Les nouvelles stratégies de prévention de l infection VIH. Pascale Leclercq CISIH

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les nouvelles stratégies de prévention de l infection VIH. Pascale Leclercq CISIH"

Transcription

1 Les nouvelles stratégies de prévention de l infection VIH Pascale Leclercq CISIH

2 Epidémiologie du VIH 33 millions de personnes infectées dans le monde < 40 % le savent 23 millions en Afrique sub-saharienne - plus de femmes : plus grande vulnérabilité - dont 2.6 millions de nouveaux infectés en millions de décès en 2009 soit l équivalent de 10 tsunamis millions d enfants infectés en Afrique (1400 en Europe) la question de l accès au traitement au niveau mondial - «bridging the gap», concept du changement d échelle - 5 millions traités ( sur 10 millions nécessitant un traitement urgent)

3 Epidémiologie en France séropositifs suivis Âge moyen 43 ans 2/3 hommes On estime que séropositifs s ignorent On découvre 6500 nouveaux séropositifs par an 7000 à 8000 contaminations par an

4 Ne pas s exposer au virus Ou Diminuer le risque d acquisition

5

6 Comment l attraper ou ne pas l attraper 1981: description de la maladie SIDA Décrite par sa symptomatologie et par les patients atteints Les 4 H Haïtiens Héroïnomanes Homosexuels Hémophiles

7 Diminuer l exposition sanguine Toxicomanes IV Accès libre à du matériel à usage unique Actions d information des publics ciblés Les produits de substitution Quels sont les publics en danger Patients en rupture Patients ne s estimant pas toxicomanes Pays ayant politique répressive Quelles actions? Aller à la rencontre des patients La question des salles d injection

8 chez toxicomane IV : Prévalence VIH est passée de 23 % en 1994 à 8% en 2008 Prévalence VHC est passée de 50 % en 1994 à 40% en 2008 Débat sur la mise en place de centres d injection supervisée (CIS) en France en 2013 : Quels équilibres entre l ordre public (loi de 70) et les libertés individuelles (droit de consommer?)? Des tensions entre ordre public et santé publique

9 Diminuer l exposition sanguine Produits sanguins Hémophiles Produits chauffés Rester vigilant pour les pathogènes non encore connus Transfusions «sélection» des donneurs Utilisation des premiers dons en «chauffés» Sérologies sur sérums Recherche par PCR sur pool de donneurs Auto-transfusions

10 Diminuer l exposition sanguine Exposition nosocomiale Matériel à usage unique Accidents d exposition au sang

11 Diminuer l exposition : le TasP Rôle majeur dans la prévention de la transmission Un patient traité transmet moins facilement le virus : TasP (treatment as prevention) Bien sûr, une femme enceinte séropositive sera traitée pour effondrer le risque de contamination du bébé

12 Transmission Mère-Enfant du VIH-1 en France 15-35% ~1% Dépistage anténatal traitement ARV pour mère traitement ARV pour nouveau-né Césarienne si charge virale non indétectable au moment de l accouchement Allaitement artificiel 12

13 Diminuer l exposition sexuelle Transmission lors des pénétrations Anale > Vaginale > buccale Difficultés de la prévention? Cela a à voir avec l intime Quelle que soit le type de sexualité, il est question d une fusion, de franchir certaines barrières Les connaissances, le discours public «s arrête» à cette limite Pourquoi l épidémie au 20 siècle?

14 Prévention : ce qui ne marche pas le déni

15 Stratégies ABC - Abstinence - Be faithfull - Condomize Pour une même personne, la stratégie variera pendant son existence Le pouvoir aux femmes!! plus investies dans les problèmes de santé plus vulnérables (à la violence sexuelle et au virus VIH)

16 Isolation and partial characterization of an HIV-related virus occuring naturally in chimpanzees in Gabon M.Peeters et al ; AIDS 1989 Genetic organization of a chimpanzee lentivirus related to HIV-1 T.Huet et al ; Nature 1990

17 MRCA : Epidémie : MRCA Most Recent Common Ancestor P.Lemey et al ; PNAS 2003

18 T.Zhu et al ; Science 1998 M.Worobey et al; Nature 2008 H; Leopoldville Plasma ZR59 PCR Sequencing MRCA F; Leopoldville Lymph node DRC60

19 R.J Gifford Trends in Genetics 2012

20 Enquête contexte de la sexualité en France 2007 Inserm Population générale 90% des femmes et hommes de 18 à 24 ans ont utilisé un préservatif au premier rapport. 20% des femmes et des hommes qui ont trois partenaires ou plus n en ont pas utilisé dans les 12 derniers mois. Les femmes déclarent moins souvent que les hommes utiliser des préservatifs Une femme sur deux a déjà effectué un test de dépistage du sida au cours de leur vie, et près de 11% l ont fait au cours de l année précédente.

21 Préservatif féminin

22 Risque d acquisition du VIH après une IST 7 Réseau de surveillance des IST et du VIH en Floride Janvier 2000 Décembre 2009, recensement chez les personnes âgées de 13 à 59 ans De tous les cas de Chlamydia (n = ), gonocoque (n = ) et syphilis (n = 3 325) chez les femmes De syphilis (n = ) chez les hommes (73 % HSH) Exclusion des patients VIH connus ou avec VIH dans les 2 mois suivant Recherche notification diagnostic VIH dans les 2 mois suivant IST, jusqu en décembre 2011 Les femmes avec syphilis et les femmes noires > 20 ans avec gonocoque ont un risque élevé d infection VIH ultérieure (0,3 à 1,6 % par année-personne) Les hommes avec syphilis ont un risque de contracter le VIH de 21 % à 8 ans Traiter les IST, discuter la Prep Peterman T, CROI 2013, Abs. 1070

23 Effet de la circoncision sur la transmission du VIH Arguments épidémiologiques Arguments physio-path : sensibilité de la face interne du prépuce à l infection VIH Etudes de grande envergure : Circoncision diminue le risque d acquisition du VIH de près de 50 % Diminuer la prévalence de l infection VIH chez les hommes protègera en deuxième ligne les femmes Circoncision peut augmenter le risque de transmission pendant la phase de cicatrisation Stratégie mondiale Hallett. Sex Transm Infect. 2011;87(2):

24 Effet de la circoncision sur la transmission du VIH Résultats dans la vraie vie Communauté d Orange farm en Afrique du Sud adultes Après 3 ans, circoncisions faites (% d hommes circoncis passé de 12% à 50%) Prévalence de infection VIH dans tranche d âge 35-49: 42 % chez non-circoncis pour 20 % chez circoncis Très bonne acceptation par la communauté Il faut seulement 5 circoncisions pour éviter 1 infection VIH Lissouba. Plos Med. 2010;7(7):e

25 Pourquoi un traitement - effondre la mortalité en empêchant l évolution vers le SIDA - effondre la morbidité liée à l immunodéficience et à la multiplication virale - diminue le risque de transmission Treatment As Prevention Risque de contamination effondré dans couple homo si Charge virale indétectable (cohorte suisse) Risque contamination effondré dans couple hétérosexuel en Afrique (CROI 2010)

26 HPTN 052: Immediate vs Delayed ART in Serodiscordant Couples HIV-infected, sexually active serodiscordant couples; infected partner CD4+ cell count of (N = 1763 couples) Immediate ART Initiate ART at CD4+ cell count (n = 886 couples) Delayed ART Initiate ART at CD4+ cell count 250* (n = 877 couples) Primary efficacy endpoint: virologically linked HIV transmission Primary clinical endpoints: WHO stage 4 events, pulmonary TB, severe bacterial infection, and/or death Couples received intensive counseling on risk reduction and use of condoms Cohen MS, et al. N Engl J Med. 2011;365:

27 HPTN 052: HIV Transmission Reduced by 96% in Serodiscordant Couples Total HIV-1 Transmission Events: 39 (4 in immediate arm and 35 in delayed arm; P <.0001) Linked Transmissions: 28 Unlinked or TBD Transmissions: 11 Delayed Arm: 27 Immediate Arm: 1 P <.001 Cohen MS, et al. N Engl J Med. 2011;365:

28 Lower Risk of HIV Acquisition With Broader ART use Hlabisa, South Africa: rural community with 24% adult HIV prevalence 20,000 pts started on ART since seroconversions observed; HIV incidence estimated according to time-adjusted ART coverage in local community Adjusted HR for HIV Acquisition* < 10 P =.59 P =.002 P <.001 P = ART Coverage (% of All HIV+ Pts on ART) *Adjusted for age, sex, community-level HIV prevalence, urban vs rural locale, marital status, > 1 partner in last 12 mos, and household wealth index. Tanser F, et al. CROI Abstract 136LB. > 40

29 Universal voluntary HIV testing with immediate antiretroviral therapy Incidence de nouvelles infections à VIH Pas de traitement ARV Traitement quand CD4 < 350 mm 3 Approche «tester et traiter» Années as a strategy for elimination of HIV transmission: a mathematical model Granich et al, Lancet 2009;373:48

30 What Will It Take to Substantially Reduce HIV Transmission in an Entire Population? Number of Individuals 1,200,000 1,000, , , , , % 22% Current DX 90% 34% 28% 21% Engage 90% Treat 90% VL < 50 in 90% 66% Dx, Engage, Tx, and VL < 50 in 90% Undiagnosed HIV Not linked to care Not retained in care ART not required ART not utilized Viremic on ART Undetectable HIV-1 RNA Answer: Treatment AND Prevention Gardner EM, et al. Clin Infect Dis. 2011;52:

31 Base hospitalière Française Indétectabilité et immunité

32 2 Cascade de la prise en charge en France (2010) Estimation du nombre et du pourcentage des personnes VIH+ engagées dans les différentes étapes des soins Déclarations INVS, CNAMTS, FHDH ANRS CO4 Comparaison avec données Etats-Unis (Cohen SM, MMWR 2011,60: ) 100 n Cascade en France vs Etats-Unis France Etats-Unis % 92 % 81 % 86 % % 51 % 88 % 77 % 0 Infectés VIH Diagnostiqués En soins Sous ARV (> 6 mois) CV contrôlée (< 50 c/ml) Supervie V, CROI 2013, Abs. 1030

33 A qui devez-vous faire un dépistage? -Dons d organe, de sang - pré-nuptial? -femme enceinte(avec son accord) : - en début de grossesse et en fin de grossesse si prise de risque - Voir le résultat - au conjoint de la femme enceinte clinique évocatrice - Immuno-dépression - LMNH - Primo-infection - Atteintes spécifiques : rein, troubles neuro-cognitifs, infection VHB, VHC -Population où prévalence plus élevée : HSH, patients des Départements d amérique, patients venant afrique subsaharienne - et les autres!!!

34 Pourquoi une prise en charge précoce des séropositifs? Ceci implique que les personnes séropositives.. se sachent séropositives! 30 % des patients sont dépistés très tardivement La moitié sont dépistés à un stade où ils devraient déjà être traités Les facteurs de risque d un dépistage tardif Difficultés d accès aux soins Patients «hors schéma de dépistage» : par ex, personnes de plus de 55 ans

35 : 5 millions dépistages /an 75% LABM privés, 8 % CDAG et pourtant :. 50% des patients contaminés par voie hétérosexuelle ignoraient leur séropositivité au moment du diagnostic SIDA personnes ignorent leur séropositivité Les TROD, dans une nouvelle politique de dépistage, permettraient? :.de mieux identifier les personnes contaminées?.d élargir l offre de dépistage? Rozenbaum W, Rev Epidemiol Santé Publique 08 Rapport HAS Octobre 2008

36 Tests de Dépistage Rapide du VIH (TDR) devenus TROD (Test Rapide d Orientation Diagnostique). Unitaire. Réalisation simple (manuelle). Prélèvement. Sang total (capillaire ou veineux), salive,. Sérum, plasma (centrifugation préalable). Lecture subjective (visuelle). Résultat en moins de 30 minutes. Anticorps anti-vih1 et anti-vih2 (Mixtes) Rapport HAS Dépistage de l infection par le VIH en France, Octobre 2008

37

38 : Obstacles à l Immunité et aux Vaccins Cycle viral (le Cheval de Troie) Variabilité du VIH BAutran09 Pénétration Retrotranscription Integration of provirus DNAl Production of HIV particules Silent Integrated state

39 Ne pas s exposer au virus Ou Diminuer le risque d acquisition

40 Tenofovir for PrEP: Pré-exposure Prophylaxis Completed clinical trials of PrEP have tested tenofovir Oral TDF, oral TDF/FTC, vaginal gel Potent: rapid antiretroviral activity Safe: Substantial treatment safety experience Easy: Once-daily dosing, few drug-drug interactions Evidence that concept should work Animal models and postnatal prophylaxis of breastfeeding infants showed high levels of protection

41 Partners PrEP: TDF vs TDF/FTC vs Placebo in HIV-Serodiscordant Couples Follow-up: 36 mos HIV-negative partners in HIV-serodiscordant heterosexual couples (N = 4747) Oral Tenofovir QD (n = 1584) Oral Tenofovir/Emtricitabine QD (n = 1579) Oral Placebo* (n = 1584) *Placebo arm terminated early on July 10, 2011, by data and safety monitoring board. Baeten J, et al. IAS Abstract MOAX0106.

42 Partners PrEP: Both PrEP Strategies Significantly Reduce HIV Acquisition Primary Efficacy Outcome, mitt Analysis Both PrEP strategies associated with significant reduction in HIV acquisition -- (44-81) (55-87) vs placebo in both men and women TDF efficacy: 71% in women, 63% in men Baeten J, et al. CROI Abstract 29. TDF (n = 1584) TDF/FTC (n = 1579) Placebo (n = 1584) HIV acquisitions, n HIV incidence/100 PY Efficacy vs placebo, % (95% CI) P value <.0001 <

43 Partners PrEP: TDF and TDF/FTC Significantly Reduce HIV Acquisition 4747 HIV-negative partners in HIV-serodiscordant heterosexual couples randomized to receive oral TDF, oral TDF/FTC, or placebo Both PrEP strategies associated with significant reduction in HIV transmission vs placebo in both men and women [1] TDF efficacy: 71% in women, 63% in men TDF/FTC efficacy: 66% in women, 84% in men In contrast to FEMPrEP, adherence levels high Estimated that 97% of pills were taken based on monthly pill counts [1] TDF detected in plasma at higher rates in uninfected pts vs those who seroconverted, according to case cohort study [2] Infected pts with detectable TDF in TDF and TDF/FTC arms: 31% and 25% 1. Baeten J, et al. Uninfected CROI pts Abstract with detectable Donnell TDF D, et in al. TDF CROI and TDF/FTC Abstract arms: % and 81%

44 Essai VOICE : résultats définitifs Essai de PrEP, randomisé, en double aveugle contre placebo Inclusions de 2009 à 2011: femmes screenées (15 sites.afrique) 195 Rapports vaginaux dans les 3 mois non enceinte, non allaitante, acceptant une contraception efficace femmes VIH- Randomisation pour prise quotidienne de TDF p.o. 1cp TDF/FTC p.o. 1 cp Placebo p.o. 1 cp TFV gel vaginal 40 mg Placebo gel vaginal Visites mensuelles Counseling préventif sur VIH, IST et contraception Fourniture de préservatifs, de contraceptifs, de tests de grossesse, des produits de l'essai Critère principal de jugement : infection par le VIH, tolérance Marrazzo J, CROI 2013, Abs. 26LB

45 Essai VOICE 197 Septembre 2011 : arrêt du bras TDF p.o. (inefficacité) Novembre 2011 : arrêt du bras TFV gel (inefficacité) Août 2012 : fin de la période de suivi du bras TDF/FTC p.o. 334 infections incidentes par le VIH 22 séroconversions en cours à l'inclusion 312 événements retenus pour l'analyse en ITTm * Censure à la date d'arrêt de TDF p.o. Marrazzo J, CROI 2013, Abs. 26LB

46 198 Sécurité Essai VOICE Pas de différence entre les bras pour les événements indésirables Taux de grossesse : 7,8 %, pas de différence entre les bras Observance TDF FTC/TDF TFV gel Pourcentage d'échantillons où présence TFV (moyenné par femme) Pourcentage de femmes n'ayant jamais TFV détectable 30 % 29 % 25 % * LOQ < 0,3 ng/ml 58 % 50 % 55 % Marrazzo J, CROI 2013, Abs. 26LB

47 VOICE: Lack of Detectable TFV in Plasma; High Rate of Infection in Younger Women Pts With Detectable TFV* (%) Pts at Risk, n Quarterly Visits TDF/FTC TDF TFV 1% Plasma TFV Detection in Random Cohort Sample TDF/FTC TDF TFV 1% gel *Level of TFV detection: 0.3 ng/ml Despite high self-reported adherence, TFV detected in mean of 30% of samples in each arm ; 50% of women in each arm had no TFV detected in any sample TFV detection less likely if unmarried, younger than 25 yrs, partner younger than 28 yrs Highest rates of HIV acquisition in unmarried, younger than 25 yrs Marrazzo J, et al. CROI Abstract 26LB. Graphic used with permission.

48 Essais de PreP Trial Population/Setting Intervention CAPRISA [1] (N = 899) iprex [2] (N = 2499) Partners PrEP [3] (N = 4747) TDF2 [4] (N = 1219) High-risk women in South Africa MSM, transgender women, 11 sites in US, South America, Africa, Thailand Serodiscordant couples in Africa Heterosexual males and females in Botswana FEM-PrEP [5] (N = 2120) High-risk women in Africa Coitally applied vaginal TFV gel Daily oral TDF/FTC Daily oral TDF Daily oral TDF/FTC Daily oral TDF/FTC Daily oral TDF/FTC Reduction in HIV Infection Rate, % Women: 71; men: 63 Women: 66; men: 84 62* Equal numbers of infections in active and control arms Study stopped for lack of efficacy

49 iprex: Eligibility Male sex at birth (N = 2499) 18 yrs of age or older HIV-seronegative status Evidence of risk for acquisition of HIV infection Characteristic, % Age Overall (N = 2499) Younger than 25 yrs yrs yrs or older 10 Grant RM, et al. N Engl J Med. 2010;363:

50 iprex: Efficacy Efficacy through study end (ITT): 42% (95% CI: 18% to 60%) Cumulative Probability of HIV Infection Placebo FTC/TDF P =.002 Pts at Risk, n Placebo FTC/TDF Grant R, et al. CROI Abstract Wks Since Randomization

51 TDF Levels in PMBC With 2, 4, or 7 Days of DOT: Understanding iprex Results STRAND iprex Visit With First Evidence of HIV TFV-DP (fmoi/10 6 cells) n: 2/wk 21 4/wk 21 7/wk 22 Cases 48 Controls 144 0% 18% % 1 Detected: Median: IQR: Anderson PL, et al. CROI Abstract 31LB.

52 iprex: Infections et Resistance New HIV infections (91 samples tested) [1] No drug resistance in participants on FTC/TDF 2 with minor variant drug resistance on placebo (1 to TDF, 1 to FTC) HIV infections already present at enrollment 2 cases of FTC resistance in FTC/TDF arm [2] Resistance dropped to undetectable levels within 6 months after stopping PrEP [1] 1. Liegler T, et al. CROI Abstract 97LB. 2. Grant RM, et al. N Engl J Med. 2010;363:

53 iprex: Numbers of Sexual Partners Sexual Partners in Previous 12 Wks (n) Placebo, mean partners FTC/TDF, mean partners Placebo, median partners FTC/TDF, median partners Wks Since Randomization Grant R, et al. CROI Abstract

54 iprex: Condom Use With High-Risk Sex Receptive Intercourse Using Condoms (% of Partners) Placebo FTC/TDF Wks Since Randomization Grant R, et al. CROI Abstract

55 Using Antiretroviral Medications for HIV-1 Prevention PrEP PEP ART Prior to exposure Time of transmission After infection Advantages Demonstrated efficacy Challenges Adherence Delivery Cost-effectiveness Resistance Advantages Shorter course than PrEP Challenges Limited data Recognition of risk Initiation < 48 hrs Adherence Public health impact Advantages Clinical benefits and reduced infectiousness Challenges Scale up; resources Long-term adherence Long term toxicity Resistance

56 Et maintenant PrEP chez MSM Sommes nous prêts? Autres schémas : intermittents, à la demande Nouvelles PreP Long-acting injectables Rectal microbicides Vaginal rings

57 Are We Ready to Give PrEP to Men CDC. MMWR Morb Mortal Wkly Rep. 2011;60:65-68.

58 How Much Is Enough? A Primary Prevention Comparison iprex [1] WOSCOPS [2] Intervention FTC/TDF daily Pravastatin daily Primary outcome HIV MI Population Men yrs (N = 2499) Men yrs (N = 6595) Risk factor MSM behavior High cholesterol Frequency of outcome in placebo arm 4% per yr 1.6% per yr Relative risk reduction 44% (95% CI:15% to 63%) 1. Grant RM, et al. N Engl J Med. 2010;363: Shepherd J, et al. N Engl J Med. 1995;333: % (95% CI:17% to 43%)

59 Prescribing PrEP Coformulated FTC 200 mg/tdf 300 mg, 1 tablet daily No more than 90-day supply Renewable only if HIV testing confirms the patient remains HIV uninfected Anticipate, at minimum, quarterly HIV testing Continued behavioral risk reduction Importance of PrEP adherence Safety Take care if HBV infected En France, Ipergay en cours CDC. MMWR Morb Mortal Wkly Rep. 2011;60: Grant RM, et al. N Engl J Med. 2010;363:

60 Evaluation du GSK LAP dans un modèle macaque-shiv de PrEP 193 INI, forme parentérale d'action prolongée Plan expérimental 8 inoculations SHIV intrarectales hebdomadaires à 16 macaques 2 administrations Principaux résultats ARN SHIV, ADN proviral détectés chez tous les animaux du groupe placebo et indétectables chez tous les animaux du groupe 744 LAP Perspectives Déterminer la dose optimale Vérifier l'absence d'infection locale à l'autopsie Tester le produit en PrEP sur un modèle de macaques femelles 50 mg/kg GSK744 LAP IM chez 8 macaques S-1 S0 S4 S8 S12 S16 Inoculations intrarectales (50 TCID 50 de SHIV162p3) Prélèvements sanguins % animaux non infectés Placebo 60 GSK744 LAP 40 p < 0, Semaines après la 1 ère inoculation Andrews C, CROI 2013, Abs. 24 LB

61 194 Evaluation d'un anneau intravaginal libérant du TDF dans un modèle macaque-shiv de PrEP L'anneau intravaginal (AIV) contient 120 mg de TDF Plan expérimental 16 inoculations intravaginales hebdomadaires à 12 macaques AIV inséré 1 semaine avant la 1 ère inoculation, changé toutes les 4 semaines chez 6 macaques Principaux résultats Aucune contamination sous la protection de l'aiv Excellente tolérance de l'aiv Perspectives Le dispositif va être évalué chez des femmes 100 Inoculations intravaginales de SHIV162p3 (50 TCID 50 ) S-1 S0 S4 S8 S12 S16 S Pose d'un AIV % d'animaux non infectés Nb médian d'inoculations avant infection : 4 AIV TDF (n = 6) Témoins (n = 12) p < 0, Mois Smith J, CROI 2013, Abs. 25LB

62 Summary of Efficacy of Treatment, PrEP, and Other Prevention Interventions Study ARV treatment for prevention HPTN 052: Africa, Asia, Americas PrEP (FTC/TDF) for discordant couples Partners PrEP: Uganda, Kenya PrEP (FTC/TDF) for heterosexual men & women CDC TDF2: Botswana Medical male circumcision Orange Farm, Rakai, Kisumu PrEP (FTC/TDF) for MSMs iprex: Americas, Thailand, S. Africa STD treatment Mwanza, Tanzania TFV 1% tenofovir vaginal gel CAPRISA 004: South Africa HIV vaccine (RV144) Thailand Effect size 96% 73% 63% 54% 44% 42% 39% 31% Abdool Karim S and QA. The Lancet 2011; S (11) Efficacy (%) 62

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

Tests rapides VIH : Comment, pour qui? Diane Descamps, Yazdan Yazdanpanah Laboratoire de Virologie, Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital-Bichat Claude Bernard, HUPNVS UFR de Médecine

Plus en détail

Prévention diversifiée

Prévention diversifiée 11/10/2016, Versailles Prévention diversifiée Pr Sophie Matheron Service des Maladies Infectieuses et Tropicales Hôpital Bichat Claude-Bernard Prévention diversifiée (Généralités) Prévention de la transmission

Plus en détail

Prévention : Dépistage, Tasp, PreP PTME

Prévention : Dépistage, Tasp, PreP PTME Prévention : Dépistage, Tasp, PreP PTME Gilles PIALOUX APHP(Tenon) SFLS www.vih.org SEMINAIRE DESC D INFECTIOLOGIE 15/1/2013 Petit rappel épidémiologique pour comprendre le contexte Epuisement de la prévention

Plus en détail

Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition. Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009

Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition. Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009 Nouvelles Recommandations en 2009 et rappels sur les indications de la prophylaxie post-exposition Dr H.Melliez CH de Tourcoing 19 mars 2009 «Nouvelles recommandations» Sources : DGS : CIRCULAIRE INTERMINISTERIELLE

Plus en détail

LIVRET D INFORMATION. PrEP. Prophylaxie Préexposition - PrEP. en France. Un nouvel outil de prévention pour les hommes gays séronégatifs

LIVRET D INFORMATION. PrEP. Prophylaxie Préexposition - PrEP. en France. Un nouvel outil de prévention pour les hommes gays séronégatifs LIVRET D INFORMATION PrEP Prophylaxie Préexposition - PrEP en France Un nouvel outil de prévention pour les hommes gays séronégatifs La PrEP LA PrEP C EST QUOI? OU EN EST-ON? LA PrEP C EST POUR QUI? LA

Plus en détail

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT»

Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Etude CAPTIC «ENQUÊTE VIH : CONNAISSANCE DE L ACTION DE PREVENTION DU TRAITEMENT SUR LA TRANSMISSION ET IMPACT SUR LE COMPORTEMENT» Pr Elisabeth BOUVET Groupe «Prévention sexuelle» COREVIH Île-de-France

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

La prévention en 2012 : du préservatif à la prévention combinée. Marie SUZAN «L'Infection à VIH / SIDA en 2012» Marseille 30 novembre 2012

La prévention en 2012 : du préservatif à la prévention combinée. Marie SUZAN «L'Infection à VIH / SIDA en 2012» Marseille 30 novembre 2012 La prévention en 2012 : du préservatif à la prévention combinée Marie SUZAN «L'Infection à VIH / SIDA en 2012» Marseille 30 novembre 2012 La prévention en 2012 «Epuisement» de la prévention classique En

Plus en détail

Dépistage du VIH : nouvelles stratégies dans le contexte épidémiologique

Dépistage du VIH : nouvelles stratégies dans le contexte épidémiologique Dépistage du VIH : nouvelles stratégies dans le contexte épidémiologique Stéphane Le Vu, Caroline Semaille Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice Séminaire de recherche de l ANRS, Paris - 6 mai 2011

Plus en détail

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi.

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. W E B I N A R D U 2 4 AV R I L 2 0 1 4 U N I C E F, E S T H E R, S F L S, C H U D E R E N N E S D R C É D R I C A R

Plus en détail

Etude au sein des COREVIH Nord-Est sur l'évolution de la prévalence et de l'incidence de l'infection à VIH dans le contexte du TasP et TandT

Etude au sein des COREVIH Nord-Est sur l'évolution de la prévalence et de l'incidence de l'infection à VIH dans le contexte du TasP et TandT Etude au sein des COREVIH Nord-Est sur l'évolution de la prévalence et de l'incidence de l'infection à VIH dans le contexte du TasP et TandT E Jeanmaire, H Jeulin, T May, E Schvoerer Et les membres du

Plus en détail

Connaissance de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) du VIH et partage des traitements antirétroviraux chez les patients infectés par le VIH

Connaissance de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) du VIH et partage des traitements antirétroviraux chez les patients infectés par le VIH Connaissance de la prophylaxie pré-exposition (PrEP) du VIH et partage des traitements antirétroviraux chez les patients infectés par le VIH Résultats de l'étude nationale «PRÉVIC 2013» E. Rosenthal 1,

Plus en détail

Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne

Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne Recherche clinique sur le VIH et aide à la décision en Afrique subsaharienne Eric Ouattara, MD, PhD ISPED, Inserm U1219 VIH en Afrique subsaharienne Recherche clinique sur le VIH Partie 2 : Modélisation

Plus en détail

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble

Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels bénéfices cliniques d une indétectabilité rapide? Pascale Leclercq CHU Grenoble Quels liens entre puissance et rapidité d action? Est-ce un avantage d obtenir une décroissance virale rapide? Dans

Plus en détail

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION MÈRE-ENFANT 2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte 2-1-1- Objectif du traitement L objectif du traitement antirétroviral est l obtention d

Plus en détail

Indicateurs harmonisés TB/VIH et données rapportées à l OMS par les pays d Afrique francophone

Indicateurs harmonisés TB/VIH et données rapportées à l OMS par les pays d Afrique francophone Atelier TB/VIH Afrique Francophone Lomé, Togo, January 25-27 2012 Indicateurs harmonisés TB/VIH et données rapportées à l OMS par les pays d Afrique francophone Henriette Wembanyama Delphine Sculier Organisation

Plus en détail

Paludisme 2005. Recommandations nationales Laos, Vietnam, Cambodge

Paludisme 2005. Recommandations nationales Laos, Vietnam, Cambodge Paludisme 2005 Recommandations nationales Laos, Vietnam, Cambodge NH.Tuan IFMT Séminaire du paludisme Déc. 2005 1 Laos National Policy for Malaria Diagnosis and Treatment 1. Use Guidelines for diagnosis

Plus en détail

Le VIH : la charge virale, le traitement et la transmission sexuelle

Le VIH : la charge virale, le traitement et la transmission sexuelle FEUILLET D INFORMATION Le VIH : la charge virale, le traitement et la transmission sexuelle Sommaire La charge virale en VIH est la quantité de VIH (nombre de virus) qui se trouve dans les liquides corporels

Plus en détail

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011

Nouvelles stratégies de dépistage du VIH. Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Nouvelles stratégies de dépistage du VIH Dr Laurent Malato Laboratoire de Virologie CHU Bordeaux Pellegrin 12 Décembre 2011 Point épidémiologique sur le VIH Dépistage du VIH en France 5 millions de sérologies

Plus en détail

LES GROSSESSES DANS LES ESSAIS BIOMÉDICAUX «2 LADY/MOBIDIP»

LES GROSSESSES DANS LES ESSAIS BIOMÉDICAUX «2 LADY/MOBIDIP» LES GROSSESSES DANS LES ESSAIS BIOMÉDICAUX «2 LADY/MOBIDIP» Alexandra Serris Interne en médecine interne INTRODUCTION : LES ESSAIS BIOMÉDICAUX EN AFRIQUE SUB-SAHARIENNE De plus en plus nombreux La majorité

Plus en détail

Informations express sur la prévention du VIH

Informations express sur la prévention du VIH Informations express sur la prévention du VIH Où se trouve le VIH? On peut trouver le VIH dans de nombreux fluides corporels tels que le sang, le sperme, les fluides vaginaux et le lait maternel. Comment

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses dans la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Ce

Plus en détail

en Haiti: Integrer la Santé Reproduction au VIH/SIDA 1995-2007

en Haiti: Integrer la Santé Reproduction au VIH/SIDA 1995-2007 L expérience en Haiti: Integrer la Santé Reproduction au VIH/SIDA 1995-2007 Marie Marcelle Deschamps, MD Faculte de Medecine et Pharmacie de UEH 5-6 Mars 2008 Le contexte Haiti est. le pays le plus affecté

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

Délai entre infection et diagnostic et

Délai entre infection et diagnostic et Délai entre infection et diagnostic et épidémie cachée du VIH en France Virginie Supervie 1, Jacques Ndawinz 1, Sara Lodi 2 & Dominique Costagliola 1 1 Inserm U943 & Université Pierre and Marie Curie,

Plus en détail

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Partenaires pour la santé, partenaires pour la vie! «Il faut accompagner ta femme à l hôpital! Si tu le fais, c est bien pour la santé de vos enfants,

Plus en détail

Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud

Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud Séminaire ANRS 24 /25 septembre 2015 Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud Mélanie Plazy Post-doctorante sur le projet ANRS 12249 TasP

Plus en détail

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries

Early diagnosis of failure to treatment in resource limited countries Moving Forward in the Diagnosis of Infectious Diseases in Resource Limited Countries: A Focus on HIV 3rd Forum Les Pensières, Veyrier-du-Lac, France, September 16-17, 2010 Early diagnosis of failure to

Plus en détail

Faits importants à savoir avant de faire un test de dépistage du VIH :

Faits importants à savoir avant de faire un test de dépistage du VIH : Faits importants à savoir avant de faire un test de dépistage du VIH : Le VIH est le virus qui provoque le SIDA. Il peut être transmis lors de relations sexuelles non protégées (anales, vaginales ou orales)

Plus en détail

Hepatitis and pregnancy

Hepatitis and pregnancy Hepatitis and pregnancy GFMER Yaoundé 26 November 2007 José M Bengoa MD Geneva - Switzerland Maladie hépatique et grossesse: trois relations étiologiques maladie hépatique induite par la grossesse nouvelle

Plus en détail

Epidémie du VIH en France : Les derniers chiffres et pistes pour le dépistage Virginie Supervie

Epidémie du VIH en France : Les derniers chiffres et pistes pour le dépistage Virginie Supervie Epidémie du VIH en France : Les derniers chiffres et pistes pour le dépistage Virginie Supervie INSERM U943 & Université Pierre et Marie Curie, Paris, France Epidémie de l infection à VIH : personnes vivants

Plus en détail

L INFECTION PAR LE VIH EN 2016 CAS PARTICULIER DES POPULATIONS «TRANS» Dr Nathalie De Castro SMIT Hôpital Saint-Louis 21/03/2016

L INFECTION PAR LE VIH EN 2016 CAS PARTICULIER DES POPULATIONS «TRANS» Dr Nathalie De Castro SMIT Hôpital Saint-Louis 21/03/2016 L INFECTION PAR LE VIH EN 2016 CAS PARTICULIER DES POPULATIONS «TRANS» Dr Nathalie De Castro SMIT Hôpital Saint-Louis 21/03/2016 L INFECTION VIH EN 2016: EPIDÉMIOLOGIE Epidémiologie dans les population

Plus en détail

Prévention de la transmission mère enfant (PTME) Comité de liaison NIGER Octobre 2009 Dr gilles Raguin, GIP ESTHER

Prévention de la transmission mère enfant (PTME) Comité de liaison NIGER Octobre 2009 Dr gilles Raguin, GIP ESTHER Prévention de la transmission mère enfant (PTME) Etat des lieux Comité de liaison NIGER Octobre 2009 Dr gilles Raguin, GIP ESTHER Pourcentage de femmes enceintes HIV-positive ayant reçu une PTME, 2007

Plus en détail

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD

ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD ANRS-FUNDED RESEARCH IN THE DEVELOPING WORLD Brazil Burkina Faso (Bobo Dioulasso) Cambodia (Phnom Penh) Cameroon (Yaounde) Côte d Ivoire (Abidjan) Senegal (Dakar) Vietnam (Ho Chi Minh City) South Africa,

Plus en détail

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Traitement des hépatites virales B et C

Traitement des hépatites virales B et C Traitement des hépatites virales B et C GFMER Yaoundé 26 Novembre 2007 Dr José M Bengoa foie cirrhotique foie normal Vitesse de développement de la fibrose fibrose VHD VHB VHC années Indications au traitement

Plus en détail

Lectures critiques Prescrire

Lectures critiques Prescrire Le maraviroc (Celsentri ) est un antirétroviral antagoniste des corécepteurs CCR5 sur lequel certains virus HIV-1 se fixent pour pénétrer dans les lymphocytes. Il est commercialisé en France, à la suite

Plus en détail

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1

VIH et sida. Mots clés. Quel est le problème? Données statistiques 1 VIH et sida Mots clés VIH : virus de l immunodéficience humaine. Virus qui provoque une infection incurable transmis par les relations sexuelles, les seringues, le sang contaminé ou de la mère à l enfant,

Plus en détail

Thyroid Scan. To Prepare

Thyroid Scan. To Prepare Thyroid Scan A thyroid scan checks your thyroid gland for problems. The thyroid gland is located in your neck. It speeds up or slows down most body functions. You will be asked to swallow a pill that contains

Plus en détail

Traitement post-exposition

Traitement post-exposition Traitement post-exposition Dr Sandrine HENARD (CHU Nancy-Brabois) 1 Traitement post-exposition (TPE) : Rationnel Objectif : diminuer le risque de transmission en réduisant la charge virale Principe : Agir

Plus en détail

QUESTIONS / RÉPONSES

QUESTIONS / RÉPONSES Les autotests de dépistage de l infection par le VIH QUESTIONS / RÉPONSES A SAVOIR L autotest ne remplace pas les autres modalités de dépistage du VIH, il les complète. Personne ne doit être contraint

Plus en détail

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE

ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Service maladies infectieuses au sein de la population générale ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN BELGIQUE Situation au 31 décembre 2011 ÉPIDEMIOLOGIE DU SIDA ET DE L INFECTION À VIH EN

Plus en détail

EBM : critères de jugement

EBM : critères de jugement EBM : critères de jugement -«End point» pertinent? (biologique CT, paraclinique HTA, clinique IDM) -«End point» intermédiaire ou de substitution (TVP et EP) Essai CAST (N.Engl.J.Med.1989; 321-406) N=1727

Plus en détail

Evolution de la Survie des personnes infectées es par le VIH

Evolution de la Survie des personnes infectées es par le VIH Evolution de la Survie des personnes infectées es par le VIH Réunion Act Up Mardi 13 décembre 2005 Dr Caroline Semaille Unité VIH/Sida-IST-VHC Département des Maladies Infectieuses, InVS Évolution du nombre

Plus en détail

Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux

Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux Chlamydia Trachomatis : Qui,quand et comment dépister? Dr Isabelle Le Hen CDAG-CIDDIST de Bordeaux Introduction Chlamydia trachomatis (Ct) : IST la + fréquente dans les pays développés Portage asymptomatique

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Stratégies de préven0on ENUMÉREZ LES STRATÉGIES POSSIBLES!

Stratégies de préven0on ENUMÉREZ LES STRATÉGIES POSSIBLES! Stratégies de préven0on ENUMÉREZ LES STRATÉGIES POSSIBLES! Quelles sont les stratégies possibles? Avant exposition Educa@on et changement de comportement Circoncision Vaccins préven@fs Prophylaxie pré

Plus en détail

VIH : Pourquoi? Comment? In parcours «Sexe : + ou libre?» (1 ère étape)

VIH : Pourquoi? Comment? In parcours «Sexe : + ou libre?» (1 ère étape) VIH : Pourquoi? Comment? In parcours «Sexe : + ou libre?» (1 ère étape) Description: Ce jeu propose aux joueurs d évaluer les risques de contamination du VIH lors d un rapport sexuel en fonction des pratiques

Plus en détail

VIH : Parlons-en franchement!

VIH : Parlons-en franchement! VihCouv_vert(2011_02) 08/02/11 13:27 Page1 DESSINS PHILIPPE DELESTRE VIH : Parlons-en franchement! VIH : Parlons-en franchement! LE VIH C EST QUOI? Le VIH est un virus. C est le virus du Sida. VIH ÇA VEUT

Plus en détail

Lancement de l essai ANRS IPERGAY Le premier essai de prévention pré-exposition du VIH pour les Gays en France

Lancement de l essai ANRS IPERGAY Le premier essai de prévention pré-exposition du VIH pour les Gays en France Paris, le 4 Janvier 2012 Dossier de presse Lancement de l essai ANRS IPERGAY Le premier essai de prévention pré-exposition du VIH pour les Gays en France L'Agence nationale de recherches sur le sida et

Plus en détail

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique?

Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? Peut-on prédire la thrombose veineuse profonde par la clinique? TVP et algorithme de prédiction clinique - 1 Médiocre sensibilité et spécificité des signes et symptômes cliniques Utilité démontrée de la

Plus en détail

Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique

Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique Lecture historique et prospective du rôle de la barrière génétique Clotilde Allavena NANTES Symposium JANSSEN JNI 2011, Toulouse Jusqu en 1996, la montée en puissance Bithérapie 2 NUCs Trithérapie 2 NUCs

Plus en détail

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux

Diagnostic des Hépatites virales B et C. P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic des Hépatites virales B et C P. Trimoulet Laboratoire de Virologie, CHU de Bordeaux Diagnostic VHC Dépistage: pourquoi? Maladie fréquente (Ac anti VHC chez 0,84% de la population soit 367 055

Plus en détail

Quelle utilisation de la charge virale en absence de tests de résistance. Serge Paul Eholié

Quelle utilisation de la charge virale en absence de tests de résistance. Serge Paul Eholié Quelle utilisation de la charge virale en absence de tests de résistance Serge Paul Eholié Critères OMS pour le diagnostic de l échec 2002 2006 2010 Clinical * Immunological * Clinical * Immunological

Plus en détail

POLITIQUE DE SECURITE DE L EFS ou la nécessité de construire un système sûr, durable, évolutif et raisonné

POLITIQUE DE SECURITE DE L EFS ou la nécessité de construire un système sûr, durable, évolutif et raisonné POLITIQUE DE SECURITE DE L EFS ou la nécessité de construire un système sûr, durable, évolutif et raisonné Congrès SFSP, Jeudi 3 novembre 2011 Contexte et objectifs Sécurité transfusionnelle = Préoccupation

Plus en détail

Cancer et VIH. Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6

Cancer et VIH. Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 Cancer et VIH Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 JNI Lyon - Juin 2009 Cancer et VIH : des interfaces physiopathogéniques communes Deficit

Plus en détail

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH

Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Vaccination contre l hépatite B des personnes vivant avec le VIH Odile Launay CIC de vaccinologie Cochin Pasteur Hôpital Cochin, Paris 6 ème journée de vaccinologie clinique JG Guillet Mardi 4 juin 2013

Plus en détail

L utilisation de médicaments anti-vih en prévention

L utilisation de médicaments anti-vih en prévention L utilisation de médicaments anti-vih en prévention Points saillants de SIDA 2012 (et du 2 nd International Workshop on Treatment as Prevention) Tim Rogers, trogers@catie.ca L usage de médicaments anti-vih

Plus en détail

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH)

Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) Dépister oui! Qui? Pourquoi? V Baclet SUMIV/CIDDIST CH Tourcoing 22 octobre 2013 Journée régionale, prévention VIH, hépatites IST (COREVIH) * Qu est ce qu une IST? Infection Sexuellement Transmissible

Plus en détail

RISQUE DE TRANSMISSION DU VIH : SOMMAIRE DES DONNÉES SCIENTIFIQUES

RISQUE DE TRANSMISSION DU VIH : SOMMAIRE DES DONNÉES SCIENTIFIQUES PRÉVENTION ET CONTRÔLE DES MALADIES INFECTIEUSES RISQUE DE TRANSMISSION DU VIH : SOMMAIRE DES DONNÉES SCIENTIFIQUES PROTÉGER LES CANADIENS CONTRE LES MALADIES PROMOUVOIR ET PROTÉGER LA SANTÉ DES CANADIENS

Plus en détail

Risque de transmission du VIH sous traitement antirétroviral

Risque de transmission du VIH sous traitement antirétroviral Risque de transmission du VIH sous traitement antirétroviral V Supervie 1, JP Viard 2, D Costagliola 1, R Breban 3 1 UMR S 1136, Inserm, UPMC, Paris 2 Hôpital Hôtel-Dieu, Paris 3 Institut Pasteur, Paris

Plus en détail

Nouvelles données sur la circoncision et la prévention du VIH : conséquences sur les politiques et les programmes

Nouvelles données sur la circoncision et la prévention du VIH : conséquences sur les politiques et les programmes EMBARGO : Mercredi, 28 mars, 12.00 GMT Nouvelles données sur la circoncision et la prévention du VIH : conséquences sur les politiques et les programmes Consultation technique de l OMS et de l ONUSIDA

Plus en détail

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon

Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste. Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Validation clinique des marqueurs prédictifs le point de vue du méthodologiste Michel Cucherat UMR CNRS 5558 - Lyon Marqueur prédictif - Définition Un marqueur prédictif est un marqueur qui prédit le bénéfice

Plus en détail

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé.

DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé. ih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES (IST) Informations et ressources pour les professionnels de santé ist 2 vih DÉPISTAGE DU VIH ET DES INFECTIONS SEXUELLEMENT TRANSMISSIBLES

Plus en détail

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis

ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis ABL and Evivar Medical for Strategic Partnership and Alliance in HIV and Hepatitis Conférence de Presse ABL SA - Chambre de Commerce de Luxembourg - Mardi 29 Septembre 2009, 18h Annonce de Presse ABL and

Plus en détail

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg

Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C. H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Diagnostic virologiques des hépatites virales B et C H. Barth Laboratoire de Virologie, CHU de Strasbourg Objectifs 1. Connaître pour chaque virus des hépatites la cinétique des marqueurs virologiques

Plus en détail

TOMENF - Iatrogenic risks associated with CT scans received in

TOMENF - Iatrogenic risks associated with CT scans received in TOMENF - Iatrogenic risks associated with CT scans received in childhood Responsable(s) : De Vathaire Florent, Equipe-3 d'epidémiologie des radiations- CESP- UMR 1018 INSERM Date de modification : 14/08/2013

Plus en détail

Dépistage de l infection par le VIH en médecine générale Multiplier les propositions de test et privilégier l entretien orienté

Dépistage de l infection par le VIH en médecine générale Multiplier les propositions de test et privilégier l entretien orienté Dépistage de l infection par le VIH en médecine générale Multiplier les propositions de test et privilégier l entretien orienté Henri Partouche et Vincent Renard. CNGE Contexte épidémique : nécessité d

Plus en détail

Le risque vu par l épidémiologiste

Le risque vu par l épidémiologiste Le risque vu par l épidémiologiste Virginie Supervie UMR S 1136, Inserm, UPMC, Paris Quelques mesures de risque Taux d incidence Risque de transmission du VIH par acte sexuel Risque cumulé de la transmission

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 septembre 2015 REYATAZ 150 mg, gélule Boîte de 60 (CIP : 34009 364 043 8 0) REYATAZ 200 mg, gélule Boîte de 60 (CIP : 34009 364 045 0 2) REYATAZ 300 mg, gélule Boîte

Plus en détail

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève

Les Infections sexuellement transmissibles. Morgane Fève Les Infections sexuellement transmissibles Morgane Fève Définition IST maladies infectieuses transmises d'un individu à l'autre exclusivement lors des rapports sexuels. Les principales IST Virales VIH

Plus en détail

Traiter l herpès? Pierre MARES - Renaud de TAYRAC Vincent LETOUZEY - Jean-Marc BOHBOT

Traiter l herpès? Pierre MARES - Renaud de TAYRAC Vincent LETOUZEY - Jean-Marc BOHBOT Traiter l herpès? Pierre MARES - Renaud de TAYRAC Vincent LETOUZEY - Jean-Marc BOHBOT Consultations initiales pour herpès génital 1. ARMSTRONG GL,et al. Incidence of herpes simplex virus type 2 infection

Plus en détail

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres 33 % de nouvelles infections à VIH en moins depuis 2001 29 % de décès liés au sida en moins (adultes et enfants) depuis 2005 52 % de nouvelles infections à VIH en moins

Plus en détail

Konstantin Avrachenkov, Urtzi Ayesta, Patrick Brown and Eeva Nyberg

Konstantin Avrachenkov, Urtzi Ayesta, Patrick Brown and Eeva Nyberg Konstantin Avrachenkov, Urtzi Ayesta, Patrick Brown and Eeva Nyberg Le présent document contient des informations qui sont la propriété de France Télécom. L'acceptation de ce document par son destinataire

Plus en détail

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Modérateur : Dr Didier Koumavi Ekouevi INSERM U-897, Université Bordeaux Segalen, PACCI, Abidjan et Université de Lomé

Plus en détail

Infection à VIH et Sida à La Réunion

Infection à VIH et Sida à La Réunion Tableau de bord Tableau de bord Infection à VIH et Sida à La Réunion CIRE océan Indien Novembre 2011 Contexte Contexte national Le nombre de personnes ayant découvert leur séropositivité en 2009 est estimé

Plus en détail

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque Geneviève ve Paicheler Centre National de la Recherche Scientifique Que sait-on sur la sexualité des jeunes? Les données des enquêtes Accompagner

Plus en détail

La prévention du VIH en 2013 : combinée sinon rien! Céline OFFERLE «L'Infection à VIH / SIDA en 2013» Marseille 29 novembre 2013

La prévention du VIH en 2013 : combinée sinon rien! Céline OFFERLE «L'Infection à VIH / SIDA en 2013» Marseille 29 novembre 2013 La prévention du VIH en 2013 : combinée sinon rien! Céline OFFERLE «L'Infection à VIH / SIDA en 2013» Marseille 29 novembre 2013 Ceci n est pas une stratégie de prévention La prévention en 2013 «Epuisement»

Plus en détail

UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON

UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON Programme VIH/sida MISE À JOUR PROGRAMMATIQUE UTILISATION DES ANTIRÉTROVIRAUX POUR TRAITER LA FEMME ENCEINTE ET PRÉVENIR L INFECTION À VIH CHEZ LE NOURRISSON RÉSUMÉ ANALYTIQUE AVRIL 2012 WHO/HIV/2012.8

Plus en détail

Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air

Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air Lecture critique d article ou comment briller en société sans en avoir trop l air Réunion Inter-Corevih Basse Normandie - Bretagne Mont Saint-Michel Février 2014 Jean-Marc Chapplain Plan Actualité Dissection

Plus en détail

Le rôle des traitements antirétroviraux dans la prévention du VIH. Dossier de synthèse documentaire et bibliographique. août 2011

Le rôle des traitements antirétroviraux dans la prévention du VIH. Dossier de synthèse documentaire et bibliographique. août 2011 Le rôle des traitements antirétroviraux dans la prévention du VIH Dossier de synthèse documentaire et bibliographique août 2011 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. : 04 91 59 83

Plus en détail

Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle

Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle Académie de Pharmacie 2 décembre 2015 Le nouveau paradigme de l évaluation des médicaments en vie réelle Lucien Abenhaim Laser Analytica London School of Hygiene & Tropical Medicine 1 Questions Définitions

Plus en détail

Approche de la communication brève liée à la sexualité (CBS) Dr Thierry Troussier DGS-RI2

Approche de la communication brève liée à la sexualité (CBS) Dr Thierry Troussier DGS-RI2 Approche de la communication brève liée à la sexualité (CBS) Dr Thierry Troussier DGS-RI2 Contexte (1) Années 60 : counseling et planification Années 90 : counseling et VIH Qu est-ce que le counseling

Plus en détail

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de

La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes avancées de cancer du sein L expérience acquise permet de Radiothérapie dans la stratégie néoadjuvante Alain Fourquet Département de Radiothérapie Oncologique Introduction La radiothérapie a été longtemps utilisée comme seul traitement locorégional des formes

Plus en détail

Le dépistage VIH. Troussier- 2014-2015

Le dépistage VIH. Troussier- 2014-2015 Le dépistage VIH Troussier- 2014-2015 A connaître La place du dépistage dans la stratégie de santé publique Stratégies et outils d intervention dans les CDAG Le déroulé d une consultation Le rendu des

Plus en détail

Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG. Généralités et définitions. Généralités et définitions

Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG. Généralités et définitions. Généralités et définitions LES ACCIDENTS EXPOSANT AU SANG Généralités Epidémiologie Facteurs de risque des Contaminations Professionnelles Généralités et définitions Objectif : éviter la transmission au personnel soignant d infections

Plus en détail

Virus de l hépatite B

Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B Persistance de l antigène HBs 10% - 90% Virus de l hépatite B Hépatite aiguë B faible ou absente Persistance

Plus en détail

MALADIE A VIH épidémiologie, dépistage et diagnostic en 2012

MALADIE A VIH épidémiologie, dépistage et diagnostic en 2012 MALADIE A VIH épidémiologie, dépistage et diagnostic en 2012 Dr Geneviève BECK-WIRTH Centre Hospitalier de Mulhouse Novembre 2012 1 ÉPIDÉMIOLOGIE 2012 2 3 4 5 6 7 8 9 DES RECOMMANDATIONS 10 11 DES ENJEUX

Plus en détail

Cohorte de femmes enceintes : infection mère-enfant à virus chikungunya / étude ambispective. CNIL 1836406, CPP Tours 2006/2007

Cohorte de femmes enceintes : infection mère-enfant à virus chikungunya / étude ambispective. CNIL 1836406, CPP Tours 2006/2007 CHIMERE - Cohorte de femmes enceintes : infection mèreenfant à virus chikungunya / étude ambispective Head : Gérardin Patrick, Centre d'investigation Clinique (CIC 1410) - ex Centre d'investigation Clinique

Plus en détail

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results)

Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Possible Food Assistance Indicators (at the level of Results) Comments for IT : 1. Text of predefined indicators cannot be changed by partners. Thus no variables in the predefined text. The only variables

Plus en détail

Quelle est la place idéale de la coloscopie dans la stratégie de dépistage et de prévention du cancer colo-rectal en France?

Quelle est la place idéale de la coloscopie dans la stratégie de dépistage et de prévention du cancer colo-rectal en France? Quelle est la place idéale de la coloscopie dans la stratégie de dépistage et de prévention du cancer colo-rectal en France? Pr. Christophe Cellier, Past-President Dr. Bruno Richard-Molard, Président Pr.

Plus en détail

Draft Template for the Assessment of the methodology during Phase pilote

Draft Template for the Assessment of the methodology during Phase pilote Draft Template for the Assessment of the methodology during Phase pilote Ref interne EudraCT no Title of the Study Abbreviation Sponsor IMP (Repeat if necessary) NIMP (Repeat if necessary) Organisation

Plus en détail

Traitement et questions connexes

Traitement et questions connexes Traitement et questions connexes L essentiel du congrès sur le sida AIDS 2012 (et des ateliers du congrès 14 th International Workshops on Comorbidities and Adverse Drug Reactions in HIV, juillet 2012)

Plus en détail

L ETME au cœur de la politique nationale de santé maternelle, néonatale et infantile : l exemple du Rwanda

L ETME au cœur de la politique nationale de santé maternelle, néonatale et infantile : l exemple du Rwanda Conférence internationale pour l Afrique de l Ouest et du Centre «Eliminons la transmission du VIH de la mère à l enfant» Paris, 16-17 Novembre 2011 L ETME au cœur de la politique nationale de santé maternelle,

Plus en détail

Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs

Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs Dépistage de l Infection Virale C à partir de Sang Capillaire ou de Liquide Craviculaire Performances des TRODs S Chevaliez 1,2, L Poiteau 1,2, I Rosa 3, A Soulier 1,2, F Roudot- Thoraval 2,4, C Hézode

Plus en détail

Data issues in species monitoring: where are the traps?

Data issues in species monitoring: where are the traps? Data issues in species monitoring: where are the traps? French breeding bird monitoring : Animations locales : - dealing with heterogenous data - working with multi-species multi-sites monitoring schemes

Plus en détail

Données récentes sur le traitement ADJUVANT des tumeurs HER2 positives Alexandru Eniu, MD, PhD

Données récentes sur le traitement ADJUVANT des tumeurs HER2 positives Alexandru Eniu, MD, PhD Données récentes sur le traitement ADJUVANT des tumeurs HER2 positives Alexandru Eniu, MD, PhD Dept. des Tumeurs du Sein Chef du service Hôpital de Jour Institut d Oncologie Ion Chiricuţă Cluj-Napoca,

Plus en détail

Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement

Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement GUIDE DE DEMANDE DE SUBVENTION RESERVE AUX RESEAUX NATIONAUX DES FEMMES VIVANT AVEC LE

Plus en détail

SIDA & TRAVAIL. La lutte contre le Sida a été déclarée grande cause nationale en 2005, en France, car l épidémie perdure.

SIDA & TRAVAIL. La lutte contre le Sida a été déclarée grande cause nationale en 2005, en France, car l épidémie perdure. SIDA & TRAVAIL La lutte contre le Sida a été déclarée grande cause nationale en 2005, en France, car l épidémie perdure. SOMMAIRE Quelques chiffres... p. 2 La situation en France en 2005... p. 2 Mode de

Plus en détail