Résistance aux antituberculeux chez les cas de tuberculose pulmonaire nouveaux ou traités antérieurement au Burkina Faso

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résistance aux antituberculeux chez les cas de tuberculose pulmonaire nouveaux ou traités antérieurement au Burkina Faso"

Transcription

1 INT J TUBERC LUNG DIS 14(11): The Union Résistance aux antituberculeux chez les cas de tuberculose pulmonaire nouveaux ou traités antérieurement au Burkina Faso L. Sangaré,* S. Diandé, G. Badoum, B. Dingtoumda, A. S. Traoré * Service de Bactériologie-Virologie, Centre Hospitalière Universitaire (CHU) Yalgado Ouédraogo, Ouagadougou, Unité de Formation et de Recherches (UFR) Sciences de la Santé, Université de Ouagadougou, Ouagadougou, Centre National de Lutte Antituberculeuse, Ouagadougou, UFR-Sciences de la Vie et de la Terre, Université de Ouagadougou, Ouagadougou, Service de Pneumologie-Phtisiologie, CHU Yalgado Ouédraogo, Ouagadougou, Burkina Faso RÉSUMÉ CADRE : Centre National de Lutte Antituberculeuse de Ouagadougou, Burkina Faso. OBJECTIFS : Evaluer la résistance des mycobactéries du complexe Mycobacterium tuberculosis aux antituberculeux chez les cas de tuberculose (TB) pulmonaire nouveaux ou antérieurement traités. MÉTHODE : Les 416 souches de M. tuberculosis isolées chez des patients (323 nouveaux et 93 antérieurement traités) à microscopies positives sous DOTS ont été soumises au test de sensibilité aux antituberculeux selon la méthode des proportions. La sérologie VIH a été réalisée chez 249 nouveaux cas et 67 cas antérieurement traités consentants. RÉSULTATS : Chez les nouveaux cas, 12,4% des souches testées étaient résistantes, 3,4% multirésistantes (TB-MDR). Les taux de résistance aux antituberculeux testés étaient très élevés chez les cas antérieurement traités : isoniazide (66,7%), rifampicine (51,6%), streptomycine (44,1%) et éthambutol (50,5%), ainsi que le taux de TB-MDR (50,5%). La sérologie VIH était positive chez 28,7% des 316 patients consentants. Il n existait pas de lien statistiquement significatif entre le statut VIH et la multirésistance aux médicaments chez les nouveaux cas (P = 0,95) et les cas antérieurement traités (P = 0,5). CONCLUSION : Le taux de la résistance aux médicaments est élevé au Burkina Faso. Le dépistage précoce des malades contagieux et leur traitement jusqu à terme sont indispensables. MOTS-CLÉS : Mycobacterium tuberculosis ; résistance ; antituberculeux ; Burkina Faso L ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ (OMS) estime à 2 milliards d êtres humains infectés par Mycobacterium tuberculosis ; chaque année, 7 à 9 millions d entre eux font une tuberculose (TB) maladie tandis que 3 millions en meurent. 1 Le virus de l immunodéficience humaine (VIH) et la propagation des cas de TB à bacilles résistants aux médicaments en sont les principales causes. 1 La résistance chez les nouveaux cas résulte de la transmission directe de mycobactéries déjà résistantes aux antituberculeux : son taux augmente habituellement lorsque celui des résistances chez les cas antérieurement traités est déjà important et que les conditions de dissémination sont favorables. La surveillance des résistances par utilisation des tests de sensibilité aux médicaments antituberculeux (TSM) peut guider les décideurs à définir des protocoles standardisés de chimiothérapie, ou permettre d apprécier la qualité de la pratique de celle-ci sur le terrain. 2 La mesure du niveau et des tendances des résistances permet en effet de prendre des mesures correctives au niveau organisationnel ou de modifier les régimes de traitement. En Afrique, les TSM ne sont pas courants. Néanmoins, quelques études ont été menées dans certains pays. 2 5 Dans le cas spécifique du Burkina Faso, l équipe de Ben Amor et coll. a estimé le taux de TB résistante aux médicaments à 2,0% (extrêmes 0,4 à 11,0) dans les nouveaux cas, à partir des données de De nos jours, des échecs thérapeutiques cliniques sont en nombre croissant, suggérant l existence des souches multirésistantes (MDR, définie comme une résistance à au moins l isoniazide [INH] et la rifampicine [RMP]) qui mériterait d être confirmée. Cette étude avait pour but d évaluer la résistance du complexe M. tuberculosis aux antituberculeux chez des cas de tuberculose pulmonaire nouveaux ou traités antérieurement. PATIENTS ET MÉTHODES Cadre d étude Entre avril 2005 et septembre 2006, 550 tuberculeux pulmonaires à microscopie positive (TPM+) ont été soumis au questionnaire. Cet effectif a été déterminé à Auteur pour correspondance : Lassana Sangaré, Service de Bactériologie-Virologie, CHU Yalgado Ouédraogo, 03 BP 7022 Ouagadougou 03, Burkina Faso. Tél : (+226) /57. Fax : (+226) [Traduction de l article : «Anti-tuberculosis drug resistance in new and previously treated pulmonary tuberculosis cases in Burkina Faso» Int J Tuberc Lung Dis 2010; 14(11): ]

2 2 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease l aide du logiciel Epi Info 6 (Centers for Disease Control and Prevention, Atlanta, GA, États-Unis) comme suit : chez les nouveaux cas, il était prévu 418 TPM+. Les estimations ont été faites à partir du nombre de nouveaux cas de 2003 (1544 malades TPM+ dans tout le Burkina Faso) : la prévalence globale attendue de résistance a été estimée à 10%, la précision fixée à 4%, l effet de grappe à 2, le risque α = 5% et des pertes à 10%. Pour les cas antérieurement traités, nous avons utilisé l échantillonnage à 100% et avions projeté atteindre un effectif de 120 patients. L effectif de l échantillon total des deux types de patients (cas nouveaux et traités antérieurement) était donc de 538 ; nous l avons arrondi à 550 TPM+. Sur 550 TPM+ nouveaux ou traités antérieurement, 416 (75,6%) ont été éligibles et ont été inclus consécutivement dans deux centres spécifiques de référence de lutte antituberculeuse (Centre National de Lutte Antituberculeuse [CNLAT] de Ouagadougou et Centre Régional de Lutte Antituberculeuse [CRLAT] de Bobo-Dioulasso) et dans deux autres centres non spécifiques (Centre Hospitalier Régional de Dori et le Centre Médical avec Antenne chirurgicale de Gorom- Gorom). Les milieux de culture et le TSM ont été préparés au Laboratoire de mycobactéries du Centre Muraz de Bobo-Dioulasso et au Laboratoire de référence régionale de Cotonou. Considérations éthiques Le consentement éclairé de chaque patient a été obtenu et ses données démographiques et l histoire de sa maladie recueillies à l aide d un questionnaire structuré. Leur anonymat a été respecté. L étude a été effectuée avec l approbation du Comité de révision du CHU Yalgado Ouedraogo et du Comité National d Éthique en santé. Critères d inclusion Les malades inclus étaient des cas de TB pulmonaire consentants, nouveaux ou déjà traités, avec au moins une microscopie de crachat positive, ayant été confirmés tuberculeux par la culture et dont le profil du TSM pour le complexe M. tuberculosis a été établi. Les patients non consentants, ceux dont l histoire du traitement antituberculeux n a pas permis de les classer en «jamais traités» ou «déjà traités», ceux infectés par les mycobactéries non tuberculeuses (MNT) ainsi que les patients bacillaires au profil bactériologique inconnu n ont pas été inclus dans l étude. Culture et tests de sensibilité aux médicaments Un échantillon d expectoration à microscopie positive de chaque patient a été décontaminé avec du NaOH 4%, 7 et le culot de centrifugation ensemencé sur milieu de Löwenstein-Jensen (LJ), sur LJ additionné de pyruvate et LJ contenant de l hydrazide thiophène-2-carboxylique (TCH) 5 mg/l. Les isolats de mycobactéries ont été identifiés par la coloration des bacilles acido-alcoolo-résistants (BAAR), le délai de croissance des colonies, la résistance au TCH et les tests biochimiques habituels (niacine, nitrate réductase, activité de la catalase à 22 C et 70 C). 8 Des TSM contre l INH 2 mg/l ; la RMP 40 mg/l ; streptomycine (SM) 4 mg/l et l éthambutol (EMB) 2 mg/l ont été effectués selon la méthode des proportions. 9 Une souche est déclarée résistante à un médicament si sa croissance en milieu contenant cet antituberculeux était 1% par rapport au témoin. Le contrôle de qualité externe des examens bactériologiques a été effectué au Centre de référence des mycobactéries de Borstel, Borstel, Allemagne. Définitions des types de résistance La résistance dans les nouveaux cas a été définie par la présence de souches résistantes du complexe M. tuberculosis chez les malades de TB n ayant jamais été traités par les médicaments antituberculeux ou qui l ont été pendant moins d un mois. La résistance dans les cas traités antérieurement a été déterminée chez les cas d échecs, chroniques, de rechutes et de reprises de traitement antituberculeux. Sérologie VIH Après l obtention d un consentement éclairé des patients, la sérologie VIH a été réalisée selon les recommandations de l ONUSIDA/OMS. 10 Analyses statistiques Les données ont été analysées sur SPSS version 15.0 (Statistical Package for the Social Sciences, Chicago, IL, États-Unis). Le test de χ 2 a été utilisé pour évaluer les liens statistiques entre le VIH et la multirésistance. Le seuil de signification était P < 0,05. RÉSULTATS Caractéristiques des patients Au total, 550 malades interviewés ont fourni chacun trois expectorations pour la microscopie. Les cultures ont été positives pour 467 (84,9%), négatives pour 25 (4,5%), contaminées pour 36 (6,5%) et les milieux ont été abîmés pour les 22 (4%) autres. Parmi les 467 cultures positives, l étude bactériologique a montré 416 (89,1%) souches du complexe M. tuberculosis, 28 (6%) MNT, dont neuf souches identifiées au «National Reference Center for Mycobacteria» de Borstel comme suit : M. avium (n = 5), M. intracellulare (n = 2), M. intracellulare sérotype (n = 1) et M. lentiflavum (n = 1) ; 23 (4,9%) mycobactéries n ont pas été classifiées dans un groupe mycobactérien. Au regard de la méthodologie, 416 (75,6%) des 550 malades interviewés ont été inclus pour les TSM. L âge moyen était de 37,1 ± 12,7 ans (extrêmes 11 76) et 300 (72,1%) étaient âgés entre 11 et 44 ans ; 283 (68%) étaient de sexe masculin, 323 étaient nouveaux cas et 93 des cas traités antérieurement, dont

3 Résistance aux antituberculeux au Burkina Faso 3 Tableau 1 Résistance aux médicaments antituberculeux dans les cas nouveaux ou traités antérieurement Cas traités Nouveaux antérieurement cas Total Médicaments Echec Retour* Rechute Total testé 323 (100) (100) Sensibilité à tous médicaments 283 (87,6) (33,3) N importe quelle résistance 40 (12,4) H 28 (8,7) (66,7) R 12 (3,7) (51,6) E 12 (3,7) (50,5) S 20 (6,2) (44,1) Monorésistance H 12 (3,7) (3,2) R E 1 (0,3) S 10 (3,1) (1,1) Total 23 (7,1) (4,3) Résistance à H+R (TB-MDR) HR 3 (0,9) (8,6) HRE 1 (0,3) (5,4) HRS (1,1) HRES 7 (2,2) (35,5) Total 11 (3,4) (50,5) Autres résistances HE 3 (0,9) (5,4) HS 2 (0,6) (3,2) HES (3,2) RE RS 1 (0,3) RES ES Total 6 (1,8) (11,8) Résistance à 1 médicament 23 (7,1) (4,3) 2 médicaments 9 (2,8) (17,2) 3 médicaments 1 (0,3) (9,7) 4 médicaments 7 (2,2) (35,5) * Retour au traitement après abandon. H = isoniazide ; R = rifampicine ; E = éthambutol ; S = streptomycine ; TB-MDR = tuberculose multirésistante. 22 (23,7%) rechutes, 11 (11,8%) retours au traitement après abandon et 60 (64,5%) échecs (Tableau 1). Ces cas d échecs incluaient 34 chroniques, 26 échecs au 5ème et 7/8ème mois. Résistance chez les nouveaux cas Le profil phénotypique de résistance des 323 souches du complexe M. tuberculosis chez les nouveaux cas est présenté au Tableau 1 : 14 (12,4%) souches étaient résistantes à n importe quel médicament et 11 (3,4%) étaient MDR. Des monorésistances ont été observées pour l INH (3,7%), la SM (3,1%) et l EMB (0,3%) ; aucune souche n était résistante à la RMP seule. Résistance chez les cas traités antérieurement Les types de résistance sont présentés au Tableau 1 : les taux de résistance globale et de MDR sont respectivement de 66,7% à 50,5%. Le Tableau 2 montre que les cas chroniques étaient plus résistants à la RMP et à la SM que les échecs aux 5ème et 7/8ème mois (P = 0,031 et P = 0,042, respectivement), et également plus résistants à un médicament que les cas de rechutes et d abandons de traitement (P = 0,0001). Par ailleurs, le sexe n était statistiquement significativement associé ni à la MDR (P = 0,75) ni à la résistance à tout médicament (P = 0,96). De même, ni la résistance globale (P = 0,41), ni la MDR (P = 0,39) n étaient liées à l âge. Résistance et infection par le VIH Parmi les 316 malades TB ayant accepté la sérologie VIH (249 nouveaux et 67 traités antérieurement), 91 (28,7%) étaient VIH-positifs. Parmi les nouveaux cas, 78 (31,3%) étaient VIH-positifs, au sein desquels le taux de MDR était de 1,3% versus 1,2% chez les VIH-négatifs (P = 0,95). Dix (13%) VIH-positifs et 17 (10%) VIH-négatifs étaient résistants à tout médicament (P = 0,52). Treize (19,4%) des 67 patients antérieurement traités étaient VIH-positifs. Parmi eux, quatre (30,8%) étaient MDR versus 22 (40,7%) des VIH-négatifs (P = 0,50). DISCUSSION Les centres de diagnostic ayant participé à l étude détectent plus des deux tiers des malades par an au niveau national. Ils ont été ciblés suivant un choix raisonné. La même procédure a été utilisée au Bénin. 11 Tableau 2 Comparaison des cas traités antérieurement selon la résistance de M. tuberculosis aux médicaments Anciens cas H R E S HRES Mois 5* 20 (33,3) 13 (28,3) 14 (31,1) 10 (25,0) 6 (18,8) Mois 7/8* 4 (6,7) 4 (8,7) 4 (8,9) 2 (5,0) 2 (6,3) Chronique 32 (50,0) 30 (60,9) 26 (57,8) 24 (60,0) 23 (71,9) Rechute 4 (6,7) 1 (2,2) 1 (1,2) 2 (5,0) 1 (3,1) Reprise de traitement 2 (3,3) (5,0) 0 Total * Echec du traitement : malade dont les frottis redeviennent ou sont encore positifs au 5ème mois de traitement, ou au-delà. Patient en échec après deux cures de chimiothérapie antituberculeuse. Malade traité antérieurement, déclaré guéri ou ayant terminé son traitement et qui présente à nouveau une tuberculose pulmonaire à frottis positif. Malade qui avait été traité pendant au moins 1 mois, qui avait interrompu son traitement pendant plus de 2 mois consécutifs et qui présentait des frottis positifs lorsqu il avait été reçu. H = isoniazide ; R = rifampicine ; E = éthambutol ; S = streptomycine.

4 4 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease L effectif de l échantillon dont la détermination a été basée sur celui de la population tuberculeuse nationale à microscopie positive de 2003 (n = 1544) était représentatif. Il était composé majoritairement d adultes jeunes à prédominance masculine (68%), dont la proportion était supérieure à celle de tous les cas masculins nationaux avec des frottis positifs en 2007 (66,4% ; n = 2614). 12 En matière d épidémiologie de la TB, la prédominance masculine a été rapportée par d autres travaux ; elle pourrait résulter de différences d exposition entre les hommes et les femmes dans leur rôle sociétal, c est-à-dire de différences en rapport avec leurs activités ; 13 les hommes occupent différents secteurs d activité, ce qui facilite la transmission du bacille tuberculeux. 14 Dans les cas jamais traités, 12,4% des isolats étaient résistants à tout médicament et 3,4% étaient MDR. Lorsque les recommandations de l OMS sont bien appliquées dans les «nouveaux cas», le taux de résistance à au moins un médicament antituberculeux est inférieur à 10% et celui de la MDR à moins de 3%. 15 Contrairement à nos résultats, un taux de MDR de 2,1% a été rapporté par l OMS. 16 Des taux de MDR supérieurs à 3,4% ont été rapportés au Ghana (3,6%) 5 et au Rwanda (7%). 17 Des taux plus faibles ont été aussi observés en l Algérie (2,7%) 2 et Egypte (2,2%). 18 Des taux de résistance globale plus élevés ou plus faibles 17 que 12,4% ont été obtenus dans d autres pays africains (Tableau 3). 11,17 N importe quelle résistance a été plus fréquente pour l INH (8,5%) et la SM (6,1%) : ceci peut être expliqué par la forte utilisation de ces médicaments dans le passé, surtout la SM, qui a été utilisée pour traiter d autres maladies infectieuses. Il est également probable que ces taux élevés de résistance à ces deux antituberculeux soient la conséquence de la forte résistance à ces médicaments dans les anciens cas dans le pays, le taux de résistance dans les nouveaux cas étant le reflet de l importance de l infection par les souches résistantes parmi les cas déjà traités. 15 Les résistances à l EMB et la RMP n ont été observées que chez 3,5% des souches pour chacun des médicaments. Le taux de la monorésistance à l INH (3,2%) était inférieur à ceux observés au Ghana (4,2%) 5 et en Côte d Ivoire (7,2%). 18 Pour la SM (3,1%), des taux plus et moins élevés ont été rapportés d autres pays africains (Tableau 3) Les résultats obtenus au Burkina Faso montrent que la résistance à l EMB (0,3%) est faible relativement à ceux obtenus au Rwanda (1%). 17 Aucune souche n était résistante à la RMP seule. Les patients avec antécédents de traitement antituberculeux étaient sous DOTS. Ceux qui étaient devenus chroniques (échec après deux cures de chimiothérapie) étaient pris en charge au CNLAT de Ouagadougou ou au CRLAT de Bobo-Dioulasso, les deux centres de référence au Burkina Faso. La prédominance des cas chroniques peut expliquer le taux élevé des résistances observées (Tableau 1) : la MDR a été Tableau 3 Comparaison des taux de résistance aux médicaments antituberculeux de la présente étude avec les résultats d études africaines Polyrésistance %* Réference Toute résistance, % Monorésistance, % TB-MDR % H R E S Total H R E S Résistance % Sensibilité % Total testé n Pays Année Nouveaux cas Notre étude ,6 12,4 8,7 3,7 3,7 6,2 7,1 3,7 0 0,3 3,1 3,4 1,9 Côte d Ivoire ,3 23,8 12,2 3,1 6,9 10,1 16,6 7,2 0 4,1 5,3 2,5 4,7 18 Ethiopie ,1 26,9 7,7 2,7 2,4 23,3 20, ,1 17,4 1,6 4,7 18 Madagascar ,7 6,3 4,6 0,5 0,5 3,2 5,5 3, ,5 0,5 0,6 18 Sénégal ,5 10,5 4,2 2,1 3,4 7,6 7,6 1,3 0 1,3 5,1 2,1 0,8 18 Tanzanie ,8 6,2 4,3 1,1 0,8 3,3 4,1 2, ,9 1,1 1,1 18 Rwanda ,3 13,7 3,5 0, ,3 7 3,1 18 Bénin ,6 2,9 0,1 20,1 32,4 3,7 0,8 0 14,8 4 4,1 16 Cas antérieurement traités Notre étude ,6 66,7 66,7 51,6 50,5 44,1 4,3 3, ,1 50,5 11,8 Côte d Ivoire Bénin ,9 18,1 7,1 34,5 30,5 9,3 2,2 0,4 18,6 11,1 12,4 16 Ethiopie ,3 48, ,5 14,5 38,2 27,6 5,3 1,3 0 21,1 11,8 6,2 18 Rwanda ,2 39,8 11,2 0 8,1 0 3,1 25,5 3,1 12 Botswana ,4 22,6 14,2 12,3 8,5 16 6, ,9 4,5 10,4 5,7 18 Madagascar ,2 11,8 9,8 5,9 0 3,9 3,9 3, ,9 3,9 18 Sénégal ,8 16,7 16,7 28,6 9,5 2, ,1 16,7 4,8 18 Tanzanie ,7 16,3 16,3 0 4,1 4,1 10,2 10, ,1 18 * Toute résistance sauf à H et R. H = isoniazide ; R = rifampicine ; E = ethambutol ; S = streptomycine ; TB-MDR = tuberculose multi-résistante.

5 Résistance aux antituberculeux au Burkina Faso 5 plus fréquente parmi eux que dans les échecs au 5ème ou au 7ème mois et les rechutes (Tableau 2). Le taux de 13% rapporté par l OMS est inférieur à celui obtenu dans cette étude ; il peut provenir de pratique de routine et non d une étude. 16 Pour comparaison, des taux de résistance globale et de MDR plus faibles ont été rapportés de certains pays africains (Tableau 3) : 18 39,2% au Rwanda 17 et 54,2% au Bénin 11 pour la résistance globale et respectivement 25,5% et 11,1% pour la MDR dans ces mêmes pays. 15,18 Des valeurs plus élevées ont été rapportées d Egypte (68,2%) 2 et de la Côte d Ivoire 17 (79%). L INH et la RMP ayant été utilisés en phase intensive et au retraitement des malades du Burkina Faso, les monorésistances à ces deux molécules pourraient être à l origine d une résistance additionnelle. Certains auteurs font ce constat et relèvent qu un tel schéma thérapeutique équivaut à une monothérapie chez un patient TB-MDR en retraitement. 17 Bien que le taux de la co-infection TB-VIH soit élevé parmi nos malades, la TB-MDR n était pas corrélée par l infection à VIH : ceci corrobore les résultats d autres études africaines. 11,14,19 La réponse au traitement antituberculeux est habituellement similaire chez les patients avec et sans VIH : la guérison des cas contagieux est toujours possible, excepté que les patients VIH-positifs présentent un risque plus élevé de souffrir de la toxicité des médicaments et d en mourir pendant le traitement Ceci est bien illustré par l étude réalisée au Kwazulu Natal en Afrique du Sud. 20,22 La logistique et les conditions climatiques ont été des limites dans cette étude ; elles ont contribué à ce que les patients ne soient pas enrôlés dans d autres centres du pays. Ces centres ont rarement des malades en échec de traitement, mais lorsqu ils en ont ils les référent à l un des deux centres de référence. L insuffisance évoquée a été compensée par l effectif représentatif de l échantillon de l étude. CONCLUSION Les taux de 12,4% de résistance globale et 3,4% de MDR chez les nouveaux cas de M. tuberculosis versus 66,7% et 50,5% chez les cas traités antérieurement constituent pour le Programme National Tuberculose des motifs sérieux de dépistage précoce et de traitement jusqu à la guérison des cas contagieux, ainsi que de poursuite d une surveillance continue et réactive dans le temps. Les cultures et les TSM pour les malades en échec thérapeutique, de même que la notification des cas aux systèmes de surveillance dès la mise en évidence de la MDR, sont désormais indispensables pour aider à identifier les phénomènes émergents et d optimiser la prise en charge des patients. L utilisation des tests moléculaires rapides pour détecter des gènes de mutation dans les expectorations des malades positives pour les BAAR au 3ème ou 5ème mois de traitement est à recommander. La fréquente association TB-VIH suggère que la lutte contre la TB soit élargie aux activités de collaboration TB-VIH recommandées par l OMS. Ceci permet d améliorer la coordination entre les programmes de lutte anti-vih et anti-tb, notamment pour endiguer les TB pharmacorésistantes. 23 Remerciements Les auteurs remercient «Sécuriser Le Futur/Secure The Future» de la Fondation Bristol-Myers-Squibb (BMS) pour le financement du projet ; le personnel du laboratoire de mycobactérie de Centre National de Lutte Antituberculeuse (CNLAT) de Ouagadougou, du Centre Muraz de Bobo-Dioulasso pour leur contribution ; et le laboratoire des mycobactéries de Borstel en Allemagne pour le contrôle de qualité microbiologique. Références 1 Dye C. Global epidemiology of tuberculosis. Lancet 2006; 367: World Health Organization. The WHO/The Union Global- Project on Anti-Tuberculosis Drug Resistance Surveillance. Antituberculosis drug resistance in the world. Report no. 3. WHO/ CDS/TB/ : Geneva, Switzerland: WHO, Kuaban C, Bercion R, Jifon G, et al. Acquired anti-tuberculosis drug resistance in Yaounde, Cameroon. Int J Tuberc Lung Dis 2000; 4: Warndorff D K, Yates M, Ngwira B, et al. Trends in antituberculosis drug resistance in Karonga, Malawi, Int J Tuber Lung Dis 2000; 4: Owusu-Dabo E, Adjei O, Meyer C, et al. Mycobacterium tuberculosis drug resistance, Ghana. Emerg Infect Dis 2006; 12: Ben Amor Y, Nemser B, Singh A, et al. Underreported threat of multidrug-resistant tuberculosis in Africa. Emerg Infect Dis 2008; 14: Petroff S A. A new and rapid method for the isolation and cultivation of tubercle bacilli directly from the sputum and feces. J Exp Med 1915; 21: El Helali N, Vergez P. Identification des mycobactéries. Feuillets de Biologie, 1993; XXXIV: [French] 9 Canetti G, Rist N, Grosset J. Mesure de la sensibilité du bacille tuberculeux aux drogues antibacillaires par la méthode des proportions. Rev Tuberc Pneumol 1963; 27: [French] 10 Joint United Nations Programme on HIV/AIDS (UNAIDS)- WHO. Revised recommendations for the selection and use of HIV antibody tests. Wkly Epidemiol Rec 1997; 72: Affolabi D, Adjagba O A B G, Tanimomo-Kledjo B, Gninafon M, Anagonou S Y, Portaels F. Anti-tuberculosis drug resistance among new and previously treated pulmonary tuberculosis patients in Cotonou, Benin. Int J Tuberc Lung Dis 2007; 11: World Health Organization. Global tuberculosis control: epidemiology, strategy, financing. WHO report WHO/HTM/ TB/ Geneva, Switzerland: WHO, Holmes C B, Hausler H, Nunn P. A review of sex differences in the epidemiology of tuberculosis. Int J Tuberc Lung Dis 1998; 2: Kouassi B, Horo K, N Douba K A, et al. Profil épidémiologique et microbiologique des malades tuberculeux en situation d échec ou de rechute à Abidjan. Bull Soc Exot 2004; 97: [French] 15 Boulahbal F, Chaulet P. La tuberculose en Afrique, épidémiologie et mesure de lutte. Med Trop 2004; 64: [French] 16 World Health Organization. TB country file: Burkina Faso.

6 6 The International Journal of Tuberculosis and Lung Disease Geneva, Switzerland: WHO, atlas/predefinedreports/tb/pdf_files/bfa.pdf Accessed August Umubyeyi A N, Rigouts L, Zissis G, et al. Résistance primaire et acquise aux antituberculeux des souches de Mycobacterium tuberculosis isolées au Rwanda. Med Trop 2007; 67: [French] 18 World Health Organization. Anti-tuberculosis resistance in the world. Report no. 4. WHO/HTM/TB/ Geneva, Switzerland: WHO, Asiimwe B B, Ghebremichael S, Kallenius G, Koivula T, Joloba M L. Mycobacterium tuberculosis spoligotypes and drug susceptibility pattern of isolates from tuberculosis patients in periurban Kampala, Uganda. BMC Infect Dis 2008; 8: Enarson D A, Rieder H L, Arnadottir T, Trébucq A. Management of tuberculosis: guide for low-income countries, 5th ed. Paris, France: International Union Against Tuberculosis and Lung Disease, Gandhi N R, Moll A, Sturm A W, et al. Extensively drugr esistant tuberculosis as a cause of death in patients co-infected with tuberculosis and HIV in a rural area of South Africa. Lancet 2006; 368: Zager E M, McNerney R. Multidrug-resistant tuberculosis. BMC Infect Dis 2008; 8: Laserson K F, Wells C D. Reaching the targets for tuberculosis control: the impact of HIV. Bull World Health Organ 2007; 85:

LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007

LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007 LA SITUATION DE LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE ET EN AFRIQUE Par le Professeur Pierre Chaulet Alger 29 Novembre 2009 LA TUBERCULOSE DANS LE MONDE, 2007 En millions Taux Population mondiale 6.668 100% Personnes

Plus en détail

Lignes directrices canadiennes pour la tuberculose et les voyages aériens, version 2.0 (en vigueur en juin 2009)

Lignes directrices canadiennes pour la tuberculose et les voyages aériens, version 2.0 (en vigueur en juin 2009) Lignes directrices canadiennes pour la tuberculose et les voyages aériens, version 2.0 (en vigueur en juin 2009) Préambule Comme les cas non traités ou partiellement traités de tuberculose (TB) respiratoire

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

Rôle de l infirmier dans le dépistage et le traitement de la tuberculose dans les pays à forte. Infectieuses du CHNU de Fann à Dakar

Rôle de l infirmier dans le dépistage et le traitement de la tuberculose dans les pays à forte. Infectieuses du CHNU de Fann à Dakar Rôle de l infirmier dans le dépistage et le traitement de la tuberculose dans les pays à forte prévalence : expérience du service des Maladies Infectieuses du CHNU de Fann à Dakar Diop NA, Ndoye D, Niang

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Complétude et cohérence de l enregistrement de l information dans le registre des cas de tuberculose, Cambodge, Chine et Viet Nam

Complétude et cohérence de l enregistrement de l information dans le registre des cas de tuberculose, Cambodge, Chine et Viet Nam INT J TUBERC LUNG DIS 14(10):1303 1309 2010 The Union Complétude et cohérence de l enregistrement de l information dans le registre des cas de tuberculose, Cambodge, Chine et Viet Nam N. B. Hoa,* C. Wei,

Plus en détail

QUESTIONNAIRE D ENQUÊTE CAS-INDEX DE TUBERCULOSE MAJ 20131115. Statut du cas-index

QUESTIONNAIRE D ENQUÊTE CAS-INDEX DE TUBERCULOSE MAJ 20131115. Statut du cas-index No LSPQ : No RAMQ : Nom : Prénom : Date de naissance : Âge : Sexe : M F Année - mois - jour Adresse (principale) : Code postal : Téléphone : Résidence : Travail : Autre : si enfant de moins de 18 ans,

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

Evaluation de la lutte antituberculeuse par des tests de sensibilité périodiques ou en routine dans les cas traités antérieurement

Evaluation de la lutte antituberculeuse par des tests de sensibilité périodiques ou en routine dans les cas traités antérieurement Int J Tuberc Lung Dis ; 5(4): 329-338 2001 IUATLD Evaluation de la lutte antituberculeuse par des tests de sensibilité périodiques ou en routine dans les cas traités antérieurement A. Van Deun,* A. Hamid

Plus en détail

Les complications de la vaccination par le BCG chez les nouveau-nés

Les complications de la vaccination par le BCG chez les nouveau-nés Les complications de la vaccination par le BCG chez les nouveau-nés Dj.Arhab S.Chikhi Service de pédiatrie CHU de Tizi-ouzou - Algérie INTRODUCTION Dans le monde la tuberculose : maladie d actualité et

Plus en détail

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries Moving Forward in the Diagnosis of Infectious Diseases in Resource Limited Countries: A Focus on HIV 3rd Forum Les Pensières, Veyrier-du-Lac, France, September 16-17, 2010 Early diagnosis of failure to

Plus en détail

TB et VIH. Arnaud Trébucq L Union

TB et VIH. Arnaud Trébucq L Union TB et VIH Arnaud Trébucq L Union Histoire naturelle de la TB Exposition Infection Maladie Décès Mise en évidence de l association TB/VIH Association TB/VIH suspectée très vite après apparition épidémie

Plus en détail

* Depuis 1993, l éthambutol remplace progressivement la streptomycine

* Depuis 1993, l éthambutol remplace progressivement la streptomycine INT J TUBERC LUNG DIS 3 (6): 466-470 1999 IUATLD Prévalence de la résistance primaire et acquise de Mycobacterium tuberculosis aux antituberculeux au Bénin après 12 ans d utilisation des traitements courts

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

Module 5 Laboratoire TABLE DES MATIÈRES GUIDES ILLUSTRÉS

Module 5 Laboratoire TABLE DES MATIÈRES GUIDES ILLUSTRÉS Système d'information sanitaire () Chapitre 2 : Sections techniques Module 5 Laboratoire TABLE DES MATIÈRES 5.1 Quels sont les outils utilisés pour la collecte des données?...............................

Plus en détail

Les répercussions de la migration sur l infection à VIH et sur la tuberculose en France. Delphine Antoine, Florence Lot InVS, France

Les répercussions de la migration sur l infection à VIH et sur la tuberculose en France. Delphine Antoine, Florence Lot InVS, France Les répercussions de la migration sur l infection à VIH et sur la tuberculose en France Delphine Antoine, Florence Lot InVS, France JASP - Octobre 26 Méthodes Analyse descriptive des données de la déclaration

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

L infection tuberculeuse latente

L infection tuberculeuse latente Colloque Meditest 8 juin 2011 L infection tuberculeuse latente Jean-Pierre Zellweger Stades du développement de la tuberculose Les mycobactéries émises dans l air par un malade atteint de TB pulmonaire

Plus en détail

Impact des consultants nationaux sur les succès de l expansion d une lutte antituberculeuse efficiente en Inde

Impact des consultants nationaux sur les succès de l expansion d une lutte antituberculeuse efficiente en Inde INT J TUBERC LUNG DIS 7(9) : 637-641 2003 IUATLD Impact des consultants nationaux sur les succès de l expansion d une lutte antituberculeuse efficiente en Inde T. R. Frieden,* G. R. Khatri * Regional Office

Plus en détail

Évaluation du rapport bénéfice-risque

Évaluation du rapport bénéfice-risque ANNEXE II CONCLUSIONS SCIENTIFIQUES ET MOTIFS DE L AVIS POSITIF ET DE LA MODIFICATION DU RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT, DE L ETIQUETAGE ET DE LA NOTICE, PRESENTES PAR L AGENCE EUROPEENNE DES MEDICAMENTS

Plus en détail

Quatre stratégies principales ont été définies pour maintenir une réduction de la mortalité liée à la rougeole

Quatre stratégies principales ont été définies pour maintenir une réduction de la mortalité liée à la rougeole Termes de Reference Recrutement d un bureau d étude ou une institution pour l Enquête de Couverture Vaccinale (ECV) post campagne Rougeole en Mauritanie 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Lors de l assemblée

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE Dans le cadre d un programme d observation du vivant en Corse (Bioscope Corse-Méditerranée), l INSERM a mené, en

Plus en détail

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse

Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse 7 ième édition Chapitre 8 : La tuberculose pharmacorésistante Normes canadiennes pour la lutte antituberculeuse, 7 ième édition est disponible sur Internet

Plus en détail

FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN

FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN FP2020 Estimations pour les Indicateurs de base CAMEROUN Publié en novembre 2014 Afin de bien former des interventions, évaluer les progrès, et selon le cas, raffiner leurs stratégies, les décideurs ont

Plus en détail

TUBERCULOSE MDR & XDR

TUBERCULOSE MDR & XDR TUBERCULOSE MDR & XDR ÉPIDÉMIOLOGIE PLACE DE LA BIOLOGIE MOLÉCULAIRE XXe JRPI 1 er octobre 2013 N. BLONDIAUX CH G. DRON, TOURCOING TUBERCULOSE 13 millions de cas actifs déclarés 8,7 millions de nouveaux

Plus en détail

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres 33 % de nouvelles infections à VIH en moins depuis 2001 29 % de décès liés au sida en moins (adultes et enfants) depuis 2005 52 % de nouvelles infections à VIH en moins

Plus en détail

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire

Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Projet de prise en charge globale du VIH et de la tuberculose dans les prisons en Côte d Ivoire Nathalie Cartier, Program manager 27/10/2015 1 Présentation d Expertise France Opérateur publiquede référence

Plus en détail

LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB

LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB LES DIFFERENTES ETAPES DE LA MISE EN PLACE D UN ESSAI CLINIQUE MULTI-CENTRIQUE : l exemple de l essai OFLOTUB Alimatou Ndiaye et Christian Lienhardt Programme Tuberculose, UMR 145 IRD Dakar Justification

Plus en détail

Francine NANDA Monitrice d étude clinique Centre Pasteur du Cameroun. Journées scientifiques du site ANRS Cameroun les 3 et 4 juin 2013

Francine NANDA Monitrice d étude clinique Centre Pasteur du Cameroun. Journées scientifiques du site ANRS Cameroun les 3 et 4 juin 2013 Journées scientifiques du site ANRS Cameroun les 3 et 4 juin 2013 Améliorer le diagnostic de la tuberculose chez les enfants infectés par le VIH en Afrique (Burkina Faso, Cameroun) et en Asie (Cambodge,

Plus en détail

Priorités pour les services de bactériologie de la tuberculose dans les pays à faibles revenus

Priorités pour les services de bactériologie de la tuberculose dans les pays à faibles revenus Priorités pour les services de bactériologie de la tuberculose dans les pays à faibles revenus Deuxième édition 2007 Union Internationale Contre la Tuberculose et les Maladies Respiratoires Priorités pour

Plus en détail

Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud

Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud Séminaire ANRS 24 /25 septembre 2015 Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud Mélanie Plazy Post-doctorante sur le projet ANRS 12249 TasP

Plus en détail

Contexte de l étude réalisée sur 10 semaines

Contexte de l étude réalisée sur 10 semaines Réalisation d un examen cytobactériologique des urines dans le service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Rouen : vers un résultat fiable à 100% A. Deperrois-Lefebvre, A. Le Gouas, F. Boissaud,

Plus en détail

Tuberculose pulmonaire : délai de diagnostic chez les Ghanéens adultes

Tuberculose pulmonaire : délai de diagnostic chez les Ghanéens adultes INT J TUBERC LUNG DIS 2 (8): 635-640 1998 IUATLD Tuberculose pulmonaire : délai de diagnostic chez les Ghanéens adultes S. D. Lawn, B. Afful, J. W. Acheampong *The Department of Medicine, School of Medical

Plus en détail

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran

Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants. Service de Médecine du Travail CHU Oran Protocole Dépistage précoce des Cancers chez le personnel hospitalier exposé aux rayonnements ionisants YOUCEF K. Pr. TEBBOUNE C.B. Service de Médecine du Travail CHU Oran INTRODUCTION Le cancer est une

Plus en détail

Technical assistance Planning in the African Region TEMPLATE FOR COUNTRIES CÔTE D IVOIRE

Technical assistance Planning in the African Region TEMPLATE FOR COUNTRIES CÔTE D IVOIRE Technical assistance Planning in the African Region TEMPLATE FOR COUNTRIES CÔTE D IVOIRE Contexte Créé par Arrêté N 279 du 08 Août 2001 MSHP modifié par l arrêté N 118 du 06 mai 2009 Siège: situé dans

Plus en détail

Focus sur la Tuberculose

Focus sur la Tuberculose Focus sur la Tuberculose 1. Définition C est une maladie infectieuse causée par des bacilles acido-alcoolo résistants (BAAR) appelés M. tuberculosis ou bacille de koch. Ces microorganismes sont également

Plus en détail

La tuberculose à bacilles multirésistants en Algérie. Fadila Boulahbal Institut Pasteur d Algérie

La tuberculose à bacilles multirésistants en Algérie. Fadila Boulahbal Institut Pasteur d Algérie La tuberculose à bacilles multirésistants en Algérie Fadila Boulahbal Institut Pasteur d Algérie INTRODUCTION (1) La tuberculose : maladie contagieuse La transmission par un malade TPM+ Les sujets vivant

Plus en détail

Les couples discordants et la transmission du VIH/SIDA dans cinq pays d Afrique Octobre 2006, Damien de Walque

Les couples discordants et la transmission du VIH/SIDA dans cinq pays d Afrique Octobre 2006, Damien de Walque DECRG - Groupe de recherche, Développement humain et services publics Les conclusions de nouveaux travaux de recherche sur les couples discordants où un seul des partenaires est porteur du VIH/SIDA remettent

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail

Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Tests Interferon = quoi de neuf? en médecine du travail Elisabeth BOUVET, Dominique Abiteboul GERES Tuberculose infection et tuberculose maladie Contact BK= TM Infection latente 95% Infection = 30% des

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

LA LUTTE ANTITUBERCULEUSE

LA LUTTE ANTITUBERCULEUSE LA LUTTE ANTITUBERCULEUSE INFORMATION aux PARTENAIRES SOCIAUX et MEDICO SOCIAUX CPMI PASS Miséricorde CAEN 12 Octobre 2011 ARS BN Dr Salaün Marie-Anne, médecin coordinateur Fanny Appia,interne en médecine

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

La tuberculose est peut-être sous-estimée chez les femmes rwandaises

La tuberculose est peut-être sous-estimée chez les femmes rwandaises INT J TUBERC LUNG DIS 15(6):776 781 2011 The Union La tuberculose est peut-être sous-estimée chez les femmes rwandaises C. B. Uwizeye,* G. De Serres, R. Gilca, K. Schwartzman, M. Gasana* * Tuberculosis

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Consensus Scientifique sur la. Tuberculose

Consensus Scientifique sur la. Tuberculose page 1/17 Consensus Scientifique sur la Tuberculose Source : OMS (2008) Résumé & Détails: GreenFacts Niveau 2 - Détails sur la Tuberculose 1. Qu est-ce que la tuberculose et en quoi constitue-t-elle une

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT»

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Pr Elisabeth BOUVET Groupe «Prévention sexuelle» COREVIH Île-de-France

Plus en détail

TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES

TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES TUBERCULOSE MADO INFORMATIONS GÉNÉRALES Définition La tuberculose est une maladie contagieuse causée par le Mycobacterium tuberculosis aussi appelé bacille de Koch. Au moment de l inhalation du bacille

Plus en détail

Tuberculose à M. tuberculosis XDR : épidémiologie mondiale et prise en charge

Tuberculose à M. tuberculosis XDR : épidémiologie mondiale et prise en charge Tuberculose à M. tuberculosis XDR : épidémiologie mondiale et prise en charge Dr Nicolas Veziris Laboratoire de Bactériologie, Pitié-Salpêtrière Centre National de Référence des Mycobactéries L essai streptomycine

Plus en détail

Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun

Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun Prévalence des génotypes du HPV à HR oncogènes dans les échantillons cervicaux analysés au Centre Pasteur du Cameroun Richard Njouom Chef du Service de Virologie Centre Pasteur Cameroun Worshop on HPV/Cervical

Plus en détail

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC

L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC L ASSURANCE QUALITE AU LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC ATELIER DE FORMATION SUR LE DIAGNOSTIC DE LA FIEVRE APHTEUSE 21 mai 2012 Labib BAKKALI KASSIMI Labib.bakkali-kassimi@anses.fr Agence Nationale de Sécurité

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

Consensus Scientifique sur le. Paludisme. Etat de la maladie

Consensus Scientifique sur le. Paludisme. Etat de la maladie page 1/7 Consensus Scientifique sur le Paludisme Etat de la maladie Source : OMS (2008) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Le paludisme est l une des maladies infectieuses les plus fréquentes. Il

Plus en détail

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires

Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : Résultats préliminaires Evaluation des coûts de dépistage d Entérocoques Résistants aux Glycopeptides : culture versus PCR Résultats préliminaires J. Assoukpa, L. Dupraz, D. Lecointe UFHHLIN, Centre Hospitalier Sud Francilien,

Plus en détail

QUELLE EST LA SITUATION ACTUELLE

QUELLE EST LA SITUATION ACTUELLE INTRODUCTION Etre à jour de ses vaccins et en gérer le suivi de manière permanente, voici une exigence vitale pour l hygiène des populations et une préoccupation majeure de santé publique en côte d Ivoire

Plus en détail

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Projet ANRS-12186 Évaluation de l échec virologique et résistance aux ARV chez des patients VIH positifs pris en charge dans les programmes

Plus en détail

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE

Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Méthodologie d échantillonnage et Échantillonneur ASDE Par Michel Rochon L énoncé suivant définit de façon générale la méthodologie utilisée par Échantillonneur ASDE pour tirer des échantillons téléphoniques.

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES SECRETARIAT EXECUTIF DE L ORGANISATION DU CORRIDOR ABIDJAN LAGOS PROJET DE FACILITATION DU COMMERCE ET DU TRANSPORT SUR LE CORRIDOR ABIDJAN LAGOS (PFCTAL) DON IDA H549-TG TERMES DE REFERENCES Activité

Plus en détail

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant

Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant 38 Indicateur n 9 : Nombre de consultations de professionnels de santé pat habitant Sous-indicateur n 9-1 : nombre de consultations de médecins par habitant (omnipraticiens et spécialistes, y compris consultations

Plus en détail

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

CONTEXTE ET JUSTIFICATION CONTEXTE ET JUSTIFICATION Le tabagisme est l une des plus grandes menaces actuelles pour la santé mondiale. Il crée une forte dépendance chez les consommateurs habituels qu il finit par tuer, et présente

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses au sein de la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre 2011 ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN

Plus en détail

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine

Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de juillet 2006 en France métropolitaine Mortalité observée et mortalité attendue au cours de la vague de chaleur de uillet en France métropolitaine FOUILLET A 1, REY G 1, JOUGLA E, HÉMON D 1 1 Inserm, U75, Villeuif, France. Inserm CépiDc, IFR9,

Plus en détail

Synthèse sur la résistance aux antipaludiques

Synthèse sur la résistance aux antipaludiques Synthèse sur la résistance aux antipaludiques Dr P. Ringwald Global Malaria Programme 1 Résistance aux médicaments antipaludiques Aptitude d une souche de parasite du paludisme à survivre ou à se reproduire

Plus en détail

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014

le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 le profil épidémiologique des infections urinaires au CHR de Tétouan en 2014 Dr Saad AJBAR médecin interne du CHR de Tétouan Association des médecins de la santé publique de Tétouan 7éme journée scientifique

Plus en détail

Mise en place des outils de surveillance et de notification: Harmonisation des indicateurs TB/VIH. Delphine Sculier OMS

Mise en place des outils de surveillance et de notification: Harmonisation des indicateurs TB/VIH. Delphine Sculier OMS Mise en place des outils de surveillance et de notification: Harmonisation des indicateurs TB/VIH Delphine Sculier OMS Atelier conjoint OMS/ONUSIDA pour le passage à échelle des activités de collaboration

Plus en détail

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Tuberculose active

GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE. Tuberculose active GUIDE AFFECTION DE LONGUE DURÉE Tuberculose active Janvier 2007 Ce guide médecin est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service communication 2 avenue du Stade de France F 93218

Plus en détail

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire

Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Utilisation des outils de mesure de la performance des analyses de laboratoire Christiane Claessens Laboratoire de santé publique du Québec 24 octobre 2006 Surprise! Un test de laboratoire 100% précis

Plus en détail

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy

Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy Création de procédures inter-services pour la gestion des essais de phase I à l Institut Gustave Roussy A.A. MOUSSA D. SCHWOB Institut de cancérologie Gustave-Roussy 94805 Villejuif cedex - FRANCE Plan

Plus en détail

PRESENTATION DES CONCLUSIONS PRELIMINAIRES DE L ANALYSE DES CONTRAINTES A L INVESTISSEMENT PRIVE ET A LA CROISSANCE ECONOMIQUE

PRESENTATION DES CONCLUSIONS PRELIMINAIRES DE L ANALYSE DES CONTRAINTES A L INVESTISSEMENT PRIVE ET A LA CROISSANCE ECONOMIQUE 1 PRESENTATION DES CONCLUSIONS PRELIMINAIRES DE L ANALYSE DES CONTRAINTES A L INVESTISSEMENT PRIVE ET A LA CROISSANCE ECONOMIQUE 2 L analyse des contraintes à l investissement privé et à la croissance

Plus en détail

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Résumé de recherche Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Robert Ladouceur, Ph.D. 1 Francine Ferland, Ph.D. Christiane Poulin, M.D., M.Sc., F.R.C.P.C.

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé

Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé Tests de détection de l interféron γ et dépistage des infections tuberculeuses chez les personnels de santé Réunion GERES du 6 juillet 2007 : D Abiteboul,, E Bouvet, A Buonaccorsi,, G Carcelain,, M Domart-Rançon,

Plus en détail

Le test Xpert MTB/RIF pour les programmes nationaux contre la tuberculose dans les pays à faibles revenus : quand, où et comment?

Le test Xpert MTB/RIF pour les programmes nationaux contre la tuberculose dans les pays à faibles revenus : quand, où et comment? INT J TUBERC LUNG DIS 15(12):1567 1571 2011 The Union PERSPECTIVES Le test Xpert MTB/RIF pour les programmes nationaux contre la tuberculose dans les pays à faibles revenus : quand, où et comment? A. Trébucq,

Plus en détail

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Modérateur : Dr Didier Koumavi Ekouevi INSERM U-897, Université Bordeaux Segalen, PACCI, Abidjan et Université de Lomé

Plus en détail

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012

Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Que faire devant un résultat positif, négatif ou indéterminé? Elisabeth Bouvet Atelier IGRA VIH JNI Tours 13 Juin 2012 Conclusions provisoires rapport du HCSP juillet 2011 Valeur prédictive positive des

Plus en détail

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement

2.0 Total des dépenses de santé par source de financement 2.0 Total des dépenses de santé par source de financement Points saillants du chapitre La répartition des dépenses de santé entre les secteurs privés et publics est stable depuis plus de 10 ans En 2012,

Plus en détail

Spectrum 2007 Vue d'ensemble et modifications. Groupe de Référence ONUSIDA sur l'estimation, la Modélisation et les Projections 2007

Spectrum 2007 Vue d'ensemble et modifications. Groupe de Référence ONUSIDA sur l'estimation, la Modélisation et les Projections 2007 Spectrum 2007 Vue d'ensemble et modifications Groupe de Référence ONUSIDA sur l'estimation, la Modélisation et les Projections 2007 Mission Tirer les conséquences des estimations de la prévalence résultant

Plus en détail

Mise en ligne 19 08 2010

Mise en ligne 19 08 2010 Mise en ligne 19 08 2010 Contexte Problématique du rapatriement en France de patients, porteurs de BMR Difficultés : patients asymptomatiques Patients atteints d infections urinaires ou cutanées à BMR

Plus en détail

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses

Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Tests de détection de la production d Interferon gamma pour le diagnostic des infections tuberculeuses Recommandations de l HAS Lille le 23 Octobre 2007 Tuberculose infection et tuberculose-maladie Contact

Plus en détail

LE TRAITEMENT DE LA TUBERCULOSE : PRINCIPES A L INTENTION DES PROGRAMMES NATIONAUX

LE TRAITEMENT DE LA TUBERCULOSE : PRINCIPES A L INTENTION DES PROGRAMMES NATIONAUX 2003/783 F WHO/CDS/TB 2003.313 LE TRAITEMENT DE LA TUBERCULOSE : PRINCIPES A L INTENTION DES PROGRAMMES NATIONAUX Organisation mondiale de la Santé WHO/CDS/TB/2003.313 LE TRAITEMENT DE LA TUBERCULOSE :

Plus en détail

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Algérie Université A-Mira-Bejaia, Algérie La société de l information dans le monde: Etat des lieux et perspectives Introduction L avènement des nouvelles technologies

Plus en détail

ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE DU RWANDA

ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE DU RWANDA ANALYSE DES DETERMINANTS DE L EPARGNE DU RWANDA Deuxième Congrès des Economistes Africains Abidjan, Côte d Ivoire Novembre 24-26, 2011 Présentateur: Charles RURANGA Institution: Université Nationale du

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

Découvertes de séropositivité VIH et de sida Point épidémiologique 1 er avril 2016

Découvertes de séropositivité VIH et de sida Point épidémiologique 1 er avril 2016 Découvertes de séropositivité VIH et de sida Point épidémiologique 1 er avril 2016 La surveillance des diagnostics d'infection par le VIH et de sida en France repose sur la déclaration obligatoire [1],

Plus en détail

du laboratoire les principaux antituberculeux/ principe du traitement définitions causes et conséquences Rôle du laboratoire

du laboratoire les principaux antituberculeux/ principe du traitement définitions causes et conséquences Rôle du laboratoire TB MR: définition, causes, rôles du laboratoire les principaux antituberculeux/ principe du traitement définitions causes et conséquences Rôle du laboratoire Les 3 populations bacillaires Les bacilles

Plus en détail

Approche intégrée à l'égard de la prévention et du contrôle des infections transmissibles sexuellement et par le sang

Approche intégrée à l'égard de la prévention et du contrôle des infections transmissibles sexuellement et par le sang Approche intégrée à l'égard de la prévention et du contrôle des infections transmissibles sexuellement et par le sang Dana Paquette Agence de la santé publique du Canada Plan Justification d'une approche

Plus en détail

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE

Prévention de la coqueluche. Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE Prévention de la coqueluche Journée du réseau, 15 mai 2009 Camille GROSSE La coqueluche : question d actualité? Epidémiologie Nouvelles recommandations vaccinales et leur application Rôle des professionnels

Plus en détail

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur RÉSUMÉ DE RECHERCHE Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur Fondé sur un rapport de recherche réalisé

Plus en détail

Détection des mycobactéries non tuberculeuses dans l eau*

Détection des mycobactéries non tuberculeuses dans l eau* Détection des mycobactéries non tuberculeuses dans l eau* Françoise LUCAS, Nicolas RADOMSKI, CEREVE, Université Paris 12, Ecole Nationale des Ponts et Chaussés Laurent MOULIN, Sophie HAENN, CRECEP Laetitia

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 30 mars 2005 MOVICOL ENFANT, poudre pour solution buvable en sachet-dose de 6,9 g (Boîtes de 20) Laboratoire NORGINE PHARMA macrogol Date de l'amm

Plus en détail

1. 2. 3. NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent MESSAGES IMPORTANTS. Département du VIH/SIDA

1. 2. 3. NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent MESSAGES IMPORTANTS. Département du VIH/SIDA MESSAGES IMPORTANTS NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent L (OMS) révise ses lignes directrices relatives au traitement antirétroviral (TAR) destiné

Plus en détail

LA TUBERCULOSE MULTI-RÉSISTANTE: CONSIDÉRATIONS DIAGNOSTIQUES

LA TUBERCULOSE MULTI-RÉSISTANTE: CONSIDÉRATIONS DIAGNOSTIQUES LA TUBERCULOSE MULTI-RÉSISTANTE: CONSIDÉRATIONS DIAGNOSTIQUES Faiz Ahmad Khan, MDCM MPH Pneumologue, Centre universitaire de santé McGill Fellow en recherche, Département de la santé mondiale et de médecine

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur

Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur Utilisation des bases de données disponibles dans le système d information médicale Annie CHALFINE 1, Laurence PERNICENI 1, Loïc FLACHET

Plus en détail

Centre National de Référence de la Syphilis www.cnr-syphilis.fr

Centre National de Référence de la Syphilis www.cnr-syphilis.fr Centre National de Référence de la Syphilis www.cnr-syphilis.fr CNR Syphilis Service de Dermatologie Vénéréologie Hôpital Cochin Pavillon Gustave Roussy, Laboratoire de Dermatologie Etage 4, porte 405-8,

Plus en détail