FRAUDE ET MOYENS DE PAIEMENT : QUELLE STRATÉGIE POUR LES E-COMMERÇANTS?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FRAUDE ET MOYENS DE PAIEMENT : QUELLE STRATÉGIE POUR LES E-COMMERÇANTS?"

Transcription

1 PARTENAIRES : E-COMMERCE FRAUDE ET MOYENS DE PAIEMENT : QUELLE STRATÉGIE POUR LES E-COMMERÇANTS? PROGRAMME Première par e État des lieux de la fraude en ligne en Europe et en France > Quels sont les secteurs d acvité les plus touchés par la fraude en ligne? > Quelles sont les différentes habitudes des consommateurs européens dans le choix du mode de paiement en ligne? > Pourquoi la France déent-elle le record européen du taux de fraude? > Quels sont les avantages/inconvénients des principaux ouls d authenficaon? Deuxième par e Le coût total de la fraude en ligne > Quel est le coût de la fraude et comment le mesurer? > Comment arbitrer entre réducon des risques et opmisaon de la conversion? > Comment porter en interne le sujet de la protecon contre la fraude? > Quelles sont les précauons à prendre avant d intégrer un nouveau moyen de paiement sur un site de e-commerce? Intervenants : BECHARGE, Fabrice Rotstein, Administrateur CHAPITRE.COM, Pauline Buzy, Directrice des projets informaques FNAC, Philippe François, Directeur Securité groupe OGONE, Elie Casamitjana, Product Manager ULYS, Cathy Rosalie Joly, Avocate VOYAGES-SNCF.COM, Céline Lambert, Resp. département paiements et lu5e contre la fraude Animateur : MERCHANT RISK COUNCIL, Nicolas Vedrenne, Managing Director Europe 1/8

2 I - LA FRAUDE EN LIGNE EN EUROPE ET EN FRANCE ETAT DES LIEUX, PAR ELIE CASAMITJANA - OGONE En Europe, les trois principaux marchés du commerce en ligne sont le Royaume-Uni (96,2 milliards d'euros, 14% de croissance), l'allemagne (50 milliards, 17%) et la France (45 milliards, 19%). Selon un sondage réalisé par Ogone en 2013, 10% des e-commerçants français considèrent la fraude comme un problème majeur. Ce sujet est perçu comme étant moins préoccupant en Allemagne ou aux Pays-Bas. Taux de fraude rapporté : - France : 1,4 % - Royaume-Uni : 0,8% - Belgique : 0,6% - Allemagne : 0,6% - Pays-Bas : 0,4% Pour expliquer de tels écarts entre les taux de fraude, nous notons que les habitudes et les préférences des consommateurs par rapport aux moyens de paiement diffèrent selon les pays. Il revient aux instuons de me5re en place des systèmes sécurisés dont la facilité d'ulisaon donne lieu à une adopon massive de la part des internautes. De plus, on constate qu'en foncon de la maturité des marchés, la propension des marchands à invesr dans la protecon contre la fraude varie fortement. Certains secteurs d'acvité sont évidemment ciblés en priorité par les fraudeurs. Il s'agit de se tourner vers des produits facilement revendables ou vers des paniers élevés (voyages, recharges prépayées, produits électroniques, luxe...) C'est l'habitude d'uliser des systèmes de paiement plus risqués qui explique que le taux de fraude dans l'hexagone soit le plus élevé en Europe. En France, 84% des commandes en ligne sont réglées par carte (contre 22% en Allemagne, ou 8% aux Pays-Bas). Le mode d'authenficaon le plus connu est 3-D Secure. 18% des transacons iniées depuis une carte française sont authenfiées avec 3-D Secure (contre 60% en Belgique). Le marchand peut choisir d'u liser systéma quement 3-D Secure pour minimiser les fraudes, ou bien de l'ac ver de manière sélec ve afin d op miser la conversion. 2/8

3 Il apparaît que 80% des pertes effec ves proviennent de la fraude organisée. Ressentez-vous une pression constante de la part des fraudeurs, que ce soit dans le monde physique ou en ligne? PHILIPPE FRANÇOIS, FNAC Les fraudeurs se rendent aussi bien en magasin que sur le site Internet de la Fnac. Plus les défenses sont bonnes dans une enseigne, plus les fraudeurs seront tentés d'aller voir ailleurs. Tous les acteurs élèvent leur niveau de protecon et, dans ce contexte, il s'agit d'élever ses défenses plus haut que les concurrents. FABRICE ROTSTEIN, BECHARGE Nous sommes bien entendu suscepbles d'être vicmes des fraudes individuelles et organisées, car Becharge n'effectue pas de livraison de produits physiques, mais vend de l'argent (recharges téléphoniques, e-monéque...) Si la fraude unique est assez facilement détectable et évitable, c'est évidemment plus délicat pour un système organisé. Certains membres sont présents sur le site durant de longs mois et effectuent quelques achats classiques, avant de passer subitement à l'acon avec la créaon des centaines profils pour frauder en un très court laps de temps. L'enjeu pour nous est de comprendre les tendances, d'échanger avec les e-marchands afin de nous adapter sans cesse. Aux Etats-Unis, plus de 70 millions numéros de cartes ont été récemment volés via un système très complexe de Spyware. Quelles sont les nouvelles lois européennes en prépara on concernant la protec on des données? CATHY ROSALIE JOLIE, AVOCATE - ULYS Pour une fois, l'europe accuse un certain retard par rapport aux Américains. Une réglementaon adoptée dès le début des années 2000 aux Etats-Unis obligeait les entreprises à nofier les fuites de données. Le connent européen a laborieusement transposé ce5e loi il y a deux ans ; elle ne concerne pour l'heure que les opérateurs de télécommunicaons. Les groupes ennent à se prémunir des fraudes à l'achat (cartes bancaires volées), mais également de l'intrusion dans les systèmes. Face à la hausse de la fraude, notamment autour des numéros de cartes bancaires, la réglementaon se renforce. Elle sera applicable à l'ensemble des intermédiaires de la chaîne (sites marchands, prestataires, banques). 3/8

4 Aujourd'hui, le système d'informa ons fait l'objet d'une obliga on de sécurité (dont le non-respect est sanconné de euros d'amende et de trois ans d'emprisonnement). Le projet de règlement européen, dans sa première mouture publiée en janvier 2012, indiquait que la sancon du défaut de sécurisaon et de noficaon des fuites de données serait de l'ordre de 2% du chiffre d'affaires du groupe. La nouvelle version, publiée en janvier 2013, porte la sanc on à 5% du CA si la base de données et les numéros de cartes bancaires des clients sont hackés. Adoptez-vous une stratégie différente concernant la lupe contre la fraude selon les pays? PAULINE BUZY, CHAPITRE.COM Chapitre vend principalement des ouvrages en langue française et n'est pas vraiment sollicité par les fraudeurs internaonaux. Toutefois, nous avons fait le choix de n'expédier aucun colis vers certains pays où un nombre par culièrement élevé de fraudes a été repéré. CELINE LAMBERT, VOYAGES-SNCF.COM Nous avons établi quatre grands axes de lu5e contre la fraude : 3-D Secure, une soluon de scoring, des reporngs hebdomadaires extrêmement précis et des échanges fréquents avec toutes les entés du groupe. Il s'agit de s'adapter sans cesse aux par cularités des différents pays et surtout de savoir an ciper avant de subir. PHILIPPE FRANÇOIS, FNAC La lu5e contre la fraude doit concerner l'ensemble de l'entreprise. La difficulté, c'est de parvenir à me5re en place dans la durée une structure et des processus suffisamment dynamiques pour s'adapter en permanence à l'évoluon de la fraude. Nous parvenons à industrialiser les moyens de recherche de la "fraude d'opportunité" (ce5e fraude individuelle et unique représente 80% des cas) en plaçant des requêtes ou des filtres dans les systèmes I.T. Par exemple, si un caissier a crédité à plusieurs reprises une même carte bleue, une alerte apparaît. CePe recherche "industrielle" de la fraude a un puissant effet de dissuasion et permet de concentrer les moyens humains vers la fraude plus complexe (20% des cas), qui suppose de vraies inves ga ons. Ce travail de lu5e s'inscrit dans un cadre juridique très strict. Il convient sans cesse de se faire accompagner par la CNIL en procédant à des croisements de données. Au final, l'aspect technologique est essenel. Mais pour qu'il soit véritablement efficace, il doit s'intégrer dans une stratégie globale de lupe contre la fraude qui implique de nombreux acteurs de l'entreprise (DRH, Communicaon interne/externe, I.T., juristes...) 4/8

5 Avez-vous recours à l ou l d authen fica on 3-D Secure? CELINE LAMBERT, VOYAGES-SNCF.COM Lors de la mise en place de 3-D Secure, il a fallu accompagner les clients durant les trois premiers mois. Désormais, l'habitude est prise et les clients en viennent à s'inquiéter lorsque la phase 3-D Secure n'apparaît pas. Il est en tout cas évident que cet oul contribue à la maîtrise de la fraude. PAULINE BUZY, CHAPITRE.COM Nous avons longuement déba5u en interne pour savoir s'il fallait ou non ajouter ce5e étape dans processus de commande. Chapitre.com a finalement décidé de ne pas recourir à cet oul. Les paniers moyens étant assez peu élevés sur notre site, le risque de baisse de taux de transforma on nous a paru trop important. ELIE CASAMITJANA, OGONE Ce choix dépend en effet des acvités des commerçants, des paniers et des objecfs business. Un marchand qui a des marges faibles comme Becharge et qui fait face à d'importantes tentaves de fraudes va me5re en place tous les ouls pour minimiser le risque. Dans d'autres acvités pour lesquelles les marges sont plus élevées, les e- commerçants vont accepter de courir davantage de risques. Afin d'op miser la conversion, 3-D Secure peut être ac vé uniquement sur les transac ons pour lesquelles un risque significa f a été iden fié par les ou ls. QUESTION DE LA SALLE : Est-ce que le taux de fraude baisse chez un marchand si une stratégie de répression via des poursuites est mise en place? PHILIPPE FRANÇOIS, FNAC Il est assez complexe de me5re en place des soluons en interne ou avec des prestataires pour faire baisser le taux de fraude. Les ouls spécifiques sont onéreux et difficiles à amorr. Il faut également prendre en compte les limites imposées par le droit social et la CNIL. De plus, la coopéraon des autorités internaonales n est pas réellement efficace face aux fraudeurs qui se dissimulent derrière une forme d extra-territorialité permise par le Web. Il faut à tout prix parvenir à se protéger des a5aques déclenchées par des réseaux organisés. Ces groupes constueront une menace considérable dans les années à venir. Les répressions naonales seront alors totalement inefficaces... 5/8

6 CATHY ROSALIE JOLIE, AVOCATE - ULYS Concernant la fraude interne, l idenficaon doit se faire dans le cadre des éléments qui ont été validés auprès de la CNIL. Trop souvent, les chartes spécifiques mises en place ne sont pas opposables aux salariés si un problème se déclare. Pour disposer de moyens d ac on efficaces en cas de fraude interne, il convient de mener en amont une réflexion sur ces sujets avec les organes représenta fs du personnel. Il est autrement plus difficile de réagir à une a5aque internaonale. Jusqu où est-il possible d aller pour remonter la trace du hacker? Si la menace est idenfiée, encore faut-il que l acon puisse être portée au niveau internaonal... En conclusion, la meilleure protecon contre la fraude (au-delà de la mise en place d ouls techniques dans le respect des réglementaons sociales et pénales), c est d effectuer une bonne classifica on des risques. Il faut impéravement prendre le temps de cartographier le système d informaons. II - LE COÛT TOTAL DE LA FRAUDE EN LIGNE ELIE CASAMITJANA, OGONE Le premier indicateur suivi par les marchands est le coût financier direct : le coût de revient des produits livrés, les amendes infligées par les instuons, le temps passé à gérer les contestaons, etc. Les revenus manqués, difficiles à mesurer, ne sont pas négligeables. Car pour prévenir la fraude, le marchand va me5re en place des filtres perme5ant d idenfier les transacons suspectes. Dans ce cas, le risque est de bloquer les clients non-fraudeurs. Ce5e acon a un impact sur la marge, mais également sur la réputaon du site Internet. Les coûts liés à la préven on sont également à prendre en compte. Pour disposer d un système abou de protecon, il faut invesr d importantes ressources (en capital humain, en technologies internes ou externes...) 6/8

7 Comment faire prendre conscience en interne de la no on de coût total de la fraude? PHILIPPE FRANÇOIS, FNAC Un comité d éthique a été mis en place afin de réunir toutes les direcons. Certains coûts de sécurité doivent être intégrés en amont dans le développement des systèmes. L enjeu, pour les services Sécurité, c est de se manifester le plus tôt possible dans les projets pour ne pas apparaître comme ceux qui empêchent les choses de se faire. Il faut toujours pouvoir raisonner en interne en terme de R.O.I., en sachant prouver qu une dépense pour lu5er contre la fraude perme5ra de rapporter à l entreprise. De plus, le fait de laisser faire les fraudeurs discrédite le management et a un coût social : la mo va on d un salarié s effondre s il constate les voleurs restent impunis... A l avenir, aura-t-on recours de manière systéma que à l authen fica on biométrique? CATHY ROSALIE JOLIE, AVOCATE - ULYS L acteur qu il convient de rassurer en priorité, c est le consommateur. Dans la réglementaon, ce5e nécessité s est traduite par un allongement des durées de contestaon et d opposion (passant de 120 jours en moyenne en 2009, à 13 mois en 2014). La Banque de France incite à l ulisaon massive de 3-D Secure. Cet oul ne résulte pas de la réglementaon, mais d accords conclus entre les banques et les éme5eurs de cartes. On assiste à l émergence de technologies complémentaires pour sécuriser la transacon. Se posent dès lors des quesons liées à la nature des données (empreintes digitales, iris, empreinte vocale...) et à leur pérennité. Puisqu il n existe pas encore d autorité européenne de protecon des données, il faudra obtenir les autorisaons dans chacun des pays. QUESTION DE LA SALLE : De nouveaux acteurs apparaissent sur le marché du paiement. Comment peuvent-ils s intégrer dans la ges on de la fraude? CELINE LAMBERT, VOYAGES-SNCF.COM Je pense que le problème de la fraude est bien pris en compte par ces nouveaux acteurs. Pour la SNCF, ce5e capacité à anciper les risques fera pare des critères de choix d un nouveau moyen de paiement. Il devra obligatoirement émaner d un établissement bancaire connu. Ces changements dans les usages me paraissent bénéfiques pour les parcours clients et la lu5e contre la fraude. 7/8

8 FABRICE ROTSTEIN, BECHARGE Becharge cherche à intégrer le plus grand nombre possible de moyens de paiement. Nous sommes par exemple en discussion avec Paylib, qui compte actuellement ulisateurs. Il faut rester ouvert, car le monde du Web est en constante évoluon et les consommateurs sont sans cesse à la recherche des nouveautés. CATHY ROSALIE JOLIE, AVOCATE - ULYS Le e-commerçant doit toujours se préoccuper de la provenance des services de paiement. Pour être intégré sur une plateforme, un moyen de paiement doit être fourni par une banque, un établissement de monnaie électronique ou un établissement de paiement. Si elle n apparent pas un de ces trois prestataires, la soluon de paiement n est pas encadrée ni régulée par la Banque de France (ou son équivalent à l étranger). 8/8

Séminaire Aristote - 11 avril 2012 Jedeclare.com d'un Portail Déclara:f à une Plate- forme globale de dématérialisa:on au service d'une profession

Séminaire Aristote - 11 avril 2012 Jedeclare.com d'un Portail Déclara:f à une Plate- forme globale de dématérialisa:on au service d'une profession Séminaire Aristote - 11 avril 2012 Jedeclare.com d'un Portail Déclara:f à une Plate- forme globale de dématérialisa:on au service d'une profession Stéphane Gasch Directeur des études informa:ques du CSOEC

Plus en détail

LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT

LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT PARTENAIRES ENTREPRISE ET TRANSFORMATION DIGITALE LA DIGITALISATION DE LA RELATION CLIENT PROGRAMME Face à la mulplicaon des canaux digitaux de communicaon, à l évoluon des comportements des clients et

Plus en détail

LES RESEAUX SOCIAUX SUR MOBILE : RETOURS D EXPERIENCE

LES RESEAUX SOCIAUX SUR MOBILE : RETOURS D EXPERIENCE PROGRAMME Il y a quelques mois, Facebook annonçait une croissance exceponnelle de ses résultats sur terminaux mobiles, laissant entendre que le réseau social avait enfin compris comment générer des revenus

Plus en détail

Journées Grandes Marques 2014

Journées Grandes Marques 2014 Journées Grandes Marques 2014 I - STRATÉGIE & OBJECTIFS BIG DATA, CRM, MOBILE : OÙ ET COMMENT L HYPERCONTEXTUALISATION GÉNÈRE LA CONVERSION? Lorsqu il s agit d engager le dialogue avec le consommateur,

Plus en détail

Solutions et Services. d'analyse prédictive

Solutions et Services. d'analyse prédictive ProbaYes Mastering Uncertainty Solutions et Services d'analyse prédictive Mai 2013 Copyright 2013 Probayes All Rights Reserved 1 Présenta)on Probayes Créée en 2003 Basée en France (Grenoble) Spin-off de

Plus en détail

Annexes Condi+ons générales de vente

Annexes Condi+ons générales de vente Annexes Condi+ons générales de vente Les présentes sont conclues entre : La société VIGICORP, SAS au capital de 150 000, société de droit français, élisant domicile 16 boulevard Charles de Gaulle 44800

Plus en détail

Chapitre 1 «mes chiffres clés à portée de mains»

Chapitre 1 «mes chiffres clés à portée de mains» Chapitre 1 «mes chiffres clés à portée de mains» Le volume des données manipulées par les acteurs du tourisme est de plus en plus important. Au delà des données mé6ers qui se complexifient, les données

Plus en détail

ANI SEREZ- VOUS PRETS?

ANI SEREZ- VOUS PRETS? ANI SEREZ- VOUS PRETS?! Un risque commercial et financier Plus de 4 millions d assurés individuels vont basculer dans des contrats collec8fs, avec des mouvements importants entre les différents acteurs

Plus en détail

Présentation de la solution

Présentation de la solution Présentation de la solution 28 Octobre 2014 La société Talk to Pay 2013: Création de Talk to Pay Issue de l activité Innovation de PW Consultants Talk to Pay conçoit et commercialise des solutions de simplification

Plus en détail

Journées Grandes Marques 2014

Journées Grandes Marques 2014 Journées Grandes Marques 2014 IV - CIBLAGE & OMNICANAL TOUCHER SON COEUR DE CIBLE PLUS EFFICACEMENT AVEC L EMAILING COMPORTEMENTAL Hier, le cœur de cible d un annonceur était défini par des critères socio-démographiques.

Plus en détail

Ergonomie SNCE Syndicat Na2onal des cabinets Conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France

Ergonomie SNCE Syndicat Na2onal des cabinets Conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France Ergonomie SNCE Syndicat Na2onal des cabinets Conseil en Ergonomie Chambre de l Ingénierie et du Conseil de France Document élaboré pour Ce document est des7né aux entreprises ayant pour objec7f la préven-on

Plus en détail

Octobre 2013. Cybersécurité. Guide pra3que

Octobre 2013. Cybersécurité. Guide pra3que Octobre 2013 Cybersécurité Guide pra3que Défini0ons clés Cyberespace Ensemble de données numérisées lié à l interconnexion des ordinateurs dans le Monde. Cybersécurité Principe qui permet de lu8er contre

Plus en détail

Fédération des Agences Urbaines du Maroc MAJAL. Les projets et Démarches de dématérialisa3on. Séminaire de restitution. 29 Mars 2014.

Fédération des Agences Urbaines du Maroc MAJAL. Les projets et Démarches de dématérialisa3on. Séminaire de restitution. 29 Mars 2014. Fédération des Agences Urbaines du Maroc MAJAL Les projets et Démarches de dématérialisa3on Séminaire de restitution 29 Mars 2014! M2M Group Dématérialisa+on: Défini+on et Impacts Directs Dématérialisa+on

Plus en détail

Transformation Digitale des Ressources Humaines

Transformation Digitale des Ressources Humaines Transformation Digitale des Ressources Humaines Management des Equipes & Projets Coaching Individuel & Groupes Créa>vité Approches collabora>ves Intelligence collec>ve Stratégie et cohérence Management

Plus en détail

DÎNER EBG 500. 3 avril 2014. Première pare Tout sur la Bitcoin Economy

DÎNER EBG 500. 3 avril 2014. Première pare Tout sur la Bitcoin Economy DÎNER EBG 500 3 avril 2014 Première pare Tout sur la Bitcoin Economy > Qu'est-ce que Bitcoin? Quels sont les grands principes de fonconnement de ce"e " devise "? Qui en sont les éme"eurs? > Comment la

Plus en détail

LA LOGISTIQUE LES BONNES QUESTIONS À SE POSER

LA LOGISTIQUE LES BONNES QUESTIONS À SE POSER LA LOGISTIQUE LES BONNES QUESTIONS À SE POSER Les bonnes questions à se poser 1. Qui sont mes clients (à qui vais- je vendre sur Internet)? 2. Ai- je du temps à consacrer à ma bou?que en ligne? 3. Ma

Plus en détail

une étude ANDRH - FEFAUR mars 2013 BILAN ET PERSPECTIVES DE LA GESTION DES TALENTS DANS LES ENTREPRISES EN FRANCE avec le sou@en de

une étude ANDRH - FEFAUR mars 2013 BILAN ET PERSPECTIVES DE LA GESTION DES TALENTS DANS LES ENTREPRISES EN FRANCE avec le sou@en de une étude ANDRH - FEFAUR mars 2013 BILAN ET PERSPECTIVES DE LA GESTION DES TALENTS DANS LES ENTREPRISES EN FRANCE avec le sou@en de 2 Edito La ques(on des talents va s imposer rapidement dans l agenda

Plus en détail

Réaliser un site Internet a.rac0f

Réaliser un site Internet a.rac0f Réaliser un site Internet a.rac0f Un site attractif Un site attractif pour qui? Ø Les moteurs de recherche Ø Clients, nouveaux visiteurs, prospects Un outil de communication, pour faire savoir! LES 7 RÈGLES

Plus en détail

Journées Grandes Marques 2014

Journées Grandes Marques 2014 Journées Grandes Marques 2014 I - STRATÉGIE & OBJECTIFS THINK BIG, START SMALL, MOVE FAST : COMMENT OPTIMISER L'AGILITÉ ET LA PERFORMANCE DE VOS CAMPAGNES GRÂCE AU TAG MANAGEMENT? > Quels sont les retours

Plus en détail

Présentation Level5. Editeur de Logiciels. «If it s not monitored, it s not in production» Theo Schlossnagle #velocityconf

Présentation Level5. Editeur de Logiciels. «If it s not monitored, it s not in production» Theo Schlossnagle #velocityconf Editeur de Logiciels Présentation Level5 «If it s not monitored, it s not in production» Theo Schlossnagle #velocityconf «If you can not measure it, you can not improve it» Lord Kelvin vous accompagne

Plus en détail

MAJEURE CESEM 4 MANAGEMENT DES SYSTÈMES D INFORMATION

MAJEURE CESEM 4 MANAGEMENT DES SYSTÈMES D INFORMATION " MAJEURE CESEM 4 MANAGEMENT DES SYSTÈMES D INFORMATION 28 janvier - 15 février 2013 Professeurs : Annie Falan*n (annie.falan)n@reims- ms.fr) Diana Mangalagiu (diana.mangalagiu@reims- ms.fr) Dominique

Plus en détail

USER EXPERIENCE ET DATA : AUGMENTER LES CONVERSIONS GRÂCE À UN PARCOURS UTILISATEUR OPTIMISÉ

USER EXPERIENCE ET DATA : AUGMENTER LES CONVERSIONS GRÂCE À UN PARCOURS UTILISATEUR OPTIMISÉ PARTENAIRES : E-COMMERCE USER EXPERIENCE ET DATA : AUGMENTER LES CONVERSIONS GRÂCE À UN PARCOURS UTILISATEUR OPTIMISÉ PROGRAMME Comment améliorer le parcours des client en temps réel avec les données collectées

Plus en détail

Note de synthèse Enquête régionale Nord- Pas de Calais sur le télétravail

Note de synthèse Enquête régionale Nord- Pas de Calais sur le télétravail Note de synthèse Enquête régionale Nord- Pas de Calais sur le télétravail RAPPEL DU CONTEXTE De plus en plus d entreprises en France se lancent dans le télétravail. Plus de 7 salariés sur 10 déclarent

Plus en détail

Mon Restaurant et L Internet

Mon Restaurant et L Internet Service Attitude Mon Restaurant et L Internet Programme de forma4on, de mise en place et de suivi pour 4rer profit de la communica4on digitale des4né spécifiquement à vous, restaurateurs Septembre 2012

Plus en détail

Les rendez-vous Numérique 14

Les rendez-vous Numérique 14 Les rendez-vous Numérique 14 Ben Chams - Fotolia Programme d actions avec le soutien du FRED (Fonds pour les REstructurations de la Défense) dans le cadre du PLR (Plan Local de Redynamisation) d Angers

Plus en détail

Chapitre 1 «mes chiffres clés à portée de mains»

Chapitre 1 «mes chiffres clés à portée de mains» Chapitre 1 «mes chiffres clés à portée de mains» Le volume des données manipulées par les acteurs du tourisme est de plus en plus important. Au delà des données mé6ers qui se complexifient, les données

Plus en détail

CATALOGUE DES OFFRES 2014

CATALOGUE DES OFFRES 2014 CATALOGUE DES OFFRES 2014 GM_Oct 2014 Sommaire P9 DIAGNOSTIQUER Etat des lieux de l entreprise P3 REPRESENTER La défense des entrepreneurs P7 Sécurisaon des impayés P7 Projet à l international P7 Assistantes

Plus en détail

BTS NRC Négocia(on et rela(on client et passerelles mé1ers en Mutualité

BTS NRC Négocia(on et rela(on client et passerelles mé1ers en Mutualité BTS NRC Négocia(on et rela(on client et passerelles mé1ers en Mutualité BTS Négocia,on et Rela,on Cleint Le BTS NRC forme des vendeurs et des managers commerciaux capables de gérer la rela1on client dans

Plus en détail

BENCHMARK CONCURRENTIEL PERMANENT : PRIX, CONDITIONS, PROMOTIONS, INNOVATIONS

BENCHMARK CONCURRENTIEL PERMANENT : PRIX, CONDITIONS, PROMOTIONS, INNOVATIONS PARTENAIRES E-COMMERCE BENCHMARK CONCURRENTIEL PERMANENT : PRIX, CONDITIONS, PROMOTIONS, INNOVATIONS PROGRAMME Alors que le taux d équipement d appareils numériques explose, les consommateurs passent de

Plus en détail

Georges Thizon Consultant en sûreté privée et civile

Georges Thizon Consultant en sûreté privée et civile PRÉSENTATION: SERVICES RENDUS POUR ENTREPRISES En tant que consultant en sûreté et intervenant en préven on des risques professionnels [IPRP], il est de mon ressort de m assurer que la protec on des biens

Plus en détail

TROUVER DES CLIENTS PAR INTERNET

TROUVER DES CLIENTS PAR INTERNET 10 étapes pour TROUVER DES CLIENTS PAR INTERNET Une publica,on L auteur : Adrian Measures Adrian Measures est directeur et fondateur de Neocamino. Neocamino accompagne plus de 100 PME et TPE dans la réalisa,on

Plus en détail

www.cmcicpaiement.fr plateforme de paiements sécurisés sur internet Groupe Crédit Mutuel-CIC La carte d identité 2009

www.cmcicpaiement.fr plateforme de paiements sécurisés sur internet Groupe Crédit Mutuel-CIC La carte d identité 2009 CM-CIC PAIEMENT www.cmcicpaiement.fr plateforme de paiements sécurisés sur internet Le Groupe CM-CIC Groupe Crédit Mutuel-CIC La carte d identité 2009 PNB : 13,6 milliards Résultat net part du groupe :

Plus en détail

PRESENTATION DES INTERVENANTS

PRESENTATION DES INTERVENANTS PROGRAMME Qui aurait prédit que la vague Twier se poursuivrait, et que les taux d ulisaon (nombre d ulisateurs, nombre de tweets et de re-tweets, nombre moyen de followers par abonné ) connueraient à progresser?

Plus en détail

BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité

BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité BTS Assurance et passerelles mé2ers en Mutualité Le BTS Assurance vous prépare à exercer des responsabilités dans le domaine de la souscrip2on des assurances ou du règlement des sinistres Lieux d exercice

Plus en détail

Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13

Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13 Vers un Système unique d informa4on na4onale de médicaments au Mexique, dans le cadre du suivi de l OMD 8.13 México Angélica Ivonne Cisneros- Luján Lisbonne, 11 septembre 2012 CONTEXTE et DÉSCRIPTION du

Plus en détail

SOLUTIONS ET MOYENS DE PAIEMENT DU E-COMMERCE : RETOUR D EXPÉRIENCE SUR LES ÉVOLUTIONS DE LA RÉGLEMENTATION EUROPÉENNE ET LES PERSPECTIVES MAROCAINES

SOLUTIONS ET MOYENS DE PAIEMENT DU E-COMMERCE : RETOUR D EXPÉRIENCE SUR LES ÉVOLUTIONS DE LA RÉGLEMENTATION EUROPÉENNE ET LES PERSPECTIVES MAROCAINES SALON E-COMMERCE.MA DU 30 MAI AU 1 ER JUIN 2012 OFFICE DES CHANGES SOLUTIONS ET MOYENS DE PAIEMENT DU E-COMMERCE : RETOUR D EXPÉRIENCE SUR LES ÉVOLUTIONS DE LA RÉGLEMENTATION EUROPÉENNE ET LES PERSPECTIVES

Plus en détail

LE SUPPLIER RELATIONSHIP MANAGEMENT EN PRATIQUE

LE SUPPLIER RELATIONSHIP MANAGEMENT EN PRATIQUE PARTENAIRES ACHATS LE SUPPLIER RELATIONSHIP MANAGEMENT EN PRATIQUE PROGRAMME La geson de la relaon fournisseur Supplier Relaonship Management est au centre de l aenon de toutes les foncons Achats. Les

Plus en détail

La loi qui a créé la CNIL n 78-17 a été votée le 6 janvier 1978 et le décret d'application n 78-774 a été publié le 17 juillet 1978.

La loi qui a créé la CNIL n 78-17 a été votée le 6 janvier 1978 et le décret d'application n 78-774 a été publié le 17 juillet 1978. 1. Que signifie l'acronyme Cnil? Commission Nationale pour l'informatique et les Libertés 2. Quand la Cnil a-t-elle été instituée? La loi qui a créé la CNIL n 78-17 a été votée le 6 janvier 1978 et le

Plus en détail

Sécurité civile : Faites travailler la technologie pour vous!

Sécurité civile : Faites travailler la technologie pour vous! Sécurité civile : Faites travailler la technologie pour vous! Présentateur Joël Villeneuve Vice- président, Vente et Marke:ng Josée Boudreault Directrice stratégique L internet n a pas changé que les TIC,

Plus en détail

LES RESEAUX SOCIAUX AUTRES QUE FACEBOOK : PINTEREST, INSTAGRAM, VINE

LES RESEAUX SOCIAUX AUTRES QUE FACEBOOK : PINTEREST, INSTAGRAM, VINE PARTENAIRES MARKETING & SOCIAL MARKETING LES RESEAUX SOCIAUX AUTRES QUE FACEBOOK : PINTEREST, INSTAGRAM, VINE PROGRAMME Pinterest, Instagram et Vine connaissent une croissance régulière, qui les posi$onne

Plus en détail

Le logiciel sur tablette qui révolutionne la gestion de chantier

Le logiciel sur tablette qui révolutionne la gestion de chantier Le logiciel sur tablette qui révolutionne la gestion de chantier Rendez-vous sur www.batiscript.com Avant-propos 2 «Notre objec*f est de contribuer à l améliora*on de la produc*vité et des condi*ons de

Plus en détail

Programme. Formaons. Dans ce livret

Programme. Formaons. Dans ce livret Programme De Formaons Dans ce livret Comptabilité... 3-4 Fiscalité... 5-6 2015 Ges5on... 6 Faites de votre banquier votre allié... 7 Patrimoine social, professionnel et privé... 8-9 Informa5que... 9-10

Plus en détail

Stage Ini*ateur Club Comité Départemental 54 Nancy 11 et 12 octobre 2014. Les responsabilités des encadrants

Stage Ini*ateur Club Comité Départemental 54 Nancy 11 et 12 octobre 2014. Les responsabilités des encadrants Stage Ini*ateur Club Comité Départemental 54 Nancy 11 et 12 octobre 2014 Les responsabilités des encadrants Introduc)on De par ses préroga*ves et ses fonc*ons, l ini*ateur a des responsabilités et des

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE 1- Objet 1.1 Les présentes condi

Plus en détail

Administra*on du SI Périmètre et Risque

Administra*on du SI Périmètre et Risque Administra*on du SI Périmètre et Risque Lazaro Pejsachowicz Président CLUb de la Sécurité de l Informa9on Français De qui/quoi parle- t- on? En informa3que, le 3tre d'administrateur systèmes désigne la

Plus en détail

L innova(on con(nue grâce au Lean startup

L innova(on con(nue grâce au Lean startup Parlons Expériences #2 L innova(on con(nue grâce au Lean startup Mercredi 8 juillet 2015 Sommaire 1 Innover : c est quoi? 2 Le problème avec le succès 3 Innover! Une réponse uflisée par des entreprises

Plus en détail

Traçabilité extrêmement difficile. Dimension interna:onale

Traçabilité extrêmement difficile. Dimension interna:onale Rapidité Anonymat Traçabilité extrêmement difficile Dimension interna:onale La compétence juridic:onnelle CJUE 3 octobre 2013 Pinckney : en ma'ère d a,einte aux droits patrimoniaux d auteur, le li'ge peut

Plus en détail

BC Finances ACTUALITÉ. Votre conseiller vous informe 4ème Trimestre 2015 N 15

BC Finances ACTUALITÉ. Votre conseiller vous informe 4ème Trimestre 2015 N 15 BC Finances 1 rue Général Debeney 01000 BOURG-EN-BRESSE 04 74 50 45 45 contact@bcfinances.fr Votre conseiller vous informe 4ème Trimestre 2015 N 15 ACTUALITÉ La loi Macron passée au crible... La loi Macron,

Plus en détail

Accompagnement. Devenir & Etre Entrepreneur

Accompagnement. Devenir & Etre Entrepreneur Accompagnement Management des Equipes & Projets Coaching Individuel & Groupes Créa;vité Approches collabora;ves Intelligence collec;ve Devenir & Etre Entrepreneur Marie-Christine Cornou Consultante - Coach

Plus en détail

Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION AVEC BW CONSULTANTS CHOISISSEZ DE GARANTIR VOTRE DEVELOPPEMENT

Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION AVEC BW CONSULTANTS CHOISISSEZ DE GARANTIR VOTRE DEVELOPPEMENT Cabinet de Conseil STRATÉGIE MANAGEMENT ORGANISATION JURIDIQUE FORMATION 1 Pourquoi nous choisir? Le chef d entreprise, surtout s il est propriétaire, déteste l aventure. Notre Objec>f est de vous accompagner

Plus en détail

AMENER LE CLIENT VERS SOI AVEC L INBOUND MARKETING

AMENER LE CLIENT VERS SOI AVEC L INBOUND MARKETING PROGRAMME Le Branding ROIste : u liser la marque pour générer du trafic et de la conversion L Inbound est une des grandes tendances du e-commerce, des sites médias et des marques ; il s agit d amener les

Plus en détail

De l'idée au produit : un exemple de créa4on d'entreprise. Anne Boyer LORIA Nancy Université 17 septembre 2010

De l'idée au produit : un exemple de créa4on d'entreprise. Anne Boyer LORIA Nancy Université 17 septembre 2010 De l'idée au produit : un exemple de créa4on d'entreprise Anne Boyer LORIA Nancy Université 17 septembre 2010 Un rapide CV Professeur en informa4que - Université Nancy 2 (hnp://www.univ- nancy2.fr) Responsable

Plus en détail

Les 10 étapes clés pour trouver des clients par internet

Les 10 étapes clés pour trouver des clients par internet Les 10 étapes clés pour trouver des clients par internet Guide pour les entreprises de Home Staging 1 L auteur : Adrian Measures Adrian Measures est responsable du marke@ng sur internet et fondateur de

Plus en détail

16 LE BILAN D UNE BANQUE

16 LE BILAN D UNE BANQUE INTRODUCTION Cet ouvrage traite des états financiers des établissements de crédit, établis selon les normes comptables interna onales. Il se situe dans le prolongement du livre du même nom rédigé par Françoise

Plus en détail

Sites Internet : les. tendances. Jeudi 30 janvier 2014 Bordeaux L AGENCE CONNECTÉE À L ENTREPRISE

Sites Internet : les. tendances. Jeudi 30 janvier 2014 Bordeaux L AGENCE CONNECTÉE À L ENTREPRISE Sites Internet : les tendances pour 2014 Jeudi 30 janvier 2014 Bordeaux L AGENCE CONNECTÉE À L ENTREPRISE Inaa$v, une agence de communica$on avec des spécificités CONSEiL EN COMMUNICATION FoRmatiOns WEBMARKETING

Plus en détail

«COMMUNICATION ET PRÉSENTATION DE PROJET»

«COMMUNICATION ET PRÉSENTATION DE PROJET» «COMMUNICATION ET PRÉSENTATION DE PROJET» Chefs de projet ou toute personne ayant à communiquer en publique Comprendre et u,liser la communica,on non verbale Comprendre et u,liser le communica,on verbale

Plus en détail

Pint- Avocats - CGU IKIMO9-24 septembre 2014 1

Pint- Avocats - CGU IKIMO9-24 septembre 2014 1 CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU SITE WWW.IKIMO9.COM IMPORTANT : VEUILLEZ LIRE ATTENTIVEMENT CES CONDITIONS GENERALES D UTILISATION. Elles définissent les condi/ons d u/lisa/on du site internet www.ikimo9.com,

Plus en détail

Arbre à problemes et Arbres à objectifs

Arbre à problemes et Arbres à objectifs Arbre à problemes et Arbres à objectifs CAUSES D ECHEC DES ENTREPRISES NOUVELLES è Problèmes commerciaux q Marché mal ciblé q Clientèle poten3elle surévaluée q Délais de paiement clients sous évalués q

Plus en détail

COMMENT FAIRE DE L IMMOBILIER UN LEVIER DE CRÉATION DE VALEUR?

COMMENT FAIRE DE L IMMOBILIER UN LEVIER DE CRÉATION DE VALEUR? PARTENAIRES IMMOBILIER COMMENT FAIRE DE L IMMOBILIER UN LEVIER DE CRÉATION DE VALEUR? PROGRAMME La valeur des acfs immobiliers est essenelle au bilan, mais la bonne geson du patrimoine est aussi essenelle

Plus en détail

LE MOBILE B2B : UN LEVIER BUSINESS INSOUPÇONNÉ

LE MOBILE B2B : UN LEVIER BUSINESS INSOUPÇONNÉ PARTENAIRES MOBILITE LE MOBILE B2B : UN LEVIER BUSINESS INSOUPÇONNÉ PROGRAMME Le mobile B2B est un sujet extrêmement large qui recouvre de nombreux thèmes. Nous aborderons les probléma(ques liées aux offres

Plus en détail

BTS SP3S Services et presta,ons des secteurs sanitaire et social et passerelles mé0ers en Mutualité

BTS SP3S Services et presta,ons des secteurs sanitaire et social et passerelles mé0ers en Mutualité BTS SP3S Services et presta,ons des secteurs sanitaire et social et passerelles mé0ers en Mutualité BTS SP3S Le BTS SP3S forme les étudiants à des fonc8ons de rela0on et de communica0on, de ges0on de la

Plus en détail

Les échanges transactionnels

Les échanges transactionnels CHAPITRE 1 Les échanges transactionnels Le commerce électronique (ou virtuel) est sans doute le domaine qui offre le plus de potentiel au développement de l'internet. Il constitue également un défi majeur

Plus en détail

TÉLÉ, WEB, RÉSEAUX SOCIAUX ET MOBILE : LA CAMPAGNE OMNICANALE EXISTE-T-ELLE (ENFIN)?

TÉLÉ, WEB, RÉSEAUX SOCIAUX ET MOBILE : LA CAMPAGNE OMNICANALE EXISTE-T-ELLE (ENFIN)? PARTENAIRE ENJEUX DIGITAUX TÉLÉ, WEB, RÉSEAUX SOCIAUX ET MOBILE : LA CAMPAGNE OMNICANALE EXISTE-T-ELLE (ENFIN)? PROGRAMME Le mulcanal, 360 ou omnicanal, apparaît comme la configuraon idéale de tout plan

Plus en détail

GÉNÉRER DES REVENUS (TRÈS SIGNIFICATIFS) SUR MOBILE

GÉNÉRER DES REVENUS (TRÈS SIGNIFICATIFS) SUR MOBILE PARTENAIRES MOBILITE GÉNÉRER DES REVENUS (TRÈS SIGNIFICATIFS) SUR MOBILE PROGRAMME Le mobile génère un trafic mondial considérable. Ce device représente presque 50 % du chiffre d affaires de Facebook.

Plus en détail

Manuel d installation et de prise en main. protexa. Version 2

Manuel d installation et de prise en main. protexa. Version 2 Manuel d installation et de prise en main protexa Version 2 Sommaire Avant propos I. Installa on 1- Pré requis 2- Contenu du coffret 3- Installa on II. Premier lancement 1- Mot de passe par défaut 2- Assistance

Plus en détail

Comment encourager la pra/que du vélo en entreprise. Matinée vélo le 22 mai 2015 CCI Rennes

Comment encourager la pra/que du vélo en entreprise. Matinée vélo le 22 mai 2015 CCI Rennes Comment encourager la pra/que du vélo en entreprise Matinée vélo le 22 mai 2015 CCI Rennes Atouts du vélo en entreprise Pour l employeur Allégement de la pression sur le sta/onnement Meilleure produc/vité

Plus en détail

Conférence 2. La liberté de création

Conférence 2. La liberté de création Conférence 2. La liberté de création 32 Plan de la conférence I. La nature de la liberté de créa3on La liberté d expression Nature juridique : iden3fica3on des principales caractéris3ques d un objet juridique

Plus en détail

Présenta6on Isatech. ERP, Décisionnel, Architecture Systèmes & Réseaux. Isatech Tous droits réservés Page 1

Présenta6on Isatech. ERP, Décisionnel, Architecture Systèmes & Réseaux. Isatech Tous droits réservés Page 1 Présenta6on Isatech ERP, Décisionnel, Architecture Systèmes & Réseaux Isatech Tous droits réservés Page 1 L offre globale Couvrir l intégralité de la chaîne du SI Isatech Tous droits réservés Page 2 Isatech

Plus en détail

PUBLICITÉ MOBILE : LES FORMATS QUI MARCHENT POUR L ANNONCEUR ET POUR LE SUPPORT

PUBLICITÉ MOBILE : LES FORMATS QUI MARCHENT POUR L ANNONCEUR ET POUR LE SUPPORT PARTENAIRES MOBILITÉ PUBLICITÉ MOBILE : LES FORMATS QUI MARCHENT POUR L ANNONCEUR PROGRAMME On ne peut aujourd'hui rester de marbre face aux bouleversements que provoque le mobile... Les annonceurs les

Plus en détail

Le Pack Anima,on. Ou#l de sensibilisa#on au tri des déchets dans les écoles

Le Pack Anima,on. Ou#l de sensibilisa#on au tri des déchets dans les écoles Metz 12 mai 2015 Jérôme Watelet - Animateur Le Pack Anima,on Ou#l de sensibilisa#on au tri des déchets dans les écoles Table des ma,ères Contexte Objec,fs Le Pack anima,on Ø En pra,que Facteurs clés de

Plus en détail

Vendre son champagne sur internet

Vendre son champagne sur internet dossier P.13-17 Vendre son champagne sur internet De nombreuses études le montrent : le commerce en ligne se porte bien et devrait continuer à croître sur les deux prochaines années. Ainsi, la Fédération

Plus en détail

PLATEFORME DE GESTION DE CONGRÈS SCIENTIFIQUES. h"p://www.sciencesconf.org

PLATEFORME DE GESTION DE CONGRÈS SCIENTIFIQUES. hp://www.sciencesconf.org PLATEFORME DE GESTION DE CONGRÈS SCIENTIFIQUES h"p://www.sciencesconf.org ! Sommaire Introduc9on Le portail Sciencesconf.org L espace conférence Site web Inscrip9on Ges9on scien9fique Soumission Sélec9on

Plus en détail

fondslocaux.com bloguefls.fonds2q.com Gouvernance des fonds d investissement : une question d équilibre

fondslocaux.com bloguefls.fonds2q.com Gouvernance des fonds d investissement : une question d équilibre fondslocaux.com bloguefls.fonds2q.com Gouvernance des fonds d investissement : une question d équilibre DÉROULEMENT Mise en contexte Gouvernance des fonds d inves3ssement Ges3on de portefeuille Période

Plus en détail

Le Règlement européen EiDAS

Le Règlement européen EiDAS Forum ATENA MEDEF «l e- gouvernement, les services et l économie transformés par les idenmtés numériques» (4ème édimon du colloque sur l idenmté numérique), 19 novembre 2014, Paris Le Règlement européen

Plus en détail

Agriculteurs : Temps mieux

Agriculteurs : Temps mieux RESSOURCES HUMAINES Agriculteurs : Temps mieux Gérer son temps au service de ses priorités professionnelles et personnelles. 4Prendre conscience de sa rela!on au temps et au travail. 4Poser un diagnos!c

Plus en détail

Rapport d activité sur le commerce mobile en France au 3ème trimestre 2015. Les parcours d achat cross-device sont dominés par le mobile

Rapport d activité sur le commerce mobile en France au 3ème trimestre 2015. Les parcours d achat cross-device sont dominés par le mobile Rapport d activité sur le commerce mobile en France au 3ème trimestre 2015 Les parcours d achat cross-device sont dominés par le mobile Rapport d activité sur le commerce mobile en France Les enseignements

Plus en détail

UN RÉSEAU D EXPERTS SERVICES D INFOGÉRANCE DE RISQUE. CyberSource Managed Risk Services. * la puissance du paiement DISPONIBLES UNE INTERFACE UNIQUE

UN RÉSEAU D EXPERTS SERVICES D INFOGÉRANCE DE RISQUE. CyberSource Managed Risk Services. * la puissance du paiement DISPONIBLES UNE INTERFACE UNIQUE Managed Risk Services 2 SERVICES DISPONIBLES UNE INTERFACE UNIQUE UN RÉSEAU D EXPERTS SERVICES D INFOGÉRANCE DE RISQUE * * la puissance du paiement Managed Risk Services 3 DE NOMBREUSES ENTREPRISES PERFORMANTES

Plus en détail

10 indicateurs clé de performance (KPI) incontournables pour e-commerçant

10 indicateurs clé de performance (KPI) incontournables pour e-commerçant 10 indicateurs clé de performance (KPI) incontournables pour e-commerçant Oubliez le nombre de visites sur votre boutique en ligne, le nombre de pages vues et même votre positionnement de mots clés sur

Plus en détail

COMMUNICATION FINANCIERE!

COMMUNICATION FINANCIERE! COMMUNICATION FINANCIERE! PRESENTATION DES RESULTATS SEMESTRIELS 2014! 1 -! MOT DU PRÉSIDENT! 2 -! PRINCIPALES RÉALISATIONS S1 2014! PRINCIPALES RÉALISATIONS! PRINCIPALES RÉALISATIONS S1 2014! Contrat

Plus en détail

Le webdéveloppement durable GreenIT à toutes les sauces

Le webdéveloppement durable GreenIT à toutes les sauces Le webdéveloppement durable GreenIT à toutes les sauces Paris Web 14 octobre 2011 Christophe Clouzeau @Christophe_Cl cclouzeau@neoma- interac;ve.com 1987 : Rapport Brundtland Commission des Na=ons unies

Plus en détail

restaurateurs Ouvrez- vous à la commande en ligne dès maintenant

restaurateurs Ouvrez- vous à la commande en ligne dès maintenant LE GUIDE POUR TOUT SAVOIR SUR LA COMMANDE EN LIGNE restaurateurs Ouvrez- vous à la commande en ligne dès maintenant 1 FAITES D INTERNET VOTRE MEILLEUR ALLIÉ POURQUOI OPTER POUR LA COMMANDE EN LIGNE? Vos

Plus en détail

Design & conception de site web optimisé SEO. augmentez la conversion sur vos sites

Design & conception de site web optimisé SEO. augmentez la conversion sur vos sites Design & conception de site web optimisé SEO augmentez la conversion sur vos sites Consultant web indépendant, mon approche en conception de site internet est centrée utilisateurs, prend en compte vos

Plus en détail

SÉLECTIONNER LES MEILLEURS CANDIDATS : L APPORT DES OUTILS D ÉVALUATION AU RECRUTEMENT ET À LA MOBILITÉ INTERNE

SÉLECTIONNER LES MEILLEURS CANDIDATS : L APPORT DES OUTILS D ÉVALUATION AU RECRUTEMENT ET À LA MOBILITÉ INTERNE PARTENAIRE RESSOURCES HUMAINES SÉLECTIONNER LES MEILLEURS CANDIDATS : L APPORT DES OUTILS D ÉVALUATION AU RECRUTEMENT ET À LA MOBILITÉ INTERNE PROGRAMME Il est primordial pour une organisation de savoir

Plus en détail

Choisir son prestataire de services en Outplacement

Choisir son prestataire de services en Outplacement Choisir son prestataire de services en Outplacement Pascal L Favre Eva von Rohr Jacques Bussy Salon RH Genève 30 septembre 2015 ACF Switzerland Fondée en 2004, Associa1on à but non lucra1f inscrite au

Plus en détail

LE DISPOSITIF VOISINS VIGILANTS A PLOEMEUR. Réunion publique 27 avril 2015

LE DISPOSITIF VOISINS VIGILANTS A PLOEMEUR. Réunion publique 27 avril 2015 LE DISPOSITIF VOISINS VIGILANTS A PLOEMEUR Réunion publique 27 avril 2015 LA DEMARCHE Pourquoi la Mairie sou-ent- elle l ini-a-ve? Ecoute des administrés Crée du lien entre voisins Efficacité du disposi-f

Plus en détail

L assurance et le risque Data. Clusir 25 avril 2012 Lyon François Brisson - Hiscox France

L assurance et le risque Data. Clusir 25 avril 2012 Lyon François Brisson - Hiscox France L assurance et le risque Data Clusir 25 avril 2012 Lyon François Brisson - Hiscox France 1 En quoi consiste une violation de données pour un assureur? «Une violation des données est un incident de sécurité

Plus en détail

Séminaire «La ges.on de l eau en montagne et le cas de l enneigement ar.ficiel»

Séminaire «La ges.on de l eau en montagne et le cas de l enneigement ar.ficiel» Séminaire «La ges.on de l eau en montagne et le cas de l enneigement ar.ficiel» 16 mai 2012 A Morzine (Haute- Savoie) Organisa.on Elodie Magnier, doctorante en géographie physique à l université de Lausanne

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2011

RESULTATS ANNUELS 2011 RESULTATS ANNUELS 2011 22 Mars 2012 Une vision claire et constante depuis 2003 : les contenus digitaux ne peuvent pas être 100% gratuits I LE POSITIONNEMENT Aider les media et les services en ligne à bâtir

Plus en détail

CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION

CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION CATALOGUE 2015 Forma!ons courtes PARCOURS TRADUCTION - 21, rue d Assas 75270 Paris Cedex 06 Tél. : +33(1) 42 22 33 16 Fax : +33 (1) 45 44 17 67 forma!on.con!nue@isit-paris.fr - www.isit-paris.fr Etablissement

Plus en détail

Optimiser son tunnel de conversion. Chantal Gomez pour la CCI 49-1 juillet 2014

Optimiser son tunnel de conversion. Chantal Gomez pour la CCI 49-1 juillet 2014 1 Optimiser son tunnel de conversion 2 Définition Tunnel de conversion Un tunnel ou entonnoir de conversion est une fonctionnalité d analyse graphique proposée par les outils d analyse d audience. Il permet

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE

CONFÉRENCE DE PRESSE CONFÉRENCE DE PRESSE Marie-Claire Capobianco, Membre du Comité Exécutif de BNP Paribas et Directeur des Réseaux France Bernard Roy, Directeur de la Stratégie de La Banque Postale Laurent Goutard, Directeur

Plus en détail

19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN LE E-COMMERCE

19 novembre 2015 ------------------------------ Centre de Congrès > CAEN LE E-COMMERCE LE E-COMMERCE LE E-COMMERCE : UN MARCHÉ EN PLEIN DÉVELOPPEMENT Evolution du chiffre d affaires du e-commerce depuis 2010 +65% sur 3 ans Poids du e- commerce dans l ensemble du commerce 5% en 2012 20% attendu

Plus en détail

E-commerce : réduire l écart entre recherche et achat

E-commerce : réduire l écart entre recherche et achat 2014 Edition Spéciale 3 Intelligence Applied 1 Le e-commerce a dominé la croissance des entreprises ces dernières années. Mais les marques et les distributeurs devraient lui en demander plus. Voici pourquoi...

Plus en détail

Exposé du 22/9/2015 Gérard Chevalier

Exposé du 22/9/2015 Gérard Chevalier Exposé du 22/9/2015 Gérard Chevalier Révélateur de nouvelles mobilités modifiant le travail Quelques «idées» sur l évolu=on du travail vers plus ou moins de mobilité au service de la créa=on d avantages

Plus en détail

Guide pratique : Je maitrise mon image sur les médias sociaux!

Guide pratique : Je maitrise mon image sur les médias sociaux! Guide pratique : Je maitrise mon image sur les médias sociaux! Ce guide, dédié aux étudiants de l université de Bourgogne a pour objec f de donner des conseils et des bonnes pra ques pour u liser au mieux

Plus en détail

Economie d entreprise

Economie d entreprise UNIVERSITE DE RENNES 1 ANNEE 2006-2007 Licence Droit 2 ème année Economie d entreprise THIERRY PENARD 1 HEURE (SANS DOCUMENT) ELEMENTS DE CORRECTION EXERCICE 1 : LES AGENCES IMMOBILIERES a) Plusieurs agences

Plus en détail

UN GUIDE PROPOSÉ PAR PME-WEB EMAIL MARKETING GUIDE ULTIME DES MOTS INTERDITS. Un guide pour Éviter de voir vos email passer en SPAM. www.pme- web.

UN GUIDE PROPOSÉ PAR PME-WEB EMAIL MARKETING GUIDE ULTIME DES MOTS INTERDITS. Un guide pour Éviter de voir vos email passer en SPAM. www.pme- web. UN GUIDE PROPOSÉ PAR PME-WEB EMAIL MARKETING GUIDE ULTIME DES MOTS INTERDITS Un guide pour Éviter de voir vos email passer en SPAM Table des matières 1. Introduction 2. Les termes financiers 3. Les termes

Plus en détail

Aujourd hui, nous allons parler de l op2on Catégorie T de Placements CI. Nous allons expliquer en quoi elle consiste et comment elle fonc2onne.

Aujourd hui, nous allons parler de l op2on Catégorie T de Placements CI. Nous allons expliquer en quoi elle consiste et comment elle fonc2onne. 1 Aujourd hui, nous allons parler de l op2on Catégorie T de Placements CI. Nous allons expliquer en quoi elle consiste et comment elle fonc2onne. À la fin de la présenta2on, vous en saurez davantage sur

Plus en détail

Catalogue Forma on 2015

Catalogue Forma on 2015 Catalogue Formaon 2015 Édito La professionnalisa! o n des salariés et des administrateurs reste au cœur des préoccupa! o ns d Adessadomicile dans la mesure où elle contribue à la qualité des services des

Plus en détail