pour le contrôle de qualité microbiologique. Références 1 Dye C. Global epidemiology of tuberculosis. Lancet 2006; 367: World Health Organization. The WHO/The Union Global- Project on Anti-Tuberculosis Drug Resistance Surveillance. Antituberculosis drug resistance in the world. Report no. 3. WHO/ CDS/TB/ : Geneva, Switzerland: WHO, Kuaban C, Bercion R, Jifon G, et al. Acquired anti-tuberculosis drug resistance in Yaounde, Cameroon. Int J Tuberc Lung Dis 2000; 4: Warndorff D K, Yates M, Ngwira B, et al. Trends in antituberculosis drug resistance in Karonga, Malawi, Int J Tuber Lung Dis 2000; 4: Owusu-Dabo E, Adjei O, Meyer C, et al. Mycobacterium tuberculosis drug resistance, Ghana. Emerg Infect Dis 2006; 12: Ben Amor Y, Nemser B, Singh A, et al. Underreported threat of multidrug-resistant tuberculosis in Africa. Emerg Infect Dis 2008; 14: Petroff S A. A new and rapid method for the isolation and cultivation of tubercle bacilli directly from the sputum and feces. J Exp Med 1915; 21: El Helali N, Vergez P. Identification des mycobactéries. Feuillets de Biologie, 1993; XXXIV: [French] 9 Canetti G, Rist N, Grosset J. Mesure de la sensibilité du bacille tuberculeux aux drogues antibacillaires par la méthode des proportions. Rev Tuberc Pneumol 1963; 27: [French] 10 Joint United Nations Programme on HIV/AIDS (UNAIDS)- WHO. Revised recommendations for the selection and use of HIV antibody tests. Wkly Epidemiol Rec 1997; 72: Affolabi D, Adjagba O A B G, Tanimomo-Kledjo B, Gninafon M, Anagonou S Y, Portaels F. Anti-tuberculosis drug resistance among new and previously treated pulmonary tuberculosis patients in Cotonou, Benin. Int J Tuberc Lung Dis 2007; 11: World Health Organization. Global tuberculosis control: epidemiology, strategy, financing. WHO report WHO/HTM/ TB/ Geneva, Switzerland: WHO, Holmes C B, Hausler H, Nunn P. A review of sex differences in the epidemiology of tuberculosis. Int J Tuberc Lung Dis 1998; 2: Kouassi B, Horo K, N Douba K A, et al. Profil épidémiologique et microbiologique des malades tuberculeux en situation d échec ou de rechute à Abidjan. Bull Soc Exot 2004; 97: [French] 15 Boulahbal F, Chaulet P. La tuberculose en Afrique, épidémiologie et mesure de lutte. Med Trop 2004; 64: [French] 16 World Health Organization. TB country file: Burkina Faso.

6 6 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease Geneva, Switzerland: WHO, atlas/predefinedreports/tb/pdf_files/bfa.pdf Accessed August Umubyeyi A N, Rigouts L, Zissis G, et al. Résistance primaire et acquise aux antituberculeux des souches de Mycobacterium tuberculosis isolées au Rwanda. Med Trop 2007; 67: [French] 18 World Health Organization. Anti-tuberculosis resistance in the world. Report no. 4. WHO/HTM/TB/ Geneva, Switzerland: WHO, Asiimwe B B, Ghebremichael S, Kallenius G, Koivula T, Joloba M L. Mycobacterium tuberculosis spoligotypes and drug susceptibility pattern of isolates from tuberculosis patients in periurban Kampala, Uganda. BMC Infect Dis 2008; 8: Enarson D A, Rieder H L, Arnadottir T, Trébucq A. Management of tuberculosis: guide for low-income countries, 5th ed. Paris, France: International Union Against Tuberculosis and Lung Disease, Gandhi N R, Moll A, Sturm A W, et al. Extensively drugr esistant tuberculosis as a cause of death in patients co-infected with tuberculosis and HIV in a rural area of South Africa. Lancet 2006; 368: Zager E M, McNerney R. Multidrug-resistant tuberculosis. BMC Infect Dis 2008; 8: Laserson K F, Wells C D. Reaching the targets for tuberculosis control: the impact of HIV. Bull World Health Organ 2007; 85:

Evaluation de la lutte antituberculeuse par des tests de sensibilité périodiques ou en routine dans les cas traités antérieurement

Evaluation de la lutte antituberculeuse par des tests de sensibilité périodiques ou en routine dans les cas traités antérieurement Int J Tuberc Lung Dis ; 5(4): 329-338 2001 IUATLD Evaluation de la lutte antituberculeuse par des tests de sensibilité périodiques ou en routine dans les cas traités antérieurement A. Van Deun,* A. Hamid

Plus en détail

Complétude et cohérence de l enregistrement de l information dans le registre des cas de tuberculose, Cambodge, Chine et Viet Nam

Complétude et cohérence de l enregistrement de l information dans le registre des cas de tuberculose, Cambodge, Chine et Viet Nam INT J TUBERC LUNG DIS 14(10):1303 1309 2010 The Union Complétude et cohérence de l enregistrement de l information dans le registre des cas de tuberculose, Cambodge, Chine et Viet Nam N. B. Hoa,* C. Wei,

Plus en détail

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse 7 ième édition Chapitre 8 : La tuberculose pharmacorésistante Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse, 7 ième édition est disponible sur Internet

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB

LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB Alimatou Ndiaye et Christian Lienhardt Programme Tuberculose, UMR 145 IRD Dakar Justification

Plus en détail

TUBERCULOSE Nouveautés 2009

TUBERCULOSE Nouveautés 2009 TUBERCULOSE Nouveautés 2009 Dr Grégoire Gex Rencontres Genevoises de Pneumologie Avril 2010 Introduction 6044 articles dans PubMed avec Tuberculose dans titre en 2009 Stratégie de recherche : Sélections

Plus en détail

Cours sur la tuberculose multirésistante (TB-MR)

Cours sur la tuberculose multirésistante (TB-MR) Cours sur la tuberculose multirésistante (TB-MR) COURS SUR LA TUBERCULOSE MULTIRÉSISTANTE (TB-MR) Association Médicale Mondiale L Association Médicale Mondiale (AMM) est une organisation internationale

Plus en détail

RESUME. C. Crampin,* S. B. Floyd, F. Mwaungulu, * G. Black, * R. Ndhlovu, * E. Mwaiyeghele, * J. R. Glynn, D. K. Warndorff, P. E. M.

RESUME. C. Crampin,* S. B. Floyd, F. Mwaungulu, * G. Black, * R. Ndhlovu, * E. Mwaiyeghele, * J. R. Glynn, D. K. Warndorff, P. E. M. Int J Tuberc Lung Dis 2001 ; 5(11) : 994-999 2001 IUATLD Comparaison entre deux et trois frottis pour l'identification des patients atteints de tuberculose à culture positive dans un contexte rural africain

Plus en détail

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse 7 ième édition Chapitre 10 : La tuberculose et le virus de l immunodéficience humaine Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse, 7 ième édition

Plus en détail

Consensus Scientifique sur la. Tuberculose

Consensus Scientifique sur la. Tuberculose page 1/17 Consensus Scientifique sur la Tuberculose Source : OMS (2008) Résumé & Détails: GreenFacts Niveau 2 - Détails sur la Tuberculose 1. Qu est-ce que la tuberculose et en quoi constitue-t-elle une

Plus en détail

Prise en charge des patients infectés par le VIH atteints de TB-MDR et de TB-XDR dans les contextes à ressources limitées

Prise en charge des patients infectés par le VIH atteints de TB-MDR et de TB-XDR dans les contextes à ressources limitées Int J Tuberc Lung Dis; 12(12): 1370-1375 The Union 2008 PROBLèMES NON RéSOLUS Prise en charge des patients infectés par le VIH atteints de TB-MDR et de TB-XDR dans les contextes à ressources limitées F.

Plus en détail

Tuberculoses à bacilles résistants : diagnostic et prise en charge

Tuberculoses à bacilles résistants : diagnostic et prise en charge Tuberculoses à bacilles résistants : diagnostic et prise en charge Lignes directrices Collection Avis et Rapports Tuberculoses à bacilles résistants : diagnostic et prise en charge Lignes directrices Le

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

Rendement de la recherche des contacts à partir de cas-index de tuberculose pédiatrique à Gaborone, Botswana

Rendement de la recherche des contacts à partir de cas-index de tuberculose pédiatrique à Gaborone, Botswana INT J TUBERC LUNG DIS 17(8):1049 1055 2013 The Union Rendement de la recherche des contacts à partir de cas-index de tuberculose pédiatrique à Gaborone, Botswana S. Puryear,* G. Seropola, A. Ho-Foster,

Plus en détail

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD?

CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? CONTROVERSE : IDR OU QUANTIFERON LORS D'UN CONTAGE EN EHPAD? Hélène MANGEARD François MALADRY Tuberculose : infection mycobactérienne Infection mycobactérienne chronique (M. Tuberculosis ++ ou bacille

Plus en détail

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES

TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES TEST DE DÉTECTION DE LA PRODUCTION D INTERFÉRON γ POUR LE DIAGNOSTIC DES INFECTIONS TUBERCULEUSES Classement NABM : non inscrit code : non codé DÉCEMBRE 2006 Service évaluation des actes professionnels

Plus en détail

Déclaration de principe

Déclaration de principe 2011 Technique automatisée d amplification de l acide nucléique en temps réel pour la détection rapide et simultanée de la tuberculose et de la résistance à la rifampicine : Système Xpert MTB/RIF Déclaration

Plus en détail

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives?

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives? Lettre à l éditeur Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles perspectives? HIV Antiretroviral Drug Resistance: What s new in Mali? What is the future? Maiga AI 1,2, Sangare

Plus en détail

Comment la recherche peut-elle aider à la maîtrise de la tuberculose?

Comment la recherche peut-elle aider à la maîtrise de la tuberculose? INT J TUBERC LUNG DIS 13(5):558 568 2009 The Union ETAT DE LA QUESTION SERIE ETAT DE LA QUESTION Tuberculose Edité par I. D. Rusen NUMERO 7 DE LA SERIE Comment la recherche peut-elle aider à la maîtrise

Plus en détail

Tuberculose en Suisse. Guide à l usage des professionnels de la santé

Tuberculose en Suisse. Guide à l usage des professionnels de la santé Tuberculose en Suisse Guide à l usage des professionnels de la santé Impressum Ligue pulmonaire suisse Chutzenstrasse 10 3007 Berne info@lung.ch www.liguepulmonaire.ch Informations sur la tuberculose Centre

Plus en détail

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE

MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES DIRECTION GENERALE DE LA SANTE AVIS DU COMITE TECHNIQUE DES VACCINATIONS / DU CONSEIL SUPERIEUR D HYGIENE PUBLIQUE DE FRANCE relatif à la vaccination par le vaccin

Plus en détail

Avec un traitement efficace la tuberculose peut être guérie, le VIH stabilisé, et les vies sauvées.

Avec un traitement efficace la tuberculose peut être guérie, le VIH stabilisé, et les vies sauvées. COMBATTRE LE SIDA COMBATTRE LA TUBERCULOSE COMBATTRE MAINTENANT Avec un traitement efficace la tuberculose peut être guérie, le VIH stabilisé, et les vies sauvées. Contenu de la pochette 1 La tuberculose

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis Conférence de Presse ABL SA - Chambre de Commerce de Luxembourg - Mardi 29 Septembre 2009, 18h Annonce de Presse ABL and

Plus en détail

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD

LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD LA TUBERCULOSE Docteur ALAIN BERAUD Service de Pneumologie Hôpital Beauregard - THIONVILLE 1 Bilan initial Objectifs Bilan de base Traitement pharmacologique Autres traitements pharmacologiques Autres

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Recommandations de l HAS Lille le 23 Octobre 2007 Tuberculose infection et tuberculose-maladie Contact

Plus en détail

Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé

Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé Département Prestation de services et sécurité (SDS) Siège de l Organisation mondiale de la Santé Antibioprophylaxie en chirurgie dans le cadre des soins : enquête mondiale OMS RÉSUMÉ DU PROJET Comme en

Plus en détail

Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé

Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé Réunion GERES du 6 juillet 2007 : D Abiteboul,, E Bouvet, A Buonaccorsi,, G Carcelain,, M Domart-Rançon,

Plus en détail

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD Brazil Burkina Faso (Bobo Dioulasso) Cambodia (Phnom Penh) Cameroon (Yaounde) Côte d Ivoire (Abidjan) Senegal (Dakar) Vietnam (Ho Chi Minh City) South Africa,

Plus en détail

Recommandations de la Société de Pneumologie de Langue Française sur la prise en charge de la tuberculose en France

Recommandations de la Société de Pneumologie de Langue Française sur la prise en charge de la tuberculose en France Recommandations de la Société de Pneumologie de Langue Française sur la prise en charge de la tuberculose en France Conférence d experts texte court Société de Pneumologie de Langue Française La Société

Plus en détail

Lieux de stage des étudiants du Master 2 en Santé Internationale 2010-2015

Lieux de stage des étudiants du Master 2 en Santé Internationale 2010-2015 Lieux de stage des étudiants du Master 2 en Santé Internationale 2010-2015 Lieux de stage, structures d accueil et sujets de stage des étudiants du Master 2 en Santé Internationale 2010-2015 Pays Structure

Plus en détail

Working Group du Sénégal sur les HIVDR Presenté par Dr. Adama NDIR

Working Group du Sénégal sur les HIVDR Presenté par Dr. Adama NDIR Suivi de l emergence des résistances aux ARV et facteurs associés au Sénégal Working Group du Sénégal sur les HIVDR Presenté par Dr. Adama NDIR HIV Drug Resistance Programme de TARV Résistance Transmise

Plus en détail

CONNAÎTRE LA TUBERCULOSE

CONNAÎTRE LA TUBERCULOSE Health CONNAÎTRE LA TUBERCULOSE Ce que tout le monde devrait savoir Nous sommes tous en relation par l air que nous respirons Table des matières Connaître la tuberculose Qu est-ce que la tuberculose et

Plus en détail

QuantiFERON TB Gold in tube

QuantiFERON TB Gold in tube Qu est-ce que le QuantiFERON? Test sanguin de dépistage de l infection tuberculeuse. QuantiFERON TB Gold in tube Test ELISA qui mesure la réponse immunitaire à médiation cellulaire à l infection tuberculeuse.

Plus en détail

Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD

Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD Section I. Les performances récentes de l Afrique en matière d OMD À l approche de l échéance 2015 pour la réalisation des OMD, il est essentiel de faire le point sur les progrès accomplis par l Afrique.

Plus en détail

FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN

FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN Publié en novembre 2014 Afin de bien former des interventions, évaluer les progrès, et selon le cas, raffiner leurs stratégies, les décideurs ont

Plus en détail

Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte

Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte Rendre les résultats d un test VIH, communiquer les messages pour refaire le test et fournir un conseil à l adulte Il est prévu que les recommandations contenues dans ce document resteront valables jusqu

Plus en détail

In 1996 a consensus statement on the surveillance of tuberculosis

In 1996 a consensus statement on the surveillance of tuberculosis Vol. 5 N 4 AVRIL / APRIL 2000 BULLETIN EUROPÉEN SUR LES MALADIES TRANSMISSIBLES / EUROPEAN COMMUNICABLE DISEASE BULLETIN FINANCÉ PAR LA DG SANTÉ ET PROTECTION DU CONSOMMATEUR DE LA COM- MISSION DES COMMUNAUTÉS

Plus en détail

PRESENTATION DES CONCLUSIONS PRELIMINAIRES DE L ANALYSE DES CONTRAINTES A L INVESTISSEMENT PRIVE ET A LA CROISSANCE ECONOMIQUE

PRESENTATION DES CONCLUSIONS PRELIMINAIRES DE L ANALYSE DES CONTRAINTES A L INVESTISSEMENT PRIVE ET A LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1 PRESENTATION DES CONCLUSIONS PRELIMINAIRES DE L ANALYSE DES CONTRAINTES A L INVESTISSEMENT PRIVE ET A LA CROISSANCE ECONOMIQUE 2 L analyse des contraintes à l investissement privé et à la croissance

Plus en détail

FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE. Prof DIE-KAKOU

FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE. Prof DIE-KAKOU 1 FINANCEMENT DE L OFFRE DE SOINS EN AFRIQUE Prof DIE-KAKOU 2 PLAN INTRODUCTION I- SITUATION II- FINANCEMENT IV- COUVERTURE MALADIE V- DEFIS CMU CONCLUSION 3 INTRODUCTION Services de santé offerts avec

Plus en détail

Étude du portage du méningocoque B:14:P1-7,16 dans la zone de Dieppe

Étude du portage du méningocoque B:14:P1-7,16 dans la zone de Dieppe Étude du portage du méningocoque B:14:P1-7,16 dans la zone de Dieppe Promoteur : CHU de Rouen (PHRC national) Partenaires : CHG de Dieppe Institut Pasteur : CNR des méningocoques Institut de veille sanitaire

Plus en détail

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Modérateur : Dr Didier Koumavi Ekouevi INSERM U-897, Université Bordeaux Segalen, PACCI, Abidjan et Université de Lomé

Plus en détail

La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision

La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision La surveillance de deuxième génération du VIH : un nouvel instrument de santé internationale pour la prise de décision Présenté dans le cadre de la journée La santé publique internationale : expériences

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens

La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens DECLARATION COMMUNE DES ACADEMIES DU G SCIENCE 2013 La résistance d'agents infectieux aux médicaments antimicrobiens Une menace globale pour l'humanité Depuis l introduction dans les années 40 du premier

Plus en détail

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris

LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES. Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris LES CO-INFECTIONS VIH-VHC. EPIDEMIOLOGIE, INTERFERENCES Patrice CACOUB La Pitié Salpêtrière, Paris 8 Avant l introduction des traitements antirétroviraux hautement actifs (HAART), la majorité des patients

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Conclusions provisoires rapport du HCSP juillet 2011 Valeur prédictive positive des

Plus en détail

Manuel de la tuberculose

Manuel de la tuberculose Manuel de la tuberculose La tuberculose Impressum Edition et Rédaction Ligue pulmonaire suisse Südbahnhofstrasse 14c Case postale 3000 Berne 14 info@lung.ch www.liguepulmonaire.ch Renseignements sur la

Plus en détail

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique.

Connaissances et compétences requises : coordonnées géographiques, réflexion critique, recherche de documentation, rédaction, support cartographique. Activité : «Mais où est donc..?» Afrique Géographie : problématique de la faim. Age : 10-13 ans Outil pédagogique développé par l équipe jeunesse du PAM. Résumé Connaissances et compétences requises :

Plus en détail

LA TUBERCULOSE DU SUJET AGE:

LA TUBERCULOSE DU SUJET AGE: LA TUBERCULOSE DU SUJET AGE: PRISE EN CHARGE DIAGNOSTIQUE ET THÉRAPEUTIQUE. Dr. C.Cattenoz capacité de gériatrie Rennes 2013 La tuberculose: Maladie infectieuse bactérienne contagieuse à transmission interhumaine.

Plus en détail

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Projet ANRS-12186 Évaluation de l échec virologique et résistance aux ARV chez des patients VIH positifs pris en charge dans les programmes

Plus en détail

Deux études cliniques

Deux études cliniques Etat bucco-dentaire des patients en psychiatrie Motivation des patients à l hygiène bucco-dentaire: Deux études cliniques Valérie BERTAUD GOUNOT MCU PH UFR Odontologie Dr en Chirurgie Dentaire, CH Guillaume

Plus en détail

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE

ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE ENQUETE NATIONALE DE PREVALENCE MODULE REGIONAL PORTAGE DIGESTIF EBLSE ET EPC PROTOCOLE www.rhc-arlin.com 1 CONTEXTE La prévalence de la colonisation digestive à EBLSE pour les patients des établissements

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * *

Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * République du Sénégal Ministère de la Santé et de l Action Sociale Direction Générale de la Santé Direction des Laboratoires Réseau National de Laboratoires * * * * * * * * * * PLAN DE FORMATION DES PERSONNELS

Plus en détail

DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006

DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006 DASES Réseau tuberculose 10 janvier 2006 Place des Nouveaux Tests de Dosage de L INTERFERON GAMMA dans le diagnostic de la Tuberculose Fadi ANTOUN, Cellule Tuberculose DASES Le Quotidien du Médecin 2005

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

Termes de références

Termes de références Termes de références Mission n 13INI101 Sénégal / Evaluation des coûts et des mécanismes de financement pour renforcer l accès aux soins de qualité pour les PVVIH I. Contexte Demandeur : CNLS En 2006,

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée

Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée Intérêt diagnostic du dosage de la CRP et de la leucocyte-estérase dans le liquide articulaire d une prothèse de genou infectée C. Rondé-Oustau, JY. Jenny,J.Sibilia, J. Gaudias, C. Boéri, M. Antoni Hôpitaux

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

Apport d un nouveau test Interféron Gamma

Apport d un nouveau test Interféron Gamma Apport d un nouveau test Interféron Gamma Dr D. Bonnet Service de maladies infectieuses Bichat Claude bernard Tuberculose 1/3 population mondiale infectée par BK Primo infection asymptomatique 90% des

Plus en détail

L Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) EHESP French School of Public Health

L Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) EHESP French School of Public Health L Ecole des hautes études en santé publique (EHESP) EHESP French School of Public Health Regine Ducos Directrice des relations internationales Director of International Relations Une grande école à vocation

Plus en détail

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées

Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Bon usage Mise au point Traitement antibiotique probabiliste des urétrites et cervicites non compliquées Actualisation Octobre 2008 MESSAGES CLÉS L évolution de la résistance du gonocoque aux quinolones

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

L'éthambutol doit-il être recommandé en traitement de routine de la tuberculose chez l enfant? Une revue de la littérature

L'éthambutol doit-il être recommandé en traitement de routine de la tuberculose chez l enfant? Une revue de la littérature INT J TUBERC LUNG DIS 1 (1): 12-15 1997 IUATLD L'éthambutol doit-il être recommandé en traitement de routine de la tuberculose chez l enfant? Une revue de la littérature A. Trébucq UICTMR, 68 Bd Saint

Plus en détail

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE

Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Laurence LEGOUT, Michel VALETTE, Henri MIGAUD, Luc DUBREUIL, Yazdan YAZDANPANAH et Eric SENNEVILLE Service Régional Universitaires des Maladies Infectieuses et du Voyageur, Hôpital Gustave Dron 59208 TOURCOING

Plus en détail

Master professionnel d épidémiologie d intervention et laboratoire (FELTP)

Master professionnel d épidémiologie d intervention et laboratoire (FELTP) Programme Régional Francophone de Formation en Epidémiologie d Intervention et Laboratoire en Afrique de l Ouest OMS-Centre de Surveillance Pluri pathologique (MDSC) Organisation Ouest Africaine de la

Plus en détail

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39.

de plus de moitié, particulièrement dans les pays où la mortalité infantile est élevée 39. postes de haut-fonctionnaires sont détenus par des femmes 38. Mais dans l ensemble, les avancées enregistrées par les pays africains dans leur progression vers la réalisation d une meilleure parité entre

Plus en détail

Cartographie et SIG en Santé Publique. Cartographie et SIG en Santé Publique July 4, 2011

Cartographie et SIG en Santé Publique. Cartographie et SIG en Santé Publique July 4, 2011 Cartographie et SIG en Santé Publique 1 Mandat de l'oms "La possession du meilleur état de santé qu'il est capable d'atteindre constitue l'un des droits fondamentaux de tout être humain" Constitution de

Plus en détail

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses

Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses Apport de la biologie moléculaire au diagnostic des parasitoses M-H H BESSIERES,, S. CASSAING, A. BERRY, R. FABRE, J-F.. MAGNAVAL Service de Parasitologie-Mycologie Diagnostic biologique d une d parasitose

Plus en détail

ANNEXE I A LA CS12INI202 PLAN D ACTION

ANNEXE I A LA CS12INI202 PLAN D ACTION ANNEXE I A LA CS12INI202 PLAN D ACTION RESEAU DE FORMATION A LA PRISE EN CHARGE GLOBALE DE L INFECTION VIH PEDIATRIQUE EN AFRIQUE FRANCOPHONE Référence : 12INI202 Porteur de projet : GIP ESTHER Membre(s)

Plus en détail

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE

POURQUOI C EST LE MOMENT D AGIR EN AFRIQUE L INVESTISSEMENT DANS LA SANTE POUR LE DEVELOPPEMENT SOCIOECONOMIQUE DE L AFRIQUE ARRIERE-PLAN La Commission macroéconomie et santé (CMS), qui réunit des économistes de premier plan et des experts de la

Plus en détail

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS

Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Révision des besoins non satisfaits: En bref Résumé de l analyse de MEASURE DHS Pourquoi faut-il changer la définition des besoins non satisfaits en matière de planification familiale? Le concept de besoins

Plus en détail

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka

Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Table ronde ReMed «Améliorer l acc accès aux soins des Femmes et des Enfants» Paris, 4 novembre 2011 Appui de l OMS aux pays dans le cadre de la Déclaration de Muskoka Jean-Marie Trapsida Coordonnateur,

Plus en détail

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV

Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV Docteur Bendeddouche Badis Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Directeur EP SNV 1 CONTEXTE EN ALGERIE Recrudescence des TIA HACCP obligatoire depuis 2010 Mise à niveau

Plus en détail

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009

Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 17 èmes Journées des Statisticiens des Centres de Lutte contre le Cancer 4 ème Conférence Francophone d Epidémiologie Clinique Essais cliniques de phase 0 : état de la littérature 2006-2009 Q Picat, N

Plus en détail

Université de Ouagadougou à la vulgarisation de la technologie du CyFlow pour faciliter le suivi biologique des patients VIH+

Université de Ouagadougou à la vulgarisation de la technologie du CyFlow pour faciliter le suivi biologique des patients VIH+ Contribution de l Universitl Université de Ouagadougou à la vulgarisation de la technologie CyFlow pour faciliter le suivi biologique des patients VIH+ Pr Alfred S. TRAORE Dr Yves TRAORE BURKINA FASO service

Plus en détail

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires

Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Techniques émergentes en microbiologie clinique: conséquences sur l organisation des laboratoires Alain Bonnin, Frédéric Dalle, Coralie L Ollivier - Laboratoire de Parasitologie-Mycologie, CHU de Dijon

Plus en détail

Diagnostic et traitement de la tuberculose Manuel pratique

Diagnostic et traitement de la tuberculose Manuel pratique Diagnostic et traitement de la tuberculose Manuel pratique Recommandations destinées au corps médical Diagnostic et traitement de la tuberculose Manuel pratique Recommandations destinées au corps médical

Plus en détail

RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013

RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013 RÉSULTATS DE LA 1ÈRE SÉRIE D ENQUÊTES AFROBAROMÈTRE AU TOGO 3e Dissemination 26 Juin 2013 [Include National Partner logo] www.afrobarometer.org www.crop-africa.org 1 [Include National Partner logo] Afrobaromètre:

Plus en détail

Le point sur l épidémie de sida

Le point sur l épidémie de sida 07 Le point sur l épidémie de sida ONUSIDA/07.27F / JC1322F (version française, décembre 2007) Version originale anglaise, UNAIDS/07.27E / JC1322E, décembre 2007 : AIDS epidemic update: December 2007 Traduction

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque

Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque Résistance aux Antimicrobiens: Ensemble, nous pouvons réduire ce risque Débats de Santé Publique 2014 Carmem Lúcia Pessoa-Silva, MD, PhD Health Security and Environment, WHO Headquarters, Geneva pessoasilvacl@who.int

Plus en détail

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique 2 èmes Assises de l Innovation Thérapeutique Paris, 05-11-2014 La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique Pr. Jean-François DHAINAUT Président du Groupement Inter-régional de la Recherche Clinique

Plus en détail

Hépatite C une maladie silencieuse..

Hépatite C une maladie silencieuse.. Hépatite C une maladie silencieuse.. F. Bally Centre de Maladies Infectieuses et Epidémiologie Institut Central des Hôpitaux Valaisans Histoire Années 70 Hépatite non-a-non-b = hépatite post-transfusionelle

Plus en détail

Questions prioritaires de recherche sur la co-infection tuberculose/vih dans les pays prévalents pour le VIH et disposant de ressources limitées

Questions prioritaires de recherche sur la co-infection tuberculose/vih dans les pays prévalents pour le VIH et disposant de ressources limitées Questions prioritaires de recherche sur la co-infection tuberculose/vih dans les pays prévalents pour le VIH et disposant de ressources limitées TB/HIV Working Group Questions prioritaires de recherche

Plus en détail

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes

Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Cancer bronchique primitif: données épidémiologiques récentes Pr Jean Trédaniel Service de pneumologie et oncologie thoracique Groupe Hospitalier Paris Saint Joseph Université Paris Descartes Sources Données

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

www.iavs-energie.org

www.iavs-energie.org Notes de recherche de l IAVS www.iavs-energie.org ---------------- administration@iavs-energie.org iavsmail@gmail.com ---------------- Cadre de référence indicatif pour la promotion de l efficacité énergétique

Plus en détail

CONTRIBUTIONS DES MUTUELLES DE SANTE AUX ACTIVITES DE VACCINATION DE ROUTINE DANS LE DISTRICT DE TONE TOGO : ETUDE CAS TEMOIN

CONTRIBUTIONS DES MUTUELLES DE SANTE AUX ACTIVITES DE VACCINATION DE ROUTINE DANS LE DISTRICT DE TONE TOGO : ETUDE CAS TEMOIN CONTRIBUTIONS DES MUTUELLES DE SANTE AUX ACTIVITES DE VACCINATION DE ROUTINE DANS LE DISTRICT DE TONE TOGO : ETUDE CAS TEMOIN Mémoire de recherche opérationnelle EPIVAC 2009 Présenté par Dr MAKAWA Makawa-Sy

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE Dans le cadre d un programme d observation du vivant en Corse (Bioscope Corse-Méditerranée), l INSERM a mené, en

Plus en détail

SPIRO. L application mobile d aide à la spirométrie

SPIRO. L application mobile d aide à la spirométrie SPIRO L application mobile d aide à la spirométrie Audrey Desjardins et Catherine Sweeney, étudiantes au MD-MSc, Université Laval Dr. Mathieu Simon MD, FRCP(C), FCCM Symposium Cœur-Poumons 2015 2 Le fardeau

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions.

Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Streptocoque B :apports des tests en fin de grossesse, nouvelles propositions. Exemple d une étude prospective sur la place d un test de détection rapide du SGB. HONORAT Raphaële 1, ASSOULINE Corinne 1,

Plus en détail

3.1 Mise en évidence d une infection tuberculeuse latente (ITBL)

3.1 Mise en évidence d une infection tuberculeuse latente (ITBL) 3. L INFECTION À M. TUBERCULOSIS 3.1 Mise en évidence d une infection tuberculeuse latente (ITBL) Après une infection par des mycobactéries, la plupart des individus développent une réaction immunitaire

Plus en détail

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban

Vaccination et tuberculose en Gériatrie. Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban Vaccination et tuberculose en Gériatrie Unité de Prévention et de Dépistage: Centre de vaccination et centre de lutte anti tuberculeuse CH Montauban VACCINATIONS 2 Personnes âgées et vaccinations Avec

Plus en détail