Seuils d'indétectabilité chez les patients traités par ARV le point du vue du clinicien

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Seuils d'indétectabilité chez les patients traités par ARV le point du vue du clinicien"

Transcription

1 14 15 octobre 2010 Seuils d'indétectabilité chez les patients traités par ARV le point du vue du clinicien Bruno Hoen 1

2 Plan de la discussion Quelle(s) définition(s)? Quelle réalité épidémiologique? Quelle signification physiopathologique? Quel impact "clinique" d'une virémie de faible niveau? Risque d'échec virologique Risque de résistance Conséquences immunologiques Conséquences cliniques Quelle intervention thérapeutique? Quoi? À partir de quel seuil? 2

3 Plan de la discussion Quelle(s) définition(s)? Quelle réalité épidémiologique? Quelle signification physiopathologique? Quel impact "clinique" d'une virémie de faible niveau? Risque d'échec virologique Risque de résistance Conséquences immunologiques Conséquences cliniques Quelle intervention thérapeutique? Quoi? À partir de quel seuil? 3

4 Définitions et seuils au fil du temps Année Seuil technique Succès Échec Test de R < 400 > 5000 > < 400 > 1000 > < 50 > 500 > < 50 > 50 > (20, 5, 1) < 50 > 50 (> 200) > 50 4

5 le meilleur de l IAC 2010 Etude ANRS MULTIVIR : prévalence de la résistance aux ARV en 2009 chez les patients traités (1) Etude nationale, multicentrique transversale Réalisation systématique d'un test génotypique chez les patients traités à charge virale > 50 c/ml Séquençage TI et protéase obtenu pour 523 des 744 patients inclus Efficacité de l amplification en fonction de la charge virale c/ml n = % c/ml n = % c/ml n = % > c/ml n = % Prévalence de la résistance aux ARV en 2009 (algorithme ANRS) Au moins 1 ARV 58 % Au moins 1 INTI 48 % Au moins 1 INNTI 21 % Au moins 1IP 29 % Assoumou L, IHHRW 2010, Abs. 147

6 Distinguer 3 situations "cliniques" Blip (accident réplicatif isolé) CVP entre 50 et c/ml sur un prélèvement isolé (CVP est < 50 c/ml sur un contrôle réalisé dans un intervalle de 2 à 4 semaines) Virémie faible persistante (Low-Level Viremia, LLV) 50 c/ml < CV < 1000 c/ml (ou 500 c/ml, ou 200 c/ml?) sur 2 prélèvements consécutifs à au moins 15 jours d intervalle Réplication "résiduelle" réplication virale "détectable" en dessous de 50 copies/ml par des techniques ultra-sensibles 6

7 Plan de la discussion Quelle(s) définition(s)? Quelle réalité épidémiologique? Quelle signification physiopathologique? Quel impact "clinique" d'une virémie de faible niveau? Risque d'échec virologique Risque de résistance Conséquences immunologiques Conséquences cliniques Quelle intervention thérapeutique? Quoi? À partir de quel seuil? 7

8 Exploration descriptive préliminaire des LLV au sein d'icone COREVIH participants Alsace Franche-Comté Lorraine/Champagne-Ardennes Nord Critères de sélection Patients adultes sous ARV Schéma thérapeutique inchangé depuis au moins 6 mois Dernière mesure de CV comprise entre 50 et 1000 c/ml Paramètres analysés Caractéristiques démographiques, historique VIH et ARV Caractéristiques selon valeurs des 4 précédentes mesures de CV Analyse des TPCV (< 100 c/ml) et comparaison TPCV vs PCV+ (> 400 c/ml) Génotypes de résistance 8

9 Caractéristiques des patients (1) 235 patients (169 H, 66 F, âge moyen 45,8 ans) Répartition géographique Alsace 30 4,3% Franche-Comté 19 3,6% Lorraine 59? Nord ,6% N Prévalence Principales raisons de l'arrêt du trt ARV précédent 9 Échec virologique 49 Simplification 44 Effets indésirables 41 Demande du patient 35

10 Caractéristiques des patients (2) Durée de l'infection par le VIH (années) Moyenne 12,7 (extrêmes 1 27) Médiane 13,0 (IQR 7 ; 18) Durée de traitement ARV (années) Moyenne 10,3 (extrêmes 1 22,6) Médiane 11,1 (IQR 5,6 ; 14) Lymphocytes CD4 (n/mm 3 ) Moyenne 600 (extrêmes ) Médiane 529 (IQR 385 ; 774) Tous les patients ont déjà eu au moins un rebond virologique antérieur 10

11 Caractéristiques CV antérieures et actuelle CV précédentes (4 mesures antérieures) Précédente CV négative (blip possible) 124 (52,8%) 4 précédentes CV négatives (blip probable) 67 (28,5%) Au moins un blip antérieur 62 (26,4%) Précédente CV positive (non blippeurs) 111 (47,2%) 4 précédentes CV positives 40 (17,0%) LLV persistantes 17 (7,2%) CV actuelle Moyenne 214 (ext ) Médiane 128 (IQR 72 ; 247) CV< CV <400 CV > 400 n=94 n=104 n=37 Pas d'effet centre pas d'impact du trt en cours 11

12 Evolution de la charge virale avant PCV chez les 111 patients non-blippeurs 12

13 Evolution de la CV avant PCV chez les 40 patients avec 4 CV précédentes > 50 c/ml 13

14 Particularités des VLLV (< 100 c/ml) CV < 100 c/ml N = 94 CV > 100/ml N = 141 Âge, ans (moyenne) 46,6 45,3 0,34 Sexe (H/F %H) 77/17 81,9 92/49 65,2 0,005 Durée VIH, ans (moyenne) 12,7 12,8 0,89 Durée ARV, ans (moyenne) 10,1 10,5 0,50 N. rebonds viro ant (moyenne) 2,0 2,1 0,84 CV précédente > 50 c/ml (%) 29,0 58,9 < 0,0001 CV précédente, c/ml, moyenne < 0, CV précédentes > 50 c/ml (%) 8,5 22,7 0,005 Au moins un blip antérieur (%) 39,4 17,7 0,0002 CD4, n/mm 3 (moyenne) ,38 p 14

15 Particularités des LLV+ (> 400 c/ml) CV > 400 c/ml N = 37 CV < 400/ml N = 198 Âge, ans (moyenne) 43,6 46,3 0,08 Sexe (H/F %H) 25/12 67,6 144/54 72,7 0,52 Durée VIH, ans (moyenne) 11,5 13,0 0,17 Durée ARV, ans (moyenne) 9,1 10,5 0,15 N. rebonds viro ant (moyenne) 1,6 2,1 0,02 CV précédente > 50 c/ml (%) 59,5 44,9 0,10 CV précédente, c/ml, moyenne ,01 4 CV précédentes > 50 c/ml (%) 27,0 15,2 0,07 Au moins un blip antérieur (%) 10,8 29,3 0,02 CD4, n/mm 3 (moyenne) ,08 p 15

16 Synthèse de ces données Caractéristiques des patients avec LLV Pas des perdreaux de l'année Plutôt des récidivistes Peu de LLV persistantes Pas en danger immédiat sur le plan immunologique Particularités des patients avec VLLV (< 100 c/ml) Sur-représentation masculine Moins souvent des virémies persistantes Plus d'antécédents de blips Particularités de patients avec LLV+ (> 400 c/ml) 16 Moins d'antécédents de blips (récents) Début d'impact sur les CD4

17 Recherche des patients avec LLV dans la base du CHU de Besançon File active 664 Effectif % Sous CART dernières CV entre 50 et 500 c/ml Requête sous Nadis, octobre 2010 Sous IP et pas d'exposition antérieure à DRV 18 2,9 4 0,6 17

18 Fréquence des épisodes de virémie transitoire low-level viral rebound (LLVR) N= 2770 pts entre épisode de LLVR = 51 et 500 c/ml après traitement efficace (au moins 2 cv<50 c/ml pendant les 6 derniers mois) -->28,6% (779) au moins un épisode LLVR Suivi parmi les 655 pts qui ne changent pas de TT (S12) 20 % (soit 6% de la population) présente un autre LLVR Devenir après le premier point entre c/ml % 71 20% 20 9% undetectable <50 LLVR Virologic failure (>500) 9 Garcia-Gasco, JAC 2008

19 Synthèse des données observées dans différentes cohortes de patients Après un succès virologique sous ARV (2 CV < 50 c/ml), une LLV unique (50 < CV < 500) est observée dans environ 30 % des cas Le suivi de ces patients montre 70% : retour à < 50 c/ml (= blip) 20% : persistance entre 50 et 500 (LLV persistante) 10% : évolution vers CV > 500 c/ml (échec virologique) soit 6% des pts 19

20 Plan de la discussion Quelle(s) définition(s)? Quelle réalité épidémiologique? Quelle signification physiopathologique? Quel impact "clinique" d'une virémie de faible niveau? Risque d'échec virologique Risque de résistance Conséquences immunologiques Conséquences cliniques Quelle intervention thérapeutique? Quoi? À partir de quel seuil? 20

21 le meilleur de l IAC 2010 Les virémies persistantes de faible niveau auraient bien pour origine les cellules infectées quiescentes : nouvelle démonstration (1) Hypothèse testée Les virémies persistantes de faible niveau (VPF) proviennent surtout de l ADN proviral intégré dans des cellules infectées latentes Ces VPF devraient donc être plus fréquemment détectées par des "tests à une copie" chez des patients ayant une infection des cellules latentes (CIL) plus importante Expérimentation Patients infectés par le VIH traités depuis la primo-infection, avec CV < 50 c/ml depuis plus de 6 mois Leuco-aphérèse pour isoler des cellules CD4 infectées latentes Calcul de la fréquence d infection cellulaire latente Mesure de la VPF par CV ultra-sensible (test à une copie) Recherche de corrélation entre niveaux de VPF et de CIL Archin NM, IAC 2010, Abs. WEAPDA101

22 le meilleur de l IAC 2010 Les virémies persistantes de faible niveau auraient bien pour origine les cellules infectées quiescentes : nouvelle démonstration (2) Résultats Le niveau de VPF augmente avec celui de CIL Les blips sont plus fréquents pour les niveaux de CIL les plus élevés A - Les séquences de VIH plasmatique correspondant à un blip à 192 c/ml ont été comparées à celles du VIH cellulaire chez un patient : pas d identité complète Après interprétation, si ces résultats n éliminent pas la possibilité d autres sources de virémie persistante ils sont compatibles avec l hypothèse que la principale source de VPF réside dans ce pool de cellules CD4 infectées de façon latente Nb cellules infectées/ 10 6 cellule latentes Patients Blips B - Nb cellules infectées/10 6 cellules latentes CV plasmatique, test à une copie C + D - E - F - G - H + I + J - K - L - M + N P Archin NM, IAC 2010, Abs. WEAPDA CV plasmatique, c/ml

23 Plan de la discussion Quelle(s) définition(s)? Quelle réalité épidémiologique? Quelle signification physiopathologique? Quel impact "clinique" d'une virémie de faible niveau? Risque d'échec virologique Risque de résistance Conséquences immunologiques Conséquences cliniques Quelle intervention thérapeutique? Quoi? À partir de quel seuil? 23

24 Echec virologique après obtention d une CV < 50 c/ml sous 1 er traitement ARV : impact des faibles rebonds Sélection des patients obtenant une CV < 50 c/ml sous leur premier traitement ARV, suivi 1 an, et absence de CV > 400 c/ml ou d interruption du traitement Analyse des échecs virologiques (2 CV consécutives > 400 c/ml ou 1 CV > 400 c/ml suivies de changement de traitement ou arrêt suivi). Suivi médian de 2,2 ans % Evolution CV dans l année suivant obtention de la première CV < 50 c/ml 74,5 CV toujours < 50 c/ml (n = 1 032) N par patient 1 = 84,8 % 2 = 13,4 % 3 = 1,5 % 4 = 0,4 % 19,4 Blip (n = 269) Nombre CV consécutives entre 50 et 400 c/ml 2 = 54,1 % 3 = 28,2 % > 4 = 17,6 % 6,1 Rebond persistant (n = 85) Blip = 1 CV entre 50 et 400 c/ml Rebond persistant = 2 CV consécutives entre 50 et 400 c/ml Taux d échec virologique au cours du suivi (pour 100 années-patient) selon la CV au cours de la 1 ère année après l indétectabilité Ensemble des patients CV toujours < 50 c/ml Blip Rebond persistant 1,93 CV toujours < 50 c/ml (n = 1 032) 2,84 Blip (n = 269) 6,2 % 5,0 % 8,2 % 14,1 % 4,43 Rebond persistant (n = 85) Geretti AM, ICAAC/IDSA 2008, Abs. H-1256

25 Plan de la discussion Quelle(s) définition(s)? Quelle réalité épidémiologique? Quelle signification physiopathologique? Quel impact "clinique" d'une virémie de faible niveau? Risque d'échec virologique Risque de résistance Conséquences immunologiques Conséquences cliniques Quelle intervention thérapeutique? Quoi? À partir de quel seuil? 25

26 le meilleur de l IAS 2009 Détection des mutations de résistance aux ARV chez des patients à bas niveau d ARN VIH-1 plasmatique Étude du nombre de mutations de résistance (liste IAS-USA 2007) en fonction du niveau de charge virale (UK HIV Drug Resistance Database et CHIC Study) Génotypes avec au moins 1 mutation (n = 5 088) Nombre de mutations de R (médiane, IQR) < p = 0,015 CV (c/ml) La détection de mutations de résistance à des niveaux de CV < c/ml est fréquente, ce qui justifie les recommandations actuelles de réaliser des génotypes à partir de 50 c/ml Geretti AM, XVIII IHDRW 2009, Abs. 56 et Mackie JID 2010

27 27 HIV-1 1 Drug Resistance Evolution During Persistent Near Target Viral Suppression Babafemi Taiwo 1, *Sébastien* Gallien 2, Evgenia Aga 3, Heather Ribaudo 3, Richard Haubrich 4, Daniel Kuritzkes 2 and Joseph Eron Northwestern University, Chicago; 2. Harvard Medical School, Boston; 3. Harvard School of Public Health, Boston; 4. University of California San Diego, San n Diego, CA; UNC Chapel-Hill, North Carolina, U.S.A * Dr Gallien and Dr Taiwo contributed equally to this work.

28 28 Study Design Subjects were identified retrospectively from two ACTG clinical trials (A5142 and EFV arms of A5095) NTVS cases were defined as subjects with HIV-1 1 RNA levels between 50 and 1000 c/ml on at least 2 occasions during a 6-month period or longer while on randomized ART - One HIV-1 1 RNA <50 or >1000 c/ml within a 6-month 6 period was allowed Plasma virus during NTVS were sequenced Pre-treatment reverse transcriptase (RT) and protease (PR) sequences were obtained from the parent study - Stored plasma was sequenced if these were not available

29 29 Study Population 1234 patients on first line ART for 24 weeks 65 (5%) patients met NTVS definition Viral sequence availability Baseline N=59 No sample available (N=4) Failed sequencing (N=2) During NTVS N=59 No sample available (N=1) Failed sequencing (N=5) Baseline and during NTVS N=54

30 30 Description of the NTVS period Total (N=65) Length of NTVS period (weeks) 38 (24-48) * Number of HIV-1 1 RNA determinations 5 (4 8) First week of NTVS period 39 (30 97) HIV-1 1 RNA during NTVS period (copies/ml) ART discontinuation (>7 days) First value Minimum Maximum Time adjusted AUC Before During 97 (59 368) 25 (25 115) 260 (79 1,333) 77 (49 470) 8% 6% * Median (10th-90th percentile)

31 31 New Mutations During NTVS Any RT mutation 103N 103R 184IMV 184V 230L 69N, 74V, 75I, 101E, 106I, 106M, 108IV 115F, 118I, 138K, 181CY, 188CY,190A, 190AG, 215I, 225H, 225HP, 230LM Total (N=54) 23 (43%) * Any PR mutation 0

32 32 Factors Associated with New Resistance During NTVS Baseline/Demographics Race/ethnicity White, non-hispanic Black, non-hispanic Hispanic New Resistance No (N=31) 45% 26% 29% Baseline HIV-1 1 RNA (log10 c/ml) * 5.2 ( ) Yes (N=23) 17% 57% 26% P ( ) 0.13 No evidence of an association with age, sex, randomized ART, baseline CD4, and history of IV drug use (P>0.25)

33 33 Factors Associated with New Resistance During NTVS NTVS Period Characteristics cs New Resistance P No (N=31) Yes (N=23) Length of NTVS period * 33 (24 56) 25 (23 48) 1.0 # of HIV-1 1 RNA determinations * 5 (4 8) 5 (3 7) 0.12 # of Outliers <50 c/ml % 3% 30% 4% 0.05 # of Outliers >1,000 c/ml 1 6% 30% 0.03 HIV-1 1 RNA during NTVS period (c/ml) Min. * Max. * T-AUC * 25 (25 70) 143 (86 592) 69 (52 135) 62 (25 244) 368 (120 6,856) 137 (63 758) <0.001 * Median (10th-90th percentile)

34 34 Conclusions NTVS was observed in 5% of our trial population Accumulation of resistance during NTVS occurred in 43% of evaluable cases (most commonly to 3TC and EFV) - No major lopinavir/ritonavir mutations emerged A larger proportion of patients who accumulated resistance were Black, non-hispanic Accumulation of resistance was associated with higher HIV-1 1 RNA levels during the NTVS period - Although some mutations emerged at very low levels

35 Plan de la discussion Quelle(s) définition(s)? Quelle réalité épidémiologique? Quelle signification physiopathologique? Quel impact "clinique" d'une virémie de faible niveau? Risque d'échec virologique Risque de résistance Conséquences immunologiques Conséquences cliniques Quelle intervention thérapeutique? Quoi? À partir de quel seuil? 35

36 Au début les CD4 peuvent ne pas baisser et même continuer d'augmenter mais ça ne dure pas! Retour à la valeur de CD4 pré "échappement" après une durée médiane de 31 mois 36 Deeks et al. AIDS. 2002;16:

37 Plan de la discussion Quelle(s) définition(s)? Quelle réalité épidémiologique? Quelle signification physiopathologique? Quel impact "clinique" d'une virémie de faible niveau? Risque d'échec virologique Risque de résistance Conséquences immunologiques Conséquences cliniques Quelle intervention thérapeutique? Quoi? À partir de quel seuil? 37

38 Virémies VIH-1 de faible niveau : signification clinique Cohorte canadienne de patients sous traitement ARV entre 2000 et 2008 Suivi après 2 CV consécutives < 400 c/ml. Etude de la prédictivité des virémies de faible niveau (CV comprises entre 50 c/ml et c/ml) 1 0,8 0,6 Probabilité de survie Virémies transitoires : CV < 50 c/ml pendant > 75 % du suivi initial de 24 mois 0,4 Virémies de bas niveau transitoires 0,2 Virémies de bas niveau persistantes Délai de survenue du décès (mois) Virémies persistantes : CV > 50 c/ml pendant 25 % à 75 % du suivi initial de 24 mois Les patients avec des virémies à bas niveau persistantes ont un plus grand risque de rebond virologique et de mortalité par rapport aux patients avec des virémies transitoires ou contrôlées de manière permanente Hull M, CROI 2010, Abs. 504

39 Plan de la discussion Quelle(s) définition(s)? Quelle réalité épidémiologique? Quelle signification physiopathologique? Quel impact "clinique" d'une virémie de faible niveau? Risque d'échec virologique Risque de résistance Conséquences immunologiques Conséquences cliniques Quelle intervention thérapeutique? Quoi? À partir de quel seuil? 39

40 En résumé : conséquences des LLV persistantes Les LLV persistantes ne restent pas stables indéfiniment et elles finissent par ne plus être LL! Même si le retentissment sur les CD4 n'est pas immédiat, il finit par survenir Les conséquences de ces LLV sont finalement : la sélection de résistance et l'accumulation de mutations puis l'évolution inéluctable vers un "vrai" échec virologique avec finalement un impact immunologique puis clinique Et donc, même à faible niveau, une réplication virale persistante est délétère et diminue les options thérapeutiques ultérieures 40

41 Et alors, que faire devant une LLV? Chez tout le monde Optimiser l'observance +++ Traquer le "gag pharmacologique" Limiter si possible l'exposition d'arv à faible barrière génétique Et quoi d'autre? Intensifier (ajout d'un nouvel ARV d'une nouvelle classe)? Mettre le "meilleur" IP/r? Rien de plus? A partir de quand? Il n'y a pas de LLV à > 200 c/ml qui se corrigeront "toutes seules" donc changer, si possible, sans trop attendre Entre 50 et 200 c/ml On manque de données. : besoin urgent d'évaluation! CV < 50 c/ml. 41

42 Seuils d'indétectabilité Exemple CHU de Besançon 415 dernières mesures individuelles depuis Juillet 2010 chez des patients sous CART Laboratoire de virologie, D. Bettinger 42

43 Virémie VIH-1 résiduelle : signification clinique Etude de patients traités par ARV avec CV < 50 c/ml Analyse rétrospective de l échec virologique selon le niveau des virémies Risque de survenue de l échec virologique avec différentes définitions 1 0,8 Survenue d une seule CV > 50 c/ml 1 0,8 CV > 50 c/ml confirmée Mesure initiale CV : c/ml 0,6 0,4 0,2 0,6 0,4 0,2 ARN détectable < 40 c/ml ARN non détectable ,8 0, Mois CV > 400 c/ml confirmée 1 0,8 0, Mois CV > 400 c/ml confirmée ou une seule CV > 400 c/ml suivie d un changement de traitement 0,4 0,4 0,2 0, Mois Mois Geretti AM, CROI 2010, Abs. 505

44 Que faire devant une CV < 50 c/ml (virémie résiduelle?) Rien ne prouve qu'il faille faire quelque chose On n'a pas identifié d'intervention efficace (à ce jour) Intensification par Raltégravir Intensification par Maraviroc Purge des réservoirs par HDAC1 Il n'est pas exclu que les démonstrations et les convictions d'aujourd'hui sur les CV entre 50 et 200 c/ml se reportent prochainement sur les situations de CV < 50 c/ml ce qui donnera l'occasion de nouveaux débats à Synergie! En attendant : adaptation de vocabulaire Pourra-t-on encore parler de charge virale indétectable? 44

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille XVIIe Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Les charges virales basses: constat et gestion

Les charges virales basses: constat et gestion Les charges virales basses: constat et gestion Symposium inter-régional viro-clinique Hardelot 25-26 Mai 2011 Laurence Bocket --- Laboratoire de Virologie --- CHRU Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique

Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique Clotilde Allavena NANTES Symposium JANSSEN JNI 2011, Toulouse Jusqu en 1996, la montée en puissance Bithérapie 2 NUCs Trithérapie 2 NUCs

Plus en détail

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels liens entre puissance et rapidité d action? Est-ce un avantage d obtenir une décroissance virale rapide? Dans

Plus en détail

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Jade GHOSN Laboratoire de Virologie CHU Necker-Enfants Malades EA MRT 3620 Paris 5 Réservoirs anatomiques du VIH:

Plus en détail

Dr Pantxika BELLECAVE MFP- UMR 5234 Laboratoire de virologie du Pr. Fleury

Dr Pantxika BELLECAVE MFP- UMR 5234 Laboratoire de virologie du Pr. Fleury Dr Pantxika BELLECAVE MFP- UMR 5234 Laboratoire de virologie du Pr. Fleury 1 er cas SIDA MONO BI HAART (TRITHERAPIE) 1981 1987 1991 1992 1991 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005

Plus en détail

Pr Vincent CALVEZ CHU Pitié-Salpêtrière INSERM U 943 ANRS AC11 Resistance

Pr Vincent CALVEZ CHU Pitié-Salpêtrière INSERM U 943 ANRS AC11 Resistance Réplication résiduelle Pr Vincent CALVEZ CHU Pitié-Salpêtrière INSERM U 943 ANRS AC11 Resistance ART bloque la réplication virale avec persistance de ADN viral intégré Taille du réservoir est établie avant

Plus en détail

Virologie en Pédiatrie

Virologie en Pédiatrie Virologie en Pédiatrie Pr Coumba Touré Kane ANRS-SENEGAL Introduc3on 3,4 millions d enfants en 2010 (OMS 2011) 90% de ces enfants en Afrique sub- saharienne 260 000 enfants infectés en 2012 Baisse de 52

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air

Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air Réunion Inter-Corevih Basse Normandie - Bretagne Mont Saint-Michel Février 2014 Jean-Marc Chapplain Plan Actualité Dissection

Plus en détail

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Projet ANRS-12186 Évaluation de l échec virologique et résistance aux ARV chez des patients VIH positifs pris en charge dans les programmes

Plus en détail

Etude APROVIR: Résumé du protocole

Etude APROVIR: Résumé du protocole AntiPROtéases COhorte Résumé Objectif principal Etudier l'évolution clinique et biologique des patients infectés par le VIH débutant un traitement avec antiprotéase dans le contexte de la pratique actuelle

Plus en détail

Les stratégies de traitement VIH: nouvel algorithme des IP

Les stratégies de traitement VIH: nouvel algorithme des IP Les stratégies de traitement VIH: nouvel algorithme des IP Dr Laurence Bocket Service de virologie CHRU de Lille XIème journée régionale de Pathologie Infectieuse - 27 Septembre 2005 - Lille Résistance

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives?

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives? Lettre à l éditeur Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles perspectives? HIV Antiretroviral Drug Resistance: What s new in Mali? What is the future? Maiga AI 1,2, Sangare

Plus en détail

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques Virus: Diversité génétique et variation antigénique Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques M. Segondy Virus: Diversité génétique Virus: Génome + Capside ± Enveloppe 1 Virus: Diversité génétique

Plus en détail

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux 14 ème forum SOS Hépatites, Lyon Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux Dr. Sylvie LARRAT Laboratoire de Virologie CHU Grenoble Hépatite C chronique 180 millions de porteurs

Plus en détail

DÉTECTION DU GÉNOME DU VIH

DÉTECTION DU GÉNOME DU VIH DÉTECTION DU GÉNOME DU VIH AU SEIN DES FRACTIONS DU SPERME Classement NABM : 16-02 - code : non codé JUILLET 2006 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis

Plus en détail

INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD

INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD 5 e réunion viro-clinique inter-corevih «VIH, cultures et thérapeutiques» Marie Leoz, 23 mars 2013 PRÉLÈVEMENT SUR BUVARD : C EST QUOI? POURQUOI? Mode alternatif de

Plus en détail

Détection des variants minoritaires résistants aux ARV Signification clinique?

Détection des variants minoritaires résistants aux ARV Signification clinique? Détection des variants minoritaires résistants aux ARV Signification clinique? Dr Bernard Masquelier Journée AC11 ANRS, 2008 Introduction: problème posé /méthodes de détection (1) Sous-populations minoritaires:

Plus en détail

Prévention de la transmission mère-enfant du VIH

Prévention de la transmission mère-enfant du VIH Prévention de la transmission mère-enfant du VIH Rapport Morlat2013 REUNION COREVIH - Vendredi 17 Janvier 2014 Docteur Yasmine DEBAB Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Rouen 1 I. Désir

Plus en détail

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Annabelle Godet 1, Dan Havet 1, Anne Anceau 1, Julien Robert 2 Antoine Lafuma 2 1 Janssen, Issy les Moulineaux,

Plus en détail

LES GROSSESSES DANS LES ESSAIS BIOMÉDICAUX «2 LADY/MOBIDIP»

LES GROSSESSES DANS LES ESSAIS BIOMÉDICAUX «2 LADY/MOBIDIP» LES GROSSESSES DANS LES ESSAIS BIOMÉDICAUX «2 LADY/MOBIDIP» Alexandra Serris Interne en médecine interne INTRODUCTION : LES ESSAIS BIOMÉDICAUX EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE De plus en plus nombreux La majorité

Plus en détail

MALI MEDICAL. Echec virologique aux antirétroviraux

MALI MEDICAL. Echec virologique aux antirétroviraux ETUDE DE DEUX CAS D ECHEC VIROLOGIQUE AUX ANTIRETROVIRAUX A L INSTITUT D HYGIENE SOCIALE (IHS) DE DAKAR Study of two cases of virological failure of the antiretroviral in the Institute of Social Hygiene(ISH)

Plus en détail

Journées Nationales d Infectiologie. en 2007 pour un. 15 Juin 2007

Journées Nationales d Infectiologie. en 2007 pour un. 15 Juin 2007 Journées Nationales d Infectiologie Quelles exigences en 2007 pour un nouvel Inhibiteur de Protéase? 15 Juin 2007 Journées Nationales d Infectiologie Quelles exigences en 2007 pour un nouvel inhibiteur

Plus en détail

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique?

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? TVP et algorithme de prédiction clinique - 1 Médiocre sensibilité et spécificité des signes et symptômes cliniques Utilité démontrée de la

Plus en détail

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne Tours juin 2012 Un problème? VIH-VHB Piroth L et al, J Hepatol,

Plus en détail

Reconnaître, comprendre, et traiter la primo-infection à VIH. Faut-il traiter les primo-infections en 2010?

Reconnaître, comprendre, et traiter la primo-infection à VIH. Faut-il traiter les primo-infections en 2010? Reconnaître, comprendre, et traiter la primo-infection à VIH Faut-il traiter les primo-infections en 2010? La primo-infection à VIH Trois à six semaines après la contamination par le VIH, des anticorps

Plus en détail

infovihtal #6 hiver 2001

infovihtal #6 hiver 2001 infovihtal #6 Primo-infection Primo-infection Le stade qui suit l infection par le VIH est connu sous le nom de primo-infection ou phase aiguë de l infection à VIH. Quand le VIH entre dans l organisme

Plus en détail

l infection par le VIH Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Paris JNI Juin 2009

l infection par le VIH Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Paris JNI Juin 2009 Tests Interferon ( IGRA) dans l infection par le VIH Peut on les utiliser? Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Paris JNI Juin 2009 Population générale TB maladie 1/3 population mondiale infectée par BK Répartition

Plus en détail

LE MEILLEUR DE LA CROI 2013 - VIROLOGIE. Marie Leoz 12 avril 2013

LE MEILLEUR DE LA CROI 2013 - VIROLOGIE. Marie Leoz 12 avril 2013 LE MEILLEUR DE LA CROI 2013 - VIROLOGIE Marie Leoz 12 avril 2013 Réservoirs, Persistance et Eradication Qu est-ce que le réservoir? Caractérisation des cellules réservoirs Stratégies de traitement précoce

Plus en détail

Le programme OPP-ERA (Open Polyvalent Platforms-Era) UNITAID. Pr Christine ROUZIOUX CHU Necker, Université Paris Descartes

Le programme OPP-ERA (Open Polyvalent Platforms-Era) UNITAID. Pr Christine ROUZIOUX CHU Necker, Université Paris Descartes Le programme OPP-ERA (Open Polyvalent Platforms-Era) UNITAID Pr Christine ROUZIOUX CHU Necker, Université Paris Descartes Programme en réponse à l appel d offres UNITAID: Diagnostic TB, Paludisme et VIH

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 juillet 2012

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 04 juillet 2012 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 04 juillet 2012 Examen du dossier des spécialités inscrites pour une durée de 5 ans à compter du 19/09/2007 (JO du 07/04/2009). VIRACEPT 50 mg/g, poudre orale Flacon

Plus en détail

Comment mesurer la résistance aux antiviraux???

Comment mesurer la résistance aux antiviraux??? Comment mesurer la résistance aux antiviraux??? Dr Marie-Laure Chaix Laboratoire de Virologie Hôpital Necker DIU de physiopathologie et thérapeutique des maladies infectieuses et tropicales (Module 1)

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : GADGET OU OPTIMISATION?

EDUCATION THERAPEUTIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : GADGET OU OPTIMISATION? EDUCATION THERAPEUTIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : GADGET OU OPTIMISATION? Journée de formation infirmier(e) 7 octobre 2015 Guillaume Gras - CHU Tours Voltaire (1694-1778) «Les médecins prescrivent des

Plus en détail

Les Enjeux et Défis de la troisième ligne en Afrique. Solthis le 28/06/2012

Les Enjeux et Défis de la troisième ligne en Afrique. Solthis le 28/06/2012 Les Enjeux et Défis de la troisième ligne en Afrique Solthis le 28/06/2012 Évolution des recommandations OMS pays à ressources limitées 2002 2006 2010 d4t +++ d4t ± Arrêt d4t, AZT ++, TDF ++ CD4+/- CV

Plus en détail

Traitement de l hépatite C chez le sujet infecté par le VIH Actualités 2004

Traitement de l hépatite C chez le sujet infecté par le VIH Actualités 2004 Traitement de l hépatite C chez le sujet infecté par le VIH Actualités 2004 Pr C. PERRONNE Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Raymond Poincaré Faculté de Médecine Paris - Ile de France

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER LOUIS CONSTANT FLEMING. Projet :

CENTRE HOSPITALIER LOUIS CONSTANT FLEMING. Projet : CENTRE HOSPITALIER LOUIS CONSTANT FLEMING Projet : Mise en place d une unité de virologie à dominante VIH au Centre Hospitalier de Saint Martin dans le but de mettre en œuvre des actions bilatérales de

Plus en détail

Avis 6 novembre 2013

Avis 6 novembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 novembre 2013 ISENTRESS, comprimé à croquer 25 mg Flacon de 60 comprimés (CIP : 3400926992408) ISENTRESS, comprimé à croquer sécable 100 mg Flacon de 60 comprimés (CIP

Plus en détail

ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION A RISQUE VIRAL

ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION A RISQUE VIRAL ASSISTANCE MEDICALE A LA PROCREATION A RISQUE VIRAL Etats des lieux en Aquitaine Dr S. Frantz-Blancpain- Pr C. Hocké- Dr L. Gomes Centre d AMP clinique CHU Bordeaux Séminaire de formation CNGOF 24 mai

Plus en détail

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES

METHODOLOGIE GENERALE DE LA RECHERCHE EPIDEMIOLOGIQUE : LES ENQUETES EPIDEMIOLOGIQUES Enseignement du Deuxième Cycle des Etudes Médicales Faculté de Médecine de Toulouse Purpan et Toulouse Rangueil Module I «Apprentissage de l exercice médical» Coordonnateurs Pr Alain Grand Pr Daniel Rougé

Plus en détail

Tests rapides VIH : Comment, pour qui? Diane Descamps, Yazdan Yazdanpanah Laboratoire de Virologie, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital-Bichat Claude Bernard, HUPNVS UFR de Médecine

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Dépistage et diagnostic de l infection VIH: place des autotests. Véronique Lemée Virologie CHU Rouen

Dépistage et diagnostic de l infection VIH: place des autotests. Véronique Lemée Virologie CHU Rouen Dépistage et diagnostic de l infection VIH: place des autotests Véronique Lemée Virologie CHU Rouen Diversité génétique des VIH SIVsm SIVgor SIVcpz I Au moins 13 transmissions du singe à l Homme 2 types

Plus en détail

Objet : Changements importants relatifs aux épreuves de détection qualitative et quantitative de l ARN du virus de l hépatite C (VHC)

Objet : Changements importants relatifs aux épreuves de détection qualitative et quantitative de l ARN du virus de l hépatite C (VHC) PAR COURRIER ÉLECTRONIQUE Le 29 juillet 203 Aux responsables des laboratoires de microbiologie Aux médecins microbiologistes-infectiologues Aux médecins gastroentérologues et hépatologues Aux assistants-chefs

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Charge virale de l Hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 05VHC1 mars 2005 Edition : novembre 2006 Annales ARN-VHC 05VHC1 1 / 14 ARN-VHC

Plus en détail

Faut-il utiliser les stratégies d induction maintenance dans le VIH? (fin 2011) Dr. Laurent HOCQUELOUX

Faut-il utiliser les stratégies d induction maintenance dans le VIH? (fin 2011) Dr. Laurent HOCQUELOUX Faut-il utiliser les stratégies d induction maintenance dans le VIH? (fin 2011) Dr. Laurent HOCQUELOUX XVIIIe JRPI Lille 4 oct 2011 INDUCTION Plus de molécules Plus de puissance Plus d effets secondaires

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Echec virologique et Résistance virale

Echec virologique et Résistance virale Echec virologique et Résistance virale Pr Christine KATLAMA SOLTHIS Niamey Journées Scientifiques octobre 2009 Incidence pour 1000 personnes-années Les acquis de la Recherche Clinique La progression de

Plus en détail

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale

Transplantation pulmonaire et mucoviscidose. Optimiser la prise en charge médicale Transplantation pulmonaire et mucoviscidose Optimiser la prise en charge médicale Dr Isabelle Danner-Boucher CRCM adulte de Nantes Unité de Transplantation Thoracique 11èmes Journées Scientifiques de la

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

L investigation chez la personne infectée par le VIH

L investigation chez la personne infectée par le VIH P O U R Q U O I P A R L E R D U V I H E N 2 0 0 4? 2 L investigation chez la personne infectée par le VIH quand et comment utiliser les différents tests de laboratoire? par Harold Dion Paul, un homme de

Plus en détail

Laboratoire Cerba. Congrès SHIP Marseille 15 Octobre 2010

Laboratoire Cerba. Congrès SHIP Marseille 15 Octobre 2010 Diagnostic prénatal non invasif à partir du sang maternel > J.M. COSTA Laboratoire Cerba Congrès SHIP Marseille 15 Octobre 2010 Diagnostic prénatal in utero en France : quelques chiffres clés Toutes indications

Plus en détail

MEMOIRE DE MASTER 2 «RECHERCHE EN SANTE PUBLIQUE» FILIERE EPIDEMIOLOGIE UNIVERSITE PARIS SUD 11

MEMOIRE DE MASTER 2 «RECHERCHE EN SANTE PUBLIQUE» FILIERE EPIDEMIOLOGIE UNIVERSITE PARIS SUD 11 MEMOIRE DE MASTER 2 «RECHERCHE EN SANTE PUBLIQUE» FILIERE EPIDEMIOLOGIE UNIVERSITE PARIS SUD 11 «Réponse au traitement antirétroviral initié pendant ou en dehors de la grossesse chez des femmes infectées

Plus en détail

Désir d enfant. Avoir un enfant en 2012 en étant séropositif(ve)

Désir d enfant. Avoir un enfant en 2012 en étant séropositif(ve) Désir d enfant Avoir un enfant en 2012 en étant séropositif(ve) Dr Cédric Arvieux - COREVIH Bretagne CHU de Rennes Merci au Pr. Laurent Mandelbrodt et aux autres contributeurs dont j ai pu utiliser certains

Plus en détail

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Nouvelles stratégies de dépistage du VIH Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Point épidémiologique sur le VIH Dépistage du VIH en France 5 millions de sérologies

Plus en détail

Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand?

Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand? Quantification de l AgHBs Pouquoi? Quand? Michelle Martinot-Peignoux Service d Hépatologie Hôpital Beaujon Université Paris-Diderot INSERM U-773/CRB3 Clichy-France Plan Introduction Applications Cliniques

Plus en détail

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET

LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET LE VIRUS DE L HEPATITE E O. ROUQUET A Historique L analyse rétrospective de foyers épidémiques d hépatite aiguë non A, non B en Inde laisse supposer l existence d un autre type d hépatite virale. Le virus

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier

Pr Bernard Combe. Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de Montpellier Journal de L ANDAR (Association Nationale de Défense contre l Arthrite Rhumatoîde) octobre2008 Le Mabthéra dans la polyarthrite rhumatoïde Pr Bernard Combe Immuno-Rhumatologie, Hôpital Lapeyronie CHU de

Plus en détail

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Pourquoi des modes automatisés? L'utilisation d'un protocole permet de réduire la durée du

Plus en détail

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet

Infection VIH et Grossesse Rédigée par : Laurichesse Hélène, C Jacomet Procédure qualité : «VIH et grossesse» Page 1 sur 6 CHU de Clermont-Ferrand Service de Gynécologie-obstétrique Pôle Gynécologie-Obstétrique biologie de la reproduction Procédure médicale Infection VIH

Plus en détail

VIH et Procréation. C Jacomet 2011

VIH et Procréation. C Jacomet 2011 VIH et Procréation C Jacomet 2011 Options pour les couples avec infection VIH ayant un désir d enfant Quelles options? Procréation médicalement assistée Procréation naturelle Adoption Risques à considérer

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800

APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800 APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800 Réactif Beckman Coulter REF A53727 Le dosage immunologique QMS Tacrolimus est destiné à déterminer la quantité de tacrolimus dans le sang

Plus en détail

Perspectives en sciences sociales et santé publique. Bernard Taverne (CRCF/IRD)

Perspectives en sciences sociales et santé publique. Bernard Taverne (CRCF/IRD) Perspectives en sciences sociales et santé publique Bernard Taverne (CRCF/IRD) Journée scientifique ANRS, Dakar 25 juin 2010 Le devenir des patients au delà d un processus de recherche clinique, Organisation

Plus en détail

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis Conférence de Presse ABL SA - Chambre de Commerce de Luxembourg - Mardi 29 Septembre 2009, 18h Annonce de Presse ABL and

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

Medication management capacity in highly functioning community living older adults: detection of early deficits.

Medication management capacity in highly functioning community living older adults: detection of early deficits. Drug Regimen Unassisted Grading Scale (DRUGS) Edelberg HK, Shallenberger E, Wei JY (1999) Medication management capacity in highly functioning community living older adults: detection of early deficits.

Plus en détail

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris 6 ème journée de vaccinologie clinique JG Guillet Mardi 4 juin 2013

Plus en détail

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C

Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C Profil d expression des micro ARNs hépatiques associés à la réponse virologique prolongée chez des patients atteints d hépatite chronique C E. Estrabaud 1, I. Bièche 2, M. Lapalus 1, S. de Muynck 1, M.

Plus en détail

FLASH RAS. J-L. Merlin (A), A. Lièvre (B), P. Laurent-Puig (C), M. Ducreux (D), P. Artru (E), J. Fuchs (F), C. Gicquel (F), J-C.

FLASH RAS. J-L. Merlin (A), A. Lièvre (B), P. Laurent-Puig (C), M. Ducreux (D), P. Artru (E), J. Fuchs (F), C. Gicquel (F), J-C. FLASH RAS Etude observationnelle rétrospective faisant un état des lieux des tests KRAS et NRAS en 2014 chez les patients atteints d un cancer colorectal métastatique (CCRm) J-L. Merlin (A), A. Lièvre

Plus en détail

Document de travail. Contexte

Document de travail. Contexte Evaluation du risque infectieux viral hématogène lié à la non stérilisation entre chaque patient des porte-instruments rotatifs en chirurgie dentaire J.M. Thiolet, P. Bernillon, F. Lot, F. L Hériteau,

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT»

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Pr Elisabeth BOUVET Groupe «Prévention sexuelle» COREVIH Île-de-France

Plus en détail

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION MÈRE-ENFANT 2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte 2-1-1- Objectif du traitement L objectif du traitement antirétroviral est l obtention d

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Evolution de la Survie des personnes infectées es par le VIH

Evolution de la Survie des personnes infectées es par le VIH Evolution de la Survie des personnes infectées es par le VIH Réunion Act Up Mardi 13 décembre 2005 Dr Caroline Semaille Unité VIH/Sida-IST-VHC Département des Maladies Infectieuses, InVS Évolution du nombre

Plus en détail

Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique

Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique Jean Gaudart Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale jean.gaudart@univmed.fr

Plus en détail

Virologie et hépa.tes. Journées Scientifiques du Site ANRS-SENEGAL

Virologie et hépa.tes. Journées Scientifiques du Site ANRS-SENEGAL Virologie et hépa.tes Site ANRS-SENEGAL Plan Généralités VHB VHC Conclusion 350 million infected with HBV worldwide 170 million infected with HCV worldwide HBV prevalence HCV prevalence HBV and HCV are

Plus en détail

Prévention de la transmission mère enfant (PTME) Comité de liaison NIGER Octobre 2009 Dr gilles Raguin, GIP ESTHER

Prévention de la transmission mère enfant (PTME) Comité de liaison NIGER Octobre 2009 Dr gilles Raguin, GIP ESTHER Prévention de la transmission mère enfant (PTME) Etat des lieux Comité de liaison NIGER Octobre 2009 Dr gilles Raguin, GIP ESTHER Pourcentage de femmes enceintes HIV-positive ayant reçu une PTME, 2007

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Suivi de la grossesse d une femme infectée par le VIH et modalités d accouchement. Dr Nicolas Sananès

Suivi de la grossesse d une femme infectée par le VIH et modalités d accouchement. Dr Nicolas Sananès Suivi de la grossesse d une femme infectée par le VIH et modalités d accouchement Dr Nicolas Sananès 27 novembre 2012 Plan Problématique Dépistage pendant la grossesse Suivi de la grossesse Modalités d

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Carge virale du VHB : ADN-VHB ADN-VHB 11CHB1 Mars 2011 Edition : Septembre 2011 Afssaps -143/147, Bd Anatole France F-93285 Saint

Plus en détail

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique 2 èmes Assises de l Innovation Thérapeutique Paris, 05-11-2014 La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique Pr. Jean-François DHAINAUT Président du Groupement Inter-régional de la Recherche Clinique

Plus en détail

Communiqué de presse. Direction Communication Externe/Interne Sylvie Nectoux TEL : 01 44 34 65 73 Email : sylvie.nectoux@boehringeringelheim.

Communiqué de presse. Direction Communication Externe/Interne Sylvie Nectoux TEL : 01 44 34 65 73 Email : sylvie.nectoux@boehringeringelheim. Les données des études pivots de phase III STARTVerso démontrent l'efficacité du faldaprevir * dans des populations de patients difficiles à guérir telles que celles co-infectées par le VIH et celles avec

Plus en détail

Réalisation d une étude épidémiologique

Réalisation d une étude épidémiologique Réalisation d une étude épidémiologique Dr A.TIBICHE, Médecin Epidémiologiste, Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive, CHU de Tizi-Ouzou. Introduction La réalisation d une étude épidémiologique

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

Principe d un test statistique

Principe d un test statistique Biostatistiques Principe d un test statistique Professeur Jean-Luc BOSSON PCEM2 - Année universitaire 2012/2013 Faculté de Médecine de Grenoble (UJF) - Tous droits réservés. Objectifs pédagogiques Comprendre

Plus en détail

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil

Prise en charge du. Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil Prise en charge du nouveau-né de mère m HIV Dr FERNANE.Arezki Hôpital André Grégoire Montreuil GROSSESSE Chez une femme infecté par le VIH,la grossesse est a risque = prise en charge multidisciplinaire

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

Etude NONUKE ANRS 108

Etude NONUKE ANRS 108 Etude NONUKE ANRS 108 Etude randomisée, comparative évaluant l impact de l interruption des analogues nucléosidiques chez des patients infectés par le VIH et présentant un syndrome de lipoatrophie sous

Plus en détail

Le chikungunya dans les Antilles

Le chikungunya dans les Antilles C I R E A N T I L L E S G U Y A N E Le chikungunya dans les Antilles ANTILLES GUYANE Le point épidémiologique N 1 / 214 Situation épidémiologique actuelle à Saint Martin Martinique Guadeloupe Surveillance

Plus en détail

Avis 6 novembre 2013

Avis 6 novembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 novembre 2013 VIREAD 245 mg, comprimés pelliculés Boîte de 1 flacon de 30 comprimés (CIP : 34009 358 500 1 0) VIREAD 33 mg/g, granulés pour administration orale Boîte

Plus en détail

2 ème Réunion de la Dyskinésie Ciliaire Primitive (DCP) Paris 11 octobre 2009. Essai de thérapie génique dans la DCP Patrice Bouvagnet

2 ème Réunion de la Dyskinésie Ciliaire Primitive (DCP) Paris 11 octobre 2009. Essai de thérapie génique dans la DCP Patrice Bouvagnet 2 ème Réunion de la Dyskinésie Ciliaire Primitive (DCP) Paris 11 octobre 2009 Essai de thérapie génique dans la DCP Patrice Bouvagnet La DCP est une maladie génétique Nous avons 25 000 gènes en 2 copies

Plus en détail

Diagnostic biologique de l infection par le VIH La place des Tests Rapides d Orientation Diagnostique (TROD)

Diagnostic biologique de l infection par le VIH La place des Tests Rapides d Orientation Diagnostique (TROD) Diagnostic biologique de l infection par le VIH La place des Tests Rapides d Orientation Diagnostique (TROD) Séminaire de Formation Jeudi 13 et Vendredi 14 décembre 2012 Dr A.Maillard, unité de Rétrovirologie,

Plus en détail

On peut estimer que l étude

On peut estimer que l étude Etude AIM HIGH : faut-il augmenter un HDL bas et diminuer des triglycérides élevés? Résumé : L étude AIM HIGH (Atherothrombosis Intervention in Metabolic Syndrome with Low HDL/High Triglycerides : Impact

Plus en détail

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE)

Cycle de réplication. Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Cycle de réplication virale du VIH Webinaire présenté par : Michael Bailey, directeur, Réalisation des programmes Date : 6 février 2014, de 13 h à 14 h (HNE) Pourquoi est-ce important de comprendre le

Plus en détail