Seuils d'indétectabilité chez les patients traités par ARV le point du vue du clinicien

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Seuils d'indétectabilité chez les patients traités par ARV le point du vue du clinicien"

Transcription

1 14 15 octobre 2010 Seuils d'indétectabilité chez les patients traités par ARV le point du vue du clinicien Bruno Hoen 1

2 Plan de la discussion Quelle(s) définition(s)? Quelle réalité épidémiologique? Quelle signification physiopathologique? Quel impact "clinique" d'une virémie de faible niveau? Risque d'échec virologique Risque de résistance Conséquences immunologiques Conséquences cliniques Quelle intervention thérapeutique? Quoi? À partir de quel seuil? 2

3 Plan de la discussion Quelle(s) définition(s)? Quelle réalité épidémiologique? Quelle signification physiopathologique? Quel impact "clinique" d'une virémie de faible niveau? Risque d'échec virologique Risque de résistance Conséquences immunologiques Conséquences cliniques Quelle intervention thérapeutique? Quoi? À partir de quel seuil? 3

4 Définitions et seuils au fil du temps Année Seuil technique Succès Échec Test de R < 400 > 5000 > < 400 > 1000 > < 50 > 500 > < 50 > 50 > (20, 5, 1) < 50 > 50 (> 200) > 50 4

5 le meilleur de l IAC 2010 Etude ANRS MULTIVIR : prévalence de la résistance aux ARV en 2009 chez les patients traités (1) Etude nationale, multicentrique transversale Réalisation systématique d'un test génotypique chez les patients traités à charge virale > 50 c/ml Séquençage TI et protéase obtenu pour 523 des 744 patients inclus Efficacité de l amplification en fonction de la charge virale c/ml n = % c/ml n = % c/ml n = % > c/ml n = % Prévalence de la résistance aux ARV en 2009 (algorithme ANRS) Au moins 1 ARV 58 % Au moins 1 INTI 48 % Au moins 1 INNTI 21 % Au moins 1IP 29 % Assoumou L, IHHRW 2010, Abs. 147

6 Distinguer 3 situations "cliniques" Blip (accident réplicatif isolé) CVP entre 50 et c/ml sur un prélèvement isolé (CVP est < 50 c/ml sur un contrôle réalisé dans un intervalle de 2 à 4 semaines) Virémie faible persistante (Low-Level Viremia, LLV) 50 c/ml < CV < 1000 c/ml (ou 500 c/ml, ou 200 c/ml?) sur 2 prélèvements consécutifs à au moins 15 jours d intervalle Réplication "résiduelle" réplication virale "détectable" en dessous de 50 copies/ml par des techniques ultra-sensibles 6

7 Plan de la discussion Quelle(s) définition(s)? Quelle réalité épidémiologique? Quelle signification physiopathologique? Quel impact "clinique" d'une virémie de faible niveau? Risque d'échec virologique Risque de résistance Conséquences immunologiques Conséquences cliniques Quelle intervention thérapeutique? Quoi? À partir de quel seuil? 7

8 Exploration descriptive préliminaire des LLV au sein d'icone COREVIH participants Alsace Franche-Comté Lorraine/Champagne-Ardennes Nord Critères de sélection Patients adultes sous ARV Schéma thérapeutique inchangé depuis au moins 6 mois Dernière mesure de CV comprise entre 50 et 1000 c/ml Paramètres analysés Caractéristiques démographiques, historique VIH et ARV Caractéristiques selon valeurs des 4 précédentes mesures de CV Analyse des TPCV (< 100 c/ml) et comparaison TPCV vs PCV+ (> 400 c/ml) Génotypes de résistance 8

9 Caractéristiques des patients (1) 235 patients (169 H, 66 F, âge moyen 45,8 ans) Répartition géographique Alsace 30 4,3% Franche-Comté 19 3,6% Lorraine 59? Nord ,6% N Prévalence Principales raisons de l'arrêt du trt ARV précédent 9 Échec virologique 49 Simplification 44 Effets indésirables 41 Demande du patient 35

10 Caractéristiques des patients (2) Durée de l'infection par le VIH (années) Moyenne 12,7 (extrêmes 1 27) Médiane 13,0 (IQR 7 ; 18) Durée de traitement ARV (années) Moyenne 10,3 (extrêmes 1 22,6) Médiane 11,1 (IQR 5,6 ; 14) Lymphocytes CD4 (n/mm 3 ) Moyenne 600 (extrêmes ) Médiane 529 (IQR 385 ; 774) Tous les patients ont déjà eu au moins un rebond virologique antérieur 10

11 Caractéristiques CV antérieures et actuelle CV précédentes (4 mesures antérieures) Précédente CV négative (blip possible) 124 (52,8%) 4 précédentes CV négatives (blip probable) 67 (28,5%) Au moins un blip antérieur 62 (26,4%) Précédente CV positive (non blippeurs) 111 (47,2%) 4 précédentes CV positives 40 (17,0%) LLV persistantes 17 (7,2%) CV actuelle Moyenne 214 (ext ) Médiane 128 (IQR 72 ; 247) CV< CV <400 CV > 400 n=94 n=104 n=37 Pas d'effet centre pas d'impact du trt en cours 11

12 Evolution de la charge virale avant PCV chez les 111 patients non-blippeurs 12

13 Evolution de la CV avant PCV chez les 40 patients avec 4 CV précédentes > 50 c/ml 13

14 Particularités des VLLV (< 100 c/ml) CV < 100 c/ml N = 94 CV > 100/ml N = 141 Âge, ans (moyenne) 46,6 45,3 0,34 Sexe (H/F %H) 77/17 81,9 92/49 65,2 0,005 Durée VIH, ans (moyenne) 12,7 12,8 0,89 Durée ARV, ans (moyenne) 10,1 10,5 0,50 N. rebonds viro ant (moyenne) 2,0 2,1 0,84 CV précédente > 50 c/ml (%) 29,0 58,9 < 0,0001 CV précédente, c/ml, moyenne < 0, CV précédentes > 50 c/ml (%) 8,5 22,7 0,005 Au moins un blip antérieur (%) 39,4 17,7 0,0002 CD4, n/mm 3 (moyenne) ,38 p 14

15 Particularités des LLV+ (> 400 c/ml) CV > 400 c/ml N = 37 CV < 400/ml N = 198 Âge, ans (moyenne) 43,6 46,3 0,08 Sexe (H/F %H) 25/12 67,6 144/54 72,7 0,52 Durée VIH, ans (moyenne) 11,5 13,0 0,17 Durée ARV, ans (moyenne) 9,1 10,5 0,15 N. rebonds viro ant (moyenne) 1,6 2,1 0,02 CV précédente > 50 c/ml (%) 59,5 44,9 0,10 CV précédente, c/ml, moyenne ,01 4 CV précédentes > 50 c/ml (%) 27,0 15,2 0,07 Au moins un blip antérieur (%) 10,8 29,3 0,02 CD4, n/mm 3 (moyenne) ,08 p 15

16 Synthèse de ces données Caractéristiques des patients avec LLV Pas des perdreaux de l'année Plutôt des récidivistes Peu de LLV persistantes Pas en danger immédiat sur le plan immunologique Particularités des patients avec VLLV (< 100 c/ml) Sur-représentation masculine Moins souvent des virémies persistantes Plus d'antécédents de blips Particularités de patients avec LLV+ (> 400 c/ml) 16 Moins d'antécédents de blips (récents) Début d'impact sur les CD4

17 Recherche des patients avec LLV dans la base du CHU de Besançon File active 664 Effectif % Sous CART dernières CV entre 50 et 500 c/ml Requête sous Nadis, octobre 2010 Sous IP et pas d'exposition antérieure à DRV 18 2,9 4 0,6 17

18 Fréquence des épisodes de virémie transitoire low-level viral rebound (LLVR) N= 2770 pts entre épisode de LLVR = 51 et 500 c/ml après traitement efficace (au moins 2 cv<50 c/ml pendant les 6 derniers mois) -->28,6% (779) au moins un épisode LLVR Suivi parmi les 655 pts qui ne changent pas de TT (S12) 20 % (soit 6% de la population) présente un autre LLVR Devenir après le premier point entre c/ml % 71 20% 20 9% undetectable <50 LLVR Virologic failure (>500) 9 Garcia-Gasco, JAC 2008

19 Synthèse des données observées dans différentes cohortes de patients Après un succès virologique sous ARV (2 CV < 50 c/ml), une LLV unique (50 < CV < 500) est observée dans environ 30 % des cas Le suivi de ces patients montre 70% : retour à < 50 c/ml (= blip) 20% : persistance entre 50 et 500 (LLV persistante) 10% : évolution vers CV > 500 c/ml (échec virologique) soit 6% des pts 19

20 Plan de la discussion Quelle(s) définition(s)? Quelle réalité épidémiologique? Quelle signification physiopathologique? Quel impact "clinique" d'une virémie de faible niveau? Risque d'échec virologique Risque de résistance Conséquences immunologiques Conséquences cliniques Quelle intervention thérapeutique? Quoi? À partir de quel seuil? 20

21 le meilleur de l IAC 2010 Les virémies persistantes de faible niveau auraient bien pour origine les cellules infectées quiescentes : nouvelle démonstration (1) Hypothèse testée Les virémies persistantes de faible niveau (VPF) proviennent surtout de l ADN proviral intégré dans des cellules infectées latentes Ces VPF devraient donc être plus fréquemment détectées par des "tests à une copie" chez des patients ayant une infection des cellules latentes (CIL) plus importante Expérimentation Patients infectés par le VIH traités depuis la primo-infection, avec CV < 50 c/ml depuis plus de 6 mois Leuco-aphérèse pour isoler des cellules CD4 infectées latentes Calcul de la fréquence d infection cellulaire latente Mesure de la VPF par CV ultra-sensible (test à une copie) Recherche de corrélation entre niveaux de VPF et de CIL Archin NM, IAC 2010, Abs. WEAPDA101

22 le meilleur de l IAC 2010 Les virémies persistantes de faible niveau auraient bien pour origine les cellules infectées quiescentes : nouvelle démonstration (2) Résultats Le niveau de VPF augmente avec celui de CIL Les blips sont plus fréquents pour les niveaux de CIL les plus élevés A - Les séquences de VIH plasmatique correspondant à un blip à 192 c/ml ont été comparées à celles du VIH cellulaire chez un patient : pas d identité complète Après interprétation, si ces résultats n éliminent pas la possibilité d autres sources de virémie persistante ils sont compatibles avec l hypothèse que la principale source de VPF réside dans ce pool de cellules CD4 infectées de façon latente Nb cellules infectées/ 10 6 cellule latentes Patients Blips B - Nb cellules infectées/10 6 cellules latentes CV plasmatique, test à une copie C + D - E - F - G - H + I + J - K - L - M + N P Archin NM, IAC 2010, Abs. WEAPDA CV plasmatique, c/ml

23 Plan de la discussion Quelle(s) définition(s)? Quelle réalité épidémiologique? Quelle signification physiopathologique? Quel impact "clinique" d'une virémie de faible niveau? Risque d'échec virologique Risque de résistance Conséquences immunologiques Conséquences cliniques Quelle intervention thérapeutique? Quoi? À partir de quel seuil? 23

24 Echec virologique après obtention d une CV < 50 c/ml sous 1 er traitement ARV : impact des faibles rebonds Sélection des patients obtenant une CV < 50 c/ml sous leur premier traitement ARV, suivi 1 an, et absence de CV > 400 c/ml ou d interruption du traitement Analyse des échecs virologiques (2 CV consécutives > 400 c/ml ou 1 CV > 400 c/ml suivies de changement de traitement ou arrêt suivi). Suivi médian de 2,2 ans % Evolution CV dans l année suivant obtention de la première CV < 50 c/ml 74,5 CV toujours < 50 c/ml (n = 1 032) N par patient 1 = 84,8 % 2 = 13,4 % 3 = 1,5 % 4 = 0,4 % 19,4 Blip (n = 269) Nombre CV consécutives entre 50 et 400 c/ml 2 = 54,1 % 3 = 28,2 % > 4 = 17,6 % 6,1 Rebond persistant (n = 85) Blip = 1 CV entre 50 et 400 c/ml Rebond persistant = 2 CV consécutives entre 50 et 400 c/ml Taux d échec virologique au cours du suivi (pour 100 années-patient) selon la CV au cours de la 1 ère année après l indétectabilité Ensemble des patients CV toujours < 50 c/ml Blip Rebond persistant 1,93 CV toujours < 50 c/ml (n = 1 032) 2,84 Blip (n = 269) 6,2 % 5,0 % 8,2 % 14,1 % 4,43 Rebond persistant (n = 85) Geretti AM, ICAAC/IDSA 2008, Abs. H-1256

25 Plan de la discussion Quelle(s) définition(s)? Quelle réalité épidémiologique? Quelle signification physiopathologique? Quel impact "clinique" d'une virémie de faible niveau? Risque d'échec virologique Risque de résistance Conséquences immunologiques Conséquences cliniques Quelle intervention thérapeutique? Quoi? À partir de quel seuil? 25

26 le meilleur de l IAS 2009 Détection des mutations de résistance aux ARV chez des patients à bas niveau d ARN VIH-1 plasmatique Étude du nombre de mutations de résistance (liste IAS-USA 2007) en fonction du niveau de charge virale (UK HIV Drug Resistance Database et CHIC Study) Génotypes avec au moins 1 mutation (n = 5 088) Nombre de mutations de R (médiane, IQR) < p = 0,015 CV (c/ml) La détection de mutations de résistance à des niveaux de CV < c/ml est fréquente, ce qui justifie les recommandations actuelles de réaliser des génotypes à partir de 50 c/ml Geretti AM, XVIII IHDRW 2009, Abs. 56 et Mackie JID 2010

27 27 HIV-1 1 Drug Resistance Evolution During Persistent Near Target Viral Suppression Babafemi Taiwo 1, *Sébastien* Gallien 2, Evgenia Aga 3, Heather Ribaudo 3, Richard Haubrich 4, Daniel Kuritzkes 2 and Joseph Eron Northwestern University, Chicago; 2. Harvard Medical School, Boston; 3. Harvard School of Public Health, Boston; 4. University of California San Diego, San n Diego, CA; UNC Chapel-Hill, North Carolina, U.S.A * Dr Gallien and Dr Taiwo contributed equally to this work.

28 28 Study Design Subjects were identified retrospectively from two ACTG clinical trials (A5142 and EFV arms of A5095) NTVS cases were defined as subjects with HIV-1 1 RNA levels between 50 and 1000 c/ml on at least 2 occasions during a 6-month period or longer while on randomized ART - One HIV-1 1 RNA <50 or >1000 c/ml within a 6-month 6 period was allowed Plasma virus during NTVS were sequenced Pre-treatment reverse transcriptase (RT) and protease (PR) sequences were obtained from the parent study - Stored plasma was sequenced if these were not available

29 29 Study Population 1234 patients on first line ART for 24 weeks 65 (5%) patients met NTVS definition Viral sequence availability Baseline N=59 No sample available (N=4) Failed sequencing (N=2) During NTVS N=59 No sample available (N=1) Failed sequencing (N=5) Baseline and during NTVS N=54

30 30 Description of the NTVS period Total (N=65) Length of NTVS period (weeks) 38 (24-48) * Number of HIV-1 1 RNA determinations 5 (4 8) First week of NTVS period 39 (30 97) HIV-1 1 RNA during NTVS period (copies/ml) ART discontinuation (>7 days) First value Minimum Maximum Time adjusted AUC Before During 97 (59 368) 25 (25 115) 260 (79 1,333) 77 (49 470) 8% 6% * Median (10th-90th percentile)

31 31 New Mutations During NTVS Any RT mutation 103N 103R 184IMV 184V 230L 69N, 74V, 75I, 101E, 106I, 106M, 108IV 115F, 118I, 138K, 181CY, 188CY,190A, 190AG, 215I, 225H, 225HP, 230LM Total (N=54) 23 (43%) * Any PR mutation 0

32 32 Factors Associated with New Resistance During NTVS Baseline/Demographics Race/ethnicity White, non-hispanic Black, non-hispanic Hispanic New Resistance No (N=31) 45% 26% 29% Baseline HIV-1 1 RNA (log10 c/ml) * 5.2 ( ) Yes (N=23) 17% 57% 26% P ( ) 0.13 No evidence of an association with age, sex, randomized ART, baseline CD4, and history of IV drug use (P>0.25)

33 33 Factors Associated with New Resistance During NTVS NTVS Period Characteristics cs New Resistance P No (N=31) Yes (N=23) Length of NTVS period * 33 (24 56) 25 (23 48) 1.0 # of HIV-1 1 RNA determinations * 5 (4 8) 5 (3 7) 0.12 # of Outliers <50 c/ml % 3% 30% 4% 0.05 # of Outliers >1,000 c/ml 1 6% 30% 0.03 HIV-1 1 RNA during NTVS period (c/ml) Min. * Max. * T-AUC * 25 (25 70) 143 (86 592) 69 (52 135) 62 (25 244) 368 (120 6,856) 137 (63 758) <0.001 * Median (10th-90th percentile)

34 34 Conclusions NTVS was observed in 5% of our trial population Accumulation of resistance during NTVS occurred in 43% of evaluable cases (most commonly to 3TC and EFV) - No major lopinavir/ritonavir mutations emerged A larger proportion of patients who accumulated resistance were Black, non-hispanic Accumulation of resistance was associated with higher HIV-1 1 RNA levels during the NTVS period - Although some mutations emerged at very low levels

35 Plan de la discussion Quelle(s) définition(s)? Quelle réalité épidémiologique? Quelle signification physiopathologique? Quel impact "clinique" d'une virémie de faible niveau? Risque d'échec virologique Risque de résistance Conséquences immunologiques Conséquences cliniques Quelle intervention thérapeutique? Quoi? À partir de quel seuil? 35

36 Au début les CD4 peuvent ne pas baisser et même continuer d'augmenter mais ça ne dure pas! Retour à la valeur de CD4 pré "échappement" après une durée médiane de 31 mois 36 Deeks et al. AIDS. 2002;16:

37 Plan de la discussion Quelle(s) définition(s)? Quelle réalité épidémiologique? Quelle signification physiopathologique? Quel impact "clinique" d'une virémie de faible niveau? Risque d'échec virologique Risque de résistance Conséquences immunologiques Conséquences cliniques Quelle intervention thérapeutique? Quoi? À partir de quel seuil? 37

38 Virémies VIH-1 de faible niveau : signification clinique Cohorte canadienne de patients sous traitement ARV entre 2000 et 2008 Suivi après 2 CV consécutives < 400 c/ml. Etude de la prédictivité des virémies de faible niveau (CV comprises entre 50 c/ml et c/ml) 1 0,8 0,6 Probabilité de survie Virémies transitoires : CV < 50 c/ml pendant > 75 % du suivi initial de 24 mois 0,4 Virémies de bas niveau transitoires 0,2 Virémies de bas niveau persistantes Délai de survenue du décès (mois) Virémies persistantes : CV > 50 c/ml pendant 25 % à 75 % du suivi initial de 24 mois Les patients avec des virémies à bas niveau persistantes ont un plus grand risque de rebond virologique et de mortalité par rapport aux patients avec des virémies transitoires ou contrôlées de manière permanente Hull M, CROI 2010, Abs. 504

39 Plan de la discussion Quelle(s) définition(s)? Quelle réalité épidémiologique? Quelle signification physiopathologique? Quel impact "clinique" d'une virémie de faible niveau? Risque d'échec virologique Risque de résistance Conséquences immunologiques Conséquences cliniques Quelle intervention thérapeutique? Quoi? À partir de quel seuil? 39

40 En résumé : conséquences des LLV persistantes Les LLV persistantes ne restent pas stables indéfiniment et elles finissent par ne plus être LL! Même si le retentissment sur les CD4 n'est pas immédiat, il finit par survenir Les conséquences de ces LLV sont finalement : la sélection de résistance et l'accumulation de mutations puis l'évolution inéluctable vers un "vrai" échec virologique avec finalement un impact immunologique puis clinique Et donc, même à faible niveau, une réplication virale persistante est délétère et diminue les options thérapeutiques ultérieures 40

41 Et alors, que faire devant une LLV? Chez tout le monde Optimiser l'observance +++ Traquer le "gag pharmacologique" Limiter si possible l'exposition d'arv à faible barrière génétique Et quoi d'autre? Intensifier (ajout d'un nouvel ARV d'une nouvelle classe)? Mettre le "meilleur" IP/r? Rien de plus? A partir de quand? Il n'y a pas de LLV à > 200 c/ml qui se corrigeront "toutes seules" donc changer, si possible, sans trop attendre Entre 50 et 200 c/ml On manque de données. : besoin urgent d'évaluation! CV < 50 c/ml. 41

42 Seuils d'indétectabilité Exemple CHU de Besançon 415 dernières mesures individuelles depuis Juillet 2010 chez des patients sous CART Laboratoire de virologie, D. Bettinger 42

43 Virémie VIH-1 résiduelle : signification clinique Etude de patients traités par ARV avec CV < 50 c/ml Analyse rétrospective de l échec virologique selon le niveau des virémies Risque de survenue de l échec virologique avec différentes définitions 1 0,8 Survenue d une seule CV > 50 c/ml 1 0,8 CV > 50 c/ml confirmée Mesure initiale CV : c/ml 0,6 0,4 0,2 0,6 0,4 0,2 ARN détectable < 40 c/ml ARN non détectable ,8 0, Mois CV > 400 c/ml confirmée 1 0,8 0, Mois CV > 400 c/ml confirmée ou une seule CV > 400 c/ml suivie d un changement de traitement 0,4 0,4 0,2 0, Mois Mois Geretti AM, CROI 2010, Abs. 505

44 Que faire devant une CV < 50 c/ml (virémie résiduelle?) Rien ne prouve qu'il faille faire quelque chose On n'a pas identifié d'intervention efficace (à ce jour) Intensification par Raltégravir Intensification par Maraviroc Purge des réservoirs par HDAC1 Il n'est pas exclu que les démonstrations et les convictions d'aujourd'hui sur les CV entre 50 et 200 c/ml se reportent prochainement sur les situations de CV < 50 c/ml ce qui donnera l'occasion de nouveaux débats à Synergie! En attendant : adaptation de vocabulaire Pourra-t-on encore parler de charge virale indétectable? 44

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille

Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique. Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille XVIIe Journée Régionale de Pathologie Infectieuse 12 octobre 2010 Charges virales basses sous traitement: définition impact virologique Laurence Bocket Virologie CHRU de Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Les charges virales basses: constat et gestion

Les charges virales basses: constat et gestion Les charges virales basses: constat et gestion Symposium inter-régional viro-clinique Hardelot 25-26 Mai 2011 Laurence Bocket --- Laboratoire de Virologie --- CHRU Lille conflits d intérêts subventions,

Plus en détail

Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique

Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique Clotilde Allavena NANTES Symposium JANSSEN JNI 2011, Toulouse Jusqu en 1996, la montée en puissance Bithérapie 2 NUCs Trithérapie 2 NUCs

Plus en détail

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels liens entre puissance et rapidité d action? Est-ce un avantage d obtenir une décroissance virale rapide? Dans

Plus en détail

GESTION VIROLOGIQUE DE L ECHEC. Dr Catherine TAMALET Fédération de Microbiologie Hospitalière Hôpital de la Timone URMITE CNRS-IRD UMR 6236 Marseille

GESTION VIROLOGIQUE DE L ECHEC. Dr Catherine TAMALET Fédération de Microbiologie Hospitalière Hôpital de la Timone URMITE CNRS-IRD UMR 6236 Marseille GESTION VIROLOGIQUE DE L ECHEC Dr Catherine TAMALET Fédération de Microbiologie Hospitalière Hôpital de la Timone URMITE CNRS-IRD UMR 6236 Marseille Echec : Définitions Recommandations Françaises(1 ) Non

Plus en détail

DYNAMIQUE DE LA QUASIESPECE DE VARIANTS ADN VIH-1 RESISTANTS CHEZ DES PATIENTS SOUS TRAITEMENT EFFICACE ETUDE EN SEQUENCAGE A HAUT DEBIT

DYNAMIQUE DE LA QUASIESPECE DE VARIANTS ADN VIH-1 RESISTANTS CHEZ DES PATIENTS SOUS TRAITEMENT EFFICACE ETUDE EN SEQUENCAGE A HAUT DEBIT Séminaires Jeudi 24 septembre 2015 DYNAMIQUE DE LA QUASIESPECE DE VARIANTS ADN VIH-1 RESISTANTS CHEZ DES PATIENTS SOUS TRAITEMENT EFFICACE ETUDE EN SEQUENCAGE A HAUT DEBIT Dr Pierre Gantner EA 7327: Infec-on

Plus en détail

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries Moving Forward in the Diagnosis of Infectious Diseases in Resource Limited Countries: A Focus on HIV 3rd Forum Les Pensières, Veyrier-du-Lac, France, September 16-17, 2010 Early diagnosis of failure to

Plus en détail

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires

Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Résistance du VIH-1 aux antirétroviraux dans les compartiments anatomiques et cellulaires Jade GHOSN Laboratoire de Virologie CHU Necker-Enfants Malades EA MRT 3620 Paris 5 Réservoirs anatomiques du VIH:

Plus en détail

Quelle utilisation de la charge virale en absence de tests de résistance. Serge Paul Eholié

Quelle utilisation de la charge virale en absence de tests de résistance. Serge Paul Eholié Quelle utilisation de la charge virale en absence de tests de résistance Serge Paul Eholié Critères OMS pour le diagnostic de l échec 2002 2006 2010 Clinical * Immunological * Clinical * Immunological

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 FUZEON 90 mg/ml, poudre et solvant pour solution injectable Boîte contenant 60 flacons de poudre + 60 flacons de solvant + 60 seringues de 3 ml + 60

Plus en détail

RÉPLICATION VIRALE À BAS BRUIT: QUELLES. Spot-Info 04/12/15 CONSÉQUENCES?

RÉPLICATION VIRALE À BAS BRUIT: QUELLES. Spot-Info 04/12/15 CONSÉQUENCES? RÉPLICATION VIRALE À BAS BRUIT: QUELLES Spot-Info 04/12/15 CONSÉQUENCES? QUELQUE DÉFINITION Seuil de détectabilité: selon technique Seuil d échec: selon recommandations entre 50 copies (EU) et 1000 copies

Plus en détail

Intérêt de la détection des variants résistants minoritaires. Stéphanie Raymond INSERM UMR1043 Et Laboratoire de Virologie CHU de Toulouse

Intérêt de la détection des variants résistants minoritaires. Stéphanie Raymond INSERM UMR1043 Et Laboratoire de Virologie CHU de Toulouse Intérêt de la détection des variants résistants minoritaires Stéphanie Raymond INSERM UMR1043 Et Laboratoire de Virologie CHU de Toulouse Conflits d intérêt Honoraires de conférencier : ViiV Participation

Plus en détail

RAPPORT 2013 SOUS LA DIRECTION DU Pr PHILIPPE MORLAT ET SOUS L EGIDE DU CNS ET DE L ANRS

RAPPORT 2013 SOUS LA DIRECTION DU Pr PHILIPPE MORLAT ET SOUS L EGIDE DU CNS ET DE L ANRS FR/HIV/0101/13 - Octobre 2013 - ViiV Healthcare SAS. Document réservé à l'usage exclusif de la visite médicale de ViiV Healthcare. Ne peut être ni copié, ni imprimé, ni cédé PRISE EN CHARGE MÉDICALE DES

Plus en détail

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011

Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Journées scientifiques du site ANRS Cameroun: 15-16 novembre 2011 Projet ANRS-12186 Évaluation de l échec virologique et résistance aux ARV chez des patients VIH positifs pris en charge dans les programmes

Plus en détail

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux

Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Détection et prise en charge de la résistance aux antirétroviraux Jean Ruelle, PhD AIDS Reference Laboratory, UCLouvain, Bruxelles Corata 2011, Namur, 10 juin 2011 Laboratoires de référence SIDA (Belgique)

Plus en détail

Virologie en Pédiatrie

Virologie en Pédiatrie Virologie en Pédiatrie Pr Coumba Touré Kane ANRS-SENEGAL Introduc3on 3,4 millions d enfants en 2010 (OMS 2011) 90% de ces enfants en Afrique sub- saharienne 260 000 enfants infectés en 2012 Baisse de 52

Plus en détail

Dr Pantxika BELLECAVE MFP- UMR 5234 Laboratoire de virologie du Pr. Fleury

Dr Pantxika BELLECAVE MFP- UMR 5234 Laboratoire de virologie du Pr. Fleury Dr Pantxika BELLECAVE MFP- UMR 5234 Laboratoire de virologie du Pr. Fleury 1 er cas SIDA MONO BI HAART (TRITHERAPIE) 1981 1987 1991 1992 1991 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005

Plus en détail

Pr Vincent CALVEZ CHU Pitié-Salpêtrière INSERM U 943 ANRS AC11 Resistance

Pr Vincent CALVEZ CHU Pitié-Salpêtrière INSERM U 943 ANRS AC11 Resistance Réplication résiduelle Pr Vincent CALVEZ CHU Pitié-Salpêtrière INSERM U 943 ANRS AC11 Resistance ART bloque la réplication virale avec persistance de ADN viral intégré Taille du réservoir est établie avant

Plus en détail

Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air

Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air Réunion Inter-Corevih Basse Normandie - Bretagne Mont Saint-Michel Février 2014 Jean-Marc Chapplain Plan Actualité Dissection

Plus en détail

Lectures critiques Prescrire

Lectures critiques Prescrire Le maraviroc (Celsentri ) est un antirétroviral antagoniste des corécepteurs CCR5 sur lequel certains virus HIV-1 se fixent pour pénétrer dans les lymphocytes. Il est commercialisé en France, à la suite

Plus en détail

Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs. Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse

Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs. Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse Thérapeutiques du VIH ciblant les réservoirs Pierre DELOBEL Service des Maladies Infectieuses et Tropicales & INSERM UMR1043 CHU de Toulouse Guérir l infection VIH 1996-1997: l espoir initial Guérir l

Plus en détail

LES GROSSESSES DANS LES ESSAIS BIOMÉDICAUX «2 LADY/MOBIDIP»

LES GROSSESSES DANS LES ESSAIS BIOMÉDICAUX «2 LADY/MOBIDIP» LES GROSSESSES DANS LES ESSAIS BIOMÉDICAUX «2 LADY/MOBIDIP» Alexandra Serris Interne en médecine interne INTRODUCTION : LES ESSAIS BIOMÉDICAUX EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE De plus en plus nombreux La majorité

Plus en détail

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques Virus: Diversité génétique et variation antigénique Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques M. Segondy Virus: Diversité génétique Virus: Génome + Capside ± Enveloppe 1 Virus: Diversité génétique

Plus en détail

Les stratégies de traitement VIH: nouvel algorithme des IP

Les stratégies de traitement VIH: nouvel algorithme des IP Les stratégies de traitement VIH: nouvel algorithme des IP Dr Laurence Bocket Service de virologie CHRU de Lille XIème journée régionale de Pathologie Infectieuse - 27 Septembre 2005 - Lille Résistance

Plus en détail

Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition. Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009

Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition. Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009 Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009 «Nouvelles recommandations» Sources : DGS : CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLE

Plus en détail

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH

Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Place de l interféron dans le traitement de l hépatite B chez le patient co-infecté VIH Lionel PIROTH CHU Dijon, Université de Bourgogne Tours juin 2012 Un problème? VIH-VHB Piroth L et al, J Hepatol,

Plus en détail

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie

Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Impact économique de la nouvelle indication de PREZISTA sur le budget de l assurance maladie Annabelle Godet 1, Dan Havet 1, Anne Anceau 1, Julien Robert 2 Antoine Lafuma 2 1 Janssen, Issy les Moulineaux,

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

ANRS 12169-2LADY: mieux connaitre l échec et les 2èmes lignes

ANRS 12169-2LADY: mieux connaitre l échec et les 2èmes lignes 4èmes journées scientifiques ANRS-CAMEROUN, 15 novembre 2011 ANRS 12169-2LADY: mieux connaitre l échec et les 2èmes lignes Evaluation de trois stratégies de traitement antirétroviral de 2 ème Ligne en

Plus en détail

INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD

INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD INTÉRÊT DES PRÉLÈVEMENTS SUR BUVARD 5 e réunion viro-clinique inter-corevih «VIH, cultures et thérapeutiques» Marie Leoz, 23 mars 2013 PRÉLÈVEMENT SUR BUVARD : C EST QUOI? POURQUOI? Mode alternatif de

Plus en détail

Traitement antirétroviral des infections chroniques par le VIH chez l adulte. Recommandations 2010

Traitement antirétroviral des infections chroniques par le VIH chez l adulte. Recommandations 2010 Traitement antirétroviral des infections chroniques par le VIH chez l adulte Recommandations 2010 Pourquoi de nouvelles recommandations? Etudes de cohorte (When to Start Consortium, NA Accord, HIV Causal

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Charge virale de l Hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 05VHC1 mars 2005 Edition : novembre 2006 Annales ARN-VHC 05VHC1 1 / 14 ARN-VHC

Plus en détail

Résistance primaire en Guinée Conakry en 2009

Résistance primaire en Guinée Conakry en 2009 Solidarité Thérapeutique et Initiatives contre le Sida Résistance primaire en Guinée Conakry en 2009 Pr Diane Descamps Virologie - GH Bichat-Claude Bernard EA 4409 Etude collaborative entre: Laboratoire

Plus en détail

l infection par le VIH Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Paris JNI Juin 2009

l infection par le VIH Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Paris JNI Juin 2009 Tests Interferon ( IGRA) dans l infection par le VIH Peut on les utiliser? Elisabeth BOUVET Hôpital Bichat Paris JNI Juin 2009 Population générale TB maladie 1/3 population mondiale infectée par BK Répartition

Plus en détail

Prévention de la transmission mère-enfant du VIH

Prévention de la transmission mère-enfant du VIH Prévention de la transmission mère-enfant du VIH Rapport Morlat2013 REUNION COREVIH - Vendredi 17 Janvier 2014 Docteur Yasmine DEBAB Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Rouen 1 I. Désir

Plus en détail

Etude APROVIR: Résumé du protocole

Etude APROVIR: Résumé du protocole AntiPROtéases COhorte Résumé Objectif principal Etudier l'évolution clinique et biologique des patients infectés par le VIH débutant un traitement avec antiprotéase dans le contexte de la pratique actuelle

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Carge virale du VHB : ADN-VHB ADN-VHB 11CHB1 Mars 2011 Edition : Septembre 2011 Afssaps -143/147, Bd Anatole France F-93285 Saint

Plus en détail

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux

Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux 14 ème forum SOS Hépatites, Lyon Résistance du virus de l hépatite C aux nouveaux traitements anti-viraux Dr. Sylvie LARRAT Laboratoire de Virologie CHU Grenoble Hépatite C chronique 180 millions de porteurs

Plus en détail

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale

Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale Annales du Contrôle National de Qualité des Analyses de Biologie Médicale ARN du virus de l hépatite C : ARN-VHC ARN-VHC 03VHC1 Novembre 2003 Edité : mars 2006 Annales ARN-VHC 03VHC1 1 / 8 ARN-VHC 03VHC1

Plus en détail

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives?

Lettre à l éditeur. Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles. perspectives? Lettre à l éditeur Résistance du VIH aux Antirétroviraux : Quoi de neuf au Mali? Quelles perspectives? HIV Antiretroviral Drug Resistance: What s new in Mali? What is the future? Maiga AI 1,2, Sangare

Plus en détail

Simplification et observance : une corrélation à démontrer?

Simplification et observance : une corrélation à démontrer? Simplification et observance : une corrélation à démontrer? Dr. Jean-Jacques Parienti CHU Caen Côte de Nacre Conflits d intérêt: BMS, Abbott, Boehringer Ingelheim Niveau de preuve Simplification des traitements

Plus en détail

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin

Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Y a-t-il une place pour un vaccin thérapeutique contre l hépatite B? H. Fontaine, Unité d Hépatologie Médicale, Hôpital Cochin Objectifs thérapeutiques Inhibition de la réplication virale Négativation

Plus en détail

Collaborations internationales

Collaborations internationales Collaborations internationales Principes directeurs Hypothèses de recherche nécessitant l inclusion d un nombre de patients tel que ces questions ne peuvent être explorées au sein de chaque cohorte participante

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Diagnostic Virologique du VIH

Diagnostic Virologique du VIH Diagnostic Virologique du VIH Pr S. Fafi-Kremer Institut de Virologie, CHU de Strasbourg Séminaire de Formation Jeudi 14 Novembre 2013 1 Objectifs Comprendre la cinétique des marqueurs de l infection par

Plus en détail

Objet : Changements importants relatifs aux épreuves de détection qualitative et quantitative de l ARN du virus de l hépatite C (VHC)

Objet : Changements importants relatifs aux épreuves de détection qualitative et quantitative de l ARN du virus de l hépatite C (VHC) PAR COURRIER ÉLECTRONIQUE Le 29 juillet 203 Aux responsables des laboratoires de microbiologie Aux médecins microbiologistes-infectiologues Aux médecins gastroentérologues et hépatologues Aux assistants-chefs

Plus en détail

Etat des lieux : Exemple de l infection par le VIH et de la thérapeutique anti-vih

Etat des lieux : Exemple de l infection par le VIH et de la thérapeutique anti-vih Etat des lieux : Exemple de l infection par le VIH et de la thérapeutique anti-vih Biomarqueurs : Intérêt dans les infections chroniques PrP-res GAPDH VIH CD4 CVp CVc etc. Infection par le VIH : 3 phases

Plus en détail

MALI MEDICAL. Echec virologique aux antirétroviraux

MALI MEDICAL. Echec virologique aux antirétroviraux ETUDE DE DEUX CAS D ECHEC VIROLOGIQUE AUX ANTIRETROVIRAUX A L INSTITUT D HYGIENE SOCIALE (IHS) DE DAKAR Study of two cases of virological failure of the antiretroviral in the Institute of Social Hygiene(ISH)

Plus en détail

Primo Infection par le VIH

Primo Infection par le VIH Réunion COREVIH 27 septembre 2010 Christine ROUZIOUX EA 3620 Université Paris Descartes CHU Necker Primo Infection par le VIH Surlabase des recommandations du groupe d experts 2010. Sous la direction du

Plus en détail

Exemple des essais ANRS 127-2IP et ANRS 139-TRIO : différents marqueurs pour différentes stratégies thérapeutiques

Exemple des essais ANRS 127-2IP et ANRS 139-TRIO : différents marqueurs pour différentes stratégies thérapeutiques Exemple des essais ANRS 127-2IP et ANRS 139-TRIO : différents marqueurs pour différentes stratégies thérapeutiques Dr Charlotte CHARPENTIER Laboratoire de Virologie CHU Bichat-Claude Bernard Université

Plus en détail

DÉTECTION DU GÉNOME DU VIH

DÉTECTION DU GÉNOME DU VIH DÉTECTION DU GÉNOME DU VIH AU SEIN DES FRACTIONS DU SPERME Classement NABM : 16-02 - code : non codé JUILLET 2006 Service évaluation des actes professionnels 2 avenue du Stade de France 93218 Saint-Denis

Plus en détail

Cancer et VIH. Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6

Cancer et VIH. Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 Cancer et VIH Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 JNI Lyon - Juin 2009 Cancer et VIH : des interfaces physiopathogéniques communes Deficit

Plus en détail

Détection des variants minoritaires résistants aux ARV Signification clinique?

Détection des variants minoritaires résistants aux ARV Signification clinique? Détection des variants minoritaires résistants aux ARV Signification clinique? Dr Bernard Masquelier Journée AC11 ANRS, 2008 Introduction: problème posé /méthodes de détection (1) Sous-populations minoritaires:

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : GADGET OU OPTIMISATION?

EDUCATION THERAPEUTIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : GADGET OU OPTIMISATION? EDUCATION THERAPEUTIQUE ET NOUVELLES TECHNOLOGIES : GADGET OU OPTIMISATION? Journée de formation infirmier(e) 7 octobre 2015 Guillaume Gras - CHU Tours Voltaire (1694-1778) «Les médecins prescrivent des

Plus en détail

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique?

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? TVP et algorithme de prédiction clinique - 1 Médiocre sensibilité et spécificité des signes et symptômes cliniques Utilité démontrée de la

Plus en détail

FLASH RAS. J-L. Merlin (A), A. Lièvre (B), P. Laurent-Puig (C), M. Ducreux (D), P. Artru (E), J. Fuchs (F), C. Gicquel (F), J-C.

FLASH RAS. J-L. Merlin (A), A. Lièvre (B), P. Laurent-Puig (C), M. Ducreux (D), P. Artru (E), J. Fuchs (F), C. Gicquel (F), J-C. FLASH RAS Etude observationnelle rétrospective faisant un état des lieux des tests KRAS et NRAS en 2014 chez les patients atteints d un cancer colorectal métastatique (CCRm) J-L. Merlin (A), A. Lièvre

Plus en détail

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE 2Oéme Congrès de la Société Algérienne de Médecine Interne Alger 16-18 2014 EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE Auteurs : S.BOUGHANDJIOUA, S. ALI

Plus en détail

Reconnaître, comprendre, et traiter la primo-infection à VIH. Faut-il traiter les primo-infections en 2010?

Reconnaître, comprendre, et traiter la primo-infection à VIH. Faut-il traiter les primo-infections en 2010? Reconnaître, comprendre, et traiter la primo-infection à VIH Faut-il traiter les primo-infections en 2010? La primo-infection à VIH Trois à six semaines après la contamination par le VIH, des anticorps

Plus en détail

Document de travail. Contexte

Document de travail. Contexte Evaluation du risque infectieux viral hématogène lié à la non stérilisation entre chaque patient des porte-instruments rotatifs en chirurgie dentaire J.M. Thiolet, P. Bernillon, F. Lot, F. L Hériteau,

Plus en détail

Primo-infection par le VIH

Primo-infection par le VIH Primo-infection par le VIH Recommandations du groupe d experts Rapport 2010 sous la direction du Pr. Patrick Yeni Cécile GOUJARD, CHU Bicêtre Épidémiologie des infections récentes en France Estimation

Plus en détail

Le risque vu par l épidémiologiste

Le risque vu par l épidémiologiste Le risque vu par l épidémiologiste Virginie Supervie UMR S 1136, Inserm, UPMC, Paris Quelques mesures de risque Taux d incidence Risque de transmission du VIH par acte sexuel Risque cumulé de la transmission

Plus en détail

Planification d'essais randomisés séquentiels ayant comme critère de jugement un délai de survie à l'aide de la fonction plansurvct.

Planification d'essais randomisés séquentiels ayant comme critère de jugement un délai de survie à l'aide de la fonction plansurvct. 1 eres Rencontres R Bordeaux 2-3 Juillet 2012 Planification d'essais randomisés séquentiels ayant comme critère de jugement un délai de survie à l'aide de la fonction plansurvct.func J.Gal 1, A.Kramar

Plus en détail

DBS (Dried Blood Spot) dans le suivi virologique des patients VIH+ sous traitement antirétroviral

DBS (Dried Blood Spot) dans le suivi virologique des patients VIH+ sous traitement antirétroviral DBS (Dried Blood Spot) dans le suivi virologique des patients VIH+ sous traitement antirétroviral ANRS 12 235 Abou Abdallah Malick DIOUARA UCAD(ED-SEV) Sénégal & UM1 (CSB2) Montpellier - France Contact:

Plus en détail

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques

Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Hépatite chronique B Moyens thérapeutiques Dr Olfa BAHRI Laboratoire de Virologie Clinique Institut Pasteur de Tunis INTRODUCTION Plus de 300. 10 6 porteurs chroniques de VHB dans le monde Hépatite chronique

Plus en détail

Le laboratoire et le diagnostic de l hépatite B : principes de base et nouveautés Dr Ph. Bürgisser

Le laboratoire et le diagnostic de l hépatite B : principes de base et nouveautés Dr Ph. Bürgisser Le laboratoire et le diagnostic de l hépatite B : principes de base et nouveautés Dr Ph. Bürgisser Ag Australia HBV = HBcAg Hépatocyte infecté par HBV Ag HBe Ag HBe et Ag HBc : conformation différente

Plus en détail

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT»

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Pr Elisabeth BOUVET Groupe «Prévention sexuelle» COREVIH Île-de-France

Plus en détail

Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique

Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique Méthodes Statistiques Appliquées à la Qualité et à la Gestion des Risques - Le Contrôle Statistique Jean Gaudart Laboratoire d Enseignement et de Recherche sur le Traitement de l Information Médicale jean.gaudart@univmed.fr

Plus en détail

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin

La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin La dépression, une pathologie hautement récidivante? Dr J.M. Bonnin PSYCHIATRE CLINIQUE ANOUSTE (Bordeaux) Thérapeute Comportemental et Cognitif Enseignant à l IRCCADE La dépression Un des principaux problèmes

Plus en détail

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury

Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Placebo controlled trial of amantadine for severe traumatic brain injury Joseph T. Giacino, The New England Journal of Medicine 2012, 366 ; 9 Introduction CHU de Montpellier Bibliographie St Eloi Avril

Plus en détail

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille

Institut Supérieur d Ostéopathie de Lille N de Table : ISO2 PATHOLOGIES INFECTIEUSES & NOTIONS D INFECTIOLOGIE 1 ère Session M. MABON 18/06/2013 (Durée : 2h) Partie 1 : QCM (10 questions) sur 20 points Chaque question peut avoir une à 5 réponses

Plus en détail

Echec virologique et résistances aux ARVs chez des patients VIH-1 positifs pris en charge dans les. (Projet ANRS12186)

Echec virologique et résistances aux ARVs chez des patients VIH-1 positifs pris en charge dans les. (Projet ANRS12186) Echec virologique et résistances aux ARVs chez des patients VIH-1 positifs pris en charge dans les programmes et structures nationaux au Sénégal (Projet ANRS12186) Nafissatou Leye Diouf LBV-HALD-Sénégal/UMI233-IRD-Montpellier1

Plus en détail

Avis 6 novembre 2013

Avis 6 novembre 2013 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 6 novembre 2013 ISENTRESS, comprimé à croquer 25 mg Flacon de 60 comprimés (CIP : 3400926992408) ISENTRESS, comprimé à croquer sécable 100 mg Flacon de 60 comprimés (CIP

Plus en détail

1- TRITHÉRAPIE ANTIRÉTROVIRALE DE L ADULTE

1- TRITHÉRAPIE ANTIRÉTROVIRALE DE L ADULTE 1- TRITHÉRAPIE ANTIRÉTROVIRALE DE L ADULTE 1-1- Indications : 1-1-1- Au cours de la primo-infection Le traitement de la primo-infection est discuté car il doit être initié dès les premiers jours ou les

Plus en détail

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008

Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 Evolution de l introduction des statines chez les diabétiques âgés au Québec entre 2000 et 2008 ML Laroche 1, E Demers 2, MC Breton 2, JP Gregoire 2, J Moisan 2 1- EA 6310 HAVAE, Université, Limoges, France

Plus en détail

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT

INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT INFORMATION À DESTINATION DES PROFESSIONNELS DE SANTÉ LE DON DU VIVANT QUELS RÉSULTATS POUR LE RECEVEUR? QUELS RISQUES POUR LE DONNEUR? DONNER UN REIN DE SON VIVANT PEUT CONCERNER CHACUN /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Plus en détail

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Docteur Fabienne MESSAOUDI Gynécologue-Obstétricienne Hôpital de Versailles Généralités Les lésions précancéreuses et cancéreuses

Plus en détail

Traitement post-exposition

Traitement post-exposition Traitement post-exposition Dr Sandrine HENARD (CHU Nancy-Brabois) 1 Traitement post-exposition (TPE) : Rationnel Objectif : diminuer le risque de transmission en réduisant la charge virale Principe : Agir

Plus en détail

Dépistage et suivi biologique de l infection par le VIH en Nouvelle-Calédonie

Dépistage et suivi biologique de l infection par le VIH en Nouvelle-Calédonie Dépistage et suivi biologique de l infection par le VIH en Nouvelle-Calédonie 2013 Dr Ann-Claire GOURINAT agourinat@pasteur.nc Laboratoire de Référence pour le VIH pour la Nouvelle-Calédonie Institut Pasteur

Plus en détail

Echec virologique et Résistance virale

Echec virologique et Résistance virale Echec virologique et Résistance virale Pr Christine KATLAMA SOLTHIS Niamey Journées Scientifiques octobre 2009 Incidence pour 1000 personnes-années Les acquis de la Recherche Clinique La progression de

Plus en détail

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis.

Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Infection à CMV et allogreffe de cellules souches hématopoïétiques : Expérience du Centre National de Greffe de Moelle Osseuse, Tunis. Tarek Ben Othman Congrès de la STPI, 24 avril 2009 Plan Introduction

Plus en détail

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique

La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique 2 èmes Assises de l Innovation Thérapeutique Paris, 05-11-2014 La recherche clinique au cœur du progrès thérapeutique Pr. Jean-François DHAINAUT Président du Groupement Inter-régional de la Recherche Clinique

Plus en détail

Lawrence Serfaty Service d Hépatologie, UMR S 893 Hôpital Saint-Antoine, UPMC, Paris

Lawrence Serfaty Service d Hépatologie, UMR S 893 Hôpital Saint-Antoine, UPMC, Paris Intérêt de la «Lead-In phase»? Lawrence Serfaty Service d Hépatologie, UMR S 893 Hôpital Saint-Antoine, UPMC, Paris Conflits d intérêts Schering-Plough/MSD Roche BMS Gilead Novartis Pfizer Axcan-Pharma

Plus en détail

Traitement de la maladie de Crohn par les anti-tnf alpha Expérience du service de médecine interne. CHU de Batna

Traitement de la maladie de Crohn par les anti-tnf alpha Expérience du service de médecine interne. CHU de Batna Traitement de la maladie de Crohn par les anti-tnf alpha Expérience du service de médecine interne. CHU de Batna Auteur : Dr Mallem. D Co-auteurs : Benlahcene. B, Sai. A, Rouabhia. S, Abderahmane. K, Chinar.

Plus en détail

Utilisation des tests virologiques pour le diagnostic, le pronostic et la surveillance des infections congénitales à CMV

Utilisation des tests virologiques pour le diagnostic, le pronostic et la surveillance des infections congénitales à CMV Utilisation des tests virologiques pour le diagnostic, le pronostic et la surveillance des infections congénitales à CMV Centre National de Référence du Cytomégalovirus Marianne Leruez-Ville Laboratoire

Plus en détail

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève

Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Modes automatiques de sevrage: où en sommes nous? Dr. P. Jolliet, CC Service des Soins Intensifs - HUG Genève Pourquoi des modes automatisés? L'utilisation d'un protocole permet de réduire la durée du

Plus en détail

LE MEILLEUR DE LA CROI 2013 - VIROLOGIE. Marie Leoz 12 avril 2013

LE MEILLEUR DE LA CROI 2013 - VIROLOGIE. Marie Leoz 12 avril 2013 LE MEILLEUR DE LA CROI 2013 - VIROLOGIE Marie Leoz 12 avril 2013 Réservoirs, Persistance et Eradication Qu est-ce que le réservoir? Caractérisation des cellules réservoirs Stratégies de traitement précoce

Plus en détail

Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud

Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud Séminaire ANRS 24 /25 septembre 2015 Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud Mélanie Plazy Post-doctorante sur le projet ANRS 12249 TasP

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 REYATAZ 150 mg, gélule Boîte de 60 (CIP : 34009 364 043 8 0) REYATAZ 200 mg, gélule Boîte de 60 (CIP : 34009 364 045 0 2) REYATAZ 300 mg, gélule Boîte

Plus en détail

infovihtal #6 hiver 2001

infovihtal #6 hiver 2001 infovihtal #6 Primo-infection Primo-infection Le stade qui suit l infection par le VIH est connu sous le nom de primo-infection ou phase aiguë de l infection à VIH. Quand le VIH entre dans l organisme

Plus en détail

Les Enjeux et Défis de la troisième ligne en Afrique. Solthis le 28/06/2012

Les Enjeux et Défis de la troisième ligne en Afrique. Solthis le 28/06/2012 Les Enjeux et Défis de la troisième ligne en Afrique Solthis le 28/06/2012 Évolution des recommandations OMS pays à ressources limitées 2002 2006 2010 d4t +++ d4t ± Arrêt d4t, AZT ++, TDF ++ CD4+/- CV

Plus en détail

Faut-il utiliser les stratégies d induction maintenance dans le VIH? (fin 2011) Dr. Laurent HOCQUELOUX

Faut-il utiliser les stratégies d induction maintenance dans le VIH? (fin 2011) Dr. Laurent HOCQUELOUX Faut-il utiliser les stratégies d induction maintenance dans le VIH? (fin 2011) Dr. Laurent HOCQUELOUX XVIIIe JRPI Lille 4 oct 2011 INDUCTION Plus de molécules Plus de puissance Plus d effets secondaires

Plus en détail

La prise en charge précoce de. l adulte infecté par le VIH :

La prise en charge précoce de. l adulte infecté par le VIH : 23 BP 2485 ABIDJAN 23 Tel : 23-52-52-53 / 23-46-25-51 Fax : 23-52-52-53 Email : acondavs@aviso.ci Ministère de l Enseignement Supérieur Et de la Recherche Scientifique La prise en charge précoce de Charge

Plus en détail

ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES

ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES ANALYSE HISTOPATHOLOGIQUE DU THROMBUS INTRACRÂNIEN : FOCUS SUR LES LEUCOCYTES Cyril Dargazanli Pr Vincent Costalat Dr Valérie Rigau M2 «Vaisseaux-Hémostase» Contexte Infarctus cérébral = problème majeur

Plus en détail

Cinétique des marqueurs viraux VIH

Cinétique des marqueurs viraux VIH Vous êtes amenés à voir en consultation un patient de 36 ans pour la découverte d une séropositivité pour le VIH1 dépistée à l occasion d un dossier pour prêt bancaire. 1. Décrivez brièvement l histoire

Plus en détail

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité

Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Intégration de la simulation dans une stratégie d apprentissage de la sécurité Dr Franck Lagneau Service d anesthésie-réanimation CHU Henri MONDOR, Créteil Deux manières d aborder le sujet Apprentissage

Plus en détail

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques?

GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? GINGIVO-STOMATITES HERPETIQUES: Quels prélèvements et quelles techniques? Dr C. ZANDOTTI Laboratoire de Virologie du Pr D. Raoult CHU Timone, Marseille. Virus herpes simplex (HSV) Virus strictement humain,

Plus en détail

Journées Nationales d Infectiologie. en 2007 pour un. 15 Juin 2007

Journées Nationales d Infectiologie. en 2007 pour un. 15 Juin 2007 Journées Nationales d Infectiologie Quelles exigences en 2007 pour un nouvel Inhibiteur de Protéase? 15 Juin 2007 Journées Nationales d Infectiologie Quelles exigences en 2007 pour un nouvel inhibiteur

Plus en détail

Comment mesurer la résistance aux antiviraux???

Comment mesurer la résistance aux antiviraux??? Comment mesurer la résistance aux antiviraux??? Dr Marie-Laure Chaix Laboratoire de Virologie Hôpital Necker DIU de physiopathologie et thérapeutique des maladies infectieuses et tropicales (Module 1)

Plus en détail

APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800

APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800 APPLICATION QMS TACROLIMUS Beckman Coulter AU480 /AU680 /AU5800 Réactif Beckman Coulter REF A53727 Le dosage immunologique QMS Tacrolimus est destiné à déterminer la quantité de tacrolimus dans le sang

Plus en détail

Adjidé C.C., Segard C., Desjonquères Q., Hirsch M.P. Rossy D., Fave M.H., Brissaud C., Sylvain K., Trouillet L. Duverlie G., Ganry O.

Adjidé C.C., Segard C., Desjonquères Q., Hirsch M.P. Rossy D., Fave M.H., Brissaud C., Sylvain K., Trouillet L. Duverlie G., Ganry O. Un nouvel outil pour mieux évaluer le risque viral environnemental : Qualification du biocollecteur Coriolis µ pour la récupération et l'identification des virus dans l'air Adjidé C.C., Segard C., Desjonquères

Plus en détail